Issuu on Google+

www.escalademag.com

Gratuit 39 et le restera


Au Vieux Campeur SYMBOLE DU CHOIX ET DU CONSEIL www.auv i e u x c a m p e u r. f r

AU VIEUX CAMPE U R E N F R A N C E : 9 V I L L E S PA R I S Q U A RT I E R L AT I N - 1941

SALLANCHES - 1997

ALBERTVILLE - 2005

LY O N - 1 9 9 2

TOULOUSE/LABÈGE - 2002

MARSEILLE - 2008

T H O N O N - L ES - B A I N S - 1 9 96

STRASBOURG - 2004

GRENOBLE - 2010

Crédits photos : Grivel / Snap / Frank de la boutique de Sallanches / Alice Prudhomme / Emmanuel Ruiz.


Le Grand Carnaval Un ours en peluche, Buster Keaton, Catwoman, un Marsupilami... Casanova, deux douaniers, un derviche, Jane et Tarzan : tous sont massés devant l’entrée de la salle. Un grand contest a lieu ce soir pour mardi gras. Et le froid de loup n’a pas découragé les super héros… Les 4 fantastiques, Bambi et l’incroyable Hulk battent déjà le pavé, impatients d’en découdre. À proximité, c’est l’intégralité du groupe Village people qui s’est reformé pour l’occasion, tandis que Cendrillon salue un Jules César transi. Incognito sous son masque, Arlequin s’échauffe en tentant quelques petits clins d’œil de ci de là. Dans cette foule composite, on compte deux nains Pact hilares, bien heureux et bien modestes d’avoir eu la même idée loufoque. Arrachés à leur jardin d’opérette, ils sont pourvus des attributs du célèbre petit personnage d’EscaladeMag : bonnet rouge, redingote rose, mèches blanches, chien de chasse, barbe postiche et parabellum prêt à défourailler.

4 - Expresso

Actu en bref

6 - Abécédaire

Les mots de l’escalade

8 - La science infuse

Vulgariser, pourquoi faire ?

9 - Focus dvd

Du 9 dans les bacs

10 - Intelligence artificielle

Grimper dans le froid

12 - Crashtest

Loisir 6A

13 - Faites le mur

Altissimo Albi

14 - Interview

Sonnie Trotter

Sur le flyer du contest, une belle typographie indique : « Qu’importe la variété des costumes, s’ils recouvrent la même chair ? À force de contempler la vie, on s’aperçoit qu’elle est éternelle ! ». Curieuse promotion… À qui les organisateurs ont-ils emprunté ce slogan bien peu conforme au marketing moderne ? On accuserait volontiers La Compagnie créole si une astérisque ne donnait la référence en bas de page : Marguerite Yourcenar… Argh ! La plasticité humaine, l’être et les potentialités de l’être, la prolifération des identités, la recherche du Même sous des oripeaux divers, l’individu saisi dans la succession de ses emplois…. « Ah bin ça, moi qui étais venue pour faire de l’escalade ! », s’exclame Bécassine en déballant son matos. « Enfin, on va quand même grimper un peu… », se rassure-t-elle, « Même si ça prend les allures d’un licencieux retour au chaos primordial ! », pensant soudain aux personnages mouvants qui règnent tour à tour dans une vie de caméléon. « Et puis, on pourra feuilleter EscaladeMag : Chateauvert, le Groenland, une interview de Sonnie Trotter… Le tout avec un beau changement d’habillage ! Au magazine aussi, vous célébrez Carnaval ? ». Laurence Guyon

20 - Entrée libre

Chateauvert

31 - Ecogrimpeur

En 1980, dans La Chambre claire, l’écrivain sémiologue Roland Barthes évoquait le punctum d’une photographie, c’est-à-dire l’élément incongru au milieu d’une image, le « détail infime qui attire le regard du spectateur et le touche ». Peut-être aurait-il été touché par cette photo de Sonnie Trotter, saisi dans un moment de surprise et d’authenticité, alors qu’il retire son bonnet rouge ?

Pas de prise de bec aux 3 Becs

32 - D’Antan

Groupe de Bleau

34 - Carnet de voyage

Groenland

Spécial Hiver

40 - Vos shops spécialisés

Annuaire des magasins

www.escalademag.com

38 - Fashion climbing

39

Sonnie Trotter, dans Aesthitics 8a+, Mill Creek Canyon, Utah © Andrew Burr

est édité par PRESS’EVASION. Imprimé en France – Dépôt légal : février 2011

Directeur de publication : Philippe Mathieu philippe@pressevasion.fr

Rédacteurs/Photographes : A. Burr, S. Silvestri, F. Siret, M. Troussier

ESCALADEMAG – N°39 février 2011 SARL Press’Evasion – 184 rue des Candisons Lot. Carrière vieille 30190 St Chaptes

Rédactrice en chef : Laurence Guyon laurence.guyon@escalademag.com

Ont collaboré à ce numéro : O. Broussouloux, D. Chambre, B. Ditto, N. Favresse, M. Ibarra, L. Lecoq, A. Lysoe, S. Villanueva et bien sûr le Nain Pact !

E-mail : contact@escalademag.com SIRET 483 803 441 00011 Code APE : 5814Z ISSN : 1777-3865

Graphiste : Benjamin Broussouloux benjamin@agence-minimale.fr


expresso

• Les Arts en fête ont eu lieu les 5 et 6 février à la salle Les Arts de la grimpe, à Reims

•En 2010, 952 navires sont partis pour démantèlement en Asie, où la législation est encore insuffisante

Du travail de pro

Une association à but non lucratif vient d’être créée aux Etats-Unis : le PCI (Professional Climbers International). Elle regroupe des grimpeurs pros américains, parmi lesquels on compte Lynn Hill et Paul Robinson. Les objectifs affichés : améliorer la popularité de l’activité et faciliter l’accès au sport pour l’ensemble de la population, créer une dynamique au sein des grimpeurs pros en organisant de nouveaux événements (comme le contest Battle of bubble) et enfin œuvrer à la protection de l’environnement en reversant une partie des cotisations à l’Access Found. Plus d’infos sur : www.proclimbers.com

EM=M6

• La 3e manche du Bloc qu’on teste s’est déroulée à la salle Bloc Session de La Ciotat le 4 février • Apophis, un astéroïde d’environ 270 m de diamètre et 27 millions de tonnes, menace la terre d’une collision en 2036 • À l’aube de ses 30 ans, Chris Sharma ne se laisse pas abattre : il vient de plier Catxasa, 9a+, à Santa Linya • 2011 a débuté de manière bien inquiétante : des milliers d’oiseaux ont été retrouvés morts dans plusieurs états des Etats-Unis et en Suède • Vertical sailing, le film relatant les aventures des frères Favresse, Sean Villanueva et Ben Ditto au Groenland, sortira fin avril

• 43, c’est le nombre de voies en 9 réalisées par Adam Ondra, dont un 9b et six 9a+ • 13000, c’est le nombre de maisons écologiques à ossature bois bâties en France en 2010 • 18% du territoire terrestre européen est désormais couvert par le réseau Natura 2000 • 900m2, c’est la surface grimpable (bloc et voies) de la nouvelle salle Bleau Up, située en forêt de Fontainebleau • 788 catastrophes naturelles ont été comptabilisées dans le Monde en 2010 • 53°5, c’est le record de température enregistré au Pakistan en mai 2010, jamais atteint en 2 siècles de mesure

4

Le 12 décembre dernier, la célèbre émission de vulgarisation scientifique, E=M6, s’est intéressé aux super héros, ces hommes possédant des dispositions uniques dans leur discipline respective. Parmi ces surhommes, une place de choix a été réservée à notre spiderman national : Alain Robert ! C’est à la salle MurMur d’Issy Les Moulineaux que le tournage a eu lieu. Et l’animateur Mac Lesggy a eu droit en prime à une initiation personnalisée. Petite fierté pour la rédactrice en chef d’EscaladeMag, qui a été consultée dans le cadre de la préparation de l’émission et remerciée dans le générique de fin... Voilà qui fait bien plaisir !

Nouvelles d’en haut

Avec Un mois d’émois et Coup de cœur, coup de coke, Yves Exbrayat et Jean-Claude Legros inaugurent la collection Nouvelles d’en Haut, petits romans iconoclastes qui puisent leur vérité au cœur des montagnes, dans le vécu des grimpeurs. Petits livres – petits prix, les Nouvelles d’en Haut se glissent facilement dans la poche, se dégustent dans le TGV qui file vers les Alpes, se dévorent à la frontale confortablement blotti dans le sac de couchage ou se picorent bien calé dans un fauteuil. En vente depuis fin 2010. En librairie et magasins de sports ou directement à jmeditions@wanadoo.fr

• 382 861, c’est le nombre de « j’aime » postés chaque minute sur Facebook

Muy caliente…

L’année 2010 est l’une des plus chaudes observées à l’échelle de la planète, avec 2005 et 1998. Pour la période 2001-2010, les statistiques des services météorologiques indiquent une élévation de 0,5°C de la température moyenne du globe, par rapport aux décennies précédentes. C’est la température moyenne la plus élevée jamais enregistrée sur une décennie depuis le début des relevés instrumentaux. En décembre 2010, l’étendue des glaces dans la mer Arctique a été la plus faible jamais enregistrée, avec une superficie de 12 Millions de km2, soit 1,35 million de km2 de moins que pour la période 1979-2000…

EB On Ze Roc

Pour la deuxième année consécutive, EB organise son rassemblement près de Toulon. L’EB On Ze Roc se déroulera sur 3 jours, les 15, 16 et 17 avril, sur la mythique falaise du Cimaï et au secteur Multiplex. Cet événement convivial a pour but de mobiliser les énergies pour réaménager une ancienne exploitation de calcaire laissée à l’abandon. En 2010, vous êtes venus nombreux et grâce à vous le secteur de Pétale de Rose a été purgé et redynamisé. Cette année, 50 nouvelles voies du 4 au 8 devraient voir le jour et la manifestation s’annonce sympathique. Plus d’infos sur : www.eb-escalade.com


Du nouveau au Caillou

Altissimo Tarbes a ouvert un nouvel espace escalade en décembre. Intégré au réseau de salles d’escalade Altissimo en mars 2007, Le Caillou de Tarbes est un espace de loisirs sportifs où se pratiquent squash, jorkyball et escalade. L’originalité de ce lieu et la bonne humeur qui y règne ont fait son succès : chaque année, les Tarbais sont de plus en plus nombreux à y pratiquer leur(s) sport(s) préféré(s). Une dynamique positive qui a incité le gérant, Jacques Sainte-Marie, à ouvrir un nouvel espace dédié, cette fois-ci, à la pratique de l’escalade de bloc. Plus d’infos sur : www.altissimo-escalade.com

Méditerranée en Danger

MED (Méditerranée En Danger), c’est le nom d’une campagne scientifique et environnementale lancée en 2010. Des chercheurs issus de divers laboratoires universitaires européens se sont embarqués à bord d’un bateau, l’Halifax, pour explorer la Méditerranée. L’objectif : prélever des échantillons et faire un état des lieux sur la pollution par les microfragments de plastique. Le phénomène est alarmant car cette pollution quasiinvisible est susceptible de rentrer dans notre chaîne alimentaire. Ingérables par le plancton, ces fragments peuvent en effet se retrouver dans l’estomac des poissons et ainsi finir dans notre assiette. Plus d’infos sur : www.expeditionmed.eu/fr

Ça frite à Osny !

La première étape du Fight Block a eu lieu à la salle Block’Out le jeudi 27 janvier. Au programme : 2 heures de fight, 21 blocs tout neufs de tous niveaux, de la bonne ambiance et des cadeaux de warrior à la clé. Si vous avez manqué cette première étape, rassurezvous : 12 rendezvous sont prévus dans l’année, le dernier jeudi de chaque mois. Et nul besoin de faire toutes les étapes ! Vous croyez être le plus costaud dans cette histoire ? Mais le petit chétif en face de vous, il a les crocs ! Sa peau, il la vendra chèrement et jusqu’au bout. Toutes les infos sur : www.blockout.fr

Un jeu concours aura lieu du 14 au 27 février sur www.escalademag.com en partenariat avec Je grimpe.


ABC daire

Texte Marco Troussier Illustrations Audrey Lysoe

Impossibles icônes de l’Internet ! Ivresse du lexique qui nous entraîne dans un itinéraire irrévérencieux qui isole irrésistiblement les termes idoines, non sans ironie ! Quelles mots explorons-nous en i ce mois-ci, pour mieux comprendre l’escalade : inclinaison ? impulsion ? inclusion ? Et bien non ! Icône l est difficile de s’émanciper des différents Icommuniquer. sens d’un mot, sous peine de ne pouvoir La polysémie est un piège !

collective avec fracas. Robby Naish fut champion du Monde de planche à voile à l’age de 13 ans en 1976. Blond, bronzé, beau garçon, il devint la coqueluche des médias surtout en France et en Allemagne. Dans le même temps, un blond californien allait poser son empreinte sur l’escalade moderne, John Bachar. On ne peut

graphique d’une entité, dont elle conserve certaines propriétés spatiales » (Wikipédia). « En sémiologie, icône désigne l’image qui, s’articulant avec un sens, se rapporte à une entité physique ou simplement représentative » (Wikipédia). Voila pour un sens bien savant dont on peut penser qu’il ne s’applique pas à notre monde vertical.

s’empêcher de faire un parallèle entre Robby Naish, John Bachar, Patrick Edlinger et Stephan Glowacs. Les deux derniers furent aussi des personnages emblématiques de l’escalade mais de là à devenir des icônes, c’est autre chose.

Le sens commun l’emporte souvent sur les autres significations. Icône ? Oui mais laquelle ? On parle d’icône de la grimpe, que faut-il donc entendre et comprendre ? « Une icône est une représentation

ans son utilisation verbale courante, D icône est synonyme d’archétype. Là nous sommes plus près de notre sujet.

Avec le surfeur californien, le blond aux yeux bleus est entré dans la mythologie

vec La vie au bout des doigts, Patrick A Edlinger devint le grimpeur le plus connu de la planète, comme un certain

moteur de recherche l’atteste. Icône est du genre féminin et on ne voit pas d’icône féminine en escalade, un manque provisoire sans doute… Attendons et espérons.


Impossible ‘impossible recule, il ne disparaît jamais. En escalade comme dans de nombreuses activités humaines, l’impossible d’hier est L le possible d’aujourd’hui. On verra plus tard, avec la lettre V comme virtuoses, que ce sont aux jeunes grimpeurs qu’il incombe de repousser les limites de la difficulté.

mpossible et Icône sont donc liés. On ne devient vraiment une Iforgé icône durable que quand on incarne aussi un changement radical à l’aide de victoires de toutes sortes et d’exploits novateurs.

L’image, le look ne sont pas suffisants il faut aussi des performances et quand les éléments sont présents, on frôle le mythe. Voyez Wolgang Güllich avec Action directe 9a ou plus près de nous, Chris Sharma avec Biographie 9a+ et les premiers 9b.

Internet i Flaubert devait aujourd’hui écrire Bouvard et Pécuchet S (qu’il envisageât de sous-titrer : « Encyclopédie de la bêtise humaine »), il se promènerait dans la réalité virtuelle de la

blogosphère et de l’Internet. Il ferait son miel des forums où tout un chacun peut exprimer n’importe quelle opinion et connaître au passage, sous un pseudo, le plaisir de s’affranchir de la bienséance de la discussion (qui domine l’économie des échanges linguistiques, comme dirait Bourdieu). Relatif anonymat et plaisir un peu trouble d’avoir son quart d’heure de notoriété. n comprendra que le message sur un forum est à l’intelligence O et au dialogue, ce que le fast food est à la cuisine française. Un prêt à penser creux et sans substance, vite fait et souvent mal fait !

Les listes de messages postés rendent compte d’un certain état de l’art de dire des conneries et de porter un jugement péremptoire sur tout. Affranchis de toute notion de bienveillance, évitant la répartie pertinente qui peut remettre à sa place, le grimpeur virtuel juge, discute et pérore sous couvert d’anonymat.

e qui se dit et s’écrit sur les blogs personnels et sur les sites communautaires, n’a rien de commun avec une discussion C sensée, argumentée même de celles que l’on tient passionnément

au pied d’une voie pour vanter les mérites d’une méthode ou d’une anecdote. Bref tout ce qui fait le sel d’une discussion à deux ou à plusieurs et qui finalement fait le plaisir de la « dispute ».

ui parle ? Quand on ne sait pas qui est le locuteur on reste perplexe. Ce qui fait les beaux jours d’un site communautaire est souvent Q le ragot, moins souvent, voire presque jamais, la réflexion de fond.

« Medium is message » prend ici tout son sens et Mac Luhan serait ravi d’observer ce qui se passe dans le virtuel. Il trouverait dans cette vacuité, une vérification de ses thèses.


La science infuse

Texte Louis Lecoq Photos coll. UFR-STAPS Grenoble

Vulgariser, pourquoi faire ? Une nouvelle rubrique prend place dans le magazine. Elle vise à simplifier les travaux scientifiques menés sur l’escalade. Seront abordés divers aspects de la pratique et de l’entraînement, à travers plusieurs domaines (biomécanique, physiologie, psychologie...). L’idée est de comprendre les avancées de notre sport et bien sûr d’en profiter même si on ne s’appelle pas Sharma ! cette approche très raE videmment, tionnelle peut rebuter. Elle est en effet

assez éloignée de notre pratique habituelle : l’escalade (en falaise pour certains, en salle pour d’autres) est associée au plaisir de grimper et non à la gestion d’une multitude de facteurs pouvant influer sur notre activité. Mais tentons d’oublier nos réticences et intéressons-nous à cet aspect particulier du sport.

On fait le point ! u niveau mondial, la recherche scienA tifique est composée de trois grands groupes : les États-Unis (39,4% de la

dépense mondiale de recherche et développement), l’Union Européenne (26,2%) et le Japon (15%). En France, la dépense en recherche est estimée à 2,2% du PIB. En 2007, l’INSEE recensait 264 809 chercheurs (public/privé, hommes/femmes confondus). La recherche est morcelée en une multitude de disciplines et de spécialisations, dont le sport est l’une des branches.

our donner un ordre d’idée, quand P on se rend sur un site de recherche bibliographique (par exemple PubMed :

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed), le nombre d’articles recensés correspondant à la rubrique « Sport » est d’environ 120 000. Lorsque l’on lance une recherche comme « rock climbing », on obtient, en 2003, 64 références. À l’heure actuelle, on obtient 154 résultats : l’escalade représente une petite part de la recherche, mais celle-ci évolue ! Pour indication, on obtient avec le football 3000 résultats...

R

ationaliser la pratique, c’est y faire intervenir la science et par voie de conséquence la recherche. Or on se fait souvent une fausse idée de cette recherche scientifique que l’on associe à la contrainte, aux labos, aux blouses blanches, à des experts cachés derrière leur écran, totalement éloignés du terrain. Ne seraient-ce pas un peu des idées reçues ? Et où en serait l’escalade sans ces têtes chercheuses ? Le matériel, les SAE, l’équipement et les performances seraient-elles les mêmes ?

arlez de recherche scientifique et d’esP calade à un ami qui grimpe, il y a de fortes chances pour qu’il s’imagine que vous lui parlez de deux choses différentes : une majorité de grimpeurs ignorent que des gens étudient et expérimentent sur l’escalade. Il semble donc qu’un rapide bilan s’impose !

8

leurs travaux sur ce sport. Nous l’avons vu, les articles concernant l’escalade ne sont pas aussi nombreux que ce qu’ils pourraient être, étant donné la complexité de l’activité : un grand nombre d’études sont donc à venir et surtout à espérer ! ne question vient à l’esprit : cette U recherche a-t-elle un réel impact sur notre pratique, dès lors que l’on ne titille

pas le 9eme degré ? Eh bien oui ! Quel que soit notre investissement ou notre niveau de pratique, un certain nombre de problématiques reviennent fréquemment sans que l’on y porte forcement attention : « Si j’étais plus petit/grand, est-ce que je passerai ? », « Est-ce que je suis plus performant au-dessus du point ou en moulinette ? », etc. Autant de problématiques auxquelles il est possible de répondre grâce à cette recherche scientifique !

es chercheurs sont répartis sur toute la L France. Dans le service public, on rencontre un certain nombre d’instituts comme

l’Institut des Sciences du Mouvement Étienne-Jules Marey, à Marseille. Une grande diversité de domaines de recherche y est présente : plasticité du système neveux et musculaire, représentations et actions finalisées, contrôle et apprentissage des déplacements finalisés, fondements théoriques pour la dynamique des coordinations, performance motrice et la modélisation, etc. Rassurez-vous, si ces termes vous sont un peu obscurs, leurs applications sont souvent beaucoup plus concrètes.

Et la grimpette dans tout ça ? ertains chercheurs pratiquent l’escalade depuis un grand nombre C d’années et axent ne grande partie de

nfin le problème évident est le suivant : E « À quoi nous sert toute cette belle recherche, si elle est publiée dans des

magazines scientifiques que nous ne lisons pas, dans un langage que nous ne comprenons pas ? ». C’est la raison d’être de la vulgarisation scientifique : reformuler un discours complexe (discours source) en un discours plus simple. C’est ce que nous allons tenter de faire ! Rendez-vous donc le mois prochain pour nos premiers échos du labo.


focus DVD

Texte Laurence Guyon

Du neuf dans les bacs Envie de vous faire un film ? De frémir et d’halluciner devant l’écran, en transpirant des mains ? Il n’y a pas de mal à ça ! En avant pour une projection privée : des filles, de l’aventure et des vagues, ça vous tente ? Attention, ce n’est peut-être pas ce que vous croyez ! A GIRL THING Laurent Triay a plus d’un tour dans sa caméra. Et pour ce deuxième volet de la série Fanatic search, il a choisi de filmer des filles, rien que des filles ! Vous avez dit coquin ? Rassurez-vous, Laurent n’a rien d’un satyre et c’est avec beaucoup de finesse qu’il réalise ce documentaire axé sur l’escalade féminine. A Girl Thing traverse les générations et raconte en 7 chapitres les étapes de la vie d’une grimpeuse passionnée, de Brooke Raboutou (9 ans) à Lynn Hill (50 ans). Parmi toutes ces séquences, on a spécialement aimé celle consacrée à la compagne de Chris Sharma, Daila Ojeda, qui enchaîne son premier 8c, Fish Eye, sur la falaise d’Oliana. > 80 min Disponible en DVD www.triaylaurent.com

PSYCHE 2 Pour ce deuxième opus de la série, Alastair Lee nous entraîne sur les pas de Léo Houlding, un grimpeur britannique un rien cabotin ! Le film vaut essentiellement pour la première partie, qui relate la libération des 13 longueurs du Prophet, sur le mythique big wall d’El Capitan, au Yosemite. La suite mêle des séquences tournées en Afrique du Sud ou au Pays de Galles, avec comme dénominateur commun une bonne dose d’engagement. Une pincée de dramatisation et de belles images en paroi sont les ingrédients de ce DVD parfois inégal, qui réjouira les amateurs d’escalade traditionnelle et les aficionados des ambiances austères ! > 90 min Disponible en téléchargement HD ou en DVD www.posingproductions.com

NOUVELLE VAGUE La bonne surprise nous vient de Suisse et plus précisément de Genève, où les frères Boissenot ont réalisé un film entièrement dédié à la pratique du street climbing. Loïc Gaidioz, Élie Chevieux et quelques autres énervés revisitent la ville avec un œil neuf, explorant l’architecture et les sculptures monumentales comme autant de terrains de jeu potentiels. Le montage dynamique nous fait vivre leurs 400 coups dans la cité lémanique, au son de musiques élégantes et rythmées. Ce parcours esthétique et varié nous conduit jusqu’au Mur des Réformateurs, Calvin n’en revient toujours pas… Nous non plus, mais qu’est-ce que c’est bon ! > 40 min Disponible en téléchargement HD ou en DVD www.redpointmovie.fr


Intelligence artificielle

Texte et photos Olivier Broussouloux

Bouh, il fait froid ! L’hiver, les températures fraîches et le faible taux d’humidité sont favorables à la performance : on transpire peu et le grip est meilleur. Ça colle ! Cependant, séjourner un long moment dans le froid ne va pas sans poser quelques difficultés. Une journée de grimpe peut devenir un calvaire si on ne s’organise pas correctement. EscaladeMag vous propose la marche à suivre ! Un peu de physiologie

L

‘orsque nous sommes exposés à un environnement froid, notre organisme perd peu à peu sa chaleur. L’hypothalamus (centre thermorégulateur) active alors les mécanismes de production de chaleur de l’organisme, afin de compenser : le frisson thermique (chair de poule) ou la vasoconstriction périphérique (contraction des artérioles proches de la surface cutanée) sont les manifestations les plus sensibles et s’accompagnent d’un certain engourdissement et d’une diminution de la sensibilité digitale. Pour peu qu’il y ait du vent ou qu’il fasse humide, le refroidissement est d’autant plus rapide et aggrave encore les conséquences sur notre organisme : il engendre notamment une altération du fonctionnement des muscles qui ne peuvent plus se contracter aussi vite et à la même puissance qu’habituellement et se fatiguent prématurément. Les réponses à apporter, comportementales, se situent à trois niveaux.

s

s chaufferette

Le galet ou le

ge portez le chauffa grimpant ? Em à en s ns tte ai re m x ffe au au d Froi nésie : les ch ag m la à t c en sa dans votre euses et tienn sont peu coût ture ! usage unique trop) est plus na as (p ffé au ch t le ga journée ; le

Isolation ’est évident, rajouter des couches C de vêtements améliore l’isolation thermique; encore faut-il optimiser cet

aspect. Cela passe d’abord par prévoir des sous-vêtements secs permettant de se changer après une longue marche d’approche. Leur coupe doit être ajustée, mais ne doit pas entraver les mouvements quand vous grimpez : attention à l’effet garrot au niveau des avant-bras, quand les manches sont trop serrées ! Les couches superficielles doivent quant à elles renforcer l’isolation, sans entraver les mouvements : gilet en fourrure polaire, sweat-shirt et puis doudoune en duvet pour assurer sont là des valeurs sûres !

Pensez à vos c

haussons

Si vous voulez sentir les pris es en grimpa conserver les nt et qualités d’adhé rence de la go faites comme mme, Cyril : gardez vo s chaussons pr corps en assu ès du rant !

double couche (gants de soie recouverts par des gants un peu larges) offre une solution idéale pour les plus sensibles.

Alimentation e sucre joue un rôle majeur dans la lutte L contre le froid et le débit d’utilisation du glycogène par les muscles augmente dans

ces conditions : prévoyez donc un thermos et sucrez votre boisson un peu plus qu’à l’ordinaire.

Action Le port d’un bandeau ou d’un bonnet paraît ensuite indispensable, pour au moins deux raisons : la tête est une partie du corps critique en ce qui concerne les pertes de chaleur ; les principaux capteurs du froid se situent sur le visage et le front. Pensez enfin à vos extrémités : pour les pieds, ne négligez pas les grosses chaussettes ; pour les mimines, le système 10

orsque vous récupérez entre deux L voies, il est essentiel de maintenir la température de vos muscles ; et pour cela, l’habillement ne suffit pas. Il faut envisager une activation musculaire toutes les 3 ou 4 minutes : flexions-extensions pour les jambes, malaxage d’une pâte d’échauffement, tractions ou blocages, ainsi que des mouvements mobilisant les épaules.


gamme De longes Dynamiques

amortissement

garanti même en cas de mauvais placement...

Amortissement de la chute

Amortissement de la chute

Amortissement de la chute

•••••

•••••

•••••

DynaDoubleclip

Dynaclip 75

Dynaclip 40

relais avec longe dynamique

relais avec anneau

Dynadoubleclip Dynaclip 75 Dynaclip 40

Anneau de sangle classique

Anneau de sangle Dyneema

facteur 1 80 kg

> 20 chutes

4-8 chutes

0-1 chute

facteur 2 80 kg

8 chutes

0-2 chutes

0 chute

Vidéo sur www.beal-planet.com/dynaclip

www.beal-planet.com

BEA215 - Crédit Photos : Fotolia - Yuri Arcurs

avec les longes Dynamiques, la sécurité est une valeur à la hausse !


crashtest

Texte Laurence Guyon Photos O. Broussouloux

Les ballerines Loisir 6A Les doigts de pied en éventail !

La marque 6A a vu le jour en 2010. Elle propose une gamme de chaussons spécialement destinés aux débutants et aux collectivités, idéale pour les groupes qui s’initient en club, à l’école ou dans les salles d’escalade. Nous avons testé un de ses nouveaux modèles : la ballerine Loisir. >Yann Le Bris

Alors, est-il confortable, facile d’accès, bien adapté au public visé ? Il semblerait que oui, si on en juge les retours que nous ont fait nos testeurs. La forme ne martyrise pas les orteils, le chaussant est doux pour les petons sensibles et la semelle, en gomme Stamina, s’avère tout simplement increvable ! On aurait pu craindre un manque de cohésion du modèle, du fait de la dureté de la semelle par opposition à la souplesse des matériaux utilisés pour le chaussant. Il n’en est rien : la ballerine garde une relative tenue, même si elle a tendance à se détendre un peu dans le temps. Il faut juste en tenir compte au moment de l’achat.

illustrateur et photographe

Débutant en escalade

« J’ai testé les ballerines Loisir 6A sur mur et en falaise. Elles s’enfilent naturellement et ne font pas mal aux pieds. En falaise, j’ai parfois eu des difficultés à bien les utiliser en adhérence, mais c’est probablement plus lié à mon manque d’expérience qu’au chausson lui même ! Ce que j’ai vraiment bien apprécié dans les ballerines Loisir, c’est le confort sur la durée des séances. On peut les garder sans problème entre les voies. Leur forme ronde, au bout, permet au pied de trouver facilement sa place et elles ne serrent pas du tout le talon. »

> L’analyse du Nain Pact Même en cavale, Nain Pact aime son petit confort. C’est qu’il est délicat l’aventurier des temps modernes ! C’est pourquoi, en toutes circonstances, il ne choisit que des matières agréables : charentaises douillettes, caleçons molletonnés ... Idem pour la varappe : Nain n’est pas maso ! Le plaisir et le bien-être avant tout… Et son niveau de pratique ne nécessite pas des chaussons ultra précis. Autant dire qu’il attendait la ballerine Loisir au tournant! Résultat des courses : Nain a adoré les matériaux utilisés, notamment la microfibre extrêmement douce au toucher. Le modèle est à la fois confortable et très solide, ce qui en fait une véritable base pour les clubs. D’ailleurs, Nain a trouvé que l’indication de la pointure à l’extérieur du modèle était une excellente idée, car elle facilite la gestion des stocks et la distribution du matériel .

• Le petit prix • Le grand confort • L’extraordinaire tenue dans le temps

12

Rejoignez le Nain Pact sur

• Les qualités d’adhérence de la semelle


faites le mur

Propos recueillis par Laurence Guyon Photos coll. Altissimo

Altissimo Albi Initialement développée en nom propre, l’enseigne Altissimo s’est ouverte à la franchise en 2004 avec l’espace escalade Altissimo Albi. Quelques années plus tard, la salle est toujours là, avec une clientèle fidèle et une équipe motivée. Un constat s’impose : la métamorphose de l’ancienne cimenterie en salle d’escalade ultramoderne a plutôt bien fonctionné ! Qui fréquente Altissimo Albi ? C’est une clientèle fidèle, principalement composée de jeunes actifs. Notre typologie de clientèle ne diffère pas des autres salles du réseau Altissimo, puisqu’elle vient plutôt le soir après le travail. Mais nous fonctionnons également avec des étudiants l’aprèsmidi et les familles le week-end.

Quel avantage pour toi de faire partie du réseau franchisé Altissimo ?

Et à l’heure où Altissimo s’apprête à ouvrir une nouvelle salle d’escalade au cœur de Marseille, nous sommes allés nous entretenir avec le premier franchisé du réseau, Patrick Bonami. Rencontre avec un Albigeois pure souche, pour connaître les raisons du succès !

Qu’est-ce qui fait la spécificité de la salle Altissimo Albi ?

Le fonctionnement en franchise a été un sujet déjà abordé à l’époque où Altissimo ne comptait que la seule et unique salle de Toulouse Montaudran. Il faut savoir qu’Albi étant une petite ville, il était préférable d’avoir un soutien logistique et humain afin de mettre tous les atouts de notre côté. Il paraissait donc normal de partir sur ce fonctionnement avec ce qui est maintenant le premier réseau de salles d’escalade, en France et probablement en Europe.

>En chiffres

C’est la plus haute de toutes les salles du réseau Altissimo, du fait du bâtiment choisi à l’origine pour accueillir le projet : 15 mètres pour la partie en dalle verticale et 13,5 mètres pour le reste de la salle. Si l’on devait mettre en avant une particularité, ce serait la technicité des profils. En effet, il y a beaucoup d’arêtes, de dièdres avec pas mal d’inclinaisons différentes.

• 1000 m2 de surface grimpable • Entre 140 et 160 voies et 44 relais. • Niveau moyen : 6a / 6b. • Hauteur max : 15 m et 17 m sous plafond • Ouverte 7 jours sur 7

Peux-tu nous présenter l’équipe ?

- Adresse : 2 Chemin Claude Bourgelat / ZA Ranteuil / 81000 Albi - Tel : 05 63 38 09 38 - Tarifs : 12,5 € la séance (adulte) / 8,50 € (enfant) - Abonnement annuel : 415 € - Site web : www.altissimo-escalade.com

Nous sommes deux à intervenir. David Marquet alias « Daweed » et moi même, Patrick Bonami, gérant de la salle. David est naturellement attiré par le bloc, il est aussi responsable de la bonne humeur dans la salle. Employé depuis maintenant près de 4 ans, il gère efficacement toute la partie ouverture de voies.

6A DES CHAUSSONS... ...pour la vie de tous les jours !

www.6a-escalade.com

>Sur le plan pratique

100% collectivité


interview

SONNIE TROTTER D’un océan à l’autre

À trente ans, Sonnie Trotter est l’un des meilleurs grimpeurs canadiens. Guide et amoureux de la nature, il se tient à l’écart des castes et de l’intelligentsia, mais il affiche quelques belles réalisations au compteur, tant en escalade sportive que sur coinceurs... Propos recueillis par Fred Siret Photos Andrew Burr

14


Prosthetics, 8b, Mill creek canyon (Utah) 15


Air Sweden, 8a, Indian creek (Utah)

Tu es originaire d’une province plutôt plate du Canada. Comment es-tu devenu aussi fort ? Je ne sais pas. J’étais obsédé par l’escalade. J’ai essayé plein de sports différents. J’ai notamment fait beaucoup de gymnastique quand j’étais gamin. Je n’ai jamais beaucoup aimé les sports d’équipe. J’étais plutôt penché vers le VTT, le snowboard, la course à pied... Quand j’ai découvert l’escalade, c’est comme si je prenais le meilleur de la gymnastique et le meilleur des sports de pleine nature. C’était à la fois très spirituel mais aussi très physique. Tout ce qui me convenait ! 16

SONNIE

TROTTER

Tu te souviens de tes débuts ? J’ai commencé à l’age de 16 ans dans une salle. Et après mon bac, je suis allé grimper tout un été à Riffle dans le Colorado. Ça faisait seulement un an et neuf mois que je grimpais, et j’ai fait quatre 8b+ et un 8c. Et là, je me suis dit que j’adorais la grimpe en extérieur et que je ferai tout pour en vivre. J’ai alors commencé à aller grimper régulièrement aux Etats-Unis, tout en travaillant comme charpentier au Canada. Et finalement j’ai estimé que je pouvais devenir grimpeur professionnel et me consacrer entièrement à ma passion.


Qu’est-ce que compétition ?

tu

penses

de

la

J’ai fait les Championnats du Monde jeunes mais je n’ai jamais été inspiré par la compétition. J’en ai remporté quelques unes comme les Championnats de vitesse en Amérique du Nord. Mais ça ne m’a jamais beaucoup motivé. J’allais toujours grimper la veille des compétitions ou je faisais un peu trop la fête. Je crois que je n’ai jamais pris les compétitions très au sérieux.

Quand tu as décidé de voyager, tu voulais échapper à quelque chose ? En fait, quand je suis allé à Riffle, j’étais sensé retourner à l’Université en septembre et finalement je suis resté au Colorado. J’avais certainement envie d’échapper à la vie agitée de Toronto mais j’étais aussi en quête de quelque chose. Je cherchais une communauté à intégrer, celle de la montagne, avec tout son art de vivre.

Tu partages ton temps entre Squamish et Toronto. Qu’est-ce que Squamish a de spécial pour toi ? L’atmosphère. C’est le sentiment de vivre dans un petit village. On y croise de très, très belles, personnes. Beaucoup de grimpeurs très forts. Il y a la présence de l’océan. Grimper le Chief en regardant l’océan est une sensation extraordinaire.

« Tu peux grimper tous les jours. Il y aura toujours une nouvelle voie, un nouveau projet. C’est bon pour l’imagination. » Pour ce qui est de l’escalade, la qualité du rocher est exceptionnelle. Et je pense qu’il y a ici plus de projets que je ne pourrais jamais travailler au cours d’une vie. Il y a ici un gros potentiel. C’est un endroit idéal pour moi. Tu peux grimper tous les jours. Il y aura toujours une nouvelle voie, un nouveau projet. C’est bon pour l’imagination. C’est bon pour l’esprit de savoir qu’il y a encore des trucs qui n’ont pas été faits.

Tu as ouvert une voie considérée comme l’une des fissures les plus dures du monde, Cobra Crack. Qu’as-tu ressenti quand le grimpeur japo-

Aesthitics, 8a+, Mill creek canyon (Utah)

nais Yuji Hirayama en a réalisé la 6e ascension ? Yuji est incroyable. C’est une Légende. Il m’avait contacté avant de venir et il était très excité par Cobra Crack. Il s’est entraîné spécifiquement pour cette voie. Il a passé deux mois à grimper seulement en salle. Cinq à sept jours par semaine. Cinq à six heures par jours. Il m’inspire beaucoup parce qu’il a plus de 40 ans et toujours autant de motivation et de passion qu’à ses débuts. Ça me fait penser que j’ai encore de belles années devant moi.

Est-ce que tu te sens honoré que certains des meilleurs grimpeurs du monde viennent ici à Squamish pour s’attaquer à cette voie ? En effet, je suis très honoré. À ce jour, Cobra Crack a été faite par deux canadiens (Will Stanhope et moi), deux américains (Matt Seagal et Ethan Pringle), Nico Favresse, de Belgique et maintenant Yuji du Japon. Ce sont tous des grimpeurs exceptionnels. C’est donc vraiment spécial pour moi qu’ils viennent ici, qu’ils apprécient la ligne et soient si inspirés par cette voie.

17


SONNIE TROTTER PHILOSOPHIE • Faire ce que l’on aime, aimer ce que l’on fait. • Prendre moins, donner plus. • Ne jamais abandonner, ne jamais suivre. • Respecter les autres, respecter la nature. • Le monde change en permanence, la peur est une illusion.

Il y a quelques années, tu as entrepris une expérience particulière au cours d’une aventure de 5 mois à travers ton pays, de la côte est à la côte ouest. Tu peux nous en dire plus ? C’était en 2002. En fait, je suis resté au Canada parce que je n’avais pas assez d’argent pour voyager aux Etats-Unis ! Donc mon objectif était de voir mon pays autant que possible. Je suis parti tout seul avec mon sac à dos. J’ai visité les plus beaux sites d’escalade au Canada, du Québec à la Colombie britannique en passant par l’Alberta. J’ai voyagé comme un vagabond mais ça m’a permis de faire de très belles rencontres. Je suis tellement heureux d’avoir connu cette expérience aujourd’hui. Après cela, j’ai réalisé que Squamish était le meilleur spot pour vivre toute l’année !

La protection de l’environnement semble être importante pour toi. Comment est-ce que tu t’impliques ? C’est effectivement très important pour moi. J’adhère à des organisations comme Access Fund qui participe à la préservation des accès aux sites d’escalade. Et localement, je participe à la maintenance des chemins d’approche. Il y a aujourd’hui un nombre croissant de grimpeurs. Cela implique une responsabilisation de chacun pour que le terrain de jeu soit respecté.

Tu travailles pour l’association canadienne des guides de montagne. Qu’est-ce que tu essaies de transmettre à tes clients ? C’est très cliché mais je souhaite qu’ils prennent toujours du plaisir. Si on ne s’amuse pas, on n’a pas envie de continuer et on ne progresse pas. Il faut jouer, plus que travailler. Dans mon approche de l’escalade, je 18

Sonnie dans Space time inversion, 7c+, Flatirons (Colorado)


joue mais peut-être qu’en tant que grimpeur professionnel, je devrais un peu plus me concentrer sur certains projets !

- 2000 - 2010

201 1

2

1950 - 1960 - 1

0 199

201

970

098

...

Pour ce qui me concerne, je ne ressens aucune pression. La seule pression que je supporte est celle que je m’impose. Je me sens très chanceux de travailler dans ce contexte, avec ces sponsors. Et j’ai envie qu’ils soient fiers de moi comme j’ai envie d’être fier moi-même. Il est parfois difficile de trouver un équilibre entre se satisfaire soi et donner de la satisfaction à quelqu’un d’autre. J’ai travaillé pour les marques depuis de nombreuses années et nous entretenons d’excellentes relations. Donc, ils savent que je fais de mon mieux pour les représenter.

-1

Est-ce que tes sponsors te mettent une pression particulière ?

Ta compagne est professeur de yoga. Estce que tu pratiques cette discipline toimême ? Le yoga pour Lydia est aussi important que l’est l’escalade pour moi. Elle grimpe un peu mais elle pratique principalement le yoga. Et cela, tous les jours. Pour moi, le yoga arrive en second. Je fais environ trois séances par semaine. J’aimerais en faire plus mais je suis plutôt feignant. En dehors, pour le physique, je randonne énormément. Trois à quatre fois par semaine, toujours en cherchant de nouvelles voies à explorer !

As-tu déjà envisagé faire autre chose que de l’escalade ? Non j’aime trop grimper. Bien sûr que j’aime plein d’autres choses, comme le snowboard ou l’océan. D’une manière générale, j’aime la vie. Mais rien ne vaut l’escalade et je ne sais pas ce que je ferais si je ne grimpais pas.

A

u commencement, il y avait le Super-Gratton...

EN BREF • Lieu de résidence : Squamish (Canada) • Nombre d’années de pratique : 13 ans • Sponsors : Patagonia, Five-Ten, Black Diamond, The Alpine Club of Canada, SterlingRope • Voies marquantes : - Cobra crack, Squamish (8c/8c+) - Necessary Evil (8c+) Virgin River Gorge - Just Do It (8c+) Smith Rock

Créateur de sensati ons depuis 1950


entrée libre Texte Marco Troussier Photos Stéphane Silvestri et Marco Troussier

Si la formule était gravée au fronton d’une République imaginaire, il faudrait bien trouver les lieux pour exercer ces prescriptions. Prenons une falaise au hasard, parmi les 2300 recensées en France, comme un martien atterrissant sur notre planète bleue et découvrant un endroit pour poser sa soucoupe : Chateauvert ! Une avarie de turbine le forcerait à un atterrissage d’urgence dans un champ, au bord d’une route, proche d’un cours d’eau, dans un coin reculé du Var, sur la commune de Correns, planète terre, première à gauche, système solaire. Que verrait notre martien ? Il pourrait observer des créatures de tous les âges, du bambin au vieillard encore vert, en passant par l’adulte en pleine maturité, s’adonnant à une activité quadrupédique appelée « escalade à mains nues ». Fiction ? Rêve ? Irréalité ? Vous n’y êtes pas. Cet endroit idyllique et charmeur existe bel et bien. C’est la falaise de Correns-Chateauvert, sise dans le vallon Sourn, au cœur de la Provence verte. Le martien serait sociologue et historien, il ferait une enquête poussée, au besoin il capturerait quelques indigènes pour les faire parler à l’aide d’un gaz hilarant.

20

Yann Logodin sur la Dolomie


Arno Kรถppel dans Strawberry nose, 7a+ 21


entrée libre

Franck Allegret profite d’une grande classique de la Grande face : Les Frontières du Néant, 6c +


www.escalademag.com


Yann Logodin dans Serpelin, 6b+ 24


Les équipeurs assaillent les rochers des deux rives avec une prédilection avec les falaises les plus rapides d’accès. Des grimpeurs ? Rien de plus normal mais des familles ! Voila qui est presque exceptionnel. En effet, le bras de la rivière Argens a taillé la dolomie, mais il a aussi creusé des plages. On vient s’y reposer et jouer avec le cours d’eau depuis bien longtemps. Les villages alentours offrent des havres de verdure et des vignes, l’eau qui coule dans ce vallon est une bénédiction pour occuper les enfants.

“ Ce rocher très sculpté offre une myriade de voies abordables ’’ Rapidement les familles de grimpeurs viennent au grand complet. Le babillement des nouveaux nés se fait entendre. Les falaises aussi « family friendly » sont assez rares et la nouvelle se répand comme une traînée de magnésie. Pourtant il ne suffit pas d’une plage pour attirer les foules. Ce qui déplace les aficionados, ce sont les voies. Fait rare qu’il faut souligner. Ce rocher très sculpté offre une myriade de voies abordables et la majorité se situe dans la fourchette tant recherchée du 5 et du 6, et il y a même des 4.

GRET Franck ALLE escalade,

Franck rature et té lit , douces zz es Ja is es pr Entre perpétuelle. L raest en reprise de la Grande face l’encou ra es ur nt po lla Il ei . ssions et accu sa de front ses pa gent à mener ps caresser le manche de m te ng . ts lo ig les do encore s et tirer sur basse “ frettles ’’

Une brève histoire du temps Après une fréquentation occasionnelle dans les années soixante et soixante-dix, la falaise est redécouverte par un grimpeur de Brignoles. Jean-marc Roman alors jeune homme, plante les premiers points dans les beaux murs qui attirent son regard. Premières voies et coup de maître. Son activité d’équipeur lui fait découvrir de purs chefs d’œuvre comme seule en propose la dolomie locale : Les Frontières du néant (6c+), Les Couleurs du charme (7b+), le monumental Are you ready ? (8b+) et bien d’autres encore.

Dès 1989, la falaise devient un peu connue et alors qu’une relative quiétude régnait la plupart du temps, on remarque une activité assez frénétique dans le vallon. Des cordes descendent des hauteurs, des bruits de perforateurs concurrencent les tronçonneuses, les grimpeurs se déchaînent. Quelques grands noms (Edlinger, Cortijo, Duboc), passent sur la falaise pour se frotter à l’un des premiers 8b+ du sud. Dans la Grande face, les itinéraires ont fleuri.

peuspclealademag e 25


Tensions et médiation Toutes les conditions sont réunies pour un plébiscite et une fréquentation durable et soutenue. Mais un jour, le ciel s’assombrit. Le propriétaire des lieux n’apprécie plus que l’on grimpe chez lui et surtout il craint les risques encourus si un accident survenait. C’est le clash, la falaise est frappée d’interdiction, stupeur chez les grimpeurs. De 1990 à 1994, la falaise est interdite. Le comité départemental FFME tente une médiation qui va aboutir au rachat des parcelles par le conseil général du Var. C’est un événement exceptionnel en France et il faut le souligner. Le rachat implique un plan de gestion, ce dernier prévoit un jour d’aménager ce coin de paradis qui recèle aussi une biodiversité exceptionnelle. En échange de ce geste financier, les grimpeurs acceptent d’abandonner les parois de l’entrée du vallon (côté Chateauvert) et surtout, la rive droite un peu ombragée. Sans le savoir, le grimpeur cohabite depuis l’origine avec les chauves-souris. Ces dernières ont colonisé de nombreuses écailles et se protègent des rigueurs de l’hiver dans la Grande face et dans les murs qui prennent le soleil. Les espèces présentes sont nombreuses et toutes protégées. Le risque de dérangement est réel et l’impact de l’homme sur les chiroptères est difficile à mesurer.

Steph’ TROUSSIE R

Il grimpe depuis des temps immém oriaux et au passage il a of fert à la planète de ux charmantes filles. Chate auvert lui permet d’a vir sa passion des réglettes en tout ge ssounre mais aussi de faire le ba by sitter en famill e. À sûr, il y reviendra un jour grand-père coup !

Alice Prudhomme dans Grosse et caille, 5b

Destination liberté Malgré la présence très régulière de grimpeurs, les chiroptères sont toujours là. Les familles se sont agrandies et il n’est pas rare de voir plusieurs générations de pratiquants sur les rochers. Ces derniers sont aussi très prisés pour de nombreux stages d’initiation pour des locaux et même pour des étrangers venant de très loin.

peuple escalademag 26

Le succès appelle le succès et la seconde édition du topo que l’on doit à Philippe Bugada, équipeur historique lui aussi, rend compte des dernières évolutions en matière d’équipement. À Correns, le camping accueille les familles et nos amis européens ne dédaignent pas enfourcher le vélo pour

se rendre à la falaise. Justement, les plans d’aménagement vont bon train et même s’ils n’aboutissent pas toujours, on continue de penser à de nouveaux modes de gestions. Fermer la route par période, reculer les parkings, aménager les abords des falaises, organiser la signalétique, peut-être restreindre la fréquentation pour étudier les chiroptères, on sent aujourd’hui que la gestion globale du site s’est complexifiée. Ici comme ailleurs, environnement, tourisme, pratique sportive et espaces naturels sensibles sont les ingrédients dont il faut tenir compte pour laisser perdurer la passion de la grimpe.


Des chiros à gogo !

Le Val d’Argens présente un fort intérêt pour la préservation des chauvessouris. Diverses espèces sont présentes, dont certaines en effectifs importants. Le site accueille ainsi la colonie de reproduction la plus importante de France pour le Vespertilion de Capaccini, ainsi que des colonies d’importance régionale pour le Minioptère de Schreibers et le Vespertilion à oreilles échancrées.

27


entrée libre

Que faire de 5 à 7 ?

5 : By night 6a : Papa on joue au foot 6b : Un quart d’heure de folie 6c : Les frontières du néant 7b+ : Les couleurs du charme

Une histoire suisse édifiante…

C’est le jour J pour faire les photos et comme nous sommes pendant les vacances, la Grande face est prise d’assaut. Un groupe d’ados suisses est sur la gauche et s’esclaffent bruyamment. Justement l’un d’eux veut vider sa vessie. Plutôt que de descendre aux toilettes chimiques des parkings, il se tourne et… je l’interpelle pour lui faire comprendre qu’il n’est vraiment pas approprié de faire « ça », « ici », au pied d’une voie. Le garçon maugrée et s’éloigne de quelques mètres, je le force à aller plus loin. La scène se répète un peu plus tard avec un autre, visiblement ces jeunes suisses ne veulent pas comprendre. Je tente une explication en anglais car il parle le suisse allemand. Le ton monte, un troisième me traite de « trou du cul » en allemand, langue que je pratique un peu. Alors le ton monte très très fort ! Rien à faire... La falaise est victime de son succès !

Ludovic Arcos au secteur du Muret 28


Accès

Autoroute A8, sortie Brignoles. Prendre la D554 direction Le Val jusqu’à Chateauvert. Puis la D45 entre Chateauvert et Correns. La falaise se trouve à mi chemin entre les 2 villages, dans le vallon Sourn.

Carte

Topo

Grimper en Provence Verte : Correns, Chateauvert, Carcès, Vallon Sourn, Ph. Bugada, 2010

Période idéale

Toute l’année en fonction de l’ensoleillement. L’hiver est un peu humide, l’été un peu chaud.

Dans les bras de Morphée

Camping municipal à Correns, 04 94 37 21 95 Auberge du Parc, place du Général de Gaulle, 83570 Correns, 04 94 59 53 52 Liste des gîtes et hébergements sur www.correns.fr

Les amis de Gargantua

La cigale provençale, quart. Camp Redon, 83570 Correns, 06 81 30 52 91

Spéciale dédicace

Merci aux nombreux ouvreurs pour le travail accompli. Merci aussi à Alain Righi et Pierre Lantier qui ont mené une action pugnace pour préserver l’escalade dans le vallon. 29


éco grimpeur

Texte et photos Manu Ibarra

Pas de prise de bec aux Trois Becs ! La pratique de l’escalade sur les parois des Trois Becs (Drôme) s’inscrit dans une longue tradition. Pour maintenir en l’état ce terrain d’aventure et cohabiter de manière pacifiée avec l’avifaune rupestre, il était nécessaire de créer un outil de gestion dynamique. Tout commence en 1961 lorsque les alpinistes (Paragot, Bérardini et consorts) gravissent la Voie des Parisiens. Ce premier itinéraire, par sa verticalité et sa difficulté, deviendra immédiatement une course rocheuse de référence. Par la suite, tous les grands noms de l’alpinisme français (Yannick Seigneur, René Demaison, Georges Livanos…) viennent se frotter aux parois. Ils répètent les parcours existants ou en créent de nouveaux. Dans les années 80, les grimpeurs locaux tracent de nouvelles voies (notamment Denis Benoit et les membres du club Densité). Aujourd’hui le site est connu dans toute l’Europe pour son escalade aérienne et engagée sur rognon de silex. En décembre 2003, le Conseil Général de la Drôme achète la forêt de Saou, dont fait partie les parois des Trois Becs. Deux ans plus tard, une charte d’utilisation partagée et de gestion durable pose les bases du partage de ce site exceptionnel, pour un usage harmonieux fondé sur une utilisation raisonnée et mesurée.

Les acteurs sur la sellette À l’automne 2006, une série de réunions a lieu entre les services du Conseil Général (Jeunesse et sports, Espaces Naturels Sensibles et les eco-gardes de la forêt de Saou) et les fédérations d’alpinisme et d’escalade (FFME et FFCAM). À la demande de Jean Marc Belle (Président du CAF de Saou), les ouvreurs actifs connus sur le massif des Trois Becs sont associés. Au printemps 2007, les ouvreurs élaborent un document intitulé « Règles d’usage sur la pratique de l’alpinisme sur les parois des Trois Becs ». Les services du Conseil général sollicitent la LPO pour dresser un état des lieux. Au printemps 2009, ces règles d’usage sont complétées par un volet avifaune et des modalités d’application sont élaborées. L’objectif est d’adapter les règles d’usage aux évolutions du milieu naturel et aux pratiques verticales, afin de faire cohabiter ces deux terrains de rêves. D’une part pour que ces parois ne se voient pas interdites de tout parcours humain. D’autre part pour qu’elles ne deviennent pas uniquement un souvenir illustré d’archives photographiques et d’animaux en volière !

État des lieux L’outil de gestion avifaune est basé sur 3 périodes d’observation en janvier/février, menées conjointement par la LPO, les grimpeurs et les services Sports et Nature du Conseil Général. Il s’agit d’identifier des parades nuptiales et des zones de nidifications. Suivant la situation du nid, une voie d’escalade peut être momentanément interdite. Une nouvelle observation en mars/avril confirme la réussite ou l’échec de la couvée et par conséquence la levée ou le prolongement de l’interdiction de pratique jusqu’au mois de juillet.

Cirque d’Archiane

Ces informations sont inscrites sur des panneaux placés sur les parkings donnant accès aux falaises et disponibles sur le web. Aujourd’hui deux années se sont écoulées avec des observations rassemblant en moyenne 14 personnes, signe d’une implication forte tant du côté des ornithologues que des grimpeurs. Ce travail se poursuit en 2011 par la mise en place de nouveaux panneaux d’observation et

la définition des zones de friches. Suite à cette expérience, un autre chantier s’ouvre sur le cirque d’Archiane. Cela commence par un état des lieux : photos panoramiques des parois, tracés de la centaine de voies d’escalade répertoriées, pointage sur ces mêmes photos des aires de nidification (aigle royal, vautour fauve, faucon pèlerin…).

Une cohabitation réussie Au niveau escalade, seul le concept d’alpinisme peut garantir le libre accès à ces parois. Il s’agit de garder la tradition de pratique d’ouverture du bas et de conserver une escalade typée terrain d’aventure (la prise de risque et l’autonomie nécessaire doivent être signalées aux cordées). Cela évite une décharge de responsabilité des pratiquants sur les collectivités gestionnaires et donc un durcissement des réglementations. Pour l’aspect impact environnemental, seule une gestion dynamique permet de faire face aux évolutions tant du milieu naturel que des pratiques humaines. Certes une réglementation avec des espaces d’interdiction est bien plus simple à mettre en place et à appliquer qu’un système qui s’appuie sur la connaissance, la responsabilité et la confiance en l’autonomie de chacun. Mais n’est-ce pas là, la définition même de l’escalade alpine ? 31


d’antan

Texte David Chambre

Le GDB A l’assaut des sommets Le « Groupe de Bleau » (ou « GdB ») désigne le principal groupe de jeunes alpinistes parisiens qui, dans les années 1920-1930, allaient faire de la varappe le dimanche en forêt de Fontainebleau, faute de pouvoir s’entraîner dans les Alpes. Mixité, approche décontractée mais performances remarquables : ils avaient déjà tout compris !

L’

escalade est une activité où la performance est par essence individuelle mais elle se pratique le plus souvent à plusieurs. C’est particulièrement vrai en bloc : parade, travail des mouvements, émulation, tout concourt à ce que l’on soit plus performant en groupe. C’est là aussi que le lien social se noue le plus facilement car tous les niveaux peuvent cohabiter.

peurs ont découvert Bleau et l’escalade grâce à elle ? Wehrlin, Mignot, Prestat puis les frères De Lépiney sont les premiers noms qui émergent. L’ascension de la mythique fissure Prestat par Jacques de Lépiney en 1914 introduit le quatrième degré. L’utilisation d’espadrilles plutôt que les traditionnelles chaussures à clous fait alors figure de révolution intellectuelle !

N

C

ul autre endroit que Fontainebleau, à l’exception peut-être des tours de grès allemandes autour de la Vallée de l’Elbe, n’a enfanté dès le début du XXe siècle un milieu escalade aussi actif et prolifique. Il faut bien sûr y voir la proximité géographique d’une des principales métropoles européennes, un accès ferroviaire aisé et un climat tempéré.

e sont les mêmes figures, du moins celles qui ont survécu à la Grande Guerre, qui brillent autant en altitude que sur les petits rochers bleausards et qui sont à l’origine de la création du Groupe de HauteMontagne comme du Groupe de Bleau en 1924. Cette période de l’entre-deux guerres va faire figure d’âge d’or.

D

Montrer patte blanche

u dernier quart du XIXème siècle, marqué par la naissance du Club Alpin Français, structure certes conservatrice mais aussi fédératrice, au début de la Première Guerre Mondiale, les énergies bouillonnent et surtout les alpinistes parisiens prennent conscience du potentiel d’entraînement de ces rochers qui peuvent tout de même avoisiner la quinzaine de mètres par endroit !

La belle époque !

E

n 1910 naît le Groupe des Rochassiers : une poignée d’allumés qui se lance dans l’exploration systématique de nouveaux secteurs, principalement au départ de la gare de Bois Le Roi. Cette gare aurait du être classée monument historique de l’histoire de l’escalade ! Combien de générations de grim32

N’

entre pas qui veut au GDB, il faut y être coopté puis officiellement admis. On y retrouve des futurs « grands » de la montagne : Bobi Arsandaux, Marcel Ichac, les frères Leininger, Pierre Chevalier, Jacques Boell… Beaucoup se retrouveront dans la première grande expédition himalayenne française officielle au Karakoram, en 1936. C’est dire l’influence de cette bande qui préfigure déjà l’escalade et la montagne comme mode de vie. Amateurs plus qu’éclairés, ils sont performants partout, pratiquent la montagne sans guides locaux, ce qui était alors loin d’être anodin et sont les premiers à réellement travailler des passages jusqu’à la réussite, au sens sportif où on l’entend aujourd’hui.

Un Géo Trouvetout de génie

L’

arrivée de Pierre Allain au début des années trente va leur fournir un « performer » naturel. À peine a-t-il découvert le grès bellifontain qu’il en marque les premiers standards du sixième degré, avec le célébrissime Angle Allain. Mais il saura aussi exporter sa maestria technique sur les plus belles parois alpines : face Sud de la Meije en 1934 et face Nord des Drus l’année suivante, toujours en espadrilles !

A

u delà de sa liste de blocs et de courses, le leader du GDB sera aussi un incroyable visionnaire pour le matériel : chaussons à gomme caoutchoutée (les PA, ancêtre des mythiques EB), mousqueton « léger » en alliage, descendeur pour sécuriser les rappels, utilisation du duvet naturel pour les sacs de couchage et les vêtements d’altitude. Toutes ces innovations existèrent d’abord à l’état de prototypes ou de « séries limitées » pour l’élite, mais leur démocratisation révolutionnera l’alpinisme des décennies suivantes.

S

i la guerre mettra quelque peu en suspens toute cette activité et sonnera le glas du Groupe de Bleau, ce premier âge d’or bleausard sera la matrice des époques à venir. Dans la Forêt, le niveau en bloc continuera régulièrement de s’élever comme presque nulle part ailleurs sur la planète. Mais paradoxalement, les français brilleront plus sur les hautes montagnes des cinq continents que dans les falaises : obnubilés par la débauche de l’escalade artificielle, ils seront vite dépassés par l’esprit « free climbing » venu de Californie et d’Angleterre.


CHRIS

Chris Sharma on the First Round First Minute 5.15b, Margalef, Spain. Pete O’Donovan photo.

SHARMA

J’adore les cordes Sterling Rope, elles sont incroyablement durables, et je me sens vraiment en sécurité avec elles. Dans le même temps, elles sont super légères et faciles à manier. Essayer une Sterling Rope, c’est l’adopter !

evolution duetto 8.4mm fusion nano 9.2mm evolution velocity 9.8mm

w w w. s t e r l i n g ro p e . c o m w w w. a mwe a r. c o m


carnet de voyage

cEEs

Aventures gla

au Groenland Texte Nicolas Favresse & Sean Villanueva - Photos Ben Ditto

C’est à bord d’un voilier que les frères Favresse, Sean Villanueva et Ben Ditto sont partis explorer les dernières grandes faces vierges perdues au fond des fjords du Groenland. Esprit d’aventure, envie de réaliser une expédition plus propre, avec des moyens plus justes… Il fallait trouver un skipper assez fou et assez expérimenté pour tenter l’entreprise ! 34


Baie de Disko

La balan groenland coire aise

olores, Maisonss dmuultGicroenland. typique

«En cherchant des infos sur d’éventuelles parois vierges, accessibles uniquement par la mer, nous sommes vite tombés sur Bob Shepton, un grimpeur et révérend père, qui bourlingue souvent dans le secteur. L’occasion était trop belle ! Le temps d’échanger quelques mails avec notre religieux pour finaliser tous les détails, nous arrivons au Groenland pour 3 mois d’aventures à bord de Dodo’s delight, un robuste voilier de 10m. C’était un grand suspens que de rencontrer Bob pour la première fois. À 75 ans et avec son statut de prêtre, nous avions suffisamment d’éléments pour alimenter nos fantasmes. Heureusement la surprise a été bonne. Nous avons découvert un homme rempli d’histoires, de sagesse et d’aventures. L’homme de la situation !

L’âge du capitaine… À peine arrivés au Groenland, le temps de charger le bateau de tout notre matériel et de la nourriture pour 3 mois d’autonomie totale, nous prenons la mer sous le commandement de Bob. C’est une ambiance vraiment particulière parce que l’océan, ici, est plein d’icebergs de toutes les tailles et de formes parfois limite psychédéliques. Naviguer en slalomant entre les icebergs, c’est un peu comme jouer à un jeu vidéo. Et il y a quelques moments où on ne passe pas très loin du Game over ! Rapidement les 3 jours de navigation pour atteindre les parois secrètes de Bob se transforment en 5… Le vent est faible et le moteur ne donne plus signe de vie. À la voile, on apprend vite qu’on est entièrement dépendant des éléments et qu’il vaut donc mieux avoir de la patience. Mais la récompense est vraiment belle à l’arrivée. Des parois de plus de 800m tombent à pic dans la mer !

« Voici la Paroi Impossible » nous dit Bob, nous expliquant qu’aucun grimpeur jusqu’à présent n’a osé s’engager dedans. Depuis le pont du bateau, nous scrutons aux jumelles les systèmes de fissures. Nous remarquons rapidement qu’en fait, elles sont bourrées d’herbe et de mouettes. Et nous comprenons que la « Paroi Impossible » nous réserve un bonne dose d’aventure.

Les premiers pas… Pour nous mettre en appétit, nous commençons par grimper quelques belles lignes moins longues sur d’autres parois vierges dans le coin. Pour la première fois, nous nous lançons dans une paroi à partir d’un bateau. C’est chaud, si l’on peut s’exprimer ainsi, car l’eau en bas ne fait que 4 degrés et lorsque le départ est dur et la première protection haute, ça rend les choses assez intéressantes… À plusieurs reprises, on connaît quelques sueurs froides en devant se rejeter vers l’arrière de justesse, afin de revenir dans le bateau. Mais ça, ce n’est que la mise en bouche. Malgré un rocher de très bonne qualité et des fissures parfaites, l’herbe et les mouettes agressives rendent l’escalade particulièrement aventureuse.

« Les mouettes agressives rendent l’escalade particulièrement aventureuse. » Apres avoir ouvert trois superbes lignes d’environ 400m, l’heure a sonné de nous soumettre à l’impossible. Bob sur son bateau ne tient plus en place tellement il est excité de nous voir faire une tentative. C’est qu’il a découvert cette paroi et rêve d’emmener une équipe capable de la grimper. 35


T ON Bob SHEP retraite a beaucoupet

u monde t pretre Ce gririmepnecure aela voile, tout aeutnlaournd.dLe hasard d’expe rticulierement au Gront a la recherche plus pa qu’il etait justeme son voilier en Europe a fait equipe pour rapatrier xploration. En nous d’une ussi pour faire de l’earois vierges dont lui mais a nt des photos de p ion, ce messager de envoya nnaissait la localisat ous ne pourrions pas seul co vait tres bien que n Dieu sar ! resiste

Cap sur l’impossible ! Nous passons 11 jours suspendus au-dessus de l’eau sur cette paroi. Les haulbags sont hissés le long de la paroi, directement à partir des cales du bateau. Dans nos portaledges, nous profitons du soleil de minuit pour grimper et admirons le défilé des icebergs, le ballet aérien des mouettes et les paysages toujours en mouvement. Ambiance unique !

peeuspclealademag

Au bout du voyage

Avant de retraverser l’Atlantique vers l’Écosse, nous redescendons dans le sud du Groenland pour y grimper 5 autres voies. Là-bas les fissures sont propres et des mouettes, étonnement, il n’y en a pas ! C’est un agréable contraste de style d’escalade. Nous en profitons aussi pour grimper avec Bob, qui n’osait pas nous le demander jusque là, mais qui en rêvait. Le retour vers l’Ecosse est plus dur que prévu avec beaucoup de vent toujours dans la mauvaise direction, quelques bonnes tempêtes qui nous donnent l’impression d’être tout petit au milieu de l’océan, mais aussi le mal de mer qui rend l’expérience encore plus piquante. Apres 15 jours sans rien voir à part l’océan et les visites occasionnelles des baleines, des dauphins et des oiseaux, c’est une sensation incroyable que de retrouver la terre ferme. Mais je n’aurais jamais imaginé qu’avoir les pieds sur terre puisse être un tel bonheur ! »

36

Au niveau escalade, la végétation et les mouettes rendent chaque longueur très soutenue mentalement, avec un max de sensations. Pour protéger leurs nids, les mouettes vomissent du poisson pourri et je dois vous avouer que du poisson pourri tout chaud, on en a eu jusque dans la bouche ! Mais sans doute, cela faisait-il partie de l’aventure que nous étions venu cherchée là-bas ! Apres 11 jours, nous arrivons en haut de la paroi avec le challenge de l’impossible relevé.

En plus sans placer aucune plaquette, en grimpant toutes les longueurs en libre, du libre comme nous n’en avions jamais fait avant ! Et à la redescente, Bob nous attend impatiemment pour faire péter le champagne.


fashion Spécial hiver Froid de canard, temps de yack et chair de poule : mais ça colle, mes lapins !

Icebreaker - Oasis crew

Première couche respirante et chaude qui apporte le confort et la technicité d’une matière naturelle. 100% laine merinos. Le prix ? 69,90 €

Prana - Maddox crew

Sweat polaire doux, chaud et très confortable, manches raglan. Coloris moka/crème. Le prix ? 59€ Où ?www.prana.com

Prana - Wingnut

Pantalon homme, en toile canvas, très robuste. Idéal pour les sessions de bloc hivernales ! Le prix ? 65€ Où ? www.prana.com

CAMP - ED Jacket

Doudoune légère, douce et compacte, avec capuche amovible. Excellent rapport chaleur/poids/volume ! Le prix ? 170€ Où ? www.camp.it


Beal - Assure max

Gant ultra souple en cuir, renforcé dans la paume de la main. Le top pour sécuriser l’assurage tout en gardant les mains au chaud ! Le prix ? 20,90 € Où ? www. bealplanet.com

Eider - Beanie

Bonnet seconde peau chaud et léger, technique et fonctionnel grâce à son design novateur. Le prix ? 19,90€ Où ? www.eider-world.com

The North Face - Hooded Siula

Veste polaire à capuche. Apporte chaleur et confort grâce au Powerstretch qui ajoute de la flexibilité dans le mouvement ! Le prix ? 159€ Où ? www.thenorthface.com

Altissimo - Altibag 32 L

Sac à dos multi activités, série limitée 200 pièces. Possède une housse de protection pour la pluie, un must par temps de cochon ! Le prix ? 39,90 € Où ? www.altissimo.fr

Attention contagieux - Thermeug Mug technique avec couvercle. Se servir un bon thé et le garder au chaud au pied des voies, c’est possible ! Le prix ? 8,85€ Où ? www.escalademag.com

Vaude - Chaufferette réutilisable

À glisser dans la poche. Pincer la pastille pour environ 1 heure de chaleur à 50°. Réactivable dans l’eau bouillante. Le prix ? 5,95€ Où ? www.vaude.com


annuaire des Indépendants Spécialisés > annuaire des magasins indépendants spécialisés • Réseau BEal 30 Gard SOESCALADE 6 Impasse du Rouvre 30133 Les Angles Tel : 04 90 25 22 51 - www.soescalade.com

75 Paris Les Arts de la Grimpe 24 rue J-B Pigalle - 75009 Paris Tel : 01 40 16 59 42 - www.lesartsdelagrimpe.com

77 Seine et Marne 33 Gironde

BEAL EXPERT,

c’est un réseau de magasins spécialisés et certifiés qui vous garantit de :

> Bénéficier de conseils de pro, > Trouver tous les produits BEAL, > Rencontrer des passionnés à votre écoute.

SPORTS AVENTURE 4-6-14 rue de Cursol - 33000 Bordeaux Tel : 05 56 92 92 99

34 Hérault EXPE Montpellier 3, cours Gambetta - 34000 Montpellier Tel : 04 67 58 47 69 - www.expe.fr

38 Isère

Liste complète des magasins sur beal-planet.com

Expé Pont-en-Royans ZA Les Blaches - B.P. 5 38680 Auberives-en-Royans Tel : 04 76 36 02 67 - www.expe.fr

05 Hautes Alpes Alpimat 16 avenue Maurice Petsche - 05100 Briançon Tel : 04 92 20 59 55 - www.alpimat.com Vertige Montagne 5 place Jean Marcellin - 05000 Gap Tel : 04 92 51 91 78 - www.vertige-montagne.com

06 Alpes-Maritimes EXPE Nice 12, boulevard Pierre-Sola - 06300 Nice Tel : 04 93 55 25 84 - www.expe.fr

13 Bouches-du-Rhône EXPE Marseille 51, cours Lieutaud - 13006 Marseille Tel : 04 91 48 78 18 - www.expe.fr

25 Doubs Intersport loisirs sa 23 rue Jouchoux - Espace Trepillot 25000 Besançon - Tel : 03 81 47 43 00

26 Drôme GRAVI’CIMEs Place Charles Tellier - ZA Les Couleures 26000 Valence - Tel : 04 75 42 40 94 www.gravicimes.com

40

SK’ALP 361 rue des sources – 38920 Crolles Tel : 04 76 08 11 54

42 Loire EXPE Saint Etienne 19, place Chavanelle - 42000 Saint-Etienne Tel : 04 77 49 03 14 - www.expe.fr

44 Loire Atlantique Mont blanc expéditions 1 rue Prémion - 44000 Nantes Tel : 02 40 35 22 24 www.montblancexpeditions.com

51 Marne Les Arts de la Grimpe 58 boulevard Wilson BP 19 – 51100 Reims Tel : 03 26 86 05 06 - www.lesartsdelagrimpe.com

54 Meurthe-et-Moselle CASABLOC 44 rue du Lion d’or - 54220 Malzeville Tel : 0383214486

69 Rhône EXPE Lyon 102, rue Boileau - 69006 Lyon Tel : 04 37 24 22 23 - www.expe.fr

SOEscalade Parking des 3 Pignons 77123 Le Vaudoué - 06 73 49 73 98 SPORT OUTDOOR 27 rue de France - 77300 Fontainebleau Tel : 01 60 70 15 99

83 Var L’aventure 194 ancien chemin de Toulon 83110 Sanary sur mer - Tel : 04 98 00 03 40 L’aventure 375 Avenue Saint Just 83330 La Garde - Tel : 04 94 28 01 59

> annuaire des magasins indépendants spécialisés 04 Alpes de Haute Provence VERDON DESIGNS Route des crêtes 04120 La Palud sur Verdon Tel : 04 92 77 30 77

2A Corse Alti monti 46, avenue Noël Franchini Espace rocade 20090 Ajaccio Tel : 04 95 10 04 37

83 Var Roc à pic 15 rue Pierre Sémard 83000 Toulon Tel : 04 94 29 98 72

92 Hauts de Seine 9C+ La boutique 100% escalade 12, place Stalingrad 92150 Suresnes Tel : 01 42 04 76 71 - www.9cplus.com


Ressemelage

> Annuaire des pros collectivités

Chaussons et ballerines

1 paire > 26 € 2 paires > 48 €

30 Gard

3 paires > 67 € 4 paires > 88 €

SO Escalade 6 Impasse du Rouvre 30133 Les Angles Tel : 04 90 25 22 51 - www.soescalade.com

(Au delà nous consulter)

Enrobage > 6 €/pied

AVIGNON

Magasin et Cordonnerie 6 impasse du Rouvre 30133 Les Angles 04 90 252 251 Par la Poste dans toute l’Europe

FONTAINEBLEAU

le week-end sur le parking du cimetière de Noisy-sur-Ecole Forêt des 3 Pignons 06 73 49 73 98

Port Po o retour et gommes FIVETEN C4 ou VIBRAM XS Grip, XS Edge ou XS Flash COMPRIS* > gomme FIVETEN Onyx : + 2 €

+ la carte de fidélité

*envois en France métropolitaine

SOeScalade.com

b

o

u

54 Meurthe et Moselle

t

i

q

u

e

e

n

l

i

g

n

e

Casabloc 44 rue du Lion d’or 54220 Malzeville Tel : 03 83 21 44 86 62 Pas de Calais Escatech Centre d’affaire de la Porte des Flandres Rue Simone de Beauvoir 62138 Auchy Les Mines Tel : 03 91 82 67 08

eMag8emeSOSJanv2011.indd 1

20/01/11 9:25:35 89 Yonne

ASCENSIONS Zone d’Activités RN6 - 5, rue des Saulcies 89290 Escolives - Tel : 03 86 53 64 77 93 Seine St Denis Escalade & Co 93 000 BOBIGNY Tel : 06.50.44.30.04 - www.escaladeandco.fr

> annuaire des boutiques en ligne GRIMPISME www.grimpisme.com SOESCALADE www.soescalade.com LES ARTS DE LA GRIMPE www.lesartsdelagrimpe.com GRIMPOMANIA www.jegrimpe.com SPORTS AVENTURE www.sports-aventure.fr

41


Abonnez-vous et recevez

Motif dans le dos

Tee-shirts Attention Contagieux pour les enfants

chez vous, avant tout le monde !

• 4 couleurs (bleu, gris, jaune, chocolat) • 3 tranches d’âge (4/6, 8/10, 10/12 ans) • 15 Euros

Participez à la vie d’EscaladeMag ! Vous revenez d’un trip de grimpe sympa, vous rêvez de partager vos photos d’escalade, envoyez vos reportages à : laurence.guyon@escalademag.com Les plus beaux sujets seront publiés sur le site web ou dans le magazine.

Communiquez dans EscaladeMag ! Professionnels, organisateurs, vous souhaitez communiquer sur vos activités, stages, événements... contactez EscaladeMag : au 09 62 05 95 19 ou par mail : contact@escalademag.com

1900 personnes suivent ses facéties

3500 personnes aiment ça

* 3 3 C pour 10 numéros

POUR PARTICIPATION AUX FRAIS DE PORT Chèque de 33 euros à envoyer à l’ordre de Press’Évasion 184 rue des Candisons – Lot. Carrière vieille 30190 St Chaptes Abonnement en ligne sur www.escalademag.com

Nom : ......................................................

Prénom : . ...............................................

Adresse :.................................................

.................................................................

Code postal : ..........................................

Ville : .......................................................

Tél : .........................................................

E-mail : ...................................................

Devenez ami avec le Nain Pact et Rejoignez la communauté Attention contagieux sur Facebook.

lade escaR IS

300 %

www.lesartsdelagrimpe.com

PA S REIM WEB

58, bvd Wilson - 51100 REIMS - 03 26 86 05 06 24, rue J-B. Pigalle - 75009 PARIS - 01 40 16 59 42


le spécialiste depuis 1983

le ressemelage

chaussons et ballerines e art la c

d

gommes Five Ten

C4 polyvalente

it é d él e fi

(adhérence et gratonnage)

Tarifs quelle que soit l’épaisseur de la gomme 1

FRANCE METROPOLITAINE,

2

3

4

paire paires paires paires

MONACO ET ANDORRE

ONYX très adhérente

gommes Vibram adhérente sur le haut de gamme La Sportiva sur la majorité des modèles La Sportiva en 2010

gomme jaune préserve les murs et le rocher (par paire) trèsaux bonne adhérence Les colis sont à envoyer Angles (Avignon)

5 à 10 paires > 10 paires (par paire)

toutes les gommes sauf ONYX 26 € 48 € 67 € 88 € 18,50 € gomme ONYX 28 € 50 € 69 € 90 € 20,50 € Enrobage 2 mm 6 € / pied

17,50 € N’oubliez pas de joindre le réglement ! 19,50 €

Frais de port retour inclus inclus inclus inclus + 12 € + 15 € Pour les envois hors de France Métropolitaine, Monaco et Andorre, nous contacter.

la boutique

le Magasin / t

Escalade • Montagne • Spéléo • Canyoning • Randonnée • Vêtements techniques • Travaux sur corde • Matériel d’équipement pour falaises et SAE • Topos • Fins de séries • etc.

Seynes

Par la Poste dans toute l’Europe

Fontainebleau

A7

région Avignon

Magasin et Cordonnerie 6 impasse du Rouvre Les Branches Actinidias 30133 Les Angles Ardèche 04 90 252 251

Gard Collias

Buis les Baronnies St Léger du Ventoux Les Dentelles de Montmirail Vénasque

Russan Avignon Vaucluse Buoux Nîmes Claret St Rémy St Beauzille de Montmel Cavaillon de Provence Orgon Hérault Montpellier Fontvieille Aix en Provence A9

Bouches du Rhône

Cordonnerie et vente sur place le week-end sur le parking du cimetière de Noisy-sur-Ecole Forêt des 3 Pignons 06 73 49 73 98

St Victoire

A8

Marseille

les Calanques

SOeScalade.com Boutique en ligne

@ N c O et cès UV @ Ad EA cc h U ès ér Pr ent o s

spécialiste de la vente aux collectivités


belle réalisation, il y a un bon assureur.

©B ernardo Gimenez.

Photo : Daila & Chris - Montsant

Au pied de chaque

GRIGRI 2 • Compatible avec les cordes à simple de 8.9 mm à 11 mm • Nouveau système pour un excellent contrôle de la descente • 20 % plus léger et 25 % plus compact

Pour apprendre à devenir un bon assureur : www.petzl.com/GRIGRI2


EscaladeMag n°39