Page 1

P 1 n° 627_Mise en page 1 13/06/17 12:30 Page1

DU

14 AU 27 JUIN 2017

Numéro 627

www.expressions-venissieux.fr

Seul un Vénissian sur trois a voté AMIANTE : 900 RETRAITÉS DE RVI AUX PRUD’HOMMES. P. 5

RÉSEAU DE CHALEUR Travaux d’extension vers le Puisoz et Parilly. p. 4

Social La colère des nettoyeurs du TER. p. 4

EMPLOI DES JEUNES La Mission locale inquiète du désengagement de la Région. p. 5

PRÉVENTION DES ADDICTIONS

PHOTO RAPHAËL BERT

Les collégiens très investis.

L’abstention a battu des records dans la 14e circonscription. Une démobilisation dont n’a pas souffert le candidat macroniste, Yves Blein, qui sera opposé au second tour Pages 2-3 au frontiste Damien Monchau.

ÉDUCATION Volontaires du service civique en REP. p. 7

EXIL

Une semaine tout en musique Du 21 juin au 1er juillet - Pendant une semaine, l'école de musique JeanWiener propose des concerts dans plusieurs lieux de la ville pour célébrer les notes. Et une après-midi portes ouvertes, le 21 juin, afin de découvrir les disciplines enseignées et démarrer les inscriptions. Des scènes ouvertes aux élèves de l'école et amateurs au “Gloria” de Vivaldi par le chœur mixte Jean-Wiener à l'église de l'Épiphanie, d'un Bébé bouquine musical à la média-

p. 6

Quand les primo-arrivants d’Éluard témoignent.

thèque Lucie-Aubrac aux deux soirées chorales au Théâtre de Vénissieux, tous les styles musicaux seront à la fête. Pour la conclusion de cette semaine enjouée, un concert d'improvisations et de standards, dont le très beau “Strange Fruit” de Billie Holiday, sera donné à la Galerie 6 par un trio d'élèves surdouées. Comme on le dit dans l'aviation, Vénissieux va naviguer aux instruments ! Pages 8-9

p. 7

ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN Rencontre avec l’auteure turque Ece Temelkuran. p. 11

STADE LAURENT-GÉRIN FUTSAL : L’AS MINGUETTES EN D2 Page 12

Fête du sport et de la jeunesse le samedi 24 juin. p. 13


P 2-3 n° 627_Mise en page 1 13/06/17 11:57 Page2

DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

PHOTO RAPHAËL BERT

L’événement

PREMIER TOUR

Yves Blein en ballottage favorable Comme en 2012, mais cette fois avec l’étiquette La République en marche, Yves Blein vire largement en tête au 1er tour dans la 14e circonscription. L’abstention frôle les 64 %, un record. Elle dépasse même les 66 % à Vénissieux. n recueillant 9 463 voix au 1er tour de l’élection législative, Yves Blein a réuni 12,74 % des suffrages des 74 321 électeurs inscrits de la 14e circonscription du Rhône ! Soit à peine plus que les 12,5 % requis pour accéder au second tour. Un score qui le met pourtant en position de ballottage favorable pour le second tour. Avec moins de 10 000 voix, dans un contexte d’abstention record (63,83 %), le maire de Feyzin a obtenu un confortable score de 36 %, loin devant le candidat du FN Damien Monchau (4 629 voix - 17,61 %). En 2012, Yves Blein, alors socialiste, avait surfé sur la vague de l’élection de François Hollande à la présidence de la République pour l’emporter aisément et entrer à l’Assemblée nationale. Cette fois, fort de l’étiquette La République en marche, il profite à plein de “l’effet Macron” et d’une démobilisation des électeurs, en particulier ceux qui avaient choisi en masse Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la prési-

E

dentielle. Comme il y cinq ans, Yves Blein sera donc opposé dimanche prochain à un représentant du Front national. Ce qui devrait lui garantir une réélection assez aisée. Derrière ces deux finalistes, c’est Benjamin Nivard (France insoumise) qui monte sur la troisième marche du podium. Il recueille 3 835 voix (14,59 %). Michèle Picard (PCF), maire de Vénissieux, est en quatrième position (2 746 voix 10,45 %). Maurice Iacovella (UDILR), obtient 1 852 voix (7,05 %). Suivent le socialiste Adrien Drioli (4,22 %) et l’écologiste Véronique Giromagny (3,24 %). Les autres candidats ne passent pas la barre des 3 %. Comparativement à 2012, l’élément le plus marquant est évidemment la hausse spectaculaire de l’abstention (+12,5 %). Alors que la circonscription est passée de 70 000 à 74 000 inscrits, près de 8 000 électeurs de moins se sont déplacés. Cette grève des urnes sans précédent n’a pas eu d’effet sur le

score d’Yves Blein qui reste quasi stable en pourcentage (- 1 point). En revanche, le FN recule (- 3 points). Michèle Picard est également en retrait (- 3 points), mais il y a cinq ans elle s’était présentée avec la double étiquette PCF - Front de gauche. La droite enregistre un recul sévère : Maurice Iacovella a recueilli 10 points de moins que Christophe Girard en 2012. Sans parler du PS qui s’effondre littéralement.

À Vénissieux, un votant sur trois inscrits ! À Vénissieux, le moins que l’on puisse dire c’est que le dépouillement des bulletins a été rapide… Seuls 33,18 % des électeurs inscrits sur les listes sont allés voter, soit 66,8 d’abstention ! “Ces tristes records illustrent la résignation, le désaveu et la défiance des Français à l’égard des politiques menées depuis plus de 30 ans, a analysé Michèle Picard lors de la proclamation des résultats, à l’hôtel de ville, au soir du premier tour. Personne ne peut se réjouir de cette démocratie de si basse

intensité, mais tout semble fait pour éloigner le citoyen des urnes […] Le passage au quinquennat et la présidentialisation de notre vie politique, avec des législatives inscrites dans la foulée des présidentielles pour conforter les majorités en place, accentuent le désintérêt et la lassitude des Français. Ces périls sont graves pour notre pays, nos institutions et nos libertés.” Deuxième constat, “l’effet Macron” a également… marché à Vénissieux puisqu’Yves Blein y est arrivé largement en tête avec 32,36 % des suffrages (3 231 voix). Au premier tour des législatives de 2012, dans la foulée de l’élection de François Hollande, il avait recueilli 34,46 % des suffrages (4 580 voix), dans un contexte de participation plus forte. Troisième constat, le maire de Vénissieux est de nouveau en deuxième position sur sa ville (comme en 2012), avec 19,27 % des suffrages exprimés (1 924 voix). C’est 1 067 voix de moins que lors des précédentes législatives. Un “manque à gagner” qui s’explique,

comme sur l’ensemble de circonscription, par l’abstention mais aussi par la percée du candidat de France Insoumise (1 517 voix 15,19 %). Même si l’exercice des additions spéculatives est toujours hasardeux, nul doute qu’il y a eu une division des électeurs de gauche. Quatrième constat, le Front National arrive sur la 3e marche du podium vénissian, comme en 2012. Damien Monchau, conseiller municipal, réalise 14,37 % des suffrages (1 435 voix). Au même stade en 2012, la candidate FN avait fait 17,89 % et 2 377 voix. Enfin, après le faible score de François Fillon à la présidentielle, il se confirme que l’audience de la droite traditionnelle continue de s’éroder localement : le conseiller municipal Maurice Iacovella doit se contenter à domicile d’un faible 5,37 %, là où Christophe Girard avait obtenu 13,45 % en 2012.  GILLES LULLA ET FRANÇOIS TOULAT-BRISSON


P 2-3 n° 627_Mise en page 1 13/06/17 11:57 Page3

Comme il y a cinq ans, Yves Blein sera opposé au second tour à un candidat du Front national.

C’est le pourcentage d’électeurs vénissians à s’être déplacés aux urnes le 11 juin

33,18

“Ces tristes records illustrent la résignation, le désaveu et la défiance des Français à l’égard des politiques menées depuis plus de 30 ans.” Michèle Picard, à propos des chiffres de l’abstention

RÉACTIONS

Hôtel de ville 1 Hôtel de ville 2 Pasteur Monery Max Barel Charréard Ambroise-Croizat Jules-Guesde Parilly Jeanne-Labourde Clos-Verger Joliot-Curie Viviani Pauline-Kergomard Moulin-à-Vent Vaillant-Couturier Ernest-Renan Georges-Lévy Gabriel-Péri Centre Henri-Raynaud Maison du peuple Louis-Pergaud Léo-Lagrange Anatole-France Saint-Exupéry Paul-Langevin Jean-Moulin Henri-Wallon TOTAL VÉNISSIEUX TOTAL VÉNISSIEUX % 14E CIRCONSCRIPTION CIRCONSCRIPTION %

10

0

185

3

437

13

865

370

368

1 039

190

1 224

442

tion de 2012, Yves Blein contre le représentant du FN, l’immobilisme opportuniste, aux promesses non tenues, contre le populisme xénophobe, au programme économique irresponsable. Démocrate indépendant, je me suis toujours battu pour une France ouverte et forte dans une Europe réorganisée et efficace. Aussi, je ne pourrai me résoudre à voter Front national le 18 juin.”

Franck Muller

Adrien Drioli

Debout la France

“La gauche divisée recueille plus de 32,5 % sur la circonscription. Au total, La République en marche perd 13 % de voix par rapport au score d’Emmanuel Macron au premier tour des présidentielles. Le candidat Yves Blein ne représente que 12,74 % des électeurs de la 14e circonscription. Mais j’appelle très clairement à battre le candidat de l’extrême droite en votant pour celui de La République en marche, pour réaliser le barrage républicain utile à la préservation de nos libertés fondamentales, nécessaire à la survie de notre République.”

À noter

5

0

0

57

2

0

129

3

20

47

79

68

0

5

21

40

37

1

30

61

90

77

1

13

8

1

1

0

2

4

3

6

3

4

0

0

13

13

1

2

0

0

4

753

307

306

18

0

110

0

0

24

53

52

35

2

6

1

0

1

0

4

1 222

383

370

8

0

98

6

1

14

51

85

61

7

5

11

16

0

1

6

993

345

337

10

0

96

4

0

28

48

81

46

5

6

3

2

0

0

8

Debout la France

FRANCK MULLER

Mouvement 100 %

SAIDA ESTIVAL

Union populaire républicaine

Le second tour des législatives se tiendra ce dimanche 18 juin. Les bureaux de vote de la ville seront ouverts de 8 heures à 19 heures.

YASSINE EL HASSAK

Parti socialiste

ADRIEN DRIOLI

Lutte ouvrière

MARIE-CHRISTINE SEEMANN

La France insoumise

BENJAMIN NIVARD

Parti communiste français

MICHÈLE PICARD

DAMIEN MONCHAU

Front national

UDI - Les Républicains

MAURICE IACOVELLA

Mouvement des progressistes

“La gauche sera absente du second tour et chacune de ses composantes porte une part de la responsabilité de cet échec. Nous devons faire barrage au candidat du FN, mais nous

VALÉRIE BRIDON

Europe Écologie - Les Verts

“Le renouveau tant annoncé depuis des mois n’a pas eu lieu sur notre circonscription. Nous sommes plutôt sur une opération de recyclage puisque nous assistons à une réédi-

THIERRY DUSSUD

UDI - LR

Extrême droite

Véronique Giromagny

YVES BLEIN

Maurice Iacovella

113

“Notre mouvement réalise un score nettement inférieur à nos espérances, les électeurs ayant préféré voter M. Blein, héritier d’un quinquennat désastreux, décrié par les habitants mais qui veulent se rallier tout de même à un homme opportuniste qui va continuer de les trahir. Au vu de la volonté affichée par le gouvernement de mener une politique dans la continuité de celle du système PS - LR, nous appelons à faire barrage à M. Macron et à son candidat, Yves Blein, celui qui a tourné sa veste, qui ment aux citoyens.”

Parti socialiste

L’authenticité

“D’un côté, les résultats nationaux et départementaux déçoivent l’espoir d’une véritable force d’opposition. Le matraquage médiatique qui n’a cessé de prophétiser une réussite inéluctable d’En marche a causé une démobilisation excessive de notre électorat. D’un autre côté, dans la circonscription, le camp patriote est au second tour. C’est dire si le désir de modernité et le bon sens sont ancrés. L’enjeu est clair, il s’agit de remobiliser pour contrer l’hégémonie macroniste. Je m’adresse aux 20 000 électeurs de notre circonscription qui se sont opposés à Macron lors des présidentielles. Je n’imagine pas les Insoumis et les communistes donner leurs voix à M. Blein, vallsiste reconverti in extremis en macroniste. J’appelle les électeurs de Marine Le Pen à la présidentielle, ainsi que ceux qui se sentent trahis par leurs élus qui rejoignent Macron, à se porter sur ma candidature.”

YANIS MARCOUX

Front national

Parti égalité et justice

Damien Monchau

ne donnons pas pour autant un blanc-seing au candidat de La République en marche. Au sein d’une assemblée sans diversité, “Blein bonnet et bonnet Blein” va continuer à mener des politiques libérales qui ne sont pas à la hauteur des défis sociaux, écologiques et climatiques auxquels nous sommes confrontés.”

YALCIN AYVALI

locale sur le long terme, fédérer les luttes sociales.”

La République en marche

Divers Droite

Élections législatives 1er tour 11 juin 2017

NOMBRE D’ÉLECTEURS INSCRITS

“Le niveau de l’abstention illustre le désaveu et la défiance à l’égard des politiques menées depuis plus de trente ans. Tout semble fait pour éloigner le citoyen des urnes. Le passage au quinquennat et la présidentialisation de la vie politique, avec des législatives inscrites dans la foulée des présidentielles, accentuent le désintérêt des Français. Ces

“Passé la petite déception de n’être pas allés plus loin que le premier tour, nous sommes fiers d’avoir porté le programme de l’Avenir en commun à ce niveau, pour notre première participation. On nous a pourtant rabâché que nous allions échouer car nous étions inconnus, sans ancrage, avec peu de temps et de moyens ! Les électeurs ont compris qu’il y avait un enjeu national, pas seulement local. Pas assez d’électeurs, hélas. Une fois la présidentielle passée, les gens se sont démobilisés, convaincus que tout était joué. Ce sera à nous de faire revenir aux urnes les gens qui ont perdu l’habitude d’y aller, car l’abstention et le vote FN arrangent les autres candidats, qui s’en servent pour être élus par défaut. Nous allons maintenant travailler à notre implantation

BÉATRICE DECREPT

Parti communistre français

La France insoumise

Europe Écologie - Les Verts

Michèle Picard

Benjamin Nivard

VÉRONIQUE GIROMAGNY

“Nous sommes mobilisés pour le second tour avec, comme seul slogan, “La République, c’est nous”. Il est inimaginable que notre circonscription soit prise par le Front National. Elle ne le sera pas, les Français vont donner une majorité au président Macron. Mais il faut que le score du FN soit le plus faible possible, car avec eux, c’est la catastrophe assurée, la division, le rejet. J’appelle donc les électeurs à montrer leur attachement aux valeurs républicaines, à cette République qui est la plus belle chose qui nous réunisse. Par ce vote, il s’agit de dire “on y tient”, comme au lendemain des attentats. L’abstention est très forte dans les circonscriptions populaires comme la nôtre. Les citoyens se sentent exclus, pas assez pris en compte, et expriment un sentiment de délaissement qui doit tous nous interroger.”

périls sont graves pour notre pays, nos institutions et nos libertés. L’éclatement des forces de gauche permet au candidat d’Emmanuel Macron de se hisser au second tour avec, en perspective, l’accélération des politiques libérales dévastatrices pour notre pays et nos concitoyens. Comme pour la présidentielle, la gauche est absente du second tour et le choix se limite entre un candidat du libéralisme et un candidat de l’extrême droite, sur lequel aucune voix ne doit se porter.”

NOMBRE DES SUFFRAGES EXPRIMÉS

La République en marche

NOMBRE DE VOTANTS

Yves Blein

909

284

274

2

0

75

3

1

14

40

69

44

10

5

4

2

2

0

3

1 080

361

359

5

0

94

5

0

7

73

73

65

3

11

6

12

2

0

3

1 088

458

452

21

0

157

4

1

31

70

48

72

6

19

7

3

0

1

12

1 075

406

395

19

0

130

3

0

40

52

54

59

6

21

1

0

1

0

9 12

950

384

383

13

0

130

1

3

25

70

65

40

4

16

2

1

0

1

1 388

472

462

17

0

178

9

0

25

79

55

56

10

17

4

8

0

0

4

898

273

269

6

0

74

4

0

8

35

59

52

4

13

2

2

0

0

10

812

325

315

15

0

115

5

1

21

36

49

45

1

16

0

2

0

1

8

1 091

452

448

17

0

185

7

3

34

58

52

55

4

18

0

3

0

1

11

991

430

424

13

0

132

7

1

18

80

68

66

10

14

4

2

1

2

6

1 208

551

543

12

0

212

2

2

40

88

94

46

4

25

4

4

1

0

9

772

336

330

3

0

125

5

0

14

63

58

44

1

10

1

1

0

0

5

663

190

185

1

0

51

2

0

3

32

41

35

3

5

3

1

0

0

8

1 433

621

608

27

0

207

3

2

26

74

99

118

9

27

3

1

0

0

12

814

298

290

6

0

91

5

0

11

47

64

33

3

16

2

4

0

0

8

1 130

407

393

15

0

103

6

1

20

62

92

60

7

16

1

3

1

0

6

1 083

306

294

1

0

98

0

1

10

34

81

46

5

5

3

1

2

0

7

1 213

224

218

2

0

76

1

3

6

27

51

32

2

3

2

9

1

0

3

1 504

298

291

4

0

97

0

0

8

27

75

40

16

6

5

6

1

1

5

900

272

266

1

0

88

2

0

23

30

66

35

2

9

2

3

0

0

5

1 477

271

265

6

0

75

1

1

10

19

57

51

8

3

7

16

5

0

6

1 101

239

233

4

0

60

0

2

13

21

63

40

3

9

2

14

0

0

2

1 036

294

284

2

0

75

1

2

8

37

64

59

8

5

9

9

0

1

4

9 984

274

0

3 231

96

26

536

1 435 1 924 1 517

161

335

104

131

23

9

182

32,51

2,74

0

32,36

0,96

0,26

5,37

14,37 19,27 15,19

1,61

3,36

1,04

1,31

0,23

0,09

1,82

74 261 26 861 26 288

852

1

9 463

275

80

1 852 4 629 2 746 3 835

347

1 109

198

255

44

32

570

3,24

0

36

1,5

0,3

7,05

1,32

4,22

0,75

0,97

0,17

0,12

2,17

30 712 10 189 100 100

33,18 36,17

35,40

17,61 10,45 14,59


P 4 n° 627_Page de gauche Actu 13/06/17 09:39 Page1

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS

COUPURE ERDF LE 20 JUIN ERDF va interrompre la fourniture d'électricité pour travaux à Vénissieux le mardi 20 juin entre 8 heures et 12 heures à l’adresse suivante: - 46, av. Francis-de-Pressensé.

VEILLE CANICULE L’été approche et la campagne d’inscription sur le registre de Veille Canicule de la Ville débute. Les personnes âgées de 65 ans et plus ou adultes handicapés souhaitant s’inscrire sur ce registre doivent contacter le CCAS au 0472504253. Par ailleurs, plusieurs numéros sont à conserver en cas de problème. - Si vous êtes malade, appelez soit votre médecin traitant, soit la maison médicale de garde au 0472330033, la semaine de 20 heures à minuit, le samedi de 12 heures à minuit, les dimanches et jours fériés de 8 heures à minuit. - Si vous avez besoin de soutien, appelez la maison de la Métropole de Vénissieux au 04 72 90 02 00 les lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 heures et le mardi de 13 h 30 à 17 heures. Ou le CCAS à la mairie au 04 72 50 35 85, du lundi au vendredi de 9 à 12 heures et de 14 à 17 heures. - En dehors de ces horaires, appelez le TOP 24h/24, 7j/7 : 04 72 51 52 53. - Vous pouvez aussi joindre Canicule info service: 0800066666 (appel gratuit) du lundi au samedi de 8 heures à 20 heures.

ENQUÊTE PUBLIQUE SUR LE PDU Une enquête publique sur la révision du Plan de déplacements urbains (PDU) de l’agglomération se déroule à Vénissieux jusqu’au 24 juin. Le projet de révision porte sur les années 2017-2030. Le dossier et le registre d’enquête sont à disposition du public au service voirie de l’hôtel de ville (5e étage), du lundi au vendredi de 8h30 à 17 heures.

CONCOURS DES BALCONS ET MAISONS FLEURIS

Les bulletins d’inscription au concours des balcons et maisons fleuris pour l’année 2017 sont disponibles à l’hôtel de ville. Ils sont à retourner au plus tard le 30 juin. Il est possible de concourir dans une des cinq catégories suivantes: “Maison avec jardin visible de la rue”, “Balcons, terrasses ou fenêtres visibles de la rue”, “Immeuble collectif ”, “Hôtels, restaurants, cafés, magasins ou autre établissement avec ou sans jardin”, et enfin “Jardin potager fleuri”, nouvelle catégorie créée l’an dernier. Plus de renseignements auprès du secrétariat du service des espaces verts. Tél. : 04 72 21 44 33.

Travaux - C’est parti pour les travaux d’extension du réseau de chaleur de Vénissieux dans les quartiers Jules-Guesde, Parilly et le Puisoz. L’opération, proposée par la commune et actée par la Métropole de Lyon en décembre 2016, créera un tronçon supplémentaire d’une longueur de 7,5 km. Le chantier sera conduit par Vénissieux Énergies, filiale de Dalkia. Cet aménagement présente un double intérêt : il augmentera de 10 % le nombre de bâtiments bénéficiaires du réseau de chaleur de Vénissieux (l’équivalent de 1 500 logements) et il améliorera le taux d’énergies renouvelables utilisées, sans incidence sur le coût de la chaleur. Après les travaux, le réseau desservira les grands ensembles situés à proximité de l’avenue Jules-Guesde et les futurs logements du “Grand Parilly”. Autre intérêt majeur de l’opération : le raccordement du réseau vénissian à celui de Centre Métropole. “Cette interconnexion permettra au besoin d’importer de la chaleur produite par l’usine de traitement et de valorisation énergétique de Lyon Sud à Gerland, explique Bastien Caujolle, chef de projet réalisa-

Cet aménagement augmentera de 10 % le nombre de bâtiments bénéficiaires du réseau de chaleur de Vénissieux

tions chez Dalkia. Cet import fera diminuer le recours aux énergies fossiles sur la chaufferie des Minguettes, ce qui permettra notamment de faire baisser les émissions locales de CO2.” Les travaux doivent se dérouler de juin à décembre 2017. Le délégataire précise que les rues en travaux et les parkings resteront accessibles aux riverains. De son côté, “Expressions” informera ses lecteurs sur l’avancée des travaux. Ainsi, de juin à septem-

bre, les voies concernées sont les rues Albert-Einstein, Paul-Langevin, Romain-Rolland, AugusteIsaac, Eugène-Maréchal, du Général-Petit, et les avenues Jean-Jaurès et Marcel-Sembat.  F.T-B.

Réunion publique d’information le 22 juin à 18 heures à l’hôtel de Ville. Contact Vénissieux Énergies : 0 810 804 805.

Charco Net, la communication tout terrain

PAROLES D’ENTREPRISES “Lorsque je dis que j’ai ma société à Vénissieux, aux Minguettes, les gens me regardent avec de grands yeux. Pourtant, je me sens en sécurité, et je n’ai jamais eu à subir d’incivilités”, sourit Patrick Charconnet. Gérant de la société qui porte (presque) son nom, Charco Net, il est en effet l’un des premiers à s’être installé dans le parc d’entreprises Bourdarias, en 2002. Charco Net est une agence de communication, dont l’activité principale consiste à réaliser des sites web et leur référencement, soit sur internet et les réseaux sociaux, soit sur l’annuaire des Pages jaunes. Ses clients sont uniquement des entreprises, artisans, PME ou

grands comptes. “Je travaille aussi bien avec mon coiffeur qu’avec une entreprise qui fabrique des pièces pour les tanks de l’armée française, une concession automobile ou un tailleur de pierre, explique fièrement Patrick Charconnet. Toutes les entreprises ont besoin d’un site internet. C’est ce qui remplace désormais le Minitel et la plaquette en papier glacé.” L’entreprise a été l’une des premières signataires, avec 24 autres, de la Charte de coopération VilleEntreprises. “J’ai toujours joué le jeu, et j’ai été honoré de faire partie des premiers, relate l’entrepreneur. Il m’est arrivé par exemple de bloquer quatre heures pour donner des conseils à des jeunes sur leur recherche d’emploi. En réalité, je fais ce que je peux, à mon petit niveau : participer à des manifestations, sponsoriser des structures locales… C’est une façon de m’impliquer dans le tissu local.” Mais depuis quelques années, Patrick Charconnet envisage déjà sa succession. “Parfois, j’ai envie de dire que ma plus grande fierté, c’est que ma petite entreprise de cinq salariés prenne des parts de marché à des mastodontes du secteur. Mais non, ma

mière phase amiable. S’il n’y a pas de solution, le dossier est transmis au service contentieux, qui se trouve au siège.” Et de préciser que ce service, fort d’une douzaine de collaborateurs, gère actuellement 1 500 dossiers. “On essaie toujours de trouver des solutions, et nos collaborateurs gardent le contact direct avec les locataires, reprend Isabelle Neyron. LMH est également en contact constant avec les services sociaux des mairies et de la Métropole, les associations, au sein d’un partenariat constructif. C’est uniquement lorsqu’il n’y a pas d’adhésion du locataire à nos propositions (apurement de la dette, orientation vers les services sociaux), que nous menons les procédures juri-

LA COLÈRE DES NETTOYEURS DU TER Au dépôt SNCF de Vénissieux, une équipe de sept personnes nettoie les rames de TER double-niveau pour le compte de la société Onet Propreté et services. Cinq d’entre eux sont en grève depuis le 16 mai. “On n’y arrive plus, dénonce Mme Bouchemafa, chef d’équipe et déléguée du personnel (FO).  Le niveau du contrat a été diminué, pour que ça coûte moins cher à la SNCF et qu’Onet garde le marché : on est passé de nettoyage approfondi à rapide, mais on nous demande le même service. Il faut aller plus vite et faire aussi bien qu’avant !” Derrière eux, les contrôles aussi sont les mêmes qu’auparavant et peuvent entraîner des retenues sur salaire. “Faire grève quand on est payé 1 300 euros par mois, on ne le fait pas par fainéantise”, assure une salariée. Les grévistes ont interpellé la SNCF. “Mais elle dit que l’organisation du travail de son prestataire ne la regarde pas. Pourtant, en tirant sur les prix pour le même service, c’est sur nous que ça retombe !” La même situation se retrouverait sur d’autres sites, qui ne sont pourtant pas en grève. “Ils ont peur, analyse Mme  Bouchenafa. Aujourd’hui, même un boulot ingrat et mal payé, on fait tout pour le garder, surtout si on est précaire. À Vénissieux, on est des anciens, parmi les derniers à avoir un statut. C’est pour ça qu’ils veulent se débarrasser de nous.” Contactée, la responsable locale d’Onet n’a pas donné suite à notre demande d’entretien.

Burger King a ouvert ses portes Restauration rapide - Jusqu’au

Patrick Charconnet a été l’un des premiers à s’installer dans le parc d’entreprises Bourdarias

plus grande fierté, en fait, c’est mon fils”, assure-il. C’est que David, qui travaille avec son père depuis plus de huit ans, gère déjà de nombreux clients. C’est donc lui qui prendra la suite d’ici quelques mois.  A.S.

LMH : “On ne confie pas notre travail à des huissiers” Expulsions locatives - Suite à notre article “Inacceptables expulsions” paru dans le numéro 626 en date du 31 mai, le bailleur Lyon métropole habitat (LMH) a tenu à apporter des précisions. Il assure ainsi que les deux expulsions évoquées le concernant étaient devenues inévitables, au terme de plusieurs années de procédures amiables, puis judiciaires. Et rappelle que la justice a validé ces expulsions. LMH défend sa démarche. “En cas d’impayé, notre objectif consiste à allier recouvrement et maintien des locataires dans les lieux, dès lors qu’il y a un bail, souligne la directrice du service contentieux, Isabelle Neyron. Dans un premier temps, les agences de proximité mènent une pre-

SOCIAL

F.T-B.

PHOTO RAPHAËL BERT

En amont de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, Habitat et Humanisme lance ses “rendez-vous solidaires” à l’occasion d’une après-midi portes ouvertes le vendredi 16 juin de 14 heures à 21 heures au centre d’accueil et d’orientation de La Roseraie. L’objectif de cette journée: permettre aux visiteurs de rencontrer des résidents pour leur permettre de pratiquer la langue française et pourquoi pas nouer des échanges durables. La Roseraie: 1, avenue du 11Novembre. Merci de confirmer votre présence par mail : m.gazelli@habitathumanisme.org.

Réseau de chaleur : cap sur le Puisoz et Parilly

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

PORTES OUVERTES AU CAO LA ROSERAIE

PAGE 4

diques à leur terme. […] On ne confie pas notre travail à des huissiers.” La logique est toutefois différente en cas de “trouble de jouissance” causé par un locataire à ses voisins. “Nous avons une responsabilité en tant que bailleurs vis-à-vis des autres locataires, car nous leur devons une jouissance paisible de leur logement, avertit Sophie Descroix, directrice de la communication. En cas de trouble avéré, si la justice nous donne raison, nous menons la procédure jusqu’au bout dans les plus brefs délais. Il en va de même en cas d’agression de nos collaborateurs ou lorsqu’une personne occupe un logement sans bail.”  A.S.

bout, l’enseigne américaine aura entretenu le suspense. On savait que le Burger King vénissian ouvrirait début juin. Mais quand ? Pendant des mois, le mystère est resté entier. Et la réponse est finalement tombée le 31 mai. C’était… le 1er juin. Dès midi, les premiers clients ont pu pénétrer dans le bâtiment flambant neuf, au 64, boulevard Irène-Joliot-Curie, à la place des anciens bars “Les Routiers” et “Le Drop”. Il est situé à deux pas du Puisoz, où vont arriver dans moins de deux ans des centaines de logements, des hôtels et des commerces, au rang desquels Leroy Merlin et Ikea. À quelques encablures, se trouvent aussi Carrefour, la cafétéria Flunch et un McDonald’s, le concurrent de toujours. Un emplacement pour le moins stratégique ! Avec une surface totale de 1 080 m2, le restaurant comprend deux niveaux, où se répartissent 342 places assises. C’est le 7e à ouvrir dans le département, le 5e dans l’agglomération et le second dans l’Est lyonnais après celui de Saint-Priest. L’effectif est à la mesure des ambitions de l’enseigne : 95 “équipiers” se relaient 7 jours sur 7 entre 11 heures et minuit (1 heure du matin le week-end), sous la responsabilité d’une équipe de direction composée de huit personnes. La majorité des équipiers a été embauchée avec un contrat de 24 heures par semaine. Ce qui porte le nombre d’équivalents temps plein à 65, pour 103 personnes.  A.S.


P 5 n° 627_Gabarit Expressions page droite 12/06/17 17:30 Page1

PAGE 5

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS

900 ex-RVI déposent plainte aux prud’hommes os employeurs, en nous faisant bosser avec autant d’amiante, ils ont mis une épée de Damocles au-dessus de nos têtes. La maladie peut nous tomber dessus n’importe quand. On le sait, parce qu’on a des collègues qui avaient l’air bien portant et qui sont “partis” en quelques mois. Les patrons aussi le savent, mais ils n’ont pas voulu nous protéger. Maintenant ils doivent payer pour cette menace qui plane sur nos vies et celles de nos familles.” Alain Fischer, 42 ans de boîte chez Berliet, RVI puis Renault Trucks, résume parfaitement ce “préjudice d’anxiété”, lié à l’exposition professionnelle à l’amiante, qu’il espère faire reconnaître par le conseil des prud’hommes de Lyon.

N

Course contre la montre Le 30 mai dernier, Alain faisait partie du groupe des 50 premiers ex-salariés du constructeur à voir leur plainte examinée par le tribunal. Près de 850 autres vont suivre, jusqu’en 2018 ! Leurs dossiers ont été constitués par l’Association prévenir et réparer (Aper), appuyée par la mutuelle historique de l’entreprise, la “525e”. “Des dizaines de milliers de personnes ont travaillé sur le site de Vénissieux pendant la période retenue, de 1964 à 1996, relève Jean-Paul Carret, secrétaire de l’Aper. Le risque de contracter une pathologie mortelle est le même qu’on

ait travaillé trois mois ou 40 ans. Nous complétons de nouveaux dossiers chaque semaine, au fur et à mesure que la procédure est connue des anciens.”

Une longue guérilla judiciaire Aux prud’hommes, Alain et ses collègues sont appelés tour à tour par le greffier, qui vérifie leur identité et la présence des pièces justificatives : contrats de travail, fiches de paie, témoignages… La première étape, c’est la commission de conciliation. Un “échange de points de vue” pour voir si un accord à l’amiable est possible entre les ex-salariés et leurs employeurs. Il n’y en aura pas, car l’entreprise refuse toute négociation sur le sujet. Ce qui rallongera de plusieurs années la procédure judiciaire. Alors que beaucoup d’ouvriers ont l’impression de vivre une course contre la montre. Alain est entré en 1973 à la maintenance du centre d’emboutissage carrosserie de la société Berliet, devenue RVI puis Renault Trucks, à Vénissieux. Il y est resté jusqu’à son départ en retraite, en 2015. Une vie professionnelle passée en partie au contact de l’amiante. “Il y en avait partout, dans les ateliers, sur les machines-outils, sur les véhicules, parce que c’était un isolant thermique efficace et pas cher. Mais mortel. Les études l’avaient montré, les Américains l’avaient interdit, les patrons le

savaient, mais ne nous protégeaient pas. De la poussière de fibres, il en volait tellement qu’on soufflait dans les embrayages des machines-outils pour la faire partir ! Sans protection, bien sûr.” L’utilisation de l’amiante n’a été interdite en France qu’en 1996. La reconnaissance “amiante” du site de Vénissieux n’a été obtenue que vingt ans plus tard, après une longue guérilla judiciaire, menée par les syndicats, l’Aper et la mutuelle. L’arrêté publié en octobre 2016 au Journal officiel a ouvert la voie à de nombreux recours, dont le préjudice d’anxiété. Alain Fischer passe un scanner tous les cinq ans. Un suivi médical gratuit lié à l’obtention d’un certificat d’exposition “délivré par le service médical de l’entreprise, au compte-gouttes”, selon Jean-Pierre Tardy, retraité de Renault Trucks, qui dénonce “une rétention insupportable dans un tel contexte d’urgence”. Comment Alain pourrait-il oublier les propos du collègue parti à la retraite quelques années avant lui ? “Il m’a dit : “Je vais mourir à cause de mon travail. Fais passer le message aux autres, dis-leur que ça va très vite.” Il est décédé 15 jours après.” L’audience de plaidoiries sur l’ensemble des dossiers aux prud’hommes a été fixée au 4 décembre 2018. 

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

AMIANTE - Les prud’hommes de Lyon commencent à examiner les 900 plaintes pour “préjudice d’anxiété” déposées par les ex-salariés de Berliet, RVI et Renault Trucks, exposés à la fibre tueuse de 1964 à 1996.

Des dizaines de milliers de personnes ont travaillé sur le site de Vénissieux de 1964 à 1996. Ici la fonderie RVI en 1989

FRANÇOIS TOULAT-BRISSON

Emploi des jeunes - À la Mission locale, on accompagne de manière globale les jeunes déscolarisés de 18 à 25 ans. L’aide apportée, gratuite, concerne le logement, la formation, l’emploi ou encore la santé. En 2016, 902 jeunes s’y sont inscrits pour la première fois, ce qui porte à 2 792 le nombre de personnes suivies, pour des parcours d’une durée moyenne de 30 mois. À l’occasion de l’assemblée générale, nous avons rencontré Martial Guiguet et Mathilde Burgy, directeur et directrice adjointe. Que faut-il retenir de l’exercice 2016 ? Martial Guiguet : L’année a été plutôt bonne en matière d’emploi. La situation du logement est toujours aussi complexe, et les problématiques de santé toujours aussi présentes. Nous avons aussi de vives inquiétudes concernant la formation. Tout cela nous renvoie au fondement des Missions locales, c’està-dire la prise en charge globale des besoins des jeunes. Dans un autre registre, je retiendrai la mise en place de la Garantie jeunes. Chaque mois, 15 nouveaux jeunes bénéfi-

cient pendant quatre semaines d’un certain nombre d’actions, à demeure dans nos locaux, et ensuite, d’un suivi pendant un an. Qu’avez-vous constaté sur le front de l’emploi ? M.G. : Les chiffres sont meilleurs que ceux de l’an dernier. En 2015, 555 jeunes avaient accédé à un contrat d’emploi, contre 623 cette année. Cela représente 757 contrats de travail en tout : des CDI, CDD, intérim et contrats aidés. Mais ce sont surtout les CDD qui remontent, alors que les contrats aidés sont en phase de stabilisation. Comment expliquez-vous cette amélioration ? Mathilde Burgy : Quand on est arrivé au fond de la crise, on ne peut que remonter ! Mais il faut bien voir que les jeunes de la Mission locale sont toujours les premiers à être touchés par les effets des crises économiques, et les derniers à bénéficier de la reprise. Les jeunes que vous accompagnez sont-ils en situation précaire ? M.G. : De plus en plus. 78 % sont

identifiés comme sans aucune ressource, c’est le plus gros pourcentage depuis dix ans. De plus, 75 % d’entre eux — contre 72 % l’an dernier — n’ont pas le permis de conduire. Et 31 % habitent dans un hébergement précaire, un chiffre en augmentation de 3 %. Ajoutez à cela des problématiques de santé récurrentes, avec des personnes qui ne bénéficient ni de la médecine scolaire, ni de la médecine universitaire, ni de la médecine du travail. Pourtant, les seuls financements qui nous permettent d’organiser des actions de santé, ceux de la Région, sont en baisse constante. Vous semblez inquiets des perspectives de formation. Pourquoi ? M.B. : Un peu plus de 60 % de notre public ne possède aucune certification professionnelle. Nous devons donc travailler sur la formation. Mais nous avons constaté cette année un véritable désengagement de la Région sur ce point. En 2016, 63 jeunes ont accédé à une formation qualifiante, contre 130 en 2014… M.G. : Trois postes de chargé de

PHOTO RAPHAËL BERT

La Mission locale s’inquiète du désengagement de la Région

Sur le front de l’emploi, “les chiffres sont meilleurs que ceux de l’an dernier” ont constaté Martial Guiguet et Mathilde Burgy

mission ont sauté dans les Missions locales du Rhône, faute de financement. Les cinq contrats territoriaux emploi formation ont été supprimés. Tout comme des outils tels que les bilans de compétences, les ministages, les évaluations en milieu de travail ou les stages d’expérience professionnelle. 150 jeunes sont concernés à Vénissieux ! Et parallè-

lement à cela, l’offre de formation professionnelle a baissé de 30 %. C’est un choix politique, alors que la formation est un vrai levier pour l’insertion.  PROPOS RECUEILLIS PAR ALAIN SEVEYRAT

Contact : 04 72 89 13 30 ou www.mission-locale-de-venissieux.fr


P 6 n° 627_Page de gauche Actu 08/06/17 16:41 Page1

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS

Addictions : des collégiens investis

IDIR BOUMERTIT PARTAGE SA MÉDAILLE AVEC MARIN... Adjoint au maire de Vénissieux en charge de l’insertion et du Grand projet de ville, Idir Boumertit est également directeur sportif du Taekwondo club de Saint-Fons et vice-président de la Fédération française de taekwondo. C’est à ces divers titres, sur proposition de l’ancien secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard, qu’il a été nommé début mai Chevalier de l’ordre national du Mérite. Une distinction à laquelle l’élu a souhaité associer Marin, ce jeune victime d’une terrible agression en novembre dernier alors qu’il portait assistance à un couple en danger. “En accord avec sa famille, j’ai souhaité partager cet honneur avec Marin, dont la bravoure et le sens de la citoyenneté sont un exemple pour tous”, a précisé Idir Boumertit.

Les adolescents se sont pris au jeu, en chaussant notamment des lunettes reproduisant les effets de l’alcool et de la drogue

ture de sécurité, à travers l’expérience d’un mini-crash à 7 km/heure. “On est déjà bien secoué, s’étonnait Cyrine. Il paraît qu’à 50 km/h le choc correspond à une chute du quatrième étage ! En inaugurant le forum en début d’après-midi, le maire, Michèle Picard, rappelait l’importance de cette initiative: “Environ 500 collégiens ont été touchés par cette campagne de sensibilisation et plus de 60 jeunes

RECHERCHENT DES BÉNÉVOLES

Les petits frères des Pauvres de Vénissieux recherchent en urgence des bénévoles pour accompagner, à raison d'une heure par semaine ou deux heures tous les quinze jours, cinq personnes âgées de la ville qui souffrent d’isolement. Contact : 06 46 90 39 46 ou pfp.venissieux@petitsfreresdespauvres.fr

M.F.

L’atelier a été mis en selle par les 24 élèves de la classe de seconde “Maintenance des équipements industriels” et leur professeur JeanLuc Chandioux. Son ambition ? “Permettre à tout un chacun de venir apprendre à réparer gratuitement son vélo grâce aux conseils des élèves”,

Initiative - Les Bicyclettes solidaires de Seguin sont lancées. Cet atelier d’autoréparation, créé au sein du lycée professionnel éponyme, a été inauguré le 2 juin en présence notamment des responsables et personnels de l’établissement et de l’adjointe à l’éducation Véronique Callut.

PHOTO ALAIN SEVEYRAT

indique ce dernier. Pour l’heure, faute de crédits, l’atelier rayonne uniquement à l’intérieur de l’établissement. Il pourrait toutefois s’ouvrir au public en septembre. Mais le premier objectif, aider les élèves à prendre conscience de leurs compétences, est déjà atteint. Les élèves en outre ont reçu quarante heures de formation grâce à un intervenant de l’atelier lyonnais “Le recycleur”. “On a appris à régler un dérailleur, des suspensions ou des freins, à dévoiler une roue, à changer un pédalier ou une chambre à air”, détaille l’un des élèves, Mikaïl. Tandis qu’Adam assure que ce qu’il a appris “pourra lui servir en dehors du lycée, pour aider les gens par exemple”. La formation des élèves a été prise en charge par la Région. L’entreprise Renault Trucks, dans le cadre d’une convention de revitalisation conclue avec l’État suite à un plan social, a pour sa part apporté 4 500 euros, et la fondation Norauto 3 500 euros. 

Régler un dérailleur, dévoiler une roue, changer un pédalier, les élèves ont reçu quarante heures de formation

A.S.

L’Apasev se porte bien Loisirs - L’Association pour la promotion des activités socio-éducatives de Vénissieux (Apasev) a récemment tenu son assemblée générale annuelle à la salle Irène-Joliot-Curie. Une réunion menée par Véronique Callut, présidente du conseil d’administration. “L’an dernier, près de 5 300 enfants ont été inscrits dans les maisons de l’enfance ainsi qu’aux animations sportives, précisait-elle. Un chiffre en légère diminution par rapport à 2015 qui s’explique par les modifications apportées au calendrier scolaire, certaines vacances s’étant déroulées du jeudi au jeudi.” Le nombre de classes de ville et d’environnement ne cesse d’augmenter : plus de 1 200 enfants y ont participé que ce soit à Vénissieux ou dans les structures municipales de Champagneux (Savoie) et du Noyer (Hautes-Alpes), ainsi qu’à EyzinPinet (Isère). Le camping familial “Les Mûriers”, à Portiragnes-Plage, a accueilli davantage de Vénissians. Sur les 2 218 personnes qui l’ont fré-

Trouver des solutions pour lutter contre l’échec scolaire, tel est l’un des objectifs du groupe parentalité mis en place aux centres sociaux des Minguettes. L’organisation, le 2 juin dernier à la Maison des fêtes et des familles, d’un forum sur le thème “éduquer ensemble” constituait le point d’orgue de la démarche. Plus de quatre-vingts personnes y assistaient. Des professionnels (enseignants, principaux de collège, animateurs, bibliothécaires,  etc.), mais aussi des mamans ayant participé aux différents ateliers. “Nous avons invité les participants à réfléchir ensemble sur la réussite éducative de nos jeunes. Chaque année, on constate que le taux de réussite au brevet des collèges aux Minguettes est très bas, précise Michèle Annarelli, présidente des centres sociaux des Minguettes. Nous avons l’ambition d’inverser cette tendance.” Des actions ont déjà été mises en place. “Avec l’aide des salariés des centres sociaux et des bibliothèques, des parents supervisent le travail de leurs enfants. Ensemble, nous devrions y arriver. L’échec n’est pas une fatalité. Même si nous sommes parfaitement conscients du poids de la grande pauvreté, de la précarité et du chômage dans cette situation.” Au cours de la matinée, deux autres ateliers étaient organisés : l’un sur le numérique avec un coup de projecteur sur le cyber-harcèlement en présence de Frédéric Tordo, clinicien et docteur en psychologie ; l’autre sur l’importance des loisirs dans le développement de l’enfant.

Conseils de quartier Gabriel-Péri Permanence mardi 20 juin, à 17 h 30, restaurant scolaire GabrielPéri (1, rue Prosper-Alfaric). Président : Gilles Roustan

Léo-Lagrange/Louis-Pergaud Permanence mercredi 21 juin, à 18 heures. Exceptionnellement, la permanence aura lieu à la Maison du projet (20, avenue Jean-Cagne), avec présentation du projet urbain et visite de la ZAC de Vénissy. Président : Aurélien Scandolara

Pasteur/Monery Permanence mercredi 21 juin, à 17 h 30, salle d’activités du groupe scolaire Pasteur (6, route de Corbas). Présidente : Sophia Brikh

Joliot-Curie Permanence vendredi 23 juin, à 18 heures, salle des Acacias (7, allée des Acacias). Présidente : Sandrine Picot

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

LES PETITS FRÈRES DES PAUVRES

concernés par les actions menées au sein des EPJ Pyramide et Léo-Lagrange”. Et d’insister sur l’ampleur et la qualité de ces interventions, qui ont permis à Vénissieux d’obtenir un financement de cette campagne sanitaire à hauteur de 50 % par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives. 

À Marc-Seguin, on prend soin des petites reines

PORTES OUVERTES DU CENTRE SOCIAL DE PARILLY

Des portes ouvertes sont organisées à Vénissieux du 28 juin au 4 juillet. Une semaine de louanges, de formation et prières pour partager la foi chrétienne. Des temps forts sont prévus à l’église SainteJeanne-d’Arc à Parilly ainsi qu’à celle de l’Épiphanie aux Minguettes. Informations et inscriptions : www.jeunescathoslyon.fr ou venisseux-lyon-catholique.fr

PROFESSIONNELS ET PARENTS MAIN DANS LA MAIN

PHOTO YVES RICARD

deux cents collégiens ont participé le 31 mai dernier à la seconde édition du Forum de prévention des addictions. Tous élèves de quatrième, ils se sont retrouvés à la salle Irène-JoliotCurie pour rencontrer différents spécialistes. Nathalie Dussurgey, coordinatrice de l’atelier santé ville qui pilote le projet avec la police municipale, était satisfaite de leur implication. “Pendant l’année, les collégiens ont travaillé sur les différentes addictions. Ce forum est l’aboutissement de ce qu’ils ont réalisé : clips vidéo, affiches, chansons ont été restitués.” Sans oublier la présentation du jeu de l’oie destiné à prévenir les comportements à risque, créé par les élèves de Triolet. Les adolescents se sont pris au jeu, en chaussant notamment des lunettes reproduisant les effets de l’alcool et de la drogue. “Je ne pensais pas qu’on ne voyait presque plus rien, s’exclamait Farah, de Paul-Éluard. C’est tout flou, ça donne mal à la tête, et des nausées. C’est incroyable. On n’apprécie plus les distances.” À l’extérieur de la salle, place à la prévention routière et à l’importance de la cein-

Les chorales “Le Parellier” et “Chord’à cordes” organisent un concert de soutien au jeune Marin sur le thème des comédies musicales et des musiques de films le samedi 17 juin à 20h30 à l’église Sainte-Jeanned’Arc de Parilly (rue JeanneLabourbe). L’entrée est libre, tous les bénéfices seront reversés à l’association La tête haute qui récolte des fonds pour les traitements et la rééducation de Marin ainsi que pour aider les victimes d’agression dans les transports en commun et financer des programmes de recherche médicale sur le cerveau. Association La Tête haute BP 90 002 - 69631 Vénissieux Cedex. www.latetehaute.fr

PAROISSE DE VÉNISSIEUX

ÉDUCATION

Forum de prévention - Plus de

... ET UN CONCERT EST ORGANISÉ

Elles se tiendront le samedi 17 juin de 14 heures à 18 heures. Au programme tout au long de l’après-midi : des initiations, des démonstrations, des animations… Et l’occasion de découvrir les activités et les actions du centre social pour l’année 2017-2018. Gratuit - Ouvert à tous. Centre social de Parilly - 27 bis, avenue Jules-Guesde. Tél. : 04 78 76 41 48.

PAGE 6

Charréard/Max-Barel Permanence mardi 27 juin, à 18 heures, au foyer Max-Barel (1, rue Max-Barel). Président : Serge Truscello

Pour cet été, il reste notamment des places à Champagneux

quenté l’été dernier, plus de 1 000 étaient de la commune contre 700 en 2015. “Les familles de la ville y bénéficient de tarifs préférentiels, rappelait Véronique Callut. Cette année, les premiers vacanciers sont attendus dès le 18 juin.” Si vous avez manqué de prévoyance pour planifier les vacances

de vos enfants, sachez qu’il reste des places dans les séjours organisés au centre Daniel-Féry à Champagneux pour les 6-10 ans, ainsi qu’au centre Elsa-Triolet du Noyer pour les 912ans.  Contact : Apasev, 5, avenue Marcel Houël. Tél. : 04 72 21 44 28.

Charles-Perrault Permanence mercredi 28 juin, à 18 heures. Exceptionnellement, la permanence aura lieu à la Maison du projet (20, avenue JeanCagne), avec présentation du projet urbain et visite de la ZAC de Vénissy. Présidente : Souad Ouasmi


P 7 n° 627_Gabarit Expressions page droite 12/06/17 15:33 Page1

PAGE 7

ACTUALITÉS

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

Dix services civiques sur les bancs de l’école e matin-là, dans une classe de CE1 du groupe scolaire MaxBarel, les enfants préparent des gâteaux. Leur institutrice est accompagnée de deux jeunes en service civique. Quelques semaines auparavant, d’autres volontaires organisaient des débats avec des élèves de CM1/CM2 sur des thèmes aussi variés que le handicap, la moquerie, l’égalité hommes-femmes… Depuis quelques années, les écoles Paul-Langevin et Max-Barel accueillent ainsi, de septembre à juin, dix jeunes volontaires en service civique, cinq dans chaque établissement. Jordan, Judith, Clément, Maëlle, Valentine, Heather, Louis, Guillaume, Éléonore et Ocilia sont présents tous les jeudis et vendredis. Le restant de la semaine, ils effectuent d’autres missions. Ils ont entre 17 et 26 ans, travaillent 28 heures par semaine. Tous ont été recrutés par l’association Uni-Cités, dont le but est d’accompagner des jeunes souhaitant s’investir dans le volontariat. Et qui a mis en place “Les Néo-citoyens”, une mission visant à faire vivre aux enfants une citoyenneté active au quotidien. Avant de donner de leur temps aux élèves vénissians, ils ont eu un parcours différent : Jordan est titulaire d’un BTS technicien de laboratoire ; Judith, Allemande, effectue

C

un service civique européen après avoir décroché une licence de psychologie à Cologne ; Clément a lâché la fac de droit en seconde année pour préparer le concours d’entrée de gardien de la paix ; Maëlle est titulaire d’une licence de psycho ; Éléonore a réussi une licence en Sciences Po, Valentine a un BTS de communication…

Entraide et coopération Aucun ne connaissait Vénissieux, à l’exception de Clément dont la famille habite les Minguettes. “Les problématiques du coin ne m’étaient pas inconnues. Sincèrement, je pensais que ce serait beaucoup plus compliqué.” Quant aux autres, ils n’avaient aucun préjugé. “Que les enfants soient en REP, REP + ou ailleurs, ce sont tous des gamins. Sauf qu’ici ils ont peutêtre plus besoin d’être aidés.” Valentine dit pourtant s’être interrogée sur sa légitimité. “Travailler dans une école, ce n’est pas simple. Je me demandais si j’allais être acceptée. Je craignais d’être perçue comme la petite-bourgeoise qui vient dans un quartier populaire ! Je ressentais un peu de peur, de stress. En fait, ça a été pour moi une vraie révélation. Mon choix professionnel va totalement changer : j’ai envie de travailler avec des enfants qui vivent dans ces quartiers.” Les journées sont très rythmées : “Nous commençons à 9 heures par une réunion d’équipes. À Paul-Lange-

vin, nous mettons en place des jeux coopératifs pendant les récréations. À Max-Barel, on se pose dans la cour et on attend que les enfants viennent nous voir. En début d’année c’était surtout les filles, maintenant on a les garçons. Une fois la récré terminée, nous allons dans les classes. On a participé à des projets mis en place avec les enseignants. Nous en proposons également : on a travaillé sur le respect des règles, contre la violence, ou encore la pratique des jeux de société.” Tous observent que l’expérience service civique a été enrichissante à tout point de vue. À l’issue de ces neuf mois, le bilan est extrêmement positif : “On a appris l’humilité. Les enfants apportent beaucoup.” Leur choix d’orientation professionnelle a été conforté pour certains. D’autres voient l’avenir différemment. Valentine a ainsi compris que son BTS communication était trop éloigné de l’humain. “Je souhaite devenir aide-éducatrice.” Clément, lui, ne veut plus entendre parler du métier de gardien de la paix, il souhaite “reprendre une formation pour décrocher un job avec les enfants”. Maëlle a renoncé à travailler dans des services de protection de l’enfance comme elle en rêvait : “Je voudrais me spécialiser en psychologie du travail.” En revanche, Jordan reste sûr de sa vocation d’infirmier. 

PHOTO RAPHAËL BERT

ÉDUCATION - Dix jeunes effectuent leur service civique dans deux établissements scolaires vénissians : Paul-Langevin et Max-Barel. Deux jours par semaine, depuis le mois de septembre, ils assurent différentes activités et projets en lien avec les enseignants.

Tous ont été recrutés par l’association Uni-Cités, dont le but est d’accompagner des jeunes souhaitant s’investir dans le volontariat

M.F.

Exil - Les élèves allophones, nouvellement arrivés en France et scolarisés au collège Paul-Éluard, ont donné un très beau spectacle, début juin, à la salle Érik-Satie. Arrivés en France depuis un an ou moins, ils ont raconté leur exil, dans un français

presque parfait. Ils viennent d’Algérie, d’Afghanistan, d’Inde, d’Italie, du Portugal, d’Espagne… Tous ou presque ont exprimé leur tristesse d’avoir été contraints de quitter un pays qu’ils aimaient. Des séparations douloureuses, des amis qu’on laisse,

une vie à refaire ici en France. Intitulé “Êtres et lettres”, ce spectacle, mis en scène par Ghislaine Bendongué, comédienne à Traction Avant Cie, est l’aboutissement d’un travail mené autour de la correspondance. Les élèves se sont inspirés du roman “Deux mains pour le dire” de Didier Jean et Zad. Ils ont à leur manière rédigé des courriers en lien avec leur histoire. Quatre classes du collège sont venues applaudir leurs copains. À la sortie, l’émotion était palpable. Au lever de rideau, tout commence par des bruits de train, de voiture, d’avions, d’eau. C’est une jeune fille qui débute, la voix tremblante : “La route n’a pas été facile, elle a été semée d’embûches et d’épreuves. Mon enfance a été déracinée, bousculée, bouleversée.” Un adolescent venu d’Italie s’avance : “Je ne l’ai pas bien pris quand on m’a dit que je devais venir en France. J’étais très triste. Mon père ne m’avait rien dit.”

“J’ai pleuré, pleuré, beaucoup” Tour à tour, les ados témoignent : “Je viens d’Algérie. Mon père nous attendait en France. J’avais tellement de chagrin de quitter mon pays, mes amis. Le départ a été un choc.” Et puis il y a le récit de ce jeune Afghan : “J’ai

PHOTO RAPHAËL BERT

Les témoignages poignants des primo-arrivants du collège Éluard

Arrivés en France depuis un an ou moins, ils ont raconté leur exil, dans un français presque parfait

quitté l’Afghanistan seul. J’ai mis trois mois pour arriver en France, je suis passé par l’Iran, la Turquie, la Grèce, la Macédoine, l’Allemagne, puis l’Autriche. Mon voyage était tellement bouleversant ; la première chose que j’ai vue à Lyon, c’est la tour de la Part-Dieu, je le trouvais très belle et haute. Je pense souvent à mes amis là-bas que je ne reverrai peut-être plus jamais.” Une jeune fille venant du Congo gagne le devant de la scène pour raconter sa peur en avion : “J’étais ter-

rorisée. Dès qu’il bougeait, j’avais l’impression qu’il allait tomber.” Enfin ce jeune garçon, qui en veut un peu à ses parents : “Ils nous ont caché notre départ. Quand je suis arrivé le soir à la maison, il y avait le camion de déménagement de mon oncle. Je ne comprenais pas pourquoi nous devions quitter notre pays. Je n’ai pas pu dire au revoir à mes amis. J’ai pleuré, pleuré, beaucoup.”  M.F.


P 8-9 n° 627_Mise en page 1 12/06/17 15:35 Page2

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

DOSSIER

PAGE 8

SEMAINE DE LA MUSIQUE

Des chansons qui c encore dans les rue Du 21 juin au 1er juillet, l’école de musique Jean-Wiener propose une série de concerts dans plusieurs lie Et une après-midi portes ouvertes, le 21 juin, afin de découvrir les disciplines enseignées et de démarrer le JEAN-CHARLES LEMEUNIER

ongtemps, longtemps, longtemps, chantait Charles Trénet, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues. Du 21 juin, jour de la Fête de la musique, au 1er juillet, romances sans paroles, mélodies des temps anciens et chansons d’aujourd’hui vont envahir la ville, de l’école de musique, organisatrice de cette semaine, à la médiathèque LucieAubrac et de l’église de l’Épiphanie au Théâtre de Vénissieux, en passant par la Galerie 6 dans le quartier de la Division-Leclerc. Tout commencera donc, ce 21 juin, par une après-midi portes ouvertes à l’école de musique, de 15 à 17 heures (voir ci-dessous). Qui sera suivie, à partir de 17 heures, par une scène ouverte aux élèves et aux amateurs. Occasion de découvrir la qualité du Labo* Soul de Bizarre ! Le 23 juin à 19 heures, les grands élèves se rendront à la médiathèque pour une démonstration de flûte traversière, violon, piano et percussions africaines. “Ce sont des élèves de cycle 2 qui ont au minimum huit ans de formation, commente Florent Vernay, le directeur de l’école de musique. Leur évaluation sera de jouer en public. Quant aux percussions africaines, elles seront exécutées par des élèves plus jeunes.” Toujours à la médiathèque, le Bébé bouquine du samedi 24 juin, à 10 h 30, sera musical. Ce même jour à 14 heures, retour à l’école de musique pour une audition de la classe de guitare. Le 27 juin, rien de tel qu’une église pour accueillir quelque 70choristes et musiciens pour un concert de musique sacrée. Sous la direction de Catherine Girard, le

PHOTOS ARCHIVES RAPHAËL BERT

L

Le 21 juin à partir de 15 heures, les portes ouvertes de l’école de musique permettront aux visiteurs de rencontrer l’équipe enseignante, de voir le déroulement des cours et d’écouter quelques concerts

chœur mixte Jean-Wiener chantera le “Gloria” de Vivaldi, avec Alice Bordillon au chant soliste (voir cicontre). Cette trentaine de personnes seront accompagnées par Laure Villemin (violon), Vincent Magnan (violoncelle), Martine Puget (flûte à bec), Calliope Chaillan (clavecin) et Marie-Christine Magnan (orgue). En ouverture, on entendra des concertos baroques pour flûtes à bec. Les soirées des 28 et 30 juin se dérouleront au Théâtre de Vénissieux. Le premier soir, “Bestiaire” et “Lumière, action !”, sous la direction de Mick Wagner et Marie Chevaleyre, mettront sous les projecteurs le chœur Junior et le chœur Fusion. Les plus petits dans un récital inspiré du “Carnaval des animaux” de Saint-Saëns et les plus grands avec des chansons en provenance de films. Ils seront accompagnés au piano par Christophe Waldner et aux percussions par Frédéric Mathevet. Deux jours

après, Fusion reprendra son concert cinématographique tandis que le chœur d’ados, accompagné par le groupe Tequila Café, nous régalera d’airs sud-américains. Là encore, Mick Wagner sera à la direction, Christophe Waldner au piano et Frédéric Mathevet aux percussions. Enfin, le 1er juillet, accompagnées par l’orchestre adulte et la compagnie Le Civil, trois élèves proposeront leur projet de fin de formation. Maïana Sanjuan au violoncelle, Diane Mulindhabi à la clarinette et Émilie Khieu au piano sanctionneront ainsi la fin de leur cycle 3 par une démonstration que Florent Vernay qualifie de “temps fort”, prenant pour exemple la beauté de leur arrangement de la chanson “Strange Fruits”, merveille créée par Billie Holiday et reprise entre autres par Ella Fitzgerald, Nina Simone et Annie Lennox. Cela se passera à 14 heures à l’école de musique et à 15 heures à la Galerie 6. 

Opération portes ouvertes Inscriptions - Le 21 juin à 15 heures, en guise d’ouverture à sa Semaine de la musique, l’école de musique Jean-Wiener organise une après-midi portes ouvertes. On pourra rencontrer l’équipe enseignante pendant des cours, pour voir comment ceux-là se déroulent, et écouter quelques concerts. “L’école ayant de plus en plus de demandes, indique Florent Vernay, son directeur, nous avons décidé de lancer les inscriptions dès juin, pour mieux anticiper.” On pourra donc s’inscrire les mardi 27, mercredi 28 et jeudi 29 juin, de 16 h 30 à 20 heures. Le dossier doit comporter la fiche d’inscription et un justificatif de domicile de moins de trois mois. Un justificatif du quotient familial sera à rendre à la rentrée scolaire. “Les inscriptions se déroulent en deux temps, reprend Florent Vernay. Une première réponse en juin, avec un entretien de motivation s’il y a trop de demandes pour un instrument. Et une possibilité de dernières inscriptions, dans la limite des places disponibles, le mercredi 13 septembre, de 15 à 20 heures. Nous avons un peu plus de 600 demandes à chaque rentrée.” L’école sera ouverte jusqu’au 1er juillet. La réouverture des portes se fera le 5 septembre. Renseignements : École de musique Jean-Wiener - 4, rue Aristide-Bruant. Tél. : 04 37 25 02 77 - ecoledemusique@ville-venissieux.fr


P 8-9 n° 627_Mise en page 1 12/06/17 15:37 Page3

PAGE 9

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

DOSSIER

CHŒUR MIXTE JEAN-WIENER

eux de la ville pour célébrer les notes. es inscriptions.

PROGRAMME ● 21

juin, 15-17 heures, école de musique Jean-Wiener : portes ouvertes. ● 21 juin, 17-20 heures, école de musique : scène ouverte aux élèves et amateurs. ● 23 juin, 19 heures, médiathèque Lucie-Aubrac : récital des grands élèves. ● 24 juin, 10 h 30, médiathèque : Bébé bouquine musical. ● 24 juin, 14 heures, école de musique : audition de la classe de guitare. ● 27 juin, 20 h 30, église de l’Épiphanie : “Gloria” de Vivaldi par le chœur mixte Jean-Wiener, les élèves des écoles de musique de Vénissieux et Dardilly et leurs professeurs. ● 28 juin, 20 heures, Théâtre de Vénissieux : “Bestiaire” par le chœur Junior et “Lumière, action !” par le chœur Fusion. ● 30 juin, 20 heures, Théâtre de Vénissieux : “Vamos” par le chœur d’adolescents et Tequila Café et “Lumière, action !” par le chœur Fusion. ● 1er juillet, 14 heures à l’école de musique, 15 heures à la Galerie 6 : Maïana Sanjuan, Diane Mulindhabi et Émilie Khieu.

MAIS AUSSI… ● 21 juin, de 19 h 30 à 23 h 30, épicerie-comptoir Le Porte-Pôt (329, route de Vienne) : Sweet Indigo, quartet de country blues avec Aurélie Rousselet (chant, ukulélé, kazoo), Claire Fleury (contrebasse), Patrick Bafon

(chant, clavietta, piano, percussions) et Daniel Marcelino (guitare).

… ET ENCORE… ● Pour

la sortie de leur nouvel album “Magnéto”, Les Chics Types, menés par leur guitaristechanteur vénissian Christian Biral, fêteront la musique le 21 juin à 20 heures place de la mairie à Tassin-La-DemiLune avec They Call Me Rico et le 24 juin à 21 heures à Chatillon-sur-Chalaronne.

Dans le reste de la Métropole ● Signalons

encore Les Invites de Villeurbanne, du 21 au 24 juin, avec un sacré programme (Catherine Ringer, Magyd Cherfi, Miossec, Pigalle, Serge Teyssot-Gay — ex Noir Désir —, Salif Keïta, Kosh, etc.) et Tout l’monde dehors à Lyon, série de rendez-vous culturels et de concerts gratuits dans tous les quartiers de Lyon, qui s’étalent du 21 juin au 2 septembre. Avec entre autres, le 21 juin, Adel Salameh à 15 h 30 à la bibliothèque de la Part-Dieu, un battle de live painting et dj set hip-hop, place Aristide-Briand (Lyon 3e) dès 16 heures, Charleen à la même heure à la bibliothèque de la Guillotière, Kraspek Myzik dès 17 heures place de la CroixRousse ou une scène Génération Spontanée dès 18 heures au jardin des Chartreux.

rois basses, c’est déjà pas mal !” Présidente du chœur mixte Jean-Wiener, Marie-Aimée Carron continue d’égrener les différentes tessitures de la chorale : “Six ténors, douze sopranes et dix alti.” Elle ajoute que toute personne désireuse de chanter et de rejoindre le groupe sera la bienvenue. “Il n’est pas nécessaire de connaître la musique et, avant l’inscription définitive, trois essais peuvent être pratiqués.” Créé en 1981 par Jean Boulay, premier directeur de l’école de musique Jean-Wiener, le chœur mixte a toujours gardé une connotation classique : “musique sacrée ou profane, détaille le petit dépliant fourni par la chorale, de la Renaissance à l’époque moderne”, avec un répertoire “qui s’ouvre aux compositeurs contemporains, aux musiques du monde, gospels, musiques de films…” À l’occasion de la Semaine de la musique, le 27 juin à 20 h 30 à l’église de l’Épiphanie (Minguettes), le chœur chantera le “Gloria” de Vivaldi. “Cela fait un an et demi que nous le travaillons mais, pour ce concert, nous aurons une version beaucoup plus conséquente que celle que nous chantons d’habitude. Et nous aurons avec nous, pour la première fois, des musiciens des écoles de musique de Vénissieux et Dardilly aux violon, violoncelle, flûte à bec, clavecin et orgue.”

Un nouveau chef de chœur à la rentrée Après les “Nocturnes” de Mozart, un des “tubes” du groupe de chanteurs, leur chef de chœur Catherine Girard, en poste depuis 2008, leur propose le “Gloria”. Aujourd’hui, au stress du futur concert s’ajoute la tristesse du départ de Catherine, qui quitte le chœur pour raisons professionnelles. Marie-Aimée et tous les cho-

PHOTO DR

courent es

Gloire au “Gloria” T

Le 27 juin à 20 h 30 à l’église de l’Épiphanie, les membres du chœur chanteront le “Gloria” de Vivaldi, qu’ils travaillent depuis un an et demi

ristes ne tarissent pas d’éloges envers leur chef. Qui est également, précisent-ils, enseignante, formatrice, chef d’orchestre et instrumentiste à l’école de musique de Dardilly. “C’est elle aussi qui nous a fait rencontrer des gens d’exception, tel le pianiste et chef d’orchestre Florian Caroubi, au cours d’un stage à Champagneux. Lequel a une grande carrière européenne. Citons aussi Michela Bertagnolli qui, grâce au travail sur la technique vocale, nous a fait progresser. Elle et Catherine ont su créer l’émulation et nous donner de l’assurance. Catherine a d’ailleurs pris des cours de chant avec Michela. C’est une sacrée mezzo-soprane. Elle nous fait toucher le ciel ! Martine Puget, l’enseignante de flûte à bec de l’école de musique, nous propose aussi un travail sur les partitions un vendredi sur deux.” Depuis 2015, les membres du chœur sont devenus adhérents de

l’école de musique. “Nous avons désormais un fonctionnement original : une collégiale. Nous avons réparti les rôles et délaissé la hiérarchie associative. Ça marche bien !” Après les vacances d’été, le chœur mixte Jean-Wiener va donc repartir vers d’autres aventures musicales avec un nouveau chef. “Nous aimerions travailler encore plus étroitement avec l’école. Et poursuivre nos concerts caritatifs. Nous avons chanté à Vénissieux et Dardilly pour l’association “Pour un sourire de Manoa” et la collecte a été phénoménale. Chanter pour une cause donne du pep’s !”  Le chœur mixte Jean-Wiener répète tous les mardis de 20 heures à 22 heures dans les locaux de l’école de musique (hors vacances scolaires). Trois stages se répartissent dans l’année, sur des week-ends. Renseignements : 06 77 89 32 58.


P 10 n° 627_Page de gauche Actu 09/06/17 10:09 Page1

CULTURE AU CINÉMA GÉRARD-PHILIPE DU 14 AU 20 JUIN “L’amant double” de François Ozon, audiodescription (AD) ● “La momie” d’Alex Kurtzman, vf, sortie nationale, AD ● “Souffler plus fort que la mer” de Marine Place ● “Wonder Woman” de Patty Jenkins, vf, AD ● “Marie-Francine” de Valérie Lemercier, AD ● “La cabane à histoires” de Célia Rivière ● “Ce qui nous lie” de Cédric Klapisch, sortie nationale, AD ●

DU 21 AU 27 JUIN ● “Les ex” de Maurice Barthélémy, sortie nationale, AD ● “HHhH” de Cédric Jimenez, vf, AD ● “Comment j’ai rencontré mon père” de Maxime Motte, AD ● “La momie” d’Alex Kurtzman, vf, AD ● “À voix haute” de Stéphane de Freitas ● “Ce qui nous lie” de Cédric Klapisch, AD ● “Il était une fois dans l’ouest” de Sergio Leone, vost (Ciné Collection)

SÉANCES À L’ATTENTION DES SOURDS ET MALENTENDANTS

“Ce qui nous lie” (15 juin, 18 h 30), “Comment j’ai rencontré mon père” (22 juin, 18 h 30).

FÊTE DU CINÉMA Du 25 au 28 juin, le tarif sera de 4 euros à toutes les séances (hors supplément 3D).

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

180 secondes pour convaincre Lycée Jacques-Brel - Trois minutes, c’est vite passé ! Mais tenir 180 secondes sur la scène de la salle Érik-Satie, face à vos copains du lycée Jacques-Brel, à vos profs et à des primaires de l’école Kennedy (Lyon 8e), c’est chaud ! Et oui, ce 1er juin, il faisait chaud dans la salle, d’autant plus qu’un jury était présent pour décerner ses prix et que le public lui-même devait en attribuer deux. D’ailleurs, quelques élèves sortaient de scène en s’éventant et en lâchant : “J’ai eu chaud !” Le projet, “Mon thème en 180 secondes”, a été mené par deux classes de seconde du lycée JacquesBrel dans le cadre de l’accompagnement personnalisé et par six de leurs enseignants : Mmes Boidin, Chopin, Martel et Pourret, M. Finet et Hamdi. Inscrit au programme à raison de deux heures par semaine, il a été épaulé par les comédiennes de la compagnie lyonnaise Le chantier collectif autour du film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, “Demain”. Il s’agissait donc pour une vingtaine de groupes d’élèves de présenter des saynètes d’un maximum de 180 secondes, chronomètre affiché sur un écran, à propos du changement climatique, de la pollution, de l’eau, du gaspillage, du nucléaire, de l’écoresponsabilité ou de l’école de demain. Avec leur lot de fous rires, d’hésitations, de trous de mémoire vite comblés, d’assurance et un talent certain, ces différentes interventions prenaient tour à tour un ton sérieux, comique, pédagogique ou moqueur. Pour remercier les

Horaires sur le site www.ville-venissieux.fr/cinema

LANCEMENT DE PUISSANCE

DIX LE MAG

Pour bien conclure l’opération des dix mots de la langue française, rebaptisée cette année Puissance Dix, l’Espace Pandora lance la nouvelle formule du journal des contributions, Puissance Dix le Mag, le vendredi 16 juin dès 18 heures, place de la Paix. L’occasion de découvrir les créations dix mots 2017 sélectionnées par le jury régional et de repartir avec le magazine. Cet apéro-poétique se déroulera en plein air, en écoutant des lectures par le comédien Baptiste Jammoneau de quelques-uns des textes publiés dans le magazine. Gratuit. Repli au café de la Paix en cas de pluie.

enfants du public, deux lycéennes, Lydia et Anaëlle, concluait ce spectacle riche en surprises par le “conte du colibri”. Puis deux doctorants ont présenté leur thèse eux aussi en 180 secondes avant la proclamation des prix. Le public a récompensé Maryam et Yasmine (“Consommer local pour préserver notre santé et notre environnement”) et Kamelia, Kenza et Fanya (“Serons-nous écoresponsables un jour ?”). Composé de Gérard Perdrix, prof de français au lycée qui

Une véritable robot coop’

vient de prendre sa retraite, Valérie Talbi — adjointe au protocole, à la vie associative et aux centres sociaux —, Basile (un surveillant), Cécile (du Chantier collectif), Coralie et de deux élèves, le jury a décerné son premier prix à Hope et Théophilla (“La course à l’eau”), le deuxième à Ermina, Selma et Lucie (“Mademoiselle je sais presque tout”) et le troisième à Lucie (“Rien ne se perd”). Toutes nos félicitations aux primés mais aussi à tous les participants qui ont su jouer le jeu ! 

Lycée Marc-Seguin - Déjà venu l’an dernier, l’écrivain Yves-Marie Clément (ci-dessus), principalement auteur de littérature jeunesse, a su captiver le temps de trois séances des élèves de 1re bac pro électrotechnique. Lors de la dernière séance, le 2 juin dernier, alors que le synopsis de la nouvelle qu’ils devaient écrire ensemble, tournant autour de la construction d’un robot, avait été élaboré, il s’agissait à présent de mettre sur le papier toutes les idées disparates. “L’histoire est basique, remarque un élève. Elle commence vraiment quand le robot se fait voler.” L’écrivain acquiesce et, tout au long des deux heures, il va aider la classe à accoucher de ses nombreuses idées, encourage les lycéens, leur fait trouver des mots (péripétie, psychose...) et comprendre qu’un lecteur doit être entraîné dans sa lecture par des rebondissements et un style. Dans cette coopérative de la science-fiction — une sorte de robot coop’ —, les jeunes jouent le jeu et dictent à Yves-Marie Clément des phrases que celui-ci retranscrit sur un ordinateur. Le texte est projeté sur le tableau et tout le monde peut le suivre. Les élèves inventent et la prof,

M Thibaut, en profite pour extraire la pédagogie d’une telle action. “Quand on vous demande la suite d’un récit, c’est cela ! Il faut avoir un début, des péripéties et une fin. C’est ce que doit comporter votre brouillon.” Yves-Marie Clément intervient : “Il faut que votre texte ronfle, qu’il y ait des idées, que votre correcteur soit surpris. Nous allons continuer à rédiger. La fin, on pourra la trouver plus tard. C’est cela, la liberté d’écriture !” Puis, revenant sur l’examen, au cours duquel on demande aux élèves 25 lignes : “Il est important que votre copie soit aérée, bien présentée.” L’écrivain insiste ensuite sur les dialogues, sur leur justesse, leur façon d’apporter des précisions nouvelles. “Il faut que vous trouviez un nom au robot. Destructor ? Terminator ?…” - “Doublerotor !” décrète un élève. Qui ajoute : “Les lycéens qui l’ont conçu, dans la nouvelle, ont obtenu 192 points sur 200, ce qui est le meilleur score depuis 20 ans.” Tous les autres sont d’accord et un sourire éclaire le visage d’YvesMarie Clément pendant qu’il écrit. Comme pour le robot de l’histoire, la classe possède quelques moteurs qui entraînent tous les autres. Financé par la Région, ce projet s’inscrit dans le cadre des cours de français, axés sur le récit. Il s’est déroulé en trois séances de deux heures. “C’est vrai que tous ont des références filmiques”, remarque YvesMarie Clément, qui souligne que l’opération agit comme “un déblocage de l’imaginaire”. Lorsque l’heure sonne, la nouvelle est loin d’être finie. “L’année prochaine, vous revenez, monsieur ?” interroge un élève. Une question toute simple qui montre que l’objectif est rempli. 

COLLÈGE BALZAC

DIX ANS D’UNESCO AVEC LES AWATIÑAS Dix ans, déjà ! Dix ans que le collège Honoré-de-Balzac fait partie du réSEAU, le réseau des écoles associées à l’Unesco. Le site de l’institution précise que les établissements scolaires affiliés s’engagent “à promouvoir et à donner une éducation de qualité à la recherche de la paix, de la liberté et du développement humain afin de répondre aux besoins éducatifs urgents des enfants et des jeunes à travers le monde”. Ainsi, depuis plusieurs années, les collégiens sont-ils sensibilisés aux problèmes de parasites intestinaux que connaissent les enfants boliviens. Avec leurs enseignants et l’association Uma, ils organisent des collectes pour acheter des médicaments. Professeur de musique, Hélène Leone a initié ses élèves à la musique andine, a créé les BoliBalzac et a organisé plusieurs fois la venue à Vénissieux du groupe Awatiñas, mythique en Bolivie. Ce sont ces mêmes Awatiñas que l’on retrouvera sur la scène du Théâtre de Vénissieux le 20 juin, lors de la grande soirée festive qui conclut l’année scolaire du collège. Soirée qui sera l’occasion de décerner les prix du deuxième concours de dessins humoristiques, sur le thème de l’égalité garçons/filles, organisé au sein de Balzac et parrainé par le dessinateur DuBouillon. D’entendre le groupe Sabâ et de savourer bien d’autres surprises. Théâtre de Vénissieux le 20 juin de 19h30 à 21 heures. Entrée gratuite.

À VENIR vail d’une année. Rendez-vous ce 21 juin à 18 heures à la salle IrèneJoliot-Curie.

me

“IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST” Malgré de nombreux passages à la TV, on ne se lasse pas de redécouvrir sur grand écran les grands espaces filmés par Sergio Leone. Ce 26 juin à 14 heures, dans le cadre de Ciné Collection, l’harmonica de Charles Bronson sera toujours aussi entêtant.

Le jury a décerné son premier prix à Hope et Théophilla qui ont présenté une saynète intitulée “La course à l’eau”

PAGE 10

“PETER PAN” AU THÉÂTRE

GALERIE 6 Après quelques travaux concernant les normes de sécurité, la Galerie 6 (6, avenue Division-Leclerc) reprend ses bonnes habitudes et propose une soirée Cloque tout autant que musicale le 16 juin à partir de 19 heures. On y appréciera en extérieur la Fanfare Kleek en présence d’Anti Cloque, Oriental Syndical avec le duo Stéphane Lambert (sax - ci-dessus)/Hassan Abd Alrahman (oud). En intérieur, place au Petit cinéma fait son cirque et aux Cordes aveugles. Entrée libre.

NOUVELLE SAISON THÉÂTRALE Le 22 juin à 19 heures, le Théâtre de Vénissieux dévoile sa prochaine saison et il est à parier que beaucoup de coups de cœur seront au programme. La soirée se poursuivra autour d’un verre et d’une playlist imaginée par l’équipe. Entrée libre mais réservation conseillée au 04 72 90 86 68.

ATELIERS MUNICIPAUX D’ARTS PLASTIQUES HENRI-MATISSE Chaque année, les artistes amateurs, tous âges confondus, exposent le tra-

Le nouveau spectacle de Bab Dance, l’association de Babeth Rivat, s’intéresse cette année, après les très enjoués “Pirates des Caraïbes”, “Le monde d’Oz” et “Cléopâtre”, au personnage créé par J.M. Barrie et immortalisé par Walt Disney. Peter Pan, le capitaine Crochet, la fée Clochette, les pirates et les enfants perdus, tout le monde sera présent sur scène… jusqu’aux crocodiles. Rendez-vous le 24 juin à 19 h 30 au Théâtre de Vénissieux. Entrée : 7 euros.

UN VÉNISSIAN AUX ALIZÉS Après le cinéma Gérard-Philipe, “C’était maintenant”, le longmétrage réalisé par le Vénissian Jean-Christophe Sandt, est présenté aux Alizés (214, avenue FranklinRoosevelt à Bron) le 22 juin à 20 heures, en présence de l’équipe.

FESTIVAL LUMIÈRE Le prochain festival Lumière, auquel participent l’ensemble des cinémas de la Métropole, se tiendra du 14 au 22 octobre. Plusieurs soirées de présentation sont programmées dans la salle de l’Institut Lumière (25, rue du Premier-Film - Lyon 8e) les 15, 20 et 22 juin à 18 h 30 et 20 heures, et le 24 juin à 11 heures. Inscription sur le site du festival : www.festival-lumiere.org La mise en vente de la soirée d’ouverture du 14 octobre à la Halle Tony-Garnier se fera le mardi 27 juin à partir de 11 heures.


P 11 n° 627_Gabarit Expressions page droite 13/06/17 12:24 Page1

PAGE 11

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

CULTURE

Ece Temelkuran calme la réalité pour la rendre crédible ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN - Ce 30 mai, la journaliste et romancière turque Ece Temelkuran était reçue à la médiathèque Lucie-Aubrac dans le cadre de la manifestation organisée par la Villa Gillet. Devant une classe du lycée Jacques-Brel, elle a parlé de son métier, de la situation dans son pays et des menaces qu'encourent certains. artenaire fidèle de cette manifestation organisée dans toute la Métropole par la Villa Gillet, la médiathèque LucieAubrac recevait, le 30 mai dernier, la journaliste et romancière turque Ece Temelkuran. Une rencontre à laquelle assistait principalement une classe du lycée Jacques-Brel et qui attira malheureusement moins de monde que les années précédentes, comme celles par exemple avec Nancy Huston, Javier Cercas, Jorge Volpi ou Richard Russo. Les élèves avaient lu “À quoi bon la révolution si je ne peux danser ?”, le seul roman d’Ece Temelkuran publié en français chez Jean-Claude Lattès — un autre, “La Turquie entre égarement et nostalgie” doit l’être prochainement aux éditions Galaade. Ils en donnèrent, en début de rencontre, une lecture qui ravit la romancière. “Très très… beautiful !” s’exclama cette dernière en ayant pris soin d’enregistrer les élèves sur son téléphone portable. “J’ai été journaliste pendant vingt ans, expliquait Ece, dont dix en écrivant des commentaires politiques pour un journal très sérieux. Je viens d’un pays qui est fou et où la réalité est plus absurde que la fiction, ce qui aide pour créer des histoires. Si j’écrivais comme une fiction ce qui se passe

PHOTO RAPHAËL BERT

P

“Si j’écrivais comme une fiction ce qui se passe en une journée en Turquie, personne ne me croirait !”, a confié la jeune femme aux lycéens venus la rencontrer

en une journée en Turquie, personne ne me croirait ! Je suis obligée de calmer la réalité pour la rendre crédible.”

Les élèves voulant savoir si le journalisme l’a aidée dans son écriture fictionnelle, l’écrivain répond : “Le journalisme est le laboratoire de

la vie humaine le plus passionnant. On peut voir le pire et le meilleur de l’humanité. J’écris à présent pour des médias étrangers tels que The Guar-

dian ou le New York Times mais plus pour les journaux turcs.” La question “Comment vous sentez-vous lorsque vous êtes en Turquie ?” lui fait choisir ses mots. “Déprimée” est celui pour lequel elle se décide finalement. Elle ajoute : “Quelques jeunes femmes m’inspirent beaucoup, qui luttent pour leur vie.” Et lorsqu’il faut faire la différence entre l’écriture d’articles ou de fictions, l’humour l’emporte : “Ces deux écritures, c’est comme si l’on parlait deux langues différentes. Quand on est furieux, on ne peut pas écrire un roman et, en général, je suis furieuse. Le roman a besoin d’un état d’âme tranquille et de sang-froid.” Sur son parcours, elle dit peu de chose : des études de droit à Ankara, “la ville la plus ennuyeuse du monde”. “Oui, je suis avocate aussi. Je n’ai pratiqué ce métier qu’une seule journée mais c’était pour des enfants kurdes de 12-13 ans. Par chance, ils ont été libérés !” Quant aux dangers qu’elle court dans son pays, là encore, elle ne désire pas trop en parler. “Je me suis sentie en danger mais, quand tout le monde l’est, c’est normal ! On se sent comme un enfant gâté si on parle trop du fait qu’on est menacé.”  JEAN-CHARLES LEMEUNIER

Des ponts plutôt que des murs Conseil citoyen - Né en mars 2016, le conseil citoyen réunit trente-quatre personnes qui ont été tirées au sort sur la base d’un volontariat : des acteurs locaux, des bailleurs, des commerçants, des représentants d’associations, etc. Dominique Barzasi et Christian Grimonet Saint-Alban sont parmi eux et sont deux des porte-parole d’une “vision citoyenne qui transmet

les valeurs de la République”. En attendant de créer une université populaire et citoyenne, “ouverte à tous et gratuite parce que la culture appartient à tous et afin que tout le monde puisse en bénéficier” — une idée développée avec la scop grenobloise L’orage —, le conseil s’associe à des actions culturelles. Il faisait partie des organisateurs de la venue d’Emmanuel Mbolela au

RHÔNE ESPACES VERTS

centre associatif Boris-Vian en mai dernier, une soirée sur le thème des réfugiés. “Ce sont des sujets qui nous tiennent à cœur : les valeurs républicaines, la protection des femmes… Nous avons aussi participé à des réunions sur le féminicide au CABV. Nous sommes attachés à toutes ces thématiques autour des droits fondamentaux.” Dominique et Christian déve-

Création Entretien Élagage Arrosage automatique Rénovation Nettoyage Balayage Propreté 4, place de la Gare 69380 LES CHÈRES Tél. : 04 78 47 63 27 Fax 04 78 47 03 99 contact@rhone-espaces-verts.fr

loppent ce qu’est le conseil citoyen. “Nous travaillons dans le cadre du Contrat de Ville. Notre mission va jusqu’en 2020, date des prochaines élections municipales. Une de nos premières initiatives a concerné l’urbanisme et le projet de refonte des quartiers des Minguettes, qui s’étend jusqu’en 2030. Transformer le cadre de vie est une chose mais il faut voir aussi les problèmes des habitants. Notre conseil citoyen voudrait faire découvrir aux plus jeunes les avantages de la culture, la poésie, la littérature, la philosophie… Qu’ils puissent s’ouvrir et réfléchir par euxmêmes. Et surtout ne pas penser que tout est foutu parce qu’on habite un quartier populaire.” La prochaine étape, la mise en place d’une université populaire, est attendue avec impatience par Dominique et Christian. “Nous avons l’espoir que cette université déborde de vitalité, qu’elle soit un foyer de réflexion, un lien de vie intense !” Christian résume tout cela par une phrase qu’il aime bien répéter : “Il est plus important de construire des ponts plutôt que des murs.” Une sentence qui vient à point dans un monde où la séparation domine. Adeptes de la phrase de Victor Hugo, “Ouvrir une école, c’est fermer une prison”, Dominique et Christian désirent avant tout fédérer. “C’est symbolique de créer

quelque chose aux Minguettes. Nous sommes une instance consultative par rapport au Contrat de Ville, une sorte de poil à gratter aussi. Nous aimons notre ville et avons envie qu’elle rayonne ! Nous allons travailler avec l’Espace Pandora, Bioforce, les associations vénissianes…”

Annulation de “Nathan le Sage” C’est justement dans les nouveaux locaux de l’Espace Pandora au 8, place de la Paix, que le conseil citoyen devait mener sa prochaine action, le jeudi 15 juin à 10 heures. Le but était d’en faire “un petit galop d’essai, un test”, en partenariat avec l’association de Vaulx-enVelin Culture pour tous. Deux membres de la compagnie Traverses devaient lire des passages de “Nathan le Sage”, un texte de Gotthold Ephraim Lessing, un écrivain allemand du XVIIIe siècle qui traitait de laïcité et de tolérance. Malheureusement, on apprenait ce lundi que Valentin Traversi, l’un des deux comédiens, était décédé ce week-end d’une crise cardiaque. La manifestation est bien entendu annulée et “Expressions” se joint au conseil citoyen, à l’Espace Pandora et aux amis pour présenter ses condoléances à la famille du disparu, bien connu des amateurs de théâtre lyonnais.  J.-C. L.


P 12 n° 627_Mise en page 1 13/06/17 11:54 Page1

SPORTS RÉSULTATS GYMNASTIQUE Il n’y a pas eu d’heureuses surprises à l’occasion des championnats de France FFG programmés à la Halle Diagana de Lyon Duchère. Première en action, l’équipe de Trophée fédéral (10 ans et +) qui a terminé 8e. À la suite, l’équipe des 12 ans et + s’est contentée d’une 12e place. La satisfaction est à chercher du côté de la formation espoir (Guillaud, Quintelas, Houël et Karaoui qui quittera le club), elle a fini 9e.

TENNIS La journée nationale du tennis a rencontré, samedi dernier, un franc succès sur les courts du Moulin-à-Vent Tennis. Une soixantaine de personnes a pris part aux ateliers préparés par Sok Samrach, directeur sportif du club. Les licenciés se sont déplacés avec des amis et des proches pour bénéficier de ces initiations.

FOOTBALL La journée nationale des débutants proposée par le groupement Lyon Métropole et le district du Rhône, avec la collaboration des éducateurs et bénévoles du club de l’USV, a attiré près de 80 équipes au stade Laurent-Gérin.

KARATÉ Même les vétérans ramènent des trophées au Sen No Sen. En coupe de France des corporations, Marie-Claude Barbin a été titrée chez les vétérans 4 (- 55 kg), tout comme Ahmed Bitam en V2 (vétéran 2, - 75 kg), alors que Stéphane Gothuey obtenait le bronze dans la même catégorie.

KARATÉ CONTACT Carton plein pour les karatékas du Bunkaï. Les 16 engagés au Trophée de la ligue Auvergne Rhône-Alpes se sont illustrés. Notamment R. Zerroug, C. Lombardi Sardelliti, A. Ertekin, C. Malek, K. Azzoug, D. Belacel, M. Ayoud, M. Azaoui et I. Lasfer, tous victorieux.

ATHLÉTISME L’équipe masculine a terminé 3e. Aux championnats régionaux de demi-fond (Villefranche), le cadet Hugo Aymard Chazal s’est imposé sur 2 000 mètres steeple (6’ 10” 33), nouveau record du club et 3e perf nationale. Titre pour Lucas Moulard sur 3 000 m steeple (9’ 49” 10) et seconde place pour Emma Vella sur 1 500 m (4’ 45” 11).

L’AS Minguettes Vénissieux accède à la Division 2

TWIRLING-BÂTON

DES VÉNISSIANS SI LESTES À SÉLESTAT

Futsal - L’AS Minguettes Vénissieux Futsal n’a fait qu’une bouchée des Bourguignons de Genlis Futsal pour une finale d’accession en Division 2 qui a tourné à la démonstration. Le score final se passe de tout commentaire : 13-5. Genlis n’a tenu qu’une dizaine de minutes, collant au score (2-1 puis 3-2), avant de laisser le champ libre à des Vénissians en état de grâce, des futsalleurs hors pair emmenés par le duo de jumeaux Azazga (Wassil et Wahid, 8 buts), mais également par un groupe complémentaire, du capitaine Hamani au vétéran Zedioui, en passant par les expérimentés Ayari et Boumaza, sans oublier le portier Khemar. Après avoir été champions de division Honneur, remporté la coupe Rhône-Alpes et avalé le Paris Saint-Ouen Futsal puis Genlis en phases finales d’accession en Division 2, les Vénissians vont goûter à un repos mérité avant une rentrée qui s’annonce agitée : recruter au moins quatre joueurs expérimentés, trouver avec la direction municipale des sports un dispositif pour pouvoir accueillir les équipes le samedi aprèsmidi au gymnase Jacques-Anquetil,

Après avoir été champions de Division Honneur et remporté la coupe Rhône-Alpes, les Vénissians de l’ASMV accèdent à la Division 2

seul équipement apparemment habilité pour des rencontres de ce niveau, préparer l’avant-saison, consolider et augmenter le budget actuel de quelque 10 000 euros pour éventuellement le doubler… “Pour l’heure, savourons ce succès et cette accession, a commenté Tarek

Braïki, le responsable de la section futsal de Vénissieux Minguettes. Bien évidemment, je ne peux être que satisfait du travail accompli. Les joueurs méritent toutes les louanges. Ils ont été sérieux, travailleurs et consciencieux.”  D.Y.

Le label mini-basket pour l’ALVP Basket-ball - “Quand on sait le nombre de joueurs devenus professionnels qui sont passés par Vénissieux, on est surpris que cela ne soit pas arrivé plus tôt, cela fait des années que le club de l’Amicale laïque se devait d’être labellisé pour son école de basket.” Constat de Dominique Barre, secrétaire général du comité du Rhône et de la Métropole de Lyon de basket. Mercredi 7 juin, au gymnase Jean-Guimier, le représentant officiel des instances régionales a remis à Christine Thiébault, présidente de l’Association laïque Vénissieux-Parilly basket (ALVP), le label “École départementale de mini-basket”. “Une douzaine de clubs de la Métropole peuvent se targuer d’être honorés de la sorte, a-t-il poursuivi. Je sais qu’il y a un dossier contraignant à présenter au comité qui doit comporter un certain nombre de critères

comme l’organisation administrative, l’encadrement, le matériel, le fonctionnement pédagogique… Ce label représente pour le club concerné un

gage de qualité au niveau accueil, pédagogie et animation pour les enfants ainsi qu’une reconnaissance de son travail en faveur du mini-basket, et il est valable 3 ans.” “L’école de mini-basket de l’ALVP compte 90 enfants, a précisé Kevin Clivet, responsable sportif du club. Elle est encadrée par 14 moniteurs, trois sont titulaires de brevets d’État.” Avant de recevoir des mains de Dominique Barre le diplôme officiel, Christine Thiébault, visiblement émue, a tenu à remercier la soixantaine d’apprentis basketteurs venus faire de la démonstration, en toute simplicité, sous forme d’ateliers ludiques. Pour Andrée Loscos, adjointe au maire déléguée aux sports, “ce label est la reconnaissance du travail effectué depuis des années. C’est également une fierté pour la ville de voir le club de l’ALVP ainsi honoré”. 

On n’étonnera pas grand monde en indiquant que Stéphane Moreira, leader de l’Amicale du Charréard, s’est encore illustré. Du 3 au 5 juin, à Sélestat, à l’occasion du National NBTA de twirling-bâton, il a été confirmé dans son rôle de collectionneur de trophées et titres en tous genres. Il s’est imposé, chez les seniors, en 1 et 2 bâtons. Puis il a rajouté deux médailles d’argent, l’une en duo senior avec Laurie Parcero, l’autre en danse solo. On ne passera pas sous silence les autres performances de ses partenaires de l’ALC, notamment Justine Crozier qui s’est imposée en 1 bâton. La minime Léna Oualid a été argentée en 1 bâton, Irina Rajovic, également minime, est revenue parée de bronze en solo 1 bâton, alors que par équipes, la petite équipe twirling s’imposait en finale nationale senior. Par ailleurs, celle-ci obtenait aussi l’argent en minime, et la grande équipe de danse twirl rajoutait une médaille de bronze au club. Pas très loin du podium (toutes 5es), citons encore la poussine Séphana Laraoui (solo 1 bâton), les seniors Séverine Blanc (solo 1 bâton intermédiaire) et Alexandra Ségéral (solo 1 bâton). Conclusion de Valérie Girodon, la présidente : “Les entraînements vont maintenant reprendre pour le montage des nouvelles chorégraphies, en prévision de la prochaine saison. Les inscriptions pour les nouvelles recrues peuvent démarrer.” Renseignements : 04 72 50 02 77. twirlvx.e-monsite.com/

AGENDA DU LUNDI 12 AU MARDI 20 JUIN Vénissiades d’été en athlétisme, escalade, gym et tennis, au stade Laurent-Gérin, sur les courts de tennis Auguste-Delaune et aux gymnases Albalate et Besson, de 9 heures à 11 h 30.



VENDREDI 16 JUIN Gala de fin d’année de judo organisé par l’AL VénissieuxParilly au gymnase JacquesAnquetil, à partir de 18 h 30.



SAMEDI 17 JUIN Compétition ouverte aux écoles de sport de gymnastique organisée par le CMO-V au gymnase Jacques-Anquetil, de 13 heures à 18 heures.



La coupe du Rhône des U19 pour l’US Vénissieux

Football - Grâce à son équipe des la formation dirigée par Nicolas deux divisions séparaient l’US MERCREDI 21 JUIN U19, l’USV a effacé une saison glo- Crouzet s’est adjugé la coupe du Vénissieux, leader d’Excellence, du balement décevante. Après avoir dominé en championnat Excellence de district, accédant ainsi en Ligue,

Rhône face à Amplepuis, dimanche dernier à Manissieux. La logique a été respectée puisque

ESCRIME Aux championnats de France d’épée disputés début juin près d’Albi, Vénissieux Escrime est tombé de haut. Par équipe, la formation engagée en Nationale 2 a été défaite dès le premier tour par Colmar (45-39). En poule de maintien, bien qu’accrocheurs et vaillants, Hervé Lapierre, Grégory Jeunet-Mancy, Fabien Battut et Béranger Vacher ont été battus par Douai (45-44). Terminant 15e sur 16, Vénissieux Escrime est relégué en Nationale 3.

PAGE 12

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

L’équipe des moins de 19 ans de l’USV a réalisé le doublé coupe-championnat

Gala des centres sportifs du mercredi organisé par la Ville au stade Laurent-Gérin, de 15 h 30 à 18 h 30.

Stade Amplepuisien, évoluant en Première Division. Si la première période laissait penser que la partie allait être équilibrée (1-1), la suite ne sera qu’une mainmise totale des Vénissians, techniquement mieux armés qui allaient s’offrir un trophée sur deux buts inscrits avant l’heure de jeu par Ibrahim et Hysem. Des changements vont intervenir pour ce groupe et son coach : certains joueurs U19 vont étoffer les groupes seniors, alors qu’en remplacement d’Arezki Chibani, Nicolas Crouzet va prendre en mains l’équipe senior qui a basculé en promotion d’Excellence de district, après les incidents qui ont poussé les instances dirigeantes à rétrograder les Vénissians d’une division. 



US Vénissieux : Schiavonne, Pires, Hamidi, Safaoui (cap), Diabira, Raffin, Belzouz, Haithan, Soumah, Hysem, Tillmann, Hammoun, Chakroune, Cissé. Entraîneur : Nicolas Crouzet.

SAMEDI 1ER JUILLET

SAMEDI 24 JUIN Championnat de France de foot fauteuil de Division 2 et de Division 3 organisé par Handisport Lyonnais au gymnase Elsa-Triolet, de 8 heures à 20 heures. Le lendemain, suite et fin de 8 heures à 13 heures.



VENDREDI 30 JUIN Gala de fin d’année de gym rythmique organisé par le CMO-V GR au gymnase Alain-Colas, de 18 h 30 à 22 heures.



Fête de fin d’année du karaté organisée par le Bunkaï karaté Do au gymnase Pasteur, de 17 heures à 22 heures.




P 13 n° 627_Gabarit Expressions page droite 12/06/17 15:34 Page1

PAGE 13

SPORTS

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

Le 24 juin, fêtons le sport et la jeunesse ors de l’inauguration, en 2009, du complexe sportif Laurent-Gérin qui venait d’être lourdement réhabilité, Andrée Loscos, adjointe aux sports, avait évoqué la volonté municipale d’organiser sur

L

AU PROGRAMME ● Animations ludiques Des espaces d’animations sportives à partir de 3 ans : basket playground, poneys, trampoline, tri-pod, parcours kids aventure, initiation vélo, tir à l’arc… ● Espace d’animations et d’information sur la sécurité routière. ● Village des associations sportives De nombreux clubs de la ville présenteront leurs activités sous forme d’initiations et de démonstrations : aïkido, danse, athlétisme, boxe, judo, gymnastique rythmique, karaté, taekwondo, escrime, basket, handball, football, twirling-bâton, plongée, rugby, natation, vélo, tennis, ju-jitsu brésilien… et stand de l’Office municipal du sport

ce magnifique site un grand rendezvous annuel. L’équipe municipale avait élargi le programme en juin 2010, avant de décider, au vu du succès populaire, de pérenniser cette fête. “L’objectif principal étant de proposer une journée festive et conviviale, on a voulu fédérer les partenaires de la Ville qui œuvrent dans les domaines du sport et de la jeunesse, rappelait alors l’élue. Tous les Vénissians, de tous les quartiers, y sont invités puisque cet événement va bien audelà d’une fête de quartier. Les enfants et les adolescents vont pouvoir s’initier à de nombreuses activités sportives et culturelles. Et à tous, on propose de venir passer un bon moment, fait de rencontres.” Les Vénissians, au fil des ans, se sont totalement approprié ce rendez-vous. Bon an mal an, entre 2 000 et 3 000 personnes se retrouvent sur le complexe sportif. Chiffres variant en fonction de la météo et des éventuelles fêtes des écoles. Mais placée presque fin juin, cette édition 2017 ne devrait pas trop souffrir de la concurrence des animations de fin d’année des groupes scolaires. Avec un peu de chance, la fête de l’Aïd, marquant la fin du ramadan, pourrait se dérouler à la même date.

Des nouveautés chaque année

● Animations sport, jeunesse et familles Équipements polyvalents jeunes, Maison de quartier Darnaise, Bureau Information jeunesse, chantiers jeunes, service des sports.

Renseignements : Direction sports jeunesse et familles Maison des sportifs Roger-Couderc 10, rue des Martyrs-de-la-Résistance. Tél. : 04 72 50 74 02.

S’appuyant sur une équipe d’une trentaine de personnes, la direction municipale des sports, regroupée autour de Benoît Depierre et Éliette Picollo, propose chaque année des nouveautés : une fois du kart à pédales, une autre une cage à grimper, du saut sur “Air Bag”, du trapèze aérien, un mur d’escalade, ou plus récemment des démonstrations de rugby féminin. “On essaie de s’adapter

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

STADE LAURENT-GÉRIN - Pour la 8e année consécutive, la Fête du sport et de la jeunesse va proposer de la diversité sportive et ludique. L’occasion de passer un moment convivial et de s’initier à de nouvelles disciplines.

En 2016, 2 500 personnes avaient répondu à l’invitation de cet après-midi sportif, ludique et convivial

à l’actualité, explique Éliette Picollo. Les filles du LOU qui s’entraînent à Vénissieux avaient réussi un excellent parcours, on avait donc jugé cohérent de proposer une animation rugby.” L’édition de ce 24 juin réservera également quelques surprises, notamment une activité tri-pod inédite, à destination des 6-10 ans, qui s’apparente à l’accrobranche mais avec un parcours sur trois niveaux: un pont de singe, une échelle en bois et une tyrolienne. Citons encore un parcours kids aventure avec enchaînement d’acrobaties 100 % sécurisé, et un espace trampoline avec six appa-

reils placés côte à côte. Outre ces animations ludiques, le point fort de la Fête du sport reste les activités proposées par les clubs vénissians. “On ne le fait pas pour attirer de nouveaux licenciés, assure Ghislaine Barbin, présidente du Sen No Sen Karaté. Ce n’est ni le lieu ni le moment, les familles viennent avant tout pour se détendre, prendre part à une fête. Nous tablons davantage sur Sport Expo, en septembre, pour élargir nos rangs. Ce qui n’empêche pas chaque club d’être fier de son savoirfaire et de mettre en avant sa discipline.”

Pour les responsables d’associations sportives, cette fête est aussi l’occasion de montrer leur attachement à la politique sportive locale. “La Ville nous subventionne et nous aide en fonction de ses possibilités, souligne Maurice Chavanel, dirigeant du club cycliste du Moulin-àVent. Il est tout à fait naturel de renvoyer l’ascenseur en acceptant l’invitation, et en proposant des démonstrations ou des initiations.”  Fête du sport et de la jeunesse : samedi 24 juin, de 14 heures à 18 heures au stade Laurent-Gérin.

L’athlétisme a fait son nid à Parilly Qualificatifs - Initialement, il ne ont été remarquables. Confirmant s’agissait que de “Prérégionaux AURA zone Ouest”, comprenez une épreuve d’athlétisme qui se déroulait, à Parilly, sous l’égide de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Rien d’exceptionnel, une sorte de rencontre interclubs à laquelle prenait part, les 3 et 4 juin derniers, le club local, l’AFA Feyzin-Vénissieux. Mais durant ce week-end pluvieux, les temps forts et les performances

le stade du Rhône de Parilly comme un haut lieu de l’athlétisme régional. Ainsi, Wilfrid Bamboch, illustre inconnu pour la plupart des observateurs. Ce cadet venu de Clermont n’aura pas fait les 166 km pour rien. En remportant le saut à la perche avec un saut vérifié à 4,90 m, il s’est qualifié pour les prochains Mondiaux cadets. Pour un misérable

SPORT ORT ENSEMBLE SEMBLE E LYO N 02.07.17 PAR C DE GERLAND

HANDICAP-INTERNATIONAL.FR/SPORT-ENSEMBLE NTERNATIONAL.FR/SPOR RT-ENSEMBLE

centième de seconde, Fanny Peltier, l’espoir brondillant qui commence à se faire un nom dans le giron de l’athlé national, n’a pas validé son ticket pour les championnats d’Europe. Une autre athlète a “crevé l’écran”, Prisca Duvernay, du PL Pierre-Bénite. Avec un saut à 1,88 m réussi il y a quelques semaines, elle a déjà rejoint sur les tablettes Marine Vallet, la championne de France. Mais il lui fallait confirmer en régularité. Ratant d’un cheveu 1,86 m, Prisca s’est imposée avec “seulement” 1,80 m, mais avec une telle aisance qu’on peut parier qu’elle va faire mal dans les prochains meetings, notamment dans son fief lors de l’Envol du 9 juin. Même s’ils ne sont pas venus en masse, les Vénisso-Feyzinois ont tiré leur épingle du jeu. Du moins un quatuor habitué des places d’honneur. La senior Annette Likweti (10,39 m au poids), la junior

Étoile montante du saut en hauteur féminin, Prisca Duvernay s’est imposée en franchissant 1,80 m

Awa Saley (11,67 m au poids de 4 kg), les seniors Rémi Gallet (10"99 sur 100 m) et Juliette Ne Dom (10,59 m au triple saut) se sont imposés, alors qu’avec sa seconde place au disque (43,17 m),

le junior de l’AFA, Gwenael Chastagner, s’est offert une sélection pour les championnats de France. Pas mal pour une réunion d’athlé qui ne devait pas forcément faire de bruit… 


P 14 n° 627_Mise en page 1 08/06/17 16:39 Page1

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

HISTOIRE

PAGE 14

1936 : des législatives historiques En avril 1936, les électeurs vénissians sont appelés aux urnes pour élire leur représentant à la Chambre des députés. L’enjeu est grand, et la lutte sans merci. Récit d’une campagne qui porta le Front populaire au pouvoir. ALAIN BELMONT

Le docteur Georges Lévy fut élu député dès le premier tour

État craignait le pire. En février 1934, des ligues d’extrême droite comme celle des Croix-deFeu avaient violemment manifesté dans les rues de Paris, provoquant une quinzaine de morts et des centaines de blessés. De l’autre côté du Rhin, le chancelier Hitler fanatisait les foules, et sa folie trouvait des oreilles bienveillantes jusque dans notre pays. Face à ces menaces contre la démocratie, les principaux partis de gauche et du centre, la SFIO (l’ancêtre du Parti socialiste), le Parti communiste et le Parti radical-socialiste, s’étaient alliés pour former un “Front Populaire”. Les élections municipales de 1935 leur avaient été très favorables, notamment au PC, qui dans la région lyonnaise, emportait les villes de Villeurbanne et de Vénissieux. Mais avec les élections de 1936, l’enjeu était d’une tout autre ampleur. Du vote des électeurs allait dépendre le gouvernement de la France. Comment les ligues allaient-elles réagir ? Et le PC, désormais si fort ? La campagne allait-elle virer à l’affrontement, aux combats de rue, au coup d’État ? Février-mars 1936. La préfecture du Rhône reçoit les déclarations de candidature des postulants à la Chambre des députés. Vénissieux se trouve alors dans la 12e circonscrip-

L’

tion du Rhône qui, outre notre ville, compte aussi Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron et Saint-Fons. Sept personnes se présentent. À gauche, Lucien Lequertier, professeur au lycée professionnel de La Martinière, pour la SFIO ; Georges Lévy, médecin à Lyon, communiste et membre du Conseil général du Rhône ; René Nurrit, un ouvrier mécanicien au chômage, se proclamant du bolchévisme-léninisme ; et Narcisse Roux, représentant de commerce à Lyon, “communiste internationaliste”. La droite, elle, envoie à l’élection Charles Gautheron, un médecin villeurbannais, membre de l’Union républicaine et démocratique, et Philibert Tardy, employé à Lyon, porté par les anciens combattants de la Première Guerre mondiale. Quant au puissant Parti radical, dont le président honoraire n’est autre que le maire de Lyon, Édouard Herriot, il mandate un commerçant villeurbannais nommé Jean Reboux. Le député sortant, le socialiste Lazare Goujon, ancien maire de Villeurbanne, a préféré ne pas se représenter. Laminé par sa défaite aux élections municipales de 1935, mis en cause dans les déboires financiers entraînés par la construction des GratteCiel, il s’est provisoirement retiré de la vie politique. Le siège de la 12e circonscription est donc ouvert à tous les pronostics. La police jauge les forces en présence. Gautheron, le principal candidat de la droite ? “Aucune chance d’être élu.” Lequertier ? “Militant actif du Parti socialiste. Influence politique cependant assez limitée. Chances pour ainsi dire nulles d’être élu.” Un comble, pour le protégé de Lazare Goujon ! Reboux alors, l’homme du Parti radical ? Aux yeux des enquêteurs du préfet, il bénéficie d’une “influence politique moyenne”, mais n’a “aucune chance d’être élu, en raison de la présence du docteur Georges Lévy, candidat du Parti communiste, très influent dans les milieux ouvriers”. En somme pour la police, d’emblée la messe est dite. Le docteur Lévy part effectivement dans la course avec une bonne longueur d’avance. Fils d’un marchand de chevaux de Saône-etLoire, relativement aisé mais connu

Revêtements de sols collés Coulés synthétiques ZA la Croix des Hormes - 69250 MONTANAY Tél. : 04 78 77 97 97 - Fax : 04 78 77 52 08 solmurex@wanadoo.fr

En avril 1936, les citoyens répondent présent en manifestant massivement sur la place Sublet en soutien au candidat communiste Georges Lévy mais aussi aux ouvriers des usines Berliet

dredi 24 avril, à la Maison du peuple de Vénissieux. “Il trace le tableau de la situation actuelle, lit-on dans La Voix du Peuple. Il dénonce les dangers du fascisme et de la guerre, appelle les travailleurs, les artisans et les petits commerçants à réaliser, pour la conquête du pain, la défense de la paix et de la liberté, l’unité totale de la Nation française.” Et, se voulant rassurant auprès des non communistes, Georges Lévy ajoute : “Ce ne Le 24 avril, à deux jours sera donc pas la révoludu premier tour des élections, tion, ce sera la possibilité ils sont 1 400 à la Maison du Peuple pour le peuple de respià soutenir le candidat Georges Lévy rer plus librement, et d’aller à l’organisation d’une France forte, libre et heureuse.” Ses paroles Avec les années trente, il collec- font mouche. Ses réunions tionne les succès, les milliers d’ou- publiques voient affluer, d’après la vriers de la circonscription voyant en police, “un assez grand nombre d’aslui leur champion : nommé direc- sistants, quatre à cinq cents chaque teur politique du journal commu- fois” ; le 24 avril, à deux jours du preniste La Voix du Peuple en 1934, il mier tour des élections, ils sont est élu conseiller général du canton 1 400 à la Maison du Peuple. S’ajoude Villeurbanne en 1935. Pour lui, tent à cela les harangues des mililes législatives de 1936 s’imposent tants communistes aux portes des comme une évidence. “Notre ami usines, la mobilisation constante des Georges Lévy sera élu le 26 avril au cellules du parti, une communicapremier tour, proclame La Voix du tion par voie de presse et d’affiches Peuple. Les travailleurs manifesteront quasi quotidienne. Les simples une fois de plus leur confiance en leur citoyens répondent aussi présent, en fidèle et inlassable défenseur.” Lévy ne manifestant massivement sur la s’en démène pas moins au cours de place de la mairie le 21 avril 1936, la campagne électorale, anime une dans une ambiance de fête et d’estrentaine de meetings à travers toute poir formidable… et en faisant la circonscription. Le samedi grève, notamment dans les usines 11 avril, il parle sous le préau des Berliet. écoles du Moulin-à-Vent, et le venEn face, le candidat de la droite, pour être un “médecin des pauvres”, il est entré en politique en 1910, en soutenant une grève des cheminots. Après guerre, les élections de 1919 le portent une première fois à la Chambre des députés, sous la bannière de la SFIO, mais il rejoint dès l’année suivante le tout nouveau Parti communiste et ne le quitte plus.

le docteur Gautheron, n’ose pas se montrer. Il n’organise absolument aucun grand rassemblement dans la circonscription, connue pour être “le canton rouge”, hostile à ses idées. Du coup, la presse conservatrice, Le Nouvelliste en tête, sort la grosse artillerie contre Georges Lévy, tentant de rattraper par la violence de ses pages, la perte de tout contact avec le terrain. Extrait : “N’ayez aucune illusion. Le triomphe du bloc révolutionnaire c’est la faillite certaine, c’est la révolution dans la rue, la guerre civile avec son hideux cortège de pillages, de violences et de meurtres et c’est la guerre étrangère qui en sera la conséquence fatale.” Et de dénoncer l’état “prérévolutionnaire” qui régnerait à Vénissieux : “Il semblerait que des incidents les plus graves soient à prévoir le jour du scrutin.” Ces oiseaux de mauvais augure se trompaient. Les trois bureaux de vote de notre ville ne connurent aucune violence. Et le premier tour fut un raz de marée. Le docteur Lévy remporta l’élection avec 11 019 voix, soit 50,5 % des suffrages exprimés, et 54,6 % à Vénissieux. Le Front populaire allait gouverner le pays, amenant avec lui des avancées sociales historiques.  Sources : Archives du Rhône, 3 M 1374 et 1375. Archives de Villeurbanne, 3 C 67, 88 et 112 (journaux La Voix du Peuple, Lyon-Républicain et Le Nouvelliste, avrilmai 1936). Jean Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 34, pp. 359-361.


P 15 n° 627_Mise en page 1 08/06/17 16:43 Page1

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 15

Numéros rapides d’urgence Samu : ✆15 Police secours : ✆17 Pompiers : ✆18 Violences conjugales, victime ou témoin : ✆3919

Maisons du Rhône MAISON DU RHÔNE VÉNISSIEUX NORD  3 bis, place Grandclément ✆ 04 72 90 02 00  Antenne Ernest-Renan : Les lundis et jeudis permanences PMI et bilan de santé 44, rue Ernest-Renan ✆ 04 78 75 67 05 MAISON DU RHÔNE VÉNISSIEUX SUD  Vénissy : 19, avenue Jean-Cagne ✆ 04 72 89 34 81  Le Corallin : 2 bis, avenue Marcel-Cachin ✆ 04 72 89 03 20

Emploi PÔLE EMPLOI 27, avenue de la République ✆ 3949 CARSAT AGENCE RETRAITE “Espace Dupic”, 21-23, rue Jules-Ferry ✆ 3960

Marchés forains CHARRÉARD JACQUES-DUCLOS Vendredi matin MOULIN-À-VENT ENNEMONDROMAND Mardi de 16 à 20 heures Jeudi matin PARILLY GRANDCLÉMENT Samedi matin CENTRE-VILLE LÉON-SUBLET Mercredi et dimanche matins

Urgences médicales

Services publics

Sécurité - justice

MAISON MÉDICALE DE GARDE 17, place de la Paix ✆ 04 72 50 04 05 - appel préalable au 04 72 33 00 33 Ouverte tous les soirs de 20 heures à minuit ; les samedis de midi à minuit ; les dimanches et jours fériés de 10 heures à minuit. CENTRE HOSPITALIER MUTUALISTE LES PORTES DU SUD 2, av. du 11-novembre-1918 ✆ 04 72 89 80 00 SOS MÉDECINS ✆ 04 78 83 51 51 CENTRE ANTIPOISON ✆ 04 72 11 69 11 PHARMACIES DE GARDE ✆ 3237 Résogardes (0,34 €/minute) PHARMACIES OUVERTES LA NUIT  Pharmacie des Portes du Sud : 49, boulevard Lénine, Vénissieux ✆ 04 72 89 40 62  Pharmacie de l’Horloge : 14, place Vauboin, Tassin-la-Demi-Lune ✆ 04 78 34 26 38  Pharmacie des Gratte-Ciel : 28, avenue Henri-Barbusse, Villeurbanne ✆ 04 78 84 71 63  Grande Pharmacie Lyonnaise : 22, rue de la République, Lyon-2e ✆ 04 72 56 44 00

HÔTEL DE VILLE 5, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 21 44 44 Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 heures

COMMISSARIAT DE POLICE 9, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 50 04 76

La direction des Formalités administratives est ouverte aux usagers le jeudi jusqu’à 19 heures exclusivement pour passeports, cartes d’identité et certificats d’hébergement

POLICE MUNICIPALE 1, rue Jean-Macé ✆ 04 72 50 02 72

www.ville-venissieux.fr MAIRIE DE QUARTIER DU MOULIN-À-VENT 44, rue Ernest-Renan ✆ 04 72 78 80 30 MAISON DES SERVICES PUBLICS 19, avenue Jean-Cagne : ✆ 04 72 89 71 59  Mairie de quartier Vénissy ✆ 04 72 89 32 70  Maison du département ✆ 04 72 89 34 81 CAISSE PRIMAIRE D’ASSURANCE-MALADIE 21, rue Jules-Ferry Vénissieux ✆ 3646 courrier : CPAM DU RHÔNE 69907 Lyon Cedex 20 DRFIP RHÔNE-ALPES - CENTRE DES FINANCES PUBLIQUES DE VÉNISSIEUX 17, place de la Paix ✆ 04 72 90 04 90 CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES 17, place de la Paix ✆ 04 78 70 75 51- www.caf.fr VÉNISSIEUX ÉNERGIES dépannage ✆ 0810 804 805 LA POSTE ✆ 3631  17, place de la Paix  19, avenue Jean-Cagne

Culture

BOUTIQUE SNCF Gare de Vénissieux ✆ 04 72 40 31 03

MÉDIATHÈQUE LUCIE-AUBRAC 2-4, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 21 45 54 BIBLIOTHÈQUES DE QUARTIER  Robert-Desnos : 24, rue du Professeur-Roux ✆ 04 78 76 64 15  La Pyramide (enfants) : 59 bis, avenue des Martyrs-de-la-Résistance ✆ 04 72 51 49 54  Anatole-France : 14, avenue de La-Division-Leclerc ✆ 04 72 89 40 46 THÉÂTRE 8, boulevard Laurent-Gérin ✆ 04 72 90 86 60. Billetterie : 04 72 90 86 68 CINÉMA GÉRARD-PHILIPE 12, avenue Jean-Cagne ✆ 08 92 68 81 05 (0,34 €/minute) cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr ESPACE ARTS PLASTIQUES MADELEINE-LAMBERT Maison du peuple - 8, boulevard Laurent-Gérin ✆ 04 72 50 89 10 ÉCOLE DE MUSIQUE JEAN-WIÉNER 4, rue Aristide-Bruant ✆ 04 37 25 02 77 ou 04 72 21 44 19 MAISON DES ASSOCIATIONS BORIS-VIAN 13, avenue Marcel-Paul ✆ 04 72 50 09 16 www.cabv.com

ALLO TCL ✆ 04 26 10 12 12

Solidarité - Action sociale DIRECTION SOLIDARITÉ ACTION SOCIALE ✆ 04 72 21 44 44 RÉSEAU D’ALERTE CONTRE LES EXPULSIONS ✆ 04 72 50 12 81 SECOURS POPULAIRE 99, boulevard Irène-Joliot-Curie ✆ 04 78 76 23 31 RESTAURANT DU CŒUR 11/13, avenue de la République ✆ 09 60 07 49 40 SECOURS CATHOLIQUE 14, avenue Jean-Cagne ✆ 04 78 67 77 93 ATD QUART-MONDE ✆ 04 78 39 34 30 COMMUNAUTÉ D’EMMAÜS 8, avenue Marius-Berliet ✆ 04 78 91 69 97 FEMMES INFORMATIONS LIAISONS 8, avenue Henri-Barbusse, Saint-Fons ✆ 04 72 89 07 07 CENTRE D’INFORMATION FÉMININ DU RHÔNE (CIF) 13, avenue Maurice-Thorez ✆ 04 78 39 32 25 OFFICE MUNICIPAL DES RETRAITÉS 2, rue Antoine-Billon ✆ 04 72 51 08 33

Environnement

redaction@expressions-venissieux.fr

SERVICE MUNICIPAL Qualité de vie, installations classées, pollution, nuisances ✆ 04 72 21 45 06 Ce service met un dispositif au service des personnes âgées ou handicapées pour l’évacuation d’un ou deux encombrants par foyer et par an (sauf en période de congés scolaires).

DÉCHETTERIE COMMUNAUTAIRE avenue Jean-Moulin ✆ 04 78 70 56 65 HORAIRES D’HIVER  du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures,  le samedi de 9 à 17 heures,  le dimanche de 9 heures à 12 heures.

Blog de la rédaction :

Secrétaire de rédaction :

Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions Fabrication : IPS - 01600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96

MINGUETTES Jeudi et samedi matins MERCI DE SIGNALER TOUTE ERREUR OU OUBLI AU

04 72 51 18 12 OU PAR MAIL À

www.expressions-venissieux.fr

Perrine Plateau

Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé

Journalistes : 

1, rue Gambetta 69200 Vénissieux Téléphone : 04 72 51 18 12

redaction@expressions-venissieux.fr Directrice de publication :

Michèle Feuillet

✆ 04 72 51 76 63 

Rédaction :

Jean-Charles Lemeunier

✆ 04 72 51 18 12

Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84  Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62 

Christiane Brundu

Photographe :

Rédacteur en chef :

Raphaël Bert

Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12

Assistante de direction :

Rédacteur en chef adjoint :

Chargée de publicité :

François Toulat-Brisson ✆ 04 72 51 76 65

PRATIQUE

Ghislaine Déléaz

Caroline Goursolle ✆ 04 72 90 95 98

Distribution : Codice 2, rue Roger-Planchon Parc des ERM 69200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30 Abonnement : 42 euros par an Prix au numéro : 1 euro Tirage 32 500 exemplaires issn : 1151-0935

Santé LYADE - centre d’accueil et d’information sur les addictions 19, rue Victor-Hugo ✆ 04 78 67 33 33 CENTRE DE PLANIFICATION ET D’ÉDUCATION FAMILIALE 3, place Jules-Grandclément ✆ 04 72 89 42 96 COMITÉ DÉPARTEMENTAL D’HYGIÈNE SOCIALE (CDHS) 26, rue du Château ✆ 04 72 50 08 68 CENTRES MÉDICO-PSYCHOLOGIQUES ENFANTS - ADOLESCENTS  Centre Winnicott, 2 bis, av. Marcel-Cachin CMP ✆ 04 27 85 15 20 CATTP ✆ 04 27 85 15 21 Centre petite enfance ✆ 04 27 85 15 22  213, route de Vienne ✆ 04 37 90 56 00 POINT ACCUEIL ÉCOUTE JEUNES PAEJ PIXELS 19, rue Victor-Hugo ✆ 06 23 97 83 04 CENTRE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE POUR PERSONNES ÂGÉES  Consultation médico-psychologique hôpital mutualiste “Les Portes du Sud” : ✆ 04 72 89 80 00  Consultation mémoire centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu : ✆ 04 37 90 12 01 FÉDÉRATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE (FNATH) 2, place de la Paix ✆ 04 78 60 72 91

TOP MUNICIPAL Médiation - prévention standard ouvert 24 h./24 - 365 j./an ✆ 04 72 51 52 53 MAISON DE JUSTICE ET DU DROIT 18, rue Jules-Ferry ✆ 04 72 90 18 20  Consultations des avocats du Barreau de Lyon : jeudi matin sur rendez-vous  Aide aux victimes d’infraction pénale : accueil sur rendez-vous  Conciliation civile : service gratuit sur rendez-vous  Défenseur des droits : permanence le vendredi matin sur rendez-vous  Permanence de notaires : le 3e mardi du mois sur rendez-vous AMELY MÉDIATION, BOUTIQUE DE DROIT  21, avenue de la Division-Leclerc ✆ 04 78 70 47 97 Accès au droit : lundi de 13 h 30 à 17 h 30 sur R-V mardi de 14 à 17 heures sur R-V jeudi de 13 à 16 heures sur R-V jeudi de 9 à 12 heures sans R-V Médiation : lundi de 17 à 19 h 30 sur R-V 

41 C, chemin du Charbonnier

✆ 04 72 51 35 46

Médiation : mercredi de 16 h 30 à 18 h 30 Amely intervient aussi à la Maison de Justice et du Droit.

Quartiers CONSEILS DE QUARTIER Hôtel de ville ✆ 04 72 21 44 58 MAISON DE QUARTIER DARNAISE 45, boulevard Lénine ✆ 04 72 89 77 40 CENTRES SOCIAUX Moulin-à-Vent : 47, rue du Professeur-Roux ✆ 04 78 74 42 91 - 06 66 67 87 92  Parilly : 27 bis, avenue Jules-Guesde ✆ 04 78 76 41 48  Minguettes (site Eugénie-Cotton) : 23, rue Georges-Lyvet ✆ 04 78 70 19 78  Minguettes (site Roger-Vailland) : 5, rue Aristide-Bruant ✆ 04 72 21 50 80 

Jeunesse MISSION LOCALE 8, avenue de la Division-Leclerc ✆ 04 72 89 13 30 CENTRE D’INFORMATION ET D’ORIENTATION (CIO) 21, rue Jules-Ferry ✆ 04 78 70 72 40 BUREAU INFORMATION JEUNESSE Espace central jeunes 1, place Henri-Barbusse ✆ 04 72 50 01 20

Sports MAISON DES SPORTIFS ROGER-COUDERC 10, av. des Martyrs-de-la-Résistance ✆ 04 72 50 74 02 OFFICE MUNICIPAL DU SPORT 22, rue Rosenberg ✆ 04 72 50 00 12 www.oms-venissieux.org


P 16 n° 627_Mise en page 1 13/06/17 11:58 Page1

PORTRAIT

PAGE 16

Mercredi 14 juin 2017 - n° 627 - www.expressions-venissieux.fr

SÉBASTIEN BOULON ET HUGUES CHAZOTTES

Les gones savent faire un bon café Ces deux amis d’enfance ont créé Gonéo, “une maison de torréfaction lyonnaise”… basée à Vénissieux. Ils revendiquent un café de qualité, adapté à un marché en pleine mutation, dans lequel ils comptent bien s’imposer aux côtés des plus grands. TEXTE : ALAIN SEVEYRAT - PHOTOS : RAPHAËL BERT

est l’histoire de deux “gones” aux papilles gustatives surdéveloppées, amis d’enfance, qui ont concrétisé leur rêve dans la zone d’activités qui borde le périphérique. Tout juste trentenaires, Hugues Chazottes et Sébastien Boulon sont torréfacteurs depuis janvier 2015. Leur métier consiste à traiter le café par la chaleur, au contact de l’air. En le déshydratant, ils lui donnent sa couleur brune, et développent eux-mêmes certaines de ses qualités aromatiques. Ne reste plus ensuite qu’à le vendre, en l’occurrence à des professionnels. Gonéo revendique près de 400 clients. Les deux tiers sont des cafés, hôtels et restaurants (CHR), au rang desquels la célèbre Brasserie Georges. “Ils nous ont fait confiance quatre mois après notre lancement. C’est un immense honneur et un immense plaisir de les livrer”, se félicite Sébastien Boulon. Les autres clients sont des entreprises, principalement des “bureaux”. “On avait le projet de créer une société ensemble depuis plusieurs années, dans l’agroalimentaire, autour de la gastronomie lyonnaise, relate Hugues Chazottes. Deux ans avant la création de Gonéo, nous avions eu l’opportunité de reprendre une affaire de torréfaction dans le sud de la France. C’est ce qui nous a mis la puce à l’oreille. Quant à moi, j’avais eu l’occasion de visiter des usines de torréfacteurs, via mon ancien travail de vendeur de packagings.”

C’

“Nous sommes devenus des œnologues du café” C’était aussi la période où le café, un produit alimentaire jusqu’alors “poussiéreux” selon lui, commençait à regagner ses lettres de noblesse. “Depuis dix ans, avec l’arrivée d’une célèbre marque de café en dosettes, puis l’émergence des coffee-shops qui poussent un peu partout, et enfin celle de nouveaux torréfacteurs, le marché a changé. On a donc décidé de se lancer, avec une dimension locale bien lyonnaise, et une autre axée sur un café résolument différent. En fait, nous sommes devenus des œnologues du café.” Mais dans la capitale des Gaules, une trentaine de concurrents est déjà sur place : de grosses multinationales italiennes connues et reconnues, distribuées par des brasseurs, de grands torréfacteurs français, et quelques enseignes plus locales. “Pour nous faire une

Sébastien Boulon et Hugues Chazottes veulent s’implanter sur un marché concurentiel avant de cibler les particuliers

place dans la région, nous nous positionnons autour de notre charte qualité, en ciblant principalement des restaurateurs qui travaillent des produits frais avec des circuits courts”, précise Sébastien Boulon. Mais d’où proviennent les cafés ? “Tous sont issus de la ceinture tropicale : Amérique centrale et latine, Océanie, Afrique noire et Asie, répond Hugues Chazottes. Nous passons par un petit importateur français dont le travail consiste à sourcer les produits pour que nos cafés soient traçables à 100 %, soit jusqu’à la ferme, soit jusqu’à la coopérative. Il est spécialisé dans les cafés à valeur ajoutée, mais ce n’est pas l’aventurier que l’on voit dans certaines publicités…” “Sur le plan du goût, on se différencie à 95 % de ce qui est proposé sur le marché lyonnais. Tous nos cafés verts proviennent de fraîches récoltes. Et nous ne travaillons pratiquement que des cafés dont les cerises sont récoltées manuellement, à pleine maturité sur le caféier, reprend Sébastien Boulon. C’est

une étape cruciale dans l’élaboration du café. Lors de la torréfaction, le développement des grains ne sera pas le même avec un grain trop jeune ou trop mature.”

Un marché en pleine transformation Quant au prix, il est plus élevé que celui du marché. C’est la rançon de la qualité, assurent en substance les deux fondateurs. Lesquels mettent en avant les marges confortables réalisées par les cafetiers. “Le prix au kilo se situe autour de 8 euros pour les mauvais cafés, et à partir de 15 pour les bons. Or, avec un kilo, on fabrique 130 cafés, explique Sébastien Boulon. Ce qui donne un prix de revient de 6 centimes pour un mauvais café, et de 12 centimes pour un bon.” En un mot, le prix d’un bon café permet de conserver des marges acceptables pour le restaurateur. “Lorsque vous discutez avec les tenanciers de bistrots bien installés, tous vous disent que les volumes de

vente se sont effondrés en dix ans. Il y a deux raisons principales à cela : l’arrêt de la cigarette d’une part, et d’autre part l’arrivée de la capsule et du café crème dans les foyers et les bureaux, poursuit Hugues Chazottes. Pour remonter leurs marges, ils se sont orientés vers des cafés peu onéreux. Mais on ne remonte pas des volumes avec du mauvais café.” La petite entreprise — composée de cinq personnes avec ses fondateurs — poursuit depuis quelques mois son bonhomme de chemin dans de nouveaux locaux, plus fonctionnels et plus spacieux. L’objectif, à terme, est de doubler le nombre de ses clients chez les CHR. “Dans la région lyonnaise, hormis les grandes chaînes nationales avec qui nous n’avons pas vocation à travailler, il existe environ 2 500 enseignes. Il y a donc de la place pour tous les acteurs du marché”, note Sébastien Boulon. Quant aux entreprises, elles représentent un vrai gisement qui devrait rapidement être mis à profit. Ne serait-ce que sur le terri-

toire vénissian, elles étaient selon l’INSEE 3 300 en 2014, grands groupes industriels, PME-PMI et micro-entreprises confondus. L’ultime étape sera sans doute celle des particuliers. “Un jour ou l’autre, nous en viendrons à proposer une offre à Monsieur Tout-lemonde, via un site internet marchand ou une boutique en centreville, avance Hugues Chazottes. Gonéo aura alors peut-être réussi son pari : “démocratiser le bon café”.  À découvrir sur www.cafes-goneo.fr

Expressions 627  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you