Issuu on Google+

Ecole du Sabbat Adultes

1er trimestre

Janvier - Mars 2009


SOMMAIRE 5

La divinité

10 Les Saintes Ecritures 15 L‛origine du péché 20 La création du monde 25 L‛origine d‛Adam 31 La tentation et la chute 36 Le plan de la rédemption 41 Le déluge 46 La loi divine — les dix commandements 52 Le jour de repos de Dieu 57 La loi cérémonielle 62 La merveilleuse grâce divine 67 La justice par la foi

Leçons de l’école du Sabbat : Janvier à Mars 2009. Parution trimestrielle. Publié par Seventh Day Adventist Reform Movement General Conference, département de l’Ecole du Sabbat. Couverture : Design Pix (1ère de couverture) ; Map Ressources (pp. 4, 30 et 51) ; PhotoDisc (4e de couverture). Réalisation : Seventh Day Adventist Reform Movement P.O. Box 7240 Roanoke, VA 24019 — 5048 USA Site Internet Officiel : http://www.sdarm.org E-mail (Etats-Unis): gc@sdarm.org

Traduction et distribution en France : Eglise Adventiste du 7ème Jour, Mouvement de Réforme 11 rue de Viry 91600 Savigny/Orge — France http://www.asjmr.fr info@asjmr.fr Abonnement : 17 € /an (4 numéros) (à régler à l’adresse ci-dessus)

Les Leçons de l’Ecole du Sabbat sont un programme d’étude quotidienne, basé uniquement sur la Bible et l’Esprit de Prophétie sans ajout de commentaires. Les notes sont aussi brèves que possible pour préserver une pensée concise et directe. Des crochets [ ] sont utilisés dans certains cas afin d’assurer la clarté du texte, une lecture facile et de préciser le contexte. Une lecture plus approfondie des livres originaux est vivement recommandée.

Imprimé en Corée du Sud


Avant-propos A ce moment précis de l’histoire de la terre, les paroles inspirées de l’apôtre Paul sont particulièrement à propos : “ La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillonsnous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière ” (Romains 13 : 12). En tant que disciples du Crucifié, notre avenir sur cette terre est un véritable défi. Mais, étant en possession de la merveilleuse espérance qui suit, combien il est important que nous rassemblions et conservions tous les rayons de lumière dont notre chemin a été parsemé, car “ nous n’avons rien à craindre de l’avenir, sauf à oublier le chemin par lequel le Seigneur nous a conduits ainsi que ses enseignements dans notre histoire passée ” (The General Conference Daily Bulletin, 29 janvier 1893). Il est important pour que notre foi soit fortifiée de raconter les providences divines et de passer en revue chacun des enseignements dispensés au cours de notre histoire. Elles fournissent un fondement solide, une plate-forme sur laquelle nous pouvons nous tenir en toute sécurité. C’est ainsi que tous nos étudiants de l’école du sabbat en ce monde seront fondés et affermis dans les vérités fondamentales confiées au reste du peuple de Dieu en ces derniers jours. Il fut montré à la servante du Seigneur “ trois marches qui conduisaient à une plate-forme et représentaient les trois messages : du premier, du second et du troisième ange. L’ange qui m’accompagnait me dit : «Malheur à celui qui retranchera la plus minime partie de ces messages. Leur véritable signification est d’une importance vitale. La destinée des âmes dépend de la manière dont ils sont reçus.» Je fus de nouveau ramenée à considérer ces messages, et je vis à quel prix les enfants de Dieu avaient acquis leur expérience. Ils l’avaient obtenue à travers bien des souffrances et des luttes. Dieu les avait dirigés pas à pas, jusqu’à ce qu’ils soient placés sur une plate-forme solide et inébranlable. Je vis quelques personnes s’approcher de cette plate-forme pour en examiner la solidité. Certaines d’entre elles s’empressaient d’y prendre place avec joie, alors que d’autres la critiquaient, et auraient voulu y voir apporter quelques améliorations pour qu’elle s’approche davantage de la perfection et que le peuple soit beaucoup plus heureux. D’aucuns en descendaient pour l’examiner et la déclaraient mal posée. Mais je vis que presque tous se tenaient fermement sur cette plate-forme et suppliaient ceux qui en étaient descendus de cesser leurs plaintes ; car Dieu en était le grand Architecte, et c’était lui qu’ils critiquaient et qu’ils combattaient. Ils leur racontaient comment le Seigneur les avait amenés sur cette ferme plate-forme, et, élevant ensemble les yeux au ciel, ils louaient Dieu à haute voix. Quelques-uns de ceux qui s’étaient plaints et avaient quitté la plate-forme furent touchés, et ils reprirent humblement leurs places ” (Premiers Ecrits, pages 258-259). Qu’une étude approfondie de ces principes vitaux renforce la foi de chaque croyant ! Telle est la prière du Département de l’Ecole du Sabbat de la Conférence Générale.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

3


Sabbat, 3 janvier 2009

Offrande spéciale pour la Mission du Kassai Occidental, Congo La Mission du Kasai Occidental est située au centre de la République Démocratique du Congo [RDC] qui est également le centre du continent africain et qui inclut la province du même nom. Libre de toute guerre ou catastrophe naturelle, le Kasai Occidental est l’une des trois provinces bien peuplées de la RDC. Cette province est également connue pour sa production de diamants. Cette production n’a cependant jamais amélioré la vie de sa nombreuse population. Outre l’absence d’industrie, le coût élevé de la vie et le manque d’électricité ainsi que sa situation géographique font que la majorité de sa population souffre de pauvreté et de chômage. Le message de la réforme a touché cette province vers les années 1900 grâce à trois missionnaires allemands. Depuis lors, il s’est développé si rapidement que, quant au nombre, la Mission du Kasai Occidental parvient au deuxième rang après l’Angola. Depuis l’an 2000, nous faisons partie des Adventistes du 7e Jour Mouvement de Réforme et c’est en 2005 que la Conférence Générale a organisé nos 40 groupes en Mission. Nos trois années d’organisation en tant que Mission nous ont permis d’obtenir l’équipement nécessaire pour améliorer la condition de nos courageux ouvriers qui font un service très difficile. Il n’y a cependant aucun bâtiment d’église, aucun bureau et pas de moyens de transport ou de communication. En renforçant nos talents et nos capacités, nous pensons que l’équipement de notre église nous aidera à gagner plus d’âmes et à garder d’autres âmes fidèles dans la vérité. Nous comptons beaucoup sur vos dons généreux en ce premier sabbat de l’année 2009 de sorte à ce que nous puissions faire face aux problèmes majeurs d’une région sous-développée qui a fait obstacle à l’avancement de l’œuvre. D’avance nous vous remercions. Vos frères et sœurs de la Mission du Kasai Occidental

4

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2008


La divinité “ Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ ” (Jean 17 : 3). “ Il y a trois personnes vivantes dans le trio céleste… le Père, le Fils et le SaintEsprit. ”—Special Testimonies, Series B, N° 7, page 63.

DIEU, LE PÈRE

a.

Que dit la Bible à propos du Père ? Jean 16 : 27 (première partie) ; 1 Timothée 1 : 17. Comment sommes-nous avertis de ne pas comparer Dieu aux choses terrestres ?

“ Dieu ne peut être comparé aux choses qu’il a créées. Il ne s’agit que de choses terrestres qui sont frappées par la malédiction divine à cause des péchés de l’homme. Ce qui est de la terre ne peut être utilisé pour décrire le Père. Le Père est la plénitude de la divinité dans une personne incarnée ; il demeure invisible aux yeux des mortels. ”—Premiers Ecrits, pages 549-550. “ Les belles choses de la nature nous révèlent le caractère de Dieu et son pouvoir de Créateur. Elles constituent le don qu’il a fait à la race humaine pour montrer sa puissance et pour montrer qu’il est un Dieu d’amour. Mais personne n’est autorisé à dire que Dieu lui-même en personne est dans une fleur, une feuille ou un arbre. C’est l’œuvre de Dieu et elle révèle son amour pour l’humanité. ”—Medical Ministry, page 94. “ La nature n’est pas Dieu et ne l’a jamais été. La voix de la nature rend témoignage de lui mais la nature n’est pas Dieu. En tant qu’œuvre créée, elle rend simplement témoignage de la puissance divine. ”—The Review and Herald, 8 novembre 1898. b.

Comment le caractère de Dieu est-il révélé ? Romains 1 : 20-25 ; Jean 17 : 5-6.

“ Christ est venu en ce monde comme un Sauveur personnel. Il représentait un Dieu personnel. ”—Idem. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

5

MISSION

1.

POUR LA

28 décembre

SABBAT —

Dimanche

DU

Premiers Ecrits, pages 54-55, 125-127.

SPÉCIALE DU PROCHAIN

Lecture proposée :

KASAI OCCIDENTAL, CONGO

Sabbat 3 janvier 2009

OFFRANDE

Leçon 1


Lundi

29 décembre

2.

DIEU, LE FILS — JÉSUS-CHRIST

a.

Quelle fut la mission de Jésus avant et après son incarnation ? 1 Pierre 2 : 21-22 ; 1 Jean 3 : 5.

“ Après la chute, Christ est devenu l’instructeur d’Adam. Il a agi à la place de Dieu envers l’humanité et a sauvé la race humaine d’une mort immédiate. Il a assumé la tache de médiateur entre Dieu et l’homme. Quand le temps serait venu, il devait se révéler sous la forme humaine. Il devait être à la tête de l’humanité en prenant la nature de l’homme mais non son état de péché. ”—The Signs of the Times, 29 mai 1901. “ Que ce soit en pensées, en paroles ou en actions, Jésus était sans péché. La perfection caractérisait tout ce qu’il faisait. ”—In Heavenly Places, page 166. b.

Par quelle paroles Jean présenta-t-il Christ ? Jean 1 : 1-4. En tant que Fils de l’homme, Christ cessa-t-il d’être Dieu ? Matthieu 1 : 23 ; Esaïe 9 : 6 ; 1 Timothée 3 : 16 ; Tite 2 : 13-14.

“ Bien que la gloire divine de Christ fût voilée et éclipsée pendant le temps où il assuma la nature humaine, il ne cessa pas d’être Dieu en devenant homme. L’humain ne prit pas la place du divin, ni le divin celle de l’humain. C’est cela le mystère de la piété. En Christ, les deux expressions «humain» et «divin» étaient étroitement et inséparablement une, et cependant, elles avaient une individualité propre, distincte. Bien que Christ s’humiliât en devenant homme, la divinité lui appartenait toujours. Il ne pouvait perdre sa divinité tant qu’il restait fidèle et loyal. ”—The Signs of the Times, 10 mai 1899. “ Jéhovah est le nom donné à Christ. ”—Idem, 3 mai 1899. “ En parlant de sa préexistence, Christ nous ramène à une époque sans âge. Il nous assure qu’il n’y eût jamais un temps où il ne fût en étroite association avec le Dieu éternel. ”—Idem, 29 août 1900. “ En lui «était la vie, et la vie était la lumière des hommes» (Jean 1 : 4). Il n’est pas question ici de la vie physique, mais de l’immortalité, de la vie appartenant exclusivement à Dieu. La Parole, qui était avec Dieu, et qui était Dieu, possède cette vie.… Il possédait une vie originelle, non empruntée, non dérivée. Cette vie n’est pas inhérente à l’homme. ”—Messages Choisis, volume 1, page 348. “ Pour pouvoir faire toutes choses, le Christ a dû exister avant toutes choses. Ce qui est dit à ce sujet est d’une clarté qui ne laisse subsister aucun doute. Le Christ était Dieu essentiellement, dans le sens le plus élevé du terme. Il était Dieu de toute éternité, Dieu suprême, éternellement béni. ”—Idem, pages 290-291. 6

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


“ La grande condescendance de Dieu est un mystère insondable. On ne peut comprendre toute la grandeur du plan de la rédemption et la Sagesse infinie ne pouvait concevoir de plan meilleur que celui-là. Sa réussite ne pouvait être assurée qu’à la condition que Christ se fasse homme, qu’il couvre sa divinité d’humanité et subisse la colère causée par le péché, par la transgression de la loi de Dieu. Grâce à ce plan, le Dieu grand et redoutable pouvait être juste tout en justifiant tous ceux qui croiraient en Jésus et qui le recevraient comme leur Sauveur personnel. ”—Idem, 22 octobre 1895. b.

Quels furent les buts de l’incarnation de Jésus ? Luc 19 : 10 ; Hébreux 2 : 14-15 ; Esaïe 42 : 21.

“ Jésus-Christ est venu chercher et sauver ce qui était perdu. ”—The Review and Herald, 30 juin 1896. “ Heureuse l’âme qui peut dire «Je suis coupable devant Dieu mais Jésus est mon avocat. J’ai transgressé sa loi. Je ne peux me sauver moi-même mais j’en appelle au sang précieux versé sur le Calvaire. Je suis perdu en Adam mais ramené à la vie en Christ. ”—The Youth’s Instructor, 8 novembre 1894. “ Christ est venu justifier les exigences sacrées de la loi. Il est venu en remplir les obligations en menant une vie d’obéissance et prouver ainsi la fausseté des accusations de Satan affirmant qu’il est impossible à un homme d’observer la loi de Dieu. C’est en tant qu’homme qu’il affronta la tentation et fut victorieux par la force qu’il obtenait de Dieu. En faisant du bien au cours de ses déplacements, en soulageant tous ceux qui étaient affligés par Satan, il révéla aux hommes le caractère de la loi de Dieu et la nature de son service. Sa vie prouve qu’il nous est possible d’obéir à la loi de Dieu. ”—Testimonies, volume 8, pages 207-208. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

7

DU

“ La Divinité fut émue de pitié pour la race humaine et le Père, le Fils et le SaintEsprit conçurent le plan de la rédemption. Pour que ce plan se réalise pleinement il fut décidé que Christ, le Fils unique de Dieu, s’offrirait lui-même en sacrifice pour le péché. En donnant Christ, Dieu donna tout ce que possédait le ciel afin que rien ne vienne faire défaut au relèvement de l’homme. Comment peut-on mesurer la profondeur de cet amour-là ? Dieu voulait que l’homme ne puisse pas dire qu’il aurait pu faire plus pour lui. ”—The Review and Herald, 2 mai 1912.

MISSION

Quel plan fut mis en œuvre lors de l’incarnation de Christ ? Jean 3 : 16 ; 1 Jean 4 : 9-10 ; 3 : 8.

POUR LA

a.

SABBAT —

L’INCARNATION

SPÉCIALE DU PROCHAIN

3.

KASAI OCCIDENTAL, CONGO

30 décembre

OFFRANDE

Mardi


Mercredi

31 décembre

4.

DIEU, LE SAINT-ESPRIT

a.

Que dit Jésus à propos du Saint-Esprit qu’il allait envoyer au monde ? Jean 16 : 13 ; 14 : 16-17.

“ Le Consolateur, que le Christ a promis d’envoyer après être remonté au ciel, est l’Esprit de la divinité dans toute sa plénitude qui met la puissance de la grâce divine au bénéfice de tous ceux qui acceptent le Christ comme Sauveur personnel et croient en lui. Il y a trois personnes vivantes dans la triade céleste : au nom de ces trois grandes puissances : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, ceux qui donnent leur adhésion au Christ avec une foi vivante sont baptisés, et ces trois puissances coopéreront avec les sujets obéissants. ”—Evangéliser, page 550. “ Le Saint-Esprit était le plus excellent de tous les dons qu’il pût solliciter de son Père, pour le bien de son peuple. Il devait être donné comme un moyen de régénération sans lequel le sacrifice du Christ resterait inefficace. Le pouvoir du mal était allé grandissant, pendant des siècles, et les hommes se soumettaient à cette captivité diabolique avec une docilité étonnante. La résistance au péché et la victoire ne seraient rendus possibles qu’au moyen de la troisième Personne de la Divinité, qui viendrait, non pas avec un pouvoir amoindri mais avec la plénitude de la puissance divine. ”— Jésus-Christ, page 675. “ Le Saint-Esprit ne doit pas seulement sanctifier mais convaincre. Personne ne peut se repentir de ses péchés s’il n’est pas convaincu de sa culpabilité. Combien il est donc nécessaire d’avoir le Saint-Esprit à nos côtés quand nous travaillons au salut des âmes ! ”—The Review and Herald, 16 juillet 1895. b.

Quelle preuve biblique avons-nous que le Saint-Esprit est Dieu ? Actes 5 : 3-4. Quelle autre preuve montre que le Saint-Esprit possède une personnalité ? Actes 13 : 2 ; Romains 8 : 16, 26-27 ; 1 Corinthiens 2 : 10.

“ Le Saint-Esprit est une personne, car il rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.… Le Saint-Esprit possède une personnalité ; sinon, il ne pourrait pas rendre témoignage à et avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Il est aussi de toute évidence une personne divine ; autrement, il n’aurait pas la faculté de pénétrer les secrets cachés dans la pensée de Dieu. «Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu (1 Corinthiens 2 : 11). ”—Manuscript Releases, volume 20, pages 68-69. 8

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


b.

S’agissant de ses disciples sur terre, quel est le profond désir de Jésus ? Jean 6 : 37-40 ; 14 : 1 ; 17 : 24.

“ Par la prière sincère, nous sommes mis en rapport avec la Sagesse infinie. Nous pouvons ne pas avoir, au moment où nous prions, de preuve spéciale que le Seigneur se penche sur nous avec compassion et amour ; mais c’est néanmoins le cas. Nous pouvons ne pas sentir son attouchement, mais sa main est sur nous, et cette main nous assure de son amour et de ses tendres compassions. ”—Le Meilleur Chemin, page 95 ou Vers Jésus, page 94. “ Le cœur de Dieu déborde pour ses enfants terrestres d’un amour plus fort que la mort. En sacrifiant son Fils, il a déversé tout le ciel en notre faveur. La vie, la mort et la médiation du Sauveur, le ministère des anges, les appels de l’Esprit, le Père agissant au-dessus de tous et par le moyen de tous, l’intérêt incessant des êtres célestes : tout est mis à réquisition en vue de la rédemption de l’homme. ”—Vers Jésus, page 21 ou Le Meilleur Chemin, page 19.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

2 janvier 17 h 06

Quelles fausses idées courantes devons-nous clarifier à propos de Dieu le Père ? Considérez quelques points essentiels au sujet de Jésus et que beaucoup ne connaissent pas. Pourquoi fut-il nécessaire que Christ, notre Créateur, vienne sur terre en tant qu’homme ? Pourquoi le Saint-Esprit est-il si important dans l’obtention de notre salut ? Quels facteurs sont impliqués dans notre rédemption pour la vie éternelle ?

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

9

DU

“ Il ne suffit pas de croire ce qui concerne le Christ ; nous devons croire en lui. La seule foi qui nous soit profitable est celle qui le prend comme Sauveur et qui s’approprie ses mérites. D’aucuns pensent que la foi n’est qu’une opinion, mais la foi salutaire est une opération par laquelle ceux qui reçoivent le Christ contractent une alliance avec Dieu. La vraie foi est une vie. Une foi vivante entraîne un accroissement de vigueur, une pleine confiance, communiquant à l’âme un pouvoir conquérant. ”— Jésus-Christ, page 337.

MISSION

Quel est le seul moyen pour recevoir la vie éternelle ici-bas et dans l’audelà ? Jean 3 : 36 ; 6 : 47 ; 17 : 3.

POUR LA

a.

SABBAT —

CECI EST LA VIE ÉTERNELLE

SPÉCIALE DU PROCHAIN

5.

KASAI OCCIDENTAL, CONGO

1er janvier

OFFRANDE

Jeudi


Leçon 2

Sabbat 10 janvier 2009

Les Saintes Ecritures “ Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice ” (2 Timothée 3 : 16). “ Seul celui qui reçoit les Ecritures comme la voix de Dieu lui parlant personnellement est un vrai disciple. Il tremble en l’entendant, car pour lui elle est une réalité vivante. ”—Les Paraboles, page 44 (V&S) ou 54 (Gland). Lecture proposée :

Education, pages 211-217 (V&S), chapitre Enseignement et étude de la Bible

Dimanche

4 janvier

1.

LA PAROLE INSPIRÉE DE DIEU

a.

Que dit l’apôtre Paul de l’origine des Saintes Ecritures ? 2 Timothée 3 : 1517.

“ Notre seule sécurité consiste à accepter la Bible tout entière, à croire en toute la vérité, et non à n’en recevoir que des portions éparses. Si vous dépréciez un seul mot de ce qui est écrit, vos pieds se trouvent sur des sables mouvants. La Bible est une communication divine, c’est un message adressé à notre âme aussi vrai que si l’on entendait une voix venue du ciel. Avec quelle crainte admirative, quelle révérence et quelle humilité devrions-nous sonder les Ecritures ! ”—The Signs of the Times, 18 septembre 1893. b.

Que dit Jésus à propos des écrits de l’Ancien Testament ? Jean 5 : 39 ; Luc 24 : 27, 45. Quel sera le résultat de l’étude assidue de la Bible et d’une obéissance constante aux Ecritures ? Psaume 119 : 11 ; 2 Timothée 3 : 15.

“ Ceux qui se nourrissent continuellement de la Parole de Dieu ne s’en détourneront pas comme l’ont fait Adam et Eve et ils ne désobéiront pas à la loi de Dieu. La Parole de Dieu leur donnera grâce et force. ”—The Signs of the Times, 5 septembre 1895. “ La parole de Dieu agit dans le cœur de celui qui l’étudie et s’y soumet ; elle y subjugue toutes les mauvaises inclinations. ”—Les Paraboles, page 78 (V&S) 96 (Gland). 10

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Lundi

5 janvier

2.

LE THÈME CENTRAL DES ECRITURES

a.

D’après Paul, quel était le thème central dans la prédication de l’évangile du salut ? 1 Corinthiens 2 : 1-2.

“ Le Messie crucifié est la donnée centrale du christianisme. Les leçons les plus vitales qu’enseignants et étudiants doivent apprendre sont celles qui détournent le regard du monde, pour le porter sur la croix du Calvaire. ”—Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, page 21. “ Le thème central de la Bible, celui auquel se rattachent tous les autres, est le plan de la rédemption, la restauration en l’homme de l’image de Dieu. ”—Education, page 141. b.

Dans tous les sermons que l’on présente, quel point principal ne devrait pas faire défaut ? 1 Corinthiens 1 : 23-24 ; 15 : 3 ; Ephésiens 2 : 20.

“ Faites une place au Christ dans chaque sermon. Arrêtez-vous longtemps sur les richesses, les compassions et la gloire de Jésus-Christ, car le Christ formé en nous c’est l’espérance de la gloire. ”—Messages Choisis, volume 1, pages 185-186. “ Dites à chacun ce qu’il doit faire pour être sauvé en utilisant un langage simple et clair. Dieu est à vos côtés ; il vous appelle à faire connaître les richesses cachées et insondables de la grâce de Christ. Ne prêchez pas ce qui vous passe par la tête, prêchez Christ. Que la lumière de sa justice brille dans vos cœurs et se révèle dans vos enseignements. La foi vivante en Christ doit être la substance de chaque sermon, l’essentiel de tout discours ; elle doit être incorporée à tout appel et à toute prière. ”— Special Testimonies for Ministers and Workers, N° 7, pages 8-9. “ Il y a une grande vérité centrale qu’il faut toujours garder devant les yeux dans l’étude approfondie des Ecritures –Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Toute autre vérité n’est investie d’influence et de puissance que par sa relation avec ce thème. Nous ne pouvons discerner le caractère suprême de la loi de Dieu qu’à la lumière de la croix. L’âme paralysée par le péché ne peut recevoir la vie que grâce à l’œuvre accomplie sur la croix par l’Auteur de notre salut. ”—The SDA Bible Commentary [E. G. White Comments], volume 6, page 1084.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

11


Mardi

6 janvier

3.

LA PAROLE INFAILLIBLE DE DIEU

a.

Pourquoi est-il si important d’étudier la parole de Dieu et de mettre en pratique ses enseignements ? Psaume 119 : 105, 116, 133 ; Proverbes 2 : 1-5.

“ A tous, jeunes et vieux, la parole du Seigneur dit : Que la vérité divine pénètre votre esprit et votre âme. Que votre prière soit : «Oh Seigneur, préserve mon âme afin qu’elle ne te déshonore pas.» Que vos prières montent vers Dieu afin qu’il sanctifie votre âme dans toutes ses pensées, ses paroles, son esprit et dans tous ses actes. Plaidez avec Dieu afin qu’aucune trace d’égoïsme ne soit forgée dans votre caractère. Priez ainsi : «Sanctifie mon cœur par la vérité. Que tes anges gardent mon âme dans une stricte intégrité. Que mon esprit soit sensible aux maximes simples et pénétrantes de ta Parole qui ont été données pour me guider en cette vie de préparation pour la vie future, éternelle.» ”—The Review and Herald, 19 juillet 1906. “ Le grand principe défendu par ces réformateurs —le même qu’avaient proclamé les Vaudois, Wiclef, Jean Huss, Luther, Zwingle et leurs associés— était l’autorité infaillible des saintes Ecritures comme règle de foi et de pratique. ”—Le Grand Conflit, page 240 (TDS 267, CI 260). b.

Qu’est-ce qui nous est assuré à propos de l’infaillibilité des prophéties et des prédictions bibliques ? Esaïe 34 : 16 ; 55 : 10-11.

“ Dans sa Parole, Dieu a donné aux hommes les connaissances nécessaires au salut. Les Saintes Ecritures doivent être reçues comme ayant une autorité absolue, comme une révélation infaillible de sa volonté. Elles constituent la règle du caractère, le révélateur des dogmes, et la pierre de touche de l’expérience religieuse. ”—Le Grand Conflit, pages (c) et (d) (CI 6-7, TDS 11). “ La Parole du seul vrai Dieu est infaillible. La sagesse infinie, la sainteté, la puissance et l’amour s’allient pour nous montrer la norme par laquelle Dieu mesure les caractères. Sa Parole définit avec tant de clarté quelles sont les lois de son royaume que nous ne sommes pas contraints de marcher dans les ténèbres. Sa loi est la transcription de son caractère. ”—In Heavenly Places, page 137. “ Tout ce que la prophétie a prédit, jusqu’à nos jours, s’est accompli dans l’histoire, et nous pouvons être sûrs que ce qui doit encore arriver arrivera en son temps. ”— Education, pages 204-205. 12

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mercredi

7 janvier

4.

COMMENT ÉTUDIER LA BIBLE

a.

Quel conseil est donné à ceux qui souhaitent apprendre la vérité ? Esaïe 28 : 9-10, 13 ; Actes 17 : 10-11.

“ La Bible s’explique par elle-même. Un passage sera la clé qui révélera le sens d’autres passages ; ainsi la lumière sera répandue sur le sens caché de la parole. En comparant différents textes traitant d’un même sujet, en examinant tout ce qui s’y rapporte, la véritable signification des Ecritures deviendra évidente. ”—Christian Education, page 85. “ Les précieuses gemmes de la vérité ne sont pas à la surface Vous devez creuser pour les découvrir. Prenez votre Bible et comparez-en les passages et les versets les uns avec les autres ; vous trouverez les précieux joyaux de la vérité. Vous devriez ensuite enchâsser ces précieux rayons de lumière dans un beau cadre que vous suspendrez dans la galerie de votre mémoire. ”—The Review and Herald, 16 avril 1889. “ Ouvrez la Bible devant notre jeunesse, attirez son attention sur les trésors cachés qu’elle renferme, apprenez-lui à y chercher des joyaux de vérité ; elle acquerra une force intellectuelle que toute l’étude de la philosophie ne pourrait lui communiquer. Les vastes sujets traités par la Bible, la simplicité si digne de ses déclarations inspirées, les thèmes élevés qu’elle propose à l’esprit, la lumière vive et pénétrante qui émane du trône de Dieu et vient éclairer notre entendement, tout cela développera les facultés de l’esprit à un point que l’on conçoit difficilement et que l’on ne pourra jamais expliquer. ”—Messages à la Jeunesse, pages 252-253. b.

Quel facteur est nécessaire pour comprendre les vérités de la Bible ? Jacques 1 : 5-8 ; Ephésiens 6 : 18 ; Hébreux 12 : 28.

“ C’est avec respect, avec le sentiment de la présence de Dieu, qu’il faut aborder l’étude de la Bible. Toute légèreté et toute frivolité doivent être mises de côté. S’il est des portions de la Parole qui sont faciles à comprendre, la véritable signification d’autres portions est plus difficile à discerner. Il faut une étude patiente, une méditation accompagnée de prières ferventes. Chacun devrait, en ouvrant les Ecritures, implorer la lumière du Saint-Esprit, qui a été promise et qui sera sûrement donnée. ”— Messages à la Jeunesse, page 259. “ Si vous abordez l’étude des Ecritures avec humilité et en demandant vraiment à être guidé, les anges de Dieu vous ouvriront ses vivantes réalités. ”—The Signs of the Times, 18 septembre 1893. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

13


Jeudi

8 janvier

5.

ETUDIEZ PENDANT QUE VOUS LE POUVEZ

a.

Qu’est-il écrit à propos de ceux qui n’étudient pas la Bible ? 2 Timothée 4 : 2-4.

“ Les foules ne veulent pas des vérités de la Bible parce qu’elles interfèrent avec les désirs charnels de leur cœur mondain ; et Satan leur fournit les séductions qui leur plaisent. ”—Le Conflit Imminent, pages 636-637 (GC 606, TDS 645). “ La «saine doctrine», c’est la vérité biblique, la vérité qui encourage la piété et la consécration, en confirmant le peuple de Dieu dans sa foi. ”—Ministère Evangélique, page 305. b.

Dans le temps de détresse, qu’arrivera-t-il à ceux qui négligent d’étudier les vérités divines maintenant, en ce temps de grâce ? Amos 8 : 11-12.

“ Ceux qui avaient méprisé la Parole de Dieu couraient çà et là, du nord au sud, de l’est à l’ouest, pour la chercher. L’ange me dit : «Ils ne la trouveront pas.… Ils n’ont cessé jour après jour de mépriser le salut, estimant davantage les richesses et les plaisirs de la terre que les trésors et les promesses du ciel. Ils ont rejeté Jésus et méprisé ses saints. Souillés ils sont, souillés ils resteront.» ”—Premiers Ecrits, pages 281-282. “ Ceux qui refusent d’être modelés par les prophètes, qui ne purifient pas leur âme en obéissant à toute la vérité ; ceux qui sont disposés à croire que leur condition est bien meilleure qu’elle n’est en réalité, arriveront au temps des fléaux et s’apercevront alors qu’ils avaient besoin d’être taillés et équarris pour faire partie de l’édifice de Dieu. Mais ce sera trop tard, car aucun médiateur ne plaidera plus leur cause devant le Père. ”—Premiers Ecrits, page 71.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e. 14

9 janvier 17 h 14

Pourquoi devons-nous obéir à tout ce que Dieu révèle et non choisir çà et là ? Quel est le thème le plus important dans toutes les Ecritures ? Pourquoi la prophétie n’est-elle jamais sans intérêt mais au contraire encourageante pour l’âme ? Décrivez la méthode d’étude de Dieu et l’attitude que nous devons avoir la concernant. Pourquoi est-il hautement essentiel que nous prenions maintenant au sérieux l’étude de la Bible ? Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Leçon 3

Sabbat 17 janvier 2009

L’origine du péché “ Te voilà tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, toi, le vainqueur des nations ! Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion ; je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très-Haut. ” (Esaïe 14 : 12-14). “ Le péché prit naissance dans le cœur de celui qui, après le Christ, avait été le plus hautement honoré de Dieu, et qui était le plus puissant et le plus glorieux de tous les habitants du ciel. ”—La Tragédie des Siècles, pages 536-537 ( GC 499, CI 528). Lecture proposée :

Patriarches et Prophètes, chapitre 1.

Dimanche

11 janvier

1.

UN ANGE ÉLEVÉ

a.

Comment, en utilisant l’image du roi de Tyr, le prophète Ezéchiel décrit-il Lucifer ? Ezéchiel 28 : 13-14.

“ Lucifer avait été le chérubin protecteur. Il s’était tenu dans la lumière de la présence de Dieu. Il avait été le plus élevé de tous les êtres créés, le premier à révéler les desseins de Dieu à l’univers. ”—The Desire of Ages, page 758. “ Cet ange puissant, dont toute la gloire venait de Dieu, en vint à la considérer comme lui appartenant en propre. Non content d’occuper une place qui l’élevait audessus de toute l’armée des anges, il osa convoiter des hommages qui n’étaient dus qu’au Créateur. ”—Patriarches et Prophètes, pages 11-12 (V&S), 35 (Bâle). b.

Bien qu’il eût déjà une position très élevée, quelle fut l’ambition de Lucifer ? Esaïe 14 : 13-14.

“ Si Lucifer avait réellement désiré être semblable au Très-Haut, il n’aurait jamais quitté la place qui lui était réservée dans le ciel ; car l’esprit du Très-Haut se manifeste par un ministère désintéressé. Lucifer convoitait la puissance de Dieu, mais non son caractère. Il recherchait la première place pour lui-même. ”—Jésus-Christ, page 432. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

15


Lundi

12 janvier

2.

SÉDITION ET RÉBELLION

a.

De quel argument Lucifer se servit-il pour persuader les anges de se joindre à lui ? Psaume 55 : 22.

“ Non content d’occuper une place qui l’élevait au-dessus de toute l’armée des anges, il osa convoiter des hommages qui n’étaient dus qu’au Créateur. Au lieu d’encourager tous les êtres célestes à faire de Dieu l’objet suprême de leur adoration et de leur obéissance, il se mit à attirer sur lui leur affection et leurs loyaux services, allant jusqu’à convoiter les honneurs* dont l’Être infini avait investi son Fils comme sa prérogative exclusive. ”—Patriarches et Prophètes, pages 11-12 (V&S), 35-36 (Bâle). *Le texte anglais précise qu’il s’agissait de la gloire et de la puissance du Christ, NdT. “ Satan accusa la loi et le gouvernement de Dieu de la discorde que sa propre conduite avait causée dans le ciel. Il déclara que tout le mal provenait de l’administration divine. Il prétendit que son but était de perfectionner les statuts de Jéhovah. ”—Le Grand Conflit, page 504 (CI 533, TDS 540-541). b.

Après que Lucifer eût convaincu une grande partie des anges de la nécessité d’apporter des changements au gouvernement divin, qu’arriva-t-il à ces anges ? Apocalypse 12 : 4 (première partie).

“ Satan entraîna dans sa révolte le tiers des anges qui se détournèrent du Père et du Fils pour s’unir à l’instigateur de la révolte. ”—Témoignages, volume 1, page 355. “ [Lucifer plaçait] les desseins de Dieu sous un faux jour, qui les dénaturait, de façon à engendrer le mécontentement et la dissidence. Habilement, il amenait ses auditeurs à exprimer leurs propres pensées ; puis, au moment propice, il répétait leurs paroles pour prouver qu’ils n’étaient pas entièrement d’accord avec le gouvernement divin. Tout en professant lui-même une parfaite loyauté à l’égard de Dieu, il assurait que la stabilité de son gouvernement profiterait certainement de quelques changements dans l’organisation et dans les lois du ciel. Avec une habilité consommée, il prétendait n’avoir d’autre désir que de maintenir la loyauté, l’harmonie et la paix. Tout en travaillant à fomenter l’opposition à la loi de Dieu et à inoculer ses propres sentiments aux anges qui lui étaient confiés, il prétendait combattre la discorde et affermir l’ordre établi. ”—Patriarches et Prophètes, page 14 (V&S). 16

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mardi

13 janvier

3.

LA LOI DE DIEU EST IMMUABLE

a.

Que dit la Bible à propos de la loi de Dieu ? Psaumes 19 : 8 ; 111 : 7-8 ; Romains 7 : 12. Que suggéra Lucifer à ce sujet ?

“ Satan s’était enhardi dans sa révolte et avait affiché son mépris pour la loi du Créateur. Elle lui était devenue insupportable. Il prétendait que les anges n’avaient pas besoin de loi, mais qu’ils devaient se sentir libres de suivre leur propre volonté, qui les conduirait toujours avec sûreté. La loi mettait un frein à leur liberté et son but principal était de l’abolir. ”—L’Histoire de la Rédemption, page 16. “ Recourant à des méthodes que Dieu ne pouvait utiliser, la flatterie et la fraude, Satan avait falsifié la parole de Dieu et dénaturé ses méthodes de gouvernement. Il avait prétendu qu’en imposant des lois aux anges, Dieu était injuste, et qu’en exigeant de ses créatures soumission et obéissance, il n’avait en vue que son exaltation personnelle. Il était donc nécessaire de démontrer aux yeux des habitants du ciel et de tous les mondes, que le gouvernement de Dieu est juste, et sa loi, parfaite. Satan, lui, fit croire que son but était le bonheur de l’univers. ”—Patriarchs and Prophets, page 42. b.

Que dit Jésus de la loi de Dieu ? Matthieu 5 : 17-18 ; Luc 16 : 17. Quelle est la grande preuve de l’immutabilité de la loi de Dieu ? Psaume 89 : 35 ; Jacques 1 : 17.

“ La mort du bien-aimé Fils de Dieu sur la croix montre l’immutabilité de la loi de Dieu. Sa mort la magnifie et la rend honorable ; elle prouve qu’on ne peut en changer le caractère. ”—The Signs of the Times, 7 août 1879. “ En portant la culpabilité du pécheur, Christ n’a pas dispensé l’homme d’obéir à la loi car, si la loi avait pu être changée ou abolie, il n’aurait pas eu besoin de venir en ce monde pour souffrir et mourir. Le fait même que Christ soit mort pour les transgressions atteste du caractère immuable de la loi du Père. ”—Idem, 25 août 1887. “ La rébellion de Satan, témoignage perpétuel de la nature et des terribles résultats du péché, devait servir de leçon à l’univers pour tous les âges futurs. Le développement du règne de Satan, ses effets sur les hommes et les anges, devaient montrer ce qui résulte du rejet de l’autorité divine. Cela devait témoigner que de l’existence du gouvernement de Dieu et de sa loi, dépend le bien-être de toutes les créatures qu’il a faites. ”—Le Grand Conflit, page 505 (CI 534, voir TDS 541). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

17


Mercredi

14 janvier

4.

GUERRE DANS LE CIEL

a.

Que se passa-t-il dans le ciel entre Christ et Lucifer et quel en fut le résultat ? Apocalypse 12 : 7-10 ; Luc 10 : 18.

“ Le grand usurpateur continua de se justifier jusqu’à la fin même de la controverse dans le ciel. Quand on annonça au chef des rebelles qu’il allait être expulsé, avec tous ses partisans, du séjour de la félicité, il afficha hardiment son mépris pour la loi du Créateur, et réitéra son affirmation que les anges n’avaient pas besoin d’autre loi que leur volonté, qui les guiderait toujours dans la bonne voie. Prétendant que les statuts divins portaient atteinte à leurs libertés, il déclara que son dessein était d’obtenir l’abolition de toute espèce de loi, ajoutant qu’affranchies de ce joug, les intelligences célestes entreraient dans une existence plus élevée et plus glorieuse. ”—Le Grand Conflit, page 505 et la Tragédie des Siècles, page 542 (CI 534). “ En bannissant Satan du ciel, Dieu manifestait sa justice et soutenait l’honneur de son trône. Mais quand, entraîné par la supercherie du grand apostat, l’homme eut péché, Dieu donna une preuve de son amour en livrant son Fils unique à la mort en faveur de l’espèce humaine. C’est au Calvaire que le caractère de Dieu se révéla. La croix prouva à l’univers tout entier que la rébellion de Lucifer n’était nullement imputable au gouvernement de Dieu. ”—La Tragédie des Siècles, page 543 (GC 507, CI 536). b.

Quelle était en réalité la cible de l’attaque de Lucifer ? Psaumes 45 : 7 ; 89 : 15.

“ Satan, ambitieux de gloire personnelle et ne voulant pas se soumettre à l’autorité de Jésus, faisait des insinuations contre le gouvernement de Dieu. ”—Premiers Ecrits, page 145. “ Satan a imaginé des fables séductrices. Il a commencé dans le ciel à saper les bases du gouvernement divin et depuis sa chute son objectif est la loi de Dieu. ”—Témoignages, volume 1, page 133. “ C’étaient l’orgueil et l’ambition qui l’avaient poussé à se plaindre du gouvernement de Dieu et à vouloir renverser l’ordre établi dans le ciel. Et depuis sa chute, le but de Satan a été d’inculquer aux hommes le même esprit d’envie et de mécontentement, la même soif des situations et des faveurs. ”—Patriarches et Prophètes, page 381 (V&S), 407 (Bâle). 18

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Jeudi

15 janvier

5.

LE CIEL DÉBARRASSÉ DU MAL

a.

Quel fut le sort de Lucifer et de ses acolytes, pourquoi ? Apocalypse 12 : 9 ; 2 Pierre 2 : 4 ; Jude 6. Quel fut son plan suivant ? 1 Pierre 5 : 8.

“ [Lucifer] avait bien abandonné sa position de chérubin protecteur, mais s’il était revenu sur ses pas en reconnaissant la sagesse du Créateur, et s’était contenté de la place qui lui avait été assignée dans le grand plan divin, il aurait été rétabli dans ses fonctions. Mais l’orgueil l’empêcha de se soumettre. S’obstinant dans sa mauvaise voie, il soutint qu’il n’avait pas lieu de se repentir, et se déclara ouvertement en lutte avec son Créateur. ”—La Tragédie des Siècles, page 539 (GC 502, CI 531). “ Lorsque Satan refusa de mettre son influence au service de la vérité, le ciel ne put continuer d’être sa demeure. Il rassembla autour de lui une armée d’anges déloyaux et c’est en compagnie de ces sympathisants qu’il fut chassé des cieux. ”—The Review and Herald, 16 avril 1901. b.

Que se passa-t-il dans le ciel lorsque Christ mourut sur la croix ? Apocalypse 12 : 10. Satan put-il se rendre en visite au ciel après la mort de Jésus ? Jean 12 :31.

“ En versant le sang du Fils de Dieu, il avait perdu les dernières sympathies des êtres célestes. Désormais son activité allait être restreinte. Quelle que fût son attitude, il ne pourrait plus accompagner les anges dans les parvis célestes, et accuser auprès d’eux les frères du Christ comme étant couverts de vêtements souillés par le péché. Le dernier lien unissant Satan au monde céleste était rompu. ”—Jésus-Christ, page 765.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

16 janvier 17 h 23

Qu’est-ce qui devint le but de Lucifer ? Comment la scène de la campagne de Lucifer est-elle rejouée par bon nombre de personnes aujourd’hui ? Dans quel sens la rébellion de Lucifer sapa-t-elle la loi de Dieu ? Quelle est souvent la fausse prétention de ceux qui démolissent la loi de Dieu ? Quand les anges loyaux furent-ils libérés de tout doute concernant Satan ?

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

19


Leçon 4

Sabbat 24 janvier 2009

La création du monde “ Ainsi parle l’Eternel, le Saint d’Israël, et son créateur : Veut-on me questionner sur l’avenir, me donner des ordres sur mes enfants et sur l’œuvre de mes mains ? C’est moi qui ai fait la terre, et qui sur elle ai créé l’homme ; c’est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, et c’est moi qui ai disposé toute leur armée ” (Esaïe 45 : 11-12). “ Sortant de la main du Créateur, non seulement le jardin d’Eden, mais aussi la terre entière éclataient d’une beauté infinie. Les taches du péché, l’ombre de la mort ne défiguraient pas la création. ”—Education, page 25. Lecture proposée :

Patriarches et Prophètes, chapitre 2.

Dimanche

18 janvier

1.

AU COMMENCEMENT DIEU CRÉA

a.

Que dit la Bible à propos de la semaine de la création ? Genèse 1 : 1, 5 ; Exode 20 : 11 ; 31 : 17.

“ Dieu n’a jamais révélé aux mortels la manière dont il s’y prit pour réaliser l’œuvre de la création en six jours littéraux. Son œuvre créatrice est aussi incompréhensible que son existence même. ”—Lift Him Up, page 52. “ La parole inspirée nous déclare que chacune de ces périodes a été un jour, avec un soir et un matin, comme tous les autres jours depuis lors. ”—Education, page 146. b.

Comment Dieu révèle-t-il le fait qu’il est le créateur des cieux et de la terre ? Quand le cycle hebdomadaire de sept jours commença-t-il ? Hébreux 11 : 3 ; Romains 1 : 20.

“ La première semaine, au cours de laquelle Dieu fit son œuvre de création en six jours et se reposa le septième, fut exactement comme toutes les autres semaines. Par ces jours de création et ce jour de repos, le grand Dieu fixa la durée de ce premier cycle et en fit un échantillon représentatif de toutes les semaines à venir jusqu’à la fin des temps. ”—The Spirit of Prophecy, volume 1, page 85. 20

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Lundi

19 janvier

2.

SEPT JOURS LITTÉRAUX

a.

Dans le rapport biblique, de combien de temps Dieu eut-il besoin pour créer la terre et tout ce qu’elle contient ? Exode 20 : 11.

“ La philosophie humaine déclare que la création du monde exigea un laps de temps indéfini. Dieu le confirme-t-il ? Non ; il dit : «Ce sera entre moi et les enfants d’Israël un signe qui devra durer à perpétuité ; car en six jours [et non en six durées indéterminées car, dans ce cas, l’homme n’aurait pas pu observer le jour spécifié dans le quatrième commandement] l’Eternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s’est reposé.» Veuillez lire attentivement le cinquième chapitre de Deutéronome. ”—Testimonies to Ministers, page 135. “ Cette idée que le monde fut créé en une durée indéterminée est l’un des sophismes de Satan. Dieu parle à la famille humaine de sorte à être compris. Il n’a pas laissé un flou permettant aux êtres humains d’échafauder leurs propres théories. ”—Manuscript Releases, volume 3, page 307. b.

Que dit le rapport sur la fin de la première semaine de création ? Genèse 2 : 1-4.

“ La narration sacrée affirme que chaque jour de la création, comme tous les jours qui ont suivi, a consisté en un soir et un matin, et elle mentionne l’œuvre accomplie chaque jour de cette première semaine. Elle conclut : «Telle est l’histoire de la création des cieux et de la terre [litt., telles furent les générations des cieux et de la terre quand ils furent créés].» Ces paroles n’expriment nullement l’idée que les jours de la création étaient différents des jours ordinaires. Chaque jour est appelé une «génération», ce qui veut dire que Dieu y fit une nouvelle portion de son œuvre. ”—Patriarches et Prophètes, page 88 (V&S), voir page 106 (Bâle). “ Les six premiers [jours] de chaque semaine sont destinés au travail de l’homme, et cela pour la raison que Dieu a consacré une proportion identique de la première semaine à l’œuvre de la création. De même, au septième jour, l’homme doit s’abstenir de tout travail en souvenir et en commémoration du repos du Créateur. ”—Idem, page 88 (V&S), 105 (Bâle). “ De même que le Sabbat, la semaine tire son origine de la création, elle nous a été conservée par l’histoire sacrée. C’est Dieu lui-même qui mesura la première semaine, comme modèle des semaines successives jusqu’à la fin du temps. Comme toutes les autres, elle se composait de sept jours littéraux. Les six premiers jours furent employés à l’œuvre de la création ; au septième, Dieu se reposa, puis il bénit ce jour et le mit à part comme jour de repos à l’usage de l’homme. ”—Idem, page 105 (Bâle), 87 (V&S). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

21


Mardi

20 janvier

3.

SA PUISSANCE CRÉATRICE

a.

Comment furent créés la terre et tout ce qu’elle renferme ? Psaume 33 : 6, 9 ; Esaïe 40 : 26. Comment la terre et tout ce qu’elle renferme sont-ils maintenus ?

“ Aucun raisonnement, aucune explication ne peut nous dire le pourquoi et le comment de la création du monde. C’est par la foi que nous devons croire dans la grande puissance créatrice de Dieu par Jésus-Christ et ce n’est qu’ainsi qu’elle doit être comprise. ”—The Southern Watchman, 24 avril 1902. “ En ce qui concerne l’histoire de la création, quand les hommes abandonnent la Parole de Dieu et tentent d’expliquer que les œuvres créées par Dieu sont le résultat de causes naturelles, ils se retrouvent face à un océan d’incertitudes sans bornes. ”— The Spirit of Prophecy, volume 1, page 88. “ La puissance extraordinaire qui opère au sein de la nature et fait subsister toutes choses n’est pas simplement, comme le pensent quelques savants, un principe omniprésent ou une énergie agissante. Dieu est esprit, mais il est aussi un être personnel. ”—Le Ministère de la Guérison, page 349. b.

Outre la création de la terre, qu’est-ce que le Seigneur fit encore en relation avec notre planète et d’autres planètes ? Psaumes 33 : 13-14 ; 47 : 3 ; 65 : 10-14 ; 95 : 3-5.

“ Dieu a achevé son œuvre créatrice mais il continue à soutenir les objets de sa création. Ce n’est pas parce que le mécanisme a été mis en route une fois et qu’il continue son travail par l’énergie qui lui est propre que le pouls bat et que les respirations s’enchaînent ; chaque respiration, chaque pulsation du cœur, est la preuve des soins continuels de Celui en qui nous avons la vie et l’être. Ce n’est pas par une force inhérente à la terre qu’année après année elle produit de la nourriture et poursuit sa course autour du soleil. La main de Dieu maintient la position des planètes et les guide dans leur marche ordonnée à travers les cieux. C’est par sa puissance que la végétation s’épanouit, que les feuilles apparaissent et que les fleurs éclosent. Sa parole contrôle les éléments et c’est lui qui rend les vallées fertiles. ”—The Signs of the Times, 20 mars 1884. “ Lorsque nous semons une graine et en cultivons la plante, nous devons nous souvenir que Dieu a créé la semence et l’a mise en terre. Par sa puissance divine il s’en occupe. ”—Testimonies, volume 6, page 186. 22

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mercredi

21 janvier

4.

LE COURONNEMENT DE LA CRÉATION

a.

Quel est le rapport biblique de la création de l’homme et de la femme ? Genèse 1 : 26-27 ; 2 : 7.

“ Dieu a créé l’homme en tant qu’être supérieur ; lui seul est formé à l’image de Dieu et est capable de participer de la nature divine, de coopérer avec son créateur et d’exécuter ses plans. ”—Testimonies, volume 5, page 311. “ Lorsqu’Adam sortit des mains de son Créateur, il était d’une noble taille, et bien équilibré. Il était plus de deux fois plus grand que les hommes vivant actuellement sur la terre, et harmonieusement proportionné. Ses traits étaient d’une parfaite beauté. Son teint n’était jamais pâle ou terne, mais éclatant, rayonnant, reflétant sa santé. Eve n’était pas aussi grande qu’Adam. Sa tête arrivait un peu au-dessous des épaules d’Adam. Elle était, elle aussi, d’un maintien noble, harmonieusement proportionnée et très belle. ”—Evénements des Derniers Jours, page 292. b.

Dans quel but la terre et tout ce qui y est contenu furent-ils créés ? Esaïe 45 : 18 ; Psaume 37 : 29 ; Apocalypse 4 : 11. Quand le dessein de Dieu sera-t-il totalement accompli et comment pouvons-nous avoir un avant-goût de la vie de l’Eden dès maintenant ? Apocalypse 21 : 1-5.

“ Dieu créa l’homme pour sa propre gloire afin qu’après avoir été mise à l’épreuve la famille humaine puisse devenir une avec la famille céleste. Le dessein de Dieu était de repeupler le ciel avec la famille humaine à condition qu’elle se montre obéissante à chaque parole divine. Adam fut éprouvé pour savoir s’il serait obéissant comme les anges loyaux ou bien s’il serait désobéissant.… Son esprit et ses pensées auraient été comme l’esprit et les pensées de Dieu. ”—The SDA Bible Commentary [E. G. White Comments], volume 1, page 1082. “ L’école à venir ne sera pas exactement semblable à celle des premiers jours. Nul arbre de la connaissance du bien et du mal, nul tentateur, nulle occasion d’erreur : chacun aura déjà résisté à l’épreuve du mal, et plus personne ne saurait y succomber. «Au vainqueur, je donnerai à manger de l’arbre de vie qui est dans le paradis de Dieu», dit le Christ. Apocalypse 2 : 7. Les bienfaits dispensés par l’arbre de vie étaient en Eden conditionnels, et furent finalement retirés à l’homme. Les dons de la vie à venir sont absolus et éternels. ”—Education, page 334.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

23


Jeudi

22 janvier

5.

UNE BEAUTÉ INFINIE

a.

Lorsque la création de la terre et de tout ce qui la recouvre fut achevée, à quoi cela ressemblait-il ? Genèse 1 : 31 ; Ecclésiaste 3 : 11.

“ Sortant de la main du Créateur, non seulement le jardin d’Eden, mais aussi la terre entière éclataient d’une beauté infinie. ”—Education, page 25. “ Le paysage tout entier surpassait en beauté les jardins royaux les mieux entretenus. L’armée des anges contemplait cette scène avec délice et bénissait Dieu pour ses œuvres merveilleuses. ”—Patriarches et Prophètes, page 38 (Bâle), 21 (V&S). b.

Qu’est-ce qui est très significatif à propos de l’environnement où furent placés Adam et Eve ? Genèse 2 : 8, 15.

“ Si le bonheur avait consisté à demeurer oisif, l’homme, dans son état d’innocence, aurait été voué à l’inactivité. Mais Celui qui créa l’homme savait ce qui devait contribuer à le rendre heureux ; à peine l’eut-il créé qu’il lui confia un certain travail à accomplir. ”—Le Foyer Chrétien, page 27. “ Dieu prépara pour Adam et Eve un magnifique jardin. Il pourvut à tous leurs besoins. Il planta pour eux toute une variété d’arbres fruitiers. Sa main généreuse les avait environnés de ses dons. Les arbres, qu’ils aient été plantés pour leur fruit ou pour leur beauté, les jolies fleurs qui éclosaient spontanément et fleurissaient à profusion autour d’eux, ne devaient connaître aucune dégradation. Adam et Eve étaient vraiment riches. Ils possédaient l’Eden. Adam était le seigneur d’un domaine magnifique. ”—Fundamentals of Christian Education, page 38.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e. 24

23 janvier 17 h 34

Comment savons-nous que la terre fut créée en six jours littéraux ? Pourquoi parle-t-on de chaque jour de la création comme d’une «génération» dans l’Ecriture ? Comment la nature est-elle capable de maintenir son activité continuelle ? Quel est le but ultime de Dieu pour la race humaine ? Que devons-nous apprendre du choix que fit Dieu pour l’environnement d’Adam ? Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


La Tragédie des Siècles, pages 508, 581, 701-703 (GC 470-471, 540-541, 660-662, CI 501-502, 568-569, 688-691).

Dimanche

25 janvier

1.

UN PEU MOINDRE QUE LES ANGES

a.

Comment la création des êtres humains est-elle décrite en comparaison avec les anges ? Psaume 8 : 5-6.

“ Dieu créa l’homme de peu inférieur aux anges et lui attribua des qualités qui, convenablement utilisées, feraient de lui une bénédiction pour le monde. Sa gloire rejaillirait sur le Donateur. ”—Testimonies, volume 3, page 50. “ Dieu créa l’homme à son image, à sa ressemblance. Il était sans péché et tous ses organes étaient bien développés. La terre devait être peuplée d’êtres intelligents qui ne devaient être que peu inférieurs aux anges. Mais Dieu voulait d’abord mettre le saint couple à l’épreuve et tester leur obéissance car il ne voulait pas d’un monde rempli d’hommes qui mépriseraient ses lois. ”—The Signs of the Times, 23 janvier 1879. b.

Qu’est-il écrit au sujet de la création d’Adam ? Genèse 1 : 26-27 ; 2 : 7.

“ [Ces paroles] ne donnent nullement lieu de supposer […] que l’homme n’est que le dernier échelon d’une lente évolution ayant son point de départ dans les organismes inférieurs de la vie animale ou végétale. Cette dernière théorie ravale l’œuvre grandiose du Créateur au niveau des conceptions étroites et terrestres de l’homme. Les hommes ont tellement à cœur d’exclure Dieu de la souveraineté de l’univers, qu’ils dégradent l’homme et le dépouillent de la divinité de son origine. ”—Patriarches et Prophètes, page 39 (Bâle) ou 22 (V&S). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

25

DE LA

DÉPARTEMENT

Lecture proposée :

POUR LE

“ La généalogie de notre race, telle que nous la donne le volume inspiré, ne la fait pas remonter à une succession d’infusoires, de mollusques et de quadrupèdes se transformant peu à peu : elle la fait remonter au Créateur. Bien que tiré de la poudre de la terre, Adam était cependant «fils de Dieu». ”—Patriarches et Prophètes, page 22 (V&S), voir page 38 (Bâle).

SABBAT —

“ Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu ” (Luc 3 : 38).

SPÉCIALE DU PROCHAIN

L’origine d’Adam

BIENFAISANCE

Sabbat 31 janvier 2009

OFFRANDE

Leçon 5


Lundi

26 janvier

2.

UNE AIDE — UNE COMPAGNE

a.

Décrivez la création d’Eve. Genèse 2 : 21-23. Quelle leçon devons-nous tirer de ce texte ? Ephésiens 5 : 28-29.

“ Adam avait des formes parfaites ; à l’image de son créateur, il était fort, beau et pur. Dieu lui donna une compagne, une femme, afin qu’elle partage avec lui les beautés de la nature. Pour que ce couple continue d’être heureux, il lui donna une occupation. Le fait qu’ils étaient parfaits ne les dispensait pas de travailler. Dieu n’est jamais oisif. Chaque membre de l’armée angélique a une tâche à remplir. ”—Manuscript Releases, volume 10, page 326. “ Dieu donna lui-même une compagne à Adam. Il lui fit «une aide semblable à lui,» ou «qui lui correspondît,» c’est-à-dire un être qui pût vivre constamment auprès de lui, qui pût partager toutes ses joies et répondre à toutes ses affections. Eve fut formée d’une des côtes d’Adam. Dieu voulut montrer par là qu’elle n’était point destinée à être son chef, pas plus qu’à être traitée comme son inférieure, mais à se tenir aux côtés d’Adam comme son égale, aimée et protégée par lui. Tirée de l’homme, os de ses os, et chair de sa chair, la femme était une autre partie de lui-même, marque sensible et frappante de l’union intime et de l’attachement profond qui devait caractériser leurs rapports.… C’est Dieu qui célébra le premier mariage. Cette institution a ainsi pour fondateur le Créateur de l’univers. «Le mariage est honorable ;» ce fut l’un des premiers dons que Dieu fit à l’homme ; c’est l’une des deux institutions qu’après sa chute, Adam emporta avec lui lorsqu’il franchit les portes du paradis. Quand il est fondé sur les principes divins qui sont à sa base, le mariage est un bienfait ; il devient le conservateur de la pureté et du bonheur de la race ; il pourvoit aux besoins sociaux de l’homme ; et il élève sa nature physique, intellectuelle et morale. ”—Patriarches et Prophètes, page 40 (Bâle) ou pages 23-24 (V&S). b.

Après la création d’Eve, que reconnut Adam, et pour combien de temps la loi concernant le mariage (verset 24) est-elle valide ? Genèse 2 : 23-24.

“ Le couple saint s’étant donné la main, le Créateur dit : «L’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair» (Genèse 2 : 24), énonçant ainsi la loi du mariage pour les enfants d’Adam jusqu’à la fin des temps. ”—Une Vie Meilleure, page 80 ou Heureux Ceux Qui…, page 64. “ On devrait réfléchir sérieusement avant de se marier, car le mariage est un pas que l’on franchit pour la vie. ”—Le Foyer Chrétien, page 327. 26

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


“ En disant au Christ que la royauté et la gloire du monde lui ont été données et qu’il est libre d’en disposer, Satan affirme une chose qui n’est vraie qu’en partie, et son but est de tromper. La domination que Satan exerce, il l’a arrachée à Adam ; or Adam n’était que le fondé de pouvoir du Créateur. Il n’était pas un roi indépendant. La terre appartient à Dieu, et Dieu a remis toutes choses entre les mains de son Fils. Adam était appelé à régner sous les ordres du Christ. Quand Adam eut livré à Satan sa souveraineté, le Christ demeura le roi légitime. C’est pour cela que Dieu dit au roi Nébucadnetsar : «Le Très-Haut domine sur la royauté des hommes ; …il la donne à qui il veut.» Satan ne peut exercer le pouvoir qu’il a usurpé qu’en tant que Dieu le lui permet. ”—Jésus-Christ, pages 110-111. b.

Bien que le premier royaume ait été arraché à Adam par le grand usurpateur, quelle promesse Dieu fait-il ? Michée 4 : 8 ; Daniel 7 : 27.

“ En cédant à la tentation, [Adam] devint le captif du tentateur, et son fief passa entre ses mains. C’est ainsi qu’en usurpant la domination de la terre confiée à Adam, Satan est devenu le «dieu de ce monde» (2 Cor. 4 : 4). En payant la pénalité du péché, le Sauveur a racheté non seulement l’homme, mais aussi son empire. ”—Patriarches et Prophètes, page 45 (V&S), 61 (Bâle). “ La terre, originellement remise à l’homme comme son royaume, livrée par lui entre les mains de Satan, et si longtemps détenue par cet ennemi redoutable, a été reconquise grâce au vaste plan de la rédemption. Tout ce qui avait été confisqué par le péché est récupéré. ”—La Tragédie des Siècles, page 732 (GC 690, CI 718-719). “ On y entend [lors du jugement dans les cours célestes] le divin intercesseur demander que tous ceux qui ont vaincu par la foi en son sang reçoivent le pardon de leurs transgressions, que la demeure édénique leur soit rendue, et qu’ils soient couronnés en qualité de cohéritiers de «l’ancienne domination». ”—La Tragédie des Siècles, page 526 (GC 489, CI 518). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

27

DE LA

“ Adam fut couronné roi en Eden. La domination lui fut donnée sur tout être vivant que Dieu avait créé. Le Seigneur bénit Adam et Eve en les dotant d’une intelligence qu’il ne donna à aucune autre créature. ”—Commentaires Bibliques, page 10.

DÉPARTEMENT

Quel privilège et quelle responsabilité furent donnés à nos premiers parents au paradis ? Genèse 1 : 28 ; Psaume 8 : 7-9.

POUR LE

a.

SABBAT —

LE PREMIER ROYAUME

SPÉCIALE DU PROCHAIN

3.

BIENFAISANCE

27 janvier

OFFRANDE

Mardi


Mercredi

28 janvier

4.

UN CADEAU DE MARIAGE

a.

Après avoir uni leurs mains dans le sacrement du mariage, quel cadeau le créateur fit-il à Adam et Eve ? Genèse 2 : 8.

“ Dieu est attaché à tout ce qui est beau. Il nous a donné des preuves évidentes de cet attachement dans l’œuvre de ses mains. A l’intention de nos premiers parents, il a planté en Eden un magnifique jardin. ”—Le Foyer Chrétien, pages 26-27. “ Dans ce jardin étaient plantés des arbres de toutes les variétés, dont un grand nombre étaient chargés de fruits ou exhalaient des parfums délicieux. La vigne y poussait en hauteur, laissant gracieusement ployer ses sarments sous le poids d’un fruit succulent, coloré des teintes les plus riches et les plus variées. La tâche d’Adam et d’Eve consistait à tresser ces sarments en arcades et en berceaux pour faire des demeures vivantes, tapissées de feuillage et de fruits. Partout on voyait des fleurs odoriférantes de toutes les couleurs. Au milieu du jardin se dressait l’arbre de vie, dont la beauté éclipsait tous les autres. Son fruit, qui ressemblait à des pommes d’or et d’argent, avait la propriété de prolonger la vie. ”—Patriarches et Prophètes, page 24 (V&S). b.

Qu’arriva-t-il à ce beau jardin qui faisait autrefois les délices d’Adam et Eve ? Apocalypse 2 : 7 ; 22 : 1-2.

“ Le jardin d’Eden demeura sur la terre longtemps après que ses délicieux ombrages eussent été interdits à l’homme. La race tombée put longtemps contempler la demeure de l’innocence, dont l’accès n’était fermé que par la présence des anges sentinelles. A cette porte du paradis, gardée par des chérubins, se révélait la gloire de Dieu. C’est là qu’Adam et ses fils venaient adorer le Créateur. C’est là qu’ils venaient renouveler leurs vœux d’obéissance à cette loi dont la transgression les avait bannis de l’incomparable jardin. Plus tard, lorsque la marée montante de l’iniquité eut envahi le monde, et que la malice des hommes attira sur eux un déluge destructeur, la main qui avait planté Eden le retira de dessus la terre. Mais dans la restitution finale lorsque apparaîtront «un ciel nouveau et une terre nouvelle,» l’Eden sera rétabli, plus glorieux, plus merveilleux encore que la première fois. ”—Patriarches et Prophètes, pages 56-57 (Bâle) ou 39 (V&S). “ Dans la nouvelle terre les rachetés s’adonneront aux occupations qui faisaient le bonheur d’Adam et d’Eve. Ce sera l’Eden retrouvé, une vie passée dans les jardins et dans les champs. ”—Prophètes et Rois, page 553. 28

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


b.

Quelle description prophétique est faite d’Adam et de la foule des élus lorsqu’ils seront finalement introduits dans l’Eden restauré ? Apocalypse 5 : 13.

“ Emu et rayonnant de joie, [Adam] reconnaît les arbres qui faisaient autrefois ses délices, et dont il avait cueilli les fruits aux jours de son innocence et de sa félicité. Il voit les ceps qu’il a lui-même taillés et les fleurs qu’il aimait autrefois cultiver. La réalité de la scène le saisit ; il retrouve l’Eden restauré plus beau encore qu’au jour où il en a été banni. Le Sauveur le conduit vers l’arbre de vie, cueille de son fruit glorieux, et l’invite à manger. Regardant autour de lui, Adam voit réunie dans le Paradis de Dieu la multitude de ses enfants rachetés. Il dépose alors sa couronne éclatante aux pieds de son Rédempteur, puis il se jette dans ses bras. ”—La Tragédie des Siècles, page 703 (GC 662, CI 690).

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

30 janvier 17 h 45

Que veut dire avoir été fait «de peu inférieur aux anges» ? Pourquoi Dieu institua-t-il le mariage ? Cette planète déchue appartient-elle actuellement à Satan ou à Dieu ? Pourquoi ? Que peuvent espérer et attendre les fils et filles d’Adam ? Qu’est-ce qui fera le bonheur des élus à travers toute l’éternité ?

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

29

DE LA

“ Le Fils de Dieu s’est donné pour racheter l’humanité. Au prix de souffrances infinies, endurées pour le coupable, les hommes furent libérés du pouvoir destructeur de l’ennemi, et recouvrèrent l’image divine. Ceux qui acceptent le salut que le Christ leur offre gratuitement s’humilient devant le Seigneur comme de petits enfants. ”—Témoignages, volume 3, page 511.

DÉPARTEMENT

Par le plan de la rédemption, quel privilège est accordé à ceux qui acceptent de Dieu le don gratuit du salut ? Luc 19 : 10 ; Jean 1 : 12 ; 1 Jean 3 : 1-2.

POUR LE

a.

SABBAT —

RAMENÉS DANS LA FAMILLE DE DIEU

SPÉCIALE DU PROCHAIN

5.

BIENFAISANCE

29 janvier

OFFRANDE

Jeudi


Sabbat, 7 février 2009

Offrande spéciale pour le Département de la Bienfaisance Dans la Parole de Dieu, et particulièrement dans le Lévitique et le Deutéronome, nous trouvons des instructions spécifiques concernant les pauvres. Considérons l’un de ces passages : “ S’il y a chez toi quelque indigent d’entre tes frères, dans l’une de tes portes, au pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu n’endurciras point ton cœur et tu ne fermeras point ta main devant ton frère indigent. Mais tu lui ouvriras ta main, et tu lui prêteras de quoi pourvoir à ses besoins ” (Deutéronome 15 : 7-8). Il ne nous est pas demandé de subvenir aux besoins de tous les pauvres sans discernement, mais nous ne pouvons négliger les pauvres qui sont “ méritants ”. “ «Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi», déclarait [Paul] (Actes 20 : 34). Au cours de ses travaux ardus et de ses longs voyages missionnaires, l’apôtre pouvait, non seulement pourvoir à sa propre subsistance, mais encore venir en aide à ses compagnons d’œuvre et soulager les pauvres dignes d’intérêt. Ce n’est que par un travail inlassable et une stricte économie qu’il arrivait à ce résultat. C’est avec raison qu’il se donnait en exemple, disant : «Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir» (Verset 35). ”— Conquérants Pacifiques, pages 350-351. Il n’est pas facile d’identifier les pauvres “ dignes d’intérêt ” parmi tous ceux qui viennent nous demander de l’aide. Sans aucun doute, nous avons beaucoup de ces pauvres en notre sein et il est de notre devoir d’étudier chaque cas qui nous est présenté et d’aider ceux qui sont pauvres à cause de circonstances difficiles telles que la maladie, le chômage et les catastrophes naturelles. Puisse le Seigneur nous disposer à l’entraide au moment où sera recueillie cette offrande du premier sabbat du mois en faveur des pauvres “ dignes d’intérêt ” qui sont parmi nous. Le Secrétaire du Département de la Bienfaisance de la Conférence Générale.

30

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2008


Patriarches et Prophètes, chapitre 3.

Dimanche

1er février

1.

LE COMMANDEMENT DE DIEU

a.

Quel ordre explicite fut donné à Adam et à Eve dans le paradis ? Genèse 2 : 16-17.

“ L’arbre de la connaissance, placé près de l’arbre de vie, au milieu du jardin, devait servir à éprouver l’obéissance, la foi et l’amour de nos premiers parents. Quoique admis à manger librement le fruit de tout autre arbre, il leur fut interdit, sous peine de mort, de goûter de celui-là. ”—Patriarches et Prophètes, page 42 (Bâle), 26 (V&S). b.

Comment Jésus expliqua-t-il la signification du grand commandement de Dieu ? Matthieu 22 : 35-38. Quel résultat obtient-on en obéissant aux ordres de Dieu ? Proverbes 6 : 23 ; 19 : 16.

“ Le chrétien ne trouve pas de joie dans la transgression de la loi de Dieu mais il en trouve dans l’obéissance à tous ses préceptes. Personne n’est esclave de la loi sauf ceux qui la transgressent. L’obéissance engendre l’amour envers Dieu et envers l’homme — les deux grands principes de la loi de Dieu. Cette obéissance et cet amour procurent la plénitude de la joie aux disciples de Jésus. ”—The Signs of the Times, 24 janvier 1878. “ Nous serons le peuple de Dieu, gardant ses commandements, si nous nous soumettons chaque jour aux directives de son Esprit. Nous pouvons montrer au monde que, même en cette vie, l’obéissance aux commandements apporte sa récompense, et, dans la vie à venir, la bénédiction éternelle. ”—Levez vos Yeux en Haut, page 345. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

31

DE LA

DÉPARTEMENT

Lecture proposée :

POUR LE

“ Une obéissance parfaite et perpétuelle, telle était la condition d’une éternelle félicité. A ce prix, [l’homme] pouvait avoir libre accès à l’arbre de vie. ”—Patriarches et Prophètes, page 26 (V&S), 43 (Bâle).

SABBAT —

“ C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché ” (Romains 5 : 12).

SPÉCIALE DU PROCHAIN

La tentation et la chute

BIENFAISANCE

Sabbat 7 février 2009

OFFRANDE

Leçon 6


Lundi

2 février

2.

CÉDER À LA TENTATION

a.

Expliquez comment Eve fut tentée alors qu’elle s’attardait auprès de l’arbre défendu. Genèse 3 : 6 ; 2 Corinthiens 11 : 3.

“ Le serpent se met à cueillir du fruit défendu et le dépose dans les mains d’Eve. Elle accepte, comme malgré elle, et alors le tentateur lui rappelle ses propres paroles : Dieu a défendu d’y toucher sous peine de mort. Eve ne remarque aucun mauvais résultat de son acte, elle devient plus hardie. Voyant que le fruit de l’arbre est bon à manger, agréable à la vue, et qu’il est désirable, puisqu’il peut donner l’intelligence, elle en prend et en mange. Le goût en est excellent. Elle croit ressentir en elle une force vivifiante, et s’imagine entrer dans une sphère plus élevée. Et maintenant qu’elle a désobéi, elle va devenir, entre les mains de Satan, l’instrument de la perte de son mari. Sous l’empire d’une étrange fascination, elle se rend auprès d’Adam et lui raconte tout ce qui s’est passé. ”—Patriarches et Prophètes, page 33 (V&S), pages 50-51 (Bâle). “ [L’amour d’Adam] pour Eve était fort, et dans un profond découragement il résolut de partager son sort. Il prit le fruit, et vite il le mangea. Alors Satan exulta.… Adam, par suite de son amour pour elle, désobéirait aussi au commandement de Dieu et tomberait avec elle. ”—Premiers Ecrits, page 148. b.

Pourquoi Adam et Eve furent-ils incapables de confesser humblement leur péché ? Romains 6 : 16, 20. Qui blâmèrent-ils pour ce péché ? Genèse 3 : 1213.

“ Après avoir mangé du fruit défendu, Adam et Eve furent saisis de honte et d’effroi. Leur première pensée fut de chercher à se disculper de leur faute et à échapper à la redoutable sentence de mort. Quand Dieu s’enquit de leur péché, Adam voulut en faire retomber la faute en partie sur Dieu et en partie sur sa compagne.… Pourquoi as-tu créé le serpent ? Pourquoi l’as-tu laissé entrer en Eden ? Ces questions, impliquées dans [l’excuse d’Eve], ne tendaient qu’à faire retomber sur Dieu toute la responsabilité de la chute. La tendance à excuser ses torts a pris naissance chez le père du mensonge et se manifeste chez tous les fils et toutes les filles d’Adam. Les confessions de ce genre ne sont pas inspirées par l’Esprit de Dieu, et ne peuvent être agréées. La véritable repentance amène le pécheur à porter lui-même sa transgression, et à la reconnaître sans fraude et sans hypocrisie. ”—Vers Jésus, page 40 ou Le Meilleur Chemin, page 38

32

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


“ Satan voulait faire croire que la connaissance du bien et du mal serait une bénédiction, et qu’en empêchant Adam et Eve de prendre du fruit de l’arbre, Dieu les privait d’un grand bien. ”—Education, page 28. b.

Les paroles du serpent “ Vous ne mourrez point ” et “ vous serez comme des dieux ” étaient-elles vraies ? Genèse 3 : 4-5. Quel fut le résultat de l’attention qu’ils prêtèrent aux paroles du serpent ? Lorsque Satan dit “ Vous ne mourrez point ”, quel était son plan ?

“ Le plan de Satan était de faire encourir à Adam et à Eve le déplaisir de Dieu par leur désobéissance ; ensuite s’ils n’obtenaient pas leur pardon, il espérait qu’ils mangeraient du fruit de l’arbre de vie, de façon à perpétuer leur existence, désormais pécheresse et malheureuse. Mais sitôt après la chute de l’homme, de saints anges furent envoyés pour faire la garde de l’arbre de vie. Des rayons de lumière, semblables à une épée flamboyante, s’échappaient de leur personne. Aucun membre de la famille d’Adam ne franchit cette barrière et ne mangea de ce fruit vivifiant ; il n’existe donc pas un seul pécheur immortel. ”—Patriarches et Prophètes, page 55 (Bâle), 37-38 (V&S). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

33

DE LA

“ En termes couverts, le tentateur ajoute que la menace divine ne sera pas exécutée ; elle n’a pour but que de les intimider. Il continue : Comment pourriez-vous mourir ? N’avez-vous pas mangé de l’arbre de vie ? Dieu a voulu vous empêcher de parvenir à un plus haut développement et de découvrir un plus grand bonheur. Depuis les jours d’Adam jusqu’aux nôtres, la tactique de Satan a été la même. Il pousse les hommes à se défier de l’amour de Dieu et à douter de sa sagesse. Il cherche constamment à exciter en eux un esprit de curiosité et d’irrévérence, un désir inquiet et malsain de pénétrer les secrets de la sagesse et de la puissance divines. A vouloir sonder ce qu’il a plu à Dieu de nous celer, des multitudes passent à côté des vérités révélées essentielles au salut. Satan amène les hommes à la désobéissance en leur suggérant que le terrain défendu va leur faire connaître de merveilleux secrets. Illusion et erreur. Epris de leurs idées de progression, passant par-dessus les commandements de Dieu, ils mettent leurs pieds sur le sentier qui aboutit à la dégradation et à la mort. ”—Patriarches et Prophètes, page 32 (V&S), 49 (Bâle).

DÉPARTEMENT

Le serpent dit que le jour où Adam et Eve mangeraient du fruit défendu “ leurs yeux s’ouvrir[aie]nt ” et qu’ils connaîtraient “ le bien et le mal. ” Ces paroles étaient-elles vraies ? Genèse 3 : 5, 7.

POUR LE

a.

SABBAT —

CONNAÎTRE LE BIEN ET LE MAL

SPÉCIALE DU PROCHAIN

3.

BIENFAISANCE

3 février

OFFRANDE

Mardi


Mercredi

4 février

4.

CHASSÉS DU PARADIS

a.

Quelle était la caractéristique de l’arbre de vie dont Adam et Eve avaient la liberté de manger ? Genèse 2 : 9, 16.

“ L’arbre de vie est une représentation des soins protecteurs de Christ pour ses enfants. Lorsqu’Adam et Eve mangeaient de cet arbre, ils reconnaissaient leur dépendance de Dieu. L’arbre de vie possédait le pouvoir de perpétuer la vie et tant qu’ils en mangeaient, ils ne pouvaient pas mourir. ”—The Review and Herald, 26 janvier 1897. “ L’immortalité de l’homme dépendait de sa consommation de l’arbre de vie ; le Seigneur prit cette précaution afin que les hommes ne puissent pas manger de cet arbre et vivre à jamais, qu’ils ne deviennent pas des pécheurs immortels. ”—Testimonies to Ministers, page 134. b.

Après qu’Adam et Eve eurent péché, qu’est-ce que Dieu fut obligé de faire et pourquoi ? Genèse 3 : 22-24.

“ Pour avoir transgressé la loi de Dieu, Adam et Eve furent chassés d’Eden. ”— Jésus-Christ, page 745. “ Ayant péché, Adam et Eve furent avertis qu’ils ne pouvaient plus demeurer en Eden. Ils supplièrent Dieu de les laisser habiter le lieu qui fut témoin de leurs joies et de leur innocence. Confessant qu’ils avaient perdu tout droit à occuper cet heureux séjour, ils promirent une stricte obéissance pour l’avenir. Il leur fut répondu : Votre nature s’est altérée et pervertie par le péché ; vous avez perdu une partie de votre force de résistance au mal ; vous serez donc désormais plus facilement victimes encore des attaques de Satan qu’en votre état d’innocence. Humiliés, accablés d’une tristesse inexprimable, Adam et Eve dirent adieu à leur ravissante demeure, et s’en allèrent vivre sur une terre frappée de malédiction. La température, précédemment si douce et si uniforme, était devenue sujette à de grandes variations. Pour les protéger des extrêmes du froid et de la chaleur, Dieu, dans sa bonté, leur procura un vêtement fait de peaux d’animaux. ”—Patriarches et Prophètes, page 39 (V&S), voir page 56 (Bâle). “ Adam fut chassé d’Eden et les anges qui, avant sa transgression, avaient pour devoir de le garder dans son foyer édénique recevaient maintenant la charge de garder les portes du paradis et le chemin de l’arbre de vie afin qu’il ne puisse pas y retourner, accéder à l’arbre de vie et immortaliser ainsi le péché. ”—Confrontation, page 15. 34

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


b.

Il fut montré à Adam ce qui arriverait sur la terre en conséquence de son péché. Qu’était-ce ? Que peut-on voir dans la nature malgré la malédiction qui repose sur la terre ? Matthieu 6 : 28-30.

“ [Adam] vit que la malédiction du Seigneur frapperait toujours plus la race humaine, le règne animal et la terre, à cause des transgressions continuelles de l’homme. Il lui fut montré que l’iniquité et la violence iraient en s’accroissant. Cependant, malgré cette marée de détresse et de misère humaines, il y aurait toujours quelques personnes qui resteraient attachées à la connaissance de Dieu et qui demeureraient sans tache en dépit de la grande dégénérescence morale. ”—L’Histoire de la Rédemption, page 46. “ Après la transgression d’Adam, Dieu eût pu détruire toute fleur en bouton ou en pleine floraison, ou leur ôter leur fragrance. Sur cette terre maudite, desséchée et souillée, la loi de la condamnation se laisse déchiffrer dans les ronces, les chardons, les épines, les mauvaises herbes ; mais les couleurs délicates et le parfum des fleurs nous disent que Dieu nous aime toujours, que sa miséricorde n’a pas entièrement abandonné la terre. ”—Messages Choisis, volume 1, page 342.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

6 février 17 h 57

Pourquoi l’obéissance à Dieu est-elle indispensable à notre bonheur et à notre stabilité ? Lorsqu’on a conscience d’une erreur, d’un manquement ou d’un péché de notre part, à quelle tendance humaine devons-nous fermement résister ? Dans quel sens n’est-il pas toujours bon que nos yeux soient “ ouverts ” ? Pourquoi est-ce une bénédiction que l’arbre de vie ait été inaccessible après le péché ? Quel encouragement point au milieu des amères conséquences du péché ?

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

35

DE LA

“ Lorsqu’une feuille desséchée et une fleur flétrie vinrent leur montrer les premiers signes de la décrépitude, Adam et Eve en ressentirent plus de chagrin que les hommes n’en ont maintenant pour leurs morts. Le dépérissement d’une fleur délicate et frêle était certes une cause de souffrances ; mais c’est quand les puissants arbres se dépouillèrent de leurs feuilles, que ce fait brutal leur apparut dans toute sa désolation : tout organisme vivant doit désormais mourir. ”—Patriarches et Prophètes, page 56 (Bâle), 39 (V&S).

DÉPARTEMENT

Quelle fut la sentence prononcée par le serpent sur Eve et sur Adam ? Genèse 3 : 14-19.

POUR LE

a.

SABBAT —

UNE MALÉDICTION SUR TERRE

SPÉCIALE DU PROCHAIN

5.

BIENFAISANCE

5 février

OFFRANDE

Jeudi


Leçon 7

Sabbat 14 février 2009

Le plan de la rédemption “ [Le Père] nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés. ” (Colossiens 1 : 13-14). “ La Divinité fut émue de pitié pour la race humaine, et le Père, le Fils et le SaintEsprit se consacrèrent à la réalisation du plan de la rédemption. ”—The Review and Herald, 2 mai 1912. Lecture proposée :

Jésus-Christ, chapitre 1.

Dimanche

8 février

1.

UN DISPOSITIF D’AMOUR

a.

Quand le plan de la rédemption de l’homme déchu fut-il élaboré et par qui ? Romains 16 : 25-26 ; Colossiens 1 : 26.

“ Christ, notre Substitut et notre Garant, n’entreprit pas seul de racheter l’homme. Ils furent deux à se consulter pour concevoir ce merveilleux plan de sauvetage d’un monde perdu ; le Père et le Fils établirent cette alliance de paix. ”—The Signs of the Times, 23 décembre 1897. “ La décision de ce plan de grâce remonte à l’éternité. Avant la fondation du monde le conseil divin décida que l’homme serait créé et qu’il recevrait la force de faire la volonté divine. La chute de l’homme, avec toutes ses conséquences, n’était pas cachée à l’Omnipotent. La rédemption ne fut pas une pensée arrivant après coup, un plan formulé après la chute d’Adam, mais un dessein éternel, qui serait réalisé pour la bénédiction non seulement de l’atome qu’est ce monde, mais pour le bien de tous les mondes que Dieu avait créés. ”—Idem, 13 février 1893. “ La Divinité fut émue de pitié pour la race humaine, et le Père, le Fils et le SaintEsprit se consacrèrent à la mise en œuvre du plan de la rédemption. Afin que ce plan soit réalisé pleinement, il fut décidé que Christ, le Fils unique de Dieu, se donnerait lui-même en sacrifice pour le péché. ”—The Review and Herald, 2 mai 1912.

36

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Lundi

9 février

2.

LA PAROLE ÉTAIT DIEU

a.

Quelles paroles Jean utilise-t-il pour décrire Jésus-Christ ? Jean 1 : 1-4. Quelle est la véritable signification de l’expression “ en elle était la vie ” ? Jean 5 : 26.

“ Parlant de sa préexistence, Christ nous ramène à des âges illimités. Il nous assure qu’il n’y eut jamais un temps où il ne fut pas en étroite relation avec le Dieu éternel. ”—The Signs of the Times, 29 août 1900. “ Le Seigneur Jésus-Christ, le divin Fils de Dieu, a existé de toute éternité en tant que personne distincte et cependant une avec le Père. Sa gloire surpassait toute autre gloire dans le ciel. Il commandait aux intelligences célestes, et il était en droit de recevoir l’hommage de l’adoration de la part des anges. ”—Messages Choisis, volume 1, page 291. “ En lui «était la vie, et la vie était la lumière des hommes». (Jean 1 : 4). Il n’est pas question ici de la vie physique, mais de l’immortalité, de la vie appartenant exclusivement à Dieu. La Parole, qui était avec Dieu, et qui était Dieu, possède cette vie. La vie physique est prêtée à chaque individu. Elle n’est pas éternelle, ou immortelle ; car Dieu, qui la donne, la reprend. L’homme n’est pas le maître de sa vie. Mais la vie du Christ n’est pas empruntée. Personne ne peut la lui ôter.… Il possédait une vie originelle, non empruntée, non dérivée. ”—Idem, page 348. b.

Quels titres sont donnés à Christ dans l’Ancien Testament ? Esaïe 9 : 5. Quelle part Jésus a-t-il dans la divinité éternelle ? Colossiens 2 : 9.

“ Jéhovah est le nom donné à Christ. ”—The Signs of the Times, 3 mai 1899. “ La doctrine qui nie l’absolue divinité de Jésus-Christ nie aussi celle du Père. ”— Idem, 27 juin 1895. “ Tandis que la Parole de Dieu parle de l’humanité de Christ quand il était sur terre, elle parle aussi résolument de sa préexistence. La Parole existait en tant qu’être divin, en tant que Fils éternel de Dieu, en union et en unité parfaite avec son Père. Il était depuis toujours le médiateur de l’alliance, celui en qui toutes les nations de la terre, Juifs et Gentils, devaient être bénies si elles l’acceptaient. «La Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu» (Jean 1 : 1). Avant qu’hommes et anges fussent créés, la Parole était avec Dieu et elle était Dieu. ”—Lift Him Up, page 74. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

37


Mardi

10 février

3.

LA PAROLE FAITE CHAIR

a.

Comment l’incarnation de Christ est-elle décrite par les apôtres ? Jean 1 : 14 ; Philippiens 2 : 5-8 ; Hébreux 2 : 14.

“ Quand on contemple l’incarnation de Christ dans l’humanité, nous sommes déconcertés devant un mystère insondable que l’esprit humain ne peut comprendre. Plus nous réfléchissons sur ce thème, plus il nous semble admirable. Comme le contraste entre la divinité de Christ et le faible bébé de l’étable de Bethléem nous semble immense ! Comment pouvons-nous couvrir la distance qu’il y a entre le Dieu puissant et un faible enfant ? Et cependant, le Créateur des mondes, Celui en qui habite corporellement toute la plénitude de la Divinité, se manifesta dans le bébé sans défense de la crèche. Bien plus élevé que n’importe quel ange, égal au Père en dignité et en gloire, et cependant, portant le vêtement de l’humanité ! La Divinité et l’humanité furent mystérieusement combinées, et l’homme et Dieu devinrent un. C’est dans cette union que nous trouvons l’espérance de notre race déchue. En contemplant Christ dans l’humanité nous contemplons Dieu, et nous voyons en lui la splendeur de sa gloire, l’image même de sa personne. ”—Commentaires Bibliques, pages 349-350. “ L’Homme modèle, qui n’a pas regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, a revêtu notre nature, et vécu près de trente années dans un village obscur de Galilée, caché parmi les collines. Alors que tous les anges du ciel étaient à sa disposition, il n’avait aucune prétention. Il ne se donnait pas le titre de «professeur» pour satisfaire son amour-propre. Charpentier, travaillant pour un salaire, au service de ceux qui l’employaient, il montrait que le ciel peut être très près de nous au milieu des occupations ordinaires. ”—Messages Choisis, volume 2, page 186. “ Le Christ n’a pas fait semblant d’assumer la nature humaine ; il l’a prise en toute vérité. Il a vraiment possédé la nature humaine. ”—Messages Choisis, volume 1, page 290. b.

Comment appelle-t-on l’incarnation ? 1 Timothée 3 : 16.

“ Bien que la gloire divine de Christ fût voilée et éclipsée pendant un certain temps parce qu’il assuma la nature humaine, cependant il ne cessa pas d’être Dieu quand il se fit homme. L’humain ne prit pas la place du divin, ni le divin celle de l’humain. C’est cela le mystère de la piété. Les deux expressions —humain et divin— étaient en Christ étroitement et inséparablement une, et cependant elles avaient une individualité distincte. Bien que Christ s’humiliât lui-même pour devenir homme, la Divinité lui appartenait encore. ”—Commentaires Bibliques, page 348. 38

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mercredi

11 février

4.

UN AMOUR QUI RACHÈTE

a.

Pourquoi le Père et Jésus acceptèrent-ils de faire un sacrifice suprême pour la race déchue ? Jean 3 : 16-17 ; 1 Jean 4 : 10 ; Luc 19 : 10.

“ L’amour de Dieu devait être révélé dans la mort de son Fils bien-aimé, crucifié sur le Calvaire pour les péchés du monde. Il devait présenter l’évangile qui devait être la puissance de Dieu pour le salut. Ce n’était pas une nouvelle vérité, mais elle avait été obscurcie par les traditions humaines, et à cause de la séparation d’avec leur Auteur, les vérités originelles avaient perdu leur signification pour le monde. ”—The Signs of the Times, 8 mai 1893. “ Ce fut une merveille pour tout l’univers que Jésus-Christ consentît à s’humilier à tel point pour sauver l’homme déchu. La pensée que celui qui allait d’une étoile à l’autre, d’un monde à l’autre, dirigeant tout, surveillant tout, subvenant aux besoins de toutes les catégories d’êtres à travers toute sa vaste création, la pensée qu’il consentît à abandonner sa gloire et à prendre sur lui la nature humaine, était pour les habitants innocents des autres mondes un mystère qu’ils désiraient approfondir. ”—Patriarches et Prophètes, page 63 (Bâle), 47 (V&S). “ Christ est venu pour racheter l’humanité. Il s’intéresse à toutes nos actions. Il désire nous modeler, nous façonner à la ressemblance divine. Christ n’aura de repos que lorsque chaque cas aura été décidé. Il m’a été permis de contempler sa sollicitude et le grand amour avec lequel il nous a aimés. ”—This Day With God, page 91. b.

Outre la rédemption de l’humanité, qu’inclut le plan du salut ? Esaïe 14 : 7 ; Michée 4 : 8.

“ Non seulement l’homme a été placé sous la puissance du Malin, mais la terre elle-même, qui était son royaume, fut usurpée par l’ennemi. Grâce au plan du salut, au sacrifice de Christ, l’homme, mais aussi son royaume, devaient être rachetés. Par les mérites de Christ, tout ce que l’homme avait perdu par le péché devait être restitué. Le temps viendrait où il n’y aurait plus de malédiction mais où le trône de Dieu serait sur la terre renouvelée et où ses serviteurs le serviraient. ”—The Bible Echo, 15 juillet 1893. “ Le plan de la rédemption aura pour conséquence de réintégrer notre monde dans la faveur divine. Tout ce qui a été ruiné par le péché sera restauré. L’homme sera racheté, et avec lui notre globe, qui deviendra la demeure éternelle des élus. ”—Patriarches et Prophètes, page 316 (V&S), 344 (Bâle). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

39


Jeudi

12 février

5.

LA RÉDEMPTION EST ACCOMPLIE

a.

Quelles paroles du prophète seront accomplies quand il n’y aura plus ni péché ni pécheurs ? Esaïe 53 : 11 (première partie) ; Jean 17 : 24.

“ Le «reste» méprisé est revêtu d’une parure éclatante qui ne sera plus jamais souillée par les corruptions du monde. Les fidèles ont leurs noms consignés dans le livre de vie de l’Agneau avec ceux des élus de tous les âges. Ils ont résisté aux ruses du séducteur, ils n’ont pas été détournés du droit chemin par le rugissement du dragon. Ils sont maintenant éternellement à l’abri des pièges du tentateur. Leurs péchés sont reportés sur l’auteur même du péché. Et le «reste» n’est pas seulement pardonné, mais accepté et honoré. Un turban pur est placé sur la tête de ceux qui en font partie. Ils seront rois et sacrificateurs pour Dieu. ”—Témoignages, volume 2, pages 211-212. b.

A part se retrouver et se reconnaître les uns les autres, quelle sera la plus grande joie des élus ? 1 Corinthiens 13 : 12 ; Matthieu 5 : 8 ; 1 Jean 3 : 1-2.

“ Une pure communion avec des êtres saints ; une vie sociale harmonieuse avec les anges et les bienheureux de tous les siècles, qui ont lavé et blanchi leurs robes dans le sang de l’agneau… constituera la félicité des rachetés. ”—La Tragédie des Siècles, page 735 (GC 693, CI 721). “ De la même manière que Jésus est ressuscité d’entre les morts, ainsi se relèveront ceux qui dorment en lui. Nous reconnaîtrons nos amis, comme les disciples ont reconnu Jésus. Si, dans leur vie mortelle, ils ont été difformes, infirmes, ou défigurés, ils ressusciteront avec un corps parfaitement sain et harmonieux, mais leur identité sera parfaitement conservée dans ce corps glorifié. Alors nous connaîtrons comme nous sommes connus. ”—Jésus-Christ, page 804.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a.

13 février 18 h 08

c. d. e.

Qu’est-ce qui révèle l’extraordinaire prévoyance de notre Créateur aimant ? Que néglige-t-on souvent s’agissant de la véritable identité de JésusChrist ? Pourquoi l’incarnation de Christ est-elle un tel mystère ? Expliquez l’étendue du plan du salut. A quelle glorieuse réunion les élus peuvent-ils s’attendre ?

40

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

b.


Leçon 8

Sabbat 21 février 2009

Le déluge “ C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi. ” (Hébreux 11 : 7). “ Avant le déluge, Dieu envoya Noé avertir le monde, afin que les hommes pussent être amenés à la repentance et échapper ainsi au sort qui les menaçait. ”—Patriarches et Prophètes, page 96 (Bâle), 77 (V&S). Lecture proposée :

Patriarches et Prophètes, chapitres 7 et 8.

Dimanche

15 février

1.

L’INIQUITÉ ABONDAIT

a.

Quelle était la condition du monde au temps de Noé et quel message Dieu délivra-t-il à ce patriarche tandis que la méchanceté augmentait sur la terre ? Genèse 6 : 5, 12-14, 17.

“ Peu après la chute, les hommes avaient donné libre cours à leurs coupables désirs, et récoltaient maintenant une moisson grandissante de souffrances et de misères. Ni le mariage ni la propriété n’étaient respectés. Celui qui convoitait les femmes ou les biens de son prochain les lui prenait de force, et se glorifiait de ses prouesses. On se faisait une joie d’abattre des animaux et de se repaître de leur chair. L’homme deven[ait] ainsi de plus en plus cruel et sanguinaire. ”—Patriarches et Prophètes, page 69 (V&S), pages 85-86 (Bâle). b.

Outre l’immoralité et la violence, quel était le péché des antédiluviens ? Matthieu 24 : 38 ; Luc 17 : 27.

“ Le péché des antédiluviens consista à pervertir ce qui en soi était tout à fait licite. Ils corrompirent les dons de Dieu en les mettant au service de leurs désirs égoïstes. Ils cédaient à l’appétit et aux passions viles et leur imagination en fut complètement pervertie. Les antédiluviens étaient esclaves de Satan qui les dirigeait et les dominait. ”—Manuscript Releases, volume 19, pages 246-247. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

41


Lundi

16 février

2.

UN HOMME DE FOI

a.

Que dit le Seigneur à propos du caractère de Noé ? Genèse 6 : 8 ; 7 : 1.

“ Quelle était la différence entre Enoch et Noé et ceux qui furent détruits par le déluge ? Enoch et Noé obéissaient à la loi de Dieu ; les autres allaient là où les conduisait leur cœur et avaient des voies corrompues devant l’Eternel ; ils méprisaient toutes ses exigences. ”—The Signs of the Times, 11 février 1897. “ Noé, entouré par toutes sortes de méchancetés et de corruption morale, était aussi solide qu’un roc au sein de la tempête. Méprisé et ridiculisé, objet de la méchanceté et de la désobéissance universelles, il se distinguait par une sainte intégrité et une fidélité sans faille. ”—Reflecting Christ, page 322. b.

Que dit la Bible de la foi inflexible et de l’œuvre de Noé ? Hébreux 11 : 7 ; 2 Pierre 2 : 5.

“ Noé devait prêcher et préparer une arche comme Dieu le lui indiquerait pour se sauver lui-même ainsi que sa famille. Il ne devait pas uniquement prêcher, mais l’exemple qu’il donnerait en construisant l’arche devait servir d’avertissement continuel au monde et montrer qu’il croyait en ses propres prédications. Sa foi simple, enfantine, et son obéissance implicite, en dépit de l’opposition à laquelle il faisait face, étaient une preuve de sa sincérité. Il s’en tenait fermement à son devoir et dirigeait l’érection de cette singulière construction sous les ordres du divin architecte. Chaque coup porté à l’arche était un témoignage pour les gens. ”—The Signs of the Times, 27 février 1879. “ L’arche fut construite sur terrain sec. Noé marchait par la foi. Le moment vint où les gens virent les animaux entrer dans l’arche deux par deux et les cieux s’assombrir à cause des oiseaux qui entraient également deux par deux ; voilà ceux qui obéissaient à la voix de Dieu. Les hommes, eux, n’obéissaient pas, mais les oiseaux et les autres animaux trouvèrent un lieu de refuge. Malgré cette vision extraordinaire, les gens restaient incrédules. Dieu pria finalement Noé et sa famille d’entrer eux aussi dans l’arche et il les y enferma. Ils y restèrent une semaine avant qu’il ne commence à pleuvoir. Que de moqueries et de railleries durent-ils supporter de la part des méchants ! Le fait d’être enfermés pendant une semaine sans qu’il y ait de pluie n’était-ce pas une mise à l’épreuve de leur foi ? Mais au bout de sept jours il se mit à pleuvoir. ”—Manuscript Releases, volume 19, page 133. 42

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mardi

17 février

3.

L’ARCHE DE NOÉ

a.

Quelles étaient les dimensions de l’arche et quel matériau fut utilisé pour sa construction ? Genèse 6 : 14-16.

“ La sagesse humaine aurait été incapable de concevoir un bâtiment d’aussi vastes proportions et d’une pareille résistance. Si Noé le construisit, Dieu en fut l’architecte. Semblable à un navire quant à sa carène, de manière à pouvoir flotter sur l’eau, il ressemblait à d’autres égards à une maison d’habitation. L’arche avait trois étages et une seule porte, placée sur le côté. La lumière y pénétrait par l’étage supérieur, les diverses parties de l’édifice étant aménagées de telle façon qu’elles étaient toutes éclairées par la même ouverture. Les matériaux employés à sa construction étaient le bois de gopher ou cyprès résineux, capable de résister aux ravages du temps durant des siècles. L’érection de cet immense bâtiment fut lente et laborieuse. Malgré la force herculéenne des hommes de cette époque, l’énorme dimension des arbres et la consistance du bois exigèrent un labeur beaucoup plus long qu’aujourd’hui. Rien ne fut négligé, humainement parlant, pour donner à cette entreprise toute la perfection possible. Néanmoins, l’arche n’aurait pu, telle qu’elle était, braver l’orage qui allait se déchaîner sur la terre. Dieu seul pouvait protéger ses serviteurs au milieu des éléments. ”—Patriarches et Prophètes, pages 69-70 (V&S), 86-89 (Bâle). b.

Combien de temps fut accordé pour finir l’arche et pour la repentance des méchants ? Genèse 6 : 3. Y eut-il quelqu’un pour écouter les avertissements de Noé ?

“ Durant cent vingt ans, soutenu par une force irrésistible émanant de sa communion avec Dieu, [la] parole [de Noé], écho du Tout-Puissant, fit entendre à cette génération l’approche d’événements qui, à vues humaines, paraissaient impossibles. ”— Patriarches et Prophètes, page 71 (V&S), 90 (Bâle). “ La foi de Noé était mêlée de crainte car il est écrit que Noé, ayant été averti par Dieu, fut saisi de crainte et prépara une arche pour sauver sa famille. Sa foi intensifiait sa crainte car ce n’était pas une peur empreinte de lâcheté qui le faisait agir. Il n’osa pas supprimer les paroles de Dieu par crainte des hommes, ni retenir ce message de peur des conséquences qui pourraient résulter de l’opposition et de la haine des méchants et des incroyants envers lui. Il connaissait la puissance de Dieu et comprit que Dieu ferait ce qu’il disait. ”—The Signs of the Times, 18 avril 1895. “ Certains charpentiers employés par Noé crurent en son message mais moururent avant le déluge ; d’autres convertis de Noé apostasièrent. ”—Fundamentals of Christian Education, page 504. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

43


Mercredi

18 février

4.

LE DÉLUGE COUVRIT LA TERRE

a.

Décrivez le phénomène qui eut lieu parmi les créatures vivantes qui entrèrent dans l’arche avec Noé. Genèse 7 : 7-9. Y eut-il quelques animaux sur terre qui ne trouvèrent pas refuge dans l’arche ?

“ L’arche, complètement terminée, était approvisionnée d’aliments pour hommes et bêtes. Alors le serviteur de Dieu adressa à ses contemporains un dernier et suprême appel. Avec une ferveur inexprimable, il les adjura de profiter du refuge qui leur était offert. Une fois encore, ses paroles ne soulevèrent que railleries et ricanements. Mais soudain, sur la foule narquoise tombe un grand silence. Des monts et des forêts, on voit s’avancer paisiblement vers l’arche une troupe d’animaux composée de bêtes sauvages et domestiques.… Tandis que les hommes résistent, insensibles aux ordres du Très-Haut, les animaux entrent dans l’arche. ”—Patriarches et Prophètes, page 72 (V&S), pages 91-92 (Bâle). “ Il y eut une catégorie de très grands animaux qui périt dans le déluge. Dieu savait que la force des hommes décroîtrait et que les animaux gigantesques ne pourraient être maîtrisés par des hommes devenus faibles. ”—Spiritual Gifts, volume 4, partie 1, page 121. b.

Qu’arriva-t-il après les sept jours pendant lesquels la foi de Noé fut une fois de plus mise à l’épreuve ? Genèse 7 : 17-24.

“ Sept jours s’écoulèrent sans qu’on aperçût le moindre signe de l’orage qui approchait. Tandis qu’au dehors s’agitait une multitude triomphante, la foi de Noé et de sa famille fut mise à rude épreuve. Ce délai apparent confirmait les incrédules dans la croyance que Noé était victime d’une hallucination, et que le déluge était un mythe. Oubliant le spectacle troublant des oiseaux et des animaux qui s’étaient réfugiés spontanément dans l’arche, et celui de la porte qu’on avait vu se fermer mystérieusement, les rires, les orgies et les danses reprirent de plus belle. On osa même ridiculiser les manifestations de la puissance divine, et la foule, réunie autour de l’arche, se mit à narguer ses hôtes avec une insolence inconnue jusqu’alors. Au huitième jour, cependant, de sombres nuages obscurcirent le ciel. Le tonnerre gronda, les éclairs sillonnèrent le firmament, et bientôt de grosses gouttes de pluie s’abattirent sur la terre. A ce spectacle tout nouveau, la foule [fut] frappée d’effroi.… Les idolâtres tremblèrent à la vue de la puissance de Dieu et surent que c’était leur corruption et leur idolâtrie qui avaient attiré leur destruction. ”—Patriarches et Prophètes, pages 73-74 (V&S) et Patriarchs and Prophets, pages 98-99. 44

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Jeudi

19 février

5.

LA TERRE PENDANT ET APRÈS LE DÉLUGE

a.

Quelle fut la réaction des méchants et de Satan lui-même quand le déluge arriva vraiment ? 1 Pierre 3 : 20.

“ Satan lui-même, contraint de rester au milieu des éléments déchaînés, n’était pas sans crainte pour sa propre existence.… De même [que Satan], certains hommes blasphémaient Dieu, et ils l’auraient volontiers renversé de son trône s’ils l’avaient pu. D’autres, éperdus de terreur, tendaient leurs mains vers l’arche, en implorant ses hôtes de les recevoir. Leur conscience, tardivement réveillée, leur disait qu’il y a un Dieu qui gouverne l’univers. En vain, à grands cris, ils s’adressaient à lui : ses oreilles étaient fermées à leurs supplications. A cette heure néfaste, ils reconnaissaient que la cause de leur ruine était leur désobéissance à une loi sainte et bonne. ”—Patriarches et Prophètes, pages 74-75 (V&S) (Voir page 94 éd. Bâle). b.

Quel signe et quelle promesse furent donnés à Noé et à sa famille ? Genèse 8 : 15-19 ; 9 : 8-16. A quoi ressemblait la terre après le déluge ?

“ Au moment du déluge, hommes et bêtes s’étaient rassemblés sur les hauteurs du pays ; lorsque les eaux disparurent, des cadavres étaient éparpillés sur toute la surface de la terre, sur les montagnes, les collines et les plaines. Mais Dieu ne voulait pas qu’ils restent ainsi, se décomposent et polluent l’atmosphère, aussi il fit de la terre un vaste cimetière. Il fit venir un vent puissant pour assécher le sol. Ce vent agita les eaux avec une grande force, emportant parfois le sommet des montagnes en de gigantesques avalanches, formant des collines et des montagnes là où il n’y en avait pas auparavant, et recouvrant les corps d’arbres, de pierres et de terre. ”—The Signs of the Times, 13 mars 1879.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

20 février 18 h 20

De quelle façon sommes-nous en danger de reproduire aujourd’hui le péché des antédiluviens ? En quoi l’exemple de Noé peut-il nous inspirer ? Décrivez les conditions de travail de Noé. Pourquoi certains animaux ne furent-ils pas préservés dans l’arche ? Quelles preuves du déluge demeurent sur terre encore aujourd’hui ?

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

45


Leçon 9

Sabbat 28 février 2009

La loi divine — les dix commandements “ La loi de l’Eternel est parfaite, elle restaure l’âme ; le témoignage de l’Eternel est véritable, il rend sage l’ignorant ” (Psaume 19 : 8). “ Sans la loi, on n’a aucune idée de la pureté et de la sainteté de Dieu, ni de sa propre culpabilité et de sa misère. ”—La Tragédie des Siècles, page 509 (GC 472, CI 502-503). Lecture proposée :

La Tragédie des Siècles (Le Grand Conflit, Le Conflit Imminent), chapitre 25.

Dimanche

22 février

1.

UNE TRANSCRIPTION DU CARACTÈRE DE DIEU

a.

Qu’est-il déclaré au sujet de la loi de Dieu, les dix commandements, et pourquoi est-elle si importante pour nous ? Psaume 119 : 142, 151, 172.

“ Le Christ vint dans notre monde pour y représenter le caractère de Dieu tel qu’il est présenté dans sa sainte loi ; car la loi est l’expression de son caractère. En Christ la loi et l’Evangile étaient réunis. L’ange qui annonce l’Evangile éternel proclame la loi de Dieu ; en effet, l’Evangile du salut amène les hommes à l’obéissance de la loi, par quoi leurs caractères sont façonnés à l’image divine. ”—Messages Choisis, volume 2, page 122. “ La Parole du seul vrai Dieu est infaillible. La sagesse, la sainteté, la puissance et l’amour infinis s’unissent pour nous désigner la norme par laquelle Dieu pèse les caractères.… Sa loi est la transcription de son caractère. C’est le niveau que tous doivent atteindre s’ils veulent entrer dans le royaume de Dieu. Nous ne sommes pas laissés dans l’incertitude quant à la voie à suivre. ”—In Heavenly Places, page 137. b.

Puisque Dieu est immuable et que sa loi est la transcription de son caractère, jusqu’à quand existera-t-elle ? Matthieu 5 : 17-18.

“ Cette loi divine conservera son caractère sacré aussi longtemps que durera le trône de Jéhovah. ”—The Review and Herald, 10 octobre 1899. 46

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


23 février

L’INIMITIÉ DE SATAN CONTRE LA LOI

a.

Quel est l’objet de la haine de Satan qu’il commença à éprouver dans le ciel et qu’il continue à éprouver sur terre ? Apocalypse 12 : 17.

“ Satan est à la tête d’une grande ligue, son église. Christ la nomme la synagogue de Satan car ses membres sont les enfants du péché. Les membres de l’église de Satan ont constamment travaillé à mettre au rebut la loi divine et à semer la confusion entre le bien et le mal. Satan travaille avec une grande puissance dans et par les enfants de la désobéissance pour élever la trahison et l’apostasie au rang de la vérité et de la loyauté. ”—Testimonies to Ministers, page 16. “ Il y a inimitié contre les commandements de Dieu dans les cœurs de ceux qui se prétendent sanctifiés tout en refusant de reconnaître les obligations de la loi. La haine surgit dans leurs cœurs dès qu’on mentionne la loi. Ils professent croire qu’elle est abolie. Mais si elle l’était, quelle serait la norme par laquelle nous serons jugés devant le trône de Christ ? Cet amoindrissement de la loi est le travail du grand tentateur. Si Satan peut persuader les hommes que le Dieu de l’univers n’a pas de loi par laquelle il les gouverne, il peut en établir une propre et conduire les hommes sur le sentier de la transgression et de la destruction. ”—The Signs of the Times, 10 février 1888. “ L’œuvre de Satan dans notre monde d’aujourd’hui est de détruire l’image morale de Dieu en l’homme en annulant la loi divine ; nos ennemis sont inspirés par cet esprit. En rejetant la grande norme du caractère de Dieu, il peut dépraver la nature humaine et gagner hommes et femmes à sa norme car, «là où il n’y a point de loi, il n’y a point non plus de transgression» (Romains 4 : 15). C’est donc triomphant qu’il observe le soi-disant monde chrétien accomplir son œuvre satanique avec zèle. ”—The Review and Herald, 26 janvier 1897.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

47

SABBAT —

Qui Satan utilise-t-il avec succès pour guerroyer contre la sainte loi de Dieu ? Apocalypse 3 : 9 ; Ephésiens 2 : 2 ; 2 Timothée 3 : 13.

SPÉCIALE DU PROCHAIN

b.

OFFRANDE

“ Satan, avec toute sa puissance magistrale, s’était interposé entre l’homme et la loi de Dieu afin de pousser les hommes, par ses mensonges et ses sophismes, à la rébellion contre Dieu et contre sa loi, rébellion qu’il avait lui-même déclenchée. Il hait ceux qu’il ne peut séduire. ”—The Signs of the Times, 14 novembre 1895.

POUR L ’U NION MISSIONAIRE DU

SUD

2.

DE L ’I NDE

Lundi


Mardi

24 février

3.

LA NORME DU JUGEMENT

a.

Après des années d’expérience dans la transgression, quelle fut la conclusion finale à laquelle arriva le roi Salomon ? Ecclésiaste 12 : 15 ; Proverbes 28 : 9. De quoi devons-nous prendre conscience au sujet de la loi de Dieu ?

“ La loi de Dieu est le fondement de son gouvernement et c’est exactement ce qu’il faut pour préserver la vie et la justice. Chaque principe de la loi émane du Dieu infini. L’homme manquerait à son devoir envers Dieu et envers son prochain s’il ne croyait pas en elle et n’en tissait pas les principes dans sa vie. Sans la foi il est impossible d’être agréable à Dieu car c’est par la foi que nous pouvons rendre obéissance à la loi. ”—The Signs of the Times, 26 février 1894. “ La loi de Dieu est la grande norme de la justice ; elle mesurera toute profession de foi et tout progrès de chaque être humain. C’est un miroir qui révèle les défauts de nos caractères et nous montre quelles sont les exigences de Dieu. Elles est sainte, juste et bonne. ”—Idem, 30 mars 1888. “ La loi de Dieu est la transcription de son caractère ; elle est la norme de la justice.… Il est demandé à l’homme d’obéir à la volonté révélée de Dieu dans ses moindres exigences. ”—Idem, 26 février 1894. “ Les dix commandements, avec leurs injonctions et leurs interdictions, sont dix promesses dont l’accomplissement nous est assuré si nous obéissons à la loi qui gouverne l’univers. «Si vous m’aimez, gardez mes commandements» (Jean 14 : 15). Voilà l’essentiel de la loi de Dieu. Les conditions du salut de chaque fils et fille d’Adam sont ici exposées brièvement. ”—The SDA Bible Commentary [E. G. White Comments], volume 1, page 1105. b.

Dans les cours célestes, quelle est la norme par laquelle toute personne sera jugée ? Ecclésiaste 12 : 16 ; Jacques 2 : 11-12.

“ Dieu a une loi qui est la grande norme de la justice. Tous ceux qui auront abusé de la miséricorde divine et auront pratiqué l’iniquité, seront jugés selon leurs œuvres. Dieu vous a avertis d’abandonner l’iniquité. Il a commandé à chacun de vous individuellement de résister au diable et non de le recevoir comme un hôte honoré. ”—Testimonies to Ministers, page 448. “ Les hommes peuvent fermer les yeux sur les vérités évidentes de la parole de Dieu, ils peuvent la fouler aux pieds ; mais, instituée dès le début, proclamée du haut du Sinaï et gravée sur des tables de pierre, elle les jugera au dernier jour. ”—The Signs of the Times, 5 août 1886. “ La loi de Dieu est la norme par laquelle les caractères et les vies seront éprouvés au jour du jugement. ”—La Tragédie des Siècles, page 524 (GC 487, CI 517). 48

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


“ Les conditions de la vie éternelle sont aujourd’hui ce qu’elles ont toujours été, ce qu’elles étaient au Paradis avant la chute de nos premiers parents : une obéissance parfaite à la loi de Dieu, une justice parfaite. Si la vie éternelle était accordée à d’autres conditions, le bonheur de l’univers tout entier serait compromis. ”—Vers Jésus, page 61 ou Le Meilleur Chemin, pages 59-60. “ Il nous faut chercher la perle de grand prix, mais non sur les marchés ou à la manière du monde. Dieu ne nous demande ni argent ni or en paiement, puisque tout est à lui. Abandonnez l’idée que vous assurerez votre salut par des avantages temporels ou spirituels. Dieu vous demande une obéissance volontaire, il vous invite à délaisser vos péchés. ”—Les Paraboles, page 95 (V&S) ou 114 (Gland). b.

Quel genre d’obéissance un véritable enfant de Dieu devrait-il manifester ? Esaïe 1 : 19 ; Galates 5 : 6. Comment pouvons-nous prouver que nous aimons vraiment Dieu ? 1 Jean 2 : 3-4 ; 5 : 2-3.

“ Seule la religion procédant de Dieu peut conduire à lui. On ne peut le servir convenablement que si l’on est né de l’Esprit divin. C’est ainsi seulement que le cœur peut être purifié, l’esprit renouvelé, et que l’on devient apte à connaître et à aimer Dieu. Alors seulement on obéit volontairement à toutes ses exigences, ce qui est le vrai culte. ”—Jésus-Christ, page 170. “ Une obéissance volontaire aux exigences de Dieu confère à l’âme énergie et puissance. Il se fait, pour l’ouvrier comme pour ceux pour lesquels il travaille, une œuvre aussi durable que le soleil. Quelles que soient les limites des capacités de celui qui s’engage dans cette œuvre, le travail qu’il accomplit dans son humble sphère sera accepté de Dieu. ”—Testimonies, volume 4, page 613. “ Ceux qui déshonorent Dieu en transgressant sa loi peuvent bien parler de sanctification mais elle n’a pas plus de valeur et n’est pas plus acceptable que l’offrande de Caïn.… Notre Sauveur parle si clairement qu’il est impossible de ne pas comprendre que le véritable amour produira toujours l’obéissance. L’obéissance est la preuve du véritable amour. Christ et le Père sont un. Ceux qui reçoivent Christ en vérité aimeront Dieu qui sera le grand sujet de leur adoration et ils s’aimeront aussi les uns les autres. Ce faisant ils observeront la loi. ”—The Review and Herald, 26 octobre 1897. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

49

SUD

Quelle condition Jésus présenta-t-il au jeune homme riche lorsque ce dernier vint lui demander ce qu’il devait faire pour hériter la vie éternelle ? Matthieu 19 : 16-17 ; Luc 18 : 18-20.

POUR L ’U NION MISSIONAIRE DU

a.

SABBAT —

UNE OBÉISSANCE VOLONTAIRE

SPÉCIALE DU PROCHAIN

4.

DE L ’I NDE

25 février

OFFRANDE

Mercredi


Jeudi

26 février

5.

L’IMMUABLE LOI DE DIEU

a.

Quelle est la grande preuve du fait que Dieu ne change pas sa loi ? Malachie 3 : 6 (première partie) ; Jacques 1 : 17 ; Luc 16 : 17.

“ Satan affirmait que la miséricorde avait supprimé la justice, et que la mort du Christ avait eu pour effet l’abolition de la loi du Père. Mais si la loi avait pu être modifiée ou abrogée, la mort du Christ n’eût pas été nécessaire. Abolir la loi, c’eût été perpétuer la transgression et placer le monde sous la domination de Satan. Jésus a été élevé sur la croix parce que la loi est immuable et parce que l’homme ne peut être sauvé qu’en obéissant à ses préceptes. ”—Jésus-Christ, pages 767-768. “ Si Dieu avait pu changer un seul iota de sa loi, Jésus n’aurait pas eu besoin de venir mourir en ce monde. Mais notre Sauveur, qui était égal à Dieu lui-même, vint sur notre terre et souffrit la mort de la croix pour donner à l’homme une autre chance. ”—The Review and Herald, 10 juin 1890. “ Si la loi avait pu être changée ou abrogée, Jésus n’aurait pas eu besoin de mourir. Au cours de sa vie terrestre, il respecta la loi de Dieu, et par sa mort, il la confirma. Il donna sa vie en sacrifice, non pour abolir le décalogue ou abaisser le niveau de l’idéal de sainteté, mais pour maintenir la justice et pour mettre en évidence l’immutabilité et la pérennité de la loi. ”—Les Paraboles, page 273 (V&S) ou 321 (Gland). b.

Où la loi fut-elle écrite et par qui ? Quelle est sa signification ? Exode 31 : 18. Combien de temps ses principes doivent-ils durer ?

“ La loi de Dieu est immuable. Bien qu’elle ait été sous-estimée, méprisée et rejetée par les êtres humains, elle demeurera toujours aussi fermement que le trône de Jéhovah. ”—The Review and Herald, 24 septembre 1901.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a.

27 février 18 h 31

e.

Comment la loi de Dieu nous procure-t-elle sécurité et stabilité dans notre vie ? Quelle est la stratégie de Satan dans sa rébellion contre Dieu et contre sa loi ? Pourquoi y a-t-il besoin d’une norme au jour du jugement ? Puisque nous sommes sauvés par la foi —et non par les œuvres— pourquoi l’obéissance est-elle importante ? Quel rapport y a-t-il entre la croix de Christ et la loi de Dieu ?

50

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

b. c. d.


Sabbat, 7 mars 2009

Offrande spéciale pour l’Union missionaire de l’Inde du Sud L’Inde du Sud comprend les états d’Andhra Pradesh, Karnataka, Kerala, Tamil Nadu, ainsi que les territoires unis de Pondicherry, les îles d’Andaman et de Nicobar et celles de Lakshadweep. Cette nation est la seconde au niveau population mondiale (plus de 1,1 milliard) Elle est connue pour son unité dans la diversité, pour sa croissance et sa pauvreté exponentielles, pour son caractère unique au monde avec cependant des contrastes frappants et pour être le berceau de nombre de religions païennes. A la fin des années 60, la semence de la réforme fut jetée en cette partie de l’Inde. Depuis cet événement historique, un bon nombre de nouvelles missions ont été établies à travers toute l’Inde dont beaucoup dans des régions où il y avait peu ou pas de présence chrétienne. l’Union missionaire de l’Inde du Sud prie l’Eternel et vous appelle à ouvrir votre cœur à l’avancement de l’œuvre dans cette Mission. Nos frères travaillent sans relâche et sans crainte au sein de cette nation païenne. Ils rencontrent bien des défis dont le problème financier n’est pas le moindre : location de lieux d’adoration et de rencontre, poste et communications, modeste salaire pour les ouvriers fidèles travaillant à l’édification du corps de Christ. Votre don à l’Union missionaire de l’Inde du Sud est un investissement dans la croissance continue de l’église. C’est ainsi que le Christ aimerait que soit porté le mandat évangélique jusqu’aux extrémités de la terre. La majorité des fonds rassemblés jusqu’à présent a été utilisée pour établir des églises. Le premier et le plus important besoin actuel est de construire des bureaux pour l’Union missionaire dans un lieu adapté et plus centralisé. Nous en appelons à votre générosité lorsque vous penserez à cette Mission nécessiteuse. Que Dieu bénisse richement tous ceux qui se sont engagés dans la cause de Christ, sous quelque aspect que ce soit, en donnant pour sa cause ou en travaillant à remplir son mandat. Le Secrétaire Régional de l’Asie à la Conférence Générale.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2008

51


Leçon 10

Sabbat 7 mars 2009

Le jour de repos de Dieu “ Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant. ” (Genèse 2 : 3). “ A la fin des temps, toutes les institutions divines seront restaurées. La brèche faite à la loi de Dieu, alors que le jour du sabbat a été changé, doit être réparée. ”— Prophètes et Rois, page 515. Lecture proposée :

Education, pages 281-283.

Dimanche

1er mars

1.

UN JOUR DE DÉLICES

a.

Quel jour de la semaine est mis à part pour le repos et pour une sainte convocation, et comment pouvons-nous le chérir ? Lévitique 23 : 3 ; Psaume 91 : 1 ; 92 : 5-6 ; Esaïe 58 : 13-14.

“ Le sabbat est bien plus sacré que ne le supposent beaucoup de ceux qui s’en disent observateurs. Le Seigneur est grandement déshonoré par les hommes qui n’observent ce jour ni selon la lettre ni selon l’esprit. Il nous invite à opérer une réforme à ce sujet. ”—Témoignages, volume 3, page 20. “ On peut se promener avec [nos enfants] en plein air, puis s’asseoir dans un bois ou en plein soleil en donnant à leurs esprits sans cesse en éveil la nourriture nécessaire par une conversation sur les œuvres de Dieu. En attirant leur attention sur la merveilleuse nature, on leur inspirera l’amour et le respect du Créateur. Le sabbat devrait être d’un tel attrait pour la famille que son retour hebdomadaire soit salué avec joie. ”—Idem, volume 2, page 318. “ Le sabbat ne doit pas être un temps d’oisiveté. La loi défend tout travail séculier ayant pour but le gagne-pain ; tout travail destiné à procurer plaisir ou profit est interdit par la loi ce jour-là. Tout comme Dieu a cessé de créer, s’est reposé le sabbat et l’a béni, l’homme doit renoncer à ses occupations habituelles et consacrer ces heures sacrées à un repos salutaire, au culte, à de bonnes actions. ”—Jésus-Christ, page 190.

52

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


“ Il y avait quelque chose à faire même pour préparer le pain envoyé du ciel pour les enfants d’Israël. Ceci était un test pour eux. Dieu voulait voir s’ils sanctifieraient le sabbat ou pas. L’Eternel dit aux enfants d’Israël que ce travail devait être fait le jour de la préparation, le vendredi. Ils devaient ce jour-là enfourner ce qui devait être cuit au four et faire cuire à l’eau ce qui devait être bouilli. ”—Manuscript Releases, volume 13, page 292. “ Le sabbat fut incorporé dans la loi promulguée du haut du Sinaï ; mais ce n’est pas à ce moment-là qu’il fut révélé pour la première fois en tant que jour de repos. Le peuple d’Israël le connaissait et l’observait déjà avant d’arriver au Sinaï. ”—JésusChrist, page 270. “ Sanctifié par l’exemple et la bénédiction du Créateur, le sabbat, septième jour de la semaine, a été observé, en Eden, par Adam et Eve dans leur état d’innocence ; puis par Adam déchu, mais repentant, lorsqu’il fut chassé du paradis. Il a été observé par tous les patriarches, depuis Abel jusqu’à Noé, le juste, et le fut au temps d’Abraham et de Jacob. ”—La Tragédie des Siècles, page 491 (GC 455, CI 483). b.

A quand l’origine du sabbat remonte-t-elle et qu’est-ce que Dieu réclame de nous en ce qui concerne le septième jour ? Genèse 2 : 1-3 ; Exode 20 : 8-11.

“ Les origines du sabbat ne sont pas juives. Il fut institué avant qu’existe un peuple connu sous le nom de Juif. Le sabbat fut créé pour toute l’humanité et institué en Eden avant la chute de l’homme. Le créateur l’appela «mon saint jour». Le Christ se définit lui-même comme «le Seigneur du sabbat». Ayant commencé avec la création, il est aussi vieux que la race humaine ; ayant été fait pour l’homme il existera aussi longtemps que l’homme lui-même. ”—The Signs of the Times, 12 novembre 1894. “ Le sabbat fut institué au moment où la terre fut créée, alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse et que tous les fils de Dieu criaient de joie. Tout comme les neuf autres préceptes de la loi, son obligation est éternelle. C’est le mémorial de la puissance créatrice de Dieu, le souvenir de son œuvre grandiose. Le quatrième commandement occupe une position sacrée dans la loi et revêt la même nature sainte que les autres grands préceptes moraux de Dieu. ”—Idem, 8 janvier 1894. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

53

SUD

Qu’est-il écrit à propos du sabbat avant qu’Israël n’atteigne le Sinaï ? Exode 16 : 23-28. Qui sont les personnages mentionnés en tant qu’observateurs du sabbat à l’époque des patriarches ?

POUR L ’U NION MISSIONAIRE DU

a.

SABBAT —

LE SABBAT ÉTAIT OBSERVÉ AUTREFOIS

SPÉCIALE DU PROCHAIN

2.

DE L ’I NDE

2 mars

OFFRANDE

Lundi


Mardi

3 mars

3.

UNE TENTATIVE DE CHANGEMENT

a.

Dans la prophétie biblique, qu’est-il écrit à propos d’une tentative de changement de la loi de Dieu ? Daniel 7 : 25. Quel commandement était la cible à détruire pour Satan ?

“ Les lois de Dieu sont les seules lois qu’il est interdit aux hommes de modifier, car les puissances séculières peuvent changer comme elles le jugent nécessaire les lois des gouvernements séculiers. Dans la prophétie, il est clairement indiqué que la puissance papale changerait de façon délibérée la loi de Dieu. ”—The Signs of the Times, 19 novembre 1894. “ Le pouvoir papal a pensé changer la loi de Dieu en instituant un sabbat pour le monde et pour l’église chrétienne ; ce faux sabbat est exalté et révéré tandis que le sabbat de Jéhovah est foulé par des pieds impies. L’Eternel dégradera-t-il sa loi pour la mettre au niveau de l’homme ? Acceptera-t-il une institution faite de main d’homme en lieu et place du sabbat qu’il a sanctifié et béni ? Non ; les commodités et le profit des hommes ne doivent pas supplanter les exigences de Dieu car c’est un Dieu jaloux. ”—The Review and Herald, 18 mars 1884. “ Le créateur des cieux et de la terre ordonna ceci : «le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage» (Exode 20 : 10). Cet ordre fut appuyé par l’exemple de son auteur, proclamé par sa propre voix, et placé au sein du décalogue. Mais le pouvoir papal a supprimé cette ordonnance divine pour lui substituer un jour que Dieu n’a pas sanctifié, pendant lequel il ne s’est pas reposé, cette fête si longtemps observée par les païens comme le «vénérable jour du soleil.» ”—The Signs of the Times, 14 septembre 1882. b.

Quelle prophétie sera accomplie aux derniers jours de l’histoire de cette terre ? Esaïe 56 : 2-7 ; 58 : 12-14.

“ Tous ceux qui aiment Dieu prouveront qu’ils portent son sceau en gardant ses commandements. Ils sont «les restaurateurs des chemins, ceux qui rendent le pays habitable». ”—Témoignages, volume 2, page 586. “ A la fin des temps, toutes les institutions divines seront restaurées. La brèche faite à la loi de Dieu, alors que le jour du sabbat a été changé, doit être réparée. Le peuple de Dieu des derniers temps montrera que cette loi est à la base de toute réforme durable, et que le quatrième commandement demeure comme le mémorial de la création. ”—Prophètes et Rois, pages 515-516. 54

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


4 mars

LE SABBAT DANS LE NOUVEAU TESTAMENT

a.

Qu’est-ce que Jésus avait coutume de faire les jours de sabbat et que dit-il du sabbat ? Luc 4 : 16, 31 ; Marc 2 : 27-28.

b.

Quelle fut l’attitude des disciples, des apôtres, et des premiers chrétiens en ce qui concerne le sabbat du septième jour ? Luc 23 : 54-56 ; Actes 13 : 42, 44 ; 16 : 13 ; 17 : 2 ; 18 : 4.

“ Le Nouveau Testament n’a pas changé la loi de Dieu. Le caractère sacré du sabbat du quatrième commandement est aussi fermement établi que le trône de Jéhovah. Jean écrit : «Quiconque pratique le péché transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché. Quiconque demeure en lui ne pratique pas le péché ; quiconque pratique le péché «ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu» (1 Jean 3 : 4-6). ”—The Sanctified Life, page 68. “ Christ a donné la loi au peuple qu’il s’est choisi ; quand ils tentent d’annuler la loi de Dieu sous prétexte que Christ l’a abolie, hommes et femmes insultent à la fois le Père et le Fils. ”—The Signs of the Times, 2 octobre 1893. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

55

SABBAT —

“ En balayant les restrictions inutiles que les Juifs avaient inventées, le Christ a honoré le sabbat, tandis que ceux-là mêmes qui se plaignaient de lui déshonoraient ce saint jour. ”—Idem, page 275.

SPÉCIALE DU PROCHAIN

“ Jésus était venu pour «rendre sa loi grande et magnifique». Loin d’en amoindrir la dignité, il voulait l’accroître.… Il était venu pour libérer le sabbat des lourdes exigences qui en faisaient une malédiction plutôt qu’une bénédiction. ”—Jésus-Christ, page 188.

OFFRANDE

“ Le commandement du sabbat est placé au sein même du Décalogue, au milieu des préceptes immuables de Jéhovah. Et pourtant, du haut de bien des chaires de notre pays, un cri méprisant s’élève contre le sabbat institué par l’Eternel Dieu des cieux et on le stigmatise comme «le vieux sabbat juif». Que tous ceux qui cherchent la vérité se souviennent que le sabbat fut institué en Eden avant qu’un Juif soit appelé à l’existence et que le Sauveur dit : «Le sabbat a été fait pour l’homme» (Marc 2 : 27). Le quatrième commandement fut proclamé avec les neuf autres préceptes moraux divins au milieu des tonnerres et de la majesté du Mont Sinaï, et là-haut, dans le Saint des saints, dans le sanctuaire céleste, il y a l’arche de Dieu. Elle est appelée «l’arche du témoignage et sous son couvercle —le propitiatoire— reposent les dix commandements écrits du doigt de Dieu. ”—The Signs of the Times, 8 janvier 1894.

POUR L ’U NION MISSIONAIRE DU

SUD

4.

DE L ’I NDE

Mercredi


Jeudi

5 mars

5.

LE SABBAT SUR LA NOUVELLE TERRE

a.

Quelle assurance le Seigneur donne-t-il par le prophète Esaïe au sujet du sabbat sur la terre renouvelée ? Esaïe 66 : 22-23.

“ Dans l’arche de Dieu dans les cieux il y a les tables de pierre sur lesquelles sont écrits les préceptes qui sont le fondement de son gouvernement. Le sabbat, dont Dieu déclare qu’il est le signe de la loyauté de son peuple, est placé au sein du Décalogue. Sa sainteté s’étend jusque dans l’éternité car Dieu déclare que d’une nouvelle lune à l’autre et d’un sabbat à l’autre ses sujets viendront l’adorer sur la terre renouvelée. ”—The Signs of the Times, 7 avril 1898. “ Aussi longtemps que dureront les cieux et la terre, le sabbat restera comme un signe du pouvoir du Créateur. Et quand l’Eden refleurira sur la terre, le saint jour du repos de Dieu sera honoré de tous. ”—Jésus-Christ, page 270. b.

Quel sera le thème de prédilection des élus lorsqu’ils viendront adorer l’Eternel ? Apocalypse 5 : 11-13 ; 15 : 2-4.

“ Le thème de la rédemption est […] un thème dans lequel les anges désirent plonger leurs regards ; ce sera la science et le chant des rachetés pendant l’éternité. Cela ne vaut-il pas la peine d’y penser et de l’étudier maintenant ? Ne devrions-nous pas glorifier Dieu d’un seul cœur, d’une seule âme et d’une seule voix pour ses «merveilles en faveur des fils de l’homme» ? Ps. 107 : 8. ”—Témoignages, volume 2, pages 128-129. “ La croix de Jésus-Christ sera la science et le chant des rachetés pendant les siècles éternels. ”—La Tragédie des Siècles, page 706 (GC 665, CI 693).

Vendredi

6 mars

RÉVISION PERSONNELLE

18 h 42

a. b. c.

e.

Comment pouvons-nous faire du sabbat nos délices ? De quoi le sabbat est-il un mémorial et pourquoi n’est-il pas «Juif» ? Pourquoi le sabbat doit-il devenir le centre d’intérêt à la fin de l’histoire terrestre ? Quels exemples d’observation du sabbat y a-t-il dans le Nouveau Testament ? Quand le sabbat sera-t-il restauré parmi tous les vrais enfants de Dieu ?

56

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

d.


Leçon 11

Sabbat 14 mars 2009

La loi cérémonielle “ [Jésus-Christ] ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions ; il a voulu créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix. ” (Ephésiens 2 : 15). “ Dans les lois cérémonielles nous avons les types et les ombres qui devaient durer jusqu’à ce qu’ils rencontrent la réalité. ”—The Review and Herald, 15 juillet 1890. Lecture proposée :

Patriarches et Prophètes, chapitre 32.

Dimanche

8 mars

1.

LA LOI CÉRÉMONIELLE EST ABOLIE

a.

Dans quel sens la loi cérémonielle était-elle une «ombre des choses à venir» ? [en anglais : une ombre des bonnes choses à venir, NdT] Galates 3 : 19 ; Hébreux 9 : 9-10 ; 10 : 1.

“ Les hommes qui se disent enseignants du peuple obscurcissent les yeux des ignorants en confondant la loi morale avec la loi cérémonielle et en utilisant les textes qui parlent de la loi cérémonielle pour prouver que la loi morale a été abolie. C’est une perversion des Ecritures. Notre attention est attirée sur deux lois distinctes. L’une, celle des types et des ombres, a duré jusqu’à l’époque de Christ et a cessé quand le type a rencontré l’antitype en sa mort. L’autre est la loi de Jéhovah ; elle est aussi durable et immuable que son trône éternel. Après la crucifixion, en continuant à offrir les holocaustes et les sacrifices qui étaient un symbole de sa mort, les Juifs renièrent Christ. ”—The Signs of the Times, 29 juillet 1886. b.

Pendant combien de temps la loi cérémonielle devait-elle être en vigueur ? Ephésiens 2 : 14-15.

“ Il y a bien une loi qui fut abolie, que Christ «a éliminé[e] en l[a] clouant à la croix» (Colossiens 2 : 14). Paul l’appelle «la loi des ordonnances dans ses prescriptions» (Ephésiens 2 : 15). Cette loi cérémonielle, donnée par Dieu à travers Moïse, avec ses sacrifices et ses ordonnances, devait être valable pour les Hébreux jusqu’à ce que le type rencontrât l’antitype dans la mort de Christ en tant qu’Agneau de Dieu. ”— Idem, 4 septembre 1884. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

57


Lundi

9 mars

2.

SEPT SABBATS CÉRÉMONIELS

a.

Citez les sept jours de fêtes appelés des «sabbats».

1. Le premier jour de la semaine pascale. Exode 12 : 15 ; Lévitique 23 : 5-7 ; Nombres 28 : 17-18. 2. Le septième jour de la semaine pascale. Exode 12 : 16 ; Nombres 28 : 24-25. 3. Le premier jour du septième mois. Lévitique 23 : 24-25 ; Nombres 29 : 1. 4. Le dixième jour du septième mois. Lévitique 16 : 29-31 ; 23 : 27-32 ; Nombres 29 : 7. 5. Le quinzième jour du septième mois. Lévitique 23 : 34-35 ; Nombres 29 : 12. 6. Le vingt-deuxième jour du septième mois. Lévitique 23 : 39. 7. Le quinzième jour (Pentecôte), connue aussi comme la «fête des semaines.» Lévitique 23 : 15-16, 21 ; Deutéronome 16 : 9-10. “ Autrefois les enfants d’Israël devaient observer trois fêtes annuelles : la Pâque, la fête des Tabernacles et la fête des Semaines. ”—The Review and Herald, 11 décembre 1879. b.

Que dit l’apôtre Paul de l’observation des sabbats cérémoniels qui étaient une «ombre des choses à venir» ? Colossiens 2 : 14-17.

“ Dans les lois cérémonielles nous avons les types et les ombres qui devaient durer jusqu’à ce qu’ils rencontrent la réalité. Les offrandes sacrificielles devaient révéler continuellement le fait que Christ allait venir dans notre monde ; mais quand le type a rencontré l’antitype dans la mort de Christ, les offrandes sacrificielles, symbolisant Christ, n’ont plus eu aucune valeur. Mais la loi royale, elle, ne pouvait être changée.… Il n’y a pas d’ombre dans les préceptes du décalogue. Les dix commandements ne sont pas un type. ”—The Review and Herald, 15 juillet 1890. “ L’Agneau de Dieu fut une offrande complète et parfaite. Les types et les ombres, les offrandes et les sacrifices n’avaient plus de raison d’être après la mort de Christ sur la croix ; mais la loi de Dieu ne fut pas crucifiée avec le Sauveur. ”—Idem, 10 octobre 1899. “ Les offrandes sacrificielles cessèrent à la mort de Christ. La loi cérémonielle fut éliminée. Mais par la crucifixion la loi des Dix Commandements fut confirmée. L’évangile n’a pas abrogé la loi ni n’a porté atteinte à un seul iota de ses exigences. ”—Idem, 26 juin 1900. 58

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mardi

10 mars

3.

UNE OMBRE DE LA RÉALITÉ

a.

Qui était le Sauveur des patriarches, des prophètes et des saints hommes de l’Ancien Testament ? Esaïe 43 : 11 ; Osée 13 : 4 ; Jean 5 : 39.

“ Le soi-disant contraste, souvent affirmé, entre l’Ancien et le Nouveau Testament, entre la loi de Dieu et l’Evangile de Christ, entre les ordonnances des dispensations juive et chrétienne, n’existe pas. Chaque âme sauvée sous la première dispensation fut sauvée par Christ aussi certainement que nous sommes sauvés par lui aujourd’hui. Les patriarches et les prophètes étaient chrétiens. La promesse évangélique fut donnée au premier couple en Eden, quand, à cause de la transgression, ils se séparèrent de Dieu. L’Evangile fut prêché à Abraham. Tous les Hébreux burent au Rocher spirituel qui était Christ. ”—Commentaires Bibliques, page 397. “ Tous les services juifs attestent de Christ, pointent le doigt vers les attributs de son divin caractère. Une vérité importante le concernant était voilée sous des types, des ombres et des symboles, et devait être accomplie par la mission et le ministère de Christ. ”—The Signs of the Times, 10 décembre 1894. b.

Si nous devions observer la loi cérémonielle, offrir des sacrifices et observer les jours de fête (qui étaient une ombre), qu’est-ce que cela signifierait ? Galates 2 : 21.

“ La loi cérémonielle, donnée par Dieu à travers Moïse, avec ses sacrifices et ses ordonnances, devait être valable pour les Hébreux jusqu’à ce que le type rencontrât l’antitype dans la mort de Christ en tant qu’Agneau de Dieu ôtant le péché du monde. Alors toutes les offrandes et tous les services sacrificiels devaient être abolis. ”—The Review and Herald, 27 septembre 1881. “ La loi cérémonielle était glorieuse ; elle était le moyen prévu par Jésus-Christ en conseil avec son Père, pour aider au salut de la race humaine. Toute la disposition du système symbolique était fondée en Christ. Adam vit Christ préfiguré dans l’animal innocent qui souffrait le châtiment de la transgression qu’il avait commise contre la loi de Jéhovah. ”—Commentaires Bibliques, page 447. “ Le désir de Christ était de laisser à ses disciples une ordonnance [le lavement des pieds et le service de communion] qui ferait en leur faveur précisément ce dont ils avaient besoin, qui servirait à les libérer des rites et des cérémonies que jusqu’alors ils avaient pratiqués comme essentiels et qui perdraient leur valeur avec la réception de l’Evangile. Continuer ces rites serait une insulte à Jéhovah. ”—Commentaires Bibliques, page 363. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

59


Mercredi

11 mars

4.

DIFFÉRENCES ENTRE LES DEUX LOIS

a.

Où les dix commandements furent-ils écrits, par qui, et où furent-ils placés ? Exode 31 : 18 ; Deutéronome 10 : 1-2. A l’opposé, où la loi cérémonielle futelle écrite et où le livre fut-il placé ? Deutéronome 31 : 24-26 ; Galates 3 : 10.

“ Dans l’arche étaient placées les tables de pierre sur lesquelles Dieu avait gravé de son propre doigt les dix commandements. Elle avait été faite expressément dans ce but et était donc appelée l’arche de l’alliance et l’arche du témoignage puisque les dix commandements étaient l’alliance de Dieu et la base de l’alliance faite entre Dieu et Israël. ”—The Signs of the Times, 24 juin 1880. “ Rien de ce qui était écrit sur ces tables [du témoignage] ne pouvait être effacé. Le précieux registre de la loi fut placé dans l’arche du témoignage. ”—Commentaires Bibliques, page 48. “ La loi cérémonielle fut donnée à Moïse qui l’inscrivit dans un livre. Par contre, la loi des dix commandements prononcés au Sinaï avait été écrite par Dieu lui-même sur des tables de pierre et était saintement conservée dans l’arche. ”—Patriarches et Prophètes, page 367 (Bâle), 341 (V&S). b.

Citez quelques ordonnances contenues dans le livre de la loi. Hébreux 9 : 9-10 ; 10 : 1 ; 2 Rois 23 : 21 ; Esdras 3 : 2 ; Néhémie 8 : 14.

“ Après l’achèvement du tabernacle, communiquant avec Moïse par la nuée de gloire qui était au-dessus du propitiatoire, il lui donna des directions complètes sur le système des offrandes et sur les formes du culte à observer dans le sanctuaire. ”—Patriarches et Prophètes, pages 366-367 (Bâle), 341 (V&S). “ Moïse acheva d’écrire toutes les lois, les statuts et les jugements que Dieu lui avait donnés, comme tous les règlements relatifs aux sacrifices. Le livre qui les contenait fut confié aux soins de ceux qui en devraient avoir la charge, et par prudence, on le déposa au côté de l’arche. ”—Idem, page 475 (Bâle), 447 (V&S). “ Pendant la première Pâque célébrée par Ezéchias, il avait été décidé de faire pour le peuple une lecture quotidienne et publique du livre de la loi. Cette lecture était faite par les prêtres chargés de l’enseignement. Il s’agissait de l’observance des statuts consignés par Moïse dans le livre de l’alliance et formant une partie du Deutéronome, qui avait rendu le règne d’Ezéchias si prospère. ”—Prophètes et Rois, page 301. 60

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Jeudi

12 mars

5.

LE SEUL VRAI SACRIFICE

a.

Quelle était la signification de la fête de la Pâque et de l’agneau immolé ? Exode 12 : 26-27 ; Jean 1 : 29 ; 1 Corinthiens 5 : 7.

“ Toutes les cérémonies de la fête [de la Pâque] étaient autant de symboles se rapportant à l’œuvre du Christ. La délivrance d’Israël hors d’Egypte offrait une image de la rédemption, à laquelle la Pâque faisait penser. Le Sauveur était représenté par l’agneau immolé, par les pains sans levain, par la gerbe des prémices. ”—Jésus-Christ, page 60. b.

Quelle était la signification du jour des expiations et quelle est sa signification aujourd’hui ? Lévitique 23 : 27-32 ; Esaïe 22 : 12-14.

“ Si vous venez avec un cœur humble, vous recevez le pardon ; en effet le Christ nous est représenté comme se tenant continuellement à l’autel, faisant valoir le sacrifice accompli pour les péchés du monde. Il est le ministre du vrai tabernacle, dressé par le Seigneur et non par un homme. Les ombres typiques du tabernacle israélite ont perdu toute vertu. Il n’y a plus lieu de présenter chaque jour et chaque année un sacrifice expiatoire typique ; cependant un sacrifice expiatoire offert par un médiateur est toujours indispensable parce que des péchés sont commis constamment. Jésus officie en la présence de Dieu, offrant son sang versé, comme celui d’un agneau. ”—Messages Choisis, volume 1, page 403. “ Nous vivons au grand jour antitypique des expiations. Nous devons rechercher Dieu individuellement. C’est un travail personnel. Approchons-nous de Dieu et que rien n’entrave nos efforts et ne donne une mauvaise représentation de la vérité pour notre temps. Que chacun confesse, non les péchés de son frère, mais ses propres péchés. Que chacun humilie son cœur devant Dieu et soit tellement rempli du SaintEsprit que sa vie témoignera qu’il est né de nouveau. ”—Testimonies, volume 9, page 218.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

13 mars 18 h 53

Pourquoi la loi cérémonielle fut-elle rajoutée ? Pourquoi n’est-il plus approprié d’observer les sabbats cérémoniels ? Comment Dieu considère-t-il l’observance de ces rituels aujourd’hui ? Quelles étaient les différences principales entre les deux lois ? Expliquez le jour des expiations à notre époque.

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

61


Leçon 12

Sabbat 21 mars 2009

La merveilleuse grâce divine “ C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. ” (Ephésiens 2 : 8-9). “ La grâce est une faveur imméritée ; le croyant est justifié sans aucun mérite de sa part, n’ayant rien à faire valoir auprès de Dieu. Il est justifié grâce à la rédemption offerte en Christ Jésus, qui se tient dans les parvis célestes en tant que substitut et garant du pécheur. ”—Messages Choisis, volume 1, page 465. Lecture proposée :

Conquérants Pacifiques, chapitre 55.

Dimanche

15 mars

1.

DES PÉCHEURS INDIGNES

a.

De quoi le péché fut-il la cause entre l’humanité et Dieu ? Quel état de choses Satan cherche-t-il à perpétuer ? Esaïe 59 : 1-2.

“ Satan voulait séparer à jamais l’homme de Dieu. ”—Jésus-Christ, page 16. “ [La] nature morale [de l’homme] a été tellement altérée par la transgression qu’il lui est devenu impossible, par sa propre force, de résister à la puissance du mal. Il est devenu captif de Satan, et serait à jamais resté en son pouvoir, si le Seigneur ne s’était interposé d’une manière spéciale. ”—Le Meilleur Chemin, page 15, Vers Jésus, page 17. b.

Quel aurait été notre sort sans la grâce de Dieu ? Quelle est la seule façon d’en être délivré ? Romains 5 : 12, 15 ; 6 : 23.

“ Par le péché, l’homme s’était séparé de Dieu. Sans le plan de la rédemption, cette séparation aurait été éternelle ; nous aurions été pour toujours plongés dans les ténèbres d’une nuit sans fin. Mais grâce au sacrifice du Sauveur, nous pouvons à nouveau communier avec Dieu. ”—Education, page 33. “ L’amour et la justice de Dieu ont prévu un chemin, et un seul, par lequel l’homme puisse être sauvé d’une éternelle séparation du ciel ainsi que d’un éloignement perpétuel de Dieu, à savoir, la foi en Christ et l’obéissance à sa loi. ”—The Signs of the Times, 15 décembre 1887. 62

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Lundi

16 mars

2.

PRIVÉS DE LA GLOIRE DE DIEU

a.

Lorsque le premier homme et la première femme furent créés, comment étaient-ils vêtus ? Genèse 2 : 25. Qu’arriva-t-il à cette merveilleuse lumière qui les enveloppait avant qu’ils ne pèchent ? Romains 3 : 23.

“ La robe blanche de l’innocence était celle que portaient nos premiers parents quand Dieu les plaça dans leur saint Eden. Ils se conformaient parfaitement à la volonté de Dieu. Toute la puissance de leur affection se portait sur leur Père céleste. Une lumière éclatante et douce, la lumière de Dieu, entourait le saint couple. Cette robe de lumière était un symbole de leurs vêtements spirituels d’innocence céleste. S’ils étaient restés fidèles, jamais elle ne les aurait quittés. Mais par le péché, ils se trouvèrent séparés de Dieu, et la lumière qui les avait enveloppés s’évanouit. ”—Les Paraboles, page 318 (Gland), 270 (V&S). b.

Que firent Adam et Eve pour couvrir leur nudité ? Genèse 3 : 7. Quel vêtement Dieu fournit-il au couple coupable et qu’est-ce qu’il symbolisait ? Genèse 3 : 21.

“ Nus et couverts de honte, ils tentèrent de remplacer le vêtement céleste par des feuilles de figuier qu’ils cousirent ensemble pour cacher leur nudité. C’est là ce que les transgresseurs de la loi de Dieu ont toujours fait depuis le jour de la chute de nos premiers parents. Ils ont cousu des feuilles de figuier pour cacher la nudité résultant de leurs péchés. Ils se sont affublés de vêtements de leur propre invention ; ils ont tenté de couvrir leurs transgressions par leurs bonnes œuvres en vue de se rendre agréables devant Dieu. Mais ils ne réussiront jamais dans cette entreprise. L’homme ne pourra jamais remplacer la robe perdue de son innocence. Ceux qui s’assiéront avec le Christ et ses anges au banquet des noces de l’Agneau ne porteront ni les vêtements de feuilles de figuier, ni ceux de la mondanité. Seuls les vêtements que le Seigneur nous a préparés pourront nous rendre acceptables aux yeux de Dieu. Ce vêtement, la robe de la justice divine, le Christ la donnera à toute âme croyante et repentante.… Ce vêtement, tissé sur les métiers du ciel, n’a pas dans son tissu un seul fil de la sagesse humaine. Le Christ, dans son humanité, a formé un caractère parfait, et c’est ce caractère qu’il veut bien nous imputer. ”—Idem, pages 318-319 (Gland), 270-271 (V&S).

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

63


Mardi

17 mars

3.

DIEU NOUS AIME ET A PITIÉ DE NOUS

a.

Quelle fut et quelle est toujours l’attitude du Seigneur face aux humains déchus ? Psaume 103 : 13 ; Esaïe 63 : 9 ; 1 Jean 4 : 10.

“ Christ n’a pas pitié seulement de ceux qui cherchent à être obéissants et aimants et ils ne sont pas les seuls à être aimés de lui, mais il aime également ceux qui sont rétifs et retors. Jésus n’a pas changé. Il est le même hier, aujourd’hui et à jamais. Il éprouve toujours amour et pitié pour les pécheurs et cherche à les amener à lui afin de pouvoir leur accorder son aide divine. Il sait qu’une puissance démoniaque cherche à dominer chaque âme. Mais Jésus est venu pour briser le pouvoir de Satan et libérer les captifs. ”—My Life Today, page 300. “ Tandis qu’il était sur terre, le Seigneur fut toujours touché par la misère humaine. Bien qu’il soit maintenant monté vers son Père et adoré des anges qui s’empressent d’obéir à ses ordres, son cœur qui était rempli d’amour, de pitié et de sympathie n’a pas changé. Il demeure un cœur plein d’une tendresse inaltérable. Ce même Jésus avait connaissance de toutes vos épreuves et ne vous a pas laissé vous débattre seule contre les tentations, lutter seule contre le mal pour être finalement accablée de fardeaux et de soucis. ”—Testimonies, volume 2, page 271. b.

Comment Dieu démontra-t-il son amour infini aux hommes et aux femmes qui ne l’ont pas aimé ? 1 Jean 4 : 9-10, 16, 19 ; Jean 3 : 16-17.

“ Jésus contemplait le monde déchu avec une pitié infinie. Il prit sur lui l’humanité afin de pouvoir toucher et élever l’humanité. Il vint chercher et sauver ce qui était perdu. ”—Fundamentals of Christian Education, page 199. “ Dans les miséricordieuses bénédictions que notre Père céleste a déversées sur nous nous pouvons discerner des preuves innombrables d’un amour infini, d’une pitié si tendre qu’elle surpasse l’ardente sympathie d’une mère pour un enfant difficile. Quand nous étudions le caractère divin à la lumière de la croix, nous voyons la miséricorde, la tendresse et le pardon se mêler à l’équité et à la justice. ”—Testimonies, volume 4, page 461. “ Le Rédempteur du monde est venu ici-bas, sur une terre flétrie, gâtée par la malédiction, afin de se rapprocher de l’homme dans son malheur et son affliction. Il entoura notre race de son grand bras humain tandis que de son bras divin il saisit le trône de l’Infini, mettant à la disposition de l’homme déchu la force divine de coopérer à l’effort humain de Jésus. ”—The Review and Herald, 21 novembre 1899. 64

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Mercredi

18 mars

4.

UNE GRÂCE ABONDANTE

a.

A combien de personnes Dieu veut-il étendre sa miséricorde et sa grâce infinies ? Jean 1 : 12 ; 2 Pierre 3 : 9 ; 1 Timothée 2 : 4 ; Hébreux 7 : 25.

“ Christ est le sacrifice d’expiation. Il a quitté la gloire du ciel, il s’est séparé de ses richesses, il a laissé de côté son honneur, non pour créer de l’amour et de l’intérêt pour l’homme dans le cœur de Dieu, mais pour être un témoin de l’amour qui existait dans le cœur du Père. Il est venu dans le monde pour que l’homme accepte le fait que bien qu’il ait péché contre Dieu, «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle» (Jean 3 : 16). Jésus a payé le prix de toutes ses richesses, il a revêtu l’humanité, il a condescendu à vivre une vie de pauvreté et d’humiliation afin de pouvoir chercher et sauver ce qui était perdu. Par la grâce de Christ nous pouvons être fortifiés et croître de telle sorte que, bien qu’imparfaits encore maintenant, nous puissions devenir parfaits en lui. Nous nous sommes hypothéqués nous-mêmes à Satan mais Christ est venu pour nous racheter en payant notre rançon. Nous ne pouvons rien acheter de Dieu. Ce n’est que par grâce, par le don gratuit de Dieu en Christ que nous sommes sauvés. ”—The Youth Instructor, 5 septembre 1895. b.

Quel est le sûr résultat de la justification ? Matthieu 1 : 21 ; Tite 2 : 11-14.

“ Quand l’Esprit de Dieu dirige la pensée et le cœur de l’homme converti, un nouveau chant s’élève de son âme ; car il se rend compte que Dieu a accompli la promesse qu’il lui avait faite, que sa transgression a été pardonnée et son péché purifié. Le nouveau converti a manifesté sa repentance envers Dieu pour la violation de la loi, ainsi que sa foi envers le Christ, mort pour la justification du pécheur : «Etant donc justifié par la foi», il a «la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ». Mais si cette expérience est celle du chrétien, ce n’est pas une raison pour qu’il se croise les bras, satisfait de ce qui a été accompli pour lui. Celui qui a résolu d’entrer dans le royaume des cieux s’apercevra bientôt que toutes les forces, toutes les passions de sa nature irrégénérée, soutenues par les puissances du royaume des ténèbres, sont liguées contre lui. Chaque jour, il doit renouveler sa consécration au Maître, chaque jour, combattre contre le mal. Ses vieilles habitudes, ses tendances héréditaires au péché se coaliseront pour le dominer ; il devra toujours être en garde contre ses adversaires, et lutter avec les armes du Christ pour triompher. ”—Conquérants Pacifiques, page 423. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

65


Jeudi

19 mars

5.

SAUVÉS PAR GRÂCE

a.

Par quel moyen les élus entreront-ils dans le royaume de Dieu ? Ephésiens 2 : 8-10 ; Hébreux 4 : 16 ; 12 : 28.

“ Il n’est pas possible à l’homme de se transformer par la seule puissance de sa volonté. Il ne possède pas la faculté d’opérer cette transformation. Le levain —substance qui vient du dehors— doit être introduit dans la pâte avant qu’on puisse s’attendre au changement désiré. Il faut donc que le pécheur reçoive la grâce de Dieu avant d’être prêt pour le royaume de gloire. Jamais ni la culture ni l’éducation ne réussiront à transformer un enfant du péché en un enfant du ciel. C’est de Dieu que doit venir la puissance régénératrice. Ce n’est que par le Saint-Esprit que la transformation peut être opérée. Il faut que tous ceux qui désirent le salut, riches ou pauvres, grands ou petits, se soumettent à l’action de cette puissance. ”—Les Paraboles, pages 92-93 (Gland), 76 (V&S). “ Votre obéissance aux commandements de Dieu prouveront votre droit à hériter avec les saints dans la lumière. Dieu a déterminé une certaine excellence de caractère et tous ceux qui, par la grâce de Christ, parviendront au niveau de ses exigences, auront une libre entrée dans le royaume de gloire. ”—Christian Education, page 118. b.

Quelles paroles encourageantes nous sont adressées pour que nous poursuivions notre pèlerinage jusqu’au bout ? Philippiens 1 : 6 ; Hébreux 12 : 12-14.

“ [Le Père] désire vous ramener à lui et voir reproduites en vous sa pureté et sa sainteté. Si seulement vous consentez à vous remettre entre ses mains, celui qui a commencé en vous la bonne œuvre la perfectionnera jusqu’au jour de Jésus-Christ. Priez avec plus d’ardeur ; que votre confiance soit plus implicite. A mesure que nous avons lieu de nous défier de nos propres forces, apprenons à nous confier en celles de notre Rédempteur, et nous glorifierons celui qui est notre vie et notre joie. ”—Vers Jésus, page 64, Le Meilleur Chemin, page 62.

Vendredi

RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e. 66

20 mars 19 h 04

Quelle est notre condition naturelle sans Christ dans notre vie ? Quels changements ont eu lieu après qu’Adam et Eve eurent fait l’expérience du péché ? Pourquoi avons-nous des raisons d’être profondément reconnaissants pour le don de Christ ? Qu’est-ce qui prouve le grand intérêt personnel que Dieu a pour chaque individu ? Comment la grâce de Christ travaille-t-elle pour restaurer en nous son image ? Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Leçon 13

Sabbat 28 mars 2009

Messages Choisis, volume 1, chapitres 56-57.

Dimanche

22 mars

1.

NOTRE JUSTICE : DES HAILLONS RÉPUGNANTS

a.

Comment nos premiers parents ont-ils cherché à se justifier après qu’ils aient désobéi à Dieu ? Genèse 3 : 12-13. Comment les gens excusent-ils leur désobéissance aujourd’hui ?

“ Depuis la chute d’Adam, les hommes de tous les temps se sont excusés euxmêmes pour leurs péchés, rendant Dieu responsable de leurs fautes, disant qu’ils ne peuvent pas observer ses commandements. C’est ce qu’insinua Satan à Dieu dans les cieux. Mais il ne faut jamais présenter ce prétexte devant Dieu : «Je ne peux pas garder les commandements», car devant lui se tient le Sauveur, les marques de la crucifixion sur le corps, et il est le témoin vivant de ce que la loi peut être observée. Ce n’est pas que les hommes ne puissent pas obéir à la loi mais c’est qu’ils ne le veulent pas. ”—The Review and Herald, 28 mai 1901. b.

Que déclare la Bible au sujet de la justification de soi-même ou de la propre justice ? Job 9 : 20 ; Esaïe 64 : 5 ; Luc 16 : 15.

“ Quiconque se repose sur sa propre justice méprisera ses semblables. De même que le pharisien se juge par les autres, il juge les autres par lui-même. ”—Les Paraboles, page 150 (Gland), 126 (V&S). Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

67

POUR LA

SABBAT —

Lecture proposée :

SPÉCIALE DU PROCHAIN

“ Pas de mérite, pas de justice en dehors du Christ. Notre état de péché, notre faiblesse nous placent dans l’impossibilité de paraître devant Dieu à moins d’être revêtus de la justice immaculée du Christ. Il faut que nous soyons trouvés en lui ayant non pas notre propre justice, mais celle qui existe en Christ. ”—Messages Choisis, volume 1, pages 391-392.

OFFRANDE

“ Je me r��jouirai en l’Eternel, mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu ; car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la délivrance, comme le fiancé se pare de ses joyaux. ” (Esaïe 61 : 10).

RUSSIE

La justice par la foi


Lundi

23 mars

2.

LA JUSTICE DE CHRIST : SON CARACTÈRE

a.

Dans l’expérience de Josué, le grand prêtre, qu’est-ce qui devait être fait avant que le changement de vêtements ne puisse se produire ? Zacharie 3 : 3-4.

“ Josué, qui représente le peuple de Dieu, est vêtu de vêtements sales et se tient devant l’ange ; mais alors que le peuple se repent devant Dieu pour ses transgressions de sa loi et se saisit de la justice de Christ en tendant la main de la foi, Jésus dit : «Otez-leur les vêtements sales et revêtez-les d’habits de fête» (voir Zacharie 3 : 4). Ce n’est que par la justice de Christ que nous pouvons observer la loi. ”—The Signs of the Times, 2 juin 1890. “ Les vêtements sales sont ôtés car Christ dit : «Je t’enlève ton iniquité» (Zacharie 3 : 4). L’iniquité est transférée sur le Fils de Dieu, pur, saint et innocent ; et l’homme, sans mérite aucun, se tient devant l’Eternel purifié de tout péché et revêtu de la justice imputée de Christ. Oh, quel changement de vêtement que celui-ci ! ”—Sermons and Talks, volume 2, page 211. “ La justice de Christ n’est pas un manteau destiné à couvrir des péchés qu’on ne veut ni confesser ni abandonner ; c’est un principe de vie qui transforme le caractère et qui dirige la conduite. La sainteté consiste à se vouer entièrement à Dieu ; c’est une soumission complète du cœur et de la vie aux principes du ciel. ”—Jésus-Christ, page 549. b.

Que représente le vêtement blanc offert par Jésus ? Matthieu 22 : 11-12 ; Apocalypse 3 : 18 ; 19 : 8.

“ L’habit de noces de la parabole représente le caractère pur et sans tache des véritables disciples du Christ. Il a été donné à l’Eglise de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur, «sans tache, ni ride, ni rien de semblable». Le fin lin, disent les Ecritures, «ce sont les œuvres justes des saints». C’est la justice du Christ, son caractère irréprochable qui est communiqué par la foi à tous ceux qui le reçoivent comme leur Sauveur personnel. ”—Les Paraboles, page 270 (V&S), 318 (Gland). “ Le vêtement blanc, c’est la pureté du caractère, la justice du Christ impartie au pécheur. C’est un vêtement de texture céleste, qui ne peut être acheté qu’auprès de Christ pour une vie d’obéissance volontaire. ”—Testimonies, volume 4, page 88. 68

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Quelle est la définition de la justification ? Romains 3 : 25 ; Colossiens 3 : 13. Quel est le seul moyen pour que les pécheurs soient justifiés devant Dieu ? Romains 3 : 24-26 ; 5 : 1 ; 1 Jean 1 : 8-9.

“ La justification, cela signifie sauver une âme de la perdition pour qu’elle obtienne la sanctification et par la sanctification, la vie du ciel. La justification signifie que la conscience, purifiée des œuvres mortes, est mise en condition de recevoir la bénédiction de la sanctification. ”—The SDA Bible Commentary [E. G. White Comments], volume 7, page 908. “ Le pardon et la justification sont une seule et même chose. La foi fait passer le croyant de la position de rebelle, d’enfant du péché et de Satan, à celle de loyal sujet de Jésus-Christ, non pas en vertu de quelque bonté innée, mais parce que Christ l’adopte comme son enfant. Le pécheur reçoit le pardon de ses péchés parce que c’est son Substitut et son Garant qui les porte à sa place. ”—Faith and Works, page 103. “ La justification est le contraire de la condamnation. Dieu exerce sa grâce illimitée en faveur de ceux qui ne le méritent nullement. ”—Idem, page 104. b.

Que doit faire un homme une fois qu’il a été justifié par la foi en Christ ? Jean 5 : 14 ; 8 : 11 ; 15 : 4. Comment Dieu considère-t-il une personne qui annule sa justification en recommençant à pécher ? Hébreux 10 : 26-29.

“ C’est par grâce que le pécheur est sauvé, qu’il est justifié gratuitement par le sang de Christ. Mais Christ n’est pas mort pour sauver le pécheur dans ses péchés. Le monde entier est condamné car il est coupable devant Dieu d’avoir transgressé sa sainte loi. Il périra certainement à moins qu’il ne se repente, qu’il ne se détourne de sa désobéissance et qu’il ne se réclame par la foi en Christ des mérites de son sang précieux. ”—The Signs of the Times, 29 juillet 1886. “ Si nous regardons dans le miroir divin, la loi de Dieu, nous voyons le caractère extrêmement coupable du péché ainsi que notre condition de transgresseur perdu. Mais, par la repentance et par la foi, nous sommes justifiés devant Dieu et, par la grâce divine, nous sommes rendus capables d’obéir à ses commandements. ”—Reflecting Christ, page 96. “ Si l’âme dont les péchés ont été pardonnés demeure en Christ, elle conserve sa justification et elle est sanctifiée par le Saint-Esprit. Mais si elle continue de pécher, elle se coupe elle-même de la communion avec Dieu et, à moins qu’elle ne se repente, tous ses péchés sont mis sur son compte et la colère de Dieu demeure sur elle. Celui qui a été pardonné par Dieu doit demeurer en Christ, dans la foi et l’obéissance. ”— The Review and Herald, 9 décembre 1890. Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

69

POUR LA

a.

SABBAT —

LA JUSTIFICATION : LE PARDON

SPÉCIALE DU PROCHAIN

3.

RUSSIE

24 mars

OFFRANDE

Mardi


Mercredi

25 mars

4.

LA SANCTIFICATION : LA PRÉPARATION POUR LE CIEL

a.

Que dit la Bible à propos de la perfection du caractère (la sanctification) ? Matthieu 5 : 46-48 ; 1 Thessaloniciens 5 : 23.

“ Quiconque est sanctifié par la vérité acquiert la maîtrise de soi-même ; il suit les traces du Christ jusqu’à ce que la grâce se perde dans la gloire. La justice qui nous justifie est imputée ; celle qui nous sanctifie nous est communiquée. La première nous donne le droit d’entrer dans le ciel, la seconde nous qualifie pour y demeurer. ”—Messages à la Jeunesse, page 32. “ La véritable sanctification s’obtient par la soumission aux principes de l’amour. «Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu.» La vie de celui dans le cœur duquel le Christ habite sera une manifestation de piété réelle. Le caractère sera purifié, élevé, ennobli et glorifié. La pure doctrine de l’Evangile sera associée aux œuvres de justice ; les préceptes divins se confondront avec les saintes pratiques. ”—Conquérants Pacifiques, page 499. “ Grâce à la sanctification que le Saint-Esprit opère par le moyen de la vérité, le croyant est qualifié pour les parvis célestes ; en effet le Christ opère en nous et place sa justice sur nous. Sans cela personne n’a droit au ciel. Nous ne saurions pas jouir du ciel si nous n’étions préparés à respirer cette sainte atmosphère par l’influence de l’Esprit et la justice du Christ. ”—Messages Choisis, volume 1, pages 462-463. b.

Pour ce qui est de nos caractères, quel conseil le ciel nous donne-t-il et comment pouvons-nous répondre à ses volontés ? 1 Pierre 1 : 15-16 ; Romains 13 : 14.

“ Il nous faut constamment une révélation nouvelle du Christ, et une expérience quotidienne qui s’harmonise avec ses enseignements. Il est possible d’arriver à plus de sainteté. La volonté de Dieu est que nous progressions sans cesse dans la connaissance et dans la vertu. Sa loi est l’écho de sa propre voix, disant à tous : «Montez plus haut, soyez toujours plus saints.» Nous devons chaque jour nous rapprocher de la perfection du caractère chrétien. ”—Le Ministère de la Guérison, page 436. “ Nous ne pouvons observer la loi que si nous faisons nôtre la justice de Christ. Christ dit : «Sans moi, vous ne pouvez rien faire» (Jean 15 : 5). Lorsque nous recevrons le don céleste de la justice de Christ, nous découvrirons que la grâce divine a été préparée pour nous et que toutes les ressources humaines sont impuissantes. Jésus donne le Saint-Esprit en grande mesure en cas d’urgence, pour nous aider dans nos infirmités, pour nous consoler puissamment, pour illuminer nos esprits, purifier et ennoblir nos cœurs. ”—Reflecting Christ, page 103. 70

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009


Pour parvenir à la vraie sanctification, qu’est-ce qui est attendu de notre part ? Philippiens 2 : 12-13 ; 2 Pierre 1 : 5-11.

“ Si l’homme consent à être transformé, son être tout entier sera sanctifié ; le Saint-Esprit gravera les choses divines dans son âme. Grâce à lui, le chemin de la vie deviendra si clair que nul ne sera sujet à l’erreur. ”—Conquérants Pacifiques, pages 47-48. “ Qu’est-ce que la sainteté ? —Tout faire avec un œil sur la gloire de Dieu. La sainteté c’est vivre de sorte à ce que les hommes voient vos bonnes œuvres et qu’en les voyant ils rendent gloire à Dieu. ”—The Medical Missionary, 1er octobre 1893. “ Nous ne devons pas vivre comme le monde. Nous devons montrer que la grâce de Christ a une influence sanctifiante sur nos vies. ”—The Signs of the Times, 9 mars 1888. b.

Si nous regardons constamment à Jésus, quel sera le résultat final ? 2 Corinthiens 3 : 18 ; Hébreux 12 : 2 ; Apocalypse 3 : 5 ; 19 : 7-9.

“ Un vrai croyant montre que son caractère a été transformé par le fait de vivre une vie spirituelle, de vivre de chaque parole sortant de la bouche de Dieu. Sa consécration se remarque aux paroles qui tombent de ses lèvres et à son zèle pour les bonnes œuvres. ”—The Review and Herald, 25 janvier 1898. “ Ceux qui, de tous temps, ont obéi à Dieu ont vu leur caractère transformé, et en ces derniers jours où l’iniquité abonde de toutes parts, notre sagesse et notre intelligence devant la société consistera à obéir à la norme de la justice. ”—The Signs of the Times, 6 janvier 1888.

Vendredi RÉVISION PERSONNELLE a. b. c. d. e.

27 mars 19 h 14

Pourquoi l’habitude de se justifier soi-même est-elle si destructrice pour notre spiritualité ? Comment pouvons-nous obtenir la justice de Christ ? Que signifie la «justification» ? Que signifie la «sanctification» ? Comment la justice de Christ peut-elle changer notre vie et pourquoi de-

Leçons de l’école du Sabbat, 1 er trimestre 2009

71

POUR LA

a.

SABBAT —

LA JUSTICE DES SAINTS

SPÉCIALE DU PROCHAIN

5.

RUSSIE

26 mars

OFFRANDE

Jeudi


Offrandes spéciales 3 jan pour la vier m Kasai O ission du ccident al, Congo (voir p.

4)

7 février ement le pour départ de bienfaisance (voir p. 30)

7 Mars e sionair ion mis d n U l’ r pou e du Su de l’Ind 1) (voir p.

5


edsa09_1