Page 1

EN FRA NÇA I S DA NS LE TEX TE Ch roni q ues soci al es à New York

N°6 - Janv i er 2016

Gwendolyn Johnson, Grand Central Terminal New York City

Spécial : Le volontariat sans frontiére Caméra à l 'épaul e Lumière sur trois parcours atypiques ISSN: 2380-5943


Édito Pour nous joindre:

Sommaire New York la Francophone

enfrançaisdansletexte@gmail.com

3

Faits et chif f res liés à la langue f rançaise sur New York

Le volontariat sans frontière

4

:rois portraits de volontaires ou bénévoles

La voie du volontariat

5

Virginie et Guillaume

L'art du bénévolat

6

Anne- Marie

Edito Le volontariat est souvent perçu comme un substitut à une "vraie" activité professionnelle, une activité pour personnes âgées ou encore pour conjoint d'expatrié. Non ce n'est pas cela ou que cela, c'est aussi un réel investissement, une réalisation de soi au service des autres. La rédaction avait envie de mettre en lumière trois parcours singuliers de bénévoles ou de volontaires qui nous plongent dans un monde encore trop décoloré, et raccourci par des étiquettes, afin de lui redonner des couleurs, une noblesse.

Le bénévolat: une seconde vie 7 Marie- Christ ine

Les chemins de travers

8 Christelle Bois Assistante Sociale D.E. Rédactrice en Chef


NEW-YORK laFrancophone Une cinquantaine d?associations françaises (ou francophones) sont actives à des degrés divers sur New York et dans la région. Elle peuvent être régionales, sociales ou professionnelles. http:/ / frenchmorning.com/ associations-francaises-de-new-york/


LEVOLONTARIAT SANSFRONTIÈRE Si en France le terme volontaire et bénévole se chevauchent il y a une raison historique. Tout d'eux d'origine latine, la France a choisit le second bénévole (benevolus) qui signifie bienveillant, dévoué, alors que le premier (voluntarius) qui a donné volontaire en français s'est transformé en volunteer dans les pays anglo-saxon. Dans la langue Française cependant ces deux termes peuvent se différencier. Le bénévole serait une personne qui s'engage librement pour mener une activité non salariée, durant son temps libre, en direction d'autrui. Le volontaire serait une personne ayant les mêmes charactéristiques mais avec la possibilité d'être salariée et d'en faire son activité principale.

Mais dans le contexte international si les deux termes se chevauchent c'est bien que la frontière entre les deux est poreuse et finalement peuvent s'utiliser dans un même contexte. http:/ / www.francebenevolat.org/ uploads/ documents/ Fiche_juridique_definitions_V_12_2006.pdf http:/ / www.pro-bono.fr/ 2012/ 03/ benevole-et-volontaire-quelle-difference/


LAVOIEDUVOLONTARIAT Pour Guillaume et Virginie, c'est devenu une évidence: l'engagement plein et entier au service et avec les plus pauvres où qu'ils se trouvent dans le monde. Elevés dans un milieu social qu'ils décrivent aisé, leur parcours les a amenés à s'interroger sur le sens de leur vie et la direction qu'ils voulaient lui donner. Virginie, après un beau parcours universitaire, durant un voyage humanitaire, a été prise au coeur par des enfants à Lima; La pauvreté et l'état d'oubli dans lequel ils vivaient ne formaient qu'un écran à ces écrins d'or que chacun de ces enfants étaient. Ils lui ont apporté l'évidence de l'engagement.

sont donné comme défi de se faire accepter dans une petite communauté avec comme seules armes, la patience et l'amour de l'autre. Et le résultat est là. Après 7 ans de vie de partage, ils sont repartis devenus presque burkinabés eux-mêmes. L'arrivée aux États-Unis a été dure, presque une épreuve pour ce couple pourtant bien assuré dans ses valeurs. La remise en question du choix de vie est inévitable dans ces moments mais saine, car pouvoir refaire et réaffirmer son choix, à chaque tournant est cette force qui les fait continuer. Désormais installés à New York, avec leur trois enfants, leur passion est toujours là, plus mature sûrement qu'il y a 12 ans, mais toute aussi vive et rayonnante.

Guillaume, tout jeune, questionnait déjà l'injustice. Alors il a dit non L'avenir n'est pas écrit, Virginie et Guil l aume à la voix toute tracée pour cependant, Virginie se voit lui; De ces grandes écoles bien encore poursuivre 10 dont les portes lui étaient grandes ouvertes, il ans de cette vie là. Pour Guillaume, plus choisit l'université et son anonymat où des encore, il ne voit pas d'autre voie que celle de années de réflexion l'ont amené à une vie l'engagement. d'engagé sur le terrain. Leurs routes se sont croisées et se poursuivent désormais ensemble avec le même défi de vivre une vie de couple de volontaires aux quatre coins du monde. Ainsi, au Burkina Faso, au sein de ce peuple fier où la société très traditionnelle est aussi dure à percer que les terres arides de ce pays, ils se

Quel choix de vie le volontariat; Vivre dans un confort matériel réduit à l'essentiel, se donner aux autres, aux plus pauvres, finalement pour y puiser sa propre ressource intérieure, la lumière comme ils le disent! C.B. `


L'ARTDUBÉNEVOLAT Tout commence par un grain de sel jeté dans une goutte d'eau pour libérer des prismes de couleurs. Voici la ruse qu'utilise Anne-Marie pour débloquer l'expression artistique du groupe qu'elle anime. C'est que Anne-Marie a à coeur d'ouvrir les portes de l'art aux communautés qui en sont les plus éloignées. Expatriée, elle suit son mari au gré de ses mutations depuis plus de 20 ans. Elle a passé de nombreuses années en Amérique du Sud dont elle a gardé toute la chaleur dans son regard. Désormais installée à New-York, ses enfants aux quatre coins du monde, elle nous raconte sa passion de l'art et son plaisir à lier l'art et le bénévolat. Après des études d'histoire de l'art, elle devient conservateur de musée: carrière dans laquelle elle pensait exercer et évoluer pendant longtemps. Mais voilà l'expatriation est passée par là. Et au hasard des emménagements arrive, dans le cadre de ses activités bénévoles, comme un cadeau, une opportunité, celle d'ouvrir les portes de l'art aux oubliés. Ainsi face à un groupe de femmes venu

pour apprendre le français, Anne-Marie propose soudain la visite d'un musée, comme pour partager sa passion. La réalité va dépasser ses attentes, c'est 2 heures non stop de découverte, de regards emerveillés portés aux oeuvres que vont vivre ses femmes, comme des échos de leur propre vie, dans la maison de l'impressionnistes Sorolla. Puis ensuite c'est le musée du Prado, impressionnant tout de même pour ces personnes qui n'ont jamais franchi la porte d'un musée. Voir et admirer c'est beau mais si "on peignait" s'éléve une voix. Cette soif, une fois découverte, peine à être étanchée. Voilà jusqu'où, une bénévole passionnée, peut arriver: révéler des capacités enfouies, oubliées, de populations elles-mêmes oubliées par le monde de l'art. Mais pour Anne-Marie, cela ne s'arrête pas là. Une fois la porte de la création ouverte pour d'autre, comme un appel, elle franchit elle même le pas de la création artistique. Et maintenant, elle aussi peint. Aurait-elle osé sans l'exemple de ces gens? Nul ne le sait. C.B.


LEBÉNÉVOLAT: UNESECONDEVIE Marie-Christine, jamais vous ne la joindrez sur son portable, tout simplement par ce qu'elle n'en n'a pas. Ayant été trop esclave de cet objet comme elle le dit elle-même, elle se refuse à l'être encore à l'âge de la retraite. C'est que Marie-Christine a vécu à cent à l'heure. 30 ans passées à être infirmière, dont 20 ans en bloc opératoire à l'époque où les infirmières pouvaient être aide-chirurgien. Alors recoudre, enfin "finir un patient" dans le jargon, elle sait faire. Et pourtant, dans un ras-le-bol de vie de salarié, le couple a décidé de quitter leur carrière respective pour devenir directeur de maison de retraite: ils ont fait le choix des personnes agées atteint de la maladie d'Alzheimer, le choix de l'humain en fin de vie, le choix de la détresse de ces familles face à cette maladie. 10 ans d'une vie intense mais tellement riche puis un jour c'est le néant, l'époux décède brutalement. Malgré la volonté de poursuivre le chemin, Marie-Christine n'en a pas la force et au bout d'un an arrête tout et prend la décision de vivre à temps partiel chez sa fille récemment intallée à

New-York. Une vie nouvelle qu'il faut combler. Voilà le point de départ du bénévolat pour Marie-Christine. Bien que cela ne lui soit pas étranger, sa mère était elle même bénévole active durant sa retraite, elle n'avait jamais eu le temps à vrai dire d'y songer. Voilà donc une occasion à ne pas laisser passer se dit Marie-Christine quand on lui propose de s'occuper de personnes agées. Ainsi pour répondre à son besoin de contact humain mais sans doute aussi pour répondre à ses instincts d'infirmère, elle s'engage totalement dans cette activité sans contre-partie avec simplement le but d'aider les personnes agées à finir leur vie dans les meilleures conditions: seule limite qu'elle se pose, l'établissement d'une relation où le respect est mutuel. Alors peut-être rencontrerez-vous Marie-Christine accompagnant une personne âgée à faire ses courses où à aller au restaurant. Vous la reconnaîtrez par son sourire franc, sa joie de vivre et son immense attachement à la personne à qui elle vient en aide. C.B.


LESCHEMINS DETRAVERSE A Voir

A connait re

Visit ez et découvrez l 'ONU:

Les ONG Françaises

Le Siège de l?Organisation des Nations Unies se trouve à New York, au bord de l?East River. Dès que vous franchissez les grilles de l?entrée des visiteurs de l?ONU, vous êtes en territoire international

Il n?existe aucune base juridique (et a fortiori aucun organisme d?enregistrement des ONG) qui permette de dire si telle organisation est, ou non, une ONG. Formulé pour la première fois en 1945 par le Conseil économique et social (Ecosoc) de l?ONU


àbientôt

En français dans le texte n°6 jan 2016  

Magazine dédié à la communauté francophone expatriée. Un regard social, nouveau, avec et pour la communauté expatriée. Focus sur le bénévola...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you