Page 1

DU

7 AU 20 NOVEMBRE 2012

Numéro 522

www.expressions-venissieux.fr

PHOTO RAPHAËL BERT

Vénissieux en dissidanse

Privée du défilé de la Biennale, Vénissieux danse quand même. La Ville et Traction Avant ont imaginé “leur” rendez-vous : Ici danse. 120 personnes s'y sont associées. À voir le 1er décembre. Pages 6-7

VENINOV

Vénissieux-les-Mines

Le redémarrage est désormais promis pour 2013.

Histoire - Au

p. 2

RENAULT TRUCKS Retour du chômage partiel.

p. 2

LOGEMENT SOCIAL

CONSEIL MUNICIPAL D'ENFANTS :

Un centre de ressources pour les agents HLM.

p. 3

UNE JOURNÉE CHAMPÊTRE AVANT L'INSTALLATION. page 3

XIXe

et au début du siècle, en plein essor industriel, les chefs d'entreprise réclament de plus en plus de charbon, par millions de tonnes. On fore partout de nouveaux puits et l'on se met en quête de gisements inédits. À tout hasard, celui de Saint-Étienne ne se poursuivrait-il pas sur la rive gauche du Rhône, dans notre Dauphiné ? Gagné. On découvre de la houille à mi-chemin de Vienne et de Vénissieux, à Ternay vers 1750 et en 1830 à Communay. En 1833, la Société des Recherches d'Heyrieux obtient le droit d'ouvrir

XXe

de nouveaux sondages dans l'est lyonnais. Après bien des espoirs déçus, l'or noir est enfin découvert. La longueur des puits et des galeries atteint quinze kilomètres ! D'après les géologues, le gisement dépasserait 140 millions de tonnes, soit l'équivalent de cinq années de consommation française. À Vénissieux, il repose sous la Perrière, la rue du Charbonnier, le Charréard, les usines Berliet et le parc de Parilly. Pour quelles raisons notre ville passat-elle à côté d'un destin minier tout tracé ?

Page 8


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS La commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 se fera à Vénissieux le dimanche 11 novembre à 11 heures, à l’ancien cimetière. Rassemblement à 10 h 45 devant la Maison du peuple. Prises de parole par Georges Sanlaville au nom de l’Arac, et par le maire Michèle Picard. Un vin d’honneur sera servi ensuite salle Albert-Rivat.

BUREAU DE L’UFAC L’union locale de Vénissieux de l’UFAC (association de combattants et de victimes de guerre) a récemment réélu son bureau. Henri Colombo en est le président, assisté de Lucien Guidoni (secrétaire et trésorier), trésorier adjoint Michel Thiebault.

COUPURES D’ÉLECTRICITÉ EN VUE À Vénissieux, ERDF va interrompre la fourniture d’électricité pour travaux : - le mardi 20 novembre entre 8 h 30 et 17 heures dans les portions de rues suivantes : du 9 au 13, rue Marx-Dormoy ; au 112, boulevard IrèneJoliot-Curie ; du 4 au 8 et au 12, rue de la Verrerie ; - le jeudi 22 novembre entre 9 heures et 12 heures : du 1 au 5 et du 2 au 8, square AndréLebon ; ainsi qu’au 13, rue Marx-Dormoy. Précisons qu’ERDF a mis en place un service gratuit d’information par mail qui permet à tout usager d’être alerté personnellement d’une future coupure d’électricité pour raison de travaux. S’inscrire sur www.erdf-prevenance.fr

L'UNICEF A BESOIN DE BÉNÉVOLES Pour le stand de vente qu'elle tiendra à Carrefour Vénissieux entre le 24 novembre et le 31 décembre, l’Unicef recherche des bénévoles. Une réunion d’information se tiendra jeudi 15 novembre à 14 h 30, salle Labourbe (6, rue J.-Labourbe) à Vénissieux.

FONDS LOCAL D’AIDE AUX JEUNES 1 511 jeunes Vénissians âgés de 18 à 25 ans, en difficultés d’insertion sociale et professionnelle, ont reçu l’an dernier un soutien financier du Fonds local d’aide aux jeunes (FLAJ). C’est ce qui ressort du bilan présenté début octobre, en conseil municipal. Ce dispositif cofinancé par le Conseil général du Rhône dispose d’un budget de plus de 57 000 euros. Le transport est le premier domaine de destination des aides. Les demandes sont instruites dans leur quasi-totalité par la Mission locale.

INSCRIPTION SUR LES LISTES ÉLECTORALES

Vous venez d’emménager à Vénissieux ou vous avez changé de domicile à l’intérieur de la commune? Vous avez jusqu’au 31 décembre inclus pour vous inscrire sur les listes électorales. Les demandes sont reçues du lundi au vendredi à l’hôtel de ville (de 8 h 30 à 17 heures), à la mairie de quartier du Moulin-à-Vent (de 8 h 30 à 12 h 15 et de 13 h 15 à 17 heures), à la mairie de quartier de Vénissy (de 9 h 30 à 12 h 15 et de 13 heures à 16 h 30). Se munir d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile. Renseignements complémentaires au 04 72 21 44 86.

Redémarrage en janvier, quinze embauches avant décembre ?

Une expulsion empêchée à la Darnaise

Veninov - Les Veninov avaient reprise. Si “le juge a mis l’accent sur rendez-vous mercredi 31 octobre en région parisienne, avec le liquidateur judiciaire. Leur objectif : avoir des précisions sur la reprise de l’activité sur le site de Vénissieux. Il faut dire que leur inquiétude était grande : sans nouvelles depuis cet été de Windhager, le repreneur, ils craignaient un nouveau volte-face dans ce dossier sensible, dans lequel se sont largement impliqués les pouvoirs publics. En présence de Me Sénéchal, le liquidateur judiciaire, de représentants du groupe autrichien et du juge du tribunal de commerce de Nanterre en charge du dossier, les Veninov -qui étaient accompagnés du sénateur Guy Fischer et du député honoraire du Rhône André Gerin- ont obtenu ce qu’ils étaient venus chercher : des informations. Même si elles diffèrent de ce qui était annoncé au moment de la

les ordonnances rendues au moment de la reprise par Windhager”, selon les dires des Veninov, les embauches immédiates devraient se limiter à quinze personnes avant décembre, auxquelles s’ajoutent cinq postes d’encadrement. 30 à 40 salariés supplémentaires, selon les plans initiaux de Windhager, rejoindraient en début d’année prochaine les rangs de la nouvelle société, dont la création devrait être actée dans les prochains jours. L’activité reprendrait à ce moment-là. Une nouvelle rencontre avec les salariés est prévue le 20 novembre. Le plan de reprise devrait alors être finalisé. D’ici là, de menus travaux de remise en état du site doivent commencer. Enfin, un partenariat avec une autre entreprise, afin de faciliter le retour de Veninov sur le marché français, sera probablement conclu. 

Retour programmé du chômage partiel chez Renault Trucks Emploi - Officiellement, la direction du constructeur de poids lourds évoque seulement “un risque” de chômage partiel, en prenant bien soin de préciser que “rien n’est encore décidé”. Officieusement, de source syndicale, la perspective d’une réduction de l’activité dans les semaines qui viennent ne fait plus l’ombre d’un doute. Les mesures de chômage partiel doivent être précisées lors du prochain Comité central d’entreprise (CCE), qui se tiendra le 8 novembre. Tous les établissements de production du constructeur sont concernés : Bourg-en-Bresse dans l’Ain, Blainville-sur-Orne dans le Calvados et bien entendu Vénissieux où travaillent 2 500 personnes. Dans l’usine moteurs, deux jours chômés sont programmés dès le mois de décembre, deux autres en janvier, un en février et tous les vendredis du mois de mars. Trois journées sont également programmées à l’emboutissage et à l’usine Ponts et Essieux (située à Saint-Priest), étalées sur la fin de 2012 et le début de 2013. Sans compter la première semaine de l’année (2, 3 et 4 janvier) qui sera chômée dans tous les établissements de production. Cette information, même si elle

n’est pas confirmée par la direction, ne constitue pas une surprise. Cela fait plusieurs semaines que la possibilité d’un recours au chômage partiel est évoquée dans l’entreprise. Le niveau d’activité est en effet très bas. Les syndicats eux-mêmes ne le nient pas. “On a eu un bon premier semestre durant lequel on nous a d’ailleurs demandé de faire des efforts, indique un représentant du personnel, mais il faut reconnaître que le second est très difficile. On est tombé à 96 véhicules/jour, bien en dessous de notre point d’équilibre.” Dans une interview accordée récemment à nos confrères du Progrès, le P-DG, Heinz-Jürgen Low, ne cachait pas que “le marché actuel des immatriculations est inférieur de 30 % par rapport à celui de 2008”. Or c’est en 2008 que l’entreprise avait pour la dernière fois décidé de recourir au chômage partiel. Jusqu’à la fin de l’année 2010, la réduction du nombre de jours travaillés avait touché 3 000 des 5 000 salariés des sites de Vénissieux et Saint-Priest. Un plan de dispense d’activité avait même été mis en place en direction des plus de 57 ans. Les mesures de chômage partiel avaient été suspendues après un second semestre 2010 plutôt bon. 

PHOTOS EXPRESSIONS

COMMÉMORATION DU 11 NOVEMBRE

PAGE 2

La mobilisation des militants du Réseau d’alerte a été décisive

In extremis - À quelques jours de la trêve hivernale des expulsions locatives, entrée en vigueur le 1er novembre, les militants du Réseau d’alerte et de solidarité des Vénissians ont empêché qu’une famille soit mise à la rue. Composé d’une dizaine de personnes, le groupe s’est posté devant l’allée du 36, boulevard Lénine, avant l’arrivée des forces de police, pour protéger une locataire qui doit plusieurs milliers d’euros à son bailleur, GrandLyon Habitat. “Il est vrai que la dette est importante, soulignait André Mazuir, responsable du Réseau, accompagné de MarieChristine Burricand, conseillère générale communiste du canton sud de la commune. Mais il s’agit d’une femme d’une cinquantaine d’années, seule avec deux enfants à charge, handicapée de surcroît par de lourds problèmes de santé. En janvier dernier, elle s’était engagée dans un plan d’apurement de la dette, mais ces derniers temps elle s’est isolée, au point que les services sociaux ont perdu le contact. De toute évidence, l’urgence est de réta-

blir ce contact, pas de l’expulser avec ses deux enfants.” Le discours a été entendu par le commissaire de police. Malgré la détermination du bailleur qui fait valoir, outre les impayés de loyer, de gros problèmes d’hygiène dans l’appartement, les agents de la police nationale ont levé le camp. La locataire a obtenu un sursis jusqu’au 15 mars, date à laquelle prendra fin la trêve hivernale des expulsions. Le contexte politique national n’y est peut-être pas étranger. La ministre du Logement, Cécile Duflot, et son homologue de l’Intérieur, Manuel Valls, ont en effet signé le 24 octobre une circulaire pour que les bénéficiaires prioritaires du droit au logement opposable ne soient plus expulsés. Même si la locataire de la Darnaise n’est pas dans ce cas de figure, cela dénote une nouvelle approche du problème au plus haut niveau de l’État. Cécile Duflot a depuis ajouté qu’elle n’excluait pas, pour les sans-abri et les mal-logés, de réquisitionner des logements vides. 

Une Maison du projet pour le GPV

SERVICE PUBLIC

POUR L’EAU, RASSEMBLEMENT LUNDI DEVANT LE GRAND LYON Gestion publique ou délégation de service public ? La DSP, qui a confié à Veolia et à la Lyonnaise des eaux la majeure partie de la distribution d’eau potable dans le Grand Lyon, se termine dans trois ans et ce lundi 12 novembre, les conseillers communautaires sont appelés à se prononcer sur le choix du mode de gestion de l’eau à partir de 2015. En pointe depuis des mois pour réclamer le retour à une régie publique, le Collectif des états généraux du service public du Rhône appelle à un rassemblement devant le siège du Grand Lyon (20, rue du Lac) à partir de 16 h 30. Pourtant, l’affaire semble entendue : la gestion de l’eau va rester dans le privé. Le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, a lui-même annoncé courant octobre qu’il ne souhaitait pas voir le mode de distribution changer. La durée de la DSP devrait cependant être limitée à huit ou dix ans et non plus trente ans comme aujourd’hui. Afin d’éviter les abus constatés (rappelons que l’eau lyonnaise est une des plus chères de France), une autorité organisatrice de l’eau devrait voir le jour. Elle comptera une quinzaine de personnes et aura pour mission de suivre au jour le jour les informations données par le délégataire.

L’équipe du GPV se recentre au cœur des Minguettes

Grand Projet de Ville - Depuis travers de l’Agence nationale de la 2004, l’équipe d’animation du GPV de Vénissieux (qui regroupe toutes les opérations de renouvellement urbain et de gestion de proximité menées aux Minguettes et à Max-Barel) est installée rue AlbertEinstein, en face de la chaufferie de la SECV. Début 2013 le directeur, Yazid Ikdoumi, et les huit agents, feront leurs cartons pour emménager à quelques centaines de mètres de là au 20, avenue Jean-Cagne, dans l’ancienne agence de l’Opac du Rhône. Les travaux d’adaptation, d’un montant de 105 000 euros financés par le Grand Lyon, sont en cours de réalisation, sous la direction des services municipaux. Le GPV est en effet une structure tripartite, mandatée et cofinancée par la communauté urbaine, la Ville et l’État au

rénovation urbaine. Par ce déménagement, il s’agit de mettre l’équipe du GPV au cœur de son périmètre d’action, à la jointure des deux principales opérations de renouvellement urbain engagées aux Minguettes : Vénissy et Armstrong. L’objectif est aussi et surtout d’aménager une véritable Maison du projet, proposant expositions, rencontres et autres animations permettant à la population, non seulement de s’informer sur les opérations en cours, mais également de participer à l’élaboration des futures actions. De ce point de vue, l’emplacement choisi, en bordure de l’avenue Jean-Cagne, face à Vénissy et à quelques dizaines de mètres de la station de tramway, est on ne peut plus adapté. 


ACTUALITÉS

Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 3

Une journée de découvertes CONSEIL MUNICIPAL D’ENFANTS - Invités par le maire à participer à une journée d’accueil à Champagneux, les jeunes conseillers ont fait connaissance entre eux, et sont partis avec beaucoup de sérieux à la découverte de leur rôle. Mise en place du conseil le mardi 20 novembre à l’hôtel de ville.

T

Falconnet, son adjoint en charge des affaires scolaires. “À quel âge peut-on devenir maire ? à 18 ans, à 21 ans, à 25 ans ?” La réponse est unanime : “25 ans !” Le maire rectifie : Non, c’est 18 ans ! Étonnement dans la salle. “On est beaucoup trop jeune ! On manque d’expérience”. Peu de maires sont élus à cet âge, confirme Michèle Picard, car “vous avez raison, il faut de l’expérience”. Les questions se succèdent : “Quelle est la durée d’un mandat de maire ? Combien de fois est-il renouvelable ? Est-ce qu’un maire peut gérer la mairie tout seul ? Comment est-il élu ? Quelles sont les ressources de la mairie ? Combien d’habitants compte Vénissieux ?”

Des commissions comme les grands Après ce QCM, viennent l’heure de déjeuner puis de jouer. Autant d’occasions de faire mieux connaissance encore. Les enfants troquent vite leur mission contre un ballon de foot, d’autres se lancent sur la tyrolienne, encadrés par les animateurs… Puis encore quelques moments partagés avec le maire qui offrait un livre à chacun : “Je serai trois milliards d’enfants”, d’Alain Serres, paru aux éditions Rue du monde. S’adressant une nouvelle

Voici comment on porte l’écharpe tricolore quand on est maire ou adjoint au maire

PHOTOS RAPHAËL BERT

rente-sept écoliers sur les quarante-quatre récemment élus au conseil municipal d’enfants ont participé le 31 octobre à une journée d’accueil organisée dans le centre de vacances DanielFery que possède la Ville de Vénissieux à Champagneux. Un moment inoubliable pour ces élèves de CM1 et CM2, qu’encadraient des animateurs des maisons de l’enfance. Venus en bus, les enfants ont d’abord joué à faire connaissance, chacun essayant de retrouver l’autre dans la salle. Sur le papier, juste quelques informations : “J’aime le rose, sur une île déserte j’emmènerais ma maison, je porte des lunettes, j’ai des yeux bleus, j’aime ma ville, j’aime les chats, je déteste le racisme, l’école…” Organisé par Tayeb Boussouar (direction municipale enfance) qui gère avec beaucoup de conviction la mise en place de ce CME, avec Said Idamine, intervenant socioéducatif de l’association Wesch, ce jeu a permis de tisser assez vite des liens. Ainsi, Ambre, Faustine et Louisa se sont mises à discuter. Un peu plus loin, Ryad et Hisac aussi. Un questionnaire sur le thème “Raconte-moi la mairie, comment ça marche ?” a ensuite été l’occasion d’échanges fournis avec le maire, Michèle Picard, et avec Christian

À Champagneux, une première rencontre studieuse et décontractée

fois aux jeunes conseillers, elle insistait : “Vous êtes les citoyens de demain, c’est pourquoi le conseil municipal d’enfants est très important pour nous, les élus de Vénissieux. Souvenez-vous que vous avez des droits et des devoirs. Vous pouvez compter sur moi comme je compte sur vous.” Pour finir la journée, et avant de remonter dans le bus, les enfants se sont répartis en trois commissions : environnement, solidarité et loisirs éducation. Leur prochain rendez-vous sera le 17 novembre au matin, à l’hôtel de ville. Les petits élus découvriront la salle du conseil municipal et prépareront la séance, histoire de ne pas être trop impressionnés le jour J. Car les jeunes conseillers seront alors très entourés : parents, enseignants, autres candidats… et bien sûr, le maire et tout le conseil. Rendez-vous donc pour la mise en place du CME le mardi 20 novembre, à 18 heures.  MICHÈLE FEUILLET

Paroles de jeunes élus Faustine, 9 ans (école du Centre, CM1) : “Quand le directeur a annoncé ma victoire, j’étais très heureuse. Être au conseil municipal d’enfants, c’est une responsabilité vis-à-vis des autres enfants. Je vais certainement participer à la commission solidarité.” Ambre, 10 ans (La Xavière, CM2) : “Je voudrais participer à la commission loisirs. La journée à Champagneux est très riche. Je m’entends déjà bien avec des filles d’autres écoles. Mes parents sont très fiers de moi et devraient venir à l’installation du conseil municipal d’enfants. J’espère que je ne serai pas trop stressée.” Hisac, 10 ans (école Léo-Lagrange, CM2) : “Moi je m’élève contre le racisme. J’en ai souffert. C’est quelque chose que je veux combattre. J’aimerais créer un atelier contre le racisme. Tous les enfants sont égaux. Si à notre âge on est raciste, alors comment gran-

Un centre de ressources pour les agents HLM Logement social - “Vous êtes les maillons d’une chaîne indispensable à la Politique de la ville menée dans les quartiers des Minguettes et de MaxBarel. Vous jouez un rôle essentiel.” L’hommage vient de Michel Calzat, délégué de l’État à Vénissieux. Il s’adresse aux quelque 170 collaborateurs des bailleurs sociaux*, réunis le 26 octobre dans la grande salle de conférence de Bioforce, à la Darnaise, à l’occasion du lancement officiel du centre de ressources HLM de Vénissieux. Évelyne Ébersviller, adjointe au maire déléguée au logement, est également présente, ainsi que Daniel Godet, président de l’association ABC HLM, qui réunit les bailleurs et constructeurs du Rhône. Ce centre de ressources ambitionne de mettre en réseau les personnels (gardiens, régisseurs, responsables d’immeubles, conseillers clientèle…). L’objectif est de croiser les expériences, échanger les savoirfaire, en vue d’améliorer la qualité du travail fourni à destination des locataires, mais aussi de mieux appré-

hender des situations de travail parfois délicates. Évelyne Ébersviller a beaucoup insisté sur ce dernier point : “Les agents de proximité sont en première ligne dans les quartiers. Ils sont confrontés au quotidien à des situations difficiles, dans un contexte économique et social qui s’aggrave. L’échange et la formation constituent un levier indispensable pour s’adapter. Ce centre de ressources répond donc à un véritable besoin.” Et Daniel Godet d’ajouter : “Il est de notre responsabilité de trouver l’équilibre entre le meilleur service offert aux locataires et des conditions de travail optimales pour notre personnel.” Concrètement, le centre va proposer de façon régulière des groupes de travail thématiques qui pourront prendre différentes formes : ateliers, visites de terrain, réunions… Une coordinatrice, Lucie Dénézé, a été spécialement recrutée. Depuis la rentrée, deux groupes de pilotage ont déjà eu lieu : l’un consacré au cadre de vie, l’autre à la problématique de l’accueil et de la relation client.

Dirigé par ABC HLM, en collaboration étroite avec les bailleurs sociaux, bénéficiant de financements de l’État et du Grand Lyon, le centre de ressources HLM de Vénissieux n’est pas une nouveauté dans l’agglomération. Il s’inspire directement de l’action menée avec succès depuis maintenant près de quinze ans à Vaulx-en-Velin. À la différence près que le centre de

Vénissieux ne s’adresse pas seulement aux gardiens d’immeubles mais à l’ensemble des collaborateurs de proximité. La démarche est donc plus ambitieuse.  G.L.

* Opac du Rhône, Sacoviv, Alliade Habitat, GrandLyon Habitat, HMF, ICF, Habitat sudest Méditerranée, Portes des Alpes Habitat, Vilogia, SCIC Habitat Rhône-Alpes et Erilia.

dirons-nous ? Mon maître était très content pour moi. Les autres élèves me voient différemment maintenant.” Rayan, 10 ans (école Joliot-Curie, CM2) : “Je voudrais participer à la commission environnement. Je souhaite davantage de parcs, de fontaines et pourquoi pas un autre stade de foot à Vénissieux.” Majid, 10 ans (école Moulin-àVent, CM2) : “Concernant le groupe scolaire d’abord, je proposerai l’installation d’une boîte à idées. Ainsi je ferai remonter les demandes des autres élèves au CME : un peu comme un porte-parole ! Quand on est élu, on doit prendre en compte les besoins des autres. Le 20 novembre, j’ai peur d’être trop stressé.”

Les élus du CME : Noura Aguilt, Chahinaze Atbi, Imène Beghdadi, Myriam Belhareth, Romayssa Boufoud, Moussa Bouiflane, Sirine Bouzid, Mélissa Cavcic, Kyllian Chomet, Laurena Debard, Nawel Diaby-Monnery, Majid El Khoulam, Mamadou Fadiga, Kahina Fellahi, Adam Fiorato, Mathieu Garneret, Rayan Gherbi, Syrine Ghezal, Idriss Guelbi, Solène Guillemin, Zarra Khelalfa, Amira Khelifa, Lockmen Tayeb Laoucheria, Louisa Lonoce, Claudia Lopez, Sofiane Medjgal, Iyad Mohamed, Hisac Muntean, Farha Mze, Nansi Nkufula Ngiaba, Hamza Ouertani, Sirine Ouhaibia, Tom Petitjean, Adrien Roman, Ambre Roussel, Lukas Saman, Faustine Sanchiz, Karim Seck, Tamim Siouda, Iskandre Tabboui, Slimane Tedbirt, Nour Touati, Anatole Varet, Leyane Zerroug.


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS Dans le cadre de la Fête de l'Humanité Rhône, Michèle Picard participera ce samedi 10 novembre à 14 h 30, à un débat sur le thème “Austérité, compétitivité, précarité… salaires, services publics, emplois… Où sont les priorités ?”. Sont annoncés des représentants du PCF, du Front de gauche, du PS, de l'UMP, de la CGT, de la FSU, des salariés de Veninov, de Prestalis, de Sanofi. Centre culturel Charlie-Chaplin, à Vaulx-en-Velin.

ORNITHOLOGIE Organisé par l’association ornithologique rhodanienne, le 31e championnat régional d’oiseaux de cages et de volières se déroulera le 10 novembre, de 9 heures à 19 heures, et le 11 novembre, de 9 heures à 18 heures, à la salle IrèneJoliot-Curie. Entrée : 3 euros. Enfants de 6 à 12 ans : demi-tarif. Gratuit en dessous de 6 ans.

AUTOUR DE LA NATURE Le centre social du Moulin-àVent organise lundi 19 novembre de 14 heures à 16h30 une animation intitulée “A la recherche des oiseaux de notre quartier”. Animation de Fabien Dubois, naturaliste de la Ligue de Protection des Oiseaux. Participation : 2 euros. Inscription obligatoire au centre social : 47-49, rue Professeur Roux. Tél. : 04 78 74 42 91.

Assistantes maternelles et Point info familles font accueil commun Petite enfance - Depuis mi-octobre, le Relais assistantes maternelles (RAM) de Vénissieux et le Point information familles (PIF) ont fusionné leurs activités et se sont installés au 26, rue du Château. Le RAM (qui existe à Vénissieux depuis 2001) était auparavant basé rue Ambroise-Croizat et le PIF à l’hôtel de ville. Leur ensemble devrait prochainement changer de nom pour devenir ARPE : accueil relais petite enfance. “Le RAM, qui regroupe 340 assistantes maternelles indépendantes et agréées, et le PIF offrent un accompagnement global aux familles à la recherche d’un mode d’accueil pour leurs enfants à Vénissieux, rappelle Danièle Gicquel, adjointe au maire chargée de la petite enfance. Face à une activité croissante, réunir en un même lieu les deux structures devenait indispensable.” La structure contribue également à la professionnalisation des assistantes maternelles, par exemple en participant à différentes formations. C’est aussi dans ces locaux qu’auront lieu désormais les temps de regroupement entre les nounous. L’effectif de l’équipe a doublé : “Il comprend deux adjointes administratives et quatre animatrices : trois

Rencontres internationalistes -

PERMANENCES DE NOVEMBRE

Si on s'amusait à répertorier les accents avec lesquels on a entendu parler le français aux Rencontres internationalistes organisées fin octobre par les communistes de Vénissieux, la liste serait longue : français de France, français d'Italie ou d'Allemagne, français de Chypre, de Belgique, d'Irak, du Mali, de Syrie, du Liban, du Bénin, du Nicaragua… d'autres encore. Et bien sûr français des ambassadeurs de la république de Bolivie et de la république de Cuba, qui sont désormais des fidèles de ces rencontres. Les

LOISIRS ET SOLIDARITÉ DES RETRAITÉS Lundi 19 novembre, l’association propose de partager une paella. Le déjeuner sera suivi d’une après-midi autour de Jean-Jacques Rousseau : lecture par la compagnie Brasero nocturne (Chambéry). Côté ciné, deux séances à retenir à Gérard-Philipe : le 15 novembre (“Un plan parfait”) et le 20 (“L’air de rien”). Sans oublier chaque semaine les randonnées et activités serviettage ou scrapbooking… LSR : 8, boulevard LaurentGérin. Tél. : 04 72 21 82 37.

BRADERIE SOLIDAIRE Le comité local du Secours populaire français (SPF) organise une braderie solidaire, le samedi 10 novembre de 8h30 à midi dans ses locaux: 99, boulevard Joliot-Curie. De nombreux livres seront en vente.

éducatrices de jeunes enfants et une conseillère en économie sociale et familiale. Outre l’accueil rue du Château, des permanences vont être organisées dans d’autres quartiers, pour être plus proches des familles, comme dans l’ancienne crèche Viviani… La recherche d’autres “locaux satellites” est en cours sur Parilly et sur les Minguettes.” Pour mener à bien ce regroupement, des travaux importants ont été réalisés par la Ville pour un coût

deux diplomates ont d'ailleurs été officiellement accueillis par Michèle Picard, le maire de Vénissieux. Commencées le vendredi soir par une rencontre organisée par le mouvement de la Jeunesse Communiste au cours de laquelle deux jeunes, grecque et tunisienne, ont apporté leurs témoignages, les Rencontres ont tenu leurs promesses d'échanges. Quelque deux cents personnes y ont pris part et ont pu débattre avec notamment Georges Gastaud, écrivain et philosophe communiste (auteur par exemple de “Patriotisme et Internationalisme,

Sienne Design, portes ouvertes sur le digital Communication - Malgré la dureté gnait Olivier Fischer. La création de des temps (c’est encore plus vrai dans la communication), l’agence vénissiane Sienne Design continue à tracer sa route. Et tient à le faire savoir. Le jeudi 25 octobre, Olivier Fischer et toute son équipe organisaient une journée portes ouvertes. L’occasion de redécouvrir les départements “historiques” de l’agence: le print (c’està-dire la communication écrite), l’objet promotionnel, l’événementiel (organisation de soirées, d’inaugurations, séminaires…). Et surtout de découvrir le nouveau site internet Sienne Design, illustration du savoir-faire maison en matière de communication digitale. “Le digital est notre plus jeune département, mais c’est aussi celui qui connaît la plus forte croissance, souli-

sites internet ou intranet, d’applications ou de sites mobile, génère la majeure partie de nos nouveaux clients.” Entre autres références, Sienne Design a assuré la refonte graphique du site de l’École de management de Grenoble, et accompagné le Théâtre national populaire de Villeurbanne dans la conception de son site internet et d’une application iPhone. L’agence reste néanmoins une référence régionale en matière de communication écrite. Pour exemple, elle s’est dernièrement vue confier la création du logo et de la charte graphique du Pôle Métropolitain, qui regroupe le Grand Lyon, la communauté d’agglomération du Nord-Isère, le Pays Viennois et Saint-Étienne Métropole. 

RZ ELECTRICITE «

un artisan à votre service!»

SOINS INFIRMIERS Lætitia Goddard a ouvert mioctobre un cabinet de soins infirmiers 37, rue des Martyrsde-la-Résistance. Elle assure aussi les soins à domicile, toilettes, injections, chimiothérapies, dialyses… Contact : 06 85 57 78 80.

340 nounous agréées et indépendantes sont rattachées au relais

de 165 000 euros, financés à 80 % par une subvention de la CAF du Rhône. Ils ont permis l’aménagement du hall d’accueil, du secrétariat, de trois bureaux, d’une salle de réunion et d’une salle d’activités pour les enfants, d’un coin sommeil ainsi que d’une salle de change avec bloc sanitaire.  Le Relais - Point information familles : 26, rue du Château Tél. : 04 72 51 17 82.

Des philosophes, des ambassadeurs... des militants

CONSEILS DE QUARTIER : Centre : 8 novembre à 18 heures au local collectif résidentiel, rue du Château. Parilly : 8 novembre à 18 h 15 au foyer Marcel-Sembat Jules-Guesde : 8 novembre à 18 heures au local du conseil Georges-Lévy/ErnestRenan/Moulin-à-Vent : 13 novembre à 18 heures, salle Ernest-Renan Jean-Moulin/Henri-Wallon : 14 novembre à 17 h 30 au local du conseil. Gabriel-Péri : le 16 novembre à 16 h 45, au restaurant scolaire Gabriel-Péri.

PHOTOS RAPHAËL BERT

DÉBAT CONTRADICTOIRE

La maîtrise de l’énergie !

Électricité générale Neuf et rénovation (NFC15.100)

dépannage 7j/7

ENTREPRISE QUALIFIÉE

38, rue Eugène-Maréchal 69200 Vénissieux Tél. : 04 72 50 71 59 - Fax : 04 72 51 09 17 Mel : rzelec@orange.fr

40 15 27713 069 0

Éléments de réflexion marxiste sur la question nationale”) et Domenico Losurdo, philosophe italien, membre du PdCI et président de la Société hégélienne internationale. Ce qui a amené à des échanges de haute tenue. Liens entre drapeaux rouges et drapeau tricolore, rôle du Medef dans la construction de l'Europe des régions, rôle des partis communistes et du PCF en pleine préparation de son congrès de février 2013, rôle de la Chine, organisation de coopérations entre pays d'Amérique latine dans le respect des chemins pris par chacun… Les discussions ont été si riches que les organisateurs ont prévu de tirer des trois débats de cette journée un livre et un DVD. Pour finir ces rencontres, l’assemblée a relayé une lettre au président de la République et au ministre des Affaires étrangères, exigeant l’arrêt des interventions militaires françaises. Lettre qui commence par ces mots : “En tant que citoyens soucieux du prestige de la France dans le monde, nous attendons que vous répondiez à la volonté de paix de ceux qui vous ont mandatés, au lieu de chausser les bottes du va-t-en-guerre impérialiste Sarkozy. (...)” 

PAGE 4

LP JACQUES-BREL

DIRECTION LES ÉTATSUNIS POUR 24 ÉLÈVES Dans le cadre du programme de bac pro ASSP (accompagnement soins et services à la personne), les élèves suivent un cours important sur la protection sociale. D’où l’idée de concrétiser cet enseignement. Pour se faire, les 24 élèves de la classe de 1ere ASSP du lycée vont s’envoler une semaine pour les États-Unis, en mars ou avril, accompagnés de Mme Edery, professeur de sciences médicosociales et de Mme Pichar, professeur d’anglais. Objectif : “Étudier sur place le système de protection sociale américain, radicalement différent du système français.” Le cœur de leur séjour se fera en Pennsylvanie. “Nous devons rencontrer des responsables de structures médicalisées. Sont également programmées des rencontres avec des professionnels de santé et peut-être un élu chargé de ces questions.” Avant de rentrer en France, les élèves séjourneront à New York puis à Washington où elles pourront peut-être visiter la Maison Blanche. Au retour, un rapport écrit sera rédigé par les élèves et diffusé aux professionnels de santé qui accueillent les élèves en stage, ainsi qu’aux financeurs. Le coût du voyage s’élève à environ 22 000 euros. Le Conseil régional a promis une aide de 6 000 euros. Pour boucler le budget, les lycéens ont démarché les élus de leurs communes respectives. Lilia, jeune Vénissiane, a rencontré Eléazar Bafounta, adjoint au maire. Dans le cadre des actions jeunesse, la Ville débloquerait une subvention de 2 900 euros. Maeva et Lina, de Vaulx-en-Velin, ont rencontré la députée Hélène Geoffroy et les conseillers généraux. “Ils nous ont promis une aide.” Marine, de Corbas, a frappé à la porte de sa mairie, tout comme les lycéens de Saint-Fons, Saint-Priest, Villeurbanne et Bron. Chaque famille participera à hauteur de 250 euros.

Le 8 novembre, une réunion publique grandeur nature Développement durable - Amoureux des jardins, habitants soucieux du respect de l’environnement et de la qualité de l’air, passionnés d’apiculture, amateurs de miel… Rendez-vous ce jeudi 8 novembre à 18 heures, à l’hôtel de ville, pour une nouvelle réunion publique du CCDHD, le Conseil citoyen du développement humain durable. Entre jardins et miel, le menu en est donc à la fois copieux et alléchant. L’association Naturama commencera par présenter un état des lieux des jardins de Vénissieux, qu’ils soient privés ou publics. Plusieurs présidents d’associations de jardins collectifs seront là pour témoigner. L'état d’avancement du plan d’actions municipal autour du “DHD” sera présenté. Rappelons en effet que l’Agenda 21 de Vénissieux a été officiellement validé par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Pour finir, les représentants de Naturama tireront le bilan de l'opération menée depuis le printemps dernier le long du boulevard Coblod, où cinq ruches ont été implantées. Au-delà de la production de miel (que l’on pourra goûter), l’objectif était de mesurer la quantité de pesticides, de métaux lourds et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) présents dans notre environnement. Résultats des analyses, donc, ce jeudi. 


ACTUALITÉS

Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 5

CONSEILS DE QUARTIER

MAX-BAREL/ CHARRÉARD

qu’on pose ces problèmes”, s’énerve-til, décrivant cette plate-forme de transport combiné qui débouche sur un cul-de-sac ou les camions qui circulent jour et nuit… Réclamant aussi que la vitesse rue SalvadorAllende soit limitée à 30 km/h, il termine par ce cri : “Écoutez-nous !” Sur ces sujets, Henri Thivillier rappelait les données du problème : si les deux villes et le Grand Lyon réclament ensemble depuis une décennie que les camions entrent et sortent exclusivement par la rue du Beaujolais, il n’existe aucune perspective de déménagement du centre Naviland Cargo : “Et il ne faut même pas s’y attendre… Mais il ne faut pas non plus que les camions traversent nos quartiers. Le BUE doit nous permettre de les évacuer et on milite pour que, dans son prolongement entre le chemin du Charbonnier et l’ancienne route d’Heyrieux, il franchisse le plus vite possible les voies ferrées. Les études de faisabilité ont été lancées par le Grand Lyon, il faut passer 2013 à réclamer que ce projet aboutisse au prochain mandat. D’ici là, nous devons avoir accès aux études et obtenir l’ouverture d’une concertation sur le sujet.”

Beaucoup, beaucoup de monde ce 24 octobre, pour ce conseil de quartier que préside Évelyne Béroud. Tellement qu’on n’a cessé d’installer de nouvelles chaises dans le foyer MaxBarel. Et parmi les participants, une dame de Saint-Priest, Laurence Conte, qui se présente comme “viceprésidente habitante du conseil de quartier Berliet et environs”. Est-ce une première, qu’une voisine d’une commune voisine intervienne dans un conseil de quartier de Vénissieux ? Peut-être bien. Cette visite a en tout cas beaucoup intéressé Henri Thivillier, l’adjoint au maire chargé de l’urbanisme, qui n’a pas manqué d’aller discuter avec la dame à l’issue de cette réunion animée. Mme Conte était venue inviter les habitants de ces quartiers à “se battre ensemble car, dit-elle, on ne va pas jouer à Roland-Garros entre nous !” Et de fait, pour bien vivre ici, il faudrait résoudre nombre de difficultés qui ne connaissent pas les frontières communales. Exemples : l’aménagement du secteur entre le pont Berliet et la gare de Vénissieux, le prolongement du Boulevard urbain est, ou encore les nuisances entraînées sur le chemin du Charbonnier et alentours par la plate-forme Naviland Cargo (ex-CNC). Président de “Halte au bruit et à la vitesse”, M. Réa développe les mêmes doléances : “Notre association existe depuis 20 ans et cela fait 11 ans

Les Coblod murés D’année en année, un autre sujet revient dans ce conseil : le contournement ferroviaire de l’est lyonnais. Quel tracé pour la partie sud du CFAL ? Va-t-on faire traverser des zones habitées par des lignes de fret international ? “Ça fait plus de dix

PHOTO YVES RICARD - DRC VILLE DE VÉNISSIEUX

Des routes au rail

La vice-présidente du conseil de quartier de Saint-Priest “Berliet et environs” a invité San-Priots et Vénissians à agir ensemble

ans qu’on travaille sur le sujet, rappelait encore Henri Thivillier. La position des élus de Vénissieux est claire : c’est niet ! On ne veut ni transport international sur la voie ferrée historique qui traverse la ville ni rien qui n’ait à transiter par l’agglomération.” Mais, relevait un intervenant, le socialiste Yves Blein qui représente depuis juin la 14e circonscription à l’Assemblée nationale, développe une position beaucoup moins tranchée. Ce qui amenait l’adjoint au maire de Vénissieux à préciser : “Je suis très fâché que le député ne prenne pas en compte ces discussions”. Dans ce compte rendu, on devrait aussi parler de la Sacoviv et des nombreux griefs dont ont fait état plusieurs habitants, dont une

dame au bord de la crise de nerfs. Le sujet ayant occupé longuement le conseil de Pasteur le lendemain (voir ci-dessous), on ne s’y attardera pas. On n’oubliera pas en revanche le plaidoyer du président de l’amicale CNL des Coblod pour une famille de cette cité cheminote, dont ICF a programmé la démolition d’ici à 2020. “Une maman vivait ici depuis toujours avec ses deux enfants, raconte M. Vidal. Elle est décédée l’été dernier et ICF a refusé de transférer le bail aux enfants parce que leurs revenus sont supérieurs aux barèmes sociaux. Si au moins le logement était reloué… mais pour le murer, c’est lamentable.”  SYLVAINE CHARPIOT

Les tours donnent le ton PASTEUR/MONERY -

Deuxième sujet de la soirée, le groupe scolaire Pasteur. Un délégué du conseil, Lionel Pillet, ouvre la brèche : “Pourquoi construit-on à outrance au Monery sans prévoir suffisamment d’espace dans les écoles ?” Michel Patras, le directeur, répond que Pasteur accueille quarante élèves de plus : “Nous travaillons dans des conditions différentes, avec des effectifs chargés. L’Éducation nationale ouvrira peutêtre une classe en 2013 mais le seuil permettant une création n’est pas encore atteint. ”

Le maire, Michèle Picard, apporte d’autres précisions: “La prospective montre que nos écoles peuvent absorber de nouveaux élèves jusqu’en 2022, sauf au Centre. Vénissieux a compté jusqu’à 75000 habitants et il n’y avait pas plus de groupes scolaires! Il est vrai que la Ville a aussi utilisé des espaces pour la petite enfance ou les arts plastiques et qu’il nous faut recentrer, réfléchir avec les enseignants et les directeurs. Nous allons retravailler les périmètres scolaires, en concertation avec les parents, au Charréard, à Max-Barel et à Pasteur. Quant aux travaux: nous réhabi-

PHOTO RAPHAËL BERT

On aura beau avoir parlé des travaux nécessaires à l’école Pasteur, de ceux qui ont perturbé le chemin du Laquay, de la réfection des trottoirs de la rue Jean-Duclos ou des problèmes d’inondation lors de fortes pluies, de la résidence Jardins du Monery, une question a marqué le conseil de quartier du 25 octobre : celle qui a opposé des locataires des tours de la rue Beethoven à leur bailleur, la Sacoviv. En remplacement de Francis Rambeau, c’est l’adjointe au maire Edith Chagnard-Peillard qui, devant un public nombreux, a brossé le bilan de l’année et le suivi des demandes du conseil, avant de passer la parole à l’assistance. Les travaux entrepris entre le chemin du Laquay et la route de Corbas ouvrent les débats : “Ils sont positifs, résume ce riverain, mais réalisés avec une attention hasardeuse. Une pelleteuse a arraché le câble de Numéricable. Celui pour l’alimentation électrique a été coupé en face de la station-service. Je n’ai plus d’internet et de téléphone depuis quatre semaines, plus de télévision depuis huit semaines. La chaussée est défoncée. Du goudron à chaud (et non provisoire) est remis pour être à nouveau creusé quelques semaines après. Quelle est l’opportunité de l’enchaînement de ces travaux ?” Élu à l’environnement, PierreAlain Millet juge cela en effet “inacceptable” et promet d’interpeller le Grand Lyon dès le lendemain.

Principal bailleur dans ce quartier, la Sacoviv est souvent interpellée sur des questions de proximité

litons un groupe scolaire par an et consacrons chaque année 850000 euros aux écoles. C’est un gros effort!” Henri Thivillier, adjoint à l’urbanisme, rappelle aussi le “plan Orsec” pour les écoles lancé dès 1995-2002: “La Ville a alors investi 130 millions de francs. Pasteur en a bénéficié. Et souvenonsnous qu’il a fallu tenir compte ici de l’avis des Bâtiments de France.”

“Laissés pour compte”? À présent plusieurs habitants du Monery interpellent l’assemblée : “Nous sommes des laissés pour compte. Je garde l’espoir que M. Guyard, le directeur général délégué de la Sacoviv, Mme Ébersviller, l’élue qui en est la présidente, et Mme le Maire se déplacent dans notre quartier. Nous avons des droits et des devoirs et aimerions que la Sacoviv ait des devoirs envers nous aussi. Nous constatons une dégradation au niveau des trois tours. Les étages ne sont plus lavés depuis plus de dix ans, les poubelles placées à l’extérieur génèrent du bruit, la barrière de sécurité incendie de la tour 25 est cassée depuis deux ans, les jeunes viennent squatter… Nous avons l’impression d’être abandonnés, non pas par la Ville mais par la Sacoviv.” Point par point, M. Guyard répond à ces critiques avant que le maire ne propose “une réunion spéciale” sur le sujet. D’autres questions seront abordées mais l’accablement de ces locataires, le sentiment qu’ils décrivent de n’être pas entendus a marqué les esprits.  JEAN-CHARLES LEMEUNIER

CALENDRIER DES ASSEMBLÉES SAINT-EXUPÉRY : mercredi 14 novembre, préau couvert du groupe scolaire (37, boulevard Lénine). Présidente : Amina Ahamada Madi. ● ANATOLE-FRANCE/PAUL-LANGEVIN : jeudi 15 novembre, Maison des fêtes et des familles, salle n° 2 (20, av. Division-Leclerc). Présidente : Marie Seemann. Visite de ces deux quartiers samedi 10 novembre : - Saint-Exupéry : à 9 heures, rue Aimé-Césaire. - Anatole-France/Paul-Langevin : à 10 heures, centre commercial de la Rotonde - à 10 h 30, Vénissy ●

GEORGES-LÉVY/ ERNEST-RENAN/MOULIN-À-VENT : mercredi 21 novembre, restaurant du groupe scolaire du Moulin-à-Vent (22, rue Pierre-Brossolette). Présidente : Eliette Orenès. ● JOLIOT-CURIE : jeudi 22 novembre, restaurant du groupe scolaire Joliot-Curie (13, rue Roger-Salengro). Président : Abdelhak Fadly. Visite de ces deux quartiers vendredi 16 novembre : - Georges-Lévy : à 16 h 30, entrée centre nautique intercommunal - à 17 heures, place Ennemond-Romand. - Joliot-Curie, à 18 heures gymnase Albalate rue Salengro ●

LÉO-LAGRANGE/LOUIS-PERGAUD : mardi 27 novembre, restaurant du groupe scolaire (49 bis, rue Léo-Lagrange). Président : Jeff Ariagno. Visite vendredi 23 novembre à 17 h 30 centre ccial provisoire Vénissy ●

● JEAN-MOULIN/HENRI-WALLON :

mercredi 28 novembre, restaurant du groupe scolaire Jean-Moulin (10, rue Vladimir-Komarov). Présidente : Michèle Baïcchi. ● CHARLES-PERRAULT : jeudi 29 novembre, salle de sport du groupe scolaire (1, rue de la Démocratie). Président : Eleazar Bafounta. Visite de ces deux quartiers : samedi 24 novembre - Jean-Moulin : à 9 heures, groupe scolaire Henri-Wallon, côté rue Komarov. -Charles-Perrault : à 10 heures, rue de la Démocratie. Tous les conseils ont lieu à 18 heures.


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

CULTURE

PAGE 6

ICI DANSE

Vénissieux en dissidence Faute d’avoir pu participer au défilé de la Biennale de la danse, la Ville et la compagnie Traction Avant ont imaginé “leur” rendez-vous. Guidés par des chorégraphes et filmés par Slimane Bounia, huit groupes de Vénissians, représentant quelque cent vingt personnes, ont dansé dans huit lieux emblématiques. Résultat ce 1er décembre sur place et à la médiathèque Lucie-Aubrac. JEAN-CHARLES LEMEUNIER

algré le petit vent frisquet qui souffle, elles sont toutes là, tôt le matin, les filles de l’atelier municipal de danse. Après une boisson chaude et un croissant dans les locaux de Traction Avant, au Moulin-à-Vent, les voilà qui s’échauffent dans la cour qui jouxte l’EPJ. Elles écoutent les indications de leur prof de danse et chorégraphe, Margaux Morichon, sous l’œil attentif du réalisateur Slimane Bounia. Nous sommes au cœur du projet Ici danse, piloté par Traction Avant et soutenu par la Ville, qui réunit huit groupes de danseurs vénissians et autant de chorégraphes. Il s’agit de filmer le chorégraphe seul, dans un lieu emblématique de la commune, puis le groupe dans le même lieu. Toutes ces vidéos seront visibles le 1er décembre à la médiathèque Lucie-Aubrac comme sur le site de Traction Avant et dessineront, selon les termes de Marc Bernard, directeur de la compagnie vénissiane, “une cartographie avec les habitants et les chorégraphes, accompagnés par les musiques de Blaise Batisse, qui est enseignant à l’école de musique.” Marc donne des précisions sur ce qu’il appelle “la saison 1” - il espère bien en effet qu’Ici danse se poursuivra l’an prochain puisqu’il connaît des associations qui n’ont pu participer à cette édition mais sont déjà prêtes à se lancer pour la seconde. “Nous avons huit groupes : douze personnes des centres sociaux des Minguettes ont été filmées avec Kader Hamza devant la fontaine de la Maison des fêtes et des familles. Farid Azzout et un groupe de sept femmes des Minguettes l’ont été au stade de l’AS Minguettes. Raouf Ghouila et sept adhérents de la MJC ont dansé devant l’ex-MJC. Serge Bissadissi avait avec lui une cinquantaine d’enfants de l’école du Centre, place de la Paix. Ici, dans la cour de l’EPJ, Margaux est avec sept filles de l’atelier municipal de danse. Il reste encore à filmer Annie Legros et douze personnes de l’association Baylafos le 10 novembre à l’école Pasteur ainsi

PHOTO RAPHAËL BERT

M

Slimane Bounia a filmé séparément dans le même lieu les chorégraphes et leurs groupes de danseurs (ici avec Margaux Morichon et les filles de l’atelier municipal de danse)

que Christine Leïté et une quinzaine d’adultes de Max-Barel pour de la danse country, le 14 novembre.” Une dizaine de jeunes des EPJ devaient, accompagnés de leur chorégraphe Farès, être filmés deux fois déjà mais les conditions météorologiques n’ont pas été favorables (n’oublions pas que les tournages ont toujours lieu en plein air). Ce n’est que partie remise et Marc et Slimane ne désespèrent pas de fixer sur pellicule (numérique) leurs pas de danse.

SERVICES À LA MAISON

Prestation d’aide à domicile Livraison de repas Tél. : 04 78 20 91 06 www.vitame.fr - jf.vitame@orange.fr

Avec ces quelque 120 participants, ce premier épisode d’Ici danse est déjà un succès.

intégré les plus jeunes, puis les coussa, qui a beaucoup de succès.” adultes. “Il faut se faire plaisir avant Les danseur(se)s vénissian(e)s tout, soutient Éliette. Les inscriptions collaborent également depuis quatre se sont déroulées en septembre ans avec la JAAC de Caluire à des mais il reste encore de la place, spectacles, joués pour la deuxième Margaux, qui a une formation sauf chez les plus petits. En année au Théâtre de Vénissieux. classique, enseigne le modern jazz parallèle au modern jazz, l’ate- Quant à Ici danse, Éliette est ravie lier propose aussi de la danse qu’on puisse “faire vivre Vénissieux au gymnase Colette-Besson orientale avec Aïcha Cous- autour d’un tel projet”.  Éliette Piccolo, qui a accompagné les filles, parle de l’atelier municipal de danse : “Il a été créé à la suite er de la dissolution de l’amicale laïque Gabriel-Péri qui, depuis longtemps, faisait beaucoup de classique. Avec Sylvie Rochatin, la direction des Sports Rendez-vous à 13 h 45 devant la médiathèque : un bus gratuit emmèet le soutien de la Ville, nous avons nera le public sur les lieux où ont été tournées les vidéos. La balade lancé l’atelier. Il a démarré à Gabrieldurera jusque vers 15 h 15. Péri et nous avons intégré le gymnase Retour à la médiathèque vers 15 h 30. Colette-Besson depuis quatre ans. Sur place, on pourra voir tout l’après-midi les vidéos tournées par SliNous avons repris avec du modern mane Bounia avec les différents chorégraphes et leurs groupes. Il y aura jazz et des cours à partir de 9 ans, qui également des démonstrations de danses. sont donnés par Margaux. Étant Scène ouverte de danse avec les participants des vidéos et le public qui donné sa formation, elle sera filmée le désirera. par Slimane sur une chorégraphie clasLe chorégraphe vénissian Farid Azzout proposera au public une danse sique. C’est bien car nous n’en avons partagée. plus à Vénissieux.” Dans la ville, seront disposés des flashcodes qui permettront, par l’inS’adressant dans un premier termédiaire d’un smartphone, de visionner les vidéos. temps aux ados, l’atelier a ensuite

Samedi 1 décembre, à la médiathèque Lucie-Aubrac


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 7

CULTURE

DANSEZ À VÉNISSIEUX AVEC DEUX NOUVELLES ASSOCIATIONS

Babeth s’en va-t-en mer œur de la chanteuse Mireille Rivat, Babeth Rivat a l’impression d’avoir toujours dansé. Elle a travaillé avec le Théâtre du Mouvement et la compagnie Käfig (“à la même époque que Farid Azzout”). C’est en 1991 qu’elle commence à donner des cours à Vénissieux, notamment à la MJC Le Cadran. “Nous étions membres du conseil d’administration de la MJC, expliquent Babeth, Amandine et Manon. Quand nous avons su que la structure allait fermer, nous avons décidé de créer notre association.” Bab Dance est née fin mai de cette année : Amandine en est devenue la présidente et Manon la secrétaire. Babeth, elle, continue de dispenser les cours. “Nous avons une cinquantaine d’adhérents pour des cours de renforcement musculaire (qu’on appelait avant aerobic) et de danse.” Outre le dynamisme et la qualité des rapports humains, un autre point a valu sa réputation à l’enseignement que Babeth dispensait à la MJC : les spectacles de fin d’année ! ll y eut “Résiste”, “Alice au pays des merveilles” ou “J’aurais voulu être un artiste” ... une douzaine au total, tous gravés dans les mémoires. “On travaillait pendant toute l’année à une véritable comédie musicale, avec des musiciens. Tout le monde apportait ses idées sur l’histoire, la musique,

S

les costumes, la mise en scène...” Bien sûr, pas question de laisser tomber l’idée avec la nouvelle association. “Les jeunes ont voulu qu’on axe notre prochaine comédie musicale sur le thème des pirates, reprend Babeth. On va commencer à y réfléchir en décembre, travailler jusqu’en mars. Après, tout se déclenche. Nous espérons, comme les années précédentes, bénéficier de la scène du Théâtre de Vénissieux pour la montrer, fin juin.” Tous âges confondus, “de 15 ans à tant qu’on tient debout”, les membres de l’association sont ravis de réitérer l’aventure. Amandine avait 8 ans quand elle a commencé la danse, il y a une quinzaine d’années, à l’amicale Gabriel-Péri, puis à la fac, avant de défiler pour plusieurs Biennales de la danse avec Vénissieux. Manon totalise elle aussi une quinzaine d’années de danse, toujours avec Babeth. Il manque à présent quelques garçons qui aient envie de suivre les traces du capitaine Jack Sparrow pour Babeth puisse vraiment prendre la mer.  Cours de danse le jeudi de 18 h 30 à 20 heures ; cours de renforcement musculaire le lundi de 19 à 20 heures. Dans la salle de danse de l’ex-MJC. Tarifs : le lundi, 125 euros + 10 euros d’adhésion ; le jeudi : 155 euros + 10 euros d’adhésion (abonnements valables jusqu’en juin). Renseignements : 06 67 88 24 67.

Tous les ans, Babeth Rivat montait une comédie musicale avec la MJC. Cette année, ce sera sur le thème des pirates avec sa nouvelle association

Le corps qui exprime éopold Sedar Senghor a raconté que, lorsqu’il a obtenu son bac, sa mère n’a ni ri ni pleuré, elle a seulement dansé. Quand on n’a plus les mots, c’est le corps qui exprime.” Marie Aimard-Irié qui a créé en début d’année l’association de danse Volacalo, a pris l’habitude de son mari, un sage gouro (un peuple de la Côte d’Ivoire) : parler par métaphores. C’est ainsi qu’elle explique l’origine de Volacalo : “La langue gouro est imagée, un seul mot pouvant signifier une phrase complète. Volacalo signifie “Rien n’est tard”. Rien n’est tard pour entreprendre, pour réussir, pour bien faire. Au départ, je voulais par cette association promouvoir les

L

échanges culturels entre Rhône-Alpes et la Marahoué, la région dont est originaire mon mari. Notre société nous assigne de plus en plus à résidence, or il faut rester ouverts et ne pas s’enfermer dans sa ville.” Pour elle, le “vecteur le plus simple” était la danse et elle s’est rapidement entourée de professionnels : Dieudonné, un ancien danseur du ballet national de Côte d’Ivoire, pour la danse, Théo et Émile pour les percussions. “J’ai suivi à la Maison des associations Boris-Vian les formations sur les statuts associatifs et, grâce à l’aimable concours de la mairie, nous avons obtenu une salle.” Volacalo vient de démarrer ses cours de danse africaine à la salle

Jeanne-Labourbe : le lundi de 17 h 30 à 18 h 15 pour les enfants, de 18 h 30 à 19 h 45 pour les adultes. “C’est une aventure humaine avant tout, pour tricoter des liens entre les deux pays. Je voudrais également démarrer un cours de percussions et un autre de danse et percussions pour un public handicapé psychique. Afin que chaque citoyen ait sa place dans la société.” L’association sera lancée le 7 décembre à 18 heures à BorisVian. Au programme : démonstrations de danses traditionnelles, rencontre avec les membres de l’association et pot.  Coordonnées : 06 70 54 00 36.

À VÉNISSIEUX,

*

votre futur appartement neuf Votre 3 pièces à partir de :

lage

e vil œur d

in c n ple

E

Votre 3 pièces à partir de :

145 000 €

140 975 €

yon s de L

(2)

8e

orte Aux p

Lot A002 - 53,65 m2

PRIX D’UN APPEL LOCAL

0 810 002 569

158 747 €

NOVÉO PARK

PRIX D’UN APPEL LOCAL

0 810 152 128

ESPACE DE VENTE : 112 av. Franklin Roosevelt - 69500 Bron - Du mardi au samedi 9h30/19h

(1) TVA à 7%. Sous réserve que les conditions de l’article 278 sexies 11° du Code Général des Impôts soient remplies (résidence principale de l’acquéreur - plafonds de ressources du réservataire à respecter). (2) Prix hors stationnement du 10 septembre au 10 novembre 2012 sous réserve des stocks disponibles - Offre non cumulables avec les autres offres Bouygues Immobilier. * BBC : «Cet immeuble fera l’objet d’une demande de label BBC-effinergie®, Bâtiment Basse Consommation, auprès de l’organisme certificateur Cerqual.» RCS NANTERRE 562 091 546. Photos non contractuelles.

(2)

Lot C005 - 53,44 m2

CITÉO

(1)

163 246 €

bouygues-immobilier.com


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

HISTOIRE

PAGE 8

Des gueules noires chemin du Charbonnier Il y a cent ans, on faillit ouvrir… des mines à Vénissieux ! Un gisement de plusieurs millions de tonnes de charbon de bonne qualité dort toujours sous nos pieds. Il n’a jamais été exploité. ALAIN BELMONT

utrefois le bois était roi. Il fournissait la charpente et les meubles des maisons, les manches des outils et bien évidemment les bûches pour se chauffer et faire bouillir la marmite dans la cheminée. Transformé en charbon de bois, il alimentait aussi les forges grandes et petites, depuis celles des maréchaux-ferrants du village jusqu’aux usines fabriquant les canons du roi, au point que toute l’industrie d’il y a 200 ou 300 ans reposait sur cet or vert. Pour satisfaire leurs besoins quotidiens, les Vénissians d’antan puisaient à différentes sources : vers Saint-Fons, où les berges et les coteaux du Rhône étaient recouverts d’arbres ; du côté de Bron, où la forêt de Parilly offrait moult bosquets de chênes, de hêtres et de châtaigniers ; et aussi aux confins de Corbas et de Saint-Priest, où un troisième bois existait au Charréard : en 1605 le vieux Jean Grand se souvient, du haut de ses 70 ans, être “par diverses fois passé avec la sienne charrette chargée de bois de chauffage que l’on prenoit aux broussailles du seigneur de Corbas”. En ce temps du bon roi Henri IV, les “broussailles du seigneur de Corbas” abritent une ou plusieurs équipes de maîtres charbonniers. Ces artisans forestiers coupent des monceaux de bois sitôt l’hiver venu, le mettent à sécher puis le montent en gros tas de 10 à 20 tonnes, qu’ils recouvrent de terre pour bien les isoler de l’air. Alors ils mettent le feu à leurs montagnes de bûches et les cuisent lentement, doucement, en les surveillant nuit et jour pendant deux à trois semaines. Leur activité est telle que l’on a appelé la route passant près de leurs chantiers, le chemin du Charbonnier.

Le charbon étant de bonne qualité et la ressource importante, les années de guerre voient une ruée de prospecteurs et de sondages dans l’Est lyonnais. La longueur des puits et des galeries atteint 15 kilomètres ! D’après les géologues, le gisement dépasserait 140 millions de tonnes, soit l’équivalent de cinq années de consommation française. Le bassin houiller s’étend depuis Crémieu jusqu’au nord de Vienne, Vénissieux inclus. Dans notre ville, il repose sous la Perrière, la rue du Charbonnier, le Charréard, les usines Berliet et le parc de Parilly. Des mines vontelles être ouvertes dans ces quartiers ? Vous connaissez la réponse : elles n’ont finalement pas été mises en exploitation. Mais pour quelles raisons Vénissieux passa-t-elle à côté d’un destin minier ? Est-ce la fin de la guerre de 14 qui engendre la baisse des besoins ? L’avènement du pétrole ? Les difficultés techniques ? Les trois ont dû compter. La recherche reste à poursuivre sur ce volet bien peu connu de l'histoire de l'Est Lyonnais.

Depuis deux siècles et aujourd’hui encore, le charbon est la principale source d’énergie fossile de l’humanité

remonter à la surface une ressource miraculeuse, le charbon. Ils montrent l’exemple à suivre. La France emboîte le pas et creuse à son tour des mines de charbon, d’abord un peu puis beaucoup, passionnément, à la folie. En voici en Nord-Pas-deCalais dès le milieu du XVIIIe siècle, en Lorraine, en Bourgogne, en Cévennes, et plus près de nous à La Mure et surtout à Saint-Étienne et à Rive-de-Gier. Ce “charbon de terre” fait son apparition vers 1750 dans les poêles et les forges vénissianes, comme chez le maréchal-ferrant Jean Picard, qui ne jure que par lui tant son prix modéré défie toute concurrence.

Le charbon de terre supplante le charbon de bois Passent encore quelques dizaines d’années et le “charbon de terre” détrône complètement son vieux cousin des bois. Son avènement apporte la révolution industrielle, qui voit pousser usines et voies ferrées à travers Vénissieux au XIXe et au début du XXe siècle. Du coup les chefs d’entreprise réclament de plus en plus d’or noir, encore et toujours, par millions de tonnes. On fore partout de nouveaux puits et l’on se met en quête de gisements inédits. À tout hasard, celui de Saint-Étienne ne se poursuivrait-il pas en rive gauche du Rhône, dans notre Dauphiné ? Gagné. On découvre de la houille à mi-chemin

de Vienne et de Vénissieux, à Ternay vers 1750 et en 1830 à Communay, où une première mine est creusée à partir de 1831, le puits Beytan, suivie des puits Espérance, Guérin, Sauveur et Sainte-Lucie. Trois cents à quatre cents ouvriers tirent des profondeurs de la terre jusqu’à 40 000 tonnes de charbon par an. Le succès de Communay aiguise les appétits. En 1853, trois habitants de Lyon et d’Estrablin demandent une concession à l’État, pour rechercher du charbon au sud de Vienne, à Chonas, Reventin-Vaugris et Les Côtes-d’Arey. Même chose en 1844 à Chamagnieu et à Saint-Quentin-Fallavier, près de Bourgoin-Jallieu. On trouve bien du charbon mais trop peu pour ouvrir des mines. Où donc se cache ce coquin ? Plus près du Rhône ? En 1883, la Société des Recherches d’Heyrieux obtient le droit d’ouvrir des sondages à Heyrieux, SaintPierre-de-Chandieu, Toussieu, SaintBonnet-de-Mure, Mions, SaintPriest… aux portes de Vénissieux. Victoire ! Après bien des espoirs déçus, l’or noir est enfin découvert à Mions puis à Chassieu et à Meyzieu. Une première couche épaisse de 1 m apparaît à 611 m de profondeur, suivie d’une deuxième de 2,4 m d’épaisseur à 693 m et d’un ensemble de trois couches à 718 m de profondeur. Aussitôt les esprits s’enflamment. Alors que les mines de Ternay et de Communay font

faillite et ferment définitivement leurs portes en 1914, la découverte du gisement aux portes de Lyon arrive à point nommé. Quelques mois plus tard, le déclenchement de la Première Guerre mondiale rend encore plus attractif le charbon de la banlieue car il pourra alimenter les fabriques d’armes qui poussent à travers la ville, et notamment l’arsenal et les usines Berliet.

Cette ruée avortée ne fut pourtant pas sans conséquences pour la commune. Ainsi le 16 avril 1917, le conseil municipal constatant que “la découverte récente de mines de charbon à proximité fait naître de grandes espérances”, délibère sur la création d’un grand “boulevard industriel [pour] encourager les industriels qui désireraient s’installer dans notre région”. Cette voie monumentale commença à voir le jour dans l’après-guerre et fut achevée en 1965. Ce boulevard, à qui on donna le nom d’Irène-Joliot-Curie, prolonge en ligne droite le boulevard des États-Unis voulu par le maire de Lyon, Édouard Herriot.  Sources : Archives de l’Isère, 2 C 318 (1702). Archives du Rhône, cotes Es 214/1 (1605), 3 E 34235 (1773), S 1782 à 1786 (1815-1923). Maurice Zimmerman, “Le charbon dans les Alpes françaises et dans l’Est de Lyon” (1918).

OGF – SA au capital de 40 904 385 € - Siège social 31, rue de Cambrai 75019 PARIS - RCS PARIS 542 076 799 - Habilitation 12-75-001

Hélas, les haches trop gourmandes vont plus vite que la pousse des arbres. Dès les XVIIe et XVIIIe siècles, les forêts surexploitées de Vénissieux fondent comme neige au soleil. Le bois du Charbonnier disparaît totalement avant 1750. Ceux des bords du Rhône se muent en pâturages pour élever des troupeaux de bovins. Quant aux troncs de Parilly, on les abat à tour de bras pour semer du blé ; ce que fait le laboureur Claude Serre, qui déclare être en 1773, “dans l’intention de faire défricher incessamment partie d’une terre brossailles ou landes situés au territoire du Grand Parili”. L’avidité des hommes provoque bien vite une pénurie de bois : “lesdits habitans sont obligés d’aller achepter du bois pour leur usage (…) a trois ou quatre lieues de distance”, constatent des visiteurs en 1702. Désormais les bûches arrivent des plateaux du nord-Isère et même du fin fond du Bugey, via Lyon où elles se vendent à prix d’or. La situation n’est pas propre à Vénissieux ; elle frappe toute la France et les pays environnants. En Angleterre, le manque de bois est tel que les sujets de Sa Gracieuse Majesté sont obligés de forer des puits sans fond pour

PHOTO CENTRE HISTORIQUE MINIER DE LEWARDE (NORD)

A

DES FEMMES ET DES HOMMES DE CONFIANCE

45, chemin de Feyzin à Vénissieux Tél. : 04 72 50 08 89


AU CINÉMA GÉRARD-PHILIPE

CULTURE

Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 9

Loizeau rare

Une fresque qui fera dates

Théâtre de Vénissieux - Les

DU 7 AU 13 NOVEMBRE “Frankenweenie” de Tim Burton, en 2D et 3D, VF  “Astérix et Obélix : au service de sa Majesté” de Laurent Tirard, 2D et 3D  “Clochette et le secret des fées” de Peggy Holmes, VF, 2D et 3D  “Skyfall” de Sam Mendes, VF  “Amour” de Michael Haneke  “Stars 80” de Frédéric Forestier  “Stella, femme libre” de Michael Cacoyannis, VOST (Ciné Collection)  “Lili à la découverte du monde sauvage” d’Oh Seongyun (Toiles des gones)  “Le Kid” de Charlie Chaplin (Toiles des gones)  “Les Goonies” de Richard Donner (Toiles des gones) 

DU 14 AU 21 NOVEMBRE “Twilight, chapitre 5 : Révélation 2e partie” de Bill Condon, sortie nationale, VF  “Un plan parfait” de Pascal Chaumeil  “L’air de rien” de Grégory Magne, Stéphane Viard  “Amour” de Michael Haneke  “Madagascar 3 : Bons baisers d’Europe” d’Eric Darnell, Tom McGrath, Conrad Vernon”, VF  “Argo” de Ben Affleck, VF et VOST 

CINÉMA D’APRÈS-MIDI  “Un plan parfait” le 15 novembre à 14 h 30. Transport prévu sur Vénissieux. Renseignements : 04 78 70 40 47. CINÉ CAFÉ  “L’air de rien” le 20 novembre à 14 h 30. En partenariat avec LSR et AVEC, un café sera proposé à l’issue de la projection. SOL EN FILMS  “La pirogue” de Moussa Touré le 22 novembre à 20 h 30 Suivi d’un débat avec Joséphine Zibi de Passerelles Ngam (organisation de solidarité internationale issue des migrations). Dans le cadre de la semaine de la solidarité, en partenariat avec le GRAC et le réseau SiLyon.

Entreprise G. ROLANDO et R. POISSON

ETANCHEITE VERTICALE RAVALEMENT CLOISONS SECHES PROJECTIONS DIVERSES ISOLATION THERMIQUE PEINTURE 3, RUE RASPAIL 69190 SAINT-FONS TEL. 04 72 89 02 89 FAX 04 78 70 73 99

Voilà ce à quoi devrait ressembler la palissade du chantier du futur lycée lorsque le projet de fresque sera finalisé

Lycées Jacques-Brel - En 1994, quand les dix tours du quartier Démocratie sont tombées, la Ville fit peindre par des artistes graffeurs et des jeunes la palissade qui entourait le chantier. Dix-huit ans plus tard, sur ce même emplacement, la construction de la future cité scolaire Jacques-Brel va bon train. Et la Ville a décidé de mener et financer un projet analogue qu’elle a confié à la plasticienne et photographe Christine Goyard. Il associe le GPV et plusieurs services municipaux (Éducation-Santé, Culture avec l’Espace arts plastiques), la Maison des associations Boris-Vian, la cité scolaire, l’école Charles-Perrault, les centres sociaux des Minguettes. D’autres partenariats seront développés dans une deuxième partie. “J’ai pensé à 1994 (la démolition du quartier) et à 2014 (l’inauguration du nouveau lycée), explique Christine Goyard. Et j’ai également mis en perspective 2034 : vingt ans avant, vingt ans après…” Ce qui a poussé Christine à travailler sur ces dates, c’est son souvenir de l’année 1994 : “Dans tous les médias, on entendait les habitants dire qu’ils aimaient leur quartier, Démocratie. Cela m’a motivée. Je me suis demandé quels étaient leurs souvenirs du passé, comment ils voient le présent et comment ils imaginent la ville plus tard ?” ITINÉRANCES TSIGANES

TERRAINS D’ENTENTE À EUGÉNIE-COTTON Le 1er décembre à 14 h 30, le centre social Eugénie-Cotton reçoit un spectacle tout public de marionnettes, “Petites histoires venues des terrains”, dans le cadre du festival Itinérances tsiganes. Organisé par l’Artag (association régionale des Tsiganes et de leurs amis gadgé) et la Maison des passages de Lyon, ce festival se déroule du 9 novembre au 5 décembre à Lyon, Bron, Brignais, Chassieu, Francheville, Villeurbanne, Brindas et Vénissieux, ainsi qu’en Isère. Deux compagnies de marionnettes, Carton Pâte et Guarana, se sont rencontrées sur ce projet, né de contacts entre les artistes et les gens du voyage. Les histoires racontées dans le spectacle sont librement inspirées de témoignages. Au cours de ce festival pluridisciplinaire, on pourra également voir une expo photo de Jean-Michel Rillon à la médiathèque du Bachut, du théâtre (à la Maison des passages), des films en présence de leurs auteurs (au Bachut et aux Alizés, à Bron) ou encore des concerts (à Villeurbanne et Brindas). Informations et réservations : - 04 78 79 60 80 (Artag) - 04 78 42 19 04 (Maison des passages).

Dans un premier temps, l’artiste va travailler avec les écoliers de Charles-Perrault, les lycéens de Jacques-Brel et un groupe d’habitants amenés par les centres sociaux des Minguettes. Le but est de recouvrir la palissade qui entoure le chantier et d’en faire “un espace d’exposition en plein air”. “Ils travailleront sur les trois dates, sur le portrait de la ville et sur ce qu’ils aiment de cette ville. Les lycéens vont se pencher sur le portrait : d’où je viens, où je suis, où je vais ? Tous pourront faire des photos de leurs coins préférés, des affiches. Nous aurons également un temps d’écriture : en mars, un poète interviendra au cours d’ateliers. Le travail plastique se réalisera aux ateliers municipaux Henri-Matisse. Le 22 mars, se déroulera une première inauguration de la fresque, alors que le chantier de

Jacques-Brel sera à la fin du gros œuvre. Un ou deux graffeurs seront présents pour articuler les différents panneaux : ceux des écoliers, des lycéens et des habitants.” Christine met en avant “les moments d’échanges” qui se créeront forcément entre les participants. “Le chantier va durer deux ans. Nous aurons une cascade de photos pour l’inauguration mais c’est un travail qui va évoluer. Rien n’est fermé. Ce sera un espace d’expression libre.”  JEAN-CHARLES LEMEUNIER

Une première réunion d’information se tiendra le 16 novembre à 13 h 45 au centre social Eugénie-Cotton. Les personnes qui ne pourront s’y rendre peuvent aussi proposer des photos. Pour cela, il faudra contacter le centre social au 04 78 70 19 78.

passages d’Emily Loizeau sur les scènes de la région sont suffisamment rares pour que l’on s’empresse d’aller la voir lorsqu’un concert est annoncé. C’est le cas ce 16 novembre. Elle apportera dans ses bagages un récent album, “Mothers & Tygers” (Polydor), sorti en septembre et salué par la critique. Lorsqu’elle s’installe à son piano, Emily nous charme de ses douces ballades et de sa belle voix acidulée. Elle a beau se plaindre dans une chanson de ne savoir choisir, la jolie chanteuse franco-anglaise sait très bien où elle va, à l’image de sa grandmère qui, dans les “39 marches” (1935) de Hitchcock, avait l’intelligence de naviguer à vue entre un mari jaloux et un visiteur charmeur. Car l’aïeule d’Emily n’est autre que Dame Peggy Ashcroft, célèbre comédienne britannique qui reçut un Oscar en 1985 pour “La route des Indes”. Sa route des Indes, c’est dans la chanson qu’Emily l’a trouvée. Emily sait tout faire : chanter et composer, reprendre joliment les chansons des autres (on pense à “La complainte des filles de joie” de Brassens ou “While My Guitar Gently Weeps” des Beatles, qu’elle chante avec Renan Luce). Écoutez pour vous en convaincre “Infant Sorrow” ou “Garden of Love”, titres issus de son dernier album, réécoutez “Je suis jalouse” ou “Je ne sais pas choisir” et vous ne tarderez pas à être convaincus qu’Emily mérite d’être appréciée.  Emily Loizeau le 16 novembre à 20 h 30. Tarifs : de 8 à 18 euros. Réservations : 04 72 90 86 68.

À VENIR SOIRÉE BILAN DES FÊTES ESCALES Elle se déroulera à l’hôtel de ville (3e étage) le 7 novembre à 18 heures. Elle sera l’occasion pour Michel Jacques, le directeur du festival, de présenter les artistes qui interviendront dans les ateliers de l’édition 2013 : la chanteuse Sandrine Desmurs et le percussionniste Roberto Cavalcante. Thème des réjouissances : “Escale à Bahia.”

“DES ACCORDS PARFAITS” Le CAP (Centre d’arts plastiques) de Saint-Fons, l’Espace arts plastiques de Vénissieux et l’Épicerie moderne de Feyzin proposent trois expositions élaborées à partir de la collection municipale de Vénissieux et de celle de l’Artothèque à Saint-Fons. Les tonalités des œuvres vont orienter la thématique de chaque lieu : Vénissieux a choisi la dominante blanche, Saint-Fons la noire et Feyzin la polychromie. Le vernissage se déroulera le 17 novembre : à 14 heures à l’Espace arts plastiques de la Maison du peuple, à Vénissieux ; à 15 h 15 au CAP de Saint-Fons ; à 16 heures à l’Épicerie moderne de Feyzin. À Vénissieux, on pourra voir les œuvres de Curt Asker, Olivier Babin, Zoé Benoît, Jean-Louis Bouchard, Émile Compard, Christine Crozat, Cécile Dupaquier, Alison Knowles, Al Martin, Matt Coco, Jean-Charles Monot, François Morellet, Martine Neddam et Eduardo Ponce. Jusqu’au 22 décembre à Vénissieux, et 12 janvier à Feyzin et Saint-Fons.

MOTOWN REVIVAL En juin dernier, le Théâtre de Vénissieux annonçant sa nouvelle saison finissait la soirée en musique avec le Motown Revival, qui fit revivre la soul des années soixante pour le plus grand plaisir de tous.

Les douze musiciens reviennent à Vénissieux le temps d’une résidence : le théâtre les accueille, met à leur disposition du matériel lumière, le personnel technique et d’accueil ainsi qu’une aide à la mise en scène avec Florian Santos. Cette résidence se terminera par un concert le 23 novembre à 20 heures. Histoire de se remettre dans les oreilles les formidables mélodies de Stevie Wonder et Marvin Gaye, des Jackson 5 ou des Supremes. Entrée libre. Réservation : 04 72 90 86 68.

FRANÇOISE GUÉRIN À l’occasion de la sortie de son dernier roman “Cherche jeunes filles à croquer” aux éditions du Masque (19 euros), Françoise Guérin (qui a vécu plusieurs années à Vénissieux) fera des rencontressignatures le 10 novembre à 17 heures à la librairie Terre des livres (86, rue de Marseille, Lyon 7e), le 21 novembre à 18 h 30 à L’étourdi de Saint-Paul (4, rue Octavio-Mey, Lyon 5e) et le 24 novembre à 16 heures à la librairie CoLibris (9, rue AntoineVacher à Meyzieu).

SOIRÉE CABARET AU FOYER VAILLANT-COUTURIER Après un Cabaret-trop, un Cabaret-création et un Cabaretvolution, voici le Cabaret’aliste sur le thème de la guinguette, avec des danses, de l’humour et des chansons. Au pupitre, le Trio El Ricé (Élodie, Ricardo et Cédric), augmenté de Nicolas à l’accordéon. Au “bon moment” revendiqué, les organisateurs (la cellule Pierrallini du PCF) ajoutent : “moment de convivialité, de détente, d’échange, de solidarité même”. En tout cas, une bonne occasion de devenir “spect’acteur” et de chanter et danser avec le trio. Cela se passe le

16 novembre à partir de 19 heures au foyer Paul-Vaillant-Couturier (32, rue Pierre-Brossolette). Entrée : 3 euros. Buffet froid : 7 euros. Réservation avant le 9 novembre auprès de Bernard Vermez : 06 85 62 98 22.

MIREILLE RIVAT Invitée par la compagnie Traction Avant, la chanteuse originaire de vénissieux se produit à la salle ÉrikSatie le temps de deux concerts: le 10 novembre à 20 h 30 et le 11 novembre à 16 heures. L’occasion d’entendre ses formidables chansons révoltées, de la Commune de Paris à aujourd’hui, dans des orchestrations contemporaines. Mireille Rivat transmet des émotions en direct des révolutions, de la guerre d’Espagne et de l’Amérique de la grande dépression et sa voix fait chaud au cœur. Prix des places : 12/10 euros. Réservations auprès de Traction Avant : 04 72 90 11 80.


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

SPORTS Fin de série pour les footballeurs des Minguettes battus 3-1 à Bourges (but de Kouam) et qui vont enchaîner par deux matches de poids : réceptions du Puy samedi, puis du FC Grenoble 38 (CFA) pour le compte de la coupe de France. L’équipe de futsal du Charréard a décidément du mal à digérer le niveau interrégional. Au gymnase Jacques-Anquetil, les Vénissians ont été défaits 7-2 par une séduisante formation de Martel-Caluire.

BASKET-BALL La semaine dernière, les basketteuses de l’ALVP ont étrillé 73-43 la classe biberon du FCL (17 ans de moyenne d’âge). Sursaut des Vénissianes après le revers à Annecy.

KARATÉ Samedi à Paris en coupe de France junior, la karatéka Alexia Jonin (moins de 53 kg) et l'équipe masculine du Sen No Sen emmenée par Joris Broder-Gaillard, Mathieu Caparos, Théo Chiambrietto, Kévin Aouf et Tanguy Ravel ont décroché deux médailles de bronze. Le lendemain, Hadysson Riou s’imposait chez les espoirs (moins de 78 kg) tout comme l'équipe masculine composée de Serge et Kévin Aouf, Antoine Cuenca, Hadysson Riou, Mathieu Caparos et Tanguy Ravel.

TAEKWONDO Elle concourt même chez les militaires. La Vénissiane Yasmina Aziez a remporté la médaille de bronze (en moins de 53 kg), aux 21e championnats du monde militaires programmés à Hô-Chi-MinhVille au Vietnam.

HANDBALL Le nul concédé en fin de partie (33-33) face à la lanterne rouge mérite des explications : l’infirmerie du VHB est pleine et la formation qui a affronté Rhône-Eyrieux avait des allures d’équipe de moins de 18 ans.

RUGBY À domicile, les rugbymen vénissians sont au point. Ils ont logiquement fait chuter l’US Côtes-d’Arey (27-6).

ATHLÉTISME Au triathlon de Villefranche, les athlètes de l’AFA FeyzinVénissieux se sont illustrés : la benjamine Jenna Ulus et la minime Cassandre Messonnier (qui devance Anaïs Prigent d’un point) ont remporté leur catégorie. Aux 20 km de Marseille-Cassis, Pierre Magand a fini 122e… mais il a établi le nouveau record du club sur la distance : 1 h 16.

Week-end de courses - Que va nous réserver l’édition 2012 de la Foulée, le dimanche 18 novembre ? Chaque année, l’épreuve apporte son lot de surprises. Qui, par exemple, aurait pu imaginer que la Ville soit contrainte d'annuler la Foulée scolaire de 2011… pour cause de pollution atmosphérique ? Heureusement, le lendemain, plus d’un millier de coureurs pouvaient prendre part à l’une des courses, avec un record d’affluence sur le 10 km : 802 dossards. Dans une dizaine de jours, le trio municipalité, OMS et AFA FeyzinVénissieux va donc se reconstituer. Chacun avec des tâches précises. Pour schématiser : organisation générale, tracé et vérification du parcours, relationnel avec le parc de Parilly… pour la première. Inscriptions, relationnel avec les partenaires, suivi du budget… pour le deuxième. Et pour le club d’athlétisme, la partie technique et sportive. Nouveauté, les coureurs peuvent s’inscrire directement sur le site internet d’un nouveau partenaire : http://www.le-sportif.com.  Foulée scolaire : samedi 17 novembre au parc de Parilly La première aura lieu à 9 h 15 pour les filles et les garçons nés en 2000-2001 (distance de 1 500 m). La dernière course sera disputée à 11 h 10 par les filles nées en 2002. Les trois premiers de chaque catégorie sont récompensés le jour même. Chaque participant reçoit un cadeau et un goûter. Les écoles seront identifiées par un t-shirt de couleur différente. Le jeudi 20 décembre à l'OMS, un “challenge du nombre” récompensera l'école

la mieux représentée ainsi que les catégories par école. Foulée du dimanche 18 novembre Le 10 km : départ à 9 heures, des cadets (1995-1996) aux vétérans (1972 et avant). Le semi-marathon : départ à 9 h 15, des juniors (1993-1994) aux vétérans. Les courses des générations : départ du 1 km à 11 h 30 (enfants nés de 2003 à 2005 inclus) et du 2 km à 11 h 40 (enfants nés de 1999 à 2002 inclus).

Départs et arrivées : gymnase JacquesAnquetil, boulevard Marcel-Sembat. Parking obligatoire dans le centre commercial Carrefour Planet Vénissieux. Inscriptions : jusqu'au 16 novembre de 10 heures à 12 heures et 14 heures à 18 h 30 à l'OMS (22, rue Rosenberg). Le 17 novembre de 10 heures à 17 heures à l'OMS. Pas d’inscription le dimanche 18, sauf pour les courses des générations, entre 8 heures et 11 heures. Par téléphone au 04 72 50 00 12 (OMS)

Vénissieux trouve son compte en Suisse

HANDIKARATÉ

COOL COMME NEKOUL EN OR Il avait promis de prendre sa revanche sur l’Allemand Erik qui l’avait devancé d’un centième de point, l’an dernier. Il a tenu parole. À San Sebastian, au tournoi européen d’Handikaraté auquel ont pris part six délégations étrangères (la Jordanie ayant déclaré forfait sur le tard), Madjid Nekoul a obtenu la médaille d’or de l’épreuve kata (technique). “J’étais serein, explique le gardien d’équipements sportifs de Vénissieux. Il y a quelque mois de cela à Lentilly, j’avais déjà pris le meilleur sur mon adversaire. Bien préparé par Djamel Bezriche, mon entraîneur au Sen No Sen, j’étais confiant en me rendant sur la côte basque espagnole. J’ai même obtenu une médaille de bronze dans une nouvelle catégorie : le travail libre.” Prochain objectif de Madjid ? Les championnats du Monde de karaté, du 21 au 25 novembre à Bercy. “Enfin, c'est plus un souhait qu’un véritable objectif, rectifie le gardien. En effet, à ce jour, et au contraire de son homologue espagnole, la fédération française n’a pas retenu de karatékas handicapés pour concourir à ces championnats. Mais bon, je ne fais pas de fixation. Je me tiens prêt au cas où.”

NTS LETS ROULA O V T E S E R E STO MIROITERI VITRERIE MENUISERIE et ALUMINIUM PVC

Fabricant installateur - Produits verriers - Vitrage isolant 45, avenue de la République - 69200 VÉNISSIEUX - Tél.: 04 78 00 80 77

Opération à cœur ouvert Rugby - À 12 ans, Marius repré-

Giacomo Paravicini (au centre) intègre l’équipe élite

Escrime - Est-ce pour accueillir leur nouvelle recrue qu’Aurélien Tivillier et Julien Guichardan, président et maître d’armes de Vénissieux Escrime, ont proposé une journée d’intégration, samedi dernier ? “Effectivement, admet le responsable vénissian. On s’est dit qu’accueillir Giacomo Paravicini, notre nouveau licencié suisse, sur une journée complète serait plus sympa pour nous tous. On a donc programmé quelques assauts en matinée, une après-midi de loisirs (laser games) et un bon resto en soirée !” Ce nouveau renfort n’est pas le fruit du hasard. Après le départ inattendu de Nelson Lopez-Pourtier, meilleur cadet national 2011, pour un club parisien (annoncé à Paris Lagardère, Nelson aurait signé à Saint-Gratien), Vénissieux Escrime était dans l’obligation de trouver une solution. “On pouvait soit donner de la promotion à nos jeunes Marc Chapuis et Alexis Para, soit chercher un épéiste expérimenté pour nous permettre de nous maintenir en élite. On a opté pour cette seconde solution. De plus, on pourra s’appuyer sur Marc et Alexis pour créer une seconde équipe de niveau national.” Ingénieur travaillant en Suisse, Grégory Jeunet-Mancy est à l’origine de l’arrivée du talentueux épéiste suisse. “Il m’a parlé du club, convivial et presque familial, de la qualité de ses leaders, explique Giacomo Paravicini. Après une quinzaine d’années passées à Bâle, j’ai voulu découvrir autre chose. L’escrime française va me permettre de progresser. Mon but est de me qualifier pour

les JO de Rio de Janeiro.” Pour autant, cet étudiant de 23 ans en école de commerce suisse ne va pas passer son temps à faire des allers-retours entre Vénissieux et Berne. “Giacomo va gérer au mieux ces contraintes, expliquent Aurélien et Julien. On ne le verra pas toutes les semaines au gymnase Jacques-Brel, il s’entraînera souvent à Berne, avec la sélection nationale. Par contre, pour les échéances qui nous attendent, on pourra compter sur lui. À commencer par un 8e de finale compliqué contre la Garde Républicaine de Paris, match prévu à la mi-décembre au gymnase Jacques-Brel.” 

AGENDA

FOOTBALL

La 33e Foulée s’élance le 17 novembre

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

RÉSULTATS

PAGE 10

sente sans aucun doute la relève du rugby vénissian. “C’est ma quatrième saison à l’USV, c’est une passion, et je suis ravi de donner un coup de main à mon club en participant à ce Vénissieux au cœur de la mêlée !” Aux côtés de Salvatore, un éducateur de l'USV Rugby, Marius dispensait donc ses conseils aux jeunes participants à l’atelier “Passes et vitesse”, programmé vers l’une des deux cages de rugby de LaurentGérin, en ce mercredi 24 octobre : “C’est ça, passez votre ballon en arrière, autrement il y aura un enavant.” Invités par la Ville et le club à découvrir le rugby, une centaine de mômes âgés de moins de dix ans, tous vêtus du t-shirt aux couleurs de la manifestation, avaient envahi le complexe sportif, cet après-midi-là. Fréquentant les centres sportifs du mercredi (CSM) de Colette-Besson et d'Elsa-Triolet, venus du centre social de Parilly ou des Maisons de l’enfance Jules-Guesde, Moulin-àVent et Henri-Wallon, les petits Vénissians s’en sont donné à cœur joie, les organisateurs ayant eu la bonne idée de remplacer le classique tournoi de rugby par des ateliers ludiques : placage, drop et pénalités, mêlée… La séance d’autographes avec entre autres Murielle et Marion, rugbywomen du LOU, a aussi permis aux enfants de discuter avec ces Louves sur la pratique du rugby à un haut niveau. Tous sont repartis avec les félicitations de Patrick Costa, vice-président du Comité du Lyonnais de rugby et du vice-président de l’USV, le t-shirt du club, une photo souvenir et un petit sac comprenant un poster et des places pour le match LOU-Colomiers du samedi suivant. Un goûter a mis le point d'orgue à cette demi-journée qui faisait s'exclamer Scherazad, l’une des responsables de l’école de rugby : “Si seulement nous pouvions récupérer quelques-uns de ces enfants …” Mais n’est-ce pas justement pour créer des passerelles entre le public jeune et le rugby que la Ville et l’USV ont imaginé depuis plusieurs années ce Vénissieux au cœur de la mêlée” ? 

SAMEDI 10 NOVEMBRE - Les footballeurs de l’AS Vénissieux Minguettes accueillent Le Puy au stade Laurent-Gérin, à 18 heures. - 3e cyclo-cross de l'Amicale laïque cycliste du Moulin-à-Vent au parc de Parilly. Épreuve UFOLEP et FSGT pour les 7-16 ans, départ à 13 h 15. Pour les plus de 16 ans, départ à 15 heures avec, en plus, épreuve FFC Pass-cyclisme.

SAMEDI 17 NOVEMBRE - Les footballeurs de l’US Vénissieux accueillent Saint-Forgeux au stade Laurent-Gérin, à 19 h 30. - Les handballeurs du VHB reçoivent l’USAM Nîmes au gymnase Tola-Vologe, à 20 h 45.

DIMANCHE 18 NOVEMBRE - Les rugbymen de l’USV accueillent le XV du REEL au stade Laurent-Gérin, à 15 heures. - Les footballeurs de l’USV accueillent pour le compte de la coupe Gambardella le FC Haute-Tarentaise au stade Laurent-Gérin, à 13 heures. - Le club de twirling-bâton de l’amicale laïque du Charréard organise son loto, à 14 h 45 au gymnase Gabriel-Péri. Nombreux lots : TV à Led 81 cm, GPS Europe… Renseignements : vgalctb@yahoo.fr


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 11

SPORTS

La GR en (re) construction GYMNASTIQUE RYTHMIQUE - Le club du CMO-V s’appuie sur un noyau de passionnés pour poursuivre son bonhomme de chemin dans le monde de la GR. Il vient d’organiser avec succès les championnats individuels du Rhône. ituation presque paradoxale que celle du CMO-V Gymnastique rythmique. Alors que le club vénissian ne déborde ni de gymnastes ni de bénévoles et manque d’un entraîneur diplômé, ses dirigeants n’hésitent pas à organiser des épreuves importantes. Ainsi, les championnats individuels du Rhône qui se sont disputés samedi 27 octobre, dans un gymnase Alain-Colas débordé par une centaine de compétitrices et autant de spectateurs. “On a constitué un groupe de dixneuf gymnastes, se félicitait avant l’épreuve la présidente, Laure Chauvot. Mais est-ce qu’on aura assez de bénévoles pour que tout se passe bien ?” Pourtant, Manu Ferreira, un parent très actif au bureau et au gymnase (même si sa fille Emma, en convalescence, ne pouvait concourir) n’avait pas l’air inquiet. “On a l’habitude de gérer ce type de manifestations. Deux ou trois parents à la buvette, trois autres à la logistique… Aucune crainte.” Sur le praticable dressé face à l’entrée du gymnase, la succession d’enchaînements assurés par des licenciées de Corbas, Rillieux, Chassieu, Écully, Mions et Vénissieux a mobilisé 22 juges. “Cette manifestation nous permet de faire une large revue d’effectifs, a expliqué Mariana Bannwarth, directrice sportive du CMO-V. C’est aussi le moment pour les gymnastes de roder leur programme de la saison. Il n’y a

S

Désormais, place au championnat régional qui se déroulera les 24 et 25 novembre à Bellegarde

pas trop de stress : toutes les compétitrices sont déjà qualifiées pour les championnats régionaux individuels des 24 et 25 novembre, à Bellegarde. Mais obtenir des places de choix et d’honneur reste un bon moyen de prendre confiance en soi et certaines en ont besoin.” Après de longues heures de compétition -la cérémonie des récompenses n’a démarré qu’après 18 heures- le bilan des Vénissianes a

été en tout point conforme aux prévisions de Laure Chauvot et surtout de Mariana Bannwarth : sept Vénissianes ont eu les honneurs d’un podium. Tiffaine Million (mains libres et ballon), Valentine Lafont et Béatrice Darles ont même obtenu des premières places, respectivement en Fédérale minime, en Division régionale cadette et en Critérium senior. Deux autres leaders en puissance, Myriem El Hadri et Léa

Chauvot, se sont adjugé des places de dauphine en Critérium minime et en Direction régionale cadette. Pamina Diaz en Critérium benjamine et Fannie Fournier en Fédérale cadettes (cerceau et ruban) se sont octroyé des troisièmes places.

S’appuyer sur la Ville

médailles, je ne m’avance jamais. La situation du club est plus importante. Seulement quatre personnes se sont proposées pour diriger quelques équipes : Margaret Bonnefoy, Dalèle Bouali, Anissa Tamene et Laure Chauvot, la présidente. On n’a pas encore remplacé Sylvie Didone. Agnès, une Hongroise bardée de diplômes, était bien venue nous rencontrer au club, mais en raison de nos moyens limités, on n’a pas pu lui proposer un plein-temps. On attendra avril pour relancer la piste d’un nouvel entraîneur. Pour l’heure, on poursuit avec les forces qu’on a. “Si en ce début de saison, on a perdu une dizaine de licenciées dont nos leaders Céliane et Océane, accaparées par leurs études, on arrive à stabiliser l’effectif global à une centaine. C’est quand même rassurant. On peut dire aussi que la force du CMO-V est de pouvoir compter sur un nombre limité de bénévoles… mais tous passionnés. Cela compense !” En ayant renouvelé son partenariat avec le collège Paul-Eluard dans le cadre d’une classe à horaires aménagés, le CMO-V mise sur l’avenir. “Nous poursuivons depuis cinq ans notre partenariat avec ce collège. J’y dispense des cours d’initiation tous les mardis. D’ailleurs, nous serions favorables à des interventions périscolaires, pour autant que des établissements en formuleraient la demande”, conclut la directrice sportive du club. 

“Mais qu’attend le CMO-V GR de cette saison ?” Mariana détourne la question : “Concernant les espoirs de

DJAMEL YOUNSI

PRATIQUE Numéros rapides d’urgence Samu : ✆15 Police secours : ✆17 Pompiers : ✆18 Violences conjugales, victime ou témoin : ✆3919

Emploi PÔLE EMPLOI 27, avenue de la République ✆ 3949 CARSAT AGENCE RETRAITE “Espace Dupic”, 21-23, rue Jules-Ferry ✆ 3960

Sécurité - justice COMMISSARIAT DE POLICE 9, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 50 04 76 POLICE MUNICIPALE 1, rue Jean-Macé ✆ 04 72 50 02 72 TOP MUNICIPAL Prévention - Médiation standard ouvert 24 h./24 - 365 j./an ✆ 04 72 51 52 53 MAISON DE JUSTICE ET DU DROIT 18, rue Jules-Ferry ✆ 04 72 90 18 20 MERCI DE SIGNALER TOUTE ERREUR OU OUBLI AU

04 72 51 18 12

Urgences médicales

Environnement

Solidarité - Action sociale

MAISON MÉDICALE DE GARDE 17, place de la Paix ✆ 04 72 50 04 05 - appel préalable au 04 72 33 00 33 Ouverte tous les soirs de 20 heures à minuit ; les samedis de midi à minuit ; les dimanches et jours fériés de 10 heures à minuit. CENTRE HOSPITALIER MUTUALISTE LES PORTES DU SUD 2, av. du 11-novembre-1918 ✆ 04 72 89 80 00

SERVICE MUNICIPAL Qualité de vie, installations classées, pollution, nuisances ✆ 0472 21 45 06 Ce service met un dispositif au service des personnes âgées ou handicapées pour l’évacuation d’un ou deux encombrants par foyer et par an (sauf en période de congés scolaires). DÉCHETTERIE COMMUNAUTAIRE avenue Jean-Moulin ✆ 0478 70 56 65 HORAIRES D’HIVER du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 14 à 17 heures, samedi de 9 à 17 heures, dimanche de 9 à 12 heures.

DIRECTION SOLIDARITÉ ACTION SOCIALE ✆ 04 72 21 44 44 RÉSEAU D’ALERTE CONTRE LES EXPULSIONS ✆ 04 72 50 12 81 SECOURS POPULAIRE 99, bd Irène-Joliot-Curie ✆ 04 78 76 23 31 SECOURS CATHOLIQUE 14, avenue Jean-Cagne ✆ 04 78 67 77 93

SOS MÉDECINS ✆ 04 78 83 51 51 CENTRE ANTIPOISON ✆ 04 72 11 69 11 PHARMACIES DE GARDE ✆ 3237 Résogardes (0,34 €/minute) PHARMACIES OUVERTES LA NUIT  Pharmacie de l’Horloge : 14, place Vauboin, Tassin-la-Demi-Lune ✆ 04 78 34 26 38  Pharmacie des Gratte-Ciel : 28, avenue Henri-Barbusse, Villeurbanne ✆ 04 78 84 71 63  Grande Pharmacie Lyonnaise 22, rue de la République, Lyon-2e ✆ 04 72 56 44 24

ATD QUART-MONDE ✆ 04 78 39 34 30 COMMUNAUTÉ D’EMMAÜS 8, avenue Marius-Berliet ✆ 04 78 91 69 97 CENTRE D’INFORMATION FÉMININ DU RHÔNE (CIF) 13, avenue Maurice-Thorez ✆ 04 78 39 32 25

Blog de la rédaction : www.expressions-venissieux.fr

MAISON DE QUARTIER DARNAISE 45, boulevard Lénine ✆ 04 72 89 77 46 CENTRES SOCIAUX  Moulin-à-Vent : 47, rue du Prof.-Roux ✆ 04 78 74 42 91  Parilly : 27 bis, av. Jules-Guesde ✆ 04 78 76 41 48  Minguettes (site Eugénie-Cotton) : 23, rue Georges-Lyvet ✆ 04 78 70 19 78  Minguettes (site Roger-Vailland) : 5, rue Aristide-Bruant ✆ 04 72 21 50 80

Services publics HÔTEL DE VILLE 5, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 21 44 44 Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 heures Le service des Formalités administratives est ouvert aux usagers le jeudi jusqu’à 19 heures exclusivement pour passeports, cartes d’identités et certificats d’hébergement

www.ville-venissieux.fr MAIRIE DE QUARTIER DU MOULIN-À-VENT 44, rue Ernest-Renan ✆ 04 72 78 80 30 MAISON DES SERVICES PUBLICS 19, avenue Jean-Cagne ✆ 04 72 89 71 59  Mairie de quartier Vénissy ✆ 04 72 89 32 70  Maison du département ✆ 04 72 89 03 20  Point préfecture ✆ 04 72 89 32 60 SECV dépannage ✆ 0810 804 805 EDF 21, rue Jules-Ferry ✆ 0810 333 069

Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé Rédaction : 1, rue Gambetta 69200 Vénissieux Téléphone : 04 72 51 18 12 Télécopie : 04 72 51 04 78

redaction@expressions-venissieux.fr Directrice de publication : Yolande Peytavin

Rédactrice en chef : Sylvaine Charpiot ✆ 04 72 51 18 12

Rédacteur en chef adjoint : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 76 65

Secrétaire de rédaction : Gilles Geley

Journalistes : Michèle Feuillet 04 72 51 76 63  Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 76 64  Grégory Moris ✆ 04 72 51 18 12 



Djamel Younsi 04 72 51 76 62

Photographe : Raphaël Bert ✆ 04 72 51 76 84

Assistante de direction : Marie-Jo Borne

Chargé de publicité : Maxime Huard ✆ 04 72 90 95 98

Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions Fabrication : Riccobono (83 Le Muy) ✆ 04 94 19 54 57 Distribution : Codice 2, rue des ERM - Parc des ERM 69200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30 Abonnement : 37 euros par an Prix au numéro : 1 euro Tirage 32 500 exemplaires issn : 1151-0935


Mercredi 7 novembre 2012 - n° 522 - www.expressions-venissieux.fr

PORTRAIT

PAGE 12

UN “SERVICE GLOBAL” POUR LE GRENELLE

Talents, tout court Nader Oueslati, son frère Malek et Walid El Houweij viennent de remporter le Grand prix national du prestigieux concours Talents des cités. Il récompense l’audace entrepreneuriale de ces trentenaires, qui peaufinent un avenir ambitieux. GRÉGORY MORIS

es “talents des cités” ? Sans doute. Mais aussi et surtout de véritables entrepreneurs. À respectivement 36, 26 et 30 ans, Nader Oueslati, son frère Malek et Walid El Houweij ont remporté le 20 octobre le Grand prix du concours “Talents des cités”, organisé par le ministère de la Ville et le Sénat. Avec à la clé, 5 000 euros pour lancer leur nouvelle activité : Global Services, destinée en premier lieu aux professionnels du bâtiment. Une récompense nationale, quelques semaines après avoir remporté l’équivalent régional de ce concours, dans la catégorie Emergence. Les deux frères Oueslati, Vénissians de cœur, ont grandi sur le plateau des Minguettes. Ils s’y sont installés en 1989 avec leurs parents. Nader, qui prépare un bac professionnel après un passage par le Greta pour son CAP, intègre les services municipaux, en tant qu’apprenti en hygiène et environnement. Sa formation théorique est assurée par le CFA de la Maison de la propreté, au Parc-club du Moulin-à-Vent. À 25 ans, il crée une première entreprise… qui ne marchera pas. “Puis, changement de parcours. Auprès de deux associations locales, j’ai appris les métiers du nettoyage à des personnes handi- Nader Oueslati, Walid El Houweij et Malek Oueslati (de gauche à droite) installeront leur nouvelle entreprise 6eme Sens - Global Services capées.” En 2006, il rejoint la en janvier 2013 sur la zone franche du plateau des Minguettes société Allo Net, en tant que responsable d’exploitation. Il y ren- les avions reçus dans le cadre de leur service complet afin de permettre aux Services devrait très vite représen- fera la force de Global Services, ils contre Walid, un Lyonnais de la implantation en zone franche, se entreprises du BTP de se mettre en ter près du quart du volume d’af- en sont persuadés. “Nous voulons Duchère, ancien analyste financier souvient Raddouane Ouama, conformité avec le Grenelle, résume faires de l’entreprise. Une crois- instaurer une véritable relation de et contrôleur de gestion. Malek, le ancien de la Mission économie Nader. Dans ce domaine comme sance de 10 % de leur chiffre d’af- confiance avec ceux qui nous confient la valorisation de leurs frère, rejoint l’entreprise en 2008 aujourd’hui chef de projet entre- dans d’autres, il ne faut pas avoir faires est attendue. “Nous avons écouté les conseils de déchets. Notre service sera ultraen tant que chef d’équipe, après preneuriat pour le Grand Lyon. peur de faire des heures. Et du traprofessionnels du secteur, rappelle réactif. Nous prendrons le risque de un BTS Hygiène Propreté Envi- Des liens se sont créés entre nous, vail, il va y en avoir…” Après un audit réalisé par leurs Malek. Ils ont apporté des critiques, voir nos clients nous dire “au revoir” leur projet nous paraissait très solide. ronnement. “Nous avons ressenti très vite l’en- Le concours Lyon Ville de l’Entrepre- soins, une plateforme de tri sera qui nous ont été précieuses. Il y a en à tout moment, puisque nos contrats vie de voler de nos propres ailes, neuriat venait d’être lancé, nous les implantée sur les chantiers, et pla- tout cas une véritable demande de la ne nous lieront pas sur une durée raconte Nader. En travaillant avons poussés à se présenter. Ils l’ont cée sous la responsabilité d’un part des professionnels. Que ce soit déterminée. À nous, donc, de tout ensemble, on s’est rendu compte que remporté en 2010, dans la catégorie agent. Installée en partenariat avec par conviction écologique, ou par faire pour qu’ils soient satisfaits. l’on pouvait faire quelque chose tous Dynamique territoriale. C’est un des entreprises utilisant des pro- souci d’économies.” La proximité Nous allons nous en donner les les trois, que le courant passait bien et très bel exemple de réussite : un por- duits recyclés comme matières avec le client, c’est d’ailleurs ce qui moyens.”  que l’on partageait les mêmes objec- teur qui croit en son projet, c’est déjà premières, cette plateforme doit permettre d’améliorer grandement tifs.” C’est ainsi que naît, en 2008, la moitié du chemin.” les performances de tri. “Notre 6eme Sens. Son domaine ? Le Dans ce domaine comme objectif, c’est 70 % de valorisation. nettoyage des chantiers, en cours et en fin de construction. dans d’autres, il ne faut pas avoir D’ici à 2020, toutes les entreprises peur de faire des heures. du bâtiment devront y passer. Avec une première grosse mission sous la forme d’un défi, dès Et du travail, il va y en avoir…” Autant prendre les bonnes habitudes tout de suite. Selon nos prévisions, l’année suivante: 116 chambres “Dans le cadre de nos activités nous pourrions même atteindre et les cuisines d’un hôtel de luxe à Val d’Isère à nettoyer, à cinq. “Une avec 6eme Sens, on voyait tout ce 90 % de valorisation, en l’espace de folie! se souvient le trio pour le jury qu’il y avait comme déchets sur les six mois. De plus, le fait de travailler des Talents des cités. Mais nous chantiers, et tout ce qui n’était pas avec des entreprises partenaires fera recyclé, reprend Nader. On s’est dit baisser le coût de la valorisation des avons réussi.” D’abord installée à Rive-de- qu’il y avait quelque chose à faire.” déchets. Tout le monde y gagne et Gier, dans la Loire, l’entreprise D’autant que la valorisation des cela crée de l’emploi.” L’entreprise, réinstallée rue des emploie une douzaine de personnes déchets de chantiers sera bientôt à temps plein. Nader en est le une obligation légale, impulsée par Martyrs-de-la-Résistance, sur le gérant et le directeur commercial, le Grenelle de l’environnement. plateau des Minguettes, et rebaptiMalek gère le personnel et l’exploi- Représentant 50 millions de tonnes sée 6eme Sens - Global Services, tation, Walid s’occupe de l’admi- par an (dont 65 % proviennent de sera officiellement lancée en janla démolition, 28 % de la réhabili- vier 2013. “Lorsqu’il a fallu choisir nistratif et des aspects financiers. C’est dans la continuité que tation et 7 % de la construction une zone franche pour nous instalnaît l’idée de Global Services, qui neuve), ils ne sont actuellement ler, celle de la Pyramide à Vénissieux 25, avenue Lefèvre 69120 Vaulx-en-Velin a fait l’objet de neuf mois de suivi recyclés qu’à moins de 50 %. À nous a paru être une évidence, par la Mission économie de la titre de comparaison, chaque raconte Nader. Il s’agissait de Ville de Vénissieux, laquelle a par- année, environ 30 millions de renouer avec notre ville. Il était rainé la candidature du trio au tonnes de déchets ménagers sont impensable d’aller nous installer à concours Talents des cités. “Nous produites. “Nous allons proposer un Vaulx-en-Velin ou ailleurs !” Global PHOTO RAPHAËL BERT

D

S.A.S.

P. CAPEZZONE

plâtrerie - peinture décoration ravalement de façade Tél. : 04 37 45 13 13 Fax : 04 37 45 00 34

Expressions 522  
Advertisement