Issuu on Google+

The Natural Marine Park of Iroise volume 3 This year, our students in 1ères ES - Le Likès – Quimper and the Marine Park experts on Tristan Island have decided to focus on the lives of people in and around the Park

Ils nous décrivent aussi quelques sites particuliers - Special thanks to Marie Hascoët and all our partners in and from the Iroise Marine Park for working with us in their base on Tristan Island in Douarnenez www.parc-marin-iroise.gouv.fr - We also thank the staff in Haliotika, Le Guilvinec


Presentation of the Park

Position n°1 : Deputy Manager The Iroise Natural Marine Park was created in 2007 in the Iroise Sea, near to the coast of Finistère. The main goal of the park is to protect, develop and study the resource of the sea. It’s like a conservatory and observatory of the natural resource and biodiversity of the Park. We met Mr Boileau who’s the assistant manager of the Park, and he said to us that the Park isn’t a « sanctuary or a nature reserve » and that the main goal is to develop the activities which already exist in the area, while protecting them too.

FABIEN

BOILEAU

It was created on September 28th, 2007, It is the first of the kind in France. It is part of The Marine Protected Area Agency. The Park extends over 3550km² but it excludes the Bay of Brest. This park is also endowed with an outstanding luxuriance thanks to a mass a cold water which is mixed with the Gulf Stream (mass of hot water) along our coast which gives us great seaweed fields (in the Archipelago of Molène) and an expensive fauna, migratory and sedentary protected species. It is neither a reserve nor a sanctuary because of its promoting activities, and thanks to this capability, the park has been awarded the MAB label( Man And Biosphere ) of the UNESCO.

credits : http://www.parc-marin-iroise.fr/

The Park is managed by a Management Council composed by 50 members such as local authorities, environmental associations, users, Experts.... etc, working together in order to ensure the development of activities in the Park.


Its main GOALS are : Acquisition of knowledge Protection Sustainable development of sea activities 1.Research and dissemination of knowledge of marine eco-systems. 2.Sustain and preserve the populations of protected, rare or endangered species and their habitat. 3.Reduce land pollution , risks of accidental port activity pollution and maritime pollution. 4.Control of mineral extraction activities. 5.Exploitation of sustainable fishery resources. 6. Support professional coastal fishing. 7.Support sustainable seaweed farming. 8.Support maritime activities on the islands to maintain a population of permanent residents there. 9.Conservation and enhancement of landscape, architectural, archaeological and maritime, including submarine patrimony , and local expertise. 10.Development of sustainable tourism, water sports and leisure activities, consistent with the protection of marine ecosystems.

RESSOURCES The Iroise Marine Park has 6 different parts which have different ressources and animals : -The Archipelago of Molene -Ouessant-The coastline of Crozon – The bay of Douarnenez- the causeway of Sein-the sea of Iroise There we can find a lot of animals and resources = the European otter, shore birds, grey seals, Seaweed beds, maerl Bench, sharks, Subtidal rocky areas , cetaceans,caves, sea and nesting birds…


ECONOMY - The Iroise Marine Park enjoys human, financial and technical resources made ​​available by the Agency for Marine Protected Areas. The Park also relies on a network of partners To carry out its activities, in 2012 the Park has an overall budget of 3 million euros The budget of the Park at its creation in 2008 was € 1.5 million. It has increased by about 500 000 euros every year : 2 million in 2009, 2,5 million in 2010, 3 million in 2011 and 2012.

THE BOARD OF TRUSTEES The Park is chaired by Pierre Maille, Chairman of the General Council of Finistère 11 elected local representatives 12 representatives of professional seafarers 8 user representatives 2 representatives of associations of environmental protection 9 qualified individuals one of them from The Armorica Regional Natural Park 6 representatives of state services


EVOLUTION OF THE PARK Created on September 28th, 2007. In 1989, launch of the idea of the Park in the Iroise Sea. On April 14th 2006, publication of the law about National Parks , Natural Marine Parks and Regional Parks. On December 2nd 2009, installation of the Coastline Conservatory on Tristan Island. On September 29th 2010, the management plan was accepted by the board of trustees. This territory was a “merritory” because the park was only in the Sea. It ‘s a protected area. The Park manages the protection of the whole park. There has been an evolution in jobs,because now an employee has many skills and activities.

credits : parc-marin-iroise.fr

FIRST RESULTS AFTER 2 YEARS - Revitalization of the population of lobsters - Implementation of a plan for collecting solid waste , ‘maerl’ and green algae in the sea - Creation of the label for abalone «Ormeaux Mullein» - Organic Algae Order - Financial support (small business) - Accompanying benefits - Awareness (at an early age) - Increased number of partnerships (Schools, Océanopolis)


Dreams and reality

in

the park activities

credits :aires-marines.fr

At the beginning, when the park wasn’t even created, the dreams were huge, the idea was, at the same time, to protect the environment of the sea of Brittany, in agreement with the actors of the economy, fishermen and Farmers. So the goal was to protect the sea of Iroise without disturbing the development of the region. And, to win all these challenges, this project was transformed into a park, the first national marine park. It’s in 2007 that the park started its activities. But because we are in 2013 and because the park was created 6 years ago, the issues are quite the same as in 2007. Issues are : to protect the patrimony, the quality of the sea, to preserve the professional fishing in the region and entertainment activities. Until now, the park has taken up the majority of its challenges. The fishing in Brittany is in full swing, the protection of the environment is very effective and another National Marine Park has opened in France. But now what ? Maybe some challenges have been taken up but, what are the coming projects of the park ? There is a program at the beginning of the year that defines the actions for the year, these actions are many. And for the future, the projects are pretty the same, it concerns the protection of the coastline and species of the sea, the labellisation of traditional products, helping the development of new activities and the preservation of the environment.

credits developpement-durablegouv.fr


Position n°2 : Islanders

The park preserves marine and ground species. But in the long run like Scarlette LE CORRE said, some species become more present and eat all other species which then become rare. The food chain is imbalanced. For example there are lot of seals and in a few years the seals eat all fish which become rare so the fisher men can’t find fish for their jobs and business. The seaweed and abalone collectors who were unknown, today are famous with the help of the Marine Park of Iroise. They obtained a special label. The Marine Park of Iroise has created jobs. For example the warden of Tristan island The deepening and the broadcasting of the knowledge of the marine ecosystems, keep protected species and their environments in good condition . We can see with the researchers lot of seaweed species have been discovered. People in the project have their field of expertise: knowledge of the marine environment, fishing, the quality of water, natural patrimony , tourism and education for the young.

We asked inhabitants of Molène island what they think about the Marine Park of Iroise and they answered : “We were very enthusiastic during the creation of the Park, it seemed to us to be an excellent tool to promote the island activities and develop a viable economy on islands while protecting the resource in reality, we are disappointed by the form of the events, it is only one more administrative layer , that does not bring much and even slows down certain projects with a real contribution for the islands which would have been already able to be born if the Park was not there. The idea is excellent, but the realization is far from what was planned at first.”


Position n°3 : a retired Fisherman now active in the rescue team of Douarnenez The Iroise Sea offers possibilities of economic development : the coastal population has known how to take advantage of them for tourism. Fishing is one of the activities which appears in the local economy. The presence of almost all of the modes of fishing practiced in Brittany is understandable by the diversity of its representative environments of the marine ecosystems of the Atlantic Ocean, Like the seasons and the great number of fish. Gaby Jaouen is a 65 year old retired fisherman , now a volunteer in the SNSM. He was alone on board a 8 meter 20 wooden boat (it was a choice). This boat was made for 3 persons and is based in the port of Douarnenez. He left at 3 am without knowing at what time in the afternoon he would be back. He specifies that in this job it is necessary to work when we can. On the deck of his boat you could find a wheel, a sounder, a radar, a GPS(Global positioning system) and an autopilot. The bridge of its boat contained a straight net (used if it is not the big tidal range) that we have to lay before daybreak, it is made by simple stitch 35 for 70 centimeters. This net is used to catch whiting, pollock and Bass . On the other hand the tripaille net (50 meters) is laid in the morning to catch fish like the sole, turbo and ray-fish. Gaby Jaouen’s fishing spots are in the bay of Douarnenez Gaby Jaouen just like Scarlette Le Corre told us that a fisherman’s job is very difficult and that it requires a lot of sacrifice. These 2 fishermen are against the Marine Park of Iroise because it is too present in certain parts and prevents the fishermen from working as they would like to.

GABY JAOUEN

CONTRADICTIONS & COMPROMISES

Although he is very active in teh PArk area, Gaby Jaouen said that he sometimes disagrees with the project of the Park because he can’t moor his boat where he wants anymore because the Park decided to protect the zone. Lots of fishermen disagree with the Park too because they can’t fish where they used to.


Fueling 10 differents jobs, fishing activities keep tradition going. It holds an important place in the identity, the culture and the territory’s economy. Nearly 350 fishing boats work in the Sea of Iroise at all times of the year. There are different types of fishing : -Fishing on boats: several jobs are represented in the park such as gillnet, trawlers, potters or seaweed. Others do practice occasionally -Fishing on foot : It includes tens of professionals and practitioners ( casual or for leisure) This practice falls into two main categories: * Fishing ‘tellin’ found on some beaches of the Bay of Douarnenez and the white Sablon * seaweed harvesting practiced on the foreshore -Diving : Professional fishing by diving is exclusively abalone from September to April. The two professionals who practice this activities in the park also do other jobs Improve the management of stocks: To make a good management of resources, we must have a better scientific knowledge of the species and habitats, and a better control of the respect of regulations in the park.   Located in the northern limit of the park, the “telline” is abundant around Douarnenez , which allows many professionals to live on their catch. The Park has created the Deposits Office: this office follows the management of “telline” in Finistère.   To face the reduction of lobsters stocks, the French fishermen make sure to increase the lobsters population and ban fishing at particular periods of the year. Locally, professional fishermen assessed the lobsters population around Sein island in 2007, and asked the Marine Park of Iroise to follow up.

Gaby’s life

:

He is from Molene Island. His family is a fishermen’s family. At the begining he worked on trade boats then he worked on a fishingboat. A few years later he decided to become his own boss and bought a boat. The job of fisherman was a vocation for him. He supports the Marine Park because thanks to the Marine Park, there were regulations to preserve the ecosystem and to protect small fisherman from boats which destroy the seabed and live on overfishing. Therefore now the fish can reproduce more easily. The Marine Park allows to protect small fishermen and the local economy. However, he’s against the regulations of the Marine Park to remove areas reserved for boaters because he will lose his mooring for his pleasure boat.


SNSM : It’s a national association ( 1901 law) of life-saving at sea (beyond 300 meters off-shore) . In France there are 221 bases and 7000 volunteers . Its slogan is “Let seawater never have the taste of tears ”. It was created in 1865. Credits : capsizun.info

Credits : snsmgruissan.free.fr

In the Park the safety of the people is the responsibility of the National Society of Sea Rescuing (SNSM) which runs 29 bases in the Finistere. The Office of the Bay of Douarnenez is composed of 26 volunteers divided into 2 crews and a team on shore composed of the President and the Treasurer. Most of the volunteers are retired fishermen or from the Navy or Trade Fleet . A crew is composed of 12 volunteers each : 1 boss, 1 mechanic, 1 radio, 1 diver and 8 skimmers. A crew is able to intervene within 10 minutes after the Alert has been launched . ALERTS: The SNSM Center receives calls either from the Regional Operation Center of Surveillance and Rescuing (CROSS) or from the 112, then the service redirects the alert to the intervention team on stand-by which gets ready to set out if they have to intervene beyond 300m off the coast, within this distance it is the jurisdiction of the Fire Department. The Office of the Bay of Douarnenez carries out about 30 rescue operations a year. The SNSM is mainly funded with donations and subsidies from the government (from 30 000 to 40 000 € a year ).

For the exercices, as the majority of volunteers are retired sailors they are used to standard exercises such as Fire-fighting, rescuing or abandon. Nonetheless exercises are scheduled once a month from 10 to 12 a.m.. Over the past 2 years there has been a Training Center in St Nazaire in order to ensure the next generation will take over the job as volunteers are much fewer these days. .


Position n°4 : a Fisherwoman and active business developper in Le Guilvinec an interview by Anne-Laure

SCARLETTE LE CORRE

Last week we met Scarlette Le Corre the only “fisherwoman” in the Guilvinec. We were curious to see what personality was hiding behind this woman who operates in a world populated by men and her living conditions. During this meeting we learnt that she was granddaughter, daughter, wife and mother of fishermen, then Nno surprise Scarlette has always known “the marine world”. It is natural that the first time she got on a boat with her father she was only a few years old .Scarlette became a fisherwoman in 1983. She started with sole fish, red mullet and all kinds of coastal fish. In 1987, she embarked on the production of algae and the same year, Scarlette Le Corre was elected as representative of local fisheries committee then in the regional and national committees. She defends the profession in Brussels, which allows her to change the regulations, such as the obligation to inform consumers when a sea-bass for example comes from a sea-farm and was not caught at sea. She fights, that’s why she earned her decorations: the national Merit in 1996, the maritime merit in 2000 and the Legion of Honor in 2003. Scarlette handles all of her business which causes her to work about 130 hours a week and approximately 225 days at sea in one year, because she catches fish , transforms all her products, and then she sells them on markets. Anyway, she has a good salary, which can range from 3000€ to 5000€ for month. Then Scarlette spoke of fish-farms . For her, it is not a long term solution because to produce one kilogram of farmed fish, 6 to 9 kg of wild fish are needed to feed them. Today, 75% of fish consumed in France is imported, but for Scarlette Le Corre, fishing is a good job for the future, although today young people are needed in the profession. As a conclusion, we met a figure of the sea, with boundless energy and a somewhat hyperactive personality and who manages to balance work and family.

In the future ...

Contrary to what we can think , there is still plenty of fish in the sea. But there are more and more farmed fishes and 1 kg of farmed fish needs 6 or 9 kg of wild fish to grow . Fish-farming is a risk for fishermen. There are not enough students who want to become sailors. That being the case, the profession is endangered To her mind, fishing is a job of the future as well as any business related to the sea. But today, sailors are missing, however with 225 days of sea a year and 4 months of holidays, they are making a good living, a courageous boy who wants to work can earn 3000 to 5000 euros a month minimum.


The profession of fisherman is very hard. She works 120 to 130 hours a week, including 70 hours on her boat. But Scarlett doesn’t want to stop everything; she wants to prove that she can do a man’s job. Therefore, she’s very integrated in this male universe. In 1992, she created the bass’ label which made her very well-known. Then, she decided to participate in fishing shows and to sell products made from seaweed that she makes herself. Her work takes all her time: she’s on her boat 225 days per year, but she loves that. She seems extremely passionate about her job. Scarlett is a friendly, funny and strong woman. She’s not the kind of woman that gives up, she’s a fighter. I didn’t think that the work of fisherman was so difficult. This meeting was very interesting and I’ve learnt a lot of things that I didn’t know about fishing. Léa

she is also a producer of algae to diversify her profession , During the summer she works between 120 and 130 hours a week, 70 hours at sea and the others sorting and selling fish. During the winter she doesn’t go fishing but she goes to food fairs like the Colmar fair to show her products like fish soup or canned mackerel or tartare of algae, she sells her products under the brand-name of Scarlette Le Corre. Robin

A woman in a man’s WORKING WORLD

It is very difficult for a woman to prove her motivation and find a place in this business. Scarlett Le Corre had to work very hard to get the same place as a man. However, today, in this craft, a man’s craft, there is still no maternity LEAVE because it is very uncommon to be a woman sailor. In the port of Guilvinec, Scarlett is now the only woman whereas some time ago they were 5.

Learning the job

Scarlett learned the job on her father’s boat but now there is a special school. You learn skills to perform all the tasks on board, in short, to be a good sailor. The fisherman is a profession that has a future.


Position n°5 : a heritage center in Le Guilvinec : Haliotika

One of the highlights of the visit in Haliotika is the visit of the AUCTION HALL , which

The fishing harbour of Le Guilvinec and its auction hall don’t belong to the Marine Park but the heritage center that developped there was our initiation trip to the project and a good example of what marine activities can lead to in terms of economic development in our region

was created in 1959 and expanded in 1993 and 1994 it is 6200 m² large ( + freezers) 50 fishermen work there , sorting and cleaning fish + 407 fishermen catch fish There are 98 boats : There are 3 types of boats A lady presented Haliotika to us . She said Le Guilvinec is the first fishing port in France for fresh fish, the third for the weight. To start we went to a big hall, divided into a lot of small places. We learned that the fish are sold in sets in the cold place. If the sets are not sold the sets are given to associations

We mustn’t forget fishing activities make thousands of people live in our region ....

We also went on with another aspect of our initiation trip : The FURIC canneries in St Guénolé -Penmarc’h ... allowed us to observe the processing of seasonal catch .


Position n°5 : The keeper of Tristan Island GILLES MOREAU

The coastline conservatory has given some sites to the territorial community . The territorial community employs a keeper for every site but it keeps the right of decision making, and allows construction or installations on the site. It is represented in the management council of the coastline conservatory.

Gilles Moreau has lived 34 years on the island; he is the coast guard. On the island he is the only one to live here! This protected site was created in 1975.The imprint of man is everywhere.  At the beginning of the century there were 35 people on the island. His role is changing: when it was a private island, he was a farmer . Now he protects animals in the wild. It’s a totally different site management: sometimes he has to be a staff manager, and must diversify his activities. He’s also a member of Greenpeace. Lucy & Mary


Gilles Moreau is in charge of: The scientific monitoring , the keep up of the island the integration of persons with special needs He is active in an association for the protection of bats, he tried to eradicate invasive species (vegetal and animal). Gilles tried to avoid the closing of an environment and protect the fauna especially from fox, American minks, sea- birds‌ which are not in their natural environment. He has policy powers in conservatory territories and he spends 40% of his time for that in the summer. The aims of his job are the maintenance and the monitoring of the site.

In his job, he is not alone, he employs one person in charge of the boating, 2 bricklayers and one person who practice his general interest work. It is not easy to keep a protected area. In fact, if the coastline’s guard wants to build a wall, he must have the authorization of the Bâtiments de France, because there are norms to respect, as the architectural heritage on the island. To keep the protected natural site in good condition, the keeper has to keep listening to nature and take care of it. For this reason, people can only visit Tristan island only 4 days a year.


Evolution of a site in the park : Tristan Island .Mylène, Audrey & Anne-Laure : When our class visited the islet, a guide, Gilles Moreau, related the history of the place through the centuries and the way that the islet is managed in the Marine Park. It’s our turn to tell you about this evolution.

Tristan throughout history Tristan island has always been occupied throughout history. Roman coins from the first century before our era and bronze objects were found in the last century. The history of Tristan island ihas been well-known since the 17th century. During this time, the protection of this zone was not in the mind of the owner and the population. In fact, Tristan island was exploited to defend the coast. Moreover, elements which served for its defense are still present near or on the site. Tristan island was also a place of worship, and at that time it was called Saint-Tutuarn, but this religious activity was stopped before the French Revolution.


Then, the site was transformed in order to become a place for indutrial activity. In this way, a cannery was set up on the islet. The last-mentioned is still marked by the rails which served to tug the boats loaded of merchandise directly near the cannery. During this industrial time, 30 persons worked and lived on Tristan island. It was a self-sufficient place. In 1911, the islet was bought by Jacques Richepin, the son of the poet Jean Richepin and the cannery was transformed into a painter’s studio and finally into a creperie and a boathouse. There is also a building with a cider press but a fire destroyed it


Later the islet was unoccupied during the second part of the 20th century. Moreover, Tristan Island has been classified as a « natural site » since 1934. Finally, Tristan Island was bought over by the Coastline conservatory in 1995.

At present ? Since the islet became property of the Coastline conservatory, the site has been protected and its management is very strict with a lot of things forbidden. Tristan island has also been a site of the Marine Park of Iroise since it was created, which makes it more important still to preserve this zone. Due to an absence of maintenance for a few decades, a project of rehabilitation in the site was imposed. This project concerns the buildings and the natural places of the islet because to make a good safeguard of the site a huge rehabilition work is necessary. Besides, the fittings in the buildings serve today for the visits and the Marine Park people reception. For the work that was made on Tristan island, the environmental dimension was taken into consideration and enduring solutions were found with the use of natural material and traditionnal know how for example. Also, wood is prefered to concrete. Visits on Tristan island are allowed 4 days a year in order to let nature grow without human presence.


How to manage this site ? III. 1. The influence of the Marine Park on Tristan Island The actions of the Marine Park are defined around four principles : → knowledge of the marine environment and its utilizations ; → technical and financial support for projects related with objectives of the management plan ; → set up a program of sensitization and intensification of control operations at sea ; → adaptation of support measures to the challenges of the Iroise sea. These actions are specified by the management board of the Iroise Marine Park. This management board is lead by a Management Council which gathers local elected representatives, recreational and professional users and qualified persons. Thus, the management of Tristan Island is strongly influenced by the requirements of Iroise Marine Park.

What management for a specific fauna and flora ?

Tristan Island has seven hectares of natural areas with a big variety of landscapes : meadows, orchard and exotic garden where some of the plants were imported. There are two hundred species of plants. We can also find in this islet a special fauna with fox, weasels, insects such as stag-beetle and argiope hornet, Quimper snails and bats which are protected species.


This islet allows a small number of visitors because the regulation on the site is strict, this way of preservation is great for the spontaneous evolution of the natural areas on Tristan island. Tourism goes against horticultural management which requires permanent maintenance. The reasoned felling campaign permitted to put the site in compliance with security rules and to give the vegetal species a good resistance against bad weather.There are also a lot of walls and trees to protect the islet from storms.

The bat species called « horseshoe bat » is present on Tristan Island.


Energy management Tristan Island aims at being self-sufficient in energy. So the staff installed photovoltaic panels in 2011 with a surface of 100 square meters. There is also an air and water heat pump for building and sanitary water. They limit their consumption of water because they collect rainwater in a tank for domestic use (sanitary, garden, ‌).

CONCLUSION Tristan Island has been occupied throughout history, used for defense and also for industrial activity, but its preservation was imposed in 1995. Since then the Coastline conservatory has been the owner and now the site is protected by the Marine Park of Iroise too. The various projects and works made on the site make it possible to allow nature to grow in a spontaneous way. The special management preserves the islet as an exceptionnal site dedicated to nature and sustainable development.


Position n°6 : Gardien de phare ( Lighthouse keeper ) I) Qu’est ce qu’un gardien de phare ? Tout d’abord, les gardiens sont des hommes courageux, des travailleurs acharnés et ils n’ont pas peur de la solitude. Ils sont les gardiens du phare, bien sûr, mais aussi de la mer, des rochers et surtout de la vie de tous les marins. Le nom officiel de leur profession au XXIe siècle est « électro-mécanicien de phare ». L’élément important de leur travail est la Lumière. Elle est le puissant faisceau lançant son lent tourniquet dans la nuit. Elle est toujours présente pour conjurer le mauvais temps, protéger les navigateurs et réchauffer les cœurs des marins. Peut importe l’époque, le métier de gardien de phare ne peut être pratiqué par tout le monde. La mer est un élément difficile à maîtriser et à comprendre et ne peut s’apprendre dans des livres. Pour pouvoir veiller sur celle-ci, il faut être passionné, la comprendre, la craindre et la respecter. Il faut la connaître et ne surtout pas se croire plus fort qu’elle. Le veilleur de nuit, comme on peut aussi appeler les gardiens de phare, doit lui laisser sa force et ne lutter contre elle que pour tenir le feu allumé, quelques soient les conditions.

II) Evolution du métier 1- Avant

Pour devenir gardien de phare, les « Phares et Balises » recherchaient à l ’époque, des hommes capables de supporter la solitude et une vie draconienne. Aucune connaissance particulière n’était exigé, hormis de savoir lire, écrire, compter et travailler comme sur un navire, c’est-à-dire par quart. Le travail s’apprenait sur le tas : allumer et éteindre la lampe, nettoyer les réflecteurs paraboliques, entretenir la chambre de veille, remplacer les vitres brisés par des vagues déchainées, veiller sur le système de rotation qui permet à la lampe de tourner grâce à des poids extrêmement lourds à remonter jusqu’à 3 fois dans la nuit, remplir le journal du phare et lancer manuellement la corne de brume suivant le temps. A cela s’ajoutaient toutes les tâches quotidiennes de la cuisine, du ménage et de la lessive. Tout ceci en ayant des centaines de marches à monter et à descendre quotidiennement, ce qui prenait un temps et une énergie considérable. Leurs loisirs se résumaient à quelques petits bricolages, de l ’écriture ou des activités artistiques en général. Ce métier comprend des risques et de nombreux gardiens de phares étaient attaqués


2- Aujourd’hui De nos jours, les gardiens sont des techniciens qualifiés, hautement spécialisés dans leur formation, leur pratique et leur savoir-faire. Un gardien doit savoir manier les mathématiques, le dessin industriel, les moteurs diesel, la mécanique, l’électricité, l’électronique, les compresseurs, la radio, l’informatique, les multimédias et les lecteurs météorologiques. Il surveille la réception des satellites et le calcul des latitudes et longitudes afin d’avertir le service en cas d’écart et les Affaires Maritimes grâce à un GPS ( Global Positioning System). Les gardiens travaillent sur place pendant quinze à vingt jours suivant les phares. Ils sont 2 ou 3 collègues en même temps, c’est pour cela que l’entente entre eux est primordial. Les phares étant pour la plupart automatisés, des contrôles sont effectués pour suppléer la mécanique en cas de défaut. La lumière s’allume et s’éteint grâce à un système de capteurs photosensibles à la lumière du jour. Les phares n’assurent plus la certitude pour les marins d’avoir la présence rassurante des gardiens comme avant mais restent néanmoins des lieux de mesure météorologiques.

Le phare de La Jument et son gardien Theodore Malgorne, lors d’une tempête en 1989.

III) Exemple d’un gardien de phare à Ouessant L’île d’Ouessant se situe à 20 kilomètres de la côte. Elle est entourée par de nombreux phares qui guident la marche des navires : le phare de La Jument, haut de 47 mètres, le phare du Creach’ qui compte 250 marches… Chaque année 50 000 bateaux passent au large de l’île pour rejoindre le canal de la Manche. C’est une véritable autoroute de mer, théâtre de nombreux naufrages. En effet, la navigation est dangereuse dans les alentours de l’île. Une citation existe « Qui voit Ouessant, voit son sang. », elle révèle le danger des côtes Ouessantaises.   Théodore Malgorn, qui exerce le métier de gardien de phare depuis qu’il a 18 ans, est de garde sur Ouessant quand il y a une tempête. Il nous parle de son métier qui est aussi sa passion. Tout d’abord, Théodore explique qu’il faut avoir une forte personnalité pour résister aux tempêtes dans un phare perdu au milieu de l’Atlantique. Lorsqu’il était jeune, il avait deux semaines de services 24h/24h, puis une semaine de congé sur la terre ferme. Avec l’automatisation des phares, le métier a beaucoup évolué. De plus, les gardiens ne sont plus seuls sur leur phare. Tôt le matin, Théodore prend la relève de son collègue qui vient de faire 12 heures de garde. Aujourd’hui les gardiens travaillent 12 heures par jour, pour Théodore c’est de 8 heures du matin à 20 heures le soir. Dès que le jour se lève, il est temps d’éteindre le phare, le geste est purement technique, Théodore a seulement à appuyer sur un bouton.


Site n°1 : L’île d’OUESSANT Ouessant en breton Enez Eusa, est une commune insulaire du département du Finistère, dans la région bretagne, située dans l’Océan Atlantique. Le bourg d’Ouessant s’appelle Lampaul. Ses habitants sont appelés Ouessantins. Ouessant fait partie du parc naturel régional d’Armorique et du parc naturel marin d’Iroise. Ouessant est la quatrième île de la France métropolitaine dans le clasement par taille (après la Corse, l’île d’Yeu et Belle-Île-en-Mer) Distante de vingt kilomètres de la côte ouest du Finistère, longue de huit kilomètres et large de quatre, elle est la terre la plus occidentale de la France métropolitaine. L’altitude maximale est de 61 mètres, l’altitude la plus basse étant évidemment celle du niveau de la mer. Vingt kilomètres séparent la pointe de la Bretagne et Ouessant.

À l’est, la baie du Stiff est la seule facilement accessible par la mer avec la baie de Lampaul et le petit port d’Arland. C’est d’ailleurs au fond de cette baie que se situe le port du Stiff, où accostent les navires à passagers ou à marchandises en provenance du continent. Il faut attendre la marée basse pour découvrir les quatre plages de sable fin de l’île. La plus grande, celle du Corz, est lovée sous Lampaul. Des fermettes en pierre, la plupart transformées constituent des résidences secondaires pour les « gens du continent ». Seules 850 personnes habitent encore l’île à l’année, contre 2 500 en été.

L’archipel d’Ouessant est constitué d’un ensemble d’îles dont les plus importantes sont, à partir de la pointe Saint-Mathieu, les îles de l’archipel de Molène : Béniguet, Quéménès, Trielen, Molène, Balanec, Bannec, et enfin Ouessant. À ces îles on ajoute une infinité d’îlots, hauts fonds, récifs, limité à l’Ouest par Ouessant et au sud par la chaussée des Pierres Noires. Cette ligne de rochers matérialisée par un phare du même nom, constitue la limite Nord de la mer d’Iroise où s’ouvre la rade de Brest et la baie de Douarnenez. Cet archipel ne permet que quelques étroits passages peu profonds entre les récifs et réservés à la navigation locale. Par contre au Nord, le chenal du Four permet de communiquer avec l’Iroise en longeant le continent : malgré sa petite taille, il peut être emprunté par tous les navires car les courants suivent la direction du chenal.


I/ contexte historique Ouessant était déjà habitée en -8000 avant JC par des nomades qui pratiquait la pêche et la chasse. Puis en -4000 avant JC il y eut la première agriculture installé. Les individus commencent à se sédentariser. La veille de la première guerre mondiale, Ouessant atteint son apogée en fonction du nombre d’habitants ( 2953 ). toutes les terres sont cultivées entre les 2 guerres ; l’activité commerce a décliné depuis la seconde guerre mondial. La population diminue énormément car les soldes des marins ont été versé sur des comptes familiaux. Ces familles se sont donc enrichies et ont quitté l’île pour rejoindre le continent.

II/ Les avantages de l’ile d’Ouessant :

A) les ressources naturelles : La côte sud de l’ile d’Ouessant est beaucoup plus riche en végétation que la côte nord. On y trouve énormément de bruyère et d’ajonc, ainsi que de diverses sortes de fleurs sauvages et colorées. Les ronces poussent à profusion sur l’île, et les mûres sont réputées pour leur qualité, elles se cueillent traditionnellement afin de réaliser tartes, confitures, sirops ou autres délices sucrés qui sont présentés comme des spécialités locales de l’ile. La côte nord est en revanche beaucoup plus sauvage. On n’y trouve que de vastes parterres d’herbe moelleuse et confortable. Les arbres sont assez peu nombreux à Ouessant. Les seuls arbres existants se situent dans les jardins des particuliers ou dans le Stang ar glan (vallon humide situé au centre de l’île) ainsi qu’à proximité des lavoirs.

La faune de l’ile d’Ouessant est très variée et certaines especes sont rares voir inexistants. Si les chevaux nains d’Ouessant, race caractérisée par son nanisme, ont disparu, l’île possède toujours, même si elle a été menacée de disparition, sa propre race ovine, le mouton noir d’Ouessant, considérée comme la plus petite espèce de moutons au monde. Deux foires aux moutons sont organisées pour que les propriétaires viennent les récupérer, l’une à Pors Gwen pour les moutons de la moitié sud de l’île, l’autre dans le nord de l’île. Le climat a aussi favorisé le maintien d’espèces disparues ou en voie de disparition sur le continent. Ouessant est ainsi devenu le sanctuaire de l’abeille noire : cette espèce, qui avait presque disparu de France, est bien conservée dans l’île, milieu préservé des pollutions et des pesticides. Cette race d’abeilles a presque disparue du continent, remplacée par l’abeille jaune Par ailleurs, Ouessant et l’archipel de Molène abritent une colonie de phoques gris, qui est la plus méridionale d’Europe, principalement à la Pointe de Cadoran, sur la côte nord d’Ouessant, ce qui s’explique par les forts courants marins qui rafraichit la température de l’eau de mer, qui ne dépasse guère 15 degrés.


B) les ressources économiques : L’île d’Ouessant est une terre peu cultivée. Cependant, bien qu’exposée aux vents et à l’air salin, l’agriculture reprend petit-à-petit sa place dans l’île mais toujours dans un cadre traditionnel et dans le respect de l’environnement. Depuis quelques années, les habitants n’hésitent pas à consacrer quelques parcelles de terrain à la culture de pommes de terre, de carottes, de salades ou autres légumes de base. L’île espère d’ailleurs obtenir son label rapidement. L’eau est au cœur de la vie des îliens et aussi au cœur de l’économie locale. La principale activité sur l’île reste la pêche et le tourisme car Ouessant est une île qui attire beaucoup et de nombreuses navettes font l’allé-retour Brest-Ouessant. La proximité du Rail d’Ouessant est également un atout économique pour cette île qui a vu s’ouvrir un poste de contrôle du trafic maritime. L’île est depuis peu insérer dans la zone du parc marin d’Iroise ce qui lui procure un nouvel atout économique

III / Les inconvénients de l’ile d’Ouessant : A) Un territoire déserté : En 217 ans, de 1793 à 2010, la population d’Ouessant a diminué de 161 habitants, mais cette évolution globale masque en fait une augmentation importante, certes en dents de scie en raison de quelques reculs épisodiques, de 1793 à 1911, le nombre des Ouessantins augmentant de 1921 habitants, soit + 186 % en 118 ans. Le maximum démographique est donc atteint en 1911 avec 2953 habitants. Le XXe siècle par contre a été une période de net déclin démographique : en 99 ans, de 1911 à 2010, Ouessant a perdu 2082 habitants en raison d’un fort exode rural aggravé par le handicap de l’insularité. La densité de population, qui était encore de 116 habitants au km² en 1968, n’était plus que de 55 habitants au km² en 2009. Tout au long du XXe siècle, l’île a connu un solde migratoire négatif qui toutefois va se ralentissant jusqu’en 1999 et est même devenu positif entre 1999 et 2009. Ouessant a enregistré 161 décès et seulement 42 naissances, soit un déficit naturel de 119 personnes en 10 ans, principalement en raison du net vieillissement de la population : les plus de 60 ans et plus formaient presque la moitié de la population totale en 2009, alors que les moins de 20 ans ne formaient que 12,5 % de la même population totale. Années Population

1911 2953

1926 2524

1936 2363

1954 2071

1975 1450

1990 1062

1999 932

2010 871

2011 883

B )Risques liés au climat : L’île d’Ouessant dispose, comme beaucoup d’autres îles de Bretagne nord ou de Normandie, d’un micro-climat. Ainsi, il peut faire très mauvais sur le continent alors que le soleil régnera en maître sur l’île. Le cas inverse est plus rare mais peut également se produire. Lorsque le brouillard s’installe sur Ouessant, il peut durer quelques heures comme il peut s’installer pendant plusieurs jours. Les averses de pluie sont généralement très violentes et peuvent paraître longues. En revanche, lorsque le soleil s’établit sur l’île, les températures peuvent grimper très vite. Les canicules sont relativement rares sur l’île. En effet, Ouessant est balayée quasi-continuellement par les vents, ce qui régule significativement la température de l’air. L’île d’Ouessant a un climat de type océanique avec comme record de chaleur 29,4 °C le 2 août 1990 et comme record de fraicheur -7,7 °C le 13 janvier 1987. La température moyenne annuelle est de 11,9 °C. Les gelées y sont très rares (4 jours par an en moyenne contre 15 jours à Brest et 13 à Nice)


Site n°2 : L’île de MOLENE et l’îlot de QUEMENES


Site n°3 : Le phare de la Vieille

I-L’Histoire des phares Les premiers phares maritimes sont apparus dans l’Antiquité, les civilisations Grecques et Romaines sont les premiers utilisateurs reconnus de cette pratique, mais il se pourrait que les civilisations puniques (Carthage, golfe de Tunis) et minoenne (dieu Minos, île de la Crête) soient en réalité les premiers utilisateurs. Comme aujourd’hui les phares antiques étaient utilisés pour signaler la côte et plus généralement les entrées des ports. Au XVIIe siècle, sept phares jalonnent les côtes françaises, quinze en 1770, l’allumage se fait encore par feu de bois, et ce n’est qu’en 1775 que les phares passent à l’éclairage à la lampe à huile. En 1850 il y a 58 phares en France, équipés de la lentille de Fresnel, plus efficace pour réfléchir la lumière que les miroirs utilisés avec les lampes à huile. Par la suite de nouvelle méthode d’éclairage se développent, notamment l’éclairage au gaz végétal et animal (des recherches seront réalisés mais aucune application connue sur les phares), c’est au final le gaz d’huile minérale qui sera majoritairement utilisé. Dès 1850 l’éclairage fonctionne au pétrole, la puissance de l’éclairage est alors décuplée ce qui assure une meilleure vision du phare depuis la mer. C’est en Angleterre que l’électrification des phares commence, en décembre 1858 le phare de South Foreland est électrifié à titre expérimental. Mais cette nouvelle méthode d’éclairage ne se fait pas massivement, le coût d’installation est extrêmement cher.


En constatant les problèmes d’accès aux phares en mer pour la relève des gardiens et même pour les ravitailler (le phare de La Vieille en est le parfait exemple !), les services des phares se mettent à chercher un système automatique. En France, en 1881 deux phares en France sont équipés d’un système automatique fonctionnant au gaz de houille. Mais les difficultés rencontrées sont nombreuses, les brûleurs doivent être entretenus régulièrement pour conserver une bonne intensité, les mécanismes de rotation des optiques sont fragiles face aux conditions climatiques difficiles : certains feux s’éteignent et doivent être réparés. En 1950 arrive un système pour réguler l’allumage nuit/jour du phare sur la base de l’horlogerie ce qui permettrait d’économiser 90% de gaz par rapport au premier système. Une nouvelle génération de programmateur nommé «DECOGAR» fabriqué par le Service des phares et balises, vers 1970, introduit l’électronique dans les appareillages. Une deuxième phase de l’automatisation se fera dans le dernier tiers du XXè siècle, avec l’arrivée de phares contrôlables depuis la terre. L’électricité des phares est alors fournie par panneaux solaires, ou par des éoliennes (impossible à réaliser pour le cas de La Vieille, les vents étant trop violents), évitant ainsi les problèmes de ravitaillement. Mais l’automatisation, même si elle a permis de ne plus envoyer des hommes dans des endroits solitaires et dangereux, laisse cependant sans surveillance constante des édifices historiques comme l’Ar-Men, La Vieille ou encore Kéréon. Cela fait plus de dix ans que la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises signale l’état vétuste de certains phares, l’état de ce patrimoine culturel ne cesse de se dégrader depuis l’automatisation, et cela ne va pas en s’améliorant…

II- Constitution d’un phare Le phare est constitué d’une tour ainsi d’un système optique, plus la tour est grande et plus le bâtiment à une portée importante. Pour de nombreuses personnes l’évocation du mot phare est généralement attribué à une grande tour circulaire, c’est vrai dans un grand nombre de cas, mais le phare que nous étudions est composé d’une tour carrée ! A son sommet, un système d’éclairage composé du feu lumineux ainsi que d’une lentille de Fresnel. Pour ne pas être confondus avec d’autres sources lumineuses, les phares émettent une lumière intermittente.


III-La construction du phare de La Vieille Le 29 janvier 1881, après deux années d’études, le ministre des Travaux publics donne son accord définitif pour la construction du phare. L’île de Sein est choisie comme base, pour la direction du chantier et le stockage des matériaux. La maçonnerie du soubassement débute le 5 août 1882. S’ensuit alors la construction de la tour et de sa plate-forme. Finalement en 1886, après trois saisons d’efforts, la tour et sa plate-forme sont terminées, ainsi qu’une partie des aménagements intérieurs. Le feu de La Vieille est enfin allumé le 15 septembre 1887, date de fin des travaux qui est gravée sur la tour. Il remplace alors les deux feux d’alignement de la pointe du Raz, devenus inutiles. Les travaux d’un tel édifice auront duré 6 ans.

IV- La dure vie de gardien de phare Le métier de gardien de phare varie selon le lieu où se situe le phare. En France, les gardiens appellent les phares de haute mer les «enfers». Les «purgatoires» sont les phares installés sur une île. Les «paradis» désignent les phares situés sur le continent. En général, les gardiens débutaient leur carrière sur un «enfer», pour la finir dans un «paradis». Cela dit, le métier de gardien de phare comporte certaines responsabilités qui sont à assumer quel que soit le type de phare. Ces responsabilités sont les suivantes : 1. Allumer quotidiennement les feux et le surveiller 2. Surveillance de la mer près du phare 3. Surveillance de la visibilité, si la visibilité est mauvaise il faut utiliser la corne de brume 4. Entretien du phare, et en particulier bien sûr du feu et de l’optique


A-La relève

Le phare était normalement occupé en permanence par deux gardiens, relevés régulièrement, mais pas en même temps. Deux vedettes venaient le ravitailler, la Blodwen et la Velléda, toutes deux dépendantes des Phares et balises du Finistère. Comme pour la plupart des phares en mer, la relève de La Vieille s’effectuait à l’aide du cartahu, un filin que les gardiens lançaient à l’équipage de la vedette. Une fois le cartahu saisi et un va-et-vient établi entre le phare et le bateau, on y accrochait le « ballon » : c’était un siège rudimentaire, en liège. Puis le gardien « montant », équipé d’un gilet de sauvetage et assis sur le ballon, était monté à l’aide d’un treuil manipulé par les deux gardiens en poste. Cette procédure, qui garantissait la présence permanente d’au moins deux hommes sur le phare, était indispensable non seulement pour assurer le service mais aussi pour effectuer la relève dans de bonnes conditions. Arrivé sur la plate-forme du phare, le gardien « montant » passait son gilet de sauvetage au gardien « descendant » et prenait sa place au treuil, pendant que son collègue utilisait le « ballon » à son tour pour rejoindre le pont de la vedette. On transférait enfin le ravitaillement. Durant toute la manœuvre, la vedette frôlait les rochers à base du phare. Aussi, l’exercice de la relève, qui requérait à la fois agilité de la part des passagers et virtuosité de la part du pilote et de l’équipage, devenait périlleux, si ce n’est tout simplement impossible, dès que la mer se faisait trop agitée. Un nouveau mode de relève des gardiens est a lors mis en place durant l’été 1926, grâce à la construction d’une tour à système Temperley. Le Temperley ayant été démonté lors de l’automatisation du phare en novembre 1995  (et la tour détruite par une tempête en 2008), l’accès au phare se fait désormais par hélitreuillage.

B-L’incident des Gueules cassés

En 1925, deux mutilés de guerre, les Corses Mandolini et Ferracci sont envoyés au phare de La Vieille, en effet une loi rend obligatoire l’embauche des Gueules cassés dans le but de les réintégrer dans la société, les deux hommes sont donc affectés à la surveillance du phare de la Vieille. Evidemment ce travail n’est pas adapté pour les deux hommes blessés, car gravir quotidiennement les 120 marches du phare est un véritable calvaire pour ces deux hommes atteints de difficultés respiratoires. Fin 1925, de nombreuses tempêtes assaillent les cotes de la Bretagne et les deux Gueules cassés sont seul dans le phare, les tempêtes rendent impossible toute approche de La Vieille par les secours durant plusieurs semaines, le drame arrive en février 1926 quand le voilier « La Surprise » fais naufrage près de Plogoff, en effet, certains témoins affirment que le Phare de la Vieille n’était pas allumé ce jour là ce qui aurait causé la déroute du voilier. Vers fin février 1926, quelques pêcheurs de Plogoff bravent la tempête et arrivent tant bien que mal à ramener les deux gueules cassés à terre ferme. Suite à cet incident, le métier de  gardien de phare  a été retiré des emplois réservés aux les mutilés de guerre, les deux hommes n’ont pas été tenus responsable pour le naufrage du voilier.

C-La fin d’une profession

L’automatisation du phare eut lieu le 14 novembre 1995, il est depuis contrôlé depuis l’île de Sein. Il fut l’avant-dernier phare en mer français à être automatisé, avant celui de Kéréon. Avec l’automatisation ce métier est en train de disparaître dans les pays développés, par exemple, aux États-Unis, l’ensemble des phares est automatisé depuis les années 1980. Les «enfers» des côtes françaises ont été automatisés puis, au fur et à mesure des départs en retraite, tous les phares français l’ont été. Le dernier gardien de phare français, était en poste au phare de Cordouan, il a cessé son activité le 29 juin 2012. Sources : -Wikipédia

-Ina

-Bretagne.com

-Audierne-tourisme.com


Class activities : Debating in English

Once their written productions were over , all the students in the class studied a few more cases around the world and took up roles , some of them supporting others opposing the Iroise Park : Building up for roles : Mr Moreau – Gaby Jaouen & SNSM - Scarlett Le Corre & Fishermen – Park Management – 2 Environmental NGOs (Greens)– Industrialists ( new energies) – Spanish fishermen - - 2 intensive farmers // 2 seaweeds business developers //2 sustainable farmers on island // 2 tourism business// 2 Sea-turbins business developers // 2 local authorities . // 2 Marine Park representatives //

Documents from around the world :

Welcome to Richards Bay Industrial Development Zone

​ ichards​Bay​is​one​of​the​fastest​growing​industrial​areas​in​South​ R Africa.​The​economic​vibrancy​of​the​town​made​possible​by​rapid​foreign​investment​since​the​late​1970s​transformed​Richards​Bay​from​ a​tiny​fishing​village​to​one​of​the​fastest​growing​industrial​nodes​in​ South​Africa.​Existing​multi-nationals​who​have​invested​in​the​area​ include,​inter​alia,​two​aluminum​smelters,​Hillside​and​Bayside​Aluminum​are​operated​by​BHP​Billiton,​Richards​Bay​Minerals,​Foskor,​ Tata​Steel​and​Exxaro. Processed​and​intermediate​materials​available​in​the​Richards​Bay​ area​are:​titanium​products​comprising​ilmenite​and​rutile​grades​of​titanium,​high​purity​pig​iron​and​zircon,​timber​comprising​aluminium​ ingots​and​alloyed​billets,​and​chemicals​comprising​sulphuric​acid,​ phosphoric​acid​and​granular​phosphoric​fertilisers.

The​Port​of​Richards​Bay​is​the​leading​Bulk​Cargo​port​and​handles​ coal,​wood-chips,​ferro-alloys,​chrome​ore​and​alumina.​It​has​one​of​ the​biggest​coal​terminals​in​the​world​and​is​the​largest​port​in​South​ Africa,​with​total​land​and​water​surfaces​of​2​174​hectares​and​1​443​ hectares​respectively.​To​date​only​half​of​that​land​has​been​developed.​The​Port​of​Richards​Bay​has​the​potential​to​develop​over​time​ into​one​of​the​largest​global​ports​by​expanding​up​the​Mhlathuze​ River​floodplain.

Prime Minister Henry Puna said the 1.065 million square kilometre (411,000 square mile) reserve “(is) the largest area in history by a single country for integrated ocean conservation and management”. Puna said protecting the Pacific, one of the last pristine marine ecosystems, was the Cooks’ major contribution “to the well-being of not only our peoples, but also of humanity”. “The marine park will provide the necessary framework to promote sustainable development by balancing economic growth interests such as tourism, fishing and deep sea mining with conserving core biodiversity in the ocean,” he said. Australia announced in June that it was creating a network of marine parks covering 3.1 million square kilometres, more than a third of its territorial waters. However, they are dotted around its huge coastline. The new Cook Islands protected zone will be the largest single marine park in the world, taking in the entire southern half of the nation’s waters. The nation’s 15 islands have a combined land mass barely larger than Washington DC but its waters include environmentally valuable coral reefs, seagrass beds and fisheries. Puna called on other Pacific island nations to follow the Cooks’ lead and create an enormous protected zone in the ocean. Kiribati and Tokelau have already created large reserves, while the French Pacific territory of New Caledonia this week announced plans to set up a 1.4 million square kilometre park in the next two to three years. Marea Hatziolos, the World Bank’s senior coastal and marine specialist, said the Cook Islands’ initiative was a win for both the environment and the country’s economy. “There’s definitely an economic dimension to this, apart from protecting biodiversity,” she told AFP. “It allows small Pacific nations to generate revenue.” She said the park would include a core area where all fishing was banned, as well as special zones where tourism and carefully monitored fishing were permitted, allowing commercially valuable species such as tuna to regenerate. Hatziolos said the push to conserve large areas of the Pacific Ocean was gaining momentum, with small island nations leading the way. “They understand the value of the Pacific Ocean to their future economic well-being,” she said. “This is part of a strategy to capture the benefits of good stewardship – conservation and sustainability must go hand in hand.” Source: AFP


A Sein, cap sur un projet d’énergie propre samedi 12 janvier 2013

Déjà autonome dans sa production d’électricité, Sein souhaite désormais lier autonomie énergétique et utilisation des énergies renouvelables. « Un projet de développement local à travers un projet de production électrique » : voilà comment Patrick Saultier, ingénieur-conseil et exploitant d’un parc éolien à Plélan-le-Grand (Ille-et-Vilaine), définit le dossier « Transition énergétique » porté par les élus de l’île de Sein. Objectif : produire d’ici dix ans 100 % de l’électricité nécessaire à la vie des Sénans à partir du vent, du soleil ou des marées (1). Un concept innovant en France, très soutenu par la Région Bretagne dans le cadre des « Boucles énergétiques », qui aident les territoires à développer un projet autour de trois axes : la maîtrise de l’énergie, la valorisation des sources d’énergie renouvelable et l’optimisation entre besoins et production. Une délibération votée en conseil municipal le 4 juillet dernier a validé le lancement du projet. Depuis, quatre réunions publiques se sont tenues sur l’île : « La population est très réceptive. Les échanges ont été constructifs », témoigne Serge Coatmeur, premier adjoint au maire d’une île qui compte 150 habitants en hiver, 1 000 en été. Les habitants au coeur du projet Une société à actions simplifiées sera constituée avant l’été. « Une société privée, avec comme actionnaire principal la population, habitants ou enfants d’habitants », insiste l’élu sénan. Car l’essence même du projet « Transition énergétique » consiste en une gouvernance totale de cette société par la population. « Ce sont les gens qui font le projet », enchaîne Patrick Saultier. Vendredi, les différents acteurs du dossier se sont retrouvés au conseil général du Finistère. Elus, experts mais aussi cadres d’EDF : « Vincent Demby-Wilkes, délégué régional, soutient notre projet, se félicite Serge Coatmeur. Et, côté législation, il n’y a aucun obstacle à la création d’une société ». Une réunion avec la Région est d’ores et déjà programmée à Quimper, le 6 février. Pas plus chère qu’aujourd’hui Actionnariat de la population, partenariat de la Région... Le financement du projet est une chose, le coût de l’électricité produite à 100 % par des énergies renouvelables en est une autre. Un sujet abordé par les habitants lors de la dernière réunion publique, fin décembre. « L’électricité ne coûtera pas plus chère qu’aujourd’hui », s’engage Patrick Saultier. Actuellement, l’île produit son courant grâce à trois groupes électrogènes fonctionnant au fioul : « 400 000 litres par an sont nécessaires à notre autonomie. A 1 € le litre actuellement... », détaille Serge Coatmeur. Un argument-choc pour promouvoir l’utilisation d’énergies renouvelables sur l’île : « Le système que nous projetons d’installer est également innovant au niveau de son pilotage. Tenant compte des conditions météo, il y aura des jours où la production d’électricité sera plus importante que la consommation. Le consommateur devient alors consommacteur ». L. L. S


By Julian Brown, Country Director UK Wind, Areva UK6:59PM GMT 19 Nov 20121 Comment

Areva Wind is one of the world’s leading manufacturers of offshore wind turbines. These massive machines are rated at 5MW (megawatt) output, with a single turbine producing enough electricity in a year to supply 6,000 UK homes. A typical offshore wind farm will have up to a hundred such turbines or power for a city the size of Sheffield. Areva, confident it will play a major role in supplying the UK and recognising the cost of installation logistics to wind farm owners, has developed a multi-site manufacturing strategy in which three key locations in Germany, France and UK will supply demand across Europe. Manufacturing of large scale offshore wind turbines demands large scale waterside locations. Manufacturing locations typically need to be over 80 acres in area to accommodate production halls as well as supply chain and storage space. Direct access to deep water is needed for installation vessels to come alongside for loading. Few such sites exist in the UK and all of them require significant levels of capital investment to bring them into use. After a year of evaluation of sites along the North Sea coast, Areva has chosen Firth of Forth as the preferred location. The Firth promises to become a major offshore wind industrial cluster with turbine manufacturers, tower manufacturers, supply chain businesses and installation contractors. This convergence will benefit all parties and co-location will lead to better safety, more cooperation and lower costs. Areva will spend the coming months in detail design and negotiations with several landowners and partners around the Forth. It is expected that the final solution, developed in conjunction with Scottish Enterprise, will utilise multiple sites in the estuary. The final investment decision will be dependent upon order book and long term market confidence. It is critical that the UK Government stays on track in its commitment to renewables for businesses like ours to make these significant investments.


Class activities : lors de l’échange avec Christellijk Gymnasium d’Utrecht Gestion de l’eau en Hollande

Gestion de l’ eau dans l’entreprise LANS : Producteur sous serres à Maasdijk, Hollande Par Antoine ,Robin et Jacques

L’ entreprise produit des tomates sur une superficie de 52 hectares soit la taille de 52 terrains de foot. Le plant de tomate se nourrit par la tige d’ éléments nutritifs et d’ eau. Cette tige pousse dans la laine de roche. A son arrivée dans l’ entreprise la tige mesure 50 centimètres. Elle est nourrie au goutte à goutte par de l’ eau et des nutriments. La mousse doit être toujours humide. La plante n’ a pas besoin de racines car les nutriments sont amenés a la tige et la plante n’ a pas besoin d’ aller les puiser .Celle ci a besoin entre 1 et 2 litres donc il leur est fournit le maximum c’ est a dire par vagues de 2 litres, si la plante ne consomme pas les 2 litres, les excédents sont récupérés pour être purifiés et ensuite réutilisés. On donne à la plante entre 8 et 12 litres d’eau par jour. L’ eau utilisée est de l’ eau de pluie récupérée des toits qui a été purifiée ou l’ eau qui a été puisée du sol grâce aux moulins et qui a été désalinisée car les sols sont secs et l’ eau de mer s’ y imprègne donc l’ eau du sol est salée L’ entreprise a été créée en 2006 et n’ a pas eu besoin d’ évacuer d’ eau depuis 2007. 30 employés travaillent l’ hiver et 50 pendant l’ été. Les plantes peuvent mesurer de 12 à 13 mètres, la salle est à une température d’ environ 19 degrés, si la température descend trop, la serre est chauffée par de l’ eau dans les tuyaux. Cette eau est chauffée par l’ énergie des moteurs qui servent a chauffer les lampes, ces moteurs tournent au gaz naturel. En été les lampes sont éteintes et l’ énergie produite est redistribuée aux particuliers. Ensuite nous sommes allés dans la salle du système de gestion, il y avait une odeur d’ engrais, dans les bassins il y a des mélanges d eau et d engrais et le système de pompe vient chercher les nutriments dans les bassins. Tout est organisé par ordinateur et toutes les semaines il y a un pot de mousse qui est envoyé pour être testé pour vérifier si les doses sont correctes. Ensuite nous nous sommes dirigés vers la salle du moteur. Le moteur produit la chaleur et 3 méga-watts a l’ heure soit l’ énergie consommée en 1 an par une maison, le moteur a coûté 1,6 millions d’ euros.


Opening up to new prospects :

LE PARC NATUREL MARIN DE MAYOTTE

avec qui nous espérons développer notre projet l’an prochain

L’île de Mayotte :

Située dans l’océan Indien, appartenant à l’archipel des Commores, dans le canal du Mozambique, l’île est devenue française suite à sa vente en 1841 par le sultan Andriantsoly. Habitée par 212 645 habitants en 2012, l’île a une densité de population de 556 habitants/km². Elle n’est devenue une région d’outre-mer française que récemment par la délibération unique de la République le 31 mars 2011. De plus, elle vient, le 1er janvier 2014 d’entrer officiellement dans l’union européenne. L’île est un atout majeur pour la France. En effet cela lui permet d’étendre considérablement sa zone économique exclusive (ZEE).

Le Parc Marin :

Le parc naturel marin de Mayotte est le premier créé en territoire d’outre-mer. C’est le décret du 18 janvier 2010 qui a permis son élaboration. Sa superficie est de 68 381km² soit, environ 19 fois plus grand que le parc marin d’Iroise. En effet, le parc naturel marin de Mayotte reprend l’essentiel des caractéristiques de l’initiateur du mouvement. Son conseil de gestion est composé de 41 membres.


Ses caractéristiques naturelles :

De ce fait, le parc a pour but de préserver son écosystème exceptionnel. Il est notamment composé de lagons s’étendant sur plus de 1100 kms² et composé de quelques 250 espèces répertoriées. Il comporte également 195 kms de récifs répandus sur 210 kms de côtes. Les espèces animales sont également très nombreuses au sein du parc. Ainsi, 2300 espèces marines au sein desquels sont présentes 760 espèces de poissons dont 20 espèces de mammifères. Ces 20 espèces de mammifères représentent 25% de la diversité mondiale. C’est un potentiel incroyable pour le parc, rares sont les espaces pouvant comprendre une telle biodiversité. Toutes ces caractéristiques permettent à l’île d’attirer bon nombre de touristes, notamment grâce à la plongée. L’arrivée de ces touristes engendre la nécessité de créer des mouillages fixes, cela pour éviter au maximum la dégradation du lagon tout en essayant de ne pas mettre en place une politique trop restrictive. Des campagnes de prévention sont également mises en place.


Ses caractéristiques économiques :

A Mayotte, la pêche représente une part majeure de l’économie de l’île. En effet, cette activité est la 2ème plus importante de l’île derrière l’agriculture. Avec son développement, la population de l’île est passée de 50 000 à 200 000 habitants depuis 30 ans. Cette forte affluence est l’une des raisons de la mise en place du parc, dans le but d’éviter les abus. La plupart sont de petits pêcheurs. Elle est devenue la première productrice de poisson d’élevage d’outre-mer. De ce fait, 1000 pirogues et 300 barques de pêche sont présentes sur l’île. La pêche professionnelle reste moindre, avec 20 thoniers senneurs et 3 palangriers. Cependant, le parc, conscient d’avoir à sa disposition un bien précieux, tient à réglementer ses activités pour préserver le lagon. Il insiste sur la nécessité de mettre en place une pêche respectueuse de l’environnement ainsi que durable. En définitive, l’élaboration de ce Parc marin de Mayotte était d’une grande nécessité. En effet, sans lui, les dérives de l’homme dans le parc auraient très certainement troublé l’équilibre environnemental de la région, si précieux. Il est fort probable que sans l’initiative du Parc naturel marin d’Iroise, 3 ans avant la création de celui-ci, ce projet n’aurait pas vu le jour avec toutes les conséquences que cela aurait causé.

credits : hebdomadaire Le Marin



E book iroise vol 3