Page 1

PARCOURSUP

PAGE 7

Navya décolle

PHOTO RAPHAËL BERT

Outil de sélection sociale ?

Les élèves des lycées de quartiers populaires semblent plus touchés par les refus de Parcoursup. Pour Samuel Delor, prof au LP Marc-Seguin et cosecrétaire de la CGT Éduc’Action 69, “on enferme les jeunes dans le déterminisme, on bloque les possibles”.

CULTURE

ENTREPRISES

Le spécialiste français des véhicules autonomes, dont la base industrielle est située à Vénissieux, vient de produire sa 100e navette. 90 personnes travaillent dans les ateliers de la rue André-Sentuc. Navya prépare maintenant son introduction en bourse et ambitionne de produire jusqu’à 1 000 véhicules par an. PAGE 3

Alma, un festival qui a de l’âme P.15

SPORT

Le grand retour des caisses à savon P. 20

N° 649 du 13 au 26 juin 2018

www.expressions-venissieux.fr

Grand Parilly s’éveille

PHOTO RAPHAËL BERT

Encore une grosse année avant que Grand Parilly ne soit accessible au public avec l’ouverture des magasins Ikea et Leroy Merlin. Le 31 mai dernier, tous les acteurs de l’opération étaient réunis autour du président de la Métropole et du maire de Vénissieux pour présenter ce “nouveau morceau de ville”. DOSSIER PAGES 11 À 13


ACTUS

2

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

SOCIAL

MUNICIPAUX

Enedis sous tension

Une semaine de conflit

D

Le site d’Enedis (ex-ERDF) à Vénissieux est bloqué depuis début juin par une grève très suivie. Les agents mobilisés demandent une négociation sur les salaires et les conditions de travail. epuis le 7 juin, environ 80 agents d’Enedis se

relaient sur le piquet de

PHOTO RAPHAËL BERT

grève qui bloque le site de Vénis-

sieux, des deux côtés de la rue Ger-

maine-Tillion, à l’appel de la CGT.

L’implantation vénissianne de l’exERDF compte 110 salariés. Impor-

tante base logistique, la plupart des

Du 31 mai au 7 juin, à l’appel du syn-

contractualisation entre l’État et les

de là, et c’est aussi le siège de la

municipaux de Vénissieux a débrayé

la hausse de leurs dépenses de fonc-

PHOTO RAPHAËL BERT

interventions sur le réseau partent direction de l’opérateur pour les six départements du “Sillon rhôdanien”.

Le 8 puis le 11 juin, les grévistes vénissians ont été rejoints par des

L’implantation vénissianne de l’ex-ERDF compte 110 salariés.

collègues de l’Isère et de la Drôme

sente beaucoup de points communs

agents ou de les pousser à la faute.

blissement GRDF de Saint-Fons, sur

cheminots grévistes du centre de

une démission par mois et il n’y a

ainsi que par les salariés de l’éta-

la base des mêmes revendications:

“défense du service public, de l’emploi et des salaires”. Une réunion avec

la direction d’Enedis, le 11 juin, n’a pas abouti à l’ouverture de négociations.

Défense du statut, refus de la soustraitance des activités, revendica-

tions sur les salaires et les conditions de travail: le conflit pré-

avec celui de la SNCF. D’ailleurs, les

maintenance de Vénissieux ont fait manif commune avec les électri-

ciens et gaziers, le 12 juin: à Vénis-

sieux le matin, à Lyon l’après-midi. Maud Millier, secrétaire générale

du syndicat CGT lyonnais de l’Énergie, explique que l’opérateur

compte supprimer 2 000 emplois

jusqu’en 2019. “L’un des moyens

d’y parvenir est de dégoûter les

Et ça marche : on compte au moins jamais eu autant de conseils de dis-

cipline, convoqués à la moindre occasion”. g

F.T-B. “On aime tous notre métier mais notre propre direction nous le fait détester !” Sur www.expressions-venissieux.fr, le témoignage d’Éric, qui raconte son quotidien.

dicat CGT, une partie des agents

deux heures quotidiennement à la mi-journée. L’action se tenait dans un contexte de négociations sur les progressions de carrières. La collec-

tivité défendait un protocole où 30 % des 1380 agents titulaires seraient

concernés par une avancée en grade

au cours des trois prochaines

années. Une proportion jugée trop faible par le syndicat. “Nous deman-

dons que l’ensemble des agents soient

susceptibles d’avoir une promotion,

donc une augmentation de salaire, toutes

explique Christèle Alcaraz, cosecrétaire générale du syndicat.

“Cette revendication est malheureu-

sement impossible à satisfaire dans

le contexte des contraintes qui nous Gautin, adjoint au maire délégué aux

Arrêtés anti-expulsions : audience le 25 juin Le maire de Vénissieux défendra ses

pures d’énergie, devant le tribunal

administratif de Lyon le 25 juin à

11 heures. Michèle Picard appelle à

un rassemblement de soutien le même jour à 10h30, devant le tri-

bunal (184, rue Duguesclin, Lyon 3e).

ARCHIVES RAPHAËL BERT

Le Réseau d’alerte et de solidarité

des Vénissians invite également ses

sympathisants et la population à

participer à cette action. Le 30 mars

2017, fin de la trêve hivernale, le

maire avait pris quatre arrêtés interdisant sur la commune les expulsions locatives sans proposi-

Michèle Picard appelle à un rassemblement de soutien le 25 juin à 10 h 30, devant le tribunal administratif de Lyon

tion de relogement, les saisies mobi-

saisi le tribunal administratif pour

arrêtés a été validé. Il concerne l’in-

d’électricité et de gaz. Le préfet du

au regard de la loi actuelle. Une nou-

de non-paiement des factures des

coupures

d’eau,

Rhône a, comme chaque année,

faire annuler ces arrêtés, illégaux

veauté, cependant: l’un des quatre

terdiction des coupures d’eau en cas résidences principales. g

Création : Chrysalis la marque - Crédit photos : Fotolia.com - Babychou Développement - RCS : 493 318 802

arrêtés anti-expulsions et anti-cou-

les

confondues”,

sont imposées”, estime Jean-Maurice

LOGEMENT

lières,

catégories

ressources

humaines.

La

grandes collectivités limite désormais tionnement à 1,2 % par an, sous peine de lourdes pénalités finan-

cières. Le personnel représentant

67 % du budget de fonctionnement de la Ville, la maîtrise de sa masse salariale est forcément un levier important

de

maîtrise

des

dépenses... “Ce ratio de 30 % par an rend

possible

une

progression

annuelle pendant les trois années du

protocole, explique l'adjoint. Aller au-delà aurait bloqué tous les avancements pendant deux ans.” Par ail-

leurs, la Ville s’est engagée à nommer sur poste tous les agents réussissant un concours de la fonc-

tion publique territoriale. Malgré le

vote négatif de la CGT, le protocole a été adopté lors du comité technique

(instance paritaire consultative) du 7 juin et s’appliquera donc jusqu’au 31 décembre 2021. g

AUX CÔTÉS DE VOS ENFANTS DEPUIS 20 ANS ...

Ana, baby cho de Jade,18 u-sitter mois

Une autre idée de la garde à la maison www.babychou.com

Babychou Services Lyon Sud Est : 09 83 77 76 15


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

3

INDUSTRIE

Navya, 100 navettes et sans complexe C

réée en 2014 par Christophe

Sapet, Navya a été la première

tomne avec 15 prototypes, répartis entre Lyon, Perth en Australie et Las Vegas. Là aussi, il s’agira d’une pre-

mière mondiale: le premier taxi sans conducteur lancé dans le trafic

urbain, dont la course suivra le trajet choisi par le client via une appli sur smartphone. À Lyon, dans un pre-

mier temps, ces taxis du futur relieront

Perrache

au

quartier

Confluence, insérés dans la circula-

tion et communiquant avec les feux tricolores!

ÉCRIRE L’HISTOIRE DE L’AUTOMOBILE

société au monde à mettre en

Navya a fêté son quatrième anniver-

100 % autonomes, sans conducteur

spécialisée sur son site de production

service et à vendre des véhicules

à bord ou à distance. L’entreprise conçoit et fabrique elle-même une

gamme de deux véhicules. Premièrenée, la navette Autonom Shuttle, lan-

cée en septembre 2015. Au 31 mars

dernier, Navya en avait vendu 67

dans seize pays, notamment aux

États-Unis, en France (à Lyon, ce sont les Navly qui circulent à Confluence),

en Allemagne, en Suisse, au Japon et en Australie, et le carnet de commandes se remplit chaque mois.

Le second véhicule est le spectacu-

laire “robot-taxi” Autonom Cab, pré-

senté en novembre 2017 à Paris. Les premiers essais routiers en condi-

tions réelles vont démarrer à l’au-

saire, le 5 juin, en invitant la presse

PHOTO RAPHAËL BERT

Pour son quatrième anniversaire, Navya a présenté sa 100e navette, sortie le 5 juin de son usine de Vénissieux. Le pionnier mondial du véhicule 100 % autonome entend se donner les moyens de ses ambitions.

à Vénissieux. L’occasion de découvrir

la 100e Autonom Shuttle produite, et ses petites sœurs en cours d’assem-

La centième Autonom Shuttle, symbole d’une réussite technologique lyonnaise.

avait quitté en juillet 2017 des locaux

l’histoire de l’automobile, avec Berliet

et nous permet d’anticiper les suivants,

S’appuyant sur l’évolution des men-

pour le parc d’activités de l’Arsenal,

tophe Sapet lors de la conférence de

teur des opérations industrielles,

connectivité du mobilier urbain,

blage! Née à Brignais, l’entreprise

devenus trop exigus, succès oblige, plus modulable et mieux desservi. Le siège social est resté à Villeurbanne et ses équipes de recherche et déve-

loppement à Paris, mais c’est rue

André-Sentuc que se trouvent les 90 salariés des équipes de design et de

puis Renault Trucks, confiait Chrispresse, un territoire qui accueille d’au-

tres pionniers de l’industrie de l’avenir, tel que Boostheat.”

tons actuellement trois véhicules par semaine, mais nous passerons à un par jour d’ici la fin de l’année, puis à

400 par an fin 2019!” L’extension du

site de Vénissieux est déjà envisagée

bâtiment de 4000 m2 a permis à

production à court terme sera rendue

L’installation à Vénissieux dans un

volonté d’être au cœur d’un territoire

Navya de changer d’échelle. “Venir à

où s’est écrit et continue de s’écrire

passé par Iveco à Annonay. Nous sor-

400 VÉHICULES PAR AN EN 2019

production (dont une dizaine de

Vénissians). “Nous avions aussi la

explique Liyès Haddad, le jeune direc-

Vénissieux nous a fait franchir un cap,

mais, pour l’heure, la hausse de la possible par la création d’une

talités, de la réglementation et de la Christophe Sapet veut maintenir

l’avance actuelle de Navya dans le secteur, et consolider ses 40 % de parts de marché. Avec un parc mondial estimé à 34000 navettes et 2 mil-

lions de robot-taxis en 2025, les

perspectives de développement sont immenses. g

deuxième équipe de 25 monteurs.

FRANÇOIS TOULAT-BRISSON

COUPS DE CŒUR DE L’ÉCO

Treize acteurs économiques à l’honneur La concession Nissan du groupe Bernard, dirigée par Jean-Charles Osmandjian, accueillait le 7 juin

dernier la cérémonie des Coups de cœur de l’éco. Créés par le journal Vox Auvergne-Rhône-Alpes, ces

prix sont décernés chaque année dans un nombre

croissant de communes : Lyon, Villeurbanne, Vienne, Vénissieux... Ils récompensent des entreprises qui

Liyès Haddad a reçu pour Navya le Coup de cœur de l’économie de l’innovation des mains de Philippe Volay, président de l’entreprise Centralp.

société Navya (lire ci-dessus), la boulangerie Janna de Vénissy, ou encore l’entreprise d’insertion AIJE. Sans oublier le journal Expressions qui a reçu le

coup de cœur de la solidarité des mains de Romain Migliorini, président de la mutuelle MTRL. g

se sont illustrées dans divers domaines : développe-

Les lauréats

proximité… Treize acteurs économiques vénissians

Metamiante, Journal Expressions, AIJE, Hôtels B & B,

ment durable, export, innovation, commerce de

CVM, MV automobiles, France Fast Food Distribution,

ont ainsi été mis à l’honneur, parmi lesquels la

Boostheat, Boulangerie Janna, Navya, SARL Gaillard, CL Services, Allo VTC.


ACTUS

4

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

MISSION LOCALE POUR L’EMPLOI DES JEUNES

En première ligne n 2017, 844 jeunes ont

E

d’accompagnement qu’ailleurs.”

locale pour la première fois,

manence à un public dont les

dentes, le chiffre est en fait relative-

permis de conduire. Près d’un jeune

Les jeunes Vénissians paient toujours un lourd tribut à la crise. C’est le constat qui ressort de l’assemblée générale de la Mission locale, qui s’est tenue le 7 juin à la Maison des fêtes et des familles.

soit une baisse de 6,43 % par rapport

à 2016. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Par rapport aux années précé-

ment stable : 913 en 2012, 881 en 2015, 902 en 2016… Et le nombre d’inscrits s’élève tout de même à

2791 pour 2017. Avec, parmi eux, un nombre croissant de titulaires

d’un diplôme de niveau 4 (*). “Sauf pour les gens très diplômés, le niveau scolaire ne garantit plus l’insertion”, constate Martial Guiguet, le directeur.

“Près de 58 % des nouveaux inscrits

sont venus spontanément, préciset-il. Ils expriment d’abord une pre-

mière demande, que les conseillers

décortiquent en fonction de leurs parcours. Généralement, ces pre-

mières demandes tournent autour de l’emploi. Mais en tirant les fils, d’autres problématiques apparais-

sent : le niveau de qualification, la représentation qu’ils se font du

métier choisi, la connaissance des codes de l’entreprise, la santé, le loge-

ment…” Les parcours au sein de la structure sont donc plutôt longs : 28 mois en moyenne, un chiffre stable d’une année sur l’autre.

UNE PRÉCARITÉ ÉLEVÉE

“Souvent, les jeunes vont devoir, une

fois leur projet défini, apprendre à chercher des offres et à les lire, à réa-

liser un CV, à faire acte de candida-

ture ou à maîtriser l’entretien, ajoute

Martial Guiguet. On va donc les aider à se construire en tant que jeunes

cherchant à s’insérer.” Et d’évoquer

ateliers d’orientation, de recherche

d’emploi, centre de documentation, sessions de recrutement, modules

de préparation à certains tests. “La force des Missions locales, c’est l’ac-

compagnement individualisé. Insérer dans l’emploi par l’emploi, ce n’est pas suffisant. Il faut des étapes sup-

plémentaires. C’est pour cela que nos jeunes demandent plus de temps

La structure doit s’adapter en per-

indices de précarité restent élevés. 76 % des nouveaux inscrits sont

sans ressource, et 74 % n’ont pas le

sur trois est repéré à l’inscription comme vivant dans un logement

précaire. Et que dire de l’accès à la

santé, lorsque l’on ne bénéficie ni de la Sécurité sociale, ni d’une

mutuelle scolaire ou étudiante, et encore moins de la médecine du travail…

En 2017, 800 jeunes se sont toutefois

retrouvés en situation d’emploi — dont 141 en CDI — grâce à la Mission locale. Ce sont les meilleurs chiffres depuis 2010.

PHOTO RAPHAËL BERT

poussé la porte de la Mission

g

ALAIN SEVEYRAT (*) DIPLÔMES DE NIVEAU 4, DE NIVEAU BAC TECHNOLOGIQUE, PROFESSIONNEL OU GÉNÉRALISTE.

3 QUESTIONS À

Apprendre à chercher et lire des offres, réaliser un CV et une lettre de motivation, maîtriser l’entretien d’embauche, la Mission locale aide les jeunes “à se construire en tant que jeunes cherchant à s’insérer” précise son directeur.

Idir Boumertit adjoint au maire en charge de l’insertion

“L’insertion des jeunes et des femmes est la préoccupation n° 1” Le bilan de la Mission locale montre que le

changé localement?

forte avec des moyens municipaux significatifs,

qui seront apportées à partir de 2019 à la politique

enjeux restent conséquents. Nous avons ainsi une

nombre de jeunes suivis reste très élevé. Est-

Il est encore trop tôt pour juger des évolutions

Évidemment, mais cela ne me surprend pas. Cer-

d’insertion dans le contexte métropolitain. Ce que

ce que cela vous inquiète?

tains prétendent que la situation économique s’améliore mais sur le terrain, la réalité reste dif-

ficile. La Mission locale réalise une action remar-

quable dans une société qui ne fait pas assez

confiance aux jeunes. Du côté de la Ville, nous faisons des arbitrages financiers favorables à l’in-

sertion et à la formation des jeunes, ce qui amène à réduire malheureusement notre soutien à d’au-

tres actions dans un contexte où la baisse des

moyens n’épargne pas nos budgets. Concernant la Mission locale, notre soutien va être rendu visi-

je peux dire, c’est qu’avec Michèle Picard nous portons la revendication d’un maintien du comité local de pilotage de l’insertion. Nous nous battons

également pour que les actions ne concernent pas que les allocataires du RSA, mais l’ensemble

des publics. Nous nous battons pour le maintien des budgets et d’un niveau opérationnel fort. À

Vénissieux, on a le devoir de faire le maximum pour accompagner les personnes éloignées de l’emploi.

ble par sa réinstallation d’ici à 2020 au sein de la

L’action publique en matière d’insertion n’est

bien meilleures conditions d’accueil et de travail.

L’enjeu n’est pas tant la lisibilité que les résultats.

Maison des services publics de Vénissy, avec de La Métropole est désormais responsable de

la politique d’insertion. Qu’est-ce que cela a

pas toujours très lisible…

Il est vrai que cette politique partenariale est com-

plexe. Mais ce qui me semble essentiel, c’est de

dire qu’à Vénissieux, où nous avons une action

ainsi que des fonds européens via le PLIE, les

population de demandeurs d’emploi qui, pour

50 %, n’a aucun niveau de formation, aucun diplôme, et des jeunes qui cumulent difficultés

scolaires et obstacles divers pour entrer dans le monde du travail. La tâche est vraiment exi-

geante. Et face à cette réalité, je déplore que la Région qui a la compétence formation, réduise

son action de manière drastique pour ce territoire où le besoin est criant. Je veux enfin faire part de

ma préoccupation et celle de nombreux acteurs

de la filière insertion pour les publics féminins, dont on ne parle pas suffisamment. Il faut savoir

qu’à Vénissieux, le taux d’emploi des femmes de

15 à 64 ans est de 35 % quand il est de 60 % à l’échelle de la métropole de Lyon. L’insertion des jeunes et des femmes est la préoccupation n° 1!

PROPOS RECUEILLIS PAR GILLES LULLA


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

RAMADAN

ENTREPRENEURIAT

Iftar républicain

La CJS reprend du service

5

Pour la 3e année consécutive, une quinzaine de jeunes de 16 à 18 ans va s’essayer durant l’été à la gestion d’une entreprise collaborative. Pas de salaire mirobolant, mais une expérience passionnante et utile.

C

réer une offre de services, définir une clientèle, élabo-

rer une stratégie marketing.

Puis prospecter, établir des devis, Pour la 2e année consécutive, la

éminemment républicain, célébrant

— l’une des deux grandes mosquées

tigeant “ceux qui véhiculent des idées

mosquée Al Forqane de Vénissieux de la ville avec la mosquée Eyüp Sul-

tan de Parilly — a organisé le 1er juin

un repas de rupture du jeûne (iftar)

ouvert aux personnalités locales et

de l’agglomération. Autour d’une table bien garnie avaient pris place

des responsables d’autres lieux de culte musulman, des représentants

les vertus d’un “islam sincère”, fusde haine”, louant “les valeurs univer-

selles de liberté, d’égalité et de fra-

ternité”, célébrant avec emphase “cette laïcité qui nous relie”, et rap-

pelant que “la mosquée Al Forqane a rompu avec son passé”.

Michèle Picard a naturellement apprécié : “La laïcité est effective-

des cultes chrétiens, ainsi que plu-

ment un principe qui n’interdit pas

maire, Michèle Picard, accompa-

comme non-croyants.” Le maire a

sieurs élus. À commencer par le gnée de sa première adjointe, Yolande Peytavin.

En qualité d’hôte du soir, Mourad Merabet, président de l’association Es’Salem, a prononcé un discours

mais nous protège tous, croyants également remercié les responsa-

bles d’Al Forqane pour “ce moment qui concrétise dans la convivialité le travail partenarial mené tout au long de l’année”. g

produire et finalement facturer. Voilà ce qui attend cet été la quin-

zaine de jeunes qui aura intégré la Coopérative jeunesse de services

de Vénissieux (CJS), une entreprise

éphémère dont l’activité se limitera à l’été. Objectif? Offrir aux partici-

pants, âgés de 16 à 18 ans, une pre-

mière expérience du monde de l’entreprise et de la vie active.

“En abordant de manière concrète

tous les aspects de la vie d’une

entreprise, les participants déve-

L’occasion pour les participants de vivre une première expérience du monde de l’entreprise et de la vie active.

se sentiront utiles, en s’investissant

pour initier les jeunes au fonc-

lisé les meilleurs chiffres de

Nathalie Nicolas, agent de déve-

coopérative de travail, à son

Les services offerts par les jeunes

lopperont leur confiance en eux. Ils dans un projet collectif”, assure loppement territorial au Grand projet de Ville. Qui précise que les

recrues seront encadrées par

deux animateurs spécialisés dans l’économie. “On ne leur fournira

pas le travail sur un plateau. Ils devront prendre des initiatives, faire preuve d’autonomie et de

CONSEILS DE QUARTIER Visite de quartier jeudi 14 juin, rendez-vous à 18 h 30 place Grandclément (côté av. Charles-de-Gaulle). Président : Jean-Louis Piedecausa ●

Gabriel-Péri

Permanence mardi 19 juin à 17 h 45, au restaurant scolaire Gabriel-Péri (1, rue Prosper-Alfaric). Président : Gilles Roustan ● Georges-Lévy/Ernest-

Renan/Moulin-à-Vent

Permanence mardi 19 juin à 18 heures, salle du 44, rue Ernest-Renan. Président : Hamdiatou Ndiaye ● Centre

Visite de quartier mardi 19 juin à 18 heures, rendez-vous place Léon-Sublet. Présidente : Amina Ahamada Madi ● Anatole-France/

Paul-Langevin

Visite de quartier mardi 19 juin à 18 heures, rendez-vous

au 14, av. Maurice-Thorez. Présidente : Marie-Christine Burricand ●

Pasteur/Monery

Permanence mercredi 20 juin à 17 h 30, salle d’activités du groupe scolaire Pasteur (6, route de Corbas). Présidente : Sophia Brikh ● Léo-Lagrange/Louis-Pergaud

Permanence mercredi 20 juin à 18 heures au foyer Claude-Debussy (1, rue Claude-Debussy). Président : Aurélien Scandolara ●

MEILLEURE CJS DE FRANCE

Les CJS sont nées au Québec à la

fin des années quatre-vingt-dix

Charréard/Max-Barel

Permanence mardi 26 juin à 18 heures au foyer Max-Barel (1, rue Max-Barel). Président : Serge Truscello

tionnement démocratique d’une

organisation collective, à l’en-

traide et au respect. La rémunération n’est donc pas la finalité

principale. “L’activité va générer

un chiffre d’affaires que les participants se répartiront en fonction

de leur participation au projet, indique Nathalie Nicolas. On peut tabler sur 300 ou 400 euros en moyenne, mais ce n’est qu’une prévision.” On notera toutefois

que la CJS de Vénissieux, lors des

deux années précédentes, a réa-

France.

– aux particuliers, entreprises et

administrations – vont de l’entre-

tien des espaces verts à l’archivage de documents, en passant par le lavage de voitures, l’aide informatique ou le nettoyage. Le

projet est porté par la coopérative Escales Création de Saint-

Fons, en partenariat avec la Ville de Vénissieux et l’État. g

A.S. PLUS D’INFORMATIONS AU 04 78 70 14 69 OU SUR WWW.ESCALECREATION.FR

ENTREPRISES

Alysee a fêté ses 20 ans

Charles-Perrault

Permanence lundi 25 juin à 18 heures au local du conseil (4, rue Gaston-Monmousseau). Présidente : Souad Ouasmi ●

ponctualité.”

PHOTO CLAUDIA MOLLARD

● Parilly

ARCHIVES RAPHAËL BERT

Représentants de cultes musulmans et chrétiens et plusieurs élus étaient réunis.

Créée en 1998, l’association Lyon sud-est entreprises (Alysee) a fêté ses vingt ans le 31 mai dernier à la salle des fêtes de Corbas, en présence de nombreux élus et personnalités du monde de l’entreprise. Elle fédère aujourd’hui huit groupements d’entreprises du sud-est Lyonnais – dont l’association des entreprises de Vénissieux – et regroupe 180 entreprises. Soit près de 9 000 collaborateurs.

PLUS D’INFORMATIONS

SUR WWW.ALYSEE.COM


6

ACTUS

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

DÉVELOPPEMENT DURABLE

La semaine où germent les bonnes idées Découverte de jardins, visite de barrage, débat sur la qualité de l’air, l’édition vénissiane de la Semaine du développement durable, du 29 mai au 5 juin, a impliqué de nombreux habitants et partenaires associatifs et institutionnels. avec un robot multifonctions de cuisine

loppement durable à Vénissieux. Ce

dévisse un capot, repère le fil déplacé qui

29 mai, a lancé la semaine du déve-

nouveau jardin partagé, situé rue Vaillant-

Couturier dans le quartier du Moulin-à-

qu’elle croyait définitivement HS. Sébastien fait faux contact, revisse le tout et le batteur

repart au quart de tour. “J’ai vu ce qui causait

Vent, a été inauguré par le maire de

la panne, commente Sonia, soulagée. Je me

lers municipaux. “La Ville développe une

et là je saurais quoi faire si ça recommence !”

Vénissieux et plusieurs adjoints et conseilpolitique ambitieuse pour répondre à des

enjeux de développement durable, en maintenant des îlots de fraîcheur, des espaces de

serai fait avoir au SAV du magasin, c’est sûr,

Le lendemain, 31 mai, l’hôtel de ville accueil-

lait le forum du Conseil citoyen du développement humain durable. Des élèves de 1re

biodiversité, et répondre aussi à une aspira-

du lycée Marcel-Sembat et des jeunes de

tisser du lien social, autour du jardinage, a

Charréard ont présenté leurs travaux sur le

tion légitime des habitants, de cultiver et de

rappelé Michèle Picard en coupant symbo-

liquement le ruban tricolore près des premiers plants de tomates. Retisser des proximités entre les habitants, est essentiel

dans les grandes agglomérations, au cœur

desquelles règnent, bien trop souvent, les sentiments de solitude, d’isolement.” Ce nouvel

espace de culture(s) s’ajoute aux autres jardins collectifs vénissians tels ceux de l’Espéranto, de l’Envol et de la Passion aux

Minguettes, ou encore celui de Jules-Guesde. Ce dernier, aménagé selon les principes de

la permaculture, se visitait, le 31 mai. Loin de se réduire à l’idée reçue “on laisse faire

la nature”, la permaculture est un mode

d’action qui prend en considération la bio-

diversité pour obtenir une production agricole durable et économe en énergie, et aller

vers une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution. Moins fondée sur le gaspillage,

aussi. Un principe mis en œuvre dans les ateliers de “Qu’est-ce qu’on fait demain ?”.

l’Équipement polyvalent jeunes (EPJ) du Jean Arpin, responsable du service écologie

et développement durable du Grand Lyon, était venu présenter le “plan Oxygène” de la

Métropole, plan d’action pour la qualité de

l’air, première préoccupation environne-

mentale des Français et enjeu de société, comme l’a rappelé Julien Carretier, docteur

en Santé Publique au centre Léon-Bérard.

De quoi lancer un débat animé par Pierre-

Alain Millet, deuxième adjoint au maire, en charge du développement durable. La mise a fait beaucoup réagir. Ce dispositif interdira la circulation des poids lourds et des véhi-

cules utilitaires légers les plus polluants dans Lyon et Villeurbanne.

MINI-CAPTEURS À DOMICILE

Enfin, on a appris que Vénissieux s’était por-

tée candidate pour participer à une expé-

rience de mini-capteurs de la qualité de l’air

reliés à Atmo Rhône-Alpes (organisme public de contrôle de la qualité atmosphérique) via

sociations au CABV, le 30 mai, ont montré

proposée par un délégué de quartier vénis-

fabriquer des objets (thermos, bijoux…) au lieu de les acheter, échanger ses plants et ses graines au lieu d’enrichir les apprentis

sorciers de la génétique, apprendre à réparer son petit électroménager plutôt que le

jeter… Ainsi, Sonia est venue, “au cas où”,

une société de SERFIM GROUPE

entrepreneurs d’avenirs

en place de la zone à faibles émissions (ZFE)

une appli de smartphone. L’idée, venue de

que chacun peut agir à sa “petite” échelle :

Le Moulin vert, nouveau jardin partagé situé rue Vaillant-Couturier, a été inauguré le 29 mai par le maire de Vénissieux et plusieurs adjoints et conseillers municipaux.

recyclage et ont participé au débat. Pierre-

QUALITÉ DE L’AIR

Ces ateliers, organisés par un collectif d’as-

PHOTO RAPHAËL BERT

L

e baptême du “Moulin vert”, le

Stuttgart et appliquée à Grenoble, avait été

sian. La semaine s’est close sur la visite du

centre de tri Véolia de Rillieux, après celle

d’un barrage sur le Rhône. “Une semaine de

mobilisation riche et instructive”, s’est félicité Pierre-Alain Millet. g

FRANÇOIS TOULAT-BRISSON ET DJAMEL YOUNSI

NOS MÉTIERS q Les réseaux de transport (électricité, gaz, pétrole, chaleur) q Les réseaux de distribution (postes électriques HTBHTA, réseaux HTA-BT, réseaux d’énergie et de communication pour stations de ski, réseaux gaz) q L’aménagement de la ville (éclairage public éclairage architectural, signalisation lumineuse) q L’équipement des bâtiments (courants forts, smart building)

Serpollet regroupe 350 professionnels déployant leurs compétences au quotidien pour concevoir, construire, maintenir et optimiser les infrastructures d’énergie et de communication d’aujourd’hui et de demain. Avec ses 15 implantations, Serpollet intervient en région Auvergne-RhôneAlpes, en Occitanie, en BourgogneFranche-Comté, et sur tout le territoire national pour son activité « Grands Travaux ». www.serpollet.fr Certifications : ISO 9001 ; ISO 14001 ; OHSAS 18001 ; Mase ; CEFRI ; ISO 50001


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

Déjà que le fameux ascenseur social était bloqué au sous-sol depuis longtemps, maintenant on mure l’escalier…

moins un BTS mais pas souvent celui qu’ils voulaient en priorité.

Un élève qui avait demandé STAPS a été refusé, bien qu’excellent sportif. En terminale “maintenance des

équipements industriels”, seuls ARCHIVES RAPHAËL BERT

trois élèves sur 20 ont obtenu ce qu’ils souhaitaient. Les autres sont sur liste d’attente, n’ont eu aucune affectation ou ont refusé la proposition de Parcoursup.

La plateforme est accusée de

pénaliser les élèves issus de

PARCOURSUP

“Aux bacheliers de banlieue, on bloque les possibles” “Succès” pour le gouvernement, la plateforme Parcoursup pénaliserait les lycéens de banlieue selon de nombreux observateurs et enseignants. Parmi eux, Samuel Delor, professeur au lycée professionnel Marc-Seguin et co-secrétaire de la CGT Éduc’Action du Rhône. Le gouvernement estime que le

ter puisqu’ils n’ont pas de perspec-

cès. Pourquoi contestez-vous

pris. Un élève dont tous les vœux

dispositif Parcoursup est un succette analyse ?

Mon avis se base sur les faits : le

29 mai, 260 000 lycéens de termi-

nale étaient encore sans réponse

positive d’affectation. À deux

sont refusés ou en attente, vous avez beau lui dire de s’accrocher

pour passer le bac, c’est dur qu’il reste motivé.

semaines des premières épreuves

C’est le cas de beaucoup de vos

de stress supplémentaire ! Certains

Parmi les terminales “systèmes

du bac, on a un beau générateur

“Parcoursup accroît le risque d’orientation par défaut”, selon Samuel Delor.

tives dans le supérieur, BTS com-

de nos élèves nous demandent même à quoi ça sert de se présen-

élèves, à Marc-Seguin ?

numériques”, un quart n’a eu que des refus, les autres ont obtenu au

quartiers populaires. Qu’en pensez-vous ?

Je constate que Parcoursup accroît le risque d’orientation par défaut et interdit carrément l’accès de

l’université aux bacheliers pro, qui viennent en effet surtout de milieux populaires. Certes, une très

grande majorité des élèves qui veulent poursuivre des études après

7

Mais désormais, ça semble assumé. Déjà que le fameux ascenseur

social était bloqué au sous-sol

depuis longtemps, maintenant on mure l’escalier…

Pour quelle raison ?

Derrière ce système, on voit l’idée

d’une pseudo-fatalité sociale, qui est déclenchée très tôt. Dès le col-

lège, et même avant, un gamin qui a des difficultés scolaires ne redouble plus, il est dirigé vers une orien-

tation professionnelle. On peut

faire de grands discours pour revaloriser cet enseignement, mais le

gamin, lui, il sait qu’il va là “parce qu’il n’a pas bien travaillé”, bonjour la motivation pour aborder un métier ! Ce qui est terrible, et c’est

renforcé par Parcoursup, c’est qu’une fois sur ces rails, il n’y a pas

d’aiguillage pour changer de voie. Avec la réforme du bac, on retrouve même dans les lycées

généraux cette logique d’orientation précoce, de sélection anticipée. Les enseignements “majeurs”

et “mineurs” pré-positionnent les

élèves par rapport à une stratégie

de recrutement dans le supérieur.

Autrefois, on appelait l’adolescence l’âge des possibles. C’est de moins en moins vrai.

un bac professionnel visent plus

Le ministre de l’Éducation natio-

profs ont des exemples de gamins

velle

un BTS que la fac. Mais tous les qui se sont épanouis à l’université et y ont réussi. J’ai eu en classe un

garçon venant d’un BEP électro-

technique, qui a eu son bac pro

puis une licence de géographie. D’accord, ce sont des exceptions, et

alors ? Sous prétexte que beaucoup

de bacheliers pro auraient du mal à réussir en fac, on doit empêcher

la totalité d’y accéder ? Cette année, un mur infranchissable se dresse devant ces jeunes.

Selon vous, c’est une discrimination organisée ?

Je l’ignore, mais je constate le résul-

tat : les élèves des lycées professionnels ou des lycées de banlieues

pauvres sont plus particulièrement touchés par les refus, même avec

d’excellents résultats. Soit l’algo-

rithme est paramétré pour produire cette sélection, soit il ne

l’empêche pas du tout. C’est d’une très grande violence sociale ! On enferme les jeunes dans le déter-

minisme, on bloque les possibles. Que le système éducatif reproduise

les inégalités, ce n’est pas nouveau.

nale vient d’annoncer une nourefonte

du

bac

pro-

fessionnel, et promet des “Har-

vard des métiers”. Comment voyez-vous cette réforme ?

M. Blanquer va porter le coup de grâce à cette formation qui devait

être l’école de la deuxième chance,

mais qui est déjà, à force de coups reçus, souvent vécue comme une

relégation. On s’en remet à l’apprentissage qui serait la solution à tous les maux, on confie la défini-

tion des diplômes aux entreprises

locales, on sabre dans les enseignements fondamentaux… Les élèves

perdraient l’équivalent de 9 à 11 semaines de cours, essentielle-

ment en maths et sciences, français

et histoire. Qu’importe, le futur salarié n’a pas besoin de savoir, de

réfléchir, il lui suffit d’apprendre les gestes de l’exécution ! Désastreuse socialement, cette logique

est suicidaire d’un point de vue économique car elle ne permettra

pas l’adaptation aux évolutions technologiques qui viennent.

PROPOS RECUEILLIS PAR FRANÇOIS TOULAT-BRISSON


ACTUS

8

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

EXIL

PHOTO RAPHAËL BERT

L’odyssée poétique de primo-arrivants Les élèves des deux classes UP2A du collège Paul-Éluard sont arrivés en France il y a un an, voire moins. Ils ont récemment présenté un spectacle de très grande qualité relatant l'aventure souvent douloureuse de l'exil. ur la scène de la salle Érik-

S

ghanistan, la République démocra-

français langue étrangère, Sophie

ficile de quitter ceux que l’on aime,

pensais que la France n’était pas

classes UP2A (Unité pédago-

Intitulé Notre odyssée poétique :

mentaliste Aïcha Ouada.

choix. Je me sens bien ici en France.”

je ne voulais pas venir. Aujourd’hui,

grande qualité mis en scène par

Éluard, Je me souviens de Georges

à la Compagnie Traction Avant. Arri-

Léopold Sedar Senghor ou encore

Satie, 37 élèves des deux

gique pour allophones arrivants) du collège Paul-Éluard ont présenté, début juin, un spectacle d’une très Ghislaine Bendongué, comédienne vés seuls ou en famille, ils sont sco-

larisés depuis un an ou moins dans

ces classes. Leur pays d’origine: le Portugal, la Roumanie, la Tunisie, l’Algérie, le Venezuela, l’Inde, l’Af-

tique du Congo et bien d’autres.

voyage avec les mots, ce spectacle est l’aboutissement d’un travail mené

autour de poèmes: Liberté de Paul

Pérec, Poème à mon frère blanc de

L’Homme qui te ressemble de René Philombe. Les élèves ont raconté

leur exil dans un français presque parfait. Une fois par semaine, ils ont

répété avec leurs enseignantes de

Blandenet et Sylvia Wong, et la docu-

À l’issue du spectacle, certains ont témoigné. “Le premier cours m’a marquée, se souvient Natacha,

15ans, d’origine arménienne née en

Russie, en France depuis 8 mois. On se regardait car on ne comprenait

pas grand-chose de ce que disait notre enseignante! Avec ceux qui parlaient anglais couramment, je discutais pen-

dant les récréations. Nous avons été obligés de quitter la Russie. C’est dif-

LOI

PINEL Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.

2018

ses amis, mais nous n’avions pas le

À ses côtés, Susan, 13 ans, a quitté

seule le Nigeria avec un seul but:

retrouver sa maman qui vivait en France. “Après un périple très dou-

loureux et long notamment en

bateau, je suis arrivée en Italie, j’y ai passé plusieurs mois. Je suis arrivée en France grâce à une assistante sociale et j’ai retrouvé maman !”

Natacha, elle, arrive du Portugal :

bien, que les gens étaient méchants, je suis bien ici, j’ai rencontré des

amies, j’aime la France et parler le français.”

Au travers de ce spectacle, on com-

prend pourtant que tous, sans exception, ont laissé derrière eux un pays qu’ils aimaient pour entre-

prendre un voyage qu’ils n’ont pas choisi. g

“Je ne sais pas trop pourquoi mais je

0 810 508 508

MICHÈLE FEUILLET


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

9

APASEV

Le retour en grâce des centres de séjour e travail mené ces dernières

L

pérenniser l’accueil d’enfants de

quente : 67 classes sont parties en

enfants de Vénissieux pen-

La fréquentation du centre aéré

tre classes de ville soit 90 enfants

semblée générale de l’Association

l’ont fréquenté grâce aux sorties

Davantage d’enfants sortent de Vénissieux pendant les vacances. Une vraie réussite pour l’Apasev qui a constaté l’an dernier une hausse de fréquentation dans ses centres du Noyer, de Champagneux et d’Eyzin-Pinet.

dant une semaine ou plus l’été a

porté ses fruits. Les chiffres présentés le 31 mai à l’occasion de l’aspour la promotion des activités

socio-éducatives de Vénissieux

(Apasev) le prouvent. “Les séjours

aux centres Daniel-Féry à Champagneux (Savoie) ou Elsa-Triolet

au Noyer (Hautes-Alpes) présentent une hausse significative de fréquentation, précise Leyla Ben-

dridi, la directrice de l’association. 1 079 enfants ont participé aux différents séjours à Champagneux.

Dans le même temps au Noyer 1 179 enfants et jeunes ont été accueillis. 2017 a également vu se

centres de loisirs en mini-camps.”

sans hébergement d’Eyzin-Pinet (Isère) est un autre motif de satis-

faction. 1 724 enfants et 431 adultes scolaires, sorties à la journée des

maisons de l’enfance, accueils d’associations… Le projet pédagogique de la structure est centré autour de

l’éducation à l’environnement et

au développement durable, il inscrit ses actions dans le cadre de l’agenda 21 de la Ville.

En revanche l’activité des maisons

de l’enfance a subi une baisse de 10 %.

Les classes d’environnement, elles,

se portent plutôt bien puisqu’elles

enregistrent une hausse consé-

2017 contre 57 en 2016. Enfin quaont travaillé à Vénissieux sur des

thématiques comme l’architecture, l’environnement, la culture.

“L’Apasev, souligne sa présidente,

Véronique Callut, porte de vrais

projets et valeurs : permettre au

plus grand nombre de Vénissians, surtout les jeunes, de pouvoir partir et d’avoir accès à des loisirs éducatifs qui privilégient la citoyenneté,

la solidarité, l’autonomie et à la responsabilité.”

ARCHIVES RAPHAËL BERT

années pour faire sortir les

Sur le plan financier, la subvention

allouée à l’Apasev par la Ville s’élève à près de 1,2 million d’eu-

ros, sur un budget global de 2,2 millions. g

L’Apasev permet à de jeunes Vénissians, toujours plus nombreux chaque année, d’avoir accès à des loisirs éducatifs en dehors de la ville.

M.F.

PETITE ENFANCE

CENTRES SOCIAUX DES MINGUETTES

Le Cerf-Volant va déménager Installé depuis 2012 au centre asso-

Sur les chemins de la coéducation

lieu

parents-enfants,

Cela fait plusieurs années que les centres sociaux des Minguettes

foyer Paul-Langevin voisin (13 A,

la parentalité. Les parents sont sollicités sur les thèmes de la scolarité

ciatif Boris-Vian, le Cerf-Volant, d’accueil

s’installera dès le 7 septembre au

organisent avec de nombreux partenaires des rencontres autour de

avenue Marcel-Paul). Animé par

(à travers les devoirs), de l’éducation pendant les temps libres —

des professionnelles et des béné-

devant lesquels les inégalités sont flagrantes —, ou encore de l’ac-

voles, le Cerf-Volant accueille les

compagnement dans l’accès aux écrans et aux ressources numé-

enfants de 0 à 4 ans accompagnés

riques. À chaque étape, parents et professionnels peuvent se

d’un parent, les mardis et vendredi

rencontrer et marcher main dans la main. Mais comment construire

de 8 h 45 à 11 h 45 (sauf pendant les

ensemble “ces chemins de coéducation” ? C’est justement le thème

vacances scolaires).

des rencontres proposées les 19 et 27 juin.

Pour faire face à une hausse de

PHOTO RAPHAËL BERT

son activité, cela faisait des années

que l’association cherchait un

nouveau local : la Ville a proposé

gratuitement le foyer ainsi qu’une

salariée d’une crèche, mise à disposition chaque mardi matin.

L’association accueille les enfants de 0 à 4 ans accompagnés d’un parent.

Espace de jeux, le Cerf-Volant est également un lieu d’écoute pour

veut sans inscription. Le service

les mamans et les papas. On y

est totalement anonyme et gratuit.

question.

Deux accueillantes sont toujours

alloue également une subvention

vient et on reste le temps qu’on

présentes pour répondre à toute

Outre l’aide de la Ville, la CAF à l’association. g

Au programme : mardi 19 juin, parents et professionnels aborderont les “Loisirs pour tous”, de 8 h 45 à 11 h 45 à la maison de l’enfance Anatole France (14, avenue Division-Leclerc). Mercredi 27 juin, “Sur

le chemin de l’éducation partagée”, de 8 h 45 à 11 heures à la maison des fêtes et des familles (20, avenue de la Division-Leclerc). Écrans, loisirs et devoirs seront abordés avec Frédéric Jesu, consultant et militant associatif, ainsi que par les représentants de l’Université populaire de parents de Vénissieux. g

INSCRIPTION AUX ACCUEILS DES CENTRES SOCIAUX DES MINGUETTES : - ROGER-VAILLAND - 5, RUE ARISTIDE-BRUANT : 04 72 21 50 80. ACCUEIL.VAILLAND@CSMINGUETTES.COM - EUGÉNIE-COTTON - 23, RUE GEORGES-LYVET : 04 78 70 19 78. ACCUEIL.COTTON@CSMINGUETTES.COM


10

ACTUS

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

URBANISME

L’îlot Romain-Rolland à maturité C’

Le promoteur Nacarat et la Ville ont inauguré une résidence et posé la première pierre d’un nouveau programme dont la livraison, en 2020, marquera l’achèvement de l’urbanisation de l’îlot Romain-Rolland, lancée voici maintenant six ans. est un espace de 2,5 hec-

est venu dynamiser le centre-ville,

pentes des Minguettes

ambition paysagère, et a permis une

et le centre-ville, entre l’avenue

Marcel-Paul et les rues RomainRolland, Gaspard-Picard et Paul-

Langevin. L’îlot Romain-Rolland accueillait

autrefois

l’ancien

groupe scolaire éponyme, une

verrerie, l’ancien foyer Paul-Langevin et les serres municipales. Avant qu’en avril 2012, les engins

de chantier n’entament la démoli-

l’aérer agréablement avec son meilleure articulation ainsi qu’une véritable jonction entre les pentes

des Minguettes et le centre-ville, a souligné le maire, Michèle Picard. Il a fallu démolir et reconstruire, il a fallu être guidé et animé par une

vraie ambition urbaine, et Vénissieux n’en manque pas.”

DES APPARTEMENTS MODULAIRES

tion de ces bâtiments pour lancer

“Nacarat et Rhône-Saône habitat (*)

ment. Cinq résidences, soit 239 loge-

répondre à la consultation d’opéra-

un vaste programme d’aménagements, ont depuis vu le jour. Début 2020, avec la livraison du tout der-

nier programme, intitulé “Connect”,

l’îlot Romain-Rolland en comptera au total 332, dont 22 % de logements sociaux.

Le 7 juin, le promoteur Nacarat et

la Ville ont à la fois posé la première pierre de “Connect” et inau-

guré “Osmose”, la dernière résidence sortie de terre. “Ce double événement est l’occasion de mesurer combien l’îlot Romain-Rolland

se sont rapprochés fin 2008 pour teurs lancée par la Ville de Vénis-

sieux, en accord avec la Communauté urbaine de Lyon, afin d’aménager l’îlot Romain-Rolland,

a rappelé Pierre-Marie Le Gloanec, directeur régional chez Nacarat. Le cahier des charges qui nous était fixé était de développer une

offre résidentielle mixte de qualité,

respectueuse de l’environnement,

Le 7 juin, le promoteur Nacarat et la Ville ont à la fois posé la première pierre de “Connect” et inauguré “Osmose”, la dernière résidence sortie de terre.

d’un parking, et un parc public en

bles en R + 4, avenue Marcel-Paul.

voir. Parallèlement, la Ville s’était

que les bâtiments “intègrent un

la création de voies nouvelles et

limite de la rue Simone-de-Beau-

principe de modularité permettant,

est terminé. Elle s’était aussi enga-

logements afin de proposer de

gée à reprendre les rues périphériques, à réhabiliter le centre

associatif Boris-Vian et à reloger le foyer Paul-Langevin, ce qui a été fait.”

La résidence “Osmose”, en passe

d’être livrée, comprend 38 logements du studio au 4 pièces, réparPHOTO RAPHAËL BERT

Du côté du promoteur, on précise

engagée à construire un nouveau groupe scolaire, qui aujourd’hui

La résidence “Osmose” comprend 38 logements du studio au 4 pièces.

PHOTO RAPHAËL BERT

tares, situé entre les

tis dans un petit immeuble en R + 4

rue Gaspard-Picard. Quant à la résidence “Connect”, ses travaux

viennent de débuter et s’achèveront fin 2019. Elle abritera pas

moins de 93 logements de 2 à

4 pièces, répartis dans trois immeu-

le cas échéant, de regrouper des grands appartements familiaux”.

La commercialisation du premier

bâtiment de “Connect” a débuté. Sur les 26 réservataires, on dé-

nombre neuf Vénissians, sept

Lyonnais et deux Villeurbannais. “Les Vénissians veulent rester à Vénissieux, a observé Michèle

Picard, et nos politiques du logement favorisent et encouragent cette volonté.” g

ALAIN SEVEYRAT (*) RHÔNE-SAÔNE HABITAT EST UNE SOCIÉTÉ COOPÉRATIVE ET PARTICIPATIVE (SCOP) SPÉCIALISÉE DANS L’HABITAT SOCIAL.

“Une ville plutôt conviviale qui se construit et se développe” “J’habiterai ici, au dernier étage, avec cette grande terrasse à ciel ouvert”, nous explique fièrement Stéphane Duran en désignant son futur lieu de vie sur une maquette de la résidence. Arrivé fin 2011 dans la région, cet agent de l’État est natif du Pas-de-Calais. Célibataire, il indique aussi avoir été séduit par le prix de son acquisition. “Dans Lyon intramuros où je travaille, un F3 de 62 m2 comme celui-ci serait hors de prix”, constate-t-il. Avant de préciser que la proximité du centre-ville de Vénissieux et son réseau de transport l’ont aussi séduit. Même son de cloche chez Éva Crepaldi et Vibol Sourn, un jeune couple qui réside actuellement dans le 8e arrondissement de Lyon, et qui

s’installera dans un appartement similaire. “C’est un quartier plutôt bien desservi. D’ici, je suis à 20 ou 30 minutes de Gerland en transports en commun”, note Éva, qui travaille comme secrétaire médicale. Elle admet aussi avoir été séduite par le prix de l’appartement, mais pas seulement. “Vénissieux est une ville plutôt conviviale qui se construit et se développe. La venue de Leroy Merlin et d’Ikea sera un plus.” Quant à M. et Mme Durand, ils sont simplement venus visiter le prochain appartement de leur fille, qui s’installera, elle aussi, dans un F3. Ils mettent en avant la proximité du marché et des commerces, les performances énergétiques de l’immeuble et la desserte TCL.


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

11

GRAND PARILLY

Naissance d’un nouveau quartier I

ls le voient grandir tous les jours. Habi-

Le 31 mai, tous les acteurs de l’opération Grand Parilly se sont réunis pour exposer leurs objectifs, alors que les bâtiments commencent à sortir de terre. L’ouverture au public d’Ikea et Leroy Merlin est prévue pour septembre 2019. Les premiers programmes de logements seront livrés à partir de 2020, pour un achèvement total du projet en 2025. DOSSIER RÉALISÉ PAR : ALAIN SEVEYRAT PHOTOS : RAPHAËL BERT

“L’opération Grand Parilly aura une double

tués du périphérique et usagers du quar-

portée : à Vénissieux bien sûr, mais aussi à

pris la mesure de cet immense chantier. Ici,

nous parlons de l’entrée sud de la Métropole

tier Parilly/Jules-Guesde ont désormais

au Puisoz, le Grand Parilly sort de terre sur

un terrain de 20 hectares. Le 31 mai, tous les

acteurs de ce projet, porté par l’immobilière

Leroy-Merlin en partenariat avec la Ville et

l’échelle de l’agglomération lyonnaise, car et d’une agrafe urbaine entre Lyon et notre

ville, a affirmé le maire de Vénissieux,

Michèle Picard. J’ai envie de dire qu’une nou-

velle fois, Vénissieux ose, avance et construit

la Métropole, s’étaient donné rendez-vous.

l’avenir des Vénissians.” Et d’évoquer “une

pour y planter le premier arbre. C’est que le

ment d’un vaste pôle commercial avec ser-

Non pour y poser la première pierre, mais

fusée à plusieurs étages” : “Il y a le développe-

temps passe vite : au second semestre 2019,

vices, commerces, restaurants, puis 23 000 m²

au public.

d’activités économiques, des logements fami- >>>

Ikea et Leroy Merlin ouvriront leurs portes

de tertiaire, 4 000 m² d’offre hôtelière, autant


>>>

DOSSIER

liaux et des logements spécifiques pour jeunes et personnes âgées.”

MIXITÉ DE FONCTIONS

“Tant que les choses ne sont pas sorties de terre, on peut douter, mais

là, on ne doute plus”, abonde David

Kimelfeld, le président de la Métro-

pole de Lyon. Qui décrit “un moment important” et met en avant une réalisation innovante : “Il ne s’agit pas d’une énième zone

destinée à accueillir du commerce ; on construit un nouveau quartier,

Il était important, ici à Vénissieux, que nous ayons un projet emblématique. Emblématique parce qu’innovant. David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon

une nouvelle entrée de ville, un nou-

Tour à tour, les intervenants égrè-

fonctions.”

2 300 emplois attendus, 600 loge-

veau quartier avec une mixité de Thierry Darmangeat est responsa-

ble développement régional chez Leroy Merlin. À la tête de l’Immo-

bilière du même nom, il est en charge de l’aménagement du site :

nent des chiffres à donner le vertige : ments neufs en accession/location ou locatif social, 400 logements pour

étudiants et seniors. Sans oublier les

six hectares d’espace publics (près d’un tiers du projet), les 39 292 m2

“C’est un quartier qui se développe

d’Ikea, les 16 323 m2 de Leroy Merlin

portes du 8e arrondissement de

ment “Initial” situé entre les deux

au cœur de la métropole et aux Lyon. Il bénéficie d’une desserte

optimale, à la fois au niveau des

et les 23 000 m2 de bureaux du bâtienseignes.

infrastructures routières et des grands transports en commun que

sont le tram et le métro, détaille-t-il.

UN EHPAD AU CŒUR DU QUARTIER

?

On évoquera aussi les 6 000 m2 du

Du Grand Parilly, il faut seulement

parvis situé devant l’immeuble de

avec la ligne D, ou 15 minutes pour

place

18 minutes pour aller à Bellecour rejoindre la Part-Dieu avec le tram T4. Il est assez rare d’avoir ce type de desserte en transports en com-

mun, sur des lignes fortes, au départ d’un projet.”

bureaux. “C’est l’équivalent de la des

Terreaux,

souligne

Thierry Darmangeat. Cette place sera un lieu de vie, d’échanges et de

● 2007 : le déménagement

du magasin Ikea de SaintPriest sur le site du Puisoz est évoqué. ● 2009 : l’Immobilière Leroy Merlin annonce avoir acheté à Apollo le site du Puisoz. ● 2016 : lancement des travaux préparatoires au chantier. ● 2017 : début de la construction des magasins Ikea et Leroy Merlin et d’un immeuble de bureaux entre les deux enseignes. ● 2019 : ouverture d’Ikea et de Leroy Merlin, du premier immeuble de bureau, de l’ensemble des espaces publics, ainsi que des accès au quartier. ● 2020 : début de la réalisation des programmes de logements, de bureaux et d’équipements publics. ● 2025 : achèvement des programmes immobiliers.

Ikea et Leroy Merlin ouvriront en 2019 en même temps que le premier immeuble de bureaux et les espaces publics.

rencontre pour les clients des maga-

d’Ikea et celui de Leroy Merlin com-

salariés qui vont travailler sur le

l’un et sortir chez l’autre, ce qui per-

sins et des restaurants, ainsi que des site.” Mais quid du logement ? “On

va trouver sur ce site tous types de

CALENDRIER

PHOTO ARCHIGRAPHI

12

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

logements : à la fois de l’accession libre, du logement social, du loge-

ment locatif intermédiaire, du loge-

ment abordable.” Michèle Picard a

par ailleurs souhaité l’implanta-

tion d’un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes

âgées dépendantes) : “La Métropole l’a également jugée utile et judicieuse, nous devons mener ce com-

bat ensemble, et espérer que

l’Agence régionale de santé nous donnera un avis favorable. L’enjeu

sanitaire est de toute première importance, avec l’allongement de

la durée de la vie et le vieillissement

muniquent. On peut rentrer chez

met de disposer de 2 200 places pour l’ensemble des clients. Mais ces parkings seront aussi ouverts au public et aux usagers des bureaux.”

Quant aux accès logistiques, ils seront indépendants des flux de circulation des clients et des usa-

gers du quartier. Une voie périphé-

rique aux enseignes leur est réservée, ainsi qu’une zone dédiée

au chargement et au décharge-

pour faciliter l’entrée et la sortie

du périphérique, tandis qu’une

passerelle mode doux reliera le nouveau quartier au 8e arrondis-

que nous ayons un projet embléma-

a été de faire rentrer les voitures des clients le plus vite possible dans

les parkings (souterrains, ndlr) des enseignes, afin qu’ils ne cheminent

pas à l’intérieur du site, souligne

Thierry Darmangeat. Le parking

pour le grand parvis ● 2,5 hectares de réserve foncière pour un équipement public ● 39 292 m2 de surface commerciale pour Ikea, 16 323 m2 pour Leroy Merlin ● 180 000 m2 de surface plancher à terme ● 2 300 emplois et 2 000 habitants attendus ● 600 logements neufs ● 400 logements pour étudiants et seniors ● 1 hôtel de 100 chambres et 2 restaurants ● 4 classes supplémentaires dans le groupe scolaire Parilly

ros dans les travaux d’accessibilité

sibilité. Mais là encore, l’aména-

veulent irréprochables. “L’objectif

pour l’accessibilité ● 6 hectares d’espaces publics (1/3 du projet), dont 6 000 m2

Métropole investit 15 millions d’eu-

sement de Lyon.

geur privé et la Métropole se

● 400 millions d’investissement global, dont 15 millions

ment. On notera aussi que la

de la population.”

Reste la problématique de l’acces-

LE GRAND PARILLY EN CHIFFRES

“Il était important, ici à Vénissieux,

tique. Emblématique parce qu’innovant, a conclu David Kimelfeld.

L’ambition de ce projet, c’est de créer un morceau de ville dans cette

ville de Vénissieux, à l’entrée de cette ville de Vénissieux, pleinement dans cette ville de Vénissieux, avec ses habitants.” g

“Tant que les choses ne sont pas sorties de terre, on peut douter, mais là, on ne doute plus”, s’est enthousiasmé David Kimelfeld face à Michèle Picard.


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

13

TECHNIQUE

“I

Innovation à tous les étages l s’agit probablement d’un des

plus beaux projets que notre entreprise ait porté durant

son histoire”, a assuré Marc Delozanne, directeur général délégué de Leroy Mer-

lin France. De fait, c’est bien un projet innovant, à plusieurs titres, qui semble se dessiner.

Le directeur expansion de Leroy Mer-

lin, Jérôme Paternotte, a ainsi révélé que le nouveau magasin disposerait notamment d’un drive, destiné à “accé-

lérer la délivrance des produits”. Il dépeint aussi une “enveloppe architec-

turale innovante” avec “une façade qui

privilégie les volumes, la transparence

et surtout l’harmonie globale du site”. Et de souligner que les zones de logistique et le parking seront intégrés au maga-

t-elle. De fait, celles du magasin du

deux restaurants en rez-de-chaussée —

lisé avec les usagers du quartier”, tout

aucune autre construite par le groupe,

bert Fontanel, évoque des étages “baignés

sin, conçu pour être “compact et mutua-

en réservant des surfaces de détente aux collaborateurs. Le bâtiment bénéficiera en outre d’une haute perfor-

mance énergétique, avec des toitures

végétalisées, un éclairage LED et une production d’énergie photovoltaïque qui doit couvrir 30 % de la consommation du magasin.

Chez Ikea, Emma Recco évoque “une page qui se tourne avec le déménage-

ment du magasin de Saint-Priest”. La directrice immobilier expansion pour la France met en avant un projet “iné-

dit”. “C’est la première fois en France que Ikea a recours à un concours d’architec-

ture pour dessiner ses façades”, rappelle-

Habitués du périphérique et usagers du quartier Parilly/Jules-Guesde ont désormais pris la mesure de cet immense chantier.

Les projets qui ont capoté - En 1933, la Chambre de commerce du Rhône ambitionne de réaliser un grand canal de ceinture maritime qui doit passer par Le Puisoz. Le projet sera officiellement abandonné en 1960. - En 1990, on envisage un programme de commerces, logements, services et bureaux autour d’un hypermarché Carrefour. Un équipement public d’agglomération est aussi attendu. Michel Noir, alors président du Grand Lyon, envisage un transfert de l’hôpital Édouard-Herriot. Trois ans plus tard, l’enquête publique sonne la fin du projet. - En 1998, le groupe UGC dépose en préfecture une demande d’autorisation pour la création d’un cinéma multiplexe de 16 salles et 4 000 fauteuils. La Ville de Vénissieux s’y oppose pour défendre les salles de proximité de l’Est lyonnais, dont le cinéma Gérard-Philipe. - En 2003, la Mutualité du Rhône souhaite regrouper La

Le 31 mai, tous les acteurs de ce projet, porté par l’Immobilière Leroy Merlin en partenariat avec la Ville et la Métropole, s’étaient donné rendez-vous.

Roseraie et la polyclinique des Minguettes au Puisoz. Mais Vénissieux et ses voisines, Saint-Fons, Corbas et Feyzin, poussent pour que l’implantation se fasse sur la pointe sud de Vénissieux afin de faciliter l’accès aux soins des populations du sud-est lyonnais. - En 2004, le LOU rugby et le groupe immobilier Nexity envisagent la construction d’un stade de 20 000 places avec logements, surfaces commerciales et bureaux. Mais le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, déclare qu’il a des vues sur le Puisoz pour y construire son futur grand stade. - En 2006, un accord de principe est conclu entre JeanMichel Aulas et le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, pour installer le grand stade de football au Puisoz. Mais quelques mois plus tard, le site du Montoud à Décines est officiellement annoncé comme le futur lieu d’implantation du grand stade.

Grand Parilly ne ressembleront à avec “une grande vitrine sur la façade

d’entrée” et des “cassettes en inox sur les façades pour réfléchir la lumière et

lui donner un aspect plus moderne”. Comme chez Leroy Merlin, les toitures

seront végétalisées, tandis que parking

et zones logistiques seront intégrés au bâtiment. L’intégralité des stocks sera

en outre disponible sur place, ce qui n’est pas le cas dans le magasin actuel

de Saint-Priest. Ikea Vénissieux utilisera

aussi l’éclairage led, la géothermie et les panneaux photovoltaïques pour diminuer son empreinte carbone.

Le groupe Fontanel qui construit l’im-

meuble de bureaux Initial — avec ses

ne sera pas en reste. Son président, Norde lumière naturelle grâce à ses nom-

breuses terrasses”. Enfin, le constructeur rappelle qu’il utilise de nombreux matériaux nobles et durables. g

C’est la première fois que Ikea a recours à un concours d’architecture pour dessiner ses façades. Emma Rocco, directrice immobilier expansion chez Ikea France.

POLÉMIQUE

Grand Parilly et petites phrases

Au lendemain de “l’éclosion” du pro-

preuve qu’Yves Blein méconnaît le dos-

(LREM), dans sa newsletter, rabaissait

futur quartier de vie à des milliers de

jet Grand Parilly, le député Yves Blein cette opération d’urbanisme majeure “à des milliers de m commerciaux ali2

gnés le long du périphérique”. Et pré-

disait que “l’ouverture de ces deux

nouvelles grandes surfaces (Ikea et Leroy Merlin, ndlr) va probablement

conduire à des soucis monumentaux de circulation pour les riverains”.

Michèle Picard n’a guère goûté ces critiques. Dans un communiqué de

presse en date du 4 juin, le maire de Vénissieux a rétorqué que “ces pro-

pos frisent la récupération et sont la

sier, […] réduire la description de ce m2 commerciaux est bien méprisant

pour le travail de tous les partenaires impliqués, publics et privés. C’est aussi très loin de la réalité”.

Michèle Picard s’est également employée à “rassurer” le député sur

ses soucis au sujet de la circulation : “Je connais parfaitement les préoccupations des Vénissians sur cette ques-

tion légitime. Des études ont été

menées par la Métropole de Lyon.

Nous avons été, nous sommes et nous serons vigilants.” g


CULTURE

14

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

SEMAINE DE LA MUSIQUE

BIZARRE !

Avec tambours et trompettes

Tout apprendre sur les graffitis, le street art... Ce samedi 16 juin, deux ateliers vont se tenir en simultané à Bizarre !, autour du graffiti et du street art. En présence de deux artistes : Don TWA et Don Mateo.

Du 20 au 30 juin, l’école de musique Jean-Wiener propose plusieurs concerts sur place ou dans d’autres lieux tels que l’espace d’arts plastiques Madeleine-Lambert et le Théâtre de Vénissieux.

A

Combien de fois, en passant dans les rues de Vénissieux, ne vous

êtes-vous pas dit que vous aimeriez, vous aussi, être capable de réa-

llier l’utile à l’agréable, voilà

liser une de ses peintures murales qu’on qualifie de street art ou de

bien un adage qui colle à ce

graffiti ?

mois de juin. Lequel fait

Le 16 juin, entre 14 h 30 et 17 heures, vous allez pouvoir exaucer

coïncider quasiment les inscriptions

votre souhait en compagnie de deux maîtres du genre.

pour la nouvelle année scolaire avec

Né aux Minguettes, Nordine, alias Don TWA (du nom du groupe de

la fête de la musique. Alors, l’école

graffeurs True We Are auquel il appartient) s’est intéressé très tôt au

de musique Jean-Wiener qui a l’ha-

hip-hop et au graffiti, se hissant rapidement aux sommets. Il a récem-

bitude de célébrer les festivités du 21 juin en les augmentant à la

ARCHIVES RAPHAËL BERT

semaine, va démarrer celle-ci par une journée portes ouvertes. Elle se

déroulera le 20 juin, de 15 heures à 18h30. Les deux concerts d’élèves permettront également de découvrir

des instruments et de rencontrer les

professeurs. À 15 heures, ce sera pettes, guitares, pianos, percussions,

tous ceux qui voudront montrer

troacoustique.

nettes; à 17h30, pour les violon-

ment être inscrits à l’école (contacter

le Théâtre de Vénissieux accueillera

flûtes (à bec et traversières) et clari-

celles, pianos, saxophones, guitares électriques et basses, claviers-syn-

thés et musique électronique. Les inscriptions se dérouleront ensuite

les 25 et 26 juin de 16 à 20 heures et le 27 juin de 11 à 15 heures. La nouveauté est qu’il faudra à présent s’acquitter de 5 euros.

Le 21 juin, entre 18 et 20 heures, l’école de musique proposera ses habituelles scènes ouvertes, à l’inté-

rieur et l’extérieur du bâtiment. On y retrouvera les ensembles instru-

mentaux, les musiques actuelles amplifiées, les chœurs, etc. Ainsi que

leurs talents musicaux sans forcél’établissement avant).

Le 22 juin, changement de décor

puisqu’on se retrouvera dans la salle

d’exposition Madeleine-Lambert à partir de 19 heures. Une belle occa-

sion d’écouter deux élèves de l’école qui, aujourd’hui âgés d’une ving-

taine d’années, y ont fait toute leur scolarité: Jacques Kircher à la gui-

tare et Diane Mulindahabi à la clari-

nette, en interaction avec les créations plastiques de Maha Yam-

mine et Marwan Moujaes. Tous deux

ont composé, avec leur enseignant Stéphane Lambert, une pièce élec-

● 20 juin, de 15 heures à 18 h 30, école de musique Jean-Wiener : portes ouvertes ● 21 juin, de 18 à 20 heures, école de musique : scènes ouvertes ● 22 juin, 19 heures, espace Madeleine-Lambert : Jacques Kircher, Diane Mulindahabi autour de l’exposition de Maha Yammine et Marwan Moujaes ● 23 juin, de 17 à 22 heures, Théâtre de Vénissieux : Ensemble(s) ● 26 juin, 19 heures, église de Parilly : musique baroque ● 29 juin, 20 heures, Théâtre

de Vénissieux : Circus et boule de gomme et Ce soir au Tabou ● 30 juin, 11 heures, école de musique : audition de la classe de guitare classique ● 30 juin, 15 heures, médiathèque Lucie-Aubrac : Kay La, musique haïtienne Les inscriptions à l’école se dérouleront ensuite les 25 et 26 juin de 16 à 20 heures et le 27 juin de 11 à 15 heures.

RENSEIGNEMENTS : 04 37 25 02 77.

Don Mateo a lui aussi peint plusieurs fresques à Vénissieux : tout seul à Léo-Lagrange ou, avec des jeunes, à Monmousseau et à JoliotCurie. g

Le lendemain, entre 17 et 22 heures, Ensemble(s), concerts d’élèves en ensembles et formations parte-

naires: Bumtchak, Pizz and Co, l’or-

chestre des grands, ensemble de guitares, musique baroque, Presto

vénissian, Labo Soul de Bizarre! et l’association des musiciens amateurs de Lyon (AMA). Comprenant plu-

sieurs musiciens vénissians, cette dernière jouera des tangos.

La musique baroque sera toujours

au programme de la soirée du 26 juin à 19 heures, à l’église de

Parilly, avec des élèves de clavecin, flûte à bec et violoncelle.

Retour au théâtre le 29 juin à 20 heures avec les spectacles des

PRATIQUE

une fresque sur les palissades du chantier du Puisoz.

ACCESSIBLE DÈS 6 ANS, L’ATELIER SE DÉROULERA EN EXTÉRIEUR. PRIX : 5 EUROS. RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS : 04 72 50 73 19 - INFO-BIZARRE@LAMACHINERIE-VENISSIEUX.FR

Le 21 juin, entre 18 et 20 heures, l’école de musique proposera ses habituelles scènes ouvertes, à l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.

pour les saxophones, violons, trom-

ment aidé les jeunes des EPJ du Moulin-à-Vent et de Parilly à réaliser

Don Mateo a peint plusieurs fresques à Vénissieux, à Léo-Lagrange mais aussi à Monmousseau et Joliot-Curie, assisté de plusieurs jeunes

chœurs junior et Fusion: Circus et

... et le rap

On sait que les chorales entraînées

Toujours à Bizarre !, les ateliers des 19, 26 juin et 3 juillet, de 18 h 30 à

plein! Le lendemain à 11 heures,

ans, tous niveaux). Chaque atelier sera indépendant et l’on pourra assis-

boule de gomme et Ce soir au Tabou. par Mick Wagner font toujours le l’audition de la classe de guitare clas-

sique se tiendra à l’école de musique. Enfin, le 30 juin à 15 heures, cette

semaine s’achèvera en beauté à la médiathèque avec Kay La, de la musique haïtienne conduite par Daniel Mirabeau de l’école de musique de Pierre-Bénite. g

J.-C.L.

21 heures, seront consacrés au rap, écriture et freestyle (à partir de 12 ter à l’une ou l’autre des séances et même aux trois.

L’artiste qui les animera est connu sous les noms de Samara — on lui doit Les Temps sont durs, La Doctrine des anciens et La Prophétie des samples — et de Keizan (quand il est beatmaker).

Ajoutons enfin que Bizarre ! deviendra, dès l’automne 2018, l’antenne

régionale du tremplin Hip Hop Buzz Booster. L’équipement accompagnera durant un an Kikesa, candidat de la région et vainqueur national de l’édition 2018. g

PRIX : 5

EUROS. RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS :

04 72 50 73 19 -

INFO-BIZARRE@LAMACHINERIE-VENISSIEUX.FR


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

15

PROGRAMME À voir, écouter, savourer

PHOTO SHINJIHEESTUDIO

Samedi 23 juin ● De 10 à 12 heures : visite de la ruche, marché de créateurs, atelier tissage traditionnel, musique sous le cerisier, massage sonore ● 13 heures : Murmure du cerisier ● 14 heures : La Lune est le voile du soleil ● 14 h 30 : Plum and Potato ● 15 heures : conférence musicale sur le blues et le féminisme noir ● 17 heures : Fantaskao ● 18 heures : Petits poèmes anciens et modernes ● 19 heures : 3xMeyerhold ● 19 h 45 : La Lune est le voile du soleil ● 20 heures : La Bête ● 22 heures : Manon & Cie

LE PRIX D’ENTRÉE (5 EUROS) SERA REVERSÉ AUX ARTISTES. RENSEIGNEMENTS ET RÉSERVATIONS : TÉL. : 09 80 36 03 64 NIMAVIAJA@YAHOO.COM

L’Alma organise régulièrement des ateliers originaux : éveil musical, balade contée, cercle de femmes, fabrication de chocolat, etc.

FESTIVAL

et Yannis Miadi. Ceux qui voudront

prétés

L’âme de l’Alma

ensuite à la cave, à 14 heures, pour

accompagnés à la viole de gambe

Le 23 juin, entre 10 heures et 23 heures, l’Alma propose une série d’animations (contes, musiques, poésie, conférence, ateliers, visite d’une ruche) pour tous les âges.

N

modèle réduit, on pourra s’essayer

raire musical artistique,

dessiner, jardiner ou écouter des

des masques avec Lilas Cognet et

breux ateliers sympathiques et ori-

de passer à la vitesse supérieure en

une association créée en novembre

dernier par une sœur et un frère, Nima et Bilal Vaysse, et des nom-

ginaux qui ont pris place au 5 bis,

La programmation de ce festival ressemble à notre association : foisonnante et hétéroclite. Nima et Bilal Vaysse, fondateurs de l’ALMA

contes et de la musique.

Ce 23 juin, entre 10  heures et

23 heures, Nima et Bilal ont décidé proposant toute une journée d’ani-

mations qui s’adressent tout autant aux enfants qu’aux plus grands.

Tout commencera le matin par une visite de la ruche avec Bilal, un pas-

sionné de jardins et de nature, par un marché de créateurs (macramé, microédition, fanzines, gravures,

bijoux, etc.) et des ateliers origi-

naux. On découvrira ainsi le tissage

traditionnel karen (Thaïlande) avec Camille Guillemin et l’association Terre Karen, avec vente de pro-

duits. À l’aide d’un métier à tisser

sins d’objets et bandes dessinées à l’école lyonnaise Émile-Cohl (ate-

liers millefeuille et vermillon). Nima montrera comment attraper des rêves pendant que, sous le ceri-

sier, Stephane Lambert (prof à

l’école de musique Jean-Wiener et

membre de la Cie Le Civil) jouera du saxophone. Enfin, si vous dési-

rez un massage, il sera sonore et c’est Bilal qui l’effectuera au didjeridoo, instrument aborigène.

Après le repas (couscous végétacrêpes…),

vers

13 heures, le Murmure du cerisier

alliera les contes de Nima aux

musiques de Vincent Guglielmi

la

soprano

Han-

na Ailane et le ténor Yannis Miadi, par Ulises Piñeda.

JONGLERIES ENFLAMMÉES

sons intimistes et voyageuses de

À 19 heures, une expérimentation

Entre 15 heures et 17 heures,

gera, nous promet-on, théâtre,

Plum and Potato (voix et guitare).

d’Angela Davis publié aux éditions

Yann Damezin, enseignants en des-

viande,

Fateh. Suivie, à 14h30, par les chan-

féminisme noir, adaptée du livre

à la technique. On confectionnera

rien,

est le voile du soleil, par Sarah et

rence musicale sur le blues et le

rue de l’Ancienne-Gare. Où l’on a

pu fabriquer du chocolat, écrire,

une performance poétique, La Lune

Karim nous convie à une confé-

ous avons déjà parlé de l’Alma, Abreuvoir litté-

se mettre au frais se rendront

par

Libertalia. “Une révélation, une véritable rééducation”, a déclaré, à

propos de cet ouvrage, la roman-

cière Toni Morrison. “Par leurs spectacles et leurs disques, com-

mente Nima, les chanteuses de blues vont insuffler dans la popula-

tion noire de l’époque des idées libé-

ratrices et émancipatrices profitant

de leur grande popularité. Sexualité(s), domesticité, prison, prostitution, voyage, sororité, politique sont des thèmes abordés librement

par ces chanteuses bien avant le

mouvement féministe des années soixante-dix.”

Place ensuite aux Balkans et à la musique

klezmer

avec,

à

17 heures, le groupe Fantaskao, originaire de Sainte-Foy-lès-Lyon.

À 18 heures, les Petits poèmes anciens et modernes seront inter-

scénique, 3xMeyerhold, mélanvidéo, musique et… révolution créative à partir du texte de Vincent Bady, Un, deux, trois, Meyer-

hold. Et, à 19 h 45, retour de la performance poétique La Lune est le voile du soleil.

Entre 20 heures et 22 heures, la soirée pourrait s’achever en musique avec La Bête et “ses envies de

déglingue ultime, sa tisane détox dans le thermos et ses synapses en

PLS” si, aussitôt la dernière note

apaisée, les jongleries enflammées de Manon & Cie, maniant torches, bolasses, balles et diabolos ne pro-

longeaient agréablement, jusqu’à 23 heures, cette journée très bien remplie.

“La programmation, rappellent

Nima et Bilal, ressemble à notre association : foisonnante et hétéro-

clite. Musiciens, n’hésitez pas à

ramener vos instruments ! Et les enfants sont (très) bienvenus.” g

JEAN-CHARLES LEMEUNIER


CULTURE

16

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

OPTION THÉÂTRE DU LYCÉE JACQUES-BREL

L’école des femmes... actuelles oilà une option qui marche

V

hommes et femmes, et même d’un

refuse du monde chaque

groupe soudé!”

scolaire, les élèves de 1re viennent

sée. “C’est une pièce comique et les

Dans le cadre de l’option théâtre du lycée Jacques-Brel, des élèves de première et de terminale ont peaufiné leur travail pendant deux jours sur la scène du Théâtre de Vénissieux avant de le présenter le 1er juin dans ce même lieu. très bien et pour laquelle on

année : celle de théâtre au lycée

Jacques-Brel. Avec un travail qui s’échelonne tout au long de l’année

de présenter ce 1er juin, au Théâtre de Vénissieux, leur version de

L’Ours de Tchekhov tandis que les terminales

avaient

choisi

Aujourd’hui Martine d’Emmanuel Darley.

“Cette pièce parle de la condition de

chien. C’est une belle énergie pour un La pièce était également présentée à l’épreuve orale du bac, qui, toujours selon Mme Dolisi, s’est très bien pas-

examinateurs ont bien ri. Certaines

élèves suivent l’option depuis deux ans, pour d’autres c’est la première année et quelques-unes ont même démarré en milieu de terminale.”

SE DONNER LES MOYENS

la femme moderne à travers le per-

Il suffisait d’assister à une répétition

vre les conseils de son magazine,

prendre que l’ensemble montrait

sonnage de Martine, qui essaie de suiFemme

actuelle.”

Emmanuelle

Dolisi, l’enseignante qui a remplacé

en cours d’année Sophie Daniel, en congé maternité, a suivi les élèves

avec ses collègues Adama Batieba Thiero et Laodicée Hazim. Elle pour-

suit: “Aujourd’hui. Martine est une

succession de petits tableaux qui mettent en scène l’héroïne avec des spé-

cialistes du magazine venus lui apporter leurs conseils. Au fil des rencontres, chacune des 18 élèves de ter-

minale — nous n’avons que des filles, cette année — interprète Martine

dans ce travail choral. Elles tiennent aussi les rôles des spécialistes,

au Théâtre de Vénissieux pour comune belle cohésion et un dyna-

misme à toute épreuve. Sabine Destailleur,

la

comédienne

qui

accompagne l’option depuis plu-

sieurs années, est décrite par la prof

comme quelqu’un ayant “l’habitude

et la patience”. Sur scène avec les

Il suffisait d’assister à une répétition pour comprendre que l’ensemble montrait une belle cohésion et un dynamisme à toute épreuve.

Sabine sait les stimuler. Quand elle

L’expérience de ces deux journées de

physique des personnages pour une

compagnie Traction Avant, pour

positionnement, celle-ci est aussitôt

ment pour elles. Beaucoup de choses

qu’elles vivent et font vivre ! On

joué dans un court-métrage. Il faut

élèves ou en régie dans la salle,

relève une erreur d’attitude ou de

corrigée par l’élève sans que rien de plus ne vienne perturber le jeu.

“Ce sont de vrais enjeux d’apprentis-

sage, confirme Sabine Destailleur. Les élèves arrivent plus aguerries.

répétition au théâtre est un événefont sens dans l’art.”

Emmanuelle Dolisi insiste quant à elle sur l’envie : “Trouver des res-

sources, se donner les moyens… Elles montrent une vraie appropriation

meilleure compréhension du texte, constate chez elles un saut qualitatif

monstre. Il existe pas mal de projets pour les élèves avec La Machinerie et Bizarre ! Citons également celui

laquelle certaines de mes élèves ont saluer tous ces efforts, ces proposi-

tions qui leur permettent d’exprimer leur talent.” g

d’une comédie musicale mené par la

JEAN-CHARLES LEMEUNIER

EXPOSITION À L’ÉCOLE PASTEUR

Le monde à travers la matière Jusqu’au 22 juin, une classe de grande section de

mars au Théâtre de Vénissieux. Ils ont aussi été visiter

réalisés avec Sylvie Dupin du service arts plastiques

Sylvie.”

maternelle de l’école Pasteur affiche ses travaux, de la Ville. Les matériaux utilisés (papier, tissu, bois,

carton, fils, plastique…) donnent raison au titre de l’exposition : “Tout est matière”.

Ce 29 mai, jour du vernissage, les élèves de Sonia

Viel sont ravis et fiers d’eux. Et ils ont de quoi ! Pendant une dizaine de séances, entre décembre et mai,

ils ont donc réfléchi sur le thème de la matière.

“Entre deux séances, rappelle Sonia, je les faisais tra-

Aux côtés de Sylvie Dupin du service arts plastiques de la Ville, en ce jour de vernissage, les élèves de Sonia Viel sont ravis et fiers d’eux.

vailler sur le lexique, le vocabulaire et l’exploration

de ces matières avec les cinq sens. Le projet est lié à

la vision du spectacle P’tit papier qu’ils ont vu en

les expositions à l’espace Madeleine-Lambert, avec Les enfants ont pris beaucoup de plaisir et ont été

très réceptifs, ajoutent l’enseignante et la plasticienne. “L’exploration a été la première étape, précise

Sylvie Dupin. Je leur ai fait ressentir les différentes matières avec les yeux, le toucher, le son. C’était

comme s’ils n’étaient plus en classe mais dans un atelier artistique. Ils ont également travaillé en groupes sur des grands formats. Ils ont alors tenu compte de l’avis des autres et beaucoup discuté.”

Sonia conclut : “Avec ce projet, on regardait le monde à travers la matière.” g


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

FESTIVAL LUMIÈRE 2018

À VENIR Nouvelle saison du Théâtre de Vénissieux “Aimantez-vous”, clame l’affiche qui nous donne rendez-vous au Théâtre de Vénissieux ce 14 juin à 19 heures afin de prendre connaissance de la nouvelle saison 2018-2019. Une fois qu’on en saura plus et qu’on se sera précipité pour cocher spectacles et abonnements, il ne restera plus qu’à boire un verre en musique. Entrée libre. Réservation conseillée : 04 72 90 86 68.

Médiathèque Lucie-Aubrac Le prochain Raconte-moi une histoire (à partir de 4 ans) aura lieu le 20 juin à 15 heures. Les tout-petits (0-3 ans) se régaleront, le 23 juin à 10 h 30, avec Bébé bouquine. Le 27 juin à 17 heures, on apprendra à utiliser un Ipad avec les Rendez-vous numériques. À partir de 12 ans dans la limite des places disponibles. Inscription sur place ou au 04 72 21 45 54.

17

Ateliers d’arts plastiques Comme chaque année, les ateliers Henri-Matisse montrent tout ce qu’ils ont réalisé au cours de l’année. L’exposition se tient à la salle Irène-Joliot-Curie du jeudi 21 au samedi 23 juin, entre 14 et 19 heures. Vernissage le 20 juin à 18 heures en présence du maire et de l’équipe municipale. Renseignements : 04 72 21 44 44 poste 44 98.

Bibliothèque Pyramide Le 16 juin à partir de 9 h 30, le collectif LudiKap' propose une matinée de jeux (à partir de 3 ans). Entrée libre dans la limite des places disponibles. Tél. : 04 72 51 49 54.

Le Porte-Pôt À l'épicerie-comptoir du 329, route de Vienne, le 15 juin à 19 h 30, le Gone Joe Tour passera par là. Un bel univers à découvrir illico presto ! Réservation : 04 72 62 86 18.

J’aime Fonda Ce 11 juin, alors que toute la salle de l’Institut Lumière était suspendue à ses lèvres, Thierry Frémaux — délé-

gué général du festival de Cannes, directeur de l’Institut

et du festival Lumière — lança le nom du prochain Prix Lumière: celui de l’actrice américaine Jane Fonda. En commençant par montrer des images de Henry Fonda, son père. Car il va sans dire que cette déclara-

tion d’amour des Lyonnais concerne toute la famille

Fonda: le père, ses deux enfants Jane et Peter et sa petite-fille Bridget.

Du 13 au 21 octobre, la déclinaison de la filmo de la belle

actrice est attendue avec impatience: Barbarella, On

Grandes gueules de Robert Enrico, avec Bourvil et Lino

achève bien les chevaux, La Poursuite impitoyable, Que

Ventura. Du 15 au 19 octobre, le critique Michel Ciment

documentaire anti-armée américaine et pro-Vietnam.

ment voir, apprécier et rendre compte des films).

vienne la nuit ou des films jamais vus ou presque, tel FTA, On sait d’ores et déjà que plusieurs hommages seront rendus à Henri Decoin, Richard Thorpe, Muriel Box

(“longtemps la seule femme cinéaste anglaise”), Max Linder, Charlie Chaplin, Buster Keaton, Liv Ullmann, King Hu, Peter Bogdanovich ou Catherine Hessling.

Catherine Frot devrait venir chanter et Bernard Lavil-

liers présenter quelques films. On célébrera les cin-

quante ans de 2001, l’Odyssée de l’espace et on reverra

avec plaisir, parmi les grandes projections, celle des

(Positif) animera son workshop (un atelier sur com-

Enfin, Thierry Frémaux annonçait la sortie de deux livres dans la collection que dirige l’Institut Lumière chez Actes Sud: le premier sur 2001 et l’autre, signé Sir Christopher Frayling, sur Sergio Leone.

g

J.-C.L. SOIRÉES DE PRÉSENTATION DU FESTIVAL À L’INSTITUT LUMIÈRE LES 14 ET 20 JUIN À 18 H 30 ET 20 HEURES ET LE 16 JUIN À 11 HEURES. ENTRÉE LIBRE SUR INSCRIPTION : COMMUNICATION@INSTITUT-LUMIERE.ORG - 04 78 78 18 98 (EN INDIQUANT LA SÉANCE À LAQUELLE VOUS VOULEZ ASSISTER).

Cinéma Gérard Philipe

12, avenue Jean Cagne 04 78 70 40 47 cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr

Classé Art et Essai

COUP DE PROJECTEUR

Le mal du siècle JE VAIS

MIEUX DE JEAN-PIERRE AMÉRIS

Le 23 mars dernier, le cinéaste JeanPHOTO DR

Pierre Améris présentait en avant-pre-

Remorques Dans le cadre de Ciné Collection, l’un des chefs-d’œuvre signés par Jean Grémillon, Remorques, remet face à face Jean Gabin et Michèle Morgan, le couple mythique de Quai des Brumes. Le film sera projeté le 21 juin à 14 h 30.

Fête du cinéma Elle se déroulera du 1er au 4 juillet. Pour toutes les séances (hors supplément 3D), un tarif unique de 4 euros sera appliqué.

Tarif plein : 6,70 €, tarif réduit : 5,80 €, tarif Est-Écrans : 5 € / - de 14 ans : 4 €. Carte Est-Écrans valable un an à partir de la date d’achat. Supplément: 1 € pour séances en 3D. www.ville-vénissieux.fr/cinema/grac.asso.fr/salles/64-cinema-gerard-philipe

Séances à l’attention des sourds et malentendants Je vais mieux (14 juin, 18 h 30) ; Le Doudou (21 juin, 18 h 30) ; Bécassine (28 juin, 18 h 30).

mière Je vais mieux au cinéma

Gérard-Philipe avant une conférence

sur son travail à la médiathèque Lucie-Aubrac. Adaptée d’un roman de

David Foenkinos, l’histoire de ce quin-

qua (Éric Elmosnino) qui souffre du dos est depuis ce 13 juin à l’affiche à Vénissieux, l’occasion de redonner la parole à son auteur.

“David Foenkinos est plus naturaliste

Et ce garçon courbé qui se redresse

presque un rêve. Chez les spectateurs,

douleur comme en musique : il était

que moi, plus fantaisiste. Le film est l’identification est forte. Le mal de dos

vient souvent de frustrations qu’on a emmagasinées.

Elmosnino

a

une

nature mélancolique, comme moi. Pour

cette troisième comédie comme pour les autres, j’ai choisi un sujet très proche de moi. À travers lui, surgissent

d’autres questionnements : le mal au travail, avec sa femme et ses enfants…

Notre société anxiogène nous malmène et le corps se révolte. Pour se recons-

truire, il faut s’alléger. Bien sûr, j’essaie de faire des films qui fassent du bien !

était joli à filmer. J’ai voulu décliner la

important que le film commence par un cri, ce cri qui évoque tout autant le tableau d’Edvard Munch que celui qui est, dans le film, chez Ary Abittan.”

Pour lutter contre cette morosité

ambiante qui crée des souffrances physiques, le conseil de Jean-Pierre Améris est simple : sortir de chez soi.

“Le nombre de fois où je suis entré dans

un cinéma déprimé et sorti ragaillardi, alors que ce n’était pas forcément une comédie. Mais il permet parfois d’oublier ses soucis !”

g


18

SPORTS

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

FÊTE DU SPORT ET DE LA JEUNESSE

Dans la joie, la bonne humeur... et la transmission L’édition 2018 de la Fête du sport et de la jeunesse a attiré au bas mot 2 000 personnes le 2 juin dernier sur le stade Laurent-Gérin. Un rendez-vous convivial, ludique et visiblement apprécié. Témoignages sur trois des 25 stands qui animaient l’événement.

martial qui m’accompagne au quo-

ma boîte aux lettres, à Vénissieux.

pect qui me touche, et cette Fête du

sorte de remise en forme, et j’ai rapidement intégré les cours d’aï-

kido. Pour relâcher les tensions accumulées durant une journée de

travail (Mariane est psychologue, ndlr) et pour assurer la maîtrise de soi. Mais également pour trou-

ver une harmonisation avec les autres licenciés, du débutant au haut gradé. Je ne dirai pas qu’il

s’agit à proprement parler d’un sport, mais davantage d’un art

club, n’en revenait pas. “Les séances d’initiation assurées par Elsa Aubel, la présidente de Vénissieux Escrime, assis-

tidien, et devenu un art de vie. L’assport est idéale pour cela, c’est de

partager cette passion avec les plus jeunes, car contrairement aux

idées reçues, cet art peut s’adresser à tout le monde quel que soit son

âge. J’invite les néophytes et tous

les autres à nos portes ouvertes du

samedi 23 juin, au dojo du gym-

records d’affluence. Plus de 120 enfants de 3 à 12 ans ont découvert une disci-

pline qui leur parle. Autrefois grâce à

Zorro ou aux films de cape et d’épée,

aujourd’hui grâce aux dessins animés

Excalibur ou Ladybug et Chat noir, les

PHOTO RAPHAËL BERT

“J’ai découvert l’aïkido, il y a six

ration du corps en japonais), une

Aurélien Tiviller, ancien président du

et Fabien Battut, ont remporté des

“Idéal pour partager avec les plus jeunes” J’ai d’abord testé le taïso (prépa-

“Tester, ça donne envie d’en faire”

tée de Kaju Choletais, Bérenger Vachet

Mariane aïkido

ans, grâce à un tract récupéré dans

Salma et Khaled escrime

ados sont séduits par la discipline.”

Ainsi Salma et Khaled (photo), pas tout

à fait 10 ans, frère et sœur, qui se sont défoulés sur l’espace réservé à l’es-

crime, habillés de masque, veste ou

échanges, dans une position plutôt

Attentive, la maman a été séduite éga-

sympa, s’est enthousiasmée Salma, qui

taquait sans répit sous tous les angles.

enregistrer deux nouvelles recrues à

cuirasse de protection. “C’est vraiment

n’a pas cessé de rire durant les

défensive, alors que son frère aîné l’at-

Tester, ça donne envie d’en faire.”

lement. Vénissieux Escrime devrait la rentrée. g

nase Jean-Guimier, en après-midi.

Aïssa gestes de premier secours

japonais, un rappel sur l’histoire

“On peut mettre les personnes en situation”

l’initiation à l’aïkido.” Plus de ren-

Éducateur sportif bien connu des

saire est en place. On peut facilement

tre “la victime consentante” en posi-

Charréard, Aïssa déborde d’énergie.

Comme beaucoup d’autres jeunes

gestion d’Aïssa : “On devrait inviter

Il y aura des ateliers de contes des arts martiaux, de l’origami, de seignements au 07 83 25 25 67. g

ados de la ville, impliqué à l’EPJ du Outre son job habituel, il s’est lancé dans la formation aux gestes de pre-

mier secours, a obtenu les diplômes nécessaires pour transmettre ses connaissances. “Il y a quatre ans, j’ai proposé de tenir un stand et visible-

passer de la théorie à la pratique.”

Vénissians, Célina, Abdel, Mélissa n’avaient aucune connaissance en la matière. Et encore moins de pra-

tique. Ils ont été “impressionnés”, notamment quand il leur a fallu met-

tion latérale de sécurité (PLS). Sug-

l’Éducation nationale à intégrer cet

enseignement dès la primaire. Moins de 10 % des Français effectuent, chaque année, une formation aux premiers secours.” g

ment, ça a plu. Plus d’une cinquantaine

de personnes, souvent des jeunes, sont

depuis initiées chaque année aux gestes de bases pour porter secours à

une personne en danger. Je leur apprends les bases du secourisme

selon un processus précis : apprécier l’état de la victime, demander de l’aide en alertant si possible les services d’ur-

miers secours de façon calme et non précipitée. L’avantage à la Fête du sport, c’est de pouvoir mettre les per-

sonnes débutantes ou non en situation. Dans notre stand, le matériel néces-

PHOTO RAPHAËL BERT

PHOTO RAPHAËL BERT

gence, et effectuer les gestes de pre-


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

CENTRE NAUTIQUE ET PISCINE DELAUNE

Cap sur l’été

La plaquette de communication du centre nautique intercommunal (CNI) est lancée, tout comme la pro-

chaine saison estivale dont le coup d’envoi est fixé au vendredi 15 juin, juste après la fermeture technique pour entretien.

L’équipement intercommunal sera accessible aux

AGENDA Samedi 16 juin Compétition de gymnastique réservée aux écoles de sport organisée par le CMO-V Gym au gymnase Jacques-Anquetil, de 13 heures à 18 heures. ●

adultes et enfants accompagnés tous les jours de

10 heures à 18 h 30. Les groupes et centres sociaux auront une plage horaire comprise entre 10 heures et 14 heures, avec possibilité de déjeuner sur la pelouse extérieure sur réservation. Enfin, les enfants de plus

de 12 ans non accompagnés d’un adulte seront admis de 14 heures à 18h30.

un animateur pour huit enfants.

Le tarif groupe est de 22 euros les 10 billets avec une entrée gratuite pour l’accompagnateur. Renseignements au 0437905454.

Du côté de la piscine Auguste-Delaune, la fermeture

technique est annoncée du lundi 25 juin au vendredi 6 juillet inclus. “La saison estivale démarre dès le lende-

main, annonce Christian Beslin, directeur de l’équipe-

ment. Les horaires sont légèrement étendus, de 11 heures à 18 heures (heure de sortie des bassins). Mais dans le

cadre du dispositif “Vivre un été sport”, les horaires ont

Dimanche 17 juin

Du lundi 18 au vendredi 22 juin Vénissiades d’été organisées par la Ville, compétition multisports, de 9 heures à 11 h 30.

Mercredi 20 juin 11e Gala des centres sportifs du mercredi organisé par la Ville au stade Laurent-Gérin, de 14 heures à 18 h 30. ●

Vendredi 22 juin

difficile de faire mieux: l’entrée pour un adulte reste à

Gala de judo de fin d’année organisé par l’ALVP Judo, au gymnase Jacques-Anquetil, à partir de 18 h 30.

1,10 euro pour les tout-petits. Un carnet de dix entrées

Samedi 23 juin

été fixés de 13h30 à 18 heures.” Concernant les tarifs, 3  euros, elle est de 1,70  euro pour les enfants, et de est fixé à 23  euros (adultes) ou 13  euros (enfants).

Comme au CNI, les enfants de moins de 12 ans non accompagnés ne peuvent entrer dans l’enceinte. g

RENSEIGNEMENTS AU 0472501696.

GYMNASTIQUE ARTISTIQUE

Si près du but

L’équipe masculine de Nationale B (12 ans et +) du CMO-V

a flirté avec le podium à l’occasion des championnats de France. À Villefranche-sur-Saône, la formation managée

par Christophe Rosier a dû se contenter de la médaille

en chocolat en dépit des prestations abouties de Pierrick Butty, Logan Bars, Louis Cros, Benjamin Coquard et Virgil Bertet (photo). Ce dernier matchait pour la dernière fois,

il a annoncé la fin de sa carrière de gymnaste.

À Agen, l’équipe féminine engagée en championnat de France UFOLEP, de niveau 5 (11 ans et +), et composée d’Anna Ollivier, Stéphanie Lebras, Maëlle Dupont, Linda

Hasse, Nelli Kayadjanian, Anaïs Benchérif et Miledji Toni, a fini 7 place. Bonne prestation individuelle de Stéphanie e

Lebras, arrivée 5e. g

L’envie suit son court

“Filles de Foot”, tournoi féminin des catégories U9-U11 organisé par le Pôle féminin 69 Football au stade Laurent-Gérin, de 9 heures à 18 heures.

appliquée aux différents groupes. Pour les moins de pour cinq enfants dans l’eau. Et pour les plus de 6 ans,

MOULIN-A-VENT TENNIS

Sécurité oblige, une réglementation spécifique est

6 ans, obligation de pouvoir compter sur un animateur

19

“Le Challenge des 11 roses”, tournoi féminin pour les U15 organisé par le Pôle féminin 69 Football au stade Laurent-Gérin, de 9 heures à 18 heures. ● Gala de fin d’année de gym rythmique organisé par le CMO-V GR au gymnase Alain-Colas, de 15 heures à 18 heures. ● Portes ouvertes à l’aïkido proposé par l’Aïkido Club Vénissieux au dojo du gymnase Jean-Guimier, de 14 heures à 17 heures. ● Stage de Kajukembo avec Maître Paulino Martin Perez (8e dan) au gymnase ColetteBesson, de 9 h 30 à 12 heures. L’après-midi, stage de Panantukan-Kali, de 14 heures à 16 h 30. Renseignements : 06 81 27 41 60. ●

Samedi 30 juin Tournoi de foot en salle senior masculin organisé par l’AS Vénissieux Minguettes au gymnase Jacques-Anquetil, de 9 heures à 18 heures. Le lendemain, tournoi senior féminin, de 9 heures à 17 heures. ●

Il se passe toujours quelque chose sur les

en place une convention avec le centre Léon-

Tennis. À l’occasion des portes ouvertes de

mettre à des patients de s’adonner au tennis,

courts de Tola-Vologe, fief du Moulin-à-Vent samedi dernier qui coïncidaient avec la jour-

née nationale du tennis — plus de soixante

personnes y ont participé —, Sophie Grégoire, la présidente du club, a dressé le bilan de l’année en cours.

Sur le plan sportif, la palme revient à l’équipe réserve féminine qui, invaincue en 16 ren-

contres, rejoint la Division 3. En dépit d’un parcours réussi (2e place), l’équipe masculine

renforcée par un espoir de 15 ans (Rida Rafed)

n’accède pas en revanche au niveau régional. Par ailleurs, le club poursuit son développe-

ment, multipliant les actions hors de ses murs

et de ses courts. “On a étoffé nos actions avec

le centre social du Moulin-à-Vent, détaille la présidente. Ce sont 36 adhérents de la structure

qui en ont profité. De plus, grâce à un adhérent

du club, et avec le soutien de la Ville, on a mis

Bérard. Dans l’enceinte de l’hôpital, on va per-

on apporte balles et raquettes, une manière de concilier sport et santé.”

Une action ponctuelle, fin mai, a également

été l’occasion pour les éducateurs du MVT de

rencontrer collégiens et lycéens de La Xavière… Histoire de rappeler que le tennis est une matière optionnelle au bac.

Le club du Moulin-à-Vent devrait annoncer, fin août, quelque 250 licenciés, dont 110 jeunes. La tendance est donc au beau fixe.

Sans que l’on puisse parler de fusion, y a-t-il

des passerelles possibles avec le Tennis club

des Minguettes? “Difficile à dire, répond

Sophie Grégoire. Il peut y avoir des actions à définir, à mettre en place, tout en s’appuyant

sur la structure originale “Fête le mur”. Une

réunion tripartite avec la Ville est prévue à la fin du mois de juin.” g

KARATÉ VÉTÉRANS

Trois titres pour le Sen No Sen Le week-end dernier, une délégation de cinq karatékas vénissians issus du Sen No Sen a pris part, à Orléans, aux championnats de France kata et kumité.

Le samedi, en combats, Pierre-Yves Barbin s’est incliné (1-1, sur décision) au premier

tour en vétéran 1 (moins de 75 kg). Ahmed Bitam a été éliminé en quart de finale, mais

Stéphane Gothuey, entraîneur au club du gymnase du Centre, a remporté le titre.

Marie-Claude Barbin, en vétérane 4 (moins de 55 kg) l’a imité, s’adjugeant la couronne dans sa catégorie.

Dimanche, en katas, on attendait Madjid

3e tour. Cerise sur le gâteau: la nouvelle per-

Nekoul en vétéran 3. Mais l’ancien champion

formance de Marie-Claude Barbin, en vété-

vétéran 2, Stéphane Gothuey a été défait au

un doublé. g

de France s’est incliné au premier tour. En

rane 4. Elle a remporté le titre pour s’adjuger


20

SPORTS

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

CAISSES A SAVON

Treize ans après la dernière épreuve officielle disputée à Vénissieux, les caisses à savon font leur retour. Le CASV a programmé une course samedi 16 juin du côté du parc de Parilly, entre le château d’eau et les abords de l’hippodrome.

“I

l ne faut pas se fier à cette longue

interruption, explique David Mau-

rin, responsable du CASV (Caisses

à savon Vénissieux), par ailleurs directeur de

la Maison de l’enfance du Centre. Cela ne nous a pas empêchés d’être actifs durant cette dou-

zaine d’années, d’être présents sur la plupart

des compétitions départementales, régionales

et nationales. Et de tirer à chaque fois notre

épingle du jeu. Régulièrement, on continue à

PHOTO RAPHAËL BERT

Vénissieux repasse à la caisse

La relève vénissiane autour du pilote Meksen devant les locaux du club.

Les Vénissians s’illustrent et sont toujours aux avant-postes. Vénissieux n’a-t-elle pas

été à l’origine de l’engouement pour la caisse

à savon, et ce dès 1980 ? Avec l’organisation d'un Grand Prix en 1981, n’a-t-elle pas lancé

la ronde des championnats en France ? Si

rien n’a été organisé sur la commune depuis

2005, c’est davantage pour des raisons de

sécurité de plus en plus exigeantes : obtenir les autorisations, bloquer une rue tout une

journée, avoir le personnel suffisant pour

être opérationnel… Et surtout disposer du

site adéquat. Les longues descentes qui

contournent ou qui sont en plein cœur du parc de Parilly, et le fait qu’elles soient inter-

dites à la circulation des automobiles et cylin-

drées,

permettent

d’organiser

événement, samedi prochain.

cet

DE 5 À 77 ANS

Fort de sa trentaine de compétiteurs, dont 17 ayant moins de 18 ans, le CASV va être sur le

devant de la scène pour une course sans

obtenir des titres, et des médailles. À Saint-

enjeu, sauf celui de remettre au goût du jour

fils Nicolas, j’ai remporté la catégorie C7. Sans

77 ans. Si les Vénissians sont toujours à la

Apollinaire, en début de mois, associé à mon

pointe de la discipline, ils le doivent à leur

ARCHIVES RAPHAËL BERT

parler des podiums.”

une discipline qui emballe les jeunes de 5 à

L’un des derniers grands prix de caisses à savon organisés à Vénissieux.

expérience reconnue pour préparer, réparer,

de Stéphane, jeune quadra venu d'abord

bichonner et même créer leurs bolides.

accompagner son fils, avant de devenir accro

qui nous permet de tout faire ici, de A à Z, rap-

kart récupéré “à la benne”… qu'il pilotera

“Grâce à la Ville, depuis 2012, on a notre local

pelle le responsable. On a même conçu un

moule pour créer de nouvelles coques. On a

au point de bricoler de A à Z un châssis de samedi à Parilly. g

une équipe de passionnés qui viennent le ven-

dredi soir ou le dimanche matin, comme Yann,

Nicolas, Cédric et autre Yohan et Meksen.”

Autour de la famille Maurin, de vrais fanas

mettent la main dans le cambouis, à l’image

DJAMEL YOUNSI COURSE

DE CAISSES À SAVON AU PARC DE PARILLY SAMEDI 16 JUIN, PRÈS DU CHÂTEAU D’EAU. DE 10 HEURES À 17 HEURES. AVEC UNE COURSE PROPRE RÉSERVÉE AUX EPJ LÉO-LAGRANGE, PYRAMIDE ET PARILLY, AINSI QUE LA MAISON DE L’ENFANCE DU CENTRE. ENTRÉE LIBRE, BUVETTE ET JEUX POUR ENFANTS.


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

21

VÉNISSIEUX MINGUETTES FUTSAL

Une page se tourne Un an après avoir pris en main l’équipe fanion de l’AS Vénissieux Minguettes Futsal en tant que directeur sportif, Rui Dos Santos (42 ans) tire sa révérence pour rejoindre Bastia, club de l’élite. Quelles sont les raisons qui vous

tait des équipes aux moyens finan-

votre aventure à Vénissieux ?

souvent des équipes habituées à

L’envie de voir autre chose. Je suis

impliqué dans l’univers du futsal

depuis un bon paquet d’années (au Portugal, à Clénay…), et j’aime vivre des expériences avec des

clubs qui affichent de vrais projets.

Concrètement, qu’est-ce qui n’a pas fonctionné cette année ?

On aurait pu espérer intégrer le

haut du tableau, être dans le Top 5.

D’ailleurs, en début de championnat, on a occupé le podium.

Ensuite, il faut savoir qu’on affron-

RUI DOS SANTOS DIGEST ● 41 ans ● Ex-joueur à Miramar

en foot à 11 (champion du Portugal en 1996) ● Entraîneur au Portugal, puis éducateur et coach-adjoint à Clénay et Vénissieux ● Titulaire du certificat “Futsal Performance” (Clairefontaine)

ciers et humains bien supérieurs,

4 matches nuls et 14 défaites), et

l’élite ou à la Division 2. Enfin, il

des équipes de haut de tableau et

on va s’efforcer d’intégrer le club

nous a manqué de l’assiduité dans

jouer les play-off.

le travail fourni, dans l’implication hebdomadaire…

Revenons à Vénissieux. Que rete-

Le fait d’avoir été appelé en

sage ?

nez-vous de votre court pas-

cours de saison pour promouvoir le futsal au Cameroun a-t-il

ARCHIVES RAPHAËL BERT

poussent à mettre un terme à

vés 10e cette année (6 victoires,

influé sur votre décision de ne pas poursuivre avec Vénissieux Minguettes ?

Vraiment pas. J’ai accepté cette

J’ai d’abord beaucoup apprécié

l’ambiance au sein du club et j’ai vraiment été séduit pas la qualité du futsal pratiqué. Les Benjoua, les

jumeaux Wahil et Wassil Azazga,

Madou Dramé… Et bien évidem-

mission car elle me permet de ren-

Rui Dos Santos ne sera resté qu’une saison directeur sportif du club vénissian.

ment Saïd Mehamha qui nous a

contacts, c’est très enrichissant. Il

lement pour préparer l’équipe

dirigeants corses m’avaient déjà

mis à un bel avenir en futsal. Ce

au Cameroun que deux fois l’an,

neur. D’ailleurs, à Bastia, je vais

mon arrivée à Vénissieux. Ils sont

contrer des gens, de lier des

faut savoir que je ne me déplace

pas plus. Le reste du temps est

consacré à des échanges hebdoma-

daires avec les dirigeants came-

fanion avec Hadj Belhadj, l’entraîcontinuer à fonctionner de cette Pourquoi avoir choisi le club

pétitive, au même niveau que les

pour être un “gros bras” du fut-

sélections phares actuelles (Maroc, Égypte, Mozambique) car il y a un

projet de coupe d’Afrique de futsal.

À Vénissieux, je passais l’essentiel

de mon temps au club, et pas seu-

revenus à la charge et m’ont fait

façon.

rounais. Leur ambition est de

créer une équipe nationale com-

approché l’an dernier, juste après

part d’un vrai projet de politique sportive axé sur la formation des

jeunes au futsal, et ça, j’aime bien.

bastiais qui n’est pas réputé

Ensuite, ils m’ont donné la possibilité de créer des passerelles

sal national ? Pour des raisons

entre le futsal et le foot à 11.

financières ? Pour un cadre de vie qui se rapprocherait de votre

Donc sans aucun objectif ambi-

Ni l’un, ni l’autre, sincèrement. Les

Au contraire. Les Corses sont arri-

pays natal, le Portugal ?

tieux pour l’équipe élite ?

rejoints en cours de saison, et prosont des joueurs qui ont leur place

plus haut. J’espère que le club

vénissian va poursuivre sa progression, même si l’assemblée générale de la FFF a adopté de

nouveaux statuts pour les éducateurs et entraîneur : dès juillet,

sauf dérogation, tout entraîneur de club de D2 devra être titulaire

du diplôme fédéral “Certificat Futsal Performance”. g

PROPOS RECUEILLIS PAR DJAMEL YOUNSI

LES RÉSULTATS DE LA QUINZAINE Handball

Football

imposées sur le relais 4x60 m, devenant

les épéistes vénissians ont tenté de faire

Les Vénissians du VHB ont fini en beauté

championnes départementales sur la dis-

bonne figure en Nationale 1, faisant

Grâce à leur large succès face à Échirolles

l’exercice 2017-2018. Ils se sont imposés

tance.

presque un tir groupé aux alentours

(7-2), le 27 mai dernier, les jeunes U19

à Saint-Flour (37-34), remportant leur

En début de mois, l’infatigable Léane Chas-

des quarantièmes places. Stéphane Vienne

de l’AS Vénissieux Minguettes ont terminé

12e succès, et finissent 5e de Nationale 2,

tagner, cadette, est devenue championne

s’est placé 36e, Alexis Para, 39e, Grégory

second de Promotion de ligue, derrière

juste derrière Caluire.

du Rhône-Métropole de Lyon, toujours au

Jeunet-Mancy, 42 , et enfin Béranger

Annecy, et à égalité de points avec leur

L’an prochain, un nouveau logo accompa-

stade du Rhône. Avec un jet à 37,64 m au

Vachet, 46e.

adversaire. Grâce à un goal-average parti-

gnera les équipes vénissianes. Conçu

disque, elle bat de surcroît le record du

par Charlotte et Thomas Valentin (joueur

club détenu jusque-là par Nathalie Aban-

de l’équipe fanion), Il a été approuvé

court, et se qualifie pour les championnats

Cinq Vénissians du Sen No Sen ont pris du

le plus haut niveau régional.

par une majorité de licenciés du club lors

de France. Son frère Gwenaël a fait aussi

grade, en début de mois. Revenus au club

En collaboration avec Carrefour Vénis-

d’un vote interne.

bien au lancer du poids : nouveau record

il y a six ans, Grégory Faure et Vincent

sieux, l’AS Minguettes et l’US Vénissieux

du club (14,46 m) et qualification pour les

Perraud ont obtenu leur 2e dan, Thierry

ont offert une douzaine de sacs de

championnats de France.

Durand et Hamadi Essid leur 3 dan. Pierre-

maillots, chasubles, shorts à l’association

Yves Barbin, titulaire d’un BEES 1 et égale-

HumS (HUManitarian Sport). Ce matériel

ment entraîneur au sein du club, s’est vu

permettra à des personnes dans le besoin

Athlétisme Quatre benjamines de l’AFA Feyzin/Vénissieux ont été titrées au stade du Rhône de

Escrime

e

culier, le groupe préparé par Fayçal Miled

Karaté

va accéder à la poule Honneur des U19,

e

Parilly. Elina Gallone, Alyssa Lopez-Pereira,

Lors des championnats de France indivi-

remettre son 5e dan, en étant même major

de pratiquer du sport dans les meilleures

Julie Orosmane et Ambre Arnaud se sont

duels et par équipes organisés à Amiens,

de sa promotion.

conditions.


AU QUOTIDIEN EXPRESS

C’EST MA RECETTE !

Lasagnes saumon-épinards

Vente de plantes solidaire L’association Aider son prochain organise une vente de plantes pour financer l’opération de la petite Doriane, 1 an, atteinte d’une malformation cardiaque. Rendezvous les 13 et 14 juin de 9 h 30 à la fermeture du magasin Netto situé 74, bd Joliot-Curie.

Par les élèves de l’atelier cuisine de l’Intitut médico-éducatif Ingrédients pour six personnes : 600 g de saumon – 120  g de saumon fumé,

480 g de frais –, 1,5 boîte de lasagnes précuites,

750 gr

d’épinards

en

branches surgelés, 75 cl de crème

Vide-greniers Partage, joie et bonheur

liquide, 70 g de beurre, 70 g de farine, 1 litre de lait entier ou demi-crémé,

PHOTO RAPHAËL BERT

poivre, gruyère râpé, sel.

Préparer la sauce Béchamel :

- Faire fondre le beurre dans une casserole. - Ajouter la farine dans le beurre fondu, bien remuer, puis verser le lait froid et chauffer le mélange en remuant avec un

fouet, jusqu’à épaississement. Si la béchamel est trop épaisse, ajouter 20 cl de crème fraîche liquide.

mel, épinards, saumon.

- Finir par une plaque de pâte et recouvrir de gruyère.

- Mettre au four à 210° pendant 30 minutes.

- Faire fondre les épinards surgelés dans

L’atelier cuisine de l’IME Jean-Jacques Rous-

- Faire cuire le saumon frais dans une cas-

naise. Il accueille plusieurs jeunes entre 18

une casserole.

serole avec du beurre, ajouter le saumon fumé coupé en lamelles.

- Beurrer le plat avant de déposer une plaque de lasagne puis une première couche béchamel, saumon, épinards.

- Rajouter par-dessus une autre plaque de lasagne.

- À nouveau déposer une couche de bécha-

seau a lieu à la maison de quartier Daret 20 ans. Après avoir proposé une idée de

repas à leur éducatrice, ils gèrent un budget pour faire les courses, puis cuisinent. Cet atelier leur permet de gagner en autonomie. g

RESTAURATEUR OU PASSIONNÉ DE CUISINE, PARTAGEZ VOTRE RECETTE AVEC LES VÉNISSIANS : CONTACTEZ-NOUS AU 04 72 51 18 12 OU À REDACTION@EXPRESSIONS-VENISSIEUX.FR.

PRÉFÉRÉE PAR MAIL

CANICULE

Mieux vaut prévenir En cas de canicule avérée, la chaleur peut entraîner des pathologies graves comme la déshydratation ou le coup de chaleur. Ces risques peuvent survenir dès les premiers jours. C’est pourquoi, la Ville met en place un dispositif d’envergure : les centaines de Vénissians âgés de 65 ans ou plus ou adultes handicapées inscrits sur le registre de Veille canicule seront appelés par le service 3e âge, ils auront également à leur disposition une liste des lieux climatisés où ils pourront se rendre. Lorsque le service est fermé, c’est le TOP qui prend la relève, joignable 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 au 04 72 51 52 53. Rappelons que

pour être inscrit sur ce registre, il suffit de contacter le pôle 3e âge de la direction solidarité action sociale au 04 72 21 43 02, ou par mail en indiquant vos noms, prénoms, âge, adresse et numéro de téléphone à l’adresse suivante : smaintie@ville-venissieux.fr Si vous ne vous sentez pas bien, que vous êtes malades, appelez soit votre médecin traitant, soit la maison médicale de garde au 04 72 33 00 33, la semaine de 20 heures à minuit, le samedi de 12 heures à minuit, les dimanches et jours fériés de 8 heures à minuit. Un numéro national d’information est également mis à disposition de tous : 0 800 06 66 66 (appel gratuit).

Rédaction : 1, rue Gambetta 69 200 Vénissieux. Téléphone : 04 72 51 18 12. Mail : redaction@expressions-venissieux.fr Site du journal : www.expressions-venissieux.fr Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé.

Directrice de publication : Christiane Brundu. Rédacteur en chef : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12. Rédacteur en chef adjoint : François Toulat-Brisson ✆ 04 72 51 76 65. Secrétaire de rédaction : Perrine Plateau. Journalistes : Michèle Feuillet ✆ 04 72 51 76 63. Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 18 12. Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84. Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62. Photographe : Raphaël Bert. Assistante de direction : Ghislaine Déléaz. Chargé de publicité : Boris Miachon ✆ 04 72 90 95 98 Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions. Fabrication : IPS - 01 600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96. Distribution : Codice - 69 200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30. Abonnement : 42 euros par an. Prix au numéro : 1 euro. Tirage 32 500 exemplaires. issn : 1151-0935

L’association Partage, joie et bonheur organise un videgreniers dimanche 24 juin de 6 à 19 heures, avenue MariusBerliet (à côté d’Emmaüs). 5 mètres linéaires : 25 euros avec véhicule. Réservations : 06 46 58 13 55.

Après-midi festif L’association Les Colibris solidaires organise un après-midi festif le 24 juin, à partir de 13 heures, à la maison des fêtes et des familles (20, avenue de la Division-Leclerc). Des animations pour enfants (stands de maquillages, de henné et bien d’autres) seront proposées ainsi qu’une buvette. Renseignements au 06 66 09 97 80.

Horizon Parrainage recherche des bénévoles... Pour accompagner le parrainage d’enfants vivant dans un environnement socio-affectif fragilisé, l’association lyonnaise Horizon Parrainage lance un appel aux bénévoles. Les missions seront d’accueillir les candidatures, d’accompagner les futurs parrains dans leurs démarches et devenir un référent entre le parrain et l’enfant. Tous les volontaires, quel que soit leur âge, leurs compétences et leurs disponibilités sont les bienvenus avec un seul objectif : permettre à des enfants et à des adolescents de s’épanouir en partageant des moments privilégiés avec leur parrain/marraine “de cœur”. Renseignements : 04 72 05 84 85 et www.horizonparrainage.fr

... Le centre social de Parilly aussi Vous souhaitez vous engager dans votre quartier et agir à Vénissieux ? Venez rejoindre l’équipe bénévole du centre social de Parilly (27 bis, avenue Jules-Guesde) en vous investissant au sein des activités suivantes : ateliers sociolinguistiques, accompagnement scolaire, ateliers de loisirs pour enfants et adultes, animations diverses, projets festifs... Renseignements : 04 78 76 41 48.

MENUS DES RESTAURANTS SCOLAIRES MENUS DU 14 AU 26 JUIN Jeudi 14 : melon ; sauté de boeuf à la moutarde, semoule* ; fromage (carré frais*) ; chou au chocolat Coupe du Monde ; pain*. Vendredi 15 : salade de pommes de terre, vinaigrette maison ; filet de merlu aneth/citron, ratatouille ; crème dessert caramel ; pain*. Lundi 18 : carottes râpées, olives, vinaigrette maison ; sauté d’agneau aux olives, torsades* + fromage râpé ; Gouda* ; fruit de saison* ; pain*. Mardi 19 : crêpe au fromage ; filet de poisson meunière, haricots verts aux poivrons ; yaourt aux fruits* ; pain*. Jeudi 21 menu jardin fleuri : salade estivale (salade verte, tartare de tomates, concombre à la fleur de sel), vinaigrette maison ; poulet fermier rôti à la fleur de romarin, beignets de chou-fleur ; fromage à croûte fleurie (Camembert) ; tarte nid d’abeilles ; pain marguerite*. Vendredi 22 : concombre, féta, vinaigrette maison ; filet de poisson sauce ratatouille, pommes de terre vapeur persillées ; fruit de saison ; pain*. Lundi 25 : tartine chèvre tomate, salade verte, vinaigrette maison ; escalope de poulet au jus, petits pois à la française ; fromage (Edam*) ; fruit de saison* ; pain*. Mardi 26 : salade verte, mimolette, vinaigrette maison ; filet de poisson sauce provençale, semoule* ; compote de pomme, sablés de Retz ; pain*.

(*) PRODUITS BIO. LA RÉGIE DE RESTAURATION PEUT ÊTRE AMENÉE À MODIFIER LES MENUS. CES MENUS SONT CONSULTABLES SUR LE SITE WWW.VENISSIEUX.FR

SANTÉ Nos oreilles, on y tient L’association JNA (Journée nationale de l’audition) lance sa grande campagne de prévention de l’été pour lutter contre les acouphènes. Ces troubles proviennent essentiellement des traumatismes sonores aigus ou chroniques suite à l’écoute de musique. En cas de concert, n’hésitez pas à porter des bouchons de protection souvent fournis par les organisateurs. Autre conseil : laissez récupérer vos oreilles au moins sept heures après une exposition sonore en concert, discothèque ou festival. Six jeunes sur dix âgés de 15 à 17 ans ont déjà ressenti des sifflements ou bourdonnements dans les oreilles et 27 % des 25-34 ans.

PHOTO DR

22

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

ALLO CONSEILS JNA-FRANCE ACOUPHÈNES : 0 820 222 213 (0,09 EURO /MINUTE PLUS PRIX D’APPEL). Le diabète : parlons-en ! Jeudi 28 juin de 8 h 30 à 12 h 30, le bus info santé de la Métropole s’installera au marché des Minguettes. Une équipe de professionnels de santé répondra à toutes vos questions sur le diabète et notamment sa prévention. Une initiative que l’on doit à l’Ades (Association départementale d’éducation à la santé) du Rhône, la Ville de Vénissieux, l’ARS (Agence régionale de Santé) et les centres sociaux des Minguettes.

CONTACT : 04 72 21 50 80.


HISTOIRE

EXPRESSIONS / Mercredi 13 juin 2018 - n° 649

L

23

undi 29 novembre 1706.

blir dans d’autres villages ou à

Louis XIV, le maréchal-fer-

cément synonyme de déchéance

Lyon. Un départ qui n’est pas for-

En ce jour du règne de

rant de Vénissieux, Simon Blajot,

LYON MBA – PHOTO ALAIN BASSET

sent sa dernière heure arriver. Depuis des semaines, il lutte

contre une maladie qui l’affaiblit

chaque jour un peu plus, et qui l’emportera

bientôt

dans

la

tombe. Aussi fait-il venir dans sa

chambre le notaire du village,

Jean-Baptiste Yvert, pour recueillir ses dernières volontés. Maître Yvert s’approche du lit, et se penche pour écouter la voix faible

du vieux forgeron. En homme très croyant, Simon Blajot commence

par faire le signe de la croix et à implorer le nom du Père, du Fils

et du Saint-Esprit. Puis son premier souci va pour le destin de

son âme : pour lui permettre d’accéder plus rapidement au paradis, il demande que 18 messes soient dites par le curé du village. En

remerciement de ces cérémonies, il lègue 30 sous pour acheter des

beaux cierges ; ainsi ses amis penseront à lui lorsqu’ils brilleront dans la nuit. Enfin, le père Simon termine ses clauses pieuses en

La Dame de Charité, Jean-Baptiste Greuze, 1775.

Dernières volontés

dépasser par son talent, et sortir d’une voie toute tracée.

... AU PARTAGE ÉGALITAIRE

Arrive la Révolution française, qui abolit le système préciputaire

Dans les archives du Rhône et de l’Isère, dorment des milliers de testaments passés par des Vénissians pendant plus de 500 ans. Une fenêtre ouverte sur leurs secrets de famille.

Le forgeron reprend son souffle.

Il lui reste à dicter au notaire les

legs qu’il veut faire à sa femme et à ses sept enfants. À son fils

Pierre, il donne une maison avec

tous les outils et la forge qu’elle

contient, plus une vigne et 12 chemises. À son fils Benoît, la somme

de 245 livres, quatre draps, deux

nappes et 12 chemises, à payer

entre héritiers. Catastrophe en Dauphiné ! Des siècles de droit

d’aînesse volent en éclats. Comment va-t-on faire désormais pour

protéger les biens de la famille ?

cessorales avaient précédé la loi

verser 5 sous, le minimum pour

place au ciel ?

et généralise le partage égalitaire

À Vénissieux, où les pratiques suc-

PAR : ALAIN BELMONT

preuve : le 31 août 1506, le notaire

Dieu, pour lui faire une meilleure

avec la métropole, au point de

pauvreté du dernier né, qu’il sut

Nicole, 180 livres, des draps, des

interviendra peut-être auprès de

merce de fourrures et de poissons

meunier dans le conte, mais la

cimetière, mais lui étant un per-

dans l’église. Qui sait, l’un d’eux

Canada et fit fortune dans le com-

moulin, comme le fils aîné du

pièces d’or à ses filles ! Bien d’au-

reliques de saints conservées

l’héritage paternel, émigra en

nue réalité : il n’avait pas reçu le

tions auparavant, sans doute en

dépouille repose au plus près des

çois Viennay-Pachot, écarté de

voir ses enfants anoblis ! Pour lui,

lorsqu’il aura 25 ans ou qu’il se

sonnage aisé, il entend que sa

d’habits de Bourg-d’Oisans, Fran-

l’histoire du Chat botté était deve-

Vénissieux. Un pauvre aurait demandé à être enfoui dans le

du XVIIe siècle, le fils d’un tailleur

s’acheter trois seigneuries et de

souhaitant que son corps soit

enseveli à l’intérieur de l’église de

sociale : dans la deuxième moitié

mariera. À ses filles Anne et serviettes et un beau coffre en

noyer, qu’elles recevront le jour

de leurs noces. À ses filles Louis et Benoîte, il ne verse que 6 livres,

aurait-il

été

autrement.

La

de Vénissieux reçoit le testament du forgeron Jean de Mallière.

DU SYSTÈME PRÉCIPUTAIRE...

car elles ont déjà été gâtées

Par cet acte, Mallière lègue

arrive le moment de désigner son

deux filles, et à sa femme… les

lorsqu’elles se sont mariées. Enfin

héritier universel, celui qui recevra le reste de ses biens : Jean, son

fils aîné, à charge pour lui d’héberger sa mère durant toute sa

vie, et ses frères et sœurs jusqu’au jour où ils quitteront la demeure

familiale. Le notaire félicite le vieux forgeron. Il s’est montré généreux envers tous ses enfants.

S’il avait vécu quelques généra-

20 pièces d’or à chacune de ses fruits du jardin et une pension d’à peine 10 sous. Quant à son unique

fils, Pierre, il reçoit l’ensemble de

ses biens : sa maison, sa forge, et

toutes les terres de son domaine. Autrement dit, le fils emporte le

gâteau, tandis que ses sœurs et sa mère n’ont droit qu’à des miettes.

Avare, ce Jean de Mallière ? Non. Déjà beau qu’il ait légué des

tres se seraient contentés de leur

ne pas les déshériter. En agissant ainsi, il applique les usages que

l’on pratique en son temps en Dauphiné et dans tout le sud de la France, qui privilégient le fils

aîné au détriment des cadets et

des filles — les hommes de loi

appellent cela “le système préciputaire”. Totalement injuste pour

les plus jeunes des enfants, il permet de maintenir le rang d’une

famille de génération en génération, sans voir son patrimoine éclater du fait des partages entre

une foule d’héritiers. Il ne reste

plus aux exclus de l’héritage qu’à

partir du foyer paternel, et à s’éta-

depuis belle lurette, le passage au

nouveau régime se fit sans trop de mal. Témoin le tonnelier Antoine

Belmont,

qui

le

18 août 1796, après avoir légué

l’usufruit (les revenus et l’utilisation) de la moitié de ses biens à sa

femme, divisa sa succession en parts égales entre chacun de ses

six enfants, filles comme garçons. En somme, il appliqua à peu de

chose près notre système actuel,

qui permet au testateur de disposer librement d’une petite partie

de ses biens, et partage équitablement le reste de son patrimoine entre son conjoint et tous ses

enfants. Telles seront probablement vos dernières volontés. g

SOURCES : ARCHIVES DE L’ISÈRE, 3 E 422. ARCHIVES DU RHÔNE, 3 E 11448 ET 11482.


24

PORTRAIT

Mercredi 13 juin 2018 - n° 649 / EXPRESSIONS

Où trouver Miel Melba ? Pas encore de showroom à la Brasserie de Parilly ! Essentiellement sur Internet, sur mielmelba.com et dans d’autres boutiques en ligne telles que dressingresponsable.com ou souslespaveslaplage.com. À Lyon, on peut aussi trouver ses modèles sur cintres au Village des créateurs (passage Thiaffait) et à l’Institut Berthelon (avenue Berthelot).

soleil, tout comme les suites de

greffes, les brûlures, les cicatrices… “Si on ajoute les femmes enceintes,

on arrive à 30 à 40 % de la population qui devrait se protéger des UV, estime

Sophie. Heureusement, les mentalités évoluent vers une plus grande pro-

tection, et pas seulement pour les enfants.”

L’habitude de se couvrir au soleil

Des femmes qui rayonnent

progresse. “Notre marché est essen-

tiellement européen, mais nous avons de plus en plus de commandes du bout du monde. D’Australie par exem-

ple, où les carcinomes sont très fré-

quents. Comme beaucoup de leurs vêtements sont déjà anti-UV, ce qui

nous démarque, c’est notre touche française, synonyme d’élégance!”

Anne Schulz et Sophie Boulhaut. Gérante de la Brasserie de Parilly et ex-directrice d’un magasin Habitat, les deux amies ont lancé Miel Melba, une marque de vêtements anti-UV qui prend son envol.

e soleil a toujours blessé

“L

cordent des vacances en Tanzanie,

laisse derrière elle dix ans de gestion

chiffre d’affaires. Heureusement,

teurs”, disait Aragon.

siaque dans l’océan Indien. “Ça a été

elle, vient de la restauration. Après

constat scientifique.

Schulz, qui ont lancé en 2016 Miel

recommande le resto en combinaison

Qu’elle soit poétique ou politique, la

phrase pourrait aussi accompagner le travail de Sophie Boulhaut et Anne Melba, leur marque de vêtements anti-UV… Mais le soleil n’aveugle pas

à Zanzibar, un archipel paradi-

l’enfer au paradis, raconte Sophie. Impossible de trouver des fringues

anti-UV. Pour attirer les regards, je

de plongée et paréo, succès garanti, j’ai testé pour vous!” De retour en

seulement, il veut aussi notre peau.

France, convaincues qu’il existe un

quelques années, j’ai développé un

protecteurs, confortables et agréa-

Sophie en sait quelque chose. “Il y a

créneau pour des vêtements à la fois

mélanome, un cancer de la peau dan-

bles à porter, elles décident de

été bien soignée et je m’en suis sortie,

en expérience positive”.

gereux car il métastase très vite. J’ai

mais désormais je dois faire très attention et éviter de m’exposer au

“transformer un événement négatif

UN NOM GOURMAND

Pour Sophie, c’est l’occasion d’une

mois de soins, les deux femmes s’ac-

grande école de commerce, elle

reconversion.

Diplômée

d’un magasin Habitat à Lyon. Anne, avoir travaillé au Luxembourg, à

Saint-Tropez et à Strasbourg, elle a

d’une

leur optimisme s’appuie sur un

SOLEIL, MON DANGEREUX AMI

repris et développé la Brasserie de

Pendant des décennies, en Occident,

Entre l’étude de marché, le business

au maximum. Résultat, près de

Parilly, à Vénissieux.

plan, les levées de fonds via la plate-

forme KissKissBankBank, le chemin est long entre la naissance de Miel Melba en 2015 et les premières com-

mercialisations en avril 2017. On jurerait que c’est Anne qui a trouvé

le nom: une évocation gourmande plutôt que technique, où la couleur

soleil, alors que j’adorais ça!”

Pour se changer les idées après des

Miel Melba est une aventure internationale. “La collection a été dessi-

née par une styliste diplômée de l’Esmod Lyon, les vêtements sont fabriqués au Portugal, à partir de tis-

PAR : FRANÇOIS TOULAT-BRISSON. PHOTO : RAPHAËL BERT

les yeux de ses adora-

LISBONNE - SYDNEY VIA PARILLY

ambrée et la douceur sucrée croi-

sent un fruit d’été à la chair dorée… Mais un joli nom sur de beaux pro-

duits, ça ne fait pas forcément du

la mode a été de “prendre le soleil” 80000nouveaux cas de cancers der-

matologiques diagnostiqués en France chaque année, dont 14300 mélanomes cutanés, une affection qui tue près de

2000 personnes par an. Le soleil est

un ami dangereux… “Et n’allez pas croire que ça ne concerne que les

peaux claires”, précise Sophie, qui rappelle que Bob Marley est mort d’un mélanome. Certains traite-

ments médicaux ou certaines aller-

gies interdisent aussi l’exposition au

sus italiens, conformes à une très exi-

geante norme de qualité allemande!”

Pourquoi ne pas fabriquer à Lyon, l’une des capitales mondiales du textile ? “C’était notre intention pre-

mière, répond Anne, mais nous n’y avons pas trouvé de maison travail-

lant avec nos tissus très techniques. Même en Italie, où les tissus sont

fabriqués, il n’y a pas l’équivalent des excellents ateliers de façonnage que

nous avons trouvés au Portugal.”

Mais Sophie et Anne confient qu’elles avancent sur un projet avec

un tisserand de l’Ain, qui saurait intégrer dans les fibres de minus-

cules cristaux aux propriétés antiinflammatoires… Fruit d’une idée

poussée entre Zanzibar et Parilly, Miel Melba devrait vite se faire une place au soleil. ■

Expressions 649  

Au sommaire de ce numéro 649 : Grand Parilly, nouveau morceau de ville, la 100e navette Navya, Parcoursup, outil de sélection sociale ?; le...

Expressions 649  

Au sommaire de ce numéro 649 : Grand Parilly, nouveau morceau de ville, la 100e navette Navya, Parcoursup, outil de sélection sociale ?; le...

Advertisement