Construction & Bâtiment n. 2/ 2022 Full

Page 50

Une vague de lumière

© Patrice Schreyer

Un magnifique projet a été réalisé avec des verres électrochromes à Neuchâtel. Il s’agit du restaurant The Waves, au 7e étage de l’Hôtel Beaulac. Dessiné par l’architecte Pierre Studer, il comporte près de 300 m2 de surfaces vitrées. Conçue et posée respectivement par le bureau d’ingénieur BCS Façades et l’entreprise Vitrocsa SA, cette verrière en forme de vague offre une vue époustouflante sur le lac. « Ici, l’utilisation du verre électrochome SageGlass prend tout son sens car la difficulté consistait à fournir une protection solaire sans occulter ce magnifique paysage. Un autre défi a été de planifier des verres coulissants électriques et l’entreprise Vitrocsa SA a effectué un travail remarquable. De même que pour la pose du châssis en aluminium qui est extrêmement fin et élégant. Le seul inconvénient de ces verres pour l’instant, c’est qu’il n’existe qu’une seule usine au monde, aux États-Unis, ce qui génère des délais de livraison relativement longs. »

De verre et de bois Réputé pour ses études de façades métalliques, BCS Façades conçoit et planifie aussi le bois avec maestria ; sa réalisation pour la Crèche Tournesol de Renens a reçu une mention du Prix Lignum Région-Ouest en 2021. Fruit d’une rigoureuse planification entre l’Atelier Pulver Architectes, l’ingénieur civil Charpente Concept et le bureau BCS, ce projet met en scène de grandes surfaces vitrées encadrées par deux types de bois : le mélèze à l’extérieur et l’épicéa à l’intérieur.

© Steven Paupe, BCS Façades

« Le bois est de plus en plus utilisé pour ses qualités environnementales et, lorsque c’est possible, les maîtres d’ouvrage ou les architectes privilégient les essences locales, relève Nicolas Weber. Dans le projet de la Crèche Tournesol, deux défis se présentaient à nous : l’usage judicieux du bois avec des châssis de fenêtres en essences mixtes d’une part et, d’autre part, la sécurisation des verres au regard des dernières directives de la SIGAB 002. Nous avons opté pour des verres triples feuilletés, c’est-à-dire des verres munis de films PVB les empêchant de se casser en morceaux et leur permettant de rester en place en cas de choc, sur le même principe que le pare-brise avant d’une voiture. De plus, une étude portant sur l’exposition au soleil des différentes façades de l’ouvrage a été effectuée, et, de ce fait, les verres offrent différentes valeurs G (apport thermique) afin de répondre spécifiquement à chaque orientation. »

Du verre intelligent En matière de protection solaire, le verre électrochrome propose une alternative crédible aux stores extérieurs. Aussi appelé « intelligent » ou « dynamique », ce type de verre peut s’utiliser pour tout élément vitré nécessitant une protection solaire, qu’il s’agisse de fenêtres, de verrières ou de façades. L’un de ses grands avantages est de se teinter électroniquement. « L’utilisateur peut définir ses propres réglages en fonction de l’apport de lumière et de chaleur souhaité », précise Nicolas Weber, ingénieur civil et associé du bureau BCS Façades SA. Ainsi, en hiver, le verre sera plus clair et, en été, lorsque le soleil réchauffe trop l’intérieur du bâtiment, il s’assombrit ; sans pour

50

Construction & bâtiment

autant supprimer un certain apport de lumière et de transparence. « L’avantage est aussi de pouvoir se passer d’un store extérieur sensible au vent et au gel », se réjouit l’ingénieur qui rapporte un excellent retour sur plus de 11 projets, soit 15 000 m2 planifiés par le bureau BCS depuis 2018. « Avant de le proposer à nos mandants, nous l’avons installé dans nos propres bureaux à titre de test, il y a maintenant neuf ans et nous en sommes très satisfaits. » Et de préciser que ce produit permet de répondre à la norme SIA 180 pour la protection thermique et le climat intérieur, tout en s’affranchissant des aléas de la météo. MM bcs-facades.ch

Techniques du bâtiment