{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

GÉNÉRATION GENERATION2020

En résidence au Conservatoire de musique de Montréal

Ateliers et Mini-concerts Bekah Simms (T.-N.-L. / Ont.)

Gabriel Dufour-Laperrière (Qc) Stefan Maier (C.-B.)

Matthew Ricketts (C.-B. / NY)


plus qu’un ensemble Dirigé par Véronique Lacroix, l’ECM+ produit des événements musicaux multidisciplinaires et fait connaître la création musicale canadienne à travers le pays.

Photo : Jessica Goodsell

Photo : Pierre-Étienne Bergeron

www.ecm.qc.ca

Photo : Maxime Boisvert


Samedi 15 février 2020 | 10 h à 16 h 45 Studio multimédia du Conservatoire

GÉNÉRATION2020 : Ateliers et Mini-concerts

Ateliers et Mini-concerts

Mercredi 12 février 2020 | 12 h Salle Adrienne-Milotte du Cégep Saint-Laurent

GÉNÉRATION2020

Mercredi 12 février 2020 | 12 h

Salle Adrienne-Milotte du Cégep Saint-Laurent 625, av. Sainte-Croix, Montréal

Samedi 15 février 2020 | 10 h à 16 h 45 Studio multimédia du Conservatoire 4750 Henri-Julien, Montréal

3


Ensemble contemporain de Montréal (Ecm+)

ECM+ : plus qu’un ensemble... Fer de lance parmi les orchestres de chambre canadiens, l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) a créé plus de 272 œuvres depuis sa fondation en 1987, dont trois opéras et une majorité d’œuvres pour grand ensemble. Dans le prolongement de cet engagement face à la création musicale, l’ECM+ intègre régulièrement celleci dans des événements musicaux multidisciplinaires d’envergure remarqués par la critique qui évoque « une expérience artistique de haut niveau, méticuleusement construite et raffinée » (Wolfgang’s Tonic, 2015). Son concours national de composition Génération qui, depuis 1994 fait connaître et récompense les plus beaux fleurons de la jeune création musicale canadienne, culmine chaque deux ans dans une grande tournée d’une dizaine de concerts propulsant la carrière de quatre compositeurs-lauréats à travers le pays. Sa directrice artistique fondatrice, Véronique Lacroix, reconnue pour son flair et son audace, communique sa passion autour de fortes interprétations et « dresse le portrait d’un paysage effervescent en perpétuelle mutation » (La Scena Musicale, 2018). En résidence au Conservatoire de Montréal depuis 1998, l’ECM+ a enregistré 11 disques compacts - dont deux consacrés à la compositrice Ana Sokolović - et de multiples concerts diffusés sur Radio-Canada. L’ECM+ participe régulièrement à des festivals internationaux (Cervantino (Mexique), Montréal/Nouvelles Musiques (MNM), Ottawa Chamberfest, Journées mondiales de la musique contemporaine de la SIMC), et plus récemment au Festival Ars Musica en Belgique.

Véronique Lacroix, directrice artistique et musicale Lauréate de plusieurs prix de direction d’orchestre, Véronique Lacroix fonde l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+) en 1987 pour travailler de près avec les compositeurs avant d’occuper, pendant quelques années, la direction artistique de plusieurs formations symphoniques au Québec et en Ontario. Passionnée par la création canadienne, elle s’y consacre désormais entièrement et découvre, au fil des ans, des dizaines de jeunes compositeurs qu’elle révèle au grand public par le biais du projet Génération de l’ECM+. Les spectacles thématiques qu’elle intègre en premier lieu à la programmation de l’Ensemble constituent le coeur de cet orchestre visant à faire connaître la musique contemporaine au public le plus large possible. Dans une approche multidisciplinaire qui présente la création musicale dans un concept proche de « l’art total », le spectateur vit une expérience immersive multi sensorielle propice à la réception d’idées et de sonorités nouvelles. Parallèlement à son travail avec l’ECM+, Véronique Lacroix dirige avec plaisir depuis 22 ans les jeunes virtuoses du Conservatoire de musique de Montréal où ses qualités de pédagogue sont reconnues. De plus, elle rejoint chaque été l’Académie d’Orford Musique au Québec, pour y diriger le stage de musique contemporaine auprès de compositeurs complices de longue date, dont Ana Sokolović avec laquelle elle collabore depuis 1996. 4


Gabriel Dharmoo, commentateur Gabriel Dharmoo est compositeur, vocaliste, improvisateur et chercheur. Ses œuvres ont été interprétées à travers le Canada, aux États-Unis, en France, en Allemagne, au Pays-Bas, en Suisse, en Espagne, en Estonie, en Pologne, en Australie, à Singapour et en Afrique du Sud. Ses compositions ont souvent été primées, notamment par le Prix Jules-Léger 2017 du Conseil des arts du Canada pour Wanmansho, commande de l’ECM+, et le Prix Opus de la Création de l’année 2018 pour son opéra À chaque ventre son monstre. Il a également été compositeur participant à Génération2012 avant d’en devenir le commentateur officiel à l’édition suivante. Après des recherches sur la musique carnatique auprès de quatre maîtres reconnus à Chennai (Inde) en 2008 puis en 2011, son style musical encourage la fluidité entre la tradition et l’innovation. Il participe à plusieurs projets interculturels et intertraditionnels, le plus souvent sous la direction de Sandeep Bhagwati, autant à Montréal (Sound of Montreal, Ville étrange) qu’à Berlin (Zungenmusiken, Miyagi Haikus). En tant que vocaliste et artiste interdisciplinaire, sa carrière le mène à voyager autour du monde, présentant entre autres son solo performatif Anthropologies imaginaires, primé au Amsterdam Fringe Festival (2015) et au SummerWorks Performance Festival (2016). Il est candidat au doctorat à l’Université Concordia (Individualized Program) avec Sandeep Bhagwati (Musique), Noah Drew (Théâtre) et David Howes (Anthropologie).

Génération : Jury pancanadien de sélection des compositeurs (été 2019)

Kyle Brenders, compositeur et directeur arts de la scène du Centre des arts de Banff Christopher Butterfield, compositeur et professeur à l’Université de Victoria Brian Current, compositeur et co-directeur artistique de New Music Concerts Véronique Lacroix, directrice artistique de l’ECM+ et professeur au Conservatoire de musique de Montréal Kathryn Ladano, clarinettiste et directrice artistique de NUMUS concerts Maxime McKinley, compositeur et rédacteur en chef de la revue Circuit Marianne Perron, directrice programmation musicale Orchestre symphonique de Montréal Laurie Radford, compositeur et directeur artistique de New Works Calgary Pierre-Olivier Roy, compositeur et directeur général et artistique d’Erreur de type 27 Stefani Truant, administratrice artistique associée de l’Orchestre du centre National des arts Owen Underhill, compositeur et directeur artistique de Turning Point Ensemble.

5


Génération Compositeurs éditions précédentes

6

G2018

Sophie Dupuis, Patrick Giguère, James O’Callaghan,Thierry Tidrow

G2016

Taylor Brook, Symon Henry, Sabrina Schroeder, Adam Scime

G2014

Marie-Pierre Brasset, Alec Hall, Evelin Ramón, Anthony Tan

G2012

Annesley Black, Gabriel Dharmoo, Riho Esko Maimets, Marielle Groven

G2010

Simon Martin, Christopher Mayo, Cassandra Miller, Gordon Williamson

G2008

Michael Berger, Scott Good, Brian Harman, Fuhong Shi

G2006

Charles-Antoine Fréchette, Aaron Gervais, David Litke, Maxime McKinley

G2004

Wolf Edwards, Vincent-Olivier Gagnon, Nicolas Gilbert, Ivan Ferrer Oroszco, D. Andrew Stewart

G2002

Louis Dufort, Nicole Lizée, Marci Rabe, Patrick Saint-Denis

G2000

Rose Bolton, Emily Doolittle, Gordon Fitzell, Jean-François Laporte, Andriy Talpash

G1999

Alain Beauchesne, Vincent Collard, Patrice Coulombe, Justin Mariner

G1997

Paul Frehner, Jean-François Laporte, André Ristic, Francis Ubertelli

G1996

Bernard Falaise, Sean Ferguson, Michel Frigon, Ana Sokolović

G1995

Marc Hyland, Pierre Klanac, Silvio Palmieri, Danielle P. Roger, Daniel Tremblay

G1994

Estelle Lemire, Isabelle Marcoux, Jacques Tremblay, Suzanne Tremblay


Prix de la tournée Génération2020

Prix national du JURY L’ECM+, avec le soutien du Steven R. Gerber Trust, est heureux d’annoncer que le Prix national du JURY Génération a été renommé Prix national Steven R. Gerber du JURY Génération. Steven R. Gerber (1948 - 2015) est un compositeur américain diplômé du Haverford College et de l’Université de Princeton. Sa musique est reconnue internationalement grâce à l’enregistrement de disques contenant plusieurs de ses œuvres majeures pour orchestre ainsi que des concertos. Le catalogue d’œuvres de Gerber comprend également de nombreux cycles de chansons, des œuvres chorales et des pièces pour instruments solistes. Le Steven R. Gerber Trust se consacre à la préservation et à la promotion de la musique de Steven Gerber par le soutien et la création de projets, de programmes et d’initiatives qui permettent de mieux faire connaître, d’accroître l’intérêt et de mettre en valeur certains aspects de l’œuvre du compositeur. Pour des informations complémentaires sur Gerber et sa musique, visitez le site internet www.stevengerber.com

Un Prix prestigieux en deux volets : - Bourse de 4 000 $ offerte par l’ECM+ - Commande de l’Orchestre symphonique de Montréal pour une œuvre pour orchestre de 10 minutes (valeur de 8 000 $), qui sera présentée par l’OSM au cours de sa saison 2021-2022. Le Prix du JURY est décerné selon les votes d’une quarantaine de spécialiste du milieu musical canadien, répartis à chacun des concerts de la tournée. Il a été successivement attribué aux compositeurs James O’Callaghan (2018), Taylor Brook (2016) et Anthony Tan (2014).

Prix national du PUBLIC Le public de chacun des concerts est appelé à voter pour sa pièce favorite. Le compositeur récoltant le plus de votes à travers le pays remporte une bourse de 2 000 $. Introduit en 2010, le Prix du PUBLIC a été successivement attribué aux compositeurs Christopher Mayo (2010), Riho Esko Maimets (2012), Anthony Tan (2014), Sabrina Schroeder (2016) ainsi que James O’Callaghan et Sophie Dupuis (ex-aequo en 2018)

7


compositeurs et Œuvres

Bekah Simms (T.-N.-L. / Ont., 1990) Le répertoire diversifié de Bekah Simms est reconnu comme étant « nuancé et complexe » (NOW Magazine), «cacophonique, discordant et oppressant… mais tellement captivant ! » (CBC Music). Propulsée à la fois par la fascination et la terreur que lui inspire l’univers, son travail passe souvent à travers le filtre de sa propre anxiété. À l’avant-plan de ses intérêts compositionnels actuels se trouve la tension créée par la juxtaposition citation / friction entre le reconnaissable et l’obscurcissement. Sa musique a été interprétée au Canada, aux États-Unis et en Europe par Esprit Orchestra, Continuum Contemporary Music, l’Orchestre symphonique de Victoria et Paramirabo. Bekah a reçu plus de 25 prix dont le Toronto Emerging Composer Award 2017 et le Karen Kieser Prize in Canadian Music (2018) ainsi que deux nominations aux JUNO dans la catégorie Composition classique de l’année pour Granitic (2019) et Everything Is...Distorted (2020). Retenue pour représenter le Canada aux Journées mondiales de la musique 2016 et 2019 de l’ISCM, elle était sur la liste Radio-Canada 2016 des 30 meilleurs musiciens classiques de moins de 30 ans. Elle est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en composition de l’U. de Toronto ainsi que d’un baccalauréat en musique et en éducation de l’U. Memorial de Terre-Neuve.

The Formula (2016) Pour quintette à vent

Commandée en 2016 par Blythwood Wind pour l’événement Hogtown Roundup : Toronto Graffiti, The Formula est inspirée de la murale, du même nom, de l’artiste Joel Richardson. L’œuvre d’art originale, une grande fresque sous un pont ferroviaire, a été commandée puis détruite peu après sans ménagement par la ville de Toronto. Des rumeurs en ligne ont circulé selon lesquelles la fresque aurait été retirée en raison de sa nature politique, l’imagerie anticapitaliste faisant la satire de la culture du milieu des affaires et de la consommation. Peu de temps après que la ville ait retiré la murale, Richardson est retourné sur le site et a créé une version encore plus grande et plus colorée que la version originale. The Formula pour quintette à vent est partiellement programmatique dans sa nature, utilisant des multiphoniques acerbes pour représenter la « mise en mémoire » originale de l’œuvre d’art. Cependant, cette mise en mémoire devient une partie importante du matériel musical en essayant d’équilibrer les structures rythmiques et les fragments mélodiques avec un profil envahissant, presque gênant, de répétitions et d’interruptions. Elle intègre également certains éléments numériques de la fresque originale décrite comme un « commentaire sur les mathématiques de la finance moderne ». De la même manière que la mise en mémoire d’une pièce a donné naissance à la suivante, les multiphoniques ont posé les bases des matériaux harmoniques qui les suivent. 8


compositeurs et Œuvres

Gabriel Dufour-Laperrière (Qc, 1986) Originaire de Chicoutimi, Gabriel Dufour-Laperrière vit et travaille à Montréal comme compositeur. Il complète actuellement un doctorat en composition auprès de Denys Bouliane à l’école de musique Schulich de l’Université McGill. Sa recherche porte sur la notion de cinétisme musical, impliquant les dimensions reliées à la directionnalité et aux forces dynamiques perceptibles en musique. Il se dédie aussi à l’étude et à la transmission de la sonologie auditive, une approche développée par le compositeur Lasse Thoresen vouée à l’analyse auditive (sans partition) des phénomènes sonores et musicaux. Il est membre du projet de recherche ACTOR (Analysis, Creation, and Teaching of Orchestration). Il a reçu, entre autres, le Prix d’Europe de composition 2019 Fernand Lindsay, le premier prix pour sa pièce Plier-Déplier au concours « Città de Udine » 2010 dans la catégorie musique électroacoustique, a obtenu trois prix de la Fondation SOCAN et est lauréat de la bourse Joseph-Armand Bombardier du CRSH.

Parlando, ma troppo (création) Pour violoncelle solo

Dédiée à la violoncelliste et compositrice Émilie Girard-Charest, Parlando, ma troppo souligne un engagement mutuel envers la musique contemporaine qui nous lie depuis nos études au Conservatoire de musique de Montréal, depuis le début des années 2000. Le titre fait référence, avec une touche d’humour, à certaines indications d’interprétation (souvent en italien) que l’on retrouve dans les partitions : parlando (parlé) est utilisé lorsqu’un instrument doit imiter les inflexions de la voix alors que ma troppo détourne l’expression « ma non troppo » (mais pas trop), une incitation à la modération. Il s’agit là d’évoquer le caractère verbomoteur assumé de cette courte pièce (et non pas un trait de caractère de la dédicataire). C’est que, à l’instar du « Soyez réglé dans votre vie et ordinaire comme un bourgeois, afin d’être violent et original dans vos œuvres » de Flaubert, j’ai une tendance loquace dans ma musique malgré ma nature taciturne dans la vie. Cette volubilité musicale est ainsi tout amicalement adressée à la virtuosité et l’engagement d’Émilie, à laquelle l’œuvre souhaite faire honneur.

9


mot de la direction artistique La création vue de l’intérieur... Bienvenue aux Ateliers et Mini-concerts de Génération2020 qui vous permettront de prendre le pouls de la jeune création canadienne. Vous pourrez ainsi observer, interroger, sculpter la matière sonore avec ces compositeurs de la relève avant qu’ils ne mettent au monde les quatre nouvelles œuvres qui constitueront le programme de la tournée pancanadienne de l’ECM+ à l’automne. Cette édition 2020 du projet Génération accueille quatre compositeurs qui ont été sélectionnés par un jury pancanadien cet été par voie de concours : Bekah Simms (T.-N.-L. / Ont.), Gabriel Dufour-Laperrière (Qc), Stefan Maier (C.-B.) et Matthew Ricketts (C.-B. / NY). Ils travailleront la matière sonore en direct avec onze musiciens de l’ECM+, sous ma direction et suivant les instructions de chaque compositeur. Véritables incursions dans leurs imaginaires, ces ateliers de composition animés par Gabriel Dharmoo vous permettront de découvrir le processus de création en suivant le fil qui mène à l’écriture et à la naissance d’une nouvelle œuvre. En prélude aux ateliers, des mini-concerts feront également entendre des pièces déjà achevées de ces mêmes compositeurs, permettant de bien situer le travail d’exploration de chacun au cœur de leurs œuvres respectives. Le travail effectué lors de ces ateliers fournira aux compositeurs des outils-clés qui les accompagneront dans l’achèvement de leurs œuvres finales qui seront présentées lors d’une grande tournée canadienne de 8 concerts, à l’automne 2020. Ne manquez pas le concert de Montréal qui aura lieu le 21 octobre 2020 au Conservatoire pour découvrir le fruit de ces ateliers, mais aussi, pourquoi pas, contribuer à l’attribution du Prix national du PUBLIC Génération en votant pour votre œuvre préférée… ? Bon atelier à tous ! Véronique Lacroix, Directrice artistique

10


PROGRAMME ECM+, 11 musiciens | Véronique Lacroix, chef Gabriel Dharmoo, commentateur Mercredi 12 février Salle Adrienne-Milotte du Cégep Saint-Laurent 12 h Entrevue avec Bekah Simms Mini-concert : The Formula, Bekah Simms (2016) Ensemble MusiqAvenir du CMM : quintette à vent 12 h 15 Atelier de composition de Bekah Simms 14 h

Lectures d’œuvres d’élèves en composition Oihana Cuevas San Felipe : Casida aux colombes obscures Yan Mailhot : Céleste Florence Mailloux : La rencontre mythique: l’Effondrement

Samedi 15 février Studio multimédia du Conservatoire 10 h Entrevue avec Gabriel Dufour-Laperrière Mini-concert : Parlando, ma troppo, Gabriel Dufour-Laperrière (création) Émilie Girard Charest, violoncelle 10 h 15 Atelier de composition de Gabriel Dufour-Laperrière 11 h 30 Pause 12 h

Lecture d’œuvre d’élève en composition Frédérique Le Duc-Moreau : π

12 h 30 Pause dîner 13 h 45 Entrevue avec Stefan Maier Mini-concert : RARE EARTH II, Stefan Maier (2019) Daniel Añez, piano ; Stefan Maier, électronique 14 h 

Atelier de composition de Stefan Maier

15 h 15 Entrevue avec Matthew Ricketts Mini-concert : In Partial View, Matthew Ricketts (extrait - 2015) ECM+ : quatuor à cordes 15 h 30 Atelier de composition de Matthew Ricketts 11


compositeurs et Œuvres

Stefan Maier (C.-B., 1990) Les compositions, installations et performances de Stefan Maier examinent les technologies sonores anciennes et émergentes. Soulignant l’instabilité et l’indiscipline du matériau, son œuvre explore les flux de matière acoustique à travers les systèmes de son, les instruments, les logiciels et les corps, afin de découvrir d’autres modes d’écriture et d’écoute possibles dans des circonstances technologiques spécifiques. Sa musique de concert a été interprétée par des ensembles tels que Talea Ensemble, le Nouvel Ensemble Moderne, Vertixe Sonora et Redshift Music Society. En tant qu’interprète de son œuvre électronique solo, il s’est produit à la Haus der Kulturen der Welt (Berlin), à Ultima (Oslo), à la Kunsthal Aarhus et dans le cadre des Chapel Performance Series (Seattle). Il a joué aux côtés de grands noms de la musique nouvelle tels que Jennifer Walshe, Morton Subotnik et le Arditti String Quartet. Stefan travaille étroitement avec l’artiste danoise Ragnhild May depuis 2015. Leur œuvre collaborative Music for Organs a été reconnue comme composition de l’année par le Conseil des arts danois en 2017. Stefan Maier a reçu un Mayor’s Art Award de la ville de Vancouver en 2017, est boursier de la MacDowell Colony (2019) et en nomination pour le Prix Gaudeamus en composition (2019). Il est diplômé en musique et en arts du Bard College, du Dartmouth College et de l’Université de Victoria.

RARE EARTH II (2019) Pour piano et électronique

RARE EARTH II cartographie les matières résiduelles incontrôlables de l’Anthropocène, plus spécifiquement ici, les particules de métaux des terres rares logées dans les poumons et le système nerveux des mineurs qui travaillaient autrefois à « Cassiar City », en Colombie-Britannique. Utilisés comme composants à part entière dans les technologies numériques contemporaines, les terres rares sont parmi les matières premières les plus recherchées au monde, mais aussi parmi les plus dangereuses. Anciennement l’un des plus grands fournisseurs de terres rares au monde, Cassiar City et sa mine ont été abandonnés lorsqu’une négligence endémique a été découverte ; de nombreux mineurs ont en effet développé des problèmes de santé en raison d’une exposition dangereuse aux poussières fines qui résultent des opérations minières à l’échelle industrielle. Malgré l’esthétique épurée et l’immatérialité éphémère apparente des médias contemporains, il nous est rappelé ici que ce sont les corps, humains et technologiques, qui sont marqués par l’impact de la force matérielle d’une planète en révolte. Ce sont précisément les déchets de l’Anthropocène qui entravent les utilisations désignées des technologies contemporaines : la poussière industrielle rend les transistors, les puces et les poumons inutiles. RARE EARTH témoigne d’une agentivité techno-matérielle opposée aux prouesses artistiques des interprètes et compositeurs — elle met en scène un conflit entre des forces matérielles disparates, conflit dans lequel les distinctions nettes entre nature, technologie, improvisation et composition s’effritent. 12


compositeurs et Œuvres

Matthew Ricketts (C.-B. / NY, 1986) Remarqué par la critique pour ses « sons effervescents et parfois piquants » et son « exploration hypnotique de la mélodie » (ICareIfYouListen) ainsi que pour ses « harmonies acidulées et ses crépitements joyeux » (The New York Times), Matthew Ricketts écrit une musique qui oscille entre les extrêmes de présence et d’absence, de la clameur à la quiétude, à la fois pudique et flamboyante. Ses œuvres ont été interprétées entre autres par l’OSM, le JACK Quartet, le Quatuor Bozzini, Mivos Quartet, le NEM, the Fromm Players, Argento Ensemble, etc. En 2016-2018, Matthew était compositeur en résidence à l’Université de Caroline de l’Est. Acclamé par la critique, son opéra multilingue Chaakapesh: The Trickster’s Quest a ouvert la saison de l’OSM en 2018. Matthew est boursier de la Fondation John-Simon-Guggenheim (2019), de la MacDowell Colony (2019), du Tanglewood Music Center (2018) et du Aspen Music Festival (2017). Il est récipiendaire du Lili Boulanger Memorial Fund Prize (2016), des Prix Jacob Drukman (2016) et Morton Gould (2013) ainsi que de huit prix du Concours pour jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN. En 2020, il est en nomination pour le Gaudeamus Award et finaliste au Concours Graham Sommer. Matthew est diplômé de l’Université McGill et de l’Université Columbia où il est actuellement maître de conférence.

In Partial View (extrait - 2015) Pour quatuor à cordes

In Partial View a été fortement influencé par le Miserere Mei de Josquin des Prez (ca. 1504). Ce motet à 5 voix affiche une certaine austérité à la limite du simplisme, mais déploie sa beauté dans la précision de ses détails. Un moment me frappe particulièrement, soit lorsque la texture se réduit à 3 voix — un simple canon entre les deux voix extrêmes, avec une troisième voix en arrière-plan se profilant comme une ombre — sur le texte suivant (Psaume 51) : Ecce enim veritatem dilexisti incerta et occulta sapientiae tuae manifestasti mihi Tandis que vous aimez la vérité et que vous m’avez montré les secrets et les mystères de votre sagesse. Dans la réalisation de des Prez, ce moment de prétendue révélation est particulièrement épuré : les 3 voix tournent sur elles-mêmes par l’entremise d’un nombre extrêmement limité de hauteurs, comme le murmure silencieux d’un mantra. L’espace d’un instant, la qualité statique et discrète de cette section donne l’impression d’écouter Feldman ou Scelsi. Mon quatuor cite en partie des Prez, mais la musique que j’invoque (ci-dessus) a le rôle tout à fait opposé ici : plutôt que d’être un moment de repos discret, j’ai étendu et déformé la matière sonore en un hocquet désordonné et douloureusement extatique. Le reste de l’œuvre, néanmoins, a un caractère plus contenu. 13


solistes invités

Daniel Añez, piano Pianiste d’origine colombienne, Daniel Añez commence ses études de piano avec Liliana Hernández et Mauricio Villa. En 2005 il reçoit le baccalauréat avec mention honorifique de l’Université Los Andes, à Bogotá, sous la direction d’Ignacio Pacheco et Antonio Carbonell. En 2009 il finit sa maîtrise en interprétation en piano à l’Université de Montréal, sous la direction de Paul Stewart. Il est aussi diplômé au Doctorat en interprétation piano de l’Université de Montréal, sous la tutelle de Paul Stewart et Lorraine Vaillancourt et du Conservatoire de musique de Montréal en Ondes Martenot avec Estelle Lemire. Lauréat du Premier Prix du troisième Concours International de Piano Maria Clara Cullell, à San José de Costa Rica en 2004, il a aussi gagné en 2005 la mention d’honneur au Concours National de Piano de l’Université Industrielle de Santander, en Colombie. Sa carrière de pianiste concertiste l’a amené à se produire en Argentine, Bolivie, Colombie, Costa Rica, Chili, Mexique, Uruguay, ainsi qu’au Canada. Il a enregistré des disques produits en Colombie et en Uruguay. Daniel Áñez se spécialise dans le répertoire contemporain latino-américain. Il fait partie de l’Ensemble CG à Bogotá, et des ensembles Wapiti et Paramirabo à Montréal. Il codirige la série de concerts No Hay Banda.

Émilie Girard-Charest, violoncelle Émilie Girard-Charest est violoncelliste, compositrice et improvisatrice. Tant comme soliste qu’au sein de différents ensembles, elle se consacre activement aux musiques nouvelles. Elle se produit régulièrement en concert, tant au Canada qu’en Europe et en Amérique du Sud. Émilie a plusieurs enregistrements à son actif, dont Enthousiasme viscéral (en duo avec Sergio Castrillón, 2019, Mikroclimat), Uncanny Valley (en duo avec Marc Vilanova, 2017, audiotalaia), Émilie préfère le chant (2016, Ambiances Magnétiques), Race with time (en duo avec Mart Soo, 2016, Improtest Records), Avec (2016, Kohlenstoff Records) et Musica in camera (Quatuor d’occasion, 2014, &records). Elle est diplômée du Conservatoire de musique de Montréal et de la Hochschule für Musik und Theater Hamburg. Elle poursuit présentement ses études au Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon, où elle a entrepris en septembre 2016 un doctorat portant sur le développement d’une écriture ergonomique de la microtonalité au violoncelle.

14


Musiciens et équipe ECM+ Chef Véronique Lacroix Musiciens Marie-Hélène Breault, piccolo, flûte et flûte alto Jeffrey Stonehouse, flûte alto et flûte basse Martin Gauvreau, clarinette en mib, en sib et clarinette basse Mary Chalk, basson Laurence Latreille-Gagné, cor Pamela Reimer, piano Olivier Maranda, percussion Hubert Brizard, violon I Geneviève Liboiron, violon II Valérie Arsenault, alto Chloé Dominguez, violoncelle Ensemble MusiquAvenir du Conservatoire de musique de Montréal Florence Laurain, flûte Kyle David, hautbois Solène Selva-Rivero, clarinette Rose Deschêsnes, cor Maurice Grenier, basson Véronique Lacroix, direction

ÉQUIPE ECM+ Véronique Lacroix Natalie Watanabe Anne-Laure Colombani Flore Bailly Symon Henry Martin Gauvreau

Directrice artistique Directrice générale Adjointe à la direction générale Responsable des communications Responsable des contenus numériques Gérant des musiciens

CONSEIL D’ADMINISTRATION  Président Bernard Descôteaux

Président, Centre d’études sur les médias

Vice-président Sébastien Leblond

Président et CEO, Les Investissements Fetch

Trésorier Farès Khoury

Président, Étude Économique Conseil

Secrétaire Jean-Bernard Parenteau

Directeur, comm. et dév. stratégique, Groupe Altus

Administrateurs  Martin Blais Vincent Castellucci Véronique Lacroix Michelle Mercier Étienne Morin

Responsable comm. et marketing et adjoint de Denis Gagnon Professeur émérite, Faculté de médecine, U. de Montréal Directrice artistique, ECM+ Expertise conseil en philanthropie Coordonnateur du service des relations de travail, APTS

Membre honoraire André Vincent

Président-directeur général sortant, Assomption Vie 15


REMERCIEMENTS

PARTENAIRES DE L’ECM+ Conseil des arts du Canada Conseil des arts et des lettres du Québec Conseil des arts de Montréal Steven R. Gerber Trust Fondation Azrieli Fondation RBC Fondation SOCAN Conservatoire de musique de Montréal Fondation Père Lindsay Département de musique du Cégep Saint-Laurent (Michel Tétreault et Pierre-Marc Beaudoin) Le Devoir

L’ECM+ tient également à remercier ses bénévoles et ses généreux donateurs. L’ECM+ est en résidence au Conservatoire de musique de Montréal L’ECM+ est membre du Conseil québécois de la musique, du Groupe Le Vivier, de la Société québécoise de recherche en musique, de Culture Montréal, d’Orchestres Canada, du Réseau canadien pour les musiques nouvelles (RCMN),

16


17


6 et 7 mai 2020 | 19 h 30 Théâtre Centaur, Montréal 4 nouvelles œuvres de

Annesley Black (DE / CA) Myriam Boucher (CA)

Symon Henry (CA) Snežana Nešić (DE / SR)

Sarah Albu, soprano Émilie Girard-Charest, violoncelle et scie musicale Snežana Nešić, accordéon

Véronique Lacroix, direction artistique Symon Henry, conte poétique et codirection artistique Line Nault, mise en scène | Myriam Boucher, vidéos | Martin Sirois, éclairages ECM+, 9 musiciens


GÉNÉRATION GENERATION2020 Tournée canadienne ORFORD 16 octobre 2020 Orford Musique Edmonton 18 octobre 2020 Mac Ewan University Vancouver 19 octobre 2020 Orpheum Annex (Turning Point Ensemble) Montréal 21 octobre 2020 Salle de concert du Conservatoire Ottawa 22 octobre 2020 Studio du Centre national des Arts (OCNA) Québec 23 octobre 2020 Erreur de type 27 Toronto 24 octobre 2020 Music Gallery (New Music Concerts) Kitchener-Waterloo 25 octobre 2020 NUMUS


Fou de musique ? Chaque samedi, dans l’édition papier du Devoir

Profile for ECM+

Programme Ateliers et Mini-concerts Génération2020  

Programme Ateliers et Mini-concerts Génération2020  

Advertisement