Page 1

CAMP DES APPRENTIS 2011

JOURNAL DU CAMP


Camp des Apprenti(e)s 2011 du 20 juin au 24 juin 2011

Chalet du Soldat Le deuxième « Camp des Apprenti(e)s » de l’EPFL s’est déroulé dans les Préalpes fribourgeoises au pied des célèbres Gastlosen, vertigineuses parois de calcaire bien connues des varappeurs. Le « Chalet du Soldat » a hébergé 23 apprenti(e)s de 1ère année de toutes les professions et 5 formateurs du lundi 20 juin au vendredi 24 juin 2011. Sous la forme d’une semaine « au vert », le « Camp des Apprenti(e)s » vise les objectifs suivants : promotion de l’esprit d’équipe, expérience de l’effort, découverte de la montagne et de son environnement, apprentissage de la vie en groupe et développement des liens entre les apprenti(e)s des différentes professions.


Geoffroy Leignel

Ludivine Ammon

Jeannique Henchoz

laborantin en chimie

laborantine en physique

employée de commerce

Laurent Gastaldo

Sven Pletscher

Justine Pasche

Matylde Moser

Sandrine Pfister

planificateur-électricien

employée de commerce

laborantine en chimie

employée de commerce

Tiffany Bonvin

Jacques Morisod

Barbara Lecrinier

gardienne d’animaux

laborantin en chimie

laborantine en biologie

Nicolas Favre


Guillaume Schneiter

Julien Nocera

Arnaud Vienet

Noelia Simone

laborantin en biologie

laborantin en physique

laborantin en chimie

employée de commerce

Yves Morier

Fadil Ameti

Sandy Bossel

Quentin Flament

polymécanicien

laborantine en chimie

laborantin en chimie

Alexis Ruchat

Edi Casali

laborantin en chimie

Justin Caillet

Stéphane Berruex

laborantin en chimie

polymécanicien


David Jaquier

StĂŠphanie Crot

Joanne Cugny

laborantin en physique

laborantine en chimie

laborantine en chimie

Francis Perritaz


 Lundi 20 juin

0830

Rendez-vous gare CFF Lausanne

Lausanne

dép. 08:45

0845

Départ de Lausanne pour Bellegarde (Jaun) (train + bus)

Palézieux

dép. 09:05

1025

Arrivée à Bellegarde

Bulle

dép. 09:49

1100

Marche: Bellegarde (1017m)-Chalet du Soldat (1752m)

Bellegarde arr. 10:25

…….

Arrivée au Chalet du Soldat

1600

Installation

1800

Briefing « camp » - organisation - directives

temps de marche : ~ 2h45min

…….

Souper

pique-nique vers 12:30

(durée 1:40)

Premier jour de camp

Premier jour du camp, 8h00, tout le monde a la « patate » ... Première partie du trajet sans effort, en transports publiques, direction le village de Bellegarde. Après un petit briefing, les choses sérieuses commencent … en route pour la folle montée des Gastlosen. Nous ne pouvons dès lors compter que sur nos jambes et quittons la civilisation, la tête pleine d’interrogations sur cette semaine en montagne.


Peu après le début de la marche, les premières cloques blessent nos pieds et fort heureusement les Compeed® nous soulagent ! Cela ne nous empêche pas de continuer notre chemin ; chemin varié, tour à tour de la boue, des cailloux, du bitume et de l’herbe ; le tout pimenté de rudes montées. Dans un pâturage, nous avons la visite de ruminants, tout à la fois curieux et craintifs. La pause de midi est bienvenue et réparatrice pour tout le monde, malheureusement nos réserves d’eaux sont partiellement épuisées. L’enthousiasme du départ diminue au fil du chemin ; même sous les encouragements du Colonel Rambo, les troupes faiblissent face au dénivelé de l’ultime montée. Le courage du bataillon remonte à la vue de la première source de civilisation depuis la sortie du bus, le toit de notre future base de campement ; le « chalet du guerrier » nous apparaît enfin.


Nous prenons nos « cantonnements » et installons les dortoirs qui nous semblent très confortables avec des duvets nordiques. Nous faisons également la connaissance de Madame Dupasquier, notre hôtesse de la semaine. Une fois récupéré de nos efforts, nous nous regroupons sur la terrasse, l’ambiance chaleureuse nous permet de briser la glace. Le calumet de la paix (!) est allumé et partagé entre les guerriers.


 Mardi 21 juin

0700

Réveil

0800

Petit déjeuner Briefing journée

0930

Course 1: Tour des Gastlosen :

distance

:

10 km 700

Chalet du Soldat (1752m)-

montée totale :

780 m

Chli Sattel (parc d’été) (1430m)-

altitude minimale : 1430 m

Musersbergli (1531m)-Chalet du Grat (1642m)- altitude maximale : 1921 m Col du Loup (1921m)-*-Chalet du Soldat Course 2 :

* Wandflue (2132m)

temps de marche : 4 h altitude maximale : 2132 m temps de marche : ..

…….

Feedback journée

…….

Souper

lunch organisé

Tour des Gastlosen.

Après une nuit rude et peu réparatrice pour la plupart d’entre nous, le réveil nous tire de notre maigre sommeil. Il faut bien préciser que le « Natel » a sonné à minuit et à 6h30. Merci Justin. Un petit déjeuner s’impose, tartines, cacao et jus d’orange au menu. Une fois le petit déjeuner avalé, on soigne les petits bobos. Départ à 9h00 pour le tour des Gastlosen. Descentes et surtout longues montées sont au programme. Nous traversons tout d’abord des forêts dévastées par la tempête Lothar à la fin décembre 1999 et contournons la chaîne des Gastlosen.


Pour certains ou certaines d’entre nous, c’est la première randonnée pédestre en montagne. Heureusement, nos sacs sont nettement moins lourds qu’hier, mais le soleil cogne. Par des chemins à travers pâturages et caillasses, nous atteignons notre place de pique-nique. La pause est largement méritée.

Les batteries rechargées, nous cheminons sur le versant est de la chaîne des Gastlosen, long ruban bien ordonné de randonneurs avec comme point de mire la Wandflue. Nous montons ensuite au col du Loup en 1 heure sous les piqûres de taons avides de sang. Au col, séance photos portraits pour le journal du camp


Wandflue

A partir du col, 14 d’entre nous et 3 accompagnateurs gravissent le sommet de la Wandflue. Le terrain est varié et nous donne des sensations d’alpiniste : caillasse, prises dans les rochers, petits couloirs et arrête sommitale. Nous atteignons le sommet planté d’une croix et découvrons un panorama portant à des dizaines de kilomètres. Une photo immortalise le groupe au pied de la croix. Nous consultons le Livre d’Or du sommet et y consignons un témoignage de notre passage. La descente en direction du chalet se fait par le même chemin où nous veillons à rester concentrés pour ne pas risquer la chute.


Une bière bien méritée suivie de macaronis au fromage met un terme à cette journée remplie d’efforts, de rires et … de coups de soleil.


 Mercredi 22 juin

0700

Réveil

0800

Petit déjeuner Briefing journée

0930

Initiation à l’escalade (lieu à définir par le guide)

…….

Feedback journée

…….

Souper

encadrement par guide de montagne - matériel mis à disposition

préparation repas sur place

Initiation à l’escalade

Ce matin, réveil en douceur ; pas de bruit avant 7h45. La nuit a été longue et mouvementée. Pour cause un vent tempétueux s’est abattu sur le chalet faisant claquer les volets, ce qui nous a réveillés à 2h du matin. Après le petit déjeuner, le programme de la journée est modifié au vue des conditions météo. Départ aux alentours de 9h30 pour une initiation à l’escalade. Le temps s’éclaircit, mais les prévisions annoncent que cela ne va pas tenir toute la journée. Arrivés aux blocs de grimpe après un parcours dans de gros rochers, les premiers motivés se ruent sur les baudriers pour gravir ces deux « cailloux géants » : un premier bloc pour se familiariser avec les techniques de l’escalade, un deuxième plus vertical et avec moins de prises pour se faire quelques sensations. Cette initiation ravit tant les acteurs que les spectateurs … et les spectatrices.

Note explicatrice : Point fort du camp, le programme initial de cette journée prévoit une initiation à l’escalade au col de l’Oberberg avec l’encadrement d’un guide de montagne. Un groupe « matériel » doit descendre au parc d’été récupérer le matériel de grimpe apporté par le guide puis rejoindre le col. Un autre groupe « subsistance » doit rallier directement le col depuis le chalet et apporter les ustensiles de cuisine, le bois, l’eau et les ingrédients nécessaires à cuisiner des macaronis du chalet pour le repas de midi sur un feu de bois. Belle journée en perspective … la météo en décide autrement !


La pluie arrive plus tôt que prévue et nous rentrons au chalet sur un chemin glissant. Surprise, un petit apéro nous attend et ensuite une bonne fondue accompagnée d’un bon verre de vin blanc ! Dehors, une pluie diluvienne s’abat sur le chalet, un vrai temps à manger une fondue, non ? A l’intérieure, l’ambiance est chaleureuse. Nous pensons ne pas devoir ressortir et imaginons passer le reste de la journée à jouer bien tranquillement aux cartes ou à écouter de la musique bien au chaud sous nos duvets. Nous mangeons (et buvons) alors de trop bon appétit !


Col de l’Oberberg

Mais après ce copieux repas, les conditions extérieures s’améliorent et Monsieur Perritaz annonce le retour sur le lieu d’escalade pour tout le monde, sans exception ! Il faut bien l’avouer, la motivation n’est plus vraiment au rendez-vous ; certaines filles essaient même de négocier un après-midi cool au chalet, mais rien n’y fait. Départ donc avec nos estomacs bien pleins, c’est un peu rude.

Aux blocs de grimpe, Monsieur Perritaz propose une variante « marche » jusqu’au col de l’Oberberg pour ceux qui ne veulent pas retenter l’escalade. 7 valeureux parmi nous et 2 accompagnateurs partent en direction de ce col. C’est un chemin chaotique, encombré de gros rochers que nous parcourons gentiment mais sûrement. La motivation est de nouveau là ! En gravissant des montées à près de « 80% », Monsieur Perritaz nous avoue que selon le programme initial, on aurait dû transporter 25 kg de bois, des casseroles et les ingrédients pour préparer des « macaronis du chalet » maison et atteindre un point d’escalade impressionnant. Nous escaladons encore quelques rochers et atteignons, enfin, le col. Le temps menaçant au loin, nous ne traînons pas et entamons la marche du retour. A peine 5 minutes plus tard, la pluie nous surprend, une bonne douche et quelques coups de tonnerre ; pas très rassurant au pied de ces immenses parois. Aujourd’hui, les « Inhospitalières » portent bien leur nom. Attention les pierres sont glissantes et la descente encore plus impressionnante que la montée. Le groupe d’escalade déjà rentré au chalet s’inquiète ; quelques échanges radios pour dire que tout va bien et nous repartons. Retour du soleil et de la bonne humeur, on presse le pas. Presque arrivés au chalet, les conditions s’aggravent subitement : retour désordonné au pas de course sous une pluie battante pour éviter de justesse une averse de grêle. Un peu épuisés, nous nous retrouvons tous autour d’un jeu de cartes pour terminer la soirée et penser à la « puissante » marche qui nous attend le lendemain !


 Jeudi 23 juin

0700

Réveil

0800

Petit déjeuner Briefing journée

0930

Course 1: Randonnée à la Hochmatt (2151m) :

distance

:

12 km 500

Petit Mont (1390m)- Cheval-Blanc (2146m)-

montée totale :

1320 m

Hochmatt (2151m)-Col de Hochmatt-

altitude minimale : 1390 m

Le Lapé (1574m)-Petit-Mont (1390m)-

altitude maximale : 2151 m

Chalet du Soldat (1752m)

temps de marche : 6 h

ou Course 2: Randonnée dans le Petit Mont :

distance

:

12 km 400

Petit Mont (1390m)-Forêt du Lapé-

montée totale :

850 m

Le Pralet (1846m)-La Gueyre (1724m)-

altitude minimale : 1390 m

Le Lapé (1574m)-Petit Mont (1390m)-

altitude maximale : 1846 m

Chalet du Soldat

temps de marche : 4 h 30

ou Course 3: Randonnée à la Wandflue (2132m) :

distance

:

3 km 400

Col du Loup (1921m)-Wandflue (2132m)-

montée totale :

420 m

Chalet du Soldat

altitude minimale : 1752 m altitude maximale : 2132 m temps de marche : 2 h

…….

Feedback journée

…….

Souper

lunch organisé

Note explicatrice : Au programme de cette avant-dernière journée de camp deux randonnées à choix. Une randonnée à la Hochmatt, course demandant force et puissance ou une randonnée dans la vallée du Petit Mont avec traversée de la forêt du Lapé – forêt située sur un écroulement de montagne et caractérisée en surface par la présence de blocs de rochers aux dimensions impressionnantes, course exigeante en endurance. Le matin, la météo est automnale avec brouillard et pluie ; difficile de motiver la troupe qui toutefois se met en route, personne ne reste au chalet. Avec « un peu » de motivation et de persuasion (!), un groupe monte finalement au sommet de la Hochmatt « faire la photo officielle » avec la bannière EPFL … dans le brouillard. L’autre groupe se glisse et disparaît dans les « nioles » (mot patois pour brouillard) du Petit Mont.


Ce matin, après une bonne nuit de sommeil, nous constatons en regardant par la fenêtre qu’une brume épaisse enveloppe les Gastlosen. La motivation et l’envie de sortir nous quittent définitivement.

Nous descendons ou plutôt glissons dans les pâturages boueux en direction de la vallée du Petit Mont. En traînant les pieds nous avalons sans conviction le ruban de bitume de la route d’alpage. Comme le temps, l’ambiance n’est pas au beau fixe et des protestations sur l’utilité de cet effort s’élèvent dans les rangs des randonneurs. Après d’âpres négociations, un groupe ira planter le fanion de l’EPFL au sommet de la Hochmatt ; l’objectif de la journée, la conquête de la Hochmatt doit être absolument tenu « selon les ordres » !


Randonnée à la Hochmatt (12km500 - 1280m de dénivelée)

Début difficile dans le froid et la brume pour les 9 « volontaires » du groupe « sommet ». Après 30 minutes déjà les estomacs crient famine, un pique-nique s’impose. Courte pause, nous devons repartir d’un bon pas. Une question, allons-nous passer au-dessus des nuages ? Eh bien non, mais nous jouissons d’un magnifique panorama, la brume décolle grâce au tremplin qu’est la montagne. Arrivés au sommet après 2 heures d’effort, le froid nous pique. Juste le temps de prendre « la » photo officielle de groupe - quelle vue magnifique ! - nous redescendons en 20 minutes. Mission Hochmatt accomplie !


Randonnée dans le Petit Mont (13km800 - 850m de dénivelée)

Le groupe « vallée » se remotive et s’encourage pour un immense tour dans le Petit Mont. Après la pause au chalet du Pralet, nous cheminons sur des chemins boueux et des pâturages marécageux. L’itinéraire traverse ensuite des zones d’éboulis chaotiques dignes d’un décor du « Mordor ». La progression est lente et pénible. La végétation dense nous cache notre objectif, nous n’avons pas le choix que de continuer dans l’effort pour rallier notre chalet.


Avec un timing d’une précision tout helvétique, les 2 groupes se rejoignent en fin d’après-midi en contrebas du chalet. Les organismes sont marqués et l’humeur pas franchement à la rigolade. Chacun y va de « ses » commentaires sur la supériorité de « sa » course : plus dure, plus longue, plus pénible … Tous réunis sur la terrasse, Madame Dupasquier, notre hôtesse de la semaine, nous offre très gentiment une verrée. Puis la dernière soirée s’organise, repas, jeux de cartes et pour finir au lit.


 Vendredi 24 juin

0600

Réveil - Rangement

Bellegarde dép. 08:50

…….

Petit déjeuner

Charmey

arr. 09:02

0700

Marche : Chalet du Soldat (1752m) - Bellegarde (1017m)

0850

Départ de Bellegarde pour Chamey (bus)

Charmey

dép. 12:46

0930

Bains thermaux de Charmey

Bulle

arr. 13:15

…….

Pique-nique

1246

Départ de Charmey pour Lausanne (bus + train)

Bulle

dép. 14:13

1515

Arrivée gare CFF Lausanne

Lausanne

arr. 15:15

Bains de la Gruyère et retour à la maison.

Réveil difficile à … 6 heures tapantes. A peine debout, il faut paqueter les sacs, ranger les dortoirs ; petit déjeuner à 6h25. 7h00, tout le monde est fin prêt pour la « dernière » descente. Depuis le parking d’été, Sandy et Matylde bénéficient du taxi. Les marcheurs se défoncent dans la descente et battent des records en 1h05 !

9h30, l’arrivée aux Bains de Charmey est très appréciée ! A peine le temps de se reposer que nous voilà partis pour 45 minutes d’aquagym. Quelle ambiance. Tout le monde joue le jeu malgré la fatigue et les courbatures ! La monitrice d’aquagym est déchaînée et dans sa fougue, la diablesse nous dévoile bien malgré elle quelque charme de son anatomie féminine ! Elle n’a jamais eu autant de participants à son cours ! On chante, on danse, mais on n’arrive pas à entraîner les accompagnateurs dans cette ambiance de folie ! Nous profitons finalement des bulles quelques instants avant de sortir pour la première « vraie » douche de la semaine !


Enfin propres, direction la Coop de Charmey qui nous ouvre ses portes pour notre repas de midi ; retour à la civilisation avec chips, bonbons, RedBull…et on reprend tous les kilos perdus durant la semaine ! 13h15, arrivée à Bulle, certains courent prendre leur train, d’autres direction apéro … Nous rentrons à la maison avec pleins de merveilleux souvenirs en tête et des étoiles pleins les yeux ! Voilà, notre magnifique semaine s’achève ici !


Camp des apprentis 2011  

Le journal du camp des apprentis EPFL - 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you