Issuu on Google+

Numéro 19 - Printemps 2008

Bibliothèque publique centrale de la Communauté française • Place Albert 1er, 1• 1400 Nivelles

e t s e Z n U

LA BIB LIOTHÈ QUE DE NIVELLES PREND LA

PLUME

La communication animale

Edito

PIGANI Erik - Lattès nous sentions qu’il en avait besoin. Un jour, un gendarme du village est venu nous raconter quelque chose de vraiment étonnant. Notre chien passait tous les matins, tout seul, vers la même heure, devant la gendarmerie. Il s’arrêtait, on lui donnait un sucre, et il repartait. Intrigué par son manège, le gendarme l’a suivi. Et ce qu’il a vu l’a sidéré : Boby parcourait 1,5 kilomètre pour arriver au cimetière. Là, il se couchait sur la tombe de sa maîtresse, et gémissait. Puis, il rentrait à la maison… Pendant trois ans, Boby est ainsi allé rendre visite à sa maîtresse. Il n’a jamais manqué un seul rendez-vous ».

Citron vert… Pour vous faire partager nos bonheurs, nos soupirs, nos plaisirs. Il faut aussi se ménager de bonnes heures pour aller en bibliothèque. L’activité mentale continue n’est pas nécessairement efficace. Pour choisir un livre, il faut ouvrir une parenthèse, comme on ouvre son carnet de notes, son carnet de pensées. En trouver un qui nous fait passer par nos propres sens. Un qui fait fondre les glaciers, un qui arrache les écailles à nos yeux fatigués. Un qui frappe comme un éclair et bouleverse et nous donne du plaisir. Un bon livre il faut s’en approcher. Un bon livre permet de repousser avec courage les mauvais livres, de surmonter les moments difficiles. Une bonne lecture nous rend à l’inconnu que nous sommes, afin que tout devienne plus libre et plus ensoleillé, et demeure jusqu’au choix du prochain livre.

Editeur responsable : Silvana Mei Comité de rédaction : Agnès, Christine, Marie-Paule, Marie-Thérèse, Myriam, Caroline, Nadine, Marie, Cathy, Virginie et Luc Delcor. Contact : bpccf.citronvert@skynet.be Tél.: 067.89.35.89

[...] Là encore, une belle surprise nous attendait avec l’un des plus émouvants témoignages recueillis pendant cette aventure : « Nous avons adopté Boby parce que sa maîtresse une cousine éloignée que je ne connaissais pas, venait de mourir », nous avait écrit Josette, une lectrice de Saint-Gengoux. Décédée dans un hôpital qui se situait à 30 kilomètres de chez elle, cette cousine avait été emmenée directement au cimetière. « Son chien, un loulou de Poméranie croisé, s’est très vite adapté à notre vie familiale, poursuit-elle. Mais à partir de la deuxième semaine, il a quitté la maison à 7 heures du matin, pour revenir à 8 heures. Le lendemain, il est reparti à la même heure, et est revenu environ une heure plus tard. Le surlendemain, pareil. Et cela a continué tous les jours, par tous les temps… Nous ne comprenions pas ce qu’il faisait, mais nous lui avons laissé cette liberté parce que

Comment ce chien a-t-il su que sa maîtresse était enterrée dans le cimetière du village ? Comment a-t-il découvert sa tombe ? Comment a-t-il trouvé le chemin ? Pourquoi allait-il lui rendre visite tous les jours à la même heure ? Malheureusement, les chiens ne parlent pas. Et la science est encore bien incapable d’expliquer ce genre de phénomène. […]

1


r u œ c e d s p u o C Adultes Un homme est une rose

BRUNE Elisa - Ramsay Pudiques et romantiques, s’abstenir !!! Le récit commence par un échange électronique banal entre une sociologue et un professeur d’université à qui elle propose un article. Petit à petit ce courrier prend des allures plus intimes…

C’est en se rendant à un congrès sur l’impuissance avec son interlocuteur que notre narratrice découvre le charme incontestable de cet homme ainsi que ses fantasmes. Pas une once d’amour ou de tendresse ne transparaît dans leurs jeux érotiques décrits crûment et avec un humour caustique.

Le désir et le besoin de séduction et de pouvoir dominent ces instants partagés. La tension monte, brillamment dépeinte par l’auteur jusque dans les dernières pages qui nous livrent la désillusion de l’héroïne en même temps que les raisons du titre choisi pour l’ouvrage.

victime d’un tueur en série qui défraie la chronique. Si l’intrigue est simpliste, la force de Bézian passe par un sens du cadrage et de la mise en page exceptionnel. Les jeux d’angles, les lignes droites verticales et horizontales, l’architecture (art déco) de la maison, la lumière apportent une ambiance toute particulière à ce thriller.

Les personnages au caractère sordide et cynique sont parfaitement campés comme on peut en rencontrer dans ce genre de soirée mondaine. Une lecture à ne pas rater.

Les garde-fous

BEZIAN Frédéric - Delcourt Boris Lentz, éditeur de renom, forme avec Alice un couple très en vue. Pour la sortie du deuxième ouvrage d’Alice, best-seller inspiré de faits divers sanglants, ils convient dans leur superbe villa des invités triés sur le volet. Mais la soirée est perturbée par l’arrivée de l’inspecteur Fix. Selon lui, Alice pourrait être la prochaine

Le chant des arbres : 365 jours dans la nature STASSEN Benjamin - Racine

Pour chacun des jours de l’année, les pages de cet ouvrage nous emportent dans un monde naturellement évocateur. Les photographies enchanteresses d’arbres et de paysages de notre superbe pays sont accompagnées de textes poétiques qui invitent à la méditation et au rêve. Ces images de vie immuable rassurent les

êtres parfois désabusés que nous sommes et les phrases qui les soulignent nous apportent le réconfort de leurs mots parfumés qui fleurent bon le bonheur… « Une si grande paix d’innocence nous vient des arbres qu’on ne peut douter que ceux-ci ne fassent partie des vérités éternelles ». Camille Lemonnier (page du 8 juin).

Construire un feu (d’après la nouvelle de Jack London.) CHABOUTE Christophe - Vents d’ouest

Le récit, un homme en quête de fortune ou d’aventures sur la fameuse route vers la région aurifère du Klondike. Perdu quelque part dans le Grand Nord, il tente de rejoindre ses compagnons dans ce désert de neige et de glace, avec comme seul ami un chien… et quelques allumettes pour se faire un feu. Librement adapté du texte de Jack London, la force de Christophe Chabouté réside dans la

puissance de son graphisme. La maîtrise de son travail se porte sur le jeu de contrastes du blanc et du noir rehaussés par quelques couleurs, notamment lors des scènes de feux (superbe !). L’ambiance entre les trois personnages (l’homme, le chien et la nature) est pesante même lors des scènes silencieuses. Du tout beau travail.

Temps mort

COBEN Harlan - Fleuve noir

2

Un jeune espoir du basket féminin fait appel au célèbre agent sportif, ancien membre du FBI, Myron Bolitar pour retrouver son père disparu. L’auteur nous dessine très finement ce héros dans un thriller au rythme effréné et soutenu.

Nous retrouvons tous les ingrédients à la Coben dont l’écriture est toujours excellente. Un petit plus : contrairement aux autres ouvrages, l’auteur dévoile plus d’émotions et de sentiments. Beau suspense pour nuits blanches.


r e p a tr la vie au vol t A

l oiseau est en cage et la liberté est en deuil Un seu y Jacques Prévert y

Je t’aime, la vie

BENSAID Catherine - Laffont

AGIR, JE VIENS Il faut d’abord que surgisse mon démon afin qu’apparaisse mon ange. Poussant la porte en toi, je suis entré Agir, je viens Je suis là Je te soutiens Tu n’es plus à l’abandon Tu n’es plus en difficulté Tes difficultés tombent comme des ficelles déliées Le cauchemar d’où tu reviens hagarde n’est plus Je t’épaule Tu poses avec moi le pied sur le premier degré de l’escalier sans fin qui te porte et te monte et te calme Jusqu’aux confins de tes horizons Jusqu’aux confins de ta mémoire obscure Jusqu’au cœur de l’enfant de tes rêves poussant des nappes d’aise j’afflue Henri MICHAUX

nt parmi les épines e s s u o p s e s o y proverbe latin y Les r

Les larmes du diable SANSOM J.C. - Belfond

Angleterre, mai 1540. Accusée du meurtre de son jeune cousin, Elizabeth Wentworth est emprisonnée. Tous sont persuadés de sa culpabilité. Son avocat, Matthew Shardlake, veut prouver l’innocence de la jeune fille et lui épargner la torture que le juge veut lui appliquer. Thomas Cromwell, ministre du roi Henri VIII, intervient : en échange d’un sursis accordé à Elizabeth, Shardlake doit retrouver la formule du feu grégeois, ce liquide incendiaire mis au point et utilisé par les Byzantins et dont l’effroyable efficacité a été démontrée à Cromwell quelques semaines auparavant. La possession de cette arme procurerait à l’Angleterre une supériorité militaire décisive au moment où la France et l’Espagne envisagent d’attaquer l’Angleterre pour y rétablir le catholicisme mis à mal par le schisme anglican d’Henri VIII. L’avocat entame donc ces deux enquêtes, secondé par Barak, commis de Cromwell. Immédiatement, les difficultés surgissent pour les deux enquêteurs : mur de silence et hostilité dans l’affaire du meurtre, filatures, multiples pistes et disparition successive de différents témoins pour le feu grégeois. A plusieurs reprises, les deux hommes échappent à une tentative d’assassinat. Pourtant leurs recherches progressent. Il apparaît peu à peu que de puissants personnages tirent les ficelles dans l’ombre. Les soupçons se précisent, les pistes s’éclaircissent et mènent les deux hommes à un entrepôt où ils se retrouvent face aux principaux protagonistes et découvrent la vérité : si une réserve de feu grégeois existait bel et bien, la formule a été perdue et il est impossible d’en reproduire. Tout cela n’était qu’un complot visant à discréditer Cromwell auprès du roi et à provoquer la chute du ministre et celle du parti de la Réforme en vue de restaurer le catholicisme et l’autorité du pape. Les deux hommes ne peuvent toutefois faire éclater la vérité. Cromwell est destitué et exécuté. Par contre, Shardlake parvient à découvrir la vérité en ce qui concerne le meurtre du jeune Wentworth : c’est sa propre sœur qui, accidentellement, a provoqué le drame et sa famille a menti pour la couvrir. Elisabeth est donc libérée et tente de reprendre le cours normal de son existence. Shardlake et Barak, ayant travaillé pour Cromwell, doivent disparaître quelque temps afin de se faire oublier avant de pouvoir reprendre eux aussi une vie normale. Dans un style vif et entraînant, l’auteur nous entraîne dans une période charnière de l’histoire d’Angleterre. L’intrigue se déroule de rebondissements en rebondissements jusqu’au dénouement qui éclate en apothéose. Willy GOERLICH, un lecteur de la bibliothèque.

3


Le fils du marin

STORM Théodor – Syros jeunesse

e t s e Z n U jeunesse

[…] Dans le salon, au rez-de-chaussée, Hans Kirch était assis à son pupitre, deux livres de comptes ouverts devant lui. Les pertes, exceptionnellement élevées ces temps-ci, le préoccupaient. Il entendit, agacé, les autres parler haut à l’extérieur de la pièce ; le bruit le dérangeait dans ses calculs. Lorsque le facteur entra, il lui lança : - Pourquoi faites-vous tant de vacarme avec ma femme ? En guise de réponse, Marten lui tendit la lettre. De ses yeux perçants, qui n’avaient pas encore besoin de lunettes, Kirch avisa l’écriture d’un air maussade. - De Heinz, maugréa-t-il après avoir attentivement considéré tous les tampons ; il serait temps ! En vain le vieux Marten attendit de déceler aussi un éclair de joie dans l’œil du père. La seule chose qu’il décela pour sa consolation fut un tremblement de la main, que Kirch ne put réprimer lorsqu’il chercha des ciseaux. Il s’apprêtait à ouvrir l’enveloppe quand Marten lui toucha le bras. - Monsieur Kirch, permettez, il faut que je vous demande trente schillings ! - Pour quelle raison ? (Hans Kirch jeta les ciseaux.) Je ne dois rien à la poste ! - Vous voyez bien, monsieur, la lettre n’est pas affranchie. Il n’avait pas vu, non. Hans Adam serra les dents : trente shillings. Pourquoi ne pas ajouter, puisque l’on y était, cette nouvelle dépense à ses pertes ? Certes, la somme en elle-même était une bagatelle, mais l’incident révélait quelque chose de plus grave ! Qu’avait déclaré le pasteur, récemment ? Que Heinz ne reviendrait pas les mains vides ! Pas les mains vides ! … Hans Adam ricana férocement en son for intérieur : ce garçon n’avait même pas eu de quoi payer le port de sa lettre ! Et il était censé conquérir le siège qui s’était révélé inaccessible pour son père ! A partir de 14 ans.

u œ r c e d s p Cou Enfants Le roi de la bibliothèque

KNUDSEN Michelle et HAWKES Kevin (ill.) - Gründ

4

On ne peut ni courir, ni parler trop fort dans la bibliothèque d’après le règlement. Quand un gros lion décide d’y pénétrer, un bibliothécaire pointilleux, Monsieur Dubourdon, prévient la directrice. Celle-ci accepte la présence du lion puisqu’il n’a en rien désobéi au règlement… Petit à petit le gentil lion qui a promis d’être calme, se plaît à écouter les histoires à l’heure du conte avec les enfants qui l’adorent et commence même à rendre de multiples services. Il devient vite indispensable. Un jour, la directrice se blesse en tombant et le lion, seul témoin, veut alerter le bibliothécaire qui se trouve dans une autre pièce. Sa seule façon d’attirer son attention est de rugir. Mais il sait aussi que de cette manière il enfreint le règlement et donc se pense exclu de sa chère bibliothèque. Il n’ose plus y revenir. Tout le monde est triste de ne plus le voir et c’est Monsieur Dubourdon lui-même qui part à sa recherche et l’encourage à retrouver ses habitudes pour la plus grande joie de tous. « Parfois on a de bonnes raisons de désobéir aux règlements, même à la bibliothèque ». Vive la tolérance ! On peut apprendre beaucoup des êtres différents… Se remettre en question permet souvent une progression vers une meilleure harmonie. A partir de 6 ans.

L’éphémère

SENEGAS Stéphane - Kaléïdoscope L’éphémère est un insecte qui ressemble à une petite libellule dont les larves vivent plus d’un an et les adultes un jour. Deux frères font la connaissance de cet insecte. Comprenant que leur nouvel ami ne vivra qu’une seule journée, ils décident de passer à l’action. L’histoire est racontée en exprimant l’amour de la vie, la beauté et le bonheur. Le point de conclusion est de renforcer cette joie et rechercher ce qui peut rendre une vie agréable, même si elle ne dure que quelques heures ! A partir de 6 ans.

Le prince et l’hirondelle ADAMS Steve - Dominique et Compagnie

La statue du Prince heureux dominait la ville, tout en haut d’une colonne. Elle était recouverte de minces feuilles d’or, ses yeux étaient faits de deux saphirs et un gros rubis scintillait à son épée. De là-haut, le Prince voyait toute la misère de sa ville. Un jour, il demanda à une jeune hirondelle de l’aider à secourir les pauvres. Une adaptation tout en finesse du touchant conte d’Oscar Wilde. Les illustrations magistrales, mises en pages avec soin en font une œuvre artistique autant que littéraire. Tous seront transportés par l’histoire d’amour du prince et de l’hirondelle. A partir de 6 ans.


Du côté de la ludothèque La basse-cour Schyns/Compact line 2 à 4 joueurs, A partir de 3 ans

r u œ c e d s p u o C Jeunes Le livre des cabanes

ESPINASSOUS Louis - Milan jeunesse

Ce jeu permet de développer chez l’enfant la concentration, la mémoire, l’observation et la notion de nombre. Celui qui récoltera le plus d’œufs (jetons) à la fin de la partie a gagné. Jeu très amusant et idéal pour un anniversaire.

Quel enfant n’a pas rêvé d’une cabane au fond du jardin ? Ce livre est un véritable chef-d’œuvre. Nous y trouvons 24 modèles réalisables avec des bouts de bois, des panneaux, des branchages et même de la glace. Le tout est illustré de plans et de dessins à la portée de tous mêlant les conseils pratiques et l’origine de chaque construction. Ouvrage pratique qui a pour ambition d’offrir au jeune lecteur du rêve et la façon de le matérialiser.

Le jeu du coucou Kenvo Ludens, 4 à 6 joueurs, 6-90 ans

Bonne nuit, sucre d’orge

Le premier joueur qui est parvenu à réunir 4 œufs d’une même couleur dans son nid gagne le jeu.

Ce roman psychologique poignant relate le calvaire de Gabby abusée par son beau-père durant une dizaine d’années. Que reste-t-il de l’enfance lorsqu’un jour, un adulte vient tout souiller de ses désirs pervers ? Récit tiré de l’expérience de l’auteur et qui aborde des thèmes aussi graves et aussi durs que l’inceste et l’abus sexuel d’enfants. En postface, l’auteur Heidi Hassenmüller souligne que ce roman a été écrit « dans l’espoir que ce texte aide les jeunes filles concernées à rompre leur silence ».

Une poule sur un mur… EGD, 2 à 4 joueurs, A partir de 5 ans La comptine a été découpée en 5 parties. La poule qui va et vient sur son mur vous aidera à trouver les morceaux qui vous manquent. Qui sera le premier joueur à le reconstituer ? « Une poule sur un mur qui picote du pain dur Picoti Picota, Lève la queue, Et puis s’en va ? » Les chouettes perdent la tête Haba, 2 à 4 joueurs, 8 ans et plus Un méchant sorcier a jeté un sort à toutes les chouettes en les munissant d’une tête de la mauvaise couleur. Qui parviendra le premier, en parcourant la forêt, à récupérer les têtes de sa couleur et les amènera en sécurité dans la ruine au centre du plateau de jeu ? Rat Hot Queen Games, 2 joueurs, 8 ans et plus Un jeu tactique. Deux négociants en épices se partagent un entrepôt sur lequel les rats ont aussi jeté leur dévolu. Le jeu se terminera prématurément si trop de rats de sa couleur montrent leur bout du nez.

HASSENMULLER Heidi - Seuil

A partir de 14 ans.

L’orchestre des doigts : 4 tomes YAMAMOTO Osamu - Kankô

Voici un manga au sujet surprenant. Ce récit est inspiré d’une histoire véritable relatant l’apprentissage de la langue des signes par de jeunes sourds-muets japonais, langue longtemps reniée au Japon. Pour la compréhension du récit, il faut se replacer dans le contexte historique de l’ère Taisho, c’est-à-dire entre 1912 et 1925, une époque où la surdité était alors synonyme de « débilité mentale ». Sourds de naissance, les enfants étaient privés de développer le langage et donc incapable de communiquer, ce qui pouvait générer un comportement agressif. Le récit commence en 1914 avec l’arrivée à l’école d’Osaka, d’un jeune professeur qui a étudié la musique. Il décide de travailler dans une école d’aveugles et de sourds-muets fondée en 1901. Le professeur prend sous son aile le jeune Issaku, un garçon violent muré dans le silence et les coups. En complément de cette fiction, chaque volume propose des documents sur le sujet. A partir de 10 ans.

5


e t s e Z n U de détente

Recette

Papillote aux fruits exotiques

Préparation : 20 mn. Cuisson : 10 mn. Pour 4 personnes. Ingrédients : 8 petites bananes fressinette, 3 cm de gingembre frais, 2 c. à soupe de noix de coco râpée, 2 citrons verts, 4 petits morceaux de cannelle en bâton + 4 pincées de cannelle en poudre, 100 g. de cassonade, 40 g. de beurre, 4 c. à café de rhum • • • • • • • • • • • •

Pelez le gingembre, puis émincez-le. Portez à ébullition 1 dl d’eau avec la cassonade. Lorsque vous obtenez un beau sirop, ajoutez les morceaux de gingembre frais. Faites frémir 10 mn, puis laissez refroidir. Filtrez. Réservez d’une part le sirop et d’autre part les bâtonnets de gingembre confit. Brossez sous l’eau fraîche un citron vert et tranchez-le finement. Pressez le second. Pelez et tranchez les bananes en rondelles d’1 cm, placez-les dans un bol, puis arrosez-les de jus de citron vert, de sirop de gingembre et parsemez de cannelle en poudre. Faites griller à sec la noix de coco dans une poêle. Posez deux feuilles de papier sulférisé l’une sur l’autre Au centre, placez ½ des tranches de bananes marinées, ½ du gingembre confit et 1 petit bâton de cannelle. Ajoutez 3 fines tranches de citron vert, 1 c. à soupe de sirop de gingembre, 1 c. à café de rhum, un peu de noix de coco grillée, 10 g. de beurre et refermez la papillote comme une aumônière en la ficelant. Procédez de même pour les autres papillotes. Préchauffez le four à 210 ° C. Posez les aumônières sur la plaque du four et enfournez 10 mn. Accompagnez d’un sauternes liquoreux.

Bonnes dates à retenir

Saveurs, n°158. Décembre 2007 - janvier 2008

L a mo

itié du monde n’apprécie pas ce qui amuse l’autre y Jane Austen y

Au programme :

• Balade contée « Les couleurs du jardin au détour des Coins de terre de Nivelles » le dimanche 1er juin. Plusieurs heures de départ de la Bibliothèque de Nivelles. Nous nous promènerons de coins de terre en coins de terre accompagnés d’une conteuse avec, dans son panier, plein d’histoires à semer. PAF : 2€/1€ pour les moins de 12 ans. • Conférence sur les Coins de terre donnée par Mme Weirich, responsable de la Ligue internationale des coins de terre du Luxembourg. Après un bref historique, la conférence sera axée sur le potentiel social, économique et écologique des coins de terre ainsi que sur leur perspective d’avenir et de développement. Le jeudi 5 juin 2008 à 19h15 à la Bibliothèque publique de Nivelles. Gratuit.

• “Le petit monde de Kitty Crowther”: exposition de l’illustratrice belge du 19 au 30 mai. Visites de classes sur rendez-vous. Séance spéciale de lectures le dimanche 25 mai et Heure du Conte dédiée à l’illustratrice les mercredis 21 et 28 mai. • “Bébé, bambin sourds bouquinent” le dimanche 8 juin de 10h30 à 11h30: les bébés et enfants entendants et malentendants sont invités à venir écouter des histoires lues à voix haute et en langage des signes. Bienvenue aux grands frères et soeurs. Gratuit. Pour plus d’infos, Tout renseignement peut être obtenu auprès du Service Animations au 067/89.35.94

• “Je lis dans ma commune” le dimanche 27 avril de 10h30 à 12h30 avec la participation d’enfants accompagnés de leurs grands-parents. Gratuit.

6

ut faire quelque chQosueitrnoeuve un moyen, e v i u Q veut rien faire trouve une excuse

y proverbe arabe y


La langue française

en fête !

Des mots en balade à la rencontre des arts… Des mots qui voyagent en toute liberté, au gré des envies et des fantaisies, Des mots doux qui caressent, Des mots colère qui dénoncent, Des mots gentils qui réchauffent,

Des mots caméléons qui se jouent de la forme, réinventent le monde, prennent les couleurs de l’arc-en-ciel, Magie de l’envoi, surprise de l’heureux destinataire ! C’est ce que la bibliothèque itinérante de la Communauté française, la bibliothèque communale de Hannut, le Centre Documentaire SainteCroix et le Centre Culturel ont proposé à 16 classes de 5ème primaire de Hannut et des environs. L’asbl Article 27 est à l’initiative de ce projet qui a pour cadre La langue française en fête. Au départ de ces ateliers d’art postal, l’album Il faudra , de Th. LENAIN. Un album citoyen qui invite à inventer un monde meilleur et qui donne une dimension poétique à la réalité. Qui n’a jamais rêvé « d’attraper les nuages au lasso » ou encore de « laver l’océan pour qu’il soit plus beau » ? Nos jeunes artistes ne manquent pas d’idées. Voyezvous vous-mêmes : « L’enfant vit le racisme. Il se dit : il faudra changer le monde en un piano dont les touches noires et blanches joueront une belle musique ».

Quant à la déforestation, pourquoi ne pas « changer les tronçonneuses en abeilles butineuses » ? Ensuite, place à la création artistique, d’abord individuelle. Enveloppes et boîtes se métamorphosent et revêtent leurs plus belles parures grâce à nos jeunes magiciens. Les idées foisonnent ; dessins, collages, plumes, perles s’emballent. Un second atelier propose un support plus grand à l’ensemble de la classe. Travail collectif et solidarité sont de mises pour cette réalisation. Ces productions ont fait l’objet d’une exposition au Centre de lecture publique de Hannut, du 15 mars au 12 avril. Elles ont été rejointes par les réalisations d’associations hannutoises, telles que Lire et Ecrire, La Croisette. Et pour encadrer ces jeunes créatifs, des artistes confirmés ont apporté leur touche personnelle, par la création, pour cette occasion, d’œuvres sur le thème de l’art postal. Etonnement du facteur à la livraison, à la livraison, à la bibliothèque, d’un buste de Cicéron dûment affranchi ! Bonheur indicible des destinataires de recevoir en mains propres pareil hôte ! L’aventure ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Lors des visites de l’exposition, un véritable dialogue s’est instauré entre les jeunes participants et les artistes. Questions, émotions, réflexions, passion, plaisir, complicité, rires, étaient au rendez-vous. Un condensé « bonheur » de l’art…postal ! Cécile JACQUET Responsable du centre de lecture publique de Hannut.

2008 : Commémoration des 50 ans de l’exposition universelle qui a eu lieu en 1958 à Bruxelles

A l’image des expositions internationales précédentes qui furent organisées en Belgique durant les années 30 (1930 à Anvers et 1935 à Bruxelles), l’Expo 58 avait pour objectif de contribuer à la croissance économique de la Belgique et de ses colonies africaines (le Congo et le Rwanda-Urundi).

L’Exposition universelle de Bruxelles eut lieu du 17 avril au 19 octobre 1958 et accueillit plus de 42 millions de visiteurs. Il s’agissait de la première grande exposition universelle après la Guerre ; la précédente avait été organisée à New York en 1939, au moment où les troupes allemandes envahissaient la Pologne.

A l’occasion de la commémoration des 50 ans de l’exposition, l’équipe des Alchimistes de la bibliothèque a réalisé un dossier documentaire sur le sujet disponible gratuitement. Venez nombreux visiter les locaux de la bibliothèque qui seront décorés pour l’occasion d’objets des années 50.

L’Exposition universelle de Bruxelles, habituellement dénommée Expo 58, fut certainement un des événements internationaux les plus représentatifs des années 50. Elle symbolisait la volonté démocratique d’entretenir la paix entre les nations, la foi dans le progrès technique (même si celle-ci était assombrie par la peur de la bombe atomique), et une vision optimiste dans l’avenir de la modernité qui devait permettre aux hommes de vivre mieux. Le 17 avril 1958, c’est le jeune roi Baudouin Ier accompagné du premier ministre belge Achille van Acker qui inaugura l’Expo avec un discours incitant les peuples à la paix et au progrès social et scientifique. Une fois son discours terminé, le roi actionna un bouton et l’eau se mit à jaillir des fontaines de la place de Belgique. Une escadrille d’avions de combat dessina dans le ciel un gigantesque B et du stade voisin du Heysel furent lancés des milliers de ballons rouges, verts et blancs.

Bibliographie : L’architecture moderne à l’Expo 58 : pour un monde plus humain / Rika Devos... Fonds Mercator, 2006 L’Expo 58 / Diane Hennebert Archives d’architecture moderne, 2004 L’Expo 58 et le style atome / Anton Makassar Magic-Strip, 1983 Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958 : l’architecture, les jardins et l’éclairage / Exposition... Commissiariat de l’Exposition 1958, 1960 Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958 : L’organisation et le fonctionnement / Exposition... Commissiariat de l’Exposition 1958, 1961 Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958 : Les messages et les congrès / Exposition... Commissiariat de l’Exposition 1958, 1960 Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958 : les participations étrangères et belges / Exposition... Commissiariat de l’Exposition 1958, 1961 Exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958 : Les sciences / Exposition... Commissiariat de l’Exposition 1958, 1959 Le Heysel et les expositions universelles de 1935 et 1958 / Thomas Coomans Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, 1994. - (Bruxelles, ville d’art et d’histoire; 5) Revues : L’Atomium : la modernité radieuse / Dominique Blanc Connaissance des arts, n° 636, mars 2006, p. 108-113 La belle histoire que fut l’année 1958 / charles EVERARTS DE VELP Brabant, n° 4, septembre 1983, p. 4-13 L’Exposition Universelle de Bruxelles 1958 Brabant, n° 3, juin 1978, p. 22-32

7


Bibliothèques locales du Brabant wallon

Que se passe-t-il dans les bibliothèques voisines ? Jean-Pierre Leclef Rue des Combattants 57 • 1310 La Hulpe Tél.: 02/653.09.46

« Goûters-contes » de 5 à 12 ans / PAF : 2 € Chaque premier mercredi du mois de 15 h à 16 h 7 mai, 4 juin Réservation souhaitable.

Dans le cadre de « Je lis dans ma commune » l’activité « Du dodo au réveil » sera programmée à la bibliothèque de La Hulpe. - Le samedi 19 avril de 9H00 à 13H00 et de 14H00 à 16H00 : Journée portes ouvertes de sensibilisation aux animaux disparus par le biais d’un « quizz-nature ». Pour les 8 à 15 ans. - Le mercredi 23 avril à 15H45 : Heure du conte sur ce thème par Diane Sophie Geerts.

« Les p’tits lundis de l’écriture » de 9 à 13 ans / PAF : 2 € Chaque premier lundi du mois de 17h à 18h30 5 mai, 2 juin Réservation souhaitable.

Bibliothèque communale Maurice Carême Catherine Pirart Galerie des Carmes, 47 • 1300 Wavre Tél.: 010/23 04 15 • Fax : 010/24 36 68

- Mercredi 30 avril de 15H45 à 16H15 : Animation « Les tout-petits et leurs livres ». Heure du conte destinée aux petits âgés de 3 mois à 5 ans. Nous leurs proposons de se familiariser avec l’objet « livre ». Durée ½ heure. Animatrice : Diane-Sophie Geerts ( de la Maison du Conte et de la littérature de Jodoigne). GRATUIT. Réservation indispensable (nombre limité de places) au 010/23 04 15 ou bibliocareme@wavre.be Lieu : Bibliothèque communale M. Carême, Galerie des Carmes, 47 (niv. Supérieur) à Wavre. - Samedi 17 mai 2008 de 10H00 à 11H00 : Animation « Bébé, bambin sourds bouquinent ». Animation-lecture en langue des signes et à voix haute destinée aux enfants malentendants et entendants et de leurs parents, frères et sœurs. Destiné aux enfants de 4 à 8 ans. Durée : 1 heure. En collaboration avec l’APEDAF. GRATUIT. Réservation souhaitée (nombre limité de places) au 010/23 04 15 ou à l’APEDAF au 02/644 66 77.

Bibliothèque Publique Ferme du Douaire Christine Moreau 2 avenue des Combattants • 1340 Ottignies Tél.: 010 / 41 02 42

« Bébés-contes » moins de 3 ans / PAF : 1 € Chaque dernier mardi du mois de 10 h 15 à 11 h 29 avril, 27 mai, 24 juin Réservation indispensable « Livre-lire » de 3 à 5 ans / PAF : 2 € Chaque troisième mercredi du mois de 15 h à 16 h 16 avril, 21 mai, 18 juin Réservation souhaitable.

Bibliothèque de Lasne Marielle Pascal Route d’Ohain 94 • 1380 Lasne Tél.: 02/633.39.39

“Histoires à petits pas” le dimanche 15 juin de 10h30 à 11h15 : un moment magique, bercé d’histoires, de comptines et d’imaginaire, offert aux tout-petits de 0 à 4 ans en compagnie de leurs parents. Par Diane-Sophie Geerts, conteuse et responsable de la Maison du Conte et de la Littérature de Jodoigne. Animation gratuite. Réservation souhaitée à la Bibliothèque communale de Lasne au 02/633.39.39.

Réseau des bibliothèques publiques de Rixensart Delphine Carlier Rue Croy 2 • 1330 Rixensart Tél. : 02/652.27.36

Ecolo-quizz Le mercredi 23 avril, dans le cadre de l’opération « Je lis dans ma commune », jeu pour les enfants sur le thème de l’écologie. Le but est de répondre grâce à un buzzer à des questions diverses sur la nature dont les réponses se nichent dans les livres et dans le parc qui entoure la Bibliothèque De Troyer. Une séance est organisée à 14 h pour les enfants de 4 à 7 ans et une autre à 15 h pour les enfants de 7 à 11 ans. L’Ecolo-quizz se joue à la Bibliothèque François De Troyer et l’entrée est gratuite. La passion totalitaire : rencontre et débat avec Michel Hellas Le Réseau des bibliothèques publiques et le Centre culturel de Rixensart invitent Michel Hellas, journaliste à la RTBF et auteur de « La passion totalitaire. Ben Laden, Lénine, Hitler » (éd. Labor), le mardi 27 mai à 20h15 à la Bibliothèque De Troyer. Le débat s’animera autour des questions suivantes :Quel enthousiasme anime les fous de Dieu du 11 septembre, les millions de militants communistes ou les soldats nazis ? D’où vient cette passion totalitaire ? Pourquoi est-elle si présente à notre époque ? Cette rencontre a lieu avec le soutien de la Communauté française, de la Province du Brabant wallon et de la Commune de Rixensart. Animations lecture pour les enfants A découvrir à l’heure du conte le mercredi, une semaine sur deux, de 15h à 16h. Les prochaines dates sont les 30 avril, 14 et 28 mai. En outre la Bibliothèque communale organise tous les premiers mercredis du mois une animation lecture pour les enfants sur des thèmes variés. La prochaine animation a lieu le 7 mai à 14h30 pour les enfants de 0 à 6 ans. Avec le soutien de la Communauté française Service général des Lettres et du Livre

Conception graphique : d-design - 0479 57 91 15

Bibliothèque de La Hulpe


Citron vert, n°19, printemps 2008