Issuu on Google+

Catalogue Engelaere Editions Jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord–Pas-de-Calais Dominique Lobjois Régionalisme

208 pages (broché), format 200 x 260 mm, 24 € ISBN 978-2-917621-02-8

C

et ouvrage richement illustré et totalement inédit est consacré aux jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais. Certains sont encore bien présents aujourd’hui et connaissent même un regain d’intérêt particulièrement vivace comme pour le jeux de l’assiette en Picardie ou la boule plate dans la région de Lille-Roubaix-Tourcoing. Ce livre propose un panorama de ces jeux qu’ils soient avec animaux comme les combats de coq, la colombophilie ou le tir à l’oie, des jeux de lancer comme le jeu d’écu, le javelot, le billon…, des jeux de boules comme les boules plates, les quilles du Ponthieu et de Thiérache ou les différents jeux d’estaminets. Les jeux sont montrés dans leur environnement avec leur histoire, leurs règles et leur évolution. L’auteur, Dominique LOBJOIS, est originaire de l’Aisne. Très tôt passionné par la culture et les fêtes populaires, il agit depuis plus de trente ans pour la sauvegarde et la promotion des jeux traditionnels. Chercheur infatigable, il est l’auteur de nombreux articles et brochures sur ce domaine.

V’la les coulonneux (J. Lelaure - Landermar)

L es Q uiLLes en Picardie ? En Picardie il y a trois types de jeu de quilles : celles du Ponthieu (ches tchilles dech Ponthiu), celles de l’Avesnois et celles de Thiérache.

règLes et matérieL

Les coulonneux quand is parlent de leurs œufs, les coulonneux is sont toudis joyeux Les coulonneux les jeunes comme les vieux, les coulonneux ce sont des gins heureux gargantua JOuait auX QuiLLes Luc Delporte dans son livre « Jeux d’hier et d’avant-hier dans le Nord Pas de Calais » nous apprend que Gargantua jouait aux quilles ! « Le Code des Jeux nous dit que l’origine du jeu de quilles semble se situer au XIIe siècle. Son nom dérive du mot celtique (squil) qui signifie éclat de bois. En 1369, une ordonnance de Charles V défendit de s’y livrer. L’enjeu élevé et la passion qu’y apportaient les assistants, expliquait cette mesure. Rabelais fait figurer les quilles parmi les jeux de Gargantua tandis que l’histoire nous apprend que Boileau, Malesherbes et Frédérique Ier s’y sont livrés ».

Dans le Ponthieu, 9 quilles sont utilisées, de formes originales (elles ressemblent à l’axe d’une ancienne roue de charrette en bois), elles présentent quelques différences suivant les communes. Très ventrue, la quille mesure de 50 à 55 cm de hauteur pour un diamètre variant entre 13 et 22 cm. Les quilles du Ponthieu sont des pièces tournées en orme ou noyer massif. Elles demandent un travail de précision que seuls quelques tourneurs savent encore faire. Le pied de la quille est cerclé pour éviter qu’il ne se casse suite aux nombreux coups donnés par les boules. Pour que le cerclage soit efficace, il est réalisé à chaud. C’était le travail du maréchal ferrant de la commune

Qu’est ce que la méthode ? C’est avant tout une façon de faire, sa façon de faire au quotidien avec ses animaux ! Il y a des colombophiles qui vont régler leurs pigeons comme du papier à musique : les nourrir à heures fixes, les sortir à heures fixes, les rentrer à heures fixes. Il y en a d’autres qui vont faire comme ils peuvent et auront les mêmes résultats. Question préparation, il n’y a pas vraiment d’entraînement. Les pigeons se font tous seuls. Il faut aller progressivement. Les pigeonneaux, à partir d’un mois et demi, sont lâchés à 2 ou 3 km pour leurs premiers vols, puis à 4 ou 5. Ensuite ils sont emmenés à 15, 20 kilomètres, mais c’est tout pour l’entraînement. Si les jeunes partent avec un vieux ce n’est pas bon parce qu’ils vont le suivre, ils ne vont pas réfléchir. Quand ils mettent un peu de temps à rentrer, quand ils cherchent, c’est là qu’ils vont apprendre le métier. Il faut qu’ils se débrouillent, c’est comme un apprenti qui doit mettre la main à la pâte pour arriver. Quelques données, voir quelques combines sont cependant utilisées ! LE VEUVAGE

103

42

Le système du veuvage est une préparation psychologique ! Le veuvage c’est priver le mâle de sa femelle pour qu’il ait envie de revenir plus rapidement la retrouver.

c’est l’occasion pour tous les adhérents d’être ensemble, d’échanger et de présenter leurs plus beaux spécimens. C’est aussi le moment d’aborder les petits secrets qui font que l’élevage est avant tout une passion. Cette exposition se fait dans la salle des fêtes, avec la remise des coupes et le banquet. Les colombophiles y amènent leurs plus beaux pigeons. Ils sont répartis par des juges spécialisés dans plusieurs catégories : vieux mâles, vieilles femelles, mâles d’un an, femelles d’un an, jeunes mâles et jeunes femelles. Le classement tient également compte du nombre de prix obtenus dans les concours. Les pigeons sont jugés selon leurs qualités morphologiques, d’après des critères généralement reconnus : c’est le classement standard. Certains privilégient le classement alaire : c’est alors la qualité de l’aile qui est primordiale.

Diminch’ matin dins min gardin, éd’bonne heure euj’sus là, j’attinds J’arvient d’Clermont ou d’Survilliers, J’ai m’n’oeuil pointé su’l’pigeonnier J’voudros qu’min pigeon soit à l’heure, j’ai préparé min constateur Si j’pouvos faire un bieau tchiot prix, j’in s’rai contint et fier eud’mi Toute eul’semaine euj’n’arrête point, j’in ai toudis tout plein mes mains Eum’femme eum’fait que dire ainsi, « j’cros qu’t’as plus quer tes pigeons qu’mi » Y a min gosse qui jue du clairon, ch’est qu’i peur à mes coulons Ch’quien qui’n’arrête pas d’aboyer, j’peux vous dire que je suis pas gâté. Si je compte bin j’in’ai caillé, j’cros qui vont produire euch’t’année Min tchiot magot au bas d’ma côte, sur’mint qui vont avoir la côte Quo qu’y a plus bieau qu’mes coulons ? Quo qu’y a plus malin qu’mes coulons ? Sur mes épaules is sont tout’l’temps, car mes pigeons ch’est mes infants Quand i’y’a eune expostion, euj’choisis min plus bieau pigeon Diminch’ matin’n’a qui rouspète, in ravisant les étiquettes L’journaliste qui prind des photos, et timps un temps i bot un cop Ch’est formidape d’ête coulonneux, ch’te refrain là j’l’ai fait pour eux.

Il y a également le veuvage pour les femelles à qui l’on présente un mâle avant de partir et qui savent qu’elles le retrouveront à leur retour. LA COUVÉE En concours faire couver les pigeons permet de les stimuler pour le retour mais cela nécessite d’avoir beaucoup de temps à leur consacrer. Mettre les pigeons à couver puis les séparer de leur couvée. Pour préparer spécifiquement les dates des compétitions, il faut que les jeunes naissent des jours précis, il faut donc les accoupler en fonction. C’est un calcul compliqué pour faire tous les concours de la saison. Il faut avoir des pigeons différents prêts à chaque date ! Pour la petite histoire, les vieux coulonneux mettaient, un peu avant le concours, un asticot ou une mouche dans des œufs en plastique. La femelle sentait alors qu’il y avait quelque chose à l’intérieur. Elle pensait que son jeune était en train de bouger, ce qui la motivait pour rentrer plus vite. L’INSTINCT MATERNEL Les femelles peuvent aussi revenir parce qu’elles ont deux petits jeunes, que l’on dit « au plateau », qui sont nés 5 ou 6 jours avant et qui attendent. Elles ont l’instinct maternel (mâles et femelles nourissent). Quand les pigeons alimentent leurs petits, ils fabriquent une bouillie dans leur gerbe, comme une espèce de lait pour les nourrir. Lors des concours ils ne doivent pas partir « en bouillie », les pigeonneaux doivent déjà être en grain.

Difficile aujourD’hui

L’AMOUR DU CASIER

Il y a une cinquantaine d’années, beaucoup de familles avaient leur pigeonnier et les « loisirs » s’organisaient autour des pigeons et des courses. La colombophilie faisait partie du quotidien et les pigeons rythmaient les journées et les saisons.

Le mâle a l’amour de son casier. C’est sa maison. Chaque pigeon a le sien, il se l’approprie. Il devient agressif et se bat si un autre entre dedans. Souvent, très souvent même, les pigeons de course

Cette activité est actuellement en très nette régression.

43


NOUVEAUTÉ Tiête ed bos Pierre Delannoy : textes Carl Uytterhaegen : photos Régionalisme

216 pages (broché), format 180 x 140 mm 13 € ISBN 978-2-917621-06-6

C

e petit livre bilingue, français/chtimi, nous propose 9 histoires qui décrivent la vie dans le bassin minier du Nord-Pas de Calais dans les années 70 et 80. Écrits avec soin, profitant d’une orthographe soignée, ces textes nous parlent de personnages attachants, des jeunes comme Roland « Tiête ed bos », ou « Ch’Pocheu  » ou «  Ch’Taijeu  » ou «  Ch’Mécano  »..., mais aussi des anciens de la mine comme Julien qui se bat pour que son compagnon de fond, le cheval Bayard, profite lui aussi d’une retraite bien méritée. Cet ouvrage est illustré de 24 photographies originales du bassin minier du photographe flamand Carl Uytterhaegen qui, de 1975 à 2005, est venu tous les ans suivre l’évolution des lieux et personnes des corons d’Auchel, ce coin du Pas-deCalais marqué par un siècle d’exploitation du charbon. Les textes de Pierre Delannoy sont simples. Ils parlent de gens simples. Ils évitent le paternalisme et le larmoyant mais abordent l’exploitation des hommes par les hommes, sans velléité, sans haine, sans discours revanchard ou vengeur. Pierre Delannoy, toute sa vie, par son travail d’enseignant et de militant de l’éducation populaire, a cherché à adoucir le destin de ces jeunes, de ces vieux, marqués par leur origine. Par ce livre, écrit dans la langue de son pays, il a voulu témoigner de ce monde dur mais pas si triste et où l’humour, parfois involontaire, est souvent bien présent. Préface d’Alain DAWSON, auteur du « Chtimi de poche » et traducteur d’Astérix en chti. Avant-propos de Guy DUBOIS

Si vous souhaitez être tenu régulièrement au courant de nos publications, merci d’adresser vos coordonnées à : Engelaere Editions 719, rue de Lambres – 59500 DOUAI Tél. 0953 68 62 04 – Fax 0958 68 62 04

contact@engelaere-editions.com – www.engelaere-editions.com


Une vie de pêche en baie de Somme Pierre Devismes & Jeanine Bourgau Régionalisme

192 pages (broché), format 240 x 210 mm 20 € ISBN 978-2-917621-04-2

C

et ouvrage richement illustré de photographies d’archives souvent inédites, propose une approche vivante destinée à tous les amoureux de la Baie de Somme et de la mer. Il donne des informations indispensables à la compréhension de l’évolution de ce milieu si fragile et qui s’efface chaque jour un peu plus. Par la sauvegarde de cette mémoire et par l’évocation de ces activités de pêche, la plupart disparues, ce livre veut à la fois rendre hommage aux travailleurs du siècle dernier, à leur culture et être un outil de découverte de la Baie de Somme sous l’angle de son histoire maritime. Une traduction anglaise permet de répondre à la curiosité des voisins visiteurs. Pierre Devisme, amoureux de sa baie et fier de son métier décrit les différentes activités de pêche en Baie de Somme pratiquées depuis son enfance : la pêche en mer à la voile, la pêche aux harengs, la récolte des coques, celle des vers, la pêche à pied aux Cabanes, au cap Hornu, la vente des produits de la pêche, la dure vie des travailleurs de la baie et leur joie lors des fêtes, des processions ou des régates. Jeanine Bourgau, elle-même fille de marin crotellois et fondatrice d’une association pour la sauvegarde de la mémoire du Crotoy, a recueilli ces récits en picard. Elle les a traduits en français et a rédigé pour chacun d’entre eux une introduction explicative qui permet de situer les sujets.


Le tableau noir Claude Tillier Polar : collection « Crimes en Nord »

258 pages (broché), format 120 x 180 mm 9,90 € ISBN 978-2-917621-05-9

D

ans une école de Picardie, à Amiens, un meurtre est commis. La principale suspecte, Violaine Dupré, est professeur des écoles. Le lieutenant de police, Sarah Mitchell, est chargée de l’enquête. Malgré sa profession et un penchant pour la vodka, elle tombe amoureuse de l’enseignante. Quelle sera l’issue de sa quête et de son enquête ? Né en 1965 au Touquet, Claude TILLIER habite à Amiens où il travaille comme guide à la Maison de Jules Verne. Passionné de littérature de genre, London, King et Dick façonnent son univers.

À PARAÎTRE Amiens à l’heure bleue Textes de Claude Tillier, photos de Franck Delautre Parution prévue : décembre 2010

Une vision de la ville d’Amiens par le photographe Franck Delautre, spécialiste de cet instant si particulier entre chien et loup où le ciel se teinte d’un bleu plus profond que celui du jour. Sur les textes de Claude Tillier, auteur du « Tableau noir ».

Engelaere Editions

719, rue de Lambres – 59500 DOUAI Tél. 0953 68 62 04 – Fax 0958 68 62 04

contact@engelaere-editions.com – www.engelaere-editions.com


Sur l’autre rive de la Scarpe Michèle Descatoire Roman

Michèle Descatoire

Sur l’autre rive de la Scarpe roman

200 pages (broché), format 120 x 205 mm 14 € ISBN 978-2-917621-01-1

E

lle vit presqu’heureuse Maïté, sur cette rive de la Scarpe, malgré les rêves prémonitoires qui hantent ses nuits, malgré l’époque troublée des années 40. La guerre qui vit ses derniers jours va pourtant changer le cours de sa vie de petite fille. Tout bascule après la mort brutale de ses grands-parents lors d’une incroyable méprise le jour de la Libération. Liés par une profonde affection avec son frère Olivier, ils vont se soutenir pour traverser cette enfance volée. Un mari et trois enfants plus tard à l’âge de la maturité, Maïté va devoir choisir à la croisée des chemins. Et si le salut était sur l’autre rive ? engelaere editions

Toute une Vie

Nouvelles et autres textes

Alain Marc Nouvelles

92 pages (broché), format 130 x 190 mm 10 € ISBN 978-2-917621-00-4

«T

oute une vie », ce sont neuf histoires comme les neuf lunes qui séparent la conception d’un enfant de sa naissance, neuf histoires qui ne font qu’une aventure. « Avant ma naissance, j’étais où ? », et un mort, à quoi ça sert ? C’est quand-même rigolo de naître avec des poux ! De se demander qui regarde qui dans une cafétéria sale. Ces élégantes nouvelles qui forment un tout nous entraînent à la rencontre de plusieurs personnages, qui peut-être ne sont qu’un ? Alain Marc nous propose ici une ronde comico-tragique qui toujours recommencera mais jamais de la même manière et sans que l’on sache vraiment qui mène quoi. Cerise sur le gâteau, le décor d’Alain Marc c’est toute une vie en… Picardie : Beauvais, Abbeville, Amiens. Et ici, ce n’est pas la Picardie du touriste mais celle des picards qui pensent « concret »… À quoi ça sert tout ça ? Hein ?


1583. Ault, la ville engloutie Sylvette Mathieu Roman historique

264 pages (broché), format 120 x 205 mm 12 € ISBN 978-2-917621-07-3

À

la fin du XVIe siècle, à Ault, en Picardie, quatre femmes : Catherine, la bourgeoise, Marguerite, grande amoureuse qui a vécu à la cour des Valois, Agnès, la fanatique catholique, et Héloïse qui n’a pas eu beaucoup de chance dans sa vie, vivent les derniers moments de la ville basse au pied des falaises. En pleines guerres de religion, le duc de Guise, chef de la Ligue catholique, veut se servir des galeries souterraines d’Ault pour abriter un complot dont le but est l’assassinat d’Élisabeth Ire d’Angleterre la protestante. Joseph, Jésuite mathématicien, astronome et astrologue, lui est envoyé pour organiser la base. Les signes ont prévenu, l’homme du marché a prévenu, mais personne n’y a cru… L’ouragan est arrivé et il a anéanti tous les espoirs, comblé le port, englouti la ville basse et l’église Sainte-Marie, la falaise s’est écroulée sur les maisons des pêcheurs… Victor Hugo, lors d’un voyage sur la côte picarde en 1837, fut ému par le témoignage d’une vieille femme qui, dans sa jeunesse, avait vu le clocher de l’église Sainte-Marie dépassant des flots. Il a raconté ce drame dans une longue lettre à sa femme. Sylvette Mathieu propose à travers ce texte palpitant de vivre les derniers moments de la ville basse d’Ault qui fut engloutie par la mer à la fin du XVIe siècle. Contrairement à la légende de la ville d’Ys, c’est un fait historique acquis tout comme l’existence d’un beffroi ecclésiastique ou la présence de muches (refuges souterrains) uniques en Picardie maritime. L’auteure nous emmène dans sa quête, sur le terrain auprès des habitants, de ce patrimoine oublié mais exceptionnel de la ville d’Ault.


Ch’est toudis l’pus laid baudet, qui passe s’tiête pa-dzeur l’haïure Michel Meurdesoif Régionalisme

128 pages (broché), format : 180 x 140 mm, 12 € ISBN 978-2-917621-03-5

C

h’est toudis l’pus laid baudet est un recueil de textes en picard parus dans le journal municipal de Monchecourt, près de Douai. Ces textes sont inspirés de personnages réels (ou mythiques) de ce village dont les habitants se désignent avec un humour féroce par l’appellation «  baudets  ». On pardonnera à l’auteur les nombreuses scènes de bistrot (lui-même est abstème), les propos misogynes (il est plutôt féministe) et les sujets graveleux et scabreux. Chaque texte est accompagné d’une transposition en langue soutenue qui n’est en aucun cas une traduction. Des illustrations de Mako viennent ponctuer ces textes que l’éditeur a choisi de regrouper par thèmes. Un glossaire « roues de secours » en fin de livre permet de s’y retrouver quand la compréhension n’est pas immédiate. Michel Meurdesoif est né en 1948 dans une famille ouvrière (le père travaillait dans une centrale à charbon). Il a été publié par hasard : son premier éditeur n’imaginait même pas sortir un livre en ch’ti. L’Minteux i est pas lon fut pour Dimitri Vazemski une belle réussite, due aussi au soin particulier porté à l’illustration réalisée par Mako. Lulu se désespérait des chances de son fils à obtenir le grade de bachelier. Face aux questions de physique, même élémentaire, le fils peinait à trouver de bonnes réponses. Pour illustrer la transparence de la matière, il finit par trouver la clé. Lulu i fesot réviser à sin garchon s’n oral ed bac. I arrivot pas à li faire sortir inne bonne réponse et i s’disot que chti qui l’interrogerot i arot bin des russes à li mette inne paire ed points. « Bon, alors dis-me chou qu’ch’est l’matière ? — Bin, i n’d’a d’toutes sortes… Ch’est bin difficile ed réponte à cha. — Ch’est transparint obin in y vot rin à travers ? — Pour mi, ch’est transparint. — In v’là core inne à mette avec el’z’autes. De l’matière transparinte ! Alors si t’es si malin qu’cha, donne-me un eximpe ed matière qu’in peut vir à travers. — Bin, un tro d’serrure, Pa ! »


Bon de commande librairies Librairie ...................................................................................................................................................... Adresse ......................................................................................................................................................... Code postal . ............................. Ville ........................................................................................... Contact ....................................................................................................................................................... Tél......................................... Fax...................................... Courriel . ............................................... Désignation

Prix unitaire Quantité

« Jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord–Pas-de-Calais » de Dominique LOBJOIS. ISBN : 978-2-917621-02-8

24,00 €

« 1583, AULT, la ville engloutie » de Sylvette MATHIEU ISBN : 978-2-917621-07-3

12,00 €

« Ch’est toudis l’pus laid baudet... » de Michel MEURDESOIF. ISBN : 978-2-917621-03-5

12,00€

« Le tableau noir » de Claude TILLIER ISBN : 978-2-917621-05-9

9,90 €

« Une vie de pêche en baie de Somme... » de Jeanine Bourgau & Pierre Devismes ISBN : 978-2-917621-04-2

20,00€

« Sur l’autre rive de la Scarpe » de Michèle DESCATOIRE ISBN : 978-2-917621-01-1

14,00 €

« Toute une vie » d’Alain MARC ISBN : 978-2-917621-00-4

10,00 €

«Tiête ed bos » de Pierre DELANNOY ISBN : 978-2-917621-06-6

13,00 €

Prix TTC Total

35% remise libraire Participation frais de port

TOTAL TTC Remise de 35% pour les librairies sur les commandes fermes / retours acceptés. Remise de 30% sur les dépôts / retours acceptés. Participation forfaitaire aux frais de port.

Engelaere Editions

719, rue de Lambres – 59500 DOUAI Tél. 0953 68 62 04 – Fax 0958 68 62 04

contact@engelaere-editions.com – www.engelaere-editions.com


Catalogue Engelaere Editions