Issuu on Google+

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière Domaine de Restinclières 34730 Prades-le-Lez Tél : 04 67 59 54 62 Fax : 04 67 59 55 22 E-mail : euziere@euziere.org

Décembre 2009


Introduction

Ce rapport présente les résultats de prospections naturalistes des chiroptères présents dans la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol, sur la commune de Villeneuve-les-Maguelone (34). Ces inventaires ont été réalisés au cours de l’été 2009, avec plusieurs séances de prospections comprises entre le 5 juillet et le 4 septembre. Deux enregistreurs automatiques de type Anabat ont été posés à deux endroits différents de la réserve les nuits du 6 et 7 juillet 2009 et ont permis d’avoir des données quantitatives sur l’activité de chasse des chiroptères. Ces prospections ont ensuite été complétés par plusieurs séances de prospection à l’aide de détecteurs d’ultrasons de type D1000 (Petterson) et par l’analyse des données télémétriques d’une étude sur les chiroptères du massif de la Gardiole (Ecologistes de l’Euzière & Biotope, 2009). Ces inventaires ont été coordonnés par Julien Barataud, chargé de mission au sein de l’association Les Ecologistes de l’Euzière, et par Thierry Disca et Blandine Carré, chargés de mission à Biotope.

Photos de la page de couverture : - Fond : La réserve naturelle, J. Barataud / Ecologistes de l’Euzière ; - Photo de gauche : Murin de Capaccini (Myotis capaccinii), P.Giraudet ; - Photo de droite : Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii) J. Barataud / Ecologistes de l’Euzière.

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

2


Résultats des inventaires - Chiroptères Les prospections de terrain réalisées au cours de l’été 2009 ont permis d’identifier 8 espèces de chiroptères dans le périmètre de la Réserve Naturelle. Parmi ces 8 espèces, 3 sont inscrites en annexe 2 de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore et présentent un intérêt patrimonial majeur. Le Murin de Capaccini (Myotis capaccini) Cette espèce de répartition strictement méditerranéenne est particulièrement vulnérable en France, avec des populations estimées à 4000 individus répartis dans une vingtaine de gîtes. Fortement inféodé aux milieux aquatiques, il se nourrit essentiellement de petits diptères et trichoptères qu’il capture au-dessus de l’eau. Strictement cavernicole, le Murin de Capaccini fréquente la grotte de la Madeleine située à 1 km au sud-ouest de la réserve. Les effectifs sur ce site sont très fluctuants et la reproduction sans doute irrégulière. L’étude télémétrique menée en 2009 (Les Ecologistes de l’Euzière et Biotope, 2009), a permis de montrer que la Réserve de l’Estagnol joue un rôle essentiel pour les Murin de Capaccini de la grotte de la Madeleine. En effet, 4 des 5 individus équipés ont chassé sur la réserve, et notamment sur sa partie sud-ouest (voir carte ci-contre). Les zones humides de l’Estagnol constituent donc des territoires de chasse importants, notamment en début de nuit, puisque la plupart des individus commençaient systématiquement par chasser sur l’Estagnol avant de rejoindre d’autres territoires de chasse plus éloignés. Cette attractivité peut être expliqué par la proximité avec le gîte de reproduction et par la forte disponibilité alimentaire des milieux aquatiques de la réserve naturelle.

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

3


Résultats des inventaires - Chiroptères Le Petit Murin (Myotis blythii) Cette espèce de répartition essentiellement méditerranéenne est encore bien présente dans le sud de la France où elle semble cependant en diminution. Le Petit Murin se nourrit préférentiellement de gros insectes, et notamment d’orthoptères (grillons, sauterelles...). Il chasse donc dans des milieux assez divers mais toujours riches en gros orthoptères (garrigues, friches, ripisylves...). Une petite colonie se reproduit probablement dans la grotte de la Madeleine où plusieurs individus ont été suivis par télémétrie dans le courant de l’été 2009 (Les Ecologistes de l’Euzière et Biotope, 2009). Ces individus n’ont pas chassés sur la réserve de l’Estagnol mais plutôt sur les garrigues de la Gardiole et de la Lauze, ainsi que le long de la ripisylve de la Mosson. Un contact de Petit Murin a cependant été enregistré par Anabat dans la partie nord de la réserve (voir page 6). Sa présence sur la réserve semble donc anecdotique et correspond sans doute à du transit entre la grotte de la Madeleine et différents terrains de chasse. Le Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii)

Les 5 autres espèces inventoriés sur la réserve naturelle présentent un intérêt patrimonial moindre et correspondent aux peuplements classiques sur le littoral méditerranéen : - le Vespère de Savi (Hypsugo savii) : espèce méditerranéenne gîtant généralement en milieu rupestre dans des fissures de falaises. Plus commune dans l’arrière-pays héraultais, elle chasse occasionnellement sur la zone littoral et se reproduit vraisemblablement sur le massif de la Gardiole ; - la Sérotine commune (Eptesicus serotinus) : grosse espèce se reproduisant généralement dans des combles de bâtiments. Assez commune sur le littoral, elle chasse dans des milieux ouverts divers où elle capture surtout de gros insectes (coléoptères, papillons..) ; - la Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii) : une des chauve-souris les plus communes en France. Sur le littoral, elle semble cependant moins abondante que les autres espèces de pipistrelles. - la Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) : espèce très commune partout, chassant principalement le long des lisières arborés. - la Pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus) : très semblable à la Pipistrelle commune, elle est bien présente sur le littoral méditerranéen et fréquente surtout les milieux humides (marais littoraux, bord de cours d’eau...) où c’est généralement la pipistrelle la plus abondante.

Cette espèce très grégaire est surtout présente dans le sud de la France, et le Languedoc-Roussillon accueille les plus forts effectifs français (environ 25 000 individus connus). Le Minioptère chasse dans des milieux semi-ouverts assez divers (boisements clairs, lisières, parcs arborés...) et capture principalement des petits lépidoptères nocturnes. Aucune colonie de reproduction n’est connue à proximité, mais des effectifs importants sont présents en période de transit (printemps et automne) dans la grotte de la Madeleine. La réserve de l’Estagnol est sans doute un site de chasse très attractif pour cette espèce et plusieurs contacts ont été enregistrés par Anabat dans la partie nord de la réserve (voir page 6).

Deux espèces jumelles : la Pipistrelle commune (à droite), et la Pipistrelle pygmée (à gauche)

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

4


Résultats des inventaires - Chiroptères Le tableau ci-dessous synthétise la liste des 8 espèces de chiroptères inventoriés sur la RN ainsi que leur intérêt patrimonial. Nom scientifique

Nom vernaculaire

Répartition française

Habitats de chasse

Statut LR

Intérêt patrimonial

Eptesicus serotinus

Sérotine commune

Toute la France

Milieux ouverts

Assez commun

+

Hypsugo savii

Vespère de Savi

Surtout dans le midi

Tous milieux

Assez commun

+

Miniopterus schreibersii

Minioptère de Schreibers

Surtout dans le midi

Milieux riches en lépidoptères

Peu commun

+++

Myotis capaccinii

Murin de Capaccini

Littoral méditerranéen

Milieux aquatiques

Rare

+++

Myotis blythii

Petit Murin

Surtout dans le midi

Milieux riches en orthoptères

Rare

+++

Pipistrellus kuhlii

Pipistrelle de Kuhl

Toute la France

Tous milieux

Très commun

+

Pipistrellus pipistrellus

Pipistrelle commune

Toute la France

Tous milieux

Très commun

+

Pipistrellus pygmaeus

Pipistrelle pygmée

Toute la France

Surtout à proximité des zones humides

Commun

+

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

5


Résultats des inventaires - Chiroptères Point 1

Analyse des résultats des enregistrements avec Anabat Un premier Anabat a été posé le long d’une haie en limite nord de la réserve (point 1), et un deuxième le long d’un fossé entouré de phragmitaies (point 2). L’analyse des données révèle plusieurs informations intéressantes (voir carte ci-contre et graphiques page suivante) :

Point 2

- les densités de chiroptères en chasse sont beaucoup plus importantes sur le point 2 malgré l’absence d’arbres. L’attractivité des milieux humides de la réserve est donc très forte. - l’espèce dominante sur le point 1 est la Pipistrelle commune, espèce très ubiquiste préférant les lisières arborées, alors que sur le point 2, c’est la Pipistrelle pygmée, espèce plus spécialisée sur les milieux humides. - l’activité de chasse est à peu près constante durant toute la nuit sur le point 1, alors que des pics d’activité sont constatés sur le point 2. Ces pics d’activité correspondent à la première partie de nuit, et à l’aube. Ces périodes correspondant également aux pics d’activité et d’émergence des insectes aquatiques, les fortes densités de chiroptères observés sont sans doute lié à l’abondance ponctuelle des espèces proies principales (surtout petits diptères).

Les ressources alimentaires importantes générées par les milieux aquatiques de la réserve naturelle de l’Estagnol semblent donc très attractives pour les chiroptères. Plusieurs espèces patrimoniales ont été mises en évidence, avec notamment des terrains de chasse importants pour le Murin de Capaccini et le Minioptère de Schreibers.

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

6


Résultats des inventaires - Chiroptères 50

Point 1

45

Bibliographie

40 35 Pipistrelle / Minioptère

30

Pipistrelle commune Pipistrelle de Kuhl

25

Les Ecologistes de l’Euzière & Biotope, 2009. Etude des itinéraires de vol et des habitats de chasse de quatre espèces de chiroptères autour du massif de la Gardiole (34) - Suivi télémétrique juillet/septembre 2009. Etude financée par les Autoroutes du Sud de la France.

Pipistrelle pygmée Vespère de Savi

20

Minioptère de Schreibers

15

Conclusion

10 5 0

22h

23h

00h

01h

02h

03h

04h

05h

Enregistrements Anabat du 06/07/09 le long d’une haie en limite nord de la RN (point 1)

50

Les ressources alimentaires importantes générées par les milieux aquatiques de la réserve naturelle de l’Estagnol semblent donc très attractives pour les chiroptères. Ainsi, 8 espèces sur les 18 potentiellement présentes ont été inventoriées sur une petite surface. Parmi celles-ci, plusieurs espèces patrimoniales ont été mises en évidence, avec notamment des terrains de chasse importants pour le Murin de Capaccini et le Minioptère de Schreibers. En terme de conservation, le maintien de la gestion actuelle semble donc intéressant, tout en veillant à maintenir des zones d’eau libre pour le Murin de Capaccini, et également à favoriser le vieillissement des arbres situés en périphérie du marais.

Point 2

45 40 35 Pipistrelle / Minioptère

30

Pipistrelle commune Pipistrelle de Kuhl

25

Pipistrelle pygmée Sérotine commune

20

Minioptère de Schreibers Petit Murin

15 10 5 0

22h

23h

00h

01h

02h

03h

04h

05h

Enregistrements Anabat du 07/07/09 sur le bord d’un fossé au nord de la RN (point 2)

Note d’inventaire des chiroptères sur la Réserve Naturelle Nationale de l’Estagnol (Villeneuve-les-Maguelone-34)

Les Ecologistes de l’Euzière - Décembre 2009

7


2009 note chiros estagnol