Page 17

Cuadernos ETT Nº 2

En Italie, bien avant l'attribution des prix littéraires aux écrivains arabes, ont paru les premières traductions modernes de la littérature arabe écrites en arabe, par des écrivains palestiniens, et surtout publiées pour la première fois hors du cercle académique. L'auteur palestinien le plus traduit a été Ghassan Kanafani, dont les trois romans: Rijal fi shams, Umm Sa'd et 'A'id ila Haifa, parus entre 1984 et 1985. Dans la même période ont été traduits aussi deux autres courts romans: l'un d'Emil Habibi, Sudasiyyat al-ayyam al-sitta et l'autre de Tawfiq Fayyad, Salim Bahlul(Palestina - Tre racconti, 1984; Kanafani, 1985). Il faut dire qu'en Italie ces cinq traductions ont vraiment ouvert le chemin à la littérature arabe contemporaine, parce quelles ont étés les premières traductions de romans arabes à être publiés par une maison d'édition normale même s'il s'agissait d'un petit éditeur, motivé, comme moi, d'un fort engagement politique et du désir de faire connaître la cause palestinienne, même à travers un travail littéraire. A ces premières traductions de la narrative palestinienne il faut ajouter un autre livre publié par la même maison d'édition sur le théâtre palestinien. Il s'agit de la traduction de trois pièces du théâtre de Ghassan Kanafani, d'Emil Habibi et de Mu'in Bsisu, traduites par Ferial Barresi (Palestina Dimensione Teatro, 1985). Ce genre de littérature engagée, dont la diffusion était fondée sur une sorte de militantisme politique, a naturellement échappé aux réseaux com-

L'Italie découvre la littérature Arabe: est-ce grâce à Mahfuz?

blications académiques. La seule Ahl alKahf, par exemple a été traduite deux fois par deux orientalistes (Al-Hakim, 1959; 1960). Hormis le cas de Tawfiq al-Hakim, il y a eu également une dizaine de pièces d'auteurs arabes traduites à partir de celles des frères Taymur, ainsi que dernièrement quelques pièces du plus grand dramaturge arabe actuel, Sa'd Allah Wannus, dont ont été traduites trois pièces, mais toujours dans le cadre de publications scientifiques (Wannus, 1984, 1989). Dans les années passées, le théâtre a été mieux connu par les spécialistes, tandis que le roman et la nouvelle ont été presque totalement ignorés, non seulement par les éditeurs, mais aussi par les mêmes spécialistes. Quelques données: du début du siècle jusqu'à 1988 ont été traduites 25 pièces théâtrales, ou extraits de pièces théâtrales, tandis que 12 romans ou recueils de nouvelles, dont seulement 6 de 1984 à 1987, ont été publiés. Cette dernière donnée s'explique par le fait qu'au début des années 80 il y a eu un véritable regain d'intérêt pour le monde arabe et par conséquent pour la production littéraire contemporaine aussi. Ainsi, de même que dans les années soixante il y avait eu un certain intérêt pour la cause algérienne, dans les années quatre-vingts en Italie, comme dans le reste d'Europe, la question palestinienne a commencé à monopoliser l'attention des médias, d'où une augmentation des publications sur la Palestine, et par la suite de la production littéraire palestinienne.

17

Cuaderno 2 eng  

The translation of contemporany Arabic literature in Europe

Advertisement