Page 1

SPORTS

LES GRANDES TERRES

La cérémonie de mise à l’honneur des sportifs de haut niveau a récompensé le 27 septembre dernier trois équipes et quatre champions. “Vous êtes des modèles et des symboles pour les jeunes de tous nos clubs, des ambassadeurs de notre ville”, a souligné le maire.

À la fois espace agricole, zone de loisirs et de découvertes, les Grandes Terres sont devenues le second projet nature le plus fréquenté de la Métropole, avec 63 000 passages en 2017. Une fête réunissant l’ensemble des partenaires a attiré un millier de visiteurs, le 30 septembre au fort de Feyzin.

PAGE 20

Champs populaires

PHOTO RAPHAËL BERT

Le haut niveau honoré

DOSSIER PAGES 9 À 11

N° 654 du 10 au 23 octobre 2018

www.expressions-venissieux.fr

Les parents pour le mercredi libre À 76,29 %, les parents d’élèves des écoles publiques ont choisi le retour à la semaine des quatre jours dès la rentrée 2019. La Ville a la volonté de maintenir un périscolaire de qualité. Mais se pose aujourd’hui la question des moyens. PAGES 2 ET 3

ACTION MUNICIPALE

Deux tiers des engagements réalisés à mi-mandat P. 5

COMMERCES

Vénissy sourit… en attendant la brasserie P. 9

DUO ÉLECTRO

Trinix, de Vénissieux à Los Angeles

PHOTO RAPHAËL BERT

PHOTO CLÉMENTINE HOSH

P. 14

Le duo vénissian sort le 12 octobre son premier album, Mayday, enregistré en début d’année à Los Angeles. Repérés sur internet où leurs productions atteignaient des millions de vues, Josh Chergui et Loïs Serre ont signé chez BMG, une entité de Sony Music. Les deux potes du Moulin-à-Vent s’inscrivent sans complexe dans l’héritage de la French touch.


2

L’ÉVÉNEMENT

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

RYTHMES SCOLAIRES

Le retour de la semaine des quatre jours “M

aman, allez, qu’est-

ce que t’as voté ?” Sept ans à tout cas-

nos enfants.”

réforme des rythmes scolaires, mais

serait de 100,80 euros pour un QF

ravis du résultat et estiment que “ça

Le maire observe également que les

et de 112,80 euros pour un QF de

À l’inverse, Ghani et Sabrina sont

ser, le gosse se plante devant sa

permettra de programmer quelque

du Charréard. “Parce que si t’as pas

n’avait pas de préférence, mais elle

mère, à la sortie du groupe scolaire voté pour quatre jours, t’es plus ma maman !” Secret de l’isoloir oblige,

il n’a pas su le vote de sa mère, mais

le gamin a dû jubiler, le lendemain,

en apprenant le résultat de la

chose de familial le mercredi”. Amal estime que “le rythme actuel est fati-

gant pour les plus jeunes, surtout s’ils restent tard au centre de loisirs”.

UN RÉSULTAT PEU SURPRENANT

consultation des parents d’élèves

Michèle Picard, maire de Vénis-

Ils se sont prononcés à 76,29 % pour

des parents. “C’est le fruit du travail

des écoles publiques de Vénissieux. un retour à la semaine scolaire à

quatre jours, dès la rentrée 2019. Sur 11 498 parents électeurs ins-

crits, 3 857 ont voté, et une majorité d’entre eux l’ont fait par correspon-

dance. “Ça fait 30 % de participation, c’est peu pour une décision de cette

importance, déplore Sacha, papa de deux filles en maternelle au Mou-

lin-à-Vent, et favorable au maintien

des quatre jours et demi. Je trouve dommage que la mairie, qui avait

sieux, se félicite de la participation que nous avons mené en amont : réu-

sieux, et s’inquiète des consé-

quences d’un retour aux quatre jours. “En passant aux quatre jours, nous allons perdre le soutien finan-

cier de l’État. L’enjeu est maintenant de se battre, tous ensemble, afin d’ob-

tenir suffisamment de moyens pour maintenir un périscolaire de qualité.”

COMBIEN ÇA COÛTE ?

temps de la concertation. Le résultat

cipation financière de l’État. Un

les enseignants. Nous avons pris le

n’est pas surprenant, puisque la semaine de quatre jours et demi

n’avait pas le soutien des parents. Une majorité importante est sortie

des urnes, nous allons désormais travailler pour que la mise en place

des quatre jours soit une réussite.” L’élue regrette tout de même qu’au-

n’ait pas laissé assez de temps aux

ment actuel ni par le précédent. Ce

sion des enjeux pour l’éducation de

du périscolaire mis en place à Vénis-

En effet, le retour aux quatre jours

cun bilan des quatre jours et demi

débats nécessaires à la compréhen-

parents se sont habitués à la qualité

nion avec les parents, les enfants et

pris le temps de la réflexion, plutôt

que de céder aux sirènes populistes,

à l’État”.

n’ait été dressé “ni par le gouverne-

n’est pourtant pas aux communes de travailler sur les bien-fondés d’une

fera perdre à la commune la partifonds

de

soutien

annuel

de niveau 2 (au lieu de 33,60 euros) niveau 3 (au lieu de 37,60 euros).

Des montants en hausse, mais qui restent néanmoins parmi les plus

faibles de la Métropole. À Saint-

Pour les parents, c’est fait. C’est

selon une répartition du quotient

d’école… qui ne sont pas encore

Priest, par exemple, et toujours

familial en trois tranches, l’accueil

du soir est facturé 179,20 euros,

264,60 euros et 378  euros par an. Près de trois fois plus qu’à Vénis-

sieux. À Saint-Fons, les activités du soir coûtent annuellement 98, 140 et 168 euros aux parents.

ET MAINTENANT ?

de

Bien que 80 % des communes soient

en partie les frais supplémentaires

juin 2017, le cadre légal de l’organi-

800 000 euros, destiné à compenser

du périscolaire. Cette perte aura un prix pour les parents : les tarifs

pourraient être multipliés par trois

environ. Pour un enfant accueilli quatre soirs par semaine en maison de l’enfance, le coût passerait de 29,20 euros par an à 87,60  euros

lorsque le quotient familial (QF) est de niveau 1 (pour les personnes

ayant le moins de ressources). Il

PHOTO RAPHAËL BERT

Les parents d’élèves des écoles maternelles et élémentaires publiques de Vénissieux se sont prononcés à une très large majorité (76,29 %) pour le retour à la semaine des quatre jours à la rentrée 2019.

revenues aux quatre jours depuis

sation du temps scolaire reste la semaine de quatre jours et demi. Pour faire autrement, les com-

munes doivent demander à déroger à la loi. La démarche doit obligatoi-

rement s’appuyer sur le recueil de l’avis des parents d’élèves mais

aussi des conseils d’école, où siègent

des parents, des enseignants et un

désormais au tour des conseils

élus ! Le gouvernement a fixé la date de l’élection des représentants

de parents d’élèves au 12 ou 13 octobre, au choix. Une fois constitués, ils auront quinze jours

ouvrables pour tenir leur première réunion, avec le choix des rythmes à l’ordre du jour.

Enfin, une fois que l’opinion de

chaque conseil d’école sera connue, la Ville transmettra les résultats des votes, et son avis, au directeur aca-

démique des services de l’Éduca-

tion nationale. Lequel actera la nouvelle organisation des rythmes

scolaires pour septembre 2019. Allez, rassurons le gamin du Char-

réard, la semaine des quatre jeudis

n’est pas rétablie, mais celle de la grasse matinée du mercredi, si. g

élu municipal.

M.F. & F.T-B

33,54 %

86,62 %

40,41 %

Le taux de participation. Pas très élevé a priori, mais bien supérieur à ceux observés lors des élections des représentants de parents d’élèves.

Le taux le plus élevé enregistré en faveur des 4 jours, dans les écoles Anatole-France et Paul-Langevin, toutes deux situées aux Minguettes.

Le meilleur score en faveur des 4,5 jours, enregistré à l’école Ernest-Renan.Vient ensuite Georges-Lévy (35,16 %), également située au Moulin-à-Vent.


L’ÉVÉNEMENT

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

3

PAROLES DE PARENTS Hakima, école du Moulin-à-Vent, deux enfants “Avec quatre jours et demi, les enfants sont fatigués, la semaine est trop chargée. On ne leur laisse pas le temps de respirer. À partir du jeudi, c’est comme une sorte de lassitude qui s’installe. Ils ne sont plus motivés, ils n’ont plus envie d’y aller le matin. Le scolaire, le périscolaire, ce sont toujours des activités qui obligent les enfants à rester à l’école. Or, ils ont besoin d’une vraie coupure, comme avant, qui leur permette de s’ouvrir l’esprit. Il ne faut pas les robotiser.”

Sacha, école Ernest-Renan, deux enfants “L’intérêt des enfants n’a pas été pris en compte. J’ai toujours entendu les professeurs motivés par leur travail expliquer l’importance d’une cinquième matinée d’apprentissage. En plus d’une perte de qualité d’enseignement, les familles vont subir un énième changement d’emploi du temps. Et comme à chaque réforme contradictoire des gouvernements successifs, ce sont surtout les femmes travailleuses des milieux populaires qui en subiront les conséquences en devant adapter leur temps de travail ou en payant une nounou.”

Sarah, groupe scolaire Jean-Moulin, trois enfants “Avec mon mari, nous étions favorables aux quatre jours et demi. Je suis mère au foyer, j’ai la chance de pouvoir récupérer nos enfants à 16 heures. Je trouvais l’aîné moins fatigué avec 4 jours et demi. Le résultat du scrutin est sans appel, je n’ai pas été surprise, beaucoup de parents et surtout d’enseignants y étaient favorables. Bien sûr que nous allons reprendre le rythme des quatre jours. En fait, ce n’est pas sur la semaine que ça se joue mais sur l’organisation de la journée de l’enfant.”

Tom, groupe scolaire Gabriel-Péri, deux enfants “Je suis très heureux que nous repassions aux quatre jours. Se pose la question du périscolaire : ce sera plus cher et il y aura moins de places. Nous y verrons plus clair dans le courant de l’année. Ma femme sortant plus tôt du travail que moi, nous allons essayer de tout faire pour les récupérer à 16 h 45. Le mercredi matin, ils pourront se reposer, dormir plus longtemps et à partir de 10 heures, pratiquer une activité sportive. C’est une très bonne nouvelle.”

3 QUESTIONS À

Bureaux de vote (écoles)

% votants 4,5 jours

% votants 4 jours

Anatole-France

13,38 %

86,62 %

Centre

28,84 %

71,16 %

Charles-Perrault

21,30 %

78,70 %

Charréard

22,58 %

77,42 %

Clos-Verger

26,67 %

73,33 %

Ernest-Renan

40,41 %

59,59 %

Flora-Tristan

24,42 %

75,58 %

Gabriel-Péri

27,75 %

72,25 %

Georges-Lévy

35,16 %

64,84 %

Henri-Wallon

21,59 %

78,41 %

Jean-Moulin

25,15 %

74,85 %

Joliot-Curie

26,49 %

73,51 %

Jules-Guesde

22,08 %

77,92 %

Léo-Lagrange

19,05 %

80,95 %

soir (avec 50 % d’écoles où il n’y

Louis-Pergaud

21,71 %

78,29 %

inscrits au périscolaire dans l’en-

Max-Barel

21,93 %

78,07 %

Moulin-à-Vent

27,21 %

72,79 %

Parilly

31,14 %

68,86 %

Pasteur

17,90 %

82,10 %

Paul-Langevin

13,38 %

86,62 %

Saint-Exupéry

22,70 %

77,30 %

TOTAL

23,71 %

76,29 %

Véronique Callut adjointe à l’éducation, l’enfance et la jeunesse

“Une profonde réorganisation à venir” Le vote des parents d’élèves plé-

les

mais la participation n’est que

tions… Nous travaillerons ensem-

biscite les quatre jours d’école

clubs

sportifs,

l’école

de

musique, de nombreuses associa-

de 30 %. C’est suffisant pour

ble pour que ça se passe bien.

prendre une telle décision ?

Avec 30 %, la participation à ce

L’aide de l’État, liée aux quatre

tions de représentants des parents

vous diminuer la présence des

ARCHIVES RAPHAËL BERT

vote est supérieure à celle des élec-

d’élèves dans les écoles, les collèges et les lycées. Après, chacun prend

ses responsabilités de citoyen et de

parent ! Les familles avaient été

prévenues par une information

Avec le retour du mercredi matin

affichage dans les écoles, par la

ger pour la Ville ?

Le vote par correspondance a été

temps scolaire l’après-midi, donc

dans les carnets de liaison, par un presse…

trois fois supérieur au vote dans

les écoles, le 2 octobre, ce qui montre que les parents qui le voulaient pouvaient donner leur avis facile-

ment. De toute façon, le résultat

sans classe, qu’est-ce qui va chan-

Cela implique un allongement du une réduction de la durée des acti-

vités périscolaires. Ce qui risque de

créer des difficultés pour recruter

des animateurs vacataires sur aussi peu de temps… Pour la Ville, ce

correspond à ce que nous avons

choix va surtout entraîner une réor-

faites au printemps auprès des

impliqués dans le périscolaire et le

entendu lors des consultations enseignants, des parents, des enfants, des partenaires associatifs

et des agents municipaux. Nous prenons acte !

ganisation du travail des 600 agents

scolaire, dont certains travaillaient le mercredi matin, les Atsem par

exemple. Mais cette réadaptation touchera aussi les centres sociaux,

jours et demi, va s’arrêter. Allezmaisons de l’enfance dans les écoles ?

Non. En 2014, lorsque la loi a

imposé les quatre jours et demi d’école, nous avons associé chaque groupe scolaire à une maison de

l’enfance. Nous sommes passés de

1 100 élèves inscrits à l’accueil du avait rien du tout), à 2 800 enfants

semble des écoles, y compris en maternelle. En perdant le fonds de soutien de l’État, la solution de faci-

lité aurait été de revenir à la situa-

tion précédente. Nous avons décidé

de maintenir le dispositif actuel car

c’est une question d’égalité sur tout le territoire de Vénissieux. Un choix

politique, qui demandera un effort pour tenir le budget.

Nombre d’électeurs inscrits : 11 498 Nombre de suffrages : 3 857


ACTUS

4

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

POPULATION

Bienvenue aux petits nouveaux En un an, entre le 1er septembre 2017 et le 31 août 2018, Vénissieux a enregistré 465 nouveaux foyers. uelques dizaines de nou-

droit à la fois calme et proche des

ses

répondu, jeudi 27 septem-

suivi les conseils de ma fille Marine.

quartier de La Pyramide, passant

Q

veaux

Vénissians

ont

bre, à la traditionnelle cérémonie

donnée en leur honneur. Michèle Picard leur a souhaité la bienve-

nue, présentant Vénissieux sous

ses meilleurs atours. “L’attractivité

de notre ville est manifeste, soulignait le maire. Par rapport à 2008,

année où elle ne comptait “que” 57 629 habitants, nous en sommes

aujourd’hui à plus de 64 000, une progression de 11,4 % en dix ans. Pour une commune, quoi qu’on en dise, c’est signe de vitalité et un réel gage pour l’avenir.”

Mais quelles sont les motivations

de ceux qui viennent s’installer à Vénissieux ? Nadera habite depuis cinq mois à Parilly. Elle se dit conquise. “J’ai rarement connu d’en-

transports. Je ne regrette pas d’avoir

prix.

En

élargissant

ses

recherches, elle a trouvé dans le

J’ai choisi une location dans des loge-

du 4e étage au… 13e ! “Oui, mais il y

ments qui venaient d’être construits.”

a deux ascenseurs. Et la vue vers le

Venue de Metz, cette ancienne secré-

Pilat est extraordinaire!” Depuis son

taire standardiste du Républicain

arrivée, elle “prend ses marques”.

Lorrain a pu ainsi se rapprocher de

Au cinéma Gérard-Philipe en parti-

sa fille qui habite le 8 arrondisse-

culier, qu’elle trouve “très sympa,

e

avec une bonne programmation”.

ment. “Je suis contente d’être à Vénis-

André et Annie, tous deux retrai-

sieux, que je trouve très accueillante,

tés de la fonction publique, habi-

à l’image de cette cérémonie, avec des

tent Charréard depuis janvier 2018.

cadeaux de bienvenue comme la carte

C’est en voisins qu’ils sont venus

d’accès gratuite à la médiathèque.”

à Vénissieux, ayant vécu en mai-

Sylvie, ancienne assistante mater-

son à Saint-Priest pendant 32 ans.

nelle, a revendu son grand appar-

Leur déménagement s’explique

tement de Pierre-Bénite, situé dans

par la recherche d’un domicile

un immeuble de quatre étages sans

totalement de plain-pied, qu’ils

ascenseur. “À 63 ans, il faut antici-

per les soucis de mobilité.” Elle a

n’ont pas pu trouver à Saint-Priest.

d’André, qui a la main verte. Pour

de trois lignes de bus, on n’est pas

est plus grand, au grand plaisir

est tout près du métro, du train et

F.T-B. ET DY

Et, cerise sur le gâteau, le jardin

cherché à acheter à Pierre-Bénite et Oullins mais n’a rien trouvé dans

17 octobre 1961, Paris. Des milliers d’Algériens descendent dans la rue à

● Parilly

l’appel du FLN, avec femmes et enfants, pour protester contre le couvre-

Mardi 16 octobre à 18 heures, salle Jeanne-Labourbe (6, rue Jeanne-Labourbe). Président : Jean-Louis Piedecausa.

feu imposé aux Nord-Africains. La manifestation, pacifique, se termine dans un bain de sang.

À l’initiative de la Ville et du collectif “Devoir de mémoire et réconciliation”, la cérémonie marquant le 57e anniversaire de cette répression meurtrière

● Jules-Guesde

sera célébrée à Vénissieux le mercredi 17 octobre, à 17 h 30, devant la stèle

Jeudi 18 octobre à 18 heures, restaurant du groupe scolaire JulesGuesde (55, rue Joannès-Vallet). Président : Pierre Matéo.

Mardi 23 octobre à 18 heures, restaurant du groupe scolaire Charréard (10-12, rue Ethel-etJulius-Rosenberg). Président : Serge Truscello. ● Pasteur/Monery

Jeudi 25 octobre à 18 heures, restaurant du groupe scolaire Louis-Pasteur (6, route de Corbas). Présidente : Sophia Brikh.

isolés !” g

17 octobre 1961, Vénissieux se souvient

Assemblées générales et visites de territoires

● Charréard/Max-Barel

Annie, “Charréard, c’est idéal, on

COMMÉMORATION

CONSEILS DE QUARTIER

du parc Louis-Dupic. La veille, à 20 heures, au cinéma Gérard-Philipe,

projection du documentaire Sur les traces des camps de regroupement PHOTO YVES RICARD

Visite de territoire de ces deux quartiers samedi 13 octobre Rendez-vous à 9 heures au 1-3, rue Fernand-Forest pour Parilly. Puis à 10 heures à l’angle de l’avenue Jules-Guesde et du boulevard Joliot-Curie pour le quartier JulesGuesde.

Nadera qui trouve la commune “très accueillante” s’est installée à Parilly il y a cinq mois pour se rapprocher de sa fille Marine.

Visite de territoire de ces deux quartiers samedi 20 octobre Rendez-vous à 9 heures au 1, rue Max-Barel. Puis à 10 heures au 22, rue Beethoven pour le quartier Pasteur.

Permanences ● Léo-Lagrange/Louis-Pergaud Permanence mercredi 17 octobre à 18 heures, foyer Claude-Debussy (1, rue Claude-Debussy). Président : Aurélien Scandolara ●

Pasteur/Monery

Permanence mercredi 17 octobre

à 17 h 30, salle d'activités du groupe scolaire Pasteur (6, route de Corbas). Présidente : Sophia Brikh ●

Charles-Perrault

Permanence lundi 22 ocotbre à 18 heures, local du conseil (4, rue Gaston-Monmousseau). Présidente : Souad Ouasmi ●

Joliot-Curie

Permanence mardi 23 octobre à 18 heures, salle des Acacias (7, allée des Acacias). Présidente : Sandrine Picot

(entrée libre). Un débat suivra en présence du réalisateur, Saïd Oulmi. g

RENOUVELLEMENT DU CME

Bientôt les élections

Le 29 juin dernier, les élus de la promotion Nelson-Mandela du conseil municipal d’enfants (CME) participaient à la dernière séance plénière de

leur mandat. Quarante élèves de CM1 et CM2 vont bientôt leur succéder. La campagne électorale a débuté dans les écoles primaires publiques et privées de Vénissieux. Elle s’achèvera le 12 octobre. Les élections se tiendront dans la foulée, du 16 au 18 octobre. Puis les résultats seront annon-

cés le 19 octobre dans chaque école. Élue par tous les élèves de CE2, CM1 et CM2, la nouvelle promotion sera installée à l’hôtel de ville le 23 novem-

bre à 18 heures. Mais avant cela, l’ensemble des membres du CME se

retrouveront le 31 octobre pour faire connaissance autour du maire, Michèle Picard, et de son adjointe aux affaires scolaires, Véronique Callut. Cette journée sera également consacrée à la constitution des différentes commissions de travail : école et loisirs, solidarité, environnement.

g


EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

BILAN DE MI-MANDAT

“Les deux tiers des engagements ont été réalisés”

quartier Grand Parilly au Puisoz, mise en place de la vidéo verbalisation contre l’insé-

curité routière, poursuite du renouvelle-

ment urbain des Minguettes (en particulier l’aménagement de Vénissy), création d’un marché des producteurs au Moulin-à-Vent,

organisation annuelle d’un forum de prévention des addictions…

“Le chemin parcouru est important, le rythme a été soutenu”, a estimé Michèle Picard. En

prenant soin de souligner que “le regard

porté sur ce qui a été réalisé ne peut être dissocié du contexte national d’aggravation des

difficultés de vie des habitants, d’attaques contre les services publics, et de restrictions budgétaires à l’égard des collectivités”.

Tous les maires le disent : les temps sont durs

pour les communes. Et l’avenir s’annonce encore plus incertain. L’État a imposé une

dire, la liberté de parole est bien ancrée.

contractualisation financière aux grandes

Les assemblées générales de conseils

de quartier qui vont bientôt commencer — elles

PHOTO RAPHAËL BERT

s’échelonneront du 10 octobre au 27 novembre

— en donnent l’illustration chaque année. Et c’est tant mieux. À quoi bon inviter les habitants

Mais les élus ne s’attendaient probablement pas à une ambiance aussi tendue, mardi der-

Durant les échanges avec le public, les préoccupations du quotidien ont très nettement dominé les débats.

tion du bilan de mi-mandat (2014-2018). Dans

Dommage, car la première partie de la réunion

dans la mesure où l’État ne cesse de se désenga-

la tension est montée dès que le micro a été

quait pas d’intérêt. “Nous avons voulu discuter

À l’inverse, des projets ne figurant pas dans le

aussi de ceux qui avancent moins vite”, avait

groupe scolaire Joliot-Curie pour répondre à

nier, lors de la réunion publique de présenta-

une salle du conseil municipal archi-comble,

consacrée à la présentation du bilan ne man-

tendu au public. Incivilités, squats, délinquance,

avec les Vénissians des projets qui avancent, mais

qui était soumise au vote des parents d’élèves

rappelé le maire, Michèle Picard, en introduc-

ainsi que la question des rythmes scolaires — le 2 octobre dernier (voir pages 2 et 3) — ont alimenté l’essentiel des interventions. Parfois

constructives et mesurées, souvent polémiques

et enflammées, à tel point que le sujet du jour,

l’action municipale menée depuis 2014 et les perspectives d’avenir, n’aura finalement été qu’effleuré lors du débat.

Michèle Picard

Flora-Tristan, nouvelle cuisine centrale,

Vénissieux, c’est un lieu commun de le

s’ils ne peuvent pas s’exprimer en toute liberté?

5

C’est un débat direct que nous voulons avoir avec les Vénissians pour ouvrir des perspectives d’avenir.

La réunion publique de présentation du bilan de mi-mandat de l’action municipale a fait salle comble, le 25 septembre, à l’hôtel de ville. Mais le débat qui a suivi n’a que très peu porté sur le sujet du jour.

À

ACTUS

tion. On apprenait ainsi que 67,5 % des actions

inscrites au contrat communal ont été réalisées, 25,5 % sont en cours, et 7 % restent à engager.

Par contrainte budgétaire, des projets sont sor-

tis du contrat: c’est le cas de la Maison des mémoires qui a été reportée, ou encore de la Maison de l’emploi “qui ne verra pas le jour

ger de tels projets”, a précisé le maire.

plan de mandat ont été accélérés: extension du l’augmentation de la population, ouverture de

nouvelles classes dans la quasi-totalité des groupes scolaires pour s’adapter à la réforme de l’éducation prioritaire.

“LE RYTHME A ÉTÉ SOUTENU”

Concernant les projets prévus et réalisés ou

sur le point de l’être, la liste est longue : école

collectivités — les dépenses de fonctionne-

ment de Vénissieux ne pourront pas évoluer de plus de 1,46 % par an — et on ne sait tou-

jours pas à quel niveau sera compensée la suppression de la taxe d’habitation.

“Avec de telles contraintes, quelles politiques

de proximité allons-nous pouvoir mettre en

place pour l’enfance, la jeunesse, les familles,

nos aînés ?, questionnait Michèle Picard. Au-

delà du point d’étape à mi-mandat, nous devons nous interroger sur la ville de demain

et sur la façon de mieux vous associer aux prises de décision. C’est un débat direct que nous voulons avoir avec les Vénissians pour ouvrir des perspectives d’avenir.”

Le débat fut effectivement très direct, mais

centré sur les préoccupations du quotidien.

Comme un avant-goût des assemblées générales de conseils de quartier. g

GILLES LULLA


6

ACTUS

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

MOUVEMENT DE LA PAIX

“C’est la bombe atomique qui coûte un pognon dingue !” Le 14 octobre, le Mouvement de la paix organise des rassemblements dans toute la France pour dénoncer l’arme nucléaire. Pour la région, rendez-vous au Mont Verdun. Arlette Cavillon nous explique les raisons de cette action. Que va-t-il se passer le 14 octobre ?

passé plusieurs fois tout près de la catas-

toute la France, sur des sites liés à l’arme

qui appuierait sur le bouton. Je ne trouve

atomique : à Paris, à Istres où sont entreposés des missiles, au Barp en Gironde où se

trouve le laboratoire d’essais, à Valduc en

Côte-d’Or, site de recherche et de production d’armes nucléaires… Pour nous, un premier rendez-vous avec prises de parole

aura lieu place Bellecour à 10 heures.

Ensuite nous partirons vers la base du Mont

trophe, et on n’est pas à l’abri d’un cinglé

pas M. Trump très rassurant, par exemple.

Et puis, la disparition de l’URSS a-t-elle vraiment mis fin à la Guerre Froide ? La Russie

n’est plus soviétique mais est toujours désignée comme l’ennemie, et l’extension de l’Otan jusqu’à ses frontières génère de graves tensions.

Verdun (voir encadré). Depuis Limonest,

Peut-on être une puissance influente et

tre ira en voiture jusqu’au parking de la

atomique ?

une partie du cortège montera à pied, l’aubase.

Quel est le but de ces manifestations ?

C’est d’exiger que la France signe à son tour

et ratifie le Traité sur l’interdiction des

armes nucléaires voté à l’ONU le 7 juillet 2017. Sur les 192 pays membres, 122 ont voté pour, la France ne s’est même pas

déplacée. Le traité concerne la mise au point, la production, la possession, le

stockage, le transfert de technologie et la menace de l’emploi d’armes atomiques. Par

la pression de l’opinion publique, nous

avons obtenu un traité avec un haut niveau d’exigence, dont l’objectif est de rendre l’arme atomique illégale.

Vous attendez beaucoup de monde, le 14 ?

Nous avons des inscrits qui viendront en

car ou avec leurs véhicules personnels

depuis l’Isère, la Savoie, la Loire, l’Ardèche et le Rhône bien sûr.

Avec la fin de la Guerre Froide, le pacifisme est-il encore d’actualité ?

indépendante sans faire partie du “club” C’est ce raisonnement qui a poussé la Corée

du Nord à sortir du Traité de non-prolifération et à posséder l’arme nucléaire, pour

qu’on la prenne au sérieux. C’est un raisonnement dangereux et faux. L’influence d’un pays ne doit pas tenir à la menace qu’il représente pour les autres. L’Allemagne n’a

crois que son avis compte, dans le monde.

Quant à l’indépendance… La France s’est

remise sous la tutelle de l’Otan, et Trump exige que ses membres consacrent 2 % de

leur PIB en dépenses militaires ! Cela

implique pour la France des dépenses supplémentaires de 10 milliards par an.

La dissuasion nucléaire est trop chère ?

Mais oui, c’est ça qui nous coûte vraiment

un pognon de dingue ! Chaque seconde

dans le monde les dépenses militaires

représentent 41 100 euros, soit plus de

3,5 milliards de dollars par jour ! Macron

vient d’annoncer qu’il doublait les crédits

consacrés au nucléaire militaire. Ça fait grincer les dents même dans l’armée, où

nos soldats manquent des équipements de

cléaires présentes sur la planète, et on en

ces sommes étaient consacrées à l’éduca-

compte 2 500 en état d’alerte permanent,

de quoi anéantir toute vie sur Terre. La dissuasion nucléaire n’empêche ni les guerres

ni les attentats et l’arme atomique est une

arme politique dangereuse. On est déjà

EN SAVOIR PLUS

pas d’arme atomique, par exemple, et je

Je n’ai pas le sentiment d’être plus en sécurité aujourd’hui. Il y a 17 000 têtes nu-

Bien connue des Vénissians, Arlette Cavillon préside le comité du Rhône du Mouvement de la paix, dont elle est l’une des dirigeantes nationales.

base nécessaires à leur propre sécurité ! Si

tion et à la santé, y aurait-il encore des guerres ? g

PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOIS TOULAT-BRISSON

Le Mont Verdun, base stratégique PHOTO RAVIER CARÉ / WIKIMEDIA COMMONS / CC-BY-SA

Des rassemblements vont se tenir dans

La base aérienne 942, située au sommet du Mont Verdun, au nordouest de Lyon, est un centre névralgique de la défense aérienne française et de l’Otan. Cette base militaire coordonne l’action des forces aériennes stratégiques (avions équipés de l’arme atomique) et de la force océanique stratégique (sous-marins équipés de missiles balistiques nucléaires).


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

7

INSERTION

INFO COMMERCE

Flowers, un nouveau fleuriste en centre-ville

Un café, des emplois Le 4 octobre, le premier Café-contact de l’emploi vénissian s’est tenu au centre social Roger-Vailland. Une manifestation ouverte à tous, notamment aux personnes les plus éloignées de l’emploi.

P

ermettre à tous les demandeurs d’emploi de rencon-

trer directement, autour

d’un café, des entreprises qui recru-

tent réellement, tel était l’objectif du “Café-contact de l’emploi” qui s’est

tenu le 4 octobre au centre social Roger-Vailland. Organisée par l’as-

sociation Café-contact à la demande de Pôle emploi Vénissieux, la manicer une petite “étude de marché”.

dix ans, Nadia Braïki se lance

méthode la plus concrète qu'il

pour les mariages depuis plus de

dans une nouvelle aventure végétale en ouvrant, ce mois-ci, une boutique au 11, rue Paul-Bert. De

la plante d'intérieur au bouquet sur mesure, il y en a pour tous les

goûts et toutes les couleurs. Si la

fleuriste confie que s'installer à

Vénissieux n'allait pas de soi au début, un encouragement répété

de ses proches et une évolution à

la hausse des commerces du

quartier l'ont convaincue de lan-

Pour cela, elle a opté pour la soit : “Je suis venu visiter le local

disponible et j'ai regardé les gens

passer... toute la journée.” Conclusion : “C'est incroyable le monde

qui passe ici !” En somme, un bon

terreau pour y planter sa graine.

Et la pousse ne s'est pas fait attendre puisqu'une semaine après

son ouverture, Flowers ne désemplit pas ! g

CONTACT : 04 26 59 65 74. LIVRAISON

mandeurs d’emploi et 22 entreprises, pour 120 postes proposés.

“C’est un joli concept, explique Corinne Nicolas, directrice de Pôle

emploi. Le principe, c’est de créer

Le Café-contact a réuni au moins 150 demandeurs d’emploi et 22 entreprises.

murs (de Pôle emploi, ndlr). Elle

des contacts vont se nouer.”

blaient conquis. “Quoiqu’il arrive on

sonnes qui n’ont pas nécessairement

nom, c’est que la formule a fait ses

Radia. La jeune femme assure

venir avec ou sans CV. Et si nous sen-

“On ne fait venir que des entreprises

une manifestation conviviale hors les s’adresse notamment à des per-

l’habitude de postuler. Elles peuvent

tons qu’elles éprouvent des difficultés à prendre contact avec les recruteurs, nous les aidons.” Puis de pré-

ciser que trois conseillères ont été

GRATUITE.

affectées à l’opération, entre autres pour accompagner les plus timides. L’un d’eux, qui avait du mal à franchir le pas, a d’ailleurs obtenu ren-

ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

dez-vous le lendemain. En fait, pour

“Trop c’est trop !”

la directrice, le message à faire pas-

ser est simple : “Soyez curieux,

asseyez-vous. Des choses vont se dire,

Le 27 septembre, à l’appel de leur

intersyndicale (CGT, SNUEP-FSU, SUD et SNALC), les enseignants de

PHOTO A.S.

Spécialiste de la création florale

festation a réuni au moins 150 de-

Si le Café-contact était le 219e du

preuves depuis plus de onze ans.

qui veulent réellement embaucher. Celles qui font du ramassage de CV,

qu’elles aillent ailleurs, souligne Paul Landowski, son fondateur et directeur. On donne la priorité à l’hu-

main.” À soixante ans, cet ancien

chômeur — qui a changé dix fois de

métier dans sa vie — sait de quoi il parle. Et met en avant un “taux de sortie positive” de 8 à 10 % chez les 20000 candidats reçus.

Et les visiteurs ? La plupart sem-

lycées professionnels du Rhône

CGT

torat à la préfecture. En cause, la

Nouvelle équipe, nouveaux défis

lancée par le ministre de l’Éduca-

Le 28 septembre, l’Union locale CGT de Vénissieux/Saint-Fons/Feyzin s’est dotée d’une nouvelle direction lors de son congrès. Guillaume Dumoulin succède à François Marquès comme secrétaire général. “Défense de l’emploi, de la formation et des droits des salariés, batailles pour les salaires et les pensions ”, la nouvelle équipe “a du pain sur la planche”. L’interview de Guillaume Dumoulin est à retrouver sur notre site www.expressions-venissieux.fr.

ont fait grève et manifesté du recréforme de la voie professionnelle

tion nationale, accusée de dévaloriser encore plus la filière : mise

ARCHIVES RAPHAËL BERT

en place d’une “seconde indéterminée” qui repousse d’un an la

formation professionnelle proprement dite, diminution de 30 % des

matières générales, mixage ingérable d’apprentis et de lycéens

dans la même classe, mise à dis-

faire des ouvriers dociles et mal

position des plateaux techniques

formés, estime Samuel Delor, pro-

“Après la sélection dans les études

sable de la CGT Éduc’action. Nos

des

lycées

aux

entreprises…

supérieures via Parcoursup, le gouvernement continue à mettre la

pression sur les élèves issus des

milieux les plus fragiles, pour en

fesseur à Marc-Seguin et responjeunes méritent mieux que des

cours de français réduits à la

rédaction d’une lettre de motivation.” g

Le nouveau bureau (de gauche à droite) : Ludovic Depetris (TSV), Marcel Cote (Interpro retraités), Jacques Martins (Savoie Réfractaires, trésorier), Maud Millier

(Enedis), Guillaume Dumoulin (Presstalis, secrétaire général), Gilles De Gea (Rexroth, secrétaire adjoint), Sébastien Saliba (Total),

ne sort pas les mains vides”, résume repartir “avec de nouvelles pistes,

des idées et même des contacts pour trouver un poste dans la logistique”. Même son de cloche chez Christelle (*), infirmière. “J’ai pu rencon-

trer des employeurs potentiels et montrer ce que je suis. Deux entre-

prises doivent me rappeler, l’une

pour un entretien et l’autre pour une mise en situation.” g

ALAIN SEVEYRAT (*) LE PRÉNOM A ÉTÉ MODIFIÉ. PLUS D’INFORMATIONS SUR WWW.CAFECONTACTEMPLOI.FR

Frédéric Panetié (Renault Trucks). Absents de la photo : Valérie Talbi (Toupargel), Philippe Danancher (SNCF).


8

ACTUS

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

Treize millions pour quatre copros Financé par l’Agence nationale pour l’habitat, la Métropole, la Ville et la Région, le programme PIG Énergie vise à faire baisser les charges de 640 copropriétaires vénissians.

C’

est un bâtiment de 240 logements

dont la construction remonte aux

structures techniques sont déjà installées.”

main, chef de projet à la Fédération Solidaires

EN SAVOIR PLUS

thermique par l’extérieur, l’immeuble bénéfi-

“aujourd’hui, on a atteint le niveau BBC Réno-

Connaissez-vous le PIG ?

Outre l’installation en cours d’une isolation ciera à terme d’un nouveau système de venti-

lation, et verra ses fenêtres et radiateurs remplacés. L’étanchéité et l’isolation de la toi-

ture seront par ailleurs refaites, tout comme

l’isolation des planchers. Enfin, la sous-station de chauffage urbain sera rénovée.

À LA CHAUMINE, 95 % DE SUBVENTION PUBLIQUE

années soixante. Particulièrement

Le 26 septembre, Béatrice Vessiler, vice-pré-

priété des Grandes Terres bénéficie actuelle-

vation thermique des logements, est venue

énergivore, accusant le poids des ans, la copro-

ment d’une conséquente opération de rénovation. Démarrée fin 2017, elle doit se ter-

miner début 2020. Son objectif: optimiser les

charges et améliorer le confort des résidents, avec notamment une baisse de 60 % de la

consommation d’énergie et l’obtention de la norme BBC (Bâtiment basse consommation).

Montant des travaux: 7,5 millions d’euros, financés par le Programme d’intérêt général de Vénissieux (PIG, lire ci-contre).

“On est sur un bâtiment dépourvu d’isolation, qui n’a jamais été soumis à aucune réglementa-

tion ni à aucune norme thermique, explique

Yann Crévolin, du bureau d’études Senova. Au

fil des années, les façades se dégradent et le béton éclate en surface sous l’effet de la chaleur et de l’humidité [...] Alors quitte à effectuer un ravale-

visiter le chantier avec Pierre-Alain Millet, adjoint vénissian au logement au développe-

ment durable et aux énergies. De concert, les élus ont confirmé que le programme, lancé

en 2013 à Vénissieux, a “largement atteint ses objectifs”.

Élus et agents se sont ensuite rendus à la rési-

dence La Chaumine, située non loin de la chaufferie municipale. Ici, les travaux sont terminés depuis le début de l’année, et les

50 ménages ont déjà divisé par deux le pic de consommation. “Déjà, à la fin de l’été, on voit

la différence. L’isolation est bien meilleure, et le confort aussi, témoigne Mikael Biennard,

membre du conseil syndical. Ces travaux étaient très ambitieux. Il faut savoir que depuis la construction en 1970, on n’avait pas eu de renouvellement de façade.” Et Myriam Ger-

PHOTO RAPHAËL BERT

ment, autant isoler les façades puisque les infra-

sidente de la Métropole en charge de la réno-

La copropriété des Grandes Terres bénéficie actuellement d’une conséquente opération de rénovation.

pour l’habitat (SOLIHA), de préciser que, vation, avec une baisse attendue de 60 % des consommations.”

Satisfecit aussi du côté des élus. “L’hiver nous

dira quel sera l’impact sur les charges et le

confort, mais tout nous laisse penser que les choses se passeront bien”, a assuré Pierre-Alain Millet. Avant de rappeler que les financements

publics ont représenté 95 % du 1,2 million de

budget. “Collectivement, on a réussi une belle opération, et j’espère que vous serez satisfaits pour les années à venir”, a conclu Béatrice Vasiller. g

ALAIN SEVEYRAT

Le dispositif du PIG, porté par la Métropole et la Ville, entend “lutter contre la vulnérabilité et la précarité énergétique des ménages”. Une enveloppe de 13 millions, cofinancée par l’Agence nationale de l’habitat (9 millions), la Métropole de Lyon (2,5), la Ville de Vénissieux (1,2) et la Région (0,4), a été affectée aux travaux sur une période de cinq ans. Ils concernent donc les immeubles des Grandes Terres, mais aussi ceux des résidences Chaumine, Montelier et Concorde. Il concerne 640 logements à Vénissieux.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

9

MINGUETTES

Vénissy en fête, c’est réussi a marche, hein!” Hakim

“Ç

ché… tous ont joué le jeu de cette

beau soleil de ce début

foulée, soudée par cette réussite

pille bien, le propriétaire de la bou-

tenus par le service économique de

Les commerçants de Vénissy ont offert un après-midi festif, mercredi 3 octobre, aux habitants du quartier. Une nouvelle manifestation du dynamisme du cœur des Minguettes.

d’octobre, des dizaines d’enfants s’amusent sur la place centrale de Vénissy. Attentif à ce que tout se gou-

langerie Janna a un grand sourire. “On voulait le faire depuis un bon moment, pour remercier notre clien-

tèle, très fidèle, et fêter le premier

animation commerciale. Dans la commune, les commerçants de Vénissy devraient finaliser la création de leur propre association, sou-

la Ville et la chambre de commerce de Lyon.

“LE VRAI QUARTIER, IL EST LÀ”

anniversaire de l’ouverture de nos

“On trouve un soutien précieux de la

dynamique qui se poursuit, avec l’ar-

connaissent, quand ça ne va pas, je le

boutiques. En plus, on est dans une rivée prochaine d’une agence de la Banque Postale sur l’avenue Jean-

Cagne et l’ouverture, début janvier, d’une brasserie à l’angle de la place et de l’avenue (lire par ailleurs)”.

Boulanger, boucher, buraliste, opti-

cien, coiffeur, agent de voyages, auto-école, carte grise, supermar-

part de la municipalité. Les gens me dis, mais franchement, la Ville joue le

jeu. On a de bons interlocuteurs, en

particulier Djil Ben Mabrouk (adjoint au développement économique et commercial, ndlr). Pour la fête d’au-

jourd’hui, la commune a mis à notre

disposition le matériel, nous a mis en

PHOTO RAPHAËL BERT

Bouzid est ravi. Sous le

contact avec l’EPJ Darnaise, le centre social et des prestataires, le maire et des adjoints sont venus, c’est bien.”

“La loi doit évoluer”, selon Michèle Picard Le 25 septembre, le tournage illégal du clip d’un rappeur marseillais a déclenché des heurts aux Minguettes. Michèle Picard, a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur et au garde des Sceaux. Pour le maire de Vénissieux, “il est intolérable que des personnes puissent initier de tels rassemblements et contribuent à provoquer des phénomènes d’émeutes violentes sans qu’ils n’encourent de sanctions proportionnées à la gravité des faits qui en résultent”. L’élue demande donc au gouvernement “une évolution de la loi pour apporter la réponse pénale la plus sévère et la plus dissuasive qui soit, appropriée à la gravité de ces faits”.

Du stand merguez à celui des jeux

géants en bois, la bonne humeur est générale: les gamins rebondissent

Boulanger, boucher, buraliste, opticien, coiffeur, agent de voyages, auto-école, carte grise, supermarché… tous ont joué le jeu de cette animation commerciale.

sur le château trampoline, tirent au but avec le Vénissieux FC, sortent

tout fiers de l’atelier maquillage,

La Grill Brasserie’S ouvrira dès le mois de janvier

coloriage de Casino, pétrissent la

Gourmets bienvenus, végans s’abstenir ! À l’angle de l’avenue Jean-Cagne et de la rue Michel-Germaneau, les locaux réservés à une brasserie accueilleront bien un restaurant, en janvier 2019. Baptisé Grill Brasserie’S, l’établissement fera la part belle aux viandes de qualité : “de la Charolaise et de la Limousine d’éleveurs, en direct du marché-gare, avec une traçabilité de l’étable à la table !” Passionné, le patron du futur établissement sait de quoi il parle : c’est M. Slimani, propriétaire de la Grande Boucherie de Vénissy ! Un commerçant heureux d’avoir “parié” sur le quartier. “Quand j’ai ouvert, certains m’ont prédit la cata assurée. Au bout d’un an, mon chiffre d’affaires est supérieur de 30 % au prévisionnel, sans concession sur la qualité, l’hygiène, le service. Chose assez rare en boucherie, plutôt un métier d’homme, j’ai trois vendeuses. Elles conseillent les clientes, leur apprennent parfois à préparer certains morceaux de manière moins traditionnelle mais plus goûteuse (*). Cette approche, et le rapport au bon produit, je le mettrai en avant au restaurant.” Dessinée par un architecte d’intérieur, avec une salle très claire et une mezzanine, la brasserie pourra servir 120 couverts à midi. Particularité, la cuisine sera

reviennent avec des lots du stand pâte à pain avec les boulangers…

La réussite de l’événement était d’autant plus attendue qu’il se tenait une semaine après les violences liées

au tournage illégal d’un clip (lire encadré ci-contre) dont témoi-

gnaient encore les vitres étoilées de Casino. “Il n’était pas question d’an-

nuler, confie Hakim Bouzid. Le vrai

quartier, il est là, une majorité de gens

tranquilles, qui emmènent leurs

enfants à l’école, qui font leurs courses en bas de chez eux, pas quelques “c...” dont la moitié n’était

même pas de Vénissieux. La preuve

qu’on a eu raison, elle est là, autour de nous, regardez!” g

F.T-B.

PHOTO RAPHAËL BERT

CLIPS DE RAP SAUVAGES

Le futur emplacement de la brasserie ouverte sur la salle, avec un atelier vitré pour le travail de la viande. “Les gens ont envie d’être bien traités, explique M. Slimani. Et puis la qualité, ça ne doit pas être réservé au bourgeois. La viande, quitte à en manger moins, autant en manger mieux !”

(*) L’UNE D’ELLES, OUASSILA, PASSIONNÉE DE CUISINE, PROPOSE SUR FACEBOOK SUR LA PAGE GINGER’S COOK.

DES RECETTES CONSEILS


10

ACTUS

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

CAMPUS INDUSTRIEL

La SERL conduira la reconversion du site Bosch D

Selon les syndicats, ce projet porté par la SERL prévoit l’accueil d’une vingtaine de locataires, start-up et PME innovantes.

La Société d’équipement du Rhône et de Lyon (SERL) a été retenue pour acquérir le foncier du site Bosch et développer le projet de campus industriel du futur. Entre 800 et 1 000 emplois seraient créés d’ici 2026. e sources syndicales, l’af-

mis interviendra en décembre,

industriel du futur. Reconversion

thermodynamique révolution-

son soutien au campus indus-

CFDT comme la CGT ont

bre 2019.

de la Métropole, David Kimelfeld.

Une autre société, Navya, spécia-

reste au cœur du projet en conser-

faire est entendue. La

été informées par la direction de Robert Bosch France que le site de

pour une vente effective en octo-

APRÈS BOOSTHEAT, NAVYA ?

Vénissieux sera vendu à la Société

Sans grande surprise — l’autre pré-

(SERL). La décision doit être offi-

du boulevard Joliot-Curie était le pro-

d’équipement du Rhône et de Lyon

ciellement prise le 24 octobre prochain, à Stuttgart, lors de la réunion du directoire du groupe

Bosch. Les deux syndicats précisent que la signature du compro-

tendant déclaré au rachat des terrains moteur immobilier DCB International —, c’est donc la SERL, société d’éco-

nomie mixte étroitement liée au Grand Lyon, qui conduira la recon-

version du site Bosch en campus

annoncée fin 2017 par le président Toujours selon les syndicats, le projet porté par la SERL prévoit l’accueil

d’une vingtaine de locataires, start-

up et PME innovantes, avec l’objectif de créer entre 800 et 1 000 emplois d’ici 2026. Pour l’heure, seule la société BoostHeat incarne la transi-

tion vers l’industrie du futur. Elle a officiellement lancé en juin dernier

la commercialisation de sa chaudière

naire et emploie déjà 90 salariés. lisée dans la production de véhi-

cules 100 % électriques et

autonomes, pourrait la rejoindre d’ici la fin de l’année. Actuelle-

ment implantée dans la ZAC de l’Arsenal, à la limite de Vénissieux

et Saint-Fons, Navya connaît un développement

accéléré

et

cherche des locaux à la dimension de sa croissance. Elle s’ins-

tallerait dans le grand bâtiment

qui abritait autrefois l’activité d’assemblage de panneaux pho-

tovoltaïques créée par Bosch en 2010 et cédée à Sillia en 2013,

avant d’être abandonnée en 2017.

RÉSERVES DES SYNDICATS

Ces perspectives de revitalisation d’un site qui a perdu des cen-

taines d’emplois depuis la fin des

années 2000 sont évidemment un signe positif. Mais les syndi-

cats restent critiques et prudents. Ainsi la CFDT, tout en apportant

triel, aurait “préféré que Bosch vant la propriété du terrain”. La CGT va plus loin. Elle estime que la reconversion annoncée ne peut être menée qu’avec l’impli-

cation de Bosch, faute de quoi le

géant allemand “trouverait là

une aubaine pour se désengager un peu plus de la France avec les compliments des pouvoirs publics […], ce ne serait qu’une étape machiavélique supplémentaire”.

Et l’union locale CGT d'ajouter qu’il est “illusoire de croire que ces nouveaux emplois compense-

ront à terme les destructions

découlant des fermetures d’usines de production industrielle. Les technologies qui seront dévelop-

pées sur le campus n’auront de réel

sens

économique

que

lorsqu’elles déboucheront sur de la production manufacturée réalisée à Vénissieux, en France”. g

GILLES LULLA

TROPHÉES DES MAIRES

Le trophée du développement économique pour Vénissieux et la Métropole Le journal Le Progrès organisait le 27 septembre la 11e édition des trophées des maires du Rhône et de la Métropole de Lyon. La manifestation s’est tenue à Villefranche-sur-Saône, en marge du congrès de l’association départementale des maires de France. La mairie de Vénissieux, associée pour la circonstance à la Métropole de Lyon, s’est vue remettre le trophée du développement économique pour la reconversion engagée du site Bosch en campus industriel du futur. Michèle Picard était représentée par sa première adjointe, Yolande Peytavin, et son adjoint à l’emploi et au développement économique, Djil Ben Mabrouk.


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

11

NATURE ET LOISIRS

Les Grandes Terres, champs populaires À la fois espace agricole, zone de loisirs et de découvertes, les Grandes Terres sont devenues le second projet nature le plus fréquenté de la Métropole. Une fête réunissant l’ensemble des acteurs concernés le 30 septembre au fort de Feyzin a attiré un millier de visiteurs. DOSSIER RÉALISÉ PAR : GILLES LULLA, PERRINE PLATEAU ET DJAMEL YOUNSI PHOTOS : RAPHAËL BERT

“L

es insectes pollinisent, aident

chacune leur utilité en matière de biodi-

les agriculteurs, ce sont de véri-

versité. Ainsi apprend-on que le plantain

C’est ainsi que Guillaume, jeune bénévole

renouée du Japon “absorbe le plomb du

tables auxiliaires de culture.”

de l’association Arthropologia, introduit la

“soigne les ampoules et les verrues”, que la

sol”, que l’armoise “soulage les règles dou-

promenade qu’il anime à la découverte des

loureuses” ou encore que l’ortie, “riche en

en ce dimanche 30 septembre, jour des

par de nombreuses espèces de papillons”.

insectes de la nature environnante. Mais Grandes Terres en fête, la pluie en décide

autrement : à défaut d’insectes, partis se

réfugier dans le sol, Guillaume multiplie

fer et en protéines, est un habitat apprécié

63 000 PASSAGES PAR AN

Faire découvrir la riche biodiversité du

les anecdotes et autres curiosités sur les

plateau, tel était bien l’un des objectifs

herbes qui, malgré leur réputation, ont

deuxièmes du nom, qui auront attiré un >>>

plantes invasives, ces fameuses mauvaises

majeurs de ces Grandes Terres en fête,


12 >>>

DOSSIER

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

millier de visiteurs sur la journée.

sait essentiellement d’habitués. En

l’activité rurale d’un territoire qui

mise en place en 2017 par les

donc une grosse marge de progres-

Les associations Arthropologia,

“Une première édition avait été

bureaux de quartier de la Ville de

Feyzin, témoigne Lisa Briel, chargée de mission environnement et

termes de fréquentation, il existe sion.”

ESPACES NATURELS SENSIBLES

aménagement urbain. La pluie a

Classées espaces naturels sensi-

une première rencontre avait ainsi

tent 500 hectares répartis entre

eu raison de l’organisation mais été possible entre associations, pro-

meneurs et agriculteurs pour mettre en valeur le territoire.” Pour

cette édition 2018, les acteurs

concernés (associations sportives,

associations de protection de la nature, artisans locaux, etc.) se

sont de nouveau mobilisés pour

faire découvrir cet espace aux

familles des trois communes avoisinantes. “Avec 63 000 passages comptabilisés en 2017, les Grandes

Terres constituent le deuxième projet nature sur les treize que finance

la Métropole, poursuit Lisa Briel.

Mais l’étude a montré qu’il s’agis-

bles, les Grandes Terres représenFeyzin, Corbas et Vénissieux. Leur

pilotage est partagé par les trois

communes et la Métropole, et la

délégation de gestion confiée à Feyzin. Deux grands axes d’actions

sont développés : une mission

d’éducation à l’environnement et des actions de sensibilisation

auprès du grand public. “Vingt-six

classes des trois communes se rendent au moins une fois par an sur le site”, indique Lisa Briel. Les élèves arpentent ainsi le sentier

des Alouettes pour découvrir la faune et la flore ou le sentier des Moissons pour en savoir plus sur

compte seize entreprises agricoles. LPO (Ligue de protection des oiseaux),

Frapna

(Fédération

Rhône-Alpes de protection de la nature) et Ardab (association des

agriculteurs biologiques) animent

ces sorties de découverte. Les

enfants sont sensibilisés à l’existence de l’effraie des clochers qui chasse le long des haies et niche

dans le fort de Feyzin, de la couleuvre verte et jaune que l’on

trouve dans la mare des relais, du moineau friquet, espèce devenue

rare en France mais encore bien

présente sur les Grandes Terres, du milan noir, rapace migrateur

que l’on peut observer entre mars

et juillet, du lucane cerf-volant, plus gros insecte d’Europe qui se

raréfie à cause de l’entretien

excessif des espaces boisés… Sans

oublier les alouettes des champs, grenouilles

vertes,

hérissons,

chauve-souris, blaireaux, écureuils, etc.

“Les espèces présentes sur le plateau des Grandes Terres sont toutes plus ou moins menacées, constate

Charline Durivault, éducatrice à l’environnement à la LPO. Il est

important de sensibiliser le grand

public, que les enfants comme les

adultes soient capables d’identifier les traces et indices laissés par les

PHOTO P.P.

oiseaux pour pouvoir les observer

Malgré leur réputation, les plantes invasives, ces fameuses mauvaises herbes que l’on retrouve aux abords des champs, ont leur utilité en matière de biodiversité.

mais aussi les protéger. La cohabi-

tation entre l’homme et la biodiversité est primordiale : nous avons plus besoin des animaux que les animaux ont besoin de nous.” g

Des sentiers pour les promeneurs, les joggeurs et les adeptes de marche nordique, un circuit VTT de 10,5 km, faire du sport sur les Grandes Terres procure une vraie bouffée d’oxygène.

Bientôt une piste cyclable pour relier les Grandes Terres Les travaux sont en cours. Et devraient être terminés d’ici le printemps 2019. Actuellement, au départ de Parilly, il est possible de circuler à vélo le long de l’avenue Jules-Guesde puis du boulevard Ambroise-Croizat. “Ensuite, une bande cyclable existe au début du boulevard de Jodino jusqu’à l’angle Dreyfus-Pasteur et après plus rien, décrit Sandrine Perrier, adjointe aux déplacements urbains et à la voirie. Sur le chemin de Feyzin, le trottoir a donc été élargi au niveau de l’Afpa et la circulation passe en sens unique jusqu’à l’avenue Marcel-Cachin avec un double sens cyclable.” La bande cyclable se poursuit le

long du cimetière puis la piste va sortir de la chaussée pour devenir une voie verte qui longera l’avenue Jean-Moulin et le chemin de Feyzin. “Sur le pont qui surplombe le Boulevard urbain sud, poursuit Sandrine Perrier, la solution choisie est celle de l’alternat : une seule voie pour les voitures afin que vélos et piétons puissent circuler en toute sécurité.” Enfin, la voie cyclable se poursuit sur la route de Vénissieux et permet de se rendre aux Grandes Terres et sur la commune de Feyzin. Coût de l’opération : 2,5 millions d’euros “pris sur le budget vélo de la Métropole” pour trois kilomètres de voie.

PRATIQUE ● Le

sentier des Moissons

Il emmène le promeneur à la découverte de l'activité agricole : tallage, montaison, épiaison ou encore âge canonique du blé sont quelques uns des termes expliqués sur les panneaux qui bordent le chemin. Comptez 45 minutes pour parcourir à pied cette boucle de 3 km. ● Le

sentier des Alouettes

L'alouette des champs a donné son nom à ce sentier où on l’aperçoit souvent à tout moment de l’année. Les chemins offrent, par temps clair, des points de vue sur le massif du Mont-Blanc et sur celui des Monts d’Or, plus proche. Comptez 1 h 15 pour parcourir à pied cette boucle de 5 km. ● L'espace VTT des Grandes Terres

À travers les communes de Corbas, Feyzin et Vénissieux. Comptez une heure pour parcourir à vélo cette boucle de 10,5 km, ou 3 heures à pied. Terrain quasiplat sans aucune difficulté.

SOURCE : MÉTROPOLE

DE LYON


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

13

UN PEU D’HISTOIRE

L’

20 ans déjà acte de naissance des

Grandes Terres remonte

à 1998. L’objectif est

alors de sanctuariser ce plateau de 500 hectares, qui représente à lui seul 20 % des terres cultivées

de l’agglomération lyonnaise.

C’est le moment opportun : la

création du tout nouveau Boulevard urbain sud (BUS) s’est en

effet accompagnée d’un remembrement des terrains, et les agriculteurs ont le souci de maintenir

et de conforter leur activité, menacée par l’avancée des zones urbaines.

Pendant plus de quinze ans, c’est

Ce plateau de 500 hectares représente à lui seul 20 % des terres cultivées de l’agglomération lyonnaise.

communal regroupant Vénis-

scolaires. Cette organisation per-

cause… La démonstration est

Grandes Terres sont gérées. Des

date de création de la Métropole

d’un tel espace.

sous la forme d’un syndicat intersieux, Corbas et Feyzin que les

haies champêtres sont replantées. Des sentiers de promenade et de découverte sont créés. Les

paysans sont étroitement asso-

ciés à l’entretien du site. Des organismes partenaires comme l’ONF (Office national des forêts) et la LPO (Ligue de protection des

oiseaux) s’impliquent. Loisirs et

agriculture cohabitent harmonieusement. Le nombre de visiteurs augmente, la biodiversité également. Le site prend une dimension pédagogique pour les

durera jusqu’en janvier 2015,

de Lyon, qui entraîne la dissolution des syndicats intercommunaux.

Mais la nouvelle collectivité n’est

pas encore prête à assumer toutes ses compétences. S’ouvre

alors une période de flottement de plusieurs mois où les Grandes

Terres n’ont plus ni moyens ni pilote. Les effets ne tardent pas à se manifester : les sentiers se dégradent, des dépôts sauvages apparaissent,

les

animations

pédagogiques sont remises en

faite de la fragilité de l’équilibre Finalement, la Métropole décide de déléguer la gestion à la Ville

de Feyzin, tandis que Vénissieux

et Corbas deviennent “communes participantes”. Le budget

de fonctionnement remonte à un niveau correct. La fête organisée

le 30 septembre pour la seconde année consécutive montre que

les Grandes Terres ont retrouvé

une vraie dynamique. En 2019, toute la signalétique du site sera changée pour améliorer l’accueil du public. g

LE SPORT AUX GRANDES TERRES

“Une bouffée d’oxygène” Les sportifs du dimanche n’ont pas été déçus lors de

cipé à populariser cette discipline dans l’aggloméra-

30 septembre. Les animations proposées au départ

des parcours particulièrement bien adaptés à ce sport,

la 2e édition des Grandes Terres en fête, dimanche du fort de Feyzin offraient notamment l’opportunité de s’adonner à la marche nordique avec l’AFA Feyzin-Vénissieux. “Prêt de bâtons de marche compris,

précise Corinne Dols, vice-présidente du club d’athlétisme. Nous avions concocté un parcours général de

cinq kilomètres : d’abord de l’initiation pure pour l’ap-

prentissage des gestes, avec au menu le tour des Douves et le bois du fort ; et dans la foulée, une vraie randonnée. La demi-douzaine de néophytes a eu l’air d’apprécier.”

PHOTO DR

Aux Grandes Terres, l’AFA Feyzin-Vénissieux est presque un club résident. Le site sert en effet de décor à la manifestation de marche nordique orga-

nisée chaque printemps et qui a grandement parti-

tion. “Les sentiers des Moissons et des Alouettes sont ajoute Corinne Dols. Le cadre est idéal.”

André Guillerme, président de Feyzin Cyclo, est tout aussi enthousiaste sur les atouts sportifs des lieux. “Les parcours VTT dessinés autour du fort de Feyzin permettent de rouler entre Vénissieux, Corbas, SaintSymphorien-d’Ozon et Solaize. C’est assez varié, les

débutants comme les vététistes expérimentés peuvent y trouver leur compte. Et surtout, on est en pleine

nature. Pratiquer du sport sur les Grandes Terres, c’est vraiment une bouffée d’oxygène. Le 30 septembre, on a eu la chance d’accueillir un public familial et très sportif. On avait prévu des vélos de prêt, mais tout le monde ou presque était déjà équipé. Il s’agissait d’habitués.” g


14

CULTURE

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

MAYDAY

Fly Me to the Moon

PHOTO MARION BRUNEL

Un casque d’astronaute dégouline, noyé dans un orange forcément mécanique. Premier album de Trinix, Mayday nous entraîne dans un voyage vers la Lune aussi sûrement qu’en son temps Frank Sinatra. Avec des titres tels que Nasa, Milky Way, Jet Plane ou Mayday from the Moon, l’espace est conquis et l’auditeur aussi, bercé par les voix de Rendell Stovall, Allyson Ezell, Opé Smith, Thallie et Hannah Young. Planant, plaisant, entraînant, emballant, comme l’était déjà Close to me, découvert avant l’été et déjà fort de plus d’un million de vues, et comme l’est le reste de Mayday !

d’une couleur orange et comprenant deux

TRINIX

De Vénissieux à Los Angeles “D

Le duo vénissian sort son premier album ce 12 octobre en vinyle et CD. “Mayday”, un appel à les rejoindre beaucoup plus qu’un appel à l’aide. e Vénissieux à Los Angeles : j’ai

vail en amont et, là-bas, on a rencontré plu-

se regardent en souriant et ce qu’ils disent

Josh Chergui. “Et même, suren-

rents. C’est vraiment une expérience, Los

cre eux-mêmes. “On sort d’internet et on

Unis” puisque les deux membres de Trinix

chissante ! Une autre atmosphère, des sons

du quartier des États.

langue, on travaille par mail avec les chan-

le titre de ton article !” s’esclaffe

chérit Loïs Serre, des États-Unis aux États-

sont originaires du Moulin-à-Vent, frontalier

Depuis la dernière fois que nous nous

sommes vus (voir Expressions n° 623 du

19 avril 2017), les deux jeunes musiciens ont parcouru du chemin. Ils venaient alors de signer avec le label Sony.

“L’été 2017, nous avons fait la tournée des

festivals. On continuait à préparer notre pre-

mier album et, début 2018, nous sommes partis plus d’un mois à Los Angeles pour le finaliser. Nous avions accompli un gros tra-

sieurs chanteurs et chanteuses, tous difféAngeles, une expérience de ouf, grave enri-

différents. Nous, ici en France, on tire la teurs. À L.A., on était avec eux. On travaillait

six jours sur sept, de 8 heures à 23 heures minuit, voire plus tard dans la nuit. La maison

d’édition BMG (une entité de Sony, ndlr), avec qui on a signé peu après Sony, prenait tout en charge.”

Sur les 60 à 80 titres composés, quatorze sont retenus pour le disque promo, vingt

pour l’album, Mayday, qui sort ce 12 octobre

dans les Fnac et un peu partout. Tous deux

sert autant à me convaincre qu’à se convain-

arrive dans l’industrie du disque, comme… (ils réfléchissent)… comme Patrick Bruel (et ils éclatent de rire). On aime les choses simples, on aime être émerveillés.”

Un an en arrière, les centaines de millions

de vues qu’ils accumulaient sur la toile leur suffisaient. Ils savaient que leurs auditeurs,

des jeunes comme eux, n’achetaient plus de

disques. Mais la proposition de Sony n’est

pas tombée dans l’oreille de deux sourds. “Il existe quand même des gens qui aiment

33 tours. Josh et Loïs poursuivent : “Nous allons maintenant entamer la promotion de

l’album. Trois clips sont déjà finalisés, tournés à L.A. On a tout fait tout seuls. On a cherché

le réalisateur, l’équipe de production, on a amené les idées. Avec internet, les contacts

sont plus faciles. Le réalisateur, par exemple,

nous avait contactés deux semaines avant

notre arrivée aux États-Unis, sans savoir qu’on y allait. Le prochain clip sera sans doute sur Supernova. On a une grosse idée, on est

en train de voir. Et nous préparons le Mayday Tour pour 2019.”

Le titre de l’album vient de la chanson Mayday from the Moon. “C’est vrai qu’on nous a

dit que c’était un appel à l’aide. Mais en réalité, pour les secours, il faut répéter le mot trois fois. Pour nous, c’est plutôt un appel à nous rejoindre. Ce disque, on voulait le faire

sur le thème de l’espace. On met souvent des atmosphères planantes sur nos musiques. L’un des premiers sons, pour l’intro, était

vraiment spatial. Sans s’en rendre compte,

on était dans ce thème ! Et puis, petits, on voulait tous deux devenir astronautes. C’est

un clin d’œil à notre enfance. D’ailleurs, dans le clip Otherside, on a mis un astronaute qui se balade dans les rues de Londres. C’est

notre premier projet plus réfléchi, abouti à 100 % !”

g

encore l’objet en soi. Et, en précommande, le

JEAN-CHARLES LEMEUNIER

vinyle marche bien.”

Il faut dire que ce dernier est très beau,

TRINIX, “MAYDAY” (SONY MUSIC) : 14

EUROS

(CD) ; 25

EUROS (VINYLE).


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

JOUR DU LIVRE

THÉÂTRE DE VÉNISSIEUX

Conte et compte à rebours

Une place au soleil

elle doit amener à son aïeule une

Aubrac ou à l’intérieur du bâtiment,

fleur de bibiscus, ce qui n’est pas

où les Minguettoises offraient thé

rien. D’autant plus que ladite fleur

et gâteaux, le cinquième Jour du

ne se trouve que dans la ville “ten-

livre a profité, ce 29 septembre, des

dernières chaleurs de la saison.

PHOTO YVES RICARD

Organisé par l’Espace Pandora, en collaboration avec la Ville, la Métro-

pole, l’État et quelques autres par-

tenaires, son offre de choix était telle que le public présent ne pouvait que trouver son bonheur.

Le Jour du livre a lancé le festival Parole ambulante.

Les enfants n’étaient pas en reste : ateliers d’écriture, de création, de

Ce fut également l’occasion pour les

le maire, que chaque Vénissian, qu’il

machines à écrire, lectures par l’as-

deux photographes Lucie Moraillon et Antoine Boureau, accompagnés

puisse avoir, quand il le souhaite, un

Renard ou Eugène Durif, écoutaient d’autres auteurs encore (Shu Cai et Yvon Le Men, venus respective-

ment de Chine et de Bretagne) ou méritaient une petite sieste sonore

en compagnie de la Tribu Hérisson.

seau, de présenter le travail accom-

pli dans le quartier et le livre publié dans la foulée par La Passe du vent, Allées 11-21.

C'est ce jour-là également que fut signée par Michèle Picard, à l’inté-

rieur de la médiathèque, une charte d’accueil des usagers, rappelant que

l’établissement et les bibliothèques

de quartier totalisaient 170 000 entrées par an. “Permettre, expliquait

livre entre les mains, c’est permettre

se construire, avec des trucs de

des raccommodages in extremis sur fond d’ambiance mexicaine, une mise en abyme du théâtre sub-

ventionné. En quelque sorte, un compte à rebours qui, quand il arrive à zéro, vous met dehors avant que le vrai show ne com-

taculaire” de Bilipolis où, raconte-

mence. C’est aussi, comme l’ex-

manipulation dictent leurs lois”.

Nicolle, “un constat sur nous-

t-on, “l’argent, le mensonge et la

L’originalité de ce spectacle, créé

par le collectif belge Wow!, est qu’il

s’écoute sous casque. Les cinq acteurs, bruiteurs et électro-musi-

ciens construisent “une fiction radiophonique”.

Changement de décor le 19 octobre

plique le metteur en scène Philippe mêmes après 20 ans d’existence, toujours amusé et festif”. g

14

OCTOBRE, 15 H 30 : PILETTA REMIX, FICTION RADIOPHONIQUE LIVE. DÈS 8 ANS. TARIFS : DE 5 À 8 EUROS. 19 OCTOBRE, 20 HEURES : À BIEN Y RÉFLÉCHIR, THÉÂTRE. DÈS 10 ANS. TARIFS : DE 5 À 19 EUROS. RÉSERVATIONS : 04 72 90 86 68.

qu’il emprunte ce passage secret vers

d’autres

livres,

d’autres

mondes, d’autres connaissances [...] Nous avons fait le choix de mainte-

nir notre budget culturel à hauteur de 8 % du budget de la Ville. C’est un choix politique fort, à une époque où

les budgets des collectivités sont compressés et que beaucoup d’entre elles ont tendance à sacrifier la cul-

PHOTO RAYNAUD DE LAGE

Amraoui, Roger Dextre, Thierry

de quelques jeunes de Monmous-

soit petit enfant, collégien ou retraité,

qu’il fait, dehors?)”. À bien y réflé-

dernière minute qui manquent,

quels est confrontée Piletta? Déjà,

parvis de la médiathèque Lucie-

(ben quoi, vous avez vu le temps

grand. Avec, pour tout adversaire, face aux dangers multiples aux-

bibliothèques de quartier, sur le

“premier spectacle de rue en salle chir, c’est une fantaisie en train de

un loup. Et qu’est-ce qu’un loup

impression sur le marché, dans les

c’est la compagnie dijonnaise Les

ment qu’une galette et un petit pot de beurre à amener à sa mère-

Marcel-Frontale fit forte

l’écriture auprès de Mohammed El

26000 couverts qui s’attaque à son

du conte de Perrault n’a finale-

Minguettes, où la fanfare

stands des éditeurs, s’essayaient à

14 octobre au Théâtre de Vénis-

Chaperon rouge. C’est que la fillette

Q

Les plus grands flânaient dans les

avec À bien y réfléchir. Cette fois,

sieux, est moins vernie que le Petit

ue ce soit sur le plateau des

de contes ou de Bébé bouquine…

À bien y regarder, Piletta, dont on pourra suivre les aventures ce

Ce 29 septembre, une journée estivale fut consacrée au livre par l’Espace Pandora. Occasion pour le maire de signer une charte d’accueil des bibliothèques en direction du public.

sociation Lire et faire lire, écoute

15

ture.” g

LUMIÈRE SUR…

“À bien y réfléchir” (Cie Les 26 000 couverts) le 19 octobre à 20 heures.

Projets de ville

ALMA

Ce 26 septembre, devant la Maison du projet de l’avenue Jean-Cagne,

¡ Que viva Mexico !

de projecteur sur des projets finan-

Nouvelle étape franchie pour l’association Alma, autrement dit Abreu-

tos “Duos des métiers” ; atelier

cienne-Gare, elle organise à présent des concerts. Le premier aura

“Lumière sur…” donnait un coup cés par le GPV : exposition des phod’écriture par l’Espace Pandora ; projection de vidéos réalisées avec

les habitants de La Darnaise ;

musique par la Tribu Hérisson et Le Civil, etc. Lequel en profita, devant la sculpture inédite La

Fleur du Mal, pour communiquer sur les activités du lieu de l’avenue

de la Division-Leclerc où la compagnie réside, la Galerie 6. g

voir littéraire musical artistique. Dans son local du 5 bis, rue de l’Anlieu le vendredi 12 octobre à 19 h 30 en compagnie de Saraguatos.

Ceux qui se sont baladés au Mexique le savent peut-être, les saraguatos sont de petits singes hurleurs dont l’espèce est menacée. Le duo

du même nom invité par l’Alma nous bercera d’airs en provenance

d’Amérique centrale ou d’ailleurs, aux sons de la kora africaine ou

de la jarana. Le prix d’entrée sera “au chapeau” (c’est-à-dire qu’on

pourra verser la somme que l’on veut), le prix conseillé étant de 5 euros. L’association met également en place cette saison une nouvelle formule d’abonnement. g

CONTACT : 09 80 36 03 64 -

NIMAVIAJA@YAHOO.COM


16

CULTURE

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

CONGRÈS DES MOSAÏSTES

Pour la première fois en France

PROGRAMME À Paray-le-Monial

d’une famille de mosaïstes marseil-

Du 15 au 17 octobre Exposition internationale des membres de l’AIMC à la tour Saint-Nicolas, dont le Vénissian Dominique Annarelli. Inauguration le 15 octobre à 18 heures. “Les manuscrits musifs” de Gérard Brand dans la salle du Congrès. Inauguration le 16 octobre à 18 heures. “Portes d’ombre et de lumière” d’Andrée Dumas à la Maison de la mosaïque contemporaine. Collectif Mozaïzm dans le jardin de la Maison de la mosaïque contemporaine. Sculpture de Joël Barguil dans la nouvelle cour du cloître de la basilique. “La Victoire ailée rouge” de Verdiano Marzi à la tour Saint-Hugues. Installation d’Henry-Noël Aubry dans la tour du rempart. Mathilde Lhuillier, invitée d’honneur au musée PaulCharnoz. Installation de Marco De Luca au musée du Hiéron.

lera de son travail de restauration

Dans le pays viennois

Du 15 au 19 octobre, le 16e congrès de l’association internationale des mosaïstes contemporains (AIMC) se tiendra pour la première fois en France, à Paray-le-Monial et Vienne, en présence de 170 artistes du monde entier. Vénissieux y sera représentée par Dominique Annarelli. d’abord à Paray-le-Monial, du 15

au 17 octobre, puis à Vienne le 18

et à Lyon le 19.

“Nous attendons 170 mosaïstes du

monde entier, explique le Vénissian Dominique Annarelli, luimême pratiquant de cet art depuis

une quinzaine d’années. Le 18, ils

visiteront Saint-Romain-en-Gal et

des expositions à Vienne et, le len-

demain matin, se rendront à Fourvière. Là, Michel Patrizio, issu

lais qui exercent depuis 1903, pardes mosaïques de la basilique.”

UN “TABLEAU” DE 6,6 KILOS

Dominique, dont on a admiré les

œuvres lors de nombreux salons

des artistes du Moulin-à-Vent,

exposera à Paray-le-Monial sa

G

Jeune mouette à la perle noire,

Dominique Annarelli exposera à Paray-le-Monial sa “Jeune mouette à la perle noire”, créée à partir de rebuts de smalti, ces matériaux vitrifiés qui composent les mosaïques. érard Brand à Paray-le-

Monial et Sainte-Colombe,

Marco De Luca et Ver-

diano Marzi à Paray-le-Monial, Clément Miteran à Condrieu… Le

créée à partir de rebuts de smalti,

ces matériaux vitrifiés qui compo-

sent les mosaïques. Il écrit dans

son blog Domusivum : “J’ai eu la

chance de récupérer une énorme

caisse pleine de ces éclats, de ces

écailles, de trier les plus grands

parfois aux formes improbables et

impossibles à réaliser, même avec

prochain congrès de l’AIMC, l’as-

une bonne expérience du tranchet

mosaïstes contemporains, dont le

la tête pour les emboîter du mieux

sociation

internationale

des

siège est à Ravenne et qui se réu-

et de la marteline. Puis me creuser possible autour de coquillages et

nit pour la première fois en

de blocs de verre ou d’avventurine,

Vienne, réunit la fine fleur de cet

riers italiens.”

France

à

Paray-le-Monial

et

art.

Accueillie par la Maison de la mosaïque

contemporaine

de

Paray-le-Monial, le collectif d’artistes Solo Sary — qui gère la galerie Test du Bailler à Vienne — et

Mosaïque Magazine, la manifes-

tation qui se déroule tous les deux

eux aussi issus des ateliers de verEn

montrant

cet

Dominique ajoute : “Mon œuvre

sera présentée du 15 au 17 octobre

à Paray, à la tour Saint-Nicolas, avec 89 autres. Pour moi, c’est une

chance !” g

J.-C.L.

ans se tiendra donc du 15 au

19 octobre dans la région. Tout

imposant

“tableau” d’un poids de 6,6 kilos,

du 11 octobre au 4 novembre, six grandes expos Gérard Brand à la verrière des Cordeliers à Sainte-Colombe (15-25 octobre). Vernissage le 18 octobre à 18 h 30. Clément Mitéran à la chapelle de la Visitation à Condrieu (11-28 octobre). Vernissage le 17 octobre à 19 heures. Cécile Bouvarel à la galerie Léty (15, rue des Clercs) à Vienne (17-28 octobre). Vernissage le 19 octobre à 18 h 30. Six M.O.F. en mosaïque (C. Albertini, M.L. Besson, M. Lanoë, K. Ljunghorn, M. Patrizio, G. Brand) à l’Atelier partagé (7/9, rue du Collège) à Vienne (17-31 octobre). Vernissage le 19 octobre à 19 heures. Valeria Ercolani et Renée Malaval à la galerie Test du Bailler (4 bis, rue Teste du Bailler) à Vienne (17 octobre4 novembre). Vernissage le 19 octobre à 19 h 30. Conférence de Benjamin Clément au musée départemental de Saint-Romainen-Gal (25 octobre à 18 h 30) Caty Laurent à la MAPRAA (9, rue Paul-Chenavard) à Lyon 1er (17-27 octobre). Vernissage le 17 octobre à 18 h 30.

CONTACT : 06 11 17 52 75. HTTP ://DOMUSIVUM.CANALBLOG.COM/


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

FÊTE

À VENIR Presto vénissian L’ensemble instrumental de Vénissieux accueille les musiciens amateurs à la recherche d’une pratique collective. Le répertoire est varié, les musiciens peuvent se réunir en différentes formations (duo, trio...). Contact : prestovenissian@aliceadsl.fr ou 06 81 35 49 59.

Exposition Jusqu’au 27 octobre, on pourra voir à la galerie 116art (116, route de Frans à Villefranche-surSaône) les œuvres de Sylvie Dupin regroupées sous le titre “Glissement de terrain”. Mené depuis plusieurs années déjà, le travail de cette artiste qui enseigne aux ateliers HenriMatisse à Vénissieux est une réflexion sur le paysage et sur l’expérience du regard. La galerie est ouverte du jeudi au samedi, de 15 à 19 heures. Tél. : 06 60 51 89 22.

Bizarre ! : une sortie de résidence… Accueilli en résidence à Bizarre ! au printemps dernier puis à la rentrée, le chorégraphe Maxime Vicente présente, le 18 octobre à 20 heures, un avant-goût de son spectacle Au bout du fil, variation entre hip-hop et danse contemporaine. Ce Lyonnais a longtemps tra-

vaillé avec Pockemon Crew, Babacar Cissé et Hafid Sour et a dansé, en 2012, pour le Superbowl auprès de Madonna. Gratuit, sur réservation à Bizarre !, vu le nombre de places limité, au 04 72 50 73 19 ou sur le site : bizarre-venissieux.fr

… et un spectacle annulé

Prévu à Bizarre ! le 27 octobre prochain et co-organisé avec le Marché-Gare, le spectacle d’Otis Stacks et Da Break est annulé, “pour des raisons indépendantes de la volonté des programmateurs”. Les places déjà achetées peuvent être remboursées auprès du MarchéGare : 04 72 40 97 13.

Exposition Caro/Jeunet à Lyon En partenariat avec le festival Lumière, l’exposition consacrée aux deux cinéastes Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet s’installe au musée Cinéma et Miniatures de Lyon (60, rue SaintJean, 5e) à partir du 13 octobre. Objets fétiches, storyboards, costumes, dessins, peintures et making-of pour se souvenir de leurs courts et longs-métrages, réalisés à deux ou seuls : Le Bunker de la dernière rafale, Delicatessen, La Cité des enfants perdus, Amélie Poulain, Alien IV, Un long dimanche de fiançailles…

DE LA SCIENCE À LA MÉDIATHÈQUE

Le cerveau au menu

Jusqu’au 1er décembre, la médiathèque

tera des tablettes d’application permet-

manifestation “À vos cerveaux”. Agencée

mémoire.

Lucie-Aubrac célèbre la science avec la par l’association S[cube], “Cervo-mix : l’expo qui réveille vos neurones !” per-

met, nous explique-t-on, de “découvrir de manière ludique et interactive l’ensemble du fonctionnement du cerveau et de com-

prendre de manière simple la structure

du cerveau, les différentes mémoires, la

perception multisensorielle, l’histoire des neurosciences et leur actualité”.

Ce 10 octobre à 17 heures, il sera question de la concentration avec Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherches au cen-

tre de recherche en neurosciences de Lyon et auteur du livre Les petites bulles de l’attention (éditions Odile Jacob). À partir de 14 ans.

Toujours à la médiathèque, le 13 octobre entre 14 et 17 heures, Ludik sera l’occa-

sion pour toute la famille de découvrir

de nombreux jeux et jouets. Ce même jour à 15 heures, “Appli Express” présen-

Cinéma Gérard Philipe

tant d’entraîner son cerveau et sa Les enfants (à partir de 5 ans) pourront encore suivre un atelier sur les illusions

d’optique le 17 octobre à 14 heures à la bibliothèque Anatole-France. Et, à partir

de 8 ans, le samedi 10 novembre à 10 heures à la bibliothèque Robert-Des-

nos, on découvrira le cerveau, ses inter-

actions et ses systèmes de protection.

Pour ces deux animations, l’entrée se fera dans la limite des places disponibles.

Les tout-petits ont également leur place

à la médiathèque avec Bébé bouquine. Le 20 octobre à 10 h 30, les lectures

câlines pour les 0-3 ans seront suivies

d’un temps d’échange avec les parents autour du thème “comment cultiver les bébés”.

D’autres animations se dérouleront en novembre dont nous parlerons dans une prochaine édition. g

RENSEIGNEMENTS : 04 72 21 45 54.

12, avenue Jean Cagne 04 78 70 40 47 cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr

Classé Art et Essai

Toiles des Mômes Dès le 17 octobre, le festival pour les jeunes spectateurs s’installe à Gérard-Philipe. Jusqu’au 31 octobre, on pourra voir Dilili à Paris de Michel Ocelot (avec un jeu d’énigmes liées à des photos le 22 octobre), Panda, petit panda d’Isao Takahata (avec un apérosirop le 24 octobre à 10 heures), Okko et les fantômes de Kitarô Kôsaka (avec le jeu d’énigmes le 26 octobre), La Chasse à l’ours de Joanna Harrison et Robin Shaw (avant chaque séance, petit jeu de “chasse aux sons”) et Le Quatuor à cornes de Benjamin Botella et Emmanuelle Gorgiard (avec un atelier nutrition les 25 et 30 octobre pour découvrir les produits issus des animaux de la ferme).

L’intelligence des arbres Dans le cadre de la Semaine bleue, le 12 octobre à 14 h 30, sera proposé le documentaire de Julia Dordel et Guido Tölke sur la communication des arbres entre eux.

Sur les traces des camps de regroupement

Tarif plein : 6,70 €, tarif réduit : 5,80 €, tarif Est-Écrans : 5 € / - de 14 ans : 4 €. Carte Est-Écrans valable un an à partir de la date d’achat. Supplément : 1 € pour séances en 3D. www.ville-vénissieux.fr/cinema/grac.asso.fr/salles/64-cinema-gerard-philipe

17

Pour la commémoration du 17 octobre 1961, le réalisateur Saïd Oulmi viendra présenter son documentaire Sur les traces des camps de regroupement le 16 octobre à 20 heures. Entrée libre sur réservation au 04 78 70 40 47.

COUP DE PROJECTEUR

Le festival Lumière Du 13 au 21 octobre, le dixième festi-

val Lumière s’installe dans tous les

cinémas de la Métropole. Autour de Jane Fonda, prix Lumière 2018, des hommages seront rendus à Henri

Decoin (avec son interprète Françoise Arnoul et son fils, l’écrivain Didier

Decoin), à la cinéaste anglaise Muriel Box et, en leur présence, à Liv Ullmann, Peter Bogdanovich, Javier Bar-

dem, Claire Denis, Claude Lelouch, Biyouna, Alfonso Cuaron, etc.

Au cinéma Gérard-Philipe, deux clas-

siques sont proposés, les immortels

Certains l’aiment chaud (1959) de Billy

Wilder et Le Voleur de bicyclette (1948) de Vittorio De Sica. On ne peut que se

acteur et acrobate, vu dans Chocolat

Marilyn Monroe, Tony Curtis et Jack

de Charlie Chaplin. L’Institut Lumière

réjouir de revoir sur grand écran

Lemmon tenter d’échapper aux gangsters dans le Miami de la Prohi-

bition ou Lamberto Maggiorani et le

petit Enzo Staiola nous émouvoir une fois de plus, tandis que De Sica et ses scénaristes s’engouffrent derrière

Roberto Rossellini pour inventer un nouveau cinéma, le néoréalisme. Les

deux films devraient être présentés par James Thierrée. Ce danseur,

de Roschdy Zem, est aussi le petit-fils annonce également la présence du

cinéaste Christian Carion le jeudi après-midi. g

À Gérard-Philipe

17 octobre, 20 h 30 : Certains l’aiment chaud, en présence de James Thierrée ; 18 octobre, 14 h 30 : Le Voleur de bicyclette, en présence de James Thierrée et Christian Carion.


SPORTS

18

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

SPORT SCOLAIRE

Vénissieux dans le bon tempo Pour la journée nationale du sport scolaire, le 26 septembre dernier, les collèges Éluard et Triolet ont reçu la visite de la rectrice de l’académie de Lyon, Marie-Danièle Campion. À Vénissieux, les activités sportives du mercredi touchent près d’un élève sur trois. a rectrice de l’académie de

L

d’éducation physique, s’essayant

une petite enveloppe allouée et liée

pion, a profité de sa visite

quelques balles au tennis de table.

mercredi après-midi des disciplines

lège Elsa-Triolet sur la disparition

Le sport scolaire du mercredi

dernier, pour dissiper les inquié-

tudes de l’équipe éducative du colpossible

d’un

demi-poste

de

conseiller principal d’éducation (CPE). Elle a affirmé que ce demi-

poste sera maintenu en raison de

l’augmentation des effectifs constatée dans cet établissement ces trois dernières années.

Mais le déplacement de la rectrice

sur le plateau avait un tout autre objet. Il s’inscrivait dans le cadre

Basket, football, mölkky et ultimate étaient également au programme de cette journée.

touche environ 30 % des collégiens vénissians. “À Elsa-Triolet, on est

même au-dessus de ce pourcentage,

proposées par les enseignants

seulement 10 euros sur l’année, soit un euro par mois.”

PASSERELLES AVEC LES CLUBS

ball, on ne rappellera jamais assez

même si on a connu des taux plus

élevés par le passé. Le sport à l’école est une discipline à part entière. En 6e, les collégiens ont droit à quatre

crivant à l’association sportive (AS).

tée de bonne grâce aux activités

bonus pour tout le monde. Et pour

80 filles. C’est pas mal du tout,

d’EPS. On compte 210 inscrits, dont

Marie-Danièle Campion s’est prê-

l’exemple,

en dehors des heures de cours, c’est

Pour l’enseignant vénissian spécia-

heures d’EPS hebdomadaires, et ils

Montrant

à des jeunes qui ne font pas de sport

assure Patrice Ouazar, professeur

de la journée nationale du sport scolaire.

au nombre d’adhérents. Proposer le

peuvent en faire davantage en s’insLa Ville est impliquée par la mise à disposition des installations et par

lisé dans l’apprentissage du footl’importance du sport à l’école. “Il

favorise l’apprentissage de la responsabilité et de la citoyenneté, le

PHOTO C.S.

aux Minguettes, le 26 septembre

aux arts du cirque et échangeant

Au collège Elsa-Triolet, 210 élèves sont inscrits au sport scolaire du mercredi dont 80 filles.

QUESTIONS À

Chayma Bensalah méritante du sport scolaire

respect des règles, de l’adversaire

Avec Kabouliben Maoulida,

On incite certains jeunes à s’enga-

tantes

et de l’arbitre, la notion d’équipe…

ger dans les fonctions de juge ou d’arbitre. Ils peuvent même bénéfi-

cier d’une formation à l’occasion de

journées spécifiques, ou lors des

rencontres sportives organisées par l’UNSS (Union nationale du sport scolaire, ndlr). Cela permet aussi de créer des passerelles entre collège et clubs, une autre de nos missions.

Dommage que certains élèves se fas-

sent dispenser, notamment pour les cycles d’endurance. C’est vraiment regrettable car les problèmes liés à la prise de poids, voire à l’obésité,

concernent de plus en plus d’enfants.”

Marie-Danièle Campion a tenu un

vous avez été désignées méridu

sport

scolaire.

Qu’avez-vous fait pour mériter une telle distinction?

Je pense d’abord qu’on est des passionnées de sport, et pas seu-

lement au collège lors des séances d’EPS. On s’investit tota-

lement en association sportive

(AS) et même en club, pour ce qui me concerne. L’intérêt du sport scolaire est réel, on peut décou-

vrir d’autres sports le mercredi

après-midi. Cette année, il y a du foot, du basket, du tennis de table, de la natation et de l’esca-

lade. Et pour une adhésion annuelle de seulement 10 euros.

discours en tout point identique :

Cette distinction ne prend en

la réussite, de la responsabilisation,

en UNSS?

“Le sport scolaire est au service de de la santé et du bien-être, a-t-elle

déclaré. Il est également un outil

privilégié pour faire partager les valeurs et principes de la République.” g

compte que votre engagement

Oui. On est assidues, et on prend

du plaisir lors des activités du mercredi après-midi. Les profs

l’ont remarqué, et ils nous ont

donné le titre d’ambassadeurs.

Je crois que l’UNSS a envoyé au

DJAMEL YOUNSI

PHOTO DR

Lyon, Marie-Danièle Cam-

collège un message de félicitations.

Peut-on dire que le sport est

une discipline majeure pour vous?

Oui, j’ai démarré en club au taek-

wondo dès l’âge de six ans. Grâce

à la fête du sport de juin, j’ai découvert le hand, j’ai pris une licence au VHB. J’avais participé avant cela au dispositif Atout Voiles proposé par le collège.


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi10 octobre 2018 - n° 654

TENNIS DE TABLE

Baisse de tension à l’ALCV Un nouveau prési-

dent, un effectif en baisse obligeant à se

Samedi 13 octobre ● L’équipe de futsal de Vénis-

sieux FC accueille Neuhof Futsal au gymnase JacquesAnquetil, à 16 heures.

AÏKIDO

Nouveau président, même enseignement

Dimanche 14 octobre

passer de l’équipe

Les basketteurs du CLAM-V reçoivent l’Olympic Sathonay (B) au gymnase AlainColas, à 15 heures. ● Les rugbymen de l’USV accueillent le RC Club du Pays de l’Ozon au stade Laurent-Gérin, à 15 heures. ● Les basketteuses de l’ALVP accueillent Saint-Chamond au gymnase JacquesAnquetil, à 15 h 30. ●

senior réserve, des jeunes n’ayant pas repris de licence car trop pris par leur scolarité, une pon-

giste qui a décidé de

se consacrer à sa famille… autant d’é-

léments influant sur des résultats en dents de scie.

En ce début de saison, autour de Dragan Stamenkovic,

l‘ancien président, et Jérôme Sage (notre photo), son successeur, les pongistes du Charréard tentent dans la bonne humeur de faire bonne figure et de faire face à ce coup de mou “passager”, comme l’explique

le nouvel homme fort du club, déjà investi à la prési-

dence il y a quelques années. “C’est un concours de

circonstances. Pour autant, pas question de tomber dans la sinistrose, on va faire avec les moyens du bord. Deux ou trois pongistes de l’autre club de Vénissieux nous ont déjà rejoints, des jeunes vont également intégrer l’une de nos équipes.”

Pour illustrer le dynamisme du club, Jérôme revient sur une mutualisation de moyens mise en place avec

le club de Bron, des échanges qui suivent leur cours. “Échanges de bons procédés, certains pongistes bron-

dillants bénéficient d’un entraînement particulier chez

nous, et en cas de programmation surchargée chez

nous, on peut se déplacer chez eux. Qui sait ce qu’il pourra advenir de cette entente?”

Sur le plan sportif, on s’y attendait donc un peu, la journée du 6 octobre n’a guère été emballante. Défaite de l’équipe de pré-régionale face à Jonage (32-22). Tan-

dis que l’équipe de Régionale 3 s’est inclinée 11 à 3

face à Pontcharra/Saint-Forgeux… “non sans avoir bataillé ferme, au point d’obliger nos adversaires à jouer jusqu’en cinq sets la plupart des rencontres, avec les points obtenus par Dragan (un succès) et Frédéric Chapot (deux victoires)”.

AGENDA

19

Samedi 20 octobre ● 26e édition du Bad Trip

vénissian organisé par Badminton Vénissieux Sud-Est aux gymnases Jacques-Brel et Alain-Colas, de 8 heures à 21 heures. Suite et fin le lendemain de 8 heures à 18 heures. ● Qualification pour les championnats du Rhône de judo Ufolep organisée par l’ALVP Judo au gymnase Jacques-Anquetil, de 13 h 30 à 18 h 30. ● Les footballeurs de Vénissieux FC accueillent Andrézieux au stade Laurent-Gérin, à 18 heures. ● Les basketteurs de l’ALVP reçoivent le CTC Bugey/SaintJean-Le-Vieux Basket au gymnase Jean-Guimier, à 20 h 30.

Du 22 au 26 octobre ● Stage pour vaincre la peur

de l’eau à la piscine AugusteDelaune, de 16 h 30 à 17 h 15. Tarifs : 30 euros la semaine. Renseignements : 04 72 50 16 96.

Qu’on se le dise, l’aïkido est un art martial pas seulement réservé aux adultes. Il y avait des haut gradés au dojo du gym-

martial non violent et ludique, très instructif,

ment Leman Sensei, 7e dan, et Christian

ma petite-fille, regardez comme elle se prend

nase Jean-Guimier, les 6 et 7 octobre, notamWewerka, 4e dan, l’enseignant de Vénis-

sieux. Et aussi Salvatore Di Lorenzo, le nou-

veau président, venu à ce stage national pour parfaire ses acquis. Une cinquantaine

de personnes au total y ont participé, du néophyte en jogging à l’aïkidoka confirmé. “Toutes les options étaient possibles, a expli-

qué Christian Wewerka, d’une simple séance pour se faire une idée (20 euros), à la demijournée (60 euros).”

“C’est vraiment du très haut niveau, s’est réjoui le nouveau président Di Lorenzo. Leman Sen-

sei est le créateur de l’Institut d’aïkido, fédéra-

tion de clubs qui regroupe Vénissieux,

Saint-Pierre-de-Chandieu, Saint-Fons, la Croix-

Rousse… J’ai eu l’occasion d’assister à des séances dans d’autres communes de l’Est lyon-

nais, rien à voir avec les valeurs transmises ici. Dans ce dojo Jean-Guimier, on enseigne un art

qui convient même aux enfants. J’ai emmené au jeu. En outre, on apprend les codes d’honneur des anciens samouraïs.”

Après s’être lancé dans le judo, notamment à Gerland avec la célèbre famille Valente, Di

Lorenzo a dû renoncer, il y a six ans, en raison d’une hernie discale. “En m’installant à Vénis-

sieux, au Moulin-à-Vent, je me suis rapproché

du club d’aïkido il y a trois ans, ça a tout de suite accroché. Cette année, après le départ de

Jean-Pierre Trouilloud pour la Suisse, on m’a proposé de le remplacer, j’ai facilement accepté.”

Le nouvel homme fort du club a fait sien un des concepts martelés par Christian Wewerka. “Ici, on essaie de préparer un individu physi-

quement, techniquement et mentalement, mais également pour qu’il essaie de se rapprocher de la notion de maîtrise de soi, et ça, c’est une recherche vraiment personnelle.” g

g

FOOTBALL

Vénissieux FC lorgne vers la coupe Si l’accession en Régionale 1 reste l’objectif essentiel et avoué des dirigeants vénissians, et ce en dépit du revers concédé à Valence le 6 octobre, il ne leur déplairait pas de s’offrir plusieurs petits tours en coupe de France. Sans pour autant faire de fixation sur l’épopée qui avait conduit l’ex-AS Minguettes voici quelques années jusqu’en 16e de finale face à Nancy. La qualification au 4e tour face à Pontcharra (2-0), équipe jouant une division en dessous de la leur, n’a pas été très convaincante. Dimanche, à Firminy, pour le 5e tour, VFC va devoir se méfier d’une formation qui joue au même niveau qu’elle et dans la même poule E de Régionale 2.

COURIR POUR ELLES

200 000 euros de dons Le 28 mai, elles étaient 16000 femmes à courir ou à marcher pour elles au parc de Parilly. L’intégralité des bénéfices de cette journée et de celle de Rouler pour elles qui avait lieu en septembre — soit 200000 euros — a été récemment remise à différents responsables d’associations. Cette somme viendra financer plusieurs programmes de soins de support pour améliorer la qualité de vie et les chances de guérison des femmes en traitement. De nouveaux projets vont voir le jour dans des différents hôpitaux de Lyon, Bourg-en-Bresse et Villefranche-sur-Saône, notamment avec la création de postes APA (activité physique adaptée). Prochain rendez-vous le 8 mars 2019, place Bellecour pour Danser pour elles. La prochaine édition de Courir pour elles au parc de Parilly est d’ores et déjà fixée au dimanche 19 mai.


20

SPORTS

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

SPORT DE HAUT NIVEAU

Lumières sur la ville La cérémonie de mise à l’honneur des sportifs de haut niveau, le 27 septembre, a récompensé trois équipes et quatre champions, dont la jeune discobole Léane Chastagner. l ne fallait pas moins que la

I

boxe française) a été récompensé

l’hôtel de ville pour honorer, le

rope et de champion de France

gées pour pouvoir intégrer cette

ble titre de champion de France

27 septembre dernier, les sportifs de haut niveau vénissian. Mais quelles sont les performances exi-

élite ? Un titre de champion de France ou un podium national, une place dans le Top 5 européen et a

fortiori mondial, et c’est le trophée presque assuré. Presque car la direction municipale des sports suit

des critères très précis. “Certains athlètes titrés au niveau national mais dans des disciplines non recon-

nues, comme les mixed martial arts (MMA), ne sont pas dans nos listes, précise Benoît Depierre, directeur

pour ses titres de champion d’Eu-

cadet (- 80 kg). Stéphane Moreira (Vénissieux twirling-bâton), un habitué, était nominé pour son dou-

senior en 1 bâton et en danse solo. Également honorée, la twirleuse Emma Errachidi, une junior cham-

pionne de France en 1 bâton. Enfin, la cadette Léane Chastagner (lire cicontre) est devenue vice-cham-

pionne de France au lancer du disque, une discipline médiatisée grâce à Mélina Robert-Michon.

“VOUS ÊTES DES MODÈLES ET DES SYMBOLES”

des sports à la Ville de Vénissieux.

Par équipes ou en duo, le Sen No

qui concourent dans des disciplines

pion de France des ligues, alors

N’en font pas partie également ceux

qui mobilisent peu de participants,

ou encore les athlètes qualifiés pour des épreuves nationales mais qui n’ont pas eu à passer par des qualifications départementales et régio-

nales. Enfin, il arrive que des clubs ne répondent pas au courrier que

nous leur envoyons chaque année, en juin, pour qu’ils nous signalent

Sen Karaté a été sacré vice-chamqu’en danse sportive, le couple Jen-

(Lyon Métropole Danse Sportive) est devenu champion de France. Cham-

pions comme l’ont été une fois de plus les seniors du twirling bâton.

(16e de finale), les handballeurs du

tielle ?

exceptionnel en coupe de France

Amel Majri, qui collectionne les tro-

séance de rattrapage : en mars, les bénévoles et les méritants vénis-

sians vivent à leur tour une mise en lumière lors d’une cérémonie orga-

nisée avec l’appui de la Ville, par

l’OMS.

neur. Même récompense pour phées avec l’OL ou l’équipe de

France de football. Auparavant, Michèle Picard, maire de la ville,

avait rendu un hommage appuyé à

l'ensemble de ces sportifs : “Vous êtes plus que l’élite du sport vénis-

sian, vous êtes des modèles et des symboles pour les jeunes de tous nos

Pour l’édition 2018, les lauréats

clubs, des ambassadeurs et des

tiennent, pour les récompenses

l’équipe municipale et tous les Vénis-

honorés par Michèle Picard appar-

individuelles, au monde de la boxe française, de l’athlétisme et du twir-

ling-bâton ; et pour les distinctions par équipe, au karaté, au twirling et à la danse sportive.

Gouled Mahamoud (Vénissieux

Léane Chastagner vice-championne de France du lancer de disque

Comment devient-on discobole,

Ces “oubliés”, pour peu qu’ils soient

sports, ont néanmoins droit à une

QUESTIONS À

En guest-star, pour leur parcours VHB ont reçu un trophée d’hon-

adhérents à l’Office municipal des

Parmi les lauréats, la footballeuse Amel Majri (à gauche) et Léane Chastagner, spécialiste du lancer de disque.

nifer Meunier-Stéphane Guijaro

leur(s) champion(s). Sans réponse de leur part, on ne peut les inviter !”

PHOTOS RAPHAËL BERT

grande salle Jacques-Duclos de

acteurs de notre ville. Sachez que

une discipline un peu confiden-

Avec un jet record ?

goûte à pas mal de disciplines, du

record personnel. Et je termine

on est licencié en athlétisme, on sprint, des lancers, du demi-fond. Après, on doit faire un choix. Il y a trois ans, j’ai décidé de me mettre au disque en m’inscrivant à Fey-

tout près de la championne, Peters, venue de Colmar, qui me devance de 39 centimètres.

Dans quelque temps, vous allez passer junior… Cela vous inspire ?

Je n’en suis qu’à 41 mètres ! Avec

mon entraîneur, pour l’instant, on s’attache davantage à la qua-

lité du mouvement et du lancer, qu’à la perf. On ne se dit pas qu’il faut atteindre les 45 mètres dans

Est-ce que la médaillée olym-

Gérald, un entraîneur qui enseigne

qui s’entraîne souvent au stade

Votre frère Gwenaël est égale-

vous ?

lancers (poids et disque). C’est

de Pierre-Bénite, et j’ai suivi à l’AFA. J’ai très vite apprécié, même si la discipline est contraignante, répétitive.

fiers de vos performances et de vos

coup travailler. Tous ces efforts

Pas vraiment, il m’a fallu beauont payé en juin dernier, à Bon-

doufle, avec ma deuxième place

DJAMEL YOUNSI

Oui, à 41,02 mètres, mon nouveau

aux championnats du monde.

zin-Vénissieux. Je venais du club

Les résultats ont vite suivi ?

résultats.” g

nats de France.

Jusqu’à 12 ans à peu près, quand

sians vous suivent avec attention, avec passion, et que nous sommes

chez les cadettes aux champion-

pique Mélina Robert-Michon,

de Parilly, est un modèle pour Avec mon entraîneur, en effet, on étudie beaucoup sa technique sur vidéo, en particulier les enchaînements.

Quand elle est passée junior, Mélina a réussi un jet à 55,01 m

deux mois, puis 50 mètres…

ment un bon spécialiste des lui qui vous a entraînée dans la discipline ?

Il a deux ans de plus que moi, et

il a surtout été spécialiste du sprint. Mais on a quasiment démarré le disque en même temps, il ne m’a pas influencée.


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

21

CMO-V GYM

60 ans à son passif, mais toujours actif e sacrées retrouvailles.”

“D

ou encore Albert Nazaret, entré au

autour du traditionnel apéro amé-

de com’ de l’association

jeunesse et sports en 1994.

écrans géants retraçant les grandes

Joliot-Curie, théâtre du soixantième

appelée à s’exprimer sur un CMO-V

Près de 150 personnes ont pris part, samedi dernier, au soixantième anniversaire du CMO-V, club de gym aux 530 licenciés.

des anciens du CMO-V, avait presque

du mal à contenir son émotion, samedi 6 octobre, à la salle Irène

anniversaire d’un club historique à plus d’un titre. Parmi les quelque

150 personnes présentes, un cocktail d’anciens dirigeants, d’anciens gym-

nastes, d’anciens sympathisants, tous bénévoles, à l’image d’André

Camilli, un des éclaireurs du sport

vénissian et de la gym en particulier,

lioré, avec en toile de fond deux

club en 1960, médaillé de bronze

heures du club et la succession des

“Un club qui a eu un parcours aux

présidents: Demont, Murer, Honor,

bases solides et un développement

Blanche, Labonne, Geissant, Thieu.

durable”, a évoqué Michèle Picard,

Et la nomination de Sylvie Favero,

la première femme présidente du

fort de 530 adhérents adeptes de

club, en 2005… Des moments plus

trampoline, de gym ou de danse spor-

douloureux également comme l’in-

tive. “Un club familial favorisant l’ac-

cendie du gymnase Albalate en 2002.

cès du plus grand nombre à la pratique

À l’heure du goûter, l’inévitable et

de la gym, sans viser le haut niveau à

indispensable gâteau d’anniver-

tout prix. Un club qui a également vu

saire (concocté par Dallery) a mis

des champions éclore, Sylvie Rechatin,

fin à des retrouvailles tant atten-

championne de France FSGT, Pasca-

dues. Prochain rendez-vous dans

line Mazuir et Patricia Rinaudo, au On pourrait rajouter qu’Albert Nazaret et Bachir Salmi sont entrés

en équipe de France junior FSGT en

PAROLES D’EX

Loïc Labonne, Christophe Arriado,

Daniel Camilli a été directeur municipal des sports, Christian Labonne est le président de l’association des anciens du CMO-V. Nous leur avons demandé de retenir un temps fort dans l’histoire du club.

Gilles Léonard est devenue cham-

● Daniel Camilli : “Pour moi, incontestablement, le temps fort reste celui de la naissance. En fait, c’était une extension du club de gym de la Jeunesse laïque de Surville. Le CMO-V a alors été le socle du grand projet éducatif de la ville conduit par Georges Bourdarias. On a ainsi pu diversifier les pratiques sportives chez l’enfant, notamment l’enfant d’ouvrier, en lui permettant d’accéder à des activités considérées alors comme bourgeoises, le tennis, l’escrime et la voile. Un chiffre : entre 1966 et 2006, Vénissieux est passé de sept disciplines à une quarantaine.”

1969, qu’une équipe composée de

Christophe Rosier, David Barry et

pionne de France UFOLEP en 1985. Huit ans plus tard, c’était au tour des féminines — Isabelle Ganne, Carole Mougeote, Karine Ferret, Élo-

ARCHIVES RAPHAËL BERT

Autour de Christian Labonne (costume gris), président de l’association des anciens du CMO-V, les membres du bureau et Andrée Loscos, adjointe au sport.

dix ans? g

plus haut niveau national.”

die Alex, Stéphanie Maous — de s’installer sur le toit national de l’UFOLEP…

Les retrouvailles de ce 6 octobre se

Un jeune gymnaste en 2009.

PHOTO C.S.

Nicolas Houël, chargé

sont déroulées en toute simplicité

● Christian Labonne : “Pour ma part, ce sont les

anniversaires comme aujourd’hui parce qu’ils nous permettent de retrouver les anciens et de rencontrer des tas de licenciés et nouveaux adhérents. Je me souviens qu’il y a 30 ans, pour un anniversaire, j’avais évoqué l’idée de créer une section de trampoline. Nous avions organisé des démonstrations de gymnastique à Jacques-Anquetil, mais également de trampoline et de tumbling, des membres de l’équipe de France championne du monde avaient assuré un vrai show, ça avait plu. Les membres du club ont tout de suite adhéré.”

LES RÉSULTATS DE LA QUINZAINE Basket

Futsal

Athlétisme

Handball

Battues à Sundgau (Sud-Alsace) le 29 sep-

On s’y attendait. Montpellier est bien l’ogre

Kevin Campion a remporté le semi-

Auteurs d’un match nul à Saint-Flour (6e)

tembre (55-46), les basketteuses de l’ALVP

de la Division 2. Il a balayé les Vénissians

marathon de Normandie (1 h 32),

le 6 octobre, les handballeurs vénissians,

occupent la 7 place, à un point du leader

10 à 2, samedi 6 octobre, inscrivant 26 buts

le 7 octobre, avec plus de six minutes

désormais avant-derniers, courent tou-

alsacien.

en trois matches. Le Vénissieux FC occupe

d’avance sur Maxime Lecaplain, licencié

jours à la poursuite d’un premier succès

Bonne performance des Vénissians du

désormais la 8e place.

à Mondeville.

en championnat (un match nul et une dé-

Le même jour, “Run in Lyon” a attiré

faite).

e

CLAM-V qui ont obtenu, le 7 octobre, leur

Football

28 493 fanas du bitume malgré la pluie.

Le même soir, l’équipe féminine Bron/

face à l’AL Antonin-Perrin (74-70).

Le 6 octobre, le choc au sommet a tourné

Il a plutôt bien réussi aux athlètes de l’AFA

Vénissieux/Villeurbanne/Lyon Métropole

De quoi se caler en milieu de tableau

à l’avantage de Valence Olympique (2-0),

Feyzin/Vénissieux, notamment à Laurent

a défait La Motte-Servolex, dans sa salle

après deux revers devant Sainte-Blandine

favori de Régionale 2, qui s’est montré plus

Leroi qui a bouclé son marathon en 2 h 44,

(25-21), assurant sa place de dauphine

et Fontaines-sur-Saône.

réaliste que les Vénissians.

s’adjugeant la 11 place.

du Val de Leysse.

premier succès de la saison à Villeurbanne,

e


22

AU QUOTIDIEN

Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654 / EXPRESSIONS

3E Ă‚GE

Souvenirs, souvenirs...

EXPRESS

PHOTO A.S.

ConfĂŠrence des Colibris solidaires

PLACE ENNEMOND-ROMAND

MENUS DU 11 AU 19 OCTOBRE

Brocante du Secours populaire LeSecourspopulaireorganise unebrocantedelasolidaritÊ samedi13 octobrede8 h 30 à 17 h 30dansseslocaux 99,boulevardIrène-Joliot-Curie. TÊl. :04 78 76 23 31.

Ce8 octobre,pourla3e annĂŠeconsĂŠcutive,l’EhpadLaSolidageaprĂŠsentĂŠles“boĂŽtesĂ souvenirsâ€?detroisdesesrĂŠsidentes.Pendantplusieursmois,MarieFernandez(94ans),GeorgetteLaramas(85ans,notrephoto)etYvonneBoulanger(92ans)ontremontĂŠlefildu temps,retrouvĂŠdessouvenirsqu’ellesontmisparĂŠcritmaisaussiplacĂŠsdansunejolie boĂŽtequ’ellesontmontrĂŠeĂ leursfamillesetauxvisiteurs.RetrouvezleurstĂŠmoignages ĂŠmouvantsetleurs“boĂŽtesĂ souvenirsâ€?surexpressions-venissieux.fr

MENUS DES RESTAURANTS SCOLAIRES

“Lacrised’adolescencec’est quoi ?â€?TelestlesujetdelaprochaineconfĂŠrenceorganisĂŠe parl’associationLescolibrissolidaireslevendredi19octobrede 20heuresĂ 22heuressallePaulLangevin,13,avenueMarcel-Paul. ConfĂŠrenceettempsd’Êchange animĂŠsparSamiaDali,psychologueclinicienne.RĂŠservationpar SMSuniquementau06 66 09 97 80. Lesadosserontlesbienvenus.

Cours d’alphabÊtisation L’associationOyengaSimy-FloorganiseunejournÊed’inscriptions poursescoursd’alphabÊtisation mardi23 octobrede9à 11 heures etde14à16 heuresàIfÊtilaCafÊ (16,rueJules-Ferry).

Semaine du goÝt Jeudi 11 Un goÝt des AmÊriques : tortillachipsetguacamole ;pilondepouletÊpicÊ, brochettedemaïs ;cream cheese ;cookieauxpÊpites dechocolat ;*pain. Vendredi 12 Les plaisirs de l’Asie : saladeasiatique(carottes,soja,petitspois) ;nemsauxcrevettes,wokSiam(châtaigned’eau,lotus,Êpinard, brocoli,champignon,poivron) ;litchisausirop ; *pain. Lundi 15 menu bio : *saladeverte,vinaigrettemaison ;*boulettesdebœufsaucetomate,*spaghetti (+ fromagerâpÊ) ;*fromageblancnature ;*fruit desaison ;*pain. Mardi 16 : pizzatomatemozzarella ;filetdemerlu anethcitron,beignetsdesalsifis ;crèmedessert caramel ;*pain. Jeudi 18 Saveurs d’automne : saladeverte,tomme debrebis,noix ;rôtideporcsaucechasseurou steakhachÊdebœufsaucechasseur,gratindepotiron ;galetteausucre ;*pain. Vendredi 19 : *saladecoleslaw(carotte,chourâpÊ) ; filetdelieucolinà l’espagnole,*rizbasmati ;yaourt auxfruits ;*pain.

(*) PRODUITS BIO. LA RÉGIE DE RESTAURATION PEUT ÊTRE AMENÉE À MODIFIER LES MENUS. CES MENUS SONT CONSULTABLES SUR LE SITE WWW.VENISSIEUX.FR

Tout savoir sur Jules-Ferry

Vide-greniers solidaire le 13 octobre LebailleurLyonMÊtropoleHabitat(LMH)etlaVilledeVÊnissieuxs’associentpourunepremière :unvide-grenierssolidaire,lesamedi13octobre,de7 heuresà 17 heures,surlaplace Ennemond-Romand.LeslocatairesdeLMH,etau-delàtousleshabitantsquilesouhaitent, sontinvitÊsàvenirvendreleursobjetsinutilisÊs. MaiscettemanifestationseveutÊgalementunÊvÊnementconvivialetcitoyenpuisqu’elle prÊvoit,outreunebuvetteetunetombola,plusieursstandsanimÊsparlespartenairesde LMH.L’associationJanusFranceproposeraconseils,Êchangesetaidetechniqueautourde lapratiqueduvÊlo.LasociÊtÊVitaEnvironnementinformerasurlesquestionsdepropretÊ liÊesaulogement(encombrants,etc.).Enfin,l’EspaceCrÊateurdeSolidaritÊviendraavec sabricothèqueitinÊrantepourdispensertrucsetastucesdebricolage,derÊparationetde transformationd’objets. LesorganisateursreverserontlesbÊnÊficesissusdelarÊservationdesemplacementsà uneassociationlocale.

EMPLACEMENT UNIQUE DE TROIS MĂˆTRES LINÉAIRES POUR CINQ EUROS. LA RÉSERVATION D’UN EMPLACEMENT EST POSSIBLE JUSQU’AU JOUR DU VIDE-GRENIERS. IL SUFFIT POUR CELA D’ENVOYER UN MESSAGE AVEC SES COORDONNÉES COMPLĂˆTES Ă€ : BROC2018@LMHABITAT.FR. RĂŠdaction : 1, rue Gambetta 69 200 VĂŠnissieux. TĂŠlĂŠphone : 04 72 51 18 12. Mail : redaction@expressions-venissieux.fr Site du journal : www.expressions-venissieux.fr ParaĂŽt un mercredi sur deux sur papier recyclĂŠ.

Directrice de publication : Christiane Brundu. RĂŠdacteur en chef : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12. RĂŠdacteur en chef adjoint : François Toulat-Brisson ✆ 04 72 51 76 65. SecrĂŠtaire de rĂŠdaction : Perrine Plateau. Journalistes : Michèle Feuillet ✆ 04 72 51 76 63. Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 18 12. Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84. Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62. Photographe : RaphaĂŤl Bert. Assistante de direction : Ghislaine DĂŠlĂŠaz. ChargĂŠ de publicitĂŠ : Boris Miachon ✆ 04 72 90 95 98 Éditeur : RĂŠgie autonome personnalisĂŠe du journal Expressions. Fabrication : IPS - 01 600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96. Distribution : Codice - 69 200 VĂŠnissieux ✆ 04 72 33 04 30. Abonnement : 42 euros par an. Prix au numĂŠro : 1 euro. Tirage 32 500 exemplaires. issn : 1151-0935

Danslecadredel’activitĂŠ “ConnaĂŽtrel’histoireĂ traversles ruesdemavilleâ€?,organisĂŠepar l’associationOyengaSimy-Flo, rendez-vousvendredi26 octobre de14 heuresĂ 16 heuresĂ IfĂŠtila CafĂŠ(16,rueJules-Ferry)pourtout savoirsurJulesFerry.

Repas dansant L’associationdesanciensÊlèves del’ÊcolePasteurorganise unrepasdansantdimanche 18 novembrede12 heures à 18 h 30,salleJoliot-Curie(68,bd Joliot-Curie).Aumenu,terrine deSaint-Jacques,rôtideveau, nougatglacÊ,etc. PrixadhÊrent :26 euros,enfantde12ans :15 euros,non-adhÊrent :32 euros.Renseignements etrÊservations :06 64 87 82 11 ouaaeepv@hotmail.fr.

Loto de Marine et l’espoir L'associationMarineetl’espoir organiseunlotodimanche 28 octobreà l’espaceJean-Poperen(135,ruedelaRÊpublique àMeyzieu)àpartirde13 h 30. Renseignements :06 70 60 18 79.

PRATIQUE NumÊros rapides d’urgence Samu :15 Policesecours :17 Pompiers :18 Violencesconjugales,victimeoutÊmoin :3919

Urgences mÊdicales MAISON MÉDICALE DE GARDE 17,placedelaPaix 04 72 50 04 05-appelprÊalableau04 72 33 00 33 Ouvertetouslessoirsde20 heuresà minuit ; lessamedisdemidiàminuit ; lesdimanchesetjoursfÊriÊsde10 heuresàminuit. CENTRE HOSPITALIER MUTUALISTE LES PORTES DU SUD 2,av.du11-novembre-1918 04 72 89 80 00 SOS MÉDECINS 04 78 83 51 51 CENTRE ANTIPOISON 04 72 11 69 11 PHARMACIES DE GARDE 3237RÊsogardes(0,34 ₏/minute) PHARMACIE OUVERTE LA NUIT PharmaciedesPortesduSud :49,boulevardLÊnine 04 72 89 40 62

FERMETURES / STORES FREZET SAS SpĂŠcialiste volets roulants et

PIĂˆCES DÉTACHÉES 154, rue Bataille 69008 LYON TĂŠl. : 04 78 74 70 71 - Fax 04 78 01 08 02

76, rue Louis Pradel

69960 CORBAS


HISTOIRE

EXPRESSIONS / Mercredi 10 octobre 2018 - n° 654

23

transformé en musée d’histoire de

la ville de Lyon, et achètent des

domaines à tour de bras. Ainsi, le

propre père de Claude, Thomas de Gadagne, détient le château de

Beauregard, à Saint-Genis-Laval, dans lequel il accueille en 1564 le

roi de France Charles IX et sa mère, la reine Catherine de Médicis. Né en 1573 et mort en 1631, Claude de

Gadagne, quant à lui, devient seigneur d’Oullins, seigneur de Charly et sire de Beauregard. Il épouse en

1604 Eléonore de Coligny, elle aussi issue d’une puissante famille

puisque l’un de ses membres, Gaspard de Coligny, était amiral des flottes de France et l’un des princi-

paux chefs des protestants du royaume. Comme son illustre PHOTO WIKIMÉDIA

parent par alliance, Claude de Gadagne choisit de faire carrière

A

dans les armes et devient capitaine

de cavalerie. En 1631, on le voit ainsi combattre contre le maréchal

La remontée de bateaux sur le Rhône par Alexandre Dubuisson, 1843. vant que les barrages ne le rendent

bien

sage,

le

Rhône jouait les facétieux.

Il coulait à sa guise, changeant de

rive comme de chemise. Ses sautes d’humeur faisaient parfois des

heureux. Ainsi les Vénissians, dont le territoire s’étendait autrefois

jusqu’aux eaux du fleuve, reçurent de lui un cadeau inespéré : toute une île ! On appelait cette île “le brotteau de Boissonnay”. Elle s’étendait sur 32 hectares et était

de Montmorency, qui tente de dres-

La guerre contre Gadagne

avait été défriché en son centre

Il y a 400 ans, les habitants de Vénissieux affrontent l’un des plus puissants aristocrates de la région lyonnaise. Récit d’un jeu du chat et de la souris.

ries. Loin d’un espace relégué, l’île

de Boissonnay faisait partie des

PAR : ALAIN BELMONT

et de Pierre-Bénite. Les habitants

lors d’une crue plus importante

taires et s’y rendaient tous les

son cours, et au lieu de passer à

couverte d’un bois assez dense, qui pour laisser place à de belles prai-

communaux de Saint-Genis-Laval de ces villages en étaient proprié-

jours, soit pour mener paître leur bétail, soit pour couper du bois.

Il faut imaginer des expéditions punitives menées de part et d’autre, des confiscations de bétail, des bagarres entre bergers, voire des émeutes pouvant impliquer des centaines de personnes. Ils utilisaient pour cela de larges barques plates, avec lesquelles ils

traversaient le petit bras du Rhône

de faict” effectués par les “manans

qu’en 1634, un nouvel acteur fait

l’époque ont une pudeur de demoi-

là, les habitants de Saint-Genis-

l’est de l’île de Boissonnay, se mit à

selle. Derrière ces “troubles et voies

couler dans l’ancien petit bras, entre l’île et Saint-Genis-Laval. Le Saint-Genois

se

retrouva alors “au milieu de la riviere du Rosne”. Il n’en fallait pas

plus pour exciter la convoitise des

Vénissians. Eux aussi possédaient

des îles, en rive gauche du fleuve.

Ni une ni deux, ils décrétèrent que celle de Boissonnay leur apparte-

nait désormais. Et, aussitôt, ils

menèrent leurs troupeaux brouter l’herbe de leur nouvelle conquête.

On imagine la réaction des habi-

séparant l’île de la rive droite du

tants de Pierre-Bénite et de Saint-

XVIe siècle ou au début du XVIIe,

debout contre les “trouble et voyes

fleuve. Sauf que… À la fin du

même le maréchal, qui lui brise le

bras gauche d’un coup de pistolet. Il ne se laisse pas aller pour autant, et décharge son arme sur la tête de Montmorency. Le félon est vaincu,

et sera décapité un an plus tard sur une place de Toulouse.

C’est donc face à ce gaillard que les Vénissians se retrouvent en 1634.

Et Gadagne les balaye comme un

fétu de paille. En mars 1635, il porte l’affaire de l’île de Boisson-

nay devant le roi Louis XIII, lequel

s’empresse de lui donner raison.

Fin de la partie ? Pas du tout. Les n’était, et continuent de mener

de

des

Richelieu. Gadagne affronte lui-

Vénissians font comme si de rien

que d’habitude, le Rhône changea

brotteau

ser la France contre le cardinal

Genis-Laval. Ils se dressèrent vent

Vénissieu”.

Les

textes

de

de fait”, il faut imaginer des expé-

ditions punitives menées de part

et d’autre, des confiscations de bétail, des bagarres entre bergers,

voire des émeutes pouvant impliquer des centaines de personnes.

Une lutte à la mesure des enjeux

que représentaient les brotteaux

dans l’économie villageoise : de précieuses sources d’élevage pour

irruption sur la scène. Cette annéeLaval, pour “faire leur condition

meilleure, payer et pacifier les debtes de leur communaulté”, ven-

dent l’île de Boissonnay à “hault et

puissant seigneur messire Claude

de Gadaigne”. Panique à Vénissieux, car Claude de Gadagne n’est

pas le premier venu. Il est issu d’une famille de banquiers origi-

naire de Florence et installée à Lyon au cours du XVe siècle. En un

des populations pauvres, et un

rien de temps, les Gadagne se tail-

qui avaient la chance de posséder

leur nom devient synonyme de for-

moyen d’enrichissement pour ceux de grands troupeaux.

La lutte entre les Vénissians et les

Saint-Genois aurait pu continuer

ainsi pendant des décennies. Sauf

lent une telle place au soleil que tune : “riche comme Gadagne”, dit-

on alors. Ils se font construire dans

le quartier de Saint-Jean un magni-

fique hôtel particulier, aujourd’hui

leurs vaches et leurs moutons de

l’autre côté du Rhône. En septembre 1636, Gadagne et son épouse

sollicitent à nouveau Louis XIII, pour “les liberer des troubles qui leur sont faict par les habitants de Vénissieu en Dauphiné en la jouys-

sance du brotteau de Buissonnay”.

Encore un coup d’épée dans l’eau.

Ces diables de Vénissians continuent

leur

guerre

d’usure.

Gadagne n’en vient à bout qu’en 1638, en obtenant du roi le droit de créer un tribunal spécial pour l’île au cœur du conflit, “et y avoir

prisons”. Avec le maréchal de

Montmorency, les choses étaient allées plus vite : une demi-heure de

combat avait suffi. Mais il n’était pas Vénissian ! g

SOURCES : ARCHIVES

DU RHÔNE,

44 J 343.


Expressions 654  

Au sommaire de ce numéro 654 : le retour à la semaine des quatre jours, les Grandes Terres, le sport de haut niveau vénissian, le bilan de m...

Expressions 654  

Au sommaire de ce numéro 654 : le retour à la semaine des quatre jours, les Grandes Terres, le sport de haut niveau vénissian, le bilan de m...

Advertisement