Page 1

SINGAPour N˚3 – FEV | AVRIL 2015

Le Magazine 100% Red Dot du site lepetitjournal.com

LES 50 50 GLORIEUSES


© Carole Caliman

Edito

50 Années, 50 Glorieuses

50

Années, 50 Glorieuses. La formule de Jean Fourastié n’a pas pris une ride pour décrire la fabuleuse période de croissance et de transformation qu’a connue Singapour depuis son indépendance. Petite Red Dot à l’extrémité de la péninsule malaise, la cité-Etat, grâce à ses fondateurs et au premier chef, Lee Kuan Yew, qui, de 1959 à 1990, a été à la tête du pays, s’est inventé un destin autonome qu’elle n’avait pas souhaité. Elle a magistralement transformé l’essai, faisant de ses faiblesses un avantage, jouant à fond l’intégration dans le jeu mondial, planifiant tout et se réinventant sans cesse. A voir ce qu’elle est aujourd’hui, on peine à imaginer la réalité en 1965, et les difficultés auxquelles elle s’est trouvée confrontée en chemin. Singapour, en 2015, brille sur tous les fronts. Mais à l’instar des 30 glorieuses ailleurs, la cinquantaine marque le passage à une certaine maturité. Nul doute, comme le Premier ministre Lee Hsien Loong le mettait en perspective lors de ses vœux aux Singapouriens, que l’avenir de Singapour pour les 50 prochaines années s’annonce prometteur. Pour autant, la cité-Etat se trouve confrontée à de nombreux challenges. La

tentation était belle de célébrer à travers ce numéro les succès de Singapour, tout en empruntant certains chemins de traverse, en portant sur la cité-Etat un regard plein d’admiration et de

« … As from today… Singapore shall be forever a sovereign democracy and independent nation, founded upon the principles of liberty and justice and ever seeking the welfare and happiness of her people in a more just and equal society. » Lee Kuan Yew Déclaration d’indépendance, 9 août 1965 bienveillance, où l’on tente d’envisager, au-delà des réussites et des défis du moment, quel sera l’avenir de la Petite Red Dot au cours des prochains 20, 30 et même 50 ans. n L’équipe de l’édition lepetitjournal.com/singapour www.lepetitjournal.com/singapour FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 3


Numéro 3

Février | Avril 2015

SINGAPour

Sommaire

« What will the world be like in the next 50 years? No one can tell except to say that the speed of change is likely to be faster than in the last 50 years. »

© Carole Caliman

Lee Kuan Yew – 2013

8 / Dossier les 50 Glorieuses

3 Edito

© Carole Caliman

6 Fil Rouge

30 / Singapour Autrement

Les évènements marquants des derniers mois sur lepetitjournal.com de Singapour

8

Dossier Les 50 Glorieuses

© Alphanova

30 Singapour Autrement

36 / Les Français à Singapour

MCI (P) 120/04/2014 Editeur Fil Rouge Pte. Ltd / Directeurs de la publication Bertrand Fouquoire, Elodie Imbert, Christine Leleux / Rédacteur en chef Bertrand Fouquoire / Rédacteur en chef Adjoint Anne Pouzargues / Rédaction Raphaëlle Choël, Bertrand Fouquoire, Anne Garrigue, Marien Guillé, Yvonne Guo, Maxime Pilon, Anne Pouzargues, Nathalie Swyngedauw, Danièle Weiler, Marion Zipfel / Agenda Nathalie Swyngedauw / Conception, Graphic Design Elodie Imbert / Publicité Christine Leleux / Impression IPrint Express

Couverture : mosaïque © Carole Caliman ; photo principale (peinture murale) © Bertrand Fouquoire Photos remerciements spéciaux à Carole Caliman Tirage à 4000 exemplaires

30 • Les médias sociaux : acteurs clés de la formation de l’opinion à Singapour 32 • Singapour ne manque pas d’air… 34 • Derrière les tours, un pays de traditions

36 Les Français à Singapour

36 • 50 ans de présence française 38 • Singapour, l’endroit parfait pour monter une entreprise 40 • Heureux comme un expat à Singapour

44 Agenda, sélection de la rédaction Evénements à ne pas manquer

46 Festival Singapour en France

46 • Les événements clés 48 • Khairuddin Hori, du SAM au Palais de Tokyo

50 Escapade Gourmande

Saveurs du monde, la Méditerranée à l’honneur FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 5


Fil Rouge

© sgentertainment.com

Sur le tapis rouge de la Petite Red Dot Quatrième édition, en décembre 2014, du Rendezvous With French Cinéma organisé par l’Institut Français, en partenariat avec l’Alliance Française et Unifrance. Invitée vedette, Juliette Binoche se plie avec simplicité et humour à la séance de questions-réponses du public, après la projection du documentaire que lui a consacré sa sœur.

Le réalisateur de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu !, Philippe de Chauveron, est là aussi, de même qu’Audrey Dana, auteur de Sous les jupes des filles. Quand l’Alliance Française se donne des airs de Palais des Festivals, ou invite les enfants à la plage pour Les vacances du petit Nicolas.

© Arman Zhenikeyev/Corbis

Chloé, premier bébé du Jubilé Le premier bébé né à Singapour en 2015 s’appelle Chloé Tham. La jeune Singapourienne est née juste après le premier coup de minuit. Une intuition qui lui vaut la célébrité et la reconnaissance des Singapouriens. Elle devient la première récipiendaire du SG50 Jubilee Baby Gift, une mallette contenant 8 cadeaux choisis minutieusement au terme d’une consultation

publique, dans laquelle chacun aura pu exprimer ses fantasmes les plus exubérants : 20 000 votants, plus de 6 500 suggestions.

© Tomas Rodriguez/Corbis

Deux jeunes Allemands arrêtés à Kuala Lumpur Nouvelle opération de vandalisme dans un dépôt SMRT en novembre. Les auteurs des graffitis, deux jeunes Allemands, étaient de passage à Singapour, en route vers l’Australie, via la Malaisie. Ils sont arrêtés par la police de Kuala Lumpur et extradés à Singapour. La cité-Etat ne badine ni avec la sécurité dont l’incident révèle les failles, ni avec les graffeurs. Les

intéressés, âgés de 21 ans, risquent la prison et des coups de canne. En 2010, un expatrié suisse avait été condamné pour un délit identique à 7 mois de prison et 3 coups de canne.

© Sven Hagolani/Corbis

Index de la corruption : Singapour, 7ème en 2014

6 | SINGAPour FÉVRIER

Dans l’index international de la corruption 2014, établi par Transparency International, Singapour fait, sans surprise, partie des 10 pays les plus vertueux, avec une note globale de 84. Elle perd cependant 2 points par rapport à 2013 et se positionne juste derrière la Suisse (6ème avec 86 pts). Le classement est dominé, dans l’ordre, par le Danemark, la Nouvelle-Zélande

MARS AVRIL 2015

et la Finlande. La France pointe au 26ème rang avec 69 points. Le Gouvernement réagit aussitôt : révision du Prevention of Corruption Act, augmentation de 20 % du nombre des agents en charge de la répression de la corruption, et recours aux big data pour faire échec à la sophistication croissante des délits.


© Carole Caliman

Voeux 2015 : Lee Hsien Loong confiant A l’occasion du passage à la nouvelle année, le Premier ministre de Singapour a formulé ses vœux aux Singapouriens. Au menu : le contexte international, les enjeux liés à la croissance, qui n’a été en 2014 que de 2,8 %, et la confiance en l’avenir. Un discours sobre et efficace, organisé en 4 parties (et 22 points) : contexte international ; économie ; couverture sociale-

développement-qualité de vie ; confiance en l’avenir. Message aux conseillers : « Nous ne devons jamais hypothéquer l’avenir de nos enfants pour financer notre confort présent ».

Scientifique français reconnu pour ses talents littéraires Sébastien Teissier, chercheur en biologie moléculaire, travaille depuis 2006 à Singapour dans un laboratoire de recherche biomédicale. Il a été primé, en 2014, lors du Festival Polar de Cognac, une reconnaissance qui ne doit rien à ses activités scientifiques, mais à ses qualités littéraires. Sébastien Teissier est en effet l’auteur de romans policiers. Son

premier opus, X, généreusement nourri de références scientifiques, raconte les aventures de Lucas Moriani, agent de la police scientifique. Le deuxième et le troisième volet sont, paraît-il, déjà prêts. Vite, qu’on les publie !

© CCE-Singapour

Elue Sénateur des Français établis hors de France Chef d’entreprise, présidente des conseillers du commerce extérieur de la France à Singapour, créatrice de la European Season Encore!… Jacky Deromedi, qui vit à Singapour depuis 20 ans, a multiplié les engagements. Elle vient de leur offrir un nouveau décor : celui du palais du Luxembourg à Paris. Elue Sénateur Représentant les Français Etablis Hors de France, elle milite

pour une pratique différente de la politique, capable de redonner la confiance et d’offrir des perspectives. « A Singapour, dit-elle, les projets du gouvernement se font à l’horizon 2030. Nous avons des leçons à apprendre de cette stabilité ».

© RDavout

L’ESSEC lance le parcours Asie de son BBA L’ESSEC, dont le nouveau campus à Singapour fut achevé en décembre 2014, vient d’annoncer le lancement du parcours Asie de son Global BBA Program, dont la première promotion devrait démarrer en septembre 2015. Le Global BBA Program est un cursus d’études en 4 ans débouchant sur un diplôme de Bachelor (Bachelor in Business Administration). Sa

particularité est qu’il offrira aux étudiants l’opportunité, dans le courant de leurs études, de suivre les cours à Singapour, en France et dans un troisième pays pendant la période d’échange international.

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 7


Les Cinquante

Singapour a survécu ! 9 août 1965 – Des images en noir et blanc montrent Lee Kuan Yew commentant la partition d’avec la Malaisie lors d’une conférence de presse. Saisissants instantanés d’un leader submergé par l’émotion. A cet instant, l’avenir indépendant de la Petite Red Dot paraît très incertain. 8 | SINGAPour FÉVRIER

MARS AVRIL 2015

Minutes historiques qui marquent le basculement du destin d’un homme et de toute une nation. Quelques semaines plus tard, d’autres images montrent un leader déterminé à réussir : « I am not here to play somebody else’s game. I have a few million people left to account for… Singapore will survive*p.11 ».


© Carole Caliman

Glorieuses

S

ingapour a survécu, et de quelle manière ! En 1965, la jeune république indépendante ne peut compter que sur sa situation géographique avantageuse et l’héritage d’une tradition commerciale. Le pays manque de ressources naturelles. L’industrie est inexistante, handicapée par la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et celle de véritables entrepreneurs industriels. La situation des logements, où les gens vivent entassés, est déplorable. Le chômage touche 10 % de la population active. 50 ans plus tard, Singapour est devenue l’un des pays les plus riches du

monde en termes de PIB par habitant (4 500 US$ en 1965 vs 52 052 US$ en 2013). La cité-Etat excelle dans de nombreux domaines : l’économie, mais aussi l’urbanisme, la santé, l’éducation, le logement, l’environnement ou la culture. Et pourtant, le chemin n’a pas été sans embûches. Petit pays par sa taille, très exposé aux évolutions de son environnement international, la cité-Etat a « survécu » plusieurs fois : au trou d’air en 1985-1986, à la crise financière asiatique en 1997, à la minicrise électronique en 2001, à l’épidémie de SRAS en 2003 et à la crise des subprimes en 2008-2009.

D’abord assurer la sécurité économique et le confort de ses habitants Comment y est–elle parvenue ? Grâce à une démarche intransigeante sur deux aspects : l’harmonie des différentes communautés à l’intérieur de la société et la lutte contre la corruption. Par une approche pragmatique, planifiée et volontariste, et par le primat donné à l’économique. L’enjeu dès les premières années est d’assurer la sécurité économique et le confort de ses habitants. Il est considéré comme au moins aussi important que les impératifs de Défense et de Sécurité. La croissance et son corollaire, la productivité, resteront tout au

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 9


Dossier

En 1965, Singapour manque de tout. L’industrie est inexistante ; le chômage touche 10 % de la population active ; la situation du logement est déplorable Deux exemples de la réussite de Singapour : l’aéroport de Changi et les HDB, 80 % des Singapouriens vivent dans ces derniers et parmi ceux-ci, 90 % sont propriétaires de leur logement

Les défis de la maturité Au moment de fêter son cinquantenaire, il est naturel que Singapour soit aussi confrontée aux défis de la maturité. Si la croissance reste au cœur du système, son rythme s’est ralenti et elle n’a plus la même signification pour une population singapourienne parvenue, globalement, à un très haut niveau de confort matériel. Restent les enjeux collatéraux, 10 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Bukit Ho Swee Estate 1962/64

© Singapurapura

© Hardwarezone.com

© Elodie Imbert

Jurong Industrial Estate & Jurong West new town

© Carole Caliman

Un mix inédit de planification étatique et de libre concurrence Sur le terrain économique, le défi consistait à passer d’une activité de produits semi-finis à une exportation de produits finis, puis à monter en gamme vers des produits à forte valeur ajoutée. Singapour met en oeuvre une démarche agressive d’attraction des capitaux étrangers. L’intérêt est double : les sociétés étrangères n’apportent pas seulement des capitaux et le savoir-faire mais aussi les marchés pour leurs produits. Pour mettre en scène son attractivité, Singapour ne lésine pas sur les moyens : qualité des infrastructures, aussi bien matérielles (port de Singapour, aéroport de Changi, réseau routier, aménagement de zones industrielles…) qu’immatérielles (stabilité politique, environnement juridique, finance, éducation, recherche, urbanisme, culture…). Dans une hybridation unique de planification étatique et de libre concurrence, l’Etat, via sa Temasek Holdings, est à la manœuvre pour faire émerger des champions nationaux : Singapore Airlines, SMRT, CapitaLand, Keppel Corp, SingTel… Les institutions – URA, HDB, EDB, Alliance Tripartite… – sont créées les unes après les autres et toutes organisées autour d’un même objectif : mettre en place les conditions d’un développement rapide et harmonieux de la cité-Etat.

© Sengkang

long de l’histoire récente de Singapour au cœur du discours politique, comme le composant essentiel d’un équilibre qui ne peut se passer du mouvement, le ferment du bien-être des Singapouriens et de l’unité du pays.


© Carole Caliman © Carole Caliman

© Carole Caliman © Carole Caliman

50 ans après l’indépendance, Singapour est confrontée aux défis de la maturité : démographie, inégalités, immigration. La famille est au coeur de la feuille de route de la cité-Etat pour le prochain cinquantenaire Illustrations : « Jelly baby Family » par l’artiste Mauro Peruchetti. « Happy family of 5 » de Chua Boon Kee

(*) « Je ne suis pas là pour faire le jeu de qui que ce soit. J’ai encore quelques millions de personnes dont je suis responsable. Singapour survivra ». Lee Kuan Yew, 1965

ceux d’une population qui devrait continuer de grandir, mais le fera davantage par le jeu de l’immigration que de la croissance naturelle. Une population de Singapouriens et Permanent Residents (PR) qui vieillit et dont la cohabitation avec les « travailleurs étrangers » est potentiellement génératrice de tensions. Ceux aussi d’inégalités croissantes entre les plus riches et ceux qui ont le moins profité du développement économique. Ceux encore d’une société devenue très matérialiste et individualiste et d’un questionnement des Singapouriens sur leur identité. A plusieurs reprises, notamment lors de la publication d’un livre blanc sur la population qui formulait une hypothèse de 6,9 millions d’habitants en 2030, ou bien lors des élections en 2011, le pouvoir politique a été alerté publiquement des tensions que ces enjeux généraient parmi la population. En 2013, il a réagi en lançant « Our Singapore Conversation », une consultation publique dans laquelle il s’agissait rien moins que de dessiner une nouvelle feuille de route, pourquoi pas pour le prochain cinquantenaire. Une feuille de route en 12 chapitres Qu’ont dit les Singapouriens à cette occasion ? La synthèse des discussions a fait ressortir 12 axes de réflexions pour la société de demain : une société 1- Qui propose des définitions différentes du succès ; 2- Qui offre un rythme de vie plus épanouissant ; 3- Qui s’appuie sur une économie forte et dynamique ; 4Qui entretient les valeurs de la famille ; 5- Où la vie est abordable ; 6- Où les gens peuvent vieillir avec dignité ; 7- Qui prend soin des plus désavantagés ; 8- Qui prend grand sens du vivre ensemble ; 9- Pour les Singapouriens ; 10- Où le gouvernement et la population ont une plus grande relation de collaboration ; 11- Ancrée dans ses valeurs ; 12- Avec un gouvernement compétent et digne de confiance. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Bertrand Fouquoire

SINGAPour | 11


Dossier

Le bâtiment du Parlement actuel En incrustation : Old parliament house a abrité les débats du parlement de 1965 à 1999 Depuis 2004, le bâtiment rénové – The Arts House – accueille événements culturels et spectacles.

12 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

A

© Carole Caliman

© Carole Caliman

Le Système Politique : L’héritage de Westminster et des innovations

près la Seconde Guerre mondiale, Singapour se voit accorder une autonomie de plus en plus grande, débouchant en 1959 sur un gouvernement autonome. Quand elle devient indépendante en 1965, après l’échec de la Fédération de Malaisie, Singapour hérite des fondements politiques du système de Westminster, qu’elle va transformer progressivement en un modèle unique en son genre.


GROUPES POLITIQUES

87 MPs

PAP (80)

3 NCMPs

WP (7+2 NCMPs)

9 NMPs

SPP (1 NCMP)

© Bertrand Fouquoire

MEMBRES

NMPs (9)

Répartition des membres et groupes politiques en 2013

Deux figures du parti d’opposition, le Workers’ Party, au Parlement : Gerald Giam (depuis 2012) et Sylvia Lim (2006-2011)

Système de Westminster Le système de Westminster est un système démocratique de gouvernement fondé sur celui qui existe au RoyaumeUni. Ce système définit une série de règles où le pouvoir principal est détenu par le pouvoir législatif (régime parlementaire). Dans ce système, les membres du Parlement sont élus par le vote populaire. Le parti politique qui remporte le plus de suffrages voit son leader devenir chef du gouvernement suite à sa nomination par le chef de l’État (actuellement Tony Tan).

© Abdul Rahman

© Abdul Rahman

Depuis 2000, Singapour a son Speakers’ Corner à Hong Lim Park. Son utilisation, très règlementée, est réservée aux Singapouriens

Le chef de l’État est théoriquement détenteur du pouvoir exécutif et de nombreux « pouvoirs de réserve », mais son rôle est souvent protocolaire. Le pouvoir exécutif est entre les mains du Cabinet, composé de ministres, membres du Parlement. Le système de Westminster peut être unicaméral ou bicaméral. A Singapour, au vu de la taille du pays, une seule chambre parlementaire est suffisante. Le Parlement est surtout un lieu de débats. C’est le Cabinet qui possède la réalité du pouvoir. Le Premier ministre

a le pouvoir de dissoudre le Parlement, et celui, de manière générale, de déclencher des élections à tout moment, dans un délai variable selon les pays (5 ans à Singapour). La plupart des pays utilisant le système de Westminster l’ont codifié dans une constitution écrite. A Singapour, celle-ci a été adoptée en septembre 1963 et est entrée en vigueur le 9 août 1965. 3 originalités de Singapour Le système politique à Singapour a connu des évolutions majeures,

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 13


Dossier

14 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

© Bertrand Fouquoire

Lee Kuan Yew (1959-1990) Goh Chok Tong (1990-2004) Lee Hsien Loong (depuis 2004)

© Gobierno de Chile

Maxime Pilon et Danièle Weiler

A Singapour, c’est le People’s Action Party (PAP) qui est au pouvoir depuis 1959. Depuis cette date, le pays n’a connu que 3 Premier ministres :

© PD-USGov-DOD

qui sont autant d’innovations propres à la cité-Etat. Première innovation en 1984, à l’initiative de Lee Kuan Yew : les NCMPs (Non-Constituency Members of Parliament) sont créés qui permettent de faire participer aux débats parlementaires des membres des partis d’opposition qui n’ont pas réussi à être élus. De 3 à l’origine, leur nombre est passé à 9 en 2010. Deuxième innovation en 1991 : la mise en place des NMPs (Nominated Members of Parliament) par Goh Chock Tong. Les NMPs sont des membres de la société civile qui sont nommés par le gouvernement pour faire partie du parlement. Ils ont très peu de pouvoirs mais sont censés, de par leur expertise, apporter des informations sur la société et faire avancer les débats. Pour le parti au pouvoir, c’est un moyen de coopter les membres de l’élite. Leur mandat est passé en 2010 de 2 ans à 2 ans 1/2. Troisième innovation, en 1988, avec la création des GRCs (Group Representation Constituencies). Les GRCs sont des circonscriptions électorales qui fournissent un groupe de sièges au Parlement. Elles se distinguent à ce titre des SMCs (Single Member Constituencies) qui n’en fournissent qu’un. Lors des élections législatives de 2011, on comptait 12 SMCs et 15 GRCs fournissant de 4 à 6 sièges par groupe. L’objectif des GRCs est de faire des économies d’échelle et de simplifier l’administration. Leur taille varie à chaque élection et est connue à des dates variables avant le scrutin. En 2001, la date avait été annoncée une semaine avant le Nomination Day. Elle a été donnée respectivement 7 semaines avant et 2 mois avant, en 2006 et en 2011. Une autre spécificité des GRCs tient au fait que les candidats doivent appartenir à une des minorités malaise, indienne ou eurasienne afin d’assurer la représentation des minorités au parlement. n


Des vins du monde D’exceptionnelle qualitÊ au meilleur prix +65 6256 5290 info@benchmarkwines.com.sg

www.benchmarkwines.com.sg


Dossier

© Carole Caliman © Carole Caliman

La déesse croissance chevauchant la productivité

E

n 2014, la croissance à Singapour a été de 2,8 %. Un chiffre médiocre dans un pays habitué, depuis 1980, à un taux de croissance moyen de 6,8 %. Grippage ou contrôle ? Si la croissance a toujours été mise en avant comme la condition essentielle du mieux être pour tous, le social, au sens large, influe aujourd’hui sur le tempo.

Tentation de la croissance douce Dans les années 70, en France, alors que s’achevaient les 30 Glorieuses, le mouvement de la croissance douce avait occupé les débats. La France avait connu une croissance durable et soutenue, certains s’interrogeaient sur le sens de cette croissance et sur la consommation en général. Dans des termes différents, un débat similaire existe à Singapour : quel sens y-a-t-il à maintenir un haut niveau de croissance, si celui-ci ne profite qu’à une partie des Singapouriens et s’il induit un flux constant de travailleurs étrangers, des prix de l’immobilier qui s’envolent et l’émergence de toutes les contraintes (trafic, pollution…) inhérentes aux mégapoles modernes ? Entre la tentation d’une pause et le maintien de l’objectif de croissance, le débat a été tranché. En 2012, s’adressant à la « société économique de Singapour », le Premier ministre, Lee Hsien Loong, rappelle en quelques mots la réalité de la compétition avec d’autres grandes cités globales telles que Shanghai et Mumbai, et pose la question : « veut-on faire partie des cités globales ou rester là où nous sommes actuellement pendant que le monde va de l’avant ? »  Une pause, faitil valoir, aurait pour conséquence moins d’investissements, moins d’emplois de qualité, plus de chômage, et entraînerait une fuite des talents vers des places plus attractives. Dans cette hypothèse, les bas revenus seraient les plus touchés, comme ce fut le cas à chaque fois que l’économie de Singapour a ralenti au cours de la dernière décennie. 6.9 millions d’habitants, pour quoi faire ? En 2013, la question du modèle idéal

16 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015


© Carole Caliman

© Carole Caliman

« A sustainable population for dynamic Singapore »

de croissance refait surface avec le livre blanc sur la population et l’hypothèse de 6,9 millions d’habitants en 2030, dont 36 % d’étrangers (PR non compris) en 2030. En jeu cette fois : la nécessité – sociale – de maintenir, grâce à l’immigration, un équilibre des générations dans un contexte de faible fécondité et de vieillissement de la population, et celle – économique – de donner aux entreprises installées à Singapour les moyens humains de supporter la croissance de leurs activités. Oui, mais 6,9 millions d’habitants, pour quoi faire ? s’étaient émus les Singapouriens, inquiets des conséquences négatives d’une politique d’immigration trop ouverte sur leurs emplois, leur confort de vie et la société en général. « Créer de bons emplois pour tous » En janvier 2015, lors de ses vœux aux Singapouriens, le Premier ministre fait à nouveau de la croissance un thème central de son allocution. Il en souligne l’importance : «  pour créer de bons emplois pour tous et bien gagner sa vie, de telle sorte que comme nation, nous puissions investir dans les hommes et dans notre futur ». Commentant le niveau de la croissance en 2014, il indique que sa relative faiblesse est en partie liée à la

Lee Hsien Loong aux Singapouriens en 2012 : « Veut-on faire partie des cités globales, telles que Shanghai ou Mumbai, ou rester là où nous sommes pendant que le monde va de l’avant »

« Nous devons trouver le bon équilibre. Si nous faisons trop peu pour relever le défi démographique, nous risquons de devenir une société qui vieillit rapidement, perdant sa vitalité et sa verve, les plus jeunes quittant le pays pour rechercher des opportunités ailleurs. Mais si nous accueillons trop d’immigrants et de travailleurs étrangers, nous allons affaiblir notre identité nationale et notre sentiment d’appartenance et aurons l’impression d’être à l’étroit dans notre propre maison ». Extrait du livre blanc sur la population – 2013

Les chiffres clés de Singapour en 2014 (source : FMI) Population : 4,47 millions d’hab (projection 2030 : 6,9 millions) PIB : 298 025 millions USD (France : 2 734 000 ; Suisse : 650 000) PIB/hab : 53 671 USD (France : 44 730) Taux de croissance : 2,8 % en 2014 (3,9 % en 2013 - projection 2015 : entre 2 et 4 %) Taux de chômage : 1,8 % (2013)

volonté du gouvernement d’assurer les conditions d’une croissance durable, fondée sur les gains de productivité, y compris en restreignant le recours à la main d’œuvre étrangère. La déesse croissance reste essentielle pour pourvoir au confort de tous, écarter les fléaux du chômage ou de la stagnation des salaires, et financer l’amélioration de la protection sociale. Elle est cependant encadrée. Qualité de vie et questions de société sont désormais au centre des préoccupations. Les maîtres-mots sont productivité et efficacité. Un défi face auquel la cité-Etat a bien l’intention de briller, malgré les performances décevantes en 2013/2014, en investissant sur les compétences et sur les technologies appliquées à la « smart city ». n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Bertrand Fouquoire

SINGAPour | 17


inquante ans… 10 mars 1965 7 août 1965 1967 21 septembre 1965 12 juin 1967 8 août 1967 1968

31 mai 1969 15 septembre 1972 1973

Explosion du MacDonald House par des terroristes indonésiens Singapour et la Malaisie signent un accord de séparation Instauration du Service National (2ans 1/2) pour tous les Singapouriens âgés de 18 ans Singapour devient le 117ème membre de l’ONU Emission du 1er dollar singapourien Singapour est membre fondateur de l’ASEAN Création du CPF, Housing scheme permettant aux Singapouriens d’utiliser l’épargne CPF pour acheter un logement HDB Emeutes raciales Inauguration de la première statue du Merlion, à l’embouchure de la Singapore River Construction du National Stadium

© Chensiyuan

Années 60-70

1973, ancien National Stadium of Singapore Premiers dollars émis en 1967, la série ‘Orchid’

Années 80 29 janvier 1983

1984 2 au 4 décembre 1985

1987

Entrée en fonctionnement de l’aéroport international de Changi, construit sur le site du camp japonais Changi 7 morts dans un accident du Singapore Cable Car, heurté par une plateforme pétrolière panaméenne (Eniwetok) Création des Non-Constituancy Members of Parliament Pour la première fois dans toute l’histoire de Singapour (et la seule à ce jour), la Bourse de Singapour (SES, aujourd’hui SGX) ferme pendant 3 jours après l'effondrement de Pan-Electric Industries Première ligne de métro (MRT - Mass Rapid Transit) reliant Yio Chu Kang à Toa Payoh

© Igor Plotnikov

1981

1985, crash historique de la bourse de Singapour 18 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015


© Roke

en quelques dates

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

© Dave1185

1981, début de la construction de Changi International Airport ; les 2/3 de Changi Air Base sont acquis en 1975 par le gouvernement singapourien pour la construction de l’aéroport actuel (Ci-dessus, Changi T3 en 2015)

© NAS

© Elodie Imbert

1965, Singapour devient membre de l’ONU 1967, Singapour est membre fondateur de l’ASEAN

SINGAPour | 19


Dossier

6 juillet 1990 22 novembre 1990 28 novembre 1990

26-27 mars 1991

5 mai 1994 1999

Mise en service de la East West Line du MRT Achèvement du Terminal 2 à Changi Goh Chok Tong devient le 2ème Premier ministre de Singapour Détournement de l’avion Singapore Airlines Flight 117 par un commando pakistanais ; intervention des forces spéciales de Singapour ; tous les preneurs d’otages sont tués, ces derniers sont libérés Un adolescent américain, Michael P Fay, est condamné à des coups de canne pour vandalisme Singapour passe en récession dans le contexte de la crise asiatique

© Kaye Lee

Années 90

La condamnation de l’adolescent américain Michael P Fay à des coups de canne pour des faits de vol de panneaux routiers avait suscité beaucoup d’émotion aux Etats-Unis et entraîné l’intervention de Bill Clinton

20 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

© NASA/Corbis

1er septembre 2000 Ouverture du Speakers’ Corner à Hong Lim Park 2001 à 2003 Récession 27 décembre 2001 Singapour touchée par l’ouragan Vamei (rare : 1 fois tous les 100-400 ans) 2002 Achèvement de l’Esplanade Singapore Duck race – 123 000 canards en plastique font la course ; le vainqueur entre au musée Avril 2003 Singapour affectée par le SRAS 29 octobre 2003 Ouverture de Biopolis 12 août 2004 Lee Hsien Loong devient le 3ème Premier ministre de Singapour 18 avril 2005 Accord pour légaliser le jeu et autoriser la construction de deux « Casino Resorts » 21 mars 2008 Le terroriste de Jemiah Islamiah Mas Selamat s’échappe de prison Septembre 2008 Singapour en récession dans le cadre de la crise des subprimes 2010 Achèvement de Marina Bay Sands 7 mai 2011 Le PAP cède son siège de Aljunied au Workers’ Party 2012 Achèvement de Gardens By the Bay 16 février 2013 Plus de 3000 Singapouriens protestent contre le livre blanc sur la population au Speakers’ Corner 13 décembre 2013 Emeute à Little India 2014 Achèvement du Sports Hub

© Carole Caliman

2000 +

En haut, l’Esplanade, achevée en 2002, est un lieu de culture pour tous les publics En bas, dans l’oeil du cyclone : photo de l’ouragan Vamei qui a frappé Singapour en 2001


© Oahiyeel © Koh Sze Kiat

© Carole gnohz Caliman

© JPL Designs

Ouverture de la ligne East West du MRT en 1990 ; à droite, la station Eunos La première rame de métro avait été inaugurée en 1987

Toujours en développement, l’aéroport de Changi inaugure en 2008 son troisième terminal

© gnohz

Nouvelle icône du Singapour touristique, Marina Bays Sands, à cette époque, est encore en construction Celle-ci s’est achevée en 2010

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 21


Dossier

Des bonnes notes au bien-être

L

© Jordan Tan

e système éducatif commence par l’école maternelle et l’école primaire. Dès le secondaire, les élèves sont amenés à s’orienter vers des classes classiques et académiques, ou vers des classes plus techniques. La classe intégrée conditionne ensuite les études supérieures, qui se répartissent entre des cursus à l’université, dans les écoles polytechniques ou dans les Junior College.

L’éducation, fer de lance de la société singapourienne

D

e l’école maternelle à l’université, l’éducation est un des piliers de la société singapourienne. Le système éducatif est contrôlé par le Ministère de l’éducation, qui s’occupe notamment de distribuer les fonds aux écoles publiques : près de 20 % du budget de l’Etat y est destiné. Tout est fait pour que les élèves singapouriens soient parmi les plus compétitifs du monde.

22 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

De bons résultats… Singapour est, depuis une dizaine d’années, l’un des pays où les élèves obtiennent les meilleurs résultats. Cette année encore, le pays ne déroge pas à la règle : lundi 5 janvier 2015, les élèves singapouriens ont obtenu les meilleurs résultats du baccalauréat international (IB) en Asie-Pacifique. Sur les 2 000 élèves à avoir passé l’IB, 66 ont obtenu le score maximal de 45 points. Cette réussite des étudiants peut s’expliquer par la centralisation de l’éducation. A Singapour, le curriculum scolaire est strictement défini par l’Etat, et les écoles reproduisent le modèle hiérarchique traditionnel de la société. David Hogan, professeur à l’Université du Queensland en Australie, a étudié le système éducatif singapourien. Pour lui, « le système éducatif à Singapour se concentre principalement sur la transmission du curriculum national et sur les performances aux examens. Et cela est clairement réussi, puisque le système génère de bons résultats à tous les examens nationaux et internationaux ». … mais peu de place à la créativité Cependant, l’éducation singapourienne


© Sengkang

En haut – Sous les palmiers, le savoir : NUS Faculty of Engineering A droite – Graffiti à Haji Lane, par le groupe singapourien ZNC Pas assez créatifs, les jeunes Singapouriens ? Trop d’examens, trop de stress, l’école se recentre sur plus d’initiatives et d’activités culturelles

© Elodie Imbert

a également ses limites. Le système strict et les examens fréquents sont souvent à l’origine de stress, et laissent peu de place à la créativité. Quelques voix issues du gouvernement invitent à réformer l’éducation. Dans une tribune publiée dans le Straits Times en octobre 2013, Laurence Lien, membre du Parlement, incite à assouplir et élargir le système éducatif : « Aujourd’hui, Singapour se concentre surtout sur l’excellence académique. Pourtant, avoir de bons résultats aux examens ne permet pas forcément de former des étudiants épanouis et motivés ». Pour Monsieur Lien, qui est une grande figure de la défense des droits sociaux à Singapour, il est important de recentrer l’école sur l’enfant. « La philosophie de l’école doit être centrée sur le bien-être de l’enfant », dit-il, « et les examens doivent avoir pour but de mettre en avant la progression de l’élève, et non pas d’être un élément de comparaison et de compétition avec les autres élèves ». Quel avenir pour l’école singapourienne ? Quelques initiatives ont été mises en place à Singapour pour ouvrir l’école

à la créativité et combattre le stress. Ainsi, dès 2004, le Premier ministre Lee Hsien Loong a lancé la campagne Teach Less, Learn More, qui appelait les professeurs à s’éloigner du curriculum national pour leur permettre de prendre plus d’initiatives et de proposer des activités culturelles et créatives en marge de l’enseignement traditionnel. Plus de 10 ans après, quels en sont les résultats ? Selon le National Institute of Education, les curriculum ont été réduits de 10 à 20 % depuis 2004, et davantage de place a été laissée aux activités extrascolaires. Tout cela sans que les résultats aux examens nationaux aient baissé. S’il reste sûrement du chemin à parcourir pour permettre aux étudiants de tous âges de s’épanouir personnellement et intellectuellement, Singapour reste toutefois un bon exemple d’un système éducatif performant. En mettant l’école et les professeurs au centre de la société et en allouant à l’éducation un budget et des moyens suffisants, Singapour a définitivement choisi le chemin d’une société apaisée et performante. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Anne Pouzargues

SINGAPour | 23


Dossier

Quand « Fun is a serious business », 50 ans de construction de la marque Singapour

E

© Everything

n 50 ans, Singapour s’est hissée au rang des nations les plus développées. Longtemps étiquetée comme une ville d’affaires autoritaire, efficace, sérieuse mais ennuyeuse, elle soigne son image pour devenir une ville globale, dynamique, branchée et même artiste. Décryptage d’une campagne de communication bien orchestrée.

24 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015


Texte de Maxime Pilon et Danièle Weiler 240 pages, 270 illustrations Ouvrage disponible chez Kinokuniya


© Dragages

© Simon Gurney

Dossier

« C’est du marketing » En 1960, lors d’une conférence, le père fondateur et Premier ministre de Singapour, Lee Kuan Yew, évoque son ambition de faire de la cité-Etat une destination majeure du tourisme. Comment un pays sans culture, sans site touristique, sans hôtel, sans infrastructure, lui demande un journaliste, peut-il prétendre à devenir une destination touristique ? Réponse de Lee Kuan Yew : « Perception. Il ne s’agit pas de ce qui existe mais de ce que les gens pensent qu’il existe ici. C’est du marketing ». Une anecdote qui illustre à quel point la construction de la « marque Singapour » a très vite été perçue comme essentielle. La Singapore Girl et les chewing-gums Pour mettre en place le développement économique du pays en 1965, il faut le rendre attractif. La question de l’image de Singapour est donc cruciale. Le pays développe les infrastructures, s’impose comme une destination stable et connaît une formidable croissance. Partout on vante le miracle économique. Des marques fortes comme Singapore Airlines et la Singapore Girl, habillée par Pierre Balmain, deviennent des icônes de Singapour à l’étranger. Cependant, si l’image de Singapour est associée à la réussite économique, elle l’est aussi à un régime musclé et… à l’interdiction de mâcher du chewing-gum. 26 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Dans l’esprit des gens, Singapour est associé au charme de la Singapore Girl, à la modernité du Sports Hub, mais aussi… à l’interdiction du chewing-gum (Photographs Courtesy of Singapore Airlines)

Singapour doit devenir « fun » Dans les années 1990, le Premier ministre, Goh ChokTong, tente de palier ce déficit d’image. « Fun is a serious business » aurait dit George Yeo, l’un des personnages clés du cabinet du Premier ministre. Le ton est donné. Singapour doit devenir « fun ». Dans la palette du gouvernement, il y a le tourisme, les sports et la culture. Dans le tourisme, Singapour se lance dans le développement tous azimuts de parcs d’attractions, d’hôtels de luxe et de


© Gillman Barracks © Carole Caliman

l’inauguration du Sports Hub.

resorts intégrés avec les casinos à Marina Bay Sands et Sentosa. Aujourd’hui, le poids du secteur représente 6,5 % du PIB. Grand prix F1, avec Jennifer Lopez Côté sports, la cité-Etat rentre, en 2008, dans le club très fermé des organisateurs de grands prix F1, avec une course qui, différenciation oblige, se déroule la nuit, accompagnée de force paillettes, concerts et soirées, et la participation de stars populaires comme Jennifer Lopez. En juin 2104, Singapour fait encore dans le gigantisme – image toujours – avec

« Aujourd’hui, les principales composantes de la marque Singapour sont les suivantes : une nation cosmopolite, ouverte au monde, un refuge de stabilité au coeur de l’Asie » Photo du haut – Les anciennes casernes de Gillman Barracks abritent désormais des galeries d’Art

Dans le domaine de la culture, Singapour investit des moyens colossaux. 10 millions de dollars sont investis pour convertir d’anciens baraquements de l’armée britannique des années 1930 en un complexe, Gillman Barracks, qui regroupe depuis 2012 plusieurs galeries d’art. En 2010, Singapour fait appel à Lorenzo Rudolf, ancien directeur d’Art Basel, pour organiser une grande foire d’art à Singapour. Un an après, Art Stage démarre, avec l’ambition de faire de Singapour une place qui compte dans le monde de l’art. Les projets, les foires et les festivals se multiplient. Quand la National Gallery ouvrira ses portes fin 2015, après 4 ans de travaux, elle s’imposera, avec ses 64 000 m2, soit l’équivalent du musée d’Orsay, comme le plus grand musée d’art moderne d’Asie du Sud-Est. « Aujourd’hui, les principales composantes de la marque Singapour sont les suivantes : une nation cosmopolite, ouverte au monde, un refuge de stabilité au cœur de l’Asie » explique Koh Buch Song, l’auteur de Brand Singapore. « Je pense que pour les 50 prochaines années, la formule restera la même, avec quelques variations, en fonction des défis à venir ». n Marion Zipfel

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 27


Dossier

H

omme de théâtre, Sasitharan a multiplié les casquettes au cours de sa carrière. Il est actuellement Directeur de l’Intercultural Theatre Institute, une école qui fait de l’hybridation culturelle le terreau de sa formation au théâtre.

28 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

© Intercultural Theatre Institute

© Intercultural Theatre Institute

SASITHARAN Multiculturalisme, terreau pour les arts

« Unique en son genre, le curriculum de l’Intercultural Theatre Institute mixe théâtre asiatique, théâtre occidental et théâtre anglais »

Q

uel était le statut du théâtre à Singapour quand vous avez débuté ? Le théâtre est resté longtemps une pratique d’amateurs. Cela a commencé à changer à la fin des années 70 avec le cinéma, la télévision, lorsqu’on a pris conscience du potentiel économique de la culture. Avant, la seule manière qu’avait un artiste de vivre de son art était d’enseigner. Etudier la musique n’était qu’une question d’intérêt personnel. On ne pouvait songer en faire son métier. Jusqu’à sa mort, mon père


Qu’est-ce qui vous a amené à fonder l’ITI ? J’ai fondé l’Intercultural Theatre Institute en 2000 avec mon ami Kuo Pao Kun, qui dirigeait à cette époque la Practice Performing Arts School. Il voulait arrêter, mais cela signifiait que les jeunes comédiens n’auraient pas de solution alternative à Singapour. Ensemble, nous avons créé un nouveau curriculum, sur 3 ans, qui mixe théâtre asiatique, théâtre occidental et théâtre anglais. Cela n’existe nulle part ailleurs en Asie. Au début, les participants venaient essentiellement de Singapour et de Malaisie. Puis ils sont venus de Chine, de Hong Kong ou du Japon. Puis de Pologne, Mexique, Argentine… Pourquoi l’avoir créé à Singapour ? C’est l’un des meilleurs endroits au monde pour accueillir cette démarche interculturelle parce que les Singapouriens ont l’habitude des différences.

« On peut jouer Shakespeare en chinois. Quand ils le font, les comédiens finissent par s’ouvrir, par voir les choses différemment »

© Intercultural Theatre Institute

© Intercultural Theatre Institute

m’a demandé : mais pourquoi ne fais-tu pas un réel travail ? C’est difficile pour les gens de comprendre ce que nous faisons. J’ai eu la chance de me trouver au coeur de cette transformation, riche d’une dizaine d’années d’expérience dans le théâtre.

Quand nous avons présenté ITI au Japon, les Japonais n’étaient pas intéressés par autre chose que le théâtre japonais. La chance de Singapour, c’est d’être une nation jeune. Elle n’est pas encombrée par une civilisation multimillénaire. Singapour a sa propre façon d’être asiatique. Elle est caractérisée par la pluralité des cultures. Le théâtre est dans la rue avec l’opéra chinois. Il y a la présence des religions avec leurs rituels, sur lesquels on s’est beaucoup appuyé dans la phase de construction de la nation. Les Singapouriens sont élevés dans le respect des autres cultures. Mon goût pour l’interculturalité vient de ce background. Comment caractériser votre démarche ? Il s’agit de donner l’occasion de toucher du doigt les différences culturelles dans le cadre d’interactions positives. C’est difficile de se débarrasser de sa propre culture. Quand les élèves font du Tai Chi, qu’ils travaillent sur leurs muscles ou leur respiration, ils s’aperçoivent que tout le monde a un corps… On s’aperçoit aussi que le besoin de traduction va bien au-delà des mots. On peut jouer Shakespeare en chinois. Quand ils le font, les comédiens finissent par s’ouvrir, par voir

les choses différemment. Qui sont les participants ? Les comédiens ont entre 25 et 35 ans. Le plus âgé en a 40. Ils vivent en ville dans des HDB. Ils veulent faire du théâtre d’une manière différente. Un étudiant philippin, par exemple, originaire d’un petit village de la région de Mindanao, travaille désormais avec différentes communautés en utilisant le théâtre pour résoudre les conflits. C’est d’ailleurs ce que nous leur conseillons : après les études, il faut retourner à votre communauté. Quel soutien avez–vous de Singapour ? Les subsides du National Arts Council représentent 20 à 25 % du budget de l’école. Le reste est financé par le sponsoring, les donations et des rentrées propres. Au début, le National Arts Council n’était pas intéressé. Ses responsables ont été convaincus quand ils ont constaté la qualité des résultats. Yeo Yann Yann, qui joue la mère dans ILO ILO, le film d’Anthony Chen, a reçu un Golden Horse Award à Hong Kong. Quand on obtient ce type de reconnaissance, c’est plus facile d’expliquer ce que l’on fait. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Propos recueillis par Bertrand Fouquoire

SINGAPour | 29


Singapour Autrement

S

®

Les médias sociaux : Acteurs clés de la formation de l’opinion à Singapour

L « Why you say you tell me you dowan tur kua when you DIDN’T say you dowan tur kua? » La première fois que les médias sociaux ont joué un rôle majeur sur le terrain politique, comme l’a raconté Cherian George, expert du domaine, remonte à 2006. Sur son blog, Alex Au avait juxtaposé la photo iconique d’un meeting du Workers’ Party, juste avant les élec30 | SINGAPour

a croissance des médias sociaux à Singapour a contribué à la diversité du débat public en offrant aux Singapouriens des lieux de rencontre et de discussion. Le gouver-

nement y avance avec précaution, dans le cadre d’un processus de négociation avec les internautes, laissant un plus grand espace pour commenter, et parfois critiquer ses politiques.

tions législatives, avec celle d’un meeting du PAP, où peu de gens étaient présents. Un autre bloggeur, mrbrown, avait réalisé une série de podcasts satiriques. Dans un podcast, il racontait l’histoire d’un homme qui avait commandé du Tur Kwa (foie de cochon) dans son Bak Chor Mee (nouilles de porc) et qui en faisait le reproche au vendeur des nouilles. Une allusion directe au candi-

dat James Gomez qui avait oublié un formulaire lors de son inscription électorale et avait reproché aux fonctionnaires de l’avoir perdu. Dans un autre podcast, « The Stall Next Door », en 2011, il mettait en scène le client d’un hawker qui hésitait entre le kiosque du Bak Chor Mee, que sa famille fréquentait depuis 1959 (année de l’arrivée du PAP au pouvoir), et de nouveaux stands, dont celui

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

du porridge Teochew (allusion au Secrétaire général du Workers’ Party). Pink dot vs White shirt La tendance des grands médias à privilégier des discours s’accordant avec les récits gouvernementaux ont poussé les activistes à se tourner vers les médias sociaux. En 2009, les militants contre la peine de mort lancent une campagne autour de l’histoire


© Connormah © Roy Tan

de Yong Vui Kong, un Malaisien de Sabah condamné à mort pour avoir trafiqué de l’héroïne à l’âge de 18 ans. La campagne finit par attirer l’attention du grand public et celle du Ministre des Affaires Etrangères malaisien. En 2013, après la révision des lois sur la peine de mort pour les trafiquants de drogue, Yong voit sa peine commuée en prison à perpétuité. Dans d’autres cas, Internet est le lieu où s’affrontent les activistes. En 2014, en réponse à la manifestation « Pink Dot », organisée par la communauté LGBT, les milieux conservateurs créent le mouvement « Wear White » pour « défendre le mariage » et protester contre le « déclin des valeurs de la famille ». Les deux mouvements utilisent largement les médias sociaux, particulièrement Facebook, pour gagner le soutien du public. Dans d’autres cas encore, Internet sert à faire justice. Le propriétaire d’un magasin de téléphones

© vanzyst

© Carole Caliman © thegomezcentre

James Gomez

Un podcast satyrique de mrbrown était une allusion à James Gomez (photo à gauche) En 2014, la manifestation Pink Dot (photo ci-dessus) a été suivie d’une contre-manifestation Wear Wnite

portables à Sim Lim Square avait vendu des fausses assurances d’iPhone. Des vidéos circulaient, qui montraient, l’une, un touriste vietnamien obligé de supplier à genoux le vendeur de le rembourser, l’autre, une touriste chinoise, qui avait reçu un remboursement de 1 010 S$ en petites pièces. Des internautes décident de se venger. Ils mettent en ligne des informations personnelles du vendeur, tels que son numéro de téléphone, des photos en petite tenue, et des détails sur ses pratiques commerciales douteuses. L’intéressé doit fermer son magasin. Les internautes lancent une campagne de crowdfunding pour rembourser le touriste vietnamien. Un demi-million de Likes pour la page Facebook du Premier ministre Si les politiques singapouriens ne sont venus que tardivement aux médias sociaux, certains en sont devenus de

Le Premier ministre de Singapour est un utilisateur averti des nouvelles technologies. Suivant son exemple, les membres du gouvernement se lancent sur Facebook

grands utilisateurs. C’est le cas du Premier ministre Lee Hsien Loong. Avec presque un demi-million de Likes sur Facebook, ses commentaires de l’actualité, les photos de ses déplacements mais aussi les séances de chat font le bonheur des internautes. La stratégie de diplomatie de selfies a fait des émules parmi les membres du gouvernement. Ils ont tiré les leçons des élections de 2011 où les voix de leurs détracteurs avaient dominé l’espace virtuel. La croissance des médias sociaux a contribué à la diversité du débat public en offrant aux Singapouriens des lieux de rencontre et de discussion. A travers un processus de négociation avec les internautes, le gouvernement singapourien gère les affaires en laissant au peuple un plus grand espace pour commenter, voire parfois critiquer, ses politiques. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Yvonne Guo

SINGAPour | 31


Singapour Autrement

© Carrier Corp 1915

© Carole Caliman

Singapour ne manque pas d’air…

C

ar, Condo, Cash, Credit Card… Et si le cinquième C valait pour… Climatisation ?

L’homme qui faisait du froid : Willis H Carrier, inventeur de la climatisation moderne

Sueurs Froides Que serait Singapour sans aircon ? Imaginez des shophouses dont les murs ne seraient pas recouverts de générateurs d’aération. Imaginez les spectateurs du Sports Hub dont la place ne serait pas climatisée. Imaginez les nuits torrides où dormir serait un combat de toutes les gouttes. Imaginez les journées 32 | SINGAPour

« effet de serre » au bureau, les trajets en métro chargés d’odeurs de pointe, les malls à chaleur ambiante, les taxis façon sauna … Le réveil sonne. Vous éteignez l’aircon de la chambre en vous levant, pour allumer celle du salon. En sortant de l’appartement, la chaleur vous happe, l’humidité vous assaille, vous êtes déjà en

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Le sujet retient peu l’attention des Singapouriens, mais il revient en boucle

sur les blogs d’expatriés ou de voyageurs « fraîchement » débarqués. Car l’air conditionné, installé presque partout, fonctionne souvent à pleine puissance, rafraîchissant certes, mais parfois à l’excès.

eau lorsque vous attrapez le métro ou le taxi. Suit un long parcours du transpirant entre les escalators, les ascenseurs, les couloirs du métro… Toute une journée parfois sans sortir dehors. Surtout ne pas prendre l’air, pour éviter un chaud et froid. Imaginez-vous, arrivant à un rendez-vous important vêtu de votre chemise de soie dégoulinante de sueur.

Comment travailler, comment penser dans un bureau qui serait une étuve ? Les appareils tournent sans cesse. Ce sont les coulisses dans lesquelles on met la fraîcheur en boîte. Il règne dans certains bâtiments un froid polaire et on supporte avec bonheur une petite laine au cinéma. A Singapour, l’air conditionné est une


Des chiffres et de l’air Dans les années 80, moins de 20 % des logements étaient équipés d’aircon, aujourd’hui c’est près de 4 foyers sur 5 ! Oubliées la ventilation naturelle, les Black&White aux larges espaces ouverts. Pour les grosses infrastructures, les codes de construction imposent désormais que certains espaces soient entièrement climatisés. Les hôpitaux, les buildings, les grands malls, les administrations, les musées sont tous équipés de tuyaux d’eau glacée (entre 8 et 14 degrés) et de ventilateurs. Le liquide comprimé s’échappe dans la chaleur ambiante. Parfois, l’air froid est généré

© Bertrand Fouquoire

institution. La réussite même de la cité-Etat est d’abord le résultat de sa capacité à contrôler le climat pour permettre un mode de vie équilibré : moins tropical, plus tempéré. Lorsqu’un journaliste du Wall Street Journal lui demande en 1999 ce qu’il considère comme l’invention la plus importante du XXème siècle, Lee Kuan Yew répond : « L’humble air conditionné a changé les vies des personnes dans les régions tropicales. Avant l’air conditionné, la concentration mentale et, avec elle, la qualité du travail, se détérioraient au fur et à mesure que le jour devenait de plus en plus chaud et humide. Historiquement, les civilisations avancées ont fleuri dans des climats plus tempérés. Maintenant, les styles de vie sont devenus comparables à ceux des zones tempérées et la civilisation dans les zones tropicales n’est plus à la traîne. »

Esthétique contestable des climatiseurs à l’arrière des bâtiments Lee Kuan Yew : « L’air conditionné a changé les vies des personnes dans les régions tropicales… »

durant la nuit puis stocké dans des grands bacs pour être utilisé durant la journée. Tout se calcule. Des millions sont en jeu. Environ la moitié de l’électricité consommée à Singapour passe dans l’air conditionné. Mais les Singapouriens apprécient tellement de devoir porter un gilet… Garder la tête froide La climatisation inspire sociologues, journalistes et poètes. Pour le sociologue Chua Beng Huat, « L’évasion à travers l’air conditionné [serait] une façon de s’évader de [notre] passé de pays pauvre » ? Cherian George, l’auteur de The Airconditioned Nation, invite à « penser à Singapour comme la nation air conditionné.

Une société comprenant un mélange unique de confort et de contrôle central, où les gens maîtrisent leur environnement mais au prix de leur autonomie individuelle et au risque de l’impermanence». De même que l’air conditionné requiert une infrastructure et une maintenance importantes, poursuit l’intéressé, de même « le modèle de développement de Singapour emporte une approche systémique en matière de management économique. Elle exige d’importantes infrastructures, requiert une planification fine des besoins et un management constant ». « La nation climatisée » Aujourd’hui, Singapour semble prête à donner de l’air à tous ses citoyens… même à

ceux qui n’en manquent pas ! L’avenir sera climatisé ou ne le sera pas. Singapour, une fois encore, devra démontrer sa capacité à résoudre les paradoxes : l’ultrafraîcheur au moment où le réchauffement climatique implique qu’on économise l’énergie. Singapour a les moyens d’y parvenir. Au United World College, qui est un haut lieu mondial de la climatisation solaire, des experts de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) planchent sur la climatisation solaire à travers le programme SHC (Solar Heating and Cooling). Une manière pour les experts de démontrer qu’il ne faut pas être frileux, mais innover en la matière. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Marien Guillé

SINGAPour | 33


Singapour Autrement

© Carole Caliman

Derrière les tours, un pays de Traditions

Au-delà des tours du quartier des affaires et des buildings modernes de la Marina, Singapour a su conserver et entretenir des traditions anciennes qui constituent son identité.

A

Singapour, on vit constamment au rythme des événements et des fêtes traditionnels qui se succèdent toute l’année. Le mélange des ethnies et la mixité culturelle font de la cité-Etat un pays culturellement riche, qui sait mettre en valeur chacune de ses cultures et

34 | SINGAPour

permettre à toutes de s’exprimer. Croyances, superstitions et rituels font partie intégrante du paysage culturel singapourien. En cette période de Nouvel An Chinois, où la ville entière s’habille de rouge, ces traditions sont plus que jamais visibles.

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

D’un quartier à l’autre, la diversité culturelle saute aux yeux Singapour est un melting pot où se côtoient des dizaines de nationalités. D’après une analyse du Pew Research Center, Singapour est le pays du monde ayant la plus grande diversité religieuse. Les majorités chinoise, principalement bouddhiste et taoïste, et malaise, surtout musulmane, ont depuis longtemps imprimé leurs empreintes culturelles sur le territoire singapourien. Passer d’un quartier à l’autre, de Chinatown à Kampong Glam, le quartier traditionnel malais, ou par Geylang, l’ancien quartier rouge, et Orchard road, la principale artère commerçante, permet de se rendre compte de cette diversité culturelle. Si Singapour est une jeune nation, sa longue histoire coloniale et commerciale est toujours visible, et l’âme et le mode de vie des premiers pêcheurs peuvent toujours être ressentis. Des grilles aux fenêtres pour se protéger des esprits Baladez-vous dans des magasins de sous-vêtements à l’approche du Nouvel An Chinois : les vitrines n’exposent presque que des pièces rouges ! C’est qu’il est de mauvais augure de ne pas commencer l’année en portant du rouge. Même les grandes enseignes internationales prennent compte de cette tradition en période de Nouvel An. Regardez les portes et les fenêtres des appartements : beaucoup sont fermées par des grilles, non pas pour empêcher les voleurs, mais pour se protéger des mauvais esprits qui pourraient vouloir entrer dans le logement.


© Carole Caliman

le potentiel touristique. Les politiques de tourisme national ont d’importantes conséquences sur la manière dont les différentes cultures sont vécues. » © Carole Caliman

Authentique ou exagérée ? Dans son article «Culture and the state: Manufacturing traditions for tourism», Wai-Teng Leong, chercheur à l’Université de Californie à San Diego, écrit que Singapour a encouragé, voire exagéré, cette culture traditionnelle, pour attirer les touristes et en faire un élément économique. « Dans les jeunes nations, une culture nationale est créée et projetée à l’international. L’image principale du tourisme à Singapour est la diversité ethnique des “traditions” : le mode de vie, la nourriture, la religion, les rituels et les mœurs de certains groupes sont publicisés pour augmenter

© Carole Caliman

Sentez l’odeur âcre de la fumée et des bâtons d’encens : la communauté bouddhiste prie et brûle des papiers à prières et de l’encens dans les rues, particulièrement lors de la Fête des fantômes, qui a lieu chaque année entre les mois d’août et de septembre. Loin des tours et de l’image ultramoderne que l’on se fait parfois du pays, la spécificité de Singapour est peut-être aussi et surtout d’avoir su préserver ses traditions, et d’avoir réussi à en faire un atout… touristique.

© Carole Caliman

© Carole Caliman

Présence des religions dans la ville A droite, le « Gate Guardians » Buddha au Tooth Relic Temple En dessous, le Temple taoïste Goh Chor Tua Pek Kong (Balestier road)

Trois visages de la diversité : célébration de Thaipusam, un mariage malais du côté d’Arab Street, des vaches à Little India lors du Pongal Festival

Dans un pays où la compétitivité et l’attractivité internationale sont les maîtres mots de la société, difficile de démêler le vrai du faux. Pourtant, un habitant qui brûle de l’encens dans la cage d’escalier d’un immeuble, ou une lumière qui brille toute la nuit dans le petit temple familial semble nous montrer que Singapour n’est pas qu’une carte postale. Derrière le vernis, une véritable histoire et une vraie culture, encore empreinte de traditions et de superstitions, sont là : il suffit de savoir les regarder. n Anne Pouzargues

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 35


Les Français à Singapour

© Lycée Français de Singapour

50 ans de présence française

L

orsque Singapour devient indépendante le 9 août 1965, c’est une nouvelle ère qui commence, avec des transformations primordiales pour la cité-Etat. Dans ce contexte, la présence de la communauté française va également évoluer et se consolider, passant de 225 à plus de 15 000 personnes (Inscrits au Consulat, 12 000) entre 1967 et 2014.

36 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Le Lycée Français de Singapour a déménagé en 1982 à Bukit Tinggi, pour contenir les effectifs croissants qui ne pouvaient plus être reçus à l’Alliance Française

Les services diplomatiques Dès 1965, le consul général Edouard Hutt est nommé chargé d’affaires puis devient le premier ambassadeur de France à Singapour. Progressivement, les services du poste diplomatique se renforcent (toujours installé dans les deux maisons du 5 et 7 Gallop road). En juillet 1990, le gouvernement singapourien réquisitionne les lieux. L’ambassade s’installe en 1999 dans son bâtiment actuel de Cluny road. Essor des entreprises françaises L’expansion économique que connaît Singapour attire de nombreuses entreprises françaises dont le nombre double, en moyenne, tous les 5 ans. Afin d’aider ces nouvelles compagnies à s’implanter, des hommes d’affaires français créent, en 1979, la French Business Association (FBA). Devenue FCCS (French Chamber of Commerce of Singapore), l’institution compte aujourd’hui près de 600 entreprises membres, dans des domaines variés : bâtiment, infrastructures routières, transport, industries mécaniques, sidérurgie, énergie, chimie, banques et assurances, ainsi que le secteur de la mode et des cosmétiques ou les technologies de pointe. Le développement de l’Alliance Française L’Alliance Française, ouverte depuis 1949, loue en 1965 une grande maison sur Scotts road. Celle-ci devient très vite trop petite pour accueillir les nombreux Singapouriens qui veulent apprendre le français. En 1978, la Flagstaff House, au 4 Draycott Park, est inaugurée. 16 salles de classe y sont aménagées ainsi


© FCCS

© Hollandse Club

© Alliance Française

L’Alliance Française à Draycott road, qui abritaient également les premiers élèves de l’école française Le guide «So Chic» FCCS promeut ce que la marque France fait de mieux dans le domaine du luxe, de l’art de vivre et de la gastronomie à Singapour Le Hollandse Club, l’un des lieux où aiment à se retrouver les Français dans les années 70

qu’une salle d’exposition dans le hall. Outre les cours, la vie culturelle est mise en avant, au profit des Singapouriens et de la communauté française, avec des festivals de cinéma, des expositions, des soirées et un magazine, Le Lien. Le 17 octobre 1995, l’immeuble sur Sarkies road est inauguré. Une école française Grâce à l’ouverture économique de Singapour, la communauté française s’étoffe. Des couples, souvent jeunes, s’installent, et l’idée d’une école germe. En 1968, une vingtaine d’enfants est scolarisée de la maternelle au CM2, dans une classe unique située dans les locaux de l’Alliance Française. Dès 1974, l’école peut accueillir, dans un bâtiment préfabriqué, des classes du primaire et une classe de 6ème. Chaque année une nouvelle classe de collège ouvre et, en 1978, 2 élèves sont admis en 2nde. En 1980, 150 élèves se retrouvent dans les

locaux bien trop exigus de Draycott road. La communauté française continue de s’agrandir et s’organise. En 1982, les travaux d’un vrai lycée commencent sur Bukit Tinggi. En 1985, le LFS ouvre ses portes et les premiers candidats au baccalauréat se présentent en 1986. Les effectifs triplent au cours des années suivantes. En 2000, le lycée s’installe à Ang Mo Kio et devient un lieu clé de la vie communautaire. Naissance de l’Association Française de Singapour Un an après l’indépendance de Singapour, l’Association Française de Malaisie associe Singapour, mais en 1974, la section de Singapour décide de prendre son indépendance sous le nom de AFS. Elle s’organise pour accueillir les nouveaux Français et crée Le Guide des Français de Singapour en 1976. Au cours des années suivantes, de plus en plus de bénévoles font vivre l’associa-

tion avec des visites de la ville, des activités pour les enfants, et la publication La Gazette voit le jour en 1987. Les lieux de convivialité Dans les années 1970, la petite communauté française aime se retrouver au Swiss Club ou au Hollandse Club pour pratiquer des activités sportives et passer les fins de semaine en famille. Plus tard, quelques bonnes tables, comme la brasserie du Marco Polo, le restaurant de Boniface Bidou ou le Saxophone, première brasserie Al Fresco près de Center Point, sont des points de rendezvous des Français. A l’heure actuelle, où la communauté française dépasse les douze mille personnes, elle apprécie particulièrement les quartiers de Serangoon et d’Ang Mo Kio en raison de la proximité du lycée. n Danièle Weiler et Maxime Pilon

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 37


Les Français à Singapour

© Alphanova

© Carole Caliman

Singapour, l’endroit parfait pour monter une entreprise

I

ls connaissent Singapour et l’Asie comme leur poche. Serge Beraud, Sacha Beraud et Norris Capsié, en Asie depuis plus d’une quinzaine d’années, ont monté en septembre 2014 une start-up qui 38 | SINGAPour

aide les entrepreneurs français à venir s’installer à Singapour. Ils nous parlent de leur entreprise Alphanova, des liens entre la France et Singapour et du développement du marché de l’high-tech.

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Sacha Beraud et Norris Capsié, fondateurs de Alphanoval Pte. Ltd. avec un 3ème associé, Serge Beraud

Comment fonctionne Alphanova ? Serge : L’idée d’Alphanova, c’est d’aider les Français qui veulent monter leur entreprise à Singapour, ou qui veulent agrandir leur entreprise en s’installant à Singapour. Moi, je suis basé en France, Sacha et Norris à Singapour, et on essaye donc d’être un lien entre les deux pays. On est un service d’expansion d’entreprises. Norris : Notre avantage, c’est qu’on connaît vraiment bien Singapour et l’Asie. A nous trois, en plus du français et de l’anglais, on parle thaï, indonésien, japonais, mandarin, malais…c’est un avantage pour pouvoir aider au mieux les entreprises. Serge : On est particulièrement spécialisé dans les entreprises high-tech. Notre premier projet est AppSculptor, une boîte spécialisée dans la création d’applications. Comment est née votre société Alphanova ? Sacha : Au départ, Norris et moi avions créé Wisdom Vibes, une boîte d’applications pour smartphones spécialisée dans les jeux, basée en Australie. On faisait tout le travail seuls, ça nous prenait beaucoup de temps. Norris : Ensuite on a décidé de revenir à Singapour, on a créé Alphanova avec Serge et, avec notre premier projet AppSculptor, on a pu continuer dans le domaine des applications.


© Carole Caliman

Quels sont les avantages à créer une société à Singapour ? Serge  : Tout est très facile. Il nous a fallu une demi journée pour remplir les papiers, et le jour même la société était créée. Il y a très peu de contraintes, les frais ne sont pas énormes et il n’y a aucune charge sociale – seulement des frais d’enregistrement. Il y a aussi des déductions de taxes la première année. Singapour fait beaucoup de choses pour aider les jeunes entreprises et les auto-entrepreneurs. Et puis il y a aussi d’énormes avantages géographiques : on est vraiment au cœur de l’Asie, avec un accès aux marchés chinois, malais, thaï, indonésien… il y a un grand dynamisme. C’est l’endroit parfait pour monter une entreprise. Et les inconvénients ? Serge : Pour l’instant, on n’en

© Sengkang

Le réseau, un must pour faire des affaires à Singapour Moins facile à gérer, le système de quotas mis en place par le MOM (Ministry of Manpower – bâtiment en haut à droite) pour favoriser l’emploi des Singapouriens

© Bertrand Fouquoire

© Hero Images/Corbis

Serge : Maintenant Alphanova est inscrite à la Chambre de Commerce Française à Singapour, c’est bien pour développer notre réseau.

Le connaissez-vous ? Maneki-neko est le chat portebonheur dans les affaires

voit aucun ! La seule contrainte pour les entreprises concerne les embauches. Il y a des quotas, qui permettent de favoriser l’embauche des Singapouriens. Singapour réduit les quotas de travailleurs étrangers dans les entreprises. Sacha : En même temps, il y a beaucoup de talents locaux. Donc cet inconvénient n’en est pas vraiment un. Que conseilleriez-vous aux Français qui veulent venir s’installer à Singapour et mon-

ter leur propre entreprise ? Serge : J’ai dit que c’était facile de monter une boîte à Singapour, mais c’est surtout facile quand on a déjà des contacts sur place, quand on a déjà un réseau. Je leur conseillerais de bien se renseigner avant, notamment sur les aspects légaux, et d’essayer d’établir des contacts avec des gens déjà sur place. Et de ne pas hésiter à se lancer, il y a beaucoup d’opportunités ici !

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Propos recueillis par Anne Pouzargues

SINGAPour | 39


Les Français à Singapour

Heureux comme un expat à Singapour

© Suns07butterfly

I

E

xpatriés, chefs d’entreprises, étudiants, ils sont près de 15 000 Français installés à Singapour. Un chiffre qui a doublé en seulement 5 ans. Mais pourquoi Singapour fait-elle tourner les têtes de nos compatriotes ?

l y a un an, Rodolphe Lameyse, sa femme et leurs 3 enfants, quittaient Paris pour Singapour. « Nous cherchions un environnement économique porteur où l’on parle anglais et où l’on trouve de bonnes infrastructures » explique t-il. Pour les aventuriers du business, l’attractivité de la cité-Etat n’est pas nouvelle. Thales est présente depuis 40 ans, ST Micro y a débuté ses opérations en 1969. La localisation de Singapour, l’efficacité de ses infrastructures et sa fiscalité généreuse ont toujours attiré les grands sièges des entreprises étrangères. Aujourd’hui, plus de 600 entreprises françaises y sont implantées. «  C’est mathématique, affirme Laurence Beau, Premier Conseiller à l’Ambassade de France. La présence de ces grandes entreprises françaises crée des opportunités d’emplois pour les Français ». Les entrepreneurs eux aussi plébiscitent Singapour. N’est-elle pas la ville où il est le plus facile de faire des affaires selon un classement de la Banque Mondiale ? « En 2014, on a aidé 120 entreprises dans leur développement commercial sur Singapour et la région », explique Carine Lespayandel, directrice de la FCCS (French Chamber of Commerce of Singapore), dont le nombre de membres a triplé en 10 ans. Qualité de vie : sous le soleil, la croissance ! L’attractivité de Singapour, c’est aussi la qualité de vie. C’est l’une des villes les plus sûres au monde. Une ville (– jardin) qui, malgré sa forte densité

40 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015


En ligne Abonnez-vous gratuitement Ă notre Newsletter quotidienne !

ActualitĂŠs

Agenda culturel

Vie Pratique

www.lepetitjournal.com/singapour facebook.com/LePetitJournalSingapour


© Elodie Imbert

© Singy ORogalev

Les Français à Singapour

urbaine, dispose de nombreux parcs et réserves. Si la ville connaît de réguliers épisodes de haze à cause des feux de forêts en Indonésie, elle jouit le reste du temps d’une bonne qualité de l’air. Un argument qui compte pour les familles. Il y a 5 ou 10 ans, les Français se ruaient en Chine. En raison de la pollution, certains préfèrent désormais Singapour. « J’ai habité 13 ans en Chine, explique Damien Ferté, fondateur d’Expatmedicare. Nous nous sommes installés à Singapour car nous voulions un environnement plus sain pour notre jeune fils. » Un hub pour l’éducation et la recherche Singapour attire écoles et universités du monde entier. Les écoles françaises s’y développent, multipliant les échanges et les doubles diplômes avec les universités singapouriennes. Après l’INSEAD en 2001, sont arrivées l’ESSEC en 2005, l’EDHEC... « L’augmentation du nombre d’étudiants est une composante nouvelle de l’évolution de la population française » constate Laurence Beau. Pour Eléonore Caillou, étudiante à l’ESSEC, le choix de Singapour s’est imposé. « Notre génération doit connaître le marché asiatique et les enjeux principaux. 42 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Singapour, c’est vraiment la porte sur l’Asie-Pacifique ». Aussi attractive soit-elle, Singapour n’est pas un eldorado En 2014, les Conseillers du Commerce Extérieur de la France ont publié un rapport qui décrit la réalité de l’emploi et ses difficultés en Asie du Sud-Est ; ils y invitent les candidats à ne pas limiter leurs recherches à Singapour

Opportunités mais pas eldorado La moitié des 500 personnes ayant contacté la FCCS en 2014 aurait trouvé un poste. Pour autant, souligne Rodolphe Lameyse, créateur d’une société d’organisation de conférences, « si vous n’avez pas du tout d’expérience en Asie, ce sera plus difficile ». « On parle souvent du dynamisme de l’Asie, mais on ne devient pas milliardaire et on ne trouve pas un emploi en claquant des doigts. » Le coût de la vie est aussi largement supérieur à celui des autres villes d’Asie du Sud-Est. Singapour serait même la ville la plus chère au monde, selon The Economist Intelligence Unit en 2014. « Vous pouvez faire des économies sur le logement ou sur la nourriture mais pas sur les frais de santé ou de scolarité si vous avez des enfants, explique Laurence Beau, qui insiste sur la nécessité de préparer cette expérience. On voit trop de familles qui arrivent avec l’impression que tout est facile. Nous voulons simplement éviter les désenchantements. » n Marion Zipfel


FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 43


Agenda ~ Sélection de la rédaction 14 au 28 février 14

Valentine’s concert

15

Ciné-Kid : Ma maman est en Amérique...

Souvenir de Florence, Tchaikovsky Singapore Symphony Orchestra • Victoria concert Hall, 16h00

Un dimanche par mois, à l’Alliance Française, un goûter à 16h00 et une projection à 16h30

16 17 18

19

Great World Cabaret

20

Istana, Open House

27 28

Chingay Parade

13 14

Future Music Festival Asia

14

SG50 Concert Series in the Park

Les Contes d’Hoffmann

Opéra apéro : actes 1 et 2 le 16. Actes 3 et 4 suivis d’un apéro le 17 • Alliance Française, 20h00

CNY countdown party

Bien démarrer l’année de la chèvre ! • New Bridge road, 21h30

Comédies, danses, acrobaties… des artistes singapouriens dont Mark Lee, Hossan Leong, Sebastian Tan, Judee Tan. Jusqu’au 17 mars Production Dream Academy • Resorts World Sentosa A l’occasion de certains jours fériés, le palais présidentiel ouvre ses portes au public • 8h30 à 18h00 Extraordinaire parade de rue, d’autant plus spectaculaire cette année pour le cinquantenaire de Singapour • F1 Pit Building, 20h00

1er au 15 mars 05 14

Titoudao

05 08

Sing Jazz 2015

07

10 13

Un grand classique du théâtre singapourien qui ravit des générations entières depuis des années • Drama Centre Theatre Festival de Jazz avec la participation de nombreux artistes internationaux • Marina Bay Sands

Une série de concerts gratuits dans les parcs nationaux tout au long de l’année pour célébrer le cinquantenaire de Singapour • Bishan-Ang Mo Kio Park,16h30

Gala

Les institutions françaises de Singapour célèbrent les 50 ans de Singapour • Marina Bay Sands, 19h00

Maison et Objet Asia

Le salon de la « mode maison », atmosphère créative et sophistiquée • Convention Center, Marina Bay Sands

44 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Musique électronique et RnB, première édition à Singapour (Avicii, The Prodigy, Sigma, Fatboy Slim, Afrojack, Example…) • Changi Exhibition Centre

15

International Bazaar 2015

Organisée par la Croix Rouge, une grande vente de charité avec la participation de nombreuses communautés internationales, dont la France Spectacles, jeux, dégustation des cuisines du monde… • Ngee Ann City/Civic Plaza, 10h00


16 au 31 mars 17 22

Semaine de la francophonie

21

Dauntless Spirit 2015

21

Beauty and the beast

26 29

Savour

31

Pink Martini

21

De nombreux évènements organisés à l’Alliance Française de Singapour, films, concerts (notamment Hossan Leong)… Comédie musicale adaptée de ce grand classique de Walt Disney, jusqu’au 12 avril • Marina Bay Sands Theatre

Adventures in the magical kingdom

Concert pour les enfants : les grands airs familiers des Walt Disney interprétés par le Singapore Symphony Orchestra • Victoria Concert Hall

1er au 30 avril 22

17 18

22 24

The Studios: Fifty

50 représentations théâtrales en 5 semaines pour fêter les 50 ans de Singapour. L’occasion de revenir sur 5 décennies de théâtre singapourien. Jusqu’au 10 mai • Esplanade Theatre studio

Au moment de la mise sous presse, certaines dates ne sont pas encore définitives L’actualisation sera faite sur lepetitjournal.com

Rétro, latino, classique, sans oublier le célèbre single « je ne veux pas travailler »… • Esplanade Theatre, 20h00

A partir du 1er mai 14

Voilah !

14 16

George and the music box

27 30

La vie en rose

28 31

Swan Lake

Le Malade Imaginaire

Dernière comédie écrite par Molière, présentée par la comédie de la Mansonnière • Alliance Française, 20h00

Festival annuel d’art culinaire • F1 Pit Building

Scannez pour parcourir l’Agenda en temps réel

Björn Again

La planète disco d’ABBA, musique, chorégraphie, costumes étincelants et paillettes… • Marina Bay Sands Theatre

Concert annuel du Singapore Youth Chinese Orchestra et du Singapore Chinese Orchestra • SCO Concert Hall

Festival français à Singapour : évènements culturels, scientifiques et gastronomiques, jusqu’au 21 juin Une production Bellepoque, sur fond de Fables de La Fontaine et la musique d’Offenbach • Esplanade Recital Studio Un répertoire d’Edith Piaf interprété par des artistes singapouriens et internationaux Une production Sing’theatre • Victoria Theatre Le ballet de Saint-Pétersbourg, pour la première fois à Singapour, nous présente ce classique de Tchaikovski • Marina Bay Sands Theatre

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 45


Festival Singapour en France

Festival Singapour en France Les évènements clés DES EXPOSITIONS Archipel secret, au Palais de Tokyo à Paris, ouverture le 26 mars 2015. 35 artistes ont été invités à refléter l’essence de la région, « ses multiples formes et dimensions esthétiques, culturelles et pratiques intellectuelles, héritées d’une histoire de confrontations au commerce, aux systèmes de croyances, aux dynasties aristocratiques et aux incursions coloniales ». Le curateur de l’exposition, Khairuddin Hori, a été récemment nommé directeur artistique adjoint du Palais de Tokyo. Il est aussi le curateur de l’exposition Open Sea à Lyon.

© Orion-v

P

endant trois mois, du 26 mars au 30 juin, Singapour va tenir le pavé de Paris et de plusieurs autres villes françaises parmi lesquelles Lille, Lyon et Nantes, mais aussi Toulouse, La Rochelle, Tours et Bordeaux… Une occasion en or pour faire découvrir en France les créations d’artistes représentant Singapour dans le domaine de la peinture, de la sculpture, de la photographie, des arts vivants – théâtre et danse –, de la musique… On vous invite à suivre le festival au fil de l’eau, sur lepetitjournal.com édition de Singapour, et à en parler à vos parents et amis. 46 | SINGAPour

Paris, Lyon, Lille... Trois des nombreuses villes de France qui mettront en scène Le Festival Singapour en France 2015, organisé par le National Heritage Board et l’Institut Français A suivre sur lepetitjournal.com/Singapour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Art Paris Art Fair. Singapour et l’Asie du Sud-Est sont à l’honneur, du 26 au 29 mars 2015. Un événement qui réunit pendant 4 jours, dans le décor inspirant du Grand Palais, quelque 140 galeries de 20 pays. Une plateforme d’une dizaine de galeries singapouriennes montrera la diversité des talents en provenance de Singapour et de la région : Art Plural Gallery, Art Seasons Gallery, Chan Hampe Galleries, Element Art Space, Intersections, iPreciation, Sundaram Tagore Gallery, et Yeo Workshop. Open Sea, au Musée d’art contemporain de Lyon, du 14 avril au 12 juillet 2015. L’exposition, présente la création d’Asie du Sud-Est à travers les œuvres de 30 artistes. Art Garden, à Lille, à la Gare Saint-Sauveur, avec une quinzaine d’oeuvres de la jeune scène artistique de Singapour. Présentée par le National Heritage Board et Lille3000, l’exposition plonge le public dans une ambiance chargée de créatures fantastiques et l’invite à entrer dans ce


© Justin Koh

Seront présents au festival, de gauche à droite : Intervention and Steeple from the series Spurious Landscapes, de Sherman Ong (deux photos en haut à gauche), artiste malais qui vit et travaille à Singapour, présenté par Art Plural Gallery ; Akalika7, présenté par Frontier Danceland Ltd, et June Lee Yu Juan, jeune artiste singapourienne, présentée par Intersections

© June Lee Yu Juan, courtesy of Intersections

jardin, ludique et mystérieux à la fois. 1000 Singapour, exposition sur le design et l’architecture, à la Cité de l’Architecture et du patrimoine à Paris, par le DesignSingapore Council. 50 ans de cinéma singapourien depuis 1965. Une rétrospective par le National Museum of Singapore et la Singapore Film Commission à la Cinémathèque française à Paris. Festival Made in Asia, à Toulouse. Edition Singapour, à partir du 26 mars. DES CONCERTS Musique Nanyin ancienne, au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, à La Comète à Châlons-en-Champagne et dans Le Lieu Unique à Nantes. L’association musicale Siong Leng participe activement à la renaissance du Nanyin, une musique traditionnelle du sud-est de la Chine. Siong Leng confronte le Nanyin à la création d’aujourd’hui à travers des collaborations avec des compagnies de danse contemporaine, des vidéastes ou en créant un spec-

tacle avec des musiciens indiens. Musique classique à la Cité de la Musique à Paris. Un soliste de pipa (instrument de musique chinois à 4 cordes), du Singapore Chinese Orchestra, joue avec l’Orchestre de Bretagne, dont le directeur musical est, depuis 2011, le Singapourien Darrell Ang. DES SPECTACLES The Incredible Adventure of BorderCrossers, au Palais de Tokyo. Un spectacle de 6 heures mis en scène par Ong Keng Sen, le directeur du Singapore International Festival of Arts. La pièce explore l’identité singapourienne. Akalika7, du 8 au 11 avril 2015 au Tarmac à Paris. Akalika est le nom d’artiste du peintre Gilbert Cam dont les lavis géants sur papier représentent des silhouettes humaines mutilées. Accompagné de six danseurs, le chorégraphe d’Olé Khamchanla donne corps et gestes aux peintures du premier. Butterfly, en mars et juin 2015. Spectacle de mimes de Ramesh Meyyappan au Théâtre International Visuel de Paris. La

pièce utilise des marionnettes pour raconter l’histoire de Butterfly, une fabricante de cerf-volants anéantie par le départ de son amant. Accablée de douleur, elle s’invente une vie imaginaire… Lear Dreaming, au Théâtre des Abbesses à Paris, par la compagnie singapourienne TheatreWorks. La mise en scène est signée Ong Keng Sen. Une interprétation de l’œuvre de Shakespeare qui offre de rapprocher les époques, de se prêter à toutes les cultures, d’Occident en Orient, des plus traditionnelles aux plus contemporaines. Between, par le chorégraphe Christina Chan et Frontier Danceland, au Centre Chorégraphique National de Tours. MAIS AUSSI Une multitude d’initiatives et spectacles, résultat d’un appel à projets qui s’est déroulé, en France et à Singapour, entre novembre et janvier. A noter encore : un évènement sur la « Singapore street food », le 17 juin, sur les Berges de la Seine. n

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Bertrand Fouquoire

SINGAPour | 47


Festival Singapour en France

© chrisdorney

Khairuddin Hori, du SAM au Palais de Tokyo

© Khairuddin Hori

Palais de Tokyo à Paris et Khairuddin Hori

L

e Singapourien Khairuddin Hori est depuis l’automne 2014 le nouveau directeur adjoint de la programmation artistique du Palais de Tokyo. Une fantastique opportunité pour ce jeune homme de 40 ans, au sourire plein d’optimisme. Spécialiste de l’art contemporain 48 | SINGAPour

d’Asie du Sud-Est, il a été senior curator au Singapore Art Museum de 2010 à 2013, avant de prendre la tête du département de programmation artistique du National Heritage Board (NHB) de Singapour. Il répond à nos questions dans un café en bord de Seine.

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

Pourquoi Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, est-il allé vous chercher ? On se rencontrait régulièrement. Je partageais mes projets avec lui et nous riions beaucoup. Cela faisait un an qu’il me proposait le poste mais un jour il m’a fait rencontrer le directeur général et j’ai compris que c’était sérieux. Quand je lui ai demandé : « pourquoi moi ? », il m’a répondu que, contrairement à beaucoup de jeunes commissaires d’exposition, j’avais compris que l’art contemporain n’existait pas et que la seule chose qui existait, c’était la vie. Beaucoup de jeunes commissaires d’exposition cherchent à tout prix à s’intégrer, à adopter la panoplie, à jouer le rôle. Pas moi. Je n’ai jamais voulu être artiste ou commissaire d’exposition. J’ai choisi cette voie parce que cela me permettait de m’engager dans la science, l’histoire, la politique, la religion, de satisfaire ma curiosité. Ma mission dans la vie, c’est tout simplement d’être une meilleure personne. Adolescent, je ne savais même pas que les écoles d’art existaient. Je viens d’un milieu très populaire malais, ou plus exactement originaire de l’île de Baewan à 150 km au nord de Surabaya en Indonésie. Malais est un terme trop général, qui recouvre des populations très différentes. Ma mère, qui n’est jamais allée à l’école, ne parlait pas le malais avant d’épouser mon père. Je pense que cette question d’identité est essentielle. Comment êtes-vous devenu artiste et commissaire d’exposition ? A l’origine, j’accompagnais ma sœur qui aimait le théâtre, puis j’ai suivi un


Les artistes d’Asie du Sud-Est sont-ils connus en France ? Non, à l’exception de quelques grands noms. J’organise d’ailleurs une exposition, « L’Archipel Secret », au Palais de Tokyo du 27 mars au 17 mai dans le cadre du Festival Singapour en France, où quasiment tous les artistes d’Asie du Sud que je présente sont inconnus. Mais Paris, que j’apprécie beaucoup, est en train de s’ouvrir à notre partie du monde, plus que Londres ou Berlin. L’économie n’est pas bonne mais l’expérience est passionnante, même si je perds un tiers de mon salaire. Les artistes français que je rencontre viennent de partout et la France les accueille. Je trouve cela très positif et je n’ai constaté aucun racisme à mon égard. Pouvez-vous nous parler de cette grande exposition ? C’est une exposition financée par le NHB de Singapour. J’ai choisi de faire venir 35 artistes avec des œuvres presque toutes inédites. Mon idée est de sortir de la notion d’Asie du Sud, un concept imposé de l’extérieur, pour revenir à la notion d’Archipel. Nous sommes le plus grand archipel du monde – mais nous l’avons oublié. Depuis toujours, aucune frontière ne nous sépare. Nous partageons constamment des connaissances. Nous créons, voyageons librement, nous nous influençons les uns les autres. Ma vision est tout, sauf raciste. C’est un point de vue géologique, culturel. Dans cette exposition, vous verrez des objets

© Andrée Weshler

Andrée Weshler, Française, et Angie Seah, artiste singapourienne, sont parmi la trentaine d’artistes qui figurent dans l’exposition ‘L’Archipel Secret’, organisée par Khairuddin Hori de mars à mai 2015 (*) NAFA - Nanyang Academy of Fine Arts

© anGie seah

ami d’enfance qui m’a fait entrer dans une compagnie de théâtre traditionnel malais, Ekametra, que j’ai fini par diriger. Dans les années 90, je fréquentais The Substation, le premier centre d’art indépendant à Singapour, créé par Kuo Pao Kun, qui fut un temps prisonnier politique, ou The Artist Village. Il y avait une véritable effervescence. J’ai organisé des performances. Puis j’ai voulu me former à l’art et me suis inscrit à une école très sérieuse, la NAFA*. J’ai aussi beaucoup appris sur le tas.

qui pourraient venir de n’importe quel pays de la zone, à l’antipode de l’exposition « Open Sea » que j’organise aussi au musée d’art contemporain de Lyon (à partir du 16 avril), qui présente des artistes de la région mieux connus, dont l’identité nationale est très marquée. Comment comparez-vous la scène artistique française et singapourienne ? J’ai une excellente équipe de 21 personnes. J’apprécie que mes collaborateurs prennent des risques et soient ouverts à l’international, même s’ils doivent faire attention aux dépenses. Le Palais de Tokyo est une institution très connue. Tout le monde veut travailler avec nous. Singapour cherche encore les grands noms, des marques, et veut que les choses arrivent tout de suite, avec succès et argent à la clé. Dans la zone, le marché tue l’art. Dans les années 90, les artistes ne cherchaient pas immédiate-

ment à être vendus aux enchères dès la sortie de l’école. Aujourd’hui, un jeune artiste termine ses études et deux mois plus tard, ses œuvres sont déjà vendues aux enchères. C’est de la folie. Le circuit passe par Hong Kong et Singapour. Le danger, c’est de ne pas pouvoir résister aux diktats des collectionneurs. D’autant que la profession d’artiste n’est pas encore considérée comme sérieuse à Singapour. Pensez-vous que, de Paris, vous garderez une influence sur la scène singapourienne ? Quand j’ai été nommé, des jeunes étudiants de l’Université des Beaux-Arts de Lasalle sont venus me serrer la main en me disant que le fait qu’une personne entièrement éduquée à Singapour arrive à un tel poste, les inspirait. n Propos recueillis par Anne Garrigue

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 49


Escapade Gourmande

Gattopardo

Saveurs du monde, la Méditerranée à l’honneur Parce qu’il n’y a rien de tel que l’éclectisme culinaire, nous avons choisi de sélectionner quelques tables internationales, avec une légère dominante européenne et italienne pour cette escapade gastronomique. A vos agendas et à vos fourchettes, voici quelques suggestions pour vos prochaines sorties gourmandes. Saint Pierre, l’excellence à l’air marin Voici l’unique restaurant Relais & Châteaux de Singapour. Aux commandes de cet établissement qui n’a plus ses preuves à faire, un chef belge, Emmanuel Stroobant, qui revisite les classiques de la cuisine française, en lui apportant une touche unique de 50 | SINGAPour

modernité. Le bœuf aux carottes est cuit 48h et accompagné de fanes de carottes et d’un gratin de cèpes ; divinement fondant, l’agneau est associé à la menthe et au cumin, le risotto (au comté accompagné d’anguille et d’oursins, ou de champignons de saison) est subtil et parfaitement croquant, et le cocktail de crevettes joue avec les tex-

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

tures et les saveurs. Autres délices de la maison : le sashimi de poisson hamachi aux oursins ou le foie gras du maître. En dessert, passage obligé par la case « gâteau au chocolat sans farine », ou par les rafraîchissants fruits d’été accompagnés de glace au yaourt, de fine meringue et d’éclats d’amandes salées. Outre l’option à la carte, un menu découverte de 10 plats (148 S$) est proposé pour les gourmets aventuriers, et la version 5 plats (128 S$) pour ceux qui désirent tester les recettes signatures du chef. Attablés devant les yachts et les voiliers de la Marina de Sentosa, voici une escapade unique pour se régaler les papilles autant que les yeux. Picotin, bistro européen al fresco Ambiance détendue pour cette table perdue d’East Coast qui semble attirer une clientèle de quartier fidèle. Et pour


cause, le service est accueillant, et les portions très généreuses. On se désaltère d’un cocktail rafraîchissant à base de lychee et de menthe fraîche (8 S$), et on explore le menu : filet de bar sur risotto parfumé au citron et au thym, émulsion de parmesan (32 S$), pantagruélique assiette de travers de porc au miel (30 S$), et délicieuse salade d’asperges et jambon de parme (20 S$). La tomatemozza est un classique savoureux à tester sans modération (18 S$). En dessert, la mousse au chocolat est crémeuse et fondante (13 S$), la tarte au citron (13 S$) juste parfaite et le pavlova archi-gourmand (12 S$). Don Antonio, l’Italie dans une shophouse Aux fourneaux l’Italien Antonio, en salle son adorable épouse singapourienne Germaine qui ont fait de cette

shophouse une nouvelle adresse italienne de qualité, sans prétention, mais avec beaucoup de cœur. Au menu, leur plat signature, un porc aux herbes et pistaches confit pendant 4 heures et sa petite sauce balsamique, huile d’olive, truffe et thym, un pur régal croustillant et fondant à la fois (Porchetta arrotolata, 36 S$). Mais ce sont surtout les pizzas qui font la renommée de la maison, comme la réconfortante Pizza bianca (24 S$) au bacon, basilic, truffe et crème de mozzarella, une pure merveille. Autre coup de cœur, des lasagnes de poireaux à la truffe (Lasagna porro & tartufo nero 26 S$). Oui, ici la truffe est bel et bien à l’honneur ! En dessert, on choisit un tiramisu classique ou son homologue au limoncello (10 S$). En semaine, un menu déjeuner à 18 S$ est offert avec une pizza ou des pâtes du jour et une boisson. Il y a aussi les

« Tuesday Pizza » (28 S$ pour une pizza et une bière) et une « Pasta Night » tous les mercredis (pâtes et verre de vin pour 28 S$). Ici, pas de service charge mais comme l’accueil est chaleureux et impeccable, on glisse avec plaisir son billet dans le bocal et on revient en fidèle. Gattopardo, fine dining à l’italienne Voici l’unique table sicilienne de Singapour, et pour beaucoup, une des meilleures adresses italiennes de la ville. Comble du raffinement dans cette charmante rue peuplée de shophouses, ici on déguste un Capesante, de divines Saint-Jacques d’Hokkaido (34 S$) justes saisies à point, un poulpe glacé (34 S$) tout simplement merveilleux ou encore une omelette au caviar (42 S$) d’une rare subtilité. La maison propose également une pasta carbonara déstructurée au jambon espagnol Jabugo

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

SINGAPour | 51


Escapade Gourmande de biscuit sablé) (14 S$) ou pour le double chocolate Whoopie pie (16 S$), présenté façon macaron gourmand. Une ambiance décontractée de vacances dans un cadre raffiné pour les amateurs des produits de la mer.

avec un œuf cuit sous-vide (39 S$). En dessert le cannolo à la pistache (16 S$) est à la fois croquant et crémeux. Menu déjeuner à partir de 36 S$ pour 3 plats. Les amoureux apprécieront de dîner sur le balcon et d’ainsi profiter de l’ambiance de rue, tout en se délectant de ces saveurs sublimées. Cicheti, bistro italien de quartier Les aficionados de pizzas et de cuisine italienne stylée seront ravis de cette adresse sympathique qui semble avoir conquis les habitants du quartier. Une déco avec de vieux appareils photos, des tables en bois et quelques tabourets en acier. Ici, le fourneau à pizza est d’origine et la cuisine ouverte permet de profiter du spectacle de la préparation des plats. Au menu : un bar en croûte de sel à partager (38 S$), de grosses crevettes à l’ail (11 S$), une salade burrata-prosciutto aux poires braisées, quelques asperges fraîches ou une pizza Margherita di Bufala (20 S$) fidèle à la tradition. Les becs fins termineront par une pannacotta aux fruits rouges ou un réconfortant fondant au chocolat à la fleur de sel (12,5 S$). Ambiance conviviale, amicale et familiale pour un lieu plein de vie.

Saint Pierre

Pelican, fruits de mer d’Australie et du Maine Au cœur du CBD, le long de Collyer A.T.O.S Quay, voici de quoi s’offrir un dépaysement inattendu. On prend place sur le deck au bord de l’eau ou dans le cozy restaurant intérieur et on s’offre entre amis un généreux plateau de fruits de mer à partager (homard, crabe, crevettes, moules, coques, huîtres –128 S$)) agrémenté d’un original pain chaud aux algues. On complète par des amusesbouches savoureux comme le black peppered candied bacon (14 S$),  de succulents Old fashioned crab cakes  (22 S$) ou un réconfortant baked snapper pie (38 S$). En dessert, on craque pour le sublime lemon meringue mess, un pur instant de bonheur (14 S$), pour le rafraîchissant piña colada chipwich  Jiang Nan Chun (sorbet coco ananas dans un sandwich 52 | SINGAPour

FÉVRIER MARS AVRIL 2015

A.T.O.S, esprit tapas Voici un nouveau bar à tapas fusion dans le quartier d’Orchard. Une déco colorée pour ce lieu qui joue les mariages asiatiques : carpaccio de poulpe aux agrumes, tatakis de saumon enrobés de nouilles soba, rouleaux de canard, mini-burger de Chili Crab, boulettes de Chicken Rice à la coriandre, d’agneau, et de crevettes aux herbes thaï, huîtres chaudes frites… En dessert, les saveurs locales sont sublimées avec des beignets de durian au Gula Melaka (sucre de palme) ou un plus classique flan à la pistache et coco. Les entrées sont à 9 S$, les plats à 12 S$ et les desserts à 8 S$, et le tout est à partager entre amis. Côté boisson, les cocktails (12 S$) explorent les saveurs du monde : le Dragon Breath marie le fruit du dragon au rhum, le Yuzu Kazu joue avec l’agrume japonais et le Cachaca, tandis que Mango Halia rend hommage au gin, au gingembre et à la mangue épicée. Un voyage en Asie entre amis pour célébrer les saveurs du monde.   PISCO, latino à gogo Ambiance latino détendue pour cette table familiale de Sentosa. Au menu, des brochettes (bar, travers de porc, bœuf, entre 12 et 21 S$), des Ceviche fondants (coup de cœur pour les Conchas Borrachas : Saint-Jacques marinées dans une sauce aux fruits de la passion et chili, 15 S$). La salade Passion aux poires, noix, grenade et vinaigrette aux fruits de la passion (15 S$) est acidulée et gourmande. On complète par une agréable soupe de crème de crevettes (14 S$) et on arrose le repas d’un cocktail Pisco Sour. Après quelques churros trempés dans du chocolat fondu (9 S$), on repart à la conquête de la décadente Sentosa.


Escapade Gourmande

Mrs Pho

Don Antonio Pizza Bar

Jiang-Nan Chun, raffinement à la cantonaise La cuisine cantonaise dans sa plus fidèle tradition. Ici, on se régale d’une corbeille de dim sum (coup de cœur pour les crevettes-légumes et SaintJacques), de « double-boiled soups », ces soupes traditionnelles cuites en deux fois, nécessitant plus de 6 heures de préparation. Mention particulière pour celle au poulet, poisson, champignons blanc, et poire pochée. Le bœuf est d’une rare tendresse, saisi à point, et servi avec des petits oignons et une délicate citronnelle braisée. Les nouilles de poissons sont originales et aromatiques et le dessert à la mangue et au tapioca un pur moment de bonheur. Un menu à 48 S$ composé de 5 plats (soupe, dim sum, plats, riz et dessert) permet de découvrir cette cuisine raffinée saine et riche en saveurs. Il paraît qu’on peut s’autoriser à cueillir quelques brins dans le petit jardin d’herbes aromatiques du rez-de-chaussée, histoire de prolonger cette parenthèse bien-être. Mrs Pho, cantine vietnamienne bobochic Les bonnes soupes aromatiques vietnamiennes et la cuisine telle que l’on aime : fraîche, verte et riche en saveurs. Dans cette cantine coup de cœur de Bugis à deux pas d’Haji Lane, on savoure l’exotisme subtil. Au programme : rou54 | SINGAPour

leaux de printemps (3,50 S$), salades variées, et délicieuses soupes : mention particulière pour la pho bo tai (7,90 S$) au bœuf,  le stew beef noodles (7,90 S$) et pour le bun canh cua au crabe et crevettes (9,90 S$). On complète par un smoothie avocat-coco (4,50 S$) ou un délicieux yaourt Mrs Pho (1,50 S$) et le tour est joué. Une adorable adresse très

bon marché, ambiance colorée et animée pour ce lieu qui ne désemplit pas. n Raphaëlle Choël

Les Adresses Saint Pierre

31 Ocean Way, #01-15 Quayside Isle (Sentosa)

HP 6438 0887

Picotin Express (East Coast)

1 Figaro St

HP 6445 5590

Don Antonio Pizza Bar

2 Jalan Klapa

HP 6293 6548

Gattopardo Ristorante di Mare 34 Tras St

HP 9325 8843

Cicheti

52 Kandahar St

HP 6292 5012

The Pelican Seafood Bar & Grill

1 Fullerton Rd

HP 6438 0400

A.T.O.S

25 Scotts Rd, Lobby Level, Royal Plaza

HP 6589 7799

PISCO South American Kitchen & Bar

26 Sentosa Gateway, The Forum, Level 1

HP 6795 4720

Jiang-Nan Chun

190 Orchard Blvd, Four Seasons Hotel

HP 6831 7220

Mrs Pho

349 Beach Rd

HP 6292 0018

FÉVRIER MARS AVRIL 2015


SINGAPOUR - Les 50 Glorieuses  

Le Magazine 100 % Red Dot du site lepetitjournal.com – N˚3 Fev/Avril 2015

SINGAPOUR - Les 50 Glorieuses  

Le Magazine 100 % Red Dot du site lepetitjournal.com – N˚3 Fev/Avril 2015

Advertisement