Issuu on Google+

École supérieurE d’art & de design marseilleméditerranée


Une nouvelle ère s’ouvre pour notre école Les premiers objectifs opérationnels de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée vont être, selon la volonté de son Conseil d’administration, de créer une plate-forme numérique, de renforcer l’option Design, de développer au sein de l’établissement des laboratoires de recherche et de créer un fonds de dotation, tout cela afin d’accroître l’attractivité de l’établissement. L’école souhaite, par ailleurs, fédérer autour d’elle, les structures engagées dans des enseignements artistiques de haut niveau, afin d’affirmer la notion d’interdisciplinarité, élément indissociable de la création contemporaine, tout en développant encore et toujours ses échanges avec d’autres écoles dans le monde, sans oublier l’univers économique, dans lequel l’art et le design évoluent. Le projet pédagogique de l’année 2012/2013 amorce ce changement qui apportera à l’école un nouveau souffle.

Anne-Marie d’Estienne d’Orves Présidente de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée


Depuis janvier 2012, l’École supérieure des beaux-arts de Marseille, a changé de forme juridique, passant d’une régie municipale à un Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC), créé conjointement par la Ville de Marseille et l’État. Cette nouvelle autonomie de gestion doit favoriser les collaborations entre les structures artistiques et culturelles nationales et internationales et surtout, dans le cadre des accords de Bologne, contribuer à construire un espace européen de l’enseignement supérieur. Ces accords permettent prioritairement la mobilité des enseignants et des étudiants, le développement de diplômes conjoints au plan européen, un système lisible et comparable de diplômes, une coopération européenne en matière d’évaluation et d’assurance qualité, renforçant ainsi l’attractivité de la zone Europe. Grâce à ces accords, le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, bac+5 (DNSEP), obtient le grade de Master 2, et accède à une reconnaissance internationale. Sur un même site, le Campus de Luminy accueille une diversité de compétences, d’expertises et de talents dont notre école ne peut que se féliciter. C’est en multipliant les actions partenariales entre nos établissements que nous serons innovants. N’oublions pas que l’ESADMM forme les artistes et designers de demain, ceux qui sont souvent les précurseurs de l’évolution de nos sociétés, et qui doivent donc être pour nous des « alertes » à écouter avec attention.

Jean Mangion Directeur général de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée


Ce livret de l’étudiant présente l’organisation des études à l’École supérieure d’art et de design MarseilleMéditerranée. Il sera complété par le programme des cours accessible aux étudiants dès la semaine de la pré-entrée à l’école, début octobre. L’histoire de l’École est longue. Fondée en 1752, l’École des Beaux-Arts de Marseille a connu au fil des époques de nombreuses réformes et transformations, suivant un parcours géographique qui l’a conduite du couvent des Bernardines, près de la Canebière à Luminy en 1969, sur un site qui jouxte aujourd’hui le tout nouveau Parc National des Calanques. L’ESADMM bénéficie d’un environnement privilégié au coeur du domaine universitaire de Luminy. Elle y occupe 18 hectares, dans des bâtiments dont l’architecture a été conçue par René Egger pour offrir aux étudiants un ensemble d’environ 10 000 m2 d’ateliers, salles de cours et amphithéâtre, d’espaces d’expositions, privilégiant le volume et la lumière. L’École présente aujourd’hui ses deux grands départements ART et DESIGN (cycle long et cycle court) en adéquation avec le schéma européen des enseignements supérieurs (semestrialisation, système de crédits, mobilité). L’évaluation de l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES), très positive, donne maintenant le grade Master 2 au Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique des options art et design. L’architecture des études présente un large dispositif d’activités pédagogiques mettant en valeur la multiplicité des pratiques artistiques, leur mise en analyse critique, le croisement des apports théoriques, pratiques, techniques et technologiques : autant d’approches en phase avec les nécessités de l’interdisciplinarité à l’oeuvre dans le monde de la création contemporaine. Pour autant, ces évolutions n’ont pas modifié, mais enrichi, le projet général de l’Institution. Il associe, dans la double reconnaissance de son histoire et de son actualité, mouvement et permanence : un socle qui s’attache toujours à un enseignement de l’art généraliste, mais une veille de chaque instant aux évolutions de la création et de la pensée. Pour exemple, la création d’une grande plate-forme numérique est destinée à mettre en réflexion et expérimentation dans l’école, comme vers l’extérieur, le grand champ des pratiques numériques, liant ingénierie, recherche, technologie, création et diffusion. La recherche en art, organisée dans une unité administrative et scientifique où se retrouvent les projets des options art et design, s’oriente vers des programmes post-diplômants sur trois ans (bac+8). L’enseignement est porté par une équipe de professeurs et d’intervenants de haut niveau, très engagés dans le monde de l’art et du design. Nos études donc, sont par définition professionnalisantes, dans la mesure ou la spécificité des écoles supérieures d’art, dans le paysage des formations supérieures d’arts plastiques, est d’être fortement adossée et articulée aux milieux de la création. Les professeurs sont l’école. L’ESADMM n’en développe pas moins un programme renforcé d’aide à l’insertion professionnelle visant à rendre plus lisible, autonome et efficace cette facette de la formation pour l’étudiant. L’école forme des designers et des artistes, et nous savons combien, ontologiquement, le statut de la création, de l’art, des créateurs eux-mêmes se joue aussi dans l’autolégitimation dont l’étudiant devra faire preuve une fois sorti de l’Institution. La mission première de l’école est de l’y préparer.

Jean-Louis Connan Directeur artistique et pédagogique de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée

5


sommaire 1.

09 09 10 11

2.

13 13 13 13 13

3. 15 20 21 22 23 24 25 26 26 27

organigramme L’administration générale Diffusion et communication Pédagogie et recherche Instances statutaires et consultatives

l’entrée à l’école Le concours d’entrée Modalités d’inscription au concours Déroulement du concours L’entrée à l’école en cours de cursus La commission d’équivalence

les options & le déroulement des études Année 1 L’option Art Option art | année 2, 3 Option art | année 4, 5 L’option Design – cycle long Option design | cycle long, année 2, 3 Option design | cycle long, année 4, 5 L’option Design – cycle court Dnat design d’espace Option design/cycle court (design d’espace) année 2, 3

4. 29 29 27 28

5. 33 33 34 34 34 34 34 35 35 35 36 36 36 36 36 37 37 38 38 38 38 38 38 38 39 40 40 40

progressivité des enseignements Année 1 Phase programme, semestres 3, 4, 5, 6 Phase projet, semestres 7, 8, 9, 10 Obligations pédagogiques

unités & dispositifs d’enseignement Les studios, Les cours et séminaires Les conférences Les forums du mercredi Les rencontres du jeudi Les workshops Les arc Les mémoires Option art, option design Les voyages pédagogiques La professionnalisation Les stages Le cycle d’interventions et conférences Aide aux projets Le service de l’insertion professionnelle Les bases techniques Sécurité La plate-forme numérique Les espaces d’exposition Une nouvelle galerie en centre-ville Des expositions en lien avec les résidences d’artistes et la recherche Réseaux et partenariats Les enjeux de l’art d’aujourd’hui Les galeries de luminy Les résidences de la villa La bibliothèque Les collections Guide pratique


6.

L’évaluation

43 Le fonctionnement des ects 43 Les modalités d’évaluation et d’attribution des crédits à l’esadmm 43 Le bilan semestriel 44 Tableau récapitulatif des crédits par module et par année 45 Cycle court : dnat 46 Contrat d’étude et assiduité 46 Calcul, échéances et rattrapage des ects 46 Année 1 (semestres 1 & 2) 46 Phase programme 47 Phase projet 47 Rattrapages 47 Commission de passage en année 4 dans l’établissement 48 Les diplômes : modalités d’attribution 48 Dnap | Diplôme National d’Arts Plastiques 48 Dnsep | Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique 49 Dnat (diplôme national d’arts et techniques)

7.

la recherche

8.

Les échanges internationaux

51 Espaces sans qualités : espaces urbains, espaces hybrides 51 Sonart : pour un corpus numérisé et indexé des expérimentations et productions artistiques sonores

53 53 53 53

Réseau international Accueil des étudiants étrangers Séjours d’étude, mobilité Obtention des crédits lors des séjours d’échange erasmus 54 Programme erasmus 55 Hors programme erasmus

9. 10. 11.

Pisourd 57 57 57 58

Pilab création Les dispositifs spécifiques L’organisation de l’interprétariat L’équipe Pisourd

Partenariats 61 61 61 61

International Entreprises et monde économique Acteurs artistiques Partenaires scientifiques/universitaires

Règlement intérieur 63 Le règlement intérieur

ANNEXES : 70 Calendrier de l’année universitaire 76 Plan de l’école 78 Adresses utiles


1.

organigramme


Présidente du Conseil d’administration : Anne-Marie d’Estienne d’Orves

DIRECTION GÉNÉRALE Directeur général : Jean Mangion Directeur général adjoint : Philippe Campos Directeur pédagogique et artistique : Jean-Louis Connan Directrice administrative et financière : Sylvie Lafont Secrétariat direction générale : Marie Dubi

ADMINISTRATION GÉNÉRALE Agent d’accueil et standard : Véronique Lefort

Logistique et informatique Responsable IT et plate-forme numérique : Xavier Leton Magasinier informatique : Tony Ferretti Régisseur technique : François Guillou Agent d’entretien, de maintenance et de nettoyage : Marc Iglésias, Christophe Mirale Surveillante : Michèle Curtillet

Ressources humaines Responsable : Sophie Poujol Agent carrière : Corinne Billardello Agent paie : Raphaël Devey

DIFFUSION ET COMMUNICATION Bibliothèque Bibliothécaire : Muriel Gallon Assistantes : Christine Mahdessian, Delphine Canton

Communication Responsable : Valérie Langlais Graphiste : Cécile Braneyre Site Internet : Luc Jeand’heur

Financements mécénat et partenaires Contact entreprises, financements publics et européens : Alain Carré Insertion professionnelle : Delphine Maës

Relations extérieures Responsable du réseau des écoles, gestion des mobilités : Claude Puig-Legros Assistante : Andréa Ferro

1. organigramme

Comptabilité et marchés publics Responsable : Géraldine Roux Comptables et régies : Steven Guillot, Raphaël Devey

9


PÉDAGOGIE ET RECHERCHE Équipe pédagogique Coordination des études : Fanchon Deflaux Responsable administrative des ateliers publics, des expositions et des projets artistiques : Céline Christolomme

Recherche Secrétariat de projet Pisourd et recherche : Karen De Coninck

1. organigramme

Secrétariat pédagogique

10

Secrétariat du directeur artistique et pédagogique : Mireille Ray Secrétaire pédagogique année 1 et 2 option art : Sylvie Ori Secrétaire pédagogique option art : Laurence Azzopardi Secrétaire pédagogique options design, cycle court et cycle long : Kassandra Meyer

Professeurs Pratiques artistiques Dessin, peinture, couleur, images multiples, fixes et en mouvement, photographie, cinéma, vidéo, écriture, pratiques numériques, multimédia, infographie, espaces virtuels, son, volume, espaces, sculpture, installations, performances, objets, espaces et architecture... Max Armengaud Georges Autard Dominik Barbier Jean-Claude Bassac Lucien Bertolina Bernard Boyer Patrice Carré Sylvain Deleneuville Frédérick Du Chayla Jérôme Duval Gérard Fabre Sylvie Fajfrowska Frédéric Frédout Jean-Louis Garnell Philippe Grégoire Bouchra Khalili Ronan Kerdreux Piotr Klemensiewicz Frédérique Loutz Saverio Lucariello Agnès Martel François Mezzapelle Anita Molinero Didier Morin Éric Pasquiou Anne-Marie Pécheur

Fabrice Pincin Frédéric Pradeau Alain Rivière Jean-Claude Ruggirello Jean-Baptiste Sauvage

Pratiques et enseignements théoriques Philosophie, histoire et théorie de l’art et du design, langues vivantes Frédéric Appy Philippe Delahautemaison Anna Dezeuze Frédérique Entrialgo Lise Guéhenneux Holly Manyak Cécile Marie-Castanet Brice Matthieussent Dennis Tredy Frédéric Valabrègue

Assistants d’enseignement Bases techniques et technologiques Hélène Biesse | photographie Laurent Chirié | infographie Denise Deutch | vidéo André Forestier | photographie Peter Grosfeld | lithographie, gravure Hélène Hessmann | céramique Luc Jeand’heur | site web, expositions Rémy Marin | bois Abilio Pereira Neves | maquettes Christophe Perez | métal Marta Rueda | sérigraphie Patrick Sommier | son Franca Trovato | photographie, Pisourd Gilbert Viale | moulage, volume L’équipe pédagogique est renforcée, selon le semestre et en fonction des projets annuels de l’établissement, par des moniteurs (anciens étudiants diplômés de l’ESADMM) et par des assistants associés.

Ateliers publics Pierre-Louis Albert Pierre Architta Judith Bartolani Bernard Briançon Françoise Buadas Pierre Chanoine Emmanuel Loi Christiane Parodi Nicolas Pilard Annie Rivière De La Souchère Gilles Traquini


INSTANCES STATUTAIRES ET CONSULTATIVES L’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerannée est un Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) administré par un Conseil d’Administration et son Président, et dirigé par le Directeur général.

Composition du Conseil d’Administration :  6 représentants élus de la Ville de Marseille désignés par le Conseil municipal  Le maire de la commune siège de l’établissement ou son représentant, élu délégué à l’ESADMM  2 représentants de l’État : le préfet de région et le directeur des affaires culturelles ou leurs représentants  1 représentant désigné par un établissement d’enseignement supérieur sur le territoire  1 personnalité qualifiée désignée par la Ville de Marseille  1 personnalité qualifiée désignée par l’état  2 représentants élus des personnels administratif et technique  4 représentants élus des enseignants  1 représentant élu des étudiants Un Conseil scientifique et pédagogique est consulté sur toutes les questions touchant aux activités pédagogiques, scientifiques et culturelles.

Composition du Conseil scientifique et pédagogique :  Le directeur général  Le directeur général adjoint  Le directeur artistique et pédagogique  4 représentants élus des enseignants  3 personnalités qualifiées appartenant au milieu professionnel concerné  Un représentant élu des étudiants  Le responsable de la bibliothèque  La coordinatrice des études

Composition du comité technique :  La Présidente  3 représentants de l’EPCC désignés au sein du collège public du CA  4 représentants élus du personnel et leurs suppléants disposant d’un droit de vote

Composition du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail :

1. organigramme

Coordinations pédagogiques 2012/2013 Année 1 (S1/ S2) : Gérard Fabre Année 2 (S3/ S4) option Art : Sylvie Fajfrowska Année 3 (S5/S6) option Art : François Mezzapelle et Jean-Claude Ruggirello Année 4 (S7/ S8) option Art : Erasmus et séjours internationaux étudiants : Piotr Klemensiewicz Année 5 (S9/S10) option Art : Jean-Baptiste Sauvage et Frédéric Valabrègue Années 2 & 3 (S3/ S4 – S5/ S6) option Design : Philippe Delahautemaison Année 4 (S7/S8) option Design : Erasmus et séjours internationaux étudiants : Fabrice Pincin Années 4 & 5 (S7/ S8 – S9/ S10) option Design : Ronan Kerdreux Années 2 & 3 (S3/S4 – S5/S6) option Design d’espace : Philippe Grégoire Enseignements et pratiques théoriques : Cécile Marie-Castanet Bases techniques volume : François Mezzapelle Bases ressouces techniques : Laurent Chirié Coordination des forums : Brice Matthieussent Ateliers publics : Christiane Parodi

En cours de constitution

11


2.

l’entrée à l’école


 Les candidats non francophones doivent présenter un niveau satisfaisant de compréhension et d’écriture de la langue française. Le minimum requis pour une entrée année 1 est le TCF (test de connaissance du français) niveau B1. Le niveau B2 doit être obtenu avant le passage en année 3.  Les candidats étrangers possédant un DELF sont dispensés de la présentation du TCF. Toutes les informations relatives aux dates, modalités d’inscription et coordonnées des centres d’examen en France ou à l’étranger, sont indiquées à l’adresse Internet suivante : www.ciep.fr/tcf/tcf.php LE CONCOURS D’ENTRÉE L’entrée en année 1 se fait obligatoirement par concours. Deux sessions sont organisées chaque année : l’une en mai, l’autre en septembre. Pour s’inscrire au concours, il faut faire la demande du dossier d’inscription auprès du secrétariat pédagogique, ou télécharger ce dossier sur le site Internet de l’ESADMM. Modalités d’inscription au concours Le concours d’entrée est ouvert aux candidats titulaires du baccalauréat, du DAEU, du brevet de technicien, du baccalauréat professionnel, ou en année terminale (l’inscription à l’ESADMM ne devenant définitive qu’après l’obtention du baccalauréat), ou d’un diplôme équivalent (pour les candidats étrangers). Les candidats doivent être âgés de 16 ans minimum et 26 ans maximum (au 31 décembre de l’année du concours). Des dérogations peuvent être exceptionnellement accordées aux candidats non titulaires du baccalauréat et âgés d’au moins 21 ans et d’au plus 26 ans (au 31 décembre de l’année du concours), pour les autoriser à présenter le concours d’entrée. La commission de dérogation, constituée par le directeur artistique et pédagogique de l’école et la coordinatrice des études, se réunit chaque année, environ un mois avant le concours d’entrée à l’école. Cette commission examine le dossier de demande de dérogation (C.V. et lettre de motivation) et donne un avis favorable ou non à l’inscription du candidat au concours d’entrée de l’école. Ce dernier est prévenu par courrier de la décision.

Déroulement du concours Chaque candidat doit présenter cinq épreuves, réparties sur deux jours :  Épreuve d’anglais > 1h  Épreuve de culture générale > 3h  Épreuve de dessin > 30 min  Épreuve d’arts plastiques > 3h30  Entretien avec un jury Le jury est composé de trois enseignants de l’école. Lors de l’entretien la discussion s’articule autour du dossier artistique du candidat et des résultats obtenus aux épreuves. Sont particulièrement mises en avant la motivation et les aptitudes du candidat à entrer dans une école supérieure d’art. Toutes les séries de baccalauréat donnent accès au concours. Le dossier artistique des candidats doit être le plus complet possible (constitué à leur gré de photos, collages, éditions, dessins, peintures, écritures, documents sonores, vidéographiques, etc). L’entretien dure vingt minutes. L’ENTRÉE A L’ÉCOLE EN COURS DE CURSUS La commission d’équivalence Elle concerne les étudiants qui souhaitent intégrer l’ESADMM et qui sont déjà inscrits dans une autre école supérieure d’art publique française habilitée par le ministère de la Culture et de la Communication. Elle concerne également les étudiants justifiant d’au moins deux années d’études d’arts plastiques accomplies soit dans un établissement étranger, soit dans un établissement reconnu en application de l’article L.3612 du code de l’éducation, soit dans un établissement privé d’enseignement supérieur. Enfin, elle peut aussi concerner les étudiants justifiant d’au moins deux années d’études dans un cursus non directement lié aux arts plastiques ou aux arts appliqués, mais comportant une formation artistique ou culturelle jugée suffisante. L’entrée en cours de cursus est soumise à un passage devant la commission d’équivalence, composée de professeurs de l’école. Le candidat présente un dossier de travaux artistiques et l’état de son parcours pédagogique. La commission se réunit une fois par an, au mois de mai. La date de la commission d’admission est accessible sur le site de l’école dès le mois de juillet précédent.

2. l’entrée à l’école

L’entrée à l’école peut se faire en début de cursus (année 1) par un concours d’entrée, ou en cours de cursus après entretien par une commission d’équivalence. Cette commission d’équivalence porte sur des dossiers de candidats ayant déjà réalisé au moins deux années d’études supérieures liées aux arts plastiques ou validé au moins 120 crédits.

13


3.

options & dĂŠroulement des ĂŠtudes


Elle comporte deux options en cycle long, art et design, et une option en cycle court (3 ans), design d’espace. L’école rassemble des compétences de haut niveau, tant sur le plan du corps professoral (artistes et théoriciens engagés dans le monde de l’art) que sur le plan des moyens techniques et technologiques mis à disposition de ses étudiants. L’école propose résolument un enseignement généraliste de l’art et du design permettant à toute la diversité pluridisciplinaire des pratiques artistiques qui caractérise le champ actuel de l’art de se déployer de manière approfondie et expérimentale. Le « studio » est, à Marseille, une entité fondamentale dans la topographie des études. C’est dans ces ateliers accessibles aux étudiants des années 2, 3, 4, 5, que se développent principalement le projet plastique et les expérimentations. Ces studios, loin de ne refléter qu’une définition par médium et discipline, proposent, pour chacun d’entre eux, une dimension spéculative, une prise de position artistique et théorique des professeurs qui le pilotent. Un groupe d’enseignants, qui n’est lié à aucun studio, ou d’autres encore qui dirigent un atelier de pratiques spécifiques (impressions/édition, terre/verre) viennent apporter une respiration complémentaire, leur propre analyse critique aux étudiants. Le programme des cours théoriques couvre un champ élargi de l’histoire des arts et de l’esthétique. S’ajoutent les autres activités pédagogiques (bases techniques, ARC, voyages, workshops, expositions...) qui complètent le dispositif. Les intervenants extérieurs, les partenariats nombreux, notamment avec le milieu artistique local, les expositions à la galerie de l’école, amplifient la proposition d’enseignement offerte à l’étudiant et singularisent le parcours d’études de chacun d’entre eux notamment en matière de professionnalisation et de capacité d’’insertion future des étudiants. Les enseignements se dessinent dans une progressivité qui amène l’étudiant à construire son projet créatif, des apprentissages initiaux de l’année 1 à la soutenance de son engagement d’artiste ou de designer le jour du diplôme en année 5.

3. options et déroulement des études

L’ESADMM (École supérieure d’art et de design MarseilleMéditerranée) a pour ambition de former de jeunes créateurs, artistes et designers, en dispensant un enseignement de niveau supérieur sur 3 ou 5 ans, sanctionné par des diplômes nationaux.

15


3. options et déroulement des études

DNSEP (BAC + 5)

16

diplôme national Supérieur d’expression plastique (grade : master 2)

commission d’admission

CESAP

certificat d’études supérieures d’arts plastiques

DNAT (BAC + 3)

DNAP (BAC + 3)

DNAP (BAC + 3)

diplôme national d’arts et techniques

diplôme national d’arts plastiques

diplôme national d’arts plastiques

cycle court

ART

cycle long

cycle long

concours d’entrée

3e année

année

DESIGN

PREMIÈRE ANNÉE (commune)

4e année

2e

CEAP certificat d’études d’arts plastiques

DESIGN d’espace

5e année

choix de l’option

1re année


L’année 1 est une année commune à tous les étudiants de l’école, à l’issue de laquelle ils font le choix de l’option vers laquelle ils s’orientent en année 2. Les étudiants sont donc conduits, au cours de l’année 1, à expérimenter toute la variété des approches théoriques, techniques et pratiques qui s’offrent à eux au sein de l’ESADMM.

L’année est structurée autour de 3 modules : Le module des pratiques a pour objectif d’accompagner la découverte de tous les champs des arts plastiques  : dessin, volume, peinture, photographie, vidéo, etc… L’approche privilégiée est celle de l’expérimentation, de la tentative. Il vise également à initier les étudiants à une grande variété de techniques et de technologies.

Le module de culture générale, outre l’enseignement de l’anglais, vise à une consolidation des connaissances fondamentales sur l’histoire de l’art, et à une initiation aux théories de l’art et à l’esthétique. Ce module est complété par les cycles de conférences, les voyages d’études et les rencontres avec des personnalités extérieures.

 Enfin, le module analyse et synthèse des recherches concerne

l’examen du semestre 2, basé sur les travaux de l’étudiant et sur le document de synthèse dans lequel il précise sa première inscription personnelle dans le champ de la création à l’issue de son année.

3. options et déroulement des études

 ANNÉE 1

17


> ANNÉE 1 / semestre 1

3. options et déroulement des études

Enseignement

Enseignant

S1

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

10

LANGUE ANGLAISE

H. Manyak

1

HISTOIRE DE L’ART

A. Dezeuze

2

HISTOIRE ET ACTUALITÉ DU DESIGN

L. Guéhenneux/ P. Delahautemaison

2

LA COULEUR

F. Appy

1

INITIATION À L’ESTHÉTIQUE

C. Marie-Castanet

2

ART IMPRIMÉ

F. Appy

1

FORUMS DU MERCREDI

Attribution collégiale/bilan

1

PRATIQUE ET INITIATION

20

DESSIN

F. Loutz

2

DESIGN

P. Carré, A. Martel, J. Duval, R. Kerdreux, F. Entrialgo

2

VOLUME

F. Pradeau

2

PEINTURE

S. Fajfrowska

2

VIDÉO/PHOTOGRAPHIE

S. Deleneuville/J-L Garnell

2

INFOGRAPHIE/DOCUMENT DE SYNTHÈSE

E. Pasquiou

2

UNE COULEUR, UN GESTE, UNE IMAGE

G. Autard

1

CÉRAMIQUE ET PRATIQUES EN TERRE

-

1

ENGAGEMENT ET CAPACITÉ DE SYNTHÈSE

attribution collégiale

18

6


> ANNÉE 1 / semestre 2 Enseignant

S2

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

8

LANGUE ANGLAISE

H. Manyak

1

HISTOIRE DE L’ART

A. Dezeuze

2

HISTOIRE ET ACTUALITÉ DU DESIGN

L. Guéhenneux/ P. Delahautemaison

1

LA COULEUR

F. Appy

1

INITIATION À L’ESTHÉTIQUE

C. Marie-Castanet

1

ART IMPRIMÉ

F. Appy

1

FORUMS DU MERCREDI

Attribution collégiale

1

PRATIQUE ET INITIATION

3. options et déroulement des études

Enseignement

17

Choisir deux ateliers parmi les huit :

19

Atelier DESSIN

F. Loutz

5

Atelier DESIGN

P. Carré, A. Martel

5

Atelier DESIGN LENTIGO

R. Kerdreux, F. Entrialgo

5

Atelier VOLUME

F. Pradeau

Atelier PEINTURE

S. Fajfrowska

Atelier VIDÉO

S. Deleneuville

5

ATELIER PHOTOGRAPHIE

J-L Garnell

5

Atelier INFOGRAPHIE

E. Pasquiou

5

UNE COULEUR, UN GESTE, UNE IMAGE

G. Autard

1

CÉRAMIQUE ET PRATIQUES EN TERRE

-

1

DOCUMENT DE SYNTHÈSE

Attribution collégiale

3

ACCROCHAGES

G. Fabre et S. Fajfrowska

2

5 5


 option art

3. options et déroulement des études

L’objectif premier de la formation est de donner à l’étudiant une formation artistique et intellectuelle lui permettant de développer par la suite un parcours d’artiste.

20

L’option est un espace d’ouverture et de compréhension de l’art de notre temps, faisant se rencontrer apprentissages techniques et approches théoriques, qui croisent et enrichissent les explorations artistiques de l’étudiant. Ces formes transversales des pratiques construisent des attitudes qui se veulent inventives, s’écartant de modèles à suivre et de visions normatives. La philosophie, l’histoire de l’art, les pratiques d’analyse critique offrent tout au long du cursus des perspectives capables d’étayer des intuitions, des actes artistiques, et permettant de replacer le travail de l’étudiant au coeur de la création contemporaine. La formation se veut généraliste, tous les champs des arts plastiques et visuels étant enseignés.

2 phases : « programme » en années 2 | 3 « projet » en années 4 | 5 donnent un cadre à la progressivité des enseignements et à l’engagement de l’étudiant. Le parcours de l’étudiant est évalué à partir de 3 grands modules rassemblant des unités d’enseignement : 

les enseignements théoriques et de langue étrangère

la méthodologie et la mise en œuvre des recherches artistiques, notamment dans les studios, les workshops, les ARC en années 4 et 5

La formalisation de la mise en œuvre puis du projet, qui donne lieu à une évaluation collégiale


Enseignement

Enseignant

HISTOIRE, THÉORIE DES ARTS ET LANGUE ÉTRANGÈRE

S3

S4

8

8

Langue anglaise

D. Tredy

2

2

Histoire de l’art

A. Dezeuze

2

2

Philosophie et esthétique

en cours de recrutement

2

2

L’art urbain aujourd’hui

F. Entrialgo

2

2

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

18

Studio(s)

12

10

-

2

Workshop(s) Dessin

F. Loutz

4

3

Forums du mercredi

Attribution collégiale/bilan

1

1

Atelier impression

J-B. Sauvage

-

1

Présentation des travaux

Attribution collégiale/bilan

1

1

4

4

4

4

RECHERCHES PERSONNELLES Recherches personnelles

Attribution collégiale/bilan

3. options et déroulement des études

> option art / année 2

21

> option art / année 3 Enseignement

Enseignant

HISTOIRE, THÉORIE DES ARTS ET LANGUE ÉTRANGÈRE

S5

S6

9

7

Langue anglaise

H. Manyak

2

1

Histoire de l’art

A. Dezeuze

2

2

Théorie de l’art

en cours de recrutement

2

2

Art et littérature

B. Matthieussent

2

Art et littérature

F. Appy

2

Pratiques théoriques

Attribution collégiale/bilan

1

16

8

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre Studio(s)

10

5

2

Stages

3

Forums du mercredi

1

1

2

Workshop(s)

Mise en espace et présentation des travaux

Attribution collégiale/bilan

Jury bilan

Recherches personnelles

5

Recherches personnelles

Attribution collégiale/bilan

3

Mise en espace des travaux

Attribution collégiale/bilan

2

PASSAGE ET OBTENTION DU DIPLÔME

JURY DIPLÔME

15


> option art / année 4 Enseignement

Enseignant

S7

S8

10

10

4

4

4

4

2

2

Méthodologie et mise en oeuvre des recherches personnelles

20

20

Studio(s)

5

5

ARC

4

4

Suivi du mémoire

1

_

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

3. options et déroulement des études

Langue anglaise

22

H. Manyak

Séminaire (au choix) Pratiques théoriques

Attribution collégiale/bilan

Mise en espace des travaux

Attribution collégiale/bilan

3

5

Mise en oeuvre et formalisation du projet

Attribution collégiale/bilan

3

_

4

_

Attribution collégiale/bilan

_

5

_

1

S9

S10

Méthodologie de la recherche

20

ARC

4

Séminaire

4

Stages/séjour à l'étranger Recherches personnelles Forums du mercredi

> option art / année 5 Enseignement

Enseignant

Connaissance du monde professionnel

1

Actualité et théorie de l’art

L. Guéhenneux

1

Méthodologie et recherche, examen du mémoire et accrochage

Attribution collégiale/bilan

5

Mise en oeuvre et formalisation du projet

Attribution collégiale/bilan

5

Mise en forme du projet personnel

10

Studio(s)

6

Projet personnel

Attribution collégiale/bilan

4

Épreuves du diplôme

JURY DE DIPLÔME

30

Mémoire

Jury de diplôme

5

Travail plastique

Jury de diplôme

25


Le design est une activité de création et d’organisation qui regroupe plusieurs champs d’investigation tels qu’espace, objet, graphisme, multimédia, stylisme, scénographie, aménagement intérieur, production industrielle… Le projet pédagogique du département design propose aux étudiants des situations de création et de recherche qui permettent d’analyser et d’expérimenter les conditions d’existence de l’espace et de l’objet contemporains.

2 bases fondamentales & une ambitions prévalent :  La culture contemporaine comme ancrage essentiel de l’individu au sein des problématiques de son époque, et seule susceptible de rendre pertinent tout point de vue nourrissant le projet.

L’expérience internationale en cours de cursus, pratiquée de façon systématique grâce au nombre et à la diversité des partenariats proposés par l’ESADMM.

L’objectif de l’équipe pédagogique à laquelle sont associés des intervenants ponctuels est de privilégier l’accompagnement des étudiants sur leur propre terrain de recherche et de couvrir l’ensemble des champs d’investigation relevant du design (usages, mutations, évolutions technologiques, enjeux citoyens…). Le suivi des étudiants est assuré par une équipe pédagogique dont le fonctionnement collégial et les exigences méthodologiques constituent le pivot de l’enseignement, articulé autour de studios et ateliers de recherche et de création (ARC). Le département design est régulièrement présent lors de manifestations publiques et/ou professionnelles (Salon du meuble de Paris, galerie Via, Biennale internationale de design de SaintÉtienne, galerie de l’école d’art et de design…) favorisant ainsi la visibilité du travail des étudiants. Son inscription dans le territoire régional et ses spécificités constituent une préoccupation constante  : programmes de recherche, présentations de projets, stages, workshops, séminaires… Les étudiants de l’option s’associent régulièrement à des projets transversaux avec l’option Art de l’ESADMM ; les relations avec l’école d’architecture voisine donnent lieu à des sessions de travail communes et à des projets de recherche partagés.

3. options et déroulement des études

 option DESIGN/CYCLE LONG

23


> option DESIGN / CYCLE LONG année 2

3. options et déroulement des études

Enseignement

24

Enseignant

S3

S4

Histoire, actualité et théorie des arts et langue étrangère

8

8

Langue anglaise

D. Tredy

2

2

Histoire de l’art, de l'architecture et du design

P. Delahautemaison

1

2

Culture design

L. Guéhenneux

2

1

L’art urbain aujourd’hui

F. Entrialgo

2

2

Philosophie

C. Marie-Castanet

1

1

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

18

Studio 1 (S3) / Studio 2 (S4)

3

3

3

3

9

9

3

3

4

4

4

4

S5

S6

Histoire, actualité et théorie des arts et langue étrangère

8

7

Langue anglaise

D. Tredy

2

2

Histoire de l'art, de l’architecture et du design

P. Delahautemaison

2

2

Culture design

L. Guéhenneux

2

2

théorie de l'art

en cours de recrutement

1

1

Philosophie

C. Marie

1

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

8

Studio 1

3

2

3

2

9

3

3

2

Studio 3 (S3) / Studio 4 (S4) Méthodologie de la recherche

Attribution collégiale

ARC, workshop(s) Recherches personnelles Studio(s) extérieur(s), recherches personnelles

Attribution collégiale/bilan

> option DESIGN / CYCLE LONG année 3 Enseignement

Enseignant

Studio 2 Méthodologie de la recherche

P.Delahautemaison, A.Martel

ARC, workshop(s) Recherches personnelles Studio(s) extérieur(s), recherches personnelles Obtention du diplôme

4 Attribution collégiale/bilan

4 15


Enseignement

Enseignant

S7

S8

Philosophie, histoire et théorie des arts, langue étrangère

10

10

Langue anglaise

2

2

Cours ou séminaire 1

H. Manyak

3

3

Cours ou séminaire 2

3

3

Cours ou séminaire 3

2

2

Méthodologie de la recherche et mises en oeuvre des recherches personnelles

20

20

6

6

9

9

ARC, workshop(s)

3

3

Stages et mobilité

2

2

Studio référent Méthodologie de la recherche

Évaluation collégiale

25

> option DESIGN / CYCLE LONG année 5 Enseignement

Enseignant

Mise en forme du projet personnel

S9

S10

10

Champ de recherche et d'application

Evaluation collégiale

5

Suivi de diplôme agréé par le corps enseignant

Evaluation collégiale

5

Méthodologie de la recherche (suivi du mémoire)

20

30

Studio référent

6

8

3

1

Connaissance du monde professionnel

1

Stages et mobilité

1

Obtention du diplôme (mémoire)

5

Obtention du diplôme (examen pratique)

25

Méthodologie de la recherche

Évaluation collégiale

ARC, workshop(s) Actualité et théorie de l’art

3. options et déroulement des études

> option DESIGN / CYCLE LONG année 4

L. Guéhenneux


3. options et déroulement des études

 option DESIGN/CYCLE court

26

DNAT Design d’espace Le cursus court « design d’espace » fait partie intégrante de la grande option design de l’école et propose un parcours plus rythmé, rapide, à vocation professionnalisante au sein du département. Certains enseignements sont communs, tout en développant également des enseignements opérationnels spécifiques. Espaces contemporains Il est question de traiter l’espace, public ou privé, collectif ou individuel, habitable, commercial, paysager ou muséographique en se référant à la création artistique contemporaine. Actuellement les espaces traités s’apparentent aux espaces dits « hybrides », « transversaux » du domaine de la « micro-architecture ».

Nouvelles technologies La place des nouvelles technologies est prépondérante dans l’élaboration de tels projets, soit au niveau de la représentation du projet, soit dans le concept même d’un nouveau type d’espaces, soit sur la communication des travaux et dans leur élaboration. Une formation opérationnelle La formation met l’accent sur l’aspect opérationnel. En effet, les étudiants devront être capables de mettre en oeuvre les aspects techniques liés à la réalisation de leurs projets. Ainsi il est donné une place significative de 4 mois aux stages obligatoires dans le déroulement du cursus, afin que chaque étudiant puisse développer un savoir-faire spécifique directement lié au « monde du travail ». Le parcours se termine à l’issue du semestre 6, en octobre, par la présentation du DNAT (Diplôme National d’Arts et Techniques). C’est le moment où l’étudiant montre sa capacité à analyser un contexte, met en évidence une problématique, formule des hypothèses de travail, définit un cadre de recherches et les mène afin d’aboutir à une synthèse et à une présentation publique de son projet.


Enseignement

Enseignant

Histoire, actualité et théorie des arts et langue étrangère

S3

S4

6

6

Langue anglaise

D. Tredy

1

1

Histoire de l'architecture

P. Delahautemaison

1

1

Histoire du design

L. Guéhenneux

1

1

Culture théorique. ZEP

F. Pincin

2

2

Philosophie

C. Marie-Castanet

1

1

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

18

Studio "Être en ville"

JC Bassac/F. Frédout

8

8

Studio "Atelier mouvant : territoires incertains"

P. Grégoire

6

6

"Not uniform 3D"

B. Boyer

4

4

3

6

Recherches personnelles Studio(s), atelier(s)...

Attribution collégiale/bilan

3

3

Stages et expérience des milieux de création et de production

Collège des enseignants

3

3

3. options et déroulement des études

> option DESIGN / CYCLE court (design d’espace) année 2

27

> option DESIGN / CYCLE court (design d’espace) année 3 Enseignement

Enseignant

Histoire, actualité et théorie des arts et langue étrangère

S5

S6

4

4

Langue anglaise

D. Tredy

1

1

Histoire de l'architecture

P. Delahautemaison

1

1

Histoire du design

L. Guéhenneux

1

1

Philosophie

C. Marie-Castanet

1

1

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

14

6

Studio "Être en ville"

JC Bassac/F. Frédout

5

2

"Not uniform 3D"

B. Boyer

3

1

Studio "Atelier mouvant : territoires incertains"

Ph. Grégoire

4

2

Culture théorique. ZEP

F. Pincin

2

1

12

5

12

5

Recherches personnelles Studio(s), atelier(s)... / S6 (préparation de diplôme) Obtention du diplôme

Attribution collégiale/bilan

15


4.

ProgressivitĂŠ des enseignements


Année de découverte, l’étudiant est amené à expérimenter l’ensemble des mediums de l’art et des champs du design. Les cours théoriques visent à lui proposer les connaissances fondamentales en matière d’histoire de l’art, du design, de l’architecture, du cinéma, de la photographie, de l’esthétique. Cette approche globale et ouverte introduit à la fois aux choix de l’option et du/ou des studios dans lesquels l’étudiant poursuivra son cursus en année 2.

Phase programme semestres 3 | 4 | 5 | 6

Phase projet semestres 7 | 8 | 9 | 10

La phase programme engage l’étudiant de manière progressive à définir son propre champ de création, à maîtriser l’environnement culturel, théorique, technique et méthodologique de celui-ci.

La phase projet est consacrée à l’élaboration par l’étudiant d’un projet personnel qui sera présenté lors du passage du diplôme. Elle engage l’étudiant dans un parcours de recherche artistique qui nécessite des aptitudes à la formulation plastique et théorique d’une pensée réflexive.

Les objectifs sont :  l’appropriation des connaissances, la maîtrise des repères historiques culturels et artistiques

Les objectifs sont :  progression dans l’autonomie de la démarche, de la construction du travail, de son contexte théorique, vers un devenir artiste

 l’acquisition d’outils conceptuels, techniques, méthodologiques en phase avec la pratique  le questionnement des territoires de l’art ou du design, notamment par le choix des studios  la multiplicité des expérimentations plastiques et des mediums  la préparation à la maîtrise du discours, à la présentation critique du travail  la conscience des prémices du projet. Les stages ont pour objectif, outre la connaissance des milieux professionnels, de mettre en rapport les acquisitions et les pratiques avec la réalité du monde artistique.

 inscription de la démarche et de la méthodologie dans une logique d’initiation à la recherche, notamment par le mémoire  affirmation de l’engagement artistique, de la pensée à l’œuvre, du discours qui soutient le projet  optimisation de l’ensemble des connaissances et appropriations théoriques afin de qualifier le questionnement, l’inscrire dans un contexte d’enjeux contemporains  maîtrise des conditions professionnelles du travail : qualité des productions, de leur exposition et de la pertinence de leur médiation En année 4 la priorité est donnée au séjour à l’étranger. La participation aux séminaires et aux Ateliers de Recherche et de Création (ARC) viennent donner une perspective décalée, tant pratique que théorique, visant à enrichir le contexte du projet. Le mémoire, travail de recherche, doit montrer la capacité de l’étudiant à poser une hypothèse, à mener une investigation analytique et critique.

4. Progressivité des enseignements

 ANNÉE 1

29


4. Progressivité des enseignements

 ANNÉE 1

 OPTION ART ANNÉE 3

 OPTION ART ANNÉE 5

Semestre 1 Suivi de l’ensemble des enseignements dispensés en ateliers de pratiques plastiques Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux et travaux dirigés) Suivi de l’atelier de langue Suivi de l’atelier de dessin Suivi des forums du mercredi

Semestre 5 Inscription dans un ou deux studios. Suivi des enseignements théoriques. Suivi d’au moins un workshop dans l’année 3. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation d’un stage. Suivi optionnel d’autres modules externalisés.

Semestre 9 Engagement dans un studio. Suivi des enseignements théoriques. Engagement dans un séminaire (au choix). Engagement dans un ARC. Suivi du mémoire. Suivi du cycle professionnalisation. Suivi des forums du mercredi.

Semestre 2 Inscription dans deux ateliers de pratiques plastiques (un atelier pour lundi et mardi semaine A et semaine B). Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux et travaux dirigés). Suivi de l’atelier de langue. Suivi de l’atelier de dessin. Suivi des forums du mercredi. Rendu d’un document de synthèse.

 OPTION ART ANNÉE 2 30

Semestre 3 Inscription dans un ou deux studios. Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi d’au moins un workshop dans l’année 2. Suivi de l’atelier de langue. Suivi de l’atelier de dessin. Suivi des forums du mercredi. Optionnel : suivi d’un module externalisé. Semestre 4 Inscription dans un ou deux studios Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi d’au moins un workshop dans l’année 2. Suivi de l’atelier de langue. Suivi de l’atelier impression/édition. Suivi de l’atelier de dessin. Suivi des forums du mercredi. Optionnel : suivi d’un module externalisé.

Semestre 6 Inscription dans un ou deux studios. Suivi des enseignements théoriques. Suivi d’au moins un workshop dans l’année 3. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Suivi optionnel d’autres modules externalisés.

 OPTION ART ANNÉE 4 Semestre 7 Engagement dans un studio. Suivi des enseignements théoriques. Engagement dans un séminaire (au choix). Engagement dans un ARC. Projet de mémoire. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation d’un stage ou séjour à l’étranger. Semestre 8 Engagement dans un studio. Suivi des enseignements théoriques. Engagement dans uns séminaire (au choix). Engagement dans un ARC. Suivi du mémoire. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation d’un stage ou séjour à l’étranger.

Semestre 10 Finalisation du projet de diplôme.

 OPTION design cycle long ANNÉE 2 Semestre 3 Inscription dans deux studios. Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi de l’atelier de langue. Suivi des cours de dessin ou travail personnel encadré. Suivi des forums du mercredi. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF (Langue des Signes Française). Semestre 4 Inscription dans deux studios. Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi de l’atelier de langue. Suivi des cours de dessin ou travail personnel encadré. Suivi des forums du mercredi. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF.


Semestre 5 Inscription dans deux studios. Poursuite des pratiques liées au dessin dans le(s) studio(s) choisi(s). Suivi des enseignements théoriques, deux cycles de conférences. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation d’un stage. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF. Suivi optionnel du studio commun avec l’ENSAM (École nationale supérieure d’architecture de marseille). Semestre 6 Inscription dans deux studios. Poursuite pratique liée au dessin. Suivi des enseignements théoriques, deux cycles de conférences. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Suivi de l’atelier LSF ou d’un workshop, ou d’un module externalisé. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi de l’atelier LSF.

 OPTION design cycle long ANNÉE 4 Semestre 7 Engagement dans un studio. Engagement dans trois des programmes de séminaires. Engagement dans un ARC, ou dans un workshop, ou dans un module externalisé. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Suivi optionnel de l’atelier LSF.

Semestre 8 Engagement dans un studio. Engagement dans trois séminaires. Engagement dans un ARC, ou dans un workshop, ou dans un module externalisé. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation d’un stage dans le cas où l’étudiant n’effectue pas de séjour d’études. Suivi optionnel de l’atelier LSF et/ou engagement optionnel dans le laboratoire PiLAB.

 OPTION design cycle long ANNÉE 5 Semestre 9 Engagement dans un studio. Suivi des cours théoriques. Suivi du cycle professionnalisation. Suivi des forums du mercredi. Suivi optionnel de l’atelier LSF et/ou engagement optionnel dans le laboratoire PiLAB. Semestre 10 Finalisation du projet de diplôme.

 OPTION design cycle court ANNÉE 2 Semestre 3 Inscription dans deux studios. Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi de l’atelier de langue. Suivi des cours de dessin ou travail personnel encadré. Suivi des forums du mercredi. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF.

Semestre 4 Inscription dans deux studios. Suivi des enseignements théoriques (cours magistraux, travaux dirigés). Suivi de l’atelier de langue. Suivi des cours de dessin ou travail personnel encadré. Suivi des forums du mercredi. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF.

 OPTION design d’espace/ cycle court année 3 Semestre 5 Inscription dans deux studios. Poursuite des pratiques liées au dessin dans le(s) studio(s) choisi(s). Suivi des enseignements théoriques, deux cycles de conférences. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Validation des stages. Suivi d’un workshop ou d’un module externalisé. Suivi optionnel de l’atelier LSF. Semestre 6 Inscription dans deux studios. Poursuite pratique liée au dessin. Suivi des enseignements théoriques, deux cycles de conférences. Suivi de l’atelier de langue. Suivi des forums du mercredi. Suivi de l’atelier LSF ou d’un workshop ou d’un module externalisé. Validation des stages. Suivi d’un workshop, ou d’un module externalisé. Suivi de l’atelier LSF.

4. Progressivité des enseignements

 OPTION design cycle long ANNÉE 3

31


5.

UNITÉS & DISPOSITIFS D’ENSEIGNEMENT


 le studio, dans lequel il déploie son travail plastique  les cours et les séminaires  les ateliers de recherche et de création en phase projet (années 4 et 5)  les conférences et notamment les forums du mercredi les semaines A  les workshops, souvent avec intervenants extérieurs  les mémoires  les voyages pédagogiques  la professionnalisation et les stages  les bases techniques, des plus traditionnelles jusqu’à la plate-forme numérique  la bibliothèque  les galeries de l’école

LES STUDIOS Les studios se répartissent par option suivant leur spécificité, conduits par des équipes constituées de plusieurs enseignants artistes et théoriciens. Certains studios sont inter-optionnels. Les étudiants s’inscrivent à la rentrée pour l’année scolaire complète en fonction de leur niveau d’étude et de leur projet : ils ont la possibilité, recommandée, de choisir deux studios en année 2 et 3. L’étudiant peut changer de studio tous les ans ou rester dans un seul studio toute sa scolarité. Les studios sont des territoires pédagogiques métissés qui favorisent les transversalités dans la relation entre théorie, méthodologie et pratique : ils constituent le lieu premier de l’engagement personnel de l’étudiant, de l’élaboration au quotidien de son propre langage plastique. Le studio est aussi un espace ouvert, d’enseignement collégial, favorisant les échanges critiques entre les professeurs, les intervenants et les étudiants, entre les étudiants eux-mêmes. Au gré de nouvelles associations de professeurs, de nouveaux studios peuvent chaque année se créer, d’autres se reconfigurer. Les studios dessinent un espace continuellement en mouvement.

Quel que soit le médium qui oriente le studio (peinture, sculpture, photographie, vidéo, son, multimédia, design numérique, design d’objet et d’espace, ...), toutes pratiques peuvent s’y déployer  : cette entité pédagogique constitue avant tout une plate-forme orientée par des points de vue artistiques. Rassemblant des étudiants de l’année 2 à l’année 5, le studio est l’unité première où s’éprouve la progressivité des enseignements. Ils sont ouverts du lundi au vendredi de 8h à 21h, le week-end et les vacances sur autorisation de la Direction générale après avis du directeur artistique et pédagogique (sauf fermeture complète de l’établissement).

LES COURS & SÉMINAIRES Les enseignements théoriques occupent une place fondamentale dans la pédagogie de l’école. En première année, les enseignements visent à fournir aux étudiants un socle de connaissances communes sur l’histoire de l’art et du design, et sur les grands courants de l’esthétique. Des cours sont plus spécifiquement orientés vers le cinéma, la photographie, la couleur et les arts imprimés, et viennent compléter l’apprentissage. Des cours d’anglais ont également lieu chaque semaine. En phase programme, le module d’histoire et théorie de l’art est structuré autour de quatre grands cours obligatoires. Il s’agit de permettre aux étudiants d’acquérir une solide culture artistique, et de se familiariser avec les concepts et notions essentiels de la philosophie et des théories de l’art. La perspective historique est complétée par des cours davantage centrés sur l’actualité de l’art et/ou du design. Des séances d’anglais complètent la formation, avec des méthodologies variées (visites d’ateliers en anglais, analyse filmique en anglais, etc.). En phase projet, les étudiants continuent de suivre les cours d’anglais et un cours d’histoire et de théorie de l’art (et/ou du design). Mais ils découvrent également un nouveau type d’enseignement de la culture générale  : le séminaire. Les séminaires sont des temps de recherche et de travail collectif autour d’une thématique, d’un point de vue théorique. Les questionnements sont suffisamment riches et actuels pour que les étudiants puissent s’en emparer pour nourrir leurs projets personnels. Les séminaires constituent ainsi une véritable formation à la recherche, dans la mesure où les étudiants participent pleinement à la construction de l’objet de recherche. Les inscriptions à un séminaire sont limitées à 10/12 étudiants. Le choix s’effectue sur la base des fiches de présentation des unités d’enseignement remis à l’étudiant à la rentrée.

5. unités et dispositfs d’enseignement

La pédagogie de l’ESADMM est fondée sur l’engagement personnel et l’autonomie de l’étudiant. Elle s’articule, dès la phase programme, sur l’accompagnement du projet artistique individuel. Les étudiants sont donc encouragés, dès leur première année, à mobiliser toutes les ressources techniques, technologiques, humaines et artistiques à leur disposition dans l’école. La large accessibilité de l’école – le soir, et le week-end, sur autorisation du directeur général après avis du directeur artistique et pédagogique, pour les étudiants qui en font la demande – constitue un atout pour les étudiants comme pour les professeurs qui peuvent ainsi organiser des activités complémentaires aux enseignements (concerts, conférences, « nocturnes »). Les dispositifs et ressources que l’étudiant convoque pour mener son contrat d’études sont les suivants :

33


5. unités et dispositfs d’enseignement 34

LES CONFÉRENCES

LES WORKSHOPS

Les enseignements de culture générale sont complétés par des conférences et des rencontres avec des artistes, des chercheurs et des professionnels du monde de l’art et de la culture. Un grand cycle de conférences est organisé chaque année : les forums du mercredi. Ce cycle est complété par une programmation plus ponctuelle d’intervenants variés, qui se structure davantage autour de la discussion, de la rencontre et du débat.

Les workshops sont des temps de travail partagé de quelques jours à une semaine, pouvant faire appel à une personnalité invitée extérieure à l’école. Les territoires abordés peuvent déborder des spécialités de l’école ou du seul domaine de l’expression plastique. Les workshops concernent les étudiants de l’année 2 à l’année 5, qui s’y inscrivent par affinité avec le thème proposé ou la personnalité invitée. Le workshop constitue un temps fort de réflexion et de création. Privilégiant l’acte créatif, il convoque sur d’autres temporalités, courtes et rapides, méthodologie, technique et fabrication. Leurs descriptions figurent dans le programme des enseignements remis à chaque étudiant en début d’année universitaire. Le nombre d’inscrits est limité. La plupart des workshops donnent lieu à une présentation publique du travail en fin de semaine, à destination de tous les étudiants et enseignants de l’école. Ce moment de restitution peut prendre des formes variées de valorisation et de bilan. Les workshops donnent lieu à évaluation et attribution de crédits.

Les forums du mercredi Chaque année, un cycle de conférences est organisé à l’ESADMM autour d’une thématique commune, à partir de l’année universitaire 2012-2013. Ces conférences ont lieu à l’amphithéâtre, le mercredi de 11h à 12h30 en semaine A. Elles sont obligatoires pour tous les étudiants et sont ouvertes à un public extérieur. Le programme est élaboré et diffusé en début d’année, et rassemble des personnalités invitées – créateurs, auteurs, chercheurs, théoriciens, porteurs de projets publics et privés – autour d’un questionnement actuel dans le domaine de la création contemporaine. L’évaluation du suivi de ces conférences s’opère au moment du bilan semestriel. Les rencontres du jeudi Les rencontres du jeudi sont un autre temps d’échange, davantage orienté vers la discussion. Ces rencontres ont lieu dans une salle de cours, et sont ouvertes à une grande diversité d’intervenants, que ce soit des professeurs de l’école, ou des invités extérieurs. Elles ne sont pas liées à une thématique annuelle, mais correspondent à un format d’intervention dont chacun dans l’école peut s’emparer pour proposer une intervention/discussion. Tous les étudiants sont libérés de leurs enseignements pendant le temps des rencontres (le jeudi de 17h à 18h), et chacun peut librement y participer, en fonction de son intérêt pour la question traitée ou la personnalité invitée. De fait, ces rencontres sont souvent liées à l’actualité artistique de la région, ou encore, par exemple, à l’intervention d’un artiste résident à l’Ecole, d’un intervenant d’un workshop.

LES ARC Les Ateliers de Recherche et de Création (ARC) sont des unités d’enseignement communes aux options Design et Art, qui sont proposées de manière transversale à tous les étudiants d’années 4 et 5 des deux options. Leur liste évolue chaque année en fonction des nouveaux projets des professeurs. L’ARC est une des formes de l’initiation à la recherche en phase projet. Ses objectifs sont les suivants  : assurer un enseignement théorique et pratique au contenu préalablement identifié, développant une intention construite, une méthode, un calendrier. À ce titre l’ARC comporte une dimension transversale entre la méthodologie de la recherche et la culture générale. Il peut également comporter un enseignement et une expérimentation des techniques. L’ARC est une forme pédagogique en soit, ne se substituant ni aux cours ni aux aux entretiens avec les étudiants. Il relève d’une démarche transversale, permettant à des enseignants de définir ensemble un questionnement, une problématique qui leur est propre sur l’art ou le design et qu’il s’agit de porter et partager avec un groupe d’étudiants tant théoriquement que pratiquement. L’ARC peut donner lieu à des invitations extérieures, à un voyage, à des stages pour les étudiants : sa forme, tout en étant très construite, peut être très variée d’un projet à l’autre. Les ARC donnent lieu à évaluation et attribution de crédits.


Le cursus de l’étudiant à l’ESADMM en année 1 et 3, phase programme, puis en année 5, phase projet est ponctué par la production de trois documents. Le premier est le document de synthèse du travail de l’année 1, apprentissage des pratiques et désirs personnels. Il est succinct mais incite l’étudiant à cultiver le goût des notes et du journal de bord, à enregistrer ce qui l’a attiré dans les enseignements. Il s’agit du journal d’un apprentissage. Cet élément doit être finalisé pour le mois de juin, et remis au plus tard dix jours avant la date des bilans de S2. Le second, plus important, est le rapport de diplôme consulté par le jury du DNAP, en année 3. II révèle la capacité de l’étudiant à mettre en perspective sa pratique artistique avec l’environnement théorique et plastique. Il invite l’étudiant à étayer ou à élargir son travail par une réflexion nourrie d’exemples et à développer une famille d’affinités. Il annonce l’esquisse d’un projet personnel. Option Art, le mémoire de dnsep Dès le premier semestre de l’année 4, l’étudiant commence à réfléchir au mémoire de l’année 5 qui, lors du DNSEP au semestre 10, fait l’objet d’une soutenance devant un jury. Le mémoire de l’année 5 est un des outils de réflexion qui contribue à l’élaboration du projet de diplôme. Le travail sur le mémoire est une des composantes de l’initiation à la recherche en deuxième cycle, phase projet. Il vient en complément et en résonance avec le travail de production des œuvres,de leurs expositions et de leurs présentations devant un jury. Ce travail de recherche montre la capacité de l’étudiant à mener une investigation analytique plus large que sa pratique personnelle mais qui ne représente qu’un tremplin. La caractéristique du mémoire de l’année 5, le plus complexe, est d’entrer dans une problématique en montrant le développement d’une hypothèse ou l’évolution d’une démarche artistique. Cependant, la forme est libre, non pas dans l’objet qui n’a rien d’un livre d’artiste, quoiqu’il soit normal que son graphisme soit investi, mais dans son écriture où chaque étudiant invente son ton. Le mémoire n’a pas vocation à reproduire le format universitaire mais repose sur des formes d’écrits propres à de futurs artistes. Si l’étudiant s’applique à référer ses sources et ses exemples et à établir une bibliographie, il est libre d’inventer son plaisir d’écrire. Le mémoire n’exclut pas un pari artistique en adéquation avec la recherche. Le mémoire est suivi par deux tuteurs dès le semestre 7 : un professeur de théorie et un professeur artiste.

La progression et la finalisation du projet de mémoire donnent lieu à attribution de crédits jusqu’au semestre 9. Les mémoires ne peuvent être déposés au secrétariat que s’ils ont été validés par le binôme. En outre l’obtention de 270 crédits est nécessaire pour se présenter aux deux épreuves du DNSEP. Option Design, le mémoire de dnsep Le travail d’écriture du mémoire de l’année 5 est accompagné, dès le semestre 7, par un séminaire méthodologique, et par un examen et une discussion lors de chaque bilan semestriel. Au semestre 9, l’étudiant présente un sommaire détaillé, une bibliographie, et un état d’avancement de l’écriture qui ne mobilise pas seulement l’écrit, mais dont les formes peuvent varier de la vidéo au numérique et au son. Les mémoires sont centrés sur le positionnement des étudiants, en tant que créateurs. Ils éclairent certains aspects référentiels, méthodologiques, culturels, contextuels du travail plastique, et n’en sont pas une simple illustration. La réflexion menée a pour ambition de développer, d’amplifier les problématiques abordées. Il s’agit de projections dans le monde, de résonnances autour des grands débats qui font l’actualité du design. La bibliographie est adaptée à la problématique et au regard de l’étudiant. Elle repose sur des choix précis, personnels, qu’il convient de justifier (par exemple avec un petit paragraphe en pied de page ou en dessous de la mention de l’ouvrage), qui explique comment les étudiants s’approprient le texte. Bien entendu la bibliographie ne se limite pas aux livres et aux articles. Le travail d’écriture est un exercice de construction de la pensée, un outil intellectuel qui permet l’élaboration et la structuration d’une réflexion abstraite et complexe.

LES VOYAGES PÉDAGOGIQUES Des voyages pédagogiques ponctuent la formation et le cursus des étudiants à l’école. Ces déplacements permettent aux étudiants de découvrir les lieux et les événements majeurs de la scène artistique nationale et internationale : grandes expositions, biennales, foires d’art contemporain et de design, situation artistique d’une ville ou d’un territoire. Ces déplacements, d’une journée à une semaine, constituent des voyages obligatoires, intégrés dans le cursus, et partiellement pris en charge par l’école. Certains workshops ou ARC peuvent également occasionner des voyages lorsque, par exemple, ils sont organisés en partenariat avec des écoles ou des institutions françaises ou étrangères. Ces voyages sont proposés et organisés par les enseignants de l’école, les relations extérieures prenant en charge les aspects logistiques. L’école prend à sa charge une partie du coût du voyage.

5. unités et dispositfs d’enseignement

LES MÉMOIRES

35


5. unités et dispositfs d’enseignement

LA PROFESSIONNALISATION

36

Les stages Les étudiants de l’école sont fortement encouragés à effectuer des stages durant leur cursus. Certains sont obligatoires  : le stage de l’année 3, en art comme en design, et le stage de l’année 4 qui concerne les étudiants qui ne souhaitent pas partir en séjour d’échange. Les stages doivent permettre de confronter la recherche personnelle des étudiants, leur début d’engagement, aux différents secteurs d’activité professionnelle, afin de les aider à appréhender au mieux leur future insertion dans le milieu artistique. Ces stages peuvent s’opérer dans un contexte institutionnel (musées, centres d’art, associations, etc.), auprès d’artistes et de designers ou encore d’entreprises. En complément des offres de stage sont régulièrement transmises aux étudiants par le service des relations extérieures de l’établissement. Les stages sont conventionnés et donnent lieu à obtention de crédits. La demande de stage doit obtenir l’aval du professeur coordinateur et du directeur artistique et pédagogique afin que soit vérifiée l’adéquation entre l’expérience de stage et le projet global de l’étudiant dans l’école, le secteur d’insertion professionnelle qu’il entrevoit ou construit déjà. Le cycle d’interventions et conférences L’implication de l’école dans les réseaux du design et de l’art contemporain par ses divers projets pédagogiques, ses intervenants, ses expositions, de la qualité même d’artistes et de théoriciens de ses enseignants est le premier niveau, au quotidien, de la professionnalisation à l’oeuvre. Un ensemble d’interventions de professionnels de tous secteurs (juridique, monde de l’entreprise, institutions artistiques publiques ou privées, monde des medias...) vient par ailleurs livrer plus précisément aux étudiants, outre des connaissances techniques, la force de l’expérience et leur vision de l’environnement socio-professionnel dans lequel ils vont devoir évoluer. L’étudiant est ainsi familiarisé aux dispositifs nombreux d’accompagnement destinés aux jeunes artistes  : politiques publiques d’aides aux jeunes artistes (bourses, aides à la production, à l’édition, résidences, expositions, commandes) comme initiatives privées ou entrepreneuriales.

Aide aux projets Une commission sélectionne chaque année les demandes d’aide aux projets déposées par les étudiants. Il s’agit d’initiatives individuelles ou collectives, pour lesquelles les étudiants ont besoin d’une aide financière ou technique de l’école. Ces projets sont diversifiés, et concernent tous types de première implication de l’étudiant dans le monde artistique et culturel. Ils constituent souvent une expérience très formatrice pour les étudiants, qui sont ainsi confrontés à des procédures qui vont jalonner leur future carrière (montage de dossier, définition d’un budget, défense orale du projet, etc.). La commission est composée du directeur artistique et pédagogique, de la coordinatrice des études, et de deux enseignants nommés par le directeur artistique et pédagogique. Elle se réunit deux fois durant l’année universitaire, en novembre et mai. Le service de l’insertion professionnelle Le service de l’insertion professionnelle de l’ESADMM propose aux étudiants actuels et aux anciens étudiants d’identifier les différents champs d’activité au sein desquels ils peuvent investir les compétences acquises durant leurs cursus diplômants. Ce projet ambitieux s’articule autour d’actions professionnalisantes réalisées tout au long de leurs études et d’actions postdiplômes mises en place pour les sortants.  Actions menées dans le cadre du cursus, pré-professionnalisantes et destinées aux étudiants : - participation à des modules pédagogiques professionnalisants - invitations à rencontrer de nombreux professionnels - informations sur les appels à concours et les commandes extérieures permettent aux étudiants de valoriser leurs compétences - sollicitations pour participer à des évènements professionnalisants, organisés par les enseignants de l’école ou provenant de l’initiative d’opérateurs extérieurs - facilitations et encadrement des recherches de stages - participation à une Junior Entreprise, dont la création est prévue prochainement.  Actions menées dans le cadre de l’après-diplôme : - aide à la réalisation du projet artistique - informations sur l’existence d’organismes facilitant la mobilité européenne ou proposant des formations - informations sur les offres émises par nos réseaux - candidatures pour la création d’une pépinière d’entreprises - l’étudiant diplômé peut par ailleurs intégrer un des projets de recherche de l’ESADMM (trois ans d’études à bac + 8)


LES BASES TECHNIQUES Les bases techniques et technologiques sont des lieux essentiels de formation, d’expérimentation et de réalisation plastique. Les équipements (ateliers, matériels et techniciens) sont mis à la disposition de l’ensemble des options à partir de projets pédagogiques qui incitent les étudiants à intégrer ces techniques au sein de leurs processus créatifs. Leur utilisation est coordonnée par les enseignants, les assistants et les techniciens ; en leur absence, des moniteurs peuvent, selon les bases, en permettre l’accessibilité. L’accès aux bases techniques et technologiques se fait exclusivement sur projet, suivi par l’équipe pédagogique. L’étudiant présente son programme ou son projet au responsable de la base, documenté avec des dessins, croquis, etc. Les bases techniques recouvrent l’ensemble des ressources et outils nécessaires à la création d’aujourd’hui : bois, métal, impressions, images numériques fixes et en mouvement, terre et verre, 3D, infographie, maquettage… Chaque base dispose d’un règlement spécifique, en accord avec le règlement intérieur de l’ESADMM  ; l’étudiant doit en prendre connaissance avant toute fréquentation et respecter ces deux règlements. Des spécifications particulières de fonctionnement peuvent êtres examinées, pour accord, avec le responsable de la base, notamment en ce qui concerne l’autorisation exceptionnelle pour un accès des bases en dehors des heures d’ouverture. Les fongibles sont attribués en fonction de la pertinence du projet, du niveau de l’étudiant dans le cursus et du stock disponible. Certaines bases exigent d’avoir un matériel de travail personnel, acquis par les soins de l’étudiant. sécurité Certaines plates-formes, présentant des risques, ne sont accessibles qu’en présence d’un référent habilité. Par mesure de sécurité, l’étudiant doit avoir une tenue et un équipement appropriés en fonction de la base dans laquelle il réalise et il expérimente programmes et projets. L’attention de tous est attirée sur la responsabilité individuelle dans la prévention des risques. Il est recommandé de ne jamais travailler seul dans des lieux isolés, ou le cas échéant de veiller à en informer le personnel de permanence.

LA PLATE-FORME NUMERIQUE Constat La région PACA est très dynamique dans le domaine des nouvelles technologies aussi bien en ce qui concerne le milieu artistique, scientifique qu’industriel. Elle compte beaucoup d’étudiants, de chercheurs, d’ingénieurs et d’artistes couvrant des domaines variés. Pourtant ces personnes souvent issues de domaines et de communautés complémentaires ne communiquent pas toujours entre elles et travaillent indépendamment. Les projets innovants sont le fruit de collaborations et d’idées pluridisciplinaires nécessitant des visions nouvelles et des compétences complémentaires. Jouxtant le pôle universitaire et de recherche de Luminy, l’école est à proximité de nombreuses écoles d’ingénieurs, de laboratoires de recherche dans des domaines concomitants aux arts, tels que l’immersion par l’image, le traitement du signal sonore… Proposition L’ESADMM met en oeuvre une plate-forme numérique permettant la rencontre de partenaires issus de communautés différentes et de collaborer sur des projets innovants. Cette plate-forme sera un studio dédié à l’enseignement des moyens d’expressions les plus contemporains, liés aux innovations technologiques. Cet espace ouvert est un lieu d’échange et de production de savoirs. Un étudiant ou un porteur de projet pourra rencontrer les personnes complémentaires et nécessaires à la réalisation de son projet. Il aura accès aux outils, à la réalisation d’un prototype. Il pourra aussi apporter ou partager ses connaissances avec les autres projets de la plate-forme. Valeurs de la plate-forme Nous privilégions l’éducation, le partage des connaissances, l’interdisciplinarité et la rencontre d’acteurs provenant d’horizons différents. Nous favoriserons la réalisation et la diffusion, accompagnées de réflexions à propos de l’utilisation des technologies numériques. Notre souci est de placer la technologie au service de valeurs humanistes. Types de projets Tous projets liés aux nouvelles technologies : maquette éducative, architecture, design (outils de prototypage rapide : l’animation et l’imagerie numérique, les environnements réactifs et interactifs, l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, la robotique, les technologies liées à la lumière et à destination de l’espace scénique, les textiles innovants et communicants…).

5. unités et dispositfs d’enseignement

Le suivi des anciens étudiants, six mois et trois ans après leur départ, est une obligation définie par l’A.E.R.E.S.. Ce suivi permettra à l’école de recenser à la fois les attentes des sortants et celles des partenaires. L’objectif étant de mettre à la disposition des étudiants, les réseaux de partenaires à l’échelle locale, nationale et internationale. Pour cela, l’école met en place un portefeuille de demandes auquel correspondra un portefeuille d’offres, qu’il nous faudra faire concorder au mieux. D’une manière générale, l’information est diffusée sur le site de l’école dans la rubrique des petites annonces, et également par mail.

37


5. unités et dispositfs d’enseignement

moyens Le studio sera équipé du dernier matériel professionnel en usage. Notre choix d’un matériel pérenne dans un milieu en constante évolution est ambitieux, mais il répond aux exigences de l’enseignement et de la recherche. Les fonctions de ce studio sont la création, la production, la réalisation, la post-production, l’édition et la diffusion. Nous assurerons l’encadrement et la valorisation de projets.

38

Cette plate-forme sera un lieu de création pluridisciplinaire, un lieu de partage et de diffusion des connaissances. Nous sommes pleinement conscients que les évolutions technologiques semblent, à ce jour, illimitées. Notre défi, en tant qu’école d’art et design, est de tracer les frontières de ce qui parait sans fin, tel que le numérique, en le confrontant au sens créatif des artistes. Nous incluons dans cette démarche ambitieuse, l’entrepreneur, le chercheur, l’enseignant.

Réseaux et partenariats Des partenariats mis en œuvre avec des acteurs de l’art autant locaux qu’internationaux viennent s’insérer dans la programmation : par exemple, l’exposition des lauréats du Prix photographique de Maison Blanche, réalisée en collaboration avec la ville de Marseille qui permet de présenter les tendances les plus contemporaines de la photographie, ou encore avec le réseau européen de jeunes artistes organisé autour de la Static Gallery de Liverpool. Les enjeux de l’art d’aujourd’hui L’ensemble de ces expositions s’inscrit résolument dans les esthétiques de l’art contemporain, avec une exigence de qualité professionnelle tant dans le choix des expositions, que dans les sélections d’oeuvres et l’accrochage.

LES ESPACES D’EXPOSITIONS

Le commissariat général est effectué par le directeur artistique et pédagogique, la programmation se complétant de commissariats de professeurs ou de curateurs invités.

La programmation d’expositions de l’École supérieure d’art et de design de Marseille-Méditerranée s’appuie sur le projet d’enseignement supérieur propre à l’Institution. La galerie a pour premier objectif de donner de la visibilité aux options artistiques de l’école, révélées par les choix d'intervenants des enseignants, les formes pédagogiques évènementielles, les workshops, les résidences et les studios.

Cette programmation, reflète le projet pédagogique transdisciplinaire de l’école. Elle souligne les croisements entre les arts plastiques et d’autres champs de l’art et de la culture, tels les pratiques numériques, le design, la danse ou le spectacle vivant, en s’appuyant tout particulièrement sur les partenariats mis en œuvre par l’école.

Une nouvelle galerie en centre-ville Située au 30 boulevard Chave, en contrebas de la Place Jean Jaurès, le nouvel espace d’exposition de l’école s’étend sur un rez-de-chaussée et un sous-sol (une surface de 300 m2 environ). La première des trois salles du rez-de-chaussée, ouverte sur deux côtés par des vitrines vers la rue et le carrefour, donne lieu à des interventions mettant en valeur ce rapport aux passants et à la ville, jour et nuit. Les espaces du sous-sol sont notamment dédiés aux projections vidéographiques. Des expositions en lien avec les résidences d’artistes et la recherche Les expositions prolongent notamment les résidences d’artistes de l’école ou encore les projets de recherche en troisième cycle menés par les professeurs. Elle fait place également à des expositions de travaux d’étudiants à partir de workshops pilotés par des professeurs de l’ESADMM ou des intervenants.

Elle interroge prioritairement de manière critique les remises en cause des formats de l’exposition, de l’acte de création, notamment dans sa dimension collaborative, dans ses formes matérielles, conceptuelles ou relationnelles jusque sa monstration, les dispositifs expérimentaux du commissariat. Si la galerie de l’École supérieure d’art et de design MarseilleMéditerranée constitue un espace d’exploration, une source de réflexion et de professionnalisation pour les presque 400 étudiants de l’école, son objectif est aussi de trouver pleinement sa place dans l’actualité artistique marseillaise, ses enjeux et ses débats. Les galeries de Luminy Sur le site de l’établissement, à Luminy, trois espaces d’expositions (salles 10a, 10b et 35) sont également à la disposition des étudiants et des projets des professeurs. Selon un calendrier préétabli sous la responsabilité de la coordonnatrice des études, ouverts 7 jours sur 7, les étudiants s’y succèdent pour des tentatives ou vérifications d’accrochage, seuls ou lors de moments d’analyse critique avec leurs professeurs. Les galeries de Luminy accueillent également des activités pédagogiques de quelques jours, ou encore la valorisation publique des travaux à la fin des workshops.


LES RÉSIDENCES DE LA VILLA

Chaque résident développe un projet d’intervention pédagogique sur une période qui peut aller jusqu’à un an. Le projet peut correspondre à un workshop de grande envergure ou encore s’inscrire dans un ARC en collaboration avec des professeurs de l’école. Les créateurs résidents peuvent se trouver impliqués dans tout type d’action pédagogique selon les collaborations qu’ils sont amenés à établir avec l’équipe enseignante. Les résidences donnent lieu à une exposition du créateur invité, à la galerie de l’ESADMM en centre-ville. La villa est également un espace de rencontre entre les nombreux intervenants invités à l’école qui peuvent y résider, les professeurs et acteurs de la scène artistique régionale.

5. unités et dispositfs d’enseignement

Chaque année universitaire l’école invite deux artistes ou acteurs de l’art et du design en résidence à l’école. L’école possède un espace de résidence sur son site, à Luminy : La villa.

39


5. unités et dispositfs d’enseignement

LA BIBLIOTHÈQUE

40

La bibliothèque de l’école est un centre de documentation privilégiant l’art moderne et contemporain et mettant en avant l’actualité de l’art, de la culture et de la pensée. Elle s’attache à valoriser les problématiques et débats qui traversent cette actualité, notamment au travers des documents spécifiques que sont les catalogues d’exposition, les revues, les livres d’artistes et les écrits sur l’art - qu’ils relèvent de l’esthétique, de l’histoire de l’art ou des sciences humaines. Le concept de « bibliothèque hybride » est au cœur des préoccupations des bibliothécaires d’aujourd’hui.

Les collections 55000 documents parmi lesquels :  des monographies d’artistes, des catalogues d’expositions, des écrits et livres d’artistes, des ouvrages scientifiques et critiques  des revues et journaux (imprimés et électroniques)  des mémoires d’étudiants  des vidéos : DVD et VHS  des cédéroms  des cartes et plans Le portail de la bibliothèque : www.bmvr.marseille.fr

La bibliothèque, commune à l’ESADMM et à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille (ENSAM), a choisi de s’inscrire dans cette dynamique  : la documentation et la recherche fondées sur les technologies de l’information et de la communication vont enrichir les activités traditionnelles autour de l’imprimé et du contact direct avec le public. Loin d’imaginer une prééminence de la bibliothèque virtuelle sur la bibliothèque physique, les collections et les services doivent se compléter et élargir les domaines de l’information et de la connaissance, grâce à un large éventail de technologies issues de différentes sources. Ainsi, notre bibliothèque réfléchit à la mise en place de nouveaux services et de nouvelles collections, afin de répondre aux besoins des étudiants et remplir pleinement ses missions. Un espace d’actualité signale et documente les manifestations en cours, qu’elles soient internes à l’école (expositions, forums, conférences, séminaires, voyages d’études et workshops) ou issues de l’actualité locale, nationale et internationale (expositions, grandes manifestations, colloques, foires, etc.). La constitution des collections de la bibliothèque de l’ESADMM, émane d’un comité de lecture scientifique composé d’enseignants et de bibliothécaires, assurant une complémentarité entre la pédagogie et l’offre documentaire en matière de création contemporaine. Pour renforcer le lien entre l’enseignement et la bibliothèque, des séances d’initiation à la recherche documentaire sont intégrées au cursus des étudiants de l’année 1. Tournée vers les cultures contemporaines, la bibliothèque accompagne les étudiants en leur proposant notamment, une méthodologie de recherche, des outils informatiques adaptés. De même, l’étudiant sera initié à la rédaction d’une bibliographie : savoir utiliser les différentes sources documentaires afin de comprendre et d’apprendre à citer ses propres références bibliographiques.

Il donne accès :  au catalogue informatisé multi-supports  à la consultation de ressources électroniques en ligne : presse, dictionnaires, dépouillement d’articles…  à la gestion de son dossier d’abonné : prêts en cours, prolongations, réservations

guide pratique Horaires Lundi au jeudi : 9h30/18h Vendredi : 9h30/17h (horaires modifiés pendant les vacances universitaires) Capacité d’accueil : 100 places assises Carte d’emprunteur Délivrée ou réactualisée sur présentation de la carte d’étudiant en cours de l’ESADMM ou de l’ENSAM, elle permet d’emprunter 10 documents maximum pour une durée de 3 semaines. Suivant leur disponibilité et dans un souci de conservation, certains documents sont consultables sur place uniquement. Services - un photocopieur : les cartes de photocopie sont en vente au distributeur situé à côté du photocopieur. Coût de la carte : 1,50 euro, puis 0,04 euro la photocopie - 2 postes de consultation portail et catalogue - 3 postes de travail avec un scanner réservés aux étudiants de l’ESADMM - Accès wifi - Prises de branchement pour ordinateurs portables Contacts : 04 91 82 83 10 – Poste : 8363 Responsable : Muriel GALLON mgallon@esadmm.fr Collaboratrices : Christine MAHDESSIAN, Delphine CANTON


41

5. unitÊs et dispositfs d’enseignement


6.

L’ÉVALUATION


LE BILAN SEMESTRIEL

L’ECTS (European Credits Transfer System) est un système européen d’obtention des points qui permet une reconnaissance et un transfert des crédits obtenus dans des programmes d’enseignement supérieur entre les pays de la Communauté européenne et les établissements. Il a été mis en place dans le cadre du Processus de Bologne, pour faciliter la circulation des étudiants et des jeunes diplômés en Europe. Il s’est accompagné d’une politique d’harmonisation des cycles d’études après le baccalauréat (3 / 5 / 8 ans), appelée en France « LMD » (Licence/ Master/ Doctorat).

Le bilan semestriel constitue donc un moment fort de l’enseignement qui vient compléter l’évaluation effectuée dans le cadre du contrôle continu, et qui permet de mesurer et d’analyser le parcours engagé par chacun. L’entretien oral avec l’étudiant autour de la présentation de ses travaux, permet au jury d’évaluer la qualité de ses réalisations plastiques, leur articulation avec une maîtrise culturelle et théorique, mais aussi de l’interroger sur les diverses expériences pédagogiques et artistiques qui ont ponctué son semestre : stages, workshops, conférences, voyages, etc.

Le calcul des crédits ECTS se fait par semestre : 30 crédits par étudiant doivent être acquittés pour chaque semestre d’étude. Le calcul est cumulatif : ainsi, pour obtenir une licence (3 années d’études), un étudiant doit valider 180 crédits. Un master (5 années d’étude) représente 300 crédits.

Le bilan semestriel est public  : il est conseillé aux étudiants, notamment en année initiale, de suivre le bilan des autres étudiants afin de mieux comprendre le fonctionnement pédagogique ainsi que les enjeux des options Art et Design. Les crédits collégiaux sont attribués par les professeurs lors du bilan. Une commission de synthèse rassemblant les présidents de chaque jury se déroule à huis clos en fin de bilan, en présence d’un représentant des étudiants. Le collège des enseignants qui participent aux bilans est constitué sous l’autorité du directeur artistique et pédagogique de l’école.

Un crédit équivaut à une somme de travail de l’étudiant estimée entre 20 et 30 heures (ces heures comprennent les heures de cours ou d’atelier encadrées par un enseignant, mais aussi le travail personnel de l’étudiant dans et/ou hors de l’école). Les fiches récapitulatives des enseignements par année dans ce livret précisent le nombre de crédits attribués à chaque unité d’enseignement et à chaque module. Sur la fiche individuelle d’évaluation de l’étudiant, apparaît en complément une échelle d’appréciation qualitative du travail du semestre.

LES MODALITÉS D’ÉVALUATION & D’ATTRIBUTION DES CRÉDITS À L’ESADMM 2 grands types d’évaluation co-existent au sein de l’ESADMM :  un contrôle continu, assuré par les enseignants responsables des différentes unités d’enseignement (cours, studios, ateliers, séminaires, workshops, ARC). Ces évaluations reposent sur des modalités variées – devoirs écrits, entretiens individuels, travaux collectifs, contrôle de l’assiduité, etc – qui sont précisées dans les fiches de présentation de chaque enseignements.  un bilan semestriel, assuré par un jury d’enseignants, qui délivre en complément des évaluations collégiales sur la base d’une présentation par l’étudiant de ses travaux, et d’un entretien individuel. C’est à l’issue de cette évaluation semestrielle que les crédits sont définitivement délivrés.

L’articulation de ces deux types d’évaluation (continue et semestrielle) permet une lecture qualitative et individualisée du parcours de l’étudiant, qui se traduit dans sa fiche d’évaluation semestrielle. Aux semestres 6 et 10, les crédits attribués par le jury lors du passage du diplôme (15 au DNAP et DNAT, 30 au DNSEP) constituent un troisième niveau d’évaluation. L’échelle d’appréciation de l’ESADMM : 5 – Excellent 4 – Bien 3 – Satisfaisant 2 – Passable 1 – Insuffisant 0 – Travail non rendu Dans chaque unité d’enseignement (cours, atelier, studio ou ARC) les crédits sont obtenus ou refusés en totalité. L’appréciation minimum de 2/5 est requise pour l’obtention des crédits, avec la mention « passable ».

6. l’évaluation

LE FONCTIONNEMENT DES ECTS

43


TABLEAU RÉCAPITULATIF DES CRÉDITS PAR MODULE & PAR ANNÉE s1

s2

ANNÉE 1

30

30

Pratique et initiation

20

17

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

10

8

5

S3

S4

ANNÉE 2

30

30

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

18

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

8

8

Recherches personnelles

4

4

S5

S6

ANNÉE 3

30

30

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

16

8

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

9

7

Recherches personnelles

5

Passage et obtention du diplôme

15

s7

s8

ANNÉE 4

30

30

Méthodologie de la recherche et mises en oeuvre des recherches personnelles

20

20

Philosophie, histoire et théorie des arts et langue étrangère

10

10

6. l’évaluation

Analyse et synthèse des recherches

44

S9

S10

ANNÉE 5

30

30

Méthodologie de la recherche (suivi du mémoire)

20

_

Mise en forme du projet personnel

10

_

_

Mémoire : 5 Travail artistique : 25

Épreuves du diplôme


> CYCLE court : DNAT S3

S4

ANNÉE 2

30

30

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

18

18

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

6

6

Recherches personnelles

3

3 6

S5

S6

ANNÉE 3

30

30

Méthodologie, techniques et mises en oeuvre

14

6

Histoire, théorie des arts et langue étrangère

4

4

Recherches personnelles

12

5

Passage et obtention du diplôme

_

15

6. l’évaluation

Stages et expériences des milieux de création et de production

45


CONTRAT D’ÉTUDES & ASSIDUITÉ La présence à l’ensemble des cours, obligatoire à tout niveau d’études, et la participation active à la vie pédagogique de l’école constituent les bases de l’engagement qu’implique l’inscription de l’étudiant dans le cursus.

6. l’évaluation

Un contrat d’études est formalisé en début d’année par un document co-signé par l’étudiant et le coordinateur d’année, qui mentionne toutes les unités d’enseignement que l’étudiant s’engage à suivre (studios, workshops, ARC, etc.). La fiche d’évaluation semestrielle de l’étudiant est basée sur ce contrat : elle est ainsi propre à chaque étudiant, et reflète ses choix et son parcours individuel de formation.

46

Toute absence pour raisons de santé, pour raisons familiale ou autre raison doit être justifiée. En dehors de ces cas particuliers et au-delà de plusieurs absences à un même module, les crédits du module d’enseignement concerné ne seront pas validés. Le travail personnel implique une présence dans les ateliers, studios et bases techniques de l’établissement. Tout travail personnel réalisé hors les murs doit s’intégrer dans un projet d’étude et de recherche.

CALCUL, ÉCHEANCES & RATTRAPAGE DES ECTS Année 1 (semestres 1 et 2) 60 crédits sont répartis sur les semestres 1 et 2 selon les modalités suivantes : Semestre 1 : Un contrôle collégial à l’issue du semestre 1 permet de mesurer le parcours engagé par l’étudiant, de l’analyser et de lui faire part des évaluations de son travail. À cette fin, une appréciation écrite accompagnée du nombre de crédits obtenus est communiquée à chaque étudiant par l’équipe enseignante. Semestre 2 : Les 30 crédits attribués à l’issue du semestre 2 se répartissent entre 25 crédits attachés aux divers enseignements et les 5 crédits restants attachés à l’examen du semestre 2 (analyse et synthèse des recherches), comprenant :  une épreuve orale durant laquelle le jury examine les travaux et interroge l’étudiant sur son parcours  la remise d’un document portant sur les références artistiques de l’étudiant et son inscription personnelle dans le champ de la création. Ce document sera jugé tant sur sa présentation que sur sa rédaction et la recherche iconographique. L’obtention de 60 crédits sans exception sur les semestres 1 et 2 est obligatoire pour le passage en année 2. Phase programme Année 2 (semestres 3 et 4) L’obtention de 48 à 60 crédits est requise au semestre 3 et 4 pour le passage en année 3, soit un total de 108 à 120 crédits sur les deux années. La non-obtention de 108 crédits exclut l’admission en semestre 5. Année 3 (semestres 5 et 6) L’obtention de 140 crédits minimum est requise à l’issue du semestre 5 pour être présenté par l’École aux épreuves, sous réserve d’obtenir 165 crédits au semestre 6. 15 crédits sont délivrés lors de l’obtention du DNAP ou du DNAT. L’ensemble des 180 crédits et le DNAP sont requis pour le passage en année 4, ainsi que l’approbation de la commission de passage en année 4 pour un accès à la phase projet de l’ESADMM.


Année 4 (semestres 7 et 8) L’obtention de 48 à 60 crédits est requise aux semestres 7 et 8 pour le passage en année 5, soit un total de 228 à 240 crédits sur les 4 années. L’étudiant ayant obtenu 240 crédits est titulaire du Certificat d’Études Supérieures d’Arts Plastiques (CESAP) délivré par l’école et agréé par le ministère de la Culture. Années 5 (semestres 9 et 10) L’obtention de 270 crédits est requise pour se présenter aux épreuves du DNSEP. Les étudiants ayant obtenu entre 262 et 270 crédits à l’issue du semestre 9 doivent rattraper les crédits manquants au bilan de S10, afin de pouvoir être présentés au diplôme, les 30 crédits du semestre 10 sont attribués en totalité lors du passage du diplôme : 25 crédits pour l’épreuve artistique et 5 crédits pour le mémoire. Rattrapages Il n’existe aucune possibilité de rattrapage de l’année 1 à 2, ainsi que de l’année 3 à 4 (l’obtention de 60 crédits est requise pour intégrer S3 et de 180 crédits pour accéder à S7). Les crédits manquants en fin d’année 2 doivent obligatoirement être rattrapés au cours du semestre 5 (premier semestre de l’année 3). De même, les crédits manquants en fin d’année 4 doivent être obligatoirement rattrapés au cours du semestre 9 (premier semestre de l’année 5). Les crédits manquants en fin de semestre d’hiver (S1, S3, S5, S7, S9) doivent être rattrapés au cours du semestre de printemps de la même année d’étude (avril). Les modalités de rattrapage des crédits manquants se déroulent dans les conditions énoncées par les enseignants telles que stipulées sur les fiches de présentation des unités d’enseignements.

Commission de passage en année 4 dans l’établissement L’ESADMM a mis en place une commission de passage interne en année 4. L’accès des étudiants à la phase projet à l’ESADMM est donc conditionnée : - à la réussite au DNAP - à la validation de son accès à l’année 4 dans l’établissement par la commission de passage. La commission de passage a lieu dans les jours suivants le bilan de S6, au mois d’avril. Elle réunit le directeur artistique et pédagogique de l’établissement, la coordinatrice des études, les coordinateurs des années 3 et 4, ainsi que des enseignants nommés par le directeur pédagogique et représentatifs des studios. La capacité des étudiants de l’année 3 à poursuivre des études en phase projet est évaluée sur la base des résultats obtenus en phase programme, et de l’appréciation, par la commission de passage, de l’aptitude de l’étudiant à s’engager dans un projet artistique et d’initiation à la recherche. En option Design, les étudiants doivent produire un document écrit faisant état de leurs intentions de travail en phase projet :

6. l’évaluation

Phase projet

 les hypothèses de départ, les intentions et le champ de la recherche  une esquisse du protocole mis en place pour tester ces hypothèses, les ressources à mobiliser  le rôle que le voyage d’étude à l’étranger jouera dans cette recherche

47


LES DIPLÔMES : MODALITÉS D’ATTRIBUTION

(diplôme de niveau 1) inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles. Diplôme reconnu au grade de Master

Diplôme National d’Arts Plastiques Option art et option design, à l’issue de l’année 3

Les épreuves du DNSEP consistent en :

 une sélection par l’étudiant de travaux significatifs de ses trois années d’études  un entretien avec le jury

6. l’évaluation

Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique Option Art et option Design, à l’issue de l’année 5

DNAP

Les épreuves du DNAP consistent en :

48

DNSEP

Les épreuves durent 30 minutes (la délibération des jurys n’est pas prise en compte dans cette durée). Les données pédagogiques des candidats sont à disposition du jury pour une éventuelle consultation. Les étudiants produisent en complément un rapport de diplôme adressé aux membres du jury quinze jours avant le diplôme. 15 crédits sont attribués au moment du passage et de la réussite du diplôme. Aucun candidat ne peut se présenter plus de deux fois aux épreuves de DNAP.

Le jury de DNAP est constitué de 3 membres :  un président  un enseignant d’une autre école ou une personnalité artistique extérieure  un enseignant de l’école Le jury est nommé par le directeur artistique et pédagogique de l’école sur proposition de l’équipe pédagogique.

Critères d’évaluation du DNAP :  présentation formelle et critique des travaux  origine et évolution du projet  inscription culturelle du travail : pertinence des références et diversité des connaissances  qualité des réalisations

 La soutenance d’un mémoire d’une durée de 20 minutes  La soutenance d’un travail artistique d’une durée de 40 minutes

Le jury de DNSEP est composé de 5 membres :  2 représentants de l’école choisis parmi les enseignants, dont l’un siège au jury de soutenance du mémoire  3 personnalités qualifiées choisies dans le domaine d’activité Le jury est nommé par le directeur artistique et pédagogique de l’établissement. Le président est choisi parmi les personnalités qualifiées. Le jury de soutenance du mémoire comprend l’un des représentants de l’école et l’une des 3 personnalités qualifiées. Il est présidé par un docteur. Pour chacun des membres titulaires, un suppléant est désigné dans les mêmes conditions. L’évaluation du mémoire porte notamment sur la pertinence du choix du sujet, la capacité de l’étudiant à adopter un point de vue critique, la justesse des références bibliographiques et de leurs articulations au projet, la qualité du travail rédactionnel et celle de l’entretien avec le jury. À l’ESADMM, soutenance du mémoire et présentation du travail artistique sont liées dans une unité de temps et de lieu. La soutenance précède immédiatement l’épreuve artistique. À l’issue de la soutenance du mémoire, le jury établit un rapport écrit, qui est communiqué aux autres membres. L’ensemble du jury de diplôme national supérieur d’expression plastique assiste à la présentation du travail artistique. A l’issue de cette épreuve, il délibère sur l’attribution du diplôme national supérieur d’expression plastique en tenant compte du rapport établi par le jury de soutenance du mémoire. Il délivre les crédits correspondant au travail plastique (25 crédits) et au mémoire (5 crédits). Pour être présenté au DNSEP, l’étudiant doit avoir recueilli l’avis favorable des enseignants, qui se traduit par l’obtention de la totalité des crédits requis (270 crédits au semestre 9).


 Présentation formelle et critique des travaux  Origine et évolution du projet  Inscription culturelle du travail : pertinence des références et diversité des connaissances  Qualité des réalisations Aucun candidat ne peut se présenter plus de deux fois aux épreuves du DNSEP.

DNat Diplôme National d’Arts et Techniques Option : Design d’espace Les jurys du diplôme national d’arts et techniques comprennent quatre membres nommés par décision du directeur artistique et pédagogique de l’école :  un président désigné par le directeur artistique et pédagogique  un enseignant de l’école ou un directeur de projet  un représentant des milieux professionnels, extérieur à l’école  un enseignant de culture générale extérieur à l’école et à la région Les épreuves ont une durée de 30 minutes. Elles comprennent une présentation des travaux de l’étudiant, et un entretien avec le jury. Pour être présenté au DNAT, l’étudiant doit avoir recueilli l’avis favorable des enseignants, qui se traduit par l’obtention de la totalité des crédits requis (165 crédits au semestre 6).

6. l’évaluation

Critères d’évaluation du DNSEP :

Le diplôme a lieu au mois d’octobre. Aucun candidat ne peut se présenter plus de deux fois aux épreuves du DNAT.

49


7.

recherche


La recherche à l’ESADMM est en plein développement, et se structure autour de partenariats variés (institutionnels et universitaires), aussi bien pour l’option Art que pour l’option Design. Une unité de recherche administrative structure et rassemble les projets de recherche. Les projets comportant l’ensemble des conditions qui définissent un niveau de recherche sont amenés, à terme, à proposer trois ans d’études aux étudiants post-diplômants.

Ce projet de recherche a pour objet les mises en tension permanentes qui caractérisent la ville contemporaine (global/local, privé/public, anonymat/surveillance, individu/collectif, intérieur/ extérieur, espaces bâtis/espaces des flux…). Les questions qui préoccupent le design sont celles de la qualification de ces espaces, et de l’orientation dans un environnement aux frontières poreuses, dans des lieux complexes, multiples et fragmentés. Comment matérialiser l’effectivité d’une interrelation entre les corps, les lieux et les réseaux de communication numérique ? Ce projet de recherche est porté par les professeurs du studio Lentigo, (École Supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée) et constitue l’un des axes de l’équipe de recherche Insartis qui réunit des professeurs, chercheurs, auteurs de l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, de l’École nationale d’architecture de Marseille et de l’École Polytech’Marseille. D’autres partenariats sont en cours, tant avec des entreprises et des associations, qu’avec des universités (département des sciences de l’information et de la communication de l’université de Savoie par exemple). À l’ESADMM, Espaces sans qualités va donner lieu à une formation post-diplômante, préfiguration d’un diplôme de troisième cycle en école d’art, dont l’ouverture est prévue en janvier 2013. www.insartis.org/ www.espacessanqualites.net/

SONART : POUR UN CORPUS NUMÉRISÉ & INDEXÉ DES EXPÉRIMENTATIONS ET PRODUCTIONS ARTISTIQUES SONORES Alors que le domaine des arts sonores est en pleine expansion, son inventaire et son approche historique n’en sont qu’à leurs débuts tout autant que sa théorisation. SonArt propose d’y ajouter une importante contribution, en constituant une base documentaire qui portera sur les pratiques sonores artistiques et expérimentales depuis le début du XXe siècle jusqu’aux œuvres les plus actuelles. Cette base sera créée à partir de systèmes et d’outils spécifiques d’indexation. Ce projet de recherche est le fruit d’une collaboration universités / écoles d’art croisant les expertises et les champs de connaissances :  de l’histoire et de la théorie artistique LESA Aix-Marseille université, ENSA Bourges  des sciences de l’information LSIS Université Luminy, LESA Aix-Marseille Université  de la création artistique et sonore et de recherche en art  : École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée (ESADMM)  ; Locus Sonus groupe de recherche École supérieure d’art d’Aix-en-Provence et École nationale supérieure d’art de Bourges. Ce projet se positionne à la fois comme explorateur et producteur de connaissances critiques dans le champ historique de la création sonore, et comme producteur d’expérimentations artistiques, d’œuvres sonores issues des ateliers et de la recherche personnelle des étudiants. Ce projet a sollicité un financement ANR (demande en cours).

7. la recherche

ESPACES SANS QUALITÉS : ESPACES URBAINS, ESPACES HYBRIDES

51


8.

LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX


L’ESADMM figure parmi les premières écoles supérieures d’art pour la qualité et le nombre de ses échanges d’étudiants  : accords bilatéraux, en Europe (programme Erasmus) et dans le monde. Chaque année, une quarantaine d’étudiants essentiellement d’année 4 option Art et Design, bénéficient des nombreux partenariats que l’ESADMM a développés au fil des années avec d’autres écoles d’art et de design. Des échanges rapprochent les enseignants, les invitant à confronter la diversité de leurs démarches pédagogiques.

ACCUEIL DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS Ces échanges sont aussi l’occasion pour l’école d’accueillir de nombreux étudiants internationaux pendant un semestre ou deux. Tout est mis en oeuvre pour que leur intégration au sein de l’école, et notamment des studios, soit la plus rapide possible.

SÉJOURS D’ÉTUDES, MOBILITÉ Les séjours d’études sont proposés aux étudiants en phase projet. Ces séjours se préparent un an à l’avance. Chaque mois de novembre les étudiants de l’année 3 (toutes options) et de l’année 2 (option Design d’espace), sont conviés à une réunion d’information. Elle est l’occasion de réaffirmer la position de l’ESADMM en matière de mobilité internationale, de poser les enjeux et les obligations qui découlent de ces voyages et de préciser la procédure de dépôt des dossiers de candidature.

OBTENTION DES CRÉDITS LORS DES SÉJOURS D’ÉCHANGE ERASMUS  Validation des ECTS sur place, quand l’école d’accueil a adopté le système d’évaluation par ECTS.  Validation des ECTS au retour (en l’absence de leur organisation dans l’école d’accueil) dans le cadre des bilans semestriels de l’ESADMM, sur la base des deux principales catégories d’enseignement :  10 ECTS, théorie (langue vivante et culture générale et spécifique).  20 ECTS, production, méthodologie et recherche attribués à partir de l’évaluation du travail plastique poursuivi à l’extérieur et du rapport de séjour d’études présenté à l’occasion des évaluations semestrielles. Aménagements possibles du calendrier, avec une session spécifique d’évaluations en octobre, dès lors que les semestres de l’école d’accueil sont décalés par rapport à ceux de l’ESADMM. Séjour à l’extérieur du cadre européen des programmes ERASMUS ou voyage individuel ou stage (CAD sans cadre pédagogique de rattachement à l’étranger)  : validation des ECTS au retour de l’étudiant, sur la base indiquée plus haut, dans le cadre des évaluations semestrielles de l’ESADMM, avec des aménagements possibles du calendrier (évaluation à la rentrée d'octobre).

8. les échanges internationaux

RÉSEAU INTERNATIONAL

53


Programme Erasmus

Allemagne

8. les échanges internationaux

BERLIN : Weissensee Kunsthochschule UDK, Universität Der Künste

54

BREME : Hochschule für Künste, University of the Arts Bremen KREFELD : Hochschule Niederrhein (Design textile), Niederrhein University of Applied Sciences HAMBOURG : HFBK, Hochschule Für Bildende Künste Hamburg MUNICH: ADBK, Akademie Der Bildenden Künste München

Belgique

Hongrie

République Tchèque

ANVERS : Campus St LUCAS, Karel de Grote-Hogeschool Antwerpen

BUDAPEST : Moholy-Nagy University of Art and Design, MOME (Art-Design) Magyar Képzömüveszeti Egyetem

PRAGUE : Vysoka Skola Umeleckoprumyslova V Praze

Italie

ZÜRICH : Zürcher Hochschule der Künst (ZHDK)

BRUXELLES : Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Ecole supérieure des Arts (ARBA-ESA)

Danemark

RAVENNE : Accademia di Belle Arti Ravenna

COPENHAGUE : Billedkunstskolerne

BOLOGNE : Accademia di belle Arti

Espagne MADRID : Universidad Europea de Madrid

Angleterre

VALENCE : Universidad Politecnica de Valencia, Facultad de Bellas Artes de San Carlos

BRISTOL : Faculty of Art, Media and Design, University of the West of England

BARCELONE : Universitat de Barcelona, Facultat de Belles Artes Escola Massana

LONDON : Camberwell College of Arts, University of the Arts London

BILBAO : Facultat de Bellas Artes Universidad del Pais Vasco

LEEDS : University of Leeds

Finlande

Autriche LINZ : Universität für Künstlerische u. industrielle Gestaltung VIENNE : Akademie der bildenden künste Wien

HELSINKI : Kuvataideakatemia, Finnish Academy of Fine Arts VAASA : Novia University of Applied Sciences

Grèce ATHENES : Athens School of Fine Art

MILAN : Accademia di Belle Arti di Brera FLORENCE : Facolta di Archittetura di Firenze (architecture)

Islande REYKJAVIK : Iceland Academy of the Arts

Pays-Bas ROTTERDAM : Hogeschool Rotterdam & Omstreken

Pologne GDANSK : Academy of Fine Arts (ASP) Gdansk

Portugal TOMAR : Instituto politécnico de Tomar

Suisse

GENEVE : Haute École d’Art et de Design SIERRE : École Cantonale d’Art du Valais- HEA LUCERNE : Hochschule LuzernDesign & Kunst

Turquie ESKISEHIR : Anadolu University


Arménie EREVAN : Académie des Beaux-Arts d’État d’Erevan

Brésil RIO DE JANEIRO : ESDI / UERJ Escola Supérior de Desenho Industrial Escola de Belas Artes, Universidade Federal do Rio de Janeiro

Canada QUEBEC : Université de Laval MONTREAL : EAVM, Université du Québec à Montréal

Chili SANTIAGO : Universidad ARCIS

Chine PÉKIN : Central Academy of Fine Arts (Beijing) SHANGHAÏ : Shanghaï Institut of Visual Arts (SIVA)

Côte d’Ivoire ABIDJAN : INSAAC, École Nationale des Beaux-Arts d’Abidjan

Israël JERUSALEM : Bezalel academy of arts and design

Tunisie SOUSSE : Institut Supérieur des Beaux-Arts

8. les échanges internationaux

Hors Programme Erasmus

55


9.

PiSOURD


PILAB CRÉATION Cet ensemble d’activités pédagogiques vise à mieux inscrire le dispositif d’enseignement pour sourds et malentendants, dans le projet général de l’école et l’enseignement de l’art et du design. Pilab donne l’opportunité aux acteurs et experts du monde sourd de réfléchir ensemble à la manière dont elle est amenée à s’emparer d’enjeux artistiques. Afin de concrétiser l’enrichissement de cette voie d’approche, la priorité est aujourd’hui donnée à l’invitation d’artistes : transmission, interprétariat, traduction, échange et incommunicabilité, différence, signes des mots et des gestes, dimension performative... autant d’attitudes créatives et critiques qui mobilisent actuellement les artistes et viennent dans ce programme croiser et interroger la dimension sourde lors de workshops.

LES DISPOSITIFS SPÉCIFIQUES  Interprétariat français / LSF Un planning de réservation d’interprètes est en ligne sur Google Agenda. Il contient les informations du calendrier universitaire général (cours et obligations d’études, dates d’examens…) ainsi que les événements et rendez-vous particuliers. Il est corrigé par les étudiants et la coordination PiSOURD chaque semaine en fonction des modifications signalées par le secrétariat pédagogique et les enseignants.  Un temps majoré aux concours, évaluations et examens, qui correspond au tiers de la durée de l’épreuve.  Prises en notes des cours et conférences Les preneurs de notes sont recrutés à la rentrée parmi les étudiants entendants volontaires inscrits dans les mêmes cours que les étudiants sourds. Ils assistent aux cours et transcrivent les informations de façon à ce que tous les étudiants puissent travailler sur le même contenu. Les notes sont centralisées et envoyées via e-mail aux étudiants sourds et malentendants mais également aux étudiants de langue maternelle étrangère qui en auront formulé la demande.

 Réunions pédagogiques et suivi Ces réunions ont lieu tous les mois et demi environ. Elles permettent de faire le point avec les étudiants sourds sur l’organisation générale mais aussi sur le suivi de chacun. Ces réunions sont ouvertes à tous les enseignants. Elles sont obligatoires pour tous les étudiants sourds et malentendants.  Cours de langue des signes À la rentrée, les étudiants intéressés par le cours de langue des signes pourront se présenter à la séance de sensibilisation à la LSF. Les douze étudiants sélectionnés, après remise d’une lettre de motivation, s’engagent pour un cycle d’apprentissage de deux niveaux sur deux ans. Ces cours sont destinés en priorité aux étudiants en année 1.

L’ORGANISATION DE L’INTERPRÉTARIAT Le bon fonctionnement de l’interprétariat nécessite une collaboration de tous les acteurs (enseignants, secrétariat pédagogique et étudiants) et demande aux étudiants une consultation régulière et une bonne vérification des événements qui y sont enregistrés. Les cours théoriques concernant les étudiants sourds et malentendants ainsi que les forums et conférences sont en situation d’interprétariat dans la mesure des disponibilités de l’ASIP (Association Sourds et Interprètes de Provence). La présence et la réservation d’interprétariat en atelier, arc et studio s’organise par contre au cas par cas, à la demande. L’interprète doit, dans la mesure du possible, connaître à l’avance le contenu des interventions, cours, entretiens, réunions, conférences… Il est donc souhaitable de lui faire parvenir un document, résumé ou intégral, ainsi qu’une liste des termes spécialisés qui seront utilisés : interpretasip@gmail.com Pour toute modification de planning interprètes contacter Franca Trovato : esbamarseille@gmail.com / 06 32 87 11 72 Pour toute annulation tardive contacter secrétariat ASIP : Tél. : 04 91 62 38 70 – Fax : 09 70 63 03 13 SMS : 06 07 85 48 34 Mail, Oovoo, MSN : asip.sud@hotmail.fr L’ESADMM accueille dans le cadre de Pisourd des stagiaires de différentes formations (interprète, médiation culturelle auprès du public sourd…). Des informations culturelles régionales et nationales (spectacles bilingues, visites en langue des signes des musées…) sont diffusées auprès des étudiants.

9. Pisourd

Désignée « site pilote » par le ministère de la Culture, l’ESADMM met en application des modalités particulières à l’accompagnement et l’accueil d’étudiants sourds et malentendants. Le programme comprend des actions pédagogiques rassemblées dans Pilabcréation, et des dispositifs spécifiques permettant l’accès des étudiants sourds aux études. L’objectif général est de construire des pistes de réflexions artistiques, linguistiques et sociales, conditions véritables d’une mixité culturelle sourde et entendante.

57


ÉQUIPE PISOURD Coordination du projet : Jean-Louis Connan, directeur artistique et pédagogique Coordination pédagogique & animation de projet Pilab : Franca Trovato Coordination administrative : Karen De Coninck Avec la participation de Christine Mahdessian : assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques.

9. Pisourd

Pilab création : les professeurs pilotant les actions pédagogiques et artistiques.

58

photographie D.R


59

9. Pisourd


10.

partenariats


INTERNATIONAL

ACTEURS ARTISTIQUES

Les échanges et séjours conventionnés d’étudiants sont mis en œuvre avec près de 50 écoles d’art dans le monde. La mobilité est ainsi rendue possible pour l’ensemble des étudiants de l’année 4, options Art et Design. L’école met en œuvre des partenariats plus approfondis avec certaine villes internationales, à l’image des échanges avec Shanghai qui ont récemment donné lieu à des expositions croisées entre l’Institut des peintres et sculpteurs de Shanghai et l’ESADMM, alors que l’école développe également des projets avec le SIVA (Shanghai Institut of Visuals Arts) ou encore avec la ville de Hambourg pour le design. De nombreux partenariats lient en France et à Marseille l’institution avec des acteurs artistiques, culturels, entreprenariaux et scientifiques.

 L’ESADMM est membre de l’association Marseille Expos, réseau des galeries et des lieux d’art contemporain de Marseille  Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou : cycles de conférences  Fondation Ricard  Astérides (Friche de Belle de Mai) : module de professionnalisation à destination des étudiants, résidences d’artistes issus de l’école

 Sextant et plus (Friche de la Belle de Mai) : résidence d’artistes

ENTREPRISES & MONDE ÉCONOMIQUE Afin de permettre le développement de nouveaux projets (plateforme numérique, expositions, échanges, achats de matériel…), l’école entreprend un rapprochement sans précédent avec le monde de l’entreprise. Conjointement aux financements publics, le partenariat privé reste essentiel au développement de l’ESADMM. La collecte de la taxe d’apprentissage (plus de 600 entreprises locales, régionales et nationales contactées), ainsi que la création d’un fonds de dotation « Luminy Art-Design Dotation », représentent les deux axes principaux vers la recherche de fonds privés. Par ailleurs, le monde de l’entreprise contribuant, depuis des années, à l’émergence de projets culturels, humanitaires, sociaux ou pédagogiques, l’ensemble des actions de mécénat, plus traditionnel, doit être pérennisé (soutien d’artistes en résidence, d’expositions, d’achats d’œuvres…). Quelques exemples de collaborations :  Union pour l’entreprise des Bouches-du-Rhône : exposition des diplômés dans les locaux de l’UPE13, résidences de jeunes artistes issus de l’ESADMM en entreprises  Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence (Pôle innovation et industrie) : réflexion sur le design, expositions

 Galerie Gourvennec-Ogor : prix de l’ESADMM  Foire d’art contemporain Art-O-Rama : programmation d’exposition associée  Galerie des grands bains douche : expositions, conférences, workshops

10. Partenaires

 Triangle France (Friche de la Belle de mai) : module d’enseignement sur l’exposition et le commissariat

 Atelier De visu : workshops, éditions, expositions  Association AMEO et Mairie des 9e et 10e arrondissements, Marseille  : festival des «  Arts éphémères  », prix photographique de Maison Blanche  VIA : participation régulière aux expositions consacrées aux écoles supérieures d’art.  Le Musée d’art contemporain de Marseille  Le Festival International du Documentaire (FID)  Marseille Objectif Danse...

PARTENAIRES SCIENTIFIQUES/ UNIVERSITAIRES D’autres partenariats qui concernent souvent les stages d’étudiants, des projets pédagogiques mettent l’école en lien avec :  L’École nationale supérieure d’architecture de Marseille (pédagogie et recherche)

 IKEA : projet d’exposition s’appuyant sur les gammes textiles de la marque

 L’École d’ingénieurs d’Aix-Marseille université, Polytech Marseille

 FERMOB : réalisation de prototypes de chaises de jardin  PÉBÉO : soutien à l’exposition « Rendez-vous à Shanghai »

 Le LESA (Laboratoire d’Études en Sciences des Arts), Aix-Marseille Université

 Marseille-Innovation (Pôle media de la Friche de la Belle de Mai) : rencontres professionnelles sur le design

 Le LSIS (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes), domaine universitaire de Saint-Jérôme  Le département des sciences de l’information et de la communication de l’université de Savoie

61


11.

RÈGLEMENT INTÉRIEUR


L’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée est un établissement public. Le ministère de la Culture et de la Communication en fixe le régime pédagogique. Elle est un établissement d’enseignement artistique supérieur. Le déroulement des études, tel que précisé chaque année dans le livret de l’étudiant, s’impose à l’ensemble des étudiants de l’école. Le service public de l’enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise politique, économique ou religieuse ; il respecte la diversité des opinions. Le principe de laïcité de l’enseignement public est un principe à valeur constitutionnelle. Article 1 – Champ d’application Les dispositions du présent règlement intérieur ont vocation à s’appliquer : – à l’ensemble des usagers de l’ESADMM et notamment aux étudiants – à l’ensemble des personnels – à toute personne physique ou morale présente, à quelque titre que ce soit, au sein de l’école (ex  : personnels d’organismes extérieurs ou hébergés, prestataires, visiteurs, invités, collaborateurs bénévoles, livreurs…) Les personnes relevant d’établissements ou d’organismes distincts de l’école, notamment les étudiants étrangers en séjour à l’ESADMM, ne peuvent se prévaloir de dispositions propres qui seraient contraires ou incompatibles avec les dispositions du présent règlement intérieur ou des règlements intérieurs des différentes composantes de l’école. Article 2 – Hiérarchie des règlements intérieurs Le présent règlement intérieur s’insère en aval des dispositions légales et règlementaires qu’il complète dans un souci de « vie ensemble » harmonieuse. Les lois et règles en matière notamment d’ordre public, de laïcité, de harcèlement, de respect du droit d’auteur(...) s’appliquent à l’intérieur de l’établissement. Certaines dispositions qu’elles recèlent sont rappelées ici dans un souci de pédagogie et de clarté, non pour y contrevenir ou pour les méconnaître. Si certaines composantes de l’école, espaces pédagogiques, ateliers, bureaux, espaces collectifs, sont amenés à adopter des dispositions spécifiques, celles-ci ne pourront s’imposer au présent règlement ni faire obstacle à son application.

TITRE I : DISPOSITIONS COMMUNES

CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 3 – Comportement général 3-1 Le comportement des personnes (actes, attitudes, propos ou tenues) ne doit pas être de nature : – à porter atteinte à l’ordre public et au bon fonctionnement de l’école – à porter atteinte au principe de laïcité du service public de l’enseignement supérieur – à porter atteinte à la santé, l’hygiène et la sécurité des personnes et des biens – à créer une perturbation dans le déroulement des activités d’enseignement, administratives, culturelles et, en général, de toute manifestation autorisée au sein de l’école. 3-2 D’une manière générale, le comportement des personnes doit être conforme aux règles communément admises en matière de respect d’autrui et de civilité, ainsi qu’aux lois et règlements en vigueur. Article 4 – Harcèlement 4-1 Sont des délits punissables dans les conditions prévues par le code pénal : – le fait de harceler autrui par des agissements répétés, ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions d’exercice de l’activité ou du travail, susceptibles de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ou sa réputation – le fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle ou pécuniaire 4-2 Le fait de harcèlement peut donner lieu à une sanction disciplinaire indépendante de la mise en oeuvre de poursuites pénales Article 5 – Délit de bizutage Le fait d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions est un délit punissable dans les conditions prévues par le code pénal. Le fait de bizutage peut donner lieu à une sanction disciplinaire indépendante de la mise en oeuvre de poursuites pénales. Article 6 – Usage des moyens de communication, téléphones et accès Internet 6-1 Les téléphones portables et autres moyens de communication et de transmission doivent être en position conforme à la demande formulée par les professeurs pendant les cours et éteints pendant les examens et concours ainsi qu’au sein de la bibliothèque.

11. règlement intérieur

PRÉAMBULE

63


11. règlement intérieur 64

6-2 Une charte a pour objet de définir les conditions d’accès et les règles d’utilisation des outils informatiques et de l’accès à Internet mis à la disposition des utilisateurs par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée. Les lignes qui suivent résument le contenu de cette charte. Elle est susceptible d’évolutions et peut être consultée auprès de l’administration de l’école. Le réseau informatique de l’ESADMM est relié par l’intermédiaire du réseau RENATER (Réseau National de Télécommunications pour la Technologie, l’Enseignement et la Recherche) à une communauté d’utilisateurs travaillant dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la recherche et de la technologie. L’objet unique du réseau RENATER est de permettre l’échange de données générées par les activités de recherche, de développement technologique et d’éducation. Les ressources informatiques et les services Internet de l’ESADMM sont mis à la disposition des utilisateurs à des fins d’enseignement, de culture, de recherche et de diffusion d’informations scientifiques et pédagogiques. Étant donné qu’un réseau est caractérisé par l’interdépendance de ses utilisateurs, un trouble ou acte malveillant met en péril l’ensemble de la communauté. Pour le bon fonctionnement du réseau et le respect de ses utilisateurs, l’ ESADMM souscrit à un code de bonne conduite à respecter en matière d’utilisation d’Internet. Pour accéder aux services de RENATER, les utilisateurs doivent s’engager sur les termes de la présente charte. 6-3 Principes à respecter : 6-3-1 Finalité de l’utilisation L’accès aux moyens informatiques et à l’Internet est strictement personnel et incessible. Cet accès est à des fins professionnelles, à savoir enseignement, recherche, développements techniques, transfert de technologies, diffusion d’informations scientifiques, techniques et culturelles, expérimentations de nouveaux services présentant un caractère d’innovation technique. À ce titre, est interdite toute utilisation des ressources informatiques et d’Internet via RENATER à des fins personnelles autres (commerciales, ludiques...). L’utilisateur ne peut, en aucun cas, donner accès à titre commercial ou non, rémunéré ou non, au réseau RENATER à des tiers.

6-3-2 Utilisation loyale du réseau Toute opération, sous quelque dénomination que ce soit, dont la finalité est de faire naître l’espérance d’un gain qui serait acquis par la voie du sort, notamment les loteries, est strictement interdite. Tout utilisateur est responsable de l’utilisation rationnelle des ressources du réseau auquel il a accès, de manière à éviter toute consommation abusive et/ou détournée de ces ressources. Plus particulièrement, il doit :

– S’abstenir de toute utilisation malveillante destinée à perturber ou porter atteinte au réseau auquel il a accès. – Utiliser de manière loyale le réseau en évitant de créer ou de générer des données ayant pour effet la saturation du réseau ou encore épuiser les ressources de ses équipements. – Appliquer les recommandations de sécurité de l’établissement qui permet le raccordement, – Signaler toute tentative de violation de son compte, ou d’intrusion sur ses équipements.

6-3-3 Licéité du contenu échangé a. Respect du droit à la propriété « intellectuelle » Les données diffusées sur Internet doivent avoir été obtenues licitement et ne pas porter atteinte au droit des tiers. L’utilisateur des ressources informatiques et d’Internet doit veiller au respect du droit de propriété d’autrui, et plus particulièrement : – L’utilisation des logiciels sur le réseau ou sur des machines indépendantes s’effectue dans le respect des termes de la licence d’utilisation lorsqu’il ne s’agit pas de logiciels « opensource », – Il s’interdit la reproduction des logiciels commerciaux autre que pour l’établissement d’une copie de sauvegarde, – Il respecte les droits de propriété intellectuelle sur des œuvres protégées (livres, logos, pièces musicales, images, logiciels…), qui font interdiction d’utiliser, de reproduire et d’exploiter ces œuvres sans l’autorisation de l’auteur ou du titulaire des droits. b. Respect du droit des personnes Il est interdit à tout utilisateur de porter atteinte à la vie privée d’autrui par un procédé quelconque et notamment par la transmission, sans son consentement, de son image ou de ses écrits diffusés à titre confidentiel ou privé. De manière générale, l’utilisateur veille au respect de la personnalité, de l’intimité et de la vie privée d’autrui, y compris des mineurs. c. Respect de l’ordre public RENATER ne saurait être un vecteur de provocation et à ce titre, tout utilisateur doit agir dans le respect de l’ordre public et s’interdire notamment tout acte malveillant de quelque nature que ce soit (trouble à l’ordre public, incitation au racisme, incitation au terrorisme, incitation au suicide) ou toute diffusion de message à caractère violent de nature à porter atteinte à la dignité humaine. La notion d’ordre public s’entend en cohérence avec le droit français et européen en la matière, quel que soit le pays d’origine de l’étudiant.

6-3-4 Confidentialité L’utilisateur respecte les contenus à caractère confidentiel, et s’engage particulièrement : – à ne pas lire, copier, divulguer ou modifier les fichiers d’un autre utilisateur sans y avoir été explicitement autorisé par son propriétaire et/ou son auteur, – à ne pas intercepter les communications entre tiers.


L’utilisateur qui enfreint une des règles énoncées dans la présente charte encourt d’éventuelles sanctions disciplinaires et/ ou la suppression de son accès aux ressources RENATER. Par ailleurs, il peut faire l’objet de poursuites pénales. Article 7 – Plagiat/contrefaçon Conformément au code de la propriété intellectuelle, toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle d’une oeuvre faite sans le consentement de son auteur est illicite. Le délit de contrefaçon (plagiat) peut donner lieu à une sanction disciplinaire indépendante de la mise en oeuvre de poursuites pénales. Article 8 – Effets et objets personnels L’école est un lieu collectif. Bien qu’attentive à la qualité de vie, et à la sécurité des biens et des personnes, elle ne peut être tenue pour responsable de la disparition ou de l’atteinte aux biens personnels, lesquels sont toujours réputés demeurer sous la garde de leur propriétaire ou détenteur.

CHAPITRE II : RESPECT DES RÈGLES D’HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ Article 9 – Premiers secours En cas d’accident avertir le gardien au 8353 en donnant sa position dans l’école et les secours attendus. Le gardien a pour mission d’appeler les secours. En fonction de la gravité, une trousse de premier secours est disponible dans les bureaux des surveillants et dans chacune des bases techniques. Article 10 – Interdiction de fumer Conformément aux dispositions de la loi, il est interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif. Article 11 – Interdiction de consommer de l’alcool Il est interdit à toute personne d’introduire ou de consommer des boissons alcoolisées, sauf autorisation exceptionnelle du directeur. Article 12 - Respect des consignes de sécurité Quel que soit le lieu où elle se trouve au sein de l’école, toute personne doit impérativement prendre connaissance et respecter les consignes générales de sécurité, et notamment les consignes d’évacuation en cas d’incendie. Il convient, le cas échéant, de se reporter aux documents affichés ou distribués au sein de l’école.

Il est interdit : – d’utiliser des appareils à feu nu, de modifier le réseau de distribution électrique sans autorisation, d’encombrer ou de restreindre la circulation au sein des bâtiments, les issues principales et de secours, les couloirs, paliers, escaliers, fenêtres (...), – de stocker des matériaux inflammables ou à fort pouvoir calorifique en dehors des armoires spéciales prévues à cet effet, – d’utiliser, d’obstruer ou de dérégler les moyens de lutte contre l’incendie (extincteurs, RIA, porte coupe-feu etc.). Le non-respect de ces consignes peut entraîner des sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion définitive de l’établissement ; des poursuites pénales peuvent être également engagées. Article 13 – Traitement des déchets D’une manière générale, tous les déchets et détritus doivent être déposés dans les poubelles ou conteneurs prévus à cet effet. Article 14 – Nuisances sonores L’usage personnel de radios, chaînes etc sans écouteurs est interdit, sauf accord de tous les occupants de l’espace alentour. Article 15 – Ateliers techniques L’accès aux ateliers est exclusivement réservé aux étudiants inscrits, stagiaires ou partenaires d’autres écoles, ainsi qu’au personnel de l’école. L’entrée de tout autre personne est strictement interdite et engagerait, en cas de dommage lui survenant, sa propre responsabilité. L’usage des ateliers est réservé aux travaux entrant dans le cadre de la scolarité et suivi par un enseignant. Les travaux nécessitant l’usage de machines spécifiques sont interdits hors la présence du personnel pédagogique et / ou technique de l’établissement.

CHAPITRE III : DISPOSITIONS CONCERNANT LES LOCAUX Article 16 - Maintien de l’ordre dans les locaux

16-1 Le directeur de l’école est responsable de l’ordre et de la sécurité dans les enceintes et locaux affectés à l’établissement dont il a la charge. Sa compétence s’étend aux locaux mis à la disposition des usagers et du personnel. Elle s’exerce à l’égard de tous les services et organismes publics ou privés installés dans les enceintes et locaux pré-cités. 16-2 Le directeur est compétent pour prendre à titre temporaire toute mesure utile afin d’assurer le maintien de l’ordre : interdiction d’accès, suspension des enseignements…Les faits qui ont conduit au prononcé d’une telle mesure peuvent donner lieu à une procédure disciplinaire.

11. règlement intérieur

6 – 4 Sanctions encourues :

65


Article 17 - Accès à l’école et à ses locaux 17-1 L’accès au site de l’école et à ses locaux est strictement réservé aux étudiants, aux personnels de l’école ainsi qu’à toute personne dûment autorisée.

17-2 L’accès peut être limité pour des raisons liées notamment à la sécurité (plan vigipirate, chantiers de travaux…) et être conditionné à la présentation de la carte d’étudiant ou professionnelle et /ou à l’ouverture des sacs ou coffres de véhicule.

11. règlement intérieur

17-3 Les intervenants extérieurs doivent être porteurs de l’identification de l’organisme ou de la société dont ils dépendent (port du badge…).

66

17-4 La présence d’animaux est interdite à l’intérieur de l’ESADMM sauf exception (chiens accompagnant les personnes mal ou non voyantes ou cas d’autorisation expresse…). Article 18 - Circulation et stationnement 18-1 La circulation et le stationnement des véhicules sur le parking ne sont ouverts qu’aux personnels et aux étudiants de l’école ou aux personnes dûment autorisées. Un badge leur sera délivré. Celui-ci devra être facilement visible lors du passage devant le gardien. Les véhicules doivent appartenir à un usager de l’école et être assurés. Ils ne doivent pas séjourner plus de 4 jours sur le même emplacement.

18-2 Les dispositions du code de la route sont applicables au sein du parking de l’école.

18-3 Il est interdit de stationner en dehors des emplacements prévus à cet effet et, notamment, sur les aires réservées aux personnes handicapées et sur les zones de cheminement ou d’évacuation (escaliers, issues de secours…). Les voies d’accès des pompiers ou de véhicules de secours doivent être dégagées en permanence. Article 19 - Utilisation des locaux

19-1 Les locaux doivent être utilisés conformément à leur affectation, à leur destination et à la mission de service public dévolue à l’école.

19-2 Tout aménagement ou équipement lourd ou modification de locaux (y compris les modifications d’accès ou les changements de serrure…) doit être soumis à l’autorisation préalable du directeur.

19-3 Les locaux peuvent accueillir des réunions ou des manifestations, sous réserve d’avoir obtenu les autorisations prévues à l’article 21. 19-4 Les magasins seront soumis à un règlement spécifique pour l’emprunt de matériel par note interne.

Article 20 – Bâtiments et parc Il est strictement interdit de porter atteinte à la vie animale ou végétale du parc de l’école. La fragilité du biotope, la difficulté de son entretien, les risques élevés, surtout en période estivale, de dégradation et d’incendie, doivent être sensibles à chacun. L’installation d’œuvres à l’extérieur, utilisant ou non, transformant ou non, des éléments naturels, doit être autorisée par le directeur. TITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ÉTUDIANTS & AUTRES USAGERS

CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 21 – Notion d’usager Les usagers de l’école sont les bénéficiaires des services d’enseignement, de recherche et de diffusion des connaissances au sens du code de l’éducation. Article 22 – Libertés et obligations des usagers 22-1 Les usagers disposent de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels.

22-2 Ils exercent cette liberté à titre individuel et collectif, dans des conditions qui ne portent pas atteinte aux activités d’enseignement et de recherche et qui ne troublent pas l’ordre public, et dans le respect des dispositions du présent règlement intérieur. 22-3 La présence et la ponctualité à tous les cours obligatoires et aux invitations de l’équipe pédagogique sont indispensables. Les absences répétées, sans motif valable, peuvent entraîner l’exclusion. Les redoublants ne sont aucunement dispensés de ces obligations.

CHAPITRE II : DROITS DES USAGERS Article 23– Représentation, participation des étudiants Les étudiants sont représentés au sein des diverses commissions de l’école conformément aux textes en vigueur, au sein du Conseil scientifique et pédagogique, ainsi qu’au sein du Conseil d’administration, conformément aux statuts de l’établissement. Article 24 – Conseil pédagogique Un Conseil pédagogique, composé de membres de droit, de représentants des enseignants, des étudiants et des personnels (constitué en conformité avec le décret 76-106 du 21-011976), est consulté sur toute question relative à l’orientation générale de l’établissement, au budget et à ses ventilations, à l’organisation, aux méthodes et au contenu de l’enseignement et de la recherche.


Article 26 - Liberté d’association Le droit d’association est garanti par la loi du 1er juillet 1901. La domiciliation d’une association au sein de l’école est soumise à autorisation préalable du Conseil d’administration après avis du Conseil scientifique et pédagogique. La mise à disposition éventuelle d’un local doit faire l’objet d’une autorisation préalable qui peut prendre la forme d’une convention conclue entre l’école et l’association. Cette disposition doit faire au préalable l’objet d’un débat en Conseil pédagogique et d’un vote. Article 27 - Tracts et affichages 27-1 L’école met à la disposition des étudiants des panneaux d’affichage.

27-2 Dans le respect de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels, la distribution de tracts ou de tout document par les étudiants et les personnels est autorisée au sein de l’école mais sous conditions. 27-3 La distribution de tracts ou de tout document (notamment à caractère commercial) par une personne extérieure à l’École ou pour son compte est interdite. 27-4 Affichages et distributions doivent : – ne pas être susceptibles d’entraîner des troubles à l’ordre public – ne pas porter atteinte au fonctionnement et aux principes du service public – ne pas porter atteinte au respect des personnes et à l’image de l’école – être respectueux de l’environnement. 27-5 Toute personne est responsable du contenu des documents qu’elle distribue, diffuse ou affiche. Tout document doit mentionner la désignation précise de son auteur sans confusion possible avec l’école.

Article 28 – Liberté de réunion

28-1 Aucune réunion ou manifestation ne peut se tenir ou être organisée au sein des locaux sans la délivrance préalable par le directeur d’une autorisation écrite.

28-2 Il ne doit exister aucune confusion possible entre l’école et les organisateurs des réunions ou manifestations qui restent responsables du contenu des interventions.

CHAPITRE III : OBLIGATIONS DES USAGERS Article 29 - Tenue vestimentaire 29-1 Les étudiants peuvent porter des signes manifestant leur attachement personnel à des convictions religieuses ou philosophiques, dans le respect des dispositions du présent règlement intérieur. En revanche, sont interdits les signes ostentatoires qui constituent en eux-mêmes des éléments de prosélytisme ou de discrimination, de nature à porter atteinte à l’ordre public, au fonctionnement du service public ou à l’organisation de la pédagogie. En toute circonstance, une tenue correcte est exigée. Article 30 – Accès à l’école Seuls les étudiants, les professeurs et intervenants, les stagiaires ainsi que les personnels administratifs et techniques de l’école sont admis dans l’école. Aucune autre personne ne peut être invitée à y pénétrer sans l’autorisation préalable du directeur. Des contrôles peuvent être exercés à l’entrée, des consignes particulières peuvent être prescrites, de façon temporaire ou prolongée, pour réglementer l’accès et la circulation des personnes et des véhicules. Les locaux sont ouverts aux heures normales de bureau et d’enseignement (à partir de 8h30) modulées en périodes d’examens, de cours, ou autres activités pédagogiques encadrées par des enseignants. Des autorisations exceptionnelles de travail dans les ateliers en dehors de ces périodes peuvent être délivrées par le directeur sous sa responsabilité personnelle. La demande de l’étudiant validée par un enseignant responsable de l’atelier considéré doit être présentée au service scolarité au moins 7 jours à l’avance. L’école est ouverte aux étudiants lors des périodes de vacances d’hiver et de printemps selon les horaires de l’administration. L’école doit être vidée de tout occupant à 21h. Cette disposition implique qu’il est strictement interdit de dormir de nuit dans l’établissement.

11. règlement intérieur

Article 25 – Responsabilité et autonomie pédagogiques Les professeurs sont recrutés en fonction de critères artistiques, professionnels, de recherche et pédagogiques sur la base d’un profil de poste qui inscrit leur intervention dans le panorama général de l’enseignement de l’école. Ils sont inspectés par le ministère de la Culture. Ils sont responsables des enseignements qu’ils assurent, en particulier en ce qui concerne les champs, les méthodes, l’encadrement de projets, le bien-fondé des contextes, dès lors que ceci reste compatible avec le profil de poste qui a présidé à leur recrutement, aux orientations et organisations de l’équipe pédagogique dont ils font partie, ainsi que des orientations du projet d’établissement. Cette dernière est dotée d’un coordinateur ou d’une coordinatrice d’option, dont le rôle est de développer une synergie en fonction des ressources et spécificités de chacun, ainsi que d’être un porte-parole de l’équipe auprès des étudiants, de la direction de l’école et de l’administration.

67


Article 31 – Carte d’étudiant 31-1 La carte d’étudiant, document nominatif et personnel, doit permettre l’identification rapide et sans ambiguïté des étudiants inscrits. Les documents photographiques demandés par les autorités de l’École doivent répondre aux mêmes règles que celles concernant la carte nationale d’identité.

31-2 La carte donne accès aux espaces et locaux de l’école. Elle doit être présentée aux autorités de l’école ou aux agents désignés par elles chaque fois que ceux-ci la demandent Tout refus de présentation expose l’étudiant à une procédure disciplinaire.

11. règlement intérieur

31-3 Tout prêt, échange, falsification ou tentative de falsification

68

de carte est interdit et est passible de sanctions notamment disciplinaires. Article 32 – Contrôle des connaissances, examens et concours 32-1 Les travaux demandés (rendus de projet, devoirs, exposés, mémoires, thèses…) doivent revêtir un caractère personnel, ce qui exclut tout plagiat.

32-2 En vue de prévenir toute fraude ou tentative de fraude, le port de tenue ou de signe ne doit pas aller à l’encontre des règles et nécessités liées à l’organisation et au déroulement des examens et concours.

CHAPITRE IV : SANCTIONS DISCIPLINAIRES Article 33 –Procédure disciplinaire 33-1 La mise en œuvre de la procédure disciplinaire et le prononcé, au terme de celle-ci, d’une sanction, sont indépendants de la mise en œuvre, à raison des mêmes faits, d’une action pénale.

33-2 Le prononcé d’une sanction s’accompagne, selon le cas, de la nullité de l’inscription ou de la nullité de l’épreuve correspondant à la fraude ou à la tentative de fraude, voire, pour l’étudiant concerné, de la nullité du groupe d’épreuves ou de la session d’examen ou du concours, l’exclusion temporaire pour une durée maximale de cinq ans ou l’exclusion définitive de l’école ou de tout établissement public d’enseignement supérieur. 33-3 Fait l’objet d’une procédure disciplinaire tel que prévu dans l’article 15 du décret du 8 mars 1978 tout usager lorsqu’il est auteur ou complice d’un fait de nature à porter atteinte à l’ordre public ou au bon fonctionnement de l’école, d’un manquement au règlement intérieur.

TITRE III : DISPOSITIONS RELATIVES AUX PERSONNELS NB : ce chapitre sera intégré a ce document après son passage en CTP

CHAPITRE III : HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Article 43 - Prévention Il est interdit de dormir sur le site ou dans l’école sauf autorisation du directeur. Une autorisation doit être demandée aux professeurs et au service technique pour tous produits menés à l’école dans le cadre du travail. Les produits dangereux ne doivent pas être introduits dans l’école. Toute manipulation d’outils, produits etc. autre que sur les bases techniques doivent être faits en accord avec un enseignement et le service technique. Les prises électriques de l’école ne doivent alimenter que des appareils d’une puissance adaptée et répondant à la norme BFC 15100, ils ne doivent servir que pour l’usage pour lequel ils ont été crées. Toutes les protections doivent être utilisées (masque pour les soudeurs, paravent pour les autres usagers, protection pour les risques d’incendie, protéger les embouts de fer à béton, etc.). Un registre d’hygiène et de sécurité est à la disposition de tous les usagers au secrétariat de direction. En vue d’assurer le bon fonctionnement des services et le bienêtre de chacun, il est conseillé aux agents de signaler, dans les meilleurs délais, toute situation de travail délicate susceptible d’entraîner des cas éventuels de souffrance au travail, dont ils auraient connaissance.


TITRE IV : AUTRES DISPOSITIONS

Article 45 - Vie artistique Au-delà de l’enseignement au sens strict, la formation dispensée à l’école veut s’inscrire dans la variété des modes d’expression et de diffusion des arts plastiques dans les champs culturels contemporains, il faut entendre bien entendu, non seulement les lieux institutionnels de la culture et des arts, mais aussi l’expression dans les tissus urbains, industriels, et sociaux. L’école, avec la galerie du centre-ville, ses ateliers publics, ses ateliers décentralisés, ses partenariats avec les autres institutions ou acteurs artistiques, a vocation à jouer un rôle actif dans la création contemporaine. Il est attendu de l’étudiant dès le début de sa scolarité, qu’il s’intéresse, participe, non seulement aux cours et ateliers de Luminy, mais aussi à la vie artistique, en général et à celle de la ville en particulier. La direction, les enseignants et les services de l’école ont également pour mission de relayer l’information et l’initiative. Article 46 – Propriété artistique des travaux d’étudiants et communication de l’école Les travaux et oeuvres réalisés par les étudiants pendant leur scolarité sont leur propriété pleine et entière quelque soit le degré d’encadrement qui y a présidé. Les travaux réalisés dans le cadre de l’école, ateliers, workshops sont considérés produits par cette dernière. À ce titre ils restent à disposition de l’école pendant une durée de trois ans à l’issue de la réalisation, avec un libre usage à des fins de promotion de l’établissement dans des manifestations publiques, ou pour des éditions. Dans tous les cas, le nom de l’étudiant sera mentionné en regard de l’oeuvre exposée de ce dernier. Les oeuvres réalisées et montrées ayant reçu le soutien financier ou pédagogique de l’école doivent clairement indiquer ce soutien. Les étudiants doivent y être particulièrement attentifs lorsqu’ils ont fait l’objet d’une aide sous forme de bourse aux travaux d’étudiants.

11. règlement intérieur

Article 44 - Collaborateurs bénévoles La présence de collaborateurs bénévoles au sein de l’école peut être autorisée sous conditions. Les collaborateurs bénévoles doivent impérativement déposer auprès de l’école une déclaration préalable, en déclinant leur identité et en communiquant les garanties d’assurance dont ils bénéficient à titre personnel.

69


5B

4A

J

2

m

2

V

3

MER

3

S

4

J

4

D

5

V

5

L

6

S

6

m

7

D

7

MER

8

l

RENTRÉE

8

J

9

m

SEMESTRE AUTOMNE/HIVER

9

V

10

S

11

D

PRÉ-RENTRÉ

5B

1

6A

l

10 MER 11

J

12

V

12

L

13

S

13

m

14

D

15

l

15

J

16

m

16

V

17 MER

17

S

18

J

18

D

19

V

19

L

20

S

20

m

21

D

22

l

22

J

23

m

23

V

24 MER

24

S

25

J

25

D

26

V

26

L

27

S

27

m

28

D

29

L

29

J

30

M

30

V

31 MER

7B

DIPLÔME DNAT

8A

3B

70

1

NOVEMBRE

9B

2A

1 A/B

OCTOBRE

14 MER

21 MER

28 MER

toussaint

ARMISTICE


S

1

m

2

D

2

MER

3

L

3

J

4

m

4

V

5

MER

5

S

6

J

6

D

7

V

7

l

8

S

8

m

9

D

9

MER

10

L

10

J

11

m

11

V

12 MER

12

S

13

J

13

D

14

V

14

l

bilan S9 design

S1 ART

15

S

15

m

S7 design

S5 ART

16

D

16 MER

S5 design

S9 ART

17

L

17

J

S3 design

18

m

18

V

19 MER

19

S

20

J

20

D

21

V

21

l

22

S

22

m

23

D

24

L

25

m

15 A

14 A/B

13 B

1

23 MER 24

J

25

V

26 MER

26

S

27

J

27

D

28

V

28

L

29

S

29

M

30

D

31

L

NOËL

30 MER 31

J

NOUVEL AN

SEMESTRE PRINTEMPS ÉTÉ

Livret de l'organisation des études 2012/2013 - ANNXES

JANVIER 2013

16 B

12 A

11 B

10 A

DÉCEMBRE

71


MARS

V

1

V

2

S

2

S

3

D

3

D

4

l

4

l

5

m

5

m

6

MER

6

MER

7

J

7

J

8

V

8

V

9

S

9

S

10

D

10

D

11

l

11

l

12

m

12

m

20 B

19 A

1

13 MER

14

J

15

V

15

V

16

S

16

S

17

D

17

D

18

l

18

l

19

m

19

m

21 A

J

20 MER

20 MER

21

J

21

J

22

V

22

V

23

S

23

S

24

D

24

D

25

L

25

L

26

M

26

M

27 MER 28

J

VACANCES D’HIVER

journées portes ouvertes

13 MER

14

22 B

72

18 B

17 A

FÉVRIER

27 MER 28

J

29

V

30

S

31

D

dernier délai rattrapage S1


l

1

MER

2

m

2

J

3

MER

3

V

4

J

4

S

5

V

5

D

6

S

6

l

7

D

7

m

8

l

BILAN S6

8

MER

VICTOIRE 1945

9

m

BILAN S10 DESIGN

9

J

ASCENSION

RENDU MÉMOIRES DESIGN

10

V

préparation DNAP DESIGN

10 MER

26 A

1

J

BILAN S10 ART

11

S

12

V

commission de passage 3e à 4e

12

D

13

S

13

l

14

D

14

m

15

l

16

m

27 A/B

11

J

17 MER

17

V

18

J

18

S

19

V

19

D

20

S

20

L

21

D

21

M

22

L

23

M

28 B

préparation DNSEP DESIGN

CONCOURS D’ENTRÉE

15 MER 16

VACANCES DE PRINTEMPS

FÊTE DU TRAVAIL

22 MER 23

J

24 MER

24

V

25

J

25

S

26

V

26

D

27

S

27

L

28

D

28

M

29

L

30

M

29 MER 30

J

31

V

COMMISSION D’ÉQUIVALENCE

PENTECÔTE PRÉPARATION DNSEP ART FIN DES COURS THÉORIQUES

Livret de l'organisation des études 2012/2013 - ANNXES

MAI

29 A

25 B

24 A/B

23 A

AVRIL

73


JUILLET

31 A

30 B

JUIN

33 A/B

32 B

74

S

1

L

2

D

2

m

3

L

3

MER

4

m

4

J

5

MER

5

V

6

J

6

S

7

V

7

D

8

S

8

L

9

D

9

m

10

L

10 MER

11

m

34 A/B

1

DNAP ART

DNSEP DESIGN

12 MER

11

J

12

V

13

S

13

J

14

V

14

D

15

S

15

L

16

D

16

m

17

L

17 MER

18

m

18

J

19

V

19 MER

DNAP DESIGN

DNSEP ART

20

J

20

S

21

V

21

D

22

S

22

L

23

D

23

m

24

L

25

m

26 MER

EXAMEN S2 ÉVALUATIONS ART ET DESIGN

24 MER 25

J

26

V

27

S

27

J

28

V

28

D

29

S

29

L

30

D

30

M

31 MER

RÉUNIONS PÉDAGOGIQUES


75

Livret de l'organisation des ĂŠtudes 2012/2013 - ANNXES


76


Pôle édition 25 26 27 a

Sérigraphie Lithographie, offset, gravure Édition

18 a 9 11 22 a

Infographie Vidéo Design Photo

22 a 22 b

Photo studio de prise de vues

design cycle long 19 mezzanine 11 11 18 b

Lentigo (studio), Espaces sans qualité Jeux de construction (studio) Form Follows Fiction (studio) Hypermédia (studio)

Pôle numérique design d’espace cycle court 13

Pôle photo

art & DESIGN 7

Pôle tridimentionnel 14 39 29 21

Maquette(s) Bois Métal Terre, verre, volume, moulage

pratiques théoriques 1, 2, 3 40

Salles de cours Amphithéatre

luminy les galeries 10 a 10 b

Salle d’exposition haute Salle d’exposition basse

bibliothèque

ESADMM (à l’étage) Architecture (Rez de chaussée)

« être en ville »,« Atelier mouvant » (studios)

Son (studio)

ART 22 a/b 24, 30 31 32, 21 33, 34 35, 38 36 15

La photographie and co, (studio) Studio Pictura (studio) Dessin 32 / 21 (studio) Champs de la peinture (studio) Laïka (studio) commande publique (ARC) PING

Livret de l'organisation des études 2012/2013 - ANNXES

studios, ateliers de recherche et de création

BASES TECHNIQUES

77


ADRESSES UTILES Site de l’ESADMM www.esdamm.fr http://www.facebook.com/EcoleSuperieureArtDesignMarseilleMediterranee

Site des musées de Marseille http://www.marseille.fr/siteculture/

Site de l’espace culture (où télécharger l’agenda culturel de Marseille) www.espaceculture.net

Site de Marseille expos www.marseilleexpos.com

Journal gratuit d’informations culturelles www.journalzibeline.fr www.journalventilo.fr

78


École supérieure d’art & de design MarseilleMéditerranée 184, avenue de Luminy 13288 Marseille cedex 9 T : 04 91 82 83 10 F : 04 91 82 83 11 www.esadmm.fr Accès : bus 21, terminus Luminy

graphisme : Cécile braneyre / ESADMM photographies : Cécile braneyre & luc jeand'heur



Livret de l'organisation des études 2012/2013 - ESADMM