Issuu on Google+

Plus d'informations sur Vulcano Livre Grandprey, C. L'île de Vulcano, Mémoire thématique n°8 pour le compte de L'Association Volcanologique Européenne (L.A.V.E.), 2005 Article scientifique Reiter, E. GIS : A New Tool for Volcanic Gases' Survey – A Case Study at Vulcano Island, Southern Italy, 9th International Conference on Gas Geochemistry. Taiwan, October 1-8, 2007 Sites Internet Vulcano http://ereiter.free.fr/html/vulcano.htm Les fumerolles de Vulcano http://ereiter.free.fr/Vulcano Les fumerolles: l'exemple de Vulcano http://www.spectrosciences.com/spip.php?article18

Vulcano et ses fumerolles Présentation générale Ancienne résidence du Dieu Eole, cette île a été pendant longtemps un centre de production de soufre et d'alun jusqu'à la dernière éruption de 1888. Aujourd'hui, la Fossa II avec son activité fumerolienne importante et son accès aisé ainsi que les bains de boue< font de ce lieu un endroit très touristique. Vulcano, lui-même, est formé de plusieurs édifices volcaniques: Vulcano Piano, Vulcano Della Fossa, et Lentia le plus ancien dont les restes forment des collines à l'ouest du volcan actuel. Vulcano Piano donna naissance, à la suite de fortes éruptions, à une caldeira - un cratère d'effondrement - d'où surgirent les cratères de Fossa 1 puis Fossa 2. Ce dernier, d'un diamètre avoisinant les 500 mètres, est actif de nos jours encore - jet de fumerolles uniquement - et une heure de monté suffit pour communier avec le volcan. Effectuer le tour du cratère est exaltant à plus d'un titre. L'observation des anciennes bombes volcaniques montre une structure en "croûte de pain". L'aspect lisse de la surface contraste avec l'intérieur effiloché dû à la forte teneur en gaz de ces laves lors de leur éjection du cratère. Le point fort reste la traversée des zones de fumerolles; les dépôts de soufre colorent le sol en jaune vif, et, par des failles où la température oscille entre 300 et 600 degrés, les gaz d'hydrogène sulfureux qui s'échappent bruyamment des entrailles de la terre laissent une odeur nauséabonde. Dans ce monde minéral, la seule "végétation" semble être des efflorescences de soufre. Cependant, les émanations de gaz ne sont pas uniquement localiées dans le cratère. On en retrouve dans toute la partie Nord de l'île, dans les villes de Vulcan Piano et Porto di Levante, comme sur la plage et en mer.

Textes et Photos de E.Reiter Copyright Décembre 2009

Ce volcan reste dangereux. Les deux dernières éruptions remontent seulement à 1771 et 1888. Vulcano est sous surveillance renforcée, les vulcanologues sont à l'affût du moindre signe d'un réveil qui n'est - ils l'affirment - pas loin...


Emanations diffuses de gaz Trente tonnes de CO2 sont émises en moyenne par jour par le dégazage diffus à travers le sol autour du cône de La Fossa. Cette quantité ne prend pas en compte les gaz rejetés au niveau du champ fumerollien . Les concentrations en gaz carbonique sont suffisantes pour présenter un danger. Pour cette raison, il est fortement déconseillé de descendre au fond du cratère de La Fossa. En effet, le gaz carbonique est plus dense que l’air et a donc tendance à s’accumuler dans les points bas. Composition des fumerolles du cratère de La Fossa Le principal constituant des fumerolles est la vapeur d’eau. Vient ensuite, en terme quantitatif, le dioxyde de carbone (CO2). Cependant, ces deux composants majeurs ne sont pas les plus importants en ce qui concerne les propriétés chimiques des fumerolles. En effet, les fumerolles sont extrêmement acides. Cela est dû à la présence, sous forme de gaz, de différents acides : Chlorhydrique (HCl), Sulfurique (H2SO4), Fluorhydrique (HF). Un autre composant important (en particulier pour la cristallisation du soufre) est le sulfure d’hydrogène (H2S). Ce gaz, à l’odeur caractéristique (il sent l’œuf pourri), est très irritant pour les voies respiratoires.

Les fumerolles de la plage Baia di Levante Entre le cône de La Fossa et la presqu'île de Vulcanello, des émanations gazeuses à faibles températures existent. Elles se localisent essentiellement sur le côté Est de cet isthme. C'est en effet en bordure de mer que cette manifestation est essentiellement visible car les gaz traversent alors l'eau de mer et forment des bulles visibles. Elle est cependant présente dans toute la partie orientale de l'isthme, comme en témoignent les bulles observées dans des flaques d'eau après certaines pluies. Ces fumerolles sont dites de "basse température" car leur température ne dépasse pas 100° C, contrairement aux fumerolles observées autour du cratère de La Fossa. En outre, la chimie de ces deux gaz (Fossa et Baia di Levante) est différente. Cependant les types de gaz contiennent de l’hélium d’origine mantellique qui provient de la chambre magmatique. Cette source mantellique a été mise en évidence par des analyses isotopique des gaz.


Les fumerolles sur l'île de Vulcano