Page 1

Ping­Pong est un processus créatif de montage vidéo dont l’intention est de développer  une expression spontanée, personnelle et populaire. Comme Le cinéma comme de la  peinture, ce processus est basé sur des contraintes choisies que l’on applique au montage.  Ici, la contrainte est temporelle et repose également sur un échange des vidéos en cours  de création par les participants. On veut ainsi amener un large public, ainsi que des  vidéastes expérimentés, à la création à plusieurs mains, en une heure ou une journée. Ces  phases de réalisations et leurs résultats sont alors présentés en direct au public.  Ces représentations impliquent l’acceptation par le public et les participants qu’une  œuvre est le fruit de hasard, de contraintes et de choix dont l’artiste n’est que le chef  d’orchestre modeste de la partition ludique. Processus: les deux participants fournissent des vidéos  (fichier informatique). Ils  s’échangent ces vidéos et en font un premier montage approximatif en un temps limite. Ces deux personnes échangent alors le résultat pour procéder à un second montage issu  du premier. Enfin, une dernière fois, les deux participants s’échangent les montages et procèdent à la  finalisation de ces vidéos. Important : Il faut noter que chaque participant finalise la vidéo qu’il a commencée a  monter mais qui n’est pas la source qu’il a amené. Les durées et le nombre de sources sont choisis. Deux exemples types:  I. processus d’une heure (comprenant la lecture des documents) 1­ sources :8mn de vidéos / trois sources maximum / au moins une source filmée par le  participant. 2­ montages : 3 périodes de 20 minutes 3­ résultat : 3 mn minimum II. Processus d’une journée. 1­ sources : 1 heure de vidéos/ 5 sources maximum/ au moins deux sources filmées par le  participant. 2­ montage : trois périodes de deux heures. 3­ résultat : 20 mn minimum Le champ des images est défini au préalable :  Peut­on apporter des photos, des dessins, de la musique, des textes.... ? Les images peuvent­elles montrer des personnes n’ayant pas donné leur autorisation ? Les images peuvent elles êtres prises sur Internet ou dans une autre source  impersonnelle ? Ping­Pong  est un événement. Se déroulant sur une journée ou un week­end, ces ateliers  sont ouverts a la participation de tous les publics et sont présentés comme un spectacle  « work­in­progress ». De même, pour couronner ces journées, des artistes reconnus pour leur montage ou leurs 


images sont invites pour une création en directe. Mise en scène: il est important de jouer sur l’imaginaire du Ping­pong. Ainsi, lors des ateliers publics, les participants jouent sur une table de ping­pong sur  laquelle ils placent leur ordinateur portable. Le son qui rythme l’échange (chaque minute,  fin de période…) est celui d’une partie de ping­pong. Il est intéressant d’avoir des moniteurs qui s‘adressent au public pour montrer le travail  en train de se faire et les épreuves intermédiaires. Egalement, on peut imaginer que les artistes invites soient séparés par un mur. Seul, le  passage de clé se ferait par un trou. Le public qui les verrait de cote, face à face, auraient  également des écrans pour voir leur travail. Internet: Originellement, comme les autres initiatives d’incitation a la création, Ping­ Pong a été crée pour le net. La mise en réseau des sources et des participants permet une  ouverture, un foisonnement et une spontanéité accentués. Dans le cadre de Marseille 2013, proposer ces événements développerait la participation  de nombreux artistes à l’événement marseillais et ainsi participerait à son rayonnement  International. Pour cela, il suffirait qu’un portail organise le chargement des vidéos et  l’échange entre participants le jour de l’événement. Evidemment, cet espace numérique  hébergerait les créations issues du site ainsi que des événements live. Ping pong existe aussi en version uniquement sonore et tant alors vers la création  musicale contemporaine et numérique.

Tout comme le Festival International du Film Chiant (FIFIC), les Isoloirs, Le Métro est  une salle de cinéma, Du Cinéma comme de la Peinture, Ping­Pong  fait partie  d’initiatives désirant dynamiser et rendre populaire la création audiovisuelle moderne en  la rendant spontanée, expressive et créative. En effet, nous considérons que le cinéma  actuel est, malgré son jeune âge, un vieux média qui se limite souvent à raconter  l’histoire d’une tierce personne dont on essaierait d’associer les émotions et les pensées  aux spectateurs. Il veut en général divertir tout en restant confortable. À l’instar de la  littérature, la peinture ou le théâtre, nous aimerions que l’expression cinématographique –  aujourd’hui figée par ses ambitions commerciales (passer a la télé) – redevienne un  moyen moderne d’expression. Cela est économiquement possible: chacun peut, avec  1500 euros, devenir producteur d’une série de films HD. Ces initiatives ont donc deux objectifs : élargir les champs d’expression jusque­là très  limités et augmenter la création par des processus rapides, spontanés et par un  élargissement de la population créative.

ping pong  

Processus: les deux participants fournissent des vidéos (fichier informatique). Ils s’échangent ces vidéos et en font un premier montage app...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you