Issuu on Google+

JUIN 2011 | SMART PLANET | 1


Edito

L

Sommaire

e recyclage évoque au premier abord un effet de mode lié à l’écologie et au développement durable qui sont sur toute les lèvres actuellement, ainsi qu’un secteur d’activité marginal en soi. Il s’ancre pourtant dans une urgence réelle qui est celle du stock des matières premières (pétrole, bois, métaux, …) qui réduit dangereusement après des années d’exploitation excessive. Les lois européennes et françaises, ainsi que la demande d’un public de plus en plus sensibilisé à cette problématique, ont fait que le recyclage est devenu une priorité, pour les consommateurs comme pour les entreprises. On cherche donc à recycler plus et mieux, mais aussi à concevoir le produit de telle sorte qu’il soit recyclable idéalement à 100% : c’est le rôle de l’éco-conception. On peut considérer alors trois grandes étapes dans le cycle de vie d’un produit qui a pour vocation d’être recyclé : l’écoconception, la collecte et le tri des déchets, et enfin la valorisation des déchets. Ces domaines sont en constante évolution et représentent un secteur d’activité de plus en plus conséquent. Certes les interventions manuelles sont de plus en plus réduites par le développement de nouvelles machines, mais il se crée en contre partie de nouveaux emplois dans la logistique, la qualité, la production et la conception : des métiers qualifiés. Ainsi le recyclage de 10 000 tonnes de déchets peut impliquer jusqu’à 250 emplois, contre 20 à 40 pour un traitement par incinération et seulement 10 pour leur mise en décharge. Cette pépinière de métiers d’ingénieur n’est pas à négliger pour les futurs diplômés SGM. Flavia Delmotte, directrice de la Rédaction

JUIN 2011 | SMART PLANET | 2

Sommaire Introduction

p. 3

Eco-conception p. 4-5 Collecte

p. 6

Centre de tri p. 7 Revalorisation p. 8-9 Qualité

p. 10

Formation

p. 11


Part du recyclage dans le traitement des déchets Source AREC

A

voir envie de travailler dans le secteur du recyclage c’est bien, mais c’est un peu vaste… En effet le recyclage n’est déjà pas une filière en elle-même. Il est plutôt traversé par différentes filières : métaux, cartons, verres, etc… Et il y a bien sûr de grandes chances pour que l’ingénieur SGM se retrouve face à au moins un de ces matériaux au cours de sa carrière. Il sera donc, malgré lui, en interaction avec tout un processus : le cycle de vie de celui-ci. La conception d’un produit, par exemple, ne se résume plus à la création. Il faut dès le début penser à la « mort » de l’objet. Cette interaction perpétuelle montre qu’on ne devient pas forcément ingénieur recyclage, mais ingénieur pensant «recyclage». S’il est important d’avoir ce mot en tête il est important

En chiffres

Recyclage

Le grand échiquier du recyclage

Aujourd’hui en France, plus de 5 bouteilles sur 10 sont triées par les habitants, soit 6.57 milliards de bouteilles, soit environ 230 000 tonnes ! (Nos voisins francophones sont plus performants. Les Belges trient 7 bouteilles sur 10 et les Suisses arrivent à 8 sur 10 !) En 10 ans le recyclage du plastique a été multiplié par 8. Le papier, le métal, le verre suivent les mêmes tendances. La part du recyclage face aux autres méthodes de traitement des déchets (Thermolyse, Incinération) augmente année après année.

de le comprendre. C’est pourquoi nous allons essayer de saisir quelle est la place du recyclage en France et dans le monde. Représente-t-il vraiment une part importante dans le traitement des déchets ? Comment évolue-til ? Et pour l’ingénieur voulant être un acteur direct de ce secteur nous mettrons au grand jour quelles sont ci a permis la création de nouvelles lois les meilleures places à prendre sur le et de nouveaux objectifs en termes de grand échiquier du recyclage. recyclage et de valorisation organique. Par exemple le gouvernement s’est De la place du recyclage donné pour but un recyclage de 75% La directive Européenne du 19 des emballages ménagers contre novembre 2008 est certainement le 63% en 2008. A l’opposé la part de principal initiateur de la politique déchets destinés à l’enfouissement ou à actuelle en matière de recyclage. l’incinération devrait diminuer de 15% Et cette législation est de plus en d’ici à 2012. plus élaborée. En France elle a été rapidement suivie par le Grenelle de De l’utilité du recyclage l’environnement. Le 3 aout 2009 celui- Le recyclage permet de préserver les ressources naturelles par la réutilisation de matériaux issus de déchets et de réduire la consommation d’énergie, l’émission de gaz à effet de serre et la consommation d’eau liées à la production industrielle. En France le recyclage a permis en 2006 d’injecter 18 millions de tonnes de matériaux recyclés dans la production des 43 millions de tonnes d’acier, papiers cartons, verre, aluminium. Ceci a permis l’économie de 5,9 millions de tep (tonnes d’équivalent pétrole) d’énergies nonrenouvelables. Cela représente la consommation énergétique de 1,4 million d’habitants ! Et 19 millions de tonnes équivalent CO2 économisées soit environ 3,6 % des émissions brutes françaises annuelles. JUIN 2011 | SMART PLANET | 3


L

’éco-conception est une démarche transversale qui considère le cycle de vie du produit. Cela va de la production de matières premières aux transports, à la fabrication, à l’usage et à la fin de vie, l’éco-conception étudie, pour chaque étape du cycle de vie, tous les impacts environnementaux (effets de serre, toxicité…).

Créativité

A la création d’un produit, il faut réfléchir à son impact sur l’environnement et quand le produit est déjà conçu, il faut pouvoir le repenser en intégrant cette dimension. Dans le contexte économique actuel, marqué par le développement durable et la qualité, cette démarche est donc une source d’innovation de plus en plus sollicitée par les entreprises. En effet, l’éco-conception engendre généralement un gain économique conséquent, une meilleure image de l’entreprise et ainsi une manière de se différencier visà-vis des concurrents. D’après l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie), il s’agit de : -mieux maitriser les coûts et les risques liés au cycle de vie du produit.

-anticiper les attentes des consommateurs en prenant en compte l’environnement. -faire de l’environnement un facteur de dynamisation et de créativité lors JUIN 2011 | SMART PLANET | 4

du processus de la création et de la conception.

Les outils

Pour éco-concevoir, il est donc nécessaire d’étudier le cycle de vie du produit et de réduire les impacts environnementaux de certaines étapes sans pour autant déplacer la pollution sur une autre étape. En effet, il serait dommage de réduire les impacts environnementaux au niveau de l’extraction de la matière première si à la suite de cette mise en œuvre, la pollution due aux transports augmente. Il faut donc considérer chaque étape du cycle de vie avant d’agir sur l’une d’elles, de manière à savoir si le gain environnemental obtenu sur celle-ci est supérieur ou non aux dégradations qui en découlent sur les autres étapes. Pour ce faire, nous disposons de la méthode Analyse de Cycle de Vie (ou ACV) apparue dans les années 1970 et qui est de plus en plus utilisée depuis sa normalisation ISO 14040. C’est la méthode la plus aboutie en termes d’é v a l u a t i o n globale et multicritère. Elle permet de considérer les flux économiques et énergétiques ainsi que les flux échangés avec l’écosphère entrant et sortant du cycle de vie du produit pour en faire une évaluation globale exprimée en im-

,,

Ecoconception

Ecoconception, quand la créativité devient réfléchie

pacts potentiels sur l’environnement; les plus couramment retenus étant l’effet de serre, l’acidification, l’eutrophisation, l’épuisement des ressources naturelles. Cette méthode est relativement complexe à utiliser et seuls les spécialistes en éco-conception sont suffisamment formés pour l’exploiter pleinement. Nous avons rencontré quelques-uns de ces spécialistes ; la plupart travaillent dans des entreprises indépendantes de consulting et/ou d’accompagnement des clients dans leurs démarches. Ils constituent, ainsi, une entité externe à l’entreprise souhaitant améliorer ses produits.

Absolument, c’est un domaine en plein essor

,,

Une démarche en pleine expansion

Les nouvelles dispositions légales et les demandes des clients sont de plus en plus favorables à l’éco-conception, étant donné le contexte économique de développement durable. A terme, toutes les filières seront concernées; c’est pourquoi aucune entreprise ne peut ignorer ce paramètre, source d’innovation et non dénué d’intérêt économique. Ainsi, les entreprises qui intègrent l’éco-conception se font précurseurs d’un engouement écologiste et d’un processus inéluctable.

Des retours positifs

Suite à une étude de plusieurs chercheurs (venant de l’Ecole Supérieure de Commerce de StEtienne, HEC Montréal, Université de Montréal, ESDES…) au sein d’entreprises pratiquant l’écoconception depuis au moins 5 ans, il est intéressant de constater que les étapes « matières premières » et « fin


Ecoconception

Parcours croisés

Et l’ingénieur INSA SGM ?

Lois MOREIRA : Ingénieur en Eco-conception à Pôle

• •

Eco-conception & Management du Cycle de Vie. • Mon travail : “Je m’occupe de la veille réglementaire, c’est-à-dire que je me tiens au courant de tout ce qui se fait au niveau des réglementations et je synthétise le tout dans le but de le mettre en ligne pour nos adhérents. Je m’occupe également de rédiger des guides d’éco-conception, par exemple, j’ai écrit, il y a peu, un guide sur les thermoplastiques de 250 pages. Le but étant de sensibiliser et faciliter l’accès des PME/PMI aux démarches d’éco-conception et œuvrer pour la diffusion de l’éco-conception dans les entreprises. La promotion, la sensibilisation, le transfert, l’accompagnement, la création d’outils, de contenus et d’études, sont les activités de ce pôle en vue de la consolidation des PME et PMI. “ Mon salaire : 24 k€ Mes études : Bac STI Génie Mécanique, IUT Génie Mécanique Productique, IUP Besançon, Master éco-conception, Embauche après mon alternance à Pôle Eco-conception & Management du Cycle de Vie.

Pierre BRODU : Ingénieur Eco-conception, Plastic

• •

Ecodesign Center • Mon travail : “ Je promeus l’adéquation entre la plasturgie et l’environnement, je conseille les industriels quant à leur choix de matériaux plastiques. Par exemple, s’ils veulent changer les matériaux d’un de leur produit, je leur conseille tel ou tel matériau puisqu’il sera biosourcé, biodégradable… J’étudie la demande et nous faisons une analyse ACV chiffrée pour déterminer l’impact environnemental avant et après la re-conception du produit. Ainsi nous jouons un rôle au niveau de la communication des entreprises, c’est-à-dire que nous essayons de les faire accéder à certaines normes reconnues comme l’EcoLabel Européen ou NF environnement. “ Mon salaire : 28k€. Mes études : Hautes Etudes d’Ingénieur en chimie, Mastère Spécialisé éco-conception et management environnemental à l’ENSAM.

de vie » sont celles qui enregistrent le plus de baisse en impacts sur l’environnement. Par ailleurs, les produits sont de meilleure qualité et plus économiques. Forte de constater que les produits éco-conçus ont généralement généré une marge bénéficiaire au moins aussi importante que s’ils avaient été conçus de manière traditionnelle, l’éco-conception a séduit un grand nombre d’entreprises. La démarche peut donc être un véritable levier de croissance pour les PME dans le contexte mondial marqué par la mondialisation des biens et des services où il est nécessaire de faire constamment preuve d’innovation et de créativité notamment en devenant de plus en plus « vert ».

Nos interlocuteurs nous l’ont dit : OUI un ingénieur matériaux en Eco-conception c’est possible MAIS, il ne fera pas de l’éco-conception au même titre que les ingénieurs formés spécialement à cela. En effet, il faut une formation approfondie pour utiliser un logiciel ACV par exemple. Cependant, l’éco-conception est très demandeuse d’ingénieurs matériaux. Lois MOREIRA nous informe qu’ « à terme, un ingénieur matériaux au sein du Pôle serait très utile pour faire des expertises matériaux plus poussées » et Pierre BRODU ajoute que « l’ingénieur matériaux qui travaille avec l’équipe gère le côté technique. C’est lui qui est en contact avec les fournisseurs, qui choisit les matériaux et qui vérifie l’adéquation entre ces derniers et le cahier des charges. » Par ailleurs, notre contact ingénieur automobile nous affirme que même si l’automobile est avide d’ingénieurs matériaux, la simple étiquette « INSA » suffit à intéresser les recruteurs, que l’on soit SGM ou GMC, les entreprises s’arrêteront sur notre profil INSA avant tout.

Une filière qui a de l’avenir ?

Lois MOREIRA : « Absolument, c’est un domaine en plein essor. Nous sommes de plus en plus sollicités par les entreprises et les mentalités tendent à évoluer dans le bon sens. Par ailleurs, il va y avoir une réforme dans les lycées à filières Sciences de l’ingénieur, des notions d’éco-conceptions seront abordées et ainsi les élèves auront ce genre de problématique bien en tête. Une campagne d’affichage environnementale est également en route. Un ensemble d’entreprises projette un étiquetage de 1000 produits issus de 12 secteurs d’activités sur lequel sera inscrit l’ACV du produit. Une manière de sensibiliser le grand public. Une phase de tests commencera en Juillet 2011 et un site web sera également mis en ligne. »

Etude de cas

Le domaine de l’automobile est depuis longtemps très normé, c’est pourquoi l’éco-conception fait déjà bien partie des mentalités dans ce domaine. L’avènement des voitures électriques qui sont à l’étude depuis de nombreuses années en est une illustration. On sait tout recycler sur un véhicule, ce n’est qu’une question de coût. La part de métal recyclable dans un véhicule en pourcentage de masse est de 70%, quand on ne peut recycler, on valorise les déchets, en les brûlant dans les goudrons qui forment ensuite nos routes. D’après notre ingénieur automobile, PSA et Renault sont très en avance au niveau de l’éco-conception, un budget de 4 milliards d’euros est débloqué pour les voitures électriques chez Renault. JUIN 2011 | SMART PLANET | 5


Collecte Sélective

Collecte, lien entre

particuliers et indutriels

Lorsqu’on associe recyclage et ingénieur, on ne pense pas forcément aux communautés urbaines. Celles-ci jouent pourtant un rôle important dans le processus de recyclage chez les particuliers, puisqu’elles sont le lien entre éco-conception et recyclage à proprement parler. Des objectifs fixés

En ce qui concerne les déchets, les communautés urbaines gèrent le ramassage, le tri et la collecte sélective, pour ensuite décider soit de les incinérer, soit de les revendre à des industries (par exemple achat des bouteilles en PET par une entreprise qui va ensuite les transformer en paillettes, qui va pouvoir les revendre en tant que matière première) ou à un centre de tri qui les revendra lui aussi

JUIN 2011 | SMART PLANET | 6

ensuite à une entreprise. Les objectifs fixés par l’Union Européenne et le Grenelle de l’environnement (voir partie qualité p.10) ainsi que l’évolution des mentalités ont fait que ces dernières années la mise en place de la collecte sélective, de déchetteries et du recyclage d’une partie des déchets ménagers a été au cœur de la politique de fonctionnement des collectivités. Dans ce but les communautés d’agglomération ont dû créer ou agrandir chacune à leur tour un bureau d’études. Ce dernier est alors chargé de réfléchir à comment optimiser la collecte des déchets recyclables. C’est à la tête des ces bureaux qu’on trouve les ingénieurs, qui vont chercher à mettre en place des dispositifs plus performants.

C’est un domaine où il y aura toujours du travail à l’avenir

Interview : Robert Giry

Quel est votre rôle au SIVOM exactement ? Je suis responsable du bureau d’études chargé des investissements dans l’assainissement et dans le traitement des déchets. Notre bureau d’études comprend donc deux ingénieurs responsables de ce bureau, et aussi trois techniciens. Quelle est la proportion homme/ femme dans votre bureau ? Parmi les techniciens il y a une technicienne. Et nous sommes actuellement deux ingénieurs homme, mais il y a un an nous étions un homme et une femme. Cela dépend des opportunités (une femme me remplacera à la fin de l’année). Quel est votre parcours universitaire puis professionnel ? J’ai fait les classes préparatoires puis l’Ecole Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement et ensuite j’ai travaillé en direction départementale de l’agriculture. En 1993 j’ai été recruté par le SIVOM

,,

U

ne communauté urbaine est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI), qui prévoit une importante intégration des communes membres. Celles-ci délèguent obligatoirement certaines de leurs compétences à la communauté urbaine, comme entre autres la politique de la ville, les transports en commun, l’assainissement et la gestion des déchets (incinération des déchets et collectes sélectives). Le Grand Lyon est une communauté urbaine.

de l’agglomération mulhousienne pour m’occuper de tout ce qui était investissements. Et donc créer un bureau d’études. Quel est votre salaire ? 4200€ net par mois, en fin de carrière. Le SIVOM est-il susceptible de recruter ? Pour l’instant nous sommes cinq, et nous n’irons pas au-delà. Pensez-vous que la filière du recyclage soit porteuse d’avenir ? Est-il pertinent de se concentrer sur ce domaine en particulier lorsqu’on fait des études d’ingénieur ? Oui bien sûr, je pense que c’est un domaine où on sera de toute façon obligé d’aller plus loin, de recycler un maximum de choses. A la fois parce qu’en matière de traitement final des déchets, notamment d’incinération, on a de plus en plus de mal maintenant à créer de nouvelles usines d’incinération parce que personne n’en veut. On a intérêt à diminuer les quantités de déchets à incinérer, donc à augmenter la part des déchets recyclés. Je pense que c’est un domaine où il y aura toujours du travail à l’avenir. Cela a du sens de s’engager dans cette filière.

,,

Une place pour les ingénieurs

Les communautés urbaines se doivent de suivre les objectifs fixés par l’Etat et l’UE, et mettent en place le système qui leur semble le plus adéquat afin d’atteindre ces objectifs : « A partir du moment où on nous fixe des objectifs en matière de taux de recyclage ou de taux de déchets qui peuvent être mis en centre d’enfouissement, on est obligé d’adapter à la fois nos investissements et notre organisation pour atteindre les objectifs qui sont fixés. » nous a dit M. Giry. C’est donc dans la supervision et dans la mise en place de ces adaptations que les ingénieurs trouveront leur place, même s’il ne s’agit pas forcément d’ingénieurs matériaux. Toutefois une fois les bureaux d’études mis en place dans les différentes agglomérations, le nombre d’ingénieurs nécessaires reste fixe, il s’agit d’un secteur moins gourmand en ingénieurs que l’éco-conception par exemple, mais qui mérite qu’on lui porte de l’attention étant donné les chiffres de pourcentage de déchets recyclés à atteindre.


Centre de tri, quand les routes se séparent L

e GROUPE NICOLLIN est aujourd’hui le 3ème opérateur français du secteur de la collecte des ordures ménagères, des déchets industriels, du tri sélectif, de la propreté urbaine et du nettoyage industriel. Le groupe est implanté dans plus de 300 collectivités et des milliers d’entreprises. Il réalise un chiffre d’affaires d’environ 300 millions d’euros.

lyonnaises (200 tonnes) doit être réceptionné en 2h30.

Fonctionnement

Le centre sous son lourd ronronnement laisse découvrir une parfaite mécanique. Les déchets sont tout d’abord pré-triés par des opérateurs, les gros cartons et les refus de tri sont écartés. Ensuite un tamis cylindrique, appelé trommel, va séparer les corps plats des flaconnages par

force centrifuge. Les aciers seront séparés ensuite par aimantation, et d’un autre côté les bouteilles de PE, de PET, transparentes, opaques, claires, de couleur, les canettes en aluminium, seront triées par tri optique à une vitesse époustouflante. D’autres séries de tri manuel ont lieu entre les différentes stations. Cet ensemble d’étapes que nous avons simplifié ici, tourne de 6h à 20h afin de donner des cubes compactés de matériaux qui seront revendus par la suite.

Le site

Aujourd’hui, seulement quelques années après sa création (2008), le centre avale le tiers des déchets du Grand Lyon. Il se partage le travail avec le centre de Rillieux géré par le groupe Veolia. Ainsi le site reçoit 35000 à 40000 tonnes de déchets par an. Il est important de noter que l’arrivée des déchets se fait dans des laps de temps extrêmement courts. L’ensemble du contenu des poubelles vertes

Paroles de pro : M.ATEK directeur de centre de tri

Un ingénieur matériaux peut-il avoir sa place au sein d’un centre de tri comme celui que vous dirigez ? En réalité il n’y a aucun ingénieur dans notre centre. Nous employons principalement des opérateurs, et il n’y a d’ailleurs que peu de turnover, seulement pour remplacer les départs à la retraite. Je recrute autant d’hommes que de femmes et de toutes les nationalités. Je pourrais dire cependant qu’un centre de tri est en interaction avec l’ensemble du processus de recyclage. Nous échangeons beaucoup avec la collectivité. Nous avons en effet besoin d’eux pour informer les consommateurs. Nous avons vu ces dernières années une certaine évolution dans leurs habitudes. Les lyonnais ne trient pas forcément de plus en plus mais de mieux en mieux. Nous devions refuser 37% des déchets l’année dernière con-

Centre de tri

Notre équipe de reporters est allée découvrir l’un des principaux maillons de la chaîne du recyclage, un centre de tri. Nous avons été chaleureusement accueillis par Monsieur ATEK directeur du centre de tri NICOLLIN à St Fons.

tre 21% cette année. Mais le plus important est certainement l’action que peuvent avoir les bureaux d’études en éco-conception. Leurs décisions impactent directement sur notre travail de tous les jours. Par exemple nous avons vu apparaître ces derniers temps des bouteilles de PET opaques. Jusqu’ici le PET était transparent (coloré ou non) et le PE opaque. Le tri optique ne peut donc plus faire la différence entre ce PET et le PE. Cependant pour continuer sur les bouteilles, des progrès ont aussi été faits. Les étiquettes collées sur les bouteilles sont désormais constamment faites dans le même matériau que la bouteille elle-même, plus d’étiquettes papier. Cela nous simplifie la tâche. Pour finir des ingénieurs matériaux peuvent certainement trouver leur place dans des sociétés comme Hoffman notre fournisseur de machines pour le tri.

,,

Les décisions des bureaux d’études impactent directement sur notre travail de tous les jours

,,

JUIN 2011 | SMART PLANET | 7


Revalorisation,

Revalorisation

déchets à la recherche d’une seconde vie

Le texte réglementaire du droit de l’environnement relatif surtout à l’élimination des déchets, initié par les pouvoirs publics dans le respect du cadre réglementaire, oblige les collectivités locales à privilégier la valorisation des déchets ( loi n°92-646 du 13/07/1992 ).

L

a revalorisation consiste dans « le réemploi, le recyclage ou toutes autres actions visant à obtenir, à partir des déchets, des matériaux réutilisables ou de l’énergie », et a pour objectif de limiter le tonnage de déchets et de préserver les matières premières naturelles. Les métiers de la valorisation des matériaux sont victimes d’une méconnaissance et d’un déficit d’image. Cette activité résiste, bien que confrontée à la crise financière, à une fragilisation des marchés et au ralentissement industriel. Les volumes produits en témoignent. Les grands défis environnementaux, que notre société succite, doivent lui permettre de devenir l’un des secteurs principaux dans le paysage économique.

Un acteur du recyclage

Valorplast est une petite entreprise avec une vingtaine de salariés, qui s’occupe du recyclage des déchets plastiques ménagers (ceux de la poubelle jaune). Valorplast intervient à plusieurs niveaux : chez les collectivités et les centres de tri, jusqu’aux recycleurs, en passant aussi par les transports. Ainsi ils récupèrent le plastique et le revendent aux recycleurs. Cet organisme travaille avec 85% des collectivités locales en France, ce qui représente environ 66% du tonnage en plastique ménager. Différents acteurs interviennent dans ce secteur. En effet il y a les « entreprises de recyclage » ( par exemple les recycleurs plastiques Arténius, MPB, etc ), les entreprises « utilisateurs de produits recyclés » et les organismes liés au recyclage ( ADEME, Eco-Emballage, ... ), qui ont un rôle souvent plus général. Sinon comme acteurs principaux, nous pouvons citer Veolia Propreté, Suez environnement et une de ses filiales Sita ou Valorplast ( pour les emballages plastiques ménagers ).

Différentes méthodes de valorisation

Valorisation de matières :

La valorisation de matière ou le recyclage par filière : après leur transfert et séparation dans un centre de tri chaque matériau « reprend vie » sous forme de produits manufacturés, il existe différents domaines : plastiques, métaux, le verre, le papier, ...

Valorisation organique /énergétique : Le compostage consiste à transformer les matières fermentescibles (déchets verts et déchets de cuisine) par des micro-organismes, en présence d’oxygène et d’eau. La méthanisation est un procédé de fermentation sans insufflation d’air, qui aboutit à un dégagement de biogaz pouvant être récupéré, afin d’en tirer de l’énergie entre autres. La valorisation énergétique des déchets c’est la récupération de l’énergie à partir de la combustion des déchets dans une unité de traitement des ordures ménagères (UIOM). JUIN 2011 | SMART PLANET | 8

Inter view ETIEN Thomas,

ingénieur chez Valorplast Quel est votre rôle chez Valorplast actuellement ? Je suis ingénieur développement chez Valorplast depuis 6 mois, membre du pôle développement chargé du recyclage, avec lequel on fait de la R&D en relation avec les recycleurs. Par exemple, je travaille en ce moment sur un futur projet français, qui est d’ouvrir les consignes de tri à tous les déchets plastiques ménagers, et plus seulement aux bouteilles et flacons. J’essaye donc de trouver des débouchés à tous ces nouveaux plastiques, en faisant des tests et en étant en relation avec des recycleurs pour obtenir des produits régénérés.

Quel est votre universitaire ?

parcours

Alors je suis entré à l’Insa après un BAC S. J’ai fait ensuite un parcours typique Insa, puis je me suis décidé à aller en SGM, où j’ai pu faire différents stages. Mon stage de 4ème année a eu lieu chez Derichebourg environnement dans le recyclage des plastiques issus de l’automobile. En 5ème année j’ai


Revalorisation

,,

Avez-vous suivi des formations supplémentaires à celles que vous avez reçues à l’Insa, par exemple des formations internes ?

surtout, ce qu’ils attendent de l’ingénieur, c’est son adaptabilité à tous les problèmes pouvant survenir. Par exemple, moi, je traite 5 ou 6 sujets différents par jour, il faut savoir passer du coq à l’âne tout le temps. Ce n’est pas évident, il faut gérer les priorités.

dessus et que ce soit dans mon boulot et mes stages avant, ça aide quand même beaucoup d’avoir fait une formation matériaux pour entrer dans ce milieu-là. D’ailleurs je pense que sans mes stages, je ne serais pas entré chez Valorplast, c’est pourquoi, pour moi, les stages sont très importants.

Si ce n’est pas indiscret, quel est votre salaire ?

Quelles sont les perspectives dans le domaine du recyclage vis-à-vis du marché fluctuant à cause de la crise ?

Sans mes stages je ne serais pas entré chez Valorplast

Non, je n’ai pas encore suivi de formations supplémentaires. Disons que mes différents stages m’ont relativement aidé dans ce domaine. Mais je sais qu’un budget est là pour ça, d’ailleurs je vais faire une formation dans un gros laboratoire européen en suisse qui fait du recyclage de PET essentiellement.

Quel est le profil type d’un ingénieur qu’attend Valorplast ?

Cela reste un domaine, où ils attendent de l’expérience vis-à-vis de l’ingénieur, ainsi qu’un réseau et des connaissances, donc être relativement intégré là-dedans. Mais

,,

Je dirai 35000€ brut/ an. A cela on peut rajouter les différentes primes, ainsi que les autres avantages, par exemple ordinateur et téléphone de fonction, certains transports remboursés,...

Que pensez-vous de la place de l’ingénieur matériaux dans le domaine du recyclage ?

,,

pris l’option matériaux et environnement et polymères, puis j’ai fait mon stage dans une société de conseil en éco-conception et développement durable à Paris.

Dans le domaine des plastiques ménagers, c’est quand même très bien reparti, et les matériaux recyclés ne ce sont jamais vendus aussi cher qu’aujourd’hui. De plus sachant qu’aujourd’hui le taux de recyclage des plastiques est de seulement 22%, il y a encore du travail, on est loin d’être au bout.Il y a de plus en plus d’acteurs, c’est quelque chose qui commence à rapporter, donc je pense qu’il y a de bonnes opportunités là-dessus, même si c’est un domaine, le reyclage et la revalorisation plastique, assez fermé et petit.

Il fallait un ingénieur matériaux pour faire ce que je fais

Il fallait un ingénieur orienté matériaux pour faire ce que je fais aujourd’hui, c’est quand même assez pointu comme domaine. On a une valeur ajoutée là-

,,

Fiches métiers

Le Responsable de laboratoire chez un Recycleur :

Aussi appelé agent des filières de valorisation des déchets, il analyse le gisement des matériaux issus de la collecte sélective et recherche des débouchés à ces derniers auprès des professionnels pour assurer leur recyclage direct ou leur utilisation comme matière première. Il doit aussi tenir compte des besoins de ses clients et optimiser la qualité des matériaux en améliorant les performances de collecte. Formation requise : une très bonne connaissance des matériaux et de leurs techniques de transformation est nécessaire - du DUT ou BTS, au diplôme d’ingénieur.

L’Ingénieur en traitement de déchets : L’ingénieur traitement des déchets conçoit et suit la réalisation d’unités ou de procédés de réduction d’émissions dans l’environnement ou de stockage et traitement des déchets. Il étudie les possiblités techniques en prenant en compte les demandes de son client, les caractéristiques humaines et environnementales du territoire. Formation requise : formation d’ingénieur ou équivalent universitaire.

Le Responsable de site de traitement des déchets :

Le responsable de site de traitement de déchets est chargé de l’organisation du site et de la mise au point des opérations de traitement inhérentes aux déchets recueillis : enfouissement, transformation, incinération, compostage, etc. Il définit les procédures de suivi et les améliorations à mettre en œuvre pour optimiser le fonctionnement du site répondant aux objectifs de production, de budget, de respect de l’environnement et des conditions de sécurité du personnel. Il veille au respect des normes et des réglementations. Formation requise : formation supérieure à bac+5 ; DEA / DESS en chimie ; Diplôme d’ingénieur agronome ou agricole ; Diplôme d’ingénieur en chimie ou matériaux

Le chef d’ exploitation d’unité de récuperation :

Au sein de l’unité de récupération, le chef d’exploitation dirige l’ensemble des opérations destinées à récupérer au terme du processus collecte/ tri/ transformation des déchets, des matériaux ayant une valeur marchande. Formation requise : Niveau ingénieur ou BAC + 4 en environnement industriel qui peut être obtenu après une maîtrise en environnement industriel, ou une MST dans le même domaine. Il doit posséder de bonnes connaissances des matériaux et de leurs techniques de transformation ainsi que des marchés et l’économie des produits recyclés. JUIN 2011 | SMART PLANET | 9


Qualité, quand les normes s’en mêlent

Qualité

La norme ISO 14001

Dans le monde du recyclage, on peut notamment citer la norme ISO 14001 qui traite du management environnemental. Elle dicte quelles sont les actions que doit réaliser un organisme pour minimiser son impact sur l’environnement et améliorer en permanence sa performance environnementale. Un organisme peut demander la certification ISO 14001 pour répondre à une demande précise et pour améliorer son image auprès des organismes chargés des questions environnementales. Attention toutefois, une norme n’est qu’un code de bonne conduite que les entreprises se fixent elles mêmes, ‘’ce sont des exigences client’’. Le fait qu’une entreprise soit certifiée ISO 14001 ne signifie pas qu’elle ne pollue pas ou qu’elle contribue au développement durable.

Le Grenelle

Parallèlement, une autre directive influente est apparue récemment : le Grenelle de l’environnement. Il inJUIN 2011 | SMART PLANET | 10

cite les entreprises à repenser leurs moyens de production, le traitement de leurs déchets… Une autre facette de l’ingénieur Qualité se trouve ici, comme le dit Mme Bordenet : “Si on n’est pas capable de respecter le cahier des charges, il faut inventer de nouveaux process pour y répondre.’’ Pour autant, le Grenelle de l’environnement ne touche presque pas les entreprises, il s’adresse plus aux particuliers et permet surtout de sensibiliser les français sur les thèmes de l’e n v i r o n n e m e n t et de regrouper les différents acteurs du secteur. On peut citer l’exemple de la collecte des composants électroniques qui s’est généralisée en parallèle de la taxe d’éco participation. Pour résumer, le Grenelle de l’environnement est politique, alors que les normes sont des exigences purement industrielles dans un domaine donné.

,,

L

a qualité c’est avant tout “le respect du cahier des charges et de faire en sorte que le client soit satisfait du service’’ comme aime le rappeler Mme Bordenet, ingénieur qualité. L’ingénieur qualité doit donc faire en sorte que les exigences du client soient respectées. Entre alors en compte la notion de normes qui est un ensemble de règles édictées par les industriels pour réaliser un objet, certifier qu’il a telle propriété. La norme est ‘’technique’’ mais n’est en aucun cas ‘’juridique’’, elle ne s’applique que si le client en fait la demande, même si l’Etat peut inciter les entreprises à respecter certaines normes.

maine dans lequel on travaille. Le plus souvent le poste s’obtient dans la même entreprise et fait partie d’une évolution de carrière. De plus, ces postes sont rares : les entreprises possèdent un pôle qualité de faible effectif par rapport au total des employés dans lequel un ingénieur gère une équipe composée de techniciens. De plus, une formation supplémentaire est le plus souvent nécessaire. Mme Bordenet a par exemple suivi une formation d’audit chez Bureau Veritas. Ces formations se trouvent dans des écoles de commerce, de management. Ces formations sont obligatoires pour travailler dans le domaine de la Qualité. L’ingénieur doit faire valoir ses compétences techniques dans un domaine donné. Il possède une vue transversale car il est en interaction avec tous les pôles de l’entreprise (financier, technique, marketing…) Le salaire d’un ingénieur Qualité en milieu de carrière dans l’aéronautique est de 58 k€ auquel il faut rajouter des primes allant jusqu’à 4000€ et des avantages en nature. Par ailleurs, l’ingénieur matériaux par sa formation possède des bases techniques dans de nombreux domaines, ce qui est apprécié par les entreprises et permet de travailler dans de nombreux domaines. Enfin, l’étiquette INSA nous donne un profil et un niveau de compétence reconnus dans le monde de l’entreprise.

OUI un ingénieur SGM peut faire de la qualité [...] mais une formation complémentaire est obligatoire

Un SGM au pays de la qualité OUI un ingénieur SGM peut, un jour, se tourner vers un poste d’ingénieur qualité. MAIS ce poste ne lui sera accessible qu’après un certain nombre d’années passées à faire de la “technique’’. Comme le dit Mme Bordenet : “Je n’ai obtenu ce poste qu’après plusieurs années…’’ En effet, il existe des formations en Qualité qui permettent de débuter sa carrière dans le domaine. Pour les autres, le poste d’ingénieur qualité n’est possible que lorsqu’on a l’expérience et une connaissance approfondie du do-

,,

Ingénieur qualité

Lalao BORDENET Audits, conseil et formation en Qualité et Environnement Expert aéronautique


Formation, le recyclage est-il une orientation ?

En moins de 10 ans, le nombre d’emplois de la branche a augmenté de 30 % et ce sont ces nouveaux métiers que la profession souhaite valoriser grâce à des apprentissages spécifiques. Les différentes formations propres au recyclage sont donc toutes nouvelles: que ce soit au niveau apprenti, technicien ou bac+5, l’apprentissage des métiers de la branche se développe un peu partout.

L’ingénieur de type matériaux a l’avantage d’être pluridisciplinaire, ce qui lui confère une situation privilégiée dans le secteur du recyclage puisqu’il peut aussi bien occuper des postes de type management que des postes d’expert.

Les offres de formations

Les enseignements spécifiques au domaine du recyclage sont encore tout récents et n’ont pas encore atteint le niveau Bac+5, on a bien quelques cursus sur l’éco-conception en master spécialisé comme à l’ENSAM Chambéry, mais les formations restent très limitées. On peut cependant se préparer au recyclage en choisissant

,,

Les atouts du SGM

un master spécialisé en énergie et traitement des déchets ou encore intégrer une école spécialisée dans les métiers de l’e nv i r o n n e m e nt telles que l’EME ou l’ENGEES. Les ingénieurs sortant d’écoles spécialisées en chimie sont aussi très recherchés dans l’industrie du recyclage : on citera ici l’Insa Rouen ou encore CPE Lyon. Face à cette concurrence, un mastère spécialisé en chimie peut rendre le diplômé SGM tout autant attractif voire davantage.

Il existe par ailleurs de nombreuses possibilités autres que le cursus universitaire qui permettent d’acquérir de solides connaissances dans le domaine du développement durable et du recyclage: options, conférences, stages ou encore associations, tous les moyens sont bons.

Paroles de pro : M.REVIN

Est ce que dans un avenir proche, vous pensez que créer des départements propres au recyclage pourrait être une bonne idée ?

Non, on ne peut vraiment pas faire un département traitement des déchets pour la simple et bonne raison qu’il n’y a aucune entreprise qui cherche un ingénieur écologue. On ne cherche pas de spécialistes de l’environnement, cela n’a aucune valeur. Ce que l’on cherche, ce sont des ingénieurs qui ont une formation de base, qui peut être matériaux, électrique, mécanique, peu importe, et qui en plus ont une sensibilisation environnementale. J’ai été conseiller pendant un certain temps au niveau du ministère du travail où je leur ai dit « vous écartez tout ce qui est bac+5, ne faites pas des formations spécifiques au traitement des déchets. Par contre de CAP à bac +2, là vous pouvez proposer des formations qui seront orientées professionnelles, pragmatiques, concrètes.

M.REVIN, enseignant chercheur au départ. GEN

-L’ expérience professionnelle : il est vrai que l’on n’apprend jamais mieux que sur le terrain, c’est pourquoi les différents stages, jobs d’été ou autres projets de fin d’études sont pour nous de très belles occasions d’intégrer des équipes dans le secteur du recyclage et du traitement des déchets et de se familiariser avec l’activité.

On ne cherche pas de spécialistes de l’environnement, cela n’a aucune valeur

Autes moyens

Formation

P

our valoriser efficacement un déchet, il faut connaître précisément toutes les étapes de la vie d’un produit (on entendra souvent parler du cycle matière) d’où la nécessité d’acquérir des connaissances complémentaires au savoir technique acquis au cours de notre cursus en école d’ingénieur.

,,

-Les options : dans le cursus SGM peuvent donner des teintes au profil de l’élève ingénieur. L’option transversale en 5ème annnée « Matériaux et Environnement– Recyclage–Ecologie Industrielle » en est un bon exemple.

-Les associations et les conférences: s’engager dans un organisme ou une association qui s’investit dans le développement durable et l’environnement vous amènera certainement à discuter du traitement des déchets, du tri et donc du recyclage. Il faut savoir aussi que de plus en plus, les associations paient des intervenants extérieurs pour qu’ils viennent animer des conférences.

En Résumé

Un ingénieur est quelqu'un de pluridisciplinaire qui doit savoir s'adapter et réagir à différentes situations, c'est pourquoi se former uniquement dans un domaine précis en tant que cadre n'est pas encore bien vu. Aujourd'hui, si l'on veut se former aux techniques du recyclage, il faut viser des enseignements complémentaires et non pas spécialisés. JUIN 2011 | SMART PLANET | 11


JUIN 2011 | SMART PLANET | 12


Recyclage SGM 2011