Issuu on Google+


Journal Ouest-France du lundi 28 janvier 2013 Edition : Pays de Loire - Rubriques : Région Nouvelles énergies: le souffle du projet citoyen En la personne d'Emmanuelle Bouchaud, vice-présidente chargée de l'énergie (en bas, à droite), la Région était présente hier à Chemillé au côté des membres du nouveau réseau dont elle soutient fortement la création. Éolien, photovoltaïque, méthanisation : en Pays de la Loire, des alliances se créent sur le terrain pour pousser les feux de l'énergie renouvelable. Un réseau a été lancé à Chemillé, en Maine-et-Loire. « À l'époque, notre projet était d'avant-garde. Il nous a posé des tas de questions qu'on a dû résoudre par nous-mêmes. Ce défrichement était excitant parce que le projet n'avait pas d'enjeu énorme. Mais ceux d'aujourd'hui atteignent des complexités telles que l'idée d'un réseau s'imposait. » Pierre-Marie Robin est cofondateur d'un des plus vieux projets citoyens sur la région. Citoyens car ils développent des énergies renouvelables à travers des partenariats locaux regroupant particuliers, associations, collectivités. Au milieu des années 2000, Pierre-Marie Robin fut le premier gérant d'Énergies partagées. Cette Société coopérative d'intérêt collectif (Scic) avait pour objectif de développer l'implantation, modestement lancée en 2004, de panneaux photovoltaïques sur les toits du centre social de Chemillé.À son actif au fil des années : la production d'électricité mais aussi l'accompagnement de groupements d'acheteurs installant du photovoltaïque ou du thermique à leur domicile. Une « expérience réussie » qui a valeur de symbole pour la grosse vingtaine d'autres porteurs de projets citoyens présents ce jeudi, justement à Chemillé, à l'occasion du lancement officiel de leur réseau régional. « Outil de dialogue entre les acteurs, outil d'aide à l'émergence et à l'accompagnement de projets, outil de capitalisation et de diffusion des bonnes pratiques et savoir faire, et un outil de réflexion prospective », ce réseau sera animé par l'association Éoliennes en pays de Vilaine (EPV). Un réseau du même genre fonctionne déjà pour la région Bretagne sous la houlette d'EPV, précurseur en matière d'éolien citoyen. L'énergie éolienne est au centre de neuf des 23 projets représentés hier à Chemillé, contre deux concernant le photovoltaïque, quatre le bois, deux la méthanisation, les autres étant mixtes. Historiquement démarré plus tard que le photovoltaïque, l'éolien a certes le vent en poupe « mais reste un domaine où les projets sont longs à se réaliser », rappelle Laurianne Fleury, chargée de mission à EPV. Entre 5 et 8 ans contre de 1 à 3 ans pour le photovoltaïque. Dans ce contexte, la pertinence d'un réseau gagne en évidence. Quant à ses membres, leur nombre ne doit pas se limiter aux hommes et aux femmes réunis hier en Maine-et-Loire : « On a eu connaissance de leurs initiatives par des contacts croisés. Mais on sait qu'il y a d'autres projets en Pays de Loire dont les créateurs ignorent même qu'ils sont citoyens », avance Alain Ridard, le président d'EPV. Pierre Allain n'en fait pas partie. À 20 ans, ce militant de l'énergie renouvelable a beaucoup oeuvré au sein d'Énergies partagées. Aujourd'hui, il est le secrétaire d'Atout Vent. Récemment créée par des agriculteurs alliés à des collectivités, des particuliers et des associations, Atout vent veut construire en pays chemillois un parc de cinq éoliennes d'une capacité de 12,5 mégawatts. « Soit un budget de 18 000 000 €. En comparaison, le projet des panneaux sur le toit de notre centre social était à 63 000 € », rigole-t-il. En tout cas, Atout vent comme Énergies partagées, aujourd'hui, sont membres du tout nouveau réseau régional. Marie-Anne SALVAT.



revue de presse 2013