Page 1

MAGAZINE

10/2013 N°

7

Bruno

Madinier

LA VÉRITÉ TOUTE LA VÉRITÉ

Olivier Coyette

s’installe au Poche

Christophe Hardiquest Quand c’est bon, c’est bon bon

100 places de théâtre

À GAGNER


2

50+_238x166_DEF.indd 1

12/09/13 15:53


Sommaire

SOMMAIRE

10/2013 - N° 7

5

12

21 30

©Cassandre Sturbois

21

Rencontre Bruno Madinier

>5

Indiscrétions...

>8

Un homme, un théâtre Olivier Coyette

> 12

A propos de... Albert Camus

> 14

A l’affiche...

> 16

Un gars, une fille

> 21

Echos de Paris

> 23

Jeune public

> 25

Dans les Etoiles... Christophe Hardiquest

> 30

Agenda

> 34

35 3


EDITO

10/2013 - N° 7

MAGAZINE

Edito

10/2013 N°

7

«Rien n’est plus sérieux que le plaisir» Jean Cocteau Bruno

Madinier

LA VÉRITÉ TOUTE LA VÉRITÉ

Que dire à l’entrée de l’automne, un automne que nous espérons doux et chaleureux ? On est reparti pour une année à travailler, étudier, inventer, chercher, courir, se remettre en question, se passionner, gérer, douter, trouver des solutions, espérer, créer, rater, réussir, avancer, tenir bon, prendre de bonnes résolutions et tant d’autres choses encore. Ne craignez pas les galères, les déceptions, les critiques, les erreurs, plaignez juste ceux qui ne tentent rien et s’ennuient. Prenez du plaisir, soyez curieux, bousculez les habitudes, goûtez, essayez, aimez ! Le théâtre est un monde d’émotions, de questions, d’échanges et d’associations alchimiques troublantes et surprenantes. Le théâtre fait du bien, ne vous en privez pas !

4

C’est le moment de faire vos choix. Il y en a pour tous les goûts, tous les styles, tous les âges. Bruno Madinier , le séduisant juge Cordier, sera au Centre culturel d’Auderghem, les grands auteurs sont bien présents, Camus au Varia, Molière au Théâtre des Martyrs, les créations sont poignantes, audacieuses, joyeuses, Olivier Coyette nous reçoit au Poche et nos comédiens belges sont partout, Marie-Paule Kumps, Alain Leempoel , Antoine Guillaume, Jérôme de Warzée, Laurence Vielle, Christian Dalimier… Retrouvez-les, découvrez-les… Bonne lecture, bons choix et bonnes soirées théâtrales. Carine Cordier

Olivier Coyette

s’installe au Poche

Christophe Hardiquest Quand c’est bon, c’est bon bon

100 places de théâtre

À GAGNER

20.000 exemplaires Rédacteurs: Belen Ucros, Charlotte Lebrun, Virginie Stassen, Carine Cordier Service commercial: 0478 97 10 14 - pub@entract.be Secrétariat et Abonnements: abonnement@entract.be Infographiste: www.brigitteruelle.be Imprimerie: DB PRINT - Bruxelles Editeur responsable: Carine Cordier 29/3 rue de Nivelles - 1300 Wavre www.entract.be Entr’Act - Magazine


n Bruno

Madinier

RENCONTRE

Comédien depuis toujours, Bruno Madinier a inspiré à maintes reprises le petit écran. Celui qu’on a longtemps appelé «Monsieur le juge», personnage qu’il a incarné pendant dix ans dans la série Les «Cordier juge et flic» n’a pourtant jamais quitté la scène, sa vraie passion. A 53 ans, heureux dans son métier, cet artiste plein de charme revient à Bruxelles pour nous faire rire, et il le fait avec beaucoup de talent. Le théâtre et Bruno Madinier c’est une longue histoire… Effectivement, j’ai commencé le théâtre à l’école, vers 10, 11 ans et ça ne m’a pas quitté. J’ai continué en secondaire, plutôt des cours d’expression corporelle. Plus tard, quand j’ai entamé l’école de commerce, j’ai monté une troupe, suivi des cours et le théâtre a pris de plus en plus de place dans ma vie. A un moment donné, il y a des choix à faire et j’ai décidé d’être comédien. Je suis rentré au Conservatoire de Paris et là, j’ai rencontré toute ma génération d’acteurs et de grands metteurs en scène. J’ai commencé par le théâtre subventionné, voie classique quand on est au Conservatoire, ensuite, les réseaux et les relations offrent des opportunités. Depuis quelques années, je suis plus dans le théâtre privé.

En Belgique on vous connaît avant tout pour votre rôle du juge Cordier dans la série «Les Cordier juge et flic». Est-ce que ça vous a cantonné dans une catégorie ou au contraire, est-ce que ça a boosté votre carrière ? D’abord, je ne renierai jamais parce que c’est ce qui m’a fait découvrir et identifier par le grand public. Vous représentez quelque chose parce que le public vous a plébiscité dans un rôle. Ca peut être dangereux, ça

peut enfermer mais j’ai eu la chance pendant que je tournais ‘Les Cordier’ de pouvoir pousser d’autres projets, de tourner ailleurs et d’être au théâtre de temps en temps. Quand on a décidé d’arrêter, avec Pierre Mondy en 2003, j’avais un projet de théâtre juste dans la foulée, «L’amour est enfant de salaud»1, qui a compté neuf nominations et obtenus deux ‘Molières’en 2004. Ca m’a bien reboosté par rapport au théâtre. Un an après, il y a eu «Dolmen»2, une saga qui a cartonné et qui m’a permis d’aborder un autre rôle. Donc, après ‘Les Cordier’, pas de temps mort et deux projets emblématiques. J’avais retrouvé mon statut d’acteur disponible pour des rôles différents. Avant on m’appelait souvent ‘Monsieur le Juge’, aujourd’hui, on dit ‘Monsieur Madinier’. Et c’est très long pour être dissocié de son rôle, c’est pareil pour «Amélie Poulain»…. Maintenant, c’est Audrey Tautou.

De manière générale, vous véhiculez une image très positive du gars sympa, gentil, du bon copain, du mec intègre… Est-ce que vous êtes aussi parfait dans la vie ? Non, quand même pas ! Je pense qu’il y a toujours une part de soi qu’on laisse dans les personnages mais ça reste des

«La scène est une cocotte minute, si les relations sont tendues, c’est horrible.» 5


RENCONTRE

«On travestit toujours un peu la réalité » La comédie c’est un genre qui vous correspond ?

rôles. J’ai joué aussi des salopards et je me suis régalé à les interpréter. C’est vrai qu’on m’a souvent vu dans des rôles positifs mais maintenant, j’arrive à un moment de ma vie où les rôles peuvent se complexifier un peu, être plus chargés de vie.

Vous avez l’impression aujourd’hui de pouvoir faire des choix ? On est toujours dépendant des propositions qu’on nous fait et en même temps, on peut en faire aussi. On peut avoir des envies communes avec un metteur scène, avoir des accointances avec tel ou tel auteur. On fait beaucoup de lectures mais elles n’aboutissent pas toutes forcément. Actuellement j’ai trois ou quatre projets, des pièces que j’aimerais jouer, qui ne sont pas encore décantés.

La pièce «Même pas vrai» que vous venez jouer au Centre culturel d’Auderghem, a comme thème le mensonge. Le mensonge comme modus vivendi ? Elle s’axe plutôt autour de la recherche de la sincérité plus que du mensonge. Ce n’est pas tant le mensonge que le fait d’embellir la réalité. Et quand on embellit le quotidien, on est dans le second degré, dans la magie, on invente des histoires et à un moment, on arrive plus à se parler de manière sincère des choses graves. Ca reste une forme de mensonge mais pas délibéré et volontaire.

Pensez-vous que ça fonctionne comme ça dans la vie ? Le mensonge peut-il être utile ou bienveillant ? Oui, il y a plein de gens qui fonctionnent comme ça. Presque tout le monde. On travestit toujours un peu la réalité. Dans ce cas, c’est un 6

couple qui a ce système de relation et qui l’irrigue dans son entourage. Bien sûr, ça leur joue des tours, et c’est drôle. Mais prenez le cas d’un contexte très dur, n’importe qui aurait envie de l’adoucir et un moyen pour y parvenir c’est de le travestir pour être dans le rêve et l’imaginaire. Je pense que ça peut avoir des effets bénéfiques sur le bien-être. La réalité est toujours là mais sa perception est différente et permet de vivre mieux. Parfois il vaut mieux se voiler les yeux. Evidemment, sur scène, il faut que ça soit drôle, il faut des accidents. Le couple ArnaudMathilde va finir par se parler et il va se passer des choses….

Comment vous sentez-vous dans la peau d’Arnaud ? Très bien ! Je m’amuse beaucoup ! La première a eu lieu mi-septembre, on est toujours dans la première phase mais on sent un vrai potentiel. Les gens rient mais réfléchissent aussi. Une comédie de qualité permet de s’amuser et de rire d’un sujet grave ou cruel. Ca permet de se divertir et de s’interroger sur des choses de la vie.

Oui, je trouve ça bien. La dernière pièce que j’ai jouée avec Marthe Villalonga, «Le mal de mère»3, est une comédie, articulée de manière unique, atypique, qui mélange les genres, celle d’Arthur Miller4 était moins comique, plus dense, plus forte. De toute façon, on est sur scène pour susciter des émotions, pour faire réagir, par le rire ou les larmes. Ce qui me plaît dans la comédie c’est que c’est un travail d’une précision redoutable. Il faut être juste dans le rythme, si vous en faites trop ou pas assez, ça ne passe pas. C’est une mécanique. Le secret c’est de poser un cadre tellement précis qu’on peut être libre dedans et faire oublier notre travail, ce qui demande beaucoup de travail et de rigueur.

Un mot sur votre partenaire Raphaëline Goupilleau… Elle est formidable ! Elle a beaucoup joué, elle a obtenu un ‘Molière’ pour un rôle dans la pièce «La souris verte» mise en scène également par Jean-Luc Revol, notre metteur en scène actuel. C’est une partenaire magnifique, un métronome de la comédie. On s’entend très bien, c’est la première fois que je travaille avec elle et je suis ravi. C’est très important au théâtre qu’il y ait une bonne cohésion, une entente, un partage entre les comédiens. Ce n’est pas toujours le cas et quand on doit jouer pendant un an, je vous assure que ce n’est pas simple ! C’est pourquoi, dans mes choix, il y aussi la troupe. La scène est une cocotte minute, c’est un lieu de tensions, donc il est nécessaire de pouvoir parler librement, d’avoir un dialogue fluide. Si les relations sont tendues, c’est horrible.


n Bruno

MÊME PAS VRAI

Madinier

comédie de Nicolas Poiret et Sébastien Blanc. Mise en scène : Jean-Luc Revol. Avec Bruno Madinier, Raphaëline Goupilleau et trois comédiens.

Du 14 au 20 octobre

Au Centre culturel d’Auderghem Bd du Souverain, 183 - 02 660 03 03 ‘L’amour est enfant de salaud’

Vous avez tourné avec des comédiens belges, Bernard Yerles, Stéphane De Groodt, et d’autres encore. Avez-vous trouvé un état d’esprit différent ou bien tout simplement, un comédien est un comédien. Un comédien est un comédien, ils ont tous des qualités et des défauts. Mais il y a peut-être une particularité chez les Belges, une différence culturelle qui engendre un côté bon enfant. Prenons le cas de Bernard, il est toujours positif sur le projet, il essaie toujours d’établir de bonnes relations avec les autres. On a l’impression qu’il n’y a pas d’égo démesuré. On sent un vrai travail d’équipe, sans susceptibilité mal placée de l’acteur. C’est très bien et c’est ce qu’on adore !

Question :

Quel est le prénom de Bruno Madinier dans la pièce «Même pas vrai» ?

Que diriez-vous à nos lecteurs pour les inviter à venir voir la pièce ?

La famille, ça peut être amusant pour peu qu’on soit… joueur… Mathilde déteste les secrets et quand il s’agit de cuisiner Arnaud, son mari et Michael, son fils, elle sait se montrer très inventive… Une chose est sûre, cette famille adore régler ses comptes en public... Bruno MADINIER et Raphaëline GOUPILLEAU sont drôles, incisifs et prennent un plaisir intense à évoluer dans cet univers très original. Le rire, la moquerie et l’arrogance sont omniprésents jusqu’au moment où la vérité éclate, et les sentiments, les vrais sentiments font leur apparition…

Qu’ils vont beaucoup s’amuser, qu’ils vont passer une bonne soirée en découvrant quelque chose sur un sujet de la vie. Ce n’est pas une soirée pour se prendre la tête, c’est facile d’accès. Ca fait partie des comédies de qualité. Et le public belge en aura quasi la primeur puisque c’est après Bruxelles que nous jouerons à Paris. Carine Cordier

1

2 3 4

«L’amour est enfant de salaud» de Alan Ayckbourn et Michel Blanc. «Dolmen» en 2005 avec Ingrid Chauvin En 2010 «Le miroir» en 2005

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 6 octobre 2013, en mentionnant «Même pas vrai» en objet. Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses et les gagnants seront avertis par mail. Le nom des gagnants ne sera pas systématiquement publié. Merci de ne jouer que si vous êtes sûr d’être disponible à la date prévue.

CO NCO URS

GAGNEZ 4 x 2 places pour la pièce «Même pas vrai !» le lundi 14 octobre 7


Indiscrétions

INDISCRÉTIONS n EXPO «ANNE FRANK UNE HISTOIRE D’AUJOURD’HUI» Jusqu’au 30 novembre, le musée Wellington accueille l’exposition itinérante internationale de la Maison d’Anne Frank (Amsterdam). Exposition poignante qui nous donne l’occasion d’une réflexion sur cette période sombre de notre Histoire. En complément de l’exposition, le musée Wellington présente «La vie civile en Belgique sous l’occupation» qui relate la vie quotidienne des Belges sous la domination allemande. Divers sujets sont abordés, tels que le couvrefeu, les loisirs, le rationnement et la nourriture, la résistance, etc…

rencontres inoubliables où la musique évoquera tous les visages de l’amour. Patrick Davin, invité d’honneur, vous guidera à travers les sept festivals, qui œuvrent ensemble pour offrir à tous un panorama large et varié de la musique classique. Jusqu’au 15 novembre. Descriptif des 150 concerts sur www. festivaldewallonie.be

n EBLOUISSANT TIBET n MATCHS D’IMPRO Hors saison les 27 et 28 septembre au Théâtre Marni. Vous avez été nombreux à ne pas pouvoir réserver vos places pour les derniers matchs de la saison 2013, tout était SOLD OUT ! Pour vous faire patienter jusqu’au premier match de la saison prochaine (le 12/01/14), deux matchs hors saison où vous retrouverez vos comédiens préférés mais aussi des invités exceptionnels. www.ligueimpro.be 0471 68 11 11

Les oeuvres picturales de l’artiste chinois HAN YUCHEN se distinguent par un hyperréalisme sensible et coloré remarquable. Amoureux du Tibet, de ses paysages magnifiques ses montagnes enneigées, ses glaciers, sa population aux vêtements multicolores, ses chevaux, ses maisons, c’est à un splendide voyage au sommet que le peintre nous invite. Sa maîtrise parfaite de la peinture à l’huile restitue comme personne la lumière de ces hautes contrées et nous fait entrer avec grâce dans la vie quotidienne de ces populations lointaines.

©Grégory Navarra

MUSEE WELLINGTON Chaussée de Bruxelles, 147 1410 Waterloo 02/357 28 60 www.museewellington.be

enregistrent ce jour-là une hausse sensible de leur fréquentation. Vous trouverez la liste complète des musées participants sur www.consoloisirs.be

n FESTIVAL DE WALLONIE

n C’EST GRATUIT !! De nombreux musées en Fédération Wallonie-Bruxelles participent à l’action de gratuité chaque premier dimanche du mois. La liste s’allonge et propose pas moins de 77 partenaires. Il faut dire que le succès est au rendezvous, la plupart des musées concernés 8

La saison 2013 est placée sous le signe de la Passion et de l’Amour. Plus qu’une simple amourette d’été ou d’automne, le Festival de Wallonie propose des moments d’émotion et des

Du 6 au 13 octobre, du lundi au vendredi de 10h à 18h, samedi et dimanche de 12h à 17h. Centre Culturel d’Uccle Rue Rouge 47 1180 Uccle

n SAVEURS ET SAVOIRS Les mercredis de 18h30 à 20h00 Par Geneviève Lacroix, historienne, licenciée en histoire de l’UCL, chercheuse spécialisée en histoire des mentalités.


Notre alimentation a une histoire morale et culturelle. Elle a été façonnée par des modes, des tabous, le sacré, les communications, des découvertes, des guerres, et de nombreux facteurs qui dépassent le simple fait de manger pour se nourrir. Le Vaux Halll propose une découverte de l’évolution de la cuisine, de la gastronomie et des manières de table en Europe occidentale. Œuvres d’art, recettes, textes d’auteurs et objets usuels à l’appui. www.vhalll.be

scène ainsi qu’aux meilleurs décors et costumes. Le festival aura lieu du 17 au 20 octobre au cinéma Wellington, à Waterloo et présentera une soixantaine de films venus du monde entier. Le jury sera présidé par le réalisateur belge Gérard Corbiau. Plus d’infos sur www.waterloo.be *contraction de Lion et de Clio, muse de l’Histoire

n 8ème BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN et médiatique au cœur d’une campagne électorale pour le moins étonnante et rocambolesque’. DVD en vente depuis le 4/9/2013.

Centre Culturel de Woluwe-Saint-Pierre Avenue Charles Thielemans, 93 1150 Bruxelles 02/773.05.88

n DEAD MAN TALKING Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, c’est l’occasion !! De Patrick Ridremont. Avec Patrick Ridremont, François Berléand, Virginie Efira, Christian Marin, Jean-Luc Couchard et Olivier Leborgne. Dans le cadre de l’opération «Osez le cinéma belge dans les centres culturels!» du Ministère de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles. ‘20 h. Un couloir de la mort quelque part. William Lamers, dernier détenu d’une prison désaffectée, est condamné au poison pour homicides. La loi ne précisant pas la longueur de sa dernière déclaration, il va profiter de ce vide juridique et se lancer dans un ultime monologue pour échapper à la sentence. Son exécution qui ne devait être qu’une formalité va alors devenir le plus incroyable des enjeux politique

27 septembre à 20h30 Centre Culturel de Braine L’Alleud 4, Rue Jules Hans 1420 Braine L’Alleud www.braineculture.be

n WATERLOO, capitale du film historique Le premier festival du film historique de Waterloo attribuera des «Clions»* au meilleur film, à la meilleure actrice, au meilleur acteur, à la meilleure mise en

Produite par le centre culturel d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, la biennale se déroule cette année du 18 septembre au 17 novembre 2013. ‘Une exposition universelle’ propose, à la manière des Expositions Universelles organisées entre le 19è et le 20è siècle, une vingtaine de pavillons thématiques répartis dans deux endroits de LLN: les plateaux d’un parking souterrain (4000 m²) et le Musée. Pour ceux qui aime voir, penser et comprendre le monde contemporain. Plus d’infos : www.biennale8.be

n LE COURS FLORENT Ouvre des locaux à Bruxelles. La célèbre école privée d’art dramatique, créée en 1967 par François Florent, s’installe au cœur de la capitale. Le Cours Florent qui a formé des stars comme Gad Elmaleh, Guillaume Canet, Isabelle Adjani, «notre» Olivier Gourmet, Sophie Marceau et bien d’autres, sort pour la première fois des frontières de l’hexagone. La première étape pour

9


Indiscrétions

INDISCRÉTIONS les futurs élèves commencera par un stage d’accès, sur trois semaines du 7 au 25 octobre. La rentrée s’effectuera le 4 novembre. Le corps enseignant sera constitué de professeurs belges et d’intervenants de l’école parisienne. Le programme pédagogique sera enrichi de diverses disciplines telles que l’improvisation, la danse, le training de casting, la maîtrise vocale, etc…

Juliens relèvent le défi de renouer avec le public…avec vous, pour que vous puissiez vous émouvoir, vous étonner, vous parler, vous rencontrer, débattre... Ils sont jeunes mais pas sans expérience et prévoient un démarrage en fanfare avec une saison qui s’annonce pas comme les autres…! www.theatresaintmichel.be

n CHOCOLAT SHOW

www.coursflorent.fr

n LES CONFÉRENCES DE L’UNIVERSITÉ DES AÎNÉS comportent un exposé et un échange avec le public. Elles ont lieu à LLN le mardi de 14h15 à 16h15, à l’auditoire Socrate 10 (SOCR 10) Place Cardinal Mercier, 12 ou à Bruxelles le jeudi de14h00 à 16h00 à l’auditoire Central C, avenue Mounier, 51 à Woluwé St Lambert (Site de l’UCL). Elles sont aussi accessibles aux personnes ayant droit à la culture grâce à «l’article 27» et sont gratuites pour les étudiants de cycle d’enseignement supérieur. http://www. universitedesaines.be

n QUOI DE NEUF du côté du Théâtre Saint-Michel ? Une salle réaménagée, des espaces pour événements privés, une chouette formule d’abonnement, un bar rénové mais surtout, une nouvelle direction jeune et dynamique, très heureuse et fière de vous présenter la saison 2013-2014. Pour ce nouveau départ, les directeurs Thibaut Nève et Cédric 10

Jusqu’au 27 octobre à la Maison du Folklore et des Traditions. Le chocolat fait la réputation gastronomique de la Belgique. Il suffit de faire l’inventaire des chocolatiers des alentours de la Grand-Place pour s’en rendre compte. Quelques centaines de boîtes en fer-blanc lithographiées aux formes inattendues quelquefois destinées à conditionner le cacao et ses dérivés font l’objet d’une exposition ...

n NOUVELLE SAISON DU CONSERVATOIRE ROYAL Le vendredi 20 septembre s’ouvrait la saison 2013-2014 du Conservatoire royal de Bruxelles. La formation est au coeur de la mission du Conservatoire et elle passe par l’apprentissage de la scène. C’est pourquoi sont proposés chaque année une centaine de concerts et spectacles. La saison 2013-2014 privilégie la mixité des styles et des époques. Concerts de midi et concerts du soir se succéderont de septembre à juin, au Conservatoire, mais aussi dans des lieux emblématiques de la vie bruxelloise. Cette année encore, concerts et spectacles sont majoritairement gratuits !

Du mercredi au dimanche de 13h à 18h, fermé les jours fériés. ENTREE GRATUITE Rue du Chêne, 19 1000 Bruxelles 02 279 64 44

Conservatoire royal de Bruxelles www.conservatoire.be

n JEAN MARAIS AUX ECURIES DE WATERLOO Une centaine de photos exceptionnelles retraçant la vie hors du commun et la prestigieuse carrière de Jean Marais


et musicale belge. «L’ouverture» 22-23 septembre, 6-7, 13-14 et 20-21 octobre 2013 dans le foyer du TTO Avec des textes de tous les chouchous du TTO : Sébastien Ministru, Antoine Guillaume, Laurence Bibot, etc.

n VOISIN, VOISINE

Aux Ecuries, 308 Chaussée de Bruxelles à Waterloo Entrée libre.

n LE RETOUR DU CAFÉ-THÉÂTRE DU TTO

Après quelques années d’absence, le café-théâtre est de retour, pour chatouiller vos zygomatiques!!! Ouvert les dimanches et lundis soirs au sein même du foyer du TTO. Dans la filiation du TTO, le café théâtre a pour objectif de vous faire découvrir les jeunes talents de la scène théâtrale

Vous habitez ou travaillez à proximité d’un théâtre ? S’il fait partie des 6 qui participent à l’action, vous avez bien de la chance car ceux-ci, en bons voisins, vous proposent une Carte-Riverain Culture. Une carte entièrement gratuite qui fera de vous un spectateur privilégié puisqu’elle vous permettra de bénéficier d’un tarif très préférentiel à l’achat de votre place dans les six lieux partenaires et qu’elle vous donnera un accès prioritaire aux informations si vous en faites le choix. www.lestanneurs.be www.recyclart.be www.ccbruegel.be www.espacemagh.be www.brigittines.be www.artetmarges.be Pour l’obtenir, téléchargez sur un des sites le formulaire que vous retournerez au théâtre de votre choix ou renseignez-

vous auprès de la billetterie de l’un de ces établissements.

n PRISE DE POUVOIR

Samedi 12 octobre 2013 à 14h Dans le cadre de son exposition, «Prise de pouvoir», rencontre avec Michel Loriaux. Photographe engagé, artiste de médias et aussi photographe de studio, vous pourrez échanger avec ce grand professionnel à propos de nombreux sujets et visiter son expo en sa compagnie. Initié en 2007, ‘Prise de pouvoir’ met en scène des personnalités et leur équipe. Les prises de vues en noir et blanc ont été réalisées en studio. Les images dévoilent des personnalités issues de différents milieux: Les trois bourgmestres des communes à facilités,François de Brigode, Delvaux, Fabienne Delvigne, Fadila Laanan, AnneMarie Lizin, Maman, Yves Matagne, Pierre Marcolini, Jacques Mercier, Pinto, Les Fréres Tacheny, Freddy Thielemans, Studio foot Rtbf, etc. Le photographe malmène ses modèles avec humour et sollicite leur sens de la dérision. La thématique est née du souhait de réaliser des portraits en noir et blanc, et de l’idée du détournement du sujet en réaction aux photographies people jugées trop narcissiques. La règle donnée est le jeu et le pari pour chacun de se montrer sous un autre jour. Du 5 au 20 octobre 2013 Centre culturel 124 bld G. Deryck 1480 Tubize 02 355 98 95

©Michel Loriaux

ont été sélectionnées parmi un millier, pour s’exposer aux Ecuries de Waterloo jusqu’au 27 octobre. Cents photos riches en émotion, talent et humanisme. Sa relation avec Jean Cocteau est aussi illustrée par des clichés pris lors des tournages et pièces de théâtre : “Les chevaliers de la table ronde”, “Œdipe Roi”, “La Belle et la Bête”, “Orphée”,… Bien au-delà de l’aspect historique ou de la nostalgie qu’elles peuvent susciter, ces photos recèlent incontestablement un intérêt esthétique et technique, avis aux amateurs! L’expo présente aussi des poteries, céramiques et autres objets réalisés par l’artiste dans les années 70. «Jean Marais, 100 ans d’émotions» jusqu’au 27 octobre

11


UN HOMME, UN THÉÂTRE... n Olivier Coyette Olivier Coyette est, du plus profond de son âme, un artiste passionné. Début 2013, il était nommé à la tête du Théâtre de Poche. Une belle récompense venue couronner dix années d’efforts et de travail en tant qu’artiste «free lance». «Le Poche s’est toujours fondé sur des personnalités fortes. A moi de devenir leur digne successeur», livre-t-il, entre confiance et modestie.

Malgré une passion précoce pour le théâtre, Olivier Coyette s’est d’abord dirigé vers des études romanes, avant de décrocher l’agrégation. «Je voulais devenir prof, avant de changer d’avis…». Dans le même temps, il obtient le premier prix de déclamation du Conservatoire royal de Bruxelles. Insatiable, il se lance ensuite dans des études d’anthropologie. «A ce moment, Jean-Pierre Sarrazac m’a proposé une thèse à Paris III-Sorbonne Nouvelle en études théâtrales. J’ai accepté, et c’est là que j’ai passé mon DEA». Très vite, Olivier Coyette décide toutefois de rejoindre Bruxelles, pour y mettre en scène, de façon professionnelle et permanente, pendant dix ans, jusqu’à la direction du Poche.

Olivier Coyette, être artiste aujourd’hui, un défi difficile à relever ?

« Mon été rs a u o c r a p celui dunt » ta t a b m o c 12

En effet, il faut vraiment en vouloir pour y arriver ! Personnellement, mon parcours a été celui du combattant, comme c’est le cas pour beaucoup d’artistes. J’ai dû m’imposer à un milieu qui ne voulait pas de moi, parce que je n’avais pas l’»ausweis» du diplôme d’art dramatique. Le milieu théâtral est extrêmement corporatiste et protectionniste. Souvent, à l’issue d’une audition, on me disait «c’est très bien, Olivier, continue!», en me renvoyant gentiment à mes chères études. Il n’y a pas, je crois, de réponse plus dure à encaisser que celle-là. J’imagine que tout cela m’a donné le punch pour y arriver, y arriver quand même, malgré tout ».

Comment est née votre passion pour le théâtre ? Elle s’est manifestée à l’occasion d’un stage théâtral. C’était en 1983, j’avais huit ans. Je jouais un intermède de Molière, «Polichinelle». A la fin de la semaine, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer chez moi, et à retrouver une vie normale. Je suis né une deuxième fois au théâtre à l’âge de 23 ans, à l’occasion d’un stage avec Olivier Py. En travaillant avec lui, j’ai réalisé que tout ce que j’avais appris jusqu’alors pouvait être remis en question de fond en comble. Je n’ai cessé depuis de me confronter à la réflexion riche et percutante d’Olivier.

Pourquoi avoir choisi ce métier? Pour la variété, le changement, le «voyage». Ne pas être obligé de fréquenter les mêmes personnes non choisies tous les jours de ma vie. J’aime les acteurs, leurs vies baroques, leur générosité folle, leurs coups de génie, leur talent, leur utopie, leur sens du partage,… J’aime leurs personnalités fortes. Les acteurs m’impressionnent. Je les admire. C’est pour eux que j’ai toujours voulu écrire du théâtre.

Vous avez raté plusieurs rendez-vous avec le cinéma… Oui… Bouli Lanners avait pensé à moi pour tenir le rôle principal, dans son film Eldorado. Finalement, il l’a interprété lui-même. J’ai aussi failli jouer dans Americano de Mathieu Demy, avec Salma Hayek. En définitive, c’est un acteur mexicain qui a décroché le rôle. Mais je ne suis pas passé loin. Et je ne désespère pas…


Du tac au tac : > Si vous n’aviez pas été directeur de théâtre ? J’aurais été écrivain. > Un talent que vous auriez aimé avoir ? Savoir jouer du piano. > Ce que vous avez le mieux réussi ? Être moi-même. > Vos lieux préférés ? L’Abruzzo, à Saint-Gilles, Filigranes Corner et les Brasseries Georges. > La plus grande qualité de votre théâtre ? On ne dit pas aux gens ce qu’ils doivent penser, on leur dit qu’il faut penser.

Comment meniez-vous votre carrière avant d’intégrer le Théâtre de Poche? Dans ma vie professionnelle, j’ai été ce que le comédien français Bruno Sermonne appelle un «mercenaire». Je suis entré par les fenêtres des maisons dont les portes étaient fermées. Comme je n’appartenais à aucune «chapelle» – j’étais à la fois comédien, metteur en scène et auteur dramatique tout le monde se méfiait de moi. De plus, cette triple casquette a le don d’exaspérer à peu près tout le monde.

Vous attendiez-vous à prendre la direction du Théâtre de Poche? Je l’espérais de toutes mes forces. Pendant des années, avec mes camarades artistes, nombre de nos discussions ont commencé par «si on veut que ça change...il faut accéder à l’outil». Voilà, j’y suis. Aujourd’hui, à moi de me montrer responsable, de bosser nuit et jour pour ne pas décevoir le jeune Coyette que j’étais, à ne pas reproduire à mon tour les erreurs que je dénonçais chez les autres. Ne pas décevoir, non plus, celui qui vit ce que j’ai vécu et garde un oeil attentif sur moi, me juge déjà.

Comment s’organise votre quotidien? Il ne s’organise pas, c’est une suite

CO N C OU RS

ininterrompue de jours. Il n’y a ni samedi ni dimanche, ni jour de fête ni jour de pluie, aucun moment où je sois pour longtemps déconnecté de la vie du Théâtre de Poche. Le métier de directeur de théâtre requiert 24 heures/24. J’ai beaucoup lu sur Roger Domani, et j’ai beaucoup observé Roland Mahauden. C’est une chance et un honneur de leur succéder. Mais le Poche est une maison, on y vit autant qu’on y travaille. La vie privée attendra. Et puis, directeur, c’est aussi un métier qui s’apprend.

Quelle est la philosophie de votre théâtre ?

du samedi 5 octobre

Un thriller psychologique troublant et brillamment construit qui oblige à remettre en question nos propres valeurs. Jusqu’où aller pour protéger les siens? Jusqu’à faire voler en éclats nos certitudes les plus profondes? du 24 septembre au 19 octobre à 20h30

Théâtre de Poche Avenue du Gymnase, 1A 1000 Bruxelles - 02 649 17 27

Beaucoup de spectacles du Poche provoquent des réactions…On en sort rarement en bâillant ! C’est aussi un théâtre pour tous, qui refuse l’élitisme et le snobisme théâtro-théâtreux. Sa programmation est fondée sur la jeunesse, l’axe Nord-Sud et, enfin, des textes d’auteurs contemporains, basés sur des problématiques sociétales et politiques. Le Poche reste un théâtre qui questionne le monde d’aujourd’hui, et celles et ceux qui y vivent. On n’oublie pas les auteurs belges, et les jeunes metteurs en scène. Les débats avec les spectateurs sont aussi très importants. Tout comme les liens avec le monde enseignant. Virginie Stassen

Question :

GAGNEZ 5 x 2 places Hormis «Les Monologues du pour le spectacle «Orphelins»

ORPHELINS

vagin», quels sont les deux autres monologues produits par le Poche?

Envoyez la réponse à la question ci-contre et vos coordonnées complètes (adresse,téléphone et année de naissance) à concours@entract.be avant le 2 octobre 2013. Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses et les gagnants seront avertis par mail. Le nom des gagnants ne sera pas systématiquement publié. Merci de ne jouer que si vous êtes sûr d’être disponible à la date prévue. 13


A PROPOS DE ... n Albert Camus

Fils de Lucien Camus, ouvrier agricole décédé pendant la Grande Guerre, et de Catherine Sintes, jeune servante d’origine espagnole, Albert Camus est né en 1913 à Mondovi sous le ciel algérien. Il grandit à Alger, dans la pauvreté et la chaleur du climat méditerranéen, auprès d’une maman quasi analphabète et s’il y a beaucoup d’affection entre eux aucun dialogue ne les unit. En 1932, il obtient son bac et entame des études de philosophie qui le mèneront vers la carrière de journaliste. Il écrit alors pour Alger Républicain et ses articles font parler de lui. En 1936, il fonde le «Théâtre du Travail», accessible aux plus défavorisés, et écrit «Révolte dans les Asturies», une pièce d’actualité politique qui ne sera pas représentée, par interdiction du maire d’Alger. Albert Camus part pour Paris où il milite dans un mouvement de résistance, tout comme JeanPaul Sartre, avec lequel il s’est lié d’amitié. C’est dans le journal «Combat» que paraît un éditorial resté célèbre, écrit par Camus alors rédacteur en chef, dans lequel il dénonce l’utilisation de la bombe atomique par les EtatsUnis. En 1942, Gallimard accepte de publier «L’Etranger», un roman qui arrivera en tête du classement des cent meilleurs livres du XXe siècle en 1999. Son roman «La Peste» est publié en 1947 et connaîtra le succès que l’on sait. 14

Son œuvre, articulée autour de l’absurde et de la révolte, est indissociable de ses prises de positions personnelles sur le franquisme, le communisme, le drame algérien… En 1951, il défend dans un nouvel essai, «L’Homme révolté», sa conception de la lutte sociale et politique. Lorsque surviennent les événements d’Algérie, Albert Camus hésite entre l’attachement à sa terre natale et la légitimité des revendications algériennes : il s’enferme dans le silence. En 1956, Camus publie «La Chute», œuvre pessimiste dans laquelle, il défend un scepticisme quelque peu ironique. Il obtient le prix Nobel de littérature en 1957, il a 44 ans. Il devient un modèle pour toute une génération admirative d’un homme dont l’humanisme réunit à la fois la pensée sans concession et l’action réelle et généreuse. Il est l’une des plus grandes figures de la littérature française du XXème siècle et a laissé derrière lui des œuvres majeures qui continuent à alimenter les cours de français de nos écoles. Il meurt tragiquement dans un accident de voiture aux côté de son ami Michel Gallimard. On trouva dans le véhicule le manuscrit inachevé de «Le Premier Homme», récit autobiographique sur lequel il travaillait. C.L.


Il aurait soufflé ses 100 bougies le 7 novembre 2013. Pour célébrer ce centenaire, les éditions Gallimard ont publié le 19 septembre, dans la collection «Blanche» trois volumes de «Correspondance». Le premier tome rassemblera les échanges de l’écrivain avec le poète Francis Ponge, le deuxième avec le romancier Roger Martin du Gard et le troisième avec Louis Guilloux. Du côté des beaux livres, la maison d’édition lance en octobre «Le monde en partage. Itinéraires d’Albert Camus» de Catherine Camus, la fille de l’écrivain, ainsi que le catalogue de l’exposition Albert Camus d’Aix-enProvence, «Albert Camus, citoyen du monde». Gallimard publie «Cher Albert. Lettre à Albert Camus» de Paul Pitous et dans la collection Quarto, les «Oeuvres» d’Albert Camus, avec une préface de Raphaël Enthoven. En avril 2013, «L’Étranger» adapté en bande dessiné par Jacques Ferrandez est sorti chez Gallimard dans la collection «Fétiche».

L’ETRANGER D’après le roman d’Albert Camus. Adaptation de Benoît Verhaert et Frédéric Topard. Mise en scène de Benoît Verhaert. Avec: Lormelle Merdrignac, Stéphane Pirard, Benoît Verhaert.

Du lundi 14 octobre au samedi 26 octobre

Petit Théâtre Varia Rue Gray, 154 1050 Ixelles 02 640 82 58

Aujourd’hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile : «Mère décédée. ... Enterrement demain. Sentiments distingués». Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier. Dès les premières lignes qui ouvrent le célèbre roman d’Albert Camus, le ton est donné. La langue et le style sont secs, la phrase est courte et incisive, créant une cassure entre la conscience et la réalité et cachant toute l’horreur du monde. Meursault, son héros, ne semble pas plus touché par cette annonce, qu’il ne semble s’intéresser à ce qui se passe dans sa vie, jusqu’au meurtre qu’il va commettre et qui lui fera dire : j’ai compris que j’avais détruit l’équilibre du jour. Cette écriture neutre et impersonnelle révèle le climat de l’absurde. Lors du procès, Meursault dira toujours la vérité, la sienne, il fournira des données brutes, sans chercher à arranger la réalité. A la question: Pourquoi avez-vous tué ? Il répondra : Parce qu’il y avait du soleil. Et il sera condamné à mort. Quand on lui demandait de quoi parlait «L’étranger», Albert Camus répondait : «C’est l’histoire d’un homme condamné à mort pour n’avoir pas pleuré à l’enterrement de sa mère». 15


à l’Affiche... L’indigné le plus célèbre du théâtre classique. LE MISANTHROPE

LES 1001 NUITS

de Molière

Adaptation théâtrale de Dominique Serron et Vincent Zabus

Alceste combat «l’art de plaire à la Cour» et l’hypocrisie des hommes, mais succombe aux charmes de Célimène, une veuve coquette et médisante. Dans cette comédie de caractère, Molière dénonce la perte d’un idéal : celui de l’honnête homme. Il nous livre une pièce politique où l’on voit un homme qui refuse le monde tel qu’il est et qui rêve maladroitement d’une révolution des rapports humains. Ce qu’Alceste se refuse à admettre, c’est que les hommes puissent s’abaisser à dissimuler sans cesse, à se conformer à des codes imposés par des réseaux de pouvoir, à s’intégrer à des groupes où seule règne la loi de l’intérêt. Alceste est homme à ne transiger sur rien, un homme de principe, qui refuse l’hypocrisie. Il exige la vérité même s’il doit devenir la risée et le bouc émissaire de tout ce petit monde ! Mais ne devient-il pas finalement le marginal qui mérite l’exclusion ? C’est un misanthrope généreux, haletant, au plus près du texte, qui nous est présenté. Un spectacle qui réconcilie le classique et le moderne, le théâtre d’image et de tréteaux. Coproduction avec Théâtre en Liberté Mise en scène et scénographie : Daniel Scahaise (assisté par Caroline Bertrand) Avec : Maxime Anselin, Barbara Borguet, Isabelle De Beir, Gauthier de Fauconval, Jaoued Deggouj, Dolorès Delahaut, Christophe Destexhe (Alceste), Stéphane Ledune, Julie Lenain (Célimène), Nicolas Swysen, Laurent Tisseyre. Costumes : Anne Compère Coiffures : Laetitia Doffagne Travail des alexandrins : Bernard Marbaix Régie/Lumières : Philippe Fontaine Les représentations des 6 et 17 octobre à 16h00 seront rendues accessibles aux spectateurs non ou mal voyants. Infos et réservations : 0470 679 720 anne@audioscenic.be

Du 18 septembre au 26 octobre 2013

Un sultan, en représailles à l’infidélité de son épouse, la condamne à mort et choisit chaque soir une vierge pour la décapiter à l’aube, après l’avoir déflorée. Le pays est ravagé par cette violence insatiable. Shéhérazade, la fille du grand vizir, décide de s’offrir au sultan despotique pour tenter de sauver les femmes de sa cruauté. Chaque soir, elle va raconter une histoire dont la suite est reportée au lendemain. Le sultan, pour connaître cette suite recule alors l’exécution de jour en jour et finalement, au bout de 1001 nuits, il y renonce. Les Mille et Une Nuits, série de contes enchâssés les uns dans les autres faits de personnages en miroir les uns par rapport aux autres vous entraînent dans l’aventure, le merveilleux, la magie, la poésie, le mystère et la sensualité. On assiste à la rencontre de l’imaginaire et du réel, de l’intime et du notoire, de l’ancien et du nouveau. Dominique Serron s’empare de ce chef d’œuvre de l’humanité pour le transformer en théâtre d’aujourd’hui. Laissez-vous entrainer sur les traces de la belle Shéhérazade et du Sultan Shahryar, d’Aladin, d’Ali Baba et de la truculente magie des Djinns. Coproduction avec l’Infini Théâtre Mise en scène : Dominique Serron Avec : Laurent Capelluto, Laure Voglaire, France Bastoen, Vincent Huertas, Jasmina Douieb, Patrick Brüll, Othmane Moumen, Vincent Zabus Scénographie : Ronald Beurms Costumes : Renata Gorka Lumières : Franco Desautez Création musicale : Jean-Luc Fafchamps et Aldo Platteau

CONCOURS

CONCOUR S

GAGNEZ

10 x 2 places Page 34

Théâtre de la place des Martyrs Place des Martyrs, 22 • 1000 Bruxelles 02 223 32 08 • www.theatredesmartyrs.be 16

le temps, Quand le théâtre défiace e… l’action et l’esp

GAGNEZ

Du 19 septembre au 20 octobre 2013

2 x 2 places Page 34

Théâtre Royal du Parc Rue de la Loi, 3 • 1000 Bruxelles 02 505 30 30 • www.theatreduparc.be


à l’Affiche... Jusqu’où ira notre toerlérlesansiecens ? quand il s’agit de protég

Peut-on réellement connaître l’autre ?

ORPHELINS

SI TU MOURRAIS

de Dennis Kelly

de Florian Zeller

Au cœur d’un quartier difficile, retranchés dans leur appartement confortable, Helen et Danny s’apprêtent à passer une soirée tranquille en amoureux quand ils sont interrompus par Liam, le frère d’Helen qui débarque chez eux le T-shirt couvert de sang. Que s’est-il passé? Liam est-il victime ou bourreau? Quelqu’un est-il en danger? Faut-il prévenir la police? Interrogé par le couple, les explications de Liam se font de plus en plus confuses, incohérentes, inquiétantes…

A la mort de son mari écrivain, auteur de théâtre, une femme s’interroge. Elle découvre des fragments d’une pièce où il est question d’un auteur qui succombe aux charmes d’une jeune comédienne. Fiction ou autobiographie? Aventure réelle ou inventée? Ces notes éveillent les soupçons, le doute s’installe, le choc est douloureux. Elle entreprend alors une enquête fiévreuse, fouille le passé, questionne son entourage, ment pour obtenir des informations et s’acharne à connaître une vérité qu’elle redoute. Mensonge et vérité jouent à cache-cache, les révélations se contredisent, les questions s’enchaînent, demeurent sans réponse. Pierre a-t-il menti à Anne? Qui était cet homme qu’elle croyait connaître?

Nous assistons alors à un portrait sans concession de la nature humaine. Le couple est écartelé : Danny veut croire en la justice, Helen prend aveuglément la défense de son frère, orphelin comme elle depuis la mort accidentelle de leurs parents. Poussés audelà de leurs limites, dans une urgence insupportable, la nature profonde de chacun se dévoile. Sournoisement l’horreur se profile, glaçante, raciste derrière des aveux distillés au compte-gouttes par Liam. Le trio sera tiraillé entre d’une part la force des liens familiaux et de l’autre la morale citoyenne et l’acceptation de l’autre dans sa différence. Ce thriller psychologique troublant et brillamment construit nous oblige à remettre en question nos propres idéaux. Que faire de nos valeurs de tolérance quand notre clan est menacé ? Peut-on aller jusqu’à faire voler en éclats nos certitudes les plus profondes? Electrochoc d’une rare pertinence. Mise en scène : Patrice Mincke (assisté de Mélissa Léon Martin) Avec : Anne-Pascale Clairembourg, Itzik Elbaz, Pierre Lognay Scénographie : Olivier Wiame Lumière : Alain Collet

De flash-back en situations inattendues, on est entraîné dans cette quête pleine de doutes et d’appréhension qui mêle réalité, imagination, peur, rire et fantasme. «Si tu mourais» n’est pas une pièce sombre sur le deuil ou la tromperie et parle avant tout de la vie de ceux qui restent. Anne se demande si elle a bien compris qui était son mari. Cette question sans réponse alimente ses fantasmes et met en branle la mécanique du doute et la recherche de la vérité. Mine de rien, Florian Zeller nous fait l’éloge du mensonge, pris comme une preuve d’amour, et d’honnêteté, et non pas comme une trahison ou un rejet des conflits intérieurs. Selon lui, «aimer n’est pas encombrer l’autre de ténèbres». Mise en scène : Vincent Dujardin Avec : Stéphanie Moriau, Jean-Claude Frison, Michel de Warzée Scénographie : Noémie Breeus Création lumière & Régie : Sébastien Couchard

Dès 16 ans.

CONCOURS

CONCOUR S

GAGNEZ

Du 24 septembre au 19 octobre 2013

5 x 2 places Page 13

Théâtre de Poche Chemin du Gymnase 1A • 1000 Bruxelles 02 649 17 27 • www.poche.be

GAGNEZ

Du 2 octobre au 26 octobre 2013

5 x 2 places Page 34

Comédie Claude Volter Avenue des Frères Legrain 98 • 1150 Bruxelles 02 762 09 63 • www.comedievolter.be 17


à l’Affiche... ne seule en Un trio maîtrisé parca«u parfois naille…

scène»

que Monologue tragi-comi pour une femme impétueuse MADAME MARGUERITE

de Christian Siméon

de Roberto Athayde

Alexandra Lamy campe, dans le Paris intellectuel et mondain de la Belle Epoque, Misia, pianiste et muse d’artistes, une femme libre qui s’apprête à quitter son mari pour un cynique et riche homme d’affaires, coureur de jupons. Sensuelle et bouleversante, ©Julien de Ros Alexandra Lamy incarne seule et tambour battant les trois rôles de cette aventure dans une époque spirituelle et misogyne. Elle est tour à tour Misia, Thadée Natanson, son mari et Geai, sa meilleure amie. Quant au phacochère….

Attention, la revoilà ! Prenez vos cahiers, mettez votre chaise sur ses quatre pieds et accrochezvous. Madame Marguerite déboule à nouveau au théâtre pour nous préparer, élèves innocents que nous sommes, à affronter la dure, si dure, réalité de la vie. Elle tient sincèrement à nous offrir «la poésie du monde à aimer», comme un ange de bonne volonté. Mais démon l’instant d’après, elle assène avec fracas que «la vie est une connerie» ! Dans ses leçons cyniques, comiques ou tragiques de l’existence, l’enseignante effrontée en profite pour glisser quelques vérités bien acérées sur notre quotidien !

Une performance de comédienne pour un ping-pong épistolaire, moqueur et cruel de Christian Siméon. Alexandra Lamy est brillante dans l’interprétation de cette femme, d’abord légère, amoureuse, fraternelle, facétieuse, puis désespérée, abandonnée, blessée et vaincue et elle incarne aussi avec énergie et humour les personnages du mari égocentrique et de l’amie. Une production Acte2 et SIC en accord avec le Théâtre de l’Atelier. Mise en scène et scénographie : Christophe Lidon (assisté de Sophie Gubri) Avec Alexandra Lamy Lumières : Marie-Hélène Pinon Son : La Manufacture Sonore Misia Sert née Godebska est une figure légendaire de la vie artistique française de la Belle Epoque, l’égérie du Tout-Paris. Pianiste de talent, elle devient l’une des femmes les plus courtisées de son temps. Elle pose pour Bonnard, Vuillard, Toulouse-Lautrec, Renoir. Amie de Diaghilev, Nijinsky, Stravinski, Cocteau, Chanel. Folle, géniale, indépendante, fantasque, intelligente, Misia fut la « Reine de Paris ».

©Bruno Mullenarts

LA VÉNUS AU PHACOCHÈRE

Théâtralement névrosée et du coup incroyablement drôle dans ses contradictions et ses excès, Madame Marguerite est le fantasme du prof qu’on aurait bien voulu croiser une fois dans sa vie de lycéen. La pièce a été jouée pendant plus de dix ans par Annie Girardot. La première mise en scène de cette pièce au Public a eu lieu en 1994, par Thierry Salmon avec Anne Marev. Aujourd’hui, après l’avoir elle-même mise en scène dans son spectacle «Pas d’inquiétude», Marie-Paule Kumps est dirigée dans un magnifique rôle à la mesure de son talent par l’incroyable humoriste Virginie Hocq pour une leçon comme vous en rêviez ! Adaptation Jean-Loup Dabadie Mise en scène: Virginie Hocq Avec: Marie-Paule Kumps Assistanat à la mise en scène: Monia Douieb Scénographie et costumes : Céline Rappez Lumière : Maximilien Westerlinck Régie : Louis-Philippe Duquesne (stagiaire : Aurore Mignolet) Événement: Marie-Paule Kumps sera l’Invité du Public le 5/10/2013.

CONCOURS

GAGNEZ

1 x 2 places

Le samedi 19 octobre 2013

Page 34

Centre Culturel d’Ottignies- L-L-Neuve Avenue des Combattants, 41 • 1340 Ottignies 010 41 44 35 • www.poleculturel.be 18

Du 5 septembre au 26 octobre 2013 Théâtre Le Public Rue Braemt 64-70 • 1210 Bruxelles 0800 944 44 • www.theatrelepublic.be


à l’Affiche... eydeau Un lendemain de fête, enuatren F sous acide et Don J triste...

rs L’herbe est-elle toujou ? plus verte ailleurs

PLATONOV (ou presque)

RENDEZ-VOUS

Chaque été, une petite société se retrouve en villégiature chez une jeune veuve, dans un domaine au fin fond de la province russe. Platonov, jeune aristocrate ruiné, est devenu instituteur, par dépit et pour marquer sa révolte contre son défunt père et la société. Il a tout pour être heureux, époux d’une femme aimante, hâbleur, vif, brillant et séducteur, il est admiré et jalousé. Mais qui est-il vraiment ? Les retrouvailles avec Sofia, une femme qu’il aima autrefois, ravivent son désespoir. Anna, veuve aux mœurs dissolues veut croire qu’elle plaît toujours aux hommes. Le vin coule à flot et l’ivresse gagne chacun. Platonov papillonne sans réflexion sur les conséquences de ses actes. Il ne veut faire de mal à personne mais ne sait dire non à rien et finit par faire souffrir tous ceux qui l’approchent. La fête vire au drame...

Maurice a une belle vie, un mariage solide, trois enfants et un restaurant de poisson qui tourne plutôt bien. Mais au seuil de la cinquantaine, il s’aperçoit avec angoisse de la monotonie de sa vie. Il a le sentiment qu’il lui manque quelque chose, une nouvelle aventure amoureuse, une simple petite liaison, juste pour sortir de son train-train quotidien. Il profite alors de l’appartement de sa mère absente pour organiser les premières rencontres… Délicieusement drôle et plein d’esprit, l’auteur dépeint ici les faiblesses de la nature humaine.... Il pose un œil doux et compatissant sur le couple et ses erreurs. Neil Simon, l’un des dramaturges américains les plus populaires, est né dans le Bronx en 1927. Mondialement reconnu, auteur de très nombreuses pièces et à maintes reprises nominé, il signe une fois de plus une comédie humaine et désopilante!

de Neil Simon

Oeuvre de jeunesse de Tchekhov, cruelle et insolite qui n’aura jamais été jouée de son vivant. Les personnages, à la fois tragiques et comiques ont une liberté de parole et de comportement. Le triangle amoureux est sur la sellette, dans une écriture libre et insolente, fulgurante et passionnée. Plutôt qu’une trame narrative cohérente, on y trouvera un fracas d’impressions, d’émotions contradictoires, un collage de sensations, avec mise en abîme et faux-raccords. Coproduction Théâtre Océan Nord – Premiers Actes / Travaux Publics. Mise en scène : Thibaut Wenger Avec : Fabien Magry, Marie Luçon, Tristan Schotte, Nathanaëlle Vandersmissen, Joséphine de Weck, Mathieu Besnard, Nicola Patouraux …. Scénographie : Boris Dambly (assisté de Sébastien Corbière) Création sonore : Geoffrey Sorgius Création lumière : Matthieu Ferry Costumes : Raffaëlle Bloch (assistée de Juliette Gaudel) CONCOURS

Traduction et adaptation : Claire Nadeau et Gérard Rinaldi Mise en scène : Léonil Mc Cormick Avec : Delphine Charlier et Bernard d’Oultremont « …Cette saison 2013-2014, nous allons rire ensemble. Le rire, une denrée si rare de nos jours…. Un besoin….. Une nécessité. Le rire est la critique de notre société, elle s’adresse à notre intelligence en stimulant la réflexion. Et puis ne nous cachons pas la vérité, nous aimons rire. Il paraît que c’est même bon pour la santé. Tous nos problèmes peuvent être examinés sous le prisme déformant de l’humour. Et vous verrez qu’ils sont moins définitifs qu’on ne l’imagine… » Léonil Mc Cormick et Bernard d’Oultremont

CONCOUR S

GAGNEZ

2 x 5 places

Du 1er au 12 octobre

Page 34

Théâtre Océan Nord 63/65 rue Vandeweyer • 1030 Bruxelles 02 /216 75 55 • www.theatreoceannord.org

GAGNEZ

Du 03 octobre au 10 novembre 2013

2 x 2 places Page 32

Théâtre La Valette Rue Basse 11 • 1460 Ittre 067 64 81 11 • www.lavalette.be 19


RRRR FESTIVAL ...

AU POÉME 2

- 3 semaines de festival - 4 spectacles - 9 lectures - 3 rencontres - 13 Auteurs vivants - 45 représentations

du 16.09 au 05.10 La première édition du RRRR Festival ouvre en fanfare la saison belge du Rideau. Un festival de créations dédié aux nouvelles écritures de Belgique francophone. De jeunes auteurs belges qu’on aime ou qu’on va découvrir. Un bouillonnement de spectacles, lectures, rencontres. Et une ambiance Rideau avec échanges passionnés. C’est au Poème2 que le Rideau a posé ses valises le temps de ces 45 représentations ! Deux spectacles par jour ! Des auteurs talentueux et passionnants à suivre ou à découvrir. Céline Delbecq propose Seuls avec l’hiver : Carl-Hadrien est en fin de vie. Sonia, sa femme, est à son chevet. Elle fait un puzzle. Les pièces se perdent... Il y a aussi Priscilla, Lucie et Germaine. Mais sont-elles vraiment là ? Dehors, des milliers d’étourneaux. Comme chaque année, ils se regroupent pour les laisser seuls avec l’hiver. Patrick Lerch offre, avec Le dire troublé des choses, 60 textes courts, matériaux pour actrice et acteur, superposition de crises passagères ou durables puisées dans nos vies. Cuisine de phrases pour petites et grandes bouches, dont la texture des mets et des arômes sera ici porté par la musique ! Dans Tarzan deThierry Lefèvre, il est question de père de fils, d’enfants blessés. C’est l’histoire d’un homme qui se bagarre pour trouver sa musique, qui vide son sac pour s’envoler. Le Magnifico d’Axel Cornil nous livre l’histoire d’un café traversé par la guerre. Parmi les chaises retournées et les tables renversées se joue le destin de cinq personnages. Le tout raconté par un jazzman sur fond de cappuccino onctueux et de mauvais whisky.

DECOUVREZ LA NOUVELLE GOLF VARIANT DU 14 AU 24 SEPTEMBRE DANS NOTRE SHOW ROOM

TAUX DE FINANCEMENT

0%

ACOMPTE 15% SUR CERTAINS VEHICULES DE STOCK

DU 14 SEPTEMBRE AU 24 OCTOBRE

LESAGE CAR TRADING

rue Jacques Bassem, 96 - 1160 Auderghem www.vw-lesage.be - Tél. 02.672.47.17 - Fax 02.675.44.15

CARROSSERIE AGRÉÉE TOUTES MARQUES chée de la Hulpe, 225 - 1170 Bruxelles - 02.672.03.91

Stéphanie Di Valerio

La compagnie Arte-Mixto vous propose des spectacles à la mesure de vos activités !

Du spectacle riche et coloré «Les cabarets du monde», aux grands classiques «Carmina Burana», «Boléro» de Ravel, etc…, avec la possibilité d’un orchestre philarmonique, pour des soirées à thème, des spectacles, des animations, des comédies musicales, Arte-Mixto établit avec vous le programme idéal correspondant le mieux à vos attentes et à votre public.

POÈME 2 Rue d’Écosse 30 - 1060 Bruxelles - 02 538 63 58 www.poeme2.be

LE RIDEAU 02 737 16 01 - www.rideaudebruxelles.be 20

Stéphanie Di Valério & Arte-Mixto Dance Company 34, rue du Cadet • 6183 Trazegnies • 0477 66 35 58

www.artemixto.be


Un gars, une fille

UN GARS, UNE FILLE

Studio Photo Oui

©Cassandre Sturbois

Antoine Guillaume CV express

- Né en 1979. - Premier Prix d’Art Dramatique au Conservatoire Royal d’Art Dramatique de Bruxelles en 2000. - Premiers pas sur scène à 6 ans, à la fête de l’école. Professionnellement, en 2000, au Théâtre de Poche dans «La Revue Panique» de Charlie Degotte. - Spectacles clés: abonné aux pièces qui font le succès du Théâtre de la Toison d’Or dont «Cendrillon, ce macho!» de Sébastien Ministru et «Antoine Guillaume assume», son one man show musical. - Chroniqueur de l’équipe «On n’est pas rentré», l’émission radio d’Olivier Monssens diffusée sur La Première (du lundi au vendredi de 16 h à 17 h).

Interview Minute

• Quelle est votre référence masculine ? Stephen Sondheim, compositeur anglo-saxon de comédies musicales («West Side Story», «Follies»,…). Sa méticulosité et la précision quasiment chirurgicale de ses paroles et mélodies me fascinent.

• Si vous aviez été une femme, laquelle auriez-vous aimé être? Globalement, Hillary Rodham Clinton. Pour son engagement et sa volonté de faire évoluer l’un des plus grands pays du monde. Son flegme dans les moments d’adversité. Ses positions en matière d’avancée des droits LGBT (NDLR: Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres. Et sa force face aux détracteurs machistes.

• Votre leitmotiv de comédien ? J’en ai deux: «Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage» et «Etre à l’heure, c’est déjà être en retard».

• Votre auteur/pièce préféré(e) ?

CV express - Née en 1961 - Sortie de l’IAD à Louvain-la-Neuve en 1984. - 1984-85 «Hollywood Hollywood» au Théâtre National, mis en scène par Bernard Cogniaux - En 2006, Prix de la meilleure actrice du magazine Kiosque pour l’ensemble de sa saison théâtrale. - Participe à la ligue d’Impro depuis le début. - Plus de 100 spectacles à son actif !!

Interview Minute

• Quelle est votre référence féminine ? Je n’en ai pas, pas particulièrement… J’aime bien le jeu d’actrices comme Juliette Binoche, Sabine Azéma, Jodie Foster…

• Si vous aviez été un homme, lequel auriez-vous voulu être? J’ai énormément d’admiration pour Nelson Mandela, pour son charisme et sa patience, c’est quelqu’un de formidable mais je n’aurais pas pu être lui, je n’aurais jamais eu son talent. Je me sens très bien en femme, je me sens à ma place dans mon corps de femme et j’aime la féminité. Ce n’est pas facile d’être une femme, un homme non plus sans doute mais la femme doit encore se battre pour prendre sa place. Si j’avais été un homme, j’aurais voulu me sentir aussi bien qu’en femme.

• Votre leitmotiv de comédienne ? La sincérité, j’essaye de travailler sur la sincérité. Je suis une comédienne classique, je travaille par identification et j’essaye de ne pas toujours reproduire la même chose mais de trouver le sentiment juste, par rapport au présent.

• Votre auteur préféré ?

«War Horse» de Michael Morpurgo, un roman adapté pour la scène par Nick Stafford, en association avec la compagnie sud-africaine Handspring Puppet Company. Un show grandiose qui a reçu 5 Tony Awards, l’équivalent des Oscars pour le théâtre.

À l’affiche…

Marie-Paule Kumps

Belen Ucros

Antoine Guillaume sera au Théâtre de la Toison d’Or du 13 au 30/11 2013 dans «A night with Irène de Langelée», une pièce co-écrite avec Sébastien Ministru. En décembre 2013, reprises de «Boeing Boeing» de Marc Camoletti.

J’aime les romans de Murakami. Je n’ai pas vraiment d’auteurs favoris, je relis parfois des morceaux d’Albert Cohen, c’est magnifique. Siri Hustvedt me touche beaucoup, elle a une approche différente de moi, assez intellectuelle, elle vous emmène dans des univers pas vraiment palpables mais chargés d’émotions. Julie Meert

À l’affiche… Marie-Paule est au Théâtre Le Public du 5/9 au 26/10 dans «Madame Marguerite» de Roberto Athayde. On la retrouvera dans «La vérité» de Florian Zeller au Théâtre des Galeries en février 2014. 21


22


Echos de Paris

ECHOS de PARIS

MON BEAU-PÈRE EST UNE PRINCESSE

LA CHANSON DE L’ÉLÉPHANT

de Didier Bénureau

de Nicolas Billon

Est-ce que le mariage pour tous serait une nouvelle source d’inspiration pour les auteurs aimant taquiner les histoires d’amour un peu plus osées ?

Toute première pièce d’un auteur canadien, écrite en 2004.

Mon beau-père est une princesse est la dernière pièce écrite et mise en scène par Didier Bénureau, acteur et humoriste français. Il avait obtenu, la saison passée, un beau succès pour son one-man-show «Indigne». Toujours dans le registre de l’humour, Bénureau se lance dans l’écriture d’une pièce dont il interprétera également un des rôles principaux.

Quelque part en Ontario, le docteur Lawrence, thérapeute d’un hôpital psychiatrique, a disparu. L’un de ses patients, Michael, est la dernière personne à l’avoir vu. Sans tenir compte des avertissements sibyllins de l’infirmière de garde, le docteur Greenberg, directeur de l’hôpital, s’acharne à obtenir du jeune homme, un témoignage et des informations que lui seul peut connaître mais qu’il ne veut révéler.

Aude et Rémi ont invité Michel et Micheline, les parents d’Aude, à passer un week-end dans le Cantal. Michel, chef d’entreprise, s’est enfin résolu à prendre sa retraite, mais son inactivité l’angoisse. Il se plaint de son épouvantable humeur. Aude veut profiter de ce séjour pour apprendre à son papa chéri à se détendre par la relaxation. La première soirée s’annonce joyeuse, on parle politique, on plaisante… Lorsque Rémi annonce à son beau-père qu’il a l’impression d’être amoureux de lui, Michel explose !! Furieux, il menace de lui casser la figure, jusqu’à ce que Rémi arrive à lui voler un baiser….

Mais Michael, intelligent et manipulateur, s’entête à parler d’éléphants, d’opéra, de chantage et de meurtre. Le jeune patient entraine le docteur dans un jeu de piste pervers.

Mise en scène : Didier Bénureau Avec Michel Aumont, Gaëlle Lebert, Claire Nadeau, Didier Bénureau

Mise en scène : Bruno Dupuis Avec : Pierre Cassignard, Christine Bonnard, Jean-Baptiste Maunier

Genre : Comédie légère et joyeuse

Genre : Drame

Du 03 septembre au 30 novembre 2013

Du 04 septembre au 30 décembre 2013

is-Royal Théâtre du Pala75001 Paris sier 38 rue Montpen 00 00 33 1 42 97 40

La rencontre tourne à l’affrontement, et la disparition au thriller psychologique dans lequel nous sommes curieux de découvrir le jeune Maunier. Rappelez-vous… Jean-Baptiste Maunier a tenu le rôle principal dans le film «Les choristes».

arnasse Théâtre Montp 014 Paris té - 75 31 rue de la Gaî 74 00 33 1 43 22 77

23


Wavre - 41, rue du Chemin de fer - Tél.: 010 455 355 Wavre - 217, chaussée de Louvain - Tél.: 010 247 982 Gembloux - 142, chaussée de Namur - Tél.: 081 611 600

24


Jeune Public ©J.Estades

©Nicolas Simon

VY

EXPRESSO CIRCUS

SNACKS

Le spectacle a reçu en France le Molière Jeune Public 2011, et, à Bruxelles, le Prix du Théâtre 2011 dans la catégorie Seul en scène

Le rideau se lève: une fresque claire obscure de personnages finement ciselés s’avance derrière l’écran. 250 silhouettes savamment découpées dans du carton dressent la chronique d’une journée haute en couleurs au sein d’un cirque itinérant. A l’avant-scène, un concerto pour une trentaine d’instruments des plus convenus aux plus détonants se déploie sous les doigts d’une véritable «femme orchestre» acrobate, en synchronisation totale avec l’image. Les numéros s’enchaînent tandis que les codes majeurs de ce divertissement millénaire vacillent subtilement dans une portée absurdement jubilatoire.

Prix de l’Enseignement Fondamental aux Rencontres Jeune Public de Huy 2012

Née d’un père vietnamien et d’une mère belge, Michèle Nguyen plonge dans son passé pour nous raconter, avec douceur, pudeur et tendresse, l’histoire de Vy, petite fille timide, incomprise par la terrible grandmère à laquelle elle a été confiée. Elle nous parle de sa maladresse, de son besoin de silence, de sa passion des mots, de son secret amour qui la mènera vers ses origines. Vers la paix aussi. Une marionnette l’accompagne silencieusement dans ce voyage souterrain. Elle est tout autant la fragilité de l’enfance qu’un rien pourrait casser, que le vieil enfant qui résiste en nous, tyrannise et tire les ficelles pour ne pas grandir.

Production : Jeunesses Musicales de Bruxelles en collaboration avec Flagey Avec Théâtre du N-Ombr’île : Rachel Ponsonby , Anne Peeters, Antoine Clette Aurélie Coppens

Paul est employé dans une usine de nuggets de poulet. A l’aide de sa machine à écrans géants, il fait apparaître des œufs, des poussins, qu’il manipule et transforme afin de remplir des boîtes de snacks. Paul s’amuse jusqu’au jour où il se rend compte que derrière les écrans, ce sont de vrais animaux qui sont traités… Bernard Senny est interpellé par l’élevage intensif et la mise à mort d’animaux considérés depuis leur naissance comme de la matière consommable. Il aborde ce thème délicat de façon divertissante et évite le piège de la morale ou de la critique stérile. Compagnie Héliotrope De et par Bernard Senny, Mise en scène Martin Staes-Polet

Texte et interprétation : Michèle Nguyen Mise en scène : Alberto Garcia Sanchez

A l’issue du spectacle, talk-café en groupes. Ensuite, pour les adultes, rencontredébat avec Aline Wauters, animatrice à la Maison du Développement durable. Les enfants pourront quant à eux participer à un atelier artistique, philosophique ou culinaire dans les coulisses. Fin des activités à 17h30. Réservation indispensable.

Jeudi 17 octobre 2013 à 14h et à 20h Samedi 26 octobre 2013 à 19h

Mercredi 16 octobre à 15h

20 octobre 2013 à 15h

Centre culturel Jacques Franck Chaussée de Waterloo, 94 1060 Bruxelles 02 538 90 20 àpd

Flagey - Studio 1 Place Ste Croix 1050 Ixelles 02/641 10 20

Théâtre Jean Vilar Rue du Sablon 1348 LLN 0800 25 325

9 ans

de 3 à 12 ans

àpd 8 ans

25


©Lansman

HAIKU

POPUP

MARITIME

Théâtre d’objets

Dans son grand livre blanc, une jeune femme rêve. Quelques instruments de musique, une robe blanche, une ville, des comètes, un train, un ciel constellé d’étoiles, un jardin multicolore, un château envahi par la mer…

Dans l’immense brouhaha d’une ville, une petite dame a depuis longtemps oublié de respirer, coincée entre son quotidien et le Tic-Tac de son réveil. Un matin, un poisson débarque dans sa théière au milieu de son salon, et lui demande de le ramener chez lui.

Popup nous entraîne dans le monde onirique d’un livre en relief géant. Les pages se tournent, se déploient, les histoires se déplient sans mots, s’entremêlent et font naviguer l’imaginaire. Véritable prouesse technique, Popup donne vie à une succession de tableaux animés ponctués de dessins vidéoprojetés. Le public chemine de l’un à l’autre, au rythme d’incursions vocales, sonores et musicales suggestives. Un voyage fascinant dans un univers irréel et léger où s’inventent des histoires extraordinaires au départ du quotidien le plus ordinaire.

Carte sous le bras, bagages sur le toit, le poisson calé sur le siège arrière de la voiture, elle accepte de partir. Direction : l’océan ! En route, les péripéties se succèdent, et l’amitié se tisse. Arrive l’odeur de l’iode, le sable fin sur la plage, le vent dans les cheveux, le bruit des vagues et la mer, cette immensité en mouvement...

Prix du ministère de l’enfance aux Rencontres de Huy 2012 A l’intérieur d’un château où il fait toujours nuit, Monsieur dort. Puis Monsieur se réveille au milieu d’un nuage de bulles et commence à nous conter l’histoire de Bozo. Dans un château plein de toiles d’araignées et hanté de poésie, vit un petit homme tout taillé de bleu. Il vit seul, très seul. Pour combattre sa solitude, Bozo regarde la lune et traque les ombres, espérant y dénicher une amie mais elle se change en fée ou en papillon, elle se métamorphose sans cesse. Un voyage tout en douceur où quelques mots s’articulent, légers comme des flocons, déposés sur des tableaux, des images insolites, des poèmes visuels. Théâtre du Papyrus (Bernard Chemin et Didier De Neck)

Hypnotique et fantasque, entre théâtre d’images et performance d’arts plastiques, ce spectacle est une invitation au voyage dans les livres magiques de l’enfance, là où le réel prend des allures de prodige… Le Vivat d’Armentières Avec Belinda Annaloro

26

Elle découvre un autre monde fait de silence et d’espace et, pour la première fois depuis longtemps, … elle respire… «Maritime» est un road-movie décalé et surréaliste… Il parle de transformation intérieure, d’espace, de silence et de liberté à travers ce que notre vie et nos rencontres nous apportent. Un grand voyage, haut en couleur, à l’image du cours de la vie. Par et avec Géraldine Carpentier- Doré

16 octobre à 14h30

Dimanche 13 octobre à 11 et 15h.

Dimanche 13 octobre de 14 à 15h30 et 16 à 17h30

Centre culturel Rue Jules Hans 4 1420 Braine L’Alleud 02 384 24 00

Théâtre de la Montagne Magique Rue du Marais 57 1000 Bruxelles dès 02 210 15 90

Salle Polyvalente Mercelis Rue Mercelis 13 1050 Ixelles TOUT PUBLIC 02 515 64 63

de 4à8 ans

4 ans

àpd 4 ans


Jeune Public

Miss Ouifi et Koubrev font des expériences

LE GRAND RETOUR D’ULYSSE

Dans leur atelier, Miss Ouifi et Kóubrev explorent les quatre éléments : la terre, le feu, l’air et l’eau.

Troisième spectacle musical du groupe « Les chèvres à pull », Le grand retour d’Ulysse est une adaptation rock’n’roll de la célèbre épopée antique.

Miss Ouifi voudrait être la première femme à marcher sur la lune. Kóubrev est l’assistant de Miss Ouifi, il est un peu amoureux d’elle, mais n’ose pas le lui avouer. Il est maladroit, elle est méticuleuse. Il est drôle, elle est autoritaire. Il est espiègle, elle est émouvante… Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Compagnie des Mutants Avec Fanny Hanciaux et Marc Weiss

Qu’ils connaissent ou non l’histoire originale, les enfants ne seront pas au bout de leurs surprises avec cette nouvelle aventure musicale haute en couleur, remplie de monstres, de prodiges, de tempêtes et de rock pur et dur. Ulysse, musicien souhaitant prendre sa retraite loin de la vie tumultueuse des salles de concert, est condamné par Posséguidon, dieu des mers et du cyclisme, à passer sa vie en tournée. En cherchant à retrouver sa chère famille, il vivra mille aventures en compagnie d’Apollon, d’Héraclès, de Zeus, d’Hadès, du discobolesquelette, et de tous les autres… Compagnie des Chèvres à pull Mise en scène : Pierre Lafleur. Avec François Neycken, Jean-Sébastien Wasmes, Quentin Halloy, Fabian Beghin.

Dimanche 13 octobre 2013 à 15h Centre culturel de Rixensart Place communale 38 1332 Genval de 02 653 53 76

4à8 ans

Dimanche 6 octobre à 16h Centre Culturel de Woluwe-Saint-Pierre Av. Charles Thielemans, 93 1150 Bruxelles dès 02/773.05.88

5 ans

PAPIER Origami acrobatico dansé Une remarquable performance acrobatique et émotionnelle ! PC’est l’histoire d’une rencontre sans paroles. Lui est maladroit et plutôt sauvage, il existe et communique à travers ses propres créations de papier. Elle est craintive et timide mais curieuse et admirative. Elle s’invite dans son monde. Elle prend vie entre ses mains et papillonne dans son décor à lui. Ensemble ils plient les pages d’une histoire, l’histoire sans fin de deux êtres qui s’attirent et se rejettent, s’entraident et se mettent des bâtons dans les roues : il la froisse, elle se rebelle. Il la déplie, elle virevolte... Avec pour seule baguette magique le papier, celle qui leur permet de communiquer, de voyager entre un rêve à déplier et un monde à recoller. Compagnie des Voisins Conception et Interprétation : Catherine Minelli, Pedro Miguel Silva

Dimanche 13 octobre à 15h Ferme de Martinrou Chaussée de Charleroi 615 6220 Fleurus 071 81 63 32 dès

5 ans

27


Jeune Public CONCOURS •EXPOS • STAGES STAGE INITIATION A LA FAUCONNERIE

de 3 à 12 ans

La Ferme du Nil, idéalement située au coeur du Brabant wallon, dans le ravissant village de Tourinnes-Saint-

textes réalisées pour ces quinze albums: dessins originaux, tirages numériques et impressions seront accrochés aux cimaises du Centre d’Art. Des projets, des crayonnés ou encore des objets issus de l’univers des albums offriront quant à eux l’occasion de découvrir le monde créatif et ludique de ces illustrateurs et auteurs de livres jeunesse Du 9/10/2013 au 19/1/2014 de 14 à 17h

Lambert, propose des cours d’initiation à la fauconnerie. Votre enfant se passionne pour les rapaces ? L’occasion pour lui d’apprendre à les manipuler et de découvrir leur univers: les différentes espèces, leurs caractéristiques, leur nourriture, le matériel de fauconnerie... Tout un programme ! Groupes de 5 enfants de 3 à 12 ans Samedi de 10h à 11h et de 11h à 12h jusqu’au 25 décembre. La Ferme du Nil Rue Saint-Lambert, 6 1457 Tourinnes-Saint-Lambert www.lafermedunil.net

Centre d’Art de Rouge-Cloître Rue du Rouge-Cloître, 4 1160 Auderghem 02-660.55.97

EXPOSITION BEBE ANIMAUX

de 3à8 ans

Testée et approuvée par les 3-8 ans ! Qui ne fond pas devant un éléphanteau, un poussin ou un zébron... L’exposition vous plonge, vous et vos enfants, dans le monde fascinant de 75 bébés animaux, de leur naissance à leur autonomie. Qui prend soin des petits ? Que mangent-ils ? Comment apprennent-ils à marcher, nager ou voler ? Découvrez-le au travers d’histoires illustrées ou animées et de

EXPOSITION HISTOIRES DE RIRES A l’occasion de ses 25 ans, Pastel, la «griffe» éditoriale belge de l’école des loisirs, a publié un catalogue présentant quinze histoires déclinant le rire dans toutes ses gammes : grosse blague, humour décalé, humour pince-sansrire, rire absurde ou cruel, jeux de mots, comique de situation... de l’éclat de rire le plus spontané au rire le plus fin. L’exposition présente les illustrations et 28

petits films, retraçant leur croissance, leur vie et leur survie. Mais pour bien comprendre ces histoires, il faut les vivre ! Se déplacer tel un papa crapaud avec ses oeufs sur le dos, imiter les grimaces des animaux ou aménager le nid le plus douillet, un défi pour vos bambins ? A visiter en famille !

Jusqu’au 16 mars 2014 Museum des sciences naturelles Rue Vautier, 29 1000 Bruxelles bebesanimaux.sciencesnaturelles. be www.sciencesnaturelles.be

CONCOURS «LA PETITE FUREUR»

de 3 à 13 ans

A deux pattes de la Grand-Place ... Un concept inédit, un endroit féérique dédié aux enfants et aux grands noms de la littérature de jeunesse. Le Wolf propose des ateliers pour enfants , des ateliers et des rencontres pour les grands, des expos mais aussi des histoires à écouter dans un jukebox à histoires, des rencontres avec des auteurs et des illustrateurs, une bibliothèque insolite pour découvrir des albums extraordinaires...Au Wolf, on mange à la Cantine du Chaperon, on fête son anniversaire, on apprend et on s’amuse… Le concours «La Petite Fureur» est un concours littéraire de la Fédération WallonieBruxelles s’adressant aux enfants. Ce concours propose aux enfants de 3 à 13 ans, de choisir l’un des 12 livres d’auteurs et/ou illustrateurs belges sélectionnés et d’en prolonger la lecture par un dessin, un collage, une poésie, une chanson, une adaptation théâtrale... Sélection 2013 et bulletin d’inscription sur www.lewolf.be La remise des prix aura lieu en mai 2014 à la Bibliothèque royale, à Bruxelles.

LE WOLF Rue de la Violette 18-201 1000 Bruxelles 02/512.12.30 www.lewolf.be


DU RIRE AUX URNES…

“L’INITIATIVE”

comédie européenne moderne. Crise, austérité, euroscepticisme. Ces mots s’entassent dans nos têtes de citoyens européens. Dans l’espace Schengen, sept citoyens européens circulent librement et se rencontrent. Ils ne parlent pas la même langue. Ils partagent leurs doutes et leurs rêves d’Europe, laissent entendre leur diversité. Ils décident d’agir ensemble… A bord d’une caravane ils iront de Paris à Strasbourg, d’Athènes à Bruxelles, de Vilnius à Berlin et même à Londres : autant de relais où ces acteurs-actifs inviteront les citoyens à revisiter l’Europe. La pièce ‘L’Initiative’, mise en scène par Laurence Cohen, co-écrite avec Catherine Véglio-Boileau, librement inspirée du conte «Les Musiciens de Brême» des frères Grimm, sera jouée en huit langues. Chaque personnage (une tenancière grecque, un fugueur turco-belge, une anglaise pro-européenne, un musicien du monde...) incarnera une facette de l’Europe d’aujourd’hui. Ce nouveau comité de citoyens va-t-il s’entendre et aller au bout de son désir d’initiative ? Chômage des jeunes, crise identitaire, zone euro, retraite, finance, liberté de circulation, multilinguisme, tout sera commenté lors du Forum démocratique à l’issue de la représentation. Animé par des citoyens engagés et orchestré par le dynamique journaliste Stefan de Vries. L’Assemblée des citoyens vous donne rendez-vous dans sept capitales du 26/09 au 19/10/2013 et à Bruxelles le 2 octobre à l’Espace Magh.

SCENES D’HUMOUR L’HUMOUR SOUS TOUTES SES FORMES En 2011, le premier Voo Rire de Liège était sur pied. Un beau défi et persévérante. Pour cette première édition, plus de 12.000 spectateurs ont répondu présent dans 14 salles de spectacle. Des grands noms de l’humour ont côtoyé avec bonheur des humoristes moins connus issus de 8 pays différents. La deuxième édition a eu lieu du 14 au 21 octobre 2012. Succès grandissant, avec plus de 15.000 spectateurs venus découvrir la quarantaine de spectacles proposés! Désormais, un tremplin du rire et une scène ouverte permettent à de nouveaux talents de tenter leur chance. La très attendue troisième édition du Voo Rire aura lieu du 17 au 20 octobre 2013. Plus de 40 artistes seront proposés à travers les salles de la ville de Liège !

Du 17 au 20/10 Dans 12 salles de la cité ardente

www.voorire.be Ticketnet 070 660 416 et à Belle-île.

sprl

20

ANS

Une audition de qualité pour tous les budgets

Un brassage multiculturel d’ierdées pour oxygén nos neurones !

ESPACE MAGH Rue du Poinçon 17 1000 Bruxelles 02 274 05 10 www.espacemagh.be

Plus d’infos : www.cie-a-bulles.eu/assemblee

• Essais sans engagement • Tests auditifs • Garantie 5 ans • Service personnalisé • Piles auditives et accessoires • Bouchons de protection info@audibilis.be www.audibilis.be

Ottignies Av. Provinciale, 28 010/61 61 97

Louvain-La-Neuve Optique Scalliet

Galerie des Halles, 2 010/45 62 12

Corroy-le-Château Av. J. Marvel, 22 081/73 70 52 29


DANS LES ÉTOILES... n Christophe Hardiquest Cela fait 11 ans (l’âge de Lisa, sa fille aînée) que le chef de Bon Bon fait exploser les papilles des gastronomes. Depuis ses débuts dans un showroom de meubles exotiques, à la luxueuse villa avenue de Tervueren, il réinvente jour après jour une cuisine centrée sur le produit. L’étoile Michelin veille sur lui depuis 2004… Belen Ucros

tableau avec un menu du marché. Quand le propriétaire a voulu remettre l’affaire, j’ai décidé de la racheter. Comme je n’avais pas l’argent suffisant, je lui ai donné toutes mes économies, et chaque mois, je lui versais le reste du solde. On a ouvert le 3 janvier 2003. C’était quitte ou double. Un an après on recevait 1 étoile au guide Michelin.

D’ou vient votre goût pour la gastronomie?

Comment avez-vous démarré l’aventure Bon Bon? Des clients du resto où je travaillais ouvraient un magasin de meubles, avenue Louise. Ça s’appelait Wood Cottage. Les gens prenaient l’apéro dans les canapés du showroom et je les servais sur les tables et les chaises prêtées par le magasin. J’ai commencé par proposer des desserts, des soupes à midi. Comme on faisait de l’ombre à la brasserie de la galerie, elle a fait valoir l’exclusivité Horeca qu’elle avait sur son bail. Je me suis retrouvé du jour au lendemain à la rue avec toute ma brigade. Un bistrot bruxellois rue des Carmélites à Uccle (Un Million de Bruxellois et moi et moi) qui avait des problèmes avec son personnel nous a repris. On a commencé une cuisine au 30

J’ai eu la chance de grandir à la campagne, avec les fraises écrasées sur la tartine du matin. Ma mère est une bonne cuisinière, ma grand-mère encore plus. On mangeait les produits du potager. Tout ce qu’on est en train de remettre en place aujourd’hui existait bien il y a 30 ans. On prend conscience qu’on a envie d’un retour aux sources. Ma grand-mère tuait les cochons, elle faisait du boudin, de la purée à l’oseille, du lapin aux pruneaux… Tout ça m’a développé le palais. Quand mes parents se sont séparés, mon père m’emmenait au restaurant parce qu’il ne savait pas cuisiner. C’est là que je lui ai dit que je voulais faire ce métier. J’avais 14 ans. En 89, je suis rentré à l’école hôtelière, j’en suis sorti 4 ans plus tard.

Comment définir votre cuisine? Ma cuisine a toujours eu son point d’ancrage dans le produit. Aujourd’hui, avec 11 ans d’expérience en plus, elle se décline avec des nuances supplémentaires grâce à la technologie culinaire. Elle est

là pour bonifier le produit tout en se faisant discrète, sans déranger l’assiette.

De quel plat êtes-vous le plus fier? Il y en a plein. Le bijou d’huitres, le bar de ligne cuit en rocher d’huitres…

Où puisez-vous votre inspiration? Je m’inspire énormément de mes voyages. Je fais au moins un grand voyage par an. Cette année, c’était l’Indonésie. En 2014 j’aimerais traverser la Côte Ouest des Etats-Unis. On planifie aussi pas mal de city trips. Ça fait tellement du bien de se ressourcer ne fût-ce qu’une semaine. Un chef, s’il n’est pas en forme, n’est pas créatif.

C’est pour ça que vous êtes fermés le week-end? Si on veut bien faire les choses, ça demande de la précision, du temps, de l’exigence et de la concentration. Et puis quand on a des enfants, qu’on crée une famille, je pense qu’il faut faire la part des choses. On doit préserver sa vie privée. Les horaires sont déjà très lourds à 4 jours et demi semaine. J’ai 37 ans, je sais que mon temps est compté. Je ne veux pas être un de ces chefs qui termine à 65 ans avec un triple pontage au cœur. Être chef, c’est comme un sportif de haut niveau: ça ne vit qu’un temps. J’ai un vieux fantasme quand j’arrêterai l’aventure: ouvrir une petite trattoria où j’accueillerais les gens autour d’une assiette de jambon, des pâtes et un bon verre de rouge.


> 1 Etoile au Michelin depuis 2004

Bon Bon

Avenue de Tervueren 453 1150 Bruxelles Tél.: 02/346.66.15

> Meilleur chef de l’année 2011 élu par le critiques de Gault & Millau

Ouvert du lundi soir au vendredi.

> 19/20 au Gault & Millau 2012

www.bon-bon.com

> Certificat d’excellence TripAdvisor 2013

Et à la maison, qui se met aux fourneaux? On sort. Parce que je n’ai pas envie de cuisiner. Je vais manger un Américain au Vieux Saint Martin, des moules à l’escargot à la friture René, place de la Vaillance à Anderlecht, des moules frites au t’Krieske dans le Bois de Hal. A chaque endroit son plaisir! Quand je reçois les amis, je prépare des pâtes. Mais ma femme cuisine très bien aussi. Elle fait des boulettes, une tourte aux poireaux… Ces plats familiaux sont une vraie récréation pour moi.

Bosser en couple, ça facilite ou ça complique la vie privée? Pour moi c’est rassurant. Mon épouse a rejoint l’affaire depuis que nous avons déménagé à Woluwe-Saint-Pierre. Nous sommes associés à 50/50. C’est une vraie entreprise familiale. On a construit ça à deux. On a tous les deux des caractères très forts mais ça ne nous empêche pas de nous entendre. Chacun a ses responsabilités et les respecte chez l’autre. Elle s’occupe des papiers et fait l’accueil le soir. On évite de parler travail à la maison.

Travailler en cuisine ouverte impose des contraintes supplémentaires? Le fait d’avoir une cuisine ouverte, ça crée une ambiance particulière. On échange avec nos clients, le chef sort… Tout se passe dans un esprit de décontraction au moment où les clients sont là. Parce qu’on n’a pas le droit de transmettre un stress. Le client, il vient se détendre. Les briefings et débriefings se font après les services, et une fois par semaine on a une réunion où on discute de ce qui va et de ce qui ne pas.

Etes-vous sensible aux critiques? Ce sont plutôt les non-dits qui font le plus mal. A l’époque d’internet, où il n’y a jamais eu autant de moyens de communication, les gens ne communiquent plus. C’est la plus grande débilité de la société. On doit être capable de se dire les choses en face. Je préfère échanger en direct avec mes clients et qu’ils me disent ce qu’ils pensent. Ça ouvre un débat qui peut amener à une remise en question. Je pars du principe qu’on fait une cuisine qui veut plaire mais qui ne doit pas plaire à tout le monde. Pour moi la priorité d’un cuisinier, c’est garder sa ligne de conduite et ne pas toujours faire attention à ce qu’on dit.

Que faites-vous pendant vos loisirs? J’aime beaucoup lire, visiter des expos en famille, aller au théâtre… Ça me nourrit. On ne peut pas tout connaitre mais ce que je connais, je le retiens! Cet été, j’ai lu la biographie de Steve Jobs et la vie de Bernard Loiseau racontée par sa femme. La culture générale, ça fait partie des plaisirs de la vie. Belen Ucros

f, e h c e r t «Ê e m m o c t c’es tif un spor veau» ni t u a h e d 31


Courrier des lecteurs ... RENDONS A CESAR…. Messieurs, Mesdames, A la page 18 du N° 6 vous parlez de CARMEN, Opéra de Georges Bizet. J’apprécie vraiment la composition de Bizet pour Carmen. Je regrette que nulle part on nomme l’auteur de ce splendide et passionnant roman c’est-à-dire Prosper Mérimée (1803-1870) auteur de pièces, de romans, de nouvelles et traducteur de romans russes. Je trouve que souvent on ne nomme l’auteur sans qui il n’aurait pas été possible de composer un opéra, faire une pièce de théâtre etc... Connaître l’auteur encourage le public à lire le roman, et lui permet d’encore mieux apprécier l’adaptation, et un petit peu de culture en plus. Arlette Dewever de Bruxelles. Chère Arlette, Vous avez tout à fait raison et nous vous remercions pour cette précision qui sera profitable et appréciée par tous. L’Equipe d’Entr’Act Si comme Arlette, vous souhaitez nous faire part d’une remarque, d’une suggestion, d’un coup de cœur… n’hésitez pas à nous écrire à carine@entract.be ou Entr’Act, rue de Nivelles 29/3, Wavre 1300.

CO N CO UR S GAGNEZ 3 x 2 places pour «MARIAGE ET CONSÉQUENCES» le 24 octobre Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 15 octobre 2013, en mentionnant «Mariage et conséquences» en objet.

Quelle comédienne française a adapté la pièce d’Alan Ayckbourn?

GAGNEZ 2 x 2 places pour «RENDEZ-VOUS» de Neil Simon au Théâtre La Valette à Ittre. Date au choix. Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 5 octobre 2013, en mentionnant «Rendez-vous» en objet.

Quel est le metteur en scène de la pièce «Rendez-vous» jouée par Bernard d’Oultremont et Delphine Charlier à La Valette ? Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses et les gagnants seront avertis par mail. Le nom des gagnants ne sera pas systématiquement publié. Merci de ne jouer que si vous êtes sûr d’être disponible à la date prévue.

PROCHAINEMENT

OUVERTURE DE LA BRASSERIE

JOB

Lac fé du onnel Le Ca u pers ne. i rche d reche e et de cuis l l a t s e de yez CV

Envo otivation à em il.com t let re d marie@gma is u brunlo

le 32

161, rue de la Hulpe

RIXENSART

(Rosières/Lac de Genval)


STOP AUX EPILATIONS A REPETITION ET AUX POILS INCARNES

C ONC OUR S

Vous rêvez d’une peau lisse et douce sans poils disgracieux ?

GAGNEZ 3 x 2 places pour «ROMÉO ET JULIETTE» à l’Aula Magna le vendredi 18 octobre

LA SOLUTION ? UNE EPILATION DEFINITIVE AU LASER.

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 10 octobre 2013, en mentionnant «Roméo» en objet.

à WAVRE Institut OPALINE 37, chaussée de Bruxelles www.opaline.be à WOLUWE ST LAMBERT Centre J. VAN LEEUW 16, avenue M. Thiry

Dans quel genre théâtral s’inscrit la pièce «Roméo et Juliette» jouée à l’Aula magna ?

GAGNEZ 5 x 2 places pour «MONSIEUR CHASSE !» au Théâtre Jean Vilar le mercredi 6 novembre

Jacqueline VAN LEEUW technicienne en laser

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 15 octobre 2013, en mentionnant «Monsieur» en objet.

www.vlj.be

Infos et rendez-vous 0495/53.47.39

Dans quel type de théâtre s’inscrit la pièce «Monsieur chasse !» Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses et les gagnants seront avertis par mail. Le nom des gagnants ne sera pas systématiquement publié. Merci de ne jouer que si vous êtes sûr d’être disponible à la date prévue.

20% DE REMISE sur la première séance

sur présentation du magazine ou en mentionnant Entr’Act

PROTEINES DIFFUSION A 60 ans, Annie-France peut répondre à beaucoup de questions que les femmes se posent en général au sujet de leur poids, et ce, à différentes périodes clés de leur vie (grossesse, ménopause...). D’autres passages difficiles comme une séparation, l’arrêt du tabac peuvent également être à l’origine de troubles alimentaires. C’est à ces moments qu’il est essentiel d’être bien conseillé dans le choix de produits diététiques et c’est ici qu’Annie-France joue un rôle important auprès de sa clientèle toujours plus fidèle ! Annie-France n’a pas choisi par hasard les meilleurs produits, c’est l’efficacité prouvée du concept de la diète protéinée qui l’a motivée.

paraître s i d s n o Fais kilos les petits es! nc des vaca

ENVENTELIBRE

COMPATIBLE avec le régime DUKAN et autres Les encas hyperprotéinés : la récompense à tous vos efforts (snack - chips - barre biscuits…). Nous vous attendons pour en discuter.

02 771 46 91

Chée de Tervuren, 40 • 1410 WATERLOO (en face des Six Colonnes • Joli-Bois) www.proteines-diffusion.be • proteines.diffusion@skynet.be Lundi de 14h à 18h. Du mardi au vendredi de 10h à 18h. Samedi non-stop de 10h à 16h. 33


CO NC O U R S G A G N E Z D ES P LACES . . . GAGNEZ 2 x 2 places pour les «1001 NUITS» le 15 octobre

GAGNEZ 5 x 2 places pour «SI TU MOURRAIS» à la Comédie Claude Volter le 8 octobre

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 9 octobre 2013, en mentionnant «les 1001 Nuits» en objet.

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 4 octobre 2013, en mentionnant «Si tu mourrais» en objet.

Qui signe l’adaptation des 1001 Nuits au Théâtre du Parc?

Qui joue Anne dans la pièce «Si tu mourrais» mise en scène à la Comédie C Volter ?

GAGNEZ 1 x 2 places pour «LA VÉNUS AU PHACOCHÈRE» au centre culturel d’Ottignies le 19/10

GAGNEZ 5 x 2 places pour «PLATONOV» au Théâtre Océan Nord le 9 octobre

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 8 octobre 2013, en mentionnant «La Vénus au phacochère» en objet.

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 5 octobre 2013, en mentionnant «Platanov» en objet.

Quel est le nom de naissance de Misia Sert, égérie du Paris de la Belle Epoque ?

Qui est l’auteur de la pièce «Platonov» ?

GAGNEZ 10 x 2 places

GAGNEZ 5 x 2 places pour «HAUTE PRESSION» au Varia le 5 octobre

pour «LE MISANTHROPE» le samedi 5 octobre Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 2 octobre 2013, en mentionnant «Le Misanthrope» en objet.

Envoyez la réponse à la question ci-dessous avec vos coordonnées complètes (adresse, téléphone et date de naissance) à concours@entract.be avant le 2 octobre 2013, en mentionnant «Haute Pression» en objet.

Dans «Le Misanthrope» de Molière, de qui est amoureux Alceste?

Qui est le commanditaire du spectacle «Haute pression» joué au Varia?

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses et les gagnants seront avertis par mail. Le nom des gagnants ne sera pas systématiquement publié. Merci de ne jouer que si vous êtes sûr d’être disponible à la date prévue.

ABONNEMENT Vous souhaitez recevoir Entr’Act à la maison dès sa sortie?

recherche des S INDÉPENDANT X U IA C R E M M CO lon. le Brabant wal pour Bruxelles

et

e@entract.be

rin Infos et CV: ca 34

C’est simple, il suffit de vous abonner à nos 7 prochains numéros. Envoyez par mail vos coordonnées complètes (adresse et téléphone) et votre date de naissance à abonnement@entract.be et versez la somme de 32€ sur le compte BE19 9730 2208 4712. Dès réception de votre paiement, nous vous enverrons votre premier exemplaire.

Abonnez-vous avant le 4 octobre et payez seulement 28€ ! Vous désirez commander un ancien numéro, même procédure, 4 €/numéro.


Agenda

AGENDA

n INADAPTES

n KWAHERI de et avec Estelle Marion Fête Féd. Wal. Bxl : ENTREE GRATUITE ! Rés. Indisp.

Du 20 au 22/9 Théâtre Océan Nord Rue Vandeweyer 63/65 1030 Bruxelles 02 216 75 55

27/9 Centre culturel Rue Rouge 47 1180 Uccle 02 374 64 84

n LA GRANDE SAGA DE LA FRANCAFRIQUE de et avec Jérôme Colloud One-man-show

24/9 Centre culturel Av. des Combattants 1340 Ottignies-LLN 010 41 44 35

©Nicolas Chapoulier

n Ô MINISTRES INTEGRES

d’après Chez les Fous de Rainald GOETZ Projet collectif initié par Paul Camus

n FUSEE

n PETITS MEURTRES

Du 25/9 au 5/10 La Balsamine Av. Félix Marichal 1 1030 Bruxelles 02 735 64 68

n HAUTES TENSIONS Avec Jérôme de Warzée One-man-show

26/9 W :Halll Av. Charles Thielemans 93 1150 Bruxelles 02 773.05.88

n DU COQ A LASNE de et avec Laurence Vielle

Du 17 au 27/9 Théâtre Blocry Place de l’Hocaille 1348 LLN 0800 25 325

Du 19/9 au 5/10 Théâtre de la Vie Rue Traversière 45 1210 Bruxelles 02 219 60 06

n LES BONNES INTENTIONS

ENTRE NOUS

de et avec Cathy Min Jung

5/10 Salle Jules Bastin (Maison communale) Rue François Libert 28 1410 Waterloo 02 354 47 66

Cie Lazzi Avec Christian Dalimier, Evelyne Rambeaux, …

27/9 Ecole scandinave Square d’Argenteuil 5 1410 Waterloo 02 354 47 66

n RÊVEILLEZ-MOI Göörgh Opera de Clinic Orgasm Society

de Frédéric Dussenne. D’après Ruy Blas de Victor Hugo.

n EN TOUTE INQUIETUDE

de et avec Jean-Luc Fonck

de et avec Jean-Luc Piraux

Du 11au 28/9 Théâtre de la Toison d’Or Galerie de la Toison d’Or 1050 Bruxelles 02 510 05 10

5/10 Centre culturel (Cinéma Royal) Rue du Moulin, 55 b 5030 Gembloux 081 61 38 38

n VIVONS HEUREUX EN

n UNE MEMOIRE D’ELEPHANT (dans un magasin de porcelaine) de V. Delboy. Mise en scène J. Préseau

ATTENDANT LA MORT

de P. Desproge. Mise en scène F. Gardin. Avec D. Rongvaux

Du 13/9 au 6/10 Théâtre de la Flûte enchantée Rue du Printemps 18 1050 Bruxelles 02 660 79 50

Du 1er au 4/10 Martinrou Fleurus 071 81 63 32 24/10 CC Nivelles 067/88.22.77

n SILENCE EN COULISSES de Michaël Frayn. Mise en scène Daniel Hanssen

Comédie de Bruxelles 3/10 Centre culturel 1160 Auderghem 4 et 5/10 Centre culturel 1180 Uccle 02 560 21 21

n ALBUM

ou LES CHEVALIERS, C’EST UNE AUTRE HISTOIRE de Véronique Dumont

Du 26/9 au 8/10 Théâtre Jean Vilar Rue du Sablon 1348 LLN 0800 25 325

35


Agenda

AGENDA

n PLUS VRAIE QUE NATURE

n UN CAS BARRE

de Martial Courcier Avec P. Belmondo, D. Depardieu, J. Martinez

10/10 Centre Culturel Rue Rouge 47 1180 Uccle 02 374 64 84

n LES PERES

de et avec Pascale Murtin et François Hifler

3, 4, 5/10 et 10,11 et 12/10 La Vénerie Rue Gratès 3 1170 Bruxelles 02 672 14 39

Du 15 au 17/10 Théâtre 140 Av. Eugène Plasky 140 1030 Bruxelles 02 733 97 08

n L’AMOUR, LA GUERRE

n PLATONOV (ou presque)

Du 1er au 12/10 Théâtre Les Tanneurs Rue des Tanneurs 75 1000 Bruxelles 02 512 17 84

©Niko Tavernise

11/10 Centre culturel Av. des Combattants 1340 Ottignies-LLN 010 41 44 35

n SUICIDES

d’ Anton Tchékov. Mise en scène Thibaut Wenger

Du 1er au 12/10 Théâtre Océan Nord Rue Vandeweyer 63-65 1030 Bruxelles 02 216 75 55

n HAUTE PRESSION de Denis Mpunga

Du 1er au 12/10 Théâtre Varia (Grand Varia) Rue du Sceptre 78 1050 Bruxelles 02 640 82 58 Gagnez 5x2 places voir page 34

n ENTRE DEUX VERRES de et avec Pascale Vander Zypen et Christian Dalimier

11 et 12/10 La Vénerie Rue Gratès 3 1170 Bruxelles 02 672 14 39

n MA VIE, AUTOBIOGRAPHIE IMAGINAIRE

de Selma Alaoui (Librement inspiré de Sheakspeare)

de Romain de Friscourt. Mise en scène François Demortier

n RACE de David Mamet. Adaptation Pierre Laville. Thriller sexe et politique

Du 3 au 13/10 Théâtre de la Flûte enchantée Rue du Printemps 18 1050 Bruxelles 02 660 79 50

n DES FLEURS POUR

Du 3/9 au 19/10 Théâtre Le Public Rue Braemt 64-70 1210 Bruxelles 0800 944 44

n PROMENADE DE SANTE

de Nicolas Bedos. Mise en scène Hélène Theunissen Histoire de fous

ALGERNON d’après Daniel Keyes Mise en scène Anne Kessler (Comédie Française)

Du 7/9 au 19/10 Théâtre Le Public Rue Braemt 64-70 1210 Bruxelles 0800 944 44

16/10 Wolubilis Cours P. Henri Spaak 1 1200 Bruxelles 02 761 60 30

n BERENGERE KRIEF

pour la 1ère fois en Belgique après 1 an de triomphe à Paris One-women-show

17/10 Centre Culturel Rue Rouge 47 1180 Uccle 02 374 64 84

de et avec Michel Boujenah

18/10 W :Halll Av. Ch. Thielemans 93 1150 Bruxelles 02 773 05 08 27/10 Aula Magna 1348 LLN www.ticketnet.be

©OlivierBuhagiaok

de Julie Annen

36

n LES ROIS DU SUSPENSE

de Gaëlle Swann. Mise en scène Geneviève Koops.

n ORPHELINS

de Dennis Kelly. Mise en scène Patrice Mincke

Du 24/9 au 19/10 Théâtre de Poche Av. du Gymnase 1A 1000 Bruxelles 02 649 17 27


Agenda

AGENDA

n L’ORACLE DE DELPHES

n JACQUELINE SUR LA TERRE...

de Ph. Drecq et Patrick Chaboud Mise en scène Patrick Chaboud

Du 1er au 19/10 Magic Land Théâtre Rue d’Hoogvorst 8-14 1030 Bruxelles 02 245 50 64

n LES 1001 NUITS

Théâtre du Parc Rue de la Loi 3 1000 Bruxelles 02 505 30 30

de Roberto Athayde. Adaptation Jean-loup Dabadie Avec Marie-Paule Kumps Monologue tragi-comique

Du 14 au 20/10 Centre culturel Bd du Souverain 183 1160 Auderghem 02 660 03 03

Du 5/9 au 26/10 Théâtre Le Public Rue Braemt 64-70 1210 Bruxelles 0800 944 44

n SI TU MOURRAIS de Florian Zeller. Mise en scène Vincent Dujardin

Du 2 au 26/10 Comédie Claude Volter Av. Frères Legrain 98 1150 Bruxelles 02 762 09 63

Une seule représentation le 24/10 Centre culturel Bd du Souverain 183 1160 Auderghem 02 660 03 03

n ROMEO ET JULIETTE

© Guy Delahaye

de William Sheakspeare. Mise en scène: Yves Beaunesne

Du 15 au 25/10 Aula Magna Place Raymond Lemaire 1348 LLN 0800 25 325

n JE MENS, TU MENS

n MADAME MARGUERITE

de Nicolas Poiret. Avec Bruno Madinier et Raphaëline Goupilleau

d’E-E Schmitt. D’après ‘Le Journal d’Anne Frank’. Mise en Scène S. Suissa. Avec F. Huster…

Du 19/9 au 26/10 Théâtre de la Place des Martyrs Place des Martyrs 22 1000 Bruxelles 02 223 32 08

Du 22 au 25/10 Martinrou Chée de Charleroi 615 6220 Fleurus 071 81 63 32

Dimanche 20/10 concert et buffet oriental

n LE JOURNAL D’ANNE FRANK

24 et 25/10 La Vénerie Rue Gratès 3 1170 Bruxelles 02 672 14 39

de David Hare. Mise en scène M. Marchese Avec M. Kacenelenbogen…

Du 19/9 au 20/10

n MÊME PAS VRAI !

de Molière. Mise en scène Daniel Scahaise

n SKYLIGHT

Adaptation de Dominique Serron et Vincent Zabus

n LE MISANTHROPE

de et avec Marie-Elisabeth Cornet et Sébastien Bruas

n L’ETRANGER

de Susann Heenen-Wolff. Mise en scène Christine Delmotte Cie Biloxi 48

Du 25/9 au 26/10 Théâtre de la Place des Martyrs Place des Martyrs 22 1000 Bruxelles 02 223 32 08

n NOUS SOMMES TOUS DES FAITS DIVERS

de V. Engel. Par Michel Poncelet et ... Mise en scène Bernard Lefrancq

Les 16, 17, 18 et 19/10. Les 23, 24, 25 et 26/10. Th. de la Clarencière Rue du Belvédère 20 1050 Bruxelles 02 640 46 76

n LES MOUTONS Schieve Compagnie

Du 15 au 26/10 La Balsamine Av. Félix Marichal 1 1030 Bruxelles 02 735 64 68

n VOICI ELECTRE ! d’Albert Camus. Mise en scène Benoît Verhaert

Du 14 au 26/10 Théâtre Varia (Petit Varia) Rue Gray 154 1050 Bruxelles 02 640 82 58

D’Eschyle à Sartre. Choix des textes Cécile Bogart. Mise en scène Sue Blackwell.

Du 17 au 27/10 Théâtre Poème Rue d’Ecosse 30 1060 Bruxelles 02 538 63 58 37


Agenda

AGENDA

n DISCOURS A LA NATION

n MARIAGE ET

31/10 Wolubilis Cours Henri Spaak 1 1200 Bruxelles 02 761 60 30

De Alan Ayckbourn. Adaptation : Claire Nadeau

Du 23/10 au 17/11 Théâtre des Galeries - Galerie du Roi 32 1000 Bruxelles - 02 512 04 07

n LES PETASSES

n ENTRE DEUX VERRES

n RENDEZ-VOUS de Neil Simon. Traduction et adaptation Claire Nadeau et Gérard Rinaldi.

Du 3/10 au 10/11 Théâtre La Valette Rue Basse 11 1460 Ittre 067 64 81 11

n PIEGE FATAL Du 18/10 au 10/11 Théâtre de la Flûte enchantée Rue du Printemps 18 1050 Bruxelles 02 660 79 50

n LA REVANCHE DE GABY MONTBREUSE

de Victor Scheffer et Laure Godisiabois Comédie de Bruxelles

©Grégory Navarra

Spectacle oenophile suivi d’une dégustation de vin !

22/11 2013. Les 16, 21 et 23/11 2013 (18h30) Théâtre St Michel Rue Père E. Devroye 2 1040 Bruxelles 02 37 04 40

n LE DEBUT DE LA FIN

de et avec Thom Cock One man show

Les 10, 17, 24 et 31/10 Club Clandestin 22, rue Sainte Anne 1000 Bruxelles Préventes : Les fils à maman Rue Fourmois 29 1050 Ixelles

nnnnnnnnnnn de Loris Feuliot. Mise en scène Jean-Luc Duray

38

De et avec P. Vander Zypen et Ch. Dalimier Du 15 au 24/10 sauf 19,20 et 21. Les 14, 15, ©Niko Tavernise

de Sébastien Ministru. Mise en scène Alexis Goslain

Du 2/10 au 8/11 Théâtre de la Toison d’Or Galerie de la Toison d’Or 1050 Bruxelles 02 510 05 10

n AU THEATRE NATIONAL

CONSEQUENCES

d’Ascanio Celestini. Avec David Murgia et Carmelo Prestigiacomo

Du 6 au 10/11 Comédie Claude Volter Av. Frères Legrain 98 1150 Bruxelles 02 762 09 63 ou 02 560 21 21

Une fois de plus, le Théâtre National et le KVS s’associent pour nous offrir une «TOERNEE GENERAL» ! La nouvelle édition est riche en coups de cœur et projets à découvrir dans les deux théâtres. Quand KVS et National échangent artistes et public et proposent une sélection des meilleurs spectacles de l’autre Communauté, à contre-courant du contexte politique et des problèmes linguistiques, on dit merci pour cette belle opportunité de faire des découvertes !

Bd Emile Jacqmain 111-115 1000 Bruxelles 02 203 53 05 www.theatrenational.be

> A LOUER Peeping Tom

2 & 3.10.13

> NINE FINGER KVS & ROSAS

4 & 5.10.13 (en anglais sur-titré français et néerlandais)

> MISSIE Texte de David Van Reybrouck. Mise en scène de Raven Ruëll 5 & 8.10.13 (en français)

> AN OLD MONK Josse De Pauw | Kris Defoort 6 & 7.10.13 (en français)

> RAYMOND Thomas Gunzig, Manu Riche, Josse De Pauw 9, 10 & 11.10.13 (en français et néerlandais)

> ARNO EN CONCERT 13.10.13

n AU KVS (Koninklijke Vlaamse Schouwburg) ‘Box’ Quai aux pierresde taille, 9 1000 Bruxelles ‘Bol’ Rue de Laeken, 146 1000 Bruxelles - 02 210 11 12 www.kvs.be

> LA GRANDE ET FABULEUSE HISTOIRE DU COMMERCE Une création théâtrale de Joël Pommerat 1er, 2 & 3.10.13 (en français sur-titré néerlandais)

> LE SIGNAL DU PROMENEUR Raoul Collectif 2.10.13 (en français et néerlandais)

> AN OLD MONK Josse De Pauw | Kris Defoort 3 & 4.10.13 (en néerlandais)

> HEROES (JUST FOR ONE DAY) Texte et mise en scène de Vincent Hennebicq 6 & 8.10.13 - KVS/Box (en français sur-titré néerlandais)

> LES ENFANTS DE JEHOVAH Texte et mise en scène de Fabrice Murgia/Cie Artara 7 & 8.10.13 (en français sur-titré néerlandais)

> DISCOURS A LA NATION Texte et mise en scène d’Ascanio Celestini 12.10.13 (en français sur-titré néerlandais)


Théâtre Royal des Galeries Directeur : David Michels

Du 23 octobre au 17 novembre 2013

Mariages & conséquences de

Alan Ayckbourn Claire Nadeau

Adaptation de

Catherine Claeys Valérie Marchant Aylin Yay Bernard Cogniaux Marc De Roy Pierre Pigeolet Mise en scène : Martine Willequet Décors : Francesco Deleo Costumes : Fabienne Miessen

 www.trg.be

02 512 04 07 du mardi au samedi de 11h à 18h Galerie du Roi, 32 à 1000 Bruxelles

TRG-Mariages 270x190 Entr'acte.indd 1

13/09/13 11:09

39


CENTRAL JARDIN

www.central-jardin.be

Pépinière - Jardinerie > ROSIÈRES Rue de l’Institut, 110 02/653.54.78 Ouvert du mardi au samedi de 9h à 18h30. Dimanches et jours fériés de 10h à 13h. Fermé les lundis.

> GENAPPE Allée le Cavalier, 10 067/79.00.49 Ouvert du mardi au samedi de 9h à 18h. Dimanches et jours fériés de 10h à 13h. Fermé les lundis.

Entr'Act 07  

Magazine Entr'Act http://www.entract.be