Issuu on Google+

pour Cholet (Un programme avec Franck Loiseau Nos 100 propositions pour une ville dynamique et solidaire Élections municipales des 23 et 30 mars 2014

PCF, PG et FASE


SOMMAIRE FINANCES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 - 7

À NOTER Les réunions publiques

avant le premier tour des élections Vendredi 7 mars - 20H30 Salle La Bruyère Rue La Bruyère à Cholet Mardi 11 mars - 20H30 Salle de spectacle Rue Victor Ménard au Puy-Saint-Bonnet Samedi 15 mars - 20h30 Salle Mocrat Avenue de Mocrat à Cholet Mercredi 19 mars - 20H30 Salle Paul Valéry Sous l’Hôtel de Ville à Cholet

ÉCONOMIE ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES . . . . . . . . . . . . 8 - 9 EMPLOI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 INDUSTRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 AGRICULTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 - 12 TOURISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 - 19 UNE VILLE POUR TOUS ET POUR TOUS LES ÂGES . . . . . . 20 - 27 ENVIRONNEMENT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 - 32 SANTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 - 34 SPORT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 - 37 CULTURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 - 39 DÉMOCRATIE LOCALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 - 42 La charte ANTICOR, un engagement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

PRÉSENTATION de notre équipe. . . . . . . . . . . . . . . . . 22 - 23


(Notre programme pour Cholet Franck Loiseau

​Madame, Monsieur, Ce programme contient 100 propositions pour Cholet et la Communauté d’Agglomération du Choletais. Les propositions que nous vous avons soumises en décembre et février derniers ont été enrichies de vos remarques. Au fil des pages, vous découvrirez de nouvelles mesures concrètes qui permettront de relever les défis auxquels Cholet est confronté.

Il ne s’agit pas de travailler plus mais de travailler tous. Les richesses que nous produisons sur notre territoire doivent être réinvesties localement. Elles doivent servir les solidarités et profiter à l’ensemble des Choletais.

Après des années d’une politique locale menée par une majorité repliée sur elle-même, il est temps d’ouvrir de nouvelles perspectives. Chacune de ces propositions est un moyen d’action qui, nous l’espérons, améliorera votre quotidien et répondra à vos préoccupations et à vos aspirations.

Permettre à tous de se soigner, de se loger et de se déplacer facilement, de vivre en toute sécurité et en toute tranquillité ; permettre à tous d’avoir accès à la création artistique et de pratiquer des activités culturelles et sportives, de partager des espaces publics de qualité, de profiter de services qui simplifient la vie : tout cela est possible et réalisable grâce à une politique qui place l’humain et l’environnement au cœur de ses décisions et de ses actions.

Nous sommes conscients que ces propositions devront s’inscrire dans un budget contraint et une politique économique nationale défavorable au développement des territoires. Nous ferons face au lourd endettement de la ville et de la CAC sans augmenter les impôts locaux au-delà de la revalorisation du SMIC.

Cholet doit être une ville pour tous, une ville pour tous les âges, une ville où les citoyens sont respectés et impliqués dans la vie locale. Notre action reposera sur les valeurs républicaines Liberté, Égalité, Fraternité. Nous agirons en toute transparence avec honnêteté et dans le plus grand respect de chacun.

Nous pouvons agir au niveau local. Il ne suffit plus d’attendre une hypothétique reprise de la croissance. Utilisons tous les atouts de notre territoire et faisons en sorte que Cholet redevienne productrice de richesses et réponde aux besoins des Choletais.

Grâce à leur volonté de faire, leur esprit d’initiative et de solidarité, les Choletais ont toujours été en phase avec leur temps. Ils ont su s’adapter aux mutations technologiques, économiques et sociales et exploiter le changement.

Il ne s’agit pas de produire plus mais de produire mieux. Une partie de notre économie peut être relocalisée. Nous devrons par exemple produire autant d’énergie que nous en consommerons et nous devrons valoriser des matières premières qu’aujourd’hui nous gaspillons. Notre ville doit jouer son rôle d’acteur économique et écologique à part entière et mieux former ses jeunes générations. De nouvelles filières de formation devront voir le jour. Ainsi nous créerons des emplois et nous resterons attractifs pour notre population, en particulier pour les jeunes adultes.

Cholet, ville dynamique, prospère et solidaire, en pleine capacité d’agir : c’est l’horizon que nous vous proposons d’ici 2020. Pour que Cholet vous ressemble, faites entendre votre voix.

Franck Loiseau

3


Encours dette Cholet par habitant en Euros

819 60

1 122 1 123 1 133 63,203

63,759

63,923

2009

2010

1 186 69,275

1 164

66,614

50 40 30

819

( Finances 742

751

41,795

42,292

596

701

39,469

642

36,177

33,547

2000

2001

2002

2003

2004

46,146

678

679

38,161

38,223

2005

2006

2007

2008

2011

2012 Prév. 2013

Encours de la dette de Cholet de 2000 à 2012

Encours dette CAC La situation financière de Cholet et de la CAC est fragile mais des solutions existent.

En Millions d’Euros

113,213 Total encours Cholet + CAC

Encours dette Cholet

150

La crise actuelle a pour origine une inégale répartition de la richesse entre le revenu du capital et le

120

126,396 revenu du travail. Elle s'est durablement installée aux niveaux international, national mais aussi local.

129,993

90

112,807

113,772

113,213

97,130continue à se désengager du financement des collectivités locales : moins 824 000 euros L'État 50,984 49,454 49,849 57,121 entre 2013 et49,604 2014. Nous le regrettons mais nous63,379 en prenons acte et devons agir en conséquence.

60

Le rôle de la ville et de la CAC est de préserver les Choletais de cette crise.

30

C'est notre ambition. 46,146 63,203 63,759

63,923

69,275 80

0 2007

2008

2009

2010

Encours de la dette de Cholet et de la CAC de 2007 à 2012

2 000 €

1 500 €

4

1 000 €

L’endettement cumulé de la Ville de Cholet et de la Communauté d’Agglomération ne cesse de croître. Nous 1 722millions € 1 717 € 1 733 € allons payer plus de 2,4 d’euros d’intérêt pour Cholet en 2014. 1 436 €

66,614

80 Encours dette Cholet 33,547 80 en millions Encours detted’Euros Cholet 2012 2011 70 33,547 en millions d’Euros Encours dette Cholet 70 Encours dette Cholet 33,547 819 en d’Euros parmillions habitant Euros 70 Encours detteen Cholet 819 60 par habitant Euros Encours detteen Cholet 819 60 par habitant en Euros 60 50 50 819 1 949 50 € 819 1 925 742 € 751 40 46,146 701 678 679 751 819 742 42,292 41,795 40 46,146 642 701 39,469 678 38,223 679 38,161 751 742 42,292 40 596 41,795 46,146 36,177 642 701 39,469 30 33,547 678 38,223 679 38,161 596 41,795 42,292 642 39,469 36,177 30 33,547 38,161 38,223 596 2000 2001 2002 2003 36,177 2004 2005 2006 2007 30 33,547 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Encours Cholet2004 de 2000 2000 de 2001la dette 2002 de2003 2005à 2012 2006 2007

Encours de la dette de Cholet de 2000 à 2012 Encours de la dette de Cholet de 2000 à 2012

979 €

1 122 1 123 1 133 123 1 133 1 122 163,759 63,923 163,203 122 1 123 1 133 63,203 63,203

2008 2008 2008

63,759

63,923

63,759

63,923

2009 2009 2009

2010 2010 2010

1 235 1 235 1 186 186 169,275 235 166,614 69,275 1 186 69,275

2011 2011 2011

66,614

1 164 1 164 1 164

66,614

2012 Prév. 2013 2012 Prév. 2013 2012 Prév. 2013

Encours dette CAC En Millions d’Euros Encours dette CAC 2011 En Millions d’Euros2012 113,213 Total encours Cholet + CAC Encours dette dette CAC Cholet Encours 150 En Millions d’Euros 113,213 Total encours Cholet + CAC Encours dette Cholet Encours de la dette de Cholet + CAC de 2006 à 2012 - Répartition par habitant 150 113,213 Total encours Cholet Encours dette Cholet + CAC 129,993 126,396 Là où en 2007 il falait 5,2 années pour 150 129,993 120 126,396 113,772 112,807 113,213 rembourser la totalité du capital de la 129,993 120 126,396 113,772 112,807 113,213 97,130 dette, en 2014 il faut 13 ans. 120 113,772 112,807 113,213 90 97,130 63,379 50,984 49,604 49,454 49,849 57,121 90 97,130 63,379 50,984 49,604 49,454 49,849 57,121 90 60 63,379 50,984 49,604 49,454 49,849 57,121 60 60 2007 30 66,614 46,146 63,203 63,759 63,923 69,275 30 66,614 46,146 63,203 63,759 63,923 69,275 2008-2012 30 0 66,614 46,146 63,203 63,759 63,923 69,275 0 2012 2007 2008 2009 2010 2011 2014 0 2012 2007 2008 2009 2010 2011 Encours de la dette de2008 Cholet et de la CAC 2012 2007 2009 de 2007 à 2012 2010 2011 500 €

2006

2007

2008

2009

2010

Capacité de désendettement de la Ville de Cholet

Encours de la dette de Cholet et de la CAC de 2007 à 2012 Encours de la dette de Cholet et de la CAC de 2007 à 2012

2 000 € 2 000 € 2 000 € 1 500 € 1 500 € 1 500 € 1 000 € 1 000 € 1 000 € 500 € 500 € 500 €

1 436 € 1 436 € 1 436 €

1 722 € 1 722 € 1 722 €

1 717 € 1 717 € 1 717 €

1 733 € 1 733 € 1 733 €

1 925 € 1 925 € 1 925 €

1 949 € 1 949 € 1 949 €

979 € 979 € 979 € 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Encours de Cholet + CAC 2012 - Répartition 2006 de la dette2007 2008 de 2006 à2009 2010 par habitant 2011

Encours de la dette de Cholet + CAC de 2006 à 2012 - Répartition par habitant Encours de la dette de Cholet + CAC de 2006 à 2012 - Répartition par habitant

2012 2012 2012

Graphes - Source : Ministère des Finances Publiques


En millions d’Euros 80 Produits de fonctionnement En millions d’Euros Dépenses de fonctionnement 80 70 millions d’Euros Produits de fonctionnement En

66,535

Dépenses de fonctionnement 64,255Produits de fonctionnement 64,224

80 70

Dépenses de fonctionnement

66,535 62,390

60 70

64,255 59,689

64,224 60,706

60

64,255

64,224

50

59,689 2006

60,706 2007

67,989

67,989

67,777

62,989

62,656

68,993

63,429

67,892 68,993

63,181

67,989

67,777

68,993 67,892

62,390

62,989

62,656

67,892

2008 62,390

2009 62,989

2010 62,656

2011

66,535

60

67,777

63,429 63,181 63,429 2012 63,181

59,689 Produits et dépenses de60,706 fonctionnement de la ville de Cholet

Pour la première fois en 2012, les dépenses de fonctionnement ont été supérieures aux recettes de fonctionnement.

50 2006 50

2007

2009

Produits et dépenses de fonctionnement de la ville de Cholet

2006 En millions d’Euros 35

2008

2007

2008

2009

2012

2010

2011

2012

32,831 33,321 34,204

26,555

30,258 32,831

25,721

24,650 26,555

32,831 30,258

25,721

26,555 24,650

30,258

19,949 25,721

34,204 33,321

33,321

25,036 25,172

15 25 20

24,650

25,036 18,470 2006 16,354

2007

2008

2010

2007

2008

2009

Ressources d'investissement et investissements de la ville de Cholet 2006

2007

2008

2009

13,329 2012

2011 19,949

Ressources d'investissement et investissements de la ville de Cholet 16,354 2006

13,025

19,949

2009

5

13,329

16,354 18,470

10 20 15

10

2011

Produits et dépenses de fonctionnement34,204 de la ville de Cholet

Ressources d'investissement Investissements En millions d’Euros 30 35 Ressources d'investissement 25,172 En millions d’Euros Investissements 25 35 30 Ressources d'investissement 25,036 Investissements 25,172 20 18,470 30 25

15 10

2010

13,025 13,329 2010

2011

2012 13,025

2010

2011

2012

Dans le budget prévisionnel 2014, les dépenses d’investissement sont supérieures aux recettes.

Ressources d'investissement et investissements de la ville de Cholet

En millions d’Euros 10

9,575 9,100

En millions d’Euros 10 8 10 8 6

8,629

8,345

En millions d’Euros 9,575

8,629

7,839 9,100

9,575 9,100

8,629

7,222

7,118

7,222

8

6,375

6 4

7,839 7,118

8,345 7,839

6,457 7,222

7,118 6,457

6,375

6

8,345

6,457

6,375

3,543

4 2

3,543

2,059

4

3,543

2

2

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Capacité d'autofinancement de la ville de Cholet 2002

2003

2004

2005

2006

Capacité d'autofinancement de la ville de Cholet 2002

2003

2004

2005

2006

2,059 2012

2,059

La capacité d’autofinancement de Cholet ne cesse de baisser depuis 2009.


( Finances En assurant à la ville de Cholet et à la CAC une bonne gestion des finances publiques, nous pourrons mieux agir. Notre objectif est de réduire notre capacité de désendettement à une durée inférieure à 8 ans, pour retrouver des marges d’investissement.

. Une augmentation des impôts locaux (1alignée sur l’augmentation du SMIC

. Des économies de fonctionnement (2sont réalisables

Malgré une situation financière préoccupante, la Ville de Cholet et la CAC bénéficient de recettes importantes en particulier via les impôts. Nous prenons l’engagement de ne pas les augmenter au-delà de la revalorisation du SMIC mais il serait irresponsable de les geler comme cela a été fait par le passé.

Des économies peuvent être réalisées sans gêner le fonctionnement des services, dans les domaines suivants : > Eau, assainissement, énergie et électricité, > Frais de bouche, > Catalogues et imprimés, > Indemnités des élus.

Arcades Rougé : une opération mal conduite qui pèse lourdement sur les finances de la ville 6

Quelques remarques émises par la Chambre régionale des Comptes concernant l’opération des Arcades Rougé, 1er septembre 2011.

Une mauvaise évaluation des coûts et des recettes

Une opération qui pèse sur les finances de la ville

“Une forte augmentation de l’endettement a été rendue nécessaire pour financer le niveau d’investissement consacré pour l’essentiel à l’opération de centre-ville, Arcades Rougé.” “L’évaluation des coûts réalisée à l’occasion du contrôle met en évidence la sous-estimation initiale de l’impact financier du projet.” “Cette opération s’est révélée beaucoup plus coûteuse (33,9 millions d’euros) que le projet initial ne le prévoyait (18,5 millions d’euros).”

“Cette opération... contribue pour 17,6 millions d’euros aux 40,4 millions d’euros d’augmentation de l’endettement de la ville. Pour autant son coût global est difficile à évaluer. Elle pèse fortement sur les finances communales du fait, notamment, de l’acquisition du parking public souterrain.” Chaque place de parking a coûté 26 061 euros.

Un financement peu transparent “L’imbrication complexe des financements liée à l’utilisation inadéquate de ses budgets annexes par la collectivité ne permet pas d’assurer une lisibilité suffisante de l’usage des financements publics sur la période.”

Une curieuse façon de conduire le projet “Pour l’ensemble de l’opération, la ville n’a pas souhaité déléguer le rôle d’aménageur, qu’elle a donc géré directement, et n’a pas non plus cherché à mettre en concurrence les promoteurs potentiels”.

Quatre ans après l’ouverture des Arcades Rougé, la redynamisation globale du centre-ville reste à faire.


les coûts humains et financiers liés (3à .laRéduire mauvaise gestion du personnel communal La souffrance au travail et les nombreux arrêts maladie qui découlent de conflits mal gérés ont un coût humain et financier important. Une gestion plus sereine de l’ensemble des employés de la ville et de la CAC permettra de renforcer la motivation de chacun. Confiance, autonomie, considération, n’est-ce pas ce à quoi peuvent prétendre les fonctionnaires territoriaux ?

(4. Étaler les investissements dans le temps

basket. Nous programmerons la liaison entre le rondpoint de l’arrivée de l’autoroute d’Angers et le périphérique nord ainsi que le contournement du Puy-St-Bonnet. Nous réétudierons l’extension programmée du nouveau quartier du Val de Moine. Nous privilégierons la construction de nouveaux logements dans des quartiers bénéficiant déjà de tous les aménagements et réseaux. Après avoir négocié la cession des terrains avec Réseau Ferré de France, nous entamerons le réaménagement du quartier de la gare, indispensable à moyen terme. Il sera réalisé une fois financés les projets structurants évoqués ci-dessus.

Trois critères essentiels sont à privilégier avant d’envisager de nouveaux projets : À quels besoins répondent-ils ? Comment optimiser leur coût de fonctionnement ? Quelles ressources financières peuvent-ils éventuellement rapporter ?

Nous privilégierons un mode de développement qui permettra à la richesse créée sur notre territoire d’être réinvestie localement. La ville de Cholet et la CAC redeviendront des acteurs économiques à part entière dans les secteurs qui peuvent relever de la gestion communale. Il est temps qu’elles créent des richesses pour elles-mêmes et pour les Choletais.

Nous mènerons à bien les projets suivants pour Cholet et la CAC : la salle Grégoire, les Halles, un complexe événementiel et omnisport avec une salle dédiée au

Nous aurons ainsi les moyens de conduire une politique qui servira l’intérêt général en terme d’aménagement urbain, de transport, d’habitat, de santé et d’action sociale.

7

Des impôts locaux utiles pour financer le bien commun Cholet

3000

Angers

2707

La Roche/Yon

2417

2270

Laval

St Nazaire

2147

2879

2500

5

3

8

5

2000 1500

2580

4

11

1321

Villes entre 50 000 et 100 000 hab. en France

1078

1288 1156

1052

1106

1090

1321

1000 500

1375

1336

1587

1254

0

Total des taxes locales en euros par habitant en 2012 (Taxe d’habitation, taxe foncière bâtie Taxe foncière non batie et taxe foncière non bâtie) Taxe foncière batie Taxe d’habitation

2580

Total en Euro par hab.


( Économie Le Choletais et son patrimoine industriel bénéficient d’une belle notoriété. Dans cette période de tension économique, les actions de Cholet et de la CAC doivent être renforcées pour conforter l’attractivité de notre territoire, favoriser le développement de ses entreprises et mettre en lumière les spécificités choletaises. L’emploi sera l’une de nos priorités et nous rechercherons la valorisation des talents. Nous accompagnerons les porteurs de projets innovants, vers une industrie et une économie circulaire. Nous encouragerons un nouvel essor de l’agriculture, qui reste essentielle à la préservation de notre territoire et à sa vitalité économique. Enfin, nous favoriserons le tourisme dans le Choletais et communiquerons sur nos atouts.

ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES

Pour les prêteurs, le temps d’immobilisation de leur épargne sera relativement court et modulable en fonction du taux de rapport qui devra rester inférieur à celui des banques traditionnelles. Il s’agit avant tout d’un acte citoyen qui encouragera le développement de l’économie sociale et solidaire au service des hommes et du territoire.

Accompagner les porteurs de projets et les entreprises, créer des lieux et des dispositifs fédérateurs (un lieu unique pour accompagner les nouveaux entrepreneurs, une Coopérative d’Activité et d’Emplois) et valoriser les spécificités choletaises, telles sont les missions de la ville et de la CAC qui doivent jouer un rôle de facilitateur.

des micro-crédits aux Choletais (5et. Proposer aux entreprises chotetaises À l’instar de ce qu’a fait la Région des Pays de la Loire, un emprunt solidaire et citoyen permettra aux Choletaises et aux Choletais qui le souhaitent de prêter de l’argent aux entreprises locales. Les entreprises bénéficiaires pourront compléter cet apport par des emprunts bancaires plus classiques leur permettant notamment de financer leurs besoins en investissement. Elles s’engageront à privilégier l’économie locale dans leur fonctionnement. Cet emprunt pourra également apporter des aides concrètes pour faciliter l’accès à l’emploi de Choletais engagés dans un parcours d’insertion.

coopérative

chef

Entreprise crédit

statut impôts valeur créer bilan

micro-crédit

momius - Fotolia.com

PME

gains

démocratie au sein de l’entreprise

local

action projet

protection

société aide idée

employés gouvernance

créateur

création

Territoire

responsabilité résultat direction directeur président bénéfices

© Dussauj - Fotolia.com

8

commandes publiques favorables (6à .l’Des économie locale et à l’emploi Le tissu économique choletais est en partie constitué de nombreuses TPE (Très Petites Entreprises), PME (Petites et Moyennes Entreprises) et PMI (Petites et Moyennes Industries). Elles créent de nombreux emplois, connaissent souvent la réussite malgré la crise actuelle mais peinent parfois à répondre aux commandes ou aux appels d’offres publics de la ville et de la CAC. Le constat est malheureusement le même pour les entreprises d’insertion. Tout en respectant le code des marchés publics, nous calibrerons et adapterons au mieux les commandes et les appels d’offre de la ville (et de la CAC) pour que les petites entreprises et les entreprises d’insertion puissent y répondre plus facilement. Nous diviserons les appels d’offre en lots bien distincts et plus petits. Nous encouragerons les TPE à collaborer entre elles afin qu’elles puissent plus facilement répondre aux exigences des gros chantiers et aux grandes offres de la ville. Lorsque le marché le permettra, des clauses sociales d’insertion et des clauses environnementales seront un des critères d’obtention du marché. Lors des commandes et appels d’offre publics, les clauses sociales permettent de demander aux entreprises qui y répondent d’employer des personnes issues d’emplois aidés (chômeurs de longue durée, jeunes sans qualification...) et d’emplois protégés (travailleurs en situation de handicap). Les


clauses environnementales permettent de promouvoir des modes de production moins polluants et moins consommateurs d’énergie. De plus, les entreprises qui répondront aux commandes et appels d’offre s’engageront à respecter une charte morale. Par exemple la sous-traitance sera limitée et encadrée : les entreprises ayant obtenu un marché public ne devront pas sous-traiter à des entreprises d’un autre pays européen employant des travailleurs détachés. Ce phénomène favorise la concurrence de tous contre tous, oppose les travailleurs entre eux et fragilise ainsi les salaires et les droits sociaux. Nous devons, y compris au niveau municipal, ne pas hésiter à protéger les droits des salariés. Une véritable équité de traitement entre les entreprises qui souhaiteront répondre aux commandes et aux appels d’offre sera enfin instaurée.

lieu unique pour accompagner (7les. Unnouveaux entrepreneurs

© stockyimages - Fotolia.com

Lors d’une création d’entreprise, les porteurs de projets sont obligés de passer directement d’une “situation de préparation” à une “situation d’activité normale” dans un temps très court. Certains investissent et démarrent leur activité sans garde-fou ; ils augmentent alors le risque d’échouer.

Afin d’accompagner tous les projets, nous créerons un lieu unique qui regroupera une couveuse et une pépinière d’entreprises ; elles seront une alternative aux structures privées de même type qui existent déjà à Cholet. Les futurs entrepreneurs pourront prendre le temps de construire et finaliser leur projet au sein de la couveuse ; ils utiliseront les locaux et les services de la pépinière. Ainsi regroupés, ils bénéficieront des conseils de la Maison de la Création et de la Transmission d’Entreprises de Cholet, déjà active. Très concrètement, la pépinière permettra aux nouveaux entrepreneurs de limiter le montant des investissements nécessaires à leur installation en mettant à disposition des bureaux meublés, des locaux de surface variable à loyer modéré. Les moyens nécessaires à la gestion et à l’administration seront mutualisés. Dans ce même lieu nous proposerons un espace collaboratif de travail partagé loué à la demande pour une durée variable quand la location ou l’achat de locaux est impossible. Ce lieu unique sera un atout pour le tissu économique choletais.

(8. Une Coopérative d’Activité et d’Emplois

Nous favoriserons l’émergence d’une Coopérative d’Activité et d’Emplois (CAE), concept original permettant à un particulier de tester une production ou un service en toute sécurité. La CAE proposera aux porteurs de projet qui le souhaiteront un cadre juridique et un statut d’entrepreneur-salarié en CDI ainsi qu’une gestion administrative de l’activité. Ces services seront financés par un pourcentage raisonnable prélevé sur le chiffre d’affaires hors taxe.

(9. Valoriser les spécificités choletaises

Nous créerons un label valorisant la production locale. L’image du mouchoir rouge de Cholet pourra y être associée. Les critères pour obtenir ce label seront définis avec les acteurs concernés. Divers critères sociaux et environnementaux seront retenus. Nous impulserons un “Club d’entrepreneurs”. Son but sera de mieux faire connaître l’entrepreneuriat local et les besoins, les attentes, les complémentarités, les avantages du tissu économique choletais, afin d’en augmenter le potentiel. Il travaillera en synergie avec la municipalité, l’office de promotion et de développement du Choletais et l’office de tourisme. Dans ce domaine comme dans d’autres, la coopération, l’entraide entre les entrepreneurs expérimentés et les plus jeunes seront essentielles.

(10. La ville et la CAC : un rôle de facilitateur

Le rôle de la municipalité ne doit pas se réduire à aménager des zones d’activités, elle doit mener une politique volontariste et assurer la cohérence du développement économique. La CAC doit valoriser les atouts du Choletais, faire naître de nouvelles activités et encourager l’économie sociale et solidaire. Pour mettre en valeur la force économique du Choletais et souligner le rôle primordial de ses acteurs, nous dynamiserons les échanges et la communication entre chefs d’entreprise. Nous valoriserons la Maison de la Création et de la Transmission des Entreprises qui apporte des solutions à des fins de rapprochements ou successions. En tant que facilitateurs de projets, la municipalité et la CAC, clef de voûte entre l’entrepreneur et les différentes administrations, apporteront leur contribution aux projets lors des moments importants de la vie de l’entreprise.

9


( Économie EMPLOI © vege - Fotolia.com

L’emploi est une priorité dans la lutte contre la précarité. Nous mettrons en place des dispositifs qui permettent d’améliorer la qualité des emplois créés et leur pérennisation.

(11. Consolider l’emploi local

La Ville de Cholet et la C.A.C. participeront au capital financier des Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif créées sur notre territoire. De forme privée et d’intérêt public, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) permet d’associer salariés, collectivités territoriales, financeurs, bénévoles, qui souhaitent investir ensemble dans un projet alliant efficacité économique, développement local et utilité sociale (services à la personne, coopératives de véhicules partagés, production d’énergie…). En posant le principe “une femme ou un homme égale une voix” dans les prises de décisions, les SCIC rendent l’ensemble des partenaires acteurs et favorisent la démocratie au sein de l’entreprise. La succession d’une entreprise classique est parfois l’occasion de la transformer en SCIC. Nous serons attentifs à ces moments décisifs de la vie des entreprises. Lorsque des projets viables apparaîtront sur notre territoire, nous nous engagerons à investir directement pour promouvoir l’économie sociale et solidaire.

Nous soutiendrons l’économie locale en favorisant les groupements d’employeurs. Dans un contexte de forte augmentation du chômage (+ 20% en un an sur le bassin choletais) seuls 32% des emplois proposés sont à durée indéterminée et à temps complet.

Un groupement d’employeurs réunit plusieurs entreprises sous forme associative ou coopérative (coopératives d’artisans, Sociétés Coopératives et Participatives). Il effectue des opérations à but non lucratif telles que répondre aux besoins en personnels des entreprises qui n’ont pas la possibilité d’employer un salarié à temps complet. De même certains services sont mutualisés et permettent de décharger les entreprises de tâches administratives et donc de réduire les coûts de gestion au minimum. Les salariés sont liés au Groupement d’Employeurs par un contrat de travail unique. Leurs droits sont respectés (congés, amplitudes horaires et déplacements limités). Un groupement d’entreprises ne peut être confondu avec une agence d’intérim. En valorisant le travail des employés au sein des entreprises locales, le groupement d’employeurs permet de consolider et de maintenir le savoir-faire de ces entreprises sur le territoire. En rapprochant les demandes des employeurs et des salariés, le service emploi de la C.A.C. soutiendra les associations d’employeurs pour assurer des emplois stables et de qualité.

© glopphy - Fotolia.com

10

Transformer les emplois temporaires (12. en emplois durables

Ces associations existent déjà dans le Maine-et-Loire, travaillons avec elles.

(13. Rouvrir le tribunal des prud’hommes de Cholet

Le Choletais est un pays riche d’emplois. Nous demanderons au Ministère de la Justice la réouverture du tribunal des Prud’hommes, maillon essentiel pour une justice de proximité dans le monde du travail.


INDUSTRIE

AGRICULTURE

Deuxième bassin industriel des Pays de la Loire, le Choletais est reconnu pour son patrimoine industriel et ses grandes entreprises : Michelin, Nicoll, Thales, Bodet, CAIB, Eram, Pasquier, Charal, l’Abeille…, ainsi que pour son réseau dynamique de PME.

L’agriculture reste essentielle à la préservation de notre territoire et à sa vitalité économique. Après la période du tout productif, elle connaît une nouvelle révolution.

L’esprit d’entreprise est fort dans le Choletais. Les pouvoirs publics doivent accompagner la réussite des entreprises et favoriser l’emploi.

Une charte agricole sera élaborée par l’ensemble des acteurs volontaires : les agriculteurs et leurs représentants, les distributeurs locaux, les associations environnementales et les associations de consommateurs. Elle deviendra un cadre commun auquel pourront adhérer l’ensemble des acteurs désireux de participer à ce double objectif : préserver les terres fertiles et nourricières du territoire de la CAC et fournir des produits locaux de qualité aux Choletais.

( 14. Tout se recycle, rien ne se perd, beaucoup

se partage : vers une industrie et une économie circulaire

Le système linéaire de notre économie (extraire, fabriquer, consommer, jeter) a atteint ses limites. L’épuisement de certaines ressources naturelles et des énergies fossiles est proche. L’économie circulaire permet la complémentarité entre entreprises, l’optimisation de l’énergie et des flux de matières. Les déchets des uns deviennent la matière première des autres. L’économie circulaire privilégie l’usage à la possession et cherche à vendre des services plutôt que des biens. Elle valorise la réutilisation, la réparation et une conception qui prend en compte les impacts sur l’environnement (écoconception). Source d’innovation, d’économies et d’ancrage des activités dans les territoires et donc d’emplois, le développement de l’économie circulaire bénéficie de soutiens sur le plan national. Le rôle de la CAC sera d’initier la coopération entre les entreprises sur le territoire choletais selon le modèle de l’économie circulaire. Ses missions seront variées : > financer, en coopération avec la Région et l’État, une partie des études à mener ; le retour sur investissement se fera en fonction des gains futurs des entreprises, > collecter les informations en termes de flux auprès des entreprises pour dégager d’éventuelles complémentarités, > suggérer l’implantation de nouvelles entreprises à proximité immédiate d’entreprises existantes dès lors qu’il y aura complémentarité et suffisamment d’espace (cela contribuera à densifier les zones d’exploitation existantes), > gérer avec cohérence l’implantation des entreprises sur les nouvelles zones d’aménagement ; il s’agit d’attirer des entreprises riches en emplois et qui ont besoin de peu d’espace plutôt que des entreprises qui utilisent beaucoup d’espace et créent peu d’emplois.

(15. Définir une charte agricole

(16. Préserver les terres agricoles

Les terres agricoles que le Schéma de Cohérence Territoriale destine à de nouvelles zones d’habitat, à l’extension de nouvelles zones d’activités et à la construction d’infrastructures routières d’ici 2020 devront suffire, si possible jusqu’en 2030. Cette contrainte impliquera un habitat, des zones commerciales et d’activités plus denses. Nous conforterons les zones à forts enjeux agricoles définies par le SCOT et nous respecterons les ceintures d’urbanisation.

( 17. Renforcer le partenariat

entre la Chambre d’Agriculture et la CAC

La convention de partenariat entre la Chambre d’Agriculture et la Communauté d’Agglomération arrive à échéance en mars 2014. Les domaines couverts par ce partenariat sont : > l’action de l’Observatoire Foncier Agricole pour les projets d’aménagement urbains et les zones économiques, > la mise en œuvre du Plan Énergie Climat, > le reconquête d’une eau brute de qualité via la mise en place du Plan de gestion Ribou Verdon, > le développement de circuits alimentaires de proximité, > l’introduction de produits bio dans la restauration collective. Un dialogue direct entre la CAC et la Chambre d’Agriculture doit perdurer pour renforcer l’action dans ces domaines. Ce dialogue doit s’étendre à de nouveaux acteurs pour mieux répondre aux préoccupations des Choletais et aux attentes des agriculteurs dans leur grande diversité.

11


( Économie Près de 400 exploitations agricoles existent sur la CAC mais une exploitation agricole disparaît presque tous les mois. Ce sont autant d’emplois perdus. On constate des difficultés à transmettre les exploitations agricoles (30 à 40% des agriculteurs partant à la retraite n’ont pas de successeurs) et mille hectares sortent du domaine agricole tous les ans dans le Maine-et-Loire. Au fur et à mesure des transmissions, la ville et la CAC peuvent agir pour donner une orientation plus locale et environnementale à l’agriculture et assurer la vitalité économique de ce secteur. Nous voulons une agriculture plus diversifiée, qui réponde mieux aux besoins immédiats des Choletais et qui soit pourvoyeuse d’emplois (le maraîchage et la production fruitière seront notamment soutenus). En collaboration avec la Chambre d’Agriculture du Maineet-Loire, de l’Observatoire Foncier Agricole et de la Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural (SAFER), la CAC se portera acquéreur de terres agricoles à protéger.

12

(19. Permettre aux agriculteurs de bien vivre

Une meilleure commercialisation des produits locaux est indispensable pour faire mieux vivre les agriculteurs. Nous mettrons en place la labélisation de produits locaux, transformés et distribués localement à une grande échelle via des réseaux de distribution de proximité qui assureront une marge correcte aux producteurs. Nous mettrons en place une plate-forme de vente collaborative locale sur internet. Cette plate-forme s’appuiera sur les circuits courts déjà existants, sur de nombreux points relais de distribution complétés par un système de livraison (cf proposition 57).

agriculture encore plus respectueuse (2de0.l’eUnenvironnement et économiquement soutenable En servant d’intermédiaire à l’installation de certains agriculteurs, nous pourrons impulser une agriculture encore plus respectueuse de l’environnement. Nous favoriserons biologique.

l’agriculture

locale, paysanne

et

La CAC doit être moteur pour l’augmentation des surfaces de production bio, à l’image de la région des Pays de la Loire, troisième région dans ce domaine. La proportion de produits locaux, notamment bio, dans la restauration collective peut être encore largement augmentée. La Ville de Cholet y participera directement en en produisant une large part. La reconquête de la qualité de l’eau avec le Plan de gestion Ribou Verdon sera poursuivie et intensifiée. Nous inciterons les agriculteurs à diversifier leurs revenus et à assurer ainsi la rentabilité de leur exploitation. Nous permettrons aux agriculteurs de participer à la préservation des espaces naturels, notamment les zones bocagères et les prairies ainsi que les chemins de randonnées.

© antbphotos - Fotolia.com

(18. Pérenniser les exploitations agricoles


TOURISME La position géographique de Cholet et des Mauges est idéale pour visiter l’ouest de la France mais le tourisme dans le Choletais manque de visibilité, aussi bien sur le plan régional que national. Nous devons communiquer sur nos atouts : un carnaval populaire de qualité, la proximité avec le littoral atlantique, la Bretagne et la Loire (châteaux)… Nous devons valoriser notre passé et notre histoire contemporaine pour favoriser le tourisme de notre région : le Mouchoir Rouge, Cholet carrefour des 3 Provinces (Poitou, Anjou, Bretagne).

(21. M ettre en lumière l’histoire contemporaine

Une meilleure exploitation des archives municipales permettra une mise en lumière de l’histoire contemporaine de notre ville : l’histoire industrielle (textile), l’histoire ouvrière (“les usines à la campagne”) et l’histoire des Choletais à travers les grands conflits du XXème siècle pourront venir compléter le Musée d’Art et d’Histoire. Les œuvres d’artistes comme Trémolière et Morellet prennent également part à la construction de l’identité culturelle du Choletais.

2. Création d’un chemin de Grande Randonnée de (2Pays (GRP) Les Mauges et les vallées de nos petites rivières sont des terrains propices pour la randonnée et la pratique du VTT. Ces activités touristiques liées à une activité sportive sont à développer. En collaboration avec la Fédération Française de Randonnée Pédestre et les communes concernées, nous souhaitons créer un chemin de Grande Randonnée de Pays, depuis la source de la Moine jusqu’à Clisson en suivant la rivière. Ce GRP pourrait éventuellement se prolonger jusqu’à Parthenay, faisant ainsi la jonction entre le GR 36 (de la Manche à la Méditerranée) et le GR3 (de la source de la Loire à l’Océan Atlantique).

(23. Création d’un parc naturel régional

En étroite collaboration avec les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, nous proposerons aux communes volontaires de Vendée, des Deux-Sèvres, du Maine-etLoire et de la Loire-Atlantique d’entamer la procédure de création d’un Parc Naturel Régional. Il pourrait regrouper les bassins versants de la Sèvre Nantaise et de l’Èvre et s’organiser autour du point de jonction des trois anciennes provinces : la Bretagne (qui s’étendait jusqu’en Loire-Atlantique), l’Anjou et le Poitou. Les Parcs Régionaux organisent leurs actions autour de la protection de l’environnement, de la responsabilité sociétale et de la performance économique. Par exemple le tourisme industriel pourra être développé : visites d’usines aux concepts novateurs ou aux savoir-faire remarquables. L’accueil au sein d’hôtels, de gîtes, de chambres d’hôtes ou chez l’habitant peut encore être développé.

4. Un labyrinthe végétal grandeur nature, (2dessiné par les Choletais Un appel à projet sera lancé auprès de tous les Choletais pour dessiner le projet d’un futur labyrinthe végétal dont la réalisation sera confiée à des professionnels et l’entretien à une association choletaise d’insertion. Le labyrinthe pourra être implanté à proximité du centreville.

13


( Aménagement du territoire Réduire les déséquilibres et les inégalités, renforcer la cohésion sociale et territoriale en facilitant les déplacements et l’accès à des espaces publics de qualité pour tous les usagers, telle est notre volonté. Nous renforcerons le maillage urbain, améliorerons la fluidité du trafic et allégerons la circulation en centre-ville. Nous accorderons une large place aux déplacements doux (piétons, cyclistes). Nous redynamiserons le centre-ville et les quartiers avec des propositions de réhabilitation de lieux publics et d’animations (kiosque modulable et cafés place Travot…). Nous engagerons également des actions en matière d’infrastructures (les Halles), de transports et de développement du commerce de proximité. Ainsi, nous créerons les conditions d’une utilisation plus harmonieuse de l’espace choletais.

(25. Construire la ville dans la ville

Afin de limiter l’étalement urbain générateur de coût en infrastructures et en transports, nous privilégierons l’aménagement des friches sur le grand centre-ville de Cholet. Nous réévaluerons le projet du Val de Moine afin de déterminer si les zones prévues doivent être aménagées et bâties rapidement.

14

(26. Faciliter l’accès au centre-ville

Les déplacements doux et l’aménagement des liaisons entre les lieux stratégiques seront privilégiés. Nous travaillerons à mieux relier les quartiers au centre-ville en instaurant la gratuité des bus, en développant des pistes cyclables en continu ainsi que des parkings à vélo et en aménageant le plus possible de parcours piétonniers. Des panneaux indiquant le temps de marche nécessaire pour se rendre d’un lieu à un autre matérialiseront des parcours piétonniers tracés à travers la ville. Nous aménagerons les liaisons entre les différents pôles du centre-ville : Gares / centre-ville, la Moine / centre-ville, Espace Saint Louis / centre-ville, Domaine Universitaire / centre-ville, La Meilleraie / centre-ville.

(27. Faciliter le stationnement

Nous conserverons la capacité actuelle des parkings et garderons les tarifs actuels en début de mandat. Nous examinerons ensuite la possibilité de baisser les prix, ce qui pourrait permettre une plus grande occupation des places existantes. Les Choletais continueront à pouvoir se garer gratuitement à la journée sur certains parkings (une partie du parking des Halles et son parking souterrain, Parc de la Moine) et des parkings plus éloignés desservis par des lignes de bus, par exemple la Meilleraie. Nous agrandirons la zone bleue à proximité des Halles. Nous faciliterons le stationnement des résidents du centreville en envisageant avec eux la solution la plus adaptée.

8. Des espaces publics de qualité, (2accessibles à tous gratuitement Nous poursuivrons la réhabilitation de la Moine au cœur de la ville ainsi que d’espaces verts de qualité. L’aménagement récent du centre-ville, à l’exception de la Place Rougé, n’a pas assez développé la qualité des espaces publics. On doit pouvoir s’asseoir, se réunir, prendre le temps de vivre dans des espaces pensés pour cela. De petits lieux méritent d’être aménagés, tel l’espace entre l’École Municipale d’Arts Plastiques (EMAP) et le Grenier à Sel. Favoriser le commerce de proximité. Le commerce de proximité est plus riche en emplois que le commerce de grande surface à chiffre d’affaires équivalent. Nous proposerons aux commerçants de Cholet Vitrines d’ajouter à leurs activités et services déjà existants une plateforme d’achat en ligne de produits de proximité, en lien avec les services de la plate-forme de livraison choletaise que nous impulserons (cf. proposition 57). Les cafés et commerces pourront occuper l’espace public, à des tarifs plus raisonnables. Dès la belle saison, nous proposerons aux magasins qui le souhaiteront de “sortir de leurs murs” dès lors que la configuration des rues s’y prêtera.

(29. De nouvelles halles pour Cholet

Aujourd’hui, malgré la relation privilégiée entre commerçants et clients et la bonne qualité des produits proposés, peu de Choletais fréquentent les Halles en dehors du vendredi et samedi. De nouvelles Halles pourraient attirer davantage de clients et redynamiser ainsi le centre-ville. En concertation avec les commerçants des Halles, nous en construirons de nouvelles ou nous rénoverons celles existantes, afin de les rendre plus attrayantes pour les clients, plus pratiques pour les commerçants, tout en respectant les nouvelles normes.


(30. Favoriser l’animation du centre-ville

En plus des animations proposées par la ville, nous faciliterons l’accès à l’espace public pour les associations qui le souhaiteront. Ainsi, les animations culturelles, sportives, ludiques, ou ayant trait à la science, la technologie pourront facilement trouver leur place.

(31. Réinvestir la Place Travot

Place centrale de Cholet, elle accueillera diverses animations en continu. Des jeux géants (échecs et autres jeux) et une bibliothèque temporaire seront mis à la disposition des Choletais. Nous étudierons la possibilité d’installer un kiosque modulable (il pourra accueillir des manifestations culturelles : musique, théâtre amateur, cirque...) et des cafés sur la place. Des plantes et un mobilier urbain léger permettront aux Choletais de se réapproprier ce lieu central. Les animations proposées en centre-ville pourront circuler de quartier en quartier.

(32. Le Puy-Saint-Bonnet

En lien avec les commerçants du Puy-Saint-Bonnet, nous initierons la création d’une épicerie pour valoriser les produits locaux. Ouverte plusieurs jours par semaine, elle servira de relais pour les livraisons de la plate-forme internet de commande de produits et services locaux (voir proposition 19). Nous programmerons le contournement du Puy-SaintBonnet afin de limiter la circulation des poids lourds dans le centre-bourg (voir proposition 35). L’aire d’accueil de grand passage pour les gens du voyage et autres groupes, hâtivement implantée au Puy-Saint-Bonnet il y a quelques années, sera déplacée.

Rendre les transports publics gratuits (3et3.encore plus efficaces

Tous les Choletais pourront prendre le bus gratuitement. D’autres villes moyennes (Mayenne, Vitré, Compiègne, Châteauroux, Gap, Castres, Libourne, Aubagne) ont déjà fait ce choix. Toutes ont constaté une très forte augmentation du nombre d’usagers, une diminution des trajets en voiture, moins de pollution, une circulation plus fluide. Se déplacer devient une possibilité réelle et accessible à tous ; les centres-villes sont redynamisés. La gratuité, c’est aussi un moindre recours aux parkings payants, des économies à chaque fois que l’on privilégie le bus à la voiture, une plus grande mixité sociale, un nouvel espace public. La gratuité n’est pas une politique en soi : elle est un outil parmi d’autres. Elle doit s’accompagner d’une nouvelle étude sur l’amplitude horaire de certaines lignes, d’une augmentation de la fréquence des bus à certaines heures et d’un meilleur maillage du réseau. Nous étudierons la mise en service de lignes circulaires desservant des lieux stratégiques tels que les gares SNCF et routière, le centre hospitalier… Passer à la gratuité totale représente un coût modéré pour la collectivité et permet de supprimer ou réduire certaines dépenses : vente de tickets, contrôles, réparations suite à dégradations. Aujourd’hui, lorsque vous prenez le bus, vous ne payez que 25% du coût réel de votre trajet ; le reste est déjà financé par le Versement Transport payé par les entreprises de plus de 9 salariés et par vos impôts. Nous financerons cette mesure sans avoir recours à l’augmentation de l’impôt des particuliers. Une partie du revenu des contraventions pour mauvais stationnement sera affectée à ce nouveau service. Le taux du Versement Transport, déjà augmenté en 2011, pourra être modérément réévalué en fonction du regain d’activité attendu. Ce sera l’occasion d’afficher dans les bus le nom des entreprises qui participent ainsi au bien-vivre de tous. Nous déploierons les moyens de transports doux (vélos et pistes cyclables sécurisées / marche et chemins pédestres urbains). Nous continuerons à investir dans le matériel de transport et à développer les emplois liés aux transports publics. Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la Politique Globale de Déplacement, du Plan de Déplacement Urbain et du Plan de Mobilité de la ville de Cholet et de la C.A.C.

15


( Aménagement du territoire (34. Une nouvelle ligne de bus circulaire

Une nouvelle ligne de bus circulaire sera mise en place et desservira les lieux suivants : gare SNCF, gare routière, place de la République, église du Sacré-Cœur, lycée Renaudeau. Elle longera le quartier Bretagne et rejoindra l’avenue Francis-Bouët (CPAM, théâtre Interlude, accès piéton au parc de la Meilleraie). La ligne empruntera ensuite l’avenue des Cordeliers (Centre Médico-Psychologique pour enfants, Conservatoire et Théâtre Saint-Louis), l’avenue de l’Abreuvoir (Tribunal, Musée, Hôtel de Ville, Médiathèque et Ludothèque), le boulevard Delhumeau-Plessis (Halles, Centre d’Action Sociale, Jardins de la Moine), le boulevard de la Victoire (Quartier Saint-Pierre, les Câlins), la rue Sadi-Carnot et le boulevard Jeanne d’Arc (lycée Jeanne Delanoue). Après diagnostic, nous pourrons élargir ce principe de ligne circulaire vers le sud de la ville.

16

Lycée Renaudeau

Quartier Bretagne

Place de la République Gare routière Gare SNCF

Sacré-Cœur Conservatoire Théâtre St-Louis CPAM

Tribunal

Quartier St-Pierre Les Câlins Halles CCAS Parc de Moine

Théâtre Interlude Centre Médico-Psychologique pour enfants

Lycée Jeanne Delanoue

Musée Hôtel de Ville Médiathèque Ludothèque

Projet de nouvelle ligne de bus “circulaire”

Fluidifier le trafic et alléger la circulation (3en5.centre-ville Nous réaliserons le contournement de la zone commerciale nord en reliant le rond-point desservant l’autoroute d’Angers au périphérique nord de Cholet au niveau de l’aérodrome. Nous programmerons le contournement du Puy-SaintBonnet afin de limiter la circulation des poids lourds dans son centre-bourg. Ce contournement partira de la D752 pour passer à l’ouest du Puy-Saint-Bonnet et rejoindre la N149. Nous mettrons simultanément en place la zone d’aménagement industrielle prévue.

Projet de zones à 20 km/h à proximité des écoles, collèges et lycées de Cholet et du Puy-Saint-Bonnet

(36. Mettre en place le code de la rue

Nous instaurerons a minima des zones de circulation limitées à 20 km heure à proximité de toutes les écoles, collèges et lycées. Nous envisageons d’étendre cette mesure aux foyers logements et aux maisons de retraite. Plus largement, au cœur du centre-ville et en collaboration avec les commerçants et les Choletais, nous proposerons un usage de l’espace où cyclistes, piétons et automobilistes se partageront agréablement et efficacement la chaussée. La ville offrira un gilet jaune aux enfants choletais.

(37. Limiter la vitesse

En coordination avec le Conseil Général et l’État, la ville de Cholet installera des indicateurs de vitesse à des endroits stratégiques et accidentogènes afin d’inciter les automobilistes à mieux respecter les limitations.


(38. Cholet, la ville la plus cycliste de France ?

Afin d’améliorer la qualité de vie en ville, nous favoriserons les transports doux en élaborant un Plan Vélo pluri-annuel destiné à développer l’usage de la bicyclette. Ce plan, qui sera travaillé en concertation avec les usagers des différents modes de transport, les professionnels (sécurité, santé, transports) et les entreprises locales, établira un diagnostic partagé des aménagements existants. Les deux priorités seront d’améliorer la sécurité des cyclistes comme celle des autres usagers et d’établir la continuité des voies et pistes cyclables. Nous permettrons ainsi aux cyclistes de faire des trajets complets en utilisant toujours des voies aménagées et sécurisées sur tout le territoire de la CAC. Ce Plan Vélo comprendra l’aménagement de la voirie. Nous sécuriserons les “points noirs” et mettrons en place le “code de la rue” dans certains secteurs : des zones à 20 km/h où cyclistes, piétons et automobilistes se partageront la chaussée, des contre-sens cyclables balisés, des “tourne-à-droite” aux feux, etc. Des actions de sensibilisation seront proposées dans le but de réduire les pratiques à risque et de favoriser une cohabitation pacifiée entre les différents usagers de la route. L’usage du vélo sera encouragé : possibilité de charger les vélos dans les transports en commun, mise en place de parkings à vélos sécurisés, location de longue ou moyenne durée de vélos classiques et de vélos à assistance électrique assortie d’une possibilité d’achat. Cette dernière mesure sera mise en place en collaboration avec les vendeurs de cycles du Choletais. Des ateliers d’entretien pourront être confiés aux structures d’insertion professionnelle. La ville de Cholet proposera des vélos électriques de service à ses employés. L’exemple de tous les territoires qui ont déjà entamé leur “Vélorution” doit nous permettre d’enterrer ensemble le préjugé qui dit que “Cholet n’est pas une ville faite pour le vélo !’’

Pour des logements sociaux de qualité (39. accessibles à tous Le logement est devenu la première dépense des foyers ; la formule la moins coûteuse est le logement social qui pourrait concerner jusqu’à 85% de la population. En termes de logements sociaux, Cholet respecte actuellement la loi. Cependant, lors des nouveaux programmes de construction, nous veillerons à leur meilleure répartition géographique sur le territoire de la CAC. Nous établirons un réel partenariat entre la Communauté d’Agglomération du Choletais et l’Office Public HLM afin d’accélérer la rénovation du parc locatif public existant : isolation thermique et phonique, adaptation des logements pour les personnes en situation de handicap et les personnes âgées, ajout de balcons et terrasses extérieures, embellissement des parties communes… L’aménagement des voiries et des trottoirs ainsi que la création de nouvelles aires de jeux et d’espaces verts améliorera le cadre de vie. Enfin pour pallier le manque d’appartements Type 2 à Cholet, nous transformerons certains grands logements en plusieurs petits logements. Avec l’aide de l’État, dans le cadre des conventions de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU), nous solliciterons la mise en place de programmes de rénovation de l’habitat social comme celui déjà entrepris dans le quartier Jean Monnet. Via le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), nous renforcerons les dispositifs de prévention qui permettent de maintenir les personnes en difficultés dans leur logement. Symboliquement, le maire pourra demander un moratoire sur les expulsions hors période hivernale. Pour les familles et les personnes désirant accéder à la propriété, nous développerons une accession encadrée sous condition de ressources. Cette location-accession (PSLA) proposée par l’office HLM offrira une assurance revente et une garantie de rachat et de relogement en cas de difficulté. Pour l’acquéreur, le coût au mètre carré sera inférieur au prix du marché privé. Pour nous, l’accès à un logement de qualité est un droit fondamental.

17


( Aménagement du territoire Réduire les dépenses d’énergie (4de0.votre logement

1. Soutenir les initiatives de coopératives (4d’habitat en leur réservant une partie des terrains

Vous pourrez vous adresser à un guichet unique appelé Agence Locale Énergie Habitat qui existe aujourd’hui a minima. Il rassemblera différents services et proposera un bilan énergétique individuel complet pour tous les logements construits avant 2006. L’Agence Locale Énergie Habitat dispensera également des conseils afin de faire les bons choix techniques et financiers pour mener à bien la rénovation énergétique de votre logement.

Une coopérative d’habitat gère un ensemble immobilier et propose aux locataires-occupants d’acheter des parts de la coopérative quand ils le souhaitent, le plus souvent sans avoir recours à l’emprunt. Ils peuvent ainsi se constituer progressivement un capital et être partie prenante de la gestion de la coopérative.

Vous aurez ainsi accès aux aides nationales et régionales existantes, complétées par un financement de la C.A.C. dont pourra bénéficier sous condition de ressources une très large majorité de Choletais et d’habitants de la C.A.C. Pour la plupart d’entre vous, vous n’aurez pas à avancer d’argent pour réaliser les travaux. Une fois ceux-ci effectués, vous rembourserez à mesure que vous économiserez l’énergie, tout en bénéficiant d’un meilleur confort. Vos dépenses seront stabilisées le temps du remboursement puis fortement diminuées par la suite.

Cela permet à la coopérative d’avoir un capital fixe important et de pouvoir construire de nouveaux projets. Les coopératives d’habitat conçoivent souvent des logements avec des parties communes qui peuvent être réservées et utilisées par les coopérants. Ce type d’habitat se développe doucement mais permet de proposer des loyers en général plus bas que ceux du marché privé. La ville soutiendra ces projets en leur réservant des terrains.

Les 27 000 logements de Cholet bénéficieront d’un bilan énergétique dans les 27 années à venir et d’une rénovation énergétique à planifier si celle-ci s’avère nécessaire. Nos objectifs : réduire la consommation d’énergie afin de réduire le montant des factures, éliminer la précarité énergétique, permettre à tous de se chauffer et de vivre confortablement et créer de nombreux emplois locaux qualifiés dans cette filière.

© Ingo Bartussek - Fotolia.com

18

constructibles


du voyage : pour une gestion (4non2. Gens conflictuelle de l’aire d’accueil de grand passage

Pour répondre aux exigences du Schéma Départemental d’accueil des gens du voyage 2011-2016 du Maine-etLoire, une nouvelle aire d’accueil de grand passage devra être réalisée sur le territoire de la CAC. L’aire d’accueil existante, hâtivement implantée au Puy-Saint-Bonnet sans que toutes les conséquences aient été bien évaluées, sera fermée. La gestion actuelle conduit à une situation conflictuelle à laquelle il convient de mettre fin. Cette aire d’accueil ne devra pas être implantée à proximité immédiate d’une autoroute ou d’une voie à grande circulation ; elle pourra être entourée d’un espace naturel communal et devra être équipée d’installations sanitaires appropriées. Deux agents de la C.A.C. deviendront interlocuteurs référents pour établir un dialogue serein et constructif avec les différents groupes, aux habitudes de vie et aux attentes très variées. Ces agents auront le soutien plein et entier du Président de la CAC dans leur action. Les représentants de la CAC devront participer aux réunions, placées sous l’autorité du préfet du Maine-et-Loire qui organise la venue des grands groupes des gens du voyage. Le coût financier des aires de grand passage est largement pris en charge par la solidarité nationale. Leur gestion nécessitera de notre part une grande transparence financière.

(43. Jardinons Cholet

La ville de Cholet possède un patrimoine foncier important que nous ferons découvrir aux Choletais à travers la proposition 96. En nous inspirant des expériences menées à Mouans-Sartoux (06) ou à Toulouse, nous utiliserons une partie des terres de la ville pour créer une régie municipale agricole. La première mission de cette régie sera de fournir, d’ici quelques années, des légumes frais et biologiques à la cuisine centrale du Cormier qui alimente de nombreux restaurants scolaires, des EHPAD, des foyers logements… Nous distribuerons également une partie de cette production aux associations caritatives afin que leurs bénéficiaires puissent consommer des légumes frais. La gestion des espaces verts de Cholet sera simplifiée. Du temps sera dégagé pour les employés municipaux qui, sur la base du volontariat, pourront intégrer cette régie municipale. Cette nouvelle activité de production agricole sera créatrice de richesses pour la ville et la CAC. Nous relocaliserons cette production qui aujourd’hui nous échappe. En parallèle nous réintégrerons la gestion de la cuisine centrale du Cormier dans la sphère publique dès que possible. Ainsi nous serons les garants des emplois locaux, de la qualité de la production locale et des repas. Nous rétablirons la transparence financière dans ce secteur économique.

19


( Une ville pour tous et pour tous les âges Mieux vivre ensemble dans la diversité sociale, culturelle et intergénérationnelle, c’est avant tout se comprendre, respecter les différences de chacun et trouver des terrains d’entente. De la petite enfance au quatrième âge en passant par les seniors, les jeunes, les personnes en situation de handicap, les personnes issues de l’immigration, chacun doit pouvoir trouver sa place dans la cité, tel est le rôle d’une ville solidaire.

(44. Familles : accompagner et soutenir les parents

Via Synergences, nous informerons régulièrement les parents des services à leur disposition : modes de garde, garde d’urgence, formalités d’inscription dans les crèches et les écoles... Une cellule d’écoute conseillera les parents dans les situations de crise : tentatives de suicide, fugues, arrestations, comparution devant les tribunaux... En partenariat avec tous les acteurs volontaires du monde éducatif (infirmières et assistantes sociales des collèges et lycées, éducateurs de protection judiciaire, police...), nous mettrons en place un plan de prévention ciblé sur l’adolescence pour lutter contre les conduites à risques. Nous renforcerons l’information auprès des adolescents sur les dangers des addictions (alcool, cannabis, jeux vidéo, réseaux sociaux...) ainsi que sur la contraception et les Maladies Sexuellement Transmissibles (MST). Des éducateurs de rues iront à la rencontre des jeunes dans les centres sociaux, les cafés, les lieux de pratiques sportives et culturelles.

( 45. Petite enfance : Assurer l’accueil des plus jeunes

Nous veillerons à offrir à toutes les familles la possibilité de choisir le mode de garde de leurs enfants de 2 mois à 3 ans : crèche, assistante maternelle, Maison d’Assistantes Maternelles... Nous soutiendrons toute initiative de regroupement de parents pour créer des crèches associatives. Nous serons attentifs aux demandes de formations des assistantes maternelles et du personnel des crèches.

6. Assurer aux enfants des rythmes de vie (4réguliers et mettre en place la réforme des rythmes scolaires

Fin janvier 2014, la municipalité aurait dû proposer à la DASEN (Direction Académique des Services Scolaires, ex Inspection Académique) un projet pour mettre en place les nouveaux rythmes scolaires prévus par la loi pour la prochaine rentrée scolaire. Elle ne l’a pas fait. Nous le regrettons car aujourd’hui les familles envisagent la prochaine rentrée avec beaucoup d’incertitudes. © 2xSamara.com - Fotolia.com

20

Pour la rentrée de septembre 2014 : > Nous privilégierons la régularité des horaires sur les 4 jours entiers pour que les enfants aient un rythme de vie aussi régulier que possible. > Nous assurerons la continuité des horaires actuels pour que les familles n’aient pas à réorganiser leur planning professionnel et familial. > Nous garderons globalement les mêmes horaires pour les garderies payantes du matin (7h30 / 9h) et du soir (16h45 / 18h30) et les horaires existants là où des associations gèrent la garderie. > Nous conserverons le début de l’école à 8h45 avec des cours jusqu’à 11h45. > Nous planifierons une pause de 2 heures le midi (de 11h45 à 13h45) puis des cours de 13h45 à 16h. > Nous organiserons des temps d’activité périscolaire (TAP) gratuits (de 16h à 16h45 ou de 16h à 17h à déterminer en concertation) le lundi, mardi, jeudi et vendredi. Il faudra veiller à ne pas rallonger les journées de nos enfants, ce qui s’opposerait à l’objectif de cette réforme. > Le mercredi, nous envisagerons la prise du repas à l’école le midi ainsi que des Activités Péri-éducatives payantes l’après-midi. > Nous limiterons le nombre d’intervenants auprès des enfants, nous préserverons le temps de sommeil des plus jeunes et nous tenterons de différencier les lieux d’enseignement des lieux dédiés aux TAP. > Les Temps d’Activités Péri-scolaires seront basés sur les pratiques culturelle et sportive, le développement personnel de l’enfant et le savoir vivre ensemble. > Nous établirons des partenariats avec des associations et tous les acteurs susceptibles d’assurer l’encadrement de ces activités. Nous veillerons à employer du personnel qualifié. Toutes ces mesures seront inclues dans un Projet Éducatif Territorial Local qui prendra en compte la spécificité de chaque école tout en fixant un cadre commun et cohérent sur la ville de Cholet et éventuellement sur la CAC.


Encourager les séjours des jeunes Choletais (4à 7.l’étranger Les jeunes Choletais de 18 à 25 ans, sous contrat d’un ou deux mois avec la mairie de Cholet, pourront aller travailler dans une mairie partenaire à l’étranger.

Le principe du logement intergénérationnel consiste, pour les personnes âgées qui le souhaitent, à accueillir chez elles une personne plus jeune en échange d’une présence et de petits services. La CAC pourra servir d’intermédiaire entre les deux personnes car cette démarche implique des règles précises à déterminer. C’est une façon de lutter contre la solitude de certaines personnes âgées et de permettre aux plus jeunes de se loger.

© Robert Kneschke - Fotolia.com

En partenariat avec les collèges et les lycées, des échanges limités à un mois, dont quinze jours sur période scolaire/ universitaire, seront initiés avec les mairies partenaires dans le cadre du jumelage.

(49. Développer le logement intergénérationnel

(48. Cholet : une ville étudiante

En coordination étroite avec l’Université d’Angers, nous évaluerons la possibilité d’élargir l’offre des formations au Domaine Universitaire Choletais (DUC) pour les premières années d’études. Nous évaluerons les filières post-baccalauréat susceptibles d’être développées à Cholet. Nous indiquerons au Président et au comité de direction de l’Université d’Angers notre volonté de développer le DUC et d’assumer une partie des frais occasionnés. Cholet doit rester attractive et garder sa jeunesse en s’efforçant notamment de minimiser le coût des études pour les jeunes étudiants et leurs familles. Pour dynamiser le DUC, nous développerons également l’enseignement du Français Langue Étrangère (FLE) pendant les périodes estivales. En parallèle, nous relayerons les actions Pass Logement (caution de la région lors de la location) et Loca Pass (aide à payer le dépôt de garantie) mises en place par la Région des Pays de la Loire qui permettent à tous les jeunes de pouvoir se loger plus facilement.

0. Proposer des services civiques (5pour les jeunes et les seniors La ville de Cholet et la CAC proposeront des offres de services civiques. Un service civique permet à toute personne volontaire de plus de 16 ans de participer au renforcement de la cohésion nationale et à la mixité sociale par des actions à caractère éducatif, environnemental, humanitaire ou sportif. Nous veillerons à ce que ces offres ne soient pas en concurrence avec les missions premières de la ville ou de la CAC. La mission peut s’effectuer auprès d’organismes agréés par l’État : associations ou fondations sans but lucratif, établissements publics, collectivités locales... L’ensemble des conditions fait l’objet d’un contrat entre le volontaire et l’organisme. L’engagement de service civique dure entre 6 et 12 mois. La personne volontaire dégage du temps pour accomplir sa mission : au moins 24 heures par semaine. Elle bénéficie d’une indemnité mensuelle minimale de 507,20 € net. Pour les jeunes, et dans certains cas pour les seniors, le service civique ouvre des droits à la retraite.

21


( Notre équipe pour Cholet 1. Franck LOISEAU 47 ans - Professeur d’Anglais Tête de liste

2. Sylvie MORINIERE 56 ans - Sans profession Ressources humaines / Relations avec les autres collectivités / Culture (CAC)

3. Jean-Cyprien MOREAU 40 ans - Ingénieur Finances et économie

4. Aurélie MONROUZEAU 31 ans - Assistante sociale Solidarités / Action sociale / Petite enfance / Personnes âgées / Handicap / Santé

5. Emmanuel GENAS 54 ans - Cuisinier Environnement / Agriculture / Énergies

6. Edith MARTERER 46 ans - Professeur documentaliste Citoyenneté / Égalité des chances / Égalité femmes hommes / Relations à l’étranger / Politiques d’intégration

7. Benoît GALLAIS 37 ans - Technicien Transports / Accè technologies / Vi

13. Joël BARTHELEMY 55 ans - Docteur en sociologie Aménagement du territoire/ Urbanisme / Tourisme

14. Aurélie SEVET 38 ans - Conseillère innovation Déléguée à l’économie / Vie des entreprises

15. Michel GEREEC 59 ans - Retraité Thalès Délégué à la vie associative

16. Fatima YACHOU 44 ans- Ingénieur Déléguée aux rythmes scolaires, aux activités périscolaires et garderies municipales

17. Bruno PATARIN 54 ans - Directeur technique Délégué auprès de la Police Municipale et ASVP et à l’Agriculture

18. Pascale ROUL 51 ans - Intervenan Déléguée aux po d’intégration

24. Dominique POUPARD 54 ans - Professeur de lettres Déléguée à la valorisation des archives municipales, à la promotion des pratiques liées à la langue française, au développement du Français Langue Étrangère, aux jumelages

25. Gérard PIOU 43 ans - Demandeur d’emploi Délégué à l’aménagement de la ville pour tous les âges et tous les usagers

26. Maeva DOS SANTOS 21 ans - Étudiante en médecine Déléguée au personnes âgées, accueil et actions menées en leur faveur

27. Francis LECURAT 50 ans - Artiste sculpteur Délégué à la réglementation, aux marchés, à l’intégration du code de la rue et à la sécurité routière

28. Isabelle MARCHAND 57 ans - Infirmière Déléguée à l’intégration des personnes handicapées dans la ville (travail, sport, logement, accessibilité, aménagement…)

29. Cédric BLAIS 32 ans - Électricien Délégué aux rela avec les carnaval développement de Cholet

35. Damien DUCHENE 23 ans - Étudiant Délégué à la vie étudiante

36. Ghislaine SOULAIGRE 56 ans - Agent service hospitalier

37. Aurélien POIRON 27 ans - Professeur des écoles

38. Tacko CAMARA 46 ans - Agent d’entretien

39. Louis-Marie TRICOIRE 50 ans - Technicien Qualité

40. Nathalie ROB 52 ans - Agent de s


S n territorial ès aux nouvelles ille 2.0

8. Jamila BERDAI 49 ans - Professeur de mathématiques Enseignement / Jeunesse

9. Lionel DUPUET 49 ans - Technicien ERDF Démocratie locale / Quartiers et commune associée du Puy-StBonnet / Sécurité et tranquillité / Réglementation

10. Chantal BAUDON 69 ans - Secrétaire retraitée Logement / Agence locale Énergie Habitat

11. Dominique VATRE 58 ans - Allocataire amiante Commerce et artisanat / Économie Sociale et Solidaire / Vie associative / Animation de la ville

12. Martine GUERRY 42 ans - Commerçante Sports et temps libres

LEAUD nte sociale olitiques

19. Bernard GACHET 58 ans - Retraité de la Poste Délégué à l’organisation d’évènements sportifs et à la promotion des sportifs choletais

20. Elisabeth ALLAIN 57 ans - Professeur d’histoiregéographie Déléguée à la préservation de la biodiversité, aux trames vertes et bleues, aux actions et dispositifs de prévention/santé

21. Sylvain LEROY 50 ans - Salarié du secteur bancaire Délégué à l’économie / conseil et orientation en direction du monde économique, suivi des relations avec les entreprises, développement de nouvelles ressources sur le territoire

22. Nathalie BENOIST 46 ans - Enseignante Déléguée aux relations avec les acteurs de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle

23. Thibaut GAUTHIER 36 ans - Agent d’entretien Délégué au logement social

30. Béatrice VIARD 50 ans - Enseignante Déléguée au tourisme, à la promotion de la ville de Cholet, aux comités de jumelages et auprès de l’Institut Municipal des langues

31. Antonin LITOU 28 ans - Infirmier Délégué à la santé mentale et psychique

32. Mathilde GUTTER 18 ans - Étudiante Déléguée à la jeunesse

33. Claude COLLIOT 58 ans - Technicien Électronique Délégué à l’Économie Sociale et Solidaire

34. Elisabeth LUCIEN 51 ans - Professeur de philosophie Déléguée à l’égalité femmes / hommes, à la citoyenneté, à la promotion de la culture industrielle, scientifique et technologique

41. Lucien DANIEL 65 ans - Retraité ADAPEI

42. Claude LAURET 59 ans - Technico-commerciale

43. Luis FIGUEROA 71 ans - Employé retraité

44. Cécile CEREZAL 65 ans - Professeur retraitée

45. Jean-Paul GOURAUD 77 ans - Retraité Thalès

n ations liers et au du carnaval

BIN service


( Une ville pour tous et pour tous les âges Développer la Réserve Communale (5de1.Sécurité Civile

Bien vieillir chez soi : une priorité (53. L’hébergement en logement adapté

En lien avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours du Maine-et-Loire (SDIS) nous envisagerons le développement d’une Réserve Communale de Sécurité Civile.

Offrir un plus large choix d’hébergements et de services aux personnes âgées est une nécessité pour mieux répondre à leurs besoins et à leurs souhaits. Avec l’aide du Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC) choletais, nous évaluerons les besoins d’hébergements et l’offre gérontologique actuelle et à venir. En lien étroit avec le Conseil Général, l’Agence Régionale de Santé et un Conseil de Seniors Choletais, nous établirons un vaste programme de construction et de rénovation de logements adaptés. Notre but est de prévenir et d’accompagner le vieillissement, de soutenir au maximum l’autonomie des personnes âgées et d’aider leur parcours résidentiel.

La Réserve Communale de Sécurité Civile soutient l’action des secouristes et des pompiers en les dégageant de certaines missions élémentaires pour leur permettre de se consacrer aux missions complexes, dangereuses ou urgentes. Les missions susceptibles d’être confiées sont les suivantes : surveillance des cours d’eau ou des digues, orientation des habitants en cas d’évacuation d’un lieu, débroussaillement préventif pour lutter contre les incendies, déneigement, maintien d’un cordon de sécurité interdisant l’accès à un endroit, assistance aux formalités administratives des sinistrés... Les demandes d’intégration dans la Réserve Communale de Sécurité Civile seront adressées au maire qui établira les critères de sélection en lien avec le SDIS.

(52. Encourager la participation des seniors

Grâce à la solidarité nationale, héritage du Conseil National de la Résistance, les retraités sont souvent très actifs et participent au bon fonctionnement de la société (vie associative, garde d’enfants, vie de la cité...). Les conseils de quartier se nourriront de l’expérience et des initiatives des seniors. Ils seront encouragés à participer activement aux jumelages entre Cholet et les diverses villes, notamment via la bourse d’échange de logements entre les habitants de Cholet et ceux des villes jumelées.

Nous intégrerons ces logements dans de petits immeubles et des micro-quartiers aménagés et reconnus pour la qualité de leur environnement favorable aux personnes âgées, rendant plus facile l’accès aux commerces, aux services de proximité, aux transports en commun via des cheminements sécurisés (accessibilité, surfaces planes, absence d’obstacles, bancs adaptés et bien situés, abris, toilettes publiques, aménagements routiers et signalisation adaptée).

Le rôle de la ville et de la CAC sera d’encourager et accompagner toutes formes d’actions permettant aux seniors d’avoir une vie sociale : tarif adapté pour les activités culturelles et sportives, aide à l’accès et à l’utilisation des nouvelles technologies…

Nous accompagnerons les personnes âgées dans ce changement avec l’aide du Centre Intercommunal d’Action Sociale (CIAS) qui pilotera les actions. Le suivi des personnes âgées sera confié à une équipe soignante reliée à l’EHPAD (Maison de retraite) le plus proche qui verra ses moyens humains renforcés. Tout le personnel bénéficiera de formation, de temps de concertation, d’analyse des pratiques et d’un encadrement hiérarchique respectueux et bienveillant. La gestion de tous les intervenants par la CAC permettra une égalité de service pour les personnes âgées et une valorisation du personnel.

© Noam - Fotolia.com

24

Nous bâtirons et nous rénoverons, au sein du parc HLM de la CAC, de nombreuses maisons et appartements indépendants adaptés et sécurisés. Nous y associerons des services médico-sociaux et médicaux : portage de repas à domicile, surveillance de nuit, animations, transports collectifs et à la demande, auxiliaires de vie, soins infirmiers... Nous nous inspirerons des Logements Bleus à Nantes et des LENA (Logement Évolutif pour une Nouvelle Autonomie) à Angers.


(suite) Ce projet permettra aux personnes âgées de ne pas être déracinées de leur quartier ou de leur commune, d’améliorer leur quotidien et de faciliter leur vie et celle de leurs proches. Bien vieillir est une chance. Nous devons penser dès aujourd’hui à l’accueil et à l’accompagnement des seniors qui seront de plus en plus nombreux demain.

Une politique gérontologique (5à 4.renforcer et à clarifier L’objectif à atteindre est de respecter l’intégrité des personnes et leurs aspirations, de préserver leur place dans l’équilibre social sur le territoire choletais en lien avec les directives nationales. La prise en charge de la dépendance liée au vieillissement est un enjeu majeur pour les politiques publiques. Nous souhaitons être une force de proposition pour favoriser le bien vieillir ensemble, dans le respect du choix de chacun, à domicile ou en établissement. Promouvoir la bientraitance des personnes âgées fragilisées dans les lieux d’accueil et à domicile sera notre priorité. Nous travaillerons en harmonie avec le Conseil Général sur toutes les questions liées au vieillissement et au handicap, ainsi qu’avec l’Agence Régionale de Santé pour les questions sanitaires. Nous voulons conforter le financement solidaire, promouvoir le juste soin, améliorer la coordination des professionnels pour un meilleur accompagnement des aînés et réduire les inégalités d’accès aux différents accueils sur l’ensemble du territoire choletais. Nous proposons quelques pistes d’actions et de réflexions : > Organiser un colloque annuel ouvert aux professionnels de la gérontologie et aux aidants familiaux ; la présence d’intervenants permettra une réflexion sur les pratiques afin de les faire évoluer, > Développer une plate-forme de répit : hébergement temporaire, accueils séquentiels de jour / de nuit / les week-ends dans les EHPAD /EHPA de la CAC et concertation avec les autres établissements, > Assurer la présence, en établissement, d’un infirmier la nuit afin de maintenir la continuité des soins et sécuriser les personnes âgées, > Proposer des aides techniques à domicile accessibles financièrement avec un bouquet de services associant, notamment, la télésurveillance et des systèmes antiincendie ; cette action s’articulera avec la réflexion sur l’adaptation des logements à la perte d’autonomie,

> Continuer la rénovation des EHPA (foyers logements) en répondant aux normes d’hygiène et de sécurité ; cependant, si des foyers logements présentent des logements vacants faute de demandes, ils se verront attribuer un autre type d’accueil (étudiants / accueil femmes battues / secteur du handicap, etc.), > Mener un travail de prévention avec le CIAS sur la dépression et le suicide des personnes âgées ; des actions innovantes sur le “vivre ensemble” en lien avec les centres sociaux seront développées et les intervenants médico-sociaux seront incités à se former sur le repérage de la souffrance psychique, > Rendre l’emploi attractif dans ce secteur d’activité ; la valorisation des métiers passera par la professionnalisation et une amélioration des salaires., l’objectif étant de fidéliser les professionnels en limitant au maximum le “turn-over”, > Clarifier et rendre transparente la politique du CIAS (CAC) qui pilote depuis 2012 la question du vieillissement ; nous rendrons publiques les évaluations de qualité des EHPAD et EHPA gérés par le CIAS, > Créer une charte précisant les principes éthiques, déontologiques et de confidentialité afférents à la prise en charge des personnes âgées en risque de perte d’autonomie, ainsi qu’un observatoire sur le vieillissement des personnes en situation de handicap avec les professionnels du secteur. Il nous paraît essentiel de transformer la politique d’assistance en politique d’autonomie, de responsabiliser chaque personne comme acteur de sa prévention, de réduire les inégalités sociales de santé et de réduire les coûts humains et économiques qu’engendre la perte d’autonomie. Ne nous trompons pas… vieillir doit être une chance !

25


( Une ville pour tous et pour tous les âges Comprendre la différence et l’intégrer (5au5.quotidien Comprendre la différence et l’intégrer dans le fonctionnement de la cité au quotidien, tels sont les objectifs que nous nous fixons ensemble. En collaboration avec les représentants des associations, des entreprises, des établissements culturels et sportifs, des établissements scolaires, nous travaillerons à l’élaboration d’une charte handicap. La charte handicap constitue un ensemble de principes destinés à favoriser la participation des personnes en situation de handicap à la vie de notre cité. L’accessibilité en constitue le socle mais d’autres domaines doivent également être pris en compte comme l’accès à l’information, à la culture, aux loisirs ou encore à l’emploi.

Les incivilités, les atteintes à la tranquillité publique sont un problème dans de nombreuses villes ; Cholet ne fait pas exception.

La charte handicap permettra d’initier des actions concrètes. Nous soutiendrons financièrement l’intégration des personnes au sein des associations de loisirs. Nous réaliserons une cartographie et une signalétique des cheminements accessibles aux personnes en situation de handicap. Nous organiserons des réunions de concertation entre les associations, les services municipaux et les maîtres d’œuvre pour tous projets d’urbanisme. Nous faciliterons l’accès à des logements adaptés à proximité des cheminements et quartiers aménagés. Nous élargirons les recours aux services des ESAT (Établissements et Services d’Aide par le Travail) dans le cadre de la commande publique. Nous poursuivrons la politique de recrutement et d’adaptation des postes au sein des services de la ville de Cholet et de la CAC.

Avec les services de l’État (Police Nationale, Justice et Éducation), le Conseil Général mais aussi Sèvre-Loire Habitat, la Régie des Transports Publics, Cholet Sports Loisirs, les centres sociaux, les représentants des commerçants, les conseils de quartier et certaines associations, nous dresserons un nouveau Diagnostic Local de Sécurité. Il permettra de cibler les situations, les publics et les lieux les plus concernés. Nous élaborerons une Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance et d’aide aux victimes ; elle remplacera le Contrat Local de Sécurité actuel qui n’est plus adapté et définira les actions concrètes à mener. Pour mettre en œuvre cette stratégie, nous réaffirmerons les attributions de la Police Nationale, de la Police Municipale et des Agents de Surveillance de la Voie Publique. Les agents municipaux verront leur rôle de prévention, de protection et d’information revalorisé. Nous créerons des emplois de Médiateurs. Formés et qualifiés, ils iront au-devant des personnes pour informer, rassurer, prévenir les incivilités et désamorcer les situations conflictuelles par le dialogue. Nous encouragerons les recours au Conciliateur de Justice : ce bénévole, nommé par le premier Président de la Cour d’appel, facilite le règlement à l’amiable des conflits entre personnes physiques ou morales. Nous renforcerons l’action du Conseil des Droits et Devoirs des Familles. Le Programme de Réussite Éducative agit déjà positivement et propose des parcours individualisés aux jeunes en difficulté et à leur famille. L’accompagnement parental sera renforcé pour aider les parents à mieux remplir leur fonction éducative. © Firma V - Fotolia.com

26

(56. Tranquillité publique pour tous les Choletais

Nous poursuivrons la lutte contre les violences intrafamiliales en développant l’information auprès de


9. Aider les personnes confrontées aux barrières (5culturelle et langagière

tous les publics. Nous soutiendrons les associations d’aide aux victimes. Le maire, garant de la tranquillité publique dans la commune, conduira cette politique approuvée par le Conseil Municipal. Par la loi, il est responsable de la politique locale de prévention de la délinquance.

Jusqu’en 2011, l’ACITIF, (Association Choletaise pour l’Insertion des Travailleurs Immigrés et leur Famille) aidait les personnes étrangères confrontées aux barrières culturelle et langagière à effectuer toutes sortes de démarches. Depuis la disparition de cette association, elles peinent à trouver de l’aide.

La tranquillité et la sécurité sont des droits fondamentaux indispensables à la qualité de vie dans la ville.

Une nouvelle structure, si possible associative, devra voir le jour. Ses missions seront : > assurer l’accueil et l’écoute des personnes étrangères > les aider et les administratives

(57. Une carte ville pour tous

soutenir

dans

les

démarches

> exercer la fonction d’écrivain public auprès de toute personne analphabète, illettrée ou ne maîtrisant pas la langue française

La carte ville permet aujourd’hui aux familles de gérer le paiement des repas à la cantine ainsi que les heures de garderie des enfants. Ce support sera élargi à l’ensemble des citoyens choletais. Chaque citoyen pourra bénéficier d’une carte ville qui lui permettra notamment de tester de nouvelles activités. Des entrées sport, des entrées culture et des heures de parking gratuites seront créditées sur la carte ville en fonction des préférences de chacun, en partenariat avec les structures municipales, les associations et les clubs qui auront toute liberté de proposer le type d’entrée qu’ils souhaitent offrir.

> faire connaître administratives

et

expliquer

les

démarches

> informer et orienter les personnes vers les structures adaptées à leurs besoins.

(60. L’Université populaire intergénérationnelle

En collaboration avec l’Université du Temps Libre, nous mettrons en place des cycles de conférences et ateliers librement accessibles à tous les habitants du territoire choletais. Les thèmes pourront être proposés par chaque citoyen ou association. Le site de la ville pourra servir de relais aux propositions et permettre le choix des thèmes retenus.

8. Mise en place d’une plate-forme internet (5pour acheter, réserver et se faire livrer des produits locaux

Nous envisageons la création d’une plate-forme internet de services aux particuliers pour les Choletais et les habitants de la CAC. Elle permettra aux producteurs locaux (alimentation), commerçants et structures municipales (bibliothèque, ludothèque…) de proposer à la vente ou à la réservation leurs produits ou services. La plate-forme permettra ainsi de commander, payer et se faire livrer à domicile ou dans des points relais des produits locaux.

© Photonbleu - Fotolia.com

Une charte de déontologie sera mise en place et devra être impérativement respectée par toutes les parties concernées (production locale, service de qualité, prix adaptés, respect des normes sanitaires).

27


( Environnement Mener une politique en faveur de l’environnement, c’est penser global et agir local. Les activités de l’homme ne seront durables qu’intégrées de façon responsable à notre environnement. Notre politique façonnera à long terme notre rapport à l’écologie urbaine et à notre milieu. Les mesures que nous prendrons concernent la vie collective : collecte des déchets, Cholet ville “Zéro Pesticide”, préservation de la biodiversité locale, protection des ressources en eau… À titre individuel, les Choletais se sentent concernés par un rapport plus respectueux à leur environnement. C’est pourquoi nous permettrons à ceux qui le souhaitent de réduire les dépenses énergétiques de leur logement et donnerons au plus grand nombre l’accès à la terre pour pouvoir cultiver un jardin. Afin de lutter contre le changement climatique et maîtriser la demande énergétique, nous mettrons en place un plan Climat Énergie qui fera de la CAC un territoire à énergie positive et permettra de produire autant d’énergie que nous en consommons d’ici 2050. Plus la ville de Cholet et la CAC effectueront des travaux améliorant l’efficacité énergétique des systèmes de chauffage, d’éclairage et d’isolation de leur patrimoine, plus elles pourront valoriser financièrement leurs Certificats d’Économie d’Énergie.

28

L’énergie, c’est notre affaire ! Assumons la responsabilité de la question énergétique.


(61. Cholet ville “Zéro Pesticide”

La France est aujourd’hui le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe : 6 à 10% de la consommation totale concerne les usages non agricoles. Des résidus de pesticides sont régulièrement mis en évidence dans les eaux de la Moine en amont de Cholet et dans les eaux souterraines des Puits de la Rucette au Puy-Saint-Bonnet. Plus généralement, on trouve ces résidus de pesticides dans les sols, mais aussi dans les fruits, légumes, céréales et produits d’origine animale. Éliminer l’usage des insecticides, fongicides et herbicides pour l’entretien des espaces verts, des espaces publics et des voiries, est un défi à relever pour les collectivités. Nos objectifs sont les suivants : protéger la ressource en eau, protéger la santé des habitants et des jardiniers municipaux, améliorer la biodiversité, préserver la qualité du paysage communal et optimiser le budget d’entretien des espaces publics.

62. Renforcer encore les mesures environnementales ( pour protéger nos ressources en eau Plusieurs sites choletais sont classés comme prioritaires pour la préservation de l’eau : l’étang des Noues, l’étang de Péronne, les lacs du Verdon et de Ribou. En 2005, sous la menace d’une interdiction de prélever l’eau dans le lac de Ribou, un plan de gestion du bassin versant a enfin été mis en place, incluant en particulier la protection de points de captage. Malgré la qualité de ce plan, les mesures devront encore être accentuées car les résultats ne sont pas satisfaisants. En 2011, la Direction Départementale des Territoires de Maine-et-Loire constatait : ‘’Les quantités de matières organiques ont sensiblement diminué. Néanmoins, la retenue de Ribou reste dégradée et le phénomène d’eutrophisation (production d’algues nocives due à un manque d’oxygénation et à une grande quantité de phosphore) est toujours très présent, constituant parfois une gêne non négligeable pour la production d’eau potable... Vient s’ajouter, depuis 2005, une dégradation récente de la qualité des eaux liée aux pesticides.

La qualité actuelle des eaux du lac reste insuffisante au regard des objectifs de la Directive Cadre Européenne sur l’eau, qui fixe d’atteindre pour 2015, le “bon état” écologique des cours d’eau et plans d’eau.” La prise d’eau de Ribou fait partie de la liste des captages prioritaires “Grenelle” depuis 2009. À ce titre, de nouvelles mesures permettent aux agriculteurs de percevoir des aides pour changer leurs façons de travailler, réduire les doses de produits phytosanitaires, enherber les parcelles proches des lacs, mieux gérer les prairies, entretenir les haies, faire de la polyculture... La CAC a délégué à la Chambre d’Agriculture de Maineet-Loire l’accompagnement des agriculteurs pour leur engagement dans les mesures agro-environnementales. Nous souhaitons que d’autres partenaires, partisans de la culture biologique et volontaires pour mener à bien la transition environnementale de notre territoire, soient également associés à la redéfinition des mesures et à leur mise en place. D’autres mesures, en direction des industriels, des petites et moyennes entreprises et de la population en général, sont indispensables pour accélérer la prise de conscience et conforter le changement.

(63. Tisser des trames vertes et bleues

Les trames vertes sont les forêts, les bois, les bocages et les haies en continu (10% des terres du Choletais sont recouvertes de bois et forêts) ; les trames bleues sont les cours d’eau. Tisser ces trames vertes et bleues, renforcer la continuité biologique d’un espace à un autre, permettront de préserver la biodiversité locale. Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) des Mauges a mené un travail remarquable pour répertorier les zones riches en biodiversité et les corridors écologiques, constitués d’une continuité de haies entre plusieurs zones bocagères.

29


( Environnement Il apparaît que le maillage de ces diverses zones est très fragile à l’ouest et au sud de Cholet. Nous chargerons le CPIE de proposer un plan d’actions à mener (plantations, renforcement de l’existant...). Il faudra aussi penser les futures zones d’activités et d’habitat, ainsi que les infrastructures routières.

meilleure gestion des champs (6et4.desUneespaces verts La façon dont les prairies et les champs sont gérés peut privilégier le développement d’une faune et d’une flore plus diversifiées, permettant de lutter contre les espèces qui envahissent notre territoire.

30

Une gestion différenciée a déjà été mise en place concernant les différents types d’espaces verts. Nos actions seront les suivantes : aménager les espaces verts pour limiter l’intervention humaine, remplacer les produits chimiques par d’autres produits naturels ou d’autres procédés, poursuivre la formation du personnel, convaincre par l’exemple tous les jardiniers de Cholet qu’il est possible de jardiner sans utiliser de pesticides et faire adhérer la population à cette démarche. Les espaces verts accueilleront de nouveaux aménagements à caractère sportif et ludique afin de favoriser la pratique physique de détente ( parcours de santé...).

(65. Cultiver son jardin

Jardiner dans son quartier renforce les liens sociaux et de voisinage. Jardiner, c’est s’approprier son cadre de vie, créer, participer, partager et acquérir de nouvelles formes de liberté et d’autonomie. Quand les lieux le permettront, nous implanterons des jardins dans les écoles, les établissements de santé et d’accueil pour les personnes âgées. En plus des jardins et associations existants (type jardins familiaux), de nouveaux jardins, partagés et associatifs, seront créés au plus près des habitations en préservant du morcellement les espaces verts existants. Les jardiniers citoyens s’engageront à respecter les principes du jardinage biologique. Nous soutiendrons toutes les initiatives qui permettront de produire et partager de la nourriture et les moyens d’en produire dans la ville. Des ateliers-cuisine pourront se développer au sein des centres sociaux ou des espaces publics afin de valoriser la production locale. Un des objectifs est de réintroduire davantage de fruits et légumes de qualité, à moindre frais, dans l’alimentation des Choletais qui le souhaitent.

(66. Cholet et la Ligue Protectrice des Oiseaux

Nous rejoindrons le réseau des Refuges LPO ; «REFUGE LPO, jardin d’oiseaux» est un agrément de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, accordé à tout terrain, petit ou grand, en ville ou à la campagne, sur lequel la ville s’investit en faveur de la préservation de la nature.


(67. Réduire encore les déchets

Dans le cadre du développement de l’économie circulaire, nous valoriserons un maximum de déchets et de matières au plus près de leur production. Nous proposerons à chaque foyer une solution concrète en fonction de son type d’habitat afin de faire le tri des biodéchets et déchets verts qui représentent plus de 30% du poids de nos déchets ménagers ; ils peuvent être valorisés en étant compostés ou utilisés à travers la filière de méthanisation que nous mettrons en place. Une redevance incitative remplacera l’actuelle taxe sur les ordures ménagères (TOM) basée sur la valeur locative du logement. Cette redevance inclura une part fixe comprenant les services communs et un nombre minimum de ramassages des ordures ménagères (poubelle marron) ainsi qu’une part variable (en fonction du nombre de levées supplémentaires). De nombreuses Communautés de Communes ont déjà mis les redevances en place et ont constaté une baisse du nombre de levées sans dépôt sauvage des déchets. Les deux mesures (redevances et tri des biodéchets) sont préconisées depuis 8 ans par les associations environnementales du Choletais.

Composteur collectif partagé en pied d’immeuble à Cholet

vivre la transition énergétique : (6le8.planBienClimat Énergie Après le charbon, le pétrole et le nucléaire, il est temps de prendre part localement au développement des sources d’énergies renouvelables. La ville de Cholet et la CAC montreront l’exemple en transformant la gestion énergétique municipale. Nous ferons de l’urbanisme l’instrument de la transition énergétique sur notre territoire en densifiant la ville et en limitant son extension géographique. Nous ferons des gares SNCF et routière des nœuds de transports publics. Nous établirons un plan de réhabilitation énergétique de l’ensemble du patrimoine bâti. Nous inclurons un critère “consommation d’énergie” dans tous les projets municipaux, l’objectif à terme étant que les nouvelles maisons et nouveaux quartiers produisent eux-mêmes autant d’énergie qu’ils en consomment. Ce Plan Climat Énergie aura pour nouvelle ambition de faire de la CAC un territoire à énergie positive en atteignant l’autosuffisance énergétique d’ici 2050. Le Plan Climat Énergie inclura une analyse des ressources et des flux de matières et d’énergies de notre territoire afin d’optimiser les potentiels locaux, favoriser les synergies entre acteurs et pouvoir vivre avec nos ressources ; un plan d’action concrétisera la transition énergétique. Ce Plan Climat Énergie définira les moyens d’agir dans tous les secteurs d’activité. Nous nous inspirerons du scénario “Négawatt”. Sobriété, efficacité énergétique, production d’énergie locale et durable seront nos maîtres mots. Nous regrouperons les différents secteurs (habitat et bâtiments, productions agricole, industrielle et de services, transports…) au sein d’une Alliance pour l’Énergie Locale afin de dépasser les logiques et concurrences sectorielles. Après avoir recensé les besoins et les potentiels disponibles, nous réaliserons un “plan chaleur” local et un plan territorial de méthanisation des déchets organiques. Nous établirons une structure de financement dédiée à la transition énergétique qui collectera l’épargne locale et l’investira dans des projets énergétiques durables et locaux. Nous favoriserons l’expérimentation de nouvelles pratiques. Les expériences mises en œuvre et leurs bilans seront largement partagés et nous encouragerons le déploiement et l’utilisation des projets les plus prometteurs. C’est un grand défi dont les débouchés à long terme permettront d’améliorer nos conditions de vie, de créer des emplois et des richesses.

31


( Environnement Les équipements actuels, en particulier les chaufferies bois dans le quartier Bretagne et les tours Malleray, sont couplés à des réseaux de chaleur dans des logements collectifs. Ces exemples doivent nous inspirer. Nous étudierons les possibilités de générer de nouvelles ressources d’énergie adaptées à notre territoire comme la biomasse ou l’éolien. Nous devrons trouver un équilibre financier et environnemental tout en préservant notre biodiversité. Des financements existent au travers de l’appel à projet BCIAT (Biomasse Chaleur Industrie Agriculture et Tertiaire) ou le Fonds Chaleur.

32

La production industrielle de chaleur, comme c’est le cas à l’usine Michelin, peut aussi servir d’exemple pour fournir de l’énergie à une ou plusieurs entreprises proches. La réalisation de nouvelles zones d’activités ne pourra plus se faire sans avoir défini au préalable les besoins et les capacités de production sur site. La co-génération (production simultanée de chaleur et d’électricité) sera intensifiée.

Nous développerons également, en milieu agricole et industriel, la filière de la méthanisation afin de produire du biogaz qui peut être introduit dans les réseaux de gaz existants. Cela permettra de limiter les rejets agricoles souvent produits en grande quantité dans un pays d’élevage, de réduire certains déchets de l’industrie agroalimentaire très présente dans le Choletais, ainsi que les biodéchets des particuliers. D’autres voies seront explorées, comme la récupération de la chaleur du réseau d’assainissement, à l’exemple de Bordeaux. Nous développerons le recours aux chauffe-eau solaires pour l’ensemble des habitats collectifs. Afin d’aller au-delà des normes thermiques en vigueur, l’Agence Locale Énergie Habitat incitera fortement l’installation d’un chauffe-eau solaire pour toutes les nouvelles constructions et rénovations thermiques.

© Lulu Berlu - Fotolia.com

(69. Une production d’énergie locale


( Santé La santé est un facteur déterminant du développement local. Notre projet permettra de diminuer les inégalités dans le domaine de la santé, prévenir et réduire les facteurs de risque des maladies et développer des mesures de protection contre ces mêmes maladies. Nous garderons toujours à l’esprit que souhaiter une population en bonne santé nécessite d’agir conjointement dans de multiples domaines : transports, habitat, parentalité, cohésion sociale… En collaboration avec l’ARS (Agence Régionale de Santé), nous mettrons en place une politique locale de santé qui garantira l’accès à des soins adaptés et de qualité pour tous les Choletais à travers un ensemble de structures, outils, dispositifs.

(70. C réer un Centre Municipal de Santé

Nous créerons un Centre Municipal de Santé (C.M.S) afin de promouvoir la santé telle qu’elle est définie par l’Organisation Mondiale de la Santé, c’est-à-dire : ‘’un état de complet de bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité’’. Les C.M.S. sont des structures sanitaires de proximité. Ils représentent une alternative à la pratique libérale et sont gérés par des organismes à but non lucratif, tels que villes ou communautés de communes. Ils dispensent des soins de premier secours et mènent des actions de prévention et d’éducation à la santé dans trois domaines : la médecine générale et spécialisée, les soins dentaires et les soins infirmiers. Les C.M.S. favorisent une pratique de la médecine regroupée et coordonnée. L’usager est pris en charge et impliqué dans son parcours de soins par une équipe de professionnels qui a une connaissance globale de son état de santé. Les C.M.S. garantissent le même accès aux soins pour tous, dans le respect des tarifs de la Sécurité Sociale ; ils appliquent le tiers payant et ne pratiquent aucun dépassement d’honoraires.

Les C.M.S. répondent également aux attentes de médecins et professionnels de santé qui ne souhaitent plus s’installer en libéral et apprécient l’efficacité du travail en équipe. La pénurie de professionnels de santé à Cholet et sur le territoire de la C.A.C. est une réalité à prendre en compte en urgence : difficulté à obtenir un rendez-vous chez un spécialiste dans un délai raisonnable, difficulté pour les nouveaux Choletais à trouver un médecin généraliste, difficulté à remplacer les médecins qui partent à la retraite. Le Centre Municipal de Santé sera une partie de la réponse à cette pénurie.

(71. Cholet adhérente du Réseau Villes-Santé

Le Réseau français des Villes-Santé existe depuis 1990 et permet une coopération entre les villes membres, à travers des échanges d’expériences et de données, des rencontres et des actions communes. Son objectif est de susciter des prises de conscience, de stimuler le débat en s’appuyant sur des informations fiables afin d’inciter à mieux agir dans le domaine de la santé. Dans le cadre de ce réseau, les politiques d’actions publiques sont mises en œuvre à tous les échelons du territoire (local, régional, national).

© philippe Devanne - Fotolia.com

En tant que membre du réseau Ville-Santé, Cholet pourra bénéficier de nouveaux dispositifs locaux d’observation, d’analyse et de débat. Ces outils permettront à la ville de mener une politique de santé au plus près des habitants, adaptée à une société en constante mutation.

33


( Santé (72. Mise en place d’Ateliers Santé Ville

Dans le cadre du Réseau Ville-Santé, nous mettrons en place des A.S.V. (Atelier Santé Ville) dont le rôle sera de repérer les besoins et les attentes des habitants, de créer des passerelles entre les différents acteurs (élus, professionnels, associations et habitants). Ils faciliteront l’émergence d’actions concrètes d’accompagnement des habitants. Ils pourront définir les thèmes qu’ils souhaitent aborder, les formes à donner aux rencontres (espaces de discussion, expositions, conférences…) et les types d’intervenants à associer (médecins, infirmiers, acteurs associatifs…). Nous souhaitons que ces ateliers répondent aux attentes et aux préoccupations des Choletais.

34

Nous aborderons certains thèmes, comme : > les A.L.D. (Affections chroniques et de Longue Durée), > l’obésité, > les T.M.S. (Trouble Musculo-Squelettique), > la nutrition, > le sport, > les conduites addictives, > le dépistage des I.S.T. (Infections Sexuellement Transmissibles) comme le SIDA, > la santé mentale et la souffrance psychique, > le risque suicidaire, > le mal-être de l’adolescent, > l’exposition aux risques toxiques…

Création d’un Plan d’Action Intercommunal (7de3.Santé Nous établirons un Plan d’Action Intercommunal de Santé qui mettra en place des actions de prévention à partir du diagnostic réalisé par les Ateliers Santé Ville et sur l’inventaire des actions et des initiatives existantes. Le Plan d’Action Intercommunal de Santé s’inscrit dans une volonté de prévention globale des troubles sanitaires. Nous informerons, par exemple, des risques cardio-vasculaires (comme l’hypertension artérielle, le manque d’activité physique, le tabac, le diabète…) et des possibilités de dépistage via Cholet Mag et Synergences. Nous encouragerons l’utilisation du vélo lors des trajets quotidiens et nous alerterons la population active des risques liés au stress au travail.

Une réduction de la pollution urbaine ainsi qu’une valorisation de l’agriculture biologique permettront de réduire l’exposition des habitants aux matières toxiques. La ville de Cholet et la CAC feront effectuer des diagnostics sur la qualité de l’air intérieur dans les locaux publics, crèches et écoles en priorité. A la suite de ces diagnostics, des actions de dépollution seront programmées si nécessaire. Ces diagnostics seront également proposés aux particuliers. Les bénéfices humains et économiques relatifs au coût de la santé seront conséquents.

4. Soutenir financièrement les Groupes d’Entraide (7Mutuelle (GEM) Un GEM est un lieu d’échange et d’implication citoyenne. Il a surtout une fonction sociale dans la mesure où les personnes en souffrance psychique peuvent s’y retrouver, rompre avec la solitude, rencontrer d’autres personnes et s’impliquer dans la vie d’une association.

Veiller à maintenir l’équilibre financier (7de5.l’hôpital Le maire de Cholet peut être président du Conseil de surveillance de l’hôpital. À ce titre, et en coordination avec l’Agence Régionale de Santé et la direction de l’hôpital, il doit se préoccuper de l’équilibre financier de l’établissement qui est aujourd’hui menacé. Une bonne gouvernance de l’établissement devra faciliter la venue de médecins hospitaliers sur le territoire du Choletais et pouvoir ainsi répondre aux besoins de la population en termes de santé. La dimension financière ne doit pas constituer l’unique paramètre des décisions de gestion concernant l’hôpital.


( Sport Cholet est une ville sportive. Une centaine d’associations dynamiques (environ 16 000 licenciés) et de nombreux bénévoles pour l’encadrement des activités nécessitent un investissement municipal adapté et décidé en concertation avec tous les acteurs : services techniques municipaux, associations, organismes institutionnels, éducateurs et bénévoles qui déterminent la qualité de la vie sportive choletaise. Nous réaffirmons le principe de laïcité et de mixité dans les espaces publics, ainsi que l’égalité d’accès aux infrastructures.

(76. Cholet Sports Loisirs

Le statut et les attributions de Cholet Sports Loisirs seront revus avec tous les acteurs concernés afin de simplifier et rendre plus lisible la gestion des différentes entités : le Golf, le Centre d’Initiation aux Sports de Plein Air (CISPA) et GLISSEO. Sa piscine va de nouveau devoir subir des travaux entraînant une fermeture et des coûts financiers importants.

Conforter et étendre les missions (7de7.l’Office Municipal des Sports La première des missions de l’Office Municipal des Sports est de soutenir les acteurs locaux. Il accueille et renseigne le public sur les pratiques sportives à Cholet, met des informations spécialisées à la disposition des professionnels du sport et propose des formations. Il assure également la promotion des associations et des manifestations sportives de Cholet via l’Annuaire du Sport et les sites internet, en lien avec l’Office du Tourisme.

(78. Le sport, source de bien-être et de bonne santé

Le sport favorise le bien-être, la bonne santé, le respect de son corps et une meilleure connaissance de soi- même. L’Organisation Mondiale de la Santé préconise une pratique sportive de 30 minutes par jour. Relevons le défi et devenons réellement la ville la plus sportive. Dans ce but, nous allons : > aider les clubs à développer des activités non compétitives, y compris pour les plus jeunes, > former les bénévoles à cette intention, > intégrer des équipements sportifs et des dispositifs d’activités physiques au sein des espaces verts et des aménagements urbains, > assurer la promotion de l’activit�� physique dans le traitement de certaines pathologies, via le Centre Municipal de Santé, > inciter les entreprises à évaluer les bénéfices de l’activité sportive sur le bien-être et la santé de leurs salariés.

L’OMS émet des propositions ou avis sur les critères de répartition des subventions attribuées par la Ville de Cholet aux diverses associations et manifestations sportives. Au-delà des manifestations sportives de masse qui existent déjà (week-end Sport en famille, le Tour de Cholet, défis sport inter-entreprises...), nous donnerons les moyens humains et financiers à l’Office Municipal des Sports pour concevoir de nouvelles manifestations sportives à plus petite échelle, mais plus nombreuses et accessibles à tous.

© Nejron Photo - Fotolia.com

L’OMS étudiera la viabilité de nouvelles formations professionnelles liées au sport à Cholet.

35


( Sport (79. Le sport pour tous et avec tous

Le sport favorise le respect des règles du vivre ensemble, de la cohésion sociale et de l’environnement. Avoir une pratique sportive doit être financièrement accessible à tous. Voilà pourquoi nous avons fait le choix de faire bénéficier tous les Choletais des avantages de la nouvelle Carte Ville que nous mettrons progressivement en place et qui permettra à chacun d’avoir accès aux activités sportives de son choix. Nous créerons un “pass-sport découverte” pour les enfants de moins de 12 ans. Cette formule viendra compléter les actions menées dans le cadre de l’AniM’ Sport Vacances. Elle permettra de tester, s’ils le souhaitent, trois activités sportives différentes sur l’année, en étant encadrés par des animateurs sportifs de la ville ou des clubs volontaires. Ainsi les familles n’auront pas à gérer de multiples inscriptions.

36

Le bénévolat, un engagement essentiel (8à 0.valoriser La vie associative joue un rôle essentiel d’éducation et d’émancipation de la personne. Ceci n’est possible que grâce au bénévolat qui doit être reconnu et valorisé. À Cholet, ce sont des milliers de bénévoles qui ont en charge le fonctionnement des associations. Cet engagement dépend de certains facteurs : disponibilité en temps, niveau de ressources... Or le statut du bénévole n’existe pas. Nous mettrons en place avec les associations et les instances sportives un programme d’aides et de formations pour les bénévoles et les éducateurs, suivant des objectifs définis. Nous prendrons en compte le coût de la pratique sportive pour relancer l’aide aux familles dans le cadre du Projet Sportif Local.


37

(

81. Équipements : rénover, adapter, relancer les projets

En dehors de Glisséo, de la salle dédiée au tennis de table à La Romagne, du nouveau dojo et de la salle Mimoun dans le cadre de la réhabilitation du quartier JeanMonnet, les infrastructures sportives de la CAC datent des années 80 et commencent à vieillir. Le projet de la salle Grégoire (Quartier République) va enfin voir le jour. Il devra marquer le début d’une rénovation programmée des salles omnisports existantes à raison d’une salle rénovée tous les 3 ans. La ville devra investir afin que les clubs proposant des activités sportives multiples puissent continuer à bénéficier de locaux adaptés. Par exemple, dans le cas de l’ASPTT, nous proposerons que la ville se porte acquéreur et négocie un contrat de partenariat avec l’association, puisque la Poste, propriétaire des locaux, va se désengager. Des équipements et des parcours sportifs accessibles et gratuits pour tous sont nécessaires à proximité immédiate du centre-ville. Ils doivent être différenciés des équipements dédiés aux entraînements et aux compétitions organisés sous l’autorité des clubs.

Nous relancerons le projet d’une plaine de sports-loisirs sur la zone de la Treille afin de développer le sport de loisir pour tous et les sports ludiques couverts (foot salle, boulodrome, skate park couvert…). L’activité sportive, en dehors de la pratique en club, doit être encouragée et facilitée. Elle doit pouvoir s’exercer dans de bonnes conditions de sécurité. Aucun Choletais, valide ou handicapé, jeune ou plus âgé, ne doit être exclu de l’activité sportive. Une salle spécifiquement dédiée au basket fera partie du nouveau complexe sportif et événementiel de la Meilleraie. Le financement de cette nouvelle salle et sa gestion future seront à la charge d’une structure indépendante ; il devra être mixte : CAC, entreprises sponsors et épargne populaire sous la forme de parts sociales.

(82. Le sport de haut niveau

Au-delà des infrastructures, nous soutiendrons le sport de haut niveau, en réaffirmant notre soutien aux clubs (Cholet Basket, la Stella Sports, les Dogs, le SOC, le ROC, le BACH) et aux jeunes athlètes à l’avenir prometteur. Les dirigeants, les bénévoles, les partenaires, les supporters donneront l’impulsion et les collectivités locales, soutiens financiers de premier plan, seront associées concrètement à la définition des objectifs et aux moyens à mettre en œuvre.


( Culture La culture est l’un des piliers du vivre ensemble. Elle permet de renforcer les liens sociaux et accompagne les mutations sociales, économiques et territoriales. La culture est une compétence attribuée à la CAC mais seule la ville de Cholet lui a effectivement délégué sa gestion. Un travail plus collaboratif encouragera les autres communes à rejoindre les projets proposés par les différentes structures choletaises. Nous favoriserons les collaborations entre structures existantes permettant ainsi une meilleure visibilité de l’offre culturelle du territoire. La culture doit être placée au cœur des lieux de vie des Choletais afin que chaque citoyen puisse avoir accès à la culture et à la pratique d’activités culturelles. Notre territoire possède un tissu associatif très dynamique que nous devons soutenir et développer. Nous devons également valoriser notre patrimoine et promouvoir l’identité culturelle choletaise au-delà de notre territoire. Accompagnés par tous les acteurs présents sur le territoire, nous construirons une politique culturelle autour d’un projet fédérateur et rayonnant qui pourrait permettre d’obtenir la labellisation de la scène culturelle choletaise en Scène Conventionnée ou Scène Nationale.

38

(83. Un programme culturel commun

Accompagnés par tous les acteurs présents sur le territoire, nous construirons une politique culturelle autour d’un projet fédérateur et rayonnant. Nous encouragerons les lieux de diffusion de la culture à se rapprocher et à mutualiser leurs moyens, comme l’Espace Saint-Louis, le Jardin de Verre, le Bar’Ouf et la salle Léopold Senghor au May-sur-Èvre, afin de proposer une programmation commune. La ville de Cholet et la CAC ont investi dans des équipements culturels d’envergure : les Musées, l’Espace Saint-Louis, la Médiathèque, l’École Municipale d’Arts Plastiques. Nous développerons une politique tarifaire adaptée pour favoriser l’accès de tous à ces lieux de culture. Nous proposerons un abonnement commun à toutes les salles. À l’image du “pass culture” proposé aux lycéens par la région, nous étendrons l’offre aux élèves des écoles primaires et des collèges.

Pour favoriser la visibilité des différentes manifestations, les supports de communication seront regroupés et une page sera réservée aux agendas des structures culturelles choletaises dans le magazine Synergences.

(84. Soutenir le tissu associatif

Cholet bénéficie de nombreuses associations culturelles animées par des amateurs et des professionnels ; nous les aiderons à mieux faire connaître leurs activités. Nous accorderons une attention particulière au développement des animations de rue, comme le carnaval dont nous assurerons la promotion au niveau régional. Nous soutiendrons toute initiative portant la culture au cœur de l’espace public. Nous ferons en sorte que les Choletais deviennent acteurs de la vie culturelle de leur territoire dans un esprit de partage et d’ouverture au monde.


(85. R enforcer la médiation culturelle

Afin de rendre la culture accessible à tous, nous consoliderons les liens entre les espaces culturels et les crèches, les établissements scolaires, les centres sociaux, les structures accueillant des personnes en situation de handicap, les entreprises... Nous favoriserons les parcours en direction des plus jeunes pour les sensibiliser au monde des arts, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires.

(86. E ncourager la création

Nous encouragerons la création en aidant les artistes. Une partie de l’Hôtel Tharreau, transformé en Maison des Associations, accueillera aussi des résidences d’artistes.

le patrimoine (9et1.enRevaloriser rendre l’usage aux Choletais L’absence d’une politique de préservation du patrimoine a fait de Cholet une ville sans identité architecturale. Certains lieux prestigieux tels que l’ancienne mairie ou l’ancien théâtre ont perdu leur usage public pour devenir des lieux à usage privé. Nos premières mesures permettront de conserver les lieux existants au profit des Choletais, évitant ainsi de reproduire l’exemple malheureux du camping du lac de Ribou et la forêt naissante qui l’entoure.

Nous soutiendrons les festivals existants, organisés par la Ville (Les Arlequins, Le Temps de Jouer, Esti-Jazz, l’Été Cigale…) ou associatifs (festival de la BD engagée, Cité Métisse…). Nous serons également à l’écoute de nouveaux projets.

Le patrimoine de la ville de Cholet est mal connu des habitants, faute de valorisation. L’usine de la Godinière est en ruine, la Chapelle Jeanne d’Arc sert à entreposer du matériel de chantier, le Grenier à Sel de Cholet n’est pas mis en valeur. La Maison des Sciences (rue du Devau) et l’Hôtel Tharreau ne sont plus utilisés faute de mises aux normes. Ils doivent être revalorisés et retrouver une utilité pour les Choletais. De nouveaux parcours piétonniers touristiques pourront être élaborés par thème ou par quartier.

(88. O uvrir les musées à l’histoire contemporaine

(92. Le patrimoine végétal

(87. Soutenir les festivals

Nous créerons une section “histoire contemporaine” qui mettra en valeur la vie ouvrière du Choletais et les “usines à la campagne”.

Promouvoir la culture industrielle, scientifique (8et9.technologique Nous développerons les initiatives qui assureront la promotion de la culture industrielle, scientifique et technologique, lien incontournable entre passé, présent et futur de notre région. Hors les murs, des visites et conférences sur les différents sites remarquables de la commune permettront d’offrir un regard contemporain sur les capacités d’innovation de l’industrie choletaise.

(90. Donner une nouvelle dimension aux jumelages

Nous favoriserons les échanges culturels ainsi que les séjours pour les lycéens et les jeunes étudiants. Des liens entre les différentes associations impliquées dans les jumelages et l’Institut Municipal des Langues favoriseront ces échanges. Nous mettrons en place une bourse d’échange de logements entre les habitants de Cholet et ceux des villes jumelées.

Un Conservatoire des Plantes sera créé : il sera dédié aux variétés anciennes (légumes,fruits, végétaux, herbes médicinales). Ce Conservatoire participera à la dynamique écologique et culturelle initiée par le Parc Oriental de Maulévrier et le Jardin des Plantes Médicinales de Chemillé. En redistribuant boutures, plants et graines, le Conservatoire essaimera ses variétés dans les jardins choletais. Les associations des jardins familiaux et ouvriers pourront servir de relais pour cette opération.

39


( Démocratie locale Donner la possibilité aux citoyens de participer à la conception de projets, les associer à la mise en œuvre et à l’évaluation des actions décidées par la ville et ses partenaires : voici quelques points essentiels qui caractérisent la politique que nous souhaitons mener en matière de démocratie locale. Dans un souci de transparence et pour impliquer les Choletais dans toutes les décisions qui concernent notre vivre ensemble, nous développerons démarches et outils collaboratifs tels que conseils de quartiers, supports de communication et forum internet à propos des conseils municipaux. Nous organiserons chaque année, en concertation avec les intéressés, un Forum des Associations pour présenter, partager, échanger la richesse et le dynamisme du tissu associatif choletais. Pour vivre ensemble dans le respect de la diversité, nous accompagnerons les initiatives favorisant la rencontre, l’échange et le partage entre les Choletais, comme le faisait le festival Mosaïque. Les associations auront accès aux espaces publics (places, parcs, jardins, squares…) et participeront ainsi pleinement à l’animation de la ville.

40

(93. Accompagner les associations du Choletais

Les Choletais aiment “faire ensemble”. Le grand nombre d’associations du Choletais témoigne de l’esprit d’initiative, de la solidarité et de l’investissement de nos concitoyens. Leur enthousiasme à agir collectivement est une richesse pour notre territoire. Nous travaillerons avec les associations et les centres sociaux dans une réelle transparence et en préservant leur indépendance. Les demandes formulées auprès de la Mairie, ainsi que les réponses apportées, deviendront publiques via la plate-forme de données publiques de la ville. Les aides et les subventions seront octroyées avec équité. Elles seront planifiées pour 3 ans afin de donner plus de lisibilité aux associations dans leurs actions à moyen terme. Un bilan des ressources actuelles et de leurs besoins sera établi. Ce bilan permettra l’orientation de décisions justifiées (achat de terrains, locaux, équipements, réhabilitation…). Nous proposerons aux associations qui le souhaitent une Maison des Associations offrant des locaux et des équipements mutualisés (ordinateurs, photocopieurs...). Nous envisageons d’installer cette Maison des Associations au cœur de Cholet en réhabilitant un immeuble du patrimoine choletais : “l’Hôtel Tharreau” (ancien conservatoire de musique), face au Jardin du Mail. Nous aménagerons cette maison en étroite collaboration avec les associations volontaires pour mieux prendre en compte leurs besoins.

(94. Mieux informer à moindre coût

Les magazines tels que Cholet Mag et Synergences sont des outils précieux pour présenter à la population les projets, les actions et les réalisations menés par la ville et la C.A.C. Ils doivent être le reflet de la vie choletaise et de sa diversité d’opinions et d’actions. Le contenu de ces magazines sera revu : nous laisserons une plus large place à la parole citoyenne et nous augmenterons la partie dédiée aux projets à venir afin d’y associer les Choletais. Les élus de l’opposition bénéficieront eux aussi d’un espace de parole plus important. Nous réduirons également le coût de ces magazines. Actuellement, chaque parution de Synergences coûte 14 700 euros (rédaction, impression, distribution). Pour réduire ce coût, nous proposerons à nos partenaires de la C.A.C. de ne le diffuser qu’une fois par mois en alternance avec le Cholet Mag. Ainsi les Choletais bénéficieront d’un magazine relayant l’information locale tous les quinze jours.


(95. Quelle télévision locale pour le Choletais ?

Afin d’équilibrer ses ressources entre fonds privés et fonds publics et de bénéficier d’une liberté d’action plus grande, Télévision Locale du Choletais (TLC) pourra se rapprocher des entreprises (sponsors potentiels) et proposer ses services pour couvrir divers événements et manifestations sur l’ensemble du territoire.

6. Rendre les données publiques de la ville (9transparentes et les partager

©D

ream

ing

And y

- Fo

toli

a.co

m

Combien les parcmètres et les parkings rapportent-ils à la ville ? Quelles sont les entreprises en contrat ou en délégation de service public avec la ville ? Quels sont ces contrats ? Pour quels services et pour quels montants ? Sur quels critères sont accordées les subventions aux associations ? Quels sont les budgets de la Régie Publique de Transports de Cholet, des aires d’accueil des gens du voyage, de Cholet Sports Loisirs et de ses différentes composantes… ? Quel est le patrimoine de la ville (bâtiments, terrain, végétal…) ? Comment est-il utilisé ou valorisé ? Combien de vélos et de voitures utilisent chaque tronçon de route du Choletais ?

Aujourd’hui beaucoup de ces données sont difficiles à obtenir pour les Choletais qui le souhaitent. L’ouverture des données publiques est un outil de la démocratie locale. Elle donne au citoyen le pouvoir de remonter à la source des informations et de les interpréter par lui-même. Afin de créer une nouvelle relation entre les élus et les administrés, relation fondée sur le savoir partagé, la confiance et le respect, nous ouvrirons l’ensemble des données publiques de la ville (et éventuellement de la CAC) aux Choletais. Comme cela se fait déjà dans d’autres villes, nous mettrons en ligne gratuitement toutes les informations dont la ville

dispose sur une plate-forme informatique dans le respect de la vie privée et des limites de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL). Ces données “ouvertes” (Open Data) porteront sur la citoyenneté, la démographie, la politique de la ville, les transports, les équipements, le patrimoine, la culture, l’habitat, le budget de la collectivité, les marchés publics, l’environnement, le tourisme, la santé, l’éducation, la vie associative, l’aménagement du territoire… Cette transparence des données conduira les élus à prendre en compte les remarques critiques et constructives et à justifier leurs décisions. Elle valorisera le travail réalisé par les agents publics de la ville et le rendra visible aux Choletais. Ces données sont un bien public. Elles doivent servir l’intérêt général et la démocratie locale.

7. Développer les services via le site (9internet de la ville Nous améliorerons le site internet de la ville afin d’augmenter l’offre d’e-démarches pour les Choletais. Les services seront regroupés en bouquets thématiques : administration-état-civil, enfance-éducation, loisirs-sports, stationnement, environnement. En plus des services déjà existants, on pourra recharger sa nouvelle carte ville qui offrira un accès à la piscine, permettra de payer sa facture de crèche, ou encore réserver une place de stationnement pour un déménagement… Une fois la régie d’eau constituée, vous pourrez également régler vos factures d’eau et d’énergie, si vous dépendez d’un réseau de chaleur choletais. Un service dédié aux nouveaux Choletais leur permettra de recevoir de la documentation sur la ville, sur leur quartier ou de poser une question relative à leur installation. Un seul compte permettra de gérer l’ensemble de ces formalités. Les démarches des Choletais seront ainsi simplifiées.

(98. Conseils de quartiers

Aujourd’hui, bien des décisions du conseil municipal concernent des sujets sur lesquels l’expérience des habitants est à prendre en compte : aménagement, cadre de vie, utilisation du patrimoine municipal (le camping de Ribou par exemple). Cholet Votre Ville a pour ambition de mettre en place huit conseils de quartier (Pasteur, Bretagne - Tuilerie, Leclerc - Val de Moine - Lorraine - Libération - Calvaire, Jean-Monnet, Choletière, Richardières Turbaudières, Girardière, Villeneuve et Centre-ville) comme cela existe à Nantes, La Roche-sur-Yon, Niort ou Saint-Nazaire.

41


( Démocratie locale Les conseils de quartier s’inscrivent dans une démarche globale d’information, de consultation, de concertation, de formation et de co-élaboration de projets avec les habitants. L’objectif est d’améliorer le cadre de vie, le bien vivre ensemble, en donnant la possibilité à chacun de pouvoir s’exprimer. Le Puy-Saint-Bonnet, en tant que commune associée, dispose déjà de sa Commission Consultative prévue par la loi. Celle-ci pourra intégrer un Conseil de citoyens, dont les modalités de fonctionnement seront les mêmes que celles des quartiers de Cholet. Une charte des conseils de quartiers encadrera leur constitution : équilibre entre “institutionnels” (écoles, associations, commerces…) et citoyens, entre hommes et femmes, durée de mandat… Elle établira également les modalités de fonctionnement des conseils. Tous les conseillers de quartier seront bénévoles.

42

(99. S’engager dans la cité

Quinze jours avant chaque conseil municipal, nous mettrons en place, sur le site internet de la ville, un forum présentant les projets de délibération. Cela permettra aux Choletais de participer activement aux échanges précédant les commissions de travail des élus et la prise de décision en conseil municipal. Parmi les outils favorisant la démocratie participative, nous créerons un tableau de bord public de l’avancée des engagements de l’équipe municipale qui permettra d’évaluer les politiques publiques avec les habitants. Les animateurs des conseils de quartiers assureront la mise en place d’ateliers dans lesquels les habitants pourront faire des propositions afin d’améliorer leur qualité de vie : accès aux écoles, aux commerces locaux, aux transports en commun, espaces verts...

Chaque Conseil sera consulté sur les projets et les décisions prises par la municipalité concernant son quartier. Il pourra à l’inverse proposer des projets de proximité, ainsi que des questions à inscrire à l’ordre du jour du Conseil Municipal. Des animateurs faciliteront la mise en place de ces conseils de quartier. Ils assureront l’information des habitants, stimuleront l’émergence des candidatures les plus diverses, aideront à l’organisation des premières réunions. Les membres des conseils pourront bénéficier de formations.

Si un quart des électeurs inscrits sur la liste électorale propose une initiative locale, le conseil municipal s’engage à mettre en place un référendum pour s’assurer que la majorité de la population est favorable au projet. Un bilan annuel, à mi-mandat puis en fin de mandat, sera réalisé avec les habitants.

Chaque conseil sera doté d’un lieu et d’une enveloppe budgétaire annuelle allouée aux projets du quartier et disposera d’un espace d’expression dans le Cholet Mag. Enfin, les Conseils de quartier participeront aux Réunions de quartier qui deviendront un réel temps d’échange direct entre l’ensemble de la population et le Maire et son équipe (incluant des membres de l’opposition). Les Choletais qui le souhaitent seront ainsi acteurs dans leur quartier.

Aujourd’hui, les 36 élus de la majorité se partagent 584 900 euros par an. Les élus des minorités ne touchent aucune indemnité. Nous réduirons le montant global des indemnités d’environ 25%.

Diminuer et mieux répartir (1les00.indemnités des élus

De nombreuses compétences ayant été transmises à la Communauté d’Agglomération, nous diminuerons le nombre d’adjoints et de délégations au sein du Conseil Municipal de Cholet. Le cumul des indemnités des conseillers élus à la Ville de Cholet et à la C.A.C. sera plafonné. Nous attribuerons une indemnité à l’ensemble des élus. Le travail et la fonction de tous doivent être reconnus car tous représentent les Choletais. Nous financerons équitablement la formation de tous les élus. Le Maire et/ou Président de la C.A.C. n’aura aucun autre mandat électif. Il s’engagera à temps complet pour une durée de deux mandats (12 ans) maximum.


(La charte ANTICOR, un engagement En tant que tête de liste de Cholet Votre Ville, Franck Loiseau a signé la charte ANTICOR (anticorruption). Cette charte l’engage publiquement auprès de tous les citoyens. Le contenu de la charte dans son intégralité est disponible sur le site internet : http://www.anticor.org/ Voici, en résumé, les points qui nous sont apparus comme essentiels : non cumul et limitation des mandats et des fonctions exécutives, bonnes pratiques de gestion, transparence, reconnaissance de l’opposition, participation citoyenne, prévention du trafic d’influence, choix des organismes financiers…

43


Élections municipales 23 et 30 mars 2014

Réunions publiques avant le premier tour des élections Vendredi 7 mars - 20H30 Salle La Bruyère, rue La Bruyère à Cholet Transport, Urbanisme, Développement du territoire, Sécurité, Sport, Économie. Mardi 11 mars - 20H30 Salle de spectacle, Rue Victor Ménard au Puy-St-Bonnet La commune associée du Puy-Saint-Bonnet, Transport, Urbanisme, Commerce et production locale, Agriculture.

Samedi 15 mars - 20h30 Salle Mocrat, avenue de Mocrat à Cholet Enseignement, Une ville pour tous et pour tous les âges, Culture, Santé, Démocratie locale, Économie, Finances. Mercredi 19 mars - 20H30 Salle Paul Valéry, sous l’Hôtel de Ville à Cholet L’ensemble de notre programme.

( Pour que Cholet vous ressemble,

CONTACTS CHOLET Votre ville 80 rue de la Caillère / 34 Bd Gustave Richard · 49300 Cholet Tél.: 06 37 25 75 69

Email : contact@choletvotreville.fr

Site : www.choletvotreville.fr

Blog : blog.choletvotreville.fr

: www.facebook.com/cholet.votreville : Franck Loiseau@FranckJPLoiseau

PCF, PG et FASE

Le Front de Gauche Choletais est composé de membres du Parti Communiste Français, du Parti de Gauche, de la Fédération pour une Alternative Sociale et Écologique et de citoyens.

Imprimé sur papier Oxygen Silk 100 g, 60 % de fibres recyclées et 40 % de fibres vierges FSC. Document distribué par des bénévoles. Ne pas jeter sur la voie publique.

faites entendre votre voix.


Programme cholet votre ville franck loiseau