Page 3

En particulier,   les   graisses   animales   et   les   graisses   cuites   (voire   brûlées  !)   ont   cet   effet   négatif   sur   la   paroi   intestinale:  ce  sont  nos  bien-­‐aimées  viandes  en  barbecue,  chips,  frites  etc...   Inversement,  certaines  graisses  végétales  (huile  de  lin,  d’olive,  de  soya,  de  carthame  en  première  pression)  ont   un   effet   régénérateur   et   protecteur   à   condition   d’être   consommées   quotidiennement.   Ces   huiles   crues   rétablissent   la   structure   microperforée   de   l’intestin   et   protègent   donc   l’organisme   contre   l’invasion   des   substances  indésirables  que  l’alimentation  industrielle  pas  trop  contrôlée  nous  impose.     De  plus  elles  aident  à  la  régulation  du  transit  intestinal.     2.  L’intestin  humain,  par  sa  longueur,  s’apparente  bien  plus  à  l’intestin  de  la  vache  (végétarienne)  qu’à  celle  du   canidé  (carnivore).   La   longueur   de   l’intestin   humain   implique   la   lenteur   de   la   digestion   et   la   putréfaction   des   aliments   inadaptés   à   la  longueur  du  processus  :  la  viande  par  exemple.  La  putréfaction  s’accompagne  d’une  production  de  gaz.   A  titre  d’exemple,  le  chien  expulse  dans  l’heure  le  repas  qu’il  a  fait.   Chez   l’humain,   le   processus   complet   depuis   l’ingestion   jusqu’à   l’expulsion   prend   une   dizaine   d’heures,   voire   plus.      

3. LES SELLES Sont   constituées   de   ce   qui   n’était   pas   absorbable   par   l’intestin   en   fin   de   processus,   des   nombreuses   cellules   mortes   de   l’intestin,   d’eau,   de  bactéries.   Certains   aliments   sont   totalement   digérés,   et   ne   laissent   aucun   résidu   (les   pommes   de   terre   par   exemple).     Certains   aliments   ne   sont   absolument   pas   digérés,   et   sont   évacués   pratiquement   sans   transformation  :  c’est  le  cas  des  fibres  par  exemple.    Elles   ne   servent   pas   à   «  nourrir  »  mais  à  balayer  sur  leur  passage  tout  ce  qui  traîne  dans   l’intestin.     Pour   favoriser   le   transit   intestinal,   il   faut   bouger   (massage   intestinal   automatique),   boire   (pour   éviter   la   dessiccation  des  matières  et  le  «  bouchon  »),  et  consommer  des  fibres  en  suffisance  (pour  assurer  le  balayage).      

4. LA DIG ESTIO N , C’EST U N EFFO RT !!! L’estomac   et   l’intestin   sont   des   muscles   qui   fonctionnement   automatiquement   (voir   matière:   les   muscles   lisses).   Pendant   la   digestion,   l’effort   musculaire   qui   dépend   d’ailleurs   de   ce   qui   a   été   mangé   utilise   un   fort   courant   sanguin   pour   apporter   l’énergie   nécessaire   aux   contractions   de   l’estomac   et   de   l’intestin   et   véhiculer   les   nutriments  dans  l’ensemble  du  corps.   L’effort  musculaire  n’est  donc  pas  indiqué       -­‐parce  que  le  circuit  sanguin  est  polarisé  par  l’estomac  et  l’intestin   -­‐parce  que  le  travail  intestinal  libère  de  la  chaleur  qui  s’évacue  sous  forme  de  sudation  qui  elle-­‐même   s’accommoderait  mal  de  la  sudation  supplémentaire  due  au  travail   musculaire.     Il  faut  donc  choisir  avec  intelligence  et   -­‐soit  ne  pas  fournir  de  travail  musculaire  intense  après  un  repas   -­‐soit   prévoir   ce   repas   sous   forme   d’aliments   particulièrement   digestes  (exclure  les  graisses  !)            

Dossier EPS 5ème  

Dossier d'Education Physique des élèves de 5èmes de NDC (version 2012-2013)

Dossier EPS 5ème  

Dossier d'Education Physique des élèves de 5èmes de NDC (version 2012-2013)

Advertisement