Page 1

VOUS AVEZ  LE POUVOIR


e

7

à la région

LISTE 6

Vrais et sincères

Emmanuel

DE BOCK


SE BATTRE POUR BRUXELLES ENCORE ET TOUJOURS. J’ai 37 ans, je n’ai pas de père ministre ou député. Je crois au travail, à l’effort, au mérite et au respect de la parole donnée. Voilà mes valeurs. Voilà pourquoi à 17 ans, j’ai décidé de m’engager en politique. Licencié en sciences politiques (ULB); un DEA et DES en Analyse de la Construction Européenne en poche, je poursuis actuellement une licence de droit en cours du soir (UCL). Je crois à l’enseignement et à la formation continue tout au long de sa vie professionnelle. De mon passage au Lycée Dachsbeck, au Collège St-Pierre, à l’ULB et à l’UCL, j’ai appris l’importance de construire une société juste, tolérante et solidaire, respectueuse des valeurs communes mais aussi des différences de nos histoires personnelles. J’ai travaillé pendant 10 ans pour la fonction publique régionale et fédérale avant de devenir député bruxellois, succédant à Antoinette Spaak, mon modèle d’engagement politique. J’aime profondément les gens et je déteste l’injustice et le gaspillage de l’argent public. Je veux continuer à me battre pour améliorer le quotidien des Bruxellois, l’emploi, le logement, la mobilité, la bonne gouvernance et la transparence. Et il reste encore beaucoup à faire. Rien n’est jamais acquis, il faut toujours se remettre en question. Alors puisque l’occasion s’y prête, en déposant mon tract dans votre boîte aux lettres, je suis venu vous dire que vous pouvez compter sur moi. Vous avez le pouvoir de changer Bruxelles le 25 mai !

Emmanuel De Bock Député – Conseiller communal DE BOCK FDF // 3


VOUS AVEZ LE POUVOIR DE BAISSER L’IMPÔT SUR LE TRAVAIL En 20 ans, le pouvoir d’achat des Bruxellois a chuté de 25%. En effet, le revenu moyen bruxellois est passé de 106% à 80% du revenu moyen belge. Pour compenser la baisse des recettes due à l’appauvrissement des Bruxellois, les impôts et taxes ont augmenté de 20%. Dans le même temps, les Bruxellois doivent faire face à des logements toujours plus chers. L’accroissement de la population, l’arrivée de nouveaux expatriés européens mais aussi de personnes précarisées d’origine non-européenne ont renforcé la dualisation de la ville. Droits d’enregistrement, droits de succession, taxes foncières, taxes sur les bureaux, sur la propreté, taxes de roulage, de stationnement, taxe régionale sur les chefs de ménage, taxes sur l’eau, le gaz et l’électricité, les Bruxellois paient toujours plus. Le résultat est catastrophique : ces 5 dernières années, plus de 5.000 entreprises et 50.000 Bruxellois ont quitté Bruxelles pour s’établir dans le Brabant wallon et et le Brabant flamand. Chaque travailleur bruxellois qui quitte la Région est un navetteur qui coûtera à la collectivité tout en payant ses impôts ailleurs qu’à Bruxelles. Un cercle vicieux qu’il faut arrêter.


Face à ce constat, soit on baisse les bras, soit on se bat, et on arrête l’exode des travailleurs et des entreprises vers la périphérie. Soutenu par Didier Gosuin et Bernard Clerfayt, j’ai déposé une proposition visant à supprimer l’impôt régional et communal (additionnels à l’Impôt des Personnes Physiques) afin de baisser de 8% les impôts de tous les Bruxellois. Je veux faire de Bruxelles un paradis pour le travail et non plus un enfer pour les travailleurs. Je veux rendre du pouvoir d’achat aux Bruxellois pour qu’ils puissent rester vivre en ville, à proximité de leur travail. Ainsi, chaque travailleur bruxellois gagnera entre 500 et 1.500 € nets de plus par an, ce qui augmentera le différentiel entre travail et non-travail et luttera contre le travail au noir, contre les pièges à l’emploi. Tous les Bruxellois seront mis sur un même pied d’égalité en ne payant plus qu’une seule taxe : le précompte immobilier que nous pourrons ensuite baisser de 10% grâce au retour de la classe moyenne à Bruxelles. Baisser la fiscalité et élargir l’assiette fiscale, faire contribuer tous les Bruxellois équitablement, c’est une question de justice fiscale et sociale. Je veux “mieux d’impôts pour moins d’impôts” pour encourager le “retour en ville”, le “bien vivre et rester en ville”.

ET D’AUGMENTER LE POUVOIR D’ACHAT POUR RETENIR LA CLASSE MOYENNE À BRUXELLES DE BOCK FDF // 5


VOUS AVEZ LE POUVOIR DE CRÉER DE L’EMPLOI En 10 ans de gouvernement PS-CDH-ECOLO, le chômage a explosé à 21%. Les demandeurs d’emploi sont passés de 80.000 à 120.000 alors que dans le même temps, on est passé de 650.000 à 700.000 emplois à Bruxelles. Si on avait formé convenablement nos jeunes, on aurait pu baisser le chômage de moitié à Bruxelles ! Le Gouvernement minimise le problème du chômage alors qu’un chômeur bruxellois sur deux n’a pas de diplôme et 30% des demandeurs d’emploi sont au chômage depuis 2 ans. Plutôt que de s’attaquer aux vrais problèmes comme la formation, la valorisation des formations professionnelles des métiers en pénurie, la lutte contre le dumping social et les travailleurs étrangers détachés, le Gouvernement bruxellois préfère consacrer 2/3 de son budget de l’emploi à la création d’emplois subventionnés. Je veux offrir à nos jeunes un autre horizon que celui du chômage. Je veux tout miser sur l’enseignement, la formation et les langues, avec des stages en entreprise, rattraper notre retard sur la Flandre et la Wallonie, et encourager les formations continues en les remboursant pour ceux qui les réussissent. Je veux actualiser les quotas linguistiques parce qu’il n’est pas juste que les 90% de francophones Bruxellois n’aient accès qu’à 70% des emplois publics et à 80% des budgets de formation. Je veux encourager le travail par sa revalorisation juste. Quel est le sens d’une allocation de chômage de 1.000 € quand on ne travaille pas face à un salaire de 1.300 € ? Quel est le message que nous donnons aux jeunes et à tous ceux qui se lèvent tôt pour aller travailler?


Je veux freiner l’entrée des navetteurs à Bruxelles qui traversent matin et soir nos rues. La mobilité et l’emploi sont les deux plus grands échecs du gouvernement. La mobilité ne peut se résumer à créer quelques pistes cyclables entre les rails de trams, à repeindre les trams, les taxis et les feux de signalisation, à commander des études coûteuses sur un péage urbain ou une tarification au km et à supprimer une bande de circulation sur les grands axes en opposant les automobilistes aux cyclistes. On ne fait pas de la mobilité par une politique de taxation massive en faisant payer les travailleurs 50 € de stationnement pour 2 demi-journées. Face à la croissance de la population et aux besoins de mobilité, je veux repenser nos modes de transports publics et forcer la STIB et la SNCB à ne plus mépriser les 19 communes bruxelloises. Je veux imposer un RER qui serve autant les Bruxellois que les navetteurs. Je veux développer le métro qui réduira par 3 le temps de nos déplacements et rendra la voiture moins compétitive à certains moments de la journée. Je veux augmenter les fréquences des transports publics et leur sécurité en soirée.

ET DE FAIRE BOUGER BRUXELLES

DE BOCK FDF // 7


VOUS AVEZ LE POUVOIR DE CONSTRUIRE VOTRE AVENIR À BRUXELLES La première liberté est celle de rester vivre dans sa commune, dans sa région. Je veux encourager fiscalement les modes alternatifs de logement comme la colocation, lancer des prêts à taux réduits pour les Bruxellois que les banques ne veulent pas aider. Je veux instaurer la portabilité des droits d’enregistrement afin de ne plus payer deux fois des droits d’enregistrement mais seulement la différence entre le premier et le second logement lorsqu’on déménage et reste à Bruxelles. Parce que les impôts élevés sur l’immobilier (droits d’enregistrement et de succession) tirent injustement le marché immobilier vers le haut et pénalisent tous les Bruxellois qui souhaitent acquérir un logement. Je veux aussi mener une politique de logements publics plus juste avec une vraie mixité sociale plutôt que la concentration systématique des logements sociaux dans les mêmes quartiers. Je veux rénover les anciens logements publics avant de construire de nouveaux logements. Est-il normal que la moitié des logements publics de grande taille soient sous-occupés alors que la liste d’attente s’allonge? Est-il juste de donner à certains un logement social à 200 € lorsqu’ils bénéficient d’une allocation de chômage de 1.000 € et de laisser ceux qui travaillent et gagnent 1.300 € dépenser 600 € pour se loger dans le privé ? Je veux aider les gens les plus précarisés à sortir de la logique d’assistanat dans laquelle certains veulent les enfermer.


VOUS AVEZ LE POUVOIR D’ÊTRE RELAYÉ


VOUS AVEZ LE POUVOIR DE CHOISIR VOS ÉLUS


ET DE CHOISIR LE MEILLEUR POUR VOUS Je lutte pour une justice sociale et fiscale, pour baisser l’impôt sur le travail et arrêter l’exode de la classe moyenne. Je refuse le nouveau Plan Wathelet (CDH-PS-MR) de survol permanent de Bruxelles. J’ai défendu la gratuité des abonnements scolaires STIB pour tous les Bruxellois sans distinction, alors que le Gouvernement voulait un système différent entre Francophones et Néerlandophones. Je continue à me battre contre les nuisances du centre de compostage, pour des passages piétons sécurisés LED, pour l’extension du métro et la création de pistes cyclables le long du futur RER. Je veux mettre les sites propres des trams sous terre et les remplacer par des zones arborées pour les piétons et cyclistes, comme les “ramblas” de Barcelone et Madrid, afin de rendre la ville plus belle, plus verte, plus rapide, moins bruyante et moins polluante. Je veux sauver le Stade Roi Baudouin et empêcher la construction d’un nouveau stade de 300 millions € aux frais des Bruxellois. Je veux qu’on objective les moyens publics en les investissant là où ils sont les plus nécessaires. Je refuse toute fusion arbitraire des communes bruxelloises qui ne ferait qu’augmenter les impôts des communes bien gérées. Je n’accepte pas qu’on distribue plus de primes aux riches des communes pauvres et qu’on abandonne les pauvres des communes riches. Ce n’est pas ma vision de la solidarité. Je combattrai toujours les conflits d’intérêts, le clientélisme politique et les gabegies d’argent public.

Bruxellois de l’année. Votez pour vous ! Je m’engage toujours à fond. Je ne lâche jamais. Je défends Bruxelles et les Bruxellois. J’ai été nominé par le Vlan-Vivacité-Sud Presse parmi les “Bruxellois de l’Année 2014” et cité par le Vif et plusieurs quotidiens comme un des 5 meilleurs députés bruxellois. Plus jeune député de l’opposition, j’ai été le premier élu à publier sur mon site internet l’ensemble de mes mandats et rémunérations. DE BOCK FDF // 11


ENSEMBLE NOUS AVONS LE POUVOIR DE CHANGER BRUXELLES

LISTE 1. Gosuin Didier 3. Clerfayt Bernard 7. De Bock Emmanuel La loi permet de voter pour plusieurs candidats d’une même liste. N’hésitez pas à soutenir aussi Carlo Mendola (22e), Jérôme De Mot (23e), Delphine De Valkeneer (46e), et Martine Payfa (72e).

Emmanuel De Bock Député bruxellois Conseiller communal d’Uccle 0497/59.99.42. – Vieux Chemin, 8 – 1180 Bruxelles emmanueldebock@hotmail.com www.emmanueldebock.be

N°6

Éditeur responsable Emmanuel De Bock – 8, Vieux Chemin à 1180 Bruxelles

Vivre Bruxelles et faire vivre Bruxelles, c’est se battre pour la ville qu’on aime et la faire bouger. Je veux rencontrer un maximum de Bruxellois. Chacun peut m’apporter ses “bonnes idées”, son “vécu”, ses “like”, ses “coups de coeur” mais aussi ses “coups de gueule”. Déposez sur ma page facebook votre “Bruxselfie”, vos photos, vos vidéos, et gardons le lien avant et après le 25 mai. Mon objectif, mon défi : rencontrer 5.000 Bruxellois en parcourant 500 km à pied en 50 jours de campagne. Je compte sur vous. Je serai dans les rues de Bruxelles, je distribuerai mon tract dans les boîtes aux lettres et à tous les Bruxellois que je rencontrerai. Même si vous nêtes pas électeur, votre avis m’intéresse. Parlez-en à vos proches et participez à ma campagne interactive.

Vous avez le pouvoir - Elections 2014 - Emmanuel De Bock  

Tract électoral d'Emmanuel De Bock, député bruxellois FDF, pour les élections régionales du 25 mai 2014 à Bruxelles.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you