__MAIN_TEXT__

Page 1

Chanel, la beauté mise à nu

Les passions romaines de Babin

Quand les horlogers perdent la maîtrise

Avec la J12 Squelette Tourbillon Volant, la marque propose la quintessence horlogère du style défini par Gabrielle Chanel............................p.11

De l'univers sportif de TAG Heuer au raffinement suprêmement latin de Bulgari, un grand écart parfaitement réussi............................ p.14

Pour des marques en quête quasi obsessionnelle de contrôle, les reventes de montres sur internet constituent un casse-tête............................... p.27

EUROPA STAR PREMIERE LE JOURNAL DE L’ÉCOSYSTÈME HORLOGER SUISSE

NO 1 (Vol.18) | 6.00 CHF / € | GENÈVE, LE 18 JANVIER 2016 | EUROPASTAR.COM

ISSN 297-4008

ÉDITORIAL

SIHH & Satellites

par

Serge Maillard

Est défendu à tous citoyens, bourgeois, habitants et sujets de cette cité, tout usage d’or ou d’argent en broderies, passements, filets, ou autres enrichissements d’habits en quelque sorte et manière que ce soit. Sont interdits tous chapeaux, bonnets, fourreaux d’épées, canons aux chausses, sauf à ceux auxquels, selon leur qualité, il peut être permis. Que nulle fille de quelque qualité qu’elle soit, n’ait à porter aucun anneau avant d’être fiancée, sous peine d’une amende de soixante sols et confiscations desdites bagues. Est interdit aux femmes et filles toute frisure et entortillement de cheveux. Que nul faisant noce, banquets ou festins, ne présente plus de cinq plats, honnêtes et raisonnables. Est défendu de faire aucun festin aux fiançailles et baptisailles, sauf une table de dix personnes au plus pour les gens de qualité. Que les artisans et autres de moindre qualité n’aient à servir pour leurs banquets des dindes, perdrix, venaisons, gibier et pâtisserie, sous peine de vingt-cinq florins d’amende. Tels se présentent quelques-uns des articles des «ordonnances somptuaires», veillant au maintien rigide des bonnes mœurs et des stricts codes vestimentaires dans la Genève de la Réforme du 16ème siècle au 18ème siècle, cités dans l’excellent ouvrage L’Histoire de Genève par Christian Vellas aux éditions Slatkine.

Même Calvin craignait qu’on en fasse trop... Ainsi, ce n’est pas sous son influence que le plus d’ordonnances somptuaires furent édictées. Pour le réformateur austère mais perspicace, si l’on commençait à légiférer dans ce domaine, l’on serait finalement conduit à réglementer chaque détail, apprend-on dans l’édition commentée des Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève au temps de Calvin, aux éditions Droz. A l’heure où s’ouvre le SIHH, quatre siècles plus tard dans la même ville de Genève, alors que l’on enfile broderies, passements et filets en or et argent, anneaux hors fiançailles, que l’on s’entortille et se frise les cheveux, que l’on s’apprête à faire banquet de nombreuses dindes, perdrix et pâtisseries sur des tables aux multiples convives (on laissera simplement son fourreau d’épée au vestiaire), il est bon de se replonger dans les sources de l’époque, lorsque le pragmatisme calviniste poussait les joailliers vers des fonctions horaires plus utilitaires. Où plusieurs enseignements peuvent être tirés: que Calvin a été débordé sur sa droite par plus austère que lui; que l’ascèse a encouragé l’horlogerie, usant des compétences des migrants de l’époque; que cette sévère règle de vie a parallèlement de tout temps été contournée; que l’horlogerie genevoise tire fierté de cet esprit à l’ADN épuré; que c’est sans doute dans le paradoxe de la rencontre entre l’esprit genevo-combier et les groupes de luxe globalisés, dans cet inconfort parfois fructueux, souvent hésitant entre paillettes et sévérité, que se joue une partie du futur de l’industrie horlogère...

DR

Le grand paradoxe

La dictature de la nouveauté par

Pierre Maillard

Quand l'horlogerie vantait encore ses produits en affirmant qu'une «montre c'est pour la vie», la notion de nouveauté était toute relative et, stylistiquement, la montre se devait d'être classique, gage de pérennité. L'évolution esthétique et technique se faisait à pas lents. D'une marque à l'autre, les modèles se ressemblaient furieusement, comme nous pouvons le constater en fouillant dans les archives d'Europa Star (qui, rappelons-le, remontent jusqu'à 1927). L'arrivée tumultueuse du quartz a

non seulement bouleversé la donne technique mais aussi esthétique. D'objet intemporel promis pour la vie, la montre est devenue objet de mode, par nature périssable et changeante: à chaque saison sa collection, ses couleurs et ses formes… Comme on le sait, l'horlogerie suisse est parvenue à revenir au centre de la scène très largement grâce à la Swatch qui a poussé cette logique de mode et de renouvellement incessant jusque dans ses derniers retranchements. L'horlogerie mécanique a suivi le mouvement. Mais pour accomplir

son retour en grâce – et quel retour! – elle a dû elle aussi s'adapter à cette nouvelle donne, à cette nouvelle «dictature» de la nouveauté à tout prix. Cette course à la nouveauté a stimulé la créativité tant esthétique que technique. Lancées désormais dans une furieuse compétition, les marques se sont vues obligées d'innover sans cesse, de proposer à chaque saison de nouvelles formes, de nouvelles esthétiques, de nouvelles «complications», de nouvelles performances. L'horlogerie mécanique s'est vue grandement aidée dans cette nou-

Suite en page 2

PUBLICITÉ

Trouver le polisseur qualifié est affaire d’expérience T : +41 58 307 21 00 geneve.horlogerie@manpower.ch www.manpower.ch The digital partner of forward-thinking luxury brands and producer of the WorldWatchReport™ Créateur de solutions pour l’emploi depuis plus de 55 ans

www.digitalluxurygroup.com www.worldwatchreport.com


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

2 | EUROPA STAR PREMIÈRE

velle course par l'évolution concomitante des moyens de conception et de production. L'arrivée de la conception assistée par ordinateur couplée aux nouvelles CNC a transformé les processus créatif en dynamitant les rythmes et les temps d'élaboration et en permettant des réalisations autrefois presque impensables (évoquons seulement l'exemple du tourbillon, autrefois rarissime, dont la production a littéralement explosé). Et, grâce aux marchés «émergents» devenus marchés prééminents, les résultats économiques ont suivi, les exportations passant de 9.2 milliards de CHF en 2000 à 20,9 milliards en 2014. Mais graduellement, ce renouveau créatif s'est transformé en course en avant. Au jour d'aujourd'hui, alors que les tiroirs débordent et que nombre de vitrines ferment, cette course a pris les contours d'une fuite en avant. Fuite jusqu'à ce que la «bulle» crève?

A découvrir petit à petit les «nouveautés» de l'année horlogère qui s'ouvre avec le SIHH, on a l'impression que les marques ont enfin pris acte de cet état de fait. Le retour à la normale, la «consolidation» des acquis, la capitalisation sur les modèles et les orientations qui «marchent», semblent de mise. La «folie» marque le pas. Chacun en revient à creuser son propre sillon et à conforter ses positions acquises. Pourquoi s'en plaindrait-t-on? La «dictature de la nouveauté» cède le pas à l'affirmation de son identité. Les modèles que l'on dévoile dans les pages qui suivent en témoignent. Qu'il s'agisse des maisons présentes au SIHH ou de leurs «satellites» en ville de Genève, qu'on parle de marques «indépendantes» ou de groupe, la «nouveauté» cette année prend souvent le visage d'une confirmation plutôt que celle d'une rupture – même s'il s'agit de confirmer la rupture, comme on peut le voir dans le Carré des Horlogers. Le paysage horloger n'est pas pour autant «figé», mais il est complet, pourrait-on dire. Tous les espaces sont occupés et il s'agit maintenant pour chacun d'aller en avant en affermissant sa propre position. Du haut de sa stature, le Roi à la Couronne doit regarder le spectacle d'un œil un peu narquois: Rolex n'a-t-il jamais procédé autrement qu'à coups d'améliorations graduelles et minutieuses de ses modèles de toujours, sans céder à l'ivresse de la nouveauté à tout prix!

H. MOSER & CIE – DANDYSME SUBTILEMENT DÉCALÉ, FAÇON ROXY

On connaît tous Brian Ferry, so British «rock-gentleman», son imperturbable élégance de suave crooner. Un raffinement chic et une légère insolence que partage H. Moser & Cie et Edouard Meylan, son jeune et toujours élégant CEO. Ensemble, ils ont imaginé l’ENDEAVOUR SMALL SECONDS BRIAN FERRY, une montre on ne peut plus rétro qui puise son inspiration vintage de certains modèles historiques de la manufacture de Schaffhouse. Heures, minutes et petites secondes sur cadran blanc laqué mat, minuterie type chemin de fer, aiguilles bleuies, cossus chiffres arabes, touches de rouge, boîtier en or rose, bracelet en veau marron, mouvement manufacture à remontage manuel… Que demander de plus authentiquement élégant! Petite touche de sobriété chic: à 6h, en lieu et place de l’usuel «Swiss made», on peut lire un discret «Brian Ferry» en rouge. (Le rouge étant, comme on le sait, la couleur préférée des chaussettes des vrais gentlemen).

OFFICINE PANERAI – SPHÈRES GROSSISSANTES

Panerai a marqué les esprits non seulement par les boîtiers si reconnaissables de ses différents modèles, mais aussi par ses cadrans minimalistes et luminescents. Enfermés dans des sphères de verre grossissant, ils prennent dès lors toute leur puissance graphique. Deux nouvelles versions de ces horloges de table viennent de sortir: la PAM00641, au mystérieux cadran dit S.L.C. qui remonte aux années 30 et qui était sans doute un échantillon test pour la Marine italienne qui ne l’a pas retenu; et la PAM00651, au cadran dit CALIFORNIA qui, comme son nom ne l’indique pas, date de 1936 et équipait la première montre fournie à la Marine italienne. Un graphisme unique en son genre qui alterne audacieusement chiffres romains, chiffres arabes et index. Sans oublier le triangle de midi. A animer ces sphères, le calibre P5000 à remontage manuel et réserve de marche de 8 jours.


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

EUROPA STAR PREMIÈRE | 3

MONTBLANC – UN MARIAGE HIGH-TECH

Titane, fibre de carbone, DLC au service de la légèreté, de la fonctionnalité et du design : la collection TimeWalker est la branche la plus contemporaine de Montblanc. Elle nous arrive aujourd’hui en version chronographe monopoussoir équipée d’un ExoTourbillon, jusque là réservé à la ligne classique Heritage Chronométrie. Avec son balancier vissé placé à l’extérieur de la cage qui, du coup, est plus petite et plus légère encore, son dispositif de stop-seconde qui interrompt directement le balancier pour permettre de régler avec précision la seconde sans suspendre la rotation de la cage, son réglage de l’heure sans incidence sur l’aiguille des minutes et celle des secondes, le mariage semble très convaincant. Innovation et tradition se mélangent d’autant plus dans la TIMEWALKER EXOTOURBILLON MINUTE CHONOGRAPH qu’elle est dotée d’un chronographe monopoussoir à roue à colonnes de la plus classique des constructions.

RICHARD MILLE – EXTRA-PLAT ET POURTANT VISUELLEMENT PROFOND

Une des montres les plus connues et reconnues de Richard Mille est l’épurée RM-010 Automatique. Décidé à en offrir une version extra-plate tout en lui procurant une impression de profondeur visuelle, Richard Mille a conçu un nouveau mouvement automatique de 3,6 mm d’épaisseur dont le squelettage a été poussé dans ses derniers retranchements. L’impression de profondeur que procure la RM 67-01 AUTOMATIQUE EXTRAPLATE est renforcée par le jeu des index de métal recouverts de Luminova, montés sur deux rails de titane, reliés entre eux et fixés directement sur le mouvement. Subtilement dirigé vers la zone centrale, le regard plonge dans un «puits» d’où semblent émerger les aiguilles. Parvenir à usiner à un tel degré de finesse l’emblématique boîtier de forme tonneau a semble-t-il causé d’énormes efforts: 215 opérations d’usinage différentes sont nécessaires.


4 | EUROPA STAR PREMIÈRE

DOSSIER: LES PERLES DU SIHH VACHERON CONSTANTIN – DERRIÈRE L’ÉVENTAIL

Inspirée de la période de l’Art déco dont l’éventail fut un accessoire très prisé, la montre à secret HEURES CRÉATIVES HEURE DISCRÈTE de Vacheron Constantin joue à la fois de l’éclat ostentatoire du diamant et de la discrétion de sa fonction. Taillé dans de l’or blanc, ajouré, sertis de pierres précieuses qui accentuent la géométrie de ses formes, l’éventail s’ouvre à volonté pour dévoiler un petit cadran de nacre blanche finement strié qu’anime un tout petit mouvement mécanique à remontage manuel, d’un diamètre de 15.70 mm le Calibre 1055. Une démonstration de la créativité horlogère aussi bien que joaillière de la maison genevoise qui aura fêté ses 260 ans avec éclat.

URWERK – FAR-WEST ET FUTURISME

Seule montre au monde 100% mécanique mais dont la précision peut être contrôlée électroniquement par simple pression sur un bouton-pressoir, l’EMC est le graal chronométrique d’Urwerk. Résolument futuriste dans son fonctionnement et son affichage, la nouvelle version limitée de l’EMC «PISTOL» ressemble pourtant au précieux revolver d’un pistolero de Far-West. Impression justifiée car sa gravure tout en volutes a été confiée à Florian Güllert, qui depuis 15 ans s’est fait un renommée avec sa façon unique de transformer fusils et armes de poings en pièces gravées d’exception. Jouant sans hésitation sur le contraste des genres, cette « Pistol » gravée est pourtant une véritable « montre à intelligence augmentée », dotée d’un capteur optique en lien avec le balancier, d’un oscillateur électronique qui sert de référence, d’un computer qui détermine le différentiel entre la marche du mouvement et l’oscillateur et d’un générateur à remontage manuel.


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

CARTIER – UN SQUELETTE EN SUSPENSION

Avec 45 mouvements développés depuis 2009, Carole Forestier, la « gourou » de la Haute Horlogerie de Cartier, est parvenue à fusionner esthétique et technique à un point « de non-retour ». Mouvement et boîtier ne font formellement plus qu’un, comme le démontre cette année la MONTRE CLÉ DE CARTIER SQUELETTE AUTOMATIQUE. La magie tient ici à ce que la masse nécessaire au remontage automatique ne vienne en rien perturber la transparence du squelette en maillechort où ponts et organes sont suspendus dans le vide. Totalement ajourée, on ne voit d’elle que ses deux minces bras qui oscillent au gré des mouvements du porteur. Ultime détail, la couronne type « clé », avec son cabochon de saphir, vient parfaire la forme si douce du boîtier de 41 mm en palladium 950.

BAUME & MERCIER – CLASSICISME ET COMPLICATIONS FONCTIONNELLES

«Intrinsèquement horlogère et pourtant accessible», la CLIFTON CHRONOGRAPHE CALENDRIER COMPLET de Baume & Mercier devient la pièce maîtresse de cette collection hautement classique. Un mouvement automatique Calibre Valjoux 7751 anime un calendrier complet et un chronographe. Via une aiguille centrale, le quantième date est complété ici par une indication du jour et du mois (dans deux guichets placés à 12 heures ainsi qu’un indicateur jour nuit placé à 9 heures), et une indication des phases de lune par disque mobile à 6 heures. Les secondes du chronographe sont indiquées par la trotteuse centrale et deux compteurs auxiliaires permettent de totaliser les minutes et les heures (respectivement à 12 et à 6 heures). Le boîtier en acier poli-satiné de 43 mm est monté sur bracelet alligator noir avec triple boucle déployante.

EUROPA STAR PREMIÈRE | 5


6 | EUROPA STAR PREMIÈRE

PARMIGIANI FLEURIER – BLEU ABYSS

Véritable signature de la marque, le très délicat et subtil «bleu abyss» ne s’obtient qu’en maîtrisant les paramètres les plus précis: bain galvanique particulier, intensité de courant calculée, température maîtrisée. «Sous l’effet de l’électrolyse, la couleur se transforme: la première teinte orange vif laisse sa place à un marron qui tire sur la rouille ; puis les nuances violacées apparaissent jusqu’à une couleur aubergine saisissante ; enfin les ferments du bleu se dessinent avec ce bleu-violet qui se mue en bleu… encore quelques instants… bleu abyss. Stop. Deux ou trois secondes de plus dans ce bain et l’ensemble aurait viré au bleu roi puis au gris.» A battre au cœur de cette TONDA MÉTROGRAPHE on trouve le mouvement manufacture chronographe automatique PF315 à balancier à inertie variable et double barillet.

AUDEMARS PIGUET – THE RETURN TO YELLOW GOLD

Lancée en 1972 au titre de «première montre de luxe en acier», la Royal Oak d’Audemars Piguet s’est déclinée depuis 44 ans dans tous les matériaux nobles, sans oublier ses aventures en platine, carbone, alacrite, bronze, caoutchouc, céramique, titane, tantale… Après tant de tours et de détours, elle en revient à la «plus élémentaire» et plurimillénaire des matières précieuses: l’or jaune. Classique au plus haut point, la nouvelle ROYAL OAK PERPETUAL CALENDAR inspirée d’un modèle de 1984 est dotée d’un mouvement automatique, le Calibre 5134 redimensionné pour s’insérer parfaitement dans le boîtier de 41 mm. Sur le cadran au décor géométrique «Grande Tapisserie», se répartissent jour, mois et date à 9h, midi et 3h, indication de l’année bissextile à midi, phase de lune astronomique à 6h et semaine de l’année sur la bague extérieure. Un «retour» au classicisme qu’Audemars Piguet présente comme étant «audacieux et visionnaire». L’avenir le dira.

DOSSIER: LES PERLES DU SIHH


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

MB&F – LA MACHINE PERPÉTUELLE

MB&F avait surpris tout son monde en sortant sa première Legacy Machine avec son impressionnant balancier suspendu au-dessus du mouvement. Les fous de machines futuristes allaient-ils se transformer en visiteurs de l’horlogerie classique? Non, mais la nouvelle LEGACY MACHINE PERPETUAL démontre que l’iconoclaste MB&F, ici en compagnie de l’horloger irlandais Stephen McDonnell, fait plus que maîtriser la très traditionnelle complication du calendrier perpétuel. Il la renouvelle fondamentalement, en remplaçant l’encombrant système de grand levier conventionnel par un « processeur mécanique ». Réultat: plutôt que de devoir faire défiler rapidement les 29, 30 et 31 avant de s’arrêter sur le 1er, la référence est le minimum de 28 jours, auquel sont ajoutés les quantièmes supplémentaires nécessaires à l’indication correcte du mois. Plus de sauts de date malencontreux, plus de dommages au cours du réglage. Côté coup d’œil, la complication intégrée est présentée dans son ensemble, sans cadran, sous le balancier suspendu comme par miracle. On y reviendra.

JAEGER-LECOULTRE – SOUS LE CLASSICISME, L’INNOVATION

Son nom provient de 1958, Année Internationale de la Géophysique et date de la création par JaegerLeCoultre d’un chronomètre capable de résister aux champs magnétiques du pôle Nord, mais c’est désormais celui d’une nouvelle «collection-événement» de la Grande Maison, la collection Geophysic®. De l’extérieur: une élégance incontestable, un raffinement pointu, un classicisme « tendu », une lisibilité parfaite. A l’intérieur: un nouveau calibre de précision, dotée d’un balancier atypique, configuré de façon non circulaire pour réduire les frottements avec l’air, le Gyrolab®, «une avancée déterminante au regard de la précision de la montre». Autre innovation: une «seconde vraie», c’est-à-dire une seconde qui saute à chaque seconde (chose usuelle pour le quartz mais très complexe à réaliser mécaniquement) offrant ainsi une rigoureuse lecture cadencée du temps. Deux premiers modèles lancent la collection, la Geophysic® True Second® et la GEOPHYSIC® UNIVERSAL TIME qui permet de lire simultanément le temps dans 24 fuseaux horaires.

EUROPA STAR PREMIÈRE | 7


8 | EUROPA STAR PREMIÈRE

ROGER DUBUIS – JEUX DE LUMIÈRE FLORALE

Un boîtier en trompe l’oeil entre cercle et tonneau de 36 mm en or rose, bordé de deux rangs de diamants taille brillant sur la lunette et les trois cornes, encercle un cadran nacré sculpté d’un motif marqueterie floral. Tout autour s'épanouit un parterre de fleurs sculptées en émail Grand Feu montées sur des tiges en or rose. Pour Lionel Favre, Directeur Design Produit de Roger Dubuis, « Cette approche est née du souhait de créer sur le cadran de subtils jeux de lumière variant en fonction des profondeurs de l’émail et des mouvements du poignet. » Sous ce riche cadran floral bat un mouvement mécanique automatique calibre RD821 estampillé du Poinçon de Genève. La BLOSSOM VELVET PINK est limitée à 88 exemplaires.

VAN CLEEF & ARPELS – MINUTE PAPILLON

Depuis 2006, Van Cleef & Arpels enchante avec ses Complications Poétiques qui conjuguent inventivité horlogère, art du décor, de la peinture miniature, de la gravure pour créer de subtiles et narratives animations. La LADY ARPELS RONDE DES PAPILLONS, met en scène trois papillons de couleur qui, apparaissant successivement de derrière les nuages, donnent la mesure des minutes, tandis qu’une hirondelle d’or blanc tourne tout autour du cadran et indique les heures en les pointant du bout de son aile. A la demande, le cadran peut s’animer durant 13 secondes au cours desquelles les papillons effectuent leur ronde plus rapidement avant de reprendre le cours de la mesure du temps, rythmée par un sophistiqué mouvement rétrograde qui permet de varier les vitesses de ce très poétique ballet.

DOSSIER: LES PERLES DU SIHH


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

EUROPA STAR PREMIÈRE | 9

Piaget: hybride mécanique et quartz On pensait la piste définitivement abandonnée par les Suisses! Mais non, l’hybridation de la mécanique et du quartz ressurgit là où on ne l’attendait pas: chez Piaget. Avec des performances exceptionnelles. par

Pierre Maillard

En 1978, Jean-Claude Berney dépose pour Ebauches SA le brevet suisse n°595 636, décrit comme étant «un mouvement d'horlogerie mû par un ressort et régulé par un circuit électronique». En clair, l'idée est d'utiliser l'énergie procurée par le barillet pour aller alimenter mécaniquement un résonateur à quartz qui agira comme régulateur. En pleine crise du quartz, la piste est activement explorée. Mais elle ne sera jamais vraiment commercialisée et finira dans un tiroir. Il faut dire que la mise au point du système pose de coriaces défis. C'est ce dont se rendront compte les Japonais de Seiko qui, quasiment au même moment, lançaient un projet similaire. Un des jeunes ingénieurs de Suwa, à la recherche d'une façon d'améliorer par dix la précision d'une montre mécanique, a proposé une idée «d'hybridation» proche par bien des aspects de la solution suisse. Mais contrairement aux Suisses, les Japonais n'ont jamais renoncé. Cette obstination leur coûtera 28 années d'effort avant que ne sorte en 2005 «the summit of watchmaking mechatronics», la Seiko Spring Drive. Depuis lors, elle était quasiment seule à jouer dans sa catégorie hybride.

Et pendant ce temps, Piaget… On ignore souvent que Piaget, perçue comme une marque joaillière et mécanique, a une longue histoire d'innovation dans le quartz. Déjà partie prenante dès 1969 du fameux projet Bêta 21, premier prototype d'une montre-bracelet à quartz, Piaget, comme on le sait expert en minceur mécanique, sortait en 1976 son premier mouvement quartz maison, à l'époque le plus plat du monde. Dès lors, et durant quarante ans, les réalisations en quartz de Piaget, bien moins médiatisées que ses performances mécaniques, n'ont cessé jusqu'à nos jours. Cette double expertise, dans la mécanique ultraplate et dans le quartz, trouve aujourd'hui sa confluence avec

l'EMPERADOR COUSSIN XL 700P. Sous son «impérial» aspect de montre de haute mécanique – ce qu'elle est de plein droit - elle cache en lieu et place du tourbillon qu'on attendrait ici, une génératrice, source de son impressionnante précision: +/- 1 seconde par jour! Le principe de fonctionnement de cette montre-concept est le suivant: à la source de l’énergie, on trouve un système de remontage automatique sous la forme d’un micro-rotor qui va classiquement armer le ressort du barillet. Ce ressort, à son tour, va pousser le train de rouages. Jusqu’ici, rien que du «normal». Mais plutôt que de se diriger vers un traditionnel organe réglant à ancre ou autre, le train de rouages va entraîner une génératrice. Celle-ci va produire un courant qui va s’accumuler dans un générateur qui alimente un

En lieu et place du tourbillon qu'on attendrait ici, une génératrice! oscillateur quartz. Ce quartz qui oscille à 32’786Hz contrôle la vitesse de rotation de la génératrice qui tourne ainsi à 5,33 tours par seconde. Tout le «secret» réside dans le système de freinage. Les oscillations du quartz doivent être «divisées» pour parvenir à la fréquence de 32Hz. Ce «freinage» est confié à un système de capteur et de comparateur qui est en charge de la correction permanente (de nouveaux brevets ont été déposés sur cette technologie de freinage). Premier mouvement hybride de Piaget – énergie et transmission mécaniques mais régulation par une

génératrice à quartz – le 700P offre donc des performances rares: plus ou moins 1 seconde par jour, ce que n’atteint aucune montre exclusivement mécanique, mais aussi, gage de fiabilité, une insensibilité aux champs magnétiques et aux chocs.

Hybride Black Tie Cette particularité hybride se reflète parfaitement dans la construction du mouvement extra-plat (5.5 mm, réserve de marche de 42 heures) dont les éléments majeurs sont visibles sur la face ajourée de la montre. On y découvre ainsi côte à côte, comme s’ils formaient un 8, la masse oscillante du micro-rotor et la génératrice, tous deux apparents et décentrés. Dépourvue de cadran, la montre laisse voir les principaux éléments du

mouvement traités et décorés de façon toute traditionnelle : micro-rotor guilloché et orné du blason Piaget, ponts soleillés et anglés, roues satinées circulaires, vis argentées, génératrice soulignée d’un fil d’or blanc. Au-dessus de ce mouvement à la noirceur profonde, deux aiguilles indiquent le temps de façon décentrée en pointant sur de longs index acérés qui semblent flotter au-dessus du mouvement. Tout autour, une lunette arrondie en or revêtu d’ADLC noir souligne la forme coussin du boîtier en or gris de 46,5 mm de diamètre, qui l’apparente à la collection Black Tie. La novatrice Emperador Coussin XL 700P est disponible en édition limitée à 118 pièces montées sur alligator noir et vendues au prix de 70'000.- CHF. Mais ce n’est là sans doute qu’un premier pas.


DOSSIER: LES PERLES DU SIHH

10 | EUROPA STAR PREMIÈRE

A. Lange & Söhne: une nouvelle Lange 1 et une feuille de route pour l’avenir L’année 2015 a été marquée par une rétrospective et un grand bond en avant pour A. Lange & Söhne. La manufacture allemande a célébré le 200ème anniversaire de son fondateur et l’inauguration de son nouveau bâtiment à Glashütte. L’icône de la marque, le modèle Lange 1, a aussi été revisitée. par

Serge Maillard

Malgré un agenda surchargé et les pressions liées à la crise des migrants, Angela Merkel a trouvé le temps pour assister le 26 août dernier à la somptueuse inauguration de la nouvelle manufacture érigée par la compagnie la plus emblématique de Glashütte, A. Lange & Söhne. Deux cents après la naissance de son fondateur, Ferdinand Adolph Lange, la marque s’est fermement établie comme un symbole pour toute une région, ainsi que l’a souligné la Chancelière: «Des succès comme le vôtre résultent de l’excellente réputation de l’Allemagne de l’Est, qui se consolide aujourd’hui

avec des centres innovants, flexibles et modernes.» Sur une surface de 5'400 m2, le nouveaux bâtiment, particulièrement écologique, «nous donne avant tout de la flexibilité: nous pouvons grandir, à condition que nous respections toujours nos exigences en termes de qualité», a expliqué le CEO Wilhelm Schmid. Le responsable remarque prudemment qu’il faut de trois à cinq ans pour former les jeunes horlogers, via un entraînement très exigeant. «En août, nous avons aussi signé et célébré les contrats d’apprentissages de nos futurs horlogers, poursuit Wilhelm Schmid. Si d’ici trente ans, ils se montrent toujours aussi satis-

faits de leur travail et enthousiastes quant à notre marque, alors nous aurons réalisé nos objectifs. C’est ce qui me motive aujourd’hui: m’assurer que notre manufacture continue à fasciner autant et réussisse aussi bien dans les décennies à venir.»

Le nouveau cœur de la Lange 1 Un élément demeure néanmoins certain: la société de Glashütte, qui a présenté quatre nouveaux modèles lors de la dernière édition du salon Watches & Wonders, continuera à évoluer strictement au sein de ses cinq familles de produits: 1815, Saxonia, Richard Lange, Zeitwerk and Lange 1. «Nos collections couvrent un spectre très large, allant de la montre de poche à la pièce ultra-contemporaine. Nous n’avons pas pour intention de créer d’autre famille.» Cela n’exclut bien entendu pas les innovations! «La répétition minutes est une complication très traditionnelle. Or, notre modèle Zeitwerk Minute Repeater est

incroyablement contemporain, sans déroger à nos valeurs.» Autre certitude, si l’on regarde plus précisément les collections: la Lange est toujours demeurée le «visage» – ou l’ADN – de la manufacture depuis sa renaissance en 1994. En mêlant un design innovant, une fonctionnalité de tout premier plan et un artisanat sans compromis, cette collection constitue ce que l’on pourrait appeler une «Magna Carta» dans l’esprit de la manufacture (un rôle de pilier que son nom même indique sans détours...). 2015, cependant, a vu l’évolution de cette collection emblématique, qui intègre désormais 15 modèles différents, et une nouvelle édition au cœur de laquelle bat un calibre manuel de haute facture technique. Portant la référence L121.1, le mouvement manufacture qui équipe la nouvelle version de ce classique de la Haute Horlogerie n’est rien de moins que le cinquantième calibre maison développé par la marque. Avec quelles nouvelles caractéristiques? Un certain nombre... L’affichage de la grande date, sautant avec exactitude,

avance à minuit. La force requise pour le faire avancer est engrangée pendant une période de plusieurs heures. De plus, la Lange 1 comporte des pièces réglantes composées d’un balancier à masselottes d’équilibrage excentrées et d’un spiral de balancier oscillant librement, fabriqué par la manufacture. Ce dernier oscille toujours à une fréquence de 21 600 alternances par heure, sous un coq de balancier gravé à la main. Le double barillet avec sa réserve de marche de 72 heures est lui aussi resté. Le fond en verre saphir laisse entrevoir toutes les caractéristiques de la marque, notamment la platine trois quarts en maillechort non traité, décorée de côtes de Glashütte, qui protégeait déjà, il y a 150 ans, la vie intérieure des montres de poche. Audessus, les huit chatons en or vissés, tenus par des vis bleuies thermiquement, sont mis en valeur. La Lange 1 sera disponible dans les variantes boîtier/cadran or jaune/ champagne, or rose/argenté et platine/rhodié. En ce qui concerne l’agencement de son cadran, il n’a pratiquement pas été changé. La seule modification visible de l’extérieur est une lunette légèrement plus étroite: elle confère une allure généreuse à la montre, qui garde un diamètre de boîtier de 38,5 millimètres.

Pour collectionneurs intransigeants Au-delà des caractéristiques séduisantes de cette réinterprétation du modèle phare de la marque, si Wilhelm Schmid se montre très confiant quant aux décennies à venir, c’est aussi en raison d’une clientèle unique, composée exclusivement de collectionneurs. «Je considère que nous avons un marché: celui des collectionneurs. Leur lieu de résidence n’est pas le facteur le plus important. Dans notre monde globalisé, je me demande toujours: lorsqu’un Chinois achète une de nos montres à Lucerne, est-ce que cela concerne le marché suisse ou chinois? Notre force provient du fait que nous ne dépendons pas d’un marché en particulier; nous ne dessinons pas nos produits en fonction d’une culture ou d’un goût particulier. Nous sommes notre propre benchmark!» Sous la direction de Wilhelm Schmid, la marque a même réduit quelque peu son nombre de points de ventes. «Je travaille pour la qualité, pas pour la quantité.» Aujourd’hui, la seule région où la marque reste absente est l’Afrique subsaharienne. «Dans dix ans peut-être, l’Afrique sera un marché important où nous devrons être représentés. Je ne l’exclus pas. Mais c’est de la musique d’avenir.»


MAIS AUSSI... D’AUTRES PERLES HORLOGÈRES!

EUROPA STAR PREMIÈRE | 11

Chanel: «The sky is the limit» Si elle est devenue la première icône horlogère née à l'aube du XXIème siècle (en l'an 2000), la J12 le doit à l'évidence de sa forme, qui a donné ses lettres de noblesse à la céramique, et à sa capacité à se renouveler sans jamais se trahir, tout en allant chasser sur les terres de la Haute Horlogerie. par

Pierre Maillard

En faisant pour la première fois de la céramique high-tech une matière noble et précieuse, en optant pour la pureté et l'exigence du noir et du blanc, en privilégiant un graphisme fort, géométrique et dépouillé, en allant droit à l'essentiel et en éliminant tout superflu, en dépassant les conventions stylistiques et en redéfinissant les règles du jeu, la J12 est devenue une icône horlogère du XXIème siècle. Dévoilée en l'an 2000, elle a démontré au cours de ses 15 ans d'existence sa prodigieuse faculté à se transformer tout en restant strictement fidèle à elle-même. Et toujours immédiatement reconnaissable quelles que soient ses métamorphoses: introduction de la céramique blanche en 2003, éditions exclusives serties de pierres précieuses taille baguette dès 2004, entrée dans la Haute Horlogerie avec un mouvement tourbillon en 2005, performance exceptionnelle et inédite en 2010 avec la J12 Rétrograde Mystérieuse dotée entre autres d'une couronne verticale rétractable unique en son genre, puis la même année, la J12 Marine qui s'impose comme étant une véritable montre professionnelle de plongée, et en 2011 Chanel donne une nouvelle couleur à l'horlogerie avec la J12 Chromatic en céramique de titane…

Envol Cette année 2016, avec la nouvelle J12 Squelette Tourbillon Volant, Chanel accomplit un pas de plus dans le domaine de la Haute Horlogerie tout en réaffirmant ses fondamentaux. Et comme toujours, ceux-ci remontent à l'audacieuse Gabrielle Chanel qui a posé les règles intemporelles du style de la maison de la Place Vendôme. N'a-t-elle pas affirmé: «L'élégance c'est la ligne…Toujours retrancher, jamais rajouter» ou encore «J'ai imposé le noir. Il règne encore, car le noir flanque tout par terre!» Elle disait la même chose du blanc. Et elle avait ses fétiches: camélia, comète, entre autres. A ces «lois» en forme de manifeste stylistique, on peut aussi ajouter un précepte que Gabrielle Chanel n'eut de cesse de répéter: «L'élégance c'est être aussi beau dedans que dehors.» Avec la J12 Squelette Tourbillon Volant, Chanel propose une pièce qui est comme la quintessence hor-

logère de ce style défini par Gabrielle Chanel: sobre, elle ne dévoile dans toute leur beauté que les seules pièces vitales de son mouvement. Essentielle, elle joue avec subtilité des infinies nuances et contrastes du noir et du blanc. Suprêmement horlogère, elle est mue par un des mécanismes les plus accomplis et les plus complexes de l'art horloger mécanique: le tourbillon volant. Et son mouvement squelette est architecturé de façon telle que forme et fonction ne fassent plus qu'un.

L'abolition du dedans et du dehors Le squelettage d'un mouvement permet d'abolir la frontière entre le dehors et le dedans de la montre. Il n'y a plus de cadran protecteur qui dissimule le mouvement. C'est le mouvement qui devient le visage de la montre. Mais la direction artistique de Chanel, en collaboration avec APRP, un des meilleurs spécialistes suisses du développement de mouvements complexes avec lequel Chanel a tissé de fort liens depuis des années, ne s'est pas contentée de squeletter un mouvement existant. C'est tout le mouvement qui a été entièrement repensé, composant après composant, afin d'obtenir une architecture transparente qui ne laisse voir que les pièces essentielles du mécanisme, disposées de façon à mettre graphiquement en lumière son fonctionnement et sa beauté. Ce mouvement s'ordonne de haut en bas, à partir du barillet qui donne l'énergie à un train de rouages qui la transmettent jusqu'au régulateur tourbillon. Celuici, comme son nom l'indique, transforme alors cette énergie «brute» en un rythme ordonné et mesuré (le tic et le tac), règle chronométriquement l'énergie avant de la renvoyer dans les rouages qui vont animer avec précision les aiguilles des heures et des minutes. Inventé en 1801 par Abraham-Louis Breguet, le régulateur tourbillon est une des plus subtiles réalisations horlogères. Pour l'essentiel, les organes réglants sont enfermés dans une cage qui tourne sur elle-même afin de compenser les effets de l'attraction terrestre sur la montre en position verticale. Le tourbillon volant est une réalisation encore plus complexe car la cage n'y est plus maintenue par un double pont, supérieur

et inférieur, mais uniquement sur un pont inférieur. Esthétiquement, cette vertigineuse absence de pont supérieur met en valeur la beauté et la complexité de ce micro-mécanisme tourbillonnant.

Jeux de noirs et éclats de diamants Tout étant offert au regard, la finition de chaque composant prend une importance essentielle. Après avoir été usiné avec la plus scientifique précision, chacun de ces composants – il y en a ici 186, dont 77 pour le seul tourbillon dont la cage ne pèse que 0.579 gramme – est pris en main et anglé dans la haute tradition horlogère, afin de donner à ses lignes et à ses angles la plus grande netteté et fermeté de contour.

Esthétiquement, les horlogers ont joué des contrastes des matières et des finitions mat, poli ou brillant, usant des arts du chanfreinage, du satinage, des traits tirés, du colimaçonnage, créant des jeux de reflets entre les noirs et les blancs qui donnent à la pièce une allure et une élégance farouchement contemporaines. Planches et ponts sont ainsi taillés dans du titane, un matériau à la fois résistant et léger ce qui rend le travail de finition encore plus ardu, enrobé de pas moins de cinq couches de traitement noir PVD. Sur ce fond mécanique en camaïeux et reflets de noir se détache le motif éclatant de la Comète, cher à Mademoiselle Chanel. En forme d'étoile à cinq branches sertie de 49 diamants taille brillant, montée sur la cage du tourbillon, elle indique les secondes en tournant sur elle-même en une minute. Contre les fonds noir

mat de la céramique high-tech du bracelet et de la boîte, se détachent la couronne en or blanc, la lunette sertie, les aiguilles d'heure et de minute délicatement serties elles aussi, qui étincellent au-dessus du mouvement étagé en transparence et partiellement encadré d'un décor noir opaline et mat. La J12 Squelette Tourbillon Volant est proposée en trois éditions limitées: 20 pièces serties de 180 diamants taille brillant et 1 diamant rond sur la couronne, pour un total de 0.96 carat (244'000 €); 12 pièces plus richement serties de 671 diamants taille brillant sur la boîte et les deux flancs du bracelet et d'un diamant rond sur la couronne, pour un total de 10.22 carats (415'000 €); et une pièce unique pesant 25.07 carats dont le seul boîtier et les flancs de bracelet sont sertis de 482 diamants taille baguette, sur un total de 708 pierres (815'000 €).


MAIS AUSSI... D’AUTRES PERLES HORLOGÈRES!

12 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Batman-DNA, les Space Invaders ou toute la lignée des Steampunk – RJ-Romain Jerome imprime une puissance esthétique peu commune à cette réinterprétation joyeuse des vanités en jouant savamment sur le contraste entre le crâne et son arrière-plan, avec un fabuleux sens du détail. La finition en acier PVD noir du boîtier et des griffes, recréant le X emblématique de la marque et visible sur tous les modèles RJ-Romain Jerome, complète des aiguilles des heures et minutes satinées et rehaussées de superluminova bleu sur les pointes. Le bracelet en alligator Hornback noir participe également à créer un contraste entre les éléments sombres et mystérieux de la montre et son applique colorée en forme de tête-de-mort.

Au Mexique comme dans de nombreux autres pays sur notre planète, la mort est célébrée avec humour et ironie, chantée, dansée, pour faciliter le passage des défunts vers l’au-delà.

RJ-Romain Jerome, au-delà de la vie et de la mort L’audacieuse marque indépendante suisse rend hommage à la Fête des Morts mexicaine, pour mieux réinventer les codes de la Haute Horlogerie. Par sa puissance évocatrice et ses qualités stylistiques, la collection Día de los Muertos séduira autant les connaisseurs horlogers que les esthètes. par

Serge Maillard

RJ-Romain Jerome figure sans conteste parmi les marques qui réinventent les codes de la Haute Horlogerie, grâce à l’impulsion de son directeur Manuel Emch, également directeur artistique et ama-

teur d’art. Et la collection Día de los Muertos fait figure d’exemple. S’inspirant de la Fête des Morts mexicaine célébrée chaque année les 1er et 2 novembre, la maison horlogère s’est associée à l’artiste tatoueur Xam pour orner ses montres des Sugar Skulls propres à l’artiste, ému-

lation des «calaveras», ces crânes en pâte de sucre que les Mexicains s’échangent durant les festivités. Le résultat ? Un motif fleuri et coloré qui donne toute son identité à la collection Día de los Muertos depuis la première série de modèles sortie en 2012. Car au Mexique comme dans de nombreux autres pays sur notre planète, la mort est célébrée avec humour et ironie, chantée, dansée, pour faciliter le passage des défunts vers l’au-delà. Un imaginaire foisonnant pour tout concepteur de gardetemps… Mais RJ-Romain Jerome, c’est d’abord un regard, une esthétique singulière, qui universalise cette célébration pour lui donner

un écho global. Loin de tout particularisme culturel, les modèles des quatre séries Día de los Muertos tous limités à 25 exemplaires, jouent à merveille avec l’ironie de ce crâne pour faire vibrer une corde sensible en chacun d’entre nous, quelle que soit notre origine.

Le sens du contraste Maîtrisant à la perfection l’intégration des codes de la culture populaire dans l’univers technique et ultraexigeant de la Haute Horlogerie – un exercice périlleux que la maison horlogère a déjà brillamment relevé sur des modèles comme la

PUBLICITÉ

Sans titre-1 1

22.09.15 10:58

Sertie de diamants, de spinelles ou de saphirs comme autant de lueurs des vies passées (série Día de los Muertos Diamante), épurée et très contrastée mais prometteuse d’une vie nouvelle (série Día de Los Muertos Resucitado), ou encore ponctuée de multiples «calaveras» et d’autant de destins fugaces (Día de Los Muertos Clásico), la montre livre ainsi, année après année, une saisissante réinterprétation du «memento mori». Le cœur automatique de ces modèles, tous strictement Swiss made et assemblés dans les locaux de la marque à Genève, n’est pas en reste avec une solidité qui tendrait presque à la promesse d’une vie éternelle. La dernière série en date, dénommée Día de los Muertos Clásico, offre un boîtier légèrement réduit à 43 mm, contre 46 mm pour ses prédécesseurs. Outre la taille, les trois modèles qui composent la collection ont en commun une lunette et un cadran gravés de ces «calaveras» et décorations représentatifs des festivités. Le prix de vente public des modèles de la collection s’échelonne quant à lui de CHF 14'950.- à CHF 39'950.-. On se souvient de Damian Hirst et de son crâne en platine serti de 8'601 diamants, de la fascination d’Alexander McQueen pour ce thème ou encore de la sculpture réalisée par Scott Campbell avec quelque 11'000 billets d’un dollar. Désormais, il faut également compter sur RJ-Romain Jerome, car l’association entre les équipes de Manuel Emch et le tatoueur Xam a ancré les créations de la marque, devenues iconiques, dans la culture populaire et promet encore de belles perspectives sur ce thème paradoxalement… sans fin.


MAIS AUSSI... D’AUTRES PERLES HORLOGÈRES!

par

Serge Maillard

Comme nous l’évoquions déjà à l’automne, la légendaire marque newyorkaise Tiffany & Co. vit une véritable renaissance horlogère, sous l’impulsion de son directeur géné-

ral Nicola Andreatta (lire son interview dans le numéro de septembre 2015 d’Europa Star). La société peut il est vrai se targuer d’un riche passé horloger, de ses liens historiques avec Patek Philippe au 19ème siècle à sa collaboration avec des marques

comme Rolex ou IWC au 20ème siècle. Mais cette fois, Tiffany s’installe pour de bon en Suisse, avec l’inauguration de son nouveau siège dans la Confédération. Etant donné que la société ne veut plus être un simple «joailler produisant des montres», mais un vrai horloger au sens le plus noble du terme, la démarche est sensée. Le nouveau modèle Tiffany CT60® Annual reflète bien ces ambitions: lancée en deux éditions limités à 60 pièces (l’une avec un cadran noir, l’autre gris), cette montre symbolise le renouveau d’une tradition artisanale et d’une maîtrise horlogère vieille de 165 ans.

Le design du modèle Tiffany CT60® Annual Calendar se base sur des antécédents historiques toujours pertinents. La montre est une pièce essentielle de la nouvelle collection CT60®, dont le rôle délicat n’est pas moins que de réussir la «transition d’un design Tiffany historique à un design moderne». Cette collection s’inspire d’une montre en or offerte en 1945 au président américain Franklin D. Roosevelt, qui la portait à son poignet lors de la conférence de Yalta – la montre originale a d’ailleurs été rachetée récemment par Tiffany lors d’une vente aux enchères. Le président Roosevelt n’est pas le seul «garant moral» pour cette montre. «CT» sont évidemment les initiales de Charles Tiffany, qui a ouvert sa première boutique à New York en 1837. «Un bon design, c’est un bon business», avait coutume de dire l’entrepreneur et bijoutier-joailler – ses successeurs semblent avoir retenu la leçon! Le nombre 60 est quant à lui un hommage à la New York Minute – 60 seconds of pure possibility, le slogan qui ornait l’horloge géante au-dessus de la première boutique, contemplant la vie très rythmée des contemporains de Charles Tiffany, dans la ville qui ne dort jamais. Les Newyorkais faisaient confiance à cette horloge pour régler leurs propres garde-temps et tenir leurs agendas chargés...

Cœur suisse Derrière un design à l’ADN indéniablement américain, la Tiffany CT60® Annual Calendar est strictement suisse dès que l’on plonge dans ses rouages et son cœur, tirant ainsi le «meilleur des deux mondes». Chaque montre est numérotée et intègre un mouvement automatique à double complication, logé dans un boîtier de 40mm en or blanc.

Tiffany s'inspire d'une montre en or de Franklin D. Roosevelt. D’un point de vue formel, le modèle réussit son pari de donner la pointe de modernité qu’il fallait à une ligne pourtant savamment vintage, sans dénaturer ses origines. Comme sur la montre dont il s’inspire, la lisibilité maximale du cadran est conservée. Le système de calendrier annuel est ingénieux, avec l’affichage des mois à 6 heures et celui des jours aux extrémités du cadran. De subtiles pointes de blanc et de rouge permettent de distinguer l’aiguille des secondes de celle des jours. Avec ce modèle, Tiffany parvient donc à concilier deux époques et deux mondes; en proposant une réinterprétation bienvenue de sa propre histoire, la marque s’ouvre du même coup de nouveaux horizons et pistes de réflexion.

À NE PAS MANQUER!

TA

Tel un transatlantique, la compagnie newyorkaise traverse les océans pour offrir une combinaison horlogère d’ADN américain et de fiabilité suisse. Le modèle Tiffany CT60® Annual Calendar est un exemple parfait de cette union, aboutissant à un design éclairé aux accents vintage.

Design américain

DE

Tiffany, le meilleur des deux mondes

EUROPA STAR PREMIÈRE | 13

B

LE RON

Horlogerie: quelles limites à l'innovation mécanique? Mercredi 20 janvier à 17h30 Casino du Lac Route de Pré-Bois 20 1215 Meyrin (navettes depuis le SIHH) Avec:

Peter Speake-Marin Antoine Preziuso Vianney Halter Modérateur: Serge Maillard

Un événement co-organisé par Europa Star et le salon des indépendants SIWP, ouvert à toutes et tous les passionnés d'horlogerie dans la limite des places disponibles.

SIWP

Swiss Independent Watchmaking Pavilion

A propos du Salon SIWP Après le succès de la première édition en 2015, le salon des horlogers indépendants Swiss Independent Watchmaking Pavilion (SIWP) sera de retour à Genève du 17 au 22 janvier 2016, au Casino du Lac. Outre le débat co-organisé avec Europa Star, une autre table ronde à ne pas manquer: «Comment innover dans la tradition», le jeudi 21 janvier à 17h30 avec François-Paul Journe et Vincent Calabrese (modération par Joël Grandjean). Adresse: Route de Pré-Bois 20, 1215 Meyrin, Suisse Heures d'ouverture: du 18 au 21 janvier de 11h à 21h et le 22 janvier de 11h à 17h. Réception inaugurale: le 17 janvier de 19h à 23h. Pour plus d'informations: info@swiss-pavilion.com www.swiss-pavilion.com


CONFIDENCES À L'ARCADE

14 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Bulgari: saveurs et couleurs romaines Jean-Christophe Babin a «découvert» l'horlogerie quand il a été nommé à la tête de TAG Heuer, acquise par LVMH en 1999. En douze ans d'exercice, capitalisant sur l'identité sportive de la marque et sur sa quête historique de la précision, il en a fait un des noms les plus reconnus de l'horlogerie mondiale et démontré au passage que l'horlogerie mécanique est capable de maîtriser le temps jusqu'au 10'000ème de seconde. Fort de ce succès, LVMH l'a propulsé à la tête de Bulgari. De l'univers essentiellement technique d'une marque sportive, il est passé en mai 2013 au raffinement suprêmement latin d'une maison dont l'origine est la joaillerie. Un grand écart? Pierre Maillard

Quand vous étiez à la tête de TAG Heuer, on avait l'impression d'une osmose totale entre vous et votre maison. Vous «incarniez» TAG Heuer. Comment fait-on pour passer à un tout autre univers, celui de Bulgari? Si je vous disais que ça passe avant tout par un extraordinaire vecteur: la ville de Rome… J'éprouve un véritable amour pour cette ville unique, son architecture, ses arts, sa culture quotidienne qui sont les sources d'inspiration les plus profondes de Bulgari, les racines de son exceptionnelle créativité depuis 131 ans maintenant. Et puis j'y retrouve aussi, comme chez TAG Heuer, la passion et même l'orgueil, la fierté de ceux qui y travaillent. Il y a une vraie obsession du design, de la créativité, un goût si développé. Mais, différence majeure, Bulgari ce n'est pas exclusivement de l'horlogerie… Il y a certes une complexité particulière due au mix des cinq activités que nous menons en parallèle: la joaillerie, l'horlogerie, la parfumerie, la maroquinerie et, ne l'oublions pas, l'hôtellerie [ndlr: Bulgari possède 3 hôtels boutiques 5 étoiles à Milan, Londres et Bali, 3 nouvelles ouvertures sont prévues en 2017 et 4 autres contrats sont en négociation]. Mais cette complexité est aussi une chance, voire un facteur-clé du succès: Bulgari est pas-

sé du luxe classique à ce que j'appellerais le luxe d'expérience. La notion de service est au centre de cette expérience, qui va au-delà du seul «business». La dimension d'hospitalité globale, à l'italienne, c'est à dire à la fois classe et chaleureuse, c'est l'expérience que nous voulons ramener en boutique. Bulgari c'est «the jeweller of hospitality». Parlons «boutiques»… On sait désormais que le modèle de la boutique monomarque n'est pas toujours la panacée. Nous avons 300 boutiques. Certes, la rentabilité d'une boutique avec une seule catégorie de produits est difficile. Mais les boutiques Bulgari reposent quant à elles sur trois voire quatre piliers. C'est non seulement plus aisé mais il est certain que la joaillerie est plus une «destination» que la seule horlogerie. De là, on peut développer des passerelles… des affinités électives. Bulgari, perçu avant tout comme un joaillier, a une image essentiellement féminine mais qu'en est-il dans son activité d'horloger? La joaillerie est féminine à 100%, de toute évidence. Jusqu'en 2010, l'horlogerie se partageait équitablement entre hommes et femmes. Mais le lancement de la Serpenti, qui n'existait jusqu'alors qu'en version de haute joaillerie, désormais disponible sur acier ou or et acier aux environs de 5'000.-€, a considérablement accru la

L’objet:

Montre Bulgari Serpenti «Autant la Serpenti que la Lucea sont nées de la joaillerie et ne sont en rien une quelconque «réduction» d'une montre masculine. Il en émane un style très romain par sa munificence, son aspect architecturé assez puissant, l'emploi de la couleur, l'ajout de pierres… Mais si les inspirations sont romaines et latines, ces montres sont très suisses dans le soin du détail apporté à leur manufacture.» (Jean-Christophe Babin)

Carlo Fachini

par

part féminine. Dès mon arrivée, s'est ajoutée la ligne Lucea, avec son boîtier rond et son bracelet en écailles. Dépourvue de logo, au contraire de la ligne iconique Bulgari Bulgari, c'est une montre plus «mainstream». Avec les trois lignes complémentaires – Serpenti, Lucea et Bulgari Bulgari – plus les déclinaisons joaillières, notre offre féminine est désormais d'une grande cohérence. Autant la Serpenti que la Lucea sont nées de la joaillerie et ne sont en rien une quelconque «réduction» d'une montre masculine. Il en émane un style très romain par sa munificence, son aspect architecturé assez puissant, l'emploi de la couleur, l'ajout de pierres… Mais si les inspirations sont romaines et latines, ces montres sont très suisses dans le soin du détail apporté à leur manufacture. La Haute Horlogerie est-elle le pendant masculin de la Haute Joaillerie? Tout à fait. Nous avons dans ce domaine une véritable expertise et détenons au Sentier, en Suisse, une véritable manufacture de complications qui nous permet d'offrir une gamme assez complète [Ndlr: issue des rachats de Daniel Roth et de

Gérald Genta]. Pensez à la Bi-Rétro, à l'Octo Finissimo et son tourbillon le plus plat du monde, ou encore à nos Grandes Sonneries. Là aussi, il y a un style Bulgari, notamment dans l'originalité des cadrans, dans l'agencement des formes, dans l'usage de la couleur, dans l'architecture du mouvement. A propos de mouvements, peu de gens sont conscients que nous avons un haut degré d'intégration: 90% des montres Homme sont équipées de mouvements propriétaires Bulgari. De même pour la collection Femme, où seuls les petits mouvements 33 mm et 28 mm proviennent de l'extérieur. Le style Bulgari est très reconnaissable, loin du minimalisme nordique, pour donner un exemple. Ce style affirmé vous restreint-il à des clientèles bien particulières, délimitées…? L'exubérance romaine, les valeurs latines, la chaleur décomplexée de son style de vie séduisent le monde entier. Bulgari est très typé mais exerce une attraction universelle. Nous ne sommes absolument pas focalisés sur un type bien particulier de clientèle comme le consommateur ita-

lien, par exemple. Bien au contraire, notre ancrage est vraiment global: l'Asie est certes très importante pour nous, mais notre base européenne est très forte, notre implantation dans les Amériques, avec 40 boutiques, est très solide. Nous respectons les grands équilibres du luxe. Mais on constate partout un sérieux coup de frein… Tout le monde l'a ressenti mais, pour notre part, je peux dire que nous l'avons bien digéré. Pourquoi? Parce qu'une ligne comme Serpenti n'a pas d'équivalent, pas de véritable concurrence. La plus récente Lucea, avec son cabochon rouge, a transformé l'essai. Du coup, quand la demande s'est distendue, nous n'avons que ralenti la forte croissance qui était la nôtre. Bulgari dispose d'un fort et vaste «arsenal» créatif, si j'ose employer cette image. Et là je parle en terme de produit comme en terme de marketing. Car à la fragmentation des goûts, comme on peut l'observer jusqu'en Chine, la clé de la réponse est dans la créativité, dans la «saveur» particulière, unique, de ce que l'on propose.


CONFIDENCES À L'ARCADE

EUROPA STAR PREMIÈRE | 15

Hermès: accent sur la créativité féminine Après une montée en puissance de quinze ans visant d’abord à légitimer sa manufacture horlogère, une stratégie tournée en particulier vers des garde-temps masculins de haute facture et auréolés de nombreux prix, la maison entend consacrer davantage de sa créativité bouillonnante à ses lignes féminines. Avec, toujours, ce grain décalé sur des productions d’apparence classique qui fait le sel d’Hermès. Rencontre avec le directeur de la division horlogère – et vétéran de la société familiale – Laurent Dordet. Serge Maillard

Vous avez repris la tête de la division horlogère en 2015. Quelles sont vos impressions? Cela fait 20 ans que je suis chez Hermès, où je suis passé du textile aux sacs à main et maintenant à l’horlogerie. Comme le textile, je remarque que l’horlogerie a la particularité de mélanger de fortes composantes industrielles et artisanales. Notre but est donc de faire converger un artisanat d’exception avec une industrie de haute précision. Mais nous cherchons avant tout l’authenticité chez Hermès. S’il n’y a pas d’authenticité, il n’y a souvent pas non plus de rigueur. Avec votre arrivée, l’ADN de La Montre Hermès va-t-il changer? Surtout pas. A une nuance près: plutôt que de parler de La Montre Hermès, je préfère parler d’Hermès Horloger! Ce que j’amène, c’est du bon sens et l’esprit Hermès. Je souhaiterais communiquer sur toute la chaîne, c’est-à-dire jusqu’au client final, ce concept d’Hermès Horloger, soit mettre en avant les artisans qui sont derrières les produits. Ces quinze dernières années, nos équipes ont réalisé un travail remarquable pour faire d’Hermès une vraie marque horlogère, légitime. Le récent prix de la montre calendrier obtenu au dernier Grand Prix d’Horlogerie

de Genève avec la Slim d’Hermès QP renforce encore cette légitimité. Concrètement, quels sont vos plans? Nous avons plusieurs axes en développement, à commencer par la montre féminine. Le segment féminin reste notre premier débouché en horlogerie. Or, ces dernières années, la femme a été un peu oubliée, car l’effort de création a porté essentiellement sur les lignes masculines. Ce qui est naturel, car les quinze dernières années ont constitué une intense période d’apprentissage horloger et ont vu notre introduction sur le créneau de l’horlogerie mécanique, essentiellement masculine. En la matière, nous avons construit un panel de collections solides: Arceau, Cape Cod, Slim, Dressage, avec une prépondérance à la manufacture et à l’intégration des métiers... Mais il est temps de se consacrer à nouveau davantage à la femme!

L’horlogerie est l’un des nombreux métiers d’Hermès. Comment assurer sa visibilité dans ce vaste univers? Cela doit commencer par davantage de visibilité de l’horlogerie dans notre réseau de boutiques. Le problème reste que souvent les clients ne voient pas forcément tout le potentiel horloger d’Hermès lorsqu’ils entrent dans l’une de nos boutiques. Nous devons donc veiller davantage à la formation des vendeurs des boutiques Hermès pour qu’ils soient capables d’expliquer et de mettre en avant toute cette richesse. Nous bénéficions d’une reconnaissance de l’industrie et des spécialistes pour notre horlogerie,

Par exemple? Vous allez voir des nouveautés au prochain Baselworld. La Slim d’Hermès Mille Fleurs du Mexique en est un bel avant-goût... Il s’agit aussi d’animer les collections actuelles. Nous avons l’ambition de séduire les femmes à la fois avec de la joaillerie et avec des prix accessibles. Nous allons donc travailler sur le sertissage mais aussi sur des montres plus simples. Les

L’objet:

Stylo Hermès Nautilus «Avant l’horlogerie, j’étais précédemment en charge de la maroquinerie puis des instruments d’écriture chez Hermès. La philosophie d’Hermès consiste à créer systématiquement des produits «différents», quel que soit le domaine en question. Dans le segment du stylo, qui était nouveau pour nous et déjà très saturé, le défi était particulièrement difficile. Nous avons décidé de faire appel au fameux designer australien Marc Newson (l’un des pères de l’Apple Watch, ndlr) pour concevoir le Nautilus. Pour la production de ce stylo en aluminium massif et acier inoxydable, nous nous sommes basés sur le savoir-faire historique de la marque japonaise Pilot. Le résultat est, je crois, surprenant: pas de «clip» comme sur un stylo traditionnel, un design sobre et épuré, avec bien sûr un confort d’usage inégalé.» (Laurent Dordet)

Carlo Fachini

par

clientes comme les clients peuvent entamer un parcours «à vie» chez Hermès, en commençant par les montres les plus abordables, jusqu’aux modèles d’exception... Leur point commun, c’est l’élégance.

notamment masculine, mais cette notoriété doit à présent atteindre le client final... C’est un défi commercial. Par ailleurs, nous sommes de plus en plus sélectifs avec nos détaillants. Pourquoi? En période de crise, on remarque que les boutiques Hermès résistent mieux, alors que nous perdons du terrain sur le réseau de détaillants. Ce qui donnera malheureusement un bilan légèrement en baisse sur l’ensemble de 2015. Comme toute l’industrie, nous subissons le fort ralentissement horloger chinois, un marché dont nous étions trop dépendants mais que nous sommes en train de rééquilibrer vis-à-vis de l’Europe, du Japon et des Etats-Unis. A l’inverse des détaillants, nos boutiques contiennent toute une gamme de produits, pas uniquement de l’horlogerie. La montre reste un objet à caractère très «cyclique».

Du reste, elle représente aujourd’hui 3,5% du chiffre d’affaires d’Hermès – proportionnellement, l’horlogerie a moins progressé que d’autres métiers comme le cuir depuis l’an 2000. En ce moment, d’autres produits Hermès affichent de meilleurs résultats, ce qui permet de compenser le ralentissement horloger. Votre partenariat avec Apple, pour fournir le bracelet de leur Watch, en a étonné plus d’un... Il s’agit de notre première incursion dans le vaste monde des objets connectés mais cela fait longtemps qu’Hermès entretient de très bonnes relations avec Apple! Le défi était celui de la créativité sur un modèle contemporain et high-tech. C’était aussi la rencontre de deux maisons, l’occasion de surprendre et de séduire les jeunes. Pour moi, c’est un complément à notre propre gamme.


PORTRAIT DE MARQUE

16 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Dans le cockpit de Rebellion A la fois marque horlogère et écurie automobile, Rebellion vise un public clair: les passionnés de belle mécanique. Comme tous les horlogers indépendants, elle emprunte une route très panoramique mais très sinueuse. Rencontre avec le nouvel homme à la manœuvre, Philippe Dubois. par

Serge Maillard

Si beaucoup de marques horlogères revendiquent une parenté avec le monde automobile, Rebellion ne se contente pas du sponsoring: elle est sans doute la seule à être parallèlement un fabricant de montres et... une écurie de course. Au point que la compagnie vaudoise, fondée il y a huit ans, est d’abord connue dans certains pays comme la France ou le Royaume-Uni, en tant que challenger de poids dans des compétitions comme les 24 Heures du Mans! L’équipe «Rebellion Racing», dont les voitures sont assemblées chez Rebellion au Royaume-Uni avec des moteurs AER, est ainsi arrivée en quatrième position de la course mythique en 2012, toutes catégories confondues, et est également pour la quatrième année consécutive (de 2012 à 2015), championne du monde de sa catégorie LMP1 Privée à la World Endurance Cup. L’écurie comprend deux voitures et six pilotes, dont Nicolas Prost et Nick Heidfeld, ancien pilote de Formule 1 allemand. «Le monde automobile est une belle vitrine pour le branding de la marque horlogère», souligne Philippe Dubois, qui en a repris les rênes en septembre dernier, après plusieurs années à la tête de Badollet.

Réserve de marche exceptionnelle Très logiquement, les garde-temps de Rebellion s’inspirent de l’univers de la course automobile. Son modèle-phare, le T-1000, entend refléter l’esprit des 24 Heures du Mans, avec ses pignons rappelant une boîte à vitesse, ses six barillets évocateurs des cylindres du moteur, ses dimensions généreuses (46mm) mais aussi sa quête de légèreté, commune aux deux univers et faisant appel à des

matériaux comme le titane ou l‘aluminium. Il est vrai que le contraste entre dimensions et poids de la montre a de quoi surprendre! Surtout, le T-1000 se distingue par une réserve de marche de 1'000 heures, soit un peu plus de 41 jours... Et par le mouvement caractéristique de son levier d’armage, qu’il s’agit de relever pour actionner la chaîne qui remontera la montre! «Beaucoup de personnalisations sont possibles,

Le T-1000 se distingue par une réserve de marche de 1'000 heures. précise Philippe Dubois. Nos clients sont des amateurs d’automobile et nous demandent souvent des couleurs en accord avec leurs voitures!» Les modèles Gotham et Prometheus, sortis plus récemment, intègrent le même calibre (réalisé par David Candaux) et poursuivent la lignée du T-1000. Ce dernier est disponible entre 125'000 et 130'000 francs hors taxe. La marque propose également un modèle plus «classique», le modèle Predator. Quant au 540 Magnum, en fibre de carbone et en édition limitée à 10 pièces, il s’agit d’une des plus grosses cages de tourbillon disponibles sur le marché. La clientèle est claire: des fous d’automobile qui apprécient la belle mécanique. «Il nous faut maintenant développer la marque grâce à la notoriété acquise dans le monde automobile, poursuit le directeur. Nous avons énormément de produits dans le pipeline. Mais nous devons être prudents à ne pas sortir trop vite trop de modèles.» Rebellion compte aujourd’hui une trentaine de représentants à travers la planète. «Ce n’est pas assez! Nous devons accroître notre pré-

sence sur des marchés prioritaires, tout en sachant que nous ne pouvons pas être partout. C’est le paradoxe d’une petite structure.... Nous allons donc travailler parallèlement sur plusieurs marchés et verrons lequel est le plus réactif.»

Face aux géants Quelles pistes sont les plus prometteuses? «Le Moyen-Orient est aujourd’hui notre principal marché. Nous devons nous renforcer sur les marchés suisse, français et britanniques en Europe. En Asie, la course automobile n’est pas ce qu’il y a de

plus porteur mais il y a une vraie fascination pour les voitures de sport – nous sommes en Malaisie mais devons aller à Hong Kong et Singapour. Et en Amérique du Nord, nous cherchons des représentants dans quatre ou cinq grandes villes.» Si les ingrédients de base semblent réunis (produits clairs et clientèle ciblée), le marché n’est pas au beau fixe: «L’impact du franc fort n’est pas négligeable, notamment sur le plan psychologique. Le marché asiatique a ralenti pour tout le monde même si c’est peut-être une opportunité pour nous, car nous y sommes encore moins connus que d’autres horlogers. La Russie était un gros mar-

Retrouvez nous, sur internet www.vosvoyages.ch ou dans l’une de nos agences de voyages Genève +41 22 839 81 81 • Lausanne +41 21 331 15 15 • Yverdon +41 24 425 77 11 VV_annonce-pro.indd 2

e

mo

on

a s k fo r

«Optimisez vos déplacements professionnels en confiant la gestion de vos voyages d’affaires à une équipe de spécialistes»

th

PUBLICITÉ

22.12.15 09:43

La société compte à terme proposer une palette de prix encore plus large – à l’image du modèle Wraith qui se situe à moins de 8'000 francs. ché... Et il y a une très forte pression des groupes sur les détaillants, vis-àvis de la présence de marques indépendantes. Pourtant, je ne crois pas que nous ayons vraiment de concurrent direct sur notre créneau très particulier parmi les géants horlogers.» Rebellion mise sur une clientèle de passionnés et n’entend surtout pas perdre son état d’esprit – un ADN bien visible sur ses 50 références en catalogue. La société compte à terme proposer une palette de prix encore plus large – à l’image du modèle Wraith qui se situe à moins de 8'000 francs, et du modèle Predator, disponible dans des versions qui vont de 12'000 à 120'000 francs – afin de séduire la communauté automobile et horlogère globale.


AILLEURS DANS LE MONDE

EUROPA STAR PREMIÈRE | 17

Hong Kong: les vraies raisons de la crise C’est avec Enders Lam, vice-président de la foire horlogère de Hong Kong et de l’association des fabricants de montres hongkongais, que nous allons tenter de découvrir les vraies raisons de la chute des ventes de l’horlogerie de luxe à Hong Kong et, par extension, en Chine.

Neuf acheteurs de montres sur dix à Hong Kong viennent de Chine continentale. Dès le premier trimestre 2015, le nombre de touristes chinois aurait chuté de moitié!

de luxe – en particulier les montres – destinés à des «cadeaux». Or, le Chinois achète principalement pour faire des cadeaux. De quels types de cadeaux s’agit-il, c’est impossible à dire. Ce qui est indéniable en revanche, c’est que cette politique a refroidi les acheteurs chinois.

Je sais que les ventes de montres au-dessus de 100 000 Hong Kong dollar (env. 12 000 francs suisses) ont chuté dramatiquement et, par conséquent il se pourrait bien que la chute des touristes chinois dépasse les 50%...

Mais cette politique anticorruption était déjà en application en 2014! De plus, comme vous le savez en Chine, les nouvelles lois sont surtout appliquées au début puis les angles s’arrondissent de plus en plus...

Les Chinois ne sont-ils plus intéressés à acheter de l’horlogerie à Hong Kong?

C’était comme ça au début, le «wait and see». Or, cette politique a été maintenue et suivie jusqu’à ce que les gens finissent par y croire. Ce n’était pas un coup de bluff politique du nouveau président et les Chinois l’ont bien compris. Finalement, c’est

Propos recueillis par Jean-Luc Adam

Pasu Au Yeung@Flickr

Comme vous le savez, la Chine a introduit une campagne anticorruption qui condamne l’achat de biens

en 2015 que cette politique est pleinement entrée en action. Le ralentissement économique en Chine n’est-il pas la principale raison? Je pense que la politique anticorruption est le facteur clé. Le ralentissement de l’économie chinoise joue bien-sûr un rôle mais dans une moindre mesure. L’autre grande raison tient au fait que, désormais, les Chinois sont autorisés à voyager en Europe – avec entre-temps une baisse de l’euro de 20% en prime et la possibilité de se faire rembourser la TVA –, mais aussi au Japon, à Singapour et aux Etats-Unis qui viennent d’offrir un visa de tourisme d’une validité de 10 ans! Finies les tracasseries administratives, les Chinois peuvent désormais voyager partout. Bref, les ventes perdues à Hong Kong ont été gagnées par d’autres marchés.

«Hong Kong était la seule destination étrangère vraiment autorisée aux Chinois. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.»

Comprenez bien que, pendant très longtemps, Hong Kong était la seule destination étrangère vraiment autorisée aux Chinois. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Dans votre classement, vous oubliez l’accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine qui nivelle le prix des montres en vitrine entre RPC et Hong Kong, n’est-ce pas? Vous avez raison, en apparence. Mais dans les faits Hong Kong reste véritablement une zone à taxe zéro, un gigantesque «duty free». En Chine, il reste encore la taxe d’importation à 12%, la TVA à 17% et, sur les produits de luxe, la «Luxury Goods Tax». Si on prend une montre à 10 000 dollars US, ici elle restera 30% meilleur marché qu’en Chine, au minimum. Avec la différence, les Chinois s’offrent encore des bijoux, de l’alimentation importée comme du lait maternel en poudre, un bon hôtel, etc... C’est comme ça que les choses se passent en réalité. Certaines marques ou boutiques multimarques voient les choses autrement, elles affichent les mêmes montres au même prix car, dans la balance, vous oubliez que Hong Kong coûte très cher au mètre carré!

Des marques comme Rolex fixent en quelque sorte des prix internationaux sans s’inquiéter des différences de loyer. Mais en Chine, le prix est fixé plus les taxes, à l’exception de certaines zones comme l’île de Hainan. Mais attention, pour des biens jusqu’à 5000 yuans (env. 700 francs suisses) seulement. En outre, les loyers et le prix du mètre carré a considérablement chuté à Hong Kong. Le gouvernement de Pékin dissuaderait sa population de se rendre à Hong Kong depuis la révolution des parapluies, manifestation estudiantine pour défendre la démocratie à Hong Kong. Une punition en quelque sorte... Durant et encore quelques mois après le mouvement social, les fonctionnaires de l’Etat chinois ont effectivement été privés de visa pour Hong Kong, sauf pour raisons impérieuses. C’est vrai que la manifestation a fait chuter le nombre de touristes, probablement par peur. Cependant, elle aussi attiré pas mal de Chinois curieux de voir une manifestation de cette ampleur. Et je peux vous assurer, je l’ai constaté personnellement dans les quartiers de Central et Mongkok, la révolution des parapluies était incroyablement pacifique!


AILLEURS DANS LE MONDE

18 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Seiko, Grand Seiko... Credor! Les gens se trompent: les Japonais ne sont pas fiers de leurs produits comme les Allemands le sont de leurs autos. Ils sont honorés. Là se situe toute la différence de la culture nippone, culture que Seiko porte au credo, au Credor en l’occurrence! Suivez-nous dans les usines et ateliers d’art du groupe mais sans oublier, avant d’entrer, d’enfiler des pantoufles... par Jean-Luc

Adam, envoyé spécial

Dans ses dernières éditions, Europa Star a déjà présenté en détail les nouvelles Seiko Astron Dual-Time, Grand Seiko Spring Drive Chronographe. Cette fois, nous vous invitons au cœur de la marque, au Japon, pour tenter de comprendre ce qu’est l’esprit de Seiko. Personnellement, cette question trotte dans ma tête depuis 30 ans, depuis un certain «cadeau» en 1985... Rappelons qu’à cette époque, l’industrie horlogère helvétique n’était qu’au début d’une longue convalescence et dans ma ville de Bienne, capitale horlogère suisse, la splendide Seiko Quartz à mon poignet d’adolescent brillait telle une provocation. Surtout aux yeux de ma grand-mère, régleuse chez Omega depuis près de 40 ans qui, en examinant le cadran, m’a lancé froidement: «Monsieur Brandt en personne m’a engagée après la guerre, à la mort de mon époux, avec trois enfants sur les bras...» En quelque sorte, Omega avait substitué un défunt mari et Seiko représentait un dernier rival. En effet, elle n’avait pas oublié les dix ans où le quartz japonais avait mis la célèbre marque suisse à genoux, Omega entrant dans les années 80 au bord de la faillite, promise à la vente à son concurrent asiatique: Seiko. Même si ma grand-mère était un pur produit calviniste, toute émotion contenue, je m’étais promis intérieurement de ne pas la contrarier et de remettre ma vieille et bruyante Swatch au poignet dès que la Seiko tomberait en panne ou casserait. Le problème, c’est que la Seiko n’a jamais failli au fil des années, toujours à l’heure et rutilante comme au premier jour. Swatch alors! «Qui sont ces gens d’Extrême-Orient pour offrir un tel rapport qualité-prix?» Mon admiration pour Seiko était née. D’ailleurs, je parie qu’elle tourne encore au poignet d’un inconnu, sur une île des Cyclades où je l’ai perdue. Et à l’heure exacte puisqu’en japonais, Seiko signifie «précision»...

30 ans plus tard 2015, me voici pour la première fois au Japon, dans les rues se croisent politesse, civilité et, plus inattendu à Tokyo, un certain flegmatisme à l’anglaise... Pile à l’heure et en silence,

une Toyota Crown Hybrid s’arrête à ma hauteur, des gants blancs ouvrent la porte arrière, je file au WAKO Building, quartier général et «Flag Store» de Seiko. La bâtisse fondée par Kintaro Hattori en 1881 et aujourd’hui entourée des buildings high-tech du richissime quartier de Ginza, au cœur de Tokyo, a le charme désuet des vieux palaces. La Crown s’arrête derrière une rarissime Toyota Century 12 cylindres: «C’est celle de Monsieur Hattori», me lance le chauffeur. Shinji Hattori (cf. interview), président, CEO de Seiko et accessoirement arrière-petit-fils du fondateur, est à l’image de sa limousine, de son immeuble, de son pays et aussi un peu de ma Seiko Quartz or/ acier de 1985: traditionnel, discret, élégant, silencieux, précis et inoxydable. Ce gentleman de 63 ans pourrait donner des complexes à George Clooney... L’ascenseur s’arrête au dernier étage, le président et sa cour empruntent un dernier escalier débouchant sur le toit... «Horloge atomique», me souffle son bras droit. Décidément, chez Seiko, l’obsession de la précision n’est pas un mythe. «J’en profite pour remettre ma Swatch à l’heure», dis-je en pouffant, cherchant sur les visages le moindre sourire d’ironie, en vain...

liers sont silencieux, sentent à peine l’huile de coupe et la propreté est clinique jusqu’aux toilettes communes! Trois fois par jour, une douce musique invite tout le monde à faire un peu de gymnastique. Dans l’élan, j’en profite en regardant un curieux moniteur qui indique la consommation électrique de l’usine toute entière aux cours des 24 heures du jour: «Non seulement nous tentons d’abaisser notre consommation, mais l’usine ne rejette aucune émission de CO2», m’assure un responsable. Après la catastrophe de Fukushima et la pénurie d’électricité qui s’en est suivie, des efforts importants ont été faits au Japon pour réduire la consommation d’énergie... On visite la Seiko Instruments Inc. surtout pour le département «Shizuku-Ishi». Cette manufacture «dans l’usine» ne produit que les quelques milliers de mouvements mécaniques par an pour Grand Seiko. Autre quantité, autre qualité et autres méthodes de fabrica-

vet, pas le mouvement. Pour nous, c’était une forme de reconnaissance mais nous n’avons jamais tenté d’en tirer le moindre avantage en termes d’image», disent en substance les différents chefs. Chez Seiko, on ne se gargarise pas de telles polémiques...

La petite ville de la préfecture de Nagano, à 200 km à l’est de Tokyo, est au milieu d’un magnifique décor montagneux. Pas étonnant qu’elle ait accueilli, en 1998, les JO d’hiver. Là, nous visitons l’usine Seiko Epson, mais uniquement la «petite» partie Seiko du géant informatique Epson... C’est ici que tous les mouvements Spring Drive sont assemblés, un mouvement mécanique dont la régulation est électromagnétique et la rotation, transmise à la trotteuse. Ce mariage entre un calibre mécanique et la précision du quartz (+/- 1

tion... On y pénètre en enfilant une combinaison intégrale et en traversant un sas de dépoussiérage. Dans les salles, l’air est filtré comme pour une salle d’opération, même les établis intègrent des bouches d’aspiration! Quant à l’ambiance studieuse, elle est semblable à celle des prestigieuses manufactures suisses: établis fabriqués sur mesure pour chaque opérateur, sièges ergonomiques et travail au binoculaire... Puis, réunis autour d’une table, les responsables répondent à toutes les questions, alors lançons le calibre 6S37 dans la mare! Rappelez-vous, ce calibre Seiko justement produit ici a servi de base au 1887 de TAG Heuer qui a fait tant polémique, fin 2009. «On s’en souvient, mais d’abord nous n’étions contractuellement pas autorisé à communiquer. Puis, TAG Heuer n’a racheté qu’un seul bre-

seconde par jour sur le 9R) aboutit à une marche totalement silencieuse, une aiguille des secondes fluide, sans à-coups, et une absence de batterie. Sur un chronographe Grand Seiko (calibre 9R86), l’arrêt du chrono stoppe l’aiguille sans cran, au temps exact... Mais mon coup de cœur, c’est le «Ultimate Quartz Caliber 9F». Si nombreux sont ceux qui pensent que le quartz n’est pas digne de la belle horlogerie, ce mouvement réservé à Grand Seiko est une belle exception! Comment les concepteurs sont-ils arrivés à l’extrême précision de +/- 10 secondes par année? Principalement par la sélection du meilleur quartz synthétique (que Seiko produit luimême!) et une thermo compensation du signal du quartz. A cela s’ajoutent quelques finesses comme l’auto-ajustement du mécanisme (l’aiguille des secondes avance par cran

Shiojiri, berceau du Spring Drive

précis d’une seconde et sans oscillation), un réglage avance/retard du signal et un passage de la date instantané. L’Astron est également «made in Shiojiri», la nouvelle 8X Series apparue à l’automne 2015 a un diamètre plus raisonnable, une épaisseur réduite de 3,2 mm, une consommation abaissée de 40%, un accumulateur deux fois plus petit, une commande plus intuitive et, très utile pour une montre GPS destinée aux voyageurs, elle est déclinée en version DualTime. Ici, la précision est atomique: 1 seconde tous les 100 000 ans. Si, depuis décembre 1969, «Astron» est une appellation historique car première montre à mouvement à quartz sur le marché, plus rares sont les lecteurs à connaître la marque Credor.

Micro Artist Studio, berceau de Credor Les crêtes dorées des massifs jurassiens ont donné «Credor», avec un emblème signifiant montagne «山», en caractère chinois. C’est sous cette marque ultra exclusive, créée en 1974, que Seiko a regroupé une collection faite en métaux précieux. Elles aus-

Shizuku-Ishi Watch Studio, le berceau de Grand Seiko 540 km au nord de Tokyo et 145 minutes de «bullet train» plus tard, nous voici à Morioka où nous visiterons Seiko Instruments Inc. C’est ici que sont produits des millions – oui, des millions! – de mouvements à quartz mais aussi une dizaine de milliers de mouvements mécaniques haut-de-gamme. Allait-on découvrir une usine monstrueuse à la chinoise comme j’en ai trop visité? Pas du tout, la fabrique est basse, parfaitement intégrée dans une nature majestueuse. La direction s’est même «amusée» à garder un coin de forêt vierge... Une fois le seuil franchi, on est invité à enfiler des pantoufles, coutume qui ne s’applique donc pas qu’à l’habitat ou aux sanctuaires nippons, mais également aux usines! Autre surprise, il y a des milliers de machines mais comparativement peu d’ouvriers. Tous les ate-

si sont manufacturées ici, plus précisément dans le «Micro Artist Studio» où se croisent des maîtres horlogers, des métiers d’art et tout l’appui technologique de Seiko... Le résultat est époustouflant, notamment la Credor Spring Drive Sonnerie Launch. Le silence de marche absolu du mouvement Spring Drive permet une pureté du son insurpassable (15 millions de yens hors taxes, soit environ 125 000 francs suisses). Même émotion avec la Credor Spring Drive Minute Repeater (35 millions de yens, env. 290 000 francs) dont le son est inspiré des carillons éoliens «Myochin» que, par ailleurs, Sony utilise pour le test de ses microphones. Finalement, Seiko n’est pas le rival d’Omega ou d’autres marques, ses garde-temps sont forgés de culture japonaise et de sa propre histoire d’entreprise.


AILLEURS DANS LE MONDE

EUROPA STAR PREMIÈRE | 19

«Une seconde tous les cent mille ans» Europa Star a pu s’entretenir avec Shinji Hattori, Président et PDG de Seiko.

de Grand Seiko sont en augmentation d’un taux annuel à deux chiffres! Voilà pourquoi le style conservateur est la clé de son succès. En Europe, on pense que Grand Seiko est le haut de gamme des marques du groupe. En réalité, Credor la surpasse dans le segment de la haute horlogerie avec des complications exceptionnelles. Pourquoi, hors du Japon, le groupe

Seiko ne fait-il pas sa promotion comme vitrine de son savoir-faire? J’ai la volonté de promouvoir Credor à l’international, mais lorsque le bon moment sera venu. C’est vrai, les sonneries, répétitions minutes, cadrans émaillés sont exceptionnels et ont suscité un vif intérêt lorsque nous les avons exposés à Baselworld et dans nos boutiques. Pourtant, gérer avec soin une marque à l’étran-

ger nécessite de grands efforts, efforts que nous faisons actuellement sur Grand Seiko. Donc, pour le moment, nous n’allons pas lancer Credor à grande échelle dans le monde, mais continuerons à l’exposer à Bâle et dans nos boutiques au nombre croissant. Si vous mettez l’accent sur Grand Seiko à l’export, pourquoi conserver, sur le cadran, la marque «Seiko»

à 12 h et reléguer «Grand Seiko» à 6h? Ne pensez-vous pas que cela déclasse cette marque haut de gamme ou, du moins, crée une confusion auprès de la clientèle? La marque Credor, elle, ne s’en embarrasse pas... Le «branding» est effectivement très important, mais le changer n’est pas si simple. Et puis, c’est un point de vue européen. Nous allons peut-être y songer mais pas dans l’immédiat.

atelier-zuppinger.ch

PUBLICITÉ

Les horlogers japonais et a fortiori Seiko ont une obsession de la précision ultime, qu’il s’agisse de montres digitales, à quartz ou mécaniques. Les marques suisses, aussi prestigieuses soient-elles, se contentent souvent de standards ou de labels de précision. Pourquoi cette précision est-elle si spécifique aux Japonais? C’est une question intéressante, mais je ne peux pas répondre au nom de l’industrie japonaise entière. Concernant Seiko, la réponse est très claire. Mon arrière grand-père a fondé la marque avec une idée en tête: être en avance d’un pas sur les autres. L’inspiration a toujours accompagné Seiko et, je l’espère, l’accompagnera toujours. Cette idée nous a poussé à faire des montres de plus en plus précises. A ce niveau, Seiko est leader, depuis les montres mécaniques des années soixante jusqu’à aujourd’hui avec l’Astron GPS Solar qui a une précision d’une seconde tous les cent mille ans. Et cette inspiration ne se limite pas à la précision, mais à tous les aspects, en particulier l’innovation représentée aujourd’hui par les technologies Spring Drive et Astron. Les experts de l’horlogerie le reconnaissent, Grand Seiko produit les mouvements mécaniques les plus précis. Dans son segment, la marque pourrait être vue comme la «Rolex japonaise». Mais si, aujourd’hui, Rolex ose plus ou moins s’affranchir de ses canons esthétiques, pourquoi Grand Seiko reste si conservateur, si sobre, si classique? Grand Seiko est née en 1960 avec l’idéal de porter au pinacle quatre aspects: la précision, la durabilité, la praticité et la beauté. Vous pouvez prendre n’importe quel modèle Grand Seiko pour vous apercevoir que ces quatre qualités sont les plus saisissantes. Et ainsi en est-il depuis 55 ans. Par conséquent, l’ADN stylistique se doit d’être classique et sobre. C’est aussi la raison de son récent succès. Comme vous le savez, les ventes

Ancre Amarrage ou pièce de haute horlogerie ? Découvrez l’univers de l’horlogerie d’exception, sur www.hautehorlogerie.org Ancre | Organe, en acier ou en laiton, composant l’échappement d’une montre ou d’une pendule. L’ancre, dont la forme rappelle celle d’une ancre de marine, a un double rôle : d’une part transmettre la force du ressort par l’intermédiaire du rouage au balancier afin de faire perdurer les oscillations et, d’autre part, empêcher le déroulement incontrôlé du rouage remonté. PARTENAIRES DE LA FONDATION | A. LANGE & SÖHNE | AUDEMARS PIGUET | BAUME & MERCIER | BOVET 1822 | CARTIER | CHANEL | CHOPARD | CHRISTOPHE CLARET DE BETHUNE | GIRARD-PERREGAUX | GREUBEL FORSEY | HERMÈS | IWC | JAEGER-LECOULTRE | LOUIS VUITTON | MB&F | MONTBLANC | OFFICINE PANERAI PARMIGIANI FLEURIER | PIAGET | RALPH LAUREN | RICHARD MILLE | ROGER DUBUIS | TAG HEUER | VACHERON CONSTANTIN | VAN CLEEF & ARPELS


AILLEURS DANS LE MONDE

20 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Horlogerie: quelques clés pour comprendre la Russie

garantie de fiabilité sinon d’indestructibilité. La résistance aux chocs et l'étanchéité sont perçues comme des valeurs invariables en matière de garde-temps suisses. De ce fait, le consommateur russe, souvent sans le faire exprès, ne respecte pas toujours les règles d'utilisation de montres, l’exposant à des chocs, à de hautes températures et à l'immersion dans l'eau en dépassant la pression conseillée. Or, la panne de la montre provoque souvent un étonnement puisque la montre suisse est supposée incassable.

Les stéréotypes dominent lorsqu’on s’intéresse à l’acheteur russe de montres. Et certains ne semblent pas dénués de fondements... Le point de vue de Maria Bashutkina, à l’origine du livre «Horlogerie suisse en Russie». Maria Bashutkina,

adjointe scientifique à l’institut du marketing horloger, haute ecole arc, neuchâtel

Lorsque la Russie est évoquée au détour d’une conversation ou aux contours de colonnes de journaux, les associations les plus évidentes renvoient à des questions de politique ou d’économie ou à la com-

plexité des relations entre la Suisse et la Russie. Depuis plus de deux cents ans qu’existent des relations diplomatiques entre les deux pays, les épreuves n’ont pas manqué. Néanmoins, un aspect reste stable dans les relations entre les deux pays: l’amour qu’entretiennent les clients russes pour les garde-temps suisses. Les Russes constituent depuis fort longtemps l’une des clien-

Max Frolov@Flickr

par

Deux type d’acheteurs

tèles préférées des horlogers suisses. Sans compter les ventes en Russie même, il leur revient une part importante des ventes réalisées dans les boutiques de plusieurs pays du monde, où ils dépensent volontiers leur argent en montres.

PUBLICITÉ

Un pays pas tout à fait comme les autres La Russie est un pays immense et multiple, aussi diffèrent que varié. A trois heures d’avion de la Suisse, la Russie semble être à la fois si proche et si lointaine en raison de ses particularités, de ses paradoxes et de sa diversité. Ce pays affiche de fortes disparités en matière de conditions climatiques, de cultures, de traditions, sans oublier ses onze fuseaux horaires... Les différences de revenu entre les habitants sont aussi importantes. Autant de spécificités qui marquent les préférences et les comportements d’achat des consommateurs russes.

Foi aveugle dans le Swiss made

LA MARQUE DE QUALITÉ AU S E RV I C E D E VOT R E Q UA L I T É . S T U D I O P H OTO

PRÉPRESSE

I M P R E S S I O N D I G I TA L E

Depuis 1994, BL Vision SA met ses compétences à votre service. Un nouveau système d’image haute définition à 360 degrés permet l’exploitation de photos produits sur un site internet, ou pour toute démonstration sur ipad, ordinateur ou smartphone. Gestion fluide et parfaite appropriation de l’image assurées

IMPASSE DES ECUREUILS 2 I 1763 GRANGES – PACCOT/FR I SUISSE I TÉL. +41 (0)26 467 70 70 INFO@BLVISION.CH I WWW.BLVISION.CH

AD_BL_Europa Star 149x200.indd 1

18/12/2015 09:03

Pour les personnes les plus aisées, lorsqu’un modèle de montre devient un «must have», comme cela était le cas auparavant avec les voitures Mercedes et Land Cruiser, il devient un indicateur de succès. Il n'est donc pas rare de voir, lors d'une réunion d’affaires, quatre ou cinq personnes portant le même modèle de montre! Cette fidélité aveugle à la mode, à l’heure de l’abondance des biens disponibles, est le signe d’une immaturité de l'acheteur, d’un raisonnement stéréotypé, voire carrément d’un manque de goût personnel. Progressivement toutefois la situation change et les acheteurs d'hier de marques «obligatoires», prêtent attention à des marques plus rares et à des montres plus originales qui servent à souligner la personnalité de leur propriétaire et son statut de connaisseur. De manière générale, les montres mécaniques ont toujours été plus appréciées que celles en quartz en Russie. De fait, la notion de montre suisse est synonyme, dans la tête des acheteurs russes, de montre mécanique. Et la foi de l’ex-homo sovieticus en la supériorité de la marchandise étrangère est sans limites. La signature «Swiss made» est toujours considérée comme une

Par ailleurs, l'absence d’une culture d'achat de montres différentes pour des activités différentes entraîne des conséquences: un aficionado peut porter la même montre classique à bracelet en cuir dans la salle de sport, à la pêche ou à la chasse et même au sauna... En même temps, seuls quelques propriétaires de montres assez chères effectuent la maintenance régulière requise tous les 3 ou 5 ans. L'importance et la nécessité d’un tel service suscitent la perplexité. Il va sans dire que l'attitude d'une personne face à l’achat d’une montre suisse varie aussi en fonction de l'âge, de sa formation et de son expérience de vie. On peut dire qu’aujourd’hui dans la société russe coexistent deux groupes d'acheteurs. Le premier a une mentalité qui s'est formée à l'époque de l'URSS et vit en général avec des revenus relativement bas. Le second est orienté vers la consommation d'articles de marques de qualité et dispose des moyens nécessaires à son style de vie ou aspire à se les procurer. Ce sont précisément les personnes de cette catégorie qui constituent des acheteurs potentiels de montres suisses haut de gamme.

«Horlogerie suisse en Russie» Dans l’ouvrage «Horlogerie suisse en Russie» initié et coordonnée par l’Institut du Marketing Horloger, le thème de l’horlogerie suisse en Russie est présenté au sens «large» et offre aux lecteurs quelques pistes pour appréhender la complexité de cette thématique. A travers six contributions d’experts de l’industrie horlogère, russes comme suisses, cet ouvrage met en lumière le développement historique des relations horlogères entre les deux pays depuis deux siècles. Il explique les spécificités des clients russes et leurs attentes. Il permet de saisir les facteurs qui ont influencé les goûts et les préférences de la clientèle russe pour les montres et des particularités du marché russe plein de surprises. Finalement, les articles réunis mettent en lumière le fameux adage marketing «Marque globale – communication locale». Ils apprendront aussi à déjouer des pièges, tendus notamment par les plateformes de vente en ligne…


BUSINESS & INNOVATION

EUROPA STAR PREMIÈRE | 21

Fachinetti: gérer une flotte automobile Vous travaillez avec BMW et Mini. Des marques de grande qualité, mais chères…

Les horlogers, mécaniciens du minuscule, ont toujours été fascinés et souvent inspirés par la mécanique majuscule et les formes carrossées de l'automobile. Mais outre – ou grâce à – cette parenté, les horlogers sont aussi de grands utilisateurs de l'automobile. Une manufacture doit aussi gérer une flotte. Rencontre avec Enzo Gagliardi, directeur de vente flotte de Fachinetti Automobiles. Propos recueillis par Pierre Maillard

Combien de véhicules votre division flotte gère-t-elle ainsi?

Les entreprises horlogères disposent souvent de nombre d'automobiles de fonction ou de service. Comment gère-t-on au mieux une flotte?

Le Groupe Fachinetti est désormais le plus important acteur dans le domaine flotte en Suisse romande. Nous travaillons avec plus de 70 sociétés, ce qui représente environ 350 véhicules par an, soit quasiment un véhicule par jour.

Gérer une flotte de voitures, c’est comme gérer un portefeuille d’actions. A l'image d'un portefeuille une flotte s'optimise pour en tirer le meilleur. Donc, autant confier cette gestion à ceux dont c'est le cœur de métier.

Certes, mais aujourd'hui, à travers notre politique de prix et celle de BMW ou Mini, on peut, dans le cadre de nos offres flotte, obtenir un véhicule haut de gamme comme BMW au prix d'une voiture de moyen de gamme… je ne vous donnerai pas de nom.

De plus, en étant physiquement présents à Genève-Meyrin, Gland-Vich, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, nous disposons d'un maillage du territoire qui accroît l'efficacité de notre service. Et nous inaugurons fin février 2016 un nouvel espace à Genève qui sera le plus grand garage BMW de Suisse, un très important investissement.

Par ailleurs, ressentez-vous le ralentissement qui touche aujourd'hui l'industrie horlogère? Oui, nous l'avons ressenti dès le milieu de l'année, bien que nous n'ayons quant à nous pas été directement impactés par le franc fort, au contraire même. Il faut compter aussi avec la nouvelle loi qui, à partir du 1er mai 2015, interdit aux frontaliers d'utiliser leur véhicule de fonc-

tion à titre privé, sauf pour se rendre à leur domicile. Tout autre trajet privé pourra désormais être considéré comme une importation, ce qui occasionnera le dédouanement du véhicule et le paiement de la TVA. Et le véhicule électrique? Vos interlocuteurs en entreprise s'y intéressent-ils sincèrement? Pour le moment, c'est encore marginal mais d'évidence c'est le futur de l'automobile. La loi exige désormais que le parc de chaque entreprise soit contrôlé de façon à établir la moyenne de CO2 et de taxer en conséquence. Les choses vont rapidement évoluer. Après la i3 en 2014, la BMW i8 a été élue voiture verte de l'année par le WCA. Graduellement mais immanquablement, les flottes d'entreprise – qui sont de plus en plus concernées par leur image "verte" vont s'électriser.

PUBLICITÉ

Mais qu'est-ce que ça signifie «optimiser» une flotte? Nous avons mis sur pied ce que nous appelons un «Service entreprise», qui est exclusivement réservé aux PME, aux sociétés industrielles ou commerciales comme aux multinationales, nombreuses en Suisse romande. Dans le cadre de ce service global, nous offrons une véritable gestion optimisée d'une flotte, qui commence dès 5 véhicules (BMW et Mini). Au départ, nous analysons en détail les besoins de l'entreprise, les types de véhicules nécessaires, leurs motorisations, leurs équipements, leur consommation et leurs émissions globales, de façon à disposer d'un bilan complet. A partir de là, nous proposons de nombreuses solutions d'optimisation des coûts, que ce soit en termes de remises, de taux d'intérêts, de contrats d'assurance, de services, etc… Ça, c'est en amont. Qu'en est-il de l'après-vente? L'intérêt de tous, le nôtre comme celui de nos clients, est d'établir une relation à long-terme. Dans cette optique, nous avons créé une équipe entièrement dédiée. Tout comme l'entreprise n'aura qu'un seul interlocuteur pour la vente, elle n'aura aussi qu'un seul interlocuteur pour tout ce qui concerne l'après-vente: un spécialiste, un «concierge» parfaitement au courant du dossier, apte à répondre à toutes les demandes, voire à les anticiper. Dans la gestion d'une flotte, la continuité est très importante car elle est gage de qualité.

images & films genève www.diode.ch


BUSINESS & INNOVATION

22 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Chez les magiciens de l’image

Parfois, Photoshop ne suffit pas... Il n’empêche que l’industrie du traitement d’image pour les produits imprimés ou web a connu des bouleversements technologiques drastiques ces vingt dernières années. Seuls les acteurs les plus haut de gamme et les plus audacieux ont pu se maintenir en Suisse. Parmi ceux-ci, BL Vision à Granges-Paccot. Rencontre. par

Serge Maillard

Installé à Granges-Paccot dans le canton de Fribourg, Joseph Bato dégage à la fois de la douceur, de la sérénité et un sens de l’adaptation et de l’innovation à toute épreuve. Il lui en a fallu pour perdurer à la tête de BL Vision, une entreprise que ce passionné de l’image de qualité a cofondée en 1994, dans une industrie de la photolithographie complètement transformée – et qui ne compte plus qu’une poignée d’acteurs en Suisse romande: «A nos débuts, nous faisions exclusivement de la retouche d’images. Aujourd’hui, nous avons

intégré deux studios de photographie avec plusieurs postes de travail et pouvons accompagner tout projet de la prise de vue jusqu’à l’impression en haute qualité d’un livre, d’une affiche ou d’un catalogue.» Surtout, la société s’est spécialisée dans le traitement très haut de gamme d’images et dans la qualité, alors que les entreprises de photolithographie de volume, à la chaîne, ont dû fermer leurs portes... «C’est comme si l’on va chez un grand couturier: nous avons l’œil, nous corrigerons des détails qui paraîtront imperceptibles à beaucoup, mais pas à l’expert! C’est cette précision sur

PUBLICITÉ

Formation

Certificat d’études avancées en marketing horloger Workshops à la carte en entreprise

Prestations de service Etudes du marché et des tendances

Gestion de la marque et de la réputation

HEG - Haute école de gestion Arc • www.imh-arc.ch •

T. 032 930 20 20

l’image qui fait la différence. Et cela est valable aussi pour internet si l’on souhaite une belle texture, pas de la pixellisation. Lorsque l’on agrandit une image travaillée chez nous, on verra encore tous les détails.» La société fribourgeoise, qui compte une douzaine d’employés, travaille principalement pour l’industrie horlogère, mais compte aussi des entreprises comme Scott ou Switcher parmi ses clients. La «proximité» n’est pas un simple argument marketing: «Nos clients horlogers ne vont pas dans les pays voisins, car il est à la fois plus rapide, moins cher et moins risqué d’envoyer à Fribourg des montres fabriquées localement pour des prises de vue, ne serait-ce que pour une question d’assurances. Outre la qualité, la proximité constitue donc un atout très concret!»

Résolument en haute définition Depuis ses débuts, BL Vision a toujours opté pour la photolithographie haut de gamme, avec ce sens du détail qui caractérise son fondateur. De l’image haute définition en très haute définition, en quelque sorte... Dans les années 1990, l’entreprise travaillait encore avec des pellicules physiques que les marques lui envoyaient. Une autre époque! Le séisme technologique qui a transformé l’industrie, entraînant dématérialisation et automatisation du traitement des images, date d’avant internet, se rappelle Joseph Bato: «Avec les nouvelles générations d’ordinateurs plus puissants, nos clients ont commencé à faire de la mise en page à l’interne.

Avant, ils nous confiaient pratiquement tout! Et la photolithographie est devenue optionnelle: on la fait rapidement à l’interne, voire pas du tout, on la confie aux imprimeurs en vrac... Ou alors on ne la pratique que pour les tirages en haute résolution.» C’est là que l’entreprise spécialisée fribourgeoise fait toujours la différence: «Nos clients ne peuvent pas gérer à l’interne la haute définition, cela

«Comme un grand couturier, nous avons l’oeil, nous corrigeons des détails qui paraissent imperceptibles à beaucoup, mais pas à l’expert!» reste notre métier! Même si le risque existe que demain, même la photolithographie haut de gamme soit réalisée à l’interne, automatisée... En particulier sur les produits imprimés, le traitement des images reste indispensable si l’on veut parvenir à un bon résultat, à la hauteur du luxe que l’on proclame. En outre, cette résolution permettra de zoomer sur un détail afin de recadrer l’image, sans devoir repasser par nous.» En ce qui concerne la définition proposée, Joseph Bato estime avoir déjà atteint le maximum: «Aller au-delà paraîtrait superficiel et faux, un peu comme l’impression que peut donner la télévision HD...» Sur internet, les images basse ou moyenne résolution dominent cependant encore: «Le problème reste que la haute ré-

solution est très lourde. La solution à terme viendra d’un débit plus rapide sur le web, qui permettra d’utiliser les images en haute définition.»

Innover face au ralentissement horloger Depuis une année, BL Vision propose également des prises de vue à 360°, qui se distinguent de la vidéo: il s’agit du cumul de plusieurs photos en haute définition, de 16 à 32 images, qui permettent à l’internaute de faire le «tour» d’une montre, par exemple. Ils pourront aussi l’agrandir avec le doigt, depuis une tablette électronique. «Et comme les images restent sur notre serveur, cela ne pose pas de problème de lourdeur aux sites de nos clients. Sur ce travail comme sur d’autres, c’est la finition des images qui est très importante. Notre grand avantage, c’est que les photographes et les retoucheurs sont sous un même toit: ils peuvent avoir un échange immédiat d’opinions sur une prise de vue. Nous gagnons ainsi en temps mais aussi en qualité.» Dépendant de l’état de santé de l’industrie horlogère, qui commande moins de prises de vue et traitements d’images en cette période de ralentissement économique, la société mise toujours sur l’innovation pour s’adapter: «Nous songeons à terme à automatiser la production d’images à 360° à l’interne pour être plus efficaces. Mais mon obsession reste de faire du haut de gamme, de l’image d’excellente qualité, et de toujours essayer d’avoir un temps d’avance!»


BUSINESS & INNOVATION

EUROPA STAR PREMIÈRE | 23

POINT DE VUE BUSINESS

Agir sur le prix ou la valeur? Face à un marché en repli, doit-on privilégier la baisse des prix ou apporter plus de valeur aux clients? par

Alexandre Olive, fondateur de & business coaching

kalexy conseil

Lorsqu’un marché se tend, la pression sur les prix devient inévitable. Alors comment faire? Si la réponse n’est pas simple, elle dépend aussi du secteur d’activité, selon qu’il s’agisse de marques horlogères, de prestataires de services ou encore de sous-traitants externes. Nous accompagnons nos clients dans ces trois cas de figure et nous sommes régulièrement sollicités pour répondre à cette problématique. De manière générale, une baisse de prix doit être ponctuelle, ciblée et bien définie au risque de s’avérer dangereuse pour l’entreprise car elle fragilise la marge et par conséquent le résultat d’exploitation. Elle peut aussi affecter l’image du produit et de l’entreprise. Autre point important à garder à l’esprit: il est très difficile de revenir en arrière après avoir procédé à une baisse de prix. La peur de ne pas atteindre les objectifs, alimentée par le manque d’opportunités dans le pipeline de vente, pousse les vendeurs ou les représentants à accorder des concessions déraisonnables. Attention: situation perverse. Il est donc plus pertinent de faire face et de se mobiliser entièrement pour apporter plus, beaucoup plus de valeur au client afin de rester dans la course. C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

Comprendre les besoins réels du client N

Elémentaire et trop souvent négligé, le point crucial est tout d’abord de comprendre les besoins du client, encore plus lorsque la conjoncture est laborieuse. Il s’agit de poser les bonnes questions et écouter, élément essentiel car cela permet de gagner sa confiance, facteur primordial de la vente. Comprendre sa problématique, sa frustration, ses envies, ses prérogatives. Si c’est un acheteur professionnel, saisir les critères sur lesquels il sera jugé par sa direction. Dans tous les cas, il est fondamental d’explorer la partie cachée de l’iceberg de manière à avoir une vue holistique du fonctionnement de l’entreprise. L’habilité à identifier clairement les besoins exacts de la clientèle et saisir rapidement comment votre produit ou service peut résoudre leurs contraintes de manière efficace et rentable est la clé pour de bons et sains rapports commerciaux. L’étape

suivante est de paramétrer et présenter votre offre en fonction des besoins que vous avez entendus. La discussion et la relation que vous établissez avec votre interlocuteur vous inviteront à proposer des solutions parfois aussi pour des aspects qui ne sont pas forcément le sujet de départ. En affaires, diagnostiquer les PUBLICITÉ

besoins du client, c’est prévenir. Et prévenir est mieux que guérir.

Le «principe du plaisir» Une fois les besoins du client déterminés, il s’agit de diminuer l’écart qui le sépare de son idéal. En d’autres termes, dresser un scénario qui reflète ses besoins alors pleinement satisfaits. L’être humain (et par conséquent clients et prospects!) est motivé par ce que Sigmund Freud appelait le «principe du plaisir». En deux mots, nous nous distançons de ce qui nous frustre pour nous concentrer sur ce qui nous procure du plaisir ou nous

libère des soucis. Gardez ce point essentiel à l’esprit lors de la discussion. Amenez le client à ressentir une émotion positive en relation avec ce que vous lui proposez. Faites-le vibrer! Un autre point élémentaire: les clients achètent pour leurs propres raisons et non pas pour les vôtres. Dès lors, la question à vous poser est: qu’ont-ils à gagner en faisant affaire avec vous et pas avec un de vos concurrents?

Passer du prix à la valeur ajoutée Le prix reste l’élément prioritaire dans la décision finale d’une vente et il est

essentiel de comprendre tout ce que ce prix inclut de tangible et d’intangible: service, garantie, SAV, conditions de paiement, mini formation, R&D, qualités intrinsèques de ce que vous vendez, les besoins que vous comblez et bien sûr les résultats que vous garantissez. Si vous gagnez et obtenez la confiance de votre interlocuteur, que ses besoins sont bien diagnostiqués et que l’offre que vous proposez répond à ceux-ci, s’il saisit votre valeur ajoutée, le prix comme unique cheval de bataille peut être dompté!


BUSINESS & INNOVATION

24 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Aux origines du Poinçon de Genève La Genève internationale est aussi capitale horlogère. L’horlogerie fait partie intrinsèque de l’ADN d’un territoire qui veille jalousement à sa promotion. L’histoire en est ancienne. A la fin du XIXe siècle naissait, de la volonté des politiques et des horlogers, la première certification liant un niveau de technique et un territoire de fabrication: le Poinçon facultatif des montres de Genève. S’il incarne aujourd’hui la bienfacture et la fiabilité des gardes-temps, son origine s’inscrit dans une dynamique fort différente: faire à Genève une montre courante. Histoire d’une impasse qui débouche sur l’excellence horlogère. par

Nicolas Hanssens, nhs consult

et expert-intervenant à la haute ecole de gestion de genève et

Nadège Sougy, université de fribourg et expert-intervenante à la haute ecole de gestion de genève

Un ancrage territorial Le lien entre territoire et tissu économique horloger s’affirme et se formalise au moyen d’appellations et certificats d’origine. L’un des premiers indicateurs du lien entre territoire et industrie qui vient à l’esprit pour l’horlogerie est le pays d’origine, que l’on retrouve presque systématiquement sur les cadrans de nos gardes temps au travers de l’indication «Swiss Made». Bien qu’il existe un certain nombre d’autres certifica-

tions et labels comme par exemple le COSC ou la Qualité Fleurier, ces derniers ne s’engagent que sur l’expertise technique. Le Poinçon de Genève, au contraire, propose au même titre que le Swiss Made, d’inscrire à la fois

des prérequis techniques et d’origine géographique. Du point de vue du consommateur, le Poinçon de Genève trouve son intérêt car il associe un produit avec une somme de croyances et d’images

PUBLICITÉ

“FAIRE POUR VOUS LES CHOSES EN GRAND” ÉVÉNEMENTS D’ENTREPRISE

INAUGURATIONS

LANCEMENTS DE PRODUIT

APÉRITIFS

COCKTAILS DÎNATOIRES

BANQUETS

Palais Créations SA | CP 112 | 1218 Le Grand-Saconnex T. +41 (0)22 761 15 80 | info@palaiscreations.ch | www.palaiscreations.ch 149x149.indd 1

07.04.15 10:24

que les clients auraient potentiellement au sujet de Genève. Lorsqu’un client décide d’acheter une montre, un nombre très important d’informations sont traitées par ce dernier pour se former un avis et effectuer sa décision. Dans ce processus, le Poinçon de Genève devient un attribut intangible qui fait partie des différents éléments qui seront pris en compte par le client. Dès lors, la capacité du Poinçon à convaincre le client final dépend notamment de la pertinence entre l’association Genève et savoir-faire horloger et de la capacité qu’ont les marques et leurs réseaux de vente à mettre en avant ce critère dans la décision d’achat des clients et des collectionneurs. Le poinçon n’est pas qu’une attestation de provenance. Au delà de son accréditation territoriale, il joue également un rôle certificateur de qualité, de technicité et d’esthétique. Les montres de haute horlogerie sont par nature compliquées. Il existe donc une importante asymétrie d’information entre le producteur et le client final. Dans ce contexte, et grâce à la crédibilité de l’organisme indépendant qu'est l’Etat de Genève, les marques bénéficiant du Poinçon disposent d’un outil puissant afin de convaincre les clients de la qualité technique des produits. Si l’on se place du point de vue des entreprises, on peut également analyser l’utilisation d’un tel label sous l’optique stratégique. En créant un marché de montre labélisées Poinçon de Genève, on crée un marché à part entière diminuant ainsi la menace d’une concurrence extérieure. En d’autres termes, lorsque le Poinçon de Genève parvient à affirmer son autorité en tant que label de la région de l’excellence horlogère, la concurrence de productions provenant d’autres régions comme par exemple Neuchâtel ou Bienne s'en trouve diminuée.

Le Poinçon de Genève est en vogue Les experts et passionnés de l’industrie ont pu constater une forte augmentation de la communication de ce Poinçon ces dernières années. Bien qu’existant depuis plus d’un siècle, ce label semble se réaffirmer tant dans la presse que dans les discours de la force de vente. Cet apparent succès de l’appellation régionale est cependant à relativiser au regard de la haute horlogerie suisse. En effet, le club exclusif des marques qui à ce jour arborent le poinçon sur certaines de leurs pièces est en réalité très restreint: seuls Vacheron Constantin, Cartier et Chopard proposent des pièces poinçonnées ainsi que Roger Dubuis pour l’ensemble de leur production. Parmi ces quatre marques, trois d’entre elles appartiennent au groupe Richemont. Bien que fortement médiatisé dans la presse spécialisée, le Poinçon de Genève reste donc aujourd'hui le pri-

vilège de quelques élus et se concentre principalement sur des pièces d’exception adressées à un public de collectionneurs avertis. Cet état d’excellence qui prévaut aujourd’hui n’est cependant pas celui qui a justifié la naissance de ce Poinçon.

Rattraper le retard La nécessité de garantir l’origine et le niveau technique des montres de Genève est évoquée assez régulièrement au cours du XIXe siècle. Mais c’est à la fin des années 1870, qu’elle réapparait alors que le secteur horloger genevois connaît une crise profonde avec la perte de près de 70% de ses effectifs en dix ans et qu’une offre étrangère se revendiquant genevoise inonde le marché. La lutte s’engage alors sur deux fronts. Il faut assurer l’identification sur le marché des montres réalisées par des horlogers genevois et développer une qualité courante à Genève qui, justement parce qu’elle fait défaut, est proposée par les concurrents. La période est en effet à la démocratisation de la consommation de

«Nous sommes en retard de 20 à 30 ans en ce qui concerne la fabrication des montres, nous continuons à pécloter alors que dans les montagnes et ailleurs on employe des moyens tout différents. Nous ne faisons pas la bonne montre courante. C’est une lacune!», déclare un horloger genevois en 1877. montres. Nombreux sont les centres horlogers qui misent sur une production industrielle permettant de fournir des montres fiables à de prix accessibles, que ce soit en Suisse à la Chaux-de-Fonds, en France à Besançon ou encore aux Etats-Unis dans le Massachussetts. De son côté, la fabrique genevoise demeure fidèle à sa tradition d’horlogerie artistique et peine selon les contemporains à obéir à la loi du progrès en refusant de mettre en place une production abondante économique et de bonne qualité. Face à une concurrence déjà bien présente sur le marché, le rattrapage ne peut s’engager que dans l’ombre de la protection de l’Etat. En 1886, la loi créant le contrôle facultatif des montres dans le canton de Genève donne naissance au premier poinçon horloger certifiant une origine, une bienfacture et une fiabilité.


BUSINESS & INNOVATION

EUROPA STAR PREMIÈRE | 25

belligérants cherchent à s’assurer que leurs importations proviennent bien de pays neutres ou alliés.

Vers l’affirmation de l’excellence d’un territoire Au lendemain de la guerre, le Poinçon est devenu une référence de qualité garante de la tradition de la fabrique genevoise et une distinction pour des montres de haut de gamme. Il contribue à réaffirmer l’identité horlogère de Genève en attirant dans le canton des mai-

Un rendez vous manqué ?

sons soucieuses d’offrir cette qualité Genève. Au delà du Poinçon, cette alliance entre la qualité horlogère et le territoire se matérialise par toute une série d’initiatives qui viennent soutenir l’excellence de l’industrie dans le canton. Que l’on pense au développement du Campus genevois de la haute horlogerie par le groupe Richemont et à son intention de redynamiser un cluster horloger dans la région, ou encore à la vitalité des programmes de formation consacrés à l’horlogerie dans le canton. C’est d’ailleurs, dans ce contexte que Genève peut s’enorgueillir d’être l’hôte de son 26ème salon de la Haute Horlogerie.

PUBLICITÉ

«Si les maisons qui viennent s’installer à Genève doivent pour obtenir le contrôle de Genève se mettre à la hauteur de nos qualités nous pourrons lutter à armes égales, pour obtenir la qualité Genève ils devront payer les mêmes prix que les maisons de la place.» Le Président lors de la séance du bureau de contrôle des montres, 21 décembre 1920.

BASELWORLD.COM

L’ambition initiale de promouvoir un segment de montres courantes bénéficiant du niveau de savoir-faire des horlogers genevois peine à s’affirmer. La structure de production genevoise évolue peu sur ce segment et les exigences de bienfacture interdisent largement le poinçonnement de montres courantes. Les réactions des marques horlogères genevoises sont assez contrastées. Si Patek Philippe soumise à des contrefaçons sur sa marque est sensible à la protection donnée par le canton, d’autres marques plus conscientes de la force de leur réputation tardent à opter pour cette certification. Malgré des campagnes publicitaires menées dans les palaces, les guides touristiques, la presse nationale et internationale, le poinçon demeure confidentiel. Chaque année, ce ne sont au total qu’un peu moins de 500 montres qui sont poinçonnées par le bureau de contrôle pour un nombre de fabricants oscillant autour de la trentaine. L’objectif initial qui était de permettre de développer une montre courante de qualité certifiée Genève ne semble pas être rempli. Il faut attendre la Première Guerre mondiale pour que le poinçon s’affirme comme une garantie d’origine au moment où les pays

Le rendez-vous mondial incontournable de l’horlogerie et de la bijouterie où les acteurs-clés de la branche dévoilent leurs dernières créations et innovations. Prenez part à cet événement majeur et laissez-vous immerger dans le monde de la passion, de la précision et de la perfection.

17 – 24 MARS 2016 bsw16_Ad_fr_200x251_Europa_Star_Premiere_jm.indd 1

27.11.15 16:05


BUSINESS & INNOVATION

26 | EUROPA STAR PREMIÈRE

Hublot: de la suite dans les idées Le dernier «mantra» du luxe est le mot «expérience»: du simple luxe de la possession, on passerait au luxe plus subtil et plus évanescent de l'expérience vécue. C'est dans cette optique qu'un Bulgari, par exemple,

s'est lancé dans l'hôtellerie en y transposant ses codes stylistiques et en tentant d'y incarner spatialement, sensuellement et gustativement «l'art de vivre à la romaine» que met en avant sa communication.

PUBLICITÉ

Au tour d'Hublot de se lancer dans cette voie de «l'expérience». Il ne s'agit pas là d'un hôtel Hublot (pas encore?), mais d'une suite Hublot, la suite «Hublot 107» aménagée dans le nouvel hôtel-boutique 5 étoiles Atlantis by Giardino de Zurich.

Une «expérience» strictement réservée aux fans les plus irréductibles de la marque. Le moins qu'on puisse dire est qu'à cette occasion Hublot n'y est pas allée avec le dos de la cuiller. En fait «d'expérience», cette suite de 68 m2 offre une immersion totale dans le style Hublot en reprenant tous les codes stylistiques des boutiques Hublot. On s'y croirait. Tout y est «Hublot», des toiles et posters aux murs reproduisant les vives couleurs de la Big Bang Pop Art, au chandelier-chronographe de 1,20m de diamètre en passant par un vaste éclaté du chronographe Unico, des petites vitrines exposant des modèles, ou encore, clin d'œil un peu coquin, le plafond de la chambre à coucher est peint du slogan-maison «The Art of Fusion». Et si vous n'avez pas encore assez de «Hublot», vous pouvez passer commande au room-service d'un petit dessert en forme de Hublot. En attendant que le lendemain matin, après votre «fusion» nocturne, un hélicoptère vienne vous chercher pour vous amener à la manufacture Hublot. Une «expérience» donc strictement réservée aux fans les plus irréductibles de la marque. (PM)


JOURNÉE DU MARKETING

EUROPA STAR PREMIÈRE | 27

Un marché en plein essor grâce à internet, qu’ils ne peuvent pratiquement pas contrôler: pour des fabricants en quête quasi obsessionnelle de «maîtrise», autant commerciale que technique, les reventes de montres constituent un casse-tête, sinon une épine dans le pied. Un casse-tête qui était à l’ordre du jour de la 19ème Journée internationale du marketing horloger à La Chaux-de-Fonds. par

Serge Maillard

«Pas de régulation, très peu de revendeurs honnêtes. C’est le Wild West: beaucoup d’escroqueries et de tromperies, dues à des revendeurs qui s’intéressent juste aux aspects cosmétiques de la montre, pas à la fiabilité et aux mécanismes. La plupart investissent le strict minimum pour rafraîchir la boîte et le bracelet. Les mouvements ne fonctionnent souvent pas bien du tout et sont très imprécis. Les montres ne sont pas révisées. Beaucoup de clients se sentent trompés.» Manuel Yazijian, de Watch Inspector, n’a pas fait dans la dentelle à l’heure de décrire la situation actuelle sur le marché américain de montres de luxe de seconde main... Les montres «pre-owned» étaient à l’ordre du jour de la 19ème Journée internationale du marketing horloger à La Chauxde-Fonds. Un marché qui, s’il produit les aléas évoqués par Manuel Yazijian, n’en reste pas moins en plein boom. «Le marché secondaire aux EtatsUnis a beaucoup augmenté et nous n’avons pas assez de produits pour couvrir toute la demande, confirme un acteur de ce marché, Jose Luis Alvira, de Bonhill Group, qui dispose de plus de cent points de vente

Mike Libby – the Arachnidae Heteromoetrus Spinifer Black scorpion

Le marché secondaire, bête noire des horlogers!

en Amérique du Nord. Nous y avons créé une filiale pour dialoguer avec les marques suisses mais aussi des détaillants dans le but d’acheter ces produits, partout dans le monde. Nous vendons à la fois des montres d’occasion et neuves. Certaines marques mettent cependant leurs conditions et ne veulent pas vendre de «pre-owned» aux Etats-Unis.»

Horlogers victimes et complices... Les marques horlogères, justement, qui sont actuellement dans une très forte logique de prise de contrôle de toute leur chaîne de distribution, se retrouvent largement démunies face au «second-hand». Un marché qui, pour reprendre les mots de Manuel Yazijian, «érode du fait de ses travers la confiance du public, non seulement vis-à-vis des revendeurs de montres pre-owned mais aussi des revendeurs officiels et de la réputation des marques.» Et de tisser un parallèle avec l’in-

dustrie automobile, qui fait face aux mêmes problèmes. «Leur solution est de créer des agences sous licence, un rapport sur l’historique des véhicules ou de fournir des informations détaillées aux consommateurs sur les réparations et leur prix, ainsi que les bonnes pratiques. Pour l’horlogerie, il faudrait créer des standards similaires de réparation disponibles au grand public, avec un système de notation et de gradation!» Cependant, les horlogers ont beau jeu de crier au loup... Car ils font certainement partie du problème, lorsqu’ils obligent leurs détaillants à accepter des stocks importants de montres en période de contre-cycle économique, explique le journaliste spécialisé Gregory Pons, éditeur de Business Montres & Joaillerie: «Certains sites vendent des montres venues du marché gris. Mais qui alimente ces sites? Les détaillants! Et pourquoi le font-ils? Car les marques les obligent à acheter trop de montres. S’ils doivent en acheter 200 et qu’ils n’en vendent que 100, il

faut qu’ils trouvent des débouchés. L’origine de ces problèmes toxiques vient du «toujours plus» que souhaitent les marques horlogères. Il faudrait revenir à plus de raison et faire attention à tenir son réseau, à ne pas bourrer les stocks.»

Les aléas du web Fondateur de la marque Louis Moinet, Jean-Marie Schaller a confié à la salle quelques mauvaises surprises liées à l’essor du marché secondaire, en particulier sur internet: «En Russie, l’un des employés de mon distributeur a volé une montre et l’a revendue 3'000 francs sur internet. Dans les pays du Golfe, de riches propriétaires donnent leurs montres à leurs domestiques, qui les revendent et les bradent. Parfois même, le marché secondaire précède celui du neuf! Par exemple, nous avons annoncé un nouveau modèle: nous ne l’avons pas encore livré au marché mais certains sites internet le vendent déjà, à 16'000

PUBLICITÉ

L’impression offset est notre travail quotidien. Nous mettons à votre disposition nos conseils en préparations, matériels, techniques de fabrication et analyses alternatives, idoines pour atteindre le résultat tout en respectant votre budget de dépense.

francs, moins que le prix public! Le mal est fait: même s’ils ne peuvent pas livrer la pièces, nos clients s’attendent désormais à un prix de 16'000 francs. Il ne faut surtout jamais vendre à des gens qui vont organiser des marchés parallèles. Mais on ne peut pas tout maîtriser...» Paradoxalement, Jean-Marie Schaller doit la naissance de sa marque grâce au marché du pre-owned. «J’ai retrouvé à des ventes aux enchères l’ouvrage d’horlogerie de Louis Moinet qui faisait référence au 19ème siècle, une pendule dédiée au président américain, une pendule Montre de Naples, des montres de poche qui préfigurent nos modèles d’aujourd’hui et la cerise sur le gâteau: lors d’une vente aux enchères à Genève, j’ai acquis le premier chronographe du monde, qui date de 1816 et qui fait de Louis Moinet l’inventeur du chronographe. Toutes ces pièces m’ont permis de ressusciter Louis Moinet, qui vit aujourd’hui une nouvelle vie. Il n’y a rien qui ne passe sur le marché concernant Louis Moinet que je n’essaie d’acquérir!»


CULTURE HORLOGÈRE

28 | EUROPA STAR PREMIÈRE

L'homme-horloge de Königsberg 1760 (Kant avait alors 36 ans)? Dans un épisode dont toute l'Europe s'était amusée, Sterne raconte ainsi la procréation de son héros: «…Mon père fut, je crois, l'homme le plus réglé du monde en tout ce qu'il faisait, affaires ou divertissements. Pour donner un exemple de l'extrême exactitude dont il fut, à vrai dire, l'esclave, il s'était, pendant de nombreuses années, fixé comme règle immuable de remonter de ses propres mains la grande pendule debout sur le palier de l'escalier, le soir du premier dimanche de chaque mois (…) Il avait été peu à peu conduit à concentrer à la même date divers autres devoirs familiaux, afin de se débarrasser de tous en une seule fois. (…) Ma mère, à la longue, ne put plus entendre remonter ladite pendule sans voir surgir d'autres pensées et vice et versa.»

Pierre Maillard

Emmanuel Kant, ce «Robespierre de la philosophie», comme l'a qualifié Heinrich Heine, cet homme dont le célèbre ouvrage Critique de la raison pure était, toujours selon Heine, «le glaive qui tua en Allemagne le Dieu des déistes», cet humaniste en avance sur son temps qui, avant la Révolution française, posa les jalons de ce qu'il appelait déjà «les droits de l'homme», ce penseur radical de «l'universel», ce pourfendeur de l'intolérance, bref, ce colosse de l'intelligence qui bâtit un des systèmes les plus solidement étayés de l'histoire de la philosophie était un petit homme chétif, malingre et de santé fragile. Né en 1724 et mort en 1804 dans la lointaine Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad) qu'il ne quitta pratiquement jamais, demeuré célibataire toute sa vie, il mena une existence d'une austérité et d'une monotonie devenues proverbiales. Ne laissant strictement rien au hasard, il s'astreignit sa vie durant à suivre un mode de vie d'une régularité absolue dont tous ses proches témoignèrent. Ses horaires étaient d'une précision telle que, comme le note son ancien secrétaire et biographe Reinhold Bernhard Jachmann, «il servait véritablement d'horloge à tous les habitants du quartier». Quant à ceux qui possédaient une montre, ils avaient pour habitude de la régler sur les allers-et-venues du philosophe. Qu'on en juge! Son emploi du temps était soumis à une exactitude pointilleuse: été comme hiver, il se faisait réveiller à 4h55 par son fidèle serviteur Lampe, un ancien militaire qui entrait dans sa chambre en criant: «Monsieur le Professeur, c'est l'heure». «A cet ordre, Kant obéissait invariablement sans un moment de retard, comme un soldat au commandement, ne se donnant jamais de répit en une circonstance quelconque, même point aux rares cas où il aurait passé une nuit d'insomnie,» nous précise Thomas de Quincey dans son ouvrage Les derniers jours d'Emmanuel Kant, publié en 1827. Cinq minutes plus tard, le philosophe était à sa table servie, buvait une tasse de thé, fumait une pipe de tabac et se mettait à son bureau. Les jours où il enseignait à la faculté, il mettait son chapeau à 7h50, se faisait conduire à l'Université et, à 8h00, ouvrait la porte de sa voiture. De retour chez lui, il se remettait à sa table de travail et ne se relevait qu'à 12h45 en criant «Midi trois quarts ont sonné», sur quoi la cuisinière portait un flacon de tonique ou de vin de Hongrie que Kant emportait prestement à la salle à manger, s'en versait un verre «qu'il recouvrait toutefois d'un papier pour en prévenir l'évaporation» et attendait l'arrivée de ses invités (car, pensait-il, en mangeant seul on s'égare dans ses réflexions, ce qui perturbe la digestion).

Ceux qui possédaient une montre avaient pour habitude de la régler sur les allées et venues du philosophe. David Warrilow, dans Les derniers jours d'Emmanuel Kant, un film de Philippe Collin

par

Tous les après-midi, à 14h30, Kant sortait faire une promenade d'une heure précise (seul, cette fois, car, selon lui, converser en marchant vous oblige à respirer de l'air frais ce qui peut provoquer des rhumatismes) selon un trajet réglé d'avance et toujours semblable, soit huit allersretours le long de l'Allée des Tilleuls. On raconte qu'en quarante ans il ne dérogea que deux fois à cette règle: une fois en 1762, pour courir acheter le dernier ouvrage paru de JeanJacques Rousseau, Du contrat social, et l'autre en 1789, pour aller audevant de l'annonce de la Révolution française. Volontiers hypocondriaque, point tant soucieux de «jouir de la vie que de la prolonger» (il tient à jour une liste des gens les plus âgés de Königsberg et se réjouit de se voir «avancer» dans ce classement), il est néanmoins coquet et s'habille toujours à la dernière mode. Mais il craint que le port des bas, serrés par des rubans autour de la cuisse, ne nuise à la circulation sanguine. Il imagine alors un dispositif étonnant, dont l'idée lui vient sans doute aussi de l'horlogerie. Laissons la parole à Thomas de Quincey qui,

dans son récit, prend la place du médecin de Kant: «Comme il avait trouvé difficile de garder ses bas tirés sans aide, il avait inventé à son usage un appareil extrêmement élaboré que je vais décrire. Dans un petit gousset, un peu plus petit qu'un gousset de montre mais occupant assez exactement la même place au-dessus de chaque cuisse, était placée une petite boîte assez semblable à un boîtier de montre, mais plus petite. Dans cette boîte avait été introduit un ressort de montre roulé en spirale, et autour de cette spirale était placée une cordelette élastique dont la force était réglée par un mécanisme spécial. Aux deux extrémités de cette cordelette étaient attachés des crochets: ces crochets passaient à travers une petite ouverture du gousset, descendaient ainsi tout le long du côté interne et externe de la cuisse et allaient saisir deux œillères fixées à la partie extérieure et intérieure de chaque bas. Ainsi qu'on peut bien le supposer, une machinerie si compliquée était soumise, comme le système céleste de Ptolémée, à des dérangements occasionnels. Mais, par bonne fortune, j'étais alors capable de remédier fa-

cilement à ces désordres qui autrement eussent menacé de troubler le confort et même la sérénité du grand homme.» Le grand homme, tout à son hygiénisme, est également persuadé que les vieux garçons vivent plus longtemps que les hommes mariés. On ne lui connaît qu'un seul épisode galant (et encore n'est-on pas certain que la galanterie y tint la première place) qui, curieusement, a également un lien avec l'horlogerie. Un beau jour de 1762, Kant reçut un billet écrit par une jeune femme mariée, Maria Charlotta Jacobi, qui lui disait «…j'espère votre compagnie pour demain après-midi; oui, oui, je viendrai, vous entends-je dire; eh bien nous vous attendrons et ma montre sera remontée, pardonnez-moi ce rappel…». Que n'a-t'on pas glosé sur ce «ma montre sera remontée»! Etait-ce une allusion coquine en rapport avec le complexe système de ressorts horlogers soutenant les bas de Kant? Ou était-ce une expression grivoise de l'époque, tirée du roman de Laurence Sterne, Vie et Opinions de Tristram Shandy, un énorme succès européen dont la parution avait commencé en

Que sa montre fût «remontée» ou pas, Kant décréta de toutes façons que, «même dans le besoin, le dernier objet que je vendrais serait ma montre!». Et Thomas de Quincey en atteste, qui raconte qu'au cours de ses derniers jours, vivant alors dans sa chambre à coucher dont les fenêtres étaient «barricadées nuit et jour», il fit «ajouter à sa lampe une pendule à répétition. D'abord, le battement en fut trop fort, mais on parvint à emmoufler le martelet et dès lors le tic-tac et les sonneries lui devinrent des sons familiers.» Jusqu'au bout, donc, Kant ressentit le besoin de mesurer le temps. Et pourtant! N'est-ce pas le même homme qui dans sa Critique du Jugement téléologique, s'opposa à Descartes et le dépassa. Dans cet ouvrage, Kant reprend l'exemple de l'horloge, machine mécanique à laquelle Descartes compare le corps humain, et distingue «machine» et «organisme». «Dans une machine», explique Kant, «chaque partie existe pour l'autre, mais non par l'autre; aucune pièce n'est produite par une autre, aucune pièce n'est produite par le tout. Il n'y a pas de montre à faire des montres.» Non, les machines à la différence des organismes, ne se reproduisent pas. Il n'y a effectivement pas de «montre à faire des montres». Mais peut-être est-ce sa sévère montre qui, en empêchant Kant de féconder et de se reproduire, a permis à cet homme-horloge de bâtir une des œuvres philosophiques les plus fécondes qui soit. Publié dans Watch Around Automne 2007.


CULTURE HORLOGÈRE

EUROPA STAR PREMIÈRE | 29

Vintage: à l’heure du futur antérieur Cabestan ou les Claret, le consommateur semble revenir à un désir de discrétion et de classicisme. La montre avant-garde oui, mais à dimension humaine!

L’avenir de l’horlogerie résiderait-il dans son passé? En tous les cas, le boom du vintage laisse percevoir un essoufflement progressif des consommateurs face à l’extravagance horlogère de ce début de millénaire. Une exposition-vente l'illustre. par

Un moyen d’investissement

Sophy Rindler et Denis Asch

L’horlogerie se réinvente. Et pour ce faire, c’est dans le passé qu’elle trouve son inspiration: le vintage est plus que jamais présent sur la scène des enchères et intéresse de plus en plus les collectionneurs. De Genève à Hong Kong en passant par New York, plusieurs maisons de ventes aux enchères ont atteint des records, principalement grâce à des ventes inespérées de montres des années 1950 à 1970. Des modèles de Rolex, Patek Philippe ou encore Omega ont réalisé des exploits cette année. Pourquoi? Quel message en tirer? Et quelle est la place de l’horlogerie moderne face à cette nouvelle vague du vintage? Plusieurs explications peuvent être invoquées.

Plus simple, plus petit, plus lisible Par exemple, le désir d’un «retour aux sources» horloger. Le consommateur a tendance à se tourner vers des diamètres et des formes plus petites, plus facilement portables. Une forme de sagesse inspirée du passé, lorsqu’un diamètre dépassait rarement les 38.5 mm, la moyenne se situant dans une fourchette de 34 à 37 mm... Une autre raison pourrait résider dans la volonté du consommateur de revenir à la notion simple de pouvoir lire l’heure. Il est peut-être moins in-

Le noir aura été omniprésent, rendant souvent illisible l’heure, mais qu’importe: cette tendance avait pris le dessus sur la lisibilité et la fonction première de la montre. De nombreux modèles furent baptisés «All Black». téressé par la prouesse technique, voire technologique d’une montre. La décennie 2000 a vu beaucoup de créations de marques au design extravagant, innovantes en termes de mouvements, de formes et couleurs. Le noir aura été omniprésent, rendant souvent illisible l’heure, mais qu’importe: cette tendance avait pris le dessus sur la lisibilité et la fonction première de la montre. De nombreux modèles furent baptisés «All Black».

Overdose créative? La rupture s’est même emparée du cœur du mouvement. Les années 2000 ont ouvert de nouvelles voies quant à l’utilisation de nouvelles matières et de nouveaux alliages, pour l’habillage mais aussi, de plus en plus, pour le mouvement. De ces nouvelles

marques sont nées des manufactures qui sont devenues les fournisseurs de mouvements de marques tiers. Dans l’histoire de l’horlogerie, on n’a jamais compté autant de records et de prouesses techniques que depuis les années 2000. Pour encadrer cet intense flux créatif, esthétique et technique, de nombreux concours ont été lancés, du Grand Prix d’Horlogerie de Genève à la Montre de l’Année, du Moyen-Orient à l’Asie. Le phénomène commence à fatiguer. Même MB&F tend à se repositionner un ton en dessous en terme de taille et de «bizarrerie» par rapport à ce que la marque produisait jusqu’à l’an passé encore, avec la sixième Legacy Machine. Aujourd’hui, ses extravagances concernant davantage

l’objet (comme leur dernière araignée de table!) que le poignet. La distinction entre montre et machine commence à se refaire sentir: en dépit du génie dont font preuve les Opus, les

Une des caractéristiques importantes du vintage réside dans la valeur «immuable» de la montre. Sa rareté en fait un investissement profitable et, en ces temps troubles, les collectionneurs ne s’y trompent pas. Le succès des ventes aux enchères évoquées ci-dessus en est un baromètre incontestable. Parmi les collectionneurs figurent à la fois des investisseurs et des collectionneurs au sens propre et pur du terme… qui accumulent des pièces mythiques de l’histoire horlogère, telles les Daytona de Rolex, les Nautilus de Patek Philippe, les Speedmaster d’Omega ou les Royal Oak d’Audemars Piguet. L’avenir de l’horlogerie n’est pas en danger. La discipline doit simplement retrouver une place perdue dans des excès de grandeurs antinomiques à la noblesse de cet art qui a toujours prôné l’élégance et la mesure. Les horlogers le comprennent et commencent à ajuster le tir.

A propos de L’HEURE ASCH

Les montres présentées à l’Heure AscH, en Vieille Ville de Genève, par Denis Asch et Sophy Rindler, conseillers horlogers sur la scène internationale, ont été sélectionnées sur trois critères, avec la collaboration de Thomas Perazzi, directeur de la section montres chez Christie’s. Ces critères sont l’horlogerie vintage, l’horlogerie classique indépendante et l’horlogerie avant-gardiste indépendante. Une exposition-vente sera organisée, la première d’une série régulière à thèmes variés. Elle aura lieu du 18 au 30 janvier 2016 de 10h à 19h. L'Heure AscH, rue de la Cité 19, 1204 Genève Tél: +41 22 3111919, denis@heure-asch.com, www.heure-asch.com

PUBLICITÉ

Epauler les sociétés pour qu’elles réussissent à l’international: la Poste, c’est aussi cela! La Poste fait beaucoup plus que ce qu’on imagine. Nous proposons des solutions d’expédition sur mesure aux sociétés actives à l’international. Qu’il s’agisse de lettres, de petites marchandises, d’imprimés ou de publipostages, nous vous garantissons la qualité suisse. Saisissez les opportunités de croissance qui s’offrent à vous et franchissez les frontières grâce à la Poste: poste.ch/dynamique-jaune


SOUS-TRAITANTS HORLOGERS

30 | EUROPA STAR PREMIÈRE

www.dihawag.ch info@dihawag.ch Tél. +41 32 344 60 60

14 - 17 JUIN 2016 PALEXPO GENÈVE WWW.EPHJ.CH

EUROPA STAR, EN VENTE CHEZ NAVILLE

www.horotec.ch

MICRO-DÉCOLLETAGE

www.polydec.ch

RL_Eurotec-Bulletin_98x47_v1.pdf

1

16.02.15

11:34

SAVOIR-FAIRE ET COMPÉTENCES LAMINAGE DE PRÉCISION

Le béryllium et le plomb bientôt bannis, nous avons les solutions.

La Jaluse | CP 132 | CH-2400 Le Locle | T. +41 (0)32 933 91 91 | WWW.ROBERTLAMINAGE.CH

IMPRESSUM EUROPA STAR PREMIÈRE 25 route des Acacias, P.O. Box 1355, CH-1211 Genève 26 Suisse Tel: 00 41 22 307 78 37 Fax: 00 41 22 300 37 48 contact@europastar.com

Rédaction: Pierre Maillard: pmaillard@europastar.com, Serge Maillard: smaillard@europastar.com, Contributeurs dans ce numéro: Jean-Luc Adam, Maria Bashutkina, Alexandre Olive, Nicolas Hanssens, Nadège Sougy, Sophy Rindler, Denis Asch

Publicité, Marketing & Communication: Marianne Bechtel Croze (Bab-Consulting): mac@bab-consulting.com / tél. +41 79 379 82 71 Carlo Fachini: cfachini@europastar.com Nathalie Glattfelder: nglattfelder@europastar.com Véronique Zorzi: vzorzi@eurotec-bi.com Catherine Giloux: cgiloux@europastar.com Jocelyne Bailly: jbailly@europastar.com Graphisme: asgouridis@europastar.com, prod@europastar.com

Impression: Musumeci S.p.A. Direction du groupe Europa Star HBM: Philippe Maillard Éditeur - CEO: Serge Maillard Les publications du groupe Europa Star HBM: Europa Star - Europe - International - USA & Canada - Watches for China - Horalatina - CIJ Trends & Colours - ES Première Europa Star Ukraine - Eurotec - Bulletin d’informations.

Les sites web & iPad du groupe Europa Star HBM: www.worldwatchweb.com, www. europastar.com, www. watches-for-china.com, www. watches-for-china.cn, www. horalatina.com / www. europastar.es, www. europastarwatch.ru, www. watch-aficionado.com, www. cijintl.com, www. eurotec.ch. Les propos exprimés par les auteurs n’engagent que ces derniers. UNE PUBLICATION BIMESTRIELLE D'EUROPA STAR HBM SA.


ANNUAIRE DES HORLOGERS

ARGOVIE AIGNER / Wallbach / www.aignerworld.com CONTINENTAL / Möhlin / www.continental-watches.ch CRUISER / Möhlin / www.cruiser-watches.ch EVERSWISS / Möhlin / www.everswiss.ch HANOWA / Wallbach / www.hanowa.ch MONTEGA / Remetschwil / www.montegauhren.ch POLICE / Wallbach / www.policelifestyle.com ROAMER / Möhlin / www.roamer.ch BÂLE ALEXORA / Bâle / www.alexora.com CHARMEX / Bubendorf / www.charmex.ch CHRISTIAN JACQUES / Bâle / www.christian-jacques.com CX SWISS MILITARY WATCH / Liestal / www.swiss-military.com EMKA / Binningen / www.emka-watches.com EMPORIO ARMANI (Fossil) / Bâle / www.armani.com FOSSIL (Fossil) / Bâle / www.fossil.com GROVANA / Tenniken / www.grovana.ch JAQUET&GIRARD / Binningen / www.jaquet-girard.com ORIS / Hölstein / www.oris.ch REVUE THOMMEN / Tenniken / www.revue-thommen.ch SWISS ALPINE MILITARY / Tenniken / www.swissalpinemilitary.com SWISS MILITARY WATCH / Liestal / www.swiss-military.com SWISSPACE / Tenniken / www.swisspace.it ZEITCENTRALE TIMM DELFS / Bâle / www.zeitzentrale.ch ZENO WATCH / Bâle / www.zeno-watch.ch BERNE A.B.ART / Bienne / www.abartwatches.com ANGULAR MOMENTUM / Ittigen / www.angularmomentum.com ARMAND NICOLET / Tramelan / www.armandnicolet.com ARMIN STROM / Bienne / www.arminstrom.com ATLANTIC / Lengnau / www.atlantic-watches.ch AUGUSTE REYMOND / Tramelan / www.augustereymond.ch AZIMUTH / Bienne / www.azimuthwatch.com AZZARO / La Neuveville / www.azzaro-watch.com BALMAIN (Swatch Group) / St-Imier / www.balmainwatches.com BISSET / Lengnau / www.bisset.ch BOEGLI / Moutier / www.boegliwatch.ch BREMONT / Bienne / www.bremont.com CALVIN KLEIN (Swatch Group) / Bienne / www.calvinklein.com CANDINO (Festina Group) / Bienne / www.candino.com CATENA / Corcelles / www.montres-catena.com CENTURY / Nidau / www.century.ch CLARO WATCH / Bienne / www.clarowatch.com CODEX / Bienne / www.codexwatches.com CONCORD (Movado Group) / Bienne / www.concord.ch DAVIDOFF / Bienne / www.zinodavidoff.com DAVOSA / Tramelan / www.davosa.com DE BORTOLI / Bienne / www.debortoliwatches.com DELANCE / Macolin / www.delance.ch DELBANA / Lengnau / www.delbana-watches.ch DELMA / Lengnau / www.delma.ch DOXA / Bienne / www.doxa.ch EBEL (Movado Group) / Bienne / www.ebel.com EBERHARD & Co / Bienne / www.eberhard-co-watches.ch EPOS / Lengnau / www.epos.ch FORMEX / Lengnau / www.formexwatch.com FRANK JUTZI / Wichtrach / www.frankjutzi.com GEORGE J VON BURG / Bienne / www.gjvb.com GEVRIL / Tramelan / www.gevrilgroup.com GLASHUTTE ORIGINAL (Swatch Group) / Bienne / www.glashuette-original.com GLYCINE / Bienne / www.glycine-watch.ch HALDIMANN / Thun / www.haldimann-horology.ch HAMILTON (Swatch Group) / Bienne / www.hamiltonwatch.com HERMES / Bienne / www.hermes.com HORAGE / Bienne / www.horage.com HUGO BOSS / Bienne / www.hugoboss.com HUGUENOT / Bienne / www.huguenot.com INDUCTA / Gwatt / www.inducta.ch JAGUAR (Festina Group) / Bienne / www.jaguarwatches.ch JOVIAL / Bienne / www.jovial.ch L.LEROY / Bienne / www.montres-leroy.com LEON HATOT (Swatch Group) / Corcelles / www.leonhatot.com LONGINES (Swatch Group) / St-Imier / www.longines.com MARANELLO / Bienne / www.rotapmaranello.com MAURICE LACROIX / Bienne / www.mauricelacroix.com MILLERET / Bienne / www.milleret.ch MILUS / Bienne / www.milus.com MOVADO (Movado Group) / Bienne / www.movado.com OGIVAL / Bienne / www.ogival-watch.com OMEGA (Swatch Group) / Bienne / www.omegawatches.com PERRELET (Festina Group) / Bienne / www.perrelet.com PIERCE / Bienne / www.pierce1883.com PIERRE JUNOD / Bienne / www.pierrejunod.com RADO (Swatch Group) / Lengnau / www.rado.com RESSENCE / Bienne / www.ressence.eu RODANIA / Koeniz / www.rodania.com RSW / La Neuveville / www.rsw-swiss.com SCUDERIA FERRARI OROLOGI (Movado Group) / Bienne / www.store.ferrari.com SECULUS / Bienne / www.seculus.ch

STROM / Nidau / www.stromwatch.ch STUHRLING ORIGINAL / Bienne / www.stuhrling.com SWATCH (Swatch Group) / Bienne / www.swatch.com SWISS MILITARY / Moutier / www.genuineswissmilitary.ch SWISS TIME / Bienne / www.swisstimeintl.com TALLER / Bienne / www.tallerwatch.ch THOMAS PRESCHER / Twann / www.prescher.ch TIFFANY & CO / Bienne / www.tiffany.com TRASER H3 / Niederwangen / www.traser.com UNION GLASHUTTE (Swatch Group) / Bienne / www.union-glashuette.com URBAN JÜRGENSEN / Bienne / www.ujs-chronometry.ch VASTO / Tramelan / www.vasto.ch VICTORINOX SWISS ARMY / Bienne / www.victorinox.com VOGARD / Nidau / www.vogard.com W. GABUS / Bienne / www.wgabus.com ZEITWINKEL / St-Imier / www.zeitwinkel.ch FRIBOURG BULOVA / Fribourg / www.bulova.com CARBON 14 / Granges-Paccot / www.carbon14.ch CARTIER (Richemont) / Villars-sur-Glâne / www.cartier.com CECIL PURNELL / Belfaux / www.cecilpurnell.com GUEPARD / Fribourg / www.guepard.ch JO SIFFERT / Fribourg / www.josiffert.com LINDE WERDELIN / Fribourg / www.lindewerdelin.com MAURON & MUSY / Saint-Aubin / www.mauronmusy.com SAINT HONORE / Fribourg / www.sainthonore.com VAN CLEEF & ARPELS (Richemont) / Villars-surGlâne / www.vancleefarpels.com GENÈVE AKRIVIA / Genève / www.akrivia.com ALAIN PHILIPPE / Genève / www.alainphilippe.com ALFRED DUNHILL (Richemont) / Genève / www.dunhill.com ALPINA / Plan-les-Ouates / www.alpina-watches.com ALTANUS / Genève / www.altanus.com ANDERSEN GENEVE / Genève / www.andersen-geneve.ch ANTOINE PREZIUSO / Arare / www.antoine-preziuso.com APPELLA / Carouge / www.appella.com AQUANAUTIC / Genève / www.aquanautic.com ARTYA / Vésenaz / www.artya.com ATELIERS DE MONACO / Plan-Les-Ouates / www.ateliers-demonaco.com BADOLLET / Genève / www.badollet.com BAUME & MERCIER (Richemont) / Bellevue / www.baume-et-mercier.com BEDAT & Co. / Genève / www.bedat.com BERTOLUCCI / Genève / www.bertolucci-watches.com BLACK BELT / Vésenaz / www.blackbeltwatch.com BLACKSAND / Genève / www.blacksandgeneve.com BOGH-ART / Genève / www.bogh-art.com BOVET / Plan-les-Ouates / www.bovet.com BREVA / Genève / www.breva-watch.com BURBERRY (Fossil) / Genève / www.burberry.com CHANEL / Genève / www.chanel.com CHARRIOL / Genève / www.charriol.com CHOPARD / Meyrin / www.chopard.com CLERC / Genève / www.clercwatches.com CVSTOS / Genève / www.cvstos.com CYRUS / Versoix / www.cyrus-watches.ch DA VINDICE / Genève / www.davindice.com DANIEL ROTH (Bulgari) / Meyrin / www.danielroth.com DAVID VAN HEIM / Carouge / www.david-van-heim.com DE BETHUNE / Genève / www.debethune.ch DE BOUGAINVILLE / Plan-les-Ouates / www.debougainville.com DE GRISOGONO / Plan-les-Ouates / www.degrisogono.com DELACOUR / Genève / www.delacour.ch DELALOYE / Carouge / www.garde-temps.ch DELANEAU / Genève / www.delaneau.com DEWITT / Meyrin / www.dewitt.ch EMILE CHOURIET / Meyrin / www.emile-chouriet.ch ENIGMA / Genève / www.gbenigma.com F.P. JOURNE / Genève / www.fpjourne.com FABERGE / Genève / www.faberge.com FRANC VILA / Genève / www.francvila.com FRANCK MULLER / Genthod / www.franckmuller.com FRED (LVMH) / Genève / www.fred.com FREDERIQUE CONSTANT / Plan-les-Ouates / www.frederique-constant.com GERALD GENTA (BULGARI) / Meyrin / www.geraldgenta.com GIO MONACO / Genève / www.giomonaco.com GRAFF / Genève / www.graffdiamonds.com GRECO GENEVE / Plan-les-Ouates / www.greco-watches.com HARRY WINSTON (Swatch Group) / Plan-les-Ouates / www.harrywinston.com ICELINK / Genève / www.icelinkwatch.com JACOB & CO. / Genève / www.jacobandco.com JEAN DUNAND / Plan-les-Ouates / www.jeandunand.com JORDI / Nyon / www.jordiwatches.com LACOSTE / Genève / www.lacoste.com LADOIRE / Genève / www.ladoire.ch LAURENT FERRIER / Plan-les-Ouates / www.laurentferrier.ch LE RHONE / Satigny / www.lerhone.com LEBEAUCOURALLY / Genève / www.lebeaucourally.com LEONARD / Genève / www.leonardwatches.com LOUIS VUITTON / Genève / www.louisvuitton.com LUDOVIC BALLOUARD / Meyrin / www.ballouard.com M. STEPHANE / Vésenaz / www.m-stephane.com MAGELLAN / Genève / www.magellanwatch.com MAREMONTI / Genève / www.maremontiwatch.ru MATHEY-TISSOT / Genève / www.mathey-tissot.net MB&F / Genève / www.mbandf.com

EUROPA STAR PREMIÈRE | 31

MECCANICHE VELOCI / Genève / www.meccanicheveloci.ch MOYA / Genève / www.moyawatch.com MYKRONOZ / Genthod / www.mykronoz.com PATEK PHILIPPE / Plan-les-Ouates / www.patek.com PETER TANISMAN / Meyrin / www.peter-tanisman.com PIAGET (Richemont) / Plan-les-Ouates / www.piaget.com PICARD CADET / Genève / www.picardcadet.ch PIERRE KUNZ / Genthod / www.pierrekunzgeneve.com PILO & CO / Carouge / www.pilo-watches.com QUINTING / Genève / www.quinting-watches.com RALPH LAUREN / Plan-les-Ouates / www.ralphlauren.com RATEL / Genève / www.cyrilratel.com RAYMOND WEIL / Genève / www.raymond-weil.com RJ - ROMAIN JEROME / Genève / www.romainjerome.ch ROBERT ET FILS 1630 / Genève / www.robertfils1630.com ROGER DUBUIS (Richemont) / Meyrin / www.rogerdubuis.com ROLEX / Genève / www.rolex.com SARCAR / Vésenaz / www.sarcar.com SNYPER / Genève / www.snyperwatches.com SPERO LUCEM / Genève / www.spero-lucem.com STEELCRAFT / Carouge / www.steelcraft.ch TECHNOMARINE / Genève / www.technomarine.com TF EST 1968 / Carouge / www.tfco.ch TUDOR / Genève / www.tudorwatch.com UNIVERSAL GENEVE / Meyrin / www.universal.ch URWERK / Genève / www.urwerk.com VACHERON CONSTANTIN (Richemont) / Plan-les-Ouates / www.vacheron-constantin.com VAN DER BAUWEDE / Genève / www.vdb.ch VENUS / Genève / www.montresvenus.com VOLNA / Genève / www.volna.ch YESLAM / Genève / www.yeslam.ch ZANDIDOUST / Genève / www.zandidoust.com JURA AEROWATCH / Saignelégier / www.aerowatch.com ANDRE MOUCHE / Fahy / www.andremouche.ch AVIATOR / Porrentruy / www.aviatorwatch.ch CATOREX / Les Breuleux / www.catorex.ch CLAUDE BERNARD / Les Genevez / www.claudebernard.ch EDOX / Les Genevez / www.edox.ch ERNEST BOREL / Le Noirmont / www.ernestborel.ch HEBE / Alle / www.hebewatch.com IKEPOD / Bassecourt / www.ikepod.com L'DUCHEN / Saignelegier / www.lduchen.com L'EPEE / Delémont / www.lepee-clock.ch LOUIS CHEVROLET / Porrentruy / www.louischevrolet.ch LOUIS ERARD / Le Noirmont / www.louiserard.ch MATTHEW NORMAN / Delémont / www.matthew-norman.ch PAUL PICOT / Le Noirmont / www.paulpicot.ch RICHARD MILLE (Horométrie) / Les Breuleux / www.richardmille.com RUDIS SYLVA / Les Bois / www.rudissylva.com SWIZA / Delémont / www.swiza.ch VALGINE / Les Breuleux / www.jic.ch/valgine VICENTERRA / Boncourt / www.vicenterra.ch WENGER / Delémont / www.wenger.ch LUCERNE CARL F. BUCHERER / Lucerne / www.carl-f-bucherer.com CHRONOSWISS / Lucerne / www.chronoswiss.com OCHS UND JUNIOR / Lucerne / www.ochsundjunior.ch NEUCHÂTEL 88 RUE DU RHONE / La Chaux-de-Fonds / www.88rdr.com AFFLUENCE / Neuchâtel / www.affluencewatches.com ALEXIS GARIN / Les Verrières / www.alexisgarin.ch ARNOLD & SON / La Chaux-de-Fonds / www.arnoldandson.com BALL WATCH / La Chaux-de-Fonds / www.ballwatch.com BLAULING / Chézard-Saint-Martin / www.blauling.com BLU / Colombier / www.blu.ch BOMBERG / Neuchâtel / www.bomberg.ch BOUCHERON (Kering) / Cortaillod / www.boucheron.com BULER / La Chaux-de-Fonds / www.buler.ch BULGARI (LVMH) / Neuchâtel / www.bulgari.com CATENA / Corcelles / www.montres-catena.com CERTINA (Swatch Group) / Le Locle / www.certina.com CHATELAIN / La Chaux-de-Fonds / www.chatelain.ch CHRISTOPHE CLARET / Le Locle / www.christopheclaret.com CHRISTOPHE SCHAFFO / La Brévine CHRONOGRAPHE SUISSE CIE / La Chaux-de-Fonds / www.chronographesuisse.ch CORONA WATCH / Neuchâtel CORUM (Haidian) / La Chaux-de-Fonds / www.corum.ch DIOR HORLOGERIE (LVMH) / La Chaux-de-Fonds / www.dior.com DREYFUSS & CO / La Chaux-de-Fonds / www.dreyfussandco.com DUBEY & SCHALDENBRAND / La Chaux-de-Fonds / www.dubeywatch.com ELLICOTT 1738 / La Chaux-de-Fonds / www.ellicott.ch ENICAR / La Chaux-de-Fonds / www.enicar.com ETOILE / Le Locle / www.montres-etoile.ch FENDI / Marin-Epagnier / www.fendi.com FERDINAND BERTHOUD / Fleurier / www.ferdinandberthoud.ch FESTINA / Bienne / www.festina.com FLIK FLAK (Swatch Group) / Cormondrèche / www.flikflak.com FREDERIC JOUVENOT / La Chaux-de-Fonds / www.fjouvenot.com GAMIL WATCH / La Chaux-de-Fonds GEBSON / Neuchâtel / www.gebson.com GERGE / Neuchâtel / www.gergeswiss.com

GIRARD-PERREGAUX (Kering) / La Chaux-de-Fonds / www.girard-perregaux.com GRAHAM / La Chaux-de-Fonds / www.graham-london.com GREUBEL FORSEY / La Chaux-de-Fonds / www.greubelforsey.com GUCCI (Kering) / Cortaillod / www.gucciwatches.com HAUTLENCE (Melb Holding) / La Chaux-de-Fonds / www.hautlence.com HERITAGE / Neuchâtel / www.hwm-watch.com HOROSWISS / La Chaux-de-Fonds / www.horoswiss.com HYT / Neuchâtel / www.hytwatches.com JAERMANN & STUBI / Le Locle / www.jaermann-stuebi.com JAMES C. PELLATON / Le Locle / www.jamespellaton.com JAQUET DROZ (Swatch Group) / La Chaux-de-Fonds / www.jaquet-droz.com JEAN D'EVE / La Chaux-de-Fonds / www.jeandeve.ch JEANRICHARD (Kering) / La Chaux-de-Fonds / www.jeanrichard.com JULIEN COUDRAY 1518 / Le Locle / www.juliencoudray1518.ch LOUIS MOINET / Saint-Blaise / www.louismoinet.com MAITRES DU TEMPS / La Chaux-de-Fonds / www.maitresdutemps.com MARATHON / La Chaux-de-Fonds / www.marathonwatch.com MARVIN / Vaumarcus / www.marvinwatches.com MCGONIGLE STEPHEN / Neuchâtel / www.mcgonigle.ie MCT / Neuchâtel / www.mctwatches.com METAL.CH / Neuchâtel / www.metalch.com MIDO (Swatch Group) / Le Locle / www.mido.ch MONTBLANC (Richemont) / Le Locle / www.montblanc.com MUREX / Le Locle / www.murexwatch.com NOBEL / Neuchâtel / www.nobelwatch.ch OPTIMA / Le Locle / www.optimawatch.com PARMIGIANI FLEURIER / Fleurier / www.parmigiani.ch PIERRE THOMAS / La Chaux-de-Fonds / www.pierrethomas.ch RAIDOX / Le Locle / www.raidox.ch RIBA MUREX / Le Locle / www.murexwatch.com ROD / Neuchâtel / www.rodwatches.ch ROTARY / La Chaux-de-Fonds / www.rotarywatches.com SCHWARZ-ETIENNE / La Chaux-de-Fonds / www.schwarz-etienne.ch SULTANA / La Chaux-de-Fonds / www.sultana.ch TAG HEUER (LVMH) / La Chaux-de-Fonds / www.tagheuer.com TAUCHMEISTER / La Chaux-de-Fonds / www.michel-perrenoud.ch TEMPVS COMPVTARE / Neuchâtel / www.tempvscompvtare.ch TISSOT (Swatch Group) / Le Locle / www.tissot.ch ULYSSE NARDIN (Kering) / Le Locle / www.ulysse-nardin.com VOUTILAINEN / Môtiers / www.voutilainen.ch VULCAIN / Le Locle / www.vulcain-watches.ch WALTHAM / Marin-Epagnier / www.waltham.ch ZENITH (LVMH) / Le Locle / www.zenith-watches.com

DAMIANI / Manno / www.damiani.com DWISS / Lugano / www.dwiss.com GLAM ROCK / Lugano / www.glamrockwatches.com GUESS / Bioggio / www.guesswatches.com N.O.A / Balerna / www.noawatch.com ORA / Locarno / www.oraswisswatch.com SALVATORE FERRAGAMO (Timex Group) / Manno / www.ferragamotimepieces.com SEA-GOD / Chiasso / www.sea-god.ch TENDENCE / Lugano / www.tendencewatches.com TIMEX (Timex Group) / Manno / www.timexgroup.com TONINO LAMBORGHINI / Chiasso / www.lamborghini.it VERSACE (Timex Group) / Manno / www.versace.com ZITURA WATCH / Magliaso / www.zitura.com THURGOVIE ANDREAS STREHLER / Sirnach / www.astrehler.ch HANHART / Diessenhofen / www.hanhart.com VAUD

ADRIANO VALENTE / Lausanne / www.adrianovalente.com ALAIN SAUSER CRÉATION / Chamby / www.alainsauser.ch ALFRED ROCHAT - AROLA / Les Bioux / www.arola-alfred-rochat.ch ANONIMO / Chavannes-de-Bogis / www.anonimo.com AUDEMARS PIGUET / Le Brassus / www.audemarspiguet.com BLANCPAIN (Swatch Group) / Paudex / www.blancpain.com BREGUET (Swatch Group) / L'Abbaye / www.breguet.com C3H5N3O9 / Gand / www.c3h5n3o9.com CABESTAN / L'Orient / www.cabestan.ch CHAUMET (LVMH) / Nyon / www.chaumet.com CLAUDE MEYLAN / L'Abbaye du Lac de Joux / www.claudemeylan.ch DE HAVILLAND / Yverdon-les-bains / www.dehavilland-watches.com DODICI / Montreux / www.dodici.ch FRERES ROCHAT (Automates) / Le Brassus / www.freres-rochat.com HD3 COMPLICATION / Luins / www.hd3complication.com HUBLOT (LVMH) / Nyon / www.hublot.com HYSEK / Lussy-sur-Morges / www.hysek.com JAEGER-LECOULTRE (Richemont) / Le Sentier / www.jaeger-lecoultre.com JANVIER / Ste-Croix / www.vianney-halter.com LOISEAU / St-Prex / www.atelier-loiseau.ch LOUIS GOLAY / Lonay / www.louisgolay.com MANUFACTURE ROYALE / Vallorbe / www.manufacture-royale.com PHILIPPE DUFOUR / Le Sentier / www.philippedufour.com PIERRE DEROCHE / Le Lieu / www.pierrederoche.com REBELLION / Lonay / www.rebellion-timepieces.com REUGE (automates) / Sainte Croix / www.reuge.com REVELATION / Lully / www.revelation-watches.ch OBWALD ROMAIN GAUTHIER / Le Sentier / www.romaingauthier.com ANTOINE MARTIN / Alpnach / www.antoinemartin.ch SLYDE / Luins / www.slyde.ch SPEAKE-MARIN / Bursins / www.speake-marin.com SCHAFFHOUSE VALBRAY / Lausanne / www.valbray.ch VINCENT CALABRESE / Morges / A. LANGE & SOEHNE (Richemont) / Schaffhouse / www.vincent-calabrese.ch www.lange-soehne.com H. MOSER & CIE (Melb Holding) / Neuhausen am Rheinfall / www.h-moser.com ZOUG IWC (Richemont) / Schaffhouse / www.iwc.ch CIMIER / Baar / www.cimier.com DIETRICH / Zoug / www.dietrich-watches.com SCHWYTZ FAVRE LEUBA / Zoug GC WATCHES (Timex Group) / Zoug / COINWATCH / Pfäffikon / www.coinwatch.ch www.gcwatches.com LES MILLIONNAIRES / Pfäffikon / www.millionnaires.ch PANERAI (Richemont) / Steinhausen / LUMINOX / Pfäffikon / www.luminox.com www.panerai.com MIRA / Pfäffikon / www.mirawatch.ch RAM / Cham / www.ram-watches.ch PHILIP ZEPTER / Wollerau / www.zepter.com RECONVILIER / Zoug / www.reconvilier.com SOLEURE ZURICH ARLEA / Wolfwil AUREMA / Grenchen ZASPERO / Regensdorf / www.zaspero.com BIJOUMONTRE / Grenchen / www.bijoumontre.com CAMEL ACTIVE / Zurich / www.mondaine.com BREITLING / Grenchen / www.breitling.com CORNAVIN / Zurich / www.cornavin-watches.ch CAT / Solothurn / www.catwatches.com HELVETICA / Zurich / www.mondaine.com COACH / Grenchen / www.coach.com JUSTEX / Zurich / www.justex.ch COVER WATCHES / Solothurn / LALIQUE / Zollikerberg / www.lalique.com www.coverwatches.com M-WATCH / Zurich / www.mondaine.com CYCLOS / Dornach / www.cyclos-watch.ch MARC JENNI / Zurich / www.marcjenni.com ETERNA (Haidian) / Grenchen / www.eterna.ch MAURICE DE MAURIAC / Zurich / FORTIS / Grenchen / www.fortis-watches.com www.mauricedemauriac.ch GENIE / Grenchen / www.genieswiss.ch MIKI ELETA (Pendules) / Zurich / www.eleta.ch HARWOOD WATCH CO. / Grenchen / MONDAINE / Zurich / www.mondaine.com www.harwood-watches.com MONTILIER / Zurich / www.montilier.com JOWISSA UHRE / Bettlach / www.jowissa-watches.com O&W / Zurich / www.chronotime.ch KIENZLE / Egerkingen / www.kienzleuhren.de PAUL GERBER / Zurich / www.gerber-uhren.ch MANJAZ / Welschenrohr / www.manjaz.ch PHILIP STEIN / Kilchberg / www.philipstein.com NORD ZEITMASCHINE / Büsserach / SEVENFRIDAY / Zurich / www.sevenfriday.com www.nord-zeitmaschine.ch SWAROVSKI / Männedorf / www.swarovski.com PORSCHE DESIGN / Grenchen / TORSO / Zurich / www.torsoswiss.ch www.porsche-design.com URBACH / Zurich / www.urbach.ch ROAMER / Soleure / www.roamer.ch XEMEX / Zurich / www.xemex.ch SWISS MILITARY-HANOWA / Solothurn / www.swissmilitary.ch TITONI / Grenchen / www.titoni.ch Liste non contractuelle ST. GALL LUNESA / Sevelen / www.lunesa.com TESSIN ADRIATICA / Camorino / www.adriaticawatches.ch ALFEX / Manno / www.alfex.com ARMAAN / Agno BUCCELLATI / Chiasso / www.buccellati.com Pour des informations complètes sur CANOPUS / Magliaso / www.amanzoni.com toutes les marques suisses et internationales, CUERVO Y SOBRINOS / Capolago / consultez www.europastar.com/brand-index www.cuervoysobrinos.com


M A N U FA C T U R E D ’ É T E R N I T É D E P U I S 1 75 5 260 ans d’histoire ininterrompue reflétée à travers la collection Harmony. Une nouvelle légende est née. HARMONY CH RO N O G RAPHE

Boutiques Vacheron Constantin : Genève Quai de l’Île 7 — Place de Longemalle 1 ∙ Lucerne Kapellplatz 10

251x353_Harmony_FR_bout.indd 1

16.12.15 09:28

Profile for Europa Star HBM

Europa Star Première 1/2016  

Le journal de l'écosystème horloger

Europa Star Première 1/2016  

Le journal de l'écosystème horloger