Page 1

Rapport d’activité 2015


Conseil de Fondation au 31.12.2015

Equipe de direction au 31.12.2015

Président M. Pierre Mathyer

Directrice générale Mme Pascale Grivel

Vice-présidente Mme Evelyne Luginbühl

Responsable financier M. Robert Favre

Trésorier M. André Briod

Responsable RH Mme Catherine Gavin

Secrétaire M. Xavier Biard

Assistante de direction et de projets Mme Sandra Gillard

Autres membres Mme Carole Borlat Mme Françoise Pitteloud M. Jacques Baudat M. Joseph Vanderweckene M. Thierry Matter M. Joseph Vanderweckene

Responsable ad-intérim du secteur socioprofessionnel Mme Sandrine Balleys Responsables des sections du secteur de la pédagogie spécialisée Mme Amneris Meyer (Les Matines et Les Semailles) Mme Marianne Loup (La Violette) Mme Juliana Cruchon (L’Orée) Mme Sandrine Balleys (L’Elan) Coordinatrices pédagogiques Mme Marie-Ange Terrier (secteur socioprofessionnel) Mme Anne Delapierre (secteur de la pédagogie spécialisée)


Mot du président, Pierre Mathyer Renée Delafontaine est née en 1921 dans la ferme familiale du Mont Chervet près de la Tour de Gourze. Ces racines terriennes sont un des éléments primordiaux de sa personnalité. Il faut y ajouter sa foi chrétienne, ses études aux Beaux-Arts de Lausanne, sa formation de pédagogue à l’Université de Genève, ses premières expériences en Italie, puis au Pavillon des enfants dans « l’Asile Bel Air » à Genève avec le professeur André Rey qui deviendra son mentor. Sa propre action débute par la location d’un petit appartement au Chemin des Aubépines à Lausanne où elle reçoit en externat de jeunes enfants handicapés mentaux. Ce sera « Les Matines », premier externat de ce genre en Suisse. Suivra la création du Service Educatif Itinérant, en collaboration avec Pro Infirmis pour la prise en charge à domicile des plus jeunes. Tout s’enchaînera jusqu’à la constitution, neuf ans après le début de l’aventure des Matines, de la Fondation Renée Delafontaine. Aujourd’hui cette Fondation compte 160 places pour le secteur de la pédagogie spécialisée et 115 places de travail pour

le secteur socioprofessionnel, sous une direction générale sise à la Clochatte au Mont-sur-Lausanne. Une institution qui a grandi depuis 6o ans méritait d’être fêtée. C’est ce qui a eu lieu au cours de l’année 2015 au sein de l’institution et à Beaulieu avec la remise par le Lions Club Lausanne Galicien d’un formidable cadeau extrêmement utile : un bus 9 places entièrement équipé. Merci infiniment à ce club service et à toutes celles et ceux qui ont été, sans compter leur temps, avec compétence et énergie, une année encore aux côtés des enfants, des élèves, des jeunes et des travailleurs.

Mot de la directrice, Pascale Grivel Il y a 60 ans, les nombreuses qualités de Madame Renée Delafontaine telles que l’humilité, la persévérance, la patience et la ténacité lui ont permis de créer la Fondation qui porte son nom. Elle a fait de ses écoles et de ses ateliers une œuvre pionnière. Depuis, d’autres équipes pédagogiques ont pris le relai d’une approche pédagogique centrée sur les personnes, quelles que soient leurs difficultés et leurs ressources.

Dans ce rapport, vous découvrirez quelquesunes de nos activités promues dans nos structures de pédagogie spécialisée ou dans nos ateliers socioprofessionnels. Avec sérieux et optimisme, les professionnels veillent à favoriser les expériences, les intérêts, l’attention de toutes les personnes handicapées en leur permettant de construire leur propre identité. Ainsi, les programmes de nos écoles de pédagogie spécialisée sont des invitations à des conquêtes du temps, de l’espace, de soi-même et des autres pour chacun de nos élèves. Au sein de nos ateliers, les travailleurs sont engagés à des exploits par une vie au travail diversifiée et variée, ce qui a toujours été notre audace. Nos partenariats avec des entreprises, telles que la société coopérative Migros Vaud, sont porteurs d’un sentiment de fierté et d’appartenance pour chacun. Inventer un contrat social à chaque rencontre, créer du lien, offrir à chacun les ressources pour grandir, devenir et participer sont des valeurs essentielles à la Fondation et ce depuis 60 ans.

3


4

La Fondation Delafontaine comprend cinq sections pour des élèves et un secteur socioprofessionnel

Le s es M at in n io t a é r C 5 e n 195

Accueil Les Matines

20 places pour des enfants âgés de 4 à 7 ans, présentant un retard de développement, un handicap mental ou polyhandicap.

L’Orée

29 places pour des élèves âgés de 7 à 18 ans, polyhandicapés.

La Violette

16 places pour des élèves de 4 ans jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire, présentant d’importants troubles du spectre autistique ou troubles envahissants du développement.

Les Semailles

35 places pour des élèves de 7 ans jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire, mentalement handicapés.

L’Elan

50 places pour des jeunes âgés de 16 à 20 ans, mentalement handicapés.

L’Escale

6 places pour des jeunes de 16 à 20 ans, présentant d’importants troubles du spectre autistique ou troubles envahissants du développement.

La Cordée

La Cordée offre à 115 adultes en situation de handicap mental, un cadre socioprofessionnel qui correpond à leurs besoins psychologiques et sociaux.

APEMS

Enfants âgés de 4 à 12 ans (sur inscription).

Service thérapeutique et santé scolaire

Logopédistes, physiothérapeutes, psychologues, psychothérapeutes, psychopédagogues, psychomotriciens, ergothérapeutes et infirmière scolaire sont là pour permettre à chacun-e de découvrir et développer ses potentiels.

Le service thérapeutique et santé scolaire


L’Histoire de la Fondation en quelques dates

Puzzles L’idée originale des puzzles dont les illustrations sont dans ce rapport est née du souhait de permettre aux écoles de pédagogie spécialisée, à l’équipe thérapeutique de la Clochatte et aux ateliers socioprofessionnels de la Cordée d’exprimer leur créativité et leur raison d’être.

L’Elan n io Créat 3 e n 19 6

La e Co r d é n io t a é r C 8 e n 19 6

Ainsi, chaque pièce de puzzle est une fresque qui parle de la Fondation. C’est un des éléments de la Fondation où chacun tisse des liens et son histoire. Chaque combinaison possible est une relation de liaisons entre les jeunes élèves, les adolescents, les jeunes adultes et les adultes. Entre Les Matines sises au Montsur-Lausanne et un atelier de la Cordée de Prilly, entre une classe-atelier de L’Elan et un atelier de la Cordée d’Yverdon, entre La Violette et un atelier de la Cordée de Maillefer, entre Les Semailles et l’atelier de la Cordée à Ecublens, entre L’Orée et le service thérapeutique de la Clochatte.

e L’Oré n o i t Créa 8 9 9 1 n e

Et chaque puzzle représente un ensemble où tout est cohérent et où tout fait sens. Pascale Grivel

Les Matines, les Semailles et l'Elan s'installent à la Clochatte au Mont-sur-Lausanne en 1975

La t te V io l e n io t a é Cr 8 e n 198

5


Les Matines 6

Les enseignants et les éducateurs apportent un soin particulier à l’accueil des élèves le matin. Durant ce moment fondamental, les chansons permettent aux enfants de faire la transition entre la maison et l’école. Elles les mettent en situation d’apprentissage, de stimulation. Une manière d’être dans l’« ici et maintenant ». Les chansons sont des moments vécus en groupe. Elles favorisent le sentiment d’appartenance. Elles permettent aux élèves de se sentir parties prenantes de la classe. Elles canalisent ainsi les émotions et apportent calme et apaisement.

Aux Matines, les chansons rythment les journées, les semaines, les saisons. Elles racontent le temps qu’il fait dehors, les jours de la semaine, la prochaine activité, le nom des camarades de classe. Les enfants sont stimulés par la voix, les paroles, la mélodie, les gestes qui accompagnent. Ils peuvent ainsi mieux se situer dans le temps et dans l’espace.

En classe, à chaque changement d’activité, les enseignants et les élèves chantent une chanson. Ils évoquent ce qu’ils sont en train de vivre ou ce qu’ils vont bientôt faire : « Bonjour, on est à la logopédie, on est lundi... » Une façon de se repérer dans le temps et dans l’espace, de se préparer à l’activité qui va commencer. Ces enfants ont peu accès au langage. Ils ont des difficultés de compréhension et une manière différente de communiquer. Les enseignants accompagnent les chansons avec le langage gestuel. Souvent aus-

si, ils leur montrent des pictogrammes. Ils stimulent ainsi leur attention, leur écoute, leur regard. Ils leur offrent des possibilités de compréhension diverses et variées.


L'Elan Les jeunes suivent une formation de quatre ans qui leur permet ensuite de s’intégrer dans des ateliers socioprofessionnels. Dans la classe-atelier papiercarton, la sérigraphie occupe une place de choix. 6 jeunes en formation confectionnent entre 3 et 6000 cartes de vœux par année. Ils apprennent durant un an à faire des gestes avec précision et soin, à mener un travail en groupe jusqu’à son terme. Une activité valorisante, notamment parce que ces produits, de belle facture, sont vendus à des entreprises de la région. Avec la sérigraphie, les jeunes apprennent à respecter un rythme. Ils ne peuvent pas travailler très lentement, sinon les encres sèchent et il faut nettoyer la machine. Si celui qui est à la table d’impression travaille trop vite, les autres n’ont pas le temps d’amener les cartes pour le séchage. Ils apprennent donc à discuter ensemble, à collaborer, à respecter la difficulté de l’autre. Les jeunes qui savent imprimer peuvent apprendre aux autres. Ceux qui distribuent les feuilles et les mettent à sécher apprennent en regardant et en observant

celui ou celle qui imprime. Tous n’ont pas les compétences pour travailler au poste principal, avec la machine. Certains apprennent avant tout à prendre les feuilles et à les distribuer. Cette activité exige aussi doigté, délicatesse et concentration. Par exemple s’ils posent leurs doigts sur l’encre avant qu’elle ne sèche, la feuille se tache. Dans la classe-atelier, les jeunes ont ainsi l’opportunité de se former au travail et à la vie d’adulte. En général, l’apprentissage scolaire est en lien avec l’activité ellemême. Un exemple : les cartes de vœux sont conditionnées. Les jeunes doivent les compter et les mettre en « paquets », certains participent

aussi à la facturation derrière l’ordinateur. Ils prennent également part à la livraison de leurs produits pour les clients de Lausanne. La sérigraphie a de grands atouts pour ces jeunes. Elle leur permet de se familiariser sans danger à un travail professionnel sur une machine semi-automatique. De plus, le support papier est peu coûteux et recyclable, ce qui permet de se confronter sans trop de conséquences à l'erreur, qui fait partie intégrante des apprentissages. Les jeunes peuvent ainsi se préparer aux conditions qu’ils trouveront par la suite dans un travail au sein d’un atelier socioprofessionnel.

7


La Cordée 8

La Société Coopérative Migros Vaud a proposé à La Cordée de faire le montage d’une série importante de paniers à compost qui seraient vendus dans toute la Suisse. Un vrai défi : d’une part ces travailleurs n’avaient jamais réalisé une tâche d’une telle envergure, d’autre part ils devaient s’installer dans un vaste entrepôt qu’ils ne connaissaient pas. Première étape : les travailleurs devaient s’inscrire s’ils voulaient se lancer dans cette activité. Pas facile pour ces personnes en situation de handicap mental de savoir si elles avaient envie et si elles osaient quitter leur atelier pour quelques semaines. Et pourtant, plus de la moitié d’entre elles ont décidé de partir vers l’inconnu et de participer à cette belle expérience. Les maîtres socioprofessionnels (MSP) avaient organisé cette opération dans les moindres détails. Ils voulaient offrir un encadrement sécurisé pour répondre à toutes les problématiques qui pouvaient se présenter : les travailleurs devaient se sentir rassurés ; ils devaient comprendre aisément ce qu’ils devaient faire et comment se repérer dans ce vaste espace.

Les MSP avaient réparti le travail en fonction des compétences et des affinités de chacun. Pour les 2 ou 3 postes plus complexes, les travailleurs pouvaient faire un essai. Mais il était essentiel qu’ils ne se sentent pas dévalorisés si la tâche s’avérait trop difficile pour eux. La plupart des travailleurs ont beaucoup apprécié de participer à cette aventure. Ils ont senti qu’ils étaient utiles. Ils étaient fiers de réaliser un travail reconnu par l’ensemble de la communauté, non seulement par la Fondation Delafontaine, mais aussi par l’extérieur. L’entreprise qui avait mandaté La Cordée a vu l’effort phénoménal que chacun faisait pour y arriver. Elle a remercié les travailleurs. C’était valorisant.

Grâce à cette mission, les travailleurs ont pu développer de nouvelles compétences. Ils ont montré leur endurance, leur capacité à se retrouver dans un nouveau lieu et à comprendre de nouvelles tâches. Cette expérience a été très riche, tant pour les travailleurs que pour l’équipe socioprofessionnelle.


La Violette Les élèves de La Violette s’éveillent au monde des sons. Ils jouent et créent des univers sonores grâce à des instruments contemporains d’une conception nouvelle, les instruments Baschet. Ceux-ci ne demandent ni solfège ni technique particulière. Les enfants peuvent s’exprimer spontanément et faire preuve d’une créativité souvent surprenante.

Les élèves peuvent jouer assis, debout, couchés, tout près ou le plus loin possible. Ils ressentent les vibrations et les harmoniques. Leur corps se met en mouvement. La musique les met en lien avec leur être intérieur, favorisant une expression globale. Lorsque les enfants sont en groupe, une relation se crée entre eux, et avec les adultes. Les instruments et la musicalité font office de médiateur. Les uns et les autres se répondent par des sons, par des silences, avec la voix. La rencontre se fait ou ne se fait pas. Peu importe. Tout est possible. Parfois, des sons s’imposent, des rythmes se dégagent, des phrases musicales s’élaborent. On peut alors découvrir chez ces enfants des compétences qu’ils n’avaient pas encore exprimées auparavant.

Les instruments Baschet sont idéaux pour l’éveil musical. Ils permettent aux enfants d’écouter, de sentir vibrer, de toucher, de créer des sons, de jouer avec les doigts, le corps, les pieds ou des baguettes. Ils favorisent une approche ludique des sons basée avant tout sur la liberté. Leur forme, leur couleur vive, leur stabilité, leur solidité sont autant d’invitations à jouer et à se lancer dans l’expérimentation. Madame Martine Pernoud, musicothérapeute et psychologue, a su avec doigté guider les enseignants dans cette démarche.

Chaque son, chaque silence sont beaux en eux-mêmes.

Qu’ils soient en groupe ou seuls avec leur enseignante spécialisée, ces enfants, qui souffrent de troubles de la communication et de la relation, prennent plaisir à créer des sons. Ils improvisent. Peu à peu, ils gagnent en confiance, puisqu’il n’y a pas de fausse note, pas de mélodie attendue, pas de partition.

Certains enfants sont tout de suite attirés par ces instruments. D’autres prennent le temps de les apprivoiser. Ils les observent, écoutent les sons, regardent les autres jouer. Peu à peu, de séance en séance, ils s’en approchent et se mettent à expérimenter, d’abord avec circonspection, puis avec un plaisir grandissant.

9


L'Orée 10

Comment permettre aux élèves de mieux percevoir le ciel, le vent, la pluie ? Cette question a été à l’origine d’une des journées à thème organisée par les enseignants et les éducateurs de l’Orée. Cette section accueille des enfants et des adolescents qui ont besoin d’aide pour les besoins fondamentaux : la mobilisation, la nourriture et la boisson, les soins et l’hygiène. C’est dire que ces professionnels de l’éducation ont fait preuve d’imagination et de créativité pour que chaque élève puisse appréhender ces éléments de la nature. D’ordinaire, le travail en classe avec des enfants polyhandicapés se déroule à un rythme lent, adapté à chacun. Une journée à thème comme celle-ci bouscule un peu

le quotidien, apporte de l’imprévu, de la surprise. Elle amène une touche de dynamisme. Pour les enfants et les adolescents, l’aventure avait commencé quelques jours avant la journée à thème proprement dite. Ils ont dû déterminer l’atelier auquel ils voulaient participer. Difficile pour eux de faire un choix et de l’exprimer clairement. Les enseignants et les éducateurs étaient particulièrement attentifs pour interpréter leurs expressions, leurs gestes, leurs regards. Le jour "J" a débuté par un temps fort lors de l’accueil des enfants et des adolescents. L’équipe pédagogique avait imaginé une mise en scène pour rendre visibles et perceptibles les éléments de la nature. Chacun

des professionnels s’était déguisé, représentant le vent, la pluie, le soleil, la neige ou encore l’arc-en-ciel. C’était expressif, dynamique, coloré, mobile et créatif. Les élèves se montraient attentifs. Certains trouvaient cela drôle, d’autres paraissaient surpris. Pour la suite de la journée, des élèves avaient par exemple opté pour l’atelier consacré au vent. Ils se sont retrouvés avec d’autres enfants et adolescents qui avaient choisi le même thème. Ce fut ainsi l’occasion pour eux d’un apprentissage de la relation à l’autre. Les professionnels avaient préparé différentes activités pour que les élèves puissent sentir le vent : par exemple, ap-


procher les mains d’un ventilateur pour appréhender les sensations. La sélection des animations était dictée par la recherche des compétences des enfants et des adolescents, leurs ressources et leur sensibilité. Ils voulaient que chacun d’eux puisse accéder à des informations tactiles, visuelles et sonores. Ces journées à thème organisées plusieurs fois par an sont des moments privilégiés, tant pour les élèves que pour les professionnels. Elles permettent aux enfants et aux adolescents de mettre en valeur d’autres facettes de leur personnalité et même parfois de montrer de nouvelles compétences qui pourront être renforcées en classe.

11


Les Semailles 12

Les élèves des Semailles ont vécu le mois de décembre sous le signe de l’amitié et de la solidarité. Comme chaque année, ils ont participé à des activités et des événements rattachés au calendrier de l’Avent et aux fêtes de fin d’année. Ces temps forts se veulent totalement laïques par respect pour la multitude des cultures qui cohabitent à la Fondation Delafontaine. Les six classes s’étaient réparties les jours du calendrier de l’Avent. À tour de rôle, une classe accueillait les camarades des autres sections. Les élèves leur présentaient leur bricolage préparé pour la fenêtre, sous le regard curieux ou admiratif des autres enfants. Puis c’était un moment de partage autour d’une chanson et d’une collation. Cette démarche fait partie intégrante du projet pédagogique des Semailles. Ces élèves en situation de handicap mental ont pu explorer, expérimenter, transposer ce qu’ils ont découvert. La confection des bricolages a ainsi permis de stimuler leurs capacités mentales, physiques et pratiques ; les rencontres organisées chaque jour ont favorisé le développement de leurs compétences de communication et de relation avec les autres.

Au fil des fenêtres de l’Avent qui s’ouvraient, au fil des bricolages présentés aux copains, les enfants ont peu à peu pris conscience du temps qui passe. Ils ont ressenti cette ambiance si particulière qui caractérise le mois de décembre : les jours qui raccourcissent, le froid qui se fait sentir, une certaine effervescence qui s’empare de tout un chacun. Les élèves ont besoin de repères pour rythmer le temps. Les fêtes saisonnières permettent ainsi, à la veille des vacances, de ponctuer le déroulement de l’année. Dans le hall d’entrée, pas de crèche, mais un beau sapin, avec des boules en couleurs et des guirlandes qui scintillaient. En effet, même si l’école est laïque, elle veut participer à la fête en mettant l’accent sur des notions humanistes, avec un spectacle présenté par un clown et un musicien qui a ravi les élèves.

Après le rire et la joie avec les deux artistes, les enfants ont dégusté un repas de fête. Le cuisinier leur avait concocté des plats qu’ils n’avaient pas forcément l’habitude de manger. Une façon d’apprivoiser de nouvelles saveurs avant le départ pour les vacances de fin d’année.


Fondation Paint a Smile La Fondation Delafontaine, et tout particulièrement l’école de pédagogie spécialisée de l’Orée, est fière de disposer dans ses espaces d’une création originale réalisée par les artistes de Paint a Smile. Face au spectacle offert par les fresques murales conçues dans cette école, il nous est impossible de dissocier cette démarche de l’approche pédagogique et artistique de la fondatrice de nos écoles et ateliers, Madame Renée Delafontaine. Dans ses écrits, elle exprime que chaque production graphique est une trace de la diversité à imaginer, à représenter, à s’exprimer et qu’elle permet de côtoyer une réalité qui alimente l’imaginaire. Ainsi, les décorations créées par Paint a Smile à l’Orée mettent en scène le monde et permettent à chaque enfant et jeune gens qui fréquentent

l’Orée de se rêver à la lisière d’une forêt, au bord d’un étang ou d’un kiosque à musique et de se vivre dans un espace plus grand que celui qui les accueille.

des enfants. On peut sentir la fraîcheur de l’eau, le parfum des champs, la musicalité de tout un univers enchanteur. Qu’on ne s’y trompe pas, rêver, est une affaire tout à fait sérieuse.

Au rythme de la journée, ils partagent leurs repas avec des invités issus de l’imagination d’artistes, ils sont accueillis par un espace de verdure aux couleurs chatoyantes habité par des animaux facétieux, ils dialoguent avec des personnages poétiques. Les dimensions sensibles et délicates offertes par cette oeuvre unique sont immenses.

Nous remercions chaleureusement Madame Bulliard et Monsieur Cousin, ainsi que les artistes de Paint a Smile pour leur création, leur poésie et leur engagement de nature à ouvrir le monde des possibles.

La force de ce spectacle est de soutenir l’imagination des élèves dans des rendez-vous quotidiens. L’équipe pédagogique y participe en s’inscrivant dans une narration aux tonalités du décor. Et lorsqu’on s’approche, on peut entendre le vent dans les arbres, le son d’une guitare, le chant des oiseaux, le murmure des voix et le rire

Notre reconnaissance s’adresse également à Members4Members et aux donateurs sans lesquels ce projet n’aurait pas pu être réalisé. Pascale Grivel Extrait de l'album souvenir de la Fondation Paint a Smile www.paintasmile.org

13


Bilan au 31 décembre 2015 14

APPRENDRE . TRAVAILLER . AVEC UN HANDICAP MENTAL

31.12.15

31.12.14

ACTIF CIRCULANT

3'730'644.12

3'386'331.06

Trésorerie Caisses PostFinance Banques

3'195'556.38 34'350.85 406'352.23 2'754'853.30

2'982'382.16 26'731.48 1'605'159.53 1'350'491.15

535'087.74 352'835.15 5'371.33 54'587.18 0.00 82'608.40 39'685.68

403'948.90 260'125.65 0.00 0.00 23'655.36 58'527.65 61'640.24

ACTIF IMMOBILISÉ

8'530'220.66

9'789'496.75

Titres Dépôts de garantie loyers Mobilier Machines et outillage Véhicules Matériel informatique Terrains Constructions et aménagements en cours Immeubles

0.00 13'298.00 31'835.87 19'045.28 100'213.36 22'345.95 2'141'253.20 1'731'507.80 4'470'721.20

17'285.20 13'294.40 35'801.00 33'501.00 134'001.00 8'501.00 2'134'831.00 1'376'582.15 6'035'700.00

Créances à court terme Créances résultant de prestations de services Excédent de charges nettes 2015 SPAS Excédent d'enveloppe de charges 2015 SESAF Excédent d'enveloppe de charges 2014 SESAF Actifs de régularisation Autres créances à court terme

TOTAL DE L’ACTIF

12'260'864.78 13'175'827.81

31.12.15

31.12.14

CAPITAUX ÉTRANGERS

3'769'217.37

4'637'496.10

Capitaux étrangers à court terme Dettes envers des tiers Passifs de régularisation

3'417'929.22 814'719.91 136'646.20

2'721'229.15 623'791.84 155'514.55

Avances constructions & Investissements SESAF

1'751'000.00

1'779'336.95

Excédent de produits nets 2015 SESAF Excédent de produits nets 2014 SPAS Excédent de produits nets 2014 SESAF

572'102.55 143'460.56 0.00

0.00 143'460.56 19'125.25

Capitaux étrangers à long terme Hypothèque Emprunt Commune de Lausanne

351'288.15 189'608.15 161'680.00

1'916'266.95 1'754'586.95 161'680.00

CAPITAUX PROPRES

8'491'647.41

8'538'331.71

Capital

5'700'000.00

5'700'000.00

Fonds de réserves et provisions Fonds immeubles et constructions Fonds éducatif et pédagogique Fonds Sylvie Benoît Provision pour risques futurs Autres réserves sans buts spécifiques

2'095'932.85 536'392.17 120'899.79 349'273.28 105'000.00 984'367.61

1'964'884.66 536'392.17 120'899.79 349'273.28 105'000.00 853'319.42

695'714.56 378'726.78 305'802.94 11'184.84

873'447.05 465'487.26 405'737.80 2'221.99

Excédents de produits exercices précédents Excédents d'enveloppe de charges SPAS Excédents d'enveloppe de charges SESAF Excédents de produits nets SESAF TOTAL DU PASSIF

12'260'864.78 13'175'827.81


Compte d’exploitation de l'exercice 2015 PRODUITS D'EXPLOITATION Contributions des autres cantons aux frais de transport Contributions de l'AI aux mesures pédagothérapeutiques Contributions des bénéficiaires Revenus des ateliers Revenus des prestations au personnel & à des tiers Autres contributions et subventions Autres revenus

APPRENDRE . TRAVAILLER . AVEC UN HANDICAP MENTAL

2015

2014

874'080.73

937'405.60

8'120.00

11'725.00

121'844.00

117'459.00

394'179.45 285'457.77 31'326.50 29'516.55 3'636.46

414'336.10 275'720.26 80'356.85 25'231.25 12'577.14

CHARGES D'EXPLOITATION

16'499'921.49

16'220'230.65

Charges des ateliers Autres charges directes Charges de personnel Charges d'immeubles et autres immobilisations Ecole, formation, loisirs Frais de transports Frais administratifs Autres charges d'exploitation Amortissements et corrections de valeur sur l'actif immobilisé Intérêts et frais bancaires Intérêts hypothécaires

374'225.27 593'686.02 12'650'177.50 1'028'258.31 118'442.16 1'198'813.30 130'847.95 100'325.52

384'695.28 553'946.01 12'434'391.14 985'098.49 132'245.46 1'186'980.05 107'230.18 85'904.27

105'566.24

136'410.10

3'258.22 196'321.00

3'531.72 209'797.95

EXCÉDENT DE CHARGES D'EXPLOITATION

15'625'840.76

15'282'825.05

2015

2014

Amortissement exceptionnel de l'hypothèque BCV Financement exceptionnel de l'Etat de Vaud Amortissement anticipé de l'hypothèque BCV Pénalité s/amortissement anticipé de l'hypothèque BCV

1'575'335.00 -1'543'098.80

0.00 0.00

-32'236.20

0.00

EXCÉDENT DE CHARGES AVANT SUBVENTIONS

15'625'840.76

15'282'825.05

Avances pour couvertures des charges 16'137'984.80 15'421'755.50 fixes et variables 3'940'000.00 3'841'208.00 Avances SPAS 11'098'292.00 10'559'387.00 Avances SESAF - Charges fixes 73'212.80 90'848.50 Avances Canton de Fribourg - Charges fixes 1'026'480.00 930'312.00 Avances SESAF - Enveloppe de charges EXCÉDENT DE PRODUITS APRÈS DÉDUCTION DES AVANCES

512'144.04

138'930.45

15 15


Compte de résultat de l'exercice 2015 16

APPRENDRE . TRAVAILLER . AVEC UN HANDICAP MENTAL

2015

2014

Produits divers hors exploitation Rendement sur fonds propres Plus-values sur titres Produits divers Dons divers Dons pour les sections

306'018.50 180'000.00 0.00 0.00 113'795.10 12'223.40

475'264.72 180'000.00 1'160.35 3'238.87 286'742.05 4'123.45

Dissolutions diverses Fonds éducatif et pédagogique Excédents enveloppe de charges SPAS années précédentes Excédents enveloppe de charges SESAF années précédentes

171'719.50 0.00

358'888.35 3'678.60

86'760.48

305'532.95

84'959.02

49'676.80

Contributions et subventions des cantons Charges nettes section majeurs Charges fixes nettes sections mineurs Enveloppe de charges sections mineurs

15'625'840.76 15'282'825.05 3'945'371.33 3'697'747.44 10'599'402.25 10'628'866.05 1'081'067.18 956'211.56

TOTAL DES PRODUITS

16'103'578.76 16'116'978.12

2015

2014

Charges diverses hors exploitation Projet Visibilité Projet 60e anniversaire Autres projets Salaires et loyers Cordée Participation construction atelier Migros Salaires sections mineurs Rapport annuel et charges diverses Dépenses des sections Moins-values sur titres

346'689.81 51'541.45 118'376.61 7'815.39 0.00 0.00 155'258.06 4'427.05 0.00 9'271.25

571'728.90 68'105.15 0.00 0.00 134'744.05 134'934.90 168'428.95 57'713.80 7'802.05 0.00

Attributions diverses Réserve sans buts spécifiques Fonds Sylvie Benoît

131'048.19 131'048.19 0.00

262'424.17 261'453.25 970.92

Excédents de charges à subventionner Excédent de charges de l'exercice SPAS Excédent de charges fixes nettes de l'exercice SESAF Excédents d'enveloppe de charges de l'exercice SESAF

15'625'840.76 3'945'371.33

15'282'825.05 3'697'747.44

10'599'402.25

10'628'866.05

1'081'067.18

956'211.56

TOTAL DES CHARGES

16'103'578.76

16'116'978.12


Clin d’œil à l’année 2015 • Secteur des ressources humaines : 195 collaborateurs • Secteur financier : CHF 16'035'000.– de budget annuel • Secteur des prestations directes – pédagogie spécialisée : 25'274 journées de présence-élèves • Secteur des prestations directes – socioprofessionnel : Répartition des journées 2014 185'555 heures de travail effectuées par les travailleurs 49'002 journées handicapés • Secteur des infrastructures : 9'123 m2 de surface à entretenir • Secteur thérapeutique : 7 corps de métiers au service des élèves et des travailleurs

Répartition des journées 2015 47’104 journées

Répartition des journées 2014 49'002 journées

Répartition des journées 2014 Sections Mineurs

Sections mineurs Orée 19%

La Cordée 21'830 journées 46%

Sections Mineurs 25'274 journées 54%

Répartition des journées 2014 Sections Mineurs

Semailles 24%

Matines 11%

Violette 10%

Elan 36%

17


Dons 2015 18

Aerni Fenster AG 330.00 Anderegg Jean-Pierre 100.00 Atelier création photographique 100.00 Ballif-Dux Daniel et Micheline 100.00 Benoit Willy 100.00 Berney Charles 1'200.00 Berney Esther 1'000.00 Bezençon Brigitte 200.00 Borel Isabelle 100.00 Boursier Communal de Villars-le-Terroir 100.00 Bridel Laurent 100.00 Bron Jean-Daniel 100.00 Bugnon Pierre-André 500.00 Burdet René 200.00 Camion-Transport Ag 1'000.00 Campiche Jean 100.00 Campiche Philippe 100.00 Chappuis André 100.00 Chaudet Grosjean Anne-Claude 100.00 Chauvy Pierre-François 250.00 Chauvy-Schnetzler Arnold et Anne-Françoise 100.00 Chuat Louis et Andrée 100.00 Correvon Suzanne 250.00 Cossy François 100.00 De Gunten Marie-Anne 100.00 Diemand Sanitaire 100.00 Domashko Vladimir 250.00 Duperrex Jean-Pierre et Marinette 100.00 Eglise Évangelique Réformée Vaud 200.00 Elsner Marc et Françoise 100.00

APPRENDRE . TRAVAILLER . AVEC UN HANDICAP MENTAL

Feroletto Patrizia Flück Linus Fondation Comtesse Moira Fondation Guillaume-Gentil Fondation Juchum Fondation Orion Garage Kraft S.A. Gavillet Antoinette Heritier Colette Hervé Irina Hornung Bernard et Ghislaine Huguenin Suzanne Isenring François et Catherine Jaunin Roland Jayet Jacques et Edith Jeannenez André Joseph Diémand SA Lachgar Karim Ledermann-Paschoud Norbert et Daisy Leuba Pierre-Alain Livio Jean-Jacques Loup Catherine Luginbühl Evelyne Ly Tu Dinh Maillefer Janine Mayor Pierre Meylan Pierre et Hedwig Murisier-Chuat Christine Obeng Frank Oesch Jean-Louis Oranoski Sait Parisi Filippo

Paroisse de Pully Paroisse de St-Saphorin Pasche Marc-Antoine Petronille Durand Angèle Philippe Estoppey Sàrl Pidoux Rémy et Simone Prateo SA Reymond Olivier Richemont International SA Rochat Pierre Rojano Manuel Salomoni Marco Santschi Catherine Schaer Daniel Succession Jacqueline Chave-Waridel Utz Roland Vitale Sarino Von Siebenthal Bernard Wettstein Denyse Wicki Hubert YTEQAM SA

200.00 100.00 16'000.00 50'000.00 20'000.00 5'000.00 100.00 300.00 150.00 400.00 100.00 100.00 100.00 200.00 100.00 100.00 100.00 150.00 100.00 100.00 100.00 350.00 100.00 100.00 100.00 100.00 200.00 100.00 110.00 100.00 100.00 100.00 

150.00 108.00 100.00 350.00 200.00 100.00 100.00 500.00 1'300.00 100.00 100.00 100.00 100.00 100.00 10'000.00 100.00 100.00 200.00 100.00 100.00 5'000.00 121'248.00

Parents, Amis, Donateurs anonymes, Sympathisants (montants inférieurs à Fr. 100.–)

4'770.50

126'018.50


Merci... 20

Dons privés et subventions La Fondation Delafontaine est une institution privée d’utilité publique. Les dons permettent d’assumer des investissements en matériel, de maintenir des possibilités créatrices dans les prestations offertes aux élèves, jeunes ou adultes. Tout don est bienvenu. CCP 10-19831-9 Fondation Delafontaine Direction et administration Route de la Clochatte 92 1052 Le Mont-sur-Lausanne Tél. 021 651 34 60 / Fax 021 651 34 65 www.fondationdelafontaine.ch Impressum Graphisme & mise en page : Groux arts graphique SA, Le Mont-sur-Lausanne Page de couverture : Julien Arcoria et Nathalie Ballif, travailleurs à la Cordée et médaillés aux Special Olympics World Games 2015 Photo de Hélène Tobler © Textes: Marie-José Auderset, Microplume Impression : Groux arts graphique SA, Le Mont-sur-Lausanne Tirage : 1500 exemplaires

Rapport d'activités 2015  
Rapport d'activités 2015