Issuu on Google+

CONCLUSIONS DE L'ATELIER 5: CULTURE Sous-groupes: Éducation, formation et patrimoine 3, 4 y 5 de Février 2012 Séville (Espagne)

La culture est la marque des personnes, ce qui fait son identité, marque la différence et leur permet s’intégrer dans la communauté internationale. La culture sahraouie est aujourd'hui menacée par les envahisseurs marocains qui tentent de le montrer dans le cadre de la culture marocaine, en provocant des effets de distorsion de la réalité. Il faut maintenant soutenir la culture sahraouie, sa riche tradition orale, sa poésie, sa musique, sa peinture, son patrimoine, et tout. Pendant toutes les années d'exil et de l'occupation, il ya eu une attention particulière à l'éducation publique et gratuite par l'établissement d'un système scolaire public gratuit et en envoyant les étudiants de deuxième année et les étudiants universitaires à l'étranger, vers les pays amis. Ces mesures répondent à l'idée que les personnes instruites peuvent lutter pour leur indépendance et gérer leur futur Etat indépendant. Pour suivre cette ligne les Sahraouis ont entrepris la construction d'écoles de cinéma, musique, théâtre, art, pour former les jeunes générations dans ces disciplines. Comme le peintre Mohamed Yeslem Mouloud a dit: «Un pinceau peut être plus puissant et aller plus loin que un missile." Le patrimoine archéologique sahraoui est pillé dans les territoires occupés et a été attaqué dans les territoires libérés, malgré les efforts de catalogage, l'étude et la conservation des différents domaines. Une loi sur la conservation du patrimoine a été approuvée par le Parlement sahraoui pour freiner les déprédations. Les actions de coopération culturelle avec le peuple sahraoui ont plusieurs objectifs: la formation, la conservation, la promotion de la culture et de la cause sahraouie dans le monde et l’introduction du travail dans la formation culturelle. Sur la base de ces considérations, nous proposons un atelier qui aborde les thèmes suivants:

1). - Observatoire international pour la protection de patrimoine culturel sahraoui. L'atelier de la culture et du patrimoine, en coordination avec les plans stratégiques du ministère de la Culture de la RASD, comprend que la situation actuelle de la lutte qui détient le peuple sahraoui pour la libération nationale, la protection, la conservation et la valorisation du patrimoine culturel, matériel et immatériel, a exprimé que la mémoire collective de l'histoire du peuple sahraoui est une priorité pour préserver et diffuser les symboles d'identité de cette population. Ainsi l'atelier de la culture estime la protection du patrimoine culturel comme la préoccupation la plus grande et la plus importante du peuple sahraoui et sa responsabilité politique incombe au ministère de la Culture de la RASD. Nous considérons par ailleurs la nécessité de renforcer cet outil de travail, important d'être capable de réfléchir non seulement la situation actuelle du patrimoine culturel sahraoui, mais aussi d'élaborer des propositions à des organismes internationaux qui supervisent le patrimoine universel.


Par conséquent, nous proposons ce qui suit: 1. L'établissement d'un système juridique qui légitime l'observatoire. 2. La création d'un hôte physique et d'un observatoire virtuel où ils peuvent être représentés dans les universités publiques espagnoles et d'autres nationalités ainsi que des fonctionnaires du ministère de la Culture de la RASD. 3. Le réglage des réunions avec des responsables de l'UNESCO comme patrimoine mondial, et leur faire savoir a traves des rapports techniques et scientifiques sur l'importance de la conservation et la valorisation des ressources culturelles du peuple sahraoui. 4. Trouver des moyens de financement à louer l'observatoire pour qu’il fonctionne de manière stable et coordonnée. 5. Établir des programmes et des campagnes à l’étranger capables de montrer l'importance et la nécessité de la conservation de ces matériaux culturels.

2). - Plate-forme pour la musique pour le Sahara occidental La plate-forme de musique pour le Sahara occidental appelle tous les artistes et musiciens originaires du Sahara occidental à se joindre à elle et toutes les institutions et les personnes impliquées dans des projets liés à la musique au Sahara occidental. L'objectif principal est de la préserver et de la mettre en valeur. Nous voulons communiquer avec tous les musiciens, que ce soit dans les territoires occupés, les camps ou l'exil et même ceux qui ne sont plus actifs. Leur expérience et leurs idées sont très précieux. Il est essentiel de coordonner toutes les forces d'assemblage pour une efficacité maximale. L'activité la plus immédiate "Dis-moi grand-père (Musique)", à Smara, sur la chanson du Sahara et la culture orale. Nous appelons également l'attention sur la nécessité de consolider Enamus, l'Ecole Nationale de Musique, ouverte au camp 27 Février le 10 Novembre 2011.

3). - Université de Tifariti Tout d'abord, nous considérons nécessaire pour faire avancer le processus engagé dans la préparation et la mise en œuvre de l'Université de Tifariti, qui a culminé dans une université publique soutenue par plusieurs universités d'Algérie, l'Espagne et d'autres pays. Cette université, installée provisoirement dans les établissements actuels du peuple sahraoui sous l'autorité de la RASD, permettrait d'atteindre les objectifs suivants: • Assister à un enseignement supérieur pour le peuple sahraoui jeune en relation avec les besoins et les problèmes de leur société. • Aider au développement de son patrimoine culturel dans ses divers aspects. • Avoir un établissement d'enseignement afin de faciliter la présence du peuple sahraoui dans les différents domaines et en particulier les organisations internationales spécifiques en matière d'éducation, de recherche et de la culture. Pour faire des progrès dans la réalisation de ces objectifs, nous proposons des actions spécifiques: • Le renouveau de la plate-forme de support, y compris toutes les institutions académiques internationales qui souhaitent coopérer dans la création de l'université.


• Un chef de projet au plus haut niveau nommé par les autorités sahraouies qui peut permettre de coordonner toutes les initiatives et les réalités de la RASD, qui peuvent constituer le point de départ de l'université. Il / elle peut être le haut-parleur de la plate-forme de support et aussi le responsable devant les autorités académiques et internationales. Nous avons également abordé d'autres projets de coopération culturelle:

4). - Fisahara.

Projet qui met en lumière la situation du peuple sahraoui entre l'opinion publique internationale. La participation au festival de personnalités de l'industrie cinématographique a obtenu des résultats très positifs pour la visibilité du conflit. Les compressions et réductions du budget dans la coopération culturelle fait restructurer le projet pour 2012, pour réduire les coûts sans affecter la réalisation des objectifs. Un nouveau projet a commencé à partir de Fisahara le Novembre dernière: l'école de formation audiovisuel Abidin Kaid Saleh, qui offre à les jeunes sahraouis des cours permanents sur le film et la cinématographie à travers différents modules.

5). – ARTifariti.

Réunion annuelle des artistes internationaux pour la paix et les droits de l'homme, célebrée tous les Octobre. Des artistes venus de 30 pays ont participé à 5 éditions, contribuant à la formation artistique des artistes sahraouis. D'autres projets ont démarré après ARTIFARITI, tels que les écoles nomades, Les disparus, Sahara Libre Wear, des ateliers textiles, etc.

6). - Projet de formation populaire dans l'énergie solaire.

Grâce à une projection d'un court-métrage montrant une technologie de base pour résoudre les problèmes fondamentaux de la maintenance de l'installation résidentielle.

7). - Formation en traduction et interprétation.

Grâce à l'organisation qui a fait des traductions pendant ce EUCOCO, "Traducteurs pour la solidarité" (ECOS), ce qui pourrait aussi être une source d'emplois pour jeunes sahraouis. Séville Février 5, 2012.

Modérateurs de l'atelier: - Fernando Peraita (Président Ass de Séville.). - Hadiya Hamdi (ministre sahraoui de la Culture). - Jira Bulahi (ministre de la Formation Professionnelle). - Isidoro Moreno (Professeur d'Anthropologie et d'Histoire de Séville Univ.) - Mohamed Lamin (procureur dans les Territoires occupés). - Aberkuk Shand


CONCLUSIONS DE L'ATELIER 5: CULTURE