Page 1

I

7 présentation de l’ école NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARTS DE PARIS CERGY

Préambule ......................................... Introduction ...................................... A. L’équipe 1 - Administration ............................. 2 - Professeurs ................................ 3 - Responsables d’ateliers .................... 4 - Intervenants extérieurs en 2011-2012 ....... B. Diplômes et certificats 1 - Deux diplômes nationaux délivrés par l’école ................................ 2 - Les certificats délivrés par l’école ....... C. Les instances de gouvernance 1 - Le conseil d’administration (CA) ........... 2 - La commission de la recherche, de la pédagogie et de la vie étudiante (CRPVE).... 3 - Le comité technique (CT) ................... 4 - Le comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) .......

11 15 21 22 25 45 49 54 55 56 57 58


8

P R É A M B U L E La dynamique initiée en 2010 depuis l’entrée de l’ENSAPC dans la réforme européenne des diplômes s’amplifie et porte ses fruits. Les transformations internes, les recrutements aux niveaux administratif, technique et pédagogique, l’inscription de l’école dans les réseaux nationaux et internationaux, la dynamique partenariale mise en œuvre en matière de recherche permettent aujourd’hui de proposer une offre de formation renforcée, particulièrement exigeante et qui concourt à la formation d’artistes et de professionnels de très haut niveau. Une dynamique partenariale: le PRES UPGO et l’Institut de la Création Jusqu’ici membre fondateur du PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur) Cergy University, l’ENSAPC est désormais membre du nouveau PRES UPGO (Université Paris Grand Ouest) qui regroupe autour des universités de Cergy-Pontoise, de Versailles SaintQuentin-en-Yvelines de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Dans cet environnement couvrant un très large spectre de disciplines, l’ENSAPC côtoie deux écoles sœurs: les écoles nationales supérieures d’architecture de Versailles et du Paysage de Versailles-Marseille. Ensemble, ces trois établissements forment l’Institut de la Création présentant ainsi une situation innovante et inédite au sein du paysage national de l’enseignement supérieur Culture. Cet institut vise à: - promouvoir les démarches propres à l’enseignement supérieur et à la recherche dans les champs professionnels

présentation de l’école

9


10

P R É A M B U L E

P R É A M B U L E

Dès à présent, l’ENSAPC ouvre certains cours, ARC et Studios aux étudiants des écoles membres de l’Institut de la Création. Les fiches de présentation des enseignements font apparaître une mention spécifique lorsque ceci est le cas.

une conséquence directe de sa dynamique de collaborations mise en œuvre dans le cadre des dispositifs pédagogiques. Très tôt, les logiques partenariales sont à l’œuvre dès la phase d’élaboration des projets. Cette année, ils associent entre autre le Château de la Roche Guyon dans le Val d’Oise, le festival Hors Piste au Centre Georges Pompidou, le Centre National des Arts plastiques, le Palais de Tokyo, le BAL et le Parc Saint-Léger, Centre d’Art de Pougues les Eaux. La grande proximité de l’école avec les nombreux acteurs de la création contemporaine permet aux étudiants d’acquérir une connaissance fine du milieu artistique, d’assimiler ses codes, et de mettre en œuvre une méthodologie qu’ils pourront réinvestir dans de multiples situations professionnelles.

Le développement international

Une transversalité affirmée

L’école étend son réseau de partenaires étrangers et met en œuvre des projets nouveaux. Le développement des relations internationales est un enjeu majeur. Des conventions nouvelles avec des établissements en Europe et dans le monde permettent d’accroître les possibilités de mobilités. La mise en place de projets internationaux par les enseignants tels que ceux en Chine, à Cuba, en Russie ou au Mexique génère des collaborations nouvelles, excentre les points de vue et enrichit les dynamiques de production. Le service des relations internationales élabore dans un dialogue étroit avec les étudiants leur projet de mobilité.

L’ENSAPC a été pensée dès son origine comme un creuset, un espace propice aux échanges et au décloisonnement entre les disciplines quelles soient théoriques ou pratiques. Hospitalière, l’école a été l’une des premières à accueillir au-delà des disciplines traditionnelles (peinture, dessin, volume, vidéo, photo…) la danse et l’architecture au sein de ses enseignements. Cette année la musique fait son entrée à l’école avec l’arrivée du compositeur Jérôme Combier au sein de l’équipe enseignante. Comme dans les autres domaines, il s’agira de déployer la réalité de la pratique musicale dans sa spécificité, son historicité et sa complexité mais également de travailler ses zones frontalières, ses espaces de perméabilité, pour favoriser l’émergence de territoires de rencontres propices au dialogue avec les autres formes de création.

de l’architecture, de l’art et du paysage, plaçant la création et le projet comme moteur d’innovation ; - faciliter les synergies inter écoles pour des actions, des expérimentations, l’exploration de nouveaux champs pédagogiques et de nouvelles recherches interdisciplinaires ; - renforcer la visibilité internationale des trois établissements réunis, et ainsi des grandes écoles françaises porteuses de la dimension projet.

La multiplication des collaborations artistiques La forte visibilité des diplômés de l’ENSAPC dans tout l’écosystème du monde l’art est

présentation de l’école

présentation de l’école

11


12

P R É A M B U L E La recherche L’ancrage au sein d’une ville nouvelle dédiée majoritairement à la formation en sciences humaines et hautes technologies crée des conditions favorables à une mutualisation des énergies et des compétences de chacun. L’entrée de l’ENSAPC dans le PRES UPGO et la fondation de l’Institut de la Création permettent d’envisager dans un futur proche les possibilités d’accès et de participation pour les étudiants aux séminaires doctoraux de l’école d’architecture actuellement sous convention avec l’école doctorale CRIT (Cultures, régulations, institutions et territoires) de l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Au sein du cursus de l’école, l’étudiant a désormais la possibilité de participer à des projets de recherche proposés au sein des dispositifs pédagogiques pour mettre à l’épreuve du collectif son travail personnel et ainsi associer des recherches plurielles et individuelles. Si de nombreux partenariats sont menés depuis des années avec des instituts et programmes de recherche tels que l’IRCAM, l’ITIN, l’école développe désormais de nouvelles expérimentations en relation avec les laboratoires membres de la Fondation des sciences du patrimoine, Patrima, et ceux de l’Université Paris 8.

P R É A M B U L E la réalisation de stages longs (un semestre) à l’étranger durant la quatrième année. L’inscription de l’ENSAPC dans le réseau européen ERASMUS permet d’aider les étudiants sous certaines conditions. Pour vous aider dans la préparation et l’organisation, un bureau de la professionnalisation est désormais là pour vous accompagner. Tous ces développements et ces évolutions n’auraient pas été possibles sans la mobilisation d’une équipe particulièrement réactive, capable de s’adapter à toutes les singularités et les situations les plus spécifiques. Aussi il convient de saluer ici l’engagement de tous en faveur de l’accomplissement de ce projet collectif. La visibilité de notre école et le grand nombre de projets qu’elle porte témoignent de ce dynamisme. Bonne rentrée à tous, Sylvain LIZON Directeur

Attentif à la professionnalisation La place des stages dans le cursus est valorisée. Désormais obligatoire dans un format court (2 semaines maximum) dans la phase licence, l’école encourage aujourd’hui

présentation de l’école

présentation de l’école

13


14

I N T R O D U C T I O N Histoire -------Née en 1975, au cœur de la ville nouvelle de Cergy Pontoise, l’histoire de l’école nationale supérieure d’arts de Paris Cergy (ENSAPC) se confond avec celle de son territoire. Elle est située à côté de la préfecture, premier bâtiment à sortir de terre en 1969, au milieu des champs dans cette partie des boucles de l’Oise. C’est une école jeune, sur un territoire nouveau. La création de l’école s’effectue parallèlement à la première grande réforme de l’enseignement artistique de 1973. Le monde des écoles d’art en France était très différent de celui que l’on connaît d’aujourd’hui. Organisées suivant un modèle imprégné d’académisme, les écoles dispensaient un enseignement segmenté, développant une approche de la création disjointe de la réalité et du foisonnement artistique de l’époque. C’est d’ailleurs en opposition et en réponse à cette situation jugée anachronique que sont nées les UFR d’Arts Plastiques au sein des universités dans le mouvement réformateur de l’après 68. Pour faire évoluer les écoles, il est nécessaire de procéder à la définition d’une pédagogie nouvelle. L’enseignement doit s’envisager de manière transversale, favorisant le dialogue entre les différents champs de la création tout en permettant une approche spécifique des médias. Des unités pédagogiques mixtes associant plasticiens et théoriciens se créent pour appréhender la production contemporaine sous des éclairages multiples et complémentaires. Capables d’observer et de questionner le monde en pleine mutation, les écoles se conçoivent désormais en des lieux de recherche et d’expérimentation, permettant l’émergence de formes artistiques novatrices.

présentation de l’école

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

15


16

I N T R O D U C T I O N Pour travailler à la conceptualisation de ces innovations et à leur mise en œuvre, une cellule associant artistes, chercheurs et enseignants est créée au sein du Ministère des Affaires Culturelles. Sur le territoire de Cergy-Pontoise, l’installation d’une antenne de l’école spéciale d’architecture est planifiée. Son projet d’enseignement et de recherche doit s’articuler avec celui de la ville nouvelle. La venue des architectes n’ayant pu aboutir, l’État décide d’y implanter une école d’art, l’École nationale supérieure d’arts Paris Cergy, première école diplômante à voir le jour en Ile-de-France, hors de Paris et dernière de ce type à être fondée. Une énergie fondatrice ---------------------C’est dans ce contexte qu’un petit groupe d’enseignants particulièrement militants et volontaires (dont certains sont issus de la mission chargée de la refonte de l’enseignement artistique), s’installent sur le site pour concevoir et mettre en œuvre le projet de l’école. Elle est naturellement imaginée comme un laboratoire, un lieu profondément ouvert sur ce monde changeant, un espace de tous les possibles. Chaque année, l’organisation des enseignements se démonte pour se remonter l’année suivante. L’effervescence qui régne à l’intérieur de l’école répond à l’intense activité du chantier de construction de la ville nouvelle. Sur ce territoire en pleine mutation et à la croissance rapide, l’école d’art invente une pédagogie nouvelle dont le projet de l’étudiant est désormais le centre. L’invention à l’œuvre dans les murs de l’école fait écho aux

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

I N T R O D U C T I O N innovations architecturales et urbanistiques qui s’expérimentent au dehors. Des choix affirmés -----------------Trente cinq ans plus tard, la renommée de l’école n’est plus à démontrer et elle peut être fière du très grand nombre d’artistes qu’elle a contribué à former. Ils sont ainsi nombreux à avoir construit des trajectoires singulières dans les domaines des arts visuels, du cinéma, du design, de la littérature. Absalon, Erik Samakh, Michel Hazanavicius, Jean-Charles Hue, Valérie Mrejen, Erwan Bouroullec, Loris Gréaud, Nicolas Moulin, Jean-Michel Othoniel ou Sylvain Rousseau, ne sont que quelques exemples de ces parcours. L’enseignement dispensé à l’école a également conduit à la formation de professionnels aguerris. Particulièrement entreprenants et dynamiques, ils sont présents en France ou à l’étranger dans un vaste éventail de professions toujours en lien avec la création contemporaine dans le champ de la communication, de l’image, de l’enseignement ou de l’ingénierie culturelle. Animés par une profonde exigence et dotés d’une très forte autonomie, les diplômés de l’école surprennent par leur maturité. Ces qualités sont le fruit d’une pédagogie en mode projet conduite par une équipe enseignante investie dans une réelle dynamique de recherche. Elles sont également les conséquences directes de choix fondamentaux faits il y a déjà une vingtaine d’années. En premier lieu, la volonté de ne pas découper l’enseignement en option (communication, design, etc.), et d’ouvrir le plus largement possible les contenus dans le cadre d’une seule et même option Art.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

17


18

I N T R O D U C T I O N Ensuite, la nécessité de responsabiliser l’étudiant vis-à-vis de son parcours. Après une première année conçue de manière linéaire et dont l’ensemble des contenus sont obligatoires, l’étudiant durant les années deux à cinq va construire lui-même son propre parcours en choisissant parmi les multiples propositions de cours, d’ARC et de studios. Il s’agit d’une double transversalité à la fois horizontale (entre des domaines) et verticale (entre les années). Une équipe de coordination composée de trois à cinq enseignants veille au bon déroulement de l’année et à l’équilibre des choix faits par l’étudiant. Elle est également vigilante à l’ouverture et la complémentarité des choix effectués d’une année sur l’autre. Parallèlement, l’équipe administrative accompagne les enseignants dans le suivi du projet de formation de chaque étudiant tout au long de son parcours. STATUT de l’établissement ------------------------Créée en 1975 sur le site de Cergy, l’École nationale supérieure d’arts Paris Cergy (ENSAPC) a la vocation de former les acteurs de la scène artistique contemporaine. L’école est un Établissement Public à caractère Administratif (EPA) placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. Elle entre dans le système européen d’harmonisation et d’homologation de l’enseignement supérieur. L’école offre le choix d’un parcours d’études de trois à cinq ans, qui autorise la mobilité des étudiants, les échanges avec des structures partenaires, le transfert de leurs acquis, et

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

I N T R O D U C T I O N conduit à deux diplômes : le diplôme national d’arts plastiques (DNAP) et le diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP). L’École nationale supérieure d’arts Paris Cergy est devenue EPA le 1er janvier 2003 par le décret nº 2002-1515 du 23 décembre 2002, transformant l’école en établissement public national et portant statut de cet établissement. Un EPA est une personne morale de droit public, disposant d’une certaine autonomie administrative et financière afin de remplir une mission d’intérêt général. L’école est membre du PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur) de Cergy-Pontoise. Il constitue un ensemble original d’établissements d’enseignement supérieur publics et privés. Les objectifs de ce regroupement sont de créer des liens étroits entre les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’agglomération de CergyPontoise pour accroître leur reconnaissance nationale, européenne et internationale, renforcer l’efficacité de leurs actions et favoriser une approche multidisciplinaire de la recherche scientifique et de la formation. Une des réalisations du PRES est le PACRRET (ex-CODEESC), réseau d’enseignement supérieur et de recherche haut débit du Val d’Oise. Le PACRRET est une plaque à haut débit numérique permettant les transferts de données à grande vitesse.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

19


20

A.

L ’ É Q U I P E

-----------------------------------------1 - Administration -----------------------------------------Direction Sylvain Lizon Direction administrative et financière Perrine Warmé-Janville Secrétariat de direction Florence Arnoult Secrétariat pédagogique Michèle Büsch, Marie-Lise Dumesnil, Patricia Miot, Lamiaâ Sajid-Soliman Projets extérieurs Mathilde Villeneuve Relations internationales Delphine Paul YGREC Sophie Lapalu Centre de documentation Claudine Fournier Magasin de prêt Vincent Gaillard, Lydie Pacilly Comptabilité Françoise Brie Traitement et rémunération Sylvie Sebbah

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

21


22

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

Maintenance et logistique du bâtiment Gilles Urbain

Jérôme Combier création musicale et sonore

Accueil, standard Vincent Gaillard, Steeve Gandossi

Christophe Cuzin peinture, installation

Gardiennage Romain Missamou

Éric Dalbis peinture, dessin

-----------------------------------------2 - professeurs -----------------------------------------Enseignement -----------Boris Achour pratiques pluridisciplinaires, édition Pierre Ardouvin volume, espace, installation

Martine Diemer écriture, littérature Vincent Gérard cinéma Jeff Guess old and new media Julie Heintz histoire de l’art et des idées (en congé d’étude et de recherche) Bozena Jake nouveaux médias, installation

Renaud Auguste-Dormeuil photographie, pratique de l’image Jacques-Émile Bertrand musique, art et science, système interactif Sylvie Blocher pratiques pluridisciplinaires, débat d’idées Jean-Michel Brinon art et architecture

Véronique Joumard pratiques pluridisciplinaires, image et dessin Luc Lang esthétique Catherine Lobstein histoire de l’art Éric Maillet pratiques nouveaux médias, installation

Jean-Marc Chevallier peinture

Bernard Marcadé esthétique, histoire de l’art

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

23


24

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

-----------------------------------------3 - Responsables d’ateliers ------------------------------------------

Jean-Christophe Mazur photographie Federico Nicolao philosophie

Jean-Michel Bertrand volume, bois, fer

Judith Perron danse

Nicolas David son

Anne Pontet installation, mise en espace Jeff Rian histoire de l’art et des idées, anglais Patrice Rollet histoire et critique du cinéma Claire Roudenko-Bertin pratiques pluridisciplinaires, installation, performance Michèle Waquant vidéo

Christian Genty photographie Maurice Huvelin cinéma Philippe Mailhes sérigraphie, impression Angeline Ostinelli édition Jean-Luc Oyama-Jusseau vidéo

Recherche ---------

> Un responsable en programmation, création 3D, est en cours de recrutement.

Corinne Le Néün, responsable de la recherche, histoire de l’art

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

25


26

A.

L ’ É Q U I P E

-----------------------------------------enseignants -----------------------------------------Boris Achour Artiste, né en 1966, ex-étudiant de l’école et de l’ENSBA, co-fondateur de Public (1999-2006) espace d’art à Paris et de Trouble (2002-2010) revue d’essais critiques. Mêlant sans hiérarchie des éléments hétérogènes issus de champs culturels et formels très variés, son travail constitue un système combinatoire ouvert et en perpétuelle évolution basé sur l’affirmation de la forme, la jubilation de la création et la puissance de la mise en relation. Les notions de fragment, d’unité et donc de relations, qu’on les envisage à l’échelle d’une seule œuvre ou à celle de l’ensemble du travail sont du point de vue formel, conceptuel et humain au cœur de sa pratique. Pierre Ardouvin «Le travail de Pierre Ardouvin est aussi évident visuellement qu’il est psychologiquement incertain. Simplicité matérielle exacerbée vs trouble psychique, suscitant dissonances, fractures des percepts aux affects. La lumière y est ténébreuse, la féérie glauque, le prosaïque magique, la fête sinistre. Partout, on assiste à une imperceptible mutation du clinquant vers le blafard, de l’étincelant vers l’aveuglant, de la préciosité vers la pacotille. Paradoxes ? Tensions, plutôt. Derrière ses gestes faussement humoristiques ou désinvoltes, Pierre Ardouvin développe une œuvre dure, raide,

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

27


28

A.

L ’ É Q U I P E

irréconciliée avec le monde. La clarté manifeste des dispositifs, qui ne cachent généralement rien de leur simplicité, fait preuve d’une brutale générosité, voire d’une empathie quoique non enjouée - avec certains motifs et matières les plus ordinaires, voire les plus vulgaires de la société contemporaine…» Guillaume Désanges. Jacques-Émile Bertrand Logicien, psychanalyste, musicien. Docteur en philosophie, diplômé d’E.A. de mathématiques et de psychologie, ancien étudiant des Beaux-Arts de Paris. Enseigne et participe à des recherches en théorie de la connaissance et de la communication. Guitariste classique, développe des logiciels (IRCAM) pour le contrôle en temps réel de structures musicales en situation d’improvisation. Engagé dans des mouvements de philosophie politique et d’action citoyenne. Sylvie Blocher Sylvie Blocher crée en 1993 le concept Je Nous Sommes et les dispositifs ULA (Universal Local Art). Elle entame alors la longue série de vidéos Living Pictures, où elle tourne avec des gens rencontrés par annonce et sans casting. Elle s’intéresse à la singularité radicale des corps, à l’altérité, à la pratique de l’abandon, aux trésors de rien et aux nouvelles fictions urbaines. Son travail interroge l’autorité de la modernité, la responsabilité esthétique et éthique de l’artiste. Elle crée en 1997, avec l’architecte urbaniste François Daune, le collectif Campement Urbain qui reçoit en 2002

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

A.

L ’ É Q U I P E

le prix international de la Fondation Evens, Art/Community/Collaboration. Elle expose dans des musées à travers le monde, ainsi que dans des manifestations internationales comme la Biennale de Venise 2003 (Zone d’Urgence), la Triennale de Guangzhou et la Biennale de New Delhi 2005. Dernières expositions : Men in Gold, SFMoma, San Francisco, USA. Wo/Men in Uniform, Regina Art Gallery, Canada. Air de Paris, Centre Pompidou, Paris. Stop Over, São Paulo, Brésil. What is Missing ? Monographie, Musée d’art contemporain de Sydney 2010. Enseignement : Sylvie Blocher a enseigné au Théâtre National de Strasbourg, à l’École des Beaux Arts de Marseille en post master, à la Ryerson School for New Images à Toronto, à la Villa Arson à Nice. Jean-Michel Brinon Architecte, pratique de la profession en indépendant depuis 1980. Architecte œuvrant dans différents programmes privés, sociaux, publics, en abordant l’architecture comme profession mais aussi comme champ artistique et discipline intellectuelle. Nombreux concours d’architecture. Expositions personnelles et collectives de projets et réalisations d’architecture. Publications dans des revues et ouvrages d’architecture. Enseigne depuis 1982 dans les écoles d’art : Bourges, Nancy puis Cergy. A enseigné à l’École Spéciale d’Architecture.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

29


30

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

Jean-Marc Chevallier

Jérôme Combier

Jean-Marc Chevallier privilégie la peinture attitude. «L’artiste contemporain refuse de se laisser enfermer dans son art», dit de lui Jean-Pierre Chauvet en 1979. Diplômé de l’ENSBA, 1978; Master II d’Arts Plastiques à Paris I Panthéon-Sorbonne, 2010. Académie de France à Rome, Pensionnaire de la Villa Médicis, 1977-79. Prix Fondation Rocheron 1979. Grand Prix du Conseil Général du Var, Salon International d’Art de Toulon, 1976. Cartes et Figures de la Terre, Centre G. Pompidou, 1980. Réalise des commandes pour l’architecture et l’espace public (Chatillon, Valence), pour le FDAC du Val-de-Marne (MAC/VAL) ou pour la Collection Les Yeux Fertiles / Suite Paul Éluard, avec l’écrivain et poête Christian Prigent. Réalise des éditions de lithographies, à l’URDLA de Lyon et chez ITEM-Paris qui les présente à la Foire de Bâle et à la Fiac. Œuvres dans les collections publiques (FRAC), institutionnelles et privées. Matière enseignée : peinture et peintureattitude, tous médiums confondus.

Compositeur et directeur artistique de l’ensemble Cairn. Diplômé du CNSM de Paris dans les classes de composition (Emmanuel Nunes), d’orchestration et d’analyse musicale. Maîtrise - Le principe de variation chez Anton Webern à l’université de Paris 8, Saint-Denis, sous la direction d’Antoine Bonnet. Pensionnaire à la Villa Médicis, Prix de la Fondation BleusteinBlanchet, Prix Pierre Cardin de l’Académie des Beaux-Arts. Jérôme Combier travaille régulièrement à l’Ircam (Stèles d’air, Gone). Voyage au Japon (Akiyoshidaï international Art Village), au Kazakhstan et en Ouzbékistan (conservatoires de Tashkent et d’Almaty). En 2008 il est professeur pour la session de composition de l’Abbaye de Royaumont. En 2005, il imagine Vies silencieuses avec le peintre Raphaël Thierry et en 2008, l’installation Noir gris avec le vidéaste Pierre Nouvel pour l’exposition «Beckett» au Centre Georges Pompidou. Il écrit Stèles d’air pour l’Ensemble Intercontemporain et le Festival d’Automne à Paris. Sa musique est jouée au Louvre dans le cadre du cycle «Le Louvre invite Pierre Boulez». En 2011, avec Pierre Nouvel et Bertrand Couderc, il adapte pour la scène le roman de W.G. Sebald , Austerlitz, crée au Festival d’Aix-en-Provence. En 2012, il écrit l’opéra Terre et cendres avec Atiq Rahimi. Opéra de Lille, Opéra de Lyon, Orchestre National de France, Orchestre National de Lyon, Ictus, 2e2m, Accroche Note, Orchestre de la BBC Pays de Galles, San Francisco Contemporary Music Players.

Christophe Cuzin Artiste peintre en bâtiment. Le travail de Christophe Cuzin s’effectue sur l’architecture. Il est la plupart du temps éphémère. Christophe Cuzin expose régulièrement, son travail est visible dans diverses collections et commandes publiques en France et à l’étranger.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

31


32

A.

L ’ É Q U I P E

La musique de Jérôme Combier est publiée aux éditions Lemoine et enregistrée par les labels Motus et Æon (Vies silencieuses - Grand Prix de l’Académie Charles Cros). www.ensemble-cairn.com Disques: - Pays de vent, par l’ensemble Cairn et l’Orchestre National de France, label Motus, 2001 - Vies silencieuses, par l’ensemble Cairn, label Æon, 2005 Éric Dalbis Artiste, particulièrement attaché au médium de la peinture, à son histoire, à ses techniques. Lauréat du prix Félix Fénéon (Sorbonne) pour la peinture en 1985, de la Villa Médicis Hors les Murs pour Venise en 1987, de la Villa Médicis à Rome en 1991-92, son travail est régulièrement exposé en France et à l’étranger. Œuvres présentes dans des collections publiques et privées. Martine Diemer Enfance : études de piano au conservatoire de Rouen, puis découverte du cinéma. Passion pour. Devient artiste : peinture, dessin, photographie, installation. Expositions en galeries, centres d’art, musées. Paris. Provinces. Europe. Amérique du Nord. Japon. Se sert du réel énigmatiquement. Quelques titres d’expositions personnelles. Jaune scie, bleu brique. Aberration. Il s’agit en réalité d’une cafetière turque. Les tableaux de

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

A.

L ’ É Q U I P E

l’installation. Protocole. Manœuvres. Un fantôme n’a pas de pied. Sport : pratique le coq à l’âne dans la conversation à défaut de savoir jouer aux échecs. S’intéresse aux arts de la scène. Au son. à la littérature. A publié Mon Premier. Texte littéraire. Apprécie beaucoup l’enseignement artistique. La lecture d’un texte écrit par un étudiant est une invitation à la parole de chacun et une occasion de découverte d’écrivains. L’écrit peut être aussi un marchepied pour des réalisations autres que littéraires. Cela donne des débuts de pistes. Ose, osons, osez. Ayant de très belles archives musicales, il arrive que nous en écoutions. Vincent Gérard Diplômé des Écoles Nationales d’Art de Dijon et de Cergy. Depuis 1997, Vincent Gérard a réalisé et produit plusieurs films & vidéos. Il est producteur associé des compagnies Lamplighter Films & Lamplighter Kamera. Il est également commissaire d’expositions indépendant. Sélections de travaux récents: Théâtres - Installation - production Lamplighter Films & Lamplighter Kamera - partenaire CNAP - conception & réalisation - Vincent Gérard & Cédric Laty - 2014; L’Homme-Fumée - long-métrage de fiction coécrit et coréalisé avec Cédric Laty - production, Lamplighter Films & La maison des productions - sortie, 2013; Le Dernier Cri long-métrage documentaire coécrit et coréalisé avec Cédric Laty - production, Lamplighter Films/coproduction & distribution l’Âge d’Or sortie, 2013 Producteur: Soundless Dance - long-métrage de fiction, écrit & réalisé par Pradeepan Raveendran - Producteur

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

33


34

A.

L ’ É Q U I P E

associé - 2012/2013; Le Visiteur - long-métrage de fiction, écrit & réalisé par Nora Schnitzler - Producteur associé - 2012/2013; L’enfant de la révolution - documentaire de Jean-Baptiste Gilliot - Coproducteur - 2012 Commissariat & édition: Chandigarh by Mark Lyon - éditeur - 2012 Le documentaire dépasse la réalité documentaire - essai - (Edition Corporation Cinememoria/EDOC 07 - Quito/traduction, Andrès Barriga) 2007; Mark Lyon - Le collectionneur - commissaire & éditeur du catalogue (Exposition & édition, Fondation Zervos) - 2009; William Eggleston, Spirit of Dunkerque - commissaire (Exposition LAAC Dunkerque/Catalogue édition, LAAC & Biro Editeur) - 2006 & 2008 Jeff Guess Jeff Guess est un artiste américain qui vit et travaille à Paris depuis 1988. Ses études en photographie et en histoire du cinéma ont permis, dans un premier temps, de situer son travail dans l’intervalle entre l’image fixe et l’image en mouvement. Depuis une dizaine d’années cet espace «entre» est problématisé par l’introduction d’un troisième terme, l’algorithmique, qui ouvre plus explicitement ses recherches à la question du langage. Ses photographies, programmes, installations et performances ont été présentés notamment au Centre Pompidou, à la Maison Rouge, à l’American Center, au ZKM ­ - Zentrum für Kunst und Medientechnologie (Karlsrühe), au Filmmuseum (Amsterdam), au Centro Cultural Banco do Brasil (Rio de Janeiro), au Moderna Museet (Stockholm) et au Museet For Fotokunst (Odense).

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

A.

L ’ É Q U I P E

Julie Heintz Julie Heintz est historienne de l’art et commissaire d’expositions en France et à l’étranger : Musée des Arts Décoratifs, Centre Pompidou, Parc de La Villette, Ville de Leipzig… Elle écrit principalement sur l’univers artistique de langue allemande et traduit de nombreux textes. Un ouvrage est actuellement en cours sur Joseph Beuys. Elle a ouvert en 1999 l’espace En Cours, dans le 20e arrondissement de Paris, consacré à des événements actuels, des expositions, débats, concerts, performances… Ce lieu actif est conçu comme un laboratoire d’art contemporain. Il a permis la mise en place plus récente d’une structure d’accueil et de résidences annuelles pour les artistes et chercheurs français et étrangers. Julie Heintz a enseigné comme professeur de culture générale dans les écoles d’art de Bourges, Nancy, Nantes et maintenant de Paris Cergy. Son mode d’intervention se conçoit à la fois comme transmission et comme zone d’expériences. Il a pour objectif de mettre à l’épreuve, avec les étudiants, les principes anciens et actuels présents dans l’œuvre d’art et de les élargir aux réflexions et pratiques de la société contemporaine.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

35


36

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

Bozena Jake

Luc Lang

Artiste, architecte et compositeur, Jake élabore des dispositifs expérimentaux sous forme de partitions spatio-temporelles à la recherche d’une forme-limite en constant déplacement. Elle vise à décloisonner les catégories intellectuelles et esthétiques, à multiplier les interprétations et à déstabiliser le rapport du public à l’espace par le jeu d’une oscillation et indétermination entre réalité et fiction. Opérant à l’interface de nombreux champs d’application, ses installations cherchent à représenter la reconfiguration des frontières, territoires et espaces de surveillance.

Luc Lang est écrivain et théoricien de l’art. Auteur de romans (Voyage sur la ligne d’horizon [Gallimard, 1988], Liverpool marée haute [id. 1991], Furies [id. 1995], Mille six cent ventres [Fayard, 1998], Les Indiens [Stock, 2001], La fin des paysages [id. 2006], Cruels, 13 [id. 2008], Esprit chien [id. 2010]), d’un «road story» dans le grand ouest américain (11 septembre mon amour [Stock, 2003]) et d’ouvrages théoriques sur l’art et la littérature (Les Invisibles, 12 récits sur l’art contemporain, [ed. du Regard, 2002], Notes pour une poétique du roman [Inventaire/Invention, 2002]) et de multiples contributions à Arstudio, à des catalogues d’exposition et aux Cahiers de recherche (tous disponibles à la bibliothèque de l’ENSAPC). Enseigne l’esthétique à partir d’un corpus d’œuvres visuelles, tous médias confondus, y compris la vidéo, le cinéma, l’architecture, principalement pour la deuxième moitié du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Véronique Joumard Artiste. Participe à des expositions dans des centres d’arts, musées, en France ou à l’étranger, notamment au Consortium (Dijon), à l’Ashiya City Museum (Japon), au CREDAC (Ivry-sur-Seine) ou au Kunsthaus Baselland (Bâle). A réalisé plusieurs commandes publiques en France, Italie ou au Japon. Travaille principalement sur les relations de l’art avec son espace d’exposition.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

37


38

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

CORINNE LE NÉÜN

Catherine Lobstein

Corinne Le Néün est responsable de la coordination de la recherche au sein de l’École nationale supérieure d’arts de Paris Cergy depuis la rentrée 2011. Elle est doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, sous la direction de Giovanna Carreri au Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (CEHTA), après des études en histoire de l’art à l’Université FrançoisRabelais de Tours et à l’Institut Michelet de Paris 1. Ses travaux portent principalement sur la figure infamante et la généalogie des images au travers des œuvres de Michel Journiac, Carsten Höller, Rosemarie Trockel, Michael Haneke et Pier Paolo Pasolini. Elle fut commissaire d’exposition, conservateur du Château d’Oiron, conseiller pour les arts plastiques et les musées, directeur de l’École nationale supérieure d’art de Bourges, inspecteur général pour les enseignements artistiques au Ministère de la Culture et de la Communication a exercé les missions de déléguée scientifique culture au sein de l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES).

Licence d’anglais. Licence d’archéologie et d’histoire de l’art. Maîtrise d’histoire de l’art (Université des Sciences Humaines de Strasbourg). Nommée en 1975 à l’ENSAPC, qui venait d’être créée. Diverses contributions à des catalogues, films, événements, expositions, concerts. A enseigné aux États-Unis (Rutgers University, 1985/86). A publié un livre d’histoire de l’art destiné aux enfants, L’art : une histoire (ed. Autrement, 2005). Éric Maillet Artiste travaillant plus particulièrement avec les médias numériques (informatique, vidéo, son), en diffusion classique ou en dispositif. S’intéresse particulièrement au statut des images, leur valeur documentaire et leur économie de production. Mène des expériences croisant l’art et d’autres disciplines : sociologie, urbanisme, reportage… Présente son travail lors d’expositions, de festivals et d’événements publics en France et à l’étranger. Bernard Marcadé Bernard Marcadé est critique d’art et organisateur d’expositions indépendant. Après des études de philosophie et d’histoire de l’art, il est devenu professeur d’esthétique et d’histoire de l’art à l’École Régionale Supérieure d’Expression Plastique de Tourcoing de 1975 à 1985, puis à l’école nationale supérieure d’arts de Paris Cergy depuis 1985. Il est l’auteur de Éloge du mauvais esprit

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

39


40

A.

L ’ É Q U I P E

(La Différence, 1986), Féminin-Masculin, Le sexe de l’art (Gallimard-Electa, 1995), Pierre et Gilles, l’œuvre complète 1976-1996, Taschen, 1997 (avec Dan Cameron), Il n’y a pas de second degré, remarques sur la figure de l’artiste au XXe siècle (Éditions Jacqueline Chambon, 1999), Isidore Ducasse (Seghers, 2002), Marcel Duchamp, la vie à crédit, (Éditions Flammarion, 2007), Fabrice Hyber, (Éditions Flammarion, 2009) et dernièrement 53 œuvres qui (m’)ébranlèrent le monde - Une lecture intempestive de l’art du XXe siècle (Édition Beaux-Arts, 2010). Il a organisé : «Histoires de Sculpture» (Château des ducs d’Epernon, Cadillac, Gironde; Musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq; Musée de Nantes, 1984-1985); «Luxe, Calme et Volupté, Aspects of French Art 19661986» (Vancouver Art Gallery, 1986); «Affinités sélectives» (programme des expositions d’art contemporain du Palais des Beaux-Arts de l’année 1990, Bruxelles); «L’excès & le retrait» (participation française de la XXIe Biennale Internationale de São Paulo, 1991); «FémininMasculin, Le sexe de l’art» (avec Marie-Laure Bernadac, MNAM Centre Pompidou, Paris, 1995); «Becoming» (Kwangju Biennale, Kwangju, 1997); «MixMax» (avec Sung Won Kim, Artsonje Center, Séoul, 2004); «On dirait le Sud, cartographies sentimentales et documentaires» (CRAC Sète, 2007) et «Courant d’art au rayon de la quincaillerie paresseuse» (Observatoire du BHV, Paris, 2010).

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

A.

L ’ É Q U I P E

Jean-Christophe Mazur Photographe indépendant. Auteur pour l’édition, la documentation et la publicité, de prises de vues et courts-métrages pour des institutions, entreprises, agences, O.N.G., musées nationaux. Federico Nicolao Enseigne Théorie de l’image et Théories et pratiques de l’art contemporain à l’ECAL de Lausanne. Pensionnaire de la Villa Médicis en littérature (2005 et 2006), il a été directeur de programme au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2004) ainsi qu’au Musée Picasso d’Antibes (2005) et a collaboré en tant que commissaire d’exposition ou animateur de débats avec de nombreuses institutions internationales : l’Académie Schloss Solitude de Stuttgart, le CCA de Kytakyushu au Japon, le Centre International d’Art et du Paysage de Vassivière, le Musée National Marc Chagall de Nice… Il poursuit depuis quelques années une politique de collaboration directe avec les auteurs et participe de ce fait à plusieurs projets d’artistes (avec Koo Jeong-A, Jerôme Combier, M/M, Eryck Rocha, pour ne citer que quelques exemples). Il est l’auteur de nombreux essais sur les arts et la littérature. Parmi ses dernières parutions Koo Jeong-A (D.I.A. Foundation, New York 2011), Giuseppe Penone (ENSBA, Paris 2009), La figure dans l’art (Bordeaux, William Blake & Co. 2008), Gilles Aillaud (Paris, Hazan, 2007) Nicolas De Staël, un automne, un hiver (Paris, Hazan, 2006) et Celia Misteriosa, un

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

41


42

A.

L ’ É Q U I P E

ouvrage pour le moment en trois volumes conçu avec les artistes Koo Jeong-A, Laura Erber et Jean Sabrier (Rome, Villa Médicis 2007-2010) Il a fondé et dirige la revue Chorus una costellazione. Il traduit de nombreux auteurs en italien (Jean-Christophe Bailly, Edmond Jabès, Alain de Libera, Gherasim Luca, Philippe Lacoue-Labarthe, Roger Laporte, Michel Leiris, Tomas Maia, Jean-Luc Nancy, Jean-Marie Pontevia) et, avec Philippe Lacoue-Labarthe, en français, les récits sur Auschwitz du poète italien Giorgio Caproni Cartes postales d’un voyage en Pologne (Bordeaux, 2004). Judith Perron Dîplomée du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 1993, elle travaille régulièrement avec Daniel Larrieu. Dans le cadre du Centre Chorégraphique National de Tours elle participe aux travaux de William Forsythe et du quatuor Knust. Depuis 1994, elle collabore aux projets de Nadège Macleay, José Valls, Joan Baixas, Paulo Duarte, Michel Ozeray, Anne Buguet, Dominique Brun. Elle a enseigné parallèlement à l’IUFM de Tours et à Sciences Po Paris. Anne Pontet Artiste. Elle développe une investigation photographique dans le champ de l’installation et une interrogation sur la place du corps dans la création contemporaine (le corps comme élément de reconnaissance en fonction des lieux et des situations). Diverses expositions en France et

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

A.

L ’ É Q U I P E

à l’étranger notamment au Centre Pompidou, à l’Institut Français de Fribourg, au Musée des Beaux-Arts de la ville de Mulhouse… Jeff Rian Ex New-Yorkais Jeff Rian, essayiste et musicien: rédacteur et écrivain pour les magazines, Purple Fashion et The Purple Journal, collabore régulièrement à la revue Artforum. Il est l’auteur du Lexique revolver, Purple Years (Onestar Press) et de livres sur Richard Prince, Lewis Baltz, Philip-Lorca diCorcia, et Stéphane Dafflon. Il est compositeur et musicien pour Cds: Everglade, avec Jean-Jacques Palix; A7, Fanfares, et 8 de Pique, pour Alexandra Roos; Battle Songs, avec son groupe, Rowboat (www.rowboat.fr), et compositeur/guitariste pour des films et vidéos. Patrice Rollet Philosophe de formation, critique et essayiste de cinéma, Patrice Rollet a enseigné à l’Institut d’arts visuels d’Orléans, à l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle ainsi qu’à l’École du Louvre. Membre, depuis sa fondation, du comité de rédaction de la revue Trafic, après avoir été successivement responsable de Vertigo et directeur littéraire des Cahiers du cinéma, il a publié plusieurs ouvrages consacrés au cinéma, dont John Ford aux Cahiers du cinéma et Passages à vide chez P.O.L. Il a engagé, par ailleurs, l’édition la plus complète à ce jour des écrits de Serge Daney sous le titre général La Maison cinéma et le monde.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

43


44

A.

L ’ É Q U I P E

Claire Roudenko-Bertin Formation : université, école d’art, architecture, patrimoine. Enseigne à Cergy depuis 1992. Expose depuis 1980 en France et à l’étranger. Musées, galeries, commandes et collections publiques, interventions dans des organismes et territoires très divers, publications. Enseigner l’art n’est peut-être pas si possible que cela, reste l’art ! Michèle Waquant Artiste franco-canadienne. Études universitaires en philosophie et en arts visuels à l’Université Laval, maîtrise en esthétique à Paris I Sorbonne. Expose régulièrement en France et à l’étranger. Pluridisciplinaire, sa pratique se développe principalement en vidéo, en photo et en dessin sur la relation entre nature et culture. Écrit régulièrement des textes d’accompagnement à son travail ou des textes critiques sur des artistes et sur des questions environnementales.

A.

L ’ É Q U I P E

-----------------------------------------4 - Intervenants extérieurs en 2011-2012 -----------------------------------------BAUDELAIRE Camille (graphiste) BAUDELAIRE Éric (artiste) BAZIN Philippe (artiste) BERTRAND Anne (critique d’art) BIRNBAUM Antonia (philosophe) BOULBES Carole (critique, histoire et théories des arts) BRUNO Christophe (artiste) BUBLEX Alain (artiste) CAILLET Aline (docteur en philosophie esthétique, membre du laboratoire de recherche LISAA de l’université Paris-Est et fondatrice de art2day, agence de formation et de recherche sur la création contemporaine) CANTOR Mircea (artiste)

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

45


46

A.

L ’ É Q U I P E

A.

L ’ É Q U I P E

CHODOROV Pip (cinéaste et compositeur de musique)

GOURFINK Myriam (chorégraphe)

COGNET Roland (artiste)

GUEZENGAR Claire (auteure, critique d’art et commissaire d’exposition)

CORNU Anne-Marie (artiste)

HUE Jean-Charles (artiste)

CUISSET Thibault (photographe) DELPEYRAT Scali (acteur, auteur, metteur en scène) DESANGES Guillaume (critique d’art, commissaire d’exposition) ÉRIBON Didier (sociologue, philosophe, professeur à la Faculté de philosophie, sciences humaines et sociales de l’université d’Amiens et chercheur au Centre de recherches sur l’action publique et le politique - Epistémologie et sciences sociales) FINIZIO Christine (documentation et communication de «Documents d’artiste») FOURGEAUD Nicolas (critique et commissaire, docteur à l’université Paris 4 en philosophie) GHAZEL (artiste) GORMEZANO Gilbert et MINOT Pierre (photographes)

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

JOLY Patrice (rédacteur en chef de la revue Zéro Deux, critique et commissaire) KATZ Stéphanie (docteur et enseignante à l’université Paris 8 au département Département InformationCommunication) LAINÉ Emmanuelle (artiste) LUCARIELLO Saverio (artiste) PAYSANT Michel (artiste) PERKINS Jeff (artiste) RASAMIMANANA Nicolas (ingénieur Télécom Paris spécialisé en audiovisuel et multimédia, et titulaire d’un PhD en acoustique, traitement du signal et informatique appliqués à la musique de l’IRCAM-Paris 6)

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

47


48

A.

L ’ É Q U I P E

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

-----------------------------------------1 - Deux diplômes nationaux délivrés par l’école: -----------------------------------------Le Diplôme National d’Arts Plastiques ( D N A P ) ---------------------------------------

RENAUDE Noëlle (auteure) REYMOND Fabrice (écrivain) ROUX Baptiste (artiste) SEGOVIA Antoine (producteur de cinéma) SORGATO Sylvain (artiste) SYLVESTRE Isabelle (réalisatrice de film documentaire) TRICLOT Mathieu (maître de conférences en philosophie à l’université de technologie de BelfortMontbéliard. Ses recherches portent sur la cybernétique, l’histoire de l’informatique et la notion d’information) VANEETVELDE Catarina (artiste) VIOT Nathalie (conseillère art contemporain, Direction des affaires culturelles, Ville de Paris) WAGON Gwenola (artiste, maître de conférence, département arts plastiques, à l’université Paris 8)

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

Ce diplôme valide les trois premières années du cursus réparties en six semestres. Il est attribué par un jury composé de trois membres: le coordinateur de la 3e année représentant l’école, une personnalité du monde de l’art et un président. Le jury est nommé par le directeur de l’école. Le DNAP correspond à un niveau d’études bac+3. Il sanctionne le suivi et la rigueur de l’implication dans le cursus artistique. Il mesure la capacité de l’étudiant à s’engager dans un travail personnel et argumenté. --------------------------------------Le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique ( D N S E P )/Master Art --------------------------------------Ce diplôme clôt les cinq années du cursus. Après l’obtention du DNAP, il est préparé en deux ans, répartis sur quatre semestres. Il correspond à un niveau d’études bac+5 et est inscrit au niveau 1 du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) sous l’intitulé «Créateur - concepteur d’expressions plastiques, option art, design communication» (arrêté du 6 février 2008). Depuis la session de juin 2012, il vaut grade de Master. Le DNSEP met l’accent sur la capacité de l’étudiant à affirmer une pratique personnelle,

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

49


50

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

à développer des propositions plastiques et conceptuelles originales, à s’inscrire dans des projets de recherche. Ses modalités d’organisation sont précisées dans l’arrêté du 22 juillet 2010 modifiant l’arrêté du 6 mars 1997 relatif à l’organisation des études conduisant au DNSEP. Elles sont définies comme suit: Le jury de Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique est composé de cinq membres: - deux représentants de l’école choisis parmi les enseignants, dont l’un siège au jury de soutenance du mémoire; - trois personnalités qualifiées choisies dans le domaine d’activité. Le jury est nommé par le directeur de l’établissement. Le président est choisi parmi les personnalités qualifiées. Le jury de soutenance du mémoire comprend l’un des représentants de l’école et l’une des trois personnalités qualifiées. Il est présidé par un docteur.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

Fiche métier DNSEP/Master Art ------------------------------Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétence acquis du Répertoire National des Certifications Professionnelles (extraits) Auteur et concepteur-créateur d’expressions plastiques dans le champ de l’art, du design ou de la communication visuelle. Il conduit à partir d’un projet original et innovant une réalisation plastique jusqu’à son aboutissement. Il fonde son travail sur la mise en jeu de ses ressources imaginaires personnelles, ses connaissances historiques et ses facultés d’analyse, sa capacité pratique à donner corps à sa pensée en usant des médiums appropriés, se situant avec pertinence et originalité sur la scène artistique et professionnelle. Qu’il définisse lui-même les formes que prend sa recherche créative ou qu’il réponde à des commandes de diverses natures, il poursuit un projet de façon autonome et dans le cas de collaborations, conserve une part importante de l’initiative et des choix décisionnels. En tant que designer d’environnement ou designer d’espace (scénographie et muséographie…), il conçoit des espaces de vie, de repos, de travail, de transit, de séjour, de vente, de jeu, etc. Il intervient dans l’espace privé ou public. Il est prescripteur et peut également exercer l’activité de designer de mobilier. En tant que graphiste ou designer graphique, il met ses talents de concepteur et de réalisateur sur tous supports au service d’une idée, qu’elle soit de nature sociale, culturelle ou institutionnelle. C’est un généraliste ou un spécialiste. En tant que designer textile (et de surface),

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

51


52

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

il exerce son activité sur des productions en deux dimensions dans le domaine du textile (habillement, ameublement, linge, revêtements, arts de la table, industrie, etc). Il intervient à la fois sur le motif et sur la nature même du support. En tant que designer de produit, il conçoit des objets qui seront produits industriellement ou fabriqués artisanalement. Il peut aussi occuper des fonctions: - afférentes au marché de l’art (critique d’art, restauration, conservation préventive ou expertise d’œuvres d’art) - de responsable de service d’accueil de publics de musées et de centres d’art (médiation) ou de professeur d’enseignement artistique supérieur - de créateur-réalisateur multimédia - de photographe - de galeriste Les principales capacités attestées ----------------------------------Maîtrise des techniques et développement de projets: - Maîtrise des techniques artistiques (dessin, peinture, volume, photographie, installation, vidéo…), des supports traditionnels et des nouvelles technologies - Maîtrise des techniques de recherche - Connaissance de l’histoire de l’art, histoire du design, etc. - Maîtrise des bases techniques des pratiques de la communication - Connaissance des méthodes scientifiques d’exploration des supports et matériaux - Connaissances physiques et chimiques relatives aux supports et matériaux - Compétence en matière d’accrochage et d’exposition

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

- Conception, suivi du développement et conduite d’un projet de création personnel s’inscrivant dans le champ de l’art de manière singulière - Connaissance des bases techniques dans les domaines cités Connaissance des contextes artistiques: - Connaissance de la scène artistique - Connaissance de la création contemporaine et mise en perspective dans le champ de l’histoire de l’art Connaissances annexes: - Connaissance de gestion des droits liés à la fonction d’auteur - Maîtrise de la méthodologie de l’analyse critique - Connaissance d’une langue étrangère (anglais) - Capacité à établir une collaboration entre les corps de métiers - Connaissance de l’histoire des pratiques de la communication, de leurs formes actuelles - Capacité rédactionnelle Médiation - Adaptabilité aux publics spécifiques - Capacité à la sensibilisation à l’art - Aptitude à l’exposé et à la transmission des connaissances Secteurs d’activité ou types d’emplois accessibles par le détenteur de ce diplôme, ce titre ou ce certificat Art, design, communication, multimédia, artiste plasticien, décorateur, concepteur des lieux, paysagiste, scénographe, directeur artistique, responsable d’édition, responsable de fabrication, concepteur des jeux vidéos, styliste, etc.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

53


54

B.

D I P L Ô M E S

E T

C E R T I F I C A T S

C.

i n s t a n c e s

d e

g o u v e r n a n c e

-----------------------------------------2 - Les certificats délivrés par l’école ------------------------------------------

-----------------------------------------1 - Le conseil d’administration (CA) ------------------------------------------

- Le CEAP (Certificat d’Études d’Arts Plastiques) Obtenu par la validation de la deuxième année, délivré par l’école et agréé par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Le conseil d’administration se réunit environ 3 fois par an. Il se compose de: - 4 membres de droit: directeur adjoint chargé des arts plastiques à la direction générale de la création artistique, directeur régional des affaires culturelles, maire de Cergy, président du Conseil régional d’Île-de-France - 3 personnalités choisies par le Ministre de la Culture et de la Communication - 3 représentants des enseignants (élus pour 3 ans) - 2 représentants d’autres catégories de personnel - 2 représentants des étudiants (élus chaque année) Le directeur de l’école, l’agent comptable et le contrôleur financier participent au conseil d’administration sans voix délibérative. Le conseil d’administration prend des décisions sur les questions suivantes: - l’organisation de la scolarité et des études - le budget, sa répartition et ses modifications - le compte financier et l’affectation du résultat de l’activité - la vie administrative de l’école (ex: le recrutement et la rémunération des agents de l’établissement) Les comptes-rendus des séances, une fois approuvés, sont consultables à la documentation.

- Le CESAP (Certificat d’Études Supérieures d’Arts Plastiques) Obtenu par la validation de la quatrième année, délivré par l’école et agréé par le Ministère de la Culture et de la Communication.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

55


56

C.

i n s t a n c e s

d e

g o u v e r n a n c e

-----------------------------------------2 - La commission de la recherche, de la pédagogie et de la vie étudiante (CRPVE) -----------------------------------------La CRPVE se réunit environ 6 fois par an. Elle se compose de: - 1 membre de droit: le directeur de l’école, président de la CRPVE - 5 représentants des enseignants (élus pour 3 ans) - 1 représentant des responsables d’ateliers (élu pour 3 ans) - 2 représentants des années sanctionnées par un diplôme (élus chaque année) - 3 représentants des étudiants (élus chaque année) La CRPVE a un avis consultatif. Elle est saisie sur les questions concernant: - les orientations pédagogiques et celles liées à la recherche dans l’établissement - la répartition des fonctions d’enseignement permanentes et temporaires entre les diverses disciplines susceptibles d’être enseignées dans l’établissement - les projets internationaux - les projets extérieurs - l’attribution des aides aux voyages ou aux projets des étudiants - la politique d’exposition et de publication Les comptes-rendus des séances, une fois approuvés, sont consultables au centre de documentation.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

C.

i n s t a n c e s

d e

g o u v e r n a n c e

-----------------------------------------3 - Le comité technique (CT) -----------------------------------------Le CT se réunit en principe trois fois par an. Il est composé de: - représentants du personnel désignés par les organisations syndicales représentatives représentants de l’administration dont le directeur, président du CT Le CT a un avis consultatif. Il est saisi sur les questions concernant: - les problèmes généraux d’organisation de l’établissement - les conditions générales de fonctionnement des services - les programmes de modernisation des méthodes et techniques de travail et leur incidence sur la situation du personnel - les règles statutaires - l’examen des grandes orientations à définir pour l’accomplissement des tâches de l’administration - les problèmes d’hygiène et de sécurité - l’évolution des effectifs et des qualifications

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

57


58

C.

i n s t a n c e s

d e

g o u v e r n a n c e

-----------------------------------------4 - Le comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) -----------------------------------------Le CHSCT se réunit en principe trois fois par an. Il est composé de: - représentants du personnel désignés par les organisations syndicales représentatives représentants de l’administration dont le directeur, président du CHSCT et le médecin de prévention. L’agent de prévention et l’inspecteur chargé des questions d’hygiène et de sécurité peuvent assister au CHSCT sans voix délibérative. Le CHSCT a un avis consultatif. Il est saisi sur les questions concernant: - la formation à la sécurité - les accidents de service - les conditions d’hygiène et de sécurité dans l’établissement - le programme annuel de prévention des risques professionnels - les projets d’aménagement, de construction, d’entretien des bâtiments au regard des règles d’hygiène et de sécurité

D.

P R E S

U P G O / I C

-----------------------------------------PRES UPGO -----------------------------------------Comme le définit sa présidente Sylvie Faucheux dans sa note stratégique, le PRES Université Paris Grand Ouest (UPGO) est né d’une volonté des personnels enseignants et administratifs de mieux travailler ensemble dans un cadre partenarial; en ce sens, il relève d’une véritable approche «bottom-up». La reconnaissance juridique et institutionnelle du PRES est venue couronner plusieurs années de collaborations ambitieuses et pluridisciplinaires entre ses établissements fondateurs, associés sur le territoire de l’Ouest parisien. Mêlant sciences exactes, sciences de la santé, technologie, arts, architecture, paysage, sciences humaines et sociales, droit et science politique ainsi que des partenariats originaux avec de grands acteurs culturels, territoriaux et socioéconomiques (grands groupes, PME, Chambre de Commerce et d’Industrie), ces collaborations préfigurant le PRES UPGO ont porté leurs fruits avant même que ne soient déposés ses statuts, y compris dans le cadre des investissements d’avenir (le Labex Patrima, l’Equipex Patrimex, l’IEED VeDeCoM). 4 axes stratégiques fondamentaux choisis par le PRES UPGO: - La coopération entre les établissements du PRES UPGO et le milieu socio-économique, favorisant les innovations «de rupture» qu’elles soient technologiques ou de service. Pour ce faire, le PRES UPGO allie recherche fondamentale de haut niveau et innovations pédagogiques;

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

59


60

D.

P R E S

U P G O / I C

recherche sur projets avec regards croisant science exacte, technologie, art et sciences de l’homme et de la société; formations à la recherche, en alternance et à distance correspondant à de nouveaux métiers. À ce titre il est à l’initiative de fondations partenariales thématiques ou encore de chaires industrielles, le plus souvent multi-partenaires privés et publics. - Le choix de 5 grands champs d’excellence interdisciplinaires où peuvent intervenir, pour chacun d’entre eux, l’ensemble des acteurs du PRES UPGO: (I) Études politiques et gouvernance des territoires; (II) Patrimoine culturel et création; (III) Développement durable et croissance verte; (IV) Education et santé; (V) Ingénierie et technologie appliquée. - L’équilibre de tous ses territoires avec une véritable volonté de travailler en réseau sans délocalisation ou concentration monosite, sauf exception justifiée. Le PRES UPGO considère qu’il doit participer au développement et à l’attractivité de tous ses territoires en tirant également partie des spécificités socioéconomiques de chacun d’entre eux. - Une dimension internationale forte: Le PRES UPGO se focalise dans un premier temps sur l’Asie (Chine, Japon, Corée, Vietnam) et les Amériques (Canada, USA, Brésil).

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

D.

P R E S

U P G O / I C

-----------------------------------------L’Institut de la Création -----------------------------------------L’année 2012 a vu la naissance de Institut de la création réunissant les trois écoles relevant de l’art et de la création: l’école nationale d’art de Paris Cergy (ENSAPC), l’école nationale d’architecture de Versailles (ENSAV), l’école nationale du paysage de Versailles (ENSP). Cet institut permettra l’élaboration de projets de formation et de recherche avec l’UVSQ et l’UCP, notamment au niveau doctoral. Cet Institut de la création vise à: - promouvoir les démarches propres à l’Enseignement supérieur et à la recherche dans les champs professionnels de l’architecture, de l’art et du paysage, plaçant la création et le projet comme moteur d’innovation; - faciliter les synergies inter écoles pour des actions, des expérimentations, l’exploration de nouveaux champs pédagogiques et de nouvelles recherches interdisciplinaires; - renforcer la visibilité internationale des trois établissements réunis, et ainsi des grandes écoles françaises porteuses de la dimension projet. Ces trois écoles nationales supérieures garderont leur identité, mais seront ensemble plus fortes pour le projet d’un Institut de la création, pleinement partie prenante de la modernisation de l’Enseignement supérieur français.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

61


62

D.

P R E S

U P G O / I C

L’institut vise quatre grands objectifs: 1 - L’INTERDISCIPLINARITE Expérimenter-innover et participer à la construction de l’avenir des territoires en mutation Fort de l’identité de chacune des trois écoles et de l’importance accordée au maillage territorial, l’Institut de la création fait de l’interdisciplinarité une priorité. Cette interdisciplinarité pourra enrichir l’offre de formation des écoles et favoriser les réorientations dans différents cursus: - au niveau Licence, où se développeront des enseignements novateurs et mutualisés intéressant les fondamentaux des 3 disciplines; - au niveau Master, où pourront se déployer des enseignements de projet et des ateliers de recherche-création autour de problématiques territoriales communes et de thématiques partagées; - au niveau Doctorat, avec des séminaires ouverts aux étudiants et chercheurs des trois écoles partenaires préfigurant, sur la base des expériences déjà acquises, des champs de recherche originaux au sein du PRES sur la recherche par le projet. Les 2 laboratoires des écoles de Versailles, le LEAV et le LAREP, collaborent déjà et sont en mesure d’accueillir des chercheurs de l’ENSAPC.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

D.

P R E S

U P G O / I C

En matière de recherche, l’Institut de la création veut favoriser l’émergence de projets inédits, interfaces problématiques entre les domaines propres à l’architecture, à l’art et au paysage. Il offre des atouts nouveaux pour la valorisation de la recherche et la diffusion de la culture architecturale, artistique et paysagère. 2 - UNE DYNAMIQUE AMBITIEUSE DE COOPERATION PUBLIC-PRIVE L’Institut de la création a vocation à mettre en place avec le PRES UPGO une Fondation Partenariale afin d’y associer des partenaires publics et des partenaires privés. Cette Fondation Partenariale contribuera ainsi au développement et au financement de l’Institut de création. 3 - UNE MUTUALISATION VERTUEUSE D’EQUIPEMENTS NOVATEURS Dans la dynamique du PRES l’Institut de la création fait le choix raisonné de mettre en commun des ressources humaines, technologiques, culturelles, scientifiques et documentaires. Cette volonté affirmée de complémentarité et de mutualisation se concrétisera par de nouveaux projets, au service des étudiants, des enseignants et chercheurs des 3 écoles, enrichissant l’attractivité des établissements, et participant de leur ouverture à la société:

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

63


64

D.

P R E S

U P G O / I C

4 - UNE DIMENSION INTERNATIONALE FORTE L’Institut de la création privilégie déjà: - la création de nouveaux programmes internationaux; - le montage de chaires internationales pour consolider les réseaux d’enseignement et de recherche avec les partenaires étrangers; - l’accueil en résidence d’artistes, architectes et paysagistes de renommée internationale, projet qui a vocation à se développer en relation avec la Maison internationale de la Recherche initiée par le PRES.

PRÉSENTATION DE L’ÉCOLE

01. Présentation (p7-64) LIVRET-ÉTUDIANT-ENSAPC-2012-2013  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you