Page 1

f iches pratiques - 2012 //

f il Vert n°13

Pollution atmosphérique et santé à Lyon

Installation Sph’air, Marie-Hélène Richard et Stéphane Bohu, Place des Terreaux, 2011

impacts sanitaire et environnemental

Pollution hivernale aux particules Record de 23 jours consécutifs d’activation du dispositif préfectoral en novembre 2011

L’air que nous respirons quotidiennement représente 6 à 7 fois plus que ce que nous mangeons et buvons tous les jours. Les effets de la qualité de l’air sur notre santé sont donc beaucoup plus importants que ceux des autres ressources essentielles à la vie. Nous respirons environ 15000 litres d’air par jour soit 18kg. L’air que nous respirons peut contenir des centaines de polluants gazeux, liquides ou solides. Les polluants de l’air extérieur sont produits directement par des sources de pollution et d’autres résultent de réactions photochimiques. La pollution de l’air est aussi néfaste pour l’environnement et le climat (pluies acides, pollution photochimique, trou dans la couche d’ozone, effet de serre…)

Les polluants principaux de l’air Liens à court terme entre pollution et santé Etude portant sur 25 villes européennes dont Lyon

LES OXYDES D’AZOTE (NOX)

Composés formés lors des combustions de carburants et de combustibles fossiles. Les sources principales sont les véhicules et les appareils à combustion : gazinière, chauffe-eau…

DIOXYDE DE SOUFRE

Polluant essentiellement industriel. Les sources principales sont

15% des cas d’asthme les centrales thermiques, les grosses installations de combustion chez les moins de 17 ans industrielle, l’automobile et les unités de chauffage. LES PARTICULES 23% des bronchites Les particules en suspension, appelées « poussières » chroniques 25% des maladies cardio-vasculaires, chez les plus de 65 ans

proviennent en majorité de la combustion à des fins énergétiques de différents matériaux (bois, charbon, pétrole), du transport routier (imbrulés à l’échappement, usure des pièces mécaniques par frottement, des pneumatiques…) et d’activités industrielles diverses (sidérurgie, incinération…).

L’OZONE

L’ozone n’est pas directement rejeté par une source de pollution. Il se forme par une réaction chimique initiée par les rayons ultraviolets (UV) du soleil. Les concentrations maximales d’ozone sont mesurées pendant les mois les plus chauds de l’année (mai à août) lorsque le rayonnement solaire est le plus important. Fiche thématique réalisée par le groupe des éluEs Europe Ecologie - Les Verts et apparentéEs 13, rue du Griffon - 69001 LYON // tél. 04 78 39 85 08 // lesvertslyon@wanadoo.fr // http//:eelv.lyon.fr // Facebook : Elus-Lyon Europe-Ecologie Les Verts


Règlementations La législation sur l’air repose sur l’application d’une règlementation qui poursuit les objectifs de qualité de l’air édictés au niveau international et européen.

LE DISPOSITIF PREFECTORAL

Carte de la pollution de l’air en région Rhône-Alpes 22 novembre 2011

> Le dispositif a pour objectif de limiter l’exposition des populations lors des épisodes de pollution. > Il est censé permettre : d’informer la population et de délivrer des recommandations sanitaires et comportementales ; de lancer des actions de réduction des émissions sur les différentes sources concernées : - limiter l’usage des cheminées à bois, - limiter l’usage des véhicules automobiles, - réduire les vitesses sur les voies rapides et autoroutes, - reporter certains épandages agricoles, - respecter l’interdiction de brûlage de déchets verts.

SCHÉMA RÉGIONAL CLIMAT AIR ÉNERGIE

Introduit par le projet de loi Grenelle 2 et co-piloté par le préfet de Région et le président du conseil régional, le SRCAE met en place une stratégie transversale climat air énergie à l’échelon du territoire régional à l’horizon 2020 et 2050. Il doit garantir un respect des directives européennes de la qualité de l’air.

PLAN DE PROTECTION DE L’ATMOSPHERE

75 jours d’activation du dispositif préfectoral en 2011 à Lyon. Union Européenne et l’environnement : 35 jours de pollution par an autorisés Après dépassement , chaque collectivité entre en contentieux et doit payer des contraventions.

L’Etat définit les actions à prendre au niveau local pour se conformer aux normes de la qualité de l’air. Il doit permettre d’appliquer localement les mesures du Plan Particules. Le PPA de l’agglo lyonnaise est en phase de révision.

LE GRAND LYON EXPERIMENTE : LA ZONE D’ACTION PRIORITAIRE POUR L’AIR (ZAPA)

> Le projet, présenté avant le 13 juillet 2012 au préfet de département, doit : - en déterminer le périmètre qui pourrait s’étendre jusqu’au boulevard périphérique ; - restreindre voir interdire l’accès à la ville aux véhicules polluants ;

Les objectifs des écologistes > Les éluEs Europe Ecologie souhaitent que les mesures mises en place dans les différents dispositifs soient plus efficaces. > Les éluEs Europe Ecologie souhaitent que les pistes suivantes soient exploitées au niveau local: informations plus importantes auprès des habitants ; contournement de l’agglomération par les camions ; circulation alternée pour les véhicules diesel. > Au niveau national : suppression des incitations fiscales favorables au diesel, création d’une Agence française de l’air, prise en compte de toutes les émissions polluantes dans les bonus-malus. Fiche thématique réalisée par le groupe des éluEs Europe Ecologie - Les Verts et apparentéEs 13, rue du Griffon - 69001 LYON // tél. 04 78 39 85 08 // lesvertslyon@wanadoo.fr // http//:eelv.lyon.fr // Facebook : Elus-Lyon Europe-Ecologie Les Verts

fiche_pollution_Atmo  

LES OXYDES D’AZOTE (NOX) Pollution hivernale aux particules Liens à court terme entre pollution et santé L’OZONE L’ozone n’est pas directeme...