Page 1

www.escalademag.com

Gratuit 41 et le restera


belle réalisation, il y a un bon assureur.

©B ernardo Gimenez.

Photo : Daila & Chris - Montsant

Au pied de chaque

GRIGRI 2 • Compatible avec les cordes à simple de 8.9 mm à 11 mm • Nouveau système pour un excellent contrôle de la descente • 20 % plus léger et 25 % plus compact

Pour apprendre à devenir un bon assureur : www.petzl.com/GRIGRI2


Pierres de rêve EscaladeMag Avril 2011 N°41

En Chine, les pierres furent collectées pendant des siècles. Elles étaient choisies pour leurs formes étranges. Le plus souvent, elles représentaient des montagnes ou des paysages en miniature. Arpentant le lit des rivières, traversant les talwegs, remontant les versants escarpés, on cherchait sans but précis et on trouvait parfois ! Il fallait « juste » observer, laisser surgir l’émotion, se courber... C’est durant la Dynastie Song (960-1279) que ces pierres vont prendre place chez les Lettrés, disposées sur des socles ouvragés en bois précieux. Elles accèdent ainsi au rang d’œuvres d’art, cristallisant toute une méditation sur la longévité du monde. Elles sont le réceptacle de l’essence de l’univers, un fragment conçu comme symbole de l’ensemble.

4 - Expresso

Actu en bref

6 - Abcdaire

Les mots de l’escalade

8 - Faites le mur

Casamur

10 - La science infuse

La prise d’information

12 - Par-dessus le marché

Le sponsoring

14 - Interview

Sylvain Tesson

18 - Entrée libre

Omblèze

28 - Ecogrimpeur

Une éco-manifestation

30 - D’Antan

La Voie des Parisiens

32 - Carnet de voyage

Zanskar

36 - Fashion climbing

Pourquoi vous parler de ces pierres, supports d’une expérience spirituelle ? Eh bien, si les grimpeurs ne sont pas sensibles au minéral, alors c’est à ne plus rien comprendre… Mais observons-les finement : ici une veine délimite les contours d’un sommet, là une face rugueuse esquisse une rupture de pente, ailleurs de minces ridules s’écoulent pour dessiner les méandres d’une rivière. Ciselés par le temps, ces paysages en miniature concentrent les racines et la puissance des montagnes environnantes. L’apprentissage du regard fait naître le sens. Celui qui isole la pierre lui donne un nom et modifie le rapport qu’il entretient avec elle. L’acte de perception devient acte de création. Ce n’est pas sans rappeler la démarche de l’ouvreur qui repère une ligne sur le rocher, l’équipe et la nomme… Ces pierres ont longtemps fasciné les artistes et écrivains occidentaux. Roger Caillois rapporte qu’un amateur de Lo-yang en possédait une où l’on distinguait des ruisseaux et des gouffres : « Elle portait un arbre nain, un pin éternellement vert, sur qui les saisons n’avaient pas de prise et dont l’éclat jouait avec l’éclat de la pierre ». Une image de l’immortalité qui comblait son détenteur ! Ce mois-ci, EscaladeMag ne vous conduit pas en Chine, mais dans le Vercors, à Omblèze. Trouverez-vous semblable pierre de rêve sur le sentier qui mène à la falaise ? On vous le souhaite ! Sinon, vous pourrez toujours balayer du regard les plissements du terrain, contempler le vide et le plein du panorama, profiter des strates et reliefs du rocher. Bref, pour faire simple : grimper, tâter du caillou ! Et peut-être aussi méditer à la verticale ? Laurence Guyon

Spécial Cordes et harnais

Delphine Oyarzabal met en pratique sa philosophie de l’escalade sur le beau calcaire d’Omblèze : lézarder au soleil, faire des voies tranquilles, éviter les essais au taquet où l’on se met « la peur de la trouille », selon sa propre expression ! Quelqu’un pour la contredire ou lui jeter la pierre ?

40 - Vos shops spécialisés Annuaire des magasins

www.escalademag.com

Delphine Oyarzabal dans Clémentine, 6b ©Sam Bié Gratuit 41 et le restera

est édité par PRESS’EVASION. Imprimé en France – Dépôt légal : avril 2011

Directeur de publication : Philippe Mathieu philippe@pressevasion.fr

Rédacteurs/Photographes : Sam Bié, Thomas Goisque, Abbey Smith, Mick Follari

ESCALADEMAG – N°41 avril 2011 SARL Press’Evasion – 184 rue des Candisons Lot. Carrière vieille 30190 St Chaptes

Rédactrice en chef : Laurence Guyon laurence.guyon@escalademag.com

Ont collaboré à ce numéro : O. Broussouloux, M.-F. Chaput, P.-A.Chouvy,P.-E.Danger,M.Ibara, F.Kalern, L.Lecoq, A.Lysoe, J. Méral, A. Morice, H. Ripoll, M. Troussier

E-mail : contact@escalademag.com SIRET 483 803 441 00011 Code APE : 5814Z ISSN : 1777-3865

Graphiste : Benjamin Broussouloux benjamin@agence-minimale.fr


expresso

Bloc qu’on teste Nograd vous présente l’actu de la grimpe

• Loïc Gaidioz a été interviewé pour l’émission Une fille dans ton vestiaire sur Men’s Up TV • Un projet de décharge géante a failli voir le jour à proximité de Joshua Tree National Park (Californie) • Alain Robert s’attaque à Beaubourg : il a escaladé la façade du centre Georges Pompidou le 17 mars dernier • Le CD FFME 77 (Seine et Marne) a réalisé un petit dépliant en partenariat avec l’ONF sur l’escalade en forêt de Fontainebleau • La salle Block Out à Osny a organisé un concert de soutien aux victimes japonaises le 7 avril dernier • Les abeilles sont en déclin dans le monde, en raison de l’utilisation massive de produits chimiques dans l’agriculture • Les Natural Games 2011, festival international de sports outdoor, se tiendront à Millau du 23 au 26 juin • Le nuage radioactif en provenance du Japon a rejoint l’Europe fin mars, officiellement sans danger pour les populations

BLOC QU’ON TESTE III Voyage dans l’Anthropocène Dans un essai paru chez Actes sud, le glaciologue Claude Lorius et le journaliste Laurent Carpentier nous invitent à repenser la place de l’Homme dans son environnement. À la fois réflexion philosophique et ouvrage scientifique, ce livre envisage le nouveau cadre géologique et climatique dans lequel l’Humanité est entrée sans le savoir, au moment de la Révolution industrielle : l’ère Anthropocène. Pour la première fois, la géologie de la Terre est directement liée à l’action de l’Homme. Et ce n’est pas sans conséquences…

Fox Trot • 7 pays européens se sont prononcés en faveur d’une réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2020 • 6, c’est le nombre de 8c+ à vue que s’est offert Adam Ondra lors de son séjour en Espagne en mars

Les renards pullulent dans les grandes villes britanniques. Dans la seule ville de Londres, on estime à 10000 le nombre de ces mammifères peu craintifs qui se baladent en liberté. Les renards de Londres creusent des terriers dans les espaces

• 20 ans, c’est ce que fête cette année l’organisation américaine Access Fund qui œuvre à la protection des sites d’escalade

• 9 ans, c’est l’âge de la japonaise Ashima Shiraishi (1m20), qui vient d’enchaîner deux 8a bloc à Hueco • 200 grimpeurs ont pris part au Grimpe à bloc, un événement ludique et convivial organisé par la salle Art’Bloc à Nice

4

Bloc Session La Ciotat

À voile et à grand cœur Financez le Rainbow Warrior III ! C’est ce que propose Greenpeace à ses sympathisants. L’ONG vient de lancer un site web participatif, sur lequel chacun peut devenir symboliquement propriétaire d’une des 400 000 pièces du futur navire : de l’écrou (1 €) au canot de sauvetage (1200 €), en passant par le hublot (300 €)... Le voilier devrait remplacer le Rainbow Warrior II courant 2011, pour les 40 ans de l’organisation. Plus d’infos sur : www.greenpeace.fr/anewwarrior

Le choc des photos

• 6000 tonnes, c’est la quantité de mercure rejetée dans le monde chaque année, ce qui représente une menace environnementale majeure

• 9a, c’est la cotation d’Haribal lecter, une voie de Haute-Savoie enchaînée fin mars par Romain Desgranges

Amis sudistes, à vos chaussons, à vos vérins ! La troisième édition du méga Bloc qu’on teste aura lieu le samedi 7 mai, à La Ciotat. C’est la salle Bloc session qui organise cet open d’escalade sans prise de tête, qui réunit des grimpeuses et grimpeurs de tous niveaux et de tous âges. En plus de la compétition, de nombreux stands et animations viendront ponctuer cette journée placée sous le signe de la convivialité. Plus d’infos sur : http://blocsession.com

verts et n’hésitent pas à s’approcher des habitations pour faire les poubelles. En février dernier, l’un d’eux, bien branché escalade, a été retrouvé au 72eme étage du plus haut gratte-ciel de la ville, épuisé. Il y aurait passé deux semaines en chapardant de la nourriture aux ouvriers d’un chantier ! Mais que fait Alain Robert ?

À l’occasion du cinquantenaire de la Voie des Parisiens, un grand rassemblement aura lieu dans le massif des Trois Becs (Drôme), les 20, 21 et 22 mai. En amont du projet, un concours photo est lancé. Deux catégories sont proposées. Catégorie 1 : « Souvenir des Trois Becs » (photos-souvenir relatives à l’ascension d’une voie aux Trois Becs, anciennes ou récentes, couleur ou noir&blanc). Catégorie 2 : « Escalade en grande voie dans la Drôme » où les inscrits proposeront des photos récentes de leurs aventures ! Plus d’infos sur : www.ffmedrome.com


Into the wild Go wild, un festival dédié aux sports de pleine nature, aura lieu en Wallonie, à Hotton, le week-end du 1er mai. Vous pourrez y découvrir toute une série d’activités (VTT, escalade, course d’orientation, rafting, kayak, slackline…), participer à des contests et faire la fête à fond. Des accompagnateurs diplômés seront présents pour vous initier au monde fabuleux de l’aventure. Pour les plus jeunes un programme spécial est prévu avec entre autres un trophy, un kids-bike et des tas d’activités sportives. Infos et programme sur : www.hotton.be

Ça assure La plus grande salle d’escalade de France, le Mur de Lyon, a organisé une semaine de sensibilisation à la sécurité du 4 au 10 avril. Au programme de cette excellente initiative : débats, ateliers, initiations gratuites. Une bonne manière d’apprendre les gestes de sécurité à effectuer de manière simple et élémentaire pour anticiper. Les sociétés Petzl et Millet se sont associées au projet et ont organisé des ateliers contrôle des EPI et apprentissage de l’assurage dynamique. Plus d’infos sur : www.lemurdelyon.com

À portée de main Reach, une belle vidéo de bloc produite par Rogue State Films, est sortie récemment. Très esthétisante, elle intercale des scènes de grimpe bien dynamiques avec des plans de coupe plutôt contemplatifs, de paysages exotiques ou de villes. Tournée principalement au Brésil et sur les sites de bloc du Colorado, d’Arizona et du Nouveau Mexique, elle met en scène Dave Graham, Daniel Woods, Jon Cardwell ou encore Felipe Camargo. Téléchargement sur : http://www.iclimb.com/ products/Reach-Download.html

La fée clochette Il y a 8 mois, disparaissait la jeune grimpeuse belge Chloé Graftiaux. Un livre et un DVD sur sa vie sont en préparation. Ses parents, qui ont souhaité laisser une trace de leur fille, sont à l’origine du projet. Vous pouvez y souscrire dès maintenant, les bénéfices iront à l’association Chloé Graftiaux Passion Together. Le but de cette association est de soutenir financièrement des jeunes qui ont des objectifs en escalade, en montagne ou dans les secours en montagne. Plus d’infos sur : www.chloegraftiaux.com


ABC daire

Texte Marco Troussier Illustrations Audrey Lysoe

Jeux avec le Je Dans un jeu, les règles sont les conventions adoptées par les joueurs, elles en garantissent le bon déroulement. Ces règles peuvent être intangibles et immuables comme les lois de la physique ou fluctuantes comme le prouve l’histoire de l’escalade !

P

endant longtemps, l’escalade ne fut pas un jeu et n’avait qu’une règle, ne pas tomber. L’homme avait une certaine habileté à monter sur des parois, les habitats troglodytes en sont la preuve. L’invention de l’alpinisme au 19e siècle change un peu la donne car avec la conquête des sommets, les règles de cette activité s’affinent. Puis l’escalade prend le large et se fixe ses propres règles.

A

vant son apparition dans l’histoire de l’escalade rocheuse, il n’était pas question de s’assurer. Le courage des grimpeurs frisait l’inconscience, la témérité de certains laissait planer un doute sur leur santé mentale. Une fois admis, le piton a permis de repousser certaines limites. Les directissimes qui ont littéralement explosé dans les années soixante en ont marqué l’apogée.

O

n peut trouver des vestiges de ces évolutions dans les règles « du possible et de l’autorisé » qui ont longtemps subsisté en ex RDA sur les tours de l’Elbsansteingebirge. On voit des photos de pyramides humaines d’une complexité impressionnante. On voit des systèmes d’assurage qui nous paraissent aujourd’hui archaïques et dangereux.

D

ans l’alpinisme, le lancer de corde fut un procédé usité de façon exceptionnel mais tout à fait légitime. Pendant longtemps, on ne pouvait atteindre le haut de l’Aiguille de la République, sans ce fameux lancer que certains ont même tenté de réaliser avec une arbalète montée là-haut pour l’occasion.

E

n escalade les règles du jeu se sont affinées au fil du temps. Il a fallu gravir les parois par les voies les plus faciles et avec les moyens du bord. Puis de grands changements sont intervenus, à la fois en matière d’éthique, mais aussi de matériel. Un des derniers changements de règle du jeu est l’adoption par le plus grand nombre du concept de clean climbing qui fut développé par les anglo-saxons.

L

a genèse de cette idée est particulièrement bien évoquée dans le livre Camp 4 de Steve Roper, qui retrace les différentes évolutions de l’éthique, dans la vallée du Yosemite. Les règles du jeu modèlent ce qui est autorisé ou interdit, prescrit ou proscrit. L’usage du piton en est un bon exemple.

L

a première ascension du Nose sur El Capitan (en 1958), fut un moment clef dans la conquête des faces du Yosemite. C’est ensuite en réaction avec cette approche technologique que ceux qui furent finalement appelés les « prophet of purism» ont développé l’idée du clean climbing. Yvon Chouinard qui avait lui-même forgé ses pitons fut aussi l’artisan des premiers coinceurs.


A

vec ces nouveaux outils, de nouvelles règles furent adoptées et de nouveaux jeux purent être pratiqués. Le plus réjouissant paradoxe de l’escalade moderne est peut être dû à Ray Jardine, l’inventeur des Friends, les premiers coinceurs mécaniques à cames. Ce raffinement des outils disponibles a permis de faire reculer les limites de l’escalade en fissure, mais aussi d’augmenter la sécurité des pratiquants. Innovations techniques et règles du jeu sont donc intimement mêlées.

A

utre exemple plus proche de nous. Antoine Lemenestrel et Jibé Tribout visitèrent l’Angleterre en 1985. Plutôt que de regarder le compagnon grimper, ils préférèrent s’assurer le dos à la paroi afin de pouvoir ensuite, faire la voie « à vue » en bon style donc sans aucun renseignement. On est loin des traits de magnésie qui décrivent le cheminement de toutes voies dures réalisées aujourd’hui.

Il

y a donc des règles et des façons de jouer. Les règles de l’escalade sportive ont peu évolué depuis trois décennies. C’est sans doute la première fois dans l’histoire qu’aucune évolution technologique ou éthique n’a provoqué de modification pendant un laps de temps si long. Cette permanence du jeu a permis à plusieurs générations de grimpeurs de débuter l’escalade avec des règles stabilisées. Pas étonnant que les bambins d’hier soient aujourd’hui les défricheurs de la très haute difficulté, car le jeu est stable.

S

eule évolution peut-être, le besoin de plus en plus grand d’apporter la preuve de ses réalisations. Les règles existent mais le soupçon qui pèse parfois sur certaines performances encourage les grimpeurs de haut niveau à apporter un témoignage authentifiable. On se souvient que la compétition en escalade doit en partie son apparition à une volonté de transparence dans les performances annoncées. Aujourd’hui, la vidéo est l’objet qui permet de vérifier que les règles du jeu sont bien respectées.

nt e m

e v u o m in ur a fr h . c s d a r g Pro .no w ww


faites le mur

Propos recueillis par L. Guyon Photos coll. Casamur

Casamur L’antre des bougnats La salle clermontoise fêtera cette année ses 15 ans d’existence. Située dans une zone a priori peu propice à l’escalade, elle a vu l’épanouissement de plusieurs grimpeurs de niveau international. Serait-ce l’ambiance volcanique des lieux ? Les bonnes ondes du Bibendum Michelin ? Un mystère que Julien Méral, BE à la salle et ouvreur des blocs retors qu’elle recèle, n’a pas voulu nous révéler ! La salle a subi un petit relooking l’été dernier ?

Casamur est plutôt axée sur la pratique du bloc. Selon toi, y aurait-il le potentiel pour une grande salle à cordes dans une ville comme Clermont ?

Oui afin de répondre au mieux aux attentes de tous mais également d’offrir une diversité de grimpe aux pratiquants. La salle a été remise aux normes et réactualisée dans sa partie supérieure, avec notamment le déplacement du pan Gullich. D’autres évolutions sont encore à venir. Chaque année, nous allons essayer de proposer des améliorations et un confort de grimpe diversifié.

Qui œuvre à Casamur ? L’équipe est formée par des bénévoles du Comité départemental et comptabilise maintenant 5 salariés, dont deux brevets d’état d’escalade (Olivier Monneron et moimême). Nous avons une administrative, Evelyne Malaisé, qui s’occupe de l’intendance (gestion, compta, etc) et deux agents d’accueil et d’entretien. Il arrive aussi que des BE extérieurs interviennent pour le comité dans le cadre de manifestations ou d’encadrements.

Qui fréquente Casamur ? Il n’existe pas vraiment de grimpeur type. Les tranches d’âges, le niveau et le public sont très variés (scolaires, loisir, clubs, entreprises, débutants, confirmés, élite, etc…). La journée en fréquentation, nous retrouvons d’avantage les scolaires et CE entreprises ; après 18h, on reçoit les clubs et toute personne désireuse d’exploiter son potentiel de grimpe ou de s’entraîner. Ce que nous avons pu constater, c’est une formidable émulation entre les grimpeurs, tous niveaux confondus. Des affinités se créent et cela permet ainsi une progression pour chacun.

Les grimpeurs de Casamur pratiquentils également en extérieur malgré l’éloignement relatif des sites naturels ? On peut voir, surtout chez les jeunes, des grimpeurs qui ne pratiquent que sur SAE et en bloc. Mais quelques grimpeurs chevronnés au sein de l’équipe les sensibilisent à la falaise et les amènent en extérieur. Par ailleurs, des stages sont proposés à l’ensemble des personnes fréquentant Casamur pour leur permettre de découvrir les sites naturels. 8

Bien sûr qu’il existe un potentiel. Nous avons tous conscience de l’engagement et de l’envergure d’un projet comme celui-ci et de ce qu’il peut représenter au niveau de la grimpe. Clermont est un axe géographique intéressant et commence de plus en plus à être reconnu dans le milieu. Après diverses actions et événements menés par le Comité départemental, Casamur et les clubs, les retombées commencent à largement se faire sentir, notamment avec l’arrivée de nouvelles SAE en Auvergne, comme celles d’Issoire ou de Riom, qui ont fleuri ces deux dernières années… Donc le meilleur reste à venir !

>En chiffres • Surface grimpable (Espace bloc et Voies) : 500 m2 • Nb de passages : entre 30 et 60 blocs • Niveau moyen : 6B bloc et en voie 5c • Hauteur max : 5m

>Sur le plan pratique - Adresse : 22 Ter impasse Bonnabaud 63000 Clermont-ferrand - Tel 04 73 29 24 71 - Abonnement annuel : 350 euros - Site web : ffme63.fr


La science infuse

Texte Antoine Morice & Louis Lecoq Photos O. Broussouloux et Hubert Ripoll

« Think less, climb more » : mauvais conseil… Un grimpeur peut chuter dans l’ascension d’une voie parce qu’il a oublié où était la prise clef, parce qu’il a improvisé une méthode fantaisiste ou encore parce qu’il est arrivé mauvaise main pour la troisième fois au crux. Ces problèmes sont des illustrations typiques de situations « labyrinthiques » dans lesquelles la chute est due à une « erreur d’aiguillage »1 d’origine informationnelle.

L’

La lecture entraîne également une amélioration de la fluidité de l’escalade3. Les experts font moins d’erreurs dans la lecture de la séquence des prises utilisées, dissocient mieux les variations de cotation6 et se remémorent plus d’informations concernant les voies7.

importance des facteurs informationnels sur la performance est donc bien réelle. D’ailleurs, la prise d’information implique des modes de performances différents : les codes implicites et explicites concernant la prise d’information en escalade en attestent. En falaise par exemple, la performance est évaluée différemment selon la quantité et le mode d’obtention d’informations sur la voie (après travail, flash ou à vue). En compétition, 6 minutes sont accordées pour lire une voie avant l’isolement, l’utilisation de jumelles est prévue par les règlements, etc.

Kolossale finesse

C

ette meilleure mémorisation est due à une focalisation sur des aspects fonctionnels (prises de mains vs. prises de pieds), sur les mouvements difficiles et sur les opportunités d’action (meilleure distinction entre les prises atteignables, saisissables, etc) et non sur les caractéristiques des prises (taille, forme, orientation), contrairement aux novices7. La lecture « flash » d’un expert permet en outre aux grimpeurs novices d’apprendre à utiliser de nouvelles techniques8, de grimper plus vite et avec plus de fluidité9.

Le Roi Lire

P

our nous grimpeurs, quels enseignements peut-on tirer des études scientifiques portant sur le rôle des facteurs informationnels sur la performance en escalade ? Les données accumulées depuis 25 ans suggèrent que le grimpeur doit planifier un projet d’action plutôt que de se contenter d’analyser les caractéristiques de la voie.

P

A

vant l’escalade, la lecture d’une voie « à vue » a en fait une influence discutable sur la performance3, mais est néanmoins perçue comme cruciale par les grimpeurs et entraîneurs pour optimiser la performance4, son absence étant perçue comme handicapante5.

Romain Desgranges, à l’observation, avant de partir dans sa voie

endant l’escalade, l’analyse des stratégies visuelles corrobore l’importance de l’activité informationnelle du grimpeur. Un grimpeur passe une partie importante de son temps d’ascension immobile (3610 à 65% 2). La durée et le nombre de ces phases d’observation se réduisent chez les experts avec le travail d’une voie, optimisant ainsi leur activité informationnelle pendant l’ascension par rapport au « à vue » 2.

Bibliographie 1 . Dupuy, C. Contribution à l’analyse de l’habileté de grimper : essai de taxonomie gestuelle. Actes du colloque Escalade ENSA Chamonix 1989 (1991). 2 . Dupuy, C. & Ripoll, H. Analyse des stratégies visuo-motrices en escalade. Sciences & Motricité 18-24 (1989). 3 . Sanchez, X., Lambert, P., Jones, G. & Llewellyn, D.J. Efficacy of pre-ascent climbing route visual inspection in indoor sport climbing. Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports (2010). 4 . Sanchez, X. & Torregrosa, M. The role of psychological factors in sport climbing : A qualitative analysis. Revista de Psicología del Deporte 14, 177-194. 5 . Ferrand, C., Tétard, S. & Fontayne, P. Self-handicapping in rock climbing : A qualitative approach. Journal of Applied Sport Psychology 18, 271-280 (2006). 6 . Pezzulo, G., Barca, L., Bocconi, A.L. & Borghi, A.M. When affordances climb into your mind : advantages of motor simulation in a memory task performed by novice and expert rock climbers. Brain Cogn 73, 68-73 (2010). 7 . Boschker, M.S.J., Bakker, F.C. & Michaels, C.F. Memory for the functional characteristics of climbing walls : perceiving affordances (2002). 8 . Boschker, M.S.J. & Bakker, F.C. Inexperienced sport climbers might perceive and utilize new opportunities for action by merely observing a model. Percept Mot Skills 95, 3-9 (2002). 9 . Sanchez, X. & Dauby, N. Imagery and video-modelling in sport climbing. J Behav Sci 41, 93-101 (2009). 10 . Billat, V., Palleja, P., Charlaix, T., Rizzardo, P. & Janel, N. Energy specificity of rock climbing and aerobic capacity in competitive sport rock climbers. J Sports Med Phys Fitness 35, 20-24 (1995). 11 . Hardy, L. & Callow, N. Efficacy of external and internal visual imagery perspectives for the enhancement of performance on tasks in which form is important. JSEP 21, 95-112 (1999).

10


La fabrique de l’image

A

près l’escalade, il semble enfin qu’il soit bénéfique de s’imaginer re-grimper pour améliorer ses performances. En effet, les grimpeurs qui pratiquent l’imagerie mentale sont plus performants, ont une meilleure estime de leur performance, démontrent une meilleure gestuelle et perçoivent mieux l’utilité de la simulation mentale. Cet effet positif est d’autant plus important que les grimpeurs pratiquent simultanément l’imagerie visuelle externe et l’imagerie

kinesthésique (s’imaginer spectateur de son escalade tout en ressentant les tensions musculaires, postures et déplacements de chaque mouvement imaginé)11. L’imagerie mentale est toutefois moins profitable que l’observation d’un modèle9.

C

ette analyse permet de conclure qu’une activité informationnelle efficace consiste à maximiser le temps de prélèvement d’information lors des phases au sol afin de le minimiser durant l’escalade, diminuant ainsi les contractions musculaires isométriques fatigantes. Par ailleurs, l’activité cognitive du grimpeur est d’autant plus efficace que ses efforts sont orientés vers la perception d’opportunités de mouvements réalistes et pas simplement vers une analyse détaillée de la topographie de la voie. Imagerie mentale : visualisation et mime d’une voie

Grimpeur équipé d’un NAC permettant de mesurer les mouvements oculaires


Par-dessus le marché Texte Pierre-Emmanuel Danger Photos Olivier Broussouloux et Robert Bösch

Les hommes-sandwichs Quel mal frappe nos grimpeurs qui s’affublent désormais de logos sur leurs tee-shirts et autres sacs à magnésie ? Derrière ces autocollants se cache une politique de sponsoring qui vise au développement professionnel de l’escalade. Pour mieux en comprendre les enjeux, nous sommes partis à la rencontre de Nina Caprez (grimpeuse pro), Edouard du Closel (directeur de la communication à la FFME) et Christian Jaeggi (directeur général de Black Diamond Europe). « T’es sponso toi ? » Nous avons tous en tête le soutien financier que les grandes marques apportent à un sportif, à un club, à une équipe nationale. Nous savons qu’en retour, elles bénéficient d’une exposition médiatique qui leur permet d’accroître leur notoriété et donc de vendre plus. Loin des budgets vertigineux des clubs de foot, l’escalade cèderait-elle à son tour au doux chant des sirènes ?

Ramon Puigblanques pose de bonne grâce devant le panneau de sponsors à Arco


Pour la FFME, le sponsoring est « un moyen de développement de la Fédération et de ses activités ». C’est pour elle un manière de « partager sa passion » avec des personnes qui ont les « mêmes idées et le même état d’esprit » ; s’instaure alors « une confiance sur le long terme » qui se traduit par « un accompagnement au quotidien, dans la réussite, mais aussi dans l’échec, comme pendant les longues périodes de travail avant une réalisation ».

Un seul mot d’ordre : l’échange Nina Caprez est devenue une « commerciale VIP » pour ses partenaires. Elle intervient au sein même des entreprises comme conférencière, partageant ses expériences et ses sensations auprès des équipes. Vous pourrez aussi la croiser sur les salons professionnels où elle vient prêter son soutien aux commerciaux.

Une vision que partage le directeur général de Black Diamond Europe. Pour Christian Jaeggi, « le sponsoring va bien au delà du fait d’apprécier le grimpeur » ; ce dernier doit « partager les valeurs de l’entreprise », « il fait partie intégrante de la stratégie marketing ». D’ailleurs chez Black Diamond, « on choisit les grimpeurs moins pour leurs performances que pour leur vision, leur style et la manière dont ils vont communiquer sur leurs réalisations ».

Le nerf de la guerre Il y a quelques semaines, L’Equipe Magazine publiait le palmarès des sportifs français les mieux payés. Ne cherchez pas : aucun grimpeur en face de Thierry Henry et ses 18,3 millions d’euros ! Les marques soutiennent les grimpeurs et les organisateurs de compétition en dotations matériel, mais sont moins généreuses en monnaie sonnante et trébuchante. Pour sortir de l’amateurisme, il faudrait donner les moyens aux grimpeurs de se concentrer sur ce qu’ils savent faire de mieux, c’est-à-dire grimper ! Plus ils réaliseront des choses extraordinaires, plus ils seront reconnus et plus l’escalade pourra prétendre à avoir sa place dans les grands medias généralistes. Soutenu par des partenaires privés, la FFME soutient à son tour les grimpeurs. Elle « leur facilite l’accès et les accompagne dans le haut niveau » nous assure Édouard du Closel. Prise en charge des sportifs, financement des déplacements sur les compétitions, organisation d’événements : la FFME se met en 4 pour promouvoir l’escalade. De leur côté, en attendant que le milieu se professionnalise, les grimpeurs s’organisent. Nina Caprez a fait le choix de travailler dans une petite salle d’escalade en Suisse pour arrondir ses fins de mois. Mais surtout, elle a compris que pour « vivre de l’escalade, il faut aller chercher des sponsors à l’extérieur du milieu », comme dans l’industrie avec l’entreprise Xorella, ou encore l’Office de Tourisme de son village.

Dégaine PHOTON La suissesse Nina Caprez, un relais efficace dans la communication

Grande ouverture, 63g...

De la même manière, pour Christian Jaeggi, si la personnalité de l’athlète est primordiale, la manière de communiquer sur sa pratique l’est tout autant. Chez Black Diamond le sponsoring est un moyen de promouvoir le sport en lui-même, les sportifs doivent donc œuvrer pour donner une image positive de leur activité. Il faut grimper, prendre du plaisir et surtout savoir partager sa passion ! Temps fort de l’année 2012, les Championnats du Monde de vitesse et de difficulté qui auront lieu à Paris Bercy, sont sujets à une attention particulière de la FFME, organisatrice de l’événement. « Engagée dans une véritable politique de professionnalisation, la Fédération a construit une offre digne des grands événements sportifs internationaux pour espérer attirer de nouveaux sponsors qui ne s’étaient jusque là jamais intéressés à cette discipline », nous a confié Edouard du Closel. C’est une opportunité unique pour l’escalade d’être placée sous les feux des projecteurs médiatiques et se développer pleinement !

Un poids plume, dans la cour des grands mousquetons !


interview

Dans le massif de l’Assek

rem, en Algérie, non loin

14

de l’ermitage du père

de Foucauld


Sylvain Tesson est un voyageur écrivain. À lire sa bibliographie, il a roulé sur la terre, marché dans le ciel, chevauché dans les steppes, couru dans la taïga et vagabondé en de multiples autres lieux. Géographe de formation, il est aussi un grimpeur, sa quête incessante de nouveaux horizons ne pouvant souffrir les coups d’arrêt que la verticalité imposerait à d’autres.

15


« Un géographe est toujours un voyageur », écris-tu dans ton Petit traité sur l’immensité du monde. Mais ne pourrait-on pas ajouter que l’escalade constitue un atout indiscutable pour le géographe, afin de s’affranchir des obstacles que le monde minéral place sur sa route ? Mais oui, bien entendu, souvenons nous de l’expédition française de 1950 à l’Annapurna : les alpinistes de l’équipe commencent par un véritable travail de géographes et de cartographes. Ils dressent la carte de ce qu’ils vont grimper. Ils défrichent leur part d’inconnu. Il y a chez le grimpeur comme chez le géographe un désir de connaître, de savoir ce qu’il y a plus loin, plus haut, une impulsion vers l’inconnu. L’explorateur ou l’aventurier sont des gens qui avancent « à vue ». L’attraction que le grimpeur ressent pour le sommet et l’attirance que le géographe éprouve pour l’horizon sont de même intensité. En outre, les géographes se sont souvent improvisés alpinistes soit pour pénétrer une contrée en triomphant d’un sommet (pensons au docteur Sven Hédin entrant au Tibet en franchissant les Kun Lun) soit pour embrasser, du sommet, une vue générale (saluons Alexandre de Humboldt qui gravit des sommets de 6000 mètres lors de ses explorations andines). Pour le géographe, le sommet est un outil de travail. Pour le grimpeur il est un lieu de plaisir. Le géographe-grimpeur, lui, joint l’utile à l’agréable.

Est-ce ton intérêt marqué pour la géomorphologie qui t’a amené à entreprendre des ascensions aussi diverses que celle du calcaire urgonien des calanques, du granite du Hoggar, des pierres de taille de la cathédrale Notre-Dame de Paris ou encore du fer puddlé de la Tour Eiffel ? La géologie est une de mes passions. Tenir dans ma main un objet vieux de millions d’années est une expérience qui m’impressionne. Quand je vois un fossile sur une paroi calcaire (il y en a de superbes dans le diapir des dentelles de Montmirail), je le salue et à la manière du vieil écrivain Ernst Jünger, je lui dis : « un jour, à la fin de toute chose, nous nous retrouverons comme au temps où les formes du vivant n’étaient pas différenciées ». Si je suis honnête, je dois dire que ce n’est pas par passion minéralogique que j’ai commencé l’escalade ! C’est parce

16

Lors de son séjour en Sibérie, Sylvain s’offre une petite grimpette sur le bord d’une chute d’eau, à une heure de marche de sa cabane

que l’escalade me procure le sentiment que le temps ralentit et que je suis exactement à ma place en train de faire la chose que je dois faire (je précise que je suis un amateur et que mon niveau de grimpe est inversement proportionnel à ma passion !). Cela s’appelle le sentiment d’harmonie. En revanche, je suis persuadé que les pierres ont une influence sur nos humeurs ou sur l’atmosphère générale d’un lieu. On n’est pas le même dans une région cristalline ou sédimentaire. Un Auvergnat diffère d’un Marseillais pour des raisons liées à la culture mais peut-être aussi pour des raisons liées au rayonnement du substrat géologique !

Tu écris avoir « pérégriné sur la face des églises parce qu’il n’y a pas de montagnes dans la région parisienne ». Le massif de Fontainebleau et ses innombrables passages n’est pourtant pas loin de la capitale ! Fontainebleau est à une heure de chez moi et j’y vais de temps à autre mais je ne suis pas un bloqueur acharné. En revanche, j’habite au centre de Paris et j’ai toujours regardé les églises, les façades des immeubles, les piles de pont comme des petites couennes accessibles, pas difficiles, à faire en solo, ni vu ni connu. Si on regarde la rue de Vaugirard comme une falaise, on a une enfilade de calcaire de 5 km ce qui est presque aussi

large que le Verdon ! En outre, grimper sur les flèches d’église comporte une dimension mystique : on se tient là, dans le vent de la nuit, à la croisée des transepts, au point de concentration et de convergence de toutes les forces de l’élévation gothique. Grimper est la prière des mécréants comme moi.

Adopter la vie vagabonde revient à n’avoir « pas d’autres luttes à mener que contre les reliefs ou les humeurs du ciel ». En fin de compte, escalade et voyage ont beaucoup en commun ? Avec Daniel du Lac, que j’admire beaucoup et qui m’emmène souvent grimper au Verdon, dans les Calanques, en Oisans ou au Hoggar, nous aimons comparer nos courses à des voyages. Je crois que le point commun entre les lentes traversées que j’ai effectuées dans ma vie et les journées passées en falaise est la réconciliation avec le temps. Quand je suis au relais en train d’assurer ou bien quand j’enchaîne les mouvements, rien d’autre n’a d’importance que ce que j’accomplis. J’habite l’instant présent avec intensité. Chose que la vie en ville ne vous permet pas : là tout n’est que folie, dispersion et accélération. À Paris je vis à côté de moi. En voyage ou sur la paroi, je me retrouve. C’est une vieille question que se pose l’homme depuis les stoïciens :


En bre8fans

Age : 3 ris vie : Pa + Lieu de ax à vue : 6b a on) m vail : 7 u a a tr e le (Verd Niv x après n : Pichenibu a m u Nivea lisatio elle réa Plus b e portarteiv, Laffont, 1996 io l ib b i Min oulé sur la ter ébus, 2002 h On a r l’Est, P urs, lles de affont, 2004 Nouve Équate loup, L vagabonde, u d e x L’a rgie 09 e l’éne ard, 20 Éloge d , Gallim s r o h e 7 200 her d à couc lle) Une vie t de la nouve r u o c (Gon

comment faire pour vivre en accord parfait avec l’instant présent, sans se projeter dans l’avenir, sans s’appuyer sur le passé. Le vagabondage et la grimpe m’offrent la réponse. Je grimpe donc je suis.

Quelles parutions à venir pour celui qui, paradoxalement, ne peut s’empêcher de faire partager sa quête de solitude au plus grand nombre ?

Escalade sur les versants volcaniques qui flanquent la rive occidentale du lac Baïkal

Je suis en train de rédiger mon journal de cabane à paraître chez Gallimard en septembre 2011. J’y raconte les mois que j’ai vécus en ermite, au milieu de la forêt russe, dans une petite cabane du lac Baïkal. Cela peut paraître paradoxal de publier un livre sur une expérience de solitude, c’est un peu l’histoire des anarchistes qui finissent par créer une « fédération » ou des militants antiinformatiques qui s’équipent d’ordinateurs pour mener leur action. Cela dit le moteur principal de mes voyages est l’écriture. La solitude est une source d’inspiration, un thème, un sujet. Je veux témoigner dans mon livre que le bonheur est possible au fond des bois quand on recourt à une vie simple. Après tout, Thoreau aussi dans son Walden a publié un manifeste sur la nécessité de s’enfouir dans le silence des futaies. Après quelques mois d’existence passés à pêcher, à courir les taïgas et à couper du bois, on accède au seul vrai luxe, exactement comme lorsqu’on débouche de la dernière longueur au sommet d’une grande voie : on est pris du sentiment d’avoir accompli quelque chose de beau, de bon et de vrai. Et d’avoir enfin gagné son temps.


entrée libre

Texte et photos Sam Bié

Remarque triviale ? Mais non, voyons… La destination de ce printemps florissant, c’est Omblèze, une falaise nichée au cœur du Vercors : un genre de petite sœur de Presles, perdue au fond d’une vallée calme et sinueuse. L’idéal pour se lover au soleil !

Connue des forts grimpeurs pour ses horreurs sur colonnes situées dans les Gorges du même nom, Omblèze, c’est aussi des voies techniques sur la grande falaise d’Anse et c’est précisément là que nous allons ! Ce choix est assez stratégique en cette période, qui peut être encore fraîche. 18

La falaise d’Anse, majestueuse et visible depuis l’asphalte qui mène vers les Gorges, est bien exposée. D’une hauteur moyenne de 150 m, elle est composée à la fois de secteurs de couennes et de grandes voies. Il y en a pour tous les goûts !


Philippe Saury et Johnny Charpentier dans la 3e longueur de Riette beurre, 6c+ 19


Anse court

Anse long

L’ensemble du site d’Omblèze, gorges et falaise d’Anse comprise, représente près de 500 lignes. De quoi user de la gomme résinée ! Pour cela, une flopée de voies courtes de tout niveau n’attend que vos assauts. Mais surtout, n’oubliez pas votre technique, si vous souhaitez en profiter pleinement !

Et puis, il y a les grandes voies… Parsemées autour des courtes, les grandes voies d’Omblèze vous transporteront le long des lignes de faiblesse. En plus vous jouirez d’une vue imprenable sur la vallée de la Gervanne et sur les copains en contrebas, vous savez, ceux qui se dépatouillent tant bien que mal dans les fines strates dalleuses !...

En effet, le style majoritaire du coin, c’est de la dalle verticale, voire inclinée… « Dans le bon sens, alors », me direz-vous. Ouais, enfin ça, ça dépend pour qui ! Ce style est qualifié de nos jours de old school, ce qui sous entend que l’on n’a plus trop l’habitude de grimper en dalle. Mais au fond, qu’est-ce que c’est fun ! D’ailleurs, n’y aurait-il pas une mode en cours ? Un engouement pour les vieilles choses ?... Si vous n’y avez pas encore succombé, essayez, vous verrez, c’est très ludique ! Et quand la solution n’est pas physique mais technique, on se prend vite au jeu ! Et on n’a plus d’excuses, hein ? « C’est 6b ça ?! Pfff ! J’aurais pas dû faire que du no foot cet hiver ! Font pas des poutres pour les pieds aussi ?... ». Eh, eh, les anciens rigolent déjà !...

20

“  Et quand la solution n’est pas physique mais technique, on se prend vite au jeu ! ’’

Les plus célèbres itinéraires se situent aux deux extrêmes du site. L’Hirondelle des Faubourgs n’est pas sur la falaise d’Anse mais juste à la sortie des gorges. C’est un must soutenu dans le 6b/c pour 220 m d’escalade. Compte tenu de son emplacement, il est préférable d’attendre une météo et des températures de fin de printemps pour s’y aventurer.

Sur la falaise d’Anse, tout au bout à droite, vous trouverez la bien nommée Boudu Monde, 130 m soutenus dans le 6b/c également. Cette voie remonte un grand pilier, de profil par rapport à la vallée, un régal pour les yeux. Et comme voisine, il y a Jojo le bricoleur, qui elle, est nettement plus accessible avec un passage maximum en 6a+. Pour les plus affûtés, car une longueur est cotée 7a+, on peut conseiller Saunatorium avec sa traversée lisse et gazeuse en 4ème longueur ! Vous m’en direz des nouvelles… Il faut savoir que les grandes voies d’Omblèze ne sortent pas sur le plateau, celui-ci est privé et interdit, et elles sont souvent bien espacées les unes des autres. Ce qui veut dire que les lignes de rappels de descente sont dans les voies ou tout proche, donc, et ça rassure, une réchappe en cas de but est généralement facile.

Philippe Saury, l’obsession de la perfection Sa réputation n’est plus à faire, que l’on parle de ses qualités d’équipeur ou de son expérience d’éditeur de topo. Depuis sa première voie équipée en 1978 jusqu’à la dernière en 2011 (Jardin d’enfants, 4c, à Rochefort Samson), rien n’est à jeter. Ses motivations de grimpeur : la nouveauté, les voyages, les échanges d’idées, la découverte de nouvelles falaises mais aussi le goût de l’effort et le plaisir du geste. Depuis peu, Philippe travaille pour le Comité FFME de la Drôme. Avec un tel personnage en poste, les grimpeurs du secteur peuvent envisager l’avenir sereinement dans leur département !

Delphine Oyarzabal dans Clémentine, 6b

peuplelademag esca


DĂŠdĂŠ Dimier dans Les derniers Rois de Thule, 5c

21


entrĂŠe libre

Johnny Charpentier dans Le Boudu Monde, 6b


www.escalademag.com


Guillaume Marinelli et AndrĂŠ Dimier dans la 3e longueur de Jojo le Bricoleur, 5c

24


Plan de Baix, juste avant Omblèze

Les Gorges Comme nous le disions en préambule, le site d’Omblèze est bien connu pour ses Gorges, les voies de l’étroiture géologique pouvant effectivement être qualifiées « d’horreurs sur colonnes ». Mais, en fait, non, il n’y a pas que des colonnes ! Ok, arrêtons-là l’ironie et avouons que sur la dizaine de secteurs que comporte cette partie du site, un bon nombre de perles d’un niveau raisonnable jalonnent les rives de la Gervanne.

“ Mais

il y a bien quelques voies abordables dans les Gorges ! ’’

Jean Puzenat, un fou de plein air C’est grâce au Lycée sport et nature de Die, que Jean a découvert les sports de plein air, canoë, ski de rando, spéléologie, escalade, randonnée... Cette découverte fut d’autant plus forte que ce garçon est originaire de la Loire où le sport de prédilection est le football !... Après des études à l’institut de géographie alpine de Grenoble, il décide de passer le Brevet d’État d’Escalade et dans la foulée l’accompagnateur montagne. Il fréquente assidûment Omblèze pour grimper, accompagner des groupes ou rééquiper certaines voies vétustes ou très fréquentées. Si vous le croisez, n’hésitez pas à lui demander des conseils.

Cependant, même si le soleil est, à cette période de l’année assez haut pour se faufiler dans le défilé, nous ne sommes qu’au printemps et qui plus est, au milieu du Vercors où un simple nuage mal placé peut faire descendre le thermomètre à la vitesse d’un Alberto Tomba énervé !... Pour finir, Omblèze au cœur du sauvage Vercors, ne pourra que vous plaire et vous ravir… De retour au Moulin de la Pipe, vous n’aurez qu’à observer le visage de vos voisins attablés devant la mousse bien méritée du soir pour vous rendre compte que le old school, quand même, ça a du bon !

peuple


entrée libre

Accès

En venant du sud, sortie à Loriol, suivre Crest puis Aouste sur Sye, Beaufort sur Gervanne, Plan de Baix et enfin Gorges d’Omblèze jusqu’au Moulin de la Pipe. En venant de Valence, prendre direction Chabeuil (D68) puis Peyrus et La Vacherie et juste avant cette dernière, prendre à droite en direction de Plan de Baix et Gorges d’Omblèze. Le Moulin de la Pipe est géo-stationnairement ici : 44.837’28° N – 5.186’72° E.

Carte

CREST

Dans les bras de Morphée

Le Moulin de la Pipe bien sûr : www.moulindelapipe.com ou au 04 75 76 42 05 pour les périodes d’ouverture.

Période idéale

L’hiver dans les Gorges ça meule grave et à la falaise d’Anse, s’il fait beau, on peut grimper en tee-shirt. En gros, c’est en ce moment que c’est le top !

Topo

Omblèze, par Denis Boit, 18 € dans toutes les bonnes crèmeries. Également au Moulin de la Pipe.

Avec un moniteur

Avec Jean Puzenat, au 04 75 42 07 72 et ici www.vercorsaltitude.com 26

Philippe Saury en 4e longueur de Saunatorium,6c


ENZO

Que la résistance, la force et la souplesse soient avec vous....Nano 9,2mm par Sterling Rope

ODDO

Au caf’conc’ du Moulin de la Pipe

Le Moulin de la Pipe est le plus vieux caféconcert de la Drôme, un endroit incontournable après une bonne journée de grimpe à Omblèze pour fêter les croix ou passer un moment convivial ! Il doit son nom à un meunier du début du XXeme siècle, Jean Géry qui, grand fumeur, était surnommé « Jean de la Pipe ». Transformé en auberge en 1918, Le Moulin est devenu, au fil du temps, un point de chute pour les touristes et un lieu de rencontre pour les chasseurs, pêcheurs, joueurs de cartes et autres boulistes. Après d’importants travaux de rénovation menés en 1987, il se métamorphose en un lieu festif qui accueille maintenant aussi bien des artistes internationaux que des jeunes talents, pour des nuits de concert endiablées à l’entrée des Gorges. Comme le dit Franck Laforest, propriétaire des lieux, « Au-delà de la crème locale, c’est tout le gratin dauphinois, hexagonal, parfois mondial qui a défilé ici… » En ce printemps 2011, Le Moulin ne faillit pas à sa réputation. La programmation est éclectique! La saison a commencé en fanfare le 18 mars avec de la musique tzigane : Prowpuskovic. Et elle devrait se poursuivre allègrement avec Blackwater (musique irlandaise le 22 avril), Klezmer Kaos (Musiques de l’Est et d’Islande, le 06 mai), Slobodan Experiment (Surf Balkanique, le 20 mai), NMB Brass Band (Fanfare Funk Fusion, le 10 juin). Et plein d’autres bonnes choses à découvrir sur www.moulindelapipe. com (attention, pour les repas-concert, il faut réserver !)

size

weight impact force falls

9.2mm 53g/M

8.5kN

6

sterlingrope.com Enzo Oddo on Les spécialistes" 8b+ in Gorges du Verdon. Fred Oddo photo.


éco grimpeur

Texte et photos Fred Kalern

Riom, un bel exemple d’éco-manifestation ! Les 12 et 13 février 2011, se déroulaient à Riom, dans le Puy de Dôme, la dernière étape de la Coupe de France de difficulté. Au-delà de la compétition proprement dite, qui a vu la victoire de Charlotte Durif et de Fabrice Landry, ce qui a retenu l’attention et suscité la curiosité, c’est le parti pris de l’équipe d’organisation de faire de cette manifestation une éco-compétition. Organiser une éco-compétition ne présente pas plus de difficulté que l’organisation d’un événement classique

L’escalade, activité de plein air par essence, connaît un développement régulier et conséquent de son nombre de pratiquants. L’émergence, pour ne pas parler de démocratisation, des structures artificielles d’escalade a permis à nombre de citadins de se confronter à cet univers vertical régulièrement, faisant parfois oublier que l’essence de notre discipline est le milieu naturel, environnemental et donc sa connaissance.

Certes, il a fallu à Sébastien Bonillo, Président de Rappel 63, à Marie-France Chaput, organisatrice en chef de l’événement et à toute l’équipe de bénévoles engagée sur la manifestation, beaucoup d’énergie pour sensibiliser les élus et pour trouver des partenaires. Mais le résultat est encourageant et ouvre de belles perspectives pour les clubs qui se lancent dans l’organisation de compétitions.

Le club Rappel 63, particulièrement sensible aux questions d’environnement et complètement concerné par la pratique de « l’escalade durable » a donc imaginé une éco-compétition. Les organisateurs ont balisé leur écoévénement avec un certain nombre d’initiatives concrètes, informatives, pratiques… avec un seul objectif : sensibiliser les participants (compétiteurs et publics) aux enjeux relatifs à la connaissance et au respect de nos terrains de jeu afin de favoriser une pratique durable, préservant, autant que faire se peut, notre environnement.

Les moyens mis en œuvre, d’apparence simple, se sont avérés pertinents et efficaces > le lieu : l’éco-compétition de Riom s’est déroulée dans un gymnase dit HQE, pour Haute Qualité Environnementale. Autrement dit, ce bâtiment produit 36 % de l’énergie qu’il consomme. > l’accès : l’organisation avait mis en place une plate-forme de co-voiturage pour les participants. Dès la prise de renseignements relatifs à cette compétition, le site internet du club proposait un lien vers Auvergne Covoiturage, propice à développer ce mode d’accès à la compétition (pratique encore peu rentrée dans les mœurs gauloises). > les actes éco-responsables : outre le tri sélectif (minimum syndical) l’organisation a pris le parti de placer des toilettes sèches, sensibilisant par là même à la consommation d’eau et ses conséquences 28

Un hôtel pour insectes

> la sensibilisation : après vous être soulagés dans les éco toilettes de la SARL Grand Besoin, une visite sur le stand de la LPO et autres associations engagées sur le respect de notre environnement naturel vous permettait de découvrir des hôtels pour insectes... et d’être renforcé, si besoin en était, que notre terrain de jeu naturel se partage avec des animaux, des végétaux et qu’il peut s’avérer utile de connaître et reconnaître afin de maintenir une pratique durable et respectueuse > la restauration : comme il est d’usage sur les compétitions, un stand « buvette » est mis en place et animé par les membres, bénévoles du club organisateur. La encore, l’engagement éco citoyen était palpable (verres et gobelets consignés, découverte de produits du terroir).

Le lieu de la manifestation n’est sans doute pas étranger à cette réussite. Depuis fin 2009, la Ville de Riom s’est engagée de manière globale dans le développement durable à travers le fonctionnement et les activités de ses services : l’écoresponsabilité. Ainsi, les services et les agents de la Ville travaillent eux aussi au quotidien pour faire évoluer leurs pratiques et limiter leur impact sur l’environnement (économiser l’eau et l’énergie, améliorer les performances de tri sélectif, favoriser des déplacements moins polluants, préserver la biodiversité en replantant des essences locales, utiliser des produits d’entretien écologiques,…).

Espérons que d’autres villes poussent dans le même sens et gageons que de prochains rassemblements et compétitions s’inspireront de Rappel 63 et de son éco compétition, car, plus qu’une question de moyen, il s’agit bien d’une question de volonté politique de s’engager vers des pratiques durables et éco-responsables.


Au Vieux Campeur SYMBOLE DU CHOIX ET DU CONSEIL www.auvieuxcampeur.fr

v2

LA CARTE CLUB AU VIEUX CAMPEUR C’EST :

10% DE REMISE

SUR CERTAINS ACHATS ET PARFOIS MIEUX...

DEPUIS LE 11 FÉVRIER 2011, C’EST

15% DE REMISE SUR LE MATÉRIEL DE MONTAGNE, DE SPÉLÉO ET DE CANYONING

(CODE 21).

10% DE REMISE SUR LES CHAUSSURES D’ALPINISME (CRAMPONNABLES) (CODE 51) .

DEPUIS LE 1ER MARS 2011, C’EST

A U VIEUX CAMPEUR EN FRANCE : 9 VILLES PA R I S Q U A RT I E R LATIN - 1941 LY O N - 1 9 9 2 T H ON O N - L E S - B A INS - 1996

SALLANCH ES - 1997 TOULOUSE/LABÈGE - 2002 STRASBOURG - 2004

Crédits photos : Grivel / Snap / Frank de la boutique de Sallanches / Alice Prudhomme / Emmanuel Ruiz.

ALBERTVILLE - 2005 MARSEILLE - 2008 GRENOBLE - 2010


d’antan

Texte et photos Manu Ibarra

Des souvenirs à la Pelle Pour commémorer le cinquantenaire de la Voie des Parisiens, un grand rassemblement aura lieu fin mai dans le massif des Trois Becs (Drôme). L’occasion rêvée d’évoquer cette face qui a marqué l’histoire de l’escalade et de rendre hommage aux pionniers !

M

algré une ascension de la Dent de Die en 1912, les parois de la vallée de la Drôme n’ont intéressé les alpinistes qu’à partir des années 60. Il y eut bien une première voie ouverte à Archiane par Couzy et Fraissinet en 1951, puis une autre tracée au Glandasse par une cordée menée par Barbezat en 1957. Mais ces itinéraires qui suivent des vires et des couloirs herbeux, ne sembleront jamais être aux yeux des grimpeurs de réelles réponses alpines aux défis posés.

C

’est alors qu’apparaît Georges Livanos, le premier de ceux qui vont jalonner l’histoire alpine du Diois. Ayant écumé ses chères Calanques, il va trouver ici des parois calcaires vierges, verticales et d’ampleur, qualités nécessaires à la préparation de ses futures aventures dolomitiques. Sa première entreprise, en 1959, fut un coup de maître : l’ouverture du Pilier Livanos à Archiane.

Le Grec à l’affût

B

oulimique de première il revint, cherchant à marquer de son empreinte chaque grande paroi de cette vallée. Après Archiane, son regard se tourna vers le Glandasse. Et là aussi, la Voie Livanos fut et reste une classique. Ainsi pendant une bonne dizaine d’années, il écuma la région. Seule la paroi de la Pelle aux Trois Becs échappa à son ardeur.

A

u début de l’été 1961, une des cordées phare du moment traîne dans la région à la recherche d’objectifs à sa mesure, les parisiens Paragot et Bérardini (vainqueurs en 1953 de la face sud de Aconcagua en 30

Argentine). Ils ont vu de la route cette falaise, sombre et verticale, qui se dresse audessus d’un paysage de lumineuses et calmes collines.

C

ette vision les impressionne, tant la verticalité de cette paroi semble impropre à l’escalade libre. Mais partout ailleurs où leurs regards se portent, ce diable de Livanos a déjà laissé sa trace. Pierre Buis, alpiniste local, leur confirme que là jamais personne, pas même le Grec (comme on le surnomme), n’a posé la main. Ainsi, avec l’aide de Maurice Gicquel, une première tentative « pour voir » les mène à l’actuel R2. La suite est connue : une voie magnifique avec peu d’artif à l’ouverture et un itinéraire entièrement libre actuellement. Ce fut leur seule ouverture dans la vallée.

Parisiens sinon rien…

et moins raide. En 1967, deux voies sont tracées : une sur la gauche dans une ligne de dièdre par Alex et Annequin et une autre sur la droite, suivant une rampe, par les très forts Seigneur, Parat et Valençot.

J

e n’oublie pas cette voie ouverte en 1966 par Trevellini dont l’existence reste controversée. Tracée en solo en plein milieu de la face, encore plus directe que la Voie des Parisiens, elle ne peut que faire fortement appel à l’escalade artificielle. Un grand temps de calme vient dans la années 70 envelopper le massif, seule la Voie des Parisiens connaît une fréquentation régulière d’alpinistes attirés par sa réputation, quelques ouvertures dont celle du Pilier du Soleil Levant marquent cette époque.

Pour aujourd’hui ou pour demain ?

I

ans les années 60 la région connaît une forte activité alpine. À la même époque, les autres parois du massif des Trois Becs, moins raides que la Pelle, reçoivent la visite de tous les cadors de l’époque (Vaucher, Seigneur, Parat...). Pourtant les grimpeurs ne se précipitent pas pour imaginer des lignes alternatives à la désormais nommée Voie des Parisiens. Est-ce le côté soutenu et engagé de cet itinéraire ? Son gaz ébouriffant et ses perspectives fuyantes ? Son niveau d’escalade qui, sans être extrême, reste soutenu ?

l faut attendre 1984, pour que la cordée Carle-Petiot, armée d’audace et d’un tamponnoir, ose s’attaquer aux dalles à silex qui constituent les seules possibilités d’ouverture restantes à la Pelle. Cette voie, Opium du Peuple, donnera des idées à un grimpeur local, qui poursuivant une tradition d’ouverture du bas, s’attaqua aux plus belles dalles à silex de la face en remplaçant le tamponnoir par un perforateur dans les années 90/95. Ainsi Denis Benoît ouvrit 7 nouveaux itinéraires dont l’improbable Parfum d’Opale.

T

A

D

oujours est-il qu’il faut attendre 1965 pour qu’une autre ouverture (la Voie de la Tour) déflore cette face, non pas de façon directe mais en son bord gauche, moins haut

ujourd’hui le massif est géré par une convention d’utilisation qui garantit le futur alpin de cette paroi historique qui a fait rêver de nombreux grimpeurs.


le spécialiste depuis 1983

le ressemelage

chaussons et ballerines ar la c

e te d

gommes Five Ten

C4 polyvalente

lité fidé

(adhérence et gratonnage)

Tarifs quelle que soit l’épaisseur de la gomme 1

FRANCE METROPOLITAINE,

2

3

4

paire paires paires paires

MONACO ET ANDORRE

ONYX très adhérente

gommes Vibram adhérente sur le haut de gamme La Sportiva sur la majorité des modèles La Sportiva

gomme jaune préserve les murs et le rocher (par paire) trèsaux bonne adhérence Les colis sont à envoyer Angles (Avignon)

5 à 10 paires > 10 paires (par paire)

toutes les gommes sauf ONYX 26 € 48 € 67 € 88 € 18,50 € gomme ONYX 28 € 50 € 69 € 90 € 20,50 € Enrobage 2 mm 6 € / pied

17,50 € N’oubliez pas de joindre le réglement ! 19,50 €

Frais de port retour inclus inclus inclus inclus + 12 € + 15 € Pour les envois hors de France Métropolitaine, Monaco et Andorre, nous contacter.

la boutique

le Magasin / t

Escalade • Montagne • Spéléo • Canyoning • Randonnée • Vêtements techniques • Travaux sur corde • Matériel d’équipement pour falaises et SAE • Topos • Fins de séries • etc.

Magasin et Cordonnerie 6 impasse du Rouvre Les Branches Actinidias 30133 Les Angles Ardèche 04 90 252 251 Seynes

Par la Poste dans toute l’Europe

Fontainebleau

A7

région Avignon

Gard Collias

Buis les Baronnies St Léger du Ventoux Les Dentelles de Montmirail Vénasque

Russan Avignon Vaucluse Buoux Nîmes Claret St Rémy St Beauzille de Montmel Cavaillon de Provence Orgon Hérault Montpellier Fontvieille Aix en Provence A9

Bouches du Rhône

Cordonnerie et vente sur place le week-end sur le parking du cimetière de Noisy-sur-Ecole Forêt des 3 Pignons 06 73 49 73 98

St Victoire

A8

Marseille

les Calanques

SOeScalade.com Boutique en ligne

@ N c O et cès UV @ Ad EA cc h U ès ér Pr ent o s

spécialiste de la vente aux collectivités


carnet de voyage

Oubliez l’Everest et l’ivresse des 8000 ! Si Jason Kehl, Abbey Smith, Mick Follari et Pete Takeda sont partis au Royaume du Zanskar, ce n’était pas pour atteindre un sommet. Leur périple exploratoire visait les plus infimes portions de montagne qu’on puisse imaginer grimper : des blocs !

Texte Abbey Smith - Traduction L. Guyon Photos Mick Follari

32


Jason Kehl sort l’arsenal technique du crochet de talon pour venir à bout de The Obelisk

33


Pete Takeda profite d’une belle dalle technique au camp de base

« Le rêve commence souvent par une simple photo. Pour moi, ça a été celle d’un bloc isolé dans une prairie grasse, avec pour arrière plan les sommets immaculés de l’Himalaya. J’avais toujours été fascinée par cette région, mais je ne l’avais jamais envisagée sous l’angle du bloc ! C’était en 2007, mes amis Johnny Copp et Micah Dash rentraient d’expédition, avec des photos propres à susciter l’envoûtement. Après leur fin tragique au Mont Edgar en 2009, je me suis fixée pour objectif de marcher sur leurs traces, de retourner dans ces lieux qu’ils aimaient tant, non pas pour faire un 8000, mais pour ouvrir de nouvelles lignes sur ces blocs magiques entrevus sur leurs clichés. Fin 2009, j’ai commencé à réfléchir pour constituer une équipe. Des personnes qui auraient suffisamment d’expérience de ces contrées et qui pourraient être ouverts à la pratique du bloc, dans une optique new school. J’ai appelé Pete Takeda, un alpiniste de mes amis que j’avais déjà entendu 34

délirer sur les blocs des camps de base de la Nanda Devi ou du Shivling. Il ne fut pas long à convaincre : « J’ai envie de faire ça depuis une bonne dizaine d’années ! ». Explorer des zones de bloc demande du

« Trouver un sommet vierge est aisé, on peut le localiser sur une carte. Je pensais que trouver un champ de bloc l’était aussi » temps et bien souvent c’est une affaire de chance. Les probabilités de trouver des gemmes précieux sont minces. Le bloqueur Jason Kehl fut d’amblée motivé par le projet. Nous recrutâmes aussi un bon photographe, Mick Follari, un gars débrouillard et ingénieux, possédant une bonne expérience de l’Himalaya. À l’origine, j’avais fondé mes espoirs sur la Shafat Fortress. Mais en raison de sa proximité

avec le Kashmir, la région rencontre de sérieuses restrictions. Nous passâmes des heures à étudier les cartes, jouant avec Google Earth, épluchant les articles sur les anciennes expés en Himalaya, dans l’espoir de dénicher des blocs perdus en arrière plan sur les photos. Finalement, notre choix se porta sur le Zanskar, une région sauvage, terre de contrastes faite de canyons asséchés et de vallées verdoyantes. Le Zanskar et la région voisine du Ladakh ont été totalement fermés aux étrangers à partir de 1974, en raison des conflits de frontière entre l’Inde, la Chine et le Pakistan. Ce petit royaume bouddhiste est peu peuplé, il est coupé du reste de l’Inde 6 mois par an, durant l’hiver. En août 2010, notre voyage commença à Delhi, ville chaotique et mystérieuse. Nous fûmes immédiatement accablés par l’étouffante chaleur de la mousson, l’air chargé d’odeurs d’essence et de fumier mêlées, par la constante clameur de la


rue et des klaxons des voitures. Tantôt il faisait chaud et humide, tantôt la pluie s’abattait sur les rues. Et les quatre premiers jours de notre voyage furent consacrés à palabrer avec la bureaucratie indienne pour dédouaner nos sacs ! Après quoi, 3 longues journées nous attendaient, exténuantes, à bord d’un bus bondé en route pour le Rohtang Pass, un col situé à 3978m d’altitude et dont le nom tibétain signifie Pile de cadavres ! Expérience atroce sur une piste boueuse…

-1

- 2000 - 2010

201 1 2

1950 - 1960 - 1

0 199

201

970

098

...

Notre premier arrêt se fit à Chota Dara (3800m) où une poignée de beaux blocs nous attendait à proximité de la route, mais sans prises, aussi lisses que du verre. Le long de la même route, à Chattru (3300m), nous jetâmes notre dévolu sur des blocs de granit compact, tout propres, avec des zones d’atterrissage assez planes pour disposer les crashpads. Beaucoup de potentiel mais beaucoup de bruit aussi avec les camions sur la route ! Décision fut donc prise d’aller plus avant, à Dali. 8 heures de piste plus tard, nous nous retrouvâmes dans le pire endroit de la terre. Palamo (3600m) était à l’origine une petite vallée menant à Shingo-la, un trek assez couru. Maintenant, le bruit de la rivière a été remplacé par celui des engins de travaux et des camions. Une route est en construction pour franchir un col à 5000m. Ce n’est évidemment pas ce que nous étions venus chercher en Himalaya.... Après une nouvelle nuit sans sommeil, nous reprîmes la route, à pied cette fois. Une piste devait nous mener au cœur d’un paysage accidenté. Une sente se perdait dans les collines et conduisait à une bonne concentration de blocs : de quoi s’amuser au mois pendant 6 semaines, avec au loin, une belle vue sur les sommets.

Jason Kehl

à la ans, Jason est Depuis plus de 10 ues et s les plus esthétiq recherche des ligne agibe. Audacieux et im les plus osées du glo voir pou de la réputation natif, il s’est taillé nve con de bloc aussi peu réaliser des films ise pr s yants. Shapeur de tionnels que distra est un Ill, ce bloqueur fou pour la marque So et un nt lira un artiste dé grand voyageur, de poupées ! curieux collectionneur

peuplealademag

Abbey Smith engage la viande en haut de Snake Charmer

Nous devions revoir nos plans. Nous pouvions revenir à Chattru ou miser sur cette toute nouvelle zone d’exploration. « Trouver un sommet vierge est aisé, on peut le localiser sur une carte. Je pensais que trouver un champ de bloc l’était aussi, mais je révise mon point de vue ! », admit finalement Pete. Pour ma part, repensant au background industriel que nous venions de traverser, je ne savais plus très bien ce que j’étais venu faire à l’autre bout du globe ! Finalement, cette expérimentation nous a offert plus que ce dont nous avions rêvé. Nous avons ouvert une trentaine de problèmes, chacun trouvant des objectifs à sa mesure. Nous sommes rentrés le cœur changé de ce séjour en Himalaya. Jason a réalisé The Stitchery, 9 mouvements durs sur petites réglettes coupantes, dans un dévers bien prononcé. Puis, il a fait offrande de ses dreads, 6 ans d’âge, et a répandu les cendres de Johnny Copp dans le ciel pourpre… »

A

u commencement, il y avait le Super-Gratton...

Créateur de sensati ons depuis 1950


fashion

Les harnais Edelweiss

Edelrid

Harnais d’escalade et d’alpinisme ajustable et polyvalent, le Toxic garantit un grand confort dans l’action grâce à son dos anatomiquement renforcé.

Modèle polyvalent pour tous types d’escalade. Sangles réglables, coussin lombaire ajustable, porte matériels souples. Simple d’utilisation grâce aux sangles Easy-Glider.

Les tailles ? XS à L Le prix ? 49€ Où ? www.edelweiss-ropes.com

Les tailles ? S à L Le prix ? 55€ Où ? www.hove.it

CAMP

Camp

Adapté aux grimpeuses axées sur la performance. Complètement réglable, il possède un rembourrage coulissant sur la ceinture avec un réglage du centrage sur le bassin.

Toute nouvelle version du classique Jasper de CAMP. Harnais confortable idéal pour l’escalade ou l’alpinisme. Cuisses réglables.

> Toxic

> Jade

Les tailles ? S à L Le prix ? 55€ Où ? www.camp.it

> Jasper CR3

Les tailles ? S à L Le prix ? 50€ Où ? www.camp.it

Petzl

Petzl

Version dames du Sama, spécialement adapté à la morphologie féminine. Le galbe de la ceinture est accentué pour s’adapter à la cambrure du dos. Confort et grande respirabilité.

Léger et très respirant, ce modèle est idéal pour l’escalade sous toutes ses formes. À la ceinture et aux cuisses, des « biais » de résistance assurent le maintien.

> Selena

Les tailles ? S à XL Le prix ? 52€ Où ? www.petzl.com

Beal

> Aero-cliff lady Harnais non réglable et léger, particulièrement confortable. Ceinture affinée, rapport cuisse/ceinture en adéquation avec la morphologie féminine et pontet rallongé. Les tailles ? XS à L Le prix ? 54€ Où ? www.bealplanet.com 36

> Jay

> Sama

Les tailles ? S à XL Le prix ? 52€ Où ? www.petzl.com

Beal

> Aero-cliff adjust Harnais ajustable, compact et ultra léger. Confortable grâce à sa ceinture en 2 parties, large et aérée. 2 boucles automatiques permettent de régler le tour de cuisse. Les tailles ? XS à L Le prix ? 49€ Où ? www.bealplanet.com


Black Diamond > Aspect

Harnais polyvalent 4 saisons conçu pour ceux qui grimpent sur une grande variété de parois, toute l’année. Ceinture ergonomique et tours de cuisses avec boucles d’ajustement rapide. Les tailles ? S à xL Le prix ? 65€ Où ?

www.blackdiamondequipment.com

Snap

> Method Soutien dorsal exceptionnel, ajustement parfait et mise en place facilitée. Nouvelle géométrie des cuisses, nouvelle maille intérieure, nouvelle boucle autobloquante. 4 porte matériel. Les tailles ? XS à L Le prix ? 49€ Où ? www.snapclimbing.com

Salewa

> Speed 240 Harnais d’escalade ultraléger. Fabrication exclusive de la ceinture et des cuisses qui confère légèreté, ventilation efficace et excellent confort. Pontet en Dyneema. Les tailles ? XS à L Le prix ? 79,90€ Où ? www.salewa.com

Mammut > Zephir

Harnais ultraléger et bien ventilé, grâce à sa structure spéciale dotée de grandes ouvertures. 4 porte-matériel pour une répartition optimale. Les tailles ? XS à L Le prix ?N.C. Où ? www.mammut.ch


fashion

Les cordes Edelrid

Millet

Utilisable en simple, en double ou en jumelée, elle fait partie des cordes les plus fines du marché. Pour les grimpeurs extrêmes à la recherche du poids minimal.

Corde triple homologation, à simple, à double et jumelée. Fluide, fine et légère, elle possède une force de choc  très basse, source de sécurité.

> Swift 8,9mm

Le prix ? 260€ en 80 m Où ? www.hove.fr

Le prix ? 189€ en 80 m Où ? www.millet.fr

Beal

Edelrid

Taillée pour le haut niveau, c’est la corde la plus utilisée pour enchaîner les voies dures. Un nombre de chutes incroyables pour son poids

D’un diamètre relativement fin, cette corde est très légère et robuste : le choix idéal pour les voies difficiles, à vue ou après-travail.

Le prix ? 149€ en 70 m standard Où ? www.beal-planet.com

Le prix ? 220€ en70 m Où ? www.hove.fr

Beal

Sterling

Compacte, fluide et légère, cette corde pionnière des cordes fines se faufile partout. Elle offre une excellente résistance pour les grimpeurs avertis.

Une des cordes les plus performantes de chez Sterling Rope. Grande marge de sécurité, pour une corde de diamètre réduit. Bonne souplesse et excellente résistance de la gaine.

> Stinger III 9,4mm

> Booster III 9,7mm

Le prix ? 149€ en 70 m standard Où ? www.beal-planet.com

> Falcon 9,4 mm

> Velocity 9,8mm

Le prix ? 175€ en 80 m Où ? www.sterlingrope.com

Mammut

Beal

Corde à simple, classique et performante, excellent rapport qualité/ prix.

De construction similaire à la Booster 9,7mm, cette corde légère sans traitement de surface conviendra à ceux pour qui le budget est prépondérant.

> Vertex 10mm

Le prix ? 125€ en 70 m Où ? www.mammut.ch

38

> Absolute Pro 9mm

> Yuji 10 mm

Le prix ? 114€ en 70 m standard Où ? www.beal-planet.com


Sterling

> Nano 9,2 mm Durabilité stupéfiante pour une corde d’un si petit diamètre. Utilisable à simple et à double. Traitement pour réduire l’abrasion et limiter l’absorption d’humidité. Le prix ? 209€ en 80 m Où ? www.sterlingrope.com

Edelweiss

> Energy 9,5 mm Extrêmement légère et dédiée à la performance pure, cette corde ravira les grimpeurs de top niveau. Le prix ? 149€ en 80 m Où ? http://edelweiss-ropes.com

Edelweiss

> Curve 9,8 mm Cette corde fluide, légère et polyvalente conviendra aux grimpeurs qui souhaitent progresser vers le haut niveau et évoluer vers des cordes plus fines. Le prix ? 139€ en 70 m Où ? http://edelweiss-ropes.com

Cousin Trestec

> Gran Torino 10,4mm Corde ultra résistante, spécialement dédiée à la salle ou à tout usage intensif. Le prix ? 2,30€ / m Où ? www.cousin-trestec.com


annuaire des Indépendants Spécialisés > annuaire des magasins indépendants spécialisés 04 Alpes de Haute Provence Le Perroquet Vert Grande Rue, 04120 La Palud Sur Verdon Tel : 04 92 77 33 39

2A Corse Alti monti 46, avenue Noël Franchini Espace rocade 20090 Ajaccio Tel : 04 95 10 04 37

77 Seine et Marne SPORT OUTDOOR 27 rue de France - 77300 Fontainebleau Tel : 01 60 70 15 99

83 Var Roc à pic 15 rue Pierre Sémard - 83000 Toulon Tel : 04 94 29 98 72

92 Hauts de Seine 9C+ La boutique 100% escalade 12, place Stalingrad - 92150 Suresnes Tel : 01 42 04 76 71 - www.9cplus.com

> annuaire des magasins indépendants spécialisés • Réseau BEal 04 Alpes de Haute Provence VERDON DESIGNS Route des crêtes - 04120 La Palud sur Verdon Tel : 04 92 77 30 77

13 Bouches-du-Rhône EXPE Marseille 51, cours Lieutaud - 13006 Marseille Tel : 04 91 48 78 18 - www.expe.fr

25 Doubs Intersport loisirs sa 23 rue Jouchoux - Espace Trepillot 25000 Besançon - Tel : 03 81 47 43 00

26 Drôme GRAVI’CIMEs Place Charles Tellier - ZA Les Couleures 26000 Valence - Tel : 04 75 42 40 94 www.gravicimes.com

30 Gard SOESCALADE 6 Impasse du Rouvre 30133 Les Angles Tel : 04 90 25 22 51 - www.soescalade.com

33 Gironde SPORTS AVENTURE 4-6-14 rue de Cursol - 33000 Bordeaux Tel : 05 56 92 92 99

34 Hérault EXPE Montpellier 3, cours Gambetta - 34000 Montpellier Tel : 04 67 58 47 69 - www.expe.fr

54 Meurthe-et-Moselle CASABLOC 44 rue du Lion d’or - 54220 Malzeville Tel : 0383214486

69 Rhône EXPE Lyon 102, rue Boileau - 69006 Lyon Tel : 04 37 24 22 23 - www.expe.fr

75 Paris Les Arts de la Grimpe 24 rue J-B Pigalle - 75009 Paris Tel : 01 40 16 59 42 - www.lesartsdelagrimpe.com

77 Seine et Marne SOEscalade Parking des 3 Pignons 77123 Le Vaudoué - 06 73 49 73 98

83 Var L’aventure 194 ancien chemin de Toulon 83110 Sanary sur mer - Tel : 04 98 00 03 40 L’aventure 375 Avenue Saint Just 83330 La Garde - Tel : 04 94 28 01 59

38 Isère Expé Pont-en-Royans ZA Les Blaches - B.P. 5 38680 Auberives-en-Royans Tel : 04 76 36 02 67 - www.expe.fr SK’ALP 361 rue des sources – 38920 Crolles Tel : 04 76 08 11 54

42 Loire 05 Hautes Alpes Alpimat 16 avenue Maurice Petsche - 05100 Briançon Tel : 04 92 20 59 55 - www.alpimat.com Vertige Montagne 5 place Jean Marcellin - 05000 Gap Tel : 04 92 51 91 78 - www.vertige-montagne.com

06 Alpes-Maritimes EXPE Nice 12, boulevard Pierre-Sola - 06300 Nice Tel : 04 93 55 25 84 - www.expe.fr

40

EXPE Saint Etienne 19, place Chavanelle - 42000 Saint-Etienne Tel : 04 77 49 03 14 - www.expe.fr

44 Loire Atlantique Mont blanc expéditions 1 rue Prémion - 44000 Nantes Tel : 02 40 35 22 24 www.montblancexpeditions.com

51 Marne Les Arts de la Grimpe 58 boulevard Wilson BP 19 – 51100 Reims Tel : 03 26 86 05 06 - www.lesartsdelagrimpe.com

BEAL EXPERT,

c’est un réseau de magasins spécialisés et certifiés qui vous garantit de :

> Bénéficier de conseils de pro, > Trouver tous les produits BEAL, > Rencontrer des passionnés à votre écoute.

Liste complète des magasins sur beal-planet.com


Ressemelage

> Annuaire des pros collectivités

Chaussons et ballerines

1 paire > 26 € 2 paires > 48 €

3 paires > 67 € 4 paires > 88 €

30 Gard

(Au delà nous consulter)

AVIGNON

Magasin et Cordonnerie 6 impasse du Rouvre 30133 Les Angles 04 90 252 251 Par la Poste dans toute l’Europe

FONTAINEBLEAU

le week-end sur le parking du cimetière de Noisy-sur-Ecole Forêt des 3 Pignons 06 73 49 73 98

SO Escalade 6 Impasse du Rouvre 30133 Les Angles Tel : 04 90 25 22 51 - www.soescalade.com

Enrobage > 6 €/pied

Port Po o retour et gommes FIVETEN C4 ou VIBRAM XS Grip, XS Edge ou XS Flash COMPRIS* > gomme FIVETEN Onyx : + 2 €

+ la carte de fidélité

SOeScalade.com

b

o

u

54 Meurthe et Moselle

*envois en France métropolitaine

t

i

q

u

e

e

n

l

i

g

n

Casabloc 44 rue du Lion d’or 54220 Malzeville Tel : 03 83 21 44 86

e

62 Pas de Calais Escatech Centre d’affaire de la Porte des Flandres Rue Simone de Beauvoir 62138 Auchy Les Mines Tel : 03 91 82 67 08

eMag8emeSOSJanv2011.indd 1

20/01/11 9:25:35

89 Yonne ASCENSIONS Zone d’Activités RN6 - 5, rue des Saulcies 89290 Escolives - Tel : 03 86 53 64 77 93 Seine St Denis Escalade & Co 93 000 BOBIGNY Tel : 06.50.44.30.04 - www.escaladeandco.fr

> annuaire des boutiques en ligne GRIMPISME www.grimpisme.com SOESCALADE www.soescalade.com

Les produits DIGITAL WOOD désormais disponibles sur :

LES ARTS DE LA GRIMPE www.lesartsdelagrimpe.com GRIMPOMANIA www.jegrimpe.com SPORTS AVENTURE www.sports-aventure.fr

6A DES CHAUSSONS... ...pour la vie de tous les jours !

ASVF Montagne recrute un moniteur escalade BEES

www.6a-escalade.com

Contrat CDI ou CDD. Temps de travail 600 heures sur 10 mois. Encadrement 3 groupes d’enfants de 7 à 17 ans – lieu Villefontaine (38) – Entraînements 3 jours/sem + we. Tel : 06 78 00 35 65 ou par mail : emichoud@capi38.fr

100% collectivité

41


Abonnez-vous et recevez chez vous, avant tout le monde !

Communiqué

RAPPEL PRODUITS DRAGON DMM N° 4 et 5 Le 15/02/11, DMM a été informé par un détaillant américain concernant un problème sur le Dragon n° 5. Il a trouvé des fissures sur la partie en aluminium de l’axe central sur deux coinceurs n° 5 qu’il a en stock. Par conséquent, pour des raisons de sécurité, DMM rappelle tous les Dragon n° 4 et 5. Pour le moment, il n’ y a aucune certitude que le Dragon n° 4 soit concerné, mais étant donné que le procédé de fabrication est le même, DMM par mesure de sécurité a pris la décision de rappeler aussi le n° 4 . Si vous êtes en possession de Dragon 4 et 5, il faut les retourner au magasin où vous les avez achetés. DMM s’engage à régler ce problème au plus vite. Les prochains coinceurs 4 et 5 seront forgés à chaud ce qui réglera le problème de fissures. DMM vous prie de l’excuser pour tout dérangement causé et vous remercie de votre soutien. Pour plus d’infos, www.dmmwales.com

Motif dans le dos

Tee-shirts Attention Contagieux pour les enfants • 4 couleurs (bleu, gris, jaune, chocolat) • 3 tranches d’âge (4/6, 8/10, 10/12 ans) • 15 Euros

Participez à la vie d’EscaladeMag !

* 3 3 C pour 10 numéros

Vous revenez d’un trip de grimpe sympa, vous rêvez de partager vos photos d’escalade, envoyez vos reportages à : laurence.guyon@escalademag.com Les plus beaux sujets seront publiés sur le site web ou dans le magazine.

Communiquez dans EscaladeMag ! Professionnels, organisateurs, vous souhaitez communiquer sur vos activités, stages, événements... contactez EscaladeMag : au 09 62 05 95 19 ou par mail : contact@escalademag.com

POUR PARTICIPATION AUX FRAIS DE PORT Chèque de 33 euros à envoyer à l’ordre de Press’Évasion 184 rue des Candisons – Lot. Carrière vieille 30190 St Chaptes Abonnement en ligne sur www.escalademag.com

Nom : ......................................................

Prénom : . ...............................................

Adresse :.................................................

.................................................................

Code postal : ..........................................

Ville : .......................................................

Tél : .........................................................

E-mail : ...................................................

2382 personnes suivent ses facéties

3671 personnes aiment ça

Devenez ami avec le Nain Pact et Rejoignez la communauté Attention contagieux sur Facebook.


LA FORCE DE

CHOC LA PL ABSOLUTE US BASSE DE PRO 9 mm S CORDES FINE ET FLUI TRIPLE HOM DE POUR US OLOGATION AG ES M ONTAGNE ET VOTRE PRO CHAINE CO ESCALADE, RDE N’A QUE DES QUALITÉ S.

*DE VRAIS PRODUITS POUR D’AUTHENTIQUES PRATIQUANTS

PHOTO / P. TOURNAIRE

*

PARTENAIRE OFFICIEL PARTENAIRE OFFICIEL


Photo © La Sportiva LA SPORTIVA ® is a trademark of the shoe manufacturing company “La Sportiva S.p.A” located in Italy (TN)

PYTHON La ballerine la plus sensitive jamais conçue pour les compétitions sur murs ar tificiels. Performances exceptionnelles en crochetage talon et pointe. CONFORTABLE, PRÉCISE, SENSITIVE.

www.lasportiva.com - Become a La Sportiva fan

EscaladeMag n°41  

EscaladeMag n°41

Advertisement