Issuu on Google+

Bulletin municipal โ€ข aoรปt 2012


le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Mot du Maire ......................................................... 3 Vie municipale ...................................................... 4 Conseil municipal jeunes ............................... 6 Vie bornandine .................................................... 7 Vie agricole ............................................................. 18 Aménagements - Cadre de vie ................... 20 Plan local d’urbanisme .................................... 22 Environnement .................................................... 26 Développement économique ..................... 28 Vie touristique ....................................................... 34 Domaine skiable .................................................. 40 Vie sportive ............................................................. 44 Grands évènements ........................................... 46 Vie associative ....................................................... 48 Intercommunalité ............................................... 49 État-civil .................................................................... 51 è www.legrandbornand.com

2

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012


L

e contexte financier difficile des collectivités locales s’est confirmé sur le premier semestre 2012. Le resserrement des conditions de crédit a réduit les possibilités de financement et a augmenté le coût des emprunts. Des arbitrages ont dû être rendus en investissement et des économies ont été trouvées en fonctionnement. Mais la crise n’impacte pas seulement les collectivités. Après le bon bilan enregistré lors de la saison d’hiver, l’été se place sous un ciel bien plus contrasté pour l’ensemble des acteurs de notre station. La destination “montagne” fait face en effet à une clientèle versatile : attente des promotions, réservations de dernière minute, séjours de courte voire de très courte durée, fréquentation fortement dépendante de la météo. Face à ce double contexte, il nous appartient à tous, acteurs publics, socioprofessionnels et citoyens, d’agir en commun et d’innover pour préserver l’avenir de notre station. Des nombreuses initiatives sont ainsi apparues cet été : vélos à assistance électrique à disposition des clients, bornes de chronométrage électroniques le long du

Col de la Colombière, gyropodes “Segway”, animations à la Ferme de la Nature, pêche au lac de la Cour, qui sont autant d’activités nouvelles qui enrichissent notre offre touristique. Ces initiatives doivent être relayées par une politique municipale volontariste. Il s’agit d’élargir le volume et la gamme de notre hébergement, de faciliter l’accès à notre front de neige et à notre domaine nordique, d’améliorer l’attractivité du Centre Village et du Chinaillon, de développer la détente et l’offre de bienêtre autour de l’eau aujourd’hui très recherchées par la clientèle en été comme en hiver. Cette vision globale est essentielle au développement équilibré de notre station. Le plan local d’urbanisme, dont la révision vient d’être lancée, nous permettra de réfléchir et de construire ensemble le Grand-Bornand de demain. Je vous souhaite une bonne saison, d’agréables vacances et une excellente rentrée.

Le maire, Philippe Angelloz-Nicoud

Le BORNANDIN – Bulletin municipal – Août 2012 Directeur de la publication : Philippe Angelloz-Nicoud – Rédaction : Nathalie Truche Crédit photos : Mairie du Grand-Bornand et Office de Tourisme du Grand-Bornand – Alpes Photo Vidéo, Annecy 2013-CISM, Christian Arnal, H. Béraud Ingénierie, Olivier Bezat, Jean-Pierre Blanchi, Sylvie Chappaz, Benjamin Delerue, Olivier Delgrange, David Delprat (Mobilboard), DR, Laurent Ferrand (Rakoons), Thomas Hodot, Patrick Humblot (Architecte-paysagiste), Gilles Lansard, Élodie Lantelme, Pascal Lebeau, Jeanne Louat, Monique Lucchesi, David Machet, C. Niedu, J-G Perbellini, Marie-Hélène Perrillat, Pic Bois, Gilles Piel, P. Verny. Conception et réalisation : www.aktalyre.com & www.exatypo.com Impression : Kalistene (74). Cette brochure est imprimée sur papier certifié PEFC 100 % issu de forêts durablement gérées. Les encres utilisées sont à base végétale et l’imprimerie bénéficie de la marque Imprim’Vert.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

3


VIE MUNICIPALE Budget 2012 : un financement bouclé dans un contexte difficile Le budget 2012 a été voté le 28 mars dernier. Comme chaque année, il se décompose en plusieurs budgets : le budget principal de la Commune et les 6 budgets annexes qui retracent ses activités soumises à la TVA (tourisme, nordique, forêt, eau, assainissement, parking). Chacun d’eux comprend des dépenses d’investissement, qu’il faut notamment financer par emprunt. En dépit de la raréfaction du crédit bancaire due à la crise, la Commune est parvenue à boucler son tour de table grâce notamment à une maîtrise accrue de ses dépenses de fonctionnement et à des choix effectués dans ses priorités d’investissement. Zoom sur le budget principal, le budget annexe tourisme et le budget annexe de l’eau.

è Le budget principal •  La section de fonctionnement prend en charge les dépenses liées notamment aux subventions aux associations, aux charges de personnel, aux achats courants et au remboursement des intérêts des emprunts. Les dépenses s’établissent au total à 10 081 972 € et sont en évolution de +1,10 % par rapport au budget prévisionnel 2011, soit un pourcentage inférieur à l’inflation sur un an (+1,90 % en juin 2012).

En recettes, la section de fonctionnement bénéficie du produit des impôts directs, des dotations de l’Etat, du produit de la fiscalité indirecte (comme la taxe d’aménagement ou la taxe sur l’électricité) et des redevances sur le domaine public, le tout venant équilibrer les dépenses de fonctionnement.

•  La section d’investissement du budget principal prend en charge les dépenses liées notamment aux travaux hors opérations sur les bâtiments communaux (758 000 €) et sur la voirie (333 800 €), à l’acquisition de véhicules (244 900 €), aux acquisitions foncières (220 000 €) et au remboursement du capital des emprunts (838 000 €).

L’investissement est équilibré en recettes et en dépenses à 8 624 108 €. C’est 15,80 % de moins que le budget prévisionnel 2011 : en investissement comme en fonctionnement, la Commune a en effet voulu limiter ses dépenses. Les recettes d’investissement sont assurées principalement par l’autofinancement, le fonds de compensation de la TVA, les subventions et les emprunts. À ce propos, le montant raisonnable des investissements a permis de trouver trois

Dette par prêteur

Encours moyen de la dette en 2012 : 38 228 006 € 9,86 % 5,52 % 6,92 %

Caisse d’Epargne 33,63 %

4

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Dette par type de risque

16,29 % Taux :

Crédit Agricole Banque Populaire

29,31 %

À titre de comparaison, la Commune avait pu renégocier en décembre 2011 un emprunt de 1 510 000 € à un taux fixe de 2,97 % sur 15 ans. Mais en 2012, l’ensemble des collectivités subit la raréfaction du crédit consécutive à la crise des « subprimes » et aux accords européens de « Bâle 3 » qui contraignent les banques à plus de prudence, en exigeant de leur part plus de fonds propres et une meilleure liquidité de leurs engagements.

Dexia CLF CA Corporate and Investment Bank

14,77 %

établissements prêteurs et de limiter les incidences des marges bancaires élevées pratiquées sur les taux : le Crédit Agricole, à hauteur de 500 000 €, à un taux fixe de 5,10 % sur 15 ans ; la Caisse d’Epargne, à hauteur de 320 000 euros, à un taux fixe de 4,67 % sur 15 ans, et le Crédit Mutuel, à hauteur de 750 000 €, à taux variable Euribor 3 mois +2,40 % sur 15 ans, soit en juin 2012 un taux de 3,07 %.

Autres prêteurs

Fixe 83,71 %

Variable


è Le budget annexe tourisme sur 15 ans, soit 3,88 % en juin 2012) ont permis d’en boucler le financement.

è Les subventions allouées aux associations pour l’année 2012

L’exploitation retrace les charges financières et les amortissements correspondant aux investissements réalisés, ainsi que le fonctionnement courant et le service des navettes ski-bus.

Subventions de fonctionnement : •  Office de Tourisme : 1 674 206 € dont subvention politique champions : 82 950 € et subvention participation au salon du tourisme Charleroi : 2 030 € •  Maison de l’Enfance : 395 000 € dont subvention pour la reconstitution du fonds associatif : 15 000 € •  Office Municipal des Sports et des Loisirs : 229 000 € •  Ski-Club : 130 900 € •  Association Familiale Rurale : 43 268 € •  A. P. E. L. Ecole Saint Jean-Baptiste : 7 920 € •  A. P. E. L. Ecole du Chinaillon : 1 830 € •  Amicale du Personnel de la Commune du Grand-Bornand : 5 040 € •  Foyer de ski de fond (ski scolaire) : 14 300 € •  Club de Natation des Aravis : 270 € •  Harmonie Les Echos de Pointe-Percée : 26 500 € •  Chorale La Pastorale : 2 000 € •  Découvrir, Analyser, Agir : 2 000 € •  Point d’Orgue : 7 000 € •  Groupe folklorique Lou Brafaudi : 2 100 € •  Association du Patrimoine Bornandin : 18 000 € •  Comité de jumelage : 4 176 € •  Culture et Bibliothèque pour tous : 23 400 € •  Mutuelle des Sapeurs-pompiers : 3 430 € •  Club des Aînés : 1 500 € •  Association d’Aide à Domicile en Milieu Rural : 300 € •  Secours en Montagne : 1 000 € •  Les Puits du Désert : 1 000 € •  SICA des Alpagistes : 2 300 € •  Société de Chasse : 1 100 € dont subvention exceptionnelle : 1 000 € •  Les Lacs du Maroly : 1 500 € •  Association des Anciens Combattants : 80 € •  Office des Anciens Combattants : 80 € •  Prévention routière : 100 €

La section d’exploitation du budget annexe tourisme s’équilibre en dépenses et en recettes à 4 676 373 € (-0,5 % par rapport au budget prévisionnel 2011) et sa section investissement à 6 160 581 € (+3,2 %).

Quant aux investissements, ils portent avant tout sur l’aménagement du domaine skiable et la SAEM des remontées mécaniques rembourse à la commune les annuités d’emprunts correspondantes. Ils concernent notamment le renforcement du réseau des enneigeurs, la modernisation de téléskis et les travaux d’aménagement de pistes.

Un emprunt encaissé en décembre 2011 et un autre contracté en 2012 à hauteur de 830 000 € auprès de la Caisse des Dépôts (à taux variable Euribor 3 mois +3,23 %

D’autres investissements relèvent uniquement de la commune, à l’instar de la réhabilitation des chambres de l’Auberge Nordique (pour 450 000 €).

è Le budget annexe de l’eau nouvelles. Il s’agit ici de travaux de restructuration ou d’extension des réseaux, d’amélioration des équipements (vannes, regards ...), de renforcement des canalisations, ou encore d’amélioration du captage.

Il représente 1 850 340 € qui se répartissent comme suit : 863 853 € en section d’exploitation où la vente d’eau aux abonnés équilibre l’entretien du réseau, et 986 487 € en investissement dont notamment 110 600 € de dépenses financières et 712 966 € de dépenses d’équipement

Le prix de l’eau (prime fixe et prime variable en fonction de la consommation) permet de contribuer à l’ensemble de ces dépenses, pour le présent et le futur. Pour le surplus, un emprunt conclu avec la Caisse d’Epargne pour 270 000 € à un taux fixe de 4,67 % sur 15 ans a permis de boucler le financement du budget eau pour 2012.

Les taux d’imposition inchangés

Les taux d’imposition pour l’année 2012 s’établissent comme suit :

Taxes Taxe d’habitation Taxe foncière (bâti) Taxe foncière (non bâti) CFE Cotisation foncière des entreprises

Bases d’imposition prévisionnelles 2012 11 012 000 € 8 199 000 € 72 500 € 2 217 000 €

Taux votés 2012 25,14 % 17,98 % 126,80 % 28,48 %

Produit fiscal attendu pour 2012

Produits attendus 2 768 417 € 1 474 180 € 91 930 € 631 402 € 4 965 929 €

Le conseil municipal a également décidé d’allouer la subvention d’équipement suivante : •  Office de Tourisme : 15 000 €

Mouvements du personnel Nicolas BOBIER, attaché territorial, employé depuis le 1er mars 2012 en qualité de responsable du service urbanisme/aménagement. Bruno FOURNIER-BIDOZ, agent de maîtrise, employé depuis le 6 août 2012, au poste de menuisier d’agencement, chargé de l’entretien du patrimoine bâti communal.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

5


conseil MUNICIPAL jeunes La séance est levée Les expériences alliant pédagogie et citoyenneté forment le socle de l’engagement pris par les enfants lors de leur investiture le 25 septembre 2010. Élu pour deux ans, le Conseil municipal jeunes achève sa mission avec brio : il a pleinement joué son rôle d’acteur de la vie locale en accomplissant de nombreuses actions. La première année de mandat a ainsi été marquée par une visite enrichissante le 8 juin 2011 au centre de tri de Villy-le-Pelloux afin d’assister au triage des déchets recyclables. Puis, le 13 juillet 2011, des membres du CMJ ont tenu un stand sur le marché hebdomadaire afin de récolter des fonds au profit de l’association des Puits du désert.

è Visite à Paris Cette deuxième moitié de mandat a été jalonnée par la découverte, le 23 novembre 2011, des plus beaux sites de la capitale (la visite du Sénat n’a hélas pas pu être organisée pour des raisons de calendrier parlementaire). Partis en TGV à la première lueur du jour, les écoliers ont pu admirer le monument des Invalides, l’Arc de Triomphe ou encore, l’incontournable Tour Eiffel au pied de laquelle ils ont eu la chance de savourer leur pique-nique. L’escapade parisienne s’est achevée par un voyage sur la Seine à bord d’un bateaumouche.

è Avec le Club des aînés De retour au Grand-Bornand, les conseillers ont pris quelques jours de repos avant d’engager une nouvelle action le 15 décembre : rencontrer les membres du Club des aînés. L’après-midi a commencé par une présentation de chacun puis les échanges ont été favorisés par des parties de loto, des jeux, un goûter, le tout agrémenté par de chaleureuses discussions entre les deux générations et surtout, de joyeux éclats de rire !

è Initiative solidaire Enfin, Pâques s’est prêté à une initiative solidaire. Dans le cadre de la traditionnelle chasse aux oeufs organisée par le Secours Populaire de Thônes, les écoliers ont confectionné des oeufs aux mille couleurs qui ont ensuite été dissimulés dans le bois

6

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

des Ecureuils, chez nos voisins thônains. Les bénéfices de cette action permettent à l’association caritative d’offrir un bol d’air aux enfants qui n’ont pas la chance de pouvoir partir en vacances. Une contribution généreuse qui reflète l’aptitude des membres du CMJ à devenir des citoyens à part entière.

Bravo aux jeunes élus pour l’implication et le sens des responsabilités qu’ils ont démontrés au cours de ces deux années.


VIE BORNANDINE Les écoliers dans les coulisses de la mairie Mardi 8 mai, la classe de CE2/CM1 de l’Ecole Saint Jean-Baptiste encadrée par son institutrice Julie Pelletier, s’est rendue à la mairie du Grand-Bornand pour comprendre le fonctionnement d’une collectivité locale.

Le maire, Philippe Angelloz-Nicoud, et son adjoint à la vie bornandine, Claude PerrillatMonet, ont reçu les élèves dans la salle du conseil municipal pour un échange riche en enseignements. Les nombreuses questions des élèves ont traduit un fort intérêt pour la vie de leur commune lors de la visite des différents services. La sensibilisation des enfants à la vie communale représente une démarche instructive qui s’inscrit à la fois

dans leur parcours d’écoliers et de futurs citoyens. Une expérience de terrain qui complète tout ce que l’on peut apprendre dans les livres !

Félicien et Jean-Claude en haut du podium La médaille de la jeunesse et des sports vise à valoriser les actions des personnes s’étant investies bénévolement au sein des associations, clubs, organisations sportives ou culturelles.

Félicien Missilier, Jean-Claude Blanc, Louis Ours, le Sénateur Jean-Paul Amoudry, Philippe Angelloz-Nicoud, Gérard Vulliet

C’est à ce titre que la médaille Grand Or a été décernée à Félicien Missilier qui avait précédemment été distingué par la médaille d’or. Au cours de la cérémonie qui s’est déroulée le 7 février 2012 à l’espace Grand-Bo, Jean-Claude Blanc a également été récompensé de la médaille d’argent (sans passer par le bronze) pour son implication dans le développement du handisport. L’événement a été l’occasion de rendre hommage à ces deux personnalités incontournables de la station qui consacrent leur temps et leur énergie à l’intérêt de la collectivité. Les distinctions ont été remises par Louis Ours, secrétaire du comité départemental des médaillés et membre de l’instance dirigeante de la fédération nationale.

Qui, au village, ne connaît pas Félicien Missilier ? Fondateur de l’ESF, il a enseigné le ski au sein de cette structure pendant 25 ans. Parallèlement, il assurait la direction des remontées mécaniques pendant 34 ans de 1946 à 1980. Son engagement associatif reflète sa soif de participer activement à l’essor de la station au fil des décennies. Secrétaire du syndicat d’initiative, président et secrétaire du skiclub, président des cyclos de la vallée de Thônes, membre actif du club des aînés... « Ton parcours exemplaire pour tout le monde représente une belle leçon de vie, de jeunesse, d’enthousiasme et de bonne humeur » concluait Gérard Vulliet, adjoint au maire et neveu du récipiendaire. Jean-Claude Blanc se place également comme un pilier au sein du tissu associatif

bornandin, que ce soit auprès de l’association familiale rurale ou du ski-club. Après avoir exercé pendant 24 ans la profession de moniteur de ski l’hiver et d’agriculteur l’été, il crée Handiski club loisirs en novembre 1998, dont il est toujours président. Avec son épouse Chantal, il aménage son restaurant “Le Vieux Refuge” à la Mulaterie en gîte d’accueil, pour recevoir le public à mobilité réduite dans les meilleures conditions. Il s’investit alors pour créer un pool de matériel adapté, prêté aux handicapés qui veulent s’initier ou se perfectionner au ski. Une fructueuse collaboration avec la société des remontées mécaniques aboutit à un accès adapté aux télésièges et un encadrement par l’Ecole de ski. Bénévole dans l’organisation des Championnats de France de 2003 au GrandBornand et en 2010 au Grand-Bornand et à la Clusaz, Jean-Claude Blanc a également participé à de nombreuses compétitions où il s’est brillamment illustré. Impliqué dans les actions de formation, il participe à l’amélioration et à la création de nouveaux équipements plus performants visant à faciliter la pratique sportive. Pour le maire, Philippe Angelloz-Nicoud, « si le ski handisport fait aujourd’hui partie à part entière de l’offre touristique de notre station, c’est grâce à tout ce travail que tu as réalisé ». Puis s’adressant aux deux médaillés : « Ces décorations témoignent de votre engagement et ont valeur de reconnaissance publique pour votre parcours au service du sport et de la jeunesse ».

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

7


VIE BORNANDINE Sapeurs-pompiers :

transmission de témoin

Vendredi 7 septembre, une cérémonie officialisera la passation de pouvoir entre Dominique Damiani et Alain Fournier-Bidoz au Centre de première intervention du Grand-Bornand (CPI). depuis 1992, admet la difficulté de concilier vie personnelle, parcours professionnel et volontariat : « Quand j’ai commencé, nous faisions soixante interventions par an, aujourd’hui nous en avons 300 ». Le jeune retraité se souvient de « l’époque où nous avions une vieille moto-pompe et une jeep qu’il fallait pousser pour démarrer... ». Dans ce sens, la départementalisation des secours a beaucoup apporté aux structures locales. « Désormais, nous disposons de matériels performants mais on manque de bras pour les utiliser » regrette-t-il. Les sollicitations sont importantes, reconnaît son successeur. « ll faut être disponible et motivé pour s’impliquer dans l’assistance aux personnes », indique Alain Fournier-Bidoz. Mais la mission est passionnante et peut être agrémentée de formations destinées à spécialiser le volontaire dans un secteur précis : animalier, montagne, plongée, etc.

Alain Fournier, le nouveau chef de corps aux côtés de l’adjudant Jean-Marc Vulliet, du sergent-chef Sylvain Alais et de l’adjudant Serge Midol

Après trente-cinq années de service, dont vingt-six comme chef de centre, Dominique Damiani a fait valoir ses droits à la retraite. Son parcours exemplaire a été reconnu et récompensé à plusieurs reprises. C’est ainsi qu’au nom du Centre de première intervention du Grand-Bornand, Dominique Damiani avait reçu la médaille nationale du courage et dévouement à la suite de la catastrophe ayant frappé la commune le 14 juillet 1987.

La reconnaissance des siens s’était également illustrée par la remise de la médaille d’honneur des sapeurs-pompiers “échelon or”, pour ses 30 années de service. Dominique Damiani a également été nommé au grade de lieutenant honoraire le 2 décembre 2011.

Répondre aux attentes de la population, motiver ses troupes, ou encore étoffer ses effectifs comptent parmi les prérogatives incombant au nouveau responsable. Mais le pompier a de qui tenir : son père a consacré 39 années à l’assistance aux personnes et à leurs biens. Employé communal au service voirie depuis décembre 2009, Alain FournierBidoz prend les rênes avec détermination et dévouement, des qualités indispensables pour appartenir à ce valeureux corps de métier. Les Bornandins sont invités à la cérémonie de passation officielle, qui aura lieu le 7 septembre prochain à 18h30, sur la place du village.

Une carrière riche et prenante qu’il regarde s’achever avec un brin de soulagement : « J’ai beaucoup donné dit-il, mais avec l’âge, l’envie s’éteint ». Le chef d’une entreprise en tôlerie industrielle implantée à Thônes

Ils ont raccroché... le casque La galette des rois organisée par l’Amicale des sapeurs-pompiers a été l’occasion de fêter le départ de Dominique Damiani (voir cidessus) et de Guy Perrillat, après trente années de service.

8

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Le président de l’Amicale, Serge Midol et le nouveau chef de corps, Alain Fournier leur ont remis le traditionnel cadeau de départ : un casque de pompier servant de seau à glace ! Ils ont également remercié leurs épouses de leur soutien pendant toutes ces années de bénévolat.

Dominique Damiani (à gauche) et Guy Perrillat accompagnés de leurs épouses. Derrière : Serge Midol


La maison de l’enfance passe à l’âge adulte Au printemps 2012, la municipalité a réalisé d’importants travaux de rénovation au sein de la Maison de l’enfance dans le but d’améliorer l’accueil des enfants et du personnel. langer sécurisée munie de deux escaliers escamotables permettant aux agents de ne plus avoir à soulever les petits. Les couloirs et communs ont également été repeints selon les teintes sélectionnées par l’équipe associée au projet. « Le rafraichissement de l’intégralité de l’établissement se fera progressivement » précise Olivier Bezat, le président de la Maison de l’enfance.

Ainsi, les deux blocs de sanitaires vieillissants (rez-de-chaussée et premier étage) ont été complètement repensés, réaménagés et rénovés. La salle située en bas dispose aujourd’hui d’une table à

Par ailleurs, pour répondre aux attentes des parents et du personnel, l’accueil destiné aux enfants du pays et celui réservé aux touristes sont désormais clairement séparés. Le premier par l’entrée principale étant conservé, l’accueil touristique se fait désormais dans un hall dédié aux petits touristes.

è Inscriptions à la crèche-halte garderie L’établissement offre deux contrats d’accueil annuels comprenant au minimum 25 heures de garde par semaine : du 1er novembre eu 30 avril (inscriptions en septembre) et du 1er mai au 30 octobre (inscriptions en mars). Les futures mamans sont encouragées à prendre rendez-vous pour un premier contact dès le début de leur grossesse. Rappel des horaires d’ouverture : •  Enfants du pays : De 7h45 à 18h30 du lundi au vendredi. Pendant la saison d’hiver, samedi et certains jours fériés de 9h à 18h. •  Touristes : Du dimanche au vendredi de 9h à 17h30 en hiver et de 8h à 18h l’été. Maison de l’enfance Envers de Villeneuve, Le Grand-Bornand Tél. 04 50 02 79 05 www.maisondesenfants-legrandbornand.com

Mammouths et ménestrels au centre de loisirs L’ouverture en 2010 du centre de loisirs Arlequin lors des petites vacances a rencontré un succès immédiat. Il faut dire que le personnel – sous la houlette de sa directrice Anne Thiery – foisonne d’idées pour occuper les chérubins. Affiliée à la Maison de l’enfance, l’accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) avait déjà fait sa fête à la citrouille lors des congés de la Toussaint. Dans une assiette ou dans un conte fabuleux, le cucurbitacée avait été mangé à toutes les sauces ! À Pâques, les mini trappeurs sont entrés en scène, coiffés de leurs toques et chaussés de leurs mocassins “faits maison”. Les chasseurs ont toutefois laissé leurs panoplies au placard lors de la visite du château des Rubins à Sallanches afin d’y découvrir l’histoire des montagnards. Cet été s’est décliné autour de deux thèmes passionnants : la préhistoire et le moyen-âge. En juillet, les australopithèques en herbe se sont vêtus de peaux d’animaux (tissu imitation) et jute, ont construit une grotte (en

carton et papier mâché) et suivi les traces de Cro-Magnon et de Néandertal au musée de la préhistoire à Sciez. Changement d’époque en août où les petits troubadours ont foulé les pavés moyenâgeux d’Yvoire, ce splendide village fortifié situé au bord du lac Léman. Quant au spectacle des Aigles du Léman, il fut le théâtre de joutes monumentales entre d’impressionnants chevaliers en armures. Ils ont aussi passé une nuitée en refuge avec veillée aux étoiles, après une journée de randonnée pour les amener dans les alpages. L’été est passé trop vite pour les voyageurs du temps. Vive les prochaines vacances !

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

9


VIE BORNANDINE La cuisine bio fait école

La restauration scolaire des écoles Saint Jean-Baptiste et du Chinaillon est assurée par l’Association familiale rurale (AFR) qui fabrique en moyenne 150 repas par jour. L’AFR prépare également les repas pour les établissements de Saint-Jean-de-Sixt et du Petit-Bornand, soit environ 330 repas journaliers. À la cantine du village, sous l’impulsion de Delphine Favre-Félix, présidente de l’AFR, et de la municipalité, les produits d’origine biologique ont progressivement été introduits dans les menus. Rappelons que ce type d’agriculture n’utilise pas d’engrais chimique, ni de pesticides ou d’organisme génétiquement modifié (OGM). Ainsi, les pâtes estampillées “bio”, le riz, les lentilles, le pain ou encore la vinaigrette “maison” font déjà le régal des petits. « En composant avec les fruits et légumes de saison, le coût n’est pas supérieur aux aliments traditionnels » indique JeanMarc Tardy, responsable du restaurant scolaire.

Une équation qui explique la variation de 20% à 100% de l’apport bio dans les menus et un prix du ticket inchangé grâce à une négociation opérée avec une centrale d’achats. Les produits régionaux sont privilégiés, en particulier pour les laitages, tandis que la viande et le fromage restent financièrement peu accessibles. Une fois n’est pas coutume, « le jour où je leur ai exceptionnellement préparé du boeuf bio, les enfants l’ont trouvé super bon » se réjouit Jean-Marc Tardy. Les compotes et les yaourts se taillent aussi un joli succès. En réalité, la différence de goût est difficilement décelable, souligne le cuisinier. Les enfants n’ont donc aucune raison d’être privés de dessert bio !

À tous les coups on gagne ! La kermesse des écoles est un événement marqué d’une pierre blanche sur le calendrier du Grand-Bornand. Dimanche 17 juin, une messe a donné le coup d’envoi à cette grande fête organisée par l’Association d’action culturelle et sociale (AACS), l’Organisme de gestion de l’école catholique (OGEC) et l’Association des parents d’élèves (APEL). Qu’importe ! De ces joyeux stands, tous les bambins repartent gagnants.

Pêche miraculeuse ou aux canards, bowling ou encore tir à la carabine ont agrémenté cette journée traditionnelle qui marque l’arrivée tant attendue des vacances scolaires. La cible est manquée ?

10

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Pour reprendre des forces avant de monter sur les poneys ou les voitures loupiots, un déjeuner, préparé par Jean-Marc Tardy, était servi au rythme de l’Orchestre d’harmonie du Grand-Bornand. Le spectacle des enfants, une comédie musicale préparée pendant l’année, a été applaudi par plus de 500 personnes. Il a été suivi par un lâcher de colombes et des Olympiades. Enfin, un dîner a rempli les estomacs creusés par les danses débridées d’un bal exclusivement réservé aux écoliers. La kermesse de Saint Jean-Baptiste s’est achevée par une tombola richement

dotée : un voyage aux Seychelles, un iPad et un forfait saison étaient notamment offerts aux heureux gagnants.


Les P’tits Enfoirés transcendent les générations Le concert des P’tits Enfoirés du Chinaillon, le jeudi 28 juin dernier à l’Espace Grand-Bo, a été un véritable succès.

Cette soirée était le fruit d’un pari réussi pour l’équipe pédagogique de l’école publique du Chinaillon, qui avait décidé au début de l’année scolaire d’offrir aux enfants un projet “tant pédagogique que professionnel”: un véritable concert

au répertoire ambitieux que les enfants ont travaillé tout au long de l’année, avec la participation de six membres (musiciens et chanteurs) de l’orchestre professionnel Pulp Live Music Show. Devant une salle comble, la soirée s’est composée de deux parties : dans un premier temps, les élèves et les musiciens de Pulp ont rendu ensemble sur scène un hommage aux grands noms de la chanson française : des Rita Mitsuko à Jean-Jacques Goldman, d’Edith Piaf à Stromae, le programme transcendait les générations et il y en avait pour tous les goûts. Une rencontre entre parents et enfants a clos cette première partie et introduit la seconde partie de soirée...

Simultanément à l’ouverture d’un buffet proposé par l’Association des parents d’élèves, les membres de Pulp ont pris la relève en assurant un bal dansant enflammé, en interprétant différentes chansons de variété internationale : Rihanna, Madison, plusieurs pots-pourris... Le travail visuel des lumières, l’enchaînement fluide des chansons et chorégraphies, l’enthousiasme des jeunes chanteurs, la participation du public encouragée par les artistes, ont été les éléments constitutifs d’une soirée vivante, digne d’un véritable concert professionnel.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

11


VIE BORNANDINE Espace Grand-Bo : des prestations... clés en main

S’il est prématuré d’établir un bilan global de fréquentation, l’Espace Grand-Bo affiche un bilan satisfaisant pour le premier semestre 2012. La fidélisation des clients démontre leur satisfaction tant sur les prestations fournies par la salle que par la panoplie d’activités déployée par la station. Ainsi, les 6 et 7 juin, la 10e édition des rencontres européennes de la mécatronique s’est tenue à l’Espace Grand-Bo pour la quatrième fois. Ces deux journées ont été marquées par la remise des “Mechatronics Awards”, trophées qui récompensent les entreprises innovantes. La session a également été l’occasion d’une démonstration de nouveaux concepts de véhicules électriques et hybrides préfigurant des modes de transport de demain. Cette manifestation a généré près de 200 nuitées sur la commune. Depuis sa création en 2010, le cycle de conférences baptisé Forum Blanc est organisé par la CITIA (la Cité de l’Image en Mouvement basée à Annecy) a pour cadre le Grand-Bornand (368 nuitées sur le village). Cette rencontre réunit des professionnels de toute l’Europe avec pour

12

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

thématique le développement du crossmédia dans l’animation (combinaison des médias : internet, télévision, cinéma, radio, téléphonie...). Le 4 e Forum blanc a d’ores et déjà pris rendez-vous du 16 au 18 janvier 2013.

è La reconnaissance des clients Dans le cadre des Universités d’été de l’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF), plus de 200 responsables d’intercommunalités ont planché sur les effets des réformes territoriales en cours et à venir, et sur leurs impacts en termes managériaux (lire l’article ci-contre). Réunis les 5 et 6 juillet pour la quatrième année consécutive au Grand-Bornand, la venue des participants a engendré 325 nuitées dans la station.

Au mois de juin, l’Espace Grand-Bo est également devenu le théâtre de trois spectacles scolaires de fin d’année. Les élèves de l’école Saint Jean-Baptiste ont en effet été suivis – pour la première fois dans ces lieux – par les écoliers de La Clusaz et du Chinaillon. « Nous nous félicitons de ce choix », souligne Denis Bonnier, le responsable de l’Espace Grand-Bo. « Cela représente pour nous la reconnaissance de la qualité de nos équipements. L’espace Grand-Bo est certainement la salle de spectacle la plus aboutie du canton... C’est aussi une


initiative de bon sens que de jouer le jeu de l’intercommunalité et des avantages économiques qu’elle présente. »

è Des clés intelligentes S’agissant des aménagements, l’Espace Grand-Bo poursuit la modernisation de ses équipements pour le confort de tous. Dans ce contexte, 2012 a été marqué par la mise en place d’un système électronique d’ouverture des portes d’accès pour un montant de 30 000 € HT. Les avantages ? Le nouveau dispositif autorise l’accès uniquement aux personnes clairement identifiées par le programme informatique auquel il est relié. De plus, une horloge interne permet aux serrures de s’enclencher selon des horaires bien déterminés. Le nouveau mécanisme répond d’abord à des questions de sécurité. La perte d’une clé n’exige désormais plus le changement

de l’ensemble des cylindres, il suffit de reprogrammer les serrures concernées. Côté pratique, les utilisateurs et les agents ne sont plus contraints de porter un trousseau volumineux car leur clef ou badge ouvre plusieurs portes selon un organigramme établi en fonction des missions et besoins de chacun. Enfin, les 96 cylindres sont dotés d’une mémoire capable de fournir l’historique des passages.

distance. La régulation de la température exécutée informatiquement s’appuie aujourd’hui sur un planning précis de mise en marche et d’arrêt de la machine. « À titre d’exemple, nous n’avons plus besoin de chauffer dès le samedi pour une animation se déroulant le dimanche ; de plus la machinerie s’arrête sitôt la manifestation terminée » se réjouit Denis Bonnier. « Sur ce type de configuration, nous gagnons 24 heures de chauffage. »

Ce système pourra être étendu à d’autres bâtiments, comme dans de nombreuses villes.

La municipalité a également procédé à des travaux d’amélioration de la ventilation des salles Soli par une machinerie plus économique et moins bruyante.

è Chaud devant ! Le chauffage à mazout a également fait l’objet d’une modernisation visant à favoriser de manière substantielle les économies d’énergie. Une gestion centralisée permet dorénavant à l’Espace Grand-Bo et à la Maison de l’enfance d’enregistrer les paramètres de chauffe à

Enfin, pour répondre à la demande croissante des congressistes et des évènements sportifs, depuis décembre 2011, le réseau wifi a été “boosté” par une augmentation de sa capacité de connections (jusqu’à 200 simultanées) et la mise en place d’une deuxième ligne ADSL.

Les directeurs généraux bûchent sur leur avenir

Pascal Fortoul

Séances plénières, forums, débats... Les 5 et 6 juillet à l’Espace Grand-Bo, les 5e Universités d’été de l’Association des directeurs généraux des communautés de France (ADGCF) ont permis de mettre en lumière la volonté des directeurs généraux de s’engager pleinement dans le mouvement de consolidation de l’intercommunalité porté par la loi

du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les échanges ont également mis en exergue leurs interrogations sur la poursuite de cette dynamique dans un contexte caractérisé par la raréfaction des ressources publiques alors même que de nouveaux besoins émergent sous l’effet

d’une demande sociale toujours plus pressente. Pour Pascal Fortoul, président de l’ADGCF et directeur général de la communauté d’agglomération du Pays Voironnais (Isère), « derrière ce débat relatif à la coopération inter territoriale, c’est en réalité l’évolution même de l’action publique locale qui est en jeu. »

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

13


VIE BORNANDINE Cinémas : numériquement vôtre... Les rayures zébrant le grand écran sont de l’histoire ancienne pour Les Rhodos (village) et Le Charmieux (Chinaillon), les deux salles de cinéma exploitées sous forme de Délégation de service public (DSP) par la société Ciné Aravis.

La commune a pris acte du passage au numérique des producteurs et distributeurs de films et a investi dans l’achat de deux projecteurs numériques pour un montant de 70 000 euros par appareil.

Les bobines et autres pellicules 35mm ont laissé leur place à un disque dur sur lequel sont stockées les oeuvres cinématographiques.

importante dans la programmation des films. L’époque où la bobine était partagée entre plusieurs établissements selon un planning serré est révolue.

« Contrairement au système analogique qui, au fil des diffusions, faisait l’objet d’usure visible sur l’écran, la projection numérique conserve un haut niveau de qualité, du début à la fin du film et quelle que soit la fréquence de passage », explique Olivier Masson, le gérant de la salle Les Rhodos. En plus du son numérique dont étaient déjà équipées les deux salles, cette innovation apporte une flexibilité

Désormais, le fichier peut être utilisé à loisir. « Au moment de la sortie de Bienvenue chez les ch’tis, nous ne pouvions diffuser le film qu’une fois tous les dix jours, se souvient Olivier Masson. Aujourd’hui, je peux programmer un long métrage sans compter, tous les jours si je veux. »

La fête de Lormay retrouve ses origines Dimanche 22 juillet, la tradition agropastorale bornandine était à l’honneur lors de la fête de Lormay. Cette année, la manifestation a retrouvé son hameau, niché aux confins de la vallée du Bouchet, après plusieurs éditions organisées au village. L’occasion de revivre les us et coutumes d’autrefois avec, pour fiers ambassadeurs, les habitants revêtus de leurs costumes traditionnels. Après la messe, de nombreuses activités et démonstrations ont animé la journée : lancer de bottes de foin, promenades en calèche, travail du bois, fabrication des ancelles et tavaillons... Les gourmands ont dégusté les fameux bescoins, ces petits pains à l’anis et au safran, mais aussi les beignets de pommes de terre et autres bugnes préparés dans le respect des recettes ancestrales. Les bêtes aussi ont assuré le spectacle au gré d’une descente d’alpages suivie des travaux de la ferme, des fenaisons à la traite, sans oublier l’incontournable fabrication du reblochon. Félicitations aux organisateurs !

14

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012


L’amour vache

À l’origine, le projet conçu pour le passage à l’an 2000 consistait à créer des œuvres artistiques dans toute la station à l’effigie de la reine des Alpes (fresques, sculptures, etc.). Dès lors, le GrandBornand s’est auto-proclamé capitale mondiale de l’art vache ! L’opération lancée il y a douze ans reprend du poil de la bête grâce au financement par la commune d’une rénovation des oeuvres ou fresques ayant subi les outrages du temps. Cet hommage illustre le rôle prépondérant joué par le cheptel bovin qui fait du GrandBornand le berceau du savoureux fromage que l’on ne présente plus. Tout au long de l’été 2012, l’art vache est aussi le fil d’Ariane d’un jeu de piste estival visant à faire découvrir au public les 31 ruminants dispersés sur la commune. Un document distribué à l’Office de tourisme emmène les participants sur la piste de la star des pâturages. Une occasion ludique de flâner par monts et par... veaux. À noter également l’exposition estivale à l’office de tourisme du Chinaillon rassemblant des reproductions en bois sculpté des affiches du festival Au Bonheur des Mômes où la vache figure en bonne place !

Le retour aux sources d’Yvon et Armand Anthoine-Milhomme Moment d’intense émotion le dimanche 24 juin à l’église du village, à l’heure de célébrer le jubilé des prêtres Yvon et Armand Anthoine-Milhomme, deux personnalités connues et appréciées des Bornandins pour leur simplicité et leur humanité. De nombreux paroissiens des Aravis et de communes plus lointaines se sont joints pour fêter l’anniversaire de leur nomination, il y a cinquante ans au Grand-Bornand. Au cours de l’office qui s’est déroulé le matin, les deux cousins nés au Chinaillon ont évoqué leur action en France et en Afrique, leur vocation à aider autrui, à se tourner vers les plus démunis.

À l’issue de la messe, un vin d’honneur a été offert par la paroisse sur le parvis de l’église. Ces instants de retrouvailles ont permis à Yvon et Armand d’échanger autour d’un verre avant de partager le déjeuner avec leur famille. Aujourd’hui, Yvon, 78 ans, poursuit sa vocation à Marnaz et Armand, 77 ans, à Combloux. Et l’on murmure que les deux cousins ne sont pas près de rendre les clefs du presbytère !

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

15


VIE BORNANDINE Taxe de séjour : paiement impératif pour la délivrance de la carte d’hôte La taxe de séjour constitue une recette pour la commune qui sert au financement du développement touristique de la station. La taxe de séjour appliquée au GrandBornand s’élève à 0,75 euros par personne (de plus de 14 ans) et par nuit. Son acquittement incombe aux propriétaires de logement occupé en saison. Or, des locataires se présentent régulièrement en mairie à la place des hébergeurs pour régler la taxe de séjour et réclamer la carte d’hôte donnant notamment droit à la gratuité des bus. La municipalité rappelle que les loueurs sont priés de retirer les titres à la mairie ou d’en faire la demande par courrier. À partir de l’hiver 2012-2013, la mairie ne délivrera les cartes qu’aux locataires pouvant justifier de l’acquittement de la taxe auprès du logeur. Pour toutes informations, contacter le : 04 50 02 78 32

Destruction obligatoire de l’ambroisie Le Préfet de Haute-Savoie a prescrit par arrêté la destruction obligatoire de l’ambroisie dans le département, tant sur les terrains privés que publics. Son pollen provoque en effet des rhinites, des conjonctivites, des trachéites et des crises d’asthme. L’ambroisie est une plante annuelle qui se développe essentiellement sur les sols nus, sur le bord des routes et les parcelles agricoles. Depuis plusieurs années, la région Rhone-Alpes est très impactée par l’invasion de cette plante. Ainsi, tout propriétaire, locataire, ayantdroit ou occupant à quel titre que ce soit d’un terrain est tenu de nettoyer tous les espaces où pousse de l’ambroisie. Tout foyer doit être détruit si possible avant la formation des pollens et impérativement avant la maturation des semences en août, afin d’empêcher les émissions de pollen et la constitution de stocks de graines dans les sols. Les techniques de traitement non chimiques doivent être privilégiées : arrachage suivi de végétalisation, fauches ou tontes répétées, désherbage thermique.

16

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Vos rénovations thermiques subventionnées Un dispositif d’aide financière pour les propriétaires occupants modestes en situation de précarité énergétique vise l’accompagnement de plus de 100 ménages en 2012 dans l’ensemble du département. Le programme national “Habiter Mieux” apporte une aide financière et un accompagnement personnalisé pour permettre, sous certaines conditions, de réaliser des travaux de rénovation thermique et par conséquent, de chauffer son habitation en réduisant le montant des factures. Les bénéficiaires de ce soutien disposent : •  d’une aide de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) qui représente 20 à 35 % du coût HT des travaux plafonné à 20 000 euros. •  d’un accompagnement personnalisé pour les aider à identifier les travaux les plus efficaces et à monter le dossier de demande de subvention. Pour plus d’information, contacter la délégation locale de l’Anah de la HauteSavoie : Tél. 04 50 33 79 60 ou 04 50 33 79 61 Mail : ddt-anah@haute-savoie.gouv.fr


Lieu d’accueil enfants-parents : AREEA ouvre le dialogue Nouvellement créée, l’association AREEA (Accueil, rencontre, écoute, expression, activité) a pour projet la création à la rentrée d’un lieu d’échange avec les tout petits accompagnés de leurs parents ou de ceux qui s’en occupent habituellement et avec lesquels ils se sentent en confiance. L’accueil, fondé sur le respect de l’anonymat et de la confidentialité, s’articule autour de discussions et d’activités ludiques. L’adulte et l’enfant restent ensemble, arrivent et repartent quand ils veulent. Le dialogue établi entre les participants vise à encourager l’éveil et la socialisation de l’enfant ainsi que l’accompagnement des parents dans les moments importants de la vie de leur enfant. Cette initiative a fait l’objet d’une demande de subvention auprès de la Caisse d’allocations familiales et a obtenu le soutien de la commune qui mettra à disposition le local d’accueil.

Il s’agirait, sous réserve de l’accord de la Protection maternelle et infantile, de la salle associative du Chalet des neiges. Proposé par Stéphane Goudou et Philippa Bates, ce lieu de rencontre mêlant enfants et adultes favorise les premières expériences de la vie sociale dans un climat de confiance et au rythme de chacun. Outre leur activité associative, ces deux professionnelles formées à l’écoute exercent dans d’autres structures sociales et éducatives. Elles ont une connaissance éclairée des principales étapes du développement des enfants.

Le projet de l’association AREEA se traduit par la mise en place d’un lieu d’accueil destiné aux parents et enfants (de la naissance à 4 ans). Les horaires prévus sont les mardi et jeudi matin plus un samedi matin par mois. Aucune demande d’inscription préalable n’est requise, participation de 2 euros. Les futures mamans sont les bienvenues. Contact : AREEA - tél. 06 59 91 01 75

Des vieilles dames à l’assaut des cimes Epreuve récente inscrite au calendrier du Trophée historique des régions de France, le rallye cimes et alpages a, pour sa deuxième édition, de nouveau établi son camp de base au Grand-Bornand les 16 et 17 juin derniers. Course conviviale de régularité et de navigation pour voitures anciennes à tendance sportive, cette épreuve alpine emprunte quelques-uns des plus beaux itinéraires de montagne dont certains tronçons sont inscrits à la prestigieuse route des Grandes Alpes. Le Grand-Bornand, “centre névralgique du rallye”, selon les organisateurs, propose un écrin de rêve pour les dizaines de sportives rutilantes alignées sur la grille de départ. Samedi 16 juin, dès 8h15 : direction BourgSaint-Maurice et la vallée de la Tarentaise via le col des Aravis et le Beaufortain pour un retour au village après une étape de 140 kilomètres. Dimanche 17 juin, cap à l’ouest avec un départ des voitures de minute en minute dès 8h15 pour une virée sportive vers le massif du Salève. Le retour au Grand-Bornand s’est effectué vers midi afin de ponctuer la course d’un repas revigorant et de la distribution des prix aux vainqueurs.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

17


VIE AGRICOLE Quand alpage rime avec partage Pour la première fois, plusieurs exploitations des Aravis ont ouvert leur ferme au grand public lors de la montée à l’alpage. Organisée dans le cadre du Pôle d’excellence rurale du Pays de Thônes “Saveurs des Aravis”, cette opération a fait découvrir à plus de 300 personnes, les 19, 26 mai et 2 juin, les valeurs et l’authenticité de notre massif, de son agriculture et de ses produits. Les montées à l’alpage se sont déroulées comme d’habitude... avec quelques personnes en plus (35 à 50 par troupeau) !

è De précieux ambassadeurs Afin de ne pas perturber le travail des agriculteurs affairés au déplacement des animaux et du matériel, des ambassadeurs (autres agriculteurs, accompagnateurs en montagne, bénévoles passionnés d’agriculture, élus...) informaient le public et répondaient à ses questions tout au long du parcours. À l’arrivée à l’alpage, un temps d’échanges avec les agriculteurs et leur famille était agrémenté d’une dégustation de fromages de la ferme (reblochon fermier, tomme et chevrotin pour certaines exploitations) ainsi que du Biscantin (le cidre de Serraval) et des vins de Savoie. En fonction des circuits et des horaires, un pique-nique ou un goûter était tiré du sac. Qu’ils soient venus de la vallée, de l’autre bout de la France ou de l’étranger, les participants ont été ravis de l’accueil. De leur côté, les agriculteurs et ambassadeurs étaient fiers d’avoir donné une image positive et dynamique de leur métier.

18

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

L’opération a été menée grâce à une forte mobilisation des agriculteurs locaux et de leurs structures (l’Union des producteurs de reblochons fermiers, le Comité agricole du Pays de Thônes... ) et avec l’appui de la

Société d’économie alpestre (SEA 74) et de la Chambre d’agriculture.


Les alpagistes éligibles aux aides de la Région La Société coopérative d’intérêt collectif agricole (SICA d’alpages des Aravis) présidée par Denis Perrillat-Mercerot a adopté ses nouveaux statuts lors de son assemblée générale extraordinaire du 7 juin 2012.

Cette nouvelle entité – qui fait suite à la SICA du Grand-Bornand – s’étend désormais à l’ensemble du territoire du Plan pastoral territorial auquel adhère la station. Ce périmètre comprend 25 communes*.

è Missions de la SICA Les missions confiées à la SICA consistent notamment à : •  Initier et conduire toute opération visant à valoriser collectivement le tissu et l’espace agropastoral de son territoire. •  Favoriser la concertation et l’organisation de la gestion collective des alpages en vue de l’amélioration des conditions de vie et de travail et de la protection des milieux naturels. •   Réaliser des travaux d’amélioration pastorale.

è Statuts de la SICA Les statuts adoptés par la SICA ont fait l’objet d’une longue réflexion entre les différents partenaires : élus, Société d’économie alpestre (SEA) et Chambre d’agriculture. Ils ont en effet été élaborés dans le but de permettre le dépôt de dossiers d’amélioration pastorale pour lesquels les aides de l’Europe (Feader) et du Conseil régional peuvent être mobilisées. À ce titre, l’intervention de la Région dans le cadre des Plans pastoraux territoriaux (PPT) porte prioritairement sur des actions collectives, structurantes et durables relevant des thématiques suivantes : •  L’équipement des alpages et des zones de parcours (l’accès, l’eau, les contentions). •  Les actions agro-environnementales.

•  L’organisation foncière et l’innovation dans les formes d’organisation collectives. •  La qualité des conditions matérielles de travail. •  Les questions transversales (cohabitation des activités, expérimentations ...).

Les alpagistes du Grand-Bornand porteurs d’un projet remplissant les modalités d’attribution sont invités à se faire connaître auprès de la SICA, à la mairie.

*Alex, la Balme de Thuy, le BouchetMont-Charvin, les Clefs, la Clusaz, Dingy, Entremont, le Grand-Bornand, Manigod, Saint-Jean de Sixt, Serraval, Thônes, les Villards-sur-Thônes, Bonneville, Brizon, la Roche-sur-Foron, le Reposoir, le PetitBornand, Mont-Saxonnex, Nancy-surCluses, Thorens-Glières, Bluffy, Marlens, Montmin, Talloires.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

19


AMéNAGEMENTS - CADRE DE VIE Aménagent de la place réalisé à partir de cet automne

La nouvelle place Grenette Les chantiers de renforcement des réseaux secs (électricité, téléphone), de vérification et de réfection des réseaux humides (eaux potables et eaux usées) de la place Grenette sont aujourd’hui achevés. Les travaux sur les réseaux rendent à présent nécessaire la reprise des surfaces. Ces travaux de surface (prévus en deux phases) concerneront dès l’automne la partie amont de la place. L’embellissement du site débutera par le remplacement des terrasses en bois longeant les commerces par des murets en pierres bordés de garde-corps en ferronnerie. L’agrandissement d’un tiers de la surface des terrasses, et la création de gradins sur un revêtement de dalles en granit, formeront un ensemble harmonieux dédié aux promeneurs. Il s’agit ainsi d’améliorer la sécurité et l’accessibilité du site pour les piétons, les poussettes et les personnes à mobilité réduite. L’éclairage public sera complété par la pose de candélabres, d’un balisage le long du cheminement piétonnier et d’un éclairage spécifique aux animations festives.

L’utilisation de plots rétractables permettra d’ouvrir le site au stationnement minute en saison estivale, favorisant ainsi l’accès aux commerces à des horaires déterminés pour les livraisons et la clientèle. En période hivernale, pour des raisons de sécurité liées à la présence de neige et de verglas, la voie traversant la place sera autorisée à la circulation des riverains. La place de la Grenette pourra dès lors se forger une véritable identité en faisant cohabiter piétons, terrasses et stationnement en périphérie. Quant à la Grenette elle-même, elle fait actuellement l’objet d’une réflexion menée par le cabinet d’architectes Daniel Masson. La solidité de la charpente devient en effet sujette à caution. À terme, le projet de réaménagement de la Grenette, évalué entre 250 000 et 400 000 €, a

Le nom des rues change de cadre Réalisée en concertation avec le Club des Aînés, la dénomination des 117 routes, chemins, impasses, traverses et places du GrandBornand est désormais accomplie. Le graphisme des 190 panneaux élaborés par l’entreprise Pic-Bois (implantée à Brégnier-Cordon dans l’Ain) correspond aux critères d’exigence de la municipalité qui souhaite mettre en relief des éléments symbolisant la station.

Le nom des voies s’inscrit donc sur une plaque en ossature bois sur laquelle se découpent le massif des Aravis et le clocher du village couleurs gris anthracite et blanc. À la fin du mois de septembre, les plaques de rue auront été installés. Une demande d’autorisation sera préalablement adressée aux propriétaires situés hors du domaine public.

20

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Au terme de ce processus, les habitants du Grand-Bornand seront appelés à retirer le numéro de leur habitation en mairie lors d’une permanence hebdomadaire dont les horaires seront communiqués en temps voulu sur les panneaux d’affichage de la mairie et de la Grenette. Les habitants seront alors priés de procéder à la pose de leurs plaques. Les fichiers répertoriant la dénomination des voies ainsi que la numérotation des parcelles seront ensuite exploités par RDG 73-74, un organisme public spécialisé dans l’informatisation de la banque de données techniques et spatiales des deux départements. Enfin, leur transmission à l’Institut géographique national (IGN) permettra leur diffusion pour divers usages : Poste, Cadastre, Secours, systèmes de GPS... Le coût total de l’opération s’élève à 60 000 euros.

pour ambition de redonner au site un pouvoir d’attraction au sein du bourg et une position centrale sur la place. La destruction puis la reconstruction de la partie supérieure du bâtiment comprendra une extension de son volume ainsi qu’une diminution de sa hauteur afin d’obtenir une intégration optimale du bâti dans son nouvel environnement. Dans ce sens, la réhabilitation totale de la Grenette programmée au printemps inclut l’agencement d’une scène vouée à l’organisation d’animations couvertes. L’objectif est de lui rendre son rôle social d’antan, d’en faire un lieu de promenade, de rencontre et d’animations commerciales et festives. À l’automne, les Bornandins seront appelés à donner leur avis en mairie sur les projets de réhabilitation actuellement étudiés par le cabinet d’architecture.

Un radar pour inciter à lever le pied Le non respect des limitations de vitesse est régulièrement constaté aux abords de la station. La municipalité a donc décidé d’équiper la commune d’un radar préventif. Dès l’automne, l’appareil sera installé à l’entrée du village au niveau de la caserne de pompiers. Cette borne informative qui ne verbalise pas, indiquera à l’automobiliste en excès : sa vitesse, la vitesse réglementaire, le montant de l’amende et le nombre de point qu’il aurait dû perdre. L’objectif est d’inciter les automobilistes à lever le pied en agglomération tout en leur faisant prendre conscience des risques qu’ils encourent et qu’ils font encourir aux autres usagers. Ce radar sera relayé par des actions régulières de verbalisation des véhicules en infraction, menées par la police municipale.


Participation pour l’assainissement collectif La Participation pour l’assainissement collectif (P.A.C.) a remplacé la Participation pour le raccordement à l’égout (P.R.E.) depuis le 1er juillet 2012. Cette contribution s’inscrit dans le cadre du financement du réseau de collecte des eaux usées et permet notamment de satisfaire les besoins locaux d’extension. Son montant, qui ne peut excéder 80 % du coût de fourniture et de pose d’une installation d’assainissement individuel, n’a pas évolué par rapport à la P.R.E. De plus, le législateur a étendu le champ d’application de la P.A.C. de sorte que la taxe est désormais demandée aux constructions préexistantes à la mise en place des réseaux. Par conséquent, le fait générateur de la taxe n’est plus l’autorisation du permis de construire mais la date de raccordement aux réseaux d’assainissement collectif (elle est donc due par le propriétaire de l’immeuble et non par le bénéficiaire du permis de construire, sauf dans le cas où il s’agit de la même personne).

Important : La commune ayant lancé à l’automne 2011 une campagne pour le raccordement au réseau public d’assainissement des constructions existantes concernées, le Conseil municipal a instauré une période transitoire. À ce titre, les propriétaires des immeubles ayant été sollicités au cours de cette démarche devront se raccorder avant le 31 décembre 2012 afin de bénéficier de l’exonération du versement de la P.A.C.

è Renseignements

Auprès du service Urbanisme au 04 50 02 79 13

Pataugeoire : plus douce sera la chute Dans le but de renforcer la sécurité des utilisateurs, le pourtour de la pataugeoire de la piscine ainsi que le cheminement accédant à l’escalier du toboggan sont désormais équipés d’un revêtement de sol amortissant.

Très répandue sur les aires de jeux, cette structure confortable est un mélange de granulats de caoutchouc teintés et de résine conforme aux réglementations en vigueur. Non toxique, résistant aux UV et au chlore, ce revêtement est également perméable, écartant ainsi tout risque de glissade. La préparation du support ayant été réalisée en interne, la pose des sols s’est élevée à 17600 euros.

Chalet des Neiges : neuf appartements flambant... neufs Assurant la maîtrise d’ouvrage, le bailleur social Halpades finalise actuellement la réhabilitation du Chalet des Neiges. Le bâtiment accueillera à la rentrée les aînés de la commune à travers la mise à disposition de neuf appartements en location. Ce projet, lancé en 2010, concrétise la volonté municipale de proposer du logement aidé à nos anciens. Situé au coeur du village, à proximité des commerces et des services publics, le Chalet des Neiges comprend six T2 de 50m2 et trois studios de 35m2. Il est desservi par un ascenseur et, accessoirement, offre une vue imprenable sur le massif des Aravis ! Initialement prévue fin 2011, la livraison des appartements accuse un retard de huit mois à la suite notamment de la découverte de traces d’amiante dans divers matériaux telles que les canalisations et de problèmes récurrents rencontrés par Halpades dans la conduite du chantier. La commune a souhaité conserver une salle de 74m2 (munie d’une kitchenette et de sanitaires) placée au rez-de-chaussée afin de proposer un lieu de réunions et d’activités à destination des Bornandins.

Rappelons qu’un effort particulier a été porté sur les économies d’énergie dans le but de réduire les charges locatives tout en préservant l’environnement. Ainsi, le chauffage des résidences est pourvu d’un système de plaquettes à bois tandis que des panneaux solaires fournissent l’eau chaude. À noter que la municipalité a profité de ces travaux de réhabilitation pour opérer une reprise des réseaux d’eau et d’électricité ainsi qu’une sécurisation du chemin piétonnier accédant à l’école. La commune a également procédé à l’agrandissement du parking situé derrière la bâtisse. Cet emplacement ouvert à tous contribue à augmenter de 23 places la capacité de stationnement, favorisant ainsi l’accueil de la clientèle touristique au centre du village. Les demandes de logement social sont à retirer auprès de la société Halpades ou à l’accueil de la mairie.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

21


plan local d’urbanisme

plan local d’urbanisme * plan local

Depuis l’adoption du POS en 1989, les enjeux d’aménagement ont évolué : les documents d’urbanisme locaux doivent évoluer en conséquence. Le Conseil municipal a prescrit le 16 mai dernier la révision de son Plan d’Occupation des Sols (POS) en Plan Local d’Urbanisme(PLU). Il s’agit d’une démarche lourde engageant la Commune sur une durée d’environ trois ans. À son terme, le PLU s’imposant comme un projet d’aménagement communal, redéfinira les modes d’utilisations et les conditions d’occupations des sols sur l’ensemble du territoire. Il apportera également un ensemble d’outils (schémas de secteur, orientations spécifiques, emplacements réservés, règlements, ...) destinés à répondre aux besoins d’aménagements de la Commune.

Pourquoi engager la révision du pos en plu Une mise en compatibilité obligatoire :

è avec la loi : Les législations nationales désormais en vigueur (loi SRU 2000 et ENE dite Grenelle II, 2010) imposent de nouveaux enjeux : •  La modération de la consommation de l’espace et la lutte contre l’étalement urbain. •  La préservation des continuités écologiques (corridors écologiques, continuités aquatiques...). •  Il s’agit d’aller vers un “urbanisme de projet”, en vue de faciliter toutes les démarches qui concourent à la réalisation de projets d’urbanisme, d’aménagement et de construction, répondant de manière appropriée à des orientations stratégiques définies dans les documents d’urbanisme.

è avec le Schéma de Cohérence Territorial Fier-Aravis : •  Le Schéma de Cohérence Territorial FierAravis a été approuvé le 24 octobre 2011. •  Cet outil d’aménagement et de planification stratégique, réfléchi à l’échelle du bassin de vie de Thônes, précise de manière globale et coordonnée les objectifs et orientations de développement et d’aménagement du

22

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

territoire Fier-Aravis pour les 20 années à venir. •  Ces orientations, assorties de prescriptions, doivent être mise en œuvre dans les documents d’urbanisme locaux. Or le POS du Grand Bornand s’avère le plus souvent incompatible avec les dispositions du SCOT et ce sur de nombreuses thématiques. Il doit donc nécessairement évoluer.

En quoi le plu se différencie du pos Le PLU se compose de plusieurs documents, dont les principaux sont les suivants :

è Diagnostic Territorial et État des lieux environnemental •  Ce document, inclus dans le rapport de présentation du PLU, va regrouper toutes les études préalables à la réflexion d’aménagement et à l’élaboration des orientations stratégiques. •  La différence principale avec le POS est que ces études : - sont problématisées en fonction des objectifs fixés initialement par la Commune. - ont un niveau de précision plus fin. - leurs conclusions conduisent à la rédaction du PADD, selon une logique de démonstration.

è PADD •  PADD : Projet d’Aménagement et de Développement Durable, la “clé de voute” du PLU. C’est une nouveauté du PLU par rapport au POS et il en constitue la valeur ajoutée. •  Il transcrit véritablement le projet communal, en s’appuyant sur de nombreux schémas. •  Il permet notamment d’encadrer les projets et sert de référence dans les études d’aménagement. •  Le PADD est donc un outil essentiel d’argumentation et un guide pour l’action communale.

è Règlement graphique (plan de zonage) •  Ces plans précisent la destination des zones et leur répartition. •  L’intitulé des zones est plus clair (U “urbaine”, AU “à urbaniser”, A “agricole”, N “naturelle”) que dans le POS, et leur répartition est justifiée en l’application du PADD. •  Il s’accompagne de nombreux outils graphiques directement opposables destinés à intégrer diverses problématiques d’aménagement (alignement et reculs graphiques,  emplacement s  réser vés, éléments remarquables, secteurs identifiés pour le fonctionnement des services publics etc.).

è Règlement écrit •  À chaque zone définie sur le plan correspond un document qui fixe les règles d’occupation des sols et de constructions.


local d’urbanisme * plan local d’urbanisme * plan local d’urbanisme * plan local d’urbanisme

•  Le règlement du PLU doit nécessairement traduire les objectifs du PADD. •  Il se veut compréhensible par tous les utilisateurs, facilitant le travail de l’instructeur et la délivrance des autorisations d’urbanisme : sa rédaction doit être objective, claire et concise. Les ambiguïtés seront réduites de sorte que la sécurité juridique des autorisations soit assurée.

è Justification des choix •  Ce chapitre reprend les décisions portées au zonage et au règlement et en explique le fondement. Il est très utile pour éviter toute erreur d’interprétation. L’administration peut ainsi expliquer et mieux justifier sa position dans l’instruction d’un dossier.

è Orientations d’aménagement et de programmation (AOP) •  Il s’agit d’un document qui a pour finalité d’encadrer et de fixer les modalités d’aménagement d’un secteur. Il se fonde généralement sur un schéma de principe. •  Les OAP s’appliquent le plus souvent sur des zones AU (à urbaniser) ou des opérations d’aménagement et/ou sur des secteurs en requalification. •  Elles peuvent fixer les principes d’urbanisation ainsi qu’un échéancier prévisionnel d’ouverture à l’urbanisation. •  Concrètement, les permis d’aménager (ex : lotissement) et les permis de construire devront respecter les orientations des AOP.

Les grandes étapes d’élaboration du plu Un PLU se réalise en trois grands étapes selon la logique suivante : 1. À partir d’études réalisées sur l’ensemble du territoire, est établi un diagnostic décrivant les atouts, les problèmes et dressant les enjeux qui en découlent. 2. Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable transcrit les objectifs et les orientations permettant de répondre à ces enjeux. 3. Les règlements graphiques et écrits sont la traduction concrète du PADD, et sont opposables aux autorisations d’urbanisme. En outre, le PLU fera l’objet d’une évaluation environnementale le long de la procédure.

Phase ÉTUDES

Phase PROJET

diagnostic territorial

Phase traduction du projet

règlement padd

état initial environnement

zonage aop

Au terme, rédaction de la justification des choix.

(rapport de présentation)

Évaluation environnementale

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

23


plan local d’urbanisme (suite)

plan local d’urbanisme

La concertation avec les Bornandins La concertation avec la population est un élément-clé de la réussite de la procédure. La Commune sollicite donc votre large participation. Cette concertation n’a pas pour objet de recueillir les demandes particulières et individuelles : elles pourront être adressées au Commissaire enquêteur, lors de l’enquête publique (lire ci-contre). •  Il s’agit plus particulièrement d’un échange sur les objectifs poursuivis par la Commune, les orientations et le projet politique communal en matière d’aménagement. •  La Commune a défini des mesures permettant l’implication des Bornandins le long de la procédure. •  Cette concertation préalable s’étalera pendant toute la durée d’élaboration du PLU, jusqu’à son arrêt par le Conseil municipal. •  Lors de cette séance, Monsieur le Maire fera le bilan de l’ensemble des observations, et une synthèse sera rédigée dans le compte rendu. •  Les Bornandins seront ensuite invités à participer dans le cadre de l’enquête publique organisée avant l’approbation et la mise en application du document.

è Les mesures générales •  Les avis, les délibérations, les communiqués feront l’objet d’un affichage en mairie. •  Selon les prescriptions des lois en vigueur, ils seront également publiés dans un ou plusieurs journal(aux) local(aux).

24

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

è Les lettres d’information

è L’information sur internet

•  Au cours de la procédure, trois lettres d’information feront le point sur l’état d’avancement du projet de PLU. Elles expliqueront de manière concise les démarches réalisées et dresseront un panorama des perspectives. •  Elles seront affichées sur les panneaux municipaux, disponibles en mairie et téléchargeables sur le site internet communal dès que celui-ci sera mis en ligne. •  Elles seront également insérées dans les bulletins d’information municipale.

•  Le réseau Internet est devenu un outil indispensable de communication et la Commune entend saisir l’opportunité de la création de son site internet (en cours de préparation) pour faciliter l’accès des Bornandins aux informations relatives au projet de PLU. •  Ainsi, une extension de ce site, spécifiquement dédiée au PLU sera mise en ligne dès que possible. •  Les Bornandins pourront télécharger les documents dès qu’ils seront finalisés et validés par le Comité de pilotage, et le Conseil municipal, suivant leur importance. •  Ils pourront également transmettre des observations qui seront ajoutées dans le registre (lire ci-contre). •  Les avis, communiqués, délibérations seront également mis en ligne.

è Les réunions publiques •  La Commune organisera au moins deux réunions publiques spécifiquement dédiées au PLU. •  Selon cette organisation, la première réunion présentera le résultat des études réalisées et les grandes orientations qui en découlent (à transcrire dans le PADD). •  La seconde réunion présentera les choix d’aménagement de la Commune et leurs transcriptions règlementaires. •  Ensuite le Comité de pilotage, assisté du bureau d’étude en charge du dossier, répondra aux questions des Bornandins et animera un débat autour des problématiques soulevées au cours des exposés. •  Les dates de ces réunions seront précisées au moins un mois avant l’échéance par avis du maire affiché en maire, et rappelées ensuite par communiqué de presse. •  Elles seront également relayées sur Internet (lire ci-contre). •  En outre, les lettres d’information et les bulletins d’information municipale préciseront les périodes retenues.

è Le registre de concertation •  D’ores-et-déjà, un registre est à la disposition des Bornandins en mairie, les jours et heures habituels d’ouverture. Vous pouvez ainsi consignez vos observations, en indiquant préalablement vos nom et prénom, et la date. •  Une pochette en annexe de ce registre rassemble les courriers reçus dans le cadre de la concertation. Si nécessaire, un second registre sera ouvert présentant le même formalisme que le précédent. •  Au fur et à mesure de l’élaboration du PLU, les documents qui auront été validés par le groupe de travail seront annexés à ce registre.


urbanisme * plan local d’urbanisme * plan local d’urbanisme * plan local d’urbanisme * plan local

Les grands objectifs de la révision du pos en plu La Commune entend poursuivre les objectifs suivants :

è Préserver la qualité du cadre de vie et les grands équilibres du territoire •  Conserver la qualité paysagère du territoire et pérenniser son identité, facteur d’attractivité touristique : - en encadrant et en limitant l’étalement urbain. - en privilégiant l’optimisation des enveloppes urbaines existantes. •  Sauvegarder les espaces agricoles stratégiques identifiés au SCOT Fier Aravis, préserver les zones d’alpages, maintenir les espaces agricoles intermédiaires, et pérenniser la fonctionnalité des exploitations. •  Protéger les espaces naturels remarquables, à forte valeur paysagère, notamment les espaces boisés classés, et les zones Natura 2000, •  Préserver la fonctionnalité écologique du territoire, notamment les continuums aquatiques et corridors écologiques identifiés au SCOT. •  Définir une urbanisation en adéquation avec la ressource en eau et les capacités des sols.

- améliorer l’accessibilité, la fonctionnalité, la qualité et le dimensionnement de l’offre, l’attractivité des domaines skiables alpin et nordique. •  Identifier des espaces destinés aux équipements d’activités de loisirs (centre aquatique, centre nordique, aires de jeux...), en adéquation avec le renforcement de la capacité touristique. •  Renforcer et mettre en valeur le réseau de sentiers reliant les principaux hameaux, permettant la découverte du territoire selon les principes de la mobilité douce.

è Conforter et améliorer la vie de village, en renforçant son tissu économique et social •  Atteindre un équilibre durable de la structure de la population bornandine, en favorisant le logement locatif ou en accession à la propriété pour les habitants permanents par tout dispositif adapté. •  Diversifier le parc de logement en privilégiant les bâtiments collectifs ou semicollectifs. •  Créer les centralités marchandes, en renforçant la zone commerciale du centre village et du Chinaillon. •  Préserver et soutenir les activités agricoles et agropastorales, en raison de leur caractère identitaire, de leur importance dans l’économie locale, et de leurs actions bénéfiques sur le paysage.

•  Dans les secteurs où le dispositif est en vigueur, dresser un bilan du système de transfert de COS au regard de ses objectifs de maîtrise de l’urbanisation et de protection des zones en raison de leur qualité paysagère ou agricole, le maintenir sur la vallée du Bouchet le cas échéant, et envisager son utilisation sur d’autres parties du territoire communal.

•  Préserver et soutenir les activités artisanales, en identifiant des secteurs permettant leur regroupement.

è Pérenniser et renforcer la capacité d’accueil et l’attractivité touristique de la station

•  Développer les équipements publics et d’intérêts collectifs, notamment en matière de desserte par les transports en commun (réimplantation de la gare routière), de stationnement, de tri sélectif et de chauffage collectif.

•  Définir et réserver des espaces stratégiques pour le développement touristique, à savoir : - accroître la capacité hôtelière au Village et au Chinaillon, en identifiant des secteurs spécifiques, tout en respectant les enveloppes urbaines existantes, afin de répondre au déficit de lits marchands constaté au regard de la capacité d’accueil globale de la station.

•  Développer un pôle santé (maison médicale), afin de répondre aux besoins et d’anticiper l’évolution de la population. •  Identifier des secteurs nécessaires au dépôt et à la gestion des matériaux inertes. •  Identifier des secteurs nécessaires au fonctionnement des services publics, notamment pour assurer la viabilité hivernale.

è Structurer l’armature urbaine, améliorer sa lisibilité et sa fonctionnalité, en relevant les enjeux de la mobilité de demain •  Identifier et valoriser les liens urbains : - entre le cœur du village et l’Envers de Villeneuve. - entre le centre du Chinaillon et le front de neige. •  Requalifier les espaces publics du centre village et du Chinaillon : - développer et prioriser les espaces et circulations réservés aux piétons en assurant la continuité des cheminements (requalification de la place de l’Eglise, du Chinaillon, les liaisons avec le front de neige...). - répondre aux besoins en matière de stationnement, notamment au centre village et sur le secteur du front de neige du Chinaillon. •  Accompagner l’usage du transport collectif à l’échelle de la Commune, en interrelation avec les politiques de transport en commun dans les Aravis : - favoriser l’accessibilité au centre du village et au Chinaillon. - favoriser la mobilité douce par le transfert modal (réimplantation de la gare routière) - identifier et sécuriser les zones d’attente (arrêts de bus...). •  Faciliter l’accessibilité aux équipements publics et touristiques pour les Personnes à Mobilité Réduite.

è Protéger et valoriser le patrimoine bâti bornandin : •  Identifier et préserver les secteurs à forte valeur identitaire, en ciblant, par un zonage approprié, les composantes patrimoniales, notamment le Vieux Village du Chinaillon, les hameaux remarquables, les chalets traditionnels bornandins. •  Identifier les chalets d’alpage dont la valeur patrimoniale est reconnue, et pour lesquels le Code de l’urbanisme autorise, après arrêté préfectoral, la reconstruction ou la rénovation. •  Garantir, par une règlementation appropriée, la qualité architecturale et l’intégration urbaine des constructions situées hors secteurs identifiés pour leur forte valeur identitaire.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

25


Environnement

Bien vivre au village et au Chinaillon * Bien vivre au

Quatre nouveaux PAV sur la commune Depuis 2007, la Communauté de communes des vallées de Thônes (CCVT) investit dans l’aménagement de points d’apport volontaire et peu à peu, les particuliers, syndics et habitats collectifs adoptent le bon réflexe en triant leurs ordures ménagères. Au Grand-Bornand, quatre nouveaux PAV (Points d’apport volontaire) ont été installés dans le village et dans ses zones périphériques, portant à quatorze le nombre de sites mis à la disposition des Bornandins pour le tri sélectif : •  Chef-lieu (en bas du Chalet des Neiges

et derrière l’Eglise) •  Cimetière •  Gare routière •  Pont de Suize •  Suize •  Les Potais •  La Communaille •  La Place •  Vieux Village •  Le Chinaillon •  Samance •  La Mulaterie •  Les Outalays

Les encombrants (mobilier, électroménager, huiles...) ne doivent pas être déposés dans les conteneurs ou à côté, mais à la déchetterie de Saint Jeande-Sixt dont l’accès est gratuit pour les particuliers. Si le tonnage de déchets collectés par la déchetterie traduit un effort important de la part des usagers (700t en 2006 contre 1700t aujourd’hui), des efforts sont encore demandés à chacun. En effet, le dépôt d’encombrants ou de gravats de chantiers est régulièrement observé dans les conteneurs malgré les contrôles et rappels à l’ordre effectués par la CCVT. En 2015, dans le cadre d’une directive européenne, le taux de recyclage des ordures ménagères devra atteindre 45% contre 35% actuellement, sous peine d’astreintes pécuniaires pour les communautés de communes et donc pour les usagers. Il est impératif que chacun, résident principal ou secondaire, vacancier, trie ses déchets. Dans ce sens, d’autres projets d’installation de PAV sont à l’étude pour, à terme, viser une couverture totale de la station.

è Le recyclage : ça cartonne ! La CCVT organise une collecte de carton brun chaque mercredi, principalement destinée aux commerçants. Ceux-ci sont encouragés à poursuivre leurs efforts en déposant ces emballages spécifiques dans les chalets prévus à cet effet : •  Chef-lieu : cimetière, gare routière, bas du Chalet des neiges. •  Chinaillon : les Outalays (départ de la route), La Place, La Mulaterie, Centre village (proximité MGM). Dans l’éventualité d’une quantité importante de carton, les services de la Communauté de communes ont la possibilité de venir les enlever à domicile. Il suffit pour cela de s’équiper de bacs. Depuis 2009, la collecte de carton brun dans les Aravis a augmenté de 150 à 500 tonnes. Ces chiffres traduisent une réelle prise en compte de chacun des préoccupations environnementales.

L’un des chalets où déposer ses cartons

Exemple de ce qu’il ne faut pas faire...

26

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012


au village et au Chinaillon * Bien vivre au village et au Chinaillon * Bien vivre au village et au

Natura 2000

Économie et écologie : le juste équilibre

Le site Natura 2000 du Bargy s’étend, pour la commune du Grand-Bornand, de la Colombière au Roc des Tours. Un comité de pilotage* élabore actuellement le document de gestion du site. Ce projet doit permettre de préserver les habitats et espèces rares en Europe, tout en tenant compte des activités économiques et sociales qui s’y développent. Une fois aboutie, la version finale du document réalisé en concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire sera soumise au préfet pour validation. En 2011, des diagnostics ont permis de recueillir des informations sur les espèces et les habitats présents ainsi que sur les pratiques socio-économiques. Les grandes lignes des mesures à prendre ont été approuvées en juin 2012 par le comité de pilotage. Il reste désormais à en élaborer le montage financier et technique. Les inventaires ont mis en relief la richesse du site, couvert en grande partie par des habitats à haute valeur environnementale. De nombreuses espèces rares y sont observées, en particulier chez les oiseaux : la zone abrite en effet des rapaces (dont le célèbre Gypaète) mais également des espèces sensibles telles que le Lagopède, la Bartavelle, la Pie Grièche Ecorcheur, le Crave à Bec Rouge...

Parallèlement, deux activités socioéconomiques sont à mettre en corrélation avec les espèces et les habitats naturels du site. Accompli de manière traditionnelle, le pastoralisme entretient des habitats ouverts remarquables : les actions envisagées s’orientent d’abord sur un maintien des pratiques existantes afin d’éviter leur abandon ou, au contraire, leur intensification. Des actions pourront aussi être proposées aux agriculteurs afin d’améliorer la gestion pastorale sur des secteurs localisés. D’autre part, les activités sportives, aujourd’hui en pleine expansion sur le massif, constituent un axe de travail majeur. En effet, cette fréquentation peut être préjudiciable aux espèces lors des périodes sensibles de reproduction et d’hivernage. Le dérangement peut entrainer l’échec de la reproduction, voire la mort des animaux. Il convient donc de trouver des moyens d’information et de sensibilisation ainsi que des solutions opérationnelles pour concilier loisirs et préservation de la faune sauvage.

è Plus d’informations Sur le site www.ccfg.fr/environnement rubriques Natura 2000

*Le comité de pilotage est constitué à la fois : des élus locaux (communes et EPCI), des représentants des acteurs socioéconomiques du site (pour le Bargy il s’agit principalement de représentant des agriculteurs et forestiers ainsi que des associations de sports et loisirs), des associations de protection de l’environnement, des représentants des propriétaires (exemple : syndicat de la propriété rurale) et de l’Etat (DDT, DREAL).

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

27


développement économique

Grand-Bornand Réservation

Grand-Bornand Réservation : le baromètre des réservations en forte hausse Le bilan des activités réalisées par Grand-Bornand Réservation reflète son rôle grandissant dans l’accueil toute saison. Les chiffres démontrent également l’aptitude de l’agence à combler les périodes dites “creuses” : janvier, mars/avril représentent en effet 48% de ses réservations totales tandis que les hébergements meublés ont été marqués par une hausse de 37% en janvier 2012. è Les tour opérateurs courtisés Ces résultats correspondent en premier lieu à une meilleure mise en marché des produits (hébergements, forfaits, packages...). Une plus large distribution accompagnée d’une révision de la politique tarifaire auprès des tour opérateurs ont eu un impact immédiat sur les ventes. Le chiffre d’affaires a ainsi augmenté de 100% par rapport à l’hiver dernier en hébergement diffus (40% comparé à 2010). La nette progression des réservations procède également d’une stratégie plus agressive se traduisant par des remises conséquentes ou des formules tout inclus, à l’image du séjour XXL (hébergement, forfait, animations gratuites, réduction sur le matériel et les cours de ski). Sur les deux semaines de janvier, ces packages représentent 71% des réservations dont 39% pour les séjours XXL. Grand-Bornand Réservation a également renforcé ses actions auprès des pays de l’est et de l’Europe du nord (69% du chiffre d’affaires tour opérateurs est accompli à l’étranger). Parmi les démarches initiées, on dénombre une participation accrue à des salons professionnels : Pologne, Russie, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne... (lire l’article relatif à la clientèle étrangère en page 51). Ces diverses opérations ont abouti à la signature de 20 nouveaux contrats remontées mécaniques pour l’hiver prochain et 10 nouvelles collaborations pour l’hébergement.

28

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

è Un site internet attractif

Un important travail destiné à accroitre la visibilité des offres a été entrepris notamment sur le portail internet de l’agence. Parmi les nouveautés figurent des onglets distinctifs pour l’hébergement (chalets, appartement, hôtels), un rubriquage spécifique (tribu, notre sélection, séjours à thèmes...) ou encore une bannière mettant en exergue une formule avantageuse. L’amélioration du référencement du site, la segmentation de l’offre, la valorisation des produits et de la base clientèle (pour adresser des bulletins électroniques personnalisés) ont véritablement porté leurs fruits. Les réservations internet (51% des réservations individuelles) ont nettement progressé : +17% par rapport à l’hiver dernier et +23% comparé à l’hiver 2009/2010. Depuis sa refonte totale, le portail de l’agence affiche un doublement des visites sur les fiches d’hébergeurs.


éservation * Grand-Bornand Réservation * Grand-Bornand Réservation * Grand-Bornand Réservation

La tendance porte également sur la création des courts séjours : week-end, mini-semaine tandis qu’un package sera désormais proposé chaque semaine.

è Un questionnaire instructif Au nombre des initiatives visant à connaitre le niveau de satisfaction de sa clientèle, Grand-Bornand Réservation a conduit une enquête auprès de 400 de ses clients. Une première conclusion établit que “l’ambiance familiale” prédomine dans le choix de la station (60% des personnes interrogées), puis viennent “l’atmosphère village” (40%) et la distance (33%). Une grande majorité des répondants s’est montrée très satisfaite ou plutôt satisfaite par les prestations de l’agence : Facilité à joindre le service (94%) ; Qualité des renseignements (90%) ; Rapidité de la demande (94%).

è Agir en amont Quatre axes de travail ont été définis pour 2012/2013 : le produit, la commercialisation, les actions marketing et la relation client. La stratégie de Grand-Bornand Réservation a dû prendre en compte une saison marquée par un calendrier scolaire pénalisant : perte d’une semaine sur les vacances de Noel, décalage des vacances scolaires de février et congés printaniers particulièrement tardifs (débordant sur le mois de mai) pour la zone de chalandise de la station (Ile de France et Rhône-Alpes). Pour répondre à cette situation délicate et éviter les promotions de dernière minute, une palette d’offres commerciales sera proposée en amont (un forfait bambin offert pour un forfait adulte 6 jours, le renouvellement des formules XXL, un cours 6 jours réservé à l’ESF pour monsieur égale un cours offert pour madame, gratuité pour l’enfant de moins de huit ans sur le forfait et cours de ski, etc.)

S’agissant de l’hébergement, les résultats sont plus nuancés. En englobant tous les critères, (accueil, propreté, équipement/ confort, rapport qualité/prix), les clients très satisfaits représentent 43,7%. D’une manière générale, les déceptions portant sur l’équipement et le confort se répercutent sur le rapport qualité/prix : 31% seulement de clients se disent très satisfaits. Pour pallier ces faiblesses, des actions ont d’ores et déjà été menées auprès des hébergeurs par GrandBornand Réservation.

è Le confort “comme à la maison” La priorité demeure sans conteste la qualité de l’accueil du public. À ce titre, Grand-Bornand Réservation s’engage à livrer aux hébergeurs professionnels les forfaits réservés par leurs clients. De leur côté, les loueurs particuliers ont la possibilité de retirer les prestations à l’agence pour les remettre à leurs locataires à leur arrivée. Une méthode qui permet aux vacanciers d’éviter les files d’attente aux caisses et de profiter des pistes dès leur installation.

positionnement qualitatif voulu par l’agence et par la station face à la montée en gamme de la clientèle. L’attribution aux loueurs de la catégorie “confort +” s’appuie sur le respect de plusieurs critères dont la pratique de la langue anglaise (ou mise à disposition d’un livret d’information en anglais), les lits faits à l’arrivée, le ménage en fin de séjour, le service wifi ou internet, la livraison des forfaits et prestations commandés par le client. En retour, Grand-Bornand Réservation garantit pour la catégorie “confort +” une mise en valeur du bien et une visibilité supérieure à travers ses différents supports de communication.

è Quelques chiffres •  Chiffre d’affaires de Grand-Bornand Réservation : 1 729 257 € (été 2011 et hiver 2011/2012) soit une progression de 329 854 € sur 3 ans et de 7,5% au global (+27% hors événementiel). •  Les demandes d’hébergement opérées auprès de Grand-Bornand Réservation concernent principalement les locations meublées (78%) et les hôtels (19%). •  À noter que la saison estivale représente 30% des réservations (15% du chiffre d’affaires). •  La clientèle individuelle représente aujourd’hui 65% des ventes totales (soit +31 % sur trois ans). •  Le reste se répartissant entre les tour opérateurs (15%), les groupes (9%), les hébergeurs Remontées mécaniques (habilités à vendre des formules “tout compris”) et 2% seulement, cette année, pour le public venant dans un cadre événementiel : challenge des moniteurs, IBU Cup, Milky Way, Glisse en cœur...

è Contact Pour toute information, n’hésitez pas à contacter : Le Grand-Bornand Réservation Résidence La Forclaz – BP 5 74450 Le Grand-Bornand Tél. 04 50 02 78 06 Email : reservation@legrandbornand.com www.legrandbornand-reservation.com

Parallèlement aux packages incluant des services type ménages, la création de la catégorie “confort +” illustre le

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

29


développement économique

aménagement global du

A

voir une vision globale de l’aménagement du centre-village est essentielle pour un développement équilibré du Grand-Bornand. C’est pourquoi la commune souhaite agir en complémentarité : nouvelle gamme d’hébergement hôtelier venant en complément de l’offre existante, centre aquatique venant en complément de la piscine actuelle pour une activité quatre saisons, et requalification de la plaine du Borne pour un complément d’activités récréatives multi-publics, entre sport et détente.

Complexe hôtelier Présenté en réunion publique en novembre puis dans Le Bornandin de décembre 2011, le projet de complexe hôtelier connaît aujourd’hui une nouvelle étape. Au terme de la procédure d’appel à projet, le conseil municipal a retenu le candidat avec lequel les négociations vont se poursuivre pour la réalisation d’un hôtel 4 étoiles, d’une résidence de tourisme et de commerces. Il s’agit du groupe PVG, dirigé par Gaston PolletVillard. La commune souffre d’un déficit important de lits hôteliers (520 lits contre 1500 pour La Clusaz ou les Gets) et d’un manque de diversité de son offre (grande majorité d’hôtels 2 et 3 étoiles de taille moyenne, et aucun hôtel 4 étoiles). Cette situation pénalise la capacité de la station à répondre à la demande touristique actuelle et future, et compromet les efforts menés par l’agence Grand-Bo Réservation et l’Espace GrandBo en direction des tour-opérateurs et des organisateurs de congrès et de séminaires.

è La commune ambitionne de répondre à cette situation par une approche à la fois : •  cohérente :

susciter l’intérêt des investisseurs et tirer parti des retombées économiques suppose de penser l’implantation du complexe hôtelier en proximité non seulement des télécabines du Rosay, mais aussi des commerces et des lieux d’animation du village. À cet égard, le terrain dit ‘des tennis’ dont la commune est propriétaire représente le site idéal.

30

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

•  globale : le repositionnement des tennis et du trampoline sera garanti, leur accessibilité en sera même améliorée. Pour ce faire, la commune a lancé une réflexion à l’échelle de l’aire de loisirs et du cheminement le long du Borne (lire l’article page 33). •  qualitative : l’aménagement qualitatif

du centre-village est une priorité et le projet devra s’assurer, de par sa volumétrie et sa qualité architecturale, de sa bonne insertion dans le site du point de vue urbanistique et environnemental. En particulier, la commune sera très attentive à l’aspect visuel des constructions, à l’emploi d’énergies renouvelables (comme la géothermie) ainsi qu’à la performance énergétique du complexe (de type Bâtiment Basse Consommation).

•  économique : la vente du terrain

à un investisseur et gestionnaire privé permettra de contribuer au financement du futur centre aquatique et de bien-être, qui constituera ainsi un produit touristique complémentaire des hébergements de la station et de l’Espace Grand-Bo (lire l’article page 28). Dans le contexte économique et financier difficile que la France connaît actuellement, seuls trois candidats (sur les vingtcinq opérateurs contactés) ont remis une offre suite à l’appel à projet : MGM, PVG et Eiffage. Cette dernière candidature a été écartée car elle ne répondait pas sur l’exploitation de l’hôtel et de la résidence de tourisme, ni sur l’offre financière ou même le planning de réalisation.

Au terme des auditions, demandes de précisions et discussions menées séparément avec MGM et PVG au printemps 2012, c’est l’offre de PVG qui a recueilli le plus grand nombre de points, calculés suivant les critères figurant au cahier des charges. Le Conseil municipal s’est appuyé sur cette analyse pour retenir, le 23 juillet dernier, l’offre du groupe PVG. Il ne s’agit pas d’un blanc-seing donné à celui-ci : il s’agit simplement de poursuivre le projet avec un seul et unique candidat et d’en négocier avec lui les conditions techniques (contenu du permis de construire, notamment du point de vue architectural et de l’intégration dans le site), juridiques (promesse de vente du terrain) et financières (prix de vente). Il ne s’agit donc que d’une étape, qui devra être confirmée. Les élus seront ainsi appelés, dans quelques mois, à se prononcer de nouveau : sur la promesse de vente avec le groupe PVG, sur le permis de construire et sur la convention dite “Loi Montagne”, qui marqueront le véritable coup d’envoi du projet. La réunion publique de l’automne sera largement consacrée à ce sujet, tous les avis pourront s’exprimer.


centre-village * aménagement global du centre-village * aménagement global du centre-

è Les caractéristiques du projet Le projet remis par PVG s’articule autour d’un hôtel 4 étoiles de 80 chambres, d’une résidence de tourisme de 56 appartements et des surfaces commerciales le long de la RD4e. L’ensemble comprend un restaurant avec terrasse face aux Aravis, une brasserie, un salon-bar et un espace de remise en forme incluant un spa et une piscine intérieure. Le restaurant et le spa sont prévus pour être ouverts à tout public. Les liaisons piétonnes sont conservées le long du Borne, sur le côté de la piscine municipale, ainsi qu’en direction des télécabines du Rosay.

L’engagement d’exploitation de l’hôtel est de 30 ans minimum, et pour la résidence de tourisme, de 15 ans minimum. PVG souhaite particulièrement développer les synergies avec l’Espace Grand-Bo pour l’accueil de séminaires. L’ouverture complète de l’hôtel est prévue 8 mois par an (le reste de l’année, l’hôtel demeure ouvert mais sans restaurant le soir ni le midi) ; l’ouverture de la résidence de tourisme est prévue toute l’année. Les bâtiments sont conçus en Bâtiments Basse Consommation et avec l’éco-label européen.

è Schéma d’implantation

Torrent du Borne Liaison piétonne à maintenir Extension de la piscine pour transformation en centre aquatique et de bien-être (ouvert été/hiver) Point de vue des deux insertions paysagères Zone tampon avec le centre aquatique à traiter avec attention

N

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

31


développement économique

aménagement global du

Extension de la piscine municipale La commune a pour projet de requalifier l’actuelle piscine municipale de plein air. Il s’agirait à la fois d’une réhabilitation et d’une extension, pour en faire un centre aquatique et de bienêtre se posant comme une offre complémentaire aux activités hivernales et estivales. L’eau, qu’elle soit synonyme d’activité physique, de jeu, de détente ou de bienêtre, est aujourd’hui pour la clientèle un critère important dans le choix de sa destination de week-end ou de vacances, en hiver comme en été. D’un point de vue global, il est attendu une synergie entre le centre aquatique, l’Espace Grand-Bo, le futur hôtel 4 étoiles et l’ensemble des hébergeurs du GrandBornand : des séminaires, colloques ou congrès alliant hébergement sur la station, espaces de réunion modernes et activités de détente à proximité, pourront ainsi s’organiser plus facilement. Concrètement, le projet de centre aquatique et de bien-être comporte deux volets : la modernisation des bâtiments existants et la construction d’une extension de la piscine actuelle pour créer, en intérieur, un grand bassin multi-activités, des jacuzzis et une pataugeoire, ainsi qu’un pôle bien-être (saunas, hammams, salle de musculation avec accès indépendant pour les clubs du Grand-Bornand). L’extension est envisagée du côté parking de l’aire de loisirs, cette solution permettant la réutilisation d’une bonne partie des installations actuelles. Le projet s’inscrit dans le cadre plus large de l’aménagement de la zone de loisirs le long du Borne (lire l’article ci-contre) et permet de préserver la possibilité de la construction du parking en contrebas de la place de l’église, tel qu’il avait été envisagé en 2007.

Ce dernier aspect est particulièrement important : il faut en effet que le centre soit à la fois aisément identifiable en tant que tel par le public et respectueux de l’environnement bâti traditionnel du Grand-Bornand. L’étude prévoit de dimensionner le futur équipement pour accueillir en même temps 400 personnes en bassin intérieur et 900 personnes en bassins extérieurs, ce qui correspond à 80 % de la fréquentation maximale instantanée envisagée. Il est prévu que le bassin intérieur communique été comme hiver avec le grand bassin

Espaces extérieurs existants rénovés

Parmi les objectifs de cette étude, il faut souligner la préservation de la surface de plages enherbées existantes et de la vue sur les montagnes, le respect des droits et des vues des propriétés voisines, et l’intégration architecturale.

(1) Liaison directe vers le bassin avec pédiluve si bien-être au R+1 (2) Vues sur paysages

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Une fois l’étude finalisée et les coûts de fonctionnement chiffrés, le programme technique détaillé sera soumis au Conseil municipal. Si ce programme est validé, un concours sera ensuite lancé.

è Le schéma d’organisation fonctionnelle pourrait être le suivant :

La commune a lancé en début d’année une étude pour l’établissement du programme technique détaillé de ce futur centre aquatique.

32

extérieur par l’intermédiaire d’un sas. De façon à limiter les coûts de fonctionnement notamment en période hivernale, la restructuration des espaces extérieurs consistera notamment à réduire la profondeur du grand bassin et à substituer une chaufferie bois au chauffage électrique actuel.


centre-village * aménagement global du centre-village * aménagement global du centre-

Plaine du Borne L’aménagement global de la plaine du Borne s’inscrit dans le cadre de la réhabilitation de cette zone stratégique, marquée par la réalisation d’un hôtel et d’une résidence de tourisme et la restructuration de la piscine municipale en centre aquatique et de bien-être.

Dans ce sens, une étude préliminaire confiée au cabinet d’architectes Patrick Humblot à Annecy-le Vieux réfléchit sur les grandes lignes d’un véritable espace récréatif qui s’articulerait autour d’un cheminement attractif et cohérent, adapté à tous les profils d’utilisateurs (retraités, familles, enfants, sportifs, promeneurs...).

è Cette étude de faisabilité s’appuie sur trois objectifs : •  Améliorer l’accès au public en tenant compte des contraintes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, •  Sécuriser les équipements tout en les valorisant. •  Requalifier le mobilier récréatif en tenant compte du caractère paysager des berges du Borne.

La porte d’entrée de ce nouvel espace se caractériserait par la mise en place d’un pôle sportif positionné autour du terrain de football, avec bâtiment d’accueil et parking. Ce pôle marquerait le point de départ d’un parcours récréatif pour tous, jalonné de jeux ludiques et éducatifs et d’équipements sportifs incluant notamment les terrains de tennis et le trampoline, ainsi que des aires de pique-nique. La création de ce vaste espace de loisirs s’exécuterait par tranches annuelles. Elle débuterait par le remplacement des installations actuelles du parcours de santé, par un ensemble plus moderne en adéquation avec les attentes des utilisateurs.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

33


VIE TOURISTIQUE

office de tourisme * office de tourisme * office de

L’Office de tourisme vise le haut du classement Le classement des Offices de tourisme et Syndicats d’initiative est désormais régi par une grille en trois catégories (III, II, I) se substituant à l’ancienne grille allant de 1 à 4 étoiles.

L’Office de tourisme du Grand-Bornand (classé 3 étoiles dans le système précédent) s’est fixé pour objectif un classement en catégorie 1. Cette classification inscrit ses actions dans une démarche “qualité” pour l’amélioration de ses prestations de service et de sa performance globale. Le dossier, qui sera déposé en janvier 2013, comporte 210 points de conformité portant sur l’ensemble de ses compétences. Au nombre des obligations à satisfaire, figure la présence permanente d’un service d’accueil trilingue pendant ses horaires et périodes d’ouverture (actuellement, cinq langues sont déjà utilisées par le personnel). Le site internet de l’Office de tourisme doit également se décliner en trois langues (français, anglais et russe ou allemand, le choix de la troisième traduction étant en cours de réflexion).

34

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Le site internet devra également offrir un moyen de consultation des disponibilités pour tous les modes d’hébergement en dehors des horaires et périodes d’ouverture. Le cahier des charges comprend également la mise en œuvre d’actions de sensibilisation des touristes et des acteurs touristiques locaux publics ou privés en matière de protection de l’environnement. La politique de promotion et d’animation développée depuis des années par l’Office de tourisme, ainsi que la constante volonté d’améliorer les services apportés à sa clientèle et ses partenaires, ont porté leurs fruits. Aujourd’hui, « la grande majorité des critères est déjà remplie », précise Isabelle Pochat-Cottilloux, la directrice. Le dépôt du dossier sera suivi d’un audit destiné à vérifier le respect de l’intégralité des critères à l’issu duquel la marque “Qualité Tourisme” pourra être accordée à l’Office de tourisme du Grand-Bornand.

è La station en route vers l’excellence Le classement en catégorie 1 de l’Office de tourisme représente une étape indispensable vers l’octroi, pour la commune, de la dénomination “Station de tourisme”. Ce label est un gage de qualité offert aux visiteurs car seuls les villes et villages les plus attractifs accèdent à la catégorie “Station de tourisme”. La démarche ambitieuse engagée par la municipalité se veut ainsi une reconnaissance des atouts du Grand-Bornand. L’obtention de cette prestigieuse dénomination offre également de nombreux avantages : surclassement démographique, perception de dotations additionnelles... Les candidats à ce label d’excellence doivent se conformer à de nombreux critères sélectifs qui concernent la diversité des modes d’hébergements et des équipements commerciaux, la qualité de l’animation, les facilités de transports et d’accès, les politiques d’urbanisme et d’embellissement, ainsi que la qualité environnementale. Autant de facteurs d’attractivité fortement incitatifs pour conquérir de nouvelles clientèles.

è Nouveau ! Le guide pratique publié par l’Office de tourisme en été et hiver sera désormais téléchargeable sur internet en six langues : français, anglais, allemand, espagnol, italien et russe.


Les animations de l’été * Les animations de l’été * Les animations de l’été * Les animations

Au Bonheur des Mômes 2012 Du 26 au 31 août : interdiction d’être sage Imaginez un lieu de toutes les audaces, où l’on s’étonne de croiser tout à la fois un canard de bain géant se faisant la malle par la voie des airs et une Cendrillon blasée, mi-princesse mi-punk, chevauchant une vache mécanique... Ce choc des cultures est né, voici plus de 20 ans, de la rencontre avec le visionnaire Théâtre de la Toupine et son esprit délirant. De déambulations en spectacles en salles, en plein air et sous chapiteaux, en déambulations, Au Bonheur des Mômes mêle l’esprit canaille à la poésie des saltimbanques et enchante son monde dans une bulle de rêve. Tant et si bien que l’événement a réuni plus de 90 000 festivaliers le temps d’une semaine lors de son 20e anniversaire l’été dernier. 21 ans cette année, et toujours cette même impertinence, cette curiosité teintée de malice, cette ouverture au spectacle vivant selon ce très sain principe : surtout, ne pas être trop sage ! Théâtre, danse, nouveau cirque, marionnettes, musique, contes, performances, ateliers, tente à lire, expos, jeux géants dans tous les sens... Au Bonheur des Mômes, c’est

cela et bien plus encore : une parenthèse enchantée autant qu’un ramdam d’enfer, bref, un festival intelligent et une dernière grande récréation avant la reprise pour tous les enfants de 0 à... 99 ans.

è Tous à la manif’ ! Au Bonheur des Mômes lance une grande opération de sensibilisation à l’utilisation des écrans par les enfants intitulée “Lâche tes écrans, viens voir du vivant !” Après les manif’ rigolotes “Libérez les bonbons !” et “On veut du bonheur !”, le festival jeune public créera à nouveau l’événement autour de cette opération inédite et de grande ampleur visant à sensibiliser les plus jeunes sur l’usage de la télé, d’internet et des écrans en tous genres.

è Le plat pays rejoint les cimes Au Bonheur des Mômes s’est toujours affranchi de toutes les frontières et voit traditionnellement se croiser des compagnies venues des quatre coins du monde. Cette fois-ci, la Wallonie en sera “l’invitée bonheur” (lire l’article page suivante) avec le soutien de WallonieBruxelles Tourisme et de Wallonie-Bruxelles Théâtre Danse. L’occasion de mettre en lumière le travail des compagnies belges dont l’extrême créativité fait référence.

La Manif’ rigolote aura lieu le mardi 28 août à 13h au Grand-Bornand Village (départ devant le chapiteau Les Rois Vagabonds).

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

35


VIE TOURISTIQUE

Les animations de l’été * Les animations de l’été *

Au Bonheur des Mômes (suite)

è Évolution du budget du festival

è Les chiffres •  572 000 € de budget total hors ressources humaines •  214 000 € de subvention municipale •  54 600 nuitées : la plus importante semaine de l’été •  90 000 festivaliers attendus en 7 jours, soit 40 fois la population du Grand-Bornand •  4 000 sollicitations d’artistes pour 87 retenus •  443 représentations en salles, sous chapiteau ou en plein air •  250 équipiers et bénévoles •  200 programmateurs en recherche de nouveaux talents •  30 ateliers, de 3 mois à 12 ans •  21 créations spéciales festival •  13 créations 2012 •  14 compagnies de la Wallonie-Bruxelles •  7 premières françaises •  1 final époustouflant avec notamment Babilonia, spectacle onirique et démesuré par la compagnie Les Plasticiens Volants et Pyragric Artifice, le 31 août au soir.

è Billetterie/Réservations spectacles Office de tourisme du Grand-Bornand Tél : 04 50 02 78 00 ou 04 50 02 79 04 e-mail : infos@aubonheurdesmomes.com www.aubonheurdesmomes.com

Lâcher de Wallons au Bonheur des Mômes 2012 Francophiles, amoureux de la montagne et des sports de glisse en particulier, les Belges se placent au 2e rang (derrière les Britanniques) des nationalités étrangères les plus représentées dans la station. De nombreux points communs lient le Grand-Bornand de la région wallonne : la thématique développée autour de la vache, la tradition de spectacles de rue, des échanges forts avec le Québec... Au point qu’une amitié sincère s’est tissée au fil des années entre les deux territoires. Et lorsque Paul Furlan, le ministre wallon des pouvoirs locaux et de la ville en charge du tourisme a exprimé le souhait d’un rapprochement avec la station qu’il connait bien, la municipalité a spontanément adhéré au projet. Le déplacement à Namur en octobre 2011 d’une délégation bornandine composée du maire Philippe Angelloz-Nicoud, de Patrice Angelloz-Nicoud, maire adjoint chargé du développement économique, de Thomas Hodot, directeur général des services de la commune et d’Isabelle Pochat-Cottilloux la directrice de l’Office de tourisme, a permis de tracer les grandes lignes d’une convention de coopération visant à développer des intérêts croisés en matière culturelle et touristique. Cette coopération s’est d’emblée concrétisé par l’invitation du Grand-Bornand au salon “Idées vacances” organisé du 15 au 19 février 2012 à Charleroi. Bénéficiant d’une forte couverture médiatique, cette opération a été l’occasion pour le maire et les représentants

36

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Le Grand-Bornand était présent au salon “Idées vacances” organisé en février 2012 à Charleroi (De gauche à droite) Tommy Leclercq, Viviane Jacobs, Paul Furlan, Philippe Angelloz-Nicoud, Fabrice Deruysscher, Isabelle Pochat-Cottilloux

de l’Office de tourisme d’échanger avec les visiteurs et les journalistes autour de l’actualité et des offres de la station. Le protocole a surtout permis d’acter le principe d’une participation de nos amis belges au festival Au bonheur des Mômes. Cette 21e édition va cultiver l’audace et l’ouverture d’esprit autour de son “invitée bonheur”, la Wallonie, dont l’intense créativité artistique sera représentée par quinze compagnies wallonnes et bruxelloises. Du 26 au 31 août 2012, les saveurs régionales figureront également au menu du festival. Aux fourneaux, les

chefs cuisiniers belges mettront en avant la gastronomie régionale lors des soirées d’ouverture et de clôture du festival. En associant son image au Grand-Bornand lors du premier festival européen jeune public, la Wallonie bénéficie d’une vitrine exceptionnelle pour déployer ses atouts touristiques. Les micros de la Radio télévision belge francophone (RTBF), en visite cet été, ne manqueront pas manqué de porter les échos de nos montagnes vers le plat pays.


Les animations de l’été * Les animations * Les animations de l’été * Les animations de l’été

Une nouveauté 100 % naturelle Parmi les nouvelles animations estivales au Grand-Bornand figure en bonne place la Ferme de la nature, qui accueille une démonstration des savoir-faire bio dans l’un des plus beaux chalets bicentenaires du village. À travers différents ateliers, quatre artisans initient les touristes et les gens du pays aux vertus des végétaux. La fabrication de cosmétiques naturels avec Claire Bosse consiste à fabriquer des crèmes de soin, des shampoings, des savons ou encore des gels douche à partir de cire d’abeille, d’huiles végétales essentielles et d’eau florale. À l’issue d’une formation au sein de l’école lyonnaise de plantes médicinales, Claire Bosse a souhaité partager ses connaissances et sa passion avec ses “élèves” à qui elle a même soufflé un secret : pour une meilleure conservation des cosmétiques bio, rien de tel que de l’extrait de pépins de pamplemousse. Il fallait y penser... De son côté, Evelyne Bastard-Rosset s’attèle à soigner les maux de son public grâce aux fleurs de Bach. Sa formation en psycho-clinique l’a menée, de fil en aiguille, à “ce remède puissant” utilisé contre les troubles comportementaux. La thérapie vibratoire se décline en sept groupes d’émotions (peur, solitude, doute...) et 38 essences de fleurs, apprennent les visiteurs.

Connaître les racines du mal et fabriquer l’élixir pour rétablir son équilibre émotionnel... La prescription d’Evelyne Bastard-Rosset a fait son petit effet auprès des participants qui, parait-il, se portent désormais comme des charmes. Composer des tableaux avec des végétaux est un projet original et ludique initié par Anne Liger. Après une balade en forêt d’où sont puisés écorces, feuilles ou pétales qu’il faut ensuite faire sécher, l’artiste crée son oeuvre. Pour ceux qui le souhaitent, une touche de peinture apportait un brin de couleur tandis que la cire s’imposait pour lier le tout. Il ne restait qu’à se laisser guider par son inspiration en suivant (ou non) les thèmes : la montagne, la campagne, l’abstrait, la mer... Un léger coup de fer à repasser pour bien imprégner les éléments et donner de la nuance au tableau... Et voilà comment susciter des vocations artistiques ! On ne présente plus Gilles Hiobergary. Le cueilleur professionnel, ethnobotaniste, animateur-nature aime transmettre son savoir

Les quatre intervenants de la Ferme de la nature : Gilles Hiobergary, Evelyne Bastard-Rosset, Anne Liger et Claire Bosse.

au public et remettre au goût du jour les traditions ancestrales. En participant à La Ferme de la nature, il enseigne aux gourmands “la cuisine aux plantes sauvages”, un peu comme on le faisait autrefois. Découvrir, cueillir et cuisiner constituaient les ingrédients de son atelier où à chaque jour correspondait un plat : les salades, les légumes, les soupes, les sauces et les confitures. Enfin, un espace d’exposition consacrée à la filière agricole détaille par le biais de panneaux explicatifs et d’un film la fabrication du reblochon. Des fiches en libre-service invitent les visiteurs à se rendre dans les fermes pour découvrir et déguster sur place le fromage des Aravis. La Ferme de la nature, qui a également pour projet la création d’un jardin botanique et d’une basse-cour, se veut le point de départ de la découverte de l’environnement local, de l’agriculture de montagne et de l’agropastoralisme. Gageons que cette expérience sera reconduite d’année en année.

Un spot incontournable pour les parapentistes Haut-lieu des sports de voltige, le Grand-Bornand entend jouer sa carte dans le développement des sports aériens en surfant sur des conditions aérologiques faisant référence dans le milieu des parapentistes. Souffrant jusqu’alors de l’absence d’une zone d’atterrissage adaptée au pied du Mont-Lachat, la commune a eu l’opportunité d’acquérir une vaste parcelle dans la vallée du Bouchet, qu’elle a aménagée en aire de réception.

è Les nouveautés “parapente” de l’été :

•  O u ve r t u re n o n - s to p d e s re m o nté e s mécaniques (Châtelet, Rosay et Lachat) de 9h à 17h45, du 7 juillet au 2 septembre. •  Navettes retour au village gratuites pour les parapentistes au départ de la zone d’atterrissage de la vallée du Bouchet, sur présentation de leur équipement au chauffeur. •  Coordonnées des prestataires sur www. legrandbornand.com / à partir de 45€ le vol biplace.

Une convention signée entre la municipalité, le locataire du terrain agricole et le club “Les Ailes du Grand-Bo”, association regroupant des membres des écoles de parapente locales et autres passionnés permet désormais un usage partagé du site. À ce titre, les vols sont autorisés pendant la période estivale et facilités par la mise en place d’une politique incitative comprenant un pack complet (accès aux remontées mécaniques et navette). Les parapentistes sont par conséquent incités à utiliser les parkings du village et à emprunter les bus prévus à cet effet.

Après avoir équipé le sommet du Lachat de toilettes sèches et de balise météo, la signalétique propre à la pratique du parapente (règlement, informations pratiques) est progressivement complétée. Le coût subventionnable de l’opération (acquisition du terrain, travaux divers) s’établit à 170 000 euros, et une subvention de 45 000 euros a été obtenue de la Région Rhône-Alpes. Une journée spéciale “lancement” organisée le 23 juin a été l’occasion pour les pratiquants de (re)découvrir un spot incontournable et pour les amateurs de goûter à cette activité avec un baptême en biplace. Une initiative qui pourrait donner lieu, à l’avenir, à l’organisation d’un événement estival d’ampleur tournant autour des disciplines aériennes.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

37


VIE TOURISTIQUE

Les animations de l’été * Les animations de l’été *

La saison estivale sous une montagne d’activités Destination familiale été comme hiver, le Grand-Bornand a déployé une palette d’animations du pied au sommet de la station. En plaçant la mobilité douce au cœur des vacances, la commune a décliné la pratique du deux-roues sous toutes ses formes : découverte du vélo électrique, montée chronométrée de la Colombière, nouvelles pistes pour VTT (voir en page Vie sportive), mais aussi... Segway. Cet engin de type plateforme auto-équilibrée et tout terrain, se prête idéalement à la visite du village et de ses hauteurs sans forcer. Des sessions de test gratuites sont proposées le lundi soir lors des pots d’accueil offerts par l’Office de tourisme. Pour aller plus loin, la location de Segway est toujours possible auprès de l’agence “Mobilboard”.

Direction ensuite La Ferme de la nature pour des ateliers d’initiation à l’usage de la flore locale. La bâtisse se veut également le point de départ de balades et cours de poneys en compagnie de Julien Fournier. Sous ses airs de chasse au trésor, La Rebloch’ Poursuite sert de prétexte à la découverte du Grand-Bornand. Outre le fait de présenter une collection de meubles et scènes de la vie d’antan, la Maison du Patrimoine lance un jeu de piste haletant menant à un trésor de taille : un délicieux goûter montagnard à partager en famille. Parmi la foule d’activités proposées tout l’été au village et au Chinaillon, figuraient également du beach volley, du beach soccer, du foot à cinq, jeux en bois, baby foot géant, etc. De quoi s’occuper ! Sans compter les traditionnels stands situés sur l’aire de loisirs : voiturettes loupiots, trampoline ou encore tir à l’arc, qui se taillent toujours leur part de succès...

38

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012


Les animations de l’été * Les animations * Les animations de l’été * Les animations de l’été

À l’abordage du lac de la Cour ! Le renouvellement du partenariat avec l’école de voile itinérante mise en place par le conseil général est l’occasion de s’initier aux sports nautiques sur les eaux émeraude du lac de la Cour.

Du 6 au 10 août, les petits (et les grands) moussaillons ont goûté aux joies de la navigation grâce à des baptêmes de voile gratuits, des stages d’optimist et de planche à voile. Mais le lac de La Cour a également servi de cadre à une nouveauté : la pêche à la truite. Cette activité est le fruit d’une collaboration avec l’association Les lacs du Maroly. La municipalité a en effet financé le premier empoissonnage, permettant ainsi à la structure associative de procéder à des lâchers supplémentaires grâce aux recettes générées par la vente de titres de pêche. La présence sur place, chaque jour, de membres de l’association permet de veiller au bon fonctionnement du site et au respect des règles qui y sont attachées.

è Quelques règles Le site, accessible par le télésiège du Châtelet, est interdit aux véhicules à moteur. Les visiteurs doivent se garer sur le parking des remontées mécaniques à la Mulaterie. Le lac de La Cour est un espace naturel à protéger, les usagers sont donc priés de ne pas abandonner leurs déchets sur place, de les emporter avec eux et de les jeter dans les poubelles mises à leur disposition au départ des remontées mécaniques.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

39


DOMAINE SKIABLE

Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver *

La clientèle étrangère : l’un des enjeux de l’hiver 2012/2013 Si la fréquentation touristique du Grand-Bornand s’appuie principalement sur le marché national, la présence de la clientèle étrangère se révèle déterminante hors des périodes de vacances françaises. Tour d’horizon du positionnement économique bornandin avec Denis Chappellaz, directeur de Comete*.

è L’évolution à la baisse des lits commercialisés se poursuit-elle ? Nous constatons un volume moins important de lits professionnels entre 2009 et 2012. Cette évolution tient en grande partie aux modifications dans le mode d’organisation de la centrale de réservation du Grand-Bornand. Une partie des lits comptabilisés à l’époque sont désormais inclus dans les lits diffus, qui regroupent des résidences secondaires et meublés loués individuellement, pour lesquels le propriétaire fait son choix de louer ou de ne pas louer. Pour le secteur hôtelier, la baisse est intervenue sur une période plus ancienne et la capacité est désormais stabilisée, mais à un niveau faible, puisque ce secteur ne représente que 7% de la capacité d’hébergement professionnelle. En revanche, 58% se trouvent en agences immobilières, première force commerciale de la station, un phénomène que l’on retrouve dans toute la Haute-Savoie mais qui est plus marqué au Grand-Bornand. Dans les stations d’altitude, les résidences de tourisme l’emportent : 37% contre 25% en réseau village et 15% au Grand-Bornand.

è Quelle place occupe l’hébergement diffus au Grand-Bornand ? Toute station dispose de lits commercialisés par des professionnels et des lits diffus. Ces deux catégories ne s’opposent pas car elles s’adressent à deux clientèles différentes. Il est toutefois important de noter le rôle que joue la part des lits professionnels car ce sont eux qui vont chercher le client. Or, le parc d’hébergement du Grand-Bornand se compose de 32% seulement de lits professionnels, le reste (68%) se répartit en lits diffus. Ce taux est élevé puisque la moyenne se situe à 64% dans les stations villages. Ces lits sont occupés de manière ponctuelle, généralement quand la station est déjà bien

40

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

remplie, en période de vacances scolaires, ce qui n’en fait pas une force commerciale. Un véritable enjeu consiste à les inciter à entrer dans une structure de réservation. Il faut aussi préciser que le Grand-Bornand a vu l’arrivée de nouveaux lits via les résidences de tourisme. Donc, si on regarde dans la durée au global, la station a gagné des lits.

è Pourquoi les réservations se font de plus en plus tardivement ? Il faut toujours distinguer la décision d’acheter et le moment où l’on achète. Un client sait s’il va partir à la montagne ou pas, par contre, il va effectuer son achat plus tard. Il existe trois motifs à cela : le calendrier scolaire, l’aspect économique et la météo, dans cet ordre là.

d’achat de fin de saison, il est clair que la prime à la remise a changé les choses. Le prix est un critère ayant beaucoup évolué avec l’arrivée de nouveaux opérateurs. D’autant que la France a une particularité : elle est l’un des seuls pays d’Europe où l’écart entre la basse et la haute saison est autant marquée. Les tarifs peuvent passer du simple au double, voire au triple. En Allemagne, en Autriche ou en Suisse, l’écart est beaucoup moins important. Pour cette raison, la clientèle belge sera plus réticente à venir quand ses vacances scolaires tombent en même temps que les nôtres. Pour elle, c’est trop cher et il y a trop de monde.

è La météo est-elle décisive chez la clientèle ?

Par conséquent, le client attend de voir si toutes les conditions sont réunies. Aujourd’hui, on ressent un décalage accentué par le fait que de nombreux lits se sont construits dans les stations. Le client sait qu’il peut attendre, qu’il y aura toujours de la disponibilité. Un autre point important repose sur l’apparition depuis quelques années des systèmes de remises. Le client se dit : « Plus j’attends, plus je suis gagnant. Un, j’ai de la place, je peux choisir. Deux, j’aurai une meilleure visibilité sur les conditions d’enneigement. Trois, plus j’attends plus j’aurai la possibilité d’obtenir des avantages tarifaires. »

Une saison qui se termine mal en termes d’enneigement a une incidence sur le comportement des clients l’hiver suivant. Une partie de ceux qui réservent tôt vont jouer la sécurité en choisissant des stations où la neige est garantie. Ce qui explique le retard de réservation de plus de 2% dans les stations villages en début de saison (1,2% au GrandBornand par rapport à l’année dernière). De surcroît, la neige n’est arrivée qu’au début des vacances de Noël, le client s’est donc montré plus attentiste. Plus surprenant, ce retard a également été observé dans les stations d’altitude.

Sur cinq saisons, les stations villages ont subi une baisse de 11% des clients ayant réservé au 1er décembre. Chaque année, elles en perdent 2 à 3%.

La superbe fin de saison marquée par l’enneigement et le soleil, n’a hélas pas fait l’objet de communication et les stations n’ont pas su réveiller le client. Il faut préciser que l’extrême douceur constatée à partir de mi-février a suscité une image contradictoire auprès de la clientèle. Psychologiquement, il est difficile de vendre dans ces conditions.

è Les semaines les moins chères sont-elles réellement les plus prisées ? Le client en famille, qu’il soit français ou étranger, est d’abord dépendant du calendrier scolaire. La majorité vient pendant les vacances, surtout au Grand-Bornand qui bénéficie d’une clientèle fidèle réservant dès le début de saison. S’agissant de la décision

è Quel rôle a joué la semaine 14 sur la dernière saison ? En début et fin de saison, nous avons a noté un retard dans les réservations. Dès


* Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver * Bilan de l’hiver * Bilan de les premières enquêtes réalisées au mois d’octobre, nous en avons conclu que les conditions d’enneigement de l’année dernière ajoutées à la période de crise avaient rendu le client très prudent. Au 1er décembre, ce retard persistait partout. Même les stations d’altitude étaient mal remplies, sauf en semaine 14 (du 2 au 8 avril 2012). En Europe, de nombreux pays sont en vacances pendant la semaine Sainte, mais la France ne l’était pas encore. Du coup, cette période était tarifée moins chère et a commencé à très bien se remplir. La demande a augmenté a tel point que la semaine 14 est devenue décisive, surtout dans les stations d’altitude accueillant beaucoup de clientèle étrangère. Sans cette performance, les stations seraient restées en négatif sur la fin de saison.

è Quelle incidence peut avoir le calendrier scolaire sur la fréquentation ? Ces deux dernières années, les stations ont connu une difficulté liée au positionnement de Noël et du nouvel an pendant un weekend. Ce qui n’est jamais propice pour la fréquentation car les clients hésitent à prendre la route pendant les fêtes. Une baisse

de 15% sur cette période a été observée l’année dernière au Grand-Bornand et de 2% cette année. Toutefois, cette configuration génère une bonne semaine 1 grâce à la clientèle étrangère qui se trouve en vacances. Noël 2012 et le jour de l’an (un mardi) seront plus faciles à commercialiser. À part les Russes sur la semaine 1, les cinq semaines de janvier seront vides de clients étrangers. La bonne nouvelle c’est que la clientèle belge sera présente la deuxième semaine de février, hors des vacances françaises. Elle sera suivie mi-février par le marché national tandis que mars et avril représenteront un enjeu majeur de la saison prochaine. Les vacances de printemps très tardives, qui commencent mi-avril pour se terminer le 10 mai, vont être très dures à vendre en France. Les stations vont devoir capter la clientèle étrangère, c’est elle qui préfigurera de la réussite de la fin de saison.

è Quelle part représente la clientèle étrangère dans notre station ? Chez les professionnels des stations d’altitude, un client sur deux est étranger. Dans les stations villages, la clientèle étrangère représente 15% et tend à baisser. Au Grand-Bornand, elle s’établit à 8% et enregistre une progression :

elle était de 7% l’année dernière. Les clients étrangers sont d’abord les Britanniques, suivis des Belges et des Hollandais dans une proportion non négligeable au GrandBornand. On les retrouve sur la semaine 1 et sur la semaine 14. Tous les clients étrangers ne viennent pas dans le même type d’hébergement. La clientèle russe opte pour une hôtellerie de catégorie 3 étoiles minimum. Les Belges, Hollandais et Britanniques passent par des tours opérateurs, cherchent des lits très homogènes en qualité et structurés pour pouvoir gérer les groupes. C’est pour cette raison que la résidence de tourisme est mieux placée aujourd’hui pour commercialiser auprès de cette catégorie de personnes. Dans tous les cas, ce sont des clients skieurs qui veulent de la garantie neige et des domaines importants. Le problème se pose toujours en fin de saison pour les stations villages. Mais le marché évolue, il n’y a désormais plus de semaine sans eux, il faut donc aller les démarcher. D’où une nécessaire évolution des tarifs, de manière à les attirer chez nous. *Comete est une société de conseils basée à Bassens (73), qui assure l’analyse de la fréquentation touristique de la station du Grand-Bornand, été et hiver dans le cadre d’un réseau qui regroupe une soixantaine de stations dans les Alpes et les Pyrénées. www.comete-conseils.fr

Connaitre l’offre d’hébergement

Saison 2011/2012 – Fréquentation globale Nombre de nuitées touristiques

Clientèle étrangère – Hiver 2011/2012 Part de la clientèle étrangère

Clientèle étrangère – Hiver 2011/2012 Poids de l’export par semaine


DOMAINE SKIABLE

ski alpin * ski alpin * ski alpin * ski alpin * ski alp

Remontées mécaniques : une saison qui atteint des sommets ! Les températures positives du début de saison (entraînant l’annulation de la coupe du monde de biathlon) et l’arrivée précoce du printemps ne reflètent pas le très bon bilan réalisé par la société exploitant le domaine skiable du Grand-Bornand. Le relèvement du taux de TVA (de 5.5% à 7% au 1er janvier 2012) conduisant à une augmentation tarifaire au beau milieu des vacances de Noël n’a donc pas affecté la fréquentation.

è Hausse des ventes par internet La belle progression du chiffre d’affaires, qui s’élève à 14 314 312 euros TTC (+14%), a été réalisée grâce à un plus fort engagement de la clientèle en séjour. Cette hausse s’explique également par l’enneigement important dont a bénéficié la station peu après son ouverture, attirant ainsi la clientèle de proximité qui lui avait fait défaut l’année dernière. Pour rappel, la saison 2011 s’était caractérisée par la fermeture du domaine skiable avec trois semaines d’anticipation et un recul de 3,5% du chiffre d’affaires. Inversement cette année, où l’affluence a atteint un record mémorable le 28 décembre, la présence de près de 16 000 clients sur le domaine skiable a provoqué une série de désagréments : bouchons sur la route, difficultés de stationnement, attente aux caisses, restaurants submergés... Afin de ne pas réitérer cette expérience, la SAEM a testé la vente déportée de forfaits journée avec trois commerçants de la station. Face à la satisfaction observée par la mise en place de ce nouveau service, il est prévu de l’étendre et de le proposer à l’ensemble des commerçants de la station pour l’hiver 2013. La société des remontées mécaniques se félicite également du résultat des ventes réalisées via son portail internet (8% du chiffre d’affaires). Outre la refonte du site, cette hausse est attribuée à une présence plus intense sur les réseaux sociaux et une plus grande visibilité sur internet.

indispensable d’offrir le bénéfice de ce produit au plus grand nombre. Ainsi est née la formule Schuss 4 You qui motive les clients à s’engager sur des forfaits longue durée. À noter que le Grand-Bornand demeure l’une des rares stations à maintenir quatre catégories d’âges (de 5 à -8 ans, de 8 à -15 ans, de 15 à 65 ans et plus de 65 ans). Cette décision marque la volonté de décliner des prix distinctifs à l’attention du jeune public et des faamilles et ce, dès le premier jour de ski. En parallèle, la clientèle de proximité peut disposer d’un forfait utilisable toute la saison facturé en fonction de la consommation à tarif réduit, reprenant le principe du télépéage. Ainsi, après s’être abonné via le site internet de la SAEM, le client reçoit son titre directement à son domicile et l’utilise en toute liberté sans passer par les caisses des remontées mécaniques. En outre, la SAEM s’est engagée plus loin dans sa politique d’accompagnement des personnes à mobilité réduite en offrant sur le forfait journée une remise de 50%, voire la gratuité, pour les accompagnants. Dans le même esprit – et inspiré par l’expérimentation initiée depuis l’hiver 2011 avec un centre de vacances du Chinaillon – un partenariat a été validé avec l’association Handiskiclub Loisirs qui prévoit en plus, la livraison des forfaits au restaurant gîte “le Vieux refuge” à la Mulaterie.

è Consolider les produits phares è La tribu remplace la famille Cet hiver, parmi les nouveautés proposées à la clientèle, un produit a particulièrement séduit : prononcez “Schuss 4 You”. Après avoir constaté que toutes les familles ne portent pas forcément le même nom, que les enfants partent en vacances avec leurs grandsparents, oncles, tantes ou amis... il paraissait

42

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

Si l’hiver 2012 a été marqué par une relecture de l’offre commerciale, la direction de la société des remontées mécaniques se fixe pour l’hiver 2013 l’objectif de consolider sa politique commerciale et de promouvoir les produits phares sans oublier de mettre en avant ses atouts naturels que sont par exemple la gratuité du stationnement, le stationnement sur le front de neige du

Chinaillon, le service de navettes desservant largement l’ensemble du village.... À noter toutefois quelques petites nouveautés pour l’hiver prochain dans l’offre saison avec un forfait Étudiant et un forfait Piéton.

è L’enquête, en chiffres Une enquête menée par la société des remontées mécaniques auprès de 3000 personnes a permis d’affiner le portrait de la clientèle venant au GrandBornand. •  Parmi les répondants, 94% sont Français, 2% Belges, 2% Suisses et 1% Britanniques. •  Parmi la clientèle française, 41% sont originaires de Rhône-Alpes, 20% de l’Ile de France. •  61% ont effectué un séjour, 33% sont venus à la journée. •  55% ont eu recours à un moniteur. •  25% avaient connaissance du label Famille +. •  17% sont venus pour la première fois, 34% plusieurs fois, 49% tous les ans. •  70% comptent revenir l’année prochaine. •  95% recommandent la station. •  53% la fréquentent l’été. •  Vente forfait : 62% sont réalisées en caisse et 36% par internet.


ski NORDIQUE * ski NORDIQUE * ski NORDIQUE * ski NORDIQUE * ski NORDIQUE * ski NORDIQUE *

Ski nordique : à fond la forme ! « Nous avons réalisé une bonne année malgré un début de saison marqué par le manque d’enneigement et des températures positives empêchant la fabrication de neige de culture », explique Didier BonBétend, le responsable d’exploitation du domaine nordique. Une ouverture partielle des pistes de la vallée du Bouchet a toutefois été possible dès le 8 décembre 2011.

è Zoom sur l’équipe La qualité des pistes, 42 kilomètres (l’un des atouts de la station), l’accueil, la sécurité et les secours, la vente et le contrôle de la redevance sont assurées par une équipe de six personnes : •  Responsable : Didier Bon-Bétend •  Adjointe et responsable de billetterie : Lydiane Rialhe •  Pisteurs secouristes : Jean-François Nycollin et Bertrand Delhens •  Dameurs contrôleurs : René TochonFerdollet et Anthony Bastard-Rosset À noter que le domaine nordique est également en charge du balisage, de l’entretien et de la sécurisation des 32 kilomètres de sentiers piétons et raquettes.

è Ils ont “dévalé” les pistes

La période de grand froid s’abattant sur le mois de janvier et les premiers jours de février (jusqu’à -23°!) a perturbé la pratique du ski de fond sur le Grand-Bornand. Mais ces aléas climatiques n’ont pas empêché le 3e site nordique le plus fréquenté de HauteSavoie (après les Confins et les Glières) de réaliser un chiffre d’affaires de 158 000 € (+21% par rapport à 2011 et +10% comparé à 2010). Le nombre de titres vendus s’est établi à 13 918, soit 2000 de plus que la saison précédente (+1300 par rapport à 2010).

è L’informatique en piste L’installation d’une billetterie informatisée relayée par la région Rhône-Alpes avec l’assistance de Haute-Savoie Nordic, facilite désormais la vie des skieurs. Quatre points de ventes en ont été équipés : l’Office de tourisme, l’Auberge nordique, les cabanes des Plans et du Terret. Ces deux derniers sites ont également été munis de bornes de contrôle auprès desquelles les utilisateurs valident leurs forfaits. Le système permet de comptabiliser le nombre de passages et de répartir équitablement les recettes sur l’ensemble des sites nordiques grâce aux accords de réciprocité conclus entre eux. « Un des enjeux de la billetterie informatisée est la commercialisation en ligne de la redevance », ajoute Didier Bon-Bétend. Rappelons que les produits de la vente des

forfaits nordiques contribuent pleinement au financement du damage et de l’ensemble de l’activité ski de fond.

è Sur la trace des nouveautés... Un comité composé d’élus, de moniteurs, de représentants du ski-club, des responsables du centre et du domaine nordiques ont procédé au changement de dénomination d’une dizaine de pistes. La saison 2013 sera donc marquée par la mise en place d’une signalétique dans la vallée du Bouchet indiquant les nouveaux noms (La Dévallée, la Bornandine, etc.)

Cette signalétique s’accompagne d’une modification de quelques tracés dans le but d’offrir trois portes d’entrée au domaine à partir des Plans, de l’Auberge nordique et du village. En dotant ces portes d’entrée de pistes verte, bleue, rouge et noire, l’objectif est de proposer un accès pour chaque niveau de fondeurs. Par ailleurs, la liaison avec les Confins (piste noire) a été transformée en “itinéraire nordique”, une voie sécurisée et balisée qui ne fera toutefois pas l’objet d’un damage quotidien.

En marge des traditionnelles compétitions (Grand Prix de la vallée du Bouchet le 8 janvier et Bornandine le 5 février), la 3e édition de la Dévallée, une course organisée par les moniteurs de ski de fond de l’Amicale des longue spatules, s’est invitée sur le domaine nordique. 63 équipes toutes plus bariolées les unes que les autres se sont affrontées dans une ambiance particulièrement conviviale. La descente à ski de fond depuis l’Auberge nordique jusqu’au Bouchet a été suivie d’un apéritif, d’un pique-nique et d’un barbecue. Les joyeux drilles, tous excellents fondeurs, se donnent rendez-vous chaque année, pour le lundi de Pâques.

è Les bons plans •  Spécial Famille : à partir d’un achat sur site par une même famille de trois Nordic Pass (France, Rhône alpes, 74, Aravis, Hebdo) comprenant au moins un adulte, un laissez-passer départemental est offert au quatrième enfant et aux suivants. •  Pour tout achat d’une carte annuelle Nationale, Rhône-Alpes, 74, Aravis ou d’une carte hebdomadaire, un bon est offert pour accéder à l’une des télécabines du Rosay ou de la Joyère.

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

43


vie sportive Cet été, la station change de braquet Les stations de moyenne montagne sont soumises à de nombreux enjeux économiques, environnementaux et touristiques. Face aux nouvelles attentes de la clientèle, la municipalité poursuit son effort de diversification de son offre en l’accompagnant d’une démarche de développement durable auquel le public est aujourd’hui devenu sensible. Le déplacement en mode doux apporte une réponse innovante à la demande touristique tout en réduisant les nuisances liées à l’utilisation de la voiture. Rebondissant sur l’engouement suscité par la pratique du vélo, la commune – à travers un large éventail d’initiatives – a depuis quelques années impulsé une dynamique ambitieuse autour de cette discipline.

è Au sommet avec le VAE* Pour la première fois cet été, le Grand-Bornand a proposé aux cyclosportifs amateurs une flotte de dix vélos à assistance électrique (VAE) le temps d’ateliers et d’animations organisés sur l’aire de loisirs. À travers des opérations encadrées par l’Office municipal des sports (le lundi c’est permis, course d’orientation, journée découverte, etc.) le public pouvait goûter gratuitement à cette pratique ludique tout en se régalant du panorama grandiose offert par le massif des Aravis. Afin de se positionner dès aujourd’hui dans cette dynamique porteuse, la commune incite les acteurs socio-professionnels à s’impliquer dans cette démarche environnementale tout en apportant un nouveau service à leur clientèle. Un partenariat avec les cycles Scott permet en effet aux hébergeurs d’acquérir des VAE à des prix avantageux auprès des deux revendeurs agréés de la station.

è Faire des bornes avec Timtoo Au guidon de leur VAE, les cyclistes enquilleront sans peine les lacets de la Colombière désormais identifiée comme “col remarquable” par le conseil général. Ces cols, que Savoie Mont-Blanc se charge de promouvoir, ont été sélectionnés suivant deux critères : ils ont accueilli le Tour de France et/ou font partie de la Route des Grandes Alpes. Des bornes kilométriques et un balisage spécifique jalonnent leur parcours : on y trouve l’altitude, la distance, le

44

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

pourcentage de pente, le dénivelé, le nombre de passages du Tour de France, les points remarquables, etc. Une autre nouveauté consiste en l’installation de bornes de détection au pied et au sommet du col permettant aux plus valeureux de mesurer leurs performances. Grâce au système Timtoo Timing, les temps de montées sont calculés puis répertoriés sur un site internet dédié (timtoo.com). À l’achat ou en location à la journée, la puce est disponible à l’office de tourisme. Le Vélo-club s’y est d’ailleurs frotté en co-organisant cet été avec l’OMS cinq montées chronométrées afin de suivre la trace des héros du Tour de France.

è Le VTT en pente douce Face à l’essor de la pratique du vélo tout terrain, la commune a répondu très tôt aux nouveaux besoins en matière d’infrastructure et d’encadrement nécessaires aux vététistes. L’ouverture en période estivale de la télécabine du Rosay, des télésièges du Lachat et du Châtelet offre aujourd’hui de nombreuses possibilités. Au Grand-Bornand, l’activité du vélo tout terrain se développe avant tout dans un esprit de randonnée, de découverte et de loisirs (niveaux vert et bleu principalement). Depuis cet été, le Châtelet décline deux parcours (une piste et une variante) accessibles à tous les publics. Ce projet a pu se concrétiser grâce à la coopération des propriétaires fonciers et des agriculteurs qui ont compris les enjeux touristiques liés au développement de cette activité. Dans l’optique de favoriser l’utilisation “promenade” du VTT, une carte schématique indiquant le tracé de pistes et leur difficultés est disponible aux remontées mécaniques.

è Ça roule pour les jeunes ! Les liens tissés avec le comité d’organisation du Tour de France sont profondément ancrés et les contacts, réguliers. L’étroite collaboration aboutit cette année à l’accueil par la station de l’étape finale du Tour de l’avenir, le samedi 1er septembre. Cette course qui relie Dole (Jura) au GrandBornand en six jours, réunit des équipes amateurs ou semi-professionnelles venues de tous les continents. C’est dans ce vivier composé d’une centaine de coureurs de moins de 23 ans qu’écloront les talents de demain. L’arrivée devant l’office de tourisme du Chinaillon sera agrémenté d’une pléiade d’animations parmi lesquelles figuraient les illustres caravanes publicitaires. Pour que le vélo soit doublement à la fête, la manifestation a été jumelée avec une course cyclosportive. Le matin, 150 coureurs ont réalisé le parcours emprunté l’après-midi par la génération montante. Placé au coeur de la saison estivale, le vélo sous toutes ses formes à trouvé dans la station un formidable terrain de jeu. Un site taillé sur mesure pour la pratique du deux-roues, aimé des familles comme des plus grands noms du cyclisme international. En attendant son Tour... de France, le Grand-Bornand demeure un candidat naturel à l’accueil de cet immense événement populaire. L’espoir est d’être au rendez-vous à l’été 2013 pour une étape du Tour. *Le VAE est un vélo auquel ont été ajoutés un moteur, une batterie et un circuit électrique qui ne s’actionnent qu’en appuyant sur les pédales.


Biathlon : en piste pour décembre 2013 C’est à contrecoeur que le Comité d’organisation Annecy le GrandBornand a annulé la Coupe du monde de biathlon qui devait se tenir du 15 au 18 décembre 2011 sur le stade international Sylvie Becaert. Cette décision a été prise face à l’impossibilité d’honorer le cahier des charges établi par l’Union internationale de biathlon (IBU) en matière d’enneigement, malgré les efforts déployés et l’annonce de chutes de neige. La douceur exceptionnelle du début de l’hiver a pénalisé la grande majorité des stations européennes et des organisateurs de coupes du monde durant l’automne. Au GrandBornand, entre le 1er novembre et la date fixée pour la compétition, les températures n’ont pas atteint le seuil de déclenchement des canons à neige (-3). Les enneigeurs – qui n’ont fonctionné que trois heures en un mois et demi – ainsi que le manque d’enneigement naturel, n’ont pas permis de fournir les 40 000 m3 de neige nécessaires pour répondre aux normes internationales des coupes du monde. Le Comité d’organisation a pris ses responsabilités et remis cet évènement dans les mains de l’IBU pour que les compétitions soient assurées dans des conditions de course optimales pour les athlètes. Les cinq courses de Coupe du monde initialement prévues au Grand-Bornand ont ainsi été transférées à Hochfilzen en Autriche où s’est rendue l’équipe

technique du Comité d’organisation afin d’apporter son concours à ses homologues autrichiens. Grâce à la souscription préalable d’un contrat d’assurance garantissant le comité d’organisation contre les aléas météorologiques, les pertes financières liées à l’annulation de la coupe du monde ont été minimisées. À travers un courrier, l’IBU a reconnu que tous les moyens avaient été mis en œuvre pour accueillir les compétiteurs et

a renouvelé sa confiance dans le Comité d’organisation. La station accueillera la prochaine étape de coupe du monde en décembre 2013. Une nouvelle candidature du Grand-Bornand pour la période 2014-2018 sera prochainement examinée par l’IBU. Un grand merci à tous ceux qui ont participé et rendez-vous en 2013 !

La station accueille les Jeux olympiques... de l’Armée C’est en Haute-Savoie que se déroulera, en mars 2013, la deuxième édition des Jeux mondiaux militaires d’hiver, l’équivalent des Jeux olympiques de l’Armée. des Plans spécialement aménagé pour recevoir la discipline dans des conditions d’enneigement naturel optimales. Forte de son expérience dans l’accueil d’événements d’ampleur, la commune apporte d’ores et déjà son expertise technique au CISM dans la préparation de cette grande manifestation. Organisée sous l’égide du Conseil international du sport militaire (3e organisme sportif international après le CIO et la FIFA), cette compétition réunira un plateau d’environ 1000 athlètes de haut niveau. Du 25 au 29 mars 2013, le Grand-Bornand accueillera quotidiennement des épreuves de ski de fond et de biathlon sur le site

Les compétitions se disputeront sur l’ensemble du département : short-track (patinage de vitesse sur piste courte) et escalade à Annecy, ski d’orientation au Semnoz, ski alpinisme à Chamonix et ski alpin à la Clusaz.

panache tout en célébrant « l’amitié par le sport », devise officielle du CISM. Les Jeux Mondiaux Militaires d’été et d’hiver se déroulent désormais tous les quatre ans, selon un calendrier qui précède d’un an celui des Jeux Olympiques. La première édition (été) a eu lieu à Rome en 1995, tandis que la déclinaison hiver a été lancée en 2010 à Aoste, en Italie. L’organisation des deuxièmes Jeux Mondiaux d’hiver du CISM a été attribuée à Annecy, (préférée à Sotchi en Russie), lors de la dernière assemblée générale du CISM à Séoul, en mai 2011.

Originaires d’une quarantaine de pays, ces champions militaires s’affronteront avec

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

45


Grands évènements

Avalanche de dons à Glisse en cœur Au terme de deux jours de ski et de concerts non-stop au profit de l’association d’aide aux enfants atteints de maladies génétiques rares, Vaincre les Maladies Lysosomales (VML), “Glisse en Cœur” a battu un record. Les responsables de l’organisation, Isabelle Pochat-Cottilloux et Virginie Pollet-Villard, entourées de nombreuses personnalités parmi lesquelles : Tessa Worley, Anne-Sophie Lapointe et Zinedine Soualem (la présidente et le parrain de l’association VML), le présentateur et parrain de l’évènement Stéphane Thébaut ou encore le champion olympique Antoine Dénériaz...

À l’issue de Glisse en coeur de nombreux dons se sont ajoutés pour atteindre un total de 116 000 euros

Pour sa 5e édition, cette grande manifestation de solidarité qui s’est déroulée les 24 et 25 mars, a récolté au final plus de 116 000 € de dons. Près de 1000 compétiteurs, personnalités comme anonymes, s’étaient donné rendezvous samedi à 14h sur la piste des Gettiers, pour prendre le départ de la course-relais. Ce concept unique en France consiste pour chaque équipe à récolter des dons et parcourir un maximum de kilomètres à ski, de jour comme de nuit, dans une ambiance chaleureuse et enfiévrée. De cette 5e édition, on retiendra évidemment la présence sensible et généreuse de Christophe Maé dont le concert gratuit a réuni plus de 12 000 spectateurs alors même que la course battait son plein. Les spectateurs ont également assisté à une compétition acharnée entre des équipes ultra-motivées, au sein desquelles ils ont notamment reconnu Tessa Worley, la “puce” du GrandBornand, de retour au pays. Le champion

46

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

olympique Antoine Dénériaz, mais aussi les marins vainqueurs du Trophée Jules Verne ou encore le navigateur Arnaud Boissières se sont prêtés au jeu de la course relais et apporté à l’événement au retentissement grandissant. En résumé, “Glisse en Cœur” a franchi un cap supplémentaire en réunissant en une fois quasiment l’équivalent des dons récoltés lors des quatre précédentes éditions, preuve de l’engouement suscité par l’événement caritatif n°1 de la montagne française. Pour l’anecdote, ce sont plus de 21 644 km à ski qui ont été parcourus par les compétiteurs, soit la moitié d’un tour du monde en 24 heures... Le week-end s’est achevé sur un moment d’intense émotion à l’annonce du montant des dons. La présidente de l’association Vaincre les Maladies Lysosomales, AnneSophie Lapointe a eu ces mots : « Nos enfants nous apprennent à profiter de l’instant présent. Prenons exemple sur eux... »

Le concert de Christophe Maé a réuni plus de 12 000 spectateurs

è La cause Plus de 2000 personnes sont touchées en France par l’une des 50 maladies lysosomales et chaque année environ 150 enfants naissent avec l’une des ces pathologies particulièrement graves. Les maladies lysosomales sont des maladies génétiques rares liées à une défaillance du lysosome. Ce dysfonctionnement occasionne des lésions au niveau de différents organes (os, coeur, poumons, foie, rate, cerveau...). Aujourd’hui, seules neuf de ces maladies génétiques rares et graves bénéficient d’un traitement.


Aravis & Cie a plusieurs cordes à son arc

Parmi les événements phares de l’été, Aravis & Cie se distingue par sa forme et son originalité sources d’un succès toujours renouvelé : une tournée dans quatre villages (Le Grand-Bornand, La Clusaz, Manigod et Saint-Jean de Sixt) autour de quatre thématiques “montagne” à vivre intensément pendant... quatre jours ! Le tout accessible gratuitement. Du 16 au 20 juillet derniers, le GrandBornand a mis à l’honneur les activités sportives tournant autour de la corde, tandis que la Clusaz optait pour le vélo, Manigod pour la “nature attitude” et Saint-Jean de Sixt pour la promotion des disciplines aériennes... Destination familiale par excellence, le GrandBornand a invité cette année encore le public à prendre de la hauteur. Il faut dire que le cadre s’y prête : plus de dix sites d’escalade réputés entourent le village, avec la majestueuse chaîne des Aravis pour toile de fond. Logique, donc, de retrouver sur la grande place cordes, mousquetons et... vertige de sensations le temps du festival. Encadrés par la Compagnie des guides des Aravis, petits et grands ont pu goûter aux premiers frissons d’un parcours multi-activités alliant via ferrata, escalade et tyrolienne. Ils se sont initiés aux disciplines à sensations

avec un parcours aventures en bois doté de nombreux agrès. Et ont tenté l’escalade sur une tour dominant de plus de 8 mètres la foule réunie sur la place du village... À noter cette année, l’atelier d’initiation au slackline, cette pratique du funambulisme sur corde souple importée des Etats-Unis ! Jeudi 19 juillet, c’est une soirée de clôture aérienne qui attendait les spectateurs à la gare routière avec “Alain the Fireman”. Le cracheur de feu et homme orchestre a illuminé cette nouvelle édition en compagnie des funambules du Collectif de la Bascule, un groupe de jeunes artistes circassiens du cru accomplissant des figures pleines de poésie. Cirque toujours, avec the “Juicy Lucy Circus Show” et son duo d’acrobates échevelés en préambule d’un eu d’artifice avec, pour point d’orgue, le bal final aux rythmes enlevés...

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

47


VIE ASSOCIATIVE L’Orchestre d’harmonie trouve le rythme L’Orchestre d’harmonie du GrandBornand, fruit de l’union entre la Société Musicale et l’Harmonie des Echos de Pointe Percée, a commencé l’année sur de bonnes... notes. Le 7 avril, son concert gratuit de printemps à l’Espace Grand-Bo lançait la saison des fleurs sur des airs inspirés de musiques de film. Quelques jours plus tard, le 21 avril, une assemblée générale extraordinaire élisait Myriam Perrillat-Mercerot à la présidence de l’association. Mais c’est surtout les 9 et 10 juin que le Festival des musiques du Genevois donnait l’occasion à la formation emmenée par son chef Grégory Frelat de “fanfaronner” devant son fidèle public: une douzaine de sociétés musicales composait un joyeux défilé, claironnant dans les rues du village. Le point d’orgue de la manifestation réunissait 300 musiciens devant l’office de tourisme pour interpréter des morceaux puisés dans le répertoire des publicités, thème choisi pour 2012. À l’heure de la paëlla géante à l’espace Grand-Bo, un concert de fin de stage des écoles de musique du Genevois permettait aux talents de demain de montrer leur dextérité pendant près d’une

48

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

heure. La prestation de l’Orchestre junior de l’école de musique des Aravis dirigé par Jacky Struzinsky a également été fort applaudie. Moment tout aussi inoubliable pour l’Orchestre d’harmonie du GrandBornand qui donnait à cette occasion son premier concert depuis sa fusion. La formation bornandine est également l’organisatrice de la traditionnelle tartiflette géante du 15 août. Cette animation populaire l’aide à réunir des fonds dans le but, notamment, de renouveler son parc instrumental (intégration de musiciens, usure

des instruments, etc.). Cette année, l’association a ainsi pu acquérir des timbales, un picolo ainsi qu’une flûte traversière. En marge de la subvention accordée par la municipalité, ces recettes contribuent à l’achat des partitions. Enfin, bonne nouvelle pour l’association qui bénéficiera d’une impulsion nouvelle grâce à l’intégration dans ses rangs de trois jeunes du “cru” sortis de l’école de musique. C’est donc une équipe rajeunie qui célébrera la Sainte Cécile, patronne des musiciens, le 17 novembre prochain à l’Espace Grand-Bo.


Intercommunalité Clientèle étrangère : opération séduction En 2011, les stations du Grand-Bornand, de la Clusaz, de Manigod et de Saint Jean-de-Sixt ont choisi une nouvelle marque commerciale pour les Aravis : « Lake Annecy Ski Resorts ».

Destinée à la communication internationale, l’objectif de la marque est de séduire la clientèle étrangère grâce à la notoriété dont jouissent Annecy et son lac. Les quatre stations se positionnent ainsi comme une destination touristique à l’année. La tournée promotionnelle de l’automne 2011 sur les marchés européens, organisée par le Syndicat intercommunal du massif des Aravis en lien avec les offices de tourisme, a démontré l’accueil très positif de la nouvelle marque.

La fréquentation touristique issue de la clientèle étrangère joue en effet un rôle non négligeable dans l’économie de la montagne, et il est nécessaire de la développer encore. Pour ce faire, au mois de janvier 2012, les élus de la commission tourisme du Sima et les directeurs des offices de tourisme ont élaboré un plan d’actions pour l’année en cours, afin d’accroître la notoriété du territoire et de présenter les offres commerciales des stations. Ce plan liste des marchés prioritaires, à savoir la Grande-Bretagne, le Benelux, l’Allemagne, la Pologne, la Russie, la Scandinavie et l’Ukraine. Les actions qui visent ces différents marchés passent par des salons destinés à la presse ou à la commercialisation. Il s’agit en premier lieu d’y organiser des workshops (ateliers de travail autour d’une thématique donnée), en partenariat avec des organismes comme France Montagne ou Atout France. Plus d’une quinzaine de rencontres professionnelles avec la presse sont ainsi inscrites à l’agenda 2012. Il s’agit en second lieu de s’adresser de manière individualisée à chaque client en

tenant compte de ses particularités : ces présentations “One to One” peuvent aussi s’appuyer sur des films promotionnels ou des diaporamas conçus sur ordinateur.

promotion touristique, le Sima encourage vivement les socio-professionnels à se doter d’outils en anglais (site internet, cartes de restaurant, plans, etc.).

À titre d’exemple, les 17 et 18 janvier 2012, se déroulait à Annecy le salon international Grand Ski. Le week-end précédant la manifestation, 19 tour opérateurs ont visité les Aravis permettant aux stations de présenter leurs produits et d’envisager de nouveaux contrats. Suite à ces contacts, des éductours (séjours destinés aux voyagistes leur permettant de tester les nouvelles offres) seront organisés par le Sima qui prendra en charge l’hébergement, la restauration et les activités.

Dans tous les cas, la promotion internationale des Aravis ne peut se passer de la collaboration active des acteurs du tourisme. La qualité de leur accueil, leurs conditions tarifaires, leur professionnalisme doivent refléter leur mobilisation dans la construction de l’avenir de nos stations. L’implication et la motivation de tous contribuent en effet fortement à l’image perçue par nos visiteurs au cours de leur séjour.

Le plan d’actions du Sima vise également des marchés spécifiques. Des campagnes internet sont lancées auprès de ces marchés pour faire connaitre la destination « Lake Annecy Ski Resorts » : il s’agit ici de cibler les sites consacrés aux sports d’hiver et d’envoyer des courriers électroniques groupés. À ce propos, compte tenu du rôle essentiel pris par internet dans la

è L’accueil, en chiffres - Hiver 2011/2012 •  Presse : 10 medias (25 journalistes). Nationalités : Anglaise (6), Suédoise (4), Néerlandaise (3), Allemande (6) Danoise (3) •  Tour  opérateurs : 3 éductours (27 personnes). Nationalités : Russes et Japonais •  Grand Ski : 19 tour opérateurs. Nationalités : Anglaise (4) Néerlandaise (3) Allemande (3) Russe (9).

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

49


Intercommunalité Le partage de l’eau : ça coule de source ! En décembre 2011, le Syndicat d’eau et d’assainissement des Aravis (SE2A) a remplacé le SADA (Syndicat intercommunal d’assainissement des Aravis), marquant ainsi le déploiement d’une stratégie ambitieuse en matière de développement durable.

è Le bureau •  Président : Bernard Pessey •  1er vice-président : Paul Mermillod •  2e vice-président : François Bastard-Rosset •  Le comité compte neuf membres.

En effet, si la vocation initiale du SE2A s’appuie sur le traitement des eaux usées, son domaine de compétences s’élargit progressivement à l’eau. Le SE2A s’est en effet vu confier le soin de conduire les études devant éventuellement mener à l’adoption de nouvelles compétences en matière d’eau potable. Le Grand-Bornand, La Clusaz, et SaintJean de Sixt réfléchissent en effet à une gestion unifiée de l’eau pour en maitriser les coûts grâce à une mutualisation des moyens. « Les élus prennent leur destin en main en adoptant une attitude résolument volontariste comme acteurs de l’environnement », analyse Georges Bise, directeur général du SE2A.

è Les deux enjeux forts pour l’avenir sont les suivants : 1. Le traitement des eaux usées Concrètement, les eaux rejetées par les habitations grâce aux réseaux d’assainissement collectif sont conduites vers les deux usines de dépollution situées sur la commune de Saint-Jean de Sixt, sur les deux cours d’eau, le Borne et le Nom. Actuellement, 1,5 million de m3 d’eaux usées sont traitées chaque année. La détermination des communes à investir dans le renouvellement régulier des équipements a permis de maintenir le niveau de qualité de production et la maîtrise des coûts. Face à une population touristique en augmentation et à des sites ayant atteint leur capacité maximale, le projet d’une extension des bâtiments doit être envisagé. Le SE2A achève enfin le maillage des zones d’assainissement non collectif, afin que chaque bâtiment non relié au réseau collectif ait son propre dispositif d’assainissement et que ce dernier soit conforme aux normes en vigueur.

50

| le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012

L’usine de dépollution à Saint Jean-de-Sixt

2. La production et la distribution d’eau Les études confiées au SE2A doivent permettre d’approfondir la réflexion autour de la gestion future de l’eau potable. L’hypothèse d’une mise en commun de l’eau, si elle est validée, nécessiterait en premier lieu une programmation de la mise aux normes des canalisations afin de supprimer tout effet de déperdition. En second lieu, cette mise en commun pourrait permettre la recherche de ressources nouvelles (sources ou poches d’eau sur le territoire des quatre communes) et la mise en place de mesures visant à anticiper un prévisible déficit en eau. Cette stratégie pourrait, à terme, conduire à la maîtrise du petit cycle de l’eau. La gestion complète de l’eau, de la production de l’eau potable à partir des sources et des nappes jusqu’au traitement des eaux usées puis leur rejet dans le milieu naturel, serait ainsi réalisée.

è Quelques dates clefs •  1995 : Projet de construction de deux stations d’épuration (UDEP : Usines de dépollution des eaux usées) pour les communes de la Clusaz, du Grand-Bornand et de Saint-Jean de Sixt. •  1996 : Transfert de la compétence assainissement de la Communauté de communes des vallées de Thônes au Syndicat d’assainissement des Aravis (SADA). •  1996 : Enquête publique liée à la loi sur l’eau pour la construction des stations d’épuration. •  2001 : Inauguration des stations d’épuration du Borne et du Nom. •  2003 : Reprise en régie des stations d’épuration. •  2004 : Adhésion du Syndicat d’assainissement des Aravis au Syndicat mixte départemental d’eau et d’assainissement •  2010 : Mise en place du SPANC : Service public d’assainissement non collectif et adoption du règlement d’assainissement non collectif. •  12 décembre 2011 : Création du SE2A – Eau des Aravis.


état civil Naissances è Naissances de novembre 2011 à juin 2012 BASTARD-ROSSET Lucile de Etienne et de Jennifer BALLANFAT BETEMPS Anaïs de Olivier et de Céline AGNELLET BÉZAT Apolline de Olivier et de Valérie NEAULEAU CANAVATE Pablo de Jean-François et de Noémie BADIA FAVRE-BONVIN Pierre de Sébastien et de Anne-Cécile DESSAMBRE GEORGES Charlotte de Philippe et de Estelle GALLIC MARIN-CUDRAZ Sacha de Pierre-Yves et de Magalie TOCHON-DANGUY PERNET-COUDRIER Baptiste de Pierre et de Corinne PERRILLAT PERRILLAT Lisange de Nicolas et de Delphine DONZEL GARGAND PERRILLAT-AMEDE Gaspard de Frédéric et de Nathalie FICHARD PESCHEUX Paul de Nicolas et de Dorothée VERHUST REY Gabin de Jean-Christophe et de Shirley GODFROY VALIDIRE VULLIET Lenka de Jean-François VALIDIRE et de Faustine VULLIET VULLIET Matti de Nicolas et de Marine PERRIN

Mariages è Mariages de janvier 2012 à juin 2012 BASTARD-ROSSET Gaëtan et COCHE Mélanie DELOCHE Christian et BARON Chrystelle DUQUESNOY Alain et BOURGOIS Françoise LAPIERRE Matthieu et CALVET Marjorie MICHAUD Ryan et TAILLANTER Isabelle PERILLAT-MERCEROZ Nicolas et MULATIER-GACHET Valérie POCHAT-COTTILLOUX Vincent et BOURGEY Marie PERRILLAT-MERCEROT René et MOURA Isabelle PERRIN Frédéric et BAUGEY Florence ROBIN Ludovic et BERTRAND Emeline

Décès è Décès de novembre 2011 à juin 2012 BASTARD-ROSSET Marius, 86 ans COLLOMB-CLERC Franck, 46 ans FOURNIER-BIDOZ Jeanne veuve PERRILLAT-MERCEROT, 88 ans MASSON Georgette veuve BÉTEMPS, 95 ans MISSILLIER Denise, 83 ans PERRILLAT-COLLOMB Bernadette épouse MISSILLIER, 59 ans PERRILLAT-MERCEROT René, 64 ans PERRISSIN-FABERT Pierre, 71 ans

le bornandin | Bulletin municipal | Août 2012 |

51



Le Bornandin n°04 / août 2012