Page 1

#1

vous!

c’est à Le magazine de la future rue Rebière


Ont participé à ce numéro

Fanta et Linda pour l’interview « Des habitants qui assurent » avec Patricia MANAVIAN, Idir KARABADJI, AnneMarie MEVELLEC et Claudine VENTURINI. Baboute, Fanta, Inès et Leila pour l’interview « Les ateliers Ville » avec Isabelle CHARLOT. Aïssa, Amita, Ines, Leila, Marvin, Randi et Walid pour l’initiative de la « Trocante ». Aly, Awa, Baboute, Bano, Céline, Fanta, Gaspard, Linda, Mamadou, Mariame, Mohammed, Oupa, Patechou, Sabrina, Sekouba et Titi pour la réalisation le Roman photo « Imaginons la Rue Rebière ». L’équipe de l’EDL pour la rubrique « Près de chez vous ». Hedia AYARI et sa fille Aïcha pour la recette du « Tajine Tunisien ».

Tous les jeudis, de 19h à 20h, venez découvrir une exposition sur la transformation de votre quartier ! Des représentants de la Ville de Paris, de la Semavip ou de Paris Habitat seront là pour vous accueillir, vous informer et répondre à vos questions, au Centre El Hadi, 10 rue Emile Borel.

édito

La rue Rebière se transforme ! Bientôt, les travaux laisseront place à 190 logements flambant neufs, conçus par de jeunes architectes aux projets inventifs. Pour fêter l’événement, toute l’équipe a travaillé dur pour vous proposer la toute première édition de C’est à vous, le magazine de la future rue Rebière. Dans ce petit journal, vous retrouverez des interviews de ceux qui font bouger le quartier, des idées recettes, les grands rendez-vous à venir, des romans-photos, des bons plans, bref… plein de rubriques à découvrir ! Parions qu’elles donneront l’envie de les alimenter et d’en créer de nouvelles ! Félicitations aux enfants de la petite troupe du square Borel, qui suivent au plus près la vie d’un quartier qui bouge en y insufflant leur imagination et leur sourire, à travers des aventures pleines de rebondissements. On leur souhaite plein de courage pour les numéros à venir, et un grand bravo pour cette première édition! N’hésitez pas vous aussi à participer, en envoyant toutes vos idées, vos recettes et vos bons plans. Et à très bientôt pour le prochain numéro de C’est à vous ! Toute l’équipe du petit Journal


Sortir « L’atelier ville »

Les Ateliers Villes se situent au pied des impressionnantes tours de la Bibliothèque François Mitterrand, dans le 13ème arrondissement, non loin des quais de Seine. Ils se définissent comme «une école de la ville»: ils initient petits et grands de manière ludique à apprendre et comprendre « la ville » de Paris. Grâce à ces ateliers, des enfants du quartier vont appréhender et comprendre les grands travaux de rénovation urbaine qui ont lieu dans le 17e arrondissement.

Vers quels arrondissements y aura-t-il le plus de changements ? Plutôt sur la rive gauche ou sur la rive droite ?

C’est une bonne question. Dans Paris, il y a beaucoup d’endroits qui sont en chantier, qui se transforment. Il y a votre quartier, mais il y en a énormément d’autres, parce qu’ils sont un petit peu vieux, parce qu’ils ne sont plus adaptés à la vie de tous les jours, à la vie des habitants : ils ont besoin de pistes cyclables, ils ont besoin d’espace, Lors de cette première séance, nos 4 participantes, de jardins, donc on change la ville. Fanta, Baboute, Ines et Leïla ont redécouvert sous forme de jeu Paris sur une maquette géante. Elles Qu’allez-vous nous expliquer ont appris à s’orienter, à repérer les monuments au cours des prochains ateliers ? importants et à les placer sur la carte, à reconnaître la rive gauche de la rive droite, à visualiser leur arrondissement au sein de la capitale, ou Je vais vous expliquer comment la ville de Paris encore à trouver et à nommer les différentes a commencé à grandir, comment elle était autregares et vers où leurs trains se destinent. fois et pourquoi elle s’est transformée. Elle était Ensuite, nos apprenties urbanistes se sont transtoute petite, on va voir comment elle est deveformées en journalistes et ont interviewé leur nue ce qu’elle est aujourd’hui. Je voudrais vous formatrice. faire comprendre pourquoi elle bouge encore, à l’heure actuelle. Comment il n’y a plus de transiPouvez-vous vous présenter tion entre Paris et sa banlieue, comment la ville en quelques mots ? va s’étendre au-delà du périphérique. Je m’appelle Isabelle Charlot, je suis architecte, et je présente la ville aux habitants depuis 10 ans, je leur explique comment la ville se transforme.

Pour aller plus loin: http://www.ateliersvilles.fr/


Coté résidences « Des habitants qui assurent »

Claudine  & Anne-marie

Toutes les deux s’occupent de l’Amicale de la Tour du Bois Le Pretre. Toujours à l’écoute et attentives à faire vivre les liens du voisinatge.

Idir

Patricia

Enfant du quartier et président de l’association l’Eclaircie, Idir est incontournable au square Borel. Toujours là pour organiser une fête, filer un coup de main, échanger un mot ou un regard.

C’est auprès de son père, le fameux boxeur Jacques Manavian, que Patricia a sans doute appris à se battre pour que les jeunes aient un espace d’expression et de liberté. Habitante de la cité Rebière on sait qu’on peut compter sur elle pour aller de l’avant.


Pouvez-vous nous dire quel est votre engagement au sein de votre quartier ?

Quel est votre plus beau souvenir dans le quartier ?

Anne-Marie : C’est surtout écouter les gens, alors par exemple quand il y a quelqu’un qui a des soucis administratifs, et qui ne sait pas où s’adresser, on est là pour les orienter auprès des organismes. C’est ça le premier rôle ...

Patricia : Quand j’étais petite, avant qu’existe le stade Max Roussie, mon grand-père avait un jardin dans les terrains vagues. Il avait sa petite cabane, et il cultivait ses salades, ses poireaux, ses tomates et tout. Nous, on allait le voir, et on l’aidait dans le jardin.

Claudine : On essaie aussi de faire à Noël une petite fête pour les enfants, on organise la fête des voisins, pour que les gens du quartier se connaissent un petit peu plus.

Idir : Pour moi c’est la création de L’Eclaircie, parce j’ai grandi dans le quartier, et à l’époque où j’étais enfants nous n’avions pas d’association ni d’endroit pour se retrouver au cœur du square même.

Idir : Pour moi l’engagement au sein de son quartier est l’affaire de tout citoyen. Pour ma part j’assure la présidence d’une association de bénévoles, pour accompagner les enfants du quartier. On organise des journées à la mer, l’anniversaire de l’association, des kermesses, des grandes fêtes avec beaucoup de monde...

Claudine : Pour moi aussi c’est la création de l’Amicale, parce que finalement, ça permet aux gens de se rencontrer

Anne-Marie : Pour ma part le plus beau souvenir c’est la première fête des voisins. On devait la faire dehors, mais il pleuvait, il faisait froid. On s’est réfugié tous à l’intérieur, on a fini par se réchauffer et par Patricia : A vrai dire, c’est mon créer des liens. Tout le monde père qui a eu un engagement est reparti content... Le jour fort, moi je l’ai aidé dans beaucoup de choses. En tant qu’édu- d’après une petite fille a dit à cateur sportif, détaché de la Pré- sa maman,: « mais quand on fecture de Police au club sportif recommence la fête ? C’était beau hein ? ». Epinettes-Batignolles , mon père a fait de la réinsertion par le sport pour prévenir la délinquance. Pour moi être engagée est un plaisir car les enfants du quartier ont toujours été super!

Quels liens imaginez-vous pouvoir tisser entre les 3 résidences [Borel, Rebière et Bois Le Prêtre] ? Patricia : Déjà, ce serait bien que les gens se retrouvent un peu plus, que les associations des trois quartiers se regroupent et qu’on puisse faire une seule grande fête des voisins, tout le monde ensemble, avec des activités pour les enfants, un grand repas... Idir : C’est bien de créer des liens. Tous les jeudis, on a décidé de faire un apéro de quartier à Borel. Mais quand on dit « quartier », on considère Pierre Rebière, les alentours, jusqu’à Clichy presque... On a, effectivement, des gens actifs dans notre quartier, et plus qu’on ne le croit, seulement, tous n’aiment pas être au-devant de la scène, moi le premier... Anne-Marie : C’est sûr que dans la perspective de la nouvelle rue Rebière, il vaudrait mieux se connaître. Mais ça commence, parce qu’à la fête des voisins, on a tous les enfants de Rebière qui arrivent, c’est une sacrée équipe là... Je crois qu’il y en a eu un ou deux de Borel...On commence par les enfants, et puis après... Et quand ce projet sera fini, vraiment fini, il faudra faire une grande fête, et puis on dansera ! On vous invitera à ce momentlà !


Imaginons la rue Rebière

A mon tour!!

Ouais! gagné!...

Haa!

Hoho!!

ohh noon!...aïe!

grrr...Ils rigolent de moi... ils vont bien voir...

Mais qu'est-ce que tu fais?

C'est pas ma faute! Y'a de la poussière partout! C'est les travaux!


Nan! Plutôt un La rue Rebière grand karaoké est en travaux pour chanter! pour accueillir

190 logements neufs. Des projets conçus par 9 équipes internationales de jeunes architectes qui ont travaillé main dans la main avec Paris habitat, Nexity, les élus et surtout des habitants du quartier. A l’arrivée, prévue en 2011/2012: 17 immeubles de 10 à 20 logements à l’architecture inventive et de grande qualité architecturale

regardez...

Mais, que vont-ils faire ici?

je voudrais que ça soit un zoo avec plein de tigres! Hum...ou une école de détectives, pour apprendre à mener des enquêtes...

Hem...

Bon...

Pfff... Hep... N'importe quoi, vos idées sont vraiments nulles!

Ou alors un grand carrefour pou embêter tout le monde!

Ce roman photo est issu d’un recueil d’histoires conçues, imaginées et jouées par des enfants du square Borel. Encadrés par permis de vivre la ville il résulte d’un doux mélange d’imagination, d’échange et d’investissement. regardez

Rousselle&Laisné Architectes

Si vous m'aviez laisser parler, grâce à mes antennes je sais moi, ce qu'ils vont construire...

Cher lecteur c’est à vous!


Le coin des chefs «Tajine Tunisien»

Par Hedia et sa fille Aïcha Habitantes de la Tour du Bois Le Prêtre Maman de 7 enfants et grand-mère d’une ribambelle de petits-enfants, autant dire qu’Hedia a l’habitude de cuisiner !! C’est avec une multitude de plats accompagnés d’un succulent thé à la menthe qu’elle nous a accueillies pour nous faire déguster sa recette: le délicieux tajine tunisien. C’est sa maman qui lui a transmit ses secrets culinaires, et elle-même continue d’apprendre à ses filles à cuisiner comme un vrai chef… Bref, leurs talents culinaires se transmettent de génération en génération !!

Ingrédients (6 à 8 personnes)

Préparation

• 500g de veau désossé

• Couper la viande en petits dés, hacher l’ail et mélanger le tout avec l’huile d’olive, le safran, le poivre et le sel. Faire dorer pendant 15 minutes. Ajouter 2 verres d’eau et laisser cuire la viande (environ 20/25 min)

• 10 œufs • 250g de fromage râpé • 6 pommes de terre • 1 botte de persil • Du safran • Poivre • Sel • 3 gousses d’ail • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive

• Eplucher et couper les pommes de terre en petits dés et les faire frire dans de l’huile dans une poêle.

• Mélanger le fromage et les œufs, avec le persil haché, et intégrer aux pommes de terre. Mélanger le tout. • Une fois la viande cuite, la rajouter aux pommes de terre et mélanger.

• Beurrer un plat pour le four, et faire cuire à 150C° environs 20 min, jusqu’à ce que ce soit doré. A déguster chaud… ou froid !


Près de chez vous « Fête de quartier du 17ème »

C’est sans conteste la Fête de Quartier du 17e la plus réussie depuis au moins 3 ans! Tout le monde était au rendez-vous: toutes les associations du quartier et un public diversifié… C’est sous un soleil éclatant que ce 28 juin 2009, les habitants du 17e ont pu admirer des spectacles de danse, du théâtre et des concerts, ou se restaurer auprès de stands de bonbons, gâteaux et autres plaisirs sucrés… et salés! Les plus petits se concentraient sur la pêche aux canards maquillés en Spiderman, Coccinelle… ou sautaient sur des grenouilles géantes, pendant que d’autres repartaient ravis avec un pot de fleurs qu’ils avaient décorés eux-mêmes. Une journée dont tous les habitants se souviendront longtemps… On peut alors féliciter les nombreuses associations et artistes du 17e qui ont participé à l’événement : Inter club 17e, Actions Jeunes, Antenne Jeunes Loucheurs, Brin de Menthe, le Centre Social Cefia, le Centre d’Animation de la Jonquière, Vagabond Vibes, Travail au Noir, Figure de Swing, la Régie de Quartier Passerelle 17e, le Club de Prévention PVAS 18-17 Nord, Rythme Tout Terrain, l’Art de l’Agora, la Direction de la Propreté, l’Espace Info Energie, Permis de Vivre la Ville, et bien sûr l’Equipe de Développement Local du 17e.


Initiatives

«La super trocante aux jouets»

Dans le cadre des initiatives « un après-midi pas comme les autres », le samedi 2 mai les enfants de la Résidence Rébière étaient là au rendez-vous, malgré le ciel menaçant, la trocante devait avoir lieu. Les affiches étaient placées, les autorisations des parents signées, les jouets triés. Ainsi, munis d’une règle et de craies, les enfants ont tracé soigneusement leurs « stands » sur les allées de la Résidence. Ils ont arrangé l’exposition de leurs jouets par catégorie, par valeur, par affection…. enthousiasmés par les stands des autres, certains sont remontés pour piocher plus judicieusement dans leurs réserves, quelqu’un a même dérangé le gardien pour lui ouvrir la cave et ressortir les trésors les plus anciens. Ça y est tout est en place, les enfants font la tournée des stands, les premières transactions s’engagent, la Super Trocante commence… la pluie aussi. Vite ! On ramasse les jouets, on récupère sacs plastiques et boîtes et on se réfugie au local. On est serrés, mais on peut quand même organiser les stands autour des murs et là les échanges vont bon train. Tout d’abord timides, les marchandages se font plus aguerris et on finit par obtenir des échanges équitables, chacun scellé par une photo. C’est déjà l’heure du goûter puis les enfants repartent avec leurs nouveaux trésors, fiers d’avoir conclu des « affaires ». Alors, si on se donnait à nouveau rendez-vous avec d’autres enfants du quartier le samedi 14 novembre à 15h au début de la rue Rebiere au niveau de la Résidence Rebière, pour une nouvelle trocante « des jeux et des jouets » encore plus grande, peut être que l’on ferait de bonnes affaires...


Une petite et brève histoire du troc Le troc existe depuis que l’homme est apparu sur la Terre. Il a en effet commencé dès qu’un être suffisamment intelligent a pu comprendre qu’il pouvait échanger un silex contre une peau de bison sans devoir aller le chasser lui-même... L’origine du troc se confond avec celle de l’homme. Avec l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, les hommes ont commencé à échanger leurs surplus sur la base du troc.

Le commerce a donc précédé le métier de commerçant. Le troc a toujours compensé l’absence d’une monnaie commune. Rouliers des mers et navigateurs intrépides, les Phéniciens, dès le VIIIème siècle avant notre ère, poussèrent très loin hors de la Méditerranée leurs investigations.

De son côté, Ibn Battuta, grand voyageur arabe du XIVème siècle, ne manque pas de signaler les pratiques d’échange qu’il a observées: «Les noirs utilisaient le sel dans le commerce comme l’or ou l’argent sont utilisés ailleurs, il faut savoir à ce propos que les éthiopiens acquittèrent leurs impôts en barres de sel jusqu’en 1920! Dans un texte très significatif de 1874 le lieutenant Cameron nous raconte comment il dut s’y prendre pour se procurer une barque.

«L’homme de Saïd voulait être payé en ivoire et je n’en avais pas. On vint me dire que Ibn Selib avait de l’ivoire et qu’il désirait de l’étoffe; malheureusement je n’avais pas plus de l’un que de l’autre, cela ne m’avançait pas beaucoup. Mais Ibn Guerib qui avait de l’étoffe manquait de fil métallique dont j’étais largement pourvu. Je donnai donc à celui-ci le montant de la somme en fil de cuivre; il me paya en étoffe que je passai à Ibn Selib; celui-ci en donna l’équivalent en ivoire à l’agent de Saïd... et j’eus la barque!». De nos jours, on peut troquer des « savoirs », des figurines, des jeux électroniques…. Alors, pas étonnant que les enfants des résidences Rebière, Borel et Bois Le Prêtre retrouvent ce moyen de faire des affaires et surtout des nouvelles rencontres.

Rendez-vous, le Samedi 14 novembre à 15h pour la prochaine super trocante aux jouets!


Agenda Tous les mardis de novembre à janvier à 14h00 « Je pense à toi » Atelier création image et son par l’association SIWA avec les femmes du 17e L’Eclaircie au 10 rue Emile Borel 75017 Inscriptions jusqu’à la mi-novembre

Du mardi 3 au samedi 21 novembre à 21h00 « Que d’espoir » Cabaret théâtre, de Hanokh Levin avec Bruno Cadillon et Julianne Corre. L’Etoile du Nord au 16, rue Georgette Agutte 75018 Renseignements: 01.42.26.47.47 Du mardi 4 au samedi 14 novembre à 19h30

« Toujours le même fantasme » Monologue théâtre avec Frédéric Aspisi L’Etoile du Nord au 16, rue Georgette Agutte 75018 Renseignements: 01.42.26.47.47

Samedi 14 novembre à 15h début de la rue Rebière « Super trocante des jeux et des jouets »

Du mardi 5 novembre au samedi 12 décembre   à 20h (dimanche 15h) «Un cabaret Hamlet» de Matthias Langhoff Théâtre de l’Odéon, Place de l’Odéon 75006

Du mardi 17 au vendredi 21 novembre à 19h30 « Aiirh plus » Monologue théâtre de Nicolas Esinencu L’étoile du Nord, 16 rue Georgette Agutte 75018 Renseignements: 01.42.26.47.47

Samedi 21 novembre à 20h30

« Les discours du social de la morale à l’éthique » Rencontres du Centre Kirikou Centre d’animation la Jonquière, 88 rue de la Jonquière 75017 Renseignements: 01.44.85.95.21

Du lundi 23 au samedi 27 novembre

« sur les pas des blousons noirs » Expositions, cafés-débats, films, concerts Centre d’animation la Jonquière, 88 rue de la Jonquière 75017 Renseignements: 01.44.85.95.21

directeur de publication : Dimma Vezzani (Permis de Vivre la Ville) Encadrement pédagogique : Permis de vivre la ville Journalisme / Reportages : Dimma Vezzani, Alicia Sekula Conception graphique : Jules Philippe remerciements à l’équipe de l’EDL et à tous ceux qui ont bien voulu participer à ce numéro.

C'est à vous! #1  

Le magazine de la future rue Rebière

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you