Page 1

     

La vie affective et sexuelle des jeunes de classe de Troisième des quartiers Flandre et Danube-Solidarité, 19 ème arrondissement de Paris

Atelier Santé  Ville  Paris  19ème     1   Cécilia  Giles  -­‐  Coordinatrice   Association  de  Prévention  du  Site  de  la  Villette  –  211  avenue  Jean  Jaurès  75019  Paris   01  40  03  77  33  –  06  99  68  24  68  –  cgiles@apsv.fr  


Sommaire  

Remerciements..........................................................................................................................................4 Résumé ......................................................................................................................................................5   Abstract .....................................................................................................................................................6   Liste  des  acronymes...................................................................................................................................7   Introduction...............................................................................................................................................8   I.    Contexte  et  sujet  de  l’étude.................................................................................................................11   A.   La   structure   commanditaire   de   l’étude   :   l’Atelier   Santé   Ville   du   19ème   arrondissement  de  Paris ...............................................................................................................................111   a.  La  Politique  de  la  Ville  et  les  Ateliers  Santé  Ville  (ASV) ..................................................................111   b.  La  santé  publique  dans  la  politique  de  la  ville  :  les  Ateliers  Santé  Ville  comme  dispositif  de   lutte  contre  les  inégalités  sociales  et  territoriales  de  santé................................................................. 13   c.  Cadre  et  création  de  l’Atelier  Santé  Ville  du  19ème  arrondissement  de  Paris ........................... 15   d.  Territoires  d’intervention.............................................................................................................................. 16   B.  Sujet  de  l’étude ..................................................................................................................................................... 18   a.  La  thématique  de  la  vie  affective  et  sexuelle  au  sein  de  l’ASV ........................................................ 18   b.  Etat  de  l’art .........................................................................................................................................................188   c.  Objectifs  de  l’étude  et  questions  de  recherche...................................................................................... 20   II.  Population  et  méthodologie  ………………………………………………………………………………………………………..  22   A.   Population  étudiée......................................................................................................................................... 22   B.   Recueil  des  données...................................................................................................................................... 22   a.  

Revue de  la  littérature ................................................................................................................................ 22  

b.

Le volet  quantitatif  :  le  questionnaire.................................................................................................. 23  

c.

Le volet  qualitatif  :  14  entretiens........................................................................................................... 26  

C. Analyse  des  données..................................................................................................................................... 28   a.  

Analyse statistique  des  données  issues  des  questionnaires ...................................................... 28  

b.

Analyse qualitative  des  entretiens ........................................................................................................ 31  

c.

Combinaison des  données  quantitatives  et  qualitatives ............................................................. 31  

III. Résultats  descriptifs ............................................................................................................................32   A.   Description  de  la  population  étudiée.................................................................................................. 32  

       B.            Taux  de  réponse  au  questionnaire ................................................................................................... 33   IV.  Interprétation  et  discussion  des  résultats...........................................................................................34  

2  


A. Une   vie   affective   et   sexuelle   marquée   par   des   normes   familiales,   religieuses   et   sociales ........................................................................................................................................................................... 34   a.  Le  dialogue  sur  la  vie  affective  et  sexuelle  en  famille  reste  difficile ............................................ 34   b.  Une  conception  assez  traditionnelle  de  la  vie  affective  et  sexuelle ............................................. 36   c.  Le  contrôle  social  exercé  sur  les  jeunes  filles  et  leur  vie  affective  et  sexuelle  dans  le  quartier  40   B.  La  confrontation  aux  idées  alternatives  à  travers  des  sources  d’information  diverses ............................................................................................................................................................................................. 45   a.  Identification  et  utilisation  par  les  jeunes  d’autres  ressources  pour  s’informer  et  échanger   sur  les  relations  affectives  et  sexuelles ......................................................................................................... 45   b.  Rôle  d'internet  et  influence  de  la  pornographie  sur  les  représentations  ……………………………..  50   C.   Entre   valeurs   familiales   et   informations   alternatives,   les   jeunes   cherchent   à       s’affirmer  et  adoptent  des  pratiques  finalement  assez  classiques  ……………………………..  55   a.  Une  majorité  de  jeunes  cherche  à  affirmer  leur  autonomie  dans  la  vie  affective  et  sexuelle ........................................................................................................................................................................................ 55   b.  L’influence  de  la  pornographie  sur  les  représentations  reste  limitée ........................................ 58   c.  La  sexualité  des  jeunes  interrogés  reste  marginale ............................................................................ 60   V.  Limites  potentielles  et  intérêts  de  l'étude ...........................................................................................68   VI.  Recommandations  et  conclusons .......................................................................................................68   Bibliographie............................................................................................................................................68   Liste  des  cartes,  encadrés  et  tableaux .....................................................................................................74   Liste  des  annexes .....................................................................................................................................75    

3  


Remerciements

Nos remerciements   les   plus   chaleureux   vont   à   Justine   Bettinger,   étudiante   à   l’Ecole   des   Hautes   Etudes   en   Santé   Publique   (EHESP),   qui   a   réalisé   cette   étude   et   rédigé   ce   rapport   dans   le   cadre   du   Master  international  de  Santé  publique.     L’étude   n’aurait   pu   voir   le   jour   sans   la   collaboration   des   jeunes   des   quartiers   Flandre   et   Danube-­‐ Solidarité,   qui   ont   accepté   de   donner   de   leur   temps   pour   répondre   aux   questionnaires   et   aux   entretiens.   Nous   espérons   que   cette   étude   saura   rendre   justice   à   leur   diversité   et   participera   à   la   mise  en  place  d’une  éducation  à  la  sexualité  plus  adaptée  à  leurs  préoccupations.     Nos   remerciements   s’adressent   également   aux   professionnels   socio-­‐sanitaires   impliqués   dans   le   groupe   de   travail   «  vie   affective   et   sexuelle  des   jeunes  »   animé   par   l’Atelier   Santé   Ville,   pour   leurs   conseils   avisés.   Nous   remercions   plus   particulièrement   l’équipe   du   19ème   de   la   Fondation   Jeunesse   Feu  Vert,  qui  a  permis  de  tester  le  questionnaire  lors  d’une  activité  avec  les  jeunes.        

                                4    


Résumé CONTEXTE

Les quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité,  situés  dans  le  19ème  arrondissement  de  Paris,  font  partie   des  territoires  prioritaires  de  la  Politique  de  la  Ville,  du  fait  de  leurs  indicateurs  socio-­‐économiques   défavorisés.  L’Atelier  Santé  Ville  (ASV)  du  19ème  arrondissement,  acteur  sanitaire  de  cette  politique,   vise   à   améliorer   l’accès   aux   soins   des   populations   de   ces   territoires.   Après   concertation   avec   les   acteurs   locaux,   l’ASV   du   19ème   arrondissement   a   identifié   la   thématique   de   la   vie   affective   et   sexuelle   comme  un  axe  prioritaire  d’action.  Un  projet  soutenu  par  l’ARS  Ile-­‐de-­‐France  a  été  mis  en  place  sur   cette  thématique  :  la  présente  étude  constitue  l’un  des  axes  principaux  de  ce  projet.      

OBJECTIFS ET  METHODE   L’objectif   de   cette   étude   a   été   de   comprendre   comment   les   jeunes,   traversés   par   des   valeurs   et   stéréotypes  souvent  antagonistes,  entre  tradition  familiale  et  médias  hyper-­‐sexualisés,  construisent   une  vie  affective  et  sexuelle  qui  leur  est  propre.  Son  but  est  de  mieux  connaître  la  population  jeune   de   ces   deux   territoires,   pour   identifier   leurs   besoins   et   définir   de   nouvelles   actions   préventives   et   informatives.  Pour  cette  étude,  nous  avons  choisi  de  développer  une  méthode  mixte,  en  combinant   un   volet   quantitatif   et   un   volet   qualitatif.   218   questionnaires   ont   été   distribués   dans   les   classes   de   Troisième   de   trois   collèges   situés   dans   les   quartiers   étudiés.   Parallèlement,   14   entretiens   ont   été   réalisés  et  analysés  selon  une  méthode  thématique.  Les  réponses  des  questionnaires  ont  fait  l’objet   d’une  analyse  statistique,  en  particulier  afin  d’évaluer  l’influence  des  contextes  familiaux,  religieux  et   sociaux   sur   les   représentations   des   jeunes   en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle.   Le   recours   à   Internet  et  la  confrontation  à  la  pornographie  et  leur  influence  potentielle  sur  les  représentations  des   jeunes  sur  l’amour  et  la  sexualité  ont  également  été  examinés.        

RESULTATS Les  représentations  des  jeunes  interrogés  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle  sont  marquées  par   un  ensemble  de  normes,  en  partie  transmises  par  les  contextes  sociaux,  familiaux  et  religieux  dans   lesquels   ils   évoluent.   Cependant,   les   adolescents   sont   également   confrontés   à   un   ensemble   de   valeurs   et   d’idées   alternatives   sur   la   sexualité,   notamment   à   travers   Internet,   qui   les   poussent   à   remettre   partiellement   ces   normes   en   question.   Au-­‐delà   de   ces   influences   diverses,   il   semble   que   les   jeunes   aient   une   réelle   volonté   d’affirmer   leur   autonomie   dans   ce   domaine   et   que   leurs   pratiques,   assez  marginales,  soient  avant  tout  influencées  par  des  facteurs  qui  restent  classiques.      

RECOMMANDATIONS Au   vu   des   résultats   de   cette   étude,   il   apparaît   important   que   l’éducation   à   la   sexualité   aborde   les   préoccupations   centrales   des   adolescents,   à   savoir   les   sentiments,   le   rapport   aux   parents,   la   place   des   amis,   etc.   En   outre,   les   risques   associés   à   certaines   pratiques   taboues,   telles   que   les   rapports   oraux   et   anaux,   doivent   être   expliqués   aux   jeunes.   Concernant   la   pornographie,   du   fait   de   sa   banalisation,  les  adultes  référents  ont  un  rôle  à  jouer  pour  désacraliser  ces  images  et  aider  les  jeunes   à   faire   la   part   entre   fiction   et   réalité.   Enfin,   il   faudrait   rappeler   aux   adolescents   leurs   droits   dans   l’accès  aux  soins  et  la  prévention  et  encourager  l’identification  des  lieux  ressources.      

Mots clés:  Vie  affective  et  sexuelle;  Politique  de  la  Ville;  adolescence;  pornographie;  méthode  mixte   5    


Abstract Emotional   and   sexual   life   of   teenagers   of   fourth   year   of   secondary   school   from   two   deprived  neighborhoods  of  the  19th  arrondissement  of  Paris  

BACKGROUND  

Due to   their   low   socio-­‐economic   indicators,   Flandre   and   Danube-­‐Solidarité   districts   have   been   established  as  priority  zones  by  the  French  urban  policy  within  the  19th  arrondissement  of  Paris.  The   Atelier   Santé   Ville   (ASV)   is   a   public   health   actor   in   charge   of   improving   access   to   social   and   health   services.   After   assessing   local   needs,   the   ASV   of   the   19th   and   local   professionals   have   defined   the   emotional  and  sexual  life  as  a  priority  axis  for  action.      

OBJECTIVES AND  METHODS   In   this   study   we   aimed   to   understand   how   young   people   from   these   two   districts,   who   evolve   in   a   context   marked   by   often   conflicting   values   and   stereotypes,   manage   to   build   their   own   emotional   and  sexual  life  (ESL).  To  do  so,  we  used  a  mixed-­‐method  combining  quantitative  and  qualitative  in  a   complementary  way.  We  distributed  208  questionnaires  in  classes  of  fourth  year  in  three  secondary   schools  of  the  districts.  In  parallel  we  carried  out  and  analyzed  14  interviews  respecting  inhabitants   and  gender  proportions.  We  performed  multivariate  logistic  regression  analyses  using  Stata  software,   in   particular   to   evaluate   potential   influences   of   family,   social   and   religious   norms   on   teenagers’   representations   about   ESL.   We   also   assessed   the   use   of   the   Internet   and   viewing   of   pornographic   images  and  their  potential  impact  on  young  people’s  conceptions.           RESULTS     Teenagers  surveyed  appeared  to  be  marked  by  traditional  norms  in  the  field  of  emotional  and  sexual   life,   partly   transmitted   by   the   social,   familial   and   religious   contexts   in   which   they   live.   Beyond   this,   the  world  of  sexuality  that  teenagers  discover  through  the  Internet  and  pornographic  images  partly   leads   them   to   qualify   or   call   into   question   some   of   their   ideas   and   conceptions.   However,   what   teenagers  value  the  most  is  their  own  experiences  in  this  area.    

RECOMMENDATIONS Given   the   results   obtained   from   this   study,   it   seems   particularly   important   for   sexual   education   to   focus  on  adolescents’  main  preoccupation,  that  is  to  say  feelings,  relationships  with  parents,  role  of   friends,   etc.   In   addition,   the   risks   associated   to   taboo   practices,   such   as   oral   and   anal   sex,   have   to   be   explained   to   young   people.   Concerning   pornography,   and   since   it   is   commonly   watched   by   teenagers,  referring  adults  have  a  role  to  play  to  help  teenagers  differentiating  fiction  from  truth  in   these   images,   to   avoid   potential   trauma.   It   is   also   important   to   recall   adolescents   their   rights   to   access   healthcare   and   prevention   and   encourage   the   identification   of   resource   places.   Concerning   practices,   further   studies   should   be   carried   out   in   a   similar   population   order   to   examine   whether   the   standard  of  virginity  leads  teenagers  to  adopt  specific  practices.    

Keywords:   Emotional   and   sexual   life;   French   urban   policy;   adolescence;   pornography;   religion;   mixed-­‐method   6    


Liste des acronymes ACSE ANRS     APUR     ARS     ASV   CI     CIV   CMU-­‐C   CUCS   DIV   DSQ   EDL   GPRU     GPU   HCSP   HLM   IDH2       INED     INSEE   LOV   LR-­‐test     OMS   ONZUS   OR       ORIV     PNRU   PRAPS   PRSP   PRV   RMI       SRU   VAS   ZEP   ZUS  

Agence Nationale  pour  la  Cohésion  Sociale  et  l'Egalité  des  chances     Agence  Nationale  de  Recherches  sur  le  Sida  et  les  hépatites  virales     Atelier  Parisien  d’urbanisme   Agence  Régionale  de  Santé     Atelier  Santé  Ville   Intervalle  de  confiance     Comité  interministériel  pour  les  villes   Couverture  Maladie  Universelle  Complémentaire     Contrat  Urbain  de  Cohésion  Sociale     Délégation  interministérielle  à  la  ville   Développement  Social  des  Quartiers   Equipe  de  développement  Local     Grand  Projet  de  Rénovation  Urbaine     Grands  Projets  urbains     Haut  Conseil  de  Santé  Publique     Habitat  à  Loyer  Modéré   Indice  de  Développement  Humain  2     Institut  National  d’Etudes  Démographiques     Institut  National  de  la  Statistique  et  des  Etudes  Economiques     Loi  d’Orientation  pour  la  Ville     Likelihood-­‐ratio  test   Organisation  Mondiale  de  la  Santé                 Observatoire  National  des  Zones  Urbaines  Sensibles     Odds  Ratio   Observatoire  Régional  de  l’Intégration  et  de  la  Ville     Programme  national  de  rénovation  urbaine     Programmes  Régionaux  d’Accès  à  la  Prévention  et  aux  Soins     Plans  Régionaux  de  Santé  Publique   Pacte  de  relance  pour  la  ville   Revenu  Minimum  d’Insertion     Solidarité  et  Renouvellement  Urbain         Vie  affective  et  sexuelle                                             Zone  d’éducation  prioritaire   Zone  Urbaine  Sensible        

  7    


Introduction  

Dans son   ouvrage   «  Parler   de   sexualité   aux   ados  »,   le   Dr   N.   Athéa   cherche   à   remettre   les   préoccupations   des   adolescents   au   centre   de   l’éducation   à   la   sexualité,   pour   sortir   d’une   approche   centrée   essentiellement   sur   la   prévention   des   risques   en   matière   d’infections   sexuellement   transmissibles  et  de  grossesse  non  désirée  (ATHEA  N.,  2006).  Face  à  l’émergence  du  VIH,  un  discours   essentiellement   scientifique   s’est   en   effet   progressivement   développé.   Il   apparaît   aujourd’hui   en   décalage   avec   les   interrogations   des   adolescents,   qui   cherchent   avant   tout   leurs   repères   face   à   ce     «  corps   nouveau,   sexué,   en   proie   à   de   nouvelles   pulsions,   source   d’angoisses   [et]   de   peurs   […]  »   (ROBIN   G.   et   al.,   2007).   Ces   repères   sont   d’autant   plus   difficiles   à   trouver   du   fait   du   déséquilibre   existant   entre   d’un   côté   ce   que   la   sénatrice   Chantal   Jouanno,   dans   son   rapport   parlementaire,   dénonce  comme  une  «  hypersexualisation  de  la  société  »  (JOUANNO  C.,  2012),  s’exprimant  à  travers   l’omniprésence  des  codes  sexuels,  notamment  dans  les  médias  et  la  publicité  ;  et  de  l’autre  le  tabou   persistant  dans  de  nombreuses  familles  au  sujet  de  la  sexualité.       Peu  après  sa  création  en  2010,  l’Atelier  Santé  Ville  (ASV)  du  19ème  arrondissement  de  Paris  a  défini   l’axe  «  Vie  affective  et  sexuelle  »  comme  l’un  de  ses  axes  prioritaires  d’intervention.  Ce  choix  était   alors  guidé  par  les  préoccupations  des  professionnels  en  lien  avec  les  jeunes,  qui  exprimaient  leurs   difficultés   à   aborder   le   sujet   de   la   sexualité   avec   les   adolescents,   alors   même   qu'ils   avaient   le   sentiment   que   c'était   nécessaire   –   le   recours   des   jeunes   aux   services   de   santé   se   faisait   le   plus   souvent   tardivement,   lorsqu'un   problème   particulier   se   posait   (grossesse   précoce   non   désirée,   rapport  non  protégé...).  Le  diagnostic  local  de  santé  réalisé  en  2005  par  l’Equipe  de  développement   local  (EDL)  n’avait  pas  fait  état  d’une  situation  particulière  en  matière  de  sexualité  des  adolescents,   c’est   pourquoi   il   a   semblé   pertinent   de   réaliser   une   étude   spécifique   sur   ce   sujet,   afin   de   recueillir   des   données   susceptibles   de   guider   les   interventions   de   l'ASV   sur   les   quartiers   Flandre   et   Danube-­‐ Solidarité.   Ces   quartiers   se   caractérisent   notamment   par   une   proportion   élevée   d’habitat   social   et   une   population   vivant   dans   des   conditions   socio-­‐économiques   plus   défavorisées   que   la   moyenne   parisienne.   La   proportion   de   population   issue   de   l’immigration   y   est   également   plus   importante   qu’elle  ne  l’est  dans  le  reste  de  l’agglomération  parisienne.      

Etudier la   «  vie   affective   et   sexuelle  »   correspond   à   la   volonté   d’aborder   les   questions   liées   à   la   sexualité  et  à  la  vie  affective  des  jeunes  dans  une  acception  large  des  termes,  non  restreinte  à  une   approche  centrée  sur  les  risques.  La  vie  affective  et  sexuelle  renvoie  ici  principalement  aux  relations   affectives   que   nouent   les   adolescents   et   à   leur   sexualité.   Le   concept   de   vie   affective   et   8    


sexuelle englobe  en  outre  la  notion  de  santé  sexuelle  telle  que  définie  par  le  Bureau  Régional  Europe   de  l’OMS,  à  savoir  «  un  état  de  bien-­‐être  physique,  émotionnel,  mental  et  social  en  relation  avec  la   sexualité,   et   non   pas   simplement   l’absence   de   maladies,   de   dysfonctionnements   ou   d’infirmités   »   (OMS  BUREAU  REGIONAL  EUROPE).   L’adolescence   constitue   une   période   charnière,   au   cours   de   laquelle   l’enfant   se   construit,   entre   «  dépendance   et   volonté   d’émancipation  »   de   la   sphère   familiale   (ATELIER   SANTE   VILLE   19ème,   2012).   Cette   période   de   transformation   «  biologique,   psychologique   et   sociale  »   (ROBIN   G.   et   al.,   2007)   coïncide  pour  un  certain  nombre  à  l’entrée  dans  la  sexualité.  Selon  S.  Freud,  c’est  en  effet  à  partir  de   l’âge  de  13  ans  que  les  enfants  sortent  de  la  période  de  latence  sexuelle  pour  s’ouvrir  à  la  sexualité   adulte,  dite  «  génitale  »  (CALVIN  N.,  1998).  Parce  que  l’adolescence  s’accompagne  chez  certains  jeunes   d’un  «  sentiment  d’invulnérabilité  »   (ROBIN  G.  et  al.,  2007)  c’est  une  période  également  propice  à  la   prise   de   risque,   en   particulier   dans   le   domaine   de   la   sexualité.   Pour   D.   Lippe,   «   l’adolescence   et   la   sexualité   constituent   un   duo   où   règne,   tant   qu’il   n’est   pas   réglé,   un   certain   malaise,   au   sens   où   l’adolescent  n’y  navigue  pas  à  son  aise  »  (LIPPE  D.,  2007). S’intéresser  à  des  jeunes  de  troisième  entre   14  et  16  ans  permet  de  mieux  comprendre  cette  période  où  les  adolescents  font  leurs  premiers  pas   et  choix  dans  la  vie  sexuelle,  pris  entre  leurs  envies  et  les  normes  qu’on  leur  a  transmises.        

Dans cette  étude,  nous  avons  voulu  comprendre  comment  les  jeunes,  traversés  par  des  valeurs  et   stéréotypes  souvent  antagonistes,  entre  tradition  familiale  et  médias  hypersexualisés,  construisent   une  vie  affective  et  sexuelle  qui  leur  est  propre.         Pour   répondre   à   ces   interrogations,   nous   présenterons   dans   un   premier   temps   le   contexte   dans   lequel  cette  étude  a  été  menée,  à  savoir  la  structure  commanditaire  et  le  cadre  juridique  qui  lui  ont   donné   naissance.   Ensuite,   nous   expliquerons   la   méthode   utilisée   pour   réaliser   cette   étude.   Concernant   les   résultats   de   cette   étude,   nous   montrerons   dans   un   premier   temps   l’influence   des   cadres   social,   familial   et   religieux   sur   les   représentations   des   jeunes   de   classe   de   Troisième   en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle.   Dans   un   second   temps,   nous   verrons   qu’au-­‐delà   de   la   sphère   familiale   et   des   valeurs   véhiculées   au   sein   du   quartier,   les   jeunes   s’informent   autrement   et   se   confrontent   à   des   idées   alternatives   sur   les   rapports   affectifs   et   la   sexualité.   Dans   ce   cadre,   nous   interrogerons   notamment   le   rôle   d’internet   et   l’influence   de   la   pornographie   sur   leurs   représentations.   Enfin,   nous   tenterons   d’appréhender   dans   quelle   mesure   leurs   pratiques   reflètent   cette   tension   entre   valeurs   familiales   «  traditionnelles  »,   omniprésence   de   l’information   et   choix  

9  


personnels. Nous   discuterons   ensuite   des   intérêts   et   limites   de   cette   étude,   pour   finir   par   des   recommandations  et  pistes  de  travail  opérationnelles  pour  l’action  de  l’Atelier  Santé  Ville.    

                                          10    


I.  Contexte  et  sujet  de  l’étude    

A. La   structure   commanditaire   de   l’étude   :   l’Atelier   Santé   Ville   du   19ème   arrondissement  de  Paris    

a. La  Politique  de  la  Ville  et  les  Ateliers  Santé  Ville  (ASV)  

Les Ateliers  Santé  Ville  ont  été  créés  dans  le  cadre  de  la  Politique  de  la  Ville.  Pour  comprendre  leur   rôle,  il  faut  revenir  sur  le  contexte  d’émergence  et  les  enjeux  de  cette  politique.    

Au lendemain   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale,   la   France   fait   face   à   une   pénurie   de   logements,   d’autant  plus  problématique  que  la  population  augmente  fortement.  Pour  y  répondre,  une  politique   de   construction   de   grands   ensembles   en   périphérie   des   grandes   villes   se   met   en   place.   Ces   grands   ensembles,   d’abord   prévus   pour   accueillir   principalement   les   classes   moyennes   (L’EVOLUTION   DES   POLITIQUES  DU  LOGEMENT),  vont  rapidement  se  dégrader.  A  partir  des  années  1970,  ceux  qui  en  ont  les  

moyens les   quittent  :   les   classes   populaires,   très   durement   touchées   par   la   crise   économique,   s’y   concentrent  alors.  Du  fait  de  l’absence  de  mixité  sociale,  les  quartiers  d’habitat  populaire  deviennent   «  des   territoires   d'exception,   cumulant   les   difficultés   structurelles   d’un   urbanisme   rapide   et   monofonctionnel   et   les   difficultés   sociales   des   résidents  »   (ORIV  Alsace,   2009).   Pour   répondre   à   ces   problématiques,   la   Circulaire   Guichard   met   fin   en   1973   à   la   construction   des   tours   et   barres   composant  les  grands  ensembles.  Dès  la  fin  des  années  1970,  un  ensemble  d’actions  est  lancé  pour   répondre  aux  difficultés  sociales,  économiques  et  sécuritaires  des  habitants  de  ces  quartiers,  ce  qui   deviendra  à  la  fin  des  années  1980,  la  «  Politique  de  la  Ville  »  (COUR  DES  COMPTES,  2002).     En   1977,   le   premier   «  Plan   Banlieue  »   voit   le   jour   en   France   et   donne   naissance   à   la   procédure   «  Habitat   et   Vie   Sociale  ».   Celle-­‐ci   prévoit   des   actions   de   réhabilitation   de   logements   ainsi   que   le   développement   d’équipements   dans   les   quartiers   d’habitat   social   sans   intégrer   de   volet   social.   En   1981,  de  violents  incidents  éclatent  dans  le  quartier  des  Minguettes  à  Vénissieux.  Suit  alors  la  mise   en   place   en   1982   des   programmes   de   Développement   Social   des   Quartiers   (DSQ),   qui   visent   à   améliorer  la  vie  quotidienne  des  habitants  des  quartiers  d’habitat  populaire  en  travaillant  à  la  fois  sur   l’aspect   social,   économique   et   éducatif   des   problèmes   (DIRECTION   DE   L’INFORMATION   LEGALE   ET   ADMINISTRATIVE,  2006a).  L’institutionnalisation  de  la  Politique  de  la  Ville  sera  progressive  :  à  partir  de  

1984, le   Comité   interministériel   pour   les   villes   (CIV)   ainsi   que   le   Fonds   de   Solidarité   Urbaine   (FSU)   sont  créés,  suivis  du  Conseil  National  des  Villes  (CNV)  et  de  la  Délégation  interministérielle  à  la  ville  

11  


(DIV) en   1988.   Les   principes   de   la   Politique   de   la   Ville   seront   quant   à   eux   énoncés   dans   la   Loi   d’Orientation  pour  la  Ville  du  19  juillet  1991.       A   partir   de   l’année   1992,   les   Contrats   de   Ville   viennent   remplacer   la   procédure   de   DSQ   et   se   généralisent.  Le  but  de  ces  contrats  signés  entre  l’Etat  et  les  collectivités  territoriales  est  de  créer  des   programmes   communs   de   développement   social   urbain   et   de   simplifier   les   dispositifs   existants   par   une   procédure   de   contractualisation   unique   (ANDRE   P.,   2005).   Dans   le   même   temps,   des   Grands   Projets  urbains  (GPU)  de  restructuration  des  sites  en  difficulté  sont  également  mis  en  place  à  partir   de  1991  (remplacés  dans  les  années  2000  par  les  Grands  Projets  de  Ville).  Par  la  suite,  la  Loi  Borloo   d’orientation  et  de  programmation  pour  la  ville  et  la  rénovation  urbaine  du  1er  août  2003  réoriente  la   Politique  de  la  Ville  :  un  Programme  National  de  Rénovation  Urbaine  (PNRU)  est  mis  en  place  sur  5   ans,   afin   de   «  restructurer,   dans   un   objectif   de   mixité   sociale   et   de   développement   durable,   les   quartiers  classés  en  zones  urbaines  sensibles»  (MEJEAN  P.,  2007).  L’Agence  Nationale  de  la  Rénovation   Urbaine   (ANRU)   est   en   charge   de   ce   programme.   L’Observatoire   National   des   Zones   Urbaines   Sensibles   (ONZUS)   est   également   créé   afin   de   mieux   connaître   les   quartiers   en   difficulté   et   d’évaluer   les  effets  des  politiques  mises  en  œuvre  dans  le  cadre  de  la  Politique  de  la  Ville.    Enfin,  en  mars  2006,   le  comité  interministériel  met  en  place  le  Contrat  Urbain  de  Cohésion  Sociale  (CUCS)  qui  succède  au   contrat   de   ville,   avec   l’objectif   de   «  fournir   un   cadre   clair,   lisible   et   plus   opérationnel   à   l’action   conjuguée   des   acteurs   locaux   au   bénéfice   des   quartiers   en   difficulté»   (ONZUS,   2011).   Malgré   les   évolutions,   l’objectif   de   la   Politique   de   la   Ville   reste   le   même,   celui   de   «  fédérer   l’ensemble   des   partenaires   de   la   Politique   de   la   Ville   et   leur   permettre   d’inscrire   dans   un   cadre   cohérent   leurs   interventions   au   bénéfice   de   quartiers   en   situation   de   décrochage   spatial   et/ou   social     »   (ONZUS,   2011).      

La Politique   de   la   Ville   constitue   donc   «  la   politique   mise   en   place   par   les   pouvoirs   publics   afin   de   revaloriser   les   zones   urbaines   en   difficulté   et   réduire   les   inégalités   entre   les   territoires   »   (MINISTERE   DELEGUE   A   LA   VILLE,   2011).   L’un   des   aspects   essentiels   de   la   Politique   de   la   Ville   est   son   approche   territoriale,  fondée  sur  un  zonage  géographique  des  territoires  prioritaires  d’intervention.  En  outre,   cinq  domaines  d’action  ont  été  définis  comme  prioritaires,  et  rappelés  dans  le  cadre  des  nouveaux   contrats  urbains  de  cohésion  sociale  (2007-­‐2012):  l’emploi  et  le  développement  de  l’activité,  l’habitat   et  le  cadre  de  vie,  la  réussite  éducative,  la  prévention  de  la  délinquance  et  la  citoyenneté  et  enfin  la   santé  (DIRECTION  DE  L’INFORMATION  LEGALE  ET  ADMINISTRATIVE,  2006b).         12    


b. La   santé   publique   dans   la   politique   de   la   ville   :   les   Ateliers   Santé   Ville   comme  dispositif  de  lutte  contre  les  inégalités  sociales  et  territoriales  de  santé     Le  choix  de  faire  de  la  santé  l’un  des  cinq  domaines  d’intervention  prioritaires  de  la  Politique  de  la   Ville  repose  sur  l’idée  qu’il  existe  un  lien  important  entre  précarité  et  santé,  et  que  les  populations   des  quartiers  prioritaires  font  face  à  des  problématiques  sanitaires  propres.     Les   inégalités   sociales   persistent   en   France,   et   certaines   parties   de   la   population,   cumulant   des   éléments  de  défaveur,  sont  particulièrement  vulnérables  aux  problèmes  de  santé.  En  effet,  l’état  de   santé   d’une   population   est   déterminé   par   de   nombreux   facteurs,   parmi   lesquels   les   déterminants   socio-­‐économiques   jouent   un   rôle   de   premier   plan.   Dans   son   rapport   de   décembre   2009   sur   les   inégalités   sociales   de   santé,   le   Haut   Conseil   de   Santé   Publique   (HCSP)   souligne   l’influence   de   l’éducation,  du  revenu,  des  conditions  de  vie  dans  l’enfance,  de  l’accès  à  l’emploi  et  des  conditions   de  travail  sur  la  santé.  Il  réaffirme  également  le  rôle  de  l’environnement  et  des  conditions  de  vie  et   d’habitat  sur  la  santé  (HCSP,  2009).  Globalement,    le  lien  existant  entre  précarité  et  santé  a  été  mis   en  avant  dans  de  nombreuses  études.  Le  HCSP  explique  que  «  la  précarité  s'accompagne  d'un  risque   accru   de   morbidité,   particulièrement   en   ce   qui   concerne   la   santé   mentale,   les   maladies   transmissibles  et  les  dépendances  aux  différents  toxiques  (alcool,  drogues,  psychotropes)  et  de  faible   recours  aux  soins.  Ce  constat  est  d’autant  plus  marqué  pour  les  populations  les  plus  pauvres  et  les   plus  "exclues".  En  France,  du  fait  des  «  disparités  sociales  d’occupation  du  territoire  »  (HCSP,  2009)  et   du   peu   de   mixité   socio-­‐spatiale   qui   en   résulte,   les   inégalités   sociales   de   santé   sont   aussi   très   souvent   inégalement  réparties  sur  le  territoire.  Dans  ce  contexte,  la  prévalence  de  certaines  pathologies  (telle   que   l’obésité   en   France)   est   donc   plus   forte   dans   certains   territoires   plus   défavorisés.   Du   fait   des   besoins  spécifiques  pouvant  émerger  en  matière  de  santé  dans  les  quartiers  prioritaires,  la  Politique   de  la  Ville  a  souhaité  inscrire  la  santé  dans  ses  objectifs  prioritaires,  afin  de  travailler  à  la  réduction   des  inégalités  socio-­‐spatiales  de  santé  à  l’échelle  locale.        

Dans ce   contexte,   la   Politique   de   la   Ville   et   la   politique   de   santé   convergent   à   travers   les   Ateliers   Santé   Ville   pour   apporter   une   réponse   adaptée   aux   thématiques   sanitaires   rencontrées   sur   des   territoires   où   se   concentrent   les   difficultés   sociales   et   urbaines.   Dans   le   cadre   de   la   Politique   de   la   Ville,  la  santé  apparaît  comme  «  un  levier  de  reconstruction  du  lien  social  »  (RICHARD  C.,  2007).    

Les Ateliers   Santé   Ville   (ASV),   qui   voient   le   jour   en   2000   sous   l’impulsion   du   CIV,   constituent   le   dispositif  opérationnel  du  volet  "santé"  des  Contrats  de  ville  puis  des  CUCS.  Leur  cadre  d’action  est   fixé   par   les   Programmes   Régionaux   d’Accès   à   la   Prévention   et   aux   Soins   (PRAPS)1,   que   les   ASV                                                                                                                             1

Institués   par   l’article   71   de   la   loi   n°98-­‐657   du   29   juillet   1998   d’orientation   relative   à   la   lutte   contre   les   exclusions  

13  


déclinent localement  au  sein  des  Plans  Régionaux  de  Santé  Publique  (PRSP).  La  circulaire  DIV/DGS  de   2000   relative   à   la   mise   en   œuvre   des   ASV,   explique   qu’ils  «  doivent   permettre   une   articulation   dynamique  entre  la  Politique  de  la  Ville  et  la  politique  de  santé  et  ainsi  contribuer  à  la  réduction  des   inégalités   de   santé   »   (CNLE,   site   Internet).   Les   ASV   sont   également   inscrits   dans   la   Loi   de   santé   publique   de   2004.   En   2006,   le   Conseil   Interministériel   des   Villes   réaffirme   la   priorité   donnée   à   la   santé,   et   appelle   à   la   généralisation   de   la   démarche.   Au   total,   entre   2004   et   septembre   2011,   263   ASV   ont   été   créés   (ACSE,   2011),   avec   l’objectif   de   couvrir   l’ensemble   des   quartiers   prioritaires   et   communes  comportant  une  ou  plusieurs  Zones  Urbaines  Sensibles,  pour  favoriser  la  mise  en  place  de   politiques   locales   de   santé   publique   ciblées   sur   les   quartiers   en   difficulté   (SECRETARIAT   GENERAL   DU   SIG,   2009).  

Les ASV   ont   plusieurs   missions,   définies   par   la   circulaire   du   13   juin   2000   (Circulaire   n°DGS/SP2/2000/324).   Tout   d’abord,   ils   sont   en   charge   d’identifier   au   niveau   local   les   besoins   spécifiques  des  publics  en  difficulté  et  les  déterminants  de  l’état  de  santé  liés  aux  conditions  de  vie.   En  se  fondant  sur  l’analyse  des  besoins  et  en  diversifiant  les  moyens  d’intervention  mis  en  place  sur   les  territoires,  les  ASV  doivent  faciliter  la  mobilisation  et  la  coordination  des  différents  intervenants   par  la  création  et  le  soutien  à  des  réseaux  médico-­‐sociaux.  L’ASV  a  vocation  à  rendre  effectif  l’accès   aux   services   publics   sanitaires   et   sociaux   de   droit   commun.   En   parallèle,   le   dispositif   doit   développer   d’une  part  la  participation  active  de  la  population  à  toutes  les  phases  des  programmes  (diagnostic,   définition   de   priorités,   programmation,   mise   en   œuvre   et   évaluation)   et   d’autre   part,   la   concertation   avec  les  professionnels  et  les  différentes  institutions  du  secteur  sanitaire  et  social  concernés  par  ces   programmes.     Selon  l'Agence  nationale  pour  la  cohésion  sociale  et  l'égalité  des  chances  (Acsé),  la  mission  de  l’ASV   «  porte   sur   l’animation   et   l’appui   à   la   concertation   locale.   Du   point   de   vue   méthodologique,   la   démarche  passe  par  la  création  d’outils  adaptés  aux  actions  et  projets  locaux  de  santé.  Ils  constituent   à  la  fois  une  aide  à  la  décision  et  un  lieu  d’élaboration  de  projets.  »  (ACSE,  2011).  Leur  démarche  est   territoriale,   et   se   base   sur   une   approche   de   prévention   et   de   promotion   de   la   santé   liée   à   l’identification  des  déterminants  de  la  santé  (RICHARD   C.,  2007).  Enfin,  leur  financement  repose  à  la   fois   sur   une   mobilisation   des   crédits   des   collectivités   territoriales   et   de   l’Acsé,   avec   le   soutien   des   Agences   régionales   de   santé   (ARS)   (ONZUS,   2010).   C’est   au   sein   de   l’Atelier   Santé   Ville   du   19ème   arrondissement  qu’est  menée  notre  étude.           14    


c. Cadre  et  création  de  l’Atelier  Santé  Ville  du  19ème  arrondissement  de  Paris   Paris   fait   l’objet   d’un   Contrat   Urbain   de   Cohésion   Sociale   (CUCS)   propre,   signé   en   2007   pour   la   période   2007-­‐2009,   puis   prolongé   jusqu’en   2014.   Le   CUCS   parisien   a   vocation   à   s’adresser   à   l’ensemble   de   la   population   parisienne,   en   mettant   cependant   l’accent   sur   des   populations   considérées   comme   étant   les   plus   vulnérables  :   les   immigrés,   les   jeunes,   les   personnes   âgées   et   transversalement   les   femmes.   Dans   le   domaine   de   la   santé,   les   deux   enjeux   prioritaires   identifiés   dans   le   CUCS   parisien   sont   la   prévention   et   l’accès   à   l’offre   de   soins   des   330  000   habitants   des   14   quartiers   CUCS.   A   travers   le   CUCS,   l’objectif   affiché   consiste   à   mobiliser   les   acteurs   locaux   afin   de   développer  les  actions  de  santé  communautaire  et  de  proximité  (CUCS  de  Paris,  2007-­‐2009).   Dans  le  cadre  de  la  déclinaison  du  schéma  régional  de  prévention  de  l’ARS  d’Ile  de  France,  le  19ème   arrondissement  a  été  classé  comme  une  zone  prioritaire  d’action  (au  même  titre  que  les  18ème,  20ème,   10ème  et  11ème  arrondissements,  avec  lesquels  il  constitue  le  «  Nord-­‐Est  parisien  »)  (ARS  ILE-­‐DE-­‐FRANCE,   2012).  Cette  priorité  a  été  établie  au  titre  de  la  lutte  contre  les  inégalités  sociales  et  territoriales  de   santé,   en   se   fondant   sur   l’indicateur   de   développement   humain   2   (IDH2)2,   qui,   au   sein   du   19ème   arrondissement,   est   inférieur   à   la   moyenne   parisienne.   Dans   cet   arrondissement,   trois   quartiers   sont   inscrits  en  Politique  de  la  Ville  :  le  quartier  Flandre,  à  l’Ouest,  le  quartier  Danube-­‐Solidarité  à  l’Est  et   enfin   le   quartier   Paris   Nord-­‐Est,   au   Nord,   à   cheval   sur   les   18ème   et   19ème   arrondissements.   L’Atelier   Santé   Ville   intervient   sur   les   deux   premiers   sites.   Le   dernier   fait   quant   à   lui   l’objet   d’un   projet   de   renouvellement  urbain.     Préalablement  à  la  création  de  l’Atelier  Santé  Ville  du  19ème  arrondissement  et  suite  à  l’inscription  du   quartier   Danube-­‐Solidarité   en   Politique   de   la   Ville,   un   diagnostic  local   de   santé   avait   été   réalisé   en   2005   par   l’Equipe   de   développement   local   (EDL)   sur   les   quartiers   Flandre   et   Danube-­‐Solidarité.   Ce   diagnostic,   basé   sur   des   entretiens   auprès   des   professionnels   présents   sur   le   territoire,   a   permis   d’identifier   cinq   thématiques   de   santé   particulièrement   importantes   sur   le   territoire  :   la   souffrance   psychosociale,   l’éducation   à   la   santé   –   volet   nutrition,   la   prise   en   charge   des   conduites   addictives,   l’accès  aux  soins  des  personnes  qui  en  sont  éloignées  et  enfin  la  santé  somatique  et  psychique  des   adolescents.   A   partir   de   ce   diagnostic,   l’EDL   a   rédigé   un   document   cadre   présentant   le   projet   d’Atelier  Santé  Ville  dans  l’arrondissement.  Celui-­‐ci  a  été  validé  par  le  Département  de  Paris  et  par   l’Etat  en  2010,  impulsant  la  création  de  l’ASV  quelques  mois  plus  tard.                                                                                                                                 2

L’IDH2  est  une  déclinaison  régionale  de  l’IDH  en  Ile-­‐de-­‐France.  Créé  par  la  MIPES,  il  prend  en  compte  la  santé,   l’éducation  et  le  niveau  de  vie,  combinés  à  des  indicateurs  plus  précis  disponibles  jusqu’au  niveau  communal.    

15  


d. Territoires  d’intervention    

Cette étude   s’intéresse   aux   deux   quartiers   Politique   de   la   Ville   du   19ème   arrondissement   qui   correspondent   aux   territoires   sur   lesquels   l’Atelier   Santé   Ville   du   19ème   intervient   en   priorité  :   les   quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité.  Ces  deux  quartiers  ont  été  classés  en  priorité  1  dans  le  cadre   du  CUCS  de  Paris,  ce  qui  témoigne  du  degré  important  des  difficultés  auxquelles  ils  sont  confrontés   (ONZUS,   2010).   Le   Tableau   1   résume   les   principales   caractéristiques   socio-­‐économiques   des   deux   quartiers,  en  les  comparant  à  la  moyenne  parisienne.      

Tableau 1  :  résumé  des  principales  caractéristiques  socio-­‐économiques  des  deux  quartiers  et   comparaison  avec  la  moyenne  parisienne   Quartier  Flandre   Quartier  Danube-­‐ Paris   Solidarité  

Nombre d’habitants  (Insee  2006)  

44 850  

9641

2 181  374  

Proportion de  population  immigrée  

33,5%

27,9%

20,0%

Population sans  diplôme  (aucun  diplôme  +   CEP  +  BEPC)  

45,6%

52,3%

25,2%

Part des  foyers  vivant  sous  le  seuil  des  bas   revenus  

24%

25%

11%

Proportion d’employés  et  ouvriers  dans  la   population  active  (1999)  

45%

40,8%

29%

Nombre d’allocataires  du  RMI  

8,3%

9,6%

4,5%

Part de  bénéficiaires  de  la  CMU-­‐C  

12,6%

16,3%

6,4%

Proportion de  foyers  monoparentaux  avec   enfants  de  moins  de  25  ans   Proportion  de  jeunes  de  moins  de  20  ans  

27,5%

40,8%

27,6%

29,2%

30,4%

19,5%

Proportion de   demandeurs   d’emploi   de   moins  de  25  ans  

13,1%

10,8%

8,7%

Proportion d’élèves   en   retard   d’un   an   ou   plus  en  6ème  

28,1%

26,2%

16,3%

Nombre de   logements   SRU   gérés   par   les   bailleurs  sociaux  (État  –  DULE  2009)  

58%

89,5%

15,9%

9

6

30

Densité des  commerces  (pour  1000   habitants)  

                                   Source  :  OBSERVATOIRE  DES  QUARTIERS  PRIORITAIRES,  2010    

Le quartier  Flandre   Situé   au   Nord-­‐Ouest   du   19e   arrondissement   de   Paris,   le   quartier   Flandre   fait   partie   du   GPRU   de   Paris   depuis  2002.  La  «  cité  Michelet  »,  située  au  nord-­‐est  du  périmètre,  constitue  l’un  des  plus  importants   ensembles   de   logements   sociaux   de   Paris.   Elle   constitue   un   «  ensemble   homogène,   dense   et   enclavé  »  (APUR,  2010a).  Lors  de  la  mise  en  place  de  l’Atelier  Santé  Ville,  l’Equipe  de  développement   16    


local décrivait  en  2009  le  «  manque  d’animation  et  le  défaut  d’appropriation  de  l’espace  publique  »   dans  le  quartier,  ainsi  que  la  «  faible  présence  d’animation  et  la  monotonie  de  l’espace  urbain  »  (VILLE   DE   PARIS,   Equipe   de   développement   local,   2009).   Si   le   quartier   dispose   de   peu   d’espaces   verts,   il  

bénéficie cependant   de   nombreuses   structures   (scolaires   et   sportives)   en   faveur   de   la   petite   enfance   et   de   la   jeunesse.   En   outre,   plusieurs   structures   en   faveur   de   l’emploi   sont   localisées   dans   le   périmètre   ou   à   proximité.   L’offre   culturelle   comprend   quant   à   elle   deux   centres   d’animation,   trois   ateliers   ADAC,   trois   bibliothèques.   Enfin,   eu   égard   aux   structures   sanitaires,   les   équipements   sont   relativement  peu  nombreux  comparés  à  la  densité  élevée  de  la  population.

Carte 1: Localisation des quartiers Flandre et Danube-Solidarité à Paris

Quartier Flandre    

Quartier Danube-­‐ Solidarité    

Source : apur avec nos annotations

Le quartier  Danube-­‐Solidarité   Le   quartier   Danube-­‐Solidarité,   situé   au   sud-­‐est   du   19ème   arrondissement,   a   été   classé   en   site   prioritaire   Politique   de   la   Ville   depuis   2002.   Ce   quartier   souffre   d’un   certain   enclavement   (ATELIER   SANTE   VILLE   Paris   19ème,   2010) et   d’une   «  ambiance   urbaine   dégradée  »   (VILLE   DE   PARIS,   Equipe   de   développement   local,   2009).   Cependant,   dans   le   cadre   de   la   Politique   de   la   Ville,   le   quartier   fait   l’objet   depuis   2002   d’un   projet   global   d’amélioration   du   cadre   de   vie.   De   nouveaux   équipements   ont   17    


ainsi vu   le   jour   récemment,   tels   que   le   centre   social   et   culturel   Danube,   des   associations   en   pieds   d’immeubles   (écrivain   public…).   Ces   actions   ont   permis   de   redynamiser   le   réseau   partenarial   et   associatif.  Si  aucune  structure  en  faveur  de  l’emploi  n’a  été  créée  dans  le  quartier,  des  structures  en   faveur  de  la  jeunesse  et  la  petite  enfance  ont  ouvert  récemment  :  leur  densité  (22  équipements  pour   10  000  habitants)  est  désormais  près  de  deux  fois  supérieure  à  la  moyenne  parisienne  (APUR,  2010b).  

B. Sujet  de  l’étude    

a. La  thématique  de  la  vie  affective  et  sexuelle  au  sein  de  l’ASV  

Peu après   sa   création   en   2010,   l’Atelier   Santé   Ville   (ASV)   du   19ème   arrondissement   a   défini   la   thématique  de  la  «  Vie  affective  et  sexuelle  »  comme  l’un  de  ses  axes  prioritaires  d’intervention.  Ce   choix  a  été  fait  afin  de  répondre  aux  besoins  exprimés  par  les  professionnels  présents  sur  le  territoire   qui,   lors   de   rencontres   avec   la   coordinatrice   de   l’ASV,   avaient   expliqué   que   dans   ce   domaine,   les   jeunes   avaient   souvent   recours   aux   soins   très   tardivement,   attendant   souvent   le   dernier   moment   pour  se  rendre  dans  les  structures  de  santé.  Cet  axe  a  été  validé  par  le  Comité  de  Pilotage  de  l’Atelier   Santé   Ville,   organe   décisionnel   réunissant   les   institutionnels   et   financeurs   de   l’ASV,   et   présidé   par   l’Adjoint  au  Maire  du  19ème  arrondissement  chargé  de  la  Santé.   Afin   d’être   en   mesure   de   mener   à   bien   des   actions   et   son   mandat   de   coordinateur   dans   ce   domaine,   l’ASV  a  proposé  à  l’Agence  Régionale  de  Santé  d’Ile-­‐de-­‐France  un  projet  sur  cette  thématique,  qui  a   été   retenu.   Ce   projet   avait   pour   objectif   principal   de   «  permettre   aux   jeunes   des   quartiers   en   Politique  de  la  Ville  du  19ème  arrondissement  de  Paris,  d’acquérir  et  de  maintenir  des  comportements   de   prévention,   dans   une   approche   globale   d’éducation   à   la   sexualité  ».   L’un   des   quatre   axes   de   ce   projet   sur   la   vie   affective   et   sexuelle   des   jeunes   était   la   réalisation   d’une   étude   thématique   sur   la   vie   affective   et   sexuelle   des   jeunes,   afin   d’  «  identifier   les   ressources   et   forces   en   présence   sur   le   territoire   en   matière   de   santé   sexuelle  »   (ATELIER   SANTE   VILLE   Paris   19ème,   2010).   Pour   ce   faire,   un   travail  de  recherche  a  été  réalisé  par  un  premier  stagiaire.  Afin  d’approfondir  la  compréhension  des   représentations   et   des   pratiques   dans   ce   domaine,   il   a   été   décidé   de   poursuivre   ce   travail,   en   ciblant   une  population  plus  restreinte  (les  élèves  scolarisés  en  classe  de  Troisième).      

b. Etat  de  l’art  

Les relations   affectives   et   sexuelles   comportent,   outre   leur   dimension   interpersonnelle,   une   dimension   sociale,   comme   le   rappelle   le   psychosociologue   T.   Apostolidis   (APOSTOLIDIS   T.,   2000).   Au-­‐ delà   des   désirs,   des   pulsions   et   des   choix   individuels   qui   leur   donnent   naissance,   elles   s’expriment   dans  un  cadre  culturellement  et  socialement  normé.  Fruit  d’une  «  construction  sociale  »,  les  relations   affectives  et  sexuelles  sont  traversées  et  modelées  par  des  représentations  sociales,  c’est-­‐à-­‐dire  «  un   18    


ensemble organisé   et   hiérarchisé   des   jugements,   des   attitudes   et   des   informations   qu’un   groupe   social  donné  élabore  à  propos  d’un  objet  »  (ABRIC   JC.,  1996,  cité  par  ROUSSIAU   N.,  BONARDI   C.,  2001).   Etudier   la   sexualité   et   les   relations   amoureuses   implique   dès   lors   d’explorer   aussi   les   facteurs   pouvant  les  influencer.  La  littérature  sur  ces  facteurs  est  profuse.     Un   rapport   parlementaire   récemment   rendu   par   Chantal   Jouanno,   a   notamment   souligné   les   potentielles   conséquences   de   ce   qu’elle   nomme   «   l’hypersexualisation   de   la   société   »,   c’est-­‐à-­‐dire   l’omniprésence   «   dans   les   médias,   la   télévision,   la   publicité,   Internet   »   de   «   codes   et   messages   à   caractère   "sexuel"   »   (JOUANNO   C.,   2012).   Au-­‐delà,   c’est   l’influence   de   la   pornographie   sur   la   vie   affective   et   sexuelle   des   jeunes   qui   inquiète,   et   qui   fait   l’objet   d’un   âpre   débat   entre   spécialistes   (JOIGNOT  F.,  2012). Si  internet  permet  aux  jeunes  de  s’informer  et  d’exprimer  leurs  questionnements   sans  gêne,  il  a  aussi  favorisé  l’accessibilité  de  la  pornographie  auprès  de  tous,  même  des  plus  jeunes.   Certains   experts   considèrent   que   le   visionnage   précoce   de   telles   images   peut   engendrer   chez   certains  adolescents  un  bouleversement  psychique,  et  faire  de  la  recherche  de  la  performance  et  de   la  jouissance  l’élément  central  de  leur  sexualité.  Eu  égard  aux  représentations  que  la  pornographie   véhiculerait  chez  les  jeunes,  le  rapport  de  C.  Jouanno  explique  :      

« Ces   contenus   ont   un   impact   dans   les   représentations   qu’ils   véhiculent   de   la   sexualité,   et   des   rapports  entre  les  femmes  et  les  hommes  centrés  sur  la  violence  et  le  rapport  de  domination   entre  les  sexes.  Ces  contenus  donnent  une  image  déformée  de  la  sexualité.  […]  Ils  véhiculent   une  image  dégradante  de  la  femme  comme  objet  sexuel.  […]  Ils  induisent  une  confusion  grave   entre  sexe  et  violence.  »    

Face à  cet  alarmisme,  dont  F.  Joignot  parle  comme  d’une  «  panique  morale  »,  H.  J.  Le  Vern  explique   que   si   la   pornographie   donne   une   vision   «   tronquée   »   de   la   sexualité,   elle   n’a   en   réalité   que   peu   d’influence  sur  un  adolescent  «  structuré  »,  capable  de  faire  la  différence  entre  le  virtuel  et  le  réel   (JACQUEMIN  LE  VERN   H.,   2004).   Il   va   plus   loin   en   montrant   que   «   c’est   l’absence   ou   le   refus   de   dialogue   [des   adultes   de   référence]   qui   peuvent   être   traumatisant   ».   On   comprend   bien   ici   l’importance,   dans   le  domaine  de  la  sexualité  et  des  rapports  affectifs,  du  rôle  que  la  sphère  familiale  peut  revêtir  dans   la  construction  des  opinions  et  sur  les  pratiques.  C’est  ce  que  montre  l’étude  de  L.  L.  Meschke  et  al.,   qui  expliquent  que  la  qualité  des  relations  parents-­‐enfants  et  les  valeurs  transmises  par  les  parents   influencent   les   rapports   affectifs   et   sexuels   des   adolescents,   et   notamment   leur   prise   de   risques   (MESCHKE  L.  L.,  et  al.,  2002).  En  particulier,  l’impact  de  la  communication  entre  parents  et  adolescents   sur  la  vie  affective  et  sexuelle  de  ces  derniers  a  fait  l’objet    de  plusieurs  études,  mais  reste  floue.  Si   les  parents  peuvent,  de  par  leur  rôle  central,  apparaître  auprès  des  adolescents  à  la  fois  comme  des  «   acteurs   de   prévention   »   et   des   «   producteurs   de   soins   et   de   normes   »,   il   reste   que   dans   de   19    


nombreuses familles,   la   sexualité   et   l’intimité   continuent   d’être   des   sujets   inabordables.   Dans   une   enquête  qualitative  réalisée  entre  2002  et  2004  auprès  de  42  jeunes  filles  âgées  de  15  à  25  ans,  Y.-­‐   Amsellem-­‐Mainguy   explique   que   la   persistance   de   ce   tabou   est   souvent   liée   «   aux   convictions   religieuses  de[s]  parents  »  (AMSELLEM-­‐MAINGUY   Y.,  2006).  On  comprend  l’importance  que  les  valeurs   culturelles  et  religieuses  peuvent  avoir  dans  la  définition  de  la  sexualité.       De  plus,  en  menant  une  étude  sociologique  dans  un  contexte  sociodémographique  similaire  au  nôtre,   S.   Patrick   montre   qu’au   sein   des   quartiers   «   populaires   »,   au-­‐delà   du   tabou   au   sein   de   la   famille   autour  de  la  sexualité,  une  différence  implicite  s’opère  bien  souvent  entre  filles  et  garçons  quant  à  la   liberté   sexuelle   dont   ces   derniers   bénéficient   (PATRICK   S.,   2002).   C’est   également   la   thèse   développée   par   I.   Clair,   qui,   au   cours   d’une   étude   qualitative   menée   dans   trois   cités   de   la   banlieue   parisienne,     met   en   lumière   l’asymétrie   existante   dans   les   rapports   filles-­‐garçons   (CLAIR   I.,   2005).   Elle   explique   qu’un  contrôle  s’exerce  sur  les  jeunes  filles,  notamment  à  travers  leurs  grands-­‐frères,  visant  à  faire   perdurer  la  domination  masculine  dans  le  cadre  familial  et  social.  Dans  une  étude  menée  auprès  de   39  jeunes  femmes  et  hommes  des  quartiers  populaires  de  Toulouse,  H.  Kebabza  et  D.  Welzer-­‐Lang   montrent  que  cette  emprise  passe  par  un  contrôle  du  corps  et  de  la  sexualité  des  jeunes  filles,  et  se   cristallise   autour   du   contrôle   de   leur   virginité   (KEBABZA   H.,   WELZER-­‐LANG   D.   (dir.),   2003).   Si   I.   Clair   explique   que   les   jeunes   filles   des   quartiers   populaires   ont   progressivement   intériorisé   cette   «   distribution   sexuée   »,   avec   la   sexualité   revenant   aux   garçons,   et   les   sentiments   aux   filles,   H.   Kebabza   et   D.   Welzer-­‐Lang   montrent   quant   à   eux   que   les   dernières   générations   revendiquent   désormais   l’égalité  comme  un  droit.      

c. Objectifs  de  l’étude  et  questions  de  recherche      

Forts de   ces   débats   et   discussions,   et   appliqué   à   notre   contexte   d’analyse,   nous   avons   voulu   comprendre   comment   les   jeunes,   traversés   par   des   valeurs   et   stéréotypes   souvent   antagonistes,   entre   tradition   familiale   et   médias   hypersexualisés,   construisent   une   vie   affective   et   sexuelle   qui   leur   est  propre.  Cette  étude  doit  permettre  d’apporter  un  éclairage  sur  cette  thématique,  pour  permettre   une  meilleure  connaissance  des  jeunes  des  deux  quartiers  ainsi  qu’une  définition  plus  adéquate  des   actions  préventives  et  de  l’information  en  direction  de  ces  jeunes.      

Quatre questions  de  recherche  ont  été  identifiées  dans  le  cadre  de  cette  étude  :     1.   Comprendre   les   représentations   des   jeunes   sur   l’amour   et   la   sexualité   et   évaluer   l’influence  des  contextes  familial,  culturel,  religieux  et  social  sur  ces  représentations,  ainsi  que  sur  les   pratiques    sexuelles  et  la  prise  de  risque  ;     20    


2. Etudier   le   recours   à   internet   et   la   confrontation   à   des   images   pornographiques,   et   leur   influence  potentielle  sur  les  représentations  des  jeunes  sur  l’amour  et  la  sexualité;     3.   Comprendre   comment   les   adolescents   s’informent   sur   la   sexualité,   quelles   sont   leur   connaissance  et  leur  utilisation  des  structures  locales  de  prévention  et  d’information,  et  les  facteurs   pouvant  constituer  un  frein  à  cette  utilisation  ;     4.   Mesurer   la   prévalence   des   pratiques   sexuelles   comportant   des   risques   et   leurs   liens   potentiels  avec  d’autres  conduites  à  risques,  et  les  connaissances  des  jeunes  sur  les  risques.                                                         21    


II.

Population et  méthodologie  

Pour cette   étude,   nous   avons   choisi   de   développer   une   méthode   mixte   (mixed-­‐method   research),   en   combinant  un  volet  quantitatif  et  un  volet  qualitatif.  Nous  avons  fait  ce  choix  afin  de  maximiser  les   avantages  de  chacune  des  deux  méthodes  (CRESWELL  JW  et  al,.  2011)  et  d’obtenir  une  compréhension   plus  poussée  de  la  vie  affective  et  sexuelle  des  jeunes  de  classe  de  Troisième.  Il  s’agissait  d’évaluer   quantitativement   la   fréquence   de   certaines   pratiques   et   la   diffusion   de   certaines   opinions   et   représentations  dans  notre  échantillon  grâce  à  l’administration  d’un  questionnaire.  Les  entretiens,  de   leur  côté,  nous  ont  permis  d’explorer  plus  en  profondeur  les  raisons  sous-­‐jacentes  aux  pratiques  et   de   faire   la   lumière   sur   l’influence   de   certains   facteurs   sur   les   représentations.   L’intérêt   de   cette   méthode  mixte  est  la  complémentarité  des  données  ainsi  obtenues.      

A. Population étudiée   Cette  étude  s’intéresse  aux  jeunes  en  classe  de  Troisième  des  quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité,   ce   qui   correspond   principalement   à   des   adolescents   entre   14   et   16   ans.   Dans   le   Contrat   Urbain   de   Cohésion   sociale,   les   jeunes   sont   identifiés   comme   un   public   prioritaire   des   programmes   et   des   actions   engagés   sur   les   quartiers.   Cette   priorité   est   justifiée   par   leur   «  niveau   scolaire   plus   faible   qu’ailleurs,  des  discriminations  diverses  dont  ils  sont  victimes  et  d’une  tendance  générale  de  la  société   à   leur   précarisation   économique  »   (CUCS   de   Paris,   2007-­‐2009).   La   classe   d’âge   choisie,   associée   au   passage   du   collège   au   lycée   constituent   une   période   charnière,   celle   de   l’adolescence,   et   correspond   pour   de   nombreux   jeunes   à   l’entrée   dans   la   sexualité.   L’adolescence,   décrite   par   G.   Robin   et   al.   comme  une  «  période  de  mutation,  de  transformation  biologique,  psychologique  et  sociale  »  (ROBIN   G.   et   al.,   2007),   semble   en   effet   pouvoir   être   propice   à   la   prise   de   risque,   notamment   dans   le   domaine  de  la  vie  sexuelle  (E.  GODEAU  et  al.,  2008).    

B. Recueil des  données     a. Revue  de  la  littérature   Afin  d’acquérir  une  meilleure  compréhension  des  termes  du  sujet  et  d’être  en  mesure  de  développer   les  outils  nécessaires  au  recueil  des  données  de  cette  étude,  nous  avons  commencé  par  mener  une   revue  de  la  littérature  sur  le  sujet.  Pour  ce  faire,  nous  avons  entre  autres  utilisé  la  base  de  données   de  ressources  scientifiques  en  ligne  ScienceDirect,  et  recherché  les  articles  en  lien  avec  la  vie  affective   et  sexuelle  des  adolescents.  

22  


b. Le volet  quantitatif  :  le  questionnaire     Un     questionnaire   anonyme   comportant   75   questions   a   été   développé   pour   recueillir   des   données   quantitatives   auprès   des   jeunes   de   classe   de   Troisième   (voir   ANNEXE VI).   Sur   l’ensemble   des   questions  posées,  60  étaient  des  questions  fermées,  14  semi-­‐ouvertes  (lorsqu’il  était  demandé  aux   enquêtés  de  préciser  une  modalité  de  réponse)  et  2  ouvertes  (placées  en  fin  de  questionnaire,  elles   ont  permis  de  recueillir  les  suggestions  des  répondants).  Le  choix  de  privilégier  les  questions  fermées   à  réponses  multiples  (représentant  80%  des  questions  posées)  a  été  guidé  par  le  taux  élevé  de  non-­‐ réponse  obtenu  aux  questions  ouvertes  lors  de  l’étude  préalable  réalisée  par  le  précédent  stagiaire.  Il   s’agissait   donc   dans   la   présente   étude   de   développer   des   questions   favorisant   un   taux   de   réponse   élevé,    afin  de  garantir  qu’elles  pourraient  être  analysées.    L’encadré  1  présente  les  sept  rubriques  du   questionnaire.        

Encadré 1  :  Les  sept  rubriques  du  questionnaire  

La   première   partie   comporte   des   questions   sur   les   informations   générales   sur   le   jeune,   1.   notamment  son  âge,  sexe,  structure  familiale,  religion.     2. La   deuxième   rubrique   s’intéresse   au   cadre   de   vie   de   l’adolescent,   ainsi   qu’à   sont   bien-­‐être   et   à     ses  consommations  (tabac,  narguilé,  alcool,  drogue).       3.   La   troisième   partie   interroge   les   opinions   du   répondant   sur   les   différents   thèmes   des   relations   affectives   et   de   la   sexualité   (mariage,   homosexualité,   masturbation,   différences   filles-­‐garçons,     etc.).  Cette  partie  se  compose  à  la  fois  de  questions  directes  à  choix  multiples,  mais  également  de     citations   mises   entre   parenthèses,   sur   lesquelles   le   répondant   donne   son   avis   en   utilisant   une   échelle  proche  de  l’échelle  de  Likert  :  Tout  à  fait  d’accord  –  Plutôt  d’accord  –  Plutôt  pas  d’accord     –  Pas  du  tout  d’accord.     4.   La   quatrième   partie   pose   des   questions   sur   les   pratiques   des   jeunes  :   petit(e)   ami(e),   confrontation   à   la   pornographie,   rapports   sexuels,   recours   au   dépistage   du   VIH,   etc.   Les   jeunes     ayant   eu   un   ou   des   rapports   sexuels     répondent   ensuite   à   des   questions   spécifiques   (âge   du     premier  rapport,  protection,  dialogue  avec  le  partenaire,  etc.).     5. La   rubrique   suivante   teste   quelques   connaissances   des   jeunes   quant   aux   risques   liés   aux     pratiques  sexuelles.     6.   La   sixième   partie   interroge   les   sources   d’information   et   le   dialogue   des   jeunes   sur   le   sujet   des   relations   affectives   et   de   la   sexualité.   La   connaissance   et   le   recours   aux   structures   sanitaires   et     sociales  du  quartier  sont  également  interrogés.     7. Enfin,   une   rubrique   spécifique   pour   les   filles   leur   demande   si   elles   ont   recours   à   des   soins     gynécologiques  et  les  éventuels  freins  à  ce  recours.  

  Sélection  des  collèges  pour  la  passation  des  questionnaires     La  sélection  des  collèges  dans  lesquels  les  questionnaires  ont  été  distribués  s’est  faite  en  utilisant  le   service   de   la   Sectorisation   scolaire   mis   en   ligne   par   la   Mairie   de   Paris   (ACADEMIE   DE   PARIS),   permettant   une  recherche  du  collège  de  rattachement  en  fonction  de  l’adresse  de  résidence  de  l’élève.  Grâce  à   23    


une recherche  rue  par  rue,  il  a  été  possible  d’identifier  les  collèges  dans  lesquels  sont  scolarisés  les   jeunes   des   quartiers   Flandre   et   Danube-­‐Solidarité.   Selon   cette   méthode,   les   principaux   collèges   dont   dépendent  les  jeunes  du  quartier  Flandre  sont  :  Edmond  Michelet,  Georges  Méliès,  Edgar  Varese  et   Sonia  Delaunay  (le  collège  Edmond  Michelet  accueillant  le  plus  d’élèves  de  Flandre  et  Sonia  Delaunay   le   moins).   Concernant   le   quartier   Danube-­‐Solidarité,   les   collèges   Georges   Rouault   et   Henri   Bergson   ont   pu   être   identifiés,   le   collège   Georges   Rouault   regroupant   le   plus   grand   nombre   d’élèves   du   quartier.       En   outre,   le   site   Internet   de   l’Académie   de   Paris   (ACADEMIE   DE   PARIS)   nous   a   permis   d’accéder   aux   effectifs  classe  par  classe  de  chaque  collège.  Au  total,  selon  ces  estimations,  les  collèges  sélectionnés   regroupent   28   classes   de   Troisième,   soit   680   élèves.   Cependant,   il   faut   noter   qu’une   partie   de   ces   élèves  n’habite  pas  dans  les  quartiers  étudiés.  L’adresse  des  élèves,  demandée  dans  le  questionnaire,   a  permis  d’écarter  les  participants  ne  correspondant  pas  à  ce  critère  d’inclusion  principal.    

Test  et  passation  du  questionnaire     Pour   s’assurer   de   la   compréhension   et   de   la   pertinence   des   questions   posées   et   de   leur   formulation,   le   questionnaire   a   été   testé   auprès   d’une   quinzaine   d’adolescents   de   la   classe   d’âge   d’intérêt,   au   cours   d’une   animation   proposée   par   l’Association   Jeunesse   Feu   Vert,   implantée   sur   le   quartier   Flandre.   Cette   phase   de   test   a   permis   de   clarifier   ou   d’éliminer   certaines   questions   posant   des   problèmes  de  compréhension  aux  jeunes,  et  de  vérifier  le  temps  nécessaire  au  remplissage.      

Les Principaux  des  collèges  identifiés  ont  été  contactés  un  à  un  par  la  Coordinatrice  de  l’Atelier  Santé   Ville,   afin   de   leur   expliquer   le   sujet   et   les   objectifs   de   l’étude   et   de   solliciter   leur   accord   pour   faire   passer   le   questionnaire   dans   leur   établissement.   La   participation   des   établissements   à   l’étude   a   eu   lieu  sur  la  base  du  volontariat  de  l’administration  des  collèges  :  la  passation  du  questionnaire  a  donc   été   soumise   à   la   volonté   des   chefs   d’établissement.   Sur   les   six   collèges   identifiés   et   nommés   précédemment,   quatre   ont   accepté   de   participer   à   l’étude  :   les   collèges   Georges   Rouault,   Georges   Méliès,  Edmond  Michelet  et  Sonia  Delaunay  (dont  les  données,  collectées  plus  tardivement,  n’ont  pu   être  intégrées  au  présent  rapport).  Leur  localisation  dans  le  19ème  arrondissement  est  présentée  ci-­‐ dessous  (Carte  2).               24    


Carte 2  :  Géo-­‐localisation  des  collèges  participants  au  sein  du  19ème  arrondissement  de  Paris                                                      

 

Collège Edmond       Michelet  

   

Collège Georges   Rouault    

Collège  Georges     Méliès    

           

Collège Sonia     Delaunay    

  Source:  http://benoot.com/paris/plan-­‐19e-­‐arrondissement-­‐paris-­‐23079-­‐21  avec  nos  annotations  

La   passation   des   questionnaires   dans   les   collèges   s’est   faite   selon   un   planning   organisé   soit   par   la   direction,  soit  par  l’infirmière  ou  directement  par  le  professeur  concerné  dans  un  cas.  Pour  chaque   classe,  la  passation  s’est  déroulée  sur  une  heure  de  cours.  Si  certains  collèges  ont  préféré  faire  passer   le  questionnaire  lors  d’une  classe  de  Sciences  et  Vie  de  la  Terre  (SVT),  d’autres  ont  sélectionné  une   heure   de   cours   et   donc   une   matière   de   façon   plus   aléatoire   (histoire-­‐géographie,   espagnol,   vie   de   classe).       La  distribution  des  questionnaires  a  été  faite  par  nous-­‐mêmes,  en  présence  du  professeur  concerné.   Elle  a  été  précédée  d’une  brève  présentation  de  la  mission  de  l’ASV,  ainsi  que  de  l’étude  et  de  ses   objectifs.  Lors  de  cette  introduction,  nous  avons  insisté  sur  le  caractère  anonyme  du  questionnaire,   25    


(et expliqué  pourquoi  l’adresse  était  demandée).  Nous  avons  en  outre  systématiquement  rappelé  le   caractère  individuel  du  remplissage,  et  demandé  aux  répondants  de  faire  preuve  de  sincérité.  Enfin,   nous  avons  personnellement  répondu  aux  questions  et  aux  problèmes  de  compréhension  rencontrés   par  les  jeunes  de  manière  individuelle.  Les  professeurs  sont  pour  la  plupart  restés  en  retrait.  Dans  la   majorité   des   cas,   leur   présence   a   permis   d’assurer   la   discipline   au   sein   de   la   classe.   Seuls   certains   professeurs  ont  répondu  de  manière  sporadique  à  des  questions  posées  à  voix  haute.  En  moyenne,  la   passation   du   questionnaire   a   duré   environ   30   minutes   (présentation   et   remplissage).   En   fonction   des   classes,   le   remplissage   a   été   plus   ou   moins   long   et   a   eu   lieu   dans   des   conditions   plus   ou   moins   calmes.   Globalement,   malgré   l’apathie   de   certains   élèves   face   à   la   longueur   du   questionnaire,   les   élèves   ont   été   plutôt   volontaires,   et   aucun   d’entre   eux   n’a   exprimé   oralement   une   opposition   formelle  au  remplissage.      

c. Le volet  qualitatif  :  14  entretiens     Parallèlement  à  la  passation  des  questionnaires,  14  entretiens  ont  été  réalisés  auprès  de  jeunes  en   classe   de   Troisième   résidant   dans   les   quartiers   étudiés.   Ces   entretiens   ont   été   menés   dans   le   but   d’accéder   à   une   compréhension   plus   poussée   et   détaillée   des   opinions   et   des   dynamiques   sous-­‐ jacentes   aux   représentations   et   dans   un   certaine   mesure   aux   pratiques   des   jeunes   en   matière   de   vie   affective  et  sexuelle.  Pour  ce  faire,  une  grille  été  créée  pour  mener  à  bien  des  entretiens  face  à  face   semi-­‐directifs  (ANNEXE V).  Cette  grille  a  permis  d’aborder  les  thèmes  listés  dans  l’encadré  2.      

Encadré 2  :  Principaux  thèmes  de  la  grille  d’entretiens  

Qualité de  la  relation  avec  parents,  contrôle  des  sorties  et  permissivité   Dialogue  interfamilial  sur  la  sexualité  et  les  relations  amoureuses   Relations  amoureuses  et  sexualité  du  jeune  en  pratique   Avis  des  parents  sur  les  relations  amoureuses  et  la  sexualité   Relations  amoureuses  dans  le  quartier   Amis:  dialogue,  avis,  influence   Contraception  et  préservatifs   Ressources  utilisées  pour  s’informer   Utilisation  d'internet  et  des  réseaux  sociaux  pour  s’informer  et  échanger  sur  la  VAS   Pornographie  :  confrontation  et  réactions   Représentation  sur  le  couple  et  la  sexualité   Réaction  face  à  l'empressement  du  partenaire  

         

  26    


Afin de  guider  la  discussion  et  d’aborder  les  thèmes  étudiés  dans  chacun  des  entretiens,  une  série  de   questions  a  donc  été  posée  lors  de  chaque  entretien,  dans  un  ordre  plus  ou  moins  similaire.  En  cela,   les   entretiens   ont   été   relativement   directifs,   du   fait   que   les   répondants,   souvent   peu   prolixes,  se   contentaient  parfois  de  réponses  brèves.   Cependant,   au-­‐delà   des   questions   listées,   la   méthode   de   la   relance  a  été  utilisée  par  l’enquêteur  afin  d’élargir  la  discussion  sur  des  thèmes  variés,  en  n’hésitant   pas  à  s’éloigner  de  la  grille  préparée.  La  méthode  d’entretien  s’est  donc  située  entre  l’entretien  semi-­‐ directif  et  directif.      

Sélection et  recrutement  des  participants  aux  entretiens   Pour   la   sélection   des   14   adolescents   participants   aux   entretiens,   la   parité   a   été   respectée,   en   interrogeant  7  filles  et  7  garçons.  Concernant  le  quartier  de  résidence  des  jeunes,  qui  constitue  l’un   des   critères   d’inclusion   dans   l’étude,   le   nombre   d’entretiens   réalisé   dans   chaque   quartier   a   été   calculé  à  partir  du  nombre  d’habitants.  Pour  rappel,  le  quartier  Flandre  représente  une  population  de   44  850  habitants  (2010),  tandis  que  le  quartier  Danube-­‐Solidarité  n’en  compte  que  9640  (2010).  En   suivant  ces  proportions,  nous  aurions  dû  réaliser  11  entretiens  auprès  de  jeunes  du  quartier  Flandre   et   3   du   quartier   Danube-­‐Solidarité.   Pour   assurer   l’équilibre   des   sexes   et   pour   une   meilleure   représentativité   des   jeunes   du   quartier   Danube-­‐Solidarité,   la   répartition   des   entretiens   s’est   faite   comme  suit  :  10  entretiens  menés  avec  des  jeunes  du  quartier  Flandre  (5  filles  et  5  garçons)  et  4  du   quartier  Danube-­‐Solidarité  (2  filles  et  2  garçons).      

Pour limiter   les   biais   de   sélection,   nous   avons   recruté   les   participants   aux   entretiens   en   allant   directement  à  la  rencontre  des  jeunes  dans  l’espace  public  :  dans  les  rues  des  deux  quartiers  ciblés,   dans   les   parcs   à   proximité   (essentiellement   le   parc   de   La   Villette),   sur   des   espaces   sportifs   (en   extérieur),   ainsi   qu’à   la   sortie   des   collèges.   Nous   avons   saisi   l’opportunité   de   la   passation   des   questionnaires   pour   expliquer   aux   élèves   que   nous   réaliserions   également   des   entretiens,   pour   les   informer  de  notre  démarche  et  nous  faire  connaître.  Le  fait  d’avoir  déjà  eu  un  premier  contact  avec   les  jeunes  lors  de  cette  passation  a  facilité  leur  identification  et  sans  doute  favorisé  leur  participation.   Nous   avons   brièvement   présenté   l’objectif   des   entretiens   aux   jeunes   identifiés   et   sollicité   leur   participation.  Celle-­‐ci  s’est  faite  sur  la  seule  base  du  volontariat.            

Déroulement des  entretiens   Les  entretiens,  individuels,  ont  eu  lieu  directement  sur  le  lieu  où  le  jeune  a  été  rencontré,  c’est-­‐à-­‐dire   à   l’extérieur,   sur   un   trottoir,   dans   l’herbe   ou   dans   un   terrain   de   sport.   Après   autorisation   des   répondants,   nous   avons   enregistré   l’échange   à   l’aide   d’un   dictaphone   pour   faciliter   leur   27    


retranscription. Seuls   deux   entretiens   n’ont   pas   pu   être   enregistrés   et   ont   donc   été   retranscrits   de   mémoire   dans   la   journée.   En   moyenne,   les   entretiens   ont   duré   un   peu   plus   d’une   vingtaine   de   minutes.  Cette  durée  plutôt  courte  peut  s’expliquer  du  fait  que  les  jeunes,  souvent  en  groupe  avant   l’entretien,    souhaitaient  rejoindre  leurs  amis  le  plus  vite  possible.  A  partir  d’un  certain  temps,  il  s’est   en  effet  avéré  difficile  de  conserver  toute  l’attention  des  enquêtés.  Les  entretiens  se  sont  déroulés  le   plus   souvent   dans   un   climat   de   confiance,   et   certains   jeunes   n’ont   pas   hésité   à   se   confier   à   l’enquêteur.   Dans   des   cas   plus   rares   la   discussion   est   restée   assez   limitée,   n’évoluant   pas   en   un   véritable  dialogue.  Pour  plus  de  détails  sur  les  enquêtés  et  le  contexte  de  chaque  entretien,  référez-­‐ vous  au  tableau  de  l’ANNEXE IV.    

C. Analyse des  données   a. Analyse  statistique  des  données  issues  des  questionnaires      

Critères d’inclusion  et  d’exclusion   Nous  avons  tout  d’abord  exclu  de  l’analyse  les  questionnaires  pour  lesquels  l’adresse  du  répondant   n’était  pas  spécifiée,  le  quartier  de  résidence  étant  l’un  des  critères  d’inclusion  principaux  de  notre   étude.  Suivant  cette  règle,  8  questionnaires  ont  été  retirés  de  l’analyse.  En  outre,  concernant  le  lieu     de   résidence   des   jeunes,   et   pour   répondre   à   ce   même   critère   d’inclusion,   nous   avons   conservé   les   questionnaires  des  jeunes  résidant  dans  les  quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité.  Cependant,  nous   avons   considéré   que   les   jeunes   habitants   dans   des   rues   directement   accolées   à   ces   deux   quartiers   pouvaient,   du   fait   de   leur   proximité   de   résidence   et   parce   qu’ils   effectuent   leur   scolarité   dans   les   mêmes   établissements,   être   assimilés   aux   jeunes   des   deux   quartiers.   C’est   pourquoi   nous   avons   élargi  à  quelques  rues  proches  notre  zone  géographique  d’inclusion.  Au  total,  28  questionnaires  ont   été  exclus  de  l’analyse  sur  le  critère  géographique.     De   plus,   nous   avons   conservé   uniquement   les   questionnaires   présentant   un   taux   de   réponse   aux   questions   supérieur   ou   égal   à   70%.   7   questionnaires   jugés   incomplets   ont   ainsi   été   supprimés   de   l’analyse.   Enfin,   pour   assurer   au   maximum   de   la   fiabilité   des   réponses,   nous   avons   choisi   d’exclure   certains   questionnaires   jugés   incohérents.   Les   questionnaires   ont   ainsi   été   écartés   en   cas   de   réponses   exubérantes   (exemple  :   plus   de   20   frères   et   sœurs,   partenaires,   etc.),   de   ratures   à   répétition,   ou   lorsque   plusieurs   réponses   antagonistes   étaient   cochées   à   plusieurs   reprises.   4   questionnaires   ont   été   écartés   selon   ce   critère.   Au   total,   sur   les   265   questionnaires   récoltés,   218   ont   été  analysés,  soit  82,3%.         28    


Saisie des  données  et  protocole  d’analyse   Afin  de  faciliter  la  saisie  des  données,  un  masque  de  saisie  a  été  créé  à  l’aide  du  logiciel  Epidata  3.1.   Une   fois   les   questionnaires   remplis,   les   réponses   ont   donc   été   saisies   en   utilisant   cet   outil.   Les   données   ont   ensuite   été   exportées   et   analysées   sous   Stata®.   Après   avoir   décrit   la   population   étudiée   et   l’ensemble   des   réponses   au   questionnaire,   nous   avons   sélectionné   les   variables   nous   semblant   les   plus  pertinentes  pour  répondre  à  nos  questions  de  recherche.  Cette  sélection  s’est  faite  au  regard  de   la   revue   de   la   littérature,   et   en   privilégiant   les   réponses   montrant   une   tendance   et   une   prise   de   position  marquée  des  répondants.     Dans   un   premier   temps,   nous   avons   étudié   ces   variables   à   travers   une   série   d’analyses   bi-­‐variées,   en   utilisant   des   tests   du   chi2   (ou   test   de   Fisher   lorsque   les   effectifs   théoriques   étaient   inférieurs   à   5)   pour   comparer   les   fréquences   des   réponses.   Ces   analyses   préalables   ont   permis   de   mieux   comprendre   la   structure   des   variables   et   d’identifier   les   variables   à   conserver   dans   le   modèle   d’analyse   multi-­‐varié.   Pour   cette   dernière   étape   de   l’analyse,   nous   avons   recouru   à   la   méthode   de   la   régression  logistique  du  fait  du  caractère  binaire  des  variables  d’intérêt.  Nous  avons  également  fait  le   choix   d’intégrer   les   variables   explicatives   une   à   une   et   d’utiliser   le   test   du   likelihood   ratio   (LR-­‐test)   afin   de   comparer   la   précision   apportée   au   modèle   par   chacune   des   variables   et   donc   la   significativité   de   ces   variables.   L’encadré   3   présente   brièvement   les   modèles   statistiques   développés   et   intégrés   dans   ce   rapport.   Pour   davantage   de   détails   sur   l’ensemble   des   modèles   construits   et   une   liste   exhaustive  des  variables  dépendantes  et  explicatives  utilisées,  veuillez  vous  référer  à  l’ANNEXE II.                                 29    


Présentation des  modèles  multi-­‐variés  :  variables  d’intérêt  et  variables  explicatives    

                         

     

       

Encadré 3 : Présentation des modèles multi-variés • Analyse des  représentations  des  jeunes  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle:     Nous   avons   étudié   le   point   de   vue   des   jeunes   répondants   sur   plusieurs   thèmes   de   la   vie   affective   et   sexuelle  :   mariage,   virginité,   homosexualité,   masturbation,   etc.   Chacune   de   ces   «  représentations  »   correspond   à   une   opinion   exprimée   par   les   adolescents   à   travers   les   réponses   aux   questions.   Des   analyses  de  régression  logistique  ont  été  réalisées  pour  évaluer  l’influence  de  plusieurs  facteurs  sur  ces   représentations  :   le   genre,   la   pratique   religieuse,   le   visionnage   d’images   pornographiques   et   l’usage   d’Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité.           • Analyse  des  facteurs  associés  à  la  qualité  du  dialogue  intrafamilial  sur  la  sexualité   Nous   avons   également   exploré   l’influence   du   genre   et   de   la   pratique   religieuse   sur   la   qualité   du   dialogue   intrafamilial  sur  la  sexualité.     • Analyse  des  facteurs  influençant  l’initiation  sexuelle     Plusieurs   modèles   statistiques   ont   été   construits   pour   étudier   le   rôle   d’un   ensemble   de   facteurs   sur   l’initiation  sexuelle  (fait  d’avoir  déjà  eu  ou  non  un  rapport  sexuel).  Ces  facteurs  sont  les  suivants  :  le  genre,  la   pratique   religieuse,   l’usage   d’Internet   pour   s’informer   sur   la   sexualité,   le   visionnage   d’images   pornographiques,  la  consommation  de  substances  ainsi  que  le  fait  de  sortir  fréquemment.     • Influence   du   genre   sur   l’utilisation   d’Internet   pour   s’informer   sur   la   sexualité   et   sur   le   visionnage   d’images  pornographiques     Deux   modèles   ont   été   développés   afin   d’explorer   la   différence   potentielle   entre   filles   et   garçons   concernant   l’utilisation  d’Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  et  sur  le  visionnage  d’images  pornographiques,     • Analyse   de   l’influence   du   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   sur   l’utilisation   des   structures   sanitaires  et  sociales     Enfin,   une   analyse   de   régression   logistique   a   été   menée   pour   examiner   l’influence   potentielle   du   fait   d’avoir   déjà  eu  un  rapport  sexuel  sur  l’utilisation  des  structures  sanitaires  et  sociales  pour  s’informer  et  échanger  sur   la  sexualité,  la  contraception  et  les  rapports  amoureux.    

  Variables  d’ajustement    

L’ensemble des   modèles   a   été   ajusté   pour  l’âge,   la   structure   familiale   et   le   statut   socio-­‐économique   des   parents,   sauf   lorsque   l’une   de   ces   variables   a   été   omise   par   le   logiciel   (du   fait   de   la   taille   de   l’échantillon   ou   de   l’association   significative   avec   une   des   variables   indépendantes).   Concernant   l’âge,   nous   avons   regroupé   les   jeunes   de   13   (seulement   deux   individus)   et   14   ans   dans   la   même   classe   d’âge.   Pour   la   structure   familiale,   nous   avons   différencié   les   jeunes   vivants   avec   leurs   deux   parents   de   l’ensemble   des   autres   structures   familiales   possibles   (mère   ou   père   seul,   en   garde   partagée,   mère   ou   père   et   conjoint,   avec   un   ou   des   grands-­‐parents).   Enfin,   pour   le   statut   socio-­‐ économique,  le  critère  pris  en  compte  a  été  celui  de  la  profession  des  parents.  Nous  avons  comparé  

30  


les jeunes  dont  au  moins  un  des  deux  adultes  référents  avait  un  emploi  à  ceux  dont  aucun  des  deux   n’avaient  d’emploi.      

b. Analyse qualitative  des  entretiens   Une  fois  réalisés,  les  entretiens  ont  été  intégralement  retranscrits  par  ordinateur.  Leur  contenu  a  été   analysé   selon   une   méthode   d’analyse   thématique.   Cette   dernière   consiste   à   analyser   les   opinions   exprimées,  repérer  et  catégoriser  les  idées  principales  énoncées  au  cours  de  l’entretien  (NEGURA  L.,   2006).    

c. Combinaison des  données  quantitatives  et  qualitatives   Selon  Greene  et  al.,  il  existe  cinq  justifications  principales  pour  justifier  l’utilisation  d’une  méthode  de   recherche   mixte.   Parmi   elles,   la   complémentarité   «  recherche   l’élaboration,   l’amélioration,   l’illustration,   la   clarification   des   résultats   d’une   méthode   par   les   résultats   de   l’autre  »   (GREEN   et   al.,   1989,  cité  par  BRYMAN   A.,  2006).  Notre  analyse  combine  les  données  quantitatives  et  qualitatives  de   manière  complémentaire.                                   31    


III. Résultats  descriptifs    

A. Description de  la  population  étudiée    

La population   étudiée   à   travers   les   questionnaires   regroupe   218   adolescents.   Elle   se   compose   majoritairement  de  filles  (55,5%)  et  de  jeunes  âgés  de  14  ans  (52,5%).  73,8%  des  jeunes  interrogés   vivent  avec  leur  père  et  leur  mère,  et  16,5%  avec  leur  mère  seule.  Globalement,  la  plupart  des  jeunes   vit  dans  une  famille  où  au  moins  un  des  deux  adultes  travaille  :  seuls  7,5%  d’entre  eux  vivent  dans   des   familles   où   les   deux   adultes   sont   sans   emploi.   Enfin,   70,7%   des   jeunes   de   notre   échantillon   pratiquent   une   religion.   Le   tableau   2   résume   les   caractéristiques   sociodémographiques   de   la   population   étudiée   à   travers   les   questionnaires.   Pour   consulter   d’autres   résultats   descriptifs   obtenus   à  travers  les  questionnaires,  veuillez  vous  reporter  à  l’ANNEXE I.    

Tableau 2  :  Caractéristiques  sociodémographiques  de  la  population  étudiée  dans  les  questionnaires     Variable   Obs.   n  (%)   Médiane  (Min-­‐Max)   Individus   Genre          Filles          Garçons   Age  (années)          13            14            15            16     Collège          Michelet            Méliès          Rouault   Quartier          Flandre          Danube-­‐Solidarité   Nombre  de  frères  et  sœurs     Structure  familiale  (vit  avec)          Père  et  mère          Mère  et  conjoint(e)          Mère  seule          Père  et  conjoint(e)          Père  seul          En  garde  partagée          Grands-­‐parents          Autre   Situation  d’emploi  des  adultes  référents          Familles  où  au  moins  1  adulte   travaille          Familles  où  les  2  adultes  sont  sans   emploi   Pratique  religieuse          Oui        Non  

218 218     217  

218

218

207 218  

212  

133

  126  (55,5)   102  (44,5)     2  (0,9)   114  (52,5)   81  (37,3)   20  (9,2)     80  (36,7)   84  (38,5)   54  (24,8)     170  (78,0)   48  (22,0)       161  (73,8)   10  (4,6)   36  (16,5)   1  (0,5)   3  (1,4)   4  (0,8)   1  (0,5)   2  (0,9)     196  (92,4)   16  (7,5)     94  (70,7)   39  (29,3)  

  14  (13-­‐16)  

2 (0-­‐11)    

32  


B. Taux  de  réponse  au  questionnaire   Globalement,  les  taux  de  réponse  pour  les  questions  concernant  l’ensemble  des  individus  est  très  élevé   (autour   de   95%   ou   plus).   Les   seules   questions   pour   lesquelles   le   taux   de   réponse   est   significativement   moindre  sont  les  questions  que  l’un  des  collèges  n’a  pas  acceptées,  comme  expliqué  précédemment.  Ces   questions  touchent  à  des  sujets  jugés  comme  trop  sensibles  :  questions  sur  les  connaissances  des  risques   potentiels  associés  aux  pratiques  sexuelles  orales  et  anales,  et  la  question  de  la  masturbation.  Le  même   collège  a  également  refusé  que  nous  intégrions  la  question  de  la  religion,  justifiant  ce  refus  par  la  laïcité   des  écoles  françaises.  Dans  le  cas  de  ces  questions,  les  taux  de  réponse  se  situent  autour  de  60%.  Enfin,   comme   nous   l’avions   prévu,   les   deux   questions   ouvertes   ont   également   obtenu   un   taux   de   réponse   quelque  peu  restreint  (autour  de  60%).    

33  


IV. Interprétation  et  discussion  des  résultats    

A. Une   vie   affective   et   sexuelle   marquée   par   des   normes   familiales,   religieuses   et   sociales   a.  Le  dialogue  sur  la  vie  affective  et  sexuelle  en  famille  reste  difficile    

La sexualité  est  un  sujet  globalement  difficile  à  aborder  en  famille   Dans  notre  échantillon,  la  sexualité  et  les  relations  affectives  apparaissent  comme  des  sujets  très  peu   discutés   au   sein   de   la   structure   familiale.   En   effet,   seuls   11,7%   des   jeunes   considèrent   qu’ils   peuvent   «  facilement  »   discuter   de   sexualité   dans   leur   famille,   tandis   que   39,2%   d’entre   eux   trouvent   cela   «  difficile  ».   En   outre,   seuls   13,2%   des   répondants   désignent   leurs   parents   comme   des   interlocuteurs   pour  parler  de  sexualité.  Certains  jeunes,  qui  pourraient  aborder  la  thématique  de  la  vie  affective  et   sexuelle  en  famille  préfèrent  quant  à  eux  ne  pas  le  faire  :  c’est  le  cas  de  17,8%  des  répondants.  (Pour   plus  de  détails  sur  les  réponses  des  jeunes  sur  ce  sujet,  veuillez  vous  référer  à  l’ANNEXE  I,  c.).    

Une différence  entre  père  et  mère  très  marquée   Parmi   les   jeunes   qui   discutent   des   relations   affectives   et   de   sexualité   avec   leurs   parents,   on   remarque  une  différence  claire  entre  le  père  et  la  mère  dans  le  choix  de  l’interlocuteur.  En  effet,  si   11,2%   des   jeunes   désignent   leur   mère   comme   interlocuteur   pour   parler   de   sexualité,   seuls   1,9%   d’entre  eux  désignent  leur  père,  soit  5,7  fois  moins.  Cette  proportion  est  très  similaire  concernant  le   dialogue   sur   l’amour   et   les   sentiments.   Lors   des   entretiens,   cette   différence   a   été   également   constatée   chez   la   moitié   des   enquêtés.   Si   parler   de   sexualité   et   d’intimité   avec   la   mère   est   éventuellement  du  domaine  du  possible  pour  certains,  parler  à  leur  père  semble  impossible  pour  un   bon   nombre   d’entre   eux.   Dans   l’entretien   n°13,   la   jeune   fille   semble   choquée   à   l’idée   même   d’en   discuter   avec   son   père.   Elle   explique   par   la   suite   que   cette   position   lui   a   été   transmise   par   son   éducation.   «  Mais   pour   moi   en   fait,   moi   j’ai   été   éduquée…sur   le   fait   est   que   je   ne   sais   pas…je   ne   vais   pas  aller  parler  de…avec  mon  père  de  mon  petit  copain,  ou…c’est  plus  ma  mère,  ma  sœur,  etc.  »  Au   cours  des  entretiens,  ce  sont  surtout  les  filles  qui  expriment  cette  difficulté  à  parler  de  sexualité  avec   leur   père.   La   mère   est   davantage   identifiée   comme   la   personne   en   charge   des   choses   de   l’intime.   Cette  différence  est  également  mise  en  exergue  par  Y.  Amsellem-­‐Mainguy  qui  affirme  :  «  Alors  que  le   père   est   sollicité   pour   parler   des   études   ou   de   l’avenir   professionnel,   la   mère   devient   une   interlocutrice  de  choix  dans  l’univers  familial  pour  parler  de  sexualité  »  (AMSELLEM-­‐MAINGUY  Y.,  2006).        

34  


La sexualité  :  un  sujet  souvent  tabou  au  sein  de  la  famille   Au   cours   des   entretiens,   la   sexualité   est   apparue   comme   un   tabou   pour   une   majorité   de   jeunes   interrogés.  Nous  entendons  par  tabou,  «  une  interdiction  non  prononcée  clairement  mais  bien  visible   et  identifiée  dans  les  pratiques  quotidiennes  »,  telle  que  défini  par  Y.  Amsellem-­‐Mainguy  (AMSELLEM-­‐ MAINGUY   Y.,  2006).  Ce  tabou  s’exprime  implicitement  par  une  honte  ou  une  barrière  que  les  jeunes   n’osent  pas  franchir.  Ce  sentiment  est  bien  expliqué  par  le  jeune  homme  de  l’entretien  n°5  qui  dit  :   «  C’est  pas  qu’il  n’y  a  pas  le  droit,  c’est  juste  que…il  n’y  en  a  pas  un  seul  qui  ose  parler  de  ça,  c’est   pour   ça  ».   Pour   beaucoup,   briser   ce   tabou   relèverait   de   l’irrespect   envers   leurs   parents.   Dans   l’entretien  n°7,  le  garçon  interrogé  explique  :  «  Je  ne  sais  pas,  je  ne  leur  parle  pas,  c’est  tout.  Je  sais   pas,  c’est  une  question  de  respect  ».  On  constate  qu’un  bon  nombre  de  jeunes  ont  intégré  ce  tabou   ou  qu’ils  s’en  satisfont,  puisque  la  grande  majorité  des  enquêtés  dit  explicitement  ne  pas  souhaiter   parler   de   vie   affective   et   sexuelle   avec   ses   parents.   Seules   deux   filles   expriment   une   certaine   frustration   à   ne   pas   pouvoir   parler   davantage   avec   leurs   parents   de   ces   sujets.   On   le   constate   clairement  dans  l’entretien  n°11  :        

Répondante :  J’aimerais  bien  parler…être  plus  ouverte  avec  mes  parents.     Enquêteur  :  Ouais  ?     R  :  Oui.     I  :  Parce  que…enfin…ça  te  dérange  qu’ils  ne  soient  pas  ouverts  sur  cette  question  ?       R  :  Ouais.     I  :  Enfin…pourquoi  ça  te  dérange  ?     R  :  Enfin…parce  que…je  ne  peux  pas…je  suis  obligée  de  tout  garder…en  moi,  et  je  peux  que  en  parler   dehors,  ça  me  fait…   I  :  Ouais.  T’aimerais  bien…qu’ils…   R  :  Une  oreille  attentive.        

La pratique  religieuse  comme  facteur  renforçant  le  tabou   Au-­‐delà   de   la   gêne   et   de   la   difficulté   à   parler   d’un   sujet   relevant   de   l’intimité,   15,9%   des   jeunes   sondés   déclarent   qu’il   leur   est   interdit   de   parler   de   la   vie   affective   et   sexuelle   à   leurs   parents.   En   analysant   les   facteurs   pouvant   influencer   la   qualité   du   dialogue   interfamilial   sur   la   sexualité,   nous   constatons  que  les  jeunes  de  notre  échantillon  pratiquant  une  religion  ont  2,43  fois  plus  de  chance   de   considérer   qu’il   leur   est   difficile   ou   interdit   de   parler   de   sexualité   en   famille   que   les   autres,   à   âge,   genre  et  structure  familiale  égaux  (Tableau  3).              

35  


Tableau 3  :  Facteurs  associés  à  un  dialogue  intrafamilial  sur  la  sexualité  difficile  ou  interdit  :  analyse   multivariée  de  régression  logistique  (n=130)     n  (%)*   OR  (IC  à  95%)   LR-­‐test**   Pratique  religieuse            Non   22  (57.89)   1.00            Oui   72  (78.26)   2.43  (1.01-­‐5.85)   0.05   Modèle  ajusté  pour  l’âge,  le  genre  et  la  structure  familiale.  *Nombre  et  proportion  d’individus  considérant  le  dialogue   intrafamilial  sur  la  sexualité  difficile  ou  interdit,  par  pratique  religieuse.  **Le  LR-­‐test  compare  la  précision  de  chaque   modèle  avec  un  modèle  précédent  n’intégrant  pas  la  variable  «  pratique  religieuse  »  

Cette  analyse  montre  que  si  globalement  la  sexualité  reste  un  sujet  dont  il  est  difficile  de  parler  en   famille,   cela   s’avère   être   particulièrement   le   cas   dans   des   contextes   où   la   religion   joue   un   rôle   important.  Nos  analyses  n’ont  en  outre  pas  permis  de  révéler  une  différence  significative  entre  filles   et  garçons  sur  cette  question  du  dialogue  intrafamilial.   Au-­‐delà   de   la   difficulté   des   jeunes   à   parler   de   sexualité   en   famille,   leurs   conceptions   de   la   vie   affective  et  sexuelle  semblent  marquées  par  des  normes  assez  traditionnelles.    

b.  Une  conception  assez  traditionnelle  de  la  vie  affective  et  sexuelle   Le  mariage  comme  cadre  légitimant  la  sexualité   Dans  notre  échantillon,  le  mariage  reste  une  institution  fortement  valorisée  par  les  jeunes.  En  effet,   70,8%   d’entre   eux   le   considèrent   comme   important   ou   très   important.   La   sexualité   en-­‐dehors   du   mariage   n’est   pas   acceptée   par   tous,   puisque   28,0%   des   jeunes   interrogés   affirment   qu’avoir   une   relation  sexuelle  avec  leur  partenaire  avant  de  se  marier  est  interdit.  La  norme  de  la  virginité  avant  le   mariage   reste   très   présente.   En   effet,   44,8%   des   répondants   trouvent   qu’il   est   important   qu’une   jeune  fille  soit  vierge  avant  de  se  marier  (ANNEXE  I,  a.).    

Ces représentations   traditionnelles   par   rapport   au   mariage   et   à   la   virginité   sont   nettement   plus   présentes   chez   les   adolescents   qui   pratiquent   une   religion   que   chez   ceux   qui   n’en   pratiquent   pas.   Lors  de  l’entretien  n°5,  le  jeune  homme  met  en  avant  le  rôle  de  la  religion  dans  sa  décision  de  ne  pas   avoir  de  relation  sexuelle  avant  de  se  marier.     I  :  Et  euh…tes  parents  ils  s’imaginent  que  tu  pourrais  avoir  un…un  rapport  sexuel  à  ton  âge  ?     R  :  Non,  non.     I  :  Non  ?     R  :  Je  ne  le  ferai  pas.     I  :  Tu  ne  le  feras  pas  à  ton  âge  ?   R  :  Moi  je  préfère  mieux  le  faire  euh…quand  je  serai  marié.   I  :  Quand  tu  seras  marié,  ok.     R  :  Ouais.   I  :  Pourquoi,  c’est…le…le  mariage  ?     R  :  Je  préfère  mieux  quand  je  serai  marié,  c’est  pour  ça.  Parce  que  déjà  c’est  religieusement…    

36    


Le Tableau  4  détaille  l’influence  de  la  pratique  religieuse  sur  quatre  points  de  vue  plutôt  traditionnels   exprimés   par   les   jeunes   sur   la   vie   affective   et   sexuelle.   Il   montre   en   particulier   que   les   jeunes   pratiquant   une   religion   ont   5.53   fois   plus   de   chance   de   considérer   qu’il   est   interdit   d’avoir   une   relation  sexuelle  avec  son  partenaire  avant  de  se  marier  que  les  autres  (après  ajustement  par  l’âge,  le   genre,   la   situation   d’emploi   des   parents   et   la   structure   familiale).   On   constate   également   que   la   masturbation   reste   une   pratique   largement   taboue   et   honteuse   pour   une   majorité   de   jeunes,   d’autant  plus  lorsqu’ils  pratiquent  une  religion  (Tableau  4).      

Tableau 4  :   Influence   de   la   pratique   religieuse   sur   des   représentations   assez   traditionnelles  de   la   vie   affective  et  sexuelle  :  analyses  multivariées  de  régression  logistique    

N

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

1) Considérer  le  mariage  comme  quelque  chose  d’important  ou  de  très  important     Pratique  religieuse   117            Non     20  (51.28)   1.00            Oui     82  (89.13)   6.11  (2.35-­‐15.93)   2)  Considérer  important  ou  très  important  qu’une  fille  soit  vierge  avant  de  se  marier   Pratique  religieuse   122            Non     16  (41.03)   1.00            Oui     66  (75.00)   4.11  (1.73-­‐9.76)   3)  Considérer  qu’il  est  interdit  d’avoir  une  relation  sexuelle  avant  le  mariage   Pratique  religieuse   103            Non     3  (10.00)   1.00            Oui     34  (43.59)   5.53  (1.46-­‐20.91)   4)  Considérer  que  la  masturbation  est  quelque  chose  de  «  sale  »  ou  «  mal  »   Pratique  religieuse   124            Non     11  (29.73)   1.00            Oui     45  (48.91)   2.57  (1.06-­‐6.19)  

LR-­‐test

0.00

0.00

0.00

0.03

Modèles ajustés   pour   l’âge,   le   genre,   la   situation   d’emploi   des   parents   et   la   structure   familiale.   *Nombre   et   proportion   d’individus  affirmant  chacune  de  ces  représentations  «  traditionnelles  »,  par  pratique  religieuse.    

De  plus,  la  norme  de  la  virginité  est  très  souvent  transmise  par  les  parents.  Dans  les  entretiens  n°11   et   13,   les   jeunes   filles   montrent   que   la   volonté   de   leurs   parents   qu’elles   se   préservent   avant   le   mariage  est  avant  tout  dictée  par  la  religion.  Dans  l’entretien  n°11,  la  jeune  fille  explique  :  «  R  :  Mes   parents   ils   voudraient   que   j’attende   le   mariage…I   :   Ouais   ?   […]   R   :   On   est   catholiques   en   fait,   donc   euh…  ».Dans  l’entretien  n°13,  la  jeune  fille  s’exprime  comme  suit  :      

I :  Et  euh…selon  toi  que  pensent  tes  parents  du  fait  que  tu  puisses  avoir  un  rapport  sexuel  à  ton  âge  ?     R  :  C’est  interdit.     I  :  C’est  interdit  ?  C’est  inter…enfin  c’est  interdit  pourquoi…par  rapport  à  quoi  ?     R  :  Ma  religion.     I  :  Ta  religion  ?  T’es  musulmane  ?     R  :  Oui.     I  :  Ok.  Et  euh…t’es  pratiquante  ?     R  :  Ouais,  on  peut  dire  ça.  

37  


L’examen du  discours  et  des  réponses  des  adolescents  interrogés  révèle  également  un  lien  fort  dans   l’esprit  de  ces  jeunes  entre  sexualité  et  procréation.      

Un lien  entre  sexualité  et  procréation  fortement  marqué   Une   proportion   non   négligeable   de   notre   échantillon   (29,3%)   considère   que   le   but   d’une   relation   sexuelle  est  avant  tout  d’avoir  des  enfants.  Ce  lien  entre  sexualité  et  procréation  ressort  à  plusieurs   reprises  dans  le  discours  des  adolescents  au  cours  des  entretiens.  Dans  l’entretien  n°2,   à  la  question   «  Qu’est-­‐ce  que  tu  attends  d’un  rapport  sexuel  ?  »,  le  garçon  interrogé  répond  :  «  Un  enfant  ».     On  retrouve  également  ce  lien  dans  la  crainte  exprimée  par  les  jeunes  autour  de  la  grossesse  et  qui   semble  être  aussi  présente  chez  leurs  parents.  Dans  l’entretien  n°11,  cette  peur  est  très  clairement   exprimée  :      

I :  Et  sur  la  sexualité,  ils  t’en  ont  déjà  parlé  ?     R  :  [Fais  signe  que  non.]   I  :  Non  ?     R  :  Non.     I  :  Pas  des  risques,  des  trucs  comme  ça  ?     R  :  Ils  m’ont  juste  dit  que  ce  n’est  pas  bien.   I  :  Ils  t’ont  juste  dit…   R  :  Mais  je  sais  que  ce  n’est  pas  bien,  donc  euh…   I  :  Pas  bien  dans  quel  sens  ?     R  :  Ben,  si  on  est  enceinte  euh…  (rires)…très  jeune,  ben  ça  le  fait  pas  trop  parce  que…ça  serait  mal  vu…   I  :  Ouais.     R  :  …et  puis,  ben…ce  sera  trop  de  responsabilités  à  notre  âge.     I  :  Ouais.  Donc  eux  ils  ont  plus  peur  de…la  grossesse,  enfin…que  tu  tombes  enceinte.   R  :  Voilà,  justement.      

Dans l’entretien  n°7,  l’adolescent  va  dans  le  même  sens  lorsqu’il  parle  du  dialogue  avec  son  père  :      

I :  Ouais  ?  Il  te  dirait  quoi  tu  penses  ?     R  :  Il  me  dirait  fait  attention,  ne  fait  pas  n’importe  quoi.     I  :  Mm.  Il…fait  attention  à  quoi  ?     R  :  Ben…ben  à  la  sexualité,  et  tout.     I  :  Ouais.  Il  a  peur  de  quoi  dans  ce  domaine-­‐là  tu  penses?     R  :  Ben  que  j’ai…qu’elle  tombe  enceinte.      

Certains jeunes,  qui  ne  dissocient  pas  la  sexualité  de  la  procréation,  semblent  oublier  l’existence  de  la   contraception,  comme  cela  apparaît  dans  l’entretien  n°5  :  «  I  :  Et  euh…mais  on  ne  peut  pas  avoir  des   rapports  en  se  protégeant,  et…du  coup  pas  avoir  d’enfant  ?  R  :  Ca  je  ne  sais  pas,  je  ne  sais  pas,  je  ne   sais   pas  ».   Lors   de   la   passation   des   questionnaires   dans   les   classes   de   Troisième,   plusieurs   élèves   nous  ont  également  demandé  ce  qu’était  la  contraception.     38    


La sexualité  comme  un  acte  amoureux   En   outre,   les   éléments   mis   en   avant   par   les   jeunes   comme   étant   prioritaires   dans   un   couple   sont   eux   aussi   assez   traditionnels,   puisque   l’amour,   la   confiance   et   le   respect   arrivent   en   tête   parmi   les   répondants.   La   sexualité   est   très   souvent   associée   au   sentiment   amoureux   dans   l’esprit   des   jeunes   interrogés.   Dans   le   questionnaire,   76,3%   d’entre   eux   sont   d’accord   avec   l’affirmation   «   pour   avoir   une   relation   sexuelle,   il   faut   être   amoureux   »,   et   les   jeunes   s’opposent   très   majoritairement   (à   83,2%)  à  l’idée  que  «  les  sentiments,  c’est  un  truc  de  filles  ».  (Voir  l’annexe  n°1,  Tableau  descriptif,   partie  c).  Dans  l’entretien  n°4,  la  jeune  fille  explique  que  la  sexualité  peut  apporter  «  de  l’amour  en   plus  »   dans   un   couple.   Le   garçon   de   l’entretien   n°5,   quant   à   lui,   explique   que   l’on   ne   peut   avoir   d’expérience  sexuelle  que  «  si  on  aime  vraiment  la  personne,  mais,  mais  juste  comme  ça,  non  ».   La  vie  affective  et  sexuelle  de  ces  jeunes  apparaît  marquée  par  des  valeurs  assez  traditionnelles  :  le   rejet  de  l’homosexualité  est  un  autre  exemple  illustrant  l’importance  de  ces  normes.      

La norme  hétérosexuelle   Les  résultats  des  questionnaires  nous  montrent  que  l’acceptation  de  l’homosexualité  est  loin  de  faire   l’unanimité.  En  effet,  seuls  48,6%  des  jeunes  interrogés  dans  les  questionnaires  considèrent  qu’il  est   normal   que   deux   personnes   du   même   sexe   s’aiment   et   aient   des   relations   sexuelles.   En   outre,   22,9%   des  répondants  ont  exprimé  un  réel  rejet  envers  l’homosexualité,  en  expliquant  ressentir  du  dégoût   à   voir   deux   personnes   du   même   sexe   s’embrasser   ou   se   tenir   la   main.   Pour   plus   de   détails,   voir   ANNEXE I e.    

Si nous   n’avons   pas   posé,   lors   des   entretiens,   de   questions   directement   relatives   à   ce   sujet,   deux   garçons  en  ont  parlé  d’eux-­‐mêmes,  pour  s’y  opposer  fermement.  Dans  l’entretien  n°1  tout  d’abord,   le  jeune  homme  exprime  une  vision  de  la  sexualité  clairement  hétéro-­‐centrée  :      

I :  Et  euh…pour  toi…comment  tu  définirais  un  rapport  sexuel  ?  Ou…qu’est-­‐ce  que  tu  penses  que  ça  doit   comporter  ?     R  :  Une  fille  et  un  garçon.     I  :  Une  fille  et  un  garçon…   R  :  Ouais.     I  :  Ҫa  ne  peut  pas  être  euh…autre  chose  ?     R  :  Ҫa  ne  peut  pas  être  deux  garçons,  ça  ne  peut  pas  être  deux  filles.    

Le garçon   interrogé   lors   de   l’entretien   n°2   va   plus   loin,   en   expliquant   qu’il   parle   de   ses   relations   amoureuses  à  ses  parents  avant  tout  pour  les  rassurer  sur  son  hétérosexualité.  «  Quand  je  sors  avec   une   petite   amie,   je   leur   dit,   [...]   pour   ne   pas   qu'ils   se   disent,   "ouais,   mon   fils   il   n'a   pas   de   petite   amie,   il   est   avec   des   garçons."  ».   Selon   lui,   un   couple   doit   être   «  mixte  »,   c’est-­‐à-­‐dire   comporter   une   fille   et   39    


un garçon.  Parce  que  l'homosexualité  peut  faire  peur,  il  cherche  à  rassurer  ses  parents  en  apportant   une  preuve  de  sa  «  normalité  ».     Lorsque   l’on   analyse   les   facteurs   pouvant   influencer   cette   vision   négative   de   l’homosexualité,   on   constate   que   si   la   religion   n’intervient   pas   de   manière   significative,   la   structure   familiale   dans   laquelle  l’adolescent  évolue  a,  quant  à  elle,  une  influence  importante  (Tableau  5).  Les  adolescents  de   notre   échantillon   vivant   en   dehors   de   la   structure   familiale   traditionnellement   constituée   des   deux   parents   ont   en   effet   3,6   fois   moins   de   chance   d’exprimer  leur   rejet   de   l’homosexualité   (à   âge,   genre,   pratique  religieuse  et  situation  d’emploi  des  parents  égaux).      

Tableau 5  :   Facteurs   associés   à   l’idée   que   voir   deux   personnes   du   même   sexe   qui   s’embrassent   ou   se   tiennent  la  main  est  «  dégoûtant  »  :  analyse  multivariée  de  régression  logistique  (n=125)  

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

P

Genre          Filles   21  (16.94)   1.00            Garçons   28  (31.11)   2.34  (0.96-­‐5.72)   0.06   Structure  familiale            Vit  avec  ses  deux  parents   45  (28.48)   1.00            Autre   4  (7.14)   0.28  (0.09-­‐0.90)   0.03   Pratique  religieuse            Non   6  (15.79)   1.00            Oui   29  (31.52)   2.33  (0.80-­‐6.85)   0.12   Modèle   ajusté   pour   l’âge   et   la   situation   d’emploi   des   parents.   LR-­‐test   de   comparaison   du   Model   1   vs   Model   2   (p=0.11)   *Nombre   et   proportion   de   répondants   affirmant   qu’il   est   «  dégoutant  »   de   voir   deux   personnes  du  même  sexe  s’embrasser  ou  se  tenir  la  main,  par  catégorie    

Dans   ce   contexte   marqué   par   des   normes   assez   traditionnelles   en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle,   une   asymétrie   émerge   progressivement   entre   filles   et   garçons   dans   la   liberté   dont   ils   bénéficient  dans  ce  domaine.      

c. Le  contrôle  social  exercé  sur  les  jeunes  filles  et  leur  vie  affective  et  sexuelle  dans  le   quartier     Le  quartier  :  un  microcosme  peu  propice  à  une  vie  affective  et  sexuelle  libérée  ?   Si   une   très   grande   majorité   des   jeunes   interrogés   (89.8%)   déclare   se   sentir   globalement   bien   dans   leur  quartier,  près  d’un  quart  d’entre  eux  ne  pense  pas  qu’il  soit  possible  d’embrasser  un  garçon  ou   une  fille  en  public  dans  leur  quartier  (voir  ANNEXE  I  f.).        

Dans les  entretiens,  la  proportion  de  jeunes  étant  opposée  à  l’idée  de  se  montrer  dans  leur  quartier   avec   leur   petit(e)   ami(e)   s’est   avérée   très   similaire   (4/14).   Au-­‐delà,   près   de   la   moitié   des   jeunes   40    


interrogés expriment   leur   réticence   à   engager   une   relation   amoureuse   avec   une   personne   de   leur   quartier.   A   l’origine   de   cette   opposition,   les   jeunes   décrivent   souvent   le   quartier   comme   un   microcosme  où  tout  le  monde  se  connaît  et  où  l’information,  même  erronée,  circule  très  rapidement.   Dans  le  premier  entretien,  le  jeune  homme  décrit  cet  environnement  :      

R :  J’aime  pas  trop  sortir  avec  les  filles  du  quartier.     I  :  Ah  ouais,  pourquoi  ?     R  :  Parce  qu’après,  y  a  trop  de  gens  qui  le  savent,  après  y  a  trop  de  gens  qui  parlent.  Voilà.  »   […]     «  I  :  Ok.  Et  donc,  du  coup,  si  éventuellement,  enfin,  si  éventuellement  tu  sortais  avec  une  fille  du   quartier,  tu  ferais  quoi,  enfin,  ça  peut  arriver  tu  vois….   R  :  Ouais.  Ben  déjà  on  se  verrait  pas  ici,  ça  c’est  sur.     […]  I  :  Tu  la  verrais  où  du  coup,  t’irais  où…plutôt  avec  elle  ?   R  :  Ben,  dans  un  autre  quartier.  Mais  pas  dans  les  alentours  en  tout  cas,  pas  dans  les  quartiers  qui  sont   là.     I  :  C’est  quoi  les  quartiers  alentours  ?     R  :  Euh,  Riquet,  Cambrai,  Stalingrad…   I  :  Donc  pas  là  bas  ?     R  :  Non,  pas  là-­‐bas.     I  :  OK.  Pourquoi  du  coup,  parce  que…  tu  connais  trop  de  gens  ?     R  :  Ouais…Non,  on  se  connait  tous  ici.      

Dans l’entretien   n°13,   la   jeune   fille   explique   à   son   tour  qu’elle   ne   s’«  afficherai[t]   pas   avec   lui   dans   le   quartier,   ça   c’est   sur  ».   Ce   qu’elle   cherche   à   éviter   dans   son   quartier,   c’est   le   fait   que  :   «  tout   le   monde  parle  beaucoup  »  :      

R :  Ca  veut  dire  que  même  si  je  suis  avec  un  ami  à  moi,  ils  vont  dire  «  ouais,  c’est  son  petit  copain  »,   ou…ils  vont  sortir  des  rumeurs…   J  :  C’est  les  filles  qui  disent  ce  genre  de  choses  ou  c’est  les  garçons  ?     R  :  C’est  les  mamans.     […]  J  :  Quand  elles  te  croisent  dans  la  rue  ?     R  :  Ouais.  Avec  un  garçon  ça  y  est,  c’est  bon,  c’est  ton  copain,  euh…   J  :  Ah  ouais  ?  Et  ça  te  dérange  ce  genre  de…   R  :  Beaucoup,  oui.      

La jeune   fille   de   l’entretien   n°11   explique   pourquoi   elle   sort   rarement   dans   le   quartier   avec   son   petit   ami  :      

I :  Ok.  Donc,  euh…avec  ton  copain  tu  ne  viens  jamais  ici  ?     R  :  Rarement.     I  :  A  cause  de  ton  père,  ou…  ?   R  :  Mmm…Ben  en  fait  il  y  a  des  amis  de  mon  père,  donc  après  ils  vont  lui  en  parler,  et  tout,  donc  euh…   I  :  Ah  ouais  ?     R  :  …donc  je  n’ai  pas  envie.     I  :  Tout  se  sait…euh…assez  vite  ?     R  :  Oui,  assez,  oui.    

41    


Le contrôle  des  jeunes  filles  et  de  leurs  relations  affectives  et  sexuelles   Si  certains  garçons  partagent  cette  réticence  à  sortir  avec  une  fille  de  leur  quartier,  on  comprend  peu   à  peu  que  cette  «  surveillance  »  que  les  jeunes  cherchent  à  éviter  s’exerce  avant  tout  sur  les  jeunes   filles.  Dans  l’entretien  n°13,  la  jeune  fille  décrit  ce  déséquilibre  :      

I :  Ok.  Et  euh…et…si  un  garçon  sort  avec  une  nana,  euh…on  va  plus  parler  sur  la  fille  ou  sur  le  garçon  ?     R  :  Sur  la  fille,  oui.     I  :  Sur  la  fille  ?     R  :  Hmm.     I  :  C’est  systématique,  euh…   R  :  Oui,  la  fille.  Parce  que  le  garçon  c’est  un  garçon,  il  peut  faire  ce  qu’il  veut.    

En  outre,  à  travers  les  entretiens  et  le  questionnaire,  il  apparaît  que  les  rapports  affectifs  et  sexuels   des   jeunes   filles   ne   sont   pas   du   tout   perçus   de   la   même   manière   que   ceux   des   garçons.   En   effet,   si   la   sexualité  est  globalement  acceptée  pour  les  garçons,  même  jeunes,  cela  est  beaucoup  moins  le  cas   des   jeunes   filles,   qui   peuvent   rapidement   faire   l’objet   d’un   mauvais   jugement   voire   d’un   véritable   rejet  de  leur  entourage.  Dans  l’entretien  n°11,  la  jeune  fille  explique  combien  les  filles  peuvent  vite   être  jugées,  même  à  tord  :  «  I  :  Ok.  Et  les  garçons  de  ton  âge,  euh…ils  te  disent  quelque  chose  s’ils  te   voient  avec  un  garçon,  ou…  ?  R  :  Ils  pensent  que…je  fais  des  choses…euh…pas  très  bien…mais  bon,  je   ne  fais  rien.  »     On   constate   cette   différence   dans   les   questionnaires   d’abord,   puisque   si   46,5%   des   répondants   considèrent   qu’  «  un   garçon   qui   a   des   rapports   sexuels   avec   plusieurs   partenaires   n’est   pas   respectable   »,   ils   sont   65,3%   à   penser   que   c’est   le   cas   pour   une   fille   (voir   ANNEXE   I).   On   retrouve   également   cette   asymétrie   dans   les   entretiens.   Dans   l’entretien   n°4,   la   jeune   fille   explique  :   «  les   parents   veulent   moins   que   les   filles   sortent   avec   des   garçons   tôt   […]   les   garçons,   eux,   ont   plus   le   droit   d’avoir   des   rapports.  »   De   même,   le   garçon   de   l’entretien   n°7  déclare:   «  Ben   par   exemple,   maintenant,  si  les  garçons  ils  ont  des  relations  sexuelles  avec  une  fille,  et  ben  pour  un  garçon  on  va   dire  que  c’est  bien  mais  si  c’est  une  fille  qui  l’a,  on  va  la  traiter  de  pute.  »  Dans  l’entretien  n°5,  enfin,   on  voit  que  le  jeune  homme  a  intégré  cette  différenciation,  sans  même  sans  rendre  compte  :  les  filles   qui  changent  souvent  de  partenaire,  sont  assimilées  à  des  prostituées.  Il  explique  :      

R :  Mais  pour  un  rapport  sexuel,  changer  à  chaque  fois,  changer,  changer,  changer  de  fille…  non.     J  :  Ouais.     R  :  Comme  les  putes,  là,  par  exemple,  dans  les…   J  :  Comme  les  quoi  ?     R  :  Les  putes,  dans  les  boîtes  de  nuit,  ce  genre  de  truc…ça  j’aime  pas.    

42    


Cette «  surveillance  »  des  jeunes  filles  s’exerce  en  partie  à  travers  leurs  grands-­‐frères,  personnages   dont  le  rôle  est  décrit  par  I.  Clair  (CLAIR   I.,  2005).  Les  grand-­‐frères  veillent  avant  tout  à  «  protéger  »   leurs   sœurs   de   ce   qu’ils   jugent   comme   de   «  mauvaises   fréquentations  ».   Dans   l’entretien   n°4,   la   jeune  fille  explique  le  contrôle  que  les  garçons  de  sa  famille  font  peser  sur  elle  :      

I :  Est-­‐ce  que  vous  vous  montrez  ensemble  dans  le  quartier  ?     Oui,  ça  ne  me  dérange  pas  trop.  Mais  quand  même  le  truc  c’est  qu’il  y  a  mes  cousins,  et  mon  grand-­‐ frère  qui  sont  dans  le  quartier,  et  qui  m’en  parlent,  ils  me  font  des  réflexions,  et  ça  je  n’aime  pas.  Parce   qu’ils  ne  veulent  pas  que  je  salisse  la  réputation  de  la  famille.  

Les   garçons   également   identifient   clairement   le   rôle   des   frères   dans   de   ce   contrôle   des   filles   du   quartier.  Dans  l’entretien  n°1,  le  garçon  explique  cette  situation  qu’il  connaît  bien  :      

R :  J’aime  pas  trop  sortir  avec  les  filles  du  quartier.     I  :  Ah  ouais,  pourquoi  ?     R  :  Parce  qu’après,  y  a  trop  de  gens  qui  le  savent,  après  y  a  trop  de  gens  qui  parlent.  Voilà.  On  sait   jamais,  après  c’est…en  fonction  des  grand-­‐frères,  tout  ça.  Si  je  connais  son  grand-­‐frère,  après  c’est  pas   la  peine.  […]  Après  ça  va  faire  un  problème.     I  :  Si  tu  connais  son  grand-­‐frère  ?  Il  va  dire  quoi,  lui  ?     R  :  Il  va  me  dire…il  va  me  dire  «  comment  ça  se  fait  tu  sors  avec  ma  sœur  »  tout  ça,  c’est  déjà  arrivé  ici   dans  le  quartier.  […]    

Ce   rôle   est   décrit   en   détail   par   le   jeune   homme   de   l’entretien   n°8,   qui   parle   d’une   «  mentalité   bizarre  »  et  propre  à  son  quartier,  mais  qui,  dans  le  même  temps  affirment  «  qu’ils  ont  raison  »  :        

R :  C’est…ben  parce  que  c’est  leur  sœur,  ils  veulent  la  protéger.     I  :  Ils  veulent  la  protéger  de  quoi  ?     R  :  De…des  mauvaises  fréquentations…   I  :  Ouais  ?  Des  garçons,  enfin  de  ce  qu’ils  pourraient  faire  euh…?     R  :  Ouais.     I  :  Ouais  ?  Et  pour  toi  c’est  protéger…des  rapports  sexuels  ou…   R  :  Ouais,  des…des  rapports  sexuels  ou  la  cigarette,  ou  des  trucs  comme  ça.     I  :  Parce  que  les  mauvaises  fréquentations  ça  fait  une  mauvaise  réputation  pour  la  famille,  ou?   R  :  Non,  ça  fait  une  mauvaise  réputation  pour  la  personne.    

Ce   jeune   homme   reconnaît   le   déséquilibre   existant   entre   filles   et   garçons,   tout   en   l’approuvant,   sans   doute  parce  qu’il  est  en  sa  faveur.     Comme  le  montrent  A.  Yahyaoui  et  al.  dans  leur  étude,  l’emprise  exercée  sur  les  jeunes  filles  et  leur   sexualité   s’exprime   à   travers   l’imposition   de   la   virginité   (YAHYAOUI   A.   et   al.,   2010).   Dans   notre   échantillon,  si  20,4%  des  jeunes  considèrent  qu’il  est  important  qu’un  garçon  soit  vierge  avant  de  se   marier,  ils  sont  44,8%,  soit  2,2  fois  plus  nombreux  à  le  penser  concernant  les  filles.  Le  déséquilibre  est   donc  notable.     43    


L’intériorisation de  la  domination  masculine  par  les  jeunes  filles   Fort  du  constat  d’une  telle  asymétrie  du  contrôle  exercé  sur  les  jeunes  de  sexe  différent,  il  faut  noter   que  cette  différenciation  est  souvent  intériorisée  par  les  jeunes  filles.  Dans  l’entretien  n°10,   la  jeune   répondante   explique   qu’une   fille   doit   «  se   respecter  »,   c’est-­‐à-­‐dire   ne   pas   dépasser   les   limites   des   normes  de  la  bonne  conduite.    

R :  Ben,  c’est  leur  problème  en  même  temps,  mais  ouais,  je  trouve  que  c’est  norm…ben  une  fille  s’est   censé  plus  se  respecter,  et  comme  eux  c’est  des  garçons,  ben…   J  :  Ouais  ?  Se  respecter  ça  veut  dire  quoi  pour  toi  ?     R  :  Ben…  pas  faire  n’importe  quoi,  enfin,  avec  plusieurs  garçons.     J  :  Ouais  ?  Donc  une  fille  qui  a  plusieurs…enfin  qui  a  des  expériences  avec  plusieurs  mecs  ce  n’est  pas   une  fille  qui  se  respecte  ?     R  :  Enfin…enfin  non…on  ne  va  pas  dire  ça  comme  ça.  Peut-­‐être  qu’elle  a  envie  de  faire  ça,  mais…peut-­‐ être  que  au  fond…peut-­‐être  que  c’est  une  fille  bien,  mais  bon.   J  :  Ouais  ?  Mais  il  y  a  des  limites  à  ne  pas  dépasser  ?     R  :  Oui.     J  :  Et  …pour  toi  c’est  à  partir  de  quand  que  l’on  peut  dire  que  c’est…pas  très  respectable?       R  :  Quand…je  ne  sais  pas,  quand…quand  elle  le  fait  avec  plusieurs  partenaires…  régulièrement.    

En examinant   les   réponses   des   jeunes   concernant   l’affirmation   «  Il   est   important   qu’une   fille   soit   vierge  avant  de  se  marier  »,  une  première  analyse  statistique  (prenant  en  compte  l’âge,  la  situation   d’emploi  des  parents  et  la  structure  familiale),  révèle  une  différence  significative  entre  les  réponses   des  filles  et  des  garçons  (OR=2.39,  CI  à  95%=1.29-­‐4.42).  Cette  analyse  semble  montrer  que  les  filles   sont  plus  susceptibles  de  soutenir  une  telle  affirmation.  Cependant,  lorsque  l’on  ajoute  la  variable  de   la   pratique   religieuse   à   ce   modèle,   la   différence   entre   filles   et   garçons   n’est   plus   significative     (OR=1.53,  IC  à  95%  =0.65-­‐3.58).  Pour  consulter  les  tableaux  représentants  ces  deux  modèles,  veuillez   vous  référer  au  Tableau  1  (a,  b)  de  l’ANNEXE  III.     Au-­‐delà  de  ces  résultats,  il  reste  notable  que  les  jeunes  filles  sont   71.4%  à  affirmer  cette  idée  contre   57,0%  parmi  les  garçons.  La  norme  de  la  virginité  semble  avoir  été  intériorisée  par  un  certain  nombre   de  jeunes  filles.       En  outre,  l’analyse  des  caractéristiques  des  jeunes  de  l’échantillon  déclarant  avoir  déjà  eu  un  rapport   sexuel  montre  une  différence  claire  entre  jeunes  garçons  et  jeunes  filles.  Ces  dernières  sont  en  effet   beaucoup   moins   nombreuses   à   déclarer   avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   que   leurs   camarades   masculins  (Tableau  6).          

44  


Tableau 6  :   Influence   du   genre   sur   le   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   :   analyse   multivariée   de   régression  logistique  (N=122)    

Genre            Fille            Garçon  

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

LR-­‐test

7 (5.69)   22  (25.29)  

1.00   11.81  (2.83-­‐49.26)  

0.00

Modèles ajustés  pour  l’âge,  la  situation  d’emploi  des  parents,  la  structure  familiale  et  la  pratique  religieuse.  *Nombre  et   proportion  d’individus  ayant  déjà  eu  un  rapport  sexuel,  par  genre    

Cette   différence   pourrait   trouver   une   explication   dans   l’intériorisation   par   les   jeunes   filles   de   la   norme  de  la  virginité  et  du  contrôle  exercée  sur  elles  et  sur  leur  sexualité.  Les  conséquences  du  fait   d’avoir   un   rapport   sexuel   étant   plus   lourdes   pour   les   jeunes   filles   (par   exemple   en   termes   de   mauvaise   réputation  et   de   rejet   du   groupe),   il   est   également   possible   qu’elles   aient   eu   davantage   de   crainte  à  le  déclarer  dans  un  questionnaire  fait  à  proximité  d’autres  jeunes.       Les  représentations  des  jeunes  interrogés  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle,  marquées  par  un   ensemble   de   normes   sociales,   familiales   et   religieuses,   sont   caractérisées   par   un   certain   tabou   et   «  traditionalisme  ».   Cependant,   ces   jeunes   qui   évoluent   dans   une   société   que   certains   décrivent   comme   «  hypersexualisée  »,   sont   également   en   contact   avec   un   ensemble   d’idées   et   de   valeurs   alternatives,   qu’ils   découvrent   à   travers   différents   médias,   tels   qu’Internet.   Il   est   intéressant   d’examiner  dans  quelle  mesure  ces  adolescents  intègrent  ces  valeurs  à  leur  conception  personnelle   de  la  vie  affective  et  sexuelle.      

B. La  confrontation  aux  idées  alternatives  à  travers  des  sources  d’information  diverses      

a. Identification  et  utilisation  par  les  jeunes  d’autres  ressources  pour  s’informer  et  échanger   sur  les  relations  affectives  et  sexuelles  

Les amis  comme  premiers  interlocuteurs  pour  parler  de  vie  affective  et  sexuelle   Si   les   jeunes   n’osent   que   rarement   parler   de   sexualité   et   de   sentiments   au   sein   de   leur   famille,   ils   sont  beaucoup  plus  nombreux  à  choisir  de  se  confier  ou  d’échanger  sur  ces  sujets  avec  leurs  amis.  En   effet,   66,7%   des   jeunes   ayant   répondu   au   questionnaire   désignent   leurs   amis   comme   des   interlocuteurs  qu’ils  choisiraient  possiblement  pour  parler  d’amour  et  de  sentiments.  Sur  la  sexualité,   ils   sont   44,4%   à   faire   ce   choix.   Les   amis   sont   désignés   comme   étant   les   seuls   interlocuteurs   pour   parler   de   sexualité   par   26,3%   des  jeunes,  et   pour   parler   d’amour   pour   25,2%   d’entre   eux.   Dans   les   entretiens,  on  constate  que  tous  les  jeunes  parlent,  plus  ou  moins  fréquemment,  de  ces  sujets  avec   leurs  amis.  Cependant,  seule  la  moitié  d’entre  eux  abordent  parfois  ces  thèmes  sérieusement,  et  non   45    


uniquement sur   le   ton   de   la   rigolade.   Dans   l’entretien   n°1,   le   jeune   homme   désigne   ses   amis   comme   seuls  interlocuteurs  sur  le  sujet  de  la  sexualité.  Il  explique  :      

I :  Donc,  quand  tu  te  poses  une  question  sur  la  sexualité,  qu’est-­‐ce  que  tu  fais  ?     R  :  J’en  parle  avec  mes  potes.     I  :  T’en  parles  avec  tes  potes.     R  :  Ouais,  c’est  mieux.  Mais  généralement  on  en  rigole,  on  n’en  parle  pas  trop.       I  :  Ok.  Vous  en  rigolez…pourquoi  vous…   R  :  Je  ne  sais  même  pas,  des  fois  ils  sortent  des  conneries.     I  :  Ok.  Et  euh…ok.  Donc  si  tu  te  poses  une  question,  t’en  parles  juste  avec  tes  potes…  ?   R  :  Ouais,  c’est  tout.  

Le   jeune   homme   de   l’entretien   n°8,   quant   à   lui,   décrit   une   discussion   abordant   tous   les   sujets,   où   les   garçons  s’écoutent  et  tentent  de  se  conseiller.  Ces  discussions  n’ont  lieu  qu’entre  garçons.      

I :  Et  avec  tes  amis  est-­‐ce  que  tu  parles  de  ce  genre  de  trucs  ?     R  :  Ouais,  pour  rigoler,  des  trucs  comme  ça.     I  :  Ouais  ?  Vous  n’en  parlez  pas  sérieusement  ?     R  :  …des…du  Sida  là  ?     I  :  Non,  ou  plutôt  d’amour,  enfin…de  relations…   R  :  Si,  ça  on  en  parle  normal.     I  :  Et  puis  de  sexe…et  tout  ça.     R  :  Normal.     I  :  Ca  vous  en  parlez  ?     R  :  [Fait  signe  que  oui.]   I  :  Pas  qu’en  rigolant  alors  ?     R  :  Non.     I  :  Ok.  Et  vous  parlez  de…quand  vous  en  parlez  vous  parlez  de  vos  trucs  ou  en  général  ?     R  :  Des  fois  c’est  de  nos  trucs,  des  fois  c’est…   I  :  Vous  parlez  autant  de  sentiments  que  de  sexualité  ?     R  :  Ouais.  Nous  des  fois  quand…quand  par  exemple  il  y  a  l’un  de  nous,  ça  se  passe  mal  avec  sa  copine,   on  l’aide,  tout  ça.     I  :  Ah  ouais  ?  Donc  vous  êtes  un…quand  tu  dis  «  vous  »,  vous  êtes  un  bon  groupe  de  potes  ?       R  :  Ouais.     I  :  Que  des  mecs  ?     R  :  Non,  il  y  a  des  filles  aussi.     I  :  Ouais,  t’en  parles  aussi  avec  des  filles  ?     R  :  Non.      

Plusieurs jeunes  filles  expliquent  qu’entre  elles,  elles  parlent  avant  tout  de  sentiments  et  de  relations   amoureuses.   Il   semble   que   les   garçons   soient   souvent   plus   à   l’aise   pour   parler   de   ces   sujets   en   groupe.    

I :  Les  sentiments  ?  Ok.  Et…avec  tes  amis  donc  tu  dis  que…tu…vous  en  parlez  de  ce  genre  de  choses  ?     R  :  Oui,  oui.     I  :  Ouais  ?     R  :  Beaucoup  même.  (rire)  

46  


I :  Beaucoup  ?  Ouais  ?  Plus  de  sentiments…plus  de  sexualité…   R  :  Sentiments…et…sexualité  c’est  quand  il  y  a  des  garçons  qui  se  rajoutent…  enfin  qui  viennent  dans   notre  conversation.     I  :  D’accord.  Eux  ils  ont  plus  tendance  à  parler  de  ce  genre  de  choses  ?     R  :  Oui.     I  :  D’accord.  Et  toi  tu  en  parles  ?     R  :  Non.  

Le  sujet  de  la  sexualité  est  jugé  parfois  trop  intime  pour  en  parler  ouvertement.  Dans  l’entretien  n°3,   la  jeune  fille  dit  ne  parler  qu’  «  un  petit  peu,  mais  pas  trop  »  de  relations  amoureuses  et  de  sexualité.   Elle  explique  qu’elle  en  parle  avec  sa  meilleure  amie,  mais  que  «  sinon,  non,  je  n’en  parle  pas  trop,   c’est  gênant  ».    

Les autres  membres  de  la  famille   Parmi   les   personnes   avec   qui   les   adolescents   parlent   de   sentiments   et   de   sexualité,   les   autres   membres   de   la   famille,   tels   que   les   sœurs,   frères,   cousins   et   cousines   jouent   aussi   un   rôle   important.   Pour   parler   d’amour   et   de   sentiments,   les   sœurs   sont   citées   par   19,0%   des   jeunes.   Les   frères,   eux,   le   sont  par  9,0%  et  les  cousin(es)  par  4,8%.  Ils  sont  globalement  moins  sollicités  quant  il  s’agit  d’aborder   le   sujet   de   la   sexualité,   avec   respectivement   9,3%,   6,3%   et   3,4%   (voir   ANNEXE I c).   Dans   les   entretiens,   ils   sont   4   à   évoquer   un   dialogue   avec   leurs   frère,   sœur   ou   cousin(e).   La   jeune   fille   de   l’entretien  n°4  explique  que  lorsqu’elle  se  pose  une  question  sur  la  sexualité,  elle  demande  soit  à  une   cousine,  soit  à  son  grand-­‐frère,  qui,  après  une  première  hésitation,  parce  qu’il  «  trouve  ça  bizarre  »   lui   répond,   et   en   profite   pour   lui   dire   de   «  faire   attention  ».   Lorsque   la   discussion   avec   les   parents   n’est   pas   possible,   il   semble   souvent   plus   aisé   d’aborder   le   sujet   de   la   sexualité   avec   les   autres   membres  de  la  famille,  souvent  d’âge  plus  proche  de  l’adolescent.      

Les structures  sanitaires  et  sociales  et  les  professionnels  de  la  santé   Le   diagramme   ci-­‐dessous   montre   la   proportion   de   jeunes   connaissant   chacune   des   différentes   structures   présentées.   Ces   structures   se   composent   à   la   fois   de   structures   sociales   ou   sanitaires   ancrées   dans   l’un   des   deux   quartiers   Flandre   ou   Danube-­‐Solidarité  :   l’Antenne   Jeunes,   Feu   Vert,   l’AJAM,   la   Maison   des   Copains   de   la   Villette   (MCV),   Espace   19,   la   Maison   des   Adolescents.   La   Cité   de   la  Santé  est  un  centre  de  ressources  qui  propose  également  des  animations.  Enfin,  le  Centre  Régional   d’Information  et  de  Prévention  du  Sida  est  un  lieu  d’animation  et  d’information  sur  les  thématiques   de  la  vie  affective  et  sexuelle.            

47  


Graphique 1  –  Proportion  des  jeunes  connaissant  chaque  structure  

  Au  cours  des  entretiens,  deux  jeunes  citent  ces  structures  comme  des  lieux  où  ils  choisiraient  de  se   rendre   s’ils   voulaient   s’informer   ou   échanger   au   sujet   de   la   sexualité.   Ainsi,   le   jeune   homme   de   l’entretien  n°5  nous  parle  de  son  expérience  avec  l’association  Espace  Cambrai  :      

J :  Ok.  Et  euh…quand  tu  te  poses  une  question  sur  la  sexualité  tu…qu’est-­‐ce  que  tu  fais  ?  Auprès  de  qui   tu  vas  et  où…où  est-­‐ce  que  tu  vas  chercher  une  réponse  ?     R  :  Là-­‐bas,  là,  à  Cambrai.     J  :  A  Cambrai  ?  Tu  y  es  déjà  allé  ?     R  :  J’y  suis  déjà  parti,  ouais.     J  :  Ok.  T’as  discuté  avec  eux  ?     R  :  Avec  ma  classe,  avec  ma  classe.     J  :  Ah,  ok.  Et…t’as  discuté  avec  euh…des  éducateurs  ou…   R  :  Euh…ouais  les  éducateurs,  ceux  qui  répondent  aux  questions.    

Tout   comme   lui,   la   jeune   fille   de   l’entretien   n°11   explique   qu’elle   a   déjà   visité   l’une   de   ces   structures   avec  sa  classe.  Ce  premier  contact  dans  le  cadre  scolaire,  ayant  eu  lieu  en  groupe,  apparaît  comme   un  très  bon  moyen  de  permettre  aux  jeunes  d’identifier  la  structure  comme  une  ressource  accessible   en  cas  de  besoin  et  de  les  mettre  en  confiance  afin  qu’ils  n’hésitent  pas  à  revenir.  Elle  nous  livre,  en   parlant  apparemment  de  la  Maison  des  adolescents  :        

J :  Et,  quand  tu  te  poses  une  question  sur  la  sexualité,  auprès  de  qui,  ou  où  est-­‐ce  que  tu  vas  chercher   la  réponse  ?     R  :  Chez  les  ami(e)s…ou  dans  un  centre…   J  :  Ah  ouais  ?     R  :  …qui  s’occupe  de  ça.     J  :  Dans  quoi  comme  centre  ?    

48  


R :  Pour  les  jeunes,  ou…enfin,  je  ne  sais  pas,  mais  les  centres  pour  les  jeunes.     J  :  T’en  connais  ou…  ?   R  :  Euh…oui  vers  euh…je  ne  connais  pas  la  rue,  c’est  vers  Gaston  Tessier  je  pense.     J  :  Ouais  ?     R  :  Là-­‐bas.     J  :  Tu  y  es  déjà  allée  ?     R  :  Juste  avec  la  classe.     J  :  Ah  ouais  ?  Ok.  C’est  quoi,  c’est  l’antenne  jeunes,  un  truc  comme  ça  ?     R  :  Oh,  je  ne  me  rappelle  plus  !     J  :  Tu  ne  te  rappelles  plus  ?  Vous  étiez  toute  la  classe,  là-­‐bas  ?  Et  vous  avez  posé  des  questions,  ou…  ?     R  :  Oui,  on  a  parlé  de  la  sexualité,  et  tout.     J  :  Ok,  donc  tu  n’hésiterais  pas  à  y  retourner…  ?   R  :  [Fais  signe  que  non.]    

Si   une   grande   majorité   des   jeunes   connaissent   au   moins   une   de   ces   structures,   ils   sont   seulement   19,4%   (parmi   les   adolescents   interrogés   dans   le   questionnaire)   à   s’être   déjà   rendus   dans   au   moins   une  structure  pour  «  échanger  ou  demander  des  informations  sur  la  sexualité,  la  contraception,  les   rapports   amoureux,   etc  ».   En   effet,   les   structures   d’animation   et   de   prévention   du   quartier   (telles   qu’Espace   19,   l’AJAM,   l’Antenne   Jeunes,   etc.)   sont   souvent   connues   par   les   jeunes   car   elles   proposent   également   des   activités   en-­‐dehors   du   cadre   de   la   thématique   de   la   vie   affective   et   sexuelle.   En   outre,   une   grande   part   des   adolescents   interrogés   ne   se   sentent   pas   totalement   concernés   par   le   sujet   de   la   sexualité,   en   partie   du   fait   de   leur   âge,   et   ne   ressentent   donc   pas   nécessairement  le  besoin  d’aller  s’informer  en  sollicitant  des  professionnels.     Pour   mettre   à   jour   cette   réalité,   nous   avons   évalué   la   différence   de   fréquentation   des   structures   parmi   les   jeunes   ayant   déjà   eu   un   rapport   sexuel   comparé   aux   autres.   Le   Tableau   7   présente   les   résultats  de  cette  analyse.  Il  montre  que  les  jeunes  ayant  déjà  eu  un  rapport  sexuel  ont  3,25  fois  plus   de  chance  de  s’être  déjà  rendu  au  moins  une  structure  du  quartier  pour  échanger  ou  demander  des   informations   sur   la   sexualité,   la   contraception   ou   les   rapports   amoureux   que   les   jeunes   n’en   ayant   jamais  eu  (à  genre,  âge  et  situation  d’emploi  des  parents  égaux).      

Tableau 7  :   Influence   du   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   sur   la   fréquentation   d’au   moins   une   structure  du  quartier  :  analyse  multivariée  de  régression  logistique  (n=192)  

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

P

A déjà  eu  un  rapport  sexuel            Non   28  (16.47)   1.00            Oui   10  (35.71)   3.25  (1.13-­‐9.35)   0.03   Modèle  ajusté  pour  l’âge,  la  situation  d’emploi  des  parents  et  le  genre.  LR-­‐test  de  comparaison  du  Model  1  vs  Model  2   (p=0.05)  *Nombre  et  proportion  s’étant  déjà  rendu  dans  au  moins  une  structure  du  quartier  

Enfin, concernant   les   professionnels   de   santé  :   dans   le   cadre   scolaire,   l’infirmière   reste   très   rarement   citée   par   les   répondants   comme   une   personne   vers   qui   ils   se   tournent   en   cas   de   question   sur   la   49    


sexualité (seuls  6,6%).  En  outre,  82,5%  des  adolescents  déclarent  qu’ils  ne  discuteraient  pas  avec  leur   médecin   de   famille   en   cas   de   question   sur   la   sexualité   ou   la   contraception.   Parmi   eux,   43,4%   expliquent   ne   pas   de   sentir   assez   à   l’aise   pour   parler   d’un   sujet   aussi   intime   avec   leur   médecin,   et   un   quart  a  peur  qu’il  ne  révèle  le  contenu  de  leur  discussion  à  ses  parents.       On   comprend   donc   que   si   la   famille   maintient   un   certain   tabou   autour   de   la   sexualité   (et   plus   particulièrement  dans  les  contextes  où  la  religion  tient  une  place  importante)  les  jeunes  n’hésitent   pas   à   faire   appel   à   d’autres   personnes   ressources,   telles   que   leurs   amis,   frères   et   sœurs   ou   en   se   rendant  dans  une  association,  pour  s’informer  sur  le  sujet.  En  outre,  ils  sont  également  nombreux  à   chercher  sur  Internet  des  réponses  aux  questions  qu’ils  se  posent.          

b. Rôle  d’internet  et  influence  de  la  pornographie  sur  les  représentations  

L’utilisation d’internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité   Dans   leur   article,   P.   M.   Valkenburg   et   al.   discutent   de   l’utilisation   d’internet   par   les   adolescents   (VALKENBURG   P.   M.   et   al.,   2011).   Les   auteurs   affirment   qu’à   peu   près   un   tiers   des   adolescents   «  préfère   la   communication   en   ligne   par   rapport   à   une   communication   en   face   à   face,  pour   parler   de   sujets   intimes   tels   que   l’amour,   le   sexe   et   autres   sujets   dont   ils   ont   parfois   honte  »   (SCHOUTEN   AP.,   2007,   cité   par   VALKENBURG   P.   M.   et   al.,   2011).   Ils   rappellent   les   trois   caractéristiques   d’internet   qui   attirent   particulièrement   les   adolescents   :   l’anonymat,   l’accessibilité   et   l’a-­‐synchronisation   (fait   de   pouvoir   réfléchir   avant   d’écrire   et   d’envoyer   un   message,   permettant   d’éditer   le   texte).   Une   des   jeunes  filles  interrogées  résume  bien  ces  caractéristiques,  quand,  à  la  question  «  Pourquoi  tu  choisis   d’aller   sur   internet   ?  »   elle   répond  :   «  Parce   que   c’est   personnel,   je   peux   poser   des   questions   sans   qu’on   me   voit,   sans   gêne,   sans   que   personne   ne   sache   que   c’est   moi.  »   Dans   notre   questionnaire,   Internet   est   également   identifié   comme   une   source   d’information   sur   la   sexualité   par   un   tiers   des   jeunes   interrogés.   Au   cours   des   entretiens,   la   proportion   de   jeunes   déclarant   avoir   déjà   utilisé   internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  est  d’un  peu  plus  de  40%.  Certains  jeunes,  très  habitués  à   utiliser  Internet,  l’identifient  d’emblée  comme  une  source  d’information  aux  ressources  infinies.  On   retrouve  cette  évidence  d’Internet  dans  l’entretien  n°7  avec  un  jeune  garçon.        

« I  :  Et  euh…quand  tu  te  poses  une  question  sur  la  sexualité,  auprès  de  qui  ou  bien  où  vas-­‐tu  chercher  la   réponse  ?     R  :  Je…je  pose  la  question  à  Google.     I  :  (rires).  Ok,  donc  sur  internet.  Et…pourquoi  internet  ?     R  :  Parce  qu’il  y  a  toutes  les  réponses  là-­‐dedans.»  

50    


Ce «  réflexe  »  d’utiliser  Internet  en  cas  de  doute  sur  n’importe  quel  sujet  est  également  présent  chez   un  autre  garçon  (entretien  n°9),  qui  nous  confie  :  «  Je  suis  souvent  en  train  de  farfouiller  sur  internet   pour   savoir   ce   que   je   ne   sais   pas  ».   Un   certain   nombre   d’adolescents,   qui   ont   le   même   automatisme,   sont  donc  rapidement  confrontés  à  une  profusion  d’informations  lorsqu’ils  cherchent  une  réponse  à   leurs   questions.   On   constate   que   les   garçons   de   notre   échantillon   utilisent   beaucoup   plus   souvent   internet  que  les  filles  pour  s’informer  sur  la  sexualité  (Tableau  8).    

Tableau 8  :   Influence   du   genre   sur   l’utilisation   d’internet   pour   s’informer   sur   la   sexualité   :   analyse   multivariée  de  régression  logistique  (N=125)  

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

LR-­‐test

Genre          Fille   30  (24.39)   1.00            Garçon   41  (45.56)   5.56  (0.21-­‐1.33)   0.00   Modèle  ajusté  pour  l’âge,  la  situation  d’emploi  des  parents,  la  structure  familiale  et  la  pratique  religieuse.  *Nombre  et   proportion  de  jeunes  utilisant  internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité,  par  genre  

Concernant les   supports   utilisés   pour   obtenir   de   l’information   sur   Internet,   les   entretiens   mettent   en   avant  :  les  sites  spécialisés,  tels  que  Fil  Santé  Jeune,  Doctissimo  et  autres  ;  les  forums  et  les  blogs.  A   contrario,  si  les  jeunes  affectionnent  particulièrement  les  chats  et  réseaux  sociaux  tels  que  facebook   dans   leur   vie   quotidienne,   ceux-­‐ci   semblent   être   peu   utilisés   par   nos   enquêtés   pour   parler   de   relations  amoureuses  et  de  sexualité,  sauf  entre  amis.  Aucun  de  ces  jeunes  ne  nous  a  fait  part  d’un   attrait  particulier  pour  les  relations  virtuelles,  si  ce  n’est  amicales.     Au   cours   des   entretiens,   les   adolescents   concernés   par   l’utilisation   d’Internet   semblent   ressentir   une   certaine   honte   à   concéder   qu’ils   recourent   à   Internet   pour   s’informer   sur   les   sujets   tels   que   la   sexualité.   Bien   souvent,   ils   «  n’avouent  »   qu’à   demi-­‐mot.   Cette   timidité   ou   honte   se   perçoit   clairement  dans  l’entretien  du  jeune  homme  n°5  :     I  :  Et  euh…t’es  déjà  allé  sur  internet  pour  euh…   R  :  Non.     I  :  …t’informer  sur  la  sexualité  ?     R  :  Non.     I  :  T’informer  hein  !     R  :  M’informer  ?     J  :  Ouais.     R  :  Ouais,  ça  m’est  déjà  arrivé  mais…c’est  pas…ils  disent  tout  et  n’importe  quoi  parfois  hein,  donc  je  ne   les  crois  pas  trop.  Je  préfère  que  ça  sorte  d’une  bouche.         […]  Maintenant  que  vous  me  dites  ça……non,  je  crois  même  pas  que  j’ai  fait…je  suis  tombé      même   peut-­‐être  par  hasard  …   J  :  Tombé  par  hasard  sur  quoi  ?     R  :  C’est  des  forums,  des  trucs  comme  ça,  ouais.    

Cette attitude  défensive  adoptée  par  les  jeunes  répondants  pour  parler  de  leur  utilisation  d’internet   dans  le  domaine  de  la  VAS  trouve  sans  doute  une  partie  de  son  explication  dans  le  fait  que  ce  média,   51    


dans ce   domaine,   est   très   souvent   associé   à   la   pornographie.   Ce   raccourci   est   explicité   par   F.   Joignot   dans  les  premières  lignes  de  son  article  (JOIGNOT  F.,  2012)  :      

« Tapez   «   Femme   »   sur   Google.   Sur   la   colonne   centrale,   on   lit   :   «Femme   Wikipédia»,   «Femme   Evène   »,   «Femme   Actuelle   »   À   droite,   colonne   des   annonces   :   «Femmes   canon   en   cam»,   «Elles   couchent»,   «Femmes   célibataires»   (Meetic).   Clic   sur   «Elles   couchent.   Batifolage.com».   Un   couple   à   moitié   nu.   «Fellation,  sodomie,  amateur,  partouze,  gros  seins,  éjac  faciale.  C’est  un  site  porno.  »    

Cet extrait   montre   combien   la   navigation   sur   internet   peut   facilement   mener   à   des   sites   Internet   pornographiques,   surtout   lorsqu’elle   est   orientée   par   une   recherche   d’information   sur   la   sexualité.   Une  proportion  importante  des  jeunes  interrogés  ont  déjà  été  exposés  à  de  telles  images.      

Une confrontation  à  la  pornographie  très  fréquente,  surtout  chez  les  garçons   La  démocratisation  d’Internet  a  facilité  l’accès  de  tous  aux  images  pornographiques.  Dans  le  même   article   que   celui   cité   plus   haut,   le   sociologue   Michel   Bozon   montre   que   cette   accessibilité   a   fait   du   visionnage  de  la  pornographie  une  «  pratique  banale  »  chez  les  adolescents  (BOZON   M.,  entretien  in   JOIGNOT   F.,   2012).   On   constate   en   effet   que   63,1%   des   jeunes   de   notre   échantillon   ont   déjà   été   confrontés   au   moins   une   fois   à   des   images   pornographiques,   de   manière   intentionnelle   ou   accidentelle.  Une  analyse  plus  fine  permet  d’établir  que  2,8%  des  jeunes  interrogés  déclarent  en  voir   ou   regarder   souvent,   14,3%   de   temps   en   temps   et   46,1%   n’en   auraient   vu   qu’une   seule   fois.   Pour   davantage  de  détails  sur  la  fréquence  du  visionnage,  le  contexte  et  la  réaction  des  jeunes  par  rapport   aux  images  pornographiques,  veuillez  consulter  l’ANNEXE  I  g.  En  cohérence  avec  l’analyse  précédente   concernant   l’utilisation   d’internet,   on   constate   qu’à   âge,   situation   d’emploi   des   parents,   structure   familiale  et  pratique  religieuse  égaux,  les  garçons  interrogés  ont  4,13  fois  plus  de  chance  que  les  filles   d’avoir  déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques  (Tableau  9).       Tableau  9  :  Influence  du  genre  sur  la  confrontation  aux  images  pornographiques  :  analyse  multivariée  de   régression  logistique  (n=128)  

Genre            Fille            Garçon  

n (%)*  

OR  (IC  à  95%)  

LR-­‐test  

62 (50.00)   75  (80.65)  

1.00 4.13  (1.74-­‐9.80)  

0.00

Modèle ajusté  pour  l’âge,  la  situation  d’emploi  des  parents,  la  structure  familiale  et  la  pratique  religieuse.  *Nombre  et   proportion  de  jeunes  ayant  déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques,  par  genre  

Très souvent,  les  jeunes  ayant  déjà  vu  des  images  pornographiques  déclarent  y  avoir  été  confronté   accidentellement   (66%   dans   le   questionnaire,   un   peu   plus   dans   les   entretiens),   notamment   à   travers   52    


des images   apparaissant   sur   Internet   sans   qu’ils   ne   le   veuillent.   Dans   le   questionnaire,   ils   sont   cependant   près   de   19%   à   avouer   avoir   cherché   ces   images   seuls   (parmi   eux   essentiellement   des   garçons).         En   outre,   45%   de   notre   échantillon   déclare   avoir   déjà   été   choqué   à   la   vue   de   telles   images,   ce   qui   représente   une   proportion   importante.   En   étant   confrontés   à   la   pornographie,   les   adolescents   découvrent   un   monde   de   la   sexualité   en   total   décalage   avec   les   normes   familiales   de   la   pudeur   et   du   tabou,   où   tout   est   au   contraire   visible,   cru   et   souvent   violent.   Ce   décalage   peut   sans   doute   expliquer   en   partie   ce   «  choc  »   décrit   par   les   jeunes.   Au-­‐delà   de   la   fréquence   de   visionnage   de   ces   images,   il   faut  s’interroger  sur  leur  influence  potentielle  sur  les  représentations  des  jeunes  en  matière  de  vie   affective   et   sexuelle.     Nous   avons   vu   précédemment   que   leurs   représentations   étaient   marquées   par   un  ensemble  de  normes  sociales,  familiales  et  religieuses.  On  peut  se  demander  si  l’usage  d’Internet   et  le  visionnage  de  la  pornographie  peuvent  limiter  cette  influence.      

L’utilisation d’Internet   et   la   pornographie   remettent   partiellement   en   question   le   traditionalisme  de  certaines  représentations  des  jeunes  sur  la  vie  affective  et  sexuelle   Les   informations   cherchées   sur   internet   et   les   images   pornographiques   véhiculent   elles   aussi   certaines  valeurs  et  conception  des  rapports  affectifs  et  sexuels,  que  les  jeunes  prennent  en  compte   dans   leur   appréhension   de   la   vie   affective   et   sexuelle.   En   effet,   en   analysant   les   différentes   représentations  sur  la  vie  affective  et  sexuelle  exprimées  par  les  jeunes  répondants,  nous  constatons   que   le   fait   de   voir   ou   de   regarder   souvent   des   images   pornographiques   peut   influencer   certaines   des   représentations  les  plus  «  traditionnelles  »  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle.  En  effet,  les  jeunes   voyant  ou  regardant  souvent  des  images  pornographiques  considèrent  par  exemple  bien  davantage   que  les  autres  (4,42  fois  plus)  que  la  masturbation  est  quelque  chose  de  «  normal  et  naturel  »  (à  âge,   genre,  situation  d’emploi  des  parents,  structure  familiale  et  pratique  religieuse  égaux).  (Tableau  10)   Le   tabou   entourant   cette   pratique,   qui   persiste   chez   certains   jeunes,   comme   nous   avons   pu   le   voir   précédemment,   est   également   remis   en   question   très   largement   chez   les   adolescents   utilisant   internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  (Tableau  11).     Ces   analyses   montrent   également     que   les   jeunes   souvent   exposés   à   des   images   pornographiques   sont   beaucoup   moins   susceptibles   d’affirmer   qu’une   fille   qui   a   des   rapports   sexuels   avec   plusieurs   partenaires  n’est  pas  respectable,  tous  autres  paramètres  étant  égaux  par  ailleurs.           53    


Tableau 10  :   Influence   de   la   pornographie   sur   deux   conceptions   de   la   vie   affective   et   sexuelle   :   analyses   multivariées  de  régression  logistique      

n (%)*  

Considérer que  la  masturbation  est  quelque  chose  de  «  normal  et  naturel  »  (N=124)   A  déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques              Rarement  ou  jamais   34  (31.19)            Souvent   17  (73.91)    

OR (IC  à  95%)  

LR-­‐test

1.00 4.42  (1.35-­‐14.50)  

0.01  

Affirmer qu’une  fille  qui  a  des  rapports  sexuels  avec  plusieurs  partenaires  n’est  pas  respectable  (N=117)                                                                                                                         A  déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques                       147  (82.12)            Rarement  ou  jamais   1.00   19  (57.78)            Souvent   0.10  (0.03-­‐0.39)   0.00   Modèles   ajustés   pour   l’âge,   le   genre,   la   situation   d’emploi   des   parents,   la   structure   familiale   et   la   pratique   religieuse.   *Nombre  et  proportion  d’individus  affirmant  chaque  représentation,  par  fréquence  de  visionnage  de  pornographie    

Enfin, l’opposition   à   l’homosexualité   est   beaucoup   moins   marquée   parmi   les   garçons   utilisant   internet   comme   source   d’information   sur   la   sexualité   comparés   aux   autres   (Tableau   11).   Cette   différence  n’est  pas  présente  chez  les  filles.      

Tableau 11  :  Influence  de  l’utilisation  d’Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  sur  deux  affirmations  sur  la   vie  affective  et  sexuelle  :  analyses  multivariées  de  régression  logistique    

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

P

Affirmer que  voir  deux  personnes  du  même  sexe  qui  s’embrassent  ou  se  tiennent  la  main  est  «  dégoûtant  »   Filles  (N=68)   A  déjà  choisi  internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité                  Non   16  (17.20)   1.00            Oui   0.50   5  (16.67)   1.68  (0.37-­‐7.62)    

Garçons (N=52)   A  déjà  choisi  internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité              Non            Oui    

19 (39.58)   9  (22.50)  

1.00 0.26  (0.07-­‐0.95)  

0.04  

Considérer que  la  masturbation  est  quelque  chose  de  «  normal  et  naturel  »  (N=121)                                                                                                          LR-­‐test   A  déjà  choisi  internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité              Non   12  (20.00)   1.00            Oui   7  (53.85)   8.59  (3.01-­‐24.47)   0.00    

Modèles ajustés   pour   l’âge,   le   genre,   la   situation   d’emploi   des   parents,   la   structure   familiale   et   la   pratique     religieuse.   *Nombre  et  proportion  d’individus  soutenant  chacune  de  ces  affirmations,  par  catégorie  d’usage  d’Internet  

Au-­‐delà des   cadres   sociaux,   familiaux   et   religieux   dans   lesquels   les   jeunes   évoluent   et   qui   bien   souvent  leur  transmettent  des  valeurs  assez  traditionnelles  sur  la  vie  affective  et  sexuelle,  le  monde   de  la  sexualité  qu’ils  découvrent  à  travers  l’usage  d’Internet  et  la  pornographie  les  amène  parfois  à   nuancer  voire  remettre  en  question  certaines  de  leurs  représentations.     Etant   données   les   différentes   conceptions   et   valeurs   auxquelles   les   adolescents   sont   exposés   à   travers   des   sources   d’informations   diverses,   il   est   important   d’examiner   comment   ces   jeunes   se   positionnent  personnellement  et  comment  cela  se  reflète  dans  leurs  pratiques.      

54  


C. Entre  valeurs  familiales  et  informations  alternatives,  les  jeunes  cherchent  à  s’affirmer  et   adoptent  des  pratiques  finalement  assez  classiques     a.  Une  majorité  de  jeunes  cherche  à  affirmer  leur  autonomie  dans  la  vie  affective  et  sexuelle    

Une priorité  donnée  aux  sentiments  sur  l’avis  parental     Si   les   parents   expriment   leurs   opinions   et   tentent   de   transmettre   leurs   valeurs   en   matière   de   vie   affective  et  sexuelle  à  leurs  enfants,  ces  derniers  se  positionnent  de  manière  différente  par  rapport  à   ces   normes.   En   effet,   une   part   réduite   des   adolescents   de   notre   échantillon   donne   à   l’avis   de   leur   parent  un  poids  considérable  et  se  dit  éventuellement  prête  à  rompre  face  à  l’opposition  des  parents   à   leur   relation   avec   leur   petit(e)   ami(e).   Ils   sont   cependant   une   nette   majorité   (65%   dans   les   entretiens)   à   exprimer   clairement   une   prise   de   distance   par   rapport   à   l’avis   de   leur   parent   dans   ce   domaine.   Beaucoup   considèrent   en   effet   que   leurs   relations   affectives   relèvent   de   leur   vie   privée.   L’avis   des   parents   apparaît   dès   lors   secondaire,   face   au   couple   et   aux   sentiments   qu’ils   peuvent   éprouver  pour  leur  partenaire.  Par  exemple,  dans  l’entretien  n°10,  la  jeune  fille  nous  explique  qu’elle   ne  romprait  pas  avec  son  copain  si  ses  parents  s’opposaient  à  leur  relation  :  «  Non  parce  que…si  je   l’aime   je   ne   vais   pas…je   ne   vais   pas   rompre   avec   lui   juste   pour   ça.   Ben,   ils   vont   apprendre   à   l’accepter.  »   Cette   jeune   fille,   comme   d’autres   adolescents   interrogés,   valorise   le   sentiment   amoureux  au  plus  haut  point.  Elle  pense  que  face  à  ce  sentiment,  les  parents  n’ont  qu’à  s’adapter.   Dans  l’entretien  n°2,  le  jeune  homme,  qui  au-­‐delà  de  cela  est  très  proche  de  ses  parents,  développe   le  même  type  d’argument,  en  mettant  ses  sentiments  au  centre  :      

I :   Donc   tu   as   envie   que   tes   parents   la   connaisse   [sa   copine],   et   euh…et   par   exemple   s’ils   ne   l’apprécient  pas,  est-­‐ce  que  c’est…est-­‐ce  que  c’est  grave  pour  toi  ?   R  :  Ben  non,  après  c’est  leur  opinion  à  eux.     I  :  Ouais,  ok.  Et  donc  toi…   R  :  Si  je  l’aime  je  reste  avec  elle.  […]…Si  mes  parents  ils  ne  l’aiment  pas  ils  sont  pas…c’est…c’est  pas  eux   mon  cœur.    

On perçoit  dans  ces  discours,  toute  l’importance  que  revêtent  le  sentiment  amoureux  et  les  relations   amoureuses   aux   yeux   des   jeunes   interrogés.   L’engagement   et   le   sérieux   des   jeunes   par   rapport   à   leurs   relations   affectives   est   également   perceptible   dans   la   durée   de   leurs   relations.   En   effet,   sur   l’ensemble   des   jeunes   interrogés   lors   des   entretiens,   84,6%   d’entre   eux   a   déjà   eu   un(e)   petit(e)   ami(e)   (contre   69,9%   dans   les   questionnaires).   En   moyenne,   ces   relations   ont   duré   ou   durent   encore   9  mois.  On  constate  donc  que,  malgré  leur  jeune  âge,  ces  adolescents  s’engagent  dans  des  relations   plutôt  sérieuses.  En  matière  de  relations  affectives,  les  adolescents  interrogés  cherchent  donc  le  plus   souvent   à   prendre   leurs   propres   décisions   quitte   à   s’opposer   à   l’avis   de   leurs   parents.   Ils   semblent   avoir   à   cœur   de   faire   leurs   propres   expériences   pour   se   forger   leur   propre   opinion,   sans   que   cela   55    


n’apparaisse comme  une  volonté  délibérée  de  s’opposer,  propre  à  l’adolescence.  Pour  plus  de  détails   concernant  les  réponses  des  jeunes  en  lien  avec  les  sentiments,  veuillez  vous  référer  à  l’ANNEXE  I  d.   Dans   l’entretien   n°10,   la   jeune   fille   exprime   son   désaccord   avec   la   vision   de   ses   parents,   et   son   envie   de  faire  ses  propres  expériences  :    

R :  Parce  que….ils  trouvent  que  je  suis  trop  jeune.     I  :  Ouais  ?  Même  pour  euh…juste  sortir  avec  un  garçon  ?     R  :  Oui.     I  :  Ok.  Et  toi  tu  en  penses  quoi  de  ça  ?     R  :  Ben…je  pense  que…ben…que  je  peux  quand  même  essayer  pour  voir  si  ça  marche  et…   I  :  Ouais  ?     R  :  …et  …ça  ne  me  dérange  pas.     I  :  Ouais.  Donc  tu  n’es  pas  trop  d’accord  avec  eux  la  dessus  ?     R  :  Non.    

L’attitude   des   jeunes   par   rapport   à   leur   sexualité   est   similaire  :   il   s’agit   avant   tout   d’un   choix   personnel,  comme  le  montre  la  jeune  fille  de  l’entretien  n°10  :      

R :   Ben,   ils   [ses   parents]   seront   peut-­‐être   choqués   parce   qu’ils   pensent   que   je   suis   trop   jeune,   et   que…ma  mère  elle  me  dit  que…à  18  ans  je  pourrai  avoir  un  copain,  mais  que  maintenant…   I  :  Ouais,  même  avoir  un  copain…euh…c’est  pas  pour…enfin,  dans  sa  tête  c’est  pas  pour  tout  de  suite,   donc  euh,  un  rapport  sexuel  ça  la  choquerait  quoi.     R  :  Oui.     I  :  Ok.  Et  toi  t’en  penses  quoi  de  ça  ?     R  :  Ben  je  pense  que,  si  entre  nous  c’est  sérieux,  et  que  l’on  s’aime  vraiment,  et  ben…ben  oui.     I  :  Ben  oui,  on  peut…  ?     R  :  Oui.  

Autonomie par  rapport  aux  amis  et  place  centrale  du  couple   De   même,   80%   des   adolescents   enquêtés   expriment   une   prise   de   distance   ferme   par   rapport   à   l’opinion  de  leurs  amis  sur  leur  vie  affective  et  sexuelle.  Le  jeune  homme  de  l’entretien  n°1  exprime   sans   détour   cette   prise   de   distance.   Dans   l’entretien   n°10,   la   jeune   fille   exprime   cette   prise   de   position  :     I  :  Et  ce  que  tes  amis  pensent  de  ton  copain,  c’est  important  pour  toi  ?     R  :  Non  !   I  :  Non  ?     R  :  Non.     I  :  Pas  du  tout  ?     R  :  Non,  pas  du  tout.     I  :  Enfin,  tu  dirais  que  ça  influence  pas  du  tout  tes  choix,  leur  avis  ?     R  :  Ben  non,  hein,  ben  c’est  moi  qui  le  connais  en  même  temps.     I  :  Ouais.  Donc  s’ils  ne  l’aiment  pas,  tu  t’en  fiches  ?     R  :  Oui,  je  m’en  fiche.  

56  


Enfin, c’est   un   jeune   homme   tout   aussi   indépendant   de   l’avis   de   ses   amis   qui   s’exprime   dans   l’entretien  n°9  :        

I :   Et   ce   que   tes   amis   pensent   sur   tes   relations   amoureuses,   enfin,   sur   par   exemple   ton   ancienne   copine,  c’est  important  pour  toi  ?     R  :   Ben,   qu’ils   apprennent   à   bien   se   connaître,   oui,   mais   après   ils   n’ont   pas   leur   rôle   à   jouer   dans   la   relation,  […],  donc  euh…non,  pas  trop.     I  :  Ouais.  S’ils  disent  qu’ils  la  trouvent  euh…pas  sympa,  ou…ça  t’importe  ?     […]  R  :  Ce  n’est  pas  à  moi  de  faire  quelque  chose,  c’est  à  eux  de  s’habituer.  

On  voit  donc,  à  travers  le  positionnement  des  jeunes  par  rapport  à  l’opinion  de  leurs  parents  et  de   leurs  amis  sur  leur  vie  affective  et  sexuelle,  une  volonté  réelle  d’être  indépendant   et  de  se  construire   une   opinion   propre   sur   le   sujet   à   partir   de   leur   expérience   personnelle.   Les   jeunes   filles,   plus   particulièrement,   cherchent   à   éviter   le   contrôle   qui   s’exerce   sur   elles   et   que   beaucoup   trouvent   injuste.      

La revendication  d’égalité  par  les  jeunes  filles       On   constate   en   effet   que   si   un   certain   nombre   de   jeunes   filles   ont   intériorisé   le   contrôle   social   s’exerçant   sur   elles   et   sur   leur   sexualité   (comme   vu   précédemment   dans   la   partie   B.   b.),   elles   sont   nombreuses   à   le   dénoncer   et   à   revendiquer   davantage   d’égalité   avec   les   garçons.   Lorsqu’on   lui   demande   son   avis   sur   la   différence   de   permissivité   faite   entre   filles   et   garçons   dans   leur  vie   affective   et   sexuelle,   la   jeune   fille   interrogée   dans   le   13ème   entretien   nous   confie  :   «  Je   pense   que   c’est   du   n’importe   quoi,   parce   que…une   fille   aussi   ça   sort   avec   des   garçons,   un   gars   aussi   ça   sort   avec   des   filles  ».  Dans  l’entretien  n°11,  la  jeune  fille  dénonce  cette  inégalité  de  traitement  entre  jeunes  filles   et  garçons  par  rapport  à  leur  sexualité  :      

R :  […]  En  fait  ils  se  sentent  supérieur  à  nous,  en  fait.     I  :  Ah  bon  ?  Ah  ouais  ?  Toi  t’en  penses  quoi  de…de  ça  ?     R  :  C’est  ridicule.     I  :  Ah  ouais  ?  Qu’est-­‐ce  qui  est  ridicule  du  coup  ?     R  :  Il  n’y  a  pas  d’égalité  si  c’est  comme  ça  !  Parce  que  les  filles,  peut-­‐être  qu’elles  se  sont  fait  violer,  et   que…ce  n’est  pas  forcément  de  leur  faute…   I  :  Ouais.     R  :  …et  que  les  garçons…pourquoi  on  ne  se  moquerait  pas  d’eux  ?     I  :  Ouais,  ok.    Et,  euh…t’es  la  seule  à  penser,  comme  ça,  que  c’est  ridicule,  ou…  ?   R  :  Ah  non,  il  y  a  toutes  les  filles,  ici,  pratiquement.       I  :  Ok.  C’est  un  peu  injuste,  quoi  ?   R  :  Oui.    

Dans   cet   extrait,   la   jeune   fille   met   en   exergue   tout   en   le   dénonçant   le   sentiment   de   culpabilité   entourant  la  sexualité  des  jeunes  filles.  Il  semble  qu’un  changement  dans  les  mentalités  par  rapport  à   57    


l’égalité filles-­‐garçons  s’opère  progressivement,  car  les  jeunes  filles  conçoivent  cette  inégalité  comme   étant  injuste.  C’est  également  ce  que  les  chercheurs  H.  Kebabza  et  D.  Welzer-­‐Lang   mettent   en   avant   dans   leur   étude   «   Jeunes   filles   et   garçons   des   quartiers   »,   Une   approche   des   injonctions   de   genre,   lorsqu’ils   écrivent  :   «  Dans   le   discours   des   femmes   les   plus   âgées   de   l’échantillon,   on   entrevoit   l’égalité  comme  un  but  à  atteindre.  Les  jeunes  femmes  en  revanche  […]  considèrent  l’égalité  comme   allant  de  soi,  comme  un  droit  »  (KEBABZA  H.,  WELZER-­‐LANG  D.  (dir.),  2003).       Au-­‐delà   des   cadres   familiaux,   sociaux   et   religieux   dans   lesquels   ils   évoluent,   les   adolescents   interrogés   valorisent   avant   tout   leur   propre   expérience   dans   ce   domaine,   sans   hésiter   à   s’opposer   aux   limites   posées   par   leur   entourage.   La   vie   affective   et   sexuelle   apparaît   comme   un   domaine   d’expérimentation  et  d’affirmation  personnelle.  Les  jeunes  montrent  en  outre  qu’ils  sont  capables  de   prendre   une   certaine   distance   par   rapport   aux   contenus   d’Internet   et   de   la   pornographie,   démontrant  une  fois  encore  une  réelle  indépendance  d’esprit.            

b. L’influence  de  la  pornographie  sur  les  représentations  reste  limitée  

Une prise  de  distance  par  rapport  à  la  pornographie  et  au  contenu  trouvé  sur  Internet   Tout  d’abord,  certains  adolescents  font  preuve  d’une  prise  de  distance  réelle  par  rapport  au  contenu   trouvé  en  ligne,  certainement  liée  à  une  habitude  d’utilisation  et  à  une  culture  poussée  d’Internet.   On  retrouve  cette  vigilance  d’abord  dans  l’entretien  n°5  lorsque  le  jeune  homme  dit,  en  parlant  des   réponses   trouvées   sur   Internet  :   «  Ils   disent   tout   et   n’importe   quoi   parfois   hein,   donc   je   ne   les   crois   pas   trop  ».   Pour   s’assurer   de   la   fiabilité   des   informations   trouvées,   l’un   d’eux   privilégie   les   sites   spécialisés  et  évite  les  forums  (entretien  n°9)  :      

I :  Et  des  forums,  des  trucs  comme  ça,  ça  t’arrive  ?     R  :  Non,  ça  ne  m’intéresse  pas  les  forums.     I  :  Pourquoi  ?     R  :  Il  y  a  trop  de  fausses  rumeurs,  de  fausses  explications,  et  tout  ça…je  cherche  des  sites  plutôt   spécialisés  dans  ça  et  je  regarde.       I  :  Ouais,  ok.  Donc  plutôt  des  sites  spécialisés,  des  sites  scientifiques.     R  :  Voilà.     I  :  Ok.  Et  euh…donc  les  réponses  que  tu  as  trouvées,  enfin,  sur  internet,  ça  correspond  à  ce  que  tu   voulais  savoir  ?     R  :  Pas  tout  le  temps.     I  :  Ouais  ?     R  :  C’est  souvent  des  faux  trucs  qu’ils  disent,  donc  il  faut  faire  très  attention.     I  :  Ah  ouais  ?     R  :  On  ne  trouve  pas  toutes  les  réponses.    

58    


Les jeunes  semblent  avoir  besoin  d’être  convaincus  par  les  réponses  trouvées  sur  Internet  avant  de   leur   accorder   du   crédit.   Pour   garantir   la   véracité   des   informations   obtenues,   celles-­‐ci   doivent   répondre  à  certains  critères.  D’abord  dans  l’entretien  n°7,  le  jeune  homme  explique  :  «  Ben,  je  ne  vais   pas  aller  dans  un  site  et  après  récupérer  une  réponse…Si  je  vois  que  la  réponse  elle  y  est  plusieurs  fois,   ben  alors  ça  veut  dire  que  c’est  vrai.».  La  jeune  fille  de  l’entretien  n°10,  considère  quant  à  elle  que  les   informations  trouvées  sur  les  forums  sont  vraies,  quand  «  Les  gens  […]  argumentent  ».           En   outre,   comme   nous   l’avons   vu   plus   haut   (Partie   B.   c.),   les   adolescents   sont   souvent   confrontés,   notamment   à   travers   Internet   et   la   pornographie,   à   une   vision   de   la   sexualité   très   éloignée   des   normes   véhiculées   par   les   cadres   social,   familial   et   religieux   dans   lesquels   ils   évoluent.   Si   cette   confrontation  peut  avoir  une  certaine  influence  sur  leur  perception  de  la  vie  affective  et  sexuelle,  ils   sont  néanmoins  nombreux  à  faire  la  part  des  choses  entre  ce  qu’ils  y  voient  et  la  réalité.  Au  cours  des   entretiens,  en  effet,  plus  de  la  moitié  des  interrogés  expriment  clairement  cette  prise  de  distance.  Le   premier  garçon  interrogé  nous  confie  sa  vision  des  choses  :        

I :  Et  euh…est-­‐ce  que  tu  penses  que…ça  reflète  la  sexualité  que  tu  pourrais  avoir  ?     R  :  Non.     I  :  Non  ?  Pourquoi  du  coup…  ?     R  :  Parce  que  ça  c’est…c’est  que  commercial.     I  :  C’est  commercial,  ça  veut  dire  quoi  c’est  commercial  ?     R  :  Ben  euh…c’est  des  trucs  à  vendre…je  ne  sais  pas…   I  :  Ouais.     R  :  Je  ne  sais  pas,  pour  moi  ce  n’est  pas  la  réalité.     I  :  Ah  ouais  ?     R  :  Ouais.     I  :  C’est  euh…en  quoi  c’est  différent  ?     R   :   Mmm…franchement   je   ne   sais   même   pas.   Ca   se   voit   que   ce   n’est   pas   la   réalité,   je   ne   sais   pas   comment  vous  expliquer,  mais…   […]  R  :  Je  sais  pas,  en  même  temps  c’est  des  films.     […]  R  :  Ils  font  ça  pour…ils  font  pas  ça  pour  le  plaisir  quoi,  ils  font  ça  juste  euh…histoire  de  se  faire  de   l’argent  après  c’est…  

Le   fait   que   les   films   pornographiques   mettent   en   scène   des   acteurs,   qui   sont   payés   pour   avoir   un   rapport   sexuel   sans   forcément   se   connaître   sont   les   arguments   retenus   en   priorité   par   les   jeunes   pour  affirmer  que  la  pornographie  n’est  pas  un  reflet  de  la  sexualité  réelle.       Dans  son  article  sur  l’adolescence  et  la  pornographie,  H.  Jacquemin  Le  Vern  reprend  la  thèse  de  P.   Bouchard,   en   expliquant   que   lorsqu’il   voit   des   images   pornographiques,   «  L’enfant   va   s’interroger   en   voyant  ces  images,  et  interroger  les  adultes  de  référence.  C’est  l’absence  ou  le  refus  de  dialogue  qui   59    


peuvent être  traumatisants  »  (JACQUEMIN  LE  VERN  H.,  2004).  Le  rôle  des  adultes  dans  la  désacralisation   de   l’image   pornographique   est   également   mis   en   exergue   par   l’expérience   d’une   jeune   fille   interviewée   (entretien   n°4).   «  Ben   au   début   je   me   disais   que   je   pensais   pas   que   c’était   comme   ça   d’avoir   un   rapport,   j’étais   surprise.   Et   après   j’ai   demandé   à   mon   frère,   et   il   m’a   expliqué   qu’en   fait   c’est  pas  comme  ça,  qu’en  fait  ils…ils  simulent  dans  les  films.  »    

L’intervention de   son   frère,   plus   âgé,   a   permis   à   cette   jeune   fille   de   faire   la   part   des   choses   entre   réalité   et   fiction.   Les   adultes   ont   donc   un   rôle   important   à   jouer   dans   ce   domaine,   qui   peut   cependant  s’avérer  difficile  lorsque  le  sujet  de  la  sexualité  n’est  pas  du  tout  abordé.              

Une influence  limitée  de  la  pornographie  sur  les  représentations  étudiées   Enfin,   force   est   de   constater   que   l’influence   de   la   pornographie   sur   les   représentations   des   jeunes   interrogés  reste  limitée.  En  effet,  sur  un  ensemble  de  13  représentations  étudiées,  notre  analyse  a   mis   à   jour   une   influence   significative   du   fait   de   regarder   souvent   des   images   pornographiques   sur   «  seulement  »  trois  d’entre  elles  (deux  d’entre  elles  étant  par  ailleurs  très  liées,  seules  deux  ont  été   présentées   dans   le   Tableau   9).   En   outre,   lorsque   nous   avons   étudié   ces   représentations   en   comparant  les  jeunes  déclarant  n’avoir  jamais  vu  d’images  pornographiques  aux  jeunes  en  ayant  déjà   vu,   aucune   influence   n’a   été   révélée.   Il   semblerait   donc   que   le   fait   d’être   confronté   très   ponctuellement   à   de   telles   images   n’aie   pas   d’impact   réel   sur   les   représentations   des   jeunes   en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle.   Cette   influence   limitée   s’explique   sans   doute   par   le   fait   que   la   plupart  des  adolescents  interrogés  soient  en  mesure  de  faire  la  part  entre  fiction  et  réalité.     Pour  finir,  si  l’étude  des  représentations  des  jeunes  est  essentielle  pour  comprendre  leur  vie  affective   et  sexuelle  ainsi  que  le  rôle  de  différents  facteurs  d’influence,  les  pratiques  doivent  elles  aussi  être   examinées.   En   effet,   au-­‐delà   du   discours   tenu   par   les   adolescents,   leurs   pratiques   reflètent   les   décisions  et  leurs  choix  face  à  ces  influences  diverses.         c.  La  sexualité  des  jeunes  interrogés  reste  marginale    

Avant 17  ans,  peu  de  jeunes  interrogés  ont  déjà  eu  un  rapport  sexuel   Malgré   la   différence   significative   existante   entre   les   filles   et   les   garçons   interrogés   en   matière   d’entrée  dans  la  sexualité  (Tableau  7,  Partie  A.  c.),  globalement  les  jeunes  interrogés  déclarant  avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   sont   très   peu   nombreux.   En   effet,   sur   l’ensemble   des   répondants   au   questionnaire,   ils   sont   29   (13,8%)   à   avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   (pour   plus   de   détails   sur   les   pratiques,  voir  ANNEXE  I  k).  De  manière  très  similaire,  ils  sont  14%  (2/14)  au  sein  des   enquêtés.  En   moyenne,  parmi  les  répondants  au  questionnaire  ayant  déjà  eu  un  rapport  sexuel,  l’âge  du  premier   60    


rapport est   de   13,4   ans.   Globalement,   il   est   donc   possible   d’affirmer   que   les   jeunes   interrogés   se   retrouvent  dans  la  citation  de  Y.  Amsellem-­‐Mainguy  :  «  En  fait,  le  premier  rapport,  l’histoire  d’amour,   reste   la   grande   aventure   de   l’adolescence.   Elle   est   toujours,   en   moyenne,   à   17   ans   et   demi»   (Y.   AMSELLEM-­‐MAINGUY,  in     JOIGNOT  F.,  2012).  En  effet,  en  France,  l’âge  moyen  du  premier  rapport  sexuel   est   actuellement   de   17,6   pour   les   filles   et   de   17,2   pour   les   garçons   (ANRS,   INSERM,   INED,   2007).   Si   les   jeunes  de  la  classe  d’âge  étudiée  restent  peu  nombreux  à  avoir  déjà  eu  un  rapport  sexuel,  ceux  qui   en   ont   déjà   eu   un   n’ont   pas   tous   vécu   leur   entrée   dans   la   sexualité   de   manière   positive.   En   effet,   parmi  les  répondants,  26,9%  expliquent  qu’ils  ne  se  sentaient  pas  prêts  lors  de  leur  premier  rapport   et  13,8%  qu’ils  se  sont  sentis  forcés.  Ils  sont  32,1%  à  avoir  déjà  ressenti  de  la  culpabilité  suite  à  un   rapport   ou   à   une   pratique   sexuelle.   Il   est   intéressant   d’examiner   leur   compréhension   et   prise   en   compte  des  risques  liés  à  la  sexualité  par  ces  adolescents.        

Des risques  liés  à  la  sexualité  inégalement  intégrés   Si  les  pratiques  sexuelles  concernent  une  minorité  de  jeunes  de  notre  échantillon,  il  est  cependant   important  de  noter  que  parmi  les  jeunes  ayant  déjà  eu  un  rapport  sexuel,  seuls  53.6%  déclarent  avoir   utilisé   un   préservatif   lors   de   leur   premier   rapport   sexuel.   Cette   proportion   est   bien   moindre   comparée  aux  90%  dont  parle  Y.  Amsellem-­‐Mainguy  lorsqu’elle  explique  :  «  Les  adultes  ne  devraient   pas   tant   s’alarmer.   Les   jeunes   se   protègent   à   90%   quand   ils   rencontrent   quelqu’un  »   (Y.   AMSELLEM-­‐ MAINGUY,  in    JOIGNOT  F.,  2012).        De   plus,   si   29,2%   d’entre   eux   expliquent   avoir   parlé   de   contraception   avec   leur   partenaire   avant   d’avoir   un   rapport,   ils   sont   seulement   4,0%   à   avoir   parlé   d’infections   sexuellement   transmissible   (IST),   ce   qui   confirme   que   les   jeunes   sont   avant   tout   préoccupés   par   le   risque   de   grossesse.   Ce   déséquilibre  pourrait  également  s’expliquer  par  une  certaine  méconnaissance  des  autres  risques  liés   à  la  sexualité.  Les  questions  posées  aux  jeunes  sur  ce  point  montrent  que  le  risque  de  grossesse  lors   du  premier  rapport  sexuel  est  bien  compris  par  87,4%  des  adolescents  interrogés.  Si  70,9%  d’entre   eux   connaissent   le   risque   d’IST   lors   d’un   rapport   sexuel   vaginal,   les   risques   liés   aux   pratiques   plus   taboues,  telles  que  les  rapports  oral  et  anal  sont  beaucoup  moins  connus.  En  effet,  seuls  36,3%  des   jeunes  pensent  qu’il  existe  un  risque  d’être  contaminé  par  une  IST  lors  d’un  rapport  sexuel  anal,  et   38,1%   à   connaître   ce   risque   dans   le   cas   d’un   rapport   oral.   Enfin,   s’ils   sont   30,8%   à   déclarer   avoir   déjà   utilisé   la   contraception   d’urgence   une   ou   plusieurs   fois,   aucun   d’entre   eux   ne   parle   d’un   recours   à   l’interruption  volontaire  de  grossesse.       61    


Une initiation   sexuelle   surtout   influencée   par   le   genre,   l’âge,   la   structure   familiale   et   la   fréquence  des  sorties   En  outre,  en  évaluant  l’influence  potentielle  de  la  pratique  religieuse  et  du  fait  de  s’informer  sur  la   sexualité  par  internet  sur  les  rapports  sexuels,  on  constate  que  ni  l’une  ni  l’autre  de  ces  variables  ne   change   de   manière   significative   la   chance   des   adolescents   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel.   Un   modèle  similaire  intégrant  le  visionnage  d’images  pornographiques  donne  les  mêmes  résultats  non   significatifs.   Si   ces   deux   facteurs   peuvent   façonner   dans   une   certaine   mesure   les   représentations   des   jeunes  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle,  il  ne  semble  donc  pas  en  être  de  même  concernant  les   pratiques.           Enfin,   une   analyse   complémentaire   nous   permet   d’identifier,   au   sein   de   notre   échantillon,   les   facteurs   influençant   significativement   l’initiation   sexuelle   des   jeunes.   On   retrouve,   comme   vu   précédemment,   l’importance   du   genre   des   jeunes,   mais   également   celle   de   l’âge.   On   constate   en   effet  que  la  fréquence  des  rapports  parmi  les  jeunes  augmente  nettement  entre  14  et  15  ans  et  entre   15  et  16  ans  (à  situation  d’emploi  des  parents  et  pratique  religieuse  égales).  De  plus,  le  fait  que  les   jeunes   interrogés   sortent   fréquemment   (tous   les   jours   ou   presque)   augmenterait   leur   chance   (ou   risque)  d’avoir  déjà  eu  un  rapport  sexuel  de  4,61  comparé  aux  adolescents  ne  sortant  que  rarement   ou   jamais   (après   ajustement).   Le   Tableau   12   présente   les   résultats   détaillés   de   cette   analyse   multivariée.   Un   modèle   similaire   intégrant   un   score   de   consommation   résumant   la   consommation   d’alcool,  de  tabac,  de  shisha  et  de  cannabis  n’a  pas  donné  de  résultat  significatif.          

Tableau 12  :   Influence   de   l’âge,   du   genre   et   de   la   structure   familiale   sur   le   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel  :  analyses  multivariées  de  régression  logistique  (n=119)    

Age            14            15            16   Genre            Fille            Garçon   Structure  familiale            Vit  avec  ses  deux  parents            Autre   Fréquence  des  sorties            Rarement  ou  jamais            Tous  les  jours  ou  presque  

n (%)*  

OR (IC  à  95%)  

p

8 (7.08)   14  (17.95)   7  (38.89)   7  (5.69)   22  (25.29)  

1.00 4.82  (1.22-­‐19.07)   7.05  (1.11-­‐44.71)     1.00   17.96  (3.44-­‐93.77)  

17 (11.04)   12  (21.43)  

1.00 8.15  (1.96-­‐33.85)  

0.00

14 (9.21)   15  (27.78)  

1.00 4.61  (1.06-­‐19.98)  

0.04

0.02 0.04  

0.00

Modèles ajustés  pour  la  situation  d’emploi  des  parents  et  la  pratique  religieuse.  *Nombre  et  proportion  d’individus  ayant   déjà  eu  un  rapport  sexuel  dans  chaque  catégorie.  LR-­‐test  de  comparaison  (vs  modèle  précédent):  p  =  0.04  

62  


Le rôle   des   facteurs   présentés   dans   le   Tableau   12   sur   l’initiation   à   la   sexualité   a   déjà   été   mis   en   exergue   par   plusieurs   études   et   en   particulier   par   E.   Godeau   et   al.   (2008).   Malgré   l’ensemble   de   valeurs   et   normes   transmises   aux   adolescents   par   leur   famille   et   leur   cadre   social,   ainsi   que   par   leurs   amis   et   par   les   médias,   il   semble   qu’à   l’âge   où   certains   entrent   dans   la   sexualité,   les   facteurs   déterminants   ces   premières   expériences   soient   plutôt   communs.   Parmi   les   jeunes   de   notre   échantillon,   seule   une   proportion   très   réduire   d’adolescents   ont   déjà   eu   un   rapport   sexuel,   ce   qui   semble  cohérent  avec  la  moyenne  nationale  française.                                                             63    


V. Limites  potentielles  et  intérêts  de  l’étude   Limites  potentielles   Cette   étude   comporte   un   certain   nombre   de   limites   potentielles   qu’il   nous   faut   discuter.   Tout   d’abord,   les   données   obtenues   à   travers   les   deux   méthodes   qualitatives   et   quantitatives   sont   déclaratives,  ce  qui  nécessite  qu’elles  soient  interprétées  avec  précaution.    En  effet,  les  adolescents   interrogés  ont  pu  parfois  répondre  de  manière  inexacte,  volontairement  ou  pas,  en  particulier  du  fait   de  la  sensibilité  du  sujet.  Certaines  questions  ont  pu  apparaître  trop  indiscrètes  pour  certains  jeunes,   et   d’autres   ont   pu   vouloir   occulter   des   pratiques   (telles   que   le   fait   de   regarder   des   images   pornographiques),   notamment   du   fait   du   tabou   les   entourant.   Afin   de   limiter   cette   gêne   et   de   réduire   les   biais   liés   au   caractère   déclaratif   des   réponses,   nous   avons   introduit   dans   le   questionnaire   des   modalités   de   réponses   diverses,   permettant   à   des   points   de   vue   très   divers   de   s’exprimer,   en   évitant  leur  moralisation.  A  titre  d’exemple,  lorsque  les  jeunes  ont  été  interrogés  sur  leur  conception   de  l’homosexualité,  nous  leur  avons  donné  la  possibilité  d’exprimer  leur  rejet,  au  même  titre  que  leur   acceptation.  Afin  de  nous  assurer  que  le  questionnaire,  spécifiquement  créé  pour  notre  étude,  était   adapté,   nous   avons   également   fait   appel   aux   conseils   de   différents   professionnels   (une   sexologue   ainsi  qu’une  personne  en  charge  des  questions  méthodologiques  au  CRIPS).  Pendant  les  entretiens,   nous  avons  cherché  à  créer  une  atmosphère  de  confiance,  et  adopté  une  position  des  plus  neutres.      

La deuxième   limite   de   cette   étude   concerne   la   taille   de   l’échantillon.   Si   nous   avons   pu   obtenir   un   échantillon  total  de  218  personnes,  le  fait  que  certaines  questions  n’aient  pas  été  répondues  dans  un   des   collèges   a   réduit   le   nombre   d’observations   disponibles   pour   réaliser   certaines   analyses   statistiques.  Le  pouvoir  statistique  et  la  précision  de  nos  estimations  ont  pu  s’en  trouver  affectés,  ce   qui  se  reflète  en  partie  dans  la  largeur  des  intervalles  de  confiance  obtenus  et  peut-­‐être  dans  notre   capacité   à   révéler   des   associations   significatives.   Plus   précisément,   la   pratique   religieuse,   qui   constitue   l’une   de   nos   principales   variables   explicatives,   n’a   été   renseignée   par   seulement   133   répondants.   L’intégration   des   données   issues   du   collège   Sonia   Delaunay   pourrait   cependant   augmenter  notre  pouvoir  statistique  et  nous  permettre  de  révéler  d’autres  résultats  intéressants.       Lors   de   sa   conception,   cette   étude   avait   également   pour   objectif   d’évaluer   dans   quelle   mesure   les   jeunes,  du  fait  de  la  prégnance  de  la  norme  de  la  virginité,  adoptent  d’autres  pratiques  sexuelles,  tels   que   les   rapports   anal   et   oral,   afin   de   la   contourner.   Malgré   l’intérêt   que   revêt   cette   question   dans   notre  population,  poser  de  telles  questions  s’est  avéré  très  difficile,  en  particulier  dans  un  contexte   scolaire.   De   plus,   du   fait   de   la   classe   d’âge   étudiée,   les   pratiques   sexuelles   ne   concernent   qu’un   nombre  réduit  de  jeunes  :  leur  étude  quantitative  nécessiterait  un  échantillon  beaucoup  plus  grand.     64    


Concernant la   représentativité   de  l’échantillon   relativement   à   notre   population   source,   nous   n’avons   pas   été   en   mesure   d’obtenir   le   nombre   exact   d’élèves   de   Troisième   vivant   dans   les   quartiers   Flandre   et  Danube-­‐Solidarité.  Si  nous  avons  pu  obtenir  une  estimation  du  nombre  d’élèves  de  Troisième  dans   les  collèges  où  nous  n’avons  pu  nous  rendre  (127  élèves  au  collège  H.  Bergson,  102  à  E.  Varèse  et  112   à   S.   Delaunay),   cependant   les   élèves   de   ces   écoles   ne   viennent   pas   tous   d’un   des   deux   quartiers   étudiés,   et   la   proportion   d’élèves   vivant   dans   ces   quartiers   varie   d’un   collège   à   l’autre.   Malgré   ces   limites,   nous   avons   distribué   les   questionnaires   dans   les   collèges   où   ces   proportions   sont   les   plus   élevées  (ACADÉMIE  DE  PARIS,  service  en  ligne).  Si  nous  ne  pouvons  pas  affirmer  la  représentativité   de  notre  échantillon  comparé  à  l’ensemble  de  notre  population  source,  nous  avons  cependant  été  en   mesure  d’interroger  l’ensemble  des  classes  de  Troisième  des  quatre  collèges  auxquels  nous  avons  eu   accès.      

Du fait  de  leur  absence  en  cours  ce  jour-­‐là,  certains  élèves  n’ont  pas  rempli  le  questionnaire,  ce  qui   peut  potentiellement  présenter  un  biais  de  sélection,  du  fait  des  caractéristiques  communes  que  les   absents   sont   susceptibles   de   partager   (telles   que   les   difficultés   scolaires),   pouvant   être   associées   à   des   pratiques   à   risque,   notamment   en   terme   de   sexualité.   Le   choix   de   faire   passer   les   questionnaires   en   classe   ne   permettait   pas   d’éviter   ce   biais   pendant   la   collecte   des   données.   Dans   une   recherche   future,  il  serait  intéressant  de  récolter  certaines  informations  (telles  que  l’âge  et  le  statut  d’emploi   des  parents,  en  plus  du  genre)  sur  les  absents,  afin  de  réduire  la  potentialité  de  ce  biais  en  utilisant   des  techniques  de  calibrage.      

Intérêts de  l’étude   Au-­‐delà   des   limites   potentielles   de   cette   étude,   il   faut   noter   que   grâce   à   la   coopération   des   établissements  scolaires  nous  avons  réussi  à  accéder  à  une  proportion  élevée  de  la  population  cible.   Malgré   la   sensibilité   du   sujet   de   la   vie   affective   et   sexuelle,   nous   avons   ainsi   pu   recueillir   de   nombreuses  données,  sur  des  sujets  assez  variés.  Cette  étude  nous  a  permis  de  réaliser  un  état  des   lieux  des  représentations  et  des  pratiques  des  jeunes  des  quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité  en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle.   Un   tel   document   devrait   servir   de   base   de   travail   pour   les   prochains  projets  de  prévention  et  d’information  mis  en  place  sur  le  territoire,  ainsi  que  de  base  de   réflexion   pour   les   groupes   de   travail   réunissant   les   acteurs   socio-­‐sanitaires   locaux,   coordonnés   par   l’Atelier  Santé  Ville  du  19ème  arrondissement.       Concernant  la  combinaison  des  méthodes  qualitative  et  quantitative,  les  résultats  obtenus  à  travers   ces  deux  sources  sont  apparus  très  souvent  concordants,  comme  nous  l’avons  vu  dans  la  partie  des   65    


résultats. Les   données   obtenues   à   travers   les   questionnaires   nous   ont   permis   de   mener   des   analyses   statistiques   afin   d’évaluer   l’influence   de   facteurs   spécifiques,   tout   en   prenant   en   compte   les   potentielles  variables  confondantes.  Les  entretiens  qualitatifs,  quant  à  eux,  ont  apporté  des  éléments   de   compréhension   plus   approfondie   des   mécanismes   sous-­‐jacents   et   du   contexte   dans   lequel   les   jeunes   évoluent.   Ils   nous   ont   permis   d’établir   un   contact   direct   avec   certains   jeunes   afin   de   mieux   cerner  leur  réalité,  connaître  leur  école,  leur  quartier,  leurs  amis,  etc.  A  notre  connaissance,  aucune   étude   sur   ce   thème,   s’appuyant   sur   une   méthodologie   mixte,   n’a   été   réalisée   dans   le   contexte   des   territoires  «  Politique  de  la  Ville  ».    

66  


VI. Recommandations  et  conclusions     Cette   étude,   qui   combine   méthodologies   quantitative   et   qualitative,   met   en   lumière   les   représentations   et   pratiques   des   jeunes   habitants   des   quartiers   Flandre   et   Danube-­‐Solidarité   en   matière  de  vie  affective  et  sexuelle.       Au   vu   des   résultats,   il   apparaît   important   que   l’éducation   à   la   sexualité   aborde   les   préoccupations   quotidiennes  des  adolescents,  à  savoir  les  sentiments,  le  rapport  aux  parents,  la  place  des  amis,  etc,   au-­‐delà  des  multiples  méthodes  de  contraception  et  des  risques  liés  à  la  sexualité.     Si  l’on  constate  que  les  risques  associés  au  rapport  vaginal  sont  relativement  bien  connus,  il  semble   essentiel   d’expliquer   davantage   les   risques   associés   à   certaines   pratiques   taboues,   telles   que   les   rapports  oral  et  anal,  qui  restent  largement  méconnus.       Concernant   la   pornographie,   du   fait   de   sa   banalisation,   les   adultes   référents   ont   un   rôle   à   jouer   pour   désacraliser  ces  images  et  aider  les  jeunes  à  faire  la  part  entre  fiction  et  réalité.       Il  semble  également  important  de  rappeler  aux  adolescents  leurs  droits  dans  l’accès  aux  soins  et  la   prévention,  et  encourager  l’identification  des  lieux  ressources  du  territoire.     Enfin,   la   question   de   l’égalité   filles-­‐garçons   reste   un   enjeu   important,   et   doit   traverser   toutes   les   interventions  d’éducation  à  la  sexualité.      

                67    


Bibliographie   ACADEMIE  DE   PARIS  (pour  l’identification  des  collèges),  service  en  ligne  de  la  sectorisation  scolaire,  consulté  le  2   Mars  2012,  <http://www.ac-­‐paris.fr/portail/jcms/p2_72695/portail-­‐application-­‐etablissements>.     ACADEMIE   DE   PARIS,   Site   Internet,   consulté   le   15   Mars   2012,   <http://www.ac-­‐ paris.fr/portail/jcms/p2_72695/portail-­‐application-­‐etablissements>.     ADAMCZYK   A.,   PITT   C.,   2009,   Shaping   attitudes   about   homosexuality:   The   role   of   religion   and   cultural   context,   Social  Science  Research,  vol.  38,  pp.  338-­‐351.     ACSE,  2011,  Enquête  annuelle  de  suivi  des  ateliers  santé  ville,  Enquête  2011,  Rapport  national,  72  p.     AMSELLEM-­‐MAINGUY   Y.,   2006,   Prescrire   et   proscrire   des   conduites,   véhiculer   des   normes   :   les   mères   comme   actrices  privilégiées  de  prévention  en  matière  de  sexualité  et  de  contraception,  Recherches  familiales,  vol.   1,  n°3,  pp.  49-­‐59.     AMSELLEM-­‐MAINGUY   Y.,   2009,   Recours   et   résistances   à   l’utilisation   de   la   contraception   d’urgence,   La   santé   de   l’homme,  vol.  399,  pp.  8-­‐10.     ANDRE  P.,   2005,   Contrat   de   ville   :   rénover   et   simplifier,   Rapport   d’information   fait   au   nom   de   la   commission   des   Affaires  économiques  et  du  Plan  sur  l’avenir  des  contrats  de  ville,  54  p.,  Sénat     ANRS,  INSERM,  INED,  2007,  Premiers  résultats  de  l’enquête  CSF  «  Contexte  de  la  sexualité  en  France  »,  Dossier   de   Presse,   consulté   le   2   Juin   2012,   <http://www.anrs.fr/index.php/anrs/content/download/483/3662/file/DP%2013%20mars%2007%20-­‐ %20Premiers%20résultats%20de%20l/’enquête%20CSF.pdf>.     AUVRAY  L.,  LE   FUR   P.,  2002,  Adolescents  :  état  de  santé  et  recours  aux  soins,  Bulletin  d’information  en  économie   de  la  santé,  n°49.     APOSTOLIDIS  T.,  2000,  Représentations  de  la  vie  affective  et  sexuelle  des  personnes  vivant  avec  un  handicap   mental  et  pratiques  de  prise  en  charge  à  leur  égard,  consulté  le  23  Mai  2012,  <http://www.creai-­‐ picardie.fr/site/animations/pdfs/vais2000/VAIS-­‐2000_Representations_Prise-­‐en-­‐charge.pdf>       APUR,  2010a,  Fiche  Projet  de  territoire,  Quartiers  Flandre,  consulté  le  12  Avril  2012,   <http://www.apur.org/cdrom/CD_CUCS_2010/pdf/menu1_cucs/Quartiers/Flandre/Projet%20de%20territo ire.pdf>.     APUR,  2010b,  Fiche  Projet  de  territoire,  Quartiers  Danube-­‐Solidarité,  consulté  le  12  Avril   2012,<http://www.apur.org/cdrom/CD_CUCS_2010/pdf/menu1_cucs/Quartiers/Danube/Projet%20de%20t erritoire.pdf>.     ARS   ILE-­‐DE-­‐FRANCE,   2011,   Le   projet   régional   de   santé,   La   Santé   en   Ile-­‐de-­‐France,   Plaquette   d’informations,   consulté  le  13  Avril  2012,  <http://www.sante-­‐iledefrance.fr/le-­‐projet-­‐regional-­‐de-­‐sante>.     ARS  ILE-­‐DE-­‐FRANCE,  2012,  Déclinaison  du  schéma  régional  de  prévention  de  l’ARS  d’Ile  de  France,  consulté  le  13   Avril   2012,   <http://www.ars.iledefrance.sante.fr/fileadmin/ILE-­‐DE-­‐ FRANCE/ARS/1_Votre_ARS/3_Nos_Actions/3_PRS/schemas/prevention/schema_prevention_mars2012_ver sion_travail.pdf>.     ème ATELIER   SANTE   VILLE   Paris   19 ,   2010,   Rapport   d’activité   2010,   48   p.,   available   online,   <http://www.apsv.fr/download/rapports-­‐activite/ASV192010.pdf>.    

68  


ème

ATELIER SANTE   VILLE   19 ,  2012,  Comptes-­‐rendu  des  réunions  du  groupe  de  travail  «  Vie  affective  et  sexuelle  »,   document  interne.     ATHEA   N.,   2006,   Parler   de   sexualité   aux   ados,   Une   éducation   à   la   vie   affective   et   sexuelle,   CRIPS,   Eyrolles,   Paris,   311  p.     BELTZER   N.   CAZENAVE   A.,   GREMY   I.,   2008,   Sexualité,   contraception   et   prévention   en   Ile-­‐de-­‐France,   résultats   de   l’enquête   Contexte   de   la   sexualité   en   France   (CSF)   de   2006,   Observatoire   régional   de   santé   d’Ile-­‐de-­‐France,   Paris,  consulté  le  20  Mars  2012,  <  http://www.ors-­‐idf.org/dmdocuments/CSFIDF2008.pdf>.       BORGES  DA  SILVA  G.,  2001,  La  recherche  qualitative  :  un  autre  principe  d’action  et  de  communication,  Qualitative   Research:  Another  Type  of  Action  and  Communication,  Revue  Médicale  de  l’Assurance  Maladie,  vol.  32,  n°   2.     BOZON  M.,  2001,  Les  cadres  sociaux  de  la  sexualité,  Sociétés  contemporaines,  vol.1,  n°  41-­‐42,  pp.  5-­‐9.       BROWN  J.  D.,  2002,  The  Mass  Media  and  American  Adolescents’  Health,  Journal  of  Adolescent  Health,  vol.  31,   pp.153-­‐170.     BRYMAN   A.,   2006,   Integrating   quantitative   and   qualitative   research:   how   is   it   done?,  Qualitative   Research,   SAGE   Publications,  London  vol.  6(1)  97-­‐113  pp.     CALVIN   N.,   1998,   Trois   théories   du   développement,   Deug1Avignon   11,   consulté   le   10   Juin   2012,   <   http://www.staps.univ-­‐avignon.fr/S2/UE2/Psychologie/L1_psycho_Calvin_developpement_Piaget.pdf>     CAMERON   K.A.,   SALAZAR   L.F.,   BERNHARDT   J.M.,   BURGESS-­‐WHITMAN   N.,   WINGOOD   G.M.,   DICLEMENTE   R.J.,   2005,   Adolescents’   experience   with   sex   on   the   web:   results   from   online   focus   groups,  Journal   of   Adolescence,   vol.   28,  pp.535-­‐540.     CENTRE   D’ANALYSE   STRATEGIQUE,   2011,   Comment   améliorer   l’accès   des   jeunes   à   la   contraception  ?   Une   comparaison  internationale,  La  note  d’analyse,  n°226.       CHAUVIN   P.,   PARIZOT   I.   (dir),   2007,   Vulnérabilités   sociales,   santé   et   recours   aux   soins   dans   les   quartiers   défavorisés  franciliens,  Résultats  d’enquêtes  statistiques  conduites  dans  des  quartiers  de  la  politique  de  la   ville,  les  éditions  de  la  DIV,  La-­‐Plaine  Saint-­‐Denis,  129  p.     CIRCULAIRE   N°DGS/SP2/2000/324   relative   au   suivi   des   actions   de   santé   en   faveur   des   personnes   en   situation   précaire,  BO  Santé  n°2000/25  du  8  juillet  2000,  Tome  II,  pp.  297-­‐321     CLAIR  I.,  2005,  Des  «  jeunes  de  banlieux  »  absolument  traditionnels  ?,  Lien  social  et  Politiques,  n°53,  pp.  29-­‐36.     CLAIR  I.,  2007,  La  division  sexuée  de  l’expérience  amoureuse,  Enquête  dans  les  cités  d’habitat  social,  Société  et   représentations,  vol.  24,  pp.145-­‐160.       CLELAND   J.,   INGHAM   R.,   STONE   N.,   2001,   Interroger   les   jeunes   sur   leur   sexualité   et   leur   attitude   vis-­‐à-­‐vis   de   la   procréation,   Instruments   de   base   présentés   à   titre   d'exemple,     consulté   le   Mars   2012,       <http://www.who.int/reproductivehealth/topics/adolescence/sample_core_instruments_fr.pdf>.     CNAF,   2010,   Jeunes   femmes   face   à   la   multiplicité   des   méthodes   contraceptives,   in   Politiques   sociales   et   familiales,  Dossier  «  Fécondité  et  politiques  publiques  »  n°100,  Paris,  pp.  104-­‐109.     CNLE  (Conseil  national  des  politiques  de  lutte  contre  la  pauvreté  et  l’exclusion  sociale),  site  internet,  consulté  le   12  avril  2012  :  http://www.cnle.gouv.fr/Les-­‐Programmes-­‐regionaux-­‐pour-­‐l.html    

69  


CONSEIL SUPERIEUR   DE   L’AUDIOVISUEL,   2004.   Les   effets   de   la   pornographie   chez   les   adolescents,   rapport,   consulté   le   Mai   2012,   <http://www.csa.fr/Etudes-­‐et-­‐publications/Les-­‐dossiers-­‐d-­‐actualite/Les-­‐effets-­‐de-­‐la-­‐ pornographie-­‐chez-­‐les-­‐adolescents/Introduction>.     COUR  DES   COMPTES,  2002,  Rapport  sur  la  politique  de  la  ville,  Direction  des  journaux  officiels,  334  p.,  consulté  le   12   Avril   2012,   <   http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-­‐ publics/024000096/0000.pdf>     CRESWELL   JW.,   KLASSEN   AC.,   PLANO   CLARK   VL.,   SMITH   KC.,   2011,   for   the   Office   of   Behavioral   and   Social   Sciences   Research,   Best   practices   for   mixed   methods   research   in   the   health   sciences,   U.S.   National   Institutes   of   Health,  consulté  le  15  Mai  2012,  <http://obssr.od.nih.gov/mixed_methods_research>.     DEVILLE   J.,   2007,   Jeunes   filles   «   invisibles   »   dans   les   quartiers   populaires,  Espaces   et   sociétés,  vol.  1,  n°  128-­‐129,   pp.  39-­‐53.     DIRECTION  DE  L’INFORMATION  LEGALE  ET  ADMINISTRATIVE,   2006a,   Dossier   sur   la   Politique   de   la   Ville,   consulté   le   15   avril   2012,  <http://www.vie-­‐publique.fr/politiques-­‐publiques/politique-­‐ville/chronologie/>.     DIRECTION  DE  L’INFORMATION  LEGALE  ET  ADMINISTRATIVE,  2006b,  Politique  de  la  Ville  :  les  nouvelles  orientations,  article   en   ligne,   consulté   le   15   avril   2012,   <http://www.vie-­‐publique.fr/actualite/alaune/politique-­‐ville-­‐nouvelles-­‐ orientations.html>.     DOCUMENTATION  FRANÇAISE,  Dossier  sur  la  Politique  de  la  Ville,  mis  à  jour  le  20  octobre  2010,  consulté  le  3  Mars   2012,  <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/politique-­‐ville/index.shtml>.     DÖRING  N.  M.,  2009,  The  Internet’s  impact  on  sexuality:  A  critical  review  of  15  years  of  research,  Computers  in   Human  Behavior,  vol.25,  pp.1089–1101.     DRASS  Ile-­‐de-­‐France,  2008,  Les  interruptions  volontaires  de  grossesse  en  Ile-­‐de-­‐France  en  2006,  Stat’If,  n°26.     FUGIER  P.,  2009,  La  mise  en  œuvre  d’un  protocole  de  recherche  exploratoire  en  sociologie.  Question  de  départ   et   quelques   ficelles   du   métier,   Fiche   technique   Interrogations,   Revue   pluridisciplinaire   en   sciences   de   l’homme  et  de  la  société,  n°8.  Formes,  figures  et  représentations  des  faits  de  déviance  féminins.       GIAMI   A.,   1993,  Le   questionnaire   ACSF:   l'influence   d'une   représentation   épidémiologique   de   la   sexualité,   Population,  vol.  48,  n°5,  pp.  1229-­‐1256.     GODEAU   E.,   VIGNES   C.,   DUCLOS   M.,   NAVARRO   F.,   CAYLA   F.,   GRANDJEAN   H.,   2008,   Facteurs   associés   à   une   initiation   sexuelle  précoce  chez  les  filles  :  données  françaises  de  l’enquête  internationale  Health  Behaviour  in  School-­‐ aged  Children  (HBSC)/OMS,  Gynécologie  obstétrique  &  Fertilité,  vol.  36,  pp.176-­‐182.       GÖRAN   SVEDIN   C.,  ÅKERMAN   I.,  PRIEBE   G.,  2011,  Frequent  users  of  pornography,  A  population  based  epidemiology   study  of  Swedish  male  adolescents,  Journal  of  Adolescence,  vol.  34,  pp.  779-­‐788.     HAYEZ  J.  Y.,  2002,  La  confrontation  des  enfants  et  des  adolescents  à  la  pornographie,  Archives  de  Pédiatrie,  vol.   9,  pp.1183-­‐1188.     HAYEZ   J.-­‐Y.,   2009,   Pratiques   et   intérêts   sexuels   des   jeunes   «   normaux   »   sur   Internet,   Neuropsychiatrie   de   l’enfance  et  de  l’adolescence,  vol.  57,  pp.  231-­‐239.     HBSC,   2008,   La   santé   des   élèves   de   11   à   15   ans   en   France,   Données   françaises   de   l’enquête     internationale   Health  Behaviour  in  School-­‐aged  Children  (HBSC),  Dossier  de  presse.     HCSP  (Haut  Conseil  de  la  Santé  Publique),  2009,  Les  inégalités  sociales  de  santé  :  sortir  de  la  fatalité,  Rapport,   101   p.,   consulté   le   12   Avril   2012,   <   http://www.hcsp.fr/docspdf/avisrapports/hcspr20091112_inegalites.pdf>.  

70  


JACQUEMIN LE   VERN  H.,  2004,  Adolescence  et  pornographie,  Gynécologie  obstétrique  &  Fertilité,  vol.  32,  pp.  416-­‐ 419.     JOIGNOT  F.,  2012,  Le  porno  change-­‐t-­‐il  les  ados  ?,  Le  Monde  Culture  et  Idées,  5  mai  2012.     JOIGNOT   F.,   2012,   Les   ados,   le   porno   et   la   panique   morale   des   parents,   8   mai   2012,   consulté   le   7   Mai   2012,   <http://fredericjoignot.blogspirit.com/archive/2012/05/08/les-­‐ados-­‐le-­‐porno-­‐et-­‐la-­‐panique-­‐morale-­‐des-­‐ parents.html>.     JOUANNO  C.,  2012.  Contre  l’hypersexualisation,  un  nouveau  combat  pour  l’égalité,  Rapport  parlementaire  de  la   Sénatrice   de   Paris,   consulté   le   7   Mai   2012,   161   p.,   <   http://www.social-­‐ sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hypersexualisation2012.pdf>.       KEBABZA   H.,  WELZER-­‐LANG   D.  (dir.),  2003,  Jeunes  filles  et  garçons  des  quartiers,  Une  approche  des  injonctions  de   genre,  Rapport  réalisé  avec  le  soutien  de  la  Délégation  Interministérielle  à  la  Ville,  la  Mission  de  Recherche   Droit  et  Justice,  Ensemble  Contre  le  Sida  /  Sidaction,  108  p.     L’évolution   des   politiques   du   logement,   consulté   le   12   Avril   2012,   <http://www.avdl.fr/doc_pdf/Evolution_politiques_logement.pdf>.     LIPPE   D.,   2007,   Malaise   dans   la   sexualité   à   l'adolescence   ?,   Neuropsychiatrie   de   l’enfance   et   de   l’adolescence,   vol.  55,  pp.  258-­‐263     MAURIN  E.,  2004,  Le  ghetto  français,  Enquête  sur  le  séparatisme  social,  Seuil,  Paris.       MEJEAN   P.,   2007,   Opération   de   rénovation   urbaine,   dossier   disponible   sur   le   site   Internet   du   Ministère   de   l'Écologie,   du   Développement   durable,   des   Transports   et   du   Logement,   consulté   le   16   avril   2012,   <http://www.outils2amenagement.certu.fr/operation-­‐de-­‐renovation-­‐urbaine-­‐r30.html>.     MESCHKE   L.L.,   BARTHOLOMAE   S.,   ZENTALL   R.S.,   2002,   Adolescent   Sexuality   and   Parent-­‐Adolescent   Processes:   Promoting  Healthy  Teen  Choices,  Journal  of  Adolescent  Health,  vol.  31,  pp.  264-­‐279.     MINISTERE   DELEGUE   A   LA   VILLE,   2011,   Qu’est-­‐ce   que   la   politique   de   la   ville  ?,   Consulté   le   5   Juin   2012,   <http://www.ville.gouv.fr/?L-­‐essentiel-­‐de-­‐la-­‐politique-­‐de-­‐la>.     MOISY   M.,   2009,   Les   jeunes,   leur   rapport   à   la   santé   et   leur   état   de   santé,   Synthèse   réalisée   par   la   DREES,   in   L’état  de  santé  de  la  population  en  France  -­‐  Suivi  des  objectifs  annexés  à  la  loi  de  santé  publique,  Rapport   2009-­‐2010,   pp.35-­‐50,   consulté   le   6   Mars   2012,   <   http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Dossiers_2009_2010_les_jeunes_leur_rapport_a_la_sante_et_leur_eta t_de_sante.pdf>.     NEGURA   L.,   2006,   L’analyse   de   contenu   dans   l’étude   des   représentations   sociales,   SociologieS,   Théories   et   recherches.     OBSERVATOIRE  DES  QUARTIERS  PRIORITAIRES,  2010.  La  politique  de  la  ville  à  Paris,  Rapport  2010  ;  108  p.,  consulté  le  25   Février  2012,  <http://www.apur.org/sites/default/files/documents/APPA1272_10.pdf>.     OBSERVATOIRE  REGIONAL  DE  SANTE  d’Ile-­‐de-­‐France,  2007,  Jeunes  en  Ile-­‐de-­‐France  :  activités  physiques,  surpoids  et   conduites  à  risque,  Exploitation  régionale  du  Baromètre  Santé  2005,  224  p.     OCDE,   Eureval   (Centre   Européen   d’Expertise   et   d’Evaluation),   2010,   Test  :   questionnaire   aux   élèves   2010,   Questionnaire  PISA,  consulté  le  25  mars  2012,  <http://www.eureval.fr/IMG/File/FT_Entretien.pdf>.       ONZUS   (Observatoire   national   des   zones   urbaines   sensibles),   2010,   Atlas   régional   des   Contrats   urbains   de   cohésion   sociale,   Région   Ile-­‐de-­‐France,   consulté   le   20   février   2012,   <http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/Atlas_Cucs_2007-­‐2010.pdf>.  

71  


ONZUS (Observatoire   national   des   zones   urbaines   sensibles),   2011,   Rapport   2011,   Les   éditions   du   CIV,   304   p.,   consulté  en  ligne  le  25  février  2012,  <http://publications.onzus.fr/rapport_onzus_2011>.     ORIV   (Observatoire   Régional   de   l’Intégration   et   de   la   Ville),   Alsace,   2009,   La   politique   de   la   ville   en   France  :   fondements,  évolutions  et  enjeux,  27  p.,  Dossier  Ressources  de  l’ORIV.     OSORIO   A.,  LÓPEZ-­‐DEL   BURGO   C.,  CARLOS   S.,  RUIZ-­‐CANELA   M.,  DELGADO   M.,   DE   IRALA   J.,  2012,  First  Sexual  Intercourse   and  Subsequent  Regret  in  Three  Developing  Countries,  Journal  of  Adolescent  Health,  vol.  50,  pp.  271–278.     PATRICK   S.,   2002,   Construction   et   pratiques   de   la   sexualité   des   garçons   d'origine   maghrébine   en   quartier   populaire,  Entretien  avec  Christelle  Hamel,  Mouvements  :  sociétés,  politique,  culture,  n°20,  pp.  57-­‐65.       PAUL   C.,   FITZJOHN   J.,   EBERHART-­‐PHILLIPS   J.,   HERBISON   P.,   DICKSON   N.,   2000,   Sexual   abstinence   at   age   21   in   New   Zealand:  the  importance  of  religion,  Social  Science  &  Medicine,  vol.  51,  pp.  1-­‐10.     PREFET   DE   LA   REGION   ILE-­‐DE-­‐FRANCE,   2007.   Le   Contrat   urbain   de   Cohésion   Sociale   pour   Paris   2007-­‐2009,   146   p.,   consulté   le   10   Avril   2012,   <http://www.ile-­‐de-­‐france.gouv.fr/La-­‐prefecture-­‐et-­‐vous/Collectivites/Politique-­‐ de-­‐la-­‐ville/Contrat-­‐urbain-­‐de-­‐cohesion-­‐sociale-­‐CUCS>.     REVILLARD  A.,  2006-­‐2007,  Aide  mémoire  :  préparer  et  réaliser  un  entretien,  Cours  de  Méthodes  qualitatives  en   sciences  sociales  (L3),  Ecole  Normale  supérieure  de  Cachan.     RICHARD   C.,   2007,   Ateliers   Santé   Ville  :   une   démarche   locale   pour   la   réduction   des   inégalités   sociales   et   territoriales  de  santé,  Collection  Repères.  Les  éditions  de  la  DIV.  La  Plaine-­‐Saint-­‐Denis.  286  p.,  consulté  le  20   Février  2012,  <http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/atelier-­‐sante-­‐ville-­‐reperes_cle25cbf4.pdf>     ROBIN   G.,   MASSART   P.,   LETOMBE   B.,   2007,   La   contraception   des   adolescentes   en   France   en   2007,   Gynécologie   Obstétrique  &  Fertilité,  vol.  35,  pp.  951-­‐967.     ROUSSIAU   N.,   BONARDI   C.,   2001,   Les   représentations   sociales,   état   des   lieux   et   perspectives,   Pierre   Mardaga   éditeur,  Sprimont,  Belgique,  257  p.     SALMON   Y.,   ZDANOWICZ   N.,   2007,   Net,   sex   and   rock’n’roll!   Les   potentialités   d’un   outil   comme   Internet   et   son   influence  sur  la  sexualité  des  adolescents,  Sexologies,  vol  16,  n°1.       SCHOUTEN   B.C.,   VAN   DEN   PUTTE   B.,   PASMANS   M.,   MEEUWESEN   L.,   2007,   Parent-­‐adolescent   communication   about   sexuality:   The   role   of   adolescents’   beliefs,   subjective   norm   and   perceived   behavioral   control,   Patient   Education  and  Counseling,  vol.  66,  pp.  75-­‐83.     SECRETARIAT  D’ETAT  A  LA  POLITIQUE  DE  LA  VILLE,  2009,  Livre  vert  :  Géographie  prioritaire  de  la  politique  de  la  ville  et   contractualisation,  Document  pour  la  concertation,  70  p.,  consulté  le  10  Avril  2012,     <http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/Livre_vert_Geographie_prioritaire_mars_2009_cle0bc34e.pdf>.     SECRETARIAT   GENERAL   DU   SIG,   2009,   Atelier   Santé   Ville,   consulté   le   20   Avril   2012,     <http://sig.ville.gouv.fr/page/37>.     SECRETARIAT  GENERAL  DU  CIV,  2011,  Observatoire  national  des  zones  urbaines  sensibles,  Rapport  2011,  Les  éditions   du  CIV,  303  p.,  consulté  le  19  Mars  2012,  <  http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_onzus_2011.pdf>.       SINHA   J.W.,  CNAAN   R.A.,  GELLES   R.J.,  2007,   Adolescent  risk  behaviors  and  religion:  Findings  from  a  national  study,   Journal  of  Adolescence,  vol.  30,  pp.  231-­‐249.     SOS   HOMOPHOBIE,   2011.   Apprendre   à   lire,   écrire,   compter   et…   discriminer  ?,   Rapport   sur   l'homophobie,   Milieu   scolaire-­‐Enseignement   supérieur,   consulté   le   2   Avril   2012,   <http://www.sos-­‐ homophobie.org/sites/default/files/rapport_annuel_2011.pdf>.    

72  


SUZANNE G.,   CIOSI   L.,   Transvers   cité,   2006,   Etude   évaluative   des   actions   éducatives   en   collèges   «  Prévention   citoyenneté  »,   Promotion   des   droits   des   femmes,   de   l’égalité   des   chances   et   du   respect   entre   filles   et   garçons,   consulté   le   26   Avril   2012,   <http://www.statcan.gc.ca/edu/power-­‐pouvoir/ch14/spd_0001-­‐ fra.htm#lien01>.       TREMBLAY   R.R.,  PERRIER   Y.,   2006,  Savoir  plus  :  outils  et  méthodes  de  travail  intellectuel,  Chenelière  Education,  2e   éd.,  Montréal,  230  p.     ème URCUN  J.-­‐M.,  2006,  De  l’intime  au  social,  Actes  de  la  64  rencontre  du  CRIPS  Ile-­‐de-­‐France,  Quelles  approches   pour  une  éducation  à  la  vie  affective  et  sexuelle  des  adolescents  ?,  Lettre  d’information  81,  consulté  le  30   Mars  2012,  <http://www.lecrips-­‐idf.net/lettre-­‐info/lettre81/L81_1.htm>.     VALKENBURG   P.M.,   J.   PETER,   2011,   Online   Communication   Among   Adolescents:   An   Integrated   Model   of   Its   Attraction,  Opportunities,  and  Risks,  Journal  of  Adolescent  Health,  vol.  48,  pp.121–127.     ème VILLE  DE  PARIS,  Equipe  de  développement  local,  Paris  19 ,  2005,  Diagnostic  santé,  Sites  politiques  de  la  ville,  La   politique  de  la  ville.     ème ème VILLE   DE   PARIS,   Equipe   de   développement   local,   Paris   19 ,   2009,   Atelier   Santé   Ville,   projet   pour   le   19   arrondissement  de  Paris.     WARD   L.   M.,   2003,   Understanding   the   role   of   entertainment   media   in   the   sexual   socialization   of   American   youth:  A  review  of  empirical  research,  Developmental  Review,  vol.  23,  pp.347–388.     WELZER-­‐LANG  D.,  2002,  Virilité  et  virilisme  dans  les  quartiers  populaires  en  France,  VEI  Enjeux,  n°128,  pp.10-­‐32.     WELZER-­‐LANG   D.,  Interrogé  par  BENLOULOU  G.,  2002,  Les  jeunes  et  la  sexualité  dans  les  cités,   Le  Lien  social,  No.   645,  consulté  le  20  Février  2012,  <http://www.lien-­‐social.com/spip.php?article2200>.     OMS   BUREAU   REGIONAL   DE   L’EUROPE,   Santé   sexuelle   et   génésique,   Definition,   consulté   le   15   Avril   2012,   <http://www.euro.who.int/en/what-­‐we-­‐do/health-­‐topics/Life-­‐stages/sexual-­‐and-­‐reproductive-­‐ health/news/news/2011/06/sexual-­‐health-­‐throughout-­‐life>.     YAHYAOUI   A.,   EL   METHNI   M.,   BEN   HADJ   LAKHDAR   D.,   GAULTIER   S.,   2010.   Représentations   et   vécus   de   la   sexualité   à   l’adolescence   et   appartenances   culturelles.   Étude   comparative   auprès   de   134   adolescentes,   Neuropsychiatrie  de  l’enfance  et  de  l’adolescence,  vol.  58,  pp.132-­‐139.  

               

73  


Liste des  cartes,  encadrés  et  tableaux     Carte  1  :  Localisation  des  quartiers  Flandre  et  Danube-­‐Solidarité  à  Paris  ………..……...……..………….…………..…..  p.16   Carte  2  :  Géo-­‐localisation  des  collèges  participants  au  sein  du  19ème  arrondissement  de  Paris  ..………..…........  p.23   Encadré  1  :  Les  sept  rubriques  du  questionnaire  …………………………...……………..…………………………………………  p.21   Encadré  2  :  Principaux  thèmes  de  la  grille  d’entretien  …………………………………………………..…………..………….....  p.24   Encadré  3  :  Présentation  des  modèles  statistiques  .…………………………………………………………………………………  p.27   Tableau  1  :  résumé  des  principales  caractéristiques  socio-­‐économiques  des  deux  quartiers  et  comparaison  avec   la  moyenne  parisienne  ……………………..………………………………………………..………….............................................................  p.15   Tableau  2  :  Caractéristiques  sociodémographiques  de  la  population  étudiée  dans  les  questionnaires  ..............  p.29   Tableau   3   :   Facteurs   associés   à   un   dialogue   intrafamilial   sur   la   sexualité   difficile   ou   interdit……………………………………………………………………………………………………………………………………………….....  p.32   Tableau  4  :  Influence  de  la  pratique  religieuse  sur  des  représentations  assez  traditionnelles  de  la    vie  affective  et   sexuelle  ……...…………………………………………………………………………………………………………………………………………  p.33   Tableau  5  :  Facteurs  associés  à  l’idée  que  voir  deux  personnes  du  même  sexe  qui  s’embrassent  ou  se  tiennent  la   main  est  «  dégoûtant  »  …………………………………………………………………………………….……….………………………….....  p.36   Tableau  6  :  Influence  du  genre  sur  le  fait  d’avoir  déjà  eu  un  rapport  ………………………………………..…….…………  p.41   Tableau  7  :  Influence  du  fait  d’avoir  déjà  eu  un  rapport  sexuel  sur  la  fréquentation  d’au  moins  une  structure  du   quartier  ………………………………………………………………….……………………………………………….…………………………….  p.46   Tableau  8  :  Influence  du  genre  sur  l’utilisation  d’internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  …………….…………..  p.47   Tableau  9  :  Influence  du  genre  sur  la  confrontation  aux  images  pornographiques  …………………............................  p.49   Tableau  10  :  Influence  de  la  pornographie  sur  deux  conceptions  de  la  vie  affective  et  sexuelle  .…………............  p.50   Tableau  11  :  Influence  de  l’utilisation  d’Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité  sur  deux  affirmations  sur  la  vie   affective  et  sexuelle……………………………………………………………………...…………………………………….…………………...  p.50   Tableau   12   :   Influence   de   l’âge,   du   genre   et   de   la   structure   familiale   sur   le   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel………………………………………………………………………………………………………………………………………….………….p.59   74    


Liste des  annexes    

ANNEXE I:   S E L E C T I O N   D E   R E S U L T A T S   D E S C R I P T I F S   O B T E N U S   A   T R A V E R S   L E   Q U E S T I O N N A I R E ,   P A R   T H E M E ......................................................................... 76   a.   Description   des   variables   dépendantes   utilisées   dans   les   modèles   présentées   dans   ce   rapport............................................................................................................................................................................ 76   b.  Description  des  réponses  relatives  à  la  religion ............................................................................... 76   c.  Description  des  réponses  relatives  au  dialogue  et  aux  sources  d’information ............... 77   d.  Description  des  réponses  relatives  aux  sentiments ....................................................................... 78   e.  Description  des  réponses  relatives  à  l’homosexualité .................................................................. 78   f.  Description  des  réponses  relatives  au  bien-­être  et  vie  affective  dans  le  quartier ......... 78   g.  Description  des  réponses  relatives  à  la  pornographie .................................................................. 79   h.  Description  des  réponses  relatives  à  la  consommation  de  substances............................... 79   i.  Description  des  réponses  relatives  aux  sorties .................................................................................. 80   j.  Description  des  réponses  relatives  aux  connaissances  des  risques  liés  à  la  sexualité 80   k.   Description   des   réponses   relatives   aux   pratiques   en   matière   de   vie   affective   et   sexuelle........................................................................................................................................................................... 80  

ANNEXE II:  D E S C R I P T I O N   D E S   M O D E L E S   S T A T I S T I Q U E S   P R E S E N T E S .................. 82   ANNEXE  III:  S E L E C T I O N   D ’ A U T R E S   R E S U L T A T S .............................................. 83   Table   1:   Influence   du   genre   sur   le   fait   d’affirmer   qu’il   est   “important   ou   très   important   qu’une   fille  soit  vierge  avant  de  se  marier  ” .................................................................................................................... 83   Table  2:  Influence  du  fait  de  pratiquer  une  religion  et  d’utiliser  Internet  pour  s’informer  sur  la   sexualité   sur   le   fait   d’avoir   déjà   eu   un   rapport   sexuel   -­‐   Analyse   multivariée   de   régression   logistique  (N=116)...................................................................................................................................................... 83   Table   3:   Influence   de   la   qualité   du   dialogue   intrafamilial   sur   la   sexualité   sur   le   score   de   connaissance   concernant   les   risques   en   matière   de   sexualité   -­‐   Analyse   multivariée   de   régression  logistique  (N=128)............................................................................................................................... 83  

ANNEXE IV:   T A B L E A U   D E C R I V A N T   L E S   E N Q U E T E S   E T   L E   C O N T E X T E   D E S   E N T R E T I E N S ................................................................................................. 84   ANNEXE  V:  G R I L L E   D ’ E N T R E T I E N ................................................................. 86   ANNEXE  VI:  Q U E S T I O N N A I R E ...................................................................... 88    

75  


ANNEXE I  :  Sélection  de  résultats  descriptifs  obtenus  à  travers  le   questionnaire,  par  thème    

Sujet/ Questions   N   n  (%)   a.  Description  des  variables  dépendantes  utilisées  dans  les  modèles  présentées  dans  ce  rapport   Affirmation  :  "Le  mariage  est  important  ou  très  important”          Pas  d’accord          D’accord   Affirmation  :  "Il  est  important  qu’une  fille  soit  vierge  avant  de  se  marier"          Pas  d’accord          D’accord  

216

Affirmation :  "Il  est  interdit  d’avoir  une  relation  sexuelle  avant  de  se  marier"          Pas  d’accord          D’accord  

179

118  (65.92)   61(34.08)  

132

76  (57.58)   56  (42.42)  

132

81  (61.36)   51  (38.64)  

Affirmation :  "Une  fille  qui  a  des  rapports  sexuels  avec  plusieurs  partenaires  n’est  pas  respectable         216          Pas  d’accord          D’accord  

50  (23.15)   166  (76.85)  

Affirmation :  "Voir  deux  personnes  du  même  sexe  s’embrasser  ou  se  tenir  la  main  est  “dégoûtant"     214          Pas  d’accord          D’accord  

165  (77.10)   49  (22.90)  

Dialogue intrafamilial  sur  la  sexualité            Facile              Difficile  ou  interdit  

214

56  (26.17)   158  (73.83)  

A déjà  eu  un  rapport  sexuel          Non          Oui  

210

181  (86.19)   29  (13.81)  

A déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques          Non          Oui  

217

80  (36.87)   137  (63.13)  

A déjà  utilisé  Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité          Non          Oui   S’est  déjà  rendu  dans  une  structure  sociale  ou  médicale  pour  échanger  ou  s’informer  sur  la   sexualité,  la  contraception,  les  sentiments,  etc.          Non          Oui  

213

142  (66.67)   71  (33.33)       166  (80.58)   40  (19.42)  

Score de  connaissance  des  risqué  liés  à  la  sexualité          0,  1  ou  2  bonnes  réponses          3,  4  ou  5  bonnes  réponses  

132

Affirmation :  "  La  masturbation  est  quelque  chose  de  “mal”  ou  “sale””          Pas  d’accord          D’accord  

212

Affirmation :  "La  masturbation  est  quelque  chose  de  “normal  et  naturel”"          Pas  d’accord          D’accord  

206

48  (22.22)   168  (77.78)     74  (34.91)   138  (65.09)  

46  (34.85)   86  (65.15)  

b. Description  des  réponses  relatives  à  la  religion   Croit  en  une  religion          Oui          Non          Ne  sait  pas  

138

124  (89.86)   13  (9.42)   1  (0.72)  

76  


Type de  religion        Bouddhiste        Chrétienne      Hindoue      Juive      Musulmane  

124

Pratique religieuse            Oui          Non  

11  (8.87)   32  (25.81)   4  (3.23)   0   77  (62.10)  

133

94  (70.68)   39  (29.32)  

Au sein  de  la  famille,  la  sexualité  est  un  sujet  (plusieurs  choix  possibles)  :          Dont  le  jeune  peut  facilement  parler        Dont  ses  parents  lui  parlent  mais  qu’il  ne  veut  pas  aborder  avec  eux        Dont  il  est  difficile  de  parler        Dont  il  est  interdit  de  parler        Ne  sait  pas  

214

25  (11.68)   38  (17.76)   84  (39.25)   34  (15.89)   43  (20.09)  

Personnes avec  qui  parle  d’amour  et  de  sentiments    (plusieurs  choix  possibles)  :          Mère          Père          Sœur(s)          Frère(s)          Petit(e)  ami(e)          Ami(es)          Adulte  de  confiance          Educateur/trice          Infirmière  scolaire          Autre  professionnel  de  santé          N’en  parle  jamais          Autre                                                                                    dont                                      Cousin(es)  :   Personnes  avec  qui  parle  de  sexualité  (plusieurs  choix  possibles):            Mère          Père          Sœur(s)          Frère(s)          Petit(e)  ami(e)          Ami(es)          Adulte  de  confiance          Educateur/trice          Infirmière  scolaire          Autre  professionnel  de  santé          N’en  parle  jamais          Autre                                                                                      dont                                      Cousin(es)  :   Sources  of  information  on  sexuality:            Internet          Magasines          Radio          Discussion  avec  un  membre  de  la  famille          Discussion  avec  ami(e)s          Discussion  avec  infirmière  scolaire          Discussion  avec  un  autre  professionnel  de  la  santé          Se  rend  dans  une  structure  sanitaire  ou  sociale            Ne  cherche  pas  d’information  sur  ce  sujet          Ne  sait  pas            Autre   Discute  avec  son  médecin  traitant  en  cas  de  question  sur  la  sexualité  ou  la  contraception            Oui          Non  

210                          

c. Description  des  réponses  relatives  au  dialogue  et  aux  sources  d’information    

205                           213  

194

39 (18.57)   8  (3.81)   40  (19.05)   19  (9.05)   45  (21.43)   140  (66.67)   12  (5.71)   1  (0.48)   3  (1.43)   0     44  (20.95)   17  (8.09)   10  (4.76)     23  (11.22)   4  (1.95)   19  (9.27)   13  (6.34)   21  (10.24)   91  (44.39)   5  (2.44)   0   0   2  (0.98)   84  (40.98)   11  (5.36)   7  (3.41)     71  (33.33)   3  (1.41)   9  (4.23)   40  (18.78)   66  (30.99)   14  (6.57)   7  (3.29)   7  (3.29)   51  (23.94)   38  (17.84)   1  (0.47)     34  (17.53)   160  (82.47)  

77  


Si non,   raisons   pour   lesquelles   n’en   discute   pas   avec   son   médecin   traitant   (plusieurs   choix   136   possibles)  :              Ne  se  sent  pas  assez  à  l’aise  pour  parler  d’un  sujet  intime  avec  son  médecin            A  peur  que  le  médecin  ne  révèle  le  contenu  de  la  conversation  aux  parents          A  déjà  quelqu’un  pour  en  parler          Autre                                                            dont      N’en  n’a  jamais  ressenti  le  besoin                                                                                  N’a  pas  de  médecin  traitant  

d. Description  des  réponses  relatives  aux  sentiments     Eléments  les  plus  importants  dans  un  couple  (placés  soit  en  1,  2  ou  3        L’attirance  physique          L’amour          Le  respect            L’argent          Le  statut  social          La  religion            Le  sexe          La  confiance          Bien  s’entendre          Autre            Ne  sait  pas  

ème

positions)  

59  (43.38)   34  (25.00)   53  (38.97)   28  (20.59)     8   2  

206

61  (29.61)   123  (59.71)   111  (53.88)   16  (7.77)   7  (3.40)   43  (20.87)   16  (7.77)   118  (57.28)   90  (43.69)   1  (0.48)   30  (14.56)  

« Pour  avoir  une  relation  sexuelle,  il  faut  être  amoureux  »          Tout  à  fait  d’accord/  Plutôt  d’accord          Plutôt  pas  d’accord/  Pas  du  tout  d’accord          Ne  sait  pas  

215

164  (76.28)   39  (18.14)   12  (5.58)  

« Les  sentiments,  c’est  un  truc  de  filles»          Tout  à  fait  d’accord/  Plutôt  d’accord          Plutôt  pas  d’accord/  Pas  du  tout  d’accord          Ne  sait  pas  

214

24  (11.21)   178  (83.18)   12  (5.61)  

Voir deux  personnes  du  même  sexe  qui  s’embrassent  ou  se  tiennent  la  main…  (plusieurs  choix   214   possibles)          «  Ca  me  choque  autant  que  de  voir  deux  personnes  hétérosexuelles  s’embrasser  ou  se  tenir  la   main  »          «  Ca  me  dégoûte,  elles  feraient  mieux  de  se  cacher  »          «  Ca  m’est  égal,  chacun  est  libre  de  faire  ce  qu’il  veut  »          «  Je  trouve  important  et  courageux  qu’elles  s’assument  en  public  »          Ne  se  prononce  pas  

  34  (15.89)     49  (22.90)   139  (64,95)   58  (27,10)   39  (18,22)  

« Il  est  normal  que  deux  personnes  du  même  sexe  s’aiment  et  aient  des  relations  sexuelles  »        Plutôt  d’accord/tout  à  fait  d’accord        Plutôt  pas  d’accord/pas  du  tout  d’accord        Ne  sait  pas  

103  (48,58)   75  (35,38)   34  (16,04)  

e. Description  des  réponses  relatives  à  l’homosexualité    

212

f. Description  des  réponses  relatives  au  bien-­‐être  et  vie  affective  dans  le  quartier       Globalement,  se  sent  bien  dans  son  quartier          Oui          Non          Ne  sait  pas  

215

193  (89,77)   6  (2,79)   16  (7,44)  

Pense qu’il  est  possible  d’embrasser  un  garçon/une  fille  en  public  dans  son  quartier          Oui          Non          Ne  sait  pas  

217

122  (56,22)   54  (24,88)   41  (18,89)  

78  


g. Description  des  réponses  relatives  à  la  pornographie   A  déjà  vu  ou  regardé  des  images  pornographiques            Oui,  en  regarde/en  voit  souvent          Oui,  en  regarde/en  voit  de  temps  en  temps          Oui,  en  a  vu  une  fois          Non,  jamais   Si  oui,  l’image  pornographique  a  été  vue/regardée  sur  (plusieurs  choix  possibles):            Vidéos  /  DVD          Chat            Sites  de  rencontres          Site  de  vidéos  pornographiques          Magazines  érotiques  ou  pornographiques          Littérature  érotique          Autre  (sur  portable,  sex  shop…)          Pubs  sur  internet  (pop-­‐up)          Ne  sait  pas   Et  vue  dans  le  contexte  suivant  (plusieurs  choix  possibles):              Regardée  avec  un  groupe  de  copains/copines          Envoyée  par  un(e)  ami(e)  sur  internet          Envoyée  par  un(e)  inconnu(e  sur  internet          Le  jeune  a  cherché  ces  images  tout(e)  seul(e)          A  trouvé  un  DVD/cassette/magazine/BD  chez  lui/elle          Une  image  est  apparue  sur  internet  sans  qu’il/elle  ne  le  veuille   A  déjà  été  choqué(e)  par  des  images  pornographiques          Oui          Non          Ne  sait  pas  

217  

133  

6  (2.76)   31  (14.29)   100  (46.08)   80  (36.87)     20  (14.18)   10  (7.09)   5  (3.55)   45  (31.91)   21  (14.89)   6  (4.26)   19  (13.48)   85  (60.28)   14  (9.93)     27  (19.71)   10  (7.30)   4  (2.92)   26  (18.98)   9  (6.57)   91  (66.42)  

193  

87  (45.08)   69  (35.75)   37  (19.17)  

Tabac        Tous  les  jours          Plusieurs  fois  par  semaine          Parfois          Rarement          Jamais                  

217  

4  (1.84)   3  (1.38)   12  (5.53)   13  (5.99)   185  (85.25)  

Shisha/narguilé        Tous  les  jours          Plusieurs  fois  par  semaine          Parfois          Rarement          Jamais                  

218

4  (1.83)   2  (0.92)   31  (14.22)   30  (13.76)   151  (69.27)  

Alcool Fréquence          Tous  les  jours          Certains  jours  de  la  semaine  et  le  week-­‐end          Seulement  le  weekend            Rarement          Jamais          

218               28  

0   3  (1.38)   2  (0.92)   23  (10.55)   190  (87.16)    

217  

  0   3  (1.38)   6  (2.76)   208  (95.85)  

h. Description  des  réponses  relatives  à  la  consommation  de  substances  

Quantité consommée  (nombre  moyen  de  verres)          1  ou  2            3  ou  4            5  ou  6            De  7  à  9     Cannabis          Tous  les  jours  /  Plusieurs  fois  par  semaine          Parfois          Rarement          Jamais          

23  (82.14)   1  (3.57)   3  (10.71)   1  (3.57)  

79  


Autre drogue          Oui          Non  

209

1  (0.48)   208  (99.52)  

Fréquence des  sorties  avec  les  ami(e)  après  les  cours          Tous  les  jours  ou  presque          Certains  jours  de  la  semaine  (et  le  week-­‐end)          Seulement  pendant  le  week-­‐end          Rarement          Jamais  

214        

58 (27.10)   94  (43.93)   16  (7.48)   32  (14.95)   14  (6.54)  

Principales activités  lors  de  ces  sorties  (plusieurs  réponses  possibles)          Se  retrouver  pour  discuter  dans  la  rue            Se  retrouver  chez  les  uns  ou  chez  les  autres          Aller  boire  un  verre/café          Aller  au  cinéma          Autre                                                                dont        Sport                                                                              Shopping  

197            

113 (57.36)   88  (44.67)   14  (7.11)   61  (30.96)   70  (35.53)   26  (13.20)   15  (7.61)  

i. Description  des  réponses  relatives  aux  sorties  

j. Description  des  réponses  relatives  aux  connaissances  des  risques  liés  à  la  sexualité   er

Penses-­‐tu qu’il  soit  possible  d’être  contaminé  par  une  IST  dès  le  1  rapport  sexuel?              Oui          Non          Ne  sait  pas   er Penses-­‐tu  qu’il  soit  possible  qu’une  femme  tombe  enceinte  dès  le  1  rapport  sexuel?            Oui          Non          Ne  sait  pas   Il  y  a-­‐t-­‐il  un  risque  d’être  contaminé  par  une  IST  lors  d’une  fellation  ou  d’un  cunnilingus?            Oui          Non          Ne  sait  pas  

215  

165  (75.74)   12  (5.58)   38  (17.67)     188  (87.44)   9  (4.19)   18  (8.37)     51  (38.06)   18  (13.43)   65  (48.51)  

Il y  a-­‐t-­‐il  un  risque  d’être  contaminé  par  une  IST  lors  d’un  rapport  sexuel  anal  (sodomie)?            Oui          Non          Ne  sait  pas  

135  

49  (36.30)   24  (17.78)   62  (45.93)  

Il y  a-­‐t-­‐il  un  risque  d’être  contaminé  par  une  IST  lors  d’un  rapport  sexuel  vaginal?            Oui          Non          Ne  sait  pas    

134  

95    (70.90)   2    (1.49)   37  (27.61)  

215  

134  

k. Description  des  réponses  relatives  aux  pratiques  en  matière  de  vie  affective  et  sexuelle   A  déjà  eu  un(e)  petit(e)  ami(e)          Oui          Non  

216

151  (69.91)   65  (30.09)  

A déjà  eu  un  rapport  sexuel          Oui          Non  

210

29  (13.81)   181  (86.19)  

Si oui,  âge  du  premier  rapport  (en  années)  

29

Median 13     (min-­‐max:  11-­‐15)  

Si oui,  la  première  fois,  se  sentait  prêt(e)            Oui          Non   S’est  déjà  senti  forcé(e)  à  avoir  un  rapport  sexuel          Oui          Non  

26

19  (73.08)   7  (26.92)     4  (13.79)   24  (82.76)  

29

80  


Ne sait  pas   Lors  de  son  premier  rapport,  a  utilisé  un  préservatif          Oui          Non  

28

1 (3.45)     15  (53.57)   13  (46.43)  

Si plusieurs  rapports,  a  utilisé  un  préservatif  :          A  chaque  rapport          Parfois          Jamais          Ne  sait  pas  

22

12  (54.55)   6  (27.27)   2  (9.09)   2  (9.09)  

Avant d’avoir  un  rapport  sexuel,  a  parlé  avec  son/sa  partenaire  de  contraception          Oui          Non  

24  

7  (29.17)   17  (70.83)  

Avant d’avoir  un  rapport  sexuel,  a  parlé  avec  son/sa  partenaire  d’IST          Oui          Non          Ne  sait  pas  ce  qu’est  une  infection  sexuellement  transmissible  

25  

1  (4.00)   22  (88.00)   2  (8.00)  

81  


ANNEXE II: Description des modèles statistiques présentés

Variables dépendantes

Variables explicatives

er

Variables d’ajustement

1 ensemble de modèles : chaque variable indépendante correspond à un modèle • 13 positionnements par rapport aux affirmations suivantes : (Oui / Non ou D’accord / Pas d’accord) 1. "Il est interdit d’avoir une relation sexuelle avant de se marier" 2. "Voir deux personnes du même sexe s’embrasser ou se tenir la main est “dégoûtant" • Genre 3. "Il est important/très important qu’une fille soit vierge avant • Pratique de se marier" religieuse 4. "La masturbation est quelque chose de “mal” ou “sale” • Visionnage 5. "Il est normal d’exiger à son/sa partenaire d’avoir une d’images relation sexuelle lorsque l’on sort ensemble depuis pornographiques longtemps " • Utilisation 6. "Une fille qui a des préservatifs sur elle est une fille facile " d’Internet pour 7. "Le mariage est important ou très important” s’informer sur la 8. "La masturbation est un truc de garçons" sexualité 9. "La masturbation est quelque chose de “normal et naturel”" 10. "On peut faire l’amour dans le seul but d’avoir du plaisir" 11. "Les sentiments, c’est un truc de filles " 12. " On peut contraindre son/sa partenaire à avoir des rapports sexuels si on l’aime " 13. "  Une fille qui a des rapports sexuels avec plusieurs partenaires n’est pas respectable " ème 2 ensemble de modèles : chaque variable indépendante correspond à un modèle • 4 Pratiques: • Genre (Oui / Non) • Pratique 1. 2. 3. 4. 5. 3

Avoir déjà eu un rapport sexuel Avoir déjà eu un(e) petit(e) ami(e) Avoir déjà vu ou regardé des images pornographiques Avoir déjà utilisé Internet pour s’informer sur la sexualité Avoir eu un rapport sexuel sans utiliser de préservatif ème

ème

• •

Intra-family dialogue about sexuality (Facile / difficile ou interdit)

Pratique religieuse

• •

Visite d'une structure sociale ou médicale locale (Oui / Non)

Rapport sexuel

• • •

• ème

Age Statut d’emploi des parents Structure familiale

Age Genre Structure familiale

modèle

5

Age Statut d’emploi des parents Structure familiale

modèle •

4

religieuse Consommation de substances (indice) Sorties fréquentes

• •

Age Genre Statut d’emploi des parents Structure familiale

modèle Score sur la connaissance des risques liés à la sexualité (Bonnes réponses : 2 ou moins / 3 ou plus)

Dialogue intrafamilial sur la sexualité

• •

Age Genre Statut d’emploi des parents

NB : Dans ce rapport, seule une sélection des résultats de ces modèles a été présentée

82  


ANNEXE III: Sélection d’autres résultats

Table 1:  Influence  du  genre  sur  le  fait  d’affirmer  qu’il  est  “important  ou  très  important  qu’une  fille   soit  vierge  avant  de  se  marier  ”     Table  1  a:  Analyse  multivariée  de  régression  logistique  (N=205)     Genre            Filles            Garçons  

n (%)*   85  (71,43)   53  (56,99)  

OR  (IC  à  95%)     1,00   0,42  (0,22-­‐0,78)  

LR-­‐test

0,00

Ajusté sur   l’âge,   le   genre,   le   statut   d’emploi   des   parents   et   la   structure   familiale.   *Nombre   et   proportion   d’adolescents   affirmant  qu’il  est  important  ou  très  important  qu’une  fille  soit  vierge  avant  de  se  marier,  par  genre    

Table   1   b:   Analyse   multivariée   de   régression   logistique   (N=122)  –   Après   ajustement   sur   la   pratique   religieuse     Genre            Filles            Garçons  

n (%)*     85  (71.43)   53  (56.99)  

OR  (95%  CI)     1.00   0.65  (0.28-­‐1.53)  

LR-­‐test

0.32

Ajusté sur   l’âge,   le   genre,   le   statut   d’emploi   des   parents   et   la   structure   familiale   et   la   pratique   religieuse.   *Nombre   et   proportion   d’adolescents   affirmant   qu’il   est   important   ou   très   important   qu’une   fille   soit   vierge   avant   de   se   marier,   par   genre  

Table   2:   Influence   du   fait   de   pratiquer   une   religion   et   d’utiliser   Internet   pour   s’informer   sur   la   sexualité  sur  le  fait  d’avoir  déjà  eu  un  rapport  sexuel  -­‐  Analyse  multivariée  de  régression  logistique   (N=116)    

n (%)*  

OR  (95%  CI)  

p

Pratique religieuse                Non   8  (21,05)   1,00            Oui   13  (14,61)   0,98  (0,25-­‐3,81)   0,98   A  déjà  utilisé  Internet  pour  s’informer  sur  la  sexualité            Non   15  (11,03)   1.00            Oui   11  (15,94)   0,82  (0,20-­‐3,47)   0,79   Ajusté   sur   l’âge,   le   genre,   le   statut   d’emploi   des   parents,   la   structure   familiale   et   la   fréquence   des   sorties.   *Nombre   et   proportion   d’adolescents   ayant   déjà   eu   un   rapport   sexuel   dans   chaque   groupe.   LR-­‐test   de   comparaison   avec     le   modèle   précédent:  p  =  0.79  

Table 3:   Influence   de   la   qualité   du   dialogue   intrafamilial   sur   la   sexualité   sur   le   score   de   connaissance   concernant  les  risques  en  matière  de  sexualité  -­‐  Analyse  multivariée  de  régression  logistique  (N=128)    

n (%)*  

OR  (95%  CI)  

LR-­‐test

Dialogue intra-­‐familial              Facile   23  (69,70)   1,00            Difficile  ou  interdit   62  (63,92)   0,73  (0,30-­‐1,76)   0,47   Ajusté   sur   l’âge,   le   genre   et   le   statut   d’emploi   des   parents.   *Nombre   et   proportion   d’adolescents   ayant   obtenu   trois   ou   plus  de  bonnes  réponses,  par  groupe  de  dialogue  intrafamilial    

83    


ANNEXE IV:  Tableau  décrivant  les  enquêtés  et  le  contexte  des  entretiens   No.  

1 • •

2

• •

3

• •

4

Genre –  Collège  –  Age  –   Quartier  de  résidence   Lieu  d’entretien  

Contexte et  impressions  

Garçon –  G.  Méliès  –   Flandre   Terrain  de  sport  -­‐  quartier   Flandre  

Rencontré dans  la  rue  parmi  un  groupe  de  jeunes,  il  accepte  de  répondre  à   nos   questions   et   nous   décidons   de   nous   installer   dans   l’enceinte   d’un   terrain  de  sport,  en  extérieur.  Il  y  a  du  bruit  car  beaucoup  de  jeunes  jouent.   Ses  amis  l’appellent  plusieurs  fois  pour  lui  demander  de  venir  le  rejoindre,   mais   il   leur   demande   d’attendre.   Il   répond   à   toutes   les   questions   sans   problème,  mais  n’est  pas  très  bavard.      

Garçon –   D.   Mayer   –   Flandre   Terrain  de  sport  -­‐  quartier   Flandre  

Sur le  terrain  de  sport,  un  mercredi  après-­‐midi.  Il  y  a  beaucoup  de  jeunes   qui  jouent  au  foot  et  autre.  Pas  mal  de  bruit  et  d’aller-­‐venus.  Au  départ  le   jeune   homme   est   très   disposé   à   répondre   à   nos   questions,   mais   ne   semble   pas   très   habitué   à   parler   de   sexualité   et   semble   parfois   mal   à   l’aise.   En   particulier,  une  des  questions  le  gêne,  et  il  nous  demande  de  la  passer.  A  la   fin  de  l’entretien  il  semble  un  peu  déconnecté  et  impatient  de  partir.    

Fille –  G.  Rouault  -­‐  15  ans  -­‐   Flandre   Parc   de   La   Villette,   dans   l’herbe  

La jeune   fille   nous   reconnaît   car   elle   a   déjà   rempli   le   questionnaire   au   collège   G.   Rouault   la   semaine   précédente.   L’enquêteur   ayant   prévenu   la   classe   des   entretiens,   elle   n’hésite   pas   à   se   lever   et   à   quitter   son   groupe   d’amis  pour  répondre  à  mes  questions.  L’entretien  a  lieu  dans  une  bonne   atmosphère,  la  jeune  fille  parle  facilement,  et  n’hésite  pas  à  se  confier.  Elle   a  l’air  plutôt  à  l’aise.         Dans   le   même   parc,   il   y   a   un   peu   de   musique   mais   globalement   l’ambiance  

• •

Fille –  G.  Rouault  -­‐  Danube   est   plutôt   calme.   La   jeune   fille   me   reconnait   également   grâce   à   la   Parc   de   La   Villette,   dans   distribution  des  questionnaires.  Elle  est  accompagnée  de  son  petit  ami  et   d’une  amie,  qu’elle  n’hésite  pas  à  quitter  pour  répondre  aux  questions.  Elle   l’herbe   semble  à  l’aise  et  n’hésite  pas  à  parler,  également  sur  des  sujets  intimes.    

5 • •

6

• •

7 • •

Rencontré à   la   sortie   du   collège   E.   Michelet,   dans   un   groupe   de   garçon.   Garçon   –   E.   Michelet   -­‐   Lorsque  je  demande  à  un  groupe  de  garçons  de  participer,  ils  le  désignent   tous   comme   quelqu’un   qui   connaît   bien   les   relations   filles-­‐garçons.   Flandre   L’entretien  a  lieu  sur  le  trottoir,  dans  le  quartier  Flandre.  Le  lieu  est  assez   A   la   sortie   du   collège   E.   calme   excepté   le   bruit   des   voitures.   Il   prend   son   temps   pour   répondre   et   Michelet,  sur  le  trottoir     ne   semble   pas   être   pressé   ou   d’avoir   envie   de   partir.   Il   a   l’air   plutôt   intéressé  à  répondre  et  par  le  sujet.  L’atmosphère  est  amicale.    

Garçon –   E.   Michelet   -­‐   15   ans  -­‐  Flandre   A   la   sortie   du   collège   E.   Michelet,  sur  le  trottoir  

Cet entretien  a  lieu  directement  à  la  sortie  du  collège  E.  Michelet,  dans  la   rue.  Le  jeune  homme  n’est  pas  très  bavard,  et  répond  souvent  seulement   par   oui   ou   par   non.   L’enquêteur   lui   explique   que   le   but   de   l’entretien   est   d’établir  un  dialogue,  mais  sans  changement.    

Rencontré dans   la   rue   un   mercredi   après-­‐midi.   L’enquêteur   le   reconnaît   grâce   à   la   passation   des   questionnaires,   ce   qui   permet   de   commencer   la   conversation.   Lui   par   contre   ne   se   souvient   plus   trop   de   l’enquêteur  :   il   Garçon   –   G.   Rouault   -­‐   14   explique  plus  tard  qu’il  n’avait  pas  rempli  le  questionnaire  ce  jour-­‐là  car  il   ans  –  Danube-­‐Solidarité   s’était   fait   exclure   du   cours   pour   cause   de   retard.   L’entretien   a   lieu   dans   la   Dans   la   rue,   quartier   rue,  sur  une  marche  en  bas  d’un  immeuble.  Un  peu  de  passage  mais  plutôt   calme.   Pendant   l’entretien,   le   jeune   homme   n’est   pas   toujours   concentré   Danube-­‐Solidarité   car   il   doit   rejoindre   un   ami.   Il   joue   également   avec   son   portable   et   reçoit   un   appel   de   cet   ami,   à   qui   il   demande   de   venir   nous   rejoindre.   A   part   ça,   le   jeune  est  assez  participatif  et  le  contact  est  assez  facile.    

84  


8 • •

9

• •

10

• •

11

• •

12

• •

13 • •

14 • •

Garçon –  G.  Rouault  -­‐  15   ans  –  Danube-­‐Solidarité   Dans  les  rues  du  quartier   Danube-­‐Solidarité    

Rencontré en   même   temps   que   le   garçon   de   l’entretien   n°7,   qui   est   son   ami.  Il  a  souhaité  de  lui-­‐même  répondre  à  mes  questions  après  avoir  parlé   avec   son   ami.   Nous   nous   installons   dans   la   rue,   sur   le   seuil   d’un   immeuble.   Nous   sommes   dérangés   à   plusieurs   reprises   mais   l’entretien   se   déroule   bien.   Ses   amis   restent   à   proximité   (mais   ne   peuvent   pas   entendre   notre   conversation),  ce  qui  le  fait  parfois  rire.  Comme  son  ami,  il  avait  été  exclu   lors  de  la  passation  du  questionnaire  et  n’y  avait  donc  pas  répondu.  Il  est   assez   bavard,   donne   des   détails   et   semble   plutôt   à   l’aise,   se   confie.   Le   contact  est  plutôt  aisé.    

Garçon –   E.   Michelet   -­‐   15   ans  (presque  16)  –  Flandre   Dans   les   rues   du   quartier   Flandre,   après   l’avoir   rencontré   à   la   sortie   du   collège  E.  Michelet  

Nous l’abordons   à   la   sortie   du   collège   Michelet   le   jour   de   la   distribution   des   questionnaires   dans   cet   établissement.   Identifiant   l’enquêteur,   il   n’hésite   pas   lorsqu’il   lui   est   proposé   de   participer   à   un   entretien.   Nous   nous   installons   dans   la   rue,   sur   le   trottoir.   Il   y   a   un   peu   de   bruit   lié   aux   voitures  qui  passent.  L’entretien  a  lieu  dans  une  ambiance  de  confiance  et     amicale,  il  dure  assez  longtemps,  ressemblant  davantage  à  une  discussion.   Il  explique  qu’il  est  redoublant.    

Fille –   E.   Michelet   –   15   ans   –  Flandre   Dans   la   cour   du   collège   E.   Michelet    

Interrogée à   la   sortie   du   collège   Michelet,   le   jour   de   la   passation   des   questionnaires.  L’entretien  à  lieu  dans  l’enceinte  du  collège,  il  y  a  pas  mal   de  passage  et  de  bruit,  certains  jeunes  nous  regardent  voire  s’approchent.   Ce  contexte  ne  facilite  pas  la  confidence,  et  la  jeune  fille  est  assez  timide.   L’entretien  se  déroule  plutôt  bien.    

Fille –  E.  Michelet  -­‐  15  ans   –  Flandre   En   bas   d’un   bâtiment   du   quartier   Flandre,   après   l’avoir  rencontré  devant  le   collège  E.  Michelet  

Nous rencontrons  cette  jeune  fille  devant  le  collège  G.  Michelet  à  la  sortie   des   cours.   Nous   nous   installons   en   bas   d’un   immeuble   du   quartier   Flandre,   assises  par  terre.  Entretien  dans  de  bonnes  conditions,  un  peu  de  passage   qui  ne  nous  dérange  pas.  La  discussion  aisée  et  un  bon  contact  s’établit,  la   jeune  fille  a  du  temps  et  semble  à  l’aise  et  disposée  à  parler  du  sujet.  

Fille –  G.  Méliès  -­‐  14  ans  –   Flandre   Devant   le   collège   G.   Méliès,  sur  le  trottoir    

Nous rencontrons  la  jeune  fille  à  la  sortie  du  collège  G.  Méliès.  Nous  nous   installons  sur  un  trottoir,  à  distance  des  groupes  de  jeunes  restés  devant  le   collège.   L’endroit   est   calme   au   début   de   l’entretien,   puis   bruyant   à   cause   d’un  jeune  qui  passe  en  moto  à  plusieurs  reprises,  ce  qui  est  assez  gênant   pour  l’enquêteur.  La  jeune  est  assez  timide  et  discute  assez  peu.    

Rencontrée à  la  sortie  du  collège  G.  Méliès,  au  sein  d’un  groupe  de  jeunes   en   train   de   discuter.   Je   dois   la   convaincre   pour   qu’elle   participe   à   Fille  -­‐  G.  Méliès  -­‐  15  ans  –   l’entretien,   car   elle   hésite   et   elle   ne   souhaite   pas   être   enregistrée.   Finalement   convaincue,   elle   demande   à   venir   accompagnée   de   sa   Flandre   meilleure   amie.   Elle   explique   que   cette   amie   «   connaît   tout   »   de   sa   vie   Devant   le   collège   G.   privée,   et   qu’elle   n’a   pas   de   secrets   pour   elle.  Nous   acceptons,   en   Méliès,   dans   une   rue   expliquant  que  l’entretien  est  individuel.  L’amie  qui  accompagne  reste  en   proche   dehors   de   la   conversation.   Nous   nous   installons   dans   une   petite   rue   à   proximité,   très   calme.  Nous   restons   debout   et   ne   serons   pas   dérangées.   L’entretien  se  déroule  bien,  la  jeune  fille  parle  sans  problème.     Rencontrée   à   la   sortie   du   collège   G.   Rouault,   elle   avait   rempli   le   questionnaire.   Elle   n’hésite   pas   lorsque   nous   sollicitons   sa   participation   à   Fille   –   G.   Rouault   -­‐   15   ans   un  entretien.  Nous  nous  installons  sur  un  muret,  pas  loin  du  collège,  mais   ne   sommes   nullement   dérangées.   Avant   de   commencer   l’entretien,   elle   –  Danube   explique   qu’elle   ne   dispose   que   de   10   minutes.   Nous   décidons   de   mener   Devant   le   collège   G.   l’entretien  malgré  cette  contrainte,  mais  l’idée  qu’elle  n’arrête  l’entretien   Rouault     en   cours   de   route   est   un   peu   stressante   pour   l’enquêteur.   Finalement,   elle   restera  plus  de  20  minutes  :  elle  ne  semble  pas  pressée  et  prend  son  temps   pour  répondre.  Elle  semble  assez  à  l’aise  avec  le  sujet.      

85  


ANNEXE V: Grille d’entretien  

I. Rapports et dialogue avec les parents et amis 1.

Quelle est ta relation avec tes parents ? Comment la qualifierais-tu ?

2.

Quelle est l’attitude de tes parents par rapport aux sorties, à l’école, etc. ?

3.

Dans ta famille, est-ce que tu parles de tes relations amoureuses ? Et de sexualité ? - Si oui, de quoi parlez-vous ? (que de risques, ou autre ?) - Si non, pourquoi ? (vient d’eux ou de lui/elle ?) - C’est interdit ? Lié à quoi ? Qu’en penses-tu ?

4.

Est-ce que tes parents t’ont déjà parlé ou donné des informations sur la contraception, les

IST? 5.

Est-ce que tu aimerais parler plus ou qu’ils te parlent plus de ces questions? Pourquoi ?

6.

Et avec tes amis, est-ce que tu parles de tes relations amoureuses et de sexualité ? - Comment ? De quoi parlez-vous ?

II. Relations amoureuses et opinion/contrôle des parents 7.

As-tu déjà eu un(e) petit(e) ami(e) ?

□ Oui

□ Non

8.

Et actuellement ?

□ Oui

□ Non

- Si oui, quelle est votre relation ?

– Comment ça se passe ?

9.

Si tu as/avais une petite amie, le dirais-tu à tes parents ? Pourquoi ?

10.

Et s’ils l’apprennent, selon toi quelle serait leur réaction ? Pourquoi ?

11.

Si tu ne veux pas qu’ils l’apprennent, que fais-tu pour ne pas qu’ils le sachent ?

12.

Est-ce que l’avis de tes parents sur tes relations amoureuses compte pour toi ?

13.

Est-ce que tu serais prêt à rompre parce qu’ils ne sont pas favorable à ta relation ?

14.

Si tu as un(e) petit(e) ami(e) :

15.

a.

Est-ce qu’il/elle vient du même quartier que toi ? Pourquoi ? C’est voulu ?

b.

Est-ce que vous vous montrez ensemble dans le quartier ? Sinon, pourquoi ?

Qui choisit le lieu où vous vous retrouvez pour vous voir ? Et pour quelle raison allez-vous là? III. Relations sexuelles et influence des aux parents et des amis

16.

As-tu déjà eu un rapport sexuel ? Si oui, à quel âge ?

17.

Selon toi, que pensent tes parents du fait que tu aies ou puisses avoir des rapports sexuels

aujourd’hui ? Pourquoi ? 18.

Et toi, que penses-tu de leur opinion ?

19.

Si tu dois prendre la contraception, comment fais-tu si tes parents ne le savent pas ? Où vas-

tu pour te la procurer ? 20.

Et pour les préservatifs, si tu en as besoin, où est-ce que tu te les procures ?

21.

Si tes parents s’aperçoivent que tu prends une contraception ou que tu as des préservatifs sur

toi, quelle serait leur réaction ? 22.

Est-ce que tu fais quelque chose de particulier pour ne pas qu’ils s’en aperçoivent?

86  


23.

Est-ce que tes ami(e)s ont déjà eu des rapports sexuels ? - Qu’en penses-tu ?

24.

Ce que tes amis pensent de ton/ta petit(e) ami(e), est-ce que c’est important pour toi ? Pourquoi ?

25.

Est-ce que l’avis de tes ami(e)s a déjà influencé tes choix ?

26.

Est-ce que tes amis ont déjà essayé de t’inciter à avoir un(e) petit(e) ami(e) ou à faire quelque

chose avec une fille/un garçon ? IV. Internet comme source d’information et rôle de la pornographie dans la VAS des jeunes 27.

Lorsque tu te poses une question sur la sexualité, auprès de qui ou bien où vas-tu chercher la

réponse ? Pourquoi ce choix ? 28.

As-tu déjà choisi d’aller sur internet pour t’informer sur la sexualité ou les rapports amoureux?

Pourquoi ? 29.

Si oui, sur quels supports trouves tu l’information ? Blog, forum, site d’information…

30.

Les réponses que tu as trouvées correspondent-elles à ce que tu voulais savoir ?

31.

Est-ce qu’il t’arrive de parler de sentiments ou de sexe sur les réseaux sociaux et chat ? Avec

qui ? 32.

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé d’avoir une relation amoureuse avec quelqu’un rencontré sur

internet ? L’as-tu rencontré dans la réalité ? Avez-vous eu une relation sexuelle par la suite ? 33.

As-tu déjà vu des images pornographiques ? Sur quel support ?

34.

Si oui, dans quel contexte ? Etait-ce intentionnel/voulu ou accidentel ?

35.

Qu’as-tu pensé en voyant ces images pornographiques ?

36.

Est-ce que c’est une sexualité proche de la réalité selon toi ?

37.

Selon toi, qu’est ce que la relation sexuelle peut apporter de plus dans une relation de couple?

38.

Penses-tu qu’il faut avoir, dans la vie, une expérience sexuelle avec des partenaires

différents? 39.

Est-ce que tu penses que c’est pareil pour les filles et les garçons ? Pourquoi ?

40.

Penses-tu que les filles et les garçons ont le même genre de sexualité ?

41.

Si tu sors avec quelqu’un et qu’au bout d’un certain temps, il/elle t’impose, exige que tu aies

un rapport sexuel avec lui/elle, qu’en penserais-tu ? Pourquoi ? 42.

Est-ce qu’il t’est arrivé de regretter ou de te sentir coupable suite à un rapport ou à une

expérience sexuelle ? Pourquoi ?

87  


ANNEXE VI: Questionnaire Questionnaire « Vie affective et sexuelle des jeunes » - Atelier Santé Ville 19e IMPORTANT -­‐  Ce  questionnaire  est  anonyme   -­‐    Tu  es  libre  de  ne  pas  répondre  si  tu  ne  veux  pas   -­‐  Pour  répondre,  coche  les  cases  ou  remplis  les  blancs   Rappelle  toi  qu’il  n’y  a  pas  de  bonne  ni  de  mauvaise  réponse  !   Informations générales 1. Tu es :

 Une fille

2. Quel âge as-tu ?

_ _ ans

3. En quelle classe es-tu ?

 Troisième

4. Adresse :

N° _ _ _

5. Combien as-tu de frères et sœurs ?

__

6. Tu vis avec (tu peux cocher plusieurs cases) :

 Un garçon

 Seconde

Rue ____________________________________

 Ton père et ta mère  Ta mère et conjoint(e)  Ta mère seule  Ton père et conjoint(e)  Ton père seul  En garde partagée  Dans une famille d’accueil ou un foyer  Avec un ou des grands-parents  Autre, précise : __________________________________

7. Quelle est l’activité des adultes avec lesquels tu vis (si tu vis dans deux familles, réponds pour les adultes avec lesquels tu passes le plus de temps) ? 1er adulte :

2ème adulte :

 Travaille

- Profession : ______________________________________

 Ne travaille pas :

 Chômage  Retraite  Père/mère au foyer  Autre raison (ex : études, maladie, etc.)

 Travaille

- Profession : ______________________________________

 Ne travaille pas :

 Chômage  Retraite  Père/mère au foyer  Autre raison (ex : études, maladie, etc.)

8. Est-ce que tu crois en une religion ?  Oui.

Laquelle ?

 Bouddhiste  Chrétienne  Hindoue  Juive

 Musulmane  Protestante  Autre, précise : ___________________

 Non 9. Es-tu pratiquant(e) ?

 Oui

 Non

88  


Cadre de vie, bien-être et consommations 10. Chez toi, as-tu une chambre pour toi tout(e) seul(e) ?

 Oui

11. Si non, avec combien de personnes la partages-tu ?

__

12. Chez-toi, as-tu un espace tranquille pour faire tes devoirs ?

 Oui

13. En général, à quelle heure te couchestu pendant la semaine ?

__h__

14. En général, que fais-tu juste avant de t’endormir (tu peux cocher plusieurs cases)?

 Tu regardes la télévision ou des films/séries  Tu lis  Tu navigues ou chat’ sur MSN, facebook, etc.  Tu téléphones ou envoies des SMS  Tu écoutes la radio  Autre, précise : ___________________________________

15. Est-ce qu’il t’arrive de sortir avec tes ami(e)s après les cours ?

 Oui, tous les jours ou presque  Oui, certains jours de la semaine  Oui, le week-end uniquement

 Rarement  Non, jamais

16. Si oui, quelles sont vos activités principales lors de ces sorties ?

 Se retrouver pour discuter dans la rue  Se retrouver chez l’un d’entre vous

 Aller boire un verre/café  Aller au cinéma  Autre, précise : ____________________

17. As-tu le droit d’inviter des ami(e)s chez toi ?

 Oui

 Non

18. Si oui, peux-tu inviter des ami(e)s du sexe opposé ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

19. En général, au collège/lycée (tu peux cocher plusieurs cases) :

 Non

 Non

 Tu te sens bien  Tu n’as pas de problème particulier  Tu te sens souvent mal à l’aise ou pas à ta place  Tu t’ennuies souvent  Tu n’as pas envie d’y aller

20. Globalement, est-ce que tu te sens bien dans ton quartier ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

21. Est-ce que tu fumes des cigarettes ?

 Oui, tous les jours  Oui, plusieurs fois par semaine  Oui, de temps en temps

 Rarement  Non, jamais

22. Est-ce que tu fumes la shisha/ le narguilé ?

 Oui, tous les jours  Oui, plusieurs fois par semaine  Oui, de temps en temps

 Rarement  Non, jamais

89  


23. Au cours d’une semaine normale, est-ce que tu bois de l’alcool?

 Oui, tous les jours  Oui, le week-end et certains jours de la semaine  Oui, uniquement le week-end  Rarement  Non, jamais

24. Si oui, lorsque tu bois de l’alcool, combien de verres bois-tu en moyenne (bière, vin, soda alcoolisé, whisky-coca, etc.) ?  1 ou 2 verres 7à9  3 ou 4  10 et plus  5 ou 6 25. Est-ce que cannabis (shit/herbe)?

tu

fumes

du

26. Est-ce que tu prends une autre drogue ?

 Oui, tous les jours  Oui, plusieurs fois par semaine  Oui, de temps en temps  Oui

 Rarement  Non, jamais

 Non

Amour et sexualité 1. Qu’est-ce que tu en penses ? _ Le sexe _ La confiance _ Bien s’entendre

27. Note par ordre de priorité (en mettant des numéros), les éléments qui pour toi sont les plus importants dans un couple:

_ L’attirance physique _ L’amour _ Le respect _ L’argent _ Le statut social _ La religion

28. Pour toi, le mariage, c’est :

 Très important  Important

 Peu important  Pas important du tout  Je ne sais pas

29. Pour toi, est-ce qu’il est important d’avoir eu une ou plusieurs autres expériences sexuelles avant de se marier ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

30. Pour toi, avoir une relation sexuelle avec son/sa partenaire avant de se marier avec lui/elle c’est :

 Très important  Important  Peu important

 Pas important du tout  Interdit  Je ne sais pas

31. Pour toi, est-il important qu’un garçon soit vierge avant le mariage ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

32. Pour toi, est-il important qu’une fille soit vierge avant le mariage ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

33. Dans ton quartier, penses-tu qu’il soit possible d’embrasser un garçon/une fille en public ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

 Autre, précise : ____________________  Je ne sais pas

90  


34. Voir deux personnes du même sexe qui s’embrassent ou se tiennent la main (tu peux cocher plusieurs cases) :

 Ca te choque autant que de voir deux personnes hétérosexuelles s’embrasser ou se tenir la main  Ca te dégoûte, elles feraient mieux de se cacher  Ca t’est égal, chacun est libre de faire ce qu’il veut  Tu trouves ça important et courageux qu’elles s’assument en public  Tu ne te prononces pas

35. Pour toi, la masturbation c’est : (tu peux cocher plusieurs cases)

 Plaisant  Normal, naturel  Sale

 Mal  Je ne sais pas ce qu’est la masturbation

36. Pour toi, la réputation et le regard des autres c’est :

 Très important  Important

 Peu important  Pas important du tout

37. « Pour avoir une relation sexuelle, il faut être amoureux »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

38. « Il est normal que deux personnes du même sexe s’aiment et aient des relations sexuelles »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

39. « On peut faire l’amour dans le seul but d’avoir du plaisir »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

40. « Le but d’une relation sexuelle est avant tout d’avoir des enfants »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

41. « Les sentiments, c’est un truc de filles»

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

42. « Les filles sont responsables de la contraception »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

43. « Une fille qui a des préservatifs sur elle est une fille facile »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

44. « Une fille qui a des rapports sexuels avec plusieurs partenaires n’est pas respectable »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

45. « Un garçon qui a des rapports sexuels avec plusieurs partenaires n’est pas respectable »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

46. « La masturbation, c’est un truc de garçons »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

Donne ton avis sur ces affirmations !

91  


47. « Il est normal d’exiger à son/sa partenaire d’avoir une relation sexuelle lorsque l’on sort ensemble depuis longtemps »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

48. « On peut contraindre (forcer) son/sa partenaire à avoir des rapports sexuels si on l’aime »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

49. « On peut justifier qu'un garçon frappe sa petite amie »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

50. « On peut justifier qu'une fille frappe son petit ami »

 Tout à fait d’accord  Plutôt d’accord

 Plutôt pas d’accord  Pas du tout d’accord  Je ne sais pas

 Oui

 Non

2. Et en pratique ? 51. As-tu déjà eu un(e) petit(e) ami(e) ? 52. As-tu déjà vu ou regardé des images pornographiques ?

 Oui, j’en vois/regarde souvent  Oui, j’en vois /regarde de temps en temps  Oui, j’en ai vu une fois  Non, jamais

53. Si oui, où as-tu vu ces images (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Vidéos / DVD  Chat  Sites de rencontres  Site de vidéos pornographiques  Magazines érotiques ou pornographiques  Littérature érotique  Autre (sur portable, sex shop…)  Pubs sur internet (pop-up)  Je ne sais pas

54. Si oui, dans quel contexte as-tu vu ou regardé des images pornographiques ?

 Tu les as regardées avec un groupe de copains/copines  Un(e) ami(e) te les as envoyé sur internet  Un(e) inconnu(e) te les as envoyé sur internet  Tu as cherché ces images tout(e) seul(e)  Tu as trouvé un DVD/cassette/magazine/BD chez toi  Une image est apparue sur internet sans que tu ne le veuilles

55. As-tu déjà été choqué(e) par des images à caractère pornographique ?

 Oui  Oui

 Non  Je ne sais pas  Non

56. As-tu déjà eu un rapport sexuel ?

 Si oui, réponds aux questions suivantes

57. Quel était ton âge la 1ère fois ?

_ _ ans

58. Quel était l’âge de ton/ta partenaire ?

_ _ ans

 Je ne sais pas

59. La 1ère fois, te sentais-tu prêt(e) ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

 Si non, va directement à la question n°72

92  


60. T’es-tu déjà senti(e) forcé(e) à avoir un rapport sexuel ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

61. T’es-tu déjà senti(e) coupable suite à un rapport ou une pratique sexuelle ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

62. Pendant ton 1er rapport sexuel, as-tu utilisé un préservatif ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

63. Si tu as eu plusieurs rapports, as-tu utilisé un préservatif ?

 Oui, à chaque rapport  Oui, parfois

 Non, jamais  Je ne sais pas

64. Avant d’avoir un rapport sexuel, avezvous parlé de contraception avec ton/ta partenaire ?

 Oui

 Non

65. Avant d’avoir un rapport sexuel, avezvous parlé d’infections sexuellement transmissibles (IST) avec ton/ta partenaire ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas ce qu’est une IST

66. As-tu (toi ou ta partenaire) utilisé un moyen de contraception pour éviter une grossesse lors de ton 1er rapport sexuel ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

67. Si oui, lequel (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Diaphragme  Implant sous-cutané  Méthode du retrait  Pilule

 Pilule du lendemain  Préservatif  Stérilet  Autre, précise : ____________________

68. As-tu (toi ou ta partenaire) déjà utilisé la contraception d’urgence (pilule du lendemain : c’est-à-dire une pilule que l’on prend après un rapport sexuel pour ne pas tomber enceinte) ?

 Oui, une fois  Oui, plusieurs fois

 Non, jamais

69. T’est-il déjà arrivé de vouloir utiliser la contraception d’urgence et finalement d’y renoncer (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Oui, car elle était trop cher  Oui, car je n’osais pas la demander  Oui, car j’avais peur de me faire juger  Oui, car je ne savais pas où aller pour l’acheter  Oui, pour d’autres raisons, précise : __________________________________________________  Non jamais

70. As-tu (toi ou ta partenaire) déjà eu recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG) ?

 Oui, une fois  Oui, plusieurs fois

 Non, jamais  Je ne sais pas

71. En tout, combien de partenaires as-tu déjà eu ?

_ _ partenaires

 Je ne sais pas

72. As-tu déjà fait un test de dépistage du VIH (test pour détecter la présence du virus du sida dans l'organisme) ?

 Oui, une fois  Oui, plusieurs fois

 Non, jamais

93  


73. T’est-il déjà arrivé de vouloir faire un test de dépistage du VIH et d’y renoncer (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Oui, car je ne savais pas où aller  Oui, car je n’osais pas y aller  Oui, car j’avais peur de me faire juger  Oui, car j’avais peur du résultat  Oui, pour une autre raison, précise : _________________________________________________  Non jamais

Testons quelques unes de tes connaissances ! 74. Penses-tu qu’il soit possible d’être contaminé par une infection sexuellement transmissible (IST) dès le 1er rapport sexuel ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

75. Penses-tu qu’il soit possible qu’une femme tombe enceinte dès le 1er rapport sexuel ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

76. Il y a-t-il un risque d’être contaminé par une infection sexuellement transmissible lors d’une fellation ou d’un cunnilingus ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

77. Il y a-t-il un risque d’être contaminé par une infection sexuellement transmissible lors d’un rapport sexuel anal (sodomie) ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

78. Il y a-t-il un risque d’être contaminé par une infection sexuellement transmissible lors d’un rapport sexuel vaginal ?

 Oui

 Non  Je ne sais pas

Comment parles-tu et t’informes-tu sur la sexualité ?

79. Dans ta famille, dirais-tu que la sexualité est :

 Un sujet dont tu peux facilement parler  Un sujet dont tes parents te parlent mais que tu ne veux pas aborder avec eux  Un sujet dont il est difficile de parler  Un sujet dont il est interdit de parler  Je ne sais pas

80. A qui parles-tu d’amour et de sentiments ?

 Ta mère  Ton père  Ta/tes sœurs  Ton/tes frères  Ton/ta petit(e) ami(e)  Tes ami(e)s  Un adulte de confiance

 Un éducateur/trice  L’infirmière scolaire  Un autre professionnel de santé  Tu n’en parles jamais  Autre (précise): ___________________

94  


81. A qui parles-tu de sexualité ?

 Ta mère  Ton père  Ta/tes sœurs  Ton/tes frères  Ton/ta petit(e) ami(e)  Tes ami(e)s  Un adulte de confiance

82. Si tu te poses une question sur la sexualité, où vas-tu chercher l’information ?

 Sur Internet  Dans les magazines  J’écoute la radio  J’en discute avec un membre de ma famille  J’en discute avec un/des ami(e)s  J’en parle avec l’infirmière scolaire  J’en parle avec un autre professionnel de santé  En me rendant dans une association  Je ne cherche pas d’information à ce sujet  Je ne sais pas  Autre, précise : ___________________________________

83. Parmi ces structures, laquelle ou lesquelles connais-tu (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Antenne Jeunes  Maison des Copains de la Villette (MCV)  Feu Vert  AJAM  Espace 19  Centre de planification et d’éducation familiale Curial  Maison des Adolescents  Cité de la Santé  Centre régional d’information et de prévention du sida (CRIPS)  Aucune

84. Parmi ces structures, où es-tu déjà allé(e) pour échanger ou demander des informations sur la sexualité, la contraception, les rapports amoureux, etc. (tu peux cocher plusieurs cases) ?

 Antenne Jeunes  Maison des Copains de la Villette (MCV)  Feu Vert  AJAM  Espace 19  Centre de planification et d’éducation familiale Curial  Maison des Adolescents  Cité de la Santé  Centre régional d’information et de prévention du sida (CRIPS)  Aucune de ces structures

85. Si tu devais te procurer des préservatifs, où irais-tu (précise) ?

__________________________________________________

86. Si tu n’es jamais allé(e) dans ces structures, explique la ou les raisons principale(s) :

 Un éducateur /trice  L’infirmière scolaire  Un autre professionnel de santé  Tu n’en parles jamais  Autre (précise) : ___________________

 Je ne sais pas quelle structure en distribue  Ce n’est pas moi qui m’en occupe  Tu ne les connais pas  Tu n’en as pas eu besoin  Tu n’as pas osé y aller  Tu as peur d’y voir quelqu’un que tu connais  Tu penses que c’est trop loin  Tu n’as pas confiance  Tu préfères parler de ces sujets à quelqu’un d’autre  Autre raison, précise : __________________________________________________

95  


 Je ne sais pas 87. Si tu y es déjà allé(e), as-tu été satisfait(e) de l’accueil reçu ?  Oui  Non.

Pourquoi ?

 Tu ne t’es pas senti(e) en confiance  Tu ne t’es pas senti(e) écouté  Tu n’as pas reçu l’information cherchée  Tu t’es senti(e) jugé(e)  Autre raison, précise : _________________________________________________

88. Si tu as une question sur la sexualité ou la contraception, en parles-tu à ton médecin de famille ?  Oui  Non.

Pourquoi ?

89. Concernant l’amour et la sexualité, sur quel(s) sujet(s) aimerais-tu avoir davantage d’information ? 90. De quelle façon aimerais-tu être informé (ex : à l’école, par une vidéo, en créant une pièce de théâtre, etc.) ?

 Tu ne te sens pas assez à l’aise pour parler d’un sujet intime avec ton médecin  Tu as peur qu’il en parle à tes parents  Tu as déjà quelqu’un à qui en parler  Autre, précise : ______________________________

_______________________________________________

_______________________________________________

Pour les filles 91. Es-tu déjà allée chez un gynécologue (médecin spécialiste du corps  Oui de la femme et son appareil génital) ?

 Non

92. T’est-il déjà arrivé de vouloir aller chez  Oui, car je ne savais pas où aller un gynécologue et d’y renoncer ?  Oui, car je n’osais pas y aller (Tu peux cocher plusieurs cases)  Oui, car je n’avais pas les moyens financiers  Oui, pour une autre raison, précise : _________________________________________________  Non jamais 93. Si tu utilises un moyen de contraception de manière régulière, depuis combien de temps ?

 Moins de 6 mois  6 mois à 1 an  Plus d’un an  Je ne sais pas

Merci beaucoup de ta participation !   96    

Etude vas asv 19  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you