Issuu on Google+

DU

23 MAI AU 5 JUIN 2012

Numéro 512

www.expressions-venissieux.fr CENTRES SOCIAUX

Engagement propreté

Les conseillers généraux vénissians dénoncent la politique d'austérité du Département.

p. 2

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES Douze candidats dans la 14e circonscription.

p. 3

DÉPENDANCE La construction d'un Ehpad a débuté rue Calmette.

p. 4

UNANIMITÉ AUTOUR DES VENINOV ET DE LEUR VICTOIRE HISTORIQUE. p. 5

MENACES

La Semaine de la propreté, qui s'achève vendredi 25 mai, sera notamment marquée par la signature d'une convention entre la Ville et le Grand Lyon. L'une des priorités est de faire reculer les incivilités.

Le groupe Carrefour envisagerait de supprimer plusieurs milliers d'emplois.

p. 5

INSOLITE Dans chaque allée de l'ancien cimetière, des surprises.

p. 11

Pages 3 et 7

LITTÉRATURE

Hommage à deux grandes dames

Le romancier espagnol Javier Cercas à la médiathèque le 2 juin.

Disparitions - Monique Jouanlanne nationale des anciens combattants, et

SPORTS

et Madeleine Lambert sont parties la même semaine. Deux grandes dames, deux grandes Vénissianes, chacune dans son domaine. Monique Jouanlanne, ancienne enseignante, s'est totalement investie dans le combat mémoriel, pour défendre l'esprit de la Résistance et ses idéaux de progrès social, pour combattre le fascisme et le négationnisme. Elle a exercé d'importantes responsabilités à l'Association

auprès des Amis de la Résistance. L'artiste plasticienne Madeleine Lambert, que tous ses amis appelaient Mado, a marqué l'histoire locale par son acharnement à faire entrer l'art dans le quotidien. Arrivée à Vénissieux en mai 1968, on lui doit, entre autres choses, les créations du service municipal des arts plastiques et des ateliers Henri-Matisse.

Pages 4 et 10

p. 11 Au CMO-V, la gymnastique rythmique croit en son renouveau.

p. 13

HISTOIRE Quand Lyon lorgnait

CHAMPIONS DE FRANCE ! le Moulin-à-Vent. pages 8-9

p. 14


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS Un débat avec quelques-uns des 12 candidats déclarés aux élections législatives a été enregistré dans les conditions du direct par TLM. La première diffusion est prévue le 28 mai à 20h45. Le Progrès organise également un débat ce jeudi 24 mai de 18h30 à 20 heures, salle Jeanne-Labourbe à Vénissieux.

DES ÉTUDES POUR BOUCLER LE

BUE

Le conseil du Grand Lyon, réuni le 21 mai, a voté une enveloppe de 200 000 euros pour lancer les études de réalisation du tronçon manquant du BUE (Boulevard urbain est) entre Vénissieux et Saint-Priest, plus précisément entre le chemin du Charbonnier et l’ancienne route d’Heyrieux. La difficulté consiste à franchir les voies ferrées de la gare de triage et du chantier de transports combinés. Le passage sera aérien ou souterrain. Ce n’est pas encore tranché.

Alerte sur les budgets des centres sociaux

JOURNÉE LOCALE DE LA RÉSISTANCE La Journée locale de la Résistance sera célébrée ce dimanche 27 mai à 11 heures. La cérémonie se tiendra devant le Monument de la Libération, dans le parc Louis-Dupic.

PLACE JEANNE-D’ARC Le projet de réaménagement de la place Jeanne d’Arc sera présenté le 14 juin à 18 heures au foyer Marcel-Sembat. Les travaux vont commencer en juillet par le réaménagement de l’entrée de l’école; ils se poursuivront en septembre sur la place.

VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE Vous avez de l’expérience mais pas le diplôme correspondant? Sachez que les centres d’information et d’orientation peuvent vous aider à faire reconnaître vos compétences. Cela s’appelle la VAE, validation des acquis de l’expérience. Le CIO de Vénissieux organise une réunion d’information collective sur les conditions de validation, les étapes, les financements… Rendez-vous le mercredi 13 juin de 14 à 16 heures au CIO (9, rue Aristide-Bruant. arrêt T4 Vénissy). Inscription au 0478707240. Le conseiller VAE reçoit aussi sur rendez-vous, toute l’année.

ALTERNANCE, MODE D’EMPLOI En partenariat avec la CCI de Lyon, le Bureau d’information jeunesse (BIJ) de Vénissieux (place Henri-Barbusse) propose, le mercredi 6 juin, à partir de 14h30, une après-midi d’information sur l’alternance. Puis, de 16h30 à 18h30, rencontres avec des Centres de formation d’apprentis (CFA) proposant des postes et formations en alternance. Entrée libre.

UN PAS IMPORTANT POUR AOUA SALL

Conseil général - Le 30 mars, l’assemblée départementale adoptait à la majorité un budget qualifié “d’austérité et de régression sociale” par les deux conseillers généraux communistes de Vénissieux, MarieChristine Burricand et Christian Falconnet. Il aura des conséquences lourdes sur les centres sociaux, assurent-ils. “Onze secteurs auront en 2012 un budget en baisse, de -29,1 % pour le sport à -0,38 % pour l’insertion. Sont également touchés la voirie, l’environnement, le logement, l’aménagement, la culture, les moyens de l’institution, l’action sociale de proximité…” Seuls les collèges, le SDIS (service départemental d’incendie et de secours) et le secteur “handicap” sont préservés. Les centres sociaux seront particulièrement touchés par la diminution des subventions départementales. “Les propositions sont en baisse de 9 à 12 %, précise Marie-Christine Burricand. Le centre social du

Les deux conseillers généraux sont inquiets pour la pérennisation de certaines missions dans les centres sociaux

Moulin-à-Vent et celui de Parilly perdraient chacun 1 600 euros (- 9,5 %

TOUT DOUX SUR LES VOIES RAPIDES Depuis la mi-mai, la vitesse sur l’autoroute A7 dans la traversée de Lyon (entre La Mulatière et Fourvière) est limitée à 70 km/h. C’est 20 km/h de moins qu’auparavant. D’ici à la fin du mois de juin, cette mesure sera étendue à toutes les voies rapides de l’agglomération: il faudra enlever 20 km/h aux limitations de vitesse actuelles. Ainsi sur le Boulevard urbain sud, la limitation tombera à 90 km/h.

SANS PAPIERS

PHOTOS DR

LA 14e CIRCONSCRIPTION EN DÉBAT

Michèle Picard, de meeting en conférences de presse PCF - Front de gauche - Vénissieux, Corbas, Feyzin, Saint-Priest, etc. Conférences de presse, réunions en appartements ou réunions publiques, etc. Chaque jour apporte son lot de rencontres, explique Michèle Picard qui a déposé sa candidature à l’élection législative sous le label “Front de gauche - PCF”. Récemment, à Vénissieux, un meeting auquel participaient quelque deux cents personnes s’est poursuivi autour d’une paella. Récemment aussi, la candidate et Yannis Al Mahdi, son suppléant san-priot, ont convié la presse dans une brasserie de Saint-Priest. À leurs côtés, Willy Plazzi, un élu bien connu dans la ville. Et deux parlementaires : le député sortant André Gerin et le sénateur Guy Fischer, président de son comité de soutien. Alors que le rattachement d’une grande partie de Saint-Priest à la circonscription bouscule l’assise politique du territoire, Michèle Picard affirme ne pas s’y sentir dépaysée. “Saint-Priest est une ville populaire, à l’image de la circonscription, observe-t-elle. Les habitants ont les mêmes préoccupations que ceux que je rencontre quotidiennement. Ils sont confrontés aux mêmes difficultés de vie.” Dans ces réunions, Michèle Picard met en avant le bilan qu’elle partage avec André Gerin, dont elle est la suppléante depuis 2002. En particulier son combat pour l’emploi, de l’épisode douloureux de Saint-Jean Industries jusqu’au succès des Veninov. “Avec Yannis, résume-t-elle, nous sommes les candidats anti-résignation contre les inégalités. Nous voulons redonner des perspectives et de la dignité aux personnes. Après la victoire de François Hollande, l’élection de députés communistes sera déterminante pour peser dans le sens d’un véritable changement.” Avec son style direct, Yannis Al Mahdi indique même “ne faire aucunement confiance à François Hollande pour défendre les classes populaires.” André Gerin et Guy Fischer insistent eux aussi sur l’utilité, pour les habitants, de conserver un député communiste dans le département. “Dans la partie de Saint-Priest rattachée à la 14e circonscription, Mélenchon a fait 15 %, observe Y. Al Mahdi. C’est la plus forte progression enregistrée à gauche.” Conclusion d’André Gerin : “La partie n’est pas gagnée mais elle est jouable.” 

Muriel Robinet au côté de Maurice Iacovella

Djida Tazdaït aura pour suppléant Stéphane Guillot

Alliance centriste - Qui, pour suppléante ? C’était, pour l’un des candidats centristes de ces législatives dans notre circonscription, l’une des dernières inconnues avant le dépôt des candidatures. C’est à l’occasion de l’inauguration de son siège de campagne (8, rue A.-Billon), que Maurice Iacovella a levé le voile : sa suppléante est une Corbasienne, Muriel Robinet, juriste en droit social. L’intéressée ne figure pas pour la première fois au côté du candidat de l’Alliance centriste. Déjà, en 2011, la jeune femme avait été sa remplaçante pour les élections cantonales à Saint-Fons. “Nos idées se rapprochent, indique Muriel Robinet. J’ai vécu à Vénissieux durant vingt ans, je connais donc bien la ville. Maurice Iacovella et moi avons les mêmes priorités : écoles, infrastructures, emploi… Il y a beaucoup à faire.” À noter que les candidats du parti de Jean Arthuis tiendront une réunion publique jeudi 31 mai à 18 heures (16, rue Max-Barel). 

Parti radical - Djida Tazdaït, qui défendra lors des législatives les couleurs du parti de Jean-Louis Borloo, a récemment présenté son suppléant : Stéphane Guillot, un chef d’entreprise de 36 ans. Inaugurant son local de campagne (59, rue Victor-Hugo), Djida Tazdaït a dit son ambition de “porter une nouvelle image de la banlieue”, de rassembler “un grand centre”, pour proposer “une alternative entre, d’un côté une gouvernance de gauche sans alternance sur ce territoire depuis un siècle, et de l’autre une droite méprisante et arrogante”. Concernant ses concurrents au centre, en particulier Maurice Iacovella et Saliha Mertani, elle ne mâche pas ses mots : “Ces candidats ne sont pas très centristes, ils s’affichent en vue des municipales, c’est une attitude méprisante pour les citoyens. Ils n’ont pas plus d’antériorité que moi à Vénissieux. Les gens ont une bonne mémoire, ils ne se tromperont pas.” 

PAGE 2

par rapport en 2011). Les centres des Minguettes perdraient 5 600 euros (- 12 %). Les subventions de la CAF devraient également diminuer. Si bien que la Ville de Vénissieux a dû consentir à un effort important.” Ainsi, le conseil municipal a alloué 135 000 euros au centre social de Parilly (en augmentation de 8 000 euros) ; 191 000 euros à celui du Moulin-à-Vent (en augmentation de 3 200 euros) et, pour ceux des Minguettes, 260 000 euros (en augmentation de 32 000 euros). Sans attendre les décisions budgétaires définitives, qui interviendront le 22 juin, les deux élus souhaitent alerter les usagers et conseils d’administration. “À Vénissieux comme ailleurs, les centres sociaux jouent un rôle d’autant plus primordial que tout le tissu social est fragilisé”, rappelle Christian Falconnet. 

Aoua Sall était convoquée le 24 avril devant le tribunal administratif de Lyon. Cette Malienne, qui vit en France depuis 2003 et y élève ses deux enfants de 5 et 3 ans, était menacée d’expulsion, le préfet ayant délivré à son encontre une OQTF, Obligation de quitter le territoire français. Aoua ne s’était pas présentée seule à la convocation. Elle était accompagnée de son compagnon, Bakari, en situation régulière depuis une vingtaine d’années, et des membres du Réseau Éducation Sans Frontières. Présents également des voisins et des élus communistes de Vénissieux. Tous connaissent bien Aoua, qui est très impliquée dans la vie de son quartier. La mobilisation a pesé, sans doute, puisque le juge vient d’annuler la décision de reconduite à la frontière. Saoua bénéficie d’une autorisation de séjour de deux mois. Son dossier va être rouvert et étudié sur le fonds. Devant ce début de succès, tous ceux qui l’ont aidée ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Et les autres ? Espérons qu’il en sera de même pour la famille Békir, en France depuis plus de dix ans et dont la situation n’évolue guère. Depuis son passage devant le tribunal administratif où a été annulée son OQTF, elle reste dans l’attente de la décision du préfet. Le 31 mai, c’est une autre famille, celle d’Oscar Mahombé, qui est convoquée au TA. Précisons que la prochaine réunion du comité local de RESF aura lieu le 7 juin à 18 heures à l’école Pasteur (route de Corbas).

Christophe Girard veut incarner le “bon sens”

Christophe Girard aura pour suppléante Thérèse de Souza, une San-Priote de 32 ans

Divers droite UMP - Comme il en a donné l’habitude au conseil municipal, au grand dam de la majorité politique de gauche qui dénonce son “faux nez”, Christophe Girard aborde ces législatives en revendiquant ne pas faire de politique, en tout cas au sens où on l’entend usuellement. Quand on lui rappelle qu’il bénéficie du soutien et de l’investiture de l’UMP, il jure ne rechercher que le “bon sens”, le “pragmatisme”. Par exemple au sujet de la délinquance : “Je ne dis pas qu’il ne faut pas construire de prison, mais on ferait bien de s’interroger sur les causes plutôt que de traiter les effets. Ce n’est pas être de gauche que dire cela, c’est du réalisme.” Son leitmotiv : “Je suis un élu de terrain, je prends le monde tel qu’il est et je l’accompagne pour qu’il progresse”. Il a toutefois des accents très politiques pour dénoncer la politique “idéologique”, “marxiste”, “stérile et stérilisante”, menée à Vénissieux. “Notre territoire souffre d’un pouvoir figé à gauche depuis trop longtemps, assène-t-il. Cette démoralisation généralisée limite le dynamisme et paralyse l’expression des innombrables talents de ses habitants.” Reste que la 14e circonscription est celle qui a voté le plus à gauche dans le Rhône à l’élection présidentielle. S’y imposer relèverait de l’exploit, d’autant que le Front national fait également des scores élevés. “Seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas”, martèle Christophe Girard, convaincu que “le vote rejet de la présidentielle ne saurait masquer que depuis bien longtemps la gauche n’enregistre plus de réels plébiscites aux élections locales.” 


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 3

ACTUALITÉS

Pour la propreté des espaces publics, on signe CONSEIL MUNICIPAL - Au menu d'une séance plutôt calme, les finances de la Ville, sa participation à la Société d'économie mixte patrimoniale du Grand Lyon et la signature d'une convention qualité propreté avec le Grand Lyon. ui l'eût cru ? Au lieu de bêcher et planter, les jardiniers de Vénissieux passent 20 % de leur temps de travail à ramasser les déchets abandonnés dans l'espace public. Donnée au conseil municipal du 14 mai par Pierre-Alain Millet, cette information à elle seule justifierait la convention “Qualité Propreté” que Michèle Picard -pour la Villeet Thierry Philip -pour le Grand Lyon- s'apprêtent à signer pour deux ans, ce jeudi 24 mai. La Ville en attend beaucoup et le rapport a été adopté à l'unanimité. “Cette convention va renforcer l'organisation concertée entre les acteurs de l'espace public (élus, services communaux et communautaires) et les usagers pour améliorer la propreté globale”, a expliqué l'adjoint au maire. Le travail porte notamment sur des points sensibles prioritaires identifiés. Parmi les “anomalies” auxquelles les partenaires veulent s'attaquer, citons les dépôts sauvages de déchets, dont six sont particulièrement ciblés : prévention et répression seront conjointement utilisées pour faire reculer les incivilités. Autres points d'amélioration recherchée : la propreté des marchés, la réduction des déjections canines par la mise à disposition de sacs et l'éducation des maîtres, ou encore une meilleure répartition des tâches entre les intervenants sur le territoire (Grand Lyon, Ville, bailleurs, Régie de quartier). D'autres conventions ont été autorisées par les conseillers municipaux : avec l'USV Rugby et le LOU, avec l'Opéra de Lyon, avec l'USEP. Mais on s'attardera plus particulièrement sur celle qui, pour 1 euro symbolique versé à Renault Trucks, va permettre à la Ville de devenir propriétaire de 22 475 m2 de jardins familiaux, occupés à 90 % par des Vénissians. En échange de quoi, la Ville financera la remise en état des parcelles, estimée à 90 000 euros.

Coup de pouce pour le commerce à Vénissy Autre grand dossier : la prise de participation de Vénissieux dans la Société d'économie mixte (SEM)

PHOTO RAPHAËL BERT

Q

Un des objectifs de la SEM Patrimoniale qui va être créée, sera de redynamiser le commerce dans les zones de renouvellement urbain telles que Vénissy

Patrimoniale que le Grand Lyon va mettre sur pied d'ici à l'été, en lieu et place de l'actuelle SERL@Immo, filiale de la SERL. Une participation qui devrait booster la restructuration commerciale de Vénissy. “Depuis des années, expliquait Henri Thivillier, adjoint au maire, la Communauté urbaine a constaté une carence de l'initiative privée pour assurer un portage global et la gestion unifiée des rez-de-chaussée commerciaux situés dans les grandes opérations de renouvellement urbain.” Un problème qui freine les grands projets : à Vénissieux comme par exemple à Rillieux ou dans le Val de Saône. Pour y remédier, le Grand Lyon a décidé de créer une structure de portage sous la forme de cette SEM Patrimoniale, dotée à 66 % de capitaux publics. “Elle représente une opportunité, afin de voir aboutir l'opération complexe de démolition et reconstruction de Vénissy, mais également dans l'hypothèse de nouvelles opérations de développement commercial sur le territoire”, soulignait Henri Thivillier.

Dînez au restaurant avec des amis...

Regardez un film...

...en toute discretion !

Solutions auditives sans-fil !

Conditions privilégiées 9 Bilan auditif gratuit 9 Présentation personnalisée de la Wi Series 9 Essai d’appareillage auditif pendant 15 jours (2) 9 300 euros de remise ou un MEDIA offert(3) (1)

(1) Test non médical, (2) Sur prescription médicale, (3) 150 euros par aide auditive, voir conditions en magasin R.C.SPARIS528839988

Le conseil ayant adopté ce rapport à une large majorité (abstention des élues MoDem-Verts, vote contre du FN), la Ville de Vénissieux sera représentée dans cette SEM par l'adjointe au maire Évelyne Ebersviller. Et va en devenir actionnaire à hauteur de 354 200 euros (soit 2,53 % de son capital social). L'investissement s'étalera sur six ans, de 2012 à 2017.

Le compte administratif 2011 fait apparaître, en fonctionnement, un résultat positif de 8,43 millions d'euros. Au budget supplémentaire, 7 millions ont donc pu être affectés à l'investissement (résultat déficitaire de 7 ME), le reliquat permettant de réduire le programme d'emprunt et d'ouvrir de nouveaux crédits de fonctionnement.

Le budget de la Ville

Douze candidats dans notre circonscription

Passage printanier obligé, les votes du compte administratif 2011 et du budget supplémentaire 2012. En clair, les recettes et dépenses de l'année écoulée et les prévisions pour l'année en cours. Évelyne Ebersviller a détaillé les tableaux soumis au vote, avec ses principaux postes de dépenses de fonctionnement. Dans le budget principal, l'administration générale figure en pôle position (18,5 millions), suivie par les écoles (18 millions), puis les sports et la jeunesse (9,4 millions), le cadre de vie et la famille (8,6 millions chacun), la culture (7,6 millions).

I N V I TAT I O N

JOURNÉE DE L'AUDITION WI DÉCOUVERTE

5 JUIN À VÉNISSIEUX 71 BD LAURENT GERIN

Partagez des instants en famille...

“Notre gestion est saine, prudente et pragmatique”, assurait le maire avant d'insister sur une “bonne nouvelle” : “Le développement de Vénissieux s'inscrit dans la durée, sans que les missions de service public de proximité en pâtissent et sans que les habitants aient le sentiment d'être dépossédés de leur ville. “Reste que pour les communes, l'équilibre budgétaire devient tous les ans un peu plus compliqué, poursuivait Michèle Picard. Nos capacités d'investissement sont de l'ordre de 15 millions d'euros par an, elles étaient de 19 millions il n'y a pas si longtemps. Les cinq dernières années ont été un cauchemar, les compensations fiscales de l'État baissant en moyenne annuelle de 5,4 %.” Sans autre intervention, ces rapports ont été adoptés à la majorité, les groupes de la droite et du Modem/Verts s'abstenant et le FN votant contre. À propos du FN, nous relèverons cet échange un peu surréaliste, en fin de conseil : Michèle Picard, après le vote d'un rapport : “Abstention, Front national.” Réaction d'Yvan Benedetti : “Je vous rappelle, Madame le maire, que j'ai été exclu du Front national.” Une voix, dans le public : “Exclu du FN, faut vraiment le faire…” 

RÉSERVEZ VITE VOTRE PLACE EN APPELANT AU

04 82 91 01 08

Élections législatives - Les candidats aux élections avaient jusqu’à vendredi pour déposer leurs candidatures. Dans le Rhône, 185 candidats se sont présentés à la préfecture, dont 12 pour notre circonscription, la 14e. Contrairement à 2007, ce n'est donc pas la nôtre qui a suscité le plus de convoitise mais la 3e, qui aligne… 21 prétendants. Toutefois, les listes sont encore provisoires : les candidatures ne deviendront définitives que samedi, une fois écoulées les possibilités de recours contentieux. La 14e du Rhône, il faut le rappeler, est formée des villes de Vénissieux, Saint-Fons, Corbas, Feyzin et Solaize, auxquelles est ajoutée pour la première fois la majeure partie de Saint-Priest : 17 000 électeurs ont été ôtés de la 13e circonscription et versés dans la 14e. Certains candidats se sont déclarés de longue date. C’est le cas de Michèle Picard (Front de gauche Parti communiste), qui entend prendre le relais du député sortant, André Gerin, dont elle est la suppléante depuis 2002. Yves Blein (Parti socialiste) espère profiter de l’effet Hollande et du redécoupage de la circonscription a priori favorable. Marie-Christine Seemann marche dans les pas de Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle. Zafer Girisit défendra les thèses d'Europe Écologie/Les Verts. Christophe Girard, candidat étiqueté “Divers droite”, est soutenu par l’UMP. Sandrine Ligout représentera le Front national.

GRÉGORY MORIS AVEC SYLVAINE CHARPIOT

Au centre de l’échiquier politique, ce sera l’embouteillage, quatre candidats se revendiquant de ce courant d’idées. Saliha Mertani est investie par François Bayrou (soutien de Hollande au second tour) : elle part sous l'étiquette “Le Centre pour la France” choisie par le MoDem pour ces législatives. Maurice Iacovella part sous les couleurs de l'Alliance centriste (Jean Arthuis, soutien de N. Sarkozy). Au centre droit toujours, on trouve Djida Tazdaït et Jeremy Coste. L'une a l’investiture du Parti radical (Jean-Louis Borloo), l'autre du Nouveau Centre (Hervé Morin). Membres de l'ARES, Alliance Républicaine Écologiste et Sociale, ces deux partis ont soutenu Nicolas Sarkozy dès le premier tour de l'élection présidentielle… sauf que Jeremy Coste, président des jeunes du Nouveau centre, a fait campagne pour François Bayrou. Vous suivez ? Le mouvement de Jacques Cheminade, “Solidarité et progrès”, a investi 78 personnes en France, dont Pierre Léglise dans la 14e. Rappelons qu'en avril, Jacques Cheminade a recueilli 0,25 % des voix (0,20 % à Vénissieux). Autre candidat investi tout récemment : Mounir Grami. Étiqueté “Sans étiquette” dans la liste de la préfecture, il est l'un des quatre candidats soutenus en France par le Parti anti sioniste dont Dieudonné, candidat à Dreux, est la vedette.  S.C


ACTUALITÉS LOISIRS SOLIDARITÉ RETRAITÉS L’association LSR propose un “cinéma d’après-midi” ce 24 mai à 14 h 30 à GérardPhilipe. Au programme : le film de Jacques Audiard, “De rouille et d’os”, sélection officielle du Festival de Cannes (entrée : 4 euros). Le 18 juin, ce sera un buffet champêtre au restaurant “Le Croquant” à Grenay (18 euros). Rassemblement à 11 heures, à la Maison du peuple de Vénissieux. Réservations : 04 72 21 82 37. Mail : lsr69@orange.fr

RÉUNION SUR LA DÉPENDANCE Le service social du CARSAT propose à Vénissieux des réunions mensuelles gratuites, afin d’aider les familles confrontées aux problèmes de dépendance d’un proche. La dernière rencontre de la saison se déroulera le mardi 12 juin de 14 à 16 heures, à la Maison du peuple, salle Albert-Rivat (8, boulevard Laurent-Gérin). Son thème “Bilan et perspectives : comment poursuivre ?” Inscriptions et renseignements : 04 72 15 23 61 ou 04 72 56 52 45.

CHANTIERS JEUNES Pour les vacances d’été, le dispositif Chantiers jeunes permet à des Vénissians âgés de 16 à 20 ans de réaliser dix ou vingt heures de travail (peinture, nettoyage, médiation dans le cadre du festival Fêtes escales…) en échange de chèques vacances de 70 euros ou 140 euros. Les dossiers sont à retirer au Bureau information jeunesse (1, place Henri-Barbusse) le vendredi 30 mai après-midi. Plus de renseignements au 04 72 50 01 20.

FÊTE D’ANTIROUILLE L’association Antirouille organise sa fête annuelle ce samedi 26 mai, à partir de 14 h 30 au 47, bd du docteur Coblod. Animations variées au programme de cet après-midi : spectacle de danses orientales, indienne et antillaise par l’atelier danse d’Antirouille, sketches, démonstrations de jongle, jeux d’adresse, carnaval afro-uruguayen avec le groupe “Flor de compas”, buvette et petite restauration. À noter aussi l’expositionvente des articles confectionnés par l’atelier bois de l’association. Entrée gratuite.

UNION DES FAMILLES LAÏQUES DU RHÔNE L’UFAL (Union des familles laïques) du Rhône tient une permanence le mercredi de 9 heures à 12 heures, à la Maison des associations BorisVian. Mouvement d’éducation populaire, l’UFAL œuvre dans de nombreux domaines : défense des consommateurs, soutien aux femmes victimes de violences conjugales, assistance juridique… Tél. : 04 69 67 61 08. Port. : 06 16 24 75 72. Mail : ufal69@ufal.org

VIDE-GRENIERS DE LA CNL COBLOD L’amicale de la CNL organise son vide-grenier samedi 9 juin de 8 heures à 18 heures, dans le pré rue Félix-Brun (à 150 mètres de la gare de Vénissieux). Prix au mètre linéaire : 3€. Inscriptions à l’avance au 06 69 23 84 59. internet : vide-greniers.org

Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

La construction d’un Ehpad a débuté rue Calmette

PAGE 4

DISPARITION

HOMMAGE À MONIQUE JOUANLANNE

Personnes âgées dépendantes Les travaux de construction d’un nouvel Ehpad, Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, ont commencé à l’angle des rues Eugène-Peloux et Calmette. Financé et géré par l’association ADEF Résidences, cet établissement pour personnes âgées dépendantes disposera de 89 places, dont 84 en internat. 70 places sont destinées aux personnes âgées valides, semi-valides ou dépendantes. Une unité de 14 places accueillera les patients atteints d’Alzheimer et (ou) présentant des troubles apparentés. S’ajoutent deux places en accueil temporaire et cinq en accueil de jour spécifique pour les malades d’Alzheimer. La création de cette résidence répond à un important besoin à Vénissieux. Car actuellement, seule La Solidage, propriété de la Mutualité française du Rhône, accueille des personnes âgées dépendantes. Or la population vieillit. Un Français sur trois aura plus de 60 ans en 2050. Mathématiquement, le nombre de personnes dépendantes augmentera aussi. D’où l’importance de construire de telles structures. D’un coût de 13,3 millions d’euros, cet Ehpad est financé et géré

L’Ehpad d’ADEF Résidences proposera 89 places, dont 84 en internat

par l’ADEF, association à but non lucratif spécialisée dans la construction et la gestion d’établissements médico-sociaux. L’Ehpad ne sera pas réservé aux Vénissians, mais les habitants de la commune et des alentours seront privilégiés, ainsi que les situations de rapprochement familial. Les résidants, selon leur niveau de ressources, pourront bénéficier d’aides : l’Allocation pour le logement (APL), versée par les caisses

d’allocations familiales, l’Aide personnalisée à l’autonomie (APA) ou encore l’Aide Sociale, versées par le Département du dernier domicile du résidant. L’ouverture de cet établissement rue Calmette représente la création d’une cinquantaine d’emplois, personnel administratif et médical. Concernant le recrutement du personnel, une embauche prioritaire est prévue sur le secteur de Vénissieux. 

La rue Germaine-Tillon sera livrée début 2013 Voirie - Sans risque de se tromper, voilà la voirie la plus attendue de Vénissieux, en tout cas celle dont on a le plus parlé ces quinze dernières années, en particulier lors des réunions du conseil de quartier Gabriel-Péri. L’aménagement de la V 19 - son appellation technique a fini par s’imposer au fil du temps, même si elle a été baptisée officiellement rue Germaine-Tillon, en hommage à l’ethnologue et grande figure de la Résistance française - ne concerne pourtant pas que les habitants des pentes des Minguettes. Quand elle ouvrira, début 2013, cette rue à deux voies, d’une largeur de 20 mètres, bordée de chaque côté d’un cheminement piétons, va changer les habitudes des automobilistes en proposant une nouvelle liaison directe entre le plateau des

Minguettes et le bas de la ville. La jonction sera faite entre la rue Pros-

L’Apasev, bilan et projets d’été 2012 Vacances pour tous - L’Apasev (association pour la promotion des activités socio-éducatives de Vénissieux) tiendra son assemblée générale annuelle ce jeudi 24 mai à 17 h 30 à la salle Irène-Joliot-Curie ; une réunion que dirigera Yolande Peytavin, présidente du conseil d’administration et première adjointe au maire. Serge Lombardi, le directeur, présentera le bilan d’activité 2011, dont il nous a dévoilé les grandes lignes. “Avec trois jours d’ouverture supplémentaire dans l’année, l’accueil dans les maisons de l’enfance a progressé. Les classes de ville et d’environnement ont été très demandées : on a compté cinquante-trois, six de plus qu’en 2010. Plus de 1 350 enfants ont ainsi participé à un vrai projet éducatif, que ce soit à Vénissieux ou dans les structures municipales de Champagneux (Savoie) et du Noyer (Hautes Alpes). En hausse également, l’accueil d’associations ou de groupes dans ces deux centres.” En revanche, le nombre de séjours accueillant les enfants/ados a diminué, notamment pendant les vacances d’été. Également en légère baisse, la fréquentation du camping de Portiragnes. Cette année il ouvrira le 23 juin, et ses habitués découvriront deux nouveaux mobil-home (ils sont 8 au total sur les 177 places). Les vacances approchant, il est temps d’inscrire vos enfants pour les faire partir cet été. Il reste des places pour les séjours organisés avec l’association “Les Poneys de la colline” à Septème (Isère) pour les 6/11 ans. Il en reste également au centre Daniel-Féry de Champagneux pour les 6/10 ans ainsi qu’au centre Elsa-Triolet du Noyer pour les 9/12 ans. Toujours au Noyer, vous pouvez inscrire vos enfants âgés de 10 à 12 ans pour des séjours sportifs : golf, pleine nature, aquatique en collaboration avec la direction Sport et Jeunesse ; pour les 13/14 ans, il reste des places pour des colos “sports loisirs montagne”. Les inscriptions pour les maisons de l’enfance seront prises les 8 et 9 juin dans chaque structure. Sachez que le CLAE Max-Barel sera ouvert cette année en août. Un premier essai répondant à une demande des familles. On trouve désormais l’Apasev sur internet : http://apasev.fr 

per-Alfaric et l’avenue de la République, autrement dit entre l’école Gabriel-Péri et la station BP. La rue Germaine-Tillon facilitera également l’accès à la zone économique des ERM. Le Grand Lyon investit 3,2 millions d’euros dans l’opération. Cette somme élevée s’explique par l’importance des coûts annexes, notamment l’acquisition et la démolition de la propriété Barut - qui avait brûlé l’été dernier à la suite de son occupation par un groupe de Roms. Par ailleurs, trois carrefours vont être totalement repris : celui du haut (au niveau de la rue Gabriel-Péri), celui du bas (au débouché sur l’avenue de la République), et le troisième à l’entrée du centre-ville, là où convergent l’avenue Jean-Jaurès, l’avenue Pierre-Semard, la rue Carnot et la rue Auguste-Isaac. 

Monique Jouanlanne, qui avait passé une grande partie de sa vie à Vénissieux, a été emportée par la maladie à l’âge de 81 ans. Ses obsèques ont été célébrées le 14 mai, devant de nombreux anciens combattants et amis, membres de l’UFAC et de l’ANACR, association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance. Parmi eux, citons Roger Gaget, président départemental de l’ANACR, M. Bathias, secrétaire général du comité du Rhône, ou encore le président de l’association des mutilés de la vue dont elle était trésorière. Présent également Guy Fischer, sénateur du Rhône, qui a connu Monique Jouanlanne lorsqu’elle enseignait comme lui à l’école Jean-Moulin de Vénissieux. “L’ANACR pleure une camarade, une militante, une amie”, relevait Jean Bathias. Monique Jouanlanne a eu en effet des responsabilités considérables au sein de l’ANACR : membre du conseil national puis du bureau national en 1998, elle a créé et présidé l’Association des amis de la Résistance du Rhône jusqu’à la réunion des deux associations en une seule dont elle assuma la coprésidence, au côté des résistants. Durant quatre ans, elle a également présidé le comité ANACR et Amis de l’ANACR de Vénissieux, Saint-Fons, Corbas et Feyzin. “Son but, rappelait M. Bathias, était de défendre l’esprit de la Résistance et ses idéaux de progrès social, de combattre le fascisme et le négationnisme, dans le respect de la vérité historique. Elle a ainsi mis sa vocation d’enseignante au service de la jeunesse, transmettant encore ses valeurs de justice, de fraternité et de solidarité.” Guy Fischer a lui aussi rendu un hommage ému à Mme Jouanlanne. “L’hommage du compagnon de route et du collègue enseignant”, dit-il, ajoutant : “Nous partagions le refus de l’injustice, du racisme, de la xénophobie, la volonté de faire de l’école publique, laïque et républicaine l’outil d’égalité des chances pour tous les jeunes en devenir.” Impliquée à France-URSS, à France-RDA, à l’Apasev, Monique Jouanlanne a été de tous les combats, de tous les engagements pour faire bouger le monde. “Elle a imprimé sa marque : engagée, convaincante mais modeste, consciente d’œuvrer pour des causes de première importance.” Et Guy Fischer de conclure : ‘Monique aurait souhaité que nous gardions à l’esprit, en sa mémoire, les chemins sur lesquels de nombreux combats sont encore à mener.” L’équipe d’Expressions présente à son tour ses condoléances à la famille de Mme Jouanlanne.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 5

ACTUALITÉS

Nouveau départ pour Veninov INDUSTRIE - Depuis que le tribunal a validé la reprise de Veninov par Windhager, tout le monde s'accorde pour saluer une “victoire historique”. Un rassemblement festif sur le site célébrera cet énorme succès vendredi 1er juin. es terrains, les machines et les marques (Venilia, Bulgomme) : le 4 mai, le tribunal de commerce de Nanterre a validé le plan de reprise de Veninov par Windhager. Le groupe autrichien est donc devenu propriétaire de cet ensemble, moyennant 2 millions d'euros. Mais un propriétaire sous contrôle, puisque Windhager a obligation de communiquer au tribunal chaque trimestre, et pendant deux ans, un état de suivi du programme de relance prévisionnelle qu'il a présenté. La reprise de la production est programmée pour la rentrée, avec, rappelle le juge-commissaire, “un plan de relance prévoyant l'emploi de 40 à 50 salariés avant fin 2012 et au moins 80 à fin 2015”. Parmi les ex-salariés qui avaient placé le site sous surveillance depuis sa mise en liquidation judiciaire, en juillet 2011, l'heure est à la célébration sans retenue. Avec une certitude : ils n'ont pas occupé l'usine tous ces mois pour rien. “Notre combat touche à sa fin, se réjouit Stéphane Navarro (CGT). On a réussi à faire plier un fonds de pension américain, on est très fiers. C'est un truc de fou ! Il reste des choses à organiser, mais notre priorité, c'est que tous ceux qui se sont battus pour la survie de Veninov soient repris. Cela devrait être faisable.” “Nous avons la chance inouïe d'être situés à Vénissieux, assure Bernard Dhennin (CFDT). Les élus ont très vite réagi et nous ont soutenus. J'ai également une pensée pour les retraités de Veninov, qui se sont mobilisés avec nous.”

Les cicatrices de Saint-Jean Industries Car les Veninov n'étaient pas seuls, loin de là. Les élus de Vénissieux, en particulier le député André Gerin et le maire Michèle Picard -qui préside le comité de soutien-, se sont battus à leurs côtés pour la survie de l'usine, multipliant les démarches de tous ordres dès l'automne 2010. La Ville a aussi participé à la “valorisation” du site en prenant en charge le nettoyage, l'entretien des espaces, une aide logistique. “C'est une belle victoire des salariés, estime le maire communiste. Cela prouve qu'aucun combat n'est perdu d'avance. Les Vénissians ont une mémoire industrielle : la fermeture en 2009 de Saint-Jean Industries a laissé des cicatrices, qui les ont encore plus motivés pour se mobiliser. Nous avons réussi à faire bouger les pouvoirs publics, sans quoi l'entreprise aurait fermé en catimini.”

PHOTO RAPHAËL BERT

L

Explosion de joie le 7 mai dans l’usine. Les Veninov et tous ceux qui les ont soutenus pendant des mois avaient raison d’y croire

Pour André Gerin, “c'est une victoire du courage et de la persévérance. Une victoire des petites gens. Je n'ai qu'une chose à dire aux salariés de Veninov : vous pouvez être fiers de ce combat. Il s'inscrit dans l'histoire du mouvement ouvrier.” Le conseiller municipal Christophe Girard (divers droite - UMP) félicite lui aussi les salariés pour leur “ténacité ancrée dans la volonté de sauver un outil de travail, mais également dans la rage de maintenir en vie un métier qui n'avait aucune raison de disparaître de notre territoire (…) Tous les acteurs qui ont contribué à cette victoire peuvent en être fiers”, conclut le communiqué de celui qui, quinze jours avant, accusait le maire “d'instrumentaliser la douleur” liée à la fermeture de Saint-Jean Industries et s’inquiétait que ses déclarations puissent “torpiller l'espoir” de reprise de Veninov.

Un rassemblement le 1er juin Satisfaction également au Conseil régional qui, à la demande du préfet, avait voté l'hiver dernier une subvention exceptionnelle de 70 000 euros pour prendre en charge les factures d'énergie.“C'est la démonstration qu'on ne peut plus jouer au Monopoly avec l'industrie et les salariés, estime le président socialiste de la Région, Jean-Jack Queyranne. Pour mainte-

Erma Fermetures installation et réparation de rideaux métalliques, volets roulants, petite serrurerie 12, rue Serrières 69540 IRIGNY Tél. : 04 78 50 48 45 - Fax 04 78 51 36 93

erma.fermetures@aliceadsl.fr

nir l'emploi industriel, il nous faut une stratégie nationale, des moyens pour les Régions et une bonne coordination au niveau local.” “C'est la victoire des salariés, ajoute Christiane Puthod, vice-présidente (PCF-Front de gauche) déléguée à l'emploi. On ne pouvait pas accepter le diktat d'un fonds de pension qui fermait une entreprise rentable. Nous avons gagné ce bras de fer notamment grâce à l'intervention croisée des collectivités territoriales, Région, Grand Lyon et Ville de Vénissieux.”

Du côté du Grand Lyon, qui avait aussi voté un soutien de 70 000 euros pour le fonctionnement du site occupé (surveillance et gardiennage), on se félicite également de la décision du tribunal. “Ces ordonnances (de cession à Windhager) annoncent le redémarrage de l'appareil de production et la création de nouveaux emplois. Le Grand Lyon en est d'autant plus satisfait qu'il s'était fortement impliqué pour garantir un avenir à cette entreprise industrielle porteuse d'un savoir

reconnu et leader sur son marché.” On relèvera enfin que le préfet, très impliqué dans ce dossier, a convié le 15 mai à un apéritif (privé) les personnes et institutions ayant contribué au redémarrage de l'activité de Veninov. Histoire de fêter cette belle victoire, un rassemblement festif est annoncé sur le site le vendredi 1er juin, à partir 19 heures. Tous les Vénissians sont invités à y participer.  GRÉGORY MORIS

Menaces sur l’emploi chez Carrefour Inquiétudes - Le nouveau patron de Carrefour, Georges Plassat, qui prendra officiellement ses fonctions le 18 juin, a rencontré pour la première fois les organisations syndicales, le 10 mai, dans le cadre d’une réunion extraordinaire du comité de groupe. Les syndicats attendaient des précisions sur le niveau de l’emploi au sein de l’enseigne. Depuis le 27 avril, date à laquelle Force ouvrière (FO) a dévoilé que la direction entendait supprimer entre 3000 et 5000 postes, cette question est en effet devenue brûlante. Mais la direction est restée floue sur ses intentions. Georges Plassat, dont les propos sont rapportés par FO, aurait simplement indiqué qu’il “faudrait faire quelque chose dans les sièges sociaux” et “prendre des mesures” dans le secteur non alimentaire (électroménager, électronique…), durement concurrencé par les enseignes spécialisées. Le syndicat avait été beaucoup plus précis dans sa communication du 27 avril, disant s’appuyer sur des informations communiquées par des cadres supérieurs. La CFDT confirmait de son côté que le plan de réduction des effectifs portera sur 200 magasins, à raison de 20 à

Le secteur non alimentaire (électroménager, électronique…) est durement concurrencé par les enseignes spécialisées

30 emplois par établissement. À Vénissieux, aucune information n’est encore officiellement redescendue au niveau des salariés. Mais Ludovic Jaen, délégué CGT, n’est “nullement surpris” de ces sombres perspectives. “Cela nous paraît même sous-estimé, corrige-t-il. Les suppressions d’emplois ont commencé depuis un certain temps déjà. À Vénissieux, on est passé de 680 sala-

riés à 613 en un an. À Écully, ils en ont perdu 120 en un an et demi. Et notre directeur nous a annoncé récemment qu’il suspendait tous les CDD. Ces informations ne nous étonnent donc pas du tout. Georges Plassat a été recruté pour tailler dans les coûts. Mais chez les salariés il n’y a pas que de l’inquiétude, il y a aussi de la colère.”  G.L.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

ACTUALITÉS

PAGE 6

Deux fêtes de quartiers, le 2 juin

UNE JOURNÉE POUR SAUVER SA PEAU

Gratuites et pour tous - À Mon-

Avec 8 000 personnes touchées, 1 500 décès par an en France et une augmentation de 10 % chaque année, le mélanome malin est le cancer de la peau le plus grave. Pourtant, dépisté à temps, il peut être combattu efficacement. Ce jeudi 24 mai, le syndicat des dermatologues organise la 14e journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau. Les médecins spécialistes accueilleront le public de façon anonyme et gratuite de 9 heures à 17 heures dans les centres suivants : Agemetra (2, rue de la Claire, Lyon 9e), MPU Lyon Insa (6, rue de l’Émetteur à Villeurbanne), et MSA (35-37, rue du Plat, Lyon 2e). Autres contacts : un numéro vert, le 3015 (appel gratuit depuis un poste fixe) ou le site www.dermatos.fr

mousseau, Herriot et Démocratie, la journée s’intitule “Ensemble en fête”. À Charréard, Max-Barel, Pasteur et Monery, elle se nomme “Fête de l’amitié”. Mais l’objectif est le même : réunir les habitants autour de manifestations simples, festives, gratuites et pour tous les âges. Ces deux fêtes vont se dérouler le samedi 2 juin. Et les organisateurs croisent les doigts en espérant que leurs efforts ne seront pas ruinés par la météo capricieuse qui a contraint à annuler le rendez-vous du 12 mai dans le parc des Minguettes. C’est à partir de 13 h 30 que le square Coblod et l’ensemble sportif Laurent-Gérin vont s’animer, ce 2 juin. Au programme, des animations sportives (mini-tennis, rugby,

taekwondo) et culturelles avec, sur le podium, des danses -orientales, indiennes, country, zumba- et des groupes musicaux. Les stands seront adaptés aux grands et aux petits : maquillage, expositions, pêche à la ligne, réalisation d’une fresque… sans oublier les structures gonflables. Une dizaine de partenaires ont concocté ce programme avec les deux conseils de quartier et leurs délégués. Citons les associations Antirouille et Halte au bruit, le SPF, l’OMR, les clubs sportifs, les EPJ et Maisons de l’enfance… Aux Minguettes, c’est le conseil de quartier Charles-Perrault que l’on trouve aux manettes de “Ensemble en fête”, avec des groupes d’habitants, les centres sociaux des Min-

PLEIN CENTRE

guettes, l’EPJ, l’ADSEA, le GPV, Alliade Habitat et le centre associatif Boris-Vian. Rendez-vous donc entre 15 heures et 22 heures, sur l’espace vert des tours de Monmousseau. Coin petite enfance avec le Ballad’ou, jeux en bois, animation “sumo”, expo photos, tournoi de foot, basket… La tribu Hérisson sera présente. Initiative originale : un concours de gâteau, auquel chacun est invité à participer en apportant sa création ! À partir de 18 heures, la scène accueillera tous les talents qui se présenteront : chant, danse, musique… Pour aider à l’organisation, toutes les bonnes volontés sont encore les bienvenues. Contacter Naïma ou Sylvie au centre social EugénieCotton : 04 78 70 19 78. 

De jeunes Vénissians récompensés par Bioforce Défis solidaires - “Bioforce n'apprend pas aux gens, Bioforce apprend des gens.” La phrase est de JeanFrançois de Lavison, président de l'institut, au moment de la cérémonie de valorisation des projets solidaires menés par les jeunes sous l'égide de l'ONG. But de ces défis : inciter les ados, encadrés par des étudiants, à aider ceux qui en ont besoin. 49 jeunes de Vénissieux, Décines, Vaulx-en-Velin et Villeurbanne se sont lancés dans l'aventure et mardi 15 mai, sept projets, dont quatre de Vénissieux, étaient présentés et récompensés. Chaque groupe recevant une coupe et un diplôme. La plupart des actions portaient sur l'aide aux personnes handica-

SENSIBILISATION AU DIABÈTE Le Service communal d’hygiène et de santé (SCHS) de la Ville de Vénissieux, en partenariat avec des pharmaciens, des associations de malades et des professionnels de santé, vous invite à une campagne de sensibilisation et de dépistage du diabète. Le 31 mai, durant la matinée, des stands d’information et d’échanges seront présents sur le marché des Minguettes. L’après-midi, de 14 heures à 16 heures, le docteur Chantal Bully et Hélène Dal Gobbo, diététicienne, animeront une conférence-débat à la Maison des fêtes et des familles (salle n° 2). Toute la journée, ainsi que le 1er juin, les pharmacies de Vénissieux affichant le logo “dépistage diabète” proposeront à toute personne intéressée un dépistage gratuit et anonyme.

pées ou l'accompagnement de personnes âgées. On retiendra particulièrement le projet chorégraphique du groupe “On t'aime comme t'es” (EPJ Darnaise, Vénissieux) : un flashmob réalisé avec les jeunes handicapés moteurs de la fondation Richard, à Lyon. Après une première en avril à la fondation, ils se sont produits en mai, place de la République. “Ce projet nous a émus et nous a appris le savoir-vivre. On a compris qu'au-delà du handicap, on est tous des êtres humains. Ça a été une vraie leçon de vie pour nous.” Le groupe a obtenu la mention “Solidarité avec les personnes handicapées”. Un autre groupe de jeunes Vénissians, “Les Générations du

Soleil” (EPJ Charréard), s'est vu décerner le prix “Solidarité intergénérationnelle et bien-être” pour avoir partagé avec des personnes âgées un temps de création artisanale (bougies, savon, huiles essentielles…). “On a créé des liens avec elles. C'était vraiment fort. On a vu que les personnes âgées, malgré des difficultés, restaient jeunes dans leur tête. On organise une fête avec elles pour terminer notre action.” “Grâce à ces projets, commente Bayrem Braïki, adjoint au maire de Vénissieux en charge des questions de la jeunesse, on porte un nouveau regard sur les jeunes des quartiers. Cela donne beaucoup d'espoir.”  MARILOU CARMO

Ludissimo mène le jeu

Les permanences des conseils de quartier ●

France Alzheimer Rhône tient des permanences à la Maison des associations (13, rue MarcelPaul) tous les 2e et 4e mercredis de chaque mois, entre 17 et 19 heures. Guy Jacquin y reçoit les proches de malades pour des conseils, des renseignements, une orientation. Prochaines permanences les 23 mai et 13 juin.

VAINCRE LA DÉPENDANCE L’association “La santé de la famille” accompagne les personnes en difficulté avec l’alcool et autres produits psychotropes. Accueil en toute confidentialité le premier jeudi de chaque mois, au cours de deux permanences : de 9 heures à midi à l’ancienne bibliothèque de la SNCF (128, rue GabrielPéri) et entre 14 et 18 heures, à la Maison des associations (13, avenue Marcel-Paul).

PHOTO RAPHAËL BERT

MALADES D’ALZHEIMER

Fort d’un esprit sportif bien ancré en lui, Hocine Ouzazna, président de Plein Centre, s’est appuyé sur le bureau de l’association, très investie, pour proposer en partenariat avec la Ville la 4e grande braderie des commerçants. Le rendez-vous est donné samedi 2 juin, sur les places LéonSublet et Henri-Barbusse. “On compte sur quelque 120 exposants dont un certain nombre venus de l’agglomération, explique-t-il. Du côté des animations, on va privilégier les enfants, qui auront un espace dédié plus important qu’à l’accoutumée : voitures à pédales et quads, château gonflable, stands de pêche aux canards et de maquillage, et même un coin "douceurs" avec, notamment, un stand de barbe à papa ! Pour l’ambiance, les interventions et le spectacle seront assurés par des clowns. Enfin, en cette veille de fête des mamans, des roses seront offertes tout au long de l’après-midi.” L’association plantera son propre stand, assurera une buvette et diffusera ses tickets de tombola, dotée d'un téléviseur et d'un VTT, ainsi que de nombreux bons d’achats. “Avec cette braderie, insiste Hocine, nous voulons montrer le dynamisme et l’attractivité des commerces du centre. C’est pour cela qu’on va marquer notre présence avec un bureau info.” Notons encore une autre animation, qui avait attiré beaucoup de monde en 2011 : le Vénissian (et fier de l'être) Maxime Joly, compagnon du devoir, initiera les jeunes à son métier de tailleur de pierre. Samedi 2 juin 4e grande braderie de Plein Centre Places Léon-Sublet et Henri-Barbusse. Tirage de la tombola l'après-midi Infos et contacts : 04 72 51 33 38

RÉSEAU DIALOGS Des réunions d’information sur le thème du diabète type 2 sont organisées par le réseau Dialogs les 2e mardis du mois de 14 à 16 heures au Groupe hospitalier mutualiste Les Portes du Sud. Prochaine date : le 12 juin. Inscriptions gratuites et renseignements auprès du réseau : 04 78 60 96 30.

BIENTÔT LA BRADERIE

Grands jeux - Un point d’orgue a été mis le 9 mai à l’édition 2012 de Ludissimo, qui a rassemblé les douze Maisons de l’enfance de Vénissieux et les centres sociaux dans des manifestations ludiques, sportives et artistiques. Bon exemple du partenariat qui s’est noué pour cette opération, c’est le Matmut Stadium du LOU qui a hébergé l’événement, dans une joyeuse ambiance. Olivier Nauroy, chargé du développement du rugby professionnel au LOU, et Pascal Montagnon, directeur général délégué, ont accueilli les enfants à leur arrivée. Et ils ont eu fort à faire ! Arborant fièrement la casquette rouge Ludissimo, pas moins de 1 200 mômes, encadrés par 130 animateurs, se sont pressés dans le stade de rugby, Après les spectacles de danse et de percussions, les enfants ont reçu des mains de Christian Falconnet, adjoint au maire, les récompenses

gagnées au fil des activités auxquelles ils ont participé entre février et avril. Le CLAE Max-Barel, dans la catégorie 3-6 ans, a remporté la coupe décernée après la course de caisses à bretelles et la journée “ludothèque”. À l’issue du Grand prix de caisses à savon disputé à Parilly et de la course d’orientation, les 7-12 ans de la Maison de l’en-

fance du Centre ont conservé la coupe conquise l’an dernier. Un prix spécial “création de mascotte” est revenu au CLAE Max-Barel pour son superbe paon aux plumes multicolores. L’édition 2013 de Ludissimo est déjà en cours de réflexion. Et pourquoi pas un tournoi de rugby ?  M.C.

Joliot-Curie vendredi 1er juin à 18 heures, salle des Acacias (7, allée des acacias). ● Saint-Exupéry vendredi 1er juin à 17 heures à la Maison de quartier Darnaise, salle n° 2 (45, boulevard Lénine). ● Charles-Perrault Fête de quartier le 2 juin ! (voir ci-dessus). ● Anatole-France/Paul-Langevin mardi 5 juin à 17 h 30 à la Maison des fêtes et des familles, salle n° 3 (20, avenue Division-Leclerc). ● Jules-Guesde jeudi 7 juin à 18 heures au local du conseil de quartier (50, rue Joannès-Vallet). Le lendemain, vendredi 8 juin, visite de quartier sur le thème de l’accessibilité. Rendez-vous à 14 h 30 devant le local. ● Centre jeudi 7 juin à 18 heures au foyer (24, rue Paul-Langevin). ● Georges-Lévy/Ernest-Renan/ Moulin-à-Vent mardi 12 juin à 18 heures, salle Ernest-Renan (44, rue E.-Renan). ● Jean-Moulin/Henri-Wallon mercredi 13 juin à 17 h 30 au local du conseil (41, rue des Martyrs-de-la-Résistance). ● Parilly Réunion publique le jeudi 14 juin à 18 heures sur le projet de réaménagement de la place Jeanne d’Arc au foyer (11, bd Marcel-Sembat). ● Charréard/Max-Barel mardi 19 juin à 18 heures au foyer (1, rue Max-Barel). ● Léo-Lagrange/Louis-Pergaud mardi 19 juin à 18 heures au foyer (1, rue Claude-Debussy).


ACTUALITÉS

Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 7

L’Agenda 21 vénissian reconnu nationalement ENVIRONNEMENT - Alors que la 3e édition de la Semaine de la propreté bat son plein, l’Agenda 21 de la Ville de Vénissieux vient d’être officiellement validé par le ministère de l’Écologie.

D

ments qui se rattachent aux grands thèmes suivants : la mobilisation citoyenne, la recherche d’équilibre entre ville dense et ville verte, la promotion des modes de déplacements alternatifs, la maîtrise des consommations d’eau et d’énergie, la gestion durable des déchets, et enfin un volet social englobant santé, emploi et lutte contre l’exclusion.

Semaine de la propreté: encore quelques rendez-vous Mercredi 23 mai ● 13 heures : carnaval de la propreté en musique autour d’animations de rue. Départ des Maisons de l’Enfance Centre, Louis-Pergaud et Anatole-France. À 15 heures, rassemblement devant la “scène de crime”, rue Léo-Lagrange. À 16 heures, sur la place du marché des Minguettes : prise de paroles, lecture d’enfants, musique… ● 14 heures : sensibilisation au compostage au Jardin de la passion avec GrandLyon Habitat et Bioforce. ● 14 h 30 : nettoyage de la résidence Joliot-Curie organisé par l’Opac du Rhône, le conseil de quartier et la Maison de l’Enfance Jules-Guesde.

Sept Éco-projets retenus Dans le cadre de cet Agenda 21, la Ville avait lancé un appel à Écoprojets en février dernier. Sur les 13 déposés, 7 projets ont été sélectionnés : “Un geste pour la planète” (école Gabriel-Péri) ; “Jardin pédagogique” (Maison de l’enfance Saint-Exupéry), “Sensibilisation au tri et à la valorisation des déchets” (collège Paul-Éluard) ; “Compostage collectif ” (Opac du Rhône et habitants du quartier JulesGuesde) ; “Animation autour d’un hôtel à insectes” (Jardin de la Passion) ; “Abri poubelle” (association Antirouille) ; “Balade à vélo au féminin” (association Pignon sur rue).  GILLES LULLA

Jeudi 24 mai ● 15 heures : inauguration des subtainers à Monmousseau. Opération organisée par le Grand Lyon et Alliade. ● 16 h 30 : signature de la convention “Qualité propreté” entre la Ville et le Grand Lyon à l’hôtel de ville. ● 18 heures : soirée de clôture avec annonce de la quantité de déchets collectés, récompenses du quizz propreté et projection des vidéos de la semaine.

PHOTO RAPHAËL BERT

epuis lundi et jusqu’au vendredi 25 mai, la Ville de Vénissieux, en partenariat avec le Grand Lyon, des bailleurs sociaux, des partenaires associatifs et privés, et naturellement les habitants, organise la désormais traditionnelle Semaine de la propreté. Pour cette troisième édition qui a malheureusement démarré sous la pluie, les objectifs n’ont pas varié : il s’agit de sensibiliser les citoyens aux problématiques environnementales, en particulier la collecte et le traitement des déchets. Cette question est devenue une priorité de l’action municipale. Ainsi, la Ville et le Grand Lyon se sont engagés dans une convention intitulée “Qualité propreté”, qui a été validée lors de la dernière séance du conseil municipal et sera signée jeudi (lire en page 3). Autre avancée : l’Agenda 21 vénissian a reçu la reconnaissance officielle du ministère de l’Écologie et du Développement durable. Intitulé “Vénissieux 2030, humaine et durable”, ce document est le fruit d’une démarche participative initiée en 2009. On y recense 107 engage-

La “scène de crime” de la rue Léo-Lagrange rappelle les pénalités encourues par ceux qui abandonnent leurs rebuts dans l’espace public

Programme complet sur www.ville-venissieux.fr

Découvrez Esquisse, la 1ère résidence cœur village de Vill’Imagine, votre vie se dessine à Vénissieux.

(1) Dans la limite du stock disponible. - R.C.S. Nanterre 562 091 546 - Illustration : Scénésis - OSWALDORB - 04/2012

NOUVEAU

ESQUISSE š;dYÃkhZ[l_bbW][}(c_dkj[i}f_[Z Z[bWcW_h_[[jZ[iYecc[hY[i š:[iWffWhj[c[djiZk(Wk*f_„Y[i

(1)

šJ[hhWii["XWbYed"`WhZ_d" [j]WhW][ieki#iebfekhbWfbkfWhj šJhWcJ*}'&&c

ESPACE DE VENTE

12, avenue Franklin Roosevelt à Bron *

* Cet immeuble fera l’objet d’une demande de label bâtiment basse consommation énergétique, NF logement BBC auprès GHOŐRUJDQLVPHFHUWLŰFDWHXU&HUTXDO

0 810 002 569 PRIX D’UN APPEL LOCAL


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

SPORTS

PAGE 8

ILS VIENNENT D’ÊTRE SACRÉS AU NIVEAU NAT

De la graine de champions Une demi-douzaine de handballeurs de moins de 18 ans du VHB, un duo d’épéistes de 16 et 17 ans de Vénissieux Escrime et un karatéka de 18 ans du Sen No Sen sont devenus champions de France dans leurs disciplines. DJAMEL YOUNSI

Handball

Au service d’un collectif usqu’où vont aller les handballeurs vénissians de moins de 18 ans ? Ils brillent sur les parquets régionaux, nationaux et internationaux. Deux d’entre eux, David Rambaud et Jérémy Charles, ont même réussi la passe de trois : après s’être imposés en juillet 2011 à l’Interamnia World Cup de Teramo (Italie), épreuve internationale réservée aux jeunes nés en 1995 et 1996, ils ont conquis un titre mondial scolaire en Croatie, il y a un mois. Et le 11 mai à Vaulx-en-Velin, ils sont devenus champions de France interpôles. Les autres lauréats ont pour nom Bastien Geniquet, Loïc Bourdaud’hui, Lucas Menubarbe, Thomas Soubitez et Pierre Vachon. “Cette génération de joueurs de moins de 18 ans est prometteuse ! anticipe Xavier Chaintreuil, l’un des deux entraîneurs du VHB. Bastien a régulièrement été incorporé avec les seniors de Nationale 2 et quelques-uns ont évolué en prénationale, c’est dire s’ils sont en avance. La saison prochaine, s’ils sont encore Vénissians, certains devraient alimenter l’équipe élite, d’autres sont d’ores et déjà leaders pour consolider

J

Après la Croatie et un titre mondial scolaire, Vaulx-en-Velin et un titre national interpôle

le groupe des moins de 18 ans avec lequel on devrait jouer les troublefête, en haut de tableau. Un bémol tout de même : il ne faudrait pas que ces réels espoirs du hand brûlent des étapes.

“Au VHB, on a mis en place un projet dans lequel on inclut les parents. Certains, pourtant domiciliés à Saint-Laurent-de Vaulx, Bourgoin ou Rive-de-Gier, n’hésitent à nous donner la main.”

Du côté du Pôle de Lyon, le responsable Gilles Malfondet, ancien entraîneur vénissian, est encore sur son nuage. “Avec tout ce qui nous est arrivé depuis dix mois, on a du mal à réaliser. Comment expliquer cette

Karaté

Antoine forte tête ’est tout dans la tête. Avec lui, ça passe ou ça casse.” Lui, c’est Antoine Cuenca, dernier titré national du Sen No Sen, avec un trophée de champion de France de Division 2 obtenu chez les seniors, catégorie qu’il a découverte cette année. Antoine n’est pas un nouveau venu dans la maison Sen No Sen. À 18 ans, ce jeune homme d’à peine 60 kg, aux allures d’ado, a même presque tout gagné au niveau national, dans les différentes catégories. On ne compte plus ses titres départementaux, régionaux et même nationaux, en coupe ou championnat. Il y a trois ans, Antoine s’est offert son premier sacre européen. L’année dernière, il a failli récidiver à Novisad (Serbie) mais a dû se “contenter” d’une place de vicechampion européen junior face à Angelo Crescenzo, un Italien qu’il avait pourtant déjà battu. “Faute de concentration, Antoine a été sanc-

C ● TAPISSIER

LITIER

CONFECTION - RÉFECTION ET INSTALLATION

Voilages, rideaux, fauteuils, matelas, sommiers, canapés

ALBERT & COCHET

MAISON PERRIN 34, av. Gabriel-Péri SAINT-FONS

Tél. : 04 78 70 53 77

Remise - 5%

sur présentation de cette publicité

Antoine Cuenca (en rouge), champion de France de N2 senior

tionné d’une pénalité qui lui a coûté le titre, précisait alors Djamel Bezriche, le boss du club vénissian. La fébrilité, c’est son problème. Autant il sait se montrer guerrier des tatamis, autant il peut avoir une baisse d’attention ou de concentration…” Est-ce pour ces raisons qu’Antoine a accumulé les deuxièmes places, en championnat de France espoir, en coupe de France élite, à l’Open Adidas et même à l’Open de

France ? Alors que, depuis deux ans, son travail était de bonne qualité, cette année, Antoine a mis du temps à se familiariser à sa vie au pôle de Montpellier. Stéphane Gothuey, l’un de ses entraîneurs assidus au Sen No Sen, confirme : “Cette nouvelle vie qu’il apprend à gérer loin de ses repères l’a déstabilisé. Là-bas, les athlètes de haut niveau sont livrés à eux-mêmes, entre entraînements plus ou moins suivis et scolarité. Afin d’ob-

euphorie ? Eh bien, je pense que le travail mis en place depuis trois ans paie.” Revenant sur le titre de champion interpôles obtenu par son groupe de 27 handballeurs, Gilles révèle qu’il a bataillé ferme tout au long du tournoi. “J’ai dû privilégier l’ossature de Villeurbanne Handball, car elle est composée d’une majorité d’espoirs qui jouent souvent ensemble. C’est pour cette raison que j’ai dû me passer des Vénissians Lucas, Pierre, Loïc et Thomas. Bastien, David et Jérémy n’ont pu participer qu’à des bouts de matches, en fonction de l’adversaire du jour et des moments de récupération qu’il a fallu gérer. Mais globalement, on a la certitude que cette génération d’espoirs du handball dont font partie les Vénissians est intéressante. Elle a su se fondre dans une dynamique - clubs et pôle - qu’il nous faut entretenir. Et ce n’est pas évident. Je ne veux pas lancer de fleurs à Vénissieux Handball, que j’ai dirigé, mais c’est l’un des rares clubs qui joue le jeu avec le Pôle de Lyon. Par exemple, en ne retenant pas trop leurs joueurs concernés par leurs championnats. Ce qui nous a permis de les utiliser en compétitions nationale et internationale. Si l’on veut qu’à terme le hand de très haut niveau réapparaisse à Lyon, il faut garder cet état d’esprit : tout au service du collectif.”  tenir ce titre en Nationale 2, il a donc fallu qu’Antoine soit recadré car il avait perdu du temps dans sa préparation. Même ses parents ont dû s’y mettre pour qu’il bosse plus sérieusement, c’est-à-dire régulièrement.” On a vu ce que ce recadrage a permis. Dans la catégorie des moins de 60 kg, lors de championnats nationaux relevés, Antoine a été… démonstratif. La présidente du Sen No Sen, Ghislaine Barbin, le relate sur le blog du club. “Antoine a démarré par un bon succès, 4-0 sur un gyaku tsuki chudan (coup de poing arrière au corps) et un balayage. Puis, plus largement (9-0) sur un mawashi geri jodan (coup de pied circulaire au visage), un balayage, un gyaku tsuki et un mawashi geri chudan (coup au corps)…” Et ainsi de suite jusqu’en finale où il s’est imposé 8-0, devenant champion de France de 2e division senior. On avait retrouvé le vrai Cuenca ! Même s’il s’agit d’un championnat élite bis, ce trophée le qualifie pour les championnats de France réservés à l’élite, dans quinze jours, à la Halle Carpentier de Paris. “Dans un contexte plus relevé, plus compliqué, puisque la manifestation accueillera le gratin français, on espère une agréable surprise, commente Stéphane. Avec Antoine, quand la tête va, tout va.” 


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 9

SPORTS

TIONAL et Nelson, duo de fer

quelques jours d’intervalle, Nelson LopezPourtier et Anne-Laure Simon ont réussi deux authentiques performances. Le premier a décroché un titre national cadet à l’épée, à Pontà-Mousson ; la seconde en a fait de même en Nationale 2 junior à Toulouse.

À

Maître d’armes à Vénissieux Escrime, Julien Guichardan n’est pas étonné de ces performances. “Le titre suprême obtenu par Anne-Laure n’est pas une surprise. Car elle a presque tout gagné au niveau régional et elle avait entamé un début de saison impressionnant. C’est ensuite qu’elle a douté. Elle est une perfectionniste… impatiente, ce qui la rend fébrile. C’est ainsi qu’elle a loupé les derniers championnats de France cadets. Mais quelques semaines plus tard, surclassée en junior Nationale 2, elle n’avait qu’un objectif : se faire plaisir. Résultat, elle a été sacrée championne. Elle avait réussi à faire parler ses arguments majeurs, puissance et explosivité. Mais soyons parfaitement clairs : il s’agit d’un titre de Nationale 2. Mathématiquement,

Premier titre majeur obtenu à Toulouse par Anne-Laure Simon

elle est donc 62e épéiste junior française puisque l’élite regroupe les soixante meilleures fines lames.” Leader vénissian, expérimenté avec ses 26 années de pratique, Hervé Lapierre croise souvent le fer avec Anne-Laure. “Son titre est mérité, c’est une bosseuse. Elle est quasiment la seule féminine de haut niveau du club, ce qui bonifie encore son succès. Elle n’a qu’un gros problème, elle doute et se bloque avant chaque compétition. Mais quand elle est partie, difficile de l’arrêter.” Attend-on trop de Nelson Lopez-Pourtier ? Cet espoir qui n’en est plus un, tant il a brillé ces derniers mois, a marqué les observateurs. Une sixième place aux derniers championnats d’Europe et un huitième rang au Mondial junior font de lui un futur crack. “Je ne vois pas pourquoi il s’arrêterait en si bon chemin, confesse Hervé Lapierre. Au-delà des résultats de très haut niveau, c’est sa gestion des grands événements qui me sidère. Nelson ne se prend pas la tête. S’il rate parfois certains rendez-vous, c’est pour mieux rebondir lors d’échéances plus importantes. Quand il m’arrive - de plus en plus rarement - de m’entraîner avec lui, je suis séduit par ce côté joueur qu’il a gardé.” Autre élément à prendre en considération, son intégration au pôle de Reims, à la rentrée 2011. “Ça l’a perturbé quelques mois, intervient Julien, le maître d’armes. Les résultats se faisaient attendre. Quitter son cocon familial à seize ans n’est pas chose facile. Mais une fois qu’il a trouvé ses marques, Nelson a

Vous allez aimer a le Hard Discount Des prix très Hard Discount t Un magasin clair et agréable t Plus de 100 fruits et légumes frais t Des produits goûtés et approuvés par les consommateurs t

t

Des remises immédiates grâce à la Carte Club DIA

Du lundi a de 8h30 u jeudi à 12h30 et de 14h à 19h Du vend re au same di di de 8h30 à 19h

À Nelson Lopez-Pourtier, meilleur cadet français, le maître d’armes Julien Guichardan promet un bel avenir

été intraitable. On a retrouvé cet élégant épéiste doté d’une technique supérieure à la moyenne. Depuis janvier, il a réalisé une saison pleine comme cette troisième place obtenue à Bratislava qui l’a requinqué. À l’occasion de son titre cadet obtenu à Pontà-Mousson, il a dû en faire un peu

........ ....... ......... ........

OUVERTURE À VE VENISSIEUX NISSIEUX 19, AV. JEA JEAN N CAG CAGNE NE

plus, en décrochant la médaille de bronze par équipes avec ses coéquipiers Fabien Battut, Romaric Guillot et Clément Havgoudoukian.” L’esprit plutôt tranquille, le meilleur cadet français vient de prendre une 26e place chez les juniors de Nationale 1. Bref, l’élite. 

RRCS SAS Ed : B 381 3 548 791 - Sauf erreur typographique. Publishing ishing : ADVENCE R.C.S. R.C.S R.C S. Paris B 582 020 012 012 00065.

Escrime Anne-Laure


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

CULTURE

“Patate” (programme de 5 courts-métrages d’animation)  “Men in Black 3” de Barry Sonnenfeld (vf), en sortie nationale en 3D  “De rouille et d’os” de Jacques Audiard  “Contrebande” de Baltasar Kormakur (vf)  “Dark Shadows” de Tim Burton (vf)  “Avengers” de Joss Whedon (vf)  “Moonrise Kingdom” de Wes Anderson (vost) 

29 MAI : journée “Autour du Vietnam” (voir ci-contre)



DU 30 MAI AU 5 JUIN “Patate” (programme de 5 courts-métrages d’animation)  “Prometheus” de Ridley Scott, sortie nationale en 3D (vf)  “De rouille et d’os” de Jacques Audiard  “Men in Black 3” de Barry Sonnenfeld (vf, 3D)  “Dark Shadows” de Tim Burton (vost)  “Raiponce” de Byron Howard, Nathan Greno (vf)  “Avengers” de Joss Whedon (vf, 3D)  “Contrebande” de Baltasar Kormakur (vf) 

3 JUIN À 14 H 30 : avant-première en 3D de “Madagascar 3 : Bons baisers d’Europe” d’Eric Darnell, Tom McGrath, Conrad Vernon



6 JUIN, 20 H 30 : “La chatte sur un toit brûlant” de Richard Brooks (Ciné Collection)



Artiste et militante - Mado : c’est sous ce diminutif que la connaissaient tous ses amis, ceux qui appréciaient son acharnement à faire entrer l’art dans le quotidien et ceux qui admiraient son travail de plasticienne. Madeleine Lambert a déposé son pinceau sur la palette de nos souvenirs. Comme l’Albertine de Proust à qui elle avait rendu hommage, elle vient de disparaître à l’âge de 76 ans et cette nouvelle nous attriste. On la savait malade depuis de nombreuses années, courageuse aussi, toujours présente aux balades artistiques organisées à Vénissieux pour les Journées du Patrimoine et aux vernissages des expositions de l’Espace arts plastiques, qu’elle avait créé. La dernière fois qu’on l’avait vue ici, c’était à l’occasion de l’exposition montée par l’association des anciens élèves de l’école Pasteur, Cour des Art’s. Mado était notamment venue encourager son amie Marie-Jo Borne. Fatiguée, elle n’avait rien perdu de son regard artistique. Madeleine Lambert est arrivée à Vénissieux en mai 1968 pour travailler au centre culturel communal, qui deviendra centre associatif puis Maison des associations Boris-Vian. Elle a créé le service municipal des arts plastiques, multipliant les manifestations. Sous son impulsion, la Ville a commencé d’acheter une œuvre à chaque artiste exposé et a mis en place le 1 % artistique (1 % du budget de la construction d’un bâtiment public est dédié à un travail artistique associé). C’est également à Mado que l’on doit les ateliers Henri-Matisse et les fondations de l’URDLA et de la MAPRA (Maison des arts plastiques en Rhône-Alpes). Qu’elle les expose à Vénissieux, travaille avec eux ou les fréquente, les artistes étaient ses amis : citons Janoir, Jaros, Lovato, Ciesla, Max Schoendorff, Martinand, Bohmer,

Jeux de croisements Arts d’écho - Cinq jours durant, entre le 9 et le 15 mai, les musiques actuelles se sont emparées de la ville. “Les Arts d’écho sont une refonte des soirées Oust mises en place par l’école de musique Jean-Wiener, commente Stéphane Lambert, enseignant. J’avais proposé à notre directeur Florent Vernay de m’aider à réfléchir sur une nouvelle façon d’en reformuler les objectifs, dans un esprit de rencontres.” Ce mot “rencontre” qualifiant bien entendu diverses manifestations. Stéphane cite l’exemple du groupe L’étrangleuse, composé d’une harpe et d’une guitare électrique, “un duo intéressant à faire entendre”. L’idée de croisement est d’ailleurs contenue dans le mot “écho” : “Croisements de genres, de publics, d’esthétiques, de musiciens”, énumère Stéphane qui ajoute : “Nous avons structuré la semaine avec des ateliers de découverte et d’initiation. Nous nous plaçons sous le signe

de l’ouverture, avec des élèves qui se sont retrouvés à travailler avec des profs autres que les leurs. Cette approche différente est bénéfique et nous avons eu des retours favorables.” Parmi les nombreux points forts de ce que Florent et Stéphane refusent encore de baptiser “festival” (ils veulent rester modestes), tous deux signalent la battle du 12 mai, “qui a très bien marché”. Malheureusement, le mauvais temps a conduit à l’annulation de la fête des Minguettes ce même jour (et donc de la prestation du rappeur slovène N’Toko et de l’atelier graph qui devait être mené avec Bizarre !). Annulation aussi, le 15 mai, de l’interprétation en plein air de “Déjà demain”, une composition de Stéphane Lambert. Elle sera sans doute reprise le 22 juin à l’école de musique, dans le cadre de la fête de la musique, après une première partie le 21 juin sur la place Sublet. 

Depuis 25 ans à votre service http://www.aije.com ENTREPRISE D’INSERTION Création et gestion durable de vos jardins, parcs, cours et terrains de sport. Élagage - maçonnerie paysagère. 15, av. Division-Leclerc 69200 VÉNISSIEUX

Au service des collectivités, des entreprises et des particuliers Tél. : 04 78 67 05 57 Fax : 04 78 70 75 18 contact@aije.com

SOLIDARITÉ

UNE JOURNÉE “AUTOUR DU VIETNAM”

Madeleine Lambert lors de l’inauguration de “L’homme qui marche” à la Maison des associations, en janvier 2011

Charles Juliet, Roger Dextre, etc. Chez elle, le militantisme allait toujours de pair avec la création plastique. “Une femme de combat, ne lâchant jamais l’affaire, aimant la vie, la bonne chère et l’humour”, témoigne Jean-Charles Monot, qui fut pendant 20 ans son plus proche collaborateur. Elle prit sa retraite en 2000 et, comme l’écrit le député André Gerin dans son hommage : “Avec elle, l’art s’est glissé partout afin de mieux se mettre à la portée de tous, c’était sa principale préoccupation.” Madeleine Lambert exposa ses dernières peintures à la galerie JeanLouis Mandon, à Lyon, en septembre 2011. En janvier de la même année, avait été inauguré à la Maison des associations Boris-Vian, à Vénissieux, “L’homme qui marche”. Dédiée à Proust et à sa “Recherche du temps perdu”, cette gigantesque peinture avait rendu Mado heureuse : “Il n’y avait aucune trace artistique personnelle de moi dans la ville, avait-elle déclaré. Je suis contente que ce soit ici, dans cette maison.”

Le sénateur Guy Fischer, qui l’a connue dès 1968, se souvient d’“une femme aussi courageuse que talentueuse, qui avait su se rendre maîtresse de son existence” tandis que Michèle Picard, le maire, salue “son parcours humain et artistique”. Lors des émouvantes funérailles de Mado, le 15 mai dans son atelier des Éparres, village près de Bourgoin, un de ses proches a rendu hommage à sa générosité et son absence de prétention : “Son nombril ne lui a servi qu’à naître.” À sa famille, l’équipe du journal Expressions présente ses condoléances, et assure son compagnon, le poète Pierre Giouse, de toute son affection. 

Mardi 29 mai, au cinéma GérardPhilipe, va se dérouler une journée “Autour du Vietnam”. Elle débutera à 14 h 30 par la projection du film de Phan Dang Di, “Bi, n’aie pas peur”. La version originale sous-titrée en français sera présentée par Philippe Dumont, rédacteur en chef de “Carnets du Vietnam”. En partenariat avec les deux associations LSR et AVEC, le café sera offert à l’issue de la séance. Tarif unique : 4 euros. Puis, à 18 h 30, sera inaugurée l’exposition de tableaux brodés “Le Vietnam de toujours”, organisée par le comité Vénissieux-Corbas du Secours populaire français, avec le soutien de la Ville. Elle sera visible jusqu’au 10 juin. La vente des œuvres permettra de financer un projet d’adduction d’eau mis en place par la fédération du Rhône du SPF. Après un premier projet réalisé à Thuong Giao, le SPF en soutient un second à Coc Dan, dans le nord du pays, qui permettra de disposer de l’eau à domicile toute l’année et d’améliorer les conditions de vie et d’hygiène. Cette commune regroupe 146 familles réparties sur plusieurs villages. Le vernissage sera suivi de la projection du court-métrage “A Dream in Hanoï” de Gerald Herman et d’une conférence culturelle et historique animée par Philippe Dumont. Entrée libre. Des spécialités culinaires vietnamiennes seront offertes par le Secours populaire. Réservations : 04 78 70 40 47.

J.-C.L.

En 2008, l’Espace Pandora a publié aux éditions La passe du vent une rétrospective de la carrière artistique de Madeleine Lambert, “Le fil rouge. 1958-2008”, parallèlement à une grande exposition à la Maison Ravier à Morestel.

CUIVRES ET CHANTS

EN SCÈNE

DU 23 AU 29 MAI

Disparition de Madeleine Lambert

PHOTO RAPHAËL BERT

AU CINÉMA GÉRARD-PHILIPE

PAGE 10

Brassaventure, un brass band de Meyzieu (ensemble de cuivres d’une trentaine de musiciens), se joint au chœur JeanWiener le 1er juin à 20 h 30 à l’église de l’Épiphanie aux Minguettes pour un concert classique et de negro spirituals. Tarifs : 10 euros ; 5 euros (étudiants et chômeurs). Réservations : 04 78 67 16 46 04 72 50 60 78.

ÉCOLE DE MUSIQUE Après un Jeudi chez Debussy (le 24 mai à 18 h 30 à l’école), l’école de musique Jean-Wiener propose, le 30 mai à 18 h 30 à la salle Érik-Satie, un programme de musique baroque (répertoire des XVIe et XVIIe siècles). Il sera interprété par les classes de clavecin de Magda Ubilava, de flûte à bec de Martine Puget et de violoncelle de Vincent Magnan, accompagnées à la flûte traversière par Mélodie Carecchio. Enfin, le 1er juin à 19 heures, toujours à Satie, on pourra assister à l’audition publique des petits débutants (entrée libre). Tél. : 04 37 25 02 77.

BABAR AU THÉÂTRE DE VÉNISSIEUX Le 30 mai à 15 heures, après “Jeux d’enfants” de Georges Bizet, l’Ensemble Agora nous propose “L’histoire de Babar le petit éléphant”, sur un texte de Jean de Brunhoff et une musique de Francis Poulenc. L’histoire sera contée par la comédienne Irène Jacob sur fond d’images vidéo. Né en 1931, Babar n’a cessé d’accompagner et de charmer les enfants. D’une durée de 45 minutes, le spectacle est visible dès 5 ans. Tarifs : de 8 à 11 euros. Réservations : 04 72 90 86 68.

ICI DANSE Pour le projet piloté par Traction Avant, un groupe d’adultes travaillera avec le chorégraphe Farid Azzout. La première séance (deux heures) aura lieu le 30 mai à 19 heures au centre social des Minguettes (Eugénie-Cotton, proche du marché des Minguettes). D’autres répétitions se dérouleront les 31 mai, 6, 8, 13 et 21 juin. Traction Avant : 04 72 90 11 80.

Une Antigone palestinienne Théâtre de Vénissieux - Cela ne date pas d’hier. Déjà, du temps de Sophocle, les dirigeants inventaient des lois faites pour exclure, pour punir jusqu’aux plus proches et surtout les femmes (il ne leur revient pas de faire la loi, dit-on clairement), pour rendre irréconciliables les uns et les autres. S’inspirant de la mythologie, Sophocle fait de son Antigone une femme libre, qui n’hésite pas à braver la décision du roi (interdiction d’accomplir les rites funéraires pour ses deux frères qui se sont entretués). Monté par le Théâtre national palestinien de Jérusalem, le drame se transforme encore plus en symboles : le mur de la cité prend une autre résonance, de même que la guerre fraternelle ou les biens confisqués. Transposé en arabe dans une mise en scène d’Adel Hakim, ce beau texte sera surtitré en français lors de la présentation d’“Antigone” au Théâtre de Vénissieux, le 25 mai à 20 heures.  Tarifs : de 8 à 18 euros. Réservations : 04 72 90 86 68.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 11

CULTURE

Au Père-Lachaise vénissian VINICIACUM - À l’occasion d’une visite guidée de l’ancien cimetière, l’association d’histoire et de sauvegarde du patrimoine vénissian a prouvé la richesse culturelle du lieu. ela s’est passé simplement. Jean-Louis Roussin, ancien inspecteur d’académie qui faisait passer l’agrégation d’italien et président de la société Dante Alighieri (qui, dans notre région, est basée à Villeurbanne), était venu l’an dernier visiter l’ancien cimetière de Vénissieux avec l’association Sauvegarde et embellissement de Lyon. Étonné par la richesse du patrimoine, il a proposé à ses 1 100 adhérents une balade dans le cimetière, guidée par l’association Viniciacum et son président Gérard Petit. Vu le grand nombre d’inscrits, quatre rendez-vous ont donc été pris. “Financée par le ministère de la Culture italien, la société Dante Alighieri est implantée dans différentes villes françaises, explique un membre de la société. Elle correspond à l’Alliance française. On peut y suivre des cours d’italien, des conférences sur les arts et participer à un ciné-club. Elle propose également des voyages en Italie et en France.” Et lorsqu’on lui fait remarquer qu’il y a peu de rapports entre l’Italie et le cimetière vénissian, il répond : “Je sais, je viens par curiosité.” Et il a eu raison. Depuis le temps qu’il a initié cette promenade à l’occasion des Journées du Patrimoine, Gérard Petit connaît parfaitement son affaire. Il est incollable sur les symboles funéraires, sur les styles et sur les personnalités qui reposent sous la pierre. D’entrée, le président de Viniciacum salue la politique de la Ville de Vénissieux qui, au lieu de déposer dans une fosse commune les ossements retirés des concessions à perpétuité laissées à l’abandon, les remet dans de petits casiers. “Un respect par rapport à la perpétuité, qui permet en outre de pouvoir à nouveau inhumer dans le cimetière grâce à ces concessions reprises par la Ville.” Gérard Petit nous replonge dans le Vénissieux de 1819, un bourg de 2000 habitants dont Saint-Fons est encore le lieu-dit. “Des lois promulguées par Napoléon exigeaient que les cimetières soient éloignés des villages. Chaque paroisse avait alors le sien, établi autour de l’église. Ainsi, à Vénissieux centre, autour de l’église Saint-Germain. En 1819, Catherine Claudine de Chaponay, marquise de Quinsonas, fait don d’un vignoble à la commune pour creuser le nouveau cimetière. Les premières inhumations

PHOTOS DR

C

De l’art funéraire aux personnalités inhumées là, la visite de l’ancien cimetière est propice aux découvertes surprenantes

se font à partir de 1820. Aujourd’hui, la plus ancienne remonte à 1850. Ce qui est assez exceptionnel ici, c’est le nombre de tombes en pierre calcaire (à La Guillotière, elles sont plutôt en granit) et la différence de style des monuments. Nous avons ainsi trois tombes en pierre de Volvic, ce qui est rare. La Guillotière n’en possède que deux.” Il désigne les symboles qui ornent les tombes : l’alpha et l’oméga (qui signifient “Jésus est le début et la fin de tout”), le laurier (pour le prestige), la pensée (la fleur de l’éternité), la flamme (la purification de l’âme), la couronne (l’accomplissement de la vie terrestre : “Quand le ruban est détaché, l’esprit peut s’envoler”), la fleur de pavot (le dernier sommeil et l’oubli), la torche à l’envers (“Pour les âmes qui mettront du temps à s’élever : elle éclaire le monde souterrain et ne les laisse pas dans les ténèbres”), la colonne brisée (pour la mort d’un enfant ou d’un adolescent). Les chapelles funéraires renvoient à un décret de Louis XVI, interdisant d’être enterré dans les églises. “Certains ont alors construit des chapelles qui étaient consacrées, avec un petit autel. Chacune était un véritable lieu de culte.”

Êtes-vous sûr

que vos obsèques se dérouleront

comme prévu ? * Appel gratuit depuis un poste fixe. Hab. 12-75-001

Et les inhumés ? Dans l’ancien cimetière, nombreux sont ceux qui jouissent d’une certaine réputation. À commencer par les rosiéristes, dont la renommée était internationale : Pernet-Ducher, Croibier ou Schwartz. Gérard Petit ne tarit pas d’anecdotes : on apprend que la ville de Portland, dans les années vingt, avait acheté la rose créée par PernetDucher, Madame-Caroline-Testout

(du nom d’une couturière parisienne), par dizaines de milliers pour orner toute la cité.

Quand Édouard Herriot déjeunait à Vénissieux Plusieurs maires de Vénissieux sont également enterrés ici et Viniciacum a obtenu de la Ville qu’elle conserve leurs sépultures, même

lorsque plus personne ne s‘en occupe. Parmi eux, Léon Sublet, Laurent Gérin, Jean-Marie Sambet ou Étienne Sandier. C’est d’ailleurs sur la propriété des Sandier que fut construit l’actuel hôtel de ville. “Le dernier propriétaire, Louis-Henri Sandier (1888-1973) était un ami d’Édouard Herriot, qu’il recevait souvent à déjeuner. En 1933, lors de l’inauguration de l’hôpital qui porte son nom, le maire de Lyon a même demandé au petit garçon de son ami, Paul Sandier (1927-2002), de couper le ruban.” La tombe en granit poli d’Eugène Maréchal (1845-1899), fondateur de l’usine du même nom (aujourd’hui Veninov), est la plus ancienne en Rhône-Alpes dans ce matériau et la deuxième plus ancienne en France (après une qui se situe au Père-Lachaise). D’un style qui mélange l’Empire à l’art égyptien, elle mériterait d’être classée, selon Henri Hours, ancien conservateur des archives municipales de Lyon. Gérard Petit signale encore les sépultures des peintres Georges Manillier et Pierre Pelloux, du fondateur des succursales Le Bon Lait (Lafond), d’Enjolras-Armandy, spécialiste de la glycérine et détenteur de plusieurs médailles, ou de Gaspard Picard : “Grâce à ses dons aux hospices civils, trois lits étaient réservés dans les hôpitaux aux Vénissians nécessiteux, jusqu’en 1930.” Les Parisiens peuvent bien se vanter. Ici aussi, nous avons notre Père-Lachaise.  JEAN-CHARLES LEMEUNIER

Le moi de Javier Médiathèque - Après trois auteurs américains (Nancy Huston, James Frey et Richard Russo), c’est au tour de Javier Cercas d’être invité à la médiathèque Lucie-Aubrac, le 2 juin à 11 heures, dans le cadre des Assises internationales du roman. L’image est petite, d’autant plus qu’on la trouve sur internet et qu’elle n’est pas d’une résolution fantastique. Elle montre l’hémicycle espagnol de la chambre des députés, un certain 23 février 1981, alors que se déroulait ce qu’on a appelé le coup d’état du 23-F. Des militaires armés pénètrent dans la salle et demandent aux députés de se coucher, ce qu’ils font tous à l’exception de trois hommes : le général Manuel Gutierrez Mellado (chargé de la Défense nationale), le président du gouvernement Adolfo Suarez et le député communiste Santiago Carrillo. La télévision filme la scène. Le refus royal de Juan Carlos de soutenir le coup d’état fera échouer ce dernier. Repris par Cercas dans “Anatomie d’un instant”, dont la traduction française a été publiée par Actes Sud, cet épisode traumatisant de la politique espagnole démarre le récit. Ce

L’écrivain espagnol Javier Cercas sera à Vénissieux samedi 2 juin

professeur de littérature espagnole à l’université de Gerone, également journaliste à El Pais, n’a cessé, dans ses romans, de questionner l’histoire contemporaine. Le roman qui l’a fait connaître, “Les soldats de Salamine”, avait pour décor la guerre civile et mettait en scène un leader de la Pha-

LES ASSISES INTERNATIONALES DU ROMAN Organisées par le quotidien Le Monde et la Villa Gillet, les Assises internationales du roman vont démarrer aux Subsistances (8 bis, quai Saint-Vincent, Lyon 1er) le 28 mai à 18 h 30, sur le thème “La question de la vérité”, avec Lydia Flem, Camille Laurens et Catherine Millet. Jusqu’au 3 juin, elles proposeront une série de rencontres avec des écrivains et comédiens aux Subsistances, dans des librairies et des lieux culturels l’agglomération, jusqu’en Ardèche et à Roanne. Outre Javier Cercas, on pourra croiser, Luis Sepulveda, Nicholson Baker, Douglas Kennedy, Morgan Sportes, Tomi Ungerer, Boris Cyrulnik, Jean Hatzfeld, Alexis Jenni, les comédiens Jacques Bonnaffé, Hippolyte Girardot et le cinéaste Frederick Wiseman.

lange sauvé de la mort par un Républicain. Ce livre a été salué par l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa. L’originalité de Javier est de ne pas être qu’un écrivain féru d’Histoire. il se met volontiers en scène dans ses livres, lui ou un double qui lui ressemble. Tel le romancier qui est au cœur d’“À la recherche de la lumière”. Ou cet écrivain-journaliste qui apparaît dans “Les soldats de Salamine”. Dans une interview au Figaro, Cercas n’avoue-t-il pas : “Écrire un roman, c’est raconter un mensonge pour mieux dire la vérité” .  Javier Cercas à la médiathèque Lucie-Aubrac le 2 juin à 11 heures. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Renseignements : 04 72 21 45 54.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

SPORTS RÉSULTATS

PAGE 12

Piégé, le LOU

BOULES LYONNAISES FSGT

LA SEINE DÉMÉNAGE

FOOTBALL

TAEKWONDO Médaille de bronze pour la minime Christine Thong en Coupe de France, à Orléans.

KARATÉ Benjamin de 11 ans licencié au Sen No Sen, Kamil Merah (moins de 35 kg) s'est imposé à Paris, en Coupe de France. À l’Open international handikaraté de Lentilly, Majid Nekoul s’est adjugé la médaille d’or en combiné, katas et combats.

GYMNASTIQUE RYTHMIQUE L’équipe de division fédérale minime du CMO-V a pris la 8e place aux championnats de France. Céliane Paul-Mercier et Oriane Duchamp ont dû se contenter de la 7e place, en division nationale 4.

RUGBY L’équipe du XV de l’USV n’était qu’à deux marches des quarts de finale du championnat de France réservé aux équipes de 1re série. Mais à Bollène, en dépit d’un essai de Leplatre et deux pénalités de Rahal, les Vénissians se sont inclinés 27-13 face à une formation de l’AS Portelaise plus expérimentée.

Rugby - Bilan contrasté pour les équipes du LOU engagées dans différents championnats. À tout seigneur… commençons par les pensionnaires du Top 14, qui ne seront restés qu’une saison parmi l’élite. En septembre, ils seront en Pro D2. Le dernier match, pour l’honneur, a été perdu contre Toulon (29-5) dans un Matmut Stadium archi-comble : 7 998 spectateurs venus autant pour remercier les rugbymen olympiens des efforts déployés toute la saison que pour assister au grand show d’invités prestigieux, à commencer par Johnny Wilkinson, auteur de deux transformations et cinq pénalités. “On va tirer les leçons de cette saison ratée, admettait Yvan Patet, le boss du LOU. Pour éviter de les reproduire les saisons prochaines…” Autre déception, moins attendue peut-être, la défaite des féminines du LOU en finale de Fédérale 1 à Béziers face à Tarbes (12-12) malgré deux essais de Chirac et Dupuy et une transformation de Da Costa. D’autant plus rageant pour les LOUves que le titre symbolisé par le fameux Bouclier et l’accession en Élite 2 se sont joués aux tirs au but (comme au football), la dernière tentative de Corinne Grégoire se soldant par un échec. D'autant plus rageant aussi que le dernier essai tar-

Déjà condamné à la Pro D2 depuis des semaines, le LOU n’a pu empêcher Toulon de s’imposer au Matmut Stadium de Vénissieux

bais avait été inscrit à 4 minutes du coup de gong. Les entraîneurs vénissians Roger Robin et Carine Rudigoz n’en sont toujours pas remis. Lu dans la presse spécialisée : “C’est horrible”, “Elles méritaient ce titre, elles ont été invaincues toute la saison”, “C’est la fin d’un cycle”… Même scénario ou presque avec les juniors du LOU : en finale Reichel, ils ont été défaits 19-12 par l’Aviron Bayonnais, plus aguerri,

Les écoliers et la fête du sport scolaire

NATATION Ismaël Khader (CMO-V) a été royal aux championnats du Rhône benjamins, début mai. Il a empoché 4 titres sur 50 m nage libre, 100 m dos, 100 m papillon et 200 m quatre nages, et y ajoute de l’argent sur 100 m nage libre. Lucille Rouilly s’impose sur 800 m nage libre. Théo Fischer, sur 100 m brasse, et le relais masculin 4 x 50 m en nage libre, s’offrent l’argent.

HANDBALL Bien que le VHB se maintienne en Nationale 2, Éric Forets et Gérald De Haro ont décidé de mettre un terme à leur contrat d’entraîneurs, pour des raisons personnelles. Rien à voir avec la contre-performance des handballeurs au gymnase Tola-Vologe face à Marseille (défaite 32-31).

Les championnats fédéraux de boules lyonnaises réservés aux adhérents de la FSGT sont passés par tous les états, le temps d’une longue compétition qui a démarré vendredi 18 mai, stade Métrat. Accueillis par le maire, Michèle Picard, et par Jean-Claude Dujardin, président du comité départemental de la FSGT, les quelque 150 boulistes ont dû composer avec une invitée surprise et envahissante, la pluie. Elle n’a cependant pas empêché ces représentants d’une discipline très pratiquée dans cette fédération de se disputer à la bonne franquette des trophées récompensant les licenciés de 2e, 3e et 4e division. En complémentaire, la coupe et le challenge de la Ville étaient programmés en fin de compétition. Les invités de la Seine-Saint-Denis ont quasiment fait une razzia : “On aurait pu venir avec au moins six autres équipes de très haut niveau”, nous confiait Guy Musitelli, responsable de section à Bagnolet. Toutefois, les doublettes régionales (notamment deux ou trois associations du CORPS et une de Givors) ont pu se mêler aux places d’honneur. La doublette Fabri-Ferrest (CORPS) a remporté la coupe de la ville 3e division. Celle conduite par Desfonds, d'une grande régularité, s'est imposée pour la coupe de la Ville 2e division.

Un Avenir prometteur Interclubs de judo - Qui étaient

ATHLÉTISME Malgré une performance de choix (40 335 points, pas loin de son record), l'AFA FeyzinVénissieux a manqué le podium de peu, à Valence, aux Interclubs d'athlétisme de Nationale 2B. Succès de Sophie Poulard sur 100 m haies, de Juliette N’Dom au triple saut, de Jean-Jacques Tanzila au javelot et de Kévin Campion sur 5 000 m marche. Aux championnats du Rhône minimes et benjamins qui se sont tenus le 8 mai, au stade de Parilly, Quentin Boucher à la perche et Thomas Brachet au 3 000 m marche ont obtenu l’argent en minimes. En benjamine, Awa Salay prend également une 2e place au lancer du disque.

plus joueur, plus efficace. En fait, ce sont les juniors Crabos qui ont mis du baume au cœur du LOU. Dans une finale encore équilibrée et serrée, ils se sont imposés face au CA Brive, mais cette foisci à Cournon… “On s’est imposés au mental”, souligne l’entraîneur Julien Lestang, fier de son groupe dans lequel on a pu voir évoluer un prometteur Romain Petelat (19 ans en août), auteur d’une pénalité, fils d’un membre actif du XV de l’USV. Décidément entre le LOU et Vénissieux, il y a bien des bouts d’histoire commune. 

La police municipale a une fois de plus assuré l’atelier de prévention routière

Journée USEP - Le 14 mai, le périmètre compris entre la Maison des fêtes et des familles, le gymnase Elsa-Triolet et le parc des Minguettes avait des allures de grande aire pédagogique. Près de 250 élèves de CM1 et CM2 du Charréard, de Louis-Pergaud, de Jean-Moulin, du Moulin-à-Vent, d'Henri-Walllon et du Centre participaient à la 4e édition de “Sport scolaire en fête” organisée par la Ville, avec notamment l'Usep (Union sportive de l'enseignement du premier degré), la Courly et le Sytral. Les directions municipales étaient impliquées : sports et jeunesse, enfance, éducation, santé (infirmières scolaires et atelier santé-ville), ou encore le TOP et la police municipale. “Cette année, en raison d’un mois de mai bien tronçonné, on a mis en place cette sensibilisation sur une journée, explique Yves Bredel (chef des animations sportives). Mais on travaille toujours en partenariat avec l'Éducation nationale et l'USEP. Le

sport scolaire, c’est l’affaire de tous.” Au programme étaient inscrits rencontres sportives, ateliers et jeux sur des thèmes variés : déplacements doux, prévention routière, lutte contre la sédentarité, tri sélectif… Sur le parking, deux policiers municipaux donnaient les instructions afin d'aider les enfants à parcourir un circuit sinueux en vélo ou en kart à pédales. Autour du bus “Action Basket Citoyen”, d'autres étaient sensibilisés au basket de rue… Adjointe au maire, Andrée Loscos en profitait pour évoquer la convention annuelle d'objectifs qui lie la Ville et l’USEP de VénissieuxFeyzin. En échange d'une subvention municipale et de l'attribution de créneaux horaires dans les installations sportives, l'association s'engage notamment à participer à l'élaboration des rencontres de fin de cycle, et à assurer les élèves dans des manifestations telles que les Vénissiades ou “Vénissieux au cœur de la mêlée”. 

Éclairage public & Signalisation lumineuse et tricolore Sécurité urbaine & bâtiment : Vidéosurveillance, contrôle d’accès, détection incendie

le plan de la technique pure, certains se montraient même intraitables, à l’image de la poussine Lylia Reynard (née en 2003) vicechampionne du Rhône UFOLEP à Vaulx-en-Velin, il y a un mois. Au final, c’est le club de l’Avenir qui se taillait la part du lion, avec près de quarante médailles décrochées. À l'issue de ces interclubs, Bachir, ému, recevait en cadeau un trophée et un appareil photo. Pour lui permettre de se remémorer cette journée ! 

SAMEDI 26 MAI Les footballeurs de l’AS Minguettes accueillent Fréjus/SaintRaphaël au stade Laurent-Gérin, à 18 heures.

SAMEDI 2 JUIN Championnat régional de sport adapté, foot à 7, au stade Auguste-Delaune, de 9 heures à 12 h 30.

SAMEDI 2 ET DIMANCHE 3 JUIN

SAMEDI 9 JUIN

MAINTENANCE multitechniques et multiservices

Maintenance & gestion technique : Électricité, Chauffage, Ventilation, Climatisation

Une centaine de jeunes judokas se sont affrontés sur le tatami

Finales des championnats du Rhône organisées par le CLAM-V au gymnase Alain-Colas, de 9 heures à 17 heures.

CONCEPTION et RÉALISATION d’installations techniques

Installation & rénovation électriques des bâtiments tertiaires, industriels et logements

les plus heureux en ce samedi 12 mai, après l'interclubs intéressant près de cent jeunes judokas (minipoussins, poussins, pupilles, benjamins et minimes) ? Les compétiteurs qui se sont produits sur les tatamis du gymnase Colette-Besson ? Ou bien Amar Chebel et Habib Teffahi, coordonnateur de la manifestation et président d’Avenir Judo Club des Minguettes ? Cette manifestation étant l'occasion de fêter les dix ans du club, les organisateurs y avaient invité Bachir Salmi, jeune retraité de la direction municipale des Sports, à l’origine de la création du club. “On voulait créer d’autres pôles sportifs que le football sur le plateau des Minguettes, en s’appuyant sur les parents”, rappelait-il. Sur les praticables, les consignes étaient respectées à la lettre : les plus petits pouvaient combattre au sol, les benjamins et les minimes avaient droit au fauchage de la jambe du partenaire qui recule. Nadine Raynaud et Mohamed Yazid, enseignants du CORPS, y veillaient. Sur

AGENDA

Les footballeurs de CFA2 de l'AS Minguettes se sont imposés 4 à 2 à Gardanne (trois buts d'Hamdany). Mais ils restent concernés par le maintien en CFA 2. Contraints à un spectaculaire nul (4-4), les voisins de l'USV quittent la ligue et la PHR.

Direction du Lyonnais Parc Club Moulin-à-Vent 33, avenue du Dr-G.-Lévy 69693 VÉNISSIEUX Cedex Tél. : 04 72 21 12 67 www.spie.com SPIE, l’ambition partagée

- 3e Fête du Sport et de la Jeunesse, organisée par la Ville au complexe sportif Laurent-Gérin, de 14 heures à 19 heures. - Finales dames et messieurs de l’Open de tennis du Charréard sur le site Fête le Mur du Charréard, de 15 h 30 à 17 h 30. - Finales des rencontres Gones de natation organisées par le CMO-V à la piscine Auguste-Delaune, de 13 heures à 19 heures. - Tournoi de handball féminin qualificatif pour les championnats de France des moins de 18 ans. L’équipe du VHB affronte Ambérieu et Saint-Genest au Palais des sports de Saint-Fons, dès 13 heures.


Compétition nationale, reconstruction locale GYMNASTIQUE RYTHMIQUE - En pleine restructuration, la section du CMO-V vient d’organiser des championnats de zones qui ont fait le plein. De quoi se montrer optimiste pour l’avenir.

L

brea, El Fekih, Loichot, Dumay), une huitième place pour le duo DC5 benjamine/minime (El Hadri et Muchut), ce qui reste correct, même si on attendait un peu mieux du premier groupe. Ensuite, une quinzième place pour la DC4 benjamines (Da Costa, Aidi, Chometton, Ouatah, Sayah) et une dix-septième place pour les DC4 cadettes, juniors, seniors (Gentil, Essafi, Olodo, Pires, Ndoumba). Mais il ne faut pas oublier qu’on est seulement en train de démarrer avec la relève. Pour différentes raisons, nos grandes ne sont plus opérationnelles et les filles qui leur succèdent ont à peine 14 ans.” Les deux championnes que sont Céliane Paul-Mercier et Oriane Duchamp, auraient pu donner des points au club pour le décompte final, si elles n’avaient concouru que pour des exhibitions -par ailleurs très réussies-, ultime préparation avant les championnats de France nationaux qui vont avoir lieu à Nîmes. “J’espère ne pas passer à travers, nous a confié Océane. Cette année, je suis plongée dans le bac et j’ai vraiment l’intention de le réussir. Mais ce n’est pas pour autant que je vais à ces finales sans ambition.” Pour Mariana Bannwarth, l’essentiel était également de voir à l’œuvre les prochaines ambassadrices de la gymnastique vénissiane sur les praticables régionaux ou nationaux. “Elles ont compris que tout passe par le travail.”  DJAMEL YOUNSI

2 000 personnes ont assisté à ce week-end de GR. La plus forte affluence depuis des années

1 200 apprentis rugbymen à Parilly Réunion départementale - Il était heureux, Daniel Dézé, le président du comité départemental du rugby du Rhône. “On a bien fait de proposer cette manifestation de masse ! Le 12 mai, près de 250 enfants de moins de 7 ans se sont affrontés à Saint-Genis-Laval, malgré une météo peu clémente, et ce dimanche 13 mai à Parilly, plus de 1 200 enfants des écoles de rugby du département (moins de 9 ans, moins de 11 ans et

moins de 13 ans) issus de 25 clubs et ententes ont participé à des centaines de rencontres.” On a assisté à des matches essentiellement ludiques, comme le confirme l’entraîneur Babah, éducateur sportif à l’USV, venu avec deux groupes, soit une trentaine de jeunes ovalistes. “À ces âges-là, le rugby a déjà du sens, même si la compétition n’est qu’un prétexte. Ces apprentis sont autorisés à effectuer des

Parc de Parilly à Vénissieux 351, avenue Charles de Gaulle

QUESTIONS À

Laure Chauvot, présidente du club

Quelles sont les satisfactions, à l’issue de ce long week-end de compétition ? - Incontestablement, l’implication des bénévoles : pour l’accueil, la réception des équipes, l’installation, le rangement, la buvette, le coin restauration, un peu de sécurité… Nous sommes tous sur les rotules, mais on a réalisé un vrai travail d’équipe. PHOTO RAPHAËL BERT

aure Chauvot et Mariana Bannwarth, respectivement présidente et directrice sportive du CMO-V gymnastique rythmique, sont sur la même longueur d’ondes. “On ne peut que se réjouir de l’admirable travail effectué par les bénévoles du club, tous ces parents qui ont tenu à être au rendez-vous.” Et en effet, personne n’a chômé les 12 et 13 mai pour ces championnats de Zone Sud-Est des divisions critériums (soit cinq catégories intégrant le quart sud-est de la France), organisées par le club dans les gymnases Jean-Guimier et Jacques-Anquetil. Même les gardiens ont transpiré pour que l’organisation soit une réussite. Et elle l’a été. Près de deux mille personnes ont pris part à ce week-end de GR. “On n’avait pas vu autant de monde depuis des années, estime la responsable vénissiane. Sauf peut-être à l’occasion des championnats de France de division nationale que nous avions organisés en 2006. Il faudrait vérifier…” Hélas, pour la partie sportive, en analysant le déroulement des centaines d’enchaînements imposés ou libres sur les praticables, les motifs de satisfaction sont plutôt rares. “On ne s’est pas illustrés, reconnaît la présidente. Les équipes de Bandol et Sollies ont dominé. Plus proches de nous, Corbas et Écully ont été les plus en vue. Prenons le palmarès de nos gymnastes : une septième place pour les DC1 benjamines (Diaz, Cam-

Illustration non contractuelle, libre interprétation de l’artiste.

SPORTS

Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 13

plaquages en dessous de la ceinture. Ils doivent aussi respecter les en-avant et les hors-jeu.” Pour ne pas avoir vraiment assimilé ces techniques, les Vénissians se sont fait régulièrement surprendre par Mions, le LOU ou L’Arbresle. “Soyez attentifs, tentez votre chance, jouez simplement !” Même les parents venus en nombre se sont parfois transformés en entraîneurs… du dimanche. Mais coach Babah avait de la ressource pour détendre l’atmosphère. “Vous nous avez montré ce qu’il ne faut pas faire. Maintenant, faites le contraire !” Courageusement, l’équipe des moins de 11 ans s’appliqua à jouer collectivement, en évitant les exploits individuels. Résultat, avec 7 essais inscrits pour 5 encaissés,

elle termina sixième de la poule B, loin derrière Givors et Tarare, mais devant l’équipe 3 du LOU et SaintGenis-Laval. À 17 h 30, Jean-Jacques Didier, trésorier du comité et ancien dirigeant de l’USV, officialisait les résultats. “Excusez ce retard. Quelques rugbymen ont dû passer par les prolongations, ils en sont à la séance des tirs au but !”  RÉSULTATS Vainqueurs en moins de 9 ans : Rillieux, Saint-Genis-Laval, ASVEL 2, Chaponnay/Mions. Vainqueurs en moins de 11 ans : Rillieux, ARCOL, LOU 2, Givors 2. Vainqueurs en moins de 13 ans : LOU 1, LOU 2, Chassieu/Chaponnay, Tarare.

Et sur le plan sportif ? - On espérait mieux, soyons francs. Même de la part de l’équipe qui a réussi le plus probant résultat (la septième place pour les DC1 benjamines). Elle avait été la meilleure en championnat régional. Pour le reste, on est dans la logique. Le niveau des g ymnastes du CMO-V a-t-il baissé ? - Oui. Nous n’avons plus nos locomotives, nos seniors qui “tiraient” les autres vers le haut. La plupart ont arrêté, c’est ainsi. À l’heure actuelle, nos gymnastes les plus expérimentées ont 13 ou 14 ans. Êtes-vous inquiète ? - Surtout pas. On reconstruit avec une nouvelle génération. Et on peut encore s’appuyer sur Céliane et Océane, 16 et 17 ans, qui vont participer aux championnats nationaux. Même au niveau des entraîneurs, on a une impression de vide. Je pense au départ de Sylvie Didonne par exemple… - Sylvie a fait ses choix et je préfère m’abstenir de tout commentaire. Mais son départ a conduit Mariana à occuper davantage le terrain, à s’occuper d’encore plus d’équipes. Même Margaret Bonnefoy, une dirigeante, a pris des jeunes en charge. Vous n’en parlez pas, mais vous aussi, vous venez à l’instant d’entraîner une équipe de jeunes. - Effectivement. Mais sans prétention, juste pour donner la main.

APPARTEMENTS À VENDRE

DU T2 AU T4 Espace de vente sur place www.groupe-bama.fr

04 78 74 42 65

Cela fait tout juste un an que vous avez pris la présidence du CMO-V GR. Quel bilan dressez-vous ? - Je savais que cela n’allait pas être évident… Je ne suis pas déçue, c’est éreintant ! Comme souvent, il est difficile de trouver des présidents de club. Je me suis investie au CMO-V pour suivre ma fille. Et je n’ai aucun regret.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

HISTOIRE

PAGE 14

Croquera, croquera pas ? Jusqu’au dÊbut du XXe siècle, Lyon tenta à plusieurs reprises d’annexer des quartiers de VÊnissieux. ALAIN BELMONT

ÊvÊnements nationaux et internationaux. En 1905 le projet d’annexion atterrit encore une fois devant la Chambre des dÊputÊs. Les dÊbats vont bon train, les invectives fusent mais le dÊputÊ de VÊnissieux, Francis de PressensÊ, emporte la mise. Le lion bat en retraite.

Lyon entame son travail de grignotage avant la RĂŠvolution française. Alors que La Guillotière se trouve en DauphinĂŠ et forme une commune distincte, ces Messieurs de la Presqu’Île s’y comportent comme en terrain conquis. Le maçon Jean Billion l’apprend Ă  ses dĂŠpens. En 1769 ce VĂŠnissian pure souche entame Ă  La Guille la construction d’une maison. Mais dès les premières pierres posĂŠes, dĂŠbarque sur son chantier une horde de “syndics de la communautĂŠ des maĂŽtres maçons de la ville de Lyonâ€?, qui le boutent hors de ce qu’ils considèrent comme leur chasse gardĂŠe, et entament un procès contre lui. Le juge condamne Billon Ă  payer une amende exorbitante de 100 livres. La situation est encore pire Ă  Villeurbanne, oĂš les Lyonnais essayent de rattacher aux Brotteaux toute la partie ouest du village. La citĂŠ des soyeux se sent trop Ă  l’Êtroit entre le RhĂ´ne et ses collines, et veut pousser ses frontières de tous cĂ´tĂŠs. Une ĂŠtape dĂŠcisive est franchie en 1852, lorsque l’empereur NapolĂŠon III impose l’annexion Ă  Lyon des communes de La Croix-Rousse, de Vaise et de La Guillotière, jusqu’alors indĂŠpendantes.

COLLECTION BIBLIOTHĂˆQUE MUNICIPALE DE GRENOBLE

P

Le plan de la ville de Lyon tel qu’il aurait dÝ être après les annexions du Moulin-à-Vent et d’une bonne partie de Villeurbanne

tracĂŠ rectiligne taillant Ă  travers les champs du Puisoz. Mais l’argument ne vaut pas pour Saint-Fons, aux usines flambant neuves et si prospères qu’elles aiguisent les appĂŠtits. La gloutonnerie lyonnaise reçoit l’accueil qu’elle mĂŠrite, un tollĂŠ gĂŠnĂŠral. Le 16 avril 1874 le conseil municipal “proteste ĂŠnergiquementâ€? contre une amputation qui priverait VĂŠnissieux d’une foule d’habitants, et dĂŠnonce “cette manière de procĂŠder Ă  l’annexion de la moitiĂŠ du territoire de la communeâ€?. En retirerait-elle au moins un avantage ? Non, aucun. Soucieux des intĂŠrĂŞts de la dĂŠfense nationale, le conseil consent seulement Ă  lâcher l’espace situĂŠ entre La Femme-Morte et la route de Vienne. Mais pour Saint-Fons pas question ! L’affaire monte jusqu’à la Chambre des dĂŠputĂŠs oĂš elle tourne en dĂŠfaveur de Lyon, le gouvernement craignant qu’une citĂŠ très sujette aux rĂŠvoltes L’annexion du Moulin-Ă -Vent est ouvrières devienne incontrĂ´laenvisagĂŠe au prĂŠtexte de protĂŠger ble en s’agrandissant. VĂŠnisLyon d’une attaque ennemie ! sieux obtient donc satisfaction puisqu’elle garde le Moulin-Ă SituĂŠe plus loin que la place du Vent‌ mais perd peu après son Pont ou le quartier des Charpennes, quartier de Saint-Fons, ĂŠrigĂŠ en VĂŠnissieux reste un temps Ă  l’abri commune indĂŠpendante en 1888. des convoitises lyonnaises. Les annexions de 1852 rapprochent L’adversaire n’est pas encore cependant la menace, au point qu’en vaincu. Le classement de Marseille 1874 notre ville se retrouve au menu l’obsède toujours autant. Le lion de sa grande voisine. Lyon rĂŠclame sort Ă  nouveau du bois en 1903, sans complexe le Moulin-Ă -Vent et lorsque le conseil municipal de le quartier de Saint-Fons ! Elle Lyon tente d’avaler tout Villeuravance comme prĂŠtexte la nĂŠcessitĂŠ banne, une partie de Bron, de de construire un rempart pour se Caluire, de Saint-Rambert-l’IleprotĂŠger d’une attaque ennemie. Barbe en plus du Moulin-Ă -Vent et Quatre ans après la guerre de des abords de l’avenue Viviani. Le 1870 et le siège de Paris, l’argument rempart sert Ă  nouveau de prĂŠtexte : peut se comprendre. Le rempart il faut donner Ă  Lyon “des frontières projetĂŠ ne peut suivre les zigzags des naturellesâ€? (sic !), “faire coĂŻncider le limites communales et impose un Lyon militaire et le Lyon municipalâ€?.

Les VÊnissians rugissent contre la voracitÊ de leurs voisins. La bataille fait rage pendant plus de deux ans, occupant le devant de la scène politique locale autant que les grands

Cette mĂŞme annĂŠe 1905, les Lyonnais ĂŠlisent un nouveau maire, Édouard Herriot. Fin politique et promis Ă  un brillant avenir puisqu’il devint plus tard prĂŠsident du Conseil (Premier ministre), Herriot effectue en 1917 une nouvelle tentative nettement plus habile que les prĂŠcĂŠdentes. Au lieu de prendre les VĂŠnissians de front, il leur propose un marchĂŠ allĂŠchant. Le dĂŠclenchement de la Première guerre mondiale a entraĂŽnĂŠ un formidable dĂŠveloppement industriel de la banlieue, notamment chez Berliet. Aussi Herriot propose-t-il de crĂŠer un boulevard reliant Lyon aux nouvelles usines. Il vient en personne exposer son projet au conseil municipal de VĂŠnissieux. C’est vrai qu’il a fière allure, ce “grand boulevard industrielâ€? : allant de l’avenue Berthelot Ă  la gare de VĂŠnissieux, il dĂŠploie sur 4 km deux larges chaussĂŠes sĂŠparĂŠes par une plate-forme centrale, destinĂŠe Ă  accueillir une voie de chemin de fer et une autre pour les tramways. Notre maire s’enthousiasme : “Vous comprendrez Messieurs, combien ce projet est intĂŠressant pour notre commune. VĂŠnissieux prend actuellement un dĂŠveloppement qui est appelĂŠ Ă  s’intensifier très rapide-

ment et dans des proportions considĂŠrables. La construction du boulevard industriel favorisera l’essor de notre citĂŠâ€?. Une salve d’applaudissements accueille son discours. Seulement la commune n’a plus un sou en caisse pour ce bel et beau projet‌ Grand seigneur, Édouard Herriot propose de financer les 800 000 francs qu’il coĂťterait Ă  VĂŠnissieux. Il ne demande qu’une seule chose en ĂŠchange, trois fois rien : “abandonner Ă  la ville de Lyon une partie du quartier situĂŠ entre la limite actuelle des deux communes et le mur d’enceinteâ€?. Les conseillers dĂŠchantent. Après de vives discussions, ils rejettent la gĂŠnĂŠreuse proposition “prĂŠsentĂŠe par M. Herriot, c’est-Ă -dire l’annexion partielle Ă  la ville de Lyon du quartier du Moulin-Ă -Ventâ€?. VĂŠnissieux ne fut donc pas croquĂŠe par sa voisine. Le “boulevard industrielâ€? vit nĂŠanmoins le jour. En 1917 on lui donna le nom d’un alliĂŠ entrĂŠ en guerre contre l’Allemagne : les États-Unis. Quant Ă  la nouvelle ligne de tram qu’Édouard Herriot avait promise, elle fut jetĂŠe aux orties. Elle ne fut construite qu’un siècle plus tard : c’est la ligne T4. Son extension de VĂŠnissieux vers la Part-Dieu est en chantier.  Sources : Archives municipales de VĂŠnissieux, registres des dĂŠlibĂŠrations du Conseil, 1874-1926. Fleury-Ravarin, Chambre des dĂŠputĂŠs. Rapport [sur] le projet de loi tendant Ă  annexer Ă  la ville de Lyon la commune de Villeurbanne, 1905, 146 p.

2b3%!5$%#(!,%52$%6b.)33)%58

,ASmCURITm ,ASmCURITm UNEPRIORITm UNEPRIORITm 0ARCEQUERIENN´ESTPLUSIMP QUELASmCURITm 3%#6DmVELOP UNECULTUREDEŒ0RmVENTION3 3mCURITm§AUPRnSDESESmQUIP DESESPARTENAIRESSURLERmSEA CHAUFFAGEURBAINDE6mNISSIE 1UOTIDIENNEMENTNOUSMOB NOSCOLLABORATEURSAUTOURDE PRmVENTIONDESRISQUESCARL´IN PHYSIQUEETLECAPITALSANTmD PERSONNESESTUNEVALEURCEN DANSNOTREENTREPRISE

#ERTIFImE/(3!3 #ERTIFImE/(3!3 33%#6VEILLEAUCONFORTETgLA %#6VEILLEAUCONFORTETg SSmCURITmDELOGEMENTS mCURITmDELOGEMENT

6 6/3b.%2')%3!515/4)$)%. /3b.%2')%3!515/4)$)%. 3 %#6ÂŻAVENUE!LBERT%INSTEIN„6mNISSIEUX 3%#6ÂŻAVENUE!LBERT%INSTEIN„6mNISSIEUX &&AX AX

$mPANNAGENUMmROAZUR $ mPANNAGENUMmROAZUR

SIENNE DESIGN

aris a 20 arrondissements, Marseille 16 et Lyon seulement‌ 9. Quelle tristesse de voir la capitale des Gaules classÊe troisième au palmarès des villes de France, alors que Lyon avec son agglomÊration occupe la deuxième marche du podium. Mais Marseille comptait dÊjà plus de 600 000 habitants il y a un siècle, alors que Lyon intra muros se hissait pÊniblement à 470 000. De quoi obsÊder des gÊnÊrations de maires, place des Terreaux. Il y a bien quelques solutions pour infliger un carreau sur place aux pÊtanqueurs du Midi, comme augmenter artificiellement le nombre d’habitants en truffant les recensements de familles fictives. Sitôt pensÊ sitôt fait. Mais pas encore suffisant. Reste la carte maÎtresse : annexer à la ville la population des communes du voisinage. Sitôt dit, mais pas sitôt fait.


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PAGE 15

Numéros rapides d’urgence Samu : ✆15 Police secours : ✆17 Pompiers : ✆18 Violences conjugales, victime ou témoin : ✆3919

Maisons du Rhône UNITÉ TERRITORIALE VÉNISSIEUX NORD 19, rue Victor-Hugo ✆ 04 72 90 02 00  Centre-ville : 8, place de la Paix ✆ 04 72 50 04 25  Max-Barel : 65, rue Salvador-Allende ✆ 04 72 50 10 53  Parilly : 2, avenue Jules-Guesde ✆ 04 78 74 23 57  Ernest-Renan : 44, rue Ernest-Renan ✆ 04 78 75 67 05 UNITÉ TERRITORIALE VÉNISSIEUX SUD  Vénissy : 19, avenue Jean-Cagne ✆ 04 72 89 34 81  Le Corallin : 2 bis, avenue Marcel-Cachin ✆ 04 72 89 03 20

Emploi PÔLE EMPLOI 27, avenue de la République ✆ 3949 CARSAT AGENCE RETRAITE “Espace Dupic”, 21-23, rue Jules-Ferry ✆ 3960

Environnement SERVICE MUNICIPAL Qualité de vie, installations classées, pollution, nuisances ✆ 0472 21 45 06 Ce service met un dispositif au service des personnes âgées ou handicapées pour l’évacuation d’un ou deux encombrants par foyer et par an (sauf en période de congés scolaires). DÉCHETTERIE COMMUNAUTAIRE avenue Jean-Moulin ✆ 0478 70 56 65 HORAIRES D’ÉTÉ du lundi au vendredi de 8 h 30 heures à midi et de 13 h 30 à 18 heures, le samedi de 8h30 à 18h30, le dimanche de 9 heures à 12 heures.

Urgences médicales

Services publics

Sécurité - justice

MAISON MÉDICALE DE GARDE 17, place de la Paix ✆ 04 72 50 04 05 - appel préalable au 04 72 33 00 33 Ouverte tous les soirs de 20 heures à minuit ; les samedis de midi à minuit ; les dimanches et jours fériés de 10 heures à minuit.

HÔTEL DE VILLE 5, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 21 44 44 Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 heures

COMMISSARIAT DE POLICE 9, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 50 04 76 POLICE MUNICIPALE 1, rue Jean-Macé ✆ 04 72 50 02 72 TOP Office public de la tranquillité standard ouvert 24 h./24 - 365 j./an ✆ 04 72 51 52 53 MAISON DE JUSTICE ET DU DROIT 18, rue Jules-Ferry ✆ 04 72 90 18 20  Consultations des avocats du Barreau de Lyon : jeudi matin sur rendez-vous  Aide aux victimes d’infraction pénale : accueil sur rendez-vous  Conciliation civile : service gratuit sur rendez-vous AMELY MÉDIATION, BOUTIQUE DE DROIT Accès au droit aide aux victimes :  21, avenue Division-Leclerc ✆ 04 78 70 47 97 lundi de 14 h 30 à 18 h 30 mardi de 9 heures à midi mercredi de 14 à 17 heures jeudi de 9 heures à midi Permanences des médiateurs :  46 C, chemin du Charbonnier mercredi de 16 h 30 à 18 h 30 ✆ 04 72 51 35 46  21, avenue de La-Division-Leclerc lundi de 18 heures à 19 h 30 ✆ 04 78 70 47 97 Amely intervient aussi à la Maison de Justice et du Droit.

MÉDIATHÈQUE LUCIE-AUBRAC 2-4, avenue Marcel-Houël ✆ 04 72 21 45 54 BIBLIOTHÈQUES DE QUARTIER  Robert-Desnos : 24, rue du Professeur-Roux ✆ 04 78 76 64 15  La Pyramide (enfants) : 59 bis, avenue des Martyrs-de-la-Résistance ✆ 04 72 51 49 54  Anatole-France : 14, avenue de La-Division-Leclerc ✆ 04 72 89 40 46 THÉÂTRE 8, boulevard Laurent-Gérin ✆ 04 72 90 86 60. Billetterie : 04 72 90 86 68 CINÉMA GÉRARD-PHILIPE 12, avenue Jean-Cagne ✆ 08 92 68 81 05 (0,34 €/minute) cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr ESPACE ARTS PLASTIQUES Maison du peuple - 8, boulevard Laurent-Gérin ✆ 04 72 50 89 10 ÉCOLE DE MUSIQUE JEAN-WIENER 4, rue Aristide-Bruant ✆ 04 37 25 02 77 ou 04 72 21 44 19 MAISON DES ASSOCIATIONS BORIS-VIAN 13, avenue Marcel-Paul ✆ 04 72 50 09 16 www.cabv.com MJC LE CADRAN 15, chemin de Feyzin ✆ 04 72 50 00 69

Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé Rédaction :

Journalistes :

Sylvaine Charpiot ✆ 04 72 51 18 12

Rédacteur en chef adjoint : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 76 65

SECV dépannage ✆ 0810 804 805 EDF 21, rue Jules-Ferry ✆ 0810 333 069

Solidarité - Action sociale DIRECTION SOLIDARITÉ ACTION SOCIALE ✆ 04 72 21 44 44 RÉSEAU D’ALERTE CONTRE LES EXPULSIONS ✆ 04 72 50 12 81 SECOURS POPULAIRE 99, bd Irène-Joliot-Curie ✆ 04 78 76 23 31 RESTAURANT DU CŒUR 11/13, av. de la République ✆ 09 60 07 49 40 SECOURS CATHOLIQUE 14, avenue Jean-Cagne ✆ 04 78 67 77 93 ATD QUART-MONDE ✆ 04 78 39 34 30 COMMUNAUTÉ D’EMMAÜS 8, avenue Marius-Berliet ✆ 04 78 91 69 97 FEMMES INFORMATIONS LIAISONS 8, avenue Henri-Barbusse, Saint-Fons ✆ 04 72 89 07 07 CENTRE D’INFORMATION FÉMININ DU RHÔNE (CIF) 13, avenue Maurice-Thorez ✆ 04 78 39 32 25

PARILLY CHARRÉARD GRANDCLÉMENT JACQUES-DUCLOS Samedi matin Vendredi matin CENTRE-VILLE Mercredi et dimanche matins MOULIN-À-VENT ENNEMOND-ROMAND MINGUETTES Mardi de 16 à 20 heures Jeudi et samedi matins

Gilles Geley

Rédactrice en chef :

LA POSTE ✆ 3631  17, place de la Paix  19, avenue Jean-Cagne BOUTIQUE SNCF Gare de Vénissieux ✆ 04 72 40 31 03

Marchés forains

Secrétaire de rédaction :

Yolande Peytavin

www.ville-venissieux.fr MAIRIE DE QUARTIER DU MOULIN-À-VENT 44, rue Ernest-Renan ✆ 04 72 78 80 30 MAISON DES SERVICES PUBLICS 19, avenue Jean-Cagne ✆ 04 72 89 71 59  Mairie de quartier Vénissy ✆ 04 72 89 32 70  Maison du département ✆ 04 72 89 03 20  Point préfecture ✆ 04 72 89 32 60 CAISSE PRIMAIRE D’ASSURANCE-MALADIE 21, rue Jules-Ferry Vénissieux ✆ 3646 courrier : CPAM DU RHÔNE 69907 Lyon Cedex 20 DRFIP RHÔNE-ALPES - CENTRE DES FINANCES PUBLIQUES DE VÉNISSIEUX 17, place de la Paix ✆ 04 72 90 04 90 CAISSE D’ALLOCATIONS FAMILIALES 17, place de la Paix ✆ 04 78 70 75 51- www.caf.fr

Culture

www.expressions-venissieux.fr

redaction@expressions-venissieux.fr Directrice de publication :

Le service des Formalités administratives est ouvert aux usagers le jeudi jusqu’à 19 heures exclusivement pour passeports, cartes d’identités et certificats d’hébergement

CENTRE HOSPITALIER MUTUALISTE LES PORTES DU SUD 2, av. du 11-novembre-1918 ✆ 04 72 89 80 00 SOS MÉDECINS ✆ 04 78 83 51 51 CENTRE ANTIPOISON ✆ 04 72 11 69 11 PHARMACIES DE GARDE ✆ 3237 Résogardes (0,34 €/minute) PHARMACIES OUVERTES LA NUIT  Pharmacie de l’Horloge : 14, place Vauboin, Tassin-la-Demi-Lune ✆ 04 78 34 26 38  Pharmacie des Gratte-Ciel : 28, avenue Henri-Barbusse, à Villeurbanne ✆ 04 78 84 71 63  Grande Pharmacie Lyonnaise 22, rue de la République Lyon-2e ✆ 04 72 56 44 24

Blog de la rédaction :

1, rue Gambetta 69200 Vénissieux Téléphone : 04 72 51 18 12 Télécopie : 04 72 51 04 78

PRATIQUE

Michèle Feuillet 04 72 51 76 63 Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 76 64  Grégory Moris ✆ 04 72 51 18 12  Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62 

✆ 

Photographe :

Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions Fabrication : Riccobono (83 Le Muy) ✆ 04 94 19 54 57 Distribution : Codice 2, rue des ERM - Parc des ERM 69200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30

Assistante de direction :

Abonnement : 37 euros par an Prix au numéro : 1 euro

Marie-Jo Borne

Tirage 32 500 exemplaires

Raphaël Bert ✆ 04 72 51 76 84

Chargé de publicité : Maxime Huard ✆ 04 72 90 95 98

issn : 1151-0935

Santé CENTRE D’ACCUEIL POUR TOXICOMANES NEMO-LYADE 17, rue Albert-Einstein ✆ 04 78 67 33 33 CENTRE DE PLANIFICATION ET D’ÉDUCATION FAMILIALE 9, rue de la-Commune-de-Paris ✆ 04 72 89 42 96 COMITÉ DÉPARTEMENTAL D’HYGIÈNE SOCIALE (CDHS) 26, rue du Château ✆ 04 72 50 08 68 CENTRES MÉDICO-PSYCHOLOGIQUES ENFANTS - ADOLESCENTS  Centre Winnicott, 2 bis, av. Marcel-Cachin CMP ✆ 04 27 85 15 20 CATTP ✆ 04 27 85 15 21 Centre petite enfance ✆ 04 27 85 15 22  213, route de Vienne ✆ 04 37 90 56 00 POINT ACCUEIL ÉCOUTE JEUNES PAEJ PIXELS 29, rue Émile-Zola ✆ 06 23 97 83 04 CENTRE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE POUR PERSONNES ÂGÉES  Consultation médico-psychologique hôpital mutualiste “Les Portes du Sud” : ✆ 04 72 89 80 00  Consultation mémoire centre hospitalier Saint-Jean-de-Dieu : ✆ 04 37 90 12 01 FÉDÉRATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE (FNATH) 2, place de la Paix ✆ 04 78 60 72 91

Quartiers CONSEILS DE QUARTIER Hôtel de ville ✆ 04 72 21 44 58 MAISON DE QUARTIER DARNAISE 45, boulevard Lénine ✆ 04 72 89 77 46 CENTRES SOCIAUX  Moulin-à-Vent : 47, rue du Professeur-Roux ✆ 04 78 74 42 91  Parilly : 27 bis, avenue Jules-Guesde ✆ 04 78 76 41 48  Eugénie-Cotton : 23, rue Georges-Lyvet ✆ 04 78 70 19 78  Roger-Vailland : 5, rue Aristide-Bruant ✆ 04 72 21 50 80

Jeunesse MISSION LOCALE 8, avenue de la Division-Leclerc ✆ 04 72 89 13 30 CENTRE D’INFORMATION ET D’ORIENTATION 9, rue Aristide-Bruant ✆ 04 78 70 72 40 BUREAU INFORMATION JEUNESSE Espace central jeunes 1, place Henri-Barbusse ✆ 04 72 50 01 20

Sports MAISON DES SPORTIFS ROGER-COUDERC 10, av. des Martyrs-de-la-Résistance ✆ 04 72 50 74 02 OFFICE MUNICIPAL DU SPORT 22, rue Rosenberg ✆ 04 72 50 00 12 www.omsvenissieux.asso.fr MERCI DE SIGNALER TOUTE ERREUR OU OUBLI AU

04 72 51 18 12


Mercredi 23 mai 2012 - n° 512 - www.expressions-venissieux.fr

PORTRAIT

PAGE 16

BENOÎT SILVE

Le capitaine du Bioforce Marin durant 25 ans, Benoît Silve dirige depuis 2003 l’Institut Bioforce. Rencontre avec cet homme qui a visité le monde entier avant de jeter l’ancre à Vénissieux. GRÉGORY MORIS

e sillon commencé par de ce natif de Paris. Si, après bienCharles Mérieux continue tôt neuf ans de présence sur le plad’être tracé”, dit Claude teau des Minguettes, l’heure n’est Lardy1. De fait, le travail pas encore au bilan (l’intéressé n’a de Benoît Silve, directeur que 54 ans), il a “en tête plusieurs général de Bioforce, s’inscrit dans événements de nature à changer un la continuité de ce qu’avait initié homme”. Lesquels ? Son visage se le fondateur de l’organisation non ferme. “L’assassinat d’Agnès et de gouvernementale qui est installée à Damien, bien entendu3. Une tragéVénissieux depuis 1983. Dans la die. Ce genre d’événement amène une réflexion sur ce que doit être continuité, mais pas seulement. “Je suis arrivé à Bioforce en sep- l’Institut Bioforce. C’est l’engagetembre 2003, raconte Benoît Silve ment personnel qui donne du sens à de sa voix posée. J’avais appris en l’engagement humanitaire. Nous juin qu’ils recrutaient un nouveau devons fournir aux jeunes une fordirecteur général. J’ai donc eu l’été mation responsable quant aux pour me préparer à mon entrée en risques qu’ils peuvent rencontrer. J’ai fonction en travaillant avec Claude beaucoup de respect pour eux, qui Lardy. Cela m’a permis d’appréhen- parcourent le monde en connaissance des risques. Ce qui compte le der les enjeux de l’association.” Au regard de son parcours, plus, au-delà de ce que l’on fait, c’est intégrer la direction de Bioforce ne avec qui on le fait. Les formations semblait pourtant pas une évi- sont importantes, mais moins que dence. Benoît Silve est en effet, à ceux qui les suivent.” l’origine… marin. Et pas pendant trois mois, pendant “Je veux ressentir l’adhésion de un job d’été, à hisser la grandl’équipe dans le projet que je porte” voile et souquer les arté2. Non, il a passé 25 ans muses dans la marine nationale ! “Avec ce “Nous avons par ailleurs, ces derparcours, j’aurais facilement pu tra- nières années, renforcé et développé vailler dans l’industrie aéronau- notre engagement local. Je me soutique. Mais je voulais un vrai chan- viens de ma première rencontre avec gement, construire quelque chose de André Gerin, alors maire de Vénisdifférent, en adéquation avec les sieux. Nous avions abordé ce sujet. valeurs qui sont les miennes. De Avant, l’Institut était très tourné vers plus, j’avais envie de poser le sac à l’international. Aujourd’hui, nous terre. De donner une stabilité à ma avons acquis de l’estime et de la créfamille.” dibilité dans notre propre environnement. On a enraciné Bioforce “Les formations sont importantes, dans son tissu local. Je suis heureux du chemin parmais moins que ceux couru.” qui les suivent” L’aventure se poursuiMais revenons quelques ins- vra-t-elle encore longtemps ? tants sur ce passé militaire (“Non, “Mon avenir ne dépend pas que de marin”, oui pardon marin parce- moi. Il faut que le conseil d’admiqu’il-ne-faut-pas-confondre- nistration de Bioforce me renouvelle désolé). Le jeune Benoît, pas- sa confiance. Je veux également ressionné par “tout ce qui vole”, se sentir l’adhésion de l’équipe dans le rêve pilote. Attiré par la mer et projet que je porte. Je ne souhaite n’oubliant pas que dans l’eau flot- pas me satisfaire d’un confort fratent des porte-avions, il intègre la gile.” Un “confort” dont ne se satismarine nationale. Pour un quart de siècle, donc. Occupant succes- fait pas plus Benoît Silve dans sa sivement les grades de capitaine de vie privée. “Je me repose lorsque je vaisseau. De commandant adjoint suis malade, mais cela reste très rare. du porte-avions Foch. De com- J’essaie de consacrer un maximum mandant de la frégate furtive Aconit, avec 170 personnes sous ses ordres (soit trois instituts Bioforce, LANCEMENT à la louche). “Cette partie de ma vie m’a marqué, bien sûr. On y rencontre des contraintes bien au-delà de À VIE LLOCATAIRE OCA ATAIRE A celles que l’on connaît dans la vie C’EST FINI ! civile. Cela renforce votre niveau DEVENEZ ENFIN d’exigence. Lorsque les éléments se P ROPRIÉTTAIRE A PROPRIÉTAIRE déchaînent, vous relativisez. Vous apprenez à travailler en équipe. Cela permet de mieux se connaître, et de connaître les autres. J’ai vécu des choses formidables, d’autres terribles. J’ai vu le Tchad, la Bosnie, le Kosovo, l’Afghanistan. J’ai vu de mes propres yeux les enjeux qui se présentent lorsque, dans une société, les choses dérapent et que le pouvoir revient au plus fort ou au plus méchant. J’ai fait le tour du monde, je pense qu’il y a très peu de pays que je n’ai pas connus. On en revient transformé.” Avoir intégré l’Institut Bioforce constitue le second moment marquant de la carrière professionnelle Illustrations non contractuelles destinées à exprimer une intention architecturale d’ensemble et susceptibles d’adaptations.

PHOTO DR

L

Après vingt-cinq ans à des postes de commandement dans la marine nationale et neuf ans à la direction de Bioforce, Benoît Silve éprouve le sentiment d’avoir accompli ses rêves d’enfant

de temps à ma famille. Et je me réserve aussi des loisirs : je suis passionné par la nature. Je pratique de nombreuses activités en montagne, je navigue toujours et je pilote à l’aérodrome de Corbas. Je suis un homme de défis, je ne suis pas du tout mondain. Attention, ce n’est aucunement un jugement de valeur : chacun trouve l’univers dans lequel il se sent le plus à l’aise.” “Beaucoup de gens vous diront que les rêves d’enfants sont faits pour ne pas être réalisés. Moi, non.

Côté Village Village

V Vénissieux éénissieux énissieu i i

Lorsque je regarde mon parcours, j’ai le sentiment d’avoir assouvi ces rêves. Je pense avoir trouvé un bon équilibre entre ce que je pouvais et ce que je voulais réaliser. C’est ce que je souhaite transmettre à nos jeunes. Bon, d’un point de vue personnel, il m’en reste peut-être un : j’aimerais pouvoir m’offrir mon propre avion…” Et d’achever l’entretien sur une promesse : celle, par modestie, de ne pas afficher cette page d’Expressions dans les locaux de Bioforce. Et si quelqu’un le fait à sa place ?

“Je vais donner des consignes.” Nous vérifierons. Oh, et puis non.  (1) D’abord présidente de l’Institut Bioforce, Mme Lardy en est aujourd’hui présidente d’honneur. (2) Ne cherchez pas, ça ne veut rien dire. (3) En mission humanitaire au Burundi, Agnès Dury (ACF), 31 ans, a été assassinée en décembre 2007. Un mois plus tard, Damien Lehalle (MSF), 27 ans, était victime de l’explosion d’une bombe en Somalie. Tous deux avaient été formés à Bioforce.

DE VENTE VENTE : ESPACE ESP PACE DE Angle A ngle rue É. Zola et avenue JJ.. JJaurès aurès Ouvert du mardi après-midi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h15 à 18h45

PROFITEZ DU CONFORT DU NEUF QUALITÉ DES PRESTATIONS PRESTTATIONS T ET DE LA QUALITÉ AU MEILLEUR P RIX AU PRIX sécurisée,, à proximité Une résidence close et sécurisée des nombreux commerces et du cœur de ville Des pièces,, D es appartements du studio au 5 pièces balcons,, terrasses et jardins priv privatifs avec balcons atifs s’ouvrant sur un espace paysager arboré

cogedim.com

0811 330 330 Pr Prix ix d’un appel local depuis un pos poste te fixe. fixe.


Expressions 512