Page 1


Sommaire

Remerciement........................................................................................2 Introduction générale...........................................................................3 Problématique........................................................................................4 Méthodologie d’approche....................................................................5 Brainstorming...........................................................................................7 Carte mentale.........................................................................................8 Chapitre I: Le séjour; entre intimité et sociabilité...............................10 Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public..............25 Chapitre III : Vers une résidentialisation de la notion de séjour........51 Chapitre IV : Le soi usager : Divers profils............................................67 Chapitre V : Quel site occupera le séjour dans la ville ?.................82 Chapitre VI: Programme du séjour....................................................100 Chapitre VII : Intentions architecturales; Le chez-soi collectif........112 Conclusion générale ........................................................................122 Références bibliographiques............................................................123 Table des matières..............................................................................126 Table des figures.................................................................................129


Introduction générale Séjourner, chez soi ou ailleurs, individuellement ou en groupe, est une pratique courante qui accompagnait l’humanité durant des siècles depuis le séjour de l’homme primitif au séjour actuel. Du levé du soleil jusqu’au coucher tout ce qui se passe avant et après l’activité du travail peut constituer des pratiques de séjour. Néanmoins, la vie humaine ne peut pas se restreindre au cadre domestique. De ce fait les manières de s’approprier l’espace public ont connu des modalités extrêmement variées d’un temps à un autre pour extérioriser cette activité à l’origine domestique. A présent, et grâce à l’évolution de la société, le passage de la famille étendue à la famille nucléaire, l’émancipation de la femme et le changement du mode de vie de la famille citadine, la sphère du séjour domestique s’est étalée sur l’espace public. Une évolution que l’espace public «tunisien» s’avère incapable de suivre. Nous apercevons donc la naissance d’espaces qu’on s’approprie afin de pratiquer le séjour sans pour autant qu’ils soient adéquats à cette activité. Ces nouvelles pratiques sociales révèlent le besoin d’inventer de nouvelles façons de s’approprier l’espace urbain, afin de pouvoir se ménager des coins d’intimité au sein même de la ville, de domestiquer l’extérieur et d’étendre le champ de l’espace familier. Réfléchir l’espace urbain relève d’un souci de recherche sur la qualité de séjour. L’espace urbain, générateur d’interactions humaines, constitue un véritable champ de sociabilité régi par une équité partagée. Il abrite la majorité des pratiques sociales. L’aménagement urbain moderne devrait promouvoir l’idée de la continuité entre champs de l’intime et espace extérieur. Le but de cette réflexion est de remplacer l’urbanisme technique, dont son souci majeur est de ne répondre qu’aux exigences techniques de desserte, par une urbanité où l’usager est le centre d’intérêt par le développement d’un urbanisme d’appropriation. Le citoyen doit pouvoir habiter outre son espace domestique, le domaine public, se sentir d’une manière ou d’une autre, chez lui dehors. L’objectif est d’estomper les limites entre notre chez-soi, et celui des autres, et de rendre moins foudroyante et moins perméable la frontière entre le privé et le public, entre l’architecture et l’urbain et entre l’espace architectural et le vide urbain.

Nous pourrons affirmer que pratiquement toutes les activités domestiques, se sont urbanisées. Tout se fait en ville. Les citoyens de la Tunisie libre révolutionnaire, occupent moins timidement leurs villes, ils s’appropriaient au sens fort du terme leurs espaces publics. Ils essayent de faire de l’espace urbain un chez-soi collectif, cherchant à réinstaurer un espace où ils se partagent l’Éden urbain, une sur-nature socio-urbaine, et une sorte de belvédère là où les espaces de la cohabitation sont désormais régénérés. Cependant la carence de l’espace urbain en termes d’espaces de séjour, prive les citoyens de vivre pleinement et confortablement leur espace public.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

5


Problématique Comme nous l’avons déjà souligné, la finalité de ce mémoire est de créer une spatialité adéquate à l’activité de séjour en perpétuelle évolution, et de réfléchir un espace « urbatectural » qui permettra l’injection de l’urbain au sein de l’architectural. La genèse de l’activité de séjour au fil des temps témoigne d’une variété d’usages. Le séjour est une pratique sociale qui a accompagné les civilisations antérieures jusqu’à nos jours, basculant entre champs de l’intime et champs du public. L‘habiter urbain est une pratique en continuelle expansion. Le mode de vie évolue et les pratiques sociales se métamorphosent en termes d’activités et de spatialités.

Quelles sont les manifestations de l’activité du séjour tantôt dans le dedans que dans le dehors. ? La réflexion portée sur l’activité du séjour dans la ville de Tunis, nous a permis de retracer la genèse spatio-temporelle de cette pratique. Le séjour a suivi une approche d’extériorité passant de la chambre traditionnelle au patio, s’introduisant ensuite dans les ruelles, les mosquées et les souks...Suite à l’apparition de la ville coloniale, l’évolution de la société et de la morphologie familiale, un nouveau séjour a pris naissance. Un espace de séjour qui n’exclut pas la femme et qui tend à instaurer une appropriation équitable de l’espace urbain. Le séjour urbain s’est épanouit, parallèlement au recul du séjour domestique. Aujourd’hui les citadins occupent leur ville au sens fort du terme, essentiellement suite à la révolution tunisienne qui a offert le statut de citoyen à celui qui était juste un habitant.

En quoi consistent ces nouvelles pratiques urbaines ? Quel profil d’usagers fréquentent actuellement la ville ? Et surtout comment pourrions-nous au moyen de l’architecture concevoir le besoin et le désir des usagers par l’interprétation conceptuelle de l’inter-subjectivité commune ? Bien qu’il soit riche en ambiances urbaines, et en potentialités pouvant favoriser la sociabilité, l’espace public «tunisien» s’avère inadéquat aux nouveaux modes de vie urbains. L’observation minutieuse du vécu de la ville de Tunis, nous a permis de dégager des activités urbaines qui se passent en dehors de leur contexte. Cette appropriation découle d’un manque de spatialités adéquates aux besoins et aux pratiques socio-urbaines en perpétuelle mutation.

Quels types de spatialités faut-il réfléchir pour subvenir au besoin incessant en termes d’espaces de séjour dans la ville ? L’objectif est donc de concevoir des spatialités de séjour fusionnant l’architecture et l’urbain, et ramenant un morceau d’intimité, au sein du public. De ce fait nous tâcherons de réfléchir un projet « urbatectural » qui abritera l’activité de séjour urbain dans sa variété et qui tendra à estomper et rendre moins brutale la limite entre intimité et extériorité, afin de pouvoir vivre le dehors dans le confort du dedans, et le dedans dans l’ouverture du dehors.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

6


Méthodologie d’approche Dans le but de remédier à un manque constaté en terme d’espaces de séjour, et d’aboutir à une conception cohérente du projet ,la présente recherche s’étalera sur sept grands chapitres où seront étudiés les notions de l’espace vécu, perçu et conçu. En premier lieu, nous allons commencer par étudier la notion du séjour, et définir le concept du séjour urbain. Nous nous attarderons ainsi sur la genèse de l’activité du séjour au fil du temps. En deuxième lieu, nous mènerons une étude sur les concepts d’extériorisation de l’intimité et la domestication du public. Nous mettrons l’accent sur la perception et les manières d’appropriation de l’espace. Nous déambulerons du dedans intime, et la manière dont on vit l’espace domestique, au dehors public avec les modes d’appropriation des espaces collectifs, sans oublier les seuils urbains. En troisième lieu, nous allons étudier les profils du soi usager, en énumérant les profils des usagers potentiels, en se basant sur une approche empathique d’immersion dans le vécu, et en se référant à une étude menée par une sociologue. L’approche que nous adopterons est une approche sociale, l’analyse du vécu de Tunis semble donc indispensable, nous consacrerons le quatrième chapitre à l’étude du vécu des espaces publics à l’étranger et en Tunisie . Cette partie s’intéressera à analyser les pratiques urbaines et les méthodes d’appropriation des lieux. Le but est d’approvisionner notre projet avec un programme riche, s’inspirant du vécu actuel, dans une initiative de retranscription d’un vécu augmenté, pour améliorer le séjour dans la ville. Le cinquième chapitre portera sur la définition et l’analyse du contexte d’intervention, à savoir la médina, la ville coloniale et la proposition du quartier du lac III . Dans le sixième chapitre nous établirons la conception d’un programme qui tiendra compte des besoins des usagers, et qui se fondera à partir de l’analyse du vécu. Nous énoncerons les étapes de la genèse du programme, qui sera appuyée par les entités composantes du programme et les spatialités de chaque espace proposé. Pour clore, nous détaillerons les grands axes de notre réflexion, dans un chapitre qui développera méticuleusement l’approche conceptuelle. Elle sera consolidée par une genèse cohérente de nos idées ainsi que les concepts auxquels nous ferons appel lors de la composition du projet, le tout sera couronné par des ambiances proposées du séjour.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

7


Brainstorming Il s’agit d’une nouvelle technicité avec laquelle nous avons procédé pour enrichir nos champs de créativité et découvrir les potentialités de nos sujets. Cette technique consiste à fouiller dans les synonymes et les notions en étroite relation avec le concept de séjour urbain.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

9


Carte mentale

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

9


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

10


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

11


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

1- Introduction Tout comme la maison est le foyer de l’être humain à sa naissance, la rue marque le premier contact de l’Homme avec sa ville. Le détachement du cadre domestique et l’ouverture sur la ville, initie l’individu à la vie en communauté et à socialiser avec les autres. A travers ce chapitre, nous commencerons par définir le nouveau concept de séjour urbain. Nous retracerons ensuite l’évolution historique et les modes d’appropriation des champs du dehors, et les différentes manifestations du séjour au sein de la ville.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

12


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

2- Le séjour urbain, une tentative de définition 2.1- L’espace «Milieu idéal indéfini, dans lequel se situe l’ensemble de nos perceptions et qui contient tous les objets existants ou concevables» CNRTL, Centre national des ressources textuelles et lexicales.

L’espace, c’est là où on se trouve. C’est le volume perceptible qu’on habite pendant un intervalle de temps bien déterminé. Qu’il soit ouvert ou fermé ou un peu entre les deux. Cette étendue spatiale est une scène vivante de notre vécu .

Figure1: Abstraction de l’espace. Source: www.pinterest.com.

2.2- Le séjour «Fait de demeurer un certain temps dans un lieu, un endroit.» CNRTL, Centre national des ressources textuelles et lexicales.

«Salle d’une habitation où l’on se tient habituellement.» CNRTL, Centre national des ressources textuelles et lexicales.

Figure2: Espace-temps. Source: www.pinterest.com.

«Durée pendant laquelle quelqu’un demeure dans un lieu.» CNRTL, Centre national des ressource textuelles et lexicales.

Le séjour détient deux dimensions, une dimension spatiale et une autre temporelle. En bref, le séjour est un espace-temps dans lequel se passe un événement.

2.3- L’espace urbain ; un concept à définir

Figure3: Séjour. Source: Firas Hamdi-Etudiant Enau.

«Rendre urbain, plus civil, en faisant adopter des usages plus raffinés, plus courtois.» CNRTL,Centre national des ressources textuelles et lexicales.

«Qui fait preuve d’urbanité, qui témoigne d’un grand usage du monde.» Idem. Un espace urbain, est un cadre ajusté à recevoir du public. Un champs à forte urbanité, susceptible d’accueillir des usagers et favoriser la sociabilité au sein d’une ville.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure4: Espace urbain. Source: www.pinterest.com.

13


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

3- Le séjour spatial Le séjour spatial, est le champ matériel,la pièce physiquement délimitée, abri des divers types d’activités que pratique l’individu. C’est le cadre matériel qu’on habite, sphère au sein de laquelle on établit des liens.

4- Le séjour temporel Le séjour temporel est un espace de temps, une marge temporelle, au cours de laquelle il se passe quelques choses. De nuit, comme de jour, à la maison ou dans la rue, le séjour temporel nous renvoie à une infinité de pratiques.

Figure5: Spatialité temporelle. Source: www.pinterest.com.

4.1- Le séjour, le jour.. La vie diurne commence avec les premiers rayons du soleil, elle témoigne d’une effervescence citoyenne remarquable. La vie urbaine d’un citadin commence tôt le matin. Dès que la journée démarre, tout le monde quitte son domicile, pour partir travailler, étudier, faire les courses .. La ville grouille de vie.

Figure6:Temporalité du séjour. Source: Personnelle.

4.2- C’est jour, la nuit.. A la tombée de la nuit, un séjour nocturne prend place, différent et moins dynamique. L’ambiance lumineuse se métamorphose, les profils d’usagers changent. L’objectif de ce séjour est plutôt de se divertir, d’habiter la ville différemment. Tard dans la nuit la ville n’est habitée que par les bandits et les personnes ne disposant pas de domicile fixe. A Tunis, la vie nocturne est quasiment absente, à part quelques cafés et salles de cinémas qui tardent la nuit, la ville ferme ses portes à ces citoyens. Le séjour nocturne ne s’anime qu’occasionnellement pendant les quelques journées cinématographiques ou théâtrales, ou pendant le mois de Ramadan. Ensuite la ville retombe à nouveau dans l’abandon et l’oubli. Cet abandon qui a longtemps plongé la ville dans l’obscurité de la criminalité et la délinquance.

Figure7:Séjour diurne de Tunis. Source: Personnelle.

Figure8:Séjour nocturne de Tunis. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

14


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

5- Le séjour à travers le temps 5.1- Le séjour domestique 5.1.1 – Dans la maison traditionnelle 5.1.1.1 – La chambre en T

Figure9: Plan d’une chambre en T. Source: Personnelle.

Constituant phare de la maison traditionnelle, la chambre en T est un espace fermé couvert qui englobe une tripartition d’espaces. Le caractère conservateur d’une société, régie par les valeurs patriarcales et de l’intimité a généré cette tripartition spatiale à l’image de la tripartition des générations habitants le foyer. Cette partition permet aux habitants de se ménager un espace de séjour commun le «Majless». Cet espace a pour fonction primaire de recevoir des invités ou de simplement séjourner, un espace central qui se situe dans l’axe de l’entrée de la pièce. Il s’agit d’un espace semi-privé. De l’autre côté on pourra retrouver les «maqsuras» qui marquent le dédoublement de l’espace intime.

Figure10: Ch. d’un palais médinal. Source: Tunisie.co.

5.1.1.2 – Le patio Le patio est l’espace de séjour commun à toutes les familles qui cohabitent au sein de la même demeure.

Dans les maisons traditionnelles, le séjour familial se tenait dans le patio; espace fermé-ouvert. La maison abritait des familles étendues rassemblant au moins trois générations, sous le même toit. Généralement, les femmes séjournent le plus dans cet espace où elles y préparent de la nourriture, y lavent la vaisselle, s’y réunissent pour discuter ou célébrer un événement tels que les mariages et les circoncisions. Les arabo-musulmans ont fait recourt au patio, dans un souci de privatisation et de climatisation. Il offre un extérieur-intérieur, préserve l’intimité de la femme, tout en l’abritant des regards vicieux et lui permettant de s’approprier un morceau du ciel.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure11: Patio d’une maison traditionnelle. Source: www.marhba.com.

Figure12: Séjour des femmes dans le patio. Source: Personnelle.

15


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

5.1.2– Dédoublement des espaces de séjour dans la maison contemporaine.. Avec la métamorphose de la famille tunisienne , et l’apparition des familles nucléaires, chaque famille s’est dénichée un abri indépendant. Une maison individuelle, se constitue généralement de trois à quatre pièces, entre chambres à coucher, cuisine, salon ou séjour. Le séjour familial se passe désormais dans la pièce de séjour, ou encore dans la cuisine, pendant le peu de temps que passent les familles dans le foyer.

5.1.2.1 - Pièce de séjour

Figure13: Salle de séjour contemporaine. Source: www.vivons-maison.com.

Salle familiale et pièce de vie par excellence dans laquelle la famille passe la majorité de son temps libre, elle rassemble les membres de famille dans un cadre intime et convivial. La famille s’y réunit autour d’un bon repas pour regarder la télé. Salle de repos familial, où sont aménagés des mobiliers de groupes. Cet espace est dédié au séjour familial, on pourrait s’y reposer, y manger,ou y travailler. Espace de confort absolu et de bien-être domestique. Le séjour peut également incarner la salle de jeux pour enfants. Il se trouve généralement à proximité des pièces d’intimité, salle souvent fermée et protégée des regards curieux.

5.1.2.2 - Salon Espace moins intime et moins confortable que la pièce du séjour, dédié à l’accueil des invités et les personnes moins familières. Espace d’attente et de filtration, il est ouvert sur le reste de la maison et sur l’extérieur par de grandes baies vitrées. L’élément végétal y rajoute de la convivialité et de la chaleur humaine. Cependant le séjour familial se réduit à quelques heures de la journée, surtout le soir, car la famille contemporaine a tendance à passer la majorité de son temps dans la ville..

Figure14: Emprise des espaces de séjour dans la maison contemporaine. Source: www.pinterest.com.

Figure15: Salon espace ouvert à l’extérieur et aux invités. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

16


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

5.2- Il fut un séjour préhistorique Depuis l’aube des temps, l’être humain ne s’est jamais limité au cadre domestique. L’homme primitif n’occupait la grotte que temporairement à cause du froid, l’humidité et l’impossibilité de cohabiter avec les animaux. Les homos-sapiens s’appropriaient les pieds de rochers, une sorte d’abri à la fois ouvert et aéré, lui permettant d’allumer le feu pour se réchauffer: Il s’agit de son foyer.

Figure16: Séjour de l’Homme primitif. Source: vbscuola.it.

5.3-Le séjour dans la ville Le séjour au sein d’un espace peut prendre différentes formes, indépendamment de la catégorie d’espace, qu’il soit architectural ou urbain, privé, ou public. Même la classification d’un espace change selon la perception de l’individu et le vécu de l’espace. Dans ce mémoire nous mettrons l’accent essentiellement sur l’espace public, espace de séjour commun à tous les individus.

Figure17: Séjourner ensemble. Source: Personnelle.

5.3.1Catégories d’espaces 5.3.1.1-L’espace non privé Les espaces non privé peuvent être considérés comme publics mais qui dans la mémoire collective sont perçus comme privés. Il s’agit des espaces qui sont conçus pour une catégorie d’usagers mais qui appartiennent à un propriétaire particulière. A échelle urbaine , nous retrouvons le souk, l’impasse, et à échelle architecturale, nous retrouvons les Hammams, et le café.

Figure18: Le Souk: espace non privé. Source: Personnelle.

5.3.1.2-L’espace commun Il s’agit de l’ensemble des espaces conçus pour permettre les transactions sociale et l’interaction entre les acteurs sociaux. Ces espaces font partie du domaine public, tout comme les rues, les avenues, les places, les jardins.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure19: Place de la Kasbah. Source: Personnelle.

17


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

5.3.1.3- L’espace public Pour le paysagiste Michel Corajoud «l’espace public, c’est l’ensemble des lieux ouverts, accessibles à tous les citoyens sans distinction de race, de classe ou de sexe, et qui se caractérisent ainsi par une mixité sociale.»

Selon Habermas, «L’espace public,c’est un ensemble de personnes privées rassemblées pour discuter des questions d’intérêt commun.» Figure20: Croquis d’espace public,paysage naturel et social. Source: Sabah Alg.

L’espace public nous renvoie à l’ensemble des espaces de transition et de sociabilité disposés à l’usage de tous. Il appartient à tous et à personne. Dans le sens commun, l’espace public peut signifier le commun ou le non-privé. Il est perçu soit comme le privé qualifié de public, tout comme le café, ou le public qualifié de privé, tout comme les impasses. L’espace public ne se restreint pas à l’ensemble des rues, des places, ou des jardins publics, bien au contraire il touche aussi les domaines couverts,tels que les souks les marchés, les parcs et tout espace minéral. L’espace public est un champs de transition, de commerce,de Figure21: Synthèse des différents types d’espaces. Source: Personnelle. repos; un lieu de vie...

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

18


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

5.3.2 – De l’agora grecque L’agora est le symbole de la ville grecque, elle fait référence à une masse réunie en un même endroit. C’est l’incarnation ancienne de la scène politique qu’on connaît aujourd’hui, pilier d’une société démocratique, à la fois participative et sélective. L’agora est un espace de rassemblement .

5.3.3- ..Au forum romain

Figure22:Espace de rassemblement. Source: www.doomed.libsyn.com.

A l’image de l’Agora, le forum romain est l’espace public romain par excellence,il s’agit d’une place publique dallée, délimitée par des portiques, un espace vidé généré par l’implantation d’un ensemble de bâtiments publics tout autour. Contrairement à l’agora, le forum est plutôt un espace citadin qu’un espace citoyen. C’est un parvis réservé aux loisirs des citadins, là où les romains se rassemblaient traitant de commerce, d’ économie, de culture, des loisirs, de politique ou parfois de religion. Figure23:Ambiance au sein du forum. Source: philippe.biard.pagesperso. fr.

« L’agora, devient forum, n’est plus l’aire du débat, en cela elle perd de sa force démocratique. Elle se transforme en un espace d’ostentation dominé par les temples et reliés aux lieux de spectacle : les cirques, les amphithéâtres, les odéons: espace de la consommation culturelle, du loisir et du spectacle. » VOISIN B. L’espace public Romain,2001,p.37.

6- Appropriation de l’espace public tunisien L’appropriation est le socle de l’évolution urbaine. L’espace urbain devient un appui prépondérant pour toute forme d’appropriation spatiale, de citoyenneté d’échanges sociaux et de progrès. C’est le principal champs de communication et de vivre ensemble. L’appropriation de l’espace public a certainement évolué parallèlement à l’évolution de la société et des nouveaux modes de vie. «L’espace public moderne, que l’on a longtemps considéré comme culturellement éloigné des villes arabo-musulmanes» a vécu pendant des années un abandon, par rapport à ce que l’on peut appeler «faire usage d’un lieu» ou tout simplement «vivre un lieu»». Raouia Kheder, Espace public: Histoire d’une réappropriation,2014.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

19


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

6.1- L’espace public tunisien avant le protectorat: Rupture et abandon La ville coloniale a initié une nouvelle morphologie; espaces publics et de larges avenues sont agencés suivant un plan rectiligne. Les tunisiens n’avaient pas l’habitude de fréquenter ces espaces. On s’est donc retrouvé face à une rupture frappante . Bien avant l’établissement du protectorat, les espaces publics au sein de l’ancienne ville de Tunis se limitaient aux rues,ruelles et impasses, aux souks, au s’han de mosquée,aux hammams et cafés..

6.2- L’espace public tunisien post-colonial: Le tunisien se modernise..

Figure24: Croquis d’une ruelle. Source: Personnelle.

Avec la décolonisation de la Tunisie, vient la construction d’un état moderne provoquant la modernisation de la société. L’explosion urbaine a engendré l’étalement du tissu urbain. «Notre rituel de sortie se faisait chaque semaine, en allant au hammam en famille et entre amies.. On fréquentait rarement la rue..» Témoigne une Femme tunisienne de 85 ans. R.K Espace public: Histoire d’une Figure25: Jamâa Ezzitouna. Source:alsimsimah.blogspot.com. réappropriation.

6.2.1- Émancipation de la femme Avec cette modernisation, le statut de la femme tunisienne a carrément bousculé, elle s’est libérée grâce à des lois progressistes. La société s’est défaite du prototype classique de la famille patriarcale et conservatrice. Aujourd’hui, tout le monde investit, l’espace public avec la même intensité.

6.2.2- Le foyer, de trois à une génération 6.2.2.1 Famille étendue

Figure26: Émancipation de la femme. Source:www.cairn.info

La société traditionnelle se composait de familles étendues,rassemblant multiples générations, sous le même toit. Cette structure familiale, renforçait les Figure27: Schéma d’une famille étendue. liens sociaux et consolidait les champs de sociabilité. Source:Personnelle.

6.2.2.2 Famille nucléaire Le foyer moderne renferme souvent deux générations. Le nouveau modèle à une seule génération apparut avec l’abolition de la ségrégation selon le genre, le Figure28: Schéma d’une famille nucléaire. divorce et l’adoption d’un nouveau mode de vie. Source:Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

20


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

6.3-L’espace public de la Tunisie indépendante: Fréquentation minime «La rue ne leur appartient pas, disent-ils. Elle appartient à l’État.» Idem. Malgré l’évolution de la société, les tunisiens investissent à peine leur espace public. La surveillance excessive et l’air défensif inhibent la vie sociale. Figure29: Police partout, justice nulle part.

«Je me rappelle du temps où on se baladait sur l’avenue Source: Photographie de la Tunisie. sans contrainte ni surveillance. Depuis quelques années, les fleuristes ont été délogés au fond de l’avenue et la présence policière autour du ministère de l’Intérieur, qui va jusqu’à interdire de marcher sur «son» trottoir, est devenue une excuse pour moi de ne plus y aller… » Témoigne un jeune homme de 35 ans. Idem

6.4- L’espace public post-révolutionnaire 6.4.1- Berceau de la révolution

L’espace public a joué le double rôle acteurspectateur dans le soulèvement populaire. L’avenue Figure30 Liberté d’expression . Source: Personnelle. Habib Bourguiba et la place de la Kasbah, ont constitué un socle pour la révolte, regroupant des milliers de protestants. Les citoyens habitaient la rue par le corps, on se manifestait, on protestait, on criait, on parlait politique haut et fort, on priait dans la rue, on y séjournait même la nuit. L’appropriation spatiale est à la fois individuelle et collective, elle est apparue avec l’installation des comités de quartiers et des sit-in. Figure31: Enfin libres..

Quant à l’appropriation intellectuelle, elle s’est Source: irmc.hypotheses.org. matérialisée par les rencontres citoyennes, les marches pacifiques ou alors par des événements artistiques à savoir, Dream City, L’avenue lit, et Interférence..

6.4.2- Démocratisation de l’espace public L’espace publique est le socle prépondérant de la démocratie, et du pouvoir populaire. Il a marqué la démocratisation de la société. Qu’il s’agisse de la rue ou des réseaux sociaux, le peuple tunisien semble inaugurer une nouvelle ère de démocratie. Figure32: Sit-in la Kasbah. Source: Femmes de Tunisie. . «Rarement le terme d’espace public n’a mieux répondu à sa définition qu’avec la révolte de la rue.»Raouia Kheder, Espace public: Histoire d’une réappropriation,2014

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

21


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

7- Conclusion La notion du séjour peut nous renvoyer à une spatialité et une temporalité variables en fonction de l’activité et de l’usager. L’espace public a accompagné l’humanité, pendant des siècles, favorisant toute sorte de sociabilité et d’échange. De l’homme primitif ,à l’agora grec et le forum romain jusqu’à arriver à l’espace public tunisien. L’installation du protectorat dans la ville de Tunis a engendré des changements considérables en terme de morphologie urbaine ainsi que sociale. La genèse de l’activité de séjour alterne entre intimité et sociabilité. La vie domestique s’est étalée sur le paysage urbain. Le passage du séjour du foyer vers l’espace urbain est venu suite à une évolution des modes de vie. La fermeté du séjour domestique s’est éclaté pour approprier l’espace public qui n’a pas suivi cette évolution , et demeure inadapté aux nouvelles pratiques de séjour.

8- Synthèse

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

22


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

24


Chapitre I - Le séjour; entre intimité et sociabilité.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

25


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

1- Introduction Dans ce chapitre nous évoquerons la perception de l’espace et son rôle dans la variation de l’acte de séjourner. La pratique de séjour varie intériorité et extériorité tout en s’insérant dans des espaces seuils, fusionnant la sphère intime et la sphère publique.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

26


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

2-L’espace ; Perçu, conçu, vécu L’espace est une notion sensible qui met en jeu multiples qualités du perçu spécifique à la psychologie humaine. Cette notion tient compte de la manière avec laquelle l’espace est physiquement habité, pratiquement vécu,cognitivement interprété,et sensiblement perçu.

Figure33: Espace vécu,perçu,conçu. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

27


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

L’espace est perçu en tant que lieu en interaction avec les usagers qui l’habitent, abritant des liens qui régissent leur rapports avec la sphère publique, sociale et spatiale. Subi, perçu ou même conçu, l’espace est aussi appréhendé par la psychologie. Le lieu est donc défini en tant qu’interactions de divers phénomènes assemblés dans un cadre spatial et temporel bien définis. On parle d’espace favorisant des liens d’échanges se produisant entre deux individus ou plus.

2.1- Multiples catégories d’espaces 2.1.1-Espace social Il s’agit de tout espace doté d’un contenu social richement développé par les usagers et qui varie selon les scénarii d’usages. On parle de la dimension spatiale du social , champs physique favorisant la sociabilité et les interactions humaines .

2.1.2-Espace culturel Il s’agit d’un espace propice aux échanges culturels, lieu de savoir et d’enrichissement, au sein duquel les personnes interagissent pour favoriser une mouvance culturelle . L’espace culturel est le cadre générateur de divers courants culturels, et définissant la sphère du savoir.

2.1.3-Espace citoyen-politique L’espace citoyen est le cadre dans lequel ont lieu des débats , des événements politiques préalablement programmés ou improvisés. C’est le lieu au sein duquel des décisions sont prises . Espace évolutif par rapport au changement du statut du citoyen, reflétant ainsi la prise de position de l’individu envers l’État .

Figure34: L’espace public, scène sociale,culturelle et citoyenne. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

28


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

3-Perception de l’espace La perception est donc définie comme l’aptitude de l’individu à s’ouvrir au monde extérieur, et s’insérer dans un cadre naturel, physique ou historique. En bref c’est l’initiation à l’être. «Merleau-Ponty pense que la perception ne livre pas son essence à une saisie immédiate ».Pascal Dupond, La perception selon Merleau-Ponty,2007. L’espace a un immense effet sur la psychologie des individus, la perception d’un même espace, dans un temps précis peu varier d’une personne à une autre, selon son état d’âme, son état de santé, et les limites qu’il a défini de son champs de confort Le côté émotif détient un immense effet sur la perception de l’espace vécu. Certains individus peuvent développer du mal à vivre certains espaces.

Figure35: Diverses manifestations de la perception. Source: Personnelle.

3.1-La Proxémique Edward T. Hall définit la proxémie comme «l’ensemble des observations et théories concernant l’usage que l’homme fait de l’espace en tant que produit culturel spécifique.» La proxémique fut initiée par l’anthropologue Edward. T.Hall, elle désigne la perception et l’appropriation de l’espace. Il s’agit de la distance physique séparant des individus en interaction, établissant des rapports d’échange, de partage, de connaissance, ou de communication. Cette distance varie selon le degré d’intimité établi, qu’il s’agisse d’un cadre intime ou public. Les sphères ou coquilles de Moles désignent les limites du champ de distances acceptées dans un contexte bien déterminé.

Figure36: Installation d’art «Bodies in Urban Spaces». Source: Zeboute’s blog.

-Sphère intime: 0.15 m-0.45 m : chuchoter. -Sphère personnelle: 0.45m-1,2 m : décontracté. -Sphère sociale: 1,2 m-3,6 m : connaissances. -Sphère publique: +3,6 m : s’adresser à un public.

Dans le cadre de l’intime, l’espace ou l’interlocuteur peut être à quelques centimètres, mais dans un cadre public et social, la distance séparatrice doit impérativement dépasser le un ou deux mètres.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure37: Coquilles spatiale de l’individu Source: Personnelle.

29


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

3.2-Perception et diversité de comportements spatiaux Cette perception varie selon les peuples et leurs cultures. Les différentes manières d’interagir avec l’espace développe divers comportements spatiaux .Hall a tenté de rapprocher la culture et la perception de l’espace vécu. De ce fait , la culture ne s’arrête pas à l’histoire, la langue parlé ou les mœurs et traditions, elle comprend aussi les phénomènes en relation avec le corps,l’espace et le ressenti de l’être . Dans le même sens, Edward T.Hall a distingué plusieurs types d’espace.

Figure 38: Différents types d’espaces perçus de diverses manières. Source: Personnelle.

Certes, l’espace est un élément primordial pour la communication, la proxémique de l’espace est un facteur engendrant différentes sortes d’échange, on parle d’un dialecte situationnel. Il est évident qu’on ne parle pas de la même manière lorsqu’on est en intimité, entre amis ou devant un public. Le contenu de la communication dépend de l’espace dans lequel il s’inscrit. Chaque type d’espace favorise un certain genre de communication. La communication dépend donc directement du contexte spatial. Cette étude de perception constituera une colonne vertébrale pour la conception de notre séjour, afin de répondre à toutes les attentes et les besoins des usagers.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

30


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

Figure 39: Facteurs régissant la perception de l’espace. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

31


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

4- Intériorité ; Le dedans 4.1-Perception et vécu de l’espace intime L’espace intime représente une peau supplémentaire pour l’individu, c’est l’extension du soi, qui recouvre la sphère intime et la sphère personnelle. La circulation fluide est une condition prépondérante pour qu’il soit confortablement habité. L’espace domestique est le centre de l’acte d’habiter, il est habité mentalement et physiquement, et offre un sentiment de confort et de bien être. L’idée de se présenter l’espace comme un chez-soi, s’y sentir chez-soi, et le pratiquer en tant que résidence symbolise le manifeste d’intériorité.

«Comment instaurer une continuité entre l’espace de l’intimité, définie comme ce qu’il y a de plus secret, de plus cher à l’individu,et espace extérieur, difficile à conquérir et à entretenir depuis chez-soi, surtout en ville où les espaces sont « publics » et ouverts aux rencontres anonymes?»Nicole Mathieu,Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé /2004

L’habitant de l’espace intime s’approprie des coins de la maison plus que d’autres, il a sa place inchangeable sur la table à manger, dans la salle de séjour,il se crée des coins de travail, des coins de repos , et de loisirs.

Figure 40: Extension des coquilles personnelles dans l’espace domestique. Source: Personnelle.

Espace de repos, dormir - Espace de travail, faire ses devoirs, de l’économie domestique

Espace de loisir

-

regarder la télé, s’amuser

-

jouer de la musique..

Figure 41: Croquis des scénarii de séjour domestique. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

32


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

4.2- Intériorité régie par l’extériorité L’intime est en soi une résultante de plusieurs facteurs extérieurs, la maison est répartie en fonction du voisinage, son exposition à la lumière,l’emplacement de la maison par rapport à la rue et son accessibilité. Figure 42: Rapport dedans-dehors Source: Personnelle.

4.3- Hiérarchie de la transition dedans-dehors 4.3.1-Médina de Tunis: Urbanisme d’intimité La médina de Tunis, est un tissu organique, s’inscrivant dans un urbanisme d’intimité dont le plus grand soucis est d’échapper aux regards curieux des étrangers. Dans le but de garantir l’intimité, plusieurs dispositifs ont été installés.

4.3.1.1-L’enceinte L’enceinte médinale est un dispositif de protection et de sécurisation, qui marque la transition entre un espace public et un espace privé.

4.3.1.2- La façade aveugle

Figure 43: Portes de la Médina, Bab bhar. Source: Personnelle.

Elle enveloppe les demeures, suggérant une masse bâtie qui s’insère entre deux vides à savoir la rue et le patio. Les fenêtres sont souvent à l’étage pour protéger les espaces intimes de l’intrusion visuelle.

4.3.1.3-La skifa La maison traditionnelle est le modèle de l’intériorité et du repli sur soi, composée de pièces, qui s’agencent autour d’un patio. Cette hiérarchie s’exprime par la «skifa», espace tampon séparant la rue de l’intérieur de la maison. Une limite imperméable entre le dedans et le dehors. Elle permet de faire le tri des individus permis à franchir la limite privée. Elle bloque la vue depuis l’extérieur. C’est un espace de séjour limitrophe accueillant principalement les hommes non autorisés à s’infiltrer dans l’espace de la femme. La «skifa» abrite une forme unique de séjour, de courte durée et dédiée à une catégorie d’usagers spécifique.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure 44: Ruelles et façades aveugles. Source: Personnelle.

Figure 45: Plan d’une Skifa(Dar Lasram). Source: www.pinterest.com.

33


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

Figure 46: Vécu de l’espace domestique. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

34


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

5- Extériorité ; Le dehors 5.1-Perception et vécu de l’espace du dehors Afin que le citoyen puisse vivre et pratiquer sa ville, il doit se familiariser avec l’espace urbain, se créer des repères. Pour ce faire, l’usager de l’espace public aspire à s’approprier l’extérieur et à exploiter les différentes potentialités et ambiances. La variéte des profils d’usagers symbolise l’évidence de la genèse de l’espace public en fonction de la succession des modes d’habiter d’urbain.

5.1.1-L’hétérotopie Il s‘agit d’un concept initié par le philosophe français Michel Foucault faisant référence à l’ espace d’illusion et de création dans le quel l’individu peut juxtaposer des espaces réellement incompatibles. Il s’agit d’une matérialisation de l’extériorité de l’espace du dedans, et de l’ouverture de l’espace vécu sur le dehors. L’hétérotopie renvoie sur la manière avec laquelle on vit l’espace dans son ouverture, sans pour autant se limiter à son cadre spatial.

L’encombrement et la difficulté de circulation produisent un sentiment d’étouffement et de rejet chez les fréquenteurs de l’espace public, qui a désormais l’air d’un espace «sociofuge» au sein duquel les citoyens, s’isolent, et s’évitent, créant ainsi une coquille personnelle réduisant leur champs de vie à l’espace domestique, et éliminant toute sorte de convivialité et de sociabilité urbaine. La ville de Tunis, ne fait qu’accentuer ce sentiment d’étouffement, par le manque d’espace prévu pour le séjour des piétons.

Figure 47: Vécu de l’espace domestique. Source: Personnelle.

5.2-Exemple d’architecture d’extériorité: Pavillon de Barcelone, Mies Van Der Rohe Dans la continuité de l’étude de l’extériorité, il semble évident d’évoquer l’exemple du Pavillon de Barcelone, un bâtiment phare de l’architecture moderne,conçu selon deux concepts majeurs à savoir: le plan libre et la fluidité de l’espace. Ce jeu de parois perpendiculaires génère un découpage d’espace tout en gardant son dégagement et son ouverture sur l’extérieur. Dans cet espace on vit bien le dehors dans le confort du dedans et le dedans dans la somptuosité du dehors.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

35


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

Figure 48: Pavillon de Barcelone. Source: folliesandlandmarks.blogspot.com.

Figure 49: Pavillon de Barcelone. Source: Siteetsite.com.

Figure 50: Pavillon de Barcelone. Source: Personnelle.

Figure 51: Pavillon de Barcelone. Source: Personnelle.

La pavillon suggère une qualité de séjour unique, l’usager séjourne dans un espace dans lequel il y a une interpénétration de l’extérieur dans l’intérieur. Le croisement des parois limite l’espace sans pour autant enfermer l’usager. Il offre un dégagement visuel et une cohérence de l’ambiance en éclatant la fermeture du séjour domestique. Il permet de plonger les utilisateurs de l’espace dans l’ouverture de l’urbain. Les usagers peuvent s’y reposer, se détendre tout en profitant de la splendeur de l’injection de l’urbain dans l’architecture.

Figure 52: Éclatement de la boite. Source: Personnelle.

Figure 53: Coupe schématique. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure 54: Plan du pavillon. Source: Personnelle.

36


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

Figure 55: Vécu de l’espace urbain. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

37


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

6-Les seuils urbains comme lieux de transition: Les seuils urbains constituent des lieux de séjour intermédiaires. Espaces tampons et seuils de transition annoncent l’extension du dedans. Espaces favorisant les échanges sociaux-culturels, qui permettent la perméabilisation des limites entre privé et public. Espaces de l’entre deux qui représentent des points d’ancrage, comme l’a indiqué Gaston Bachelard dans son livre «Poétique de l’espace» comme une «dialéctique d’écartement». Ils annoncent un «terreau fécond de sociabilité»

Figure 56: Seuil: fusion entre dedans et dehors. Source: Personnelle.

Figure 57: Coupe perspective montrant les sphères de l’espace urbain. Source: Personnelle.

6.1- Ouvertures Les ouvertures tels que les portes et les fenêtres sont les premières formes de seuil séparant l’intérieur et extérieur. Elles engendrent une continuité entre l’espace privé et l’espace public. Les ouvertures vitrées ramènent un morceau du dehors au sein de l’espace domestique et inversement. Le Corbusier a introduit les fenêtres en bande et les fenêtres tableau, qui servent à faire ramener le maximum de lumière .

Figure 58: Photo d’une fenêtre en bandeau, Villa Savoye, Poissy. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure 59: Photo d’une fenêtre tableau, Villa Savoye,Poissy.Source: Personnelle.

38


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

6.2-Palier- Escalier Cet espace est l’extension physique du chez-soi; le seuil que nous franchissons pour accéder à la maison ou la quitter. Le palier témoigne du prolongement du vécu domestique, nous y achèvons nos discussions, notre appel téléphonique. En traversant cet espace nous nous sentons déjà chez nous, nous nous y sentons en sécurité. Nous pourrions même aller à y laisser ses clés. Principalement dans les habitations collectives, l’escalier est un espace social par excellence, on y croise Figure 60: Le palier, comme extension de la maison. Source: Personnelle. des amis et des voisins.. Le nouveau mode de vie témoigne d’une vaste extension du soi. L’étalement des terrasses domestiques, symbolise l’ouverture sur le public, l’accueil de l’extérieur au sein du chez soi, et l’étalement du séjour sur le dehors.

6.3-Le jardin/La terrasse Ces espaces s’adossent sur la sphère domestique, ils en font partie physiquement et appartiennent à la sphère publique grâce à leur ouverture et leur exposition. Il s’agit d’un prolongement du chez soi, appendice affectif dans lequel on s’expose à l’extérieur tout en se sentant dans l’intimité. Ces espaces contribuent au déplacement des limites du séjour. Les citoyens éprouvent un souhait incessant d’inventer de nouvelles façons de s’imprégner de l’espace publique dans leurs vies quotidiennes. Cet espace symbolise la domestication de la nature, la création d’un dehors collectif. Il offre une ambiance conviviale au sein de laquelle le dedans et le dehors se confondent dans une parfaite harmonie, éliminant de la sorte l’agressivité portée à l’égard de la rue.

Figure 61: Le jardin extension du domestique sur l’extérieur. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

39


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

6.4-Le sbat Est un passage voûté qui dessert les demeures de la médina, assurant la transition entre l’extérieur et l’intérieur. Cet espace est tantôt un espace refuge au sein duquel les médinois se réfugiaient des intempéries, tantôt un espace de séjour à forte sociabilité dans lequel on se rencontrait, discutait. Le «sbat» marque l’extension de l’espace privé, donc le prolongement du séjour domestique. De ce fait il fait également partie de la sphère intime. Il est donc à la fois semi-public et semi-privé.

Figure 62: Le sbat, espace de sociabilité. Source: Personnelle.

Figure 63: Souk de la médina. Source: Personnelle.

Figure 64: Le Sbat comme filtre social et spatial. Source: Personnelle.

6.5-Immeuble l’international Cet immeuble de rapport est un espace Figure 65: Immeuble l’international, véritable seuil urbain. «urbatectural» , dégageant un atrium plongeant Source: Personnelle. l’intérieur dans une lumière abondante. Accessible de «l’avenue de France» et de la rue de «J. Abdennaceur» l’intérieur de la bâtisse est traversé par une promenade urbaine en continuité avec l’allée sous les arcades. Un patio lumineux fusionnant le dedans et le dehors, abritant un séjour urbain à l’image des patios médinois; un lieu qui témoigne de l’agréable ambiance générée par l’union de la sphère publique et la sphère privée. Les gens le traversent afin de se créer un séjour. Figure 66: Ouverture de l’immeuble. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

40


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

7-Toisième lieu Le troisième lieu, est une notion introduite par Ray Oldenburg, professeur de sociologie urbaine, comme le lieu qui se situe entre deux, entre premier lieu renfermant la sphère domestique, et le deuxième lieu qui englobe tout espace de travail. Le troisième lieu est le champs propice à la sociabilité urbaine et à l’échange, la rencontre et toute sorte d’interactions sociale. Il lutte contre l’intériorité dans le but d’estomper les limites entre privé et public..

Figure 67: Troisième lieu. Source: Personnelle.

7.1-Caractéristiques du troisième lieu 7.1.1-Comme chez soi Le troisième lieu est un espace de séjour collectif conçu par et pour ses usagers, perçu comme un deuxième chez-soi, une sorte de «home away from home» au sein duquel se développent des rituels sociaux et domestiques. Un «living room» public, qui offre aux individus un sentiment d’appartenance, afin d’enrichir leurs habitudes urbaines, de les enraciner dans la vie dans la ville. Cet espace tend à régénérer les rapports sociaux, dans un cadre de séjour propice à l’échange et la sociabilité, un salon social ramenant le sentiment de convivialité et de familiarité à l’urbain.

Figure 68: Croquis illustrant l’ambiance dans un troisième lieu. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

41


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

7.1.2-Espace neutre et vivant Le troisième lieu est un espace neutre qui offre des possibilités de rencontre et d’échange beaucoup plus riches que celle que l’usager peut entretenir dans la sphère domestique ou celle du travail. Cet espace se veut un niveleur social réunissant les citoyens dans l’égalité et le partage. Le troisième lieu incite à l’ouverture, au séjour, au vivre ensemble et au respect des autres.

7.1.3-Un lieu d’habitués Il s’agit un espace au sein duquel on peut se développer des habitudes de séjour, c’est un facilitateur social, qui lutte contre la rupture et l’isolement et permet de contrer l’ennui domestique ou professionnel. C’est un espace épuré où l’on pourra vivre dans le bien-être. Il s’agit d’un lieu au sein duquel on voudra prolonger le séjour.

Figure 69: Le troisième lieu comme lieu d’habitués, favorisant le débat. Source: Personnelle.

7.1.4-L’œcuménisme social L’apparition des troisièmes lieux a généré une sorte d’œcuménisme social, qui tend à briser la monotonie du quotidien. Réunissant une variété d’usagers, ces espaces augmentent les possibilités de rencontre et d’échanges sociaux. Cet espace génére un «terreau fécond de sociabilité» qui lutte contre l’individualisation. Le séjour des usagers au sein de cet espace contribue à son enrichissement et à la fertilisation des liens sociaux.

7.1.5-Un cadre propice au débat Comme l’a énoncé Oldernburg, ces troisièmes lieux recouvrent une fonction politique. Ils incitent leurs usagers à développer une identité citoyenne et un esprit démocratique afin d’encourager à éveiller le besoin de mener des débats politiques et sociaux. Espace de séjour politique vibrant d’activités favorisant la collectivité et le métissage social.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

42


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

7.2-Le café: Troisième lieu par excellence Le café est un seuil urbain, c’est le lieu de séjour transitionnel entre la maison et le travail. Considéré comme un salon social de la ville, il détient non seulement un statut commercial,mais aussi un statut social et culturel. Le café est un espace au sein duquel les individus peuvent développer des habitudes et se sentir chez eux. Cette familiarité se manifeste même avec la manière avec laquelle on se déplace au sein de l’espace, plus on se sent bien Figure 70: La café entre privé et public. dans un espace, plus on le parcourt plus aisément. Source: Personnelle. A une échelle locale, on constate que l’avenue Habib Bourguiba est une avenue à cafés. Cette activité est le passe temps préféré des tunisiens. Cette appropriation témoigne d’un besoin croissant en terme d’espaces de séjour non commerciaux et plus adaptés aux attentes des citoyens.

Figure 71: Photos montrant les cafés de la Médina. Source: Facebook/Photographie de la Tunisie.

Figure 72: Photos montrant les cafés de l’avenue. Source: michelgiliberti.com./media-plus-tn.com.

7.2.1-Usagers du café 7.2.1.1-Les habitués Ces usagers viennent quotidiennement, afin de retrouver des amis, surfer sur internet, travailler, prendre leur repas préféré ou simplement faire passer le temps. Ils se sont préalablement forgé des habitudes et ont développé une identité rattachée à l’espace. Ils se réfugient dans cet espace pour y retrouver une certaine familiarité et de dédoubler le sentiment d’être chez-soi. Le café est leur refuge contre la monotonie du foyer, et le stress de la vie professionnelle. Le champs approprié par le clients varie selon leur fréquentation de l’espace et la durée de leur séjour.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

43


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

7.2.1.1.1-Sur le comptoir Etant des clients habituels, ils parcourent l’espace avec sûreté, il y sont reconnus par le staff, ils s’y rendent pour inviter un amis dans leur espace refuge, ou pour consommer leur produit habituel. Ils exercent un rituel social quotidien.

7.2.1.1.2-Dans la salle

Figure 73: Croquis de l’ambiance des habitués du comptoir. Source: Personnelle.

Ils viennent moins fréquemment, mais sont déjà familiers avec l’espace, ils occupent la salle intermédiaire entre la terrasse et le bar. Ils habitent pleinement l’espace se sentent en osmose avec la spatialité appropriée.

7.2.1.2-Clients occasionnels Ces individus viennent pour découvrir l’espace. Leur séjour ne dure souvent pas longtemps, ils essayent de profiter du cadre et ne développent aucune habitude. Ils s’installent sur la terrasse pour profiter de la ville et pour observer les passants.

Figure 74: Croquis de l’ambiance à l’intérieur du café. Source: Personnelle.

Il se rendent au café dans le simple besoin de séjourner et de profiter des possibilités de sociabilité. Ils cherchent à se publier et prennent du plaisir à vivre l’extériorité de l’espace. Véritable terrasse sociale, qui renvoie à l’extériorisation des habitudes domestiques. . Figure 75: Croquis de l’ambiance de la terrasse du café. Source: Personnelle.

«Le dédoublement observé du sentiment du chez-soi en dehors (au café) correspond en fait à la délimitation d’un espace refuge, choisi selon des critères d’affinité, qu’elle soit sociale ou spatiale. Il est un troisième endroit, un espace intermédiaire entre travail et maison, entre espace public et privé.» Nicole Mathieu, Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé/2004

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

44


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

8-Conclusion L’étude de l’activité de séjour dévoile une richesse de scénarii. Cette variété est régie par la manière de percevoir l’espace qui change selon la culture et l’inter-subjectivité sociale. L’étude de la perception dégage deux attitudes majeures de pratiquer le séjour, à savoir l’intériorité et l’extériorité. L’intériorité tend à conserver l’intimité et à limiter le champs de vie à l’espace domestique. L’extériorité par contre caractérise l’acte d’ouverture et de publication des pratiques domestiques. Ces attitudes renvoient sur un besoin croissant de séjourner collectivement dans l’espace urbain. On retrouve aussi des espaces seuils, fusionnant la sphère intime et la sphère publique. Il s’agit de troisièmes lieux de séjour, appartenant à tous et à personne et qui offrent un espace de vie grouillant de convivialité. Nous avons donc dégagé diverses attitudes de vivre la ville, qui renvoient sur un besoin d’étudier les modes de vie qui en découlent, et le vécu actuel de l’espace urbain .

9-Synthèse

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

45


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

« La place Beb Bhar située en plein centre ville de Tunis. C’est un espace de transition et de liaison entre la Médina et la ville coloniale. Une place qui réunit des usagers de profils très différents et est dotée de plusieurs secteurs à vocations mixtes. Elle est tantôt vide,tantôt encombrée, tantôt calme, tantôt bruyante…elle est plurielle et se conjugue au rythme des saisons, du climat et des événements socio-religieux-culturels. Elle dénote d’une grande richesse et densité des relations sociales et d’échanges de toutes sortes entre les citadins. Cet espace qui suscite mon intérêt et éveille ma curiosité, me donne une nouvelle occasion pour tenter de comprendre un des aspects des relations sociales : celui du partage des ambiances urbaines. Cette place se renouvelle et s’actualise au fil des années et au rythme des activités sociales. Son statut ambigu varie en fonction des activités et des habitudesde ses usagers, les échanges qui s’y déploient sont riches et complexes à la fois. Sonquotidien est ponctué d’anecdotes et de tentatives d’arrangement spatial aussi bien par les usagers que par les aménageurs urbains» Hanène BEN SLAMA, COPRESENCE DANS L’ESPACE PUBLIC Situations et modes de partage des ambiances ramadanèsques,2009.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

46


Chapitre II : Extérioriser l’intimité et domestiquer le public

3

1- Introduction 2- Le citadin 3- Le citoyen 4- L’habitant public 5- Conclusion 6- Synthèse

LE SOI USAGER : DIVERS PROFILS. Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

47


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

1- Introduction Dans ce chapitre, nous tâcherons de suggérer la variété des modes de l’habiter urbain contemporain, qui varie selon le profil d’usager. Cette variété découle d’une divergence en terme de perception de l’espace. La perception change selon le profil de l’usager, son état d’âme, l’horaire et la compagnie. Le processus de privatisation de l’espace public est un domaine très vaste, qui prend une infinité le modalités. Les profils seront répartis selon leurs degré d’investissement de l’espace urbain et la façon avec laquelle ils s’approprient l’extérieur.

«L’homme est lui-même un repère dans l’espace et l’espace se structure de par sa présence.» Sophie MARIANI-ROUSSET ESPACE PUBLIC ET PUBLICS D’EXPOSITIONS. LES PARCOURS :UNE AFFAIRE A SUIVRE », P2

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

48


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

Entre être «citadin», «citoyen» et être «habitant» les pratiques du séjour diffèrent. Ces trois catégories de profils ont été définis par la chercheuse en sociologie Nicole Mathieu. Néanmoins les profils d’usagers ne peuvent pas se restreindre à ces trois modèles vu qu’il varient selon plusieurs facteurs . Nous nous proposons donc de dégager d’autres profils par une technique de recherche-action, une sorte d’enquête par observation empathique, par le moyen d’une immersion dans le vécu de la ville.

2- Le citadin Le citadin est l’exemple d’une personne introvertie, qui a tendance à restreindre son champs de confort au dedans , et qui s’attribue un unique espace de vie. Il se méfie du dehors et le considère comme domaine de l’impraticable,il intériorise son séjour et ne trouve aucun intérêt en publiant son confort. Figure 76: Profil du citadin. Source:Personnelle.

«Pour le « citadin », l’espace urbain ne vaut que pour les activités qu’il offre.(..) il ne vit les lieux que s’ils sont le but de ses déplacements et qu’il s’y sent sécurisé : son bureau,sa maison ou celle de ses amis. (..) Il investit peu les balcons qu’il possède (..) Le chez-soi est réduit à sa plus stricte délimitation – les murs – et forme un véritablecocon, un Eden, conçu comme imperméable. Ce « citadin » vit le dedans et le dehors de manière opposée : la maison est conçue et habitée comme un havre alors que l’extérieur est perçu comme hostile.»Idem.

2.1-Le passager Il s’agit d’une personne qui considère l’espace public comme un interstice entre le chez-soi et le travail. Il ne présente aucun engagement envers la ville, et ne trouve aucun souhait à investir l’espace extérieur. Ce type d’usager est généré par l’attitude des tunisiens envers leurs villes causée par l’exclusion que mène l’état vis à vis de son peuple . L’atmosphère défensive régie par la présence de la police, fait du marcheur public un simple spectateur qui a peur d’affirmer sa présence dans la ville. Le passager pressé considère la ville comme un seuil de passage au sein duquel il ne prévoit aucun engagement statique.

Figure 77: Itinéraire d’un passager. Source: Personnelle.

Figure 78: Profil d’un passager pressé. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

49


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

2.2- Le désintéressé Ce type d’usager ne s’intéresse pas à l’espace public, il ne reconnait pas la beauté de la ville dans sa globalité. Il ne perçoit que les points négatifs, de ce fait il perd tout intérêt à déchiffrer l’espace public. Pour lui la ville est un champs acquis, dont il connait tous les coins. Il n’adopte donc ni le statut d’acteur ni de spectateur. Le degré d’intérêt qu’il porte envers l’espace varie selon son genre et la grille horaire. Un jeune homme de 25 ans qui part à 8h du matin vers son boulot ne perçoit pas l’espace de la même manière qu’une femme de 35 ans qui ramène sa ville de l’école à 17h du soir.

Figure 79: Profil du citadin désintéressé. Source:Personnelle.

3-Le citoyen Le citoyen investit l’espace public sous différents angles, il n’a pas peur de l’ouverture sur le monde extérieur, et tâche toujours d’établir des connexions avec le dehors. Même dans son intimité le citoyen se crée des coins urbains. Le fait d’ouvrir les fenêtres pour faire entrer de la lumière ou séjourner dans sa terrasse et profiter du beau temps, constitue une sorte d’ouverture sur le domaine public et fait rentrer le dehors. Il refuse toute rupture entre le dedans et le dehors et tend à s’approprier visuellement et affectueusement la sphère publique.

Figure 80: Le citoyen et l’espace urbain. Source:Personnelle.

«Le « citoyen » profite quant à lui des opportunités relationnelles et des nombreuses possibilités d’engagement que lui offre Paris. Cet individu utilise en majorité les transports en commun et ne s’en plaint pas. (..) Il évalue les lieux de la ville en fonction de leurs qualités de sociabilité (..) L’aménagement intérieur importe peu: il y a peu de végétation parce que « ça prend du temps », temps consacré en majorité aux activités extérieures. La porosité du logement par rapport à l’environnement biophysique et social n’est pas une préoccupation, le rapport entre le dehors et le dedans n’est pas ressenti comme devant être construit. » Nicole Mathieu Habiter le dedans et le dehors :la maison ou l’Eden rêvé et recréé, ,Strates 2004, P12.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

50


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

3.1- Le promeneur urbain Il s’agit des personnes qui puisent des ambiances conviviales ou des coins intimes au sein de l’urbain. Il sont toujours à la recherche de la découverte. Ils regardent l’espace dans sa profondeur. Ces usagers n’ont pas d’itinéraire précis, ils balayent la ville physiquement et visuellement. Le promeneur urbain se forge une identité spatiale. C’est son statut de promeneur qui le libère de la lassitude du cadre domestique, sa présence dans l’urbain l’affecte émotionnellement.

Figure 81: Le promeneur. Source:Personnelle.

3.2- Le chercheur de refuge «..il fait quelques pas et arrive à destination, il s’assoit et fait un long soupir. Il croise les pieds pose son visage sur sa main et son coude sur son genou et commence à balader son regard, il observe, il fixe les autres, il ne parle avec personne, il ne fait que regarder, c’est sa façon de passer le temps... il le fait tous les jours, c’est un usager habitué de la place, c’est un des observateurs réguliers de la place BabBhar...» Ben Slama Hanen.Coprésence dans l’espace public. Situations et modes de partage des ambiances ramadanesques,2009,P6 Ce profil cherche de l’abri au sein de la ville. Après avoir fait les courses ou après le boulot il cherche un peu de confort urbain avant de rentrer chez lui. Vu que la ville n’a pas prévu d’espaces pour l’abriter, il se débrouille donc pour s’approprier des espaces. Ce profil est l’initiateur de diverses formes d’appropriation spatiale, c’est un acteur social et urbain. Pour se reposer, il tend à détourner des espaces de leurs fonctions originelles pour y séjourner.

Figure 84: Plusieurs profils de promeneurs. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure 82: Chemin parcouru par le promeneur. Source:Personnelle.

Figure 83: Profil de chercheur de repos. Source:Personnelle.

Figure 85: Différentes manifestations du refuge urbain. Source:Personnelle.

51


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

3.3- Le «cyber citoyen» «Le cyber-citoyen est un citoyen actif et bien branché qui, outre le fait qu’il accède aux services en ligne, ne manque pas une occasion de participer à des consultations en ligne ou à prendre part à des communautés virtuelles. Juan-Luis Klein et Denis Harrisson, L’innovation sociale, 2007. Certainement les pratiques électroniques des usagers sur l’Internet témoignent d’une sorte d’engagement politique et social pouvant arriver jusqu’à la dépendance. Il est indéniable que les réseaux sociaux, ont joué un rôle important lors de la révolution tunisienne. Ce profil est fréquent sur la scène urbaine de Tunis, tout le monde aujourd’hui est en quête de la connectivité et de rester branché sur le réseaux. Les gens ont développé une sorte de double vie sur les réseaux électroniques, de ce fait on parle désormais de «cyber citoyen», d’ «e-citoyenneté» et de cyberdémorcratie. Les usagers choisissent leurs espaces de séjour selon la disponibilité des réseaux. C’est pourquoi les cafés équipés de réseau wifi sont les espaces les mieux fréquentés dans la ville de Tunis.

4- L’habitant public

Figure 86: Profil d’un cyber citoyen. Source:Personnelle.

Figure 87: Tous à la recherche de connectivité. Source:Personnelle.

L’habitant est celui qui ne peut guère vivre isolé du monde public. Ce profil est passionné de sa ville, il se montre attentionné aux plus petits détails et aux petits coins méconnus. Il s’y rend fréquemment se créant des petits coins d’intimité au sein de la ville. Il y trouve son confort et son bien-être, et ne trouve aucun mal aise à s’y afficher. Le marcheur public porte en lui une certaine affection envers la ville, qui relie chacun de ses coins à un souvenir ancré dans sa mémoire.

Figure 88: Habitants de la ville. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

52


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

«Enfin, l’attrait de la ville provient pour « l’habitant » de ses replis cachés, de ses revers campagnards, de ses espaces intimes inattendus : « les petites places, les petites rues, les jardins, les courettes […] c’est la ville cachée dans la ville ». Il parcourt Paris essentiellement à pied et par plaisir dans un rayon qui dépasse fréquemment son arrondissement. Il parle souvent de la capitale en terme sensible et décrit certains lieux, tout comme son habitat, par des odeurs, des sons, des couleurs. (..) Il aime jardiner et la présence de végétation est importante (..) . Il montre qu’il conçoit le dedans et le dehors comme faisant partie d’un même système, la ville est un milieu.» Nicole Mathieu Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé, ,Strates 2004, P12.

4.1-L’expert

Figure 89: Faire de la ville son espace de vie. Source:Personnelle.

Figure 90: Jouer dans la ville. Source:Personnelle.

Cet usager est un expert de l’espace public, il y développe des habitudes quotidiennes, et les fait intégrer dans son vécu. Il se pointe à un certain espace pour répondre à un besoin, comme se divertir, rencontrer des amis.. Cet usager ne supporte pas rester renfermé dans un espace clos. Les individus «experts» font de l’espace public un deuxième chez-soi et dénoncent toute forme de séparation entre le dedans et le dehors. Ils vivent aussi bien le dedans que le dehors, l’espace extérieur devient l’extension de leur foyer.

Témoignage d’une femme Madame C., « nourrisseuse » d’animaux , « Voyez, j’ai des rideaux, et je ne les tire jamais : j’ai été élevée dans la rue, moi ! ». Ce mode de vie implique la négation d’une rupture entre l’intérieur et l’extérieur au nom du rapport à la nature : « J’aime la nature et je ne me verrais pas enfermée. La nature, c’est le dehors, ce n’est pas être enfermée. ». Nicole Mathieun Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé,Strates 2004, P5.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

53


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

4.2- Le contemplateur

Figure 91: Contempler le paysager urbain. Source:Personnelle.

Figure 92: Contemplateurs de la ville de Tunis. Source:Personnelle.

Cet usager trouve du plaisir à passer le temps à observer les scénarii de la vie urbaine . Son passe temps préféré est celui de regarder les passants. Il quitte son foyer pour se réfugier dans le dehors. Il se trouve un petit banc ou un bac à fleur sur le quel il pourrait s’asseoir et se laisse aller avec le flux des passant. Cet usager fuit la monotonie de sa maison ou le stress du travail, il se lance donc à la quête d’un havre dans l’étendue urbaine. Le contemplateur apprécie la particularité de l’espace, il s’intéresse aux détails et peut percevoir des potentialités que d’autres passant ne remarqueront pas.

4.3- Le séjourneur Cette catégorie d’usagers s’imprègne entièrement de l’activité du séjour , modèle de l’évolution des modes d’appropriation de l’espace public, et témoin d’une société en constante évolution. Ce profil contrairement au profil passager, accorde plus de temps pour les activités de séjour. Incarnation même du modèle d’usagers publics en quête d’une activité de séjour urbain, ils ont tendance à habiter au sens fort l’espace public, et consacrent du temps à passer dans la ville. Ils diversifient les manières d’approprier l’urbain, et préfèrent séjourner dans l’espace urbain que dans le cadre domestique. Amoureux de la ville, ils ont déserté le dedans afin de s’enraciner dans le vécu urbain de la ville où ils mangent,se reposent, se rencontrent...

Figure 93: Le séjourneur urbain. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

54


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

5- Conclusion Nous avons pouvons conclure que les usagers de l’urbain sont d’une variété quasiment insaisissable. Cette variété génère une richesse de modes d’appropriation. Qu’il s’agisse du citadin, citoyen ou habitant,l’usager invente au quotidien de nouvelles manières de contourner l’espace ou de le vivre. L’étude des profils d’usagers dans leurs variété nous renvoie sur une relation directe avec le mode d’habiter l’urbain. Nous avons dégagé une liaison directe entre les besoins du citoyen vis à vis de l’espace public et la manière avec laquelle il habitent l’intérieur et l’extérieur. L’espace urbain est une mosaïque de potentialités de séjour, cependant il n’est occupé que dans son dedans par manque d’espaces réfléchis qui permettront d’estomper les limites entre architecture et urbain et vivre le privé et le public de la même intensité.

6- Synthèse

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

55


Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

«Les espaces publics invitant au séjour contribuent à l’attractivité des centres-villes et des centres de localité Le séjour permet notamment l’émergence d’interactions sociales. Il serait faux de déduire d’un espace public inhabité que les besoins en matière d’espace public y sont inexistants. Bien au contraire, les enquêtes permettent souvent d’identifier les déficits qui expliquent la faible fréquentation de certains espaces. Une amélioration de la qualité de séjour permet en général de constater rapidement de nouveaux usages et une forte appropriationdes lieux.».Samuel Flükiger, Qualité du séjour dans l‘espace public Aperçu des méthodes d‘analyse,2015.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

56


4 Chapitre III : Le soi usager : Divers profils

1- Introduction. 2- La notion de résidentialisation 3- L’habiter contemporain 4- Le séjour aux alentours 5- Conclusion 6- Synthèse

VERS UNE RÉSIDENTIALISATION DU SÉJOUR.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

57


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

1- Introduction Nous essayerons dans ce chapitre de cerner la définition de la résidentialisation. Par la suite nous évoquerons l’importance de concevoir des espaces à l’échelle du marcheur, dans un souci de hausser l’appropriation horizontale de l’espace. Dans ce sens, il nous a paru indispensable d’évoquer le cas du projet Defacto de la défense et de relater le vécu des installations urbaines conçues pour «résidentialiser» le parvis du quartier. Pour compléter la réflexion menée sur l’activité du séjour et sa genèse historique, nous procéderons à un relevé du vécu de l’espace public dans la ville de Tunis.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

58


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

2- La notion de «résidentialisation» Le séjour urbain symbolise l’idée de transposer le vécu domestique au sein de l’espace public. Il peut nous renvoyer à la manière avec laquelle les usagers font de l’espace public une résidence pour une durée variable, de ce fait il nous a semblé évident d’évoquer le nouveau concept de «résidentalisation» de l’espace extérieur. «Résidentialiser, c’est fabriquer « en creux» de l’espace public.» Vincent Tricaud Résidentialisation, Traitement et gestion des espaces publics,2007 «Résidentialiser,» c’est le fait d’inscrire le social dans l’espace urbain. La résidentialisation signifie l’action d’agir sur le ressenti de l’habitant , pour qu’il se sente chez lui dehors. On qualifie de dehors l’espace impersonnel qu’il n’avait pas tendance à s’approprier.

Figure 94: Croquis montrant différentes manières de s’approprier l’espace public. Source: Personnelle.

Stéphane Rullac, docteur en anthropologie, estime «résidentialisation» de l’espace public toute forme de détournement de la fonction originelle de l’espace public qui demeure un espace résiduel que personne ne s’approprie en tant que lieu de vie .

On entend donc par résidentialisation toute forme d’usage de l’espace public comme résidence, tout en privilégiant toute sorte de sociabilité et en organisant les usages relatifs à l’acte d’habiter. «Résidentialiser» l’espace public, consiste à établir une sphère collective, espace qui sera approprié et partagé entre tous. Cette unité collective a pour but de mutualiser les usages résidentiels à savoir, les espaces de détente, d’échange et de convivialité, et de retrouver la continuité entre l’habitat et l’espace public et faire de ce dernier un espace de vie.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

59


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

2.1-Le monopole de la voiture sur l’espace public dans l’avenue Habib Bourguiba

Actuellement, le véhiculer est désormais un facteur qui envahit brutalement l’espace urbain. La place du piéton dans la ville de Tunis n’est pas prise en compte. Mis a part l’avenue H.B qui a prévu une esplanade piétonne centrale, le piéton semble marginalisé dans les avenues qui lui sont perpendiculaires. La place du piéton est soit non réfléchie proportionnellement aux flux, ou occupée par les terrasses de cafés ou le stationnement des voitures. Il faudrait donc réfléchir un urbanisme à l’échelle du piéton, qui reconnait le marcheur public à sa juste valeur. Le seul bémol c’est que l’esplanade est interrompue à plusieurs reprises par les voies véhiculaires et par la voie du métro. Les municipalités ont intervenus sur plusieurs zones, pour libérer de l’espace sur les trottoirs, suite au lancement à des campagne citoyenne par des activistes de la société civile pour rendre aux piétons leur espaces.

Figure 95: Schémas analytique sur l’avenue Habib.Bourguiba. Source: Personnelle.

Expert en mobilité urbaine, Mikael Colville-Andersen a fait l’initiative d’observer l’aménagement des villes et la façon avec laquelle l’espace public est partagé entre voies véhiculaires, bandes cyclables et pistes piétonnes. Nous avons donc jugé qu’il était indispensable d’étudier le partage de l’espace public dans la ville de Tunis, plus précisément l’avenue Habib Bourguiba.

Figure 96: Coupes montrant le partage des voies: entre ce qu’il y a, et ce qui devrait y avoir. Source: Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

60


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

3- L’habiter contemporain 3.1- Ou comment s’emparer de sa ville: L’esplanade de la défense-Paris: Le projet DEFACTO

«Authentique et légitime laboratoire urbain, La défense doit en permanence étonner, faire réfléchir, innover. C’est l’ambition que porte Defacto» Patrick Devedjian, Brochure Forme Publique 2016, P3.

La Défense est un quartier se situant dans le prolongement de l’axe historique parisien passant par l’avenue des Champs-Élysée traversant l’Arc de triomphe pour aboutir à l’Arche de la Défense. Le quartier de La Défense est un territoire de partage fréquenté par des habitants, des étudiants, des salariés, des touristes.. Cependant, ce quartier témoigne d’une déconnexion de l’usager avec l’espace public. Pour remédier à cette rupture, une biennale a été programmée. Le but était de mettre en scène des usages partagés et de consolider le collectif public. Pour ce faire plusieurs mobiliers urbains ont été placés afin de faire du piéton partie prenante de la vie urbaine.

Figure 97: Localisation des installations urbaines. Source:Forme publique2016(avec illustration personnelle)

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

61


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

3.1.1-Les refuges de la défense Il s’agit de mobiliers parsemés tout au long de l’axe historique, semi-mobiles, ils s’appuient sur deux pieds. Le premier est fixe et muni d’une assise, et l’autre est équipé d’une roue qui lui permet de tourner. Conçus à l’image d’une maison villageoise symbole de foyer, ces installations permettent aux usagers d’optimiser leur positionnement face au soleil et au vent. Il s’agit également de points d’orientation géographique qui aident les usagers à se localiser par rapport aux tours de La Défense. Cet abri offre aux usagers un petit coin d’intimité, un morceau de chez-soi en plein cœur de la ville. Le mobilier propose deux scénarii, une plateforme sur laquelle on pourrait s’asseoir, ou alors une sorte d’accoudoir sur lequel on pourra feuilleter son journal , ou surfer sur son smartphone, tout en restant à l’abri des intempéries. Le mobilier peut abriter un seul usager cherchant un peu de quiétude, un couple qui discute, ou un groupe d’amis cherchant à s’amuser.

Figure 98: Scénarii d’appropriation des refuges de la défense. Source:Personnelle.

Figure 99: Refuge.. Source:Forme publique2016

3.1.2-La Rue des Utopies : Il s’agit d’un parcours urbain s’étalant sur un bosquet de tilleul, borné de deux cabanons en bois suspendus. Ce parcours est un abri qui offre aux usagers de quiétude et de déconnexion apaisante. Il prend la forme d’un parcours-observatoire. « Suscitant par sa taille un sentiment d’intimité, elle rend possible la connexion émotionnelle et physique avec soi ou autrui, elle offre un détour, une parenthèse où le temps semble s’arrêter.» Forme Publique 2016

Figure 100: Rue des utopies, parcours de sociablilité intime Source:Forme publique2016.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

62


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

3.1.3-Les plateformes de travail urbaines Ces plateformes sont installées sur l’axe historique avec une vue incontournable sur l’Arche de La Défense et l’Arc de triomphe et s’adaptent aux besoins des usagers. Munies de prises USB, elles permettent aux passagers d’y recharger leur appareils. Dans une nouvelle réflexion de travail hors champs, ces plateformes uniques offrent un lieu de travail à l’extérieur des bureaux fermés, dans une ambiance urbaine apaisante. De forme assez ouverte et flexible, ce mobilier offre plusieurs scénarii et permet à l’utilisateur d’adopter multiples postures, on peut s’y asseoir s’y réunir , l’escalader comme sur une scène comme où on peut s’allonger.

Figure 101:Les différentes plateformes de travail. Source:Forme publique2016.

3.1.4-Big board Il s’agit d’une gigantesque table de meeting installée au beau milieu de l’esplanade. Facilement repérable par sa couleur jaune, elle offre aux usagers des bancs et des tables qu’on pourrait grimper. On est face à une sorte de « hub public de co-working ». Une table de réunion accueillant un arbre, est capable de se métamorphoser selon les besoins et les scénarii qui y prendront vie. A la fois espace de travail, de show et de sociabilité, cette plateforme ajoute du dynamisme et de l’effervescence à l’espace public, afin de permettre aux usagers de s’emparer de leur villes et concevoir une nouvelle urbanité citoyenne.

Figure 102: Big board,« hub public Source:Forme publique2016.

de co-working »

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

63


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

3.1.5-Les abris basculés «Une forme unique pour des usages ciblés…Les Abris basculés se dupliquent et génèrent différentes typologies d’usage, les quatre micro-architectures deviennent successivement, garage à vélos, cabine-miroir, banc abrité et espace de cadrage sur les œuvres d’art à ciel ouvert de La Défense.»Forme Publique 2016. Ces abris basculent sur ses quatre faces pour répondre aux besoins des usagers du parvis. A chaque position de nouveaux usages prennent vie. On se retrouve face à une relecture de l’espace. L’un d’entre eux est équipé d’une assise abritée qui prend la forme d’une méridienne sur laquelle on peut s’allonger, se reposer. Il s’agit d’une tentative d’inscription de l’espace domestique dans l’espace public. Ce mobilier permet aux individus de se ménager des coins d’intimité au sein même de l’espace public. Ils offrent aux cyclistes des garages à vélo qui une fois basculés deviennent des points d’accrochage , générant un espace de jeu pour enfants.

Figure 103: Scénarii offert par les abris. Source:Forme publique2016.

Figure 104: Scénarii offert par les abris. Source: Personnelle.

Figure 105: Synthèse des concepts . Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

64


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

4- Le séjour aux alentours 4.1- Relevé des ambiances et pratiques socio-urbaines Dans ce sous-chapitre, nous tâcherons de relever des pratiques urbaines, à partir de l’observation du vécu de l’espace public. Le but est de dégager la multitude d’activités et de scénarii. Les usagers de l’espace sont également différents, chacun adopte une posture adéquat à ses besoins . «Les espaces publics invitant au séjour contribuent à l’attractivité des centres-villes et des centres de localités. Le séjour permet notamment l’émergence d’interactions sociales. Il serait faux de déduire d’un espace public inhabité que les besoins en matière d’espace public y sont inexistants. Bien au contraire,les enquêtes permettent souvent d’identifier les déficits qui expliquent la faible fréquentation de certains espaces. Une amélioration de la qualité de séjour permet en général de constater rapidement de nouveaux usages et une forte appropriation des lieux.»Samuel Flükiger, Qualité du séjour dans l‘espace public,Aperçu des méthodes d‘analyse-2015.

Figure 106: Pratiques du séjour dans l’espace public tunisien. Source:Personnelle.

La ville grouille d’activités urbaines, souvent commerciales, les cafés prennent le dessus en terme d’espaces de séjour urbain, ensuite viennent les boutiques et les marchés. L’activité culturelle se limite à quelques bibliothèques , cafés culturels, un musée et quelques espaces culturels . L’esplanade piétonne installée sur le terreplein de l’avenue Habib Bourguiba est l’espace le plus fréquenté dans la ville de Tunis. Les espaces de repos à libre accès se limitent à quelques bancs publics éparpillés dans la ville ,souvent abîmes et non adéquats aux besoins des citoyens. «Ce qui attire les gens le plus, semble-t-il, c’est les autres».William H. Whyte

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

65


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

«Plus ces activités sont nombreuses,plus la qualité de la ville est avérée»Jan Gehl.

L’architecte Jan Gehl a distingué trois types d’activités, l’activité contrainte, optionnelle et sociale, qui contribuent à assimiler les pratiques du séjour urbain. Les activités contraintes prennent lieux dans des espaces incommodes au séjour. Il s’agit d’espaces de passage qu’on parcourt quotidiennement pour aller travailler ou pour faire des courses. Les espaces appellatifs quant à eux abritent les activités sociales et optionnelles comme se promener, se rencontrer, se reposer. Ces activités haussent la qualité de séjour de l’espace.

Figure 107: Activités urbaines de Tunis. Source:Personnelle.

«Les espaces publics de qualité se distinguent non seulement par leur attractivité pour les piétons, mais aussi par la grande diversité d’activités qu’ils offrent. Les activités se renforcent par ailleurs mutuellement. Les personnes qui marchent, mais aussi celles qui sont assises ou debout, sont de bons indicateurs des usages de l’espace public. L’observation des activités de séjour est donc précieuse afin de juger de la qualité et de la fonctionnalité des espaces publics». Gehl, Jan: New City Life. Copenhagen, 2006.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

66


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

Figure 108: Le paysage urbain, entre passage et séjour. Source:Personnelle.

Les activités relevées du vécu de la ville seront réparties selon les postures qu’adaptent les usagers au cours de leur séjour dans l’espace public. Entre personne debout, assise et en marche on retiendra plusieurs activités.

4.1.1-Personnes assises Le séjour dans la ville est d’autant plus commode quand il y a possibilité de s’asseoir. Le fait de s’asseoir dans l’espace public offre une multitude de scénarii d’usage comme se reposer, manger, lire, jouer, discuter , ou contempler les passants. Pour aménager l’espace public de telle sorte à ce qu’il soit adéquat aux pratiques du séjour,il faudrait tenir compte des différents besoins des divers types d’usagers , prenant l’exemple des personnes âgées qui cherchent le confort au dessus de tout, les jeunes par contre peuvent s’asseoir où bon leur semble.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

67


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

Ainsi nous dégageons deux types de sièges appropriés, sièges formels et sièges informels.

- Sièges formels: Les sièges formels sont les sièges originellement conçus pour abriter l’activité de séjour.

-Commercial

-Libre accès

.Prendre un café- Discuter

.Contempler les passant- Parler

Figure 109: Sièges formels offerts pour les usagers assis. Source:Personnelle.

-Sièges informels: Les sièges informels témoignent d’une action de détournement de fonction d’un mobilier conçu pour un autre usage, comme les marches d’escaliers ou les bacs à plantes et se l’approprier pour une activité de séjour. Cette forme reflète une forte appropriation de l’espace public.

Attendre

Passer le temps

Se reposer

Regarder les autres

Manger

Contempler

Figure 110: Appropriation informelles de l’espace urbain. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

68


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

4.1.2-Personnes debout Cette posture aussi timide qu’elle soit, offre une diversité de scénarii d’usage. Les usagers parcourent leurs villes, s’y promènent, y dressent des discussions. Prendre des photos

Contempler J ouer

Se promener

Faire les courses Travailler

Figure 111: Pratiques urbaines. Source:Personnelle.

Jouer de la musique

Se balader

Manifester

Commémorer

Se rassembler Lire

Assister à des spectacles

Exposer

Figure 112: Pratiques urbaines. Source:Google images-Facebook/Photographie de la Tunisie.

Figure 113:Synthèse des activités relevées. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

69


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

4.2- Espaces appropriés dans la ville 4.2.1-Espaces de repos Pour se reposer et de se détendre,les citoyens s’approprient des espaces conçus originellement à d’autres fonctions. Par exemple, les individus exploitent les marches du théâtre ou le bord de la fontaine de l’horloge pour se reposer et se rencontrer, célébrer un événement ou manifester. Ce détournement de fonctionnalité découle d’un manque d’espaces urbains appropriés aux besoins de la société.

Figure 114:Appropriation des marches de l’escalier du théâtre. Source:Personnelle.

4.2.2-Espaces de rassemblement L’avenue H. Bourguiba est l’espace de rassemblement par excellence dans la ville de Tunis. Par manque d’espaces dédiés aux rencontres culturelles et politiques, l’avenue est désormais le réceptacle de toute sorte de manifestations.

Figure 115:Manifestation «Tounes takra». Source: www.storify.com.

4.2.3-Espaces de consommation Les espaces de pause se limitent aux espaces de consommation, à savoir les cafés et les restaurants. Il n’existe pratiquement pas d’espaces de pause à libre accès. Pendant les pauses déjeuners, les travailleurs se précipitent vers les restaurants pour s’alimenter. L’espace de consommation le plus fréquenté est celui du «Central Park».

4.2.4-Espaces culturels La ville de Tunis manque d’espaces de culture et de travail hors champs. Le club Tahar Hadded abrite des débats et des manifestations culturels. Il constitue un espace de travail, qu’on pourrait fréquenter pour faire ses devoirs, ou lire quelques bouquins. Cet espace accueille des concerts,des rencontres culturelles et des expositions artistiques. Les bouquineurs y trouvent une grande bibliothèque, et des livres de tous genres, de quoi satisfaire leur envies littéraires. Cet espace est à libre accès nous pourrions y séjourner comme bon nous semble.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

Figure 116:Espace de consommation Central Park. Source: www.storify.com.

Figure 117:Concert à Club Tahrad Haded. Source: www.arabmusic.com.

70


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

4.3- Grille horaire des usages; Saisie par tranche horaire

Figure 118:Grille horaire des usages. Source: Personnelle.

L’observation des modes d’appropriation de l’espace public en fonction du temps, témoigne d’une grande variété de pratiques. A chaque moment passé dans la ville, est associée une multitude d’activités, le matin généralement les individus partent au travail, ces heures sont marquées par une grande activité de trafic, et un dynamisme effervescent. Quelques heures après, cette mobilité s’estompe progressivement pour reprendre naissance pendant les heures de pause. Plus tard dans la journée, les citoyens quittent le travail pour s’immerger dans la ville.

L’observation s’étale à échelle hebdomadaire, manifestant la variation du rythme d’appropriation de la sphère publique. En début de semaine, les espaces appropriés se limitent au cadres domestique et professionnel. Cependant en fin de semaine, les usagers ont plus tendance à fréquenter l’espace public pour y trouver refuge afin de contrer l’ennui. Plusieurs pratiques de séjour apparaissent, tout comme se rassembler, assister à des événements culturels et artistiques, se rencontrer pour discuter ou jouer..

Figure 119: Diversité des activités au cour de la semaine. Source:Personnelle.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

71


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

Figure 120: Grille horaires des usages d’un banc. Source:S’asseoir dans la ville, Pierre Bouvier,2014.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

72


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

5-Conclusion L’acte de vivre l’extérieur avec la même intensité que l’intérieur est un souci majeur des sociétés contemporaines. Certains pays européens procèdent à la résidentialisation de leurs villes par l’instauration de mobiliers urbains adéquats au séjour et au vivre-ensemble.

En Tunisie, le nouveau mode de vie a progressivement évolué, l’activité de séjour se passe plutôt dans la ville. Les tunisiens se sont défaits de la peur d’habiter l’extérieur. L’observation de l’activité de séjour en tant que nouvelle pratique majeure de la vie urbaine, a engendré le dégagement d’une multitude d’ambiances urbaines. Ces ambiances sont générées par une appropriation qui s’appuie sur le détournement de fonctionnalité. Les pratiques urbaines dans leur diversité varient pendant les différentes journées de la semaine ou même au sein de la même journée. Chaque jour propose un climat différent et des événements socio-politiques variables, à partir des quels découle de nouvelles façons de séjourner dans la ville.

6-Synthèse

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

73


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

74


Chapitre IV : Vers une résidentialisation de la notion de séjour

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

75


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

1- Introduction L’approche de notre atelier consiste à démarrer avec une analyse globale du contexte général de la ville de Tunis. Dans ce cinquième chapitre, nous enchaînerons avec une analyse urbaine de la médina, passant par la ville coloniale, pour clôturer avec le quartier des berges du Lac IIl. Il est indispensable d’évoquer la proposition d’aménagement du nouveau quartier du Lac III menée par l’atelier Lion, et d’établir une analyse critique. Nous allons par la suite proposer une alternative d’aménagement plus adaptée aux besoins.

L’analyse sociologique du contexte d’intervention, nous a renvoyé à un besoin évolutif en termes d’espaces de séjour urbain. Reste à sélectionner le site adéquat pour répondre à ce manque constaté. Nous procéderons donc par une étude des différentes typologies d’espaces publics à Tunis.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

76


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

2- Le contexte d’intervention Le contexte se trouve au nord de la Tunisie, au cœur de la capitale Tunis, traversée par le lac qui s’étend jusqu’à la plaine côtière. Il se situe sur la frange entre la ville coloniale et le quartier des Berges du Lac III. Figure 121: Beb bhar. Source:Personnelle.

Figure 122: Genèse de la ville coloniale. Source:Personnelle.

2.1- Analyse du tissu médinal 2.1.1-Le tissu médinal Ce tissu s’est développé suivant un plan organique, partant de la mosquée Ezzitouna, s’étalant pour abriter des maisons à patio, des souks et des «madressas»,le tout enveloppé par une enceinte. Il s’agit d’un urbanisme d’intimité, qui n’a pas prévu d’espaces publics à part le «s’han» de la mosquée ou les souks.

Figure 123: Croquis des ruelles. Source:Personnelle.

2.1.2- Hiérarchisation des voies

La structure urbaine de la médina se démarque, par l’hiérarchie des voies.

-Les rues, reliant les portes de l’enceinte à la

mosquée, passant par les souks. C’est des voies publiques plutôt larges, communes.

Figure 124: Hiérarchisation des voies. Source:Personnelle.

-Les ruelles, desservent les différentes composantes

du quartier médinal tels que les souks, les hammams, les «madressas». Ces voies sont moins larges,

-Les impasses, sont des passages voûtés, sinueux,

semi-public qui desservent les maisons, assurant un seuil de transition entre le domaine public et le privé, afin de préserver l’intimité des familles.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 125: Ambiance de Beb bhar. Source:Personnelle.

77


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

2.2-La ville coloniale Articulée suivant un plan en damier, la ville coloniale se dresse de part et d’autre de l’axe de l’avenue . Elle se caractérise par une esplanade piétonne qui accentue la perspective depuis Beb Bhar sur le lac . Il s’agit d’un tracé rectiligne, divisé en îlots fermés à l’origine des immeubles de rapport. Figure 126: Plan en damier. Source:Personnelle.

2.2.1-Les voies -L’avenue est un concept de desserte apparut pour

la première fois à Tunis avec l’avenue H. Bourguiba, axe structurant de la ville coloniale. C’est une voie plutôt large qui marque la transition entre la Médina et le lac.

Beb bhar

Axe de l’avenueH.B

-La rue, est moins large qu’une avenue, cette voie dessert les différents bâtiments du quartier colonial.

Figure 127: Axes de l’avenue. Source:Personnelle.

-Rue secondaire, plutôt étroite, et moins importante.

Elle relie une rue, ou une avenue à des bâtiments moins commun.

2.2.2-Repères La ville coloniale comporte divers points de repère, des bâtiments phares du quartier qui facilitent aux citoyens de se localiser. Parmi ces repères, nous citons l’hôtel Africa, le ministère de l’intérieur, le théâtre municipale, la cathédrale Saint Vincent de Paul ,la gare TGM..

Figure 128: Avenue H.Bourguiba. Source: www.webdo.tn.

2.2.3-Nœuds Ils se matérialisent dans l’urbanisme colonial par les ronds point, tels que le rond point de l’horloge et la statue d’Ibn Kholdoun qui marquent des points phares dans la ville de Tunis.

Maison

Maison -Immeuble

Maison de rapport

Figure 129: Repères de la ville. Source:Personnelle.

Immeuble de rapport.

Figure 130:Genèse de l’immeuble de rapport. Source:Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

78


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

3- Places et espaces publics dans la ville de Tunis «Dans la perception du cadre de vie, l’Homme ressent plus souvent l’environnement sous forme de symboles que de signes. La plupart des communications humaines passent par ces symboles. La complémentarité signe/symbole est ainsi un des éléments de base de la perception» A.S.Bailly, La perception de l’espace urbain.

Figure 131: Espaces publics de Tunis. Source:Personnelle.

L’analyse des espaces publics de Tunis nous a permis de dégager une multitude de territoires urbains à différentes affinités. Dans ce sous-chapitre nous énoncerons les divers espaces publics de Tunis. Les espaces publics sont quasiment absents dans la médina, mis à part le s’han de la mosquée et les souks puisqu’avant on évitait tout espace de rassemblement populaire par peur des révoltes. Dans le tissu colonial,le colonisateur a initié les premières formes d’espace public à savoir les places, placettes, et jardins publics...

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

79


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

3.1-Vécu des espaces publics de la médina La mosquée Ezzitouna marque le noyau central de

la Médina de Tunis. Elle détient outre son rôle religieux une fonction sociale et culturelle. La mosquée représente non seulement un lieu de célébration du culte mais un lieu de savoir, d’enrichissement et de consolidation des rapports humains. La cour de la mosquée appelée «Ess’han» marque la transition entre le profane et le sacré. Les médinois s’y rendent pour faire la prière et pour discuter des affaires politiques et sociales. Le s’han est l’unique incarnation d’espaces publics dans la médina de Tunis.

Figure 132: Mosquée Ezzitouna. Source: www.la-croix.com.

Les souks sont des ruelles couvertes, espaces

d’échanges commerciaux et de rencontre. Appui de transactions sociales, les «souks» présentent un large champs de sociabilité dynamique, un espace de séjour transitoire: séjour mercantile. Les souks sont des espaces publics, ouverts à tout le monde pendant la journée, et espaces privés clos pendant la nuit. Il s’agit d’un espace temporel, à la fois public et commun. Le souk rassemble les habitués de la médina, les visiteurs et les touristes. Véritable champs de vivre-ensemble au sein duquel se dressent des rapports intergénérationnels, inter-raciaux et inter-ethniques.

Figure 133: Ambiance sociale dans le souk. Source:Personnelle.

Figure 134: Place Beb bhar. Source:Personnelle.

La place Beb Bhar est un seuil urbain, espace de

transition qui sépare la Médina de la ville coloniale. Son emplacement est stratégique puisqu’elle marque l’entrée du quartier médinal. De nos jours cette place est considérée comme un espace d’échange et de co-présence. Espace résiduel, délimité par du bâti qui comprend des commerces et des cafés, la place est une scène d’événements et de festivités.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 135: Manifestation artistique dans la place Beb Bhar. Source:forumdesdemocrates.com.

80


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

3.2-Vécu des espaces publics de la ville coloniale -L’Avenue Habib Bourguiba est l’axe structurant

du Tunis colonial partant de Beb Bhar et arrivant jusqu’au Lac. Il s’agit d’une artère cardinale, et d’un axe historique qui relate l’histoire de la genèse de la ville. L’avenue est dotée d’une valeur royalement symbolique, une icône imposante et caractéristique de la ville. C’est un axe de transition, un nœud qui relie les différents tissus urbains.

Figure 136: Coupe sur l’avenue H.B. Source:Personnelle.

La médina

Tissu colonial

Quartier duLac3 Figure 137: Différents tissus de la ville Source:Google earth avec illustration personnelle.

Au centre de l’avenue, se dresse un terre-plein, souligné par de la végétation. L’esplanade générée par ce terre plein démarre avec la place Ibn Kholdoun pour finir avec la gare de TGM. Ce terre-plein est parsemé par quelques banquettes parcourant les différents monuments implantés sur l’avenue.

Figure 138: Avenue Habib Bourguiba: Axe structurant de la ville. Source:www.pinterest.com.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

81


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

-Les repères sont des éléments qui sortent du commun et qui permettent aux habitués

de l’espace urbain de se repérer, de se localiser et de se guider. Le fait de s’appuyer sur la présence de ces repères provoque chez les citoyens un sentiment de sécurité et une maîtrise spatiale. Les repères puisent leur unicité de leur aspect singulier, au niveau de leurs formes, de leur intégration dans le paysage ou alors de leur implantation

Figure 139: Repères de la ville de Tunis. Source:Personnelle.

-Les nœuds marquent les jonctions de voies, toute intersection entre deux lignes de la

trame en damier accentuée par un événement. L’avenue contient essentiellement trois nœuds prépondérants: la place d’Ibn Kholdoun, la place du 14 Janvier et la statue de Habib Bourguiba. Ces nœuds symbolisent des événements urbains, qui articulent la circulation dans le tissu colonial .

Figure 140: Noeuds de l’axe de l’avenue. Source:Personnelle.

-Les limites : L’aboutissement de l’avenue Habib

Bourguiba est marqué par la rive du lac. L’axe de l’avenue suit une ligne droite accentuée par l’esplanade et la végétation et s’achève avec le commencement du lac. Cette continuité visuelle est interrompue par le viaduc de la république et les routes véhiculaires qui coupent à chaque fois l’esplanade piétonne. Cependant l’étendue de l’axe semble évidente et digne d’une terminaison adéquate..

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 141: Limites visuelle. Source:Personnelle.

82


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

-Place de la Kasbah ou place du gouvernement, est

la place symbolique du pouvoir politique de la Tunisie. Surplombée par divers sièges de ministères, l’hôtel de ville et l’hôpital Aziza Othmana. Suite à la révolution des jasmins, cette place a abrité deux sit-ins. L’appropriation citoyenne de cette place comme espace de vie, a exercé une pression sur le système politique. Témoin du pouvoir populaire lorsque les citoyens s’emparent de leur espace public. Figure 142: Manifestation politique. Source:Facebook/Photographie de la Tunisie.

Place de l’indépendance, connue comme «La place Ibn Kholdoun». La place est cernée par le pouvoir politique et religieux, elle se situe entre l’ambassade de France et la Cathédrale St Vincent de Paul. Anciennement appelée Place de la Résidence, la place est devenue place de l’indépendance après le départ du colonisateur. L’installation de la statue du sociologue «Ibn Kholdoun» a fait de cette place un repère à part entière. Aujourd’hui, la place est non adaptée à l’appropriation urbaine, par manque d’aménagement adéquat et de mobilier urbain support de toute forme de séjour.

Place 14 Janvier: l’horloge «assise des générations», centre de l’axe structurant de la ville de Tunis. Cette place est reconnue par l’obélisque en métal implanté au centre d’une immense fontaine. Longtemps considérée comme un lieu de mémoire , son aménagement en espaces verts et la pose de l’horloge, en ont fait un repère et un espace de vie. Les gens se l’approprient de différentes manières. Certains s’assoient sur son bord, tournent ainsi le dos à l’obélisque et observent les passagers traversant l’esplanade de l’avenue .L’appropriation détournée de cette place en fait un espace de séjour pour les usagers de la ville mais qui demeure inadéquat pour cette activité.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 143: Sit-in la kasbah. Source:www.lapenseedemidi.org.

Figure 144: Place Ibn Kholdoun. Source:Personnelle.

Figure 145: Assise de l’horloge. Source:Personnelle.

83


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

4- Proposition de l’Atelier Lion 4.1- Présentation du projet

Figure 146: Nouveau quartier du lac III. Source:www.atelierslion.com.

«Le projet urbain prolonge le centre ville jusqu’à l’eau en offrant aux Tunisois une véritable corniche autour du lac. Ce nouveau quartier accueillant un business center, et des équipements majeurs, privilégie la mixité bureaux et habitats. Des activités tournées vers le lac et sa mise en valeur ponctuent la grande promenade qui longe l’eau et font du lac le nouveau centre animé de la capitale.» Atelier Lion associés, Extension du Centre-Ville autour du Lac Nord Tunis, Tunisie 2010-2014

Figure 147: Plan du nouveau lotissement. Source:www.atelierslion.com.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

84


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

Figure 148: Coupe sur Av.Ghana. Source:Personnelle.

- Dégagement de l’esplanade sur le lac. -Prolonger l’avenue H.B.

Figure 149: Coupe sur Av.Med V. Source:Personnelle.

Figure 150: Coupe sur Av.H.B. Source:Personnelle.

-- Continuité de la ville. - Rallonger les grands axes. - Composer avec le paysage urbain.

- Mixité des fonctions, entre quartier d’affaires, habitat, commerce. -Plan en damier cartésien.

Figure 151: Concepts dégagés de la proposition de Lion. Source:www.atelierslion.com(avec illustration personnelle).

-Concept de l’îlot ouvert La typologie urbaine qu’a proposé l’atelier Lion s’appuie sur le concept d’îlot ouvert de Christian de Portzamparc,qui regroupe divers bâtiments autonomes, d’hauteurs variables, de façades alignées sur la rue, tout en gardant des retraits entre les bâtiments pour éviter la mitoyenneté et mieux exposer le bâti et créer des percées visuelles au sein de l’îlot.

4.2- Critique du projet

Figure 152: Principe de l’îlot ouvert. Source:www.atelierslion.com.

Le projet qu’a proposé l’atelier Lion est un prototype préconçu non adapté aux besoins de notre société. Malgré la richesse du projet, la proposition envisagée ne répond pas aux besoins des citoyens puisqu’elle n’a pas prévu assez d’espaces de sociabilité et de séjour.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

85


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

5- Proposition de l’atelier 5.1- Présentation de la proposition L’analyse de la proposition de Lion témoigne d’une faible adaptation au cadre tunisien. Nous avons donc essayé de remédier aux points négligés, par la proposition d’un autre projet que nous avons élaboré par groupe d’étudiants.

Figure 153: Plan du lotissement proposé par notre atelier. Source:Personnelle.

5.2-Genèse de la proposition

Figure 154: Genèse de la proposition. Source:Personnelle.

Notre proposition a prévu de dégager une esplanade sur le lac qui constituera la continuité de la corniche du Lac I et II. Nous avons libéré des échappées visuelles pour fusionner la sphère minérale et la sphère architecturale. Ensuite nous avons appliqué le concept de l’îlot ouvert tout en adoptant une morphologie organique similaire à celle de la Médina.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

86


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

Stationnement Espaces verts Habitat R+6 Équipements R+4 Loisirs-Commerce R+2

Figure 155: Zoning de la proposition. Source:Personnelle.

La voie véhiculaire qui part de l’avenue Habib Bourguiba, s’achève donnant naissance à une esplanade piétonne. Le stationnement des véhicules est prévu dans une aire de stationnement pouvant abriter un parking à étages.

Figure 156: Limites de la zone véhiculaire et début de l’esplanade piétonne. Source:Personnelle.

Figure 157: Ambiance de l’esplanade sur le lac. Source:Personnelle.

Figure 158: Plan des masses du lotissement proposé par l’atelier. Source:Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

87


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

5.3- Justification du choix du site La situation plutôt stratégique de ce terrain semble être adaptée à mon séjour. L’ouverture directe sur le Lac et l’implantation directe sur l’esplanade piétonne qui aboutit à la corniche contournant le lac. Un site qui favorisera l’échange et l’urbanité dans une ambiance de quiétude et sérénité.

5.3.1- Le terrain en chiffres

Figure 159: Choix du site. Source:Personnelle.

Le site est de forme quasi rectangulaire, qui fait 54m par 71.5m, d’une superficie totale de 4000m². Le terrain se trouve sur la limite du bâti, il s’inscrit dans un tissu de hauteur ne dépassant pas les 10m: R+1 pour ne pas bloquer l’ouverture sur le lac.

5.3.2- Accessibilité et voisinage

Figure 160: Dimensions du site. Source:Personnelle.

Le choix du site émane d’une volonté de réconcilier la ville de Tunis avec son lac et ses citoyens. Le site se trouve à l’aboutissement de l’axe de l’avenue Habib Bourguiba, une sorte d’échappatoire, pour couper avec le rythme stressant de la ville. Le terrain est accessible à la fois de l’axe venant de l’avenue et de l’esplanade piétonne en continuité de la corniche.

Figure 161: Accessibilité et voisinage. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

88


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

Le site abritera un projet donnant directement sur le lac, pour établir un urbanisme à la manière de Kevin Lynch. L’objectif est de créer un espace public aux citoyens, afin de leur offrir une chance de couper avec le stress et apprendre à retomber amoureux de leur ville.

Figure 162: Perspective sur le site. Source: Personnelle.

L’implantation de mon séjour sur ce site, lui permettra de desservir à la fois le paysage urbain et le paysage naturel constitutifs de la ville de Tunis. Le site s’implante à l’aboutissement de l’axe de l’avenue Habib Bourguiba qui est l’axe structurant de la ville de Tunis, tantôt à l’échelle urbaine qu’à l’échelle historique et culturelle. Une esplanade effervescente qui prendra fin avec un séjour citoyen et culturel. Dans la recherche d’une symbiose paysagère et sociétale. Le séjour urbain puisera de ce site pour mieux répondre aux besoins de la ville et de ses usagers.

Figure 163: Implantation du séjour. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

89


Chapitre V - Quel site occupera le séjour dans la ville ?

6- Conclusion Nous nous retrouvons face à une urbanité inadaptée aux nouveaux modes de vie du tunisien. Le but premier de l’aménagement du quartier du Lac III, reste d’ouvrir la ville sur son lac, et de renouer avec ses citoyens. Finaliser l’axe de l’avenue Habib Bourguiba avec un espace public, là où les usagers pourront séjourner et cohabiter semble toutefois une nécessité. De ce fait découle le choix d’un terrain donnant sur le lac , implanté à l’aboutissement de l’axe de l’avenue, dans un souhait d’établir un espace de citoyenneté urbaine, champs favorisant la sociabilité le partage et le renforcement des rapports sociaux. Après avoir dégager un besoin d’espace de séjour collectif, au sein duquel la ville tendra à s’ouvrir à son lac et à son peuple, une étude de programme adéquat s’avère essentielle.

7- Synthèse

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

90


Chapitre V - Quel site occupera le sĂŠjour dans la ville ?

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

92


Chapitre V - Quel site occupera le sĂŠjour dans la ville ?

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

93


Chapitre VI - Programme du séjour.

1- Introduction Dans ce chapitre, nous essayerons de définir un programme à partir des analyses effectuées dans les chapitres précédents (Espace-usagers-activités). Le programme du séjour sera dégagé à partir du relevé des ambiances urbaines de la ville de Tunis et la réflexion sur les pratiques constituant le vécu. L’observation minutieuse du vécu de la ville nous a permis de dégager les besoins des citoyens vis à vis de leur espace public et le manques d’espaces de séjour. La réflexion que nous avons mené sur les pratiques de séjour spontanées nous permettra d’établir un programme fonctionnel pour reproduire un vécu augmenté cohérent aux attentes des individus, et de dresser un organigramme fonctionnel qui tendra à ouvrir la ville sur son lac et la réconcilier avec ses habitants.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

94


Chapitre VI - Programme du séjour.

2- Reprise des ambiances urbaines relevées

Figure 164: Activités de séjour dans la ville de Tunis. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

96


Chapitre VI - Programme du sĂŠjour.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

97


Chapitre VI - Programme du séjour.

3- Genèse du programme La définition du programme est un pilier de la réflexion sur la notion du séjour, puisque l’établissement,du programme est un projet à part entière. Au début de la recherche nous avons conçu un programme collectif dédié à un public varié. Avec l’approfondissement de l’étude des besoins de séjour et l’intégration d’approches sociales et culturelles, le programme a également évolué. Le programme viendra en réponse à un constat dégagé depuis le démarrage de la réflexion, qui témoigne d’un manque en termes d’espaces de séjour urbain dans la ville de Tunis, et de l’étalement de la pratique de séjour dans la ville. Tenant compte de l’extériorisation du mode de vie, la réflexion sur la transposition des activités de séjour domestique dans un cadre urbain semble indispensable. Le programme s’articulera donc sur des espaces d’activités abritant des scénarii de vie urbaine. Un espace qui évolue, se réinvente et se conjugue suivant la cadence des usages. Une architecture dédiée à l’urbain, un espace ni privé ni public, une sorte d’agora contemporaine favorisant les interactions sociales afin d’enrichir davantage la vie urbaine. Un espace de détende, de rencontre d’échange et d’expérimentation dédié aux usagers cherchant le séjour dans la ville, et à tous les citoyens.

Figure 165: Genèse du programme. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

98


Chapitre VI - Programme du séjour.

4- Les pratiques de séjour proposées: entre vécues et rêvées Le programme que nous proposons est un programme novateur qui émane d’une réflexion sur les pratiques urbaines. Il consiste à rassembler diverses activités urbaines au sein d’une architecture qui constituera un chez soi collectif pour tous les tunisiens. Ce foyer urbain promouvrait une culture sociale et urbaine évolutive,à l’image du nouveau mode de vie. Il constituera une destinée pour tous les usagers afin de subvenir à leurs besoins en termes d’espaces de repos et de divertissement.

4.1-Le foyer urbain Le foyer urbain constituera un espace de séjour, qui a pour finalité de rassembler les citoyens dans un cadre urbain. Le but est de promouvoir la culture de habiter l’urbain et d’intervenir sur le contexte tunisien et de rapprocher les usagers au lac. Cet espace symbolisera une retranscription du vécu domestique dans un espace ni public, ni privé , installé au sein de l’espace urbain . Le foyer urbain sera conçu par et pour tous. Il constituera un chez-soi collectif au sein duquel le citoyen pourra pratiquer le séjour dans une ambiance conviviale et dans la chaleur humaine. Espace de rencontre ouvert à tous, le foyer urbain aura pour but de lutter contre l’isolement social et le repli sur soi.

Figure 166: Ambiance du foyer urbain. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

99


Chapitre VI - Programme du séjour.

4.2-Composantes du programme du séjour 4.2.1-Éden social: Espaces de partage et d’interactions humaines « On se rassemble là où les choses se passent, on recherche spontanément la présence d’autrui» Gehl, Jan, Pour des villes à échelle humaine. Montréal: Éditions Eco société,2012,P37

-Terrasse de la ville La terrasse de la ville constituera avant tout un espace d’hospitalité et d’échange social. Terrasse entièrement ouverte, vécue dans la chaleur humaine et la jovialité. Cet espace surplombera l’accès au séjour, permettant aux usagers de contempler les marcheurs et d’observer les «séjourneurs» .Les usagers qui fréquenteront cet espace seront ceux qui cherchent à se publier, à voir et à se faire voir. L’éclatement de l’espace combiné à la pergola perforée, plongera l’espace dans une lumière abondante générant une ambiance rafraîchissante qui tendra à enrichir la qualité du séjour dans l’ espace. La terrasse définirait un seuil urbain qui marquera la transition entre espace public et espace moins public, il sera chargé d’activités, et favorisera les interactions sociales. Un espace là ou chacun aspirera la ville à sa façon, à savoir: discuter avec des amis, se fixer des rendez-vous, échanger des nouvelles, prendre des photos, observer les autres ou simplement bouquiner tout en étant en plein dans une scène urbaine et végétale riche en potentialités paysagères. L’ouverture de l’espace suggérera une double perspective sur l’ensemble du nouveau quartier du lac III et sur les autres espaces du séjour.

Figure 167: Ambiance de la terrasse de la ville. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

100


Chapitre VI - Programme du séjour.

-Salon citoyen Le salon sera conçu à l’image de la salle de séjour domestique. Une sorte de «living room» public, pouvant abriter plusieurs pratiques de séjour. Une pièce moins publique éclatée qui tendra à se fondre dans la sphère urbaine, et à combler le besoin de se dévoiler et de rompre avec l’isolement . Un salon aménagé et partagé par tous, mené d’une ambiance sobre et quelques aménagements en bois. Le principal matériau de construction reste la lumière et la co-présence des usagers. C’est un espace de rencontre,là où les usagers pourront se réunir ou même faire la connaissance des autres. Des groupes d’individus se formeront pour discuter. Le salon tendra à aider les tunisiens à se ré-acclimater à de nouveaux atmosphères urbains. Il s’agirait d’un espace au sein duquel les limites seront gérées par l’utilisateur, lui seul décidera du degré d’intimité qu’il voudrait instaurer,au moyen des parois amovibles qui lui permettront de voir les autres sans pour autant être vu.

Figure 168: Ambiance du salon social. Source: Personnelle.

-Table sociale

Il s’agirait d’une plateforme extérieure, sous forme d’une immense table de travail, menée d’une assise et d’un plateau. Sa disposition suggérera une diversité de postures, on pourrait s’y asseoir,s’y allonger pour profiter du soleil ou alors la grimper. Une plateforme de travail en bois, générant une ambiance de travail à l’air libre, menée de ports USB et d’une connexion internet permettant aux «cybe rcitoyens» de rester connectés. Les gens pourront s’y rendre pour manger un bout ou prendre son café tout en profitant d’une vue incontournable sur le lac. L’espace pourrait également basculer pour offrir une scène événementielle. Il sera en quelque sorte cerné par l’ombre d’un grand olivier, afin de protéger les usagers du soleil et pour enrichir la qualité de leur séjour. La table sera caractérisée par une spécificité, à savoir un mécanisme qui va définir sa hauteur. Un scénario sera proposé,permettant de surélever la table avec des vérins. Son abaissement susciterait l’installation d’une dizaine de personnes pour profiter d’un repas collectif,afin de favoriser les valeurs de sociabilité et du vivre ensemble surtout pendant le mois de Ramadan..

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

101


Chapitre VI - Programme du séjour.

Figure 169: Ambiance de la table sociale. Source: Personnelle.

-Espace de divertissement Cet espace sera dédié aux loisirs, pouvant abriter multiples scénarii d’usages. Espace totalement découvert fac au lac, sous forme de gradins partant d’un même module qui changeront d’échelle pour héberger différentes activités de divertissement. Rassemblant tout types d’usagers, cet espace favorisera l’interaction sociale et intergénérationnelle. Cet espace comprendra des espaces de jeu avoisinant un espace pour parents afin qu’ils puissent superviser leurs enfants. Pendant leur séjour , les usagers pourront profiter de la vue sur le nouveau quartier et sur le lac de Tunis. Cette aire de divertissement offrira un moment de détente et de sociabilité ,et abritera des activités de loisirs à savoir, assister à des concerts de musique, des expositions artisanales , et un cadre pour conter les légendes populaires afin de revivre notre Tunisie authentique et d’exposer des scènes de vie antérieures .

Figure 170: Ambiance de l’espace de divertissement. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

102


Chapitre VI - Programme du séjour.

«Il n’y a rien de mieux que d’être ensemble face à face» Ray Oldenburg

-Comptoir de consommation Une plateforme dégagée qui se fondra dans la sphère urbaine. Un espace de séjour gourmand, ouvert sur l’extérieur, dépourvu de toute limite physique. Un espace dans lequel les individus pourront séjourner pendant leurs heures de pause, apporter leur nourriture et s’alimenter en plein cœur d’une nature urbanisée. Pendant le moins de Ramadan, les citoyens pourront apporter leurs repas et profiter de leurs souper dans une ambiance agréable. Le comptoir sera conçu à l’échelle des groupes, pour pouvoir accueillir les pique-niques familiaux pendant le week-end, sans qu’il ne doivent se déplacer en dehors de la ville. Il s’agirait d’une sorte de restaurant à ciel ouvert non commercial. Une réflexion sur un nouveau concept de restauration afin d’enrichir davantage le vécu de la société tunisienne.

Figure 171: Ambiance du comptoir de consommation. Source: Personnelle.

4.2.2-Éden culturel: Espaces de culture urbaine -Box culturel Les box culturel sera dédié aux bibliophiles, comportant une collection de livres de quoi satisfaire tous les goûts. Il s’agirait d’un troisième lieu ouvert sur la ville, qui luttera contre la dé-socialisation de la société et l’individualisation de la société. Cet espace surgira suite à une réflexion sur une nouvelle approche culturelle, une version dépoussiérée du modèle des bibliothèques traditionnelles. Le box culturel constituera un espace de séjour culturel aux mobiliers appellatifs, doté de matériaux sobres avec des parois ajourées en béton qui se conjugueront avec la lumière tamisée générée par la pergola suspendue. Les usagers de cet espace séjourneront dans une ambiance agréable, et décideront de la durée de leur séjour, sans restrictions ni limites. L’ouverture de l’espace, tendra à rendre l’ambiance plus agréable , et à améliorer la qualité de l’activité culturelle. Les citoyens s’y installeront pour bouquiner tout en profitant de la vue sur le lac, pour organiser des débats, de poésie, ou de méditation. Un espace dédié aux amateurs de la culture qui a pour but d’étancher leur soif d’apprendre.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

103


Chapitre VI - Programme du séjour.

Figure 172: Ambiance du box culturel. Source: Personnelle.

-Berceau intergénérationnel Cet espace abritera les usagers de différentes catégories d’age, favorisera les liens entre les générations. Il tentera essentiellement de provoquer la rencontre entre les jeunes, ardeur d’un peuple en chemin et personnes âgées mémoire de la société. Le berceau intergénérationnel sera conçu pour répondre aux besoins des usagers et pour s’adapter à leurs capacités et conditions physiques. Le mobilier de cet espace sera commode, procurant un sentiment de bien être, de quoi rendre agréable le séjour des personnes âgées. La sagesse que les personnes âgées ont accumulés au fil du temps pourrait être d’une grande utilité pour assister les plus jeunes, et les soutenir sur leur chemin d’épanouissement. Cet espace viendra en réponse à des besoins croissants, les parents pourront y déposer leur enfants, pour qu’il soient pris en charge par des personnes âgées qui s’y connaissent bien. Les personnes âgées peuvent leur raconter des mythes populaires afin de développer leur imagination. Les personnes âgées peuvent également apprendre des plus jeunes, qui sont beaucoup plus à la page en termes des pratiques numériques. .

Figure 173: Ambiance du berceau intergénérationnel. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

104


Chapitre VI - Programme du séjour.

4.2.3- Éden euphorisant: Espace de repos et de détente -Le chez-soi collectif « Un lieu où le pouvoir d’attraction et de rétention change la valeur du temps, où les rythmes quotidiens se superposent et deviennent pour le flâneur urbain la matière et l’objet d’une délectation.» Alexis Ligougne Le chez-soi collectif,espace central qui reliera les différentes entités du séjour. Une assise civique sous forme d’un patio éclaté par analogie au patio traditionnel, abritant toutes les activités de séjour urbain. Cet espace contiendra un élément central accueillant un olivier centenaire. Il sera conçu par ses usagers, fusionnant les sphère urbaine et végétale. Traversé par une promenade urbaine donnant sur le lac, le patio central se composera de gradins de différentes échelles. Un véritable espace de sociabilité,le chez-soi collectif n’a de sens que grâce à ses usagers. Les fréquenteurs du chez-soi sont principalement des citoyens en quête d’un domicile urbain, à savoir les artistes, ceux qui cherchent à retrouver l’enfant en soi et ceux qui cherchent à faire passer le temps.

Figure 174: Ambiance du chez-soi collectif. Source: Personnelle.

-Chambre urbaine Il s’agirait d’un espace moins plutôt intime, constituant un refuge social pour ceux qui recherchent de l’intimité au sein de l’urbain. La chambre urbaine est ouverte à toute manière d’appropriation espace flexible pouvant abriter toute sorte de séjour, aménageable en sous-espace pouvant abriter des individus cherchant l’isolement ou des groupes d’amis et de familles cherchant à se réunir paisiblement en dehors du dedans domestique. Cet espace n’est pas entièrement fermé mais il peut s’adapter à la fermeture partielle en réponse aux besoins des usagers.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

105


Chapitre VI - Programme du séjour.

Figure 175: Ambiance de la chambre urbaine. Source: Personnelle.

«Siésterie» La «siésterie» est un espace à plus forte intimité, dédié aux personnes cherchant refuge dans l’espace public, les personnes crevées et ne disposent pas de la possibilité de rentrer chez eux. Un espace novateur, qui suggérera la transposition une activité purement intime dans un cadre urbain. Un défi social qui tâchera de bousculer la perception de l’espace public,de fusionner les valeurs du dedans et le dehors, et d’estomper les limites entre intime et public. Cet espace proposera un «challenge» pour les usagers qui sont prêts à couper avec l’exclusion de l’espace public et le perçoivent comme espace de transition entre travail et maison. Aménagés en mobilier commode, et doté d’une ambiance conviviale qui reproduira l’image de la chambre à coucher domestique, totalement disposée pour qu’on s’y sente chez-soi.

Figure 176: Ambiance de la «siésterie». Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

106


Chapitre VI - Programme du séjour.

4.2.4- Éden expérimental: Espace d’invention de nouvelles pratiques -Paillasse de la ville

Nous proposons un laboratoire urbain à ciel ouvert, véritable espace de découverte, et champs de créativité citoyenne. Cet espace consistera en un espace dégagé, aménageable selon les besoins. Nous avons prévu d’intégrer une approche participative, qui tend à inclure les citoyens dans le processus de co-création de l’espace public afin de mieux se l’approprier. La plateau sera équipé de différents types de mobiliers urbains transformables et déplaçables. Un espace qui tâchera de répondre à tous les besoins et de s’adapter à tous les scénarii d’appropriation possibles. Implanté face au lac, cet espace suggérera une ouverture et un dégagement spatial et visuel. La paillasse expérimentale offrira une large marge de flexibilité, par analogie à la diversité de la mosaïque sociale tunisienne, qui comprendra divers types d’usagers et de pratiques d’usages urbaines. La paillasse se composera de plateforme superposées et juxtaposées, aménageables en mobiliers permettant d’adopter différentes postures, et adaptés à tout types de conditions physiques. Agencés par des parois amovibles et flexibles, cet espace offre une variété de modes de séjour.

Figure 177: Ambiance du plateau d’expérimentation. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

107


Chapitre VI - Programme du séjour.

5- Organigramme fonctionnel L’organigramme fonctionnel permet d’identifier les relations et les différentes interactions spatiales, visuelles, et sociales entre les différentes entités composantes le foyer urbain. Le séjour urbain est un espace multifonctionnel que les habitants et les usagers passagers peuvent s’approprier en toute facilité. Il comprendra des entités sociales, culturelles, pour produire une mosaïque d’activités citoyennes, imprégnée par la participation citoyenne et les valeurs du vivre ensemble.

Figure 178: Organigramme fonctionnel. Source: Personnelle.

Figure 179: Estomper les limites entreles espaces. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 180: Hiérarchisation de l’intimité. Source: Personnelle.

108


Chapitre VI - Programme du sĂŠjour.

6-Programme quantitatif

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

109


Chapitre VI - Programme du séjour.

7- Conclusion La réflexion portée sur le vécu des usagers de l’espace public tunisien nous a permis de mettre en évidence des défaillances et un déphasage face à une société en constante évolution. Les citoyens tunisiens réclament de nouveaux espaces adaptés à un nouveau besoin de séjour. Ce constat se dérive du contexte d’étude qui nous a permis de dégager les entités composantes de l’espace de séjour proposé. Le passage d’une phase de relevé de vécu, à une réflexion sur la perception nous a permis d’aboutir à la conception d’un espace attractifs, riche en ambiances urbaines, accueillant un public diversifié et proposant un vécu spatial agréable. Véritable espace social, le séjour favorise les interactions sociales, le partage et la sociabilité. Ces valeurs constituent un clé de voûte du concept d’«urbatecture». Un espace n’est riche que des ses ambiances.

8- Synthèse

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

110


Chapitre VI - Programme du sĂŠjour.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

112


Chapitre VI - Programme du sĂŠjour.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

113


Chapitre VII - Intentions architecturales.

1-Introduction Aborder l’échelle «urbatecturale» de l’architecture, nécessite de s’appuyer sur des connaissances et des concepts réfléchis. Dans ce chapitre nous détaillerons la démarche conceptuelle de notre essai de séjour en évoquant certaines notions préalablement dégagées à partir de l’analyse du contexte environnemental, urbain et social et du programme réfléchi et récolté d’une analyse minutieuse du vécu. Nous expliquerons par la suite la démarche conceptuelle , nécessaire à l’élaboration d’une esquisse qui découle des connaissances évoquées dans les chapitres précédents. L’élaboration d’une esquisse de projet constituera une synthèse de l’ensemble des acquisition et du savoir générant le processus conceptuel à savoir la genèse du projet élément indispensable à la conception et l’assimilation de l’essai.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

114


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Figure 181: Concepts. Source: Personnelle.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

115


Chapitre VII - Intentions architecturales.

2- Éléments de réflexion du projet 2.1- Concepts urbanistiques -Urbanité est un terme emprunté au latin «urbanitas» qui signifie « séjour de la ville» et «qualité de ce qui est de la ville». L’urbanité renvoie sur l’autorité dictée par la présence de l’Homme dans l’espace, témoin de l’éternelle interaction que mène l’individu avec son milieu. « Une réflexion sur le sens du vivre en ville comme dimension originale et spécifique de

l’existence

humaine, sur le sens des échanges, de la communication entre les hommes» Paul Moreau, L’homme et la ville.

Figure 182: Schéma explicatif de l’urbanité. Source: Personnelle.

-Urbatecture L’urbatecture est la fusion entre la sphère urbaine et la sphère architecturale, ce concept consiste à «architecturer l’urbain». Il est apparu avec l’établissement de la réflexion sur l’organisation urbaine au cours de la conception architecturale. L’urbatecture est définie en tant que «l’architecture qui décide du développement de la cité».

-Citadinité La citadinité est définie comme« la dimension renvoiesur une interaction évolutive entre

Figure 183: Plan de l’immeuble International. Source: Personnelle.

actorielle de l’urbanité », elle l’individu et l’objet urbain.

«La citadinité constitue un ensemble de représentations nourrissant des pratiques spatiales, celles-ci,en retour, par réflexivité, contribuant à modifier celles-là» M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 2003..

-Participation citoyenne «La participation citoyenne est l’exercice et l’expression de la citoyenneté à travers la pratique de la participation publique, de la participation sociale et de la participation électorale.» Institut du Nouveau Monde (INM). Elle se définit comme le processus d’engagement de citoyens dans la prise de décision affectant leur communauté, une sorte de partage du pouvoir. L’approche participative est une approche empathique qui consiste à impliquer les citoyens dans la conception de leurs espaces, en vue de mieux répondre à leurs besoins et d’assurer Figure 184: Participation citoyenne. l’appropriation continuelle de l’espace urbain . Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

116


Chapitre VII - Intentions architecturales.

-Concept de l’îlot ouvert de Christian de Portzamparc La réflexion sur l’espace urbain n’a cessé d’évoluer au fils des années, après l’étude menée sur la planification urbaine menée par Kevin Lynch, on évoquera le concept de l’îlot ouvert de, tendance actuelle de l’urbanisme contemporain.

Le concept de l’îlot ouvert consiste à penser la ville dans son vide comme son plein. L’aménagement d’îlots ouverts consiste à attaquer l’échelle entre l’urbain et l’architectural au niveau du quartier. L’îlot ouvert se caractérise par une partie «pleine» autonome et diversifiée, et une partie «vide» ouverte et dégagée. L’alignement sur la rue génère des espaces intérieurs. La porosité des voies dégage des échappements visuels sous forme de cadrages de vue et de fenêtres urbaines qui suscitent la curiosité des passagers. On retrouve une hiérarchisation d’espaces passant de l’espace public,au semi-public, à l’espace privé. Le bloc haussmannien suggère une façade alignée sur la rue, qui renferme une cour intérieure.

Figure 185: Genèse de l’îlot ouvert Source:Personnelle.

Figure 186: îlot ouvert. Source:www.pinterest.com.

Figure 187: Concept de l’îlot ouvert Source:www.christiandeportzamparc.com.

-Ouverture sur le lac

Figure 188: Exemple d’îlot ouvert. Source: www.ecdm.eu.com

La porosité du projet et l’ouverture de l’îlot engendre son ouverture sur le lac afin de permettre aux usagers de profiter pleinement du paysage naturel et de réconcilier Tunis avec son lac.

Figure 189: Porosité et ouverture. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

117


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Figure 190: Composantes de l’espace public. Source:Personnelle.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

118


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Le sĂŠjour urbain: Un chez soi-collectif..

119


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Le mobilier urbain consiste à l’ensemble des installations urbaines agencés dans

l’espace urbain, afin de s’adapter aux besoins des usagers. Il contribue à prospérer la sociabilité et aide à se fonder un chez-soi en dehors de la maison. Ce genre d’installations permettent de vivre pleinement l’espace public dans le confort et le bien être, grâce à la diversité des scénarii d’usage qu’il propose, s’asseoir, se reposer, contempler..

Figure 191: Scénarii d’usage d’une table urbaine. Source: Personnelle.

Figure 193: Scénarii d’usage d’un mobilier modulable. Source: Personnelle.

Figure 194: Scénarii d’usage d’un abri urbain. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

120


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Figure 195: Scénarii d’usage d’une cabane urbaine. Source: Personnelle.

Figure 192: Scénarii d’usage d’un banc-abri de bicyclette.. Source: Personnelle.

Figure 196: Scénarii d’usage de plateformes sur vérins.. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

121


Chapitre VII - Intentions architecturales.

2.3- Le parti architectural -Alternance plein vide Le vide et le plein sont des manifestations spatiales qu’on retrouve partout dans la maison, dans la rue, et dans la ville. C’est le vide qui définit le plein et réciproquement. Le vide abrite un plein d’activités,tout comme le plein. Le plein est plein par du vide, et le vide est vide pour être plein.

Figure 197: Alternance plein-vide. Source: Personnelle.

Cette dualité génère la perméabilité de l’espace, qui fait sa porosité, et son ouverture sur l’environnement. Le vide est structurant de l’espace, il s’agit d’un champs libre avec des fonctionnalités distinctes. L’alternance entre plein et vide permet d’aérer l’espace vécu, générant un champs plus large de sociabilité et de vivre-ensemble. Le choix d’opérer avec cette dualité découle d’une volonté d’extérioriser l’espace de vie, et d’estomper la limite entre intérieur et extérieur.

-Éclatement de la boîte architecturale

Figure 198: Rapport entre masses vides et masses bâties. Source: Personnelle.

L’éclatement de l’espace architectural fermé, permet d’estomper ses limites physiques. L’ouverture de l’espace permet de ramener de la lumière naturelle afin de rajouter de la chaleurosité à l’espace, et briser sa fermeté et son introversion.

Le choix de ce concept provient d’un besoin de dégager l’espace intime sur l’espace public, d’essayer d’établir un séjour urbain découlant d’une volonté d’éclater la chambre fermée et le patio traditionnel et d’estomper les valeurs d’intimité et d’ouvrir le séjour intime sur l’espace urbain.

Figure 199: Éclatement des masses. Source: Personnelle.

Figure 200: Éclatement de la boite architecturale. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

122


Chapitre VII - Intentions architecturales.

-Flexibilité dans le temps La flexibilité se définit comme l’habilité de l’espace architecturé à s’adapter à des pratiques spatiales évolutives. Ce concept dénonce l’idée d’un espace à usage unique. L’espace flexible est un espace sans fonction figée, polyvalant et multifonctionnel. L’agencement de l’espace varie en fonction des besoins des usagers. L’extensibilité de l’usage est assurée par la flexibilité du mobilier modulable et transposable, et l’installation de parois amovibles. L’agencement intérieur de l’espace est exploité d’une façon à générer des scénarii imprévus d’échanges. L’usager a la possibilité de s’approprier l’espace comme il l’entend. Il impose ses choix à l’espace qu’il vit. Ce n’est plus l’espace qui dicte un usage précis. La flexibilité crée un espace de partage et d’interactions sociales et culturelles. Ce genre d’espace produit une utilisation créative, favorisant la naissance de multiples possibilités de vivre l’espace sans restrictions, l’usager se crée son espace, qu’il s’approprie librement. Il devient concepteur de son propre cadre de séjour.

Figure 201: Flexibilité de l’espace selon l’usage. Source: Personnelle.

-Intervisibilité des espaces L’espace propose des perspectives multiples . Cette intervisibilté favorise le contact visuel, émotif, et appuie l’appartenance spatiale. Le contact entre les espaces encourage les interactions sociales, et l’échange dans le but de vivre l’espace dans une ambiance d’intimité partagée. Le choix de ce concept favorise la sociabilité dans l’espace de séjour afin de retrouver l’homogénéité et la convivialité du chez -soi. Cette intervisibilité sera renforcée par l’éclatement des espaces et leur ouverture sur le patio central, sur la ville et sur le lac

Figure 202: Coupe montrant l’intervisibilité des espaces. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

Figure 203: Connexions visuelles entre les usagers. Source: Personnelle.

123


Chapitre VII - Intentions architecturales.

3- Démarche conceptuelle 3.1- Genèse du projet Nous avons constaté que la ville de Tunis nécessite des espaces de sociabilité urbaine. Nous nous proposons de concevoir un espace de séjour urbain dans l’aboutissement de l’axe de l’avenue H.B. Pour ce faire, nous avons choisi un terrain bordant l’axe de l’avenue et donnant sur le lac de Tunis. Accessible par des voies piétonne de tous côtés, et séparé du lac par une esplanade végétale dégagée aboutissant la corniche du Lac.

Figure 204: Quel site pour notre espace de séjour Source: Personnelle.

Le terrain choisi fait 71.5 de longueur et 54m de largeur, entouré de bâtiments à fonction commerciale et culturelles avec une hauteur maximale de R+2. Le terrain offre une variété de perspectives, il donne sur le lac, l’avenue H.Bourguiba, l’île Chikli et le mont Boukornine. Par son ouverture le séjour profitera de vues sur le paysage naturel et urbain de la ville.

Figure 205: Proportion du terrain choisi Source: Personnelle.

Dégagement suivant un axe parallèle de l’axe de l’avenue Habib Bourguiba et cernant la perspective sur le lac. Cette intervention est totalement dégagée et constitue un point majeur du projet afin de consolider l’ouverture du séjour sur l’urbain. Cette ouverture s’inspire de l’îlot ouvert de Portzamparc afin d’assurer l’interaction entre le bâti et la ville. Figure 206: Dégagement de l’axe parallèle à l’avenue Habib. Bourguiba. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

124


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Marquage des retraits par rapport aux voies piétonnes entourant le terrain afin d’attirer plus d’usagers, et de créer des espaces extérieurs de transition entre le public et le privé.

Figure 207: Dégager les retraits sur les voies. Source: Personnelle.

Notre séjour se veut discret mais à la fois accueillant. Nous avons procédé à faire décaler le volume donnant sur la rue , afin de dégager l’accès au projet. Nous avons tenté de reproduire le modèle de seuil de transition médinal, à savoir l’entrée en chicane afin d’hiérarchiser le passage entre sphère publique et sphère privée.

Figure 208: Dégager l’entrée en chicane. Source: Personnelle.

Nous avons opté pour le dégagement d’un deuxième axe longitudinal, afin de créer des percées visuelles permettant aux passagers parcourant l’axe de l’avenue Habib Bourguiba, d’entrevoir l’ambiance au sein du séjour pour appeler les usagers de l’espace urbain à pénétrer la sphère du séjour et d’expérimenter les pratiques urbaines qu’il offre.

Figure 209: Dégager les retraits sur les voies. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

125


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Nous avons fait le choix de creuser un espace central à l’image du patio de la maison traditionnelle, un espace central riche en stimulus visuels, créant un événement architectural à part entière. Véritable espace de sociabilité urbaine, d’échange et de partage. Cet espace structure les entités composantes du projet, et assure l’intervisibilité des espaces pour accentuer les interactions sociales. Figure 210: Creuser un patio central. Source: Personnelle.

L’usager est le centre prépondérant de notre la réflexion. Nous nous sommes donc appuyé sur la relation qu’entretient l’usager vis à vis de son espace vécu. Nous avons déjà dégagé la notion de proxémique définissant les distances qu’entretient l’usager vis a vis de ses semblables. Nous avons fait le choix de créer une trame dont les proportions varient de la distance publique, à la sphère sociale, personnelle puis intime. Cette hiérarchie est gérée par l’usager selon ses besoins au moyen de la flexibilité de l’espace.

Figure 211: Application de la trame. Source: Personnelle.

L’application de cette trame a générée des micros-espaces de séjour, modulables selon le nombre d’usagers(Individu-CoupleGroupe) et leurs besoins. L’agencement de ces modules suit la logique d’alternance de plein-vide afin de dégager le séjour sur son environnement immédiat à la fois naturel et urbain, et d’accentuer l’intervisibilité entre les espaces. Figure 212: Eclatement dela boite. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

126


Chapitre VII - Intentions architecturales.

4-Ambiances du projet

Figure 213: Plan de masse. Source: Personnelle.

Figure 214: Vue générale. Source: Personnelle.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

127


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Véritable espace de rencontre mené d’une vue sans pareil, le chez-soi collectif constituera un espace d’épatement et de bien-être pour les «séjourneurs» potentiels.

Figure 215: Ambiance du patio général. Source: Personnelle.

Figure 216: Ambiance de la chambre urbaine. Source: Personnelle.

Après une journée laborieuse au boulot, la chambre urbaine semble le refuge des citoyens en quête de repos et de quiétude. Espace à forte intimité, la chambre offrira à son usager un cadre euphorisant et une expérience nouvelle de vivre l’urbain.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

128


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Figure 217: Ambiance de l’espace de consommation. Source: Personnelle.

Éblouis par l’enchantement de l’espace urbain, des familles et des groupes d’amis se rendront à l’espace de consommation afin de profiter d’un bon repas ou de discuter .

Figure 218: Ambiance du plateau expérimental. Source: Personnelle.

Le plateau expérimental quant à lui abritera les citoyens à la recherche de découverte et de nouvelles manières de séjourner dans l’urbain.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

129


Chapitre VII - Intentions architecturales.

Figure 219: Ambiance de la «siésterie». Source: Personnelle.

Cherchant le confort de l’intime dans l’ouverture de l’urbain, certains usagers se précipiteront vers l’espace de «siésterie» afin se reposer et faire le plein d’énergie avant de replonger dans le rythme stressant de la ville.

Figure 220: Ambiance du box culturel. Source: Personnelle.

Un groupe de bibliophiles s’installeront dans le box culturel dans le souhait d’étancher leur soif d’apprendre tout en profitant d’un cadre chaleureux et d’une vue sur le lac.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

130


Conclusion générale

Cette recherche nous a permise de porter une réflexion sur un contexte bien spécifique : Penser le séjour dans l’espace urbain d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Le travail s’est basé sur l’étude du concept du séjour urbain. En effet, nous avons fait en sorte de dégager les paramètres et les différentes notions reliées au séjour et les différents modes de vie des citoyens afin de pouvoir les transposer sur le champ de l’urbain. L’objectif de ce mémoire est d’établir une relation interactive entre la ville et le citoyen, afin qu’il puisse reconquérir son rôle d’acteur et de décideur urbain. Nous avons démarré notre recherche par dresser une constatation. La métamorphose de la famille Tunisienne a engendré l’extériorisation du séjour domestique. Durant les différentes phases de cette recherche, nous avons essayé de retracer la genèse des espaces de séjour, l’évolution du mode de vie de la famille tunisienne et la configuration de la maison. Le séjour des citoyens se passe désormais en ville. Cependant cette activité de séjour s’avère marginalisée par l’urbanisme tunisien. En réalité, la ville de Tunis n’a pas pris en considération l’évolution des modes de vie et demeure en décalage face aux mutations sociales. L’observation minutieuse du vécu urbain de la ville de Tunis nous a permise de concevoir un programme adéquat et novateur, et de réinterpréter le vécu des espaces urbains dans un projet « urbatectural » qui répondra aux besoins des citoyens. La finalité de ce mémoire est de créer une nouvelle spatialité qui marie architecture et urbain pour une activité qui évolue aussi entre le privé et public. Le séjour urbain est un espace polyvalent qui abritera les activités quotidiennes relevées à partir du vécu des usagers de la capitale de la Tunisie. Ce programme tendra à promouvoir une approche participative qui renforcera les valeurs du «vivre-ensemble» et de donner au citoyen l’opportunité de participer à la conception de son espace de séjour. Ensuite, nous avons évoqué quelques concepts tels que l’urbanité, la citadinité et l’îlot ouvert, qui ont orienté notre réflexion pour développer un projet « urbatectural ». Cette recherche a pour but essentiel de réconcilier la ville de Tunis avec son lac et faire du quartier du lac III un nouveau morceau de la ville, au sein du quel les citoyens pourront retrouver de nouveaux espaces pour séjourner aisément et pratiquer un vécu urbain dans des espaces appropriés et évolutifs. Le projet constituera un essai de recherche et de création d’un espace urbain architecturé qui constituera un lieu de séjour à l’échelle de la ville. Cet espace de séjour tendra à réunir les citoyens et à s’adapter à leurs besoins et leur mode de vie moderne. L’idée du séjour urbain a pour objectif de rassembler les citoyens dans un espace urbain où ils peuvent pratiquer des activités censées se faire dans le cadre domestique. Le séjour urbain permettrait d’estomper les limites entre intérieur et extérieur, de vivre le dehors avec la même intensité du dedans et d’adapter la spatialité à l’activité recherchée.

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

131


A partir des concepts abordés dans notre étude, un projet «urbatectural» à tendance événementielle a vu le jour, un projet qui tient compte de l’osmose entre architecture et urbanisme, osmose entre vécu et espace approprié, tout en offrant une place adéquate pour le séjour, dans la ville, en essayant de l’intégrer et de l’insérer dans l’espace urbain. L’espace vécu des pratiques habitantes des usages est une source de réflexion pour développer de nouveaux espaces projetés est appréhendés au travers de quelques démarches de perceptions expérimentales d’un vécu augmenté base de référenciation conceptuelle. L’espace rêvé, l’espace imaginaire sont ainsi la meilleure source de création d’un espace architecturé dans un cadre urbanisé. La connaissance des modes d’habiter est aujourd’hui une base de données riches de vécu socio-culturel et de raisons pour réinventer des spatialités urbatecturales. L’approche réflexive sur l’urbain par l’injection de l’architecture, ainsi que les élaborations méthodologiques sur le projet et la relation empathique entre le concepteur et l’habitant, ouvrent d’ambitieuses perspectives pour concevoir autrement l’espace.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

132


Ouvrages:

Références bibliographiques

-Gaston Bachelard,Poétique de l’espace, 1957. -Le Corbusier, Urbanisme 1994. - Kevin Lynch, L’image de la cité, Dunod, 1998. -Renzo Piano, Frédérique de Gravelaine, Penser la ville heureuse 2005.Palmarès des jeunes. urbanistes,Villes inventives ,2014. -Érik Neveu et Bastien François ,ESPACES PUBLICS MOSAÏQUES,Acteurs, arènes et rhétoriques. des débats publics contemporains, 1999 ,Presses universitaires de Rennes, . -Valérie Devillard, L’espace public et l’emprise de la communication, 1996, Réseaux,,pp. 147-151. -Fondation Michel Woitrin, Vivre la ville ? Regard croisés sur le lieux de vie et de travail, 1996. -Tahar Hadded, Notre femme, la législation islamique et la société 1930 . -A. Moles et E. Rohmer, Psychologie de l’espace, 1973, pp. 440-441. -Denis Delbaere ,La fabrique de l’espace public. Ville, paysage et démocratie,2010,186 p. -Edward T. Hall,La Dimension cachée, Seuil, 1971, p 245. -BERDOULAY V , « Le lieu et l’espace public », (1997) Cahiers de géographie du Québec, p 301-309. -Antonin Margier ,Cohabiter l’espace public,Presses universitaires de Rennes, 2017,198 p. -Thierry Paquot, L’espace public, La Découverte, coll. « Repères », 2009, 125 p., -Michel Foucault,des espaces autres,Hétérotopies,(1967). -Alain Metton, L’espace perçu : diversité des approches, Espace géographique 1974 ,pp. 228-230 -Gehl Jan, Pour des villes à échelle humaine. Montréal ,2012: Editions Eco société,P37 -Sophie MARIANI-ROUSSET Espace public et Public d’expositions: Les parcoures une affaire à suive, éd. Parenthèses, coll. Eupalinos, Marseille, 220 p. -Marcus Zepf. L’espace public en exp´erimentation: penser et réinterpréter l’urbain en permanence.Tracés : Revue de Sciences Humaines, 2009, ENS Editions, p. 13-15. -Maurice MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception,1945 Paris: La Librairie Gallimard, Collection Bibliothèque des idée, 531 pp. Habermas Jurgen. «L’espace public», 30 ans après. 1992. Les espaces publics. pp. 161-191. -Christophe Gibout, L’espace public comme lieu de transactions sociales. Une lecture à partir des pratiques de loisirs urbains,2009,Editions De Boeck Supérieur P168.

Mémoires et thèses: -Thameur Dhaouafi, L’espace citoyen, Enau Tunis,2016. -Ezzehar Sara,Un espace vide, plein d’activités,Enau Tunis,2016. -Eya Trabelsi, Le troisième lieu,Enau Tunis,2016. -Mathieu pochan,S’asseoir dans l’espace public (Mobilité piétonne), panorama autour du séjour urbain--Jibril OMARI, DES NOUVELLES URBANITES Peut-on concevoir et construire la ville autrement pour mieux se l’approprier ?-Ecole nationale supérieure d’Architecture de Bordeaux, 2014. -Pierre Roca d’Huyteza ,ESPACES PUBLICS. Aborder la ville par ses vides,INSA,2013. -Raphael Pigeon, ENTRE-ESPACE, Ecole d’architecture Université Laval, 2013. -M.Collet Maryline,«micro-espaces, espace d’appropriation» ENSA.Montpellier,2015. -Jeanne Lambert,Espace universel Tadao Ando, ENSAPB,2013. -Bilyana Katsarova, Epace conçu, espace vécu, ENSAL 2016 -Delphine Marzo, Le seuil, limite entre sphère privée et sphère publique-2015 - Lucie TORTEL, Une autre lecture de l’espace public: les apports de la psychologie de l’espace, Ecole d’architecture Université Laval, 1998. -Jérôme La Pierre, Les salons urbains: un dialogue entre ville, habitation et eau, Ecole d’architecture de l’Université Laval,2013. -Hamidi Kim, L’agora, un modèle d’espace public ? Thèses Lyon,VOISIN B, 2001,p.37.

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

133


Articles et revues: -VOISIN B. L’espace public Romain,2001,p.37. -Pascal Dupond, La perception selon Merleau-Ponty,2007. -Nadège Leroux, Qu’est-ce qu’habiter ? Les enjeux de l’habiter pour la réinsertion-2008 -Raouia Kheder, Espace public: Histoire d’une réappropriation, 2014 -Ibid, Agora et espace public, Institut Numérique, 2012. -Ben Slama Hanen, Coprésence dans l’espace public. Situations et modes de partage des ambiances ramadanesques, 2009. -International,La révolution en Tunisie, Tunisie : les dates clés de l’indépendance à la chute de Ben Ali, 2011. -Jean-François SERRE, Une psychologie de l’espace:La proxémique d’Edward T. Hall 2013 -Victor Schwach, Phénoménologie et proxémique - La méthode d’Abraham Mole, 1993 -Chiara Sebastiani et Sami Yassine Turki, Espace (s) public(s) en Tunisie. De l’évolution des politiques aux mutations des pratiques,2016.-Wandrille Hucy et Nicole Mathieu, Vivre et habiter dans une ville au naturel. L’agglomération rouennaise : terrain d’expérience et modèle, 2006, p. 127-140 -Benjamin Pradel, L’espace public face à la résidentialisation : une ressource de l’habiter mise sous tension, Conférence internationale, Université Sapienza de Rome, 2015. -Nicole Mathieu, Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé / 2004 -Zeboute,La proxémie ou l’espace de communication et de vivre ensemble2013, Zeboutes’blog -Mathilde Servet, Les bibliothèques troisième lieu, Une nouvelle génération d’établissements culturels,2010. -Vincent Tricaud,Paysagiste conseil, Résidentialisation-Traitement et gestion des espaces publics-2007 -J-Yves Martin ,«La production de l’espace» De Henri Lefebvre (1974),2005. -Ordre des architectes du Quebec« Troisieme lieu: La chose publique.» 2015. -Samuel Flükiger, Qualité du séjour dans l‘espace public,2015,mobilité piétonne Suisse, P38 Séjourner dans l’espace public Mobilité piétonne Suisse,2016 -Michèle Jolé, Quand la ville invite à s’asseoir : Le banc public parisien et la tentation de la dépose Les Annales de la recherche urbaine, 2003 pp. 107-115 -Xavier Guillon, Mobiliers PAS urbain, Du mobilier pas urbain pour nos villes- Bancs publics, bancs publics -2014 -Sana Frini, Pratiques urbaines dans les quartiers populaires de la ville coloniale de Tunis: Entre héritage, conséquences et nouveaux défis, 2012 -Lumières de la ville.net, Living Room : le concept britannique pour lutter contre l’isolement social, Lumières de la ville, 2016. -Hafida Boulekbache-Mazouz ,Lire l’espace public pour mieux l’écrire,2008. -Antonin Margier. La cohabitation dans les espaces publics: Conflits d’appropriation entre riverains et personnes marginalisées à Montréal et Paris. Géographie. Université du Québec à Montréal, 2013.

Webo-graphie: www.atelierslion.com/ Homos vivens-L’encyclopédie de l’Agora:Pour un monde durable Défacto:Etablissement public de gestion du quartie d’affaires de la Défense/Forme publique 2016 En bref; l’info autrement / voilà à quoi ressemblait la Tunisie en 1899/ 2016

Sources audio-visuelles Court métrage «Défense de filmer », Zak Kedzi,2017:Filmé à propos du Quartier de la défense-Paris

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

134


Table des figures Figure1: Abstraction de l’espace. Source: www.pinterest.com........................................................................9 Figure2: Espace-temps. Source: www.pinterest.com.......................................................................................9 Figure3: Séjour. Source: Firas Hamdi-Etudiant Enau...........................................................................................9 Figure4: Espace urbain. Source: www.pinterest.com.......................................................................................9 Figure5: Spatialité temporelle. Source: www.pinterest.com............................................................................10 Figure6:Temporalité du séjour. Source: Personnelle...........................................................................................10 Figure7:Séjour diurne de Tunis. Source: Personnelle...........................................................................................10 Figure8:Séjour nocturne de Tunis. Source: Personnelle......................................................................................10 Figure9: Plan d’une chambre en T. Source: Personnelle...................................................................................11 Figure10: Ch. d’un palais médinal. Source: Tunisie.co......................................................................................11 Figure11: Patio d’une maison traditionnelle. Source: www.marhba.com.....................................................11 Figure12: Séjour des femmes dans le patio. Source: Personnelle....................................................................11 Figure13: Salle de séjour contemporaine. Source: www.vivons-maison.com..............................................12 Figure14: Emprise des espaces de séjour dans la maison contemporaine.Source: www.pinterest.com.12 Figure15: Salon espace ouvert à l’extérieur et aux invités. Source: Personnelle............................................12 Figure16: Séjour de l’Homme primitif. Source: vbscuola.it...............................................................................13 Figure17: Séjourner ensemble. Source: Personnelle...........................................................................................13 Figure18: Le Souk: espace non privé. Source: Personnelle...............................................................................13 Figure19: Place de la Kasbah. Source: Personnelle...........................................................................................13 Figure20: Croquis d’espace public,paysage naturel et social. Source: Sabah Alg......................................14 Figure21: Synthèse des différents types d’espaces. Source: Personnelle.......................................................14 Figure22:Espace de rassemblement. Source: www.doomed.libsyn.com......................................................15 Figure23:Ambiance au sein du forum. Source: philippe.biard.pagesperso. fr..............................................15 Figure24: Croquis d’une ruelle. Source: Personnelle..........................................................................................16 Figure25: Jamâa Ezzitouna. Source:alsimsimah.blogspot.com.......................................................................16 Figure26: Emancipation de la femme. Source:www.cairn.info.......................................................................16 Figure27: Schéma d’une famille étendue. Source:Personnelle........................................................................16 Figure28: Schéma d’une famille nucléaire. Source:Personnelle......................................................................16 Figure29: Police partout, justice nulle part. Source: Photographie de la Tunisie............................................17 Figure30 Liberté d’expression .Source: Personnelle............................................................................................17 Figure31: Enfin libres.. Source: irmc.hypotheses.org..........................................................................................17 Figure32: Sit-in la Kasbah. Source: Femmes de Tunisie......................................................................................17 Figure33: Espace vécu,perçu,conçu. Source: Personnelle..............................................................................20 Figure34: L’espace public, scène sociale,culturelle et citoyenne. Source: Personnelle..............................21 Figure35: Diverses manifestations de la perception. Source: Personnelle......................................................22 Figure36: Installation d’art «Bodies in Urban Spaces».Source: Zeboute’s blog..............................................22 Figure37: Coquilles spatiale de l’individu. Source: Personnelle.......................................................................22 Figure 38: Différents types d’espaces perçus de diverses manières. Source: Personnelle..........................23 Figure 39: Facteurs régissant la perception de l’espace. Source: Personnelle.............................................24 Figure 40: Extension des coquilles personnelles dans l’espace domestique. Source: Personnelle.............25 Figure 41: Croquis des scénarii de séjour domestique. Source: Personnelle..................................................25 Figure 42: Rapport dedans-dehors. Source: Personnelle...................................................................................26 Figure 43: Portes de la Médina, Bab bhar. Source: Personnelle.......................................................................26 Figure 44: Ruelles et façades aveugles. Source: Personnelle...........................................................................26 Figure 45: Plan d’une Skifa(Dar Lasram). Source: www.pinterest.com...........................................................26 Figure 46: Vécu de l’espace domestique. Source: Personnelle......................................................................27 Figure 47: Vécu de l’espace domestique. Source: Personnelle......................................................................28 Figure 48: Pavillon de Barcelone. Source: folliesandlandmarks.blogspot.com............................................29 Figure 49: Pavillon de Barcelone. Source: Siteetsite.com.................................................................................29 Figure 50: Pavillon de Barcelone. Source: Personnelle......................................................................................29 Figure 51: Pavillon de Barcelone. Source: Personnelle......................................................................................29 Figure 52: Éclatement de la boite. Source: Personnelle....................................................................................29 Figure 53: Coupe schématique. Source: Personnelle......................................................................................29 Figure 54: Plan du pavillon. Source: Personnelle.................................................................................................29 Figure 55: Vécu de l’espace urbain. Source: Personnelle.................................................................................30 Figure 56: Seuil: fusion entre dedans et dehors. Source: Personnelle..............................................................31 Figure 57: Coupe perspective montrant les sphères de l’espace urbain. Source: Personnelle..................31 Figure 58: Photo d’une fenêtre en bandeau, Villa Savoye, Poissy. Source: Personnelle..............................31 Figure 59: Photo d’une fenêtre tableau, Villa Savoye,Poissy.Source: Personnelle......................................31 Figure 60: Le palier, comme extension de la maison. Source: Personnelle....................................................32 Figure 61: Le jardin extension du domestique sur l’extérieur. Source: Personnelle........................................32 Figure 62: Le sbat, espace de sociabilité. Source: Personnelle......................................................................33 Figure 63: Souk de la médina. Source: Personnelle...........................................................................................33 Figure 64: Le Sbat comme filtre social et spatial. Source: Personnelle............................................................33 Figure 65: Immeuble l’international, véritable seuil urbain. Source: Personnelle..........................................33 Figure 66: Ouverture de l’immeuble. Source: Personnelle................................................................................33 Figure 67: Troisième lieu. Source: Personnelle.....................................................................................................34 Figure 68: Croquis illustrant l’ambiance dans un troisième lieu. Source: Personnelle....................................34 Figure 69: Le troisième lieu comme lieu d’habitués, favorisant le débat. Source: Personnelle...................35 Figure 70: La café entre privé et public. Source: Personnelle.......................................................................36 Figure 71: Photos montrant les cafés de la Médina. Source: Facebook/Photographie de la Tunisie........36 Figure 72: Photos montrant les cafés de l’avenue. Source: michelgiliberti.com./media-plus-tn.com.......36 Figure 73: Croquis de l’ambiance des habitués du comptoir. Source: Personnelle.....................................37

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

135


Figure 74: Croquis de l’ambiance à l’intérieur du café. Source: Personnelle................................................37 Figure 75: Croquis de l’ambiance de la terrasse du café. Source: Personnelle..........................................37 Figure 76: Profil du citadin. Source:Personnelle..................................................................................................40 Figure 77: Itinéraire d’un passager. Source: Personnelle...................................................................................40 Figure 78: Profil d’un passager pressé. Source:Personnelle..............................................................................40 Figure 79: Profil du citadin désintéressé. Source:Personnelle............................................................................41 Figure 80: Le citoyen et l’espace urbain. Source:Personnelle..........................................................................41 Figure 81: Le promeneur. Source:Personnelle.....................................................................................................42 Figure 82: Chemin parcouru par le promeneur. Source:Personnelle..............................................................42 Figure 83: Profil de chercheur de repos. Source:Personnelle...........................................................................42 Figure 84: Plusieurs profils de promeneurs. Source:Personnelle........................................................................42 Figure 85: Différentes manifestations du refuge urbain. Source:Personnelle..................................................42 Figure 86: Profil d’un cyber citoyen. Source:Personnelle..................................................................................43 Figure 87: Tous à la recherche de connectivité. Source:Personnelle.............................................................43 Figure 88: Habitants de la ville. Source:Personnelle...........................................................................................43 Figure 89: Faire de la ville son espace de vie. Source:Personnelle..................................................................44 Figure 90: Jouer dans la ville. Source:Personnelle..............................................................................................44 Figure 91: Contempler le paysager urbain. Source:Personnelle......................................................................45 Figure 92: Contemplateurs de la ville de Tunis. Source:Personnelle................................................................45 Figure 93: Le séjourneur urbain. Source:Personnelle..........................................................................................45 Figure 94: Croquis montrant différentes manières de s’approprier l’espace public. Source: Personnelle.48 Figure 95: Schémas analytique sur l’avenue Habib.Bourguiba. Source: Personnelle...................................49 Figure 96: Coupes montrant le partage des voies .Source: Personnelle.........................................................49 Figure 97: Localisation des installations urbaines. Source:Forme publique2016( illustration personnelle)..50 Figure 98: Scénarii d’appropriation des refuges de la défense. Source:Personnelle....................................51 Figure 99: Refuge.. Source:Forme publique2016...............................................................................................51 Figure 100: Rue des utopies, parcours de sociablilité intime. Source:Forme publique2016.........................51 Figure 101:Les différentes plateformes de travail. Source:Forme publique2016............................................52 Figure 102: Big board,« hub public de co-working ». Source:Forme publique2016.......................................52 Figure 103: Scénarii offert par les abris. Source:Forme publique2016..............................................................53 Figure 104: Scénarii offert par les abris. Source: Personnelle............................................................................53 Figure 105: Synthèse des concepts . Source:Personnelle.................................................................................53 Figure 106: Pratiques du séjour dans l’espace public tunisien. Source:Personnelle......................................54 Figure 107: Activités urbaines de Tunis. Source:Personnelle.............................................................................55 Figure 108: Le paysage urbain, entre passage et séjour. Source:Personnelle...............................................56 Figure 109: Sièges formels offerts pour les usagers assis. Source:Personnelle.................................................57 Figure 110: Appropriation informelles de l’espace urbain. Source:Personnelle...........................................57 Figure 111: Pratiques urbaines. Source:Personnelle...........................................................................................58 Figure 112: Pratiques urbaines. Source:Google images-Facebook/Photographie de la Tunisie................58 Figure 113:Synthèse des activités relevées. Source:Personnelle......................................................................58 Figure 114:Appropriation des marches de l’escalier du théâtre. Source:Personnelle..................................59 Figure 115:Manifestation «Tounes takra». Source: www.storify.com...............................................................59 Figure 116:Espace de consommation Central Park. Source: www.storify.com.............................................59 Figure 117:Concert à Club Tahrad Haded. Source: www.arabmusic.com...................................................59 Figure 118:Grille horaire des usages. Source: Personnelle................................................................................60 Figure 119: Diversité des activités au cour de la semaine. Source:Personnelle.............................................60 Figure 120: Grille horaires des usages d’un bac. Source:S’asseoir dans la ville, Pierre Bouvier,2014...........61 Figure 121: Beb bhar. Source:Personnelle..........................................................................................................64 Figure 122: Genèse de la ville coloniale. Source:Personnelle..........................................................................64 Figure 123: Croquis des ruelles. Source:Personnelle...........................................................................................64 Figure 124: Hiérarchisation des voies. Source:Personnelle................................................................................64 Figure 125: Ambiance de Beb bhar. Source:Personnelle..................................................................................64 Figure 126: Plan en damier. Source:Personnelle.................................................................................................65 Figure 127: Axes de l’avenue. Source:Personnelle............................................................................................65 Figure 128: Avenue H.Bourguiba. Source: www.webdo.tn..............................................................................65 Figure 129: Repères de la ville. Source:Personnelle...........................................................................................65 Figure 130:Genèse de l’immeuble de rapport. Source:Personnelle................................................................65 Figure 131: Espaces publics de Tunis. Source:Personnelle................................................................................66 Figure 132: Mosquée Ezzitouna. Source: www.la-croix.com............................................................................67 Figure 133: Ambiance sociale dans le souk. Source:Personnelle.....................................................................67 Figure 134: Place Beb bhar. Source:Personnelle................................................................................................67 Figure 135: Manifestation artistique dans la place Beb Bhar. Source:forumdesdemocrates.com.............67 Figure 136: Coupe sur l’avenue H.B. Source:Personnelle.................................................................................68 Figure 137: Différents tissus de la ville. Source:Google earth avec illustration personnelle..........................68 Figure 138: Avenue Habib Bourguiba: Axe structurant de la ville. Source:www.pinterest.com..................68 Figure 139: Repères de la ville de Tunis. Source:Personnelle............................................................................69 Figure 140: Noeuds de l’axe de l’avenue. Source:Personnelle........................................................................69 Figure 141: Limites visuelle. Source:Personnelle..................................................................................................69 Figure 142: Manifestation politique. Source:Facebook/Photographie de la Tunisie.....................................70 Figure 143: Sit-in la kasbah. Source:www.lapenseedemidi.org.......................................................................70 Figure 144: Place Ibn Kholdoun. Source:Personnelle......................................................................................70 Figure 145: Assise de l’horloge. Source:Personnelle......................................................................................70 Figure 146: Nouveau quartier du lac III. Source:www.atelierslion.com..........................................................71

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

136


Figure 147: Plan du nouveau lotissement. Source:www.atelierslion.com.......................................................71 Figure 148: Coupe sur Av.Ghana. Source:Personnelle......................................................................................72 Figure 149: Coupe sur Av.Med V. 72 Source:Personnelle.................................................................................72 Figure 150: Coupe sur Av.H.B. Source:Personnelle.............................................................................................72 Figure 151: Concepts dégagéde la proposition de Lion. Source:www.atelierslion.com.......................72 Figure 152: Principe de l’îlot ouvert. Source:www.atelierslion.com.................................................................72 Figure 153: Plan du lotissement proposé par notre atelier. Source:Personnelle...........................................73 Figure 154: Genèse de la proposition. Source:Personnelle...............................................................................73 Figure 155: Zoning de la proposition. Source:Personnelle.................................................................................74 Figure 156: Limites de la zone véhiculaire et début de l’esplanade piétonne. Source:Personnelle...........74 Figure 157: Ambiance de l’esplanade sur le lac. Source:Personnelle............................................................74 Figure 158: Plan des masses du lotissement proposé par l’atelier. Source:Personnelle................................74 Figure 159: Choix du site. Source:Personnelle....................................................................................................75 Figure 160: Dimensions du site. Source:Personnelle............................................................................................75 Figure 161: Accessibilité et voisinage. Source: Personnelle..............................................................................75 Figure 162: Perspective sur le site. Source: Personnelle.....................................................................................76 Figure 163: Implantation du séjour. Source: Personnelle...................................................................................76 Figure 164: Activités de séjour dans la ville de Tunis. Source: Personnelle......................................................79 Figure 165: Genèse du programme. Source: Personnelle.................................................................................81 Figure 166: Ambiance du foyer urbain. Source: Personnelle...........................................................................82 Figure 167: Ambiance de la terrasse de la ville. Source: Personnelle.............................................................83 Figure 168: Ambiance du salon social. Source: Personnelle............................................................................84 Figure 169: Ambiance de la table sociale. Source: Personnelle.....................................................................85 Figure 170: Ambiance de l’espace de divertissement. Source: Personnelle.................................................87 Figure 171: Ambiance du comptoir de consommation. Source: Personnelle...............................................86 Figure 172: Ambiance du box culturel. Source: Personnelle............................................................................87 Figure 173: Ambiance du berceau intergénérationnel. Source: Personnelle................................................87 Figure 174: Ambiance du chez-soi collectif. Source: Personnelle....................................................................88 Figure 175: Ambiance de la chambre urbaine. Source: Personnelle..............................................................89 Figure 176: Ambiance de la «siésterie». Source: Personnelle............................................................................89 Figure 177: Ambiance du plateau d’expérimentation. Source: Personnelle.................................................90 Figure 178: Organigramme fonctionnel. Source: Personnelle..........................................................................91 Figure 179: Estomper les limites entreles espaces. Source: Personnelle..........................................................91 Figure 180: Hiérarchisation de l’intimité. Source: Personnelle...........................................................................91 Figure 181: Concepts. Source: Personnelle.........................................................................................................95 Figure 182: Schéma explicatif de l’urbanité. Source: Personnelle...................................................................96 Figure 183: Plan de l’immeuble International. Source: Personnelle.................................................................96 Figure 184: Participation citoyenne. Source: Personnelle.................................................................................96 Figure 185: Genèse de l’îlot ouvert. Source:Personnelle...................................................................................97 Figure 186: îlot ouvert. Source:www.pinterest.com...........................................................................................97 Figure 187: Concept de l’îlot ouvert. Source:www.christiandeportzamparc.com.......................................97 Figure 188: Exemple d’îlot ouvert. Source: www.ecdm.eu.com.....................................................................97 Figure 189: Porosité et ouverture. Source: Personnelle......................................................................................97 Figure 190: Composantes de l’espace public. Source:Personnelle................................................................99 Figure 191: Scénarii d’usage d’une table urbaine. Source: Personnelle......................................................100 Figure 192: Scénarii d’usage d’un banc-abri de bicyclette.. Source: Personnelle......................................101 Figure 193: Scénarii d’usage d’un mobilier modulable. Source: Personnelle. .............................................100 Figure 194: Scénarii d’usage d’un abri urbain. Source: Personnelle.............................................................100 Figure 195: Scénarii d’usage d’une cabane urbaine. Source: Personnelle.................................................101 Figure 196: Scénarii d’usage de plateformes sur vérins..Source: Personnelle..............................................101 Figure 197: Alternance plein-vide. Source: Personnelle..................................................................................102 Figure 198: Rapport entre masses vides et masses bâties. Source: Personnelle..........................................102 Figure 199: Éclatement des masses. Source: Personnelle...............................................................................102 Figure 200: Éclatement de la boite architecturale. Source: Personnelle......................................................102 Figure 201: Flexibilité de l’espace selon l’usage. Source: Personnelle...........................................................103 Figure 202: Coupe montrant l’intervisibilité des espaces. Source: Personnelle............................................103 Figure 203: Connexions visuelles entre les usagers. Source: Personnelle......................................................103 Figure 204: Quel site pour notre espace de séjour. Source: Personnelle.......................................................104 Figure 205: Proportion du terrain choisi. Source: Personnelle..........................................................................104 Figure 206: Dégagement de l’axe parallèle à l’avenue Habib. Bourguiba. Source: Personnelle............104 Figure 207: Dégager les retraits sur les voies. Source: Personnelle.................................................................105 Figure 208: Dégager l’entrée en chicane. Source: Personnelle....................................................................105 Figure 209: Dégager les retraits sur les voies. Source: Personnelle.................................................................105 Figure 210: Creuser un patio central. Source: Personnelle..............................................................................106 Figure 211: Application de la trame. Source: Personnelle..............................................................................106 Figure 212: Eclatement dela boite. Source: Personnelle.................................................................................106 Figure 213: Plan de masse. Source: Personnelle...............................................................................................107 Figure 214: Vue générale. Source: Personnelle................................................................................................107 Figure 215: Ambiance du patio général. Source: Personnelle.....................................................................108 Figure 216: Ambiance de la chambre urbaine. Source: Personnelle............................................................108 Figure 217: Ambiance de l’espace de consommation. Source: Personnelle..............................................109 Figure 218: Ambiance du plateau expérimental. Source: Personnelle.......................................................109 Figure 219: Ambiance de la «siésterie». Source: Personnelle..........................................................................110 Figure 220: Ambiance du box culturel. Source: Personnelle..........................................................................110

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

137


Table des matières

Introduction générale...........................................................................................................3 Problématique........................................................................................................................4 Méthodologie d’approche...................................................................................................5 Brainstorming.........................................................................................................................6 Carte mentale.......................................................................................................................7 Chapitre I: Le séjour; entre intimité et sociabilité...............................................................8 1- Introduction ...........................................................................................................................8 2- Le séjour urbain, une tentative de définition...........................................................................9 2.1- L’espace..........................................................................................................................................................9 2.2- Le séjour...........................................................................................................................................................9 2.3- L’espace urbain ; un concept à définir...............................................................................................9 3- Le séjour spatial..............................................................................................................................................10 4- Le séjour temporel.........................................................................................................................................10 4.1- Le séjour, le jour.............................................................................................................................................10 4.2- C’est jour, la nuit...........................................................................................................................................10

5- Le séjour à travers le temps............................................................................................................11 5.1- Le séjour domestique...................................................................................................................................11 5.1.1 – Dans la maison traditionnelle...............................................................................................................11 5.1.1.1 – La chambre en T...............................................................................................................................11 5.1.1.2 – Le patio...............................................................................................................................................11 5.1.2– Dédoublement des espaces de séjour dans la maison contemporaine........................................12 5.1.2.1 - Pièce de séjour...................................................................................................................................12 5.1.2.2 - Salon....................................................................................................................................................12 5.2- Il fut un séjour préhistorique.........................................................................................................................13 5.3-Le séjour dans la ville......................................................................................................................................13 5.3.1-Catégories d’espaces...........................................................................................................................13 5.3.1.1-L’espace non privé..............................................................................................................................13 5.3.1.2-L’espace commun .............................................................................................................................13 5.3.1.3- L’espace public..................................................................................................................................14 5.3.2 – De l’agora grecque..............................................................................................................................15 5.3.3- ..Au forum romain....................................................................................................................................15

6- Appropriation de l’espace public tunisien.......................................................................................15 6.1- L’espace public tunisien avant le protectorat: Rupture et abandon...................................................16 6.2- L’espace public tunisien post-colonial: Le tunisien se modernise.........................................................16 6.2.1- Émancipation de la femme...................................................................................................................16 6.2.2- Le foyer, de trois à une génération......................................................................................................16 6.2.2.1 Famille étendue...................................................................................................................................16 6.2.2.2 Famille nucléaire..................................................................................................................................16 6.3-L’espace public de la Tunisie indépendante: Fréquentation minime....................................................17 6.4- L’espace public post-révolutionnaire.........................................................................................................17 6.4.1- Berceau de la révolution........................................................................................................................17 6.4.2- Démocratisation de l’espace public...................................................................................................17

7- Conclusion.......................................................................................................................................18 8- Synthèse...........................................................................................................................................18

Chapitre II: Extérioriser l’intimité et domestiquer le public..............................................19 1- Introduction .....................................................................................................................................19 2-L’espace ; Perçu, conçu, vécu......................................................................................................20

Le séjour urbain: Un chez soi-collectif..

138


2.1- Multiples catégories d’espaces.................................................................................................................21 2.1.1-Espace social......................................................................................................................................21 2.1.2-Espace culturel....................................................................................................................................21 2.1.3-Espace citoyen-politique....................................................................................................................21

3-Perception de l’espace...................................................................................................................22 3.1-La Proxémique...............................................................................................................................................22 3.2-Perception et diversité de comportements spatiaux...............................................................................23

4- Intériorité ; Le dedans.........................................................................................................................25 4.1-Perception et vécu de l’espace intime......................................................................................................25 4.2- Intériorité régie par l’extériorité...................................................................................................................26 4.3- Hiérarchie de la transition dedans-dehors.................................................................................................26 4.3.1-Médina de Tunis: Urbanisme d’intimité..............................................................................................26 4.3.1.1-L’enceinte........................................................................................................................................26 4.3.1.2- La façade aveugle........................................................................................................................26 4.3.1.3-La skifa..............................................................................................................................................26

5- Extériorité ; Le dehors.......................................................................................................................28 5.1-Perception et vécu de l’espace du dehors...............................................................................................28 5.1.1- L’hétérotopie......................................................................................................................................28 5.2-Exemple d’architecture d’extériorité: Pavillon de Barcelone, Mies Van Der Rohe...............................29

6-Les seuils urbains comme lieux de transition..................................................................................31 6.1- Ouvertures ....................................................................................................................................................31 6.2-Palier- Escalier................................................................................................................................................32 6.3-Le jardin/La terrasse......................................................................................................................................32 6.4-Le sbat............................................................................................................................................................33 6.5-Immeuble l’international..............................................................................................................................33

7-Toisième lieu......................................................................................................................................34 7.1-Caractéristiques du troisième lieu...............................................................................................................34 7.1.1-Comme chez soi..................................................................................................................................34 7.1.2-Espace neutre et vivant......................................................................................................................35 7.1.3-Un lieu d’habitués................................................................................................................................35 7.1.4-L’œcuménisme social.........................................................................................................................35 7.1.5-Un cadre propice au débat..............................................................................................................35 7.2-Le café: Troisième lieu par excellence......................................................................................................36 7.2.1-Usagers du café..................................................................................................................................36 7.2.1.1-Les habitués...................................................................................................................................36 7.2.1.1.1-Sur le comptoir...........................................................................................................................37 7.2.1.1.2-Dans la salle................................................................................................................................37

8-Conclusion........................................................................................................................................38 9-Synthèse............................................................................................................................................38

Chapitre III: Le soi usager: Divers profils............................................................................39 1- Introduction .....................................................................................................................................39 2- Le citadin..........................................................................................................................................40

2.1-Le passager....................................................................................................................................................40 2.2- Le désintéressé..............................................................................................................................................41

3-Le citoyen..........................................................................................................................................41 3.1- Le promeneur urbain...................................................................................................................................42 3.2- Le chercheur de refuge...............................................................................................................................42 3.3- Le «cyber citoyen»........................................................................................................................................43

4- L’habitant public.............................................................................................................................43 4.1-L’expert...........................................................................................................................................................44 4.2- Le contemplateur.........................................................................................................................................45 4.3- Le séjourneur.................................................................................................................................................45

5- Conclusion.......................................................................................................................................46 6- Synthèse...........................................................................................................................................46

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

139


Chapitre IV: Vers une résidentialisation de la notion de séjour......................................47 1- Introduction .....................................................................................................................................47 2- La notion de «résidentialisation»....................................................................................................48 2.1-Le monopole de la voiture sur l’espace public dans l’avenue Habib Bourguiba................................49

3- L’habiter contemporain..................................................................................................................50 3.1- Ou comment s’emparer de sa ville: L’esplanade de la défense-Paris: Le projet DEFACTO...............50 3.1.1-Les refuges de la défense.........................................................................................................................51 3.1.2-La Rue des Utopies....................................................................................................................................51 3.1.3-Les plateformes de travail urbaines........................................................................................................52 3.1.4-Big board...................................................................................................................................................52 3.1.5-Les abris basculés......................................................................................................................................53

4- Le séjour aux alentours....................................................................................................................54 4.1- Relevé des ambiances et pratiques socio-urbaines...............................................................................54 4.1.1 - Personnes assises.....................................................................................................................................56 4.1.2-Personnes debout.....................................................................................................................................58 4.2- Espaces appropriés dans la ville.................................................................................................................59 4.2.1- Espaces de repos....................................................................................................................................59 4.2.2- Espaces de rassemblement...................................................................................................................59 4.2.3- Espaces de consommation....................................................................................................................59 4.2.4- Espaces culturels......................................................................................................................................59 4.3- Grille horaire des usages; Saisie par tranche horaire...............................................................................60

5-Conclusion........................................................................................................................................62 6-Synthèse............................................................................................................................................62

Chapitre V: Quel site occupera le séjour dans la ville?..................................................63

1- Introduction.....................................................................................................................................................63 2- Le contexte d’intervention.............................................................................................................64 2.1- Analyse du tissu médinal...............................................................................................................................64 2.1.1-Le tissu médinal.........................................................................................................................................64 2.1.2- Hiérarchisation des voies........................................................................................................................ 64 2.2-La ville coloniale............................................................................................................................................65 2.2.1-Les voies.....................................................................................................................................................65 2.2.2-Repères......................................................................................................................................................65 2.2.3-Nœuds......................................................................................................................................................65 3- Places et espaces publics dans la ville de Tunis..................................................................................66 3.1-Vécu des espaces publics de la médina...................................................................................................67 3.2-Vécu des espaces publics de la ville coloniale.........................................................................................68 4- Proposition de l’Atelier Lion .......................................................................................................................71 4.1- Présentation du projet..................................................................................................................................71 4.2- Critique du projet.........................................................................................................................................72 5- Proposition de l’atelier.................................................................................................................................73 5.1- Présentation de la proposition....................................................................................................................73 5.2-Genèse de la proposition.............................................................................................................................73 5.3- Justification du choix du site.......................................................................................................................75 5.3.1- Le terrain en chiffres................................................................................................................................75 5.3.2- Accessibilité et voisinage.......................................................................................................................75 6- Conclusion.......................................................................................................................................................77 7- Synthèse...........................................................................................................................................................77

Chapitre VI: Programme du séjour....................................................................................78 1- Introduction.....................................................................................................................................................78 2- Reprise des ambiances urbaines relevées...................................................................................79 3- Genèse du programme..................................................................................................................81 4- Les pratiques de séjour proposées: entre vécues et rêvées......................................................82 4.1-Le foyer urbain...............................................................................................................................................82

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

140


4.2-Composantes du programme du séjour....................................................................................................83 4.2.1-Éden social: Espaces de partage et d’interactions humaines..........................................................83 -Terrasse de la ville.........................................................................................................................................83 -Salon citoyen................................................................................................................................................84 -Table sociale.................................................................................................................................................84 -Espace de divertissement............................................................................................................................85 -Comptoir de consommation.......................................................................................................................86 4.2.2-Éden culturel: Espaces de culture urbaine............................................................................................86 -Box culturel....................................................................................................................................................86 -Berceau intergénérationnel........................................................................................................................87 4.2.3- Éden euphorisant: Espace de repos et de détente...........................................................................88 -Le chez-soi collectif ......................................................................................................................................88 -Chambre urbaine.........................................................................................................................................88 -«Siésterie».......................................................................................................................................................89 4.2.4- Éden expérimental: Espace d’invention de nouvelles pratiques......................................................90 -Paillasse de la ville........................................................................................................................................90 5- Organigramme fonctionnel.......................................................................................................................91 6-Programme quantitatif.................................................................................................................................92 7- Conclusion.......................................................................................................................................................93

8- Synthèse...........................................................................................................................................93

Chapitre VII: Intentions architecturales.............................................................................94

1-Introduction.......................................................................................................................................94 2- Éléments de réflexion du projet................................................................................................................96 2.1- Concepts urbanistiques...............................................................................................................................96 -Urbanité.........................................................................................................................................................96 -Urbatecture...................................................................................................................................................96 -Citadinité.......................................................................................................................................................96 -Participation citoyenne...............................................................................................................................96 -Concept de l’îlot ouvert de Christian de Portzamparc...........................................................................97 -Ouverture sur le lac.......................................................................................................................................97 -L’espace public..........................................................................................................................................100 2.2- Le mobilier urbain.......................................................................................................................................101 2.3- Le parti architectural..................................................................................................................................102 -Alternance plein vide..................................................................................................................................102 -Éclatement de la boîte architecturale.....................................................................................................102 -Flexibilité dans le temps..............................................................................................................................103 -Intervisibilité des espaces............................................................................................................................103 3- Démarche conceptuelle..........................................................................................................................104 3.1- Genèse du projet....................................................................................................................................104

4-Ambiances du projet................................................................................................................... 107

Conclusion générale.........................................................................................................111 Références bibliographiques............................................................................................113 Tables des figures...............................................................................................................117 Tables des matières...........................................................................................................120

Le séjour urbain:Un chez soi-collectif..

141


Le séjour urbain  
Le séjour urbain  
Advertisement