Page 1

EN FRANCAIS DANS LE TEXTE Chroniques Sociales à New York N° XV - NOV 2016

L’EXPATRIATION De l’enfant à l’âge adulte: l’impact PRESENTATION Adélaïde FIL D’ENTRETIEN Les clefs d’un monde sans frontière

ISSN 2380-5943


EFDLT dans le monde

RĂŠpartion de nos lecteurs dans le monde entier


Pays les plus représentés

Etats-Unis France Belgique Algérie Chine Brésil Royaume Uni Inde Japon

Source: Statistiques ISSUU


Un déménagement n’est jamais facile pour les enfants. Une expatriation encore moins ! Ils l’ont rarement choisie et ne savent pas à quoi s’attendre. Top Départ propose un ensemble d’activités qui leur permettra, étape par étape, de se préparer au changement et de le vivre sereinement.


Dans ce numéro

En Français Dans le Texte Novembre 2016

5 Edito 10 Dossier du mois 14 Présentation Adélaide

12

18 Fil d’entretien 20 Appendice

14 18


EDITORIAL

L’ expatriation: de l’enfant à l’âge adulte: l’impact

D

e l’enfance on garde tous des

sons, des senteurs, des départs et des venues. Que restera t-il de ces départs à l’infini, de ces au revoir à répétition, de ces valises signe de nouveaux paysages? De nouveaux amis à faire ou à perdre? Rien ne peut le présager. Unique, nous le sommes tous et nous nous construirons chacun à notre manière notre vie d’adulte sur ces souvenirs. Alors pour un moment revenons en arrière et revisitons cette enfance en expatriation que certains ont vécue et comprenons un peu mieux ces adultes appellés désormais des ATC (Adulte de Troisiéme Culture). Christelle Bois

Rédactrice-en-Chef


EFDLT

EDITORIAL


EN FRANCAIS DANS LE TEXTE Magazine

Magazine publié à New York City. Fondé en 2015 Rédacteur en Chef Christelle Bois

Photographie Couverture: @enfrancaisdansletextenyc

Contact: christelle@enfrancaisdansletextenyc.com

ISSN 2380-5943


DOSSIER

Expatria De L’enfant à l’âge adulte: L’impact


tion Adélaïde Russell est psychologue. Elle a fait le choix de suivre son conjoint en expatriation il y a 17 ans et a poursuivi sa carrière dans 4 pays différents.

En collaboration avec Adélaide Russell, retrouvez notre dossier du mois Elle est la co-auteure avec Gaëlle Goutain de deux guides pratiques sur la famille expatriée: L'enfant expatrié, accompagner son enfant à travers les changements liés à l'expatriation, L'Harmattan, Février 2009 et Conjoint expatrié, Réussissez votre séjour à l'étranger, L'Harmattan, Février 2011. A Houston depuis 2011 elle pratique en tant que Life Coach, et reçoit des clients dans son bureau ou par vidéoconsultation avec Eutelmed. Elle édite le site www.expatfamille.com


Présentation de notre invitée: e Adélaide


Adélaide n’est pas une inconnue de l’expatriation. Née en Afrique, elle est revenue en Fance à l’âge de 6 ans pour mieux reprendre la route de l’expatriation à l’âge adulte. De cette rupture jeune, de sa vie professionnelle à ajuster, à recréer, de sa famille à investir dans ce contexte particulier, de tout ces défis communs à la communauté d’expatriée, Adélaide en a fait son activité. Coach à Houston (Texas) elle soutient et aide les enfants, les familles et adultes, dans leur parcours. A l’écoute de cette communauté, elle nous rappelle qu’il n’y a pas de généralité à faire: chaque enfant, pour un même parcours, au sein d’une même fratrie, vivra les choses différemment. Cependant, bien sur qu’une enfance sur les routes n’est pas anodine et sera la cause de bagages plus ou moins lourds. Alors elle nous fait passer le message que c’est la famille, la famille nucléaire, lieu de repère, lieu de bien être ensemble, qui est le meilleur rempart aux pièges de l’expatriation. Ainsi elle croit - et nous convainc - en l’importance du travail de prévention auprès des parents: Investir la famille doit être une priorité. C.B

Adélaïde Russell


DOSSIER

P

etit,

en

expatriation, les années passent, au rythme des changements d’école, des adieux qui se répétent. L’enfance toute ou partie est passée à faire et refaire, défaire ce qui a été fait sur les routes de l’expatriation. Si ce regard d’enfant s’est effacé au profit de celui d’un adulte, cette nouvelle vision, plus mature, n’empêche pas les réminiscences, les questions encore sans réponses. C.B.

Photo: En Français Dans le Texte


E

n tant que parents nous

sommes sensibles au bien être de nos enfants. Notre plus grand défaut serait sans doute de vouloir faire trop bien. Lorsque nous nous embarquons dans le mouvement de l’expatriation, les enfants suivent tant bien que mal, apprennent à l’école si spéciale de la multiculturalité. Bénéfices et désavantages se conjuguent comme dans n’importe quelle école. Mais elle forge une identité, un état d’esprit que l’on retrouve à l’âge adulte. En effet comment ces enfants qui ont bien du mal à répondre à la question d’où ils viennent, font-ils pour se présenter, pour s’identifier une fois devenus adultes. Comment par exemple conjuger les souvenirs et senteurs d’Asie avec son lieu de naissance nordique et sa nationalité Américaine? Nous allons inviter pour cela des anciennes et des nouvelles connaissances d’EFDlT.

Rappellez-vous Frédérique qui a passé son enfance sur les routes. Son pays de coeur est la Norvège, terre où elle a passé ses jeunes années. Ainsi la nationalité et le coeur peuvent prendre des chemins différents. Et cela rend difficile pour l’adulte qu’elle est devenue d’expliquer simplement d’où elle vient. Et le retour « chezsoi » n’a pas le même sens que pour beaucoup, car ou estce? La France où elle est née et dont est originaire son plat préferé, le foi de veau avec purée, ou la Norvège, le pays de ses souvenirs d’enfance? Est-ce cette enfance entre plusieurs continents qui l’a incité à reprendre les chemins de la route parvenue à l’âge de raison? La question n’a sans doute pas de réponse mais elle interpelle sur le rôle de l’expatriation dans les choix de vie.


A

délaide nous rappelle qu’il

n’y a pas d’âge idéal pour l’expatriation. Certains jeunes qui n’auront connu que cela en accepteront les avantages et les inconvénients et vivront leur vie d’adulte en conséquence: soit ils deviendront sédentaires soit au contraire ils chercheront à partir ou choisiront un conjoint qui les emmènera ailleurs. Pour l’adolescent, période sensible au possible, cela peut être un renouveau dans un routine ennuyante, une chance offerte. Il restera au pays, ou prolongera sa vie d’expatriation jusqu’à l’âge adulte. Invitons maintenant Chantal dans notre discussion. Maman de 6 enfants, sa famille est une « Team » nous dit-elle avec affection. Et il faut bien avouer que leur parcours n’est que résonnance à nos interrogations.

En effet, les trois dernières décennies se sont partagées à égalité entre l’Espagne, la France et les Etats-Unis. Ainsi les trois ainés se sentent plus Espagnols ayant passé leurs jeunes années dans ce pays. D’ailleurs deux des trois enfants sont partis s’installer là-bas. Les trois derniers se sentent plus Américains mais sont r e v e n u s e n Fr a n c e , p o u r l’instant: leurs âges avancés à l e u r a r r i v é e , u n e p e t i te dizaine d’année ne leur a peutêtre pas permis une assimilation aussi forte que leurs ainés. De leurs différences, ils en ont fait une constante, se sentir Européen, avec cette envie d’ailleurs tout en gardant un point d’ancrage: la Team. Ces Adultes de Troisiéme Culture qu’ils sont devenus nous montrent la voie, partir et revenir dans un mouvement d’équilibre tels des citoyens du monde.


A

llons désormais à la

rencontre de Gabrielle, Américaine francophone qui a passé son enfance sur les chemins. Des images d’enfance, elle en a beaucoup. Elle a du apprendre à vivre avec les changements, à se faire des racines dans un contexte particulier ou deux monde co-existent, celui de sa famille, sa culture, et celui du pays dans lequelle elle a vécu. De cela, tout comme Frédérique, la question des origines est rendue délicate jusqu’à ce qu’aujourd’hui adulte elle soit en paix avec et accepte son enfance particulière et qu’elle puisse dorénavant en apprécier les aspects positifs: Une curiosité, une adaptabilité à toutes ou du moins à beaucoup d’épreuves.

De ce témoignage, on retient que rien n’est facile, le monde de l’enfance n’est pas à l’abris des écueils de l’expatriation mais, adulte, il semble possible de transformer cette expérience en une richesse unique et en atouts indispensables dans ce monde aux frontières et cultures poreuses. Eclairés par ces parcours atypiques et semblables à la fois, on se surprend à envier et à plaindre ces enfants. Sans doute, comme pour tout, les avantages et les bénefices se cotoient comme une épreuve d’équilibriste. Arriver à trouver l’équilibre entre deux mondes se trouve p e u t- ê t r e a l o r s d a n s l a création d’un troisième: celui issu de cette troisième culture qui est caché à ceux qui n’ont pas connus l’expatriation enfant. C.B.


FIL D’ENTRETIEN

les clefs d’un monde sans frontière


S

i certains ont été bercés

enfants par une routine rassurante et porteuse de racines d’autres auront connus des ruptures à n’en plus finir, des nouveautés à peine des habitudes créées. Des regrets seront toujours là de part et d’autre. Ce sentiment d’instabilité impardonnable qu’ils rappelleront de manière permanente à leur parents, de cette enfance quasi volée car vécue dans un pays qu’il a fallu de nouveau quitter. Des imcompréhensions suite à un retour dans un pays inconnu décrit comme la maison accompagné, d’un sentiment de non accueil, de non appartenance. Enfance à part, être à part?

C’est aussi ces impossibilités de penser comme les autres à défaut de comprendre de quoi ils font référence. Perçu parfois stupide ou inadapté, il n’est pas toujours aisé d’être Adulte de Troisiéme Culture. Et pourtant quelle force se cache dans cette perpertuelle obligation d’adaptation, d’assimilation, dans cette foultitude culturelle à portée de main. Et c’est bien d’une communauté unique dont on parle, qui se retrouve, se reconnait, s’interpelle sans pourtant réellement se chercher. D’Enfants de Troisième Culture ils seront des Adultes de Troisième Culture qui garderont, à défaut de transmettre, les clefs d’un monde sans frontière. C.B.


APPENDICE

R

écents dans le paysage du monde

Sigles: ETC: Enfant de Troisième Culture ATC: Adulte de Troisième Culture TCK: Third Culture Kid TCA: Third Culture Adult

de l’expatriation, il est bien difficile de trouver des définitions des ETC ou ATC. Cependant vous rencontrez plus souvent leurs équivalent anglais TCK/ TCA, pour lesquels de nombreuses références existent. Afin de mieux vous y retrouver dans ces sigles voici une transcription et une bibliographie pour une étude approfondie. Vous trouverez la référence en langue anglaise et aussi quelques auteurs en langue française qui ont abordé cette thématique. Certains noms vous diront quelques choses: ils ont été nos invités dans des éditions précédentes pour nous apporter leur éclairage.

Bibliographie: En Français: Cécile Guylbert Enfants Expatries: Enfants de la Troisième Culture

Adélaide Russell/Gaëlle Goutain L'enfant expatrié, accompagner son enfant à travers les changements liés à l'expatriation

En anglais: Ruth Van Reken/Pollock Third Culture Kids: Growing Up Among Worlds* *Voici un PDF récapitulatif qui reprend en français les grandes lignes de l’ouvrage.


EN FRANCAIS DANS LE TEXTE Magazine

Retrouvez directement tous les mois dans votre boite de messagerie En Français Dans le Texte grâce à notre newsletter.

Abonnez-vous ici


EN FRANCAIS DANS LE TEXTE Magazine

Efdlt nov 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you