Page 1

École Nationale Supérieure de Création Industrielle

Diplômés


Avec l’ambitieux dessein de rendre plus viable le monde réel… Voici le nouveau livre des designers de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI – Les Ateliers), celui des diplômés de l’année universitaire 2008 – 2009. Design de produits, de services, d’espace, design numérique, design textile… : ce recueil de projets, qu’ils aient jalonné leur parcours à l’école ou été ceux de leur diplôme, montre une diversité de talents et de pratiques du design contemporain. Ces projets, dans leur diversité, sont autant de déclinaisons personnelles d’une vision commune du design, en cohérence avec le projet de l’ENSCI : En ces temps marqués par des risques environnementaux et énergétiques accrus, par la complexité croissante des systèmes où l’homme se trouve inséré, le design – tel que nous l’envisageons à l’ENSCI – prend une dimension politique et citoyenne. Dans une société où l’allongement de la durée de la vie, la mobilité des gens, les nouvelles pratiques articulées autour de la « toile », mais aussi la montée des précarités ou des exclusions, marquent profondément la vie sociale, le design trouve de nouveaux espaces d’exploration et de création et se voit chargé de nouvelles responsabilités. Dans une économie mondiale globalisée, marquée par une concurrence accrue entre les entreprises mais aussi une compétition de plus en plus vive entre les territoires pour attirer cerveaux et capitaux, la création et le design deviennent des facteurs déterminants d’innovation et de compétitivité pour les entreprises mais également d’attractivité et de qualité de vie pour les territoires. La mission de l’ENSCI, dans ce contexte, est de former des designers qui soient des acteurs de changement dans les champs économique, social et sociétal avec l’ambitieux dessein de rendre plus viable le monde réel. Dans la tradition et l’esprit des Ateliers, nous avons accompagné les élèves dont les travaux sont présentés ici, tout au long de leurs cursus individualisés vers leurs destins professionnels. Aujourd’hui diplômés, les voici prêts à assumer leurs responsabilités de créateurs d’objets, matériels ou immatériels, offrant, au-delà de leur utilité, une réelle « valeur ajoutée » esthétique et éthique. Ce livre des diplômés 2008 – 2009 de l’ENSCI – Les Ateliers va vous permettre de les découvrir.

© ENSCI-Les Ateliers, 2009

Alain CADIX Directeur de l’ENSCI – Les Ateliers


Créée en 1982, l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle est la seule école nationale supérieure exclusivement consacrée à la création et au design industriels. Établissement public à caractère industriel et commercial, elle est placée sous la tutelle des ministères chargés de la Culture et de l’Industrie. Avec une philosophie humaniste et dans la logique d’un développement durable, l’ENSCI se met au service de la qualité de vie des personnes et de la compétitivité des entreprises françaises et européennes.

4

La mission de l’ENSCI est de former des designers aptes à porter et à promouvoir la création dans l’industrie. Autrement dit, former pour l’industrie du xxie siècle, autant immatérielle que matérielle, des concepteurs d’objets, avec leurs parts esthétique et fonctionnelle, et d’usages associés, créateurs de valeurs économiques et sociales. L’éco-conception y occupe une place centrale. Dans cette industrie en profonde mutation, les technologies dominantes sont celles qui mettent en œuvre de nouveaux matériaux (parfois des matériaux traditionnels revisités), des composites, des textiles fonctionnels, etc. Ce sont aussi des micro et des nanotechnologies, des technologies numériques de simulation ou de représentation associées à celles de la communication et de l’information, des technologies liées au monde du vivant, etc. Le design prospectif enseigné et pratiqué à l’ENSCI intègre ces avancées technologiques, avec le souci constant de leur « humanisation innovante » (selon la formule de l’ICSID). L’ENSCI est au cœur d’un « cluster » francilien d’établissements d’enseignement et de recherche dans les champs des arts et des lettres, de l’ingénierie, de l’architecture, de l’économie et du management, des sciences humaines et sociales. Des parcours de « dual diplôme » ingénieur + designer dans un sens et designer + master (d’ingénierie ou de management) dans l’autre sens, se mettent en place. L’ENSCI multiplie les partenariats avec des entreprises et des laboratoires de recherche où les élèves apprennent à répondre à des problématiques définies en concertation avec les partenaires de l’école.

L’ouverture de la résidence de Grenoble en septembre 2009 au sein de MINATEC, au cœur du pôle de compétitivité MINALOGIC, va dans ce sens. L’ENSCI délivre deux diplômes d’établissement en formation initiale : celui de « créateur industriel » et celui de « designer textile » (ex – ANAT), tous deux au niveau master. Par ailleurs, elle propose deux cursus, en post-diplôme, qui débouchent sur un mastère spécialisé : « Création et technologie contemporaine » d’une part et d’« Innovation by design » (ouverture en 2010) d’autre part. Au sein de son laboratoire de recherche, le Paris Design Lab ®, l’ENSCI propose à de jeunes designers diplômés des parcours de post-diplôme en recherche dans ses D-Labs, équipes pluridisciplinaires de recherche, partenariale, industrielle, à durée déterminée (maximum de 36 mois). Des soutenances de thèse y seront possibles. L’ENSCI forme des designers aux profils très variés qui travaillent en indépendants, en agences, dans des entreprises, et dont beaucoup participent à la renommée de notre pays à l’étranger. L’établissement forme chaque année environ 260 étudiants de toutes nationalités et a diplômé, à ce jour, près de 600 créateurs industriels, formé plus de 200 designers textiles et a délivré environ 150 mastères spécialisés. Au cœur de Paris, à proximité de la place de la Bastille, l’ENSCI – Les Ateliers occupe un lieu chargé d’histoire : les anciens ateliers du décorateur Jansen qui, de 1922 à 1979, a employé jusqu’à 500 artisans d’art. Le ministère de la Culture a acquis le bâtiment pour y installer l’ENSCI et en a assuré la réhabilitation. L’école a gardé l’esprit de ces ateliers tout en s’ouvrant aux technologies contemporaines. Sous certaines conditions, les ateliers sont accessibles sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour permettre aux élèves d’y mener au mieux leurs projets.

5


FB

CD

6

GD

XF

VF

EG

VB

AB

PC

FC

JD

AD

Florence Béchet

Vincent Blouin

Antoine Boilevin

Pierre Charrié

Félix Compère

Julien Defait

Adrien Demay

9-16

17-24

25-32

33-40

41-48

49-56

57-64

JH

CH

GL

JL

EL

AL

JL

Cécile Désille

Goliath Dyèvre

Xavier Figuerola

Victor Fromond

Emilie le Gulvout

Joseph Heissat

Clothilde Huet

Gregory Lacoua

Julien Legras

Emilie Lemaitre

Alexandre Lepeu

Juan Lin

65-72

73-80

81-88

89-96

97-104

105-112

113-120

121-128

129-136

137-144

145-152

153-160

LL

AL

MM

MM

MLMM

EP

DP

Matthew Marino

161-168

169-176

177-184

185-192

QV

Design textile 265-268

Lily Alcaraz

Julie André

Marion Barbier

Lea Berlier

Perle-Loan Dang

Anais Duplan

Marine Jubert

Heidi Strom

269-274

275-280

281-286

287-292

293-298

299-304

305-310

311-316

257-264

LA

JA

MB

201-208

LB

Sarngsan Na Soontorn

OP

Mathilde Maitre

193-200

Alexandre Mussche

SNS

Aïssa Logerot

Quentin Vaulot

Maria-Laura Méndez-Martén

AM

Loïc Lobet

209-216

PLD

FR

ES 7

Olivier Paradeise

Elise Prieur

David Proton

Felipe Ribon

Edouard Simoëns

217-224

225-232

233-240

241-248

249-256

AD

MJ

HS

NT

Natalia Tannenbaum

317-323


FB


Florence Béchet Paroi en bois (2004) La liaison. Par l’enchevêtrement de branches d’étoiles entre elles, je construis une paroi en bois.

Lampe (2007) La combinaison. Autour d’un tube fluorescent, j’organise cinq volumes de papier plié.

Interlude (2008) L’animation. Je mets en scène, en mouvement, en musique de courtes pièces pour objets désuets.

10

11


12

13

projet de diplôme

Objets animés Directeur de projet : Laurent Massaloux*

Lampe, table, chaise, portemanteau… Strapontin, bureau, boîte, porte-chapeaux… Cintre, lampadaire, console, tréteaux… Peu m’importent les objets. C’est leur mise en scène dans l’habitat qui retient tout mon intérêt. Quels rôles vont-ils jouer ? Quels mouvements vont-ils opérer ? Quelles métamorphoses vont-ils entamer ?

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

En designer, je dessine et fabrique les objets. En chorégraphe, sur la musique je les fais danser. En spectateur enfin, je m’assois et les regarde s’animer.


14

15


VB

mémoire

Litanie Directrice de mémoire : Elisabeth Lortic *

16

En quoi le designer se démarque-t-il de l’écrivain, du poète ou du philosophe dans l’acte d’écriture ? Comment écrire ? Que faire de tous ces mots ? Comment les justifier ? Comment exprimer la chute ? Comment faire naître des images, celles que je vois défiler par la vitre du train qui me reconduit en France après un séjour en Italie ? Comment faire naître des images universelles puisque nous les avons toutes vues dans la vitre des trains, des trams, des bus, des métros qui nous emportent ou nous reconduisent * Conservateur, directrice artistique des Trois Ourses à Paris


Note (2007)

Vincent Blouin

Partenariat avec MINATEC Ce projet regroupe trois objets, issus de l’univers des micro et nanotechnologies, permettant de prendre des notes d’une autre manière : - une montre souple qui traduit les mouvements du poignet en données textuelles ; - un téléphone portable, composé de trois écrans tactiles, permettant de relever et de consulter de l’information à tous moments ; - un pendentif surligneur numérique.

18

19

Chicane (2006-2007) Projet réalisé en équipe avec Frédéric Alzéari et Alexandre Willaume.

Ce scooter, inspiré du monde de la glisse, offre un gain de place considérable. Sa structure particulière peut recevoir des objets de toutes sortes, depuis le casque jusqu’au squateboard. Sa forme d’exosquelette permet à l’utilisateur de l’habiller à sa guise.

Plug in (2005-2006) Partenariat avec LEGRAND Projet réalisé en binôme avec Timo Kuhls*.

Système de rail électrique rendant l’installation plus flexible, plus accessible et moins dangereuse. Le rail est facilement déplaçable et les prises amovibles peuvent être disposées indifféremment dans l’espace domestique. * Stagiaire (Allemagne)

Hochschule für Technik Stuttgart


20

21

projet de diplôme

Des usages fantômes Directeur de projet : Laurent Massaloux*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

La magie n’a de sens que si elle apparaît dans un moment exceptionnel. Alors quel sens peut prendre l’oxymore magie quotidienne ? En me focalisant sur le changement d’état des objets, je cherche à réinterroger notre quotidien grâce au filtre de la magie. Comment cette dernière peut-elle offrir une autre lisibilité à nos comportements ? Comment peut-elle apporter une dimension poétique à nos usages et nos pratiques ?

Ainsi, un vase est appelé à disparaître lorsqu’il ne contient pas de fleur. Une assise, pour un, peut en devenir une pour deux. Un porte-manteau perd des bras s’il y a peu d’invités. Une chaise peut cacher sa petite sœur.


22

23


AB

24 mémoire

L’art du lien Voyage dans la magie du quotidien Directeur de mémoire : Ramuntcho Matta*

* Artiste, habilleur sonore, concepteur

Des liens existent entre tout être et toute chose. Nous avons une interaction continuelle avec notre environnement, qu’elle soit visuelle, physique ou affective. La magie, présupposée comme art ancestral de la compréhension du monde, favorise et exacerbe ces liens. Elle réveille et dirige une grande partie de nos émotions. Le designer, en proie à créer des objets de désirs et de plaisir, a la responsabilité de comprendre et d’organiser cette magie présente dans les créations. Cependant ce pouvoir conféré aux objets n’est pas toujours maîtrisable car complexe. Certains objets nous fascinent et nous intriguent plus que d’autres. Ils nous rassurent, nous sécurisent. Est-ce dû à leur magie intrinsèque ou à celle que nous leur transférons ?


Antoine Boilevin Chaise c760 (2004) Travail à partir d’un mode de construction intuitif ; les tiges de cuivre sont assemblées par brasure. La pièce finale répond à une équation de résistance et de légèreté. L’assise est ici interrogée en tant que structure et non comme une forme ou une surface.

Incubateur COON (2008)

26

Projet réalisé à partir de trois problématiques observées : - perception d’un environnement surmédicalisé dramatisant la situation ; - gestion de la luminosité bricolée contrastant avec la performance technologique des couveuses actuelles ; - évolution de la couveuse en fonction des soins et des niveaux d’hospitalisation.

Boussole Sémantique (2008)

Projet en collaboration avec l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI) du Centre Pompidou dans le cadre d’une résidence. Travail de représentation d’une interface sémantique pour le logiciel « ligne de temps », en cours de développement à l’IRI. Ce logiciel est un outil qui permet d’indexer un film en apposant des annotations et de réaliser des montages à partir de séquences choisies. La fonctionnalité propose à l’utilisateur de déposer des signets et des commentaires sur le time code du film. La somme de ces annotations a pour objet la fabrication d’un jugement critique.

27


28

29

projet de diplôme

Reléo d’une communauté de transport au transport en commun Directeur de projet : Gilles Belley*

* Designer

Les zones urbaines tendent à se rejoindre, créant ainsi des zones urbaines multicentriques. Loin du centre historique, les portes de la ville se trouvent désormais là où les transports en commun s’achèvent. Il en résulte un questionnement sur les déplacements pendulaires qui ont pour conséquence la congestion du centre et de ses accès, depuis les zones périurbaines et rurales, exclues de facto du transport en commun. La solution du transport unipersonnel automobile est interrogée

au regard des tensions contemporaines. En réaction, nous voyons apparaître des pratiques sociales alternatives comme le covoiturage. Pourtant, ce mode de transport ne représente en France que 2 % du trafic automobile… Le service RELÉO est une plate-forme de médiation et de matérialisation de covoiturage. Et si cette pratique devenait une extension du réseau de transport en commun ?


30

31


PC

mémoire

Enjeux de la représentation dans la pratique du designer Directeur de mémoire : Aurélien Lemonier *

32

Lorsque nous sommes immergés dans un milieu et une pratique il est difficile d’avoir du recul et de pouvoir s’interroger. Dans notre société mouvante, aucun savoir ni savoir faire n’est aujourd’hui absolu à l’échelle d’une vie. Le champ des possibles est bien plus grand que ce que nous sommes capables d’explorer de manière systématique. Par ailleurs, tant que tout est possible, c’est qu’aucun choix n’a été fait. Comment dans une société régie par l’expertise, la sectorisation et le cloisonnement du savoir, le designer trouve-t-il sa place ? Autour de quelles frontières floues le designer peut-il proposer et faire des choix ? Comment dans une pratique, être ou trouver ceux qui savent ? Et comment créer le lien entre les différents acteurs ? Ces problématiques traduisent une volonté de projection dans un chantier. Il se déroule sur plusieurs territoires vastes et aux contours flous, celui du design industriel. Le design convoque la culture et les signes dans sa quête de représentation. * Architecte


Pierre Charrié Cadre numérique et horloge memo (2007) Des objets pour tous, adaptés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le cadre permet de prendre en main et de manipuler des photos numériques légendées. L’horloge a une fonction d’agenda qui se programme comme un mémento visuel et sonore de façon à favoriser l’autonomie de la personne à domicile. (prototype réalisé avec Interface Z / bourse allouée par le VIA)

Diplo (2006)

1er prix du concours international de design Andreu World 2006 La chaise Diplo est un assemblage de sections en contreplaqué de bouleau. Le processus de fabrication est réduit à une seule opération : la découpe du bois.

34

35

Musical Thing (2006)

Partenariat avec Kenwood Musical Thing propose de créer un lien symbolique entre un objet et une musique. Lorsqu’un objet est posé sur le plateau, son poids est enregistré et devient un raccourci permanent vers la playlist en cours de lecture. Il suffira de le poser à nouveau pour accéder à cette playlist.


36

37

projet de diplôme

Les Cabines Résologiques un service basé sur le réseau de cabines téléphoniques existant Directeur de projet : Laurent Massaloux*

*Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

La cabine téléphonique est un objet singulier, à la fois technique et profondément social. Avec l’usage intense du téléphone portable, les cabines sont moins utilisées, mais la mission de service public qui leur incombe leur permet encore d’assurer un maillage homogène du territoire, en ville comme à la campagne. Le projet de Cabines Résologiques vise à réactiver le parc de cabines existant, il s’adapte sur l’infrastructure et les technologies déjà en place.

À travers ce service, les cabines jouent un rôle de balise dans l’espace public grâce à leur nature géolocale et réticulaire, ainsi qu’à leur implantation privilégiée. Elles deviennent, par exemple, une articulation entre les réseaux d’informations et les réseaux de transports en communs, fournissant en temps réel des données contextualisées et constituant des points d’embarquements pour des trajets en covoiturage.


38

39


FC

mémoire

La Beauté du Geste et la Machine Directrice de mémoire : Laurence Salmon*

40

La compréhension et la maîtrise de la machine humaine ont initié une rationalisation du geste technique. Celui-ci est alors devenu reproductible à volonté à travers les machines manufacturées. Des automates le remplaçant peu à peu dans tous les domaines, le geste technique s’est redéfini comme un simple geste d’utilisation de la machine. Avec la miniaturisation et la dématérialisation progressive de la technique, le geste d’utilisation prend une forme plus expressive, grâce à de nouvelles interfaces. Dans ses multiples variations, il retrouve alors une certaine légitimité fonctionnelle. Cependant, cette forme d’interaction simule une liberté de mouvement de l’usager où l’existence de la technique est volontairement masquée. Or, il est possible de réinvestir à la fois la machine et le geste pour restituer une vraie complémentarité entre ces deux notions et une réalité dans les usages quotidiens de la technologie. Celle-ci doit rester appréhendable si l’on veut pouvoir s’en saisir. * Journaliste, enseignante


Félix Compère

42

43

Parenthez (2004)

IN-EX (2004)

Partenariat avec Kenwood Design — Japon

Son principe constructif repose sur le tressage de cagettes. Il accentue sa flexibilité dans un sens et la rigidifie dans l’autre. L’élément cagette apparaît alors comme une pièce de construction indépendante avec ses propres caractéristiques mécaniques. Qu’il soit ouvert ou fermé, l’utilisateur met en mouvement son abri.

Pixel d’Argent (2003) Procédé qui matérialise une image numérique sur un support argentique. Le curseur est une manifestation visuelle de l’interactivité homme machine. Pixel d’Argent la capte et la restitue. On commence par programmer des curseurs lumineux qui, lors de leur passage, vont venir insoler la surface sensible du papier photographique. Une fois développé, le tirage rend visible le trajet emprunté par le curseur. En noir et blanc puis en couleur.

Face à la dématérialisation du son, quelles pratiques proposer pour 2015 ? In-Ex offre à l’utilisateur la possibilité de devenir le relais de sa propre information en la redirigeant vers ses proches. L’envoi prend la forme d’un e-mail sonore dont la manipulation se rapprocherait de celle d’un Talkie-Walkie.


44

45

projet de diplôme

ImObTer Directeur de projet : Sébastien Garcin*

* Designer

Dans le cadre d’une excursion à la journée, voici un objet qui invite à prendre le temps de percevoir le territoire arpenté. Il se compose d’une protection dorsale qui aplanit les aspérités du sol quelle qu’en soit la nature, et d’une pochette ventrale de rangement, le tout supporté par un élément de liaison. Ce qui importe ici c’est la pratique qu’il initie : partir à la rencontre de son milieu, l’expérimenter pour peut-être mieux le comprendre et ainsi mieux l’habiter.


46

47


mémoire

ImObTer Directeur de mémoire : Cédric de Veigy*

Comment comprendre les relations entre l’homme, l’objet et son environnement ? Comment procède le designer en tant qu’acteur des interactions entre images, objets et territoires ? L’objet de ce mémoire consiste à prendre le surf comme porte d’entrée aux questions du design. Ce mémoire prend la forme d’une vidéo. Il s’agit d’un témoignage chronologique au cours duquel une voix off orchestre un montage d’archives. Pendant 24 minutes, le spectateur est amené à se rendre compte, au fil de la voix et des images, comment surf et design ont fait école. La relecture de ce parcours nous amène à la question suivante : que nous apprend le regard d’un praticien sur son expérience ? 48

* Enseignant-chercheur en histoire de la photographie et du cinéma

JD


Julien Defait

Le Baron Perché (2008)

Concours Camif Collectivité « Bo-design,

Lueur (2005)

En partenariat avec Célectronique. Projet réalisé en binôme avec Damien Arlettaz. Cette gamme de lampes intelligentes induit un rapport intuitif à la lumière. Celle-ci réagit aux mouvements de la main : elle s’allume, s’intensifie, scintille, disparaît… La technologie des capteurs permet d’expérimenter de nouveaux rapports aux objets domestiques. Le minimalisme des objets et l’effacement de l’interrupteur font du geste l’interface privilégiée entre l’utilisateur et son environnement domestique. Ce projet a été présenté à l’occasion de Futur en Seine, 2009.

50

51

E.Box (2007)

En partenariat avec la Direction de la Recherche et de l’Animation Scientifique et Technique (Drast). En binôme avec Xavier Figuerola Projet exposé à la Biennale de Design de Saint-Etienne, 2008 Quel avenir pour le transport de marchandise ? Et quel sera le rôle du poids lourd dans 20 ans ? Nous nous projetons dans l’évolution des pratiques de consommation : le développement de l’achat en ligne représente un défi logistique pour l’acheminement des biens vers les consommateurs, mais appelle également à penser des formes adaptées à ces nouvelles pratiques. À la manière du service postal, e.box mutualise les biens commandés sur

Internet et les achemine en ville à proximité des consommateurs. Les espaces de retrait sont alors dédiés au service : le consommateur accède au conseil et à l’information sur les produits, créant ainsi une nouvelle relation à l’achat en ligne.


52

53

projet de diplôme

Vitale Directeur de projet : Gilles Belley*

*Designer

Aujourd’hui, le système de la carte Vitale repose sur une mutualisation partielle des informations personnelles de santé. Mais l’information contenue, banalisée, reste immatérielle et impalpable au quotidien pour la personne concernée. Une ambiguïté intéressante pour le designer qui soulève un questionnement majeur : comment mettre en forme un « principe de transparence » des données à caractère personnel tout en respectant des degrés de confidentialité ?

Grâce à son implantation dans le système de soin, la carte Vitale pourrait jouer un rôle d’agrégateur d’informations personnelles. Et devenir ainsi à la fois un outil de communication entre les acteurs médicaux et l’individu, et un outil de sensibilisation de l’individu à sa propre santé. Le service se compose de deux éléments associés : une carte et un site Internet. Sécurisé, celui-ci se lance directement

depuis une clé USB, permettant à l’utilisateur de retrouver son univers virtuel personnel, via n’importe quel ordinateur ou borne dédiée. Il est doté également d’interfaces réservées aux interlocuteurs : médecin ou pharmacien. La carte et l’espace virtuel sont construits autour de la métaphore de la strate qui matérialise les différents niveaux d’informations auxquels les interlocuteurs peuvent accéder.


54


AD

mémoire

Transparence entre impératif et illusion Directeur de mémoire : Michel Letté *

56

En quoi la place prise par la notion de transparence joue-t-elle un rôle prépondérant dans le théâtre des représentations contemporaines ? La transparence est partout, tout le temps : dans l’industrie, l’économie, la politique. Nul ne peut y échapper. Elle s’est imposée telle une évidence. C’est en cela que la notion interpelle, et plus précisément le recours permanent à la « transparence » dans tous les domaines, sans jamais être expliqué ni véritablement questionné, et moins encore remis en cause. D’où l’idée de comprendre, ce que la transparence véhicule d’imaginaire de notre société, de valeurs, d’images et qui semblent faire sens à notre époque. Mais aussi et surtout les ambiguïtés que celle-ci génère sur notre perception du monde, sur ce que nous pensons devoir nous imposer comme mode d’organisation sociale par l’omniprésence de cette transparence. * Historien des Sciences et des Techniques


Adrien Demay PDL BlankPage (2007)

Projet réalisé en binôme avec Damien Roffat Système d’exploitation inspiré des processus d’organisation inhérents à la prise de note papier comme la mémorisation instantanée, les réminiscences contextuelles, la consultation intuitive… L’appareil de poche qui accueille cet OS est un Personnal Digital Logbook (PDL) composé de deux écrans tactiles se repliant l’un sur l’autre et sur lesquels on peut écrire, dessiner et importer des données numériques.

58

59 Interfaces Dédiées (2006)

Partenariat avec le groupe Legrand Travail sur le thème des commandes archétypales (aujourd’hui quasiment disparues) et des manipulations qui y sont associées. Il s’agit ici d’une poire de chevet permettant d’allumer, d’éteindre, de faire varier l’intensité et de programmer l’heure pour être réveillé par la lumière de sa lampe habituelle.

UsicUP (2007)

Projet réalisé en binôme avec Aude Guyot Service numérique de diffusion et de promotion de la musique par propagation. Les auditeurs étant confrontés à un hyper-choix et des modèles de diffusion massifs, nous proposons au contraire de miser sur l’économie de l’attention et de la rareté.


60

61

projet de diplôme

Ex-libris le livre entre bien commun et propriété Directeur de projet : Adèle Seyrig*

* Designer

Ce projet explore, à l’échelle locale, les tensions entre privé et collectif. Il s’appuie sur un territoire de recherche, d’expérimentation et de projection à l’échelle d’un bassin de vie : une communauté de communes creusoises de 12 000 habitants. Ex-libris est un ensemble d’outils et de dispositifs symbiotiques visant à mettre en valeur les ressources bibliographiques locales, faciliter l’expérience de la lecture et encourager l’échange de livres

entre habitants. Ce système reliant différents acteurs joue sur trois nœuds de tension repérés lors des phases de travail in situ : les modalités d’accès aux livres, la confiance et le lien entre la connaissance du livre, le savoir et la pratique de son propriétaire. Le dispositif qui en résulte met en jeu un site web, une série de chartes, des espaces, des objets et de l’animation.


62

63


CD

mémoire

Hodologie de l’innovation Directeur de mémoire : Jacques-François Marchandise *

64

L’innovation est un phénomène difficile à appréhender. Le terme lui-même peut exprimer des choses diverses et parfois même contradictoires ; il est aujourd’hui galvaudé, surexploité dans presque tous les domaines. L’innovation semble être devenue une obligation, une injonction. Et en même temps qu’elle s’impose, elle semble condamnée à la fuite en avant qui pose justement problème à notre société (d’un point de vue environnemental et social par exemple). L’innovation embarrasse  et, face à cette tautologie affirmative, il n’est pas possible de répondre par une construction, un autre discours. Puisque l’hypothèse de la linéarité n’est pas la bonne et pose problème, j’invite le lecteur à la déconstruire en se glissant dans la peau d’un hodologue. L’hodologie (décrite comme l’étude du paysage depuis les voies) est un prétexte pour adopter une posture exploratoire permettant de s’extraire d’un discours dominant et idéologique, et passer d’une vision linéaire à une vision plurielle. * Philosophe, directeur du développement de la FING


Cécile Désille Mise en pli (2003-2004) De la présentation d’un plat à la table, en passant par le dressage des assiettes, Mise en pli est une série de produits destinés à faciliter l’élaboration d’un repas pour les personnes atteintes de déficiences visuelles.

Jardin D’Eden (2002-2003) Des jardins mobiles éphémères proposent des espaces-tampons, sas de décompression installés dans les lieux de transit.

Pliat (2003)

66

Matériau composite qui permet d’être mis en forme selon un procédé traditionnellement réservé aux métaux : le pliage sous presse.

67


68

69

Détails de l’invisible, détails perceptibles Directeur de projet : Stéphane Bureaux*

* Designer

Le détail, dans sa relation à l’objet, a la capacité de modifier le sens du tout. Au-delà de posséder un pouvoir significatif fort, le détail a la faculté de renouveler notre rapport aux objets. Partant de ce constat, est-il possible d’aborder la question du détail non plus comme une résultante mais comme un facteur nécessaire à l’intégralité de l’objet ?

Alors est-il possible de concevoir des objets par le biais de leurs détails ? Est-il possible d’offrir aux objets, devenus inertes, de nouvelles perspectives perceptibles ?


70

71


GD

mémoire

Ça n’a pas d’importance ! La perception des objets par le détail Directeur de mémoire : Renaud Ego*

S’intéresser au détail revient à aborder l’objet en empruntant volontairement des chemins de traverse. Au gré de ces détours, chaque détail devient essentiel, le sujet principal d’un nouveau chapitre dont le cumul révèle une histoire unique. L’objet recèle mille aspects qu’il convient de découvrir car « ce sont dans les petites choses inattendues que nous apprenons tout ». Le détail est une entrée surprenante, pousser cette porte permet d’accéder au cœur de l’objet et d’en apprécier toute la richesse. * Ecrivain


Goliath Dyèvre

Concrétion calcaire (2008)

74

Man’O (2007)

Projet réalisé en binôme avec Quentin Vaulot

Série d’objets aux fonctions imprécises : vide poche, coupe à fruit, plateau ou objet décoratif. Utilisant un mode de fabrication artisanale et centenaire, la concrétion calcaire naturelle, ce projet propose un passage en douceur de l’objet bibelot à l’objet fonctionnel.

Plaquette en polypropylène qui s’accroche au robinet pour signifier que l’eau est potable. Utilisée principalement dans les écoles pour des raisons d’hygiène. Ce projet est fabriqué en série et distribué par Veolia Eau.

Kaos (2004) Réactualisation de la technique du carrelage cassé, utilisée dans les années 50. Le carreau de céramique est un relief de petits quadrilatères organisés de façon chaotique. Ils s’imbriquent de façon certaine mais aléatoire et ne créent pas de motif uniforme.

75


76

77

projet de diplôme

Le silence animal Directeur de projet : Rodolphe Dognaux*

* Designer

Le laboratoire La relation de l’homme à la nature fait l’objet depuis des siècles d’une représentation formelle qui alimente un imaginaire. Par le biais d’une étude formelle, d’abord sans but préconçu puis analysée et synthétisée, on peut extraire une problématique contemporaine : comment se fait-il qu’il y ait une nature acceptable et une nature répulsive ? L’imaginaire de cette nature envahissante s’incarne dans une espèce animale : les insectes.

Le projet La fourmi est une des espèces sauvages la plus adaptée à l’environnement urbain. Elle y est présente en masse, mais ignorée parce que considérée comme nuisible. L’objet peut questionner cette proximité entre homme et fourmi dans le contexte de la ville. Quatre objets vont questionner le statut de la fourmi urbaine : - La fourmilière décorative questionne le rapport à l’extraction divertissante de l’animal ; - Le chauffage utilise les fourmis comme source thermique et questionne le rapport d’usage à l’animal ;

- Le plan de travail attire la fourmi par un message chimique jusqu’aux déchets organiques de l’habitat. Le territoire des fourmis est délimité par la ligne bleue chargée chimiquement. C’est un réseau de nature sauvage qui arrive dans la maison. On s’approche d’une relation « donnantdonnant » entre l’homme et l’animal ; - Le bleu est une couleur qui, culturellement, lie hommes et insectes. La craie bleue est un manifeste de l’imbrication des territoires qu’il reste à dessiner entre l’homme et la nature, entre l’homme et la fourmi.


XF

mémoire

Design ad-apté (un vade-mecum) Directeur de mémoire : Cédric de Veigy *

80

Une interrogation centrale traverse les enseignements reçus et les expériences acquises : à quoi le designer s’adapte-t-il ? À quoi et en quoi le design est-il adapté ? C’est autour de cette notion d’adaptation que se développera un questionnement sur la création industrielle. Une étude des figures de l’adaptation biologique permettra de dégager des notions éclairantes. Mises en relation avec le design, ces notions permettront d’interroger les différents milieux dans lesquels le designer pratique et auxquels il doit s’adapter pour survivre. * Enseignant-chercheur en histoire de la photographie et du cinéma


Xavier Figuerola

Dérive (2006)

En partenariat avec Renault Dérive questionne le rôle du GPS comme outil de voyage : le voyage est un cheminement davantage qu’un déplacement linéaire. Des nappes d’informations (géographiques et temporelles, sur le cadre naturel, sur les utilisateurs) relatives au territoire, apparaissent sur la paroi vitrée du véhicule, amenant le voyageur à construire son itinéraire en étroite relation avec le paysage visible. Une carte des itinéraires s’inscrit progressivement sur le plafond de l’habitacle conservant ainsi une mémoire des voyages.

82

83 1+1 (2008)

Concours pour la maison Hermès. Projet réalisé en binôme avec Alexandre Mussche

E.Box (2007)

En partenariat avec la Direction de la Recherche et de l’Animation Scientifique et Technique (Drast) Projet realisé en binôme avec Julien Defait, exposé à la Biennale de Design de Saint-Étienne, 2008 Quel avenir pour le transport de marchandise ? Et quel sera le rôle du poids lourd dans 20 ans ? Nous nous projetons dans l’évolution des pratiques de consommation : le développement de l’achat en ligne représente

un défi logistique pour l’acheminement des biens vers les consommateurs, mais appelle également à penser des formes adaptées à ces nouvelles pratiques. À la manière du service postal, e.box mutualise les biens commandés sur Internet et les achemine en ville à proximité des consommateurs. Les espaces de retrait sont alors dédiés au service : le consommateur accède au conseil et à l’information sur les produits, créant ainsi une nouvelle relation à l’achat en ligne.

De la malle à la mallette, le bagage s’allège petit à petit et se transporte de plus en plus, révélant ainsi une complicité entre l’histoire de la bagagerie et l’histoire des matériaux. La mallette 1+1 se place dans cette continuité en empruntant à l’industrie de l’emballage un matériau utilisé pour ses qualités de protection et de légèreté : le caractère industriel du polypropylène expansé met en valeur le travail artisanal du cuir propre à la firme.


84

85

projet de diplôme

Alzheimer, des outils d’accompagnement Directeur de projet : Gilles Belley *

* Designer

Ce projet soulève un des problèmes qui cristallisent les tensions générées par la maladie d’Alzheimer, l’apparition de l’incontinence qui perturbe le malade dans sa dignité. Ce projet tente de rétablir des repères dans la gestion de cette déficience de manière à désamorcer certaines tensions qui font obstacle à l’acceptation de la maladie. Un service à eau accompagne le malade au long de la journée et offre une graduation sur

laquelle il se crée des repères pour gérer son cycle en eau. Le bouchon, qui change de teinte au contact de l’eau, marque le moment où il boit et rappelle le besoin prochain de se rendre aux toilettes. Le vêtement intime introduit de nouveaux gestes et désamorce le moment du change. Composé de deux pièces, il permet au malade de se changer sans se dénuder entièrement, préservant ainsi une forme de pudeur et de dignité pour le malade comme pour l’aidant.


VF mémoire

Archéologie d’un dispositif Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraës *

88

Pour le temps du mémoire, je me mets dans la posture de travail de l’archéologue. Je choisi un cas d’étude dont les traces sont limitées : le théâtrophone (un dispositif de diffusion musical via le réseau téléphonique, inventé en 1881 par Clément Ader). Au travers de la lecture d’archives (des documents de travail relatifs à sa période de conception autour de 1891 et retrouvés au Musée de l’Opéra de Paris) je tente de retracer l’histoire du dispositif. Entre les lignes du contrat, se dessinent des postures, des décisions, des indices d’intention, des contextes qui conduisent fortement la manière dont le projet est mené et pratiqué. De cette matière première, émerge une histoire du projet davantage qu’une histoire de l’objet. Une forme de conception à rebours est en marche. L’archéologie du théâtrophone apparaît comme l’exemple d’un exercice plus vaste où l’on exhume l’histoire des conceptions : celles-ci restent souvent recluses dans les dossiers de travail ; elles sont pourtant si riches. Bien que le théâtrophone soit un échec commercial et d’usage, la lecture des archives tente de mettre à nu l’âme du projet. * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne, enseignante à l’ENSCI


Victor Fromond

Chancelle (2005) Une lampe qui explore un nouveau domaine d’instruction numérique : outre sa diffusion lumineuse, elle parvient également à modifier son état physique. Lorsque le courant passe au travers de la lampe, il chauffe un fil à mémoire de forme disposé en boucles, qui se dilate et modifie la structure

90

globale de la lampe. Chaque boucle peut être commandée séparément par un ordinateur pour créer un mouvement aléatoire ou continu. Cet objet est emblématique de l’apparition de nouvelles techniques, comme les nanotechnologies, qui ne sont encore, dans leurs usages, qu’à leur balbutiement.

Movoïdes, vers un mouvement tangible (2003) La restitution visuelle du mouvement est fondamentalement liée aux outils techniques disponibles à chaque époque. Des outils tels que l’infographie et la vidéo permettent de traduire une certaine approche du mouvement. Ici il est capturé sous trois angles de vue différents. En superposant chaque séquence, le mouvement du corps crée un volume qui, solidifié, aboutit à de nouvelles typologies formelles d’objets destinés à l’habitat.

Chimères (2006) Quelle serait la forme des objets de notre environnement si l’industrie permettait de les fabriquer en série au travers des techniques de prototypage rapide ? Affranchies de moules et de principes constructifs, les formes s’émancipent dans un espace en apesanteur. Voici une série d’objets domestiques modélisés

à partir d’éléments fluides, comme des particules d’eau ou de feu : un plafonnier obtenu par l’accumulation de particules d’eau formant une fontaine inversée ; des chaises obtenues par une modélisation fluide ressemblant à des maillons en apesanteur ; une texture murale qui vient se greffer sur une paroi comme un feu fossilisé.

91


92

93

projet de diplôme

Produire en série des objets uniques Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

L’avènement du numérique dans une industrie anciennement mécanisée nécessite de reconsidérer notre façon de penser et de produire nos biens de consommation. En tenant compte d’une flexibilité augmentée des modes de production, d’une participation et d’une interaction plus importante entre l’industrie et ses commanditaires, ce projet propose des modèles de série basés sur des principes constructifs flexibles.

Ils permettent de faire varier la forme des objets au cours de leur fabrication sans pour autant augmenter les délais et les coûts de production. La possibilité aujourd’hui de produire en série des objets uniques ne permet pas seulement d’allier l’aura de l’unique à la prégnance du jeu sériel ; seule une continuité entre conception et fabrication émancipera l’objet de consommation.


EG

mémoire

Les Formes sérielles Directeur de mémoire : Aurélien Lemonier*

Lorsque la mécanisation bouleversa la valeur d’échange de l’objet de série, le Bauhaus posa la question d’une convergence entre le technique et le social. Aujourd’hui, les technologies numériques ne contraignent plus aux formes simples des Modernes, ni même aux moulages des clichés postmodernes. Quand les formes sérielles font l’objet de processus entièrement automatisés sur des machines à commandes numériques, le produit n’est plus que l’occurrence d’une production ondulatoire. Une constante demeure dans ce nouveau paradigme industriel, il s’agit de la série. Bien que de nature différente, la sérialité nous rappelle encore à la réalité d’une existence attachée à l’utilité de ses objets et à l’économie de leur production. Quels sont les modèles de ces nouvelles formes sérielles ? * Architecte


Emilie le Gulvout

sín título (2005 - 2006) Pourquoi l’ombre de cette chaise laisse imaginer qu’elle est transparente ? Avec seulement trois éléments (une lampe, une chaise, un mur) on obtient un effet à partir duquel on peut proposer un objet lampe. Une forme apparaît alors.

98

99

4 cas (2005)

Partenariat avec la SNCF Dans l’espace contraint du train, le voyageur, à la recherche de confort, détourne les objets mis à sa disposition pour se les approprier. Ce projet est une intervention minimale pour remédier aux imperfections tracassières : quatre orthèses pour soutenir les faits et gestes de l’usager dans l’environnement existant du train.

Roue à Canne / Canne à Roue ou comment voyager sans partir loin (2006) Partenariat avec Hermès Dans l’univers d’Hermès il n’y a pas de bagage roulant. Ce projet propose une alternative aux deux composantes emblématiques que sont la roue et la poignée : deux scénarios, deux fictions d’objets.


100

101

projet de diplôme

Démarche

Directeur de projet : Ramuntcho Matta *

pas à pas, je marche. Quand les attitudes deviennent formes, la marche devient démarche entre analogies et distorsions. Les propositions faites sont des mises en objets, expressions d’un travail d’écriture.

* Artiste, habilleur sonore, concepteur

Passer du coq à l’âne, rencontrer la chèvre, proposer des objets dans la confusion des idées. Aller à la rencontre de la complexité, source inépuisable d’inspiration. Je revendique ici l’expérimentation légère ; la marche, la démarche comme générateur, le plaisir comme moteur. Et si le design rendait la vie plus intéressante que le design… (cf. Mr R. Filliou)


102

103


JH

mémoire

C.Q.F.D. Directrice de mémoire : Marie-Claire Sellier *

104

Aux prises avec le ‘prrrrrocesssssus de crrrrrréation’, il y a Cette dérive Qu’il Fallait Débuter. Guidée par l’intuition, il y a Ce Qu’il Fallait Découvrir derrière cette impulsion, pré-texte. Il y a Ce Qu’il Fallait Dépasser, et contourner pour pouvoir communiquer, mettre en mots, mettre en lignes. Il y a Ce Qu’il Fallait Décider, pour pouvoir dessiner, arpenter. Il y a Ce Qu’il Fallait Démontrer, pour pouvoir transmettre, souvenirs de voyages, prises de conscience. Objet : résultat formel d’un cheminement créatif, sujet d’une interaction entre un expéditeur et un destinataire. * Enseignante à l’ESAD (Amiens)


Joseph Heissat

106

107

Insitu (2005)

Projet réalisé en binôme avec Benoît Buirtsch Expérimentation de l’outil vidéo et du procédé de pixellisation (technique consistant à

filmer des personnages et des objets image par image) qui présente une course folle entre l’entité homme et l’objet en série, un duel sans merci qui se livre dans les couloirs de l’ENSCI.

Feu

T-Time

Revalorisation du feu domestique par la magie de son aléa. Mise au point d’un procédé d’injection de cire chaude forgée dans de l’eau gélifiée. La bougie, à chaque fois unique dans son résultat formel, crépite au rythme des gouttelettes, encapsulées par l’injection, qui éclosent sous la chaleur de la flamme.

La restitution visuelle Travail sur le sucre et sur son évocation narrative d’usage : une parenthèse journalière où l’on prend le temps de s’interrompre. En forme de sablier, le décompte se lit par la graduation du café qui, visuellement inversée, s’élève pour disparaître. Un flottement apparaît — une pause.


108

109

projet de diplôme

Miroir, miroir, qui suis-je ? Directeur de projet : Christophe Gaubert *

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Scénario de gestion des données numériques utilisant le procédé de réalité augmentée. Réalisation d’une gamme d’objets dédiés à cette technologie, des objets augmentés de contenu numérique lisible depuis une interface miroir : l’objet son / l’objet image / l’objet lumière. La manipulation de l’image de ces objets influe sur leur fonction. Une image fonctionnelle.


CH

112 mémoire

Le Véritable tour du mémoire magique enfin dévoilé ! Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraes*

Vous aurez bien sûr tout de suite compris, à la lecture de son titre pompeux, que ce mémoire de fin d’études n’est en rien magique : la magie s’expliquant toujours par un truc… Le truc de ce mémoire, c’est autre chose : c’est une suggestion, une interrogation telle celle que l’on aime se poser devant à un tour de prestidigitation : « Et si c’était possible ?… Et si l’imaginaire pouvait se matérialiser ? Et si le réel c’était l’idée ?… Ou du moins, et si la fiction était source de création ?… Ou, encore et en d’autres termes : est-ce en imaginant demain que l’on construit l’année prochaine ?… » L’utopie créative. Le désir collectif. * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Clothilde Huet

two do les objets connectés dans l’habitat (2006) Partenariat avec France Télécom R & D

Cette surface d’interaction en trois dimensions crée une nouvelle forme de communication. L’objet ainsi créé permet de communiquer par l’haptique, c’est-à-dire de sentir une personne à distance par la gestuelle et le toucher.

eden – espace de distribution d’énergie (2007)

Partenariat avec Minatec Ideas Lab (laboratoire de recherche en nanotechnologies) Nouvelle génération d’abribus qui produit de l’énergie renouvelable : le toit récupère l’énergie solaire ; le sol récupère l’énergie des déformations générée par le passage des véhicules et des piétons. Eden permet ainsi au voyageur urbain de disposer de sources d’énergie électrique, au cours de ses déplacements, pour recharger son téléphone portable.

114

115

K-motion (2006)

Partenariat avec Kenwood Projet réalisé en binôme avec Cécile Baltazart Comment inventer de nouvelles situations de consommation et d’utilisation des objets diffuseurs de musique à l’horizon 2015 ? L’objectif de K-motion — deux bijoux musicaux avec des services embarqués d’écoute et de partage de la musique – consiste

à créer un réseau musical mobile afin de favoriser la communication entre les gens grâce à la musique. Avec K-motion, l’utilisateur peut diffuser sa propre musique ou bien écouter celle d’un autre utilisateur, situé dans son entourage, à qui il peut envoyer des emosounds — équivalent sonore des émoticônes. C’est un objet de partage musical et émotionnel.


116

117

projet de diplôme

myIDs – entretenir le lien Directeur de projet : Frédérique Pain*

* Designer

Avec myIDs, des personnes rassemblées dans un espace délimité, comme une galerie d’art par exemple, peuvent diffuser et échanger, via leurs téléphones portables, des informations numériques. Celles-ci sont des liens vers des sites internet, blogs, réseaux sociaux… (1) Le lien est synthétisé par une représentation du nom / logo et de la dernière publication ajoutée à la page Internet dont il est l’accès. Mis à jour automatiquement, il est

dynamique. (2) Diffuser un lien sur l’agora, l’espace virtuel du lieu physique dans lequel la personne se trouve, peut conduire à des rencontres potentielles. (3) L’enjeu ici consiste à augmenter la présence d’une personne par la dimension culturelle. myIDs enrichit la rencontre : l’utilisateur dispose des informations, publiées sur Internet, qui expriment ses connaissances, ses compétences et ses goûts.

Enfin, myIDs est un agrégateur social : le répertoire agrège les contacts de l’utilisateur et donne un aperçu de leur activité, tous réseaux confondus (Facebook, Myspace, Flickr, etc).


118

119


GL

mémoire

La condition virtuelle ou Raymonde (Clothilde) in world Directrice de mémoire : Sophie Pène *

120

Un univers en trois dimensions tel que Second Life permet à l’être humain d’être corporellement dans l’écosystème informationnel d’Internet par le biais de son avatar. Cette immersion, induisant le partage d’expériences, procure des sensations et génère des émotions. Le récit autofictionnel de mon exploration de Second Life – dont les formes sont conçues par les utilisateurs – révèle que la maîtrise de l’apparence est un élément qui enrichit la communication interpersonnelle. L’individu, par son statut de créateur, exprime ses identités. Capable d’agir sur son apparence, il se positionne à travers celle-ci dans sa relation à l’autre : il contrôle l’image qu’il veut donner de lui en fonction du contexte et de son interlocuteur. Les objets et espaces qu’il se construit apportent une dimension symbolique et métaphorique à son expression personnelle et, plus généralement, à la communication virtuelle. * Professeur en Sciences de l’Information


Gregory Lacoua

Tapis tabouret « de fil en aiguille » (2006) Réflexion sur l’étymologie du mot « tabouret », une façon d’exalter un objet commun en reformulant certains codes et usages perdus au fil de son histoire. Par la simple gestuelle d’un fil que l’on tire à travers une étoffe, ce tapis prêt plié se transforme en tabouret rappelant le tambour à broder qu’il fût. Label VIA 2006 et Etoile de l’Observeur du design 2008. Édité par Ligne Roset

MiniNet (2004)

Partenariat avec l’Association de Belleville

122

MiniNet est un ordinateur simplifié qui répond aux besoins d’utilisateurs n’ayant jamais ou peu développé d’automatismes d’usages vis-à-vis de l’outil informatique. Il s’agit de rendre accessible un outil technologique en optimisant son coût de fabrication et l’intelligibilité de sa prise en main.

Phanon (2006) Partenariat avec Hermès Un élément de voyage à l’image des paniers que certains entomologistes confectionnaient pour collecter des espèces végétales fragiles ; la structure est mono-matière alliant souplesse, rigidité, rigueur et approximation.

123


124

125

projet de diplôme

« Sc. F » Scénarisations Frictionnelles autour de l’automédication Directeur de projet : Philippe Comte*

* Designer

Comment questionner un domaine où résident des problématiques éthiques et morales fortes ?

biais d’objets et de services, les enjeux d’une pratique en exacerbant à outrance certains modèles d’usage.

L’automédication est une pratique thérapeutique à caractère autonome et subjectif. Cela a pour effet d’instaurer, de façon exacerbée, des comportements emprunts de fantasmes, de peurs et de croyances. « Concevoir l’automédication par Sc. F » consiste à matérialiser par le

Présenter cette recherche comme une proposition viable invite à rendre visible, par un moment d’effroi, les dérives d’une pratique. L’ambition est de provoquer une prise de conscience vis-à-vis d’un domaine, d’en simplifier l’appréhension, d’en comprendre

le fonctionnement complexe, avec l’unique objectif de redessiner les fondations d’un champ à investir.


126

127


JL

mémoire

Figure de l’au-delà — essence et dégénérescence d’un mythe Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraes*

128

Chimère est un personnage de la mythologie grecque, une combinaison d’éléments disparates, le plus souvent représenté par l’association d’un lion, d’une chèvre et d’un serpent. L’étude de ses différentes incarnations m’a permis de percevoir que ce qui importait dans cet être n’est pas tant la créature mythologique que le processus dont elle est issue. La chimère incarne une réalité qui s’affranchit des limites conventionnelles et qui, par une force outrancière, rend l’interaction possible entre les éléments contradictoires qui la composent. En allant au-delà de son apparence, on accède au véritable enjeux de son existence : nous « monstrer » une réalité dont on ne peut disposer… * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Ohra (2007)

Julien Legras

Ce collier à compléter propose un décalage entre la perception quotidienne d’un élément et son cerclage. Sa présentation s’apparente à un bijou. Il n’est qu’un support pour mettre en avant ce qui est précieux à nos yeux. C’est un prétexte pour réinterpréter ce qui nous entoure, comme par exemple une pièce de tissu, un bijou ancien ou cassé, une orchidée…

Scénographie « A fleur de peau » (2007) Projet réalisé en binôme avec Elodie Cardinaud

130

Scénographie pour le musée d’art moderne de Troyes qui met en relation les influences entre art et textile (bonneterie). Le jeu de transparence dessine progressivement des perspectives qui incitent le visiteur à porter un regard croisé sur les différentes sections thématiques de l’exposition.

Portemanteau mobile (2006) En s’adaptant aux objets existants de l’habitat, ce portemanteau change de positionnement en fonction des besoins : que l’on reçoive des amis ou que, temporairement, on ait besoin d’un espace de travail à son domicile.

131


132

133

projet de diplôme

Les objets du cerveau Directeur de projet : Philippe Comte*

* Designer

Notre cerveau crée sans cesse des associations entre des situations (ensemble de stimuli perçus) et les réactions physiques qui en découlent. On découvre aujourd’hui que ces associations peuvent être reprogrammées par l’intermédiaire d’exercices basés sur la perception sensorielle. Dès lors, le design a peut‑être un nouveau champ d’application puisqu’en élaborant le côté perceptible des objets, il peut permettre de faire réagir le corps

en mettant en jeu les mécanismes d’association. Dans quelle mesure peut-on faire une relecture de nos objets quotidiens pour qu’ils deviennent des supports au fonctionnement de ces mécanismes ? Ainsi, nos objets domestiques pourraient nous conduire au sommeil. - Lampe diffuseur Elle diffuse une succession d’odeurs tout au long de la soirée (principe de distillation d’une préparation à base d’huiles essentielles). On peut ainsi synchroniser le moment du coucher avec un changement d’odeur et associer cette fragrance au sommeil.

- Horloge Créer « une routine » pour s’endormir. En orientant l’objet, on amorce la déconstruction de l’affichage de l’heure. L’appareil propose de contempler la formation d’un motif pour s’endormir. - Elément sonore Diffuseur sonore permettant d’écouter la radio ou de la musique pendant la sieste. Une fois connecté à une source (chaîne, baladeur musical…), l’appareil émet un son qui s’estompe progressivement au profit de vibrations très douces. On peut associer la perception de ces vibrations à l’endormissement.


EL

136

mémoire

A mon corps défendant Directeur de mémoire : Cédric de Veigy *

En étudiant notre rapport à l’alimentation, j’ai tenté de discerner les enjeux qui gravitent autour des objets qui font réagir le corps, sans être perceptibles sur le moment. Dans quelles mesures les choix qui incombent au designer permettent de restituer à l’usager une prise sensible sur le prétendu « pouvoir d’action » de ces objets. Peuvent-ils rendre plus compréhensible l’action sur le corps tout en nous donnant les moyens de faire valoir notre libre arbitre ? Ou, au contraire, rendent-ils l’action sur le corps plus opaque, plus « magique » ? * Enseignant-chercheur en histoire de la photographie et du cinéma


Emilie Lemaitre Boîte (2007) Planter un objet. Dans son parquet. Sauter à pieds joints sur un bloc de bois, une boîte. Y cacher tout ce que l’on ne veut ni perdre, ni oublier, ni se faire voler. Et pour verrouiller ou déverrouiller la boîte, approcher simplement un aimant.

138

Perchoir (2007) Utiliser le pouvoir d’illusion des volumes en fil d’acier soudé et réaliser une anamorphose entre un perchoir et une cage à oiseau. D’un point de vue précis et seulement de ce point de vue, l’objet apparaît comme une cage, l’oiseau y semble enfermé. De tous les autres, on réalise qu’il évolue en toute liberté dans un perchoir.

Déjeuner sur l’herbe (2006)

En partenariat avec Pyrex Gamme de contenants permettant de déjeuner agréablement à l’extérieur de chez soi. Une assiette creuse, assiette plate ou un bol sont combinés et transportés grâce à un joint d’étanchéité qui ceinture deux éléments entre eux ; une nappe pré-pliée à la manière des furoshikis japonais qui délimite la place et le temps du repas.

139


140

141

Les trois objets proposés créent des situations absurdes en écho à ces valeurs et questionnent la place de la morale dans la pratique du design.

projet de diplôme

Argent, gloire et pouvoir Directeur de projet : Laurent Massaloux *

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Ce projet tente d’évaluer l’élasticité et les frontières de la pratique du design. Il questionne les besoins auxquels elle répond le plus souvent, comme s’asseoir, manger ou s’éclairer, en prenant comme prérequis des désirs inassouvis ou aspirations secrètes, des besoins irrationnels. Parce qu’irrationnel ne signifie pas spécifique, il s’établit sur des envies communément partagées, générées par certaines valeurs prônées par notre société.

- Éclat répond au désir de célébrité qui anime de plus en plus les foules. En arrivant à sa porte, Sophie active une serrure-miroir qui déverrouille une boîte. Celle-ci libère un tapis rouge qui se déroule dans l’entrée la transformant en un podium de défilé ou les célèbres marches de Cannes. - L’administrateur familial agit comme un substitut à l’activité professionnelle, dans une société dans laquelle la profession

est un critère d’évaluation important de la valeur d’une personne. Il est un outil de suivi de la performance de sa famille pour Véronique, mère au foyer. Et en étant support d’un coaching domestique efficace, il transforme Véronique en manager hors pair. - Compteuse est une berceuse / réveil qui flatte la cupidité de son utilisateur en comptant ses billets en boucle au coucher et au réveil. Michel, soixante-dix ans, est nostalgique de la monnaie « sonnante et trébuchante » ; Compteuse redonne, par la présence et le son, une matérialité à son argent, et devient une berceuse apaisante.


AL mémoire

Duperies et autres vérités Directrice de mémoire : Alexandra Midal *

144

Pourquoi questionner une quelconque relation entre le design et la duperie alors que les fondements théoriques du premier le définissent en lien étroit avec la notion de vérité ? Et pourquoi analyser cette relation à travers le filtre plus précis du rapport entre le design et la prestidigitation ? En plus d’un usage partagé de la notion de vérité pour chacune des deux pratiques, certains évènements distincts et séparés d’un siècle nous engagent à explorer plus particulièrement leur relation. Est-ce une coïncidence si Jean Eugène Robert-Houdin, figure tutélaire de la prestidigitation, présente ses automates à l’Exposition Industrielle de Paris en 1855, et si en 2002, dans la Petite philosophie du design, le philosophe Vilém Flusser définit le design en relation avec la ruse et la duperie, soulignant que le dupeur par excellence est le prestidigitateur ? Ces éléments ne sont peut-être que le hasard de l’Histoire, mais il semble qu’un faisceau d’indices d’origines diverses nous engage à interroger plus précisément le lien unissant les deux pratiques, questionnant ce qui identifie le design. Peut-on le penser au-delà de son rapport à la vérité, et plus particulièrement en lien avec la duperie ? * Critique design, auteur


Alexandre Lepeu

Tubulumes (2005) Animations lumineuses interactives dans une installation. Objet vivant qui questionne le rapport image / objet.

146

Fiera Milano (2006) Réalisation en équipe encadrée par Christophe Gaubert

Conception et réalisation du stand de l’ENSCI au salon de Milan. L’arbre comme métaphore de l’école qui se nourrit de domaines variés (racines) et porte ses fruits (projets d’élèves).

Le voyage (2006)

Partenariat avec Hermès. Sac Twis Besace pour femme, à poches multiples, réalisée à partir d’une recherche sur l’intime et le vêtement froissé, torsadé.

Sac Sergio Inspirée de l’univers de la sellerie, cette écharpe à poches découle d’une recherche sur le mouvement et l’attitude masculine dans les westerns spaghetti.

147


148

149

projet de diplôme

Elumin Factory Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Ce projet repense l’architecture globale d’un système de conception / fabrication / distribution de luminaires, en prenant en compte la participation des utilisateurs. Ceux-ci peuvent, grâce à une interface web qui représente l’entreprise de manière simplifiée et s’utilise comme un jeu de plateau : • acheter des luminaires préconçus (la boutique),

• composer leurs propres objets à partir d’éléments standardisés (l’atelier), • créer ou personnaliser leurs propres composants (le labo), • partager leur créations, détourner le système, échanger des fichiers (le bureau) Une fois les luminaires conçus, ils sont ensuite livrés en kit et montés par l’utilisateur.


150

151


JL

152 mémoire

Homo Consuparticipabilis ? Directeur de mémoire : Joseph Mazoyer *

À travers une analyse sociologique et philosophique, ce mémoire questionne la relation que nous entretenons individuellement et socialement avec les objets de consommation (désir, faire-valoir, béquille identitaire). À partir de la problématique du besoin, on peut opérer une relecture des relations entre les différents acteurs de notre société marchande (producteurs / consommateurs). Si les TIC révolutionnent ces interactions, en accordant un rôle et une responsabilité plus grande au consommateur, quel rôle le design peut-il tenir dans ce paysage contemporain ? * Designer


Juan Lin

Yami (2006-2007) Aujourd’hui, les scooters de livraison de repas sont souvent des véhicules bricolés. Yami est un scooter utilitaire dédié à la livraison de nourriture à domicile répondant à l’augmentation des restaurants proposant ce service.

La table à la noix (2007) Quelle alternative au médium s’il n’y a plus de pétrole ? En remplaçant le bois par des coques de noix et la résine époxy par de la résine végétale, on obtient un composite de noix dont on peut travailler la forme et l’aspect car il peut se mouler et être teinté dans la masse.

154

La plateforme du TGV duplex (2005) En Partenariat avec le service R & D de la SNCF

La plateforme, espace d’entrée et de sortie du TGV duplex, cumule de nombreuses fonctions : circulation, toilettes, racks à bagages, signalétique. Mais c’est aussi un espace de liberté pour les voyageurs. Ce projet propose donc de rendre cet espace plus accueillant tout en conservant ses fonctionnalités premières.

155


156

157

projet de diplôme

Bateau à Paris, où es-tu, d’où viens-tu ? Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Aujourd’hui, les réseaux de transport dans les grandes villes mondiales sont en saturation. Face à cet engorgement, le secteur du transport fluvial est en développement, apportant une alternative au métro et au bus. Que ce soit le « Water Taxi » de New York, le « Star Ferry » de Hong Kong, ou encore le « Vaporetto » de Venise, de nombreuses métropoles ont adopté la voie d’eau pour des projets de déplacements urbains.

À Paris, des projets sont également en cours d’étude. La Seine, qui était traversée autrefois par des lignes de bateau-bus, offre la possibilité de créer un circuit de navettes fluviales. Ce projet propose de concevoir un bateau pour le transport de passagers sur la Seine qui permettrait de désengorger le réseau métro-bus, et d’apporter une autre expérience du transport urbain. Ce service de navette fluviale s’inscrit également dans les

perspectives des projets du Grand Paris : revaloriser la Seine et les « transports poétiques », proposer un transport en commun, support identitaire pour le Paris du xxie siècle.


LL mémoire

L’émergence du design chinois Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraës *

160

La Chine du xxie siècle domine la scène économique mondiale : grâce à sa croissance exponentielle, la société chinoise est aujourd’hui le moteur des échanges internationaux. Mais en même temps qu’elle s’ouvre au capitalisme, elle est aussi de plus en plus dominée par cette raison économique. Avec la mondialisation, les Chinois sont devenus dépendants de l’Occident, de sa technique et de son savoir-faire, au point que, pour certains, leur identité est malmenée. Cette déstabilisation de l’identité chinoise est d’autant plus problématique que la Chine a connu la Révolution culturelle (1966-1976) durant laquelle les pratiques, les objets et les textes traditionnels furent interdits et détruits par le communisme maoïste. La rupture de la nouvelle société chinoise avec son passé est profonde et facilite l’emprise de la mondialisation sur un peuple qui n’a plus la mémoire de sa culture. Pourtant, cette culture avait fait toute la puissance de la Chine durant l’Antiquité et le Moyen Âge. Quelle est la particularité de l’intelligence chinoise ? Pourquoi la Chine est-elle en rupture avec son passé ? Et face aux nouveaux défis mondiaux, parviendra-t-elle à renouer avec ce passé ? Le design, plus qu’un simple support d’expression, ne peut-il pas apporter une contribution au débat qui vise à définir la société chinoise contemporaine ? * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St‑Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Loïc Lobet Objet semi-vivant (2008)

Stage au CEA-laboratoire de micro et nano technologies de Minatec à Grenoble / (directeur de projet : Miguel Aubouy) Comment concevoir, à partir d’un capteur développé au CEA, un objet « semi-vivant » ? L’objectif était de réaliser un premier prototype, exploitant et mettant en évidence les capacités de ces nouvelles technologies. L’objet est ici sensible aux façons dont il est manipulé : il change de forme, de couleur, d’intensité lumineuse…

Explosion molle (2006)

162

À partir du thème de l’explosion, travail sur un processus expérimental permettant de déformer des profils métalliques (acier, aluminium, laiton…). En les remplissant d’eau, puis en congèlant le tout, on exploite le processus

de solidification de l’eau (qui entraîne une augmentation du volume initial, et donc un gonflement du contenant) pour créer des assemblages mécaniques et un langage plastique particulier. L’objet final est un tabouret dont la structure est assemblée et déformée par congélation.

High-Familiarity (2005) En partenariat avec Kenwood

Dispositif domestique dédié au stockage et à l’écoute des fichiers musicaux numériques. Il est composé d’un écran tactile, d’enceintes sans fils et de cartes mémoire à affichage. L’idée est de proposer une interface simple et intuitive, utilisant des actions physiques comme moyen d’interaction avec les fichiers mp3.

163


164

165

projet de diplôme

Objets (in) animés Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Ce projet est basé sur un principe d’interaction d’objets, dans lequel la mise en relation de deux objets génère un événement d’ordre esthétique ou fonctionnel. L’objectif est de proposer des interfaces minimales, en jouant sur la symbolique et la perception des objets, afin de faciliter l’appropriation des dispositifs technologiques.

La première idée consiste à jouer sur les souvenirs associés subjectivement à des objets. L’objet révélateur est ici une boîte à souvenirs, connectée au réseau et équipée d’un lecteur RFID. Elle permet d’associer des photos et contenus numériques à des objets, en leur assignant des étiquettes RFID de très petite taille. Les photos apparaissent à travers un miroir sans tain et peuvent être feuilletées, lorsque l’on tapote sur les côtés de la boîte, les contenus peuvent être explorés, lorsque l’on manipule et penche la boîte, ou exposées sous la forme d’un diaporama, à la manière d’un cadre photo, lorsque l’on pose la boîte sur le côté…

Dans la seconde, il s’agit d’exploiter les caractéristiques physiques des objets, comme leur taille, leur opacité, leur forme etc., afin d’agir à l’échelle de l’environnement, à l’image d’un voile que l’on pose sur une lampe pour changer l’ambiance d’une pièce. Ce dispositif est composé d’un plafonnier à LED et d’une coupe. En fonction des objets que l’on pose sur la surface, la lumière se modifie en intensité, en forme… Elle devient un dessin, une image abstraite du ou des objets posés sur le capteur. Les objets que l’on pose sont alors associés à des ambiances et se dotent de nouveaux potentiels acquis par l’expérience et la pratique.


AL

mémoire

De l’imprévu à l’objet qui improvise Directrice de mémoire : Sophie Coiffier *

168

À l’origine de ce mémoire, il y a ce phénomène dont j’entends parler régulièrement depuis que j’ai commencé mes études en arts appliqués : « l’accident créatif ». À tel point qu’il a progressivement exercé sur moi une certaine fascination, sans que je puisse m’expliquer pourquoi, et sans que j’ose vraiment m’y confronter. Peut-être parce que dans mon travail, j’aime contrôler ce que je manipule, comprendre ce que je fais et m’expliquer ce que j’obtiens. M’intéresser à l’accident attise donc ma curiosité et représente un véritable défi : il s’agit de me confronter à quelque chose qui d’emblée m’échappe, et que, par essence, je ne pourrai jamais vraiment saisir… * Plasticienne, écrivain, enseignante


Aïssa Logerot Instable (2007) Table basse ludique dont la surface se déforme et conserve plus ou moins les empreintes selon le poids des objets posés. On peut aussi personnaliser la table en générant soi-même un élément graphique ou un message.

Halo (2007) Lampe torche dédiée à la pratique du lightwriting, qui permet à son utilisateur de conserver la gestuelle du graffeur. On la recharge en la secouant de haut en bas, comme une bombe de peinture ; les embouts LED peuvent être changés pour faire varier la couleur et l’épaisseur du tracé lumineux.

170

171 Objets réversibles (2007) Objets à double personnalité, qui peuvent changer de typologie en basculant d’une fonction à une autre et ainsi s’adapter aux différentes situations du quotidien.


172

173

projet de diplôme

Extensions Directeur de projet : Christophe Gaubert*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Ce projet interroge la conception contemporaine de mobilier, entre usages multiples, qualité précaire due à une production industrielle rationalisée et ambition ou désir de durabilité. Ces produits, envisagés dans un état non-figé, peuvent s’étendre, se rallonger, varier dans l’usage et évoluer dans le temps.

En partant de l’assemblage, et dans un souci d’éco-conception, ce projet tient compte du conditionnement, du transport et du stockage, du montage et du démontage par l’usager. Ce projet a obtenu un Red dot award au Red dot award: design concept 2009, Singapour


174

175


MM

mémoire

En toute simplicité Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraës*

176

On parle beaucoup de la simplicité dans le monde du design, on en vante bien souvent les mérites. Qu’elle soit liée à l’esthétique ou à l’usage, on s’aperçoit qu’on ne fait jamais référence à une seule et même chose. La simplicité est une notion subjective, qui se situe à différents degrés et c’est en cela qu’elle reste difficile à cerner. Néanmoins, j’ai voulu profiter du mémoire pour tenter d’en comprendre tous les aspects afin de déterminer ce qui fait d’elle une réelle valeur qualitative. Car la simplicité procède aussi, bien souvent, d’une paresse notoire et la tendance à vouloir la promouvoir à tout propos exprime surtout une volonté de vulgarisation qui se traduit par une progression à l’uniformité. Ce constat admis, je me dois de défendre l’idée du simple, d’une idée d’un simple sublimé et rechercher pourquoi il m’inspire et me séduit quand même. Je dois concevoir que la simplicité d’un point de vue essentiel se mérite et requiert assurément discipline et rigueur pour atteindre cet objectif de qualité. * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Mathilde Maitre

Intérieur automobile (2006) Partenariat avec Design Paris Renault

La monotonie de la fenêtre et les cadrages définis par les montants et l’architecture du véhicule questionnent le regard. La fenêtre se transforme en zone d’écran et devient capteur éphémère du paysage. Une gestuelle se met en place qui génère des narrations propices à l’évasion et rythme le trajet.

Vocabulaire de cinéma, et si on le décryptait ? Un dvd interactif (2004-2005) Projet réalisé en binôme avec Émilie Le Gulvout

178

En décryptant des séquences de film, un langage spécifique se met en place où l’image cinématographique se décompose jusqu’à faire apparaître l’architecture des scènes. Les différents points de vue d’une séquence (hors-champs, vue de dessus, etc.) constituent autant d’interprétations pour construire le regard. En utilisant la fonction multi-angle d’un dvd, on peut ainsi passer d’un point de vue à un autre durant la lecture du film.

179

Family partie (2007) Dans un habitat au contour flou, une famille aux modes de vie désynchronisés et individualisés prend part à un jeu ; un jeu comme une extension des relations humaines dans un foyer. (De la découverte de territoires imaginaires à des combats dantesques, des quêtes sans fin, des alliances, des fictions se tissent.) Le dispositif comprend un jeu multi-joueur en réseau et un écran, comme un tableau familial, une présence sourde au domicile familial, qui témoigne des contributions de chacun.


180

181

projet de diplôme

Carte vivante Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Cette nouvelle approche de la cartographie permet une réappropriation de la ville et du territoire sur lequel on vit. À l’image des arpenteurs, des navigateurs qui, sur le terrain, armés de différents outils, relèvent les coordonnées dans le but de transcrire leur expérience et figer sur le papier ce qui se situe à la surface de la terre, l’utilisateur va construire au fil de ces déplacements, une carte vivante et donner forme aux trajets.

Son outil de mesures est le GPS contenu dans le téléphone mobile, auquel est associée une application permettant de visualiser, d’annoter les trajets et de les diffuser.


182

183


MM

184

mémoire

Cadre Directrice de mémoire : Annie Gentès *

Le cadre est envisagé comme signe du passage d’un milieu à un autre. Comment passe-t-on de la pure expérience sensorielle à la lecture et l’interprétation ? L’étude porte d’abord sur le cadre et ses limites, afin d’étendre ensuite le dispositif au spectateur, à son point de vue et ses actions. Le cadre comme procédé d’implication déployé à son paroxysme et jusqu’à la contradiction, la perte de repères, me conduit à envisager des formes d’organisation centrées sur l’utilisateur. * Enseignante, chercheur


Matthew Marino Ambion (2005)

Partenariat avec Kenwood Design, Japon. Projet réalisé en binôme avec Denis Pellerin. Ecouter la musique dans le cadre domestique. Les informations affichées sur ce lecteur de musique numérique, pour le salon, participent à l’ambiance musicale.

Images Topographiques (2002)

186

Expérimentations scénographiques et signalétiques. Images animées projetées dans un espace architectural pour le rendre communicant.

Self Exposure (2006)

Bourse de recherche de la fondation Louis Leprince-Ringuet. Partenariat avec Télécom ParisTech. Projet réalisé en groupe avec Denis Pellerin et Grégory Lacoua. Projet de recherche questionnant la place de l’image dans la télécommunication. Scénarios d’usage pour de nouvelles applications de la visiophonie où l’image est au service d’une conversation.

187


188

189

projet de diplôme

« cf. » Directeur de projet : Stéphane Villard*

* Designer, R & D, EDF

« cf. » est un logiciel destiné à organiser le fruit d’une recherche documentaire issue d’Internet. Sa particularité principale est d’offrir une présentation visuelle des documents, favorisant leur lecture croisée, ainsi que des outils permettant à l’utilisateur de matérialiser les connexions de sens qu’il projette entre les informations éparses.


MLMM

mémoire

Évolutions, médias & design Directrice de mémoire : Annie Gentès *

192

« Au cours de l’été 2006, j’ai eu l’opportunité de visiter le tout jeune département de Recherche et Développement du journal américain The New York Times. Cette visite a été pour moi l’occasion d’entrevoir les coulisses d’une presse écrite en pleine métamorphose, sous l’effet de son basculement sur Internet ». À travers une étude des nouveaux moyens d’accès à l’information numérique, voici une exploration de l’évolution des problématiques du design dans le secteur de la presse écrite * Enseignante, chercheur


Maria-Laura Méndez-Martén Report rer (2007) Projet réalisé en binôme avec Alessia Genova

Journal disponible dans les gares, alimenté par les voyageurs et géré par la RATP. Grâce à la carte Navigo, les voyageurs peuvent accéder à l’espace rédaction et poster des articles dans la gare la plus proche. Pour la RATP, c’est l’occasion, à la fois, de faire vivre un lieu et de fidéliser sa clientèle.

194

195

nautreVille (2007) Projet réalisé en équipe avec Aude Richard et Sandrine Herbert

Programme dans lequel Paris serait une ville numérique. Il s’agit de trois services complémentaires, issus du mariage du virtuel avec le réel, qui favorisent les échanges entre les citadins : des boîtes aux lettres numériques, des panneaux-fenêtres du quartier et un service au sein des bus qui récolte les fichiers des uns et des autres. L’interface maVille permet de participer au dépôt comme à la récolte d ‘informations. Une nouvelle façon de voir la ville, dans laquelle les informations d’un quartier ou d’un trajet reflètent et communiquent l’identité du lieu et de ses utilisateurs.

Lumière 3, lumière cube (2004) Luminaire à géométrie variable permettant à l’utilisateur de générer sa propre forme lumineuse. Il est composé de 12 tubes fluorescents articulés par un système de cardan. Lumière 3 à été sélectionné par le VIA, pour les aides à projet, puis prototypé et exposé à Paris et à Milan.


196

197

projet de diplôme

Visages multiples, nouvelles relations : XÓLO Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Comment cartographier ses différents « moi » numériques ? La démultiplication exponentielle des moyens de communication sur le web amène l’usager à se montrer de plus en plus, laissant une infinité de traces et déclenchant des réactions en chaîne. Avec cette démonstration de soi en pleine croissance, XÓLO propose un service personnel privé permettant à l’usager de créer, cartographier, visualiser et mieux

comprendre l’ensemble de ses visages numériques, dans le but de devenir un acteur de soi plus conscient sur le web.


198

199


AM

200

mémoire

UN [S] Directeur de mémoire : Cédric de Veigy *

En observant les relations entre individu et groupe autour de l’uniforme ou de l’avatar, je cherche à comprendre quelles sont les stratégies de dissimulation ou de mise en avant, inventées et pratiquées par les individus pour se distinguer des autres ou, au contraire, s’intégrer à un groupe lorsque la contrainte de l’uniformité est présente. * Enseignant-chercheur en histoire de la photographie et du cinéma


Alexandre Mussche Projet Plugin (2008)

Lauréat du concours UIA 2008 Les camps de réfugiés, souvent placés à l’extérieur des villes, coupent les populations des vies économiques et sociales urbaines, entraînant ainsi la création d’une population dépendante des services humanitaires et en difficulté de ré-insertion. Sur la base d’un contrat entre accueillant, accueilli et les institutions humanitaires dans le rôle de tiers de confiance, les abris accueillent au sein des villes les réfugiés. L’architecture proposée se construit autour de nœuds de structure en plastique permettant l’utilisation de matériaux locaux.

202

Car-sharing spot (2008) Le covoiturage est souvent une pratique informelle assurée par le biais de points de rencontres organisés sur Internet. « Car-sharing Spot » propose de rendre tangible et visible à tous, les lieux de départ de covoiturage. Le kit, composé de panneaux d’annonces, vient se greffer sur les infrastructures existantes, et propose de partager les destinations et horaires de trajets vers un lieu donné.

Scarabee (2006) Prospective sur le fret routier en 2020 Concours VDA 2006

Dans un contexte où les transports ferroviaire et naval se développent pour leurs faibles consommations énergétiques, la place du transport routier est amenée à se déplacer sur les premiers et derniers kilomètres de l’acheminement des marchandises. Dans ce contexte multimodal, le container prend une place centrale pour sa capacité à passer d’un transport à l’autre. Scarabee est un camion électrique avec rouesmoteurs venant se greffer aux points de préhension du container. Il est radio commandé par une antenne pilote venant se greffer sur un véhicule.

203


204

205

projet de diplôme

On raconte Directeur de projet : Jun Yasumoto*

Savoirs locaux, savoirs amateurs, patrimoines naturels, petits patrimoines, patrimoines agricoles, cultures vernaculaires peuvent-ils être accessibles à même le territoire ? Il s’agit de diffuser sur le territoire, au travers d’un réseaux de micro‑émetteurs radio, des descriptions de lieux. Les émetteurs diffusent sur la bande FM de façon autonome grâce à une cellule

* Designer

solaire. Ils émettent, dans un rayon de 50 mètres, des descriptions de lieux réalisées par des particuliers, connaisseurs, amateurs ou simples habitants. La plateforme Internet permet à tous de proposer de nouvelles descriptions ou de contribuer aux existantes, construisant ainsi une culture locale collaborative.


SNS

mémoire

Images de la frontière linguistique Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraes *

208

Comment a été mise en image la géographie des langues en Belgique ? Ce pays connaît une organisation territoriale adossée aux territoires des langues (néerlandais, français, allemand). Tout du long de l’histoire de la Belgique, des cartographies et des images de cette géographie des langues complexes ont été fournies pour justifier le découpage du territoire. Ce mémoire est accompagné d’une série d’expérimentations cartographiques proposant des images alternatives de la géographie des langues en Belgique Expérimentations cartographiques et mémoire visibles sur http://frontiere. wordpress.com * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Sarngsan Na Soontorn push’n’roll (2005 – 2006)

Dispositif d’écoute du son en 2015 Partenariat avec Kenwood Projet mené en binôme avec Gilad Zaafrany Le point de départ de ce projet est le boulier, origine des objets technologiques. Toutefois, ce n’est pas un objet archaïque, il est toujours fréquemment utilisé malgré le développement des technologies. Ce qui demeure, depuis le boulier jusqu’à l’objet technolgique, c’est la manière d’organiser les informations, c’est-à-dire la hiérarchisation.

Already-made (2006 – 2007) Comment trouver les moyens pour consommer plus efficacement des produits et des matières – avant, pendant et après la vie des objets ? Comment organiser et illustrer ces moyens et l’idée qui en est à l’origine. Détourner, réutiliser et réfléchir.

210

211

Un sac (2006)

Partenariat avec Hermès Le voyage peut être très facile, on met des affaires dans un sac et on part… Ce sont des choses simples qui peuvent voyager tranquillement à travers le temps et l’espace. Avec cette simplicité, il s’agit également de parler de l’identité de la maison Hermès.


212

213

projet de diplôme

juste une petite chose (?) Directeur de projet : Christophe GAUBERT*

Quand une petite chose apparaît au bon moment et au bon endroit, elle peut énormément, voire complètement, changer son environnement. Application de la démarche énoncée au cours du mémoire : prêter plus d’attention aux petits éléments et aux choses du quotidien et interroger leur nature intrinsèque pour y trouver une réponse.

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

« Peu pour beaucoup » Une fois enlevé le superflu, on soustrait ce qui n’est pas nécessaire, en gardant les éléments indispensables, distillant les éléments restants, pour aboutir à un résultat simple et plus juste.


215


OP

mémoire

Juste une chose (?) Directrice de mémoire : Marie TREPS*

216

Un dessert ordinaire. un dessert que j’aime tant si ce n’est cette petite chose, cette intruse. Si petite soit elle, elle vient bouleverser son goût, mes sensations, l’ensemble du dessert. Je m’intéresse à l’intruse. lui dédie mon mémoire, ma mémoire. À toi l’agrafe. * Linguiste et sémiologue


Olivier Paradeise

Grise (2004) Ce projet est issu d’un procédé de mise en forme, entre maîtrise et aléatoire. La structure initiale, en joncs d’acier, est pressée par un moule choisi. Sous l’effet de la pression, les joncs flambent. On chauffe à la tangente de la courbe de flambage pour créer un pli et maintenir ainsi la forme.

Katamari (2004)

Partenariat avec Orfim Jouet mobile, automobile et modulable. Il accompagne l’enfant en bas âge dans la compréhension du rapport existant entre une forme et un mouvement qui en découle. Katamari favorise le développement moteur de l’enfant en l’invitant à saisir, construire, crapahuter.

218

219

Murble (2006)

Partenariat avec le P.U.C.A (plan urbanisme construction architecture initié par le ministère de l’équipement) « S’habiller dans la chambre, se déshabiller dans la salle de bain, plier le linge dans le salon ». Murble rend le mur perméable, activateur du flux du linge. C’est un meublant distribuant son contenu à plusieurs espaces.


220

221

projet de diplôme

CORE Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Le design est au centre des interactions entre l’homme et l’objet. L’informatique a considérablement modifié notre façon d’interagir avec l’objet et de nous le représenter. Mais tout cet apport reste encore trop souvent cloisonné à l’écran. Comment se servir de cette matière éprouvée faite d’usages, de représentations et de techniques dans nos environnements et nos pratiques quotidiennes ?

Core casse radicalement les codes des autres objets informatiques. Sa forme arrondie, ses mouvements ainsi que ses matériaux définissent de nouveaux possibles dans notre relation à l’informatique et aux réseaux. Il propose un objet et un logiciel simple permettant à chacun de construire ses propres applications sensibles, de jeux, ou utilitaires


EP

mémoire

Made in Nintendo Directeur de mémoire : Aurélien Lemonier*

224

Si nous considérons le design comme partie intégrante des sciences de la conception, alors les limites de ce sur quoi porte l’invention (son objet) deviennent beaucoup plus difficiles à établir. À travers l’histoire de l’entreprise Nintendo, il s’agit d’entrevoir les champs d’action du design, ses possibles et ses devoirs, au sein de la complexité industrielle actuelle. * Architecte


Elise Prieur Trans apparence (2007) Affiche de communication réaliste qui met en scène les possibles et les dérives des NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique, sciences Cognitives) afin de provoquer du débat lors de l’Up Fing 2007. Ego Reveal illustre l’ultime interaction entre les individus, où l’usage des nanotechnologies, sous forme de tatouage et de maquillage, permettrait de révéler les pensées et émotions refoulées afin de réguler les communications.

Félicité (2005)

Partenariat avec l’Association Valentin Haüy, au service des personnes aveugles et mal voyantes

226

Ce service à thé et café, pour tous, est facilement utilisable pour des personnes atteintes de cécité. L’accentuation des reliefs, le fil conducteur, la prise en main directe… permettent un usage plus intuitif et tactile de ces objets. Ce projet a reçu le 1er prix au concours Handitec 2006

Lumen (2006-2007) Projet réalisé en binôme avec Philippe Bajard

Projet conçu de manière globale. Depuis l’architecture intérieure jusqu’au volume extérieur, ce scooter répond aux problèmes liés à la sécurité routière des deux roues dans un contexte urbain. Le véhicule est doté d’une signature nocturne forte pour optimiser sa visibilité, sa forme englobante et la posture dynamique du conducteur participent à la protection des usagers.

227


228

229

projet de diplôme

e.tact Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Les secteurs de la communication et de l’information sont considérés comme les moteurs économiques de demain. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une communication de personne à personne par le biais de l’ordinateur. Il vise à augmenter / enrichir la communication des usagers entre eux sur Internet, par la mise en évidence des signes non visibles et non verbaux des interactions naturelles exprimées par le corps.

Cet outil de communication regroupe plusieurs supports d’échanges synchrones : une messagerie instantanée, un espace de co-navigation et un tableau blanc permettant des expériences globales et des coproductions plus interactives. Ces supports d’échanges se retrouvent augmentés par la pratique des usagers sur les périphériques d’entrées (clavier, souris, webcam) ; ces expressions non visibles se révèlent graphiquement pour

signaler la présence de l’autre, donner une forme d’intonation dans l’expression écrite et créer une forme d’individuation dans la production de dessin, afin d’intensifier les interactions entre les usagers.


230

231


DP

mémoire

L’homme augmenté par la technique dans la peau Directeur de mémoire :

232

Jacques-François Marchandise *

Avec l’utilisation des nouvelles technologies, et plus particulièrement les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), sera-t-il un jour possible d’envisager le corps humain comme un nouveau support pour les designers ? Au-delà du remodelage de l’enveloppe corporelle, que permet actuellement la chirurgie esthétique, les fonctions mêmes du corps pourrontelles être designées afin d’être améliorées, voire augmentées ? Comment savoir si les designers seront des acteurs dans cette entreprise de l’homme transformé ? Ce mémoire est l’occasion d’explorer cette notion d’homme augmenté à travers différents territoires, au croisement des nouvelles technologies, des applications, des usagers, des besoins, des contextes, des époques, tout en décelant certains points de vigilance et dérives possibles. * Philosophe, directeur du développement de la FING


David Proton Bildin Hotel (2007)

I-do, ou imaginer la chambre d’hôtel du futur Un workshop international organisé par la Hong Kong Polytechnic University Et à l’ENSCI par Nicola Borg-Pisani Partenariat avec Shangri-La, chaîne d’hôtels de luxe

Domus Géodésicus Végétalis (2004) La plante prend le relais sur la structure de base et forme un dôme végétal. Au-delà de son aspect esthétique, cette cabane est particulière de par sa méthode de construction. En effet, elle offre la possibilité à chacun de confectionner ses outils spécifiques pour fabriquer sa propre cabane. Ce projet s’adresse à tous ceux qui prennent plaisir à construire de leurs mains.

Ce modèle de chambre d’hôtel permet une expérience d’immersion dans la ville à l’occasion d’un voyage. La chambre est construite par l’intérieur, d’où le nom « Bildin » en référence à « building ». Un mobilier monobloc central permet une adaptation rapide aux pièces existantes formant alors un tout nouvel espace de circulation…

234

235

Substrat (2006)

Partenariat avec Hermès C’est un bagage pour porter l’essentiel qui se déploie au moment voulu. Un bagage pour partir à l’aventure au quotidien comme dans le voyage.


236

237

projet de diplôme

Autoprod’ Directeur de projet : Gilles Belley*

* Designer

Comment permettre à chacun de participer à la construction de son environnement en offrant un accès au processus de création ? Les magasins de grande distribution comme le BHV ou Leroy Merlin tentent timidement de lier les notions de transmission de connaissances, d’outils accessibles, de personnalisation et enfin de disponibilité de matériaux. Les liens sont encore fragiles et les enseignes de bricolage peuvent et, à mon avis, doivent apporter une vraie

réponse pour augmenter la richesse d’autoproduction. Autoprod’est un service potentiel, qui pourrait être proposé par Leroy Merlin, destiné à la génération Internet. C’est une aide à la conception (guide esthétique) et à la fabrication (guide technique) de mobilier réalisé avec les matériaux proposés dans les rayons des boutiques de cette enseigne.

Il comprend une partie logicielle, aide au passage de l’idée à l’esquisse, et une partie matérielle pour un passage de l’esquisse à la fabrication.


238

239


FR

mémoire

Trucs Directrice de mémoire : Odile Vincent*

240

Le truc, au sens de savoir-faire ou astuce, est une méthode de production de l’homme commun, une intelligence du quotidien. La tendance actuelle est de réapprendre à faire, notamment les nouveaux et anciens gestes fondamentaux qu’on nomme aujourd’hui gestes éco-responsables. Face à une perte d’autonomie et une déresponsabilisation, retrouver une pratique, un savoir technique minimum, et donc retrouver un certain sens pratique permet, entre autre, de se responsabiliser, de comprendre le fonctionnement de notre environnement et de savoir que chaque geste entrepris peut avoir une incidence sur celui-ci. * Ethnologue, CNRS


Felipe Ribon Sesame (2005)

Partenariat avec Kenwood Projet réalisé en binôme avec Julie Delmas Ce casque permet à l’usager de rester en contact avec le monde extérieur tout en écoutant sa musique. Le principe est basé sur un système de diaphragme assurant, de façon analogique, l’ouverture vers l’extérieur. Sesame indique la disponibilité de l’utilisateur et l’ouverture du diaphragme en devient le signe. C’est un projet nomade avec une peau en tissu interchangeable.

OS (2007)

242

Comment revaloriser la matière osseuse issue de l’industrie agroalimentaire ? Cette matière minérale, qui n’a aucune valeur commerciale aujourd’hui, a été utilisée pour la fabrication d’objets domestiques par différents peuples à travers l’histoire. Ce projet repose sur cette tradition et questionne son application pour des usages contemporains. Cinq objets sont proposés : Lunettes Réalisées sur le principe du lamellé — collé (une couche d’os, une couche de colle souple) qui donne à la fois flexibilité et résistance. Cette technique permet également d’obtenir des couches de différentes couleurs avec une teinture. Stylo L’os pouvant s’usiner et se polir de manière très précise, on peut l’utiliser pour fabriquer un stylo avec une partie grippée qui facilite la prise en main et une partie lisse agréable au toucher.

Talon Aiguille L’os ayant une très grande résistance à la compression, on peut l’utiliser pour sculpter un talon aiguille dans la prolongation de la structure osseuse de la jambe. Touche de téléphone portable L’os étant un très bon isolant thermique et électrique, on peut l’utiliser pour la fabrication de pièces en relation avec l’électronique, afin de combiner son caractère ornemental avec son potentiel technologique. Objets jetables liés à l’alimentation L’os étant une matière alimentaire et biodégradable, on peut l’utiliser pour la fabrication d’objets à usage unique (souvent réalisés en plastique) et en contact avec la nourriture : une touillette à café, un bâtonnet à esquimau, un pic pour apéritif, une spatule.

243


244

245

projet de diplôme

Une autre salle de bain Directeur de projet : Erwan Bouroullec*

* Designer

« Figée, la salle de bain semble aujourd’hui être l’endroit privilégié pour construire un projet. Si Alfred Hitchcock a choisi cet espace pour le meurtre de sa protagoniste, Marion Crane, dans Psychose, c’est qu’en réalité, c’est un endroit mystérieux, terrifiant, où miasmes et détergents se mélangent. Humide, d’une blancheur suspecte, la salle de bain féconde l’univers microscopique et incarne notre abattoir domestique, car c’est avant tout la scène d’un crime. Pas de coupable, pas une trace,

juste quelques flaques d’eau. C’est un rituel quotidien, un bal de la mort déguisée, codifiée, détournée. C’est le prix à payer pour rester propre ». Espace restreint ou démesuré, espace rituel ou fantasmagorique, la salle de bain est une architecture prisonnière du mobilier qui l’habille, fixée de manière définitive par la plomberie. Alors quelle nouvelle forme donner à ce lieu de bien-être et quels matériaux utiliser ?

Ce projet a obtenu le Red dot: best of the best au Red dot award: design concept 2009, Singapour


ES

mémoire

Hygiène et dérèglements Directeur de mémoire : Alexandra Midal*

248

Comment une pratique hygiéniste, destinée à préserver la santé dans son acception la plus large, déclenche-t-elle des pathologies de natures diverses ? Tel est le paradoxe qui constitue l’axe central de ce mémoire. Sous la forme d’un dossier d’enquête, ce travail interroge les liens entre une histoire conjointe du design hygiéniste ou de l’hygiène designée. * Critique design, auteur


Edouard Simoëns Raja (2006) Ce projet a pour but de revaloriser un matériau couramment utilisé dans le monde industriel, l’emballage polyéthylène, en l’utilisant de manière brute et répétitive pour la composition de l’assise de ce canapé.

La lissetrusion (2005)

250

Ces soliflores émanent directement d’un nouveau procédé d’extrusion plastique à géométrie variable, prototypé au CFAI du Rhône (centre de formation d’apprentis de l’industrie). Ce process consiste à modifier la géométrie de la filière d’extrusion au cours de l’avancement de la matière, grâce à un mécanisme qui s’apparente à celui d’un diaphragme.

Une cafetière à infusion sans pièce plastique (2007) En modifiant la production des pièces plastiques injectées d’une cafetière par des machines de prototypage rapide installées dans les lieux de ventes, il est possible de redéfinir les modes de conception et de production des produits industriels destinés au grand public. Dans l’optique de minimiser au maximum les coûts matières et fabrications, les éléments fonctionnels de cette cafetière (filtre, réservoir, tuyaux) sont réalisés en une seule pièce et remplissent également le rôle de capotage qui devient lui-même fonctionnel et structurant.

251


252

253

projet de diplôme

Selfactory Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Alors que se dessine un « Internet des objets », comment accorder les progrès du numérique, dans ses usages domestiques, au concept de « self-manufacturers » ? Selfactory est un site de création dans lequel l’utilisateur peut concevoir les formes qu’il désire pour ses objets numériques conformément à l’usage d’Internet. Un espace en 3D temps réel, permet ainsi à l’utilisateur de construire des nouveaux objets numériques grâce à des modules à

minima standard (écrans tactiles, enceintes, interfaces, webcams) assemblables entre eux et capables d’accepter des applications disponibles sur Internet (API). Ainsi, du software au hardware, ces produits sont totalement « terminés » par le consommateur devenant, de ce fait, le « co-constructeur » de ses propres objets numériques. Ce projet a pu aboutir grâce à la réunion de différents outils 3D issus de la firme

Dassault Systèmes. Il associe des logiciels dédiés à la production industrielle pure, et ceux de la représentation en 3D temps réel, créant ainsi une nouvelle typologie de systèmes productifs industriels où le consommateur sort enfin de la boucle classique des systèmes de productions pour interagir à la fois sur la conception et le marché.


254

255


QV

mémoire

Entre systèmes productifs industriels et société Directrice de mémoire : Marie-Haude Caraës *

256

Ce mémoire tente de définir les différentes interactions existant entre les systèmes de production industrielle et la société. On peut se demander si ces organisations industrielles se sont adaptées à l’homme ou si c’est le contraire ? Les systèmes productifs industriels seraient-ils une métaphore de notre société ? Afin de mettre en lumière ces interactions, j’ai effectué une analyse historique permettant de dégager les différents types de facteurs ayant agit sur la construction du monde industriel actuel. En tant que créateur industriel, dans quelle mesure et par quels biais pouvons-nous intervenir dans le champ des systèmes productifs pour développer de nouvelles formulations de produits industriels qui soient en lien avec les nouveaux enjeux socio-économiques de notre temps ? * Politologue, directrice du département Recherche, Cité du Design, St-Étienne. Enseignante à l’ENSCI


Quentin Vaulot

Christian Dior (2005) Black tie 48S pour Edi Sliman

Oficio (2008)

Projet réalisé en binôme avec Luiza Barroso Bureau métaphore de la relation au travail, entre espace personnel chaotique et processus organisationnel clair et ordonné.

258

Terroirs déterritorialisés (2009) VIA Carte blanche de Philippe Rahm Projet réalisé en binôme avec Goliath Dyèvre

Les terroirs déterritorialisés de Philippe Rahm sont un programme autour du renversement climatique entre l’Intérieur de l’habitat artificiel et l’extérieur de l’habitat anciennement naturel, à l’origine des dérèglements causés par la pollution. Ce programme traite de manière scientifique et poétique la notion de renaturalisation de l’intérieur de l’habitat.

259


260

261

projet de diplôme

ui – Les objets Programmables Directeur de projet : Jean-Louis Fréchin*

* Designer, directeur d’atelier de projet à l’ENSCI

Questionnement et recherche sur ce que pourrait être la relation entre la forme et l’usage des objets du quotidien, dans une dimension plastique telle que nous y a habitué la matière numérique. Cette matière programmable ouvre les perspectives de la constitution d’un nouveau système des objets dont l’interface sera Pario, hautement expressif et capacitif.


Design textile mémoire

Ctrl – Dispositifs d’interaction Directeur de mémoire : Odile Vincent *

264

Les dispositifs techniques déterminent le caractère des interactions entre l’homme et ses objets. Le choix du dispositif d’interaction participe à projeter l’utilisateur dans des rapports particuliers avec ses outils. L’objet en contact peut être outil d’augmentation, prothèse. L’objet autonome peut être assistant, partenaire. L’objet attentif peut être maître, élément disciplinaire. Ici le dessin des commandes et l’évolution du système des objets reflètent l’évolution de nos usages et de nos modes de vie. * Ethnologue, CNRS


266

Le département de design textile (ex ANAT) propose une formation, en trois ans, spécialisée en création textile qui prépare au diplôme de Designer textile. Les élèves admis ont suivi au préalable une formation pluridisciplinaire artistique et sont titulaires d’un diplôme du premier cycle de l’enseignement supérieur. Le designer textile intervient dans de multiples domaines : mode, environnement maison, transports, architecture… Il invente le tissu, utilise le fil, les couleurs, conçoit des textures, en tissage ou en maille, des dessins pour le jacquard et l’impression. Il est créatif, pressent les styles et les tendances à venir, il est aussi technicien, spécialiste de l’étoffe, de ses propriétés, des modes de traitements, des contraintes de fabrication. Les deux premières années du cursus sont consacrées aux enseignements, aux habilitations et aux projets de design textile. La diversité des enseignements permet de couvrir tous les aspects de la création textile, de l’élaboration à la mise en fabrication du produit. La formation privilégie l’expérimentation et la recherche en atelier, chaque élève disposant d’outils performants et très diversifiés pour réaliser ses textiles. Les élèves de design textile travaillent également en deuxième année avec les élèves de création industrielle sur des projets qui intègrent une problématique textile. Les programmes sont établis par semestre et sont suivis par l’ensemble des élèves d’une promotion. Le cursus applique le dispositif d’ECTS : une année totalise 60 crédits. La troisième année est une année de synthèse qui comprend un stage de longue durée en entreprise et / ou un séjour dans une école étrangère et la préparation du projet de diplôme. Le sujet de diplôme découle des préoccupations sensibles de l’élève et témoigne de sa capacité à se projeter dans une problématique professionnelle. Il est le résultat d’un travail d’analyse, de réflexion autour d’une thématique, il prend en compte des besoins, propose de nouvelles valeurs d’usage, apporte une solution originale, innovante. Il est élaboré avec l’appui d’un directeur de projet et le soutien de l’équipe pédagogique. Il s’agit d’une réalisation concrète, d’une collection textile, d’une pièce unique ou d’un produit de série ; il peut être développé dans le cadre d’un partenariat avec un créateur de mode, un designer, un architecte, un industriel, un scénographe. Il s’accompagne d’un mémoire où l’élève explique son choix, son cahier des charges, justifie sa démarche, se positionne… Les designers diplômés intègrent des secteurs très variés de la filière textile : industries de fabrication de textiles pour l’habillement, l’ameublement, l’automobile ; bureaux d’études et de création  (haute couture, prêt-à-porter, style et tendances…).

267


LA

268


Lily Alcaraz

270

Déambulation

Quiétude

Recherches de matières et couleurs sur un univers doux, rêveur et féminin autour de l’atmosphère d’un quartier de Paris. Dans cette collection de textiles pour l’habillement, les tissages, sérigraphies et mailles combinent des effets poudrés, granuleux, texturés, surannés, patinés.

Collection de textiles pour la maison dont les motifs sont inspirés des décors végétaux de l’Art Nouveau. Les tissages de laines et soies jouent sur les rythmes et la répétition de petits motifs. Ils sont destinés à des assises, des couvertures et des coussins.


projet de diplôme

Ma Parenthèse Au Japon, le temps et l’espace sont réunis dans un même concept : le Ma. Ma est défini comme un intervalle, un pivot entre la réalité et le rêve, le présent et le passé, la mémoire et l’imaginaire. Ce projet s’appuie sur cette notion fondatrice qui influence l’art et l’architecture au Japon. J’ai exploré les grands principes sur lesquels repose le rapport des Japonais à leur cadre de vie afin de créer un lieu favorisant la sérénité de l’esprit, invitant au repos et à la rêverie. Je me suis inspirée en particulier de certains codes des jardins japonais en dégageant des principes de composition, de forme, de matière, d’univers coloré. Les textiles jouent sur les transparences, les touches de couleurs vives s’ajoutent aux matières reliéfées. Ce projet crée une parenthèse dans le quotidien, une invitation 272 au songe.

273


JA

274


Julie André Quartier Libre, ma chambre sous les toits Une collection de textiles d’ameublement pour une chambre, inspirée d’une recherche graphique et photographique sur les toits de Paris.

276

Trois dimensions. Lumières végétales Création d’une série de petits textiles réalisés avec la technique de passementerie et inspirés d’un univers organique, présentés sous la forme d’une guirlande de lumières végétales.

Souvenirs d’été Création d’un textile à deux étoffes inspiré du souvenir sensoriel d’un bain de brume et d’eau salée en Bretagne. L’une des étoffes est immatérielle et fraîche comme l’eau, l’autre est mousseuse et enveloppante comme la brume bretonne.


projet de diplôme

Pollen Textiles à déployer Pollen est une ligne d’objets textiles inspirée du voyage, essentiels, simples, légers et mobiles. Ce sont des produits durables qui se transforment pour s’adapter à nos besoins et nos envies. Un sac, une couverture, une écharpe, un matelas, « déployés » dans l’espace et « mis en forme » grâce au lien (ruban, sangle, cordon…). La manipulation de ces objets invite à ralentir le rythme, à mieux vivre avec ces objets qui nous « suivent » au quotidien sous leurs formes successives. Ces objets sont conçus de manière très sensuelle et tactile et s’inspirent des fleurs : le cœur, les pistils, les pétales, le pollen… Cette inspiration se retrouve dans l’aspect des textiles même, ainsi que dans la façon dont ils se mettent en forme : ils s’ouvrent, 278 s’enroulent, se déploient…


MB

280


Marion Barbier

282 Le bistrot d’Aligre Collection de tissus réalisée à partir d’une série de croquis et photos effectués au marché d’Aligre à Paris. La collection se décline en trois produits destinés à l’univers du bistrot : un set de table en tissu jacquard, un tissu d’assise en piqué de coton et un tablier sérigraphié.

Emotional landscape Robe en maille tubulaire coton et nylon, brodée de pièces réalisées au crochet.


projet de diplôme

Trousseau is not Dead À une époque où vêtements et linge sont devenus des biens de consommation comme les autres, j’ai voulu me pencher sur le trousseau, patrimoine textile que les femmes confectionnaient autrefois et conservaient avec soin : un nécessaire pour toute une vie. Trousseau is not Dead se présente sous la forme d’un atelier boutique où sont disponibles les différentes pièces d’un trousseau contemporain, que je propose de personnaliser par la broderie d’un « chiffre », signe d’identification repris pour ses qualités ornementales. Ce projet, qui mêle références aux trousseaux anciens et aspirations contemporaines, établit un lien entre tradition, savoir-faire ancestraux et enjeux actuels.

284


LB

286


Lea Berlier Envol

Une chambre à Paris

2 prix du concours La mode s’exprime, elle s’imprime, 2007 Robe au motif inspiré de l’origami. Des ombres colorées apparaissent dans une transparence froissée. Leur composition raconte une forme en construction. Au bas de la robe, le pli imprimé se transforme en pli réel. e

Collection de textiles pour la maison : couvertures piquées, draps de lin sérigraphiés et Jacquard de soie. L’univers est inspiré de l’atmosphère d’un quartier de Paris par temps de pluie

288

Textiles 3D Bijoux textiles tissés sur le principe de double étoffe. Les six rubans s’entrecroisent et forment une structure alvéolaire.


projet de diplôme

Ligne de papier et point d’encre

290

Support d’écriture, matériau et surface manipulable, le papier est source d’inspiration. À partir d’expérimentation autour du gaufrage, du pliage, de la perforation et de la tache, constitution d’un répertoire de matières et de graphismes. Des lignes et des points viennent rythmer la surface du papier créant des jeux de reliefs, de pleins et de vides, d’ombres et de lumières. Surface sensible, le papier se transforme et se charge de poésie. Ces manipulations inspirent une collection textile pour la maison, dans laquelle se combinent des techniques rigoureuses, mécaniques et industrielles avec des modes de fabrication manuelle où interviennent spontanéité et hasard. Un vocabulaire à la fois construit et aléatoire se crée dans un équilibre imparfait.

291


PLD

292


Perle-Loan Dang

294 « folded bag » Sac réalisé avec un seul morceau de tissu plié sur lui-même. Des lignes indiquant le pliage sont intégrées directement dans le tissage. Un système de boutons pression permet au sac de prendre forme révélant poche et soufflet.

« chinese area » Collection de tissus et d’objets destinés à l’univers de la cuisine ou de la salle à manger, réalisée à partir d’une recherche sur le thème du quartier chinois de Paris et des aliments que l’on peut y trouver.


projet de diplôme

MATIÈRES À IDÉES Faire d’une chose que l’on rejette un objet que l’on désire La consommation de masse est génératrice d’une grande quantité d’objets ou d’emballages que l’on banalise, ignore, oublie et qui finissent souvent leur vie au titre de déchets. Leur porter un autre regard peut permettre d’en faire une source d’inspiration et de création. Ce projet est lié au principe de récupération et de recyclage. Il s’agit de changer de contexte des « matières » récupérées pour leur donner une certaine noblesse et un sens nouveau. Exploitation les qualités de motifs, de couleurs ou de matières de certains matériaux (enveloppes de bureau, papiers journaux, affiches publicitaires…), pour les mettre en valeur à travers la fabrication 296 d’objets pour la maison. Ces objets sont réalisés avec une grande simplicité de fabrication. Des modules sont mis en forme par pliage et assemblés entre eux de différentes façons pour personnaliser les objets selon les individus. Sortie de son contexte, utilisée pour de nouvelles fonctions, la matière récupérée se charge de sens et de poésie.


AD

298


Anaïs Duplan

300

Artdeco

À l’origine de ce projet, une visite au musée des Arts Décoratifs de Paris où les objets ont servi d’inspiration à la création de tissus. Objets en verre bullé, expression d’un monde minéral de transparence et de légèreté. Puis ce monde minéral s’est superposé à l’univers marin, plus organique de la méduse toute de rondeur et de fluidité. La correspondance avec certaines formes du corps humain s’est alors imposée. La soie, brillante et légère, semblait la plus adaptée à l’expression réunie de ces différents univers. Ici, l’idée centrale est l’utilisation d’une seule chaîne de soie pour différentes qualités de tissu (chemise, veste, manteau).


projet de diplôme

Géologie En ville, nous sommes coupés de l’environnement naturel, nous perdons conscience de la terre sous nos pieds, nous ne percevons pas son battement, son énergie. Ce projet rappelle la présence du sol, de ses strates et des matières qui le composent. Il est nourri de l’harmonie colorée des cartes géologiques, des coupes schématiques du sous-sol, ainsi que des phénomènes de formation de la Terre. Il s’inspire de la topographie, de textures brutes et poreuses, mousseuse, de certaines roches, des traces de l’érosion du vent sur le sable du désert… Les différents objets de cette collection expriment, par leur aspect et leur matière, une ambiance chaleureuse et ludique.

Le tapis Topo ou tapis à composer

La roche molle

302

Un coussin galet mou en maille souple et manipulable joue à se caler sur les postures du corps. L’objet est complémentaire du tapis car il en constitue une sorte de dossier bordure. Il est inspiré de la mousse qui se développe sur certaines pierres. Jeu sur l’opposition de propriétés de deux matières : la laine rétrécit au lavage alors que la viscose est stable. L’effet donne du gonflant aux zones de viscose cernée par la laine un peu feutrée.

Le rideau Troglo Rideau en lin inspiré de la matière des pierres de calcaire, de leur aspect brut et rugueux, un peu creusé et rongé par l’acidité de l’eau. Il est aussi inspiré de l’érosion du vent sur le sable d’un désert. Motifs irréguliers et organiques réalisés grâce à l’exploitation du remettage ainsi qu’en forçant l’embuvage de manière exagérée.

Assemblage de trois éléments superposables et de contour irrégulier. Le tapis met en scène une topographie et joue avec les niveaux du sol lorsqu’on superpose les morceaux. La matière utilisée est un tissage de ruban de laine. Après tissage, l’ensemble est feutré par foulage manuel à l’eau chaude et au savon. Le rétrécissement important de la laine (40 %), au cours du processus de feutrage, s’oppose à la stabilité de la chaine de viscose, ce qui a pour résultat de créer une oscillation de la chaîne qui se détend, alors qu’à l’inverse la laine se tend en quelque sorte. J’ai joué sur des oppositions de matières entre une chaîne de viscose brillante d’aspect minéral et une trame de laine brute et mate. Le feutrage crée une vibration de la chaîne dont les fils se rassemblent par endroits ce qui donne un aspect très texturé. Ce tapis de laine a un toucher doux et chaud, il est moelleux.


Le bloc Brèche ou siège puzzle Un siège entre banquette et fauteuil, en deux parties emboîtables, met en scène la coupe géologique d’une faille. La forme de l’objet permet une manipulation simple et offre différentes possibilités de postures. L’usager peut générer des actions par la manipulation, emboîter, déboîter / poser, superposer, composer… Un mélange de plusieurs fils de couleur, principalement en lin, produit un effet chiné et vibrant participant à l’effet des strates. La chaîne transparente en polyester permet de mettre en valeur la couleur de la trame, avec l’idée de donner l’effet d’une tranche de matière pure. Le tissu du dessus est en laine bouclette et donne un effet mousseux à la surface de l’objet.

304

MJ


Marine Jubert projet de diplôme

Play Un clin d’œil à l’enfance, une pointe de fantaisie dans le quotidien, une incitation à changer de décor… Play est composé de quatre ensembles d’objets ludiques à manipuler, organiser, bousculer, pour jouer avec notre intérieur. La collection textile, élaborée en liaison avec chaque objet, répond à des critères de tenue, de rigidité ou de transparence… Les motifs, inspirés de l’univers du jeu, animent chaque module : formes de gommettes, carrés superposés, lettres, compositions géométriques se mêlent et s’accordent dans un jeu graphique et coloré.

306


308


HS

310


Heidi Strom

Let it Shine, créer

de nouvelles solutions pour l’intérieur de la voiture. Partenariat avec Renault Textile permettant de filtrer et contrôler la lumière naturelle qui rentre dans l’habitacle de la voiture. Le textile s’ouvre et se ferme d’un simple geste de la main.

Zumos Les projets de Design sans frontières utilisent les savoir-faire des designers pour développer des projets. Création de la marque Zumos et réalisation d’une collection de textiles et produits textiles avec un groupe de tisseuses Maya : cravate, écharpe, chemin de table et pochettes divers. La collection est en vente dans des boutiques en Norvège et permet aux tisseuses de mieux gagner leur vie.

312

Sachet de thé en dentelle La Fédération française des dentelles et broderies (FFDB) a lancé le concours Détournement de matières – interprétations de dentelles et broderies pour de nouvelles applications. Création de sachets de thé en dentelle. Ce projet a obtenu le Grand prix


projet de diplôme

Parts and Wholes Les objets vivants comme les fruits et les légumes sont composés de plusieurs couches de matière. Chacune d’elles a une fonction précise et communique avec les couches suivantes. Par l’investigation des couches de légumes, fruits et poissons, j’ai découvert des sens et relations à partir desquelles j’ai pu créer de nouvelles fonctions.

314


NT

316


Natalia Tannenbaum

Acqua Bag (2007) Un sac pour aller à la piscine, avec deux compartiments pour séparer les affaires (le sec du mouillé). La couleur et la matière (lin + nylon) rappellent le fond de la piscine.

318

TERMINI (2007) Collection de foulards « tie and dye » inspirée de la jungle urbaine.

ETE glucosique (2006) Textiles multicolores comme les bonbons, glissants et fondants comme les glaces, sucrés comme les chewing gum… pour la mode enfant.


projet de diplôme

Objets fantaisies Certaines personnes n’arrivent pas à se détendre, à se relaxer, voir même à dormir. Pour les aider, je crée une thérapie textile, elles deviennent ainsi des patients et moi leur médecin. Ma démarche consiste à prescrire des objets fantaisies et inattendus, aux propriétés curatives, adaptés à chaque cas individuel. Attachés à la vie quotidienne, ces médicaments textiles permettent au patient d’entrer dans un univers dans lequel son imagination et sa créativité viendraient soigner ses maux. Le sujet noue une relation affective avec le textile qui devient un objet à connotation symbolique.

320

321


322

323


Directeurs d’ateliers de projets à l’ENSCI, ils ont encadré les projets des élèves (book), durant leur scolarité. François Azambourg, directeur de l’atelier Formes et matières Guillaume Bardet, directeur de l’atelier Multifocales Jean-François Dingjian, directeur de l’atelier Local tools-Le sens des formes utiles Jean-Louis Fréchin, directeur de l’atelier Design numérique (ADN) Christophe Gaubert, responsable de l’unité Alternative (s) Laurent Massaloux, directeur de l’atelier Expérimentation domestiquée 324

Bernard Moïse, directeur de l’atelier 360

Publication Directeur de la publication, directeur de l’ENSCI — Les Ateliers Alain Cadix Responsable de la publication Dominique Wagner Conception graphique c-album : Anna Radecka Coordination avec les élèves Véronica Rodriguez Phase diplôme (Créateur industriel) Dominique Averland Myriam Provoost Phase diplôme (Designer textile) Chantal Tournay Crédits photos (DR) Véronique Huyghe Felipe Ribon

Impression Maugein Imprimeurs 4e trimestre 2009 – dépôt légal nº 326 Pages intérieures certifiées PEFC

325


Index alphabétique des diplômés Diplômés Créateurs industriels Florence Béchet Vincent Bloin Antoine Boilevin Pierre Charrié Félix Compère Julien Defait Adrien Demay Cécile Désille Goliath Dyevre Xavier Figuerola Victor Fromond Émilie le Gulvout Joseph Heissat Clothilde Huet Gregory Lacoua Julien Legras Émilie Lemaitre Alexandre Lepeu Juan Lin 326 Loïc Lobet Aïssa Logerot Mathilde Maitre Matthew Marino Maria-Laura Méndez-Martén Alexandre Mussche Sarngsan Na Soontorn Olivier Paradeise Elise Prieur David Proton Felipe Ribon Edouard Simoëns Quentin Vaulot

Diplômés Designers textiles flobechet@gmail.com vinibab1@yahoo.fr boilevin@gmail.com pierre.charrie@gmail.com felix.compere@gmail.com julien_defait@yahoo.fr rue_pasteur@hotmail.com cdesille@gmail.com goliatdy@hotmail.com figuerola.xavier@gmail.com victorfromond2000@yahoo.fr emilie.le.gulvout@gmail.com josepheissat@yahoo.fr clob3@yahoo.fr gregorylacoua@gmail.com julien.legras@free.fr mim_il@hotmail.com alexandre.lepeu@gmail.com petiruisso2012@gmail.com ledoublel@hotmail.com aissalogerot@gmail.com m2athilde@gmail.com matthewmarino@gmail.com mendezmarten@gmail.com alexandre.mussche@gmail.com s_sarngsan@hotmail.com olivier.paradeise@gmail.com eliseprieur@yahoo.fr did_protal@hotmail.com ribonf@gmail.com simoensedouard@yahoo.fr contact.qv@gmail.com

p. 9 à 16 p. 17 à 24 p. 25 à 32 p. 33 à 40 p. 41 à 48 p. 49 à 56 p. 57 à 64 p. 65 à 72 p. 73 à 80 p. 81 à 88 p. 89 à 96 p. 97 à 104 p. 105 à 112 p. 113 à 120 p. 121 à 128 p. 129 à 136 p. 137 à 144 p. 145 à 152 p. 153 à 160 p. 161 à 168 p. 169 à 176 p. 177 à 184 p. 185 à 192 p. 193 à 200 p. 201 à 208 p. 209 à 216 p. 217 à 224 p. 225 à 232 p. 233 à 240 p. 241 à 248 p. 249 à 256 p. 257 à 264

Lily Alcaraz Julie André Marion Barbier Lea Berlier Perle-Loan Dang Anais Duplan Marine Jubert Heidi Strom Natalia Tannenbaum

alcaraz.lily@gmail.com mateaspoon@yahoo.fr marion.baba@caramail.com lea.berlier@wanadoo.fr perleloan.dang@gmail.com duplana@hotmail.com jubertmarine@hotmail.com heidiwstrom@gmail.com nataliateescribe@hotmail.com

L’ENSCI adresse un clin d’œil à tous les diplômés créateurs industriels, ou designers textiles, qui déjà partis parfois vers de lointaines contrées, lors de la conception de cet ouvrage, n’ont pu y participer. Diplômés textiles Suzanne Pelletier

suzy.pelletier@laposte.net

Diplômés création industrielle Élise Auffray Caroline Bianco Aude Guyot-Mbodji

elisacolungo@yahoo.fr carolyne.bianco@gmail.com audeguyot@gmail.com

p. 269 à 274 p. 275 à 280 p. 281 à 286 p. 287 à 292 p. 293 à 298 p. 299 à 304 p. 305 à 310 p. 311 à 316 p. 317 à 323

327


Cet ouvrage a été réalisé avec le soutien de

leader mondial des équipements de protection individuelle

Agence spécialisée en architecture, agencement commercial et design d’environnement

Catalogue des diplômes de l'ENSCI, 2008-2009  

http://www.ensci.com/donner-a-lire/livres-des-diplomes/

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you