Issuu on Google+

Le cahier du médiateur

Version révisée

Février 2008

© P. Mignot

© D. Vallauri

Il vous raconte la vie de la forêt naturelle …


Les concepteurs souhaitent remercier de leur aide précieuse : Hervé Brustel (ESAP), Benoit Dodelin (Université de Savoie) et Jean André (Université de Savoie) pour leur précieuse expertise scientifique ; Bernard Boisson, Daniel Bernardin, Yves Bernoud, Didier Borgarino, Hervé Brustel (ESAP), Gyorgy Csoka, Benoît Dodelin (Université de Savoie), Stanislav Krejcik, Andrej Kunca, Louis-Michel Nagaleisen (DSF), Jacques Martin, Patrick Mignot (Evolition SARL), Réserve Naturelle de la Massane, Arnaud Ville pour la mise à disposition gracieuse de certaines photos utilisées ; Najda Ortakaragoz pour sa relecture attentive ; Giulia Azzolini (WWF) pour son aide concernant la version italienne de l’arbre pédagogique.

Pour tout savoir sur la vie d’Hector • www.wwf.fr/s_informer/nos_missions/forets/education_a_la_foret Forum d’échange Yahoo : • http://fr.groups.yahoo.com/group/hector_arbre_pedagogique/


Sommaire / 3

Sommaire I. Objectifs et cible

III. Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

Objectifs pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

Publics visés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Atelier 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Lieux susceptibles d’accueillir Hector. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Atelier 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Atelier 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

II. Conseils d'utilisation

Atelier 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

Mise en place et en valeur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

Atelier 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Conditions d’une utilisation réussie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

Atelier 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Préconisation pour les animateurs et les enseignants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Atelier 7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Séance encadrée type. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Atelier 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Temps nécessaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

Atelier 9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Atelier 10 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Atelier 11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Atelier 12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

Qui a fait quoi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87


Š Webster/WWF-Canon


Objectifs et cible / 5

I. Objectifs et cible Objectifs pédagogiques L’objectif général de cet outil pédagogique est de faire découvrir la formidable diversité de la vie dans l’écosystème forestier naturel et la nécessité de la protéger.

• • • •

Les objectifs particuliers des différents ateliers que nous vous engageons à découvrir sont les suivants : créer un intérêt pour un environnement riche, complexe et méconnu ; développer la mise en relation d’informations et de connaissances pour créer un tissu de compréhension générale de l’écosystème forestier ; développer une démarche de questionnement puis de recherche chez les visiteurs ; puis au-delà des connaissances, faire comprendre la responsabilité qu’ils ont dans la protection de la nature et en particulier dans celle des forêts, ici et ailleurs, en incitant à traduire en actes cette responsabilité.

Publics visés L’arbre a été surtout conçu pour un travail en groupe, sous la conduite d’animateurs et d’enseignants. En effet les phases d’appropriation du questionnement, de manipulation, de débat et de compte-rendu des informations collectées, en se reposant sur la dynamique de groupe et sur l’échange permet aux « explorateurs » de développer également leurs capacités relationnelles, la compréhension de leur responsabilité et de leur capacité d’action collective. Toutefois, l’arbre a été conçu de telle sorte que son utilisation par un individuel non encadré soit possible. Les fiches « explorateurs » et « réponses » permettent un travail de découverte en autonomie. Les ateliers développés sur cet arbre pédagogique ne visent pas une tranche d’âge particulière et sont susceptibles d’intéresser un public de 7 à 77 ans. L’approche de la forêt naturelle se fait par le thème lui-même et n’est pas rattachée aux programmes d’un cycle

scolaire spécifique. Toutefois les relations avec de multiples disciplines (dont les sciences naturelles, le français, les mathématiques...) et des pistes de développement sont données plus loin. Ainsi les enseignants, avec ou sans le soutien d’animateurs, devraient pouvoir sans grand souci adapter l’utilisation de l’arbre pédagogique à l’âge de leurs élèves, et ce à partir du cycle 2.

Lieux susceptibles d’accueillir Hector Hector est parfaitement adapté à une utilisation fixe. Les lieux pouvant l’accueillir sont alors évidemment les maisons de la nature et de l’environnement, les lieux d’accueil des réserves naturelles et des parcs, les muséums ainsi que de tout autre lieu consacré à la nature et/ou à la science. Hector a été conçu pour lui permettre d’être également mobile et donc potentiellement itinérant. Les lieux qui peuvent l’accueillir sont alors très nombreux : ce peut être des écoles, des collèges, des halls au sein de bâtiments publics tenus par des mairies, des conseils généraux ou régionaux. Dans les deux cas, une utilisation optimale de ces ateliers nécessite une place relativement importante (minimum de 15-20 m2), tel que décrite plus loin.


6 / Conseils d'utilisation

II. Conseils d'utilisation 1. Mise en place et en valeur • Emplacement nécessaire Pour une utilisation optimale de l’arbre pédagogique, il est nécessaire de prévoir une place suffisante pour permettre à un nombre important de personnes d’en faire le tour. L’espace idéal est un cercle minimum de 2 à 3 m autour de l’arbre. Il est également nécessaire de pouvoir bénéficier d’un espace de dégagement qui permette après extraction hors de l’arbre des fiches « explorateurs », de les manipuler en groupes séparés. Au total, un minimum 15-20 m2 est nécessaire. > Voir fiches de construction • Environnement idéal Pour pouvoir bénéficier des meilleures conditions de travail il est souhaitable d’installer l’arbre dans un des coins de la salle pour pouvoir disposer sur deux murs les 3 « voiles » d’exposition qui assurent un fond « naturel » à l’arbre et participent à sa mise en scène. > Voir fiches de construction

© Daniel Vallauri

2. Conditions d’une utilisation réussie • Utilisation en petits groupes encadrés Ce qui a été vu plus haut sur l’emplacement nécessaire est encore plus vrai avec les classes qui doivent pouvoir se diviser en groupes pour que tous les enfants puissent avoir une activité en même temps. Cette division des groupes impliquera bien souvent de la part des enseignants, en amont de la visite de l’arbre, une préparation préalable en lien avec l’animateur de la structure accueillante. > Voir fiches « Médiateur »


Conseils d'utilisation / 7

• Utilisation libre L’utilisation en groupe n’est pas la seule possible et les fiches des ateliers sont conçues pour permettre une utilisation en autonomie, individuellement, en groupe autonome ou en famille. Le bénéfice sera sans doute moindre que le travail en groupe encadré faute de temps pour manipuler tous les ateliers, mais les objectifs de modifier la « vision » que nous avons de la forêt et de découverte de la forêt naturelle restent atteignables.

3. Préconisation pour les animateurs et les enseignants Le travail dans chaque atelier en autonomie est possible ; il est même souhaitable pour une meilleure appropriation de la problématique et une responsabilisation des enfants. Toutefois, une préparation concertée de la « visite » de l’arbre par l’animateur et l’enseignant permettra de répondre aux questions prévisibles ou non des enfants et renforcera l’animation elle-même. Quelle que soit sa formation, littéraire ou scientifique, l’enseignant découvrira probablement des angles et thématiques nouvelles pour lui. Nous l’engageons dès lors à rencontrer l’animateur et à pratiquer au préalable l’ensemble des ateliers pour en découvrir la cohérence globale et les relations. Il découvrira alors que les ateliers ne présentent pas forcément de réelles difficultés d’approche. Nous engageons également les enseignants à lire certains des ouvrages conseillés s’ils veulent approfondir leurs connaissances de la forêt naturelle. > Voir fiches « Médiateur »

4. Séance encadrée type Le déroulement souhaitable d’une séance est le suivant. Il a été testé sur différents groupes d’explorateurs d’âges variés. Si le temps disponible est inférieur à la demi-journée, nous vous proposons : • En amont, préparation de la classe par l’enseignant à la visite de l’arbre et travail sur

l’atelier 1 pour introduire la problématique. Il n’est pas souhaitable que les enfants aillent plus loin dans la connaissance du milieu forestier. Ce sont les ateliers suivants et la mise en commun qui créeront la compréhension globale. L’atelier 1 peut s’effectuer en classe. • Le jour de la visite, répartition des enfants en cinq équipes sur les 10 ateliers, pour que chaque équipe fasse un « cycle » sur un thème cohérent. Les enfants travaillent en autonomie avec ou sans l’appui de leur enseignant et de l’animateur. Les fiches des ateliers permettent un travail autonome. • En aval, l’atelier 12 permet la mise en commun des ateliers avec éventuellement les explications complémentaires de l’animateur, ainsi que la mise en relation des informations recueillies par les enfants. C’est un atelier de conclusion qui permet la compréhension globale et propose des prolongements à réaliser en classe (rédaction, dessin). Si le temps disponible est plus long, ou si plusieurs visites sont envisagées, les équipes peuvent manipuler d’autres cycles ce qui renforce la découverte des thèmes variés abordés et l’échange final.

5. Temps nécessaire Il n’y a évidemment pas de temps idéal. Celui que vous pourrez y consacrer sera de toute façon le bon... Mais il semble que disposer de trois périodes de temps au minimum (de durée variable) est important : • Le temps de la découverte du thème de la forêt avec le cycle de l’introduction (indispensable, éventuellement en classe). • Le temps des ateliers 2 à 11 qui font découvrir la richesse des forêts. C’est évidemment sur ces 5 cycles que votre investissement en temps peut être variable : d’une seule visite à plusieurs rencontres avec Hector. • Le temps de la synthèse est tout aussi primordial si l’on veut que les « explorateurs » aient envie de prolonger de leur côté cette initiation à la forêt.


8 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

Présentation Fiche Médiateur

III. Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

Objectifs de l’arbre pédagogique Découvrir la formidable biodiversité de la forêt naturelle, ses processus d’organisation et de fonctionnement. Comprendre le rôle des très vieux arbres et du bois mort.

Pistes pédagogiques • Un atelier d’introduction (à faire en classe entière). • 5 cycles de deux ateliers (à réaliser en équipe). • Un atelier de synthèse et des prolongements (à faire en classe entière).

Vue synthétique du contenu des ateliers L’arbre pédagogique a été creusé en de multiples endroits pour laisser la place à des tiroirs, des portes et un pont-levis. Derrière chacun, se cache tout ou partie d’un atelier que les visiteurs individuels ou les classes pourront découvrir et manipuler. > Voir tableau ci-après

Structuration des fiches Les fiches qui permettent de sélectionner tel ou tel atelier se trouvent dans un tiroir reconnaissable par le nom « Questions » inscrit dessus. Dans ce tiroir, on trouve toutes les fiches « Explorateur ». Dans le tiroir reconnaissable par l’inscription « Réponses » sont rassemblées toutes les fiches « Réponses ». Les fiches décrivant les différents ateliers répartis sur l’arbre sont construites de la même façon. Pour chaque atelier, l’utilisateur individuel ou l’équipe en charge de cet atelier dispose d’une fiche « Explorateur » qui, après une courte présentation du sujet abordé par Hector lui-même, vous incite à jouer et vous indique le matériel nécessaire.


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 9

Elle est doublée (dans le tiroir « Réponses ») d’une fiche présentant les réponses à destination de l’utilisateur individuel ou à disposition de l’animateur pour distribution aux groupes pour l’autocorrection ou non. Cette fiche « Réponses » est complétée par une proposition d’action pour chacun. Elle se termine par des informations complémentaires permettant d’approfondir le sujet abordé dans un paragraphe intitulé « Pour en savoir plus ». Le cas échéant des « conseils de lectures » sont donnés.

Cycle

Atelier

Activité

Disciplines

Introduction

n°1

Voyage au cœur d’une forêt vierge

Invitation à la découverte de la forêt naturelle, lecture orale.

Français (lecture)

Questions d’âge

n°2

La mémoire d’un arbre

Calcul, replacer quelques événements de l’histoire des forêts du monde dans la chronologie de la vie d’Hector.

Mathématiques Histoire-géographie

n°3

L’âge de la forêt vue du ciel

2 puzzles à reconstruire et calcul d’un âge moyen.

Ecologie Mathématiques

n°4

La métamorphose de la forêt sans souches

Retrouver le fonctionnement et la structure de la forêt naturelle.

Ecologie

n°5

Rien ne se perd, rien ne se crée...

Décomposition de la matière et recyclage dans la nature, énigme policière à résoudre.

Ecologie

n°6

Biodiversité à tous les étages

Reconnaître les formes de vie, colorier.

Sciences naturelles

n°7

Le grand inventaire

Classer les formes de vie et retrouver les proportions des espèces dans une forêt naturelle.

Sciences naturelles Mathématiques

n°8

Il est super mon HLM !

Oiseaux/mammifères cavicoles et vie en société animale

Zoologie Ecologie

n°9

Microcosmos

Cycle de vie des insectes, qui mange quoi et quand, qui habite où et quand ?

Entomologie Ecologie

n°10

J’hallucine !

Découvrir la diversité des champignons

Mycologie Ecologie

n°11

L’association fait la force

Le rôle des champignons et de l’association dans la forêt.

Mycologie Ecologie

n°12

Laissez vivre Hector !

Expression : échanger, résumer, rédiger, dessiner.

Français (expression, rédaction), dessin

Conseils de lecture en général Pour approfondir la problématique de la forêt, nous vous engageons d’ores et déjà à :

Fiche technique

Vie et mort

• visiter le site internet du WWF : www.wwf.fr/forets www.panda.org • lire l’un des ouvrages suivants qui traitent des forêts naturelles : - Gilg O. (2004). Forêts à caractère naturel : caractéristiques, conservation et suivi. Montpellier, ATEN/RNF, 96 pages. Biodiversité

- Schnitzler A. (2002). Ecologie des forêts naturelles d’Europe. Biodiversité, sylvigénèse, valeur patrimoniale des forêts primaires. Editions Tec & Doc, Paris, 271 pages. - Vallauri, D. (coord., 2003). Livre blanc sur la protection des forêts naturelles en France. Forêts métropolitaines. Lavoisier, Tec & Doc, Paris, 261 pages.

Habitats

- Vallauri et al. (coord., 2005). Bois mort et à cavités, une clé pour des forêts vivantes. Tec & Doc, Paris, 462 pages. L’une comme l’autre des alternatives vous apporteront des éclairages instructifs utilisables pour toutes les fiches. Mondes méconnus

Le CD-rom Un CD-rom est joint à ce document. Il contient tous les originaux des fiches des jeux pour une duplication et une utilisation plus facile ; de même il permet de remplacer d’éventuelles fiches détruites ou “empruntées”.

Synthèse


10 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

> Présentation Fiches « Explorateur ».

> Présentation Fiches « Réponses ».

Présentation Fiches Explorateur

Présentation Fiches Réponses

HECTOR : « Je m’appelle Hector. Je suis dans

Dans ce tiroir marqué « Réponses », vous trouverez toutes les fiches présentant les réponses aux ateliers, accompagnées d’explications (« Pour en savoir plus ») et de « Conseils de lecture ».

cette forêt depuis tant de temps que j’en vacille. Mais l’ancêtre que je suis se tient fièrement debout et sert encore de perchoir à mes amis les oiseaux, et à bien d’autres animaux. Je suis la mémoire de la forêt. Laissez-moi vous conter un peu de ma longue vie. Vous allez ainsi découvrir les richesses de la forêt naturelle... »

Votre matériel Dans ce tiroir marqué « Questions », vous trouverez toutes les fiches présentant les ateliers disséminés dans l’arbre. Les 12 ateliers sont rassemblés en 5 cycles de deux ateliers, auxquels s’ajoutent 2 cycles ne comportant qu’un seul atelier, « Introduction » et « Synthèse ». Cycle

Atelier

Fiche technique

Introduction

Voyage au cœur d'une forêt vierge

n°1

Questions d’âge

La mémoire d’un arbre L’âge de la forêt vue du ciel

n°2 n°3

Vie et mort

La métamorphose de la forêt sans souches Rien ne se perd, rien ne se crée...

n°4 n°5

Biodiversité

Biodiversité à tous les étages Le grand inventaire

n°6 n°7

Habitats

Il est super mon HLM ! Microcosmos

n°8 n°9

Mondes méconnus

J’hallucine ! L’association fait la force

n°10 n°11

Synthèse

Laissez vivre Hector !

n°12

Mais en attendant, prenez déjà le temps de noter ces premiers « Conseils de lecture » : • Blondeau, G., Jéguou C. (ill.)(2004). La forêt du monde. Editions Fleurus, 80 pages. • Durand, J-B, Feterman G. (2002). La forêt à petits pas. Actes sud Junior, 79 pages. • Pontoppidan, A. N., Corvaisier, L, Dequest, P-E, (2004). La vie secrète des arbres. Actes sud Junior, 63 pages.


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 11

Introduction

ATELIER 1 FICHE MÉDIATEUR

Voyage au cœur d’une forêt vierge... Objectifs de l’atelier Faire émerger les caractéristiques des forêts naturelles par une approche sensible basée sur l’analyse de citations d’auteurs célèbres (autres valeurs de la forêt naturelle, différence à la forêt connue, diversité des structures, des formes de vies, biodiversité...).

Pistes pédagogiques • Pour les grands Par groupe 1. Chaque équipe choisit une des 7 photos. 2. Une personne fait la lecture à l’équipe du texte (verso) puis lit les 7 « mots bonus ». 3. En relisant le texte, les enfants tentent d’insérer chaque « mot bonus » au bon endroit. Tous ensemble 4. Une personne de l’équipe fait la lecture à tous du texte reconstitué (dans l’ordre des n° des photos). Corrigez au fur et à mesure. 5. Concours : Quelle équipe va gagner ? Le médiateur peut, s’il le souhaite, dynamiser l’atelier en mettant en place un concours basé sur les points accumulés par chaque équipe. Chaque mot bien placé compte 1 point. • Pour les plus petits Pour les plus jeunes, un des textes peut leur être lu... ou vous choisissez un texte plus simple. Vous leur faites alors exprimer leurs sentiments, leurs émotions par la parole ou alors par le dessin, celui-ci ayant toute chance de révéler ce qui les a frappé.

Pour en savoir plus Le terme de forêt vierge (naturelle, sauvage) désigne une forêt peu ou pas modifiée par les actions de l’homme. Elle se caractérise notamment par la présence d’arbres de différentes espèces et de tous les âges. On y observe des arbres très vieux, parfois aux dimensions spectaculaires et beaucoup de bois mort. Dans le monde, les forêts d’Amazonie, du bassin du Congo, de Bornéo et de Sibérie constituent les derniers très grands massifs de forêts vierges. En Europe de l’ouest, moins de 1% des forêts peuvent être considérées comme présentant des caractères hautement naturels. C’est peu. Une majorité des forêts sont cependant dites semi-naturelles. Les forêts naturelles sont primordiales pour la conservation de la biodiversité, des équilibres du climat, des bassin-versants et comme espaces témoin sources d’inspiration. Les forêts semi-naturelles, plus ou moins fortement modifiées, peuvent aussi être riches, bien que de façon moindre... tout dépend de la sagesse des transformations induites par nos usages.

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique L’atelier 1 est une introduction par la littérature à une approche sensible de la forêt. Bien d’autres beaux textes ont été écrits sur la forêt par des auteurs célèbres et forment une grande source d’inspiration littéraire pour le travail en classe, dictée, lecture, rédaction... De nombreux liens à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique peuvent être fait, notamment l’atelier 12 pour un prolongement littéraire. Pour mieux comprendre la richesse des forêts naturelles et l’aborder d’un point de vue des sciences naturelles nous vous proposons de croiser certains thèmes évoqués par les écrivains et poètes dans les citations avec les ateliers suivants : - Biodiversité (5, 6, 7, 8, 9, 10, 11) - Forêt vierge (notamment 3, 4, 5) - Arbres creux ou à cavités (8, 9) - Tempête (4) - Décomposition, recyclage (5) - Insectes (9) - Champignons (10, 11) - Le temps qui passe/évolution de la forêt (2, 4)

Conseils de lectures (littéraires) - Albaut, C. (1998). Comptines des secrets de la forêt. Actes Sud, 62 pages. (poésie) - Jean, G. (2001). L’arbre en poésie. Folio Junior, 177 pages. (poésie)


12 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

> Atelier 1, fiche « Explorateur », 1/1.

Introduction

ATELIER 1

FICHE EXPLORATEUR

Voyage au cœur d’une forêt vierge... HECTOR : « Le voyageur, qu’il soit simple amoureux de la nature ou poète, a toujours été le bienvenu ici. Ma forêt a pu rester naturelle car l’homme y est toujours resté discret. Il n’a jamais coupé ses arbres, chassé ses animaux,... ni même modifié l’esprit des lieux. De nombreux voyageurs ont emporté d’irremplaçables souvenirs. »

A vous de jouer... HECTOR : « Certains des voyageurs sont devenus célèbres. Découvrez ce qu’ils ont photographié ou écrit. Que de belles feuilles ! Choisissez une photo et replacez les mots aux bons endroits. »

Votre matériel Le tiroir 1, comprenant 7 cartes. Au recto, une photo d’un très grand photographe amoureux des forêts naturelles ; au verso de chaque carte, un texte d’auteur célèbre, suivi des 7 « mots » à replacer. Aidez-vous d’un cahier ou bien de morceaux de papier pour remettre les mots dans l’ordre. Puis allez vérifier sur la fiche « Réponses » si vous avez gagné.

> Atelier 1, fiche « Réponse », 1/3.

Introduction

ATELIER 1

> FICHE RÉPONSES <

Voyage au cœur d’une forêt vierge... Les réponses Citation 1 : « Souvent difficile à pénétrer, la forêt réclame de celui qui s’y enfonce [des] concessions (...). Son horizon vite clos enferme un univers réduit, qui isole aussi complètement que les échappées désertiques. Un monde d’herbes, de fleurs, de champignons et d’insectes y poursuit librement une vie indépendante, à laquelle il dépend de notre patience et de notre humilité d’être admis ». (Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques)

Citation 2 : « A mesure cependant que nous avancions, les dernières traces de l’homme s’effaçaient. Bientôt (...) nous eûmes devant nous le spectacle après lequel nous courrions depuis si longtemps, l’intérieur d’une forêt vierge. (...) La vie et la mort sont ici comme en présence, elles semblent avoir voulu mêler leurs œuvres ». (Alexis de Tocqueville, Quinze jours dans le désert américain)

Citation 3 : « Les oiseaux sont cachés dans le creux des pins noirs, et tous les animaux ferment leurs reposoirs Sous l’écorce, ou la mousse, ou parmi les racines Ou dans le creux profond de vieux troncs en ruines. L’orage sonne au loin, le bois va se courber, de larges gouttes d’eau commencent à tomber ; Le combat se prépare et l’immense ravage entre la nue ardente et la forêt sauvage. » (Alfred de Vigny, Les destinées)


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 13

> Atelier 1, fiche « Réponse », 2/3.

Citation 4 : « Il venait un bruissement immense ; les troncs, tout à l’heure cachés sous un moutonnement de verdure, étaient dénudés par les secousses du vent ; on voyait leurs membres fragiles et gris tendus par l’effort comme un lacis de cordages. Et ils succombaient, ils succombaient, - un craquement sec préludait à la chute (...) et les géants s’engloutissaient. » (Julien Gracq, Au château d'Argol)

Citation 5 : « Il n’y a aucun autre lieu où la vie et la mort soient aussi intimement unies et enchevêtrées. Voici l’arbre tombé, et des milliers d’êtres qui tirent leur nourriture de ses fibres en décomposition : tout un peuple de champignons, d’insectes, de vers, de fougères, de mousses, de lichens (...). » (Fosco Mariani, Tibet secret)

> Atelier 1, fiche « Réponse », 3/3.

Pour en savoir plus Le terme de forêt vierge (naturelle, sauvage) désigne une forêt peu ou pas modifiée par les actions de l’homme. Elle se caractérise notamment par la présence d’arbres de différentes espèces et de tous les âges. On y observe des arbres très vieux, parfois aux dimensions spectaculaires et beaucoup de bois mort. Dans le monde, les forêts d’Amazonie, du bassin du Congo, de Bornéo et de Sibérie constituent les derniers très grands massifs de forêts vierges. En Europe de l’ouest, moins de 1 % des forêts peuvent être considérées comme présentant des caractères hautement naturels. C’est peu. Une majorité des forêts sont cependant dites semi-naturelles. Les forêts naturelles sont primordiales pour la conservation de la biodiversité, des équilibres du climat, des bassin-versants et comme espaces témoins sources d’inspiration. Les forêts semi-naturelles, plus ou moins fortement modifiées, peuvent aussi être riches, bien que de façon moindre... tout dépend de la sagesse des transformations induites par nos usages.

Citation 6 : « Comment dire l’excitation bizarre que produisent à la longue ses chairs vertes, ses troncs monstrueux pavoisés de mousses ruisselantes ? Ah ! Ces caresses de feuilles, vastes et luisantes, sur la peau des mains ! Le contact des écorces, l’enivrement des parfums et des odeurs. »

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique

(Fosco Mariani, Tibet secret)

Conseils de lecture

Citation 7 : « Il me plaît de savoir que ces arbres n’ont été plantés, coupés, élagués par personne, que la nuit des temps m’offre ce paysage en prélude à l’éternité. Il y a deux mois, je promenais mon spleen sous les chênes de Tronçais, et j’étais pareillement ému, pour une raison inverse : Colbert les a plantés, chaque génération régule leur élan. Il faut de tout pour faire une forêt intérieure, des arbres sauvages et des apprivoisés. » (Denis Tillinac, Le bar des palmistes)

J’ai compris... je fais. La forêt naturelle, c’est une richesse biologique mais aussi une richesse pour tous les humains, qu’ils soient photographes, poètes ou simples promeneurs. Aimer la forêt, c’est respecter tous ces habitants et usagers animaux ou humains. J’essaie de ne pas les déranger.

Un prolongement littéraire de cette introduction est proposé à l’atelier 12.

Albaut, C. (1998). Comptines des secrets de la forêt. Actes Sud, 62 pages. (poésie) Jean, G. (2001). L’arbre en poésie. Folio Junior, 177 pages. (poésie)


14 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

Questions d'âge

ATELIER 2 FICHE MÉDIATEUR

Pour en savoir plus • La croissance d’un arbre Beaucoup de facteurs influencent la croissance d’un arbre, en hauteur comme en diamètre. Parmi ceux-ci : - l’espèce d’arbre. Chaque arbre a des besoins spécifiques et des préférences. Certains sont plus adaptés que d’autres au froid, à la sécheresse, à l’inondation... ; - la chaleur. S’il fait trop froid, les arbres vivent au ralenti ; s’il fait trop chaud, ils se protègent aussi et arrêtent de produire des cellules ;

La mémoire d’un arbre Objectifs de l’atelier Acquérir une première compréhension du fait que l’arbre vivant dépend des conditions de son environnement : froid, chaleur, sécheresse, humidité, accès à la nourriture, compétition... Son environnement dirige sa vie et sa mort.

Pistes pédagogiques L’utilisation de la tranche de l’arbre est simplifiée par la présence d’un point rouge indiquant l’année 1976, année de sécheresse. Le cerne y est très étroit. L’épaisseur des cernes (la croissance de l’arbre en diamètre) vous permettent de travailler sur les conditions d’environnement vécues par l’arbre. L’année 1976 est une année repère qui permet : • en « descendant » le temps vers aujourd’hui, vous pourrez retrouver l’année 1992 puis l’année de la mort de l’arbre ; • en « remontant » le temps vers le cœur de l’arbre, en fonction de l’exemplaire d’arbre « Hector », vous pourrez ou non remonter à l’année 1861 et vous pourrez approcher l’année de sa naissance. NB. Chaque exemplaire d’arbre « Hector » est original et unique. Les âges sont donc variables d’un arbre à l’autre (nombre de cernes variable).

- la lumière. Elle est indispensable pour la photosynthèse, qui est le moteur de la vie et de la croissance des végétaux. C’est la photosynthèse qui permet à l’arbre de fabriquer de nouvelles cellules quand les conditions sont favorables. S’il faisait toujours nuit, il n’y aurait pas d’arbres ; - l’eau. C’est l’élément indispensable à la vie, végétale, animale comme humaine. Sans eau, l’arbre arrête de pousser (en hauteur comme en diamètre). Ainsi, lors des années de grande sécheresse, les cernes annuels de bois sont très fins voir absents, les branches nouvelles sont plus courtes ; - les minéraux dans le sol. Pour édifier une structure suffisamment solide pour monter vers le ciel, l’arbre a besoin de puiser des minéraux (carbone, azote, phosphore, potassium...). Il en trouve une grande partie dans le sol ; - la compétition avec les autres arbres ou plantes alentour (pour l’eau, la lumière, les minéraux...). Par exemple, un jeune semis qui est à l’ombre d’un vieil arbre devra patienter quelques années pour prendre sa place. Parfois, il n’accède à la lumière qu’après la mort de son aîné ; - l’association avec d’autres formes de vie. Par exemple, grâce aux champignons des racines (les mycorhizes, voir atelier 11) les arbres deviennent plus forts. Ils s’installent, grossissent et poussent plus vite. • La croissance radiale : une histoire de cernes Les régions tempérées et boréales ont un climat marqué chaque année par au moins un arrêt de la croissance lié au climat hivernal défavorable. La croissance en diamètre s’exprime sous forme de cernes annuels bien différenciés, car composés d’une partie claire (bois initial composé de grosses cellules au printemps et dans de bonnes conditions de croissance) et d’une partie brun sombre (bois final composé de cellules plus petites, dans les périodes difficiles, fin d’automne notamment). > Voir schéma ci-après A noter que dans les régions du monde sans hiver (zones tropicales), la croissance est continue, sauf période de grande sécheresse (fréquence pas toujours régulière et annuelle) : il est donc bien plus difficile de connaître l’âge d’un arbre de la forêt tropicale.


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 15

• Un peu d’histoire géographie de la protection des forêts 2002. Création du plus grand espace forestier protégé du monde, le Parc national de Tumucumaque (Brésil) avec l’aide du WWF. A la frontière avec la Guyane française, il couvre une superficie de 38,874 kilomètres carrés (soit presque la taille de la Suisse) et va garantir la protection d’une importante partie de la forêt amazonienne. Il abrite une biodiversité exceptionnelle. 1992. A l’initiative de l’ONU, lors du sommet dit « de la Terre » à Rio do Janeiro (Brésil), tous les chefs d’état du monde ont pour la première fois essayé de résoudre les problèmes d’environnement et notamment la déforestation ; 1861. Création à Fontainebleau (France) de la première réserve forestière au monde. Cette réserve, dite réserve artistique, a été crée sous la pression de la mobilisation des peintres, écrivains et poètes qui voulaient préserver le caractère authentique de la vieille forêt.

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique Atelier 3 pour comprendre comment s’exprime l’âge des arbres dans les forêts naturelles et dans les forêts gérées.

Conseils de lecture - Gilg O. (2004). Forêts à caractère naturel : caractéristiques, conservation et suivi. Montpellier, ATEN/RNF, 96 pages. - Schnitzler A. (2002). Ecologie des forêts naturelles d’Europe. Biodiversité, sylvigénèse, valeur patrimoniale des forêts primaires. Editions Tec & Doc, Paris, 271 pages - Vallauri D., Poncet L., Hancok C. (2004). Mémento de la protection des forêts. WWF, Paris/Marseille, 40 pages.

La croissance radiale d’un arbre, ici un chêne.


16 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

> Atelier 2, fiche « Explorateur », 1/1.

Questions d'âge

ATELIER 2 FICHE EXPLORATEUR

La mémoire d’un arbre HECTOR : « Savez-vous qu’on peut évaluer l’âge d’un arbre en comptant ses cernes, ces traces concentriques dans son tronc ? Vous vous demandez peut-être d’où ils viennent ? Au printemps et si l’été n’est pas trop sec, l’arbre produit de nombreuses nouvelles cellules tout autour du tronc, sa croissance est rapide, il fabrique alors un bois clair. Quand le temps est sec ou froid, l’arbre grandit au ralenti, les cellules sont moins nombreuses, plus serrées, le bois produit est sombre. En hiver, il arrête même d’en produire. Un an correspond donc à un cerne composé d’une alternance de bois clair et de bois plus foncé. Ainsi, vous pouvez connaître mon âge... »

A vous de jouer... HECTOR : « Grâce à cette tranche de mon tronc, vous pouvez reconstruire l’histoire de tous les jours ou la Grande Histoire. Par exemple : 1. Repérez le cerne marqué d’un point rouge, c’est le cerne de l’année 1976. Quelle épaisseur fait-il ? Pouvez-vous expliquer la raison de sa faible croissance cette année là ? 2. Cherchez les années les plus pluvieuses ; 3. Pouvez-vous retrouver l’année 1992, année du fameux sommet de la Terre à Rio do Janeiro (Brésil) ; 4. D’après vous, est-ce que j’étais né lors de l’année 1861, année fameuse de la création de la première réserve forestière au monde ? »

Votre matériel Le tiroir 2 présente une coupe transversale du tronc d’Hector. Une loupe.

> Atelier 2, fiche « Réponse », 1/3.

Questions d'âge

ATELIER 2 > FICHE RÉPONSES <

La mémoire d’un arbre Les réponses 1. Le cerne marqué en rouge (1976) est très fin. L’arbre n’a pas beaucoup poussé cette année là car le printemps et l’été ont été très secs. C’était même la sécheresse dans bien des régions d’Europe ; 2. Les années les plus pluvieuses sont celles ayant le plus gros cerne annuel ; les avez-vous bien repérées ? 3. L’année 1992 est à marquer d’une pierre blanche dans les annales. Cette année là, à l’initiative de l’ONU, tous les chefs d’état du monde ont pour la première fois essayé de résoudre les problèmes d’environnement et notamment la déforestation, lors du sommet dit « de la Terre » à Rio do Janeiro (Brésil) ; 4. L’année 1861 a vu la création à Fontainebleau (France) de la première réserve forestière au monde. Cette réserve, dite réserve artistique, a été crée sous la pression de la mobilisation des peintres, écrivains et poètes voulant préserver le caractère authentique de la vieille forêt.

J’ai compris... je fais. La forêt naturelle vit sur des pas de temps très long. La protéger est donc une tâche qui demande beaucoup de sagesse, de précaution et de persévérance. Par contre, l’abîmer de façon irrémédiable peut prendre seulement quelques secondes (exemple d’un incendie). Je reste vigilant.


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 17

> Atelier 2, fiche « Réponse », 2/3.

> Atelier 2, fiche « Réponse », 3/3.

Pour en savoir plus La croissance d’un arbre Beaucoup de facteurs influencent la croissance d’un arbre en diamètre comme en hauteur. Parmi ceux-ci : l’espèce d’arbre, la chaleur, la lumière, l’eau, les minéraux du sol, la compétition avec les autres arbres, l’association avec d’autres formes de vie (par exemple avec les champignons). Les régions tempérées et boréales ont un climat marqué chaque année par au moins un arrêt de la croissance lié au climat hivernal défavorable. La croissance en diamètre s’exprime sous forme de cernes annuels bien différenciés.

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique Atelier 3 pour comprendre comment s’exprime l’âge des forêts.

Conseils de lecture Pour débuter Durand, J-B, Feterman G. (2002). La forêt à petits pas. Actes sud Junior, 79 pages. Pour les grands Gilg O. (2004). Forêts à caractère naturel : caractéristiques, conservation et suivi. Montpellier, ATEN/RNF, 96 pages. Schnitzler A. (2002). Ecologie des forêts naturelles d’Europe. Biodiversité, sylvigénèse, valeur patrimoniale des forêts primaires. Editions Tec & Doc, Paris, 271 pages Vallauri D., Poncet L., Hancok C. (2004). Mémento de la protection des forêts. WWF, Paris/Marseille, 40 pages.

La croissance radiale d’un arbre, ici un chêne.

A noter que dans les régions du monde sans hiver (zones tropicales), la croissance est continue, sauf période de grande sécheresse souvent variable dans le temps : il est donc bien plus difficile de connaître l’âge d’un arbre de la forêt tropicale.


52 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

Synthèse

ATELIER 12 FICHE MÉDIATEUR

Laissez vivre Hector ! Objectifs de l’atelier Faire la synthèse collectivement des connaissances acquises par chaque groupe au cours de chaque atelier et échanger sur ce que les explorateurs ont découvert, retenu et compris. Mais peut-être aussi les aider à concrétiser ces découvertes par une nouvelle approche ou vision de la forêt, de leur responsabilité dans la sauvegarde d’autant de richesses. Prolonger la séance par un appel à l’imagination des enfants (rédaction, dessin). Donner des pistes pour agir.

Pistes pédagogiques Cette activité n’a pas pour vocation de vérifier que les enfants ont « bien » tout retenu, mais plutôt de faire émerger chez eux « l’essentiel » de ce qu’ils retiennent... ce qu’ils vont emporter dans leur bagages, éventuellement pour la vie. Dans le prolongement proposé, c’est à leurs émotions que l’on parle. Ce sont leurs émotions, leur mémoire, leur créativité et amour de la forêt qu’ils sont appelés à révéler en partie dans l’écriture des « mémoires d’Hector l’arbre mort ».

Pour en savoir plus Voir tous les « Pour en savoir plus » des ateliers 1 à 11.

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique Tous les autres ateliers. Le prolongement littéraire peut être précédé par l’atelier 1.

Conseils de lecture - Zalberg, C. 2002. Les mémoires d’un arbre. Editions du Cherche Midi, Paris, 120 pages. - Début et fin de la rédaction proposée sont des extraits respectivement du début du roman (page 1) et de la fin de l’avant dernier chapitre (page 118). Envie de savoir ce que Carole Zalberg a imaginé ? Une très intéressante lecture assurément.


Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses » / 53

> Atelier 12, fiche « Explorateur », 1/2.

> Atelier 12, fiche « Explorateur », 2/2.

Synthèse

ATELIER 12 FICHE EXPLORATEUR

Vous avez toute la liberté du grand écrivain ! Pour ceux qui préfèrent dessiner, n’oubliez pas d’illustrer l’ouvrage par de grands dessins... à commencer par la couverture du Grand livre des mémoires d’Hector l’arbre mort. » Le début* :

Laissez vivre Hector ! HECTOR : « En dehors des forêts protégées dans les réserves naturelles, peu d’arbres ont le temps de devenir aussi vieux que moi, et de mourir de leur belle mort, car ils sont coupés pour leur bois, ce noble matériau écologique. La biodiversité des forêts sans très vieux arbres et bois mort est réduite. Imaginez, sans moi, beaucoup des animaux, des plantes et des champignons que vous avez vu ne seraient pas là. Heureusement, de nos jours, les gestionnaires forestiers sont encouragés à favoriser une gestion plus proche de la forêt naturelle. »

A vous de jouer... HECTOR : « Qu’en pensez-vous ? Qu’avez-vous appris ? Chaque explorateur ou équipe peut-elle résumer, pour moi et les autres, les deux découvertes principales. En 5 minutes. Top chrono ! »

Et pour jouer encore et toujours...

> Le grand livre des mémoires d'Hector l'arbre mort HECTOR : « Et si m’aidiez à sauver des vieux arbres ? A vous de transmettre et d’inventer une histoire arrivée durant ma longue vie, ou celle de mes nombreux amis de la forêt, dans le but de faire comprendre l’importance de conserver la forêt naturelle. Je vous fournis le début et la fin de l’histoire. A vous d’imaginer le reste.

« Au plus profond que me ramènent mes racines emmêlées depuis des siècles à cette terre, au plus loin que m’emportent les retours du vent dans mes feuilles maintes et maintes fois tombées et repoussées, je me souviens... » A vous de poursuivre le récit, comme vous l’entendez, de la longueur que vous voulez, sans oublier de l’illustrer de beaux dessins ! La fin* : « Mais si je me sens vide et diminué, si je me languis de mes branches arrachées, si j’ai soif et faim d’air et de lumière, si je peux encore me souvenir de ce que j’étais, c’est que je suis VIVANT. N’est-ce pas ? »

Votre matériel Du papier et un crayon.

* Extraits de Zalberg, C. 2002. Les mémoires d’un arbre. Editions du Cherche Midi, Paris, 120 pages.


54 / Cahier médiateur, fiches « Explorateur » et « Réponses »

> Atelier 12, fiche « Réponse », 1/2.

> Atelier 12, fiche « Réponse », 2/2.

Synthèse

ATELIER 12 > FICHE RÉPONSES <

Laissez vivre Hector ! Les réponses Pour une fois il n’y a pas de réponses, sauf ce que vous ferez de votre nouvelle relation la forêt ? Cela vous regarde ; c’est votre affaire maintenant ! Permettez nous pourtant de vous donner quelques conseils. On ne sait jamais, ils vous seront peut-être utiles ?

J’ai compris... je fais. La forêt naturelle est une réserve immense de vies, je la protège : > J’emprunte uniquement les chemins autorisés afin de conserver des espaces de quiétude pour la faune ; > Je tiens mon chien en laisse pour qu’il ne fasse pas peur aux animaux en leur courant après, même si c’est pour jouer ; > Je ramène des souvenirs uniquement dans ma tête. J’évite toute cueillette inutile : certaines plantes pourraient être rares et protégées ; > Je ramène tous mes déchets dans mon sac à dos ; > Je respecte l’écorce des arbres et n’inscris pas de graffitis. J’imagine que si on me gravait au couteau sur la peau « Je t’aime, signé Hector », cela me ferait souffrir ; > J’évite de grimper aux branches ou sur les arbres morts, je n’y donne pas de coup de pied, car je pourrais détruire l’habitat de certaines espèces... et je risque de recevoir une branche ou l’arbre sur ma tête ! > J’évite d’aller en forêt quand il y a des vents forts et des tempêtes car cela peut être dangereux.

Pour en savoir plus Voir tous les « Pour en savoir plus » des ateliers 1 à 11.

Lien à d’autres ateliers de l’arbre pédagogique Tous les autres ateliers. Le prolongement littéraire peut être précédé par l’atelier 1.

Conseils de lecture Pour débuter Bouttier-Guérive G., Thouvenot, Th. 2005. Planète attitude junior. Seuil jeunesse, 144 pages. (pratique) Durand, J-B, Feterman G. (2002). La forêt à petits pas. Actes sud Junior, 79 pages. Pour les grands Zalberg, C. (2002). Les mémoires d’un arbre. Editions du Cherche Midi, Paris, 120 pages. (roman) Vallauri D., Poncet L., Hancok C. (2004). Mémento de la protection des forêts. WWF, Paris/Marseille, 40 pages.


Š Bernard Boisson


Resum Hèctor, l'arbre mort és un recurs pedagògic que té com a objectiu fer descobrir la formidable biodiversitat dels boscos naturals i la necessitat de protegir-los. Els 12 tallers que hi ha al tronc d'aquest verdader arbre de mida real permeten : 1) desvetllar interès per un ecosistema desconegut, 2) desenvolupar la curiositat dels visitants, 3) relacionar informacions i coneixements diversos per entendre, de manera global, l'ecosistema forestal, 4) comprendre la necessitat de ser respectuós al bosc per tal de protegir-lo. L’arbre ha estat ideat principalment per treballar amb grups, amb el guiatge o ajuda d’educadors. Tanmateix, la seva utilització individual sense monitoratge és possible, per a un accés lliure (descobriment en autonomia). L’Hèctor es pot utlitzar amb grups-classe i també amb el gran públic (a partir de 7 anys) de les cases de natura, museus de ciències naturals i de tot altre lloc dedicat al medi ambient i/o a la ciència. Gràcies al seu desmuntatge i transport fàcils, pot ser itinerant a escoles, instituts, edificis públics, fires, exposicions... Per una utilització òptima es necessita un espai mínim de 15-20 m2.

Resumo Heitor, a árvore morta é um instrumento pedagógico cujo objectivo é fazer descobrir a formidável biodiversidade das florestas naturais e a necessidade de protege-las. Os 12 jogos contidos no tronco desta verdadeira árvore de tamanho real visam : 1) criar um interesse por um ecossistema desconhecido, 2) desenvolver ao pé do visitante uma atitude de questionamento, 3) pôr em relação informações e conhecimentos vários para uma compreensão global do ecossistema florestal, 4) fazer compreender a necessidade de uma atitude responsável para a protecção das florestas. A árvore foi sobretudo concebida para um trabalho em grupo, com o auxílio de um educador. No entanto, a sua utilização por um indivíduo não enquadrado é possível, para um acesso livre e grande público (descoberta em autonomia). Heitor é adaptado para as classes e o grande publico (7 a 77 anos) das casas da natureza, dos museus e todos outros locais dedicados à natureza e/ou a ciência. Pelo facto de se desmontar e transportar facilmente, pode igualmente deslocar-se em colégios, salões de estabelecimentos públicos… Uma utilização óptima necessita um mínimo de 15-20 m2.

Riassunto Ettore, l���albero morto è uno strumento didattico il cui l’obiettivo è di fare scoprire l’eccezionale biodiversità delle foreste naturali e la necessità di proteggerle. I 12 laboratori didattici contenuti nel tronco di questo vero albero a grandezza naturale mirano a : 1) creare un interesse per un ecosistema misconosciuto, 2) sviluppare nei visitatori una serie di domande, 3) far loro mettere in relazione varie notizie e conoscenze per una comprensione globale dell’ecosistema forestale, 4) far loro comprendere il bisogno di un comportamento responsabile per la protezione delle foreste. L’albero è stato concepito soprattutto per un lavoro di gruppo guidato dagli insegnanti. Tuttavia la libera utilizzazione da parte di un singolo individuo é possibile, per un accesso libero e del grande pubblico (scoperta in autonomia). Ettore è adattato per le classi e per il grande pubblico (7 a 77 anni) che frequenta le case della natura, i musei di storia naturale e ogni altro luogo dedicati alla natura e alla scienza. Grazie ad un facile smontaggio e trasporto , può essere utilizzato anche in modo itinerante nelle scuole e negli ingressi di edifici publici. Per un’utilizzazione ottimale, uno spazio di 15-20 m2 minimo é necessario.


Qui a fait quoi ? Partenaires. « Hector, l’arbre mort » a été conçu en collaboration par :

« Hector, l’arbre mort » est un outil pédagogique ©WWF Conception et pédagogie. Inspiré d’un premier travail développé en 2004 par le CPIE des Hautes-Vosges avec WWF et RNF, ainsi que d’autres arbres pédagogiques et animations à l’étranger sur les thèmes du bois mort, de la biodiversité et de la forêt naturelle (Pologne, Italie, Angleterre, Suisse...), « Hector, l’arbre mort » a été développé sous sa forme actuelle en 2006 par Daniel Vallauri (WWF) et Georges Emblanc. Direction scientifique. Daniel Vallauri (WWF), Christian Schwoehrer (Réserves Naturelles de France). Illustrations. Dessins : Alexis Nouailhat (©WWF), Florence Clément (©WWF). Photos : Bernard Boisson, Daniel Bernardin, Yves Bernoud, Didier Borgarino, Hervé Brustel (ESAP), Gyorgy Csoka, Benoît Dodelin (Université de Savoie), Stanislav Krejcik, Andrej Kunca, Louis-Michel Nagaleisen (DSF), Jacques Martin, Patrick Mignot (Evolition SARL), Réserve Naturelle de la Massane, Arnaud Ville, Daniel Vallauri (WWF). Graphisme. Bertrand Dubois. Conception et réalisation technique. Patrick Mignot (Evolition SARL). Coordonnées : Les Faures, 38420 Revel. Tél./Fax : 04 76 89 44 72.

Mis à jour avec l’appui financier du MEDAD, dans le cadre de la convention MEDAD/WWF 2007


Résumé Hector, l’arbre mort est un outil pédagogique dont l’objectif est de faire découvrir la formidable biodiversité des forêts naturelles et la nécessité de les protéger. Les 12 ateliers contenus dans le tronc de ce vrai arbre grandeur nature visent à : 1) créer un intérêt pour un écosystème méconnu, 2) développer une démarche de questionnement chez les visiteurs, 3) leur faire mettre en relation des informations et connaissances variées pour une compréhension globale de l’écosystème forestier, 4) leur faire comprendre le besoin d’une attitude responsable pour la protection de forêts. L’arbre a été surtout conçu pour un travail en groupe, sous la conduite d’enseignants. Toutefois, son utilisation par un individuel non encadré est possible, pour un accès libre et grand public (découverte en autonomie). Hector est adapté pour les classes et le grand public (7 à 77 ans) des maisons de la nature, des muséums et de tout autre lieu consacré à la nature et/ou à la science. Du fait de son démontage et transport facile, il peut être également itinérant dans les écoles, collèges, halls de bâtiments publics... Une utilisation optimale nécessite un minimum de 15-20 m2.

Summary Hector, the ancestor is an educational toolkit that aims to help discovering the amazing biodiversity of ancient forests and the needs to protect them. The 12 topics embedded in the trunk of this genuine tree aims 1) to create an interest for this misknown ecosystem, 2) to develop a learning approach for visitors, 3) to help them connecting the various information and knowledge, for a global understanding of the forest ecosystem, 4) to help them understanding the needs for a responsible attitude towards forest protection. The tree has been conceived for groups working under the supervision of teachers. However, its utilisation by individual visitors is possible, by a free access (autonomously). Hector is adapted to schools and general public (7 to 77 year-old) of Nature's houses, museums and all sites dedicated to nature and sciences. Because of its easy manipulation and transport, it can be also used as a mobile toolkit for schools, high schools, public halls... An optimal use requires a minimum of 15-20 m2.

Hector, l’arbre mort est un outil pédagogique fruit d’une collaboration entre WWF-France et Réserves Naturelles de France.

Resumen Zusammenfassung Hector, der tote Baum ist ein pädagogisches Mittel im Dienste der Wahrnehmung und des Schutzes der außerordentlichen Biodiversität der natürlichen Wälder. Die 12 in dem Stamm dieses echten naturgetreuen Baumes untergebrachten Werkstätten haben folgende Bestimmungen : 1) Das Interesse für ein wenig beachtetes Ökosystem wecken, 2) Das Fragestellen bei den Besuchern fördern, 3) Die Verknüpfung von Informationen und unterschiedlichem Wissen im Sinne eines Gesamtverständnisses des Waldökosystems, 4) Das Vermitteln einer verantwortlichen Einstellung zu den Waldökosystemen. Der Baum ist vor allem zur Gruppenarbeit unter Betreuung von Lehrern bestimmt. Die Nutzung durch Einzelne ohne Betreuung ist allerdings für einen freien Zugang und für das Publikum auch möglich (Entdeckung auf eigene Initiative). Hector ist für alle Schichten von Schulklassen bis hin zum. Publikum gedacht (7 bis 77 Jahre) und eignet sich auch für Naturzentren und Museen oder sonstige naturkundlichen oder wissenschaftlichen Einrichtungen. Leicht auseinander zu nehmen und zu transportieren, eignet er sich als Wandereinrichtung für Grundschulen und Gymnasien oder öffentliche Einrichtungen wie Gemeindezentren. Zum optimalen Einsatz ist eine Minimalfläche von 15 bis 20 m2 erforderlich.

Héctor, el árbol muerto es un material pedagógico cuyo objetivo consiste en hacer descubrir la formidable biodiversidad de los bosques naturales y la necesidad de protegerlos. Los 12 talleres contenidos en el tronco de este verdadero árbol tamaño natural permiten: 1) despertar el interés por un ecosistema descononido, 2) desarrollar la curiosidad de los visitantes, 3) relacionar información y conocimientos para entender el ecosistema forestal de forma global, 4) comprender la necesidad de ser respetuoso con el bosque para protegerlo mejor. El árbol se concibió principalmente para trabajar en grupos, bajo la conducta de guías o educadores. No obstante, su utilización individual sin monitoraje es posible, para un acceso libre (descubierta en autonomía). Héctor se puede utilizar con grupos-clase y con todo público (a partir de 7 años) visitante de oficinas o casas de naturaleza, de museos y de cualquier otro lugar dedicado a la naturaleza y/o a la ciencia. Gracias a su desmontaje y transporte fáciles, puede ser ambulante en las escuelas, institutos, edificios públicos, ferias, salones exposiciones... Una óptima utilización requiere un espacio mínimo de 15-20 m2.

Resum, Resumo, Riassunto, p. 56.

* WWF-France œuvre depuis plus de 30 ans pour la conservation de la nature en métropole et dans les Dom-Tom. La forêt est l’un des axes prioritaires, en termes de conservation de la biodiversité comme de gestion durable. Contact : Daniel Vallauri, WWF-France, bureau Méditerranée, 6 rue des Fabres, F-13001 Marseille, France. dvallauri@wwf.fr

Réserves Naturelles de France est le porteparole du réseau des réserves naturelles nationales, régionales et corses qui protègent plus de 570 000 hectares en France. Contact : Christian Schwoehrer, R.N.F., 6 rue de la gouge, BP 100, F- 21803 Quetigny Cedex, France. c.schwoehrer@parc-ballons-vosges.fr


Extrait cahier mediateur Hector