Issuu on Google+

Sculpteurs : Lemot François-Fréderic, (1772-1827); Coustou Guillaume (1677-1746); Coustou (1658-1733). Architectes : Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) ; Robert de Cotte (1656-1735).

Monument Équestre à Louis XIV

Materiaux : bronze et marbre. Lyon, 2e arrondissement, place Bellecour.

© N. Essaïd

Statue equestre de Louis XIV

© N. Essaïd

Le Rhône

© N. Essaïd

Le 21 mars 1685 le consulat décida de confier à Mansart le projet d’un monument équestre à louis XIV. Mansart proposa un model; Louis monte un cheval, le piédestal est orné de deux statues allégoriques du Rhône et de la Saône. L’exécution de la statue équestre a été confiée à Desjardins qui l’acheva en 1694. Quant a celle des statues du Rhône et de la Saône, elle a été confiée aux frères Coustou qui les achevèrent en 1714. La sculpture des plaques de marbre qui devait revêtir le piédestal a été confiée à Marc Chabry. Le monument n’a été achevé qu’en 1721 pour être condamné à la fonte en 1792 par les révolutionnaires. Le monument fut démonté et renversé, seules les statues du Rhône et de la Saône purent échapper a la colère des citoyens et furent donc transportées dans le hall de l’hôtel de ville ou elles demeureront jusqu’en 1952. Après la restauration de la monarchie, le préfet du Rhône chargea Lemot de réaliser une statue équestre de Louis XIV pour remplacer celle détruite pendant la révolution. Il l’exécuta en 1823 pour que le nouveau monument fût inauguré en 1825. Louis XIV est représenté dans la force de l’âge. Il est vêtu à la romaine pour marquer la distance entre un prince et ses sujets. Sa tête est ceinte de la couronne de laurier des césars, symbole de la gloire. Ses épaules sont recouvertes de la chlamyde grecque, ornement des héros. Son glaive est au fourreau, symbole de la justice et de la guerre. Sa main gauche semble tenir sans efforts le frein du coursier quant à sa main droite, elle s’appuie sur le bâton royal. Louis XIV, avec calme et sérénité monte un cheval vivace qui semble n’être retenu que par la puissance morale de son maitre. Le calme de Louis contraste avec la vivacité du cheval. Le premier exprimant la pensée ; le second, l’instrument. La statue s’appuie sur un piédestal dont l’austérité a tellement été critiquée qu’il a fallu replacer les statues du Rhône et de la Saône en 1952 pour orner ses faces ouest et est. Le Rhône, réalisée en 1721. Figure allégorique représentée sous les traits d’un vieillard barbu et vigoureux comme il convient à un fleuve violent. Couronné de pampres et d’épis de blé, allongé sur un lion couché montrant ses dents et ses griffes, le Rhône pose sa main gauche sur un aviron enfoncé parmi une touffe de joncs. A sa gauche, la patte avant du lion repose sur un poisson, des fruits et des légumes, trophées de l’agriculture et de la pêche. La Saône, réalisée en 1721, autre Figure allégorique mais représentée cette fois-ci sous les traits d’une belle femme molle comme il convient à une rivière lente. Allongée sur un lion couché sereinement et qui montre ses pelotes, ce qui symbolise toute la lenteur d’une rivière. Elle laisse glisser la corne d’abondance remplie de fruits notamment le raisin qui rappelle les vignes du beaujolais.

La Saône ARTAUD François, Ancienne statue équestre de Louis XIV a Lyon, Imprimerie de J.M.Barret, 1825. ARTAUD François, Nouvelle statue équestre de Louis XIV a Lyon, Imprimerie de J.M.Barret, 1825. GARDES Gilbert, Le monument équestre de Louis XIV à Lyon et les monuments équestres de ce roi au XVIIème et XVIIIème siècles, Lyon : Institut d’histoire de l’art, 1975. MONFALCON J.-B, Histoire Monumentale de La Ville de Lyon: Description de Lyon, Communes Rurales, Volume 6, Nabu Press, 2012.

Master 2 Patrimoine architectural ESSAÏD Nassim


Fiche de mediation culturelle, description de la statue équestre de Louis XIV