Page 1

Jon Frederik Baksaas – Président de Telenor Norvège Francisco Pinto Balsemão – ex premier ministre portugais, actuel PDG de la principale holding de presse écrite et adio-visuelle portugaise, Impresa Nicolas Baverez – éditorialiste de l’hebdomadaire Le Point (propriété du Groupe Pinault) Franco Bernabè – président de Telecom Italia, vice-président de Rothschild Europe Xavier Bertrand – Secrétaire général de l’UMP Carl Bildt – ministre des affaires étrangères de Suède, ancien Premier ministre, ex envoyé spécial de l’ONU dans les Balkans Jan Arne Björklund – ministre de l’éducation et président du parti Folkpartiet en Suède Christoph Blocher – ancien conseillé fédéral et ancien chef du parti de l’UDC (parti de droite autoritaire et xénophobe en Suisse) Alexandre Bompard – PDG d’Europe 1 (propriété du Groupe Lagardère) Vendeline von Bredow – journaliste économique à The Economist Oscar Bronner – patron de presse autrichien Max Boot – auteur, historien, membre du CFR Ana Botín – directrice de la Banco Español de Credito, fille du président de la Banco de Santander, Emilio Botín Henri de Castries – président d’AXA Juan Luis Cebrián – président de PRISA, groupe de médias espagnol, et co-fondateur d’El Païs (premier quotidien espagnol) W. Edmund Clark – président de Toronto-Dominion Bank (Canada) Kenneth Harry Clarke – député conservateur de Grande-Bretagne et ministre des finances dans le gouvernement fantôme de David Cameron Luc Coene – gouverneur adjoint de la Banque Nationale de Belgique Sami Cohen – directeur du quotidien turc Milliyet Timothy C. Collins – président Ripplewood Holdings George David – président de Coca Cola en Grèce Sir Richard Billing Dearlove – ex-directeur du MI6 (services secrets britanniques) Anna Diamantopoulou – député du PASOK (parti socialiste grec) Mario Draghi – gouverneur de la Banque centrale italienne Nicolas Eberstadt – président de l’American Enterprise Institute (think tank américain) Anders Eldrup – président de DONG Energy Danemark John Jacob Philip Elkann – vice-président du groupe Fiat Thomas Enders – co-président d’EADS, président d’Airbus José Manuel Entrecanales – président Acciona (groupe de BTP espagnol) Werner Faymann – chancelier autrichien, président du SPÖ (parti social-démocrate autrichien)

485


Isidro Fainé Casas – président de Caixa Bank Niall Ferguson – professeur d’histoire à la Harvard Business School, historien officiel des Rothschild Timothy Geithner – secrétaire au Trésor (ministres des finances) des Etats-Unis Dermot Gleeson – conseiller du gouvernement irlandais et avocat d’affaires Donald E. Graham – PDG du Washinton Post Alfred Gusenbauer – ex-chancelier d’Autriche Victor Halberstadt – professeur de sciences économiques Université de Leiden Ernst Hirsch Ballin – ministre de la Justice des Pays-Bas Richard Holbrooke – représentant spécial d’Obama pour le Pakistan et l’Afghanistan Jan HM Hommen – président ING Bank Jaap de Hoop Scheffer – secrétaire général de l’OTAN James Logan Jones Jr. – conseillé à la sécurité nationale d’Obama Vernon Jordan – ancien conseiller à la sécurité nationale du président Clinton, ancien membre de la Commission Baker-Hamilton sur l’Irak, directeur-associé de la banque d’affaire Lazard Frères Robert Kagan – conseillé d’Obama pour la politique de sécurité, le terrorisme et les Balkans Jyrki Katainen – mministre des finances de la Finlande Henry Kissinger – ex ministre des affaires étrangères des Etats-Unis sous Nixon, président de Kissinger Associates John M. Keane – président de SCP Partner, ex-général américain Muhtar Kent – président de Coca-Cola Turquie John Kerr – vice-président de Royal Dutch Shell, membre de la Chambre des Lords Baron Kerr of Kinlochard – vice-président de la Royal Dutch Shell, président du Centre for European Reform Eckart von Klaeden – porte-parole de la CDU (parti d’Angela Merkel, droite libérale allemande) Klaus Kleinfed – président de Alcoa Mustafa Koç – président de Koç Holding le plus grand conglomérat turc Roland Koch – vice-président de la CDU, ministre-président du Land de Hesse Sami Kohen – chroniqueur de politique extérieure du journal turc Milliyet Henry Kravis – président du Hudson Institute (think tank américain), président du fonds d’investissements Kohlberg Kravis Roberts & Co Marie-Josee Kravis – membre du Hudson Institute et épouse de Henry Kravis Neelie Kroes – commissaire européen chargé de la concurrence Odysseas Kyriakopoulos – président de l’Association grecque des industriels, PDG des mines S&B Group Christine Lagarde – ministre de l’économie, de l’industrie et du travail en France Pascal Lamy – directeur général de l’OMC, ex commissaire européen chargé du commerce, ex négociateur européen pour les accords du GATT, de l’AGCS et de l’AMI

486


Manuela Ferreira Leite – président du PSD, parti social-démocrate portugais Bernardino León – secrétaire général du cabinet du premier ministre Zapatero Peter Löscher – président de Siemens Peter Mandelson – ministre de l’économie de Grande-Bretagne, ex commissaire européen chargé du commerce Jessica Tuchman Mathews – présidente de Carnegie Endowment for International Peace (think tank américain) Philippe Maystadt – président de la Banque européenne d’investissement (BEI, basée au Luxembourg) Edward McBride – journaliste à The Economist Frank McKenna – président du conseil d’administration de la Toronto Dominion Bank John Micklethwait – directeur de The Economist Thierry Montbrial – President de l’IFRI (Institut français des relations internationales) Mario Monti – ex-commissaire européen chargé du marché intérieur, puis de la concurrence, actuellement président de l’Université Luigi Bocconi de Milan Miguel Ángel Moratinos – ministre des affaires étrangères d’Espagne Craig Mundie – stratège en chef de Microsoft Egil Myklebust – président de la compagnie d’aviation SAS, Norsk Hydro ASA, membre du Conseil économique mondial pour le développement durable, ancien président du patronat norvégien Matthias Nass – rédacteur en chef adjoint du premier quotidien allemand Die Zeit Juan Maria Nin Génova – président de la Caixa Bank Denis Olivennes – directeur général du Nouvel Observateur Jorma Ollila – ex-président de Nokia (membre du comité de direction du Bilderberg Group) George Osboren – chancelier de l’Échiquier (ministre des finances) de Grande-Bretagne Frederic Oudea – président de la Société Générale Cem Özdemir – co-président du parti Alliance 90/Les Verts en Allemagne Tommaso Padoa-Schioppa – ex-ministre des finances italien, ex-membre du directoire de la BCE, président du comité directeur du FMI Alexis Papahelas – journaliste de Kathimerini (journal grec) Dimitris Papalexopoulos – président de Titan Cement Company Jannos Papathanasiou – ministre grec des finances Richard Perle – ex conseiller à la sécurité de George W. Bush, l’un des concepteur de la guerre en Irak, membre important de l’American Enterprise Institute (think tank américain néo-conservateur) David Petraeus – général quatre étoiles américain, commandant en chef de l’US Central Command pour le Moyen-Orient et en Asie centrale Manuel Pinho – ministre de l’économie et Inovation au Portugal Jean Pisani-Ferry – directeur de Bruegel

487


Robert S. Prichard – directeur du groupe de médias Toronto Star (Torstar), Canada Romano Prodi – ex-président de la Commission européenne, ex-premier ministre de l’Italie, responsable des opérations conjointes ONU-UA de maintien de la paix en Afrique Hanna Rajalahti – rédacteur en chef de Talouselämä Olli Rehn – commissaire européenne chargée de l’élargissement Heather Reisman – président de Indigo Books & Music Inc, Canada Eivind Reiten – directeur général du groupe Norsk Hydro Petroleum Michael Ringier – président du Conseil d’administration de Ringier Holding AG, principal holding de presse et d’édition en Suisse David Rockefeller – banquier, fondateur du CFR (Council on Foreign Relations) et de la Commission Trilatérale, co-fondateur du Bilderberg Group Dennis B. Ross – Directeur du Washington Institute for Near East Policy (think tank américain spécialisé sur la géopolitique au Proche-Orient), conseiller spécial d’Hillary Clinton pour le ProcheOrient et l’Asie du Sud Barnett R. Rubin – directeur d’études et « senior fellow» du Centre of International Cooperation, politologue spécialiste de l’Afghanistan Alberto Ruiz-Gallardòn – maire de Madrid Suzan Sabanci Dinçer – président de Akbank (banque turque) Indira Samarasekera – présidente de l’université d’Alberta Rudolf Scholten – administrateur de Österreichische Kontrollbank AG Jürgen Schrempp – ex-président du directoire de DaimlerChrysler AG Josette Sheeran – directrice du Programme alimentaire mondial des Nations Unies Domenico Siniscalco – vice-président de Morgan Stanley Pedro Solbes Mira – ex ministre des finances d’Espagne Sampatzi Saraz – banquier turc Sanata Seketa – université du Canada James B. Steinberg – vice-ministre américain des affaires étrangères Björn Stigson – président de World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) Yannis Stournaras – directeur de la Foundation for Economic & Industrial Research (IOBE) Dominique Strauss-Kahn – directeur du FMI, Fonds monétaire international Lawrence Summers – ex-économiste en chef de la Banque mondiale, ex-ministre des Finances sous Clinton, conseiller économique d’Obama Peter Sutherland – actuel président de BP, ex-commissaire européen chargé de la concurrence, ancien directeur du FMI, ex dirigeant de la banque d’affaires Goldman Sachs International Nobuo Tanaka – directeur de l’Organisation de coopération et de développement économiques Martin Taylor – président de Syngenta, ex-président de Barclays Bank, ex-secrétaire général du Bilderberg Group

488


Peter Thiel – ex-président de PayPal, président de Clarium Capital Management Helle Thorning-Schmidt – président du parti social-démocrate au Danemark Thomas Thune Andersen – président de Maersk Oil, Danemark Andreas Treichl – président d’Erste Group Bank AG Jean-Claude Trichet – président du directoire de de la Banque centrale européenne Loukas Tsoukalis – conseillé spécial du président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, président d’ELIAMEP (Hellenic Foundation for European & Foreign Policy, think tank grec de politique étrangère) Agah Ugur – président de Borusan Holding, Turquie Matti Vanhanen – premier ministre de Finlande Daniel Vasella – président de la multinationale pharmaceutique Novartis Jeroen van der Veer – président de Royal Dutch Shell Guy Verhofstadt – ancien Premier ministre de Belgique Paul Volcker – ancien président de la Fed, conseiller économique de Barack Obama Jacob Wallenberg – banquier et grand industriel de Suède, administrateur du fonds d’investissements Investor AB Marcus Wallenberg – banquier et grand industriel de Suède, directeur du fonds d’investissements Investor AB Nout Wellink – gouverneur de la banque centrale néerlandaise, membre de la Banque centrale européenne Gerardus Johannes Wijers – ex-ministre Martin Wolf – rédacteur en chef au Financial Times

de

l’économie

des

Pays-Bas

James Wolfensohn – ancien président de la Banque mondiale, président du conseil international de Citigroup Paul Wolfowitz – ancien président de la Banque mondiale, ex conseiller de George W. Bush, ex-viceministre de la défense des États-Unis, principal responsable de la guerre en Irak Fareed Zakaria – rédacteur en chef de Newsweek International, commentateur politique sur ABC News, au New York Times, au Wall Street Journal, au New Yorker et sur CNN Robert Zoellick – président de la Banque mondiale, ex négociateur américain pour les accords du GATT, de l’AGCS et de l’AMI

(source : Sity.Net – Le Blog) Fin du passage. Voici le communiqué officiel : COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILDERBERG MEETINGS 17 mai 2009 Le 57è Bilderberg Meeting se tiendra à Vouliagmeni, en Grèce, du 14 au 17 mai 2009. La conférence traitera principalement de la crise financière, des gouvernements et du marché, du rôle des institutions, des économies de marché et des démocraties, de l’Irak 489


et de l’Afghanistan, des Etats-Unis et du monde, du cyber-terrorisme, des nouveaux impérialismes, du protectionisme, et des défis post-Kyoto. Environ 130 participants sont attendus dont les deux tiers viennent d’Europe et les autres d’Amérique du Nord. Environ un tiers d’entre eux viennent de la politique et des gouvernements, et les deux tiers viennent de la finance, de l’industrie, des services, de l’éducation et des communications. Le meeting est privé afin d’encourager les discussions franches et ouvertes. Le Bilderberg tient son nom de l’hôtel en Hollande où s’est tenu le premier meeting, en mai 1954. Ce meeting pionnier pris forme autour de la préoccupation exprimée par des citoyens leaders des deux cotés de l’Atlantique, alors que l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord travaillaient ensemble aussi étroitement que possible sur les problèmes communs d’importance critique. Il fut ressenti que des discussions régulières et « off the record» pourraient aider à une meilleure compréhension des forces complexes et des tendances majeures affectant les nations occidentales dans la difficile période de l’après-guerre. La Guerre Froide est maintenant terminée. Mais à presque tous les égards, il y a davantage, pas moins, de problèmes communs – du commerce à l’emploi, de la politique monétaire à l’investissement, des défis écologiques à la tâche de promouvoir la sécurité internationale. Il est difficile de penser à n’importe quelle question aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord pour lesquelles des solutions multilatérales n’auraient pas (…) [ligne manquante sur le fax] Ce qui est unique à propos du Bilderberg en tant que forum est le large éventail de citoyens leaders qui sont rassemblés pour environ trois jours de discussions informelles et « off the record» à propos de thèmes liés aux préoccupations présentes, en particulier dans le domaine des affaires étrangères et de l’économie internationale. Le sentiment fort parmi les participants qu’au vu des différentes attitudes et expériences des nations occidentales, il demeure un besoin clair de développer encore plus loin une compréhension qui intègre ces préoccupations. Le caractère privé du meeting n’a pas d’autre propos que de permettre aux participants de parler librement et avec l’esprit ouvert. En résumé, Le Bilderberg est un forum international petit, flexible, informel et « off the record» dans lequel différents points de vue peuvent être exprimées et la compréhension mutuelle améliorée. La seule activité du Bilderberg est cette Conférence annuelle. Durant le meeting, aucune conclusion n’est atteinte, aucune recommandation n’est faite, et aucune déclaration politique n’est formulée. Les noms des participants sont rendus disponibles à la presse. Les participants sont choisis en fonction de leur expérience, leur connaissance, et leur statut ; tous les participants assistent au Bilderberg dans un cadre privé et non officiel. (source: Sity.Net – Le Blog)

G) Les Skul and Bones : Nous allons ici faire un « grand-petit tour » de la question des Skull and Bones à travers les articles des sites : Wikipédia, Voltaire.net, Altermedia Info, Secret Base, Boojoum, Hardcoremotion et Le Nouvel Ordre Mondial. Alors attendez vous a trouver des répétitions de faits et d’idées. 490


Néanmoins, vous y trouverez aussi quelques infos complémentaires et parfois, contradictoires comme au sujet du nombre 322 estampillé sur l’emblème de cette société secrète. Certains pensent que cette confrérie n’est qu’une déviance potache de « fils de la haute » afin de se démarquer des classes inférieures et d’y nouer des liens. D’autres fantasment sur ses origines Illuminati évidentes et sa connotation SS et jésuite. Ce qui est vrai, c’est qu’à l’âge ou on y rentre, on ne peut encore jouer un rôle prépondérant dans l’élite mondiale. Mais il ne faut pas faire fit que cette société secrète a été mise en place par une classe d’adulte très corrompue (liée au trafic de l’Opium) à l’adresse de ses propres jeunes générations. Ceux qui passent par cette « école du vice » sont donc formés à une pensée spécifique et à un rôle futur à jouer au sein des élites. Une chose est certaine au sujet des Skull and Bones, c’est que nous avons donc affaire à des fous … parmi les plus puissants du monde ! 1) Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Skull_and_Bones Skull and Bones

Emblème de la société Skull and Bones. Il montre le nombre 322 surmonté d'un crâne sans mandibule et deux os longs croisés pas clairement identifiables : L'épiphyse proximale indique des fémurs mais l'épiphyse distale évoque des humérus. Le Skull and Bones (littéralement Crâne et Os) est une société secrète de l'université Yale aux États-Unis. Ce groupe est aussi connu par les anglophones sous les noms « Chapter 322 » et « Brotherhood of Death » (« la Confrérie de la Mort »). Ce serait la première société secrète qui ait vu le jour à Yale, sous l'impulsion de William Huntington Russell en décembre 1830. À la fin du XIXe siècle, elle constitue l'une des plus prestigieuses sociétés secrètes américaines, avec Scroll and Key, Wolf's Head, Book and Snake et Berzelius. Quelques sociétés d'honneur implantées dans d'autres universités ont visiblement été inspirées par le Skull and Bones ou possèdent un prestige similaire, ses membres étant reconnus comme l'élite par les étudiants. Ce sont par exemple le Cap and Skull à l'université Rutgers, la société Bishop James 491


Madison au College of William and Mary, ou l'Iron Arrow Honor Society à l'université de Miami. Il existe d'autres sociétés portant le nom Skull and Bones : à la Pennsylvania State University ou encore à l'université Vanderbilt, mais ce ne sont que des clubs d'anciens élèves qui n'ont, à part le nom et le logo, absolument rien à voir avec le Skull and Bones original. Origine

Quinze membres de la confrérie de la mort. Chaque nouvelle coterie est constituée de quinze personnes toujours prises en photo de la même manière avec un guéridon couvert d'une nappe où est brodé l'emblème de la société sur laquelle sont entreposés deux fémurs en croix et un crâne. L'assemblée est dominée d'une horloge style « grandpère » indiquant huit heures du soir. William Huntington Russell étudie en Allemagne de 1830 à 1831. L’Allemagne est alors une terre d'idées nouvelles. La méthode scientifique y est appliquée à toutes les études sur le comportement humain. La Prusse se reproche la défaite de ses forces armées contre celles de Napoléon en 1806 alors que ses soldats sont considérés comme étant les meilleurs au monde. C'est ainsi qu'en 1817, les universités allemandes créent un nouveau type de système éducatif basé sur les principes, toujours appliqués à l'heure actuelle, établis par Jean-Jacques Rousseau et John Locke. Johann Gottlieb Fichte, dans son « adresse au peuple allemand », déclare que les enfants doivent désormais prendre les rênes de l’État. Sa chaire à l’université est reprise par Hegel qui y enseignera jusqu’à sa mort en 1831. Mais l'Allemagne possède encore une autre spécialité, les sociétés secrètes étudiantes. William Huntington est ainsi initié et incorporé au chapitre de l'une d'entre elles. De retour à Yale, en 1832, il y crée avec Alphonso Taft la société Skull and Bones. Ce terme Bones s'avère être le chapitre d’un corps au sein d'une université allemande. Ainsi W. H. Russel et 14 autres membres de terminale fondent l’ordre du Skull and bones, qui changera plus tard son nom en Skull and Bones. Depuis 1832, à Yale, quinze juniors sont brutalisés chaque année par leurs aînés afin d’être initiés et intégrés au groupe l’année suivante. On dit que chaque initié reçoit 15 000 dollars et une montre de grand-père. Loin d’être une sorte de maison du plaisir dont l'activité se réduirait aux seules années de campus, le groupe conserve par la suite des relations suivies afin de favoriser la réussite de ses membres dans le monde postuniversitaire. 492


Influence Dans son livre L’Établissement secret américain, Anthony Sutton dénonce la capacité du S&B à établir des chaînes d’influences verticales et horizontales, ce qui permet d’assurer une continuité dans leur plan de domination de la politique. Le lien Whitney-Stimson-Bundy représenterait la « chaîne verticale ». W. C. Whitney (1863), qui a épousé Flora Payne (de la dynastie Standard Oil Payne), a été Secrétaire à la Marine. Son avocat était un homme nommé Elihu Root. Root engagea Henry Stimson (1888), à sa sortie de l’école de droit. William Howard Taft, le 27e président des États-Unis et bonesman lui aussi engagea Stimson au poste de secrétaire à la Guerre en 1911. Plus tard ce dernier devint gouverneur-général des Philippines. Hollister Bundy (1909) fut l’assistant spécial de Stimson et un homme essentiel au Pentagone durant le projet Manhattan. Ses deux fils furent également membres du S&B : William Bundy (1939) et McGeorge Bundy (1940) furent très actifs dans les affaires gouvernementales grâce à leurs positions dans la CIA, le département de la Défense et le département d'État, et en tant qu'aides spéciaux aux présidents Kennedy et Johnson. Ils ont ainsi exercé un impact significatif sur l'écoulement de l’information et de l’espionnage pendant le guerre du Viêt Nam. William Bundy continua à être rédacteur de Foreign Affairs, le trimestriel très influent du Council on Foreign Relations (CFR). McGeorge devint président de la Fondation Ford. Deux autres familles de bonesmen très influents furent les Harriman et les Bush. Averil Harriman (1913) est considéré comme un "sage" au sein du Parti démocrate. Son frère Roland Harriman (1917) en était également un partisan très actif. Ce qui frappe à la lecture de la liste des membres du Skull and Bones, c'est la présence quasi systématique des noms des familles américaines les plus prestigieuses. Lord, Whitney, Taft, Jay, Bundy, Harriman, Weyerhaeuser, Pinchot, Rockefeller, Goodyear, Sloane, Stimson, Phelps, Perkins, Pillsbury, Kellogg, Vanderbilt, Bush, Lovett et ainsi de suite. Le Skull and Bones c'est tout simplement le club de l’élite, de l'establishment, encore aujourd'hui, comme en témoigne la présence de George Walker Bush et de John Kerry, liés par conséquent par un « pacte secret ». Quelques membres célèbres •

Prescott Bush

George H. W. Bush

George W. Bush

John Kerry

E. Roland Harriman

H. S. Fenimore Cooper (petit-fils de James Fenimore Cooper)

Knight Wooley

Ellery James

Henry Neil Mallon.

Citations •

« It's so secret, we can't talk about it. », (« c'est si secret, que nous ne pouvons en parler ») — George Walker Bush dans un entretien avec Tim Russert, le 8 février 2004[1]. 493


« Not much, because it's a secret. » (« Pas grand chose, parce que c'est un secret ») — John Kerry dans un interview avec Tim Russert le 31 août 2003, en réponse à la question de savoir quelle conclusion on pouvait tirer de son appartenance et de celle de George W. Bush à la société secrète. [2].

« La dernière année (de mes études à Yale), je suis devenu membre du Skull and Bones, une société secrète, si secrète en vérité que je ne peux en dire davantage. Je m’y suis fait 14 nouveaux amis » — G. W. Bush, Avec l’aide de Dieu, Paris, éditions Odile Jacob, 2000, p. 76.

Voir aussi Bibliographie •

Alexandra Robbins[3], Secrets of the Tomb (ISBN 0-31-672091-7). Version française "Skull and Bones. La Vérité sur l'élite secrète qui dirige les ÉtatsUnis" (Max Milo éditions, janvier 2006) (ISBN 2-914388-78-0)

Antony Cyril Sutton[4] , America's Secret Establishment (ISBN 0972020748) Lecture en ligne : [5]

Millegan, Kris, ed. Fleshing Out Skull and Bones: Investigations into America's Most Powerful Secret Society. Walterville, OR: Trine Day, 2003. ISBN 09720207-2-1

Antony Cyril Sutton America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones. Walterville, OR: Trine Day, 2003. ISBN 0-9720207-05

Begin, Jeremy. Fighting for G.O.D. (Gold, Oil, and Drugs). Walterville, OR: Trine Day, 2007. ISBN 978-0-9777953-3-8

Tarpley, Webster, et al. George Bush: The Unauthorized Biography. Washington, D.C.: Executive Intelligence Review, 1992. ISBN 0-943235-05-7. Disponible sur internet: http://www.tarpley.net/bushb.htm

Robbins, Alexandra. Secrets of the Tomb: Skull and Bones, the Ivy League, and the Hidden Paths of Power. Back Bay Books, 2003. ISBN 0-316-73561-2

Discographie •

Skull & Bones est un double album du groupe de rap américain Cypress Hill, sorti en 2000. Son titre fait directement référence à cette société secrète.

Skull & Bones est, par ailleurs, un groupe de musique.[2]

Filmographie •

en 2000 : The skulls société secrète

une trilogie, Skull and Bones : Skulls I, Skulls II et Skulls III.

En 2007, Raisons d'État (The Good Shepherd) de Robert De Niro avec Matt Damon et Angelina Jolie retrace une partie de la vie de Edward Wilson (qui s'inspire de James Jesus Angleton), membre de la Skull and Bones Society à Yale et agent de la CIA. 494


En 2008, dans la série Gossip Girl, Chuck Bass se voit proposer l'offre d'intégrer les Skull and Bones .

Références 1.  [1] 2.  Lien vers le site du groupe de Hard Rock Liens externes En français •

Le livre Skull & Bones, d'Alexandra Robbins

Un article sur Skull and Bones sur le site voltairenet.org

Les liaisons mystérieuses du journal L'express

Conférence de John Kerry: un étudiant brutalisé après sa question sur Skull & Bones (Agoravox, septembre 2007)

Le combat d'un descendant de Geronimo contre Yale (Le Figaro du 20/02/2009)

En anglais •

Liste des membres avec renseignements biographiques

Skull and Bones, CBS News le 13 juin 2004

Informations diverses et variées sur bilderberg.org

Prisonplanet.com News Archive: Skull and Bones

2) Voltaire . net : http://www.voltairenet.org/article14367.html?var_recherche=cr%C3%A2ne?var_recher che=cr%C3%A2ne Cauchemar américain Skull and Bones, l’élite de l’Empire Au sein de la très élitiste et puritaine université de Yale sont co-optés chaque année quinze fils de très bonne famille. Ils forment une société secrète aux rituels morbides : les Skull and Bones (Crâne et os). Tout au long de leur vie, ils se soutiennent et s’entraident face aux velléités démocratiques d’une plèbe qu’ils abhorrent. Les deux candidats à la dernière élection présidentielle, George W. Bush et John Kerry, loin d’être des adversaires, s’y côtoyaient en secret depuis trente-six ans. Alexandra Robbins a consacré aux Booners une enquête qui fait référence. Son livre est maintenant disponible en français. L’association des Skull & Bones nourrit une importante littérature conspirationniste, qui rend responsable ses membres du scandale du Watergate, de l’invasion de la Baie des Cochons ou encore de l’assassinat de John F. Kennedy. Par ses connexions avec le milieu des affaires, notamment le secteur bancaire, ces anciens potaches de l’université de Yale contrôleraient la finance mondiale, voire l’avenir de la planète. Les Skull & 495


Bones auraient d’ailleurs noyauté le Council on Foreign Relations, la Commission Trilatérale, la CIA, etc. Il n’est pas question de discuter dans Voltaire, une publication laïque, de l’ésotérisme pratiqué au sein de cette organisation au cours des rites d’initiation, ou des cérémonies annuelles, mais d’analyser sa fonction sociale et son éventuel rôle politique. Les Skull & Bones illustrent surtout comment, aux États-Unis, s’est perfectionné un système de reproduction des élites par le biais d’une sélection qui, contrairement au mythe du selfmade man, ne doit rien au hasard ou aux qualités individuelles. En effet, comme le souligne Anthony Sutton, les membres les plus actifs de l’organisation viennent d’un « noyau d’environ 20 à 30 familles », attachées à la défense de leur héritage et de leur lignée. Il existe ainsi de nombreux mariages entre des représentants des familles membres des Skull & Bones, bien que seuls les étudiants mâles aient pu, jusqu’à une date récente, adhérer à l’organisation. Yale, une université puritaine et élitiste Les Skull & Bones sont nés sur le campus de l’université de Yale. Un choix qui, selon la remarquable enquête de la journaliste de l’Atlantic Monthly, Alexandra Robbins, ne doit rien au hasard [1]. Au début du XVIIIe siècle, l’ensemble des universités états-uniennes, qu’il s’agisse d’Harvard, Dartmouth, Williams, Bowdoin, Middlebury ou encore Amherst, ont été fondées par des Congrégationalistes. Mais ils subissent alors la concurrence des Presbytériens, ce qui incite le président d’Harvard, Increase Mather, à agir. En 1701, il quitte son poste et créée une nouvelle université, « afin que l’Intérêt de la Religion soit préservé, et que la Vérité soit transmise aux générations futures ». Avec l’aide de dix pasteurs, dont neuf viennent d’Harvard, il parvient ainsi à fonder le Collegiate School of Connecticut. En 1711, Isaac Newton, Richard Steel et Elihu Yale sont approchés pour transmettre des livres de leur collection personnelle à la jeune institution. Les contacts avec Yale, devenu extrêmement riche grâce à ses activités au sein de la Compagnie des Indes orientales et en tant que gouverneur de la colonie de Madras, sont particulièrement fructueux. Non content de fournir des livres, il finance également largement l’université, qui lui rend hommage en prenant son nom, à partir de 1720, Yale University. Les liens avec le congrégationnalisme garantissent le puritanisme de l’enseignement et du mode de fonctionnement de Yale. Les étudiants et professeurs doivent prononcer une profession de foi à leur entrée dans l’établissement, et peuvent être renvoyés si leur sincérité est sérieusement mise en doute. À ce puritanisme s’ajoute un élitisme forcené : les étudiants sont classés, dès leur arrivée à Yale, non pas en fonction de leurs capacités, mais de la position sociale de leurs parents. En tête de classe, les fils ou petitfils de gouverneurs, de vice-gouverneurs. Puis viennent les membres des familles de juges de la Cour suprême. Un plus bas dans le classement, on trouve les fils de pasteurs et d’anciens élèves. En queue de peloton, les fils de fermiers, de marchands et d’artisans. Ce classement décide de la place attribuée à chaque élève dans les salles de classe, à la chapelle et à la cantine. Le plus étonnant, note Alexandra Robbins, n’est pas que ce classement d’entrée dépende du statut social de la famille de l’élève, chose courante dans beaucoup d’universités au XVIIIe siècle, mais plutôt qu’il n’évolue pas avec la scolarité. Ainsi Yale devient l’exemple idéal-typique d’une institution reproduisant les élites et leur hiérarchie interne. Le déclassement est en général occasionné par un 496


manquement disciplinaire, et sanctionne le fait que l’élève a ainsi entaché l’honneur de sa famille. Il faut ajouter à ce mode de fonctionnement peu banal la licence explicitement donnée aux élèves plus âgés de bizuter, voire de brimer et d’humilier les étudiants des classes inférieures. Le règlement prévoit une série de mesures visant à assurer le respect de la hiérarchie la plus arbitraire, fondée uniquement sur l’âge. Lyman Bagg a raconté dans un ouvrage, Quatre ans à Yale, paru anonymement en 1871, comment il analysait les mécanismes mis en place par l’institution. Ces pratiques autorisées reflètent selon lui le « pouvoir énorme des "coutumes" de l’école dans la création d’une folie temporaire qui fait des hommes faibles des êtres cruels et des hommes bons des êtres sans pitié ». Cette propension à l’élitisme, à la hiérarchie brutale et au puritanisme incite les élèves, à la fin du XVIIIe siècle, à monter plusieurs sociétés parallèles à l’université. Il s’agit au départ d’associations littéraires, telles que Linonia et Brothers in Unity. L’ensemble des élèves est appelé à adhérer à l’une ou l’autre des organisations. Ce qui n’est pas assez élitiste pour ceux qui souhaitent une stricte reproduction de la nouvelle « aristocratie » états-unienne. En 1780 la branche Alpha de l’organisation Phi Betta Kappa est fondée à Yale. Plusieurs autres sociétés fleurissent à l’époque : la Beethoven Society, l’Hexahedron Club... Petit à petit, les salons littéraires perdent de leur importance, remplacés par des sociétés secrètes, plus élitistes et plus fermées. Au milieu du XIXe siècle, on en dénombre trois principales : les Skull and Bones (Crâne et os), les Scroll and Key (Parchemin et clé) et Wolf’s Head (Tête de loup). Parallèlement, le corps enseignant de Yale décide de suivre le mouvement. Six ans après la création de Skull & Bones, six membres de l’élite enseignante de l’université se réunissent au sein du « Club », bientôt appelé le « Old Man’s Club ». Parmi ses six membres fondateurs, on trouve les professeurs Josiah Willard Gibbs et Theodore Dwight Woolsey. Bientôt, l’organisation comptera dans ses rangs William Howard Taft, le futur chief justice du Connecticut Simeon E. Baldwin, l’universitaire Thomas Bergin, le neurochirurgien Harvey Cushing, et le fondateur des Skull & Bones, William H. Russell. Seuls Thomas Bergin et Harvey Cushing ne deviendront pas, par ailleurs membre des Skull & Bones. La guerre de l’opium L’université de Yale était un terreau particulièrement fertile pour qu’y prospère une société secrète aussi élitiste et influente que les Skull & Bones. Mais le succès de cette organisation secrète doit aussi beaucoup à la personnalité de son fondateur, William H. Russell. Celui-ci appartient à la grande famille Russell, dont l’un des membres, le révérend Noadah Russell, membre éminent de l’Église congrétionnaliste, a participé à la création de Yale. La famille Russell s’est également impliquée dans la grande guerre de l’opium qui oppose le Royaume-Uni à la Chine dans la première moitié du XIXe siècle. À la fin du XVIIIe siècle, l’opium cultivé au Bengale avec la bénédiction de l’Angleterre est soumis à un monopole d’exploitation confié à la Compagnie des Indes orientales, une société qui dépend directement de la Couronne et à laquelle Elihu Yale a participé par le passé. La guerre de l’opium, qui commence vers 1815, vise à introduire de force cette drogue sur l’énorme marché chinois. De 320 tonnes annuelles en 1792, la contrebande d’opium atteint 480 tonnes en 1817, puis 3200 tonnes en 1837. La Chine demande alors à la reine Victoria de faire cesser le trafic. La souveraine fait savoir que 497


les revenus ainsi engrangés par le Royaume-Uni sont trop importants pour qu’elle décide d’y renoncer. La tension monte entre Pékin et Londres : en février 1839, un trafiquant chinois est exécuté devant les représentations cantonaises des commerçants britanniques. En juin 1839, la Couronne accepte de détruire d’importantes cargaisons d’opium. De nombreux Anglais quittent alors Canton et Macao pour relancer le trafic d’un peu plus loin, sous la protection officielle de la marine britannique. Dans ces conditions, l’incident est inévitable : le 4 septembre, c’est la première bataille navale de la guerre de l’opium, qui aboutit à la destruction de nombreux navires chinois. Ces affrontements révèlent « la faiblesse des jonques de guerre chinoise et la sanglante détermination des protestants anglais pour que soient victorieux les principes du libéralisme fondé sur le trafic de l’opium » [2]. Samuel Russell, cousin de William Russell, est un important protagoniste de la guerre de l’opium. De nationalité états-unienne, il est le fondateur de la Russell & Company en 1813, qui va concurrencer, dans les années 1820, la domination britannique sur le trafic de drogue en direction de la Chine. L’un des membres éminents de la société était Warren Delano, Jr, le grand-père de Franklin Delano Roosevelt. Du club Eulogie aux Skull and Bones C’est dans ce contexte que William Russell crée les Skull & Bones, en 1832. Il est difficile d’établir avec précision dans quelles circonstances. Il s’agirait, au départ, d’une réaction à l’exclusion d’un membre des Phi Beta Kappa, Eleazar Kingsbury Forster. Indigné par le procédé, et souhaitant redonner sa vitalité à Yale, William Russell aurait condamné Phi Betta Kapa, pris Forster sous son aile et fondé, avec treize autres étudiants de Yale (dont Alfonso Taft [3]), une société encore plus secrète et encore plus forte, originellement intitulée le Club Eulogie, du nom de la déesse grecque de l’éloquence. Sous l’influence d’un récent voyage en Allemagne, Russell importe bon nombre de références germanques dans le rituel. En 1833, les jeunes membres adoptent la tête de mort et les ossements comme emblème. À la même époque, le chiffre 322 devient le « chiffre clé » de l’organisation. C’est en effet en 322 avant JC qu’est mort l’orateur grec Démosthène. Selon la « tradition Skull and Bones », la déesse Eulogie aurait alors rejoint le paradis, avant de redescendre en 1832 et de rejoindre la société secrète. En 1856, les Skull and Bones sont officiellement incorporés au sein du Russell Trust, propriété de William H. Russell, grâce à Daniel Coit Gilman (Bones 1852), président fondateur de l’Université John Hopkins. Le 13 mars de la même année, l’organisation déménage son quartier général au sein d’un bâtiment impressionnant sur le campus de Yale, pompeusement baptisé « la Tombe ». L’endroit est rapidement submergé de reliques guerrières et morbides : on y trouve, d’après les témoignages de membres recueillis par Alexandra Robbins, une accumulation de drapeaux, de tentures noires, d’armes recueillies sur les champs de bataille. Pour ne pas oublier qu’il s’agit d’une confrérie d’étudiants, une série de balles de baseball provenant des rencontres mythiques remportées par Yale est exposée dans une pièce. Le logo de la tête de mort est apposée quasiment sur tous les endroits vierges, tandis que des ossements de carcasses animales sont accrochées à divers murs. Quelques squelettes et ossements humains sont également exposés. La plupart des tableaux présents dans l’enceinte représentent la Mort rencontrant tel ou tel personnage célèbre. Une atmosphère proche de l’univers de la famille Adams selon Marina Moscovici, 498


conservateur d’art du Connecticut qui a travaillé à la restauration d’une quinzaine de tableaux en 1999. Une polémique a éclaté au début des années 1980 autour du crâne de Géronimo, que les Skull & Bones prétendaient détenir. Ils le montrèrent même à un chef de tribu apache d’Arizona, Ned Anderson. Alors qu’on leur en demandait la restitution, les membres de l’organisation présentèrent un crâne différent de celui montré précédemment, et dont l’analyse révéla qu’il s’agissait de celui d’un enfant de dix ans, et non de celui du chef indien. L’authenticité de la relique, qui a depuis regagné « la Tombe », reste donc discutable.

Quartier général des Skull & Bones, situé sur le campus de l’université de Yale et baptisé « la Tombe ». Le fonctionnement de l’organisation est aujourd’hui mieux connu. Quinze membres sont recrutés chaque année, ce qui permet d’estimer à environ 800 le nombre de membres vivants de l’organisation à n’importe quelle date donnée. Encadrés par des membres plus anciens, les quinze nouveaux impétrants se réunissent deux fois par semaine pendant un an, pour discuter à la fois de leur vie, de leurs études ou de leurs projets professionnels. Des débats sur des questions politiques et sociales ont également lieu. Une fois par an, la société organise une retraite à Deer Iland, une vaste île située dans le fleuve Saint-Laurent, près de New York, où a été construit un club cossu à l’anglaise. Il s’agit bien de Deer Iland et non de Deer Island, conformément à la volonté de George D. Miller, membre des Skull & Bones et généreux donateur de la résidence [4]. Le rituel d’initiation a fait l’objet des interprétations les plus folles de la part des détracteurs de l’organisation. Pourtant, comme le rituel maçonnique, c’est essentiellement le secret qui l’entoure qui en est l’élément le plus déterminant. Et s’il est possible que les cérémonies se déroulant au sein de « la Tombe » aient eu, un temps, des conotations paganistes, voire satanistes, il faut également rappeler que le bizutage des nouveaux élèves de Yale était, par le passé, particulièrement cruel. Cependant, il est improbable qu’on demande aujourd’hui aux étudiants sélectionnés pour entrer dans l’organisation de se prêter à des jeux sexuels morbides devant l’ensemble des autres initiés. Le réseau Le plus fascinant n’est pas ce qui se passe au sein de l’organisation, mais plutôt la cohérence de sa liste de membres, qui révèle le talent des membres de Skull and Bones pour constituer les élites de demain. Ainsi, tout président des États-Unis passé par Yale 499


a été membre des Skull & Bones : il s’agit de William Howard Taft, de George H.W. Bush et de George W. Bush. De même on ne compte plus les personnalités membres de l’organisation qui ont occupé, par la suite, d’importantes fonctions dans le monde politique, diplomatique, médiatique, ou même du renseignement. L’organisation dispose d’importantes connexions dans le milieu diplomatique, et notamment au sein du Council on Foreign Relations. Ainsi, Henry Stimson, secrétaire à la Guerre de Franklin Delano Roosevelt, l’ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, Averell Harriman, ou J. Richardson Dilworth, gestionnaire des intérêts de la famille Rockefeller, étaient membres des Skull and Bones [5]. Des membres de Skull & Bones ont également joué un certain rôle dans l’univers des médias. Henry Luce et Briton Haden, tous deux membres de l’organisation depuis 1920, auraient notamment eu l’idée de créer le journal Time lors d’une réunion à « la Tombe ». Averell Harriman, de son côté, a fondé le journal Today qui fusionna en 1937 avec une autre revue pour devenir Newsweek. Les connexions au sein de la CIA sont particulièrement impressionnantes : William F. Buckey, membre ultra-conservateur de l’Agence et propagandiste réputé, a été membre de l’association, tout comme son frère, James Buckley, sous-secrétaire d’État à la Sécurité, aux sciences et aux technologies, dans le gouvernement de Ronald Reagan, un poste où il supervisait l’octroi de l’aide militaire états-unienne à destination des régimes de droite. Hugh Cunningham (Bones 1934) a lui aussi accompli une longue carrière dans les services états-uniens, de 1947 à 1973. C’est également le cas de William Bundy, Bonesman de la promotion 1939, et de Dino Pionzio (Bones 1950), chef de station de la CIA à Santiago en 1970, où il s’employa à déstabiliser le régime de Salvador Allende. Le fait que l’organisation serve de moyen de reproduction à l’élite économique et politique du pays lui a assuré une bienveillance inhabituelle des autorités. Ainsi, en 1943, un acte législatif spécial adopté par l’État du Connecticut a exempté les associés du Russell Trust Association, qui gère, entre autres, les avoirs de la société secrète, de remplir un rapport d’activité comme n’importe quelle autre société. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, ses avoirs ont été gérés par John B. Madden Jr, membre de Brown Brothers Harriman, une société née de la fusion, en 1933, de Brown Bros & Company et de W.A. Harriman & Company. Madden travaillait alors sous les ordres de Prescott Bush, père du futur président George H.W. Bush et grand-père de l’actuel président des États-Unis. Tous ces personnages sont naturellement membres des Skull & Bones. Autre source de fonds : les Rockefeller. Percy Rockefeller fut membre de l’Ordre, et lia l’organisation aux propriétés de la Standard Oil. Autre grande famille rattachée aux Skull & Bones : les Morgan. J.P. Morgan ne fut certes jamais membre, mais Harold Stanley, membre de l’équipe dirigeante du Morgan’s Guaranty Trust, appartint à l’organisation depuis 1908. W. Averell Harriman, de la promotion 1913, a également été membre du conseil d’administration, tout comme H.P. Whitney et son père, W.C. Whitney. C’est également de manière indirecte que l’organisation a pu profiter des fonds de la famille Ford, apparemment contre l’avis de celle-ci. McGeorge Bundy, membre des Skull & Bones, fut en effet président de la Fondation Ford de 1966 à 1979, après avoir servi de conseiller pour la sécurité nationale sous John F. Kennedy et Lyndon Johnson.

500


Présidentielle US 2004 : le face-à-face Skull and Bones

Les Skull & Bones n’ont pas véritablement de discours idéologique. Encore qu’il ne soit pas anodin de révérer un financier de la guerre de l’opium et d’utiliser comme objet rituel le crâne présumé du dernier chef d’un peuple que l’on vient d’exterminer. Contrairement à ce que la littérature conspirationniste a pu évoquer, il ne s’agit pas d’un club de néo-nazis, d’ultraconservateurs, ni même de faucons. Néanmoins, en tant que représentant de l’élite future (ce qui nécessite déjà d’appartenir à la classe sociale disposant des capitaux socioculturels suffisants pour réussir dans les différents champs de pouvoir), les membres des Skull & Bones partagent une même vision du monde et des rapports sociaux. Tous sont des capitalistes partisans d’un pseudo-libéralisme et attachés aux valeurs de Liberté prétendument incarnées par les États-Unis. Bien que récemment gagnées par les sirènes du « politiquement correct », en admettant progressivement des représentants des minorités ethniques et sexuelles, puis des femmes en 1991 - à la consternation, entre autres, de l’ancien président George H.W. Bush - les élites réunies au sein des Skull & Bones n’en demeurent pas moins l’incarnation quasi-parfaite de la pensée unique de la classe dirigeante états-unienne. Le fait que les deux principaux candidats à la présidence des États-Unis en 2004, George W. Bush et John Kerry, soient membres de l’organisation, ne peut être interprété comme la manifestation d’une élection arrangée à l’avance entre deux personnalités de connivence. En revanche, on peut légitimement s’inquiéter de la manière dont s’établit la sélection au sein du champ politique états-unien. Car si les deux hommes peuvent s’affronter durement, il est indubitable qu’ils appartiennent l’un et l’autre à un milieu social étroit et homogène et que, à ce titre, ils défendent, malgré leurs divergences, des intérêts proches. D’une certaine manière, pour paraphraser un politicien français, l’élection présidentielle de 2004 ce sera « Skull and Bones ou Bones and Skull ». C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Ordre focalise sur lui autant d’attention : il incarne la quintessence du milieu social le plus favorisé des États-Unis, et dont les vues sont loin de représenter l’idéal démocratique auquel aspire le reste de la population. Individuellement, de nombreux membres de l’organisation ont trempé dans la plupart des « coups tordus » des États-Unis des cinquante dernières années, de l’invasion de la Baie des Cochons à l’élaboration de la doctrine nucléaire, en passant par le renversement de Salvador Allende. Et ils n’ont pu le faire qu’en dehors des institutions démocratiques, dans le secret de leur connivence et sur la base d’une fraternité ancienne. Pourtant, aucune décision de ce type n’a jamais été prise au sein de l’association des Skull & Bones elle-même. Ce n’est pas une structure hiérarchisée, apte à prendre de telles décisions et à les faire appliquer. Quoi qu’il en soit, l’Ordre secret reste la façade la plus immédiatement 501


visible de l’« ennemi de classe » que représente l’« aristocratie impériale » des ÉtatsUnis.

Le livre de référence d’Alexandra Robbins sur les Skull and Bones est maintenant disponible en français. « Skull and Bones, La vérité sur l’élite secrète qui dirige les États-Unis » est en vente dans la librairie en ligne du Réseau Voltaire (18 €).

[1] Secrets of the Tomb par Alexandra Robbins, Little, Brown and Company, 2002. [2] Le blanchiment du crime en permet la répétition - L’arme éthique dans les nouvelles guerres occidentales, de Michel Tibon, Mémoire non publié, 1999. [3] Alphonso Taft, futur secrétaire à la Guerre en 1876, puis Attorney general et ambassadeur états-unien en Russie, est le père de William Howard Taft, le seul homme politique états-unien à avoir été président du pays puis président de la Cour suprême. [4] Jeu de mots difficilement traduisible : Deer Island est l’« île du cerf », Dear I land signifie « la terre de cher moi-même ». [5] Anthony C. Sutton, America’s Secret Establishment : An Introduction

3) Altermedia Info : Ce site connait actuellement (ref février 2010) une agression médiatique qui le dénonce comme antisémite ! De ce que j’ai pu constater dans ses écrits, souvent cités dans mon encyclopédie, c’est qu’ils ne le sont pas ! En revanche, on peut affirmer qu’il est largement antisioniste – d’inspiration plutôt d’un point de vue pro-palestinien mais et pas forcément musulman – qu’il tente de communiquer aux sociétés occidentales, plus précisément françaises et européennes. On lui reproche de prendre des sources entre-autres auprès de l’Iran – qui d’un autre coté réprime intérieurement la liberté d’expression ! On y sous-entend une manipulation possible (propagande pro-iranienne) accouplée à une sorte de « Cheval de Troyes » destiné à tromper l’Occident. C’est peut-être un « peu » possible, toutefois cela ne prouve pas que leurs informations sont toutes fausses et/ou manipulantes ! Voici une des façons dont AlterInfo à traité du cas « Skull and Bones » : 502


http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.dartmo.com/halls/images/yale_skull_ and_bones.jpg&imgrefurl=http://ch.altermedia.info/gnral/de-la-socit-secrte-skull-andbones-au-nouvel-ordremondial_790.html&h=480&w=640&sz=172&tbnid=OUvVvHxjuzwqqM:&tbnh=103& tbnw=137&prev=/images%3Fq%3DSkull%2Band%2Bbones&hl=fr&usg=__qtQqgii6e hdWCz4dyq2wOVfi3Ho=&ei=vAVASoaZJNPdsgaxk4zKDw&sa=X&oi=image_result &resnum=4&ct=image Entretien avec Maurizio BLONDET, propos recueillis par Giuseppe COSCO. COSCO: Docteur Blondet, vous vous êtes penché sur l’histoire de la “Société Skull and Bones”. Que pouvez-vous nous en dire, outre qu’elle est une société secrète mystérieuse, mais à nulle autre pareille ? BLONDET: C’est une société secrète, au départ réservée aux étudiants. Elle a été fondée en 1832, quand quelques étudiants de l’Université de Yale, l’une des principales universités américaines, ont été choisis par, disons, le patriciat américain. Ils étaient au nombre de douze par an. Il est notoire que Georges Bush Senior, l’ancien président des Etats-Unis, en a fait partie, et, avant lui, son père, et, après lui, tout naturellement, son fils, pour autant que l’on puisse admettre que ce fiston soit capable de suivre des cours à Yale, ce que l’on peut mettre en doute. Le candidat républicain à la présidence n’en a pas la capacité, à mon sens [l’interview date d’avant l’élection de Bush Junior, ndlr]. Mais on peut affirmer avec quelque certitude qu’il fait partie de cette secte, non au sens strict; indubitablement, il est issu de ce milieu. La famille Bush est ensuite très proche des banquiers Harriman, qui constituent l’un des groupes les plus puissants de l’établissement américain. Peut-on dire que la Skull and Bones a investi aussi la CIA, car Bush-le-Père, c’est bien connu, a été le directeur de cette institution ? Il n’y a évidemment pas d’identité entre la Skull and Bones et la CIA. Les choses ne sont pas aussi simples. Mais il est vrai que plusieurs directeurs de la CIA ont été membres de la Skull and Bones. En général, l’objectif d’une société de ce type est de constituer des groupes d’hommes du même âge, mais aussi des groupes intergénérationnels qui s’aident selon les circonstances. C’est l’évidence! Il faut aussi savoir que l’idéologie de la confraternité se place au-delà de la gauche et de la droite. La “droite” et la “gauche” sont, pour eux, des éléments d’une dialectique, qu’ils entendent surplomber car ils s’estiment supérieurs. La Skull and Bones représente un groupe de gnostiques qui veulent, très spécifiquement, s’adonner à toutes les manœuvres politiques, tant et si bien qu’ils utilisent tantôt l’idéologie attribuée à la “droite”, tantôt celle attribuée à la “gauche” comme de simples étiquettes. Ces personnes se placent de toute façon au-dessus de ces distinctions. Ce n’est pas un hasard, par exemple, que Harriman fut le banquier que l’on nomma ambassadeur des Etats-Unis en Union Soviétique, afin qu’il puisse offrir une aide très importante à Staline et à son régime, alors qu’il s’est toujours proclamé anticommuniste. Il faisait partie de cette brochette de banquiers, dont on ne se souvient plus aujourd’hui, qui ont toujours soutenu le système soviétique, jusque et y compris sous Gorbatchev. Pour être admis dans la Société Skull and Bones, faut-il être citoyen américain ou bien des personnalités issues d’autres nations y sont-elles admises aussi ? 503


Je ne sais pas. L’unique source sûre sur cette société secrète est un livre paru il y a quelques années. Je n’ai pas connaissance d’autres travaux ou ouvrages. C’est l’historien Anthony C. Sutton qui a abordé l’histoire de cette fraternité si puissante : cf. Anthony C. Sutton, America’s Secret Establishment – An Introduction to The Order of Skull & Bones, by Anthony Sutton” (Liberty House Press, Billings, Montana - 1986). Il me paraît toutefois improbable que des non Américains en fassent partie. Peut-être que quelques Britanniques en sont membres, mais certainement pas des Mexicains ou des Italiens, par exemple. L’histoire de la secte des “British Israelites” a-t-elle quelque chose à voir avec la Société Skull and Bones ? Pour autant que je le sache, les British Israelites ne sont pas directement liés à la Skull and Bones. La Skull and Bones est suspectée, depuis la fin du 19ième siècle, de pratiquer le satanisme. Est-ce vraisemblable selon vous ? On peut, sans plus, le suspecter. On sait simplement qu’il existe un rituel utilisant des ossements, ceux, dit-on, du chef amérindien Geronimo, que possèderait le groupe. Ces ossements seraient conservés dans une salle à Yale, inaccessible au commun des mortels, où se déroule chaque année le rituel de l’initiation. Le rite est incontestablement d’origine maçonnique, comme l’atteste son style, où le postulant se retrouve dans un cercueil, afin de perpétrer un rituel de mort et de renaissance symboliques. Ensuite, le postulant doit révéler des choses dont il a honte et en parler normalement; il s’agit pour l’essentiel de choses concernant son mode de vivre sa sexualité. Le rituel doit le conduire à une sorte de purification, ce qui fait aussi de ce rituel une parodie de la confession catholique. Ils célèbrent donc un rite ésotérique ? Indubitablement. Il est cependant difficile d’affirmer qu’il soit satanique au sens strict du terme. On se doute également qu’à un certain moment du rituel, intervient une prêtresse, alors que le groupe est composé exclusivement d’hommes. Cette femme a donc un rôle dans cette liturgie, mais on ne peut pas le définir avec certitude. Peut-on dire que l’ex-Président Clinton en a fait ou en fait partie ? Non, certainement pas Clinton. L’histoire de Clinton est différente. Il a reçu une formation typiquement anglo-saxonne. Il est parti étudié en Angleterre et y a acquis, semble-t-il, une répugnance profonde pour l’univers britannique. Al Gore, en revanche, est un homme d’un tout autre type. La famille d’Al Gore est puissante depuis toujours dans l’établissement américain, exactement comme celle de Bush, mais elle fait plutôt partie de l’établissement considéré comme “rouge”. Le père d’Al Gore a toujours été très proche, sur le plan des affaires, de ce fameux Hammer, de confession israélite, qui fut le premier à aider Lénine. Il est mort à plus de 90 ans, il y a quelques années, laissant une fortune colossale. Pendant toute sa vie, comme il s’en vantait lui-même, il a été un agent soviétique. Hammer était très célèbre : c’était lui qui faisait les “affaires sales” avec l’Union Soviétique et entendait soutenir cette monstruosité politique, même si, sans aide occidentale, elle se serait écroulée rapidement. Ce n’est donc pas un hasard si Al Gore a commis récemment une “erreur”. Il y a quelques petites années, le FMI a prêté à fonds perdus et à des conditions extrêmement favorables 7 milliards de dollars à la Russie d’Eltsine à la demande et sous la caution 504


d’Al Gore. Ces 7 milliards de dollars ont immédiatement été investis à l’étranger, pas un centime n’est entré en Russie ou n’y a été investi. Cet argent a abouti sur le compte des “oligarques”, ou sur ceux d’anciens agents du KGB ou d’autres personnalités, devenues “entrepreneurs” dans la nouvelle Russie. La société “Skull and Bones” a été un jour définie comme une résurgence américaine des “Illuminés de Bavière” de Weisshaupt. Qu’en pensez-vous ? C’est possible, mais je ne crois pas que l’on puisse avancer des preuves irréfutables en la matière. Nous nous trouvons plus probablement face à quelque chose de plus général et de plus vaste, parce que le profil de la “Skull and Bones” n’est pas à proprement parler “révolutionnaires”. Certes, elle est internationaliste, globaliste à la manière de Bush, mais nullement révolutionnaire. Peut-on dire que cette secte tend à réaliser le “nouvel ordre mondial” ? C’est le sens que lui a donné Bush. Le Président Bush (père), au temps de la guerre contre l’Irak, fut le premier à parler ouvertement de “nouvel ordre mondial”, lequel devait émerger à la suite de cette guerre. Mais, par la suite, les vicissitudes qui ont animé l’échiquier planétaire ne se sont pas exactement déroulées comme il l’avait pensé. Nous avons en effet affaire à un “nouvel ordre mondial” en acte, mais on ne peut pas dire, avec exactitude quelles en seront les conséquences à long terme. Le pouvoir mondial ne se dissimule plus derrière le masque de l’ONU, mais avance directement sous la bannière étoilée. L’Amérique demeure l’unique superpuissance; elle n’a plus besoin de se cacher derrière l’artifice de l’ONU. Quel est le véritable visage du “nouvel ordre mondial”, que beaucoup de gens considèrent comme le “bien suprême” ? Essentiellement, le “nouvel ordre mondial”, c’est la libre circulation des capitaux, avant même d’être la libre circulation des marchés, car ceux-ci ne se situent qu’à la deuxième place; vient ensuite la libre circulation des hommes, qui se placent en troisième position. La libre circulation des hommes est limitée au territoire américain. En effet, à la frontière mexicaine, les capitaux sont bien acceptés, mais non les hommes. Dans ce “nouvel ordre mondial”, divers phénomènes actuels s’expliquent; tous ne doivent pas être condamnés a priori. Nous devons réviser quelques-unes de nos positions idéologiques habituelles, surtout quand elles sont négatives. Le capitalisme, même globalisé, fonctionne, et pas toujours mal. Les pays qui en tirent avantage ne sont pas toujours des pays du “premier monde”, celui qui “compte”, mais aussi des pays qui connaissent un regain de vitalité et qui réaniment leurs particularités culturelles profondes. Ce regain culturel n’était sans doute pas prévu. Exemple : l’Inde est devenue un exportateur majeur de logiciels, parce que tous les géants du logiciel indiens appartiennent à la caste brahmanique, composée de familles où l’on connaît le sanscrit, c’est-à-dire une langue classique, de même où l’on connaît encore une mathématique traditionnelle abstraite. Les représentants de cette caste parlent anglais, produisent des logiciels en anglais, qui coûtent moins cher sur le marché mondial. Autre pays avantagé par la globalisation —et plus qu’on ne l’imagine: l’Espagne. Cet avantage est dû à un fait culturel précis. L’Espagne a possédé un empire pendant cinq cents ans. Aujourd’hui, 400 millions de personnes parlent espagnol dans le monde. L’Espagne est en train de devenir la puissance économique dominante sur les marchés 505


sud-américains. Les banques espagnoles sont en train d’acquérir d’Argentine, du Venezuela, etc. L’Espagne acquiert de plus en plus le mère patrie impériale. Je me suis rendu en Espagne récemment et j’ai singulier, qu’il n’y avait pas, là-bas, un affect culturel anti-globaliste, existe un en France, en Italie et également en Allemagne.

les banques visage d’une constaté, fait comme il en

Ce n’est pas un hasard car l’anti-globalisme prend le visage de la gauche, celle qui a généré des gouvernements inefficaces. Nous sommes contre la globalisation parce que nous sommes en faveur de la tradition et, pendant ce temps-là, la gauche improvise et redécouvre les traditions nationales, pour ne pas continuer à perdre du terrain. Et quels sont les aspects négatifs du “nouvel ordre mondial” ? Les aspects négatifs, à l’évidence, se concentrent dans l’excès de libre circulation de capitaux purement spéculatifs. Au moindre mouvement de panique, ces capitaux s’en vont, en quelques minutes, parce que, désormais, la monnaie électronique se meut à la vitesse des télécommunications, laissant brusquement des pays entiers à sec, plongés dans de graves crises économiques, parce qu’ils s’étaient endettés, non pas par pauvreté intrinsèque, mais parce qu’ils venaient de vivre un moment de croissance. Tout d’un coup, ils se retrouvaient privés de liquidités. Les éléments négatifs du “nouvel ordre mondial” relèvent donc de phénomènes liés à la finance spéculative et révèlent d’énormes bulles de dettes impayables, comptabilisées par personne. Certains pays d’Amérique latine subissent de tels effets de manière particulièrement dramatique. Je pense à la Colombie. Ces pays devraient se spécialiser dans les domaines où ils sont compétitifs. Ceux qui savent bien faire des cravates, comme les italiens, et bien qu’ils produisent et vendent des cravates et non pas des avions ou d’autres appareils dont ils ne pourront de toutes façons pas développer le secteur industriel. La Colombie produit la coca. Un tiers de son territoire est d’ores et déjà contrôlé par des bandes guerrières, qui ont existé, là-bas, de tous temps. Elles se donnent bien entendu une étiquette de “gauche”. Elles sont en réalité constituées de narcotrafiquants, étiquetés de “gauche”, et, en juillet dernier, le directeur de la Bourse de New York, un certain Richard Grasso, est allé rendre visite à ces terroristes de fait, qui terrorisent la population, tuent des enfants, se livrent à des voies de fait dignes du Cambodge de Pol Pot, mais cela n’a pas dérangé outre mesure ce monsieur Grasso. Il a offert à cette bande d’”investir” leur argent sale dans la Bourse de New York. Si le monde financier américain s’intéresse à l’argent des narcotrafiquants colombiens, cela signifie, en clair, que l’on va bientôt légaliser les drogues dures. Certains catholiques ont peur, car la mise en œuvre d’une globalisation totale provoquera la disparition de la religion catholique. Pensez-vous que cette crainte se justifie ? Les milieux, qui veulent l’avènement du “nouvel ordre mondial” sont hostiles au catholicisme. Je pense surtout à Bush. Et aussi à Al Gore. La lutte contre le catholicisme est dure, elle relève de divers phénomènes autonomes, mais je pense toutefois qu’il est difficile d’agir directement sur la religion catholique, c’est-à-dire sur le Vatican. Le vrai problème réside à mon sens dans une sorte de ressac final du catholicisme clérical. Le haut clergé du Vatican lui-même semble adopter une sorte de nihilisme souriant, qui l’induit à minimiser les contenus forts de l’orthodoxie, afin de provoquer de grands événements médiatiques, qui ne sont finalement que pures apparences, sans substance. 506


Les choses sont allés si loin que l’an dernier, à la Noël, D’Alema, chef du gouvernement de gauche en Italie, a amené sa femme et ses enfants à la messe de minuit à Bethléem. Cela paraît anodin mais c’est proprement renversant : nous avons affaire à un homme politique qui ne croit en rien et qui amène sa famille pour assister, au fond, à un spectacle, de nature spirituelle, fort suggestif. En un certain sens, cette visite constitue, pour moi, un événement symbolique fort, tout comme ce jubilée de la jeunesse [catholique] où, le dernier jour, dans les fauteuils réservés au VIP, on a pu voir se prélasser, invitées ou non, pratiquement toutes les personnalités du centre gauche… D’après vous, l’Eglise n’est plus rien d’autre qu’un vaste spectacle suggestif, destinés à impressionner les masses ? Effectivement, nous n’avons plus affaire qu’à une Eglise-spectacle, patronné par cette espèce de cléricalisme institutionnel athée, car il est un clergé fourbe, aujourd’hui, qui est de gauche et qui est athée. Certains comportements de l’Eglise, comme les demandes continuelles de “pardon”, laissent les vrais catholiques perplexes et, à l’inverse, récoltent les oreilles attentives du consensus institutionnel de la gauche qui ne croit pas, mais qui prend les masses en considération, que nous ne sommes pas capables de mobiliser, alors qu’eux le peuvent. La CGIL est encore capable de s’organiser et d’organiser de vastes activités sociales, ce que les paroisses ne peuvent plus faire. Mais, quoi que l’on fasse, ces jeunes ne seront véritablement chrétiens, comme l’a rappelé le Pape, que s’ils sont prêts à payer leur foi de leur sang. Et moi, je n’y crois pas! Giuseppe Cosco [linus.tre@iol.it] (Publié dans “Au fil de l’épé / Arcana Imperii” - Août 2004. Diffusé par Synergies Européennes) Fin de l’article

George H. Bush (left of clock) with the Skull and Crossbones group at Yale University, New Haven, CT circa 1947 507


http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.governmentpropaganda.com/images/governmentleaders/georgewskullnbones.jpg&imgrefurl=http://www.governmentpropaganda.com/skull-nbones.html&h=346&w=600&sz=46&tbnid=HTTYUTFCGePsxM:&tbnh=78&tbnw=1 35&prev=/images%3Fq%3DSkull%2Band%2Bbones&hl=fr&usg=__4C7ZBeC7x_IiA D3DfbfB5BpCi7M=&ei=vAVASoaZJNPdsgaxk4zKDw&sa=X&oi=image_result&res num=6&ct=image 3) Boojoum : http://www.boojum-mag.net/f/index.php?sp=liv&livre_id=1036 SKULL AND BONES La vérité sur l’élite secrète qui dirige les Etats-Unis Alexandra Robbins Traduit de l'Anglais (US) par Bruno Drweski et par Gaétane Vallifuoco Max Milo, janvier 2006, 256 pages 18 € « Lors de ma dernière année d’étude [à l’université de Yale], j’ai rejoint la société secrète Skull & Bones, une société tellement secrète que je ne peux en dire plus. » (George W. Bush, A Charge to Keep, édition Harper Perennial, 2001) La jeune journaliste américaine Alexandra Robbins (elle a travaillé pour le New Yorker, le Washington Post, le Cosmopolitan et le Chicago Tribune), ancienne étudiante à l’université de Yale (sanctuaire des Skull & Bones), à New Haven dans l’Etat du Connecticut, a mené une enquête détaillée et fort attendue sur l’une des sociétés de pouvoir les plus controversées et mystérieuses des Etats-Unis. Les Skull & Bones (« Crâne et Os » en français) constituent en effet avec les « Illuminati » de Bavière », la Commission trilatérale, le groupe Bildeberg et autres puissances « occultes » un des plus féconds mythes modernes du complot mondial. La légende des Skull & Bones, modèle du « bazar » ésotérico-complotiste (1) « Après cent soixante-dix ans d’existence, les Skull & Bones ont étendu leurs tentacules dans tous les recoins de la société américaine. Ce petit groupe a développé des réseaux qui ont placé trois de leurs membres au poste politique le plus puissant du monde (2). Et l’influence de la société secrète augmente, l’élection présidentielle de 2004 a, pour la première fois, mis en jeu deux candidatures représentées chacune par un skullbonien (3). (…) Dans sa soif de créer un nouvel ordre mondial, restreignant les libertés individuelles et plaçant en fin de compte solidement le pouvoir au sein de familles riches et influentes, elle a déjà réussi à infiltrer les principaux centres de recherche, les principales institutions politiques, financières, médiatiques et gouvernementales du pays. Ce sont ses membres qui, de fait, gouvernent les Etats-Unis depuis des années. » Inquiétante ou grotesque, l’introduction du livre d’Alexandra Robbins est une somme hétéroclite et extraordinaire des faits attribués aux « invisibles » skullboniens : en plus de vouloir régenter la première puissance et le monde entier, la rumeur leur prête l’idée et le succès de la réalisation de la bombe atomique, l’organisation de l’assassinat, en 1963, du président américain J. F. Kennedy et de l’invasion de la baie des Cochons en 508


1961 (pour renverser le dirigeant cubain, Fidel Castro). Leur « Tombe » (nom donné au bâtiment où se réunissent les membres du club à Yale) abriterait les crânes volés du chef indien Geronimo, du révolutionnaire mexicain Pancho Villa et même le squelette de la favorite de Louis XV, Madame de Pompadour ! Des « chevaliers » formés pour la conquête du pouvoir. Alexandra Robbins qui a déjà publié une enquête remarquée sur les études de G. W. Bush à Yale (à l’époque élève peu brillant et déjà buveur impénitent selon les témoignages de ses anciens camarades de faculté), signe à nouveau un pamphlet qui a fait couler beaucoup d’encre à sa sortie aux Etats-Unis, en 2002, sous le titre initial de Secret of the Tomb (paru aux éditions Little, Brown & Company). Charismatique, attiré par la discipline et l’élitisme, l’étudiant William Russel, dont la puissante famille a prospéré grâce au commerce de l’opium dans la première moitié du XIXe siècle, créa en 1832 dans l’université puritaine de Yale la fameuse « fraternité de la mort » ou l’ordre du « Crâne et [des] os ». D’un retour de voyage en Allemagne (selon la légende, il aurait été en contact avec la fameuse secte franc-maçonne des Illuminati), il donne à la nouvelle organisation des références germaniques comme la tête de mort et les ossements. Le célèbre chiffre 322 des Skull & Bones figurant sous l’emblème digne d’un drapeau des pirates des Caraïbes renvoie, semble-t-il, à la date du décès du grec Démosthène en 322 avant J.C., homme politique connu pour son éloquence. Personne ne peut décider de devenir membre de l’organisation. Il faut être « élu » par les seniors de la promotion en cours qui recherchent à la fois de grandes qualités athlétiques et intellectuelles (que ne possédait pas G. W. Bush selon divers témoignages rapportés par la journaliste). La personnalité et des origines sociales favorisées (il faut être de préférence W.A.S.P., « White Anglo Saxon Protestant ») sont également privilégiées. Les « sociétés ne rejetaient pas nécessairement un candidat parce qu’il était pauvre, mais elles pouvaient être plus inclinées à élire quelqu’un dont la richesse contribuerait à [leur] entretien. » Pendant le rituel d’initiation très théâtral (qui a perdu de nos jours une grande partie de ses connotations paganistes et sexuelles), on apprend chaque année aux quinze nouveaux membres (chevaliers) que la déesse Eulogie (divinité grecque de l’éloquence) serait redescendue sur Terre en 1832 pour établir sa résidence parmi les membres des Skull & Bones. Passé les épreuves de bizutage (moins déroutantes qu’au début du siècle dernier), ils se rencontrent régulièrement en secret, tous les jeudis et dimanches, autour des questions relatives au fonctionnement du club, à la vie du campus ou pour débattre de leurs études. Un camp de vacances réunit une fois par an les anciens et les nouveaux « bonesmen » sur l’île de Deer Island (l’Île du Cerf), dans le fleuve de Saint-Laurent. Il y aurait aujourd’hui, selon Alexandra Robbins, huit cent « chevaliers » vivants, aux Etats-Unis et dans le monde. Entrer dans le « Réseau », c’est posséder le pouvoir/ L’organisation n’est pas la société de conspiration que folles rumeurs, partisans des complots ou les skullboniens eux-mêmes laissent régulièrement entendre. Il s’agit 509


d’abord d’un club d’étudiants atypique qui accueille parfois dans ses réunions ou s’honore de compter parmi ses membres d’anciens diplômés ou non (comme l’actuel vice-président Dick Cheney), des responsables de la faculté ou des professeurs. Il existe d’autres clubs à New Haven comme ailleurs aux Etats-Unis, à Harvard (Massachusetts) ou à l’université de Columbia (New-York) par exemple (4). C’est en effet une tradition des campus américains qui sert d’intégrateur social (tremplin obligé pour les plus ambitieux) et qui est largement acceptée, voire fortement recherchée par les étudiants. Pour Lyman Bagg en 1871, dans Quatre ans à Yale, « une élection à ces sociétés est plus valorisée que n’importe quel prix ou honneur universitaire. » (Extrait cité par Alexandra Robins) Les raisons de l’engouement estudiantin pour les Skull & Bones, même s’il est moins important depuis la fin des années 1960, résident sans doute dans leur capacité à créer entre ses membres des relations solides à long terme. Le réseau d’influence est particulièrement efficace. Un skullbonien qui a côtoyé G. W. Bush en 1968 a révélé à la journaliste que l’entrée dans la très sélective société « était une occasion pour construire des amitiés, à un degré difficile ou impossible à atteindre dans le cours ordinaire de la vie universitaire, et cela avec quatorze personnes que [son] chemin n’aurait autrement pas croisées durant [ses] années d’études. » La journaliste fournit d’innombrables exemples où les bonesmen ont pu s’entraider (chapitre VI) favorisant ainsi des plans de carrière, l’obtention d’avantages financiers ou certaines décisions politiques. La famille Bush s’est fortement appuyée sur les réseaux des Skull & Bones depuis Prescott Bush (S&B, 1917), ancien sénateur, riche homme d’affaires et grand père de l’actuel président. Lorsque ce dernier s’est lancé dans les affaires dans les années 1970 et 1980, que ce soit dans le secteur pétrolier (avec la création de son entreprise Arbusto Energy Inc.) ou dans le rachat des Texas Rangers (fameuse équipe de base-ball), il put compter sur l’aide financière d’anciens bonesmen comme E. S. Lampert (S&B, 1984) et W. H. Draper III (S&B, 1950). D’autres familles ont su également profiter des anciens liens « fraternels » comme celle de l’ancien président W. H. Taft (S&B, 1878) qui a compté au moins neuf anciens skullboniens. Ancien ministre de la Justice, il a intégré, durant sa présidence entre 1909 et 1913, plusieurs bonesmen dans son cabinet dont Henry L. Stimson (S&B, 1888), secrétaire à la Guerre qui jouera un rôle déterminant dans la politique américaine pendant la première partie du XXe siècle. Il constituera dans le même ministère, pendant la Seconde Guerre mondiale, une équipe resserrée, composée surtout de skullboniens (avec l’accord du président Franklin Roosevelt). Comme l’écrivait Godfrey Hodgson, en 1990, « le Département d’Etat était dirigé par une poignée de riches républicains, et […] sa base était presque aussi étroite, en termes de politique sociale et d’éducation, que celle d’un cabinet britannique tory traditionnel ». Le danger représenté par la petite « élite » de Yale passée par le moule conformiste de l’expérience des Skull & Bones tient, en fait, dans la remise en question de la démocratie américaine et de ses médias (5). Les élites se reproduisent en vase clos et elles finissent par partager, en grande partie, les mêmes valeurs puritaines et conservatrices des rapports sociaux. Certes, les Skull & Bones ont enfin ouvert leurs portes aux femmes en 1991 et accepté en leur sein les minorités ethniques.

510


Leur existence cependant pervertit le jeu démocratique normal par leur confiscation des principaux lieux de pouvoir. Ceux qui dirigent l’hyperpuissance américaine ne représentent pas les intérêts de la population mais un groupe fermé, socialement favorisé, qui avantage d’abord ses propres membres et renforce ses positions. Contrairement à la légende, il n’y a pas une direction secrète basée à New Haven, dans la « Tombe » du campus de Yale, qui prendrait des décisions importantes à l’insu de tous. Aucune preuve solide ne montre un plan déterminé pour dominer le pays ou le monde. Les promesses d’un nouvel ordre social échangées dans les recoins sombres d’une « crypte » (dont le décor intérieur ressemble beaucoup au manoir de la famille Adams) sont le fait d’étudiants (des adolescents diront d’autres) qui perpétuent un rituel et des jeux identitaires les distinguant du reste de la société (composée des « barbares », c'est-à-dire de tous ceux qui n’ont pas été initiés à l’ordre). Même si ces promesses étaient gravées dans le marbre, faudrait-il les prendre au sérieux ? Les « patriarches » (anciens bonesmen) qui gardent encore des liens avec le « Tombeau » manifestent surtout leur désir de préserver les traditions et « l’esprit » de Yale qui ont fortement marqué leur jeunesse. Derrière une mise en scène théâtralisée et plutôt drôle (ou à défaut étrange) vue de l’extérieur, la grand-messe annuelle ne ressemble-elle pas simplement à celles des banales associations d’anciens étudiants (devenus importants, on le confesse volontiers) ? Si les skullboniens n’ourdissent pas les conspirations qu’une certaine littérature ésotérico-complotiste développe complaisamment (6), délires auxquels Alexandra Robbins laisse parfois trop la place dans son ouvrage (7) dans un art consommé et surprenant de la contradiction, ils posent néanmoins une interrogation fondamentale sur le fonctionnement actuel de nos sociétés dites démocratiques (8). Mourad Haddak (1) Voir les travaux du politologue Pierre-André Taguieff sur les mythes modernes du complot dans son dernier livre La Foire aux Illuminés paru aux éditions Mille et une Nuits en novembre 2005. Le film The Skulls de Rob Cohen sorti en France en 2000 s’est largement inspiré du mythe des Skull & Bones. (2) Il s’agit de William H. Taft (1909-1913), de George Herbert Bush (1989-1993) et de George Walker Bush (2001-). (3) John F. Kerry (membre de la société des Skull & Bones en 1966) et G. W. Bush (S&B, 1968). (4) Alexandra Robbins a fait partie d’une autre société secrète, à Yale, ce qu’elle ne cache pas même si elle n’en révèle jamais le nom. Scroll & Key (« Parchemin et Clef »), créée en 1842 et Wolf’s Head (« Tête de loup ») en 1883 sont les deux autres sociétés les plus influentes du campus. L’université de Harvard est connue pour abriter la société la plus prestigieuse du pays, le Porcellian club (fondé en 1791). (5) Henry Luce et Briton Hadden (S&B de 1920) sont les fondateurs de Time et Averell Harriman (S&B, 1913) est à l’origine du magazine Today qui a fusionné en 1937 avec Newsweek. (6) Sur les thèses conspirationnistes et les raisons de leur succès dans la « nouvelle 511


culture de masse », voir le livre de P.A. Taguieff (cf. plus haut) et le dernier chapitre du livre d’Alexandra Robbins (p. 232 : les Skull & Bones sont « plus qu’une simple institution ; c’est un concept sur lequel les gens projettent des images qui leur sont nécessaires pour donner un sens au monde. […] Les explications, mêmes exagérées, sont d’une certaine façon rassurantes.) (7) Dans la conclusion de son livre, la journaliste n’hésite pas à écrire que « les Skull & Bones ont sûrement leurs secrets. Mais ce sont les secrets d’une organisation qui trafique dans des domaines impalpables. » Et ajoute plus loin que « la grande conspiration entourant la société secrète n’est qu’une demi-vérité, avec la complicité volontaire des spectateurs que nous sommes. » (p. 233) Admettre que le mythe est en parti vrai, c’est laisser penser que le complot existe réellement, même s’il est fantasmé. Sans nier l’intérêt de son livre, on peut regretter qu’Alexandra Robbins ait cédé parfois au sensationnalisme. De nombreux faits ne sont pas vérifiables. Les sources restent parfois évasives. Les agissements et le patrimoine de la Russel Trust Association (entreprise liée aux Skull & Bones) mériteraient notamment une enquête plus approfondie. « Le parfum de mystère » est bien trop fascinant. Or, la réalité l’est moins. La journaliste qui manque de rigueur devrait émettre, dans le doute, des hypothèses plutôt que d’énoncer des conclusions hâtives et sans fondement. Les amateurs de complots, sur internet notamment, font déjà leurs choux gras de ses approximations. (8) Parmi les causes des blocages actuels de la société française revient régulièrement la place excessive des anciens élèves de certaines grandes écoles en général et de l’Ecole Nationale d’Administration en particulier dans le gouvernement politique et économique du pays. Ancien énarque et à rebrousse-poil de ses anciens camarades de promotion, Jean-Pierre Chevènement (sous le pseudonyme de « Jean Mandrin ») dans L'Énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise, paru en 1967, avait ainsi dénoncé les effets pervers de l’ENA. Le dérèglement démocratique « cultivé » par les « nouvelles élites aristocratiques » n’est donc pas le seul fait des Etats-Unis. Fin de l’article. Cette gentillette présentation tranche avec celle qui va suivre. Certains osent franchir le pas et veulent appeler un chat, un chat ! Pour eux, Skull and Bones, par l’intermédiaire des deux Bush présidents, représente la suite moderne du nazisme : 4) Le Nouvel Ordre Mondial : http://www.nouvelordremondial.cc/skull-bones/ L’ordre de Skull & Bones La Fraternité de la Mort, Skull & Bones Avant que vous n’alliez plus loin, n’hésitez pas à lire cet excellent article de Voltairenet qui traite aussi sur le sujet de Skull & Bones. L’ordre de ‘Skull & Bones’ est une société secrète américaine basée sur le campus de l’université de Yale, dans le Connecticut, et elle a des connexions avec la francmaçonnerie, les Jésuites et les Illuminatis (explications plus bas!). C’est aussi une des plus vieilles sociétés secrète pour étudiants aux USA. Il existe aussi d’autres sociétés secrètes pour étudiants sur le campus de Yale, comme Scroll & Key, Wolf’s Head, Berzelius, Book and Snake et beaucoup d’autres que vous découvrirez en lisant ce site.

512


Les membres de l’ordre du Skull & Bones sont appelés bonesmen ou bonesman (au singulier, Bones = os en français). Tout comme les membres de Scroll & Key s’appellent Keys, ou Clés en français. Skull & Bones a préservé sa sélection impartiale de ses membres, ses rituels sont inspirés des francs-maçons et d’autres aspects durant 175 années. Le nom en alumni de l’organisation est The Russell Trust Association, nommée d’après un membre du club. Petite Histoire et Origine du Nombre 322 L’histoire de l’ordre commence en 1832. Enervé par le processus d’élection de Phi Beta Kappa, un sénior de Yale appelé William Huntington Russell et un groupe d’étudiants ont décidé de former le club Eulogien Skull & Bones. Le club paye obédience (obéissance) à Eulogia (= bénédiction en grec), la déesse de l’éloquence qui prie sa place au panthéon sur la mort de l’orateur Démosthène en -322 AJ. Le symbole du Skull & Bones est un crâne avec deux os s’entrecroisant derrière celuici. Les membres du club symbolisent l’ordre en tant que chapitre 322 en mémoire de la mort de Demosthenes (c’est une des plusieurs théories sur ce nombre). Le nombre est si mystérieux qu’un étudiant, apparemment sans liens avec Skull & Bones aurait donné 322,000$ en don à la société. Les Illuminati considèrent Skull & Bones en tant que chapitre 322 de leur ordre. S&K est une société secrète et ce genre de secret, comme le chapitre 322, ne sont pas révélés du tout aux personnes n’appartenant pas a l’ordre. J’aime penser que le nombre 322 représente le 322ème chapitre des Illuminatis à travers l’histoire. Aussi parce qu’Adam Weishaupt (le fondateur de l’ordre des illuminatis de bavière) est mort le 18 Novembre 1830, qui est le 322ème jour de l’année. Mais l’explication peut aussi être très simple, 322, 3/22, représente le 22 Mars qui symbolise l’arrivé du printemps. La sombre Histoire de Skull & Bones

Maintenant que vous connaissez l’histoire officielle de l’ordre, nous allons passer à l’étape supérieure! L’histoire commence où le trafic de drogues, l’espionnage et les sociétés secrète se rencontrent pour ne former qu’un. Si vous êtes vraiment passionné vous en apprendrez une tonne en lisant les articles secondaires de Skull & Bones.

513


Nathan Hale et Elihu Yale Elihu Yale est née à côté de Boston, éduqué à Londres, et servit dans la British East India Company, il devint finalement gouverneur du fort Saint-Georges en 1687 au Madras. Il amassa une grande fortune, et retourna en Angleterre en 1699. Yale était connu comme philanthropiste, il envoya de l’argent et quelques livres à l’université dans le Connecticut (qui ne s’appelait pas encore Yale).

Après plusieurs requêtes, Cotton Mather suggéra que l’école devait être renommée Université de Yale en 1718. (Vous trouverez d’autres informations sur l’université de Yale dans l’article sur les sociétés secrètes) Une statue de Nathan Hale existe sur le campus de Yale. Il y a une copie de cette statue en face du quartier général de la CIA à Langley en Virginie. Et aussi une autre apparait en face de l’académie Phillips à Andover dans le Massachusetts (où George Herbert Walker Bush rejoignit une société secrète dès l’âge de 12 ans).

Nathan Hale, avec 3 autres étudiants licenciés de l’université de Yale, étaient membres du “Culper Ring”, une des premières organisations secrètes de renseignements en Amérique. C’est l’ancêtre de la CIA et de la NSA (No Such Agency) et d’autres organisations dont vous n’avez jamais entendu parler. Le Culper Ring a été fondé par Benjamin Tallmadge en été 1778 et était sous l’ordre du Général George Washington. Le Culper Ring avait pour but d’infiltrer la ville de New York qui était sous le contrôle des britanniques, et de rapporter la position des troupes et leurs intentions. L’organisation a eut beaucoup de succès durant la guerre civile américaine. Nathan était le seul contact opératif débusqué et capturé après la victoire de la Bataille de Long Island et après avoir raconté ses plus grands regrets il fut pendu le 22 septembre 1776. Depuis ce jour la relation entre l’université de Yale et le Culper Ring n’a jamais été aussi forte et unique. 514


Samuel Russell

En 1823, Samuel Russell a fondé la Russell & Company dans le seul but d’acquérir de l’opium en Turquie afin de le revendre en Chine. Russell & Company fusionna avec The Perkins (Boston) Syndicate et devint alors la plus grande usine de contrebande et de trafic d’opium en Amérique. Gentil internaute, sachez que la plupart des fortunes Européennes et Américaines ont été faites par la voie du trafic d’opium depuis la Chine. Un des chefs de la compagnie de Russell était Warren Delano Jr., qui était le grand père du président Franklin Delano Roosevelt. Les autres partenaires de Russell comprenaient : John Cleve Green (qui a financé l’école de princeton, lisez l’article officiel, qui parle aussi de trafic d’opium), Abiel Low (il finança la construction de l’université de Columbia–et mémorisez ce mot Columbia qui est très important), Joseph Coolidge et les familles, Perkins, Sturgis et Forbes. Le fils de Joseph Coolidge organisa la « United Fruit Company », et son petit fils, Archibald C. Coolidge, deviendra un co-fondateur du Council on Foreign Relations.

William Huntington Russell

Le cousin de Samuel, William Huntington Russell, étudia en Allemagne de 1831 à 1832. A cette époque, l’Allemagne était le foyer de plusieurs nouvelles idées… Comme ça l’a toujours été. Le peuple Allemand a toujours été très sage, curieux, innovateur, et plein de nouvelles idées. Quand Russell retourna a Yale en 1832, il forma une société pour sénior avec Alphonso Taft (1833): Skull & Bones. Par rapport aux informations acquises lors d’une infiltration dans la Tombe (L’endroit de rassemblement des membres du Skull & Bones) en 1876 : 515


Bones est le chapitre d’un corps d’une université Allemande… Le général Russell, son fondateur, a été en Allemagne et a développé une grande amitié avec les membres leaders d’une société Allemande, qu’il ramena ici au collège et il eut l’autorisation de fonder un chapitre. C’est alors que William Huntington Russell avec 14 autres membres devinrent les membres fondateurs de l’ordre de Scull and Bones, qui plus tard fut changé l’ordre de Skull and Bones. Cet ordre, Skull & Bones, existe seulement à l’université de Yale et seulement 15 nouveaux étudiants par ans deviennent membres de l’ordre Eulogien.

William Huntington Russell deviendra plus tard un général et un législateur d’état dans le Connecticut. Alphonso Taft deviendra plus tard Attorney General des États-Unis et United States Secretary of War (un poste que plusieurs bonesmen ont eu), Ambassadeur en Autriche et Ambassadeur en Russie (un autre poste que plusieurs bonesmen ont aussi eu). Son fils, William Howard Taft (1887), est le seul homme à avoir été Président des États-Unis et juge à la Cour suprême des États-Unis en même temps.

Le Skull & Bones & la Tombe La Tombe S&K sur le campus de l’université de Yale

Tous les Bonesmen ne doivent jamais révéler les secrets qui sont racontés dans le sanctuaire de Skull & Bones, qui est une Tombe sans fenêtres (regarder photos cidessus). Skull & Bones et Les Secrets de la Tombe

516


Il existe beaucoup de théoriciens de conspirations qui pensent que Skull & Bones est responsable de tous ce qui se passe en mal dans le monde, et occasionnellement ce qui se passe bien aussi. Je ne suis pas de cet avis. Skull & Bones n’est qu’une autre société secrète avec un but particulier sous le contrôle des francs-maçons, et même ceux au dessus des francs-maçons, comme les Rose-Croix, Propaganda Due et les Illuminati. A part les présidents (George Bush Junior par exemple, et son père, et son grand père avant lui), il existe une grande variété de bonesmen qui ont travaillés en tant qu’officier de cabinet, espion, juge, avocat, capitaine d’industrie, chef des médias. Et très souvent leurs fils, et très récemment leurs filles aussi, font parti de Skull & Bones et ont donc du passer le rituel d’initiation (voir plus bas). Exemple de George H Walker Bush et de son fils George Walker Bush Junior (Père et fils), tous les deux sont membre de la fraternité de la mort (Brotherhood of Death en anglais). George H. Walker Bush Quelques photos de George Bush le père à Skull & Bones quand il était étudiant à Yale.

Bush George Junior est le premier à la gauche de l’horloge

George Bush père dans sa période universitaire à Yale

517


Tel père, Tel fils :

C’est un réseau social et politique comme aucun autre aux USA. Les membres de l’ordre ne répondent jamais aux questions de gens provenant de l’extérieur du club, et ont un art à faire taire les gens qui questionnent beaucoup trop… jusqu’au jour où une étudiante de Yale nommée Alexandra Robbins, a réussit à pénétrer le mur du silence de Skull & Bones en sortant (copain-copine) avec un membre.

Elle a écrit un livre sur ses découvertes s’intitulant “Secret of the Tomb”. A l’intérieur de la Tombe - Alexandra Robbins “J’ai parlé avec une centaine de membres appartenant à Skull & Bones, et ils étaient tous fatigués du secret et de la réserve exigée des membres sénior, et c’est pour ça qu’ils se sont confiés à moi. Mais une autre grande parti des membres m’ont agressé et m’ont menacé.” dit Robbins. L’ordre de Skull & Bones recrute seulement 15 nouveaux membres par ans, ce qui fait un très petit nombre de membres actifs, il y a aujourd’hui moins de 800 membres dans l’ordre et ce nombre ne vari pratiquement jamais. 518


Lors de l’initiation (qui est expliquée plus bas…), les 15 nouveaux membres se jurent fidélité jusqu’à la fin de leurs jours. Ce qui veut dire que dans leur mentalité, si quelque chose arrive à l’un de ces membres, les 14 autres seront là pour le supporter et l’aider. Un pour tous et tous pour un. “Mais la plupart des membres du club sont en position de pouvoir incroyable. C’est d’ailleurs même le but de Skull & Bones, recruter un maximum de gens en position de pouvoir.” dit Robbins. “Ils ont beaucoup de membres ayants une grande influence. Et c’est quelque chose que les gens ont besoin de savoir.” dit Robbins. Ron Rosenbaum

Ron Rosenbaum, auteur et éditorialiste pour le ‘New York Observer’, a une obsession sur Skull & Bones et leur nombre fétiche 322. “Je pense qu’il y a une méfiance profonde en Amérique en ce qui concerne les pouvoirs et les privilèges secrètement déguisés. Ce n’est pas supposé être la manière de faire les choses aux USA.” dit Rosenbaum. “On est obligé de faire les choses grande ouverte aux USA, de manière à ce que si un jour une institution suspecte quelque chose de louche dans une société ou quelqu’un en particulier, on puisse, je pense, faire des investigations sur la chose librement et publiquement.” dit Rosenbaum. Ron Rosembaum a fait des investigations pendant plus de 30 ans sur Skull & Bones. Il a tout d’abord été un camarade de classe de George Bush Junior, qu’il a jugé de pantouflard et d’immature, Ron n’aurait jamais pensé que Bush puisse arriver jusqu’à Skull & Bones. Mais… Bush a toujours été attiré par son côté mystérieux. “C’est cette Tombe caverneuse, sans fenêtre, en granite, en forme carré qu’on ne peut pas manquer ! Je suis passé à côté de la Tombe de temps en temps, et on pouvait entendre les cris de certains membres lors de rituels.” dit Rosenbaum. Malgré plusieurs tentatives d’infiltration, la meilleure manière pour lui de pouvoir voir ce qui se passe à l’intérieur de la Tombe est de se poster sur le toit d’un des bâtiments proche de celle-ci. Il a réussit à prendre en vidéo la cérémonie d’initiation qui se passe dans une cours derrière la tombe. “Une femme tient un couteau et fait semblant de couper la gorge à un des nouveaux membres qui est allongé sur le sol, et il y a des cris et des hurlements à n’en pas finir!” dit-il.

519


Le Rituel d’initiation Robbins dit que le rituel d’initiation sort tout droit d’Harry Potter rencontre Dracula. “Il y a un petit démon, un Don Quichotte et un pape, qui a une pantoufle percé d’un blanc monogramme le tout basé sur une tète de mort. Les initiés sont conduits un à la fois dans une pièce. Une fois que l’initié est dans la pièce les autres bonesmen hurlent sur lui de manière folle ! Puis, finalement l’initié est poussé par les bonesmen et est agenouillé en face de Don Quichotte; Au même moment les hurlements de la foule se dissipent. Puis Don Quichotte sort son épée et tape l’épaule gauche de l’initié et dit : “Par l’ordre de l’ordre, je vous surnomme Chevalier D’Eulogia”.” “C’est beaucoup de mambo-jambo…” dit Robbins. Robbins oublie de mentionner qu’il est démandé à chacun des membres de se masturber en présence des 14 autres membres tout en racontant leurs expériences sexuelles tout le long de leur vie. Charmant, regardez le film “The Good Shepherd”, très bon film qui raconte la vie d’un membre de S&B. Prescott Bush, le grand père de George Bush Junior et une bande de bonesmen, ont creusé la tombe de Geronimo (le grand chef Apache) puis ils ont volé son crâne et autres reliques personnels, puis ils ont installé le crâne dans la Tombe.

A gauche, Geronimo, à droite Prescott Bush, financier collaborationiste et nécrophile.

Geronimo agé

“Il y a un crâne dans la tombe que touts les bonesmen appellent Geronimo” dit Robbins. “Cette préoccupation des os, des tombes, d’être allongé dans une tombe, de se tenir debout à côté d’une tombe ou d’un tas d’os, toutes ces choses sont censées montrer aux bonesmen, je pense, à quel point la vie est courte.” Dit Rosenbaum. “On peut passer sa vie à s’amuser, à contribuer, ou bien à ne rien faire du tout.”

520


Monsieur Bush, comme son père et son grand père avant lui, ont refusé de parler ouvertement à propos de Skull & Bones. Mais en tant que Bonesman, il a été obligé de dévoiler tout ses secrets à ses 14 autres compagnons initiés. “Ils sont supposés raconter leur entière histoire de leur vie sexuelle tout en se masturbant dans un coffre, dans une ambiance peu lumineuse. Le 14 autres membres sont assis dans des peluches et se relayent à tour de rôle. Ce rituel peut durer entre 1 et 3 heures.” dit Robbins. Observation Bon… Maintenant il faut se poser la question suivante: Est-il normal que, encore une fois, une société secrète très bizarre ait comme membre les personnes les plus puissantes des USA? Après avoir lut tout ça essayez d’imaginer Bush entrain de jouer à touche pipi avec ses 14 camarades pendant 2, 3 heures. Skull & Bones connexion avec les Nazi et les Jésuites L’ordre de Skull & Bones est une marque des Jésuites, c’est aussi le symbole pour le poison et le drapeau des pirates Jolly Roger.

Ce symbole a aussi été porté par la Waffen SS et la Gestapo durant la seconde guerre mondiale. Mais aussi par Kaiser Wilhelm, Heinrich Himmler et beaucoup d’autres chefs nazis importants.

521


Heinrich Himmler, sur son képi on peut voir le symbole « crâne et os ».

Heinrich Himmler et un groupe de SS, le képi contient toujours le même symbole que celui de Skull & Bones

Les insignes qui ornent les casquettes et képis.

Bague de SS

522

Idem pour les grades inférieurs

Un SS qui fait du tambour

X


Tenue d’Hivers

Toujours les mêmes insignes tant sur les calos que sur les casquettes des grades inférieurs.

Les Nazis et la Maison Blanche Petite comparaison entre George Bush et Adolf Hitler.

523


Il est vraie que la comparaison, dans le cas des quatre premières images, est facile : presque tous les chefs d’Etats se sente obligés de ce plier à ce cinéma. En revanche, le salut au bras tendu est une spécificité de ces deux personnages (je serai tenté de dire dictateurs). Autre point commun : Bush est aussi un « bon arien » ! (jeu de mollets). Cette pointe d’humour développe une idée en partie fausse : « Hitler s’est fait tout seul, sans son papa, car il était intelligent, lui »!

Pour plus de comparaison regardez la vidéo qui suit (présente dans le DVD n°3) :

524


Est-ce une façon de faire pour un président des USA ?

Une petite comparaison Bushisme-nazisme en images accompagnées en musique par Bohemian Rhapsody de Queen. Vous trouverez cette petite vidéo cachée dans le DVD n°3 (\Data du DVD\Films d'Internet\ Bohemian Rhapsody). http://www.youtube.com/watch?v=2mp05nRNsoA&eurl=http%3A%2F%2Fwww .nouvelordremondial.cc%2Fskull-bones%2F&feature=player_embedded

Tel arrière grand-père …tel petit-petit fils ! Les Elections Présidentielle de 2004 aux USA Tout le monde se rappelle très bien des élections présidentielles aux USA en 2004, où les deux adversaires étaient George Bush et John Kerry. Les 2 candidats font partis de Skull & Bones, et presque personne n’y a vu que du feu! George Bush Junior et John Kerry de Skull & Bones

Issus de la même « promotion dans la même société secrète de Yale … ce sont les meilleurs amis du monde…

525


Vidéo ou Bush et Kerry avouent leur connexion à Skull & Bones. Interview par Tim Russert,

Il est évident que le procédé de connivence est anti-démocratique et que cette élection était truquée !

Voici une partie du contenu des deux interviews : Traduction Bush : Interview le 8 Février 2004 par Tim Russert Tim Russert : Vous appartenez tout les deux à Skull & Bones, la société secrète ? George W. Bush : C’est si secret qu’on ne peut pas en parler. Tim Russert : Qu’est ce que cela veut dire pour les USA ? Les théories de conspiration vont… George W. Bush : Ah Ah ! Je sais pas je ne vais pas sur le web. Tim Russert : Le nombre 322 ? George W. Bush : Ah Ah Ah… Humpf… Avant toute chose il n’est juste 526


que désigné… Et … Hum. Mais… Regardez, je vais… Tim Russert : Est-ce que vous allez perdre ? George W. Bush: … Non, je ne vais pas perdre. Traduction Kerry : Interview le 31 aoùt 2003 par Tim Russert Tim Russert : Vous appartenez tout les deux à Skull & Bones la société secrète à Yale ? John Kerry : *Hochement de la tête pour dire oui* Tim Russert : Qu’est ce que ça veut nous dire ? John Kerry : Hum ... Pas grand chose puisque c’est un secret ! Tim Russert : Est-ce qu’il existe une poignée de main secrète, un code secret…? John Kerry : J’aimerais avoir quelque chose de secret que je pourrais manifester. Tim Russert : 322 ? Des chiffres secrets ? John Kerry: Il y a tout un tas de secrets Tim, mais une chose qui n’est pas un secret, je ne suis pas d’accord avec ce président et nous pouvons faire un meilleur job. …

Election US : quel que soit le Président, se sera un homme de « Skull and Bones » !

527


Phrase célèbre de George Bush « … La dernière année (de mes études à Yale), je suis devenu membre de Skull and Bones, une société secrète, si secrète en vérité que je ne peux en dire davantage. Je m’y suis fait 14 nouveaux amis … ». Référence : G W BUSH, Avec l’aide de Dieu, Paris, éditions Odile Jacob, 2000 5) Secret Base http://secretebase.free.fr/complots/organisations/skull/skull.htm

SKULL AND BONES L'Ordre de Yale «La dernière année (de mes études à Yale), je suis devenu membre du Skull and Bones, une société secrète, si secrète en vérité que je ne peux en dire davantage. Je m’y suis fait 14 nouveaux amis». G W BUSH, Avec l’aide Odile Jacob, 2000, p. 76

de Dieu, Paris, éditions

Le Skull and Bones (littéralement 'crâne et os') est une société secrète de l'université de Yale aux États-Unis. Ce groupe est aussi connu par les anglophones sous les noms «Chapter 322» et «Brotherhood of Death» ('confrérie de la mort'). Ce serait la première société secrète qui ait vu le jour à Yale, sous l'impulsion de William Huntington Russell en décembre 1832. À la fin du XIXe siècle, elle constitue l'une des plus prestigieuses sociétés secrètes américaines, avec "Scroll and Key", "Wolf's Head", "Book and Snake" et "Berzelius". La "Jason Society" (ou Jason-Scholars) est l'élite de l'ordre de Yale. Quelques sociétés d'honneur implantées dans d'autres universités ont visiblement été inspirées par le Skull and Bones ou possèdent un prestige similaire, ses membres étant reconnus comme l'élite par les étudiants. Ce sont par exemple le "Cap and Skull" à l'université Rutgers, la société "Bishop James Madison" au College of William and Mary ou l' "Iron Arrow Honor Society" à l'université de Miami. Il existe d'autres sociétés portant le nom Skull and Bones : à la Pennsylvania State University ou encore à l'Université Vanderbilt, mais ce ne sont que des clubs d'anciens élèves qui n'ont, à part le nom et le logo, absolument rien à voir avec le Skull and Bones originel. L'Ordre de Yale n'est qu'une extension de l' Ordre des Illuminés de Bavière fondé au XVIIIe siècle par le sinistre Adam Weishaupt. Tous les cercles mondialistes (Trilatérale, Bilderberg, CFR, Pilgrim Society, Conseil Atlantique, Bohemian Club de San Francisco, ... ) ne sont que des cercles extérieurs de l'Ordre de Yale, un des plus importants "noyaux dirigeants" de la subversion, à l'échelle de la planète. La 528


domination mondiale demeure leur préoccupation majeure. Le blason est celui des "Skull and Bones" (crânes et os) qui figurait aussi sur les uniformes des SS. Le nombre 322 est un hommage à Adam Weishaupt. Financé par la famille Rotschild, l'Ordre des "Illuminati" a été créé par Adam Weishaupt, un professeur de loi Canonique à l'Université d'Ingolstadt en Allemagne. Etant né un 6 février 1748 dans une famille Juive, puis converti au Catholicisme Romain, il devînt Jésuite. Franc-maçon, s'étant séparé de l'Eglise Romaine Catholique, il était lourdement impliqué dans la pratique de la sorcellerie. Il est mort le 18 Novembre 1830 à Gotha. Ce 18 Novembre était le 322e jour de l'année. Origines : William Huntington Russell, un cousin de Samuel Russel, étudie en Allemagne de 1831 à 1832. L’Allemagne est alors une terre d'idées nouvelles. La méthode scientifique y est appliquée à toutes les études sur le comportement humain. Samuel Russell, cousin de William Russell, est un important protagoniste de la guerre de l’opium. De nationalité états-unienne, il est le fondateur de la Russell & Company en 1813, qui va concurrencer, dans les années 1820, la domination britannique sur le trafic de drogue en direction de la Chine. L’un des membres éminents de la société était Warren Delano, Jr, le grand-père de Franklin Delano Roosevelt. La Prusse se reproche la défaite de ses forces armées contre celles de Napoléon en 1806 alors que ses soldats sont considérés comme étant les meilleurs au monde. C'est ainsi qu'en 1817, les universités allemandes créent un nouveau type de système éducatif basé sur les principes, toujours appliqués à l'heure actuelle, établis par Jean-Jacques Rousseau et John Locke. Johann Gottlieb Fichte, dans son « adresse au peuple allemand », déclare que les enfants doivent désormais prendre les rênes de l’État. Sa chaire à l’Université est reprise par Hegel qui y enseignera jusqu’à sa mort en 1831. C'est avec ce dernier que la philosophie idéaliste allemande issue de Kant atteint son point culminant. L'Allemagne possède des sociétés secrètes composées d'étudiants. William Huntington est ainsi initié dans une de ces sociétés d'étudiants. De retour à Yale, en 1832, il y crée avec Alphonso Taft la société du Skull and Bones. Le terme Bones s'avère être le chapitre d’un corps au sein d'une université allemande. Au début du XVIIIe siècle, l’ensemble des universités américaines, qu’il s’agisse d’Harvard, Dartmouth, Williams, Bowdoin, Middlebury ou encore Amherst, ont été fondées par des Congrégationnalistes. Mais ils subissent alors la concurrence des Presbytériens, ce qui incite le président d’Harvard, Increase Mather, à agir. En 1701, il quitte son poste et créée une nouvelle université, «afin que l’Intérêt de la Religion soit préservé, et que la Vérité soit transmise aux générations futures». Avec l’aide de dix pasteurs, dont neuf viennent d’Harvard, il parvient ainsi à fonder le Collegiate School of Connecticut. En 1711, Isaac Newton, Richard Steel et Elihu Yale sont approchés pour transmettre des livres de leur collection personnelle à la jeune institution. Les contacts avec Yale, devenu extrêmement riche grâce à ses activités au sein de la Compagnie des Indes orientales et en tant que gouverneur de la colonie de Madras, sont particulièrement 529


fructueux. Il finance également largement l’université, qui lui rend hommage en prenant son nom, à partir de 1720, Yale University. Les liens avec le congrégationalisme garantissent le puritanisme de l’enseignement et du mode de fonctionnement de Yale. Les étudiants et professeurs doivent prononcer une profession de foi à leur entrée dans l’établissement, et peuvent être renvoyés si leur sincérité est sérieusement mise en doute. À ce puritanisme s’ajoute un élitisme forcené : les étudiants sont classés, dès leur arrivée à Yale, non pas en fonction de leurs capacités, mais de la position sociale de leurs parents. En tête de classe, les fils ou petit-fils de gouverneurs, de vice-gouverneurs. Puis viennent les membres des familles de juges de la Cour suprême. Un plus bas dans le classement, on trouve les fils de pasteurs et d’anciens élèves. En queue de peloton, les fils de fermiers, de marchands et d’artisans. Ce classement décide de la place attribuée à chaque élève dans les salles de classe, à la chapelle et à la cantine. Ainsi Yale devient l’exemple idéal-typique d’une institution reproduisant les élites et leur hiérarchie interne. Le déclassement est en général occasionné par un manquement disciplinaire, et sanctionne le fait que l’élève a ainsi entaché l’honneur de sa famille. Il faut ajouter à ce mode de fonctionnement peu banal la licence explicitement donnée aux élèves plus âgés de bizuter, voire de brimer et d’humilier les étudiants des classes inférieures. Le règlement prévoit une série de mesures visant à assurer le respect de la hiérarchie la plus arbitraire, fondée uniquement sur l’âge. Lyman Bagg a raconté dans un ouvrage, Quatre ans à Yale, paru anonymement en 1871, comment il analysait les mécanismes mis en place par l’institution. Ces pratiques autorisées reflètent selon lui le « pouvoir énorme des "coutumes" de l’école dans la création d’une folie temporaire qui fait des hommes faibles des êtres cruels et des hommes bons des êtres sans pitié ». Cette propension à l’élitisme, à la hiérarchie brutale et au puritanisme incite les élèves, à la fin du XVIIIe siècle, à monter plusieurs sociétés parallèles à l’université. Il s’agit au départ d’associations littéraires, telles que Linonia et Brothers in Unity. L’ensemble des élèves est appelé à adhérer à l’une ou l’autre des organisations. Ce qui n’est pas assez élitiste pour ceux qui souhaitent une stricte reproduction de la nouvelle « aristocratie » états-unienne. En 1780 la branche Alpha de l’organisation Phi Betta Kappa est fondée à Yale. Plusieurs autres sociétés fleurissent à l’époque : la Beethoven Society, l’Hexahedron Club... Petit à petit, les salons littéraires perdent de leur importance, remplacés par des sociétés secrètes, plus élitistes et plus fermées. Au milieu du XIXe siècle, on en dénombre trois principales : les Skull and Bones (Crâne et os), les Scroll and Key (Parchemin et clé) et Wolf’s Head (Tête de loup). Parallèlement, le corps enseignant de Yale décide de suivre le mouvement. Il est difficile d’établir avec précision les circonstances de la création de la société secrete. Il s’agirait, au départ, d’une réaction à l’exclusion d’un membre des Phi Beta Kappa, Eleazar Kingsbury Forster. Indigné par le procédé, et souhaitant redonner sa vitalité à Yale, William Russell aurait condamné Phi Betta Kapa, pris Forster sous son aile et fondé, avec treize autres étudiants de Yale (dont Alfonso Taft), une société encore plus secrète et encore plus forte, originellement intitulée le Club Eulogie, du nom de la déesse grecque de l’éloquence. 530


Sous l’influence d’un récent voyage en Allemagne, Russell importe bon nombre de références germanques dans le rituel. En 1833, les jeunes membres adoptent la tête de mort et les ossements comme emblème. À la même époque, le chiffre 322 devient le "chiffre clé" de l’organisation. C’est en effet en 322 avant JC qu’est mort l’orateur grec Démosthène. Selon la "tradition Skull and Bones", la déesse Eulogie aurait alors rejoint le paradis, avant de redescendre en 1832 et de rejoindre la société secrète. Depuis 1832, à Yale, quinze juniors sont brutalisés chaque année par leurs aînés afin d’être initiés et intégrés au groupe l’année suivante. On dit que chaque initié reçoit 15 000 dollars et une montre de grand-père. Loin d’être une sorte de maison du plaisir dont l'activité se réduirait aux seules années de campus, le groupe conserve par la suite des relations suivies afin de favoriser la réussite de ses membres dans le monde postuniversitaire. Le fonctionnement de l’organisation est aujourd’hui mieux connu. Quinze membres sont recrutés chaque année, ce qui permet d’estimer à environ 800 le nombre de membres vivants de l’organisation à n’importe quelle date donnée. Encadrés par des membres plus anciens, les quinze nouveaux impétrants se réunissent deux fois par semaine pendant un an, pour discuter à la fois de leur vie, de leurs études ou de leurs projets professionnels. Des débats sur des questions politiques et sociales ont également lieu. Une fois par an, la société organise une retraite à Deer Iland, une vaste île située dans le fleuve SaintLaurent, près de New York, où a été construit un club cossu à l’anglaise, conformément à la volonté de George D. Miller, membre des Skull & Bones et généreux donateur de la résidence. Influences Dans son livre L’Établissement secret américain, Anthony Sutton dénonce la capacité du SandB à établir des chaînes d’influences verticales et horizontales, ce qui permet d’assurer une continuité dans leur plan de domination de la politique. Le lien Whitney-Stimson-Bundy représenterait la "chaîne verticale". W. C. Whitney (1863), qui a marié Flora Payne (de la dynastie Standard Oil Payne), a été secrétaire de la Navy. Son avocat était un homme nommé Elihu Root. Root engaga Henry Stimson (1888), à sa sortie de l’école de droit. William Howard Taft, le 27e président des USA et bonesman lui aussi engagea Stimson au poste de secrétaire de la guerre en 1911. Plus tard ce dernier devint gouverneur-général des Philippines de. Hollister Bundy (1909) fut l’assistant spécial de Stimson et un homme essentiel au Pentagone durant le projet Manhattan. Ses deux fils furent également membres du S&B : William Bundy (1939) and McGeorge Bundy (1940) furent très actifs dans les affaires gouvernementales grâce à leurs positions dans la CIA, le département de la défense et le département d'état, et en tant qu'aides spéciaux aux Présidents Kennedy et Johnson. Ils ont ainsi exercé un impact significatif sur l'écoulement de l’information et de l’espionnage pendant le guerre du Vietnam. William Bundy continua à être rédacteur de Foreign Affairs, le trimestriel très influent du Council on Foreign Relations (CFR). McGeorge devint president de la Fondation Ford. Deux autres familles de bonesmen 531


très influents furent les Harriman et les Bush. Averil Harriman (1913) est considéré comme un "sage" au sein du parti démocrate. Son frère Roland Harriman (1917) en était également un partisan très actif. La présence dans l'organisation des familles américaines les plus prestigieuses est une évidence. Lord, Whitney, Taft, Jay, Bundy, Harriman, Weyerhaeuser, Pinchot, Rockefeller, Goodyear, Sloane, Stimson, Phelps, Perkins, Pillsbury, Kellogg, Vanderbilt, Bush, Lovett et ainsi de suite. Le Skull and Bones c'est tout simplement le club de l’élite, de l'établissement (establishment). Ainsi, tout président des États-Unis passé par Yale a été membre des Skull & Bones : il s’agit de William Howard Taft, de George H.W. Bush et de George W. Bush. De même on ne compte plus les personnalités membres de l’organisation qui ont occupé, par la suite, d’importantes fonctions dans le monde politique, diplomatique, médiatique, ou même du renseignement. En 2004, l'élection présidentielle américaine opposa 2 membres de l'organisation, George Walker Bush et John Kerry. Yale ne pouvait pas perdre ces élections! L’organisation dispose d’importantes connexions dans le milieu diplomatique, et notamment au sein du Council on Foreign Relations. Ainsi, Henry Stimson, secrétaire à la Guerre de Franklin Delano Roosevelt, l’ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, Averell Harriman, ou J. Richardson Dilworth, gestionnaire des intérêts de la famille Rockefeller, étaient membres des Skull and Bones. Des membres de Skull & Bones ont également joué un certain rôle dans l’univers des médias. Henry Luce et Briton Haden, tous deux membres de l’organisation depuis 1920, auraient notamment eu l’idée de créer le journal Time lors d’une réunion à "la Tombe", le quartier général des Skull & Bones, situé sur le campus de l’université de Yale et baptisé. Averell Harriman, de son côté, a fondé le journal Today qui fusionna en 1937 avec une autre revue pour devenir Newsweek. Les connexions au sein de la CIA sont particulièrement impressionnantes : William F. Buckey, membre ultra-conservateur de l’Agence et propagandiste réputé, a été membre de l’association, tout comme son frère, James Buckley, sous-secrétaire d’État à la Sécurité, aux sciences et aux technologies, dans le gouvernement de Ronald Reagan, un poste où il supervisait l’octroi de l’aide militaire états-unienne à destination des régimes de droite. Hugh Cunningham (Bones 1934) a lui aussi accompli une longue carrière dans les services états-uniens, de 1947 à 1973. C’est également le cas de William Bundy, Bonesman de la promotion 1939, et de Dino Pionzio (Bones 1950), chef de station de la CIA à Santiago en 1970, où il s’employa à déstabiliser le régime de Salvador Allende. SKULL & BONES ET ILLUMINATI Les illuminés de Bavière, s'ils n'ont pas duré longtemps (1776-1785) ont néanmoins eu une influence considérable sur la politique qui conduisit à la chute de Napoléon en Bavière et sur la réunification de l'Allemagne ensuite. Cette influence s'est manifestée par le truchement de nouvelles sociétés secrètes qui utilisèrent les méthodes prônées par Adam Weishaupt. Néanmoins, il y eut un changement de cap. D'internationalistes et égalitaristes, certains anciens illuminés sont devenus patriotes et élitistes. Avant l'invasion des territoires de la future allemagne par Napoléon, celle-ci était morcellée en plus de 300 états, villes, évéchées, etc. Les guerres napoléoniennes 532


allaient motiver d'anciens illuminés qui se reconvertirent dans la lutte contre l'occupant français via de nouvelles sociétés secrètes comme le Tugend-Bund et les chevaliers noirs. Tout comme Weishaupt l'avait compris, c'est en s'attachant à la jeunesse que l'on changerait les choses. C'est ainsi que des professeurs d'Universités mirent sur pieds des sortes de loges (chapîtres) au sein des universités allemandes. L'influence de ces sociétés fut déterminante dans la chute de Napoléon. L'argent venait, entre autre, de gens comme les Rothschild qui commençaient à devenir de plus en plus puissants. Voici ce que Adam Weishaupt disait: « Par ce plan, nous dirigerons toute l’humanité de cette manière. Et par la plus simple des manières, nous mettrons tout en feu et en flammes. Les occupations doivent être tellement réparties et arrangées, que nous pourions, en secret, influencer les transactions politiques". Mais attention, il ne faut pas croire que le Skull and Bones est la première société secrète du genre à avoir existé au sein d'universités américaines. En effet, le 5 décember 1776, des étudiants du William and Mary College fondèrent, bien avant Russell et Taft, une société secrète, la Phi Beta Kappa. Un second chapitre de cette société de seniors fut formé à Yale en 1780, soit 53 ans avant la création du SandB. Dans The Cyclopedia Of Fraternities, un tableau généalogique de toutes les fraternités de collèges de grec aux USA, montre que Phi Beta Kappa est la source, le parent de tous les systèmes de fraternités américains des hautes écoles. Il y a ainsi une ligne entre la fraternité Phi de Yale de 1780 et le SandB de 1833, ainsi qu'à travers d’autres sociétés de seniors, mais « seulement de Yale » comme la Scroll and key et la Wolf’s Head. Phi Beta Kappa sont les trois premières lettres greques pour "Philosophie Biou Kubernetes" ou "amour de la sagesse, le timonier de la vie." Au niveau symbolique on retrouve ainsi chez les deux fraternités : un crâne et un bateau. John Robison, un maçon écossais, rentra dans l’ordre des illuminati mais après avoir découvert ce qui se tramaît, publia en 1798, un livre appelé "Proofs Of A Conspiracy". Il envoya son livre à tous les rois d'Europe mais ne fut guère écouté, voire pas du tout. Le Skull and Bones a bel et bien hérité, non pas des buts louables des illuminés de Bavière (qui se battaient contre l'obscurantisme) mais de certaines pratiques et surtout des méthodes des illuminati. La ressemblance entre certains rituels décrits dans "Proofs Of A Conspiracy" est frappante. Robison décrit ainsi la cérémonie d’initiation du "Regent degree" de l’illuminisme bavarois. Dans ce rituel "un squelette est placé près de l’initié, dont aux pieds sont étendues une couronne et une épée. Lui est alors demandé si c'est le squelette d'un roi, d’un noble ou d'un mendiant. Comme il ne peut pas décider, le président de la réunion lui déclare que "seul est important le caractère de l'homme". Or dans le sanctuaire du SandB, on peut lire, en allemand, "Wer war der Thor, wer Weiser, Bettler oder Kaiser? Ob Arm, ob Reich, im Tode gleich.", ce qui signifie : "qui était l'imbécile, qui était le sage? Le mendiant ou le roi. Pauvre ou riche, on est tous égaux dans la mort." SKULL & BONES ET L'ALLEMAGNE NAZIE Un des membres de l'organisation, Prescott Bush, était le directeur général de l'Union Banking Corporation (UBC) qui a aidé au financement de l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler. Les relations d'affaires établies par Bush en 1923 se sont poursuivies même après que la guerre ait commencé. Cependant, les USA interdisant le commerce avec 533


l'ennemi (Trading with the Enemy Act) suite à l'attaque de Pearl Harbour en 1941, les actions de l'UBC, dont celles de Prescott Bush, sont saisies le 22 octobre 1942. Le gouvernement constate que la banque de Bush « gère les bénéfices de la famille Thyssen (Fritz Thyssen était le banquier personnel d'Hitler) et appartient à des ressortissants d'une certaine nation ennemie ». Prescott Bush est dénoncé comme collaborateur. Il conserve cependant sa fonction jusqu'en 1943 grâce au soutien de l'avocat Allen Dulles, l'homme qui créera plus tard la CIA. A la mort de Fritz Thyssen, en 1951, les actionnaires de Brown Brothers & Harriman récupèrent leur argent. Prescott Bush reçoit 1,5 million de dollars pour sa part dans UBC, qu'il donne à son fils, George Herbert Walker Bush, pour se lancer dans le secteur du pétrole. 6) Hardcoremotion http://www.mdi2008.com/skull-bones-la-fraternite-de-la-mort/

Responsable de l’antenne PACA du MDI, Salim nous livre une analyse profonde de la loge des Skull and Bones, et de son impact dans la mise en place du Nouvel Ordre Mondial. Vu ses membres illustres et son influence actuelle déterminante, on se devait d’étudier le cas très intéressant et capital de la Fraternité de la mort (Brotherhood of death ) ! Il s’agit d’une fraternité, dans la tradition maçonnique, de l’université de Yale. Contrairement à ce qui est dit, on est très loin de la fraternité post adolescente, aux bizutages et à la saoulerie faciles. On assiste plutôt à une fraternité dégénérée adepte d’un culte obscure comme a réussit à le démontrer Ron Rosenbaum dans son article du New York Observer . Quinze Bonesmen initiés chaque année, huit cents au total. Grâce à deux enregistrements aussi bien vidéo qu’audio nous savons maintenant ce qui se pratique lors de ce sombre rituel contre-initiatique. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire une bonne fois pour toute de parler du tabou absolu, l’empêcheur de réfléchir : Le Complot ! C’est le pendant international de l’accusation d’antisémitisme, dès que les accusations de « théoricien du complot » ou de « conspirationniste » sont lancées, on est discrédités ad vitam aeternam, les rictus s’animent, la dérision et les blagues fusent… Très léger comme débat et très peu contradictoire intellectuellement, à l’image de cette époque médiocre. Il convient ici de rappeler qu’il n’est point question de « Théorie » mais de faits réels et concrets, vérifiables et prouvés maintes fois. A chacun la responsabilité de le voir ou de le nier mais en aucune manière cette réalité ne disparaîtra quelque soit votre choix ou votre envie. Il existe une histoire officielle et étatique, en sortir vous mènera à une série d’ennuis en cascades. Malgré les efforts incessants de désinformation et de propagande, des faits finissent toujours par sortir du trou profond dans lequel ils ont été ensevelis. Le paradigme est donc établit et toutes les recherches qui s’ensuivront devront concorder avec et rien d’autre. Reste à savoir quel est ce paradigme lorsque l’on sait par exemple que la Fondation Rockefeller a donné 139.000 dollars en 1946 pour établir une version officielle de la seconde guerre ! Il existe bien des lois anti-trust pour empêcher les complots financiers 534


et économiques, pourquoi n’existerait-il pas de complot politique ? Plus concrètement, qu’est-ce que le communisme et sa révolution sanguinaire de 1917 si ce n’est un complot internationaliste contre la Russie et qui a occasionné des dizaines de millions de morts. Rien d’autre qu’un complot, on le sait maintenant et possédons les preuves. La révolution rouge n’a jamais été une révolte populaire contre un Tsar despote mais bien un complot étranger qui a écrasé le peuple comme aucun Tsar n’aurait pu le faire ou même l’imaginer… Qu’est-ce qu’une théorie ? C’est une hypothèse servant à expliquer une problématique quelconque afin de la « comprendre ». Il faut rappeler autant de fois qu’il le sera nécessaire que l’on ne peut infirmer l’absence d’une chose, ce qui est fait à longueur d’émissions et d’articles de presse ! On ne peut que proposer des évènements, des faits mais il faut pour que cela soit possible, que la partie adverse lise les faits et écoute les arguments proposés, ce qui n’est malheureusement jamais respecté ! Deux méthodes scientifiques sont utilisées aussi pour prouver cette théorie. Primo, l’explication la plus simple sera celle retenue. Enfin, l’explication qui répond au plus grand nombre de faits sera la meilleure de toutes. De surcroît, trois conditions définissent la conspiration : Les comploteurs se réunissent secrètement, leurs décisions doivent prendre corps, in fine, elles doivent êtres illégales. C’est ce que nous comptons établir et prouver dans cet article à l’image de l’ouvrage d’A.C. Sutton. Passons aux enregistrements de Ron Rosenbaum, que contiennent-ils ? Des passages ahurissants qui vous laisseront sans voix ! D’une vulgarité - dont vous m’excuserez l’étalage - rare. Ceci risque même de discréditer toute recherche sur cette loge morbide. En avril 2000, grâce à un enregistrement audio, puis en 2001 grâce à trois caméras à vision nocturne, R. Rosenbaum et quelques étudiants de Yale ont réussit l’impossible : filmer le rituel contre-initiatique dans les locaux de la loge « The Tomb » (la tombe est dépourvue de fenêtres). Etaient présents à la cérémonie d’initiation un homme déguisé en squelette capuchonné, un autre en diable et un dernier en robe. Une voix identifiable en tant que celle de W. Bush criait « Je vais te fourrer comme j’ai fourré Al Gore, je vais te tuer comme j’ai tué Al Gore ». Puis à un initié de crier « Retires ce piston de mon cul oncle Toby », plusieurs « Tais-toi néophyte » ! Puis un : « Le bourreau est la mort, le diable est la mort, la mort est la mort », c’est leur mantra spécifique. Puis des « Cours néophyte, cours… trouves le fémur… » et quelques hallucinants et choquants « lèche mon anus néophyte, lèche mon cul… ». Ils racontent leurs exploits sexuels chaque samedi soir dans des cercueils tout en se masturbant, il leur est aussi demander de déterrer un mort ! Je sais que c’est très dur à croire mais c’est ainsi, c’est vérifiable. La monstruosité et l’extrême débilité d’un fait ne le rendent pas pour autant impossible. Deux pamphlets ont été écrits sur l’Ordre, l’un par Lyman BAGG en 1871 intitulé « Quatre années à Yale », l’autre après l’invasion des locaux « The Tomb » par des étudiants de Yale le 29 septembre 1876 et dans lequel on lit une description très détaillée de l’intérieur des lieux. Plus exactement, les murs et les plafonds sont décorés par une multitude d’ossements humains, on y trouve les portraits du fondateur RUSSEL ainsi qu’un autre allemand. Ils décrivent les lieux comme un repère de pilleurs de tombes ! Ils découvrent aussi les surnoms donnés aux membres par l’Ordre (comme les Illuminati : Magog, Chilo, Eumenes, Glaucus, Prisaticus et Arbaces7). 535


Ces quelques paroles poétiques inquiétantes sont celles de l’élite mondiale d’hier et d’aujourd’hui. Pour le premier groupe, nous allons en parler maintenant en remontant l’historique de cette loge aussi dégénérée que dangereuse. L’Ordre (comme ils le nomment) a été crée et fondé en 1833 par un certain William Huntington RUSSEL et le non moins célèbre Alfonso TAFT. RUSSEL a effectué, juste avant, quelques voyages dans l’Allemagne de l’époque où il a reçu son initiation et l’autorisation d’ouvrir un chapitre à Yale. Afin de comprendre l’importance de cette loge, il est essentiel de savoir que RUSSEL a été général de l’armée et législateur d’état dans le Connecticut. Concernant TAFT, il a été Attorney General des USA ainsi que Secrétaire d’État à la Guerre. Son fils, autre bonesman, a été Président des USA et juge à la cour suprême au même moment ! Environ 30 familles WASP seulement constituent l’Ordre et pratiquent une endogamie importante. La technique est simple, ils contrôlent toutes les parties de la société : Maison Blanche, justice, politique, banques, think tanks (et autres fondations), éducation, média et publication, l’église et enfin l’industrie et le commerce. Depuis 1833, a appartenu à l’Ordre une quantité importante d’hommes de pouvoir. La liste est longue et on ne va citer que les plus importants d’entre eux qui ont eu une influence directe sur notre quotidien. Parmi les bonesmen les plus influents on peut citer Andrew Dickinson WHITE président de l’Association Américaine d’Histoire. Positionnement clé pour imposer une ligne historique officielle. D’autres associations leurs appartiennent : American Economic Association, American Chemical Society, American Psychological Association… Cinq membres de la famille Lord ont appartenu à l’Ordre, dont les deux derniers Charles Edwin a été Contrôleur de la monnaie (1981) et Winston qui a été directeur (Chairman) du CFR ! Plusieurs universités leurs appartiennent, en dehors de Yale vous avez aussi la Cornell University présidée par Andrew Dickson WHITE ou la Johns Hopkins University présidée par Daniel Coit GILMAN ainsi que la Columbia University…etc. Les fondations les plus prestigieuses sont infiltrées : Carnegie Institution présidée par le même Daniel Coit GILMAN, la Ford Foundation présidée par McGeorge BUNDY, la Twentieth Century Foundation présidée par Evans CLARCK. Autre société méconnue présidée par Theodore MARBURG et W. H. TAFT, la American Society for the Judicial Settlement of International Disputes. Cette dernière a donné naissance à la Ligue de Renforcement de la Paix qui donna la Société des Nations puis in fine l’ONU ! L’UNESCO a été fondée par le bonesman Archibald McLEASH. Les think tanks comme le « Peace Research Institute » ou « l’Institut des Etudes Politiques » sont tous sous le contrôle de l’Ordre. L’Eglise a été infiltrée par l’Union Theological Seminary de l’université de Columbia dont un des présidents fut Sloan COFFIN. La plus grande manipulation des bonesmen – en dehors de l’éducation – restera la création de la Federal Reserve Bank (FED) en 1913 et la spoliation du peuple américain de son droit de battre monnaie gratuitement. Ce pouvoir unique et ultime leur permit d’enclencher le plan en trois guerres mondiales d’Albert PIKE : 14-18, 39-45 et la dernière qui va suivre bientôt entre l’Islam et l’Occident. L’Ordre a crée de toute pièce l’Union Soviétique par de l’aide militaire directe de l’armée américaine, de l’armement, une aide financière illimitée ainsi qu’un lobbying de haut niveau. 536


On retrouve dans ces manipulations Thomas D. TACHER, Amos et Gifford PINCHOT, William KENT et le bankster criminel Edward H. HARRIMAN. On sait aujourd’hui que les banquiers Max et Paul WARBURG ont financé TROTSKY et LENINE avec des mallettes d’or. HARRIMAN et son ami Prescott « Geronimo » Bush ont financé aussi Hitler et le régime nazi par l’intermédiaire de l’Union Banking Corporation via le magna allemand Fritz Thyssen. Prescott BUSH a même été mis en examen par le congrès US pour intelligence avec l’ennemi ! Le centre révolutionnaire de l’époque se situait au n°120 Broadway qui était l’immeuble de : Edward H. HARRIMAN Company, l’American International Corporation, JP MORGAN Firm, la FED, Bankers Club, Tacher & Bartlett, Amos PINCHOT’s Office, General Electric, Guggenheim Exploration, Soviet Bureau, Weinberg & Posner (premier ambassadeur soviétique), Guanranty Trust Company au n° 140 et l’Anglo-Russian Chamber of Commerce au n° 233… On observe ainsi une concentration importante de tous les organes impliqués dans la création de l’URSS dans le même immeuble ! Dans la même optique, Rockefeller a offert le terrain de l’ONU pour ne pas être à plus de 10 minutes du Gouvernement Mondial ! Il est ainsi évident qu’une telle organisation a un pouvoir sans précédent au sein d’une société afin de la manipuler à sa guise. Il est question ici des maîtres du monde. Que vous le vouliez ou non, leur monnaie de singe est la référence mondiale. Leur armée est la plus puissante et « Gendarme du Monde », personne ne peut s’y opposer bien au contraire, ils s’empressent tous de l’aider avec leurs bases militaires et leurs satellites. Ils battent monnaie et contrôlent le système bancaire, écrivent les lois, manipulent et décident des programmes scolaires et universitaires, possèdent les médias et manipulent les masses, créent les fondations pseudo philanthropiques et autres associations ou think tanks afin d’influer et diriger les élites vers une direction voulue. URSS, ONU, UNESCO, FED, Hitler, Banque Mondiale, FMI… sont tous issus des bonesmen. La musique mondiale, le cinéma, la langue, la mode et la nourriture sont toutes yankee « American way of life » ! La situation est critique, très critique. Elle est d’autant plus critique et sérieuse qu’aujourd’hui, les bonesmen sont au pouvoir. On a parlé du rituel satanique des Skull & Bones, de leur historique même s’il remonte assez loin. Maintenant parlons de l’actualité la plus proche afin de comprendre ce qui se passe ou du moins essayer. Depuis quelques décennies, les présidents US ont tous appartenu à l’Ordre. George H. BUSH puis George W. BUSH ont présidé 12 ans. Pendant la seconde élection de BUSH junior son adversaire n’était autre qu’un bonesman John KERRY. Ils contrôlent, comme vous le voyer, les deux camps, aussi bien démocrate que conservateur ! Aujourd’hui avec Barak OBAMA, qui est déjà cousin au huitième degré de Dick CHENEY, on rencontre un autre bonesman au poste de conseiller économique dans la personne de Austan « The Ghoul » GOOLSBEE. Son financier n’est autre que le dangereux spéculateur et prédateur George SOROS. Sans oublier son mentor politique qui est Zbigniew Brzezinski fondateur entre autre de la Commission Trilatérale.

537


Trouvez-vous normal que les médias européens n’en parlent jamais ! La simple mention du nom des Skull&Bones à John KERRY, lors d’un débat dans un campus, a valu une décharge de quelques dizaines de milliers de volts à l’étudiant Andrew MEYER entouré d’une demi-douzaine de policiers et bien plus d’agents secrets !

Voilà une leçon donnée à toute personne libre cherchant la vérité. Je ne pense pas que cela soit suffisant pour nous arrêter mais ceci peut impressionner les plus faibles. Andrew Mayer, merci ! Votre sacrifice n’a pas été en vain et nous prouve la vraie nature de ce terrible pouvoir !

Je pense avoir donné une quantité suffisante de preuves pour commencer à y voir plus clair. Malheureusement il n’y aura jamais assez de lumière pour ceux qui ne veulent voir. Ne réagissez pas si vous le voulez, laissez ces comploteurs dégénérés dominer le monde mais sachez au moins pour qui vous allez périr dans un futur proche, c’est la moindre des choses… 1. Ne pas négliger d’autres fraternité non moins dangereuses : Scroll and Key, Book and Snake, Wolf’s Head…etc. 2. Antony C. SUTTON le qualifie tout simplement de sataniste ! 3. www.observer.com/node/44302. At Skull and Bones, Bush’s Secret Club Initiates Ream Gore. 23 avril 2001. 4. Neufs heures seulement après l’assassinat de JFK, la télévision niait déjà le complot ! 538


5. Le choix de la défaite. Annie Lacroix-Riz. Ed. Armand Colin. ISBN : 978-2-20026784-1. 6. Phrase de Edgar HOOVER : « L’individu est handicapé en se trouvant face à face avec une conspiration, si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe ». 7. America’s secret establishment. An introduction to the order of Skull and Bones. Antony C Sutton. 8. Journaliste au New York Observer, diplômé de Yale University. 9. Définition de « Néophyte » : Nouvellement converti à une religion ! 10. The hangman equals death ! The devil equals death ! Death equals death 11. Le cas de G. H. Bush « Magog » et le crâne de Geronimo est le plus célèbre. 12. L’Ordre a été financé par le trafique d’opium international. 13. White Anglo-Saxon Protestant. 14. Council of Foreign Relation, autre groupe d’influence conspirateur. 15. Lettre de Pike à Giuseppe MAZZINI datant du 15 août 1871. 16. Son budget dépasse de loin la somme des toutes les autres nations du monde ! 17. Ex patron de la CIA. 18. Cf. vidéo : www.youtube.com/watch?v=z1U-9tO9V4o&eurl 19. Dont la femme Michelle est membre du CFR ! 20. « Ghoul » : de Goule, macabre, morbide. 21. Autre obscur groupe d’influence de David Rockefeller comprenant l’Amérique du nord, l’UE et le Japon. 22. Hormis un article de l’Express du 27/09/2004 intitulé Les liaisons mystérieuses. 23. Cf. sa vidéo sur Youtube ou Dailymotion.

H) : Le groupe 6.6.6. et les « Protocoles de Toronto ». Ce groupe illuministe est pratiquement inconnu par la plupart de ceux qui étudient la « Théorie du complot ». Pour autant, le travail de ce groupe est ici capital pour comprendre notre réalité actuelle et celle d’un avenir très proche. Jugez-en par vous-même : Le titre même de ce texte fait penser aux fameux « Protocoles des Sages de Sion ». A ce sujet, je vous rappelle que vous trouverez une copie de ces derniers dans le DVD n°2 (Protocoles_des_Sages_de_Sion_le_document_interdit) dans le dossier : « L'EncycloCanna DVD2\Data du DVD\Autres PDF ». Nous n’allons par parler ici du document des protocoles de Sion – « vrai-faux » historiques qui a surtout servi à salir la religion juive et aidé au développement de l’antisémitisme. Sachez toutefois qu’avant de lire les Protocoles des Sages de Sion, vous devriez lire avant leur présentation dans le dictionnaire. Vous aurez ainsi un regard autre sur le document que celui qu’il génère habituellement lorsqu’on le lit pour la première fois (il fut réécrit pour susciter une certaine prise de conscience, la peur, puis la haine) ! « Les Protocoles des Sages de Sions » est un livre interdit, censuré par la justice française, mais de part la nature encyclopédique de l’œuvre en cours, et de part le fait que je suis critique envers ce document, on ne peut m’empêcher de vous le produire ici. Il est un fait que je suis un anti-antisémite assez virulent … et pertinent ! Or l’interdiction d’un tel « papier » laisse sous-entendre que les autorités auraient quelques choses à cacher … … Et ce n’est peut-être pas si inexact que cela. Non pas au niveau d’un éventuel complot judéo-maçonnique (ça c’est ce que le Protocole des sages de Sion voudrait vous faire croire) mais du fait qu’il existe bien une maudite volonté dont le but est bien de nous faire subir tout 539


le mal qui est étalé dans ce texte. Et cette volonté maudite n’a rien de juive et existe donc belle et bien ! Je vous convie à le lire avant de continuer ce qui enchaine. Vous comprendrez alors les parallèles qu’on peut en tirer avec le texte des « Protocoles de Toronto ». Voici un document qui provient de la source : http://nenki.com/conspir/protocoles_toronto.html . Les « Protocoles de Toronto », écrits en juin 1967, ne semblent pas être qu’une copie réactualisée des « Protocoles de Sages de Sion », ils paraissent surtout transcrire une nouvelle étape du plan d’Ordo ab Chao. Car son contenu s’adapte parfaitement à l’orientation qu’à prise nos sociétés depuis cette époque. A vous d’en juger :

"LES PROTOCOLES DE TORONTO" Fiction ou amère réalité ? (Ancienne source maintenant invalide): http://assoc.wanadoo.fr/sos/pt666.htm INTERNATIONAL FREE PRESS AGENCY "INTELLIGENCE REPORT" - MARCH 1995 LE PROTOCOLE DE TORONTO (6.6.6.)? (QUEBEC ANNEE ZERO)... FICTION OU REALITE ? Qui peut le dire ? Quoi qu'il en soit, selon certaines informations obtenues en provenance de France, mais surtout, à la révision des événements survenus depuis les vingt-cinq dernières années, il apparaît que le scénario décrit dans ce "Document" nous permet de mieux comprendre ce qui, jusqu'à aujourd'hui, paraissait des plus incompréhensibles à plus d'un. Nous livrons en entier ce "Document" avec, en plus, une analyse des nouvelles conditions économiques actuelles qui, en elles-mêmes, semblent plus que confirmer l'authenticité de ce dernier. Fin Juin 1967 : A Montréal, c'est l'Expo 67; à Ottawa, ce sont les derniers préparatifs du "Centenaire de la Confédération"; aux Etats-Unis, c'est la contestation à la Guerre du Vietnam et, à travers le pays, le "Flower Power". Nous sommes près des événements de Mai 68 en France, de l'explosion du Nationalisme au Québec, du Festival Woodstock aux Etats-Unis... mais en même temps, cette fin Juin de 1967 marque les derniers préparatifs de la mise au point du Plan de la "Chute des Nations" par les hautes instances de la Francmaçonnerie Anglo-Saxonne à Toronto (Canada). Cette réunion secrète, hautement "Confidentielle", est organisée par les "6.6.6." (c'est ainsi qu'ils se nomment eux-mêmes), c'est à dire ceux qui dirigent les 6 plus grandes banques mondiales, les 6 plus grands consortiums énergétiques de la planète (dont le pétrole fait partie), et les 6 plus grands consortiums de l'agroalimentaire (dont fait partie le contrôle des principales routes alimentaires du monde). Ces 6.6.6. étant les plus hauts responsables de la finance internationale, vont définir à l'intérieur de leur réunion, une "Stratégie commune" en vue de la mainmise absolue sur le "Commerce Mondial"; sur la possession de l'Arme 540


Energétique (porte ouverte sur le XXIe siècle); et sur le contrôle international de l'agro-alimentaire (lequel comprend aussi, pour eux, les consortiums pharmaceutiques comprenant, à leur tour, le marché mondial des "Vitamines" et des "Vaccins"). Leur "plan" se résume à trois orientations majeures : "L'Economique, le Politique et le Social pour les années 70 et 80. S'il réussit, il doit irrémédiablement déboucher sur la prise du "Pouvoir Mondial" par la mise en place du "Nouvel Ordre Mondial"; le même dont le Président américain George Bush fera tant la promotion au début des années 90. Titre du Document des 6.6.6. : "PANEM ET CIRCENSES": (Du Pain et des Jeux du Cirque). But du Projet Mondialiste : Le "Génocide du Vital au Profit du Rentable Occulte". Moyens de Financement du Projet : entre autre, se servir de l'Aide Humanitaire, de l'Aide Alimentaire Internationale afin de financer les "Multinationales" des 6.6.6. LE DOCUMENT : [Toutes les périodes historiques ayant mené à la décadence des civilisations étaient toutes marquées, sans exception, par "L'Esprit d'Errance des Hommes". Aujourd'hui, nous devons faire en sorte que cet "Esprit" se traduise par une "Société Mondiale du Loisir" sous toutes ses formes. Ce "Loisir" doit se composer du [Sexe], des [Drogues], du [Sport], des [Voyages/l'Exotisme], et des [Loisirs] en général, mais accessibles à toutes les couches de la Société. L'Homme doit arriver à croire qu'il est "Moderne", et que sa modernité est composée de sa capacité, et de sa possibilité de pouvoir jouir largement, et maintenant de tout ce qui l'entoure. Pour parvenir à cet objectif, il est impératif de pouvoir infiltrer les Médias (Radio, Télévision, Journaux), les milieux de la "Mode" et la "Culture" (les milieux de la Nouvelle Musique) par lesquels nous influencerons, à coup sûr, toutes les couches des Sociétés Occidentales. Ainsi en tenant sous la coupe des "Sens" la jeunesse (les adultes de demain), nous aurons par conséquent la voie libre pour infiltrer, et transformer en profondeur, sans être inquiétés, le Politique, le Système Légal et l'Education; ce qui nous permettra de modifier en profondeur le cours, l'orientation future des Sociétés visées par notre "Plan". Les populations, nous le savons, n'ont pas de mémoire historique. Ils répètent inlassablement les erreurs du passé sans se rendre compte que ces mêmes erreurs avaient conduits leurs pères, avant eux, aux mêmes déchéances qu'ils vivront en pire avant la fin de ce siècle. Voyez, par exemple, ce que leurs grands-pères ont vécu au début de ce siècle grâce au travail acharné de nos prédécesseurs. Après avoir connu, sans limites, la libération des mœurs, l'abolition de la morale (en d'autres mots, l'errance de l'esprit), ils expérimentèrent la "Crise Economique", puis la "Guerre". Aujourd'hui leurs petits-enfants et leurs enfants se dirigent droits vers un aboutissement semblable, pire encore car cette fois-ci, il nous permettra enfin de mettre sur pied notre "Nouvel Ordre Mondial" sans qu'aucun d'entre eux ne soient à même de s'en rendre compte, trop préoccupés qu'ils seront tous à satisfaire exagérément leur besoins sensuels les plus primaires. 541


Une "Norme" générale plus qu'importante, et qui a déjà fait ses preuves au début de ce présent siècle dans la construction, et la mise en place du [Système Communiste] par les regrettés Hauts Officiers de nos loges, est la rentabilité de "l'Exception". En principe, nous le savons, l'Exception prouve la Règle générale qui lui est contraire. Mais dans notre vocabulaire, l'Exception c'est ce qui doit être imposée à tous. Nous devons faire en sorte de faire des "Exceptions" dans différentes sphères de la Société, comme devant être de nouvelles "Règles" générales applicables à tous, un objectif premier de toutes les futures contestations sociales menées par la Jeunesse des Nations. Ainsi l'Exception deviendra le détonateur par lequel toute la société historique s'effondrera sur elle-même dans un essoufflement et une confusion sans précédent. Les fondements de la "Société Occidentale", dans leur essence, proviennent en droite ligne, de l'héritage judéo-chrétien. C'est précisément ce même héritage qui fit de la "Famille", le "Nœud", la "Pierre Angulaire" de tout l'édifice social actuel. Nos prédécesseurs qui avaient financé les écrivains révolutionnaires de la fin du XIX° siècle et du début du XX° siècle avaient compris l'importance de fractionner, puis de faire éclater ce "Noyau vital" s'ils voulaient, en Russie, parvenir à mettre en place le nouveau "Système Communiste" d'alors. Et c'est précisément ce qu'ils firent en faisant minutieusement produire par les philosophes et les écrivains non-conformistes de l’époque : "Un Manifeste à la gloire de l'Etat-Dieu"; celui-ci ayant la primauté absolue sur l'individu, sur la "Famille". Pour aboutir avec certitude à la construction d'un Gouvernement Mondial, [Un Nouvel Ordre Mondial Communautaire] où tous les individus, sans exception, seront soumis à "l'Etat Mondial" de "l'Ordre Nouveau", nous devons, en premier lieu, faire disparaître la "Famille" (ce qui entraînera, du même coup, la disparition des enseignements religieux ancestraux), et en deuxième lieu, niveler tous les individus en faisant disparaître les "Classes Sociales", en particulier, les "Classes Moyennes". Mais nous devons procéder de manière à ce que tous ces changements apparaissent comme étant issus de la volonté populaire; qu'ils aient l'apparence de la "Démocratie". En se servant de cas isolés, mais en les amplifiant à l'extrême avec l'aide de contestations étudiantes noyautées par nous, de journalistes favorables à notre cause et de politiciens achetés, nous parviendrons à faire mettre en place de nouveaux Organismes ayant toutes les apparences de la "Modernité", tel un "Bureau de la Protection de l'Enfance" protégé par une "Charte des Droits et Libertés". Pour la réussite de notre "Plan Mondial : [Le Plan Rouge]", il nous faut faire implanter dans toutes les Sociétés Occidentales des années 70', des "Bureaux pour la Protection de l'Enfance" dont les fonctionnaires (de jeunes intellectuels sans expérience, fraîchement sortis d'Universités où sont mis en évidence nos principes mondialistes), feront respecter à la lettre, sans discernement, la "Charte des Droits de l'Enfant". Qui osera s'opposer à cela sans en même temps être identifié aux barbaries du Moyen Age ? Cette "Charte" laborieusement mise au point dans nos "Loges", nous permettra enfin de réduire à néant toute autorité parentale en faisant éclater la famille en individus farouchement opposés les uns aux autres pour la protection de leurs 542


intérêts personnels. Elle encouragera les enfants à dénoncer des parents trop autoritaires parce que trop traditionnels, trop religieux. Elle contribuera ainsi à soumettre les parents à une "Psychose Collective de la Peur"; ce qui provoquera inéluctablement, d'une manière générale dans la société, un relâchement de l'autorité parentale. Ainsi nous aurons réussi, dans un premier temps, à produire une société semblable à celle de la Russie des années 50' où les enfants dénonçaient à l'Etat leurs parents, et cela sans que personne ne s'en aperçoive. En transférant ainsi à l'Etat le "Rôle Parental", il nous sera plus facile, par la suite, de nous accaparer, une par une, de toutes les responsabilités qui avaient été, jusqu'à date, du ressort exclusif des parents. C'est ainsi que nous pourrons faire considérer par tous comme étant un abus contre l'enfant, l'enseignement religieux traditionnel d'origine Judéo-Chrétienne. Dans un même temps, mais à un autre niveau, nous ferons inscrire dans les plus hautes Lois des Nations, que toutes les Religions, les Cultes et les Pratiques religieuses de tous genres, y compris la "Sorcellerie et la Magie" doivent toutes être respectées au même titre les unes que les autres. Ce sera par la suite d'une aisance déconcertante que de transférer ce rôle de l'Etat par rapport à l'enfant aux plus hautes instances internationales, telles les NationsUnies. Comprenons bien ceci : "Notre but n'est pas de protéger les enfants ou qui que ce soit d'autre, mais bien de provoquer l'éclatement, puis la chute des Nations qui sont un obstacle majeur à la mise en place de notre "Nouvel Ordre Mondial". C'est la raison pour laquelle les "Bureaux de Protection de l'Enfance" doivent être investis d'une autorité légale absolue. Ils doivent être en mesure, comme bon leur semblera, mais toujours sous le prétexte de la protection de l'enfant, de pouvoir retirer ces derniers de leurs milieux familiaux originels, et les placer dans des milieux familiaux étrangers ou des Centres gouvernementaux déjà acquis à nos principes mondialistes et a-religieux. Par conséquent, sera ainsi achevée la brisure définitive de la "Cellule Familiale Occidentale". Car sans la protection et la surveillance de leurs parents originaux, ces enfants pourront ainsi être définitivement handicapés dans leur développement psychologique et moral, et représenter, par voie de conséquence naturelle, des proies facilement adaptables à nos visées mondialistes. Pour la réussite assurée d'une telle entreprise, il est primordial que les fonctionnaires travaillant dans ces "Bureaux" au service de l'Etat, soient jeunes, sans expérience passée, imbus de théories que nous savons vides et sans efficacité, et surtout, soient obsédés par l'esprit missionnaire de grands protecteurs de l'enfance menacée. Car pour eux, tous les parents doivent représenter des criminels en puissance, des dangers potentiels au bien-être de l'enfant ici considéré comme étant un "Dieu". Un "Bureau de la Protection de l'Enfance" et une "Charte des Droits de l'Enfant" n'ont aucune raison d'être sans enfants menacés. De plus, les exceptions et les exemples historiques utilisés pour leur mise en place finiraient, tôt ou tard, par disparaître s'ils n'étaient pas constamment alimentés par de nouveaux cas se produisant sur une base continue. En ce sens, nous devons infiltrer le "Système d'éducation" des Nations pour y faire disparaître, sous le couvercle de la "Modernité" et de "l'Evolution", l'enseignement de la Religion, de l'Histoire, de la Bienséance tout en diluant, en même temps, sous une avalanche 543


d'expérimentations nouvelles dans le milieu de l'Education, celui de la langue et des mathématiques. De cette manière, en enlevant aux jeunes générations, toute base et toute frontière morales, toute connaissance du passé (donc toute fierté nationale), donc tout respect d'autrui, tout pouvoir par la connaissance du langage et des sciences (donc sur la réalité), nous contribuerons à fabriquer une jeunesse largement disposée à toutes les formes de délinquance. Dans ce nouvel univers morcelé par la peur des parents, et leur abandon de toute responsabilité face à leurs enfants, nous aurons la voie libre pour former, à notre manière et selon nos objectifs premiers, une jeunesse où l'arrogance, le mépris, l'humiliation d'autrui seront considérés comme étant les nouvelles bases de "l'Affirmation de Soi" et de la "Liberté". Mais nous savons, à même l'expérience du passé, qu'une jeunesse semblable est d'ores et déjà condamnée à son autodestruction car celle-ci est foncièrement "Individualiste", donc "Anarchiste" par définition. En ce sens, elle ne peut aucunement représenter une base solide pour la continuité de quelque société que ce soit, et encore moins une valeur sûre pour la prise en charge de ses vieillards. Dans la même foulée, il est aussi impératif de faire créer une "Charte des Droits et Libertés Individuelles", et des "Bureaux de Protection du Citoyen" en faisant miroiter aux masses, que ces innovations font partie intégrante de la "Modernité" des "Sociétés Nouvelles" du XX° siècle. De la même manière, et en même temps, mais à un autre niveau, faire voter de nouvelles Lois pour le "Respect et la Liberté Individuelles". Comme dans le cas de la "Famille", mais sur le plan de la "Société", ces Lois entreront en conflit avec les Droits de la Collectivité, menant ainsi les sociétés visées, droit à leur autodestruction. Car ici, l'inversion est totale : "Ce n'est plus la société (le droit de la majorité) qui doit être protégé contre des individus pouvant la menacer, mais bien plutôt (le Droit de l'Individu) qui se doit d'être protégé contre les menaces possibles de la majorité". Voilà le but que nous nous sommes fixés. Pour achever l'éclatement de la famille, du système d'éducation, donc de la Société en général, il est primordial d'encourager la "Liberté Sexuelle" à tous les échelons de la Société Occidentale. Il faut réduire l'individu, donc les masses, à l'obsession de satisfaire leurs instincts primaires par tous les moyens possibles. Nous savons que cette étape représente le point culminant par lequel toute Société finira par s'effondrer sur elle-même. N'en a-t-il pas été ainsi de l'Empire Romain à son apogée, et de toutes civilisations semblables à travers l'histoire ? Par des hommes de Science et des laboratoires financés par nos Loges, nous avons réussi à faire mettre au point un procédé chimique qui révolutionnera toutes les Sociétés Occidentales, et reléguera aux oubliettes pour toujours, les principes moraux et religieux judéo-chrétiens. Ce procédé, sous forme de pilule, ouvrira la voie toute grande à la "Liberté Sexuelle" sans conséquences, et poussera les "Femmes" des Nations à vouloir briser avec ce qui sera alors perçu comme étant le joug du passé (l'esclavage des femmes soumises à l'homme et à la famille traditionnelle judéo-chrétienne). Jadis "Centre et pivot de la cellule familiale", la femme moderne, maintenant en tant qu'individu indépendant, voudra briser avec son rôle traditionnel, se détacher de la famille, et mener sa vie selon ses propres aspirations personnelles. Rien de plus naturel, nous le savons, mais là où nous interviendrons fortement, ce sera 544


d'infiltrer tous les nouveaux "Mouvements de Contestation Féminins" en poussant leur logique jusqu'à ses extrêmes limites de conséquence. Et ces limites se trouvent déjà inscrites dans l'éclatement définitif de la famille traditionnelle et de la Société judéo-chrétienne. Cette "Libération Sexuelle" sera le moyen ultime par lequel il nous sera possible de faire disparaître de la "Conscience Populaire" toute référence au "Bien et au Mal". L'effondrement de cette barrière religieuse et morale nous permettra d'achever le processus de la fausse "Libération de l'Homme de son Passé", mais qui, en réalité, est une forme d'esclavage qui sera profitable à nos "Plans Mondialistes". Cette porte ouverte pour l'encouragement à la "Liberté sexuelle", au "Divorce", à "l'Avortement" sur demande, à la reconnaissance légale des diverses formes d'homosexualité nous aidera à modifier en profondeur les bases historiques du "Droit Légal" des Sociétés. Elle sera un atout majeur pour pousser l'ensemble des individus à un relâchement général des mœurs; pour diviser les individus les uns par rapport aux autres, selon leur instinct et leurs intérêts propres; pour détruire l'avenir de la jeunesse en la poussant aux expériences néfastes de la sexualité hâtive et de l'avortement. Et pour briser moralement les générations futures en les poussant à l'alcoolisme, aux drogues diverses (dont nos Officiers supérieurs des Loges Internationales se chargeront d'en prendre le contrôle au niveau mondial), et au suicide (celui-ci considéré par une jeunesse désabusée et abandonnée à ellemême, comme étant une fin chevaleresque). Décevons la jeunesse des Nations en lui montant ses parents comme étant irresponsables, irréligieux, immoraux; ne cherchant, en définitive, que le plaisir, l'évasion et la satisfaction effrénée de leurs instincts au prix du mensonge, de l'hypocrisie et de la trahison. Faisons du divorce et de l'avortement une nouvelle coutume sociale acceptée par tous. Poussons-la ainsi à la criminalité sous toutes ses formes, et à se réfugier en groupes distincts, hors d'atteinte du milieu familial qu'elle percevra, inévitablement, comme étant une menace pour sa propre survie. Le tissu social étant ainsi bouleversé à jamais, il nous sera dès lors possible d'agir sur le Politique et l'Economique des Nations afin de les soumettre à notre merci; pour en venir à accepter de force, nos Plans d'un Nouvel Ordre Mondial. Car, il faut bien se l'avouer, les Nations, dépourvues qu'elles seront alors de pouvoir compter sur une jeunesse forte, sur une Société où les individus, regroupés autour d'un idéal commun, renforcé par des remparts moraux indéfectibles, aurait pu lui apporter son soutien historique, ne pourront qu'abdiquer à notre volonté mondiale. Ainsi pourrons-nous alors inaugurer ce qui fut tant annoncé par nos créations passées: "Le système communiste qui prophétisait une révolution mondiale mise en branle par tous les rejetés de la terre", et le "Nazisme par lequel nous avions annoncé un Nouvel Ordre Mondial pour 1000 ans". Voilà notre but ultime; le travail récompensé de tous les valeureux morts au labeur pour son accomplissement depuis des siècles. Disons-le haut et fort : "Tous les Frères des Loges passées, morts dans l'anonymat pour la réalisation de cet Idéal qu'il nous est maintenant possible de toucher du bout des doigts". Il est bien reconnu par tous que l'Homme, une fois après avoir assuré ses besoins primaires (nourriture, habillement et gîte), est beaucoup plus enclin à être moins vigilant. Permettons-lui d'endormir sa conscience tout en orientant à notre guise 545


son esprit en lui créant, de pure pièce, des conditions économiques favorables. Donc, pendant cette période des années 70 où nos Agents s'infiltreront partout dans les différentes sphères de la Société pour faire accepter nos nouvelles normes dans l'Education, le Droit Légal, le Social et le Politique, nous veillerons à répandre autour de lui un climat économique de confiance. Du Travail pour tous; l'ouverture du Crédit pour tous; des Loisirs pour tous seront nos tandems pour la création illusoire d'une nouvelle classe sociale: "la Classe Moyenne". Car une fois nos objectifs atteints, cette "Classe" du milieu, située entre les pauvres séculaires, et nous les riches, nous la ferons disparaître en lui coupant définitivement tout moyen de survie. En ce sens, nous ferons des Etats-Nations, les nouveaux "Parents" des individus. A travers ce climat de confiance où nos "Agents Internationaux" auront fait le nécessaire pour écarter tout spectre de guerre mondiale, nous encouragerons la "Centralisation" à outrance pour l'Etat. De cette manière, les individus pourront acquérir l'impression d'une liberté totale à explorer pendant que le fardeau légendaire des responsabilités personnelles sera transféré à l'Etat. C'est ainsi qu'il nous sera possible de faire augmenter d'une manière vertigineuse le fardeau de l'Etat en multipliant sans limites aucune la masse des fonctionnaires-intellectuels. Assurés pour des années à l'avance d'une sécurité matérielle, ceux-ci seront par conséquent, de parfaits exécutants du "Pouvoir Gouvernemental"; en d'autres mots, de notre "Pouvoir". Créer ainsi une masse impressionnante de fonctionnaires qui, à elle seule, formera (un Gouvernement dans le gouvernement), quel que soit le parti politique qui sera alors au pouvoir. Cette machine anonyme pourra nous servir un jour de levier, lorsque le moment sera venu, pour accélérer l'effondrement économique des Etats-Nations ; car ceux-ci ne pourront pas indéfiniment supporter une telle masse salariale sans devoir s'endetter au delà de leurs moyens. D'un autre coté, cette même machine qui donnera une image froide et insensible de l'appareil gouvernemental ; cette machine complexe et combien inutile dans beaucoup de ses fonctions, nous servira de paravent et de protection contre les populations. Car qui osera s'aventurer à travers les dédales d'un tel labyrinthe en vue de faire valoir ses doléances personnelles ? Toujours pendant cette période d'étourdissement général, nous en profiterons aussi pour acheter ou éliminer, selon les nécessités du moment, tous les dirigeants d'entreprises, les responsables des grands Organismes d'Etat, les Centres de Recherche Scientifique dont l'action et l'efficacité risqueraient de donner trop de pouvoir aux Etats-Nations. Il ne faut absolument pas que l'Etat devienne une force indépendante en elle-même qui risquerait de nous échapper, et de mettre en danger nos "Plans" ancestraux. Nous veillerons aussi à avoir une mainmise absolue sur toutes les structures supranationales des Nations. Ces Organismes internationaux doivent être placés sous notre juridiction absolue. Dans le même sens, et pour garantir la rentabilité de notre influence auprès des populations, nous devrons contrôler tous les Médias d'Information. Nos Banques verront donc à ne financer que ceux qui nous sont favorables tandis qu'elles superviseront la fermeture des plus récalcitrants. Cela devrait en principe passer 546


presque inaperçu dans les populations, absorbées qu'elles seront par leur besoin de faire plus d'argent, et de se divertir. Nous devrons nous occuper à finaliser, dès maintenant, la phase de dérégionalisation des régions rurales amorcée au début de la "Crise Economique" de 1929. Surpeupler les villes était notre tandem de la "Révolution Industrielle". Les propriétaires ruraux, par leur indépendance économique, leur capacité à produire la base de l'alimentation des Etats, sont une menace pour nous, et nos Plans futurs. Entassés dans les villes, ils seront plus dépendants de nos industries pour survivre. Nous ne pouvons nous permettre l'existence de groupes indépendants de notre "Pouvoir". Donc éliminons les propriétaires terriens en faisant d'eux des esclaves obéissants des Industries étant sous notre contrôle. Quant aux autres, permettons-leur de s'organiser en Coopératives Agricoles que nos Agents infiltreront pour mieux les orienter selon nos priorités futures. A travers l'Etat, attachons-nous à bien mettre en évidence le "Respect" obligatoire de la diversité des "Cultures", des "Peuples", des "Religions", des "Ethnies" qui sont autant de moyens, pour nous, pour faire passer la "Liberté Individuelle" avant la notion "d'Unité Nationale"; ce qui nous permettra de mieux diviser les populations des Etats-Nations, et ainsi les affaiblir dans leur autorité, et dans leur capacité de manœuvrer. Poussé à ces extrêmes limites, mais sur le plan international, ce concept, dans le futur, poussera les ethnies des différentes Nations à se regrouper pour revendiquer, individuellement, chacune leur propre part du "Pouvoir"; ce qui achèvera de ruiner les Nations, et les fera éclater dans des guerres interminables. Lorsque les Etats-Nations seront ainsi affaiblis par autant de luttes intestines, toutes fondées sur la reconnaissance des "Droits des Minorités" à leur Indépendance ; que les nationalistes divisés en différentes factions culturelles et religieuses s'opposeront aveuglément dans des luttes sans issue ; que la jeunesse aura totalement perdu contact avec ses racines ; alors nous pourrons nous servir des Nations-Unies pour commence à imposer notre Nouvel Ordre Mondial. D'ailleurs, à ce stade-là, les "Idéaux Humanitaires, Sociaux et Historiques" des Etats-Nations auront depuis longtemps éclaté sous la pression des divisions intérieures.] Fin du Document des 6.6.6. daté de la fin du moi de juin 1967. Dix huit ans plus tard, soit (6+6+6.) dans le temps, se tint une autre Réunion d'importance au Canada. Le Groupe des 6.6.6. se réunit encore une fois à Toronto, à la fin de Juin 1985, mais cette fois-ci afin de finaliser les dernières étapes devant déboucher, et sur la chute des Etats-Nations, et sur la prise du Pouvoir International par les NationsUnies. Ce document est très important car il fait le lien entre tous les éléments que nous avons étudiés jusqu’alors et ceux qui suivront encore. Tenez compte du fait qu’il date de juin 1985 et qu’il énonce des faits actuels avec une précision diabolique. Lisez … et vous serez surpris ! 547


DOCUMENT: "L'AURORE ROUGE" Titre du document des 6.6.6. : L'AURORE ROUGE. But du Projet Mondialiste: ETABLISSEMENT DE L'OCCULTE MONDIAL Moyens de Financement du Projet: Contrôle du F.M.I., du G.A.T.T., de la Commission de Bruxelles, de l'OTAN, de l'O.N.U. et d'autres Organismes Internationaux. [Les dernières dix-huit années furent très profitables pour l'avancement de nos projets mondiaux. Je peux vous dire, Frères, que nous touchons maintenant presque au but. La chute des Etats-Nations n'est plus qu'une question de temps, assez court, dois-je vous avouer en toute confiance. Grâce à nos Agents d'infiltration et à nos moyens financiers colossaux, des progrès sans précédents ont maintenant été accomplis dans tous les domaines de la Science et de la Technologie dont nous contrôlons financièrement les plus grandes corporations. Depuis les réunions secrètes avec M. de Rothschild dans les années 56, et qui avaient pour but de mettre au point le développement, et l'implantation mondiale des "Ordinateurs", il nous est maintenant possible d'entrevoir la mise en place d'un genre "d'Autoroute Internationale" où toutes ces machines seraient reliées entre elles. Car, comme vous le savez déjà, le contrôle direct et individuel des populations de la planète, serait à tout le moins totalement impossible sans l'usage des Ordinateurs, et leur rattachement électronique les uns par rapport aux autres en un vaste "Réseau Mondial". Ces machines d'ailleurs ont l'avantage de pouvoir remplacer des millions d'individus. De plus, elles ne possèdent ni conscience, ni morale aucune ; ce qui est indispensable pour la réussite d'un projet comme le nôtre. Surtout, ces machines accomplissent, sans discuter, tout ce qui leur est dicté. Elles sont des esclaves parfaits dont ont tant rêvé nos prédécesseurs, mais sans qu'ils aient été à même de se douter qu'un jour, il nous serait possible d'accomplir un tel prodige. Ces machines sans patrie, sans couleur, sans religion, sans appartenance politique, sont l'ultime accomplissement et outil de notre Nouvel Ordre Mondial. Elles en sont la "Pierre angulaire" ! L'organisation de ces machines en un vaste "Réseau mondial" dont nous contrôlerons les leviers supérieurs, nous servira à immobiliser les populations. Comment ? Comme vous le savez, la structure de base de notre Nouvel Ordre Mondial est composée, dans son essence, d'une multitude de "Réseaux" divers couvrant chacun toutes les sphères de l'activité humaine sur toute l'étendue de la planète. Jusqu'à ce jour, tous ces "Réseaux" étaient reliés entre eux par une base idéologique commune : celle de l'Homme comme étant le "Centre" et "l'Ultime Accomplissement" de l'Univers. Ainsi, grâce à tous ces "Réseaux" unis par le lien de la "Nouvelle Religion de l'Homme pour l'Homme", nous avons pu facilement infiltrer tous les secteurs humains dans tous les pays Occidentaux, et en modifier la base "judéo-chrétienne". Le résultat est qu'aujourd'hui, cet Homme, qu'il fasse partie du Politique, de l'Economique, du Social, de l'Education, du Scientifique ou du Religieux, a déjà, depuis notre dernière Réunion de fin Juin 67, abandonné son héritage passé pour le remplacer par notre idéal d'une Religion Mondiale basée uniquement sur l'Homme. Coupé ainsi qu'il est dorénavant de ses racines historiques, cet Homme n'attend plus, en définitive, que lui soit proposée une nouvelle idéologie. Celle-ci, bien entendue, est la nôtre ; celle du "Village Communautaire Global" dont il sera le "Centre". Et c'est précisément ce que nous lui apporterons en l'encourageant à faire partie, "Corps et Ame", de ce "Réseau 548


Electronique Mondial" où les frontières des Etats-Nations auront été à tout jamais abolies, anéanties jusqu'à leurs racines les plus profondes. Pendant que cet homme égaré sera absorbé par son enthousiasme aveugle à faire partie de sa nouvelle "Communauté Mondiale" en faisant partie de ce vaste "Réseau d'Ordinateurs", pour notre compte, nous verrons, à partir des leviers supérieurs qui lui seront cachés, à le ficher, à l'identifier, à le comptabiliser, et à le rentabiliser selon nos propres objectifs. Car à l'intérieur de cette "Nouvelle Société Globale", aucun individu ayant un potentiel de "Rentabilité" pour nous, ne pourra nous échapper. L'apport constant de la "Technologie Electronique" devra nous assurer de tous les moyens pour ficher, identifier, et contrôler tous les individus des populations de l'Occident. Quant à ceux qui ne représenteront aucune "Rentabilité Exploitable" par nous, nous verrons à ce qu'ils s'éliminent d'eux-mêmes à travers toutes les guerres intestines locales que nous aurons pris soin de faire éclater ici et là en nous ayant servi, et de la "Chute de l'Economie" des Etats-Nations, et des "Oppositions et des Revendications" des divers groupes composant ces mêmes Etats. Voici donc la manière détaillée par laquelle nous procéderons d'ici 1998 pour paver la route à la naissance de notre "Gouvernement Mondial". 1. - Décupler la "Société des Loisirs" qui nous a été si profitable à date. En nous servant de l'invention du "Vidéo" que nous avons financé, et des jeux qui lui sont rattachés, finissons de pervertir la morale de la jeunesse. Offrons-lui la possibilité de satisfaire maintenant tous ses instincts. Un être possédé par ses sens, et esclave de ceux-ci, nous le savons, n'a ni idéal, ni force intérieure pour défendre quoi que ce soit. Il est un "Individualiste" par nature, et représente un candidat parfait que nous pouvons modeler aisément selon nos désirs et nos priorités. D'ailleurs, rappelez-vous avec quelle facilité nos prédécesseurs ont pu orienter toute la jeunesse allemande au début du siècle en se servant du désabusement de cette dernière ! 2. - Encourager la "Contestation Etudiante" pour toutes les causes rattachées à "l'Ecologie". La protection obligatoire de cette dernière sera un atout majeur le jour où nous aurons poussé les Etats-Nations à échanger leur "Dette Intérieure" contre la perte de 33 % de tous leurs territoires demeurés à l'état sauvage. 3. - Comblons le vide intérieur de cette jeunesse en l'initiant, dès son tout jeune âge, à l'univers des Ordinateurs. Utilisons, pour cela, son système d'éducation. Un esclave au service d'un autre esclave que nous contrôlons. 4. - Sur un autre plan, établissons le "Libre-Echange International" comme étant une priorité absolue pour la survie économique des Etats-Nations. Cette nouvelle conception économique nous aidera à accélérer le déclin des "Nationalistes" de toutes les Nations ; à les isoler en factions diverses, et au moment voulu, à les opposer farouchement les uns aux autres dans des guerres intestines qui achèveront de ruiner ces Nations. 5. - Pour nous assurer à tout prix de la réussite d'une telle entreprise, faisons en sorte que nos Agents déjà infiltrés dans les Ministères des Affaires Intergouvernementales et de l'Immigration des Etats-Nations fassent modifier en profondeur les Lois de ces Ministères. Ces modifications viseront essentiellement à ouvrir les portes des pays occidentaux à une immigration de plus en plus massive à l'intérieur de leurs frontières (immigrations que nous aurons d'ailleurs provoquées en 549


ayant pris soin de faire éclater, ici et là, de nouveaux conflits locaux). Par des campagnes de Presse bien orchestrées dans l'opinion publique des Etats-Nations ciblées, nous provoquerons chez celles-ci un afflux important de réfugiés qui aura pour effet, de déstabiliser leur économie intérieure, et de faire augmenter les tensions raciales à l'intérieur de leur territoire. Nous verrons à faire en sorte que des groupes d'extrémistes étrangers fassent partie de ces afflux d’immigrants ; ce qui facilitera la déstabilisation politique, économique et sociale des Nations visées. 6. - Ce "Libre-échange" qui, en réalité, n'en est pas un car il est déjà contrôlé par nous tout au sommet de la hiérarchie économique, noyautons-le en "Trois Commissions Latérales": [celle de l'Asie, celle de l'Amérique, celle de l'Europe]. Il nous apportera la discorde à l'intérieur des Etats-Nations par la hausse du chômage relié aux restructurations de nos Multinationales. 7. - Transférons lentement, mais sûrement, nos multinationales dans de nouveaux pays acquis à l'idée de "l'Economie de Marché", tels les pays de l'Est de l'Europe, en Russie et en Chine par exemple. Nous nous fichons bien, pour l'instant, si leur population représente ou non un vaste bassin de nouveaux consommateurs. Ce qui nous intéresse, c'est d'avoir accès, en premier lieu, à une "Main-d’œuvre Esclave" (à bon marché et non syndiquée) que nous offrent ces pays et ceux du Tiersmonde. D'ailleurs, leurs gouvernements ne sont-ils pas mis en place par nous ? Ne fontils pas appel à l'aide étrangère, et aux prêts de notre "Fond Monétaire International" et de notre "Banque Mondiale" ? Ces transferts offrent plusieurs avantages pour nous. Ils contribuent à entretenir ces nouvelles populations dans l'illusion d'une "Libération Economique", d'une "Liberté Politique" alors qu'en réalité, nous les dominerons par l'appétit du gain et un endettement dont ils ne pourront jamais s'acquitter. Quant aux populations occidentales, elles seront entretenues dans le rêve du [Bien-être Economique] car les produits importés de ces pays ne subiront aucune hausse de prix. Par contre, sans qu'elles s'en aperçoivent au début, de plus en plus d'industries seront obligées de fermer leurs portes à cause des transferts que nous aurons effectués hors des pays occidentaux. Ces fermetures augmenteront le chômage, et apporteront des pertes importantes de revenus pour les Etats-Nations. 8. - Ainsi nous mettrons sur pied une "Economie Globale" à l'échelle mondiale qui échappera totalement au contrôle des Etats-Nations. Cette nouvelle économie sera au-dessus de tout ; aucune pression politique ou syndicale ne pourra avoir de pouvoir sur elle. Elle dictera ses propres "Politiques Mondiales", et obligera à une réorganisation politique, mais selon nos priorités à l'échelle mondiale. 9. - Par cette "Economie Indépendante" n'ayant de Lois que nos Lois, nous établirons une "Culture de Masse Mondiale". Par le contrôle international de la Télévision, des Médias, nous instituerons une "Nouvelle Culture", mais nivelée, uniforme pour tous, sans qu'aucune "Création" future ne nous échappe. Les artistes futurs seront à notre image ou bien ne pourront survivre. Fini donc ce temps où des "Créations Culturelles Indépendantes" mettaient à tout moment en péril nos projets mondialistes comme cela fut si souvent le cas dans le passé. 10. - Par cette même économie, il nous sera alors possible de nous servir des forces militaires des Etats-Nations (telles celles des Etats-Unis) dans des buts humanitaires. En réalité, ces "Forces" nous serviront à soumettre des pays récalcitrants à notre volonté. Ainsi les pays du Tiers-Monde et d'autres semblables à eux ne pourront pas être en mesure d'échapper à notre volonté de nous servir de leur population comme main-d’œuvre esclave. 550


11. - Pour contrôler le marché mondial, nous devrons détourner la productivité de son but premier (libérer l'homme de la dureté du travail). Nous l'orienterons en fonction de la retourner contre l'homme en asservissant ce dernier à notre système économique où il n'aura pas le choix de devenir notre esclave, et même un futur criminel. 12. - Tous ces transferts à l'étranger de nos Multinationales, et la réorganisation mondiale de l'économie auront pour but, entre autres, de faire grimper le chômage dans les pays occidentaux. Cette situation sera d'autant plus réalisable parce qu'au départ, nous aurons privilégié l'importation massive des produits de base à l'intérieur des Etats-Nations et, du même coup, nous aurons surchargé ces Etats par l'emploi exagéré de leur population à la production de services qu'ils ne pourront plus payer. Ces conditions extrêmes multiplieront par millions les masses d'assistés sociaux de tous genres, d'illettrés, de sans abris. 13. - Par des pertes de millions d'emplois dans le secteur primaire ; à même les évasions déguisées de capitaux étrangers hors des Etats-Nations, il nous sera ainsi possible de mettre en danger de mort l'harmonie sociale par le spectre de la guerre civile. 14. - Ces manipulations internationales des gouvernements et des populations des EtatsNations nous fourniront le prétexte d'utiliser notre F.M.I. pour pousser les gouvernements occidentaux à mettre en place des "Budgets d'Austérité" sous le couvercle de la réduction illusoire de leur "Dette Nationale"; de la conservation hypothétique de leur "Cote de Crédit Internationale"; de la préservation impossible de la "Paix Sociale". 15. - Par ces "Mesures Budgétaires d'Urgence", nous briserons ainsi le financement des Etats-Nations pour tous leurs "mégaprojets" qui représentent une menace directe à notre contrôle mondial de l'économie. 16. - D'ailleurs toutes ces mesures d'austérité nous permettront de briser les volontés nationales de structures modernes dans les domaines de l'Energie, de l'Agriculture, du Transport et des Technologies nouvelles. 17. - Ces mêmes mesures nous offriront l'occasion rêvée d'instaurer notre "Idéologie de la Compétition Economique". Celle-ci se traduira, à l'intérieur des Etats-Nations, par la réduction volontaire des salaires, les départs volontaires avec [Remises de Médailles pour Services rendus]; ce qui nous ouvrira les portes à l'instauration partout de notre "Technologie de Contrôle". Dans cette perspective, tous ces départs seront remplacés par des "Ordinateurs" à notre service. 18. - Ces transformations sociales nous aideront à changer en profondeur la main d'œuvre "Policière et Militaire" des Etats-Nations. Sous le prétexte des nécessités du moment, et sans éveiller de soupçons, nous nous débarrasserons une fois pour toutes de tous les individus ayant une "Conscience judéo-chrétienne". Cette "Restructuration des Corps Policiers et Militaires" nous permettra de limoger sans contestation, le personnel âgé, de même que tous les éléments ne véhiculant par nos principes mondialistes. Ceuxci seront remplacés par de jeunes recrues dépourvues de "Conscience et de Morale", et déjà toutes entraînées, et favorables à l'usage inconsidéré de notre "Technologie de Réseaux Electroniques".

551


19. - Dans un même temps, et toujours sous le prétexte de "Coupures Budgétaires", nous veillerons au transfert des bases militaires des Etats-Nations vers l'Organisation des Nations-Unies. 20. - Dans cette perspective, nous travaillerons à la réorganisation du "Mandat International des Nations-Unies". De "Force de Paix" sans pouvoir décisionnel, nous l'amènerons à devenir une "Force d'Intervention" où seront fondues, en un tout homogène, les forces militaires des Etats-Nations. Ceci nous permettra d'effectuer, sans combat, la démilitarisation de tous ces Etats de manière à ce qu'aucun d'entre eux, dans l'avenir, ne soient suffisamment puissants (indépendants) pour remettre en question notre "Pouvoir Mondial". 21. - Pour accélérer ce processus de transfert, nous impliquerons la force actuelle des Nations-Unies dans des conflits impossibles à régler. De cette manière, et avec l'aide des Médias que nous contrôlons, nous montrerons aux populations l'impuissance et l'inutilité de cette "Force" dans sa forme actuelle. La frustration aidant, et poussée à son paroxysme au moment voulu, poussera les populations des Etats-Nations à supplier les instances internationales de former une telle "Force Multinationale" au plus tôt afin de protéger à tout prix la "Paix". 22. - L'apparition prochaine de cette volonté mondiale d'une "Force Militaire Multinationale" ira de pair avec l'instauration, à l'intérieur des Etats-Nations, d'une "Force d'Intervention Multi-Juridictionnelle". Cette combinaison des "Effectifs Policiers et Militaires", créée à même le prétexte de l'augmentation de l'instabilité politique et sociale grandissante à l'intérieur de ces Etats croulant sous le fardeau des problèmes économiques, nous permettra de mieux contrôler les populations occidentales. Ici, l'utilisation à outrance de l'identification et du fichage électronique des individus nous fournira une surveillance complète de toutes les populations visées. 23. - Cette réorganisation policière et militaire intérieure et extérieure des Etats-Nations permettra de faire converger le tout vers l'obligation de la mise en place d'un "Centre Mondial Judiciaire". Ce "Centre" permettra aux différents "Corps Policiers des EtatsNations" d'avoir rapidement accès à des "Banques de Données" sur tous les individus potentiellement dangereux pour nous sur la planète. L'image d'une meilleure efficacité judiciaire, et les liens de plus en plus étroits créés et entretenus avec le "Militaire", nous aideront à mettre en valeur la nécessité d'un "Tribunal International" doublé d'un "Système Judiciaire Mondial"; l'un pour les affaires civiles et criminelles individuelles, et l'autre pour les Nations. 24. - Au cours de la croissance acceptée par tous de ces nouvelles nécessités, il sera impérieux pour nous de compléter au plus tôt le contrôle mondial des armes à feu à l'intérieur des territoires des Etats-Nations. Pour ce faire, nous accélérerons le "PLAN ALPHA" mis en œuvre au cours des années 60 par certains de nos prédécesseurs. Ce "Plan" à l'origine visait deux objectifs qui sont demeurés les mêmes encore aujourd’hui : Par l'intervention de "Tireurs fous", créer un climat d'insécurité dans les populations pour amener à un contrôle plus serré des armes à feu. Orienter les actes de violence de manière à en faire porter la responsabilité par des extrémistes religieux, ou des personnes affiliées à des allégeances religieuses de tendance "Traditionnelle", ou encore, des personnes prétendant avoir des communications privilégiées avec Dieu. Aujourd'hui, afin d'accélérer ce "Contrôle des Armes à Feu", nous pourrons utiliser la "Chute des Conditions Economiques" des EtatsNations qui entraînera avec elle, une déstabilisation complète du Social ; donc augmentation de la violence. Je n'ai pas besoin de vous rappeler, ni de vous démontrer, 552


Frères, les fondements de ce "Contrôle" des armes à feu. Sans celui-ci, il deviendrait presque impossible pour nous de mettre à genoux les populations des Etats visés. Rappelez-vous avec quel succès nos prédécesseurs ont pu contrôler l'Allemagne de 1930 avec les nouvelles "Lois" mises en application à l'époque; Lois d'ailleurs sur lesquelles sont fondées les Lois actuelles des Etats-Nations pour ce même contrôle. 25. - Les dernières "Etapes" se rapportent à la "PHASE OMEGA" expérimentée à partir des expérimentations effectuées au début des années 70. Elles renferment la mise en application, à l'échelle mondiale, des "Armes Electromagnétiques". Les "Changements de Climat" entraînant la destruction des récoltes ; la faillite dans ces conditions, des terres agricoles ; la dénaturation, par moyens artificiels, des produits alimentaires de consommation courante ; l'empoisonnement de la nature par une exploitation exagérée et inconsidérée, et l'utilisation massive de produits chimiques dans l'agriculture; tout cela, Frères, mènera à la ruine assurée des industries alimentaires des Etats-Nations. L'avenir du "Contrôle des Populations" de ces Etats passe obligatoirement par le contrôle absolu, par nous, de la production alimentaire à l'échelle mondiale, et par la prise de contrôle des principales "Routes Alimentaires" de la planète. Pour ce faire, il est nécessaire d'utiliser l'Electromagnétique, entre autre, pour déstabiliser les climats des Etats les plus productifs sur le plan agricole. Quant à l'empoisonnement de la nature, elle sera d'autant plus accélérée que l'augmentation des populations l'y poussera sans restriction. 26. - L'utilisation de l'Electromagnétisme pour provoquer des "Tremblements de Terre" dans les régions industrielles les plus importantes des Etats-Nations contribuera à accélérer la "Chute Economique" des Etats les plus menaçants pour nous ; de même qu'à amplifier l'obligation de la mise en place de notre Nouvel Ordre Mondial. 27. - Qui pourra nous soupçonner ? Qui pourra se douter des moyens utilisés ? Ceux qui oseront se dresser contre nous en diffusant de l'information quant à l'existence et au contenu de notre "Conspiration", deviendront suspects aux yeux des autorités de leur Nation et de leur population. Grâce à la désinformation, au mensonge, à l'hypocrisie et à l'individualisme que nous avons créé au sein des peuples des Etats-Nations, l'Homme est devenu un Ennemi pour l'Homme. Ainsi ces "Individus Indépendants" qui sont des plus dangereux pour nous justement à cause de leur "Liberté", seront considérés par leurs semblables comme étant des ennemis et non des libérateurs. L'esclavage des enfants, le pillage des richesses du Tiers-Monde, le chômage, la propagande pour la libération de la drogue, l'abrutissement de la jeunesse des Nations, l'idéologie du "Respect de la Liberté Individuelle" diffusée au sein des Eglises judéo-chrétiennes et à l'intérieur des Etats-Nations, l'obscurantisme considéré comme une base de la fierté, les conflits interethniques, et notre dernière réalisation: "les Restrictions Budgétaires"; tout cela nous permet enfin de voir l'accomplissement ancestral de notre "Rêve": celui de l'instauration de notre "NOUVEL ORDRE MONDIAL".] Fin du Document daté de la fin du moi de juin 1985. Apparemment – et sauf erreur de ma part – on n’a aucun autre renseignement sur ce fameux groupe 6.6.6. ! Toutefois, il semble très lié à Ordo ab Chaos au point d’être apparemment plus près du sommet de la hiérarchie ordochaotiste que d’être un simple outil politique. J’ose suggérer qu’on leur face subir une partie de ce qu’ils voulaient nous faire. Car a situation exceptionnelle, réponses exceptionnelles ! La peine de mort est trop douce pour ces dévariés. Et cela pourrait faire d’eux des « martyrs ». Ils doivent servir d’exemple à ceux qu’ils inspirent, comprendre que l’aspect criminel de leurs façons d’agir est rejeté en masse par les peuples ! 553


Il faudra les enfermer à vie dans des camps et leur imposer une partie des conditions qu’ils voulaient nous faire subir – juste histoire de leur faire comprendre qu’il ne faut jamais faire à autrui ce qu’on ne voudrait pas qu’on leur face ! Pour ces malades d’orgueils, la déchéance et le déshonneur seront les pires châtiments possibles. Ils ne doivent jamais connaître ni assouplissement des sanctions, ni l’espoir de devenir libérable. Car ici, ils ont tellement fait de mal, et s’apprêtent à en faire bien plus encore, qu’aucune réparation n’est possible. Attention de ne pas devenir comme eux : nous ne sommes pas des bourreaux. Il n’est pas question d’exécutions et/ou d’abus et de tortures. Juste un internement à vie dans des conditions précaires ou la seule amélioration possible de leur ordinaire passera par le travail d’un lopin la Terre et l’élevage de quelques poules. Quelle déchéance ce sera pour ceux qui se sont pris pour les Maîtres du Monde ! Ils régneront chacun sur 6.66 mètres carrés de terre et quelques poulets … s’ils en sont capables ! Ha, j’oubliais : on devrait leur donner le droit de faire pousser du chanvre (mais on surveillera quand même qu’ils n’en fassent pas des cordes) ! S’ils en fument, tant-mieux, peut être que cela les dotera de compassion ! Cerise sur le gâteau : ils devront être les seuls êtres au monde à posséder une bio-puce pour qu’on puisse les localiser à chaque instant et qu’ils goûtent aux joies de cet enfer technologique qu’ils voulaient imposer aux peuple !

C) Qielques organisations annexes : a) Le « Bohemian Groove ». (Je vous ai préparé un excellent topo sur ce « club » quand même un peu atypique. Je vous demanderai de quitter un instant cette lecture pour parcourir celle du dictionnaire. Lorsque vous aurez fini, revenez ici (pardonnez-moi ces acrobaties littéraires).

Source : http://www.elarceny.com/c101/Bohemian.jpg

Un club de vacances pour milliardaires et célébrités et plus encore … si affinités ! En fait, les membres de Skull and Bones utilisent cet endroit à de multiples fins : - Repos loin du commun des mortelles dans un cadre paradisiaque, luxueux et sécurisé. L’Armée américaine, les polices, le FBI, voire la CIA, protègent et coupent provisoirement chaque années cet endroit du reste du monde. 554


- Certains de ces vacanciers ne sont pas des membres mais des invités reçus dans le cadre de tentatives de » ralliement, de recrutement, de corruption ou tout simplement d’échange d’idées. - Echange d’analyses et mises au point de stratégies politiques financières et industrielles entre les membres.

Photo d'une réunion le 23 Juillet 1967, avec Reagan et Nixon. C'est là qu'un accord fut conclu entre Nixon et Reagan, le second acceptant de céder la place au premier pour être le candidat du Parti Républicain à l'élection de Novembre 1967. Ci-dessous, le logo du Bohemian Club (source : http://www.syti.net/Organisations/Bohemians.html ).

- Pratiques discrètes de rituels païens et peut-être sataniques (certains autochtones parlent de réels sacrifices humains) dont les invités ne sont pas tous forcément au courant !

Rite de résusrection : le « mort » ne l’est point et fait semblant de revenir à la vie

- L’ultra-confidentialité, chère aux mafias et aux Illuminati, non seulement s’applique strictement au cadre extérieur du club, mais aussi parfois entre membres et invités non concernés par les mêmes activités. - Enfin, membres et invités viennent en célibataires et pourraient y donner libre cours à leurs vices : alcool, drogues, sexe extraconjugal, jeux d’argents, … dans des cadres discrets et confinés indépendament des autres convives non concernés et non mits dans la confidence ! Surtout à l’insu du Public et de paparazzis ! Mais pas des Illuminati qui pourraient ensuite exploiter ce savoir sous forme de corruption !

555


Alex Jones, commentateur et journaliste de la Radio US, c’est fait connaître dans le monde de la Théorie du Complot par son infiltration du Bohemian Groove, le récit de cette expérience et les images qu’il en a ramené ! Il est d’ailleur le seul à avoir réussit ce tour de force ! Pour ce faire, il s’est fait aider par des chrétiens « activiste » forts intéressés à faire connaître le genre de pratiques payens et/ou satanistes qu’ils en avaient perçus ! Quand aux bruits qui courrent au sein des autochtones dans cette région de San-Francisco, il semblerait qu’il n’y ait pas de fumée sans … feu ! Un culte païen : la « Cremation Care », y a bien été prouvé ! Il s’agirait d’un sacrifice de crémation de l’effigie d’un enfant à l’adresse d’un dieu « Hibou » (statue de 12 mètres de haut scuptée dans la roche) dont les principes font penser à l’antique culte de Baal.

A gauche, la cérémonie du « Cremation Care », à droite, une représentation de Baal !

556


Extrait agrandi de la plaquette qui invitait les membres du Bohemian à la cérémonie (ramenée par Alex Jones). Au milieu du foyer brûle l’effigie d’un petit enfant qui à de curieuses mains ! (Agrandir à 500 %)

Les membres du Bohemian Groove s’en défendent depuis en expliquant qu’il ne s’agit pas d’un culte, mais d’un rite symbolique sencé les débarrasser de leurs problèmes pour l’année à venir. D’après eux, il s’agirait plutôt de superstition ou de moment théatral récréatif (sons et lumières) que de réel culte. Sachez aussi que la sécurité du Bohemian Groove a depuis été augmentée.

Pour autant, il apparaît que la cérémonie se tient sous la direction d’une réelle « église druidique » ! Faits qui en recoupent d’autres au sujet de Skull and Bones et surtout des Illuminati ! Vous pouvez consulter le site : http://electra2zeiss.tonempire.net/nouvel-ordre-mondial-f57/lerituel-du-bohemian-club-t876.htm qui met en ligne des extraits de la vidéo d’Alex Jones.

557


Sur Internet circule quelques (rares) photos (vérifiées non truquées) de membres en parfaite conduite de débauche : par exemple, Kissinger déguisé en femme avec un soutien-gorge en noix de coco, si vous aimez rire, vous allez être servis !

Association en une de deux images extraites de la vidéo d’Alex Jones : « Dark secrets », vidéo que vous pouvez consulter entière à l’adresse web : http://justgetthere.us/blog/archives/Power-EliteBegin-Annual-Bohemian-Grove-Rituals.html .

558


Ici, cette photo est un montage (n’est pas réelle) et se veut illustrer le propos qui suit :

Ce qu’il ressort en substance de cette étude est inquiétant : une bonne partie de ceux qui tiennent actuellement le monde entre leurs mains, ne seraient qu’une bande de pervers et/ou d’illuminés, dont la place serait plutôt au sein d’un asile d’aliénés qu’aux postes à responsabilités qu’ils occupent ! b) Le B'NAI B'RITH B'NAI B'RITH vu par Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/B%27nai_B%27rith B'nai B'rith

Certificat de membre du B'nai B'rith, 1876

L'Ordre indépendant du B'nai B'rith (  ) (de l'hébreu : « Les fils de l'Alliance ») est la plus vieille organisation juive toujours en activité dans le monde. Calquée sur les organisations maçonniques, elle a été fondée à New York, le 13 octobre 1843, par douze personnes, dont Henry Jones et deux frères, juifs émigrés d'Allemagne, qui avaient appartenu à la Société des Frères (Brüder Bund) qui joua un certain rôle dans l'élaboration de la Première Internationale (Association internationale des travailleurs). 559


Description et buts L'organisation, qui a affirmé très tôt l'unité du peuple juif, est engagée dans une grande variété de services communautaires et d'activités de soutien, incluant la promotion des droits pour les communautés juives, l'assistance aux hôpitaux et aux victimes de catastrophes naturelles, la remise de bourses d'études aux étudiants juifs et la lutte contre l'antisémitisme à travers sa Ligue anti-diffamation (Anti-Defamation League). Le BB agit aussi en tant qu’organisation non gouvernementale et intervient à l’ONU, à l’Unesco, au Mercosur et au Conseil de l’Europe. L'organisation est exclusivement réservée aux israélites et comprend plus de 500 000 frères et sœurs dans une cinquantaine de pays[1]. Actions En plus de ses activités caritatives, le B'nai B'rith soutient la politique et la pérennité de l'État d'Israël et le mouvement sioniste. En 2002, il a créé avec le AIPAC une initiative nommée BBYO 4 Israel. Jusqu'en 2001, B'nai B'rith a financé le B'nai B'rith Youth Organization (BBYO), l'Organisation de la jeunesse du B'nai Brith, lequel est désormais le BBYO, Inc. BBYO est le groupe de jeunes juifs (collégiens et lycéens) le plus ancien, et est parent avec l'organisation Aleph Zadik Aleph (AZA), une fraternité, et les B'nai B'rith Girls (BBG), les Filles B'nai B'rith, une sororité. B'nai Brith au Canada La section canadienne de B'nai Brith (l'orthographe utilisée par cette section ne comporte pas d'apostrophe dans le mot «Brith») a été fondée en 1875 et est la plus vieille organisation juive du pays. Ces dernières années, il concurrence le Congrès juif canadien pour être « la voix » de la communauté juive du Canada, ainsi que l'organe le plus conservateur des deux, particulièrement dans sa publication Jewish Tribune, qui est plus ouvertement de droite que le modéré Canadian Jewish News, plus proche du Congrès juif canadien. B'nai Brith Canada est aussi vu comme plus près du Likoud quant à son point de vue sur Israël et le sionisme que le Congrès, ce dernier étant officiellement non-partisan sur la politique israélienne. Quant à la politique canadienne, quoique les deux organisations soient officiellement non-partisanes, plusieurs anciens membre de l'exécutif du Congrès, comme l'ancien président Irwin Cotler, ont été candidats pour le Parti libéral du Canada. Cependant, d'autres pencheraient plutôt pour le Parti conservateur du Canada, comme le directeur exécutif du B'nai Brith, Frank Dimant, qui a déjà été candidat pour l'Alliance canadienne aux élections fédérales de 2000. B'nai Brith Canada s’est opposée au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) quand ce dernier a annoncé qu’il rendrait disponible le signal d’Al-Jazira en territoire canadien, et a obtenu gain de cause malgré la présence de 150 000 arabophones du Canada. Il s'est aussi opposé à la venue de Dieudonné à un spectacle au Québec[2]. L'organisation se rétractera par la suite. B'nai B'rith en France Le B'nai B'rith France existe depuis 1932 et constitue la section la plus importante du District européen, forte d'une soixantaine de cellules réparties dans cinq régions : Île560


de-France - Provence Midi Pyrénées - Côte d'Azur - Est - Rhône-Alpes. Elle a son siège à Paris. Le Bnai Brith est membre du Conseil représentatif des institutions juives de France. Le B'nai B'rith France participe activement aux principaux événements qui concernent la vie juive en France. L'ancien président de la LICRA (1968-1993) Jean Pierre-Bloch en a été le président de 1974 à 1981. Ce dernier a remis la médaille d'or du B'nai B'rith au président du Sénat et candidat malheureux à la présidence de la République Alain Poher en 1979. Ses valeurs : Humanisme et démocratie, laïcité et pluralisme, solidarité et fraternité, liberté et responsabilité. Ses combats : lutte contre le racisme et l’antisémitisme, droit à l’existence de l’État d’Israël, défense des Droits de l’Homme et fraternité, lutte contre l’enseignement de la haine, cultiver la Mémoire. Ses actions : Printemps des Droits de l’Homme et de la Fraternité, Fête des Lumières contre l’Obscurantisme, Collectif Agir Ensemble (avec Ni Putes ni Soumises, SOS Racisme, Berbères de France, UEJF, CRAN, Amitiés judéo-noires, Amitités kudéo-musulmanes, Amitiés Judéochrétiennes…), Universités d’été, Salon des écrivains, Journée Européenne de la Culture Juive (Portes ouvertes sur le Patrimoine juif, Remise du Prix des Droits de l’Homme. Le 26 mars 1986, le journal Le Monde révéla que le B'naï B'rith France aurait organisé des réunions avec des politiciens français de droite où ceux-ci s'engagèrent à ne passer aucune alliance avec le Front national[3]. Ce qui fut dénoncé par le journal de tendance national-catholique Présent, [4].

Les Membres célèbres •

Sigmund Freud

Les médailles d’or du B'nai B'rith •

Simone Veil (Washington, 1993)

Alain Poher (Paris, 1979)

Liens externes •

B'nai Brith Europe

B'nai Brith du Canada

(en) The Changing Role of B'nai B'rith's Anti-Defamation League

Bibliographie •

Encyclopaedia Judaica, 1970

Le Monde, 26 mars 1986, Inquiétude dans la communauté juive

Notes et références 1.

 Encyclopaedia Judaica, 1970

2.

 http://lesogres.info/IMG/jpg/lettrebnaibrith.jpg

3.

 Le Monde, 26 mars 1986, Inquiétude dans la communauté juive

4.  Brochure du journal [[Présent (quotidien)|]], Ce que l'on vous cache, sous-titré : Qui a imposé ce diktat : ne s'allier en aucun cas au Front national, première édition 1986, par Jean Madiran 561


Portail de la culture juive et du judaïsme

Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/B%27nai_B%27rith ».

Le B'NAI B'RITH en temps que pouvoir occulte Le texte qui va suivre prétend être réalisé par des juifs à l’adresse de juifs. Dans cette optique, il peut pousser à l’antisémitisme. Pour autant, d’après sa teneur, il est évident qu’il fut écrit non pas par des juifs mais par des lucifériens d’origine hébraïque qui tentent là de se faire passer pour juifs et de manipuler ainsi cette religion. Une secte franc-maçonne au cœur du pouvoir occulte sioniste par Alain COUTTE (Extrait de «6.000 ans d’histoire juive» du même auteur...). Extrait du site : http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=31230&rubr=3&id=259910

- 13 octobre 1843 : l'organisation juive B'nai B'rith est fondée à New York. Extrait d'un discours - considéré, à tort ou à raison, comme étant à l’origine des «Protocoles des Sages de Sion», ce n’est pas à nous d’en juger, nous laissons le soin à chacun de nos lecteurs de se faire sa propre opinion - du grand maître de la loge B'nai B'rith, en 1897, au 1er congrès sioniste de Bâle, qui a été retrouvé dans une loge maçonnique à Budapest, après la fuite de Bela Kuhn : « 1- Rien ne serait plus erroné et nocif pour le bien de notre peuple que d'attendre l'élimination de notre ennemi, avant qu'il n'ait été reconnu, qu'il soit célèbre, et que ses paroles puissent influencer la jeunesse. Nous devons surveiller la jeunesse chez nos ennemis. Quand nous voyons le plus infime signe de résistance à notre puissance, nous devons le détruire, avant qu'il ne devienne dangereux pour notre peuple. 2- Comme nous contrôlons la presse, notre devoir primordial est d'empêcher que des personnes dangereuses aient accès à des postes, d'où ils pourraient exercer une influence favorable à nos ennemis, par la parole ou par les actes. Nous devons garder le silence et être attentifs, quand nous voyons un homme dangereux s'élever parmi nos ennemis. La plupart en seront détournés dès leur plus jeune âge par l'insuccès de leurs entreprises, ils devront gagner leur pain dans un métier qui les empêche de commettre des actes nuisibles à notre peuple élu. 3- Si un individu devait persister dans son entreprise nuisible, il serait temps d'agir contre lui avec plus de détermination, pour faire échouer ses plans. Nous lui proposerons du travail et un bon salaire, pour qu'il arrête ses actions nuisibles et qu'il travaille pour nous. Quand il aura connu la solitude et la faim, l'or et les belles paroles que nous lui donnerons le détourneront de ses mauvaises pensées. Et quand il connaîtra soudain le succès et la richesse, l'apparat et les honneurs, il oubliera son inimitié et apprendra à paître sur les pâturages que nous tenons à la disposition de ceux qui suivent notre voie et se soumettent au pouvoir du peuple élu. 4- Si cela ne sert toujours à rien et qu'il persiste encore dans son opposition rigide, nos hommes veilleront à ce que le déshonneur le poursuive et à ce que ceux pour qui il se 562


bat et se sacrifie se détournent de lui dans la haine et le mépris. Il sera seul et comprendra l'inutilité de ses actions. Il finira par désespérer de son combat sans fin contre notre peuple, et il périra. 5- Si cela ne nous conduit pas à notre objectif, s'il est assez fort pour poursuivre son chemin en poursuivant des buts qui nous sont hostiles, nous disposons toujours d'un moyen efficace de le paralyser et d'anéantir ses projets. Esther n'a-t-elle pas vaincu le roi des Perses, Judith n'a-t-elle pas tranché la tête de l'ennemi de notre peuple ? N'y at-il pas assez de filles d'Israël qui sont assez intelligentes et séduisantes, pour gagner leur cœur et entendre leurs pensées, afin qu'aucune parole ne puisse être dite, aucun plan mûri, qui ne vienne à temps aux oreilles de notre peuple ? S'il a une position sociale, la confiance de ses amis et de tout un peuple, et que nous lui envoyions une fille d'Israël, pour l'enjôler, son plan nous sera livré et son pouvoir annihilé. Car là où les filles de notre peuple sont les reines de nos ennemis, les entreprises nuisibles seront détruites avant qu'elles ne se réalisent. 6- S'il découvrait nos stratagèmes et échappait à nos filets, si son esprit mauvais devait trouver des disciples parmi nos ennemis, il doit disparaître définitivement de ce monde. La mort est le passage obligé pour tout le monde. Il vaut mieux l'accélérer pour ceux qui nous sont nuisibles, plutôt que d'attendre qu'ils nous touchent, nous les créateurs de l'Œuvre. Dans les loges maçonniques, nous procédons aux punitions de telle façon, que personne, en dehors de nos frères de pensée, ne puisse avoir le moindre soupçon, pas même les victimes elles-mêmes ; elles meurent s'il le faut, mais de mort apparemment naturelle. Les membres de la loge le savent, mais ils n'osent rien dire. Ce type de punition sans pitié a permis de tuer dans l’œuf toute opposition à l'intérieur de nos loges. Tout en continuant à prêcher la libre parole pour ceux qui ne sont pas Juifs, nous tenons notre peuple et ses hommes de confiance en parfaite obéissance. 7- Comme nous vivons une époque instable, que le crime et les pillages ont rendu la vie incertaine, il ne sera pas dur pour nos frères d'éliminer l'ennemi le plus dangereux, par une attaque à l'improviste par exemple. N'avons-nous pas à notre disposition une armée d'indigents chez nos ennemis, qui sont prêts à tout pour de l'or et un secret qu'ils garderont ? Si nous voulons éliminer l'ennemi, répandons des rumeurs sur l'endroit où il se trouve et là où il réside, pour qu'il vive dans la peur et le danger, et que sa vie soit menacée à chaque instant du jour et de la nuit. Si nous voulons sa mort, organisons des pillages là où il habite, et répandons des rumeurs de danger permanent dans son entourage. Quand le jour de sa disparition sera venu, les gens que nous payons travailleront parfaitement, quand il sera mort, ils le dépouilleront de ses richesses et pilleront le cadavre. Jamais l'auteur ne sera retrouvé, et le monde entier pensera qu'il a été victime d'un accident. Nos ennemis ne sauront jamais que c'est par la volonté de nos frères qu'il a péri, pour que le nom de notre Dieu ne soit jamais désacralisé et traîné dans la boue. 8- Pour que le nom de notre Dieu ne soit pas traîné dans la boue, les sages de notre peuple ont fait ce qu'il fallait, depuis des siècles. Nos frères russes ont trouvé des moyens en interrogeant la science, pour détruire nos ennemis sans que ceux-ci ne s'en 563


rendent compte. N'ont-ils pas trouvé un gaz qui tue instantanément, et un autre que l'on répand juste après, et qui se mélange à lui pour effacer toute trace ? Ne connaissons-nous pas les propriétés des courants sans fil, qui mettent en péril l'esprit de la personne dangereuse ? Nos médecins n'ont-ils pas découvert les effets des poisons invisibles à travers leur microscope, et le moyen de les dissimuler dans le linge de notre ennemi, afin qu'il agisse sur son cerveau et détruise son esprit ? Ne pouvons-nous pas nous charger également de l'autopsie, par la qualité de notre savoir, de sorte que personne ne puisse savoir de quoi il est mort ? N'avons-nous pas appris à l'approcher, par un serviteur, par un voisin ou comme invité à sa table ? Et ne sommes-nous pas omniprésents et tout-puissants, unis ensemble par le silence, prêts à travailler jusqu'à la destruction complète de l’ennemi ? Quand nous venons avec nos paroles douces et un discours inoffensif, un seul des peuples de la Terre a-t-il réussi à découvrir nos réelles intentions et à empêcher nos décisions ? 9- Si toutefois, il arrivait à échapper aux pièges que nous lui tendrons et aux stratagèmes de nos frères, et qu'il connaisse et sache déjouer nos plans, vous ne devez pas désespérer et succomber à la peur, devant le regard clair du «méchant». Car celui qui ose parler dans ce pays de nos actions secrètes et de la destruction imminente, ne trouve-t-il pas sur son chemin des hommes qui connaissent l'art d'espionner tous ceux à qui il parle pour connaître leurs intentions ? Avant qu'il ne parle à nos ennemis, nous l'aurons fait. Nous les mettrons en garde, contre son esprit perturbé et le désordre qui règne dans ses sens. Quand il viendra raconter sa souffrance et décrire les dangers qu'il vient de surmonter, ceux que nous aurons mis en garde l'écouteront, souriants et pleins de condescendance et de mépris, et ils seront convaincus de sa folie. Nous travaillerons pas à pas, jusqu'à ce que les portes de l'asile se referment derrière lui. Quand il sortira et qu'il cherchera à mettre en garde le monde contre nous, nous lui aurons ôté la confiance des siens, il sera honni et maudit, ses paroles et ses écrits n'auront plus aucun poids. Ainsi, le peuple élu peut vaincre même le plus dangereux ennemi. 10- Si tout cela ne sert à rien, et que l'ennemi déjoue, contre la volonté de notre Dieu, toute entreprise qui le menace, ne désespérez toujours pas, enfants d'Israël, d'être sans pouvoir, nous sommes partout pour détruire ses actions mauvaises et empêcher que les Goyim ne se libèrent du joug que notre Dieu leur a imposé. N'avons-nous pas mis tous les moyens de notre côté, pour surprendre notre adversaire et lui couper la respiration. Si les siens commencent à croire en lui et à s'approcher de lui, nous l'empêcherons et couperons les liens qu'il aura tissés dans le monde. Les lettres qu'il recevra seront lues, pour qu'il n'ait pas d'encouragement et qu'il ne lui reste que de fausses amitiés et des relations perfides; Les enfants du peuple élu se dissimuleront derrières ces actes. S'il veut utiliser le fil qui transmet les messages dans le monde, nous écouterons ses paroles, quand l'ennemi lui parlera nous ferons avorter ces projets. Il voudra se défendre, mais ses va-et-vient seront comme ceux d'une bête sauvage, enfermée derrière les barreaux de sa cage. 11- Si malgré tout, la foi en cet homme grandit chez les quelques faibles d'esprit, nous saurons empêcher que son pouvoir n'augmente et que sa parole ait une portée sur la masse de nos ennemis. Si son nom trouve une bonne résonance, nous enverrons quelqu'un qui prendra son nom et il sera démasqué comme étant l'ennemi de notre ennemi, traître et escroc, quand son nom sera prononcé, nous dirons qu'il est un 564


traître, le peuple nous croira, et ses paroles résonneront dans le vide, grâce à la toute puissance de notre Dieu... 12- Il a prédit que notre peuple produira des hommes qui ne sont pas de notre sang et qui ne penseront pas avec notre esprit. Ils mettront en danger la victoire de notre peuple, car ils connaîtront nos ruses, éviteront nos filets et échapperont à tous les dangers. Mais n'ayez crainte, mes frères, de ces damnés, car s'ils sont là maintenant, mais il est trop tard, le pouvoir du monde est solidement entre nos mains. Là où nos ennemis se rencontrent et conspirent contre nous, il y en aura toujours un qui sera de notre côté, par la brillance de notre or et le charme de nos femmes. Si le renégat parle à notre ennemi, notre messager élèvera la voix pour s'indigner. Et quand il viendra avec amour et sacrifice pour sauver les ennemis de notre domination, ils le mettront à l'écart et ne croiront pas à ses paroles, ses actions seront inutiles. Notre plus grand art et notre premier devoir est d'empêcher que beaucoup ne connaissent les objectifs secrets que nous poursuivons. Quand beaucoup entendront la vraie parole, notre défense sera anéantie et le danger sera grand que les peuples se libèrent de notre joug. C'est pourquoi je vous recommande d'être vigilants, mes frères. Agissez partout, endormez l'ennemi, fermez ses oreilles et rendez ses yeux aveugles, pour que jamais ne vienne le jour de la destruction du royaume de Sion, que nous avons fait croître jusqu'à la perfection, et qui doit nous mener à la victoire et à la vengeance finale sur les peuples asservis du monde entier. Nous ajoutons à cet endroit que pour chaque délit il y a une façon appropriée de mourir. Que ce soit dans une baignoire, dans une voiture, par pendaison, par défenestration, chaque type de punition illustre la raison pour laquelle la personne devait mourir. «Il est impératif d'entretenir l'esprit de révolte parmi les travailleurs, car c'est par eux que nous opérerons les révolutions dans tous les pays. Les travailleurs ne doivent jamais être à court d'exigences, parce que nous aurons besoin de leur mécontentement, pour mettre en pièces la société chrétienne et encourager l'anarchie. Nous devons en arriver au point où ce sont les chrétiens qui implorent les Juifs de prendre le pouvoir». 1913 : L’ADL («Anti-Defamation League») est créée aux Etats-Unis par la secte franc-maçonne B'nai B'rith. 1916 : Jacob Schiff, président de la «Khun Loeb & Co.Bank», fut choisi lors d'un rassemblement du B'NAI B'RITH à New York comme président du «Mouvement Sioniste» (révolutionnaire) en Russie. En février 1916, une note des services secrets américains et transmise par le Haut Commissaire de la République française aux Etats-Unis contient le passage suivant : «… nous avons pris connaissance, en février 1916, qu’une révolution était fomentée en Russie. Nous avons découvert que les personnes et entreprises suivantes sont impliquées : Jacob Schiff; Kuhn, Loeb & Co., ses directeurs : Jacob Schiff, Felix Warburg, Otto Kahn, Mortimer Schiff, Jerome Hanauer; Guggenheim; Max Breitung.» En avril 1917, le même Jacob H. Schiff de la société Kuhn, Loeb & Co., fait une déclaration publique indiquant que grâce à son aide financière la révolution bolchevique a réussi. 565


«La révolution du 4 juillet 1917 avait pour but de renverser le gouvernement provisoire selon les plans de Lénine et de Trotski. Les révolutionnaires furent déconcertés par l’intervention d’un régiment solitaire qui avait été retiré du front et s’était dispersé. Lénine s’échappa mais Trotski fut arrêté. Leur cause apparaissait perdue. Mais les Bolcheviques avaient donné des preuves de leur courage et un télégramme arriva pour leur apporter des nouvelles du soutien financier de Jacob Schiff, qui était déterminé à pousser la révolution Russe jusqu’à sa fin. L’importance de ses fonds placés à la disposition de Lénine et de Trotski afin de fomenter l’insurrection bolchevique d’octobre 1917 n’a pas encore été entièrement dépensée. Cette action renversa le gouvernement Kerenski et mis en place le régime soviétique. Comment ces fonds leur sont parvenu est désormais connu. Les EtatsUnis publièrent en octobre 1918 une série de documents officiels sous le nom de «la conspiration germano-bolchevique». Le 10 novembre 1975, en séance plénière, l’Assemblée générale des Nations-Unies adopta la résolution 2279 considérant que le sionisme était une forme de racisme et de discrimination raciale. A l’époque, l’ONU avait recensé 17 lois israéliennes « porteuses de discriminations ». Dès son apparition, le mouvement sioniste s’inscrit dans le mythe de la mission civilisatrice et coloniale de l’Europe : «Pour l’Europe, nous constituerons là-bas, un morceau de rempart contre l’Asie, nous serions la sentinelle avancée de la civilisation contre la barbarie» (Herzl - «l’Etat Juif»). Ainsi, les objectifs sont clairement exprimés : chasser les Palestiniens et encourager l’immigration juive, dans l’esprit du fameux mythe : «une terre sans peuple pour un peuple sans terre» qui était un si gros mensonge que l’humanité a failli le croire ». - 16 décembre 1991 : l'Assemblée générale de l'ONU vote la résolution N°46/86 déclarant nulle la conclusion contenue dans le dispositif de sa résolution 3379 du 10 novembre 1975 assimilant le sionisme au racisme. Cette résolution a été voté suite à la guerre du Golfe, grâce au pouvoir occulte du très puissant lobby Juif américain dont le cœur se trouve au sein de la secte franc-maçonne B'nai B'rith dont voici reproduit ci-dessous le texte figurant sur leur site internet début 2004 : http://www.bnaibrithfrance.org/ : «Le B'nai B'rith (B'B') est la plus ancienne et la plus grande organisation juive du monde. Elle comprend près d'un demi-million de membres répartis dans 57 pays. Elle possède des bureaux dans les principales capitales occidentales, et notamment à Washington, Londres, Bruxelles et Paris. Elle est présente, en sa qualité d'ONG (Organisation Non Gouvernementale) dans différentes organisations internationales, dont l'ONU, l'Unesco, le Parlement européen. Le B'nai B'rith International est une institution internationale dont le siège mondial se situe à Washington (USA). Il est organisé en plusieurs Districts, eux-mêmes subdivisés en Régions. Le B'B' est représenté à l'ONU avec un statut d'organisation non gouvernementale. Ses principaux responsables sont reçus par des hommes et chefs d'état éminents. Nous avons : - Des bureaux à Washington, Bruxelles et Londres, 566


- Un bureau au siège de l'ONU à New York, - Un Centre Mondial à Jérusalem, - Un statut d'organisation non gouvernemental à l'ONU, - Des représentants à l'UNESCO, à la Commission des Droits de l'Homme de l'ONU - Des représentants à l'ONU à Paris, Vienne, Genève et Nairobi, - Des représentants au Conseil de l'Europe (Strasbourg, Bruxelles), - Des membres dans 57 pays du monde, - Une structure d'assistance au développement du commerce avec les pays d'Europe Centrale et de l'Est Nous avons en outre : - mené et gagné la campagne de condamnation de la clause «Sionisme égale racisme» en 1975.»

Le B'NAI B'RITH : « l’arbre qui cache la forêt » Si cette « organisation non gouvernementale » se montre à la fois comme une fraternité juive, une association de bienfaisance, un lobbies politique, si elle se donne tout ce mal, c’est pour une simple raison qui consiste à faire croire qu’elle préserve, regroupe et représente la judaïsme. Ce qui est évident quand on parcourt ses sites et publications, c’est que ce mouvement est franchement sioniste, nationaliste et très ancré à droite (si cela se veut encore signifier quelque chose aujourd’hui). Neturei Karta, le mouvement rabbinique orthodoxe, nous préviens que le sionisme n’est pas le judaïsme, mais B'NAI B'RITH s’ingénie à tenter de prouver le contraire. Toute cette façade de bienfaisance n’est que décor et hypocrisie. Derrière ce mensonge se cache Ordo ab Chaos et la Franc-maçonnerie sioniste. Mais ici, ils sont « chez-eux », « entre-eux » et n’ont pas à se cacher comme ils le font dans les obédiences chrétiennes et musulmanes. Certes, les membres de bases ignorent probablement tout des aspirations qui nourrissent le complot en cours, mais il n’y a pas besoin de s’y élever beaucoup pour être ipso-facto, mis dans la confidence.

Logo du site officiel du B'NAI B'RITH en France (Le chandelier à 7 branches) Voici l’adresse du site officiel français du B'NAI B'RITH : 567


http://www.bnaibrithfrance.fr/content/blogcategory/14/139/ C) L’ICAI : l'Institut canadien des affaires internationales. L’ICAI représente ici une version régionale du CFR. Nous sommes maintenant sortis du contexte international pour étudier les formations régionales assujetties et/ou influencées et/ou à la solde de la « Round Table » et de ses organisations satelites. Le Canada est le plus grand des dominions de l’Empire colonial Britanique. Il occupe de plus une place géographique stratégique de ce dernier puisqu’il est accolé aux USA. Le canada est donc destiné à être une brique de la future alliance nord américaine : l’ALENA. Mais on ne peut pas imposer comme « cela », un tel changement à un pays démocratique. En théorie, le peuple, par le vote, y reste le seul souverain en matière de choix d’avenir. L’ICAI, sous couvert d’un but plus honorable, est devenu l’organisme national d’influence et de manipulation des idées en direction du public. Pour l’Encyclopédie canadienne : http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0001299

« L'Institut canadien des affaires internationales (ICAI) est fondé en 1928, comme ramification du British Institute of International Affairs (qui deviendra le Royal Institute of International Affairs), par des notables canadiens dont sir Robert BORDEN, sir Arthur CURRIE, John W. DAFOE et sir Joseph FLAVELLE. Ces derniers estiment que dans les décennies à venir, les gouvernements compteront de plus en plus sur le soutien des citoyens dans la conduite des affaires internationales. Par conséquent, si le Canada est appelé à jouer un rôle important sur le plan international, il convient de bien renseigner l'opinion publique grâce à la dissémination de l'information et des avis d'experts. Des bureaux sont établis dans les villes principales pour accueillir des conférenciers et effectuer des études sur les questions d'actualité, et, au siège social de Toronto, on entreprend des projets de recherche et des voyages d'études. Il existe actuellement 16 bureaux d'un bout à l'autre du pays. Leur objectif est de stimuler le débat public et de sensibiliser la population aux affaires extérieures. L'ICAI publie également des textes savants sur la politique étrangère et sur les relations internationales du Canada, dont International Journal. L'institut n'a jamais eu beaucoup de membres (1421 en 1997), mais ces derniers, qui sont issus du milieu universitaire et du monde des affaires et de la politique, comptent parmi les plus grands experts du Canada en matière d'affaires internationales ». Auteur D.M. PAGE Révision : NORMAN HILLMER Fin de l’extrait. D) Le Club de Paris : Le Club de Paris. Je n’ai pas trouvé sur le web beaucoup de choses racontés sur cette variante du FMI, qui prend d’ailleurs le relais de cet organisme quand celui-ci a bien fait son travail de ruiner les pays pauvres qu’il est, soi-disant, censé aider. Cet organisme sans contrôle est soit innocent des allégations qui vont suivre, soit bien plus fermé et secret que tous les autres organismes – outils liés à l’édification du Nouvel Ordre Mondial ! 568


L’adresse web du club est la suivante : http://www.clubdeparis.org/ Ce groupe informel, comme il se défini lui-même, semble donner en ligne (liens à partir de cette page web) pas mal d’info sur ses activités de créances. C’est une façade, car il est évident que la plupart des ses activités de recouvrements, spécialement au sujet des arrangements en nature, sont d’ordres confidentielles qui ne seront jamais dévoilées. Un étonnant petit site qui parodie un peu le look du précédent : http://www.clubdeparis.fr/spip.php?article6 … dénonce ce qu’il appelle un scandale institutionnel. Voici les deux articles publiés par ce site contestataire toujours consultables en 2010 : 1) Club de Paris, un scandale institutionnel mardi 13 juin 2006 Le Club de Paris n’est pas un club de foot ou de rugby. C’est le groupe formé par 19 pays créanciers : l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les Etats-Unis, la Finlande, la France, l’Irlande, l’Italie, le Japon, la Norvège, le Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Russie, la Suède et la Suisse. Depuis 50 ans, il est chargé de renégocier la dette publique bilatérale des pays du Sud qui ont des difficultés de paiement. Bien plus discret que le PSG, il pèse pourtant lourdement sur l’actualité internationale depuis un demi-siècle. Il s’est réuni pour la première fois en mai 1956, quand l’Argentine a demandé à rencontrer ses créanciers. Le ministre français des Finances s’est proposé comme intermédiaire et le Club de Paris est né ce jour-là. Cinquante ans plus tard, la dette est plus que jamais un fardeau insupportable pour les populations du Sud. De son côté, le Club de Paris, à la fois juge et partie, continue de se réunir à Bercy pour permettre la poursuite d’un modèle économique exclusivement favorable aux grandes puissances. En fait, la logique froidement financière qu’il défend est la racine profonde des crises qui ont agité nombre de pays en développement. Les conditions de vie des populations les plus démunies n’entrent pas en considération car le Club se veut une simple agence de recouvrement de fonds. Il est d’ailleurs géré par le ministère des Finances, et non par celui des Affaires étrangères ou de la Coopération. Son but est de faire payer au maximum les pays endettés : « Les créanciers du Club de Paris souhaitent recouvrer au maximum leurs créances. Ainsi, ils demandent le paiement immédiat d’un montant aussi élevé que possible. Les montants qui ne peuvent pas être payés sont rééchelonnés dans des conditions qui équilibrent les paiements futurs et dans l’objectif de minimiser la chance que le débiteur doive retourner dans le futur devant les créanciers du Club de Paris avec une requête additionnelle [1] . » Est-ce alors un hasard si les passerelles entre le Club et les grandes banques sont souvent empruntées ? M. Jean-Pierre Jouyet a quitté la présidence du Club en juillet 2005 pour le poste de président non exécutif de la filiale française de la banque Barclays [2]. Le précédent secrétaire général du Club, M. Emmanuel Moulin, a pris en janvier 2006 ses nouvelles fonctions à la Citibank, premier groupe bancaire mondial ...

569


Pure anomalie institutionnelle, le Club de Paris n’a ni existence légale ni statuts. C’est réellement une « non-institution » placée au cœur des relations financières internationales. En théorie, les conclusions de ses discussions sont de simples recommandations qui ne deviennent effectives que lorsque les Etats créanciers, de façon indépendante, décident de les mettre en œuvre via des accords bilatéraux. Pourtant, les Etats membres du Club suivent systématiquement ces recommandations puisqu’ils s’y engagent d’après le principe de solidarité retenu par le Club de Paris. C’est une manière habile de diluer les responsabilités : le Club de Paris n’est pas responsable puisqu’il ne contraint en rien les Etats, mais parallèlement, les États ne font qu’appliquer les recommandations décidées au Club de Paris. De plus, celui-ci joue un rôle fondamental puisqu’il permet de présenter un front uni pour le recouvrement des créances bilatérales. Au contraire, chaque État du Sud est isolé. Il est clair que les discussions au sein du Club reflètent surtout les intérêts géopolitiques en jeu : pourquoi l’Irak, occupé illégalement par les Etats-Unis et leurs alliés, a-t-il bénéficié de 80% d’annulation de sa dette alors que tant de pays pauvres n’ont pas droit à la moindre remise ? Rappelons pour mémoire que les pays touchés par le tsunami de décembre 2004 n’ont pas eu mieux qu’un simple moratoire d’un an. L’Indonésie et le Sri Lanka devront payer entre 2007 et 2010 ce qu’ils devaient rembourser en 2005. Mais une fois les projecteurs éteints, le vrai visage du Club s’est révélé : point de générosité, fini de feindre la compassion. Non seulement aucune annulation n’a été décidée, mais puisque ces deux pays ne remboursent pas à la date prévue, des intérêts moratoires peuvent être appliqués par les pays créanciers qui le souhaitent. Selon le vice-président du Club : « Conformément au principe d’un moratoire non-concessionnel, certains créanciers ont facturé ces intérêts moratoires durant la période de rééchelonnement des échéances reportées au taux approprié de marché. D’autres créanciers dont la France ont en revanche décidé de ne pas facturer ces intérêts moratoires [3]. » Aucun détail supplémentaire n’a été rendu public. Le Club de Paris se comporte absolument comme un cartel opaque des pays créanciers. A cinquante ans, il est temps pour lui d’écouter les revendications des associations de citoyens du Sud comme du Nord, qui réclament entre autre un audit de la dette permettant de pointer toutes les responsabilités, une invitation permanente faite aux organisations de solidarité internationale et aux parlementaires du Nord comme du Sud lors des débats et la prise en compte de critères sociaux dans toutes ses décisions. Le Club de Paris s’est toujours opposé à ces revendications de simple bon sens démocratique. Pour parvenir enfin à l’annulation totale et inconditionnelle de la dette extérieure publique des pays du tiers-monde et à l’abandon des politiques d’ajustement structurel, la suppression pure et simple du Club de Paris s’impose. Alors qu’il célèbre son cinquantenaire en grande pompe, formulons le vœu que cet anniversaire soit le dernier. Fin de l’article 2) Confronté aux défis des pays émergents, le Club de Paris fête ses 50 ans (AVANT-PAPIER) Par Marie WOLFROM 570


PARIS, 12 juin 2006 (AFP) - Le Club de Paris fête mercredi son 50e anniversaire à un moment où il voit sa pertinence remise en question par la montée en puissance des pays émergents, désormais à même de rembourser leurs dettes et même parfois de se muer à leur tour en créancier concurrent. Créé presque fortuitement en 1956 lors d’une réunion à Paris de pays créanciers de l’Argentine, le Club de Paris rassemble les grands prêteurs de la planète, de l’Allemagne à la Suisse en passant par les Etats-Unis ou le Japon. Les 19 membres de cette « non-institution » -comme la définit son actuel président le Français Xavier Musca - qui ne possède ni statuts ni personnalité morale, se retrouvent 10 à 11 fois par an. En cinquante ans, ce sont ainsi quelque 400 accords qui ont été conclus pour un peu plus de 500 milliards de dollars. Ce demi-siècle d’activité n’a pas été sans heurts. Tout comme ses partenaires, le FMI et la Banque Mondiale (BM), le Club de Paris a souvent été critiqué pour sa « toute puissance », son « opacité » ou le caractère jugé « politique » de certaines de ses décisions. Les organisations non gouvernementales, tel le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM), avaient ainsi accueilli avec indignation sa décision de simplement rééchelonner la dette des pays victimes du Tsunami au lieu de l’annuler au moins pour partie. Peu auparavant, l’Irak avait lui obtenu un allègement massif de sa dette, amputée de 80% de son montant. Outre ces reproches récurrents, les grands créanciers du Nord se trouvent désormais confrontés aux défis posés par la montée en puissance des pays émergents. Plutôt que de solliciter auprès des membres du Club de Paris des prêts, systématiquement conditionnés à l’application d’un programme du FMI, de plus en plus de pays préfèrent recourir aux marchés financiers, via des émissions obligataires. D’autres se tournent vers de nouveaux pays prêts à ouvrir leur bourse, tels le Brésil ou la Chine, très présente notamment en Afrique. Problème : les pays riches et les organisations multilatérales, qui se voient ainsi contournées, redoutent une nouvelle spirale. Lors d’une réunion samedi en Russie, les pays du G8 ont appelé les émergents « à une coordination renforcée (...) pour éviter que ne s’accumulent des niveaux insupportables de dette dans les pays à faible revenu ». Parallèlement, les annulations de dettes en faveur des pays les plus pauvres et les remboursements anticipés de pays émergents en meilleure santé financière se multiplient. Profitant de la manne pétrolière, l’Algérie et la Russie ont par exemple obtenu récemment de pouvoir rembourser au Club de Paris une partie de leur dette, privant de ce fait leurs créanciers du paiement des intérêts. Du coup, la question de l’utilité du Club ou du FMI « se pose de plus en plus », estime Jérôme Sgard, chercheur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII).

571


Dans la mesure où « il n’y a plus tellement de crises et plus tellement de pays en défaut, ils perdent l’un et l’autre une bonne partie de leur fond de commerce », explique-t-il. Tout en jugeant sain que « les institutions soient mortelles » -car « lorsque vous savez que vous pouvez disparaître vous vous efforcez d’être utile »- Xavier Musca juge que le Club de Paris a encore un rôle à jouer pour assurer la transparence et le traitement équitable sur la dette. Outre la célébration de son cinquantenaire, le Club se penchera cette semaine sur l’annulation de la dette du Cameroun dans le cadre de l’initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE) ainsi que sur une nouvelle demande de remboursement anticipé de la Russie. Le CADTM, lui, demande la « suppression pure et simple » du Club, « pour parvenir enfin à l’annulation totale de la dette » des pays du Sud. Damien Millet Notes [1] Voir clubdeparis.org [2] Il n’y est resté que quelques mois pour prendre fin 2005 la direction de l’Inspection générale des finances. [3] Message électronique de M. Ramon Fernandez, vice-président du Club de Paris, le 7 avril 2006.

Fin de l’article Sur les 19 pays qui forment ce club, 18 s’annoncent strictement démocratiques. La Russie étant réputée être l’élément le plus douteux dans ce domaine. Pour autant, on s’aperçoit qu’il n’y a aucune démocratie tant dans la structure même du club que dans l’opacité de son fonctionnement. Il s’agit quand même d’états qui réclament des sous à d’autres états et non pas de « particuliers créanciers » qui réclameraient à leurs débiteurs via leurs banques. Tout ceci devrait être transparent et facilement accessible par le public. Certes, je n’affirme pas que la Russie soit un modèle démocratique, mais il se pourrait que finalement, - à la vue de leurs agissements - elle ne le soit pas moins que les autres pays cités ici ! E) La Luci Trust 1) Ce que l’on sait On a dit tout et n’importe quoi sur la Lucis Trust. Car nous faisons ici face à un exemple de thème qui déchaine les passions. La Lucis Trust, dont le nom ferait plutôt penser à une banque ou une compagnie d’assurance, est en fait plutôt un groupe de pression qui s’attache à promouvoir un nouveau concept culturel proche du mouvement « New-âge » et ce, au niveau mondial. L’attaque contre la Lucis Trust se concentre essentiellement dans les milieux chrétiens. C’est à cause de cela – du fait de cette nature prosélyte – que les critiques n’atteignent pas les milieux athées ou ceux des autres religions. Ce qui est dommage car la Lucis Trust est une vitrine de l’adultération culturelle luciférienne voulue par les Illuminati ! Pour commencer cette étude, nous allons étudier la définition de Wikipédia, bien plus neutre, qui concerne la Lucis Trust (http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucis_Trust ) : 572


Lucis Trust Lucis Trust est une entreprise à but non lucratif créée en 1920 dans l'état de New-York aux États-Unis par Alice Bailey et son mari Foster dans le but de gérer les 25 ouvrages ésotériques écrits par Alice Bailey. L'entreprise possède des sièges à New York, Londres et Genève. Lucis Trust, en plus de l'édition, gère une école (Arcane School), une librairie, et une maison d'éditions Lucis publishing companies, Lucis productions, la Bonne volonté mondiale[1] et Triangles. Le mouvement de la « Bonne volonté mondiale », fondé en 1932, est une des activités les plus importantes du Lucis Trust et a été reconnu par l'ONU comme une organisation non gouvernementale (ONG) présente aux sessions de l'ONU de Genève et de NewYork. La Lucis Trust est membre du conseil économique et social de l'ONU. Ce rôle a attiré des critiques accusant l'ONU d'avoir une idéologie New Age[2],[3]. L'organisation était, à l'origine, appelée "Lucifer Publishing Company"[4]. Selon la Lucis Trust, ce nom avait été donné parce que Bailey considérait Lucifer, l'ange déchu, comme un principe positif, tout comme Helena Blavatsky[5]. Voir aussi •

Alice Bailey

Lucifer

Théosophie

New Age

Références 1.

 La bonne volonté mondiale

2.

 Gary Kah, The New World Religion, 1999

3.

 Michel Schooyans, The hidden face of UN

4.

 The esoteric meaning of Lucifer.

5.

 Descent and sacrifice

Lien externe •

Site de la Lucis Trust

Fin de l’article. C’est donc un groupe de pression qui a « pignon sur rue » au sein de l’ONU. C’est en tout cas la première impression que l’on ressent quand on s’attaque au problème. Toutefois, certains en font lecture autre : l’ONU ne serait qu’un instrument policier du mouvement Illuminati ! La Lucis Trust, ne serait pas qu’un simple mouvement de pression, un lobby comme on les nomme, mais une partie d’un complot plus énorme encore, celui de l’ONU tout entier ! En quelque sorte, la vitrine culturelle luciférienne d’un ensemble travaillant pour ce faux dieu qu’est Lucifer ! L’ONU ne serait donc qu’une structure amenant progressivement à la réalisation du plan Illuminati. Ce serait la super police – ou la super armée si vous préférez – qui permettrait d’anéantir tout régime politico-militaire qui n’obéirait pas aux Illuminati ou se révolterait contre eux ! Il s’agirait donc de maintenir le cap de ce qui favorise à tout prix l’avènement de ce Nouvel 573


Ordre Mondial. Le « job » de la Lucis Trust » serait de préparer les consciences, sur un plan culturel, à un autre avènement, celui d’une nouvelle religion mondiale, celle que l’on rencontre si souvent dans cette étude des Illuminati. Cela répond à une préoccupation Illuminati. Ceux-ci semblent persuadés que, quelque soit l’idéologie religieuse abordé, dans chacun des camps des ensembles de gens très intelligents et doués travaillent à une lutte fratricide entre les concepts politico-religieux, vectrice de guerre et de division. L’être humain semble ainsi : quand il est sur d’avoir raison, il cherche à imposer son point de vue aux autres. Ce vecteur de division n’est pas bon pour les affaires car il amène à des guerres et des révoltes dont les conséquences peuvent même venir perturber l’emprise Illuminati sur le monde. Ces derniers dépensent donc une énorme énergie à tenter de dominer et contrecarrer de telles initiatives. Ils tentent donc, par l’entremise d’une nouvelle religion obligatoire, hybride de toutes les autres, à résoudre définitivement ce problème et ainsi, cadenasser à tout jamais leur emprise mondialiste. En attendant l’application du projet « Blue-Beans », que nous avons déjà rencontré et étudié dans ce livre, projet qui devrait finir de convaincre les plus récalcitrants d’entre nous à adhérer à cette religion unique du NOM, la Lucis Trust travaille à changer les consciences et à les égarer dans ce que l’Eglise chrétienne appelle les « profondeurs de Satan ».

http://www.barruel.com/info.html L’étude approfondie de cette société à but non lucratif (qui ne paye pas d’impôts aux USA) met en évidence de fortes influences maçonniques, théosophiques, lucifériennes et satanistes. Une de leurs écoles s’appelle « Triangles » ce qui sous-entend leur allégeance à l’illuminatisme. Voici quelques adresses web dont la teneur vous instruira sur la nature luciférienne et autres de la Lucis Trust : http://www.nouvelordremondial.cc/2007/10/09/les-magiciens-noirs/ (*peut avoir des extensions sur l’interprétation chrétienne extra-terrestre) http://notrememoire.blogspot.com/2006/08/propos-de-la-thosophie.html http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/5919-lucis-trust/ (** peut avoir des extensions sur l’interprétation extra-terrestre) http://www.barruel.com/info.html (* et **) Certains textes contiennent une interprétation possible extra-terrestre dont vous savez ce que j’en pense. Ce n’est pas pour autant que leurs analyses sur la Lucis Trust n’apportent rien en termes de pertinence. Pour enchaîner : 2) Ce que l’on ne savait pas En voici les grands principes :

574


- La Lucis Trust n’aurait pour but premier que d’apporter une réponse luciférienne à une prophétie nord amérindienne qui prévoit l’arrivée des «Guerriers de l’Arc en Ciel » qui viendront sauver le monde. Il est question ici d’exploitation religieuse d’une prophétie indienne et de récupération (manipulation) du mouvement qui s’est créé sous l’impulsion de cette idée de résistance suscité par cette prophétie. Le but est donc de juguler et orienter une prophétie qui ne leur est pas favorable dont ils auraient très peur ! Notons que les principaux thèmes de cette prophétie s’accordent avec la pensée chrétienne, son dogme d’amour universel et aux passages apocalyptiques de la Bible- sans que celle-ci en fasse directement allusion ou référence. Le monde chrétien se fait donc l’écho de cette prophétie indienne. - L’idée qui se dégage d’une telle manipulation dépasse le cadre de la simple manipulation. Outre juguler ce mouvement et le retourner à son avantage, le pari est aussi de faire présenter les tenants du Nouvel Ordre Mondial comme les grands sauveurs de l’écologie. Ils ont détruits la planète et aujourd’hui se présentent comme les sauveurs de celle-ci ! Et ce principe porte à ses fruits ! Qu’est-ce que nous sommes dupes ! En clair, il existe un principe fasciste qui peut ressurgir des mouvements écologiques, une pure logique luciférienne trompeuse qui s’appuierait sur l’urgence de la situation écologique, la causalité purement humaine et la nature purement néfaste de cette dernière pour « excuser » une agression des individus en réduisant drastiquement leur nombre (tous les moyens étant bons pour ce faire) et en réduisant les individus rescapés à une soumission technologique et un contrôle des naissances absolu. La reconstruction écologique se faisant par « îlots » (zones géographiques distinctes les unes des autres) interdits d’accès au public. Les viles étant géographiquement coupées les unes des autres mais uniquement reliées par des voies d’accès strictement contrôlées. Evidement, ce principe cache qu’en fait que ceux-là mêmes qui sont responsables du dérèglement écologique prétendent en être la solution en mettant en place une odieuse dictature. - Devenu un puissant outil bien établi, la Lucis Trust aide au repérage et au financement (aide parfois indirecte par d’autres fondations Illuminati) de nombreux mouvements écologiques et permet la promotion d’ouvrages qui rendent possibles la perversion et la récupération du militantisme écologique. Pour cette récupération : tous les thèmes sont bons, de l’interprétation New Age à celle extraterrestre, tout en s’adressant aussi aux militants écologistes raisonnés ! - Constatons aussi que nous sommes face à un cas de prophétie réalisée (en passe de l’être) toujours de façon très artificielle selon le grand principe Illuminati d’infiltration, de financement, puis de contrôle. -Enfin, par rapport à d’autres prophéties obscures et incompréhensibles dans leur façon d’être exprimées, celle-ci colle curieusement bien à notre réalité. Au point que certains d’entre- nous peuvent se demander si cette prophétie, de part son caractère oral, n’aurait pas évoluée avec le temps afin de mieux cadrer aux événements réels ! Ceci dit, la Lucis Trust va tenter d’aider les Illuminati à dominer les mouvements écologiques populaires. Mais il n’est pas dit qu’elle y arrive : d’une, de part la forte nature positive de ces mouvements politiques spontanés, et de deux, parce que maintenant vous êtes prévenus ! 575


3) Pense bête : Voici quelques principes simples universels simples à respecter afin de déjouer les mensonges et manipulations d’idées colportées par les Illuminati et repris en cœur par la Presse Officielle : Thème Au plan collectif Le progrès n’est valable que s’il est partagé par Equitablement tous ! Le matérialisme n’est valable que s’il est Le plus équitablement possible en partagé par tous ! fonction des droits et des mérites au travail. La médecine et ses progrès ne sont valables s’ils Equitablement sans distinction aucune. s’adressent à tous ! L’instruction n’est valable que si elle est Seulement délimité par les capacités recevable par tous ! intellectuelles (les talents) propres à chaque individu et à leurs aspirations (choix d’avenir). La justice n’est légitime si elle est accessible par Equitablement strictement ! tous ! Le Pouvoir ne se conçoit que s’il sert la volonté Souveraineté du peuple ! de tous. L’exploitation de la Nature n’est valable que si Absolu, mais en faisant de sorte qu’il y elle répond à la gestion du naturel et au maintient ait une gestion durable ! de ses équilibres … … … … L’existence n’est valable si elle est partagée Dans les chances face à la vie, dans le équitablement par tous ! respect des droits comme dans celui du partage des ressources. Autre ordre d’idée : Tout pouvoir qui tente de substituer au peuple en temps qu’élément décisionnaire, tente de transformer les sociétés à leur insu ou contre leur grès, use de prétextes à son asservissement, prend des décisions que le peuple ne souhaite pas, ne soutient ou n’attend pas, est par nature antidémocratique et doit être combattu puis annihilé. F) The British Israelites ou l’Anglo-israélisme ! Je vous ai gardé ce passage pour la fin de l’énumération des Organisations des Maitres du Monde car il représente un peu la « cerise sur le gâteau » ou « la preuve par 9 » si vous préférez, du registre complotiste que nous avons étudié ! Rappelez-vous tout ce que nous avons lu auparavant sur les questions de sang-bleu, de mérovingiens, d’appartenance à la lignée de David et de lignées génétiques Illuminati. Souvenez-vous aussi du Conseil des 300 et de la Round Table liées à un complot britannique de dominance mondiale par des gens au service et sous les ordres de sa très royale majesté d’Angleterre - mais qui ressemblent plus à des criminels en col blanc qu’à des politiciens, militaires ou administratifs d’états ! Rappelez-vous de leur alliance avec le sionisme dans une structure nommée Synarchie !

576


http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:British_Israelism.jpg Ici, vous aurez la preuve que tout ceci est malheureusement vrai et cohérent ! Ici, la « boucle est bouclée », à vous d’en juger : Voici ce qu’en dit wikipédia : Texte original en anglais : http://en.wikipedia.org/wiki/British_Israelism Texte traduit en français : http://fr.wikipedia.org/wiki/Anglo-isra%C3%A9lisme

L'anglo-israélisme est un courant religieux issu du restaurationnisme qui prétend que les Anglo-Saxons contemporains, vivant en Grande-Bretagne et aux États-Unis, sont des descendants directs des dix tribus perdues et sont liés par une alliance spéciale au trône de David. Cette théorie tient ses origines de la Réforme anglaise au XVIe siècle, lorsque plusieurs théologiens anglais ont dû justifier la séparation survenue entre l'Église d'Angleterre et l'Église catholique romaine. Ils présentèrent alors les Anglo-Saxons comme un peuple élu ayant des origines bibliques et apostoliques. L'influence de l'anglo-israélisme compte pour beaucoup dans le folklore historique de ce qui est aujourd'hui appelé White Anglo-Saxon Protestant. Le puritanisme anglais était fortement marqué par l'idée que la race anglaise était choisie ou élue dans un projet messianique. La mythologie anglo-israélite s'appuie sur des légendes et des mythes historiques, comme le récit de Joseph d'Arimathie en Angleterre, l'Historia Regum Britanniae, la matière de Bretagne, les prétentions à la succession du roi Arthur, la légende racontant que Paul de Tarse vint en Angleterre, etc. Les adhérents contemporains de ce courant sont regroupés en plusieurs associations ou sectes, n'ayant aucune organisation centrale. Liens externes : •

(en) Anglo-Israelism and British Israelism by B.A. Robinson, at Religious Tolerance.org

(en) British-Israelism/Anglo-Israelism by Brian T. Ullman, at Religious Movements

(en) British Israel - Fact or Fiction? by Alan Campbell, B.A.

(en) Gregory S. Neal, Imperial British-Israelism: Justification for an Empire, 1987,

577


(en) British Israelism by Gary A. Hand

(en) Elizabeth II on the Throne of David and Solomon

(en) Brit Am by Yair Davidiy

(en) Nordic Israelism

(en) The Ten Lost Tribes (Chart)

(en) The Coronation Chair By the British Government

(en) The origin of British Israelism

(en) Jewish Encyclopedia entry on Anglo-Israelism

(en) "The Spirit and the Bride", articles emphasising scriptural sources

(en) The "Lost Tribes" of Israel - They Are NOT British

Fin de l’article. J’attire votre attention sur le coté mythe de cette croyance qui n’est pas sans faire penser à un autre mythe de même envergure qui regroupait : l’Aryanisme, la mythologie allemande et les mensonges et la propagande associées sous un forme officielle qui lui donna sa légitimité sous le régime nazi ! Le but étant, à cette époque, de faire de la nation allemande une lignée d’individus au destin atypique et messianique, un règne (Reich - empire) de 1000 ans, une supériorité de fait et une « légitimité » alors représentée sans faille. En fait, la quintessence de la connerie et de l’orgueil réunis, exploitées à des fins maléfiques. Hitler parlait de Nouvel Ordre (mondial) ! Dans un autre registre, le Japon parlait aussi de Nouvel Ordre Mondial. Vous voyez que tout ce petit monde adhère de façon occulte au même but qui les fédère ! D’un coup, vous venez de réaliser que le nazisme n’est pas mort, qu’il vient de rejaillir dans un nouveau concept étatique dominant et que comparativement, nous nous retrouvons dans la même situation de 1932 juste avant la prise de pouvoir d’Hitler en Allemagne. Tout ce qui est évangéliste américain et anglicanisme, parfois pour des raisons différentes car ces « sectes » sont quelques fois en désaccord, adhèrent à ce projet messianique millénariste dirigé en sous main par des lucifériens. N’oublions pas que tout ceci n’est que mensonges, qu’exploitations des religions juives et chrétiennes, dans le but d’usurper leurs forces et les retourner contre elles ! « Derrière le rideau », les « marionnettistes » se « régalent » et sont même stupéfaits de voir jusqu’à quel point leur tromperie fonctionne ! Sites web ou vous pouvez consulter, acheter ou prendre connaissance de la littérature British Israelite, mais aussi d’autres liens sur leur propagande : http://www.britishisrael.co.uk/ (en anglais mais accessible en français grâce à Google traduction) http://www.cai.org/fr/nous-connaitre/sites-heritage-britannique : en français

578


Le feu et l’épée ne sont pas des symboles chrétiens, ils en représentent même l’antithèse !

Vous remarquerez que souvent, cette pseudo-judaïcité se cache sous un aspect chrétien qui crée le trouble ou l’illusion ! Ceux qui font « le Bien », ne se cachent pas : il exercent au grand jour et n’ont pas besoin de mentir (exception faite des périodes de persécution). Ceux qui se cachent sont ceux qui font « le Mal » et sont ceux qui mentent et manipulent ! Ne l’oubliez jamais ! 4) Une critique des médias et du sionisme maladroite : Livres proposés à la vente par ce site

Ici, nous étudierons le problème à travers le point de vue catholique traditionaliste. Vous remarquerez que finalement, ils développent grossomodo le même raisonnement et en tire les mêmes conclusions que ceux d’entre vous, athées ou adeptes d’autres religions, qui ont pris conscience du problème Illuminati. Toutefois, je vous préviens qu’ils réagissent de façon un peu virulente. Voici ce qu’on peut lire dans le site : http://www.barruel.com/censure.html INFO - www.barruel.com – INFO (2004) LA CENSURE MACONNICO-RÉPUBLICAINE EN FRANCE. Permettez-moi ces quelques mots concernant la censure totale exercée ici, en France, par la secte qui gouverne.

C'est cette "secte religieuse" (Gustave Bord), la franc-maçonnerie, qui dirige la presse, l'information, l'éducation, l'histoire... par les voix de ses "enfants" républicains et autres démocrates. Voici deux cas et un document.

Premièrement, la censure exercée sur le film de l'acteur américain Mel Gibson intitulé : La Passion du Christ, qui vient juste de trouver un diffuseur pour la France, monsieur Tarek Ben Ammar, après bien des péripéties... Depuis Juin 2003, par monsieur Michael A. Hoffmann et son excellente lettre internet... (voir plus bas), entre autres, je suis tenu informé des aventures de ce scénario et des histoires hallucinantes, mais bien réelles, qui sont arrivées à l'acteur des "Mad Max", "L'arme fatale", "Breavehart"... Dès Mars 2003, les "pressions" sont arrivées, et ses "soucis" ont commencés. Agé de presque 50 ans, Mel Gibson est catholique "traditionnaliste" ou si vous préférez, il suit la messe en Latin, messe désirant être "abolie" par le Concile Vatican II, concile infiltré et mené de main de "maitre" par la franc-maçonnerie. (LIRE). Ceux qui ne se sont pas pliés aux ordres et qui ont SIMPLEMENT continué l'ancienne messe... ont été maudits, bannis. Donc, Mel Gibson, pour son scénario, a repris le livre de Anne-Catherine Emmerich (1774-1824), religieuse augustine stigmatisée, sur la passion du Christ. Il s'est tenu à l'Histoire, et a mis en scène les 12 dernières heures de la vie du Christ... En passant, il a tout simplement repris l'histoire, la vérité historique, les textes, les faits. Le pauvre !!! Pas bien... 579


Menaces de MORT, sur sa personne et menaces sur sa famille !!! De plus, son père n'est pas un bon père. Catholique Traditionnaliste lui aussi, il ne reconnait pas la papauté actuelle car, pour lui, depuis le concile, le pape n'est pas un pape "valide"... Le père de Mel Gibson est "sédévacantiste". Et, le comble, le père de Mel Gibson ne nie pas le fait que des juifs soient morts durant la seconde guerre mondiale, mais, comme le dit Mel Gibson défendant son père contre ces torrents de menaces et d'insultes, son père dit simplement que le nombre des juifs décédés et la réalité des faits historiques sont bien différents de ceux que certains veulent faire croire... Il dénonce ce que Norman Finkelstein nomme "l'industrie de l'holocauste". Sachez que Norman Finkelstein avait été traité de tous les noms d'oiseaux lors de la sortie de son livre intitulé : l'industrie de l'Holocauste, réflexions sur l'exploitation de la souffrance des juifs, paru aux éditions La Fabrique, que je vous conseille vivement de lire. Or, toutes ces manœuvres ont été menées par tout un "lobby juif" américain, très minoritaire mais très influent dans les plus hautes sphères du gouvernement Américain. Et ce "lobby" juif ne représente ni les juifs en général et encore moins le peuple américain. En tête de ces groupes de "pression", on retrouve l'ADL (Anti Diffamation Leage) of the B'nai B'rith... Et c'est son président Abraham Foxman qui hurla à qui voulait l'entendre que le film de Mel Gibson est antisémite, et jusqu'à dire que Mel Gibson est un "terroriste"... Or, qu'est ce que le B'nai B'rith ? C'est une maçonnerie réservée exclusivement aux israélites... très puissante aux Etats-Unis, dans la presse écrite, la télévision, la politique... jusqu'à l'entourage de Bush et sa secte des « Skull and Bones » (Antony Sutton). Mais aussi très influents dans des "clubs" comme le CFR, le Bilderberg, la Trilatérale... et autres fondations... qui subventionnent... l'éducation... "globale"... La même "racaille supérieure" que toute la clique maçonnique mondiale... Une élite auto-proclamée éclairée... Sectes and compagnie... l'élite qui décide de ce que peut voir le "con-citoyen"... Tant que les films... et tout le reste... crachent sur la religion Catholique, tout va bien... Dès que le sujet sort de ce qu'il est permis de dire, tout va mal... Mel Gibson a sorti son film seul, sans aucune aide du milieu cinématographique américain, personne ne désirant prendre de risques... Il a tenu bon, contre vents et marées ! Et il continue, car la "polémique" dure... et son film fait un "carton" aux USA. Monsieur Mel Gibson, recevez ici mes sincères félicitations pour votre volonté et votre courage, et je serai parmi les premiers à aller regarder, ou admirer, votre film, et j'espère que vous aurez beaucoup de spectateurs ici, en France... pays se disant être de tradition "Chrétienne"... la religion du "Nazaréen". 580


Le site du film => http://www.thepassionofthechrist.com Quelques articles sur le film : Article du New York Times du 2 Aout 2003 : http://www.nytimes.com/2003/08/02/national/02GIBS.html?hp => http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2003/09 /09/wmel09.xml&secureRefresh=true&_requestid=209725 => http://www.gazette.com/popupNews.php?id=408774 => The New American http://thenewamerican.com Site de Norman Finkelstein => http://www.normanfinkelstein.com Site de Michael Hoffman => http://www.hoffman-info.com/news.html Conseil amical de lecture : - La Passion de Mel Gibson de A à Z, par Daniel Hamiche, éditions Sicre (tout sur le film : manipulations, menaces sur la distribution...) - Mystères et secrets du B'naith B'rith, E. Ratier, Facta 1993 => www.faits-et-documents.com - Les Guerriers d'Israel, enquête sur les milices sionistes, E. Ratier, Facta 1995 => www.faits-et-documents.com - L'industrie de l'Holocauste, réflexions sur l'exploitation de la souffrance des juifs, par Norman Finkelstein, paru aux éditions La Fabrique, en Février 2001. Et bien d'autres encore... Deuxième cas, un livre. Celui-ci s'intitule : « L'autre visage d'Israël », paru aux éditions Blanche, filiale des éditions Balland, début Octobre 2003 et retiré de la vente très peu de temps après, 14 jours, pour être pilonné, détruit.... L'auteur, Israël Shamir, "anti-sioniste", parlait de la mentalité qui règne à la tête de l'Etat d'Israël, et de l'esprit de ses dirigeants "sionistes" enragés de "race supérieure", qui s'enferment dans leur logique raciste cherchant à éliminer "la race inférieure"... Pourtant, l'auteur n'est pas un inconnu du monde de l'information. Né en Sibérie, et après des soucis avec le KGB, il émigre en Israël pour devenir membre des commandos d'élite de Tsahal. Il à été responsable du Proche-Orient à Londres pour différents 581


journaux et chaines de télévision, et ancien journaliste à Haaretz... Il est actuellement correspondant de divers journaux russes pour le Proche-Orient. Or, ce monsieur Shamir, a simplement critiqué certains de ses compatriotes afin d'éclaircir, par l'écriture, les problèmes de fond de ce conflit désastreux pour TOUS les INNOCENTS, entre Palestiniens et Israéliens... Dans ce cas, idem... Des "ligues" de "bien-pensants" liées aux mêmes milieux maçonniques type B'nai B'rith et républicains, ont fait pression sur les éditeurs afin que ce livre disparaisse... La critique de certains n'a pas le droit d'être diffusée... Surtout si elle sort de ce qu'il est permis de dire... en république maçonnique. Paraît-il qu'une nouvelle édition serait programmée ??? J'attends un exemplaire, messieurs les éditeurs. Encore un peu de courage... c'est gratuit. Et, là encore, sincères félicitations pour votre volonté et votre courage monsieur Israël Shamir... Liberté républicaine de l'information... quand tu tiens un pays... Site de monsieur Shamir => www.israelshamir.net Sur la Palestine => www.hoffman-info.com/palestine.html Vous pouvez trouver de bons livres - Finkelstein, Shamir, Sutton... => ICI

Vous avez là deux cas bien précis de la "liberté d'expression" et de "liberté de la presse"... où la encore se mêlent les pires sectes : B'nai B'rith, franc-maçonnerie... Liberté "républicaine", TOTALEMENT supervisée par la franc-maçonnerie et ses valets démocrates ou républicains... qui, avant tout, "œuvrent" en bons "enfants de la veuve"... noire. Ces cas ne sont pas rares, car à partir du moment ou des FAITS sont révélés à la "masse des citoyens", cela n'est pas bon pour la clique en place, et ces FAITS doivent être rapidement détruits ou ignorés. Ainsi, et ne l'oubliez jamais, ils peuvent continuer à DIVISER POUR MIEUX RÉGNER !!! Et enfin, ci-dessous, vous pouvez voir un document où figure le B'nai B'rith (racistes, potes à Albert Pike), cité juste avant l'AMORC (satanistes ou lucifériens - idem), les deux cités dans l'almanach maçonnique de l'europe de 1966. Dans la marge, les images où figurent le pentagramme, le "grand sceau de Salomon", le "char d'hermès", sont tirées d'un "manuel rosicrucien" édité avec l'autorisation de la grande loge 582


suprême de l'ordre rosicrucien AMORC... préparé sous la direction du Dr. H. Spencer Lewis (premier imperator de l'ordre rosicrucien pour l'Amérique du nord et du sud). B'nai B'rith, rose-croix, FM... même clique, même esprit, même finalité, même objectif : pas notre bien... ni le bonheur de vos enfants et des autres...

583


Document paru dans la revue Lectures Françaises, revue de la politique française, n° 395 de Mars 1990 dont la couverture figure dans la marge (dernière image). Revue disponible à : D. P. F, Boite Postale 1, 86190 Chiré-enMontreuil. Il est bon de noter que les rose-croix sont adeptes... d'élixirs... de sang... et d'urine...

Pas un peu... sados... les potes aux "macs-eux-rots" ???

Allez savoir... En revanche, ... ces gens là... gouvernent... pillent... éduquent... pourrissent... divertissent... pervertissent... et interdisent... "La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des divergences suscitées par "l'agentur" des "Illuminés", entre les sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. Elle doit être menée de telle manière que l'Islam (le monde arabe musulman) et le sionisme politique se détruisent mutuellement. Tandis que les autres nations, une fois de plus divisées sur cette affaire, seront contraintes à se combattre jusqu'à complet épuisement physique, moral, spirituel et économique. Le 15 Aout 1871, Pike dit à Mazzini qu'à la fin de la troisième guerre mondiale, ceux qui aspirent à dominer l’ensemble du globe sans conteste, provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes (empruntés à sa lettre de la British Museum Library à Londres) : "Nous allons lâcher les Nihilistes et les Athées et provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations les effets d'un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Alors, tous les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation et les masses déçues par le Christianisme, dont l'esprit déiste, laissé à partir de ce moment sans boussole à la recherche d'une idéologie, sans savoir vers qui tourner son adoration, recevra la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction du christianisme et de l'athéisme, simultanément soumis et détruits." (LIRE) 584


Tout est prêt... afin d'établir la république universelle, vieux rêve de la secte des francsmaçons et de leurs "cons-frères", Théosophes, Martinistes, Gnostiques, Rose-Croix, B'nai B'rith, Skull and Bones et autres sectes satanico-luciferiennes... "Peu importe la diversité de rites ou de formes, puisque la pensée est unique." G. Mazzini (Sataniste notoire), républicain, socialiste, terroriste sanguinaire, franc-maçon, "grand maître" du "grand orient" d'Italie, là aussi, c'est un fait... Historique... Fin de l’extrait du site. Voilà : on sent dans ce texte que ces catholiques, s’ils mettent bien le doigt sur des vérités établies, en mélangent un peu la cause en l’attribuant aux juifs sans en dissocier la nature luciférienne. Or les « vrais » juifs ne peuvent pas se reconnaître dans le dogme luciférien. Il leur est totalement étranger. Comme le chistianisme, c’est une religion basée sur l’amour, la paix et le respect d’autrui. J’en veux pour preuve le fait que Naturei Karta, culte orthodoxe juif, dénonce, accuse et critique le sionisme ! Certes : Ordo ab Chao a bel et bien infiltré le judaïsme, mais cette encyclopédie vous a prouvé que la chrétienté en général – et le catholicisme en particulier – l’ont été tout autant ! Il en est de même chez les musulmans, plus particulièrement au niveau chiite, salafiste et wahhabiste. En fait, toutes les grandes religions du globe sont concernées, même les boudhistes et les indouhistes n’y échappent pas ! Enfin, cette infiltration se propage aussi dans toutes les autres formes de pensées non déïstes (athéees ou philosophiques, politiques et scientifique). C’est ainsi que ce mouvement luciférien arrive à manipuler, influencer et coordoner ses efforts dans une mouvance internationaliste. Cette manipulation a atteint un niveau incroyable, inimaginable, pour celles et ceux qui ne tienne pas compte du fait qu’elle perdure depuis des siècles, voire des millénaire ! De ce fait, elle c’est dotée d’une complexe organisation d’une terrible efficacité qui, avec le secret, font sa force. Ce « Graal » mythique, récipient qui contient le « sang-bleu » et qui ne serait rien d’autre que le corps humain. Comment faire court au sujet d’un thème qui mériterait d’être longuement débattu ? On ne rentre dans Ordo-ab Chaos (dans la direction) que par mariage, un peu comme le font les nobles. Cette remarque devrait vous être criante : il y a une question d’appartenance génétique qui est sous-jacente. Ces gens se marient donc en « circuit fermé ». Ordo ab Chao semble être constitué de 13 familles dont l’appartenance donne le droit à régner. Cela ne date pas d’aujourd’hui : c’est la continuité du principe de mariage attribué aux nobles. J’insiste en précisant que c’est le même phénomène entretenu par les mêmes sortes de gens dans un déguisement théâtrale de démocratie pour cacher le fait de leurs sombres ambitions mondialistes. Alors, la Révolution Française n’aurait servit à rien en déduisez-vous ! Je vous assure que dans cette affaire, nous ne nous sommes débarrassés que des mauvais coupables : tous les nobles (carolingiens et capétiens essentiellement) qui furent exterminés firent parti du camp rival d’Ordo ab Chao (plutôt mérovingien). Nous allons ici débattre sur ce thème. 585


Cela mérite qu’on remonte le temps sur cette question du sang et qu’on cherche à la préciser. Celle-ci a fait déjà couler beaucoup d’encre. Elle a débouchée sur beaucoup d’interprétations différentes. Dans la « théorie du complot », elle tient une large part du débat. Certains y voient même la preuve d’un métissage extra-terrestre qui ne veut pas éteindre sa lignée.

Je vous présente la maman de Bush George (cercle rouge), ses sœurs (en haut à gauche) et leur géniteur . N’y a-t-il pas un détail qui attire votre attention ? Agrandissez l’image à 200 % et regardez bien : on dirait tous des clones ! Des mariages consanguins répétitifs y sont certainement pour quelque chose ?

D’autres, par l’intermédiaire du film « Da Vinci code » qui exprime explicitement cette idée d’appartenance à des lignées sanguines, y interprètent une filiation au Christ via Marie Magdeleine, lignée dont descendraient ensuite nombre de rois européens. Par cette fiction, on approche de la réalité sans toutefois y être parvenu entièrement. Car il ne s’agit pas de la lignée de David dont descend Jésus, mais d’une autre qui passe par Salomon … ce que vous pouvez interpréter comme un fait anodin mais qui est en fait d’une importance primordiale. Dans notre réalité, la question du sang n’est pas si compliquées, extraterrestre ou occulte que cela si l’on admet l’origine judéenne de cette lignée, origine qu’elle revendique elle-même de par ailleurs ! - Nous savons que seul un descendant de la branche de David peut prétendre remonter sur le trône du royaume d’Israël … qui se veut finir mondialiste dans les écrits juifs ! - Nous avons compris que l’interprétation talmudique luciférienne fait de la planète entière cet Etat d’Israël promu par le Sionisme Internationaliste. Le Nouvel Ordre Mondial n’est qu’une dénomination hypocrite destinée à cacher le fait de cette prise de pouvoir sioniste, elle-même sous l’emprise des pseudo-juifs des familles qui constituent Ordo ab Chao. - Nous savons maintenant que ces familles descendent bien de David, mais par Salomon son fils et que ses descendants sont interdits de royauté par décret biblique. De tout temps, ce ne furent donc que des usurpateurs. 586


Pourtant, la plupart des acteurs important des organisations que nous venons d’étudier, à savoir : CFR, Conseil des 300, Table Ronde, Bilderberg, … sont sous direction de ces familles. Il en est de même pour la présidence américaine depuis au moins Hoover, même Obama qui, en dépit de sa couleur de peau, est cousin lointain avec Bush et Dick Cheney. Nous allons voir des listes de noms qui sont assez parlantes à ce propos. Ces gens se sont donnés les moyens d’influer fortement sur les directions que prend notre monde. Pour saisir le pouvoir suprême, ils ont décidés de nous diriger « droit dans le mur », résolvant par la même plusieurs de leurs problèmes dont notre surpopulation ! Ce qu’on sait de la généalogie des hommes célèbres est souvent le fait de leurs déclarations ou de l’étude précise de leur généalogie officielle. Mais tous les doutes sont levés quand à cet article web : http://news.ahibo.com/spip.php?article981 « Rubrique actualités diplomatiques internationales : Selon l’arbre généalogique, Barack Obama, Brad Pitt, George W. Bush, Gerald Ford, Lyndon Johnson, Harry S. Truman, James Madison, Dick Cheney, Winston Churchill sont de la même famille. Hillary Clinton, Angelina Jolie, Madonna, Céline Dion, Alanis Morissette, ... sont parents. mercredi 26 mars 2008 par adi États-Unis : Le sang lierait Barack Obama et Brad Pitt, Hillary Clinton et Angelina Jolie Des chercheurs en généalogie de la Nouvelle-Angleterre ont fait des découvertes étonnantes sur les trois candidats à la présidentielle américaine, les démocrates Barack Obama et Hillary Clinton, et le républicain John McCain. Selon les résultats de leurs recherches, Barack Obama est un cousin éloigné de l’acteur Brad Pitt, et Hillary Clinton est parente d’Angelina Jolie, la conjointe de l’acteur. Hillary Clinton, qui est de descendance canadienne-française par sa grand-mère maternelle, serait également une cousine éloignée de Madonna, Céline Dion et Alanis Morissette. Barack Obama, fils d’une femme blanche du Kansas et d’un homme noir du Kenya, pourrait appeler six présidents américains, incluant George W. Bush, ses cousins. Le républicain John McCain serait cousin au sixième degré de la première dame, Laura Bush. Le généalogiste Christopher Child a souligné qu’alors que les candidats mettent l’accent sur leurs différences, leurs arbres généalogiques démontrent qu’ils se ressemblent plus qu’ils ne le croient. « Cela démontre que beaucoup de gens peuvent être parents, des gens auxquels on ne penserait pas nécessairement », a ajouté M. Child. Barack Obama ferait partie d’une lignée présidentielle formée autant de démocrates que de républicains. Les cousins éloignés du sénateur de l’Illinois incluraient le président George W. Bush et son père, George H.W. Bush, Gerald Ford, Lyndon Johnson, Harry S. Truman, James Madison, le vice-président Dick Cheney, l’ancien 587


premier ministre britannique Winston Churchill et le général de la guerre de Sécession Robert E. Lee. « Ses liens de parenté touchent à tous les spectres de la politique », a indiqué le généalogiste américain. M. Child a passé les trois dernières années à retracer la généalogie des candidats, aux côtés du chercheur Gary Boyd Roberts, auteur en 1989 du livre « Ancestor of American Presidents ». Selon leurs découvertes, parmi les cousins éloignés d’Hillary Clinton figureraient aussi l’auteur de la « beat generation » Jack Kerouac et l’épouse du prince Charles, Camilla Parker-Bowles. Barack Obama et le président Bush seraient cousins au dixième degré, liés par Samuel Hinkley, de Cape Cod, qui est mort en 1662. Barack Obama et la vedette de Hollywood Brad Pitt seraient cousins au neuvième degré, liés par Edwin Hickman, décédé en Virginie en 1769. Hillary Clinton et Angelina Jolie seraient aussi cousins au neuvième degré, tous deux parents de Jean Cusson, qui est mort à Saint-Sulpice, au Québec, en 1718. Les noms des ancêtres de John McCain ont été plus difficiles à retracer, les archives familiales du candidat républicain étant moins complètes que celles de ses rivaux démocrates. La New England Historic Genealogical Society (Société de généalogie historique de la Nouvelle-Angleterre), fondée en 1845, est la plus vieille et la plus importante organisation généalogique à but non lucratif aux Etats-Unis. Source : Associated Press (AP), 25/03/2008 Le titre est de la rédaction ». Fin de l’article Vous pouvez le constater par vous-même : j’entends souvent autour de moi qu’on accuse les juifs de se pistonner dans l’attribution de places et jobs bien payés et stratégiquement importants. Les juifs n’y sont pour rien ! En revanche, ce phénomène existe bel et bien mais il faut l’attribuer à ces familles maudites. L’ensemble de ces dernières est biface ; c'est-à-dire qu’une partie des familles revendique leurs origines judéennes, comme les Rothschild, et y restent fidèles sur le plan culturel. D’autres, comme les Bush ou les familles royales, s’en sentent détachées et s’affichent plus occidentaux sur tous les plans. Cette différence de point de vue est acceptée dans Ordo ab Chao et ne les querelle en rien ! En fait, cet essentiel article ne met en évidence que la partie visible de l’iceberg. Cette question du sang a son importance en répercutions politiques : elle tend à démontrer que nous (les peuples) sommes les victimes d’un pouvoir intemporel qui, par l’entremise d’assassinats, de corruption, de financement « dirigés », de guerres et de conduite théâtrales, fait tout pour le rester. Et cela fait plus de mille d’ans que ceci dure. L’Eglise, elle qui « oint » les principaux membres de cette filiation (rois et empereurs), ne peut pas ne pas être au courant, comme elle ne peut ignorer la nature luciférienne de la religion officielle familiale. Elle est donc complice de tout cela, et ce bien avant que les Jésuites en prennent la direction. 588


Quand je vous affirme que toutes les conséquences de ce fait ont des répercussions très importantes … Nous avons abordé une fois le thème que la lignée mérovingienne descend de David (via Salomon). Le Prince Bernard du Danemark, mais aussi toute la famille royale d’Angleterre en sont les parfaits vivants exemples.

Lignée génétique des Bush : http://secretebase.free.fr/complots/organisations/illuminati/illuminati.htm que je vous convie à consulter (agrandir l’image à 200% minimum). Oui sauf que le dernier président Bush serait en parti batard par sa grand-mère maternelle qui aurait « fautée » avec Alister Crowley. Remarquez bien que « cela reste entre satanistes » quand même. Il n’est pas batard du coté Bush « même s’il ne ressemble pas beaucoup à son père », mais du coté des Pierce.

= B) Dynasties Occultes.

589


La devise « Ordo ab Chao » souvent reprise même en compagnies de symboles royaux germaniques et slaves (aigle bicéphale) : Kosovo, Montenegro, Albanie...le drapeaau impérial Byzantin, de la fédération de Russie et de l’Empire Austro-Hongrois).

Pour les plus septiques d’entre-vous, voici un médaillon maçonique qui réunit l’aigle bicéphale et un porteur de lumière, ce qui devrait « éclairer » votre lanterne ! Rappellez-vous de ce que vous avez lu sur Lucifer ! Au fait, cette histoire de « porteur de lumière », c’est encore pour « singer » Dieu : « … Dieu dit lumière … » (genèse). Avouez que ces lucifériens sont des obsédés du détail. (http://themurkynews.blogspot.com/2008/07/introduction-connecting-current-events_08.html)

Tous les indices convergent vers la démonstration de la continuité intemporelle de cette « dynastie » de filiation davidique. Ici je fais court, mais vous pouvez le constater sur Internet : nombre de sites développent la question, même si parfois cela débouche sur les interprétations les plus farfelues. Mais ici nous allons rester dans le registre raisonné. Le site http://illuminatiproject.kazeo.com/Les-illuminati/Le-lien-de-sang,a810399.html nous précise en outre : « Les 13 principales familles Illuminati sont les Astors, les Bundy, les Collin, les Du pont, les Freeman, les Kennedy, les Leigh, Onassis, Rockefeller, Rothschild, Russel… ainsi qu'une treizième qui s'avère être la ligné Mérovingienne qui est la 13e famille. Il 590


y a aussi la lignée Illuminati Van Dine. La 13e lignée, la Mérovingienne est très importante car elle inclut toutes les familles régnantes en Europe. Le Prince Charles ferait partie de cette lignée Illuminati mérovingienne. Par exemple si l'on regarde la lignée du Prince Charles, vous noterez qu'il est affilié dans sa généalogie aux présidents Washington, Jefferson, Madison, les deux Harrison, Tyler, Taylor et George Bush. Le vice-président de George Bush (père), Dan Quayle est également lié aux familles royales. Aux Etats-Unis, nous devons faire face au concept de base suivant : les individus qui ont été sélectionnés pour gouverner ce pays ne sont pas supposés être liés les uns aux autres alors qu'en fait, c'est plutôt tout le contraire. La lignée des BUSH est aussi très intéressante puisqu'elle mélange des rois, des hommes politiques et des artistes ... ». Rajoutez à cette liste Kissinger, Brzezinski Zbigniew et la plupart de ceux qui « volent « à haut niveau en matière de diplomatie, et vous comprendrez alors que nous sommes les « dindons de la farce ».

Voici Albert Pike, le célèbre franc-maçon ouvertement luciférien. En « zoom » sur son ventre, un aigle bicéphale suspendu à une écharpe qui éxibe son grade maxima dans un triangle Illuminati. Il est étonnant que quelqu’un qui vivait au 19e siècle porte sur lui des armoieries de familles royales vieilles de plusieurs siècles plus tôt ? A noter la présence de l’aigle bicéphale aussi en illustration sur l’écharpe (cercle rouge) que vous reyrouvez en détail grossi juste après. (http://themurkynews.blogspot.com/2008/07/introduction-connecting-current-events_08.html)

591


La Couronne (Le but recherch

Le pouvoir à deux faces (la ru

L’épée (la force, la guerre)

L’aigle bicéphale aussi en illustration sur l’écharpe de pike.

En fait, historiquement parlant, les mérovingiens furent écarté du pouvoir par Charlemagne (la source de la branche carolingienne) puis par les capétiens. De nombreuses guerres eurent lieu, basées sur cette querelle entre deux familles. Leur récent retour date donc de la révolution française qui mit à mort la dynastie capétienne. Avant la Révolution, les mérovingiens influençaient, complotaient, mais ne pouvaient guère faire autre-chose. Depuis la Révolution, ils gouvernent dans le secret puisqu’il a tant d’avantages et leur en a tant apporté. Le pouvoir à, dès cette époque, muté pour changer de forme. Au lieu des rois et empereurs, sont apparus de nouvelles formes de gouvernances : les Présidents nationaux comme de ceux grandes firmes et sociétés.

… au Vatican, en or fin s’il vous plait ! !

Armoiries de la famille Marlborough dont font parti les Churchills et les Winston Churchill. A noter la présence de dragons (Satan) dont un particulier (en haut à droite) que l’on retrouve …

592


Armoirie de la maison de Vere

Drapeau du pays de Gales

Armoirie de la ville de L

N’oubliez pas d’observer ces images en les agrandissant. Le dragon rouge (biblique - Satan) ne laisse aucun doute quand à la nature du pouvoir qu’il désigne, idem pour le slogan de la ville de Londres qui démontre le vrai visage du pouvoir royal anglais ! Quand à la photo du centre : un dragon à deux têtes portant la courone symbole du pouvoir royal ! Les 6 dernières photos sont toutes issues du site : http://themurkynews.blogspot.com/2008/07/introduction-connecting-current-events_08.html C) La papauté infiltrée. Frères chrétiens : cela vous choque que j’accuse le vatican d’être sous inspiration - domination, luciférienne ? Alors étudiez bien la pièce suivante :

http://themurkynews.blogspot.com/2008/07/introduction-connecting-current-events_08.html Pièce vaticane sous Grégoire XIII : au verso, un dragon qui se mort la queue et au millieu de la pièce, un autre symbole satanique sous la forme du bélier ! Il faudra bien vous rendre compte que je n’invente rien, que toutes ces choses sont, hélas, bel et bien vraies ! Pour autant, certains papes semblent bien avoir été satanistes ou lucifériens et cela semble être le cas de l’actuel. En revanche, d’autres semblent plutôt avoir résistés a cette fausse religion de toutes les façons possibles et quelques-uns en ont même perdu la vie (exemple Jean-Paul 1er). Il ne faut donc pas accuser l’Eglise dans son ensemble mais certains de ses membres qui sont pires que des judas !

L’Eglise Romaine nomme les rois et les empereurs … mais peut aussi les faire répudier et les excommunier ! C’est donc une force qu’il faut mieux dominer comme en témoigne le fait qu’elle s’est retournée parfois contre les Illuminati ! Pour en revenir à nos « moutons », l’enjeu n’était pas tant les peuples qui semblent facile de berner aux Illuminati, mais surtout l’élimination de rivaux sérieux prompts à les déposséder du pouvoir à tout jamais. Remarquez bien qu’ils ont procédé de la même façon pour se débarrasser de rivaux à deux époques différentes : 593


- A la révolution française, seule une partie de la noblesse a subi les foudres révolutionnaires. En fait, l’autre part, qui s’en était mise à l’abri, a organisé, planifié et manipulé cette révolution en parti grâce à leur outil Illuminati qui comportait les jésuites, je vous le rappelle. Robespierre pris le relais de la conspiration et continua cette manipulation. Les nobles qui s’opposaient aux familles méroviengiennes Illuminati ont été exterminés ! La Grande Boucherie s’est donc déroulée et on dirigea par la Terreur. La décapitation, qui tient lieu d’offrande à leur dieu par le sang qui coule, devint le moyen d’exécution officiel par l’adoption de la Guillotine. - Idem dans la Russie tsariste ou le massacre fut bien plus intense encore et perdura jusqu’à la mort de Staline. Ce fut donc aussi une épuration élitique. Le peuple a, quand à lui, été pris en tenaille entre les parties en guerre et a donné un tribut de 20, 30, 40 million de morts, on ne sait pas ! - Avant la Seconde Guerre Mondiale, la plus grande majorité des juifs étaient fidèles à la Thora. Si bien qu’ils allaient dans le sens actuel de la position de Natureï Karta : ils s’opposaient à la création de l’Etat d’Israël, d’ailleurs pour les même raisons. Si les juifs eux même ne voulaient pas d’Israël, le projet de faire accepter cette idée par la Communauté Internationale tombait à l’eau. Les pseudo-juifs d’Ordo ab Chao ont donc financés le régime d’Hitler en échange que ce dernier accepte de réduire drastiquement le nombre de ces juifs antisionistes. Ceux sionistes étant évidement épargné du carnage ! Le but n’était donc pas de tuer l’ensemble des juifs, mais d’en « sacrifier » suffisamment afin que cela marque les esprits, réduit l’opposition juive à leur projet et convainc les indécis de les suivre dans l’aventure d’une re-création de l’Etat d’Israël ! Martyr, le sort du peuple juif apitoierait de plus les nations occidentales, ce qui les faciliterait l’acceptation de ce fait imposé ! Enfin, le financement de l’Angleterre face au régime d’Hitler, à eu pour condition, nous l’avons déjà lu, l’octroie de terres en Palestine, territoires sous mandat britannique ! Encore une fois, ceux qui s’opposaient à leurs familles ont été exterminés en masse. « On ne change pas une méthode qui fonctionne ». C’est donc certainement de ce principe qu’ils vont user dans leur plan de déclanchement de la Troisième Guerre Mondiale et lorsqu’on regarde ce qu’ils ont préparé, c’est vers Israël qu’on se retourne logiquement! J’affirme que lorsque tous les membres de ces familles, qui habitent Israël, quitterons ce pays, que cette Troisième Guerre Mondiale s’ensuivra sous peu … et les juifs seront sacrifiés !

Le mur d’Israël vu de Ramallah, en Cisjordanie occupée. (Photo : Fadi Arouri/MaanImages) http://www.alterinfo.net/Un-grand-merci-a-vous_a36389.html

594


A ce sujet, je me pose une question : le mur qui entoure Israël, fut-il construit pour empêcher les arabes d’y rentrer ou … est-ce pour empêcher les juifs de fuir ? A l’intérieur de cet enclos, Israël est une prison, un futur camp d’extermination ! Pour revenir à ce qui nous concerne, en France, c’est à partir de De Gaule qu’ils placèrent des billes dans les rouages du pouvoir et c’est depuis Mitterrand qu’ils prétendent le posséder entièrement et vouloir le garder. Eh oui ! Mitterrand, au sombre passé pendant la collaboration et qui était franc-maçon et membre du CFR. Vous avez du le remarquer : il régnait plus comme un monarque que comme Président. Comment un homme, qui n’était pas socialiste, devient leader de ce parti puis président de l’Etat français sous son étiquette ? Je vous l’ai déjà affirmé : la « Théorie raisonnée du Complot » explique tout ce que nous n’arrivons pas à comprendre de notre histoire, de la politique et de nos sociétés. Comprenez-vous seulement jusqu’à quel point ! Ces situations d’assassinats de masse sont exceptionnelles : plus habituellement, ils maintiennent leur pouvoir par la corruption, la menace, l’assassinat individuel, la pensée unique exprimé dans les médias qui leur appartiennent pour la plupart. Il leur est donc facile de faire perdurer cette main mise sur nos institutions et notre avenir. J’ose parier ici que nombre des actes violents qui jalonnent l’histoire de notre pays est le fait de leur volonté. La maison d’Anjou, qui a souvent complotée contre les carolingiens, puis contre les capétiens, descend de cette lignée davidique usurpatrice. Ils ont su faire de l’Economie le pouvoir suprême. Leur emprise est devenu aujourd’hui si forte, qu’ils passent à la phase finale de leur plan : la mise en place du Nouvel Ordre Mondial ou ils régneront sans partage et de façon absolue et légale, nous réduisant au simple rôle d’esclave contrôlés impitoyablement par de la technologie. ! Ce qu’aucun Homme Libre, croyant ou athée, ne peut accepter !

Le prince William et le « Salut familial satanique », photo présente dans de nombreux sites web. So British ? (Apparemment, une photo Reuters)

Rien n’est tout noir, rien n’est tout blanc, tout n’est que gris plus ou moins nuancé ! Face au démantèlement évident de nos sociétés, les peuples réagissent et s’organisent seuls contre ceux qu’ils les désignent parfois, peut-être à tord, trop rapidement uniques coupables. Mais cette « résistance » se fait en ordre dispersé avec des interprétations différentes qui amènent à des divisions, donc à nous affaiblir encore plus. 595


On accuse souvent les juifs de tous les maux de la terre parce que quelques criminels psychopathes, qui ont les moyens de nous faire des grands tords, font tout pour passer pour juifs alors qu’ils ne le sont pas. Vous avez certainement compris ce principe depuis que j’en parle avec insistance … et bien sachez qu’il est employé à l’identique dans d’autres secteurs. Les ultralibéraux, je ne parle pas des naïfs qui constituent la base de ce mouvement, mais des leaders complice d’Ordo ab Chao, font tout pour passer pour capitalistes mais ne le sont pas ! C’est ainsi que l’opposition naissante aux effets sociaux et écologiques des Illuminati se fait en ordre dispersé de part l’interprétation personnelle du problème ou de son appartenance à une idéologie politique. Ils luttent contre un capitalisme-faux ennemi Avant tout, j’annonce ici, pour que cela soit bien clair, que je ne suis pas un fan du concept capitaliste : je vais donc jouer ici un rôle « d’avocat du diable ». Néanmoins, le capitalisme, si dans sa forme débridée est nuisible et injuste, ne nous est pas un danger dans sa forme raisonnée. Je vais prendre un exemple. Dans la page web : http://www.suisse.attac.org/Manifestation-contrele, j’ai pris connaissance qu’Attac-Suisse lance une pétition contre une interdiction de manifester contre le World Economic Forum (18/08/2009). Après avoir pris connaissance de leurs revendications, sachant que le forum en question travaille à notre perte commune comme je vous l’ai expliqué dans cette encyclopédie, trouvant cette interdiction dangereuse, abusive, voir même insultante à l’adresse des opposants au World Economic Forum (criminalisation du droit de manifester), j’ai signé leur pétition. Ce n’est pas pour autant que je suis d’accord en tous points avec leurs interprétations du problème. Je vais me poser ici en donneur de leçon mais je suis gêné d’avoir à le faire car j’apprécie beaucoup Attac ainsi que leurs analyses et leur courage, et je les soutiens en (presque) tous points …sauf quelque uns ! Dans la page web cité juste avant, on peut lire en fin de page : « … C’est le Capitalisme qui engendre la crise C’est avec le Capitalisme qu’il faut en finir ! … » Si c’était si simple … Voici ma critique : 1) Rien n’est tout noir, rien n’est tout blanc, tout n’est que gris plus ou moins nuancé ! Dans le système capitaliste que vous critiquez, il y a certes beaucoup d’égoïstes, de voleurs et de gens sans scrupules, mais pas seulement. Et en affirmant cela vous insultez les quelques capitalistes qui sont honnêtes et qui, ma foi, basent leurs relations avec leurs employés de façon équitable. J’ai 50 ans et j’ai rencontré de tout dans le monde du travail. Il existe aussi des passionnés, des gens qui nous font aller de l’avant, des génies qu’il nous faut à tout pris laisser s’exprimer dans notre intérêt commun. 2) Ce genre d’expressions transpire de la connaissance partielles – ou de la méconnaissance – des tenants et aboutissants complexes en politique comme en économie. Tout remettre les fautes sur le capitalisme, les gouvernements ou les industriels est un leurre qui tente celles et ceux qui sont peut-être un peu trop fainéants pour arriver à glaner des informations qui leur permettrait d’avoir un point de vue objectif sur les grands problèmes actuels. 596


Cette « fainéantise intellectuelle », ce peu de savoir dont la plupart de ceux qui se « s’éveillent actuellement » sont dotés, n’est pas de leur faute : il est voulu, planifié et organisé par les tenants des médias comme par ceux de l’éducation. 3) Les Illuminati sont le réel danger à abattre. C’est un groupe de psychopathes fortunés sur fond religieux et sectaire, c’est ceux que vous appelez les banquiers internationaux, les méga-industries (complexes militaro-industriels), ceux qui détruisent l’écologie et notre économie, qui provoquent et exploite les guerres et veulent nous réduire en esclavage. Comme le sionisme ne représente pas les juifs dans leur ensemble et qu’un point de vue inverse induit en erreur celui qui l’interprète ainsi (cela crée de l’antisémitisme) les Illuminati ne représentent pas le capitalisme, mais une interprétation, extrême, criminelle, génocidaire, … appelez-la comme vous le voulez, du capitalisme. De même, le concept d’ultralibéralisme n’existe pas, sa théorie ne « tient pas la route » face aux réalités : il fut inventé et adapté pour cacher une action criminelle et une prise de pouvoir mondialiste. 4) Le plan des Illuminati explique clairement – cela a été démontré ici – qu’ils provoquent sciemment tous les troubles qui vous révoltent et dans le but de provoquer un démantèlement de nos sociétés. Ils y ont prévus que, dans l’affolement provoqué, le peuple se retournerait vers des faux responsables, notamment les gouvernements, dans le but de provoquer des grandes révoltes et des répressions qui accentueraient le fossé entre nous et nos dirigeants. Nous pousser au chaos afin de nous préparer à accepter un futur gouvernement mondial … et quel futur : le suicide est peut-être préférable ! Ici encore, ce n’est pas parce quelques-uns bloquent le fonctionnement normal de nos institutions qu’il faut se révolter et/ou tuer cette « main qui nous nourri » : notre Etat. Ce serait tomber dans le panneau. Si nos sociétés sont devenues autoritaires, il va falloir se révolter et imposer un retour à la normale. Il va falloir aussi imaginer une nouvelle société qui verrouillera toute possibilité d’abus personnel en politique comme en économie. Mais de grâce, ne détruisons pas ce qui est à nous : l’Etat, c’est notre bien commun, récupérons le et retournons le contre les Illuminati ! Enfin : qu’est-ce que vous voulez ! Rester sans travailler, ne rien faire, c'est-à-dire jouir de l’existence sans fournir d’efforts ? Ceux qui pensent ainsi sont encore pire que les pires capitalistes, ce sont même, à leur façon, des esclavagistes en herbe ! Car le steak, pour prendre cet exemple, ne viens pas tout seul dans votre assiette. Il a fallu mettre au monde l’animal, l‘élever, le tuer, le débiter, le stocker au froid, le transporter, l’acheter en gros, le recouper en détail, le distribuer … cela ne fonctionne que si il y a une économie derrière ! En revanche, celle ou celui qui veut se retirer de la société (parce que fatigué de ses conneries …), mais qui s’assument, en ont parfaitement et légitimement le droit ! Et c’est même courageux. C'està-dire partir à la campagne, élever des poules et faire un « big » jardin, couper son bois pour l’hiver, être en autosuffisance, c’est être non productif, socialement parlant, mais ce n’est certainement pas rester sans rien faire ! Tout cela pour vous faire comprendre qu’on a tous intérêt de vivre ensemble dans une société solidaire et que ce n’est certainement pas sur elle qu’il faut canaliser notre colère ! Ce 597


gouvernement ne vous plait pas … forcez les choses pour qu’on en mette un autre plus sain en place mais ne tuez pas le principe du gouvernement sans n’avoir rien d’autre de valable à proposer. Le capitalisme raisonné a sa place dans notre société au milieu d’autres concepts dont le « tout» forme un équilibre ; c’est même la seule façon de faire qui nous sortirait de ce qui nous semble être une impasse. En revanche, l’ultra-capitalisme actuel n’a sa place que dans le code pénal et ses acteurs doivent tous être punis ! Cette crise qui nous tombe dessus est si complexe… non pas dans ses causes et c’est une erreur et une perte de temps d’en discuter, mais sur le fait de pouvoir en désigner les responsables et de les bloquer dans leurs actions ! Car nous n’avons pas le choix : il faut les bloquer à tout prix. Guerre mondiale ou pas, un génocide d’ampleur planétaire est en vue et c’est un devoir d’y résister ! Je vous signale que c’est que je fais dans ce livre. Mais ne nous trompons pas d’ennemi et ne nous laissons pas manipuler ! Puis-je vous faire remarquer que cela est encore un moyen mis en place pour nous diviser, et dans le cadre présent même, nous pousser à nous entredétruire ! Nous avons à faire à des gens très bien organisés, structurés et dotés de moyens militaires. Bien que plus nombreux, nous ne ferons pas le poids si nous ne nous hissons pas à leur niveau ! Il est temps de créer une sorte de syndicat de tous les partis politiques qui s’opposent à ce Nouvel Ordre Mondial afin de mettre en commun (banque de donnée) l’état de nos connaissances et de coordonner nos actions. Attac y sera toujours Attac, Europe Ecologie (par exemple) sera toujours Europe Ecologie, … une sorte de Front-Populaire du troisième millénaire ! Ainsi nous minimiserons nos erreurs et paradoxalement, maximiserons nos actions. Ce mouvement fédérateur pèsera en outre, un poids plus important dans la balance ! Nous ne serons même pas obligés d’être d’accord entre-nous pour agir, chacun faisant lecture sienne des informations qui y seront diffusées ! L’essentiel étant d’avoir tous, et je pense que chaque lecteur ici sera d’accord, un but commun : le démantèlement le plus rapidement possible de ce Nouvel Ordre Mondial et de ses acteurs ! Je tiens ici à rajouter ceci : cette façon de faire (mise en commun de savoirs et d’actions) dépasse le concept purement politique. Il s’agit d’une forme de démocratie directe. J’entends par la présente : pour tel point de vue, j’adhèrerais à l’interprétation d’Attac, pour tel autre, l’interprétation d’un autre parti ; pour tel encore autre, l’interprétation d’un anonyme qui a dit quelque chose qui n’est pas une « connerie » … et des majorités se formeront pour telle décision de réaction envers telle menace ! Cela laisse toujours de la place pour des décisions et actions privées de la part des dits partis. Enfin, aucun parti politique, comme aucun individu, ne peut toujours avoir raison sur tout ! Il faut aussi savoir être à l’écoute des autres et combiner avec les idéologies. Pourquoi nous affronter vainement sur des histoires d’interprétation. Celui qui ne croit pas aux Illuminati mais qui lutte contre ce que j’interprète comme l’illuminatisme, je le soutiens comme je l’ai fait en signant la pétition d’Attac. Je lui laisse le droit de ne pas y croire et qui sait, c’est peut-être lui qui a raison et moi qui me trompe ! Mais il ne faut en aucun cas que nous soyons divisés dans cette lutte. Comprenez pourquoi j’insiste lourdement sur ce point ! La politique n’a été réellement inventée que pour nous diviser ! Nous, nos générations, nous allons réinventer la politique pour nous unir. C’est carrément d’une « arme silencieuse » dont il est question ici, mais cette fois-ci pas pour mal faire : pour l’intérêt commun et pour retourner ce principe contre les malfaisants ! C’est un passage obligé ou nous connaitrons le IVe Reich.

598


De Besancenot à Attac, en y rajoutant les Verts, les extrêmes et les modérés … et tous les mécontents, cela deviendra un mouvement d’ampleur nationale et les institutions ne pourront pas réagir comme lorsque nous marchons en ordre dispersé ! Pour conclure, je dirais qu’à situation exceptionnelle, et nous sommes en plein dans ce registre, il faut prendre des mesures exceptionnelles et nous forcer nous même à l’instruction, à la diffusion d’idées, nos médias et l’éducation nationale ayant renoncé à le faire ! Le sionisme, source de tous les grands maux terrestres actuels ! Tout d’abord, rappelons qu’il ne faut pas confondre juifs et sionistes et que des rabbins proclament que le sionisme ne peut pas revendiquer représenter l’ensemble du judaïsme. Rappelons aussi que des milliers d’actions criminelles simillaires sont aussi le fait de gens qui ne sont ni juifs, ni rabbins, et qu’il existe des ordures dans toutes les races et les types de sociétés. Les propos qui suivent ne sont donc pas antisémites, mais plutôt antisionistes dans le sens de la critique politique. Ce 24 aout, le site Planète non violente diffusait une information transmise par un quotidien suédois qui a fait grand bruit dans le monde du web. L’article suivant est issu de la page web : http://www.futurquantique.org/fascisme-et-terrorisme/746-israel-plaque-tournante-dun-traficdorganes… mais vous pouvez retrouver cette information dans de nombreux sites, notamment Indymedia. En voici le contenu : « Écrit par Planète Non Violence MONDAY, 24 AUGUST 2009 22:18

Copie d'écran de l'article du journal suédois Aftonbladet 599


Un journal suédois, Aftonbladet, vient d'accuser les soldats israéliens de kidnapper des Palestiniens, de voler et de vendre leurs organes. Sous le titre " ils pillent les organes de nos fils", ce quotidien suédois à grand tirage a consacré deux colonnes entières à cette information s'attirant bien sûr immédiatement le qualificatif "d'antisémite". Cet article est basé et cite des témoignages de Palestiniens affirmant que de jeunes hommes en Cisjordanie et à Gaza avaient été kidnappés par l'armée d'occupation israélienne, et que leurs dépouilles avaient été rendues à leurs familles avec des organes en moins. L'auteur de cet article, Donald Boström, a compilé des témoignages accablants de familles palestiniennes. "Nos fils sont utilisés comme donneurs d'organes involontaires" ont dit des proches de Khaled, de la ville de Naplouse avec qui Donald Boström s'est entretenu. Idem pour les oncles de Machmod et Nafes de Gaza tous deux disparu pendant quelques jours et dont les corps autopsiés ont été retournés à leurs familles. L'auteur de l'article cite également une affaire survenue en 1992, lors de la Première Intifada. Il dit que l'armée israélienne s'était emparé d' un jeune palestinien connu pour jeter des pierres sur les soldats israéliens dans la région de Naplouse, après lui avoir tiré dessus le touchant à la poitrine, aux deux jambes et à l'estomac. Mortellement blessé son corps avait été transporté par un hélicoptère militaire à "un endroit non connu de ses proches". Cinq nuits plus tard, le corps du jeune palestinien a été rendu à sa famille enveloppé dans des draps verts d'hôpital. "Au bruit stridents des pelles se mêlaient le rire occasionnel des soldats qui plaisantaient entre eux attendant de rentrer chez eux. Quand Bilal a été mis en terre, sa poitrine s'est découverte et cela est devenu soudain évident à la personne présente qu'on avait abusée de son corps. Bilal est loin d'être le seul qui a été enterré le corps entaillé de l'estomac jusqu'au menton et les spéculations sur les raisons de ces entailles avaient déjà commencé" écrit-t-il. Cet article établit un lien avec une scandaleuse affaire récemment dévoilée aux Etats Unis, de l'existence d'un syndicat du crime comprenant cinq rabbins américains du New Jersey et de New York, ainsi que des fonctionnaires de l'Etat du New Jersey (le maire de la ville de Jersey, et son 1er adjoint). Ils sont accusés de blanchiment d'argent et de trafic d'organes, de même que de vente de contre façons de sacs Gucci et Prada et autres produits. Ce réseau de rabbins opérant de Brooklyn au New Jersey est accusé d'avoir blanchi des dizaines de millions de dollars via des associations de bienfaisance qu'ils contrôlaient. Les rabbins envoyaient une partie de leurs recettes à des yeshivas (écoles religieuses) en Israël liées au parti politique religieux extrémiste Shas, dirigé de facto par le rabbin extrémiste Ovadia Yosef. Ce dernier a de nombreux adeptes ici en France au sein de la communauté sioniste qui le considère comme un grand "sage". Les autorités policières ont également découvert qu'une partie de l'argent blanchi par ces rabbins provenait de la vente d'organes humains par un rabbin orthodoxe de Brooklyn, Levi Izhak Rosenbaum. Dans cette affaire de trafic d'organes, le suspect principal du blanchiment d’argent, Rabbi Elyahu Ben-Haim oeuvrait en Israël en étroite collaboration avec le Rabbi David Yosef, qui n'est autre que le fils de ce grand "sage" Ovadia Yosef.

600


Celui-ci s'est fait remarqué à de multiples reprises pour avoir traité les Palestiniens de noms d'oiseaux, les comparants notamment à des cafards. Ben Haim et David Yosef appartiennent à un centre d'études avancées du Talmud à Jérusalem dirigé par la famille Yosef et donc financé par cet argent sale. Un procureur général de l'état du New Jersey a dit : " il semble que chacun voulait une part du gâteau. La corruption était largement répandue, et envahissante". Les politiciens vendaient leurs services aux rabbins qui " dissimulaient leur activités criminelles derrière une façade de droiture". L'argent blanchi venait d'Israël, via des banques suisses, puis était ensuite transféré au New Jersey. Les complices israéliens achetaient des reins en Israël pour 10 000 $ pièce de "personnes vulnérables", et puis les envoyaient à leurs associés rabbins qui les revendaient aux Etats Unis 160 000 $ pièce selon ce qu'a dit le procureur, ses propos ayant été repris par une dépêche d'AP du 25 Juillet 2009. Levy Izhak Rosenbaum, Juif orthodoxe de Brooklyn et trafiquant en chef se considérait comme un "entremetteur". Lors d'une conversation secrète enregistrée - car ce réseau de blanchiment et de trafic d'organes avait été infiltré par une taupe du FBI Rosenbaum s'était vanté de s'arranger pour que les reins des "donneurs" (volontaires, involontaires ?) soient compatibles avec les receveurs. " J'ai amené à un type ce que je crois être compatible pour son oncle" a-t-il dit. Rosembaum avait déjà été repéré pour trafic d'organes en 2002. Il utilisait des paysans pauvres de Moldavie (d’où est originaire l'actuel ministre israélien des affaires étrangères d'extrême droite, Lieberman, lui même accusé d'un autre type de corruption) comme donneurs. Il leur promettait un travail aux USA puis faisaient pression sur eux pour qu'ils soient "donneurs" de reins pour des receveurs qui se faisaient passer pour des membres de leurs familles. Il lui arrivait de menacer les récalcitrants avec un pistolet. Rosenbaum montrait alors son véritable pistolet et puis mettant ses doigts en forme de pistolet, le pointait à la tête du donneur contraint. (Somatosphere: Science, Medicine and Anthropology. July 27, 2009, http://www.somatosphere.net/). Certaines des transplantations utilisant les donneurs de Rosenbaum étaient pratiquées au Mount Sinai Hospital à New York. Dans des enregistrements secrets du FBI, Rosembaum disait qu'il distribuait généreusement de l'argent aux médecins israéliens, à ceux qui préparaient des visas et à ceux qui s'occupaient des donneurs d'organe dans le pays. " L'une des raisons pour laquelle c'est si cher c'est qu'il faut tout le temps verser des pots de vin" a-t-il dit ( AP 25/07/09). Dans ce contexte, l'information publiée par le journal suédois qui s'appuie aussi sur des témoignages de familles de victimes palestiniennes est tout à fait plausible. Des soldats et milices sionistes, conditionnés à considérer les Palestiniens comme des sous humains avec la bénédiction de rabbins haineux, corrompus, peuvent s'être faits une "spécialité" de ce genre de trafic d'organes avec la complicité de médecins véreux généreusement récompensés par Rosenbaum ». Fin de l’article. Dans un NewsGroup du web : 601


(http://groups.google.com/group/fr.soc.politique/browse_thread/thread/1925060b2fa4628d … on lisait ceci : « Après les scandales de trafic d'êtres humains, notamment de femmes d'Europe de l'Est, pour lequel Israël constituait une plaque tournante, c'est maintenant l'accusation de trafic d'organes qu'éclabousse le régime sioniste corrompu. Une corruption qui provoque des réactions lourdes de conséquences pour le futur du régime sioniste puisque récemment l'un de ses pionniers a publiquement rejeté ce pour quoi il a lutté: "Moi, un vieux Sabré (juif né en Israël) de 95 ans.... déclare ici même que je renonce à ma croyance dans le Sionisme qui a échoué, que je ne serai pas loyal à l'état juif fasciste et ses folles visions... » Vous qui avez lu cette encyclopédie, avez compris que l’Etat sioniste dont il est question, n’est pas corrompu, mais fait allégeance à une volonté supérieure liée à un culte lucifériens. Pour autant, comme il n’est pas question d’incriminé les juifs dans cette histoire, il n’est pas question d’y incriminer tous les sionistes non plus. Le sionisme théorique, comme jadis le communisme façon Karl Marx, développe des points de vues acceptables, voir légitimes, qui peuvent séduire. Le but étant de faire des adeptes en nombre. Le sionisme est criminel que dans ses plus hautes instances, qui par ailleurs, se foutent carrément des idées qu’ils promeuvent. Car leur vraie idéologie, celle qu’ils cachent à leur membres de base comme au reste du monde, sont de nature sataniques liées à un plan de domination, d’exploitation et de destruction d’un genre humain destitué de ce titre et relégué en dessous du rang d’animal ! Question : existe-t-il des rabbins lucifériens ? Rabbi Deck de Neturei Karta, dans ses mails, m’a laissé comprendre qu’à sa connaissance il n’y avait pas de secte satanique qui s’est séparée du judaïsme. Réponse :

Un rabbin faisant un « salut satanique »

Néanmoins, on doit tenir compte du fait que juif-luciférien est un non sens : on est ou juif ou luciférien. On peut cependant affirmer que, comme pour toutes les autres religions, chrétienté et Islam en particulier, les satanistes on cherché à en investir le sommet et à pervertir leur culte et leurs dogmes.

602


On peut donc dire que « oui », il existe des rabbins lucifériens, mais de grâce, ne mêlez pas la religion juive à ce phénomène. Ici, je vais m’exprimer pour les juifs car c’est une question tabou qu’ils auront du mal à aborder et avoir plutôt avoir le reflexe de l’occulter Le sionisme est un mouvement essentiellement constitué de personne athées, sur une base de communisme plus particulièrement, mais qui de façon paradoxale, s’appuie sur l’aspect culturel de la religion juive, et a su en drainer quelque mouvances. Il y a donc des rabbins sionistes, c’est indéniable, car le but est de manipuler le plus de juifs possible. Que tous ces rabbins soient lucifériens, c’est une affirmation que je rejette (ce phénomène ne doit en concerner qu’une toute petite majorité). Mais que tous ces gens soient manipulés – via le sionisme- par le satanisme judéen, cela ne fait pas l’ombre d’un doute ! Certaines théories antisémites, chrétiennes et musulmanes d’origines pour l’essentiel, accusent la religion juive d’être une religion d’écran qui en cache une autre luciférienne. Ceci est une accusation très grave qui peut pousser à l’extermination de tous les juifs. On pourrait aussi affirmer la même chose au sujet du Vatican et de certains mouvements radicaux musulmans! Faudrait-il persécuter tous les chrétiens et les musulmans pour autant ? Non, la religion juive n’est pas luciférienne, mais la secte satanique judéenne est l’ennemie de toutes les religions, et même de l’athéisme : donc du genre humain dans son entier ! Est-ce que tous les crétins, qui vomissent leur haine envers les juifs, finiront enfin par admettre ces faits qui remettent en question leurs absolues convictions ? Je crois qu’ici on atteint ce qui se défini par le terme « utopie » ! Car il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut rien entendre et pas plus « con » que celui qui ne veut rien comprendre ! Pour en revenir avec cette histoire de trafic d’organes, ce n’est pas, et de loin, le seul crime immonde qu’il faut rattacher au sionisme. Tous les trafics criminels sont concernés, ceux d’armes, de drogues et d’êtres humains sont les principaux visés. Et je ne parle pas des « magnifiques » faits de guerre lorsqu’il s’agit de décimer une population civile innocente et désarmée. On oublie qu’avant 1948, le sionisme était un mouvement politique clandestin qui finançait son propre trafic d’arme afin de réaliser une guérilla en Palestine et des attentats, surtout envers l’armée anglaise et les arabes. C’est donc un mouvement réellement terroriste, sur la base d’une idéologie raciste, mais qui a réussit son coup. La reconnaissance internationale de l’Etat d’Israël mit un terme à cette définition et lui donna un semblant de légitimité ! Il semblerait pour autant, que cet état n’a jamais cessé ses pratiques immorales, poussé par la convoitise de dominer ensuite le monde entier ! Le sionisme, qui a une vitrine politique (athée) et une autre religieuse, n’est donc pas à comparer simplement à une mafia, c’est par essence la Mafia dans son ensemble. C’est pour cela que les groupes mafieux (italiens, russes, serbes, …), inféodés au sionisme, siègent dans la Synarchie et sont utilisés comme moyens non officiels au service des états corrompus par Ordo ab Chao ! C’est en quelque sorte aussi, « l’armée du Diable » ! Le fait que la plupart d’entre nous, refusent d’admettre cela, me pousse à la conclusion suivante : « nous sommes dans la merde !». Le point de vue de la plupart des médias au sujet de l’opposition au sionisme, se résume par : « antisémitisme ». C’est certainement ce qui pousse la plupart d’entre nous à cette inertie internationale face aux crimes sionistes. C’est de la lâcheté de notre part ! Il faut donc aborder ce combat sur un autre plan qui mette en évidence ce caractère criminel qui aujourd’hui se retourne contre nous. Tant que c’était envers les palestiniens, je n’ai pas 603


l’impression que cela dérangeait grand monde ! Mais, enchainons, sur ce que ces sionistes – sous le commandement d’Ordo ab Chao – nous préparent … Cette science qui est devenue criminelle : 1) Grippe porcino-aviaire : un remède aux conséquences pires que la pandémie ! http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6231 Les futurs vaccins contre la grippe A empoisonnés au squalène Samedi 22 août 2009 par syti Un journaliste d’investigation new-yorkais révèle que les vaccins contre la grippe A sont empoisonnés au squalène et ont été testés par des expériences secrètes sur des soldats américains ... (Source : mondialisation.ca) Il est inconcevable de constater que l’OMS, les Etats-Unis, ainsi que les autorités d’autres pays répandent mensonges, tromperies et hystérie pour permettre aux grandes compagnies pharmaceutiques la diffusion de dangereux vaccins et autres médicaments auprès de personnes qui ne se doutent de rien, ouvrant peut-être ainsi la porte à la maladie et à une mort précoce …. Gary Matsumoto est un journaliste new-yorkais qui fut plusieurs fois récompensé pour ses articles d’investigation. Dans son ouvrage de 2004 : « Vaccin A : l’expérience secrète du gouvernement tue nos soldats et explique pourquoi les GIs ne sont que les premières victimes ». Il conteste les résultats de l’IOM et marque son désaccord au démenti du Pentagone au sujet du syndrome de la guerre du Golfe. Analysant le contexte obscur dans lequel les vaccinations se sont développées, il a fini par découvrir que les médecins et les scientifiques de l’armée avaient réalisé des expériences médicales secrètes sur des citoyens américains en violation du code de Nuremberg et de l’éthique médicale la plus fondamentale. Concernant l’expérimentation sur des êtres humains, le code de Nuremberg a établi des normes précises qui ont été reprises dans les directives de l’éthique médicale. Ces normes exigent : - Le consentement volontaire des sujets, et ce, en dehors de toute forme de coercition, fraude ou duperie, et avec la pleine connaissance des risques encourus. - Les expérimentations devraient éviter « toute forme de souffrance physique, psychique inutile, ainsi que tout dommage quel qu’il soit. ». - Les expérimentations ne devraient jamais être entreprises si, à priori, il existe des raisons de croire que des dommages, infirmités ou la mort pourraient s’ensuivre. - Les risques ne devraient jamais être disproportionnés par rapport à l’importance du problème humanitaire à résoudre.

604


- Les expérimentations devraient immédiatement prendre fin s’il existe des raisons de croire que des dommages, des infirmités ou la mort, pourraient s’ensuivre. Vaccin A, L’expérience cachée du gouvernement qui tue nos soldats et pourquoi les GI’s ne sont en fait que les premières victimes Selon Matsumoto, le Pentagone a violé ces normes, trahi les troupes, ainsi que le devoir fondamental des chefs militaires et civils sensés protéger leurs hommes. Depuis au moins 1987, le développement de la guerre biologique a détruit le bien-être de dizaines de milliers de GI’s utilisés comme cobayes humains dans les programmes de vaccinations expérimentales non autorisés contre l’anthrax contenant du squalène – un adjuvant huileux (destiné à augmenter l’immunité). Il est connu depuis des décennies que cet adjuvant peut provoquer des maladies auto-immunes graves chez les animaux de laboratoire. Il fut cependant utilisé (involontairement) sans que soient révélés ses effets néfastes sur la santé des personnes. Matsumoto a écrit : Les expérimentations mentionnées dans ce livre et réalisées en dehors de toute éthique n’ont jamais cessé. Il ne fut nullement envisagé de les limiter parce que les exigences de la sécurité nationale les mettaient à l’abri de toute enquête et excluaient toute forme de responsabilité. Quand Michael Whitehouse de la Faculté de médecine UCLA et Frances Beck ont injecté du squalène combiné à d’autres substances à des rats et des cobayes avant 1970, peu de ces substances huileuses avaient autant la capacité de provoquer de l’arthrite et de la sclérose en plaques chez les animaux. En 1999 l’immunologiste Johnny Lorentzen de l’Institut suédois Karolinska a montré que l’injection de molécules apparemment banales comme le squalène et que l’on trouve dans le corps peut stimuler une réponse immunitaire auto-destructrice. D’autres recherches montrent que le squalène en tant qu’ingrédient expérimental des vaccins contre l’anthrax provoque des maladies auto-immunes dévastatrices et des décès chez de nombreux vétérans de la guerre du Golfe, aux Etats-Unis et en Australie, alors même qu’il continue à être utilisé pour la mise au point de nouvelles vaccinations dans les laboratoires… Il existe une étroite relation entre les maladies des animaux induites par le squalène et celles qui sont observées chez les humains auxquels ce produit est injecté : rhumatisme articulaire, sclérose en plaques et lupus érythémateux. « Il existe au minimum 24 études scientifiques (peer-reviewed) de dix laboratoires différents aux Etats-Unis, en Europe, en Asie et en Australie qui documentent le développement de maladies auto-immunes chez des animaux soumis à des injections comportant des adjuvants à base de squalène ». (1) Le Dr V.Scheibner, qui a mené des recherches poussées sur les adjuvants des vaccins, écrit : « le squalène a produit une cascade de réactions telles que : « … le syndrome de la guerre du Golfe, l’arthrite, la fibromyalgie, la lymphadénopathie, la fatigue chronique, les céphalées chroniques, la perte anormale de cheveux, des lésions de la peau qui ne guérissent pas, des ulcères, des vertiges, des pertes de mémoire, de modifications de l’humeur, des problèmes neuropsychiatriques, des troubles thyroïdiens, de l’anémie, le lupus érythémateux, la sclérose en plaques, le

605


syndrome de Sjorgen, de Raynaud, la diarrhée chronique, les transpirations nocturnes, de la fièvre (peu élevée)… » ! Le livre de Matsumoto (2) fait état de nombreuses études de cas de GIs atteints de l’un ou plusieurs symptômes relevés ci-dessus, de leurs effets dévastateurs, ainsi que des réactions du gouvernement américain refusant de reconnaître leur existence ou la relation existant entre ces maladies et les vaccinations… Selon Matsumoto les adjuvants à base de squalène constituent l’ingrédient principal pour une nouvelle génération de vaccins destinés à l’immunisation de masse partout dans le monde, et ce, malgré que les chercheurs de la Faculté de Médecine de Tulane et de l’Institut Militaire de Walter Reed ont démontré que le système immunitaire répond spécifiquement à la molécule de squalène. Le système immunitaire reconnaît le squalène comme une molécule propre au corps. On peut le trouver dans les genoux, le coude, le cerveau et tout le système nerveux. Mais quand cette molécule est injectée dans le sang, le système immunitaire intervient pour la détruire et pour l’éliminer. Ingérer et digérer le squalène ne pose absolument aucun problème, mais le fait de l’injecter galvanise le système immunitaire qui s’emploie à l’attaquer… Matsumoto dit que le squalène peut être considéré comme le déclencheur d’une authentique arme biologique. Les chercheurs soviétiques l’ont baptisé « bombe à retardement biologique !!! »… Matsumoto et le Dr Pam Asa doivent conclure que « ces types d’adjuvants (huileux) constituent l’arme chimique la plus insidieuse qui ait jamais été conçue ».Ceci comprend également le squalène. Depuis les années ’80, les soviétiques savaient que ces produits pouvaient être employés comme armes chimiques. Matsumoto explique que le véritable problème à propos de l’utilisation du squalène est qu’il imite parfaitement une molécule qui se trouve faire partie du corps ; c’est exactement la même molécule. Ainsi, ce que des scientifiques américains ont conçu comme un excitateur de l’immunité constitue en fait une nouvelle nano-bombe susceptible de provoquer des maladies imprévisibles, débilitantes et chroniques. Quand le NIH a rétorqué que le squalène était sûr parce qu’il fait partie du corps, on peut affirmer que c’était l’exact opposé qui était vrai et évidement l’est toujours. C’est la présence naturelle du squalène dans le corps qui en a fait l’une des molécules les plus dangereuses qui aient jamais été injectées à un être humain. Le fait d’utiliser cette molécule dans les vaccins est tout simplement barbare et criminel…. Il est fâcheux de constater que plusieurs vaccins actuellement à l’étude chez le NIH et associés contiennent du squalène sous une forme ou sous une autre. Il y a du squalène dans les vaccins recombinants pour le HIV, la malaria, l’herpès, la grippe (y compris la grippe porcine), le cytomégalovirus, et le papillomavirus humain. Certains de ces vaccins sont prévus pour des vaccinations de masse partout dans le monde. Cette possibilité devrait, à elle seule, terrifier tout un chacun pour l’amener à refuser n’importe quelle prescription de ces vaccins. Un autre problème est qu’il faut parfois des années pour pouvoir diagnostiquer un problème d’auto-immunité parce que les symptômes immédiats (maux de tête, douleurs articulaires…) sont parfois si vagues qu’ils peuvent facilement être attribués à d’autres causes. Depuis longtemps des experts ont considéré que les vaccinations ont toujours présenté suffisamment de dangers pour que l’on puisse les qualifier d’armes biologiques pour la 606


simple raison qu’elles sont susceptibles de détruire la santé, endommager le système immunitaire et favoriser des maladies. La nouvelle solution de Big Pharma : des vaccins plus puissants, génétiquement modifiés et des médicaments susceptibles de nuire à ceux qui les prennent ou même susceptibles d’entraîner la mort, et ce, tout spécialement pour les personnes dont le système immunitaire est fragilisé. Matsumoto et d’autres chercheurs ont déclenché l’alarme pour avertir un maximum de personnes et leur conseiller d’éviter les poisons qui sont présentés comme des médicaments protecteurs. En fait ces produits profitent essentiellement aux compagnies qui les fabriquent et aux scientifiques qui en récoltent les royalties. Stephen Lendman Notes (1) FLU SHOTS AND THE NEW ADJUVANTS : BEWARE ! Dr Sherri Tenpenny http://www.whale.to/a/tenpenny.html http://www.newswithviews.com/Tenpenny/sherri6.htm (2) Gary MATSUMOTO : « Vaccine A : The Covert Government Experiment that’s killing Our Soldiers and why GIs are Only the first Victims » Fin de l’article. Autre article : http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6230 La République Tchèque refuse le vaccin Baxter contre la grippe porcine à cause des risques encourus samedi 22 août 2009 par Jsf (Source : Alterinfo) Des responsables tchèques des services de santé gouvernementaux ont refusé d’acheter le vaccin Baxter le jugeant à risques. En France, le vaccin Baxter fait partie des 4 vaccins choisis contre la prétendue pandémie de grippe porcine. Pourtant, ce vaccin n’a pas encore reçu l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’EMEA (European Medecine Agency). Des responsables du secteur santé admettent que des injections rapprochées pourraient provoquer des décès. Des responsables des services de santé gouvernementaux de la République Tchèque ont refusé d’acheter les vaccins H1N1 contre la grippe porcine du laboratoire pharmaceutique US Baxter International expliquant ce refus par les inquiétudes suscitées par les risques encourus. Selon une dépêche de l’agence de presse tchèque, CTK, l’une des plus grandes agences en langue anglaise du pays, le ministère de la santé tchèque a arrêté les discussions avec Baxter citant " l’incapacité du laboratoire à garantir que le vaccin est sans danger et de dire à qui incombe la prise en charge des risques de possibles effets secondaires "

607


Le pays projette d’acheter des vaccins pour couvrir 25% de sa population (10 millions de Tchèques) mais a dit qu’il n’achèterait pas le vaccin contre la grippe porcine Baxter avant qu’il n’ait été homologué en Europe. "C’est dommage, mais malheureusement au moment ou nous avons reçu les offres, Baxter a été incapable de confirmer qu’il livrerait un vaccin homologué" a dit la ministre de la santé, Dana Juraskova. A la place, le pays va probablement acheter ses vaccins chez Novartis et GlaxoSmithKline, mais seulement après que les vaccins aient subi les tests cliniques habituels et aient obtenu l’autorisation de mise sur le marché de l’EMEA. Dans une autre dépêche de CTK, le vice ministre de la santé, Marek Snajdr, a été cité disant que le vaccin " pourrait avoir des effets secondaires et qu’il pourrait même causer la mort si administré". Dans le pays, les cas confirmés de personnes atteintes du virus H1N1 restent en dessous de 150 selon toutes les estimations faites, et personne n’est décédé à cause du virus. Comme il a déjà été fait mention dans un article précédent, Baxter a un lien très récent et particulièrement troublant avec des vaccins contre la grippe en République Tchèque. En Mars 2009 de multiples sources d’information, dont le Times d’Inde, ont rapporté que des vaccins contaminés avec le virus vivant de la grippe aviaire H5N1, mortel, ont été distribués à 18 pays en Décembre 2008, par un laboratoire de la branche autrichienne de Baxter. Ce n’est que par hasard qu’un lot a d’abord été testé sur des furets en République Tchèque avant que le vaccin ne soit utilisé sur des humains. Tous les furets sont morts et la découverte choquante rendue publique. Les journaux tchèques se sont immédiatement posés la question de savoir si cet évènement ne faisait pas partie d’une conspiration pour délibérément provoquer une pandémie, faisant écho à des accusations déjà portées par des responsables de la santé dans plusieurs autres pays. D’abord, Baxter a tenté de court-circuiter les questions en invoquant le " secret commercial" et a refusé de révéler comment les vaccins avaient été contaminés avec le virus H5N1. De plus en plus pressés de s’expliquer, ils ont alors affirmé que les lots de H5N1 ont été envoyés par erreur. Alors même que la possibilité de mélanger par accident un virus vivant constituant une arme biologique avec du matériel viral est pratiquement impossible, il ne reste que l’explication comme quoi la contamination était une tentative délibérée d’utiliser le virus H5N1 comme arme biologique à des fins extrêmes et de le distribuer via les vaccins anti grippaux habituels aux populations qui ensuite infecteraient d’autres populations dans des proportions dévastatrices car la maladie se répand par voie aérienne. Le fait que Baxter ait mélangé le virus mortel H5N1 avec un mélange de virus de la grippe saisonnière H3N2 est un signal d’alarme. Le virus H5N1 à lui seul a tué des centaines de personnes, mais il se déplace moins par voie aérienne et est plus limité dans son aisance à se répandre. Cependant, lorsqu’il est mélangé avec des virus grippaux saisonniers, qui comme chacun le sait se répandent facilement par voie aérienne, l’effet donne une arme biologique pouvant potentiellement se répandre super rapidement par voie aérienne et super mortelle. 608


En fait, certains ont déjà suggéré que l’actuelle peur de la grippe porcine pourrait signaler l’utilisation d’une telle arme. Par ailleurs, des poursuites judiciaires ont été engagées contre Baxter l’accusant d’avoir intentionnellement utilisé des composants dangereux et non testés dans certains de ces vaccins pour augmenter ses profits. Des responsables de l’OMS contrôlent de près les enquêtes en cours sur les vaccins contaminés de Baxter, mais malgré cela, ce laboratoire est en tête de la production de vaccins contre la grippe porcine dont la vaccination pourrait devenir obligatoire. En fait, Baxter s’est montré particulièrement prévoyant en déposant un brevet * pour son vaccin contre la grippe porcine exactement un an avant que le virus ne se répande. Le laboratoire a annoncé la semaine dernière qu’il avait achevé la production de ces premiers lots commercialisables de vaccins N1N1 fin Juillet et qu’il est actuellement en pourparlers avec des responsables de santé publique nationale partout dans le monde. La multinationale a déposé une demande de licence pour le vaccin auprès de l’EMEA mais celle-ci ne l’a pas encore approuvé. Baxter a dit qu’il fournirait environ 80 millions de doses à 40 millions de personnes dans 5 pays dont la Grande Bretagne, l’Irlande, et la Nouvelle Zélande (et la France ndlt). En plus des dispositions prises par des organismes de contrôle en Europe et aux US prévoyant d’accorder une autorisation de mise sur le marché rapide pour les vaccins contre la grippe porcine, des nouvelles dispositions ont été prises pour protéger les laboratoires pharmaceutiques de poursuites judiciaires. Selon une dépêche de l’AP du mois dernier, " les fabricants de vaccins et les responsables fédéraux ne pourront être poursuivis pour les conséquences des vaccins contre la grippe porcine" d’après un document signé par la secrétaire à la santé et aux services à la personne Kathleen Sebelius. La campagne de vaccination en masse commencera probablement fin Novembre et début Décembre. Selon ce qui a déjà été rapporté, des responsables de la santé en Grande Bretagne et aux Etats Unis prévoient de créer un dispensaire dans chaque école dans les deux pays. Steve Watson - 10/08/09 www.infowars.net * Brevet US 2009/0060950 A1 dont la demande de brevet stipule et précise que « la composition ou vaccin composé de plus d’un antigène ...des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir de gels minéraux, d’hydroxyde d’aluminium, d’agents de surface, de lysolecithin, de pluronic polyols, de polyanions, ou d’émulsions d’eau et d’huile." En l’absence de toute responsabilité juridique comme stipulé dans l’article, BAXTER s’apprête donc à vendre des millions de doses de vaccins contenant un adjuvant hautement toxique tel que l’hydroxyde d’aluminium. Information complémentaire En France, madame Bachelot a décidé de passer une commande ferme de 100 millions de doses de vaccins pour un coût estimé à 700 millions d’euros auprès de 4 laboratoires sélectionnés par deux départements du ministère de la Santé : l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (l’Eprus, la centrale d’achat du ministère) et la Direction générale de la santé (DGS). 609


Quatre laboratoires ont été sélectionnés : Sanofi, GSK, Novartis, Baxter parce que, selon l’Eprus, « ils étaient les seuls capables de produire des vaccins en grande quantité et à pouvoir les livrer rapidement ». Autrement dit afin d’obtenir les vaccins dans les meilleurs délais, et au prix le plus bas selon Thierry Coudert, le patron de l’Eprus qui a affirmé que « les pouvoirs publics font le maximum pour avoir les prix les plus bas" la ministre de la santé, Roseline Bachelot, est prête à sacrifier le principe de précaution en matière de vaccination qui veut que les vaccins doivent être scrupuleusement testés cliniquement avant d’être utilisés. Comme le montre l’article ci dessus, pour les vaccins Baxter ce n’est pas le cas, ce laboratoire a des antécédents suspects. Bachelot est aussi, semble-t-il, prête à engager sa responsabilité - car s’il arrive quoi que ce soit dans l’utilisation de vaccins insuffisamment testés elle sera tenue pour responsable - pour que l’industrie pharmaceutique dont elle est proche de par sa profession, étant elle-même pharmacienne, fasse un maximum de profits. Les laboratoires pharmaceutiques ont tout intérêt à obtenir des gouvernements les plus grosses commandes car l’enjeu financier est considérable. Un laboratoire qui vend 50 millions de doses, pourra espérer une recette d’environ 350 millions d’euros. Baxter a prévu de fournir 80 millions de doses à 5 pays dont la France, et pour faire un maximum de profits n’est pas trop regardant. Le ministère de la santé sous la direction de Roselyne Bachelot, en prévoyant l’achat de 100 millions de doses, envisage de vacciner deux fois les français, pour "une garantie supérieure d’efficacité" selon son ministère. Autrement dit si vous ne décédez pas ou ne restez pas handicapé à vie, victimes des effets secondaires de vaccins insuffisamment testés suite à la première injection, Roseline Bachelot vous offre une deuxième chance..... Grâce à une deuxième injection. Une campagne internationale a été lancée contre ces vaccinations à risque. Plus d’information et des coordonnées pour y participer en pièce jointe en pdf. Merci de faire circuler cette information le plus largement possible PS : Si les vaccins Baxter sont à risque cela ne veut pas dire que les autres vaccins ne le sont pas. La précipitation pour obtenir les autorisations de mise sur le marché de vaccins insuffisamment testés est le fait de tous les laboratoires, et la recherche d’un maximum de profits aussi. Fin de l’article. Un blog belge assez complet (http://expovaccins.over-blog.com/article-33523595.html ) traite aussi du sujet et je vous convie à le consulter. Le squalène : danger ou panacée ? Le squalène fait aujourd’hui parti des produits naturels qu’on souhaite intégrer dans la cosmétique. Dans ce contexte, il semble (il faut être prudent) qu’il n’induit pas de toxicité comparable que lorsqu’il est injecté. La société Sophim (http://www.sophim.com/htmlfr/fsqualene.html ), par exemple, doit maudire la réaction anti squalène due au problème de la vaccination, car une gamme de ses produits est réalisée avec cette substance. Voici ce qu’ils en disent :

610


Le SQUALENE 2,6,10,15,19,23-Hexamethyltetracosa-[2,6,10,15,19,23]-hexaene est aussi appelé spinacène. La molécule est composée de 6 "unités isoprène". Ses six doubles liaisons sont toutes en configuration trans. Le SQUALENE joue un rôle essentiel dans la biosynthèse des stérols de l'organisme. Il fut découvert en 1906 par un chimiste japonais Mitsumaru Tsujimoto, qui établit sa structure en 1916. Le SQUALENE est largement présent dans la nature tant dans l'huile d'olive que l'huile de germe de blé, mais c'est dans l'huile de foie de requins de grande profondeur qu'il apparaît en concentration les plus fortes. C'est donc un co-produit de la pêche en grande profondeur. De nombreux organes du corps humain contiennent du SQUALENE, et notamment le sébum, qui en contient de 5 à 8 %, où il joue un rôle d'hydratant de la peau. Le SQUALENE, est aussi produit par le foie humain. Si cette production est insuffisante, cela entraîne un déssèchement de l'épiderme et par voie de conséquence une augmentation des rides. Il a été aussi démontré que le SQUALENE augmente le système immunitaire et permettrait de renforcer la résistance de l'organisme à certains cancers.

Matières premières Le SQUALENE est extrait de l'huile de foies de requin de grandes profondeurs. Ce sont des coproduits de la pêche d'espèces de poissons comestibles recherchés, et non des produits d'une pêche ciblée. Dans le but d'assurer une stabilité des prix et la pérennité de ses approvisionnements, Sophim a des stockages dans les principaux ports de pêche français. Sophim produit dans son usine de Peyruis un SQUALENE de haute qualité. SQUALENE specifications INCI

Squalene

CAS

111-02-4

EINECS

203-826-1

Specific gravity, 0.845 — 0.865 20°C, g/ml Refractive index

1.4945 — 1.4965

Iodine value

360 - 380

Saponification value 1.0 max 611


Acid value

1 max

Gas chromatography purity

99 % min

Fin de l’extrait de la page web. Personnellement, je ne suis pas pour l’exploitation industrielle de sous produits animaux, d’autant que l’alibi soulevé ici ne tient pas la route en comparaison des apports bénéfiques d’huiles de graines pour la peau, comme l’Huile de chanvre (acide gamma linoléïque, acide gamma linéïque, … et oméga 3). D’autant qu’une étude scientifique sérieuse, au su des problèmes qu’induit le squalène dans les vaccins, devrait être appliquée aussi au sujet d’un usage dermique ou ingéré d’une telle substance (question : est-ce qu’un surdosage injéré ne permettrait pas de trouver des traces de squalène dans le sang ?) !. Un cas précédent d’empoisonnement collectif : Vous savez, ce n’est pas la première fois que l’industrie pharmaceutique imposerait un poison en mettant en avant des propriétés aussi fausses que présentées faramineuses. Prenez l’exemple du radium. A ce sujet, je vous invite de consulter la page web : http://www.dissidentmedia.org/infonucleaire/radieux.html A cette époque, la découverte du Radium et d’autres éléments radioactifs suscita de tels engouements qu’on en mettait de partout : nourriture humaine, eau, médicaments, produits intimes et pour bébés, cosmétique, nourriture pour animaux, …ceci pouvant expliquer les taux de cancers enregistrés quelques années et décennies plus tard ! Aujourd’hui, on sait que la radioactivité est dangereuse, mais à l’époque, le public étant ignorant en la matière, les charlatans qui étaient tout autant des assassins, profitèrent de cette mode pour se remplir les poches !

Exemples d’emploi du radium dans les années 30, mais consultez le site d’où elles sont issues afin de constater que cette dangereuse substance fut largement promue au rang de panacée universelle puis intégrées dans tous les secteurs de l’industrie qui ne pouvait ne pas connaitre ses effets néfastes ! A méditer donc ! http://www.dissident-media.org/infonucleaire/radieux.html

Voyez qu’il faut quand même rester prudent lorsque certaines industries prétendent qu’elles ont trouvé un produit fabuleux. Pour autant, elles ont peut-être raison, mais le principe de précaution 612


impose toute une série de test et d’attendre quelques années pour vérifier si un effet toxique leur avait échappé ! Autre article : http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6296 Nouvelle mutation de la grippe porcine "bien plus mortelle" Lundi 31 août 2009 par Jsf (Source : DailyExpress, trad. jsf) La grippe porcine a été découverte chez des oiseaux, faisant craindre qu’une souche plus dangereuse et plus facilement transmissible puisse émerger. Les experts de la santé ont confirmé la nuit dernière que le virus de la grippe porcine H1N1 avait infecté des dindes. C’est le premier cas de H1N1 chez des oiseaux. Les scientifiques ont averti que l’apparition du virus chez les volailles pourrait mener à l’apparition d’une forme mortelle si ce virus se mélange avec le virus létal de la grippe aviaire. Les tests ont montré que les dindes malades de deux fermes du Chili ont été frappées par le virus de la grippe porcine qui a causé la pandémie chez les humains. L’expert britannique de la grippe, le professeur John Oxford, a dit : “La dernière chose que nous voulons est un virus universel qui va partout. “Le virus de la grippe aviaire est présent chez les oiseaux en Égypte et dans le sud-est asiatique et cette apparition pourrait facilement sauter la barrière et se mélanger avec lui, augmentant le risque de la grippe porcine car le virus de la grippe aviaire est plus dangereux.” Les experts des Nations Unis à Rome et le US Centre for Disease Control and Prevention à Atlanta surveillent maintenant cette apparition du virus chez les dindes, apparition qui jusqu’à présent n’est à l’origine que de symptômes relativement légers chez ces oiseaux. M. Oxford, professeur de virologie à l’Hôpital Royal de Londres et à l’hôpital de St Bartholomew, a dit que cela signifie que des cas pourraient ne pas être remarqués. “C’est troublant que les animaux ne meurent pas puisque cela signifie que la détection est plus difficile. Si vous ne voyez pas le danger, vous ne seriez pas prêt à agir.” L’Organisation des Nations Unies pour la Nourriture et l’Agriculture, basée à Rome, a également mis en garde que le virus pourrait devenir plus puissant. Une déclaration affirme : “La souche actuelle du virus H1N1 est un mélange de gènes humain, porcins et aviaires, et il est prouvé qu’il est plus contagieux mais pas plus mortel que les virus grippaux saisonniers. Cependant, il pourrait devenir plus dangereux s’il ajoute de la virulence en se mélangeant au H5N1, connu sous le nom de 613


grippe aviaire, qui est bien plus mortel mais de transmission plus difficile entre les hommes.” Fin de l’article. Ce dernier article illustre le fait que l’on cherche à faire passer pour des causes naturelles, imprévisibles et incontrôlables, la mutation d’un virus que la nature n’a peut-être jamais réalisée auparavant. Tout ceci pour cacher que cette pandémie (H1N1) a servie de prétexte pour d’une, en cacher une autre plus terrible sciemment inoculée (H5N1), de deux imposer une meurtrière vaccination de masse sur toute la planète, et de trois, réaliser une hécatombe de victimes par les deux précédents moyens tout en en faisant porter le chapeau à une cause naturelle ! Génial non ? Oui, c’est une stratégie très géniale, mais aussi très sordide ! Vous pouvez aussi lire : « Les vaccins, protection ou illusion ? » à l’adresse suivante : http://www.scribd.com/doc/15226874/Nouvel-ordre-mondial-le-666-la-francmacon-satan-devoilele-wall-street-center-le-Christ-a-tout-annonce … peut-être d’inspiration plus religieuse, mais qui vous informera des bienfaits de la vaccination en général ! A ce stade, je vous demanderai de visionner la vidéo « Alex_jonesla_vaccination_forcée_et__les_gangsters_du_pouvoir » présente dans le DVD n°4 (Data du DVD\Films vidéos). Celle-ci est en fait un montage de trois séquences qui vous ammènent progressivement à comprendre : 1) que nous avons à faire face à une bande d’élite criminelle. 2) Que la campagne de vaccination à des motivations plus réellement malhonnète que sanitaires. Consultez le fichier « lisez-moi » de cette vidéo avant tout ! Attention, la vidéo contient une image qui peut-être choquante pour les personnes sensibles et les enfants. L’étude en cours prouve qu’une telle pandémie virale pourrait, dans les conditions de manipulations criminelles via la vaccination assassine, assurer une fourchette de décès de 50 à 300 millions de morts. Nous sommes loin des 80 % de réduction de populations souhaitée par l’élite. Il est donc extrémement réducteur de penser que cette dernière mise sur la guerre bactériologique pour ammener à bien son plan de réduction de la population humaine. En fait, bien qu’elle y contribut, les raisons de cette manipulation sont autres : En cas de pandémie meurtrière, l’ONU, via l’OMS, se voit acquérir les pleins pouvoirs au niveau planétaire. C’est donc là, la réelle motivation de ce complot. Elle pourra faire proclamer l’état d’urgence et la loi martiale dans toutes les nations, ouvrir des camps de concentration sous prétextes sanitaires et de quarantaine, diriger les gouvernements, faire arrêter les récalcitrants (ou les faire abattre) … etc., au nom de la survie du plus grand nombre. Les conditions propres à la réalisation d’un coup d’état planétaire seraient alors réunies. Rappel : « Plus le mensonge est gros, mieux il fonctionne … ». Info sur le virus http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2009/11/16/15818687.html Ecrit le : 03-11-2006 614


"… Yoshihiro Kawaoka, virologiste pour les Universités du Wisconsin et de Tokyo, vient de publier les résultats de son étude dans la revue Nature. A la fin des années 90, à partir d’échantillons prélevés sur des victimes encore bien conservées, des scientifiques étaient parvenus à séquencer une partie des gènes du virus de 1918. Le virologiste, lui, a pu ainsi reconstruire les 2 gènes assurant la synthèse des hémagglutinines et des neuraminidases, puis à les insérer dans le génome d’un Influenza A (l’autre nom du virus de la grippe) actuellement bénin. Il a ensuite infecté des souris avec ce virus modifié. Elles ont très vite présenté des symptômes proches de ceux décrits dans le cas de la Grippe Espagnole : atteintes des poumons et sévères hémorragies ... Son étude soutient ... la thèse d’une origine aviaire de la Grippe Espagnole.." H5N1? Source : futura-sciences, le portail scientifique de référence Mardi 17 Novembre 2009 redaction@mecanopolis.org Fin de l’article. Similitudes avec la grippe espagnole : http://www.mecanopolis.org/?p=11143 Les symptôme du virus A H1N1 sont similaires à ceux de la « grippe espagnole » Le virus A H1N1, plus communément appelé « grippe porcine », a commencé à muter. Telle est la conclusion faite par des chercheurs britanniques qui ont étudié la souche du virus responsable de l’éclosion de maladies respiratoires en Ukraine. Certains médecins, comme le rapporte le Daily Mail, indiquent que les symptôme du virus A H1N1 sont similaires à ceux de la tristement célèbre « grippe espagnole », qui a éclaté après la « Première Guerre mondiale ». On estime que, entre le printemps 1918 et l’été 1920, la « grippe espagnole » a fait 50 millions de morts dans le monde. C’est d’ailleurs sans doute les anticorps toujours actifs de cette « grippe espagnole » chez les plus de 60 ans qui permettent aujourd’hui le faible taux de contamination par le virus A H1N1 de cette tranche d’âge. Plusieurs médias citent aussi un médecin de l’ouest de l’Ukraine qui fait état d’autopsies sur les victimes de ce nouveau virus : « Lorsque nous avons procédé aux autopsies, nous avons constaté que leurs poumons étaient noirs comme du charbon. On aurait dit qu’ils avaient été brûlés. ». La similarité des caractéristiques des deux virus semble donc évidente. De même que dans le cas de la « grippe espagnole », la souche A H1N1 qui aurait muté provoque une réaction incontrôlable entraînant une détérioration du système respiratoire, 615


qui, en quelques jour, provoque une destruction totale et irréversible des poumons, puis la mort. Traduit par Spencer Delane, pour Mecanopolis Source : News.am (site en russe). Fin de l’article. Pandémie : pas une grippe mais plusieurs grippes : A noter : cette grippe « brûleuse de poumons » ne décime réellement que les individus au système immunitaire affaiblis. Outre un vaccin réellement efficace et sans adjuvants toxiques (il existe, il est produit et vendu par l’Australie), l’argent colloïdal et les vitamines semblent donc être les meilleurs moyens de protections. Cela n’empêchera pas l’épidémie mais réduira énormément le nombre de décès. La pandémie s’est donc révélée de trois types grippaux différents : - le type A H1N1 qui a fait moins de morts que la grippe saisonnière : http://www.courrierinternational.com/dossier/2009/05/07/l-epidemie-de-grippe-a-h1n1 L'épidémie de grippe A (H1N1)

Mise à jour : 21.07.2009 | 07.05.2009

© Dessin de Steff, Thaïlande. Source d’inquiétude internationale, la grippe A (H1N1), appelée dans un premier temps grippe porcine, est une maladie infectieuse très contagieuse d’origine virale. Elle est très liée à la grippe humaine et affecte les porcs. Le risque d’une pandémie sur le modèle de la grippe espagnole, qui avait fait des millions de victimes au début du XXe siècle, est largement relayé par les médias du monde entier, qui entretiennent ainsi la panique. En avril 2009, les premiers cas étaient signalés au Mexique, pays mis au ban de la communauté internationale, puis aux Etats-Unis. Le 27 avril, le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a placé à 5 (sur une échelle de 6) le niveau d’alerte pandémique. Le 7 mai, toujours selon l’OMS, 23 pays étaient touchés : 2 099 616


cas ont été répertoriés, dont 50 décès. En juillet le virus a atteint toutes les régions du globe. - le type H5N1 d’origine aviaire : http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/vie/d/h5n1_3867/ Sur les 16 sous-types d'hémagglutinine de virus grippal aviaire, le H5N1 est le plus inquiétant. Il mute rapidement et il a une propension avérée à acquérir les gènes des virus infectant d'autres espèces. On a établi à deux occasions sa capacité à provoquer chez l'homme de graves infections. En plus, les études de laboratoire ont démontré que les isolats de ce virus sont hautement pathogènes et peuvent être à l'origine de graves maladies chez l'homme. Les oiseaux qui survivent à cette infection, excrètent le virus pendant 10 jours au moins, par voie orale et dans les fèces, ce qui facilite sa propagation sur les marchés de volailles vivantes et par les oiseaux migrateurs. L'épidémie de grippe aviaire hautement pathogène due au virus H5N1 qui a commencé à la mi-décembre 2003 en République de Corée et que l'on observe désormais dans d'autres pays asiatiques, suscite donc des inquiétudes particulièrement vives pour la santé publique. Les variants de H5N1 ont montré leur capacité à infecter directement l'homme en 1997 et ont récidivé au Viet Nam en janvier 2004. La propagation de l'infection chez les oiseaux augmente les possibilités d'infection directe de l'homme. Si le nombre des cas d'infection humaine augmente dans le temps, la probabilité s'accroît aussi que des personnes, infectées simultanément par des souches humaines et aviaires, servent de « creuset » pour l'apparition d'un nouveau sous-type ayant suffisamment de gènes provenant du virus humain pour avoir la possibilité de se transmettre facilement d'une personne à l'autre. Cela marquerait alors le début d'une pandémie. - le type H1N1 similaire à la grippe espagnole : http://newsoftomorrow.org/spip.php?article6721 Que se passe-t-il en Ukraine ? Jeudi 5 novembre 2009 par Archétype (Source : recombinomics) Les cas signalés en Ukraine ont doublé en deux jours 4 novembre 2009 Ces chiffres proviennent de la dernière mise à jour en Ukraine : 478 456 contaminés par la grippe 24 003 hospitalisés 60 sous assistance respiratoire 81 décès Le nombre de patients infectés a presque doublé, pour atteindre un peu moins de ½ million, par rapport à il y a deux jours. Le nombre de patients hospitalisés a également fortement augmenté, de 15 000 à 24 000. Tous les cas ne sont pas répertoriés, mais 60 sont sous assistance respiratoire. Toutefois, la plupart (37) de ceux qui sont sous assistance respiratoire, sont dans la banlieue de Chernivisti, mais Lviv, où il y a la plupart des décès et des cas, n’en relève aucun, ce qui suggère que les données sont incomplètes ou qu’il y a des pénuries importantes de matériel respiratoire. Le nombre 617


de morts est passé à 81, mais les médias décrivent des décès supplémentaires, notamment dans la banlieue de Kiev. L’explosion des cas, soulève à nouveau la crainte que le nombre de décès soit significativement plus élevé que les 81 inscrits. Les médias dénombrent autant de pneumonies mortelles, qui ne sont pas considérées comme des complications de la grippe. La base de ces exclusions reste floue. De même, des rapports anecdotiques suggèrent que le nombre de morts est nettement plus élevé que les 81 comptabilisés. L’augmentation rapide des infections signalées, des hospitalisations et des décès au cours des derniers jours fait craindre que le virus soit très contagieux. Une augmentation des cas a été signalée dans tout l’hémisphère nord, mais l’augmentation des décès et la fréquence des cas hémorragiques en Ukraine ont soulevé de vives préoccupations. Les médias précisent qu’une mise à jour par l’OMS pourrait être publiée aujourd’hui et comprennent l’analyse préliminaire des échantillons envoyés à Mill Hill, à Londres. Des mises à jour quotidiennes sur l’évolution rapide de la situation en Ukraine, y compris l’analyse de scénarios, seraient utiles. Fin de l’article A noter : cette grippe « brûleuse de poumons » ne décime réellement que les individus au système immunitaire affaiblis. Outre un vaccin réellement efficace et sans adjuvants toxiques (il existe, il est produit et vendu par l’Australie), l’argent colloïdal et les vitamines semblent donc être les meilleurs moyens de protections. Cela n’empêchera pas l’épidémie mais réduira énormément le nombre de décès. Le rapport approximatif d’une centaine de mort pour 500 000 malades nous revoie à un autre : La maladie a visiblement le potentiel de faire 14 millions de morts sur un total mondial de 7 milliards d’habitants. Sans tenir compte des populations plus sensibles au virus ni de celles au système immunitaire affaibli par les vaccins cités préalablement. Au niveau mondial, nous avons sans doute évités entre 50 et 200 millions de décès … pour l’instant ! Je ne saurais trop vous recommander de lire aussi le document PDF : « leonard-g-horowitz grippe » présent dans le DVD2 (Data du DVD\Autres PDF). Alors, vous ne croyez toujours pas à une science assassine et à un plan de réduction de population mondiale ? Passons alors à un autre sujet. 2) Cette puce qu’on veut nous imposer. http://www.futurquantique.org/blog/big-brother/52-big-brother/308-quand-les-puces-vousdonnent-le-cancer Par Stardust

SUNDAY, 20 JANUARY 2008 14:10

Le Dr. Katherine Albrecht, directrice du CASPIAN (Consumers Against Supermarket Privacy Invasion and Numbering – Les consommateurs contre la numérotation et l'invasion de la vie privée par les supermarchés) a rédigé en 2007 un rapport faisant 618


état du lien entre la pose de transpondeurs (micropuces) et l'apparition de cancer chez divers animaux. Elle s'appuie sur diverses études faites à ce sujet. « Depuis leur introduction à la fin des années 80, les micropuces implantables sont devenues l'industrie standard pour identifier les souris et les rats utilisés dans les laboratoires de recherches. Les refuges animaliers et les vétérinaires injectent maintenant de façon routinière des micropuces chez les chiens et les chats. Plus récemment, on a poussé à l'implantation de micropuces sur les gens pour la sécurité et l'accès à des immeubles, pour gérer des données médicales et identifier des patients âgés. Des Américains travaillant à la compagnie de surveillance - à présent défunteCitywatcher (Verichip Corp., 2006) et des officiels du bureau mexicain de l'attorney général (Applied Digital Solutions, 2004) ont été micropucés. La crainte que la pratique puisse se répandre a fait ressurgir le spectre de Big Brother et pousser des hommes de lois de trois États à passer des lois prévenant l'implantation forcée ou contrainte de micropuces chez les êtres humains. Tout au long de la controverse, la question de l'innocuité de l'implantation de micropuces dans un corps humain n'a pas été beaucoup soulevée. Lorsque la FDA approuva l'implantation humaine de la Verichip en octobre 2004, le public croyait que le dispositif avait été complètement testé et était sans risques. Toutefois, une série d'études datant de 1996 montrait un lien entre les micropuces et le cancer chez les souris et rats de laboratoires. Ces articles reçurent très peu d'attention hors des laboratoires de toxicologie jusqu'à septembre 2007, lorsque l'Associated Press publia un article qui porta ces études à l'attention du public étasunien et du reste du monde (Lewan, 2007). [...]» Des millions d'animaux de compagnie (chiens, chats, furets, chevaux) sont maintenant implantés. Certains gouvernements (comme celui du Portugal, du Texas, de Singapour etc.) ont rendus obligatoire la pose de transpondeurs sur certains animaux. Quant aux êtres humains, on en dénombrait en 2007 environ 2000 dans le monde dont 300 aux USA. Le rapport poursuit : « Le puçage se déroulait apparemment avec le plein consentement des implantés jusqu'au début de 2007, quand la Corporation Verichip commença d'implanter des patients atteints d'Alzheimer et leurs soigneurs, en tant que partie d'une étude pour la recherche. Ces patients ont des capacités mentales réduites et il est peu probable qu'ils comprennent ce qui leur est fait. Il apparaît que peu de gens ayant subi une implantation de micropuce ait été informés des risques potentiels pour la santé associés au dispositif. En fait, jusqu'à septembre 2007, presque trois ans après l'approbation de la FDA, aucune mention n’a été faite par la compagnie ou la FDA en relation avec la conclusion bien établie, quoique sous-rapportée, que les micropuces provoquait le cancer chez les souris et les rats de laboratoires.[...] » Sans blague ! On commence à être familier du scénario...Zéro Risque Zéro Défaut : bienvenue chez Verichip, Diebold et Monsanto ! Et tout cela est bien évidemment destiné à « nous protéger, améliorer nos vies quotidiennes, etc. …etc. ». Le pire est que ce discours fait mouche chez beaucoup de gens. Vous avez peur de perdre votre cher toutou ? Pucez-le ! Vous avez peur que votre enfant soit enlevé ? Pucez-le ! Vous avez 619


peur que des prisonniers s'échappent ? Pucez-les ! Vous avez peurs qu'on perde vos données médicales ? Faites-vous pucer ! Vous en avez marre de sortir votre portefeuille quand vous allez en boîte de nuit ? L'infirmière de service va s'occupez de vous ! Vous pouvez voir à ce sujet cette vidéo saisissante. (http://www.dailymotion.com/related/3903753/video/x2boc1_2-rfid-les-premiersimplants_family) Mais laissons « la controverse » de côté comme dirait le Dr Albrecht et concentronsnous sur les résultats des études ignorées (délibérément ?) par la FDA et la « compagnie ». « Dans au moins 6 études publiées dans des journaux de toxicologie et pathologie entre 1996 et 2006, des chercheurs ont trouvé un lien causal entre des transpondeurs micropuces implantés et des cancers chez des souris et des rats de laboratoires. Les tumeurs étaient typiquement des sarcomes, incluant des fibrosarcomes. D'autres cancers trouvés incluaient des rhabdomyosarcomes, leiomyosarcomes, des histiocytomes fibreux malins, des adénocarcinomes des glandes mammaires, [...]. Dans la plupart des cas, les tumeurs survenaient sur le site de l'implant et grandissaient pour environner et enchâsser complètement les appareils. Dans plusieurs cas, les tumeurs ont aussi formé des métastases ou se sont répandues vers d'autres parties des animaux incluant les poumons, le foie, l'estomac, le pancréas, le thymus, le cœur, la rate, les ganglions lymphatiques et les muscles des pattes antérieures. Les tumeurs sont généralement apparues dans la deuxième année des études, ou après la moitié d'une vie d'exposition à l'implant.[...]. Le pourcentage des rats de souris et de rats développant des tumeurs induites par les micropuces dans les six études revues allait de 0,8 % à 10,2%. Plusieurs chercheurs, incluant Elcock et al, (2001), Le Calvez et Al.(2006), et Tillman et al. (1997) suggèrent que le taux réel de formation de tumeur peut avoir été plus élevé que ce qui a été rapporté dans leurs études, car ils n'avaient examinés que les lésions visibles et ainsi, pourraient avoir manqué les changements microscopiques qui signalent le début de tumeurs additionnelles autour de l'implant. » Le rapport continu avec le détail de ces études impliquant non seulement des rats et des souris mais également des chiens. Lisez le rapport pour les détails. Sont présentées également trois études pour lesquelles aucune tumeur n'a été rapportée, et qui « prouvaient » l'innocuité des micropuces. Le Dr Albrecht nous prévient toutefois que « [ces études] souffrent de limitations méthodologiques qui mettent leur validité statistique en question. Ces limitations incluent le petit nombre d'animaux utilisé et la courte durée des études.[...] » Concernant maintenant les raisons de l'apparition des tumeurs, en voici quelques unes : 1. Tumeur générée par la présence d'un corps étranger subcutané qui provoque des changements cellulaires dégénérant en cancer 2. Sarcome post-injection : l'inflammation provoquée par la présence du corps étranger induit des changements cellulaires qui peuvent causer un cancer. 3. Propriété génotoxique possible de l'implant : la capsule de verre ou la gaine en polypropylène entourant l'implant peut avoir des propriétés génotoxique (des substances génotoxiques sont des substances qui affectent le matériel génétique) ou cancérigène, ou sa présence dans l'hôte peut élever la quantité de sousproduits génotoxiques. 620


4. Emission d'énergies en radiofréquences émises par le transpondeur ou le lecteur qui peuvent être impliquées dans la formation de tumeur. Sans compter d'autres effets « indésirables » liés à l'injection de transpondeurs tels que : migration non-désirée vers d'autres endroits du corps, erreur d'injection, perte ou mauvais fonctionnement de l'appareil etc. Bien. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de rapport de vétérinaires si le taux de formation des tumeurs est aussi élevé que les études le disent ? Selon les recherches du Dr Albrecht, il semble que les réactions contraires à l'implant soient insuffisamment rapportées par les cabinets vétérinaires. Alors que de petits cabinets ont envoyé des rapports concernant ces réactions, les grands cabinets n'en n'ont pas rapporté du tout ! Elle conclut « Ceci suggère qu'il y a un élément de sous-rapport qui peut arriver pour toute une variété de raisons. » Je n'ose suggérer ici que les grands cabinets vétérinaires pourraient faire la promo des transpondeurs moyennant compensations... après tout, c'est un phénomène assez courant concernant les produits pharmaceutiques et les médecins, alors, je ne vois pas pourquoi les cabinets vétérinaires échapperaient à la ponérisation de la société. On trouve des forums de personnes qui soupçonnent que leurs compagnons à quatre pattes ont fait ou font une réaction à l'implant mais qui ne sont pas crues par leur véto. Vous pouvez consulter ici l'histoire d'une femme dénommée Jeanne et propriétaire d'un bulldog français. Mais venons-en à présent aux conclusions concernant l'implantation de micropuces chez les êtres humains : « [...] Comme discuté précédemment, il est connu que les humains sont sensibles à la carcinogénèse induite par un corps étranger, quoiqu'il semble qu'ils y soient moins exposés que les rongeurs. En tant que corps étranger, l'implant micropuce pourrait potentiellement générer des tumeurs chez les êtres humains. Les effets à long-termes de ces micropuces implantées chez les êtres humains sont présentement inconnus. La plupart des humains micropucés ont reçu leur implant depuis que l'implant Verichip a reçu l'approbation de la FDA en tant que dispositif médical en octobre 2004. Avec seulement 3 à 6 ans de données disponibles sur un petit nombre de gens, il est difficile de rendre des conclusions définitives sur l'innocuité du dispositif. Si les humains suivent un schéma similaire de développement cancéreux induit par les micropuces comme observé chez les souris et les rats, nous ne pourrions espérer voir de tumeurs malignes induites par les implants avant une exposition correspondant à la moitié d'une vie, ou approximativement 30-40 ans. Cette recherche est consciente qu'il n'y a aucune procédure de suivi pour évaluer les effets sur la santé ou l'innocuité à long terme des micropuces implantées chez les patients humains. Le manque de procédure d'évaluation formelle et d'un moyen de rapporter publiquement les réactions contraires qui soit bien compris par les patients et les autres implantés signifie que de telles réactions pourraient se produire et cependant que le public ou la FDA n'en soit pas informés. » Le rapport continu en parlant de l'effet « cocktail toxique ». On nous explique que l'exposition à divers produits cancérigènes, même à des taux qui sont normalement sans danger pour chacun de ses produits pris individuellement, peut quand même conduire au développement d'un cancer du fait de la multiplicité des produits auquel on est exposé. 621


« Les tumeurs induites par micropuces observées par l'étude de Elcock et al. décrite dans ce rapport peut avoir été un exemple de cet effet. Dans cette étude, seuls les rats exposés à un test chimique ont développé des tumeurs malignes autour de la micropuce. Toutefois, même les rats exposés à un taux très bas de composants chimiques ont développé une tumeur maligne. Il se peut que la micropuce, lorsqu'elle est combinée avec des doses mêmes minimes de composants chimiques, travaillent de concert pour apporter une réponse cancéreuse. Il est estimé que chaque jour, nous sommes exposés à 75 000 (oui oui vous lisez bien!) produits chimiques (Trivedi, 2007).[...] » Cocktail toxique ou bombe à retardement ? Le Dr Albrecht est fondatrice et directrice du CASPIAN Consumer privacy Co-auteur du livre « SPYCHIPS: How Major Corporations and Government Plan to Track Your Every Move with RFID" « PUCES ESPIONNES : Comment les Corporations Majeures et le Gouvernement Prévoient de Traquer Vos Moindres Mouvements avec la RFID » http://www.spychips.com/book/booksales.html WEBSITES: Puçage humain: http://www.AntiChips.com RFID: http://www.SpyChips.com Shopper Cards: http://www.NoCards.org Bio online at: http://www.spychips.com/media/katherine-albrecht.html Fin de l’article.

Photo source : http://1.bp.blogspot.com/_qUFDMUpk9jE/SYlgv_hNXI/AAAAAAAAPcc/QAjQeGkZeB4/s1600-h/house_dees.jpg On pourrait en rire si le sujet n’était pas si grave !

Quand les banques et l’industrie s’accaparent le pouvoir exécutif :

622


Le Monde, un des derniers grands journaux aux articles incisifs et qui mettent le doigt « là ou ça fait mal » ! Dommage qu’ils aient encore du mal à admettre la « théorie du complot », car ce journal recèle de journalistes talentueux et besogneux qui nous fourniraient une avalanche d’articles sur Ordo ab Chao. Ce n’est pas le dernier grand journal. Il y en reste quelques-uns comme le « Courrier International » par exemple. Mais en France, c’est bien le dernier grand « canard » digne de respect ! Le 02 septembre 2009 paraissait dans la page web du monde, une série d’articles dont cinq, en particuliers, ont retenus mon attention. Le but de cet exercice est de vous mettre en évidence les actions de corruption et de démantèlement de notre fonction publique par l’exemple ici d’un des derniers bastions administratifs non privés : la Justice. Comprenez que comme la marche vers le Nouvel Ordre Mondial s’accompagne de « dépeçages », de vols, de détournements d’argents (c’est que les Illuminati et leurs serviteurs estiment que tout leur appartient – rappel), les instigateurs de ce nouvel Ordre convoitent la direction même de la Justice, finalement dernier secteur du pouvoir Goyim dont certains membres leur résistent ! Voici le premier article qui illustre en partie ce que nous avons lu sur la privatisation de nos banques fédérales et nationales. 1er article : L'Imprimerie nationale soupçonnée de corruption LEMONDE.FR | 01.09.09 | 11h31 • Mis à jour le 01.09.09 | 11h37 http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/01/l-imprimerie-nationale-soupconnee-decorruption_1234161_3224.html#xtor=RSS-3208

L'Imprimerie nationale est au centre d'un scandale dont la justice s'est saisie. Des potsde-vin auraient été versés afin que l'entreprise publique obtienne des marchés à l'étranger (Roumanie, Géorgie, Syrie, Sénégal), selon Le Parisien dans son édition du mardi 1er septembre. Le montant des versements est estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros. Le procureur de la République de Paris a ouvert une information judiciaire contre X..., notamment pour "corruption d'agent public", qu'il a confiée à la juge financière Françoise Desset. L'ancien monopole d'Etat, devenu société anonyme en 1994, fabrique les documents officiels, visas, cartes d'identité, cartes grises ainsi que les nouveaux passeports biométriques. L'Imprimerie nationale s'est fait une spécialité des documents sécurisés afin de gagner des marchés étrangers. Déjà fragilisée par des conflits sociaux et des difficultés financières qui l'ont amenée à céder plusieurs de ses sites, l'Imprimerie nationale est soupçonnée de "corruption d'agent public étranger, abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux". "Selon une source proche du dossier, rapporte Le Parisien, en Roumanie, un peu plus de 300 000 euros auraient été détournés par des intermédiaires." Des perquisitions au siège de la société, dans les bureaux de plusieurs dirigeants et au domicile de quatre intermédiaires supposés ont été effectuées par les enquêteurs. Cette affaire a déjà coûté en partie son poste à l'ex-président de l'entreprise publique, Loïc de la Cochetière, qui a été remplacé par Didier Trutt, précédemment chez Thomson. C'est le directeur financier Yves Peccaud, limogé depuis pour faute grave et en conflit avec l'Imprimerie nationale, qui est à l'origine du scandale, début 2008, 623


refusant "de signer les comptes 2007, s'interrogeant notamment sur le rôle joué par la société de droit suisse Wed", explique Le Parisien. Un audit commandé par l'Agence des participations de l'Etat (APE, l'autorité de tutelle de l'imprimerie) à la société KPMG a conclu à l'existence de "forts soupçons de corruption", avec des procédures de contrôle "quasiment inexistantes". Le Monde.fr – fin de l’article C’est aussi un exemple qui illustre qu’Ordo ab Chao n’a pas encore pris possession de tous les pouvoirs en Europe. Par conséquent, il se peut qu’on ait encore une chance de pouvoir faire bien plus que de seulement leur mettre les bâtons dans les roues. Il faut donc convaincre nos élus, nos policiers et fonctionnaires, que ce n’est pas en écopant avec un dès à coudre qu’ils vont empêcher le bateau France de couler ! - Le « dès à coudre », ce sont tous ces exemples de corruption et de disfonctionnement de notre société qui sont parfois dévoilés. - La voie d’eau qui en est responsable, c’est Ordo ab Chao ! Il faut donc « colmater » cette voie d’eau, c’est la seule façon d’empêcher le bateau de couler ! Pour les convaincre, mon livre ne suffira pas ! Lectrices, lecteurs, c’est ici que vous avez un rôle important à jouer ! Second article : Deux anciens ministres israéliens en prison pour corruption LEMONDE.FR avec AFP | 01.09.09 | 11h14 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/09/01/deux-anciens-ministresisraeliens-en-prison-pour-corruption_1234171_3218.html#xtor=RSS-3208 Deux anciens ministres israéliens ont été écroués, mardi 1er septembre, pour purger des peines de prison pour corruption, a annoncé l'Autorité Pénitentiaire. Avraham Hirshson, ancien ministre des finances, avait été condamné en juin par un tribunal de Tel-Aviv à cinq ans et cinq mois de prison ferme pour avoir détourné à son profit 1 million de dollars entre 1998 et 2005. Il avait été ministre entre 2006 et 2007 dans le gouvernement de l'ex-premier ministre Ehoud Olmert, qui doit lui-même répondre devant la justice de trois chefs d'inculpation de corruption retenus contre lui dimanche.

L'ancien premier ministre israélien Ehoud Olmert Shlomo Benizri, ancien ministre de la santé et du travail et figure éminente du parti ultra-orthodoxe séfarade Shass, a lui été condamné, également en juin, à quatre ans de prison ferme pour corruption, fraude et entrave à la justice. Il avait été ministre de la santé en 1999-2000 puis du travail en 2001-2003. Leur incarcération intervient le jour de la reprise du procès pour viol et harcèlement sexuel de l'ex-président de l'Etat hébreu Moshé Katsav, qui avait démissionné de ses fonctions de chef de l'Etat en juin 2007 en raison des soupçons pesant sur lui. Le Monde.fr – fin de l’article 624


Voici la vraie nature du pouvoir sioniste. Ceci ne devrait pas vous surprendre outre mesure après tout ce que vous avez lu sur lui. En revanche, ces interpellations sont une (agréable) surprise ! Cela démontre que même en Israël, état en guerre donc au fonctionnement non démocratique, certains résistent de l’intérieur à ce mal qui veut se répandre sur la planète entière ! Ne l’oubliez jamais ! Troisième article : Des élections sous contrôle de l'OSCE à Corbeil ? LEMONDE.FR avec AFP | 02.09.09 | 13h17 • Mis à jour le 02.09.09 | 14h00 http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/09/02/des-elections-sous-controle-de-losce-a-corbeil_1234775_823448.html Jacques Picard, candidat (Verts) aux municipales à Corbeil-Essonnes, a demandé l'envoi d'observateurs de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) pour veiller au bon déroulement du scrutin organisé les 27 septembre et 4 octobre après l'annulation des précédentes élections, dans une lettre publiée mercredi 2 septembre. Les municipales de mars 2008 à Corbeil-Essonnes ont été annulées le 8 juin par le Conseil d'Etat, qui a déclaré Serge Dassault (UMP), maire depuis 1995, inéligible pour un an en raison de "dons d'argent".

(AFP/Jacques Demarthon) Le Conseil d'Etat a annulé, le 8 juin 2009, les élections municipales à Corbeil-Essonnes et déclaré le maire UMP Serge Dassault inéligible pour un an.

"Plusieurs indices nous font craindre le redéploiement du système de distribution condamné", écrit M. Picard dans ce courrier daté de mardi dont fait état l'édition locale du Parisien, et publié sur le blog de Corbeil-Essonnes Ecologie. Il cite notamment "l'état de déni dans lequel se retranche Serge Dassault" et "le contrôle ostentatoire qu'il exerce sur son successeur (un des ses proches employés)". Jean-Pierre Bechter, candidat choisi par M. Dassault pour tenter de lui succéder à la mairie de Corbeil-Essonnes, est administrateur des pôles presse du groupe Dassault. "L'expérience de l'OSCE dans le contrôle d'élections sincères et transparentes nous semble une des manières de garantir que le résultat des élections représentera effectivement la volonté du peuple", conclut M. Picard. Le Conseil d'Etat doit examiner vendredi un recours en révision déposé par M. Dassault, qui conteste l'arrêt rendu par la plus haute juridiction Le Monde.fr – fin de l’article Monsieur Dassault junior est le parfait exemple de gens sans scrupules qui servent l’illuminatisme en France. Qui « servent » et qui s’en servent ! Il veut à tout pris garder cette place forte qu’est la Mairie de Corbeil-Essonnes, d’une parce que c’est une tradition familiale, de deux parce que c’est 625


la « porte ouverte » à de futures magouilles, de trois parce que c’est un « titre minimal » pour « jouer dans la cour des grands » ! Chez ce personnage, c’est surtout l’orgueil qui parle … S’il perd la mairie, il deviendra un peu comme jadis, un seigneur sans terre et sans château, c'est-à-dire quelqu’un que la haute société seigneuriale méprisait et ne regardait plus ! Rendez-vous en tribunal, monsieur Dassault ! Quatrième article : Justice : Robert Badinter dénonce une "OPA de l'exécutif sur les affaires les plus importantes" LE MONDE | 01.09.09 | 10h40 • Mis à jour le 01.09.09 | 18h14 http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/01/m-badinter-denonce-une-opa-de-lexecutif-sur-les-affaires-les-plus-importantes_1234141_3224.html#xtor=RSS-3208 Nicolas Sarkozy devait donner, mardi 1er septembre, le coup d'envoi d'une réforme de la procédure pénale qui pourrait modifier en profondeur le système judiciaire français. Recevant les conclusions du comité Léger, le chef de l'Etat devrait entériner la suppression du juge d'instruction pour offrir au parquet, placé sous l'autorité du garde des sceaux, le monopole des pouvoirs d'enquête et d'accusation.

(AFP/ERIC PIERMONT) Le sénateur et ancien président du Conseil constitutionnel, Robert Badinter, en février 2007.

Le sénateur socialiste Robert Badinter, ministre de la justice de François Mitterrand (1981-1986), a été l'un des premiers à pointer les dangers d'une réforme qui supprimerait le magistrat instructeur sans octroyer, en contrepartie, un statut indépendant au parquet. Il revient sur les enjeux principaux de la future révision. Le gouvernement devrait renforcer considérablement les pouvoirs du parquet. Quelle est votre analyse ? Il ne s'agit pas d'une simple modification de la procédure pénale, à l'instar de celles qui sont intervenues depuis dix ans. La mesure essentielle proposée par la commission Léger, la disparition du juge d'instruction et son remplacement par le procureur, sous le contrôle lointain d'un juge de l'enquête et des libertés, soulève des problèmes politiques plus encore que juridiques. Si un projet de loi reprend cette proposition et qu'il est adopté par le Parlement, alors la capacité d'intervention du pouvoir exécutif dans la marche des affaires judiciaires se trouvera considérablement renforcée. Le rapport Léger, c'est le premier acte d'une OPA de l'exécutif sur les affaires les plus importantes de la justice pénale.

626


Pour justifier la réforme, on met en avant le fait que moins de 5 % des affaires pénales sont entre les mains des juges d'instruction. Mais il s'agit des crimes ou de la grande délinquance organisée, notamment financière et de corruption. Dans toutes ces affaires, les pouvoirs du parquet se trouveront sensiblement accrus. Et par voie de conséquence, ceux de la chancellerie, voire de l'Elysée. Ne s'agit-il pas là d'un mouvement de fond de la procédure pénale ? Depuis 2002, les pouvoirs du parquet n'ont pas cessé de grandir au détriment des juges du siège. Le parquet joue dorénavant un rôle décisif dans toutes les procédures rapides, les plus nombreuses face aux infractions de masse. La pratique des enquêtes préliminaires sous la direction du parquet, qui permet d'éviter de saisir les juges d'instruction, s'est également développée. Le parquet est un corps puissant dans l'institution judiciaire. Il est hiérarchisé et indivisible. Cette organisation est nécessaire à son action, et on ne saurait la remettre en cause. Mais ce corps puissant, qui aujourd'hui le dirige ? La précédente garde des sceaux, Rachida Dati, se qualifiait publiquement de "chef du parquet". On comprend que la Cour européenne des droits de l'homme ait refusé au procureur français la qualité de magistrat, au sens de la Convention européenne. Au-delà de la compétence, et de l'intégrité, la qualité première de la magistrature dans une démocratie, c'est son indépendance au regard du pouvoir politique. Comment croire à l'indépendance des membres du parquet dans les affaires sensibles, aussi longtemps que leur carrière, et notamment leur promotion, sont soumises au pouvoir politique ? La logique aurait voulu que les garanties d'indépendance des procureurs augmentent en même temps que leurs pouvoirs. Rien de tel n'est advenu. Les procureurs généraux sont toujours nommés en conseil des ministres, comme les préfets ou les généraux. S'agissant des procureurs de la République, le gouvernement n'hésite pas à passer outre les avis négatifs du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) pour leurs nominations. La révision constitutionnelle récente a rendu minoritaires les magistrats au sein du CSM, au bénéfice de personnalités nommées par le pouvoir politique. Cette situation est unique en Europe. Cette réforme intervient après les nombreuses critiques adressées au juge d'instruction... La commission Outreau avait abouti à la nécessité de la collégialité de l'instruction, que j'avais déjà fait voter en 1985 et qui n'a pas été ensuite mise en œuvre. En 2007, les parlementaires de droite et de gauche ont voté la création de pôles de l'instruction regroupant en équipes les juges d'instruction. La sagesse aurait été d'observer comment fonctionnent ces pôles avant de les supprimer. Pourquoi cette précipitation ? Le juge d'instruction a un mérite essentiel : c'est un juge du siège, indépendant. C'est vrai qu'il s'est rendu parfois odieux aux politiques avec des mises en examen spectaculaires. Certains juges ont exercé avec excès leur pouvoir. Mais la marge d'action de la chancellerie sur eux est très faible, voire inexistante. Ce n'est pas le cas pour les procureurs, dont la carrière dépend de l'exécutif. Que pensez-vous de la création du juge de l'enquête, censé contrebalancer les pouvoirs du parquet ? 627


On avance que les principaux actes de procédure touchant aux libertés individuelles devront être autorisés par le juge de l'enquête, magistrat du siège indépendant. Mais si le parquet s'abstient de demander une perquisition, dans des affaires sensibles, qu'adviendra-t-il ? Certaines enquêtes seront conduites avec un zèle particulier, d'autres avec une prudente lenteur... Nous ne sommes pas là face à un simple problème d'efficacité de la procédure pénale, mais en présence d'une question majeure de libertés publiques. Le renforcement des garanties statutaires du parquet, qu'il s'agisse des nominations, des promotions ou de régimes disciplinaire, est une condition préalable à la suppression du juge d'instruction. Le comité Léger propose d'accroître les droits de la défense pour assurer une meilleure égalité des armes entre les parties. Quelle est votre réaction ? Quand je lis dans le rapport Léger que le parquet instruira "à charge et à décharge" comme le juge d'instruction, je reste pensif. Le procureur n'est pas un juge, mais une partie au procès. Il est chargé de porter l'accusation et de réunir les preuves nécessaires à cette fin. C'est à la défense d'apporter les preuves contraires. Ne confondons pas les rôles, mais regardons les forces en présence. Nous avons un parquet puissant ayant à sa disposition les moyens considérables de la police judiciaire, les laboratoires, les fichiers, les experts. Et du côté de la défense ? L'argent sera le nerf de la guerre, comme aux Etats-Unis. Les grands cabinets d'avocats d'affaires disposent de compétences égales à celles du parquet dans les grandes affaires dont ils s'occupent. Mais le justiciable pauvre, assisté d'un avocat commis d'office, de quels moyens disposera-t-il ? L'égalité des armes entre l'accusation et la défense est un principe de la procédure en Europe. Mais ce sera l'égalité du pot de terre face au pot de fer ! Il y a un préalable financier à cette réforme : augmenter considérablement le budget de l'aide juridictionnelle. Que pensez-vous des changements prévus dans le déroulement de l'audience ? Il s'agit pour l'essentiel d'une transplantation du modèle anglo-saxon. Un président arbitre veille au respect des règles de la procédure. L'accusation et la défense recourent aux techniques de l'interrogatoire et du contre-interrogatoire. Mais cette procédure est dévoreuse de temps. Les procès complexes dureront des mois. Il faudra nécessairement recourir à la correctionnalisation de davantage d'affaires, notamment des crimes sexuels, et à des accords négociés entre parquet et avocat, en dehors du regard du public. Là encore le parquet sera maître du jeu, et l'efficacité de l'avocat dépendra de ses bonnes relations avec le procureur. Si choisir de plaider coupable aux assises entraîne une diminution de la peine encourue, combien d'accusés (parfois même innocents) et d'avocats prendront le risque de le refuser ? Dans la procédure pénale américaine, plus de 90 % des affaires sont réglées par un "deal" conclu entre le parquet et la défense. Ce sera, en France, la fin des grandes audiences criminelles, le glas de l'éloquence judiciaire. Vous me permettrez un instant de nostalgie... Propos recueillis par Alain Salles Article paru dans l'édition du 02.09.09. Fin de l’article.

628


Monsieur Badinter, de part sa position d’Homme Public, ne peut pas se permettre de dire les choses comme je le fais ici. « Vous me permettrez un moment de nostalgie … », en langue de bois, se traduit en français du peuple par : « l’ancien système est mort, voici le nouveau système qui est encore moins bien » ! Gare ! Cinquième article : L'étonnant casting de la table ronde "jeunes-police" LE MONDE | 01.09.09 | 08h46 • Mis à jour le 01.09.09 | 17h32 http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/09/01/l-etonnant-casting-de-la-tableronde-jeunes-police_1234139_823448.html#xtor=RSS-3208

Dans l'ensemble, la vingtaine de représentants d'associations de banlieue ou de jeunesse ont fait état, au sortir de la table ronde organisée, lundi 31 août, sur les rapports entre jeunes et policiers, de leur satisfaction quant à la démarche.

Après Luc Chatel, Brice Hortefeux et Fadela Amara ont-ils cédé à leur tour à la tentation de la mise en scène ? Le ministre de l'éducation nationale avait été filmé dans un supermarché, le 17 août, en train de dialoguer avec de pseudo clientes – en réalité des sympathisantes de l'UMP ou des employées du supermarché mobilisées pour l'occasion. Brice Hortefeux et Fadela Amara ont, eux, effectué un casting très serré pour offrir aux nombreux médias présents l'image du "consensus" autour de la table ronde organisée au ministère de l'intérieur, lundi 31 août, sur les rapports entre jeunes et policiers. Dans l'ensemble, la vingtaine de représentants d'associations de banlieue ou de jeunesse ont fait état, au sortir de la réunion, de leur satisfaction quant à la démarche. Pouvait-il en être autrement ? La sélection avait été soigneusement préparée par les ministres, notamment Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la ville, qui a pioché dans ses réseaux personnels. Ni putes ni soumises (NPNS), d'abord, dont l'actuelle présidente, Sihem Habchi – qui a succédé à Fadela Amara à ce poste – s'est félicitée, devant les caméras, de l'approche préventive choisie par le gouvernement. Même chose pour SOSRacisme, resté proche de la secrétaire d’Etat : son président, Dominique Sopo, a ainsi salué le "dialogue engagé" et souhaité un "travail fructueux". Il n'est pas sûr, toutefois, que ces déclarations aient beaucoup d'impact dans les cités: les deux associations n'y disposent que d'une implantation limitée et y font l'objet de critiques virulentes, sinon d'un profond rejet. Au moins, les habitants de banlieue connaissent-ils leur existence. Car, pour la fédération Léo Lagrange, la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) ou la Coordination d'associations de l'éducation populaire (Cnajep), invités à représenter la jeunesse devant les ministres, il est à craindre que la plupart des jeunes ignorent tout de leurs activités. PROXIMITÉ AVEC L'UMP 629


La légitimité des associations locales sélectionnées est à peine meilleure. En dehors d'une poignée de figures bien implantées, les ministres ont invité des interlocuteurs connus pour leur proximité avec l'UMP. Comme Raid d'aventure, placée sous le patronage de Nicolas Sarkozy et dont le président d'honneur est le sénateur UMP Serge Dassault. Ou comme l'association Zy'Va, largement financée par le conseil général des Hauts-de-Seine et pressentie par l'UMP, pendant la campagne présidentielle de 2007, pour accueillir un déplacement symbolique, et très sensible, du candidat Sarkozy en banlieue. Quant à Driss Ait Youssef, invité au nom d'APC recrutement, il est auditeur de l'Institut national des hautes études de sécurité (INHES), un organisme rattaché au ministère de l'intérieur. Mais il s'est surtout fait connaître en conseillant Sarkozy – le fils, Jean, conseiller général UMP des Hauts-de-Seine – sur les banlieues. Entre communication et fabrication artificielle du "consensus", la frontière est parfois bien étroite. Luc Bronner Article paru dans l'édition du 02.09.09. Fin de l’article. Afin qu’on en rigole un peu, laissez moi réécrire cet article et vous comprendrez ma conclusion : « A la suite de l’exposition de leur plan politique, les camarades Brice Hortefeux et Fadela Amara ont déchainés l’enthousiasme et la jovialité de tous les responsables d’associations des laborieuses foules des citées. C’est encore une grande victoire du « petit père des peuples », notre grand leader, le camarade Nicolas Sarkozy ». Ils en sont donc réduits à faire cela pour tenter de faire croire qu’il y a encore des gens qui les écoutent et les acclament. Ils sont pitoyables ! C’est ce qu’on pourrait interpréter, mais … Je le proclame ici haut et fort : l’élite de ceux qui constituent aujourd’hui l’Etat français sont non seulement racistes, mais aussi racistes anti-jeunes sur un fond plus général. Ceux qui, d’origine étrangère, cohabitent avec ce pouvoir, sont soit d’incommensurables naïfs, soit des collabos qui seront jugés en leur temps ! Au moins, il y en a eu un qui, après avoir compris le rôle que l’on cherchait à lui faire jouer, à démissionné ! Chapeau ! Qu’ils aient le courage de faire une de ces réunions avec les vrais concernés …chez eux ! Mais je ne sais pas dans quel état ils devraient pouvoir en ressortir ! Conclusion : Pour moi, cette mascarade n’est pas un aveu de faiblesse, mais plutôt de la radicalisation du pouvoir et du fait que l’on a franchi un palier supplémentaire vers l’abandon de la démocratie. Puissiez-vous le comprendre ! La pathocratie et ce qui en découle ou la ponérisation sociale ! Ici, nous déboucherons sur la quintessence de cette encyclopédie. C’est une étude complètement dénuée de toute interprétation religieuse. Cette partie va donc ravir les athées car ses conclusions seront proches des leurs, en tout cas très rationnelles. Nous n’avons que trop parlé de religion jusqu’alors. Certes, ce fut indispensable et très utile, car cela levait un voile qui cachait la compréhension du mécanisme et de l’existence d’Ordo ab Chao, qui est aussi une religion qui a pour particularité qu’elle combat toutes les autres. Mais cette religion luciférienne n’est qu’un moyen, parmi tant d’autres, de fédérer des gens qui leur ressemblent, pour les associer à un but commun. Peut-être … j’oserai affirmer « une invention », c'est-à-dire que Lucifer n’existe pas et que cette égrégore incarne ce qui est mauvais en nous … mais pas de tous ! 630


Il n’y aurait que deux sous-espèces humaines. Ce qui suit s’inspire en partie de la discussion présente dans la page web : http://www.futurquantique.org/les-podcasts/47-les-transcriptions/364-podcast-63-controle-mentalhaarp-et-la-catastrophe-a-venir … que je vous convie à consulter. La différentiation des être humains ne se ferait donc pas sur les questions de races ou de religions. En fait, notre propre histoire nous instruit à ce sujet : nous avons le combat du bien et du mal que l’on retrouve dans toutes les mythologies, dans toutes les religions et même dans la philosophie. Mais au-delà de ce concept qui cache une autre vérité, se comprend qu’il existe deux types d’êtres humains : - un qui développe de la compassion envers ses congénères et qui représente le plus grand nombre. C’est pour cela qu’il est identifié comme normalité ! - un autre qui est totalement étranger à toutes formes de compassion, c’est une pathologie marquée entre autres par l’absence de ce genre de sentiments. Ces gens ne sont pas fous dans le sens qu’attribue habituellement la médecine à ce terme. Ils sont capables d’intelligence et de ruse, de patience et de soumission à un plan comme cet ouvrage vous l’a démontré et au fond d’eux-mêmes, sans se l’avouer puisque leur état leur apparait comme celui de la normalité, savent bien ce qu’ils font. Ce sont des psychopathes, une forme particulière de cette maladie caractérisée par l’absence de compassion envers autrui. Ce qui les rend terriblement redoutables dans leurs projets lorsqu’ils arrivent, avec habilité, à cacher cette pathologie et à donner des signes de « normalité » à l’autre camp. Ceci explique la capacité d’intrigues de nos « seigneurs » de jadis, les empoisonnements, les assassinats en masse, …autant de « simples » obstacles surmontés entre eux et le pouvoir ! Comprenez bien que ce qu’on nous ne pourrions faire à autrui, pour des raisons d’étiques et de morales, eux, ils le font sans que cela les dérange le moins du monde. En plus, ne pensant pas comme eux, il nous est très difficile d’anticiper et de contrecarrer les mauvais coups que ces gens nous préparent. Pire encore, il nous est souvent impossible d’admettre la réalité du fait qu’ils puissent réaliser des choses si immondes, si immorales !

631


(Montage photo) Le nouveau président prête serment après son élection ! Comédie obligée à mourir de rire pour ces gens dénués de tous scrupules ! http://1.bp.blogspot.com/_qUFDMUpk9jE/SYlgv_hNXI/AAAAAAAAPcc/QAjQeGkZeB4/s1600-h/house_dees.jpg

L’encyclopédie que vous parcourez ici à pour but de rendre plus rationnel l’explication de cet état de fait à ceux d’entre-vous qui ont un point de vue religieux, et à l’inverse, insister sur une interprétation plus mystique à l’adresse de mes lecteurs athées. Car, vous avez pu le comprendre, la vérité se situe entre ces deux point de vues généralement opposées. Et ces deux camps sont tout autant concernés par l’action de ces malades mentaux qui profitent de cette division ! Il a donc fallu vous réécrire et réexpliquer ce point de vue de sorte qu’il devienne acceptable aux deux parties et tend à les réconcilier, car le danger encouru aujourd’hui est si grave, si préjudiciable pour notre avenir et notre liberté, que seule notre union pourrait y faire face. La ponérologie, qu’est-ce ? C’est l’étude du mal lorsqu’il se hisse dans les pouvoirs humains. Ce mal représente une classe d’individus psychopathes et leurs petites manigances pour s’acquérir du pouvoir et ensuite les délires qui nous arrivent quand ils en abusent. Quand le processus de prise de pouvoir par ce mal est en cours, on parle alors de ponérisation. Vous retrouverez tous ces termes en plus détaillés dans le dictionnaire. La pathocratie, qu’est-ce ? En très simple, c’est lorsque des individus désignés ci-avant comme psychopathes, arrivent au sommet des pouvoirs d’un pays, avec des conséquences qui sont tout sauf d’être innocentes et négligeables. Le plus parfait récent exemple est celui de l’Allemagne nazie. Encore plus récent, l’aventure du sionisme et de l’Israël moderne, bien qu’on ne puisse en tirer rationnellement toutes les leçons pour cause de sujet tabou et de désinformation officielle. Mais l’épisode de l’Allemagne nazie n’est pas achevé, contrairement à ce que tout le monde semble penser. Nous en sommes actuellement et pleine résurgence, ce n’est plus l’Allemagne qui en est le vecteur, mais le Sionisme, les USA, la Russie et tous les gouvernements qui ont fait allégeance à Ordo ab Chao. Pour parvenir à ce niveau de domination, le nazisme, qui porte aujourd’hui d’autres noms, a abandonné la technique de l’épreuve de force militaire pour se recadrer dans la prise de pouvoir économique et technologique. 632


Avouez que cela est très difficile à concevoir, à mettre un lien entre le feu nazisme et Ordo ab Chao, sans les explications que je viens de vous faire. Et là, tout devient clair. La famille Rothschild, par la domination économique, n’a eu de cesse à favoriser l’ascension sociale des psychopathes et d’organiser nos sociétés pour qu’elles deviennent progressivement des pathocraties. Le communisme, le capitalisme, le luciférisme, les Illuminati, la Synarchie, … sont autant de structure plus aptes à fédérer ces individus, à les repérer et les intégrer, à les structurer en force dominante. Ces pathocraties ne leur obéissent pas : c’est plus subtil que cela, elles s’intègrent d’office à Ordo ab Chao. Comme le feraient naturellement des membres au sein d’une famille ! Le nazisme, en comparaison, et toutes les autres formes actuelles liées à ce concept, n’est qu’un autre outil de mise en application de leurs principes et de destruction de l’autre camp. Cette simplification de la schématique du problème qui nous concerne à l’énorme avantage de nous faire comprendre tous les tenants et aboutissants que d’autres approches politiques ou religieuses n’arrivaientt à décrypter. Et si une certaine forme de psychopathie était d’origine génétique ? Cela expliquerait les mariages entre familles Illuminati. Cette histoire de descendre de David ne serait donc à la fois qu’un prétexte destiné à cacher ce fait génétique et un mythe du genre de ceux qui stimule l’esprit humain et sa vanité (impression de supériorité et de légitimité). La psychopathie se définie avec une consonance génétique et en cela se distingue de la sociopathie (que certains confondent) dont l’évolution en temps que maladie, fut influencé par un milieu social souvent défavorable. Mais la génétique a ses lois et rien n’est absolu sur Terre. Dans les familles Illuminati, prompt à la psychopathie, ceux qui naissent psychopathes sont repérés et intégrés d’office. Ils représentent donc à leurs yeux, la normalité et deviennent des dirigeants. En revanche, il y en a qui, toujours issus de ces familles, naissent « anormal » (pour eux et normal pour nous) : c'est-à-dire doués de compassion envers autrui. A ce niveau, un véritable programme de restructuration de l’esprit est mis en œuvre : - Expérimental (mais déjà bien avancé) au niveau nazi de la Seconde Guerre Mondiale. - Mis au point par inspiration militaire aux USA sous le nom de Projet Monarque. Utilisé depuis pour « recadrer » les membres des familles repérés comme anormaux (c'est-à-dire dotés de compassion, ce qui est normal pour nous et anormal pour eux). La scientologie n’est ni plus, ni moins, une école de recadrage de ces gens, mais pas seulement. Elle s’applique aussi à transformer des gens dits normaux (dotés de compassion) en des esclaves-outils qui peuvent les servir. Notez qu’il n’y a pas que l’Eglise scientologique qui pratique ces « réajustements ». - Utilisé aussi pour transformer un individu doté de compassion en être à personnalités multiples utilisé à des fins esclavagistes (lui faire réaliser ce qu’il ne ferait pas autrement) : esclavage sexuel, assassinats, transport de message à son insu caché dans son inconscient pour en faire un espion parfait (même torturé, il ne pourra rien dire), … 633


L’éducation peut déjà, en soit même, être un programme de modification intellectuelle. C’est ce qu’il arrive quand, dans nos familles « normales », nous héritons d’un enfant violent ou voleur : nous essayons de corriger ses défauts. Mais ce dont je parle va bien plus loin que cela : il est question de destruction de l’esprit par des violences et chocs répétés et subtilement imposés qui vont du viol dès la plus jeune enfance aux tortures les plus sadiques, combinées à de l’hypnose et d’autres techniques qui vous plongent en transes. L’injection de drogue y tient aussi un rôle important. Le but de la manœuvre est de non seulement annihiler toute tentative de résistance de votre esprit, mais aussi d’atteindre la partie subconsciente de votre cerveau afin de pouvoir la programmer tel qu’on le ferait à un ordinateur. Ces pourquoi ces tortionnaires parlent de « programmation ». Ils créent ainsi chez leurs victimes des personnalités multiples qui ne ressurgissent que sur ordre : généralement une phrase enfouîtes dans le subconscient et qui sert de code d’activation. Par exemple, une femme que l’on nommera « Nadine », secrétaire de direction dans sa vie normale, avec tel ou tel code prononcé, deviendra « Lilith » la putain, Véronique la tueuse, « Nathalie » la délivreuse de message, … sans aucun souvenir de tout cela lorsqu’elle redeviendra la « Nadine » du quotidien ! Au point de vue militaire, comme pour celui des mafias, cela devient le soldat-espion idéal qui, même lorsqu’il est capturé par l’adversaire, ne saura parler, mêmes sous la torture ! Mais dans un point de vue satanique, jouer ainsi avec les gens revient à un raffinement suprême ! Ils peuvent donc amener une personne à faire des choses abominables, sans qu’elle en ait le moindre souvenir dans son quotidien. Généralement, ces gens finissent par se suicider, car cela fait souvent parti de la programmation qu’ils reçoivent. Marylin Monroe à la réputation d’avoir été le premier prototype fonctionnel de ce qu’ils appellent depuis un « mannequin présidentiel ». Les assassins des deux frères Kennedy sont aussi soupçonnés d’avoir été des « programmés »! De cette sorte, les commanditaires de ces crimes, non seulement ne se mouillent pas dans ces sales affaires, mais brouillent toutes les pistes qui pourraient les y relier. Remarquez bien qu’ils utiliseraient alors, pour ce faire, des gens « normaux » qui n’ont rien a voir avec leurs familles régnantes. Cette toute puissance sur les âmes et les esprits, semble s’apparenter à des cas de possession sataniques, mais il n’en est rien. Ceci est donc savamment induit et provoqué de façon artificielle, c’est encore une forme de « triche » Illuminati. Si Lucifer existait et serait si puissant que cela, pourquoi ne résoudrait-il pas lui-même ses affaires ? Tout ce que je viens d’affirmer est le résumé de découvertes effectués par des scientifiques (médecins, psychiatres, chercheurs, …) confrontés à ce problème lors de la consultation de patients aux personnalités multiples. Ce secret, assimilé à un mythe avant 1980, à donc fait long feu et est aujourd’hui considéré comme une réalité qui dévoile tout un pan du projet Illuminati. Car un « multiple » (c’est ainsi que les médecins les dénomment), placé sous hypnose, se rappelle de tout ce qu’on lui a fait et de tout ce qu’on lui a fait faire. C’est pourquoi leur programmation s’est encore sophistiquée ces deux dernières décennies pour tenter d’y intégrer des clefs qui les poussent au suicide ou au meurtre si les médecins parvenaient à trouver les codes et à les faire parler. « L’Exposé Grennbaum » 634


Pour tout complément et approfondissement de cette question, veuillez consulter « l’Exposé Greenbaum » dans tous les sites qui en parlent. En voici un au hasard : http://futurquantique.org/articles/ponerologie-et-psychopathie/34-ponerologie-et-psychopathie/97lexpose-greenbaumIl s’agit du compte rendu d’une conférence « … intitulé à l’origine "Hypnosis in MPD: Ritual Abuse"[1] mais plus généralement connu sous l’intitulé d’ "Exposé Greenbaum", donné lors de la Quatrième Conférence annuelle de la Région de l’Est, sur les sévices et les personnalités multiples, le jeudi 25 juin 1992, au Radisson Plaza Hotel, Mark Center, Alexandria, Virginie (USA) » (texte du site). Pour ce qui est du sérieux du conférant et de sa crédibilité, jugez par vous-même : « Dans l’introduction nous trouvons des informations concernant la biographie de D. Corydon Hammond: B.S. M.S. Ph.D (Psychologie de conseil) diplômé de L’Université de l’Utah Diplômé en Hypnose clinique, auprès de l'American Board of Psychological Hypnosis Diplômé en Thérapies sexuelles auprès de l’American Board of Sexology Chef de Clinique et membre du jury d’examen auprès de l’American Board of Sexology Diplômé en Thérapies matrimoniales et sexuelles auprès de l’American Board of Family Psychology Licencié en Psychologie, Licencié en Thérapies matrimoniales, Licencié en Thérapies familiales, Etat de Utah Chercheur associé, Professeur de Médecine de Réhabilitation auprès de la Utah School of Medicine Directeur et Fondateur de la Sex and Marital Therapy Clinic, University of Utah. Professeur-associé adjoint en Psychologie éducationnelle, University of Utah, Vérificateur d’articles soumis à l’American Journal of Clinical Hypnosis Editeur-conseil et Membre fondateur, Comité des Publications, Vérificateur de l’ Ericsonian Monograph, The Journal of Abnormal Psychology 1989 Prix présidentiel du Mérite, American Society of Clinical Hypnosis 1990 Prix pour le secteur urbain, American Society of Clinical Hypnosis Président de l’American Society of Clinical Hypnosis ». Pour ceux d’entre-vous qui n’ont pas Internet, voici de petits extraits de cette conférence qui viennent compéter une partie de ce que nous venons d’étudier. Vous remarquerez que tous le contenu des travaux de ce médecin-chercheur « colle » avec tout ce que je vous ai dit des Illuminati : Extrait : « … Voilà comment cela semble avoir commencé. A la fin de la deuxième guerre mondiale, Allen Dulles et d’autres personnes de la communauté du Renseignement se trouvaient déjà en Suisse en train de prendre des contacts pour 635


s’allier avec des scientifiques nazis. A la fin de la guerre, ils n’ont pas seulement été chercher des scientifiques capables de fabriquer des fusées, mais aussi des médecins nazis qui avaient fait des recherches sur la programmation du mental dans les camps. Ils les ont fait venir aux Etats-Unis. Parmi eux il y avait un jeune garçon, un adolescent, qui avait été élevé dans la tradition juive hassidique et le mysticisme cabalistique, ce qui devait probablement avoir de l’attrait pour les membres du culte, car vers le début du siècle Aleister Crowley avait introduit des éléments de la Cabale dans du satanisme. Je soupçonne qu’un lien s’est créé entre eux. Mais il a sauvé sa peau en collaborant et en étant un de leurs assistants dans le cadre des expériences faites dans les camps de la mort. Ils l’ont emmené avec eux. Ils ont alors entrepris des recherches dans le domaine du contrôle du mental pour le Renseignement militaire, dans des hôpitaux militaires aux Etats-Unis. Les gens qui sont venus, les médecins nazis, étaient des satanistes. Par la suite, le garçon a changé son nom, l’a américanisé, a obtenu un diplôme de médecin, a pratiqué la médecine, et a poursuivi le travail qui semble être au cœur de la programmation par ce culte de nos jours. Son nom est connu de nombreux patients dans tout le pays. Ce qu’ils font à la base, c’est qu’ils prennent un enfant et ils commencent le travail de base, semble-t-il, vers environ deux ans et demi, quand l’enfant a déjà été rendu dissociatif. Ils le rendent dissociatif non seulement par des sévices, comme des abus sexuels, mais aussi en faisant des choses comme de placer un piège à souris au bout de ses doigts et en ordonnant aux parents : "vous n’entrez pas avant que l’enfant ait cessé de crier. Alors seulement vous entrez et l’enlevez." Ils commencent de manière rudimentaire vers deux ans et demi et passent à la vitesse supérieure vers six ans ou six ans et demi, poursuivent pendant toute l’adolescence, avec des renforcements périodiques dans l’âge adulte. Fondamentalement, au cours de la programmation l’enfant est placé sur une civière. Il a un goutte-à-goutte dans une main ou un bras. Il est attaché, nu. Des fils électriques sont placés sur sa tête pour surveiller l’électroencéphalogramme. Il voit une lumière pulsante, souvent rouge, parfois blanche ou bleue. Le plus souvent on lui administre ce que je crois être du Demerol. Parfois ce sont d’autres drogues, selon le type de programmation. Je crois qu’ils en ont fait une science et ils ont appris à en donner tant toutes les vingt-cinq minutes, jusqu’à ce que la programmation soit achevée …. ». Autre extrait : « … Je vais vous dire de quoi il s’agit. Supposons que tout le premier rang ici soit occupé par des multiples, et qu'elle a un alter ego nommé Helen, elle en a un nommé Mary, elle en a un nommé Gertrude, elle en a un nommé Elizabeth, et elle en a un nommé Monica. Tous ces alter ego peuvent avoir fait l’objet d’une programmation, désignée, disons par alpha-zéro-zéro-neuf. Quand un membre du culte prononce: "Alpha-zéro-zéro-neuf" ou fait un certain geste de la main pour l’indiquer, il fait appel à cette même partie chez n’importe lequel d’entre eux, même si les noms sont différents de ceux qui vous sont connus. Les Alphas semblent représenter la programmation générale. Les Bétas semblent être des programmes sexuels. Par exemple, comment procéder à une fellation, comment accomplir le contact sexuel lors de rituels, cela concerne l’exhibition de pornographie enfantine, la mise en scène de pornographie enfantine. Les Deltas sont des tueurs entraînés à tuer lors des cérémonies. Il y a aussi de l’automutilation mélangée à ces mises à mort, à ces meurtres. Les Thêtas sont des tueurs psychiques. 636


Vous savez, de ma vie je n’avais jamais entendu ces deux mots associés. Je n’avais jamais entendu parler de "tueurs psychiques", mais quand vous êtes devant des gens dans divers états, et aussi des thérapeutes qui enquêtent et demandent; "Qu’est-ce que Thêta ?" et que les patients répondent : "tueurs psychiques", on a tendance à conclure que certaines choses sont très systématiques et très répandues … ». Autre extrait : « … Ça me fascine, des cas comme l’assassinat de Robert Kennedy, où Bernard Diamond, quand il a examiné Sirhan Sirhan, a découvert qu’il était totalement amnésique en ce qui concernait l’assassinat de Robert Kennedy, mais que sous hypnose il s’en souvenait. Mais en dépit de suggestions qu’il se souviendrait quand il reprendrait conscience, il n’a pu se souvenir de rien une fois la séance d’hypnose terminée. J’aurais bien aimé examiner Sirhan Sirhan ... ». Autre extrait : « … Dans un cas j’ai obtenu une autre couleur et j’ai découvert par la suite qu’il s’agissait d’un médecin dont le nom était une couleur, et qui avait reçu une formation, trente années auparavant, par le Dr Green (Vert) et il surveillait en partie la programmation de cette femme sous la surveillance de ce médecin. Je me rappelle qu’une femme n’a rien pu trouver. Aucun alter ego ne voulait parler. J’ai dit : "Bon" et nous sommes passés à autre chose. Environ deux minutes plus tard elle a dit : "Green. Vous voulez parler du Dr Green (Vert) ?" Nous avons trouvé cela partout. Il semble y avoir une Programmation Verte en dessous de tout ça, et je soupçonne que plus on descend, plus on trouve des programmes moins nombreux mais plus ciblés. Eh bien, toute Programmation Verte, c’est Ultra-Vert et Arbre Vert. Du mysticisme cabalistique est mêlé à tout ça. Si vous voulez travailler dans cette direction il vous faudra acquérir quelques ouvrages sur la Cabale. Par exemple, Qabala, avec "q", écrit par Dion Fortune. Un autre, The Kabbalah de Ann Williams-Heller. Je ne connaissais rien à la Cabale. C’était intéressant. Un patient venu en avance et qui avait dû attendre un temps considérable dans ma salle d’attente, il y a deux ou trois ans, avait très soigneusement dessiné en détail un arbre cabalistique multicolore. J’avais mis deux mois à comprendre de quoi il s’agissait. Finalement, je l’ai montré à quelqu’un qui m’a dit : "Tu sais quoi? Ça ressemble terriblement à l’arbre de la Cabale". Alors ça a fait tilt dans ma tête et je me suis souvenu de textes ésotériques dans un vieux livre que j’ai été recherché. C’était la biographie du Dr Green. Ce qui est intéressant au sujet de l’Arbre Vert, c’est que son nom était à l’origine Greenbaum. Et que signifie "Greenbaum" en allemand ? Arbre Vert. Cet arbre-là, l’Arbre Vert. J’ai aussi eu des patients qui ne semblaient pas savoir que son nom original était Greenbaum, mais qui disaient que certaines personnalités intérieures étaient nommées M. Greenbaum. Je voudrais à présent vous donner certaines informations au sujet des identités intérieures, et qui pourront vous être utiles si vous avez à enquêter sur ce genre de choses, parce que mon expérience est qu’une identité vous donnera certaines informations et puis n’aura plus rien à dire, se mettra sur la défensive ou bien prendra peur, et s’arrêtera. Alors vous accusez le coup, vous arrêtez les frais, vous partez dans une autre direction, et vous trouvez une autre identité. Je vais vous dire les noms des

637


personnalités à appeler, et dont il faut demander s’il y a une identité répondant à ce nom. A propos, quand je scrute les patients et que je tâte le terrain, je lance quelques fausses indications, et je demande : "Y a-t-il à l’intérieur, une identité de tel ou tel nom» ? Pour vérifier s’il y a ou non authenticité. Par exemple, en plus du noyau je demande : "Y a-til à l’intérieur une identité nommée Sagesse ?" La Sagesse fait partie de l’Arbre de la Cabale. J’ai souvent trouvé que la Sagesse est utile et donne un tas de renseignements. "Y a-t-il à l’intérieur une identité nommée Diana ?" Je peux lancer tout un tas de choses. "Y a-t-il à l’intérieur une identité nommée Zelda ?" Jusqu’à présent, je n’en ai pas rencontré une seule ! Juste pour voir quels types de réponses je vais avoir. J’essaie de procéder avec prudence. Diana est une identité qui, dans le système cabalistique, est associée à une identité nommée Fondement. Vous serez très intéressés de savoir cela. Vous vous souvenez de la Process Church (ou Eglise du Jugement Dernier)? La femme de Roman Polanski, Sharon Tate, a été assassinée par la Famille Manson, dont les membres faisaient partie de l’Eglise du Jugement Dernier ? Des tas de gens en vue, d’Hollywood, y étaient associés, mais alors ils se sont fait oublier, vers 1978 disent les livres, et ont disparu. Eh bien, ils sont tous en bonne santé et résident dans le sud de l’Etat de Utah. Il y a un épais dossier au Ministère de la Sécurité Publique de l’Utah, qui contient de nombreux documents prouvant qu’ils sont allés s’installer dans le sud de l’Utah, au nord de Monument Valley, y on acheté un ranch de cinéma dans le désert, l’ont rénové, agrandi, construit des annexes, et établi un système de surveillance étroite: très peu de gens en sortent, personne n’y entre, et ils ont tous changé de nom. Il y a un mot clé dans leur nom : "Fondation". La Fondation. Il y a d’autres mots encore. La Fondation fait partie de l’Arbre. Donc si vous demandez : "Y a-t-il à l’intérieur quelque chose qui est connu comme La Fondation ?". Je demande parfois d’autres choses pour déstabiliser les gens : "Y a t-il quelque chose qui est connu comme étant le Souterrain ?". Eh bien, ça leur dira peut-être quelque chose. Ou bien : "Est-ce qu’il y a quelque chose qui est connu comme les Murs ?" On peut poser des tas de questions pour passer les choses au crible. J’ai aussi découvert qu’il y a souvent une identité connue sous le nom de "Maître Noir" une identité nommée "Maître Programmeur" et qu’il y a à l’intérieur, des opérateurs d’ordinateur. Combien d’entre vous ont trouvé des choses relatives aux ordinateurs chez leurs patients ? Ce sont en général des opérateurs d’ordinateurs : Computer Operator Black (Noir), Computer Operator Green (Vert), Computer Operator Purple (Pourpre). Parfois ils ont des nombres à la place, parfois ils sont appelés Directeurs des Systèmes Informatiques. Il est possible de trouver celui qui est à la tête. Il y aura une certaine source d’information pour vous. Je demande à l’intérieur : "Y a-t-il à l’intérieur une identité nommée Dr. Green?" Vous verrez qu’il y en a bien une, s’ils ont ce type de programmation. C’est en tout cas ce que j’ai trouvé … ». Autre extrait : « … Ainsi, toutes ces identités peuvent vous donner diverses informations. Notez qu’ils ont essayé de protéger cela très soigneusement. Je vais vous donner un exemple avec Ultra-Vert. Je pensais que ce genre de programmation n’affectait que des membres d’une lignée. Je l’ai découverte aussi dans des gens ne faisant pas partie d’une lignée, mais les choses sont légèrement différentes. Ils ne veulent pas que ce soit la même chose. Je ne 638


pense pas que vous allez trouver des choses très profondes comme de la programmation Ultra-Verte et probablement même pas de la programmation Verte chez des gens qui ne font pas partie d’une lignée. Mais laissez-moi vous expliquer quelque chose que j’aie découvert d’abord chez un patient “non lignée” et ensuite chez un patient de lignée. Nous progressions, et une patiente était proche de la guérison, proche de l’intégration finale dans une “non-lignée”, quand elle a soudain commencé à avoir des hallucinations, ses doigts sont devenus comme des marteaux, et autres choses de ce genre. J’ai donc mis en place une passerelle d’affect, nous sommes revenus en arrière, et nous avons trouvé que ce qui se passait c’était qu’ils lui avaient suggéré que si elle guérissait, elle allait devenir folle. Pour ce faire, ils l’avaient attachée et lui avaient administré du LSD alors qu’elle était âgée de huit ans. Quand elle a commencé à avoir des hallucinations ils lui ont demandé quelle était la nature de ces hallucinations de manière à pouvoir les utiliser, de la bonne manière éricsonienne, les mettre à profit et ensuite combiner les effets de la drogue avec de puissantes suggestions. "Si tu arrives à ce point, tu deviendras folle. Si tu te réintègres et guéris complètement tu deviendras folle, comme ceci, et tu resteras enfermée dans une institution pendant tout le reste de ta vie”. Ils ont fait ces suggestions de manière répétée et vigoureuse. Pour finir, ils ont introduit d’autres suggestions : "Plutôt que de laisser cela se produire, il vaudra mieux que tu te tues." … ». Autre extrait : « …Il y aura des pièges sur le chemin s’ils sont d’une lignée, quand ils iront mieux, on les fera se tuer. Je vais en toucher quelques mots. Je crois que certaines personnes qui subissent des sévices rituéliques et n’ont pas cela ont été rituellement abusées mais font sans doute parti d’un groupe secondaire. Le satanisme se trouve au cœur de la philosophie générale, chapeautant le tout. Certains se demandent : "Pourquoi tout ça ?" Je pense qu’il se pourrait qu’ils veuillent disposer d’une armée de candidats mandchous, des dizaines de milliers de robots mentaux qui se livreront à la prostitution, à la pornographie enfantine, au commerce de la drogue, au commerce international des armes, aux films avec morts en direct, toutes sortes de choses très lucratives et qui feront monter les enchères, et en fin de compte les mégalomanes du sommet penseront à créer un ordre satanique qui gouvernera le monde … ». (Dernier extrait) Voici la liste des renvois de fin de texte de la version écrite de la conférence : [1] Hypnose en MPD: Sévices rituéliques (NdT) [2] Multiple-Personality Disorders (NdT) [3] Convaincu que les Scientifiques allemands pourraient aider les Américains dans leurs efforts d’après-guerre, le Président Harry Truman décida en septembre 1946 d’autoriser le projet “Paperclip”, un programme destiné à faire travailler des scientifiques allemands triés sur le volet pour l’Amérique pendant la « Guerre Froide » . Cependant, Truman avait expressément décidé d’exclure quiconque “avait été membre du parti Nazi et participé en son nom propre aux activités de celui-ci, ou avait activement soutenu le nazisme ou le militarisme.” Le War Department’s Joint 639


Intelligence Objectives Agency (JIOA) (Agence pour les Objectifs Communs des Renseignements du Ministère de la Guerre) mena des enquêtes de fond sur les scientifiques. En février 1947, le directeur de la JIOA, Bosquet Wev, soumit pour examen, le premier lot de dossiers de scientifiques aux Ministères de l’Intérieur et de la Justice. Ces dossiers étaient accablants. Samuel Klaus, Représentant du Ministère de l’Intérieur auprès du Conseil de la JIOA, prétendit que tous les scientifiques dont le nom apparaissait dans ce premier lot étaient « d’ardents Nazis ”. Leur demande de visa fut rejetée. Wev écrivit un mémorandum déclarant que “les intérêts supérieurs des Etats Unis avaient été bafoués par ceux qui « usaient leurs forces à fouetter le cheval crevé du Nazisme ». Il déclara également que le retour de ces scientifiques en Allemagne où ils pourraient être exploités par les ennemis de l’Amérique, “présentait un danger bien plus grave pour la sécurité du pays que n’importe quelle affiliation passée au parti nazi, ou n’importe quelle sympathie passée ou présente pour ce parti ». Lorsque la JIOA fut formée afin d’investiguer le passé des scientifiques et de monter les dossiers concernant les Nazis, le chef des Renseignements Nazis, Reinhard Gehlen, eut une entrevue avec Allen Dulles le Directeur de la CIA. Dulles et Gehlen sympathisèrent immédiatement : Gehlen était un maître-espion pour les Nazis et avait infiltré la Russie grâce à son vaste réseau de renseignement nazi. Dulles promit à Gehlen que son Unité de Renseignement était en sécurité à la CIA. Dulles fit réécrire les dossiers des scientifiques pour supprimer toutes les preuves susceptibles de les incriminer. Comme promis, Allen Dulles remit l’Unité de Renseignement Nazi à la CIA, ce qui ensuite permit d’entreprendre de nombreux projets-parapluie se basant sur la folle recherche nazie. (MK-ULTRA / ARTICHOKE, OPERATION MIDNIGHT CLIMAX). Pour 1955, plus de 760 scientifiques allemands avaient reçu la nationalité américaine et occupaient des postes éminents au sein de la communauté scientifique américaine. Nombre d’entre eux avaient été pendant longtemps des membres du parti nazi et de la Gestapo, avaient procédé à des expériences sur des êtres humains dans les camps de concentration, avaient utilisé de la main d’œuvre esclave, et commis encore d’autres crimes de guerre. Dans un exposé paru en 1985 dans le “Bulletin of the Atomic Scientists” Linda Hunt écrivait qu’elle avait examiné plus de 130 rapports sur des sujets se rapportant au Projet Paperclip et que chacun de ces rapports avait été « changé de manière à éliminer toute classification « menace à la sécurité ». Le Président Truman qui, dans le cadre du Projet Paperclip, avait explicitement ordonné de n’admettre aucun Nazi, ne fut naturellement jamais informé que sa directive n’avait pas été respectée. [4] Le IMR est une méthode d’exploration destinée mettre à jour des éléments réprimés, utilisée très fréquemment par les hypnothérapeutes. A un niveau subconscient, l’individu se souvient généralement de tout, même de ce qui est trop traumatisant à amener dans le conscient. Une suggestion de lever le doigt pour signaler la réponse en évitant de passer par le mental, et des questions demandant des réponses par “oui” ou par “non” sont alors posées. [5] Il est à remarquer que le nouveau “culte” à la mode parmi de nombreuses personnalités du monde des médias, s’appelle “Kaballah.” Ce groupe vend des cours 640


offrant "une vie pleinement épanouie" plus "le contrôle des lois naturelles". Le fondateur de cette secte, Philip Berg, qui a troqué son nom contre celui de Feivel Gruberger, a été courtier en assurances à Brooklyn avant de devenir professeur de kabbale et écrivain. On dit que leur modèle “commercial” est la Scientologie - i.e. la vente agressive. Je pense que c’est bien plus sinistre que cela, au vu des informations contenues dans l’exposé Greenbaum. Pour finir, revenons sur la discussion (http://www.futurquantique.org/les-podcasts/47-lestranscriptions/364-podcast-63-controle-mental-haarp-et-la-catastrophe-a-venir ) citée en début de cette partie. En voici deux extraits : « … Henry

Nous devrions dire en guise de bonne introduction aux états dissociatifs que le livre The Myth of Sanity de Martha Stout est excellent.

Laura

Donc, sans entrer dans les détails, parce que vous pouvez avoir l’essentiel en lisant l’exposé Greenbaum, le fait est qu’ils ont appris à dissocier délibérément l’être humain en commençant à un très jeune âge et à créer ce qui pourrait être le parfait espion ou le parfait agent. Et la raison pour laquelle c’était important pour eux est assez évidente lorsque vous êtes engagé dans une guerre contre un ennemi dont les chefs d'état sont continuellement engagés dans la guerre contre des ennemis, c'est aussi vieux que le monde. Ils veulent des terres, ils veulent de l’argent, ils veulent des biens, ils veulent des ressources, des esclaves, des femmes, tout ce que vous voulez. Donc, avoir de parfaits espions qui peuvent ou bien exécuter vos instructions, par exemple assassiner quelqu’un que vous voulez éliminer ou bien recueillir des informations sans être jamais découvert comme espion, que personne ne peut relier à vous, donc vous pouvez toujours avoir l’air complètement innocent « Je n’ai pas d’espions dans votre pays », ainsi le moyen de faire ça est de créer le parfait espion, l’espion dissocié.

Henry

Un des autres aspects était que l’espion n’était même pas conscient lui-même d’être un espion, ainsi donc s’ils étaient attrapés et torturés, interrogés parce que c’était une partie dissociée d’eux-mêmes qui était l’espion, le reste de la personnalité n’en était pas conscient. Donc sous la torture il n’y avait rien qu’ils puissent dire parce que…

Laura

Ils n’auraient jamais rien révélé parce qu’ils ne savaient pas.

Henry

Exactement.

Laura

C’est donc ce par quoi ils étaient intéressés en créant ces genres d’espions et agents. C’est le contexte. Apparemment, ce qui est arrivé fut qu’une fois qu’ils découvrirent qu’ils pouvaient le faire, ils comprirent qu’il y avait toutes sortes d’usages intéressants pour ce type d’agents. Ils n’avaient pas nécessairement besoin d’être créés pour être envoyés dans un pays étranger pour rassembler des renseignements, ni n’avaient à être assignés pour commettre un assassinat. Ces choses étaient évidemment importantes, mais 641


il y avait aussi beaucoup d’autres choses qu’ils pouvaient faire en termes de mettre ce type d’individus dans la population normale. Et les avoir comme vecteurs d’attention ou vecteurs de direction pour créer des points nodaux autour desquels certaines idées pouvaient être propagées. C’est un des éléments du contrôle mental qui est d’avoir des individus qui sont tellement convaincus, si pleins de croyance en une idéologie ou quelque chose qui est présentée ou promue par le gouvernement, qu’ils veulent d’autres personnes derrière et avoir des membres ordinaires de la société le soutenant, y croyant, le promouvant et encourageant leurs voisins par leur exemple ou par leurs paroles ou quoique ce soit, pour faire ça. C’est donc une chose. On peut appeler cela une forme de contre-renseignement, mais alors, bien sûr, il y a d’autres choses que nous voyons arriver de nos jours, par exemple, les tueurs en série. Henry

Il y a l’exemple du sniper de Washington il y a quelques années et les très curieux messages que la police devait lire au sniper à la télévision et ils disaient que c'étaient des messages que le sniper voulait ou que le sniper leur demandait de lire, mais il se pourrait très bien que le sniper fût une victime « Greenbaum », que c’était un contrôleur qui diffusait ces messages et que c’était quelque chose, des mots déclencheurs qui indiqueraient au type « Ok, oublie ça, laisse tomber » ou quelque chose comme ça … ».

Autre extrait : « … Laura

Et il y a une raison à cela. Parce qu’encore une fois, quand vous commencez à penser à des humains psychologiquement déviants qui restent au pouvoir en vertu de leur capacité à tromper et duper la majorité de la population, cela signifie que quand la majorité commence à grandir un petit peu, ils veulent réduire ce nombre. Et cela a été, historiquement parlant, cela a été ce qui s’est passé tout au long de l’histoire. Par exemple, la situation pendant la Seconde Guerre mondiale quand ils commettaient le génocide sur les Juifs. Il y a suffisamment de preuves pour montrer que c’étaient les Juifs psychologiquement déviants qui étaient ceux qui œuvraient avec les Nazis parce que, bien sûr, les gens normaux, les gens avec une conscience, les gens avec des sentiments, ne feraient pas ça, ils ne trahiraient pas leur propre espèce. Ici vous ne pouvez presque même pas parler en termes de religion ou d'appartenance ethnique, juste trahir un autre être humain. Les gens normaux ne vont pas faire ça. Cependant, les déviants le font parce qu’ils ne voient pas les gens normaux comme étant de leur propre espèce. Pour eux, c’est chacun pour soi, un monde où l’homme est un loup pour l’homme.

Joe Laura

Plus que ça, ils ne ressentent aucune empathie. Ils ne ressentent aucun lien. Bien sûr, il y a suffisamment de preuves pour suggérer que ce furent les Juifs psychologiquement déviants qui travaillaient avec les Nazis en choisissant qui devait ou ne devait pas être exterminé ou éliminé, ce qui signifiait qu’ils étaient capables de choisir leur propre espèce pour la préserver et s’assurer que les gens normaux, les gens 642


qui ne trahiraient pas d’autres êtres humains étaient ceux qui allaient à la mort, ce qui signifie qu’une grande majorité de Juifs qui ont survécu à l’Holocauste étaient les déviants psychologiques et pas les normaux. Ce qui est un tout autre problème en lui-même, parce que maintenant vous avez une grande population de déviants dirigeant tout un pays en Israël et vous avez autant de déviants en positions dominantes dans les médias, les banques et d’autres affaires dans le monde entier, des sociétés etc. Parce que le fait est que ces types particuliers de déviants, de psychopathes et pathologies liées réussissent très bien dans les affaires, ils réussissent très bien dans toutes sortes de choses où trahir un ami ou trahir la confiance d’autres êtres humains ou utiliser d’autres êtres humains est la chose qui vous amène au sommet, en grimpant sur le dos d’autres gens pour arriver au sommet, ils réussissent très bien dans ce genre de monde, le monde capitaliste, en fait. Vous avez donc nombre de ces déviants qui réalisent que si le reste de la population du monde, les gens normaux, se réveillent jamais sur qui ils sont et ce qu’ils font, et ce qu’ils ont FAIT déjà dans les archives de l’histoire, qu’ils seront retirés du pouvoir et très probablement exterminés eux-mêmes. C’est pour eux une option inacceptable. Donc que vont-ils faire ? Ils travaillent de manière distincte pour garder autant de personnes ignorantes de ce qui se passe sur cette planète que possible afin qu’autant de gens normaux soient maintenus dans le noir afin qu’ils MEURENT, tandis que les individus pathologiquement déviants, et je ne veux même pas les appeler des êtres humains, survivront. Ils survivront dans leurs bunkers, ils survivront avec tout leur pétrole intact, ils survivront avec leurs piles d’or et il y aura probablement cinq à dix millions de gens normaux qui survivront en réalité. Je veux dire que nous parlons de cataclysmes mondiaux qui pourraient facilement exterminer 90 à 96% de la population planétaire dans une très courte période de temps. Une fois que cela arrivera, il y aura alors tout juste assez de ces autres gens, ces gens normaux, pour être les esclaves des déviants pathologiques qui seront encore au pouvoir, ce qui est leur plan. C’est la raison ultime pour l’utilisation du contrôle mental et l’ultime raison pour laquelle les choses sont comme elles sont sur cette planète aujourd’hui et cela n’a rien à voir avec les races ou les ethnies ou même les religions, excepté que ces choses sont utilisées pour contrôler et diviser les gens. Cela a à voir avec deux types d’êtres humains. Cela a à voir avec les gens normaux qui sont majoritaires, les gens qui ont des sentiments, des émotions, des gens qui prennent soin des autres et les individus qui sont nés sans cet organe d’affection, qui sont nés en manquant de quelque chose de significatif que les êtres humains normaux ont et considèrent comme quelque chose de normal, le substrat évolutionnaire qui nous aide à nous identifier l’un à l’autre et à nous soutenir mutuellement, à prendre soin d’un autre, afin que quand une mère qui est arabe voit une autre mère qui est juive qui a un bébé malade, elle l’aidera et la même chose pour la mère juive qui voit la mère arabe avec le bébé malade, parce qu’elles sont mères et qu’elles se soucient des autres, des autres êtres humains, elles s’aideront mutuellement. Et ce sont des choses qui manquent et ce sont des choses qui sont manipulées en dehors de nous, qui sont contrôlées mentalement en dehors de nous, cette capacité à dire « c’est mal, quelqu’un est blessé et c’est mon travail, mon devoir de me lever et de les aider. » 643


Joe

Laura Joe Laura Joe

Laura

D’abord et avant tout, je suis un être humain. Avant d’être un Arabe, avant d’être un Juif, avant d’avoir une affiliation religieuse, avant d’avoir toute affiliation raciale, je suis un être humain. Et nous remarquons que c’est une des choses qui n’a réellement pas existé au sein de l’Humanité depuis des millénaires, depuis l’introduction de la religion organisée. Oui. Et d’autres divisions créées délibérément… …être capable de voir ce genre de division. Ces concepts artificiels qui ont été imposés aux gens, d’être chrétien ou musulman ou de se voir comme étant d’une division raciale, d’abord et avant tout, plutôt que leur propre humanité. Il semble que dans certains des plus anciens enseignements, vous pouvez voir des traces de cette idée qu’il y avait deux types d’êtres d'apparence humaine, il y avait des êtres humains qui prenaient soin des autres êtres humains, qui remplissaient leur devoir, qui étaient honorables et nobles et se sacrifiaient pour d’autres gens et puis il y avait l’autre genre, et vous trouvez les traces de cela dans certains des plus anciens enseignements. Donc, même dans un des plus anciens de tous, qui est la Bible, il est dit que les fils de Dieu regardèrent les filles des hommes et dirent qu’elles étaient belles, et les prirent pour femme et ce fut le mélange de la génétique. Donc maintenant, n'importe quelle famille normale, à cause des lois de la recombinaison génétique peut produire un psychopathe ou un couple psychopathique peut produire un enfant normal, un enfant qui a des émotions, un enfant qui a le substrat normal de l’être humain. C’est réellement une sorte de tragédie quand vous y pensez, parce que nous sommes tous contrôlés mentalement ou avons un lavage de cerveau pour croire que tout le monde a une âme, que tout le monde est pareil, et qu'ils sont tous comme nous. Mais ils ne le sont pas, et c’est la réelle différence entre les êtres humains, cela n’a rien à voir avec la race, la religion, la couleur, l’ethnicité ou l’affiliation syndicale … ».

Le « Mind control » (contrôle de l’esprit) est un principe ancré dans la stratégie Illuminati. Ce que nous venons de lire s’applique à des cas particuliers, manipulés scientifiquement pour des raisons précises, mais ne s’arrête pas à cela ! Il existe une méthode moins individuelle de contrôle de l’esprit appliquée aux masses. Une partie de la technique se base sur le discours matraquant et à sens unique des médias. La technologie prend ensuite le relais en nous inondant d’ondes aux fréquences proches du cerveau qui viennent embrouiller ce dernier. Enfin, notons le développement considérable des jeux vidéos et notamment de ceux qui favorisent les personnalités multiples comme les jeux de rôles. Enfin, le projet Haarp dont les aspects laissent en tout premier lieu à penser que c’est une arme météorologique et/ou énergétique, cache la possibilité d’en faire une autre arme de suggestions de masses par l’emploi de fréquences elles aussi proches de celles du fonctionnement cérébrale. On peut donc influencer, sur des zones géographiques assez vaste, un peuple entier au moment d’élections, de crises, d’émeutes et de grèves soit en le déprimant, soit en les excitant, soit en 644


baissant leur vigilance relayée par les médias et des messages subliminaux sous forme de suggestions. A titre d’exemple, étudions l’élection de notre président : Nicolas Sarkozy. Tout ce que nous venons de lire peut s’appliquer à lui. Il est d’origine noble et juive. Il a été élevé et formé au EtatsUnis. Son beau-père était quelqu’un de placé au sommet de la CIA. Il semble donc faire parti d’une de ces familles et est en train d’organiser notre pays en pathocratie. Si vous demandez autour de vous, peu de personnes avouent avoir voté pour lui. Pour autant, il a bien été élu ! Un petit coup d’Haarp ? Souvenez-vous d’avoir déjà lu ici que la théorie du complot explique tout ce que nous n’arrivons pas comprendre autrement ! Cette expression est non seulement exacte, mais vous constaterez encore qu’elle est sans faille !

Il faudra bien un jour que la vérité éclate et que tous ces criminels soient jugés et condamnés. A moins qu’ils réussissent leur coup, réduisent l’humanité à peau de chagrin et rétablissent des monarchies de type pharaoniques ! http://1.bp.blogspot.com/_qUFDMUpk9jE/SYlgv_hNXI/AAAAAAAAPcc/QAjQeGkZeB4/s1600-h/house_dees.jpg

C’est pour cela qu’Ordo ab Chao persécute le cannabis ! Nous n’allons pas polémiquer sur l’innocuité ou non de l’usage récréatif de cette plante. Laissons cela de coté, cette question est hors sujet ici. Mais ce qui caractérise avant tout cette drogue dans ses effets, et tous ceux qui l’on expérimenté seront d’accord avec moi ici, c’est qu’elle crée des sentiments d’empathie, parfois même trop exagérément. A l’instar d’une cocaïne dont les effets psychotropes s’intègrent parfaitement à une certaine forme de psychopathie basée sur l’égoïsme, la réussite, « l’accélération » des ressentiments et de l’intelligence d’interprétation, qui ne laisse aucune place à la compassion ! Idem pour des hallucinogènes comme le LSD qui permettent la dissociation de l’esprit, ce qui est favorable par la 645


suite à un conditionnement des individus dans les sens psychopathes, sociophathes et pathocrates de la chose. Les psychopathes haïssent et ne comprennent pas le sentiment de compassion. Il est certain que pour eux, cette drogue doit paraître comme terriblement destructrice : elle les rend gentil et attentif envers les autres ! Non mais ! Vous vous rendez compte ? Quelle horreur ! Nos sociétés se ponérisent secteur par secteur ! J’ai eu un véritable coup de cœur pour cet article que je trouve très bien fait et très réaliste. Il nous servira d’exemple de ponérisation sociale. http://www.futurquantique.org/environnement/261-le-syndrome-dartaxerxes-ou-laponerisation-du-corps-medical « Le syndrome d'Artaxerxès ou la ponérisation du corps médical La ponérisation telle que définie par A.Lobaczewsky, peut se constater à de multiples niveaux de la société. Penchons-nous sur le cas du corps médical, de France et d'ailleurs. Si vous me permettez de faire un enfant à la liste des syndromes existant, ajoutez celui d'«Artaxerxès 1 »: en effet, la profession médicale a une fâcheuse tendance à vendre son âme aux laboratoires pharmaceutiques et à troquer des pratiques médicales saines, son bon sens et le bien-être de ses patients contre des avantages largement dispensés par une pléthore de visiteurs médicaux qui ont à coeur d'augmenter le C.A. de leur entreprise en fourgant leurs produits. Sur http://www.atoute.org/n/article15.html on peut lire : « Au pays des fées », les médecins travaillent en toute indépendance intellectuelle, comme le prévoit leur déontologie. Ils choisissent pour chaque situation le médicament le mieux adapté et le moins coûteux à qualité égale. Dans la vraie vie, les choses sont un peu différentes. Le citoyen, qui soupçonne les visiteuses médicales des laboratoires pharmaceutiques de faire un peu de promotion, serait ahuri s’il connaissait l’étendue des liens financiers qui pervertissent les relations entre la profession médicale et l’industrie pharmaceutique. Malgré des tentatives récentes pour assainir la situation, la dégradation de l’éthique médicale est continue, s’accélère et est encouragée par les pouvoirs publics dans une optique d’économie à courte vue ; elle menace profondément la santé des français et le financement de la protection sociale. Un reportage remarquable de Canal+ concerne un cas d’école : la promotion des hormones de la ménopause par l’AFEM : : http://www.atoute.org/infomed/rozenbaumcanal2007stream.mov [...]

En pratique, savez-vous : Que beaucoup de sociétés savantes dont vous entendez parler dans les médias sont devenues des agences de communication au service de l’industrie pharmaceutique ? Ayez la curiosité lorsque vous vous promenez sur le site d’une société savante de chercher ses partenaires. Voici un exemple [1]parmi d’autres de société savante largement financée par l’industrie pharmaceutique. Son comité directeur comporte des 646


professeurs d’université. Tout au plus peut-on lui accorder le crédit de publier ses partenariats, ce qui n’est même pas toujours le cas. Les sociétés savantes ayant refusé ces partenariats disposent de peu de moyens financiers, sont peu citées par la presse professionnelle (voir plus loin) ou grand-public et peinent à survivre à l’ombre des précédentes, richement dotées par leurs sponsors. Que l’article 26 de la loi du 04/03/2002 n’a reçu ses décrets d’application en 2007 après un recours en Conseil d’Etat ? "Les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu’ils s’expriment lors d’une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits. Les conditions d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’Etat. Les manquements aux règles mentionnées à l’alinéa ci-dessus sont punis de sanctions prononcées par l’ordre professionnel compétent." Qui cette loi gênait-elle exactement ? Pourquoi 5 ans sont-ils passés sans que l’on puisse savoir si un professeur qui présente un nouveau médicament dans ParisMatch parle en toute indépendance ou est "sous contrat" avec une firme, comme le sont certaines actrices pour Loréal ? Pourquoi cette loi n’est-elle toujours pas appliquée 3 mois après la publication de son décret ? Que la presse médicale professionnelle à quelques rares exceptions près est financée par l’industrie pharmaceutique qui y fait la pluie et le beau temps ? Que son autocensure permanente vis-à-vis de ses sponsors suffit à biaiser significativement l’information qu’elle délivre ? Qu’en pratique, 90% de ce que lit un médecin a été financé par un lobby qui a autorisé, choisi, voire écrit ce que ce médecin devait lire ? Que la formation des médecins pendant leur carrière est financée majoritairement par l’industrie pharmaceutique ? Avec la bénédiction des autorités de santé et de certains de leurs représentants qui y voient une économie à court terme, sans réaliser que cet abandon a en fait un coût colossal en permettant aux firmes de convaincre les médecins de prescrire de nouveaux médicaments coûteux, sans intérêt par rapport à des médicaments plus anciens, et parfois dangereux ? » Un collectif nommé Formindep réunissant des professionnels de la santé ainsi que des patients ne supportant plus cette situation et la pression continuelle exercée par les industriels du médicaments a été créé il y a quelques années. « Communiqué du collectif Formindep – le 24 avril 2004.

Voilà maintenant un mois que l’appel du collectif Formindep « pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients » a été lancé. Par cet appel le Formindep demande aux membres des trois Conseils nationaux de la formation médicale continue, qui vont décider de l’avenir de la formation médicale continue de l’ensemble des professions de santé en France, de déclarer leurs “conflits d’intérêts”, c’est-à-dire les relations qui les lient à des organismes pouvant avoir d’autres intérêts que celui de la santé des patients. » Mais dans les faits, le pouvoir des marchands de pilules ne semblent guère avoir décru ou a commencé à développer de nouvelles stratégies pour toucher directement les consommateurs, sans passer par la conscience professionnelle des quelques résistants. 647


En novembre 2006, dans le British Medical Journal, coup de gueule du Professeur Adriane Fugh-Berman « Les visiteurs médicaux sont payés pour nous plaire, tant que nous coopérons, soutenons les parts de marché des médicaments ciblés, et limitons les conférences de formation médicale continue aux informations qui font progresser les ventes de médicaments. » « Si nous restons dépendants des laboratoires pharmaceutiques pour sponsoriser la formation médicale continue, alors ces conférences resteront sous le contrôle de l’industrie pharmaceutique. Ce contrôle ne fait pas l’objet de contrats, mais il repose sur des pressions psychologiques. » « Les médecins ne doivent pas être les caniches des laboratoires pharmaceutiques » http://www.bmj.com/cgi/content/full/333/7576/1027?ijkey=g0spTSn4hbnro4G&keytype =ref Comment faire de plus en plus de clients ? Côté Gaule, on a pu lire ceci : « MARKETING DES LABORATOIRES PHARMACEUTIQUES : Le marché juteux des vraies-fausses maladies. Si les laboratoires inventent de moins en moins de nouveaux médicaments, ils inventent en revanche, à tour de bras, avec l'aide d'éminents spécialistes de la santé qu'ils subventionnent, de nouvelles maladies pour pouvoir écouler d'anciennes molécules. Si nous nous laissons faire, tout bien portant sera bientôt simplement un malade qui s'ignore. Depuis une décennie, les laboratoires pharmaceutiques ont dépensés plus d'argent dans le marketing et la promotion de leurs produits auprès des médecins et du public que dans la recherche. F.Q. : A ce propos, on peut se demander à quoi est vraiment destiné tout l'argent des dons versés par nos braves concitoyens. Mais rassurez-vous, « la recherche avance » nous dit-on... Car ils ont compris que ce type d'investissement était le plus rentable. F.Q. : Effectivement, pourquoi dépenser des millions pour soigner des maladies orphelines, dont seule une poignée d'enfants sont atteint ? Business is business ! Faute de découvrir de nouvelles molécules, ils ont mis au point toute une série de techniques pour augmenter artificiellement le nombre des malades en leur faisant croire qu'ils sont tous, à un niveau ou à un autre, atteints de graves pathologies. LES ETUDES : DU SHOW BIZ. Si l'on croise l'ensemble des études scientifiques publiées, l'homo sapiens serait le sujet possible de 30 000 épidémies, syndrômes, troubles et pathologies, une exception dans le monde du vivant. F.Q : je me demande s'ils ont intégré les épidémies de ponérisation dans leurs calculs ? Si toutes les statistiques épidémiologiques étaient recoupées, chaque individu devrait souffrir d'une vingtaine de maladies. 648


Des professeurs de médecines ou grands spécialistes sont grassement « indemnisés » pour en faire la démonstration. Chacune de leurs interventions dans un colloque médical ou auprès des médias est d'ailleurs également largement subventionnée. F.Q : Rappelons ce passage de Lobaczewski, dans sa Ponérologie Politique : «[...]A côté de ces fascinateurs il y a une autre espèces de prêcheurs d'idées révolutionnaires : une espèce dont le statut est lié à l'argent reçu en échange de ses activités. Et il est peu probable que ces rangs abritent des gens psychologiquement normaux [...]. Leur indifférence aux souffrances provoquées par leurs activités provient de leur défaut de perception de la valeur des liens sociétaux ou de leur incapacité à prévoir les résultats de ces activités. » Bien sûr, tout une partie des médecins ne sont sans doute que de pauvres épigones, ayant mis le doigt trop profondément dans l'engrenage de la facilité et du système en place. Il en faut déjà bien peu pour que les médecins français se fassent rappeler à l'ordre pour « pratique non conventionnelle », mais cela est un autre sujet. LA MALADIE LA PLUS PROFITABLE : LA VIE. Aujourd'hui, tout est sujet au diagnostique et donc au traitement. Le simple vieillissement est une pathologie grave qu'il faut combattre. Sous la pression des labos, chacun admet aujourd'hui que la ménopause, l'andropause qui occasionnent de simples troubles, doivent être abolument accompagnés médicalement. F.Q. : « Docteur, c'est formidable, avec le traitement hormonal que vous m'avez prescris, je n'ai plus de bouffées de chaleur... par contre depuis quelque temps, je sens comme une boule vers mon sein gauche... » Dans le domaine des maladies psychiques, c'est l'explosion. Si vous êtes d'un naturel optimiste, c'est que selon les études scientifiques, vous souffrez d'un « trouble généralisé de la gaieté », ce syndrome de la joie se manifeste par « de l'insouciance ou de la perte des réalités ». Si vous refusez tout type de médecine, c'est que vous souffrez d'une psychose dite « phobie du médecin et du sang ».Si vous êtes d'un naturel timide, c'est que vous souffrez en fait d'une « phobie sociale », qui se traite bien avec des antidépresseurs. Le nombre global de pathologies psychiatriques officiellement reconnu est passé, depuis la seconde guerre mondiale, de 26 à 395 ! F.Q : vous voyez bien que la recherche avance ! ABAISSER LES SEUILS: ÇA FAIT PLUS DE MALADES Autre technique efficace : abaisser les seuils, les taux, les normes... En rétrécissant les mailles du filet, on attrape plus de poissons! C'est ce qui a été fait avec le cholestérol dans les années 90. Le taux de cholestérol acceptable passant de 260 milligrammes à 200 milligrammes par décilitre. Pour les tranches d'âges des plus de 50 ans : ce sont ainsi 84% des hommes et 93% des femmes qui ont aujourd'hui un taux pathologique de cholestérol. D'autres changements arbitraires de seuils ont depuis été opérées dans les domaines de la pression artérielle, des carences alimentaires ou vitaminiques... MULTIPLIER LES ANALYSES, C'EST MATHEMATIQUE 649


Les laboratoires ont aussi constaté qu'il suffit de multiplier le nombre d'analyses pour dénicher un malade. Si à chaque test, 5% de la population est dite « à risque », chaque nouvelle analyse permet d'augmenter la part des « malades » : après 20 mesures différentes, il ne reste plus que 36% de personnes qui peuvent prétendre être en parfaite santé. Au bout de cent analyses, seulement 1%... FAIRE DU DEPISTAGE, UNE BONNE PROMO Si le patient ne va pas assez chez le médecin, il faut alors que ce soit la médecine qui aille à lui. Depuis peu, les laboratoires investissent donc dans des « camions de dépistage » du diabète, de l'ostéoporose, de la santé dentaire... des trains de la santé qui parcourent la France et s'arrêtent dans les villes pour proposer gratuitement des tests et dépistages en tous genres. Le but affiché est la prévention des populations, le but dissimulé est de pouvoir débusquer des malades qui s'ignorent et d'augmenter ainsi la clientèle. Chaque laboratoire « sponsor » distille alors de l' « information santé » (en fait de l'information commerciale) auprès des particuliers. F.Q. : quand ce n'est pas de la DESinformation... à ce propos, quid des innombrables émissions et reportages sur la santé qui fleurissent sur le petit écran ? Quand on voit la partialité avec laquelle certains sujets sont traités, on se pose des questions. Mais vous comprenez, quand une personnalité appréciée de la plupart des gens vient faire la promo, on ne va pas remettre en question ce qu'elle dit ! Avec à ses côté, drapé dans l'autorité de son titre ronflant et de sa blouse blanche, le Pr. Machintruc qui vient donner un cours magistral en direct, le tout entre deux tubes à la mode, wouah ! L’audimat crève le plafond et les euros affluent ! Cette manipulation aboutit à augmenter la pression sur les médecins prescripteurs qui, en plus de subir celle de l'armée des visiteurs médicaux, doivent également faire face à celle des patients qui réclament le médicaments dont on leur a vanté les merveilles pour lutter contre la maladie qui vient de leur être trouvée. Ainsi, grâce aux laboratoires, aujourd'hui, la moitié de la population est sous médicaments et l'autre, angoissée, s'interroge : « Et si jamais j'étais malade? » par François Lehn Pratique de santé n° 33 du 2 juillet 2005 » Sur http://www.temoignages.re/article.php3?id_article=25987 10 novembre 2007 Les labos creusent le trou de la Sécu CE matin (hier), un rapport de l’Inspection générale des Affaires sociales... l’IGAS qui préconise un « désarmement commercial organisé » de l’industrie pharmaceutique... Désarmement commercial organisé, cela veut dire : moins de publicité et moins de promotion pour les médicaments. L’IGAS vient de remettre un rapport au gouvernement, dénonçant les pratiques excessives des laboratoires pharmaceutiques : trop de promos, trop de visiteurs médicaux qui favorisent l’expansion globale des prescriptions. L’industrie pharmaceutique dépense 3 milliards d’euros par an pour informer les seuls médecins, au moyen essentiellement des visiteurs médicaux. Et l’IGAS fait le calcul suivant : cela revient à facturer à la collectivité, via les 650


médicaments prescrits, des sommes importantes. L’IGAS propose le chiffre de 25000 euros par généraliste qui sont répercutés sur la Sécu, sans contrepartie médicale. Les médecins français sont les plus visités et démarchés d’Europe, et sans doute du monde, si l’on met à part les États-Unis. D’où l’augmentation du nombre de médicaments vendus... D’où, beaucoup de dépenses de médicaments. Et beaucoup de bruit promotionnel, qui interdit d’entendre les bons messages de la Haute Autorité de santé, les messages de sa campagne contre les antibiotiques par exemple. Les moyens de la Haute Autorité de Santé sont dérisoires face à ceux des monstrueux laboratoires pharmaceutiques, pour qui la prévention est une catastrophe économique et financière, et dont la devise est : « Mieux vaut médicamenter que prévenir. » Si l’on regarde les dépenses publicitaires de l’industrie pharmaceutique, elles sont impressionnantes, aussi importantes sinon plus que les fameuses dépenses en recherche et développement. Pour rester dans la course, les grands labos doivent mettre sur le marché des molécules vedettes, des “blockbusters” dont le chiffre d’affaires dépasse pour chaque molécule - un ou deux milliards de dollars. En revanche, l’industrie pharmaceutique n’aime pas les médicaments génériques, qui sont beaucoup moins rentables... Les grands labos luttent férocement contre les génériques au nom de la protection d’une recherche qui est plus faible que la pub. Que faire contre eux ? L’IGAS propose l’institution de “médecins sentinelles” qui collaboreraient avec les organismes de Sécurité sociale pour contrôler le bon usage du médicament... Mais dans une société qui rêve à la vie éternelle, l’avenir du médicament est assuré. Bernard Maris France Inter - Marianne2.fr Côté Québec, on a pu lire ceci :

Le marketing douteux du lobby pharmaceutique Le Devoir (quotidien québécois) Le lundi 22 avril 2002 Doit-on permettre la publicité de masse des médicaments d'ordonnance? Contrairement aux USA, au Canada cette pratique est interdite. Pour combien de temps ? Toute une campagne est en marche visant à permettre aux sociétés pharmaceutiques de vanter leurs pilules directement aux consommateurs. Et d'après un sondage Ipsos-Reid, commandé par leur lobby, la majorité de la population y est favorable, pour peu qu'Ottawa donne sa bénédiction aux annonces. Au Canada, il est interdit de faire la promotion des médicaments d'ordonnance auprès du public. Mais comme cette publicité est permise aux États-Unis, les Canadiens en voient à longueur de journée à la télé américaine. Une majorité pense même qu'elle est légale ici aussi. En réalité, seule la Nouvelle-Zélande autorise aussi cette publicité de masse. Mais les multinationales du médicament comptent bien gagner d'autres marchés. Au Canada, elles se sont associées avec des médias et des agences de publicité pour faire plier le gouvernement. Ce lobby se présente comme un groupe visant à permettre 651


aux citoyens d'avoir accès à l'information médicale. À l'entendre, on aurait trouvé le moyen de réduire les listes d'attente, de suppléer au peu d'information donnée par les médecins, et à rendre les gens davantage responsables de leur santé. De quoi sauver le système! F.Q : N'oublions pas qu'ils font toujours les choses pour « notre plus grand bien »! Autant d'altruisme, c'est tellement touchant... Aux États-Unis, cette publicité a été autorisée en 1997. En 1999, ce budget était de 1,8 milliard de dollars. Il a grimpé à 2,5 milliards en 2000. À elle seule, Merck a dépensé pour Vioxx, un produit pour l'arthrite, plus que Pepsi ou Budweiser, d'après le U. S. National Institute for Health Care Management. » [F.Q. Toutefois il y a des retours de bâton, sur http://www.viva.presse.fr/Le-Vioxx-va-couter-4-85milliards.html on peut lire « Le Vioxx va coûter 4,85 milliards de dollars à Merck

Le labo pharmaceutique américain Merck a annoncé un accord avec une grande partie des patients ayant portée plainte contre le Vioxx. 95 % des plaintes seraient réglées après le versement d’une indemnisation de 4,85 milliards de dollars par Merck qui précise que l’accord ne vaut pas reconnaissance de culpabilité de sa part. Le labo doit faire face à plus de 25 000 actions en justice sur le Vioxx, un anti-inflammatoire retiré du marché en 2004 après la révélation d’une étude interne montrant que la prise de ce médicament pendant au moins 18 mois doublait les risques d’accident cardiaque. [12.11.07] » ] Bien sûr, la loi impose d'indiquer les effets secondaires des médicaments. Mais cela ne freine pas les consommateurs, à en juger par la hausse des ventes. F.Q : Lobaczewski : « Quand les habitudes de sélection et de substitution subconscientes de pensées atteignent le niveau macro-social, la société se met à mépriser la critique de certains faits et humilier quiconque donne l'alerte. » « Les processus psychologiques inconscients prennent le pas sur les raisonnements conscients, en temps et en portée, ce qui rend possibles de nombreux phénomènes psychologiques [...] tels que le blocage subconscient de conclusions, la sélection, et aussi la substitution d'hypothèses qui paraissent inconfortables. » Quoi de plus inconfortable que les effets secondaires d'un produit qui est censé vous débarrasser d'un autre inconfort ? Les médecins américains sentent le danger. Eux-mêmes étaient déjà courtisés par les pharmaceutiques qui leur offrent des échantillons gratuits et des sessions de luxe sur les bienfaits de leurs produits. Voilà que maints patients exigent ce nouveau remède qu'ils ont vu à la télé, et plus d'un médecin cède tout en sachant que le produit est inutile ou même nocif. Pire, on invite les gens à l'acheter par Internet où un «docteur de compagnie» tient lieu de médecin traitant. [...] La prochaine étape sera-t-elle la suppression du médecin et du pharmacien comme spécialistes du médicament? C'est déjà fait pour les médicaments sans ordonnance. Quelle calamité sociale va se répandre dans une population inculte à cet égard? F.Q. Lobaczewski : « Lorsque dans un environnement hystérique il n'y a plus de distinction entre les opinions de gens limités, pas entièrement normaux, et celles de personnes normales et raisonnables, des facteurs pathologiques de natures diverses sont activés. »

652


La publicité incite à acheter. Un des médicaments vantés à la télé américaine promet de guérir la calvitie. D'après une étude publiée par le British Medical Journal, l'année durant laquelle on en a fait la publicité, les visites chez le médecin pour cette «maladie» ont augmenté de 79 %. L'auteur note le saut qualitatif dans les messages. Il y avait une pilule pour chaque maladie, désormais on aura une maladie pour chaque pilule! Dans la même revue, l'industrie se défend. Pourquoi les consommateurs n'auraient-ils pas droit d'obtenir toutes les informations nécessaires pour faire des choix en connaissance de cause? Et pourquoi ce traitement injuste pour l'industrie du médicament, alors que toutes sortes d'organisations sont libres de diffuser de l'information, même de qualité douteuse? F.Q. Paramoralisme : insinuation suggestive infiltrée dans des slogans moraux, alors que ces « critères moraux » sont pure invention. Blocage inversif : Fait de faire valoir avec insistance quelque chose qui est à l'opposé de la vérité et qui empêche le mental de l'homme moyen de percevoir cette vérité. [...] Sauf que le public n'a pas accès à toute l'information, surtout pour les produits nouveaux, dont les effets réels ne seront souvent connus que des années plus tard. [...] Le ministère fédéral de la Santé, après que le Parlement eut interdit la publicité des médicaments d'ordonnance, a entrouvert la porte. [...] Le ministère prétend ne pas vouloir élargir la loi. Mais on la met déjà en échec. Sous l'influence des États-Unis, la brèche pourrait s'agrandir. Pour les médias d'ici, pareille manne pourrait valoir jusqu'à 400 millions. Qui va y contester l'exploitation de la maladie et de l'ignorance ? [...] » Sur http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=5506 « Le budget que les entreprises pharmaceutiques américaines consacrent à la publicité destinée au public a connu une hausse de 330 % au cours des 10 dernières années. Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medecine, les fabricants de médicaments américains ont dépensé un peu moins de 30 milliards de dollars en 2005 pour faire la promotion de leurs produits auprès du grand public. En moyenne, la publicité représente entre 20 et 30 % du chiffre d'affaires des laboratoires pharmaceutiques ... une somme équivalente à celle consacrée à leurs dépenses de recherche et développement. » Conclusion : Et vous, vous prenez quoi : la pilule bleue ou la pilule rouge ? 1L'histoire (ou la légende) nous rapporte qu'une épidémie décimant son royaume, le roi de Perse ARTAXERXES fit appel à Hippocrate et lui offrit, pour l'attirer, de grandes richesses ».

Discussion autour de la « Ponérologie politique » http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort.com/tag/Andrew+Lobaczewski Trop long à placer ici, je tiens cependant à attirer votre attention sur cette discutions et vous invite à consulter le site. Pour ceux d’entre-vous qui n’ont pas Internet, j’ai monté ce document en pdf que vous trouverez dans le DVD n°2 sous le titre de « Discussion 653


autour de la ponérologie politique » (L'EncycloCanna DVD2\Data du DVD\Autres PDF\ Discussion autour de la ponérologie politique). Au même endroit, vous y trouver « La science du mal et de son usage politique » qui est une critique du livre de Lobaczewski par Carolyn Baker (Alterinfo) et « L’astuce du psychopathe », une discussion entre Sylvia Cattori et des personnes représentant Andrew Lobaczewski car ce dernier est désormais trop âgé et affaibli pour cet exercice. Des « nanomerdes » dans la « bouffe » et l’armement ! Vous avez maintenant tous pris conscience du combat de gens comme José Bové contre la « malbouffe » qui en a rendu célèbre le terme. Et vous avez lu, dans le premier livre de cette encyclopédie du cannabis, le topo sur les OGM ! Et bien, considérez que tout ceci est maintenant obsolète et largement dépassé en termes de dangers ! Agir sur des ADN de plusieurs dizaines de milliers de combinaisons possibles est complexe et aléatoire. Agir sur la matière primaire qui constitue ces ADN (ou d’autres molécules) en la « programmant » et beaucoup plus puisant en terme d’interopérabilité. L’idée semble, dans une première approche, géniale, MAIS … ouvre aussi des opportunités sans limites concevable à ceux qui désireraient nous nuire ! Vous allez encore devoir étudier de long textes très instructifs. Ils sont présents ici et non pas dans le livre 1 car encore fallait-il que vous preniez conscience du danger Illuminati et de leur condition de quasi monopole financier et industriel ! Il eu fallu aussi que vous soyez au courant de leurs projets de réduction de la population planétaire et de domination absolue des humains comme ceux du vivant et du foncier ! Maintenant que vous avez étudiés ces sujets dans ce livre II, c’est donc avec la capacité de méfiance requise que vous allez aborder ce chapitre – et j’espère, vous ranger à mon point de vue qui, heureusement, n’est pas que le mien comme vous allez le constater ! 1) Le nano et l’industrie : Commençons par un article de Wikipédia au sujet de la nanotechnologie alimentaire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nano_aliments Nanoaliments Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les nanoaliments sont des aliments modifiés scientifiquement grâce à des nanotechnologies pour améliorer leurs propriétés. Des nanomatériaux dans l'alimentation Les nanomatériaux sont des particules minuscules, de l'ordre du millionième de millimètre. Dans l’agriculture, les nanotechnologies pourraient être la prochaine étape vers le plus « petit », en passant de la manipulation des gènes à celles des atomes. La manipulation des atomes permet de remanier l’ADN des semences en vue d’obtenir des plantes ayant de nouvelles propriétés (odeur, période de croissance, rendements...). Ces nanomatériaux peuvent aussi renforcer les arômes, servir de colorants ou de compléments alimentaires. Par exemple, la durée de vie d'un aliment recouvert de certaines nanoparticules peut être prolongée : l'aliment s'oxyde moins vite et restera frais plus longtemps. 654


Le but est aussi de créer des aliments "intelligents", agissant interactivement avec le consommateur pour "personnaliser" les aliments, changer la couleur le goût ou les éléments nutritifs sur demande. Ces technologies peuvent encore permettre de sélectionner et de doser précisément les goûts et les odeurs, ou encore la couleur, s’adapter aux allergies des clients (des « nano-filtres » pourraient ainsi séparer le lactose du lait) ou à leurs exigences nutritives. Kraft Foods et Nestlé, deux géants de l'alimentaire, sont probablement à la pointe de ces recherches. La régulation européenne Les députés du Parlement européen lors de la session plénière à Strasbourg du 23 au 26 avril 2009 [1] ont débattu sur les dangers potentiels de ces nano aliments et ont demandé une évaluation des risques [2]. En effet, l'effet des nanomatériaux sur la santé n'est pas démontré. Aucun test n'est imposé avant la production ou le conditionnement, ce qui n'est pas du goût des députés européens qui s'élèvent pour la défense du principe de précaution. La Commission de l'Environnement, de la Santé Publique et de la Sécurité Alimentaire du Parlement Européen [3] s'est élevée contre la refonte de la législation sur les nouveaux aliments proposée par la Commission européenne. En effet, à l'heure actuelle, de nombreux produits alimentaires contiennent des nanomatériaux sans que le consommateur le sache. Dans leur rapport [4], les députés exigent notamment : •

une évaluation précise des risques au nom du principe de précaution. Un aliment contenant des nanomatériaux ne devrait pas être mis sur le marché tant que leur innocuité n'est pas prouvée.

un étiquetage spécifique pour les aliments contenant des nanomatériaux

l'interdiction des tests sur les animaux pour prouver l'innocuité des aliments.

De plus, les députés européens s'opposent à la production de nourriture à partir d'animaux clonés ou de leurs descendants. Liens externes •

Les Amis de la Terre

Internet Actu

(en) Étude sur les nanomatériaux

Fin de l’article. Ce premier article sur la question nous prouve un événement d’importance : ce sont les députés européens qui s’opposent ici aux industriels de l’agroalimentaire alors que le public n’était pas encore – ou très peu - au courant de cet emploi vicieux (je précise même dérive) de la nanotechnologie. Ce qui prouve qu’ils ne sont pas tous – et loin de là – corrompus, c'est-à-dire à la solde de cette industrie et que nos institutions peuvent fonctionner encore ! Vous voyez qu’il n’y a pas forcément besoin de faire une révolution pour procéder à l’avènement d’un monde meilleur et plus sur ! 655


Cet article de Wikipédia n’est pas là pour condamner ces pratiques, mais à le mérite d’en faire connaître l’existence. Mais allons faire un tour dans le site d’un des liens externes que Wikipédia nous donne : http://www.amisdelaterre.org/Apres-les-OGM-les-nanotechnologies.html Après les OGM, les nanotechnologies entrent dans la chaîne alimentaire ! Nos campagnes > Modes de production et de consommation durables Nanotechnologies

>

27 juin 2007, Par Christian Berdot Le nano-lait au goût de coca et la nano-mayonnaise allégée font partie des produits en préparation à l’Université de Wageningen en Hollande. Les chercheurs de cette université parlent ouvertement de leur travail, ce qui est tout à fait inhabituel dans le domaine des nanotechnologies car les applications nanotechnologiques à un domaine aussi sensible que l’alimentation, sont normalement tenues secrètes. Alors que le groupe de consultants « Helmut Kaiser » estime que plus de 300 nanoaliments sont déjà sur le marché, le Projet sur les Nanotechnologies Emergentes du Woodrow Wilson Institute ne trouve que trois produits dont l’étiquetage dévoile leur contenu nanotechnologique ! Dans le passé, des géants de l’alimentaire comme Kraft ou Nestlé communiquaient ouvertement sur les recherches nanotechnologiques qu’ils menaient, dans le but de créer des aliments intelligents, agissant interactivement avec le consommateur pour « personnaliser » les aliments, changer la couleur le goût ou les éléments nutritifs sur demande. Dans leur vision de l’avenir, il serait un jour possible : - de mettre au point des aliments intelligents qui détecteraient si un individu est allergique à un composant d’un aliment donné et pourraient bloquer l’ingrédient en question ; - de fabriquer des emballages « intelligents » relâchant une dose de molécules de calcium pour les personnes souffrant d’ostéoporose ; de manufacturer des aliments “fonctionnels” avec des contenus nutritifs renforcés et des produits qui pourraient être commercialisé pour leurs propriétés favorisant la santé ; - de fabriquer des nano-emballages « intelligents » permettant de rallonger considérablement le temps des produits alimentaires dans les rayons et de les transporter encore plus loin ; - ou enfin, grâce à la nano-surveillance, de suivre les aliments du champ, et à travers toute la chaîne de transformation, jusqu’au supermarché et audelà. L’exemple le plus connu symbolisant « l’aliment du futur » à base de nanotechnologies, était un produit de Kraft, une nano-boisson sans goût, contenant des centaines d’arômes dans des nano-capsules. L’idée étant qu’un émetteur de micro-ondes pourrait être utilisé pour déclencher la libération de la couleur, de l’arôme, de la concentration et de la 656


texture, au choix de l’individu. Cette boisson « intelligente » fit beaucoup de bruit internationalement et demeure l’exemple le plus cité de nano-aliment. Ces dernières années cependant, Kraft a senti, comme les autres grands de l’alimentaire, l’inquiétude monter à propos des aliments nanotechnologiques et ne parle plus publiquement de ses recherches sur les nano-aliments. Pour mieux se distancer de la recherche dans les nano-aliments, Kraft a même cédé son Nanotek Consortium de recherches nanotechnologiques, auparavant très en vue, à son partenaire Philipps Morris USA (appartenant aussi à Altria) et l’a renommé « Réseau Interdisciplinaire des Sciences et Technologies Emergentes ». Par contre, en refusant de parler de l’utilisation qu’elles font actuellement des nanotechnologies dans la production alimentaire et de dévoiler leurs plans pour le futur, les compagnies alimentaires portent un coup très dur à la transparence. Sans obligation d’étiquetage des nano-aliments pour les fabricants, ni la moindre volonté de la part des firmes de le faire volontairement, il est impossible pour les citoyens de choisir ou de refuser de manger des nano-aliments. Les firmes peuvent d’autant plus facilement abuser la confiance des citoyens, que les gouvernements ont faillis à leur devoir qui est de réglementer les produits alimentaires nano et de s’assurer que les employés, les citoyens et l’environnement ne sont pas exposés dangereusement à des nano-matériaux La Royal Society anglaise a soulevé de sérieuses inquiétudes à propos des risques sanitaires et environnementaux posés par la nano-toxicité dans son rapport de 2004. La Royal Society recommandait que « les ingrédients sous forme de nanoparticules soient soumis à un examen complet de toxicité par les services concernés, avant qu’ils ne soient autorisés à être utilisés dans des produits » (Section 8.3.3 : paragraphe 24 & 23). Pourtant, trois années se sont déjà écoulées et il n’y a toujours aucune obligation pour les fabricants de mener des tests de toxicité des nano-ingrédients avant leur diffusion dans la chaîne alimentaire ou l’environnement. Les applications des nanotechnologies à l’agriculture présentent aussi un sérieux risque pour la souveraineté alimentaire. Comme les nouveaux nanoproduits seront contrôlés par des brevets, dans leur grande majorité détenus par des firmes du Nord, les nanotechnologies vont inévitablement renforcer le contrôle des multinationales sur la production alimentaire. Les nanotechnologies sont l’antithèse fabriquée à l’échelle de l’atome et contrôlée par les brevets, des systèmes alimentaires contrôlés localement et écologiquement soutenables. Pour l’agriculture, les nanotechnologies pourraient être la prochaine étape vers le plus « petit », en passant de la manipulation des gènes à celles des atomes. La manipulation des atomes pourrait permettre de remanier l’ADN des semences en vue d’obtenir de nouvelles propriétés dans les plantes, comme l’odeur, la période de croissance, les rendements, tout cela, en principe, sans modifier les traits héréditaires. Les nanotechnologies pourraient aussi être utilisées pour fabriquer par manipulation atomique des engrais et des pesticides très puissants. Des nano-senseurs pourraient surveiller la croissance des plantes, les niveaux du pH, la présence des éléments nutritifs, l’humidité, les parasites ou les maladies, réduire de façon significative les besoins en main d’œuvre sur la ferme. Pour avoir une idée générale des potentiels des 657


nanotechnologies sur l’agriculture voir le document du groupe ETC « Down on the farm ». Pour certains partisans des nanotechnologies, au contraire, au lieu de présenter un risque pour la souveraineté alimentaire, elles seront une aubaine pour les paysans du Sud, en augmentant la productivité et en éliminant la faim. Mais pour tous ceux qui connaissent le dossier des OGM, les promesses du lobby pro-nanotechnologies leur rappelleront les mêmes promesses, jamais tenues, faites depuis 20 ans par le lobby des biotechnologies… Le journal britannique, le Guardian rapporte que le Dr Donald Bruce, un chimiste qui dirige le groupe de surveillance des technologies et de l’éthique pour « L’Eglise d’Ecosse » est très sceptique quant à l’aide que les nanotechnologies peuvent apporter aux pays du Sud comme le prétendent les industriels. Il y a 10 ans, M. Bruce siégeait déjà dans un comité qui étudiait les implications éthiques des manipulations génétiques. « On a dit aux gens que les OGM allaient nourrir le monde. Nous avons alors recherché les preuves montrant que ces technologies étaient utilisées pour satisfaire les besoins des petits paysans. Nous n’en avons pas trouvé une. L’industrie a recherché à satisfaire des intérêts agronomiques pas les intérêts des gens ». Il est fortement à craindre que la même logique de profit à court terme aux dépens de l’intérêt général ne soit le moteur des nanotechnologies. Comme pour les OGM, on nous fait déjà miroiter des progrès extraordinaires pour la santé, la protection de l’environnement, l’agriculture, la lutte contre la faim dans le monde… Pourtant, les premiers produits concernent des cosmétiques, des raquettes de tennis, produits destinés aux pays riches … L’introduction précipitée des biotechnologies s’est soldée par un rejet mondial. Mais bien que les nanotechnologies interviennent encore plus profondément - au niveau de l’atome - dans la manipulation des aliments, du champ à nos assiettes, ces manipulations passent presque inaperçues auprès du grand public. Ceci est d’autant plus alarmant que d’après les estimations du groupe « Helmut Kaiser », le marché global des nano-aliments s’élevait déjà à 5,3 milliards de dollars états-uniens en 2005 et atteindra les 20,4 milliards en 2010. Toujours d’après ce même groupe, d’ici 2015, les nanotechnologies pourraient être utilisées dans 40% des aliments industriels. Il faut impérieusement procéder à une évaluation critique des nanotechnologies avant leur introduction dans la chaîne alimentaire. Les Amis de la Terre réitèrent leur demande de moratoire sur toute commercialisation de nano-produits et toute recherche en vue de la commercialisation de produits nanotechnologiques, tant qu’aucun cadre réglementaire contraignant, basé sur le principe de précaution n’est en place pour contrôler cette nouvelle technologie très puissante et tant que les citoyens ne sont pas activement partie prenante du processus de décision. Fin de l’article. Nous reconnaitrons, dans le précédent article comme dans les suivants, le principe Illuminati de : « on invente une technologie à des fins malhonnêtes et lucratives, on la présente sous un « bon jour », on l’impose peu à peu jusqu’à que l’étau se resserre en terme de privations de liberté, d’autonomie, de décisions … ». 658


Je vous rappelle que normalement une invention répond à un besoin collectif. Ici encore, on invente d’abord, on crée ensuite le besoin puis on l’impose (on crée les conditions qui l’imposent) ! Enfin, nous en avons déjà parlé plusieurs fois dans cette œuvre, ne revenons pas dessus ce point ! Ces gens ne cesseront jamais à vouloir contourner les limites que les peuples leur imposeront. Si ces limites leurs deviennent insupportables, ils les outrepasseront ou réduiront nos capacités à leur imposer quoi que ce soit ! Il faut donc concevoir que ces industries travaillent maintenant dans cette optique et que c’est donc une guerre qu’ils ont déclaré aux peuples, bien que le terme « déclaré » soit ici inapproprié car remarquons que ces gens agissent toujours à notre insu, sans transparence ni nous prévenir de rien de leurs réelles intentions ! Bref, passons à un autre article : http://inventerre.canalblog.com/archives/2010/01/21/16599410.html

Après les OGM, les nanotechnologies s’invitent dans notre assiette : les nano-aliments 20 minutes - 20/01/10 - Citoyen actif

Après les OGM, les nanotechnologies s’invitent dans notre assiette : les nanoaliments, traités avec des nano-pesticides et contenus dans des nano-emballages, se multiplient. A la clé : de faramineux profits financiers pour les industriels et des risques environnementaux et sanitaires aujourd’hui impossibles à évaluer. Le tout dans une totale et incroyable - absence de règles et de contrôles. Source : Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ? Par Agnès Rousseaux (14 janvier 2010) du site basta. Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ? Des aliments intelligents qui s'adaptent aux goûts du consommateur, des vêtements qui repoussent l'eau, des matériaux qui s'auto-réparent, de la « poussière intelligente » qui enregistre discrètement les conversations... Bienvenue dans le nano-monde ! Un univers où la science bricole des particules invisibles au microscope et empile des atomes à l'échelle du nanomètre, c'est-à-dire un milliardième de mètre. Les nanotechnologies seront à la base d'une troisième révolution industrielle au cours du 21e siècle, nous promet-on. Une révolution qui passe aussi par nos assiettes sans controle ni étiquetage. Des particules qui, du fait de leur minuscule taille, traversent les barrières biologiques et peuvent circuler dans tout l'organisme : la peau, les tissus, le cerveau... Alors, prêts pour une nourriture « atomiquement modifiée », aux effets encore inconnus ? Au moins 106 nano-aliments déjà commercialisés qui sont difficile de recenser les nano-aliments existants. Selon l'ONG les Amis de la Terre, c'est toute la chaîne alimentaire qui est aujourd'hui « contaminée ». 659


Son rapport intitulé « Du Laboratoire à nos assiettes : les nanotechnologies dans l'alimentation et l'agriculture » dresse la liste de 106 produits alimentaires, du jus de fruit « fortifié » aux compléments alimentaires vitaminés en passant par un « nano-thé ». L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) dénombre tous secteurs confondus 2 000 nanoparticules manufacturées déjà commercialisées, et plus de 600 produits de consommation concernés. Si ces chiffres sont difficilement vérifiables du fait de l'absence de traçabilité, des estimations situent le marché des nano-aliments à plus de 5 milliards de dollars en 2005, avec des prévisions de 20 milliards de dollars pour 2010. Le groupe de consultants Helmut Kaiser prévoit que le recours aux nanotechnologies concernera, d'ici 2015, 40% des aliments industriels. « Une technologie de confort pour les pays riches » ... Les nano-aliments nous apporteraient, selon leurs partisans, des avancées culinaires majeures : ..... Ou la possibilité de modifier le goût d'un aliment selon nos désirs. Des industriels comme Nestlé cherchent à concevoir les « nano-aliments du futur ». Le géant agroalimentaire Kraft Foods (Etats-Unis) fait partie de ces pionniers. En 2000, il a financé un consortium de 15 universités et laboratoires de recherche, Nanotek, pour concevoir de la nourriture « intelligente » et personnalisée, tels des aliments qui contiennent des centaines de nano-capsules, remplies de saveurs, de nutriments, de couleurs différentes. Un four à micro-ondes pourrait déclencher, selon la fréquence des ondes, telle ou telle capsule, selon les désirs du consommateur. Une nourriture interactive en quelque sorte, qui peut même se transformer elle-même si une personne est allergique à un composant, ou libérer une dose de supplément nutritif si elle détecte des carences. Kraft Foods, le concepteur de ce projet, est propriétaire des marques de chocolat Milka, Côte d'Or, Toblerone, Suchard, et de café Carte Noir, Grand'Mère, Jacques Vabre ou Maxell. Imaginez demain votre café de couleur rose et au goût banane qui vous délivre votre dose quotidienne de vitamines C... Ou du chocolat qui libère des arômes de carotte tout en soignant votre gueule de bois. Formidable, non ? Des nanos au goût d'OGM Pourquoi ce déploiement de technologies ? « Sur le plan alimentaire, on ne comprend pas à quoi ça sert, explique Rose Frayssinet, de l'ONG Les amis de la Terre. « C'est comme les usages dans le textile : à quoi servent des chaussettes « sans odeur » avec du nano-argent ? Les no-particules vont partir dans l'eau au bout de quatre lavages, et vont aller bouffer les microbes jusque dans les stations d'épuration. Au vu de ce que ça coûte, quelle est l'utilité sociale de tout ça ? Ce sont des technologies pour le confort des plus riches ». Certains voient les nano-aliments comme une « aubaine » pour les paysans du Sud. Leur credo ? Des nanos qui augmenteraient la productivité agricole et permettraient de lutter contre la faim. Une promesse qui rappelle celles des lobbys biotechnologiques et leurs OGM. La comparaison ne s'arrête pas là : risques sanitaires et environnementaux, privatisation du vivant ou de combinaisons d'atomes par des brevets industriels, mise sur le marché de produits dont l'innocuité n'est pas prouvée... Des nanocides (pesticides utilisant les nano-technologies) intelligents qui nécessiteraient un dosage moins important que les pesticides actuels, et ne causeraient aucun mal aux insectes ? Le fait 660


que ce soit des firmes comme Monsanto, Bayer ou Syngenta qui les développent ne peut qu'inviter à rester très prudent sur le sujet... Vers un nouveau scandale sanitaire ? « Dans le cas des OGM, nous avons obligé Monsanto à rendre publiques des études partielles de toxicité dissimulées au public. Des études semblables n'existent pas sur la nocivité des nanoparticules, souligne la Fondation Sciences citoyennes. Et les lanceurs d'alerte sont actuellement dissuadés par tous les moyens (poursuites en justice...) de briser la propagande officielle ». Pour Rose Frayssinet, nous sommes face à un risque encore plus grand que les OGM. « Les OGM, c'est un secteur, alors que les nanotechnologies concernent tous les secteurs. Les risques sont d'autant plus difficiles à analyser. On ne peut pas avoir une vision globale des implications ». Difficile en effet de contrôler le comportement de nano-particules. Elles ne répondent pas aux lois de la physique classique, mais à celles de la mécanique quantique. Construire des particules, atome par atome, manipuler la matière au niveau des molécules, c'est entrer dans un monde d'incertitude radicale. Les propriétés des particules, comme leur toxicité ou leur persistance biologique, varient selon leur taille. De fait, les connaissances actuelles sur les effets toxiques des nano-particules manufacturées sont très limitées. « Les données disponibles indiquent que certaines nanoparticules insolubles peuvent franchir les différentes barrières de protection, se distribuer dans le corps et s'accumuler dans plusieurs organes, essentiellement à partir d'une exposition respiratoire ou digestive », prévient une étude de l'Afsset, en 2006. Les nanoparticules se diffusent dans les alvéoles pulmonaires, le sang, la barrière hématoencéphalique qui protège le cerveau, ou le placenta. Fin 2008, un nouveau rapport de l'Agence juge que la nano-toxicologie fournit « des résultats encore peu nombreux, disparates et parfois contradictoires » et qu'il « n'est cependant pas possible d'exclure à cette date l'existence d'effets néfastes pour l'homme et l'environnement ». Quant à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), après avoir rappelé que des études extérieures montrent de possibles altérations de l'ADN par les nanoparticules, elle confesse « l'impossibilité d'évaluer l'exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l'ingestion de nanoparticules. » Très rassurant ... Nano-particules : l'amiante du 21ème siècle ? Une étude britannique démontre l'existence d'un effet indirect des nanoparticules qui endommageraient « à distance » l'ADN. Marie- Claude Jaurand, directeur de recherche à l'INSERM, pointe du doigt les nano-tubes de carbone, matériau ultra-résistant utilisé dans l'industrie, pour leurs effets « similaires à ceux de l'amiante », concernant la production de lésions de l'ADN et la formation d'aberrations chromosomiques. Face à ces risques, que font les instances compétentes ? Pas grand chose. Les instruments règlementaires sont inadaptés. Ministères et agences sanitaires sont complètement dépassés (les documents les plus récents publiés sur le site du ministère de la Santé datent de 2007). L'évaluation des risques doit être totalement repensée. Les systèmes d'autorisation de mise sur le marché reposent sur la composition chimique des produits. Pour les nanoparticules, cela ne suffit pas, car les effets dépendent aussi de l'organisation spatiale des éléments atomiques et de leur taille. Un élément non toxique peutle devenir à l'échelon nanométrique. « Le dioxyde de titane et les dioxydes d'argent n'ont pas les mêmes propriétés au niveau nanométrique et au niveau macroscopique », 661


explique Rose Frayssinet. « Ils n'ont pas les mêmes propriétés selon qu'ils mesurent 20 nano ou 60 nano. Pour étudier les risques, il faudrait donc mener des études pour toutes les échelles ». Mais cela coûte cher. Et les outils manquent. « D'après les textes européens, dès qu'on modifie un aliment, une étude d'innocuité est obligatoire. Mais personne ne sait le faire. Il y a encore un an, il n'y avait aucun filtre vraiment sûr pour récupérer les nanoparticules. Sans compter que les délais d'études étant très longs, les résultats arriveront après la mise sur le marché. On demande aux fabricants de travailler dans des salles blanches, avec des scaphandres. Et juste derrière, on met les produits sur le marché. C'est aberrant ! ». Concernant la production et la mise sur le marché, les industriels se réfèrent à la directive européenne REACH. Celle-ci est pourtant insuffisante. Seules les substances chimiques produites en quantité supérieure à une tonne par an y sont soumises. Vu la taille des nano-particules, cette quantité de production n'est pas toujours atteinte. Et pour le moment, aucune obligation d'étiquetage n'existe, même si le Parlement européen commence à se saisir de cette question. L'État finance sans s'inquiéter des conséquences « No data no market » (pas de données, pas de marché). Telle est la position défendue par de nombreuses associations écologistes, qui espèrent être rejointes par les syndicats de salariés. Elles demandent un moratoire sur les nano-produits. Et des procédures d'évaluation des risques adaptées. Les ONG souhaitent aussi débattre de l'utilité sociale des nanotechnologies, en particulier dans le secteur alimentaire. Le gouvernement français a lancé en 2009 le plan Nano-Innov, qui vise à placer la France parmi les pays les plus en pointe sur les nanosciences, en encourageant la recherche fondamentale à travailler « avec les entreprises pour mettre au point des technologies, déposer des brevets, créer des produits ». 70 millions d'euros ont été consacrés l'an dernier à ce projet. En parallèle, aucun fonds n'est dédié aux études toxicologiques et aux impacts sanitaires et environnementaux. Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, a souligné à l'occasion du lancement de ce plan l'excellence de la recherche nationale sur les nanotechnologies (5ème rang mondial) mais se désole que seulement 290 brevets aient été déposés en 2005, ce qui représente moins de 2% des brevets mondiaux. Car le secteur peut rapporter gros. La National Science Foundation (NSF) américaine évalue le marché des nanotechnologies à mille milliards de dollars en 2015. Selon la Fondation Sciences citoyennes, les investissements en recherche et développement ont été quasiment multipliés par dix entre 1997 et 2003 (3,5 milliards d'euros), avec une prévision de croissance de 40 % par an. « Les chercheurs nous disent souvent : il suffit qu'on parle de 'nanotechnologies' dans nos projets pour avoir de l'argent pour mener des recherches », commente Rose Frayssinet. Les multinationales de la pharmacie et de l'agrochimie sont sur les « rangs pour fabriquer davantage de nano-aliments. A l'opposé de stèmes alimentaires organisés localement et écologiquement » soutenables, se prépare une nouvelle révolution alimentaire, basée sur l'accaparement par quelques firmes privées des éléments constitutifs de la matière et de notre alimentation. Après la malbouffe, nous voici transformés en cobayes de la nano-bouffe, avec le silence complice de l'État. Posté par werdna à 00:24 662


Fin de l’article. En fait, vous devez comprendre maintenant que les seules réelles motivations à la nanotechnologie sont : - d’ordres économiques : réduction des coûts et des contraintes d’intervention – donc quelque part – réduction du personnel humain. Nous n’avons déjà pas assez de chômeurs ! Ah, j’oubliais : il est vrai que les Illuminati « vont nous sauver » en détruisant les 3 quarts de l’espèce humaine ! Ouf ! Que ces gens sont vraiment très humanistes et plein de compassion ! - d’ordres politiques en termes de pouvoirs : la nanotechnologie contient le potentiel d’insérer dans l’être humain, comme dans son environnement, des capacités de contrôles invisibles donc insoupçonnables. - d’ordre stratégiques : d’autre pays investissent cher dans cette recherche : « faisons de même pour ne pas être dépassé et, un jour, dépendants et asservis ». De part cette logique, on assiste à un effet « boule de neige » ou les pays industriels et leurs armées se lancent dans la nanotechnologie non pas pour les bénéfices qu’ils pourraient en tirer, mais pour éventuellement être capable de contrer les bénéfices que d’autres pays pourraient en tirer à notre encontre, que ce soit sur le plan économique comme sur celui du militaire ! Continuons … : Voici un article qui nous permettra d’enchainer sur le point suivant : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=779 Horizons et débats Case postale 729 CH-8044 Zurich Tél.: +41-44-350 65 50 Fax: +41-44-350 65 51 3 février 2010 Horizons et débats > 2008 > N°9, 3 mars 2008 > Envie de «nano»? Envie de «nano» ? Nouvelle génération d’aliments issus de la recherche militaire par Yvonne Rappo1 La nanotechnologie est une technique duale classique. Ses applications militaires et civiles ne sont guère distinctes. Dans le domaine alimentaire, elle rend possible des choses qui font penser au monde de la science-fiction. Ainsi, on pourra sans doute dans un proche avenir, en appuyant sur un bouton, transformer une «nanopizza multisaveurs» en margherita, prosciutto e funghi ou quattro stagioni selon que le four à micro-ondes sera réglé sur 400, 800 ou 1600 watt. Les nanocapsules qui contiennent les saveurs et les colorants sont libérées à des températures différentes, si bien que les pizzas auront des couleurs et des goûts différents. 663


Qu’est-ce que la nanotechnologie ? Une partie de la nanotechnologie s’intéresse aux nanoparticules. Le diamètre de ces particules est inférieur à 100 nanomètres (1 nanomètre = 1 milliardième de mètre). Les particules de cet ordre de grandeur ont des propriétés chimiques et physiques différentes de celles des particules plus grosses de même composition chimique. Voici quelques exemples de propriétés physiques différentes : apparition de magnétisme, de conductibilité électrique, modifications de couleur (p. ex. les nanoparticules d’or sont rouges). Plus les particules d’une matière sont petites, plus grand est le rapport entre la surface et le volume. Cette surface gigantesque entraîne une plus grande réactivité. La création de ces nanoparticules donne aux matières des propriétés toutes nouvelles qu’on ne rencontre pas dans la nature et dont les effets sur les hommes, les animaux et l’environnement sont encore problématiques. Ainsi une étude de l’université de Rochester sur des souris a montré que l’exposition à des grosses particules de téflon provoquait certes chez ces animaux des réactions morbides mais qu’ils s’en remettaient assez bien après un certain temps. Mais exposées pendant 15 minutes seulement à des nanoparticules de téflon de 20 nanomètres, toutes les souris mouraient au bout de 4 heures. La toxicité des nanoparticules réside probablement dans leur petite taille.2 On peut comparer à différents égards la nanotechnologie au génie génétique : ils interviennent tous les deux dans des processus vitaux. On présente la nanotechnologie comme la technologie-clé du XXIe siècle et on prétend qu’elle révolutionnera notre alimentation. L’idée d’une alimentation réduite à des pilules d’astronautes qui nous faisait sourire dans notre jeunesse menace de devenir réalité. Frites au ketchup au dioxyde de silicium ou mousse au chocolat au dioxyde de titane? Il existe déjà des aliments et des emballages de la nanogénération bien qu’il n’y ait jamais eu de débat sur la question. On enferme déjà des colorants, des arômes et des vitamines naturels dans des nanocapsules que l’on mélange à des boissons. On ajoute artificiellement des nanoparticules à des aliments : ainsi certaines variétés de ketchup contiennent du dioxyde de silicium, ce qui les rend plus épaísses. On ajoute aux vinaigrettes du dioxyde de titane comme agent blanchissant et les silicates d’aluminium sont censés empêcher l’agglutination des aliments en poudre.3 Les nanoparticules peuvent notamment influencer la consistance, la couleur, le goût ou l’apparence des aliments ou prolonger leur durée de conservation. Ainsi le blanchiment gras à la surface du chocolat pose un problème. Les fabricants de confiseries doivent souvent stocker leurs produits assez longtemps. Or le chocolat (bonbons, tablettes, etc.) est très sensible aux variations de température, si bien que les fabricants sont contraints de veiller à des conditions de stockage bien précises pour pouvoir offrir aux consommateurs un chocolat d’excellente qualité. Comme tout est plus cher dans l’économie néolibérale, on dépose sur la surface du chocolat des particules de dioxyde de titane qui ne sont visibles qu’au microscope. On évite ainsi l’apparition du blanchiment gras. Le groupe alimentaire américain Mars a fait breveter son invention nanotechnologique en 2003. Jusqu’ici, on connaissait l’utilisation des nanoparticules de dioxyde de titane dans les crèmes solaires. Que les aliments, par exemple le chocolat, doivent garder une éternelle jeunesse est un fait nouveau.4

664


Proche avenir La date de péremption des aliments pourra bientôt être facilement reconnue même sans lunettes grâce à d’inquiétants changements de couleurs. Grâce à un «nanoindicateur», l’emballage deviendra subitement rouge si le lait est tourné, la viande de poulet deviendra bleue si la date de consommation est dépassée ou si l’emballage n’est plus imperméable. Des risques inconnus ? Lorsque des fabricants introduisent de manière ciblée des nanoparticules dans des aliments, des produits de beauté ou des médicaments, ces particules entrent en contact avec la peau ou le système digestif. Dans l’état actuel de la recherche, les risques sont considérables. Les nanoparticules exogènes peuvent pénétrer dans des couches de tissus inaccessibles aux plus grosses particules. Combien de temps y restent-elles et quels sont leurs effets ? On ne connaît pas non plus l’effet des nanoparticules sur le cerveau. Comme elles sont minuscules, elles peuvent passer la barrière hémato-encéphalique qui n’est en principe pas facile à franchir. On sait encore peu de choses sur les effets des substances étrangères non solubles. On a des raisons de penser qu’elles peuvent provoquer des modifications inflammatoires. Il existe également quelques études scientifiques animales sur ces effets. Il y a deux ans, des essais ont fait grands bruits : on a constaté que des nanoparticules de carbone appelées «buckyballs» (euphémisme pour Buckminsterfullarènes) endommageaient le cerveau de certains poissons. Des dommages aux poumons ont également été observés dans des études animales. De petits tubes de carbone, les nanotubes, peuvent, après avoir été inhalés, rester dans les poumons et s’y agglutiner. Des expériences sur des rats ont montré que ces agrégats étaient suffisamment gros pour boucher les bronches. On connaît depuis longtemps des effets semblables provoqués par l’amiante. Certes, les nanotubes sont 1000 fois plus petits que les fibres d’amiante, mais dans des expériences de l’EMPA (institut suisse de recherches en sciences des matériaux et en technologie), ils s’agglutinaient pour former de grosses aiguilles et ressemblaient par leur aspect et leur toxicité aux fibres d’amiante. Ils se sont révélés particulièrement dommageables pour les cellules. Aussi les nanotubes s’avèrent-ils extrêmement problématiques d’un point de vue toxicologique. 5 Pas de quoi fouetter un chat ? Qu’en pensent les assurances ? Connaissant les risques, comme pour l’énergie nucléaire ou le génie génétique, les assurances craignent des dommages imprévisibles de grande ampleur qu’elles ne sont pas prêtes à couvrir sans restriction. Contrairement aux déclarations euphoriques de l’économie, la compagnie de réassurance Swiss Re évalue sans doute les risques de manière réaliste. En 2004 a paru son rapport sceptique très remarqué intitulé « Nanotechnology : small matter, many unknowns » (Zurich, 2004). L’un des plus gros réassureurs du monde y parvient à la conclusion que les nanotubes pourraient avoir les mêmes effets que l’amiante sur la santé humaine. Il recommande aux assurances de limiter la responsabilité en matière de risques dus à la nanotechnologie. Cette recommandation, qui rappelle celle faite en matière d’énergie nucléaire et de génie génétique, laisse fortement penser qu’il y a là pas mal de choses qui clochent.

665


Enormes profits en perspective ! Malgré ces mises en garde contre une technologie dangereuse, les grands groupes investissent des sommes énormes, et justement dans l’alimentaire. Des pronostics audacieux prévoient pour les nanoaliments un marché de 20 milliards de dollars d’ici à 2010 (alors qu’il n’était «que» de 2,6 milliards en 2003 et de plus de 7 milliards en 2006). Le marché de l’ensemble de la nanotechnologie, qui concerne quelque 4000 firmes et instituts de recherches, devrait être de 1,13 billion d’euros. Dans le monde entier, plus de 200 sociétés s’occupent actuellement du développement de nanoaliments, avant tout aux USA, au Japon et en Chine et de plus en plus également en Europe. Les pionniers du secteur sont Heinz, Nestlé, Hershey Food, Unilever et Keystone. Des firmes chimiques comme Henkel, Degussa et Bayer se sont proposées comme partenaires. Kraft a été le premier groupe industriel à mettre sur pied un laboratoire. Maintenant, le consortium Nanotek, créé également par Kraft et auquel participent 15 universités et instituts de recherches américains, s’occupent du développement de procédés nanotechnologiques pour le secteur alimentaire. (cf. Die Joghurtlüge, p. 169) «D’ici à 2015 au plus tard, la nanotechnologie aura transformé profondément la fabrication d’aliments, de confiseries, de boissons, etc. On estime que le processus concernera 40% ou plus de la production. L’agriculture, premier fournisseur de matières premières, qui est très étroitement liée à l’industrie alimentaire, n’est pas épargnée par cette tendance. Syngenta, BASF, Bayer Cropscience et Monsanto ont depuis longtemps jeté leur dévolu sur cette technologie prometteuse. Certains tiennent l’influence de la nanotechnologie pour plus importante que la mécanisation ou la révolution verte avec ses substances agrochimiques et ses variétés à haut rendement.» (cf. Die Joghurtlüge, p. 170). Les parallèles entre le génie génétique et la nanotechnologie sautent aux yeux. Leurs applications sont nombreuses, leurs risques prouvés. Ce qui manque encore, ce sont des recherches systématiques et il faut les exiger. Dans le domaine des nanoaliments, il n’existe même pas de directives de déclaration et de régulation. Aucun emballage ne doit signaler que l’aliment a subi une transformation nanotechnologique. On ne trouvera nulle part de termes comme «nanotechnologiquement modifié», «produit nano», etc. On nous «vend» la nanotechnologie et le génie génétique comme des technologies-clés du XXIe siècle. Ces deux domaines ont en commun qu’ils suscitent un grand intérêt scientifique et commercial qui s’étend jusqu’au domaine militaire.

Et les consommateurs ? On ne cesse d’approvisionner les supermarchés en nanoproduits (aliments, produits d’entretien, cosmétiques, etc.) et malgré d’importantes réticences, le secteur se mure dans le silence. Pour ne pas entraver le développement du marché, on a jusqu’ici évité d’aborder publiquement le sujet ou on l’a présenté surtout positivement. On attend encore un large débat. Dans le domaine alimentaire tout particulièrement, les consommateurs réagissent de manière très sensible. Le refus catégorique des aliments génétiquement modifiés en est un exemple. Les départements de relations publiques des grands groupes veulent empêcher les réactions négatives des consommateurs grâce à une meilleure communication et un 666 bis 665


meilleur marketing qui se focalisent sur les avantages de la nanotechnologie. On veut absolument éviter que la population ne refuse cette technologie comme elle le fait pour les OGM. Mais cette stratégie ne réussit pas partout. Des scientifiques mettent en garde contre ces substances. Le groupe canadien ETC6 a demandé, en 2003, un moratoire sur les nanoproduits en raison des risques imprévisibles qui sont à craindre. Le 6 avril 2006, l’organisation a réaffirmé sa demande de moratoire aussi bien pour les nanoproduits que pour les recherches de laboratoire. Dans son rapport intitulé «Down on the Farm», elle a mis en garde contre le fait que l’éventuelle toxicité de nombreux nanoingrédients n’ait pas été étudiée. Le dioxyde de titane sous forme de micrograins est autorisé depuis les années 1960 en tant que colorant alimentaire. Or des études toxicologiques ont montré que les nanoparticules de dioxyde de titane peuvent provoquer des inflammations des tissus. «C’est ce qui rend l’utilisation des nanoparticules dans l’alimentation si inquiétante.»7 Greenpeace a également publié en 2003 une étude critique sur la nanotechnologie. Selon cette organisation, ce n’est que lorsqu’on sera fixé sur les risques actuellement difficiles à évaluer et que les craintes auront été écartées que les nanoproduits pourront être commercialisés.8 Comme pour le moment la présence de nanoparticules dans les produits n’est pas signalée, on ne peut pas savoir lesquels en contiennent. Peut-être sont-ils plus nombreux sur le marché qu’on ne le pense. Est-ce que nous le voulons ? Soit dit en passant : la nanotechnologie doit avant tout être développée de toute urgence pour permettre la construction de bombes nucléaires de quatrième génération. Historiquement, la nanotechnologie est une enfant des laboratoires d’armes nucléaires.9 1 L’auteure est spécialiste du commerce de détail et enseigne la connaissance des produits alimentaires 2 Günter Oberdörster, Toxicology of ultrafine particles: in vivo studies, Royal Society of London, 10/2000 3 Andrea Borowski, Süddeutsche Zeitung, 2/11/06 4 cf. Marita Vollborn, Vlad D. Georgescu, Die Joghurtlüge, (p. 169), Campus Verlag, 2006, ISBN 3-593-37958-9 5 TA Swiss, Informationsbroschüre Nano ! Nanu ?, www.ta-swiss.ch 6 ETC = Experimental Technology Council 7 www.etcgroup.org/en/issues/nanotechnology.html 8 www.greenpeace.org.uk/f/MultimediaFiles/FullReport/5886.pdf 9 André Gsponer, From the Lab to the Battlefield ? Nanotechnology and Fourth-Generation Nuclear Weapons, 2005

2008 © Horizons et débats. Tous droits réservés. Fin de l’article 2) Le nano et le militaire : Voici le contenu d’une page web qui nous servira d’introduction à ce point : http://alltrends.overblog.net/article-36736894.html « Les applications des nanotechnologies seront tout d'abord militaires En mettant au point le premier micromoteur, des chercheurs de l’université de Berkeley en Californie ont démontré dans les années 80 qu’ont pouvait utiliser les procédés de 667


fabrication de circuits électroniques pour mettre au point des micro-mécanismes. Cette démonstration développa l’espoir de pouvoir produire en grosse quantité et à faible coût, des micro-mécanismes complexes intégrant des capteurs physiques et chimiques contrôlés et interfacés électroniquement. Aujourd’hui, la production industrielle, en grande série, de microsystèmes bons marchés et performants est en train de se réaliser, et le champ d’application de ce type de technologie est exponentiel. Les laboratoires Sandia prévoient déjà leur application dans les domaines de la défense, de la locomotion, du biomédical, de la robotique et de l’aérospatiale. Leurs laboratoires ont mit au point plusieurs séries de micro-capteurs : 1) Destinés à l’armement et capables de détecter les radiations électromagnétiques, les signatures acoustiques, sismiques ou infrarouges. Ainsi que les radiations d’armes ou d’industries nucléaires, ou les émanations d’armes ou d’industries chimiques ou biologiques. 2) Des micro-turbines, batteries, « supercapacitors » et systèmes hybrides rechargeable par énergie solaire, micro-onde ou infrarouge. 3) Des systèmes de détection de cible, filature, marquage et suivi de cible, capteurs auxiliaires pour plates-formes radar de grande envergure du type « J-Star »? Sic. La maîtrise du principe de « Zone sensible » oriente la recherche en nanotechnologie vers la micro-robotique et le « design d’essaims » (Intelligence collective). De ce fait, les laboratoires Sandia travaillent en collaboration avec différentes universités pour mettre au point des stratégies de développement dans le secteur de l’intelligence mobile et collective. Les premières applications de la nanotechnologie, selon les laboratoires Sandia, seront essentiellement d’ordre militaires et de protection civile. Des essaims de véhicules microscopiques (Robugs) répandus dans l’atmosphère et sur le sol peuvent assister un déploiement de troupe sur un champ de bataille. Ces Robugs seraient utilisés pour la surveillance, le repérage, la localisation, l’identification, le « marquage » et la poursuite de cibles. Ils seront suffisamment économiques et « jetables » pour servir de balises pour le guidage des missiles. Un capteur miniature qui tient dans la montre du soldat pourra analyser sa santé et communiquer son état vers l’unité médicale de son groupe. On pourra réaliser des cathéters, des endoscopes et autres outils chirurgicaux pour réaliser des diagnostiques les moins invasifs possibles. On pourra répandre des centaines de systèmes de micro-capteurs dans l’environnement pour contrôler à distances des sites sensibles, ou analyser les mouvements atmosphériques de nuages radioactifs ou chimiquement polluants. Des laboratoires chimiques miniatures peuvent êtres répandus autour de sites industriels dangereux (raffineries, industrie chimiques) pour guetter en permanence toute fuite ou émission toxique. Les chercheurs de Sandia évoquent la possibilité de mettre au point des micro-systèmes pouvant se métamorphoser, permettant ainsi de modifier les caractéristiques d’un mécanismes à distance via un réseau. Ce qui serait particulièrement utile pour 668


réinitialiser les fonctions d’armes stockées dans des sites distants, ou éventuellement de les rendre inoffensives en cas de vol. Intelligent Micro Machine Initiative at Sandia National Laboratories Source : yannminh.com Par Grégory SANT » Enchainons sur l’article suivant : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1690&lg=fr Frelons bioniques : Parmi les nano-armes d’Israël : l’Italie AUTEUR: Manlio Dinucci, 23 Novembre 2006 Traduit par Traduit par Xavier Rabilloud et révisé par Fausto Giudice La prochaine étape : les « frelons » bioniques. Voilà que la « colombe » Shimon Peres est à présent en charge du nouveau programme israélien sur les armes miniaturisées. Grâce au traité de coopération militaire entre l’Italie et Israël, même les scientifiques italiens peuvent à présent contribuer aux guerres de Tel-Aviv. Des essaims de « frelons bioniques », des mini-robots volants, s’infiltrent dans Gaza et au Liban, pourchassant des ennemis, et, une fois ceuxci détectés, les tuent avec de petites charges explosives d’un type nouveau. Est-ce de la science-fiction ? Non, simplement de la science, tout court. En tous cas, de cette science la plus avancée connue sous le nom de « nano-technologies », sur lesquelles Israël parie. Le Premier Ministre Ehud Olmert – nous informe le quotidien israélien Yediot Aharonot du 17 novembre 2006 – a décidé de constituer un nouveau bureau chargé du développement d’un « arsenal de conception nanotechnologique ». A cette fin, il a délégué au Vice-Premier Ministre Shimon Peres (le père de la bombe atomique d’Israël) la responsabilité de choisir quinze experts parmi les plus éminents, issus du milieu académique, de l’industrie de haute-technologie et du monde militaire. Israël, conjointement avec les USA et le Royaume-Uni, est à l’avant-garde de la recherche en nano-technologies, cette science qui crée des structures microscopiques en les assemblant atome par atome. A l’intersection entre la physique, la chimie, la biologie et la mécanique, elle peut conduire à de grandes réalisations dans tous les champs de la science et de la technologie. Jusqu’à présent, cependant, ce sont les applications militaires qui ont donné la plus grande impulsion à la recherche : les nanotechnologies ont vu le jour en laboratoire dans le cadre de recherches sur les armes nucléaires visant à créer des détonateurs toujours plus miniaturisés, et cependant fiables. Ces recherches, qui font l’objet d’une confidentialité absolue, doivent aboutir à la création d’armes certes miniaturisées, mais surtout de conception entièrement nouvelle. Dans le quotidien britannique The Guardian du 4 septembre 2006, peu de temps après la guerre au Liban, Shimon Peres déclarait que les armes dont dispose Israël sont inadéquates pour des guerres de cette nature : « Il est absurde d’utiliser un hélicoptère ou un avion, qui coûtent plusieurs millions de dollars, afin de pourchasser une poignée de terroristes. » C’est pourquoi Israël a besoin « d’armes et de robots miniaturisés et commandés à distance, opérant sur le champ de bataille, et de conception révolutionnaire basée sur les nano-technologies. » Puis, après s’être vu confier par Ehud 669


Olmert la tâche de constituer un comité spécial chargé d’accélérer les recherches dans ce domaine, Peres affirmait que « des prototypes de ces nouvelles armes sont prévus pour dans trois ans. » Le gouvernement israélien a décidé d’encourager au maximum la recherche nanotechnologique visant à des applications militaires. C’est justement dans ce domaine que l’Italie peut apporter une contribution d’importance, dans le cadre du traité de coopération militaire négocié en 2003 par le gouvernement Berlusconi avec le gouvernement israélien, puis entériné par le législateur en 2005 (Projet de loi 94, 17 mai 2005). Par cet accord, les deux gouvernements s’engagent à « encourager leurs industries respectives à mener des recherches sur des projets et des matières d’intérêt commun. » En outre, le ministre Moratti a initié 31 projets de recherche conjointe entre des entités italiennes – le CNR (Consiglio Nazionale delle Ricerche, Conseil National de la Recherche, NDT) et certaines universités – et des entités israéliennes – au premier rang desquelles les instituts Weizmann et Technion, qui mènent des recherches sur les armes nucléaires et de nouvelle génération. De ce fait, il est possible que la recherche italienne, qui ne s’occupe officiellement que d’objectifs civils, puisse être utilisée en vue de concevoir des armes d’un genre nouveau, sans que les chercheurs italiens ne le sachent. Les liens entre recherches civiles et militaires ont été mis en lumière par le congrès « Le développement des nano-technologies : applications dans le cadre de la défense », organisé à Rome le 30 juin 2004 par le Secrétariat Général à la Défense et le Haut Commissariat aux Armements, en coopération avec l’université romaine La Sapienza. Au début du congrès, ouvert par les conférences du général Botondi et du professeur Carlo Rubbia, il a été mis en évidence – dans le cadre du plan national de recherche militaire (PNRM), créé en juillet 2001, un mois après l’entrée en fonction de Berlusconi en tant que Président du Conseil de la République italienne (l’équivalent de notre Premier Ministre, NDT) – qu’il est possible « d’utiliser des ressources militaires et civiles pour mener des études coordonnées. » Le PNRM permet « de promouvoir, évaluer et coordonner la recherche fondamentale dans les domaines d’importance stratégique et présentant un intérêt en termes d’applications militaires, en particulier pour le développement des matériels d’armement du futur. » A cette fin, il rassemble idées et propositions provenant des « partenaires internationaux ». A présent, voilà ce que nous voudrions savoir : si, dans le cadre de cet accord, le partenaire israélien proposait (si ce n’est déjà fait) une coopération ouverte ou secrète afin de développer les nano-technologies militaires, que ferait le gouvernement de Romano Prodi ? Et, de manière plus générale, que va-t-il faire au regard de cet accord de coopération avec Israël ? L’annulera-t-il ou bien compte-t-il le maintenir sur ses rails, dans la lignée de ce qu’a initié Berlusconi ? Nous demandons une réponse claire et tranchée. Si possible avant que les premiers « frelons bioniques » commencent à voler, pour partie engendrés par la recherche militaire italienne. Il Manifesto Traduit de l’anglais par Xavier Rabilloud et révisé par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique, à partir de la traduction en anglais de l’article original en italien, effectuée par Gianluca Bifolchi pour Tlaxcala. Cette traduction est en Copyleft :

670


elle est libre de toute reproduction, à condition de respecter son intégrité et de mentionner auteurs et sources. URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1690&lg=fr. Illustrations : Franz Muenz.

Vous vous souvenez que j’ai, à de maintes reprises, déclaré que les Illuminati mettaient un point d’honneur à réaliser nombre de prophéties religieuses ! La Bible : Apocalyspe ou « Révélation » Révélation 9 Le cinquième ange sonna de la trompette. Et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. La clef du puits de l'abîme lui fut donnée, 9.2 Et elle ouvrit le puits de l'abîme. Et il monta du puits une fumée, comme la fumée d'une grande fournaise ; et le soleil et l'air furent obscurcis par la fumée du puits. 9.3 De la fumée sortirent des sauterelles, qui se répandirent sur la terre; et il leur fut donné un pouvoir comme le pouvoir qu'ont les scorpions de la terre. 9.4 Il leur fut dit de ne point faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n'avaient pas le sceau de Dieu sur le front. 9.5 Il leur fut donné, non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois; et le tourment qu'elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme. 9.6 En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d'eux. 9.7 Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat; il y avait sur leurs têtes comme des couronnes semblables à de l'or, et leurs visages étaient comme des visages d'hommes. 9.8 Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions. 9.9 Elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat. 9.10 Elles avaient des queues semblables à des scorpions et des aiguillons, et c'est dans leurs queues qu'était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois. 9.11 Elles avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon.

671


Imaginez un nano robot hybride entre les deux représentations cidessus– doté en plus d’un dard et de venin - correspondant en tout point à cette prophétie de la Bible – et évoluant en essaims !

Alors, techniquement impossible cette prophétie ? Et rappelez-vous que la technologie des Illuminati n’est pas celle qu’on nous vend ! De là à vouloir nous faire croire aux anges ou aux extra-terrestres … ! Enchainons … : L’article ci-dessous parle plutôt de macrotechnologie que de réelle nanotechnologies. Toutefois, la miniaturisation du domaine qu’il aborde n’en est qu’a ses débuts. Israël est un des 3 leaders mondiaux en nanotechnologie et ses obsessions sécuritaires et militaires font peur : http://www.israelvalley.com/news/2009/07/03/23375/satellite-israel-revelations-israel-vaproduire-des-nano-satellites-a-usage-militaire-qui-vont-peser-quelques-dizaines-de-kilos

« News: SATELLITE ISRAËL - REVELATIONS : "ISRAËL VA PRODUIRE DES NANO-SATELLITES A USAGE MILITAIRE QUI VONT PESER QUELQUES DIZAINES DE KILOS" 03 Jul 2009 Par IsraelValley Desk Rubrique: Aéronautique Publié le 3 juillet 2009 L’Etat hébreu est considéré comme l’un des plus avancés en matière de “minisatellites”. Contrairement aux satellites “mammouths” américains, qui peuvent peser jusqu’à 25 tonnes, les satellites israéliens mis au point et fabriqués par l’Industrie aérospatiale (IAI) pèsent entre 300 et 400 kg. JPost : "Actuellement, IAI travaille en outre sur l’élaboration de nano-satellites, qui ne pèseront que quelques dizaines de kilos et seront capables de fournir des services de communications pour les opérations militaires. “Le monde commence à comprendre que, plus c’est petit, mieux c’est”, déclare Eshed. “Un gros satellite coûte beaucoup d’argent à élaborer, à lancer et à entretenir.” 672


Et de faire part de son nouveau projet : les satellites “double usage” qui pourront appartenir en partie à des investisseurs privés israéliens ou étrangers et fournir des services, tant civils que militaires. Le ministère de la Défense reçoit déjà des images d’ImageSat International, une entreprise internationale, fournisseur commercial d’images haute-résolution de la terre prises par satellite. S’il faut désormais des investisseurs privés, c’est que les budgets sont serrés : Eshed ne dispose que de quelque 100 millions de dollars, alors que les Etats-Unis, à titre comparatif, en investissent chaque année 50 milliards dans leurs programmes spatiaux". Fin de l’article Enfin, pour finir : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bat_sur_les_nanotechnologies Débat sur les nanotechnologies Les développements actuels des sciences permettent d'explorer, à l'échelle du nanomètre, des domaines d'interfaces entre les différentes techniques : étudier et développer des techniques mettant en œuvre des procédés nanométriques impliquant à la fois des aspects chimiques, physiques et biologiques et notamment modifier la matière à l'échelle de l'atome. Ces techniques sont regroupées sous le terme de nanotechnologies. Si les études et techniques qui mettent en œuvre ces procédés sont utilisées depuis de nombreuses années en chimie, en physique ou en biologie, les progrès annoncés comme considérables dans de nombreux domaines ont donné naissance à un débat sur les nanotechnologies. Ce débat concerne tout aussi bien des questions sanitaires et éthiques, que la notion de gestion des risques industriels ou encore le principe de précaution. Le développement de ces technologies, qui pourrait annoncer une nouvelle révolution industrielle[1], est aussi, selon leurs critiques, l'occasion de remettre en question la position des sciences et de la libre entreprise dans une démocratie et de reprendre un débat presque aussi vieux que l'humanité[2] : préciser la place des inventions humaines[3] par rapport à l'homme - préciser la position de l'inventeur par rapport aux autres. Débats économiques et techniques Enjeux économiques Posé en termes économiques, le débat sur les nanotechnologies s'attache à poser les coûts et les bénéfices attendus pour en tirer un rapport risque/bénéfice. Le marché de ces nouvelles technologies est estimé à plusieurs milliards de dollars à l’horizon 2015[4]. La course aux brevets qui existe déjà dans la matière macroscopique, ainsi que dans la recherche nucléaire s'étend donc aussi au monde des nanotechnologies.

673


Enjeux techniques et d'innovation Au-delà des nanorobots et de l'interface vivant-inerte le champ des applications des nanotechnologies est vaste, concernant pratiquement la totalité des secteurs industriels. Les nanotechnologies peuvent permettre la production de matériaux plus solides et plus légers que ceux actuellement produits (acier, aluminium, etc.) . à un coût similaire - voire inférieur. Ils intéressent notamment l'industrie aéronautique (ils sont par exemple utilisés sur les airbus A380 et A350) et automobile. La généralisation de l'usage de ces matériaux bouleverserait l'industrie traditionnelle d'extraction et de production de matériaux. L'industrie minière, essentiellement située dans des pays du tiers monde, pourrait être affectée. Les déchets des produits industriels pourraient être directement désassemblées en leurs éléments constitutifs, faisant du recyclage une des principales formes de production de matières premières. La même application pourrait valoir aussi pour la pollution en général[5]. Inversement, des risques liés à la généralisation de nanoparticules dans les matériaux peuvent apparaître lors de la dégradation naturelle des produits. Gestion de risques La recherche civile sur les nanotechnologies explore de nombreux axes jugés prometteurs, en tenant compte de la gestion des risques [6],[7],[8],[9]. Cependant, alors que les investissements financiers privés et publics dans ces technologies sont considérables, moins de 5% [10] des budgets sont consacrés à l'évaluation des risques. Débats de santé publique Données de nanotoxicologie La nanotoxicologie est la branche de la toxicologie qui étudie l'impact des nanotechnologies sur la santé des êtres humains. Dans un rapport publié fin 2008, l'Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) juge que, compte tenu de sa jeunesse, la nanotoxicologie fournit "des résultats encore peu nombreux, disparates et parfois contradictoires."[11] La nanotoxicologie s'attache à étudier les trois voies possibles d'exposition de l'Homme aux nanotechnologies : voie cutanée, digestive et respiratoire. Parmi les résultats les plus marquant des études scientifiques, le quotidien économique français Les Echos relève, à la suite de l'Afsset, l'exposition par voie respiratoire : "les nanoparticules pourraient traverser la barrière de l'épithélium pulmonaire pour atteindre la circulation sanguine et les ganglions lymphatiques et se répartir ensuite dans l'organisme, franchir la barrière placentaire."[12]. Applications cosmétiques Dans les produits cosmétiques, les nanotechnologies sont utilisées sous forme de nanoparticules. Des actifs sont encapsulés dans ces nanoparticules pour leur donner de nouvelles propriétés. Elles améliorent ainsi le pouvoir couvrant, adhérent et pénétrant des produits cosmétiques. En d’autres termes elles augmentent l’efficacité des cosmétiques. Par exemple, on utilise sous forme de nanoparticules l’oxyde de titane pour éviter le blanchiment de votre peau lorsque vous vous enduisez de crème solaire. 674


On encapsule aussi les vitamines E pour leur permettre de passer la barrière cutanée. De nombreuses marques ont annoncé les nanotechnologies comme une révolution cosmétique, mais faire passer la barrière cutanée à des actifs est-il bien neutre pour la santé ? Les nanotechnologies sont récentes, leurs effets sur la santé ne sont pas bien connus puisque jusqu’à lors très peu d’études ont été effectuées sur le sujet. Certaines études ont néanmoins d'ores et déjà alerté la communauté scientifique quant à la toxicité de ces particules.[13] Des chercheurs américains ont mis en évidence les possibles dangers des nanoparticules[14] (présentes notamment dans des crèmes solaires[15]) pour les voies respiratoires, où leurs effets seraient comparables à ceux de l'amiante. En France, des produits courants utilisent des nanotechnologies. C'est le cas de certains savons ou huiles solaires. L'étiquetage ne précise pas la présence d'éléments issus des nanotechnologies. Le groupe de cosmétiques L'Oréal a mis en avant la présence de tels éléments dans certaines de ses publicités et a ensuite renoncé à un tel affichage. Une des raisons possible de ce revirement est le risque d'une contre-publicité liée à la présence d'éléments issus des nanotechnologies. En 2006, l'association écologiste Amis de la Terre ont rappelé que certains des plus grands noms des cosmétiques, comme L’Oréal, Revlon ou Estée Lauder, continuent de vendre des produits contenant des ingrédients nanotechnologiques alors qu’il y aurait de plus en plus de preuves que ces matériaux peuvent être toxiques pour les humains. En 2004, un rapport de la Royal Society britannique[16] recommandait que “les composants sous forme de nanoparticules devraient être soumis à une étude de risque complète menée par le conseil scientifique adéquat, avant quelles ne soient autorisées à être utilisées dans des produits”. Applications médicales L'industrie médicale est habituée à la gestion des risques sanitaires. Elle manipule au quotidien des substances toxiques ou de natures biologiques[17] , chimiques[18] et nucléaires[19] . Malgré les accidents, ces techniques ont prouvé leur efficacité sur le long terme [20] ainsi que leurs limites[21]. Étant de taille adaptées aux cellules, les nano-technologies trouvent leur place dans l'équipement médical et dans les recherches médicales. Différents axes de travail sur la lutte contre le cancer[22] sont explorés[23]. Débats éthiques De nombreux théoriciens ont réfléchi aux implications de la science pour l'Homme, notamment Jacques Ellul, en 1977, dans Le système technicien (Calmann-Lévy). Pour eux, à l'instar des OGM ou de l'énergie nucléaire, les nanotechnologies ne relèvent pas du domaine strictement scientifique, car la science a une influence (négative comme positive) sur notre vie quotidienne. Débat juridique Depuis peu, les juristes commencent à formuler des problématiques juridiques à propos des nanotechnologies : quelques articles sont parus à la suite de l'avis du Conseil national d'éthique de février 2007. Ils traitent du principe de précaution, du droit à l'information, de la responsabilité, des libertés publiques, de la propriété intellectuelle...[24] 675


Applications de sécurité et débat sur la vie privée Les nanotechnologies permettraient d'étendre les possibilités dans le traçage des personnes et la biométrie. Le marché de la biométrie est en pleine croissance à la fin des années 2000. L'existence de puces d'identification n'est pas nouvelle et est largement utilisée au quotidien (en 2008). C'est par exemple sur de tels principes que reposent certains systèmes d'abonnements à des transports en commun[25] : des puces sont approchées d'une borne qui en modifie le contenu et, par exemple, valide un trajet. Seule la miniaturisation plus importante dont ces puces font l'objet est nouvelle. C'est cette miniaturisation ainsi que la propagation de ces puces qui font l'objet de critiques. En l'état des recherches, l'utilisation de telles puces n'est néanmoins possible qu'à très faible distance : il n'est possible d'activer ces puces qu'en les approchant d'un détecteur. Par ailleurs, des puces sous-cutanées sont déjà employées pour identifier des animaux ou des personnes volontaires. On l'utilise par exemple sur certains prisonniers, à qui on propose le système en échange d'une liberté conditionnelle. En Espagne, une boîte de nuit utilise le système pour fidéliser sa clientèle, en offrant des cadeaux en contrepartie. De telles applications ne font pas l'unanimité. Les critiques portent : •

sur les conséquences pour les libertés individuelles.

sur les modalités de mise en œuvre. Selon certains, ces technologies engagent la société dans un modèle « sécuritaire », que le peuple n'aurait pas eu la possibilité de choisir par la voie démocratique car on ne lui en aurait pas présenté tous les enjeux. Les opposants posent la question du pouvoir de décision du peuple sur les choix technologiques dans le cadre des systèmes démocratiques.

Ses applications en matière de sécurité relèvent de la loi, dont certains réclament une adaptation, et des instances de régulation, telle la CNIL en France. Des opposants aux nanotechnologies affirment que les médias [26] semblent aujourd'hui être incapables d'esprit critique vis-à-vis des nanotechnologies. Pour eux, il semble plutôt que l'opinion est préparée pour n'en voir que le « bon côté », c’est-à-dire les simplifications de la vie quotidienne et certaines baisses de coûts [27]. D'un point de vue budgétaire, ces opposants dénoncent le parti pris apparent des gouvernements pour les nanotechnologies. Cependant, une branche de ces opposants milite, non pour un simple contrôle citoyen de ces technologies, mais pour leur interdiction totale à cause selon eux du trop grand nombre de risques et des trop faibles avantages pour la population. Applications militaires Parmi les applications étudiées par l'armée française dans les années 2000 : le programme FELIN d'équipement du fantassin, nano-capteurs, missiles « intelligents », micro-drones, armes chimiques nano-encapsulées, etc. Ces applications ne relèvent pas à proprement parler des nanotechnologies, mais essentiellement de macrotechnologies déjà existantes. Selon le philosophe des sciences Jean-Pierre Dupuy[28], les nanotechnologies sont « un nouvel avatar de la course aux armements » : « Les nano-armes seront à la bombe 676


atomique ce que celle-ci était à la fronde ». Pour lui, c'est la notion même d'éthique qui ne peut plus être la même après l'avènement des nanotechnologies. Le débat s'est encore approfondi suite à l'opération militaire israélienne contre Gaza entamée en décembre 2008 suite à laquelle certaines organisations accusent Tsahal d'avoir eu recours à des armes de nouvelle génération contenant du fullerène[29].

Exemples de molécules fullerène.

Sources des images (dans l’ordre de gauche à droite) : http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.futurasciences.com/uploads/tx_oxcsfutura/img/fullerene.jpg&imgrefurl=http://www.futurasciences.com/fr/definition/t/matiere1/d/fullerene_3871/&h=170&w=166&sz=9&tbnid=4Tqt14851gVPM:&tbnh=99&tbnw=97&prev=/images%3Fq%3Dfuller%25C3%25A8ne&hl=fr&u sg=___Rayil_xOib2m65TQ3jwDOi9aY=&ei=X3SCS4z3AtXj4gbw9bDkBg&sa=X&oi=image_res ult&resnum=4&ct=image&ved=0CBkQ9QEwAw http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/ 8/82/Fullerene-C60.png&imgrefurl=http://ln.wikipedia.org/wiki/Fichier:FullereneC60.png&h=500&w=500&sz=103&tbnid=cMOJOTTuSlyGSM:&tbnh=130&tbnw=13 0&prev=/images%3Fq%3Dfuller%25C3%25A8ne&hl=fr&usg=__55Kyp9U59L65ytW Ujk1Cu7jyIfs=&ei=X3SCS4z3AtXj4gbw9bDkBg&sa=X&oi=image_result&resnum=5 &ct=image&ved=0CBsQ9QEwBA http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.photon.t.utokyo.ac.jp/~maruyama/fticr/fullerene.gif&imgrefurl=http://www.photon.t.utokyo.ac.jp/~maruyama/fticr/fticr.html&h=352&w=500&sz=42&tbnid=c2U77AjxmkXbPM:&tbnh=92&tbnw=130&p rev=/images%3Fq%3Dfuller%25C3%25A8ne&hl=fr&usg=__z7PGB2lCK0mjMAtHhr llOP6Mn90=&ei=X3SCS4z3AtXj4gbw9bDkBg&sa=X&oi=image_result&resnum=6& ct=image&ved=0CB0Q9QEwBQ

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://spin.fhbielefeld.de/img/workunits/fullerene/fullerene_2.jpg&imgrefurl=http://spin.fhbielefeld.de/old_wus.php&h=393&w=593&sz=14&tbnid=MD9tp2Vc8oXLQM:&tbnh =89&tbnw=135&prev=/images%3Fq%3Dfuller%25C3%25A8ne&hl=fr&usg=__fqj2lk H9djKZOmr3xseLY8uwe7c=&ei=X3SCS4z3AtXj4gbw9bDkBg&sa=X&oi=image_res ult&resnum=7&ct=image&ved=0CB8Q9QEwBg

677


Un fullerène est une molécule composée de carbone pouvant prendre une forme rappelant celle d'une sphère, d'un ellipsoïde, d'un tube (appelé nanotube) ou d'un anneau. Les fullerènes sont similaires au graphite, composé de feuilles d'anneaux hexagonaux liés, mais contenant des anneaux pentagonaux et parfois heptagonaux, ce qui empêche la feuille d'être plate. Les fullerènes ont été découverts en 1985 par Harold Kroto, Robert Curl et Richard Smalley, ce qui leur valut le prix Nobel de chimie en 1996. Premier fullerène découvert, le C60 est composé de 12 pentagones et de 20 hexagones, chaque sommet correspondant à un atome de carbone et chaque côté à une liaison covalente. Il a une structure identique au dôme géodésique ou à un ballon de football. Pour cette raison, il est appelé « buckminsterfullerène », en l'honneur de Buckminster Fuller qui a conçu le dôme géodésique, ou « footballène ». Extrait de la page web : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fuller%C3%A8ne

Les fullerènes : un danger pour la santé ? Extrait de la page web : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/les-fullerenes-un-dangerpour-la-sante_15679/ « … Dans le cas des nanotubes, une étude récente a d’ailleurs démontré que certains d’entre eux induisaient des effets similaires à ceux des fibres d'amiante et donc un risque de cancer. Dans le cas des fullerènes, certaines études montrent que ces nanoparticules en forme de ballon de football peuvent passer la barrière hématoencéphalique, la membrane qui sépare la circulation sanguine et le liquide céphalorachidien (le fluide dans lequel baigne le cerveau et la moelle épinière). Quand on sait que cette barrière évite le passage d'un certain nombre de bactéries ou de toxines dans le cerveau, on mesure les risques possibles des nanoparticules. Cela peut toutefois être un avantage, car la barrière empêche aussi certains médicaments de pénétrer, des fullerènes pourraient donc jouer le rôle de transporteur. Mais des expériences ont montré que les « buckyballs », nom donné au C60 en l’honneur de l’architecte américain Richard Buckminster Fuller (l’inventeur du dôme géodésique), pouvaient causer des dommages aux cellules du cerveau de certains poissons. Or, les fullerènes sont déjà utilisés dans l’industrie et devraient l’être encore plus dans l’avenir. C’est pourquoi le biochimiste de l’Université de Calgary Peter Tieleman a décidé d’étudier la question de la toxicité des fullerènes avec ses collègues. Ils viennent de publier le résultat de leurs travaux dans Nature Nanotechnology ». Débats sur l'évolution de l'Humanité Craintes d'hybridation et de transhumanisme Les nanotechnologies ont aussi soulevé des questions philosophiques et éthiques liées au remplacement de l'homme par les robots, à la mutation de l’homme, à son hybridation avec la technique. On parle alors de transhumanisme. Le dépassement de l'Homme par une forme de vie et d’intelligence supérieure est envisagé par certains [30]. La théorie controversée de la « gelée grise » et de la « gelée verte » Au travers de la nanotechnologie, des « engins de création », les assembleurs moléculaires, seraient capables d’assembler, atome par atome, n'importe quel objet - à commencer par des répliques d’eux-mêmes. Eric Drexler, dans son livre, Engins de création,[31] envisage cette hypothèse aussi appelée « grey goo », c'est-à-dire « gelée grise ». En août 2004, dans un article intitulé Safe exponential manufacturing[32] paru 678


dans le Nanotechnology journal, Eric Drexler revient sur ses propos. Il souligne qu'un accident de type « gelée grise » ne pourrait plus se produire, car la fabrication moléculaire n'aurait plus intérêt à faire appel à des nano-robots auto-reproductibles et donc n'envisagerait pas de développer ces technologies.[33]. Un autre danger possible mis en avant vient d'une convergence entre applications nanotechnologiques et les biotechnologies : on parle[réf. nécessaire] de « gelée verte » semblable à celui de la « gelée grise », avec un aspect biologique en plus. Il serait en effet possible que certaines combinaisons entre la biologie et la nanotechnologie révèle des risques insoupçonnés, d'où un principe de précaution renforcé. Selon certains, le danger de cette potentielle « gelée verte » pourrait être contre-carré par les lois naturelles - type équilibre de l'écosystème ou théorie de l'évolution.[réf. nécessaire] Il convient donc ici de séparer deux niveaux : macro-démographique (l'ensemble de la population) et micro-démographique (effets sur une ou plusieurs parties de la population). Le risque sur l'ensemble de la population humaine est donc considéré comme négligeable, alors que les effets à court terme sur une partie peut-être importante de la population pourraient être graves (pandémies, famines, etc.). Un nanorobot doit trouver dans son environnement immédiat une source d'énergie et de matières premières pour fonctionner et se reproduire ce qui limite de fait la propagation. De plus, certains craignent que des droits de reproduction soient facturés par les concepteurs des nanomachines, ou qu'ils seront restreints pour des raisons de licence, de même que certaines semences vendues en agriculture sont stériles. Débats secondaires Usurpation du label Nanotechnologie Afin d'accéder à des budgets importants, certains centres de recherches ou de développement, présentent leurs travaux comme relevant des nanotechnologies alors même qu'elles relèvent de technologies beaucoup plus classiques. On compte parmi ces faux : 1. des technologies issue de miniaturisation à niveau macroscopique, c'est le cas de nombreuses technologies militaires présentées sous ce label (Notamment les drones, missiles et de la plupart des éléments du programme FELIN); 2. des technologies relevant de microtechnologies classiques ; 3. des technologies impliquant des procédés nanométriques ne relevant pas de domaines d'interfaces entre divers domaines. En chimie, les réactions se font à niveau atomique ou moléculaire. En physique, où les technologies laser et nucléaires se font à niveau nanométrique. Cependant, la majorité de ces techniques chimiques ou physiques ne sont pas à l'interface entre plusieurs technologies nanométriques issues de domaines différents et n'entrent pas dans le domaine des nanotechnologies. La revendication large de l'appartenance aux nanotechnologies est source de confusion dans le débat sur les nanotechnologies.

679


Evolution du débat Naissance du débat En 1999, l'informaticien Bill Joy, créateur du langage Java a publié dans Wired un article qui a fait date intitulé : « Pourquoi le futur n’a pas besoin de nous »[34] et en sous-titre : « Les technologies les plus puissantes du XXIe siècle : le génie génétique, la robotique et les nanotechnologies menacent d’extinction l’espèce humaine ». Cet article a provoqué une prise de conscience et diverses prises de position face aux risques des nanotechnologies, notamment du Prince Charles. Anticipant la recherche de plusieurs années, des débats sont organisés : •

Des collectifs tels que les OGN dénoncent le choix de société que technologies peuvent préparer et déclarent : « Nous ne voulons pas nanomonde, avec ses nanoparticules toxiques, ses armes intelligentes, organismes atomiquement modifiés (OAM), ses mouchards électroniques, techno-contrôle permanent. »

D'autres débats mettent en avant le caractère utopique ou anticipé de ces critiques [35].

ces du ses son

Cependant, certains répondent que ces hypothèses supposent souvent l'existence de nano-machines perfectionnées, loin d'être envisageable à l'heure actuelle. Les défenseurs des nanotechnologies comparent ces risques à ceux, au cours des années 1960, que l'informatique débouche sur une intelligence artificielle qui dominerait l'humanité. En juin 2004, à Alexandria (Virginie), des représentants de 25 nations ont pour la première fois débattue de la façon de réguler ce type de recherche au niveau planétaire. Divers gouvernements, dont celui des USA en 2006, s'interrogent sur les nouveaux risques (avérés ou suspectés) qui peuvent découler des nanotechnologies, et sur les moyens de les gérer[36]. Une enquête effectuée fin 2007 aux États-Unis[37], montre une forte différence de perception et de hiérarchisation des risques liés aux nanotechnologies, selon que les questions étaient posées aux scientifiques ou au grand public, alors que leur appréciation des bénéfices potentiels étaient relativement proches : 1. Les scientifiques interrogés étaient plus inquiets que le public à propos des impacts sur la santé des nanoproduits ou par des caractéristiques de "nouveaux polluants" de ces produits. 2. Le public était beaucoup plus inquiet que les scientifiques sur les risques d'atteinte à la vie privée, de pertes supplémentaires d'emplois et de course aux armements. Manifestations •

Grenoble, France. Une première manifestation mondiale contre les nanotechnologies les 2 et 3 Juin 2006 lors de l'inauguration de Minatec - environ 800 personnes (membres de comités AZF, du collectif Sortir du Nucléaire, etc.).[38],[39],[40]

680


Notes et références 1.

 Canal Universitaire [archive], Fabrication moléculaire : la prochaine révolution industrielle ? (CNRS) [archive]

2.

 Voir aussi Pourquoi j'ai mangé mon père

3.

 Voir aussi le Cycle Kondratieff

4.

 Voir le dossier Nanobrevets « de deuxième nature » : Implications pour les pays du Sud [archive], réalisé par ETC Group [archive]

5.

 Dépollution de l'eau [archive]

6.

 [pdf] [1] [archive]

7.

 [pdf] [2] [archive]

8.

 [pdf] [3] [archive]

9.

 [pdf] [4] [archive]

10.  (obsolètes?) 11.  Afsset, Nanomatériaux : concilier l’innovation et la sécurité sanitaire, 10/10/2008 [archive] 12.  Les Echos, "Quels risques pour la santé ?", 3 décembre 2008, page 10. 13.  Expertise mademoiselle bio[5] [archive] 14.  « En fonction du mode de contamination, et selon l'état de surface des nanoparticules, celles-ci pourraient s'agréger et endommager certains organes du corps humain, précise Marie Carrière, chercheuse au CEA. » 15.  nano.foe.org.au [archive] 16.  Nanoscience and nanotechnologies: opportunities and uncertainties. Royal Society, 2004. [archive] 17.  Autre risques médical biologiques : bactérie,maladie nosocomiale, champignons, vaccin 18.  Autres risques médical chimiques poison, toxicomanie 19.  Autres risques médical chimique : radiothérapie 20.  La première vaccination remonte au 14 mai 1796. L'explication de la vaccination et la première vaccination de Pasteur remonte au 5 mai 1881. De même, la première utilisation de substances radiologiques en médecine par Marie Curie date de la Première Guerre mondiale. La découverte de la pénicilline date du XIXe siècle et ses propriétés sont expliquées en 1928. 21.  La quasi totalité des principes actifs des médicaments sont toxiques voire mortels selon les doses utilisées. Les résistances aux antibiotiques sont notées dès les années 1950. Marie Curie, est décédée des suites d'une leucémie vraisemblablement causée par son exposition aux matières radioactives 22.  Actualité > L'avenir des nanotechnologies dans la lutte contre le cancer [archive] 23.  Un virus pour combattre le cancer - Stages et Colonies de vacances scientifiques, Classes de découvertes, Clubs sciences, Projets pédagogiques en écoles, collèges et lycées... [archive] 24.  Comité consultatif national d'éthique (CCNE)Avis sur les questions éthiques posées par les nanosciences, les nanotechnologies et la santé, février 2007:http://www.citesciences.fr/francais/ala_cite/college/v2/medias/06-07/conferences/03-07nanotechnologies/cahiers/cahier-4.pdf,Le [archive] texte intégral de l’avis N°96 est disponible sur le site Internet du CCNE :http://www.ccne-ethique.fr/francais/start.htm [archive] ; CNRS éditions en avril 2008 (on peut citer: La responsabilité du fait des nanotechnologies : entre droit

681


positif, droit prospectif et science-fiction,Étienne Vergès;Le droit à la rencontre des technologies de l’information et de la communication : le cas du RFID,Yves Poullet, Antoinette Rouvroy et Denis Darquennes;Libres propos sur le droit des brevets et les nanotechnologies;Kervennic(M.), Quelques problèmes juridiques posés par les nanosciences et les nanotechnologies : LPA 2008, n° 132, p. 5.;Stéphanie Lacour, "questions éthiques posées par les nanosciences les nanotechnologies et la santé" Gazette du Palais 2007-06 v.127 n°157-158; Corinne Lepage, L'urgence d'un droit des nanotechnologies, Gazette du Palais, p.3 25.  Korrigo - à Rennes (35) 26.  Les opposants soulignent des liens entre les médias et les marchands d'armes 27.  Par exemple, une baisse du coût de gestion des bibliothèques et grandes surfaces, voire comme à l'université Cornell l'accès à ces bibliothèques 24 heures sur 24 sans la moindre formalité concernant les emprunts 28.  Philosophe des sciences, professeur à l'université de Stanford - Rédacteur de rapports pour le CEA 29.  Israel a bien utilise dans la bande de Gaza des armes a Uranium Appauvri [archive] 30.  http://www.transhumanistes.com/presentation.php [archive] 31.  Chapitre 11, « Engins de destruction » 32.  Safe exponential manufacturing [archive], par Eric Drexler 33.  Drexler dubs “grey goo” fears obsolete [archive] : Drexler craint que la gelée grise soit obsolète 34.  Pourquoi le futur n’a pas besoin de nous [archive] 35.  "L'avenir des nanotechnologies" [archive], conférence d'Etienne Klein à l'Institut Diderot, le 12 janvier 2010 36.  Rapport « Comment maîtriser les risques posés par les nanotechnologies » [archive] (rapport 2006) 37.  étude conduite par l'University de Wisconsin-Madison et l'Arizona State University auprès de 363 scientifiques et ingénieurs du secteur des nanotechnologies et auprès de 1015 Américains, relayée par l'ambassade de France à Washington dans ce bulletin d'information [archive] de Décembre 2007 38.  « Nanotechnologies et mégadoutes » [archive], Le Courrier, 8 novembre 2006. 39.  « Les nanotechnologies déjà condamnées ? » [archive], Les Échos, 14 novembre 2006. 40.  « L’ouverture du pôle Minatec cristallise la critique des nanotechnologies », Le Monde, 2 juin 2006. Voir aussi Bibliographie •

(en) Mark R. Wiesner and Jean-Yves Bottero (2007), Environmental Nanotechnology : Applications and Impacts of Nanomaterials, Mc Graw Hill, New York, ISBN 9780071477505

(fr) Roy Lewis , Pourquoi j'ai mangé mon père, (ISBN 2266084372)

(fr) Pièces et Main d'Œuvre, Nanotechnologies/Maxiservitudes, L'Esprit frappeur, 2006, 133 pages, (ISBN 2844052266)

(fr) Pièces et Main d'Œuvre, Aujourd'hui Le Nanomonde. Les nanotechnologies, un projet de société totalitaire, éditions de L'Échappée, 2008, 430 p.

(fr) Jean-Baptiste Waldner, Nano-informatique et intelligence ambiante, Hermes Science, London, 2006 (ISBN 2746215160)

682


(fr) Jean-Pierre Dupuy, « Le risque inouï des nanotechnologies », L'Écologiste, n°10, juin 2003, p. 70-72. L'un des articles clefs du premier dossier critique de la presse française sur les nanotechnologies.

(fr) Paul Lannoye, « Les nanotechnologies auront-elles notre peau ? », L'Ecologiste n° 21, décembre-mars 2007

Nanotechnologies, nanoparticules : Quels dangers ? Quels risques ? Rapport du CPP (Comité de la Prévention et de la Précaution. Fichier PDF[6], juin 2006.

Les nanomatériaux : Effets sur la santé de l'homme et sur l'environnement, Rapport de l'AFSSET [7](Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail) fichier PDF [8], juin 2006.

Articles connexes •

Nanotechnologie

Transhumanisme

Minatec

Nanomètre

Nano-informatique

Liens externes •

(fr) Site du débat public Nanotechnologies (2009-2010)

(fr) Science Citoyen : dossier Nanotechnologies

(en) Étude sur le site de Greenpeace

(fr) Position des Verts français (parti écologiste) sur le sujet

(fr) Un article de Dorothée Benoit-Browaeys dans le Monde diplomatique de mars 2006 Nanotechnologies, le vertige de l’infiniment petit

(fr) Survivre aux nanotechnologies ? Giga-questions, nano-visions et citoyenneté, Note n° 3 de la Fondation Sciences Citoyennes.

(fr) Dossier participatif de Sciences et Démocratie sur les nanotechnologies

(fr) Evaluer les risques induits par la nanotechnologie résumé du rapport du SCENIHR de la Commission européenne (2006)

Filmographie •

Alerte à Babylone de Jean Druon

Le Silence Des Nanos. Un cyberdocumentaire sur notre avenir technologique de Julien Colin, site du film

Les nanos et nous de David Hover. Film sur la Conférence de citoyens organisée en 2006 par la Région Ile-de-France à propos de la recherche sur les nanotechnologies [9], rubrique « nanocitoyens ».

XI) Comment réagir à tout cela ? 683


Dieu ou pas, Satan ou non, les satanistes quand à eux, existent bel et bien et sont en train de réaliser un coup d’état planétaire. L’étude des Illuminati (Ordo ab Chao ou pseudo-juifs pour être plus exact), même si vous êtes athées, vous le démontre clairement. Mes premières réactions, lorsque je pris conscience de la réalité du problème, furent la colère, que dis-je, le dégoût et la haine au point de céder à l’envie de violence, et l’envie de lutte armée. Ces sentiments m’ont tellement affecté que j’en fis une importante crise de psoriasis. Mais cela ne me ressemble pas, je suis d’une nature plutôt réfléchie et non violente, même si je suis du genre à ne pas me laisser faire. D’où la dualité qui s’affrontait en moi et me déclencha cette manifestation psychosomatique cutanée A ce stade, il ne m’apparaissait plus possible de publier mon livre, mal interprété, il pouvait devenir la cause d’un déversement de haine et de violence pouvant se retourner contre le peuple juif. Chose qui lui est souvent arrivée au cours de l’Histoire. Comme je les considère comme nous, c'est-à-dire autant sur les mêmes plans du Droit, que victimes de ce complot Illuminati, je ne voulais pas être responsable de mauvaises interprétation de mon étude qui déboucherait sur des pogroms ou toute autre forme de violence et de racisme. Rappel : en fait, cette violence antisémite est voulue et manipulée par les Illuminati. Ainsi, ils retournent la situation en leur faveur : le peuple juifs n’a plus d’autres issus, pour ce qu’il pense être sa survie et le plan de Dieu, que de les croire et d’accepter les codes racistes et meurtriers du Talmud. De ce fait, les Illuminati arrivent à se placer et à rester à la tête politico-religieuse de ce peuple qui leur accorde toute sa confiance. Et cela fait des siècles que cela perdure. Les pauvres ignorent cependant tout du but apocalyptique de cette secte religieuse et de l’égrégore satanique qui la motive. S’ils en prenaient conscience, ils détruiraient eux même les Illuminati et leurs membres. Je fis donc un break de quelques jours, histoire de prendre du recul. Bien m’en pris, car c’est apaisé que je repris mon clavier. Pas évidente au début, la solution m’apparut de rajouter cette encart afin de lever toute ambigüité. 1) Une histoire de vocabulaire : Le terme juif n’est pas péjoratif. C’est le nom qu’on donne à une appartenance religieuse. Si vous pensez qu’il l’est, alors chrétien, musulman, bouddhiste, hindouistes, athée, etc. … le sont tout autant. Si l’on veut définir l’ensemble du peuple auquel est rattachée cette religion, il faut plutôt utiliser les termes hébreux ou hébraïques. Car dans ce peuple se trouve des athées, des croyants modérés, des intégristes religieux, des partisans de l’égrégore satanique, quelques chrétiens, quelques musulmans, etc. …. Utiliser le terme juif pour désigner la secte Illuminati, est inadapté et faux. La secte religieuse qui se cache derrière les Illuminati est issue du judaïsme mais n’en est pas. Elle n’a plus rien à voire avec cette religion même si elle en reprend quelques principes et d’autres inversés. De plus, on crée ainsi une ambigüité qui peut déboucher sur des dérives antisémites et antisionistes pures. J’ai jusqu'à présent, comme beaucoup d’autres, commis cette erreur de vocabulaire inadapté et pense qu’il est temps de la corriger. Il faut donc appeler un chat par le terme chat et la discussion sera plus limpide.

684


J’aurais pu mettre ce texte en début de livre, mais il a fallu d’abord vous expliquer de nombreux points afin que nous puissions maintenant en débattre en toute connaissances de causes et en toute sérénité. Pour commencer, nous allons chercher à donner un nom à la pensée Illuminati pour la différentier de la dénomination juive, de la religion juive même : ce sera plus exact. Illuminati ne peut pas être cette nomination officielle, car d’une, ces gens ne se nomment apparement pas ainsi entre eux, de deux, l’action des Illuminati ne semble, de prime abord, qu’interférer avec l’action d’infiltration économique et politique de la secte. C’est le nom que nous leur avons donné en fonction de la prise de conscience et de nos connaissances de l’époque sur ce fléau (cela remonte à la Révolution française). J’ignore comment ces gens se désignent entre eux. Au niveau maçonnique et Illuminati, ils utilisent eux même l’expression « Ordo ab Chao » (Ordre et Chaos ou l’ordre par le désordre) qui exprime bien la pensée apocalyptique et conspirationiste qui s’en dégage. On devrait donc utiliser le néologisme « ordoabchaostique » pour désigner tant les membres que l’action et les théories de ce mouvement politico-économico-religieux. Ou « ordochaostique » si vous pensez que c’est plus simple car le précédent est un peu trop long. Utilisez ce terme à la place de juif, sioniste et hébreu et vous constaterez combien disparait toute les connotations négatives envers le peuple juif et même leur religion dans les textes précédents. Par l’usage de ce mot, on comprend alors que je ne suis ni antisémite et ni forcément antisioniste, mais seulement anti-ordochaostique, une secte satanique, ce qui n’est pas la même chose ! Pour marquer le fait que ces gens ne sont pas juifs, vous avez du remarquer que j’utilise le terme « pseudo-juifs ». Lenine et Trotsky ne sont plus juifs, mais pseudo-juifs, ce qui change tout car cela inocente les juifs des horreurs que ces gens ont fait perpétrer. Maintenant, plus riche en vocabulaire, nous pouvons aborder sainement la résolution du problème actuel. 2) La paix dans le monde, unique condition et but d’un gouvernement mondial juste et égalitaire. Les massacres actuels dans la bande de Gaza (réf. janvier 2009) illustrent bien le sujet traité ici et sa complexité. Interprétés par brides, les raisons du conflit et leurs conséquences sont exploités par les camps bellicistes comme justification de leur violence. D’où l’importance d’instruire ce qui explique ce conflit, mais aussi en réconcilie les différentes parties. Dans le cas de la Palestine, les causes ne semblent de prime abord pas cultuelles. Il est important de le préciser. Certes, le Hamas tend vers la Guerre Sainte, le Jihad, et du coté hébreu, les ultraconservateurs religieux manipulent et « jettent de l’huile sur le feu ». Mais ni Israël, ni le peuple palestinien ne semblent aborder cette voie de guerre sainte. Il s’agit donc avant tout d’un conflit politique. Pour autant, il ne faut pas sous estimer l’origine culturelle, notamment religieuse qui, de façons sous jacentes, accentuent les problèmes relationnels entre les deux peuples et sont systématiquement utilisées par les partis extrémistes. Avez-vous remarqués que depuis 1948, la région est la proie d’incessants troubles et qu’aucune solution, locale ou internationale ne put y être apportée ! La thèse Illuminati a l’énorme avantage d’éclairer la problématique sous un angle nouveau, de « boucher » les 685


trous de notre compréhension, d’expliquer l’inexplicable et d’impliquer une approche conceptuelle de réconciliation entre les membres des trois grandes religions monothéistes (les peuples de cette région). L’avenir du peuple hébreux et celui de la religion juive, notre avenir tout court puisqu’il semble qu’une sorte de guerre mondiale est en cours, passe donc par notre prise de conscience du problème ordochaostique et de ses dangers. Tous les peuples doivent donc avoir accès à ce genre d’informations et en discuter. Si parallèlement, les peuples du reste de la planète, accordent et garantissent aux israéliens et aux juifs des droits égalitaires pour ce qui est de leurs conditions hébraïques, sécuritaires et religieuses, il est évident pour que tout cela ne recommence pas, que les religieux juifs retirent du Talmud, et en interdisent l’enseignement, de tout le rajout haineux ordochaostique. Car ils n’auront plus de raison de nous craindre et par conséquent de pratiquer une discrimination anti-Goyim qui déboucherait exactement sur un équivalent nazi cette fois-ci à notre encontre. La question de l’Etat d’Israël devient donc le seul point délicat qui reste difficile à résoudre. D’une part parce que les populations locales non judaïsées ont pris une habitude presque bimillénaire d’occupation et d’exploitation des lieux. Ils en ont quand même été chassés par la force et le gouvernement d’Israël continue ses désastres par l’oppression des populations limitrophes et par l’occupation illégale de leurs terrains (colonisation forcée). Cela crée da la haine dans les deux camps et rajoute de la violence à la violence. Certes, les hébreux et leur Etat sont de retour depuis une soixante années. Cela fait trop longtemps qu’ils y résident à nouveau pour qu’on leur dise d’en repartir. Et pour aller ou ? La situation est elle coincée ? Je ne pense pas, mais la résolution du problème passe par des concessions mutuelles qui transformeront en profondeur les principes économiques mondiaux. Plus qu’au niveau politique, la 665 Bis question devra aussi être résolue sur le plan économique. Les hébreux sont riches. Pas tant le peuple que les ordochaostiques. En récupérant leur argent (celui des ordochaostiques dont le peuple juif devra nous aider à démanteler les structures), les hébreux se retrouveraient à la tête de la première économie mondiale. L’expansion que l’Etat d’Israël effectue en ce moment pourrait se baser sur l’achat de terres et non plus le vol et la violence. Ils auraient même les moyens de dédommager les populations limitrophes du joug subit depuis la création de ce pays. Comme ces populations sont sages, elles accepteront ce dédommagement en échange du renoncement à la violence, pour peu qu’il est suivit d’un retour aux libertés fondamentales. Ce concept est le minimum requis pour que la paix s’impose. L’économie hébraïque s’intégrera dans celle régionale. Plus aucun pays musulman n’aura intérêt à leur être hostile puisque l’Etat d’Israël deviendra l’impulsion qui dynamisera l’économie au niveau de tout le Moyen-Orient. En retour, nous, c'est-à-dire le reste du monde, laisserons le peuple hébreux récupérer tous les biens des Illuminati. Ces derniers doivent cependant êtres jugés et emprisonnés comme les simples criminels qu’ils sont. Toutes les institutions internationales qui se trouvaient sous leur influences doivent-être soit révisées, soit démantelées. Tous ensembles, nous devons reconstruire le monde, non plus sur le principe d’un ordre totalitaire, mais sur celui d’une volonté de partage et d’épanouissement collectif et de respect de l’équilibre naturel. 686


Je ne suis pas spécialiste de la question du Moyen-Orient, mais sa résolution passe par la paix et non pas par la guerre. Tout ce qui est exprimé ici n’est que la base du changement à réaliser. Les peuples devront discuter des modalités pour arriver à une entente source d’équilibre. Nous pouvons donc encore vaincre les ordochaostistes par la non-violence si nous arrivons à en convaincre les acteurs mondiaux. Or, chaque peuple peut peser sur ses décideurs pour les obliger à suivre ce mouvement. Ceci explique la raison d’être de cette encyclopédie qui s’adresse plus au « gens ordinaires » qu’à l’élite de chaque pays, bien que je ne sois pas sectaire. En résumé de toute cette œuvre, et à l’opposé du fait que suis chrétien, nous avons là la preuve que les religions au pouvoir, ainsi que toutes formes de dictatures idéologiques athées, sont ce qu’il y a de plus nuisible au genre humain. En revanche, au sein de ces groupes, il existe une majorité de pratiquants qui sont « sains » et auxquels il serait inhumain de vouloir les empécher de penser comme ils le souhaitent. Le culte des religions a le droit de s’inscrire dans l’exercice de la sphère privée. Mais il faut lui en retirer à tout jamais celui de s’immiscer au niveau des pouvoirs quels qu’ils soient. C’est fondamental tant pour la liberté des peuples que pour la Paix. En conséquence, il faudra aussi démanteler la papauté chrétienne qui a aussi, tout au long de l’histoire, provoqué d’abominables horreurs. Ce que nous demandons aux croyants juifs, il faut l’appliquer aussi à nous même dans un souci égalitaire. Les musulmans doivent faire de même à leur niveau. Il n’est pas question d’interdire aux religions de s’administrer, mais d’opérer toute interaction économiques et politiques, occulte ou au grand jour, envers le genre humain. Enfin, ce livre est achevé, j’en suis bien heureux car il m’a épuisé. Il m’a coûté plus de 25 ans de mon existence et bien des problèmes. Je l’ai écris seul, sans aucune aide financière, sans subir aucune influence. Mais il m’a aussi permis de me dépasser. Puisse son énergie vous permettre d’en faire de même pour notre intérêt commun ! La paix universelle est possible, c’est nous qui la refusions ! Maintenant, si vous préférez « Ordre et Chaos » … ce sera la fin de tout ! Il ne nous restera que l’espoir que Dieu, « le créateur du grand tout », intervienne pour nous libérer et nous offrir une nouvelle ère. Mais ceux d’entre vous qui sont athées risquent de manquer d’espoir. L’Humain sans foi sera jugé certes. Mais « les humains ne sont pas seulement jugés par leur foi, mais aussi par leurs actes » (la Bible). Nous avons finalement là le moyen de prouver jusqu’à Dieu même, que nous sommes capables de nous gérer sans nuire à nous même et la création. Saisissons cette chance et détruisons le système mis en place par ces monstres pour retrouver notre Liberté. Dès que vous tournerez cette page, vous n’aurez pas d’autres alternatives que de choisir entre la Liberté et l’esclavage forcé et de combattre (le plus pacifiquement possible) si vous choisissez la première voie ! Vous comprenez alors que rien n’est gagné d’avance. A cette époque charnière ou l’humanité cherche à s’organiser planétairement, trois problèmes sont principalement sources de conflits : la question économique, la question énergétique et celle de l’accès à la nourriture et à travers cellse-ci (elles sont liées) celle des Libertés. Dans ce choc des civilisations, créé par un boum de densité humaine d’un niveau jamais atteint, deux solutions s’offrent à nous. Une est amour, organisation et partage planétaire, l’autre guerre, esclavage et destruction des autres pour « faire de la place ». Dans ce dernier cas, la société 687


deviendra totalitaire dans la forme la plus ultime où Satan ne serait que la métaphore de déséquilibres et catastrophes qu’on n’aura pas su éviter. Quelque soit votre choix, ne vous attendez pas à ce que votre adversité vous facilite la tâche. Il est donc question ici d’un inévitable conflit, un passage obligé que l’humanité doit vite franchir pour atteindre une nouvelle période de stabilité … ou disparaître ! Avant de terminer cette œuvre, il nous treste un point primordial à aborder. Quelques grands auteurs – intervenants du registres complotiste. I) Hommage à Antony C. Sutton Nous allons maintenant passer à l’étude d’Antony Ciril Sutton, un grand personnage hyper travailleur, père de la preuve documenté de la théorie du complot. C’est un hommage que je lui rends, mon livre est conséquent, mais je n’aurai jamais eu la force, le génie et le talent de réaliser l’ensemble de son œuvre, je dois l’admettre. Je gardais cette partie pour la fin de cette encyclopédie. Auparavant, je dois vous préciser que j’ai tardivement découvert Sutton. Tout ce que j’ai alors écrit, qui s’emboite parfaitement avec ses dires, ne m’a donc pas été inspiré par cet homme. Gräce à ce dernier, aujourd’hui, la « Théorie du complot » n’est plus : elle est devenue la « Réalité du complot » ! Il a lancé un style de recherche : si les sociétés secrète peuvent facilement occulter les comptes rendus de leurs réunions, les buts qu’ils se sont fixés, les listes de leurs membres, … etc., ils ne peuvent en aucun cas dissimiler leurs factures ! Et il s’avère qu’à la loupe d’une étude minutieuse, elles sont très « bavardes » ! Certes, ce genre de travail est long, pénible, il faut être formé pour les décrypter et il faut avoir ses entrées auprès de personnes dans les mains desquels passe ce genre de documents ! Mais quels résultats … ! Sauf erreur de ma part, tous ses développements, je dis bien tous (26 livres), confirment et complètent tout ce que vous avez parcouru ici dans cette 7e Partie de l’encyclopédie. Pas un détail ne me contredit ! Quand des auteurs travaillent sur une vérité qu’ils ont bien cernés, ils peuvent être complémentaires mais en aucun cas, sauf rares exceptions possibles, ne peuvent se contredire.

Antony C. Sutton en 1973 ( ?) lors d’une interview.

Là encore, l’étude sera longue mais loin d’être un hors sujet à l’encyclopédie en cours. Vous le constaterez, l’étude de la vie de Sutton et de son travail nous apportera encore beaucoup ! 688


Mais nous serons loin d’en avoir fait le tour. Ici vous trouverez un descriptif de l’ensemble de son œuvre. A vous de faire le reste, si le cœur vous en dit : lisez ses livres ! Au travers deux sites (« Wikipédia », « webzinemaker.com », « Info Conspi » et « Plein Feux sur l’Heure Juste »), découvrons l’homme, son histoire et le fruit d’une partie de ses travaux ! Vidéo (en anglais) consultable à l’adresse : http://video.google.com/videoplay?docid=6244851259954264539

1) Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Antony_Cyril_Sutton Antony Cyril Sutton (14 février 1925 - 17 juin 2002) était un économiste né britannique, historien et écrivain. 665 bis Biographie Sutton fut chercheur à Stanford au sein de la fondation Hoover de 1968 à 1973. Il enseigna l'économie à l'UCLA. Il étudia à Londres, Göttingen et UCLA et fut titulaire d'un doctorat en sciences de l'Université de Southampton, en Angleterre. En 1972, au sein de la Hoover Institution à Stanford il subi la censure de son directeur de recherche qui tenta d'empêcher la publication de National Suicide: Military Aid To The Soviet Union dont les faits décrits attaquaient le programme Nixon-Kissinger d'aide aux Soviétiques tandis que ceuxci aidaient les Nord-Vietnamiens dans leur effort de guerre. Le livre arrivait à la conclusion que les soldats américains étaient en train d'être tués avec l'aide de leur propre technologie [1]. Pierre de Villemarest [2], spécialiste des questions mondialistes, écrit que « Sutton fut le seul auteur qui ait jamais disséqué les contrats grâce auxquels les totalitarismes nazi et soviétique ont pu vivre et survivre économiquement ». Il est surtout connu pour son livre: America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones décrivant la société secrète d'étudiants de l'Université de Yale: la Skull and Bones. Il a aussi abordé le thème de la Fusion froide. Théories Sur la société de la Skull & Bones Selon Sutton, la vision de l'éducation des masses qu'à une certaine élite membres de la société des Skull and Bones, n'est pas le libre développement de l'individu mais le fait d'apprendre à vivre de manière intégrée dans une société organique, de manière semblable à la philosophie de Hegel sur l'État absolu. Dans ce type d'État, l'individu trouve sa liberté par l'obéissance aux lois de l’État [3]. Quant aux libertés individuelles, elles ne sont pas acceptables et doivent être guidées par la tyrannie rationnelle [4]. Sutton soutient également que la théorie sur les similitudes de la psychologie animale et l'humaine de Wilhelm Wundt[5] et la notion hegelienne du conflit qui crée l'histoire [6], font partie intégrante de l'idéologie des Skull & Bones. Ainsi le conflit entre un thèse et une antithèse donne une synthèse et 689


si le processus thèse-antithèse est sous le contrôle de cette société, la synthèse découlera forcément de sa volonté[6]. Pour Sutton, la synthèse ultime des Skull & Bones est le Nouvel ordre mondial [7] . Sur les liens entre Wall-Street et la révolution bolchévique En 1917, avant l'éclatement de la révolution bolchévique en Russie, des entreprises de Wall Street notamment, ont mis en place des opérations visant à permettre l'avènement de cette révolution. Tout d'abord Trotsky a été financièrement soutenu pendant son séjour aux Etats-Unis, avec l'accord du président de l'époque Woodrow Wilson qui lui fournit son droit d'asile tout en sachant qu'il prévoyait de poursuivre la révolution et de l'amener à son terme. Les entreprises de Wall Street, quant à elles, ont financé la révolution bolchévique par l'intermédiaire d'Olof Aschberg, propriétaire de la banque suédoise Nya Banken. Olof Aschberg était considéré comme "le banquier de la révolution", il fournit aussi bien des fonds suédois, allemands, anglais, qu'américains pour financer les bolchéviques. Le financement américain venait en partie de la Guaranty Trust Company, une banque dirigé par J.P. Morgan. Ce soutient financier permit ainsi à la Nya Banken et à la Guaranty Trust Company d'avoir un certains poids dans la direction de la banque bolchévique crée en 1922, la Ruskombank. En effet, Olof Aschberg fut son directeur, quant à Max May, Vice président de la Guaranty Trust Company, il fut le directeur des opérations internationales de la Ruskombank. Le financement des bolchéviques par Wall Street peut également être mis en relation par la mission de la Croix Rouge américaine en Russie en 1917. Cette mission était composé de représentants de toute les grandes entreprises de Wall Street, que ce soit la Réserve Fédéral, la Chase National Bank, ou encore la National City Bank. Cette mission fut supervisé par William Boyce Thompson président de la Réserve Fédéral qui avait pour objectif de permettre la liberté de prêt, et de crée un programme de propagande pour l'avènement de la révolution bolchévique. Il voulait également maintenir la Russie en guerre contre l'Allemagne afin d'empêcher les entreprises de ces dernières d'entrer sur le marché russe au profit des entreprises américaines. [8]. Sur les liens entre Wall-Street et Franklin Delano Roosevelt Pour Sutton, l'action de Franklin Delano Roosevelt s'est fait dans l'intérêt de la haute finance américaine par son New Deal et par d'autres lois promulgées à partir de 1933[9] une opinion qu'il développe dans son livre consacré au sujet[10]. Sur la Réserve fédérale Pour Sutton la Réserve Fédérale est un monopole privé et légalisé de réserve monétaire au profit d'un petit nombre institué sous le prétexte de favoriser et de protéger l'intérêt général [11]. Collaboration entre Wall Street et Hitler Sutton signala que la capacité de production des entreprises IG Farben et Vereinigte Stahlwerke, qui produisaient 95% des explosifs d'Allemagne en 1937-38, fut uniquement possible avec les crédits concédés par le Plan Dawes et la technologie états-unienne. Une coopération entre I.G. Farben et la Standard Oil of New Jersey pour produire de l'essence synthétique à base de charbon a donné à la I.G. Farben le monopole de cette production durant la Seconde Guerre mondiale.

690


La moitié de la production allemande d'essence était entre ses mains et le reste à des compagnies affiliées [12]. Selon Sutton, sans le capital états-unien de Wall Street il n'y aurait eu ni IG Farben, ni Adolf Hitler, ni seconde guerre mondiale [13]. Relativisme de la dichotomie gauche-droite Selon Sutton, les Etats-Unis aidèrent la guérilla marxiste en Angola contre le pouvoir colonial du Portugal, qui était un allié au sein de l'OTAN[14]. Oeuvres •

Western Technology and Soviet Economic Development: 1917-1930 (1968)

Western Technology and Soviet Economic Development: 1930-1945 (1971)

Western Technology and Soviet Economic Development: 1945-1965 (1973)

National Suicide: Military Aid to the Soviet Union (1973)

What Is Libertarianism? (1973)

• Wall Street and the Bolshevik Revolution (1974, 1999) (version en ligne en anglais) (version en ligne en russe) •

Wall Street and the Rise of Hitler (1976, 1999) (version en ligne en anglais)

Wall Street and FDR (1976, 1999) (version en ligne en anglais)

The War on Gold: How to Profit from the Gold Crisis (1977)

Energy: The Created Crisis (1979)

The Diamond Connection: A manual for investors (1979)

Trilaterals Over Washington - Volume I (1979; with Patrick M. Wood)

Trilaterals Over Washington - Volume II (1980; with Patrick M. Wood)

Gold vs Paper: A cartoon history of inflation (1981)

Investing in Platinum Metals (1982)

Technological Treason: A catalog of U.S. firms with Soviet contracts, 1917-1982 (1982)

• America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (1983, 1986, 2002) (version en ligne en anglais) •

How the Order Creates War and Revolution (1985) (version en ligne en russe)

How the Order Controls Education (1985)

The Best Enemy Money Can Buy (1986) (version en ligne en anglais)

• The Two Faces of George Bush'*The Federal Reserve Conspiracy (1995) (version en ligne en russe (sous le titre "Vlast' dollara")) (1988) •

The Federal Reserve Conspiracy (1995)

Trilaterals Over America (1995) (version en ligne en anglais) (version en ligne en russe)

691


Cold Fusion: Secret Energy Revolution (1997)

Gold For Survival (1999)

Liens et références externes •

(en) Une entrevue avec Antony Sutton

(en) [vidéo] Wall Street et l'avènement d'Hitler : Interview d'Anthony Sutton par Stan Monteith

Notes et références 1.  America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones, Online version, p.51 2.

 Lettre d’Information

3.  America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.62) 4.  America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.73) 5.  America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.76) 6.  a b America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.92) 7.  Antony Cyril Sutton, America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.93) 8.  Antony Sutton, Wall Street and the Bolshevik Revolution (1974, 1999) (version en ligne en anglais [archive]) 9.  Horizons et débats, 4 mars 2009, N°8, La Suisse est un obstacle sur la voie de Merkel qui mène à la dictature financière de l'UE, par Karl Mûller, p.2 10.  Antony Cyril Sutton, Wall Street and FDR (1976, 1999) (version en ligne en anglais [archive]) 11.  Antony Cyril Sutton, Wall Street and FDR (1976, 1999), p.94 de l'édition américaine (version en ligne en anglais [archive]) 12.  Antony Sutton, Wall Street and the Rise of Hitler (1976, 1999), chapitre 1 (version en ligne en anglais [archive]) 13.  Antony Sutton, Wall Street and the Rise of Hitler (1976, 1999), capítulo 2 (versión en línea en inglés [archive]) 14.  America's Secret Establishment: An Introduction to the Order of Skull & Bones (Online version p.133)

2) www.webzinemaker.com http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?page=1&total=22&num_web=31230&rubr=3 &id=257842

CONSPIRATION OU REALITE ? POUVOIR OCCULTE

692


Complots mondial, délires, vraiment ? Hommage a ANTONY C. SUTTON (1925 -2002) Disparition d'un Grand Connaisseur des "Arcanes Secrètes" par Félix Causas. "In Memoria Aeterna erit Justus" Un maître de l'"Histoire Secrète" -- l'"histoire honteuse" comme la dénommait le martiniste Honoré de Balzac ( ... ) -- nous a, hélas, quittés en février 2002. Antony C. Sutton était né à Londres (Angleterre) en 1925 mais passa la plus grande partie de sa vie aux Etats-Unis (40 ans) après sa naturalisation. De formation universitaire (Economie, Génie Civil), Antony Sutton exerça dans les Industries minières et de l'acier. Diplômé des Universités de Londres, de Göttingen et de Californie, A. Sutton sera, dans les années 60, professeur d'Economie à l'Université d'Etat de Californie (Los Angeles) et pendant sept ans, chercheur à l'Université Stanford (Fondation Hoover). Ce fut pendant son séjour à Stanford qu'il écrivit l'ouvrage définitif en trois volumes sur les "sources" de la technologie soviétique: Western Technology and Soviet Economie Development, toujours réimprimé vingt-cinq ans après sa parution... Dans sa Lettre d'Information, ([1]) Pierre de Villemarest --éminent spécialiste des questions soviéto-mondialistes -- écrit que "Sutton fut le seul auteur qui ait jamais disséqué les contrats grâce auxquels les totalitarismes nazi et soviétique ont pu vivre et survivre économiquement. Cela lui a d'ailleurs valu la haine et le harcèlement d'Illuminati ou "agents des Illuminati" tels que David Rockefeller, Averell Harriman, Henry Kissinger et autres animateurs des clubs fabiens anglo-américains qui, à partir de la Trilatérale en 1973, ([2]) ont conduit à encadrer la marche au Mondialisme !... Ces hommes n'ont eu de cesse de faire disparaître les parutions d'A. Sutton et de l'interdire de signature ou de référence dans les médias, ([3]) jusqu'en France où le nom d'A. Sutton n'était connu que des seuls "spécialistes en Mondialisme". Inutile de dire qu'aucun de ses ouvrages n'a été traduit dans notre langue... En conséquence notre auteur méritait bien un hommage pour ses travaux d'écrivain "non aligné" qui déplaisaient fortement aux "Maîtres du Système" ! ... Revenons à Technologie Occidentale. Dans cette monumentale œuvre de 1300 pages, A. Sutton démontre la dépendance technologique de l'URSS, dès les années 30, vis à vis de l'Occident et conclue qu'à deux ou trois exceptions près toutes les innovations technologiques provenaient des Pays de l'Ouest, si "décriés" par le régime bolchevique... L'Occident a bâti, soutenu, financé la Dictature Rouge dès les origines. Sans un tel soutien logistique, un régime aussi inique n'aurait pas survécu!... On comprend que les Architectes de cette Conspiration n'aient pas du tout "goûté" les révélations gênantes d'A. Sutton et se soient dépensés sans compter pour tenter d'occulter ses travaux... Dans la foulée, A. Sutton publia, comme pour enfoncer le clou, un ouvrage complémentaire intitulé National Suicide. Military Aid to the Soviet Union" dans lequel il accusait l'"Establishment" d'avoir fait tuer des Américains au Viêt-Nam avec... la technologie US! ... Cet ouvrage sera réactualisé en 1986 sous le titre The Best Enemy Money can buy, ([4]) grâce à une montagne de documentation provenant en majorité de sources gouvernementales et de sociétés "commerciales"... 693


Sutton insistait sur le fait que la technologie militaire soviétique était très dépendante des dons des pays "libres" (dont les E.-U.), du "commerce pacifique" et des programmes d'échanges. Tout leur fut construit ou vendu depuis le bobinage en cuivre jusqu'aux camions militaires, en passant par la technologie du guidage des missiles, des ordinateurs, et même de la Navette Spatiale ! Des centaines et des centaines de millions de dollars dépensés sans compter pour maintenir à flot la formidable machinerie soviétique ! ... Suite à ces révélations "indélicates", la Fondation Hoover -sur la pression de la "Maison Blanche" -- retira alors sa "bourse de recherches" à Antony Sutton, qui perdit son poste... C'est une constante que les "forces de ténèbres" ne supportent pas la moindre révélation sur leurs activités subversives. Intrigué par la nature de l'attaque dont il avait été la victime, et surtout par les forces puissantes qui avaient dirigé cette agression, Antony Sutton décida de mener une enquête approfondie sur lesdites forces et publia dans les années 70 une trilogie sur le soutien politique et financier que les Banquiers Internationaux de Wall Street avaient accordé à trois "variantes" du Socialisme. Ainsi parurent Wall Street and the Bolshevik Revolution, Wall Street and the Rise of Hitler et Wall Street and FDR [Franklin Delanoe Roosevelt]. Dans Wall Street and the Bolshevik Revolution, A. Sutton dévoile l'action des dirigeants de la firme bancaire Morgan dans l'acheminement illégal de l'or bolchevique vers les États-Unis, mais aussi le rôle subversif de la Croix-Rouge américaine en Russie, cooptée par de puissants intérêts de Wall Street. On y apprend également quels sont les hommes de Wall Street qui intervinrent pour libérer Trotsky de façon à ce que le futur organisateur de l'Armée Rouge fût en mesure de déclencher la "Véritable Révolution", cette sanglante révolution de 1917 qui renversa Kérensky, franc-maçon notoire dont le rôle consista à préparer le terrain aux "bouchers du Kremlin". Sutton dévoile les marchés passés entre les grandes firmes et les soviétiques dans le but précis d'accaparer le gigantesque marché russe plus de 15 ans avant que le Gouvernement des États-Unis ne reconnaisse le Régime Soviétique... Pour la première fois, les liens étroits entre quelques banquiers de New-York et de nombreux révolutionnaires étaient prouvés avec des documents inattaquables ([5]) par un universitaire de renom. Soutenant en façade (= publiquement) le mouvement anti-bolchevique, cette immonde "pègre financière" tissait des liens durables dans les coulisses de la politique, avec... les Bolcheviques ! ... Poursuivant sur sa lancée, A. Sutton publiait en 1975 Wall Street & F.D.R., exposant les liens entre Roosevelt et la Haute Finance Internationale, le quartier général de la Conjuration Mondiale se situant à Wall Street au n° 120. Roosevelt tissa en effet des liens très étroits avec ces banquiers, de 1927 à 1934. Ce sont les mêmes banquiers apatrides qui conseillèrent Roosevelt pour le lancement de la politique socialiste de "New Deal" [Nouvelle Donne], contribuant à l'essor du Socialisme officiel aux États-Unis. C'est ce qui ressort des papiers personnels de Roosevelt qui appliqua strictement les consignes données pour l'édification de cette Nouvelle Société Mondiale. La clique financière de Wall Street voulait que les politiques édifient une Société Socialiste car le socialisme nivelle par le bas, appauvrit et permet de mieux contrôler les peuples. Roosevelt se fit donc le héraut de cette sinistre politique et devint l'agent de l'Illuminati Bernard Baruch, gouvernant occulte des États-Unis et ... d'une grande partie du monde. Rappelons que ce fut à cette époque que Roosevelt, toujours soumis aux diktats de ses mentors, fit placer la "pyramide illuministe" sur le billet de 1 dollar, en 1933 très exactement. ([6]) 694


Les "Maîtres du Monde" sentaient que des pas gigantesques avaient été accomplis vers leur objectif de Domination Mondiale et ne pouvaient s'empêcher de "marquer leurs territoires", à l'aide de symboles très explicites, pour des initiés... En 1976, A. Sutton concluait avec son remarquable Wall Street and The Rise of Hitler. ([7]) Ce furent les financiers américains qui procurèrent à Hitler l'argent et le matériel destinés à provoquer la Deuxième Guerre Mondiale. ([8]) Trente ans d'erreurs, de mensonges, de duplicités pulvérisées en un ouvrage de 220 pages bourrées de documents et de références indiscutables. Livre qui permit à Pierre de Villemarest d'écrire son A l'ombre de Wall Street. Complicités et financements soviétonazis. ([9]) Dans son troisième volet, Antony Sutton prouvait que non seulement la 2e Guerre Mondiale avait été programmée mais qu'elle fut aussi extrêmement profitable à un groupe restreint d'"insiders" de la Haute Finance. Sutton a eu recours à des documents originaux et des témoignages de première main qui jettent une lumière crue sur des secrets sévèrement gardés jusqu'ici et que les grands financiers ne pensaient pas voir remonter de sitôt à la surface! ... Nous disposons ainsi d'un éclairage unique sur le rôle joué par les J.P. Morgan, T.W. Lamont, H. Ford, les intérêts Rockefeller, la "General Electric", Standard Oil, National City Bank, Chase & Manhattan Banks, Kuhn Loeb & Co et quantité d'autres affairistes de haut vol. Quel spectacle attendrissant: les "fées" de la Haute Finance Internationale se penchaient dès le début sur le berceau du "National - Socialisme" dans le but de provoquer moins de dix ans plus tard la plus terrible guerre que le monde ait jamais connu jusque là, à savoir la deuxième étape du Plan "Pike-Mazzini". Les mêmes hommes, les mêmes firmes internationales financèrent la Révolution Bolchevique, le "New Deal" de Roosevelt et le National-Socialisme ! ... Est-il besoin de mentionner que les révélations documentées d'Antony C. Sutton déplurent fortement et que l'"Establishment" US lui voua dès lors une haine profonde qui alla en s'amplifiant ... Antony Sutton ne s'arrêta pas en si bon chemin. Ayant appris beaucoup (beaucoup trop !) de choses sur les agissements de la haute finance internationale et sur les cercles mondialistes, il publia un ouvrage en deux parties sur les "Guerres et les Révolutions" (Wars and Revolutions ) et ceux qui les commanditent pour l'avancement de leurs plans. De même il publia un ouvrage très documenté en deux tomes sur le sujet de la Trilatérale: Trilaterals over Washington, cette fameuse société mondialiste créée en 1973 par le banquier-homme d'affaires international Rockefeller. Société bien décortiquée par Yann Moncomble et dont nous avons parlé dans de précédents articles. ([10]) A. Sutton réécrira entièrement son livre en deux tomes, incorporant de nouveaux documents reproduits photographiquement, mais en les publiant cette fois-ci en un seul volume, sous le titre : Trilaterals over America. ([11]) Cet ouvrage important complète très utilement celui de Yann Moncomble par la documentation qu'il fournit et les pièces inédites qu'on ne trouve pas chez notre auteur français. A la lecture d'un tel livre on saisit sans ambages le rôle détestable de cette société du "Nouvel Ordre du Monde" qui se met en place et ses ingérences insupportables dans tous les domaines: imposition, agriculture, "fausse paix", ententes avec les socialo-communistes, domination bancaire, utilisation de la drogue ([12]) dans une optique très particulière: celle d'exercer un contrôle de plus en plus étouffant sur les populations pour arriver sans difficulté à la Domination du Monde Entier ! Cet ouvrage contribua sans aucun doute à rendre encore plus "sympathique" Antony Sutton aux yeux des "Trilatéralistes" et autres gangsters mondialistes... Mais le "clou du spectacle", si vous me permettez cette expression, n'est pas encore arrivé. Nous 695


n'avons signalé que les œuvres majeures d'Antony Sutton, qui a rédigé plus d'une vingtaine de livres dont Technological Treason; The Diamond Connection; Gold versus Paper , The War on Gold; Energy, the Created Crisis qui abordèrent à tour de rôle différents aspects de la "Domination du Monde" et du Nouvel Ordre Mondial: la trahison technologique au profit de l'Est; les pierres précieuses, l'or, l'énergie (une crise créée de toutes pièces par les grands cercles mondialistes, les grands trusts pétroliers, etc., tous liés dans le même "complot" ... ). Antony Sutton avait donc pénétré bien des secrets du "Gouvernement Occulte du Monde". Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, il n'était pas satisfait à cent pour cent. Après 16 livres et 25 ans de recherches fondamentales, il pensait avoir tout vu, que le monde n'était finalement que le règne de la confusion à l'état pur, au-delà de toute intelligibilité, éloigné de toute notion de salut et qu'il n'y pouvait malheureusement pas grand chose... En 1968 il se rappelait avoir fait publier par la Hoover Institution, à l'Université Stanford, ses volumes sur Western Technology and Soviet Economic Development. En 3 volumes substantiels il avait expliqué, "en long, en large et en travers" comment l'Occident avait édifié l'Union Soviétique. Toutefois ce travail suscitait des interrogations en apparence insolubles: pourquoi avait-on fait cela ? Pourquoi avait-on édifié l'Union Soviétique et opéré à de nombreuses reprises des transferts de technologie à destination de l'Allemagne hitlérienne ? Pourquoi à Washington voulait-on occulter ces faits ? Pourquoi avait-on renforcé la puissance militaire soviétique et simultanément la nôtre ? Dans des ouvrages ultérieurs -- la série des Wall Street -- A. Sutton avait accumulé d'autres questions, mais n'avait toujours pas apporté de réponse à ses interrogations profondes. Il était arrivé plus ou moins à la conclusion qu'aucune réponse rationnelle ne pouvait le satisfaire pleinement. C'est alors, qu'en 1982, il reçut une liasse de documents d'une vingtaine de centimètres d'épaisseur ! Rien moins que des listes de membres d'une Société Secrète Américaine. Et quelle société secrète! Au fur et à mesure que les pages défilaient, il devenait de plus en plus évident qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel groupe. Les noms étaient synonymes de Pouvoir avec un grand P. Tandis qu'il contrôlait l'identité de chacun de ses membres émergeait une construction étonnante, et ce qui constituait auparavant un monde flou devenait clair comme du cristal... Cette société secrète qui avait pour emblème un crâne et des tibias entrecroisés ("Skull & Bones") n'était rien d'autre que l' "Ordre de Yale", l'Ordre des Illuminés de Bavière en sa descendance, ayant pour quartier général l'Université de Yale. A. Sutton commença à publier ses résultats d'enquêtes sur l'Ordre sous la forme de grosses brochures: An Introduction to the Order; How the Order contracts Education; How the Order creates War and Revolution; The Secret Cult of the Order qui seront complétées par une autre brochure uniquement consacrée à un membre éminent de l'Ordre, le futur président des Etats-Unis, George Bush (père): Two Faces of George Bush. En 1986, A. Sutton regroupera ses brochures en un seul volume qu'il intitulera Americas Secret Establishment. ([13]) Ce volume constitua une réponse documentée aux questions que voulait résoudre l'auteur: il expliquait pourquoi l'Occident a édifié l'Union Soviétique et soutenu Hitler; ([14]) pourquoi les Américains sont entrés dans la 2e Guerre Mondiale pour perdre dans beaucoup de domaines; pourquoi Wall Street aimait les marxistes et les nazis; pourquoi les enfants ne savent et ne peuvent pas lire; pourquoi les Eglises sont devenues des centres de propagande mondialiste; pourquoi les faits historiques (dérangeants) sont étouffés; pourquoi les politiciens passent leur temps à mentir, etc., etc. ... 696


Antony Sutton concluait en déclarant que cet ouvrage était infiniment plus important que ses livres sur la "Technologie Occidentale et le soutien à l'Union Soviétique" et que s'il avait un magnum opus, c'était bien celui-là. Et comment ! Nous l'avons déjà dit dans de précédents articles ([15]): l'Ordre de Yale n'est qu'une extension de l' "Ordre des Illuminés de Bavière" fondé au XVIIIe siècle par le sinistre Adam Weishaupt. Tous les cercles mondialistes (Trilatérale, Bilderberg, CFR, Pilgrim Society, Conseil Atlantique, Bohemian Club ([16]) de San Francisco, ... ) ne sont que des cercles extérieurs de l'Ordre de Yale, un des plus importants "noyaux dirigeants" de la subversion, à l'échelle de la planète ! William Carr avait démontré dès les années 50 que les Illuminati Pike et Mazzini étaient responsables du programme luciférien des "Trois Guerres Mondiales" voulues pour instaurer le fameux "Gouvernement Mondial" de l'Antéchrist. ([17]) Les Illuminés de Yale œuvrent dans le même sens: la domination mondiale demeure leur préoccupation majeure. On comprend dès lors pourquoi l'Ordre s'est immiscé dans le domaine de l'éducation pour mieux contrôler les peuples et les conduire ensuite dans des cycles infernaux de crises, de guerres et de révolutions. On comprend aussi pourquoi de tels individus -- pourris jusqu'à la moëlle, des "poteaux de boue" comme aurait dit la stigmatisée bretonne Marie-Julie Jahenny ! -- ne peuvent être que des serviteurs de Lucifer. Les rituels qu'ils utilisent ne laissent aucun doute à ce sujet. C'est dire l'importance d'un tel ouvrage qui n'a pas son équivalent en français ! ... Vous ne serez pas surpris d'apprendre que suite à ses travaux sur l'"Ordre de Yale", Antony Sutton fut l'objet d'une attention toute particulière de la part des "Hauts Mondialistes" qui, en général, ne "goûtent" pas du tout ce genre de publicité intempestive ! Leur hargne ne connut plus de bornes: à partir de ce moment-là, A. Sutton ne put faire de recherches dans les grandes bibliothèques, les archives et les bibliothèques universitaires. Des ordres discrets avaient été donnés pour en interdire l'accès à ce "dangereux personnage" qui osait dévoiler ce qu'il est interdit de dévoiler et que le vulgum pecus se doit d'ignorer pour son "plus grand bien" ! ... Ce fut la "retraite forcée" qu'il occupa en publiant deux "Lettres d'Informations" qui osaient révéler ce que la grande-presse-aux-ordres avait pour consigne de taire ! ([18]) En quittant Stanford il avait lancé The Phoenix Letter, lettre mensuelle d'informations consacrée à dénoncer les infractions de la Haute Politique, courrier qu'il publia jusqu'à sa mort. Suite aux persécutions des mondialistes, qui commencèrent après la parution de ses travaux sur l'"Ordre", A. Sutton lança en 1990 une nouvelle "Lettre" intitulée Future Technology Intelligence Report consacrée aux "techniques muselées" car les Hauts Mondialistes exercent dans ce domaine un pouvoir absolu. ([19]) Antony Sutton vécut donc retiré du monde, gardant seulement contact avec une de ses deux filles, subissant les contrecoups de l'ostracisme d'individus aux ordres de celui dont il a été dit qu'il est le "Prince de ce Monde"! Il avait osé pénétrer et publier des secrets parmi les mieux gardés au monde, ce qui constitue, n'estce pas, un "crime abominable" ! Avant de quitter la scène de ce monde, A. Sutton publia en 1995 un petit ouvrage de 115 pages donnant la substantifique moëlle sur une question des plus importantes puisqu'elle a empoisonné le monde entier: celle de l'Argent et des "Maîtres de l'Argent" qui gouvernent de fait la planète: The Federal Reserve Conspiracy. Ouvrage documenté fournissant toute les preuves du complot. Car il s'agit bien d'un Complot de la Réserve Fédérale ! Tous les pays du monde sont tenus par les "Banques Centrales" ([20]) où dans certains pays (comme la France) des "familles" se cooptent de siècle en siècle pour exercer un pouvoir réservé à 697


une élite très spéciale. Rappelons pour mémoire que la "Révolution Russe de 1917" fut décidée, entre autres, parce que le Tsar refusait la création d'une Banque Centrale en Russie. Un tel affront vis à vis des "maîtres du monde" ne pardonne pas. En publiant ce dernier ouvrage -- qui reprenait en fait le titre exact d'un excellent volume publié dans les années 50 par Eustace Mullins, cité par William Carr dans Des Pions -- Antony Sutton désirait attirer l'attention sur les comploteurs qui vont provoquer la 3e Guerre Mondiale grâce à l'étincelle du "Proche-Orient", conflit majeur qui verra la destruction simultanée du sionisme et du monde musulman telle qu'annoncée dans la fameuse lettre de Pike à Mazzini en 1870-71. Les descendants de ces hauts lucifériens se réunirent donc à Jekyl Island en 1910 et décidèrent la création de la Réserve Fédérale US; ils réussirent le tour de force de faire adopter en 1913, par le Congrès des Etats-Unis, leurs décisions prises dans le plus grand secret. Les Puissances d'Argent remportèrent ce jour-là une victoire dont les peuples ne mesurent pas, encore aujourd'hui, l'importance; nous devrions dire "le tragique" !... "Mammon" exerce depuis cette date un pouvoir extraordinaire sur toutes les nations du globe. L'Argent règne en maître; tout le monde en conviendra. Remercions en conséquence des auteurs aussi courageux qu'A. Sutton qui osa combattre des puissances infiniment plus puissantes que lui et qui -- ainsi que l'écrit Pierre de Villemarest dans sa Lettre d'Information n° 8 du 14.09.2002 -"n'eurent de cesse de faire disparaître ses parutions et de l'interdire de signature ou de références dans les médias, jusqu'en France (! ... ) où depuis 25 ans nous avions convenu de ne pas étaler nos recherches et écrits conjointement menés". Espérons que ses ouvrages irremplaçables ne tomberont pas dans l'oubli et continueront à être édités ou réédités aux Etats-Unis et même, traduits dans nos pays d'Europe où la censure et le terrorisme intellectuel sévissent plus que jamais !... [1] Lettre n° 8 du 14 septembre 2002, page 8 [2] Voir l'irremplaçable ouvrage de Yann Moncomble: La Trilatérale et les Secrets du Mondialisme, maintenant épuisé [3] Ces hommes ont la haine de la vérité. Ils ne cessent de prôner la "liberté d'expression" mais exercent de fait une censure terrible dès qu'on ne va pas selon leurs vues. Lorsqu'on tient la Haute Finance, la Presse, les Médias, les Gouvernements, on peut se permettre beaucoup de choses pour bâillonner des vérités dont le grand public ne doit pas avoir connaissance... [4] Le Meilleur Ennemi que l'Argent puisse acheter. [5] Documents officiels du Département d'Etat, papiers privés de personnages clés de Wall Street, biographies, etc. [6] Sur cette question, nous renvoyons nos lecteurs à nos articles parus dans Sous la Bannière, n° 5 & 11. [7] "Wall Street et l'Ascension d'Hitler". [8] Dans son numéro spécial de Lectures Françaises (avril 1963) consacré à "La Haute Finance et les Révolutions", Henry Coston traitait dans un chapitre intitulé "Hitler fut-il commandité par des financiers américains?" des relations entre le Führer et le Groupe Warburg. Il y signalait un ouvrage paru en 1933, en Hollande, immédiatement étouffé: Les Ressources financières du National-Socialisme. Trois conversations entre Hitler et Sidney Warburg. 1933 : l'année même de l'accession d'Hitler au pouvoir. L'édition fut achetée en bloc par des agents de la Haute Finance, ce qui fait que très peu d'exemplaires échappèrent à l' "autodafé". Ces révélations étaient plus qu'inopportunes; il ne fallait à aucun prix qu'elles soient rendues publiques.Cet ouvrage a eu toutefois une traduction américaine faite sur un des rares exemplaires hollandais vendus avant le rachat en bloc du tirage: Hitler's Secret Backers, publié en 1983 par la Research Publications Inc.

698


de Phoenix dans l'Arizona (diffusion Emissary Publications, PMB 1776, 1205 SE Clackamas Rd., Clackamas OR 97015, USA). Nous apprenons dans cet ouvrage qu'Hitler reçut 10 millions de dollars de Kuhn-Loeb & Co en 1929 (la même firme qui finança la Révolution Bolchevique de 1917 !!! ... ), 1 million et demi de dollars en 1931 et 7 millions en 1933 lorsqu'il prit le pouvoir. [9] La première édition de cet ouvrage de Pierre de Villemarest connut quelques déboires puisque l'éditeur avait supprimé de son propre chef tout le chapitre sur le "financement du nazisme", ce qui avait obligé l'auteur à le publier en cahier complémentaire ! Heureusement cet ouvrage a été réédité aux éditions Godefroy de Bouillon en 1996 et comprend le chapitre censuré lors de la 1e édition, révélations gênantes pour certains... Mais attention : toutes les publications de cet éditeur ne sont pas absolument fiables. Certaines influences ésotériques se font hélas sentir... Toujours ces maudits réseaux guénoniens-évoliens-païens qui pourrissent de plus en plus la Droite Française car les "veilleurs du sanctuaire" ne font plus ce qu'ils devraient faire ! ... [10] Voir notre article paru dans Sous la Bannière n° 22 [11] Chez CPA Book Publishers, P.O. Box 596, Boring OR 97009, USA [ISBN : 0-944379-32-X et 0944379-079]. [12] Voir justement à ce sujet les ouvrages de Yann Moncomble: Le Pouvoir de la drogue dans la politique mondiale" (son dernier livre ... ) et l'ouvrage qui rendit fou furieux Henry Kissinger et d'autres hauts mondialistes: Dope, Inc. par Lyndon LaRouche et ses collaborateurs. Ouvrage qui dénonçait les liens tentaculaires très étroits entre la Haute Banque, les Cercles Mondialistes (Bilderberg, Trilatérale, ... ), la Grande-Bretagne (depuis les fameuses "guerres de l'opium" ... ), les USA et le trafic de drogue à l'échelon mondial... Il est des choses qui ne sont pas bonnes à dénoncer, notamment la volonté des Hauts Lucifériens qui dirigent le monde de pourrir systématiquement les nations occidentales -- par l'usage de la drogue, entre autres poisons -- de façon à mieux dominer les peuples, en vue de l'Asservissement Universel. Tel est le programme ! Autant dire l'importance de Dope Inc. Boston Bankers & Soviet Commissars" [New Benjamin Franklin House Publishing Company Inc., P.O.Box 20551, New-York, N.Y. 10023, USA; ISBN: 0933488-47-51. Autre ouvrage important dans ce domaine et dont nous recommandons vivement la lecture à nos amis qui lisent l'anglais : Red Cocaine. The Drugging of America and the West, par le Dr Joseph D. Douglass, autorité mondiale en matière de drogue et d'utilisation de la drogue à des fins politiques. Cet ouvrage dénonce le plan à longue échéance des services secrets russes et chinois dans les opérations de démoralisation et de contrôle final de l'Occident par l'usage des drogues. Objectif qui fait partie du plan de Révolution Mondiale Léniniste. (chez Edward Harle Limited, 108 Horseferry Road, Westminster, London SW1P 2EF, United Kingdom, GB Tél. : +44 [0] 207222 2635 ; ISBN : 1-899798-04-8 25 £). Précisons que l'éditeur de cet ouvrage est celui qui a édité le 2e livre d'Anatolyi Golitsyne: The Perestroïka Deception (25 £) dont nous avons parlé dans Sous la Bannière n° 73 et aussi celui de Christopher Story: The European Union Collective. Enemy of its member States. A Study in Russian and German strategy to complete Lenins World Revolution (25 £). Ouvrage très important. Terminons en précisant que cet éditeur publie une lettre d'information (onéreuse) très percutante, intitulée: Soviet Analyst. A review of continuing Soviet Global Revolutionary Strategy"... Au total, l'ouvrage de Douglass complété par celui de LaRouche (liens Haute Finance & Mondialisme) offrent un panorama complet du "Complot Mondial de la Drogue" dans la tentative de destruction et de pourrissement systématiques de l'Occident et de la Race Blanche... [13] Ouvrages qu'on peut se procurer chez: Liberty House Press, 2027 Iris, Billings, Montana 59102, USA. [14] Tous les "Grands Trusts" étaient partie prenante dans cette "aventure". Par exemple IBM (une des grandes sociétés d'informatique à l'échelon mondial) qui fournira à l'Allemagne nationalsocialiste des machines à cartes perforées -- ancêtres des ordinateurs en quelque sorte -- pour la gestion de l'extraordinaire logistique allemande. Voir à ce sujet l'ouvrage d'Edwin Black: IBM et l'Holocauste (Laffont, 2001), à lire toutefois avec la plus extrême prudence pour certaines raisons... [15] Cf. notamment Sous la Bannière, n° 27 et 46 3 [16] Il serait temps qu'un spécialiste du mondialisme (Texe Marrs, E. Ratier, ... ) rédige un ouvrage sur ce "Bohemian Club" de San Francisco qui regroupe les 2500 personnes les plus riches ou les plus influentes de la Terre... Club où l'on adore le "dieu" Moloch (!!! ... ) et où l'on pratique des rituels diaboliques. Lorsqu'on refuse le Vrai Dieu, l'"Autre" occupe le terrain. Oui, il est urgent de

699


publier un livre sur la question d'autant plus que la "littérature" qui circule sur "Internet" à propos du Bohemian Club est considérable ! [17] Cf Sous la Bannière, n° 21 et 74 ainsi que son livre Des Pions sur l'Echiquier (Diffusion DPF), autre ouvrage important qu'il importe de bien connaître pour disposer de clés qu'on ne trouve nulle part ailleurs. [18] 5 Voir dans notre article "Les Illuminés passent aux aveux" (Sous la Bannière , n° 86, page 13), les remerciements de l'Illuminati Rockefeller à la "presse libre" ! [19] Pensons notamment aux carburants "propres" -- qui auraient pu remplacer l'"Or noir" (du Diable), source de pollutions et de guerres innombrables -- et que les Hauts Mondialistes, propriétaires des grands trusts pétroliers, ont systématiquement occultés et accaparés pour ne pas tarir leurs fabuleux revenus. Le sang sur les mains ne les gêne pas le moins du monde ! Nous risquons de le voir prochainement avec l'Irak, 2e réserve de pétrole du Golfe. [20] Voir par exemple: La Banque de France aux mains des 200 Familles par Francis Delaisi (1936); La Banque de France par A. Dauphin-Meunier (Gallimard, 1937). Sources : CMAQ http://www.cmaq.net/fr/module.php?mod=donjon&id=14880

3) Info Conspi http://fautlesavoir.e-monsite.com/rubrique,anthony-sutton,51271.html Antony Sutton : Reproduction quasi intégrale d’un très bon article paru dans le bulletin bimestriel SOUS LA BANNIÈRE, LES GUILLOTS, 18260 VILLEGENON, FRANCE. En hommage à monsieur Anthony SUTTON, historien américain, décédé le 16 Juin 2002, avec qui j'avais échangé quelques courriers ... très amicaux... en Octobre 2001... "Antony C. Sutton est né à Londres (Angleterre) en 1925 mais passa la plus grande partie de sa vie aux Etats-Unis (40 ans) après sa naturalisation. De formation universitaire (Economie, Génie Civil), Antony Sutton exerça dans les Industries minières et de l’acier.Diplômé des Universités de Londres, de Gôttingen et de Californie, A. Sutton sera, dans les années 60, professeur d’Economie àl’Université d’Etat de Californie (Los Angeles) et pendant sept ans, chercheur à l’Université Stanford (Fondation Hoover). Ce fut pendant son séjour à Stanford qu’il écrivit l’ouvrage définitif en trois volumes sur les “sources” de la technologie soviétique « Western Technology and Soviet Economie Devetopment », toujours réimprimé vingt-cinq ans après sa parution... Dans sa Lettre d’Information, Pierre de Villemarest, éminent spécialiste des questions mondialistes, écrit que « Sutton fut le seul auteur qui ait jamais disséqué les contrats grâce auxquels les totalitarismes nazi et soviétique ont pu vivre et survivre économiquement. Cela lui a d’ailleurs valu la haine et le harcèlement d’Illuminati ou « agents des Illuminati » tels que David Rockefeller, Averell Harriman, Henry Kissinger ... Sutton était « indésirable » dans les médias, jusqu’en France où le nom d’Antony Sutton n’était connu que des seuls « spécialistes en Mondialisme ». Inutile de dire qu’aucun de ses ouvrages n’a été traduit dans notre langue... En conséquence notre auteur méritait bien un hommage pour ses travaux d’écrivain « non aligné » qui déplaisaient fortement aux « Maîtres du Système ». Revenons à « Technologie Occidentale ». 700


Dans cette monumentale œuvre de 1300 pages, A. Sutton démontre la dépendance technologique de l’URSS, dès les années 30, vis à vis de l’Occident et conclue qu’à 2 ou 3 exceptions près toutes les innovations technologiques provenaient des Pays de l’Ouest, si « décriés » par le Régime Bolchevique... L’Occident a bâti, soutenu, financé la Dictature Rouge dès les origines.Sans un tel soutien logistique, un régime aussi inique n’aurait pas survécu !!! On comprend que les Architectes de cette Conspiration n’aient pas du tout apprécié les révélations gênantes d’Antony Sutton et se soient dépensés sans compter pour tenter d’occulter ses travaux...Dans la foulée, Antony Sutton publia, comme pour enfoncer le clou, un ouvrage complémentaire intitulé : « National Suicide. Military Aid to the Soviet Union » dans lequel il accusait l’ « Establishment » d’avoir fait tuer des américains au Viêt-Nam avec.., la technologie US ! ... Cet ouvrage sera réactualisé en 1986 sous le titre « The Best Enemy Money can buy », grâce à une montagne de documentation provenant en majorité de sources gouvernementales et de sociétés “commerciales”... Sutton insistait sur le fait que la technologie militaire soviétique était très dépendante des dons des pays « libres » (dont les E.-U.), du « commerce pacifique » et des programmes d’échanges. Tout leur fut construit ou vendu depuis le bobinage en cuivre jusqu’ aux camions militaires, en passant par la technologie du guidage des missiles, des ordinateurs, et même de la Navette Spatiale ! Des centaines et des centaines de millions de dollars dépensés sans compter pour maintenir à flot la machinerie soviétique ... Suite à ces révélations « indélicates », la Fondation Hoover, sur la pression de la « Maison Blanche », retira alors sa « bourse de recherches » à Antony Sutton, qui perdit son poste. C’est une constante que les « forces de ténèbres » ne supportent pas la moindre révélation sur leurs activités subversives. Intrigué par la nature de l’attaque dont il avait été la victime, et surtout par les forces puissantes qui avaient dirigé cette agression, Antony Sutton décida de mener une enquête approfondie sur lesdites forces et publia dans les années 70 une trilogie sur le soutien politique et financier que les Banquiers Internationaux de Wall Street avaient accordé à trois « variantes » du Socialisme. Ainsi parurent « Wall Street and the Bolshevik Revolution », « Wall Street and the Rise of Hitler » et « Wall Street and FDR » (Franklin Delanoe Roosevelt). Dans « Wall Street and the Bolshevik Revolution », A. Sutton dévoile l’action des dirigeants de la firme bancaire Morgan dans l’acheminement illégal de l’Or Bolchevique vers les Etats-Unis, mais aussi le rôle subversif de la Croix Rouge Américaine en Russie, cooptée par de puissants intérêts de Wall Street. On y apprend également quels sont les hommes de Wall Street qui intervinrent pour libérer Trotsky de façon à ce que le futur organisateur de l’Armée Rouge fût en mesure de déclencher la « Véritable Révolution », cette sanglante révolution de 1917 qui renversa Kérensky, franc-maçon notoire dont le rôle consista à préparer le terrain aux « bouchers du Kremlin ». Sutton dévoile les marchés passés entre les grandes firmes et les soviétiques dans le but précis d’accaparer le gigantesque marché russe plus de 15 ans avant que le Gouvernement des Etats-Unis ne reconnaisse le Régime Soviétique... Pour la première fois, les liens étroits entre quelques banquiers de New-York et de nombreux révolutionnaires étaient prouvés avec des documents inattaquables, par un universitaire de renom. 701


Soutenant en façade (= publiquement) le mouvement anti-bolchevique, cette immonde « pègre financière » tissait des liens durables dans les coulisses de la politique, avec.., les Bolcheviques. Poursuivant sur sa lancée, A. Sutton publiait en 1975 « Wall-Street and F.D.R.», exposant les liens entre Roosevelt et la Haute Finance Internationale, le quartier général de la Conjuration Mondiale se situant à Wall Street au n° 120 ... Roosevelt tissa en effet des liens très étroits avec ces banquiers, de 1927 à 1934. Ce sont les mêmes banquiers apatrides qui conseillèrent Roosevelt pour le lancement de la politique socialiste de “New Deal” (Nouvelle Donne), contribuant à l’essor du Socialisme officiel aux Etats-Unis. C’est ce qui ressort des papiers personnels de Roosevelt qui appliqua strictement les consignes données pour l’édification de cette Nouvelle Société Mondiale. La clique financière de Wall Street voulait que les politiques édifient une Société Socialiste car le socialisme nivelle par le bas, appauvrit et permet de mieux contrôler les peuples. Roosevelt se fit donc le héraut de cette sinistre politique et devint l’agent de l’Illuminati Bernard Baruch, gouvernant occulte des Etats-Unis et ... d’une grande partie du monde. Rappelons que ce fut à cette époque que Roosevelt, toujours soumis aux diktats de ses mentors, fit placer la « pyramide illuministe » sur le billet de 1 dollar, en 1953 très exactement. Les « Maîtres du Monde » sentaient que des pas gigantesques avaient été accomplis vers leur objectif de Domination Mondiale et ne pouvaient s’empêcher de « marquer leurs territoires », à l’aide de symboles très explicites, pour des initiés... En 1976, A. Sutton concluait avec son remarquable “Wall Street and The Rise of Hitler”. Ce furent les financiers américains qui procurèrent à Hitler l’argent et le matériel destinés à provoquer la Deuxième Guerre Mondiale. Trente ans d’erreurs, de mensonges, de duplicités, pulvérisés en un ouvrage de 220 pages bourrées de documents et de références indiscutables. Livre qui permit à Pierre de Villemarest d’écrire son excellent livre intitulé : « A l’ombre de Wall Street. Complicités et Financements SoviétoNazis ». ». Dans son troisième volet, Antony Sutton prouvait que non seulement la 2e Guerre Mondiale avait été programmée mais qu’elle fut aussi extrêmement profitable à un groupe restreint d’ « insiders » de la Haute Finance. Sutton a eu recours à des documents originaux et des témoignages de première main qui jettent une lumière crue sur des secrets sévèrement gardés jusqu’ici et que les grands financiers ne pensaient pas voir remonter de sitôt à la surface. Nous disposons ainsi d’un éclairage unique sur le rôle joué par les J.P. Morgan, T.W. Lamont, H. Ford, les intérêts Rockefeller, la « General Electric », Standard Ou, National City Bank, Chase & Manhattan Banks, Kuhn Loeb & Co et quantité d’autres affairistes de haut vol. La Haute Finance Internationale se penchait dès le début sur le berceau du « National-Socialisme » dans le but de provoquer moins de dix ans plus tard la plus terrible guerre que le monde ait jamais connue jusque là, à savoir la deuxième étape du Plan « Pike-Mazzini ». Les mêmes hommes, les mêmes firmes internationales financèrent la Révolution Bolchevique, le « New Deal » de Roosevelt et le National-Socialisme !!! Est-il besoin de mentionner que les révélations documentées d’Antony C. Sutton déplurent fortement et que l’ « Establishment » US lui voua dès lors une haine profonde qui alla en s’amplifiant...

702


Antony Sutton ne s’arrêta pas en si bon chemin. Ayant appris beaucoup trop de choses sur les agissements de la Haute Finance Internationale et sur les Cercles Mondialistes, il publia un ouvrage en deux parties sur les « Guerres et les Révolutions » (Wars and Revolutions) et ceux qui les commanditent pour l’avancement de leurs plans. De même il publia un ouvrage très documenté en deux tomes sur le sujet de la « Trilatérale » : « Trilaterals over Washington », cette fameuse société mondialiste créée en 1973 par le banquier et homme d’affaires international Rockefeller. Société bien décortiquée par Yann Moncomble dans son livre intitulé : la Trilatérale et les secrets du mondialisme. A. Sutton réécrira entièrement son livre en deux tomes, incorporant de nouveaux documents reproduits photographiquement, mais en les publiant cette fois-ci en un seul volume, sous le titre « Trilaterals over America ». Cet ouvrage important complète très utilement celui de Yann Moncomble par la documentation qu’il fournit et les pièces inédites qu’on ne trouve pas chez notre auteur français. A la lecture d’un tel livre on saisit sans ambages le rôle détestable de cette société du « Nouvel Ordre du Monde » qui se met en place et ses ingérences insupportables dans tous les domaines : imposition, agriculture, fausse paix, ententes avec les socialo-communistes, domination bancaire, utilisation de la drogue dans une optique très particulière : celle d’exercer un contrôle de plus en plus étouffant sur les populations pour arriver sans difficulté à la Domination du Monde Entier ! Cet ouvrage contribua sans aucun doute à rendre encore plus « sympathique » Antony Sutton aux yeux des « Trilatéralistes » et autres gangsters mondialistes... Nous n’avons signalé que les oeuvres majeures d’Antony Sutton, qui a rédigé plus d’une vingtaine de livres dont « Technological Treason » ; The Diamond Connection ; The War on Gold ; Energy, the Created Crisis, qui abordèrent à tour de rôle différents aspects de la « Domination du Monde » et du Nouvel Ordre Mondial : la trahison technologique au profit de l’Est ; les pierres précieuses, l’Or, l’Energie (une crise créée de toutes pièces par les Grands Cercles Mondialistes, les Grands Trusts Pétroliers, etc., tous liés dans le même « Complot »...). Antony Sutton avait donc pénétré bien des secrets du « Gouvernement Occulte du Monde ». Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, il n’était pas satisfait à cent pour cent. Après 16 livres et 25 ans de recherches fondamentales, il pensait avoir tout vu, que le monde n’était finalement que le règne de la confusion à l’état pur, au-delà de toute intelligibilité, éloigné de toute notion de salut et qu’il n’y pouvait malheureusement pas grand chose... En 1968 il se rappelait avoir fait publier par la Hoover Institution, à l’Université Stanford, ses volumes sur « Western Technology and Soviet Economic Development ». En 3 volumes substantiels il avait expliqué « en long, en large et en travers » comment l’Occident avait édifié l’Union Soviétique. Toutefois ce travail suscitait des interrogations en apparence insolubles : - Pourquoi avait-on fait cela ? - Pourquoi avait-on édifié l’Union Soviétique et opéré à de nombreuses reprises des transferts de technologie à destination de l’Allemagne Hitlérienne ? - Pourquoi à Washington voulait-on occulter ces faits ? - Pourquoi avait-on renforcé la puissance militaire soviétique et simultanément la nôtre ? 703


Dans des ouvrages ultérieurs, la série des « Wall Street », A. Sutton avait accumulé d’autres questions, mais n’avait toujours pas apporté de réponse à ses interrogations profondes. Il était arrivé plus ou moins à la conclusion qu’aucune réponse rationnelle ne pouvait le satisfaire pleinement. C’est alors, qu’en 1982, il reçut une liasse de documents d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Rien moins que des listes de membres d’une Société Secrète Américaine. Et quelle société secrète ! Au fur et à mesure que les pages défilaient, il devenait dé plus en plus évident qu’il ne s’agissait pas de n’importe quel groupe. Les noms étaient synonymes de Pouvoir avec un grand P. Tandis qu’il contrôlait l’identité de chacun de ses membres émergeait une construction étonnante, et ce qui constituait auparavant un monde flou devenait clair comme du cristal ... Cette société secrète qui avait pour emblème un crâne et des tibias entrecroisés, Skull and Bones, n’était rien d’autre que l’ « Ordre de Yale », l’Ordre des Illuminés de Bavière en sa descendance, ayant pour quartier général l’Université de Yale. Antony Sutton commença à publier ses résultats d’enquêtes sur l’Ordre sous la forme de grosses brochures “An Introduction to the Order” ; “How the Order control Education” ; “How the Order creates War and Revolution” ; “The Secret Cult of the Order” qui seront complétées par une autre brochure uniquement consacrée à un membre éminent de l’Ordre, le futur président des Etats-Unis, George Bush (père) “Two Faces of George Bush”. En 1986, A. Sutton regroupera ses brochures en un seul volume qu’il intitulera “America‘s Secret Establishment”. Ce volume constitua une réponse documentée aux questions que voulait résoudre l’auteur il expliquait pourquoi l’Occident a édifié l’Union Soviétique et soutenu Hitler : - pourquoi les américains sont entrés dans la 2e Guerre Mondiale pour perdre dans beaucoup de domaines ; - pourquoi Wall Street aimait les Marxistes et les Nazis ; - pourquoi les enfants ne savent et ne peuvent pas lire ; - pourquoi les Eglises sont devenues des centres de propagande mondialiste ; - pourquoi les faits historiques (dérangeants) sont étouffés ; - pourquoi les politiciens passent leur temps à mentir, etc., etc. Antony Sutton concluait en déclarant que cet ouvrage était infiniment plus important que ses livres sur la Technologie Occidentale et le soutien à l‘Union Soviétique et que s’il avait un « magnum opus », c’était bien celui-là. Et comment ! L’Ordre de Yale n’est qu’une extension de l’Ordre des Illuminés de Bavière fondé au XVIII° siècle par le sinistre Adam Weishaupt. Tous les Cercles Mondialistes (Trilatérale, Bilderberg, CFR, Pilgrim Society, Conseil Atlantique...) ne sont que des cercles extérieurs de l’Ordre de Yale, un des plus importants « noyaux dirigeants » de la Subversion, à l’échelle de la Planète. William G. Carr avait démontré dès les années 50 que les Illuminati Pike et Mazzini étaient responsables du programme luciférien des “Trois Guerres Mondiales” voulues pour instaurer le fameux « Gouvernement Mondial ».

704


Les Illuminés de Yale œuvrent dans le même sens : la domination mondiale demeure leur préoccupation majeure. On comprend dès lors pourquoi l’Ordre s’est immiscé dans le domaine de l’Education pour mieux contrôler les peuples et les conduire ensuite dans des cycles infernaux de crises, de guerres et de révolutions. On comprend aussi pourquoi de tels individus, pourris jusqu’à la moelle, ne peuvent être que des serviteurs de Lucifer. Les rituels qu’ils utilisent ne laissent aucun doute à ce sujet. C’est dire l’importance d’un tel ouvrage qui n’a pas son équivalent en français ! Vous ne serez pas surpris d’apprendre que suite à ses travaux sur l’ « Ordre de Yale », Antony Sutton fut l’objet d’une attention toute particulière de la part des « Hauts Mondialistes » qui, en général, ne “goûtent” pas du tout ce genre de publicité intempestive ! Leur hargne ne connut plus de bornes : à partir de ce moment-là, Antony Sutton ne put faire de recherches dans les Grandes Bibliothèques, les Archives et les Bibliothèques Universitaires. Des ordres discrets avaient été donnés pour en interdire l’accès à ce “dangereux personnage” qui osait dévoiler ce qu’il est interdit de dévoiler et que le “vulgum pecus” se doit d’ignorer pour son “plus grand bien” ! Ce fut la “retraite forcée” qu’il occupa en publiant deux “Lettres d’Informations” qui osaient révéler ce que la grande presse aux ordres avait pour consigne de taire. En quittant Stanford il avait lancé « The Phoenix Letter », lettre mensuelle d’informations consacrée à dénoncer les infractions de la Haute Politique, courrier qu’il publia jusqu’à sa mort. Suite aux persécutions des mondialistes, qui commencèrent après la parution de ses travaux sur l’ “Ordre”, Antony Sutton lança en 1990 une nouvelle “Lettre” intitulée “Future Technology Intelligence Report” consacrée aux “techniques muselées” car les Hauts Mondialistes exercent dans ce domaine un pouvoir absolu. Antony Sutton vécut donc retiré du monde, gardant seulement contact avec une de ses deux filles, subissant les contrecoups de l’ostracisme d’individus aux ordres de celui dont il a été dit qu’il est le « Prince de ce Monde ». Il avait osé pénétrer et publier des secrets parmi les mieux gardés au monde, ce qui constitue, n’estce pas, un crime abominable. Avant de quitter la scène de ce monde, Antony Sutton publia en 1995 un petit ouvrage de 115 pages donnant la substantifique moelle sur une question des plus importantes puisqu’elle a empoisonné le monde entier : celle de l’Argent et des « Maîtres de l’Argent » qui gouvernent de fait la planète : « The Federal Reserve Conspiracy ». Ouvrage documenté fournissant toute les preuves du complot. Car il s’agit bien d’un Complot de la Réserve Fédérale ! Tous les pays du monde sont tenus par les Banques Centrales où dans certains pays, comme la France, des “familles” se cooptent de siècle en siècle pour exercer un pouvoir réservé à une élite très spéciale ... Rappelons pour mémoire que la Révolution Russe de 1917 fut décidée, entre autres, parce que le Tsar refusait la création d’une Banque Centrale en Russie. Un tel affront vis à vis des « maîtres du monde » ne pardonne pas ... En publiant ce dernier ouvrage — qui reprenait en fait le titre exact d’un excellent volume publié dans les années 50 par Eustace Mullins, cité par William G. Carr dans « Des Pions sur l’échiquier », Antony Sutton désirait attirer l’attention sur les comploteurs qui vont provoquer la 3e Guerre Mondiale grâce à l’étincelle du « Proche-Orient », conflit majeur qui verra la destruction simultanée du Sionisme et du Monde Musulman telle qu’annoncée dans la fameuse lettre de Pike à Mazzini en 1870-71 !!! Les descendants de ces hauts lucifériens se réunirent donc à Jekyl Island en 1910 et décidèrent la création de la Réserve Fédérale US ; ils réussirent le tour de force de faire adopter en 1913, par le Congrès des Etats-Unis, leurs décisions prises dans le plus grand secret. 705


Les Puissances d’Argent remportèrent ce jour-là une victoire dont les peuples ne mesurent pas, encore aujourd’hui, l’importance ; « Mammon » exerce depuis cette date un pouvoir extraordinaire sur toutes les nations du globe. L’Argent règne en maître ; tout le monde en conviendra. Remercions en conséquence des auteurs aussi courageux qu’Antony Sutton qui osa combattre des puissances infiniment plus puissantes que lui et qui, ainsi que l’écrit Pierre de Villemarest dans sa “Lettre d’Information” n° 8 du 14.09.2002, « n ‘eurent de cesse de faire disparaître ses parutions et de l’interdire de signature ou de références dans les médias, jusqu ‘en France où depuis 25 ans nous avions convenu de ne pas étaler nos recherches et écrits conjointement menés ». Espérons que ses ouvrages irremplaçables ne tomberont pas dans l’oubli et continueront à être édités ou réédités aux Etats-Unis et même, traduits dans nos pays d’Europe où la censure et le terrorisme intellectuel sévissent plus que jamais !"

(Quelques) Livres de monsieur Antony SUTTON : “Wall Street and the Rise of Hitler”, par Antony C. Sutton. http://reformed-theology.org/html/books/wall_street/index.html “Wall Street and the Bolshevik Revolution”, par Antony C. Sutton. http://reformed-theology.org/html/books/bolshevik_revolution/index.html “The Best Enemy Money can Buy”, par Antony C. Sutton. http://reformed-theology.org/html/books/best_enemy/index.html En français, la première partie de son livre sur l'ordre des Skull and Bones => introduction-a-lordre.html

Citations : « Nous remercions le Washington Post, le New-York Times, Time Magazine et les autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion pendant au moins quarante ans. Il eut été impossible pour nous de développer notre place mondiale si nous avions été l'objet d'une publicité quelconque pendant ces années-là. Mais le monde est aujourd'hui vraiment plus sophistiqué et préparé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est certainement préférable aux décisions nationales qui se pratiquent depuis des siècles». DAVID ROCKEFELLER, président de la Chase Manhattan Bank, du CFR, TRILATERALE, lors de la session du Bilderberg group en 1991. 706


source : http://www.themoneymasters.com/article.htm Il est bon de noter que monsieur Bill Clinton, alors gouverneur et futur président américain était présent à cette conférence... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

« Les gouvernements de ce siècle ne sont pas en relation seulement avec les gouvernements, empereurs, rois et ministres, mais aussi avec les sociétés secrètes, éléments dont on doit tenir compte et qui au dernier moment peuvent annuler n'importe quel accord, qui possèdent des agents partout - agents sans scrupule qui poussent à l'assassinat, capables, si nécessaire, de provoquer un massacre. ». BENJAMIN DISRAELI (1804-1881), alias Sir Beaconsfield, ministre anglais, dans un discours prononcé à Aylesbury le 20 Novembre 1876. Cité par Yann Moncomble : "L'irrésistible expansion du mondialisme" Paris, 1981, page 212. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"L'écrivain et le journaliste se croient et se disent libres. Ils ne le sont pas. La liberté d'expression de leur pensée est limitée par la volonté des dirigeants du journal ou de la revue ou de la maison d'édition. Et ses dirigeants sont, soit des membres de la féodalité financière, soit ses employés." A. HAMON : Les Maîtres de la France. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4) Plein Feux sur l’Heure Juste : http://www.pleinsfeux.com/article.php?sid=194 Juste avant d’attaquer ce texte, il est bon de vous souligner que cet entretient c’est effectué il y a quelques années et qu’il y a donc un décalage temporel entre ce que vous y trouverez et la situation actuelle. « Skull & Bones, » le financement d’Hitler par les banques américaines, et la « Transeformation ». » Antony Sutton est l'auteur de 26 livres, donc beaucoup peuvent être achetés en ligne chez Amazone ou chez Barnes & Noble. La Liberty House Press, à 1-800-343-6180, a des copies de « America’s Secret Establishment » et « Best Enemy Money Can Buy » à vendre. L'entretien suivant avec M. Sutton remonte au 6 juillet 1999. Antony C. Sutton, âgé de 74 ans, a été persécuté mais n'a jamais été poursuivi pour ses recherches et les publications subséquentes de ses trouvailles. Sa carrière principale a été ébranlée par son dévouement à découvrir la vérité. En 1968, son livre « Western Technology and Soviet Economic Développement » a été publié par l'Institut Hoover de l'Université Stanford. Sutton y démontre comment la base industrielle et 707


technologique de l'État Soviétique, qui était alors engagé dans le ravitaillement des vietnamiens du nord en armements et en provisions pour tuer et blesser des soldats américains, a été construite par les entreprises des États-Unis et principalement payée par les contribuables des ÉtatsUnis. À partir de leurs plus grandes aciéries et usines métallurgiques, jusqu’aux équipements de constructions d’automobiles, aux roulements à billes de précision et aux ordinateurs, la majorité des grandes entreprises industrielles soviétiques de base avaient été construites avec l'aide des Etats-Unis, ou son assistance technique. Le Professeur Richard Pipes, d'Harvard, disait dans son livre, Survival Is Not Enough : Soviet Realities and America’s Future (Simon & Schuster;1984) : « Dans son compte-rendu détaillé en trois volumes des Achats Soviétiques des Equipements et de la Technologie Occidentale . . . Antony Sutton arrive à des conclusions qui sont très inconfortables pour beaucoup d'hommes d'affaires et d'économistes. Pour cette raison, ses travaux ont tendance à être dénigrés comme « extrêmes » ou, le plus souvent, simplement ignorés. ». Le compte-rendu était de trop et la carrière de Sutton comme membre très bien payé de l'establishment académique a été attaquée et il lui a été dit qu'il « ne survivrait pas ». Son travail l'a amené vers plus de questions que de réponses. « Pourquoi les États-Unis avaient-ils construit leur propre ennemi ? Pourquoi les États-Unis avaient-ils construit l'Union Soviétique, en même temps que nous transférions aussi la technologie vers l’Allemagne d’Hitler ? Pourquoi Washington avait-il besoin de dissimuler ces faits ? » Sutton, en suivant son instinct, a continué ses recherches pour préparer et écrire ses trois livres remarquables sur Wall Street : « la FDR » ; « l'Ascension d’Hitler » ; et « La Révolution Bolchevique ». Alors, quelqu'un a envoyé à Antony une liste des membres de Skull & Bones, et "une image lui a sauté au visage ». Et toute une image ! Une société secrète de plusieurs générations basée à l’étranger avec des racines dans toutes les directions remontant aux influences des « Illuminati » dans l’Allemagne de 1830. Pour l'histoire complète, lisez le livre de Sutton « America’s Secret Establishment », imprimé depuis 14 ans et disponible à la Liberty House Press à 1-800-343-6180. Skull & Bones Voici, dans un récent entretien numérisé, les propres réflexions et réponses d’Antony Sutton aux questions venant de moi-même et d’autres chercheurs. Une note d’Antony Sutton avant son entretient : « Se rappeler que tous mes papiers concernant tout ceci sont dans un entrepôt fortifié à 1000 miles d’ici et on ne peut pas y avoir accès et je n'ai même pas repensé à Skull & Bones depuis les 15 dernières années. Je n'avais aucune idée de l’intérêt que tout ceci pourrait susciter. Je sais que le livre est un bon vendeur régulier à partir des comptes-rendus sur les royalité ; mais c’est tout. Pendant les 10 dernières années, j'ai été en réclusion complète pour travailler sur la technologie future… Je suis plus un ingénieur qu’historien. Les seuls visiteurs que j'ai eus ou rencontré, ont été des gens d'agences de publication qui arrivent à la porte sans être annoncés et se plaignent que je suis difficile à trouver. Apparemment, Big Brother a la capacité de trouver n'importe qui. Rien de bien mystérieux dans tout ceci, je déteste seulement la publicité et l'interaction sociale. . . . Vous verrez à partir d’un épisode de télévision hollandais que mes travaux dérangent toujours les« puissances à venir », ainsi ce ne sont que simples précautions raisonnables ». 708


KM - Pouvez-vous raconter l'histoire sur la manière dont vous avez connu le sujet de Skull & Bones ? Et comment vous vous êtes senti ? AS - Je ne savais rien de Skull & Bones jusqu'à ce que je reçoive une lettre au début des années 80 qui me demandait si j'aimerais voir une liste authentique des membres. Sans aucune véritable raison, j’ai répondu par l’affirmative. Il a été convenu de l’envoyer par Federal Express et je pouvais la conserver pendant 24 heures, puis, le colis devait être retourné au coffre-fort. C'était une sorte de « sac noir » fait par un membre d’une famille dégoûtée par leurs activités. Pour le bénéfice de tous les membres de Skull & Bones qui peuvent lire ceci et douter de la véracité de cette déclaration ; la liste de membres est en deux volumes, avec une reliure de cuir noire. Les membres vivants et les membres décédés sont dans des volumes séparés. Ce sont de très beaux livres. J'ai passé toute la nuit dans Kinko, à Santa Cruz, pour copier les volumes au complet, puis je les ai retournés dans les 24 heures. Je n'ai jamais divulgué aucune copie ni identifié ma source. J'ai calculé que chaque copie devait être codée pour permettre à Skull & Bones de retracer la fuite. Comment je me suis senti ? Je me suis senti à ce moment (comme je me sens toujours maintenant) que ces hommes éminents sont des juvéniles vraiment immatures dans le fond de leurs cœurs. La terrible réalité est que ces petits garçons ont été dominants par leur influence dans les affaires mondiales. Rien d’étonnant à ce que nous ayons tellement de guerres et de violences. Skull & Bones est le symbole de la violence terroriste, des pirates, des Divisions de la mort des SS pendant la Deuxième Guerre Mondiale, des étiquettes sur les bouteilles de poison et ainsi de suite. J'ai conservé la pile de feuilles de xerox pendant un bon bout de temps avant de les regarder, mais lorsque je les ai regardées, une image m’a sauté au visage, CECI était une partie significative du supposé establishment. Pas étonnant à ce qu’il y ait tellement de problèmes dans le monde ! KM - Quel est le pourcentage des membres actifs ? AS - Je n'ai pas vérifié depuis 15 ans…..Cela semblait être environ le quart. Avec l'ascension de la dynastie Bush, çela augmentera probablement un peu, en même temps qu’ils s’embarqueront dans le train des banques. La même chose s’est produite avec Harriman dans les années 40 et 50. KM – Quel est le nombre de membres actifs ? AS – Normalement, environ 600 vivants à n'importe quelle période. . . Récemment plus actifs. KM- Quel est votre idée sur l'horloge grand-père que chaque membre reçoit, paraît-il ? AS - Ils reçoivent réellement une horloge, ceci m’a été confirmé, et vous le verrez dans les photos dans America’s Secret Establishment. Ceci peut être symbolique, peut-être pour affirmer que leur organisation continuera éternellement. KM - Les Skull & Bones ont-ils perdu leur chiffon ? AS – Bien, regardez la collecte de fonds récente pour George Bush. Les républicains continuent à mettre de l'argent dans leurs poches. Je suggère que des membres, récemment, se sont mis derrière un des leurs et ont décidé de pousser George hors de la présidence et les démocrates ne peuvent rien faire parce que les Skull & Bones Démocrates ne permettront pas au Parti d’utiliser l'arme ultime, l'adhésion de George à une société secrète étrangère. KM - Que connaissez-vous au sujet de George « W » Bush ?

709


AS - Il est de la troisième génération de Skull & Bones. Mon impression personnelle est qu'il n'a pas la puissance de son père ou les compétences de son grand-père, mais je pourrais très bien avoir tort. Il peut battre n'importe qui les mains baissées, sauf VENTURA. Si les agents de Bush permettaient un débat face à face entre Bush et Ventura, Ventura gagnerait. Rappelez-vous que Ventura a avoué tous ses soi-disant « péchés ». Bush en a un placard plein prêt à exploser. Les gens commencent à s'ennuyer de toutes ces couvertures et cachotteries. L’année 2000 pourrait bien voir la fin de l’influence des Skull & Bones, ou bien la réalité que ces Skull & Bones sont réellement des gens puissants. KM - Le « nom » du groupe allemand est-il connu ? AS - Presque certainement : Illuminati. KM – Certaines personnes disent qu'il y a d’autres « cellules ; Qu’en pensez-vous ? AS - Il y a beaucoup d’autres sociétés secrètes. J'ai seulement examiné celle des Skull & Bones. Malheureusement, aucun historien ne pourra conserver son travail s'il essaie d'explorer les conspirations .... c’est un sujet tabou pour l'Association Historique Américaine. Tôt ou tard, des gens de l’extérieur se pencheront sur le sujet. J'ai longtemps pensé que Skull & Bones cadrait très bien dans la définition légale d'une conspiration et, ainsi, devait être enquêté officiellement. Oui, il doit certainement y avoir d'autres cellules. Aucune société secrète digne de nom ne va conserver ses actions internes écrites sur papier. Si le gigantesque appareil électronique de surveillance a réellement pour but, la sécurité nationale ; alors, il devrait surveiller ces gens 24 heures par jour. KM – Que pensez-vous de Wolf’s Head ? Scroll & Key ? Et les autres sociétés supérieures à Yale ? AS – Wolf’s Head, Scroll & Key, semblent être de pâles imitations de Skull & Bones, mais ils ont un même objectif de construire délibérément la discrimination dans une société. J'ai écouté Jesse Ventura hier soir et il a fait remarquer que les intentions des Pères Fondateurs étaient que ces CITOYENS représentent le peuple. J’admets qu’un routier, un fermier, ou un enseignant ne puissent pas très bien représenter un groupe de professionnels ou une société secrète comme Skull & Bones. Toutes ces sociétés placent leurs propres membres en avant de la file et accordent leurs préférences à leurs propres membres, c’est la discrimination par excellence. KM – Avez-vous lu le livre de Cathy O'Brian, « La Transe-Formation de l'Amérique » ? Qu’en pensez-vous ? AS - Le livre ne contient pas une seule preuve physique irréfutable. Je pense que Cathy O'Brien CROIT QU'ELLE DIT LA VERITE. . . Mais rappelez-vous que Mark Phillips est un habile programmeur neurolinguistique. Un autre point qui me concerne vraiment à ce sujet....quelle est l’origine de toute cette histoire ? Elle provient de l'Intelligence entre la Chine Communiste et Mark Phillips qui avait une relation contractuelle avec ChiComs. Tout ceci pourrait très bien être une tentative pour déstabiliser les États-Unis. Aucun doute dans mon esprit que ces gigolos de Washington sont très compétents dans toutes ces pratiques bizarres, regardez seulement le Bohemian Grove, mais cela ne signifie pas que le livre soit une représentation très précise. Si le livre était très crédible, je pense que la police aurait effectué une descente dans le Bohemian Grove depuis longtemps. Ma meilleure supposition est que les Chinois ont eu connaissance des scandales de Washington et les ont amplifiés hors de proportion pour leurs propres bénéfices. Ceci n’est qu’une SUPPOSITION.... Je ne sais pas. 710


Une chose qui m'intrigue énormément, c’est qu’avec tous ces scandales sexuels, comment les politiciens de Washington trouvent-ils le temps de faire ce qu’ils doivent faire comme élus ? Selon le livre, il semblerait que ce soit une occupation à plein temps pour le Sénateur Byrd et les autres. KM – Qu’est-ce que vos études des élites, des économiques, des secrets et de la technologie ont fait pour votre carrière ? AS – Tout dépend de ce que vous voulez dire par « carrière » ? Selon les normes conventionnelles, je suis un échec lamentable. J'ai été congédié de deux Universités majeures (UCLA et Stanford), refusé pour enseigner à l’Université de Californie de Los Angeles. Chaque fois que j'écris quelque chose, çà semble offenser quelqu’un de l'Establishment et ils me jettent dehors pour les loups. D'autre part, j'ai écrit 26 livres, publié quelques bulletins et ainsi de suite.... Mais, ce qui est le plus important, c’est que je n'ai jamais fait de compromis sur la vérité et je n’arrêterai pas. Dans des termes matériels....un échec sans espoir. Sur le plan de la découverte....je pense que j'ai réussi. Vous devez juger un homme par la qualité de ses ennemis. William Buckley m'a appelé « le brutal ». Glenn Campbell, l'ancien Directeur de l'Institution Hoover, à Stanford, m'a appelé « un problème ». KM - Croyez-vous qu'il puisse y avoir eu suppression de technologie ? A-t-elle été majeure ou mineure ? AS – Oui, il y a eu une suppression mais ce sera impossible d'éliminer le nouveau paradigme émergent. KM - La Réserve Fédérale, la Maison des Morgan, la Maison des Rothschild et les Skull & Bones, sont-ils tous reliés ensemble ? AS - La meilleure source pour tout ceci est mon propre livre « CONSPIRATION DE LA RÉSERVE FÉDÉRALE », 1995 CPA, Boîte Postale 596, Boring OR 97007. KM – Concernant les influences de Skull & Bones sur John Dewey et Horace Mann ; existe-t-il de bonnes sources originales pour suivre cette histoire ? AS – Tout dépend de ce que vous voulez trouver. Vous pourriez explorer les travaux en 10 volumes de Dewey... Hégélianisme indigne, l'état est suprême, l'individu est simplement un pion qui doit être entraîné. C’est la base de notre « système d’éducation » ...ou vous pourriez aller explorer les membres de Skull & Bones qui ont amené ce système aux États-Unis. Cette perspective bien entraînée « d'esprit de saucisson » a complètement pénétré nos universités et c’est pourquoi nous avons un système de révision égal....nous sommes tous supposé penser de la même manière et trouver tous les mêmes réponses. Cette politique du politiquement correct est une autre étape vers le contrôle total de la pensée. AH - Certaines des politiques économiques d’Hitler ont-elles menacé les intérêts des banquiers internationaux, et, dans l’affirmative, ont-elles joué un rôle dans sa chute ? AS - Les politiques économiques d’Hitler étaient acceptées par les banquiers pendant toute la guerre....ITT, Chase, Texaco et les autres fonctionnaient dans la France occupée par les Nazis aussi tard qu’en 1945. En fait, Chase à Paris, essayait d'obtenir des comptes nazis aussi tard qu’en 1944. Lorsque nous sommes entrés en Allemagne, en mai 1945, je me rappelle avoir vu un magasin Woolworth bombardé dans Hambourg et j’ai pensé, « Qu’est-ce que Woolworth peut bien faire dans l’Allemagne nazie ? »

711


Pendant que nous étions bombardés et pris pour cibles, c'était « les affaires comme d'habitude » pour la Grande Entreprise. Essayez les Alien Custodian Papers. Regardez mon livre « LE MEILLEUR ENNEMI QUE L’ARGENT PEUT ACHETER », pour de plus amples informations. Les opérations bancaires de l'union sont très importantes. J'ai fait un documentaire pour la télévision nationale hollandaise, il y a quelques années. Il a franchi toutes les étapes du procédé de production jusqu’au Guide de la télévision hollandaise.... à la dernière minute, il a été retiré pour être remplacé par un autre film. Ce documentaire contenait des preuves irréfutables que les Bush avaient financé Hitler. Peut-être que mes amis hollandais pourront toujours le regarder, mais l'appareil a des tentacules jusqu’en Hollande. KM - Quelle est l'histoire qui devait être racontée sur la télévision hollandaise ? Et quelle est l'histoire de cette censure ? AS – Une couple d'années passées, une compagnie de production de télévision hollandaise d'Amsterdam, sous contrat avec la télévision nationale hollandaise, est venue aux Etats-Unis pour faire un documentaire sur Skull & Bones. Ils sont allés au Temple Bones et à d’autres endroits et ont interrogé des gens sur la Côte Est. Sur la Côte Ouest, ils m’ont interviewé, ainsi qu’une autre personne. J'ai vu les extraits des bandes originales et c'était du bon travail professionnel. Ils avaient des documents reliant la famille Bush et d'autres membres Skull & Bones au financement d’Hitler par l’intermédiaire de la Banque Union de New York et sa banque hollandaise correspondante. Plus de documents que j'en ai dans « WALL STREET ET L'ASCENSION D’HITLER ». La première version a été, ultérieurement, améliorée dans un documentaire en deux parties et devait être présenté en mars dernier. Elle a été retirée à la dernière minute et n'a jamais été montrée. AH - Qui aurait financé Milosevic, et quel rôle la communauté bancaire internationale a-t-elle joué dans les Balkans ? AS - Je n’ai pas examiné celle-là. Bien sûr, la célèbre société Black Hand est localisée dans les Balkans. Regardez « PREMIÈRE GUERRE MONDIALE ». DG - Quelle est l'importance de vos travaux sur Skull & Bones ? AS - Le potentiel est extraordinaire. Si nos trouvailles dans ces sociétés secrètes sont réellement significatives, l'histoire entière des derniers deux siècles devra être réécrite. A ce point en 1999, le potentiel n'a pas été exploré par d’autres et je suis retourné vers mon point d’intérêt original, la technologie. Apparemment, certaines personnes accordent quelques mérites aux travaux. Ce n'est jamais fait publiquement. C'est une distribution faite « de bouche à oreille » mais les ventes se maintiennent solidement depuis 1986 jusqu’à aujourd’hui. Chaque mois je reçois un chèque pour les royalties, donc je sais à quel niveau se situent les ventes. Mais ma déclaration originale enthousiaste n'a pas été accomplie. KM - Que voyez-vous pour l'avenir ? AS - Le chaos, la confusion et finalement un combat entre les individus et l'État. Les individus sont les plus forts ; ils gagneront. L'état est une fiction sanctifiée par Hegel et ses partisans pour CONTROLER l'individu. Tôt ou tard, les gens se réveilleront. Premièrement, nous devrons nous débarrasser du piège de la droite et de la gauche, c’est un piège Hégélien pour diviser et contrôler. Le combat n'est pas entre la droite et la gauche ; c'est entre nous et eux. Le message commence à passer. « America’s Secret Establishment » s’est vendu pendant les 15 dernières années, peu mais de façon régulière. Aucune publicité. C’est un travail « de bouche à oreille ». Mais la croissance de l'intérêt est stupéfiante.

712


De l'Afrique Noire, à la Russie (12 000 copies), de la droite, de la gauche....il coupe à travers toutes lignes ethniques, politiques et sociales.... L’Esprit de Dieu est à l'intérieur de nous comme individus. Skull & Bones représente la mort. Skull & Bones n'a pas d'esprit de vie et prétend que l'État est « la marche de Dieu sur la terre ». La pensée de ces juvéniles immatures, mortels et destructeurs, a presque totalement infecté Washington. Que pouvons-nous faire ? Vous retrouver et, alors, aller au travail.....racontez à vos amis et faites suivre le message. La réponse est en vous. Fin de l’entretient. Antony Sutton, est l'auteur de 26 livres, dont beaucoup peuvent être achetés en ligne chez Amazon ou chez Barnes & Noble. La Liberty House Press à 1-800-343-6180 a des copies de America’s Secret Establishment et de Best Enemy Money Can Buy à vendre. Des éditeurs de New York . . . J’ai parlé à une revue de New York qui traite de cette histoire sur George 'W' Bush et pensait faire un article sur Skull & Bones. J'ai demandé s’il était possible de faire un article sur Antony Sutton ? Après avoir obtenu des réponses avec les phrases telles que : « Quelqu'un a déclaré qu’il est un John Bircher » et « Voici ce qu’un éditeur (qui doit absolument rester anonyme) a déclaré au sujet de Sutton » : « Liberty House était/est une compagnie de publication de l’aile droite localisée à Billings, au Montana. Anthony Sutton était un chercheur à l’Institut Hoover de Stanford. Parmi beaucoup d’autres déclarations, le livre de Sutton accuse Skull & Bones de subventionner et d’encourager « les révolutions Marxistes et Gauchistes des années 60 » ....et en détournant l'attention en amenant les étudiants dans des groupes de désarmement et/ou de problèmes écologiques. Bien qu'il semble y avoir quelques vraies informations dans son livre, il se lit comme un texte classique de propagande de l'extrême-droite, remplie avec de l'hyperbole et des allégations non-vérifiées. ». La réponse d’Antony Sutton : « Quel est le problème avec les éditeurs ? J'ai été congédié de l’Institut Hoover par les types de la CIA. ... Je suis définitivement une personna non-grata. Le directeur Glenn Campbell m'a effectivement menacé en disant : « Vous ne survivrez pas !». Une personne de l’extrême-droite ! Je n'ai jamais été membre de la Société Birch ou aucune autre société de cette sorte. J'aimerais bien que cet éditeur vienne me le dire en pleine face. Ils sont malades ! Prenez les commentaires précédents.... et demandez-lui d’apporter ses preuves. Quel est la définition légale de calomnie....çà doit être faux et malveillant. Ont-ils de l'argent ? Quand ça concerne seulement l’argent, je suis persuadé que les gens de New York n'ont même pas lu mon livre.... sinon ils sauraient que je vois l'approche de la droite comme un piège Hégélien.... quant au manque de preuve, je vais laisser les lecteurs faire leur opinion. Sur la seconde pensée, ils n'ont probablement jamais entendu parler de Hegel. Lorsque Lénine avait mentionné « les idiots utiles, » il devait sûrement avoir ces gens à l'esprit ». 19 mars 2000 Fin de l’article.

713


Et oui, comme pour Thierry Meyssan, dès qu’on attaque le système Illuminati et qu’on en fait ressortir les prérogatives pseudo-juives, dès qu’on attaque de près ou de loin le sionisme et les banquiers Rothschild, on vous traite d’antisémite et de membre de l’extrême droite. Je m’attends de façon assez amusée à subir le même traitement. J’en profite pour dire à l’avance, mon livre n’étant pas encore publié, que mon cœur est encré à gauche et que je suis un « antiextrême droite » virulent ! Mais comme le dit Sutton, la gauche et la droite sont des concepts préfabriqués et imposés qui ne veulent rien signifier de probant, et on s’en rend bien compte aujourd’hui avec certains de nos socialistes français qui « s’écartent » devant l’argent de l’ultralibéralisme, n’est-ce pas monsieur Dominique Strauss-Kahn, vous qui êtes, par trois fois au moins, un traitre ? Monsieur Straus-Kahn n’échappe pas à la règle : il n’est pas juif car il est athée. C’est un pseudojuif. Les vrais juifs apprécieront cette remarque ! II) Daniel Estulin

D

aniel Estulin est l’exemple même des personnes très utiles au mouvement anticonspiration mais qui apportent leur lot d’arguments qui divise ce même mouvement !

Daniel Estulin, que je ne connais pas personnellement – donc je n’ai rien pour contre lui à priori – à écris de précieux livres sur les Bilderbergers. Sa connaissance du sujet est édifiante et il est un des pionner, si ce n’est le premier, à nous avoir ouvert les portes de la compréhension sur cet organisme « top secret » ! Néanmoins, ses relations avouées avec des membres des services secrets de plusieurs pays, sources principales des ses recherches, semblent pour le moins suspectes à certains. Non pas que Daniel Estulin serait un agent désinformateurs des Illuminati – ces écrits prouvent le contraire mais qu’ils puisse être lui-même « désinformé » !

Daniel Estulin / Site malaisien : (http://ibnuyaacob.com/?p=909&cpage=1)

Par exemple, certains écolo et altermondialistes se méfient de ses affirmations car il est assez militant au sujet du nucléaire, qu’il interprète comme la seule alternative possible qui puisse nous sortir du « tout pétrole » et donner leur chance aux pays du tiers-monde ! Pour plus de précision à ce sujet, voir Daniel Estulin dans le dictionnaire !

Pour ma part, je tiens à me préciser sur cette question du nucléaire : en temps qu’écologiste convaincu, cette source énergétique me parait comme une aberration qui s’intègre au plan capitaliste de vendre leur sources d’énergies et de nous placer un compteur à domicile ! Il est un fait que si l’on peut rouler à l’huile de chanvre, s’éclairer au groupe électrogène, monsieur tout le monde ne peut pas produire sa propre centrale nucléaire. Il est donc question d’une énergie qui produit une pollution conséquente et meurtrière en fin d’usage et qui se caractérise par son état de monopole et sa nature stratégique. Encore un sujet occulte ou le peuple à bien du mal à faire valoir les principes démocratiques, ne serait-ce qu’en matière d’informations et de contrôle ! Cette problématique du nucléaire semble accessoire dans le sujet en cours ; toutefois comme elle déchaine les passions, voici un très cours topo sur ce thème. 1) La question du nucléaire : 714


J’ajouterai que nous sommes aujourd’hui victime d’une sorte de chantage qui consiste à nous avoir imposé un certain nombre de centrales nucléaires dont on a hérité de politiques du passé ! Et elles s’intègrent maintenant si profondément dans la production électrique française qu’on ne peut plus s’en passer (ou il faudra se passer d’électricité dans nos demeures). Tout gouvernement futur, même écologiste, ne saurait trouver d’alternative immédiate pour stopper toute production d’électricité nucléaire d’autant qu’on subit aussi un autre chantage du « tout basé sur le pétrole » qui est pourtant la priorité des priorités de sources d’énergies à abandonner. Franchement, en France, sans pétrole et nucléaire, quelles chances de survivre aurions nous ? Ensuite, même si nous stoppions immédiatement nos centrales, il y a le problème de « comment nous débarrasser définitivement des dangereux déchets ! Jusqu'à présent, les écologistes – dont je fais parti, on connu le bon rôle : nous critiquions, nous manifestions, nous rendions public un sujet manifestement rendu occulte ! Mais si un jour, nous accédons au pouvoir, nous hériterons de cette problématique ! Et nos adversaires nous attendrons au tournant … comment se débarrasser efficacement de cette « saloperie » ! Vous voyez dans le genre d’impasse ou cela nous mène ! Alors, il va nous falloir choisir : - Si l’on préfère l’abandon progressif du pétrole, on doit maintenir au moins les centrales nucléaires existantes le temps nécessaire à de la recherches de sources énergétiques non polluantes et renouvelables, puis à leur mise en application dans le cursus industrialo économique ! Cela fonctionne dans l’optique très optimiste qu’il n’y aura pas d’incidents graves de centrales comme à Tchernobyl ! - On peut choisir aussi l’alternative inverse mais avec des conséquences dramatiques sur l’Effet de Serre et de notre stabilité. Quelque soit nos choix, sur cette base de pensée, nous constatons que nous somme obligés de conserver temporairement une bonne partie des structures en place et, que se soit le pétrole ou le nucléaire, ces deux secteurs sont chaperonnés par ceux qu’on appelle aujourd’hui les « Maîtres du monde », c'est-à-dire l’entente industrialo - bancaire, ce sixième pouvoir non prévus par nos anciennes constitutions (donc libre de toutes entraves et contrôles) ! Je vous le dis comme cela : peut-être faudrait-il nationaliser les sources d’énergies (exception de celles développées pour usage personnel) pour avoir une chance de s’en sortir ! Pour autant, je ne vais pas dans le sens de monsieur Estulin qui a pour vision de généraliser la technologie nucléaire sur la planète entière. Mais là où je suis plus certainement d’accord avec lui, c’est que les pays ne sont pas tous égaux en matière de productions énergétiques et en consommation du fait des différences de climats propres à ces derniers ! Peut-être que certains pays du Nord et d’autres du sud très secs, pourraient bénéficier de dérogations et qu’on puisse permettre l’implantation de quelques centrales. Mais n’oublions jamais que le but final serait de pouvoir s’en passer ! Une idée de cohésion mondiale sous-entendrait logiquement un concept égalitaire en matière de technologie, mais le nucléaire est vraiment, dans ce cas précis, l’exception qui semble confirmer la règle. 715


2) Le travail de Daniel Estulin sur le Bilderberg. Cet auteur à la réputation d’être considéré comme l’ennemi n°1 du Bilderberg. Il a, semble t’il, échappé par trois fois à des attentats qu’ils rattache tous à la CIA. Voici donc une sérieuse référence qui nous laisse comprendre que ses recherches ont finit par mettre « le doigt ou ça énerve » coté Illuminati ! Monsieur Estulin est toutefois un atypique anticomplotiste. Sauf erreur de ma part, jamais il ne mentionne le terme Illuminati, même si parfois, il en désigne des membres importants de leur direction (Skulls & Bones, George Bush, John Kerry, Bill Clinton, …). Il se contente de démonter pièce par pièce le puzzle occulte du Bilderberg et d’en interpréter les réelles motivations de ses membres. Pour autant, beaucoup de ses arguments et conclusions se calquent sur ceux de la Théorie du Complot Illuminati ! (http://elproyectomatriz.wordpres s.com/2007/10/08/los-senores-delas-sombras-de-daniel-estulin/)

C’est donc un homme qui nous est précieux et dont il nous faut saluer sa ténacité, sa besognité, sa perspicacité et son courage. Il a, en outre, su mettre en évidence un fait que j’ai aussi souligné dans cette encyclopédie : dans les services secrets de chaque pays, il y a des individus qui ne se soumettent pas aux Illuminati et résistent comme il le peuvent, chacun à leur niveau. Certains, bien placés, nous informent des décisions prises en secret et des gens comme Estulin, reconnus comme interlocuteur sérieux, arrivent à nous relayer ces informations. Il a su prévoir … écoutez, ce n’est pas la peine que je vous l’explique, lisez-le vous-même dans le texte qui suit (http://www.alterinfo.net/Daniel-Estulin,-ennemi-numero-1-du-gouvernementmondial-secret_a26960.html ) : Daniel Estulin, ennemi numéro 1 du gouvernement mondial secret. wearechangeparis@gmail.com Jeudi 11 Décembre 2008 Daniel Estulin ne monte jamais dans un ascenseur sans avoir au préalable vérifié la fermeture du plancher de celui-ci. Daniel n’a pas toujours eu peur des ascenseurs. Cette peur a commencé en 1996 à Toronto, quand se retirant d’un étage supérieur d’un immeuble “intelligent”, de ceux qui ressemblent à ces fourmilières de bureaux, dans lesquelles on ne devrait pas avoir peur d’autre chose que du café, quelqu’un l’a prit par l’épaule quand il allait monter dans l’ascenseur sans vérifier la présence du plancher. Il n’y en avait pas. Celui-ci est convaincu que ce fut la 1ere des 3 tentatives d’assassinat par la CIA dont il a souffert afin de le réduire au silence lui et son enquête de plus de 13 ans sur le Club Bilderberg. Une enquête déjà synthétisée dans son livre “La véritable histoire du Club Bilderberg” présent dans les classements de vente de 25 pays et qui met a nu la nature de la conspiration de cette sorte de gouvernement mondial occulte qui part l’intermédiaire de réunions annuelles, toujours ignorées par la presse et toujours en parallèle des réunions du G8, décide des événements à venir et des mouvements des 716


marches qui modèleront l’avenir de la communauté internationale. Guerres inclues, surtout les guerres. Promu par Rockefeller et fondé en 1954, le Bilderberg Club serait le cœur d’un réseau de sociétés secrètes, parmi lesquelles la Skulls & Bones dont fait partie George Bush, John Kerry, Bill Clinton et une bonne part de la caste politique qui dirigent les USA. Le but du Bilderberg serait celui d’exercer une domination globale sur le secteur commercial, financier et politique, laissant toutes les élections démocratiques comme une simple anecdote qui n’affecterait jamais le pouvoir établit. Qui contrôlerait aussi tout le secteur médiatique, et c’est pour cela, selon Daniel, que l’on ne parle jamais du Club, et que les réunions n’apparaissent pas aux infos, ces réunions dans lesquelles se rejoignent Chefs d’État, membres de familles royales, présidents de grandes multinationales et premiers ministres dans lesquelles ils viennent concourir pour recevoir des ordres ou écouter comment sera leur tâche. Dans ce sens, lors de la réunion de l’année dernière, qui a eu lieu au Sofitel de RottachEgern (Bavière), avec des forces de sécurité spéciales de cinq pays différents, auraient assisté tant Angela Merkel que Gerhard Schroeder pour apprendre qui des deux allait être le futur leader allemand. Le Club aurait un noyau dur de quelques 75 membres permanents, plus 50 autres amovibles qui chaque année reçoivent une invitation pour la réunion, réunion traitant de programmes stratégiques pour savoir qui va occuper le pouvoir cyclique. Selon Estulin, lors de la dernière réunion, auraient été présents Joaquin Almunia y Miguel Sebastian, les conseillers économiques du Président espagnol. Toutes les responsabilités d’influence mondiale, depuis le FMI jusqu’à la Banque Mondiale en passant par l’ONU, seraient gérées et décidées par les Bilderbergers. L’imperfection, un hasard ? A propos de l’épisode de Toronto, il y a une coïncidence avec une info exclusive obtenue par Estulin qui provoqua au Canada de grandes manifestations qui portaient le slogan: “Nous voulons savoir”. Les Bilderbergers, cette année se réunirent a King City, ville limitrophe avec Toronto, et avaient décidé, selon Daniel, de promouvoir le projet “Grand Canal” dans l’intention de fusionner les USA et le Canada anglophone en un seul pays et un seul marché énergétique, favorisant ainsi la séparation du Québec et la purge des éléments francophones par l’intermédiaire d’un pacte gouvernemental avec les nationalistes d’une façon très similaire à ce qui est en train de se dérouler en Catalogne. L’info de première main, révélée par Estulin, le converti en un des journalistes d’investigation les plus sollicités aux USA, puis cette directive aurait été ajournée, mais pas le projet … D’autre part cela lui a valu d’être mis en 1ere position sur plus d’une liste d’homme à abattre. Face a ceci et face également aux informations plus ou moins incroyables qu’il traite, Estulin dit qu’il y a seulement deux options : « Me croire, ou bien croire les médias dépendants du Bilderberg qui essayent de me faire passer pour une espèce de dingue qui invente des théories conspiratrices délirantes ». 717


Daniel Estulin est russe et petit fils d’un Colonel du KGB dont la réputation est très présente chez les vétérans du service secret soviétique. Il arrive à la réunion flanquée d’une chemise qui attire l’attention, catogan et un certain style “Dolce & Gabanna”. Il vient juste de recevoir un courrier urgent par UPS, une documentation sensible qui vient des USA d’un membre du service secret : « Je dépends absolument de mes sources d’information. Ce sont des relations de plus de 13 ans et elles sont excellentes. Il faut savoir que dans tous les services secrets, même les plus néfastes, il y a toujours des patriotes qui se sentent en devoir d’informer des excès de leur gouvernement ». Un des documents porte même dans son titre le mot tant suggestif : Iran … Cette guerre est déjà décidée. De fait elle devrait déjà avoir débutée. Mais les Bilderbergs ont décidé de la retarder, à cause de Katrina et de l’enlisement de la guerre en Irak. Mais elle commencera cette même année ou début de la prochaine. Avant ceci, le prix du baril montera jusqu’à 150 dollars. L’autre guerre qui a souffert des retards, c’est celle de l’Irak qui certainement a provoqué beaucoup de distensions au sein du Bilderberg à cause de la dénonciation populaire: ” Ce sont des obsédés de la discrétion. Ce qu’ils redoutent le plus c’est que les peuples se rallient à une cause commune, protestent et posent des questions, comme cela est justement arrive avec l’Irak. C’est pour cela que durant la réunion de 2002 dans l’état de Virginie, Donald Rumsfeld aurait été obligé de repousser jusqu’en mars 2003, une invasion qui était décidée pour octobre 2002. Selon Daniel, les guerres d’Afghanistan et d’Irak comme la prochaine en Iran, seraient véhiculées à une stratégie globale fomentée par le Bilderberg pour prendre possession des sources d’énergie juste au moment ou les prévisions indiquent qu’il reste du pétrole pour 20 ou 30 ans. Car ceci préoccupe le Bilderberg. Et si eux sont préoccupés, nous, nous devrions être terrifié. Pour mener à bien cette campagne militaire qui n’est toujours pas terminée, ils avaient besoin d’un prétexte, une sorte de Pearl Harbor. Ce fut le 11 septembre, dans lequel Dick Cheney fut un des acteurs. Cette théorie fut déjà racontée par Michael Ruppert dans un livre, « Franchir le Rubicon ». Que les lecteurs choisissent vers quelle option se tourner pour assimiler cette vision du monde qu’à Daniel Estulin. Le croire ou non. Mais lui, cette année encore, continuera d’enquêter sur chaque réunion du Bilderberg pour essayer de découvrir ses secrets. Tel est son insistance dans la cause, qu’il a réussi à ce que dans tous les aéroports, sa photo soit illustrée de la mention “terroriste”. L’année dernière, après avoir reçu l’information que l’Allemagne serait le prochain pays hôte de la réunion, il essaya de voler depuis Madrid vers Munich. Il mis 14 heures pour y arriver. Premièrement l’avion fut dévié vers Milan, où on l’attendait pour lui mettre les menottes et lui faire subir un interrogatoire de 4 heures. Sans aucun chef d’inculpation. Quand enfin il arriva en Allemagne, la police locale lui refit le même interrogatoire et le laissa partir seulement avec l’avertissement suivant : “Tu seras sous surveillance à tous moments, à la moindre erreur on te mettra en prison.” Plus que jamais, Daniel Estulin continuera de vérifier le plancher des ascenseurs avant d’y monter. 718


Traduit par Chevalier Jedi Source : http://www.elmundo.es/papel/2006/04/22/opinion/1960953.html http://wearechangeparis.wordpress.com/2008/12/10/daniel-estulin-ennemi-numero-1du-gouvernement-mondial-secret/ Vous l’aurez remarqué, ce papier date un peu : c’est la preuve que Daniel Estulin fut un précurseur qui mit le doigt sur des aspects de la vérité ! Ses futures parutions sont donc à suivre avec la plus grande attention … même si, cela pourrait en rebuter certains d’entre-vous : c’est un pro – nucléaire ! N’oubliez pas que je vous ai dit qu’il nous faut éviter toute source de divisions en optant d’œuvrer en commun dans la complémentarité ! Le problème du nucléaire et d’autres, seront à débattre démocratiquement quant tous les Illuminati seront en prison et/ou jugés – ou pour le moins, réduits à l’impuissance !

Photomontage issu du web (malheureusement encore une fiction).

Expression personnelle : Nous n’avons tiré aucune leçon des deux premières Guerres Mondiales. On s’est contenté d’enseigner les alibis qui les ont déclanchées, les effets de celles-ci, les grandes batailles, leur tournants, l’après guerre, …Que la partie visible de l’Iceberg ! Nous n’avons pas vu les vraies causes, la « Manipulation », ce pouvoir perfide qu’on n’a cessé de nourrir depuis des siècles et qui nous a mit tant de « coups de poignard » dans le dos en remerciement. Mais, peut être part honte, une question ne fut jamais posé : il y a peut-être quelque chose qui ne va pas chez l’être-humain ? Et il va falloir cette fois ci en tenir compte avant d’essayer d’inventer un nouveau type de société ! 719


3) Alex Jones : C’est l’être le plus courageux, le plus déterminé, le plus éclairé …, je n’en connais pas d’autres comme lui ! Alex Jones est un journaliste issu du monde de la radio US. Son atypisme fait qu’on dit de lui tout et n’importe quoi. C’est pour cela que je vais vous le présenter par un article de Wikipédia qui a su rester le plus neutre possible à son sujet (http://fr.wikipedia.org/wiki/Alex_Jones ) : Alex Jones Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alex Jones Alexander Emerick Jones est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur américain. Biographie Alexander Emerick Jones (né le 11 février 1974) est un animateur de radio, cinéaste et grand partisan de la théorie du complot. Il est connu en particulier pour son point de vue critique concernant l’attaque du 11 septembre 2001, son exposé sur le Bohemian Club et ses informations régulières sur le Nouvel ordre mondial. Alex Jones explique que certains éléments et membres du gouvernement des États-Unis d’Amérique s’efforcent d’affaiblir l’Amérique et sa souveraineté. Ces individus sont payés pour contrebalancer l’équilibre du pouvoir en faveur du continent européen qui est lui-même sous l'autorité de la Banque mondiale et la supervision de banquiers partisans de la globalisation. Il affirme que les globalistes utilisent une variante de la dialectique de Hegel qu’il décrit comme « problème-réaction-solution » et qui tend à créer un sentiment d’insécurité au sein de la population dans le but de saper les droits civiques et d’imposer leur politique même au prix de vies innocentes. Alex Jones défend les théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001 et se réfère fréquemment aux documents déclassés secrets de l'Opération Northwoods pour montrer un exemple éloquent de manipulation par le gouvernement fédéral. Il considère les attentats du 11 septembre 2001 comme l’un des plus spectaculaires 720


exemples de cette manipulation menée par des éléments criminels au sein du gouvernement américain, et il prétend avoir prédit cette attaque[1] dans son émission de télévision « Alex Jones Report » avant même qu’elle ne survienne. Il accuse par ailleurs les principaux médias d'avoir été manipulés à un tel point qu’ils ne sont plus en état de jouer leur rôle de sentinelles de la société et qu’ils sont au contraire devenus un service de propagande de l’establishment corrompu. Ses recherches et découvertes sont menées principalement grâce à des interviews auprès d’experts scientifiques et des historiens, des érudits, des chefs religieux et politiques, des témoins et victimes d’évènements, de membres officiels du gouvernement. Il tire ses informations également de l’ensemble des médias, de documents gouvernementaux, de journaux de réflexion et autres publications. Jones se réfère donc fréquemment à l’ensemble des médias et des documents officiels déclassés qu’ils utilisent comme preuve de la réalité de ses propos et en les appelants « leurs propres documents ». Il prétend que ces documents sont souvent mis de côté et ignorés par les médias et par conséquent par la majorité de la population. Alex Jones se voit comme un « patriote américain amoureux de la liberté » et considère le Communisme tel qu’il peut être pratiqué en Chine comme un prétexte justifiant l’esclavage. Jones évite de parler en termes de « libéraux (au sens américain, de gauche) contre conservateurs » ; il considère les deux camps comme étant différents spectres de la même menace ou comme « les deux faces d’une même monnaie », comme il le dit dans son monologue dans le film Waking Life. Affirmant avoir d’abord été « particulièrement laïc » durant les années 1990, mais qu’il est devenu plus ferme dans ses convictions chrétiennes après avoir pris conscience de la nature satanique et occulte des élites. Alex Jones déclare qu’il n’est pas important qu’on croie ou pas dans le satanisme, mais que ce qui est grave soit que les élites y croient. Il ajoute que ces élites sont mues par une mentalité de « signes de reconnaissance » et qu’elles tendent à diffuser ces signes partout. Déclarant avoir reçu de nombreuses menaces de mort à cause de son engagement pour défendre la liberté ; il a annoncé s’être fait à l’idée d’être tué, une chose très probable s’il réussit à attirer toujours plus l’attention du public. Mais il ajoute « j’ai une assurance décès » au cas où il lui arriverait quelque chose. En 2007, il a interviewé Aaron Russo à propos d'un plan de domination mondiale. Filmographie Comme réalisateur •

2002 : 911: The Road to Tyranny (DVD)

2004 : American Dictators (TV)

2005 : Martial Law 9/11 : Rise of the Police State (DVD)

2006 : Terrorstorm - A History of Government Sponsored Terrorism (DVD)

2007 : Endgame : Blueprint for Global Enslavement (DVD)

2009 : The Obama Deception (DVD)

2009 : Fall of the Republic (DVD)

721


2009 : ENDGAME (DVD)

Comme acteur •

2001 : Waking Life : Homme en voiture avec porte-voix. (voix)

2006 : A Scanner Darkly : Manifestant en état d'arrestation

Comme producteur •

2000 : Dark Secrets: Inside Bohemian Grove (DVD)

Références 1.

 [1], (en) Alex Jones Predicts 911 (YouTube)

Liens externes •

(fr)/(en) Alex Jones sur l’Internet Movie Database - Version plus complète en anglais.

Films d'Alex Jones sur Google Vidéo

(en) PrisonPlanet.com d'Alex Jones

Endgame sous-titré en français sur DailyMotion

Ce qui caractérise le plus les « bilderbergers » (membres du Bildergerg), c’est cette recherche de la discrétion : « Ils se cachent parce qu’ils font le mal, ceux qui font le bien ne se cachent pas, ils agissent au grand jour » (Jim Tucker). Alex Jones en a bien pris conscience et utilise souvent un porte-voix pour dénoncer cette vérité … sous les fenètres même des réunions du Bilderberg ! Ce qui fait qu’il est craint par ces sataniques personnes qui l’assimilent à une « aiguille sous le pied » !

722


L’image du porte-voix est devenue indisociable de celle d’Alex Jones !

3) Jim Tucker Autre atypique et passionnant personnage spécialisé toutefois dans l’étude du Groupe Bilderberg. Il ne semble pas étendre ses investigation au reste du registre complotiste comme je le fais ici dans cette encyclopédie. Jim Tucker est (était ?) positionné à droite sur l’échéquier politique. Ce qui prouve que le combat contre cette menace dépasse de beaucoup le clivage gauche-droite et le transforme en une lutte commune pour la Liberté ! En fait, de gauche comme de droite, nous sommes tous avant tout des démocrates à l’exception des malades mentaux et/ou des cupides – corruptibles que sont dénoncés ici ! Voici ce que dit Wikipédia sur Jim Tucker : (http://en.wikipedia.org/wiki/Jim_Tucker_%28journalist%29 ). Le texte est en anglais, vous trouverez sa traduction très approximative dans la page : http://translate.google.fr/translate?js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF8&layout=1&eotf=1&u=http%3A%2F%2Fen.wikipedia.org%2Fwiki%2FJim_Tucker_%2528jour nalist%2529&sl=en&tl=fr Tout en laissant le texte original, je vous transcris ici une traduction mieux adaptée sous réserve que je n’y commets aucune erreur : Jim Tucker (journaliste) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre James P. (Jim or Big Jim) Tucker, Jr. is an American journalist who, since 1975, has focused on exposing the controversial Bilderberg Group . P. James (Jim ou Big Jim) Tucker, Jr. est un journaliste américain qui, depuis 1975, a mis l'accent sur l'exposition du Bilderberg Group si controversé. Biographie After working for various newspapers, Tucker started writing for the rightwing newspaper The Spotlight in the early 70's until its closure in 2001. Après avoir travaillé pour différents journaux, Tucker a commencé à écrire pour le journal de droite The Spotlight au début des années 70, jusqu'à sa fermeture en 2001.

723


Shortly after the paper's closure, Tucker and many former Spotlight employees founded the similarly-toned American Free Press . Peu de temps après la fermeture du journal, Tucker et de nombreux employés Spotlight ancien fondé la même façon aux tons American Free Press. Tucker's efforts to infiltrate the 1999 Bilderberg meeting at the Hotel Caesar Park in Sintra , Portugal were chronicled by British reporter Jon Ronson in his book, Them: Adventures with Extremists and broadcast as part of Channel 4's Secret Rulers of the World series. Les effort de Tucker's pour infiltrer la réunion de 1999 du Bilderberg au Caesar Park Hôtel à Sintra, au Portugal ont été transcrits par le journaliste britanique Jon Ronson dans son livre, « Them: Adventures with extrémistes » et diffusé dans le cadre de « Channel 4's Rulers Secret » une série (télévision) à diffusion mondiale. In 2005, Tucker wrote “Jim Tucker's Bilderberg Diary”, a book chronicling his thirtyplus years of exposing the Bilderberg Group. En 2005, Tucker a écrit « Jim Tucker's Bilderberg Diary », un livre retraçant ses trente et quelques années à exposer (les secrets du) Groupe de Bilderberg. Tucker is featured prominently in a film made by paleoconservative Alex Jones , "Endgame: Blueprint for Global Enslavement" ( 2007 ), which partially deals with the 2006 Bilderberg conference at the Brookstreet Hotel in Ottawa , Canada . Tucker est aussi en bonne place dans un film réalisé par le paleoconsevateur Alex Jones "Endgame: Blueprint for Global Enslavement"(2007), qui traite en partie de la conférence Bilderberg 2006 à l'Hôtel Brookstreet à Ottawa, Canada. Both Tucker and Jones are featured in the documentary film, New World Order ( 2009 ). Tucker et Jones sont tous deux en vedette dans le film documentaire, New World Order (2009).

Jim Tucker dans la vidéo :

« Qui sont les Bildenberg », présente dans le DVD n°4 de notre encyclopédie. 724


Fin du livre. Enfin, diront certains ! Si vous êtes parvenus jusqu‘ici, vous appartenez forcément à une des deux catégories suivantes : soit vous êtes un petit malin qui lit les premières et dernières pages d’un livre, soit le sujet des Illuminati vous a « accroché » et vous avez lu ce livre dans son ensemble! Ceux qui n’y croient pas ou ne s’y intéresse pas auront « décrochés » depuis longtemps. Je pars donc du principe que vous avez lu cette œuvre jusqu’au bout. Une telle persévérance mérite donc quelques explications supplémentaires, sinon quelques avertissements. A) Avertissements : Le must de la désinformation est d’écrire la vérité sur les grands traits d’ensembles de la théorie qui vous dérange, mais en la truffant d’erreurs grossières et d’absurdités pour mieux la discréditer. Méfiez vous des sites qui vous parlent d’Illuminati extraterrestres et/ou reptiliens par exemple. Parfois, cette désinformation se veut plus subtile. Infiltré dans une thèse, elle trompe le lecteur simple mais pas les scientifiques, écrivains ou historiens. Leur levé de tôlé éventuel nuit forcément par la suite à la dite thèse. C’est le cas des dérives antisémites (et non antisionistes ) que l’on reproche parfois à certains sites anti-Illuminati. Puis il y a les contre-vérités qui circulent. On vous affirmera par exemples, que « Le Protocole des Sages de Sion » est une invention des services secrets du Tsar, que l’Ordre des Illuminati à disparu il y a un peu plus de deux siècles, … pour tenter de clore le débat. Et si le Le Protocole des Sages de Sion était un faux, contenant du contenu vrai, mais rendu faux de sorte à en discrédité les thèses ? On a prouvé que très certainement le document est faux, mais on n’a pas prouvé que son contenu le fût, même s’il est possible qu’il soit modifié et/ou exagéré ! Il se trouve que ce document est encore cité parce que son contenu prévient d’événements qui se sont réalisés. Parfois, le pire ennemie que l’on puisse rencontrer est soit même. Si on ne trie plus vigoureusement ses infos et ses sources d’informations, on interprète à tord certains événements, ou croit en d’autres inexactes, qu’on se met soit même à colporter. C’est qu’il n’est pas aisé de disserter sur les sociétés secrètes ! Souvent, les propos anti-Illuminati sont raillés : parfois, se moquer d’un auteur est la seule arme qui reste à celui qui est incapable d’en démanteler le raisonnement. Enfin, en temps qu’écrivain, j’ai été forcé de croire en cette théorie après en avoir vérifié ou estimé tous les points rapportés ici. Certains crieront qu’elle est fausse, sans se donner la même peine. Méfiez vous de tous ceux qui, en règle générale, vous affirment des faits sans en apporter la preuve. A) Conseils : Désintoxiquez-vous du point de vue médiatique. Informez-vous par vous-même : Internet favorise cette démarche. Mais pour chaque thèse abordée, lisez aussi son 725


antithèse afin de vous faire une plus juste idée. Donc lisez peu et varié, mais lisez bien ! Les Illuminati ont toujours témoigné de leur volonté de contrôler les médias officiels et j’ai bien peur qu’ils y soient réellement parvenus. Ne l’oubliez pas : stockez des graines de chanvre et de végétaux, des bulbes aussi, les plantes nous permettrons de mieux survivre, comme l’ont fait jadis nos anciens. Car la période qui nous attend risque d’être fortement bouleversée. Au fait, je vous rappelle qu’il existe une variété de chanvre sans THC, car ce qui nous intéresse ici, ce sont les propriétés de cette plante autres que stupéfiantes (chauffage, carburants, nourriture, médicaments, fibres, vêtements, etc. …). Vous l’aurez compris : voici les vraies raisons qui ont poussés les Illuminati à faire interdire le chanvre : cette plante nous rend libres, autonomes, en harmonie avec la nature, riches et joyeux. Tout ce que Dieu, le vrai - s’il existe - attend de nous en fait !

En conclusion et en résumé : Au sujet des premières parties propres à l’Encyclopédie du cannabis : « Regardez à qui le crime profite et vous découvrirez assurément le coupable ». Cette maxime que l’on prête au célèbre personnage de fiction : « Holmes », s’applique aussi dans notre cas. Au sujet du Complot contre le cannabis, dès 1936, ce crime profite à: - L’industrie du papier dont principalement Hearst (Industriel), détendeur du brevet du papier tiré du bois (au sulfite). - L’industrie chimique du nylon dont principalement la firme de Dupont de Nemours pour le cordage et les tissus. A noter que Dupont de Nemours détient aussi le brevet du papier tiré du bois au bisulfite, invention postérieure à celle de Hearst. Cette firme à donc plusieurs intérêts à voir le chanvre interdit. - On peut étendre ce secteur à l’industrie du textile artificiel tout entière : Le coton et son industrie pour des toiles plus résistantes et un modèle de culture bien moins polluant et plus tolérant au niveau des climats. - Les carburants issus du pétrole par son huile de graine (gazole végétal) et par sa biomasse importante (production de méthane par fermentation). - Le pétrole encore, au sujet des plastiques. - L’industrie pharmaceutique au sujet de nombreux médicaments. - L’industrie des matériaux de bâtiment dans de nombreux produits (peintures, vernis, liants, pisés, briques, isolants, …) ! Idem pour la feu industrie de l’amiante qui a su perdurer si longtemps au su des propriétés terriblement toxiques de ce produit. - L’industrie chimique, au sujet des peintures et vernis, mais pas seulement, loin de là ! 726


- Le modèle économique imposé de part le monde par les ultralibéraux. De part sa capacité à être polymorphe et ultra rentable, le chanvre est, par définition, une base de monnaie et concurrent direct de l’or pour ce titre. Chaque pays qui investirait dans une économie basée sur le chanvre et la gestion écologique pourrait assurer lui-même la valeur de sa propre monnaie et pourrait payer sa dette extérieure directement en chanvre. « On a une dette ? On produit un peu plus de chanvre ! » Et le tour est joué ! Dans ce modèle, l’ultralibéralisme actuel, basé sur le gaspillage des ressources naturelles, la destruction de la nature, l’expansion économique à tout prix, la guerre, le contrôle des masses, …etc., et surtout l’endettement des états et des particuliers, tout cela n’aurait plus de raison d’être. - Le complot en faveur du Nouvel Ordre Mondial (NOM en français, NWO en anglais) car ses concepteurs veulent se présenter comme seule et unique solution aux problèmes qu’ils ont artificiellement et volontairement créés. Nombres de leurs membres sont des industriels en concurrence avec le chanvre. - Le système politique qui s’est vendu aux principes ultralibéraux prohibitionnistes car une économie basée sur le chanvre et l’énergie renouvelable ou libre rendrait tous les pouvoirs aux peuples devenus autosuffisants. - Le système bancaire actuel qui s’effondrerait immédiatement dans de telles conditions. C’est le seul domaine qui récence, structure, organise et finance tous les autres, militaires compris ! Il est donc logique qu’il se retrouve à la tête de cette entente. Et qui est au sommet du système bancaire mondial ? La famille Rothschild évidement ! Voici donc ce monde corrompu qui s’est associé pour s’opposer au chanvre et comploter contre lui. L’ironie du sort, c’est que cette entente est aussi celle que dénonce les altermondialistes, mais aussi celle critiquée par les écologistes, celle jadis combattue par les vrais communistes, celle interprétée par les peuples sous l’appellations de 100 ou de 200 familles, celle rejetée par les anarchistes, celle accusée d’être le Grand Satan par les musulmans, celle enfin, désignée par les appellations Sionistes Internationaux, Illuminati ou encore Ordochaotistes. J’ose même rajouter, à l’adresse des lecteurs juges, procureurs et policier, que c’est aussi la tête des mafias, des trafiquants d’armes, de drogues et du reste … ayez du courage : faites ce que votre conscience vous dicte ! Vous allez rire, même ceux qui croient au complot extra-terrestre désignent le même ennemi qui, d’après eux, serviraient une volonté qui n’est pas de notre monde. Idem pour les religieux qui dénoncent la fin des temps et l’avènement proche de l’Antéchrist. Nous sommes donc tous d’accord au sujet d’une menace commune, même si chacune des parties désignées juste avant, la nomment et la perçoivent plus ou moins 727


différemment. Toutefois, comme se sont souvent les mêmes noms à consonnance israëlite qui ressortent des enquètes, l’interprétation antisémite du problème guette tous ceux qui se laisseraient égarés soit par la désinformation, soit par une étude incomplète de la question. Qu’attendons-nous pour nous associer et travailler autant à sa perte qu’à la sauvegarde de nos libertés ! Faisons fit des différences qui nous divisent et nous vaincrons, car nous sommes les plus nombreux et les seuls légitimes ! Si nous prenons en masse conscience de ceci, il n’y aura même pas besoin d’user de violence pour détrôner cette menace : le rapport de force sera tel que nos choix d’avenir, nos décisions, suffiront à la désarmer à tout jamais ! Au sujet de la 7e partie (Livre 2) relative à l’étude des Illuminati :

Résumé en images de l’état des connaissances sur la compréhension du plan des Illuminati fin 2001 (http://illuminati-project.kazeo.com/Les-illuminati,r145691.html)

Résumé de l’historique Illuminati : L’Ordre des Illuminati en tant que sociétés secrète, n’existe plus depuis longtemps déjà. Nous avons vu que cette ordre a été crée dans le but de principalement franchir le cap de 728


la Révolution française et de préparer aux idées d’ère bancaire, industrielle et mondialiste. Mort l’illuminatisme … ? Pas tout a fait, diisimmulé et mis de coté seraient plus exacts. Un maintient et une résurgence de ce dernier s’est fait au sein de sociétés secrètes, plus particulièrement celle de Skull and Bones. La Franc-maçonnerie et l’Ordre des Rose-croix, qui sont aussi des outils, perpétuent aussi la pensée et l’action illuminatiste. Par la création des Illuminati, la secte luciférienne permit aussi le transfuge et l’organisation clandestine de l’Ordre des Jésuites persécuté alors par les pouvoir politiques et le Vatican. En retour, ce second ordre utilisa sa structure collégiale pour diffuser les nouvelles idées révolutionnaires. La révolution française n’est donc que le fruit d’un complot ou un pouvoir tyrannique pire en chasse un autre pour le malheur du peuple qui pensait ainsi se libérer. La société est devenue plus « virtuelle » et s’est donc transformé dans le sens ou, nous croyant libres, nous ne nous révolterons plus. Mais aussi pour mieux nous amener « droit dans le mur » par l’encouragement à la surpopulation et l’obligation d’employer les énergies fossiles. Car Pike et le texte des « Protocoles » ont prévus un « grand cataclisme social final » qui devrait nous faire accepter l’idée d’un gouvernement mondial sans conditions à y opposer. En 1968, cette « douceur » d’exploiter et de tromper en rond » s’estompe : le pouvoir intemporel Ordochaotiste tremble sur ses bases face à un « coup de gueule mondial » : ils accélèrent alors la phase finale de recherche de domination planétaire ! La société secrète illuminatiste fut donc l’outil d’une autre (celle des ordochaostistes) cachée elle-même derrière encore une autre société secrète : la Franc-maçonnerie. Cet empilement surprenant de « paravents » témoigne de la volonté de discrétion requise par l’ordochaostisme et de leurs degrés de manipulations. Certains rattachent les 12 « Sages de Sion » des « Protocoles » à la direction de cette secte luciférienne. Ce document fut déclaré faux, ce qu’il était en parti seulement : car ceux qui l’ont fait réécrire se disent juifs mais ne le sont pas ! Ils entretenèrent ainsi l’antisémitisme et avouèrent ce fait dans le texte même des Protocoles. Alors, nous ne comprenons pas ce qui nous arrive et n’arrivons pas à faire face à ce danger. Il s’agit donc d’une guerre adressée à l’instar de l’humanité entière, de la part d’une poignée d’individus qui aspirent à nous gouverner tel on agit et considère envers un troupeau de bétail. Et cette définition n’est pas imagée mais très réaliste ! En fait, leur conception religieuse prouvée (luciférisme) impressionne mais passe ici au second plan. Que ce soit au nom de Satan ou d’un lutin en « tutu rose », si cela explique en parti le pourquoi de leurs actions, ce n’est pas aussi important que les effets de ces dernières. Pire encore, cela rebute certains d’entre vous, athées ou anticléricaux, à l’acceptation de cette thèse comme vérité. Pourtant, malgré toutes ces précautions d’anonymat, certains ont compris et dénoncent les méfaits de cette secte et leurs projets. Ils sont parfois opposés dans leur façon d’interpréter le problème ordochaostiste (la plupart d’entre eux le faisant même de façon empirique) alors que tous parlent du même danger. Les points de vues libertaires, altermondialistes, syndicalistes, écologiques et même certaines autres thèses politiques dénoncent et combattent tous la même menace et ses 729


effets mais en ordres dispersés et opposés, ce qui fait les « choux gras » de leur adversité, qui parfois même les finances, utilisent et manipulent dans des buts de déstabilisation. Le travail de l’étude que vous avez parcouru a tenté de mettre un peu d’ordre dans tout cela et j’espère avoir réussi à vous faire comprendre que c’est principalement cette division qui nous nuit. De la façon la plus indirecte, perfide et lâche, cette forme de « gouvernance occulte » fait tout pour nous maintenir dans l’ignorance de son existence et de ses actions. Une des actions les plus importantes avouées par Pike et les Protocoles, est d’avoir acheté et ainsi muselé la plupart des grands groupes de Presse. Après avoir abandonné l’illuminatisme devenu obsolète, on retrouve la même essence maléfique et les mêmes façons de procéder au niveau de la Synarchie d’entre deux guerres, puis à la période de la Guerre Froide dans la puissance américaine. Depuis, ce pouvoir occulte s’est étendu successivement au sein de l’ONU et de ses instances, des groupes financiers et de leurs réunions internationales. Son dernier aboutissement est l’Union européenne structurée de façon ultralibérale et réellement gouvernée par des volontés occultes qui reviennent sans cesse à la charge en cas d’échec de mise en place de leurs politiques. Il a réussi une des ses ambitions affichée à l’époque des Illuminati : détenir l’ensemble des médias et influencer les masses par ce biais. Il est ensuite plus aisé de manipuler pour faire passer des lois, par l’entremise de partis et de politiciens, créés financés et entretenus pour ce faire, lois impopulaires et liberticides qui n’auraient jamais pu voir le jour dans un autre contexte. C’est particulièrement vrai et évident pour le domaine de la lutte contre les drogues, notamment le cannabis. Pour atteindre son but de domination mondiale, la secte luciférienne s’est appuyée sur la notion judéenne de messianisme et a créé le sionisme, pour ce faire. Ce dernier, essentiellement athée (laïque), est d’inspiration communiste en façade, mais leur réel but, une fois le pouvoir absolu atteint, est d’imposer une religion luciférienne. A travers l’exemple du 11 septembre, nous avons la preuve de la manipulation de la thèse terroriste et de son niveau de danger dans le même sens de magouillage politiques et judiciaires. Il est donc très probable que des états organisent eux-mêmes des attentats, ou les laissent commettre, pour mieux parvenir à leurs fins de réforme du système dans un sens toujours plus tyrannique et totalitaire. 2973 vies ont été sacrifiées pour se faire. On peut donc affirmer que les attentats des tours jumelles ont fait une victime de plus, non recensé dans le mémorial de « Ground Zero » : la démocratie est morte aussi ce jour là !

730


Les 2973 morts des attentats des deux tours jumelles. Après cette victoire de mise en place d’un outil de propagande, l’ordochaostisme peut donc passer à la phase suivante de son plan. Toujours en référence de la planification illuminatiste, il y est question d’une grande crise planétaire devant permettre le déclanchement d’une Troisième Guerre mondiale, seule façon de pouvoir réduire l’humanité à un nombre plus gérable (plus contrôlable) et d’en fédérer les survivants sous le joug d’un seul gouvernement mondial. La suite sera en fait une action masquée de mise en esclavage sous l’asservissement de technologies qui rendent impossible toute révolte future. Un monde officiellement offert à une poignée d’hommes libres (autorisés à effectuer toutes les folies comme les sacrifices humains), entretenu par une immense majorité de sous-êtres dont la seul raison d’existence est d’effectuer toutes les tâches sans faire de bruit. Cette définition ne résume pas toutes les souffrances et frustrations que cela engendrera. Il est d’abord question d’un monde organisé autour du travail, de désocialisation et de défamiliarisation. La soumission et la mobilité devra être totale. Dans ce sens, on peut imaginer un plan de modification génétique de la sous race humaine (par l’addition de gènes d’animaux) pour la rendre moins belle (marquer la ségrégation), moins intelligente, peut-être pour la plupart stérile, moins prompt à la révolte, plus résistant face à la tâche et vivant moins longtemps. Un monde binôme, ultra-capitaliste pour son élite et ultra-communiste pour son peuple, privé de toute liberté, de propriété et de marge de manœuvre, situation pérénisable dans le temps. On pourrait même affirmer « privé d’espoir ». Au fait, n’est-ce pas la devise de l’Enfers ? Dans les faits, il existera probablement une troisième classe, issue de celle asservie, mais pour diriger et organiser la masse. Elle pourra obtenir quelques privilèges. On pourra donc toujours continuer à vivre dans l’illusion d’une démocratie, en votant nos présidents et nos représentants, mais ce ne sera qu’une illusion destinée à nous apaiser. Puis-je suggérer que nous en sommes déjà plus ou moins à ce stade, avec toutefois comme différence que le réel pouvoir n’est pas encore officiel mais toujours occulte. 731


Car cette façon de gouverner est le du d’une interprétation luciférienne de la religion judéenne, c’est la vraie essence de la secte ordochaostiste. Dans les thèses religieuses juives dont la secte s’inspire, il ressort que le peuple élu doit dominer ou détruire tous ses adversaires. Ces passages existent aussi dans la Bible. Remplacez Yahvé par Satan ou Lucifer, relisez l’Ancien Testament dans ce contexte et vous aurez une idée précise de la situation qui nous attend. Ne vous étonnez donc pas si toutes ces horreurs arrivent. Tel est le plan de ces monstres qui veulent nous dominer ! Mais ne tombez pas dans le piège de l’antisémitisme : l’ordochaostisme n’est pas le judaïsme ! Même si cette société secrète en est issue, elle s’en est dissociée et en est devenu son opposé et le fer de lance d’une autre religion. En Europe, nous avons le même problème avec le satanisme issu de la chrétienneté et qui évolue au sein de nos élites. Serait-ce stupide de vous affirmer que ces deux formes de satanismes (le satanisme proprement dit et le luciférisme) n’en forment qu’une dont l’œuvre commune explique tout ce que nous venons de lire ? Cela expliquerait en tous cas, pourquoi des gens comme Bush, qui n’ont rien du judéens de prime abord, travaillent depuis longtemps pour les Illuminati et représentent même leur branche américaine. Ainsi s’achève cette encyclopédie. Je l’ai écrite avec passion, avec mon cœur, avec persévérance. Je n’y ai menti ni exagéré en rien, d’ailleurs cela aurait été inutile de s’égarer des sentiers de la vérité, tant il y a à dire sur les sujets traités. Cela me fait bizarre de m’avouer : « Enfin, ma tâche est achevée, après tant d’années ! ». Votre travail à vous, en revanche, vient de commencer … Aslton Lavey lui-même, se vantait de trouver une traduction du mot Satan dans toutes les langues et sa trace dans toutes les cultures et religions. Nous avons donc affaire à forte partie, une très vieille calamité qui s’est infiltré de partout et s’est adaptée à toutes les formes de pensées. Je ne crois pas à la violence … Je sais par avance que beaucoup d’entre ceux que je vais convaincre, vont vouloir lui céder. Mais comme les responsables de nos malheurs se sont mis hors de notre portée, cette violence va se retourner entre et contre-nous. Nous serons enclins à nous entre-détruire. J’ai bien peur que le seul remède à tout cela soit qu’on évolue vers une sorte de démocratie libertaire (anarchiste), une société de partage et de gestion ou l’homme ne sera plus rémunéré seulement en fonction de son travail, mais d’abord en fonction de son existence puis, et seulement après et en complément, de son utilité sociale. La société comme elle existe déjà mais en mieux, en plus humaine et sans la pression de l’argent devenu un simple outil d’échange des biens : - Une condition de smicard pour les inactifs mais avec tous les droits aux soins, à l’éducation, à la nourriture et au logement, aux transports gratuits ! Avec cependant comme devoir de ne nuire à personne. - Une condition plus bourgeoise pour les actifs mais dans un contexte ou les ultra-riches auront disparus. Retenez cette devise : « Moins de grands riches pour beaucoup plus de petits riches » (environ 400 personnes détiennent à elles seules près de 60 % des richesses mondiales) ! 732


- La possibilité de vivre vraiment comme on l’entend et si on n’en est capable, avec cependant la certitude de ne pas tomber au fond du gouffre en cas d’échec (conditions d’existences minimales respectées). L’être humain doit être éduqué dès son plus jeune âge au sujet du pourquoi d’une telle société, qu’il en est le dépositaire par héritage, le gestionnaire et le garant pour les générations futures. Ce genre de société reste à mettre en place. Elle n’est utopique que parce que beaucoup refusent d’y croire ou s’y oppose, par peur du changement ou par égoïsme. C’est pourtant la seule issue à tout ce que vous venez de lire. Toutefois, on ne peut la bâtir que conjointement sur toute la surface de la planète et c’est là une réelle difficulté. Seul un élan de révolution mondiale peut y parvenir mais comment faire pour persuader ses participants à ne pas être tenté par la violence ? Pour mettre en place une telle société mondiale et pour qu’elle tienne la route, il nous faudra au moins vingt ans, quelques efforts et quelques sacrifices. Mais après, l’existence sera une douceur … du mieux qu’elle le peut ! Finalement, les ordochaotistes ont raison : il faut progresser vers un gouvernement mondial et organisé, en ce sens ils nous montrent la voie. Mais contrairement à leur conception sataniste du Pouvoir, ce monde doit être fait pour le bonheur des humains, et non pas leur malheur ! Sera t’on faire la part des choses ? Et n’oubliez pas que les judéens doivent hériter des mêmes droits et devoirs que tous les autres peuples de la planète, à commencer par le respect et la sécurité ! Je ne sais pas si je vous ai convaincu de la terrible vérité que j’ai dénoncé ici. Je suis, pour ma part, persuadé de tout ce que j’y avance. Je me suis senti le devoir de vous la communiquer. A la lecture de tout ceci, qui énumère quand même beaucoup de faits prouvés, vous pouvez au moins reconnaître qu’il s’est passé beaucoup de choses « derrière votre dos », sans même que vous puissiez vous en rendre compte ! Jean-Louis Bouvarel

---------------------Remerciement à tous ceux dont je cite les articles dans ce livre, personnes sans qui non seulement je n’aurais pas pu l’écrire, mais n’aurais même pas su que ce complexe complot existe ! Nous vaincrerons – sans violence - car nous sommes les plus nombreux et les seuls dignes et légitimes ! Il vous suffit juste de contribuer à faire connaïtre cette terrible vérité et de prendre les dispositions politiques qui s’imposent.

---------------------« Vous serez jugés sur l’effort que vous aurez consacré à ce travail, non pas sur les résultats obtenus. Vous n’avez pas à vous en imputer la faute. Usez de patience et non de force. Faites preuve de bon sens et non pas de dénigrement. Soyez aimables et réfléchit au lieu d’être batailleur et agressif. Inclinez les gens à penser et ensuite laissez les réfléchir par eux-mêmes ! » Guy Carr

---------------------733


Cette édition est gratuite, c’est un exposé raisonné d’un ensemble de connaissances non communiquées, occultées par ceux qui organisent nos sociétés. Contrairement à eux, je ne vous demande rien en échange, ni vous impose quoi que ce soit. Pas d’argent, pas de reconnaissance, aucun soutien ! Lisez attentivement, revenez régulièrement sur des chapitres et les vidéos … et faites ce que votre conscience vous dicte ! Avertissement : l’habitude de nos détracteurs est de présenter nos « théories » comme des loufoqueries, des « élucubrations intellectuelles ». Quand des brides de nos affirmations et remarques sont reprises par le public, il les tentent de les faire passer pour des idées de droite plus ou moins extrêmes, ou pour de la manipulation religieuse. Vous avez ici, enfin, la preuve que ces railleries ne sont pas fondées. Pour ma part, bien que je considère le concept Gauche / Droite comme artificiel et imposé pour nous diviser, je me sens de gauche non extrême, un tantinet démocrate-libertaire dans le sens que je ne désire plus subir un type de gouvernement « fort » qui prend toutes les décisions contre les aspirations et intérets des peuples et qui s’est carrément déconnecté de nos réalités. Cela dit, en temps que démocrate convaincu, les gens de droites sont mes opposants mais pas mes ennemis. Ils ont le droit tout autant que moi à exprimer leurs idées et à participer au débat. Ils n’ont, par ailleur, pas toujours « tout faux » sur tout. Certaines de leurs valeurs sont bonnes quand elles sont raisonnées. Pour conclure : « Droite et Gauche sont les deux faces d’une seule et même pièce : le Peuple ! ». Ne l’oublions jamais ! Si vous voulez que la pièce reste debout sur sa tranche et roule vers l’avant, les deux faces ont plutôt intérêt de bien s’entendre et de se coordonner. Ordo ab Chao l’a bien compris : ses membres ont infiltrés les deux faces de la pièce et font en sorte qu’elle reste debout et roule ! Mais pas vers l’avant, vers l’arrière ! Je vous l’ai dit plusieurs fois au début de l’œuvre, je vous le redit à la fin de celle-ci : « La Théorie du Complot raisonnée a le mérite d‘expliquer tout ce que vous n’arriviez pas à comprendre de l’absurde en politique comme en religion ! ». Ce livre s’adresse donc à toutes les formes de pensées possibles, même à nos détracteurs, même aux Illuminati, si cela peut leur faire comprendre qu’ils sont dans l’erreur et puisse permettre qu’ils changent de points de vue ou le modèrent ! Jean-louis BOUVAREL

 

734

"La Terrible Menace Illuminati" partie 2  

Seconde partie de "La Terrible Menace Illuminati"