Page 1

8,50€ • ISSN 1287-3160 • N°196 • DÉCEMBRE 2017

L’INFORMATION QUI DONNE DU SENS ▪ N°196 / DÉCEMBRE 2017 ▪ WWW.ESSENTIEL-OPTIQUE.COM


CLM Communication L’Essentiel de l’Optique BP 90018 91941 Courtabœuf Cedex Tél. 01 64 90 80 17 info@clm-com.com www.clm-com.com ---------------------------------------------------------------------------Gérant-Directeur de la publication Gérard Larnac ---------------------------------------------------------------------------Rédaction Directeur de la rédaction Gérard Larnac 06 70 98 22 31 g.larnac@clm-com.com ---------------------------------------------------------------------------Publicité Directeur Commercial Didier Gaussens 01 71 73 42 42 / 06 68 26 39 05 d.gaussens@clm-com.com ---------------------------------------------------------------------------Abonnement Petites Annonces Directrice Administrative Martine Cabirol 06 71 95 19 73 m.cabirol@clm-com.com ---------------------------------------------------------------------------Directeur Artistique Jean-Christian Hunzinger jch@exatypo.com www.exatypo.com ---------------------------------------------------------------------------Consultant “Droit-Gestion” Zaky Maroc ---------------------------------------------------------------------------Consultant “Design” Sébastien Brusset ---------------------------------------------------------------------------Consultant “Recherche” Laurence Winckler ---------------------------------------------------------------------------Impression Exatypo 15 chemin du purgatoire Seynod - 74600 Annecy ---------------------------------------------------------------------------Prix au numéro : 8,50 euros ---------------------------------------------------------------------------L’Essentiel de l’Optique décline toute responsabilité sur les documents qui lui sont confiés, insérés ou non. Les textes, dessins et photos ne sont pas rendus. Les textes sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. La reproduction intégrale ou partielle de la présente publication est interdite (loi du 11 mars 1957) sauf autorisation expresse de l’éditeur ou du Centre Français d’exploitation du droit de copie, 3 rue Hautefeuille, 75006 Paris. ---------------------------------------------------------------------------© L’Essentiel de l’Optique ---------------------------------------------------------------------------L’Essentiel de l’Optique est une publication CLM Communication, SARL au capital de 7622 euros ---------------------------------------------------------------------------Dépôt légal à parution ISSN 1287-3160

l´essentiel de l´optique n˚ 196 ▪ décembre 2017

L’INFORMATION QUI DONNE DU SENS

04 LA TRIBUNE

2018 : L’optique se réinvente

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

06 DIRECT

Olivier Chupin, Président de BBGR

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10 POINT CHAUD

Après la tempête : nouveaux modèles en vue

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

14 FILIÈRE

L’Optique casse les codes

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16 PROSPECTIVE

L’ubérisation, ou la fin des métiers

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 17 ABONNEMENT L’Essentiel chez vous

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

18 PUBLI INFO

ATOL réinvente la relation client

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

20 OBJECTIF VENTE

Jamais sans l’humain : les limites de la digitalisation

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

24 INDUSTRIE

Safilo : des griffes aux lunettes intelligentes

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

26 PROFESSION

Nouveau devis : report d’un an

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

29 DISTRIBUTION

Carrefour signe un partenariat exclusif avec les opticiens Atol

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

30 ÉVÈNEMENT L’ICO a 100 ans

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

32 LE JOURNAL DES MARQUES Made by Mauboussin

196

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

34 STYLE

Persol : un siècle sous le soleil !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

36 CULTURE LUNETTES

Le luxe et ses élégances : une culture du désir

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

46 LE CLUB ESSENTIEL

Abonnés : nos offres du mois

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

48 ANNONCES & AGENDA

3


■ la tribune

2018 : L´optique se réinvente

4 Le Haut Marais (nom de code : « Homa ») est devenu l’épicentre « tendance » de l’avantgarde parisienne. C’est là, à deux pas du Sentier, dans ce chaudron effervescent pour bohème chic et connectée, que s’épanouit la nouvelle floraison de galeries d’art, boutiques, bars, librairies et autres concept stores. Au bonheur des trentenaires alternatifs en quête de simplicité créatrice, de poésie urbaine, d’innovations à taille humaine. La rue Notre-Dame-de-Nazareth est le cœur de ce nouvel îlot de branchitude. Au 9 vient de s’ouvrir une boutique bien dans la note, claire, fraîche, hospitalière : 100 mètres carrés lumineux, tout de bois et de pierres apparentes, agrémentés d’un jardin d’herbes aromatiques. Son nom, Waiting for the Sun, fleure bon les Doors version 1968. Du vintage, mais du bon : intemporel ! On pousse la porte, l’ambiance amicale incite à l’échange, à l’empathie instinctive. La lunette n’y heurte pas de ces ordinaires facings aux milliers de regards vides. Elle y est présentée en situation, dans un espace écoresponsable bricolé avec goût. Waiting for the Sun vous accueille comme nulle part ailleurs, même si vous n’êtes pas client de l’optique : avec son café, son service de restauration issue de l’agriculture bio et locale (déjeuner, after work), son canapé « comme à la maison ». Vous pouvez venir y chiner, y discuter, y passer un moment. Un lieu à vivre, un lieu

où venir respirer l’atmosphère inimitable du quartier devant une sélection de produits mode et déco : des marinières, des bougies, des céramiques, des sacs à dos, des bijoux brodés, de la de papeterie, etc. On peut aussi y acheter des lunettes. Toutes les collections sont signées Waiting for the Sun. Rattacher ainsi la production lunetière aux autres objets du quotidien en efface l’étrangeté. La distance au produit (compliqué à comprendre pour le consommateur, à la fois familier mais renouvelé seulement tous les trois ans) se réduit. Reste le plaisir du bel objet, et du temps que l’on prend pour mieux le découvrir. « Waiting for the Sun mêle une culture de la singularité à la volonté de créer une harmonie sauvage. Cultiver les connaissances de la lunetterie afin de réinterpréter un savoir-faire artisanal ; pour créer une valeur émotionnelle, une nouvelle intention, ralentir le temps et devenir responsable des ressources utilisées. Waiting for the sun veut parler avec ceux qui sont en quête de sens », peut-on lire sur le site Internet de la marque. Camille et Simon, opticiens diplômés, accueillent le visiteur en ami et prennent le temps d’échanger avec lui autour d’une splendide table en bois. L’anamnèse n’en sera que plus précise et le conseil plus pointu. Dans son espace discret, l’examen de vue est réalisé dans un fauteuil de barbier : vive la récup’ ! L’informatique

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


Toutes photos © Waiting for the Sun

5 a su se faire discrète : des tablettes à lecteur de cartes vitales et scanners. On se parle, on se regarde, on se sourit, on fait des gestes, on se comprend. L’optique est redescendue sur terre. Le secret ? Faire vivre une expérience unique autour de la marque, en racontant sa propre histoire avec suffisamment d’authenticité pour embarquer le client dans l’aventure. À tous ceux qui claironnent depuis vingt ans que « le marché de l’optique est un marché mûr », Waiting for the Sun apporte un joyeux démenti. Pour un peu on croirait un conte de Noël avant l’heure. L’optique se réinvente. Elle a commencé naturellement par les prix et le web-shop (sans grand succès), la voici qui repense le sens même de l’expérience client, le sens même de ses missions. Devant cette capacité de la nouvelle génération de professionnels à multiplier ses désirs et ses interrogations, l’optique répond en multipliant les réponses possibles et en diversifiant ses modèles. Ainsi naît la singularité, maître-mot des années à venir. Car l’aventure ne fait que commencer. -------------------------------------

Gérard Larnac

Directeur de la rédaction g.larnac@clm-com.com

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

Toute l’équipe de L’Essentiel de l’Optique et de www.placedeloptique.fr vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année. Que l’an 18 de ce siècle soit pour vous et tous vos proches synonyme de réussites créatrices et de joies partagées.


■ direct

Olivier Chupin, Président de BBGR

Président de BBGR depuis juillet dernier, Olivier Chupin vient de passer plusieurs années à la direction marketing et développement de Nikon-Essilor au Japon. Son arrivée coïncide avec la forte montée en puissance de Nikon au sein de BBGR. Son regard sur le marché.

6

UN MARCHÉ CHAHUTÉ, MAIS PAS DÉPRIMÉ Olivier Chupin : « Ce qui frappe quand on observe le marché français, c’est avant tout sa complexité, que ce soit au niveau de la distribution ou par le caractère spécifique de la présence de réseaux de soins. Si les Français sont globalement bien équipés, c’est que les opticiens font du beau travail de proximité. Ils ont une vraie valeur au sein de la filière puisque la plupart d’entre eux sont toujours propriétaires de leur magasin, ce qui est loin d’être le cas dans d’autres pays. Et leur profession est reconnue. Songez qu’au Japon le métier d’opticien n’existe même pas ! Résultat : avec une population deux fois supérieure à celle de la France et des besoins considérables liés à l’impact de la myopie et de la démographie, le marché représente la moitié du nôtre. Pour autant le climat d’affaires se tend. Les opticiens français se posent beaucoup de questions sur leur positionnement, sur leur organisation, sur leur adaptation au changement. Mais ce moment est aussi très intéressant, car il permet d’inventer de nouveaux modèles, ce qui s’avère profondément stimulant. On demande énormément à l’opticien : être un bon technicien, un bon commerçant-businessman, un bon professionnel de santé visuelle. C’est une profession qui a besoin de se positionner selon ces trois axes. Celui de la santé visuelle est fondamental car il garantit l’accès

de proximité au plus grand nombre. Et si la technique est délaissée ce sera au profit de la grande distribution. Ceci étant je n’ai pas le sentiment d’un marché déprimé. Chahuté, certes, mais il reste des perspectives considérables, car le secteur est solide avec des fondamentaux comme le vieillissement de la population et l’évolution myopique qui sont propices au développement des volumes. »

DIFFÉRENCIATION TECHNOLOGIQUE ET MARQUE CONSOMMATEUR O. C. : « Dans un contexte où la mise en place des réseaux de soin a fragilisé l’offre MDD, il manquait à BBGR une marque consommateurs. Et pour installer solidement Nikon sur le marché français, il était nécessaire de pouvoir s’appuyer sur le savoir-faire d’un acteur majeur du marché. Dans ce moment de transformation que vit aujourd’hui le secteur, l’alliance entre une vraie différenciation technologique et une marque consommateur est une clef du marché. Il y a une appétence des clients et des réseaux de soins pour des marques consommateurs. Ce besoin de marques s’explique par la valorisation et la différenciation qu’elles apportent. Alors qu’en général les porteurs ignorent le nom du fabricant de leurs verres, 80 % des porteurs Nikon sont capables de citer la marque. La marque est également un facteur impor-

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


7 effet mobilisateur de la marque et de son territoire d’expression, grâce auxquels nous avons pu parler santé visuelle avec tous les visiteurs. »

ÉVITER LE PIÈGE DE LA GÉNÉRISATION DES PRODUITS

tant de fidélisation. Mais attention : celle-ci n’a de sens que si elle apporte une véritable différenciation technologique, comme c’est le cas pour Nikon qui avec son centre de R&D centralisé fait bénéficier toutes ses activités d’un esprit pionnier et de 100 ans d’expertise en optique de haute précision. La marque vient en plus : c’est la caution qui rassure le consommateur. Les mutuelles sont sensibles aux marques car cela leur permet de valoriser leur offre. Nikon possède un très fort potentiel pour porter un message de santé visuelle. C’est ce que nous avons pu constater lors de notre Nikon Vision Tour durant lequel 30 % des gens présents étaient d’abord attirés par un dépistage, quand le reste est venu grâce la notoriété de la marque Nikon et à l’originalité de son dispositif. Il y a bien un

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

O. C. : « L’un des principaux enjeux du moment consiste à résister à la générisation des produits. Il y a un vrai danger pour notre filière à laisser dire qu’un équipement à bas prix est en tous points comparable aux offres à valeur ajoutée. On joue sur le faible niveau de connaissance du consommateur en optique. En cela, le Studio de Nikon Verres Optiques permet de valoriser l’expertise et donne à l’opticien les moyens de démontrer précisément que tous les verres ne se valent pas. Il ne faut pas tomber dans le piège d’un nivellement supposé. Il n’existe certainement pas de verres impossibles à porter, mais en revanche les différences existent. Toutes les voitures vous transportent, mais pas dans les mêmes conditions ! Il ne faut jamais préjuger des attentes du consommateur ; il faut aider les opticiens à lui démontrer les bénéfices porteurs sans le perdre sous les caractéristiques techniques. Le risque qu’il nous faut éviter est celui de la banalisation des produits, qui entraînerait aussi à terme la générisation de la profession. Il est rassurant de constater à cet égard que Carrefour,


pour son retour en optique, estime nécessaire de s’associer avec des professionnels de l’optique pour réussir. C’est la reconnaissance des opticiens comme acteurs majeurs et incontournables. »

L’ENJEU MAJEUR DU DÉPISTAGE O. C. : « L’autre enjeu majeur du marché reste le dépistage. Trop de gens estiment bien voir alors que ce n’est pas le cas et que bien souvent ils n’ont pas conscience de leur insuffisance visuelle. Sensibilisation et dépistage permettent d’orienter le patient vers l’ophtalmologiste en cas de pathologie et d’augmenter le renouvellement et la différenciation des achats d’équipements en fonction des besoins et des activités. Le concept d’offrir un service de santé visuelle et un équi-

L’usine de Provins © BBGR

pement optique de qualité avec un reste à charge modéré est bon afin d’assurer l’accessibilité aux soins. Mais la bataille n’est pas gagnée. Nous l’avons encore constaté lors du Vision Tour, il existe encore trop de besoins visuels non satisfaits en France. 49 % des personnes testées (2000 personnes) ont obtenu un résultat incitant à penser que leur vision n’était pas optimale ; 56 % chez les porteurs de lunettes ; 40 % chez les non porteurs de lunettes. 13 % des personnes testées souffrent d’une mauvaise vision pouvant être handicapante (acuité en vision de loin inférieure ou égale à 6/10 sur leur œil le plus performant) : 17 % chez les porteurs de lunettes ; 9 % chez les non porteurs de lunettes. Notre stratégie auprès des OCAM est de porter cette parole de sensibilisation et de prévention. Toute la filière doit se fixer ce même objectif ! Il sera possible d’inverser cette tendance uniquement en menant conjointement ces actions de prévention et de sensibilisation. La question du dépistage est une cause qu’il faut supporter pleinement et cesser ainsi les batailles de clocher. Il existe de belles années devant nous pour peu que nous sachions travailler tous ensemble à la croissance saine du marché, une croissance qui repose sur des réponses adaptées à l’évolution des vrais attentes et des vrais besoins des populations. » ▪ ------------------------------------------------------------+ www.bbgr.com/fr/

8

Nikon :

INNOVATION, LÉGITIMITÉ ET MARQUE CONSOMMATEUR

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

D

u haut de ses 170 ans, BBGR est la doyenne de l’optique en France. Son positionnement large en a fait le N°1 français en volume. Avec l’arrivée de Nikon elle dispose de l’offre la plus complète du marché, avec des produits faits en France à Provins.

L’innovation des produits reste le driver de la croissance, mais elle doit être comprise par le consommateur pour éviter le syndrome de banalisation. Nous devons aider l’opticien à passer des messages simples aux consommateurs. C’est dans ce sens qu’une marque comme Nikon peut accompagner les opticiens et les aider à générer du trafic en magasin (par le biais de différentes opérations de communication : Je vois ma Ville, Vision Tour…) mais également à faire vivre une expérience accessible autour des verres (le Studio). Pour intensifier notre présence, nous avons pris deux axes : tout d’abord nos partenaires Nikon Pro qui ont accès à un environnement Nikon complet en magasin, véritable

shop in shop avec des démonstrateurs physiques et digitaux. Des lieux didactiques propices aux discussions avec le client, qui mettent en lumière les bénéfices pour les porteurs. Notre second axe c’est l’événementiel, avec le Nikon Vision Tour qui va à la rencontre des Français afin de proposer des dépistages en les interpellant d’une manière audacieuse. L’opération sera d’ailleurs reconduite en 2018. Depuis le 1er trimestre 2017, nous avons noté une forte accélération de la demande. Nikon est dans le verre ophtalmique depuis 70 ans, possède une vraie légitimité et s’est imposé dans le Top 3 des fournisseurs dans un certain nombre de pays. Liée à la fois à la technologie et à l’art photographique, c’est une marque engagée que les opticiens sont particulièrement fiers de travailler. » ▪ Olivier Chupin, Président de BBGR

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


■ point chaud

Après la tempête : nouveaux modèles en vue Au terme de la plus mauvaise année de son histoire récente, le marché de l’optique en a fini avec la déprime : car des perspectives sont là. Retrouver sa mission de santé visuelle va permettre à l’opticien, via la délégation de tâche, de déverrouiller le marché. Dans le même temps, il va lui falloir réinventer la commercialité de son activité. C’est la conjonction de ces deux dynamiques qui assurera sa prospérité à venir.

10

l était admis que chaque fin d’année, de nombreux opticiens se rappelaient au bon souvenir des clients n’ayant pas utilisé leurs droits annuels au remboursement optique. L’opération s’avérait juteuse, puisqu’elle permettait à certain de doubler le chiffre d’affaires de leur mois de décembre.

© Bovélo - Variation Design

Il suffisait alors d’en mettre pile poil pour un reste à Pour autant ce Noël des opticiens n’était pas sans poser charge zéro, et le tour était joué. L’assuré profitait de sérieux problèmes : l’opération transformait chaque pleinement de ses droits annuels et le professionnel année un remboursement assuranciel en chèque prospérait sans forcer son talent. Le système avait cecadeau. Ce qui déresponsabilisait toute la chaîne : le pendant ceci de pervers qu’il consommateur se transforgauchissait progressivement mait en simple ayant droit veles rapports entre l’opticien, nant dépenser un forfait dans REFAIRE DU COMMERCE, les mutuelles et leur client une pure logique de gratuité, INVENTER DE NOUVEAUX commun. L’assureur se transet le professionnel transforESPACES DE PROFITABILITÉ formait en financeur peu mait en argument publicitaire regardant, poussant même à une dépense soumise à remla roue en faisant de l’optique boursement en tant que frais son produit d’appel. Cependant le nombre des bénémédicaux. Sans compter qu’au bout du compte c’était ficiaires n’était pas si élevé au regard de la promesse, bien l’assuré qui payait la note finale, avec une explosion puisque seuls 15 % des porteurs changeaient ainsi du prix des contrats. Le système perdura tant que les d’équipement chaque année. assureurs purent répercuter sur le public le prix de leurs apparentes largesses. Et tant que les assurés ne firent Le système n’a été inflationniste qu’ainsi : en pouspas le lien entre leurs achats à coût zéro et la hausse sant des ventes supplémentaires qui n’avaient pas vertigineuse de leurs contrats. Dans un contexte de lieu d’être, que l’assureur ensuite répercutait par des rationalisation de dépenses de santé, cette logique hausses de ses tarifs. C’est en revanche ce qui a assuré discutable a fini par faire tâche. Jusqu’à constituer un une relative stabilité, voire une baisse des prix en opvéritable chiffon rouge pour les Pouvoirs publics et les tique, et à partiellement bloqué l’émergence d’un vériassociations de consommateurs.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


Collection Prada Cinéma eyewear © Luxottica

table marché de la multi-possession. Pour chaotique et border line qu’il soit, le schéma s’est longtemps maintenu, assurant une part non négligeable de la prospérité du marché. C’est là, bien avant que n’intervienne le remboursement biennal, que les choses ont commencé à se gripper. Au lieu de faire commerce de ses produits, de ses prestations et de ses services, l’opticien est devenu un simple distributeur de panier « zéro dépense ». En complète contradiction avec la part marchande de son activité. Une logique de dispensaire est venue étouffer la dynamique commerciale naturelle du marché. La seule chose qu’ont changé les réseaux, c’est le niveau de ces paniers « zéro dépense », drastiquement réduits à coup de grilles tarifaires. Le loup est entré dans la bergerie par là où la profession a pêché. Les plateformes n’ont fait qu’avaliser l’idée de « panier », se contentant d’en prendre le contrôle, au nom d’un envol des prix de l’optique qui n’existait nullement. Cette année 2017 restera dans les annales comme étant la première où l’impact des dispositions relatives au remboursement tous les deux ans s’est fait durement sentir. Cumulée à l’effet du plafonnement, ces dispositions ont plongé le marché dans une récession historique : –3 %. Ce sont les verres qui ont le plus souffert : –4,8 %. Les montures s’en tirent mieux : –0,7 %. Le marché de l’optique a connu cette année un sérieux coup de pompe.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

D’OÙ VIENDRA LE SURSAUT ? Pour les 15 % de porteurs qui renouvellent leur équipement optique tous les ans, les achats vont donc devenir plus espacés dans le temps. Quant à la population de porteurs qui renouvelle en moyenne tous les trois ans, elle va se scinder entre ceux qui vont se caler sur le plot des deux ans, accélérant leur fréquence de renouvellement, et ceux qui vont se caler sur le plot des quatre ans, ralentissant leur fréquence de renouvellement. On le voit : ce n’est que par de nouvelles stratégies marketing que le marché peut réagir positivement. Pour ne pas perdre le renouvellement annuel il va falloir développer un accompagnement nouveau : renouvellement au rythme de la mode, programme d’événementiels de type vernissage ou défilés de mode en co-branding avec les marques, abonnement produit-prestation-service, affranchissement assumé d’une partie du remboursement avec accompagnement financier, présence innovante et continue sur le web et les réseaux sociaux, etc. Bref, tout un marketing de séduction qui n’existe encore qu’à l’état embryonnaire et qui doit être pensé non comme des techniques nouvelles mais comme des stratégies nouvelles. On devra tenir compte de la très forte disparité selon l’âge, les personnes plus âgées renouvelant beaucoup moins que les plus jeunes, plus sen-

11


© Komono

sibles aux effets de la mode et aux soins d’apparence. Mieux incitée à consulter fréquemment à cause de l’évolution dans la qualité de sa vision et des risques accrus de pathologies graves, cette population senior sera en revanche plus réceptive à des innovations en termes de prévention et de suivi.

12

Il faudra ensuite connaître les raisons profondes pour lesquelles un porteur renouvelle moins souvent que ses droits ne l’y autorise, afin de le caler sur la périodicité des deux ans. Enfin il faudra valoriser l’achat à quatre ans pour compenser le faible renouvellement, ce qui veut dire, là encore, dépasser la limite du sacro-saint reste à charge et donc refaire du commerce. Et pour cela susciter le désir, avec des magasins tentateurs, des offres séduisantes, des parcours-clients riches et argumentés. Entre des opticiens trop absorbés par la technique et des vendeurs insuffisamment formés, de nouvelles compétences orientées client doivent refonder la commercialité du point de vente. 34 % des Français ont l’habitude d’utiliser plusieurs paires de lunettes, selon leurs différentes activités (soit une progression de 10 points par rapport à 2016 d’après le dernier Observatoire Supercent). En tout 40 % se disent prêts à essayer. Le marché de la multipossession, dévalorisé à ses débuts par le marketing de la paire gratuite, est en passe de devenir une réalité. Il représente lui aussi un espace de liberté pour l’opticien, et pour le porteur une offre tout à fait appropriée. Il est temps de lui rendre ses lettres de noblesse. Trop de limitations ont été imposées à l’exercice du métier d’opticien. Il faut désormais sortir du carcan,

© Komono

inventer des espaces de liberté, de nouvelles profitabilités. La limitation par le reste à charge zéro doit être dépassé, tout en garantissant à tous l’accès à la santé visuelle. Une stratégie au fond très proche de celle des assureurs eux-mêmes, qui assument d’un côté les offres à forte valeur ajoutée par la mise en place de sur-complémentaires, de l’autre des « paniers solidaires » à dépenses nulles pour le porteur. Il va falloir coller à ces nouvelles stratégies mises en place par les financeurs eux-mêmes, en concertation avec eux (définir avec précision la valeur ajoutée en optique, édicter des standards de marché pour segmenter clairement l’offre tant au niveau produit qu’au niveau prestation-service). La bipolarisation de l’offre est donc bien à l’ordre du jour. Elle ne doit pas être subie, mais être au contraire le produit collaboratif de stratégies commerciales nouvelles, ambitieuses, innovantes. Lorsqu’on a chaque année 24 % de renoncement à la consultation ophtalmologique (source : Baromètre ASNAV 2017 ), on comprend que la porte de cette nouvelle commercialité de la distribution ne pourra pas faire l’impasse sur une réelle délégation de tâche, avec pour le public un accès direct à l’opticien. C’est la réfraction pour tous qui, réveillant le marché caché et stimulant des approches commerciales innovantes, est la condition de la nouvelle économie de l’optique. ▪

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


UNE NOUVELLE

DIMENSION DE VISION Laur éat Silmo d’Or

2 017

*Marque de verres progressifs la plus vendue selon les données de marché calculées par Essilor®. © Essilor International - RCS Créteil 439 769 654 - Novembre 2017 - Essilor®, Varilux®, Varilux® X series™ sont des marques déposées d’Essilor International. Dispositifs médicaux de classe 1, destinés à la correction d’amétropies et de la presbytie. Nous vous invitons à lire attentivement les instructions spécifiques à chacun figurant dans le Guide des Verres et des Services.


■ Filière

L´Optique casse les codes

14

Le 14 novembre dernier, Les Lunetiers du Jura dévoilaient un film magistral visant à valoriser, avant même leurs savoir-faire, le savoir-être des porteurs auxquels s’adressent leurs produits. Plein de rythmes et de couleurs, ce court-métrage renouvèle complètement son sujet. Et engage la filière toute entière dans une nouvelle dynamique.

es Lunetiers du Jura cassent les codes, avec un film promotionnel hyper créatif que chacun devrait s’employer à faire tourner sur ses écrans afin de dynamiser le point de vente. Son titre : Breaking Uniformity. (À découvrir ici : https://www.youtube.com/watch?time_ continue=4&v=qx3dQ-Xxedk). Le message envers le public est clair : sortir de l’anonymat grâce à l’extraordinaire diversité créative de nos lunetiers. « Avec les contrats d’entreprise, le consommateur ne choisit plus sa complémentaire. Avec les réseaux il ne choisit plus son opticien. Avec les plafonnements et les grilles tarifaires il ne choisit même plus ses lunettes. C’est le retour pur et simple à l’équipement “Sécurité sociale” et

à l’uniformité généralisée ! », a déclaré avec force Jérôme Colin, Président du syndicat des Lunetiers du Jura lors de la présentation du film, le 14 novembre dernier, dans le cadre branché, raffiné et décalé du Kube (Paris). Breaking Uniformity énonce ainsi la nécessité absolue de ce temps : sortir du troupeau. Chaque année ce sont 2000 nouveautés représentant 70 marques et griffes de renommées internationales qui sortent des ateliers du Jura, avec une production de 10 millions de montures. Les collections sont à chaque saison espérées et attendues. Elles font le succès de milliers d’opticien à travers le monde. La capacité des industriels à réinventer l’objet lunette en permanence vous donne le meilleur des atouts : différenciation, surprise, engouement, séduction. S’il est plus que jamais nécessaire de s’impliquer pour la filière, c’est que le reformatage du disque dur est en cours. Or ce n’est que collectivement que le monde qui vient doit être défini, au risque sinon de se le voir imposer de l’extérieur, comme c’était traditionnellement le cas. Pourquoi casser les codes, et les casser maintenant ? Parce que de nouveaux courants ascendants se présentent et qu’il faut les saisir. C’est que le marché de l’offre va être

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


15

réinitialisé ; avec le projet Macron en matière de reste à charge, de nouveaux standards vont être établis : 1. Entrée de gamme solidaire, prix bas, efficacité sanitaire avérée, coût zéro (avec un fort impact négatif sur les distributeurs et offres low-cost). 2. Milieu de gamme avec petit dépassement en reste à charge (ce qui aura un double effet : redynamiser la commercialité du secteur et affranchir l’opticien de la pression des OCAM et des offres plafonnées). 3. Haut de gamme avec gros dépassements solvabilisés ou non par les sur-complémentaires. Le marché va donc se scinder entre le reste à charge nul ou faible (que ce soit pour le panier solidaire ou par les sur-complémentaires) et le reste à charge assumé qui libère la commercialité du secteur. Le financement de ce dépassement pourra faire l’objet d’innovations de rupture, ouvrant la voie au prélèvement mensuel sous forme d’abonnement et à l’ouverture d’un service visuel global avec produit associé : visite annuelle de prévention, contrôle, réfraction et prestations complètes à chaque visite, conseils, apprentissage (manipulation lentilles) et mise en situation d’usage, équipement renouvelée selon une fréquence à définir. Une nouvelle façon de penser le retour du client en magasin et l’extension de l’offre à toute la famille.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

Le marché en se reconfigurant va gagner en clarté, et donc en tonicité. La part commerciale qui revient au marché, et qui n’a pas vraiment été exploitée jusque-là de par la solvabilisation des OCAM, va désormais pouvoir pleinement s’épanouir. La difficulté à penser cet avenir est la suivante : c’est au moment où l’opticien devient un professionnel de santé à part entière, centré sur la réfraction, que l’optique devient un commerce véritable, centré sur le style. Ce qui fait pont entre les deux ? Le bien-être. Le bien-être est de fait la mission globale de l’opticien. C’est dans la juste articulation de ces deux logiques, santé et commerce, dans leur convergence et leur mise en synergie, que vont se fonder à présent les stratégies de succès. Mieux vaut le savoir. La logique de santé va ouvrir l’étau de la prescription (délégation de tâche) et demandera à l’opticien formation, équipe compétente et matériel ; la seconde va déverrouiller la commercialité de l’optique, et nécessitera l’étude attentive de l’offre, renouvelée grâce aux produits pointus et créatifs que proposent sans relâche nos lunetiers d’excellence. ▪ --------------------------------------------------------------------------------------+ www.lunetiers-du-jura.com


■ Prospective

L´ubérisation, ou la fin des métiers

Ubérisation, en français dans le texte, est devenu synonyme de modernisation. Une façon de contourner les usages anciens entendus comme blocages (corporatisme, syndicalisme, règles professionnelles, compétences individuelles) en valorisant le service rendu au client. De même que la délocalisation a permis le maintien du pouvoir d’achat des salariés au prix d’une casse d’emplois sans précédent, l’ubérisation joue la carte du low-cost sympathique au prix de la disparition pure et simple des métiers. L’optique est particulièrement visée. Marc Simoncini, fondateur de Sensee

16

ls sont jeunes, cools, sympas, décomplexés et… apparemment sans limites ni œillères. Les nouveaux entrepreneurs du low-cost entendent bien dynamiter l’optique. Sensee, Lunettes pour Tous, Polette s’emparent du sujet en bouleversant les codes. Leur force ? Partir du point de vue du consommateur, et des différents agacements que celui-ci peut éventuellement nourrir à l’égard du secteur, au premier rang desquels on trouve l’épineuse question de la justification des prix. C’est Alain Afflelou dans les années 70 qui a enclenché la logique de discount en proposant « la moitié de la lunette à l’œil » : l’ancêtre du standard « 2e paire gratuite ». Une façon pour lui d’agresser la profession pour imposer sa différence auprès du public. Il jetait là les bases stratégiques de ses suiveurs : décrier un marché montré comme ringard et poussiéreux pour y imposer son nouveau modèle, tonique et fringant. Dans les faits, l’enseigne Afflelou s’est toujours gardée d’être la moins chère du marché. Image « prix bas », communication jeune et complice, offre « moyen-haut de gamme », tel est le mixte qui a fait le succès d’Afflelou. La généralisation des forfaits tout compris a par la suite proposé au public des produits d’accès à des prix ultra-compétitifs. Pour autant Hans Anders, seul véritable « low-coster » du marché, n’a pas connu la percée attendue. De sorte que le discours de l’optique low-cost restait à inventer. L’arrivée de l’Internet, qui ouvre les marchés à l’infini et permet de mettre directement en relation l’unité de fabrication et le consommateur, ajoutée à la délocalisation de la production en Chine, a changé la donne. De nouveaux acteurs, sans liens avec l’optique, ont ainsi bâti de nouveaux modèles économiques fondés sur l’accès et

le volume. C’est ainsi que la nouvelle offre Sensee commence à 18 euros l’équipement, avec une marge d’un euro seulement pour l’opticien. 8 ans après son entrée en fanfare dans le monde feutré de l’optique, hormis le domaine de la lentille, Marc Simoncini a pourtant accumulé les échecs. Il a même dû ouvrir quelques boutiques en dur.

LA STRATÉGIE CONSISTE À NIER LA NATURE DES MÉTIERS AINSI QUE LEURS COMPÉTENCES ASSOCIÉES L’offre optique sur Internet a bénéficié de la loi Hamon de 2014, qui a instauré l’obligation faite aux ophtalmologistes d’inscrire sur leurs prescriptions l’écart pupillaire pour permettre la réalisation à distance de l’équipement. La tendance à l’ubérisation des métiers, qui défait toutes les rentes de situation, et la volonté politique de parvenir à un remboursement 100 % pour des produits de prime accès, offrent un contexte particulièrement favorable. L’alliance de Sensee avec la Fnac et diverses enseignes, où des corners devraient fleurir, (50 showrooms prévus) va accélérer le développement en économisant le coût exorbitant d’une véritable chaîne de magasins tout en assurant un certain maillage national. Fabrication française, partenariat avec « un grand verrier », et… communication visant là encore à agresser le secteur pour en dénoncer l’opacité supposée. Faut-il avoir peur du low-cost nouvelle génération ? La réponse est non. Le remboursement intégral pour une offre de premier recours tel qu’il se dessine, lié aux équi-

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


pements CMU (un million d’équipements sont vendus chaque année en dessous des coûts de revient aux personnes concernées) va en limiter les ambitions. Il existera toujours un marché d’accès, à la marge, qui aura pour effet d’intégrer dans le circuit de santé visuelle des populations qui pouvaient encore y échapper. Et ceci est une bonne chose. On l’a vu avec les lentilles : les bons opticiens adaptateurs ont su s’aligner sur les prix du web pour les lentilles simples, génératrices de trafic, et font leur marge sur les adaptations complexes qui fondent leur réputation. Ce modèle demeure solide. Ce qu’il faut craindre plutôt c’est ce que le low-cost révèle du marché de l’optique. La question n’est pas de produire en Chine : elle est de produire en Chine avec un prix de vente à l’arrivée en France plus de 30 fois supérieur et un marquage trompeur « made in Italy » par exemple, ainsi que le montre le dernier reportage à charge contre la filière (Émission Tout compte fait du 18 novembre 2017, France 2). Si l’enquête de France 2 manque une fois de plus d’objectivité, se permettant des raccourcis à la limite de la diffamation, c’est qu’elle fait l’impasse sur la prestation de l’opticien, sur la nature même de son activité. C’est également de ce postulat que partent les réseaux commerciaux des assureurs comme les trublions du web : opticien est un métier qui ne génère pas de valeur ajoutée, qui n’apporte pas de compétences particulières et qui, au fond, peut tout à fait disparaître. Or l’ubérisation, c’est ça : l’effacement des professions, la négation des savoirs et des compétences. Raison pour laquelle l’ubérisation est proportionnée au dénigrement systématique du métier concerné. La stratégie consiste à transformer un professionnel en un simple gestionnaire de tâches. Le professionnel d’hier représentait un investissement à développer (qualification, formation continue), le gestionnaire de tâche est une charge à réduire. Jusqu’à complète disparition : Uber vient de passer commande de plusieurs dizaines de milliers de voitures autonomes sans chauffeur… En économie, dans le schéma schumpétérien de « destruction créatrice », l’efficacité advient lorsque la force de ce qui émerge l’emporte sur la vitesse à laquelle l’ancien monde s’effondre. S’agissant de l’optique, la force de ce qui émerge n’est pas dans le prix mais dans l’augmentation exponentielle des besoins, dans l’immensité des marchés cachés, dans la mission qui est celle d’un véritable opticien de santé, et dans les innovations de rupture qui accompagnent cette mutation. C’est en cela qu’elle échappera finalement, mais au bout de combien de tentatives, à l’ubérisation. Le discours de la marchandise, s’il veut être un tant soit peu crédible, doit désormais se subordonner à celui de la mission sanitaire et sociale de l’opticien. Que la lunette à 18 balles prenne sa place ; mais en périphérie du métier. ▪

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

Vous aussi, chaque mois, lisez L’Essentiel. Parce que l’optique, c’est plus qu’un métier : c’est une cause, une passion, une culture. OUI, JE SOUHAITE M’ABONNER AU MAGAZINE --------------------------------------------------------------------------------------------------------------o 1 an (10 n°) France 85 € o Étranger : 110 € o 2 ans (20 n°+Club) France 120 €* o Étranger : 165 € o Étudiant : 49 € (Joindre justificatif de scolarité)

*Prix spécial de 120 € (au lieu de 150 €) pour toute première demande d’abonnement.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Règlement : par chèque à l’ordre de CLM Communication • BP 90018 • 91941 Courtabœuf cedex • ou par carte bancaire en téléphonant au 01 64 90 80 17

Nom/Prénom Société Adresse

CP/Ville Tél. e-mail

L’Essentiel de l’Optique est édité par CLM Communication BP 90018 • 91941 Courtabœuf cedex Tél. 01 64 90 80 17 • info@clm-com.com www.clm-com.com

17


■ publi-info

ATOL réinvente la relation client Atol les opticiens redonne de la valeur au métier pour que l’opticien traditionnel puisse créer l’optique de demain, tournée vers la santé et le bien-être, avec un nouveau concept magasin. Afin de projeter le point de vente dans un univers multicanal et connecté, « l’expérience nomade » réinvente le parcours client tout en valorisant les points forts de l’enseigne : professionnalisme, innovation et relation client. Visite guidée.

18

Le nouveau concept de magasin ATOL ancre la relation au cœur de l’échange entre l’opticien et son consommateur. Tout en tirant le meilleur parti de ce lien continu que permet désormais l’Internet mobile.

UNE RELATION CONTINUE DE CONFIANCE ET DE CONVIVIALITÉ

Inventer le magasin de demain, c’est penser autrement le parcours client : pré-choix sur Internet, concrétisation en magasin et achats périphériques sur le site, dans une relation fluide et ininterrompue. Pour générer du trafic et de la fidélité, il faut multiplier les points de contact de qualité avec le public. C’est l’objectif que s’est fixé Atol, en renforçant la convivialité de l’échange et la relation de confiance. Les produits sont accessibles directement en libre découverte. La confiance, au-delà de la transparence assumée et l’accessibilité, se traduit par des tables qui favorisent l’égalité, l’échange et la convivialité, en plaçant côte à côte l’opticien et son client. L’espace lounge approfondit cette atmosphère où le public se sent véritablement accueilli au sein d’un environnement bienveillant, entièrement dédié à son écoute et à la satisfaction de ses besoins.

VALORISER LE SERVICE DE L’OPTICIEN DE SANTÉ

Le service de l’opticien est mis en valeur par une signalétique claire et une mise en espace qui s’inscrit dans la continuité de l’expérience digitale du client. Des « box

L ES ATOU T S DE L’ENSEIGNE

d’expertise » pour mieux vendre les verres, avec un îlot central dédié à la vente et aux prises de mesures, permettent d’affirmer les compétences du professionnel. De même l’atelier, afin de théâtraliser le savoir-faire et l’expertise de l’opticien, est largement offert au regard du public. Enfin les zones consacrées aux marchés de développement (enfants, optique de sport, basse vision, lunettes de sécurité) permettent à chacun de mesurer l’étendue de l’offre.

CONNECTÉ

Des outils informatiques accompagnent une relation client connectée via des applications d’identification des besoins, de personnalisation ou d’essayage virtuel et un logiciel de gestion fonctionnant sur tous support et connecté à la plateforme logistique. Elles valorisent les marques propriétaires et les griffes les plus en vue. Enfin Atol est là encore fidèle au modèle coopérateur et à sa vocation formatrice en proposant aux collaborateurs du magasin un programme de formation continue en présentiel ou en e-learning.

POUR EN SAVOIR PLUS, VOTRE CONTACT :

Isabelle Jeanne dit Fouque / tél. 01 46 11 44 04 i.jeanneditfouque@opticiens-atol.com + https://www.opticiens-atol.com/rejoindre-reseau-atol/

▪ CONCEPT MAGASIN : modulable, invitant à la relation de proximité et la confiance, valorisant le conseil et l’expertise. ▪ OUTILS INFORMATIQUES : logiciel AS3 nomade et omniconnecté (clients, fournisseurs, OCAM), applications iPad de découverte client, essayage virtuel, personnalisation. ▪ COLLECTIONS PRODUITS : innovantes, différenciantes, à forte valeur ajoutée. ▪ COMMUNICATION : valorisant le conseil de l’opticien. ▪ PLATEFORME LOGISTIQUE : gestion des linéaires, montage 2e paire gratuite, livraison rapide, frais de port limités. ▪ FORMATION : e-learning, réunions d’échanges, brainstormings.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


■ Objectif vente

Jamais sans l´humain : les limites de la digitalisation Avec plus ou moins de bonheur, la réinvention de la relation-client selon les nouveaux modèles nés des progrès du numérique est désormais partout à l’ordre du jour. Elle est attendue par le public, à condition qu’elle s’applique avec tact et raison, en sachant ne pas se substituer à l’échange humain mais au contraire en le renforçant. Petites vérités pour réussir la digitalisation du point de vente.

20

es Français sont intraitables sur la place de l’humain dans le commerce. C’est une récente étude Dolmen-OpinionWay qui l’affirme : pour 86 % d’entre eux la présence du personnel de vente est indispensable. En matière de distribution, les consommateurs sont ambivalents. Si 23 % d’entre eux considèrent que l’accroissement des innovations constitue le meilleur changement dans les enseignes de distribution, 51% refuseraient de faire leurs courses dans un magasin sans personnel de vente… En cause, l’absence de contact humain.

les Galeries Lafayette – aux prix de nombreux plans sociaux et de repositionnements risqués.

Enfin quand il s’agit d’envisager la distribution demain, 60 % des Français appellent de leurs vœux la montée en puissance du commerce local. Et un sur deux veut consommer « autrement ».

Le prérequis absolu du commerce qui vient (qui est de fait déjà là), c’est l’intégrité. La digitalisation ne fait rien à l’affaire. L’échange doit être jugé « respectueux » des droits et attentes du consommateur, tant en termes de qualité qu’en termes de prix. Tout dérapage en ces domaines est jugé comme une injure faite au bon sens du client. De sorte que l’éthique et la probité deviennent les contreforts du commerce : ses conditions de possibilité. Avec ou sans tablette.

En mai dernier, Amazon dévoilait Amazon Go, son projet de magasin sans caisses ni personnel de vente. Quelques semaines plus tard, c’était au tour du chinois Alibaba d’emboîter le pas avec Hema, un magasin physique reprenant les codes du e-commerce. Les anciens Pure Players ne se contentent plus d’entrer dans le monde physique : ils déportent le centre de gravité de la distribution en dur vers le monde digital. À tel point que les distributeurs traditionnels sont contraints de leur courir après – comme l’illustrent les rapprochements récents entre Darty et la Fnac ou la Redoute et

L’acquisition des données personnelles accentue encore un peu plus cette exigence nouvelle. Il faut passer de la captation des données client à leur recueil librement consenti, en contrepartie de services réels au bénéfice du client, et dans la perspective du nouveau règlement de mai prochain. Moins le consommateur fréquente un point de vente, moins il consent à laisser de telles données. L’optique échappe au phénomène parce qu’il s’agit avant tout de données de santé. Mais il faudra l’expliquer : les simples images de « vendeur de lunettes » et d’auxiliaire de mutuelle n’y suffiront

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


JOUER LA BAISSE DES PRIX : LE SIGNE D’UN MODÈLE À BOUT DE SOUFFLE

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------« La vraie valeur doit pouvoir s’objectiver ; or il est difficile d’objectiver la valeur en baissant les prix. Prenez la frénésie du Black Friday : quand on achète parce que ce n’est pas cher, c’est que le modèle est à bout de souffle. » Nathalie Damery, Présidente de l’Observatoire Société et Consommation (L’ObSoCo). L’Observatoire a pour vocation d’éclairer les acteurs économiques sur les mutations de la consommation et du commerce, et de les accompagner dans le déploiement de nouveaux modèles économiques. ▪

réussie. Or pour l’heure le consommateur estime qu’il y a une disproportion entre l’info qu’il consent à donner et l’intérêt qu’il en retire. Enfin il convient de rappeler que la connaissance client n’est pas dans ses données. Ce serait là, comme l’idiot de l’histoire, regarder le doigt qui désigne la lune, et non la lune elle-même. © fotolia

pas. L’adhésion ne se fera pas naturellement pour un commerce que l’on fréquente tous les trois ans. Tout va reposer sur l’association entre l’image « opticien de santé », et une stratégie efficace en termes de retour en magasin. Le modèle standard et uniformisateur a vécu. L’offre se fait de plus en plus locale, adaptée à des besoins spécifiques, pour une population donnée, et dans la diversité de ses composantes. Le consommateur mondial n’a jamais existé ailleurs que dans l’aveuglement d’un productivisme aussi excessif que simpliste. À l’heure du Big Data, si on exige du client de l’intime, il faut lui rendre de l’intime : lui dire qui on est, comment est composée son équipe, ce qu’on va faire de ses données personnelles, qui sont ses producteurs, d’où viennent les produits, comment sont faits les produits, quelles sont ses marges, de quoi sont-elles constituées, comment se justifient-elles, etc. Pour qu’il y ait échange, il faut qu’il y ait équilibre. C’est cette exigence fondamentale que constitue le moteur de la digitalisation

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

Remettre de l’humain, c’est aussi dépasser les questions de qualité et de prix pour inventer une nouvelle sensorialité des marchandises : leur esthétique, leur personnalité, la maîtrise de la chaîne qui les a produits, leur caractère profond et nécessaire, leur histoire, leurs créateurs, leurs producteurs, leur symbolique, le vocabulaire et la gestuelle qui les valorisent. Le consommateur veut du « sens » selon la double acception du mot : signification, sensorialité. Il attend du professionnel une éducation au « savoir apprécier le produit », sur le modèle de l’œnologie. Il entend renouveler son expérience de la consommation autour de valeurs morales, sociétales et locales (production éthique, défense de l’emploi régional). Cette question des « valeurs » extrinsèques du produit (dimensions non marchande, immatérielle, locale) est en train d’opérer un déplacement des attentes, qui s’accompagne d’une revalorisation de la proximité. Une proximité qui joue à deux détentes : par le digital (le produit à domicile), par le local (le produit à côté de chez moi). La révolution numérique a transformé la notion même de proximité. Contrairement à ce que

21


UN MAGASIN TECHNO AU SERVICE DE LA RELATION HUMAINE

l’on a cru dans un premier temps, la distribution doit réinventer un local connecté sans aller se perdre dans le vide : dans le Top 100 des applications les plus téléchargées, excepté Amazon qui est présent dans 60% des smartphones, on ne trouve aucun distributeur… en dépit des sommes investies. L’attrait des cartes de fidélité est en forte baisse, et les commerces traditionnels ne possèdent pas plus de 10 % de leurs clients dans leur fichier… Investir le digital devient une obligation. Les consommateurs sont prêts. Mais pour cela, il faudra que les distributeurs repensent un modèle plus vertueux qui fasse sens dans l’esprit du public. Rajouter du digital à un problème mal posé n’apportera aucune réponse satisfaisante.

Les Français plébiscitent le personnel de vente…

22

Plus que jamais l’humain est indispensable quand il s’agit d’attirer le consommateur. 43 % des Français font leurs courses chez un commerçant de proximité, attirés par la perspective de relations personnalisées ; et 13 % des répondants reconnaissent que l’accueil est l’élément le plus déterminant. D’ailleurs les Français ne tarissent pas d’éloges à l’égard du personnel de vente : le qualifiant de visage humain de la distribution (91 %) voire d’indispensable (86 %). Questionnés sur leur attitude si un magasin totalement digitalisé et sans personnel venait à ouvrir près de chez eux sur le modèle Amazon Go, seuls 28 % y feraient leurs courses (17 % y feraient leurs courses par curiosité et 11 % pour gagner du temps). Pour la majorité des Français, c’est une levée de bouclier : 51 % d’entre eux n’y feraient pas leurs courses à cause de l’absence de contact humain. Et 33 % allèguent la crainte d’un piratage de leurs données. Un chiffre qui culmine étonnamment à 38 % chez les 18-24 ans. ... mais se montrent intransigeants en cas de mauvais accueil. Bien qu’ils reconnaissent ses mérites, les Français n’en sont pas moins exigeants à l’endroit du personnel en magasin. Pour plus de 9 sondés sur 10, ce dernier se doit d’être chaleureux (93 %). Pire, en cas d’accueil désagréable, 35 % seraient prêts à boycotter le point de vente, 33 % n’hésiteraient pas à dissuader leurs proches d’y aller et 28 % le quitteraient sur le champ. ▪ (Étude exclusive Dolmen – Opinionway « Les Français se reconnaissent-ils dans les nouvelles orientations de la distribution ? » présentée le 29 novembre 2017 à Paris.)

LE DIGITAL, C’EST LE LOCAL MOINS LES MURS Le digital, c’est le local moins les murs. Son intérêt véritable réside dans la continuité de la relation-client, avant, pendant et après le passage en magasin. Il revalorise le terroir, les spécificités et disparités socio-culturelles régionales. On le constate à travers la puissance du commerce coopérateur (très représenté en optique), avec sa forte implantation locale, son agilité et sa réactivité territoriales, et qui, tous domaines confondus, surperforme chaque année le commerce classique avec une croissance sept fois supérieure. « Le taux de transformation dans un magasin en dur est de 20 à 40 %, 98 % pour l’alimentaire. Il n’est que de 2 % sur le web », explique David Godest, Président de Dolmen. De plus sur Internet on achète selon une décision préétablie, calibrée, sans montée en gamme de dernier moment, comme c’est le cas lors d’une vente accompagnée de conseils, dans le commerce physique. Le commerce repose sur la confiance et la confiance, pour les Français, c’est le rapport avec un professionnel physiquement présent. Lorsqu’un internaute est rappelé au téléphone, le taux de transformation explose, tandis que chat et pop-up sont un échec. Dans la même logique, la robotique doit être justifiée. Gratuite, elle ne sera pas acceptée. Il faut au contraire remettre de l’empathie, de l’émotion. Le robot humanoïde n’attire pas, en dehors d’une curiosité éphémère. « On mesure un trafic deux à trois fois supérieur dans les magasins où l’humain est bien visible », explique David Godest. Quand on donne aux Français la possibilité d’imaginer la distribution de demain, deux souhaits se dégagent très largement : • La montée en puissance du commerce local (60 %),

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


loin devant le développement par les marques des ventes en direct (34 %). • La généralisation de produits régionaux et bio, qui constitue déjà pour 46 % des Français le meilleur changement dans les enseignes de la grande distribution depuis cinq ans. À noter que les innovations technologiques sont quasiment occultées quand il s’agit d’envisager le futur de la distribution. Le développement de la personnalisation des messages grâce à l’analyse des données personnelles (10 %), la généralisation des magasins sans personnel de vente (5 %) ou la réalisation des achats à distance via des assistants vocaux (2 %) ne recueillent que de suffrages anecdotiques. Attention donc à ne pas se tromper de rendez-vous. Si le consommateur veut consommer autrement, cela ne présume en rien des outils, digitaux ou non, que l’on met à sa disposition ; mais de l’esprit général et de l’ambiance que ces outils favoriseront. En clair ce n’est pas au marteau de dessiner la maison, même si le marteau sera bien utile pour construire la maison. Attachés à l’humain, ouverts à l’innovation à condition que celle-ci favorise effectivement la relation et n’attente pas à la sécurité de leurs données personnelles, le consommateur a aujourd’hui les moyens technologiques de son exigence de toujours : que la promesse commerciale vaille engagement.

23

NOUVEAU

Ce à quoi nous assistons grâce à l’avancée numérique, c’est à une révolution du commerce. Car celui-ci était basé depuis l’Antique sur l’adage du caveat emptor : c’est au client d’être suffisamment informé pour ne pas se faire avoir. Cette asymétrie d’information était au cœur de l’activité commerciale. Or l’information collaborative, réticulaire et évaluatrice impulsée par les mondes digitaux a cassé ce ressort bien commode. Il est temps de proposer autre chose. Et passer de la promesse à l’engagement. Dans le monde réel nous sommes encore loin du compte : obsolescence programmée, travail des enfants, conditions indignes, destruction de l’environnement, de la biosphère et de la santé publique, évasion fiscale poussant à la faillite des Etats et au démaillage social... Mais c’est précisément au titre de l’ensemble de ces impostures qui le concernent directement dans sa vie quotidienne que le consommateur d’aujourd’hui demande des comptes. La révolution digitale a augmenté le niveau de ses exigences. Il s’agit désormais pour lui de consommer mieux, dans un cadre respectueux et responsable. ▪

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

L’espace d’info collaborative de la filière optique sur placedeloptique.fr


■ Industrie

Safilo : des griffes aux lunettes intelligentes En s’affichant comme l’alternative aux divers mouvements de concentration (EssilorLuxottica, Kering, LVMH), Safilo a repositionné son offre autour de ses marques propres, repensé son image et féminisé son management. De quoi partir serein à la conquête d’une nouvelle génération de consommateurs et de besoins, notamment grâce à la lunette connectée Safilo X.

24 de positionner la marque à 90 % sur les solaires de luxe tilisant différents modes de concentrations mais de repenser les positionnements, mieux segmenstratégiques, EssilorLuxottica d’un côté, Keter l’offre, et construire une nouvelle image, explique ring puis LVMH-Marcolin de l’autre, la concurCarole Binet. Il nous a fallu tout reprendre à zéro. » rence sur le marché mondial change de braquet, notamment pour ce qui est des griffes internationales. Ce ne sont pas les grandes manœuvres Face à ces mouvements de fond, en cours qui sont de nature à effrayer Safilo, après avoir renouvelé son top la dynamique patronne de Safilo management dans le sens d’une plus France-Benelux : « EssilorLuxottica va grande diversité et d’une plus grande devenir le plus gros retailer au monde. mixité femme-homme, a renforcé ses C’est pour nous l’opportunité de profondamentaux et retrouvé son esprit poser une alternative. Notre volonté de conquête. Luisa Delgado, PDG de est de rester une entreprise indépenSafilo depuis juin 2013, a mis en place dante et de travailler avec tous les disil y a deux ans un plan stratégique tributeurs, du luxe au mass market. 2020. Celui-ci prévoit de puissants Notre force, c’est la maîtrise de la proinvestissements pour la transformaduction, du savoir-faire. Nous avons tion du business model de son groupe, refusé la proposition de LVMH. Quitte notamment par le déplacement du à ce que nous perdions des griffes, il centre de gravité de Safilo autour des fallait qu’ils continuent à avoir besoin marques propres  : Polaroid, Safilo, de nous pour la production, en évitant Oxydo, Smith et Carrera. Objectif Carole Binet de leur transférer notre savoir-faire. 2020 : réaliser 70 % de la valeur en Country Manager France et Benelux Le luxe possède désormais ses marinterne, contre 30 % auparavant. chés émergents en Chine ou en Russie, et les Chinois et les Russes consomment chez eux. La logique indusCarole Binet, Country Manager France et Benelux trielle du luxe est en train de changer. Face à ces chanchez Safilo, a dû tout rebâtir, selon une logique d’ougements nous avons voulu rester nous-mêmes. La verture et d’élargissement de la cible. « Il ne s’agit plus

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


25 perte de Gucci, nous l’avions anticipée ; de sorte que Hugo Boss l’a déjà remplacé. En optique, la griffe ne compte pas autant qu’en solaire : c’est l’opticien qui décide. » Symbole de cette nouvelle énergie du groupe italien, la lunette intelligente Safilo X propose un training mental afin d’augmenter les capacités d’attention, de pensée positive et de bien-être. On a testé, on est impressionné : c’est une solaire de tous les instants de haute qualité (verres ChromaPop pour une définition exceptionnelle) qui, en plus, vous propose de passer en mode training lorsque vous le souhaitez. Servies par le design iconique des Smith Lowdown, ces lunettes, premières du genre, permettent grâce à leurs capteurs de détecter les ondes cérébrales du porteur afin de lui proposer un entraînement cognitif évolutif, avec retour en temps réel, pour améliorer concentration, conscience de soi, performances et sensation de bien-être. En outre cet entraînement cognitif réduit le stress, améliore la santé cardiovasculaire et renforce le système immunitaire. Les composants électroniques et les capteurs EEG servant à mesurer l’activité du cerveau sont intégrés de manière indétectable dans la monture. Les données collectées par les capteurs se transmettent instantanément à

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

l’application Smith Focus par Bluetooth au smartphone, afin de traduire en temps réel l’activité cérébrale par des sons reflétant l’état d’esprit de l’utilisateur. Ces lunettes de soleil connectées, combinées à l’application Smith Focus, intègrent la technologie Muse™ de InteraXon, société spécialisée dans la détection des ondes cérébrales dans le but d’offrir au porteur « une vie plus heureuse, plus saine et plus connectée ». Les sessions de training ont été pensées pour permettre à l’utilisateur d’entraîner sa concentration en l’espace d’une minute seulement, ou jusqu’à trois heures, jour après jour. Pour chaque session, les utilisateurs reçoivent un retour visuel et peuvent suivre leurs progrès personnels et améliorer leur pratique. La Safilo X sera l’une des innovations attendues au fameux Consumer Electronics Show qui se tient le mois prochain à Las Vegas. Sa commercialisation en France est prévue dès janvier. ▪ ----------------------------------------------------+ www.safilo.com


■ Profession

Nouveau devis : report d´un an Il devait s’appliquer le mois prochain, le voilà repoussé d’un an : le nouveau devis n’est pas pour tout de suite. Ce qui permettra à la filière de mieux se faire entendre des Pouvoirs publics et de se saisir de cette occasion pour anticiper sur les nouvelles missions de l’opticien de demain. © fotolia

26

ndré BALBI (ROF), Olivier PADIEU (SNOR) et Catherine de la BOULAYE (UDO) ont fait savoir le 6 décembre dernier par voie de communiqué la satisfaction de leurs organisations devant le report d’un an du devis, initialement prévu au 1er janvier 2018.

• Veiller à ne pas alourdir le budget consacré par les consommateurs pour l’acquisition d’un équipement. • Modifier l’article L.165-9 du code de la sécurité sociale pour y inscrire l’indissociabilité de certaines prestations d’avec la fourniture des produits d’optique médicale. • Garantir une mise en œuvre aisée pour les opticiens et les acteurs de la filière, en lien avec les nouvelles dispositions issues de la réforme sur le reste à charge. • Anticiper les futures missions de l’opticien de demain. »

« Cela fait en effet plusieurs mois que le ROF, le SNOR et l’UDO, rejoints par toutes les organisations professionnelles de la filière visuelle, militent en faveur d’un report et d’une refonte du nouveau devis, dit normalisé. L’arrêté du 28 avril imposait aux opticiens-lunetiers « L’enjeu de la prestation est d’ordre professionnel et de remettre aux porteurs un devis détaillant le prix de non financier, poursuit le communiqué : le cœur de chaque produit (verres, monture, traitements) et de compétence de l’opticien est sa capacité à réaliser un chaque prestation (prise de mesure, montage, taillage, équipement unique en fonction ajustage...). Or ces prestations de la morphologie du porteur, ne font pas l’objet de rembourLES PRESTATIONS DOIVENT de ses besoins en correction sements, ni par la sécurité soRESTER INDISSOCIABLES visuelle, de la spécificité des ciale ni par les complémentaires DE LA FOURNITURE verres choisis et de l’adéquasanté. Elles auraient donc été à DE L’ÉQUIPEMENT tion de ceux-ci avec la monture. la charge des consommateurs. Nous saluons donc la décision Ces prestations liées à la vente, qui engagent la resdu Gouvernement, qui évitera aux Français de subir une ponsabilité de l’opticien par rapport au porteur, hausse du reste à charge au 1er janvier 2018. » doivent rester indissociables de la fourniture des « Pour autant, l’intention poursuivie par la DGCCRF verres et des montures. était louable : améliorer la transparence et le contenu de l’information délivrée au consommateur tout en vaNous devons reprendre en main notre destin : durant les lorisant le travail du professionnel de santé. Dans cette prochains mois, les débats autour de l’avenir de notre méperspective, à l’occasion de la concertation sur le reste tier ne peuvent se réduire au formalisme d’un devis. Nous à charge zéro, nous ferons les propositions suivantes appelons tous les opticiennes et opticiens de France à pour le futur devis : nous rejoindre pour promouvoir l’opticien de demain, ac• Accroitre la clarté, la lisibilité et la transparence de teur de premier plan de la santé visuelle des Français. » ▪ l’information délivrée au consommateur, notam------------------------------------------------------------------------------+ www.osteopathie.org ment sur la traçabilité des produits fournis et sur les + www.opticiensreunis.org montants des remboursements, en proposant un + www.uniondesopticiens.org document simple et lisible pour le consommateur.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


■ Distribution

Carrefour signe un partenariat exclusif avec les opticiens Atol Un géant de la grande distribution s’allie à un spécialiste de l’optique après un appel d’offre : Carrefour et Atol lancent « Carrefour Optique et Audition », et annoncent des services nouveaux dans l’optique. Un maillage à terme de 250 galeries marchandes pour une offre orientée « accessibilité ».

© Atol

arrefour et les opticiens Atol ont annoncé le mois dernier qu’ils s’associaient pour développer une nouvelle activité sous l’enseigne « Carrefour Optique et Audition » en France. Les premiers magasins verront le jour en 2018, avec un déploiement prévu sur quatre ans dans les 250 galeries marchandes Carrefour. Ils permettront aux associés Atol de compléter leur activité, selon une offre complémentaire. A Atol l’offre « santé bien-être », à Carrefour Optique l’offre davantage axée « accessibilité ». Cette alliance illustre pour Carrefour, dont c’est là un retour dans le secteur, sa volonté de développer son offre de services auprès des clients en se tournant vers des spécialistes du secteur de l’optique. L’enseigne Atol quant à elle, dans un marché en pleine mutation, donne une nouvelle puissance à sa stratégie de conquête des centres commerciaux et des périphéries. « Carrefour est très fier de lancer Carrefour Optique et Audition, qui nous permettra de proposer de nouvelles offres, avec un partenaire de choix reconnu pour son expertise, Atol. Il s’agit d’une véritable opportunité qui s’inscrit dans la stratégie de Carrefour de diversifier ses services auprès de ses clients », a déclaré Jean-François Pagnoux, Directeur Services Marchands & Régie Publicitaire de Carrefour France. De son côté Eric Plat, PDG d’Atol, se réjouit de la diver-

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

29 sification de son modèle : « Atol est une coopérative qui rassemble des opticiens entrepreneurs indépendants. Notre mission est d’accompagner leur croissance au local. Avec ce partenariat nous allons diversifier notre modèle pour conquérir une nouvelle clientèle dans des galeries marchandes. Être partenaire d’un des leaders de la distribution mondiale est une fierté pour notre coopérative et une reconnaissance de notre modèle. »

Carrefour Optique et Audition, un nouveau service disponible dans les galeries marchandes et en ligne Développée en étroite collaboration entre les équipes de Carrefour et Atol, l’offre Carrefour Optique et Audition sera accessible dans des points de vente physiques, mais aussi à travers une offre digitale et un parcours client innovants. Depuis plusieurs années, Carrefour déploie de nombreux services pour simplifier la vie de ses clients et leur permettre d’accéder à des prestations de qualité au meilleur prix. C’est pourquoi après Carrefour Banque et Assurance, Carrefour Voyages, Carrefour Spectacles et Carrefour Location, l’enseigne continue de se développer à travers l’optique et l’audition, deux secteurs au cœur des besoins de ses consommateurs. ▪ ------------------------------------------------------------------------------+ www.carrefour.fr + www.opticiens-atol.com


■ Évènement

L´ICO a 100 ans

Gérard-Charles Roosen fondateur de l’ICO en 1917

30

Laurent Dosseville, membre du conseil d’administration ; Florence Bodereau, présidente de l’association ; Claude Delhomme, actuelle directrice de l’école ; Jean-François Vigier, maire de Bures-sur-Yvette (91) ; et Jean-Paul Roosen, petit-fils du fondateur de l’Institut et directeur de l’école de 1977 à 2010.

Qu’ils se nomment Alain Afflelou ou soient devenus des professionnels plus anonymes, les anciens élèves de l’ICO partagent un même secret : le métier d’opticien est un art complet, une mission humaniste au service du public. Après avoir traversé un siècle au service de la filière, l’ICO vient de souffler ses 100 bougies. Portrait en mouvement d’une école qui a changé la face de l’optique. l’heure où l’industrialisation de la formation, désormais aux mains de fonds d’investissements étrangers à l’optique et peu soucieux de son avenir, a déstabilisé durablement l’équilibre de la profession par une surabondance déraisonnable de diplômés, retour sur une saga familiale qui se confond avec l’histoire même de la filière. L’Institut et Centre d’Optométrie de Bures-sur-Yvette (91) vient de fêter ses 100 ans. 100 ans d’excellence, 100 ans de passion au service d’une cause : le bien-voir, et donc le bienvivre, de nos concitoyens. Association sans but lucratif relevant de la loi de 1901, l’ICO ne forme pas seulement ses étudiants à l’obtention d’un diplôme. Elle forme au métier d’opticien dans ce qu’il possède de plus noble : sa mission de santé publique. Tout commence en 1917, lorsqu’un jeune belge, Gérard-Charles Roosen, opticien de son état, dût aux aléas de l’histoire d’aller trouver refuge à Londres. Diplômé de la British Optical Association, c’est à Paris qu’il fonde le premier enseignement en optique ophtalmique d’Europe continentale : l’Institut Central d’Optique, dont l’ICO conserve aujourd’hui encore l’acronyme. L’école va dès le départ s’impliquer dans l’évolution de la formation, selon les meilleurs standards internationaux. C’est ainsi qu’elle participe en 1927 à la création de l’ancêtre du World Council of Optometry. En 1952, à la mort du fondateur, son fils Gérard Norbert Roosen prend la tête de l’ICO, alors situé à Paris boulevard de Courcelles, qu’il transforme en association « loi 1901 ». Tandis que l’année 1953 est marquée par la création du BTS Opticien-Lunetier, l’Institut noue un partenariat avec l’Institut Vision du Québec qui vient dispenser des cours d’optométrie fonctionnelle. 1967, encore une année faste : tandis que l’école prend une part active dans l’élaboration de la Société d’Optométrie d’Europe, la création d’une SCI

va permettre la construction des locaux sur le très beau site de Bures. Ce sont les trois premiers industriels français, Benoist-Berthiot, Essel et Silor, mais aussi les anciens et les parents d’élèves qui se portent caution pour l’ensemble de l’opération immobilière. Un engagement de toute la filière. L’année 1971 marquera la rentrée de la première promotion au sein des 2500 m2 du nouvel établissement flambant neuf et ultra-moderne, ainsi que la signature d’un contrat d’association avec l’Éducation nationale. En 1976, la création du magasin modèle permet de donner aux étudiants une expérience client grandeur nature. L’année suivante c’est Jean-Paul Roosen, fils de Gérard Norbert et petit-fils du fondateur, qui est appelé à la direction de l’ICO. Celui-ci n’aura de cesse que de rappeler ce que son sens de l’avenir doit au passé : « Si l’on voit plus loin que nos pères, c’est parce que nous sommes montés sur leurs épaules ! », aime-t-il à répéter. Après avoir participé à la création de l’Association Européenne des Écoles d’Optométrie (AEUSCO) dont il assure le secrétariat en 1979, l’ICO participe activement à la création de la Licence d’Optique Physiologique et d’Optométrie. Dix ans plus tard, concrétisation de l’ouverture de l’Institut, l’École Supérieure Internationale d’Optométrie (ESIO), nouveau département de l’ICO, accueille les étudiants du monde entier.

L’ICO : PLUS QU’UNE FORMATION, UNE VISION DU MÉTIER FAITE D’ENGAGEMENT ET D’OUVERTURE Lorsque Jean-Paul Rossen passe le flambeau à Olga Prenat (2010), puis à Claude Delhomme (2013), il lègue cette vision familiale qui n’a jamais quitté l’Institut et Centre d’Optométrie depuis son origine il y a tout juste un siècle : une vision faite d’ouverture aux cultures du monde, empreinte d’un humanisme fécond où l’autre a toute sa place. Que ce soit à travers le programme d’échanges Erasmus, les nombreux partenariats à l’étranger (Ile Maurice, Réunion, Mayotte) ou encore les opérations humanitaires en Inde comme en France auprès des populations les plus démunies (association VisionSolidev). En maintenant contre vents et marées la flamme de l’optométrie, jusqu’à sa reconnaissance finale par les décrets récents, l’ICO a pleinement participé à la patiente élaboration d’une figure d’avenir : celle d’un opticien de santé, conscient de ses responsabilités et de ses missions. ▪ L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


■ Le Journal des Marques

Made by Mauboussin

32

orsqu’en septembre 2016 ADCL annonce la signature d’un accord avec la célèbre maison de Joaillerie française Mauboussin, le désormais premier lunetier français ne sait rien encore de la success story qu’il s’apprête à connaître. Un an après, tranchant singulièrement avec le climat de morosité qui s’est abattu sur l’optique, la marque à l’étoile s’impose sur le marché. 1 300 opticiens en sont dépositaires, avec un sell-out exceptionnel. Les raisons d’un tel succès ? Il faut sans doute les chercher du côté d’un savant équilibre entre la puissance d’un véritable marque de l’éléSoirée Mauboussin chez Olivier Padieu et Sébastien Payn, gance à la française (depuis 1827 !), connue magasin OPTIC 2000 de Dijon, 7 décembre 2017 pour son audace créative et son accessibilité, hyper-vitaminée par de puissantes campagnes de communication tout au long de l’année, et traités en UTX, acétate ultra fin inventé par le positionnement stratégique d’ADCL sur son ADCL qui apporte aux produits des lignes ultramarché. ADCL APLUS, à l’heure des concentrafines tout en légèreté. Le tenon charnière de tions, c’est la force de l’indépendance et des chaque modèle est exclusif et reprend les codes promesses tenues (délais de livraison, SAV,…) ; des modèles phares du joaillier ! Une citation et pour le consommateur, l’assurance de prosur l’amour et le regard est gravée sous le manduits novateurs, accessibles et toujours bien chon pour apporter une touche d’intériorité, placés. « Nous sommes en de profondeur et de sinm o u ve m e n t   p e r p é tu e l , gularité. Des laminations UN EXCELLENT RAPPORT spéciales avec signature explique Olivier Petitfils, QUALITÉ-PRIX-PRESTIGE « Artiste joaillier » et la sidirecteur général. Nous anticipons le marché, nous gnature « MAUBOUSSIN» agissons pour faire gagner du temps à l’optifigurent sur les manchons. Enfin un liseré blanc cien, pour qu’il se consacre à ses clients et non placé sur le dessus de la monture vient soulipas à des problématiques de fournisseurs. » gner le regard. La collection Mauboussin, optique et solaire, Quant au positionnement, il a le mérite de la s’adresse à la femme urbaine et ouverte au clarté : ADCL avec Mauboussin veut être la seule monde. Tous les modèles de la collection sont marque de haute joaillerie accessible en lunetterie ! Un excellent rapport qualité-prix-prestige, magnifiquement servi par de très élégants éléments de vitrine et de mise en contexte. Jouant avec les codes de la haute joaillerie française, la vitrine devient un véritable écrin pour présenter les montures comme de véritables bijoux. Le public est ainsi captivé dès l’extérieur de la vitrine par une proposition qu’il a hâte de découvrir en magasin. Modèle MAUS171201 Mauboussin : une lunette pour les fêtes, et pour toute l’année, une fête pour la lunette ! ▪ -----------------------------------------+ www.adcl.fr

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


Modèle MAU170703

Modèle MAU170503

33

ADCL EN CHIFFRES :

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

• 23 ans d’expérience sur le marché français • 21 millions d’euros de chiffre d’affaires en France avec une progression de 25 % cette année • 4e fournisseur du marché Français, 1ère entreprise Française • Marques phares : RIP CURL, MAUBOUSSIN, INVU, WHISTLER HILLS, SCHOTT, TRIPLES • 600 000 lunettes distribuées sur le marché Français en 2017 • 6 500 clients opticiens en France • 57 collaborateurs dont 32 consultants commerciaux sur le terrain • 1 Silmo d’Or

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


■ style

UN SIÈCLE SOUS LE SOLEIL ! Symbole de la nouvelle masculinité des temps modernes faite de volonté et d’audace tout autant que de style et d’élégance, Persol fête cette année un siècle d’existence. Rencontre fertile entre protection et design à l’italienne, Persol est devenu un incontournable du marché solaire international. De la lunette comme objet de prestige.

34

’est en 1917, dans la bonne ville de Turin, que Giuseppe Ratti, photographe de son état et propriétaire d’un magasin d’optique, commence à fabriquer dans son arrière cours des lunettes pour les pilotes d’avions ainsi que pour les champions automobiles. Deux figures héroïques que le monde découvre et qui vont rapidement devenir les symboles de la nouvelle masculinité moderne, faite de volonté et d’audace. Plus de dix ans avant l’américain Ray-Ban, c’est bien en Italie que sont nées les solaires d’avant-garde conçues à la fois pour leur protection, la qualité de la vision et le confort dans les situations extrêmes. Le 9 août 1918, le célèbre poète italien Gabriele d’Annunzio, 87e escadrille de chasse, effectue un vol de plus de mille kilomètres afin de larguer sur Vienne des tracts incitant les Autrichiens à demander l’armistice. Il porte sur les yeux les biennommées Protector fabriquées par Giuseppe

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


Persol : la synthèse absolue de l’innovation et du chic à l’italienne

35

Ratti. Déjà l’aviation italienne, puis suisse, lui ont passé commande. Persol en tant que marque naît véritablement en 1938. C’est la contraction de « Per il sole », pour le soleil. Avec son style vif et tendu symbolisé par une flèche, ses verres de haute qualité, son système de branches flexibles pour offrir une tenue parfaite sur un visage en mouvement, Persol offre la parfaite synthèse entre innovation et chic à l’italienne. Son trait, impulsé par la fonction, est d’un design d’avant-garde. En 1957, lorsque le modèle 649 est lancé, la marque a trouvé sa lunette iconique. Conçu à l’origine pour protéger les yeux des conducteurs de tramway de Turin contre la pluie et le vent, le modèle 649 atteint la consécration lorsqu’il est porté par Marcello Mastroianni dans le film Divorce à l’italienne et par Steve McQueen dans L’Affaire Thomas Crown. Grâce au cinéma, le succès devient mondial. Un suc-

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

cès jamais démenti, jusqu’à l’installation d’une boutique Persol en plein Beverly Hills, au cœur de cette usine à rêves que constitue Hollywood. Du cinéma aux exploits sportifs, Persol est de tous les défis. Reconnue pour son niveau d’innovation comme pour l’assurance de son style, la marque est désormais un mythe. Mais un mythe bien vivant qui, à travers le renouvellement constant de ses collections, ne cesse d’imaginer un futur désirable où l’élégance a toute sa part. Cette année Persol célèbre son centenaire en relisant les archives du passé à la lumière de la quintessence technologique du présent. Édition de prestige limitée à 200 exemplaires numérotés, luxe des ors, détails uniques : tout le charme emblématique de la marque italienne, propriété de Luxottica depuis 1995. ▪ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------+ www.persol.com + www.luxottica.com


36

luxe et ses élégances : une culture du désir Le

+ Komono

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


TOP 10 DES VILLES les plus élégantes :

Le

1 – Paris 2 – Londres 3 – Vienne 4 – Venise 5 – Florence 6 – Barcelone 7 – New York 8 – Bordeaux 9 – Milan 10 – Rome

luxe est indissociable vers et du différent, le luxe de l’élégance et de n’est pas attaché à l’objet la rareté. Tape-à-l’œil il mais à « l’art de vivre ». sombre dans la vulgarité. La Marque France est un Trop ostentatoire il est inlabel, une assurance en soi convenant. Il ne se décrète que les produits sont nés pas : il se constate. S’il est dans cette tradition, dans parfois hors de prix c’est cet esprit d’élégance qui qu’au fond il ne s’achète ne s’invente pas mais s’acD’après l’étude Zalando, octobre 2017 pas. Dans un monde où quiert au contraire au fil du tout change, y compris le changement luitemps, au sein d’un processus culturel lent même, devenu plus rapide, confus, mulet puissant. tidirectionnel, le luxe suspend le temps : Parce que Paris est la ville au monde qui il est une secrète invite à passer dans la comprend le mieux les élégances, le luxe dimension de l’intemporel. « made by France » possède un rayonneDe l’aisance, de la grâce, de la distinction : ment qui lui aussi relève de l’intemporel. tels sont les codes de l’élégance. Une réAvec leur extraordinaire palette, les lucente étude Zalando vient de montrer netiers de France sont les gardiens et les que Paris, en dépit de ses problèmes de dépositaires de ce supplément d’âme. La propreté, de transports urbains, restait diversité de leur offre permet d’occuper première au classement prestigieux des ce territoire sacré du luxe où le client n’est villes les plus élégantes du monde. Saisisplus un simple consommateur, où il vient sons-nous de l’information comme d’une sans besoin mais avec ses désirs. bonne nouvelle. Or, dans ces débats sur les paniers de Dès qu’il s’agit de luxe, on le voit, la French soin et des restes à charge zéro, dans ses fausses éloquences commerciales pour Touch demeure le référent mondial. C’est vrais produits subventionnés, le luxe est que la France a apporté en ce domaine sa là pour nous indiquer l’issue : dépasser les lecture à nulle autre pareille. Le luxe peut besoins pour créer du désir. ▪ être impertinent, le luxe peut surgir du di-

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017

37


+ Marius Morel 1880 • MOREL Le modèle Ancelin Sun (ci-dessus) flirte avec brio entre le rétro et le chic : la collection propose des modèles en acétates sombres, du noir uni aux écailles marron. Le concept Constant (ci-dessous), une réédition de modèles des 50’s, propose quatre modèles : deux acétates fines et deux combinées.

+ Öga • MOREL Modèle Varig 3

38

+ SNOB MILANO • Socodeix Modèle OMAN

+ Line Art • Charmant France + Line Art • Charmant France

+ Ziggy by Cendrine O • Socodeix Modèle 1776 C3

+ Jean Reno by Cendrine O • Socodeix Modèle 1741 L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


Photo © Chloe Lapeyssonnie

+ François Pinton Paris

39

+ Meyrowitz présente à l’hôtel Ritz Paris deux lunettes de la marque Alexanian, dignes de la haute-joaillerie. Ici, le modèle Disco en or massif gris 18 carats, diamants 3,48 carats sur les branches et plaquettes de nez. Design original par son dégradé de 10 coupelles serties de diamants de chaque côté des lunettes.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


+ Clément Gouverneur • GOUVERNEUR AUDIGIER Modèles Conventus 1 et Solaris Boreale (ci-dessous)

40

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


+ tonysame: Modèle 171011DEF4146

+ ELEVENPARIS • Opal • Modèle EPMS009C92 L’originalité et la mode sont au rendez-vous avec ce nouveau concept solaire Elevenparis. Au choix, 4 formes de lunettes au look affirmé dans un coloris unique. Les branches sont fines et les verres plats sont chacun dotés d’un flash bleu foncé, bleu clair, doré ou argenté pour un maximum de style. Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix !

+ Carven • SEAPORT

41

+ JF REY • Concept Destruct Modèle JF1431

+ Xénith • Look Vision • Modèle X5027 En combinant des formes à la fois douces et géométriques cette monture Xénith s’inscrit dans la lignée memphis. Elle allie des couleurs vives qui mettent en valeur le contraste de matières entre le métal et pièce d’acétate. Cette combinaison apporte du volume et du relief au modèle en accord parfait avec l’univers Xénith.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


+ Chopard • De Rigo Modèle SCHC19S (ci-dessus). Ce modèle (de la collection impériale), à la forme œil de chat est à la fois moderne et précieux grâce au motif en émail et aux cristaux Swarovski appliqués à la main sur les verres. Modèle VCH238S (ci-dessous). La face en acétate Mazzucchelli brillant combinée à un ornement sur les branches réalisé avec 34 cristaux Swarovski fixes et 2 cristaux Swarovski en mouvement, confère à ce modèle tout le raffinement de la collection Happy Diamonds. + V.Design • Variation Design Modèle 5798 Victoria OR

42

+ tarian

+ tarian Modèle SAM014637 Place Des Vosges

+ tarian Modèle EAM022630 Garnier

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


43

+ Maison Cartier • Kering Eyewear

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


Toutes photos de cette page © Niklas Söderlund

44

+ Etnia Barcelona • Sélection de solaires idéales pour la saison d’hiver. Élaborés avec du verre minéral pur, les verres des lunettes Etnia Barcelona sont à la pointe de la technologie. Ils apportent la meilleure expérience de couleur et une qualité visuelle parfaite, avec un maximum de confort et de protection pour les yeux.

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE2017


+ ANDY WOLF • Collection White Heat + Vuillet Vega • Modèle Prestige 1860 col 27

+ Vuillet Vega • Modèle Prestige 1759 col 06

+ VUILLET VEGA • Une lunetterie familiale depuis cinq générations dont la passion pour la perfection a commencé, en 1843, à Paris, avec Célestin Vuillet. Elle s’est ensuite poursuivie dans la Vallée de Morez, berceau du savoir-faire de tradition en lunetterie. C’est l’une des plus anciennes lunetteries Françaises . Elle a été la première lunetterie a obtenir, en 2006, le Label Entreprise du Patrimoine Vivant et en 2011, le Label « Origine France Garantie » pour ses quatre collections.

45

+ Vuillet Vega • Modèle Sign 451 S col 47

+ Vuillet Vega • Modèle Sign 437 col 09

+ Ørgreen + Vuillet Vega • Modèle Sign 427 col 04

L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


comédie

théâtre

NOTRE OFFRE CLUB > DES PLACES DE SPECTACLE

NOTRE OFFRE CLUB > DES PLACES DE SPECTACLE

Paris, Été 1942.

Gabriel Orsini est un peintre renommé en pleine crise existentielle. Dans sa vie, tout fout le camp : faute d’inspiration, il ne peint plus depuis des lustres, malgré le soutien sans faille de Maxime, son fidèle galeriste. Il ne supporte plus sa compagne Célia, qu’il juge trop attentive. Il en veut aussi terriblement à Abel, son fils unique né d’un premier mariage désastreux, d’être devenu trader à New-York… suivant ainsi la voie de Samuel Orsini, le grand-père banquier de Gabriel. Né de père inconnu, et orphelin de mère, Gabriel a été élevé par Samuel. Un grand-père austère et implacable, à qui il a toujours voué une haine sans limite. Or, à la veille de ses 50 ans, qu’il s’apprête à ne surtout pas fêter, Gabriel reçoit un cadeau inattendu de la part d’une mystérieuse inconnue : un magnifique duplex entre Montparnasse et Saint-Germain des Prés. Comme il passe la porte de cet atelier d’artiste hors du commun, Gabriel, accompagné de son galeriste Maxime et de son fils Abel, est aussitôt ébloui par la lumière. Mais ce qu’il ignore encore, c’est que cette lumière vient de son passé et qu’il s’apprête à remonter le temps… Un étrange voyage à la fin duquel Gabriel va parvenir à faire la paix avec lui-même, à se réconcilier avec les siens, et à retrouver le chemin de l’inspiration… Du 24 janvier au 20 mai 2018.

Moïshe, 36 ans, est juif, et porte l’étoile jaune. André, 37 ans, est homosexuel, et porte le triangle rose. Ils ne se connaissent pas, et tout les oppose, jusqu’au jour où ils parviennent à s’enfuir tous les deux, du siège de la Gestapo, menottés l’un à l’autre ! L’épopée folle et drôle de deux héros ordinaires, obligés de faire la route ensemble, pour gagner la zone libre... De Guillaume Mélanie et Jean Franco avec Guillaume Mélanie et Jean Franco Mise en scène : Raymond Acquaviva

OFFRE VALABLE POUR LE MOIS EN COURS • DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES UNE DOTATION PAR MAGASIN ET SOCIÉTÉ

OFFRE VALABLE POUR LE MOIS EN COURS • DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES UNE DOTATION PAR MAGASIN ET SOCIÉTÉ


théâtre

NOTRE OFFRE CLUB > DES PLACES DE SPECTACLE D’après le roman de Yasmina Reza Adaptation Yasmina Reza et Carole Bouquet Mise en scène Jacques Connort Distribution Carole Bouquet Glissant de la mélancolie à l’humour, Yasmina Reza dessine avec « Heureux les heureux » une constellation moderne de personnages confrontés à l’impasse sentimentale. Seule en scène, Carole Bouquet cosigne également l’adaptation. « J’ai commencé à éprouver un sentiment, je veux dire un vrai, à ce moment-là. En sortant de la voiture, à Wandermines, sous la pluie. On ne parle pas assez de l’influence des lieux sur l’affect. Certaines nostalgies remontent à la surface sans prévenir. Les êtres changent de nature, comme dans les contes. Au milieu de cette confrérie en habits du dimanche, se pressant vers la mairie pour échapper aux gouttes, tenant le bras d’Odile pour l’aider sur le parvis glissant, j’ai éprouvé la catastrophe du sentiment. »

OFFRE VALABLE POUR LE MOIS EN COURS • DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES UNE DOTATION PAR MAGASIN ET SOCIÉTÉ

Rejoignez le Club : pour accéder tous les mois aux offres du Club Essentiel, abonnez-vous au magazine l’Essentiel de l’Optique, le magazine conseils de la filière optique. o Oui je souhaite souscrire à l’OFFRE CLUB à 120 €*, avec inclus un abonnement de 2 ans (20 numéros) au magazine L’Essentiel de l’Optique. *Prix spécial de 120 € (au lieu de 150 €) pour toute première demande d’abonnement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Nom/Prénom -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Enseigne -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Adresse CP/ Ville -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Tél. -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------e-mail

Règlement : par chèque à l’ordre de CLM Communication • BP 90018 • 91941 Courtabœuf cedex • ou par carte bancaire en téléphonant au 01 64 90 80 17

VOTRE CONTACT : Didier Gaussens • tél. 06 68 26 39 05 d.gaussens@clm-com.com • www.clm-com.com


■ annonces ▪ Vos annonces dans le magazine l’Essentiel de l’Optique et sur notre site internet sous 24h, sans majoration de prix. ▪ Pour tout renseignement merci de contacter Martine Cabirol au 06 71 95 19 73 ou par mail m.cabirol@clm-com.com

Place de l’Optique

EAU NOUV 48

L’espace d’info collaborative de la filière optique sur placedeloptique.fr

■ agenda

la librairie de l’optique en ligne, plus de 100 ouvrages disponibles

Recevez gratuitement

notre célèbre

e-letter du jeudi en envoyant un mail à info@clm-com.com

▪ Attention : toutes les dates sont indiquées par les organisateurs des salons, mais peuvent-être sujettes à changement. Prenez contact avec le salon avant d’entreprendre tout déplacement.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------OPTI - MÜNCHEN 12 au 14 janvier 2018 Munich – Allemagne + http://www.opti.de ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------MIOF 14 au 16 février 2018 Moscou – Russie + http://eng.optica-expo.ru/optica/exhibition ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------MIDO 24 au 26 février 2018 Milan – Italie + http://www.mido.com ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------SHANGHAI OPTICS FAIR 5 au 8 mars 2018 Shanghai - Chine + http://www.siof.cn/eng/main.php ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------VISION EXPO NEW YORK 15 au 18 mars 2018 New York - USA + http://east.visionexpo.com ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------EXPOÓPTICA 13 au 15 avril 2018 Madrid - Espagne + http://www.ifema.es/expooptica_06 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------L’ESSENTIEL DE L’OPTIQUE • N°196 • DÉCEMBRE 2017


L'Essentiel de l'Optique n°196  
L'Essentiel de l'Optique n°196  
Advertisement