Page 1

Volume 1

PROJET SOCIAL 2014 - 2017

L’ESPELIDO

Centre Social et Culturel de Montfavet

1


Sommaire

Page 5

: Préambule : guide méthodologique et démarches engagées lors de l’évaluation et de l’élaboration du projet social.

Page 42

: Evaluation du projet social 2010 – 2013

Volume 2

Volume 1

Volume 2 Page 102 : Montfavet , diagnostic et problématiques Page 175 : Elaboration du projet social 2014 2017 , problématiques repérées, objectifs généraux et opérationnels. Page 210 : Moyens matériels et financiers.

2


Rappel du calendrier de la démarche

4 mars : CTE sur la présentation de la méthodologie utilisée pour le renouvellement du projet, présentation de la démarche d’évaluation 15 mars : CPE sur la démarche d’évaluation 8 avril : envoi de l’évaluation finalisée aux partenaires techniques, en vue de la préparation des cotations. 11 avril : CTE sur la présentation de l'évaluation finalisée et pré-cotation, préparation de la CPE 17 mai : CPE sur la validation du diagnostic, finalisation de l'évaluation et cotation 19 septembre : CTE sur la présentation synthétique du projet social 31 octobre : CPE sur la présentation du projet social et budget prévisionnel

.

13 novembre : CTE de concertation sur le budget prévisionnel 2014 format PLA

.

15 novembre : dépôt du projet social 3 Document de travail – CPE 31 octobre 2013


Schéma de présentation du projet social

Préambule : guide méthodologique et démarches engagées lors de l’évaluation et de l’élaboration du projet social 1- Evaluation du projet 2010 /2013 2- Montfavet : diagnostic et problématiques 3- Elaboration du projet social 2014 / 2017 : problématiques repérées, objectifs généraux et opérationnels

4- Moyens matériels et financiers

4


Préambule

Présentation de la méthode et démarches engagées pour le renouvellement du projet social .

Doc de référence : circulaire CNAF du 20 juin 2012, guide

méthodologique des centres sociaux, projet social Espelido 2010 – 2013, convention partenariale Espelido avril 2010, (Conseil Général, Ville, CAF, MSA), démarche d’évaluation des centres sociaux – CAF de Vaucluse, outils méthodologiques de la Fédération des Centres Sociaux de Vaucluse.

5


Préambule Schéma de la méthode utilisée

Chapitre 1 - Le centre social Espelido 1. 1 – Les missions du centre social 1. 2 – Animation globale , approche multidimensionnelle

Chapitre 2 - Elaboration du projet social 2. 1 – Observation et analyse 2. 1.1– Présentation de la grille d’évaluation 2. 1.2– Evaluation du projet en cours 2. 1.3– Diagnostic partagé

2. 2 – Orientations stratégiques 3. 2.1– Prioriser les problématiques 3. 2.2– Construire les orientations du projet social

Chapitre 3 - Plan d’action et budget prévisionnel 3. 3.1– Construction du plan d’action 3. 3.2– Construction des outils d’évaluation 3. 3.3– Evolution prévisionnelle du budget du projet

Annexes - Rétro planning Agrément CAF 6


Préambule Présentation de la méthode de renouvellement du projet social.

Etapes

Quand ?

Avec qui ?

Pourquoi ?

Comment ?

1 Evaluation du projet social

2 Etablissement du diagnostic

3 Construction des orientations

4 Description des modalités

5 Rédaction du projet social

- En continu (CTE) - Juin 2012 à avril 2013

Octobre 2012 à avril 2013

Mars à avril 2013

Mai à septembre 2013

Septembre 2013

L’équipe du centre, les habitants, les usagers, les partenaires

L’équipe du centre, les habitants, les usagers, les partenaires

L’équipe du centre, les habitants, les usagers, les partenaires

La direction et les responsables de secteur, les partenaires institutionnels

Cellule de rédaction

Mesurer l’impact des actions S’interroger sur le fonctionnement du centre

Comprendre la situation, partager les constats, connaître les partenaires, leur perception.

Prioriser les problématiques . Identifier les actions à réaliser. Indiquer le résultat à obtenir.

Vérifier la légitimité des problématiques

Décrire les objectifs, les actions à réaliser, les moyens et les ressources. Permettre l’évaluation

Confronter le projet et les actions à la réalité, en mobilisant tous les acteurs

Réunir des données statistiques, de terrain. Partager les constats avec tous Permettre aux habitants de devenir acteurs

Construire un arbre à objectif. Structurer les objectifs opérationnels. Construire des fiches actions

Présenter le contexte, le public, la méthode, les moyens, le calendrier, les délais

Harmoniser les différentes parties rédigées par l ’équipe du centre. Soumettre le document aux instances associatives

7


Préambule Présentation de la méthode de renouvellement du projet social.

La démarche d’évaluation est pilotée par un groupe constitué de la gouvernance, de la direction, des responsables de secteur, accompagné d’une stagiaire en formation universitaire. L’élaboration du projet social s’effectue avec une participation active de l’ensemble des acteurs : habitants, usagers, salariés, bénévoles, partenaires. Chaque étape fera l’objet d’une validation par l’ensemble des acteurs : groupe de pilotage, Conseil d’Administration, partenaires institutionnels.

8


Préambule

Chapitre 1 Un projet qui repose sur 4 missions

1

2

3

4

Un équipement de quartier à vocation sociale

Un équipement à vocation familiale pluri générationnelle

Un lieu d’animation de la vie sociale

Un lieu d’interventions sociales concertées, novatrices

Les missions du centre social 9


Préambule

Chapitre 1

Mission

Contenu

1 Un équipement de quartier à vocation sociale globale

Le centre social l’Espelido est ouvert à l’ensemble de la population du quartier ou habitant à proximité. Il offre accueil, activités et services à finalité sociale. Le centre social l’Espelido assure une fonction d’animation à la fois globale et locale. Le projet social implique la participation des habitants et la concertation avec les partenaires

Ressources Statistiques concernant les usagers, les adhérents. Statistiques concernant les familles, les personnes confrontées à des difficultés sociales. Statistiques concernant la pris en compte des aspirations des habitants.

Les missions du centre social 10


Préambule

Chapitre 1

Mission

Contenu

2 Un équipement à vocation familiale et plurigénérationnelle

Ressources

Le centre social est un lieu de rencontre et d’échanges entre les générations.

Qualité et niveau de l’offre de services et d’activités destiné aux familles.

L’Espelido favorise le développement des liens familiaux et sociaux et contribue à dynamiser le tissu social

Qualité et niveau des échanges et des actions concernant la solidarité inter générationnelle, des actions en faveur des jeunes

Les missions du centre social 11


Préambule

Chapitre 1

Mission

3 Un lieu d’animation de la vie sociale

Contenu Participation des habitants et des usagers à la définition des besoins, à l’animation locale, aux prise de décision les concernant.

Promotion de la vie associative.

Ressources Niveau de participation des usagers et des habitants. Nombre et qualité des actions, évènements, contribuant à la promotion de le vie associative.

Les missions du centre social 12


Chapitre 1

Mission

Contenu

4

Compte tenu de son caractère généraliste, le centre social initie une action sociale concertée et négociée avec les différents acteurs locaux.

Un lieu d’interventions sociales concertées et novatrices

L’Espelido a pour vocation de contribuer au partenariat local et de susciter son développement.

Ressources Initiatives d’actions sociale concertées. Niveau et qualité de la concertation. Construction d’outils partagés de connaissance des besoins des habitants, des potentialités des populations et des ressources locales.

Les missions du centre social 13


Préambule

Chapitre 1 Un projet de développement social local

« Le centre social et culturel entend être un foyer d’initiatives porté par les habitants, appuyés par des professionnels capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement social pour l’ensemble de la population d’un territoire » Fédération Nationale des Centres Sociaux

L’Espelido est en lui-même un projet de développement social local dans lequel la place des habitants est garantie par leur participation active. Il se caractérise par des valeurs et des principes à respecter et à faire vivre : -

le la la la

respect de la dignité humaine laïcité, la neutralité et la mixité solidarité participation et le partenariat

L’Espelido fait partie du réseau fédéré des centres sociaux et socio-culturels de France, partage et défend les Valeurs de la charte des centres sociaux : Solidarité, Dignité Humaine, Démocratie.

Le centre social poursuit trois finalités de manière concomitante : - l’inclusion sociale et la socialisation des personnes - le développement des liens sociaux et la cohésion sociale - le développement des capacités et de l’autonomie 14


Préambule

Chapitre 1

L’animation globale c’est :

1

2

Un territoire d’intervention

3

Une approche généraliste

6 L’exercice de la citoyenneté

Une dimension collective

Un lien, un fil conducteur

7 Un dynamisme, un mouvement

5

4

L’implication des habitants

9

8 Une équipe de professionnels qualifiés

Une fonction qualitative partenariale

Animation globale, approche multidimensionnelle

15


Préambule

Chapitre 1

Les dimensions Un territoire d’intervention

Le territoire correspond à une entité humaine cohérente. Le contenu du projet permet de repérer le territoire d’intervention ou la zone de vie sociale du centre.

La population et ses caractéristiques sont prises en compte dans l’élaboration des actions. Pour cela un diagnostic est renouvelé avant chaque nouveau projet afin de mesurer les changements, les évolutions, les mutations du territoire.

Une approche généraliste

Prise en compte de l’ensemble de la problématique sociale locale. Aptitude à faire cohabiter des populations et des activités différentes, à prendre en compte l’usager comme participant. Aptitude à prendre en compte les exigences de politiques différentes.

L’ensemble des problématiques sont appréhendées sur le territoire. Le contexte est pris en compte. La problématique sociale locale globale est faite émergée.

Un lien, un fil conducteur

Les activités ne sont pas juxtaposées, il existe entre elles un lien , un fil conducteur. Ce lien c’est le projet. La cohérence est exprimée dans le projet social

Le projet social est un projet d’orientations qui donne toute la cohérence aux actions et aux activités.

Animation globale, approche multidimensionnelle 16


Préambule

Chapitre 1

Les dimensions Une dimension collective

Elle se caractérise par une appropriation collective de l’équipe, du conseil d’administration, des habitants, des élus. Elle est l’expression d’une solidarité.

Le centre veille à la place des habitants, des bénévoles, des salariés et des partenaires dans la démarche.

L’implication des habitants

La démarche de projet inclut l’expression des besoins par les habitants, leur participation à l’élaboration des réponses et à la négociation.

De l’expression des besoins à l’élaboration des réponses, l’habitant est au cœur du processus de l’élaboration du projet social.

L’exercice de la citoyenneté

Il s’inscrit dans la perspective d’une ré appropriation par les citoyens de certaines interventions, de la gestion, voire de la fonction de contrôle.

Les usagers sont acteurs par leur participation au projet pour leur quartier.

Animation globale, approche multidimensionnelle 17


Préambule

Chapitre 1

Les dimensions Un dynamisme, un mouvement Une équipe de professionnels qualifiés Une fonction qualitative partenariale

Ce mouvement s’inscrit dans une problématique de changement. Le centre est capable de s’adapter aux évolutions.

Le centre social s’adapte aux évolutions de son territoire en renouvelant les projets et les acteurs à partir du diagnostic posé.

Les professionnels sont chargés de veiller, d’aider à l’existence de l’animation globale. Ils participent à la mise en œuvre et à la pérennisation du projet

L’équipe du centre garantit des compétences techniques et participatives favorisant l’expression des habitants, la mise en œuvre du partenariat, la rédaction du projet et son fonctionnement. Elle construit et structure l’identité du centre social. Le projet social s’inscrit dans un territoire avec des partenaires institutionnels concernés par l’animation globale et qui apportent des éléments d’analyse.

Animation globale, approche multidimensionnelle 18


Préambule

Chapitre 2 Trois phases clés constituent la fonction d’observation et d’analyse

Bilan des actions

Evaluation du projet en cours

Observation et analyse

Diagnostic partagé

19


Préambule

Chapitre 2 Les sources d’information pour la fonction d’observation et d’analyse (évaluation et diagnostic)

Outils

ETUDE CARTO GRAPHIQUE

RECHERCHE STATISTIQUES

ENQUETE HABITANTS (EH)

Qui ? Étudiants de l’université en master 1 géo Service cartographie du Grand Avignon Étudiants université en master 1 Géo Equipe de l’Espelido Étudiants de l’université en master 1 géo Etudiants Educ. Spé. de l’IMF

Quand ?

OBJECTIFS

Octobre 2012 à mars 2013

Faire une étude cartographique de l’évolution de Montfavet depuis 1945. Le bâti, les pôles d’influence. Etude des évolutions démographiques, évolutions du territoire, évolutions de la population (habitants, précarité, emploi,…)

Novembre 2012 à janvier 2013

Novembre 2012 à janvier 2013

-

-

Personnes impliquées

Étude carto statistique des différents éléments sociodémographiques Analyse affinée à partir de données précises sur le territoire.

- Mesurer l’espace perçu de Montfavet par les habitants et la mobilité des habitants

Observation et analyse

430 habitants interrogés, 42 questions

20


Chapitre 2 Les sources d’information pour la fonction d’observation et d’analyse (évaluation et diagnostic)

Outils

ENQUETE PARTENARIALE (EP)

EVALUATION PAR LA GOUVERNACE ASSOCIATIVE (EGA)

BILAN DES FICHES ACTIONS (FA)

Qui ?

Quand ?

OBJECTIFS

Personnes impliquées

Niveau politique : Christine LACROIX, Cabinet ACTIOP Niveau technique : Anne MAFFRE

Janvier à mars 2013

Entretien semi-directif : 1/ évaluation de l’action du Centre Social, de la qualité de ses services, de la coordination institutionnelle et de son impact territorial, améliorations proposées 2/ diagnostic de territoire, l’espace Montfavet et les institutions, perspectives

Cabine t ACTIOP, C. Lacroix

Mars à avril 2013

1/ évaluation de l’action du Centre Social, de la qualité de ses services, de la coordination institutionnelle et de son impact territorial, améliorations proposées 2/ diagnostic de territoire, l’espace Montfavet et les institutions, perspectives

Équipe de l’Espelido

Janvier à février 2013

Bilan du réalisé et du non réalisé depuis janvier 2010.

9 institutions représentées 5 partenaires politiques, 18 partenaires techniques

Equipe de direction et 4 responsables de secteur.

Evaluation des critères

Observation et analyse

21


Chapitre 2 Le bilan des actions

Effectué une fois par an, le bilan des actions est un premier repérage des changements opérés dans le centre social. Le temps du bilan est l’occasion de rappeler les missions, les orientations du centre, de relever les actions menées, d’identifier les contraintes matérielles et financières. Ce travail permet d’ajuster régulièrement à la réalité et à l’évolution des besoins du territoire, les choix opérés dans le projet social. Le bilan annuel, complété par les régulières Cellules Techniques d’Evaluation (CTE), contribuent à l’évaluation du projet en continu et permettent de prioriser des champs d’action.

Observation et analyse

22


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

L’évaluation vise à apprécier les effets de l’action de l’Espelido sur les problématiques identifiées au moment du diagnostic constitutif du projet social en cours. L’utilisation de critères et d’indicateurs d’évaluation, vise à réunir les observations objectives nécessaires pour mesurer les orientations de départ et la réalité du territoire du moment. L’évaluation repose sur un recueil d’information quantitatives et qualitatives permettant de se confronter aux orientations du projet social en cours. L’évaluation contribue au diagnostic du nouveau projet social. L’évaluation s’inscrit dans une démarche d’interrogation permanente et fait partie intégrante des objectifs de qualité.

Observation et analyse

23


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

Projet social 2010-2013 : l’arbre à objectifs LES ORIENTATIONS / LES OBJECTIFS / LES CRITERES A EVALUER

Observation et analyse

24


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

1 - Evaluation des 11 critères du projet en cours (Cf. le projet social Espelido 2010 – 2013) CRITERE 1 : « nom du critère » (déterminé lors de l’élaboration du projet)

LE REALISE (cf bilan FA1) :

LE NON REALISE (cf bilan FA1) :

PAROLE DES USAGERS (cf ACU) :

PAROLE DES ADMINISTRATEURS (cf ESA):

POINT DE VUE DES PARTENAIRES (cf EP) :

COTATION Critère 1: de 1 à 4

Observation et analyse

25


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

2 - Evaluation finale 6 attentes en terme d'utilité et d'efficacité - Mixité - Autonomisation - Solidarisation - Mobilité - Réflexion, prospective - Coordination institutionnelle

6 attentes en terme de conformité - Accueil généraliste - Participation des habitants - Approche globale, innovante - Qualité de gouvernance et pilotage - Partenariat - Qualité des ressources

26


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

ATTENTES D’EFFICACITE ET D’UTILITE

MIXITE

AUTONOMISATION

SOLIDARISATION MOBILITE REFLEXION – PROSPECTIVES

COORDINATION INSTITUTIONNELLE

COTATION (1 à 4) C8 : répartir les lieux d'activité, les rendre accessibles C9 : développer la culture comme lien social C2 : dans le cadre de la réhabilitation de la Cité des Broquetons, renforcer l'accompagnement social et le désenclavement du territoire C4 : maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle

C11 : développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants C8 : répartir les lieux d'activité et les rendre accessibles. C3 : faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic.

C1 : continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

27


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours Efficacité et Utilité

EFFETS D’AUTONOMISATION

EFFETS DE SOLIDARISATION

Observation et analyse

28


Préambule

Chapitre 2 Evaluation du projet en cours

ATTENTES DE CONFORMITE

Cotations (1 à 4)

C5 : mettre en place des outils de connaissance des usagers et adhérents, ACCUEIL GENERALISTE et identifier leur parcours dans le centre PARTICIPATION DES HABITANTS

C11 : développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants

APPROCHE GLOBALE ET INNOVANTE

C3 : faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic

QUALITE DE GOUVERNANCE ET DE PILOTAGE

C7 : renforcer le travail inter secteur

PARTENARIAT

C1 : continuer les groupes de travail initié dans le cadre de la démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

QUALITE DES RESSOURCES

C10 : créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants C6 : améliorer l'accueil physique

Observation et analyse

29


Préambule Evaluation du projet en cours Conformité

Chapitre 2

ACCUEIL GÉNÉRALISTE

PARTICIPATION DES HABITANTS

Observation et analyse

30


Préambule

Chapitre 2 Le diagnostic de territoire partagé

Le diagnostic permet d’avoir une bonne compréhension et une bonne analyse du territoire. Il identifie ses forces et ses faiblesses. C’est en ça qu’il se différencie de l’état des lieux. Pour qu’il soit pertinent et efficace, le diagnostic est partagé par les acteurs qui agissent sur le territoire. L’Espelido contribue au même titre que les institutions au changement social de Montfavet. Le diagnostic partagé engage une dynamique sur le territoire grâce à la mobilisation des différents acteurs : habitants, bénévoles, associations, institutions et élus. Il structure les informations pour mettre en évidence les principaux besoins, faire ressortir les tendances dominantes, les risques, les enjeux, les opportunités, les atouts. C’est une phase d’immersion, d’approfondissement, c’est un moment de prise de distance dans lequel, le centre échange avec les habitants et ses partenaires sur les missions et les actions du centre.

Observation et analyse

31


Préambule Le diagnostic partagé

Chapitre 2

Restitution du diagnostic Quand ?

Avec qui ?

Pourquoi ?

Comment ? Conseil d’Administration

Avril à juin 2013

L’équipe du centre, les habitants, les usagers, les partenaires institutionnels et associatifs, les services de la Ville

Pour que le diagnostic soit participatif et partagé : mettre en débat les résultats afin qu’ils soient reconnu par les différents acteurs. Après partage des constats, c’est le Conseil d’Administration de l’Espelido qui valide les orientations à prioriser.

Cellule Technique d’évaluation (CTE) Commission Partenariale d’Evaluation (CPE) Restitutions publiques (conseil de quartier et tissu associatif) Forum habitants Réunions inter secteur Groupes de travail ACTIOP (formation action) Conseil de Maison

Observation et analyse

32


Préambule

Chapitre 2 Prioriser les problématiques

Il s’agit de déterminer en fonction du diagnostic établi et des orientations validées, les moyens humains et financiers pour les 4 prochaines années. Les constats émergents du diagnostic permettent de construire les orientations du projet social. Associer les acteurs concernés permet de montrer que le centre social n’a pas vocation à travailler à toutes les problématiques d’un territoire mais qu’il doit les prioriser. Il s’agit d’analyser la légitimité de ces problématiques au regard des 4 missions CNAF (cf. diapo 7), la faisabilité au regard des moyens humains, techniques et financiers.

Orientations stratégiques

33


Préambule

Chapitre 2 Construire les orientations du projet social

Les objectifs généraux indiquent le résultat réaliste à obtenir, ils présentent le contexte, le public, la manière de faire, les moyens utilisés et le temps.

Les objectifs opérationnels permettent de mener les actions. Ils décrivent les résultats attendus, les tâches à réaliser, les moyens et les ressources mises à disposition. Ils permettent l’évaluation.

Orientations stratégiques

34


Préambule Tableau de présentation synthétique du projet

Chapitre 2

Fiche Action 1 :

Orientation : Déterminée par la problématisation des constats émergents du diagnostic

Objectifs généraux : Indiquent le résultat réaliste à obtenir

Objectifs opérationnels : Ils permettent de mener les actions du centre social. Ils décrivent le résultat attendu, la tâche à réaliser, les moyens et les ressources mis à disposition Ils permettent l’évaluation

Fiche synthétique des actions Critères d’évaluation et indicateurs, les sources d’information

35


Préambule

Chapitre 2 Tableau de présentation synthétique du projet

Action Support

Mode opératoire et partenariat

Orientations stratégiques

Moyens Humains et matériel

36


Préambule

Chapitre 3 Construction du plan d’action

Ecriture du projet : L’écriture proprement dite ne peut être un exercice aussi collectif que l’a été le processus d’élaboration. Il ne doit pas être pour autant un exercice totalement solitaire.

Retro planning (voir annexe diagramme de Gantt) : Le retro planning permet d’organiser la communication et de faire mieux vivre la construction du projet. Il permet de tracer une ligne des étapes du projet, de maintenir un niveau d’information identique pour l’ensemble des acteurs. Il permet de maintenir la dynamique collective.

Plan d’action et budget prévisionnel

37


Préambule

Chapitre 3 Construction des outils d’évaluation

L’utilisation de critères et d’indicateurs d’évaluation, vise à réunir les observations objectives nécessaires pour mesurer les orientations de départ et la réalité du territoire du moment.

Les critères sont déterminés au moment de la construction des fiches action.

Plan d’action et budget prévisionnel

38


Préambule

Chapitre 3 Evolution prévisionnelle du budget du projet

Domaine d’intervention

Objectifs

Objet d’évolution

Budget Global

Ressources complémentaires

Plan d’action et budget prévisionnel

39


PrĂŠambule

Annexes Retro planning

40


Préambule

Annexes Pour agréer un projet , la CAF mobilise un socle de critères :

1- Le respect d’une démarche participative dans l’élaboration du projet 2- La formalisation des modes de participation effective des habitants des modalités de gouvernance de la structure 3- La pertinence des axes prioritaires et des objectifs généraux au regard des problématiques repérées dans le diagnostic 4- La cohérence entre le plan d’action et les axes prioritaires et objectifs généraux 5- La faisabilité du projet social et la capacité technique, financière et budgétaire de la structure 6- L’accessibilité et l’effectivité de la fonction accueil dans le fonctionnement quotidien de la structure 7- L’existence d’actions intergénérationnelle, d’actions favorisant la mixité des publics et d’actions spécifiques pour les familles et les publics vulnérables 8- Pour les centres sociaux, le niveau de qualification et le temps de travail du directeur

41


1 - EVALUATION DU PROJET SOCIAL 2010-2013

42


EVALUATION :

En fonction de son efficacité et de son utilité sur le territoire ATTENTES EFFICACITE ET UTILITE

CRITERES

PRECOTATION

mixité

C8 : Répartir les lieux d'activité, les rendre accessibles C9 : Développer la culture comme lien social

3 4

Autonomisation

C2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la Cité des Broquetons, renforcer l'accompagnement social et le désenclavement du territoire C4 : Maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle C11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants

3

mobilité

C8 : Répartir les lieux d'activité et les rendre accessibles.

3

3

Réflexionprospective

C3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le 4 diagnostic.

4

Coordination institutionnelle

C1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la 3 démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

solidarisation

3,5 3,5

4

2

2

3

43


EVALUATION en FONCTION DE LA CONFORMITE ATTENTES DE CONFORMITE

PRECOTATION

CRITERES

ACCUEIL GENERALISTE C5 : Mettre en place des outils de connaissance des usagers et adhérents, et identifier leur parcours dans le centre

2

PARTICIPATION DES HABITANTS

C11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants

2

APPROCHE GLOBALE ET INNOVANTE

C3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic

4

QUALITE DE GOUVERNANCE ET DE PILOTAGE

C7 : Renforcer le travail intersecteur

4

PARTENARIAT

C1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire C10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants C6 : Améliorer l'accueil physique

QUALITE DES RESSOURCES

2 2 4 4

3

3

3

3

3

44


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

LES SOURCES D’INFORMATIONS

Outils mobilisés pour obtenir les informations nécessaires : - à l’évaluation des critères d’évaluation - à l’élaboration du diagnostic de territoire

45


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

LE RECUEIL D’INFORMATIONS pour l’évaluation et le diagnostic : outils mobilisés outils

Qui?

Quand ?

OBJECTIFS

ETUDE CARTOGRAPHI QUE

Étudiants de l’université en master 1 géo

Novembrejanvier 2013

Faire une étude cartographique de l’évolution de Montfavet depuis 1945. Identifier le bâti, les pôles d’influence…

RECHERCHE STATISTIQUES

Étudiants de l’université en master 1 géo

Novembrejanvier 2013

-

Personnes touchées

Étude cartostatistique des différents éléments sociodémographiques Analyse affinée à partir de données précises sur le territoire.

+ Equipe de l’Espelido ENQUETE HABITANTS « E.H » Recherche statistiques adhérents (NOE)

Étudiants de l’université en master 1 géo

Décembrejanvier 2013

- Mesurer l’espace perçu de Montfavet par les habitants

340 habitants interrogés, 42 questions

- Typologie des adhérents de l’Espelido

46


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

outils

Qui?

Quand ?

OBJECTIFS

Personnes touchées

ATELIERS COLLECTIFS DES USAGERS

Anne Maffre (formation CAFERUIS) Partenaires présents

Mois de janvier 2013

Entretien collectif semi-directif : 1/ évaluation de l’action du Centre Social et de la qualité de ses services, améliorations proposées 2/ diagnostic de territoire

11 ateliers collectifs, 180 usagers interrogés, 40% des adhérents 3 partenaires participants : CAF, Grand Avignon, Ville

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

Anne Maffre (formation CAFERUIS) et équipe de l’Espelido

Février 2013

Questionnaire : 21 questions portant sur : 1/ qualité de l’accueil et du service utilisé 2/ qualité des locaux 3/ perception des résultats de l’action de l’Espelido sur l’usager

100 usagers de l’Espelido, 25% des adhérents

ENQUETE PARTENARIALE

Niveau politique : Christine LACROIX, Cabinet ACTIOP

Janviermars 2013

Niveau technique : Anne MAFFRE, formation CAFERUIS BILAN DES FICHES ACTIONS

Équipe de l’Espelido

Janvierfévrier 2013

Entretien semi-directif : 1/ évaluation de l’action du Centre Social, de la qualité de ses services, de la coordination institutionnelle et de son impact territorial, améliorations proposées 2/ diagnostic de territoire, perspectives Bilan du réalisé et du non réalisé depuis janvier 2010. Evaluation des critères

10 institutions représentées 5 partenaires politiques, 18 partenaires techniques

Conseil d’Administration + Direction + 4 responsables intersecteur

47


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION DES CRITERES DU PROJET 2010-2014

Rappel

Projet social 2010-2014 : arbre à objectifs LES ORIENTATIONS / LES OBJECTIFS / LES CRITERES A EVALUER

48


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION DES CRITERES DU PROJET 2010-2014

Rappel

Projet social 2010-2014 : arbre à objectifs LES ORIENTATIONS / LES OBJECTIFS / LES CRITERES A EVALUER

49


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

Définition des éléments de cotation

1- insuffisant 2- à améliorer 3- satisfaisant 4- exemplaire, à consolider

50


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

Qu’évalue-t-on ?

Le projet social Capacité collective à faire avancer le projet Une parole technique unique partagée Question de l’articulation du projet social et du projet de territoire. Evaluation du projet social et pas du projet de territoire. La synthèse vient positiver se qui collectivement a pu être fait.

51


CRITERE 1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d’évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire LE REALISE (cf bilan F.A1) : - Maintien et animation d’un groupe d’évaluation partenariale engagé avec le projet social : garant des évolutions du territoire et de l’adaptation des projets (fréquence trimestrielle). - Organisation d’un conseil de maison : début octobre 2013 - Animation de commission partenariales territoriales thématiques : Culture : Une commission thématique culture a existé avant 2010 et s’est délitée en douceur au profit d’un groupe informel de 4 administrateurs qui suivent l’action culturelle sur Montfavet. Enfance : • 4 réunions annuelles du réseau goutte d’eau depuis 2010. • Groupe de travail du pôle culture et jeunesse (avec les animateurs) : 3 réunions annuelles Jeunesse : • Groupe opérationnel sur la question éducative (projet DSL Broquetons) : 2 réunions en 2011 • Mise en place d’une CTE « questions éducatives » sur Montfavet : 3 réunions, en 2012-2013. • 6 rencontres du groupe de travail sur le projet Réseau Jeunes : partenariat avec le MRAP, création de la commission « jeunesse » dans le CA de l’association, intégration d’une jeune dans le CA. Famille : Groupe de travail opérationnel habitants /partenaires dans le cadre du DSL Broquetons : 9 réunions en 2010-2012.

Insertion: 2 commissions thématiques insertion par an jusqu’en 2012 + 3 comités de pilotage par an, 6 comités techniques d’évaluation avec les partenaires institutionnels, financeurs, entreprises du réseau Mise à jour quotidienne de la base de données PLIE SAGACITE dans le cadre de l’accompagnement à l’emploi. petite enfance : 1 commission thématique petite enfance (le 22/01/13) avec professionnels et partenaires qui travaillent en direction de la petite enfance et de la parentalité : 3 rencontres annuelles ont été proposées. Participation aux groupes de travail initiés par les partenaires dans chaque secteur : Insertion : Participation aux réunions de territoire : CUCS, Ville, Grand Avignon, PLIE. Culture : échanges réguliers avec les partenaires (Cinéval, culture du cœur, mairie de Montfavet, réseau « Espace Créativité Enfants », fédération des centres sociaux, réseau LAEP) + participation et construction de projets avec les intervenants artistes locaux Enfance : participation à la commission inter centres de loisirs et club jeunes (DDCS) : 5 rencontres annuelles avec bilan Jeunesse : - participation au groupe de travail Réseau Jeunes (6 rencontres depuis 2011 à Paris avec équipe + jeunes). - Participation au groupe de travail animateurs Référent PREVENTION avec le CLSPD : 4 réunions annuelles depuis 2010. -Intégration dans le CRIJ, formation et animation réseau BIJ-PIJ sur le Vaucluse en 2013 + opérateur du service public d’orientation. (DDCS). Famille : participation à 2 groupes de travail : Prévention des toxicomanies avec ETAPE : 4 réunions-formation avec familles/jeunes/équipe, depuis 2011. + Groupe de travail avec le collège sur la participation des parents : 2 52 rencontres en 2012.


CRITERE 1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d’évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire PAROLE DES SALARIES : La Galipette : Une permanence téléphonique est assurée quotidiennement afin de recenser les besoins en matière de garde d’enfants. Une soixantaine d’enfants par an sont sans proposition à chaque rentrée scolaire. Les demandes sont le plus souvent urgentes (mères seules à la recherche d’emploi) ou besoin de socialisation des enfants de deux ans avant l’entrée à l’école (un soutien des compétences parentales est souvent attendu). Secteur culture : La raison d’être du secteur culturel est de faire vivre un réseau de partenaires pour l’accès à la culture pour tous<;

PAROLE DES SALARIES (synthèse): L’accueil permanent, de différentes formes, adaptées aux actions, permet de recenser en continu les besoins de la population et d’enrichir le diagnostic de territoire. Le travail en commission thématique, les comités de pilotage, les CTE, permettent de partager les éléments recueillis et les solutions à mettre en œuvre. Vigilance à ne pas être dans un diagnostic permanent, laisser le temps aux actions de porter leurs fruits. Mieux répartir et organiser les temps de sollicitation des partenaires.

Secteur enfance-jeunesse-famille : Avec le projet DLS Broquetons, nous constatons une nette évolution de l’implication des partenaires sur l’ensemble des problématiques enfance-jeunesse-famille. On peut encore déplorer un manque d’articulation entre les différents dispositifs et institutions (absence d’un projet de territoire global). Secteur Insertion : les comités de Pilotage (TSM, AE, Chantier) , les commissions de validation des entrées dans le PLIE, la rédaction des bilans d’activité, permettent d’enrichir les diagnostics. Les partenariats avec les services de l’emploi, le Conseil Général, le Grand Avignon permettent de recueillir des informations sur le territoire. Le manque se situe sur la collecte d’informations statistiques liée au territoire précis de Montfavet.

53


CRITERE 1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d’évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire PAROLE DES PARTENAIRES : • Le CS L’Espelido est un opérateur structurant et incontournable pour les partenaires du territoire. Sous Préfecture • Le CS est au cœur d’une stratégie de territoire donnée : il est l’animateur et le coordinateur des politiques publiques, notamment à travers les CPE. CG • L’implication des partenaires est une force pour l’Espelido . VILLE • Le CS est un opérateur incontournable pour les habitants, pour la mairie, pour les partenaires institutionnels, il est un opérateur structurant du territoire de Montfavet, avec un niveau de service élevé. CUCS • La qualité de la gouvernance et des relations avec les partenaires tant au niveau politique que technique est à souligner. DDCS

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Besoin de moyens (identifier les usagers). Mission supplémentaire (mise en réseau du logiciel de suivi des usagers) Connaître les besoins des usagers et savoir vers quoi ils sont orienté. Ambition : évoluer vers une meilleure connaissance des usagers et des adhérents. Croiser les informations recueillies dans chaque secteur. Commet partager la connaissance des habitants ? Commet construire un outil de connaissance multi dimensionnel du territoire ? Partager les éléments de diagnostic de chacun, partager les sources, construire un diagnostic annuel partagé. Observatoire du territoire ?

• Le CS L’Espelido est un des partenaires privilégiés du CMS de Montfavet : le « CMS serait désoeuvré sans l’Espelido, il est un réel moteur du territoire ». CMS.

54


CRITERE 1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d’évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Le rapport d’activités montre l’investissement important de l’ensemble de l’association, salariés, administrateurs, habitants dans la démarche d’évaluation. Concernant les administrateurs, leur investissement est cependant limité selon les disponibilités de chacun. Il faut néanmoins être vigilant à ne pas être dans le diagnostic permanent et laisser le temps aux actions de porter leurs fruits.

COTATION C1 : 3 Evaluation du projet social du CSC l'Espelido - document de travail – CPE 17 mai 2013

55


CRITERE 2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la cité des Broquetons, renforcer l’accompagnement social et le désenclavement du territoire LE REALISE (cf bilan F.A2) : CULTURE : • Ateliers de rue : animation d’1 atelier hebdomadaire, juin/juillet 2011 + 1 tous les mercredis année scolaire 2011-2012 : en moyenne 30 enfants par atelier + 5 à 10 mamans • Exposition des œuvres : expositions régulières dans les entrées d’immeuble du quartier, vernissage festif au cœur du quartier au printemps 2012 + réalisation de panneaux destinés à l’aménagement des espaces extérieurs. • Fresques, aménagement extérieur : 1 fresque réalisée fin juin 2012 pour la décoration d’ENSEN 2012, dans le cadre du festival art et culture. • 8 adhérents des Broquetons participent aux PAC (pratiques artistiques et culturelles) en 2012. GALIPETTE : La Galipette accueille 10 familles issues des Broquetons par an en moyenne. ENFANCE-JEUNESSE: • CLAS : 24 enfants sur l’école Ste Catherine et 40 enfants au collège, depuis plus de 15 ans • Développement de l’activité BOXE éducative : la participation a doublé entre 2012 et 2013, soit 25 licenciés, dont 16 de moins 18 ans. • Projet « terrain de pétanque » avec les jeunes et création d’une association de pétanque par les habitants : réalisé en 2012-2013 • Projet « sécurité routière » : en 2012, 15 jeunes • ½ poste d’animatrice prévention jeunesse depuis janvier 2011 • Le nouvel équipement aux Broquetons (depuis septembre 2012) permet d’augmenter la fréquentation des accueils jeunes (PIJ, club jeunes) par des jeunes de TOUT MONTFAVET. • Création d’un PIJ en mars 2013, projet web TV et clip prévention. • Projet CLAE réalisé sur le territoire, avec la Ligue de l’Enseignement

LE REALISE (cf bilan F.A 2) : FAMILLE : • Création d’un poste adulte-relais à plein temps + création d’un temps de coordination : 30 % • 4*3h par semaine d’espace d’animateurs-adultes et projets habitants (réseau d’échanges et de savoirs, aide à l’émergence de l’association des habitants des B. en 2013, soutien au groupement des locataires). • Constitution d’un groupe habitants « projet DSL Broquetons » depuis 2012 : 3 réunions annuelles quartier

INSERTION : - Implication du chantier sur le quartier des Broquetons Recrutement de 12 salariés habitants du quartier

LE NON REALISE (cf bilan F.A 2) : •

• • •

Pôle SPORTS aux BROQUETONS : des prémices d’un futur pôle sports existent, avec l’implication de la ville et d’une association gymnastique. Projet pédagogique environnemental sur les Broquetons Forum emploi Tutorat d’entreprise

56


CRITERE 2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la cité des Broquetons, renforcer l’accompagnement social et le désenclavement du territoire PAROLE DES SALARIES : PAROLE DES SALARIES (SYNTHESE) : secteur insertion : Implication du chantier d’insertion sur le quartier : espaces verts, nettoyage. Réponse à l’appel d’offre OPHLM concernant la réhabilitation de la salle de quartier (réalisation du lot peinture sans réserve), création d’un terrain de boules en partenariat avec la Ville. Projets : élargir les interventions du chantier sur le quartier (enlèvement d’encombrants), création d’un pôle expérimental de récupération de déchets recyclables (alu, papier, cartons, verre, plastique) et valorisable, étude autour des problématiques de mobilité : réparation de véhicules, garage social, local à deux roues. secteur culture : La présence du secteur a ouvert une fenêtre aux habitants des Broquetons sur la culture comme un levier efficace pour se mettre en mouvement, renforcé efficacement par un nouveau poste : l’adulte relai, avec le soutien de 2 bénévoles issus du secteur culturel. secteur enfance-jeunesse-famille : On constate un fort développement de l’implication des habitants autour du projet Développement social et animation de quartier. Mais le projet de désenclavement et de diminution de la stigmatisation du quartier est en cours, avec des mouvements d’habitants des autres quartiers vers les Broquetons. Ce travail est un défi, qui n’est pas sans risque, tant que l’environnement ne sera pas plus accueillant. Il y a un décalage entre le projet mené par le CS auprès des habitants et l’évolution urbaine et environnementale du quartier. Délinquance toujours active sur le quartier (trafics, deals,…). Dans ce contexte, l’autonomisation des habitants (gestion d’un budget, pressions diverses…) pourrait mettre en danger les citoyens.

Renforcement de l’accompagnement social : Mobilisation partenariale, réussite des actions transversales.

La salle du quartier ouvre un champ de possibilités à l’échelle du territoire avec une mobilité entrante et sortante, une offre d’actions nouvelles (PIJ) favorise l’implication des partenaires. Mais l’équilibre est précaire, des freins repérés : un enclavement encore réel, un environnement urbain peu attrayant, un climat d’insécurité persistant, une tentation de rester entre soi. Ces constats rendent difficiles un processus d’autonomie pour les habitants : la co-construction d’une association autonome a besoin encore de temps pour se concrétiser sans mettre en danger les habitants qui se sont mobilisés.

SYNTHESE DES PARTENAIRES : L’autonomie ne doit pas fragiliser les habitants. Ambition : faire venir le droit commun (permanence d’élus ? Attention à préserver la logique de désenclavement, le principe de neutralité)

La Galipette : La Galipette est repérée par les familles issues des Broquetons. Elles inscrivent uniquement leur enfant sur Galipette, les autres mode de garde ne semblent pas répondre à leurs besoins : accueil occasionnel le plus souvent.

57


CRITERE 2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la cité des Broquetons, renforcer l’accompagnement social et le désenclavement du territoire PAROLE DES USAGERS : Points positifs : • Des améliorations sont très appréciées devant la nouvelle salle des Broquetons. • « Les permanences sociales aux Broquetons sont très utiles pour nous ». Une habitante des Broquetons. • Il y a eu une grande amélioration de la compagnie de bus, il y a beaucoup plus de passage aux Broquetons. • « Le Club jeune, c’est pas seulement Les Broquetons, mais tous les quartiers sont représentés. On se connaît tous au collège Tavan, on participe aux activités entre 12h et 14h. » Un jeune du club jeune. • La Nouvelle salle de Boxe est très appréciée des jeunes du club boxe • « On se sent utile car on revalorise le quartier, en le nettoyant et en l’embellissant ». Agent sur le chantier. Points négatifs : • Les Broquetons gardent une image négative sur Montfavet. • « On connaît pas Agroparc, on aimerait le visiter ». Une habitante des Broquetons. • « Il y a des tensions entre les jeunes des Broquetons et les jeunes de Ste Catherine. » Un jeune adulte des Broquetons. • « Il y a sur le quartier de gros problème de gestion des poubelles. » Une habitante des Broquetons • « Nous avons besoin d’un parc de jeux pour enfants en bas âge. » Une habitante des Broquetons.

PAROLE DES PARTENAIRES : •

Le CS l’Espelido joue pleinement le rôle de facilitateur, c’est un tremplin vers des initiatives locales, en accompagnant les habitants. Pousser à l’autonomisation peut à terme fragiliser l’action sur le territoire et mettre en danger les citoyens. DDCS

Dans un DSL, le porteur de projet doit petit à petit se détacher de son action directe et accompagner à l’émergence d’initiatives locales et associatives. L’autonomisation est un travail difficile, mais l’Espelido en a les compétences. CAF

L’antenne aux Broquetons est une réponse à un réel besoin de la population. VILLE

Le quartier des Broquetons fait zone. On a l’impression d’enfermer les habitants dans leur quartier. C’est une impression. EDUCATION NATIONALE

58


CRITERE 2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la cité des Broquetons, renforcer l’accompagnement social et le désenclavement du territoire EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Les réactions convergentes des salariés, des partenaires et surtout des habitants montrent quelques effets significatifs d’amélioration, mais aussi des limites en particulier en matière de cadre de vie, d’environnement (gestion des déchets), de transport. La démarche doit être renforcée et impliquer tous les acteurs (Ville, TCRA, OPHLM et l’éducation civique des habitants). La création de nouvelles associations n’est pas l’unique moyen de mesurer l’autonomisation comme cela a déjà pu être remarqué ; elle peut mettre parfois en difficultés certains habitants. L’essentiel est de redonner de l’estime de soi et de la dignité aux personnes, afin de leur donner envie de s’investir dans la vie de la cité sous n’importe quelle forme.

COTATION C2 : 3 59


CRITERE 3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic LE REALISE (cf bilan F.A3) : Galipette : • Augmentation de la capacité d'accueil + 4 places avec 15 places pour les repas depuis juin 2010, cela répond à une demande forte des familles. Ouverture de la Galipette du lundi au vendredi. 120 enfants sont à ce jour accueillis à la Galipette Enfance-jeunesse : Maintien du volume d’actes réalisés annuellement et réorganisation des temps d’accueil ALSH : • 40 enfants mercredis après midi et petites vacances • 16 enfants accueil périscolaire 4 soirs hebdomadaire, • Juillet : arrêt du centre de loisirs en juillet au profit d’un travail d’accompagnement vers les bases de loisirs et du développement de proposition de séjours (avec FCS 84 dans le cadre des VVV-Etat) Maintien et évolution des actions CLAS collège : 40 enfants accueillis sur 2 actions : 2 ateliers artistiques sur le temps méridien et 2 ateliers d’accompagnement scolaire au CS

LE NON REALISE (cf bilan F.A 3) : Enfance jeunesse : • Non développement des accueils de loisirs 6-12 ans sur le territoire de Montfavet, excepté le CLAE Ste Catherine (diminution des temps d’accueil, suppression de l’ALSH de l’Espelido en juillet). • Non développement des activités CLAS (en prévision pour le nouveau projet social) • Un rapprochement avec l’ADVESEA (éducation spécialisée) a été réalisé, mais n’a pas abouti à un projet opérationnel (création chantier jeunes)

Insertion : Travail d’ingénierie de projet (manque de temps) : création, partenariat, pilotage La galipette : accueil des 4/6 ans sur la Galipette (plus de contrat depuis 2011)

Famille : • Travail de médiation école/collège-famille-Espelido • Besoin identifié d’alphabétisation : difficultés d’orientation de nouveaux publics vers les cours d’Alpha. • Nouvelle action d’alphabétisation pour les parents du collège : en perspective pour la rentrée 2013 Insertion : Augmentation de la capacité d’accueil du chantier de 16 à 18 places, de TSM de 30 à 32 mesures d’accompagnement, doublement du porte feuille de l’Accompagnement à l’Emploi de 65 à 130 places. • Nouveau partenariat avec le SPIP, obtention d’agrément pour les personnes en TIG. • Développement d’un projet épicerie solidaire Culture : Maintien de l’offre culturelle et politique tarifaire pour l’accès aux activités par les familles en difficulté

60


CRITERE 3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic PAROLE DES SALARIES : Secteur Insertion : Mise en place de nouveaux partenariats avec le SPIP (milieu fermé, milieu ouvert), obtention d’agrément pour l’accueil de personnes qui doivent effectuer un TIG. Réflexion sur l’opportunité de se positionner sur le prochain appel d’offre Conseil Général concernant les Pôles Insertion. Développement du projet d’Epicerie Café Solidaire par à coup en raison d’un manque de temps en ingénierie de projet

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : Le bilan montre la capacité des équipes à intégrer les besoins exprimés, au sein des projets concernés, mais il y a de réelles difficultés à passer à la phase opérationnelle : manque temps en ingénierie de projet.

La Galipette : L’attente de places repas est importante quotidiennement. Il y a une forte demande pour l'accueil des enfants scolarisés sur les après-midis et vacances scolaires. Secteur Culture : Le contact au quotidien avec les adhérents et leurs familles, en lien avec les intervenants et nos équipes sur le terrain, permettent de repérer des attentes, et d’adapter nos propositions. Secteur Enfance Jeunesse : le pôle enfance jeunesse va obligatoirement connaître des évolutions importantes en fonction de l’application de la loi sur l’amélioration des rythmes scolaires. Le diagnostic de territoire nous amène également à une nouvelle réflexion sur les besoins des étudiants présents sur Agroparc (2000 étudiants aujourd’hui, 4000 en 2014).

61


CRITERE 3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic PAROLE DES PARTENAIRES : •

L’Espelido se positionne dans une démarche de prospective, de réflexion et d’innovation. Sous-préfecture

La connaissance du territoire fait que le CS réagit très vite aux besoins émergents. Mais attention à ne pas être monolithique. VILLE

Le cœur du CS L’Espelido ne s’est pas écrit de manière rigide, mais se forme et se transforme en fonction des problématiques du territoire. Montfavet a beaucoup de chance d’avoir l’Espelido sur son territoire. DDCS

L’Espelido doit veiller à la tentation d’être présent partout. Le risque est la dilution des activités et des usagers. DDCS

L’Espelido a une grande capacité à se remettre en question, à innover : ils savent se poser les bonnes questions, s’adapter aux évolutions du territoire, aux évolutions sociales et aux logiques institutionnelles. La capacité à innover, à expérimenter va bien au-delà de la volonté de la direction : c’est devenu, à l’Espelido, une CULTURE d’ENTREPRISE. CUCS

SYNTHESE DES PARTENAIRES :

Grande capacité à faire évoluer les actions en fonction des besoins du territoire. Cette capacité fait partie de la « culture d’entreprise » du centre.

COTATION C3 : 4

62


CRITERE 3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Le bilan fait ressortir la prise en charge des besoins repérés dans le dernier diagnostic. Les porteurs de projets doivent néanmoins composer avec les réalités économiques et sociales, afin que l’innovation se fasse en avec les moyens humains mis à disposition.

COTATION C3 : de 1 à 6

63


CRITERE 4 : Maintenir les actions qui participent à l’intégration et à l’insertion sociale et professionnelle LE REALISE (cf bilan F.A 4) : Culture : travail continu d’informations dans les différents lieux d’accueil de l’association et implication d’un référent culturel dans différentes actions de sensibilisation pour l’accès à la culture. Galipette : • Accueil prioritaire des familles inscrites en cours Alpha ou ateliers ACF : 7 familles concernées par an en moyenne • Réponse efficace aux besoins urgents • Mise en place du café des parents : espace d’échanges et de soutien à la parentalité : 1 fois par mois (10 familles touchées) • 4 soirées pyjama par an (20 familles touchées) • Ateliers parents-enfants (10 par an)

Enfance : • Soutien à la parentalité : accompagnement individuel et collectif des parents du CLAS et du centre de loisirs : 60 familles • Consolidation des compétences des animateurs permettant d’accueillir des enfants handicapés (EJE). Accueil de tous les enfants quelque soit leur capacités intellectuelles et physiques. Jeunesse : 2 animateurs référents prévention en lien avec le CLSPD, depuis 2001 Volet aide à l’initiative, création d’un nouveau poste « animatrice prévention jeunesse » : en 2011 Accueil de proximité, écoute, information et orientation vers les services spécialisés en orientation : création du PIJ en mars 2013 Aide à l’initiatives, réseau jeunes : 15 jeunes Maintien d’une permanence avec la Mission Locale d’Insertion : 3heures hebdomadaires au SIP.

LE REALISE (cf bilan F.A 4) : Famille : • Ateliers d’économie Sociale et Familiale : 2 ateliers couture par semaine, 1 atelier cuisine mensuel, 1 sortie patrimoine et 1 sortie familiale mensuelle • Actions adultes relais à la rose des Vents : 70 personnes reçues et suivies en 2012. • Actions linguistiques (cours alpha) pour l’obtention des diplômes de base : 18 personnes en Alpha (2*3h par semaine), et 16 personnes au FLE (2*3h par semaine).

Insertion : • Participation au développement du réseau travail saisonnier Vaucluse (mise en place d’un DLA, rapprochement avec la Chambre d’Agriculture, de syndicats d’exploitants viticoles) • Consolidation de la fonction accueil au SIP : CDI temps plein : 2011 • Recrutement d’un 2ème AE : juin 2011 Développement de projets transversaux en lien avec les habitants : • Semaine Développement Durable, • ENSèN, • De la Friche au Potager (reporté au dernier trimestre 2012 en accord avec Unis Cité). • Projet avec Unis Cité pour l’accueil de jeunes dans le cadre du Service Civique (projet De la Friche au Potager) • Projet Lutte contre l’Habitat Indécent avec la CAF, le CG84 , Habitat et Développement, Passerelle et Le Village.

64


CRITERE 4 : Maintenir les actions qui participent à l’intégration et à l’insertion sociale et professionnelle PAROLE DES USAGERS :

PAROLE DES PARTENAIRES :

Les activités Alpha et l’accompagnement social au service d’insertion sont un plus important pour l’orientation et la recherche d’emploi.

« Le SIP nous apporte une vrai remobilisation après un arrêt durable d’activité ». « Nous avons avec le SIP une nouvelle expérience à rajouter au CV ». Un agent du chantier

« Les cours Alpha sont insuffisants : nous avons besoin d’un cours Alpha code de la route ». Un usager du cours Alpha.

L’Espelido a trouvé un point d’équilibre dans son service insertion : il est reconnu comme sérieux et stable dans le champ de l’insertion, avec l’avantage de réunir une diversité de publics : le chantier, les agents du travail saisonnier Montfavet, les personnes accompagnées par les AE. CG

L’Espelido est largement reconnu et intégré dans le champ de l’insertion sur Avignon. Il a la volonté de faire bien mais des difficultés à respecter les délais de gestion des dossiers FSE. FSE

« les animateurs de l’Espelido sont une grande aide pour la scolarité des enfants, surtout, lorsque nous, parents, nous ne parlons pas français. » habitante des Broquetons

« C’est le CS qui nous relie à Montfavet ». Un usager de la Galipette.

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Importance de la place de l’insertion dans un centre social.

La CAF est très favorable à l’insertion sociale, culturelle, économique voire professionnelle. CAF

• Le travail du CLAS est très satisfaisant et probant. Les élèves issus du CLAS réussissent en scolarité et dans leur orientation. EDUCATION NATIONALE • Le SIP aurait toute sa place à Agroparc. Cela permettrait aux personnes éloignées de l’emploi d’acquérir une posture professionnelle au regard de l’environnement (entreprises, personnes en activités, environnement dynamisant). Le SIP est également attendu dans la participation aux actions d’ emploiinsertion du Grand Avignon. CUCS

65


CRITERE 4 : Maintenir les actions qui participent à l’intégration et à l’insertion sociale et professionnelle PAROLE DES SALARIES : Secteur SIP : Le Service Insertion Promotion mobilise des réponses disponibles et pertinentes sur le territoire en lien avec les acteurs locaux de l’insertion, de l’emploi, les entreprises. Le besoin d’outils d’insertion en amont des chantiers se fait sentir, mais aussi le besoin d’outils en matière de développement du lien social, en matière d’alimentation. Les problématiques que rencontrent les jeunes en matière d’accès à l’emploi se renforcent. La Galipette : La Galipette tente de répondre efficacement aux demandes d’accueil en urgence: soutien à la parentalité, recherche d’emploi, enfants porteur de handicap. Un partenariat avec l'unité parent bébé du CHM et la PMI est efficace. 20% de foyers monoparentaux sont accueillis sur la structure. Pour des situations urgentes, des passerelles avec l’ACF ou SIP peuvent être faites (transversalité à développer)

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : Suite au constat de massification de la précarité, les dispositifs de droit commun montrent des limites. L’Espelido s’approprie, depuis 4 ans, ces dispositifs en les faisant évoluer pour une meilleure prise en charge globale de la personne. L’ensemble des services et des actions du CS participent donc à l’intégration sociale et professionnelle, permettant une approche multidimensionnelle de la personne. Ces actions doivent aujourd’hui s’adapter à des publics plus large qui ne relevaient pas initialement des dispositifs d’insertion et d’intégration.

Secteur Culture : Les ateliers passerelles ont pour but d’intégrer les publics de l’offre sociale avec le reste de la population. On constate que, mis à part l’initiation à l’informatique, la mixité reste minoritaire. Secteur enfance-jeunesse-famille : Depuis 4 ans, on constate un besoin croissant en terme d’insertion professionnelle chez les jeunes (16-25 ans) : l’Espelido en fait sa priorité en partenariat avec les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle.

66


CRITERE 4 : Maintenir les actions qui participent à l’intégration et à l’insertion sociale et professionnelle EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Le bilan et les différentes réactions d’usagers montrent la pertinence de l’insertion et l’intérêt de la transversalité dans le projet associatif. Elles sont reconnues comme une complémentarité positive de notre fonction d’animation globale CS.

COTATION C4: 3

67


CRITERE 5 : Mettre en place des outils de connaissances des usagers et des adhérents et identifier leur parcours dans le centre LE REALISE (cf bilan F.A5) : Pilotage : Base de données AIGA Formation informatique Réunion inter-secteur une fois par mois : échanges sur les familles

LE NON REALISE (cf bilan F.A 5) : -

Retard pris dans l’harmonisation des dispositifs de suivi des parcours des usagers de manière transversale.

Culture : recueil de données et suivi statistique à l’inscription chaque année Galipette : • données sur les fiches d’inscriptions + logiciel Aiga • suivi des enfants et familles lors des réunions d’équipe (tous les 15 jours) et lors des réunions équipe Enfance jeunesse : • fichiers adhérents CLAS et ALSH, Club Jeunes, fiches de liaisons mission locale • outil de suivi prévention jeunes (document statistique trimestriel transmis au CLSPD) • Famille : outil interne de suivi des accueils individualisés dans le cadre des actions ACF (action collective des familles) et ASF (accompagnement social des familles) • Liaison entre le secteur famille/SIP : fiches de liaisons réalisées par un des adultes relais via l’équipe emploi insertion • En cours de réalisation : fiche de liaison entre l’action LAEP et Galipette. Insertion : • Renseignement de la base de données de suivi, de connaissance des adhérents du PLIE • Informations statistiques et données qualitatives issues du réseau de partenaires (Pôle Emploi, Conseil Général RSA, Grand Avignon, Région). • Informations du réseau SIAE ( CIE 84) relais de réseaux nationaux (FNARS, Chantier Ecole) • Informations du réseau Fédéral des Centres Sociaux

68


CRITERE 5 : Mettre en place des outils de connaissances des usagers et des adhérents et identifier leur parcours dans le centre PAROLE DES SALARIES :

PAROLE DES SALARIES (synthèse) :

La Galipette : Une réunion d’équipe de Galipette est organisée tous les 15 jours au sein de Galipette pour suivre les enfants et les familles

Une base de données « Noé » existe a été mise en place durant ce projet social : il faut la généraliser et la mettre en réseau dans chaque secteur pour un suivi transversal des usagers.

Secteur culture: Les statistiques issues des fiches d’inscription sont une source d’information précieuse pour vérifier l’équilibre dans la mixité (âge, origine géographique...)

Les réunions inter secteur ont permis une transmission des informations concernant les usagers. Il faut poursuivre ces réunions, avec comme support un outil informatique de suivi du parcours interne des usagers.

Secteur SIP : La construction d’outils internes de suivi des usagers du SIP est toujours en cours. Réflexion sur la question de l’adhésion des usagers du SIP, réflexion sur l’utilisation d’outils informatique (base de données).

69


CRITERE 5 : Mettre en place des outils de connaissances des usagers et des adhĂŠrents et identifier leur parcours dans le centre PAROLE DES PARTENAIRES

SYNTHESE DES PARTENAIRES: Passerelles entre les actions, entre les usagers.

70


CRITERE 5 : Mettre en place des outils de connaissances des usagers et des adhérents et identifier leur parcours dans le centre EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Il est important de mieux connaître le parcours de nos usagers dans le CS afin de répondre à leur besoin. Un outil transversal est donc à l’étude pour faciliter la transmission des informations entre les secteurs.

COTATION C5 : 2

71


CRITERE 6 : Améliorer l’accueil du CS LE REALISE (cf bilan F.A6) : pilotage : • Entretiens annuels d’évaluation des salariés, plan de formation des salariés, notamment formation des agents d’accueil • Amélioration de la signalétique interne • Rénovation des bureaux et des espaces d’accueil (Siège, SIP, Broquetons, Cantarel, Jardins) • Plan de formation pour les équipes (adaptation et spécialisation)

Culture : • Remise au propre de nos locaux au siège social. • Octobre 2012 : partenariat avec la maison des associations pour les pratiques artistiques et culturelles. Galipette : • Amélioration la qualité et l'offre d'accueil grâce aux travaux de réaménagement effectués (+ 4 places et mise en œuvre de 15 places repas). • Compétences professionnelles supplémentaires (permanence médicale 1 fois par mois, embauche d’une puéricultrice 12h hebdo) • Stabilisation des postes en cours : Consolidation d’un poste à 30 heures pour une auxiliaire de puériculture formée en VAE sur la structure ainsi que d’un poste d’animateur petit enfance à 30h également réduisant alors le nombre de contrats aidés Enfance : • Utilisation du nouvel espace Eole (aux jardins) dans le cadre du centre de loisirs (30 enfants au siège social et 15 enfants à Eole sur les mercredis après midis). • Actions périscolaires jardin sur la salle Eole. Utilisation des jardins pédagogiques de Favet. Jeunesse : • Livraison en septembre 2012 du nouvel équipement « salle polyvalente » aux Broquetons : bureaux-espace d’accueil individualisé / espace d’accueil collectif familles / salle de sports. • Création de nouveaux temps d’accueil PIJ : ½ poste CDI

LE REALISE (cf bilan F.A 6) : Famille : • Création d’un poste adulte relais temps plein pour l’accueil individualisé des familles (formation « agent médiation sociale ») • Accueil par un 2de adulte relai, contrat jusqu’à mars 2014

Insertion : • Consolidation de la fonction accueil (passage de CDD à CDI pour le poste d’accueil secrétariat) • Rénovation des espaces accueil au SIP (peinture, porte, terrasse, cours, réorganisation du service (accueil généraliste), amélioration de l’affichage.

LE NON REALISE (cf bilan F.A6) : • Mise en place d’un outil de communication interne (papier et web) Familles ACF : • demande de la gratuité du loyer de l’appartement à Sainte Catherine (Rose des Vents), depuis 2010, auprès de Vaucluse Logement, en raison des baisses de financement ACF : non obtenue à ce jour

72


CRITERE 6 : Améliorer l’accueil du CS PAROLE DES SALARIES : Secteur SIP : l’accueil s’est structuré. Le SIP propose un accueil généraliste du lundi au vendredi, les, personnels de l’accueil suivent des formations (Fédé des CS) régulièrement. Complémentarité avec l’adulte relais. L’accueil au SIP est une préoccupation et un enjeu pour l’ensemble de l’équipe. La connaissance de l’ensemble des services du Centre et du territoire est bonne. Les améliorations concernent l’espace dédié à l’accueil, confidentialité, surface disponible, et la diffusion de l’information, affichage, plaquettes, site web.

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : 3 postes d’accueil généraliste ont été pérennisés en 4 ans et implantés sur 3 lieux différents : au siège, à la Galipette et au SIP. Cela a contribué à une bonne prise en charge des usagers dès leur arrivée au CS. Pour les locaux, il y a une amélioration générale, de nombreux travaux ont été faits, mais il manque encore une amélioration des espaces d’accueil dans chaque lieu d’implantation du CS.

La Galipette : L’équipe au sein de Galipette se professionnalise et se stabilise, ce qui permet d’offrir un service de plus grande qualité et de développer des relations de confiance avec les parents. La rénovation totale des locaux a apporté beaucoup de changements : les locaux sont spacieux et adaptés aux besoins des enfants. Depuis 2010, 120 enfants sont inscrits (04ans) par an et 10 enfants de 4-6 ans

.

secteur enfance-jeunesse-famille : malgré les améliorations de la qualité des locaux (Broquetons, Galipette), les lieux d’activités ne sont pas adaptés à la polyvalence des activités du CS (besoin de locaux plus grands, d’espaces de rangements). Importance d’un lieu comme l’école de Cantarel, éloignée des quartiers, en particulier pour les actions jeunes (surtout pour la mixité filles/garçons). Quelle solution de remplacement de ce lieu? secteur culture: L’accès à l’école de Cantarel est difficile du à son éloignement et aux manques de transports collectifs pour s’y rendre.

73


CRITERE 6 : Améliorer l’accueil physique PAROLE DES USAGERS : •

« Il y a une grande qualité d’accueil à la Rose des Vents : l’Espelido est un lieu de confiance où l’on peut être écoutés, rassurés et trouver un soutien dans les moments difficiles ». « L’équipe sait nous orienter lorsqu’on a un problème ». Usager de Yakafé Grande qualité d’accueil au secteur culture : « les intervenants sont sérieux, motivants, sympatiques et très ludiques, il y a une ambiance familiale » « Les locaux, pour les pratiques artistiques culturelles, sont trop serrés ». Usagers du service culture

Grande qualité de l’accueil à la Galipette : « L’Espelido, c’est la famille! On a l’impression d’amener notre enfant dans la famille ». « Ce n’est pas l’usine à la Galipette ». « Mon fils, il pleure pour aller à la crèche ». Usager de la Galipette

Grande qualité de l’accueil dans les services enfance et jeunesse : les parents se sentent rassurés. Diversité des activités proposées intéressantes, notamment les activités jardin. « quand on a un problème, on peut venir au club jeunes et on peut compter sur les animateurs pour nous aider. » un jeune

• •

PAROLE DES PARTENAIRES : L’Espelido est un vrai instrument de lutte contre l’exclusion. Les animateurs se déplacent parfois à domicile, si besoin : ils sont très proches de la population. La présence d’Amina et de Karima est précieuse pour le CMS (aide à la traduction.) CMS Les jardins familiaux devraient être agrandis, ils ont un effet bénéfique sur la population. CMS L’équipe de la Galipette fait un travail très sérieux, ils sont, pour la population, très disponibles. CMS L’Espelido devrait avoir en plus un lieu de réflexion, de rencontres, d’interventions culturelles centrale, où chaque habitant se réaliserait dans une démarche participative. Culture du coeur

SYNTHESE DES PARTENAIRES :

« Les locaux du SIP sont dangereux pour les personnes âgées qui viennent en informatique (escalier raide). » usager du cours informatique

74


CRITERE 6 : Améliorer l’accueil physique EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : La consolidation des postes d’accueil a permis une meilleure prise en charge des usagers dès leur arrivée au CS. La fonction des adultes-relais reste, depuis 4 ans, un facteur important d’insertion et de cohésion sociale sur les quartiers et avec l’équipe du CS, même si la pérennité n’est pas assurée.

COTATION C6 : 3

75


CRITERE 7 : Renforcer le travail intersecteur LE REALISE (cf bilan F.A7) : pilotage : • Entretiens annuels d’évaluation des salariés de chaque secteur • réunions d’équipe de coordination : rencontres mensuelles • Présentation par les responsables de secteur de leur programme • Organisation d’un conseil de maison en octobre 2013 Information/communication: sur chaque lieu du CS : • présence de toute l’information nécessaire sur l’ensemble des secteurs. • Création du poste de chargé de communication (février 2013) (CDD) Enfance-jeunesse-ACF : • Transversalité existante entre les secteurs enfance-jeunesse-famille : projet transversal global de suivi des familles. Coordination des 3 secteurs et polyvalence des compétences et des postes. Ex : le poste temps plein EJE sur 2 fonctions : direction ALSH et référent ACF. jeunesse –SIP : • Transversalité jeunesse-SIP : polyvalence du poste d’animateur socioculturel partagé sur TSM et animation référent prévention Famille-Galipette : • La réalisation d’une articulation entre l’action du LAEP et le multi accueil enfants est intégré dans la mission de l’adulte-relai. + Mise en œuvre d’une formation commune secteur Galipette et Secteur Enfance Jeunesse Famille autour de la posture professionnelle et le soutien à la parentalité Mise à disposition de places de crèches prioritaires pour les familles accompagnées par le centre social

LE REALISE (cf bilan F.A 7) : Insertion : • Participation active aux projets ENSèN • Intervention du chantier d’insertion sur l’ensemble des sites • Ouverture des locaux du SIP aux autres secteurs • Travail auprès des jeunes, partenariat croisé avec la Mission Locale, l’Equipe Emploi Insertion

LE NON REALISE (cf bilan F.A 7) : • Ingénierie : Peu de moyens pour la transversalité • Développement de l’espace de documentation « parentalité » sur la Galipette • Centralisation et diffusion de l’information via le site WEB • Consolidation du poste de chargée de communication

Culture : Propositions artistiques dans les différents secteurs : Grand’Ire avec l’ACF, ateliers d’éveil avec Galipette, ateliers de rue avec l’enfance-jeunesse et projets culturels à l’échelle fédérale.

76


CRITERE 7 : Renforcer le travail intersecteur PAROLE DES SALARIES : secteur culture: Grâce au projet fondation Abbé Pierre (2007-2009), les secteurs enfance-jeunesse-famille et insertion se sont intéressés plus concrètement à la culture et des actions transversales permettent d’entretenir les liens. La Galipette : Le lien avec l'équipe ACF à développer, l'espace de documentation « petite enfance » prévue n'est pas encore en place sur Galipette. La question des moyens à envisager pour le développement de la transversalité est à poser sérieusement.

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : De nombreux projets inter secteurs ont vu le jour depuis 4 ans. Les équipes apprennent de plus en plus à travailler ensemble. Des réunions de travail entre salariés de différents secteurs par objectifs transversaux (parentalité, accompagnement social, accompagnement éducatif, accueil, culture et lien social…) sera l’étape suivante du travail transversal.

Secteur SIP : Il y a eu un retard pris dans l’organisation des réunions d’équipe par action. Nous avons mis en place des procédures pour l’orientation des publics. L’échange d’informations entre secteurs est à développer, l’intégration des projets de chaque secteur dans les missions générales du Centre est à améliorer. Plus de co-construction dans les actions est possible. Des projets fédérateurs comme la préparation de l’AG, la Fête des Foins, ENSèN, doivent renforcer le travail inter secteur. secteur enfance-jeunesse-famille : Une coordination EnfanceJeunesse-Familles existe, mais il manque encore un renforcement de la coordination globale sur l’ensemble des secteurs (connaissance des autres salariés… )

77


CRITERE 7 : Renforcer le travail inter secteur PAROLE DES USAGERS :

PAROLE DES PARTENAIRES : • L’absence du directeur a prouvé que la structure associative était solide (équipe + CA) et donc pérenne, ce qui est très rassurant pour les partenaires. VILLE

• Les familles participent à la fois aux projets famille, à l’ALPHA, les enfants sont à l’Alsh ou au club jeunes : il y a une transversalité. • Les informations sur toutes les activités de l’Espelido sont très claires et visibles (web, brochures, orientation par les animateurs de l’Espelido ). • Les familles de la Galipette ont peu de liens avec l’ACF.

• Nous avons face à nous une équipe qui sait où aller. Il y a un bon équilibre entre administrateurs et directeurs. DDCS • L’Espelido a une équipe stable et compétente. CAF • Il y a une grande qualité de la gouvernance associative : il y a un véritable président, un véritable directeur, et des relations fortes Président/conseil d’administration et directeurs ; une grande qualité du personnel et des salariés. Toutes ces qualités réunies constituent la force de l’Espelido, et la force de leur projet associatif. CUCS

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Nécessité de moyens supplémentaires pour consolider le travail fait. Ingénierie et moyens d’articulation

78


CRITERE 7 : Renforcer le travail intersecteur

EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Les visées transversales aux différents secteurs , communiquées notamment à travers les différentes commissions (éducation, parentalité, insertion… ) donnent du sens et de la cohésion aux équipes. Poursuivre et approfondir ce travail.

COTATION C7 : 4

79


CRITERE 8 : Répartir les lieux d’activité, les rendre accessibles LE REALISE (cf bilan F.A8) :

LE NON REALISE (cf bilan F.A 8) :

•Renouvellement du parc de véhicules: organisation du transport des adhérents sur certaines activités.

•Accompagnement des usagers vers les transports en commun : informations, explications.

• Renforcer le travail de communication : Temps de rencontres entre les animateurs pour une meilleure connaissance globale des services de l’Espelido et une meilleure orientation des publics.

•Élaboration d’une stratégie dans les propositions d’activité visant à encourager la mobilité de la population : Répartition géographique du CS sur 7 lieux différents. •Politique tarifaire : tarifs adaptés en fonction du quotient familial (centre de loisirs, club jeunes, pratiques artistiques et culturelles)

Peu d’informations sur la localisation de la salle des Broquetons

Effort à faire pour la participation aux activités culturelles (pour les jeunes du club jeunes).

Travail à faire autour du covoiturage

•Encouragement à utiliser les chèques loisirs : informations diffusées régulièrement sur la possibilité de payer avec les chèques loisirs.

80


CRITERE 8 : Répartir les lieux d’activités et les rendre accessible PAROLE DES SALARIES : Secteur SIP : Développement de la fonction accueil, de l’information distribuée aux Galoubets. Développement de l’information autour des services proposés au sein du SIP La Galipette : L'équipement est bien repéré sur le territoire, un panneau d'affichage informe les parents sur l'actualité du centre. Secteur culture: Sur notre territoire très étendu, nous mettons en lien les adhérents pour l’organisation du covoiturage. Le développement d’Agroparc nous amène de meilleurs services du transport collectif, mais il reste à faire le lien avec le centre historique. La mairie de Montfavet nous offre une nouvelle piste intéressante pour les activités culturelles avec la maison des associations.

PAROLE DES SALARIES (synthèse) :

La stratégie d’implantation des lieux d’activités de manière géographique et thématique a permis une mixité (entre les quartiers). Ce travail est à poursuivre en prenant en compte l’évolution du territoire. Nous avons également constaté un besoin en amélioration de la signalétique sur les bâtiments et dans les rues.

Secteur enfance-jeunesse-famille : Le CS constate que les familles n’utilisent pas les chèques loisirs pour les activités du CS, malgré les informations transmises : les raisons possibles : - pour les activités culturelles (PAC), la participation chèques loisirs n’est pas suffisante pour permettre l’accès financier aux activités - Pour les activités club jeunes et ALSH : les activités ne sont pas labellisées « chèques loisirs ». - Les familles utilisent les chèques loisirs essentiellement pour les activités sportives. Le fait de concentrer certaines activités sur certains lieux obligent à la mobilité MAIS il y a une réelle difficulté d’accès aux transports dans Montfavet, en particulier pour les habitants des zones HLM, ce qui freine la participation, donc la mixité. Ne faut-il pas un lieu plus centrale rassemblant les activités?

81


CRITERE 8 : Répartir les lieux d’activités et les rendre accessible PAROLE DES USAGERS : •

« Le CS est pratique car il se situe à côté des habitations. » Un habitant des Broquetons.

« Il reste de grosses difficultés de mobilité sur Montfavet : c’est difficile de se déplacer ». Un habitant de Montfavet

• • •

PAROLE DES PARTENAIRES : •

Le CS L’Espelido est un modèle pour les autres CS dans sa stratégie d’ancrage sur le territoire, dans le fait de s’implanter sur plusieurs endroits du territoire. VILLE

L’Espelido est un vrai instrument de lutte contre l’isolement. Les animateurs se déplacent parfois à domicile, si besoin : ils sont très proches de la population. CMS

Il reste encore le problème du coût des activités culturelles trop cher pour une bonne partie de la population. CMS

Le territoire de Montfavet étant très large, l’Espelido doit veiller à ne pas être simplement la structure du quartier des Broquetons, ou du moins renvoyer cette image-là. L’Espelido doit s’approprier Agroparc pour devenir le CS de tous les habitants.

Les locaux et leur implantation ne font pas le projet : c’est le projet qui définit le choix des locaux et de leur implantation. Pour une implantation sur Agroparc, on doit d’abord se questionner sur le pourquoi, le sens. CAF

« On connait l’Espelido tout simplement en passant devant les lieux d’activité ». Un habitant 54% des usagers sont assez satisfaits et 11 % ne sont pas satisfaits des locaux. Source : enquête de satisfaction. Les activités culturelles sont encore trop chères (notamment le cout des instruments).

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Choix de ne pas avoir un espace unique pour la proximité, le partenariat, la mobilité. Question de l’avenir de l’espace SIP, de Cantarel.

82


CRITERE 8 : Répartir les lieux d’activités et les rendre accessible EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : La stratégie d’implantation favorise la mixité et les relations entre les habitants de différents zones géographiques. Il faut néanmoins améliorer la qualité de certains locaux (ou acquérir de nouveaux locaux). Pour la politique tarifaire, il faut la poursuivre afin que tous les habitants aient accès à la culture.

COTATION C8 : 3

83


CRITERE 9 : Renforcer la culture comme support de lien social LE REALISE (cf bilan F.A9) :

LE REALISE (cf bilan F.A 9) :

pilotage : • Contribution du Centre à l’exposition « Derrière les Paupières » • projet ENSèN 2010/2011/2012 Culture : • Politique tarifaire préférentielle pour l’accès aux activités culturelles : 75 personnes aidées en 2010-2011, 67 personnes aidées en 2011-2012, 36 personnes aidées à mi parcours en 2012-2013 • Ateliers « passerelle » : chants, musique au corps, informatique…: 3 ateliers hebdomadaires • Outils de lien social : les jardins de Favet (35 parcelles), cinéval : 2 films tous les 15 jours, culture du cœur : 1 permanence hebdomadaire renforcée à 2 ou 3 temps au moment du festival, accompagnement des personnes par des bénévoles du secteur culture.

Jeunes : • Création d’ateliers permanents à l’année, réalisation audiovisuelle, danse, Théâtre, boxe éducative : 60 adolescents • compétences internes : chants-danse-théâtre (les animateurs du centre de loisirs ont formation minimum BPJEPS) • Formation des animateurs de l’Espelido aux pratiques artistiques : projet DDCS « Ile en herbe », « grain de lire », accueil d’un contrat d’avenir « formation BPJEPS option culture ». • interventions ponctuelles d’artistes et d’intervenants : Compagnie « Mise en Scène », IMCA, service des sports, studio au Pontet… • CLAS Collège: développement des actions d’éducation artistique (implication du professeur d’arts plastiques) • Participation à l’encadrement du festival off et accès aux activités culturelles du festival en juillet 2012 et prévision pour 2013.

Galipette : • Forte participation des parents sur les manifestations festives : 65 familles participent en moyenne • Groupe de parents constitué afin de développer les projets autour de l’éveil du jeune enfant (créativité et imagination) • Ateliers d’expression et d’éveil : 1 fois par semaine tout au long de l’année et sorties au musée

insertion : Ouverture de l’Espace Expo : accueil d’exposition, regard différents des publics et sur les publics.

familles : Fort développement du réseau culture du cœur, notamment lors du festival d’Avignon : 50 personnes touchées sur l’année Enfance : projets culturels et de pratiques artistiques dans les projets pédagogiques du centre de loisirs organisés par les animateurs de l’Espelido

LE NON REALISE (cf bilan F.A 9) : -

relais culture du cœur au SIP

84


CRITERE 9 : Renforcer la culture comme support de lien social PAROLE DES SALARIES :

PAROLE DES SALARIES (synthèse) :

secteur culture : Plus que jamais, c’est par la culture que l’accès et la reconnaissance de l’autre peut se faire. C’est dans la construction d’une culture commune que des liens peuvent se mettre en place durablement. C’est le parti pris volontaire et militant de l’association.

Depuis 4 ans, de nombreux efforts ont été faits pour l’accès à la culture pour tous. Le diagnostic de territoire révèle néanmoins un besoin de la part de la population d’offre culturelle à l’échelle du territoire (spectacles, théâtre…). Le centre doit développer des compétences organisationnelles sur la question.

La Galipette : Des ateliers d'expressions et d'éveil organisés avec le secteur culturel sont mis en œuvre, on note une forte participation des parents dans les animations festives. Secteur SIP : le concept de l’Espace Expo est à remettre en place, le relais Culture du Cœur est à développer au SIP, des actions transversales sont à construire. secteur enfance-jeunesse-famille : La culture est un axe prioritaire que le CS intègre dans son projet, même si le coût reste élevé, avec des difficultés de financement.

85


CRITERE 9 : Renforcer la culture comme support de lien social PAROLE DES USAGERS : •

« Il y a peu d’offres culturelles sur Montfavet ». « on n’a pas de communication autour de la salle des fêtes de Montfavet ». Habitant de Montfavet

« Il y a des populations qui n’ont pas les mêmes modes de vie, certains profitent des loisirs en journée, d’autres le soir, il n’y a donc pas de mélange ». Usager du service culture

Les services « culturels et artistiques » de l’Espelido sont d’une très grande qualité.

Le besoin de lien social est la motivation principale pour l’accès aux services du CS.

Accès aux activités culturelles encore chères pour certaines familles (notamment le coût des instruments).

PAROLE DES PARTENAIRES : Il faut veiller à la fausse mixité : participer ensemble aux activités sans avoir de liens ensemble. Quelle mixité des publics? Les usagers du service culture ont-ils des liens avec les usagers issus des quartiers? CAF Le problème reste le coût des activités culturelles qui reste trop cher pour une partie de la population. CMS Le festival doit se réapproprier le public des quartiers : pour ses prestations, il a fait l’erreur de prioriser des sites touristiques particuliers au détriment des lieux de vie tels que les quartiers. L’Espelido peut encore cette année participer au festival off. CULTURE DU COEUR

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Les actions proposées favorisent la rencontre, la participation, la mixité. Secteur à consolider

86


CRITERE 9 : Renforcer la culture comme support de lien social EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Le projet social et les actions faites depuis 4 ans présentent la culture comme une clé d’entrée à la mixité et à la découverte d’autres activités du centre. Il faut poursuivre ces objectifs en permettant aux personnes d’accéder au meilleur de la culture. Ne pas considérer qu’il y a une culture pour les pauvres et une autre

pour les plus riches.

COTATION C9 : 4 87


CRITERE 10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants LE REALISE (cf bilan F.A10) : •

Pilotage : recrutement de personnel en CAE Passerelle, CAE puis recrutement de la chargée de communication (février 2013).

création et le développement du site web externe.

Création d’un journal papier (une fois par an)

Création de panneaux d’information à thème

Affichage

Sur la base d’ateliers informatique, création et diffusion d’images sur le web pouvant être assimilées à une télévision de quartier dans le cadre des actions Club Jeunes et CLAS collège.

LE NON REALISE (cf bilan F.A 2) : •

Mise en place d’un groupe de pilotage salariés/bénévole. Conception d’un plan de communication. Définition des modes de collecte d’informations.

Création d’un site web interne : en direction des secteurs, permettant une auto alimentation par l’équipe

Création et animation d’un groupe relais de communication auprès de personnes isolées

Mise en place d’un groupe de rédaction : Formation des administrateurs et habitants du groupe.

Consolidation du poste de chargée de communication

88


CRITERE 10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants PAROLE DES SALARIES : Secteur culture : Le travail de communication est en cours, des outils existent, reste à les améliorer pour aller vers une cohérence dans nos différents supports de communication, à prendre en compte par tous les acteurs de l’association. La Galipette : L’équipe de la Galipette participe aux outils de communication du centre social (actualité mensuel, site web ...)

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : Depuis ces dernières années, nous avons pu constaté que la réalisation des outils au service de la communication du CS nécessitait une compétence professionnelle. La communication de l’Espelido valorise également le partenariat institutionnel.

Secteur SIP: l’embauche de salariés sur la question de la communication est une avancée très importante, la création du journal, des pastilles vidéos, la construction de la plaquette de rentrée, la construction d’affiches. Les axes de progrès concernent l’animation du site web qui devrait être la vitrine de l’Espelido et un outil au service des adhérents, des habitants, des partenaires, et de la transversalité.

secteur enfance-jeunesse-famille : Il manque un service de communication permanent afin de coordonner l’ensemble des actions de communication.

89


CRITERE 10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants PAROLE DES USAGERS : •

Les informations sont claires, lisibles (web, brochures, explications informelles.

Bonne connaissance des activités via le catalogue et les programmes affichés dans les lieux d’activité.

PAROLE DES PARTENAIRES : La participation des habitants est un des succès du CS, notamment aux AG. Sous-préfecture Il y a peu de communication autour de l’activité des jardins familiaux, c’est dommage. CMS Sur le territoire, en général, les personnes connaissent déjà très bien l’Espelido et ont eu toutes les informations : ils s’orientent seuls, naturellement. CMS

SYNTHESE DES PARTENAIRES : Développement d’outils de communication (site web, journal) A affiner, à améliorer

90


CRITERE 10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Par manque de moyens, il n’a pas été possible de se doter d’une véritable compétence en communication pour l’ensemble de l’association. Aujourd’hui, le besoin est présent (à voir dans le cadre d’une mutualisation).

COTATION C10 : 3

91


CRITERE 11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants LE REALISE (cf bilan F.A11) : pilotage : • projet ENSèN 2010, 2011, 2012 en partenariat avec une association Montfavétaine Transversale 7, Ensen en mai 2013 : gala de boxe • Mobilisation des coordinateurs et des administrateurs

LE REALISE (cf bilan F.A 11) : Insertion : création d’un groupe de travail (étudiants) pour l’émergence d’une épicerie solidaire.

GALIPETTE • Les ateliers parents (couture, peinture) sont des espaces ouverts aux parents pour construire des supports destinés aux enfants (une dizaine d’ateliers par an) ACF : • Soutien à l’émergence de projets collectifs dans les groupes constitués du secteur famille : ateliers linguistiques, couture, cuisine, sorties familles, yakafé, réunions habitants. Ex : organisation de séjours familiaux à Orel (2010, 2011 et mai 2013), projet PARIS, utilisation de la salle des fêtes et de la cuisine pour proposer des temps d’animations-repas pour soutenir des projets collectifs. • Accompagnement à la création d’une association de quartier. • Accompagnement à la réalisation de projets d’animations de quartier : fêtes, actions artistiques, organisation de braderie

LE NON REALISE (cf bilan F.A 11) : •

Non construction d’un groupe de travail administrateurs/équipe/parents/partenaires sur la GALIPETTE pour élaborer ensemble des projets pédagogiques à partir du projet éducatif. Non création du site internet de « la galipette »

Jeunesse : • Création du réseau jeunes. Instruction et suivi des dossiers FIJ. • La création du PIJ va renforcer l’aide à la réalisation de projets 13-25 ans • Gala de boxe en mai 2013

Culture : rencontres festives sur le site des jardins en fin d’année, soit à l’initiatives des jardiniers , soit à l’initiative des intervenants culturels.

92


CRITERE 11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants PAROLE DES SALARIES : secteur culture : L’expérience avec le projet Abbé Pierre a impulsé une dynamique et une demande de pratiques culturelles nouvelle tant du côté des habitants que des professionnels qui commence à s’essoufler : il faut relancer cet appétit sur le territoire. Secteur SIP : Participation active au projet ENSèN 2012, l’implication de salariés et des habitants est bonne et peut se développer. La participation à la Fête des Foins, ENSèN, la semaine du Développement Durable, la Journée de l’Europe, les forums emploi peut encore se développer et devenir un objectif plus important. Ponctuellement des projets plus ambitieux pourraient se construire (festival de musique ?) avec les habitants et d’autres associations (Transversales7 ?).

PAROLE DES SALARIES (synthèse) : Depuis 2010, le CS a su développé des projets innovants : Ensen, festival arts et culture, projet cuisine, ateliers de rue, forum habitants… Les projets collectifs ont contribué au renforcement l’identité collective sur le territoire. Il faut poursuivre ces actions.

La Galipette : L'implication des parents sur des projets reste difficile, cependant un groupe s’est constitué depuis septembre 2012. La forme utilisée pour la construction du projet éducatif (questionnaire) n'a pas donné satisfaction, les parents restent mobilisés sur les animations festives. secteur enfance-jeunesse-famille : Les espaces de participation aux projets collectifs existent, l’équipe s’est approprié cet objectif, mais peu de projets sont complètement autonomes : il y a encore besoin d’un accompagnement important du CS du aux difficultés sociales des habitants.

93


CRITERE 11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants PAROLE DES USAGERS :

PAROLE DES PARTENAIRES :

Forte implication des familles de Ste Catherine/Broquetons dans l’organisation de projets collectifs (sorties, … )

Le voyage à Paris a marqué les habitants.

Les sorties familles marquent la vie des enfants.

Forte implication des parents de la Galipette sur les projets : « J’essaie de m’investir à l’école comme je l’ai fait à la crèche ». parents de la Galipette.

20% des usagers interrogés dans l’enquête ont participé à un projet collectif avec les autres habitants. Source : enquête de satisfaction.

Le rôle de l’Espelido est de faire émerger une vie associative sur le territoire. L’Espelido doit aussi apprendre à faire simple et à moindre coût. Beaucoup de projets présentés par le CS sont souvent ambitieux avec une traduction financière couteuse. CAF

Les débats organisés par le CS sont très enrichissants, ils permettent aux habitants et aux partenaires de se retrouver autour d’une table, d’un thème dans un lieu neutre. Des rapports de confiance se tissent. CMS

Les animateurs ont su mobiliser les groupes de femmes, les sortir de leur quotidien. CMS

Le CS doit être lieu de vie pour les habitants et lieu de vie pour les partenaires. Un CS met donc en musique habitants et partenaires autour de projets pour répondre aux besoins de la population. CUCS

SYNTHESE DES PARTENAIRES :

94


CRITERE 11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants EVALUATION PAR LES ADMINISTRATEURS : Les projets collectifs à l’échelle du territoire ont permis une implication de nombreux habitants dans la vie des quartiers, ainsi que des partenaires. Accompagner les initiatives locales reste un de nos objectifs.

COTATION C11 : 2

95


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION FINALE

En fonction des - 6 attentes en terme d'utilité et d'efficacité sur le territoire - 6 attentes en terme de conformité

96


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION : En fonction de son efficacité et de son utilité sur le territoire

ATTENTES EFFICACITE ET UTILITE

CRITERES

mixité

C8 : Répartir les lieux d'activité, les rendre accessibles C9 : Développer la culture comme lien social

Autonomisation

C2 : Dans le cadre de la réhabilitation de la Cité des Broquetons, renforcer l'accompagnement social et le désenclavement du territoire C4 : Maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle

solidarisation

C11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants

mobilité

C8 : Répartir les lieux d'activité et les rendre accessibles.

Réflexion-prospective

C3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic.

Coordination institutionnelle C1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

COTATION

3,5 3,5 2 3 4 3

97


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION : En fonction de son efficacité et de son utilité sur le territoire EFFETS D’AUTONOMISATION

EFFETS DE SOLIDARISATION

98


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

EVALUATION : en fonction de la conformité

Critères

ATTENTES DE CONFORMITE

cotations

ACCUEIL GENERALISTE

C5 : Mettre en place des outils de connaissance des usagers et adhérents, et identifier leur parcours dans le centre

2

PARTICIPATION DES HABITANTS

C11 : Développer des espaces pour construire des projets collectifs avec les partenaires et les habitants

2

APPROCHE GLOBALE ET INNOVANTE

C3 : Faire évoluer les actions en fonction des besoins repérés dans le diagnostic

QUALITE DE GOUVERNANCE ET DE PILOTAGE

C7 : Renforcer le travail intersecteur

PARTENARIAT

C1 : Continuer les groupes de travail initiés dans le cadre de la démarche d'évaluation pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

4 4

QUALITE DES RESSOURCES C10 : Créer et développer des outils de communication en direction des partenaires et des habitants C6 : Améliorer l'accueil physique

3 3

99


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

ACCUEIL GÉNÉRALISTE

PARTICIPATION DES HABITANTS

100


2 – Evaluation du projet social 2010-2013

CONCLUSIONS : Les besoins repérés pour construire les axes prioritaires du futur projet social

Points à approfondir : -

Insertion : élargissement des publics concernés, adaptation des outils aux mutations du marché du travail

-

Soutien à l’éducation

-

Accompagnement vers l’autonomie, en co-contruisant des projets sur les quartiers

-

Approfondir la transversalité entre les secteurs : mise en place de groupes de travail thématiques (accompagnement social/solidarité, parentalité, accompagnement éducatif, culture)

-

Outils d’accès à la culture à l’échelle du territoire, place des artistes dans le projet culturel

-

Soutien ingénierie de projet, structurer fonction pilotage (aspects animation globale du territoire)

-

Consolider l’action DSL Broquetons

101


Volume 2

PROJET SOCIAL 2014 - 2017

Lâ&#x20AC;&#x2122;ESPELIDO

Centre Social et Culturel de Montfavet

102


2 â&#x20AC;&#x201C; Montfavet : diagnostic et problĂŠmatiques

103


Diagnostic

SOMMAIRE

INTRODUCTION : méthode 1 – Un état des lieux du territoire de Montfavet 2 – Montfavet, évolutions ou des mutations? conséquences 3 – Quels besoins des habitants ? quelles attentes des acteurs du territoire ?

4 – l’offre de service du territoire, le partenariat avec l’Espelido 5– Les conclusions pour le centre social 104


Diagnostic

INTRODUCTION - PRESENTATION DE LA METHODE D’ELABORATION DU DIAGNOSTIC - CONSTATS DU DERNIER DIAGNOSTIC

105


Espace réel

3 points de vues complémentairesEspace survécu le territoire Objectif : identifier les enjeux et les dynamiques territoriales au sein d’Avignon-Montfavet , selon 5 thématiques : précarité, population, emploi, logement et mobilité

Objectif : rendre compte géographiquement de l’espace vécu par les habitants, répondre à la question des évolutions du territoire.

Productions : diagrammes et cartes statistiques de Montfavet (découpage en IRIS)

Productions : cartes diachroniques et synthétiques. 3 périodes choisies: 1945-1970, 1970-2000 et 2000-2010

Espace perçu

Objectif : Permet de comprendre le ressenti des habitants sur leur territoire et les enjeux des acteurs institutionnels Productions : réalisation d’enquêtes et d’entretiens collectifs auprès de la population montfavétaine, + Diagnostic partenarial

106


Approche méthodologique SOURCES MOBILISEES Des informations statistiques •

• •

sur 5 grandes thématiques (population, emploi, logement, précarité et mobilité) à l’échelle de l’IRIS… avec des données INSEE, CAF, CNAM, MSA, CLSPD, Grand Avignon

Espace « réel »

• • •

Des informations spatiales sur les grandes évolutions du territoire (notamment les dynamiques urbaines) à partir de l’analyse : de cartes IGN au 1/25.000, de cartes de la DDT et photos aériennes du PLU, du Grand Avignon

• • • •

Espace « vécu »

DE NOVEMBRE 2012 à MARS 2013

Des informations tirées d’une enquête de terrain : - 430 habitants, enquête - 180 usagers, entretiens collectifs - 18 partenaires, entretiens individuels

Espace « perçu »

107


Le Diagnostic Territorial

108


Les principaux constats issus du précédent diagnostic, 2009 • Montfavet, un territoire en évolution. • Extension des îlots de précarité (Souspirous, Les Broquetons, Sainte-Catherine, L’Espelido). • Des prémices d’un nouveau pôle économique sur Agroparc. Diagnostic partagé du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail – CTE 11 avril 2013

109


PARTIE 1 Etat des lieux du territoire de Montfavet A - Localisation de la zone d’étude B – Les caractéristiques urbanistiques C – Les caractéristiques sociodémographiques

Diagnostic partagé du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail – CTE 11 avril 2013

110


A – Localisation de la zone d’étude

Diagnostic partagé du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail – CTE 11 avril 2013

111


B. B - Les caractéristiques urbanistiques 1 - un bâti hétérogène 2 - une ceinture verte de plus en plus réduite

112


1. Un bâti hétérogène • Des habitats individuels parsemés d’habitats collectifs • Une surface importante vouée à l’urbanisation sur Agroparc

Un quartier entouré d’une ceinture verte Diagnostic partagé du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail – CTE 11 avril 2013

113


Diagnostic partagĂŠ du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail â&#x20AC;&#x201C; CTE 11 avril 2013

114


- Cœur de Montfavet : logements individuels, parsemé d’habitats collectifs

IRIS 0102 IRIS 0103

-2ème couronne centrale : habitat pavillonnaire

- Secteur sud : tissu résidentiel mixte (appartements)

IRIS 0104

IRIS 0105

115


2. Une ceinture verte en sursis ?

Diagnostic partagĂŠ du territoire de Montfavet - CSC l'Espelido document de travail â&#x20AC;&#x201C; CTE 11 avril 2013

116


2. Une ceinture verte en sursis ? - Au N-N/E, zones agricoles préservées. - À l‘Ouest d'Agroparc au centre de Montfavet : zones en mutation.

- La pression sur la ceinture verte semble donc venir d'Agroparc et Mistral 7, elle est moins présente au N.

117


C. Caractéristiques socio-démographiques 1/ Une population importante 2/ Une pyramide des âges hétérogène, avec une forte proportion de plus de 60 ans 3/ De nombreux enfants en bas-âge 4/ Une forte proportion de familles monoparentales 5/ Des jeunes en grand nombre et/ou en difficulté sociale 6/ De nouveaux demandeurs d’emploi 7/ Une population paupérisée dans les ilôts 8/ Le recul de la délinquance (stat. CLSPD)

118


1 – une population importante Population totale de MONTFAVET (Insee 2011) : 11 844 habitants soit 13,2% de la population d’Avignon « Si Montfavet était une commune, elle serait la 10ème du département, après Bollène et devant Apt. » Le Sous-Préfet

119


2 – Une pyramide des âges hétérogène, avec une forte proportion de plus de 60 ans : PYRAMIDE DES AGES COMPAREE, INSEE 2011 : Pourcentages de la Population par tranches d'age 75 ans et plus 60 à 74 ans Montfavet 45 à 59 ans

Avignon

30 à 44 ans

Vaucluse

15 à 29 ans 0 à 14 ans 0

5

La population de Montfavet : - Plus jeune que celle du Vaucluse, - plus vieille que celle d'Avignon. - Indice de jeunesse (INSEE 2011) : Avignon : 1,6 Montfavet : 1,39

10

15

20

25

Près de 4300 habitants de plus de 60 ans sur Montfavet, en 2010, Soit plus de 25 % de la population.

120


3/ De nombreux enfants en bas-âge REPARTITION DU NOMBRE D’ENFANTS PAR AGE, SUR MONTFAVET, données CAF/MSA 2012 900 800 700 600 500 400 300 200 100 0 0/3ans

4/6 ans

7/12 ans

13/15 ans

16/18 ans

19/20 ans

Les 7-12 ans sont les plus nombreux sur Montfavet (800 enfants). • 40% des enfants de Montfavet sont en bas-âge (0-6 ans), soit 1 048 enfants.

• 46% des enfants d’Agroparc sont en bas âge (0-6 ans), soit 148 enfants.. •

NB : ces chiffres sont à minima, ils ne concernent que les familles allocataires CAF

121


4/ Une forte proportion de familles monoparentales, données CAF/MSA 2012

• 31 % de familles monoparentales (allocataires CAF) sur Montfavet dont 10% d’isolés non actifs.

• Ce chiffre s’élève à 39% (allocataires CAF) dans les ilots de précarité, dont 15% d’isolés non actifs.

122


5 / Des jeunes en grand nombre et en difficultés sociales, • 2000 étudiants à ce jour sur Agroparc, 4000 en 2014. Nombre de jeunes de moins de 25 ans vivant avec moins de 570 € par mois : • Sur Agroparc, 162 jeunes • Sur Montfavet, plus de 300 jeunes • Près d’un demandeur d’emploi Montfavétain sur 5 a moins de 25 ans ( source : pôle Emploi 2010)

• Sur Montfavet, près 40% des bénéficiaires de la CMU ont moins de 18 ans (source : CNAM 2011)

123


59% des jeunes suivis par les animateurs prévention du CLSPD sur Montfavet ont pour la plupart des difficultés d’emploi et de formation.

Difficultés des personnes suivies par les animateurs prévention sur Montfavet justice 4%

famille/parents 20% toxicomanies 6%

emploi/formation 59%

scolarité 11%

124


6/ De nouveaux demandeurs d’emploi, source Pôle Emploi 2010

9% de demandeurs d’emploi sur Montfavet, 1 demandeur d’emploi sur 6 a plus de 50 ans. répartition par âge des demandeurs d'emploi (P.E 2010)

50 et + 16%

moins de 25 ans 19%

25-50 ans 65% 125


Demandeurs d'emploi à Montfavet par niveau de qualification niveau bac +2 17%

79% des demandeurs d’emploi sont diplômés (à minima CAP/BEPC)

niveau 3è 13% niveau CEP SES 8%

niveau BAC, BT, BP 21%

48% des demandeurs d’emploi sont des employés qualifiés,

niveau CAP BEPC 41%

répartition des demandeurs d'emploi type d'emploi (PE 2010) cadres, agents de maitrise 12%

12% sont des cadres employés qualifiés 48%

manœuvres 10% ouvriers qualifiés 10%

employés non qualifiés 20%

126


7/ Une population paupérisée dans les ilots, source CAF 2012

34% des allocataires CAF se situent dans les ilots. 14% des allocataires CAF dans les ilots touchent moins de 550€ par mois. Près d’un allocataire CAF sur 5, dans les ilots, touche le RSA.

127


8/ Une délinquance en recul, source CLSPD En moyenne, baisse de 30% des infractions par rapport à 2011, la plupart des vols avec effraction augmentation nette : - des incendies volontaires (notamment sur des biens publics) des vols sur exploitations agricoles Aucune plainte de la population au sujet de l’hôpital psychiatrique

infractions délinquance et activité judiciaire économiques Montfavet (2012) et financières 8%

sur atteinte à l'intégrité physique 14%

atteinte aux biens 78% Nous n’avons pas été autorisés à communiquer le détail des chiffres.

128


CONCLUSION partie 1 : LES CARACTERISTIQUES URBANISTIQUES ET SOCIODEMOGRAPHIQUES •

Un habitat hétérogène, mixité propriétaire/locataires.

• Forte proportion de : Personnes âgées Enfants en bas âge Familles monoparentales D’étudiants (prévision pour 2014) • • •

Des jeunes en difficulté d’insertion. Des ilots en grande précarité. Une délinquance en recul. 129


PARTIE 2 A Montfavet, évolutions ou mutations ? A

-

Le territoire de Montfavet poursuit-il toujours à l'heure actuelle sa trajectoire d'évolution ou, au contraire, s'inscrit-il plutôt dans une logique de mutation ? B – Quelles conséquences pour Montfavet centre?

130


A – Les dynamique de peuplement et de A EVOLUTIONS OU MUTATIONS? 1 - L’évolution de la population entre 1999 et 2009 2 - Cartographie de synthèse de l’évolution du territoire entre 1945 et 2010 3 - Perception des habitants 4 - Conclusions

131


1 - L’évolution de la population entre 1999 et 2009 3-

Population en 1999

Population en 2009

Avignon : 85937 habitants

+ 4,1 %

Avignon : 89592 habitants

Montfavet : 9603 habitants

+ 20,2 %

Montfavet : 12 036 habitants

Agroparc : 1 587 habitants

+ 31,3 %

Agroparc : 2 311 habitants

L’Iris de Durance-Cantarel (sur lequel se situe Agroparc) est le quartier d’Avignon ayant connu l’évolution la plus importante entre 1999 et 2009 avec une augmentation 31,3 %.

132


133


2 - cartographie de synthèse de l’évolution du territoire entre 1945 et 2010

3-

134


135


136


Trois phases qui correspondent à trois logiques d'extension urbaine différentes :  1945-1970 : Logique urbaine centrée sur Avignon.  1970-2000 : Deux logiques urbaines différentes entre Montfavet et Avignon.

 2000-2010 : Une même dynamique urbaine pour Montfavet et Avignon.  1945-2000 : Territoire en évolution sur un pas de temps large, changements progressifs.

 2000-2010 : Territoire en mutation sur un pas de temps court, mutations profondes et rapides.

137


3 – perception des habitants territoire en évolution ou en mutation ? Nb

% cit.

évolutions

215

55,0%

mutations

176

45,0%

Total

391 100,0%

55,0% 45,0%

55% de la population notent des évolutions sur Montfavet… et ce résultat est sans doute assez largement expliqué par les difficultés qu’ont eues les enquêtés, à distinguer les changements qui relevaient des « évolutions » et des « mutations ».

138


… Néanmoins, Agroparc est très largement cité comme le plus important des changements qu’a connu Montfavet. principales mutations Nb Developpement Agroparc

% cit.

117

66,5%

30

17,0%

Augmentation de la population

8

4,5%

4,5%

Dynamique des activités economiques

7

4,0%

4,0%

Changement de comportement

5

2,8%

2,8%

Developpement du transport

3

1,7%

1,7%

Disparition des espaces verts

3

1,7%

1,7%

insécurité

3

1,7%

1,7%

Developpement du bâti

Total

66,5% 17,0%

176 100,0%

139


4 - Conclusions : Territoire en évolution ou en mutation ? Le territoire apparaît en mutation : 

Changement dans les dynamiques urbaines, les bâtis de Montfavet et d'Avignon sont maintenant liés par la route de Marseille.

La ceinture verte connaît une diminution rapide et importante encadrée par le PLU.

Les îlots de précarité se sont étendus. La banlieue apparaît comme la zone la plus touchée.

La population ne perçoit pas cette mutation mais reconnaît Agroparc comme un changement important.

140


B – Quelles conséquences pour Montfavet centre ?

1 – modification de la population 2 – nouvelles dynamiques urbaines 3 – perception des habitants et des acteurs institutionnels 4 - conclusions

141


1– modification de la population

Plus de 1000 nouveaux résidents sur Agroparc, et près de 2000 étudiants. Pour la plupart, ces nouveaux habitants se dirigent vers Avignon. 142


2Dynamique Urbaine

143


144


145


3 – perception des habitants et des acteurs du territoire Pour près de 60% des personnes, Montfavet n’a qu’un centre… Un ou deux centre(s) ? Nb

% cit.

un centre

244

58,8%

deux centres

171

41,2%

Total

415

100,0%

58,8% 41,2%

ce qui est vrai pour toutes les âges, à l’exception des moins de 20 ans.

146


… et ce centre est le centre-ville, pour l’immense majorité des enquêtés.

quel centre ? Nb Montfavet centre Agroparc Total

% cit.

244

88,1%

33

11,9%

277

100,0%

88,1% 11,9%

147


PAROLES DES HABITANTS (ateliers collectifs)

- Les habitants ont le sentiment que Montfavet centre « perd son âme de village ». - Le marché a diminué de moitié - Le centre ville de Montfavet est peu animé - Il n’y a pas de restaurants ouverts le soir, pas de cafés - Les gens sortent ensemble beaucoup moins qu’avant - Les repas entre voisins ne se pratiquent plus beaucoup. - On a l’impression d’être abandonnés au profit d’Agroparc.

148


PAROLES DES ACTEURS INSTITUTIONNELS (entretiens partenaires) -

L’implantation du CS sur Agroparc permettrait un vrai projet de liens entre Agroparc/Montfavet, sans se décentraliser des problématiques sociales de Montfavet

-

L’Espelido doit s’approprier Agroparc pour devenir le CS de tous les habitants, en difficultés sociales ou non.

-

Il faut plus d’animations sur Montfavet centre.

-

Il faut revitaliser le centre de Montfavet, renforcer cette identité collective de village.

-

AGROPARC est une zone d’activités. La mixité entre Agroparc et Montfavet reste difficile car Agroparc n’est pas encore un centre de vie. L’Espelido peut créer des ponts. 149


4 – CONCLUSIONS : Monfavet ne perd pas sa centralité. Peu de ponts entre Agroparc et Montfavet, pas de mélange des

populations (les habitants d’Agroparc se dirigent plus vers Avignon). Les habitants de Montfavet ont peur de perdre l’esprit de village du quartier. Les animations se font rares sur le centre, le marché est moins attractif. Les ponts entre Agroparc et le reste de Montfavet sont quasi inexistants.

150


PARTIE 3 LES BESOINS DES HABITANTS, LES ATTENTES DES ACTEURS DU TERRITOIRE A – A l’écoute des besoins des habitants : résultats de l’enquête (430 habitants) et synthèse des ateliers collectifs (180 usagers)

B – A l’écoute des acteurs du territoire

151


A – A l’écoute des besoins des habitants Résultats de l’enquête habitants :

Selon les enquêtés, l’amélioration du transport et de l’animation, de la convivialité et du lien social constituent les priorités. Comment améliorer les conditions de vie Nb

% cit.

Transport

59

26,0%

Animation

48

21,1%

Cohésion sociale

21

9,3%

Sécurité

19

8,4%

Emploi

18

7,9%

Logement

18

7,9%

Santé

16

7,0%

Aide sociale

8

3,5%

Amenagement

7

3,1%

Sport

7

3,1%

Environnement

6

2,6%

Total

227 100,0%

26,0% 21,1% 9,3% 8,4% 7,9% 7,9% 7,0% 3,5% 3,1% 3,1% 2,6% 152


74% des enquêtés (toute classe d’âge) estiment que Montfavet a des besoins sociaux…et ces besoins sont essentiellement liés au lien social.

153


Synthèse des ateliers collectifs usagers POINT DE VUE DES MONTFAVETAINS SUR LEUR TERRITOIRE: - Montfavet est comme un village, il y fait bon vivre. « On ne veut pas en partir ». - Il y a beaucoup de mixité entre les mamans des différents quartiers. - Les rencontres, les fêtes de quartier sont très appréciées. - Grande amélioration des transports (bus) : plus de passage aux Broquetons. - Pas de sentiment d’insécurité à Montfavet

154


LES BESOINS DES HABITANTS : BESOIN DE LIEN SOCIAL :

- lien social intergénérationnel (notamment jeunes et personnes âgées) -

Lien social entre les jeunes adultes des différents quartiers (tensions) Besoin d’un lieu central (au centre ville), lieu de rencontres informelles type café Animations festives et culturelles au centre ville de Montfavet (redonner une âme au centre ville)

EQUIPEMENTS SUPPLEMENTAIRES ou AMELIORATIONS DU CADRE DE VIE :

-

Davantage de parcs de jeux pour enfants en bas âge Besoin de commerces de proximité dans les quartiers Besoin d’indiquer la salle de boxe. Malgré les améliorations, encore des difficultés de transports repérées

ACTIONS D’ANIMATIONS EDUCATIVES ET PREVENTION SUR LES BROQUETONS :

-

Besoin d’une éducation civique pour la gestion des déchets aux Broquetons Besoin d’une ronde de police aux Broquetons après 21h

155


B –attentes A l’écoute partenaires B – Les desdes acteurs du territoire AGROPARC / MONTFAVET : - Créer des ponts entre Agroparc (terre d’excellence) et les quartiers (terres de souffrance) via les bailleurs - Réfléchir à l’implantation plutôt à la limite des territoires pauvres et des territoires équilibrés. - Repositionner le SIP sur Agroparc = intéressant, avec un « guichet unique »

MONTFAVET/AVIGNON - L’Espelido = doit s’inclure dans une vision plus large, plus transversale avec les autres territoires de la ville. ILOTS DE PRECARITE : Développer la notion d’ENPOWERMENT sur le territoire (développement du pouvoir d’agir). - Forte probabilité de la perte de priorisation CUCS (aujourd’hui niveau 3) : La négociation au niveau local 2014 entre partenaires et acteurs opérationnels sera décisive. LES JEUNES : - Priorité à destination des 16-25 ans sur le territoire, avec la Mission Locale, CROUS… 156


LA POPULATION VIEILLISSANTE - Prise en compte du vieillissement de la population L’ANIMATION DU CENTRE : - Plus d’animations sur Montfavet centre

LA MOBILITE - Animer une commission « MOBILITE » sur Montfavet

SOUTIEN A L’EDUCATION • Travail à faire avec tous les partenaires du territoire sur l’amélioration de l’image du collège TAVAN (Il manque 100 élèves sur le collège, aux vues des statistiques) • GROS BESOINS en ALPHABETISATION (20% des parents du collège ne parlent pas Français, grosses difficultés) -

Aide à l’émergence d’un CLAE sur l’école du centre

Besoin de plus d’accueil CLAS (CLAS primaire) sur Montfavet.

157


PARTIE 4 : L’OFFRE DE SERVICE SUR LE TERRITOIRE A – L’offre associative B – Les services aux habitants et les partenaires de l’Espelido

158


A – l’offre de service associative Ruralité

Culture

Médico-

Économie

social 20.7 %

18,00%

12.7 %

Sports et

Autres

loisirs 15.4%

31.4%

2,00%

Recensement 2012 du nombre d’associations sur Montfavet, source étudiants IMF

Présentation : Le quartier de Montfavet compte 150 associations. Elles sont dynamiques et certaines rayonnent par leur recrutement et leurs actions bien au-delà des frontières de Montfavet. Construction des catégories par thèmes : - Ruralité : agriculture, animaux, environnement, tradition et folklore. - Culture : arts et lettres, cultuel, culturel, échange et jumelage, enseignement, spectacle. - Médico-social : médical, prévention, social. - Sport et loisir : jeunesse, loisir détente, science et vie, seniors et retraités, sport. -Autres : architecture, armée et médaillés, habitat.

159


B – LES SERVICES AUX HABITANTS THEME

type

Nb d’associations sur Montfavet centre

Nb d’association s sur Agroparc

CULTURE-LOISIRS

Associations culturelles, éducatives et de loisirs

4

3

SPORTS

Associations sportives

6

GARDE D’ENFANTS

Crèches halte garderie, gardes d’enfants

3

ECOLES SUPERIEURES

Formations professionnelles

EDUCATION NATIONALE

Écoles

2 primaires publiques/2maternel le/primaires privées 2 maternelles publiques/ 1 collège

HABITAT

Office HLM

1

Nb de partenaires sur le territoire

2

8

160


LES SERVICES AUX HABITANTS THEME

type

Nb d’associations sur Montfavet centre

Services administratifs

VILLE : Mairie annexe + CCAS Conseil Général : CMS La Poste Centre des impôts

4

Nb d’associations sur Agroparc

Nb de partenaires sur le territoire 4

1 commerces

Boulangerie, pharmacies, supérettes, coiffeurs, banques…

77

sécurité

ETAT VILLE

9 agents de police municipale + 1 patrouille de nuit 12 agents de police nationale 1 gendarmerie

Associations humanitaire, d’entraide sociale Emploi

Agence d’intérim et d’emploi Service d’insertion

49 + 85 (zone commerciale)

2

4

1

1

161


Synthèse

162


Synthèse

PARTIE 1 : CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE

-Une population importante (12 000 hab.) -Des habitats individuels parsemés d’habitats collectifs. Habitat hétérogène. Mixité entre propriétaires et locataires.

-Un quartier entouré d’une ceinture verte. Caractère villageois. - une surface importante vouée à l’urbanisation. Transition de terres « agricoles » vers une urbanisation. Mutations, ceinture verte en sursis ?, adaptation. -Forte proportion de familles monoparentales (40% dans les ilôts) - Paupérisation, difficultés sociales. 1 allocataire CAF sur 5 touche le RSA. 35 des allocataires CAF habitent les ilôts. 15% des allocataires touchent – de 550€ par mois. 300 jeunes de – de 25 ans touchent – de 570€

-Nouveaux demandeurs d’emploi. 9% de chômage. 1 DE sur 5 à – de 25 ans. 80% des DE sont diplômés. 48% sont employés qualifiés. 12% cadres - Nombreux enfants en bas âge : 1 000 enfants de 0 à 6 ans.

- 60% des jeunes suivis par le CLSPD

rencontrent des difficultés d’emploi.

-Délinquance en recul (- 30% / 2011) 163


Synthèse

PARTIE 2 : EVOLUTIONS DU TERRITOIRE

-Forte progression de la population (+30% sur l’IRIS 105 de 99 à 09) - Logiques d’extension urbaine : - 1945 à 2000 changements progressifs - 2000 à 2010 mutations profondes et rapides Agroparc cité comme le plus important des changements qu’à connu Montfavet. De nouveaux résidents, afflux d’étudiants, afflux de salariés.

-Impact sur le centre ville ? Non. Perception d’un seul centre, mais perte de l’âme de village (réduction ceinture verte, développement du bâti, des voies de communication) - Nécessité de renforcer les liens entre Agroparc et le centre, créer des ponts. -Développer les animations sur le centre - Point de vue des habitants : Montfavet = village, mixité, fêtes appréciées, grande amélioration des transports, pas de sentiment d’insécurité.

164


Synthèse

PARTIE 3 : BESOINS DU TERRITOIRE

A l’écoute du besoin des habitants : -Besoin de lien social : intergénérationnel, de rencontres informelles sur un lieu central, d’animations festives et culturelles -Besoin d’équipements supplémentaires : aires de jeux, commerces de proximité, services - Besoin d’actions d’animation et de prévention : éducation civique, animateurs de prévention, police. A l’écoute des besoins des partenaires : - Créer des ponts entre Agroparc et les autres quartiers - Présence de l’Espelido sur Agroparc - Inscrire l’Espelido dans une vision plus transversale avec les autres territoires d’Avignon - Développer la notion d’empowerment - Prioriser les jeunes de 16 à 25 ans - Prendre en compte le vieillissement de la population - Développer les animations sur le centre - Apporter un soutien à l’éducation 165


Synthèse

PARTIE 4 : ORIENTATIONS

Les grandes orientations de travail proposées par la CTE du 7 mai 2013

1 – Consolidation des actions en cours Notamment : maintenir le financement qui existe sur le projet DSL Broquetons de manière à atteindre l’objectif fixé sur le projet. Actions en direction de la jeunesse à visée éducative. Consolidation nécessaire de la démarche socio- éducative du centre social. Refonte des actions de prévention des risques de délinquance (prévention primaire). Démarche préventive éducative.

166


Les grandes orientations de travail proposées lors de la CTE du 7 mai 2013 2 – Axes de développement - Le projet éducatif : travail en lien avec la réforme des rythmes scolaires, travail en lien avec l’Ecole du Centre, travail en lien avec le CVL (4-6 ans). Développer des temps d’animation forts. Proposer des services nouveaux. Développer des liens entre petite enfance et centre de loisirs. Lien avec la réforme des rythmes scolaires. - L’animation globale et coordination : renforcer l’ingénierie de projet. Renforcer le pilotage de la structure, renforcer l’accueil, renforcer le secrétariat et la gestion. Engager des négociations dans le cadre du déplafonnement. De la mobilisation à l’autonomisation.

167


Les grandes orientations de travail proposées lors de la CTE du 7 mai 2013 2 – Axes de développement (suite)

- Contribuer à la revitalisation du centre ville : faire évoluer l’offre de service (offre d’accueil), proposer de nouvelles actions. Développer les actions en cours : participation à la Fête des Foins, participation au Festival Art et Culture, soutien à Ensèn, développer un projet autour de la Petite Enfance (Parc de la Cantone) - Les locaux de l’association : anticiper le risque lié à la perte des locaux du SIP et de l’école de Cantarel. Avancer sur le projet de locaux sur le site d’Agroparc.

168


Diagnostic

ANNEXES MĂŠthodologies

169


Les sources mobilisées outils

Qui?

Quand ?

ETUDE CARTOGRAPH IQUE

Étudiants de l’université en master 1 géo

Novembrejanvier 2013

Faire une étude cartographique de l’évolution de Montfavet depuis 1945. Le bâti, les pôles d’influence…

RECHERCHE STATISTIQUES

Étudiants master 1 géo + Equipe de l’Espelido

Novembrejanvier 2013

-

Étudiants master 1 géo

Décembrejanvier 2013

ENQUETE HABITANTS

Recherche statistiques adhérents (NOE)

OBJECTIFS

-

Personnes touchées

Étude cartostatistique des différents éléments sociodémographiques Analyse affinée à partir de données précises sur le territoire.

- Mesurer l’espace perçu de Montfavet par les habitants et la mobilité des habitants

340 habitants interrogés, 42 questions

- Typologie des adhérents de l’Espelido

170


outils

Qui?

Quand ?

ATELIERS COLLECTIFS DES USAGERS

Anne Maffre (formation CAFERUIS) Partenaires présents

janvier 2013

ENQUETE PARTENARIA LE

Niveau politique : Christine LACROIX, Cabinet ACTIOP

Janviermars 2013

Niveau technique : Anne MAFFRE, formation CAFERUIS

OBJECTIFS

Personnes touchées

Entretien collectif semi-directif : 1/ évaluation de l’action du Centre Social et de la qualité de ses services, améliorations proposées 2/ diagnostic de territoire, l’espace vécu par les usagers, améliorations proposées

11 ateliers collectifs, 180 usagers interrogés, 25% des adhérents 3 partenaires participants : CAF, Grand Avignon, Ville

Entretien semi-directif : 1/ évaluation de l’action du Centre Social, de la qualité de ses services, de la coordination institutionnelle et de son impact territorial, améliorations proposées 2/ Diagnostic de territoire, l’espace Montfavet et les institutions, perspectives

10 institutions représentées 5 partenaires politiques, 18 partenaires techniques

171


Méthodologie de l’enquête Quatre Canaux de diffusion de l’enquête

Nombre réalisé : 430 questionnaires Quatre Canaux de diffusion : 1- Enquêtes réalisées par les étudiants de l’UAPV Sélection de zones à forte fréquentation potentielle de la population (salle des fêtes, sorties d’école, Loto, hôpital, lycées René Char et François Pétrarque, Bibliothèque universitaire d’Agroparc, Cinéma Rex, Ecole de Musique etc.) 2- Enquêtes auprès des usagers de l'Espelido (équipe du centre social)

3- Enquêtes au marché, lieu de brassage (étudiants de l'IMF) 4- Enquêtes diffusées auprès des institutions et structures accueillant du public (CCAS, CMS, crèches, médecins, Grand Avignon…) (Anne Maffre, stagiaire CAFERUIS) 172


Localisation des lieux d’enquêtes

173


Principales difficultés rencontréess • Population peu nombreuse en cette période hivernale (ex: le marché des producteurs n'a pas lieu) • Refus d'enquêter dans la zone d’Auchan • Difficultés à faire comprendre parfois certaines questions clés : – territoire en mutations/évolutions – Montfavet : un centre/deux centres? – Montfavet: village ou quartier d’Avignon?

174


METHODOLOGIE DE DIAGNOSTIC DE LA CEINTURE VERTE Méthodologie : • Parcourir le territoire limitrophe de Montfavet, afin de délimiter l'étude • Analyse des « surfaces vertes », à l'aide de photos et d'images aériennes • Création de la typologie

• Rendu cartographié Objectifs :  Identifier les zones en sursis  Localiser les dynamiques en cours  Faire un état de la ceinture verte

175


3- Elaboration du projet social 2014 / 2017 problématiques repérées objectifs généraux et opérationnels

176


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017

Le projet social présenté s’appuie sur la démarche d’évaluation et le diagnostic réalisé en croisant 4 types d'information : - des informations statistiques sur 5 thématiques ( population, emploi, logement, précarité et mobilité) - des informations spatiales sur les grandes évolutions du territoire (analyse de cartes et photos) - des informations tirées d'enquêtes de terrain auprès des habitants, des partenaires, des usagers, des adhérents - du bilan des actions

177


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017

Critères d’Efficacité - Critères généraux d’agrément Autonomisation, solidarisation, mixité, mobilité, réflexion prospective, coordination institutionnelle

- Eléments de diagnostic et d’évaluation constatés sur le territoire L'ensemble des usagers rencontré sont globalement satisfait des services du centre social, tous notent la disponibilité, la compétence des équipes qui a permis d'établir une confiance. Le bouche a oreille est le principal vecteur de connaissance du centre social. Les améliorations portent sur plus de services ( horaire crèche, ALSH...) et d'activité ( sorties, séjours...) , de même sur les locaux qui parfois sont jugés « limites ».Pour l'usager c'est l’accès au service qui est la porte d'entrée au centre, et l'implication est centré sur l'activité pratiquée , le passage à une participation plus « citoyenne » reste aléatoire. Pour les usagers le centre est créateur de lien social et la mixité existe au sein des services du centre social ,cependant elle est plus notable sur le secteur culture et moins sur les autres secteurs. Montfavet est vécu comme un secteur calme avec une ambiance « village » et des quartiers « tranquille » Les familles ne se sentent pas globalement en insécurité sur Montfavet La question des déplacements reste problématique ( accès au services, aux écoles...) Agroparc reste un territoire « a part »pas fréquenté par les usagers du centre « un autre monde »

178


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017

Critères d’Efficacité (suite) - Orientations spécifiques de l’action du centre, objectifs généraux validés en CPE (17 mai 2013) - Consolider l'action DSL Broquetons, renforcer la présence du droit commun, renforcer l'orientation vers le droit commun Maintenir les moyens favorisant l'intégration, l'insertion sociale et professionnelle - Impulser et soutenir des dynamiques de projet à l'initiative des habitants - Rendre possible l'accès à la culture pour tous Favoriser la mixité dans les activités (sociale, parité, générationnelle, culturelle) Consolider les actions socio-éducatives (prévention, accueil de loisirs) Favoriser la réussite scolaire - Participer à la construction d'un projet de territoire articulé autour d'un diagnostic partagé - Valoriser l'implication des partenaires sur les objectifs et les actions 179


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017

Critères de Conformité - Critères généraux d’agrément Accueil généraliste, participation des habitants, approche globale et innovante, gouvernance et pilotage, partenariat

-Eléments de diagnostic et d’évaluation constatés sur le territoire La proximité capte les publics et l'équipe établie une confiance avec les familles, reste le transfert de la problématique vers les bons services pour l'accompagnement des familles( CMS, pôle emploi, bailleur, associations et services sociaux...) ,pour le centre social ACF= écoute, information et orientation, pas d'accompagnement spécifique ( spécialisé) par le centre social. Les agents d'accueil font un accueil de 1er niveau et oriente vers les ressources interne pour un accueil personnalisé de 2éme niveau (responsable de secteur) . Il s'agit de donner la bonne information et bonne orientation . Quelle formation et professionnalisation des agents ? Investissement et compétence des équipes dans l' action, un manque de temps de coordination, régulation, supervision... Actuellement peu de pilotage de commission partenariale thématique ( petite enfance, alphabétisation professionnelle), elle s'exerce sur le projet DSL Broquetons, besoin d'améliorer la fonction pilotage et perspective . Faire évoluer l'accueil pour améliorer la disponibilité des agents. Prévoir des temps d'échange et de régulation avec l'ensemble des acteurs du centre social « prendre du recul » en dehors du travail sur l'évaluation et le projet social. 180


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017 Critères de Conformité (suite) - Orientations spécifiques de l’action du centre, objectifs généraux validés en CPE (17 mai 2013) - Diversifier et articuler les modes d'accompagnement de la fonction parentale. Accompagner à la fonction parentale. - Favoriser la participation des habitants. Favoriser la mobilisation et la participation des habitants - Faire évoluer les actions d'insertion en s'adaptant aux mutations du marché de l'emploi. Faire évoluer les actions en s'adaptant à l'élargissement des publics concernés par la précarité et la recherche d'emploi. - Amener le financement du pilotage à un niveau qui permet un développement de l'ingénierie de projet . Soutenir l'ingénierie de projet, structurer la fonction pilotage - Partager un projet d'intervention articulé sur ce territoire en s'appuyant sur un travail de diagnostic et d'évaluation partagé . Contribuer à la mise en œuvre des réseaux avec les partenaires. - Renforcer les capacités d'accueil, la connaissance des publics. Développer l'offre de loisir en lien avec la réforme des rythmes scolaires. 181


Elaboration du projet social

Projet social 2014 - 2017

Les démarches engagées ont permis de dégager deux constats : 1- maintien de problématiques attachées au territoire et à la population (consolider les actions en cours) 2- émergence de problématiques prioritaires (faire évoluer l’offre de service) - Le projet éducatif , proposer des temps d’animation forts, des services nouveaux, des liens entre petite enfance et centre de loisirs - L’animation globale et coordination : renforcer l’ingénierie de projet, le pilotage de la structure, l’accueil, le secrétariat et la gestion - Contribuer à la revitalisation du centre ville : proposer de nouvelles actions et développer les actions en cours - Les locaux de l’association : anticiper le risque lié à la perte des locaux du SIP et de l’école de Cantarel, avancer sur le projet de locaux sur le site d’Agroparc.

182


Elaboration du projet social Les orientations issues de l’évaluation et du diagnostic

Les grandes orientations Priorité 1 :

ACCOMPAGNER L’EVOLUTION DU TERRITOIRE

Priorité 2 :

FAVORISER L’ACCUEIL, LA MIXITE, LA MOBILISATION DES HABITANTS

183


Elaboration du projet social Priorité 1 - Accompagner l’évolution du territoire

La problématique - Les principaux problèmes qui ont un lien entre eux - Défaillance de lien social, isolement - Chômage, difficultés d'emploi - Manque d’actions d’animation et de prévention - Mutations du territoire - Paupérisation, difficultés sociales - Forte proportion de familles monoparentales - La nature des changements que l'on veut opérer - Prioriser les jeunes de 16 à 25 ans - Mieux prendre en compte le vieillissement de la population - Amélioration de l'attractivité du centre de Montfavet - Plus de présence de l’Espelido sur Agroparc - Inscrire l’Espelido dans une vision plus transversale avec les autres territoires d’Avignon - Créer des ponts entre Agroparc et les autres secteurs de Montfavet

184


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire

Les orientations - Continuer les groupes de travail pour enrichir le diagnostic, la démarche d'évaluation - Renforcer l'accompagnement social et le désenclavement du territoire - Maintenir les actions qui participent à l'intégration, à l'insertion sociale et professionnelle - Maintenir et développer des actions socio éducatives - Maintenir et développer des actions qui concourent à promouvoir les valeurs de l'association - Développer des animations sur le centre ville

185


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire

Les actions A1 - Continuer les groupes de travail pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

A2 - Maintenir l'accompagnement social et le désenclavement du territoire A3 - Maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle A4 - Développer la fonction pilotage, l'ingénierie de projet

Les attentes (critères généraux d’agrément) 1 - Efficacité et utilité : - Autonomisation A2, A3 - Solidarisation - Mixité - Mobilité A2 - Réflexion prospective A4 - Coordination institutionnelle A1

2 – Conformité : - Accueil généraliste - Participation des habitants - Approche globale innovante A2, A3 - Gouvernance et pilotage A4 - Partenariat A1 - Qualité des ressources

186


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire

Objectifs généraux :

A1

OG1 - Construire et mettre en œuvre un projet d'intervention articulé en s'appuyant sur un travail de diagnostic et d'évaluation partagé OG2 - Amener le financement du pilotage à un niveau qui permet de structure la fonction- Soutenir l'ingénierie de projet

A2

OG3 - Contribuer à la mise en œuvre des réseaux avec les partenaires

OG4 - Consolider l'action DSL Broquetons, renforcer la présence du droit commun, renforcer l'orientation vers le droit commun A3

OG5 - Maintenir les moyens favorisant l'intégration, l'insertion sociale et professionnelle OG6 - Faire évoluer les actions d'insertion en s'adaptant aux mutations du marché de l'emploi, à l’élargissement des publics concernés par la précarité et la recherche d'emploi

A4

OG7 – Participer à la construction du projet de territoire

187


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A1 - Continuer les groupes de travail pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

Objectif général 1 Construire et mettre en œuvre un projet d'intervention articulé sur ce territoire en s'appuyant sur un travail de diagnostic et d'évaluation partagé.

Objectifs opérationnels OO1 - Poursuivre le travail de recueil de données engagé avec l’ensemble des partenaires et des acteurs du territoire OO2 - Associer les habitants et acteurs de terrains au diagnostic du territoire (forums ouverts, réunions, …)

Actions concernées OO1 - Pilotage - Ingénierie de projet - Accueil - Galipette (Maintien de la commission petite enfance biannuelle : analyse des besoins, coordination autour de projets communs sur le territoire avec la CAF, CMS, PMI, CCAS, UPB, et les structures petite enfance) OO2 - Pilotage - Accueil - Accompagnement social des familles - DSL Broquetons - Actions collectives familles - Chantier d'insertion Ateliers culturels - Jardins de Favet

188


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A1 - Continuer les groupes de travail pour enrichir collectivement le diagnostic de territoire

Objectif général 2 Amener le financement du pilotage à un niveau qui permet de structurer la fonction

Objectifs opérationnels OO3 - Développer les outils et moyens de gestion, le secrétariat OO4 - Structurer la fonction pilotage OO5 - permettre l'ingénierie de projet

Actions concernées OO3 – OO4 – OO5 - Pilotage – Animation globale et coordination

189


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A2 - Maintenir l'accompagnement social et le désenclavement du territoire

Objectif général 3 Contribuer à la mise en œuvre des réseaux avec les partenaires

Objectifs opérationnels OO6 - Mobiliser le partenariat et renforcer la cohérence des actions pour répondre aux défis du développement socioéconomique du territoire

Actions concernées OO6 – Pilotage – Ensemble des actions

190


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A2 - Maintenir l'accompagnement social et le désenclavement du territoire

Objectif général 4 Consolider l'action DSL Broquetons, renforcer la présence du droit commun, renforcer l'orientation vers le droit commun

Objectifs opérationnels OO7 - Créer un processus d’intervention multi-partenarial en réponse aux difficultés des jeunes OO8 - Faciliter l’accès au droit commun

Actions concernées OO7 - Point Information Jeunesse - Animateur référent prévention/CLSPD - Service Insertion et Promotion

OO8 - Service Insertion et Promotion - Accompagnement social des familles - DSL Broquetons - Actions collectives familles Actions collectives jeunesse/Club Jeunes - Actions collectives enfance

191


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A3 - Maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle

Objectif général 5 Maintenir les moyens favorisant l'intégration, l'insertion sociale et professionnelle

Objectifs opérationnels OO9 - Favoriser l'insertion par une prise en compte globale des problématiques rencontrées OO10 - Favoriser l'accès à l'emploi, développer des rapprochements entre les entreprises et les publics du quartier OO11 - Favoriser l'autonomie, mobiliser et impliquer des habitants dans la conduite de projets - Le lien au droit commun (mobilité, accès aux nouvelles technologies, autonomie)

Actions concernées OO9 - Point Information Jeunesse - Animateur référent prévention/CLSPD - Service Insertion et Promotion OO10 - Service Insertion et Promotion - Accompagnement social des familles - DSL Broquetons - Actions collectives familles - Actions collectives jeunesse/Club Jeunes - Actions collectives enfance OO11 - Service Insertion et Promotion - Actions collectives jeunesse/Club jeunes - DSL Broquetons - Accompagnement social des familles - Actions collectives familles

192


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A3 - Maintenir les actions qui participent à l'intégration et à l'insertion sociale et professionnelle

Objectif général 6 Faire évoluer les actions d'insertion en s'adaptant aux mutations du marché de l'emploi, à l’élargissement des publics concernés par la précarité et la recherche d'emploi

Objectifs opérationnels OO12 - Favoriser la maîtrise de la langue française, la communication et les échanges OO13 - Créer des réseaux de solidarité OO14 - Accompagner les familles en lien avec les secteurs du centre social, permettre l'accès à un mode de garde, réserver des places en multi -accueil (PLIE, Ville), repérer les besoins et établir un contrat avec les familles et Galipette OO15 – Connaître de nouveaux modes d’accompagnement, de nouvelles stratégies d’action, adapter les actions (recherche et développement)

193


Elaboration du projet social

Actions concernées OO12 - Accompagnement social des familles - Ateliers linguistiques, atelier linguistique professionnalisant - Ateliers culturels OO13 - Accompagnement social des familles - Actions collectives famille - Service Insertion et Promotion – Galipette

OO14 - Galipette (Places réservées sur la structure, adaptation aux besoins de garde atypiques (contrat d'accueil modulable)- Accompagnement social des familles - DSL Broquetons - Actions collectives familles - LAEP GranDire – Service Insertion et Promotion OO15 – Pilotage – Service Insertion et Promotion

194


Elaboration du projet social Priorité 1 : accompagner l’évolution du territoire A4 - Développer la fonction pilotage, l'ingénierie de projet

Objectif général 7 Participer à la construction du projet de territoire

Objectifs opérationnels OO16 - Développer l'ingénierie de projet

Actions concernées OO16 - Pilotage

195


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants

La problématique - Les principaux problèmes qui ont un lien entre eux - La question éducative - L'insertion - L'accès à l'emploi - Le besoin de lien social

- La nature des changements que l'on veut opérer - Développer la notion d'empowerment, la capacité d'agir - Rendre la population plus autonome, soutenir l'implication - Donner envie de se projeter, de créer et mettre en œuvre des projets - Rassurer, donner confiance

196


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants

Les orientations - Placer le principe d’accompagnement éducatif comme mode prioritaire d’intervention au regard de l’évolution du territoire - Favoriser l'autonomie, la capacité d'agir - Renforcer la place des parents - Favoriser la mixité - Favoriser la mobilisation des habitants

197


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants

Les Actions A5 - Développer le projet éducatif (Parentalité, prévention, accueils de loisirs, accompagnement à la scolarité) A6 - Approfondir la transversalité entre les secteurs, améliorer l'accueil et l'orientation A7 - Renforcer la culture comme support du lien social A8 - Créer des outils de communication : internes, en direction des habitants, des partenaires

A9 - Développer des projets collectifs avec les habitants

Les attentes (critères généraux d’agrément) 1 - Efficacité et utilité : - Autonomisation A5 - Solidarisation A9 - Mixité A6, A7 - Mobilité - Réflexion prospective - Coordination institutionnelle

2 – Conformité : - Accueil généraliste A6 - Participation des habitants A9 - Approche globale innovante A5, A7 - Gouvernance et pilotage - Partenariat - Qualité des ressources A6, A8

198


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants

Objectifs généraux : A5

OG7 - Diversifier et articuler les modes d'accompagnement de la fonction parentale, accompagner à la fonction parentale OG8 - Consolider les actions socio-éducatives (prévention, accueil de loisirs) OG9 - Développer l'offre de loisir en lien avec la réforme des rythmes scolaires OG10 - Favoriser la réussite scolaire

A6

OG11 - Renforcer les capacités d'accueil, la connaissance des publics OG12 - Favoriser la mixité dans les activités (sociale, parité, générationnelle, culturelle)

A7

OG13 - Favoriser la participation des habitants OG14 - Rendre possible l'accès à la culture pour tous

A8

OG15 - Favoriser la mobilisation et la participation des habitants OG16 - Valoriser l'implication des partenaires sur les objectifs et les actions

A9

OG17 - Impulser et soutenir des dynamiques de projet à l'initiative des habitants 199


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A5 - Développer le projet éducatif (Parentalité, prévention, accueils de loisirs, accompagnement à la scolarité)

Objectif général 7 Diversifier et articuler les modes d'accompagnement de la fonction parentale, accompagner à la fonction parentale

Objectifs opérationnels OO17 - Accompagner les parents, analyser les besoins, animer des ateliers parents enfants (information - prévention)

Actions concernées OO17 - Galipette (Animation de groupe de paroles afin d'accompagner "le devenir parent", atelier parents-enfants (support le jeu et le soin), animation de soirées (informations et prévention)) – Secteur « famille »

200


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A5 - Développer le projet éducatif (Parentalité, prévention, accueils de loisirs, accompagnement à la scolarité)

Objectif général 8 Consolider les actions socio-éducatives (prévention, accueil de loisirs)

Objectifs opérationnels OO18 - Développer des projets collectifs avec les habitants et les partenaires en s’appuyant sur les activités enfance et jeunesse OO19 - Développer des temps d'animation forts OO20 - Développer des liens entre petite enfance et centres de loisirs

Actions concernées OO18 - Actions collectives familles - DSL Broquetons - Galipette (Ateliers de parents : préparations pour des animations festives)

OO19 - Actions collectives jeunesse/Club Jeunes/Réseau Jeunes OO20 - Actions collectives enfance/ALSH

201


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A5 - Développer le projet éducatif (Parentalité, prévention, accueils de loisirs, accompagnement à la scolarité)

Objectif général 9 Développer l'offre de loisir en lien avec la réforme des rythmes scolaires

Objectifs opérationnels OO21 - Proposer des actions dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires OO22 - Faire évoluer les outils existants pour déployer des services nouveaux adaptés au territoire

Actions concernées OO21 - CLAS vertes rives - Actions collectives enfance/ALSH/Périscolaire

OO22 - Pilotage - Ingénierie de projet (Point Information Jeunesse, Jardins de Favet)

202


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A5 - Développer le projet éducatif (Parentalité, prévention, accueils de loisirs, accompagnement à la scolarité)

Objectif général 10 Favoriser la réussite scolaire

Objectifs opérationnels OO23 - Favoriser la réussite scolaire des enfants et des jeunes

Actions concernées OO23 - Actions CLAS : Sainte Catherine, Vertes rives, Collège A. Tavan - Point Information Jeunesse (orientation, SPO, Lutte contre décrochage scolaire/FIPD).

203


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A6 - Approfondir la transversalité entre les secteurs, améliorer l'accueil et l'orientation

Objectif général 11 Renforcer les capacités d'accueil, la connaissance des publics

Objectifs opérationnels OO24 - Améliorer les conditions de l'accueil, la prise en charge. Mieux identifier les profils des usagers, les parcours. Mieux coordonner en interne le suivi des usagers OO25 - Renforcer la coordination autour de l'accueil OO26 - Favoriser la connaissance et la fréquentation des structures de droit commun

Actions concernées OO24 - Pilotage - Accueils - Projets adultes relais/DSL Broquetons - Accompagnement social des familles) OO25 - Pilotage - Accueil - Ensemble des coordinateurs des secteurs OO26 - Service Insertion et Promotion - Galipette - Accompagnement social des familles - Actions collectives famille – DSL Broquetons 204


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A6 - Approfondir la transversalité entre les secteurs, améliorer l'accueil et l'orientation

Objectif général 12 Favoriser la mixité dans les activités (sociale, parité, générationnelle, culturelle)

Objectifs opérationnels OO27 - Mettre en place de groupes de travail thématiques (accompagnement social/solidarité, parentalité, accompagnement éducatif, culture) OO28 - Valoriser des territoires isolés et défavorisés en créant des pôles d'activité attractifs OO29 - Favoriser l'accès de toutes les populations à l'ensemble des sites

Actions concernées OO27 - Ensemble des secteurs, avec coordination, pilotage et ingénierie de projet - Galipette : Groupe de travail regroupant parents de Galipette et membres du CA pour l'élaboration du projet d'établissement.

OO28 - DSL Broquetons - Ensemble des actions OO29 - Toutes les actions (stratégie de répartition géographique des activités) 205


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A7 - Renforcer la culture comme support du lien social

Objectif général 13 Favoriser la mixité dans les activités (sociale, parité, générationnelle, culturelle)

Objectifs opérationnels OO30 - Maintenir une culture de proximité OO31 - Favoriser la mixité dans les ateliers et l'accessibilité à tous

Actions concernées OO30 - Actions jeunesse (Mise en scène, le studio) - ateliers du secteur "culture« OO31 - Toutes les actions (projets pédagogiques)

206


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A7 - Renforcer la culture comme support du lien social

Objectif général 14 Rendre possible l’accès à la culture pour tous

Objectifs opérationnels OO32 - Créer un désir de culture, développer les actions artistiques OO33 - Favoriser la contribution d'artistes dans les projets culturels

Actions concernées OO32 - Ateliers culturels - Actions collectives jeunesse/Club Jeunes/Réseau Jeunes - CLAS collège A. Tavan OO33 - Ateliers culturels

207


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A8 - Créer des outils de communication : internes, en direction des habitants, des partenaires

Objectif général 15 Favoriser la mobilisation et la participation des habitants

Objectifs opérationnels OO34 - Mobiliser et impliquer les habitants dans la conduite de projets

Actions concernées OO34 - Toutes les actions

208


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A8 - Créer des outils de communication : internes, en direction des habitants, des partenaires

Objectif général 16 Valoriser l'implication des partenaires sur les objectifs et les actions

Objectifs opérationnels OO35 - Concevoir et réaliser des supports de communication OO36 - Rendre plus lisible l'action du centre et des partenaires sur le territoire OO37 - Améliorer la communication (réunions inter équipes, site web, journal, vidéo)

Actions concernées OO35 - Pilotage - Ingénierie de projet - Service insertion et Promotion - Galipette - Projet web télé (diffusion documents audiovisuels réalisés dans le cadre des ateliers)

OO36 - Pilotage - Ensemble des coordinations du Centre OO37 - Pilotage - Ingénierie de projet - Ensemble des Coordinations du centre 209


Elaboration du projet social Priorité 2 - Favoriser l’accueil, la mixité , la mobilisation des habitants A9 - Développer des projets collectifs avec les habitants

Objectif général 17 Impulser et soutenir des dynamiques de projet à l'initiative des habitants

Objectifs opérationnels OO38 - Développer des projets collectifs avec les habitants et les partenaires en s'appuyant sur les activités enfance et jeunesse OO39 - Encourager la création de projets OO40 - Valoriser les expériences, les réalisations, les faire connaître OO41 - Initier le développement de projets partagés entre habitants, professionnels, adhérents - Contribuer à développer la vitalité du centre ville

Actions concernées OO38 - Réseau jeunes - CLAS collège OO39 - Galipette (Développer un projet en direction de l'éveil du jeune enfant - espace de jeu et de créativité) - Service Insertion et Promotion - DSL Broquetons - Accompagnement social des Broquetons OO40 - Toutes les actions

OO41 - Ensèn - Boxing Montfavet - Pilotage (évènements)

210


4 - Moyens matĂŠriels et financiers

211


Moyens matériels et financiers

ORGANIGRAMME DU PERSONNEL ET REPARTITION DE LA MASSE SALARIALE – Fonctions P, L et A EXERCICE : 2014 Centre social :

Nom Prénom

Fonction

Qualification

Type de contrat

Date d'embauche

Date de départ

ETP

Répartition de la masse salariale

Salaires + charges + taxes

Pilotage

Activités (détaillé p. suivante)

Logistique

Cptes 631+ 633+64+65

En ETP

En €

En ETP

En €

En ETP

En €

BOUHASSANE Layachi

DIRECTEUR

CDI

1,00

87547,00

1,00

87547,00

CRESPIN Laurent

DIRECTEUR adjoint

CDI

1,00

59168,00

0,50

29584,00

CAUBET Catherine

RESPONSABLE Accueil

CDI

0,80

43478,00

0,25

13587,00

A RECRUTER

RAF

CDI

0,25

11828,00

0,25

11828,00

TOUHARIA Zohra

AGENT D' ACCUEIL

CDI

1,00

43769,00

1,00

43769,00

A RECRUTER

AGENT D' ACCUEIL

CDI

1,00

22390,00

1,00

22390,00

ROCCAMORA Philomene

COMPTABLE

CDI

1,00

47314,00

0,50

23657,00

FACTOTUM

CDD

0,60

12100,00

SIP

21,01

478609,00

21,01

478609,00

GALIPETTE

8,06

251456,00

8,06

251456,00

27218,46

23701,97 0,60

12100,00

EJF

0,00

TOTAL

acf

0,74

27255,00

0,74

acpt

0,21

9822,00

0,21

27255,00 9822,00

alsh

1,82

48624,00

1,82

48624,00

arp

0,60

23333,00

0,60

23333,00

asf

1,00

33841,00

1,00

33841,00

bas

1,49

47721,00

1,49

47721,00

clas c

0,60

20530,00

0,60

20530,00

clas sc

0,10

6242,00

0,10

6242,00

clas vr

0,72

21655,00

0,72

21655,00

cj

2,37

70255,00

2,37

7025,00

fpe

0,04

2150,00

0,04

2150,00

grandire

0,07

4197,00

0,07

4197,00

pij ds

0,75

30629,00

0,75

30629,00

46,23

1403913,00

0,00 39,58

1064009,43

4,50

232362,00

0,60

12100,00

212


213


214


215

Projet social 2014 2017 - Espelido - Centre Social et Culturel de Montfavet  
Projet social 2014 2017 - Espelido - Centre Social et Culturel de Montfavet  
Advertisement