Page 1

Motus et  bouche  cousue  !     Emilio-­‐Kodjo  Bouley         Si  je  vous  disais  que  dans  cette  nouvelle,  je  vais  raconter  mes  vacances,  seriez   vous   intéressés  ?   Non,   bien   entendu.   Si   je   vous   racontais   une   histoire   incroyable,   le   seriez   vous   davantage   ?  Et   si   je   vous   disais   que   cette   histoire   incroyable  s'est  déroulée  pendant  mes  dernières  vacances  ?     Tout   a   commencé   il   y   a   quelques   mois.   J'avais   loué   une   maisonnette   dans   un   village   aux   pieds   des   Pyrénées   près   de   Toulouse.   Un   village   magnifique   avec   forêts,   chemins   de   promenade,   champs   cultivés,   tournesols   et   herbes   verdoyantes  :   Bref,   un   endroit   de   rêve   pour   se   reposer.   Après   de   longs   mois   de   travail  à  Paris  dans  le  froid,  la  grisaille,  la  pollution,      j’avais  soif  de  grand  air,  de   calme    et   de   soleil!   Dés   mon   arrivée,   je   déposai   mes   bagages   à   la   hâte   pour   aller    directement  explorer  les  environs.       *  *  *     Après  une  heure  de  balade  qui  me  permit  d’oublier  complètement  les  bruits  de   la  ville,  je  découvris  un  adorable  petit  chemin  bordé  d'arbres.  Etrangement  les   oiseaux   qui   jusqu’ici   m’avaient   suivis   en   chantant   à   tue   tête   stoppèrent   brusquement   leur   mélodie.   Ce   changement   radical   me   surprit   un   peu.   Je   décidai   néanmoins   de   m’aventurer   sur   ce   chemin   de   terre   asséchée   qui   fit   rapidement   place   à   une   terre   humide.   Je   pressentis   qu'il   y   avait   de   l'eau   non   loin.  Regrettant  de  ne  pas  avoir  chaussé  des  bottes  de  pluie,  je  continuai  tant   bien  que  mal  mon  excursion,  sautant  entre  les  flaques.  Après  un  cours  instant   durant   lequel     je   pris   goût   à   ce   jeu   enfantin,   le   chemin   s’arrêta   net   et   j’entrevis   un   petit   lac   entouré   de   verdure.   La   nuit   commençait   à   tomber.   L’endroit   n’inspirait   pas   franchement   confiance.   J’en   étais   à   me   dire   que   j’allais   faire   demi-­‐tour  pour  sécher  mes  chaussettes  au  coin  d’un  bon  feu  de  bois  lorsqu’une   qu'une  voix  grave  me  fit  sursauter  :   -­‐          Que  faites  vous  ici,  que  diable  !              

1


* *  *     Je   me   retournai   brusquement.   Devant   moi,   campait   un   homme   à   la   forte   stature.   Il   portait   un   fusil   en   bandoulière,   ce   qui   me   fit   penser   qu’il   était   chasseur.      -­‐        Vous  ne  devriez  pas  être  là  monsieur.  C’est  dangereux  !   - Dangereux  ?     - Ou  pire  !  Je  ne  peux  rien  dire  de  plus  ici.  Ca  vous  intéresse  ?   - Oui,  je  suis  écrivain  alors,  vous  pensez,    les  histoires  bizarres,  ça  m’inspire.   - Ca   vous   inspire  ?   Venez   donc   chez   moi,   je   vous   expliquerai...   mais   ce   que   je   vais  vous  raconter  ce  n’est  pas  de  la  fiction,  j’vous  le  dis  moi.  Des  faits  réels   et  graves  !       Nous   avons   sauté   quelques   flaques   ensemble.   Le   chasseur   était   équipé   de   hautes  bottes  vertes  mais  moi,  je  mouillais  un  peu  plus  mes  chaussettes  avant   d’arriver  dans  sa  petite  bicoque  en  bordure  de  forêt.  Il  me  fit  un  thé  et  se  mit  à   parler  :     -­‐   A   l’origine,   à   la   place   du   lac,   y’   avait   un   charmant   coin   de   verdure.   Y’   a   quelques  années,  un  chantier  s'est  installé.  Jour  et  nuit,  une  armée  d'ouvriers   turbinait.   Un   bruit   d’enfer.   Ils   creusaient   tous.   Sans   relâche.   Une   vraie   fourmilière.  Personne  ne  savait  ce  qu’ils  fichaient  là.  A  force  de  forer  le  sol,  ils   ont  crevé  une  poche  d'eau.  Enfin,  c’est  ce  qu’on  imagine  ici.       Tout   le   terrain   a   été   inondé.   On   ne   sait   pas,   à   ce   jour,   ce   que   sont   devenus  les  ouvriers.  Un  vrai  drame  !  Le  chantier  disparut  du  jour  au  lendemain   sous  les  eaux.     La   police   nationale   est   venue   sonder   les   lieux.   Rien.   On   a   rien   retrouvé.   Ni   homme,   ni   machine.   Rien.   Depuis,   on   raconte   ici   que   ce   lac   cache   un   terrible   secret...   -­‐    Un  secret  ?       L’histoire   commençait   sérieusement   à   titiller   ma   curiosité.   L’homme   changea   brusquement  d’attitude.  Il  grommela  quelque  chose  à  propos  de  mon  thé  que   je  n’avais  pas  fini  et  me  mit  à  la  porte.  Peut  être  en  avait-­‐t-­‐il  trop  dit  ?     *  *  *   Les  pieds  enfin  au  chaud  près  de  la  cheminée,  je  pris  mon  téléphone  :     -­‐  Allo,  Julien  ?  C'est  moi.  Ouais,  je  suis  bien  arrivé  et  le  coin  est  très  sympa.  Je   reviens  d’une  longue  balade  où  j’ai  découvert  un  truc  qui  devrait  t'intéresser.    

2


Julien, c'est   mon   meilleur   ami.   Un   plongeur   émérite   qui   a   fait   ses   preuves   dans   plusieurs  océans.  Combien  de  fois  m'a-­‐t-­‐il  affirmé  qu'il  y  avait  un  trésor  enfoui   sous   je   ne   sais   quel   repère   géographique  ?   Combien   de   fois   m'a-­‐t-­‐il   forcé   à   plonger  avec  lui  ?  Pour  à  chaque  fois  remonter  bredouilles.  Cette  fois,  c'était  à   mon   tour   de   lui   faire   miroiter   une   aventure   sous-­‐marine.   A   moi   de   le   faire   nager  dans  une  histoire  romanesque.  Mon  coup  de  fil  avait  réussi  à  l’appâter.       -­‐  Bon.  Je  boucle  quelques  affaires  importantes  et  je  te  rejoins  d’ici  deux  jours.     Cà  m’a  l’air  super  ton  histoire.     -­‐  Deux  jours  ?  Impeccable.  Cela  me  laisse  le  temps  de  mener  mon  enquête  et   d’en  savoir  un  peu  plus  sur  cet  étrange  lac.     *  *  *   Une  petite  pancarte  sur  la  porte  d’un  minuscule  bureau  de  la  mairie  du  village  :   «  Archives  ».  Des  centaines  de  volumes  poussiéreux.     -­‐  Comment  vais-­‐je  venir  à  bout  de  ce  bric-­‐à-­‐brac  ?   Grâce  à  l’aide  précieuse  de  l’employée  de  mairie,  presque  aussi  vieille  que  les   registres   entassés,   je   récoltai   trois   précieux   documents   :   Le   permis   de   construire  et  deux  plans  du  chantier  datés  du  13  janvier  2003.  Je  demandai  à  la   vieille  dame  de  les  photocopier.  Elle  me  regarda  d’un  air  soupçonneux.       -­‐  Vous  remuez  des  histoires  qui  ne  vous  concernent  pas,  monsieur.  Les  braises   éteintes  ne  sont  pas  faites  pour  être  ravivées.       Intrigué   par   ces   paroles,   je   rentrai   songeur   avec   mes   précieuses   récoltes.   Au   gite,  je  consultai  les  trois  documents.  Ma  surprise  fut  grande  :  les  photocopies   étaient   totalement   floues.   Je   retournais   immédiatement   aux   archives.   L’employée   me   ressortît   les   documents   originaux  :   Ils   étaient   illisibles  !   Je   nageais  en  plein  délire.     *  *  *   Deux  jours  plus  tard.  A  la  gare.     Le  TGV  «  Paris  -­‐  Toulouse  »  arrivait  à  quai.  Julien  était  surchargé  de  bagages  et   de  bouteilles  d’oxygène.  Il  semblait  fatigué  par  ce  voyage  de  6  heures.  Il  nous   restait   une   heure   de   route.   Dans   la   voiture,   je   lui   expliquai   toute   l’histoire   dans   ses  moindres  détails.     -­‐   Bref,   tu   vois,   je   n’ai   finalement   que   le   nom   de   l'entreprise,   financeur   des   travaux  du  chantier  du  lac.  «  LC&E-­‐Lefaucheur  Construction  &  Excavation  ».  

3


Julien semblait   très   intéressé.   Arrivé   au   gite,   il   déposa   ses   bagages   dans   sa   chambre  et  redescendit  aussitôt  :   -­‐  Et  si  on  allait  y  jeter  un  coup  d’œil  à  ton  lac  ?   -­‐  Maintenant  ?  Il  se  fait  tard.     -­‐  Allez…   -­‐  Un  bref  aller-­‐retour  alors.  Juste  pour  que  tu  repères  les  lieux.     Arrivés  au  lac,  Julien  inspecta  le  sol.  Sa  réponse  fut  claire  :   -­‐  C'est  beaucoup  trop  dangereux  de  plonger  ici.  Tu  vois  ce  sable  ?  Tout  le  fond   en  est  tapissé.  Ça  veut  dire  que  l'on  risque  de  créer  des  remous  qui  pourraient   nous  aspirer.  En    plus,  l'eau  est  tellement  trouble  qu'on  n’y  verra  pas  à  un   mètre  ;  au  maximum  deux  si  on  allume  les  lampes.  Je  ne  descendrai  là-­‐dedans   pour  rien  au  monde  !     -­‐  Si  on  ne  descend  pas,  nous  ne  connaitrons  pas  le  fin  mot  de  cette  étrange   histoire.  Rentrons.  La  nuit  porte  conseil.     *  *  *   J’avais   remué   cette   histoire   dans   ma   tête   toute   la   nuit   et   quelque   chose   me   disait  que  le  jeu  en  valait  la  chandelle.  Pendant  le  petit  déjeuner,  j’annonçai  à   mon  ami  ma  décision.     -­‐  Je  plongerai  seul  !     -­‐  Tu  plaisantes,  me  dit-­‐il,  en  buvant  son  café.   -­‐  Non.   Je   suis   décidé.   Et   tu   me   connais.   Je   ne   renonce   jamais.   Tu   m’accompagnes  ?   -­‐  Bien  sûr.  Je  ne  peux  pas  te  laisser  seul  mais  je  te  répète  que  c’est  dangereux   et  que  je  n’ai  pas  l’intention  de  plonger.     Je   pris   un   masque,   une   combinaison,   une   bouteille   d'oxygène   et   surpris   mon   ami    qui  faisait  de  même.     -­‐  Au  cas  où,  me  dit-­‐il.     Pour  la  troisième  fois,  je  repris  la  route  des  flaques  et  de  cet  étrange  lac.     *  *  *   Julien   avait   raison   !   L'eau   était   froide.   J’hésitai   un   instant   mais   me   souvenant   que   j’avais   plongé   avec   lui   dans   des   eaux   plus   glacées,   je   pris   mon   courage   à   deux  mains  et...Plouf.   L’eau  était  si  trouble  que,  bien  que  ma  lampe  soit  allumée,  je  ne  voyais  pas  à   un  mètre.  J’avais  atteint  le  fond  dans  une  totale  opacité.  Je  me  mis  à  marcher   droit   devant   moi.   Après   plusieurs   minutes   de   cette   marche   à   tâtons,   j'avais  

4


atteint l'autre   extrémité   du   lac,   sans   rien   trouver.   Je   songeais   à   remonter   lorsque   j'aperçus   une   gigantesque   ouverture   dans   la   roche.   Une   ouverture   cerclée  de  métal.  J’avais  visiblement  trouvé  l'entrée  d’un  tunnel.     Avant  que  je  puisse  approcher,  une  main  m'agrippa  l'épaule.     Je  ne  peux  même  pas  décrire  ici  la  peur  que  je  ressentis  à  ce  moment.   C’était  Julien,  cette  andouille  !  Il  s’était  décidé  à  me  rejoindre.     Il  gesticulait  pour  me  faire  signe  de  remonter  tout  en  me  désignant  un  amas  de   roches   en   équilibre   au   dessus   de   l'entrée   du   tunnel.   Elles   étaient   prêtes   à   s'effondrer.   J’ai   toujours   eu   du   mal   à   renoncer.   Julien   le   savait.   Il   me   plaqua   contre   la   paroi.  Le   choc   suffit   à   faire   vaciller   puis   glisser   les   roches   instables.   Une  seule  solution  s’offrait  à  nous  :  Nous  réfugier  dans  le  tunnel.           *  *  *   Le  piège…  L’obscurité.   Le  sifflement  des  bouteilles  d'air…  La  pression…  La  peur…   Puis  soudain,  enfin  la  lumière.  Comme  un  éclair…  Comme  par  magie…   Julien    avait  réussi  à  allumer  sa  lampe  frontale.  Nous  devions  bouger  les  pierres   qui  bloquaient  l'entrée  et  la  tâche  semblait  impossible.  Je  vérifiai  le  niveau  de   ma  bouteille  :  elle  était  à  moitié  vide.  Idem  pour  celle  de  mon  ami.  Nous  avions   perdu   trop   de   temps   pour   retraverser   le   lac.   Une   seule   solution   s’ouvrait   devant  nous.  Une  solution  très  risquée  :  s’aventurer  dans  le  tunnel  avec  l’espoir   d’une  issue  au  bout.  Première  étape  :  déblayer.       *  *  *   Le   tunnel   était   large.   Julien   et   moi   nagions   côte   à   côte.   Les   parois   étaient   parsemées   de   lampes   brisées.   Sur   le   sol,   quelques   casques   de   chantier,   recouverts  de  boue  épaisse.  Aucune  trace  humaine.  Je  m’étonnai  que  la  police   nationale  à  l’époque  n’ait  pas  mentionné  ce  tunnel.  Nous  nous  enfoncions  de   plus   en   plus   profondément   et   le   niveau   de   nos   bouteilles   diminuait.   Julien  me  tapota  l'épaule  et  me  désigna  un  reflet  au  loin.  Peut-­‐être  une  poche   d'air   !   La   lumière   au   bout   de   cet   étrange   tunnel.   La   fin   de   notre   angoisse   et   peut  être  la  résolution  de  cette  étrange  histoire.     *  *  *   Le  tunnel  se  terminait  par  une  plateforme  émergeant  de  l’eau  sur  laquelle  nous   nous  hissâmes.  Julien  suffoquait.  Son  visage  était  pâle.      

5


-­‐ De  l’air  !  Enfin.  Cette  fois,  on  a  bien  failli  y  rester,  dit-­‐il.     Je   retirai   la   bouteille   lourde   et   encombrante   bien   que   presque   vide   de   mon   dos.  Devant  nous,  une  caverne  éclairée  par  des  lampes  électriques  et  un  long   couloir  sur  le  coté  droit,  lui  aussi  éclairé.  Mais  où  étions  nous  tombés  ?    Julien,   visiblement  aussi  intrigué  que  moi,  me  proposa  de  le  suivre.  Après  tout,  y  avait-­‐ il  une  autre  solution  ?     -­‐    Faut  qu’on  sorte  de  ce  trou  à  rats  maintenant.     -­‐    Qu’est  ce  qu’on  fait  de  mon  matos  ?  demanda  Julien   -­‐     Laissons-­‐le   ici,     nous   ne   pouvons   pas   nous   encombrer.   Faut   sauver   notre   peau.       Après   quelques   dizaines   de   mètres   dans   le   couloir,   un   bruit   sourd   se   fit   entendre.  De  plus  en  plus  oppressant  à  mesure  que  nous  nous  rapprochions  de   la  sortie.  Au  bout  du  tunnel,  il  y  avait  une  immense  salle,  très  propre  avec  des   murs   blancs.   De   gigantesques   machines   et   un   nombre   incalculable   d’ordinateurs   encombraient   l’espace.   Nous   étions   sous   terre   au   milieu   de   nul   part  et  avions  pourtant  la  sensation  de  nous  trouver  dans  un  laboratoire  ultra   moderne.     *  *  *   Une   vingtaine   hommes   vêtus   d’étranges   combinaisons,   blanches   elles   aussi,   s’affairaient.   Certains   transportaient   des   carnets,   des   feuilles,   des   ardoises,   des   bocaux   en   tout   genre  ;   d’autres   poussaient   des   chariots   recouverts   de   draps   blancs   encore.   D’autres   enfin   pianotaient   devant   leurs   écrans.   Une   vraie   fourmilière  humaine.     Une  main  se  posa  brutalement  sur  mon  épaule.  Un  homme  -­‐  en    blanc  bien   entendu-­‐nous  assaillit  de  questions  :       -­‐  Qui  êtes  vous  ?  Que  faites  vous  là  ?  Qui  vous  envoie  ?  Comment  avez  vous   trouvé  cette  entrée  ?  Par  où  êtes  vous  passés  ?  Que  savez  vous    au  juste  sur  cet   endroit  ?     Julien  bredouilla  une  explication  qui  ne  tenait  visiblement  pas  la  route.     -­‐  Tirons  cette  histoire  au  clair.  Suivez  moi  et  sans  faire  d’histoires.      

6


L’homme en  blanc  appela  deux  de  ses  camarades.  Après  un  court  temps  passé   à   les   suivre   dans   un   dédale   de   couloirs   étroits   et   faiblement   éclairés,   ils   nous   firent  entrer  dans  un  bureau.  Commença  un  interrogatoire  musclé.       *  *  *   Je  leur  dis  que  j’étais  un  écrivain  en  vacances  dans  le  coin  et  que  les  silences  et   hésitations   des   habitants   sur   ce   lac   m’avaient   intrigué.   Julien   les   rassura   avec   ses   histoires   de   plongeur   du   bout   du   monde.   Les   trois   hommes   se   consultèrent   à   l’écart.   Nous   n’en   menions   pas   large.   Sur   quel   organisme   clandestin   étions   nous  tombés  ?  Ils  revinrent  vers  nous  et    le  ton  de  l’échange  fut  alors  un  plus   amical  :     -­‐    Bon.   Vous   n’aviez   visiblement   aucune   mauvaise   intention   en   venant   ici.   C’est   un  hasard,    dirons  nous.  Vous  êtes  des  petits  curieux  ?  »   -­‐     Oui,   la   curiosité   des   auteurs…Vous   savez   ce   que   c’est,     répondis-­‐je   pour   conclure.     *  *  *   -­‐    Si  vous  voulez  savoir  ce  qu’il  se  passe  ici,  il  faut  me  promettre  de  ne  rien  dire,     enchaina  celui  des  trois  qui  semblait  détenir  le  plus  d’autorité.   -­‐     Motus   et   bouche   cousue,     dit   Julien,   pour   détendre   un   peu   l’atmosphère.   Nous  resterons  muets  comme  les  pierres  de  la  caverne.     -­‐      Muets,  comme  les  carpes  de  ce  lac  »  repris  je,    en  souriant.   -­‐    «  Lefaucheur  Construction  &  Excavation  »,  c’est  une  façade.  Le  but  de  cette   entreprise,   c’est   d’étudier   certains   phénomènes   souterrains   inexpliqués.   En   explorant   cette   région,   nous   avons   remarqué   des   anomalies   dans   le   sous-­‐sol.   Nous   avons   demandé   des   autorisations   à   la   mairie   pour   pouvoir   forer   et   en   savoir  plus.       Je   ne   voulais   pas   lui   dire   que   j’avais   vu   le   permis   et   les   plans   du   chantier   au   service   des   archives   et   le   laissai   poursuivre.   L’histoire   avait   l’air   vraiment   incroyable.     *  *  *   -­‐   Après   plusieurs   semaines   de   travail   acharné,   nous   avons   découvert   quelque   chose   d'inattendu   :   un   minerai,   totalement   inconnu   de   tous   nos   chercheurs.   Ils   n’avaient   jamais   rien   vu   de   tel.   Très   résistant,   léger   comme   une   plume,   aussi   lumineux  qu’une  ampoule,   mais  surtout,  surtout,  ce  minerai  semblait  pouvoir   produire  des  quantités  phénoménales  d’énergie.  Nous  pensions  tenir  entre  nos   mains   le   minerai   du   futur.   Imaginez   donc   :   la   puissance   d’une   centrale  

7


électrique dans   quelques   dizaines   de   grammes   de   roche   !   Plus   besoin   de   pétrole,  de  gaz  ni  d’aucune  énergie  fossile.  Un  kilo  de  ce  minerai  suffit  à  lui  seul   pour   alimenter   une   mégapole   pendant   dix   ans   !   Exploiter   cette   énergie,   la   maîtriser  :   C’était   devenu   notre   but.   Malheureusement,   les   choses   ne   se   sont   pas  passées  comme  prévu.  Cette  énergie  est  bien  plus  difficile  à  contrôler  que   nous   le   pensions   au   départ.   Une   violente   déflagration   a   réduit   une   partie   du   gisement   en   cendres   brûlantes   et   a   sérieusement   blessé   un   membre   de   l’équipe   de   forage.   Nous   avons   du   revoir   nos   plans  et   conclure   qu’en   l’état   actuel,  il  est  impossible  d’exploiter  ce  minerai  sans  danger.       *  *  *   L’homme  s’arrêta  net  nous  plongeant  tous  dans  un  long  silence.     -­‐     Inutile   en   effet   de   reproduire   les   erreurs   de   Pierre   et   Marie   Curie   ou   d’Albert   Einstein  avec  le  nucléaire,  lançai-­‐je  pour  relancer  la  conversation.    -­‐   Vous   avez   tout   compris,   reprit     l’homme.   En   attendant   de   trouver   une   solution   fiable   et   afin   d’étudier   tous   les   effets   de   cette   roche   surpuissante,   nous  avons  construit  ce  labo  et  volontairement  inondé  une  partie  du  chantier   pour   camoufler   notre   installation.   Tous   les   gens   du   coin   croient   en   un   événement  surnaturel.     -­‐    Oui,   certains   racontent   même   que   le   lac   est   hanté   puisque   les   hommes   du   chantier  et  tout  le  matériel  ont  disparu  du  jour  au  lendemain,  reprit  Julien.   -­‐     Il  fallait  bien  leur  faire  croire  à  une  histoire  fantastique  pour  continuer  notre   étude   en   paix.   Nous   approchons   du   but   mais   il   est   encore   trop   tôt   pour   révéler   quoi   que   ce   soit   au   public.   Cette   nouvelle   va   bouleverser   nos   habitudes   énergétiques.  Un  vrai  boum.  C’est  pourquoi  je  vous  demande,  messieurs,  de  ne   parler   de   ce   laboratoire   souterrain   sous   aucun   prétexte   et   même     de   laisser   circuler  les  histoires  de  lac  hanté  encore  quelques  temps.  Nous  comptons  tous   sur  votre  silence.  L’avenir  du  monde  en  dépend.   -­‐     Motus   et   bouche   cousue,   fit   Julien   en   accompagnant   sa   parole   du   geste   magique.   -­‐    Cette  histoire  restera  pour  de  longs  temps  une  histoire  fantastique,  repris-­‐je   innocemment.     *  *  *     Promesse   faite   de   ne   pas   ébruiter   l’affaire,   on   nous   fit   sortir   de   terre   par   un   escalier  qui  débouchait  sur  une  trappe  bien  dissimulée  au  milieu  des  bois.  Sur   le  chemin  du  retour,  Julien,  devant  mon  air  sceptique  me  demanda  ce  que  je   comptais  faire  de  toute  cette  histoire.  

8


-­‐ Nous   n’avons   pas   élucidé   le   mystère   de   l’encre   effacée   sur   les   plans,   dis-­‐je.   Mais  nous  ne  pouvons  aller  plus  avant  dans  nos  recherches.  Nous  avons  promis   de  ne  rien  dire.  Tant  pis…  Alors,  comme  d’habitude,  je  vais    écrire  une  nouvelle.   Une  fiction…     Les  vacances  se  terminèrent.     Je  rentrai  chez  moi,  et  reprit,  tranquillement,  mes  activités  et…  ma  plume.       FIN     PS  :   Cher   lecteur,   maintenant   que   tu   as   lu   cette   histoire,   ne   la   raconte   à   personne  !  Motus  et  bouche  cousue  hein  !  Promis  ?    

9

Motus et bouche cousue  

Une nouvelle écrite par Emilio-Kodjo Bouley, lauréat du Concours de la Nouvelle Fantastique et Policière 2013 de la ville de Montrouge.

Advertisement