Issuu on Google+

MONITEUR BELGISCH BELGE STAATSBLAD Publication conforme aux articles 472 à 478 de la loi-programme du 24 décembre 2002, modifiés par les articles 4 à 8 de la loi portant des dispositions diverses du 20 juillet 2005.

Publicatie overeenkomstig artikelen 472 tot 478 van de programmawet van 24 december 2002, gewijzigd door de artikelen 4 tot en met 8 van de wet houdende diverse bepalingen van 20 juli 2005.

Le Moniteur belge peut être consulté à l’adresse :

Dit Belgisch Staatsblad kan geconsulteerd worden op :

www.moniteur.be

www.staatsblad.be

Direction du Moniteur belge, rue de Louvain 40-42, 1000 Bruxelles - Conseiller : A. Van Damme

Bestuur van het Belgisch Staatsblad, Leuvenseweg 40-42, 1000 Brussel - Adviseur : A. Van Damme

Numéro tél. gratuit : 0800-98 809

Gratis tel. nummer : 0800-98 809 N. 221

177e ANNEE

177e JAARGANG

MARDI 24 JUILLET 2007

Le Moniteur belge du 23 juillet 2007 comporte deux éditions, qui portent les numéros 219 et 220.

SOMMAIRE Lois, décrets, ordonnances et règlements

DINSDAG 24 JULI 2007

Het Belgisch Staatsblad van 23 juli 2007 bevat twee uitgaven, met als volgnummers 219 en 220.

INHOUD Wetten, decreten, ordonnanties en verordeningen

Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement 3 JUIN 2007. — Loi portant assentiment à la Convention entre le Royaume de Belgique et la République de Saint-Marin tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée à Saint-Marin le 21 décembre 2005, p. 39500.

Federale Overheidsdienst Buitenlandse Zaken, Buitenlandse Handel en Ontwikkelingssamenwerking 3 JUNI 2007. — Wet houdende instemming met de Overeenkomst tussen het Koninkrijk België en de Republiek San Marino tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen, ondertekend te San Marino op 21 december 2005, bl. 39500.

Service public fédéral Budget et Contrôle de la Gestion et Service public fédéral Personnel et Organisation 6 JUILLET 2007. — Arrêté royal portant répartition partielle du crédit provisionnel, inscrit au programme 04.31.2 du budget général des dépenses de l’année budgétaire 2007, p. 39517.

Federale Overheidsdienst Budget en Beheerscontrole en Federale Overheidsdienst Personeel en Organisatie 6 JULI 2007. — Koninklijk besluit houdende gedeeltelijke verdeling van het provisioneel krediet ingeschreven in het programma 04.31.2 van de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007, bl. 39517.

Service public fédéral Mobilité et Transports 13 JUILLET 2007. — Arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés, p. 39520.

Federale Overheidsdienst Mobiliteit en Vervoer 13 JULI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden, bl. 39520.

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale 13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 18 novembre 2002, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, modifiant la convention collective de travail du 30 août 2000 relative aux mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur des services d’aides familiales et d’aides seniors subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale, p. 39524.

Federale Overheidsdienst Werkgelegenheid, Arbeid en Sociaal Overleg 13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 18 november 2002, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Franse Gemeenschap, het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 30 augustus 2000 houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de sector van de diensten voor gezins- en bejaardenhulp gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, bl. 39524.

350 pages/bladzijden


39496

MONITEUR BELGE − 24.07.2007 − BELGISCH STAATSBLAD

13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 11 décembre 2006, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande, modifiant la convention collective de travail du 5 mars 2001 relative à la prépension à mi-temps, p. 39525.

13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 11 december 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001 betreffende het halftijds brugpensioen, bl. 39525.

13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 23 novembre 2006, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, portant des mesures visant à promouvoir l’emploi dans les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, p. 39526.

13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 23 november 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap, houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap, bl. 39526.

13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant la convention collective de travail du 16 juin 2003 telle que modifiée par la convention collective de travail du 17 mai 2005 et par la convention collective de travail du 21 septembre 2006 relative à la constitution d’un plan social de secteur, p. 39530.

13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 16 juni 2003 zoals gewijzigd door de collectieve arbeidsovereenkomst van 17 mei 2005 en door de collectieve arbeidsovereenkomst van 21 september 2006 betreffende de invoering van een sociaal sectorplan, bl. 39530.

13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant les statuts du ″Fonds social pour les entreprises de commerce de combustibles″ - cotisation des employeurs, p. 39531.

13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de statuten van het ″Sociaal Fonds voor de ondernemingen van handel in brandstoffen″ - bijdrage van de werkgevers, bl. 39531.

Service public fédéral Sécurité sociale 27 AVRIL 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007, p. 39532.

Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid 27 APRIL 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007, bl. 39532.

27 AVRIL 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007, p. 39533.

27 APRIL 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007, bl. 39533.

8 JUIN 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007, p. 39534.

8 JUNI 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007, bl. 39534.

29 JUIN 2007. — Arrêté royal portant exécution de l’article 36, § 1er, alinéa 3, de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967 relatif à la pension de retraite et de survie des travailleurs salariés, p. 39534.

29 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot uitvoering van artikel 36, § 1, derde lid, van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor werknemers, bl. 39534.

29 JUIN 2007. — Arrêté royal portant coordination de la législation réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré, p. 39535.

29 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot coördinatie van de wetgeving tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood, bl. 39535.

6 JUILLET 2007. — Arrêté royal modifiant l’entrée en vigueur de l’article 15bis de l’arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs, p. 39546.

6 JULI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van de inwerkingtreding van artikel 15bis van het koninklijk besluit van 28 november 1969 tot uitvoering van de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders, bl. 39546.

Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie 7 JUIN 2007. — Arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 21 octobre 1998 portant exécution du Chapitre Ier du Titre II de la loiprogramme du 10 février 1998 pour la promotion de l’entreprise indépendante, p. 39547.

Federale Overheidsdienst Economie, K.M.O., Middenstand en Energie 7 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 21 oktober 1998 tot uitvoering van Hoofdstuk I van Titel II van de programmawet van 10 februari 1998 tot bevordering van het zelfstandig ondernemerschap, bl. 39547.

Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé 22 JUIN 2007. — Arrêté royal relatif à l’octroi d’un subside aux établissements de transfusion sanguine pour l’année 2007, p. 39548.

Federaal Agentschap voor Geneesmiddelen en Gezondheidsproducten 22 JUNI 2007. — Koninklijk besluit betreffende de toekenning van een subsidie aan bloedtransfusie-instellingen voor het jaar 2007, bl. 39548.


MONITEUR BELGE − 24.07.2007 − BELGISCH STAATSBLAD

39497

Gemeenschaps- en Gewestregeringen

Gouvernements de Communauté et de Région Communauté flamande

Vlaamse Gemeenschap

Autorité flamande

Vlaamse overheid

25 MAI 2007. — Décret portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption, p. 39556.

25 MEI 2007. — Decreet houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten, bl. 39550.

8 JUIN 2007. — Décret portant assentiment à l’accord entre l’Union économique belgo-luxembourgeoise et la République démocratique et fédérale d’Ethiopie concernant l’encouragement et la protection réciproques des investissements, signé à Bruxelles le 26 octobre 2006, p. 39563.

8 JUNI 2007. — Decreet houdende instemming met de overeenkomst tussen de Belgisch-Luxemburgse Economische Unie en de Federale Democratische Republiek Ethiopië inzake de wederzijdse bevordering en bescherming van investeringen, ondertekend te Brussel op 26 oktober 2006, bl. 39563.

2 FEVRIER 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand modifiant l’arrêté du Gouvernement flamand du 10 octobre 2003 portant organisation du « Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding » (Office flamand de l’Emploi et de la Formation professionnelle) et règlement spécifique du statut de son personnel, en ce qui concerne l’augmentation des échelles de traitement pour les niveaus A et B à partir du 1er décembre 2004, p. 39565.

2 FEBRUARI 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering tot wijziging van het besluit van de Vlaamse Regering van 10 oktober 2003 houdende organisatie van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding en de instellingsspecifieke regeling van de rechtspositie van het personeel, wat betreft het optrekken van de salarisschalen voor de niveaus A en B vanaf 1 december 2004, bl. 39564.

30 MARS 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand fixant les conditions d’agrément et de subventionnement en tant que structure mandatée, p. 39574.

30 MAART 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering houdende de voorwaarden voor de erkenning en subsidiëring als gemandateerde voorziening, bl. 39567.

29 JUIN 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand portant répartition du crédit provisionnel pour le CCT enseignement, inscrit à la division organique 24, programme 60 - crédits provisionnels, allocation de base 00.35 du budget général des dépenses de la Communauté flamande pour l’année budgétaire 2007, p. 39582.

29 JUNI 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering houdende de verdeling van het provisioneel krediet voor CAO onderwijs, ingeschreven onder organisatieafdeling 24, programma 60 – provisionele kredieten, basisallocatie 00.35 van de algemene uitgavenbegroting van de Vlaamse Gemeenschap voor het begrotingsjaar 2007, bl. 39581.

Région wallonne

Waals Gewest

Ministère de la Région wallonne 24 MAI 2007. — Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la révision du règlement technique pour la gestion du réseau de transport local d’électricité en Région wallonne et l’accès à celui-ci, p. 39584.

Ministerie van het Waalse Gewest 24 MEI 2007. — Besluit van de Waalse Regering betreffende de herziening van het technisch reglement voor het beheer van het lokale elektriciteitstransmissienet in het Waalse Gewest en de toegang ertoe, bl. 39666.

24 MAI 2007. — Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la révision du règlement technique pour la gestion des réseaux de distribution d’électricité en Région wallonne et l’accès à ceux-ci, p. 39708.

24 MEI 2007. — Besluit van de Waalse Regering betreffende de herziening van het technisch reglement voor het beheer van de elektriciteitsdistributienetten in het Waalse Gewest alsook de toegang daartoe, bl. 39776.

Gemeinschafts- und Regionalregierungen Wallonische Region Ministerium der Wallonischen Region 24. MAI 2007 — Erlass der Wallonischen Regierung bezüglich der Revision der technischen Regelung für den Betrieb des lokalen Stromübertragungsnetzes in der Wallonischen Region und den Zugang zu diesem Netz, S. 39624. 24. MAI 2007 — Erlass der Wallonischen Regierung über die Revision der technischen Regelung für den Betrieb der Stromverteilernetze in der Wallonischen Region und den Zugang zu diesen Netzen, S. 39741.

Autres arrêtés

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale

Andere besluiten

Direction générale Relations collectives de Travail. Nomination des membres de la Commission paritaire de l’industrie des briques, p. 39810.

Federale Overheidsdienst Werkgelegenheid, Arbeid en Sociaal Overleg : Algemene Directie Collectieve Arbeidsbetrekkingen. Benoeming van de leden van het Paritair Comité voor de steenbakkerij, bl. 39810.

Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement

Federale Overheidsdienst Volksgezondheid, Veiligheid van de Voedselketen en Leefmilieu

Personnel. Démission honorable, p. 39811.

Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Personnel et Organisation. Nomination en qualité d’agent de l’Etat, p. 39811.

Personeel. Eervol ontslag, bl. 39811.

Federale Overheidsdienst Economie, K.M.O., Middenstand en Energie Personeel en Organisatie. Benoeming in de hoedanigheid van rijksambtenaar, bl. 39811.


39498

MONITEUR BELGE − 24.07.2007 − BELGISCH STAATSBLAD Gemeenschaps- en Gewestregeringen

Gouvernements de Communauté et de Région

Vlaamse Gemeenschap Vlaamse overheid 22 JUNI 2007. — Ministerieel besluit tot aanpassing van de termijn waarbinnen de overeenkomst tussen de niet- professionele sportbeoefenaar en de sportvereniging kan worden beëindigd voor wat de Vlaamse Rollerbond VZW betreft, bl. 39811. Participatie Maatschappij Vlaanderen NV. Verdeling van waarborgen in het kader van de waarborgregeling voor K.M.O.’s naar aanleiding van de vijfde oproep tot financiële instellingen van 8 mei 2007, bl. 39812. Werk en Sociale Economie 3 JULI 2007. — Ministerieel besluit tot wijziging van het ministerieel besluit van 15 februari 2006 tot bepaling van de standaard voor de titel van platwever, bl. 39813. 3 JULI 2007. — Ministerieel besluit houdende de erkenning als beoordelingsinstantie in het kader van de herkennings- en beoordelingsprocedure tot het verkrijgen van een titel van beroepsbekwaamheid, bl. 39813.

Mobiliteit en Openbare Werken Wegen. Onteigeningen. Spoedprocedure, bl. 39814. Région wallonne

Waals Gewest

Ministère de la Région wallonne

Ministerie van het Waalse Gewest Leefmilieu, bl. 39815.

Environnement, p. 39814. Ministère wallon de l’Equipement et des Transports 26 AVRIL 2007. — Arrêté ministériel relatif à l’expropriation de biens immeubles à Lontzen en vue de l’aménagement d’un giratoire aux accès des zonings de Welkenraedt et Lontzen, p. 39816. 10 MAI 2007. — Arrêté ministériel relatif à l’expropriation de biens immeubles à Henri-Chapelle - Eupen - Monschau, p. 39820.

Gemeinschafts- und Regionalregierungen Wallonische Region Ministerium der Wallonischen Region Umwelt, S. 39815. Wallonisches Ministerium für Ausrüstung und Transportwesen 26. APRIL 2007 — Ministerialerlass bezüglich der Enteignung von unbeweglichen Gütern in Lontzen zwecks der Anlage eines Kreisverkehrs bei den Zugangsstraßen der Gewerbegebiete von Welkenraedt und Lontzen, S. 39818. 10. MAI 2007 — Ministerialerlass bezüglich der Enteignung von unbeweglichen Gütern in Henri-Chapelle - Eupen - Monschau, S. 39822.

Région de Bruxelles-Capitale

Brussels Hoofdstedelijk Gewest

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale

Ministerie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest

31 MAI 2007. — Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale accordant des subventions en matière de sécurité et de prévention pour l’année 2007, p. 39824.

31 MEI 2007. — Besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering tot toekenning van subsidies inzake veiligheid en preventie voor het jaar 2007, bl. 39824.

31 MAI 2007. — Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale accordant une subvention de 1.224.000,00 euros pour l’année 2007 aux communes bruxelloises à titre de soutien à l’application de la loi relative aux sanctions administratives dans les communes, p. 39824.

31 MEI 2007. — Besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering tot toekenning van een toelage van 1.224.000,00 euro aan de Brusselse gemeenten voor het jaar 2007 ter ondersteuning van de toepassing van de wet op de administratieve sancties in de gemeenten, bl. 39824.


MONITEUR BELGE − 24.07.2007 − BELGISCH STAATSBLAD

39499

Officiële berichten

Avis officiels

Raad van State

Conseil d’Etat Avis prescrit par l’article 3quater de l’arrêté du Régent du 23 août 1948 déterminant la procédure devant la section du contentieux administratif du Conseil d’Etat, p. 39824. — Avis prescrit par l’article 3quater de l’arrêté du Régent du 23 août 1948 déterminant la procédure devant la section du contentieux administratif du Conseil d’Etat, p. 39825. — Avis prescrit par l’article 3quater de l’arrêté du Régent du 23 août 1948 déterminant la procédure devant la section du contentieux administratif du Conseil d’Etat, p. 39825. — Avis prescrit par l’article 7 de l’arrêté royal du 5 décembre 1991 déterminant la procédure en référé devant le Conseil d’Etat, p. 39826.

Bericht voorgeschreven bij artikel 3quater van het koninklijk besluit van de Regent van 23 augustus 1948 tot regeling van de rechtspleging voor de afdeling bestuursrechtspraak van de Raad van State, bl. 39824. — Bericht voorgeschreven bij artikel 3quater van het besluit van de Regent van 23 augustus 1948 tot regeling van de rechtspleging voor de afdeling bestuursrechtspraak van de Raad van State, bl. 39825. — Bericht voorgeschreven bij artikel 3quater van het besluit van de Regent van 23 augustus 1948 tot regeling van de rechtspleging voor de afdeling bestuursrechtspraak van de Raad van State, bl. 39825. — Bericht voorgeschreven bij artikel 7 van het koninklijk besluit van 5 december 1991 tot bepaling van de rechtspleging in kort geding voor de Raad van State, bl. 39826.

Staatsrat Bekanntmachung, vorgeschrieben durch Artikel 3quater des Regentenerlasses vom 23. August 1948 zur Festlegung des Verfahrens vor der Verwaltungsstreitsachenabteilung des Staatsrates, S. 39824. — Bekanntmachung, vorgeschrieben durch Artikel 3quater des Regentenerlasses vom 23. August 1948 zur Festlegung des Verfahrens vor der Verwaltungsstreitsachenabteilung des Staatsrates, S. 39825. — Bekanntmachung, vorgeschrieben durch Artikel 3quater des Regentenerlasses vom 23. August 1948 zur Festlegung des Verfahrens vor der Verwaltungsstreitsachenabteilung des Staatsrates, S. 39825. — Bekanntmachung, vorgeschrieben durch Artikel 7 des königlichen Erlasses vom 5. Dezember 1991 zur Festlegung des Verfahrens der einstweiligen Entscheidung vor dem Staatsrat, S. 39826.

SELOR. — Bureau de Sélection de l’Administration fédérale 16 AVRIL 2007. — Arrêté de l’administrateur délégué de SELOR Bureau de Sélection de l’Administration fédérale fixant le règlement d’ordre relatif aux examens linguistiques. Erratum, p. 39826.

SELOR. — Selectiebureau van de Federale Overheid 16 APRIL 2007. — Besluit van de afgevaardigd bestuurder van SELOR - Selectiebureau van de Federale Overheid tot vaststelling van het reglement van orde betreffende de taalexamens. Erratum, bl. 39826. Federale Overheidsdienst Mobiliteit en Vervoer

Service public fédéral Mobilité et Transports Mobilité et Sécurité routière. Agrément des écoles de conduite de véhicules à moteur, p. 39826.

Mobiliteit en Verkeersveiligheid. Erkenning van scholen voor het besturen van motorvoertuigen, bl. 39826.

Gemeenschaps- en Gewestregeringen

Gouvernements de Communauté et de Région

Vlaamse Gemeenschap Jobpunt Vlaanderen Jobpunt Vlaanderen coördineert de aanwerving van een stadssecretaris voor de stad Mechelen, bl. 39827. — Jobpunt Vlaanderen coördineert de aanwerving van een jurist personeelsaangelegenheden voor OPZ-Geel, bl. 39827. Région wallonne

Waals Gewest

Ministère de la Région wallonne

Ministerie van het Waalse Gewest

5 JUILLET 2007. — Cellule administrative transitoire pour la gestion de la fiscalité wallonne. Taxe sur les sites d’activité économique désaffectés. Avis, p. 39829.

5 JULI 2007. — Tijdelijke administratieve cel voor het beheer van de Waalse fiscaliteit. Belasting op de afgedankte bedrijfsruimten. Bericht, bl. 39829.

Gemeinschafts- und Regionalregierungen Wallonische Region Ministerium der Wallonischen Region 5. JULI 2007 — Vorläufige administrative Zelle für die Verwaltung des wallonischen Steuerwesens Steuer auf stillgelegte Gewerbebetriebsgelände. Bekanntmachung, S. 39829. Les Publications légales et Avis divers ne sont pas repris dans ce sommaire mais figurent aux pages 39830 à 39844.

De Wettelijke Bekendmakingen en Verschillende Berichten worden niet opgenomen in deze inhoudsopgave en bevinden zich van bl. 39830 tot bl. 39844.


39500

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

LOIS, DECRETS, ORDONNANCES ET REGLEMENTS WETTEN, DECRETEN, ORDONNANTIES EN VERORDENINGEN SERVICE PUBLIC FEDERAL AFFAIRES ETRANGERES, COMMERCE EXTERIEUR ET COOPERATION AU DEVELOPPEMENT F. 2007 — 3177

[C − 2007/15100]

3 JUIN 2007. — Loi portant assentiment à la Convention entre le Royaume de Belgique et la République de Saint-Marin tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée à Saint-Marin le 21 décembre 2005 (1) (2)

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

Les Chambres ont adopté et Nous sanctionnons ce qui suit :

FEDERALE OVERHEIDSDIENST BUITENLANDSE ZAKEN, BUITENLANDSE HANDEL EN ONTWIKKELINGSSAMENWERKING N. 2007 — 3177

[C − 2007/15100]

3 JUNI 2007. — Wet houdende instemming met de Overeenkomst tussen het Koninkrijk België en de Republiek San Marino tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen, ondertekend te San Marino op 21 december 2005 (1) (2)

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

De Kamers hebben aangenomen en Wij bekrachtigen hetgeen volgt :

Article 1er. La présente loi règle une matière visée à l’article 77 de la Constitution.

Artikel 1. Deze wet regelt een aangelegenheid als bedoeld in artikel 77 van de Grondwet.

Art. 2. La Convention entre le Royaume de Belgique et la République de Saint-Marin tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée à Saint-Marin le 21 décembre 2005, sortira son plein et entier effet.

Art. 2. De Overeenkomst tussen het Koninkrijk België en de Republiek San Marino tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen, ondertekend te San Marino op 21 december 2005, zal volkomen gevolg hebben.

Promulguons la présente loi, ordonnons qu’elle soit revêtue du sceau de l’Etat et publiée par le Moniteur belge.

Kondigen deze wet af, bevelen dat zij met ’s Lands zegel zal worden bekleed en door het Belgisch Staatsblad zal worden bekendgemaakt.

Donné à Bruxelles, le 3 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 3 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre des Affaires étrangères, K. DE GUCHT

De Minister van Buitenlandse Zaken, K. DE GUCHT

Le Ministre des Finances, D. REYNDERS

De Minister van Financiën, D. REYNDERS

Scellé du sceau de l’Etat :

Met ’s Lands zegel gezegeld :

La Ministre de la Justice, Mme L. ONKELINX

De Minister van Justitie, Mevr. L. ONKELINX

Note

Nota’s

(1) Session 2006-2007. Sénat : Documents. — Projet de loi déposé le 29 janvier 2007, n° 3-2045/1. — Rapport, n° 3-2045/2. Annales parlementaires. — Discussion. Séance du 22 mars 2007. — Vote. Séance du 22 mars 2007. Chambre des représentants : Documents. — Projet transmis par le Sénat, n° 51-3021/1. — Texte adopté en séance plénière et sousmis à la sanction royale n° 51-3021/2.

(1) Zitting 2006-2007. Senaat : Documenten. — Ontwerp van wet ingediend op 29 januari 2007, nr. 3-2045/1. — Verslag, nr. 3-2045/2. Parlementaire Handelingen. — Bespreking. Vergadering van 22 maart 2007. — Stemming. Vergadering van 22 maart 2007. Kamer van volhsvertegenwoordigers : Documenten. — Ontwerp overgezonden door de Senaat, nr. 513021/1. — Tekst aangenomen in plenaire vergadering en aan de Koning ter bekrachtiging voorgelegd, nr. 51-3021/2. Parlementaire Handelingen. — Bespreking. Vergadering van 19 april 2007. — Stemming. Vergadering van 19 april 2007. (2) Deze overeenkomst treedt in werking op 25 juni 2007, overeenkomstig haar artikel 31,1. De bepalingen van de overeenkomst zullen van toepassing zijn vanaf 1 januari 2008, overeenkomstig artikel 31,2 van de overeenkomst.

Annales parlementaires. — Discussion. Séance du 19 avril 2007. — Vote. Séance du 19 avril 2007. (2) Cette convention entre en vigueur le 25 juin 2007, conformément à son article 31,1. Les dispositions de la convention seront applicables à partir du 1er janvier 2008, conformément à l’article 31,2 de la convention.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Convention entre le Royaume de Belgique et la République de Saint-Marin tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu

Le Gouvernement du Royaume de Belgique

39501

Overeenkomst tussen het Koninkrijk België en de Republiek San Marino tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen

De Regering van het Koninkrijk België en

et Le Gouvernement de la République de Saint-Marin,

De Regering van de Republiek San Marino,

DESIREUX de conclure une Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu, et de renforcer le développement ordonné des relations économiques entre les deux Etats dans le cadre d’une plus grande coopération, sont convenus des dispositions suivantes :

WENSENDE een Overeenkomst te sluiten tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen, en tot het versterken van de geordende ontwikkeling van de economische betrekkingen tussen de twee Staten in het kader van een nauwere samenwerking, zijn het volgende overeengekomen :

Personnes visées

Personen op wie de overeenkomst van toepassing is

Article 1er

Artikel 1

La présente Convention s’applique aux personnes qui sont des résidents d’un Etat contractant ou des deux Etats contractants.

Deze Overeenkomst is van toepassing op personen die inwoner zijn van een overeenkomstsluitende Staat of van beide overeenkomstsluitende Staten.

Impôts visés

Belastingen waarop de overeenkomst van toepassing is

Article 2

Artikel 2

1. La présente Convention s’applique aux impôts sur le revenu perc¸ us pour le compte d’un Etat contractant, de ses subdivisions politiques ou administratives ou de ses collectivités locales, quel que soit le système de perception.

1. Deze Overeenkomst is van toepassing op belastingen naar het inkomen die, ongeacht de wijze van heffing, worden geheven ten behoeve van een overeenkomstsluitende Staat of van de staatkundige of administratieve onderdelen of plaatselijke gemeenschappen daarvan.

2. Sont considérés comme impôts sur le revenu les impôts perc¸ us sur le revenu total ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers, les impôts sur le montant global des salaires payés par les entreprises, ainsi que les impôts sur les plus-values.

2. Als belastingen naar het inkomen worden beschouwd alle belastingen die worden geheven naar het gehele inkomen of naar bestanddelen van het inkomen, daaronder begrepen belastingen naar voordelen verkregen uit de vervreemding van roerende of onroerende goederen, belastingen naar het totale bedrag van de door ondernemingen betaalde lonen of salarissen, alsmede belastingen naar waardevermeerdering.

3. Les impôts actuels auxquels s’applique la Convention sont notamment :

3. De bestaande belastingen waarop de Overeenkomst van toepassing is, zijn met name :

a) en ce qui concerne Saint-Marin : l’impôt général sur le revenu (general income tax) qui est perc¸ u : 1° à charge des personnes physiques; 2° à charge des personnes morales et des entreprises individuelles (proprietorships),

a) in San Marino : de algemene inkomstenbelasting (general income tax) die wordt geheven van : 1° natuurlijke personen; 2° rechtspersonen en eenmanszaken (proprietorships);

même lorsqu’il est perc¸ u par voie de retenue à la source,

zelfs indien ze wordt geïnd onder de vorm van een voorheffing,

(ci-après dénommé « l’impôt saint-marinais »);

(hierna te noemen « San Marinese belasting »);

b) en ce qui concerne la Belgique :

b) in België :

1° l’impôt des personnes physiques;

1° de personenbelasting;

2° l’impôt des sociétés;

2° de vennootschapsbelasting;

3° l’impôt des personnes morales;

3° de rechtspersonenbelasting;

4° l’impôt des non-résidents;

4° de belasting van niet-inwoners;

5° la contribution complémentaire de crise;

5° de aanvullende crisisbijdrage,

y compris les précomptes et les centimes additionnels auxdits impôts et précomptes, (ci-après dénommés « l’impôt belge »). 4. La Convention s’applique aussi aux impôts de nature identique ou analogue qui seraient établis après la date de signature de la Convention et qui s’ajouteraient aux impôts actuels ou qui les remplaceraient. Les autorités compétentes des Etats contractants se communiquent les modifications significatives apportées à leurs législations fiscales.

met inbegrip van de voorheffingen en de opcentiemen op die belastingen en voorheffingen, (hierna te noemen « Belgische belasting »). 4. De Overeenkomst is ook van toepassing op alle gelijke of in wezen gelijksoortige belastingen die na de datum van de ondertekening van de Overeenkomst naast of in de plaats van de bestaande belastingen worden geheven. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten delen elkaar elke belangrijke wijziging die in hun belastingwetten is aangebracht, mede.


39502

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Définitions générales

Algemene bepalingen

Article 3 1. Au sens de la présente Convention, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente : a) 1° le terme « Saint-Marin » désigne la République de Saint-Marin; employé dans un sens géographique, il désigne le territoire de la République de Saint-Marin, y compris les espaces sur lesquels, en conformité avec le droit international, la République de Saint-Marin exerce des droits souverains ou sa juridiction; 2° le terme « Belgique » désigne le Royaume de Belgique; employé dans un sens géographique, il désigne le territoire du Royaume de Belgique, y compris la mer territoriale ainsi que les zones maritimes et les espaces aériens sur lesquels, en conformité avec le droit international, le Royaume de Belgique exerce des droits souverains ou sa juridiction; b) les expressions « un Etat contractant » et « l’autre Etat contractant » désignent, suivant le contexte, la Belgique ou Saint-Marin;

Artikel 3 1. Voor de toepassing van deze Overeenkomst, tenzij het zinsverband anders vereist : a) 1° betekent de uitdrukking « San Marino » de Republiek San Marino; in aardrijkskundig verband gebruikt, betekent zij het grondgebied van de Republiek San Marino, daaronder begrepen elk ander gebied waarover, in overeenstemming met het internationale recht, de Republiek San Marino soevereine rechten of zijn rechtsmacht uitoefent; 2° betekent de uitdrukking « België » het Koninkrijk België; in aardrijkskundig verband gebruikt, betekent zij het grondgebied van het Koninkrijk België, daaronder begrepen de territoriale zee en alle maritieme zones en luchtgebieden waarover het Koninkrijk België, in overeenstemming met het internationaal recht, soevereine rechten of zijn rechtsmacht uitoefent; b) betekenen de uitdrukkingen « een overeenkomstsluitende Staat » en « de andere overeenkomstsluitende Staat », België of San Marino, al naar het zinsverband vereist; c) omvat de uitdrukking « persoon » een natuurlijke persoon, een vennootschap en elke andere vereniging van personen; d) betekent de uitdrukking « vennootschap » elke rechtspersoon of elke eenheid die voor de belastingheffing in de overeenkomstsluitende Staat waarvan zij inwoner is als een rechtspersoon wordt behandeld; e) betekenen de uitdrukkingen « onderneming van een overeenkomstsluitende Staat » en « onderneming van de andere overeenkomstsluitende Staat » onderscheidenlijk een onderneming gedreven door een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat en een onderneming gedreven door een inwoner van de andere overeenkomstsluitende Staat; f) betekent de uitdrukking « internationaal verkeer » elk vervoer door een schip of luchtvaartuig dat wordt geëxploiteerd door een onderneming die haar plaats van werkelijke leiding in een overeenkomstsluitende Staat heeft, behalve indien het schip of luchtvaartuig slechts tussen in de andere overeenkomstsluitende Staat gelegen plaatsen wordt geëxploiteerd; g) betekent de uitdrukking « bevoegde autoriteit » : 1° in San Marino, het Ministerie van Financiën, en 2° in België, de Minister van Financiën of zijn bevoegde vertegenwoordiger; h) betekent de uitdrukking « onderdaan » : 1° elke natuurlijke persoon die de nationaliteit van een overeenkomstsluitende Staat bezit; 2° elke rechtspersoon, personenvennootschap of vereniging die zijn rechtspositie als zodanig ontleent aan de wetgeving die in een overeenkomstsluitende Staat van kracht is. 2. Voor de toepassing van de Overeenkomst op enig tijdstip door een overeenkomstsluitende Staat heeft, tenzij het zinsverband anders vereist, elke niet erin omschreven uitdrukking de betekenis welke die uitdrukking op dat tijdstip heeft volgens de wetgeving van die Staat met betrekking tot de belastingen waarop de Overeenkomst van toepassing is, waarbij elke betekenis overeenkomstig de belastingwetten die in die Staat van toepassing zijn de overhand heeft op een betekenis die aan de uitdrukking wordt gegeven overeenkomstig andere wetten van die Staat.

c) le terme « personne » comprend les personnes physiques, les sociétés et tous autres groupements de personnes; d) le terme « société » désigne toute personne morale ou toute entité qui est considérée comme une personne morale aux fins d’imposition dans l’Etat contractant dont elle est un résident; e) les expressions « entreprise d’un Etat contractant » et « entreprise de l’autre Etat contractant » désignent respectivement une entreprise exploitée par un résident d’un Etat contractant et une entreprise exploitée par un résident de l’autre Etat contractant;

f) l’expression « trafic international » désigne tout transport effectué par un navire ou un aéronef exploité par une entreprise dont le siège de direction effective est situé dans un Etat contractant, sauf lorsque le navire ou l’aéronef n’est exploité qu’entre des points situés dans l’autre Etat contractant; g) l’expression « autorité compétente » désigne : 1° en ce qui concerne Saint-Marin, le Ministère des Finances, et 2° en ce qui concerne la Belgique, le Ministre des Finances ou son représentant autorisé; h) le terme « national » désigne : 1° toute personne physique qui possède la nationalité d’un Etat contractant; 2° toute personne morale, société de personnes ou association constituée conformément à la législation en vigueur dans un Etat contractant. 2. Pour l’application de la Convention à un moment donné par un Etat contractant, tout terme ou expression qui n’y est pas défini a, sauf si le contexte exige une interprétation différente, le sens que lui attribue à ce moment le droit de cet Etat concernant les impôts auxquels s’applique la Convention, le sens attribué à ce terme ou expression par le droit fiscal de cet Etat prévalant sur le sens que lui attribuent les autres branches du droit de cet Etat.

Résident

Inwoner

Article 4 1. Au sens de la présente Convention, l’expression « résident d’un Etat contractant » désigne toute personne qui, en vertu de la législation de cet Etat, est assujettie à l’impôt dans cet Etat, en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction ou de tout autre critère de nature analogue et s’applique aussi à cet Etat ainsi qu’à toutes ses subdivisions politiques ou administratives ou à ses collectivités locales. Toutefois, cette expression ne comprend pas les personnes qui ne sont assujetties à l’impôt dans cet Etat que pour les revenus de sources situées dans cet Etat. 2. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne physique est un résident des deux Etats contractants, sa situation est réglée de la manière suivante : a) cette personne est considérée comme un résident seulement de l’Etat où elle dispose d’un foyer d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation permanent dans les deux Etats, elle est considérée comme un résident seulement de l’Etat avec lequel ses liens personnels et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts vitaux);

Artikel 4 1. Voor de toepassing van deze Overeenkomst betekent de uitdrukking « inwoner van een overeenkomstsluitende Staat » iedere persoon die, ingevolge de wetgeving van die Staat, aldaar aan belasting is onderworpen op grond van zijn woonplaats, verblijf, plaats van leiding of enige andere soortgelijke omstandigheid en omvat eveneens die Staat en elk staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan. Die uitdrukking omvat echter niet personen die in die Staat alleen ter zake van inkomsten uit in die Staat gelegen bronnen aan belasting zijn onderworpen. 2. Indien een natuurlijke persoon ingevolge de bepalingen van paragraaf 1 inwoner van beide overeenkomstsluitende Staten is, wordt zijn toestand als volgt geregeld : a) hij wordt geacht enkel inwoner te zijn van de Staat waar hij een duurzaam tehuis tot zijn beschikking heeft; indien hij in beide Staten een duurzaam tehuis tot zijn beschikking heeft, wordt hij geacht enkel inwoner te zijn van de Staat waarmee zijn persoonlijke en economische betrekkingen het nauwst zijn (middelpunt van de levensbelangen);


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39503

b) si l’Etat où cette personne a le centre de ses intérêts vitaux ne peut pas être déterminé, ou si elle ne dispose d’un foyer d’habitation permanent dans aucun des Etats, elle est considérée comme un résident seulement de l’Etat où elle séjourne de fac¸ on habituelle;

b) indien niet kan worden bepaald in welke Staat hij het middelpunt van zijn levensbelangen heeft of indien hij in geen van de Staten een duurzaam tehuis tot zijn beschikking heeft, wordt hij geacht enkel inwoner te zijn van de Staat waar hij gewoonlijk verblijft;

c) si cette personne séjourne de fac¸ on habituelle dans les deux Etats ou si elle ne séjourne de fac¸ on habituelle dans aucun d’eux, elle est considérée comme un résident seulement de l’Etat dont elle possède la nationalité;

c) indien hij gewoonlijk verblijft in beide Staten of in geen van beide, wordt hij geacht enkel inwoner te zijn van de Staat waarvan hij onderdaan is;

d) si cette personne possède la nationalité des deux Etats ou si elle ne possède la nationalité d’aucun d’eux, les autorités compétentes des Etats contractants tranchent la question d’un commun accord.

d) indien hij onderdaan is van beide Staten of van geen van beide, regelen de bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten de aangelegenheid in onderlinge overeenstemming.

3. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu’une personne physique est un résident des deux Etats contractants, elle est considérée comme un résident seulement de l’Etat où son siège de direction effective est situé.

3. Indien een andere dan een natuurlijke persoon ingevolge de bepalingen van paragraaf 1 inwoner is van beide overeenkomstsluitende Staten, wordt hij geacht enkel inwoner te zijn van de Staat waar de plaats van zijn werkelijke leiding is gelegen.

Etablissement stable

Vaste inrichting

Article 5

Artikel 5

1. Au sens de la présente Convention, l’expression « établissement stable » désigne une installation fixe d’affaires par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou partie de son activité.

1. Voor de toepassing van deze Overeenkomst betekent de uitdrukking « vaste inrichting » een vaste bedrijfsinrichting met behulp waarvan de werkzaamheden van een onderneming geheel of gedeeltelijk worden uitgeoefend.

2. L’expression « établissement stable » comprend notamment :

2. De uitdrukking « vaste inrichting » omvat in het bijzonder :

a) un siège de direction,

a) een plaats waar leiding wordt gegeven;

b) une succursale,

b) een filiaal;

c) un bureau,

c) een kantoor;

d) une usine,

d) een fabriek;

e) un atelier et

e) een werkplaats, en

f) une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu d’extraction de ressources naturelles.

f) een mijn, een olie- of gasbron, een steengroeve of enige andere plaats waar natuurlijke rijkdommen worden gewonnen.

3. Un chantier de construction ou de montage ne constitue un établissement stable que si sa durée dépasse 12 mois.

3. De plaats van uitvoering van een bouwwerk of van constructiewerkzaamheden is slechts dan een vaste inrichting indien de duur daarvan 12 maanden overschrijdt.

4. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, on considère qu’il n’y a pas « établissement stable » si :

4. Niettegenstaande de voorgaande bepalingen van dit artikel wordt een « vaste inrichting » niet aanwezig geacht indien :

a) il est fait usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison de marchandises appartenant à l’entreprise;

a) gebruik wordt gemaakt van inrichtingen, uitsluitend voor de opslag, uitstalling of levering van aan de onderneming toebehorende goederen;

b) des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison;

b) een voorraad van aan de onderneming toebehorende goederen wordt aangehouden, uitsluitend voor opslag, uitstalling of levering;

c) des marchandises appartenant à l’entreprise sont entreposées aux seules fins de transformation par une autre entreprise;

c) een voorraad van aan de onderneming toebehorende goederen wordt aangehouden, uitsluitend voor de bewerking of verwerking door een andere onderneming;

d) une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins d’acheter des marchandises ou de réunir des informations, pour l’entreprise;

d) een vaste bedrijfsinrichting wordt aangehouden, uitsluitend om voor de onderneming goederen aan te kopen of inlichtingen in te winnen;

e) une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins d’exercer, pour l’entreprise, toute autre activité de caractère préparatoire ou auxiliaire;

e) een vaste bedrijfsinrichting wordt aangehouden, uitsluitend om voor de onderneming andere werkzaamheden te verrichten, die van voorbereidende aard zijn of het karakter van hulpwerkzaamheden hebben;

f) une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins de l’exercice cumulé d’activités mentionnées aux alinéas a) à e), à condition que l’activité d’ensemble de l’installation fixe d’affaires résultant de ce cumul garde un caractère préparatoire ou auxiliaire.

f) een vaste bedrijfsinrichting wordt aangehouden, uitsluitend om verscheidene van de in de subparagrafen a) tot e) vermelde werkzaamheden te verrichten, op voorwaarde dat het geheel van de werkzaamheden van de vaste bedrijfsinrichting van voorbereidende aard is of het karakter van hulpwerkzaamheden heeft.

5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne – autre qu’un agent jouissant d’un statut indépendant auquel s’applique le paragraphe 6 – agit pour le compte d’une entreprise et dispose dans un Etat contractant de pouvoirs qu’elle y exerce habituellement lui permettant de conclure des contrats au nom de l’entreprise, cette entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans cet Etat pour toutes les activités que cette personne exerce pour l’entreprise, à moins que les activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont mentionnées au paragraphe 4 et qui, si elles étaient exercées par l’intermédiaire d’une installation fixe d’affaires, ne permettraient pas de considérer cette installation comme un établissement stable selon les dispositions de ce paragraphe.

5. Indien een persoon - niet zijnde een onafhankelijke vertegenwoordiger op wie paragraaf 6 van toepassing is - voor een onderneming werkzaam is en in een overeenkomstsluitende Staat een machtiging bezit om namens de onderneming overeenkomsten af te sluiten en dit recht aldaar gewoonlijk uitoefent, wordt die onderneming, niettegenstaande de bepalingen van de paragrafen 1 en 2, geacht een vaste inrichting in die Staat te hebben voor alle werkzaamheden welke deze persoon voor de onderneming verricht, tenzij de werkzaamheden van die persoon beperkt blijven tot de in paragraaf 4 vermelde werkzaamheden die, indien zij met behulp van een vaste bedrijfsinrichting zouden worden verricht, die vaste bedrijfsinrichting niet tot een vaste inrichting zouden stempelen ingevolge de bepalingen van die paragraaf.


39504

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

6. Une entreprise d’un Etat contractant n’est pas considérée comme ayant un établissement stable dans l’autre Etat contractant du seul fait qu’elle y exerce son activité par l’entremise d’un courtier, d’un commissionnaire général ou de tout autre agent jouissant d’un statut indépendant, à condition que ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de leur activité.

6. Een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat wordt niet geacht een vaste inrichting in de andere overeenkomstsluitende Staat te bezitten op grond van de enkele omstandigheid dat zij aldaar zaken doet door middel van een makelaar, een algemeen commissionair of enige andere onafhankelijke vertegenwoordiger, op voorwaarde dat deze personen in de normale uitoefening van hun bedrijf handelen.

7. Le fait qu’une société qui est un résident d’un Etat contractant contrôle ou est contrôlée par une société qui est un résident de l’autre Etat contractant ou qui y exerce son activité (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou non) ne suffit pas, en lui-même, à faire de l’une quelconque de ces sociétés un établissement stable de l’autre.

7. De enkele omstandigheid dat een vennootschap die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat, een vennootschap beheerst of door een vennootschap wordt beheerst, die inwoner is van de andere overeenkomstsluitende Staat of die in die andere Staat zaken doet (hetzij met behulp van een vaste inrichting, hetzij op andere wijze), stempelt één van beide vennootschappen niet tot een vaste inrichting van de andere.

Revenus immobiliers

Inkomsten uit onroerende goederen

Article 6

Artikel 6

1. Les revenus qu’un résident d’un Etat contractant tire de biens immobiliers (y compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières) situés dans l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

1. Inkomsten die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat verkrijgt uit in de andere overeenkomstsluitende Staat gelegen onroerende goederen (inkomsten uit landbouw- of bosbedrijven daaronder begrepen) mogen in die andere Staat worden belast.

2. L’expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l’Etat contractant où les biens considérés sont situés. L’expression comprend en tous cas les accessoires, le cheptel mort ou vif des exploitations agricoles et forestières, les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé concernant la propriété foncière, l’usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables ou fixes pour l’exploitation ou la concession de l’exploitation de gisements minéraux, sources et autres ressources naturelles; les navires, bateaux et aéronefs ne sont pas considérés comme des biens immobiliers.

2. De uitdrukking « onroerende goederen » heeft de betekenis die daaraan wordt toegekend door het recht van de overeenkomstsluitende Staat waar de desbetreffende goederen zijn gelegen. De uitdrukking omvat in ieder geval de goederen die bij de onroerende goederen behoren, levende en dode have van landbouw- en bosbedrijven, rechten waarop de bepalingen van het privaatrecht betreffende de grondeigendom van toepassing zijn, vruchtgebruik van onroerende goederen en rechten op veranderlijke of vaste vergoedingen ter zake van de exploitatie, of het recht tot exploitatie, van minerale aardlagen, bronnen en andere bodemrijkdommen; schepen en luchtvaartuigen worden niet als onroerende goederen beschouwd.

3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux revenus provenant de l’exploitation ou de la jouissance directes, de la location ou de l’affermage, ainsi que de toute autre forme d’exploitation de biens immobiliers.

3. De bepalingen van paragraaf 1 zijn van toepassing op inkomsten verkregen uit de rechtstreekse exploitatie of het rechtstreekse genot, uit het verhuren of verpachten, of uit elke andere vorm van exploitatie van onroerende goederen.

4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus provenant des biens immobiliers d’une entreprise ainsi qu’aux revenus des biens immobiliers servant à l’exercice d’une profession indépendante.

4. De bepalingen van de paragrafen 1 en 3 zijn ook van toepassing op inkomsten uit onroerende goederen van een onderneming en op inkomsten uit onroerende goederen gebezigd voor de uitoefening van een zelfstandig beroep.

Bénéfices des entreprises

Ondernemingswinst

Article 7

Artikel 7

1. Les bénéfices d’une entreprise d’un Etat contractant ne sont imposables que dans cet Etat, à moins que l’entreprise n’exerce son activité dans l’autre Etat contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé. Si l’entreprise exerce son activité d’une telle fac¸ on, les bénéfices de l’entreprise sont imposables dans l’autre Etat mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.

1. Winst van een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat is slechts in die Staat belastbaar, tenzij de onderneming in de andere overeenkomstsluitende Staat haar bedrijf uitoefent met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting. Indien de onderneming aldus haar bedrijf uitoefent, mag de winst van de onderneming in de andere Staat worden belast, maar slechts in zoverre als zij kan worden toegerekend aan die vaste inrichting.

2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, lorsqu’une entreprise d’un Etat contractant exerce son activité dans l’autre Etat contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque Etat contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu’il aurait pu réaliser s’il avait constitué une entreprise distincte exerc¸ ant des activités identiques ou analogues dans des conditions identiques ou analogues et agissant en toute indépendance.

2. Onder voorbehoud van de bepalingen van paragraaf 3 wordt, indien een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat in de andere overeenkomstsluitende Staat haar bedrijf uitoefent met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting, in elke overeenkomstsluitende Staat aan die vaste inrichting de winst toegerekend die zij geacht zou kunnen worden te behalen indien zij een onafhankelijke onderneming zou zijn, die dezelfde of soortgelijke werkzaamheden zou uitoefenen onder dezelfde of soortgelijke omstandigheden en die geheel onafhankelijk zou handelen.

3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction les dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi exposés, soit dans l’Etat où est situé cet établissement stable, soit ailleurs.

3. Bij het bepalen van de winst van een vaste inrichting worden in aftrek toegelaten kosten, daaronder begrepen kosten van leiding en algemene beheerskosten, die ten behoeve van de vaste inrichting zijn gemaakt, hetzij in de Staat waar de vaste inrichting is gevestigd, hetzij elders.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39505

4. S’il est d’usage, dans un Etat contractant, de déterminer les bénéfices imputables à un établissement stable sur la base d’une répartition des bénéfices totaux de l’entreprise entre ses diverses parties, aucune disposition du paragraphe 2 n’empêche cet Etat contractant de déterminer les bénéfices imposables selon la répartition en usage; la méthode de répartition adoptée doit cependant être telle que le résultat obtenu soit conforme aux principes contenus dans le présent article.

4. Voor zover het in een overeenkomstsluitende Staat gebruikelijk is de aan een vaste inrichting toe te rekenen winst te bepalen op basis van een verdeling van de totale winst van de onderneming over haar verschillende delen, belet paragraaf 2 die overeenkomstsluitende Staat niet de te belasten winst te bepalen volgens de gebruikelijke verdeling; de gevolgde methode van verdeling moet echter zodanig zijn dat het resultaat in overeenstemming is met de in dit artikel neergelegde beginselen.

5. Aucun bénéfice n’est imputé à un établissement stable du fait qu’il a simplement acheté des marchandises pour l’entreprise.

5. Geen winst wordt aan een vaste inrichting toegerekend enkel op grond van aankoop door die vaste inrichting van goederen voor de onderneming.

6. Aux fins des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à l’établissement stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins qu’il n’existe des motifs valables et suffisants de procéder autrement.

6. Voor de toepassing van de voorgaande paragrafen wordt de aan de vaste inrichting toe te rekenen winst van jaar tot jaar volgens dezelfde methode bepaald, tenzij er een goede en genoegzame reden bestaat om hiervan af te wijken.

7. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément dans d’autres articles de la présente Convention, les dispositions de ces articles ne sont pas affectées par les dispositions du présent article.

7. Indien in de winst inkomstenbestanddelen zijn begrepen die afzonderlijk in andere artikelen van deze Overeenkomst worden behandeld, worden de bepalingen van die artikelen niet aangetast door de bepalingen van dit artikel.

Navigation maritime et aérienne

Zeevaart en luchtvaart

Article 8

Artikel 8

1. Les bénéfices provenant de l’exploitation, en trafic international, de navires ou d’aéronefs ne sont imposables que dans l’Etat contractant où le siège de direction effective de l’entreprise est situé.

1. Winst uit de exploitatie van schepen of luchtvaartuigen in internationaal verkeer is slechts belastbaar in de overeenkomstsluitende Staat waar de plaats van de werkelijke leiding van de onderneming is gelegen.

2. Si le siège de direction effective d’une entreprise de navigation maritime est à bord d’un navire, ce siège est considéré comme situé dans l’Etat contractant où se trouve le port d’attache de ce navire, ou à défaut de port d’attache, dans l’Etat contractant dont l’exploitant du navire est un résident.

2. Indien de plaats van de werkelijke leiding van een zeescheepvaartonderneming zich aan boord van een schip bevindt, wordt deze plaats geacht te zijn gelegen in de overeenkomstsluitende Staat waar het schip zijn thuishaven heeft, of, indien er geen thuishaven is, in de overeenkomstsluitende Staat waarvan de exploitant van het schip inwoner is.

3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aussi aux bénéfices provenant de la participation à un pool, une exploitation en commun ou un organisme international d’exploitation.

3. De bepalingen van paragraaf 1 zijn ook van toepassing op winst verkregen uit de deelneming in een pool, een gemeenschappelijk bedrijf of een internationaal bedrijfslichaam.

Entreprises associées

Afhankelijke ondernemingen

Article 9

Artikel 9

1. Lorsque

1. Indien

a) une entreprise d’un Etat contractant participe directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise de l’autre Etat contractant, ou que

a) een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat onmiddellijk of middellijk deelneemt aan de leiding van, aan het toezicht op, dan wel in het kapitaal van een onderneming van de andere overeenkomstsluitende Staat, of

b) les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise d’un Etat contractant et d’une entreprise de l’autre Etat contractant,

b) dezelfde personen onmiddellijk of middellijk deelnemen aan de leiding van, aan het toezicht op, dan wel in het kapitaal van een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat en van een onderneming van de andere overeenkomstsluitende Staat,

et que, dans l’un et l’autre cas, les deux entreprises sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées par des conditions convenues ou imposées, qui diffèrent de celles qui seraient convenues entre des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces conditions, auraient été réalisés par l’une des entreprises mais n’ont pu l’être en fait à cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés en conséquence.

en, in het ene of in het andere geval, tussen de twee ondernemingen in hun handelsbetrekkingen of financiële betrekkingen voorwaarden worden overeengekomen of opgelegd die afwijken van die welke zouden worden overeengekomen tussen onafhankelijke ondernemingen, mag winst die één van de ondernemingen zonder deze voorwaarden zou hebben behaald maar ten gevolge van die voorwaarden niet heeft behaald, worden begrepen in de winst van die onderneming en dienovereenkomstig worden belast.

2. Lorsqu’un Etat contractant inclut dans les bénéfices d’une entreprise de cet Etat – et impose en conséquence – des bénéfices sur lesquels une entreprise de l’autre Etat contractant a été imposée dans cet autre Etat, et que les bénéfices ainsi inclus sont des bénéfices qui auraient été réalisés par l’entreprise du premier Etat si les conditions convenues entre les deux entreprises avaient été celles qui auraient été convenues entre des entreprises indépendantes, l’autre Etat procède à l’ajustement qu’il estime approprié du montant de l’impôt qui y a été perc¸ u sur ces bénéfices. Pour déterminer cet ajustement, il est tenu compte des autres dispositions de la présente Convention et les autorités compétentes des Etats contractants se consultent.

2. Indien een overeenkomstsluitende Staat in de winst van een onderneming van die Staat winst opneemt – en dienovereenkomstig belast – ter zake waarvan een onderneming van de andere overeenkomstsluitende Staat in die andere Staat is belast, en de aldus opgenomen winst winst is die de onderneming van de eerstbedoelde Staat zou hebben behaald indien tussen de twee ondernemingen zodanige voorwaarden zouden zijn overeengekomen als tussen onafhankelijke ondernemingen zouden zijn overeengekomen, herziet de andere Staat op de wijze welke die Staat passend acht het bedrag aan belasting dat aldaar over die winst is geheven. Bij deze herziening wordt rekening gehouden met de overige bepalingen van deze Overeenkomst en plegen de bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten overleg met elkaar.


39506

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Dividendes

Dividenden

Article 10 1. Les dividendes payés par une société qui est un résident d’un Etat contractant à un résident de l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat. 2. Toutefois, ces dividendes sont aussi imposables dans l’Etat contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, et selon la législation de cet Etat, mais si le bénéficiaire effectif des dividendes est un résident de l’autre Etat contractant, l’impôt ainsi établi ne peut excéder :

Artikel 10 1. Dividenden betaald door een vennootschap die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat aan een inwoner van de andere overeenkomstsluitende Staat, mogen in die andere Staat worden belast. 2. Deze dividenden mogen echter ook in de overeenkomstsluitende Staat waarvan de vennootschap die de dividenden betaalt inwoner is overeenkomstig de wetgeving van die Staat worden belast, maar indien de uiteindelijk gerechtigde tot de dividenden inwoner is van de andere overeenkomstsluitende Staat, mag de aldus geheven belasting niet hoger zijn dan : a) 0 % van het brutobedrag van de dividenden indien de uiteindelijk gerechtigde een vennootschap is die, op het tijdstip waarop de dividenden worden betaald, gedurende een ononderbroken tijdperk van ten minste twaalf maanden onmiddellijk ten minste 25 % bezit van het kapitaal van de vennootschap die de dividenden betaalt; b) 5 % van het brutobedrag van de dividenden indien de uiteindelijk gerechtigde een vennootschap is die, op het tijdstip waarop de dividenden worden betaald, gedurende een ononderbroken tijdperk van ten minste twaalf maanden onmiddellijk ten minste 10 % maar minder dan 25 % bezit van het kapitaal van de vennootschap die de dividenden betaalt; c) 15 % van het brutobedrag van de dividenden in alle andere gevallen. Deze paragraaf laat onverlet de belastingheffing van de vennootschap ter zake van de winst waaruit de dividenden worden betaald. 3. De uitdrukking « dividenden », zoals gebezigd in dit artikel, betekent inkomsten uit aandelen, winstaandelen of winstbewijzen, mijnaandelen, oprichtersaandelen of andere rechten op een aandeel in de winst, met uitzondering van schuldvorderingen, alsmede inkomsten - zelfs indien zij worden toegekend in de vorm van interest - die volgens de belastingwetgeving van de Staat waarvan de betalende vennootschap inwoner is op dezelfde wijze als inkomsten uit aandelen in de belastingheffing worden betrokken. 4. De bepalingen van de paragrafen 1 en 2 zijn niet van toepassing indien de uiteindelijk gerechtigde tot de dividenden, die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat, in de andere overeenkomstsluitende Staat, waarvan de vennootschap die de dividenden betaalt inwoner is, een nijverheids- of handelsbedrijf met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting of een zelfstandig beroep door middel van een aldaar gevestigde vaste basis uitoefent en het aandelenbezit uit hoofde waarvan de dividenden worden betaald met die vaste inrichting of die vaste basis wezenlijk is verbonden. In dat geval zijn de bepalingen van artikel 7 of van artikel 14, naar het geval, van toepassing. 5. Indien een vennootschap die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat winst of inkomsten verkrijgt uit de andere overeenkomstsluitende Staat, mag die andere Staat geen belasting heffen op dividenden die door de vennootschap worden betaald, behalve voor zover die dividenden aan een inwoner van die andere Staat worden betaald of voor zover het aandelenbezit uit hoofde waarvan de dividenden worden betaald wezenlijk is verbonden met een in die andere Staat gelegen vaste inrichting of vaste basis, noch de niet uitgedeelde winst van de vennootschap onderwerpen aan een belasting op niet uitgedeelde winst, zelfs indien de betaalde dividenden of de niet uitgedeelde winst geheel of gedeeltelijk bestaan uit winst of inkomsten die uit die andere Staat afkomstig zijn.

a) 0 pour cent du montant brut des dividendes si le bénéficiaire effectif est une société qui, au moment du paiement des dividendes, détient directement, pendant une période ininterrompue d’au moins douze mois, au moins 25 pour cent du capital de la société qui paie les dividendes; b) 5 pour cent du montant brut des dividendes si le bénéficiaire effectif est une société qui, au moment du paiement des dividendes, détient directement, pendant une période ininterrompue d’au moins douze mois, au moins 10 pour cent mais moins de 25 pour cent du capital de la société qui paie les dividendes; c) 15 pour cent du montant brut des dividendes, dans tous les autres cas. Le présent paragraphe n’affecte pas l’imposition de la société au titre des bénéfices qui servent au paiement des dividendes. 3. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d’actions, actions ou bons de jouissance, parts de mine, parts de fondateur ou autres parts bénéficiaires à l’exception des créances, ainsi que les revenus – même attribués sous la forme d’intérêts – soumis au même régime fiscal que les revenus d’actions par la législation fiscale de l’Etat dont la société débitrice est un résident.

4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des dividendes, résident d’un Etat contractant, exerce dans l’autre Etat contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, soit une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et que la participation génératrice des dividendes s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant les cas, sont applicables. 5. Lorsqu’une société qui est un résident d’un Etat contractant tire des bénéfices ou des revenus de l’autre Etat contractant, cet autre Etat ne peut percevoir aucun impôt sur les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un résident de cet autre Etat ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes se rattache effectivement à un établissement stable ou à une base fixe situés dans cet autre Etat, ni prélever aucun impôt, au titre de l’imposition des bénéfices non distribués, sur les bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés ou les bénéfices non distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus provenant de cet autre Etat. Intérêts

Interest

Article 11 1. Les intérêts provenant d’un Etat contractant et payés à un résident de l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

Artikel 11 1. Interest afkomstig uit een overeenkomstsluitende Staat en betaald aan een inwoner van de andere overeenkomstsluitende Staat mag in die andere Staat worden belast. 2. Deze interest mag echter ook in de overeenkomstsluitende Staat waaruit hij afkomstig is overeenkomstig de wetgeving van die Staat worden belast, maar indien de uiteindelijk gerechtigde tot de interest inwoner is van de andere overeenkomstsluitende Staat, mag de aldus geheven belasting niet hoger zijn dan 10% van het brutobedrag van de interest. 3. Niettegenstaande de bepalingen van paragraaf 2 is interest in de overeenkomstsluitende Staat waaruit hij afkomstig is vrijgesteld indien het gaat om : a) interest van handelsschuldvorderingen – met inbegrip van vorderingen vertegenwoordigd door handelspapier – wegens termijnbetaling voor leveringen van koopwaar, goederen of diensten door een onderneming;

2. Toutefois, ces intérêts sont aussi imposables dans l’Etat contractant d’où ils proviennent et selon la législation de cet Etat, mais si le bénéficiaire effectif des intérêts est un résident de l’autre Etat contractant, l’impôt ainsi établi ne peut excéder 10 pour cent du montant brut des intérêts. 3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les intérêts sont exemptés d’impôt dans l’Etat contractant d’où ils proviennent lorsqu’il s’agit : a) d’intérêts de créances commerciales – y compris celles qui sont représentées par des effets de commerce – résultant du paiement à terme de fournitures de marchandises, produits ou services par des entreprises;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD b) d’intérêts payés en raison d’un prêt ou d’un crédit consenti, garanti ou assuré dans le cadre d’un régime organisé par un Etat contractant, une de ses subdivisions politiques ou administratives ou une de ses collectivités locales en vue de promouvoir les exportations;

c) d’intérêts de créances ou de prêts de n’importe quelle nature, non représentés par des titres au porteur, payés à des entreprises bancaires; d) d’intérêts de dépôts de sommes d’argent effectués auprès d’une entreprise bancaire; e) d’intérêts payés à l’autre Etat contractant ou à une de ses subdivisions politiques ou administratives ou collectivités locales. 4. Le terme « intérêts » employé dans le présent article désigne les revenus des créances de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires ou d’une clause de participation aux bénéfices du débiteur, et notamment les revenus des fonds publics et des obligations d’emprunts, y compris les primes et lots attachés à ces titres. Cependant, ce terme ne comprend pas, au sens du présent article, les pénalisations pour paiement tardif ni les intérêts traités comme des dividendes en vertu du paragraphe 3 de l’article 10. 5. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d’un Etat contractant, exerce dans l’autre Etat contractant d’où proviennent les intérêts, soit une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et que la créance génératrice des intérêts s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant les cas, sont applicables.

6. Les intérêts sont considérés comme provenant d’un Etat contractant lorsque le débiteur est un résident de cet Etat. Toutefois, lorsque le débiteur des intérêts, qu’il soit ou non un résident d’un Etat contractant, a dans un Etat contractant un établissement stable, ou une base fixe, pour lequel la dette donnant lieu au paiement des intérêts a été contractée et qui supporte la charge de ces intérêts, ceux-ci sont considérés comme provenant de l’Etat où l’établissement stable, ou la base fixe, est situé. 7. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque Etat contractant et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.

39507

b) interest betaald uit hoofde van een lening die is toegestaan, gewaarborgd of verzekerd, of een krediet dat is verleend, gewaarborgd of verzekerd in het kader van een stelsel dat door een overeenkomstsluitende Staat of een staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan werd georganiseerd voor het bevorderen van de uitvoer; c) interest van niet door effecten aan toonder vertegenwoordigde leningen van welke aard ook, betaald aan bankondernemingen; d) interest van gelddeposito’s die worden geplaatst bij een bankonderneming; e) interest betaald aan de andere overeenkomstsluitende Staat of aan een staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan. 4. De uitdrukking « interest », zoals gebezigd in dit artikel, betekent inkomsten uit schuldvorderingen van welke aard ook, al dan niet gewaarborgd door hypotheek of al dan niet aanspraak gevend op een aandeel in de winst van de schuldenaar, en in het bijzonder inkomsten uit overheidsleningen en obligaties, daaronder begrepen premies en loten op die effecten. Voor de toepassing van dit artikel omvat deze uitdrukking echter niet boeten voor laattijdige betaling of interest die overeenkomstig artikel 10, paragraaf 3, als dividenden wordt behandeld. 5. De bepalingen van de paragrafen 1, 2 en 3 zijn niet van toepassing indien de uiteindelijk gerechtigde tot de interest, die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat, in de andere overeenkomstsluitende Staat waaruit de interest afkomstig is, een nijverheids- of handelsbedrijf met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting of een zelfstandig beroep door middel van een aldaar gevestigde vaste basis uitoefent en de schuldvordering uit hoofde waarvan de interest is verschuldigd met die vaste inrichting of die vaste basis wezenlijk is verbonden. In dat geval zijn de bepalingen van artikel 7 of van artikel 14, naar het geval, van toepassing. 6. Interest wordt geacht uit een overeenkomstsluitende Staat afkomstig te zijn indien de schuldenaar een inwoner van die Staat is. Indien evenwel de schuldenaar van de interest, ongeacht of hij inwoner van een overeenkomstsluitende Staat is of niet, in een overeenkomstsluitende Staat een vaste inrichting of een vaste basis heeft waarvoor de schuld ter zake waarvan de interest wordt betaald is aangegaan en de interest ten laste komt van die vaste inrichting of die vaste basis, wordt die interest geacht afkomstig te zijn uit de Staat waar de vaste inrichting of de vaste basis is gevestigd. 7. Indien, ten gevolge van een bijzondere verhouding tussen de schuldenaar en de uiteindelijk gerechtigde of tussen hen beiden en een derde, het bedrag van de interest, gelet op de schuldvordering waarvoor hij wordt betaald, hoger is dan het bedrag dat zonder zulk een verhouding door de schuldenaar en de uiteindelijk gerechtigde zou zijn overeengekomen, zijn de bepalingen van dit artikel slechts op het laatstbedoelde bedrag van toepassing. In dat geval is het daarboven uitgaande deel van de betalingen belastbaar overeenkomstig de wetgeving van elke overeenkomstsluitende Staat en met inachtneming van de overige bepalingen van deze Overeenkomst.

Redevances

Royalty’s

Article 12 1. Les redevances provenant d’un Etat contractant et payées à un résident de l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

Artikel 12 1. Royalty’s afkomstig uit een overeenkomstsluitende Staat en betaald aan een inwoner van de andere overeenkomstsluitende Staat mogen in die andere Staat worden belast. 2. Deze royalty’s mogen echter ook in de overeenkomstsluitende Staat waaruit zij afkomstig zijn overeenkomstig de wetgeving van die Staat worden belast, maar indien de uiteindelijk gerechtigde tot de royalty’s inwoner is van de andere overeenkomstsluitende Staat, mag de aldus geheven belasting niet hoger zijn dan 5 % van het brutobedrag van de royalty’s. 3. De uitdrukking « royalty’s », zoals gebezigd in dit artikel, betekent vergoedingen van welke aard ook voor het gebruik van, of voor het recht van gebruik van, een auteursrecht op een werk op het gebied van letterkunde, kunst of wetenschap, daaronder begrepen software, bioscoopfilms en films of banden voor radio of televisie, van een octrooi, een fabrieks- of handelsmerk, een tekening of een model, een plan, een geheim recept of een geheime werkwijze, of voor het gebruik van, of voor het recht van gebruik van, industriële, commerciële of wetenschappelijke uitrusting of voor inlichtingen omtrent ervaringen op het gebied van nijverheid, handel of wetenschap.

2. Toutefois, ces redevances sont aussi imposables dans l’Etat contractant d’où elles proviennent et selon la législation de cet Etat, mais si le bénéficiaire effectif des redevances est un résident de l’autre Etat contractant, l’impôt ainsi établi ne peut excéder 5 pour cent du montant brut des redevances. 3. Le terme « redevances » employé dans le présent article désigne les rémunérations de toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur une oeuvre littéraire, artistique ou scientifique, y compris les logiciels ainsi que les films cinématographiques et les films ou bandes enregistrées pour la radio ou la télévision, d’un brevet, d’une marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un modèle, d’un plan, d’une formule ou d’un procédé secrets ainsi que pour l’usage ou la concession de l’usage d’un équipement industriel, commercial ou scientifique et pour des informations ayant trait à une expérience acquise dans le domaine industriel, commercial ou scientifique. 4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des redevances, résident d’un Etat contractant, exerce dans l’autre Etat contractant d’où proviennent les redevances,

4. De bepalingen van de paragrafen 1 en 2 zijn niet van toepassing indien de uiteindelijk gerechtigde tot de royalty’s, die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat, in de andere overeenkomstsluitende


39508

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

soit une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et que le droit ou le bien générateur des redevances s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant les cas, sont applicables.

Staat waaruit de royalty’s afkomstig zijn een nijverheids- of handelsbedrijf met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting of een zelfstandig beroep door middel van een aldaar gevestigde vaste basis uitoefent en het recht of het goed uit hoofde waarvan de royalty’s verschuldigd zijn met die vaste inrichting of die vaste basis wezenlijk is verbonden. In dat geval zijn de bepalingen van artikel 7 of van artikel 14, naar het geval, van toepassing.

5. Les redevances sont considérées comme provenant d’un Etat contractant lorsque le débiteur est un résident de cet Etat. Toutefois, lorsque le débiteur des redevances, qu’il soit ou non un résident d’un Etat contractant, a dans un Etat contractant un établissement stable, ou une base fixe, pour lequel le contrat donnant lieu au paiement des redevances a été conclu et qui supporte la charge de ces redevances, celles-ci sont considérées comme provenant de l’Etat où l’établissement stable, ou la base fixe, est situé.

5. Royalty’s worden geacht uit een overeenkomstsluitende Staat afkomstig te zijn indien de schuldenaar een inwoner van die Staat is. Indien evenwel de schuldenaar van de royalty’s, ongeacht of hij inwoner van een overeenkomstsluitende Staat is of niet, in een overeenkomstsluitende Staat een vaste inrichting of een vaste basis heeft waarvoor de verbintenis, uit hoofde waarvan de royalty’s worden betaald is aangegaan en die de last van de royalty’s draagt, worden die royalty’s geacht afkomstig te zijn uit de Staat waar de vaste inrichting of de vaste basis is gevestigd.

6. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des redevances, compte tenu de la prestation pour laquelle elles sont payées, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque Etat contractant et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.

6. Indien, ten gevolge van een bijzondere verhouding tussen de schuldenaar en de uiteindelijk gerechtigde of tussen hen beiden en een derde, het bedrag van de royalty’s, gelet op het gebruik, het recht of de inlichtingen waarvoor zij worden betaald, hoger is dan het bedrag dat zonder zulk een verhouding door de schuldenaar en de uiteindelijk gerechtigde zou zijn overeengekomen, zijn de bepalingen van dit artikel slechts op het laatstbedoelde bedrag van toepassing. In dat geval is het daarboven uitgaande deel van de betalingen belastbaar overeenkomstig de wetgeving van elke overeenkomstsluitende Staat en met inachtneming van de overige bepalingen van deze Overeenkomst.

Gains en capital

Vermogenswinst

Article 13

Artikel 13

1. Les gains qu’un résident d’un Etat contractant tire de l’aliénation de biens immobiliers visés à l’article 6, et situés dans l’autre Etat contractant, sont imposables dans cet autre Etat.

1. Voordelen die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat verkrijgt uit de vervreemding van onroerende goederen zoals bedoeld in artikel 6 die in de andere overeenkomstsluitende Staat zijn gelegen, mogen in die andere Staat worden belast.

2. Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers qui font partie de l’actif d’un établissement stable qu’une entreprise d’un Etat contractant a dans l’autre Etat contractant, ou de biens mobiliers qui appartiennent à une base fixe dont un résident d’un Etat contractant dispose dans l’autre Etat contractant pour l’exercice d’une profession indépendante, y compris de tels gains provenant de l’aliénation de cet établissement stable (seul ou avec l’ensemble de l’entreprise) ou de cette base fixe, sont imposables dans cet autre Etat.

2. Voordelen verkregen uit de vervreemding van roerende goederen die deel uitmaken van het bedrijfsvermogen van een vaste inrichting die een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat in de andere overeenkomstsluitende Staat heeft, of van roerende goederen die behoren tot een vaste basis die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat in de andere overeenkomstsluitende Staat tot zijn beschikking heeft voor de uitoefening van een zelfstandig beroep, daaronder begrepen voordelen verkregen uit de vervreemding van die vaste inrichting (alleen of te zamen met de gehele onderneming) of van die vaste basis, mogen in die andere Staat worden belast.

3. Les gains provenant de l’aliénation de navires ou aéronefs exploités en trafic international, ou de biens mobiliers affectés à l’exploitation de ces navires ou aéronefs, ne sont imposables que dans l’Etat contractant où le siège de direction effective de l’entreprise est situé.

3. Voordelen verkregen uit de vervreemding van schepen of luchtvaartuigen die in internationaal verkeer worden geëxploiteerd of van roerende goederen die bij de exploitatie van die schepen of luchtvaartuigen worden gebruikt, zijn slechts belastbaar in de overeenkomstsluitende Staat waar de plaats van de werkelijke leiding van de onderneming is gelegen.

4. Les gains qu’un résident d’un Etat contractant tire de l’aliénation d’actions d’une société dont plus de 50 pour cent de la valeur provient directement ou indirectement de biens immobiliers situés dans l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

4. Voordelen die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat verkrijgt uit de vervreemding van aandelen van een vennootschap waarvan meer dan 50 % van de waarde onmiddellijk of middellijk bestaat uit in de andere overeenkomstsluitende Staat gelegen onroerende goederen, mogen in die andere Staat worden belast.

5. Les gains provenant de l’aliénation de tous biens autres que ceux visés aux paragraphes 1, 2, 3 et 4 ne sont imposables que dans l’Etat contractant dont le cédant est un résident.

5. Voordelen verkregen uit de vervreemding van alle andere goederen dan die vermeld in de paragrafen 1, 2, 3 en 4 zijn slechts belastbaar in de overeenkomstsluitende Staat waarvan de vervreemder inwoner is.

Professions indépendantes

Zelfstandige beroepen

Article 14

Artikel 14

1. Les revenus qu’un résident d’un Etat contractant tire d’une profession libérale ou d’autres activités de caractère indépendant ne sont imposables que dans cet Etat, à moins que ce résident ne dispose de fac¸ on habituelle dans l’autre Etat contractant d’une base fixe pour l’exercice de ses activités. S’il dispose d’une telle base fixe, les revenus sont imposables dans l’autre Etat mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cette base fixe.

1. Inkomsten verkregen door een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat in de uitoefening van een vrij beroep of ter zake van andere werkzaamheden van zelfstandige aard zijn slechts in die Staat belastbaar, tenzij die inwoner in de andere overeenkomstsluitende Staat voor het verrichten van zijn werkzaamheden geregeld over een vaste basis beschikt. Indien hij over zulk een vaste basis beschikt, mogen de inkomsten in de andere Staat worden belast, maar slechts in zoverre als zij aan die vaste basis kunnen worden toegerekend.

L’expression « profession libérale » comprend notamment les activités indépendantes d’ordre scientifique, littéraire, artistique, éducatif ou pédagogique, ainsi que les activités indépendantes des médecins, avocats, ingénieurs, architectes, dentistes et comptables.

2. De uitdrukking « vrij beroep » omvat in het bijzonder zelfstandige werkzaamheden op het gebied van wetenschap, letterkunde, kunst, opvoeding of onderwijs, alsmede de zelfstandige werkzaamheden van artsen, advocaten, ingenieurs, architecten, tandartsen en accountants.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39509

Professions dépendantes

Niet zelfstandige beroepen

Article 15 1. Sous réserve des dispositions des articles 16, 18, 19 et 20, les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident d’un Etat contractant rec¸ oit au titre d’un emploi salarié ne sont imposables que dans cet Etat, à moins que l’emploi ne soit exercé dans l’autre Etat contractant. Si l’emploi y est exercé, les rémunérations rec¸ ues à ce titre sont imposables dans cet autre Etat.

Artikel 15 1. Onder voorbehoud van de bepalingen van de artikelen 16, 18, 19 en 20 zijn lonen, salarissen en andere soortgelijke beloningen, verkregen door een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat ter zake van een dienstbetrekking, slechts in die Staat belastbaar, tenzij de dienstbetrekking in de andere overeenkomstsluitende Staat wordt uitgeoefend. Indien de dienstbetrekking aldaar wordt uitgeoefend, mogen de ter zake daarvan verkregen beloningen in die andere Staat worden belast. 2. Niettegenstaande de bepalingen van paragraaf 1 zijn beloningen verkregen door een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat ter zake van een in de andere overeenkomstsluitende Staat uitgeoefende dienstbetrekking slechts in de eerstbedoelde Staat belastbaar, indien : a) de verkrijger in de andere Staat verblijft gedurende een tijdvak of tijdvakken die in enig tijdperk van twaalf maanden dat aanvangt of eindigt in het betrokken belastbaar tijdperk een totaal van 183 dagen niet te boven gaan, en b) de beloningen worden betaald door of namens een werkgever die geen inwoner van de andere Staat is, en c) de beloningen niet ten laste komen van een vaste inrichting of een vaste basis die de werkgever in de andere Staat heeft. 3. Niettegenstaande de voorgaande bepalingen van dit artikel mogen beloningen, verkregen ter zake van een dienstbetrekking uitgeoefend aan boord van een schip of luchtvaartuig dat in internationaal verkeer wordt geëxploiteerd, worden belast in de overeenkomstsluitende Staat waar de plaats van de werkelijke leiding van de onderneming is gelegen.

2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, les rémunérations qu’un résident d’un Etat contractant rec¸ oit au titre d’un emploi salarié exercé dans l’autre Etat contractant ne sont imposables que dans le premier Etat si : a) le bénéficiaire séjourne dans l’autre Etat pendant une période ou des périodes n’excédant pas au total 183 jours durant toute période de douze mois commenc¸ ant ou se terminant durant la période imposable considérée, et b) les rémunérations sont payées par un employeur ou pour le compte d’un employeur qui n’est pas un résident de l’autre Etat, et c) la charge des rémunérations n’est pas supportée par un établissement stable ou une base fixe que l’employeur a dans l’autre Etat. 3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations rec¸ ues au titre d’un emploi salarié exercé à bord d’un navire ou d’un aéronef exploité en trafic international sont imposables dans l’Etat contractant où le siège de direction effective de l’entreprise est situé. Dirigeants de sociétés

Vennootschapsleiding

Article 16 1. Les tantièmes, jetons de présence et autres rétributions similaires qu’un résident d’un Etat contractant rec¸ oit en sa qualité de membre du conseil d’administration ou de surveillance ou d’un organe analogue d’une société qui est un résident de l’autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

Artikel 16 1. Tantièmes, presentiegelden en andere soortgelijke beloningen verkregen door een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat in zijn hoedanigheid van lid van de raad van bestuur of van toezicht of van een gelijkaardig orgaan van een vennootschap die inwoner is van de andere overeenkomstsluitende Staat, mogen in die andere Staat worden belast. De voorgaande bepaling is ook van toepassing op beloningen verkregen ter zake van de uitoefening van werkzaamheden die, volgens de wetgeving van de overeenkomstsluitende Staat waarvan de vennootschap inwoner is, worden behandeld als werkzaamheden van soortgelijke aard als die welke worden verricht door een persoon als bedoeld in de genoemde bepaling. 2. Beloningen die een persoon op wie paragraaf 1 van toepassing is verkrijgt van een vennootschap die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat ter zake van de uitoefening van dagelijkse werkzaamheden van leidinggevende of technische, commerciële of financiële aard, mogen worden belast overeenkomstig de bepalingen van artikel 15, alsof het ging om beloningen die een werknemer ter zake van een dienstbetrekking verkrijgt en alsof de werkgever de vennootschap was.

La disposition qui précède s’applique aussi aux rétributions rec¸ ues en raison de l’exercice de fonctions qui, en vertu de la législation de l’Etat contractant dont la société est un résident, sont traitées comme des fonctions d’une nature similaire à celles exercées par une personne visée à ladite disposition. 2. Les rémunérations qu’une personne visée au paragraphe 1 rec¸ oit d’une société qui est un résident d’un Etat contractant en raison de l’exercice d’une activité journalière de direction ou de caractère technique, commercial ou financier sont imposables conformément aux dispositions de l’article 15, comme s’il s’agissait de rémunérations qu’un employé tire d’un emploi salarié et comme si l’employeur était la société. Artistes et Sportifs

Artiesten en Sportbeoefenaars

Article 17 1. Nonobstant les dispositions des articles 14 et 15, les revenus qu’un résident d’un Etat contractant tire de ses activités personnelles exercées dans l’autre Etat contractant en tant qu’artiste du spectacle, tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de la radio ou de la télévision, ou qu’un musicien, ou en tant que sportif, sont imposables dans cet autre Etat.

Artikel 17 1. Niettegenstaande de bepalingen van de artikelen 14 en 15 mogen inkomsten die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat verkrijgt uit zijn persoonlijke werkzaamheden die hij in de andere overeenkomstsluitende Staat verricht in de hoedanigheid van artiest, zoals toneelspeler, film-, radio- of televisieartiest, of musicus, of in de hoedanigheid van sportbeoefenaar, in die andere Staat worden belast. 2. Indien inkomsten uit werkzaamheden die een artiest of een sportbeoefenaar persoonlijk en als zodanig verricht niet worden toegekend aan de artiest of aan de sportbeoefenaar zelf maar aan een andere persoon, mogen die inkomsten, niettegenstaande de bepalingen van de artikelen 7, 14 en 15, worden belast in de overeenkomstsluitende Staat waar de werkzaamheden van de artiest of de sportbeoefenaar worden verricht.

2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou un sportif exerce personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste ou au sportif lui-même mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des articles 7, 14 et 15, dans l’Etat contractant où les activités de l’artiste ou du sportif sont exercées. Pensions

Pensioenen

Article 18 1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 19, les pensions et autres rémunérations similaires, payées à un résident d’un Etat contractant au titre d’un emploi antérieur, ne sont imposables que dans cet Etat.

Artikel 18 1. Onder voorbehoud van de bepalingen van artikel 19, paragraaf 2, zijn pensioenen en andere soortgelijke beloningen, betaald aan een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat ter zake van een vroegere dienstbetrekking, slechts in die Staat belastbaar.


39510

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 du présent article, les pensions et autres rémunérations similaires, payées par un Etat contractant en exécution des dispositions de la législation sociale ou dans le cadre d’un régime général organisé par cet Etat pour compléter les avantages prévus par sa législation sociale ne sont imposables que dans cet Etat.

2. De bepalingen van paragraaf 1 zijn niet van toepassing indien de verkrijger ter zake van dergelijk inkomen niet is belast in de Staat waarvan hij inwoner is en overeenkomstig de wetgeving van die Staat. In dat geval mag zulk inkomen worden belast in de Staat waaruit het afkomstig is. 3. Niettegenstaande de bepalingen van paragraaf 1 van dit artikel zijn pensioenen en andere soortgelijke beloningen, die door een overeenkomstsluitende Staat worden betaald ter uitvoering van de sociale wetgeving of in het kader van een algemeen stelsel dat door die Staat is georganiseerd ter aanvulling van de voordelen waarin zijn sociale wetgeving voorziet, alleen in die Staat belastbaar.

Fonctions publiques

Overheidsfuncties

Article 19 1. a) Les salaires, traitements et autres rémunérations similaires, autres que les pensions, payés par un Etat contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou administratives ou collectivités locales à une personne physique, au titre de services rendus à cet Etat ou à cette subdivision ou collectivité, ne sont imposables que dans cet Etat.

Artikel 19 1. a) Lonen, salarissen en andere soortgelijke beloningen, niet zijnde pensioenen, betaald door een overeenkomstsluitende Staat of een staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan aan een natuurlijke persoon, ter zake van diensten bewezen aan die Staat of aan dat onderdeel of die gemeenschap, zijn slechts in die Staat belastbaar. b) Die lonen, salarissen en andere soortgelijke beloningen zijn evenwel slechts in de andere overeenkomstsluitende Staat belastbaar indien de diensten in die Staat worden bewezen en de natuurlijke persoon een inwoner van die Staat is, die : 1° onderdaan is van die Staat; of 2° niet uitsluitend met het oog op het bewijzen van de diensten inwoner van die Staat is geworden. 2. a) Pensioenen door een overeenkomstsluitende Staat of een staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan, hetzij rechtstreeks, hetzij uit door hen in het leven geroepen fondsen, betaald aan een natuurlijke persoon ter zake van diensten bewezen aan die Staat, aan dat onderdeel of aan die gemeenschap, zijn slechts in die Staat belastbaar. b) Die pensioenen zijn evenwel slechts in de andere overeenkomstsluitende Staat belastbaar indien de natuurlijke persoon inwoner en onderdaan is van die Staat. 3. De bepalingen van de artikelen 15, 16, 17 en 18 zijn van toepassing op lonen, salarissen en andere soortgelijke beloningen en op pensioenen betaald ter zake van diensten bewezen in het kader van een nijverheids- of handelsbedrijf uitgeoefend door een overeenkomstsluitende Staat of een staatkundig of administratief onderdeel of plaatselijke gemeenschap daarvan.

2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas si le bénéficiaire n’est pas imposé sur ces revenus dans l’Etat dont il est un résident et conformément à la législation de cet Etat. Dans ce cas, ces revenus sont imposables dans l’Etat d’où ils proviennent.

b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne sont imposables que dans l’autre Etat contractant si les services sont rendus dans cet Etat et si la personne physique est un résident de cet Etat qui : 1° possède la nationalité de cet Etat, ou 2° n’est pas devenu un résident de cet Etat à seule fin de rendre les services. 2. a) Les pensions payées par un Etat contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou administratives ou collectivités locales, soit directement soit par prélèvement sur des fonds qu’ils ont constitués, à une personne physique, au titre de services rendus à cet Etat ou à cette subdivision ou collectivité, ne sont imposables que dans cet Etat. b) Toutefois, ces pensions ne sont imposables que dans l’autre Etat contractant si la personne physique est un résident de cet Etat et en possède la nationalité. 3. Les dispositions des articles 15, 16, 17 et 18 s’appliquent aux salaires, traitements et autres rémunérations similaires, ainsi qu’aux pensions, payés au titre de services rendus dans le cadre d’une activité commerciale ou industrielle exercée par un Etat contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou administratives ou collectivités locales. Professeurs, enseignants et chercheurs

Hoogleraren, leraren en vorsers

Article 20 1. Un professeur, enseignant ou chercheur qui séjourne temporairement dans un Etat contractant, pendant une période n’excédant pas deux ans, pour enseigner ou effectuer des recherches dans une université, un collège, une école ou une autre institution d’enseignement similaire officiellement reconnue, et qui est, ou qui était immédiatement avant ce séjour, un résident de l’autre Etat contractant, est exempté d’impôt dans le premier Etat contractant sur les rémunérations rec¸ ues au titre de ces activités d’enseignement ou de recherche.

Artikel 20 1. Een hoogleraar, leraar of vorser die tijdelijk in een overeenkomstsluitende staat verblijft gedurende een tijdvak van ten hoogste twee jaar om aldaar onderwijs te geven of zich met wetenschappelijk onderzoek bezig te houden aan een officieel erkende universiteit, hogeschool, school of een andere soortgelijke onderwijsinrichting, en die inwoner is, of onmiddellijk vóór zulk verblijf inwoner was, van de andere overeenkomstsluitende Staat, is in de eerstgenoemde overeenkomstsluitende Staat vrijgesteld van belasting ter zake van de beloningen die hij voor dat onderwijs of voor dat onderzoek verkrijgt. 2. De bepalingen van paragraaf 1 zijn niet van toepassing op beloningen voor het verrichten van onderzoek indien dat onderzoek niet in het algemeen belang maar in de eerste plaats voor het persoonlijke nut van een bepaalde persoon of van bepaalde personen wordt verricht.

2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux rémunérations rec¸ ues au titre de travaux de recherche entrepris non dans l’intérêt général mais principalement au profit personnel d’une ou de plusieurs personnes déterminées. Etudiants et stagiaires

Studenten en stagiairs

Article 21 Les sommes qu’un étudiant ou un stagiaire qui est, ou qui était immédiatement avant de se rendre dans un Etat contractant, un résident de l’autre Etat contractant et qui séjourne dans le premier Etat à seule fin d’y poursuivre ses études ou sa formation, rec¸ oit pour couvrir ses frais d’entretien, d’études ou de formation ne sont pas imposables dans cet Etat, à condition qu’elles proviennent de sources situées en dehors de cet Etat.

Artikel 21 Een student of een voor een beroep of bedrijf in opleiding zijnde persoon die inwoner is, of onmiddellijk vóór zijn bezoek aan een overeenkomstsluitende Staat inwoner was, van de andere overeenkomstsluitende Staat, en die uitsluitend voor zijn studie of opleiding in de eerstbedoelde Staat verblijft, is in die Staat niet belastbaar ter zake van bedragen die hij ontvangt ten behoeve van zijn onderhoud, studie of opleiding, op voorwaarde dat die bedragen afkomstig zijn uit bronnen buiten die Staat.

Autres revenus

Andere inkomsten

Article 22 1. Les éléments du revenu d’un résident d’un Etat contractant, d’où qu’ils proviennent, qui ne sont pas traités dans les articles précédents de la présente Convention ne sont imposables que dans cet Etat.

Artikel 22 1. Ongeacht de afkomst ervan, zijn bestanddelen van het inkomen van een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat die niet in de voorgaande artikelen van deze Overeenkomst worden behandeld, slechts in die Staat belastbaar.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39511

2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux revenus autres que les revenus provenant de biens immobiliers tels qu’ils sont définis au paragraphe 2 de l’article 6, lorsque le bénéficiaire de tels revenus, résident d’un Etat contractant, exerce dans l’autre Etat contractant, soit une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui y est située, et que le droit ou le bien générateur des revenus s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant les cas, sont applicables. 3. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, les éléments du revenu d’un résident d’un Etat contractant qui ne sont pas traités dans les articles précédents de la Convention et qui proviennent de l’autre Etat contractant sont aussi imposables dans cet autre Etat si ces éléments ne sont pas imposés dans le premier Etat.

2. De bepalingen van paragraaf 1 zijn niet van toepassing op inkomsten, niet zijnde inkomsten uit onroerende goederen als omschreven in artikel 6, paragraaf 2, indien de verkrijger van die inkomsten, die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat, in de andere overeenkomstsluitende Staat een nijverheids- of handelsbedrijf met behulp van een aldaar gevestigde vaste inrichting of een zelfstandig beroep door middel van een aldaar gevestigde vaste basis uitoefent en het recht of het goed dat de inkomsten oplevert met die vaste inrichting of die vaste basis wezenlijk is verbonden. In dat geval zijn de bepalingen van artikel 7 of van artikel 14, naar het geval, van toepassing. 3. Niettegenstaande de bepalingen van de paragrafen 1 en 2, mogen bestanddelen van het inkomen van een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat die niet in de voorgaande artikelen van de Overeenkomst worden behandeld en die uit de andere overeenkomstsluitende Staat afkomstig zijn, ook in die andere Staat worden belast indien die bestanddelen niet in de eerstbedoelde Staat zijn belast.

Divers

Diverse bepalingen

Article 23 Une personne qui est un résident d’un Etat contractant et qui tire des revenus de l’autre Etat contractant ne peut pas bénéficier des exemptions ou réductions d’impôt normalement prévues par la présente Convention, lorsque le but principal ou l’un des buts principaux de toute personne concernée par la création ou la cession de ces éléments de revenu était de tirer avantage des dispositions de la présente Convention.

Artikel 23 Een persoon die inwoner is van een overeenkomstsluitende Staat en inkomsten uit de andere overeenkomstsluitende Staat verkrijgt, is niet gerechtigd tot de vermindering of de vrijstelling van belasting waarin deze Overeenkomst voorziet indien het belangrijkste doel of één van de belangrijkste doelstellingen van een persoon die betrokken is bij het creëren of het overdragen van dat bestanddeel van het inkomen, erin bestond voordeel te halen uit de bepalingen van deze Overeenkomst.

Méthodes pour éliminer les doubles impositions

Wijze waarop dubbele belasting wordt vermeden

Article 24 1. En ce qui concerne Saint-Marin, la double imposition est évitée de la manière suivante : a) Lorsqu’un résident de Saint-Marin rec¸ oit des revenus qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables en Belgique, Saint-Marin exempte de l’impôt ces revenus, sous réserve des dispositions des alinéas b) et c), mais peut, néanmoins, pour calculer le montant de ses impôts sur le reste du revenu de ce résident, appliquer le même taux que si les revenus en question n’étaient pas exemptés.

Artikel 24 1. In San Marino wordt dubbele belasting op de volgende wijze vermeden : a) Indien een inwoner van San Marino inkomsten verkrijgt die in overeenstemming met de bepalingen van deze Overeenkomst in België mogen worden belast, stelt San Marino, onder voorbehoud van de bepalingen van subparagrafen b) en c), deze inkomsten vrij van belasting, maar om het bedrag van de belasting op het overige inkomen van die inwoner te berekenen mag San Marino niettemin het belastingtarief toepassen dat van toepassing zou zijn indien die inkomsten niet waren vrijgesteld. b) Indien een inwoner van San Marino inkomsten verkrijgt die in overeenstemming met de bepalingen van artikelen 10 en 11 in België mogen worden belast, verleent San Marino een vermindering op de belasting naar het inkomen van die inwoner tot een bedrag dat gelijk is aan de in België betaalde belasting. Deze vermindering mag echter niet dat deel van de belasting naar het inkomen te boven gaan, zoals berekend vóór het verlenen van de vermindering, dat kan worden toegerekend aan het inkomen dat uit België afkomstig is. c) Indien een vennootschap, die inwoner is van San Marino ten minste 25 % van het kapitaal in haar bezit had van een vennootschap die inwoner is van België en die dividenden uitkeert gedurende ten minste 12 maanden voorafgaand aan de beslissing om de dividenden uit te keren, stelt San Marino, niettegenstaande de bepalingen van subparagraaf b), de dividenden die door de vennootschap die inwoner is van België worden betaald aan de vennootschap die inwoner is van San Marino, vrij van belasting. 2. In België wordt dubbele belasting op de volgende wijze vermeden :

b) Lorsqu’un résident de Saint-Marin rec¸ oit des revenus qui, conformément aux dispositions des articles 10 et 11, sont imposables en Belgique, Saint-Marin accorde, sur l’impôt qu’il perc¸ oit sur les revenus de ce résident, une déduction d’un montant égal à l’impôt payé en Belgique. Cette déduction ne peut toutefois excéder la fraction de l’impôt sur le revenu, calculé avant déduction, correspondant aux revenus provenant de Belgique. c) Nonobstant les dispositions du b), lorsqu’une société qui est un résident de Saint-Marin détient 25 pour cent au moins du capital d’une société qui est un résident de la Belgique et qui distribue des dividendes, et que cette participation a été détenue pendant 12 mois au moins avant la décision de distribuer les dividendes, Saint-Marin exempte de l’impôt les dividendes que la société qui est un résident de la Belgique paie à la société qui est un résident de Saint-Marin. 2. En ce qui concerne la Belgique, la double imposition est évitée de la manière suivante : a) Lorsqu’un résident de la Belgique rec¸ oit des revenus, autres que des dividendes, des intérêts ou des redevances, qui sont imposables à Saint-Marin conformément aux dispositions de la présente Convention, et qui y sont imposés, la Belgique exempte de l’impôt ces revenus, mais elle peut, pour calculer le montant de ses impôts sur le reste du revenu de ce résident, appliquer le même taux que si les revenus en question n’avaient pas été exemptés. Toutefois, dans le cas d’une société qui est un résident de la Belgique, lorsque l’impôt saint-marinais est inférieur à 15 pour cent du montant net des revenus visés à la présente disposition, la Belgique n’exempte pas ces revenus mais réduit au tiers l’impôt belge proportionnellement afférent à ceux-ci, calculé comme si ces revenus étaient des revenus de source belge. b) Nonobstant les dispositions du a) du présent paragraphe et toute autre disposition de la présente Convention, la Belgique tient compte, pour la détermination des taxes additionnelles établies par les communes et les agglomérations belges, des revenus professionnels exemptés de l’impôt en Belgique conformément au a) du présent paragraphe.

a) Indien een inwoner van België inkomsten verkrijgt, niet zijnde dividenden, interest of royalty’s, die ingevolge de bepalingen van deze Overeenkomst in San Marino mogen worden belast en aldaar zijn belast, stelt België deze inkomsten vrij van belasting, maar om het bedrag van de belasting op het overige inkomen van die inwoner te berekenen mag België het belastingtarief toepassen dat van toepassing zou zijn indien die inkomsten niet waren vrijgesteld. Wanneer evenwel, in het geval van een vennootschap die inwoner is van België, de San Marinese belasting minder bedraagt dan 15 % van het nettobedrag van de door deze bepaling beoogde inkomsten, stelt België die inkomsten niet vrij van belasting maar vermindert het de Belgische belasting, berekend alsof die inkomsten afkomstig waren uit Belgische bronnen en die verhoudingsgewijs betrekking heeft op die inkomsten, tot een derde. b) Niettegenstaande de bepalingen van subparagraaf a) van deze paragraaf en enige andere bepaling van deze Overeenkomst, houdt België voor het vaststellen van de aanvullende belastingen, die worden geheven door Belgische gemeenten en agglomeraties, rekening met de beroepsinkomsten die in België overeenkomstig subparagraaf a) van


39512

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Ces taxes additionnelles sont calculées sur l’impôt qui serait dû en Belgique si les revenus professionnels en question étaient tirés de sources belges. c) Les dividendes qu’une société qui est un résident de la Belgique rec¸ oit d’une société qui est un résident de Saint-Marin sont exemptés de l’impôt des sociétés en Belgique, dans les conditions et limites prévues par la législation belge. d) Sous réserve des dispositions de la législation belge relatives à l’imputation sur l’impôt belge des impôts payés à l’étranger, lorsqu’un résident de la Belgique rec¸ oit des éléments de revenu qui sont compris dans son revenu global soumis à l’impôt belge et qui consistent en intérêts ou en redevances, l’impôt saint-marinais perc¸ u sur ces revenus est imputé sur l’impôt belge afférent auxdits revenus.

e) Lorsque, conformément à la législation belge, des pertes subies par une entreprise exploitée par un résident de la Belgique dans un établissement stable situé à Saint-Marin ont été effectivement déduites des bénéfices de cette entreprise pour son imposition en Belgique, l’exemption prévue au a) ne s’applique pas en Belgique aux bénéfices d’autres périodes imposables qui sont imputables à cet établissement, dans la mesure où ces bénéfices ont aussi été exemptés d’impôt à Saint-Marin en raison de leur compensation avec lesdites pertes.

deze paragraaf vrijgesteld zijn van belasting. Die aanvullende belastingen worden berekend op de belasting die in België zou verschuldigd zijn indien bedoelde beroepsinkomsten uit Belgische bronnen waren verkregen. c) Dividenden die een vennootschap die inwoner is van België verkrijgt van een vennootschap die inwoner is van San Marino, worden in België vrijgesteld van de vennootschapsbelasting op de voorwaarden en binnen de grenzen die in de Belgische wetgeving zijn bepaald. d) Onder voorbehoud van de bepalingen van de Belgische wetgeving betreffende de verrekening van in het buitenland betaalde belastingen met de Belgische belasting wordt, indien een inwoner van België inkomsten verkrijgt die deel uitmaken van zijn samengetelde inkomen dat aan de Belgische belasting is onderworpen en die bestaan uit interest of royalty’s, de belasting die in San Marino op die inkomsten werd geheven in mindering gebracht van de Belgische belasting die betrekking heeft op die inkomsten. e) Indien verliezen die zijn geleden door een onderneming die door een inwoner van België wordt gedreven in een in San Marino gelegen vaste inrichting voor de belastingheffing van die onderneming in België volgens de Belgische wetgeving werkelijk in mindering van de winst van die onderneming zijn gebracht, is de vrijstelling ingevolge subparagraaf a) in België niet van toepassing op de winst van andere belastbare tijdperken die aan die inrichting kan worden toegerekend, in zoverre als deze winst ook in San Marino door de verrekening van die verliezen van belasting is vrijgesteld.

Non-discrimination

Non-Discriminatie

Article 25 1. Les nationaux d’un Etat contractant ne sont soumis dans l’autre Etat contractant à aucune imposition ou obligation y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les nationaux de cet autre Etat qui se trouvent dans la même situation, notamment au regard de la résidence. La présente disposition s’applique aussi, nonobstant les dispositions de l’article 1, aux personnes qui ne sont pas des résidents d’un Etat contractant ou des deux Etats contractants.

Artikel 25 1. Onderdanen van een overeenkomstsluitende Staat worden in de andere overeenkomstsluitende Staat niet onderworpen aan enige belastingheffing of daarmede verband houdende verplichting, die anders of zwaarder is dan de belastingheffing en daarmede verband houdende verplichtingen waaraan onderdanen van die andere Staat onder gelijke omstandigheden, inzonderheid met betrekking tot de woonplaats, zijn of kunnen worden onderworpen. Niettegenstaande de bepalingen van artikel 1 is deze bepaling ook van toepassing op personen die geen inwoner zijn van een overeenkomstsluitende Staat of van beide overeenkomstsluitende Staten.

2. Les apatrides qui sont des résidents d’un Etat contractant ne sont soumis dans l’un ou l’autre Etat contractant à aucune imposition ou obligation y relative qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les nationaux de l’Etat concerné qui se trouvent dans la même situation, notamment au regard de la résidence.

2. Staatlozen die inwoner zijn van een overeenkomstsluitende Staat, worden noch in de ene noch in de andere overeenkomstsluitende Staat onderworpen aan enige belastingheffing of daarmede verband houdende verplichting, die anders of zwaarder is dan de belastingheffing en daarmede verband houdende verplichtingen waaraan onderdanen van de desbetreffende Staat onder gelijke omstandigheden, inzonderheid met betrekking tot de woonplaats, zijn of kunnen worden onderworpen.

3. L’imposition d’un établissement stable qu’une entreprise d’un Etat contractant a dans l’autre Etat contractant n’est pas établie dans cet autre Etat d’une fac¸ on moins favorable que l’imposition des entreprises de cet autre Etat qui exercent la même activité. La présente disposition ne peut être interprétée comme obligeant un Etat contractant à accorder aux résidents de l’autre Etat contractant les déductions personnelles, abattements et réductions d’impôt en fonction de la situation ou des charges de famille qu’il accorde à ses propres résidents.

3. De belastingheffing van een vaste inrichting die een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat in de andere overeenkomstsluitende Staat heeft, is in die andere Staat niet ongunstiger dan de belastingheffing van ondernemingen van die andere Staat die dezelfde werkzaamheden uitoefenen. Deze bepaling mag niet aldus worden uitgelegd dat zij een overeenkomstsluitende Staat verplicht aan inwoners van de andere overeenkomstsluitende Staat bij de belastingheffing de persoonlijke aftrekken, tegemoetkomingen en verminderingen uit hoofde van de gezinstoestand of gezinslasten te verlenen die hij aan zijn eigen inwoners verleent.

4. A moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 7 de l’article 11 ou du paragraphe 6 de l’article 12 ne soient applicables, les intérêts, redevances et autres dépenses payés par une entreprise d’un Etat contractant à un résident de l’autre Etat contractant sont déductibles, pour la détermination des bénéfices imposables de cette entreprise, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été payés à un résident du premier Etat.

4. Behalve indien de bepalingen van artikel 9, paragraaf 1, artikel 11, paragraaf 7, of artikel 12, paragraaf 6, van toepassing zijn, worden interest, royalty’s en andere uitgaven die door een onderneming van een overeenkomstsluitende Staat aan een inwoner van de andere overeenkomstsluitende Staat worden betaald, bij het bepalen van de belastbare winst van die onderneming op dezelfde voorwaarden in mindering gebracht alsof zij aan een inwoner van de eerstbedoelde Staat zouden zijn betaald.

5. Les entreprises d’un Etat contractant, dont le capital est en totalité ou en partie, directement ou indirectement, détenu ou contrôlé par un ou plusieurs résidents de l’autre Etat contractant, ne sont soumises dans le premier Etat à aucune imposition ou obligation y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujetties les autres entreprises similaires du premier Etat.

5. Ondernemingen van een overeenkomstsluitende Staat waarvan het kapitaal geheel of ten dele, onmiddellijk of middellijk, in het bezit is van of wordt beheerst door één of meer inwoners van de andere overeenkomstsluitende Staat, worden in de eerstbedoelde Staat niet aan enige belastingheffing of daarmede verband houdende verplichting onderworpen die anders of zwaarder is dan de belastingheffing en daarmede verband houdende verplichtingen waaraan andere, soortgelijke ondernemingen van de eerstbedoelde Staat zijn of kunnen worden onderworpen.

6. Les dispositions du présent article s’appliquent, nonobstant les dispositions de l’article 2, aux impôts de toute nature ou dénomination.

6. Niettegenstaande de bepalingen van artikel 2 zijn de bepalingen van dit artikel van toepassing op belastingen van elke soort en benaming.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Procédure amiable

39513

Regeling voor onderling overleg

Article 26

Artikel 26

1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par un Etat contractant ou par les deux Etats contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non conforme aux dispositions de la présente Convention, elle peut, indépendamment des recours prévus par le droit interne de ces Etats, soumettre son cas à l’autorité compétente de l’Etat contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève du paragraphe 1 de l’article 25, à celle de l’Etat contractant dont elle possède la nationalité. Le cas doit être soumis dans les deux ans qui suivent la première notification de la mesure qui entraîne une imposition non conforme aux dispositions de la Convention.

1. Indien een persoon van oordeel is dat de maatregelen van een overeenkomstsluitende Staat of van beide overeenkomstsluitende Staten voor hem leiden of zullen leiden tot een belastingheffing die niet in overeenstemming is met de bepalingen van deze Overeenkomst, kan hij, onverminderd de rechtsmiddelen waarin het interne recht van die Staten voorziet, zijn geval voorleggen aan de bevoegde autoriteit van de overeenkomstsluitende Staat waarvan hij inwoner is, of indien zijn geval onder artikel 25, paragraaf 1, ressorteert, aan die van de overeenkomstsluitende Staat waarvan hij de nationaliteit bezit. Het geval moet worden voorgelegd binnen twee jaar nadat de maatregel die een belastingheffing ten gevolge heeft die niet in overeenstemming is met de bepalingen van de Overeenkomst, voor het eerst te zijner kennis is gebracht.

2. L’autorité compétente s’efforce, si la requête lui paraît fondée et si elle n’est pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par voie d’accord amiable avec l’autorité compétente de l’autre Etat contractant, en vue d’éviter une imposition non conforme à la Convention. La procédure amiable se termine à la fin de la troisième année suivant celle au cours de laquelle le cas a été soumis. Si un accord est obtenu, il est appliqué quels que soient les délais prévus par le droit interne des Etats contractants.

2. De bevoegde autoriteit tracht, indien het bezwaar haar gegrond voorkomt en indien zij niet zelf in staat is tot een bevredigende oplossing ervan te komen, de aangelegenheid in onderlinge overeenstemming met de bevoegde autoriteit van de andere overeenkomstsluitende Staat te regelen, teneinde een belastingheffing die niet in overeenstemming is met de Overeenkomst te vermijden. De regeling voor onderling overleg verstrijkt op het einde van het derde jaar dat volgt op het jaar waarin het geval werd voorgelegd. Indien een regeling wordt overeengekomen, wordt zij uitgevoerd, ongeacht de termijnen waarin het interne recht van de overeenkomstsluitende Staten voorziet.

3. Les autorités compétentes des Etats contractants s’efforcent, par voie d’accord amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peuvent donner lieu l’interprétation ou l’application de la Convention.

3. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten trachten moeilijkheden of twijfelpunten die mochten rijzen met betrekking tot de interpretatie of de toepassing van de Overeenkomst in onderlinge overeenstemming op te lossen.

4. Les autorités compétentes des Etats contractants se concertent au sujet des mesures administratives nécessaires à l’exécution des dispositions de la Convention et notamment au sujet des justifications à fournir par les résidents de chaque Etat contractant pour bénéficier dans l’autre Etat des exemptions ou réductions d’impôts prévues par cette Convention.

4. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten plegen overleg omtrent de administratieve maatregelen die voor de uitvoering van de bepalingen van de Overeenkomst nodig zijn en met name omtrent de bewijsstukken die de inwoners van elke overeenkomstsluitende Staat moeten overleggen om in de andere Staat de bij de Overeenkomst bepaalde belastingvrijstellingen of -verminderingen te verkrijgen.

5. Les autorités compétentes des Etats contractants communiquent directement entre elles pour l’application de la Convention.

5. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten kunnen zich rechtstreeks met elkander in verbinding stellen voor de toepassing van de Overeenkomst.

Echange de renseignements

Uitwisseling van inlichtingen

Article 27

Artikel 27

1. Les autorités compétentes des Etats contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions de la présente Convention ou celles de la législation interne des Etats contractants relative aux impôts visés par la présente Convention dans la mesure où l’imposition qu’elle prévoit n’est pas contraire à la Convention, en particulier pour prévenir la fraude fiscale. L’échange de renseignements n’est pas restreint par l’article 1. Les renseignements rec¸ us par un Etat contractant sont tenus secrets de la même manière que les renseignements obtenus en application de la législation interne de cet Etat et ne sont communiqués qu’aux personnes ou autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs) concernées par l’établissement ou le recouvrement des impôts visés par la présente Convention, par les procédures ou poursuites concernant ces impôts, ou par les décisions sur les recours relatifs à ces impôts. Ces personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à ces fins. Elles peuvent faire état de ces renseignements au cours d’audiences publiques de tribunaux ou dans des jugements.

1. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten wisselen de inlichtingen uit die nodig zijn om uitvoering te geven aan de bepalingen van deze Overeenkomst of aan die van de nationale wetgeving van de overeenkomstsluitende Staten met betrekking tot de belastingen waarop de Overeenkomst van toepassing is, voor zover de heffing van die belastingen niet in strijd is met de Overeenkomst, en in het bijzonder om het ontduiken van belastingen te voorkomen. De uitwisseling van inlichtingen wordt niet beperkt door artikel 1. De door een overeenkomstsluitende Staat verkregen inlichtingen worden op dezelfde wijze geheim gehouden als de inlichtingen die onder de nationale wetgeving van die Staat zijn verkregen en worden alleen ter kennis gebracht van personen of autoriteiten (daaronder begrepen rechterlijke instanties en administratieve lichamen) die betrokken zijn bij de vestiging of invordering van, de tenuitvoerlegging of vervolging ter zake van, of de beslissing in beroepszaken betrekking hebbende op de belastingen waarop deze Overeenkomst van toepassing is. Deze personen of autoriteiten gebruiken deze inlichtingen slechts voor die doeleinden. Zij mogen van deze inlichtingen melding maken tijdens openbare rechtszittingen of in rechterlijke beslissingen.

2. Les dispositions du paragraphe 1 ne peuvent en aucun cas être interprétées comme imposant à un Etat contractant l’obligation :

2. In geen geval mogen de bepalingen van paragraaf 1 aldus worden uitgelegd dat zij een overeenkomstsluitende Staat de verplichting opleggen :

a) de prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation et à sa pratique administrative ou à celles de l’autre Etat contractant;

a) administratieve maatregelen te nemen die afwijken van de wetgeving en de administratieve praktijk van die of van de andere overeenkomstsluitende Staat;

b) de fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa législation ou dans le cadre de sa pratique administrative normale ou de celles de l’autre Etat contractant;

b) inlichtingen te verstrekken die niet verkrijgbaar zijn volgens de wetgeving of in de normale gang van de administratieve werkzaamheden van die of van de andere overeenkomstsluitende Staat;

c) de fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel, professionnel ou un procédé commercial ou des renseignements dont la communication serait contraire à l’ordre public.

c) inlichtingen te verstrekken die een handels-, bedrijfs-, nijverheidsof beroepsgeheim of een handelswerkwijze zouden onthullen, dan wel inlichtingen waarvan het verstrekken in strijd zou zijn met de openbare orde.


39514

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Assistance au recouvrement

Invorderingsbijstand

Article 28 1. Les Etats contractants se prêtent mutuellement aide et assistance en vue de notifier et de recouvrer les impôts visés par la présente Convention ainsi que tous additionnels, accroissements, intérêts, frais et amendes sans caractère pénal afférents auxdits impôts lorsque ces créances fiscales sont exigibles et ne sont plus susceptibles de recours en application des lois ou règlements de l’Etat requérant l’assistance.

4. La demande d’assistance en vue du recouvrement d’une créance fiscale est accompagnée :

Artikel 28 1. De overeenkomstsluitende Staten verlenen elkander hulp en bijstand voor de betekening en de invordering van de belastingen waarop deze Overeenkomst van toepassing is, alsmede van alle met die belastingen verband houdende opcentiemen, verhogingen, interest, kosten en boeten van niet strafrechtelijke aard, wanneer zulke belastingvorderingen eisbaar zijn en niet meer openstaan voor beroep volgens de wetten of regels van de Staat die om bijstand verzoekt. 2. Op vraag van de aanzoekende Staat zorgt de aangezochte Staat voor de betekening en de invordering van de belastingvorderingen van de aanzoekende Staat, overeenkomstig de wetgeving en de administratieve praktijk die voor de betekening en de invordering van zijn eigen belastingvorderingen van toepassing zijn, tenzij de Overeenkomst anders bepaalt. 3. De aangezochte Staat is niet verplicht aan de vraag van de aanzoekende Staat te voldoen indien die Staat niet alle middelen voor de invordering van zijn belastingvordering op zijn eigen grondgebied heeft uitgeput. 4. De vraag om bijstand voor de invordering van een belastingvordering dient vergezeld te gaan van :

a) d’une copie officielle du titre permettant l’exécution dans l’Etat requérant;

a) een officieel afschrift van de uitvoerbare titel in de aanzoekende Staat;

b) d’une copie officielle de tout autre document exigé dans l’Etat requérant pour le recouvrement; et

b) een officieel afschrift van elk ander document dat in de aanzoekende Staat voor de invordering is vereist; en

c) s’il y a lieu, d’une copie certifiée conforme de toute décision passée en force de chose jugée et émanant d’un organe administratif ou d’un tribunal.

c) in voorkomend geval, een eensluidend verklaard afschrift van elke beslissing die kracht van gewijsde heeft verworven en uitgaat van een administratief lichaam of van een rechtbank.

5. Le titre permettant l’exécution dans l’Etat requérant produit les mêmes effets dans l’Etat requis.

5. De uitvoerbare titel in de aanzoekende Staat heeft dezelfde uitwerking in de aangezochte Staat.

6. Les questions concernant le délai de prescription de la créance fiscale sont régies exclusivement par la législation de l’Etat requérant.

6. Problemen met betrekking tot de verjaringstermijn van de belastingvordering worden uitsluitend door de wetgeving van de aanzoekende Staat geregeld.

7. Les actes de recouvrement accomplis par l’Etat requis à la suite d’une demande d’assistance et qui, suivant la législation de cet Etat, auraient pour effet de suspendre ou d’interrompre le délai de prescription ont le même effet au regard de la législation de l’Etat requérant. L’Etat requis informe l’Etat requérant des mesures prises à cette fin.

7. De daden van invordering die ten gevolge van een vraag om bijstand door de aangezochte Staat zijn gesteld, en die overeenkomstig de wetgeving van die Staat de schorsing of stuiting van de verjaringstermijn tot gevolg zouden hebben, hebben ook dezelfde uitwerking met betrekking tot de wetgeving van de aanzoekende Staat. De aangezochte Staat stelt de aanzoekende Staat in kennis van de daartoe genomen maatregelen.

8. Les créances fiscales pour le recouvrement desquelles une assistance est demandée ne jouissent d’aucun privilège dans l’Etat requis.

8. Belastingvorderingen waarvoor om invorderingsbijstand is verzocht, genieten in de aangezochte Staat geen enkel voorrecht.

9. L’Etat requis n’est pas tenu d’appliquer des moyens d’exécution qui ne sont pas autorisés par les dispositions légales ou réglementaires de l’Etat requérant.

9. De aangezochte Staat is niet gehouden uitvoeringsmiddelen aan te wenden die niet toegestaan zijn door de wetten of de regels van de aanzoekende Staat.

10. En ce qui concerne les créances fiscales d’un Etat contractant qui font l’objet d’un recours ou sont encore susceptibles d’un recours, l’autorité compétente de cet Etat peut, pour la sauvegarde de ses droits, demander à l’autorité compétente de l’autre Etat contractant de prendre les mesures conservatoires prévues par la législation de celui-ci. Les dispositions des paragraphes précédents sont applicables mutatis mutandis à ces mesures.

10. Met betrekking tot belastingvorderingen van een overeenkomstsluitende Staat waartegen een beroep aanhangig is of die nog vatbaar zijn voor beroep, mag de bevoegde autoriteit van die Staat, om zijn rechten te vrijwaren, de bevoegde autoriteit van de andere overeenkomstsluitende Staat verzoeken de conservatoire maatregelen te nemen waarin diens wetgeving voorziet. De bepalingen van de voorgaande paragrafen zijn op die maatregelen mutatis mutandis van toepassing.

11. Les autorités compétentes des Etats contractants se concertent pour fixer les modalités de transfert des sommes recouvrées par l’Etat requis pour le compte de l’Etat requérant.

11. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten plegen overleg om de regels vast te leggen voor de overmaking van de bedragen die door de aangezochte Staat voor rekening van de aanzoekende Staat zijn ingevorderd.

Membres des missions diplomatiques et postes consulaires

Leden van diplomatieke zendingen en van consulaire posten

2. A la demande de l’Etat requérant, l’Etat requis procède à la notification et au recouvrement des créances fiscales dudit Etat suivant la législation et la pratique administrative applicables à la notification et au recouvrement de ses propres créances fiscales, à moins que la Convention n’en dispose autrement. 3. L’Etat requis n’est pas obligé de donner suite à la demande de l’Etat requérant si celui-ci n’a pas épuisé sur son propre territoire tous les moyens de recouvrement de sa créance fiscale.

Article 29

Artikel 29

1. Les dispositions de la présente Convention ne portent pas atteinte aux privilèges fiscaux dont bénéficient les membres des missions diplomatiques ou des postes consulaires en vertu soit des règles générales du droit international, soit des dispositions d’accords particuliers.

1. De bepalingen van deze Overeenkomst tasten in geen enkel opzicht de fiscale voorrechten aan die leden van diplomatieke zendingen of van consulaire posten ontlenen aan de algemene regelen van het volkerenrecht of aan de bepalingen van bijzondere overeenkomsten.

2. Aux fins de la Convention, les membres des missions diplomatiques ou des postes consulaires d’un Etat contractant accrédités dans l’autre Etat contractant ou dans un Etat tiers, qui ont la nationalité de l’Etat accréditant, sont réputés être des résidents dudit Etat s’ils y sont soumis aux mêmes obligations, en matière d’impôts sur le revenu, que les résidents de cet Etat.

2. Voor de toepassing van de Overeenkomst worden personen die deel uitmaken van diplomatieke zendingen of consulaire posten van een overeenkomstsluitende Staat in de andere overeenkomstsluitende Staat of in een derde Staat en die de nationaliteit van de zendstaat bezitten, geacht inwoner te zijn van de zendstaat indien zij aldaar aan dezelfde verplichtingen ter zake van belastingen naar het inkomen zijn onderworpen als de inwoners van die Staat.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39515

3. La Convention ne s’applique pas aux organisations internationales, à leurs organes ou à leurs fonctionnaires, ni aux personnes qui sont membres des missions diplomatiques ou des postes consulaires d’un Etat tiers, lorsqu’ils se trouvent sur le territoire d’un Etat contractant et ne sont pas traités comme des résidents dans l’un ou l’autre Etat contractant en matière d’impôts sur le revenu.

3. De Overeenkomst is niet van toepassing op internationale organisaties, hun organen of hun ambtenaren, noch op personen die lid zijn van diplomatieke zendingen of consulaire posten van een derde Staat, indien deze in een overeenkomstsluitende Staat verblijven en inzake belastingen naar het inkomen in de ene of de andere overeenkomstsluitende Staat niet als inwoners worden behandeld.

Remboursements

Terugbetalingen

Article 30

Artikel 30

1. Les impôts perc¸ us dans un Etat contractant par voie de retenue à la source sont remboursés à la demande de la partie intéressée, lorsque le droit de percevoir ces impôts est limité par les dispositions de la présente Convention.

1. Belastingen die in een overeenkomstsluitende Staat zijn geïnd via een bronbelasting, worden op verzoek van de belanghebbende partij terugbetaald wanneer het recht om die belastingen te heffen beperkt wordt door de bepalingen van deze Overeenkomst.

2. Les demandes de remboursement, qui doivent être soumises dans les délais prévus par la législation de l’Etat contractant qui doit procéder au remboursement, sont accompagnées d’une déclaration officielle de l’Etat contractant dont le contribuable est un résident, attestant que ce contribuable remplit les conditions lui permettant de prétendre aux avantages de la présente Convention.

2. Vorderingen tot terugbetaling die moeten worden overgelegd binnen de termijn vermeld in de wetgeving van de overeenkomstsluitende Staat die de terugbetaling moet doen, dienen vergezeld te gaan van een officiële verklaring van de overeenkomstsluitende Staat waarvan de belastingplichtige inwoner is, die bevestigt dat die belastingplichtige voldoet aan de vereisten om aanspraak te kunnen maken op de voordelen van deze Overeenkomst.

3. Les autorités compétentes de l’Etat contractant décident d’un commun accord, conformément aux dispositions de l’article 26 de la présente Convention, du mode d’application du présent article.

3. De bevoegde autoriteiten van de overeenkomstsluitende Staten bepalen in onderling overleg de wijze van uitvoering van dit artikel, in overeenstemming met de bepalingen van artikel 26 van deze Overeenkomst.

Entrée en vigueur

Inwerkingtreding

Article 31

Artikel 31

1. Chaque Etat contractant notifiera à l’autre Etat contractant l’accomplissement des procédures requises par sa législation pour l’entrée en vigueur de la présente Convention. La Convention entrera en vigueur à la date de réception de la seconde de ces notifications.

1. Elk van de overeenkomstsluitende Staten stelt de andere overeenkomstsluitende Staat in kennis van de voltooiing van de procedures die door zijn wetgeving voor de inwerkingtreding van deze Overeenkomst zijn vereist. De Overeenkomst zal in werking treden met ingang van de dag waarop de laatste van deze kennisgevingen wordt ontvangen.

2. Les dispositions de la Convention seront applicables :

2. De bepalingen van de Overeenkomst zullen van toepassing zijn :

a) aux impôts dus à la source sur les revenus attribués ou mis en paiement à partir du 1er janvier de l’année qui suit immédiatement celle de l’entrée en vigueur de la Convention;

a) op bij de bron verschuldigde belastingen op inkomsten die zijn toegekend of betaalbaar gesteld op of na 1 januari van het jaar dat onmiddellijk volgt op het jaar waarin de Overeenkomst in werking is getreden;

b) aux impôts autres que ceux dus à la source établis sur des revenus de périodes imposables commenc¸ ant à partir du 1er janvier de l’année qui suit immédiatement celle de l’entrée en vigueur de la Convention.

b) op de andere dan bij de bron verschuldigde belastingen geheven naar inkomsten van belastbare tijdperken die aanvangen op of na 1 januari van het jaar dat onmiddellijk volgt op het jaar waarin de Overeenkomst in werking is getreden.

Dénonciation

Beeindiging

Article 32

Artikel 32

La présente Convention demeurera en vigueur tant qu’elle n’aura pas été dénoncée par un Etat contractant mais chacun des Etats contractants pourra, jusqu’au 30 juin inclus de toute année civile à partir de la cinquième année suivant celle de l’entrée en vigueur, la dénoncer, par écrit et par la voie diplomatique, à l’autre Etat contractant. En cas de dénonciation avant le 1er juillet d’une telle année, la Convention cessera de s’appliquer :

Deze Overeenkomst blijft van kracht totdat zij door een overeenkomstsluitende Staat is opgezegd, maar elk van de overeenkomstsluitende Staten kan tot en met 30 juni van elk kalenderjaar na het vijfde jaar dat volgt op het jaar waarin de Overeenkomst in werking is getreden, aan de andere overeenkomstsluitende Staat langs diplomatieke weg een schriftelijke opzegging doen toekomen. In geval van opzegging voor 1 juli van zodanig jaar, houdt de Overeenkomst op van toepassing te zijn :

a) aux impôts dus à la source sur les revenus attribués ou mis en paiement à partir du 1er janvier de l’année qui suit immédiatement celle de la dénonciation;

a) op de bij de bron verschuldigde belastingen op inkomsten die zijn toegekend of betaalbaar gesteld op of na 1 januari van het jaar dat onmiddellijk volgt op het jaar waarin de kennisgeving van de beëindiging is gedaan;

b) aux impôts autres que ceux dus à la source établis sur des revenus de périodes imposables commenc¸ ant à partir du 1er janvier de l’année qui suit immédiatement celle de la dénonciation.

b) op de andere dan bij de bron verschuldigde belastingen geheven naar inkomsten van belastbare tijdperken die aanvangen op of na 1 januari van het jaar dat onmiddellijk volgt op het jaar waarin de kennisgeving van de beëindiging is gedaan.

EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs, ont signé la présente Convention.

TEN BLIJKE WAARVAN de ondergetekenden, daartoe behoorlijk gevolmachtigd door hun respectieve Regeringen, deze Overeenkomst hebben ondertekend.

FAIT à Saint-Marin, le 21 décembre 2005, en double exemplaire, en langues franc¸ aise, néerlandaise, italienne et anglaise, les quatre textes faisant également foi. Le texte en langue anglaise prévaudra en cas de divergence entre les textes.

GEDAAN in tweevoud te San Marino, op 21 december 2005, in de Nederlandse, Franse, Italiaanse en Engelse taal, zijnde de vier teksten gelijkelijk authentiek. In geval van verschil tussen de teksten is de Engelse tekst beslissend.


39516

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

PROTOCOLE Au moment de procéder à la signature de la Convention entre le Royaume de Belgique et la République de Saint-Marin tendant à éviter la double imposition et à prévenir la fraude fiscale en matière d’impôts sur le revenu, les soussignés sont convenus des dispositions suivantes qui font partie intégrante de la Convention. Il est entendu que : 1. Les dispositions de la Convention n’empêchent pas l’application de l’accord entre la Communauté européenne et la République de Saint-Marin prévoyant des mesures équivalentes à celles prévues dans la directive 2003/48/CE du Conseil en matière de fiscalité des revenus de l’épargne sous forme de paiements d’intérêts, signé à Bruxelles le 7 décembre 2004. 2. Ad article 3, paragraphe 1, d) : A Saint-Marin, un trust est considéré comme une personne morale aux fins d’imposition lorsque et uniquement dans la mesure où ce trust est soumis à l’impôt sur le revenu saint-marinais. 3. Ad article 4 : L’expression « résident d’un Etat contractant » désigne également une institution ou un organisme, établi conformément à la législation d’un Etat contractant, qui a exclusivement pour objectif la constitution de pensions de retraite, même si l’institution ou l’organisme en question est exempté d’impôt dans l’Etat où il est établi. 4. Ad article 5 : Aucune disposition de l’article 5 n’empêche de considérer une entreprise d’assurances d’un Etat contractant comme ayant un établissement stable dans l’autre Etat contractant lorsqu’elle perc¸ oit des primes dans cet autre Etat, ou assure des risques qui y sont situés, par l’entremise d’un intermédiaire ou d’un agent qui y est établi, à l’exclusion toutefois d’un agent visé au paragraphe 6 de cet article, à moins que celui-ci ne dispose de pouvoirs, qu’il exerce habituellement, lui permettant de conclure des contrats au nom de l’entreprise. 5. Ad article 15, paragraphe 1 : Un emploi salarié est exercé dans un Etat contractant lorsque l’activité au titre de laquelle les salaires, traitements et autres rémunérations similaires sont payés est effectivement exercée dans cet Etat, c’est-à-dire lorsque le salarié est physiquement présent dans cet Etat pour y exercer cette activité. 6. Ad article 16, paragraphe 2 :

PROTOCOL Bij de ondertekening van de Overeenkomst tussen het Koninkrijk België en de Republiek San Marino tot het vermijden van dubbele belasting en tot het voorkomen van het ontduiken van belasting inzake belastingen naar het inkomen, zijn de ondergetekenden overeengekomen dat de volgende bepalingen een integrerend deel van de Overeenkomst vormen. Er is overeengekomen dat : 1. De bepalingen van de Overeenkomst de toepassing niet beletten van de Overeenkomst tussen de Europese Gemeenschap en de Republiek San Marino waarbij wordt voorzien in maatregelen van gelijke strekking als die welke zijn vervat in Richtlijn 2003/48/EG betreffende belastingheffing op inkomsten uit spaargelden in de vorm van rentebetaling, ondertekend te Brussel op 7 december 2004. 2. Met betrekking tot artikel 3, paragraaf 1, d) : Een trust voor de belastingheffing in San Marino als een rechtspersoon behandeld wordt enkel wanneer en voor zover die trust aan de San Marinese inkomstenbelasting onderworpen is. 3. Met betrekking tot artikel 4 : Met de uitdrukking « inwoner van een overeenkomstsluitende Staat » ook een instelling of organisatie wordt bedoeld die is opgericht in overeenstemming met de wetgeving van een overeenkomstsluitende Staat en die als enig doel het toekennen van ouderdomspensioenen heeft, zelfs indien de betrokken instelling of organisatie vrijgesteld is van belasting in de Staat waar zij is gevestigd. 4. Met betrekking tot artikel 5 : Niets in artikel 5 belet dat een verzekeringsonderneming van een overeenkomstsluitende Staat geacht wordt in de andere overeenkomstsluitende Staat een vaste inrichting te hebben wanneer zij in die andere Staat premies int of aldaar gelegen risico’s verzekert door bemiddeling van een aldaar gevestigde tussenpersoon of vertegenwoordiger - met uitsluiting van een vertegenwoordiger als bedoeld in paragraaf 6 van dat artikel - tenzij hij een machtiging bezit om namens de onderneming overeenkomsten af te sluiten en dit recht gewoonlijk uitoefent. 5. Met betrekking tot artikel 15, paragraaf 1 : Een dienstbetrekking in een overeenkomstsluitende Staat wordt uitgeoefend wanneer de activiteit ter zake waarvan de lonen, salarissen en andere soortgelijke beloningen worden betaald daadwerkelijk in die Staat wordt uitgeoefend, dit wil zeggen wanneer de werknemer fysiek aanwezig is in die Staat voor het uitoefenen van die activiteit. 6. Met betrekking tot artikel 16, paragraaf 2 :

En ce qui concerne la Belgique, les rémunérations qu’un résident d’un Etat contractant tire de son activité journalière en tant qu’associé dans une société, autre qu’une société par actions, qui est un résident de la Belgique sont imposables conformément aux dispositions de l’article 15, comme s’il s’agissait de rémunérations qu’un employé tire d’un emploi salarié et comme si l’employeur était la société.

Beloningen die een inwoner van een overeenkomstsluitende Staat verkrijgt ter zake van de uitoefening van dagelijkse werkzaamheden als vennoot in een vennootschap, niet zijnde een vennootschap op aandelen die inwoner is van België, in het geval van België mogen worden belast overeenkomstig de bepalingen van artikel 15, alsof het ging om beloningen die een werknemer ter zake van een dienstbetrekking verkrijgt en alsof de werkgever de vennootschap was.

7. Ad article 18, paragraphe 2, article 22, paragraphe 3 et article 24, paragraphe 2, a) :

7. Met betrekking tot artikel 18, paragraaf 2, artikel 22, paragraaf 3 en artikel 24, paragraaf 2, a) :

Aux fins de l’application par la Belgique du paragraphe 2 de l’article 18, du paragraphe 3 de l’article 22, et du paragraphe 2, a) de l’article 24 de la Convention, un revenu est imposé à Saint-Marin lorsqu’il est effectivement compris dans la base imposable sur laquelle l’impôt saint-marinais est calculé. Par conséquent, un revenu n’est pas imposé à Saint-Marin lorsque, bien qu’étant soumis au régime fiscal normalement applicable à ce revenu en vertu de la législation de Saint-Marin, il est soit non imposable, soit exempté d’impôt à Saint-Marin.

Voor de toepassing door België van artikel 18, paragraaf 2, artikel 22, paragraaf 3 en artikel 24, paragraaf 2, a) van de Overeenkomst inkomsten in San Marino belast zijn, wanneer ze daadwerkelijk begrepen zijn in de belastbare grondslag waarop de San Marinese belasting is berekend. Inkomsten zijn dus niet belast in San Marino wanneer ze, nadat ze het gewone belastingstelsel hebben ondergaan die volgens de San Marinese wetgeving op die inkomsten van toepassing is, ofwel niet belastbaar zijn ofwel vrijgesteld zijn van belasting in San Marino.

8. Les dispositions de la Convention ne peuvent en aucun cas être interprétées comme empêchant un Etat contractant d’appliquer les dispositions de sa législation nationale relatives à la prévention de la fraude fiscale.

8. In geen geval de bepalingen van de Overeenkomst aldus mogen worden uitgelegd dat zij een overeenkomstsluitende Staat beletten om de bepalingen van zijn nationale wetgeving toe te passen die betrekking hebben op het voorkomen van het ontduiken van belasting.

9. Les dispositions de la Convention qui sont rédigées conformément aux dispositions correspondantes du Modèle de convention de l’OCDE concernant le revenu et la fortune sont censées avoir généralement le même sens que celui qui leur est donné dans le Commentaire OCDE. La phrase précédente ne s’applique pas en ce qui concerne :

9. De bepalingen van de Overeenkomst, die zijn opgesteld volgens de overeenstemmende bepalingen van het OESO-modelverdrag inzake belastingen naar het inkomen en naar het vermogen, worden in de regel geacht dezelfde betekenis te hebben als deze welke eraan gegeven wordt in de OESO-Commentaar ad hoc. Hetgeen in de voorgaande zin is overeengekomen geldt niet voor :

a) les réserves ou observations formulées par chacun des Etats contractants sur le Modèle OCDE ou son Commentaire;

a) elk voorbehoud of opmerking die door de ene of de andere overeenkomstsluitende Staat wordt gemaakt bij het OESO-model of de Commentaar daarbij;

b) les interprétations contraires figurant dans le présent Protocole;

b) elke tegengestelde interpretatie in dit Protocol;


39517

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD c) toute interprétation contraire figurant dans un commentaire publié par un des Etats contractants et communiquée à l’autorité compétente de l’autre Etat contractant avant l’entrée en vigueur de la Convention; d) toute interprétation contraire convenue entre les autorités compétentes après l’entrée en vigueur de la Convention. Le Commentaire OCDE – tel qu’il peut être révisé périodiquement – constitue un moyen d’interprétation au sens de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés par leurs Gouvernements respectifs, ont signé le présent Protocole. FAIT à Saint-Marin, le 21 décembre 2005, en double exemplaire, en langues franc¸ aise, néerlandaise, italienne et anglaise, les quatre textes faisant également foi. Le texte en langue anglaise prévaudra en cas de divergence entre les textes.

c) elke tegengestelde interpretatie in een openbaar gemaakte toelichting die, voorafgaand aan de inwerkingtreding van de Overeenkomst, door een van de overeenkomstsluitende Staten wordt bezorgd aan de bevoegde autoriteit van de andere overeenkomstsluitende Staat; d) elke tegengestelde interpretatie die na de inwerkingtreding van de Overeenkomst is overeengekomen tussen de bevoegde autoriteiten. De OESO-Commentaar – zoals die van tijd tot tijd wordt herzien – vormt een interpretatiemiddel in de zin van het Verdrag van Wenen van 23 mei 1969 inzake het Verdragenrecht. TEN BLIJKE WAARVAN de ondergetekenden, daartoe behoorlijk gevolmachtigd door hun respectieve Regeringen, dit Protocol hebben ondertekend. GEDAAN in tweevoud te San Marino, op 21 december 2005, in de Nederlandse, Franse, Italiaanse en Engelse taal, zijnde de vier teksten gelijkelijk authentiek. In geval van verschil tussen de teksten is de Engelse tekst beslissend.

* SERVICE PUBLIC FEDERAL BUDGET ET CONTROLE DE LA GESTION ET SERVICE PUBLIC FEDERAL PERSONNEL ET ORGANISATION

FEDERALE OVERHEIDSDIENST BUDGET EN BEHEERSCONTROLE EN FEDERALE OVERHEIDSDIENST PERSONEEL EN ORGANISATIE

F. 2007 — 3178

N. 2007 — 3178

[C − 2007/03386]

6 JUILLET 2007. — Arrêté royal portant répartition partielle du crédit provisionnel, inscrit au programme 04.31.2 du budget général des dépenses de l’année budgétaire 2007

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 28 décembre 2006 contenant le budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007, notamment l’article 2.04.3; Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 25 mai 2007;

[C − 2007/03386]

6 JULI 2007. — Koninklijk besluit houdende gedeeltelijke verdeling van het provisioneel krediet ingeschreven in het programma 04.31.2 van de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007 ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wet van 28 december 2006 houdende de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007, inzonderheid op artikel 2.04.3; Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën, gegeven op 25 mei 2007;

Considérant qu’un crédit non-dissocié provisionnel de 600.000 euros est inscrit au programme 04-31/2 du budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007, destiné à l’exécution d’initiatives de formation dans les différents départements et parastataux;

Overwegende dat op het programma 04-31/2 van de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007 een niet-gesplitst provisioneel krediet is ingeschreven ten belope van 600.000 euro bestemd voor de uitvoering van opleidingsactiviteiten in de verschillende departementen en parastatalen;

Sur la proposition de Notre Ministre du Budget et de Notre Ministre de la Fonction publique,

Op de voordracht van Onze Minister van Begroting en van Onze Minister van Ambtenarenzaken,

Nous avons arrêté et arrêtons :

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1er. Un crédit non-dissocié d’un montant de 599.990,83 euros est prélevé du crédit provisionnel inscrit au programme 04-31/2 (allocation de base 31.20.01.62) du budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007 et est réparti conformément au tableau ci-annexé.

Artikel 1. Een niet-gesplitst krediet ten belope van 599.990,83 euro wordt afgenomen van het provisioneel krediet ingeschreven op het programma 04-31/2 (basisallocatie 31.20.01.62) van de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007, en wordt verdeeld overeenkomstig de bijgevoegde tabel.

Les montants figurant dans ce tableau sont rattachés aux crédits prévus pour l’année budgétaire 2007 aux programmes et allocations de base concernés.

De in de tabel vermelde bedragen worden gevoegd bij de kredieten welke onder de betrokken programma’s en basisallocaties zijn uitgetrokken voor het begrotingsjaar 2007.

Art. 2. Le présent arrêté entre en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge.

Art. 2. Dit besluit treedt in werking de dag waarop het in het Belgisch Staatsblad wordt bekendgemaakt.

Art. 3. Notre Ministre du Budget et Notre Ministre de la Fonction publique sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Art. 3. Onze Minister van Begroting en Onze Minister van Ambtenarenzaken zijn, ieder wat hem betreft, belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 6 juillet 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 6 juli 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

La Ministre du Budget, Mme F. VAN DEN BOSSCHE

De Minister van Begroting, Mevr. F. VAN DEN BOSSCHE

Le Ministre de la Fonction publique, Ch. DUPONT

De Minister van Ambtenarenzaken, Ch. DUPONT


39518

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39519


39520

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Vu pour être annexé à Notre arrêté du 6 juillet 2007.

Gezien om te worden gevoegd bij Ons besluit van 6 juli 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

La Ministre du Budget, Mme F. VAN DEN BOSSCHE

De Minister van Begroting, Mevr. F. VAN DEN BOSSCHE

Le Ministre de la Fonction publique, Ch. DUPONT

De Minister van Ambtenarenzaken, Ch. DUPONT

* SERVICE PUBLIC FEDERAL MOBILITE ET TRANSPORTS F. 2007 — 3179

[C − 2007/14243]

13 JUILLET 2007. — Arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

FEDERALE OVERHEIDSDIENST MOBILITEIT EN VERVOER N. 2007 — 3179

[C − 2007/14243]

13 JULI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

Vu la loi du 27 juillet 1962 établissant une intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés, notamment l’article 1,

Gelet op de wet van 27 juli 1962 tot vaststelling van een werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden, inzonderheid op artikel 1;

Vu l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés;

Gelet op het koninklijk besluit van 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden;

Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances donné le 23 avril 2007;

Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën gegeven op 23 april 2007;

Vu l’accord de Notre Ministre du Budget donné le 23 avril 2007;

Gelet op de akkoordbevinding van Onze Minister van Begroting van 23 april 2007;

Vu l’avis du Conseil Central de l’Economie donné le 30 mai 2007;

Gelet op het advies van de Centrale Raad voor het Bedrijfsleven gegeven op 30 mei 2007;

Vu l’avis 43.053/4 du Conseil d’Etat, donné le 4 juin 2007, en application de l’article 84, § 1er, premier alinéa, 1°, des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat;

Gelet op het advies 43.053/4 van de Raad van State, gegeven op 4 juni 2007, met toepassing van artikel 84, § 1, eerste lid, 1°, van de gecoördineerde wetten op de Raad van State;

Considérant que les articles 35 et 79 du contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public S.N.C.B., tel qu’approuvé par l’arrêté royal du 5 juillet 2005 portant approbation du contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public Société nationale des Chemins de fer belges, instaurent un système de gratuité, pour le travailleur, du transport ferroviaire en deuxième classe entre le domicile et le lieu de travail, ainsi que du transport STIB sur la base d’une carte train mixte;

Overwegende dat artikelen 35 en 79 van het beheerscontract tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht N.M.B.S., zoals goedgekeurd door koninklijk besluit 5 juli 2005 houdende goedkeuring van het beheerscontract gesloten tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen een systeem invoeren van de kosteloosheid voor de werknemer van het spoorvervoer tweede klas tussen de woonplaats en het werk, alsook van het MIVB-vervoer op basis van een gemengde treinkaart;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39521

Considérant que, conformément aux modalités fixées dans l’annexe 9 du même contrat de gestion, une intervention minimale de 80 % du prix de la carte train est prévue dans le chef des employeurs, que le présent arrêté ajoute aux tableaux contenant le montant de l’intervention des employeurs dans le prix de l’abonnement social pour ouvriers et employés, annexés à l’arrêté royal du 28 juillet 1962;

Overwegende dat overeenkomstig de in bijlage 9 bij datzelfde beheerscontract vastgelegde modaliteiten er een minimale bijdrage van de werkgevers van 80 % van de prijs van de treinkaart wordt voorzien, die met huidig besluit worden toegevoegd aan de tabellen met het bedrag van de werkgeversbijdrage in de prijs van het sociaal abonnement voor werklieden en bedienden, gevoegd bij het koninklijk besluit van 28 juli 1962;

Considérant qu’il convient d’adapter le mode de paiement de cette intervention minimale des employeurs comme prévu dans l’annexe 9 précitée, afin de garantir la continuité des conventions conclues en la matière;

Overwegende dat het past de wijze van betalingen van deze minimale werkgeversbijdrage zoals voorzien in vermelde bijlage 9 aan te passen teneinde de continuïteit van de ter zake gesloten overeenkomsten te garanderen;

Sur la proposition de Notre Ministre du Budget et Notre Secrétaire d’Etat aux Entreprises publiques, et de l’avis de Nos ministres qui en ont délibéré en Conseil;

Op de voordracht van Onze Minister van Begroting en Onze Staatssecretaris voor Overheidsbedrijven, en op het advies van Onze in Raad vergaderde Ministers;

Nous avons arrêté et arrêtons :

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1er. Les tableaux contenant le montant de l’intervention des employeurs dans le prix de l’abonnement social pour ouvriers et employés, annexés à l’arrêté royal du 28 juillet 1962, sont complétés par les colonnes jointes au présent arrêté.

Artikel 1. De tabellen met het bedrag van de werkgeversbijdrage in de prijs van het sociaal abonnement voor werklieden en bedienden, gevoegd bij het koninklijk besluit van 28 juli 1962, worden aangevuld met de bij dit besluit gevoegde kolommen.

Art. 2. Dans l’article 2 de l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés, un deuxième alinéa est ajouté, rédigé comme suit :

Art. 2. In artikel 2 van het koninklijk besluit 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden wordt een tweede lid toegevoegd, dat als volgt luidt

« Par dérogation à l’alinéa premier, en ce qui concerne les cartes train dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs, l’intervention des employeurs est payée directement à la Société nationale des Chemins de fer belges par l’employeur. A cet effet, l’employeur conclut avec la Société nationale des Chemins de fer belges une « convention tiers payant pour les cartes train dont l’Etat prend l’intervention des travailleurs à charge » sur la base de laquelle la S.N.C.B. s’engage à délivrer, aux travailleurs de son cocontractant, des billets de validation sans facturation de l’intervention des travailleurs, après quoi l’intervention de l’employeur sera facturée au cocontractant. »

« In afwijking van het eerste lid, wordt, voor de treinkaarten waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt, de werkgeversbijdrage door de werkgever rechtstreeks aan de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen betaald. Hiertoe sluit de werkgever met de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen een « Overeenkomst Derde Betaler voor de treinkaarten waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt » op basis waarvan de NMBS zich ertoe verbindt om aan de werknemers van haar medecontractant valideringsbiljetten af te leveren zonder de werknemersbijdrage aan te rekenen, waarna de werkgeversbijdrage aan de medecontractant wordt gefactureerd. »

Art. 3. Dans l’article 4 du même arrêté, un alinéa est ajouté, rédigé comme suit :

Art. 3. In artikel 4 van hetzelfde besluit wordt een lid toegevoegd dat als volgt luidt :

« Le présent article n’est pas applicable aux cartes train dont l’Etat prend l’intervention des travailleurs à charge. »

« Dit artikel is niet van toepassing op de treinkaarten waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt. »

Art. 4. Pendant la durée de contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public S.N.C.B., tel qu’approuvé par l’arrêté royal du 5 juillet 2005 portant approbation du contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public Société nationale des Chemins de fer belges, les cartes train délivrées sur la base de l’article 35 du contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public S.N.C.B., tel qu’approuvé par l’arrêté royal du 5 juillet 2005 portant approbation du contrat de gestion conclu entre l’Etat et la société anonyme de droit public Société nationale des Chemins de fer belges, sont considérées comme des cartes train dont l’Etat prend l’intervention des travailleurs à charge.

Art. 4. Onder de looptijd van het beheerscontract tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht N.M.B.S., zoals goedgekeurd door koninklijk besluit 5 juli 2005 houdende goedkeuring van het beheerscontract gesloten tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen, worden als treinkaarten waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt de treinkaarten beschouwd die werden uitgereikt op grond van artikel 35 van het beheerscontract tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht N.M.B.S., zoals goedgekeurd door koninklijk besluit 5 juli 2005 houdende goedkeuring van het beheerscontract gesloten tussen de Staat en de naamloze vennootschap van publiek recht Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen, beschouwd.

Art. 5. Notre Ministre qui a les entreprises publiques dans ses attributions est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 5. Onze Minister bevoegd voor overheidsbedrijven, is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juillet 2007.

Gegeven te Brussel, 13 juli 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

La Ministre du Budget, Mme F. VAN DEN BOSSCHE

De Minister van Begroting, Mevr. F. VAN DEN BOSSCHE

Le Secrétaire d’Etat aux Entreprises publiques, B. TUYBENS

De Staatssecretaris voor Overheidsbedrijven, B. TUYBENS


39522

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Annexe à l’arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés — Bijlage aan het koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden. Tableaux à compléter par les cinq colonnes suivantes : — Tabellen aan te vullen met volgende kolommen : (km)

Week

maandkaart

3 maanden

jaarlijks

Railflex

Km

EUR

EUR

EUR

EUR

EUR

Carte train semaine dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train mensuelle dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train 3 mois dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train annuelle dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train temps partiel dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Intervention hebdomadaire de l’employeur

Intervention mensuelle de l’employeur

Intervention trimestrielle de l’employeur

Intervention annuelle de l’employeur

Intervention de l’employeur

Weektreinkaart waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Maandtreinkaart waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart geldig voor 3 maanden waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart geldig voor een jaar waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart voor deeltijds werkenden waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Wekelijkse bijdrage van de werkgever

Maandelijkse bijdrage van de werkgever

Driemaandelijkse bijdrage van de werkgever

Jaarlijkse bijdrage van de werkgever

Bijdrage van de werkgever

6,90 7,50 8,10 8,60 9,10 9,70 10,20 10,70 11,20 11,80 12,20 12,70 13,30 13,80 14,30 14,80 15,40 15,80 16,40 16,90 17,40 17,90 18,50 19,00 19,50 20,00 20,40 21,20 22,00 23,20 24,40 25,50 27,00 28,50 29,50 30,50

22,80 24,80 27,00 29,00 30,50 32,00 34,00 35,50 37,00 39,00 41,00 42,50 44,00 45,50 48,00 49,50 51,00 53,00 54,00 56,00 58,00 60,00 62,00 63,00 65,00 66,00 69,00 70,00 73,00 78,00 82,00 86,00 90,00 94,00 98,00 102,00

64,00 70,00 75,00 81,00 86,00 90,00 95,00 100,00 105,00 110,00 114,00 119,00 124,00 129,00 134,00 138,00 143,00 148,00 153,00 158,00 162,00 167,00 172,00 177,00 182,00 186,00 191,00 197,00 204,00 216,00 228,00 240,00 252,00 264,00 275,00 284,00

230,00 250,00 270,00 287,00 305,00 322,00 339,00 356,00 374,00 390,00 408,00 426,00 442,00 460,00 477,00 494,00 512,00 529,00 546,00 563,00 581,00 598,00 615,00 633,00 650,00 667,00 684,00 702,00 730,00 772,00 814,00 857,00 899,00 942,00 984,00 1014,00

7,60 8,80 9,80 10,60 11,30 11,80 12,40 12,90 13,40 13,80 14,30 14,80 15,30 15,70 16,20 16,60 17,00 17,40 17,90 18,30 18,70 19,20 19,60 20,00 20,40 20,80 21,20 21,60 22,40 24,00 25,00 26,50 27,50 29,00 30,00 31,00

Distance

Afstand

0-3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 - 33 34 - 36 37 - 39 40 - 42 43 - 45 46 - 48 49 - 51 52 - 54


39523

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD (km)

Week

maandkaart

3 maanden

jaarlijks

Railflex

Km

EUR

EUR

EUR

EUR

EUR

Carte train semaine dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train mensuelle dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train 3 mois dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train annuelle dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Carte train temps partiel dont l’Etat prend à charge l’intervention des travailleurs (1)

Intervention hebdomadaire de l’employeur

Intervention mensuelle de l’employeur

Intervention trimestrielle de l’employeur

Intervention annuelle de l’employeur

Intervention de l’employeur

Weektreinkaart waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Maandtreinkaart waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart geldig voor 3 maanden waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart geldig voor een jaar waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Treinkaart voor deeltijds werkenden waarvan de Staat werknemersbijdrage ten laste neemt (1)

Wekelijkse bijdrage van de werkgever

Maandelijkse bijdrage van de werkgever

Driemaandelijkse bijdrage van de werkgever

Jaarlijkse bijdrage van de werkgever

Bijdrage van de werkgever

31,00 32,50 33,50 35,00 36,50 38,00 39,50 41,00 42,50 44,00 45,50 47,00 49,00 50,00 51,00 53,00 54,00 56,00 58,00 60,00 61,00 62,00 64,00 65,00 66,00 68,00 70,00 71,00 73,00 74,00

105,00 107,00 111,00 117,00 122,00 126,00 131,00 137,00 142,00 146,00 152,00 157,00 162,00 166,00 172,00 177,00 182,00 187,00 192,00 199,00 202,00 207,00 212,00 217,00 222,00 227,00 232,00 237,00 242,00 247,00

292,00 301,00 312,00 326,00 340,00 354,00 369,00 382,00 397,00 410,00 425,00 438,00 453,00 467,00 481,00 495,00 509,00 523,00 538,00 557,00 566,00 579,00 594,00 608,00 622,00 636,00 650,00 664,00 678,00 692,00

1044,00 1074,00 1114,00 1165,00 1215,00 1266,00 1316,00 1366,00 1416,00 1466,00 1517,00 1567,00 1618,00 1668,00 1718,00 1768,00 1818,00 1869,00 1919,00 1990,00 2020,00 2070,00 2120,00 2170,00 2221,00 2271,00 2322,00 2372,00 2422,00 2472,00

32,50 33,00 35,00 37,00 38,50 40,00 42,50 44,00 45,50 47,00 49,00 50,00 52,00 54,00 54,00 56,00 58,00 59,00 60,00 62,00 -

Distance

Afstand

55 - 57 58 - 60 61 - 65 66 - 70 71 - 75 76 - 80 81 - 85 86 - 90 91 - 95 96 - 100 101 - 105 106 - 110 111 - 115 116 - 120 121 - 125 126 - 130 131 - 135 136 - 140 141 - 145 146 - 150 151 - 155 156 - 160 161 - 165 166 - 170 171 - 175 176 - 180 181 - 185 186 - 190 191 - 195 196 - 200

(1) Egalement valable pour le calcul du prix des cartes-trains combinées SNCB/TEC ou DE LIJN. La distance totale ne peut être inférieure à 3 km. Distances SNCB limitées à 150 Km. (1) Eveneens geldig voor de berekening van de prijs voor treinkaarten in gemengd verkeer NMBS/TEC of DE LIJN. De totale afstand mag niet korter zijn dan 3 km. Afstanden NMBS beperkt tot 150 km. Vu pour être ajouté à l’Annexe à Notre arrêté du 13 juillet 2007 modifiant l’arrêté royal du 28 juillet 1962 fixant le montant et les modalités du paiement de l’intervention des employeurs dans la perte subie par la Société nationale des Chemins de fer belges par l’émission d’abonnements pour ouvriers et employés.

Gezien om gevoegd te worden bij Ons besluit van 13 juli 2007 tot wijziging van het koninklijk besluit van 28 juli 1962 tot vaststelling van het bedrag en de wijze van betaling van de werkgeversbijdrage in het verlies geleden door de Nationale Maatschappij der Belgische Spoorwegen ingevolge de uitgifte van abonnementen voor werklieden en bedienden.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

La Ministre du Budget, Mme F. VAN DEN BOSSCHE

De Minister van Begroting, Mevr. F. VAN DEN BOSSCHE

Le Secrétaire d’Etat aux Entreprises publiques, B. TUYBENS

De Staatssecretaris voor Overheidsbedrijven, B. TUYBENS


39524

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST WERKGELEGENHEID, ARBEID EN SOCIAAL OVERLEG

F. 2007 — 3180 [2007/201948] 13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 18 novembre 2002, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, modifiant la convention collective de travail du 30 août 2000 relative aux mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur des services d’aides familiales et d’aides seniors subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale (1)

N. 2007 — 3180 [2007/201948] 13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 18 november 2002, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Franse Gemeenschap, het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 30 augustus 2000 houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de sector van de diensten voor gezins- en bejaardenhulp gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest (1)

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, notamment l’article 28;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités, inzonderheid op artikel 28; Gelet op het verzoek van het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Franse Gemeenschap, het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap; Op de voordracht van Onze Minister van Werk,

Vu la demande de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone; Sur la proposition de Notre Ministre de l’Emploi, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1 . Est rendue obligatoire la convention collective de travail du 18 novembre 2002, reprise en annexe, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, modifiant la convention collective de travail du 30 août 2000 relative aux mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur des services d’aides familiales et d’aides seniors subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale.

Artikel 1. Algemeen verbindend wordt verklaard de als bijlage overgenomen collectieve arbeidsovereenkomst van 18 november 2002, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Franse Gemeenschap, het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 30 augustus 2000 houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de sector van de diensten voor gezins- en bejaardenhulp gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.

Art. 2. Notre Ministre de l’Emploi est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Werk is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 13 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Notes (1) Référence au Moniteur belge : Loi du 5 décembre 1968, Moniteur belge du 15 janvier 1969.

Nota’s (1) Verwijzing naar het Belgisch Staatsblad : Wet van 5 december 1968, Belgisch Staatsblad van 15 januari 1969.

Annexe

Bijlage

Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone

Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Franse Gemeenschap, het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap

Convention collective de travail du 18 novembre 2002

Collectieve arbeidsovereenkomst van 18 november 2002

Modification de la convention collective de travail du 30 août 2000 relative aux mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur des services d’aides familiales et d’aides seniors subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale (Convention enregistrée le 13 octobre 2006 sous le numéro 80948/CO/318.01)

Wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 30 augustus 2000 houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de sector van de diensten voor gezins- en bejaardenhulp gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest (Overeenkomst geregistreerd op 13 oktober 2006 onder het nummer 80948/CO/318.01)

CHAPITRE Ier. — Champ d’application

HOOFDSTUK I. — Toepassingsgebied

Article 1 . La présente convention collective de travail s’applique aux travailleurs et aux employeurs des services qui ressortissent à la Sous-commission paritaire pour les services d’aides familiales et aides seniors et subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale.

Artikel 1. Deze collectieve arbeidsovereenkomst is van toepassing op de werknemers en werkgevers van de diensten die vallen onder de bevoegdheid van het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezinsen bejaardenhulp, gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.

CHAPITRE II. — Objet

HOOFDSTUK II. — Doel

er

Art. 2. Les montants fixés à l’article 12 sont : - 7.883,01 EUR pour un travailleur de base sans aucune subvention;

Art. 2. De bedragen vastgelegd in artikel 12 zijn : - 7.883,01 EUR voor de niet-gesubsidieerd administratief en sociaal kaderlid;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD - 6.395 EUR pour un travailleur de base sans aucune subvention;

39525

- 6.395 EUR voor een basiswerknemer zonder enige subsidie;

- 5.725 EUR pour un travailleur de base sans subvention des Commissions communautaires française et commune de la Région de Bruxelles-Capitale.

- 5.725 EUR voor een basiswerknemer zonder subsidie van de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.

CHAPITRE III. — Dispositions finales

HOOFDSTUK III. — Slotbepalingen

Art. 3. La présente convention collective de travail modifie la convention collective de travail du 30 août 2000, abroge et remplace la convention collective de travail du 11 février 2002 relative aux mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur des services d’aides familiales et d’aides seniors subventionnés par les Commissions communautaires française et commune de la Région de BruxellesCapitale.

Art. 3. Deze collectieve arbeidsovereenkomst wijzigt de collectieve arbeidsovereenkomst van 30 augustus 2000, herroept en vervangt de collectieve arbeidsovereenkomst van 11 februari 2002 houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de sector van de diensten voor gezins- en bejaardenhulp, gesubsidieerd door de Franse en de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.

Elle entre en vigueur le 1er janvier 2002.

Zij treedt in werking op 1 januari 2002.

Elle est conclue pour une durée indéterminée.

Zij is gesloten voor onbepaalde tijd.

Elle peut être résiliée par chacune des parties moyennant un préavis de trois mois signifié par lettre recommandée à la poste adressée au président de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors. Vu pour être annexé à l’arrêté royal du 13 juin 2007.

Zij kan door elk van de partijen worden opgezegd mits een opzeggingstermijn van drie maanden wordt betekend bij een ter post aangetekende brief, gericht aan de voorzitter van het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp. Gezien om te worden gevoegd bij het koninklijk besluit van 13 juni 2007.

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

* SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST WERKGELEGENHEID, ARBEID EN SOCIAAL OVERLEG

F. 2007 — 3181 [2007/201856] 13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 11 décembre 2006, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande, modifiant la convention collective de travail du 5 mars 2001 relative à la prépension à mi-temps (1)

N. 2007 — 3181 [2007/201856] 13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 11 december 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001 betreffende het halftijds brugpensioen (1)

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, notamment l’article 28;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités, inzonderheid op artikel 28; Gelet op de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap, betreffende het halftijds brugpensioen, algemeen verbindend verklaard bij koninklijk besluit van 16 februari 2006; Gelet op het verzoek van het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap; Op de voordracht van Onze Minister van Werk,

Vu la convention collective de travail du 5 mars 2001, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande, relative à la prépension à mi-temps, rendue obligatoire par arrêté royal du 16 février 2006; Vu la demande de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande; Sur la proposition de Notre Ministre de l’Emploi, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1 . Est rendue obligatoire la convention collective de travail du 11 décembre 2006, reprise en annexe, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande, modifiant la convention collective de travail du 5 mars 2001 relative à la prépension à mi-temps.

Artikel 1. Algemeen verbindend wordt verklaard de als bijlage overgenomen collectieve arbeidsovereenkomst van 11 december 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de diensten voor gezins- en bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001 betreffende het halftijds brugpensioen.

Art. 2. Notre Ministre de l’Emploi est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Werk is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 13 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Note (1) Références au Moniteur belge : Loi du 5 décembre 1968, Moniteur belge du 15 janvier 1969. Arrêté royal du 16 février 2006, Moniteur belge du 26 juin 2006.

Nota (1) Verwijzingen naar het Belgisch Staatsblad : Wet van 5 december 1968, Belgisch Staatsblad van 15 januari 1969. Koninklijk besluit van 16 februari 2006, Belgisch Staatsblad van 26 juni 2006.


39526

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Annexe

Bijlage

Sous-commission paritaire pour les services des aides familiales et des aides seniors de la Communauté flamande

Paritair Subcomité voor de diensten voor gezinsen bejaardenhulp van de Vlaamse Gemeenschap

Convention collective de travail du 11 décembre 2006

Collectieve arbeidsovereenkomst van 11 december 2006

Modification de la convention collective de travail du 5 mars 2001 relative à la prépension à mi-temps (Convention enregistrée le 12 janvier 2007 sous le numéro 81559/CO/318.02)

Wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001 betreffende het halftijds brugpensioen (Overeenkomst geregistreerd op 12 januari 2007 onder het nummer 81559/CO/318.02)

Article unique. A l’article 12 de la convention collective de travail du 5 mars 2001 relative à la prépension à mi-temps la date du 31 décembre 2002, modifiée par la convention collective de travail du 19 décembre 2002 et par la convention collective de travail du 2 décembre 2004, est remplacée par 31 décembre 2007. Vu pour être annexé à l’arrêté royal du 13 juin 2007.

Enig artikel. In artikel 12 van de collectieve arbeidsovereenkomst van 5 maart 2001 betreffende het halftijds brugpensioen wordt de datum van 31 december 2002, gewijzigd bij de collectieve arbeidsovereenkomst van 19 december 2002 en bij de collectieve arbeidsovereenkomst van 2 december 2004, vervangen door 31 december 2007. Gezien om te worden gevoegd bij het koninklijk besluit van 13 juni 2007. De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

* SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE F. 2007 — 3182

[2007/201858]

13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 23 novembre 2006, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, portant des mesures visant à promouvoir l’emploi dans les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone (1) ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

FEDERALE OVERHEIDSDIENST WERKGELEGENHEID, ARBEID EN SOCIAAL OVERLEG N. 2007 — 3182

[2007/201858]

13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 23 november 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap, houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap (1) ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, notamment l’article 28;

Gelet op de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités, inzonderheid op artikel 28;

Vu la demande de la Sous-commission paritaire pour les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone;

Gelet op het verzoek van het Paritair Subcomité voor de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap;

Sur la proposition de Notre Ministre de l’Emploi,

Nous avons arrêté et arrêtons :

Op de voordracht van Onze Minister van Werk,

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1er. Est rendue obligatoire la convention collective de travail du 23 novembre 2006, reprise en annexe, conclue au sein de la Sous-commission paritaire pour les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone, portant des mesures visant à promouvoir l’emploi dans les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone.

Artikel 1. Algemeen verbindend wordt verklaard de als bijlage overgenomen collectieve arbeidsovereenkomst van 23 november 2006, gesloten in het Paritair Subcomité voor de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap, houdende maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap.

Art. 2. Notre Ministre de l’Emploi est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Werk is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juin 2007.

Gegeven te Brussel, 13 juni 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Note

Nota

(1) Référence au Moniteur belge Loi du 5 décembre 1968, Moniteur belge du 15 janvier 1969.

(1) Verwijzing naar het Belgisch Staatsblad : Wet van 5 december 1968, Belgisch Staatsblad van 15 januari 1969.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39527

Annexe

Bijlage

Sous-commission paritaire pour les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone

Paritair Subcomité voor de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap

Convention collective de travail du 23 novembre 2006

Collectieve arbeidsovereenkomst van 23 november 2006

Mesures visant à promouvoir l’emploi dans les entreprises de travail adapté de la Région wallonne et de la Communauté germanophone (Convention enregistrée le 12 janvier 2007 sous le numéro 81560/CO/327.03)

Maatregelen ter bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen van het Waalse Gewest en van de Duitstalige Gemeenschap (Overeenkomst geregistreerd op 12 januari 2007 onder het nummer 81560/CO/327.03)

CHAPITRE Ier. — Cadre juridique

HOOFDSTUK I. — Juridisch kader

Article 1 . La présente convention de travail est conclue conformément aux dispositions de la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, et de l’arrêté royal du 18 juillet 2002 portant des mesures visant à promouvoir l’emploi dans le secteur non-marchand.

Artikel 1. Deze collectieve arbeidsovereenkomst wordt gesloten overeenkomstig de bepalingen van de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités en van het koninklijk besluit van 18 juli 2002 houdende maatregelen met het oog op de bevordering van de tewerkstelling in de non-profitsector.

CHAPITRE II. — Champ d’application

HOOFDSTUK II. — Toepassingsgebied

Art. 2. La présente convention collective de travail s’applique aux employeurs des entreprises de travail adapté en Région wallonne, subsidiées par l’ ″Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées″, et en Communauté germanophone, subsidiées par la ″Dienststelle für personen mit behinderung″.

Art. 2. Deze collectieve arbeidsovereenkomst is van toepassing op de werkgevers van de beschutte werkplaatsen in het Waalse Gewest, gesubsidieerd door ″l’Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées″, en in de Duitstalige Gemeenschap, gesubsidieerd door de ″Dienststelle für personen mit behinderung″.

CHAPITRE III. — Définitions

HOOFDSTUK III. — Definities

Art. 3. § 1er. Par ″travailleur″, on entend : les travailleurs masculins et féminins, ouvriers et employés tant valides que moins valides.

Art. 3. § 1. Onder ″werknemer″ wordt verstaan : de mannelijke en vrouwelijke werknemers, arbeiders en bedienden, zowel validen als mindervaliden.

§ 2. Par ″parties″, on entend : les organisations patronales et syndicales qui ont signé la présente convention collective de travail.

§ 2. Onder ″partijen″ wordt verstaan : de werkgevers- en werknemersorganisaties die deze collectieve arbeidsovereenkomst hebben ondertekend.

§ 3. Par ″comité restreint″, on entend : le comité qui est composé des porte-parole ou de leurs délégués, des organisations signataires.

§ 3. Onder ″beperkt comité″ wordt verstaan : het comité dat is samengesteld uit de woordvoerders of hun afgevaardigden van de ondertekenende organisaties.

§ 4. Par ″fonds social″, on entend : le fonds qui fut instauré sur la base de la loi du 7 janvier 1958 concernant les fonds de sécurité d’existence (Moniteur belge du 7 février 1958) et auquel la gestion du produit mutualisé de la réduction des cotisations est confiée selon les modalités fixées dans l’arrêté ministériel du 20 mai 1998.

§ 4. Onder ″sociaal fonds″ wordt verstaan : het fonds dat werd opgericht op basis van de wet van 7 januari 1958 betreffende de fondsen voor bestaanszekerheid (Belgisch Staatsblad van 7 februari 1958) en aan wie het beheer van de gemutualiseerde som van de bijdrageverminderingen wordt toegekend volgens de modaliteiten bepaald in het ministerieel besluit van 20 mei 1998.

Pour les employeurs des entreprises ressortissant à la Commission paritaire pour les entreprises de travail adapté et les ateliers sociaux agréés par l’ ″Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées″ ou par la ″Dienststelle für personen mit behinderung″, il s’agit du ″Fonds social pour la promotion de l’emploi dans les entreprises de travail adapté″, créé par convention collective de travail du 9 septembre 1997 modifiée par les conventions collectives de travail des 26 mai 1998, 19 septembre 2000 et 18 décembre 2000.

Voor de werkgevers van de ondernemingen die ressorteren onder het Paritair Comité voor de beschutte werkplaatsen en de sociale werkplaatsen erkend door ″l’Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées″ of door de ″Dienststelle für personen mit behinderung″ gaat het om het ″Sociaal Fonds voor de bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen″, opgericht door de collectieve arbeidsovereenkomst van 9 september 1997 gewijzigd door de collectieve arbeidsovereenkomsten van 26 mei 1998, 19 september 2000 en 18 december 2000.

CHAPITRE IV. — Réduction des cotisations patronales de sécurité sociale

HOOFDSTUK IV. — Vermindering van de werkgeversbijdragen voor de sociale zekerheid

Art. 4. Le montant de la réduction de cotisations due aux employeurs est fixé annuellement et par arrêté royal, sur la proposition du Ministre de l’Emploi et du Travail et du Ministre des Affaires sociales.

Art. 4. Het bedrag van de bijdrageverminderingen voor de werkgevers wordt jaarlijks bij koninklijk besluit vastgelegd, op voordracht van de Minister van Werk en van de Minister van Sociale Zaken.

Le produit trimestriel de cette réduction de cotisations est calculé comme suit :

De kwartaalopbrengst van deze bijdragevermindering wordt als volgt berekend :

Nombre de travailleurs effectuant minimum 33 p.c. des prestations au cours du trimestre x 354,92 EUR.

Aantal werknemers dat minimaal 33 pct. uitoefent van de prestaties tijdens het kwartaal x 354,92 EUR.

Art. 5. Dès le 1er avril 2006, les dotations sont versées par trimestre le quinze du premier mois du trimestre. Si ce jour n’est pas un jour ouvrable, le versement se fait le premier jour ouvrable qui suit le quinze. L’Office national de sécurité sociale verse au fonds maribel social, la totalité du produit de la réduction des cotisations auxquelles peuvent prétendre les employeurs selon les modalités définies dans l’arrêté royal du 18 juillet 2002.

Art. 5. Vanaf 1 april 2006 worden de toelagen per kwartaal gestort op de vijftiende van de eerste maand van het kwartaal. Als deze dag geen werkdag is, gebeurt de storting op de eerste werkdag die volgt op de vijftiende. De Rijksdienst voor Sociale Zekerheid stort de volledige opbrengst van de bijdragevermindering waarop de werkgevers aanspraak kunnen maken aan het fonds sociale maribel volgens de modaliteiten bepaald in het koninklijk besluit van 18 juli 2002.

Art. 6. Le fonds maribel social peut affecter au maximum 1,20 p.c. des dotations attribuées aux frais de fonctionnement et de personnel propre.

Art. 6. Het fonds sociale maribel mag maximaal 1,20 pct. van de toegekende toelagen gebruiken voor de werkingskosten en het eigen personeel.

Le fonds formule les propositions d’attribution des emplois aux entreprises de travail adapté conformément aux dispositions de l’arrêté susmentionné.

Het fonds formuleert de voorstellen tot toekenning van de banen aan de beschutte werkplaatsen overeenkomstig de bepalingen van voornoemd besluit.

er


39528

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD CHAPITRE V. — Engagement en faveur de l’emploi

HOOFDSTUK V. — Verbintenis inzake tewerkstelling

Art. 7. Conformément à l’article 49 de l’arrêté royal du 18 juillet 2002, le produit des réductions de cotisations patronales équivalant à 241,70 EUR par trimestre (maribel social 1, 2 et 3) est intégralement affecté au financement du salaire mensuel minimum garanti des handicapés tel que prévu par la convention collective de travail du 28 juin 1996 et la convention collective de travail du 21 octobre 1998 en application de la convention collective de travail no 43 du Conseil national du travail.

Art. 7. Overeenkomstig artikel 49 van het koninklijk besluit van 18 juli 2002 wordt de opbrengst van de bijdrageverminderingen voor de werkgevers die overeenkomt met 241,70 EUR per kwartaal (sociale maribel 1, 2 en 3) volledig aangewend voor de financiering van het gewaarborgd minimum maandinkomen van de gehandicapten, zoals bepaald door de collectieve arbeidsovereenkomst van 28 juni 1996 en de collectieve arbeidsovereenkomst van 21 oktober 1998 bij toepassing van de collectieve arbeidsovereenkomst nr. 43 van de Nationale Arbeidsraad.

Art. 8. Conformément à l’arrêté du Gouvernement wallon du 29 avril 1999 modifié par l’arrêté du Gouvernement wallon du 16 novembre 2000, un montant annuel de 1.560.000 EUR est affecté au fonds social pour le financement d’un minimum de 114 emplois équivalents temps plein, et ce sans préjudice des accords conclus entre les entreprises de travail adapté germanophones et la ″Dienststelle für personen mit behinderung″.

Art. 8. Overeenkomstig het besluit van de Waalse Regering van 29 april 1999, gewijzigd door het besluit van de Waalse Regering van 16 november 2000 wordt een jaarlijks bedrag van 1.560.000 EUR aangewend door het sociaal fonds voor de financiering van minimaal 114 voltijds equivalente banen en dit ongeacht, de akkoorden gesloten tussen de Duitstalige beschutte werkplaatsen en de ″Dienststelle für personen mit behinderung″.

Art. 9. § 1er. Le solde restant de ce produit des réductions de cotisations patronales, à savoir 113,22 EUR (MS IV,MS V,MS VI), doit être intégralement affecté au financement d’emplois supplémentaires dans les entreprises de travail adapté wallonnes et germanophones.

Art. 9. § 1. Het overblijvende saldo van de opbrengst van de bijdrageverminderingen voor werkgevers, namelijk 113,22 EUR (SM IV, SM V, SM VI) moet integraal aangewend worden voor de financiering van bijkomende banen in de Waalse en Duitstalige beschutte werkplaatsen.

§ 2. Conformément à l’article 14 de l’arrêté royal, s’il se voit obligé de réduire le volume de l’emploi, un employeur ne peut être exclu du bénéfice des avantages du maribel social, à condition :

§ 2. Overeenkomstig artikel 14 van het koninklijk besluit mag een werkgever, als hij zich verplicht ziet om het tewerkstellingsvolume te verminderen, niet uitgesloten worden van de voordelen van de sociale maribel, op voorwaarde dat :

- qu’il déclare au préalable, par lettre recommandée, la réduction du volume de l’emploi au fonds social, en indiquant la réduction que subit le volume de l’emploi exprimé en équivalents temps plein en application de la réduction proposée pendant une année civile complète;

- hij, voorafgaand, per aangetekende brief, de vermindering van het tewerkstellingsvolume meldt aan het sociaal fonds, door de vermindering aan te duiden die het tewerkstellingsvolume ondergaat, uitgedrukt in voltijdse equivalenten, bij toepassing van de vermindering voorgesteld tijdens een volledig kalenderjaar;

- que le fonds social approuve la proposition de réduction du volume de l’emploi sur base de critères objectifs préalablement établis et par décision motivée.

- het sociaal fonds het voorstel tot vermindering van het tewerkstellingsvolume goedkeurt op basis van objectieve criteria die vooraf werden opgesteld en via een gemotiveerde beslissing.

CHAPITRE VI. — Procédure d’introduction des candidatures

HOOFDSTUK VI.Procedure tot aanvaarding van de kandidaten

Art. 10. La subvention maribel social est accordée aux employeurs qui s’engagent à réaliser une augmentation nette du volume de travail par rapport à l’année civile 2005 après examen du comité de gestion du fonds social.

Art. 10. De toelage sociale maribel wordt toegekend aan de werkgevers die zich ertoe verbinden om een netto verhoging te verwezenlijken van het arbeidsvolume tegenover het kalenderjaar 2005, na onderzoek door het beheerscomité van het sociaal fonds.

Art. 11. Les employeurs sollicitant une intervention financière ″maribel social″ introduisent au fonds social un acte de candidature tel qu’annexé par l’arrêté royal susmentionné.

Art. 11. De werkgevers die een financiële tegemoetkoming ″sociale maribel″ vragen, dienen bij het sociaal fonds een kandidatuurstelling in, als bijlage bij voornoemd koninklijk besluit gevoegd.

Art. 12. Le fonds social peut demander des informations supplémentaires aux employeurs en vue d’élaborer son rapport semestriel.

Art. 12. Het sociaal fonds kan bijkomende inlichtingen vragen aan de werkgevers om haar semestrieel verslag op te stellen.

Art. 13. Les interventions financières aux emplois supplémentaires sont accordées forfaitairement après réception de l’acte de candidature ainsi que des informations relatives aux prestations trimestrielles en fonction des propositions d’attribution formulées par le fonds social.

Art. 13. De financiële tegemoetkomingen voor bijkomende banen worden forfaitair toegekend na ontvangst van de kandidatuurstelling, evenals van de informatie betreffende de trimestriële prestaties in functie van de voorstellen tot toekenning, geformuleerd door het sociaal fonds.

Pour les entreprises de travail adapté wallonnes, l’intervention financière est cumulable avec d’autres aides à l’emploi, à l’exception des aides AWIPH, pour autant qu’elle soit limitée au coût salarial réel qui est à charge de l’employeur.

Voor de Waalse beschutte werkplaatsen kan de financiële tegemoetkoming gecumuleerd worden met andere tewerkstellingshulp, met uitzondering van AWIPH-hulp, voor zover zij beperkt is tot de werkelijke loonkosten die ten laste zijn van de werkgever.

Art. 14. Le modèle d’acte de candidature ainsi que la liste des documents à y joindre est fixé par le fonds social.

Art. 14. Het model van kandidatuurstelling, evenals de bij te voegen lijst van documenten wordt vastgelegd door het sociaal fonds.

CHAPITRE VII. — Intervention financière et affectation

HOOFDSTUK VII. — Financiële tegemoetkoming en aanwending

Art. 15. Le fonds social détermine les critères à prendre en compte pour l’approbation des actes de candidature.

Art. 15. Het sociaal fonds bepaalt de criteria die in aanmerking moeten genomen worden voor de goedkeuring van de kandidatuurstellingen.

Art. 16. § 1er. Conformément à l’arrêté royal du 18 juillet 2002, les embauches doivent être réalisées au niveau de chaque entreprise de travail adapté à un coût salarial annuel brut moyen de maximum 64 937,84 EUR, charges patronales incluses. L’intervention du fonds social est par ailleurs limitée aux prestations rémunérées effectives ou assimilées.

Art. 16. § 1. Overeenkomstig het koninklijk besluit van 18 juli 2002 moeten de aanwervingen gebeuren op het niveau van elke beschutte werkplaatsen tot een gemiddeld bruto jaarloon van maximaal 64.937,84 EUR, werkgeverslasten inbegrepen. De tegemoetkoming van het sociaal fonds wordt trouwens beperkt tot de effectief of gelijkgestelde vergoede prestaties.

§ 2. Le montant mentionné à l’article 16, § 1er est indexé suivant les règles prévues par les conventions collectives de travail conclues au sein de la Commission paritaire pour les entreprises de travail adapté et les ateliers sociaux.

§ 2. Het bedrag vermeld in artikel 16, § 1 wordt geïndexeerd volgens de regels bepaald door de collectieve arbeidsovereenkomsten gesloten in Paritair Comité voor de beschutte werkplaatsen en de sociale werkplaatsen.

§ 3. Conformément à l’arrêté royal du 18 juillet 2002, il faut entendre par ″coût salarial″ : la rémunération brute du travailleur, majorée des cotisations patronales de sécurité sociale. La rémunération brute comprend la rémunération ainsi que l’ensemble des indemnités et avantages dus au travailleur par ou en vertu de dispositions légales ou

§ 3. Overeenkomstig het koninklijk besluit van 18 juli 2002, moet onder ″loonkosten″ worden verstaan : het brutoloon van de werknemer, vermeerderd met sociale zekerheidsbijdragen van de werkgever. Het brutoloon omvat het loon en alle vergoedingen en voordelen verschuldigd aan de werknemer door of krachtens wettelijke of


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39529

réglementaires ainsi que les indemnités et avantages dus en vertu de conventions collectives de travail conclues au sein de l’organe paritaire dont relève l’employeur.

reglementaire bepalingen, evenals de vergoedingen en voordelen verschuldigd krachtens collectieve arbeidsovereenkomsten gesloten in het paritair orgaan waarvan de werkgever afhangt.

Pour les embauches, priorité sera donnée, en outre, à des fonctions axées sur le renforcement de l’emploi des plus faibles, l’amélioration de l’organisation du travail et l’adaptation ergonomique des postes de travail, d’une part, et à des fonctions destinées à l’amélioration de l’encadrement social et commercial, d’autre part :

Voor de aanwervingen zal bovendien voorrang worden gegeven aan functies gericht op de versterking van de tewerkstelling van de zwaksten, de verbetering van de arbeidsorganisatie en de ergonomische aanpassing van de arbeidsplaatsen enerzijds en aan functies bestemd voor de verbetering van de sociale en commerciële omkadering anderzijds :

Le ″Fonds social pour la promotion de l’emploi dans les entreprises de travail adapté″ finance à partir du 2e semestre 2006, en Région wallonne et Communauté germanophone, dans le cadre :

Het ″Sociaal Fonds voor de bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen″ financiert vanaf het 2e semester 2006 in het Waalse Gewest en de Duitstalige Gemeenschap in dit kader van :

- de la dotation fédérale maribel social, quatrième tranche (46,48 EUR), cinquième tranche (43,82 EUR), sixième tranche (22,92 EUR) de la réduction patronale tous les emplois à concurrence de 5.000 EUR par trimestre sans toutefois dépasser le coût salarial réel du travailleur.

- de federale dotatie sociale maribel, vierde schijf (46,48 EUR), vijfde schijf (43,82 EUR), zesde schijf (22,92 EUR) van de werkgeversvermindering alle betrekkingen tot 5.000 EUR per kwartaal zonder de werkelijke loonkosten van de werknemer te overschrijden.

Le ″Fonds social pour la promotion de l’emploi dans les entreprises de travail adapté″ finance en Région wallonne dans le cadre :

Het ″Sociaal fonds voor de bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen″ financiert in het Waalse Gewest in het kader van :

- de la dotation régionale maribel social fixée par arrêté du Gouvernement wallon 29 avril 1999 modifié par l’arrêté du Gouvernement wallon du 7 novembre 2002 finançant trimestriellement :

- de gewestelijke dotatie sociale maribel bepaald door besluit van de Waalse Regering van 29 april 1999 gewijzigd door het besluit van de Waalse Regering van 7 november 2002 tot trimestriële financiering van :

1. des emplois de production à concurrence de 2.478,94 EUR;

1. de productiebanen voor een bedrag van 2.478,94 EUR;

2. des emplois d’encadrement à concurrence de 3.718,40 EUR.

2. de omkaderingsbanen voor een bedrag van 3.718,40 EUR.

Art. 17. Les décisions et propositions du fonds sont transmises aux ministres compétents et au président de la commission paritaire.

Art. 17. De beslissingen en voorstellen van het fonds worden bezorgd aan de bevoegde ministers en aan de voorzitter van het paritair comité.

CHAPITRE VIII. — Garanties d’utilisation intégrale du produit de réductions de cotisations la création d’emplois

HOOFDSTUK VIII. — Waarborgen inzake integraal gebruik van de som van de bijdrageverminderingen voor de oprichting van banen

Art. 18. Chaque employeur qui bénéficie d’une intervention financière du fonds social doit fournir chaque année pour le 31 janvier au plus tard, un rapport détaillé audit fonds. Un modèle de rapport sera élaboré par le fonds social. Le non-respect de ces dispositions donnera lieu à des sanctions déterminées par le fonds social.

Art. 18. Elke werkgever die een financiële tegemoetkoming van het sociaal fonds geniet moet elk jaar, uiterlijk op 31 januari, een gedetailleerd verslag aan dit fonds bezorgen. Een model van verslag zal worden opgesteld door het sociaal fonds. De niet-naleving van deze bepalingen zal aanleiding geven tot de sancties bepaald door het sociaal fonds.

Art. 19. § 1er. Ce rapport doit reprendre au moins les éléments suivants :

Art. 19. § 1. Dit verslag moet ten minste de volgende elementen bevatten :

- le nombre total d’emplois exprimé en travailleurs physiques et en équivalents temps plein pour la période de référence et la période concernée;

- de totale tewerkstelling uitgedrukt in fysieke personen en in voltijdse equivalenten voor de referteperiode en de betrokken periode;

- la liste nominative des emplois supplémentaires engagés grâce à l’intervention financière du fonds social avec le régime de travail, leur fonction et leur barème.

- een nominatieve lijst van de bijkomende banen gecreëerd dankzij de financiële tegemoetkoming van het sociaal fonds met het arbeidsstelsel, hun functie en hun loonschaal.

§ 2. Si nécessaire, le fonds social peut demander des informations complémentaires.

§ 2. Indien nodig mag het sociaal fonds bijkomende informatie vragen.

CHAPITRE IX. — Calendrier de réalisation de l’augmentation nette du nombre d’emplois

HOOFDSTUK IX. — Kalender van verwezenlijking van de nettoverhoging van het aantal banen

Art. 20. Les nouveaux engagements et l’augmentation du volume global de l’emploi sont réalisés dans les six mois qui suivent la notification de la décision d’intervention financière du fonds social.

Art. 20. De nieuwe aanwervingen en de verhoging van het totale tewerkstellingsvolume zullen uitgevoerd worden binnen de zes maanden volgend op de kennisgeving van de beslissing tot financiële tegemoetkoming van het sociaal fonds.

CHAPITRE X. — Dispositions finales et durée de validité

HOOFDSTUK X. — Slotbepalingen en geldigheidsduur

Art. 21. La présente convention collective de travail abroge et remplace à partir du 1er octobre 2006 la convention collective de travail du 18 décembre 2000 portant des mesures visant à promouvoir l’emploi dans les entreprises de travail adapté, déposée au Greffe de la Direction générale Relations collectives de travail le 24 janvier 2001 et enregistrée le 9 février 2001 sous le numéro 56416/CO/327.

Art. 21. Deze collectieve arbeidsovereenkomst herroept en vervangt vanaf 1 oktober 2006 de collectieve arbeidsovereenkomst van 18 december 2000 houdende maatregelen tot bevordering van de tewerkstelling in de beschutte werkplaatsen, neergelegd op de Griffie van de Algemene Directie Collectieve Arbeidsbetrekkingen op 24 januari 2001 en geregistreerd op 9 februari 2001 onder het nummer 56416/CO/327.

Art. 22. La présente convention collective de travail entre en vigueur le 1er octobre 2006 et elle est conclue pour une durée indéterminée.

Art. 22. Deze collectieve arbeidsovereenkomst wordt van kracht op 1 oktober 2006 en is gesloten voor onbepaalde duur.

Elle peut être dénoncée par chacune des parties moyennant un préavis de trois mois, notifié par lettre recommandée à la poste, adressée au président de la Commission paritaire pour les entreprises de travail adapté et les ateliers sociaux.

Zij kan door elk van de partijen worden opgezegd via een opzeggingstermijn van drie maanden, betekend bij een ter post aangetekende brief, gericht aan de voorzitter van het Paritair Comité voor de beschutte werkplaatsen en de sociale werkplaatsen.

Vu pour être annexé à l’arrêté royal du 13 juin 2007. Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

Gezien om te worden gevoegd bij het koninklijk besluit van 13 juni 2007. De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN


39530

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST WERKGELEGENHEID, ARBEID EN SOCIAAL OVERLEG

F. 2007 — 3183 [2007/201837] 13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant la convention collective de travail du 16 juin 2003 telle que modifiée par la convention collective de travail du 17 mai 2005 et par la convention collective de travail du 21 septembre 2006 relative à la constitution d’un plan social de secteur (1)

N. 2007 — 3183 [2007/201837] 13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 16 juni 2003 zoals gewijzigd door de collectieve arbeidsovereenkomst van 17 mei 2005 en door de collectieve arbeidsovereenkomst van 21 september 2006 betreffende de invoering van een sociaal sectorplan (1)

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, notamment l’article 28;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités, inzonderheid op artikel 28; Gelet op het verzoek van het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen; Op de voordracht van Onze Minister van Werk,

Vu la demande de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles; Sur la proposition de Notre Ministre de l’Emploi, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1 . Est rendue obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, reprise en annexe, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant la convention collective de travail du 16 juin 2003 telle que modifiée par la convention collective de travail du 17 mai 2005 et par la convention collective de travail du 21 septembre 2006 relative à la constitution d’un plan social de secteur.

Artikel 1. Algemeen verbindend wordt verklaard de als bijlage overgenomen collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 16 juni 2003 zoals gewijzigd door de collectieve arbeidsovereenkomst van 17 mei 2005 en door de collectieve arbeidsovereenkomst van 21 september 2006 betreffende de invoering van een sociaal sectorplan.

Art. 2. Notre Ministre de l’Emploi est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Werk is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 13 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Note (1) Référence au Moniteur belge : Loi du 5 décembre 1968, Moniteur belge du 15 janvier 1969.

Nota (1) Verwijzing naar het Belgisch Staatsblad : Wet van 5 december 1968, Belgisch Staatsblad van 15 januari 1969.

Annexe

Bijlage

Commission paritaire pour le commerce de combustibles

Paritair Comité voor de handel in brandstoffen

Convention collective de travail du 22 janvier 2007

Collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007

Modification de la convention collective de travail du 16 juin 2003 telle que modifiée par la convention collective de travail du 17 mai 2005 et par la convention collective de travail du 21 septembre 2006 relative à la constitution d’un plan social de secteur (Convention enregistrée le 6 février 2007 sous le numéro 81895/CO/127)

Wijziging van de collectieve arbeidsovereenkomst van 16 juni 2003 zoals gewijzigd door de collectieve arbeidsovereenkomst van 17 mei 2005 en door de collectieve arbeidsovereenkomst van 21 september 2006 betreffende de invoering van een sociaal sectorplan (Overeenkomst geregistreerd op 6 februari 2007 onder het nummer 81895/CO/127)

Article 1er. La présente convention collective de travail s’applique aux employeurs et aux ouvriers et ouvrières des entreprises ressortissant à la Commission paritaire pour le commerce de combustibles et à la Sous-commission paritaire pour le commerce de combustibles de la Flandre orientale.

Artikel 1. Deze collectieve arbeidsovereenkomst is van toepassing op de werkgevers en op de werklieden en werksters van de ondernemingen die ressorteren onder het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen en onder het Paritair Subcomité voor de handel in brandstoffen van Oost-Vlaanderen.

Art. 2. L’article 24 du règlement de prévoyance ajouté comme annexe 1e à la convention collective de travail du 16 juin 2003, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, relative à la constitution d’un plan social du secteur, rendue obligatoire par arrêté royal du 1er mai 2006, est remplacé par la disposition suivante :

Art. 2. Artikel 24 van het voorzorgsreglement, welke is bijgevoegd als bijlage 1 aan de collectieve arbeidsovereenkomst van 16 juni 2003, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, betreffende de invoering van een sociaal sectorplan, algemeen verbindend verklaard bij koninklijk besluit van 1 mei 2006, wordt vervangen door de volgende bepalingen :

″Art. 24. Ordre des bénéficiaires.

″Art. 24. Rangorde van de begunstigden.

Le paiement des prestations en cas de décès se fait dans l’ordre de priorité ci-après :

De uitkering van de prestaties in geval van overlijden gebeurt in de hierna volgende voorrangsorde van begunstiging :

a) l’époux/l’épouse, ni judiciairement séparé de corps, ni en instance judiciaire pour séparation de corps ou divorce;

a) de echtgeno(o)t(e), noch gerechtelijk van tafel en bed gescheiden, noch in gerechtelijke aanleg tot scheiding van tafel en bed of echtscheiding;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD b) à défaut, le cohabitant légal (personne non mariée) :

39531

b) bij ontstentenis, de wettelijk samenwonende (niet gehuwde) persoon :

Les cohabitants légaux sont les personnes qui, conformément à l’article 1476 C.C. ont effectué une déclaration de cohabitation auprès d’un fonctionnaire de l’état civil de la commune ou de la ville dans laquelle ils sont ensemble domiciliés. La cohabitation légale cesse d’exister en cas de décès, mariage ou manifestation de la volonté d’un des cohabitants;

Wettelijk samenwonenden zijn de personen die overeenkomstig artikel 1476 B.W. een verklaring aflegden bij de ambtenaar van de burgerlijke stand van de gemeenschappelijke woonplaats. De wettelijke samenwoning houdt op bij overlijden, huwelijk of wilsuiting van één van de samenwonenden;

c) à défaut, les enfants ou, en cas de représentation, leurs descendants;

c) bij ontstentenis, de kinderen of, bij plaatsvervulling, de afstammelingen van deze laatsten;

d) à défaut, le(s) bénéficiaire(s) désigné(s) par l’affilié; e) à défaut, les collatéraux en ligne ascendante; f) à défaut, les héritiers légaux de l’affilié à l’exclusion de l’Etat; g) à défaut, le fonds de pension comme défini dans l’article 3.5.

d) bij ontstentenis, de door de aangeslotene aangewezen begunstigde(n); e) bij ontstentenis, de bloedverwanten in opgaande lijn; f) bij ontstentenis, de wettelijke erfgenamen van de aangeslotene met uitsluiting van de Staat; g) bij ontstentenis, de pensioeninstelling gedefinieerd in artikel 3.5.

A la demande de l’affilié il peut être accepté, avec l’accord de l’employeur, de déroger à cet ordre des bénéficiaires. »

Op verzoek van de aangeslotene kan erin toegestemd worden dat afgeweken wordt van deze rangorde van de begunstigden. »

Art. 3. Cette convention collective de travail entre en vigueur le 22 janvier 2007 et a la même validité que la convention collective de travail qu’elle modifie.

Art. 3. Deze collectieve arbeidsovereenkomst treedt in werking op 22 januari 2007 en heeft dezelfde geldigheid als de collectieve arbeidsovereenkomst die ze wijzigt.

Vu pour être annexé à l’arrêté royal du 13 juin 2007.

Gezien om te worden gevoegd bij het koninklijk besluit van 13 juni 2007. De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

* SERVICE PUBLIC FEDERAL EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST WERKGELEGENHEID, ARBEID EN SOCIAAL OVERLEG

F. 2007 — 3184 [2007/201889] 13 JUIN 2007. — Arrêté royal rendant obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant les statuts du ″Fonds social pour les entreprises de commerce de combustibles″ - cotisation des employeurs (1)

N. 2007 — 3184 [2007/201889] 13 JUNI 2007. — Koninklijk besluit waarbij algemeen verbindend wordt verklaard de collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de statuten van het ″Sociaal Fonds voor de ondernemingen van handel in brandstoffen″ - bijdrage van de werkgevers (1)

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 7 janvier 1958, concernant les fonds de sécurité d’existence, notamment l’article 2; Vu la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires, notamment l’article 28;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wet van 7 januari 1958 betreffende de fondsen voor bestaanszekerheid, inzonderheid op artikel 2; Gelet op de wet van 5 december 1968 betreffende de collectieve arbeidsovereenkomsten en de paritaire comités, inzonderheid op artikel 28; Gelet op het verzoek van het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen; Op de voordracht van Onze Minister van Werk,

Vu la demande de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles; Sur la proposition de Notre Ministre de l’Emploi, Nous avons arrêté et arrêtons :

Hebben Wij besloten en besluiten Wij : er

Article 1 . Est rendue obligatoire la convention collective de travail du 22 janvier 2007, reprise en annexe, conclue au sein de la Commission paritaire pour le commerce de combustibles, modifiant les statuts du ″Fonds social pour les entreprises de commerce de combustibles″ - cotisation des employeurs.

Artikel 1. Algemeen verbindend wordt verklaard de als bijlage overgenomen collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007, gesloten in het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot wijziging van de statuten van het ″Sociaal Fonds voor de ondernemingen van handel in brandstoffen″ - bijdrage van de werkgevers.

Art. 2. Notre Ministre de l’Emploi est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Werk is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 13 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 13 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

Note (1) Références au Moniteur belge : Loi du 7 janvier 1958, Moniteur belge du 7 février 1958. Loi du 5 décembre 1968, Moniteur belge du 15 janvier 1969.

Nota (1) Verwijzingen naar het Belgisch Staatsblad : Wet van 7 januari 1958, Belgisch Staatsblad van 7 februari 1958. Wet van 5 december 1968, Belgisch Staatsblad van 15 januari 1969.


39532

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Annexe

Bijlage

Commission paritaire pour le commerce de combustibles

Paritair Comité voor de handel in brandstoffen

Convention collective de travail du 22 janvier 2007

Collectieve arbeidsovereenkomst van 22 januari 2007

Modification des statuts du ″Fonds social pour les entreprises de commerce de combustibles″ - cotisation des employeurs (Convention enregistrée le 6 février 2007 sous le numéro 81896/CO/127)

Wijziging van de statuten van het ″Sociaal Fonds voor de ondernemingen van handel in brandstoffen″ - bijdrage van de werkgevers (Overeenkomst geregistreerd op 6 februari 2007 onder het nummer 81896/CO/127)

Article 1er. La présente convention collective de travail s’applique aux employeurs et aux ouvriers et ouvrières des entreprises ressortissant à la Commission paritaire pour le commerce de combustibles et à la Sous-commission paritaire pour le commerce de combustibles de la Flandre orientale.

Artikel 1. Deze collectieve arbeidsovereenkomst is van toepassing op de werkgevers en op de werklieden en werksters van de ondernemingen die ressorteren onder het Paritair Comité voor de handel in brandstoffen en onder het Paritair Subcomité voor de handel in brandstoffen van Oost-Vlaanderen.

Art. 2. L’article 17 des statuts du ″Fonds social pour les entreprises de commerce de combustibles″, fixés par la convention collective de travail du 26 juin 1974, conclue au sein de la Commission paritaire nationale pour le commerce de combustibles, instituant un fonds de sécurité d’existence et en fixant les statuts, rendue obligatoire par arrêté royal du 4 octobre 1974, modifié pour la dernière fois par la convention collective de travail du 29 juin 2005, enregistrée sous le numéro 75673/CO/127 et 127.02, est remplacé par les dispositions suivantes :

Art. 2. Artikel 17 van de statuten van het ″Sociaal Fonds voor de ondernemingen van handel in brandstoffen″, vastgesteld bij de collectieve arbeidsovereenkomst van 26 juni 1974, gesloten in het Nationaal Paritair Comité voor de handel in brandstoffen, tot oprichting van een fonds voor bestaanszekerheid en tot vaststelling van de statuten, algemeen verbindend verklaard bij koninklijk besluit van 4 oktober 1974, een laatste maal gewijzigd bij de collectieve arbeidsovereenkomst van 29 juni 2005, geregistreerd onder het nummer 75673/CO/127 en 127.02, wordt vervangen door de volgende bepalingen :

″Art. 17. La cotisation visée à l’article 16 est fixée comme suit :

″Art. 17. De in de artikel 16 bedoelde bijdrage wordt vastgesteld als volgt :

1o) pour les employeurs ressortissant à la Sous-commission paritaire pour le commerce de combustibles de la Flandre orientale :

1o) voor de werkgevers die ressorteren onder het Paritair Subcomité voor de handel in brandstoffen van Oost-Vlaanderen :

- 12 p.c. à partir du 1er janvier 2007, y inclus les 3 p.c. réservés pour le ″Fonds de pension pour le commerce de combustibles″ ASBL, rue Léon Lepage 4, 1000 Bruxelles;

- 12 pct. vanaf 1 januari 2007, inbegrepen 3 pct. gereserveerd voor het ″Pensioenfonds voor de handel in brandstoffen″ VZW, Léon Lepagestraat 4, 1000 Brussel;

- 14 p.c. à partir du 1er juillet 2007, y inclus les 3 p.c. réservés pour le ″Fonds de pension pour le commerce de combustibles″ ASBL, rue Léon Lepage 4, 1000 Bruxelles.

- 14 pct. vanaf 1 juli 2007, inbegrepen 3 pct. gereserveerd voor het ″Pensioenfonds voor de handel in brandstoffen″ VZW, Léon Lepagestraat 4, 1000 Brussel.

Cette cotisation est calculée sur la base des salaires bruts qui entrent en ligne de compte pour le calcul des cotisations de sécurité sociale;

Deze bijdrage wordt berekend op basis van de brutolonen die in aanmerking komen voor de berekening van de bijdrage voor de sociale zekerheid;

2o) pour les employeurs visés à l’article 4, 1o, à l’exception des employeurs ressortissant à la Sous-commission paritaire pour le commerce de combustibles de la Flandre orientale :

2o) voor de werkgevers bedoeld in artikel 4, 1o, de werkgevers die ressorteren onder het Paritair Subcomité voor de handel in brandstoffen van Oost-Vlaanderen uitgezonderd :

- 22 p.c. à partir du 1er janvier 2006, y inclus les 3 p.c. réservés pour le ″Fonds de pension pour le commerce de combustibles″ ASBL, rue Léon Lepage 4, 1000 Bruxelles.

- 22 pct. vanaf 1 januari 2006, inbegrepen de 3 pct. gereserveerd voor het ″Pensioenfonds voor de handel in brandstoffen″ VZW, Léon Lepagestraat 4, 1000 Brussel.

Cette cotisation est calculée sur la base des salaires bruts qui entrent en ligne de compte pour le calcul des cotisations de sécurité sociale.″

Deze bijdrage wordt berekend op basis van de brutolonen die in aanmerking komen voor de berekening van de bijdrage voor de sociale zekerheid.″

Art. 3. La présente convention collective entre en vigueur le 1er janvier 2007 et a la même validité que la convention collective de travail qu’elle modifie.

Art. 3. Deze collectieve arbeidsovereenkomst treedt in werking op 1 januari 2007 en heeft dezelfde geldigheid als de collectieve arbeidsovereenkomst die zij wijzigt.

Vu pour être annexé à l’arrêté royal du 13 juin 2007.

Gezien om te worden gevoegd bij het koninklijk besluit van 13 juni 2007.

Le Ministre de l’Emploi, P. VANVELTHOVEN

De Minister van Werk, P. VANVELTHOVEN

* FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID

SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE F. 2007 — 3185

[C − 2007/23166]

27 AVRIL 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007 ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

N. 2007 — 3185

[C − 2007/23166]

27 APRIL 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007 ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

Vu les lois sur la comptabilité de l’Etat, coordonnées le 17 juillet 1991, notamment les articles 55 à 58;

Gelet op de wetten op de Rijkscomptabiliteit, gecoördineerd op 17 juli 1991, inzonderheid op de artikelen 55 tot 58;

Vu la loi du 28 décembre 2006 contenant le Budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007;

Gelet op de wet van 28 december 2006 houdende de Algemene Uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007;

Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 27 avril 2007;

Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën gegeven op 27 april 2007;


39533

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Sur la proposition de Notre Ministre des Affaires sociales,

Op de voordracht van Onze Minister van Sociale Zaken, Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Nous avons arrêté et arrêtons : Article 1er. Un subside de six mille cents EUR est alloué à :

Artikel 1. Een toelage van zesduizend EUR wordt toegekend aan :

Vereniging personen met een handicap

Vereniging personen met een handicap

VZW

VZW

Sint Janstraat 32-38

Sint-Janstraat 32-38

1000 Brussel

1000 Brussel

Pour l’organisation de la « Semaine de la Personne handicapée 2007 ».

Voor de organisatie van de « Week van de gehandicapten 2007 ».

Le paiement de ce subside s’effectuera par virement au compte bancaire n° 877-7976901-22.

De uitbetaling van deze toelage zal geschieden door overschrijving op bankrekening nr. 877-7976901-22.

Art. 2. Le subside prévu à l’article 1er est à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007.

Art. 2. De bij het artikel 1 bepaalde toelage is ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007.

Art. 3. L’organisation mentionnée à l’article 1er doit tenir, à tout moment, tous documents et comptes relatifs à ses activités, à la disposition des fonctionnaires et agents désignés à cette fin par notre Ministre des Affaires sociales.

Art. 3. De bij het artikel 1 vernoemde organisatie moet te allen tijde, alle documenten en rekeningen betreffende hun activiteiten ter beschikking houden van de daartoe door Onze Minister van Sociale Zaken aangewezen ambtenaren en beambten.

Art. 4. Notre Ministre des Affaires sociales est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 4. Onze Minister van Sociale Zaken is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 27 avril 2007.

Gegeven te Brussel, 27 april 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre des Affaires sociales, R. DEMOTTE

De Minister van Sociale Zaken, R. DEMOTTE

* SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE F. 2007 — 3186

FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID [C − 2007/23167]

27 AVRIL 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007 ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

N. 2007 — 3186

[C − 2007/23167]

27 APRIL 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007 ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

Vu les lois sur la comptabilité de l’Etat, coordonnées le 17 juillet 1991, notamment les articles 55 à 58;

Gelet op de wetten op de Rijkscomptabiliteit, gecoördineerd op 17 juli 1991, inzonderheid op de artikelen 55 tot 58;

Vu la loi du 28 décembre 2006 contenant le Budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007;

Gelet op de wet van 28 december 2006 houdende de Algemene Uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007;

Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 26 avril 2007; Sur la proposition de Notre Ministre des Affaires sociales, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën gegeven op 26 april 2007; Op de voordracht van Onze Minister van Sociale Zaken, Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1 . Un subside de six mille cents EUR est alloué à :

Artikel 1. Een toelage van zesduizend EUR wordt toegekend aan :

Association socialiste de la Personne handicapée ASBL

Association Socialiste de la Personne Handicapée VZW

Rue Saint-Jean 32-38

Sint-Janstraat 32-38

1000 Bruxelles

1000 Brussel

Pour l’organisation de la « Semaine de la Personne handicapée 2007 ».

Voor de organisatie van de « Week van de gehandicapten 2007 ».

Le paiement de ce subside s’effectuera par virement au compte bancaire n° 877-8028701-24.

De uitbetaling van deze toelage zal geschieden door overschrijving op bankrekening nr. 877-8028701-24.

Art. 2. Le subside prévu à l’article 1er est à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007.

Art. 2. De bij het artikel 1 bepaalde toelage is ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007.

Art. 3. L’organisation mentionnée à l’article 1er doit tenir, à tout moment, tous documents et comptes relatifs à ses activités, à la disposition des fonctionnaires et agents désignés à cette fin par notre Ministre des Affaires sociales.

Art. 3. De bij het artikel 1 vernoemde organisatie moet te allen tijde, alle documenten en rekeningen betreffende hun activiteiten ter beschikking houden van de daartoe door Onze Minister van Sociale Zaken aangewezen ambtenaren en beambten.


39534

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Art. 4. Notre Ministre des Affaires sociales est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 4. Onze Minister van Sociale Zaken is belast met de uitvoering van dit besluit. Gegeven te Brussel, 27 april 2007.

Donné à Bruxelles, le 27 avril 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre des Affaires sociales, R. DEMOTTE

De Minister van Sociale Zaken, R. DEMOTTE

* SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID

F. 2007 — 3187 [C − 2007/23165] 8 JUIN 2007. — Arrêté royal portant octroi de subsides facultatifs à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007

N. 2007 — 3187 [C − 2007/23165] 8 JUNI 2007. — Koninklijk besluit houdende toekenning van facultatieve toelagen ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu les lois sur la comptabilité de l’Etat, coordonnées le 17 juillet 1991, notamment les articles 55 à 58; Vu la loi du 28 décembre 2006 contenant le Budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007; Vu l’arrêté royal du 16 novembre 1994 relatif au contrôle administratif et budgétaire, notamment l’article 14, 2°; Sur la proposition de Notre Ministre des Affaires sociales,

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wetten op de Rijkscomptabiliteit, gecoördineerd op 17 juli 1991, inzonderheid op de artikelen 55 tot 58; Gelet op de wet van 28 december 2006 houdende de Algemene Uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007; Gelet op het koninklijk besluit van 16 november 1994 betreffende de administratieve en begrotingscontrole, inzonderheid artikel 14, 2°; Op de voordracht van Onze Minister van Sociale Zaken, Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Nous avons arrêté et arrêtons : er

Article 1 . Un subside de trois mille EUR est alloué à :

Artikel 1. Een toelage van drieduizend EUR wordt toegekend aan :

« Plateforme Santé-Solidarité », Fédération des Maisons médicales et des Collectifs de Santé francophones ASBL, boulevard du Midi 25, bte 5, 1000 Bruxelles.

« Plateforme Santé-Solidarité », Fédération des Maisons médicales et des Collectifs de Santé francophones ASBL, Zuidlaan 25, bus 5, 1000 Brussel.

Pour l’organisation d’un forum à l’occasion du 30e anniversaire de la déclaration d’Alma Ata.

Voor de organisatie van een forum ter gelegenheid van de 30e verjaardag van de verklaring van Alma Ata.

Le paiement de ce subside s’effectuera par virement au compte bancaire n° 879-2563201-44.

De uitbetaling van deze toelage zal geschieden door overschrijving op bankrekening nr. 879-2563201-44.

Art. 2. Le subside prévu à l’article 1er est à charge de l’allocation de base 58.11.33.14.93 du budget 24 du Service public fédéral Sécurité sociale pour l’année budgétaire 2007.

Art. 2. De bij het artikel 1 bepaalde toelage is ten laste van de basisallocatie 58.11.33.14.93 van de begroting 24 van de Federale Overheidsdienst Sociale Zekerheid voor het begrotingsjaar 2007.

Art. 3. L’organisation mentionnée à l’ article 1er doit tenir, à tout moment, tous documents et comptes relatifs à ses activités, à la disposition des fonctionnaires et agents désignés à cette fin par notre Ministre des Affaires sociales.

Art. 3. De bij het artikel 1 vernoemde organisatie moet te allen tijde, alle documenten en rekeningen betreffende hun activiteiten ter beschikking houden van de daartoe door Onze Minister van Sociale Zaken aangewezen ambtenaren en beambten.

Art. 4. Notre Ministre des Affaires sociales est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 4. Onze Minister van Sociale Zaken is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 8 juin 2007.

Gegeven te Brussel, 8 juni 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre des Affaires sociales, R. DEMOTTE

De Minister van Sociale Zaken, R. DEMOTTE

* SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID

F. 2007 — 3188 [C − 2007/23146] 29 JUIN 2007. — Arrêté royal portant exécution de l’article 36, § 1er, alinéa 3, de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967 relatif à la pension de retraite et de survie des travailleurs salariés

N. 2007 — 3188 [C − 2007/23146] 29 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot uitvoering van artikel 36, § 1, derde lid, van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor werknemers

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967 relatif à la pension de retraite et de survie des travailleurs salariés, notamment l’article 36, § 1er, alinéa 3, inséré par la loi du 27 décembre 2006; Vu l’avis du Comité de gestion de l’Office national des pensions, donné le 26 février 2007;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor werknemers, inzonderheid op artikel 36, § 1, derde lid, ingevoegd bij de wet van 27 december 2006; Gelet op het advies van het Beheerscomité van de Rijksdienst voor pensioenen, gegeven op 26 februari 2007;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 17 avril 2007; Vu l’accord de Notre Ministre du Budget du 20 avril 2007; Vu l’avis n° 42.992/1 du Conseil d’Etat, donné le 24 mai 2007, en application de l’article 84, § 1, alinéa 1er, 1° des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat; Sur la proposition de Notre Ministre de l’Environnement et des Pensions, Nous avons arrêté et arrêtons : er

39535

Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën, gegeven op 17 april 2007; Gelet op de akkoordbevinding van Onze Minister van Begroting van 20 april 2007; Gelet op het advies nr. 42.992/1 van de Raad van State, gegeven op 24 mei 2007, met toepassing van artikel 84, § 1, eerste lid, 1°, van de gecoördineerde wetten op de Raad van State; Op de voordracht van Onze Minister van Leefmilieu en Pensioenen,

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

er

Article 1 . A partir du 1 janvier 2007, les rentes constituées dans le cadre de l’assurance obligatoire organisée par la législation relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré, payées périodiquement, sont liées à l’indice pivot de décembre 2006, et varieront conformément aux dispositions de la loi du 2 août 1971 organisant un régime de liaison à l’indice des prix à la consommation des traitements, salaires, pensions, allocations et subventions à charge du trésor public, de certaines prestations sociales, des limites de rémunération à prendre en considération pour le calcul de certaines cotisations de sécurité sociale des travailleurs, ainsi que des obligations imposées en matière sociale aux travailleurs indépendants.

Artikel 1. Met ingang van 1 januari 2007 worden de periodiek uitgekeerde renten, gevestigd in het raam van de verplichte verzekering ingericht door de wetgeving betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood, geacht te zijn gekoppeld aan de spilindex van december 2006, en zullen variëren conform de bepalingen van de wet van 2 augustus 1971 houdende inrichting van een stelsel waarbij de wedden, lonen, pensioenen, toelagen en tegemoetkomingen ten laste van de openbare schatkist, sommige sociale uitkeringen, de bezoldigingsgrenzen waarmee rekening dient gehouden bij de berekening van sommige bijdragen van de sociale zekerheid der arbeiders, alsmede de verplichtingen op sociaal gebied opgelegd aan de zelfstandigen, aan het indexcijfer van de consumptieprijzen worden gekoppeld.

Art. 2. Notre Ministre des Pensions est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Pensioenen is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 29 juin 2007.

Gegeven te Brussel, 29 juni 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Environnement et des Pensions, B. TOBBACK

De Minister van Leefmilieu en Pensioenen, B. TOBBACK

* SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID

F. 2007 — 3189 [C − 2007/23133] 29 JUIN 2007. — Arrêté royal portant coordination de la législation réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré

N. 2007 — 3189 [C − 2007/23133] 29 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot coördinatie van de wetgeving tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, notamment l’article 291; Vu la loi du 28 mai 1971 réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré, modifiée par l’arrêté royal n° 415 du 16 juillet 1986, les lois des 30 décembre 1988, 26 juin 1992, 6 août 1993 et 21 décembre 1994, les arrêtés royaux du 19 mai 1995, 7 février 1997 et 23 avril 1997 et les lois du 12 août 2000 et 20 juillet 2005;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de programmawet (I) van 27 december 2006, inzonderheid op artikel 291; Gelet op de wet van 28 mei 1971 tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering van de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood, gewijzigd door het koninklijk besluit nr. 415 van 16 juli 1986, de wetten van 30 december 1988, 26 juni 1992, 6 augustus 1993 en 21 december 1994, de koninklijke besluiten van 19 mei 1995, 7 februari 1997 en 23 april 1997 en de wetten van 12 augustus 2000 en 20 juli 2005; Gelet op het advies van het Beheerscomité van de Rijksdienst voor pensioenen, gegeven op 26 februari 2007; Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën, gegeven op 17 april 2007; Gelet op de akkoordbevinding van Onze Minister van Begroting, gegeven op 20 april 2007; Gelet op het advies van de Raad van State nr. 42.991/1, gegeven op 24 mei 2007, met toepassing van artikel 84, § 1, eerste lid, 1° van de gecoördineerde wetten op de Raad van State; Op de voordracht van Onze Minister van Pensioenen en op het advies van Onze in Raad vergaderde Ministers,

Vu l’avis du Comité de gestion de l’Office national des pensions, donné le 26 février 2007; Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 17 avril 2007; Vu l’accord de Notre Ministre du Budget, donné le 20 avril 2007; Vu l’avis n° 42.991/1 du Conseil d’Etat, donné le 24 mai 2007, en application de l’article 84, § 1, alinéa 1er, 1°, des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat; Sur la proposition de Notre Ministre des Pensions et de l’avis de Nos Ministres qui en ont délibéré en Conseil, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Article 1 . Les dispositions de la loi du 28 mai 1971 réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré, modifiée par l’arrêté royal n° 415 du 16 juillet 1986, les lois des 30 décembre 1988, 26 juin 1992, 6 août 1993 et 21 décembre 1994, les arrêtés royaux du 19 mai 1995, 7 février 1997 et 23 avril 1997 et les

Hebben Wij besloten en besluiten Wij : Artikel 1. De bepalingen van de wet van 28 mei 1971 tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering van de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood, gewijzigd door het koninklijk besluit nr. 415 van 16 juli 1986, de wetten van 30 december 1988, 26 juni 1992, 6 augustus 1993 en 21 december 1994,


39536

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

lois du 12 août 2000 et 20 juillet 2005, sont coordonnées conformément au texte annexé au présent arrêté.

de koninklijke besluiten van 19 mei 1995, 7 februari 1997 en 23 april 1997 en de wetten van 12 augustus 2000 en 20 juli 2005, worden gecoördineerd volgens de bij dit besluit gevoegde tekst.

Art. 2. Notre Ministre des Pensions est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Art. 2. Onze Minister van Pensioenen is belast met de uitvoering van dit besluit.

Donné à Bruxelles, le 29 juin 2007.

ALBERT

Gegeven te Brussel, 29 juni 2007.

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de l’Environnement et des Pensions, B. TOBBACK

De Minister van Leefmilieu en Pensioenen, B. TOBBACK

Loi réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré, coordonnée le 29 juin 2007

Wet tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood, gecoördineerd op 29 juni 2007

CHAPITRE Ier. — Des versements obligatoires Artikel. 1 . (1) Le présent chapitre s’applique à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré afférente aux versements obligatoires qui ont été effectués au compte de chaque travailleur salarié et qui a été régie notamment par : 1° l’article 11 de la loi du 21 juillet 1844 sur les droits différentiels; 2° la loi du 5 juin 1911 sur les pensions de vieillesse en faveur des ouvriers mineurs; 3° la loi du 10 décembre 1924 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré; 4° la loi du 30 décembre 1924 relative à l’assurance en vue de la vieillesse du décès prématuré des ouvriers mineurs; 5° la loi du 10 mars 1925 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré des employés; 6° la loi du 18 juin 1930 portant revision de la loi du 10 mars 1925 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré des employés; 7° la loi du 14 juillet 1930 portant revision de la loi du 10 décembre 1924 modifiée par celle du 20 juillet 1927 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré; 8° la loi du 1er août 1930 concernant le régime de retraite des ouvriers mineurs; 9° la loi du 6 juillet 1931 relative aux gens de mer;

HOOFDSTUK I. — Verplichte stortingen Artikel 1. (1) Dit hoofdstuk is van toepassing op de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood betreffende de verplichte stortingen die op de rekening van elke werknemer werden verricht en die inzonderheid werd beheerst door : 1° artikel 11 van de wet van 21 juli 1844 op de differentiële rechten; 2°de wet van 5 juni 1911 op de ouderdomspensioenen ten bate van de mijnwerkers; 3° de wet van 10 december 1924 op de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroege dood; 4° de wet van 30 december 1924 omtrent de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroege dood der mijnwerkers; 5° de wet van 10 maart 1925 op de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroege dood der bedienden; 6° de wet van 18 juni 1930 tot herziening der wet van 10 maart 1925 op de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroege dood der bedienden; 7° de wet van 14 juli 1930 houdende herziening van de wet van 10 december 1924 gewijzigd bij die van 20 juli 1927 op de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood; 8° de wet van 1 augustus 1930 betreffende het rustpensioenstelsel der mijnwerkers; 9° de wet van 6 juli 1931 die betrekking heeft op de zeelieden;

10° l’arrêté royal du 24 octobre 1936 modifiant et coordonnant les statuts de la Caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins naviguant sous pavillon belge; 11° l’arrêté royal du 25 août 1937 portant coordination des lois concernent le régime de retraite des ouvriers mineurs; 12° la loi du 15 décembre 1937 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré; 13° l’arrêté du Régent du 12 septembre 1946 coordonnant les lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré;

10° het koninklijk besluit van 24 oktober 1936 houdende wijziging en samenordening van de statuten van de Hulp- en Voorzieningskas voor zeevarenden onder Belgische vlag; 11° het koninklijk besluit van 25 augustus 1937 tot samenordening van het pensioenstelsel der mijnwerkers; 12° de wet van 15 december 1937 betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood; 13° het besluit van de Regent van 12 september 1946 tot samenordening van de wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroege dood; 14° de besluitwet van 25 februari 1947 tot samenordening en wijziging van de wetten betreffende het pensioenstelsel voor de mijnwerkers en de ermee gelijkgestelden; 15° de wet van 12 juli 1957 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor bedienden; 16° de wet van 22 februari 1960 tot wijziging van de wet van 12 juli 1957 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor bedienden. Art. 2. (2) De Rijksdienst voor pensioenen is belast met de toepassing van dit hoofdstuk. Art. 3. (3) De ouderdomsrente gaat in de eerste dag van de maand die volgt op deze waarin de werknemer de leeftijd van 65 of 60 jaar, naargelang het een man of een vrouw betreft, bereikt. (4) Op verzoek van de verzekerde kan de ouderdomsrente ten vroegste ingaan de eerste dag van de maand die volgt op deze van een verjaardag vanaf de 55ste verjaardag. In dit geval wordt de rente verminderd overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen.

er

14° l’arrêté-loi du 25 février 1947 coordonnant et modifiant les lois sur le régime de retraite des ouvriers mineurs et assimilés; 15° la loi du 12 juillet 1957 relative à la pension de retraite et de survie des employés; 16° la loi du 22 février 1960 modifiant la loi du 12 juillet 1957 relative à la pension de retraite et de survie des employés; Art. 2. (2) L’Office national des pensions est chargé de l’application du présent Chapitre. Art. 3. (3) La rente de vieillesse prend cours le premier jour du mois qui suit celui au cours duquel le travailleur salarié atteint l’âge de 65 ans ou de 60 ans selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme. (4) A la demande de l’assuré, la rente de vieillesse peut prendre cours au plus tôt le premier jour du mois d’un anniversaire de naissance à partir du cinquante-cinquième anniversaire. Dans ce cas la rente est diminuée conformément aux barèmes déterminés par le Roi.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39537

Art. 4. (5) Le montant de la rente de vieillesse est déterminé conformément aux lois et arrêtés visés à l’article 1er.

Art. 4. (5) Het bedrag van de ouderdomsrente wordt bepaald overeenkomstig de bij artikel 1 beoogde wetten en besluiten.

(6) Lorsque le montant de la rente a été fixé compte tenu d’une couverture du droit à un âge autre que 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes, ce montant est modifié conformément à des barèmes déterminés par le Roi en fonction d’une ouverture du droit à 65 ans ou 60 ans selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme.

§ 2. (16) Après fixation du montant des rentes selon les dispositions en vigueur, le montant des rentes payées pour la première fois et au plus tôt le 1er juillet 1997 est déterminé conformément aux barèmes annexés à la présente loi. § 3. (17) La rente qui prend cours effectivement et pour la première fois au plus tôt le 1er janvier 2001, est, nonobstant toute disposition contraire, payée par un versement unique correspondant à la valeur actuelle de la rente. Art. 9. (18) L’Office national des pensions tient une gestion distincte pour l’ensemble des opérations relatives à l’exécution du présent chapitre. Art. 10. (19) Le Roi détermine les modalités d’introduction des demandes.

(6) Wanneer het bedrag van de ouderdomsrente wordt bepaald rekening houdend met een opening van het recht op een andere leeftijd dan die van 65 jaar voor de mannen en 60 jaar voor de vrouwen, wordt dit bedrag gewijzigd overeenkomstig schalen, vastgesteld door de Koning op grond van een opening van het recht op 65 of 60 jaar naargelang het een man of een vrouw betreft. Art. 5. (7) Voor de mannen wordt, bij overlijden, een weduwerente verzekerd die gelijk is aan 40 procent van de ouderdomsrente en ingaat de eerste dag van de maand van het overlijden. (8) Ingeval de echtgenoten in leeftijd verschillen wordt het bedrag van de weduwerente gewijzigd overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen. Art. 6. § 1. (9) Voor de ouderdoms- en weduwerenten die vóór 1 januari 1970 zijn ingegaan, blijft het bedrag van de rijksbijdrage bepaald overeenkomstig de in artikel 1 genoemde wetten en besluiten. § 2. (10) Elke rente, beoogd bij de artikelen 3 of 5 wordt, voor zover ze ingaat vóór 1 januari 1994, vanaf de ingangsdatum ervan vermeerderd met een jaarlijkse bijdrage van het Rijk gelijk aan 50 % van haar jaarbedrag. (11) Wat de ouderdomsrente betreft, wordt het jaarlijks maximumbedrag van de rijksbijdrage vastgesteld op 29,75 euro wanneer die rente ingaat op de leeftijd van 65 jaar; in geval van in genot treding op een vroegere leeftijd, wordt dat bedrag verminderd overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen. (12) Wat de bij artikel 5 beoogde renten betreft, wordt het jaarlijks maximumbedrag van de rijksbijdrage vastgesteld op 11,90 euro. In geval van verschil in leeftijd tussen de echtgenoten of tussen de verzekerde en de aangeduide begunstigde, wordt het jaarlijks maximumbedrag van die bijdrage gewijzigd overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen. Art. 7. (13) De lasten voortvloeiend uit de toepassing van de artikelen 3 tot 6, worden gedragen door de Rijksdienst voor pensioenen tot 31 december 2007. Art. 8. § 1. (14a) De bij dit hoofdstuk beoogde voordelen zijn verworven per gelijke maandelijkse twaalfden (14b) en worden betaald door de Rijksdienst voor pensioenen. (15) De Koning bepaalt onder welke voorwaarden, volgens welke modaliteiten en met welke periodiciteit de prestaties, die voortvloeien uit de stortingen verricht in het kader van de door de samengeordende wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood georganiseerde vrijwillige verzekering, en de bij het eerste lid beoogde voordelen, de Rijksbijdrage inbegrepen, worden uitbetaald. § 2. (16) Nadat het bedrag van de renten volgens de geldende bepalingen werd vastgesteld, wordt het bedrag van de renten die voor de eerste maal en ten vroegste op 1 januari 1997 worden uitbetaald, bepaald volgens de bij deze wet gevoegde schalen. § 3. (17) De rente die daadwerkelijk en voor de eerste maal ten vroegste op 1 januari 2001 ingaat, wordt, niettegenstaande alle andersluidende bepalingen, uitbetaald door middel van een enige storting, gelijk aan de contante waarde van die rente. Art. 9. (18) De Rijksdienst voor pensioenen houdt een afzonderlijk beheer voor het geheel van de verrichtingen betreffende de uitvoering van dit hoofdstuk. Art. 10. (19) De Koning bepaalt de modaliteiten van indiening van de aanvragen.

CHAPITRE II. — Des versements complémentaires et supplémentaires. Art. 11. (20) Le présent chapitre s’applique : 1° à la gestion des versements complémentaires effectués avant le 1er juillet 1957 conformément aux dispositions de la loi du 18 juin 1930 relative à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré des employés et du 1er juillet 1957 au 31 décembre 1959 conformément à l’article 22, § 6, tel qu’il a été inséré par la loi du 18 février 1959 dans la loi du 12 juillet 1957 relative à la pension de retraite et de survie des employés; 2° à la gestion des versements supplémentaires effectués à partir du 1er janvier 1960 conformément à l’article 22, § 6, de la loi du 12 juillet 1957 susvisée, tel qu’il était modifié par la loi du 22 février 1960 avant les modifications apportées par l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967.

HOOFDSTUK II. — Aanvullende en bijkomende stortingen Art. 11. (20) Dit hoofdstuk is van toepassing : 1° op het beheer van de aanvullende stortingen die vóór 1 juli 1957 zijn verricht overeenkomstig de bepalingen van de wet van 18 juni 1930 betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood der bedienden en van 1 juli 1957 tot 31 december 1959 overeenkomstig artikel 22, § 6, zoals dit door de wet van 18 februari 1959 in de wet van 12 juli 1957 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor bedienden ingevoegd werd; 2° op het beheer van de bijkomende stortingen verricht van 1 januari 1960 af, overeenkomstig artikel 22, § 6, van bovengenoemde wet van 12 juli 1957, zoals gewijzigd werd bij de wet van 22 februari 1960 vóór de wijzigingen aangebracht bij het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967.

Art. 5. (7) Pour les hommes, il est assuré en cas de décès une rente de veuve égale à 40 p.c. de la rente de vieillesse et prenant cours le premier jour du mois du décès. (8) En cas de différence d’âge entre les époux, le taux de la rente de veuve est modifié conformément aux barèmes déterminés par le Roi. Art. 6. § 1er. (9) Pour les rentes de vieillesse et de veuve qui ont pris cours avant le 1er janvier 1970, le montant de la contribution de l’Etat demeure fixé conformément aux lois et arrêté cités à l’article 1er. § 2. (10) Toute rente visée à l’article 3 ou à l’article 5 est augmentée dès sa prise de cours et pour autant que celle-ci survienne avant le er 1 janvier 1994, d’une contribution annuelle de l’Etat égale à 50 % de son montant annuel. (11) En ce qui concerne la rente de vieillesse, le montant annuel maximum de la contribution de l’Etat est fixé à 29,75 euros, lorsque cette rente prend cours à l’âge de 65 ans; en cas de prise de cours à un âge antérieur, ce montant est réduit conformément aux barèmes déterminés par le Roi. (12) En ce qui concerne les rentes visées à l’article 5, le montant maximum annuel de la contribution de l’Etat est fixé à 11,90 euros. En cas de différence d’âge entre les époux ou entre l’assuré et le bénéficiaire désigné, le montant annuel maximum de cette contribution est modifié conformément aux barèmes déterminés par le Roi. Art. 7. (13) Les charges résultant de l’application des articles 3 à 6 sont supportées par l’Office national des pensions jusqu’au 31 décembre 2007. Art. 8. § 1er. (14a) Les avantages visés au présent chapitre sont acquis par douzièmes mensuels égaux (14b) et sont payés par l’Office national des pensions. (15) Le Roi détermine les conditions, les modalités et la périodicité selon lesquelles sont payées les prestations résultant des versements effectués dans le cadre de l’assurance libre organisée par les lois coordonnées relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré et les avantages visés à l’alinéa 1er, y compris la contribution de l’Etat.


39538

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Art. 12. (21) Les réserves mathématiques des assurances en cours au 1er janvier 1968 dans le cadre de la gestion visée à l’article 11 sont affectées à la constitution des avantages extra-légaux prévus par l’article 22 de la loi du 12 juillet 1957 relative à la pension de retraite et de survie des employés modifié par l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967. Art. 13. (22) Les rentes de vieillesse qui ont pris cours avant le 1er janvier 1968 dans le cadre de la gestion visée à l’article 11 sont liquidées par la gestion des avantages extra-légaux précités et les réserves mathématiques de ces rentes sont calculées conformément aux barèmes déterminés par le Roi. (23) Les rentes de veuve qui ont pris cours avant le 1er janvier 1968 dans le cadre de la gestion prévue à l’article 11 sont liquidées par la gestion des avantages extra-légaux précités et les réserves mathématiques représentatives de ces rentes sont calculées conformément aux barèmes déterminés par le Roi. Art. 14. (24) Les rentes correspondant aux assurances en cours converties conformément aux dispositions de l’article 12 ainsi que les rentes de vieillesse et de veuve visées à l’article 13 sont considérées comme constituées en exécution de l’article 22 de la loi du 12 juillet 1957, modifié par l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967. Art. 15. (25) Le Roi détermine les modalités d’exécution du présent chapitre.

Art. 12. (21) De wiskundige reserves van de per 1 januari 1968 lopende verzekeringen worden, in het kader van het beheer dat is beoogd bij artikel 11 aangewend tot vestiging van de buitenwettelijke voordelen waarin is voorzien bij artikel 22 van de wet van 12 juli 1957 betreffende de het rust- en overlevingspensioen voor bedienden, gewijzigd bij het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967. Art. 13. (22) De ouderdomsrenten die vóór 1 januari 1968, in het kader van het bij artikel 11 beoogd beheer zijn ingegaan worden door het beheer van de hogervermelde buitenwettelijke voordelen uitbetaald en de wiskundige reserves van die renten worden berekend overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen. (23) De weduwerenten die vóór 1 januari 1968 in het kader van het bij artikel 11 beoogd beheer zijn ingegaan, worden door het beheer van de hogervermelde buitenwettelijke voordelen uitbetaald en de wiskundige reserves die deze renten vertegenwoordigen worden berekend overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen. Art. 14. (24) De renten die overeenstemmen met de lopende verzekeringen, omgezet overeenkomstig de bepalingen van artikel 12 alsmede de bij artikel 13 beoogde ouderdoms- en weduwerenten worden beschouwd als zijnde gevestigd in uitvoering van artikel 22 van de wet van 12 juli 1957, gewijzigd bij het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967. Art. 15. (25) De Koning bepaalt de nadere regelen ter uitvoering van dit hoofdstuk.

Bijlage

Annexe

Schalen voor het aanpassen van de uit te betalen rente aan de langere levensduur I. Mannen

Barèmes pour l’adaptation de la rente �� payer à la durée de vie plus élevée I. Hommes

Age

Ancienne valeur

Nouvelle valeur

Proportion

Leeftijd

Oude waarde

Nieuwe waarde

Verhouding

55

14,4189

22,10147

65,24 %

55

14,4189

22,10147

65,24 %

56

14,0966

21,71739

64,91 %

56

14,0966

21,71739

64,91 %

57

13,7716

21,32222

64,59 %

57

13,7716

21,32222

64,59 %

58

13,4443

20,91584

64,28 %

58

13,4443

20,91584

64,28 %

59

13,1142

20,49817

63,98 %

59

13,1142

20,49817

63,98 %

60

12,7814

20,06922

63,69 %

60

12,7814

20,06922

63,69 %

61

12,4223

19,62894

63,29 %

61

12,4223

19,62894

63,29 %

62

12,0622

19,17740

62,90 %

62

12,0622

19,17740

62,90 %

63

11,7016

18,71469

62,63 %

63

11,7016

18,71469

62,63 %

64

11,3409

18,24098

62,17 %

64

11,3409

18,24098

62,17 %

65 et plus

10,9809

17,75649

61,84 %

65 en meer

10,9809

17,75649

61,84 %

II. Femmes et veuves

II. Vrouwen en weduwen

Age

Ancienne valeur

Nouvelle valeur

Proportion

Leeftijd

Oude waarde

Nieuwe waarde

Verhouding

55 et moins

15,0577

17,71855

84,97 %

55 en lager

15,0577

17,71855

84,97 %

56

14,7022

17,42557

84,37 %

56

14,7022

17,42557

84,37 %

57

14,3426

17,12495

83,75 %

57

14,3426

17,12495

83,75 %

58

13,9772

16,81676

83,11 %

58

13,9772

16,81676

83,11 %

59

13,6066

16,50107

82,46 %

59

13,6066

16,50107

82,46 %

60

13,2313

16,17800

81,79 %

60

13,2313

16,17800

81,79 %

61

12,8525

15,84771

81,10 %

61

12,8525

15,84771

81,10 %

62

12,4696

15,51038

80,40 %

62

12,4696

15,51038

80,40 %

63

12,0838

15,18623

79,68 %

63

12,0838

15,18623

79,68 %

64

11,6958

14,81559

78,94 %

64

11,6958

14,81559

78,94 %

65 et plus

11,5063

14,45857

78,20 %

65 en meer

11,5063

14,45857

78,20 %


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Notes (1) Loi du 28 mai 1971, article 1er. (2) Loi du 28 mai 1971, article 2, alinéa 1, modifiée par la loi du 26 juin 1992, article 56 et l’arrêté royal du 19 mai 1995, article 9. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les termes « la Caisse générale d’Epargne et de Retraite » et « la Caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins et les organismes visés à l’article 22 de la loi du 12 juillet 1957 » ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite à l’article 41 sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, inséré par l’arrêté royal du 23 avril 1997, article 1, ratifié par la loi du 12 décembre 1997, article 2, 2°, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971; - les termes « le Fonds national de retraite des ouvriers mineurs » ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite à l’article 41quinquies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, inséré par la loi du 29 avril 1996, art 138 repris les compétences et les tâches de cette institution portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971. (3) Loi du 28 mai 1971, article 4, alinéa 1er. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les termes « si en vertu des lois et arrêtés visés à l’article 1er, le droit à une rente de vieillesse ne s’est pas ouvert le 1er janvier 1970 » ne sont pas repris, vu l’applicabilité actuelle de la disposition. (4) Loi du 28 mai 1971, article 4, alinéa 2. (5) Loi du 28 mai 1971, article 3, alinéa 1er. (6) Loi du 28 mai 1971, article 3, alinéa 2. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les termes « le droit à la rente de vieillesse ne s’est pas ouvert avant le 1er janvier 1970 » ne sont pas repris, vu l’applicabilité actuelle de la disposition; - le terme « a été » est remplacé par le terme « est ». (7) Loi du 28 mai 1971, article 6, alinéa 1er. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - le terme « weduwenrente » a été remplacé par le terme « weduwerente » à titre d’adaptation à l’orthographe en vigueur et dernièrement connue de la langue néerlandaise; - les termes « en vie au 1er janvier 1970 » ne sont pas repris, vu l’applicabilité actuelle de la disposition. (8) Loi du 28 mai 1971, article 6, alinéa 4, 1re partie de phrase. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - le terme « weduwenrente » a été remplacé par le terme « weduwerente » à titre d’adaptation à l’orthographe en vigueur et dernièrement connue de la langue néerlandaise. (9) Loi du 28 mai 1971, article 7, § 1er. (10) Loi du 28 mai 1971, article 7, § 2, alinéa 1er, modifiée par la loi du 6 août 1993, article 39. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - remplacement du renvoi aux articles 4 et 6 par un renvoi aux articles 3 et 5. (11) Loi du 28 mai 1971, article 7, § 2, alinéa 2. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - remplacement du montant « 1 200 francs » par le montant « 29,75 euros ». - insertion des mots « l’âge de » entre les mots « prend cours à » et « 65 ans ». (12) Loi du 28 mai 1971, article 7, § 2, alinéa 3. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - remplacement du renvoi à l’article 6 par un remplacement à l’article 5; - remplacement du montant « 380 francs» par le montant « 11,90 euros ». (13) Loi du 28 mai 1971, article 7, § 3, alinéa 1er, première phrase, modifiée par les lois des 26 juin 1992, article 56 et 20 juillet 2005, article 11. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - remplacement du renvoi aux « paragraphes précédents » de l’article 7, par un renvoi aux articles 3 à 6; - les termes « à partir du 1er janvier 1980 » ne sont pas repris vu l’applicabilité actuelle de la disposition;

39539

Nota’s (1) Wet van 28 mei 1971, artikel 1. (2) Wet van 28 mei 1971, artikel 2, eerste lid, gewijzigd bij wet van 26 juni 1992, artikel 56 en het koninklijk besluit van 19 mei 1995, artikel 9. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « de Algemene Spaar- en Lijfrentekas » en « de Hulpen Voorzorgskas voor zeevarenden en de bij artikel 22 van de wet van 12 juli 1957 beoogde instellingen » zijn niet overgenomen daar de Rijksdienst voor pensioenen in gevolge artikel 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd bij koninklijk besluit van 23 april 1997, artikel 1, bekrachtigd bij wet van 12 december 1997, artikel 2, 2°, de bevoegdheden en taken van deze instellingen met betrekking tot de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen; - de woorden « het Nationaal Pensioenfonds voor mijnwerkers » zijn niet overgenomen daar de Rijksdienst voor pensioenen in gevolge artikel 41 quinquies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd bij wet van 29 april 1996, artikel 138, de bevoegdheden en taken van deze instelling inzake de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen. (3) Wet van 28 mei 1971, artikel 4, eerste lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « indien, krachtens de bij artikel 1 beoogde wetten en besluiten, het recht op een ouderdomsrente niet geopend is vóór 1 januari 1970 » zijn niet hernomen, gezien de actuele toepasbaarheid van de bepaling. (4) Wet van 28 mei 1971, artikel 4, tweede lid. (5) Wet van 28 mei 1971, artikel 3, eerste lid. (6) Wet van 28 mei 1971, artikel 3, tweede lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « het recht op de ouderdomsrente echter niet geopend is vóór 1 januari 1970 en » zijn niet hernomen, gezien de actuele toepasbaarheid van de bepaling; - het woord « werd » is vervangen door het woord « wordt ». (7) Wet van 28 mei 1971, artikel 6, eerste lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - het woord « weduwenrente » is vervangen door het woord « weduwerente » ter aanpassing aan de laatst gekende geldende spelling van de Nederlandse taal; - de woorden « in leven per 1 januari 1970 » zijn niet hernomen, gezien de actuele toepasbaarheid van de bepaling. (8) Wet van 28 mei 1971, artikel 6, vierde lid, eerste zinsdeel. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - het woord « weduwenrente » is vervangen door het woord « weduwerente » ter aanpassing aan de laatst gekende geldende spelling van de Nederlandse taal. (9) Wet van 28 mei 1971, artikel 7, § 1. (10) Wet van 28 mei 1971, artikel 7, § 2, eerste lid, gewijzigd bij wet van 6 augustus 1993, artikel 39. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - vervanging van de verwijzing naar artikelen 4 en 6 door een verwijzing naar artikelen 3 en 5. (11) Wet van 28 mei 1971, artikel 7, § 2, tweede lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - vervanging van het bedrag « 1.200 frank » door het bedrag « 29,75 euro ». - invoeging van de woorden « de leeftijd van » tussen de woorden « ingaat op » en « 65 jaar ». (12) Wet van 28 mei 1971, artikel 7, § 2, derde lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - vervanging van de verwijzing naar artikel 6 door een verwijzing naar artikel 5; - vervanging van het bedrag « 380 frank » door het bedrag « 11,90 euro ». (13) Wet van 28 mei 1971, artikel 7, § 3, eerste lid, eerste zin, gewijzigd bij wetten van 26 juni 1992, artikel 56 en van 20 juli 2005, artikel 11. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - vervanging van de verwijzing naar « de vorige paragrafen » van artikel 7, door een verwijzing naar de artikelen 3 tot 6; - de woorden « vanaf 1 januari 1980 » zijn niet hernomen gezien de actuele toepasbaarheid van de bepaling;


39540

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Concernant cet article, il a été tenu compte des remarques du Conseil d’Etat, toute en apportant la précision nécessaire pour assurer la cohérence de cette disposition avec les dispositions de l’article 289 de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006 et de l’arrêté royal du 21 avril 2007 portant exécution de l’article 289 de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006. (14a) Loi du 28 mai 1971, article 9, alinéa 1er. (14b) Loi du 28 mai 1971, article 8, § 1, modifiée par la loi du 26 juin 1992, article 56. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - le renvoi « Les arrérages des avantages visés au présent chapitre » n’est pas repris étant donné que le sujet des deux syntagmes sont les mêmes. - les mots « 1° lorsque le dernier versement obligatoire effectué conformément aux lois et arrêtés visés à l’article 1er a été fait en qualité d’ouvrier, d’ouvrier mineur ou de marin : par la Caisse générale d’épargne et de retraite, laquelle liquide également lesdits avantages dus au bénéficiaire par un autre organisme d’assurance; le Roi peut toutefois charger l’Office national des pensions du paiement des avantages précités » ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite à l’article 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, inséré par l’arrêté royal du 23 avril 1997, article 1er, ratifié par la loi du 12 décembre 1997, article 2, 2°, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre Ier de la loi du 28 mai 1971; - les mots « 2° lorsque ce dernier versement obligatoire a été effectué en qualité d’employé » et « lequel liquide également lesdits avantages dus au bénéficiaire par un autre organisme d’assurance » ne sont pas repris puisque l’Office national des pensions est devenu le seul organisme de paiement suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967. (15) Loi du 28 mai 1971, article 9, alinéa 2, 1°. (16) Loi du 28 mai 1971, article 9bis, alinéa 1er, inséré par l’arrêté royal du 7 février 1997, article 1er. (17) Loi du 28 mai 1971, article 9ter, inséré par la loi du 12 août 2000, article 16. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - entre les termes « door » et « een » sont insérés les termes « middel van ». (18) Loi du 28 mai 1971, article 10, alinéa 1er, modifiée par l’arrêté royal du 23 avril 1997, article 4. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les termes « ainsi que les autres organismes d’assurances visés à l’article 2 » ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971; - les termes « pour autant que les droits et obligations, actif et passif de ces derniers n’ont pas été repris par l’Office national des pensions’’ ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971. (19) Loi du 28 mai 1971, article 11, 1°, modifiée par la loi du 10 février1981, article 29. (20) Loi du 28 mai 1971, article 13. (21) Loi du 28 mai 1971, article 20. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les termes « après application des articles 15, alinéa 3, et 19, alinéa 3 » ne sont pas repris étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971;

Met betrekking tot dit artikel is rekening gehouden met de opmerkingen van de Raad van State, met toevoeging van de precisering noodzakelijk om de coherentie te bewaren van deze bepaling met de bepalingen van artikel 289 van de programmawet (I) van 27 december 2006 en van het koninklijk besluit van 21 april 2007 tot uitvoering van artikel 289 van de programmawet (I) van 27 december 2006. (14a) Wet van 28 mei 1971, artikel 9, eerste lid. (14b) Wet van 28 mei 1971, artikel 8, § 1, gewijzigd bij wet van 26 juni 1992, artikel 56. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de verwijziging « de termijnen van de bij dit hoofdstuk beoogde voordelen » is niet hernomen daar het onderwerp van de twee zinsdelen van de zin hetzelfde is; - de woorden « 1° wanneer de laatste verplichte storting, uitgevoerd overeenkomstig de wetten en besluiten beoogd bij artikel 1, werd gedaan als arbeider, mijnwerker of zeeman : door de Algemene Spaaren Lijfrentekas, die eveneens deze voordelen uitkeert die door een andere verzekeringsinstelling aan de gerechtigde verschuldigd zijn; de Koning kan nochtans de Rijksdienst voor pensioenen belasten met de betaling van de bovenvermelde voordelen » zijn niet hernomen daar de Rijksdienst voor pensioenen in gevolge artikel 41 quinquies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd bij wet van 29 april 1996, artikel 138, de bevoegdheden en taken van deze instelling inzake de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen; - de woorden « 2° wanneer deze laatste verplichte storting werd gedaan als bediende » en « die eveneens deze voordelen uitkeert die door een andere verzekeringsinstelling aan de gerechtigde verschuldigd zijn » daar de Rijksdienst voor pensioenen de enige utibetalingsinstelling is geworden ingevolge de artikelen 41quinquies en 41sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967. (15) Wet van 28 mei 1971, artikel 9, tweede lid, 1°. (16) Wet van 28 mei 1971, artikel 9 bis, eerste lid, ingevoegd bij koninklijk besluit van 7 februari 1997, artikel 1. (17) Wet van 28 mei 1971, artikel 9 ter, ingevoegd bij wet van 12 augustus 2000, artikel 16. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - tussen de woorden « door » en « een » zijn de woorden « middel van » ingevoegd. (18) Wet van 28 mei 1971, artikel 10, eerste lid, gewijzigd bij koninklijk besluit van 23 april 1997, artikel 4. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « alsook de andere verzekeringsinstellingen beoogd bij artikel 2 » zijn niet overgenomen daar de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instellingen met betrekking tot de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen in gevolge artikelen 41 quinquies en 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997; - de woorden « voor zover de Rijksdienst voor pensioenen overeenkomstig artikel 2, vierde lid, de rechten en verplichtingen, de passiva en activa van die instellingen niet heeft overgenomen » zijn niet overgenomen daar de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instellingen met betrekking tot de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen in gevolge artikelen 41quinquies en 41sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997. (19) Wet van 28 mei 1971, artikel 11, 1°, gewijzigd bij wet van 10 februari 1981, artikel 29. (20) Wet van 28 mei 1971, artikel 13. (21) Wet van 28 mei 1971, artikel 20. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « na toepassing van de artikelen 15, derde lid, en 19, derde lid » zijn niet hernomen daar de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instellingen met betrekking tot de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen in gevolge artikelen 41 quinquies en 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD - les termes « les gestions visées » sont remplacés par les termes « de la gestion visée » étant donné que l’Office national des pensions a, comme suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, repris les compétences et les tâches de ces institutions portant sur l’application des dispositions relatives aux rentes visées au chapitre I de la loi du 28 mai 1971. (22) Loi du 28 mai 1971, article 21, alinéa 1er. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - les mots « dans le cadre des gestions visées à l’article 13 » sont remplacés par les mots « dans le cadre de la gestion visée à l’article 11 ». (23) Loi du 28 mai 1971, article 21, alinéa 2. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - le terme « weduwenrente » a été remplacé par le terme « weduwerente » à titre d’adaptation à l’orthographe en vigueur et dernièrement connue de la langue néerlandaise; - les mots « dans le cadre des gestions visées à l’article 13 » sont remplacés par les mots « dans le cadre de la gestion visée à l’article 11 ». (24) Loi du 28 mai 1971, article 22. Modifications apportées à l’occasion de la coordination : - le terme « weduwenrente» a été remplacé par le terme « weduwerente » à titre d’adaptation à l’orthographe en vigueur et dernièrement connue de la langue néerlandaise; - remplacement du renvoi aux articles 20 et 21 par un renvoi aux articles 12 et 13. (25) Loi du 28 mai 1971, article 23. Annexes : 1. Dispositions non reprises dans le texte coordonné : Article 2, alinéas 2 à 5, qui disposent que : « En vue de faire face aux obligations qui leur incombent, les organismes d’assurances visés à l’alinéa 1er, doivent constituer des réserves mathématiques. Ces réserves mathématiques sont calculées conformément à un barème déterminé par le Roi. L’excédent éventuel provenant de la différence entre le montant des réserves existantes et celui des réserves calculées en application de l’alinéa 2 est versé à l’Office national des pensions et affecté à la gestion de la répartition. L’Office national des pensions reprend les droits et obligations, le passif et l’actif, des organismes autres que lui-même visés au présent article, en ce qui concerne l’application du Chapitre I de la présente loi, aux dates suivantes : - au plus tard le 1er janvier 1999, en ce qui concerne les organismes susvisés dont les réserves mathématiques sont inférieures à 100 000 000 de francs au 1er janvier 1998; - au plus tard le 1er janvier 2000, en ce qui concerne les organismes susvisés dont les réserves mathématiques sont inférieures à 2 000 000 000 de francs au 1er janvier 1999; - au plus tard le 1er janvier 2001, en ce qui concerne les organismes susvisés dont la gestion n’a pas encore été reprise à cette date par l’Office national des pensions. Le Ministre qui a les pensions dans ses attributions peut déterminer les modalités d’application de la reprise des droits et obligations, du passif et de l’actif, visés à l’alinéa 4, par l’Office national des pensions. » (ces alinéas ont produit leurs effets) Article 4, alinéas 3 et 4, qui disposent que : « Le bénéficiaires d’une rente de vieillesse d’un montant supérieur à 4 800 francs et prenant cours à 65 ans ou à 60 ans selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme, peut, à sa demande, obtenir le paiement en espèces des trois septièmes au plus de la valeur actuelle de sa rente et s’il s’agit d’un bénéficiaire masculin, de la même quotité de la réserve afférente à l’assurance de la rente de veuve. Le bénéficiaire d’une rente de vieillesse prenant cours à 65 ans, s’il est célibataire, veuf ou divorcé, peut, à sa demande, obtenir la conversion en rente viagère à son profit des trois septièmes au plus de la réserve afférente à l’assurance de la rente de veuve. Cette faculté ne peut être exercée conjointement avec celle prévue à l’alinéa 3. » (l’article 115 de la loi du 20 décembre 1995 portant des dispositions sociales, abroge la possibilité d’obtenir le paiement en espèces d’au maximum des trois septièmes de la valeur capitalisée de la rente)

39541

- de woorden « de beheren die zij beoogd » zijn vervangen door de woorden « het beheer dat is beoogd » daar de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instellingen met betrekking tot de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, heeft overgenomen in gevolge artikelen 41 quinquies en 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997. (22) Wet van 28 mei 1971, artikel 21, eerste lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - de woorden « in het kader van de bij artikel 13 beoogde beheren » zijn vervangen door « het bij artikel 11 beoogd beheer ». (23) Wet van 28 mei 1971, artikel 21, tweede lid. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - het woord « weduwenrente » is vervangen door het woord « weduwerente » ter aanpassing aan de laatst gekende geldende spelling van de Nederlandse taal; - de woorden « in het kader van de bij artikel 13 beoogde beheren » zijn vervangen door « het bij artikel 11 beoogd beheer ». (24) Wet van 28 mei 1971, artikel 22. Wijzigingen aangebracht ter gelegenheid van de coördinatie : - het woord « weduwenrente » is vervangen door het woord « weduwerente » ter aanpassing aan de laatst gekende geldende spelling van de Nederlandse taal; - vervanging van de verwijzing naar artikelen 20 en 21 door een verwijzing naar artikelen 12 en 13. (25) Wet van 28 mei 1971, artikel 23. Bijlagen : 1. Bepalingen niet in de gecoördineerde tekst overgenomen : Artikel 2, tweede tot en met vijfde lid, die luiden als volgt : « Teneinde de hun opgelegde verplichtingen na te komen, moeten de bij het eerste lid beoogde verzekeringsinstellingen wiskundige reserves aanleggen. Deze wiskundige reserves worden berekend overeenkomstig een door de Koning vastgestelde schaal. Het eventueel overschot, voortkomende van het verschil tussen het bedrag van de bestaande reserves en dat van de bij toepassing van het tweede lid berekende reserves, wordt aan de Rijksdienst voor pensioenen gestort en bestemd voor het beheer van het repartitiestelsel. De Rijksdienst voor Pensioenen neemt de rechten en verplichtingen, de passiva en activa, over van de andere instellingen bedoeld in dit artikel, wat betreft de toepassing van Hoofdstuk I van deze wet, op de volgende data : - ten laatste op 1 januari 1999 voor de bedoelde instellingen waarvan de beheerde wiskundige reserves op 1 januari 1998 minder dan 100 000 000 frank bedragen; - ten laatste op 1 januari 2000 voor de bedoelde instellingen waarvan de beheerde wiskundige reserves op 1 januari 1999 minder dan 2 000 000 000 frank bedragen; - ten laatste op 1 januari 2001 voor de bedoelde instellingen die op dat tijdstip hun beheer nog niet hebben overgedragen aan de Rijksdienst voor pensioenen. De Minister die de pensioenen onder zijn bevoegdheid heeft, kan de modaliteiten bepalen van toepassing op de overname van de rechten en verplichtingen, van de passiva en activa, bedoeld in het vierde lid, door de Rijksdienst voor pensioenen. » (deze leden hebben uitwerking gekregen) Artikel 4, derde en vierde lid, die luiden als volgt : « De begunstigde van een ouderdomsrente van meer dan 4.800 F en die ingaat op 65 jaar of op 60 jaar, naargelang het een man of een vrouw betreft, kan, op zijn verzoek, de uitbetaling in geld bekomen van ten hoogste drie zevenden van de contante waarde van zijn rente en, indien het een mannelijk begunstigde betreft, van hetzelfde aandeel van de reserve die betrekking heeft op de verzekering van de weduwenrente. De begunstigde van een ouderdomsrente die ingaat op 65 jaar kan, indien hij ongehuwd, weduwnaar of uit de echt gescheiden is, op zijn verzoek, de omzetting in lijfrente te zijnen voordele bekomen van ten hoogste drie zevenden van de reserve die betrekking heeft op de verzekering van de weduwenrente. Deze mogelijkheid mag niet samen met die, waarin bij het derde lid is voorzien, uitgeoefend worden. » (artikel 115 van de wet van 20 december 1995 houdende sociale bepalingen, heft de mogelijkheid tot het bekomen van de uitbetaling in geld van ten hoogste drie zevenden van de gekapitaliseerde waarde van de rente op)


39542

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Article 5, qui dispose que : « Le montant de la rente de veuve ou de la rente de survie constitué au profit d’un bénéficiaire désigné est déterminé, si le droit à cette rente est ouvert avant le 1er janvier 1970 conformément aux lois et arrêtés visés a l’article 1er. » (cet article a produit ses effets) Article 6, alinéas 2 et 3, qui disposent que : « Pour les femmes en vie au 1er janvier 1970 qui ont conclu une assurance décès au profit d’un bénéficiaire désigné, il est assuré, en cas de décès, une rente, égale à 40 p.c. de la rente de vieillesse et prenant cours le premier jour du mois du décès pour autant que celui-ci survienne avant l’entrée en jouissance de la rente de vieillesse. En cas d’exercice de la faculté de rachat ou de conversion prévue à l’article 4, alinéa 3 ou 4, la rente de vieillesse servant de base au calcul de la rente de veuve s’obtient en multipliant la rente de vieillesse qui était constituée avant le rachat ou la conversion, par une fraction égale à la différence entre l’unité et la fraction dont il a été tenu compte pour le rachat ou la conversion. aux déterminés. » (dans la pratique, aucun cas visé par ces alinéas ne s’est produit) Article 6, alinéa 4, seconde partie de phrase, qui dispose que : « il en est de même du taux de la rente de survie en cas de différence d’âge entre l’assuré et le bénéficiaire désigné » Article 7, § 3, alinéa 1er, deuxième phrase, qui dispose que : « Toutefois, pour l’année 2005, elles sont supportées par le régime légal de la capitalisation. » Article 7, § 3, alinéa 2, qui dispose que : « Pour l’application de cette disposition, l’Office national des pensions reprend les obligations du Ministère de la Prévoyance sociale dans l’article 10 de l’arrêté royal du 13 septembre 1971 portant exécution du chapitre Ier de la loi du 28 mai 1971 réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré. » (cet alinéa a produit ses effets) Article 8, §§ 2 à 5, qui disposent que : § 2. Lorsque lesdits avantages sont payés par la Caisse générale d’épargne et de retraite, les organismes d’assurance peuvent lui transférér dans les délais et selon les modalités fixées par le Roi, les réserves mathématiques afférentes aux rentes constituées auprès d’eux. Dans les autres cas, les organismes d’assurance sont tenus de transférér à l’Office national des pensions, dans les délais et selon les modalités que le Roi détermine, les réserves mathématiques afférentes aux rentes constituées auprès d’eux. § 3. Les réserves mathématiques, afférentes aux rentes visées au présent chapitre, qui n’ont pas été réclamées par leur bénéficiaire à l’âge de 66 ans, sont transférées par les organismes d’assurances à l’Office national des pensions dans les délais et selon les modalités que le Roi détermine. § 4. Les transferts visés aux §§ 2 et 3 libèrent les organismes d’assurances de toute obligation envers le bénéficiaire, la veuve ou le bénéficiaire désigné. La Caisse générale d’épargne et de retraite ou l’Office national des pensions, selon le cas, succède à dater de ce transfert, à toutes les obligations auxquelles ces organismes d’assurance sont tenus envers les bénéficiaires d’une rente ou leurs ayants droit. L’Office national des pensions est autorisé, avec l’accord des Ministres qui ont respectivement les pensions des travailleurs salariés et le Budget dans leurs attributions, à accorder des prêts à un organisme d’assurance visé au § 2, alinéa 2, et au § 3. § 5. Les dispositions du présent article sont applicables à l’Office national des pensions ainsi qu’aux autres organismes d’assurances visés à l’article 2 pour autant que les droits et obligations, actif et passif, de ces derniers n’ont pas été repris par l’Office national des pensions conformément à l’article 2 alinéa 4. » (suite aux articles 17 et 18 de l’arrêté royal n° 415 du 16 juillet 1986 modifiant certaines dispositions en matière de pensions pour travailleurs salariés, et à l’article 148 de la loi-programme du 30 décembre 1988, les réserves du régime de la capitalisation sont transférés au régime de la répartition)

Artikel 5, dat luidt als volgt : « Het bedrag van de weduwenrente of van de overlevingsrente, gevestigd ten voordele van een aangeduid begunstigde wordt, indien het recht op deze rente vóór 1 januari 1970 is geopend, bepaald overeenkomstig de in artikel 1 beoogde wetten en besluiten. » (dit artikel heeft uitwerking gekregen) Artikel 6, tweede en derde lid, die luiden als volgt : « Voor de vrouwen in leven per 1 januari 1970 die een verzekering bij overlijden hebben gesloten ten voordele van een aangeduid begunstigde, wordt bij overlijden een rente verzekerd die gelijk is aan 40 pct. van de ouderdomsrente en ingaat de eerste dag van de maand van het overlijden, mits het overlijden zich voordoet vóór de ingenottreding van de ouderdomsrente. Ingeval er gebruik gemaakt wordt van de mogelijkheid van afkoop of van omzetting waarin bij artikel 4, derde of vierde lid, is voorzien, wordt de ouderdomsrente die tot grondslag dient voor de berekening van de weduwenrente bekomen door de ouderdomsrente, gevestigd vóór de afkoop of de omzetting, te vermenigvuldigen met een breuk gelijk aan het verschil tussen de eenheid en de breuk waarmede rekening werd gehouden voor de afkoop of de omzetting. » (in de praktijk doen zich geen door dit artikel voorziene gevallen voor) Artikel 6, vierde lid, tweede zinsdeel, die luidt als volgt : « hetzelfde geldt voor het bedrag van de overlevingsrente in geval van verschil tussen de verzekerde en de aangeduide begunstigde. » Artikel 7, § 3, eerste lid, tweede zin dat luidt als volgt : « Voor het jaar 2005 evenwel worden ze gedragen door het wettelijk kapitalisatiestelsel. » Artikel 7, § 3, tweede lid, dat luidt als volgt : « Voor de toepassing van deze beschikking neemt de Rijksdienst voor pensioenen de verplichting over van het Ministerie van Sociale Voorzorg, opgesomd in artikel 10 van het koninklijk besluit van 13 september 1971 houdende uitvoering van hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971 tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels ingericht in het raam van de wetten betreffende de verzekering tegen de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood. » (dit artikel heeft uitwerking gekregen) Artikel 8, §§ 2 tot 5, dat luidt als volgt : § 2. Wanneer deze voordelen betaald werden door de Algemene Spaar- en Lijfrentekas, kunnen de verzekeringsinstellingen de wiskundige reserves met betrekking tot de bij hen gevormde renten aan haar overdragen, binnen de termijnen en volgens de modaliteiten bepaald door de Koning. In de andere gevallen zijn de verzekeringsinstellingen verplicht, binnen de termijnen en volgens de modaliteiten die de Koning bepaalt, de wiskundige reserves met betrekking tot de bij hen gevormde renten aan de Rijksdienst voor pensioenen over te dragen. § 3. De wiskundige reserves met betrekking tot de renten beoogd bij dit hoofdstuk die door hun gerechtigde op de leeftijd van 66 jaar niet werden opgevraagd, worden door de verzekeringsinstellingen aan de Rijksdienst voor pensioenen overgedragen binnen de termijnen en volgens de modaliteiten bepaald door de Koning. § 4. De overdrachten bedoeld bij de §§ 2 en 3 ontlasten de verzekeringsinstellingen van elke verplichting tegenover de gerechtigde, de weduwe of de aangeduide gerechtigde. De Algemene Spaar- en Lijfrentekas of, naargelang het geval, de Rijksdienst voor pensioenen, neemt vanaf die datum van deze overdracht, alle verplichtingen over die deze verzekeringsinstellingen hebben tegenover de gerechtigde, op een rente of tegenover hun rechthebbenden. De Rijksdienst voor pensioenen is gemachtigd om, met het akkoord van de Ministers die respectievelijk de werknemerspensioenen en de Begroting onder hun bevoegdheid hebben, leningen toe te staan aan een in § 2, 2e lid, en in § 3 bedoelde verzekeringsinstelling. § 5. De bepalingen van dit artikel zijn van toepassing op de Rijksdienst voor pensioenen alsook op de andere verzekeringsinstellingen bedoeld in artikel 2, voor zover de Rijksdienst voor pensioenen overeenkomstig artikel 2, 4e lid de rechten en verplichtingen, de passiva en activa van die instellingen niet heeft overgenomen. » (in gevolge artikelen 17 en 18 van het koninklijk besluit nr. 415 van 16 juli 1986 tot wijziging van sommige bepalingen betreffende de werknemerspensioenen, en van artikel 148 van de programmawet van 30 december 1988, zijn de reserves van het kapitalisatiestelsel naar het repartitiestelsel overgeheveld)


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Article 9, alinéa 2, 2°, qui dispose que : « les conditions et les modalités selon lesquelles les avantages visés au 1° sont payés par un versement unique égal à leur valeur actuelle, augmenté le cas échéant de la réserve afférente à l’assurance de la rente de veuve. »

Artikel 9, tweede lid, 2°, dat luidt als volgt : « onder welke voorwaarden en volgens welke modaliteiten de bij 1° beoogde voordelen worden betaald door een enige storting gelijk aan hun contante waarde, eventueel vermeerderd met de reserve die betrekking heeft op de verzekering van de weduwenrente. »

(cet alinéa a produit ses effets)

(dit lid heeft uitwerking gekregen)

Article 9 bis, alinéa 2, qui dispose que :

Artikel 9 bis, tweede lid, dat luidt als volgt :

« La différence entre les deux montants est attribuée aux réserves mathématiques de l’office national des pensions. »

39543

« Het verschil tussen de beide bedragen wordt toegewezen aan de wiskundige reserves bij de Rijksdienst voor pensioenen. »

(cet alinéa a produit ses effets)

(dit lid heeft uitwerking gekregen)

Article 10, alinéas 2 et 3, qui disposent que :

Artikel 10, tweede en derde lid, dat luidt als volgt :

« Ces organismes établissent au 31 décembre de chaque année un bilan et un compte de profits et pertes relatif à cette gestion.

« Die instellingen maken jaarlijks, per 31 december, een balans alsook een winst- en verliesrekening op betreffende dit beheer.

Le solde bénéficiaire du compte de profits et pertes de l’année est versé à l’Office national des pensions. »

Het batig saldo van de winst- en verliesrekening van het jaar wordt aan de Rijksdienst voor pensioenen gestort. »

(suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, l’Office national des pensions a repris les compétences et la tâches de ces organismes)

(in gevolge artikelen 41 quinquies en 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997, neemt de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instelling inzake de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, over)

Article 11, 2° à 5° sont abrogés par la loi du 10 février 1991, article 29.

Artikel 11, 2° tot en met 5° zijn opgeheven bij wet van 10 februari 1991, artikel 29.

Article 11, 6° à 8°, qui disposent que :

Artikel 11, 6° tot en met 8°, die luiden als volgt :

« 6° annuellement, le pourcentage du taux de rendement minimum moyen qui doit être réalisé par les compagnies d’assurance sur les réserves visées à l’article 2. Pour la fixation de ce pourcentage, Il peut tenir compte des diverses composantes des placements;

« 6° jaarlijks het percentage van het gemiddeld minimumrendement dat door de verzekeringsinstellingen op de in artikel 2 beoogde reserves moet worden verwezenlijkt. Voor de vaststelling van dit percentage kan Hij rekening houden met de verschillende componenten van de beleggingen;

7° le montant maximum qui, en fonction des réserves visées à l’article 2, du nombre d’assurances en cours, le nombre de brevets et d’un montant fixe, peut être inscrit à titre de frais de gestion dans le compte des pertes et profits de la gestion des réserves;

7° het maximumbedrag dat, in functie van de in artikel 2 bedoelde reserves, het aantal lopende verzekeringen, het aantal brevetten en een vast bedrag, als beheerskosten in de winst- en verliesrekening betreffende het beheer van de reserves mag worden ingeschreven;

8° le montant d’un acompte éventuel sur le solde bénéficiaire du compte de profits et pertes de l’année, visé à l’article 10, qui doit être versé à l’Office national des pensions. »

8° het bedrag van een eventueel voorschot op het batig saldo van de winst- en verliesrekening van het jaar, zoals bedoeld in artikel 10, dat aan de Rijksdienst voor pensioenen moet worden overgedragen. »

(suite aux articles 17 et 18 de l’arrêté royal n° 415 du 16 juillet 1986 modifiant certaines dispositions en matière de pensions pour travailleurs salariés, et à l’article 148 de la loi-programme du 30 décembre 1988, les réserves du régime de la capitalisation sont transférés au régime de la répartition)

(in gevolge artikelen 17 en 18 van het koninklijk besluit nr. 415 van 16 juli 1986 tot wijziging van sommige bepalingen betreffende de werknemerspensioenen, en van artikel 148 van de programmawet van 30 december 1988, zijn de reserves van het kapitalisatiestelsel overgeheveld naar het repartitiestelsel)

Article 12, qui dispose que :

Artikel 12, dat luidt als volgt :

« Le Ministre qui a les Affaires sociales dans ses attributions et les fonctionnaires qu’il désigne à cet effet sont chargés de contrôler l’exécution par l’Office national des pensions ainsi que par les autres organismes d’assurances visés à l’article 2 des obligations qui leurs incombent pour autant que les droits et obligations, actif et passif de ces derniers n’ont pas été repris par l’Office national des pensions conformément à l’article 2 alinéa 4.

« De Minister die de Sociale Zaken onder zijn bevoegdheid heeft en de ambtenaren die hij te dien einde aanduidt zijn belast met het toezicht op de uitvoering door de Rijksdienst voor pensioenen alsook door de andere verzekeringsinstellingen beoogd bij artikel 2, van de verplichtingen die zijn opgelegd, voor zover de Rijksdienst voor pensioenen overeenkomstig artikel 2, vierde lid de rechten en verplichtingen, de passiva en activa van die instellingen niet heeft overgenomen.

Ces organismes sont tenus notamment de fournir toutes les pièces justificatives que le Ministre qui a la Prévoyance sociale dans ses attributions ou les personnes chargées du contrôle jugent nécessaires.

Deze instellingen zijn er inzonderheid toe gehouden alle bewijsstukken te verstrekken welke de Minister die de Sociale Voorzorg onder zijn bevoegdheid heeft of met het toezicht belaste personen nodig achten.

Le Roi peut, par arrêté délibéré en Conseil des Ministres, décider que l’Office national des pensions succédera aux droits et obligations et recueillera l’actif et le passif de la gestion confiée par le présent chapitre à un des organismes d’assurance agréés visés à l’article 22 de la loi du 12 juillet 1957 précitée lorsqu’un des organismes d’assurance agréés ne se conforme pas aux dispositions légales et réglementaires, lorsque son compte de profits et pertes présente une situation déficitaire de nature à compromettre les opérations de l’assurance ou lorsque sa gestion est trop onéreuse. »

De Koning kan, bij in Ministerraad overlegd besluit, beslissen dat de Rijksdienst voor pensioenen zal opvolgen in de rechten en verplichtingen en het actief en het passief zal overnemen van het beheer, door dit hoofdstuk toevertrouwd aan een van de gemachtigde verzekeringsinstellingen beoogd bij artikel 22 van voormelde wet van 12 juli 1957, wanneer een van de gemachtigde verzekeringsinstellingen de wettelijke en reglementaire bepalingen niet naleeft, wanneer haar winst- en verliesrekening een deficitaire toestand vertoont welke van die aard is dat hij de verrichtingen van de verzekering in gevaar brengt of wanneer haar beheerskosten te zwaar zijn. »

(suite aux articles 41quinquies et 41sexies de l’arrêté royal n° 50 du 24 octobre 1967, insérés respectivement par l’article 138 de la loi du 29 avril 1996, et par l’article 1er de l’arrêté royal du 23 avril 1997, ratifié par l’article 2, 2° de la loi du 12 décembre 1997, l’Office national des pensions a repris les compétences et la tâches de ces organismes)

(in gevolge artikelen 41 quinquies en 41 sexies van het koninklijk besluit nr. 50 van 24 oktober 1967, ingevoegd respectievelijk door artikel 138 van de wet van 29 april 1996 en door artikel 1 van het koninklijk besluit van 23 april 1997, bekrachtigd door artikel 2, 2°, van de wet van 12 december 1997, neemt de Rijksdienst voor pensioenen de bevoegdheden en taken van deze instelling inzake de toepassing van de bepalingen betreffende de renten bedoeld in hoofdstuk I van de wet van 28 mei 1971, over)


39544

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

Articles 14 à 19, qui disposent que :

Artikelen 14 tot en met 19, die luiden als volgt :

« Art. 14. La Caisse nationale des pensions pour employés, la Caisse générale d’Epargne et de Retraite et les autres organismes d’assurance agréés prélèvent, sur le fonds de répartition existant au 31 décembre 1967 dans le cadre de la gestion visée à l’article 13, 1°; les sommes nécessaires pour porter le fonds de réserve de cette gestion à 5 p.c. du montant des réserves mathématiques existant à la même date.

« Art. 14. De Nationale Kas voor bediendenpensioenen, de Algemene Spaar- en Lijfrentekas en de andere gemachtigde verzekeringsinstellingen nemen van het omslagfonds dat per 31 december 1967 in het raam van het in artikel 13, 1°, bedoeld beheer staat, de sommen af die vereist zijn om het reservefonds van dit beheer op 5 pct. van het bedrag van de op diezelfde datum bestaan wiskundige reserves te brengen.

Art. 15. Le reliquat du fonds de répartition visé à l’article 14 est réparti entre les assurés et les rentiers en vie au 31 décembre 1967 à raison de cent cent cinquième de son montant.

Art. 15. Het overschot van het omslagfonds bedoeld bij artikel 14 wordt onder de verzekerden en onder de rentetrekkers die per 31 december 1967 in leven zijn verdeeld in verhouding van honderd honderd vijfden van zijn bedrag.

La quote-part accordée à chacun d’eux est proportionnelle au montant des réserves mathématiques au 31 décembre 1967 correspondant aux rentes constituées à leur compte par rapport au montant total des réserves mathématiques au 31 décembre 1967 correspondant aux rentes constituées au compte des personnes visées à l’alinéa 1er.

Het aandeel dat aan ieder van hen wordt toegekend is evenredig aan het bedrag van de wiskundige reserves per 31 december 1967 welke overeenstemmen met de renten gevestigd op hun rekening in verhouding tot het gezamelijk bedrag van de wiskundige reserves per 31 december 1967 welke overeenstemmen met de renten gevestigd op de rekening van de bij het eerste lid bedoelde personen.

En ce qui concerne les assurés, la quote-part est ajoutée aux réserves mathématiques constituées pour chacun d’eux.

Wat de verzekerden betreft, wordt het aandeel gevoegd bij de wiskundige reserves welke voor elk van hen gevestigd zijn

En ce qui concerne les rentiers, la quote-part est considérée comme une prime unique versée par le bénéficiaire à l’âge, en années révolues, atteint au 1er janvier 1968. La rente ainsi constituée est ajoutée à celle qui est déjà liquidée.

Wat de rentetrekkers betreft, wordt het aandeel beschouwd als een inkoopsom door de gerechtigde op de per 1 januari 1968 in volle jaren bereikte leeftijd gestort. De aldus gevestigde rente wordt bij die gevoegd welke reeds wordt uitbetaald.

Le solde du fonds de répartition est transféré au fonds de réserve.

Het saldo van het omslagfonds wordt overgedragen aan het reservefonds.

Art. 16. La Caisse nationale des pensions pour employés, la Caisse générale d’Epargne et de Retraite et les autres organismes d’assurance agréés procèdent, dans le cadre de la gestion visée à l’article 13, 2°, à la réévaluation des réserves mathématiques existant au 31 décembre 1967 et calculées conformément aux barèmes figurant à l’annexe II de l’arrêté royal du 31 décembre 1962 modifiant l’arrêté royal du 29 juillet 1957 fixant les mesures à prendre par les organismes d’assurance en vue de l’exécution de la loi du 12 juillet 1957 relative à la pension de retraite et de survie des employés et les modalités d’exécution et de contrôle de ces mesures.

Art. 16. De Nationale Kas voor bediendenpensioenen, de Algemene Spaar- en Lijfrentekas en de andere gemachtigde verzekeringsinstellingen gaan, in het raam van het bij artikel 13, 2°, beoogde beheer, over tot de herwaardering van de per 31 december 1967 bestaande wiskundige reserves die berekend zijn overeenkomstig de schalen die voorkomen in bijlage II van het koninklijk besluit van 31 oktober 1962 tot wijziging van het koninklijk besluit van 29 juli 1957 houdende vaststelling van de maatregelen die door de verzekeringsinstellingen dienen getroffen te worden met het oog op de uitvoering van de wet van 12 juli 1957 betreffende het rust- en overlevingspensioen voor bedienden, en de modaliteiten van uitvoering en controle van deze maatregelen.

Art. 17. La réévaluation visé à l’article 16 est faite conformément aux barèmes déterminés par le Roi et établis sur les bases suivantes :

Art. 17. De herwaardering, bedoeld bij artikel 16 geschiedt overeenkomstig de door de Koning vastgestelde schalen die op de navolgende grondslagen zijn opgemaakt :

1° mortalité exprimée par les tables H, F et V 1948-1954 de la Caisse nationale des pensions pour employés;

1° sterftecijfer uitgedrukt in de tabellen H, F en V 1948-1954 van de Nationale Kas voor bediendenpensioenen;

2° taux d’intérêt annuel : 4 p.c.;

2° jaarlijks interestvoet : 4 pct :

3° frais pour le service des rentes : 1 p.c. des rentes;

3° kosten voor de renteuitkering : 1 pct. van de renten;

4° paiement des rentes, par douzième mensuels égaux, à terme échu, sans arrérages au décès.

4° uitbetaling van de renten, per gelijke maandelijkse twaalfden, na vervallen termijn, zonder achterstallen bij overlijden.

Art. 18. La différence entre le montant des réserves mathématiques visées à l’article 16 et celui des réserves mathématiques réévaluées est versées au fonds de réserve existant au 31 décembre 1967 dans le cadre de la gestion prévus à l’article 13, 2°.

Art. 18. Het verschil tussen het bedrag van de wiskundige reserves bedoeld bij artikel 16 en dat van de herwaardeerde wiskundige reserves wordt aan het reservefonds gestort dat, per 31 december 1967, in het raam van de bij artikel 13, 2°, bedoelde beheer bestond.

Si après ce versement, ce fonds de réserve dépasse 5 p.c. des réserves mathématiques réévaluées, l’excédent est versé au fonds de répartition de la même gestion.

Indien dit reservefonds na deze storting 5 pct. van de herwaardeerde wiskundige reserves overtreft, wordt het overschot aan het omslagfonds van hetzelfde beheer gestort.

Art. 19. La Caisse nationale des pensions pour employés, la Caisse générale d’Epargne et de Retraite et les autres organismes d’assurance agréés procèdent entre les assurés à une répartition du fonds de répartition existant après application de l’article 18, alinéa 2, à raison de cent cent cinquièmes de son montant.

Art. 19. De Nationale Kas voor bediendenpensioenen, de Algemene Spaar- en Lijfrentekas en de andere gemachtigde verzekeringsinstellingen verdelen onder de verzekerden het omslagfonds dat bestaat na toepassing van artikel 18, tweede lid; in verhouding van honderd honderdenvijfden van zijn bedrag.

La quote-part de ce fonds attribuée à chacun des assurés est proportionnelle au montant des réserves mathématiques réévaluées correspondant aux rentes constituées à leur compte par rapport au montant total des réserves mathématiques réévaluées des assurances en cours.

Het aandeel van dit fonds dat aan ieder verzekerde wordt toegekend is evenredig aan het bedrag van de herwaardeerde wiskundige reserves die overeenstemmen met de renten die op hun rekening zijn gevestigd in verhouding tot het gezamelijk bedrag van de herwaardeerde wiskundige reserves van de lopende verzekeringen.

Cette quotité est ajoutée aux réserves mathématiques réévaluées constituées pour chacun des assurés.

Dit aandeel wordt bij de herwaardeerde wiskundige reserves gevoegd die voor ieder verzekerde gevestigd zijn.

Le solde du fonds de répartition est transféré au fonds de réserve. »

Het saldo van het omslagfonds wordt overgedragen aan het reservefonds.»

(ces articles ont produits leurs effets)

(deze artikelen uitwerking hebben gekregen)

Articles 24 à 32 car il s’agit de dispositions modificatives.

Artikelen 24 tot en met 32 daar het wijzigingsbepalingen betreft.


39545

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 2. Tables de concordance

Loi coordonnée

2. Concordantietabellen

Loi du 28 mai 1971 réalisant l’unification et l’harmonisation des régimes de capitalisation institués dans le cadre des lois relatives à l’assurance en vue de la vieillesse et du décès prématuré.

Gecoördineerde wet

Wet van 28 mei 1971 tot verwezenlijking van de eenmaking en de harmonisering van de kapitalisatiestelsels in het raam van de wetten betreffende de verzekering van de geldelijke gevolgen van ouderdom en vroegtijdige dood

CHAPITRE I. — Des versements obligatoires

HOOFDSTUK I. — Verplichte stortingen

Art. 1er

Art. 1er

Art. 1

Art. 1

Art. 2

Art. 2 alinéa 1er

Art. 2

Art. 2, eerste lid

Art. 3, alinéa 1er

Art. 4, alinéa 1er

Art. 3, eerste lid

Art. 4, eerste lid

Art. 3, alinéa 2

Art. 4, alinéa 2

Art. 3, tweede lid

Art. 4, tweede lid

Art. 4, alinéa 1er

Art. 3, alinéa 1er

Art. 4, eerste lid

Art. 3, eerste lid

Art. 4, alinéa 2

Art. 3, alinéa 2

Art. 4, tweede lid

Art. 3, tweede lid

er

er

Art. 5, alinéa 1

Art. 6, alinéa 1

Art. 5, eerste lid

Art. 6, eerste lid

Art. 5, alinéa 2

Art. 6, alinéa 4

Art. 5, tweede lid

Art. 6, vierde lid

Art. 6, § 1er

Art. 7, § 1er

Art. 6, § 1

Art. 7, § 1

er

er

Art. 6, § 2, alinéa 1

Art. 7, § 2, alinéa 1

Art. 6, § 2, eerste lid

Art. 7, § 2, eerste lid

Art. 6, § 2, alinéa 2

Art. 7, § 2, alinéa 2

Art. 6, § 2, tweede lid

Art. 7, § 2, tweede lid

Art. 6, § 2, alinéa 3

Art. 7, § 2, alinéa 3

Art. 6, § 2, derde lid

Art. 7, § 2, derde lid

Art. 7

Art. 7, § 3, alinéa 1er

Art. 7

Art. 7, § 3, eerste lid

Art. 8, § 1er, alinéa 1er

Art. 9, alinéa 1er

Art. 8, § 1, eerste lid

Art. 9, eerste lid

Art. 8, § 1

Art. 8, § 1

Art. 8, § 1, alinéa 2

Art. 9, alinéa 2, 1°

Art. 8, § 1, tweede lid

Art. 9, tweede lid, 1°

Art. 8, § 2

Art. 9bis, alinéa 1er

Art. 8, § 2

Art. 9bis, eerste lid

Art. 8, § 3

Art. 9ter

Art. 8, § 3

Art. 9ter

Art. 9

Art. 10, alinéa 1er

Art. 9

Art. 10, eerste lid

CHAPITRE II. — Des versements complémentaires et supplémentaires.

HOOFDSTUK II — Aanvullende en bijkomende stortingen.

Art. 11

Art. 13

Art. 11

Art. 13

Art. 12

Art. 20

Art. 12

Art. 20

Art. 13, alinéa 1er

Art. 21, alinéa 1er

Art. 13, eerste lid

Art. 21, eerste lid

Art. 13, alinéa 2

Art. 21, alinéa 2

Art. 13, tweede lid

Art. 21, tweede lid

Art. 14

Art. 22

Art. 14

Art. 22

Art. 15

Art. 23

Art. 15

Art. 23


39546

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD FEDERALE OVERHEIDSDIENST SOCIALE ZEKERHEID

SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE F. 2007 — 3190

[C − 2007/23121]

6 JUILLET 2007. — Arrêté royal modifiant l’entrée en vigueur de l’article 15bis de l’arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut.

N. 2007 — 3190

[C − 2007/23121]

6 JULI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van de inwerkingtreding van artikel 15bis van het koninklijk besluit van 28 november 1969 tot uitvoering van de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet.

Vu la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs, notamment l’article 2, § 1er;

Gelet op de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders, inzonderheid op artikel 2, § 1;

Vu l’arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs, notamment l’article 15bis, inséré par l’arrêté royal du 18 mars 1983 et modifié par les arrêtés royaux des 3 octobre 1985, 13 février 1987 et 3 juin 2007;

Gelet op het koninklijk besluit van 28 november 1969 tot uitvoering van de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders, inzonderheid op artikel 15bis, ingevoegd bij het koninklijk besluit van 18 maart 1983 en gewijzigd bij de koninklijke besluiten van 3 oktober 1985, 13 februari 1987 en 3 juni 2007;

Vu l’avis de l’Inspection des Finances, donné le 15 juin 2007;

Gelet op het advies van de Inspectie van Financiën, gegeven op 15 juni 2007;

Vu l’accord de Notre Ministre du Budget, donné le 28 juin 2007;

Gelet op de akkoordbevinding van Onze Minister van Begroting van 28 juni 2007;

Vu les lois sur le Conseil d’Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, notamment l’article 3, § 1er, remplacé par la loi du 4 juillet 1989 et modifié par la loi du 4 août 1996;

Gelet op de wetten op de Raad van State, gecoördineerd op 12 januari 1973, inzonderheid op artikel 3, § 1, vervangen bij de wet van 4 juli 1989 en gewijzigd bij de wet van 4 augustus 1996;

Vu l’urgence;

Gelet op de dringende noodzakelijkheid;

Considérant que l’entrée en vigueur de l’arrêté royal du 3 juin 2007 modifiant l’article 15bis de l’arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs, publié le 12 juin 2007 aurait du être fixée au 1er juillet 2008 et non au 1er juillet 2007.

Overwegende dat de inwerkingtreding van het koninklijk besluit van 3 juni 2007 tot wijziging van artikel 15bis van het koninklijk besluit van 28 november 1969 tot uitvoering van de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders, bekendgemaakt op 12 juni 2007, had moeten worden vastgesteld op 1 juli 2008 en niet op 1 juli 2007.

Que cette erreur matérielle doit être corrigée de toute urgence car elle a des conséquences importantes, tant pour les centres interuniversitaires que pour les médecins en formations qui sont dans l’impossibilité actuelle de faire face à ces nouvelles obligations.

Overwegende dat deze materiële fout dringend moet worden rechtgezet omdat ze belangrijke gevolgen heeft zowel voor de interuniversitaire centra als voor de artsen in opleiding, die thans onmogelijk deze nieuwe verplichtingen kunnen nakomen.

Qu’en effet, les centres interuniversitaires n’ont actuellement pas de personnalité juridique propre ni de services adéquats pour faire leur déclaration à l’O.N.S.S. Qu’en conséquence, une responsabilité pénale et civile pour manquements à la législation sociale devrait être appliquée aux gestionnaires de fait desdits centres interuniversitaires. Qu’en outre, nombre de médecins en formation qui ne travaillent pas sous le statut d’indépendant se retrouveraient dépourvus de sécurité sociale vu qu’ils ne pourraient pas s’affilier à l’INASTI et qu’ils ne seraient pas non plus déclarés à l’O.N.S.S.. Que cette situation entraînerait des dommages graves et difficilement réparables dans le chef des deux parties, ce qui n’était absolument pas voulu par le gouvernement qui sollicitait la mise en œuvre de ce système en parfait accord avec toutes les parties en temps opportun et non dans la précipitation.

Dat de interuniversitaire centra thans immers geen eigen rechtspersoonlijkheid hebben, noch passende diensten om hun aangifte bij de R.S.Z. te doen. Dat de feitelijke beheerders van voormelde interuniversitaire centra bijgevolg strafrechtelijk en burgerlijk aansprakelijk zouden zijn wegens niet-nakoming van de sociale wetgeving. Dat daarenboven een aantal artsen in opleiding die niet in het kader van het statuut van zelfstandige werkzaam zijn, geen beroep zouden kunnen doen op de sociale zekerheid omdat ze zich niet zouden kunnen aansluiten bij het RSVZ en evenmin bij de R.S.Z. zouden aangegeven zijn. Dat deze situatie ernstige en moeilijk te herstellen schade zou veroorzaken bij beide partijen, wat absoluut niet de bedoeling was van de regering die de invoering van dit systeem vroeg in algehele onderlinge overeenstemming tussen alle partijen, te gelegener tijd en niet op een overhaaste manier.

Sur la proposition de Notre Ministre des Affaires sociales et de l’avis de Nos Ministres qui en ont délibéré en Conseil,

Op de voordracht van Onze Minister van Sociale Zaken en op het advies van Onze in Raad vergaderde Ministers,

Nous avons arrêté et arrêtons : er

Article 1 . Dans l’article 3 de l’ arrêté royal modifiant, l’article 15bis de l’arrêté royal du 28 novembre 1969 pris en exécution de la loi du 27 juin 1969 révisant l’arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs du 3 juin 2007, les mots « 2007 » sont remplacés par « 2008 ». Art. 2. Le présent arrêté entre en vigueur le 1 juillet 2007. Art. 3. Notre Ministre des Affaires sociales est chargé de l’exécution du présent arrêté. Donné à Bruxelles, le 6 juillet 2007.

Hebben Wij besloten en besluiten Wij : Artikel 1. In artikel 3 van het koninklijk besluit tot wijziging van artikel 15bis van het koninklijk besluit van 28 november 1969 tot uitvoering van de wet van 27 juni 1969 tot herziening van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders van 3 juni 2007, worden de woorden « 2007 » vervangen door de woorden « 2008 » Art. 2. Dit besluit treedt in werking op 1 juli 2007. Art. 3. Onze Minister van Sociale Zaken is belast met de uitvoering van dit besluit. Gegeven te Brussel, 6 juli 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre des Affaires sociales, R. DEMOTTE

De Minister van Sociale Zaken, R. DEMOTTE


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39547

SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES ET ENERGIE

FEDERALE OVERHEIDSDIENST ECONOMIE, K.M.O., MIDDENSTAND EN ENERGIE

F. 2007 — 3191 [C − 2007/23097] 7 JUIN 2007. — Arrêté royal modifiant l’arrêté royal du 21 octobre 1998 portant exécution du Chapitre Ier du Titre II de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l’entreprise indépendante

N. 2007 — 3191 [C − 2007/23097] 7 JUNI 2007. — Koninklijk besluit tot wijziging van het koninklijk besluit van 21 oktober 1998 tot uitvoering van Hoofdstuk I van Titel II van de programmawet van 10 februari 1998 tot bevordering van het zelfstandig ondernemerschap

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l’entreprise indépendante, notamment l’article 3, modifiée par les lois des 11 mai 2003 et 22 décembre 2003; Vu l’arrêté royal du 21 octobre 1998 portant exécution du Chapitre Ier du Titre II de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l’entreprise indépendante, notamment l’article 6;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de programmawet van 10 februari 1998 tot bevordering van het zelfstandig ondernemerschap, inzonderheid artikel 3, gewijzigd bij de wetten van 11 mei 2003 en 22 december 2003; Gelet op het koninklijk besluit van 21 oktober 1998 tot uitvoering van Hoofdstuk I van Titel II van de programmawet van 10 februari 1998 tot bevordering van het zelfstandig ondernemerschap, inzonderheid artikel 6; Gelet op het advies van de Hoge Raad voor de Zelfstandigen en de Kleine en Middelgrote Ondernemingen, gegeven op 26 april 2007; Gelet op het advies van de Inspecteur van Financiën, gegeven op 18 april 2007; Gelet op advies 42.894/1 van de Raad van State, gegeven op 10 mei 2007, met toepassing van artikel 84, § 1, eerste lid, 1°, van de gecoördineerde wetten op de Raad van State; Op de voordracht van Onze Minister van Middenstand,

Vu l’avis du Conseil supérieur des Indépendants et des Petites et Moyennes Entreprises, donné le 26 avril 2007; Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 18 avril 2007; Vu l’avis du Conseil d’Etat 42.894/1, donné le 10 mai 2007, en application de l’article 84, § 1er, premier alinéa, 1°, des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat; Sur la proposition de Notre Ministre des Classes moyennes, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Article 1 . L’article 6 de l’arrêté royal du 21 octobre 1998 portant exécution du Chapitre Ier du Titre II de la loi-programme du 10 février 1998 pour la promotion de l’entreprise indépendante, est remplacé par la disposition suivante : « Art. 6. Le programme des connaissances de gestion de base, visé à l’article 3, premier alinéa, 1°, de la loi-programme P.M.E., comprend : A. Esprit d’entreprendre et compétences entreprenariales : 1° les motivations, les qualités et l’attitude de l’entrepreneur, l’esprit innovant et créatif, l’envie de prendre des risques; 2° l’importance et les méthodes de se connaître soi-même;

Hebben Wij besloten en besluiten Wij : Artikel 1. Artikel 6 van het koninklijk besluit van 21 oktober 1998 tot uitvoering van Hoofdstuk I van Titel II van de programmawet van 10 februari 1998 tot bevordering van het zelfstandig ondernemerschap, wordt vervangen door de volgende bepaling : « Art. 6. Het programma van de basiskennis van het bedrijfsbeheer, bedoeld in artikel 3, eerste lid, 1°, van de K.M.O.-programmawet, bestaat uit het volgende : A. Ondernemend denken en ondernemerscompetenties : 1° de motivering, de kwaliteiten en de attitude van de ondernemer, innoverend en creatief denken, zin voor risico; 2° het belang van zelfkennis en de daarvoor te gebruiken methodes;

3° connaître les conseillers professionnels et l’importance de se faire conseiller;

3° de professionele raadgevers kennen en het belang van zich te laten bijstaan;

4° la réalisation d’un plan d’entreprise et son étude de faisabilité.

4° het optellen van een ondernemingsplan en het bestuderen van zijn haalbaarheid

B. Connaissances élémentaires de :

B. Elementaire kennis van :

I. La création d’entreprise :

I. De oprichting van een onderneming :

1° les différentes formes juridiques de l’entreprise, les différents régimes matrimoniaux, les baux, les assurances obligatoires et facultatives; 2° statut social des travailleurs indépendants; 3° réglementations en matière d’environnement, d’aménagement du territoire et de normes en matière d’hygiène, d’implantation commerciale, d’établissement à risque;

1° de verschillende rechtsvormen van een onderneming, de verschillende huwelijksstelsels, de handelshuur, de verplichte en facultatieve verzekeringen; 2° het sociaal statuut van de zelfstandigen; 3° de reglementeringen betreffende milieu, ruimtelijke ordening en hygiënenormen, handelsvestigingen, gevaarlijke inrichtingen;

4° aides publiques, subsides et crédits.

4° de overheidssteun, subsidies en kredieten.

II. Aux aspects comptables, financiers et fiscaux :

II. De boekhoudkundige, financiële en fiscale aspecten :

1°aspects comptables : utilité de la comptabilité comme outil de gestion, les rubriques d’un bilan et d’un compte de résultat simple, les principaux documents commerciaux et de paiement, le chiffre d’affaires, le cash-flow, les dispositions légales relatives à la comptabilité des PME, le mécanisme de la T.V.A.;

1° boekhoudkundige aspecten : het nut van de boekhouding als beleidsinstrument, de rubrieken van een eenvoudige balans en resultatenrekening, de voornaamste handels- en betalingsdocumenten, de omzet, de cashflow, de wettelijke bepalingen inzake de boekhouding van KMO’s, het BTW-mechanisme;

2° aspects financiers : la gestion des frais et la rentabilité, le tableau de bord de gestion, le seuil de rentabilité, le budget prévisionnel des recettes et des dépenses d’investissement et de financement, le plan financier, la fixation d’un prix de vente et d’un prix de revient et l’analyse des coûts;

2° financiële aspecten : het kostenbeheer en de rendabiliteit, de boordtabel voor bedrijfsbeheer, het break-evenpoint, de raming van de ontvangsten en de investerings- en financieringsuitgaven, het financiële plan, de berekening van de verkoop- en kostprijs en de kostenanalyse;

3°aspects fiscaux : principes généraux de l’impôt des personnes physiques et de l’impôt des sociétés, les différents types de revenus, la déductibilité des frais, les précomptes et les versements anticipés.

3° fiscale aspecten : de algemene principes van de personen- en de vennootschapsbelasting, de verschillende soorten inkomsten, de aftrekbaarheid van kosten, de voorheffingen en voorafbetalingen.

III. A la gestion commerciale : 1° la gestion des fournisseurs et des clients, la négociation commerciale, l’analyse de la concurrence;

III. Het commerciële beheer : 1° het beheer van leveranciers en klanten, de commerciële onderhandelingen, de analyse van de concurrentie;

2° le marketing, la publicité, la promotion des ventes;

2° de marketing, publiciteit en verkoopspromotie;

3° a gestion et l’approvisionnement des stocks;

3° het beheer van de leveringen en voorraden;

4° études de marché et stratégies commerciales.

4° de marktstudies en de handelsstrategie;


39548

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD IV. De wetgeving

IV. A la législation 1° les responsabilités, les droits et obligations du commerc¸ ant;

1° de verantwoordelijkheden, rechten en verplichtingen van de handelaar;

2° la faillite;

2° het faillissement;

3° les pratiques du commerce et la protection du consommateur;

3° de handelspraktijken en de bescherming van de consument;

4° les accords commerciaux.

4° de handelsovereenkomsten.

L’ensemble des matières visé dans le présent article, doit être acquis au terme de minimum 120 heures. Art. 2. Le présent arrêté entre en vigueur le 1er septembre 2008. Art. 3. Notre Ministre des Classes moyennes, est chargée de l’exécution du présent arrêté. Donné à Bruxelles, le 7 juin 2007.

Het geheel van de in dit artikel vermelde leerstof moet in minstens 120 uren verworven worden. Art. 2. Dit besluit treedt in werking op 1 september 2008. Art. 3. Onze Minister van Middenstand is belast met de uitvoering van dit besluit. Gegeven te Brussel, 7 juni 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

La Ministre des Classes moyennes, Mme S. LARUELLE

De Minister van Middenstand, Mevr. S. LARUELLE

* AGENCE FEDERALE DES MEDICAMENTS ET DES PRODUITS DE SANTE

FEDERAAL AGENTSCHAP VOOR GENEESMIDDELEN EN GEZONDHEIDSPRODUCTEN

F. 2007 — 3192 [C − 2007/23136] 22 JUIN 2007. — Arrêté royal relatif à l’octroi d’un subside aux établissements de transfusion sanguine pour l’année 2007

N. 2007 — 3192 [C − 2007/23136] 22 JUNI 2007. — Koninklijk besluit betreffende de toekenning van een subsidie aan bloedtransfusie-instellingen voor het jaar 2007

ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu les lois sur la comptabilité de l’Etat, coordonnées le 17 juillet 1991, notamment les articles 55 à 58; Vu la loi du 5 juillet 1994 relative au sang et aux dérivés du sang d’origine humaine, notamment l’article 7bis inséré par la loi du 27 avril 2007; Vu le budget de l’Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé pour l’année 2007, annexé à la loi du 28 décembre 2006 concernant le budget général des dépenses pour l’année budgétaire 2007, notamment le chapitre 52, allocation de base 527-050;

ALBERT II, Koning der Belgen, Aan allen die nu zijn en hierna wezen zullen, Onze Groet. Gelet op de wetten op de Rijkscomptabiliteit, gecoördineerd op 17 juli 1991, inzonderheid op de artikelen 55 tot 58; Gelet op de wet van 5 juli 1994 betreffende bloed en bloedderivaten van menselijke oorsprong, inzonderheid op artikel 7bis ingevoegd bij de wet van 27 april 2007; Gelet op de begroting voor het jaar 2007 van het Federaal Agentschap voor Geneesmiddelen en Gezondheidsproducten die aan de wet van 28 december 2006, houdende de algemene uitgavenbegroting voor het begrotingsjaar 2007 bijgevoegd is, inzonderheid op hoofdstuk 52, basisallocatie base 527-050; Gelet op de adviezen van de Inspectie van Financiën, gegeven op 25 januari 2007 en op 4 juni 2007; Op de voordracht van Onze Minister van Volksgezondheid,

Vu les avis de l’Inspection des Finances du 25 janvier 2007 et du 4 juin 2007; Sur la proposition de Notre Ministre de la Santé publique, Nous avons arrêté et arrêtons : er

Hebben Wij besloten en besluiten Wij :

Article 1 . Les paiements visés au présent arrêté couvrent le financement des tests NAT HIV1 et HCV pour la période du er 1 janvier 2007 au 31 décembre 2007.

Artikel 1. De in dit besluit bedoelde betalingen dekken de financiering van de NAT tests HIV1 en HCV voor de periode 1 januari 2007 tot en met 31 december 2007.

Art. 2. Le budget total (BT) attribué à l’ensemble des établissements de transfusion visés au présent arrêté est limité à la somme de 9.751.000 EUR.

Art. 2. Het totale budget (TB) toegekend aan alle transfusieinstellingen, bedoeld in dit besluit, is tot 9.751.000 EUR beperkt.

Art. 3. § 1er. Les institutions bénéficiaires rec¸ oivent des provisions au prorata du nombre de tests effectivement réalisés durant l’exercice 2005, à concurrence de 80 % du budget disponible.

Art. 3. § 1. De begunstigde instellingen ontvangen provisies naar rata van het aantal tijdens het boekjaar 2005 daadwerkelijk uitgevoerde tests, en dat ten belopen van 80 % van het beschikbare budget.

§ 2. Aux institutions suivantes, il est versé une provision le 15 juillet et le 15 octobre 2007 :

§ 2. Aan de volgende instellingen wordt er op 15 juli en 15 oktober 2007 een provisie uitgekeerd :

1) 2.560.826,17 EUR à la Croix Rouge néerlandophone à Malines par virement au compte numéro 001-3760620-06 de Rode Kruis - Vlaanderen, Dienst voor het Bloed, Motstraat 40 – 2800 Mechelen;

1) 2.560.826,17 EUR aan het Nederlandstalige Rode Kruis te Mechelen door storting op rekeningnummer 001-3760620-06 van Rode Kruis Vlaanderen, Dienst voor het Bloed, Motstraat, 40 – 2800 Mechelen;

2) 1.112.009,42 EUR à la Croix Rouge francophone à Uccle par virement au compte numéro 001-4161161-34 de Croix Rouge de Belgique, Service du Sang, rue de Stalle 96 – 1180 Bruxelles;

2) 1.112.009,42 EUR aan het Franstalige Rode Kruis te Ukkel door storting op rekeningnummer 001-4161161-34 van Croix Rouge de Belgique, Service du Sang, rue de Stalle, 96 – 1180 Bruxelles;

3) 184.889,61 EUR à l’ASBL « La Transfusion du Sang » à Charleroi par virement au compte numéro 091-0110766-21 de « La Transfusion du Sang », boulevard Joseph II, 11B, 6000 Charleroi;

3) 184.889,61 EUR aan de V.Z.W. « La Transfusion du Sang » te Charleroi door storting op rekeningnummer 091-0110766-21 van « La Transfusion du Sang », Boulevard Joseph II, 11B, 6000 Charleroi;

4) 25.591,79 EUR à l’ASBL « Etablissement de Transfusion de Mont-Godinne » à Yvoir par virement au compte numéro 0000046249-77 de Cliniques universitaires UCL de Mont-Godinne à 5530 Yvoir;

4) 25.591,79 EUR aan de V.Z.W. « Etablissement de Transfusion de Mont-Godinne » te Yvoir door storting op rekeningnummer 0000046249-77 van Cliniques Universitaires UCL de Mont-Godinne à 5530 Yvoir;

5) 17.083,01EUR à l’AZ Sint-Jan à Brugge par virement au compte numéro 630-6400000-96 de AZ Sint-Jan AV Brugge – Bloedtransfusiedienst, Ruddershove 10, 8000 Brugge.

5) 17.083,01 EUR aan het AZ Sint-Jan te Brugge door storting op rekeningnummer 630-6400000-96 van AZ Sint-Jan AV Brugge – Bloedtransfusiedienst, Ruddershove 10, 8000 Brugge.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

39549

Art. 4. § 1er. Le solde définitif du subside octroyé pour l’année 2007, à recevoir ou à rembourser, est calculé en fonction du nombre total de prélèvements réussis, effectivement effectués en 2007 et testés avec des tests NAT pour l’HIV1 et l’HCV.

Art. 4. § 1. Het definitieve saldo van de voor het jaar 2007 toegekende subsidie, in plus of in min, wordt berekend op basis van het totale aantal geslaagde afnamen die in 2007 effectief werden uitgevoerd en met de NAT tests voor HIV1 en HCV werden uitgetest.

Ce nombre de prélèvements doit être justifié par les factures relatives à ces tests et certifié par un réviseur d’entreprise ou un commissaire aux comptes.

Dit aantal afnamen dient aan de hand van facturen betreffende die tests te worden aangetoond en door een bedrijfsrevisor of een accountant voor echt te worden verklaard.

§ 2. Le solde définitif des institutions visées à l’article 3, § 2 est calculé suite à l’introduction des pièces justificatives.

§ 2. Het definitieve saldo van de in artikel 3, § 2 bedoelde instellingen wordt op basis van bewijsstukken berekend.

§ 3. Les pièces justificatives visées au § 2 doivent impérativement être envoyées avant le 30 septembre 2008, date limite, à l’adresse suivante : Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé – Coordination « Sang, tissus et cellules », Eurostation Bloc 2, place Victor Horta 40, bte 40, 1060 Bruxelles.

§ 3. De in § 2 bedoelde bewijsstukken moeten uiterlijk vóór 30 september 2008 verplicht naar het volgende adres worden opgestuurd : Federaal Agentschap voor Geneesmiddelen en Gezondheidsproducten – Coördinatie « Bloed, weefsels en cellen », Eurostation Blok 2, Victor Hortaplein 40, bus 40, 1060 Brussel.

Art. 5. Calcul du solde définitif :

Art. 5. Berekening van het definitieve saldo :

§ 1er. Il est tout d’abord calculé pour chaque institution visée au présent arrêté un subside primaire (SP), égal au nombre de tests NAT réellement effectué multiplié par la somme de 14,00 EUR.

§ 1. Eerst en vooral wordt voor elke instelling bedoeld in dit besluit een eerste subsidie (ES) berekend, gelijk aan het aantal effectief uitgevoerde NAT tests vermenigvuldigd met 14,00 EUR.

Il est ensuite calculé pour chaque institution la somme des provisions accordées (PA).

Vervolgens wordt voor elke instelling de som van de toegekende voorschotten berekend (TV).

§ 2. Pour le cas où la somme des SP des institutions visées au présent arrêté dépasse le BT, il est calculé :

§ 2. Ingeval de som van de ES van de instellingen bedoeld in dit besluit het TB overschrijdt, wordt het volgende berekend :

1° la différence entre les sommes réellement dépensées et justifiées par les institutions d’une part et le BT d’autre part. Ce montant est dénommé le Déficit total (DT).

1° het verschil tussen de bedragen die effectief door de instellingen enerzijds en het TB anderzijds besteed en aangetoond werden. Dit bedrag wordt het Totale tekort (TT) genoemd.

2° le rapport entre le nombre des tests NAT effectués par chaque institution et le nombre total des tests NAT effectués par toutes les institutions. Ce montant est dénommé Coefficient de réduction (CR). Il est calculé comme suit :

2° de verhouding tussen het aantal NAT tests uitgevoerd door elke instelling en het totale aantal NAT tests uitgevoerd door alle instellingen. Dit bedrag wordt de HerleidingsCoëfficiënt genoemd (HC), dat als volgt wordt berekend :

Nombre de tests NAT de l’institution CR = Nombre de tests NAT total des institutions

Aantal NAT tests van de instelling HC = Totaal aantal NAT tests van de instellingen

§ 3. 1° Pour le cas où le total des SP des institutions visées au présent arrêté ne dépasserait pas le BT, le solde définitif pour chaque institution est égal à : SP – PA.

§ 3. 1° Ingeval het totaal van de ES van de instellingen bedoeld in dit besluit het TB niet overschrijdt, is het definitieve saldo voor elke instelling gelijk aan : ES – TV.

2° Pour le cas où le total des SP des institutions visées au présent arrêté dépasserait le BT, le solde définitif, pour chaque institution, est égal à :

2° Ingeval het totaal van de ES van de instellingen bedoeld in dit besluit het TB overschrijdt, is het definitieve saldo voor elke instelling gelijk aan :

SP − (DT × CR) − PA

ES − (TT × HC) − TV

3° Les subsides octroyés ne peuvent en aucun cas dépasser les frais réellement encourus.

3° De toegekende subsidies mogen de werkelijk gedane kosten in geen geval overschrijden.

Art. 6. Le solde définitif est versé aux institutions le 1er décembre 2008 aux numéros de compte mentionnés à l’article 3, § 2, sous réserve des dispositions de l’article 4, § 3.

Art. 6. Voor zover aan de bepalingen van artikel 4, § 3 werd voldaan, wordt het definitieve saldo op 1 december 2008 aan de instellingen op de in artikel 3, § 2 bedoelde rekeningnummers gestort.

Les sommes à rembourser seront exigées à la même date. Art. 7. Notre Ministre de la Santé publique est chargé de l’exécution du présent arrêté. Donné à Bruxelles, le 22 juin 2007.

De terug te betalen sommen worden op dezelfde datum opgeëist. Art. 7. Onze Minister van Volksgezondheid is belast met de uitvoering van dit besluit. Gegeven te Brussel, 22 juni 2007.

ALBERT

ALBERT

Par le Roi :

Van Koningswege :

Le Ministre de la Santé publique, R. DEMOTTE

De Minister van Volksgezondheid, R. DEMOTTE


39550

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

GOUVERNEMENTS DE COMMUNAUTE ET DE REGION GEMEENSCHAPS- EN GEWESTREGERINGEN GEMEINSCHAFTS- UND REGIONALREGIERUNGEN

VLAAMSE GEMEENSCHAP — COMMUNAUTE FLAMANDE VLAAMSE OVERHEID N. 2007 — 3193 [C − 2007/36173] 25 MEI 2007. — Decreet houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten (1) Het Vlaams Parlement heeft aangenomen en Wij, Regering, bekrachtigen hetgeen volgt : Decreet houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten HOOFDSTUK I. — Algemene bepalingen Artikel 1. Dit decreet regelt een gewestaangelegenheid. Art. 2. Voor de toepassing van dit decreet wordt verstaan onder : 1° voorkooprecht : recht om een perceel dat te koop wordt aangeboden, voor dezelfde prijs en onder dezelfde modaliteiten, bij voorrang op de kandidaat-koper aan te kopen; 2° Vlaams voorkooprecht : voorkooprecht dat bij of in uitvoering van een wet of decreet is toegekend, met uitzondering van een op 30 juli 1993 bestaand recht van voorkoop dat bij of in uitvoering van een wet is toegekend; 3° verkoop : de overeenkomst waarbij de eigenaar van een onroerend goed, de volle of de blote eigendom, geheel of gedeeltelijk aan een koper overdraagt, die zich ertoe verbindt hiervoor een prijs te betalen; 4° perceel : binnen een afgebakend gebied identificeerbaar bebouwd of onbebouwd onroerend goed dat toebehoort aan één eigenaar, dan wel aan verscheidene eigenaars in enige vorm van onverdeeldheid; 5° identificatie : lokalisatie van een uniek gecodeerd perceel binnen een afgebakend gebied; 6° afbakening : aanwijzing van een ruimtelijk gebied binnen hetwelk een Vlaams voorkooprecht is toegekend, door : a) afbakening bij of in uitvoering van een decreet van de zone, het gebied, de perimeter, het project of elke andere ruimte waarbinnen het perceel gelegen is; b) opname in, een uitvoering van een decreet, een lijst, een inventaris, een register of ieder ander bestand waarin de percelen zijn opgenomen; c)

een decretale bepaling, die vaststelt onder welke modaliteiten aan een onroerend goed een Vlaams voorkooprecht wordt toegekend;

7° e-voorkooploket : uniek elektronisch loket met betrekking tot alle bestaande en toekomstige Vlaamse voorkooprechten; 8° geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ : bestand dat geselecteerde geografische informatie bevat over de Vlaamse voorkooprechten en dat wordt ontwikkeld, aangemaakt, beheerd, bijgehouden en bekendgemaakt wordt door het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen; 9° bekendmaking : digitaal openbaar maken door het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen van de informatie die opgenomen is in het geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’; 10° begunstigde : rechtspersoon aan wie bij of in uitvoering van een decreet een voorkooprecht is toegekend of zijn gemachtigde; 11° ruimtelijk geheel : twee of meer kadastrale percelen of delen van kadastrale percelen, die samen een gemeenschappelijke grens hebben; 12° agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen : agentschap opgericht bij decreet van 7 mei 2004 houdende de oprichting van het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigde agentschap « Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen »; 13° Vlaamse Grondenbank : afdeling van de Vlaamse Landmaatschappij opgericht bij decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen. HOOFDSTUK II. — Taakverdeling Grondenbank en AGIV Art. 3. Het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen wordt belast met de ontwikkeling, het aanmaken, het bijhouden en het bekendmaking van het Geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ ten behoeve van de werking van het e-voorkooploket. De toegang tot de informatie opgenomen in het Geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ is gratis. De Vlaamse Grondenbank wordt belast met het ontwikkelen, beheren en openstellen van een e-voorkooploket. HOOFDSTUK III. — E-voorkooploket Art. 4. § 1. Het e-voorkooploket vervult de volgende taken : 1° het ontvangen en doorgeven aan de begunstigden van het aanbod tot uitoefening van een Vlaams voorkooprecht bij een onderhandse verkoop en van de melding van een openbare verkoop waarop een Vlaams voorkooprecht van toepassing is; 2° het ontvangen en doorgeven van de beslissing tot uitoefening van een Vlaams voorkooprecht door de begunstigde;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 3° het ontvangen en doorgeven van berichten betreffende de verkoop van percelen waarvoor een aangeboden Vlaams voorkooprecht niet werd uitgeoefend. § 2. Deze taken vervult het e-voorkooploket voor elk, reeds ingevoerd of nog in te voeren, Vlaams voorkooprecht. HOOFDSTUK IV. — Geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ Art. 5. § 1. Iedere begunstigde meldt het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen de Vlaamse voorkooprechten die hem zijn toegekend. Voor de voorkooprechten, vermeld in artikel 85 van het decreet van 15 juli 1997 houdende de Vlaamse Wooncode geldt de volgende regeling : 1° voor de voorkooprechten vermeld in artikel 85, § 1, eerste lid, moet elke begunstigde zelf de melding doen aan het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen; 2° voor de voorkooprechten vermeld in artikel 85, § 1, tweede lid, 1° en 2°, volstaat de melding door de administratieve eenheid die met de afbakening belast is; 3° voor de voorkooprechten vermeld in artikel 85, § 1, tweede lid, 3°, volstaat de melding door de Vlaamse Regering of zijn gemachtigde. § 2. Deze melding gebeurt digitaal en bevat : 1° de aanwijzing van de begunstigden; 2° de afbakening van het ruimtelijk gebied waarin het voorkooprecht is toegekend; 3° de wet of het decreet bij of krachtens hetwelk het voorkooprecht is toegekend. § 3. Elke begunstigde staat op eigen kosten in voor de melding, vermeld in §§ 1 en 2. De melding gebeurt op basis van bestanden en volgens specificaties aangegeven door het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen. § 4. Elke begunstigde blijft aansprakelijk voor de meldingen, vermeld in § 2. Het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen is aansprakelijk voor de verwerking van de meldingen. Art. 6. Het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen verwerkt de ontvangen informatie en neemt ze op in het geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’. Het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen identificeert elk perceel dat in het geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ wordt opgenomen volgens de kadastrale gegevens, en de geografische ligging, bij gebrek aan kadastrale gegevens, volgens een unieke identificatiecode en de geografische ligging. Een perceel dat voor de helft of meer in een afgebakend gebied is gelegen, wordt voor het geheel in het geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ opgenomen. Is het voor minder dan de helft daarin gelegen, dan wordt het niet opgenomen. Voor elk geïdentificeerd perceel wordt aangegeven welke Vlaams voorkooprecht hierop is toegekend en wie daarvan de begunstigde is. Art. 7. Het geografisch themabestand ’Vlaamse voorkooprechten’ wordt bekend gemaakt door het Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen. HOOFDSTUK V. — Regels betreffende de Vlaamse voorkooprechten Art. 8. Onverminderd de specifieke bepalingen, bepaald in de decreten die een Vlaams voorkooprecht invoeren, gelden de voorkooprechten niet : 1° in geval van verkoop aan : a) de echtgenoot, de afstammelingen of geadopteerde kinderen van de eigenaar; b) de afstammelingen of geadopteerde kinderen van de echtgenoot van de eigenaar; c)

de mede-eigenaar, ongeacht of de onverdeeldheid ophoudt of niet;

d) de echtgenoot, de afstammelingen of geadopteerde kinderen van de mede-eigenaar; e)

de afstammelingen of geadopteerde kinderen van de echtgenoot van de mede-eigenaar;

f)

de echtgenoten van voormelde afstammelingen of geadopteerde kinderen.

Voor de toepassing van 1° worden onder echtgenoot van de eigenaar, mede-eigenaar, afstammeling of geadopteerd kind, eveneens begrepen, de persoon die met de eigenaar, mede-eigenaar, afstammeling of geadopteerd kind wettelijk samenwoont of er ten minste één jaar ononderbroken mee samenwoont en er een gemeenschappelijke huishouding mee voert; 2° wanneer de pachter zijn recht van voorkoop overeenkomstig de pachtwet uitoefent; 3° in geval van verkoop aan de huidige pachter op voorwaarde dat deze kan bewijzen dat hij reeds minstens één kalenderjaar pachter is, te rekenen tot de datum waarop de definitieve verkoopsovereenkomst vaste datum heeft verkregen. Art. 9. Een Vlaams voorkooprecht is op het te verkopen onroerend goed van toepassing, ook wanneer dit slechts een deel is van het perceel waarop het Vlaams voorkooprecht is toegekend. Wanneer het perceel waarop een Vlaams voorkooprecht is toegekend, slechts een deel is van het te koop gestelde onroerend goed, moet de instrumenterende ambtenaar voor dat deel een afzonderlijk aanbod doen. Van het bepaalde in het tweede lid kan worden afgeweken indien het te verkopen onroerend goed, waarvan slechts een deel aan een Vlaams voorkooprecht is onderworpen, een ruimtelijk geheel vormt dat verkoper en koper niet willen splitsen, in dat geval wordt het geheel door middel van het e-voorkooploket aangeboden, voor één prijs. De begunstigde die het recht van voorkoop wil uitoefenen, oefent het Vlaams voorkooprecht dan op het geheel uit. Art. 10. Vlaamse voorkooprechten hebben uitwerking vanaf de eerste kalenderdag die volgt op de bekendmaking ervan. Ze moeten niet aangeboden worden indien de verkoopsovereenkomst eerder tot stand kwam.

39551


39552

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 11. Een perceel waarop een Vlaams voorkooprecht is toegekend en bekendgemaakt, kan slechts worden verkocht nadat aan de begunstigden van het voorkooprecht de gelegenheid is gegeven om hun voorkooprecht uit te oefenen. Het e-voorkooploket is het unieke instrument waarmee volgens de hierna beschreven procedure : 1° elk, reeds ingevoerd of nog in te voeren, Vlaams voorkooprecht, ingeval van verkoop uit de hand, wordt aangeboden en uitgeoefend; 2° elke openbare verkoop waarop een reeds ingevoerd of nog in te voeren, Vlaams voorkooprecht van toepassing is, wordt gemeld. Alle kennisgevingen met betrekking tot Vlaamse voorkooprechten door middel van het e-voorkooploket gebeuren langs elektronische weg en worden bevestigd door een elektronische handtekening of een gekwalificeerd certificaat. De datum van de kennisgeving is de datum waarop het e-voorkooploket de aanbieding van het Vlaams voorkooprecht ontvangt. Art. 12. § 1. Bij verkoop uit de hand biedt de instrumenterende ambtenaar het Vlaams voorkooprecht bij het e-voorkooploket aan. Eén aanbod is voldoende, ongeacht het aantal begunstigden op dit perceel. § 2. Het aanbod vermeldt : 1° de identificatie van het perceel; 2° de prijs die de koper moet betalen; 3° of er andere verbintenissen zijn waartoe de koper en verkoper zich verbonden hebben; 4° indien het perceel verpacht is, of de kandidaatkoper de pachter is of een derde, aan wie de pachter zijn voorkooprecht heeft overgedragen; 5° de naam en het adres van de instrumenterende ambtenaar. § 3. De aanbieding van het Vlaams voorkooprecht bij het e-voorkooploket geldt als aanbod van verkoop. § 4. Het e-voorkooploket bevestigt de ontvangst van het aanbod aan de instrumenterende ambtenaar. Art. 13. Het e-voorkooploket bezorgt het aanbod aan de begunstigden. Indien de begunstigden het aanbod aanvaarden brengen zij het e-voorkooploket binnen een termijn van zestig dagen na de datum van het aanbod op de hoogte. Als het om een perceel gaat waarover de pachter het recht van voorkoop werd aangeboden, dan beschikt de begunstigde over een termijn van dertig dagen, die ingaat zodra de termijn voor uitoefening van zijn recht van voorkoop voor de pachter verstreken is. Het e-voorkooploket registreert de identiteit van de begunstigde en het tijdstip waarop het bericht van aanvaarding hem bereikt. Iedere begunstigde kan, in geval van verkoop uit de hand binnen de termijn van zestig of dertig dagen, de instrumenterende ambtenaar verzoeken om bijkomende informatie of om mededeling van de inhoud van de verkoopovereenkomst of ontwerp van authentieke akte waarbij enkel de identiteit van de koper opengelaten wordt. De instrumenterende ambtenaar bezorgt deze informatie of deze inhoud binnen vijf werkdagen na ontvangst van het verzoek, hetzij digitaal, hetzij op papieren drager. Het e-voorkooploket registreert de identiteit van de begunstigde die het voorkooprecht uitoefent en brengt de instrumenterende ambtenaar onmiddellijk op de hoogte van het bericht van aanvaarding. Het e-voorkooploket registreert het tijdstip waarop de kennisgeving aan de instrumenterende ambtenaar verstuurd wordt. Dit is het tijdstip van aanvaarding. De verkoop aan de begunstigde is voltrokken zodra de kennisgeving van aanvaarding naar de instrumenterende ambtenaar is verzonden. De koper moet de prijs betalen en alle voorwaarden en modaliteiten naleven waartoe de kandidaat koper zich verbonden had, zoals opgenomen in de nagezonden informatie, medegedeelde verkoopsovereenkomst of ontwerp van authentieke akte. Indien meerdere begunstigden het aanbod aanvaarden, en indien zij onder elkaar geen overeenstemming bereiken, beslist de Vlaamse Regering op verzoek van de meest gerede partij aan welke geïnteresseerde begunstigde het goed wordt verkocht. De Vlaamse Regering beslist in functie van het belang van elke begunstigde bij de uitoefening van het voorkooprecht. Een begunstigde kan, in geval van verkoop uit de hand, de instrumenterende ambtenaar het e-voorkooploket melden dat hij afziet van uitoefening van het voorkooprecht waarvan het aanbod hem door het e-voorkooploket is bezorgd. Deze verzaking is onherroepelijk. Art. 14. § 1. Bij openbare verkoop licht de instrumenterende ambtenaar het e-voorkooploket minstens dertig dagen voor de zitdag in. § 2. De instrumenterende ambtenaar meldt de volgende gegevens : 1° de identificatie van het perceel; 2° de plaats, dag en uur van de openbare verkoop; 3° de naam en het adres van de instrumenterende ambtenaar. § 3. Deze kennisgeving wordt aan de begunstigden bezorgd door het e-voorkooploket. § 4. Iedere begunstigde kan, voorafgaandelijk aan de openbare verkoop, de instrumenterende ambtenaar verzoeken om bijkomende informatie of om mededeling van de inhoud van het lastencohier. De instrumenterende ambtenaar bezorgt deze informatie of deze inhoud binnen vijf werkdagen na ontvangst van het verzoek, hetzij digitaal, hetzij op papieren drager. § 5. Indien de verkoop wordt gehouden zonder voorbehoud van uitoefening van het recht van hoger bod, vraagt de instrumenterende ambtenaar bij het einde van de opbieding en vóór de toewijzing, in het openbaar, aan de pachter of hij zijn recht van voorkoop wenst uit te oefenen tegen de laatst geboden prijs. Bij weigering of afwezigheid of stilzwijgen van de pachter, moet de instrumenterende ambtenaar voor de toewijzing, in het openbaar, dezelfde vraag stellen aan de aanwezige begunstigden. Bij instemming van de begunstigde is de verkoop definitief. Bij weigering, afwezigheid of stilzwijgen van alle begunstigden wordt de verkoop voortgezet.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Indien de pachter, overeenkomstig de pachtwet, verklaard heeft zijn antwoord op de vraag van de instrumenterende ambtenaar in beraad te houden, vraagt de instrumenterende ambtenaar aan de begunstigde van het recht van voorkoop of hij zijn recht van voorkoop uitoefent in geval de pachter zijn recht van voorkoop niet uitoefent. De toewijzing gebeurt dan onder de opschortende voorwaarde van niet uitoefening van het recht van voorkoop door de pachter. § 6. Indien de verkoop wordt gehouden onder voorbehoud van uitoefening van het recht van hoger bod, vraagt de instrumenterende ambtenaar op dat ogenblik nog niet of de begunstigden het voorkooprecht uitoefenen. Als er een hoger bod wordt gedaan, meldt de instrumenterende ambtenaar dit aan het e-voorkooploket overeenkomstig § 2. Deze informatie wordt bezorgd, door het e-voorkooploket, aan de begunstigden. Bij de verdere verkoopsverrichtingen handelt de instrumenterende ambtenaar overeenkomstig § 5. Als er geen hoger bod wordt gedaan, of indien de instrumenterende ambtenaar het hoger bod niet aanvaardt, meldt hij dit aan het e-voorkooploket binnen vijftien dagen na het verstrijken van de termijn voor hoger bod. Door middel van het e-voorkooploket wordt het aanbod aan de begunstigden bezorgd. Indien de begunstigden het voorkooprecht uitoefenen melden zij dit door middel van het e-voorkooploket binnen een termijn van vijftien dagen, te rekenen vanaf de kennisgeving door de instrumenterende ambtenaar. Het e-voorkooploket registreert de identiteit van de begunstigde die het voorkooprecht uitoefent en brengt de instrumenterende ambtenaar onmiddellijk op de hoogte van het bericht van aanvaarding. Het e-voorkooploket registreert het tijdstip waarop de kennisgeving aan de instrumenterende ambtenaar verstuurd wordt. Dit is het tijdstip van aanvaarding. De verkoop aan de begunstigde is voltrokken zodra de kennisgeving van aanvaarding naar de instrumenterende ambtenaar is verzonden. De koper moet de prijs betalen en alle voorwaarden en modaliteiten naleven waartoe de kandidaat koper zich verbonden had, zoals opgenomen in de nagezonden informatie, medegedeelde verkoopsovereenkomst of ontwerp van authentieke akte. De toewijzing is definitief indien geen bericht van uitoefening door middel van het e-voorkooploket wordt bezorgd binnen de termijn van vijftien dagen, die loopt vanaf het tijdstip waarop de instrumenterende ambtenaar het aanbod aan het e-voorkooploket heeft bezorgd. § 7. Indien er meerdere geïnteresseerden zijn om het recht van voorkoop uit te oefenen, beslist de Vlaamse Regering, op verzoek van de meest gerede partij. De Vlaamse Regering beslist in functie van het belang van elke begunstigde bij de uitoefening van het voorkooprecht voor het betrokken perceel. Art. 15. § 1. Bij niet-uitoefening van het voorkooprecht, meldt de instrumenterende ambtenaar de verkoop aan het e-voorkooploket. De instrumenterende ambtenaar vermeldt daarbij de volgende gegevens : 1° de identificatie van het perceel; 2° de prijs die de koper betaald heeft; 3° of er andere verbintenissen zijn waartoe de koper en verkoper zich verbonden hebben; 4° de naam en het adres van de instrumenterende ambtenaar. § 2. Deze informatie wordt door het e-voorkooploket verzonden aan de begunstigden. Op hun verzoek ontvangen de begunstigden van de instrumenterende ambtenaar een afschrift van de verleden akte. Art. 16. § 1. In geval van miskenning van het voorkooprecht heeft de begunstigde het recht om in de plaats van de koper te worden gesteld, of om schadevergoeding te vorderen ten bedrage van 20 percent van de verkoopprijs. Zijn er twee of meer begunstigden, dan is enkel ontvankelijk, de eis ingesteld door de begunstigde die het voorkooprecht had uitgeoefend. Werd het voorkooprecht echter niet of niet geldig aangeboden, dan beslist de Vlaamse Regering, op vraag van de meest gerede partij, welke begunstigde de eis tot inde-plaatsstelling of schadevergoeding mag instellen. De Vlaamse Regering beslist in functie van het belang van elke begunstigde bij de uitoefening van het voorkooprecht voor het betrokken perceel. § 2. De vordering moet, op straffe van verval, worden ingesteld binnen een termijn van zes maanden vanaf de definitieve toewijzing, of, bij verkoop uit de hand, vanaf de kennisgeving van de verkoop door het e-voorkooploket, overeenkomstig artikel 14. Werd de verkoop niet ter kennis gebracht, dan verstrijkt de termijn één jaar nadat de akte is overgeschreven op het hypotheekkantoor. § 3. De vordering tot indeplaatsstelling moet gelijktijdig tegen de verkoper en de koper worden ingesteld. De eis is pas ontvankelijk na inschrijving op de kant van de overschrijving van de betwiste akte, en, in voorkomend geval, op de kant van de overschrijving van de laatst overgeschreven titel. De indeplaatsgestelde begunstigde betaalt aan de koper de prijs terug die deze heeft betaald. De verkoper is gehouden aan de koper de kosten van de akte te vergoeden. De indeplaatsgestelde is slechts gebonden aan de verplichtingen die voor de koper voortvloeien uit de authentieke akte van verkoop en tot de lasten waarin de koper heeft toegestemd, voor zover die lasten zijn ingeschreven of overgeschreven vóór de inschrijving van zijn eis. Als de rechter de vordering tot indeplaatsstelling inwilligt, geldt het vonnis als titel. Iedere uitspraak op een eis tot indeplaatsstelling wordt ingeschreven achter de inschrijving van de eis. § 4. De vordering tot schadevergoeding moet tegen de verkoper en de instrumenterende ambtenaar worden ingesteld. Zij kunnen hoofdelijk veroordeeld worden tot een schadevergoeding ten bedrage van 20 percent van de prijs. HOOFDSTUK VI. — Wijzigingsbepalingen Art. 17. In artikel 56 van de wet van 22 juli 1970 op de ruilverkaveling van landeigendommen uit kracht van wet, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006 wordt § 2 vervangen door wat volgt : « § 2. Een recht van voorkoop wordt aan de Vlaamse Grondenbank toegekend in geval van verkoop van landeigendommen als vermeld in § 1. De Vlaamse Regering bepaalt de zones waarin de Vlaamse Grondenbank dit recht van voorkoop niet meer mag uitoefenen. Titel IV, hoofdstukken I, II en VI, van het decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen is van toepassing op dit recht van voorkoop. Het decreet van 16 juni 2006 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ».

39553


39554

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 18. In artikel 76 van de wet van 12 juli 1976 houdende bijzondere maatregelen inzake ruilverkaveling van landeigendommen uit kracht van de wet bij de uitvoering van grote infrastructuurwerken, zoals gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006 wordt het tweede lid vervangen door wat volgt : « Een recht van voorkoop wordt aan de Vlaamse Grondenbank toegekend in geval van verkoop van landeigendommen bedoeld in het eerste lid. Verder zijn te dien einde de bepalingen van artikel 56, § 2, en van artikel 57 van de wet van 22 juli 1970 van toepassing. ». Art. 19. Aan artikel 8 van de wet betreffende het beheer van het Linkerscheldeoevergebied ter hoogte van Antwerpen en houdende maatregelen voor het beheer en de exploitatie van de Haven van Antwerpen van 19 juni 1978, vervangen bij het decreet van 2 maart 1999 en gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt een lid toegevoegd, dat luidt als volgt : « Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 20. Artikel 28bis van het decreet van 4 mei 1994 betreffende het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigd agentschap Waterwegen en Zeekanaal, naamloze vennootschap van publiek recht zoals ingevoegd bij het decreet van 2 april 2004 en gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt vervangen door wat volgt : « Artikel 28bis. § 1. Waterwegen en Zeekanaal geniet een recht van voorkoop op deze gronden die volgens hun bestemming dienstig kunnen zijn voor de verwezenlijking van het maatschappelijk doel van de vennootschap. § 2. De bepalingen van titel IV, hoofdstuk I, II en VI, van het decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen zijn van toepassing op dit recht van voorkoop. § 3. Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 21. In artikel 85 van het decreet van 15 juli 1997 houdende de Vlaamse Wooncode, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999, 24 maart 2006 en 16 juni 2006 worden de volgende wijzigingen aangebracht : 1° in § 1, derde lid, worden de woorden « conform artikel 86, § 2 » vervangen door de woorden « conform artikel 86, eerste lid »; 2° er wordt een § 5 ingevoegd die luidt als volgt : « § 5. Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 22. Artikel 86 van hetzelfde decreet, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999, 24 maart 2006 en 16 juni 2006, wordt vervangen door wat volgt : « Artikel 86. Willen twee of meer begunstigden hun recht van voorkoop uitoefenen dan wordt het goed in de hierna vermelde volgorde toegewezen : 1° de sociale huisvestingsmaatschappij; 2° de VMSW; 3° de gemeente. Wanneer het goed gelegen is in het werkgebied van meerdere sociale huisvestingsmaatschappijen bepaalt de Vlaamse Regering volgens de regels die zij vaststelt, in welke volgorde die sociale huisvestingsmaatschappijen hun recht van voorkoop kunnen uitoefenen. Deze volgorde wordt hen door de Vlaamse Grondenbank meegedeeld samen met het aanbod of melding van openbare verkoop. ». Art. 23. In artikel 89 van hetzelfde decreet worden de woorden « bedoeld in de artikelen 86 en 87 » geschrapt. Art. 24. In artikel 37 van het decreet van 21 oktober 1997 betreffende het natuurbehoud en het natuurlijk milieu, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999, 19 juli 2002 en 16 juni 2006, wordt § 1 vervangen door wat volgt : « § 1. De Vlaamse grondenbank heeft het recht van voorkoop bij verkoop van onroerende goederen : 1° in het VEN, met uitzondering van de onroerende goederen uitgesloten door de Vlaamse Regering; 2° in de natuurreservaten en hun uitbreidingszone gelegen binnen de groen- en bosgebieden, de bosuitbreidingsgebieden en de met al deze gebieden vergelijkbare bestemmingsgebieden aangewezen op de plannen van aanleg of de ruimtelijke uitvoeringsplannen van kracht in de ruimtelijke ordening, of het VEN; 3° in een door de Vlaamse Regering afgebakende perimeter binnen de groen- en bosgebieden en de bosuitbreidingsgebieden en de met al deze gebieden vergelijkbare bestemmingsgebieden aangewezen op de plannen van aanleg of de ruimtelijke uitvoeringsplannen van kracht in de ruimtelijke ordening gelegen binnen het IVON; 4° in de afbakening van een natuurinrichtingsproject. Onverminderd artikel 8 van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten geldt dit voorkooprecht niet in geval van verkoop van het goed aan leden van erkende bos-groeperingen die voor 20 januari 1998 overeenkomstig artikel 85 van het bosdecreet van 13 juni 1990 werden erkend, voor zover het bovenvermelde goed deel uitmaakt van de kadastrale percelen waarop de erkenning betrekking heeft en de koper reeds onroerende goederen in eigendom of mede-eigendom heeft binnen de omschrijving van de bosgroepering. De onroerende goederen die verworven worden door uitoefening van het voorkooprecht in het VEN en in de natuurreservaten en hun uitbreidingszone, worden in de regel aangewezen als Vlaams natuurreservaat, bosreservaat of domeinbos of, na gebruiksoverdracht aan een erkende terreinbeherende natuurvereniging, erkend als natuurreservaat. ». Art. 25. Aan artikel 37 van hetzelfde decreet, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999, 19 juli 2002 en 16 juni 2006, wordt een § 6 toegevoegd, die luidt als volgt : « § 6. Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ».


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 26. Aan artikel 12 van het decreet van 2 maart 1999 houdende het beleid en het beheer van de zeehavens, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt een derde lid toegevoegd, dat luidt als volgt : « Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 27. In artikel 63 van het decreet van 18 mei 1999 houdende de organisatie van de ruimtelijke ordening, gewijzigd bij de decreten van 21 november 2003 en van 16 juni 2006 wordt een tiende lid toegevoegd, dat luidt als volgt : « Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 28. Artikel 64 van hetzelfde decreet wordt vervangen door wat volgt : « Artikel 64. Onverminderd de bepalingen van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten geldt het recht van voorkoop niet in geval van : 1° verkoop van het goed aan een personenvennootschap waarvan de werkende vennoten of de vennoten die ten minste drie vierde van het kapitaal bezitten, in eenzelfde betrekking van bloedverwantschap, aanverwantschap of samenwoning staan tot de verkoper als vermeld onder artikel 8, 1°, van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten; 2° verkoop van loten in een verkaveling vergund na de inwerkingtreding van het ruimtelijk uitvoeringsplan, voor zover de verkavelingsvergunning werd aangevraagd door het Vlaamse Gewest, een provincie, een gemeente, een intercommunale, een instelling die ressorteert onder het Vlaamse Gewest, de provincie of de gemeente, of een vennootschap die een erkenning heeft van dergelijke instelling of bestuur. ». Art. 29. Aan artikel 12, § 1, van het decreet van 13 december 2002 houdende de oprichting van de naamloze vennootschap van publiek recht Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt een tweede lid toegevoegd, dat luidt als volgt : « Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 30. Aan artikel 12, § 1, van het decreet van 18 juli 2003 betreffende het integraal waterbeleid, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt tussen het derde en het vierde lid een nieuw lid toegevoegd, dat luidt als volgt : « Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 31. Aan artikel 10 van het decreet van 2 april 2004 betreffende de omzetting van de Dienst voor de Scheepvaart in het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigde agentschap De Scheepvaart, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, wordt een § 6 toegevoegd, die luidt als volgt : « § 6. Het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten is van toepassing op dit recht van voorkoop. ». Art. 32. Aan artikel 2 van het decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen wordt een 8° toegevoegd, dat luidt als volgt : « 8° e-voorkooploket : uniek elektronisch loket met betrekking tot alle bestaande en toekomstige Vlaamse voorkooprechten, zoals bepaald in artikel 4 van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten. ». Art. 33. In artikel 5, § 1, van hetzelfde decreet wordt een 4° toegevoegd : « 4° het uitvoeren van de taken van het e-voorkooploket zoals bepaald in artikel 4 van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten. ». Art. 34. In artikel 8 van hetzelfde decreet wordt § 2 vervangen door wat volgt : « § 2. De Vlaamse Grondenbank is belast met de ontwikkeling, het beheer en het openstellen van het e-voorkooploket, zoals bepaald in artikel 4 van het decreet van 25 mei 2007 houdende de harmonisering van de procedures van voorkooprechten. ». Art. 35. Artikel 27 van hetzelfde decreet wordt vervangen door wat volgt : « Artikel 27. In artikel 2 van het decreet van 18 mei 1999 houdende de organisatie van de ruimtelijke ordening, zoals gewijzigd bij decreet van 10 maart 2006, wordt een 9° toegevoegd, dat luidt als volgt : « 9° de Vlaamse Grondenbank : afdeling van de Vlaamse Landmaatschappij, opgericht volgens het decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen. » ». Art. 36. Artikel 38 van hetzelfde decreet wordt vervangen door wat volgt : « Artikel 38. In artikel 2 van het decreet van 15 juli 1997 houdende de Vlaamse Wooncode, gewijzigd bij de decreten van 19 maart 2004, 24 december 2004 en 24 maart 2006 wordt een 34° toegevoegd, dat luidt als volgt : « 34° de Vlaamse Grondenbank : afdeling van de Vlaamse Landmaatschappij, opgericht volgens het decreet van 16 juni 2006 betreffende de oprichting van de Vlaamse Grondenbank en houdende wijziging van diverse bepalingen. ». » HOOFDSTUK VII. — Opheffingsbepalingen Art. 37. In het decreet van 15 juli 1997 houdende de Vlaamse Wooncode worden de volgende bepalingen opgeheven : 1° artikel 85, § 2, vervangen bij het decreet van 18 mei 1999; 2° artikel 85, § 3; 3° artikel 87, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999 en 16 juni 2006; 4° artikel 88, gewijzigd bij het decreet van 18 mei 1999.

39555


39556

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 38. In het decreet van 21 oktober 1997 betreffende het natuurbehoud en het natuurlijk milieu worden de volgende bepalingen opgeheven : 1° artikelen 37, §§ 2 en 3, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999 en van 16 juni 2006; 2° artikelen 38 en 39, gewijzigd bij de decreten van 18 mei 1999 en van 16 juni 2006. Art. 39. In het decreet van 18 mei 1999 houdende de organisatie van de ruimtelijke ordening worden de volgende bepalingen opgeheven : 1° artikel 63, zevende lid, ingevoegd bij het decreet van 21 december 2003; 2° artikel 65; 3° artikel 67, gewijzigd bij de decreten van 26 april 2000 en 16 juni 2006; 4° artikelen 66 en 68, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006. Art. 40. In artikel 12 van het decreet van 13 december 2002 houdende de oprichting van de naamloze vennootschap van publiek recht Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel, zoals gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006, worden §§ 2 tot en met 5 opgeheven. Art. 41. In het decreet van 18 juli 2003 betreffende het integraal waterbeleid worden de volgende bepalingen opgeheven : 1° artikel 12, § 3; 2° artikel 12, § 4, en artikelen 13 tot en met 16, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006. Art. 42. In het decreet van 2 april 2004 betreffende de omzetting van de Dienst voor de Scheepvaart in het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigde agentschap De Scheepvaart worden de volgende bepalingen opgeheven : 1° artikel 10, § 2 tot en met § 4; 2° artikelen 11 tot en met 14, gewijzigd bij het decreet van 16 juni 2006; 3° artikelen 15 en 16. HOOFDSTUK VIII. — Slotbepalingen Art. 43. De Vlaamse Regering bepaalt de datum waarop dit decreet in werking treedt. Kondigen dit decreet af, bevelen dat het in het Belgisch Staatsblad zal worden bekendgemaakt. Brussel, 25 mei 2007. De minister-president van de Vlaamse Regering, Y. LETERME. De Vlaamse minister van Bestuurszaken, Buitenlands Beleid, Media en Toerisme, G. BOURGEOIS Nota (1) Zitting 2005-2006. Stukken. — Ontwerp van decreet, 929 - Nr. 1. Zitting 2006-2007. Stukken. — Amendement, 929 - Nr. 2. — Verslag, 929 - Nr. 3. — Tekst aangenomen door de plenaire vergadering, 929 - Nr. 4. Handelingen. — Bespreking en aanneming : Vergadering van 16 mei 2007.

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2007 — 3193 [C − 2007/36173] 25 MAI 2007. — Décret portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption (1) Le Parlement flamand a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE Ier. — Dispositions générales Article 1er. Le présent décret règle une matière régionale. Art. 2. Pour l’application du présent décret on entend par : 1° droit de préemption : droit d’acheter une parcelle proposée à la vente, au même prix et aux mêmes conditions, par priorité sur le candidat acheteur; 2° droit de préemption flamand : droit de préemption octroyé par ou en exécution d’une loi ou d’un décret, à l’exception d’un droit de préemption existant le 30 juillet 1993 qui est octroyé par ou en exécution d’une loi; 3° vente : la convention par laquelle le propriétaire d’un bien immobilier, transfère entièrement ou partiellement la pleine propriété ou la nuepropriété, à un acheteur qui s’engage à payer un prix à cet effet; 4° parcelle : bien immobilier bâti ou non bâti, identifiable dans une zone délimitée, qui appartient soit à un propriétaire, soit à plusieurs propriétaires sous quelque forme d’indivision; 5° identification : localisation d’une parcelle codée unique dans une zone délimitée; 6° délimitation : désignation d’une zone spatiale dans laquelle un droit de préemption flamand est octroyé, soit : a) par la délimitation par ou en exécution d’un décret de la zone, du territoire, du périmètre, du projet ou de tout autre espace dans lequel se situe la parcelle;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD b) par la reprise, en exécution d’un décret, dans une liste, un inventaire, un registre ou tout autre fichier reprenant les parcelles; c)

par une disposition décrétale stipulant les modalités d’octroi d’un droit de préemption flamand à un bien immobilier;

7° guichet électronique de préemption : guichet électronique unique relatif à tous les droits de préemption flamands existants et futurs; 8° fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’ (Droits de préemption flamands) : fichier qui contient des informations géographiques sélectionnées sur les droits de préemption flamands, et qui est développé, créé, géré, actualisé et publié par l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (Agence des Informations géographiques de la Flandre); 9° publication : publication numérique par l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen des informations reprises dans le fichier thématique géographique Vlaamse voorkooprechten’; 10° bénéficiaire : personne morale à laquelle un droit de préemption est octroyé par ou en exécution d’un décret, ou son délégué; 11° ensemble spatial : deux ou plusieurs parcelles cadastrales ou parties de parcelles cadastrales, qui ont une frontière commune; 12° Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen : agence créée par le décret du 7 mai 2004 portant création de l’agence autonomisée externe de droit public « Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen »; 13° Banque foncière flamande : division de la Vlaamse Landmaatschappij, créée par le décret du 26 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions. CHAPITRE II. — Répartition des tâches Banque foncière et AGIV Art. 3. L’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen est chargée du développement, de la création, de l’actualisation et de la publication du fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’ en faveur du fonctionnement du guichet électronique de préemption. L’accès aux informations reprises dans le fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’ est gratuit. La Banque foncière flamande est chargée du développement, de la gestion et de l’ouverture d’un guichet électronique de préemption. CHAPITRE III. — Guichet électronique de préemption er

Art. 4. § 1 . Le guichet électronique de préemption accomplit les missions suivantes : 1° la réception et la transmission aux bénéficiaires de la proposition d’exercice d’un droit de préemption flamand lors d’une vente de gré à gré, et de l’annonce d’une vente publique à laquelle s’applique un droit de préemption flamand; 2° la réception et la transmission de la décision d’exercice d’un droit de préemption flamand par le bénéficiaire; 3° la réception et la transmission d’avis relatifs à la vente de parcelles pour lesquelles un droit de préemption flamand offert n’a pas été exercé. § 2. Le guichet électronique de préemption accomplit ces missions pour chaque droit de préemption flamand qui est déjà introduit ou doit encore être introduit. CHAPITRE IV. — Fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’ er

Art. 5. § 1 . Chaque bénéficiaire notifie à l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen les droits de préemption flamands qui lui sont octroyés. Pour les droits de préemption visés à l’article 85 du décret du 15 juillet 1997 contenant le Code flamand du Logement, le règlement suivant s’applique : 1° pour les droits de préemption visés à l’article 85, § 1er, alinéa premier, chaque bénéficiaire doit effectuer lui-même la notification à l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen; 2° pour les droits de préemption visés à l’article 85, § 1er, alinéa deux, 1° et 2°, la notification par l’entité administrative chargée de la délimitation suffit; 3° pour les droits de préemption visés à l’article 85, § 1er, alinéa deux, 3°, la notification par le Gouvernement flamand ou son délégué suffit. § 2. Cette notification se fait par la voie électronique et comporte : 1° la désignation des bénéficiaires; 2° la délimitation de la zone spatiale dans laquelle le droit de préemption est octroyé; 3° la loi ou le décret en vertu desquels le droit de préemption est octroyé. § 3. Chaque bénéficiaire assure à ses propres frais la notification, visée aux §§ 1er et 2. La notification se fait sur la base de fichiers et selon les spécifications fournies par l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen. § 4. Chaque bénéficiaire reste responsable des notifications visées au § 2. L’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen est responsable du traitement des notifications. Art. 6. L’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen traite les informations rec¸ ues et les reprend dans le fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’. L’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen identifie chaque parcelle qui est reprise dans le fichier thématique géographique Vlaamse voorkooprechten’ selon les données cadastrales et la situation géographique, et à défaut de données cadastrales, selon un code d’identification unique et la situation géographique. Une parcelle qui se situe à moitié ou plus dans une zone délimitée, est reprise en tout dans le fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’. Si moins de la moitié de la parcelle y est située, elle n’est pas reprise. Pour chaque parcelle identifiée, le droit de préemption flamand octroyé ainsi que son bénéficiaire sont indiqués.

39557


39558

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 7. Le fichier thématique géographique ’Vlaamse voorkooprechten’ est publié par l’Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen. CHAPITRE V. — Règles relatives aux droits de préemption flamands Art. 8. Sans préjudice des dispositions spécifiques, définies dans les décrets introduisant un droit de préemption flamand, les droits de préemption ne s’appliquent pas : 1° en cas de vente aux personnes suivantes : a) le conjoint, les descendants ou les enfants adoptés du propriétaire; b) les descendants ou les enfants adoptés du conjoint du propriétaire; c)

le copropriétaire, que l’indivision s’arrête ou non;

d) le conjoint, les descendants ou les enfants adoptés du copropriétaire; e)

les descendants ou les enfants adoptés du conjoint du copropriétaire;

f)

les conjoints des descendants ou des enfants adoptés précités.

Pour l’application de 1° on entend également par conjoint du propriétaire, du copropriétaire, du descendant ou de l’enfant adopté, la personne avec laquelle le propriétaire, copropriétaire, descendant ou enfant adopté cohabite légalement ou cohabite au moins pendant un an de fac¸ on ininterrompue, et avec laquelle il vit en ménage commun; 2° lorsque le fermier exerce son droit de préemption conformément à la loi sur le bail à ferme; 3° en cas de vente au fermier actuel à condition que celui-ci puisse démontrer être fermier depuis au moins une année calendaire, à compter jusqu’à la date à laquelle le contrat de vente définitif a obtenu date certaine. Art. 9. Un droit de préemption flamand s’applique au bien immobilier à vendre, même si celui-ci ne constitue qu’une partie de la parcelle pour laquelle le droit de préemption flamand est octroyé. Lorsque la parcelle pour laquelle un droit de préemption flamand est octroyé, ne constitue qu’une partie du bien immobilier mis en vente, le fonctionnaire instrumentant doit faire une offre séparée pour cette partie. Il peut être dérogé aux dispositions de l’alinéa deux si le bien immobilier à vendre, dont seule une partie est soumise à un droit de préemption flamand, constitue un ensemble spatial que le vendeur et l’acheteur ne veulent pas scinder; dans ce cas, l’ensemble est offert au moyen du guichet électronique de préemption, à un seul prix. Le bénéficiaire qui souhaite exercer le droit de préemption, exerce le droit de préemption flamand dans ce cas sur l’ensemble. Art. 10. Les droits de préemption flamands produisent leurs effets à partir du premier jour calendaire suivant leur publication. Ils ne doivent pas être offerts si le contrat de vente était conclu antérieurement. Art. 11. Une parcelle pour laquelle un droit de préemption flamand est octroyé et publié, ne peut être vendue qu’après que les bénéficiaires du droit de préemption ont eu l’occasion d’exercer celui-ci. Le guichet électronique de préemption est l’instrument unique qui permet, selon la procédure décrite ci-dessous : 1° d’offrir et d’exercer tout droit de préemption flamand, déjà introduit ou encore à introduire, en cas d’une vente de gré à gré; 2° de notifier toute vente publique à laquelle s’applique un droit de préemption flamand, déjà introduit ou encore à introduire. Toutes les notifications relatives aux droits de préemption flamands au moyen du guichet électronique de préemption se font par la voie électronique, et sont confirmées par une signature électronique ou un certificat qualifié. La date de la notification est la date à laquelle le guichet électronique de préemption rec¸ oit l’offre du droit de préemption flamand. Art. 12. § 1er. En cas de vente de gré à gré, le fonctionnaire instrumentant offre le droit de préemption flamand au guichet électronique de préemption. Une seule offre suffit, quel que soit le nombre de bénéficiaires sur cette parcelle. § 2. L’offre mentionne : 1° l’identification de la parcelle; 2° le prix à payer par l’acheteur; 3° les autres engagements éventuels du vendeur et de l’acheteur; 4° en cas d’affermage de la parcelle, si le candidat acheteur est le fermier ou un tiers à qui le fermier a transféré son droit de préemption; 5° le nom et l’adresse du fonctionnaire instrumentant. § 3. L’offre du droit de préemption flamand au guichet électronique de préemption vaut comme offre de vente. § 4. Le guichet électronique de préemption confirme la réception de l’offre au fonctionnaire instrumentant. Art. 13. Le guichet électronique de préemption transmet l’offre aux bénéficiaires. Si les bénéficiaires acceptent l’offre, ils en informent le guichet électronique de préemption dans un délai de soixante jours après la date de l’offre. S’il s’agit d’une parcelle pour laquelle le droit de préemption a été offert au fermier, le bénéficiaire dispose d’un délai de trente jours, qui commence dès l’expiration du délai d’exercice de son droit de préemption pour le fermier. Le guichet électronique de préemption enregistre l’identité du bénéficiaire ainsi que le moment de réception de l’avis d’acceptation. Chaque bénéficiaire peut, en cas de vente de gré à gré dans le délai de trente ou soixante jours, demander au fonctionnaire instrumentant des informations supplémentaires ou la communication du contenu du contrat de vente ou du projet d’acte authentique en laissant uniquement l’identité de l’acheteur en blanc. Le fonctionnaire instrumentant transmet ces informations ou ce contenu dans les cinq jours ouvrables de la réception de la demande, soit par la voie électronique, soit sur papier. Le guichet électronique de préemption enregistre l’identité du bénéficiaire qui exerce le droit de préemption, et informe le fonctionnaire instrumentant immédiatement de l’avis d’acceptation. Le guichet électronique de préemption enregistre le moment de l’envoi de la notification au fonctionnaire instrumentant, qui est le moment d’acceptation.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD La vente au bénéficiaire est parfaite dès l’envoi de la notification d’acceptation au fonctionnaire instrumentant. L’acheteur doit payer le prix et respecter toutes les conditions et modalités auxquelles le candidat acheteur s’était engagé, telles que reprises dans les informations envoyées ultérieurement, dans le contrat de vente ou projet d’acte authentique communiqué. Si plusieurs bénéficiaires acceptent l’offre, et s’ils ne s’entendent pas, le Gouvernement flamand décide, à la demande de la partie la plus diligente, à quel bénéficiaire intéressé le bien sera vendu. Le Gouvernement flamand décide en fonction de l’intérêt de chaque bénéficiaire lors de l’exercice du droit de préemption. En cas de vente de gré à gré, un bénéficiaire peut communiquer au fonctionnaire instrumentant du guichet électronique de préemption qu’il renonce à l’exercice du droit de préemption dont l’offre lui est transmise par le guichet électronique de préemption. Cette renonciation est irrévocable. Art. 14. § 1er. En cas de vente publique, le fonctionnaire instrumentant informe le guichet électronique de préemption au moins trente jours avant la séance. § 2. Le fonctionnaire instrumentant communique les informations suivantes : 1° l’identification de la parcelle; 2° les lieu, jour et heure de la vente publique; 3° le nom et l’adresse du fonctionnaire instrumentant. § 3. Cette notification est transmise aux bénéficiaires par le guichet électronique de préemption. § 4. Préalablement à la vente publique, chaque bénéficiaire peut demander au fonctionnaire instrumentant des informations supplémentaires ou la communication du contenu du cahier des charges. Le fonctionnaire instrumentant transmet ces informations ou ce contenu dans les cinq jours ouvrables de la réception de la demande, soit par la voie électronique, soit sur papier. § 5. Si la vente a lieu sans réserve de l’exercice du droit de surenchère, le fonctionnaire instrumentant demande à la fin de la mise aux enchères et avant l’attribution, en public, au fermier s’il veut exercer son droit de préemption au dernier prix offert. En cas de refus, d’absence ou de silence du fermier, le fonctionnaire instrumentant doit poser, avant l’attribution et en public, la même question aux bénéficiaires présents. En cas de consentement du bénéficiaire, la vente est définitive. En cas de refus, d’absence ou de silence de tous les bénéficiaires, la vente se poursuivra. Si le fermier a déclaré, conformément à la loi sur le bail à ferme, de tenir en délibéré sa réponse à la question du fonctionnaire instrumentant, celui-ci demande au bénéficiaire du droit de préemption s’il exerce ce droit si le fermier n’exerce pas son droit de préemption. L’attribution se fait alors sous la condition suspensive du non-exercice du droit de préemption par le fermier. § 6. Si la vente est organisée sous réserve de l’exercice du droit de préemption, le fonctionnaire instrumentant ne demande pas encore à ce moment-là si les bénéficiaires exercent le droit de préemption. Si une surenchère est faite, le fonctionnaire instrumentant le communique au guichet électronique de préemption conformément au § 2. Cette information est transmise aux bénéficiaires par le guichet électronique de préemption. Pour les opérations de vente ultérieures, le fonctionnaire instrumentant agit conformément au § 5. Si aucune surenchère n’est faite ou si le fonctionnaire instrumentant n’accepte pas la surenchère, il la notifie au guichet électronique de préemption dans les quinze jours de l’expiration du délai pour faire une surenchère. Par le biais du guichet électronique de préemption, l’offre est transmise aux bénéficiaires. Si les bénéficiaires exercent le droit de préemption, ils le communiquent par le biais du guichet électronique de préemption, dans un délai de quinze jours à compter de la notification par le fonctionnaire instrumentant. Le guichet électronique de préemption enregistre l’identité du bénéficiaire qui exerce le droit de préemption, et informe le fonctionnaire instrumentant immédiatement de l’avis d’acceptation. Le guichet électronique de préemption enregistre le moment de l’envoi de la notification au fonctionnaire instrumentant, qui est le moment d’acceptation. La vente au bénéficiaire est parfaite dès l’envoi de la notification d’acceptation au fonctionnaire instrumentant. L’acheteur doit payer le prix et respecter toutes les conditions et modalités auxquelles le candidat acheteur s’était engagé, telles que reprises dans les informations envoyées ultérieurement, dans le contrat de vente ou projet d’acte authentique communiqué. L’attribution est définitive si aucun avis d’exercice n’est transmis par le biais du guichet électronique de préemption dans un délai de quinze jours, à compter du moment de la transmission de l’offre par le fonctionnaire instrumentant au guichet électronique de préemption. § 7. S’il y a plusieurs personnes intéressées pour exercer le droit de préemption, le Gouvernement flamand décide, à la demande de la partie la plus diligente. Le Gouvernement flamand décide en fonction de l’intérêt de chaque bénéficiaire dans l’exercice du droit de préemption pour la parcelle concernée. Art. 15. § 1er. En cas de non-exercice du droit de préemption, le fonctionnaire instrumentant notifie la vente au guichet électronique de préemption. Le fonctionnaire instrumentant mentionne les informations suivantes : 1° l’identification de la parcelle; 2° le prix payé par l’acheteur; 3° les autres engagements éventuels du vendeur et de l’acheteur; 4° le nom et l’adresse du fonctionnaire instrumentant. § 2. Ces informations sont envoyées aux bénéficiaires par le guichet électronique de préemption. A leur demande, les bénéficiaires rec¸ oivent une copie de l’acte passé du fonctionnaire instrumentant. Art. 16. § 1er. En cas de méconnaissance du droit de préemption, le bénéficiaire a le droit d’être subrogé à l’acheteur, ou de réclamer une indemnisation à concurrence de 20 pour cent du prix de vente. S’il y a deux ou plusieurs bénéficiaires, seule l’action intentée par le bénéficiaire qui avait exercé le droit de préemption, est recevable. Si toutefois le droit de préemption n’a pas ou pas valablement été offert, le Gouvernement flamand décide, à la demande de la partie la plus diligente, quel bénéficiaire peut intenter l’action en subrogation ou en indemnisation. Le Gouvernement flamand décide en fonction de l’intérêt de chaque bénéficiaire dans l’exercice du droit de préemption pour la parcelle concernée.

39559


39560

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 2. Sous peine de déchéance, l’action doit être intentée dans un délai de six mois suivant l’attribution définitive ou, en cas de vente de gré à gré, suivant la notification de la vente par le guichet électronique de préemption, conformément à l’article 14. Si la vente n’a pas été notifiée, le délai expire un an après la transcription de l’acte au bureau des hypothèques. § 3. L’action en subrogation doit être intentée simultanément contre le vendeur et l’acheteur. L’action n’est recevable qu’après inscription en marge de la transcription de l’acte contesté et, le cas échéant, en marge de la transcription du dernier titre transcrit. Le bénéficiaire subrogé rembourse à l’acheteur le prix payé par ce dernier. Le vendeur est tenu de rembourser à l’acheteur les frais de l’acte. La personne subrogée n’est tenue qu’aux obligations découlant de l’acte authentique de vente dans le chef de l’acheteur et aux charges acceptées par l’acheteur que pour autant que ces charges soient inscrites ou transcrites avant l’inscription de son action. Si le juge accède à l’action en subrogation, le jugement tient lieu de titre. Tout prononcé sur une action en subrogation est inscrit à la suite de l’inscription de l’action. § 4. L’action en indemnisation doit être intentée contre le vendeur et le fonctionnaire instrumentant. Ils peuvent être condamnés solidairement à une indemnisation à concurrence de 20 pour cent du prix. CHAPITRE VI. — Dispositions modificatives Art. 17. Dans l’article 56 de la loi du 22 juillet 1970 relative au remembrement légal de biens ruraux, modifié par le décret du 16 juin 2006, le § 2 est remplacé par la disposition suivante : « § 2. Un droit de préemption est attribué à la Banque foncière flamande en cas de vente des biens ruraux tels que visés au § 1er. Le Gouvernement flamand détermine les zones dans lesquelles la Banque foncière flamande ne peut plus exercer ce droit de préemption. Le titre IV, chapitres Ier, II et VI, du décret du 16 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions, s’applique au présent droit de préemption. Le décret du 16 juin 2006 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 18. Dans l’article 76 de la loi du 12 juillet 1976 portant des mesures particulières en matière de remembrement légal de biens ruraux lors de l’exécution de grands travaux d’infrastructure, tel que modifié par le décret du 16 juin 2006, l’alinéa deux est remplacé par la disposition suivante : « Un droit de préemption est attribué à la Banque foncière flamande en cas de vente des biens ruraux visés à l’alinéa premier. En outre, les dispositions de l’article 56, § 2, et de l’article 57 de la loi du 22 juillet 1970 s’appliquent à cet effet. ». Art. 19. A l’article 8 de la loi du 19 juin 1978 relative à la gestion du territoire de la rive gauche de l’Escaut à hauteur d’Anvers et portant des mesures de gestion et d’exploitation du port d’Anvers, remplacé par le décret du 2 mars 1999 et modifié par le décret du 16 juin 2006, il est ajouté un alinéa, rédigé comme suit : « Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 20. L’article 28bis du décret du 4 mai 1994 relatif à l’agence autonomisée externe de droit public « Waterwegen en Zeekanaal » (Voies navigables et Canal maritime), société anonyme de droit public, tel qu’inséré par le décret du 2 avril 2004 et modifié par le décret du 16 juin 2006, est remplacé par la disposition suivante : « Article 28bis. § 1er. « Waterwegen en Zeekanaal » bénéfice d’un droit de préemption sur ces terrains qui suivant leur affectation peuvent servir à la réalisation de l’objectif social de la société. § 2. Les dispositions du titre IV, chapitres Ier, II et VI, du décret du 16 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions, s’appliquent au présent droit de préemption. § 3. Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 21. A l’article 85 du décret du 15 juillet 1997 contenant le Code flamand du Logement, modifié par les décrets des 18 mai 1999, 24 mars 2006 et 16 juin 2006, sont apportées les modifications suivantes : 1° dans le § 1er, alinéa trois, les mots « conformément à l’article 86, § 2 » sont remplacés par les mots « conformément à l’article 86, alinéa premier »; 2° il est inséré un § 5, rédigé comme suit : « § 5. Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 22. L’article 86 du même décret, modifié par les décrets des 18 mai 1999, 24 mars 2006 et 16 juin 2006, est remplacé par la disposition suivante : « Article 86. Si deux ou plusieurs bénéficiaires souhaitent exercer leur droit de préemption, le bien est attribué dans l’ordre suivant : 1° la société de logement social; 2° la VMSW; 3° la commune. Lorsque le bien est situé dans le ressort de plusieurs sociétés de logement social, le Gouvernement flamand détermine, selon les règles fixés par lui, l’ordre dans lequel ces sociétés de logement social peuvent exercer leur droit de préemption. Cet ordre leur est communiqué par la Banque foncière flamande, ensemble avec l’offre ou l’annonce de vente publique. ».


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 23. A l’article 89 du même décret, les mots « visé aux articles 86 et 87 » sont supprimés. Art. 24. A l’article 37 du décret du 21 octobre 1997 concernant la conservation de la nature et le milieu naturel, modifié par les décrets des 18 mai 1999, 19 juillet 2002 et 16 juin 2006, le § 1er est remplacé par la disposition suivante : « § 1er. La Banque foncière flamande a le droit de préemption en cas de vente de biens immobiliers : 1° dans le VEN, à l’exception des biens immobiliers exclus par le Gouvernement flamand; 2° dans les réserves naturelles et leur périmètre d’extension situées dans les zones d’espaces verts et les zones forestières, les zones d’extension forestière et les zones de destination comparables à toutes ces zones, figurant sur les plans d’aménagement ou les plans d’exécution spatiaux d’application dans le cadre de l’aménagement du territoire, ou le VEN; 3° dans un périmètre délimité par le Gouvernement flamand, au sein des zones d’espaces verts et des zones forestières et les zones d’extension forestière et les zones de destination comparables à toutes ces zones, figurant sur les plans d’aménagement ou les plans d’exécution spatiaux d’application dans le cadre de l’aménagement du territoire, situées dans l’IVON; 4° dans la délimitation d’un projet d’aménagement de la nature. Sans préjudice de l’article 8 du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption, ce droit de préemption ne s’applique pas en cas de vente du bien aux membres de groupements forestiers agréés qui étaient agréés avant le 20 janvier 1998, conformément à l’article 85 du décret forestier du 13 juin 1990, dans la mesure où le bien susvisé fait partie des parcelles cadastrales concernées par l’agrément, et l’acheteur a déjà des biens immobiliers en propriété ou en copropriété dans la circonscription du groupement forestier. Les biens immobiliers acquis par l’exercice du droit de préemption dans le VEN et dans les réserves naturelles et leur périmètre d’extension, sont en général désignés comme réserve naturelle, réserve forestière ou bois domanial flamands ou, après cession à une association de défense de la nature agréée pour la gestion de terrains, agréés comme réserve naturelle. ». Art. 25. A l’article 37 du même décret, modifié par les décrets des 18 mai 1999, 19 juillet 2002 et 16 juin 2006, il est ajouté un § 6, rédigé comme suit : « § 6. Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 26. A l’article 12 du décret du 2 mars 1999 portant sur la politique et la gestion des ports maritimes, modifié par le décret du 16 juin 2006, il est ajouté un alinéa trois, rédigé comme suit : « Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 27. A l’article 63 du décret du 18 mai 1999 portant organisation de l’aménagement du territoire, modifié par les décrets des 21 novembre 2003 et 16 juin 2006, il est ajouté un alinéa dix, rédigé comme suit : « Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 28. L’article 64 du même décret est remplacé par les dispositions suivantes : « Article 64. Sans préjudice des dispositions du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption, le droit de préemption ne s’applique pas en cas de : 1° vente du bien à une société de personnes dont les associés actifs ou les associés qui détiennent au moins trois quarts du capital, présentent le même lien de parenté, d’alliance ou de cohabitation avec le vendeur que ceux visés à l’article 8, 1°, du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption; 2° vente de parcelles dans un lotissement dont le permis a été délivré après l’entrée en vigueur du plan d’exécution spatiale, pour autant que le permis de lotir ait été demandé par la Région flamande, une province, une commune, une intercommunale, une institution qui relève de la Région flamande, la province ou la commune, ou une société agréée par une telle institution ou administration. ». Art. 29. A l’article 12, § 1er, du décret du 13 décembre 2002 portant création de la société anonyme de droit public « Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel (BAM) », modifié par le décret du 16 juin 2006, il est ajouté un alinéa deux, rédigé comme suit : « Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 30. A l’article 12, § 1er, du décret du 18 juillet 2003 relatif à la politique intégrée de l’eau, modifié par le décret du 16 juin 2006, il est inséré entre les alinéas trois et quatre un nouvel alinéa, rédigé comme suit : « Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 31. A l’article 10 du décret du 2 avril 2004 portant transformation du « Dienst voor de Scheepvaart » (Office de la Navigation) en agence autonomisée externe de droit public, dénomée « De Scheepvaart », modifié par le décret du 16 juin 2006, il est ajouté un § 6, rédigé comme suit : « § 6. Le décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption s’applique au présent droit de préemption. ». Art. 32. A l’article 2 du décret du 16 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions, il est ajouté un 8°, rédigé comme suit : « 8° guichet électronique de préemption : guichet électronique unique relatif à tous les droits de préemption flamands existants et futurs, tel que fixé à l’article 4 du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption. ». Art. 33. A l’article 5, § 1er du même décret, il est ajouté un 4° : « 4° l’exécution des tâches du guichet électronique de préemption telles que fixées à l’article 4 du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption. ».

39561


39562

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 34. A l’article 8 du même décret, le § 2 est remplacé par la disposition suivante : « § 2. La Banque foncière flamande est chargée du développement, de la gestion et de l’ouverture du guichet électronique de préemption, tel que fixé à l’article 4 du décret du 25 mai 2007 portant harmonisation des procédures relatives aux droits de préemption. ». Art. 35. L’article 27 du même décret est remplacé par les dispositions suivantes : « Article 27. A l’article 2 du décret du 18 mai 1999 portant organisation de l’aménagement du territoire, tel que modifié par le décret du 10 mars 2006, il est ajouté un 9°, rédigé comme suit : « 9° la Banque foncière flamande : division de la Vlaamse Landmaatschappij, créée conformément au décret du 16 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions. ». Art. 36. L’article 38 du même décret est remplacé par les dispositions suivantes : « Article 38. A l’article 2 du décret du 15 juillet 1997 contenant le Code flamand du Logement, modifié par les décrets des 19 mars 2004, 24 décembre 2004 et 24 mars 2006, il est ajouté un 34°, rédigé comme suit : « 34° la Banque foncière flamande : division de la Vlaamse Landmaatschappij, créée conformément au décret du 16 juin 2006 portant création d’une « Vlaamse Grondenbank » (Banque foncière flamande) et portant modification de diverses dispositions. ». ». CHAPITRE VII. — Dispositions abrogatoires Art. 37. Dans le décret du 15 juillet 1997 contenant le Code flamand du Logement, les dispositions suivantes sont abrogées : 1° l’article 85, § 2, modifié par le décret du 18 mai 1999; 2° l’article 85, § 3; 3° l’article 87, modifié par les décrets des 18 mai 1999 et 16 juin 2006; 4° l’article 88, modifié par le décret du 18 mai 1999. Art. 38. Dans le décret du 21 octobre 1997 concernant la conservation de la nature et le milieu naturel, les dispositions suivantes sont abrogées : 1° les articles 37, §§ 2 et 3, modifiés par les décrets des 18 mai 1999 et 16 juin 2006; 2° les articles 38 et 39, modifiés par les décrets des 18 mai 1999 et 16 juin 2006. Art. 39. Dans le décret du 18 mai 1999 portant organisation de l’aménagement du territoire, les dispositions suivantes sont abrogées : 1° l’article 63, alinéa sept, inséré par le décret du 21 décembre 2003; 2° l’article 65; 3° l’article 67, modifié par les décrets des 26 avril 2000 et 16 juin 2006; 4° les articles 66 et 68, modifiés par le décret du 16 juin 2006. Art. 40. A l’article 12 du décret du 13 décembre 2002 portant création de la société anonyme de droit public « Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel (BAM) », tel que modifié par le décret du 16 juin 2006, les §§ 2 à 5 inclus sont abrogés. Art. 41. Dans le décret du 18 juillet 2003 relatif à la politique intégrée de l’eau, les dispositions suivantes sont abrogées : 1° l’article 12, § 3; 2° l’article 12, § 4, et les articles 13 à 16 inclus, modifiés par le décret du 16 juin 2006. Art. 42. Dans le décret du 2 avril 2004 portant transformation du « Dienst voor de Scheepvaart » (Office de la Navigation) en agence autonomisée externe de droit public, dénommée « De Scheepvaart », les dispositions suivantes sont abrogées : 1° l’article 10, § 2 au § 4 inclus; 2° les articles 11 à 14 inclus, modifiés par le décret du 16 juin 2006; 3° les articles 15 et 16. CHAPITRE VIII. — Dispositions finales Art. 43. Le Gouvernement flamand fixe la date d’entrée en vigueur du présent décret. Promulguons le présent décret, ordonnons qu’il soit publié au Moniteur belge. Bruxelles, le 25 mai 2007. Le Ministre-Président du Gouvernement flamand, Y. LETERME Le Ministre flamand des Affaires administratives, de la Politique extérieure, des Médias et du Tourisme, G. BOURGEOIS Note (1) Session 2005-2006. Documents. — Projet de décret, 929 - N° 1. Session 2006-2007. Documents. — Amendement, 929 - N° 2. — Rapport, 929 - N° 3. — Texte adopté en séance plénière, 929 - N° 4. Annales. — Discussion et adoption : Séance du 16 mai 2007.


39563

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD VLAAMSE OVERHEID N. 2007 — 3194

[C − 2007/36158]

8 JUNI 2007. — Decreet houdende instemming met de overeenkomst tussen de Belgisch-Luxemburgse Economische Unie en de Federale Democratische Republiek Ethiopië inzake de wederzijdse bevordering en bescherming van investeringen, ondertekend te Brussel op 26 oktober 2006 (1) Het Vlaams Parlement heeft aangenomen en Wij, Regering, bekrachtigen hetgeen volgt : Decreet houdende instemming met de overeenkomst tussen de Belgisch-Luxemburgse Economische Unie en de Federale Democratische Republiek Ethiopië inzake de wederzijdse bevordering en bescherming van investeringen, ondertekend te Brussel op 26 oktober 2006 Artikel 1. Dit decreet regelt een gewestaangelegenheid. Art. 2. De overeenkomst tussen de Belgisch-Luxemburgse Economische Unie en de Federale Democratische Republiek Ethiopië inzake de wederzijdse bevordering en bescherming van investeringen, ondertekend te Brussel op 26 oktober 2006, zal volkomen gevolg hebben. Kondigen dit decreet af, bevelen dat het in het Belgisch Staatsblad zal worden bekendgemaakt. Brussel, 8 juni 2007. De minister-president van de Vlaamse Regering, Y. LETERME De Vlaamse minister van Economie, Ondernemen, Wetenschap, innovatie en Buitenlandse Handel, F. MOERMAN De Vlaamse minister van Bestuurszaken, Buitenlands Beleid, Media en Toerisme, G. BOURGEOIS Nota (1) Zitting 2006-2007 Stukken. — Ontwerp van decreet, 1138 - Nr. 1. — Verslag, 1138 - Nr. 2. — Tekst aangenomen door de plenaire vergadering, 1138 - Nr. 3. Handelingen. — Bespreking en aanneming : Vergadering van 30 mei 2007.

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2007 — 3194

[C − 2007/36158]

8 JUIN 2007. — Décret portant assentiment à l’accord entre l’Union économique belgo-luxembourgeoise et la République démocratique et fédérale d’Ethiopie concernant l’encouragement et la protection réciproques des investissements, signé à Bruxelles le 26 octobre 2006 (1) Le Parlement flamand a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Décret portant assentiment à l’accord entre l’Union économique belgo-luxembourgeoise et la République démocratique et fédérale d’Ethiopie concernant l’encouragement et la protection réciproques des investissements, signé à Bruxelles le 26 octobre 2006 Article 1er. Le présent décret règle une matière régionale. Art. 2. L’accord entre l’Union économique belgo-luxembourgeoise et la République démocratique et fédérale d’Ethiopie concernant l’encouragement et la protection réciproques des investissements, signé à Bruxelles le 26 octobre 2006, sortira son plein et entier effet. Promulguons le présent décret, ordonnons qu’il soit publié au Moniteur belge. Bruxelles, le 8 juin 2007. Le Ministre-Président du Gouvernement flamand, Y. LETERME La Ministre flamande de l’Economie, de l’Entreprise, des Sciences, de l’Innovation et du Commerce extérieur, F. MOERMAN Le Ministre flamand des Affaires administratives, de la Politique extérieure, des Médias et du Tourisme, G. BOURGEOIS Note Session 2006-2007. Documents. — Projet de décret, 1138 - N° 1. – Rapport, 1138 - N° 2. — Texte adopté en séance plénière, 1138 - N° 3. Annales. — Discussion et adoption : Séance du 30 mai 2007.


39564

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD VLAAMSE OVERHEID N. 2007 — 3195 [C − 2007/36161] 2 FEBRUARI 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering tot wijziging van het besluit van de Vlaamse Regering van 10 oktober 2003 houdende organisatie van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding en de instellingsspecifieke regeling van de rechtspositie van het personeel, wat betreft het optrekken van de salarisschalen voor de niveaus A en B vanaf 1 december 2004 De Vlaamse Regering, Gelet op het decreet van 20 maart 1984, houdende oprichting van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling, inzonderheid op artikel 3, § 2, vervangen bij het decreet van 7 juli 1998; Gelet op het besluit van de Vlaamse Regering van 30 juni 2000 houdende de regeling van de rechtspositie van het personeel van sommige Vlaamse openbare instellingen, het laatst gewijzigd bij het besluit van de Vlaamse Regering van 17 februari 2006; Gelet op het besluit van de Vlaamse Regering van 10 oktober 2003 houdende organisatie van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding en de instellingsspecifieke regeling van de rechtspositieregeling van het personeel, gewijzigd bij besluit van 13 februari 2004; Gelet op het advies van de directieraad van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding, gegeven op 16 september 2005; Gelet op het advies van het beheerscomité van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding, gegeven op 7 september 2005; Gelet op het akkoord van de Vlaamse minister, bevoegd voor de begroting, gegeven op 13 december 2006; Gelet op het akkoord van de Vlaamse minister, bevoegd voor het algemeen beleid inzake personeel en organisatieontwikkeling, gegeven op 10 november 2006; Gelet op protocol nr. 241.780 van het Sectorcomité XVIII Vlaamse Gemeenschap - Vlaams Gewest; Gelet op het advies van de Raad van State, gegeven op 18 januari 2007, met toepassing van artikel 84, § 1, eerste lid, 1°, van de gecoördineerde wetten op de Raad van State; Op voorstel van de Vlaamse minister van Werk, Onderwijs en Vorming; Na beraadslaging, Besluit : Artikel 1. In de bijlage Ia bij het besluit van de Vlaamse Regering van 10 oktober 2003 houdende organisatie van de Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding en de instellingsspecifieke regeling van de rechtspositieregeling van het personeel, worden de salarisschalen A315, A215, A115, B213, B191v, B181v en B171v vervangen door wat volgt : A315

A215

A115

B213

B191v

B181v

B171v

1/3 x 2.050,00

1/1 x 1.050,00

1/1 x 750,00

1/1 x 500,00

1/1 x 550,00

1/1 x 550,00

1/1 x 500,00

1/3 x 2.000,00

1/1 x 950,00

1/1 x 700,00

1/1 x 550,00

1/1 x 500,00

2/1 x 500,00

1/1 x 550,00

4/3 x 2.250,00

1/1 x 1.000,00

1/1 x 750,00

1/1 x 500,00

1/1 x 550,00

1/2 x 750,00

1/1 x 500,00

2/3 x 2.500,00

1/3 x 2.000,00

1/3 x 1.800,00

5/3 x 750,00

1/2 x 900,00

1/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 2.050,00

1/3 x 1.750,00

4/3 x 1.000,00

1/2 x 950,00

1/2 x 800,00

2/2 x 750,00

1/3 x 1.950,00

1/3 x 1.700,00

3/2 x 900,00

2/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 2.050,00

1/3 x 1.800,00

1/2 x 850,00

1/2 x 750,00

1/2 x 750,00

1/3 x 1.950,00

3/3 x 1.000,00

1/2 x 900,00

2/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 1.750,00

1/2 x 950,00

3/2 x 750,00

1/2 x 750,00

1/3 x 1.800,00

4/2 x 900,00

1/2 x 700,00

2/2 x 700,00 1/2 x 800,00 2/2 x 700,00

0

55.100,00

34.600,00

22.600,00

24.300,00

16.950,00

16.900,00

16.550,00

1

55.100,00

35.650,00

23.350,00

24.800,00

17.500,00

17.450,00

17.050,00

2

55.100,00

36.600,00

24.050,00

25.350,00

18.000,00

17.950,00

17.600,00

3

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

18.550,00

18.450,00

18.100,00

4

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

18.550,00

18.450,00

18.100,00

5

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

19.450,00

19.200,00

18.800,00

6

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

19.450,00

19.200,00

18.800,00

7

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

20.400,00

19.900,00

19.550,00

8

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

20.400,00

19.900,00

19.550,00

9

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

21.300,00

20.700,00

20.300,00

10

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

21.300,00

20.700,00

20.300,00

11

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

22.200,00

21.400,00

21.000,00

12

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

22.200,00

21.400,00

21.000,00

13

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

23.100,00

22.100,00

21.750,00

14

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

23.100,00

22.100,00

21.750,00


39565

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD A315

A215

A115

B213

B191v

B181v

B171v

15

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

23.950,00

22.850,00

22.450,00

16

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

23.950,00

22.850,00

22.450,00

17

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

24.850,00

23.550,00

23.200,00

18

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

24.850,00

23.550,00

23.200,00

19

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

25.800,00

24.250,00

23.900,00

20

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

25.800,00

24.250,00

23.900,00

21

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

26.700,00

25.000,00

24.600,00

22

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

26.700,00

25.000,00

24.600,00

23

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

27.600,00

25.750,00

25.400,00

24

73.150,00

51.150,00

34.850,00

31.600,00

27.600,00

25.750,00

25.400,00

25

31.600,00

28.500,00

26.500,00

26.100,00

26

31.600,00

28.500,00

26.500,00

26.100,00

27

32.600,00

29.400,00

27.200,00

26.800,00

28

32.600,00

29

32.600,00

30

33.600,00 Art. 2. Dit besluit heeft uitwerking met ingang van 1 december 2004. Art. 3. De Vlaamse minister, bevoegd voor het tewerkstellingsbeleid, is belast met de uitvoering van dit besluit. Brussel, 2 februari 2007. De minister-president van de Vlaamse Regering, Y. LETERME De Vlaamse minister van Werk, Onderwijs en Vorming, F. VANDENBROUCKE

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2007 — 3195

[C − 2007/36161]

2 FEVRIER 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand modifiant l’arrêté du Gouvernement flamand du 10 octobre 2003 portant organisation du « Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding » (Office flamand de l’Emploi et de la Formation professionnelle) et règlement spécifique du statut de son personnel, en ce qui concerne l’augmentation des échelles de traitement pour les niveaus A et B à partir du 1er décembre 2004 Le Gouvernement flamand, Vu le décret du 20 mars 1984 portant création du ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling″ (Office flamand de l’Emploi), notamment l’article 3, § 2, remplacé par le décret du 7 juillet 1998; Vu l’arrêté du Gouvernement flamand du 30 juin 2000 réglant le statut du personnel de certains organismes publics flamands, modifié en dernier lieu par l’arrêté du Gouvernement flamand du 17 février 2006; Vu l’arrêté du Gouvernement flamand du 10 octobre 2003 portant organisation du ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding″ et règlement spécifique du statut de son personnel, modifié par l’arrêté du 13 février 2004; Vu l’avis du conseil de direction du « Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding », rendu le 16 septembre 2005; Vu l’avis du comité de gestion du ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding″, rendu le 7 septembre 2005; Vu l’accord du Ministre flamand chargé du budget, donné le 13 décembre 2006; Vu l’accord du Ministre flamand chargé de la politique générale en matière de personnel et de développement de l’organisation, donné le 10 novembre 2006; Vu le protocole n° 241.780 du Comité sectoriel XVIII Communauté flamande – Région flamande; Vu l’avis du Conseil d’Etat, donné le 18 janvier 2007, en application de l’article 84, § 1er, alinéa 1er, 1°, des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat; Sur la proposition du Ministre flamand de l’Emploi, de l’Enseignement et de la Formation;


39566

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Après délibération, Arrête :

Article 1er. Dans l’annexe Ia à l’arrêté du Gouvernement flamand du 10 octobre 2003 portant organisation du ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding″ et règlement spécifique du statut de son personnel, les échelles de traitement A315, A215, A115, B213, B191v, B181v et B171v sont remplacées par ce qui suit : A315

A215

A115

B213

B191v

B181v

B171v

1/3 x 2.050,00

1/1 x 1.050,00

1/1 x 750,00

1/1 x 500,00

1/1 x 550,00

1/1 x 550,00

1/1 x 500,00

1/3 x 2.000,00

1/1 x 950,00

1/1 x 700,00

1/1 x 550,00

1/1 x 500,00

2/1 x 500,00

1/1 x 550,00

4/3 x 2.250,00

1/1 x 1.000,00

1/1 x 750,00

1/1 x 500,00

1/1 x 550,00

1/2 x 750,00

1/1 x 500,00

2/3 x 2.500,00

1/3 x 2.000,00

1/3 x 1.800,00

5/3 x 750,00

1/2 x 900,00

1/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 2.050,00

1/3 x 1.750,00

4/3 x 1.000,00

1/2 x 950,00

1/2 x 800,00

2/2 x 750,00

1/3 x 1.950,00

1/3 x 1.700,00

3/2 x 900,00

2/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 2.050,00

1/3 x 1.800,00

1/2 x 850,00

1/2 x 750,00

1/2 x 750,00

1/3 x 1.950,00

3/3 x 1.000,00

1/2 x 900,00

2/2 x 700,00

1/2 x 700,00

1/3 x 1.750,00

1/2 x 950,00

3/2 x 750,00

1/2 x 750,00

1/3 x 1.800,00

4/2 x 900,00

1/2 x 700,00

2/2 x 700,00 1/2 x 800,00 2/2 x 700,00

0

55.100,00

34.600,00

22.600,00

24.300,00

16.950,00

16.900,00

16.550,00

1

55.100,00

35.650,00

23.350,00

24.800,00

17.500,00

17.450,00

17.050,00

2

55.100,00

36.600,00

24.050,00

25.350,00

18.000,00

17.950,00

17.600,00

3

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

18.550,00

18.450,00

18.100,00

4

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

18.550,00

18.450,00

18.100,00

5

57.150,00

37.600,00

24.800,00

25.850,00

19.450,00

19.200,00

18.800,00

6

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

19.450,00

19.200,00

18.800,00

7

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

20.400,00

19.900,00

19.550,00

8

59.150,00

39.600,00

26.600,00

26.600,00

20.400,00

19.900,00

19.550,00

9

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

21.300,00

20.700,00

20.300,00

10

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

21.300,00

20.700,00

20.300,00

11

61.400,00

41.650,00

28.350,00

27.350,00

22.200,00

21.400,00

21.000,00

12

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

22.200,00

21.400,00

21.000,00

13

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

23.100,00

22.100,00

21.750,00

14

63.650,00

43.600,00

30.050,00

28.100,00

23.100,00

22.100,00

21.750,00

15

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

23.950,00

22.850,00

22.450,00

16

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

23.950,00

22.850,00

22.450,00

17

65.900,00

45.650,00

31.850,00

28.850,00

24.850,00

23.550,00

23.200,00

18

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

24.850,00

23.550,00

23.200,00

19

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

25.800,00

24.250,00

23.900,00

20

68.150,00

47.600,00

32.850,00

29.600,00

25.800,00

24.250,00

23.900,00

21

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

26.700,00

25.000,00

24.600,00

22

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

26.700,00

25.000,00

24.600,00

23

70.650,00

49.350,00

33.850,00

30.600,00

27.600,00

25.750,00

25.400,00

24

73.150,00

51.150,00

34.850,00

31.600,00

27.600,00

25.750,00

25.400,00

25

31.600,00

28.500,00

26.500,00

26.100,00

26

31.600,00

28.500,00

26.500,00

26.100,00

27

32.600,00

29.400,00

27.200,00

26.800,00

28

32.600,00

29

32.600,00

30

33.600,00


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 2. Le présent arrêté produit ses effets le 1er décembre 2004. Art. 3. Le Ministre flamand ayant la politique de l’emploi dans ses attributions est chargé de l’exécution du présent arrêté. Bruxelles, le 2 février 2007. Le Ministre-Président du Gouvernement flamand, Y. LETERME Le Ministre flamand de l’Emploi, de l’Enseignement et de la Formation, F. VANDENBROUCKE

* VLAAMSE OVERHEID N. 2007 — 3196

[C − 2007/36116] 30 MAART 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering houdende de voorwaarden voor de erkenning en subsidiëring als gemandateerde voorziening De Vlaamse Regering

Gelet op het decreet van 15 juli 1997 houdende de oprichting van een Gezins- en Welzijnsraad en van een adviserende beroepscommissie inzake gezins- en welzijnsaangelegenheden, inzonderheid op artikel 13 tot en met 16; Gelet op het decreet van 8 december 2000 houdende diverse bepalingen, inzonderheid op artikel 18; Gelet op het decreet van 30 april 2004 tot oprichting van het intern verzelfstandigd agentschap met rechtspersoonlijkheid Kind en Gezin, inzonderheid op artikel 12 en 13, gewijzigd bij de decreten van 2 juni 2006 en 22 december 2006; Gelet op het decreet van 7 mei 2004 houdende de toekenning van dienstencheques voor kinderopvang, gewijzigd bij decreet van 22 december 2006, inzonderheid op artikel 5; Gelet op het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van kinderdagverblijven en diensten voor opvanggezinnen, gewijzigd bij de besluiten van de Vlaamse Regering van 10 juli 2001, 14 december 2001, 1 februari 2002, 13 december 2002, 28 maart 2003, 21 november 2003, 20 mei 2005, 27 mei 2005, 30 juni 2006 en 29 september 2006; Gelet op het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van initiatieven voor buitenschoolse opvang, gewijzigd bij de besluiten van de Vlaamse Regering van 25 januari 2002, 10 oktober 2003 en 26 maart 2004; Gelet op het besluit van de Vlaamse Regering betreffende de toekenning van dienstencheques voor kinderopvang van 30 maart 2007; Gelet op het advies van het Raadgevend Comité van het agentschap Kind en Gezin, gegeven op 28 februari 2007; Gelet op het akkoord van de Vlaamse minister, bevoegd voor de begroting, gegeven op 30 maart 2007; Gelet op de wetten op de Raad van State, gecoördineerd op 12 januari 1973, inzonderheid op artikel 3, § 1, vervangen bij de wet van 4 juli 1989 en gewijzigd bij de wet van 4 augustus 1996; Gelet op de dringende noodzakelijkheid; Overwegende dat er, gelet op de acute behoefte aan flexibele en occasionele opvang bij de Vlaamse gezinnen, in het kader van het actieplan ter zake van de Vlaamse Regering dringend gemandateerde voorzieningen erkend moeten worden die kunnen voorzien in een flexibel en occasioneel opvangaanbod, in informatie en begeleiding voor gezinnen die naar flexibele of occasionele kinderopvang zoeken, en in de begeleiding van doelgroepwerknemers; Overwegende dat aan die gemandateerde voorzieningen doelgroepwerknemers toegewezen moeten worden, dat zij een coördinatiefunctie moeten opnemen en dat er daarvoor subsidies moeten kunnen worden toegekend; Na beraadslaging, Besluit : HOOFDSTUK I. — Inleidende bepalingen Artikel 1. In dit besluit wordt verstaan onder : 1° Kind en Gezin : het intern verzelfstandigd agentschap, opgericht bij het decreet van 30 april 2004 tot oprichting van het intern verzelfstandigd agentschap met rechtspersoonlijkheid Kind en Gezin; 2° kinderdagverblijf : een kinderdagverblijf, erkend door Kind en Gezin op basis van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van kinderdagverblijven en diensten voor onthaalouders; 3° dienst voor onthaalouders : dienst voor onthaalouders, erkend door Kind en Gezin op basis van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van kinderdagverblijven en diensten voor onthaalouders; 4° buitenschoolse kinderopvang : initiatief voor buitenschoolse opvang, erkend door Kind en Gezin op basis van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van initiatieven voor buitenschoolse opvang; 5° voorziening : organiserend bestuur van erkende kinderdagverblijven en/of initiatieven voor buitenschoolse opvang en/of diensten voor onthaalouders; 6° vestiging : erkend kinderdagverblijf, initiatief voor buitenschoolse opvang of een dienst voor onthaalouders; 7° gemandateerde voorziening : een vestiging die erkend wordt door Kind en Gezin als coördinatiepunt voor de organisatie van en de verstrekking van informatie over flexibele en occasionele kinderopvang; 8° lokaal overleg : een gemeentelijk overleg- en adviesorgaan zoals bepaald in het besluit van de Vlaamse Regering van 24 juni 1997 houdende de algemene voorwaarden inzake het organiseren van buitenschoolse opvang. 9° pool : één of meerdere doelgroepwerknemers; 10° doelgroepwerknemer : laaggeschoolde langdurig werkloze die voldoet aan het SINE-profiel;

39567


39568

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 11° SINE-profiel : werknemers die beantwoorden aan het profiel, vermeld in het koninklijk besluit van 3 mei 1999 tot uitvoering van artikel 7, § 1, derde lid, m, van de besluitwet van 28 december 1944 betreffende de maatschappelijke zekerheid der arbeiders betreffende de herinschakeling van zeer moeilijk te plaatsen werklozen; 12° Subsidieagentschap : het Vlaams Subsidieagentschap voor Werk en Sociale Economie, opgericht bij besluit van de Vlaamse Regering van 21 oktober 2005; 13° Resoc : het Regionaal Sociaal Economisch Overlegcomité, vermeld in artikel 18 van het decreet van 7 mei 2004 betreffende het statuut, de werking, de taken en de bevoegdheden van erkende regionale samenwerkingsverbanden, de sociaal-economische raden van de regio en de regionale sociaal-economische overlegcomités; 14° sui-generis afdeling : afdeling binnen een organisatie als vermeld in artikel 1, 5°, die aan de volgende voorwaarden voldoet : a) er is een specifieke verantwoordelijke voor de activiteiten van de lokale diensteneconomie; b) de afdeling is duidelijk identificeerbaar in alle communicatie en publiciteit; c)

de inhoudelijke en financiële activiteiten van de lokale diensteneconomie worden afzonderlijk geregistreerd voor de sociale overlegstructuren binnen de organisatie en de sociale inspectie;

15° thuisopvang : opvang aan huis die uitgevoerd wordt door personeelsleden van een gemandateerde voorziening; 16° basisaanbod : — voor een kinderdagverblijf zoals bepaald in artikel 5, § 1, van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van kinderdagverblijven en diensten voor onthaalouders; — voor een dienst voor onthaalouders zoals bepaald in artikel 16 van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van kinderdagverblijven en diensten voor onthaalouders; — voor buitenschoolse kinderopvang zoals bepaald in artikel 2, § 2, van het besluit van de Vlaamse Regering van 23 februari 2001 houdende de voorwaarden inzake erkenning en subsidiëring van initiatieven voor buitenschoolse opvang en dit voor een openingsduur van minstens 230 dagen per jaar; 17° flexibele opvang : opvang van schoolgaande kinderen of niet schoolgaande kinderen, buiten de openingstijden van het basisaanbod van de voorziening minstens in een van onderstaande gevallen : — minstens gedurende 30 minuten voor 7 uur; — minstens gedurende 30 minuten na 18 uur; of — op dagen bovenop het minimum aantal openingsdagen voor een basisaanbod; 18° occasionele opvang : opvang van een kind gedurende een periode van maximaal zes maanden, ongeacht de intensiteit van het gebruik, om één van de volgende redenen : a)

ouder werkt niet en start met opleiding;

b)

ouder werkt niet en vindt plots werk;

c)

de ouder neemt deel aan sollicitatiegesprek;

d)

er is een acute crisissituatie in het gezin;

e)

het gezin heeft behoefte aan een korte draaglastvermindering;

f)

voor het kind is om sociale en/of pedagogische motieven gedurende de dag opvang en begeleiding buiten het eigen gezin wenselijk;

19° zorggebied : verzorgingsgebied als vermeld in het decreet van 7 mei 2004 tot de oprichting van het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigd agentschap « Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding »; 20° erkende onderneming : de onderneming die erkend is overeenkomstig artikel 8 van het decreet van 7 mei 2004 houdende de toekenning van dienstencheques voor kinderopvang; 21° VDAB : het publiekrechtelijk vormgegeven extern verzelfstandigd agentschap ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding″, opgericht bij decreet van 7 mei 2004; 22° SERV : de Sociaal-Economische Raad van Vlaanderen opgericht bij decreet van 27 juni 1985 op de Sociaal-Economische Raad van Vlaanderen; 23° de ministers : de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen, en de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie. Art. 2. Voorzieningen kunnen één (of meer) erkenning(en) als gemandateerde voorziening krijgen volgens de bepalingen van dit besluit. Aan elke erkenning is een toewijzing van een pool, een coördinatiefunctie en een bijhorende subsidiëring verbonden.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 3. § 1. Per zorggebied kan er maximaal één vestiging gemandateerd worden. Het totaal aantal gemandateerde voorzieningen voor Vlaanderen wordt vastgesteld op 111. § 2. Aan elke gemandateerde voorziening wordt een pool van doelgroepwerknemers toegekend. De omvang van die pool varieert naargelang de positie van het zorggebied in een gewogen rangordening van de zorggebieden aan de hand van volgende parameters : 1° het aantal éénoudergezinnen; 2° het aantal zelfstandigen; 3° het aantal werknemers dat werkt in arbeidssectoren die bekend staan voor flexibele uren; 4° het aantal niet- werkende werkzoekenden tussen 18 en 44 jaar met kinderen. HOOFDSTUK II. — Erkenning gemandateerde voorziening § 3. Het totaal aantal doelgroepmedewerkers voor Vlaanderen wordt vastgesteld op 200. Afdeling 1. — Voorwaarden waaraan de voorzieningen of de vestigingen moeten voldoen Art. 4. Vestigingen komen slechts in aanmerking voor erkenning als een gemandateerde voorziening als ze behoren tot een voorziening die minstens 75 erkende opvangplaatsen aanbiedt of als ze kunnen aantonen dat ze over voldoende competentie en ervaring beschikken om een coördinatiepunt te kunnen oprichten overeenkomstig de bepalingen van dit besluit. Art. 5. § 1. De erkenning als gemandateerde voorziening is gebonden aan één zorggebied. § 2. Een vestiging kan enkel voor een zorggebied als gemandateerde voorziening erkend worden als ze gelokaliseerd is in dat zorggebied of in een aan dat zorggebied grenzend zorggebied. § 3. Eén vestiging kan ook meerdere erkenningen als gemandateerde voorziening krijgen. Art. 6. Een gemandateerde voorziening moet aan de volgende erkenningsvoorwaarden voldoen : § 1 De gemandateerde voorziening sluit een samenwerkingsovereenkomst af met de erkende onderneming(en) die actief is (zijn) in het zorggebied waarvoor één van haar vestigingen als gemandateerde voorziening erkend is en dit met naleving van alle voorwaarden gesteld in het decreet van 7 mei 2004 houdende de toekenning van dienstencheques voor kinderopvang en zijn uitvoeringsbesluiten. § 2 De gemandateerde voorziening draagt bij tot het afstemmen van vraag en aanbod van alle vormen van flexibele en occasionele opvang binnen het zorggebied en is een aanspreekpunt voor de gezinnen die zoeken naar flexibele of occasionele kinderopvang. § 3. De gemandateerde voorziening beschikt over de nodige kennis, middelen en competenties om doelgroepwerknemers te begeleiden. Afdeling 2. — Erkenningsprocedure Art. 7. De voorziening vraagt voor een vestiging de erkenning als gemandateerde voorziening aan bij Kind en Gezin. In toepassing van artikel 5, § 2 en § 3, kunnen er meerdere aanvragen voor één vestiging ingediend worden. Art. 8. § 1. De aanvraag gebeurt aan de hand van een aanvraagformulier, gezamenlijk ontworpen door Kind en Gezin en het Subsidieagentschap. § 2. Dit aanvraagformulier bestaat uit drie delen. De aanvraag moet volledig ingevuld, ondertekend en gedateerd per post of per fax verstuurd worden naar de hoofdzetel van Kind en Gezin. De aanvraag moet ook in digitale vorm bezorgd worden aan Kind en Gezin. § 3. Op deel één moeten minstens de volgende elementen ingevuld worden : 1° identificatiegegevens van de voorziening; 2° identificatiegegevens van de vestiging indien deze niet dezelfde zijn als die van de voorziening; 3° het zorggebied waarvoor de voorziening erkend wil worden; 4° de datum van de aanvraag. § 4. Deel twee moet minstens de volgende elementen bevatten : 1° een gedetailleerd plan van aanpak waarin de voorziening omschrijft hoe ze concreet de opdrachten van een gemandateerde voorziening gaat realiseren; 2° een kwaliteitscharter waarin de voorziening omschrijft hoe ze de kwaliteit van de thuisopvang zal bewaken en opvolgen; 3° de geplande startdatum. § 5. Het derde deel bevat een omschrijving van de hierna volgende verbintenissen : 1° extra aanvullende tewerkstelling creëren; 2° zoveel mogelijk inspanningen leveren om kansengroepen aan te werven en gelijkwaardige kansen te bieden in de organisatie; 3° garanties bieden voor de kwaliteit van de arbeid voor kansengroepen met het oog op duurzaamheid, waarbij bij de organisatie van het werk rekening wordt gehouden met de behoeften van de werknemers; 4° doorstroom- en doorgroeimogelijkheden stimuleren en bevorderen; 5° ingebed zijn in het lokale socio-economische weefsel; 6° het reeds bestaande aanbod aanvullen; 7° een kwaliteitsvolle en toegankelijke dienstverlening verstrekken; 8° aandacht hebben voor milieuzorg; 9° als sui-generis afdeling werken.

39569


39570

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 9. Kind en Gezin controleert de ontvankelijkheid van de aanvraag op duidelijkheid en volledigheid en controleert of de aanvrager in aanmerking komt als voorziening. Kind en Gezin beslist over de ontvankelijkheid van de aanvraag en brengt het organiserende bestuur daarvan op de hoogte per aangetekende brief, uiterlijk vijftien dagen na ontvangst van de aanvraag. Als de aanvraag niet ontvankelijk is, krijgt de voorziening dertig dagen de tijd, te rekenen vanaf de dag waarop de brief werd overgemaakt (de poststempel geldt als bewijs), om haar aangepaste aanvraag in te dienen. Art. 10. Kind en Gezin bezorgt, binnen vijftien dagen na de ontvangst van de ontvankelijke aanvraag, deel 1 en deel 3 aan het Subsidieagentschap en informeert elk lokaal overleg in het betreffende zorggebied over de aanvraag. Het Subsidieagentschap stuurt de aanvraag door naar het Resoc dat bevoegd is voor het zorggebied waarop de aanvraag betrekking heeft. Binnen dertig dagen, te rekenen vanaf de dag waarop de adviesvraag werd overgemaakt, bezorgt het Resoc een schriftelijk en gemotiveerd advies aan het Subsidieagentschap. Het advies dat niet tijdig aan het Subsidieagentschap wordt bezorgd, wordt geacht positief te zijn. Het Subsidieagentschap dient, na het ontvangen van het advies van het Resoc dat bevoegd is voor het zorggebied waarop de aanvraag betrekking heeft, op basis van deel 1 en deel 3 haar gemotiveerd opportuniteitsadvies over de erkenning van de voorziening als gemandateerde voorziening door te sturen naar Kind en Gezin en dit uiterlijk vijftig dagen na ontvangst van de aanvraag op het Subsidieagentschap. Art. 11. § 1. Als het Subsidieagentschap positief advies verleent over een aanvraag, kan de voorziening door Kind en Gezin erkend worden als gemandateerde voorziening voor een bepaald zorggebied. § 2. Kind en Gezin beoordeelt hiervoor : 1° de plannen van samenwerking met kinderopvanginitiatieven in het zorggebied zoals bedoeld in art 6 § 2; 2° de plannen voor de realisatie van occasionele opvang in kinderopvanginitiatieven tijdens de reguliere openingsuren; 3° de garantie dat de voorziening haar opdrachten zal kunnen waarmaken met de middelen en de personeelsomkadering waarover ze beschikt; 4° de ervaring met een flexibel en occasioneel aanbod aan kinderopvang; 5° de geplande wijze waarop de voorziening haar diensten zal bekendmaken aan de gezinnen die naar flexibele of occasionele opvang zoeken. § 3. Als er in een bepaald zorggebied meerdere kandidaten in aanmerking komen voor de erkenning als gemandateerde voorziening, zal Kind en Gezin de kandidaturen inhoudelijk met elkaar vergelijken op basis van de gegevens in deel twee van het aanvraagformulier. Indien de kandidaturen als gelijkwaardig worden beschouwd, zal de keuze in eerste instantie gebeuren op basis van het aantal opvangplaatsen dat de vestiging telt en in tweede instantie op basis van de ervaring die de vestiging heeft met flexibele en occasionele opvang. § 4. De beslissing over de erkenning als gemandateerde voorziening moet door Kind en Gezin genomen worden binnen achtentwintig dagen na het ontvangen van het advies van het Subsidieagentschap of na ontvangst van het schriftelijk verzoek zoals voorzien in artikel 19, § 4. Uiterlijk éénentwintig dagen na haar beslissing brengt Kind en Gezin de voorziening schriftelijk op de hoogte van die beslissing. Afdeling 3. — Intrekking van de erkenning Art. 12. De erkenning en de bijhorende subsidiëring kunnen op elk moment geheel of gedeeltelijk en tijdelijk of definitief worden ingetrokken door Kind en Gezin als : 1° de werking als gemandateerde voorziening niet is opgestart binnen drie maanden na de in de aanvraag vermelde startdatum of als de werking als gemandateerde voorziening, zoals vermeld in hoofdstuk III, gedurende minstens een maand onderbroken wordt, tenzij de voorziening buiten haar wil om geen doelgroepwerknemers kan begeleiden; 2° vastgesteld wordt dat de gemandateerde voorziening binnen de drie maanden na de in de aanvraag vermelde startdatum nog geen overeenkomst heeft afgesloten met de erkende onderneming(en), behalve wanneer er geen erkende onderneming in het zorggebied van de gemandateerde voorziening werkzaam is; 3° wordt vastgesteld dat niet langer voldaan is aan de voorwaarden, vermeld in hoofdstuk II, afdeling 1; 4° het Subsidieagentschap hierom verzoekt om redenen die rechtstreeks verband houden met de tewerkstelling en/of begeleiding van doelgroepwerknemers. Afdeling 4. — Beroepsprocedure Art. 13. § 1. De voorziening kan beroep aantekenen bij de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen, tegen : 1° de weigering van de erkenning na een positief advies van het Subsidieagentschap; 2° de intrekking van de erkenning, tenzij deze gebeurde op basis van artikel 12, ten vierde. § 2. De voorziening kan beroep aantekenen bij de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, tegen : 1° de weigering van de erkenning op basis van een negatief advies van het Subsidieagentschap; 2° de intrekking van de erkenning, op basis van artikel 12, ten vierde. Art. 14. § 1. De voorziening dient uiterlijk dertig dagen na de kennisname van de beslissing een gemotiveerd en aangetekend beroepschrift in op het adres van de hoofdzetel van Kind en Gezin. § 2. Het beroepschrift bevat minstens de volgende elementen : 1° de naam en het adres van de voorziening; 2° naam en adres van de vestiging; 3° de ontvangstdatum van de betwiste beslissing; 4° een uitvoerige motivering van het beroep; 5° de datum van instelling van het beroep; 6° de naam en de handtekening van de voorzitter van het organiserende bestuur.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 3. Een beroepschrift dat niet voldoet aan de voorwaarden, vermeld in § 1 en § 2, is niet ontvankelijk. Art. 15. Kind en Gezin beslist over de ontvankelijkheid van het beroepschrift en brengt het organiserende bestuur daar, binnen éénentwintig dagen na ontvangst van het beroepschrift, per aangetekende brief van op de hoogte. Art. 16. Het beroep schorst de uitvoering van de beslissing, behalve als een ernstig gevaar voor de opgevangen kinderen, de ouders, het personeel of de onmiddellijke omgeving dreigt. Kind en Gezin beslist in dat geval over het opschortende karakter van het beroep en brengt het organiserende bestuur daar, binnen de vijftien dagen na de ontvangst van het beroepschrift, per aangetekende brief van op de hoogte. Art. 17. § 1. Kind en Gezin bezorgt binnen vijftien dagen na de ontvangst van het ontvankelijke beroepschrift, dat beroepschrift samen met het volledige administratieve dossier en eventuele verweermiddelen aan de adviserende beroepscommissie van de Vlaamse Gezins- en Welzijnsraad. Kind en Gezin bezorgt tegelijkertijd een kopie van het beroepschrift aan de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen. § 2. Indien het beroep wordt ingesteld op basis van artikel 13, § 2, moet Kind en Gezin, in afwijking van § 1, het beroep overmaken aan het Subsidieagentschap. Art. 18. § 1. Uiterlijk drie maanden na ontvangst van het beroepschrift bedoeld in artikel 17, § 1, en het administratieve dossier bezorgt de adviserende beroepscommissie haar met redenen omkleed advies aan de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen, en aan Kind en Gezin. § 2. Als het advies van de adviserende beroepscommissie gelijkluidend is met de beslissing van de leidend ambtenaar van Kind en Gezin, wordt de definitieve beslissing, uiterlijk zestig dagen na de ontvangst van het advies, genomen door de leidend ambtenaar van Kind en Gezin. § 3. Als het advies van de adviserende beroepscommissie afwijkt van het met redenen omklede voornemen van de leidend ambtenaar van Kind en Gezin of als er geen advies verleend werd na het verstrijken van de termijn, vermeld in § 1, wordt de definitieve beslissing genomen door de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen en dit uiterlijk zestig dagen na de ontvangst van het advies of na het verstrijken van de termijn vermeld in § 1. § 4. Die definitieve beslissing is met redenen omkleed. Ze wordt uiterlijk éénentwintig dagen nadat de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen, of de leidend ambtenaar van Kind en Gezin zijn beslissing heeft genomen, door Kind en Gezin per aangetekende brief meegedeeld aan de indiener van het beroepschrift. Art. 19. § 1. Het Subsidieagentschap verstrekt binnen veertig dagen na ontvangst van een beroepschrift bedoeld in artikel 17, § 2, een met redenen omkleed advies aan de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie. § 2. De Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, deelt binnen zestig dagen na ontvangst van het advies van het Subsidieagentschap zijn beslissing mee aan Kind en Gezin. § 3. Kind en Gezin brengt de indiener van het beroepschrift, uiterlijk éénentwintig dagen na ontvangst van de beslissing, met een aangetekend schrijven op de hoogte van de beslissing van de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie. § 4. Indien de beslissing van de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, bepaalt dat het Subsidieagentschap positief diende te adviseren, kan de indiener van het beroep zijn aanvraag tot erkenning als gemandateerde voorziening op schriftelijk verzoek bij Kind en Gezin laten heractiveren. In dat geval wordt de erkenningsprocedure beperkt tot artikel 11. Ook tegen deze beslissing is beroep mogelijk. HOOFDSTUK III. — Opdrachten van de gemandateerde voorziening Afdeling 1. — Coördinatie- en informatiepunt flexibele en occasionele kinderopvang Art. 20. De gemandateerde voorziening is een toegankelijk, bereikbaar aanspreekpunt voor de gezinnen die zoeken naar flexibele en occasionele kinderopvang. De gemandateerde voorziening is verantwoordelijk voor het toeleiden van vragen voor flexibele en occasionele opvang naar het aanbod binnen haar regio. Art. 21. De gemandateerde voorziening informeert de gezinnen die flexibele en occasionele kinderopvang nodig hebben over alle mogelijke opvangvormen en zoekt samen met de gezinnen naar de meest haalbare en wenselijke opvang. Bij het zoeken naar een oplossing moet de gemandateerde voorziening steeds rekening houden met het belang en de draagkracht van het betrokken kind. Art. 22. § 1. Indien de opvang dient te gebeuren door een werknemer van een erkende onderneming, contacteert de gemandateerde voorziening de erkende onderneming(en) met wie zij een overeenkomst heeft. § 2. Indien de aanvraag effectief kan uitgevoerd worden, verwittigt de gemandateerde voorziening de kandidaat-gebruiker. Afdeling 2. — De organisatie van flexibele en occasionele kinderopvang Art. 23. De gemandateerde voorziening kan de doelgroepwerknemers in haar eigen voorziening inzetten. Art. 24. § 1. De gemandateerde voorziening kan, al dan niet aansluitend op een opvangperiode in de eigen of een andere voorziening, thuisopvang aanbieden in de woning van de gebruiker en kan eventueel met het oog hierop ook de kinderen begeleiden op weg van en naar huis. § 2. De thuisopvang moet plaats vinden in het zorggebied waarvoor de gemandateerde voorziening werd erkend. Art. 25. De mogelijkheid tot flexibele of occasionele opvang mag niet voorbehouden worden voor kinderen die al worden opgevangen door de voorziening. Ook kinderen die niet of door een andere voorziening tijdens de reguliere openingsuren worden opgevangen, moeten occasioneel of flexibel opgevangen kunnen worden. Art. 26. Thuisopvang kan in geen enkele omstandigheid gebruikt worden om een structurele opvangvraag te beantwoorden. Art. 27. Voor de betaling van de occasionele of flexibele opvang die georganiseerd wordt in of door de gemandateerde voorziening, gelden volgende specifieke bepalingen : 1° als een kind wordt opgevangen in de gemandateerde voorziening, dan wordt de bijdrage bepaald volgens de regeling voor de financiële bijdrage van het gezin die in de voorziening van kracht is; 2° als vergoeding voor de thuisopvang vraagt de gemandateerde voorziening een financiële bijdrage aan het gezin dat van het thuisopvangaanbod gebruik maakt. Die bijdrage moet betaald worden aan de gemandateerde voorziening;

39571


39572

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 3° de financiële bijdrage van het gezin is gekoppeld is aan de opvangduur van het kind of de kinderen. De eventuele tijd die nodig is om het kind of de kinderen te vervoeren, behoort tot die opvangduur; 4° de bijdrage bedraagt 0,68 euro, per begonnen halfuur, maar met een minimumbedrag van 6,15 euro per opvangprestatie aan huis; 5° als de financiële situatie van het gezin daartoe aanleiding geeft, kan een sociaal tarief gehanteerd worden. Dat sociaal tarief bedraagt 50 % van de in 3° en 4° vastgelegde financiële bijdrage. De dossiers in kwestie moeten ingekeken en beoordeeld kunnen worden door de bevoegde personeelsleden van het intern verzelfstandigd agentschap Inspectie Welzijn en Volksgezondheid. Afdeling 3. — Kwaliteit van de flexibele en occasionele kinderopvang aan huis Art. 28. De gemandateerde voorziening is verantwoordelijk voor de kwaliteit van de thuisopvang die door haar eigen werknemers of doelgroepwerknemers geleverd wordt. Art. 29. Als de thuisopvang door werknemers van de erkende onderneming verzorgd wordt, zal de samenwerkingsovereenkomst kwaliteitswaarborgen omvatten. De samenwerkingsovereenkomst voorziet dat de samenwerking naar aanleiding van het leveren van onvoldoende kwaliteitsvolle thuisopvang verbroken kan worden. Afdeling 4. — Begeleiding van werknemers in de pool Art. 30. De gemandateerde voorziening begeleidt de doelgroepwerknemers en ondersteunt hen bij hun opleidingstraject. HOOFDSTUK IV. — Werknemers in de pool Afdeling 1. — Algemene voorwaarden Art. 31. § 1. De gemandateerde voorziening levert maximale inspanningen om werknemers uit kansengroepen aan te werven en hen gelijkwaardige kansen te bieden in de voorziening. § 2. Startvereisten voor de doelgroepwerknemer : 1° De doelgroepwerknemer heeft een SINE – profiel. 2° De doelgroepwerknemer is geslaagd in de door de VDAB georganiseerde voorselectie waarbij nagegaan werd of de kandidaat wil werken met kinderen en of hij het groeipotentieel heeft om, na opleiding en begeleiding, te beantwoorden aan het beroepsprofiel begeleider in de kinderopvang of begeleider in de buitenschoolse opvang, zoals opgesteld door de SERV. Het groeipotentieel wordt minimaal getest door na te gaan of de kandidaat over de sleutelvaardigheden uit het voormelde beroepsprofiel beschikt. § 3. Voorwaarden inzake opleidingstrajecten : 1° De gemandateerde voorziening werkt begeleidings- en opleidingstrajecten uit voor haar doelgroepwerknemers. 2° Doelgroepwerknemers die binnen het jaar na de inwerkingtreding van dit besluit worden aangeworven, moeten binnen de zes jaar na aanvang van hun tewerkstelling beschikken over een kwalificatieattest dat uitgereikt wordt door de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen. 3° Doelgroepwerknemers die na de termijn zoals bepaald in paragraaf 3, 2° worden aangeworven, moeten binnen de vier jaar na aanvang van hun tewerkstelling beschikken over een kwalificatieattest dat uitgereikt wordt door de Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen. Afdeling 2. — Specifieke voorwaarden voor het werken in de erkende kinderopvang Art. 32. De doelgroepwerknemer legt bij de start van zijn tewerkstelling een medisch attest voor waaruit blijkt dat hij geschikt is om met kinderen te werken. Art. 33. De doelgroepwerknemer legt bij de start van zijn tewerkstelling en op vraag van de voorziening tijdens zijn tewerkstelling een uittreksel uit het strafregister (model 2) voor. Afdeling 3. — Subsidiëring van de doelgroepwerknemers Art. 34. Binnen de perken van het begrotingskrediet heeft de erkende gemandateerde voorziening per voltijds equivalent tewerkgestelde doelgroepwerknemer recht op een maximale loonpremie van 13.770,89 euro. Hiervan verstrekt de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, op jaarbasis maximaal 8.000 euro en Kind en Gezin maximaal 5.770,89 euro. Per voltijds equivalent doelgroepwerknemer begint de subsidieperiode op het ogenblik van de indiensttreding van de eerste doelgroepwerknemer-titularis. Die periode wordt verlengd met de termijn die verlopen is tussen de uitdiensttreding van de titularis en de indiensttreding van de definitieve vervanger. Binnen de perken van het begrotingskrediet heeft de erkende gemandateerde voorziening, per voltijds equivalent tewerkgestelde doelgroepwerknemer, recht op een werkingssubsidie van 1.355,20 euro op jaarbasis, toegekend door Kind en Gezin. Art. 35. Binnen de perken van het begrotingskrediet heeft de erkende gemandateerde voorziening recht op een bijkomende omkaderingspremie van 9600 euro op jaarbasis, toegekend door de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD HOOFDSTUK V. — Coördinatiefunctie Afdeling 1. — Algemene voorwaarden Art. 36. De gemandateerde voorziening beschikt minimaal over een derde voltijdse coördinatiefunctie. Art. 37. De coördinator beschikt minstens over een eindstudiebewijs van een met vrucht gevolgde opleiding in een richting van het hoger, niet-universitair onderwijs van één cyclus, of van het hoger onderwijs voor sociale promotie van het korte type. Afdeling 2. — Subsidiëring van de coördinatiefunctie Art. 38. § 1. Binnen de perken van het begrotingskrediet heeft de erkende gemandateerde voorziening, recht op subsidies voor de coördinatiefunctie. Deze subsidie bestaat uit een vast deel en uit een variabel deel dat varieert naargelang het aantal doelgroepwerknemers dat men in dienst heeft. § 2. Het vaste deel van de subsidie bedraagt 7554,20 euro op jaarbasis. Hiervan wordt 2400 Euro voorzien door de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie en 5154,20 euro verstrekt door Kind en Gezin. § 3. Het variabel deel van de subsidie wordt verstrekt door Kind en Gezin en hangt af van het aantal voltijds equivalent tewerkgestelde doelgroepwerknemers. Per voltijds equivalent tewerkgestelde doelgroepwerknemer is een subsidie voorzien van 3071,23 euro op jaarbasis. HOOFDSTUK VI. — Bijzondere bepalingen Afdeling 1. — Uitkering van de subsidies Art. 39. § 1. De (delen van) subsidies die, zoals vermeld in artikels 34 en 38, door Kind en Gezin worden verstrekt, worden jaarlijks uitgekeerd, uiterlijk op 1 april van het jaar dat volgt op het subsidiejaar en op voorwaarde dat de voorziening de nodige stukken heeft voorgelegd. § 2. Kind en Gezin verleent elk kwartaal aan de voorzieningen een voorschot van maximum 95 % van een vierde van het bedrag dat voor een kalenderjaar verschuldigd is voor de door haar verstrekte subsidies. Dit voorschot wordt verhoudingsgewijs teruggevorderd wanneer de voorziening haar activiteiten staakt. Art. 40. De subsidies voorzien door de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, worden in twee fasen toegekend : 1° er wordt een voorschot van 70 % van de maximale subsidie uitbetaald na ondertekening en vastlegging van het subsidiebesluit betreffende de toekenning van de doelgroepwerknemers en hun omkadering; 2° het saldo, dat niet hoger kan zijn dan het verschil tussen het uitgekeerde voorschot en de maximale subsidie, wordt vereffend nadat de gemandateerde voorziening -zowel aan de hand van de inhoudelijke verantwoording als aan de hand van de financiële verantwoordingsstukken - opgave heeft gedaan van alle subsidieerbare uitgaven en deze heeft kunnen aantonen aan de hand van financiële bewijsstukken. Wanneer het bedrag van de uitbetaalde voorschotten hoger is dan de bewezen en aanvaarde uitgaven, zal het niet-verantwoorde gedeelte worden terugbetaald, dit op eenvoudig verzoek van het Subsidieagentschap. Afdeling 2. — Specifieke bepalingen in het kader van de werkdrukvermindering Art. 41. Voor elk personeelslid dat op 1 januari van het betreffende subsidiejaar 45 jaar of ouder is, en dat door Kind en Gezin wordt vereist in het kader van de financiële ondersteuning voor occasionele of flexibele opvang in of door de gemandateerde voorziening zoals bepaald in dit besluit, wordt a rato van de arbeidsprestaties een aanvullende subsidie in het kader van de werkdrukvermindering toegekend. Die aanvullende subsidie wordt voor ieder werkingsjaar apart berekend op basis van specifieke bedragen zoals voorzien in de begroting. Per jaar wordt nagegaan hoeveel personeelsleden in voorzieningen, georganiseerd door een vzw of door een openbaar bestuur in aanmerking komen. Voor de personeelsleden met een gescostatuut in initiatieven voor buitenschoolse opvang wordt de ondersteuning beperkt tot het gedeelte dat niet in de gescopremie opgenomen is. Het vastgestelde bedrag wordt omgerekend per voltijds personeelslid, waarbij de volgende voorwaarden gelden : 1° een personeelslid dat 45 jaar is of ouder maar jonger dan 50 jaar telt voor één eenheid; 2° een personeelslid dat 50 jaar is of ouder maar jonger dan 55 jaar telt voor twee eenheden; 3° een personeelslid dat 55 jaar is of ouder telt voor drie eenheden. Afdeling 3. — Indexatie van de subsidiebedragen Art. 42. De forfaitaire bedragen, vermeld in dit besluit, worden elk jaar op 1 januari verhoogd met de procentuele stijging van de gezondheidsindex tussen 1 november van het vorige kalenderjaar en 1 november van het voorafgaande kalenderjaar. HOOFDSTUK VII. — Toezicht en evaluatie Art. 43. Dit besluit zal, één jaar na de inwerkingtreding ervan, het voorwerp uitmaken van een evaluatie. Hierbij zullen onder meer het effect op de kinderopvang, het effect op de tewerkstelling, de indeling in zorggebieden, de financiering en het takenpakket van de gemandateerde voorziening en het functioneren van doelgroepwerknemers in de kinderopvang geëvalueerd worden. Art. 44. Kind en Gezin ziet toe op de naleving van de bepalingen van dit besluit. Het toezicht op de naleving van de regelgeving wordt op stukken of ter plaatse uitgeoefend. De gemandateerde voorziening verstrekt hiertoe de door Kind en Gezin gevraagde inlichtingen of stukken over de werking. Het toezicht ter plaatse wordt uitgevoerd door de personeelsleden van het intern verzelfstandigd agentschap Inspectie Welzijn en Volksgezondheid. De voorziening verstrekt de door personeelsleden van dat agentschap gevraagde inlichtingen of stukken over de werking. Dat agentschap krijgt ook toegang tot de lokalen van de opvangvoorziening. Het heeft het recht alle administratieve stukken te raadplegen en krijgt op zijn verzoek inzage in de individuele dossiers.

39573


39574

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 45. De sociaalrechtelijke inspecteurs zijn belast met het toezicht op de tewerkstelling van de doelgroepwerknemers. HOOFDSTUK VIII. — Slotbepalingen Art. 46. Dit besluit heeft uitwerking met ingang van 1 april 2007. Art. 47. De Vlaamse minister, bevoegd voor de bijstand aan personen, en de Vlaamse minister, bevoegd voor de sociale economie, zijn belast met de uitvoering van dit besluit. Brussel, 30 maart 2007. De minister-president van de Vlaamse Regering, Y. LETERME De Vlaamse minister van Welzijn, Volksgezondheid en Gezin, I. VERVOTTE De Vlaamse minister van Mobiliteit, Sociale Economie en Gelijke Kansen, K. VAN BREMPT

TRADUCTION

AUTORITE FLAMANDE F. 2007 — 3196

[C − 2007/36116] 30 MARS 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand fixant les conditions d’agrément et de subventionnement en tant que structure mandatée Le Gouvernement flamand,

Vu le décret du 15 juillet 1997 portant création d’un Conseil de la Famille et de l’Aide sociale et d’une commission consultative d’appel pour les questions de la famille et de l’aide sociale, notamment les articles 13 à 16 inclus; Vu le décret du 8 décembre 2000 portant diverses mesures, notamment l’article 18; Vu le décret du 30 avril 2004 portant création de l’agence autonomisée interne dotée de la personnalité juridique ″Kind en Gezin″, notamment les articles 12 et 13, insérés par les décrets des 2 juin 2002 et 22 décembre 2006; Vu le décret du 7 mai 2004 portant octroi de titres-services pour la garde d’enfants, modifié par le décret du 22 décembre 2006, notamment l’article 5; Vu l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des garderies et des services pour familles d’accueil, modifié par les arrêtés du Gouvernement flamand des 10 juillet 2001, 14 décembre 2001, 1er février 2002, 13 décembre 2002, 28 mars 2003, 21 novembre 2003, 20 mai 2005, 27 mai 2005, 30 juin 2006 et 29 septembre 2006; Vu l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des initiatives d’accueil extrascolaire, modifié par les arrêtés du Gouvernement flamand des 25 janvier 2002, 10 octobre 2003 et 26 mars 2004; Vu l’arrêté du Gouvernement flamand du 30 mars 2007 relatif à l’octroi de titres-services pour la garde d’enfants; Vu l’avis du Comité consultatif de l’agence ″Kind en Gezin″, rendu le 28 février 2007; Vu l’accord du Ministre flamand chargé du budget, donné le 30 mars 2007; Vu les lois sur le Conseil d’Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, notamment l’article 3, § 1er, remplacé par la loi du 4 juillet 1989 et modifié par la loi du 4 août 1996; Vu l’urgence; Considérant que, vu le besoin urgent d’un accueil flexible et occasionnel pour les familles flamandes, il y a lieu, dans le cadre du plan d’action en la matière du Gouvernement flamand, d’agréer d’urgence des structures mandatées capables d’assurer une offre d’accueil flexible et occasionnel, l’information et l’encadrement de familles à la recherche d’un accueil d’enfants flexible et occasionnel, et l’accompagnement des travailleurs de groupe cible; Considérant qu’il y a lieu d’assigner des travailleurs de groupe cible à ces structures mandatées, qu’elles devront exercer une fonction coordinatrice et que des subventions devront pouvoir être octroyées à cet effet; Après délibération, Arrête : CHAPITRE Ier. — Dispositions préliminaires Article 1er. Dans le présent arrêté, on entend par : 1° Kind en Gezin : l’agence autonomisée interne, créée par le décret du 30 avril 2004 portant création de l’agence autonomisée interne dotée de la personnalité juridique « Kind en Gezin;″; 2° crèche : une crèche agréée par Kind en Gezin en vertu de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des garderies et des services pour parents d’accueil; 3° service pour parents d’accueil : un service pour parents d’accueil, agréé par Kind en Gezin en vertu de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des garderies et des services pour parents d’accueil; 4° accueil extrascolaire : une initiative d’accueil extrascolaire, agréée par Kind en Gezin en vertu de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement d’initiatives d’accueil extrascolaire; 5° structure : pouvoir organisateur de crèches agréées et/ou d’initiatives d’accueil extrascolaire et/ou de services pour parents d’accueil; 6° implantation : une crèche agréée, une initiative d’accueil extrascolaire ou un service pour parents d’accueil; 7° structure mandatée : une implantation agréée par Kind en Gezin en tant que point de coordination pour l’organisation d’un accueil d’enfants flexible et occasionnel, et point d’information à ce sujet;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 8° concertation locale : un organe communal de concertation et de conseil tel que défini à l’arrêté du Gouvernement flamand du 24 juin 1997 fixant les conditions générales de l’organisation de l’accueil extrascolaire. 9° pool : un ou plusieurs travailleurs de groupe cible; 10° travailleur de groupe cible : un chômeur de longue durée peu scolarisé, qui répond au profil SINE; 11° profil SINE : les travailleurs qui répondent au profil fixé dans l’arrêté royal du 3 mai 1999 portant exécution de l’article 7, § 1er, alinéa 3, m, de l’arrêté-loi concernant la sécurité sociale des travailleurs relatif à la réinsertion de chômeurs très difficiles à placer; 12° Agence de Subventionnement : la « Vlaams Subsidieagentschap voor Werk en Sociale Economie » (Agence flamande de Subventionnement de l’Emploi et de l’Economie sociale), créée par l’arrêté du Gouvernement flamand du 21 octobre 2005; 13° Coreg : le Comité de Concertation socio-économique régional, cité à l’article 18 du décret du 7 mai 2004 relatif au statut, au fonctionnement, aux tâches et aux compétences des partenariats régionaux agréés, des conseils socio-économiques de la région et des comités de concertation socio-économiques régionaux; 14° division sui generis : une division au sein d’une organisation, telle que mentionnée à l’article 1, 5°, qui répond aux conditions suivantes : a)

il existe un responsable spécifique pour les activités de l’économie de services locaux;

b)

la division est clairement identifiable dans toute communication et publicité;

c)

les activités financières et celles au niveau du contenu de l’économie de services locaux sont enregistrées séparément pour les structures de concertation sociale au sein de l’organisation, et de l’inspection sociale;

15° accueil à domicile : l’accueil à domicile assuré par des membres du personnel d’une structure mandatée; 16° offre de base : — pour une crèche telle que visée à l’article 5, § 1er de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des garderies et des services pour parents d’accueil; — pour un service pour parents d’accueil tel que visé à l’article 16 de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des garderies et des services pour parents d’accueil; — pour l’accueil extrascolaire tel que visé à l’article 2, § 2 de l’arrêté du Gouvernement flamand du 23 février 2001 fixant les conditions d’agrément et de subventionnement des initiatives d’accueil extrascolaires, ce pour une durée d’ouverture d’au moins 230 jours par an; 17° accueil flexible : offre d’accueil, pour enfants en âge scolaire ou non, en dehors des heurs d’ouverture de l’offre de base de la structure, au moins dans l’un des cas suivants : — au moins pendant 30 minutes avant 7 heures; — au moins pendant 30 minutes après 18 heures; ou — les jours qui ne tombent pas dans le nombre minimal de jours d’ouverture pour une offre de base; 18° accueil occasionnel : accueil d’un enfant pendant une période de six mois au maximum, quelle que soit l’intensité, pour l’une des raisons suivantes : a)

parent ne travaille pas et entame une formation;

b)

parent ne travaille pas et trouve tout à coup du travail;

c)

le parent prend part à un entretien d’embauche;

d)

il y a une situation de crise aiguë dans la famille;

e)

la famille a besoin d’un allègement de la charge de courte durée;

f)

l’accueil et l’accompagnement de l’enfant pendant la journée, hors de sa famille, est souhaitable pour des raisons sociales et/ou pédagogiques;

19° zone de desserte : la zone de desserte telle que visée au décret du 7 mai 2004 relatif à la création de l’agence autonomisée externe de droit public « Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding » Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding (Office flamand de l’Emploi et de la Formation professionnelle); 20° entreprise agréée : l’entreprise agréée conformément à l’article 8 du décret du 7 mai 2004 portant octroi de titres-services pour la garde d’enfants; 21° VDAB : l’agence autonomisée externe de droit public ″Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding″, créée par le décret du 7 mai 2004; 22° SERV : le ″Sociaal-Economische Raad van Vlaanderen″, créé par le décret du 27 juin 1985 sur le Conseil socio-économique de la Flandre; 23° les Ministres : la Ministre flamande chargée de l’assistance aux personnes et la Ministre flamande chargée de l’économie sociale.

39575


39576

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 2. Des structures peuvent obtenir un (ou plusieurs) agrément(s) en tant que structure mandatée conformément aux dispositions du présent arrêté. Chaque agrément est assorti de l’attribution d’un pool, d’une fonction coordinatrice et du subventionnement y afférent. Art. 3. § 1. Par zone de desserte, une implantation au maximum peut être mandatée. Le nombre total des implantations mandatées pour la Flandre est fixé à 111. § 2. Il est attribué à chaque structure mandatée un pool de travailleurs de groupe cible. L’ampleur du pool varie selon la position de la zone de desserte dans un ordre de rang pondéré des zones de desserte à l’aide des paramètres suivants : 1°

le nombre de ménages monoparentaux;

le nombre d’indépendants;

le nombre de travailleurs actifs dans des secteurs connus pour les heures flexibles;

le nombre des demandeurs d’emploi inoccupés entre 18 et 44 ans ayant des enfants. CHAPITRE II. — L’agrément en tant que structure mandatée

§ 3. Le nombre total des travailleurs de groupes cibles pour la Flandre est fixé à 200. Section 1re. — Les conditions que les structures ou les implantations sont tenues de remplir Art. 4. Une implantation n’est admissible à l’agrément en tant que structure mandatée que si elle appartient à une structure offrant au moins 75 places d’accueil agréées, ou si elle peut démontrer qu’elle dispose de la compétence et de l’expérience requises pour pouvoir créer un point de coordination conformément aux dispositions du présent arrêté. Art. 5. § 1. L’agrément en tant que structure mandatée est lié à une seule zone de desserte. § 2. Une implantation ne peut être agréée en tant que structure mandatée pour une zone de desserte que si elle est localisée dans cette zone de desserte ou dans une zone de desserte attenante à cette zone de desserte. § 3. Une implantation peut obtenir plusieurs agréments en tant que structure mandatée. Art. 6. Une structure mandatée répond aux conditions d’agrément suivantes : § 1er. La structure mandatée conclut un accord de coopération avec une ou plusieurs entreprises actives dans la zone de desserte pour laquelle une de ses implantations a été agréée en tant que structure mandatée, ce en répondant à toutes les conditions prévues dans le décret du 7 mai 2004 portant octroi de titres-services pour la garde d’enfants et ses arrêtés d’exécution. § 2. La structure mandatée contribue à l’harmonisation de l’offre et de la demande de toutes les formes d’accueil flexible et occasionnel dans la zone de desserte, et constitue un point de contact pour les familles à la recherche d’un accueil d’enfants flexible ou occasionnel. § 3. La structure mandatée a les connaissances, les moyens et la compétence requis pour accompagner des travailleurs de groupes cibles. Section 2. — Procédure d’agrément Art. 7. La structure sollicite auprès de Kind en Gezin l’agrément d’une implantation en tant que structure mandatée. En application de l’article 5, § 2 en § 3, plusieurs demandes peuvent être introduites pour une implantation. Art. 8. § 1. La demande se fait à l’aide d’un formulaire de demande, conc¸ u conjointement par Kind en Gezin et l’Agence de subventionnement. § 2. Ce formulaire de demande comprend trois volets. La demande doit être envoyée, dûment remplie, signée et datée, par courrier ou par fax, au siège principal de Kind en Gezin. La demande doit également être communiquée à Kind en Gezin par la voie électronique. § 3. Il y a lieu de remplir, dans le premier volet, les éléments suivants : 1°

données d’identification de la structure;

données d’identification de l’implantation, au cas où elles ne sont pas identiques à celles de la structure;

la zone de desserte pour laquelle la structure veut être agréée;

la date de la demande.

§ 4. Le deuxième volet doit au moins comprendre les éléments suivants : 1°

un plan d’approche détaillé, dans lequel la structure décrit comment elle entend réaliser concrètement les missions d’une structure mandatée;

une charte de l qualité, dans laquelle la structure décrit comment elle entend gérer et surveiller la qualité de l’accueil à domicile.

la date de départ prévue.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 5. Le troisième volet contient une définition des engagements suivants : 1°

créer des emplois additionnels;

s’efforcer au maximum à recruter des groupes à potentiel et à leur offrir des chances égales dans l’organisation;

offrir des garanties en termes de qualité du travail pour les groupes à potentiel dans la perspective de durabilité, tout en tenant compte, dans l’organisation du travail, des besoins des travailleurs;

stimuler et encourager les opportunités de transition et de promotion des travailleurs;

être intégré dans le tissu socio-économique local;

être complémentaire à l’offre existante;

offrir des services de qualité accessibles;

être attentif à la protection de l’environnement;

agir en division sui-generis.

Art. 9. Kind en Gezin contrôle si la demande est recevable quant au caractère clair et complet, et contrôle si le demandeur est admissible en tant que structure. Kind en Gezin décide de la recevabilité de la demande et en avertit le pouvoir organisateur par lettre recommandée, au plus tard quinze jours après réception de la demande. Si la demande n’est pas recevable, la structure dispose d’un délai de trente jours, à compter du jour de l’envoi de la lettre (le cachet de la poste faisant foi), pour introduire sa demande adaptée. Art. 10. Dans les quinze jours de la réception de la demande recevable, Kind en Gezin remet les volets 1 et 3 à l’Agence de subventionnement, et informe chaque concertation locale de la zone de desserte locale de la demande. L’Agence de subventionnement transmet la demande au Resoc compétent pour la zone de desserte à laquelle se rapporte la demande. Dans les trente jours, à compter du jour où la demande a été transmise, le Resoc remet un avis écrit et motivé à l’Agence de subventionnement. L’avis qui n’est pas remis à temps à l’Agence de subventionnement est réputé positif. Après avoir rec¸ u l’avis du Resoc compétent pour la zone de desserte à laquelle se rapporte la demande, l’Agence de subventionnement est tenue de transmettre à Kind en Gezin son avis motivé, fondé sur les volets 1 et 3, sur l’opportunité de l’agrément de la structure en tant que structure mandatée, ce au plus tard cinquante jours de la réception de la demande à l’Agence de subventionnement. Art. 11. § 1. Lorsque l’Agence de subventionnement formule un avis positif sur une demande, la structure peut être agréée par Kind en Gezin en tant que structure mandatée pour une zone de desserte déterminée. § 2. Kind en Gezin évalue à cet effet : 1° les plans de coopération avec des initiatives d’accueil d’enfants dans la zone de desserte, tels que visés à l’article 6, § 2; 2° les plans de réalisation d’un accueil occasionnel dans des initiatives d’accueil d’enfants pendant les heures d’ouverture régulières; 3° la garantie que la structure pourra réaliser ses missions avec les moyens et le personnel dont elle dispose; 4° l’expérience d’une offre flexible et occasionnelle d’accueil d’enfants; 5° la manière planifiée dont la structure entend informer les familles à la recherche d’un accueil flexible ou occasionnel, sur ses services. § 3. Lorsque, dans une zone de desserte déterminée, plusieurs candidats sont jugés admissibles à l’agrément en tant que structure mandatée, Kind en Gezin procédera à une comparaison de fond des candidatures, sur la base des informations du volet 2 du formulaire de demande. Si les candidatures sont jugés équivalentes, le choix se fera en premier lieu su la base du nombre de places d’accueil de l’implantation, et en second lieu sur la base de l’expérience de l’implantation en matière d’accueil flexible et occasionnel. § 4. Kind en Gezin est tenu de prendre la décision sur l’agrément en tant que structure mandatée dans les vingt-huit jours de la réception de l’avis de l’Agence de subventionnement ou de la demande écrite telle que visée à l’article 19, § 4. Au plus tard vingt-et-un jours de sa décision, Kind en Gezin informe par écrit la structure de cette décision. Section 3. — Retrait de l’agrément Art. 12. Kind en Gezin peut en tout temps retirer intégralement ou partiellement et temporairement ou définitivement l’agrément et le subventionnement y afférent, si : 1°

l’activité en tant que structure mandatée n’a pas démarré dans les trois mois de la date de départ mentionnée dans la demande, ou si l’activité en tant que structure mandatée est interrompue pendant au moins un mois, à moins que la structure se trouve dans l’impossibilité, indépendamment de sa volonté, d’accompagner des travailleurs de groupes cibles;

39577


39578

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 2°

3° 4°

il est constaté que, dans les trois mois de la date de départ mentionnée dans la demande, la structure mandatée n’a pas encore conclu un accord avec la ou les entreprise(s) agréé(s), à moins qu’aucune entreprise agréée ne soit active dans la zone de desserte de la structure mandatée; il est constaté que les conditions stipulées au chapitre II, section 1ère, ne sont plus remplies; l’Agence de subventionnement le demande pour des raisons directement liées à l’emploi et/ou l’accompagnement de travailleurs de groupes cibles. Section 4. — Procédure de recours

Art. 13. § 1. La structure peut exercer un recours auprès du Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes, contre : 1°

le refus de l’agrément après un avis positif de l’Agence de subventionnement;

le retrait de l’agrément, à moins qu’il ne se soit produit sur la base de l’article 12, 4°.

§ 2. La structure peut exercer un recours auprès du Ministre flamand chargé de l’économie sociale, contre : 1°

le refus de l’agrément suivant un avis négatif de l’Agence de subventionnement;

le retrait de l’agrément sur la base de l’article 12, 4°.

Art. 14. § 1. La structure adresse un recours motivé par lettre recommandée au siège principal de Kind en Gezin, au plus tard trente jours après réception de la décision. § 2. Le recours comporte au moins les éléments suivants : 1°

le nom et l’adresse de la structure;

le nom et l’adresse de l’implantation;

la date de réception de la décision contestée;

une motivation circonstanciée du recours;

la date d’introduction du recours;

le nom et la signature du président du pouvoir organisateur.

§ 3. Un recours qui ne répond pas aux conditions visées aux §§ 1 et 2, est irrecevable. Art. 15. Kind en Gezin statue sur la recevabilité du recours et en avertit le pouvoir organisateur par lettre recommandée dans les vingt-et-un jours après réception du recours. Art. 16. Le recours suspend l’exécution de la décision sauf si les enfants gardés, les parents ou l’environnement immédiats sont menacés d’un danger grave. Dans ce cas, Kind en Gezin statue sur le caractère suspensif du recours et en avertit le pouvoir organisateur par lettre recommandée au plus tard quinze jours après réception du recours. Art. 17. § 1. Kind en Gezin fait parvenir le dossier administratif complet et les moyens de défense éventuels à la commission consultative d’appel pour les questions de la famille et de l’aide sociale, dans les quinze jours après réception du recours recevable. En même temps, Kind en Gezin transmet en même temps une copie du recours au Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes. § 2. Si le recours est introduit su la base de l’article 13, § 2, Kind en Gezin est tenu, par dérogation au § 1er, de transmettre le recours à l’Agence de subventionnement. Art. 18. § 1. Au plus tard trois mois après la date de réception du recours visé à l’article 17, § 1er et du dossier administratif, la commission consultative d’appel rend son avis motivé au Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes et à Kind en Gezin. § 2. Si l’avis de la commission consultative d’appel est conforme à la décision du fonctionnaire dirigeant de « Kind en Gezin », la décision définitive est prise par le fonctionnaire dirigeant de ″Kind en Gezin″ au plus tard dans les soixante jours après réception de l’avis. § 3. Si l’avis de la commission consultative d’appel n’est pas conforme à l’intention motivée du fonctionnaire dirigeant de « Kind en Gezin » ou si aucun avis n’est rendu à l’issue du délai visé au § 1er, la décision définitive est prise par le Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes et cela au plus tard dans les soixante jours après réception de l’avis ou à l’issue du délai visé au § 1er. § 4. Cette décision définitive est motivée. Elle est notifiée par Kind en Gezin, sous pli recommandé, à l’auteur du recours, au plus tard vingt-et-un jours après que le Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes ou le fonctionnaire dirigeant de ″Kind en Gezin″ a pris sa décision. Art. 19. § 1. Au plus tard quarante jours de la réception du recours visé à l’article 17, § 2, l’Agence de subventionnement rend son avis motivé au Ministre flamand chargé de l’économie sociale. § 2. Le Ministre flamand chargé de l’économie sociale communique sa décision à Kind en Gezin dans les soixante jours de l’avis de l’Agence de subventionnement. § 3. La décision du Ministre flamand chargé de l’économie sociale est notifiée par Kind en Gezin, sous pli recommandé, à l’auteur du recours, au plus tard vingt-et-un jours après réception de la décision. § 4. Si la décision du Ministre flamand chargé de l’économie sociale stipule que l’Agence de subventionnement aurait dû émettre un avis positif, l’auteur du recours peut, sur demande écrite adressée à Kind en Gezin, faire réactiver sa demande d’agrément en tant que structure mandatée. En ce cas, la procédure d’agrément est limitée à l’article 11. Un recours peut être introduit contre cette décision.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD CHAPITRE III. — Missions de la structure mandatée re

Section 1 . — Point de coordination et d’information en matière d’accueil d’enfants flexible et occasionnel Art. 20. La structure mandatée constitue un point de contact ouvert et accessible aux familles à la recherche d’un accueil d’enfants flexible et occasionnel. La structure mandatée est responsable de l’orientation de demandes d’un accueil flexible et occasionnel vers l’offre au sein de sa région. Art. 21. La structure informe les familles nécessitant un accueil d’enfants flexible et occasionnel sur toutes les formes d’accueil possibles et cherche, avec les familles, l’accueil le mieux réalisable et souhaitable. Lors de la recherche d’une solution, la structure mandatée doit toujours tenir compte de l’intérêt et des capacités de l’enfant concerné. Art. 22. § 1. Si l’accueil doit être effectué par un employé d’une entreprise agréée, la structure mandatée contactera l’entreprise ou les entreprises avec lesquelles elle a conclu un accord. § 2. Si la demande peut être réalisée effectivement, la structure mandatée en avertir le candidat usager. Section 2. — L’organisation de l’accueil flexible et occasionnel Art. 23. La structure mandatée peut engager les travailleurs de groupes cibles dans s propre structure. Art. 24. § 1. La structure mandatée peut offrir, non nécessairement après une période d’accueil dans la propre structure ou dans une autre structure, l’accueil à domicile et l’accompagnement des enfants sur le chemin du domicile. § 2. L’accueil à domicile doit avoir lieu dans la zone de desserte pour laquelle la structure mandatée a été agréée. Art. 25. La possibilité d’un accueil flexible ou occasionnel ne peut être réservée aux enfants déjà accueillis par la structure. L’accueil flexible ou occasionnel doit être ouvert également aux enfants qui ne sont pas accueillis ou qui sont accueillis par une autre structure pendant les heures d’ouverture régulières. Art. 26. En aucun cas, l’accueil à domicile ne peut être utilisé aux fins de répondre à une demande d’accueil structurelle. Art. 27. Le paiement de l’accueil flexible ou occasionnel organisé par ou dans la structure mandatée est réglé par les dispositions spécifiques suivantes : 1°

dans le cas de l’accueil d’un enfant dans la structure mandatée, la cotisation est fixée par le règlement relatif à la cotisation financière de la famille en vigueur dans la structure;

en ce qui concerne l’accueil à domicile, la structure mandatée demande à la famille qui fait appel à cet accueil une cotisation financière. Cette cotisation est payable à la structure mandatée;

la cotisation financière de la famille est liée à la durée de l’accueil de l’enfant ou des enfants. L’éventuel temps de transport de l’enfant ou des enfants est compris dans la durée de l’accueil;

La cotisation est de 0,68 euros par demi-heure commencée, le montant minimum étant de 6,15 euros par prestation d’accueil au domicile;

Si la situation financière de la famille le justifie, un tarif social peut être appliqué. Ce tarif social est de 50 % de la cotisation financière fixée aux 3° et 4°. Les membres du personnel compétents de l’agence interne autonomisée « Inspectie Welzijn en Volksgezondheid » doivent pouvoir consulter et évaluer les dossiers en question. Section III. — La qualité de l’accueil d’enfants flexible et occasionnel à domicile.

Art. 28. La structure mandatée est responsable de la qualité de l’accueil à domicile assuré par ses propres employés ou par des travailleurs de groupes cibles. Art. 29. Lorsque l’accueil est assuré par des employés de l’entreprise agréée, l’accord de coopération contiendra des garanties en matière de qualité. L’accord de coopération prévoit que la coopération peut être terminée en cas d’accueil à domicile de qualité insuffisante. Section 4. — L’accompagnement de travailleurs dans le pool Art. 30. La structure mandatée assure l’accompagnement des travailleurs de groupes cibles et leur encadrement au parcours de formation. CHAPITRE IV. — Travailleurs dans le pool Section 1re. — Conditions générales Art. 31. § 1ère La structure mandatée s’efforce au maximum d’engager des travailleurs de groupe cible et de leur offrir des chances égales au sein de la structure. § 2. Les exigences de départ pour le travailleur de groupe cible : 1° 2°

Le travailleur de groupe cible répond au profil SINE. Le travailleur du groupe cible a réussi à la présélection organisée par le VDAB, vérifiant si le (la) candidat(e) est disposé(e) à s’occuper d’enfants et s’il ou elle a le potentiel de croissance pour répondre, après formation et encadrement, au profil professionnel d’accompagnateur dans l’accueil d’enfants ou d’accompagnateur dans l’accueil extrascolaire, tel que déterminé parle SERV. Le potentiel de croissance est testé en vérifiant au moins si le candidat dispose des aptitudes clés du profil professionnel susvisé.

§ 3. Conditions en matière de parcours de formation : 1°

La structure mandatée élabore des parcours d’insertion et de formation pour ses travailleurs de groupe cible.

Les travailleurs de groupes cibles engagés dans l’année de la date d’entrée en vigueur du présent arrêté, doivent disposer, dans les six ans du début de leur occupation, d’un certificat de qualification délivré par le Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes.

Les travailleurs de groupes cibles engagés dans l’année de la date d’entrée en vigueur du présent arrêté, doivent disposer, dans les six ans du début de leur occupation, d’un certificat de qualification délivré par le Ministre flamand chargé de l’assistance aux personnes.

39579


39580

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 2. — Conditions spécifiques pour le travail dans le secteur de l’accueil d’enfants agréé. Art. 32. Au début de son emploi, le travailleur de groupe cible produit un certificat médical faisant apparaître qu’il est apte à s’occuper d’enfants. Art. 33. Le travailleur de groupe cible produit, au début de son emploi et, sur demande de la structure au cours de son emploi, un extrait du casier judiciaire (modèle 2). Section 3. — Subventionnement des travailleurs de groupes cibles Art. 34. Dans les limites des crédits budgétaires, la structure mandatée agréée peut prétendre à une prime salariale maximale de 13.770,89 euros par travailleur de groupe cible en équivalent temps plein. Le Ministre flamand chargé de l’économie sociale en fournit au maximum 8.000 euros sur une base annuelle, Kind en Gezin 5.770,89 euros au maximum. La période subventionnelle prend cours, par travailleur de groupe cible équivalent temps plein, le jour de l’entrée en service du premier travailleur de groupe cible titulaire. Cette période est prolongée par le délai écoulé entre la cessation de fonctions du titulaire et l’entrée en service du remplac¸ ant définitif. Dans les limites des crédits budgétaires, la structure mandatée agréée peut prétendre à une subvention de fonctionnement maximale de 1.355,20 euros par travailleur de groupe cible en équivalent temps plein, octroyée par Kind en Gezin. Art. 35. Dans les limites des crédits budgétaires, la structure mandatée agréée peut prétendre à une prime d’encadrement additionnelle de 9.600 euros sur une base annuelle, octroyée par le Ministre flamand chargé de l’économie sociale. CHAPITRE V. — Fonction de coordination Section 1re. — Conditions générales Art. 36. La structure mandatée dispose au moins d’un tiers de fonction de coordination à temps plein. Art. 37. Le coordinateur est au moins porteur d’un certificat de fin d’études d’une formation suivie avec fruit d’une orientation de l’enseignement supérieur non universitaire d’un cycle, ou de l’enseignement supérieur de type court de promotion sociale. Section 2. — Subventionnement de la fonction de coordination Art. 38. § 1. Dans les limites des crédits budgétaires, la structure mandatée agréée peut prétendre à des subventions pour la fonction de coordination. Cette subvention comprend une partie fixe et une partie variable, qui varie en fonction du nombre de travailleurs de groupes cibles occupés. § 2. La partie fixe de la subvention est de 7.554,20 euros sur une base annuelle, dont 2400 euros sont fournis par le ministre flamand chargé de l’économie sociale, et 5.154,20 euros par Kind en Gezin. § 3. La partie variable de la subvention est fournie par Kind en Gezin, et dépend du nombre de travailleurs de groupes cibles occupés. Une subvention de 3.071,23 euros est prévue sur une base annuelle, par travailleur de groupe cible occupé en équivalent temps plein. CHAPITRE VI. — Dispositions particulières Section 1re. — Paiement des subventions Art. 39. § 1. Les (parties de) subventions visées aux articles 34 et 38, qui sont payées par Kind en Gezin, sont liquidées annuellement, au plus tard le 1er avril de l’année suivant l’année de subvention, à condition que la structure ait produit les documents requis. § 2. Kind en Gezin accorde chaque trimestre aux structures une avance de 95 % au maximum d’un quart du montant dû pour une année calendaire pour les subventions octroyée par elle. Cette avance est réclamée au prorata lorsque la structure cesse ses activités. Art. 40. Les subventions prévues par le Ministre flamand chargé de l’économie sociale, sont octroyées en deux phases : 1°

il est payé une avance de 70 % de la subvention maximale après signature et engagement de l’arrêté de subventionnement portant attribution des travailleurs de groupes cibles et leur encadrement;

Le solde, qui ne peut excéder l’écart entre l’avance versée et la subvention maximale, est liquidé après que la structure mandatée ait fait état, au moyen d’une justification de fond et des documents justificatifs financiers, de toutes les dépenses subventionnables et ait pu le démontrer à l’aide des documents probants financiers. Si le montant des avances payées excède les dépenses justifiées et acceptées, la partie non justifiée sera remboursée, ce sur simple demande de l’Agence de subventionnement. Section 2. — Dispositions spécifiques dans le cadre de la réduction de la pression du travail

Art. 41. Il est octroyé une subvention additionnelle au prorata des prestations de travail, dans le cadre de la réduction de la pression du travail, pour chaque membre du personnel ayant 45 ans ou plus au 1er janvier de l’année de subvention en question, et nécessité par Kind en Gezin dans le cadre de l’aide financière pour l’accueil occasionnel ou flexible assuré dans ou par la structure mandatée tel que prévu dans le présent arrêté. Cette subvention additionnelle est calculée pour chaque année d’activité séparément, sur la base de montants spécifiques tels que prévus dans le budget. Il est vérifié par an combien de membres de personnel des structures organisées par une a.s.b.l. ou une administration publique, entrent en ligne de compte. Pour les membres du personnel des initiatives d’accueil extrascolaire ayant le statut de contractuel subventionné, l’appui est limité à la part qui n’est pas comprise dans la prime du contractuel subventionné. Le montant fixé est calculé par membre de personnel à temps plein, étant entendu que : 1°

un membre du personnel ayant 45 ans ou plus mais moins de 50 ans compte pour une unité;

2��

un membre du personnel ayant 50 ans ou plus mais moins de 55 ans compte pour deux unités;

un membre du personnel ayant 55 ans ou plus compte pour trois unités.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 3. — Indexation des montants des subventions Art. 42. Les montants forfaitaires mentionnés dans le présent arrêté, sont majorés le 1er janvier de chaque année de la hausse exprimée en pour cent de l’indice de santé entre le 1er novembre de l’année calendaire précédente et le 1er novembre de l’année calendaire précédant celle-là. CHAPITRE VII. — Contrôle et évaluation Art. 43. Le présent arrêté fera l’objet d’une évaluation un an après son entrée en vigueur. Feront notamment l’objet de l’évaluation : les effets sur l’accueil d’enfants, les effets sur l’emploi, la répartition en zones de desserte, le financement et les missions de la structure mandatée. Art. 44. Kind en Gezin contrôle le respect des dispositions du présent arrêté. Le contrôle du respect de la réglementation est exercé sur place ou sur pièces. La structure mandatée fournit à cet effet les informations ou les documents demandés par Kind en Gezin’ au sujet des activités. Le contrôle sur place est effectué par des membres du personnel de l’agence autonomisée interne ″ Inspectie Welzijn en Volksgezondheid ». La structure mandatée fournit les informations ou les documents demandés par ladite agence au sujet des activités. En outre, l’agence a libre accès aux locaux de la structure d’accueil. Elle a le droit de consulter tous les documents administratifs et a, à sa demande, accès aux dossiers individuels. Art. 45. Les inspecteurs des lois sociales sont chargés du contrôle de l’emploi des travailleurs des groupes cibles. CHAPITRE VIII. — Dispositions finales Art. 46. Le présent arrêté produit ses effets le 1er avril 2007. Art. 47. Le Ministre flamand en charge de l’assistance aux personnes et le Ministre flamand en charge de l’économie sociale sont chargés de l’exécution du présent arrêté. Bruxelles, le 30 mars 2007. Le Ministre-Président du Gouvernement flamand, Y. LETERME Le Ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, I. VERVOTTE La Ministre flamande de la Mobilité, de l’Economie sociale et de l’Egalité des Chances, K. VAN BREMPT

* VLAAMSE OVERHEID N. 2007 — 3197 [C − 2007/36157] 29 JUNI 2007. — Besluit van de Vlaamse Regering houdende de verdeling van het provisioneel krediet voor CAO onderwijs, ingeschreven onder organisatieafdeling 24, programma 60 – provisionele kredieten, basisallocatie 00.35 van de algemene uitgavenbegroting van de Vlaamse Gemeenschap voor het begrotingsjaar 2007 De Vlaamse Regering Gelet op het decreet van 20 december 2006 houdende de algemene uitgavenbegroting van de Vlaamse Gemeenschap voor het begrotingsjaar 2007, inzonderheid artikel 57; Gelet op het protocol van het akkoord van sectorale sociale programmatie voor de jaren 2005 - 2009 voor de sector « Onderwijs » van de Vlaamse Gemeenschap; Gelet op het protocol van het akkoord van sectorale sociale programmatie voor de jaren 2005 - 2009 voor de sector « Hoger onderwijs » van de Vlaamse Gemeenschap; Gelet op het akkoord van de Vlaamse minister bevoegd voor financiën en begroting, gegeven op 20 juni 2007; Op voorstel van de Vlaamse minister van Werk, Onderwijs en Vorming, Na beraadslaging, Besluit : Artikel 1. Het provisionele krediet, zoals ingeschreven op basisallocatie 00.35 van organisatieafdeling 24, programma 60 – provisionele kredieten, van de algemene uitgavenbegroting van de Vlaamse Gemeenschap voor het begrotingsjaar 2007, wordt voor een bedrag van 18.761.000 euro als volgt verdeeld naar deze basisallocaties : OAPR

BA

31.10

1120

Bedrag (in EUR)

31.10

4340

576

31.10

4460

1.387

31.10

4467

3.154

31.20

1120

45

31.20

4340

38

31.20

4460

138

31.20

4467

261

32.10

1120

785

32.10

33.09

2

32.10

4111

1.099

422

39581


39582

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD OAPR

BA

32.10

4340

Bedrag (in EUR) 244

32.10

4460

2.865

32.10

4467

3.972

32.20

1120

90

32.20

4340

71

32.20

4460

311

32.20

4467

202

33.10

1107

5

33.10

4002

198

34.10

1103

23

34.10

4301

328

34.10

4311

34

34.20

1120

495

34.20

4340

403

34.20

4460

676

34.40

3331

5

35.20

1120

16

35.20

4340

12

35.20

4460

100

35.40

1101

2

35.40

1111

45

35.40

1113

6

35.40

1114

12

35.40

4049

510

35.40

4110

204

35.40

4330

6

35.40

4430

19

Totaal

18.761

De in deze tabel vermelde bedragen worden gevoegd bij de overeenkomstige kredieten voor het begrotingsjaar 2007. Art. 2. De Vlaamse minister, bevoegd voor financiën en begroting, is belast met de uitvoering van dit besluit. Brussel, 29 juni 2007. De minister-president van de Vlaamse Regering, K. PEETERS De Vlaamse minister van Financiën en Begroting en Ruimtelijke Ordening, D. VAN MECHELEN De Vlaamse minister van Werk, Onderwijs en Vorming, F. VANDENBROUCKE

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2007 — 3197 [C − 2007/36157] 29 JUIN 2007. — Arrêté du Gouvernement flamand portant répartition du crédit provisionnel pour le CCT enseignement, inscrit à la division organique 24, programme 60 - crédits provisionnels, allocation de base 00.35 du budget général des dépenses de la Communauté flamande pour l’année budgétaire 2007 Le Gouvernement flamand, Vu le décret du 20 décembre 2006 contenant le budget général des dépenses de la Communauté flamande pour l’année budgétaire 2007, notamment l’article 57; Vu le protocole de l’accord de programmation sociale sectorielle pour les années 2005 - 2009 pour le secteur « Enseignement » de la Communauté flamande; Vu le protocole de l’accord de programmation sociale sectorielle pour les années 2005 - 2009 pour le secteur « Enseignement supérieur » de la Communauté flamande; Vu l’accord du Ministre flamand chargé des finances et du budget, donné le 20 juin 2007; Sur la proposition du Ministre flamand de l’Emploi, de l’Enseignement et de la Formation,


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Après délibération, Arrête : Article 1er. Un montant de 18.761.000 euros du crédit provisionnel, tel qu’inscrit à l’allocation de base 00.35 de la division organique 24, programme 60 – crédits provisionnels du budget général des dépenses de la Communauté flamande pour l’année budgétaire 2007, est réparti entre ces allocations de base de la fac¸ on suivante : DO PR

AB

31.10

1120

Montant (en euros)

31.10

4340

576

31.10

4460

1.387

31.10

4467

3.154

31.20

1120

45

31.20

4340

38

31.20

4460

138

31.20

4467

261

32.10

1120

785

32.10

33.09

2

32.10

4111

1.099

32.10

4340

244

32.10

4460

2.865

32.10

4467

3.972

32.20

1120

90

32.20

4340

71

32.20

4460

311

32.20

4467

202

33.10

1107

5

33.10

4002

198

34.10

1103

23

34.10

4301

328

34.10

4311

34

34.20

1120

495

34.20

4340

403

34.20

4460

676

34.40

3331

5

35.20

1120

16

35.20

4340

12

35.20

4460

100

35.40

1101

2

35.40

1111

45

35.40

1113

6

422

35.40

1114

12

35.40

4049

510

35.40

4110

204

35.40

4330

6

35.40

4430

19

Total

18.761

Les montants figurant dans ce tableau sont ajoutés aux crédits correspondants de l’année budgétaire 2007. Art. 2. Le Ministre flamand ayant les finances et le budget dans ses attributions est chargé de l’exécution du présent arrêté. Bruxelles, le 29 juin 2007. Le Ministre-Président du Gouvernement flamand, P. PEETERS Le Ministre flamand des Finances et du Budget et de l’Aménagement du Territoire, D. VAN MECHELEN Le Ministre flamand de l’Emploi, de l’Enseignement et de la Formation, F. VANDENBROUCKE

39583


39584

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD

REGION WALLONNE — WALLONISCHE REGION — WAALS GEWEST

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE F. 2007 — 3198

[C − 2007/27097] 24 MAI 2007. — Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la révision du règlement technique pour la gestion du réseau de transport local d’électricité en Région wallonne et l’accès à celui-ci Le Gouvernement wallon,

Vu le décret du 12 avril 2001 relatif à l’organisation du marché régional de l’électricité, notamment les articles 13 et 29, § 2; Vu la notification à la Commission européenne le 7 novembre 2006, n° 2006/0598/B; Vu les propositions de la CWaPE du 28 juin 2006 et du 16 mai 2007 (CD-7 E15); Vu l’avis 41.600/4 du Conseil d’Etat, donné le 11 décembre 2006 en application de l’article 84, alinéa 1er, 1°, des lois coordonnées sur le Conseil d’Etat; Sur proposition du Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial; Après délibération, Arrête : TITRE Ier. — Généralités CHAPITRE Ier. — Définitions et champ d’application Article 1er. § 1er. Le présent règlement technique pour la gestion et l’accès au transport local d’électricité en Région wallonne, ci-après dénommé le présent règlement, est établi en vertu de l’article 13 du décret du 12 avril 2001 relatif à l’organisation du marché régional de l’électricité. § 2. Les définitions contenues à l’article 2 du décret du 12 avril 2001 relatif à l’organisation du marché régional de l’électricité sont applicables au présent règlement. Pour l’application du présent règlement, il y a lieu d’entendre par : 1. accès : le droit d’injecter ou de prélever de l’énergie en un ou plusieurs points d’accès; 2. charge : toute installation qui consomme de la puissance électrique, active et/ou réactive; 3. code de reconstitution : code opérationnel pour la reconstitution du système électrique après un effondrement complet ou partiel défini dans le règlement technique de transport; 4. code de sauvegarde : code opérationnel pour la préservation de la sécurité, de la fiabilité et de l’efficacité du système électrique dans des conditions d’exploitation exceptionnelles défini dans le règlement technique de transport; 5. cogénération : la production combinée d’électricité et de chaleur; 6. cogénération à haut rendement : cogénération qui satisfait aux critères définis à l’annexe III de la directive 2004/8/CE concernant la promotion de la cogénération; 7. comptage : l’enregistrement par un équipement de mesure, par période de temps, de la quantité d’énergie active ou réactive injectée ou prélevée sur le réseau; 8. contrat d’accès : un contrat entre le gestionnaire du réseau de transport local et une personne nommée « détenteur d’accès », conclu conformément au Titre 4 du présent règlement et qui contient notamment les conditions particulières relatives à l’accès au réseau de transport local; 9. contrat de coordination de l’appel des unités de production : le contrat conclu entre le gestionnaire du réseau de transport et un responsable d’équilibre pour un ou plusieurs points d’injection qui contient en particulier les conditions relatives à la coordination de l’appel des unités de production; 10. contrat de fourniture : contrat établi entre un fournisseur et un client final pour la fourniture d’électricité; 11. contrat de raccordement : le contrat conclu entre un utilisateur du réseau et le gestionnaire du réseau qui détermine les droits et obligations réciproques relatifs à un raccordement déterminé, en ce compris les spécifications techniques pertinentes; 12. courbe de charge : série mesurée de données concernant le prélèvement ou l’injection d’énergie en un point daccès par période élémentaire; 13. décret : le décret wallon du 12 avril 2001 relatif à l’organisation du marché régional de l’électricité; 14. détenteur d’accès : la partie ayant signé un contrat d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local; 15. donnée de mesure : une donnée obtenue par comptage ou mesure au moyen d’un équipement de mesure; 16. code EAN : champ numérique unique (European Article Number) de 18 positions pour l’identification univoque soit d’un point d’accès (code EAN-GSRN (Global Service Related Number)), soit d’un des acteurs du marché (code EAN-GLN (Global Location Number)); 17. EDIEL : Electronic Data Interchange for the Electric Industry (fait partie de la norme internationale UN/EDIFACT pour la transmission électronique de données entre gestionnaires et utilisateurs de réseaux électriques); 18. énergie active : l’intégrale d’une puissance active sur une période de temps déterminée; 19. énergie réactive : l’intégrale de la puissance réactive sur une période de temps déterminée; 20. équipement de mesure : tout équipement pour effectuer des comptages et/ou des mesures afin de permettre au gestionnaire du réseau de remplir ses missions tels que compteurs, appareils de mesure, transformateurs de puissance ou équipements de télécommunication y afférents; 21. erreur significative : une erreur dans une donnée de mesure supérieure à la précision totale de l’ensemble des équipements de mesure déterminant cette donnée de mesure et qui est susceptible de dégrader le processus industriel lié à la mesure ou d’altérer la facturation associée à la mesure;


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 22. fréquence : le nombre de cycles par seconde de la composante fondamentale de la tension, exprimée en Hertz (Hz); 23. Gestionnaire du réseau de distribution : le ou les gestionnaires des réseaux de distribution désignés conformément à l’article 10 du décret; 24. gestionnaire du réseau de transport local : la personne désignée conformément aux dispositions du chapitre II du décret; 25. gestionnaire du réseau de transport : la personne désignée conformément à l’article 10 de la loi; 26. îlotage : situation dans laquelle une unité de production, après une déconnexion soudaine du réseau, peut continuer à alimenter tout ou partie du système d’électrique. Dans ce cas doivent au moins être alimentés les services auxiliaires de l’unité de production concernée de sorte qu’elle puisse être disponible pour la reconstitution du réseau; 27. injection : la fourniture de puissance au réseau de transport local; 28. installation de raccordement : chaque équipement qui est nécessaire afin de relier les installations d’un utilisateur du réseau au réseau; 29. installation d’un utilisateur du réseau de transport local : une installation d’un utilisateur du réseau de transport local qui est électriquement relié au réseau de transport local par un raccordement sans faire partie de celui-ci; 30. installation qui fait fonctionnellement partie du réseau de transport local : une installation sur laquelle un utilisateur du réseau de transport local possède le droit de propriété ou d’usage, mais dont la fonction est celle d’une installation du réseau de transport local, cette notion étant précisée dans le contrat de raccordement ou une convention y annexée; 31. interconnexion : le contact électrique entre deux réseaux; 32. jeu de barres : l’ensemble triphasé de trois rails métalliques ou de trois conducteurs qui composent chacun les points de tensions identiques et communs à chaque phase et qui permettent la connexion des installations (instruments, lignes, câbles) entre elles; 33. jour D : un jour calendrier; 34. jour D-1 : le jour calendrier précédant le jour D; 35. jour ouvrable : chaque jour de la semaine, à l’exception du samedi, du dimanche et des jours fériés légaux; 36. loi : la loi du 29 avril 1999 relative à l’organisation du marché de l’électricité; 37. mesure : l’enregistrement, à un instant donné, d’une valeur physique par un équipement de mesure; 38. pertes actives : la dissipation de puissance active au sein du réseau de transport local lui-même et qui est causée par son utilisation; 39. plan d’adaptation : le plan envisageant les transformations liées à la structure du réseau de transport local, établi en application de l’article 15 du décret; 40. plan de délestage : plan faisant l’objet d’un arrêté ministériel féd��ral et précisant les coupures, les réductions de fournitures et les priorités que le gestionnaire du réseau de transport doit imposer lorsque le réseau est en péril; 41. point d’accès : un point d’injection et/ou de prélèvement; 42. point de mesure : la localisation physique où des équipements de mesure sont connectés à l’installation de raccordement ou à l’installation d’un utilisateur du réseau; 43. point de prélèvement : la localisation physique et le niveau de tension d’un point où de la puissance est prélevée au départ du réseau; 44. point de raccordement : la localisation physique et le niveau de tension du point où le raccordement est connecté au réseau de transport local et où il est possible de connecter ou déconnecter; 45. point d’injection : la localisation physique et le niveau de tension d’un point où de la puissance peut être injectée au réseau; 46. point d’interconnexion : la localisation physique et le niveau de tension où existe un contact électrique entre deux réseaux; 47. point d’interface : la localisation physique et le niveau de tension du point où les installations d’un utilisateur du réseau sont connectées au raccordement. Ce point se situe sur le site de l’utilisateur du réseau et en tout cas après la première travée de raccordement au départ du réseau côté utilisateur; 48. prélèvement : l’extraction de puissance à partir du réseau de transport local; 49. programme d’accès : les valeurs indiquées par périodes temporelles pour la journée D des puissances prélevées ou injectées prévues à un point d’accès donné; 50. puissance active : la partie de la puissance électrique pouvant être transformée en d’autres formes de puissance telles que mécanique ou thermique. Pour un système triphasé, sa valeur est égale à v3.U.I.cos phi où U et I sont les valeurs efficaces des composantes fondamentales de la tension composée (entre phases) et du courant et où phi représente le déphasage (décalage temporel) entre les composantes fondamentales de cette tension et de ce courant; la puissance active est exprimée en Watts ou en ses multiples. Dans le cas où la tension simple (entre phase et neutre) est utilisée, la formule devient 3.U.I.cos phi; 51. puissance apparente : pour un système triphasé, la quantité égale à v3.U.I, où U et I sont les valeurs efficaces des composantes fondamentales de la tension composée et du courant. Dans le cas où la tension simple est utilisée, la formule devient 3.U.I; la puissance apparente est exprimée en VA ou en ses multiples; 52. puissance de raccordement : la puissance maximale définie dans le contrat de raccordement et exprimée en voltampères (VA) ou en ses multiples, dont l’utilisateur du réseau de transport local peut disposer au moyen de son raccordement; 53. puissance quart horaire : la puissance moyenne prélevée ou injectée sur une période d’un quart d’heure, exprimée en Watts (W) en cas de puissance active, en vars (VAr) en cas de puissance réactive, et en voltampères (VA) en cas de puissance apparente, ou en leurs multiples;

39585


39586

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 54. puissance réactive : pour un système triphasé, la quantité égale à v3.U.I.sin phi, où U et I sont les valeurs efficaces des composantes fondamentales de la tension composée et du courant et où phi représente le déphasage (décalage temporel) entre les composantes fondamentales de cette tension et de ce courant; la puissance réactive est exprimée en VAr ou en ses multiples. Dans le cas où la tension simple est utilisée, la formule devient 3.U.I.sin phi; 55. puissance souscrite : la puissance quart horaire active maximum d’injection ou de prélèvement, déterminée dans un contrat d’accès et portant sur un point d’accès et une période donnée; 56. qualité de l’électricité : l’ensemble des caractéristiques de l’électricité pouvant exercer une influence sur le réseau de transport local, les raccordements et les installations d’un utilisateur du réseau de transport local, et comprenant en particulier la continuité de la tension et les caractéristiques électriques de cette tension à savoir notamment sa fréquence, son amplitude, sa forme d’onde et sa symétrie; 57. raccordement : l’ensemble des équipements nécessaires pour relier les installations de l’utilisateur du réseau de transport local au réseau de transport local, y compris la première travée de raccordement et généralement les instruments de mesure; 58. registre d’accès : le registre tenu par le gestionnaire du réseau de transport local, où sont indiqués notamment, par point d’accès, le(s) responsable(s) d’équilibre et le(s) fournisseur(s); 59. registre des comptages : le registre tenu par le gestionnaire du réseau de transport local conformément à l’article 195 du présent règlement; 60. registre des responsables d’accès : le registre tenu par le gestionnaire du réseau de transport conformément au règlement technique de transport; 61. règlement technique de distribution : le règlement technique pour la gestion des réseaux de distribution d’électricité en Région wallonne et l’accès à ceux-ci, prévu à l’article 13 du décret; 62. règlement technique de transport : l’arrêté royal du 19 décembre 2002 établissant un règlement technique pour la gestion du réseau de transport de l’électricité et l’accès à celui-ci; 63. réseau de transport : l’ensemble des installations servant au transport de l’électricité à une tension supérieure à 70 kV, établies sur le territoire belge, telles que définies par l’article 2, 7°, de la loi; 64. responsable d’équilibre : une personne physique ou morale responsable de l’équilibre, à l’échelle du quart d’heure, d’un ensemble d’injections et de prélèvements à l’intérieur de la zone de réglage belge, et qui est enregistré à cette fin dans le registre des responsables d’accès; 65. RGIE : règlement général sur les installations électriques; 66. RGPT : règlement général pour la protection du travail; 67. services auxiliaires concernant le réseau de transport local, l’ensemble des services suivants : a) le réglage primaire de la fréquence; b) le réglage secondaire de l’équilibre de la zone de réglage belge; c) le service de black-start; d) la compensation des déséquilibres quart-horaires; e) la réserve tertiaire; f) le réglage de la tension et de la puissance réactive; g) la gestion des congestions; 68. situation d’incidents multiples : situation d’incident qui consiste en l’état physique du système électrique résultant, au départ d’un état de référence et après disparition des phénomènes transitoires, de la perte simultanée d’au moins deux composants du système électrique, à l’exclusion de la perte simultanée d’une unité/d’un ensemble de production et d’une composante du réseau de transport local; 69. système de mesure : l’ensemble des équipements de mesure destinés aux comptages et mesures en un point de mesure déterminé; 70. système électrique : l’ensemble des équipements formé des réseaux interconnectés, des installations de raccordement et des installations des utilisateurs raccordées à ces réseaux; 71. unité de production : une unité physique comprenant au moins un générateur qui produit de l’électricité; 72. unité de production décentralisée : unité de production dont l’appel n’est pas coordonné de manière centralisée; 73. unité de production locale : unité de production dont le point d’injection est identique au point de prélèvement d’une ou plusieurs charges; 74. utilisateur du réseau de transport local : un client final ou un producteur dont les installations sont raccordées au réseau de transport local. § 3. Sauf indication contraire, les délais précisés dans ce règlement sont exprimés en jours ouvrables. CHAPITRE II. — Principes généraux de fonctionnement Section 1re. — Principes de base Art. 2. Le gestionnaire du réseau de transport local exécute les tâches et obligations qui lui incombent en vertu du décret et de ses arrêtés d’exécution afin d’assurer le transport local d’électricité entre les différents utilisateurs du réseau de transport local tout en surveillant, maintenant et, le cas échéant, en rétablissant la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local. Dans ce but, le gestionnaire du réseau de transport local définit préalablement les moyens nécessaires et proportionnés à la bonne réalisation de ses missions et met tous les moyens raisonnables en œuvre pour les obtenir. Ces moyens nécessaires et proportionnés seront définis pour la première fois au moment du premier établissement du plan d’adaptation prévu à l’article 15 du décret. Ils seront réexaminés et, éventuellement, actualisés lors des révisions successives du plan d’adaptation. Dans l’exécution de ses tâches, le gestionnaire du réseau de transport local met en œuvre tous les moyens adéquats que les utilisateurs du réseau sont en droit d’attendre de lui et qui peuvent, en tenant compte de la situation particulière, être raisonnablement obtenus.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 3. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local apporte son soutien au gestionnaire du réseau de transport et se coordonne avec ce dernier pour organiser la gestion technique des flux d’électricité sur le réseau de transport local, ainsi que pour surveiller, maintenir et, le cas échéant, rétablir un équilibre permanent entre l’offre et la demande d’électricité. Il apporte également son soutien au gestionnaire du réseau de transport pour la conservation ou le rétablissement de l’équilibre global de la zone de réglage, qui aurait été compromis par des déséquilibres individuels éventuels des différents responsables d’équilibre. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local fournit le service de raccordement sur le réseau de transport local et l’accès à celui-ci afin de permettre le transport entre notamment les installations de production, les réseaux de distribution, les équipements des clients directement connectés et le réseau de transport. § 3. Il effectue la gestion du système électrique, à savoir : a) la gestion commerciale des contrats liés à l’accès au réseau de transport local et aux services auxiliaires, à savoir la gestion des demandes d’accès, des contrats d’accès et de l’achat, ainsi que de la mise en place de services auxiliaires en respectant les directives données par le gestionnaire du réseau de transport; b) la participation pour les aspects locaux à la programmation des échanges d’énergie, notamment la préparation du programme d’exploitation et la préparation du programme pouvant être mis en œuvre à la suite d’un incident; c) la conduite du réseau de transport local et la surveillance des échanges d’énergie, visant principalement l’exploitation en temps réel du réseau de transport local, qui se compose de : — la mise en œuvre pour la partie locale des programmes d’exploitation acceptés dans la programmation des échanges d’énergie; — la surveillance, le maintien, et, le cas échéant, le rétablissement de la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local; — la coordination et l’exécution ou la délégation de l’exécution des manœuvres dans le réseau de transport local nécessaires en cas de travaux sur les installations; d) la collecte et le traitement des mesures et des comptages requis pour ses propres tâches, qui comprend la gestion des équipements et des procédés en matière de mesure et de comptage, de même que l’acquisition, la validation et le traitement des données de mesure et de comptage; e) le contrôle de la qualité de l’approvisionnement et de la stabilité du réseau de transport local, comprenant : — la collecte des données relatives à la qualité de l’approvisionnement et la stabilité du réseau de transport local; — le suivi de la qualité de l’approvisionnement et de la stabilité du réseau de transport local. § 4. a) Les infrastructures du réseau de transport local sont conformes aux lois, règlements et normes en vigueur et particulièrement au RGIE. b) Elles sont conc¸ ues pour acheminer en sécurité l’énergie électrique vers les différents points de prélèvement et pour assurer la répartition de l’énergie apportée aux points d’injection. Le gestionnaire du réseau de transport local adapte le réseau de transport local aux flux normalement prévisibles. Il veille au respect des règles de l’art en matière de sécurité, et notamment aux distances de sécurités entre ses installations et les personnes ou les biens de tiers; à cet effet, dès qu’il a connaissance d’un risque, il informe les tiers des prescriptions résultant des règlements et normes en vigueur et notamment du RGIE. c) Le gestionnaire du réseau de transport local a le droit de couper les branches d’arbres susceptibles d’occasionner des courts-circuits ou des dégâts aux lignes électriques qui surplombent une propriété privée. Sauf urgence, il prévient préalablement le propriétaire par courrier recommandé. Dans ce courrier, il signale que le propriétaire peut effectuer lui-même un élagage, dans un délai d’un mois. En cas de refus du propriétaire, le gestionnaire du réseau de transport local procède lui-même à la coupe des branches incriminées en bon père de famille; le propriétaire devant lui donner accès. Si les branches incriminées dépassent d’une propriété privée et que la ligne électrique longe une voirie et soit située au-dessus du domaine public, l’élagage est à charge du propriétaire des arbres. d) Les systèmes de protection des équipements du réseau de transport local sont conc¸ us et réglés de fac¸ on à éliminer efficacement et sélectivement les défauts. Des protections sélectives de niveau supérieur sont prévues pour pallier le non fonctionnement des protections normales. Art. 4. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local, en concertation avec les gestionnaires de réseau de distribution et du réseau de transport, surveille la qualité et la fiabilité de l’approvisionnement à l’aide d’un système adapté. Ce système permet de déterminer au moins les indices de qualité suivants : a) la fréquence des interruptions; b) la durée moyenne des interruptions; c) la durée annuelle des interruptions. Le gestionnaire du réseau de transport local peut proposer des indices supplémentaires à contrôler. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local envoie chaque année à la CWaPE, avant le 31 mai, le rapport prévu par l’article 24 de l’arrêté du Gouvernement wallon du 21 mars 2002 relatif aux gestionnaires de réseaux, dans lequel il décrit la qualité de ses prestations durant l’année calendrier écoulée. Ce rapport décrit au minimum : 1° la fréquence et la durée moyenne des interruptions d’accès à son réseau de transport local, ainsi que la durée annuelle totale de l’interruption, durant l’année calendrier indiquée; 2° le respect des critères de qualité relatifs à la forme d’onde de la tension tels que décrits aux chapitres 2 et 3 de la norme NBN EN 50160; 3° la qualité des services fournis à toutes les parties concernées et, le cas échéant, les manquements aux obligations découlant du présent règlement et les raisons de ceux-ci. § 3. La CWaPE peut établir un modèle de rapport. Art. 5. Les règles opérationnelles en matière de gestion des flux d’électricité, auxquelles le gestionnaire du réseau de transport local est soumis ou qu’il met en œuvre en vertu du présent règlement, remplacent l’ensemble des règles appliquées en ladite matière au moment de l’entrée en vigueur du présent règlement, en veillant à préserver la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local ainsi qu’en assurant l’absence de discrimination entre les utilisateurs de celui-ci.

39587


39588

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 6. Les conditions générales des contrats y compris la convention de collaboration à conclure en vertu du présent règlement, ainsi que toutes modifications qui y sont apportées, sont transmises à la CWaPE, sans délai et en tout cas deux mois avant leur entrée en vigueur. Les procédures et les formulaires établis par le gestionnaire du réseau de transport local, ainsi que leurs modifications suivent la même procédure. Art. 7. Les tâches et obligations du gestionnaire du réseau de transport local peuvent être influencées en cas de situation d’urgence ainsi qu’il est précisé à la section 4 du présent titre. Art. 8. Le gestionnaire du réseau de transport local s’abstient de toute discrimination entre les utilisateurs du réseau de transport local, les fournisseurs, les responsables d’équilibre, les fournisseurs de services auxiliaires, ou entre toute autre personne concernée d’une manière ou d’une autre par le réseau de transport local dans le cadre de ses tâches et obligations, ou services prestés. Art. 9. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local effectue ses tâches et remplit ses obligations à l’égard des biens, équipements ou installations, dont il est propriétaire, ou, lorsqu’il n’en est pas propriétaire, dont il a la jouissance ou le contrôle effectif, avec l’accord du propriétaire, et des biens, équipements ou installations auxquels il a accès conformément aux dispositions du présent règlement et des contrats conclus en vertu de celui-ci. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local peut sous-traiter certaines tâches qui ne mettent pas directement en cause la sécurité et la fiabilité du réseau. Il en reste entièrement et directement responsable. Section 2. — Informations Art. 10. En l’absence d’une disposition expresse en la matière, le gestionnaire du réseau de transport local, les utilisateurs du réseau de transport local, les fournisseurs et autres parties concernées s’efforcent de communiquer dans les meilleurs délais les informations nécessaires conformément au présent règlement. Art. 11. La communication à des tiers des informations confidentielles ou commercialement sensibles, identifiées comme telles par l’émetteur, n’est pas permise, sauf mention contraire dans le présent règlement ou sauf si une au moins des conditions suivantes est remplie : 1° par le gestionnaire du réseau de transport local et/ou par les utilisateurs du réseau de transport local concernés et/ou par les responsables d’équilibre et/ou leur personnel respectif et/ou les fournisseurs si la communication aux tiers est requise dans le cadre d’une procédure judiciaire ou imposée par les autorités publiques ou demandée par la CWaPE dans le cadre de ses missions; 2° en cas d’autorisation écrite préalable de celui dont émanent les informations confidentielles ou commercialement sensibles; 3° en ce qui concerne le gestionnaire du réseau de transport local, en communication avec des gestionnaires d’autres réseaux ou dans le cadre de contrat et/ou règles avec des gestionnaires de réseaux étrangers; 4° si cette information est aisément et habituellement accessible ou disponible dans le public; 5° lorsque la communication de l’information par le gestionnaire du réseau de transport local est indispensable pour des raisons techniques ou de sécurité. Le destinataire de cette information est tenu d’assurer la confidentialité de cette information. Lorsque la communication à des tiers s’effectue sur la base des situations visées aux 2°, 3° et 5°, le destinataire de l’information doit, sans préjudice des dispositions légales ou réglementaires applicables, s’engager à donner à cette information le même degré de confidentialité que celui donné par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 12. Lorsqu’une partie est chargée, conformément au présent règlement ou aux contrats conclus en vertu de celui-ci, de fournir à une autre partie des informations émanant de chez elle, elle prend les dispositions nécessaires pour assurer au destinataire des informations dont le contenu a été dûment vérifié. Section 3. — Accès des personnes aux installations Sous-section 1re. — Prescrits relatifs à la sécurité des personnes Art. 13. Les dispositions légales et réglementaires belges en matière de sécurité des biens et des personnes, y compris les règles normatives telles que notamment « RGPT » et « RGIE », ainsi que la norme « NBN EN 50110-1 » et la norme « NBN EN 50110-2 » sont d’application par toute personne intervenant sur le réseau de transport local, y compris le gestionnaire du réseau de transport local, l’utilisateur du réseau de transport local et leur personnel respectif. Sous-section 2. — Accès des personnes aux installations gérées par le gestionnaire du réseau de transport local Art. 14. § 1er. L’accès à tout bien meuble ou immeuble pour lequel le gestionnaire du réseau de transport local a le droit de propriété ou la jouissance se fait, en tout temps, conformément aux procédures d’accès et de sécurité du gestionnaire du réseau de transport local et moyennant l’accord explicite préalable de celui-ci. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local a le droit d’accéder à toutes les installations sur lesquelles il possède le droit de propriété ou de jouissance et qui se trouvent sur le site de l’utilisateur du réseau de transport local. L’utilisateur du réseau de transport local veille à ce que le gestionnaire du réseau de transport local ait un accès permanent ou prend les mesures nécessaires pour le lui donner immédiatement et en tous temps. § 3. Si l’accès à un bien meuble ou immeuble du gestionnaire du réseau de transport local est subordonné à des procédures d’accès spécifiques et à des prescriptions de sécurité en vigueur chez l’utilisateur du réseau de transport local, ce dernier doit en informer au préalable et par écrit le gestionnaire du réseau de transport local. A défaut, le gestionnaire du réseau de transport local suit ses propres prescriptions de sécurité. Sous-section 3. — Accès des personnes aux installations de l’utilisateur du réseau de transport local ou des installations faisant fonctionnellement partie du réseau de transport local Art. 15. § 1er. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local estime que certaines installations de l’utilisateur du réseau de transport local font fonctionnellement partie du réseau de transport local ou ont une influence non négligeable sur le fonctionnement du réseau de transport local, sur le(s) raccordement(s) ou installation(s) d’autre(s) utilisateur(s) du réseau de transport local, il le signale et le justifie à l’utilisateur du réseau de transport local et à la CWaPE.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Moyennant avis favorable de la CWaPE, une convention écrite est négociée et conclue entre le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local qui reprend la liste des installations concernées, ainsi que les responsabilités de conduite, de gestion et d’entretien de ces installations. Cette convention garantit à l’utilisateur du réseau de transport local le respect de tous les engagements antérieurs, en ce compris le maintien de la capacité du raccordement existant sauf accord écrit de l’utilisateur du réseau de transport local et indemnisation adéquate de ce dernier. Elle décrit également les modalités financières de prise en charge par le gestionnaire du réseau de transport local de tous les frais occasionnés par cette modification du statut des équipements de raccordement, y compris le dédommagement du propriétaire des installations. Cette convention constitue un avenant au contrat de raccordement. Pour les nouveaux raccordements, cette convention est annexée au contrat de raccordement. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local a le droit d’accéder aux installations de l’utilisateur du réseau de transport local pour y effectuer des inspections ou, en présence d’un représentant de l’utilisateur qui ne peut refuser, faire ou organiser des essais visant à contrôler l’application du présent règlement technique. De plus, si ces installations font fonctionnellement partie du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local doit y avoir accès pour y effectuer les interventions prévues dans la convention visée au § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local veille à fournir un accès permanent au gestionnaire du réseau de transport local ou prend les mesures pour le lui accorder immédiatement et en tout temps. S’il doit faire ou organiser des essais, le gestionnaire du réseau de transport local s’organise pour perturber au minimum les activités de l’utilisateur du réseau de transport local, sauf cas d’urgence ou de force majeure. § 3. Dans les circonstances visées au § 2, le gestionnaire du réseau de transport local est tenu de respecter les prescrits relatifs à la sécurité des personnes et des biens qui sont appliqués par l’utilisateur du réseau de transport local. A cette fin et préalablement à l’exécution de ces inspections ou essais, l’utilisateur du réseau de transport local est tenu d’informer par écrit le gestionnaire du réseau de transport local des prescrits applicables et de lui en donner copie. § 4. A défaut de l’information visée au § 3, le gestionnaire du réseau de transport local applique, lorsqu’il effectue une inspection et des essais sur les installations d’un utilisateur du réseau de transport local, ses propres règles en matière de sécurité des personnes et des biens. § 5. Lorsque la sécurité ou la fiabilité technique du réseau de transport local l’impose, le gestionnaire du réseau de transport local est en droit de mettre l’utilisateur du réseau de transport local en demeure d’effectuer, endéans le délai fixé par la notification écrite de mise en demeure, les adaptations nécessaires telles que précisées dans la mise en demeure. En cas de non-exécution par l’utilisateur du réseau de transport local de ces travaux endéans le délai fixé par la mise en demeure ou en cas d’extrême urgence, le gestionnaire du réseau de transport local est en droit d’effectuer les travaux strictement nécessaires pour assurer la sécurité et la fiabilité du réseau de transport local. Les frais des travaux décrits à cet article sont à charge du gestionnaire du réseau de transport local, sauf s’il démontre qu’ils sont dus à des manquements de l’utilisateur. Le cas échéant, les §§ 2 à 4 du présent article sont applicables. Section 4. — Situations d’urgence et force majeure Sous-section 1re. — Définition des situations d’urgence et de force majeure Art. 16. § 1er. Dans le présent règlement, sont considérées comme situations d’urgence : les situations qui font suite à la force majeure et dans laquelle doivent être prises des mesures exceptionnelles et temporaires pour faire face aux conséquences de la force majeure afin de pouvoir maintenir ou rétablir le fonctionnement sûr et fiable du réseau de transport local, pendant le temps strictement nécessaire pour reconfigurer le réseau de transport local avec les équipements restés intacts; les situations qui font suite à un événement qui, bien qu’il ne puisse pas être qualifié de force majeure selon l’état actuel de la jurisprudence et de la doctrine, exige, selon l’évaluation du gestionnaire du réseau de transport local ou de l’utilisateur du réseau de transport local, une intervention urgente et adéquate du gestionnaire du réseau de transport local afin de pouvoir maintenir ou rétablir le fonctionnement sûr et fiable du réseau de transport local, ou d’empêcher d’autres dommages. Le gestionnaire du réseau de transport local justifie cette intervention a posteriori auprès des utilisateurs concernés et de la CWaPE. § 2. Les situations suivantes, pour autant qu’elles soient irrésistibles et imprévisibles, sont considérées comme des cas de force majeure pour le gestionnaire du réseau de transport local aux fins du présent règlement : 1° la catastrophe naturelle découlant des tremblements de terre, inondations, tempêtes, cyclones ou des autres circonstances climatologiques exceptionnelles; 2° une explosion nucléaire ou chimique et ses conséquences; 3°l’indisponibilité subite des installations pour des raisons autres que la vétusté, le manque d’entretien ou la qualification des opérateurs; y compris un effondrement du système informatique, provoqué ou non par un virus, alors que toutes les mesures préventives avaient été prises, eu égard à l’état de la technique; 4° l’impossibilité technique, temporaire ou permanente, pour le réseau de transport local de transporter l’électricité en raison de perturbations au sein de la zone de réglage causées par des flux d’électricité qui résultent d’échanges d’énergie au sein d’une autre zone de réglage ou entre deux ou plusieurs autres zones de réglage et dont l’identité des acteurs du marché concernés par ces échanges d’énergie n’est pas connue du gestionnaire du réseau de transport local et ne peut raisonnablement l’être; 5° l’impossibilité d’opérer sur le réseau de transport local ou les installations qui en font fonctionnellement partie en raison d’un conflit collectif et qui donne lieu à une mesure unilatérale, des employés (ou groupes d’employés) ou tout autre conflit social; 6° l’incendie, l’explosion, le sabotage, l’acte de nature terroriste, l’acte de vandalisme, les dégâts provoqués par des actes criminels, la contrainte de nature criminelle et les menaces de même nature; 7° la guerre déclarée ou non, la menace de guerre, l’invasion, le conflit armé, l’embargo, la révolution, la révolte; 8° le fait du prince dont notamment les situations dans lesquelles l’autorité compétente invoque l’urgence et impose des mesures exceptionnelles et temporaires au gestionnaire du réseau de transport local ou aux utilisateurs du réseau de transport local afin de pouvoir maintenir ou rétablir le fonctionnement sûr et fiable du réseau de transport local.

39589


39590

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Sous-section 2. — Intervention du gestionnaire du réseau de transport local er

Art. 17. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local est autorisé à entreprendre toutes les actions qu’il juge nécessaires afin de remédier aux effets sur la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local engendrés par une situation d’urgence à laquelle le gestionnaire du réseau de transport local ou son réseau fait face ou qui est invoquée par un utilisateur du réseau de transport local, un fournisseur, un détenteur d’accès, un responsable d’équilibre, un autre gestionnaire du réseau ou toute autre personne concernée. Les modalités d’application de ces actions sont précisées dans les conditions générales des contrats conclus en vertu du présent règlement et conformes à celui-ci. Le gestionnaire du réseau de transport local prend toutes les actions préventives nécessaires aux fins de limiter les conséquences dommageables des évènements exceptionnels annoncés ou prévisibles. § 2. Les actions que le gestionnaire du réseau de transport local prend dans le cadre du § 1er lient toutes les personnes concernées. § 3. Les §§ 1er et 2 sont également d’application lorsque la situation d’urgence ne s’est pas encore matérialisée, mais que le gestionnaire du réseau de transport local estime qu’elle pourrait raisonnablement survenir. § 4. Lorsque la situation d’urgence et les situations d’incidents multiples visées à l’article 181 concernent également le réseau de transport, les dispositions du règlement technique de transport, en cas de divergence, ont priorité sur celles du présent règlement. Sous-section 3. — Suspension des obligations er

Art. 18. § 1 . L’exécution des obligations à l’égard desquelles la situation d’urgence est invoquée et celles qui donnent lieu à une intervention du gestionnaire du réseau de transport local en vertu de l’article 17, est momentanément suspendue durant la durée de la gestion de l’événement qui donne lieu à cette situation d’urgence. § 2. Les obligations à caractère financier contractées avant la situation d’urgence doivent être respectées. Art. 19. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local, l’utilisateur de ce réseau, le détenteur d’accès, le fournisseur, le responsable d’équilibre, un autre gestionnaire du réseau ou toute autre personne intéressée qui a invoqué la situation d’urgence donnant lieu à une intervention du gestionnaire du réseau de transport local (cette personne étant désignée aux fins de cet article par « la partie défaillante ») met néanmoins tout en œuvre : 1° pour minimiser les effets de la non-exécution de ses obligations; 2° pour remplir ses obligations dans les plus brefs délais. § 2. La partie défaillante communique dès que possible et par tout moyen disponible à son cocontractant et, le cas échéant, à toute personne concernée, les raisons pour lesquelles elle ne peut exécuter tout ou partie de ses obligations et la durée raisonnablement prévisible de la non-exécution de celles-ci. Section 5. — Formalités Sous-section 1re. — Notifications, communications et délais Art. 20. § 1er. Toute notification ou communication faite en exécution du présent règlement doit avoir lieu par écrit selon les formes et conditions prévues à l’article 2281 du Code civil. § 2. La notification ou communication est accomplie dès sa réception dans les formes visées au paragraphe premier. § 3. En cas d’urgence, des informations peuvent être échangées uniquement oralement. Dans tous les cas, les informations de ce type doivent être confirmées le plus rapidement possible conformément au § 1er du présent article. Art. 21. § 1er. Par dérogation à l’article 20, les informations commerciales et techniques échangées entre les différentes parties concernées sont communiquées par voie électronique (permettant la validation d’un envoi par l’émission d’un accusé de réception) selon un protocole de communication conforme à la norme EDIEL et/ou précisé dans un Message Implementation Guide (MIG). Ce MIG est convenu d’un commun accord entre l’ensemble des gestionnaires de réseau, qui en informent la CWaPE. En l’absence d’accord, la CWaPE peut imposer un MIG. § 2. Le protocole visé au § 1er n’est pas d’application obligatoire pour les échanges d’informations entre : — le gestionnaire du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport; — le gestionnaire du réseau de transport local et un utilisateur du réseau de transport local, si ce dernier préfère un autre protocole et si cela a été convenu avec le gestionnaire du réseau de transport local dans le contrat d’accès, ou dans un avenant à celui-ci; — le gestionnaire du réseau de transport local et un gestionnaire du réseau de distribution si un autre protocole a été explicitement convenu d’un commun accord, dans la convention de collaboration ou un avenant à celle-ci, avec information à la CWaPE; — le gestionnaire du réseau de transport local, le fournisseur, le responsable d’équilibre et le détenteur d’accès si le gestionnaire du réseau de transport local utilise un autre protocole d’envoi de données par voie électronique, avec information à la CWaPE, permettant la validation d’un envoi par l’émission synchrone d’une preuve de réception. Art. 22. Les dépôts, communications ou notifications visés aux articles 20 et 21 sont valablement effectués à la dernière adresse notifiée à cette fin par le destinataire. Art. 23. Les délais mentionnés au présent règlement se comptent de minuit à minuit. Ils commencent à courir le jour ouvrable qui suit la réception de la notification. En l’absence de notification, les délais commencent à courir le jour ouvrable qui suit le jour de la prise de connaissance de l’acte ou de l’événement qui y donne cours. Art. 24. Les délais comprennent le jour de l’échéance. Sous-section 2. — Tenue des registres et publication er

Art. 25. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local détermine le support sur lequel il tient les registres prévus par le présent règlement et en informe la CWaPE. § 2. Si les registres sont tenus sur un support informatique, le gestionnaire du réseau de transport local prend les dispositions nécessaires pour conserver en sécurité au moins une copie non altérée sur un support identique. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local assure la publication des registres prévus par le présent règlement selon les modalités conformes à l’usage et la législation applicable en la matière.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 26. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local est tenu de remettre à toute personne intéressée qui lui en fait la demande écrite une copie du modèle des conditions générales, des contrats types et formulaires prévus en vertu du présent règlement. § 2. Sans préjudice de la non publication des données et informations confidentielles ou commercialement sensibles dont il a connaissance en vertu du présent règlement, le gestionnaire du réseau de transport local veille à publier sur un serveur accessible via Internet les informations raisonnablement nécessaires aux acteurs du marché dont les conditions générales, tarifs, formulaires et procédures. TITRE II. — Données de planification du réseau de transport local CHAPITRE Ier. — Données en vue d’établir un plan d’adaptation Art. 27. Dans le cadre des règles opérationnelles pour la gestion technique des flux d’électricité, le gestionnaire du réseau de transport local convient avec la CWaPE des modalités pratiques de concertation en vue de l’établissement d’un plan d’adaptation de son réseau sur base des informations telles que décrites dans le présent titre. Le plan d’adaptation du réseau de transport local est cohérent avec le plan de développement prévu par l’article 13 de la loi. Art. 28. § 1er. L’établissement d’un plan d’adaptation du réseau de transport local en vue d’améliorer la gestion des flux d’électricité qui le parcourent et de remédier aux problèmes risquant de compromettre la sécurité et la continuité de l’approvisionnement en énergie électrique comprend les phases suivantes : — une estimation détaillée des besoins du réseau de transport local, d’une part en matière de capacité de transport d’énergie et, d’autre part, en matière de sécurité, de fiabilité et de continuité de service; — l’analyse des moyens nécessaires pour rencontrer ces besoins; — la comparaison des moyens nécessaires avec les moyens existants; — l’énumération des travaux et investissements nécessaires pour adapter le réseau de transport local en vue de remédier aux problèmes décelés; — l’établissement d’un planning de réalisation. § 2. A cette fin, les actions suivantes sont entreprises : 1° le gestionnaire du réseau de transport local remet pour le 15 octobre les informations visées au § 1er à la CWaPE (ou justifie que le dernier plan approuvé par le Gouvernement wallon ne nécessite aucune adaptation); 2° le gestionnaire du réseau de transport local convient avec la CWaPE d’une date pour la présentation de son plan durant le mois de novembre; 3° la CWaPE procède ensuite à l’examen du plan et peut demander au gestionnaire du réseau de transport local de lui fournir les informations et justifications qu’elle estime nécessaires. Elle l’informe de son avis au plus tard fin décembre; 4° le gestionnaire du réseau de transport local ajuste éventuellement son plan et remet pour fin janvier, la version définitive à la CWaPE en deux exemplaires; 5° la CWaPE remet sans délai au ministre un des exemplaires accompagné de ses commentaires éventuels; 6° après approbation par le Gouvernement wallon, le plan est mis en application. CHAPITRE II. — Données de planification et modalités de transmission Section 1re. — Principes de base Art. 29. § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local transmet au gestionnaire de ce réseau les données de planification conformément au présent Chapitre. § 2. La communication des données de planification au gestionnaire du réseau de transport local s’effectue dans la forme prévue au Titre VII du présent règlement. Section 2. — Obligation annuelle de notification des données de planification er

Art. 30. § 1 . L’utilisateur du réseau de transport local transmet au gestionnaire de ce réseau les données de planification disponibles relatives aux 7 années suivant l’année en cours. Art. 31. Le calendrier de la notification des données visées par le présent Chapitre est le même que celui du plan de développement du réseau de transport. Art. 32. Les données de planification à communiquer comportent les données visées au Titre VII du présent règlement. Art. 33. L’utilisateur du réseau de transport local peut, le cas échéant, communiquer au gestionnaire de celui-ci toutes autres informations utiles qui ne sont pas reprises dans les données de planification visées au Titre VII du présent règlement. Art. 34. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local peut requérir de l’utilisateur du réseau de transport local ou de toute partie concernée des données complémentaires, non mentionnées au titre VII du présent règlement et à son annexe 3, qu’il juge nécessaires pour remplir ses obligations. Cette demande est motivée. § 2. Après consultation de l’utilisateur du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local communique le délai raisonnable dans lequel ces données supplémentaires doivent lui être notifiées par l’utilisateur du réseau de transport local. Art. 35. § 1er. Au cas où la communication des données de planification est incomplète, imprécise, erronée ou manifestement déraisonnable l’utilisateur du réseau concerné transmet, à la demande du gestionnaire du réseau de transport local, toute correction ou donnée complémentaire demandée. § 2. Après consultation de l’utilisateur du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local communique le délai raisonnable dans lequel ces données lui sont notifiées par l’utilisateur du réseau de transport local. Art. 36. L’utilisateur du réseau de transport local qui n’est pas en mesure de communiquer les données demandées conformément aux articles 31 et 34 en informe le gestionnaire du réseau de transport local et motive les raisons de la communication incomplète.

39591


39592

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 37. La communication annuelle des données de planification précise leur date d’entrée en vigueur respective. Section 3. — Obligation de communication des données de planification en cas de mise en service ou de déclassement d’unité de production Art. 38. L’utilisateur du réseau de transport local qui envisage de mettre en service ou de déclasser une unité de production raccordée au réseau de transport local, communique au gestionnaire du réseau de transport local, au plus tard douze mois avant la réalisation effective de cette mise en service ou de ce déclassement, les données de planification spécifiées à l’article 243. Art. 39. La communication des données visées à l’article 38 ne préjuge ni de l’accord, ni du refus du gestionnaire du réseau de transport local, ni de la décision de l’utilisateur de réseau de transport local quant à son intention visée à l’article 38. Art. 40. La communication des données de planification en cas de mise en service, déclassement ou modification précise leur date d’entrée en vigueur respective. TITRE III. — Raccordement au réseau de transport local CHAPITRE Ier. — Prescriptions techniques de raccordement Section 1re. — Généralités Art. 41. Le Titre III s’applique : 1° à toutes les installations de raccordement, et aux systèmes de mesure pour la partie qui ne serait pas couverte au titre V; 2° à toutes les installations de l’utilisateur du réseau de transport local qui peuvent influencer la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local ou des installations d’un autre utilisateur du réseau de transport local ou la qualité de la tension; 3° aux installations raccordées par une ligne directe et aux installations qui font partie d’une ligne directe; 4° à toutes les interconnexions avec les autres réseaux. Art. 42. Le raccordement est connecté au réseau de transport local aux points de raccordement. Les opérations de raccordement sont effectuées par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 43. § 1er. Les raccordements sont gérés par le gestionnaire du réseau de transport local conformément à l’article 9 du présent règlement. § 2. Sans préjudice pour le gestionnaire du réseau de transport local de pouvoir ériger toute installation de raccordement ou raccordement en vertu de sa désignation comme gestionnaire du réseau de transport local en application du décret, toute demande de nouveau raccordement ou de nouvelle installation de raccordement est introduite auprès du gestionnaire du réseau de transport local par tout candidat utilisateur du réseau de transport local qui peut fournir un document valant preuve qu’il dispose ou disposera, en propriété ou en jouissance, de tous les droits relatifs à la gestion, l’utilisation, le renforcement et la cession de ces installations. § 3. Lorsque des installations de raccordement sont la propriété de l’utilisateur du réseau de transport local, ce dernier est tenu de respecter ou de faire respecter toutes les dispositions du présent règlement et des contrats conclus en vertu de celui-ci relatives à son installation de raccordement. § 4. Par dérogation aux §§ 1er à 3 et uniquement si la convention visée à l’article 15, § 1er le prévoit explicitement ainsi, le gestionnaire du réseau de transport local, ou une personne mandatée par lui, est seul habilité à effectuer une intervention ou une manœuvre sur une installation qui fait fonctionnellement partie du réseau de transport local. Les frais desdites interventions et manœuvres sont à charge de l’utilisateur du réseau de transport local lorsqu’elles sont effectuées à sa demande ou lorsqu’elles trouvent leur origine dans ses propres installations. Art. 44. Les procédures pour l’exploitation et l’entretien des installations de l’utilisateur du réseau de transport local qui font fonctionnellement partie du réseau de transport local ou ont une influence sur la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local ou sur des installations des autres utilisateurs du réseau de transport local sont déterminées en fonction de la convention visée à l’article 15, § 1er. Section 2. — Prescriptions applicables à tout raccordement Sous-section 1re — Normes Art. 45. § 1er. Les installations de raccordement et les installations des utilisateurs du réseau de transport local sont conformes aux normes et règlements applicables aux installations électriques. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau concerné conviennent, dans le contrat de raccordement, de manière transparente et non discriminatoire, des normes, rapports techniques et autres règles de référence applicables. Art. 46. § 1er. Le niveau admissible des perturbations engendrées sur le réseau de transport local par les installations de raccordement et les installations des utilisateurs du réseau de transport local est déterminé par les normes généralement appliquées dans les secteurs comparables au niveau européen et notamment par les rapports techniques CEI 61000-3-6 et CEI 61000-3-7. § 2. L’utilisateur du réseau de transport local veille à ce que les installations dont il a la gestion n’engendrent pas sur le réseau de transport local des phénomènes perturbateurs qui dépassent les limites spécifiées par le § 1er et, le cas échéant, dans le contrat de raccordement. A cette fin, le gestionnaire du réseau de transport local fournit à sa demande les valeurs indicatives nécessaires, telles que les puissances de court-circuit dans les différentes situations au point de raccordement. Art. 47. Le gestionnaire du réseau de transport local fournit à l’utilisateur une tension sur le point de raccordement qui satisfait au moins à la norme EN 50160. La norme EN 50160 sert de point de référence pour tous les niveaux de tension prévus au présent règlement. Art. 48. Les modifications apportées à une norme visée à la présente Section s’appliquent aux installations de raccordement et aux installations existantes des utilisateurs du réseau de transport local pour autant que la norme ou une obligation légale le prévoie, et ne nécessitent pas d’amendement aux contrats conclus en vertu du présent règlement.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Sous-section 2. — Prescriptions techniques générales pour le raccordement des installations d’un utilisateur Art. 49. Les caractéristiques techniques générales minimales obligatoires d’une installation de raccordement et d’une installation d’un utilisateur du réseau de transport local sont mentionnées à l’annexe 1er du présent règlement. Art. 50. § 1er. Les travées des installations de raccordement sont équipées de protections, afin d’éliminer sélectivement un défaut endéans un intervalle de temps déterminé comme maximum admissible (y compris le temps de fonctionnement du disjoncteur et d’extinction de l’arc) mentionné à l’annexe 2 du présent règlement. § 2. Les protections visées au § 1er sont précisées par le gestionnaire du réseau de transport local au contrat de raccordement. Ce contrat précise si ces protections peuvent servir de protections de deuxième niveau pour l’utilisateur du réseau de transport local. Art. 51. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau concerné conviennent, dans le contrat de raccordement, en ce qui concerne les aspects non couverts par le présent règlement, des exigences techniques minimales et des paramètres de réglage à mettre en œuvre pour le raccordement au réseau de transport local dont notamment : 1° le schéma unifilaire, en ce compris la première travée de raccordement au départ du réseau de transport local, la structure du poste dont cette travée fait partie et les jeux de barres de ce poste; 2° les caractéristiques techniques fonctionnelles minimales des installations de raccordement. Ces exigences tiennent notamment compte des particularités locales du réseau. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau concerné conviennent, de manière non discriminatoire et transparente, dans le contrat de raccordement et sur le schéma unifilaire notamment : 1° du point de raccordement; 2° du point d’interface entre le raccordement et les installations de l’utilisateur du réseau; 3° du point d’injection et/ou de prélèvement; 4° du point de mesure. § 3. Les exigences techniques minimales, les paramètres de réglage et les autres dispositions visées aux §§ 1er et 2 sont repris dans le contrat de raccordement visé aux articles 109 à 112. § 4. Des installations électriques alimentées par des raccordements distincts ne peuvent jamais être reliées entre elles, sauf autorisation préalable du gestionnaire du réseau de transport local ou convention explicite dans le contrat de raccordement avec précision des modalités. Art. 52. § 1er. Le gestionnaire du réseau détermine les spécifications techniques fonctionnelles minimales à mettre en œuvre en ce qui concerne les installations de l’utilisateur du réseau, afin d’assurer la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau. Les exigences fonctionnelles minimales portent sur : 1° les performances des installations de l’utilisateur du réseau de transport local au droit du point d’interface en terme de : a) puissances de court-circuit monophasées et triphasées maximales que l’installation de l’utilisateur du réseau de transport local est susceptible d’injecter dans le réseau de transport local; b) délai maximum d’élimination du courant de défaut par les protections principales et de réserve; c) régime du neutre des installations de l’utilisateur du réseau de transport local (mise à la terre, impédances incorporées, couplages des transformateurs); d) niveaux maximum autorisés d’émission de perturbations injectées dans le réseau de transport local par l’installation de l’utilisateur du réseau de transport local; 2° les caractéristiques techniques des installations de l’utilisateur du réseau de transport local raccordées au niveau de tension du point d’interface ou, à défaut de telles installations de l’utilisateur par exemple lorsque les installations de l’utilisateur du réseau de transport local débutent par une transformation de tension, les caractéristiques techniques des installations de l’utilisateur du réseau de transport local raccordées au premier niveau de tension directement relié au niveau de tension du point d’interface par une transformation simple, en terme de : a) niveau d’isolement; b) courant de court circuit de dimensionnement; c) pouvoir de coupure des disjoncteurs. 3° d’une fac¸ on générale sur tout équipement susceptible d’influencer significativement la qualité de la tension ou d’induire des perturbations dans le réseau de transport local. 4° les moyens de télécommunication à installer chez l’utilisateur du réseau de transport local; 5° après concertation avec l’utilisateur de réseau de transport local. a) les verrouillages et les automatismes à installer chez l’utilisateur du réseau de transport local; b) les solutions techniques et les paramètres de réglage à mettre en oeuvre dans le cadre du code de sauvegarde et du code de reconstitution. § 2. Les exigences techniques, les paramètres de réglage et les autres dispositions visées au § 1er sont reprises dans le contrat de raccordement visé à l’article 112. § 3. Le Ministre, sur proposition du gestionnaire du réseau de transport local, complète la liste des exigences techniques et des paramètres de réglage déterminés au paragraphe premier du présent article. Art. 53. § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport local conviennent des aspects non couverts par le présent règlement et qui sont directement liés à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local : 1° le schéma unifilaire de la structure du réseau de l’utilisateur du réseau de transport local comprenant : a) les plans de tension des installations de l’utilisateur de réseau de transport local contenant le ou les points d’interface; b) toutes les connexions possibles entre les différents raccordements, y compris les transformateurs, ainsi que celles aux éventuelles installations de production;

39593


39594

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD c) toutes les éventuelles installations de compensation d’énergie réactive; d) pour les transformateurs pouvant interconnecter différents raccordements, la définition de leur couplage, de leurs tensions nominales et des éventuels plots de réglage; e) tous les équipements raccordés à ces plans de tension susceptibles d’engendrer des perturbations; 2° les éventuels ré-enclenchements automatiques prévus pour les lignes aériennes; 3° les modes d’exploitation (raccordement principal et de secours). § 2. En cas de modification de la situation du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local peut requérir de l’utilisateur du réseau de transport local qu’il apporte les adaptations nécessaires aux protections dans ses installations, afin de continuer à maintenir leur sélectivité. Le coût de ces adaptations est pris en charge par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 54. L’utilisateur du réseau de transport local communique d’initiative au gestionnaire du réseau de transport local toutes les informations relatives à ses installations qui ont un impact sur la qualité, la fiabilité et l’efficacité du système électrique dont notamment : 1° les caractéristiques des équipements de compensation situés dans les installations de l’utilisateur du réseau de transport local; 2° l’apport de puissance de court-circuit des équipements de l’utilisateur du réseau de transport local ou, à défaut, la puissance totale des moteurs installés dans les installations de l’utilisateur du réseau de transport local, ou, à défaut le pourcentage de la charge de l’utilisateur utilisée pour l’alimentation des moteurs à courant alternatif. Art. 55. Les exigences techniques et les paramètres de réglage visés aux articles 49 à 54 poursuivent notamment les objectifs suivants : 1° contribuer de manière non discriminatoire à ce que les conditions d’exploitation du réseau de transport local applicables ou planifiées au point de raccordement soient suffisantes pour accepter les installations de raccordement, les installations de l’utilisateur du réseau de transport local et, le cas échéant, une extension du réseau de transport local sans porter préjudice au bon fonctionnement des installations d’autres utilisateurs ou du réseau de transport local et sans rétroactions préjudiciables (notamment stabilité, harmoniques, inter harmoniques, déséquilibre, flicker, variations rapides de tension, courant de court-circuit apporté) aux installations d’autres utilisateurs ou au réseau de transport local; 2° promouvoir de manière non discriminatoire le développement harmonieux du réseau de transport local. Sous-section 3. — Dispositions spécifiques aux installations de raccordement er

Art. 56. § 1 . Dans le cas d’installations de raccordement qui sont établies sur un terrain dont le gestionnaire du réseau de transport local n’a pas la propriété et dont l’utilisateur du réseau de transport local a au moins la jouissance, l’utilisateur du réseau de transport local : 1° met à la disposition du gestionnaire du réseau de transport local un espace qui répond aux besoins de celui-ci et dont les modalités sont déterminées de commun accord; 2° veille à ce que ces installations de raccordement soient, à tout moment, accessibles au gestionnaire du réseau de transport local; 3° prend toutes les dispositions qu’on peut raisonnablement attendre de lui afin de prévenir tout dommage au réseau de transport local, aux installations de raccordement et/ou aux installations d’un autre utilisateur du réseau de transport local; 4° lorsque c’est techniquement possible et économiquement justifié dans une approche globale, veille à ce que le gestionnaire du réseau de transport local ait le droit et la possibilité d’installer des équipements de raccordement complémentaires ou supplémentaires pour cet utilisateur ou un autre utilisateur en application de l’article 102, lors d’une période planifiée d’un commun accord, sans excéder un délai raisonnable; 5° veille à ce que le gestionnaire du réseau de transport local ait le droit et la possibilité de remplacer à tout moment tout ou partie des équipements de raccordement dont il est propriétaire lors d’une période planifiée d’un commun accord, sans excéder un délai raisonnable; 6° veille, à tout moment, à ce qu’il ne soit pas porté atteinte aux droits, y compris de propriété ou de jouissance, d’accès et de contrôle effectif du gestionnaire du réseau de transport local sur tout ou partie des installations de raccordement. § 2. Les modalités d’exécution des obligations mentionnées au § 1er sont déterminées au contrat de raccordement. Sous-section 4. — Identification des équipements er

Art. 57. § 1 . Tout équipement faisant partie des installations de raccordement est identifié suivant une codification établie par le gestionnaire du réseau de transport local. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau concerné conviennent, parmi les équipements qui font partie des installations de l’utilisateur du réseau de transport local, de ceux qui doivent être identifiés suivant la codification établie par le gestionnaire du réseau de transport local. Cette disposition vise essentiellement les équipements repris à l’article 53. Art. 58. Les équipements visés aux articles 57 et 58 sont munis d’une plaque d’identification indiquant clairement la codification de l’équipement. Section 3. — Prescriptions techniques complémentaires pour le raccordement de charges Art. 59. § 1er. Après notification à l’utilisateur du réseau de transport local et sauf correction immédiate de sa part, le gestionnaire du réseau de transport local est autorisé à mettre en œuvre les moyens techniques requis pour la compensation d’énergie réactive ou, plus généralement, pour la compensation de tout phénomène perturbateur, lorsque l’installation d’un utilisateur du réseau de transport local raccordée au réseau de transport local : 1° donne lieu à un prélèvement additionnel d’énergie réactive, tel que définie à l’article 164, ou 2° perturbe la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local motive cette décision et la notifie à l’utilisateur du réseau concerné.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 4. — Prescriptions techniques complémentaires pour le raccordement d’unités de production Sous-section 1re. — Généralités Art. 60. Lorsque plusieurs unités de production sont raccordées en un même point de raccordement, les prescrits du présent règlement valent pour chacune de ces unités de production séparément. Sous-section 2. — Prescriptions techniques particulières pour le raccordement des unités de production d’électricité verte, des unités qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations, ainsi que des unités de production décentralisées Art. 61. Les raccordements des unités de production qui utilisent des sources d’énergie renouvelables, des unités de cogénération de qualité et/ou à haut rendement, de celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels ainsi que des unités de production décentralisées, répondent pour les aspects techniques, à des prescriptions élaborées par le gestionnaire du réseau de transport local sur la base des prescriptions techniques Synergrid C 10/11 intitulées « Prescriptions techniques spécifiques de raccordement d’installations de production décentralisées fonctionnant en parallèle sur le réseau de distribution » ou de toute autre prescription technique au moins équivalente. Les prescriptions techniques élaborées par le gestionnaire du réseau de transport local sont transmises à la CWaPE selon les modalités de l’article 6. Sous-section 3. — Conditions de fonctionnement er

Art. 62. § 1 . Une unité de production doit pouvoir fonctionner en mode synchrone avec le réseau : 1° sans limite dans le temps si la fréquence du réseau est comprise entre 48.5 Hz et 51 Hz; et 2° pendant un temps déterminé de commun accord entre l’utilisateur du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport local si la fréquence du réseau est comprise entre 48 Hz et 48.5 Hz ainsi qu’entre 51 Hz et 52.5 Hz. § 2. La consigne du relais de fréquence provoquant l’îlotage d’une unité de production ne peut pas être activée aussi longtemps que la fréquence du réseau est égale ou supérieure à 48 Hz, sauf stipulation contraire au contrat de raccordement. Art. 63. Une unité de production doit pouvoir fonctionner en mode synchrone avec le réseau sans limite dans le temps, dans la plage hachurée du diagramme fréquence-delta U ci-après, dans lequel le delta U se réfère à l’écart de la tension aux bornes du générateur et est exprimé en pourcentage par rapport à la tension nominale du générateur.

Art. 64. § 1er. Une unité de production doit, sauf stipulation contraire au contrat de raccordement : 1° pouvoir fonctionner dans l’entièreté de son domaine de fonctionnement en mode synchrone avec le réseau, lorsque la tension au point de raccordement, exprimée en pourcentage de la tension nominale en ce point, reste, durant un creux de tension d’amplitude limitée, dans la plage hachurée du diagramme ci-après;

39595


39596

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 2° pouvoir fonctionner dans l’entièreté de son domaine de fonctionnement en mode synchrone avec le réseau, lorsque la tension au point de raccordement, exprimée en pourcentage de la tension nominale en ce point, reste, durant un creux de tension d’amplitude importante, dans la plage hachurée du diagramme ci-après.

§ 2. Par dérogation au § 1er, la tension à prendre en compte pour les unités de production locales est la tension à la sortie de l’unité de production locale. § 3. Par dérogation au § 1er, des prescriptions spécifiques sont précisées de manière objective, transparente et non discriminatoire par le gestionnaire du réseau de transport local pour les générateurs asynchrones, pour les installations qui utilisent des sources d’énergie renouvelables et de cogénération et pour celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels. Celles-ci sont transmises à la CWaPE selon les modalités de l’article 6. Art. 65. Lors d’une variation brusque ou d’une déviation importante de la fréquence, aucun dispositif d’une unité de production ne peut contrecarrer l’action du réglage primaire de la fréquence, tel que prévu au présent règlement. Sous-section 4. — Protections Art. 66. Le gestionnaire du réseau de transport local installe un disjoncteur du côté haute tension du raccordement dont le pouvoir de coupure est supérieur ou égal à la valeur standardisée (exprimée en kA) établie par plan de tension à l’annexe 1re. Art. 67. Le courant de court-circuit monophasé ne peut dépasser le courant de court-circuit triphasé. Sous-section 5. — Spécifications pour production d’énergie réactive Art. 68. Toute unité de production dont la puissance active P1, telle que définie à l’article 73, est supérieure ou égale à 25 MW est une unité de production réglante indépendamment du niveau de tension du point de raccordement. Art. 69. Indépendamment d’autres spécifications précisées dans le présent règlement, toute unité de production réglante doit être capable d’adapter de manière automatique et à la première demande du gestionnaire du réseau de transport local, sans délai, sa fourniture de puissance réactive lors de variations lentes (à l’échelle de minutes) et brusques (à l’échelle d’une fraction de seconde) de la tension. Art. 70. Toute unité de production non réglante doit être capable d’adapter sa fourniture de puissance réactive en fonction des besoins du réseau de transport local, au minimum par une commutation de sa production de puissance réactive entre deux niveaux convenus entre le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local concerné. Art. 71. § 1er. Pour toute valeur de la puissance active susceptible d’être injectée sur le réseau de transport local comprise entre le minimum technique et la puissance maximale de raccordement, à la tension normale d’exploitation, l’unité de production réglante doit pouvoir respectivement absorber ou fournir, au point de raccordement, une puissance réactive comprise entre a minima, -0.1 P1 et 0.45 P1. § 2. Pour toute tension au point de raccordement comprise entre 0.9 et 1.05 fois la tension normale d’exploitation, l’unité de production réglante doit avoir les mêmes possibilités, exception faite lors d’une limitation due aux limitations sur la tension du générateur ou sur le courant statorique du générateur. Une limitation éventuelle sur le courant statorique ne peut pas intervenir dans le réglage rapide de la tension. Les limitations sur la tension aux bornes du générateur doivent respecter les règles décrites aux articles 63 et 64. § 3. Par dérogation aux dispositions des §§ 1er et 2, la tension, la puissance active et réactive dont il faut tenir compte pour les unités de production locales sont la tension, la puissance active et réactive à la sortie de l’unité de production locale. Art. 72. § 1er. Le régulateur de tension d’une unité de production réglante est pourvu d’un limiteur de surexcitation et d’un limiteur de sous-excitation. Ceux-ci agissent de fac¸ on automatique et seulement si la puissance réactive est en dehors de l’intervalle comme déterminé par application de l’article 71. § 2. La sortie du fonctionnement en limitation de sur-excitation ou de sous-excitation est automatique et laisse à nouveau agir le réglage primaire de la tension dès que la tension au point de raccordement est revenue dans la plage décrite à l’article 71. Art. 73. A l’intérieur du domaine de fonctionnement lors de variations lentes de tension Unet au point de raccordement, chaque unité de production réglante doit pouvoir adapter de manière automatique sa production réactive Qnet de telle sorte que le coefficient de sensibilité relative áeq soit compris entre 18 et 25,

Où : Qnet désigne la puissance réactive mesurée du côté haute tension du transformateur élévateur; P1 désigne la puissance active de l’unité de production définie au contrat de raccordement et qui détermine la fourniture continue maximale de puissance active autorisée dans le réseau.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Unet désigne la tension mesurée du côté haute tension du transformateur élévateur; Unorm.exp désigne la tension normale d’exploitation (la tension moyenne autour de laquelle le réseau de transport local est exploité). Art. 74. Si une unité de production non réglante est munie d’une régulation destinée à respecter une consigne de production de puissance réactive, celle-ci doit être lente vis-à-vis du réglage primaire de tension des unités réglantes (dont l’action produit ses effets à l’échelle des secondes) et rapide vis-à-vis de la dynamique des changeurs de prise de transformateurs commandés par un automate (agissant à l’échelle des dizaines de secondes à minutes), de manière à éviter des oscillations dans le système électrique. La constante de temps en boucle fermée de cette régulation doit être réglable, au minimum, entre 10 et 30 secondes. Sous-section 6. — Autres dispositions Art. 75. L’utilisateur du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport local conviennent, en ce qui concerne les aspects non couverts par le présent règlement et qui sont directement liés à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local, des exigences techniques minimales et des paramètres de réglage à adopter en ce qui concerne les installations de l’utilisateur du réseau de transport local, dont en particulier : 1° le domaine de fonctionnement du générateur dans le plan actif-réactif en fonction de la tension d’exploitation; 2° l’adaptation du régulateur turbine à l’îlotage de l’unité de production (capacité et moment de l’îlotage); 3° la plage de réglage du gain du régulateur de vitesse; 4° le statisme réactif; 5° la stabilité statique et dynamique; 6° la résistance aux creux de tension du générateur et des équipements auxiliaires; 7° le plafond d’excitation; 8° la synchronisation au réseau en exploitation normale et exceptionnelle; 9° la capacité de l’unité de production de fournir des services auxiliaires; 10° pour les ensembles de production comprenant plusieurs unités de production avec auxiliaires communs et unités de production à cycle combiné, la possibilité de pannes de mode commun (y compris le contrôle-commande); 11° le Power System Stabiliser (PSS); 12° le transformateur élévateur (puissance, rapport de transformation, tension de court-circuit, mise à la terre du point neutre, limitation du courant de court-circuit monophasé). § 2. Les exigences techniques minimales, les paramètres de réglage et les autres dispositions visées au § 1er sont repris dans le contrat de raccordement. Section 5. — Spécifications pour fourniture d’un service auxiliaire Art. 76. Le gestionnaire du réseau de transport local précise au contrat de raccordement des spécifications techniques additionnelles, par rapport aux spécifications techniques générales énoncées à la Section 4 du présent Chapitre, pour qu’une unité de production soit autorisée à fournir un service auxiliaire au réseau de transport local. Art. 77. § 1er. Pour pouvoir fournir le service auxiliaire de réglage primaire de la fréquence, une unité de production doit être munie d’un régulateur de vitesse automatique. § 2. Pour pouvoir fournir le service auxiliaire de réglage de la puissance réactive et de la tension, une unité de production doit être réglante ou non réglante. CHAPITRE II. — Demande d’étude d’orientation pour un raccordement au réseau de transport local Section 1re. — Mesures de confidentialité pour les unités de production Art. 78. Le gestionnaire du réseau de transport local ne peut utiliser, pour les contacts avec les producteurs raccordés à son réseau ou souhaitant s’y raccorder, que son propre personnel ou un expert indépendant des producteurs, des responsables d’équilibre, des détenteurs de licence de fourniture et des intermédiaires. Il en est de même pour la réalisation d’études et la préparation de contrats. Section 2. — Introduction de la demande d’étude d’orientation Art. 79. Toute personne intéressée, y compris tout utilisateur du réseau de transport local, peut introduire auprès du gestionnaire du réseau de transport local une demande d’étude d’orientation concernant respectivement : 1° un nouveau raccordement pourvu qu’il rentre dans les critères de puissance prévus par l’article 51 du règlement technique de distribution; 2° l’adaptation d’un raccordement existant, de ses installations et/ou de leurs modes d’exploitation. Art. 80. La demande d’étude d’orientation est matérialisée par un formulaire de demande d’étude d’orientation, contient les informations suivantes : 1° l’identité et les coordonnées du demandeur d’étude et, s’il s’agit d’une société, la raison sociale et la dénomination, la forme juridique et le siège social ainsi que les documents attestant les pouvoirs des signataires de la demande; 2° la localisation géographique et la puissance du raccordement projeté; 3° les données techniques générales et les paramètres technologiques; 4° son engagement de payer le tarif lié à l’étude d’orientation. Le demandeur informe spontanément le gestionnaire du réseau de transport local s’il envisage d’augmenter ultérieurement la puissance de ses installations. Art. 81. Le gestionnaire du réseau de transport local met à la disposition de toute personne intéressée, sur demande écrite, le formulaire de demande d’étude d’orientation visé à l’article 80.

39597


39598

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 82. § 1er. Le demandeur d’étude identifie dans sa demande les informations commercialement sensibles qu’il considère, le cas échéant, comme confidentielles. § 2. Le demandeur d’étude fait de même pour les informations complémentaires demandées par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 83. § 1er. Dans un délai de dix jours ouvrables suivant l’introduction de la demande d’étude d’orientation, le gestionnaire du réseau de transport local vérifie si la demande est complète. Si elle est incomplète, le gestionnaire du réseau de transport local signale au demandeur d’étude les informations ou documents qui font défaut et lui accorde un délai pour compléter sa demande. Si elle est complète, il envoie un accusé de réception. § 2. Si le gestionnaire du réseau de transport local estime que la demande d’étude d’orientation est manifestement déraisonnable au regard de la sécurité, de la fiabilité et de l’efficacité du réseau de transport local, il le notifie et le motive au demandeur dans le même délai. Section 3. — Examen de la demande d’étude d’orientation Art. 84. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local examine la demande d’étude d’orientation et l’évalue, de manière non discriminatoire, eu égard notamment : 1° au maintien de l’intégrité, de la sécurité, de la fiabilité et de l’efficacité du réseau de transport local; 2° au bon fonctionnement par rapport à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité des installations des autres utilisateurs du réseau de transport local; 3° au développement harmonieux du réseau de transport local; 4° aux raccordements déjà existants et aux réservations existantes de capacités; 5° au respect des dispositions du décret, de ses arrêtés d’exécution et des articles 51 et 52 du règlement technique de distribution; 6° au respect du droit de l’environnement et de l’aménagement du territoire; 7° au maintien d’une capacité de transport nécessaire à l’approvisionnement des besoins futurs liés à des obligations de service public selon les dispositions légales; 8° à la priorité à donner aux installations de production utilisant des sources d’énergie renouvelables et aux unités de cogénération de qualité et/ou à haut rendement et à celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels. Les études d’orientation concernant ces installations sont traitées prioritairement par rapport aux autres demandes pendantes auprès du gestionnaire du réseau de transport local. § 2. L’évaluation peut porter sur d’autres points déterminés d’un commun accord par le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur d’étude d’orientation. Art. 85. Le gestionnaire du réseau de transport local peut, à tout moment, demander au demandeur d’étude d’orientation de lui communiquer dans un délai de dix jours ouvrables des données complémentaires nécessaires aux fins d’examiner la demande d’étude d’orientation. Art. 86. L’introduction d’une demande d’étude d’orientation ne fait naître aucune obligation dans le chef du gestionnaire du réseau de transport local de déterminer ou d’attribuer une réservation de capacité. Section 4. — Etude d’orientation Art. 87. § 1er. Dans les meilleurs délais mais au plus tard dans les 30 jours ouvrables suivant l’introduction de la demande d’étude d’orientation, sous réserve de l’extension de ce délai suite à l’application éventuelle de l’article 83, le gestionnaire du réseau de transport local notifie au demandeur le résultat de son étude d’orientation contenant les informations techniques décrites ci-après à l’article 88 ou toutes autres à convenir. § 2. Lorsqu’une demande ne peut être traitée dans le délai prévu au § 1er en raison de l’application de l’article 84, § 1er, 8°, ce délai est porté à 60 jours ouvrables. § 3. Les délais visés dans cet article peuvent être prolongés d’un commun accord des parties concernées. § 4. L’étude d’orientation ne préjuge pas des options finales qui seront prises dans l’éventuel contrat de raccordement. Art. 88. Les informations techniques contiennent au moins les éléments suivants : 1° un schéma du raccordement ou de l’adaptation projetée; 2° le cas échéant, les contraintes spécifiques (techniques, légales ou autres) liées à la localisation du raccordement ou de l’adaptation projetée; 3° le cas échéant, les éléments nécessaires pour la mise en conformité des installations de raccordement et des installations de l’utilisateur du réseau de transport local ou des adaptations projetées en vertu du décret et ses arrêtés d’exécution; 4° le cas échéant, l’indication de la nécessité de procéder à une étude concernant des appareils de filtrage et/ou compensation et/ou une étude concernant l’influence sur la stabilité du réseau de transport local; 5° le cas échéant, une évaluation indicative des éventuels renforcements à apporter au réseau de transport local pour le raccordement ou l’adaptation projetée et une évaluation indicative de la durée normale requise à cet effet; 6° une évaluation indicative des délais pour la réalisation des travaux de raccordement ou d’adaptation projetés; 7° une estimation indicative des coûts pour la réalisation des travaux de raccordement ou d’adaptation projetés. Art. 89. Le gestionnaire du réseau de transport local peut refuser, en tout ou en partie, la demande de fournir tout ou partie des informations techniques visées à l’article 88 lorsque le demandeur d’étude d’orientation n’a pas fourni, dans les délais raisonnables, les données complémentaires requises par le gestionnaire du réseau de transport local pour mener à bien son étude.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 90. Dans les cas visés à l’article 89, le gestionnaire du réseau de transport local notifie au demandeur d’étude d’orientation son refus motivé. CHAPITRE III. — Modification mineure Art. 91. A l’occasion d’un projet — de modification, qu’il juge mineure, des installations de raccordement ou de leurs mode d’exploitation; — de modification des installations de l’utilisateur ou de leurs modes d’exploitation, modification jugée mineure mais susceptible d’avoir un impact sur la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local, l’utilisateur du réseau de transport local notifie au gestionnaire du réseau de transport local les modifications projetées et les raisons pour lesquelles il les estime mineures. Art. 92. Le gestionnaire du réseau de transport local examine la notification visée à l’article 91, apprécie et, le cas échéant, confirme le caractère mineur de la modification. Art. 93. § 1er. Suite à l’examen visé à l’article 92, le gestionnaire du réseau de transport local peut : 1° approuver les modifications projetées sans autres formalités; 2° proposer la conclusion d’un avenant au contrat de raccordement; 3° proposer que, en l’absence de caractère mineur de la modification, la modification s’effectue dans le respect de la procédure prévue au Chapitre IV du présent Titre. § 2. La conclusion d’un avenant tel que visé au § 1er, 2° ne dispense pas le demandeur de raccordement d’obtenir une notification de la conformité du raccordement conformément au Chapitre V du présent Titre. CHAPITRE IV. — Demande de raccordement re

Section 1 . — Introduction de la demande de raccordement avec l’étude de détail Art. 94. Toute personne intéressée, y compris tout utilisateur du réseau de transport local, peut introduire auprès du gestionnaire du réseau de transport local une demande de raccordement, laquelle inclut l’étude de détail pour : 1° un nouveau raccordement projeté pour autant qu’il reste dans les critères de puissance prévus par l’article 51 du règlement technique de distribution; 2° une modification projetée d’un raccordement existant; 3° une modification projetée des installations de l’utilisateur du réseau de transport local et/ou de leur mode d’exploitation susceptible d’avoir un impact sur la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local. Art. 95. La demande de raccordement contient les informations suivantes, reprises dans le formulaire de demande de raccordement, dûment complété : 1° l’identité et les coordonnées du demandeur de raccordement et, s’il s’agit d’une société, la raison sociale et la dénomination, la forme juridique, le siège social, ainsi que les documents attestant des pouvoirs des signataires de la demande; 2° la localisation géographique, la puissance et les caractéristiques détaillées et techniques du raccordement projeté et/ou des installations à raccorder au réseau de transport local; 3° son engagement à payer le tarif applicable à l’étude de détail en vue de nouveaux équipements de raccordement ou en vue de l’adaptation d’équipements de raccordement existants, sauf si la demande a déjà été introduite une première fois, n’a pas donné lieu à la conclusion d’un contrat en fonction de l’article 110, et pour autant qu’il n’y ait pas eu de modifications au réseau ayant une incidence sur les conditions de raccordement. Le demandeur informe spontanément le gestionnaire du réseau de transport local s’il envisage d’augmenter ultérieurement la puissance de ses installations. Art. 96. Le demandeur de raccordement identifie dans sa demande de raccordement les informations commercialement sensibles qu’il considère comme confidentielles. Le demandeur de raccordement fait de même pour les informations complémentaires demandées, le cas échéant, par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 97. Dans un délai de dix jours ouvrables suivant l’introduction de la demande de raccordement, le gestionnaire du réseau de transport local vérifie si la demande est complète. Si elle est incomplète, le gestionnaire du réseau de transport local signale au demandeur de raccordement les informations ou documents qui font défaut et lui accorde un délai pour compléter sa demande. Si elle est complète, il envoie un accusé de réception. Art. 98. Lorsque la demande de raccordement est complète, le gestionnaire du réseau de transport local attribue au demandeur de raccordement, sans préjudice de l’article 99, une réservation de capacité en tenant compte de la capacité demandée et de la localisation du raccordement. Art. 99. Par dérogation à l’article 98, l’attribution d’une capacité dans le cadre d’une demande de raccordement faite pour une unité de production et jusqu’à la notification du projet de raccordement visé à l’article 107 s’effectue moyennant, le cas échéant, la fourniture de la preuve par le demandeur de raccordement d’une déclaration préalable ou d’une autorisation de production d’électricité conformément à la législation ou réglementation en vigueur. Section 2. — Examen de la demande de raccordement er

Art. 100. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local examine la demande de raccordement et l’évalue, de manière non discriminatoire, eu égard notamment : 1° au maintien de l’intégrité, de la sécurité, de la fiabilité et de l’efficacité du réseau de transport local; 2° au bon fonctionnement du réseau de transport local par rapport à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité des installations des autres utilisateurs du réseau de transport local; 3° à la nécessité de promouvoir de manière non discriminatoire le développement harmonieux du réseau de transport local; 4° aux raccordements déjà existants et des réservations existantes de capacités d’injection ou de prélèvement; 5° au respect des dispositions du décret et de ses arrêtés d’exécution ainsi que des articles 51 et 52 du règlement technique de distribution;

39599


39600

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD 6° au respect du droit de l’environnement et de l’aménagement du territoire; 7° au maintien d’une capacité de transport nécessaire à l’approvisionnement des besoins futurs liés à des obligations de service public; 8° à la priorité à donner aux installations de production utilisant des sources d’énergie renouvelables et aux unités de cogénération de qualité et/ou à haut rendement et à celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels. Les demandes de raccordement concernant ces installations sont traitées prioritairement par rapport aux autres demandes de raccordement pendantes auprès du gestionnaire du réseau de transport local. Cette priorité vaut également pour les réservations de capacité. § 2. Dans l’examen de la demande de raccordement et dans la proposition de raccordement, le gestionnaire du réseau de transport local agira toujours en veillant à l’intérêt technique et économique du demandeur, sans préjudice de l’intérêt global des autres utilisateurs du réseau de transport local et sans que cela ne donne le droit au demandeur d’exiger un mode de raccordement plus favorable que celui prévu par l’article 51 du règlement technique distribution. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local notifie à l’utilisateur le résultat de l’évaluation de sa demande de raccordement. Art. 101. Le gestionnaire du réseau de transport local peut, à tout moment, demander au demandeur de raccordement de lui communiquer dans un délai raisonnable des données complémentaires nécessaires aux fins d’examiner la demande de raccordement. Section 3. — Cession de capacité Art. 102. Un demandeur de raccordement peut utiliser les installations de raccordement existantes, dont la capacité n’est pas épuisée, pour autant que l’utilisateur du réseau de transport local déjà raccordé au réseau de transport local par ses installations accepte de céder au demandeur de raccordement ou au gestionnaire du réseau de transport local une partie ou l’entièreté de la capacité pour laquelle il détient des droits. Art. 103. § 1er. En vue d’assurer la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local, l’utilisateur du réseau de transport local déjà raccordé doit, lorsqu’il rec¸ oit une demande visée à l’article 102 d’un demandeur de raccordement ou du gestionnaire du réseau de transport local, d’abord faire offre au gestionnaire du réseau de transport local d’acquérir la capacité de raccordement disponible et non utilisée aux mêmes termes et conditions commerciales que ce qui est offert au demandeur du raccordement. § 2. Pour les rachats, fusions et restructurations de sociétés appartenant à un même groupe comme visé conformément à l’article 11 du Code des Sociétés, le § 1er n’est pas d’application. Art. 104. Le gestionnaire du réseau de transport local dispose de vingt jours ouvrables pour accepter ou refuser l’offre de capacité précisée à l’article 103. Il notifie sa décision à l’utilisateur du réseau de transport local déjà raccordé au plus tard à l’expiration du délai précité. Section 4. — Phase technique d’étude de détail er

Art. 105. § 1 . Dans les meilleurs délais mais au plus tard dans les vingt jours ouvrables suivant la réception de la demande dûment complétée le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur de raccordement examinent ensemble les informations techniques fournies par le demandeur de raccordement dans sa demande de raccordement. § 2. Dans les meilleurs délais mais au plus tard dans les cinquante jours ouvrables suivant la réception de la demande dûment complétée, le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur de raccordement concluent un accord sur les solutions techniques pour le raccordement. Ces délais peuvent être portés à 65 jours ouvrables s’il n’y a pas eu d’étude d’orientation. § 3. Lorsqu’une demande ne peut être traitée dans les délais visés aux §§ 1er et 2 en raison de l’application de l’article 100, § 1er, 8°, ces délais peuvent être portés à quarante jours ouvrables pour le § 1er et à cent jours ouvrables pour le § 2. § 4. Les délais visés à la présente section peuvent être prolongés de commun accord entre le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur de raccordement, qui en informeront la CWaPE, si la complexité de la demande de raccordement ou les circonstances, et notamment les périodes de congé ou les accumulations de demandes l’exigent. La réservation de capacité visée à l’article 88 peut être maintenue tant qu’aucune autre demande n’a été introduite. Art. 106. A défaut de solutions techniques conformes à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local, dans le délai visé à l’article 105, § 2, la procédure de raccordement prend fin sans conclusion d’un contrat de raccordement et entraîne l’annulation de la réservation de capacité visée à l’article 98. Section 5. — Projet de raccordement Art. 107. Au plus tard dans les 10 jours ouvrables suivant la conclusion de l’accord sur les solutions techniques pour le raccordement, le gestionnaire du réseau de transport local notifie au demandeur de raccordement un projet d’un contrat de raccordement. Art. 108. Le délai visé à l’article 107 peut être prolongé de commun accord entre le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur du raccordement, qui en informeront la CWaPE, si la complexité de la demande de raccordement et/ou le nombre de variantes à étudier l’exigent. La réservation de capacité peut être maintenue tant qu’aucune autre demande n’a été introduite. Section 6. — Contrat de raccordement er

Art. 109. § 1 . Au plus tard dans les 20 jours ouvrables suivant la notification du projet de contrat de raccordement visé à l’article 107, le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur de raccordement concluent le contrat de raccordement selon les modalités visées à la présente section. § 2. Le contrat de raccordement peut contenir une condition suspensive liée à l’obtention des permis ou autorisations concernant les installations pour lesquelles la procédure administrative est en cours; la CWaPE en est alors informée. Si le gestionnaire du réseau de transport local refuse une telle condition suspensive, il communique les motifs de sa décision au demandeur et à la CWaPE. Art. 110. § 1er. A défaut d’un contrat de raccordement dans le délai visé à l’article 109, la procédure de raccordement prend fin. Le gestionnaire du réseau de transport local prévient le demandeur dix jours ouvrables avant l’expiration de ce délai et informe la CWaPE en cas de caducité de la demande de raccordement.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 2. Sur demandes motivées, le demandeur peut obtenir des prolongations du délai visé à l’article 109, § 1er, de maximum 20 jours chacune, avec maintien de la réservation de capacité tant qu’aucune autre demande n’a été introduite. Art. 111. La non conclusion d’un contrat de raccordement dans le délai visé à l’article 109 entraîne l’annulation de la réservation de capacité visée à l’article 98 et ne donne aucunement lieu au remboursement du tarif visé à l’article 95, 5°. Art. 112. § 1er. Le contrat de raccordement contient au moins les éléments suivants : 1° les conditions générales relatives à : a) la preuve de la solvabilité financière du cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; b) les modalités pour le recouvrement par ou pour le gestionnaire du réseau de transport local des impayés éventuels du cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; c) les modalités de paiement, termes et délais concernant les factures adressées au cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; d) les dispositions relatives à la confidentialité des informations commerciales relatives au cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; e) le règlement des litiges, y compris le cas échéant, les clauses de conciliation et d’arbitrage; f) les dispositions générales à prendre en cas de situation d’urgence par le cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; g) les modalités et les conditions de résiliation et de suspension du contrat de raccordement conformément au présent règlement; h) les modalités de retrait temporaire de conformité et les périodes maximales de retrait en cas d’application des mesures prévues à l’article 134; i) la procédure et les modalités prévues en article 137; j) la condition suspensive prévue à l’article 116; 2° les conditions particulières notamment relatives à : a) l’identité et les coordonnées des parties ainsi que celles de leurs représentants respectifs; b) la durée du contrat de raccordement; c) les garanties financières à fournir par le cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; d) l’identification du raccordement (code EAN) et notamment sa localisation géographique et sa tension nominale; e) la puissance apparente maximale du raccordement; f) le schéma de raccordement et les modes d’exploitation du raccordement; g) l’identification des installations de raccordement; h) les modalités relatives à la conformité des installations de raccordement et des installations du cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; i) les dispositions relatives aux droits de propriété et d’utilisation du raccordement; j) les dispositions et spécifications minimales à respecter par le cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local et/ou ses installations notamment en matière de caractéristiques techniques, de mesures et comptages, de changements de modes d’exploitation, d’entretien, de fonctionnalités des protections, la sécurité des biens et des personnes; k) les dispositions concernant l’accès des personnes aux installations de raccordement et aux installations du cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; l) la possibilité et les modalités de modification ou d’interruption de la puissance sur le point d’injection et/ou de prélèvement; m) le cas échéant, les dispositions spécifiques prises par le cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local pour assurer l’insensibilité de ses installations aux creux de tension; n) le cas échéant, les dispositions spécifiques relatives à la qualité; o) le cas échéant, les dispositions spécifiques concernant la fourniture de services auxiliaires par le cocontractant du gestionnaire du réseau de transport local; p) les modalités et les délais pour la réalisation du raccordement; 3° pour les demandes visées à l’article 94, 1° et 2°, un document valant preuve que le candidat utilisateur du réseau de transport local dispose ou disposera, en propriété ou en jouissance, de tous les droits relatifs à la gestion, l’utilisation, le renforcement et la cession des installations de raccordement projetées. § 2. La conclusion du contrat de raccordement n’empêche pas le gestionnaire du réseau de transport local, moyennant notification motivée et après en avoir informé la CWaPE, d’adapter, de manière transparente et non discriminatoire, les exigences techniques minimales et les fonctionnalités établies pour le plan de protection du raccordement, pour des raisons de sécurité, fiabilité et efficacité du réseau de transport local. Le coût de ces adaptations est pris en charge en premier stade par le gestionnaire du réseau de transport local qui peut les répercuter à une tierce partie responsable le cas échéant, sauf si elles résultent d’une modification des installations d’un utilisateur du réseau de transport local, auquel cas ce dernier prend en charge ces coûts. CHAPITRE V. — Réalisation et conformité du raccordement Section 1re. — Réalisation du raccordement Art. 113. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local et le demandeur de raccordement se chargent, chacun respectivement pour ses installations de raccordement, d’introduire les demandes nécessaires pour l’obtention des autorisations et des permis requis pour le raccordement. A cette fin, le demandeur de raccordement et le gestionnaire du réseau de transport local s’apportent toute l’aide nécessaire.

39601


39602

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local donne la priorité, par rapport aux autres travaux non urgents, aux raccordements des installations de cogénération de qualité et/ou à haut rendement, à des installations de production qui utilisent des sources d’énergie renouvelables ainsi qu’à celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels. Les travaux non urgents visés à cet article sont ceux dont le retardement ne provoque ni un danger pour les personnes, ni un dommage réel direct aux installations existantes. Section 2. — Conformité du raccordement Sous-section 1re. — Généralités Art. 114. Les essais de conformité sont mis en œuvre soit par le gestionnaire du réseau de transport local, soit par un organisme indépendant, désigné, le cas échéant, par le gestionnaire du réseau de transport local et en sa présence s’il en fait la demande. Art. 115. Les données techniques générales réelles contenues à l’annexe 3 du présent règlement sont notifiées au gestionnaire du réseau de transport local par l’utilisateur de réseau de transport local. Art. 116. § 1er. La condition suspensive relative à la conformité des installations du raccordement et des installations de l’utilisateur du réseau de transport local est réalisée lorsque cette conformité est constatée par la réalisation concluante des essais visés à l’article 114 et lorsque les données techniques générales visées à l’article 115 ont été notifiées au gestionnaire du réseau de transport local par l’utilisateur du réseau de transport local. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local notifie à l’utilisateur du réseau de transport local le résultat des essais visés à l’article 114 et, le cas échéant, la réalisation de la condition suspensive. Art. 117. Pour les unités de production décentralisées et standardisées, utilisant des sources d’énergie renouvelables ou de cogénération, de puissance inférieure ou égale à 25 MW, une procédure simplifiée est développée pour la recherche de conformité. Art. 118. Dans le cas où le raccordement n’est plus conforme aux prescriptions techniques de raccordement définie au chapitre Ier du présent titre, celui-ci peut être déconnecté du réseau de transport local, après mise en demeure fixant un délai raisonnable de remise en conformité et sur décision motivée du gestionnaire du réseau de transport local selon les dispositions du présent règlement et/ou des contrats conclu en vertu de celui-ci, avec le gestionnaire du réseau de transport local. La décision motivée du gestionnaire du réseau de transport local est transmise sans délais à la CWaPE. Sous-section 2. — Conformité pour la fourniture d’un ou de plusieurs services auxiliaires Art. 119. Au cas où les installations de raccordement et les installations de l’utilisateur du réseau de transport local sont conformes aux dispositions du présent règlement et du contrat de raccordement, et notamment aux spécifications pour fourniture de services auxiliaires visées à la Section 5 du Chapitre Ier du Titre III, l’utilisateur du réseau de transport local est autorisé à se proposer auprès du gestionnaire du réseau de transport local comme fournisseur de services auxiliaires. Art. 120. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local, après la réalisation d’essais concluants, notifie à l’utilisateur du réseau de transport local visé à l’article 119 qu’il est autorisé à se proposer auprès du gestionnaire du réseau de transport local comme fournisseur de services auxiliaires. § 2. Les essais visés au § 1er sont mis en œuvre soit par le gestionnaire du réseau de transport local, soit par un organisme indépendant, désigné, le cas échéant, par le gestionnaire du réseau de transport local et en sa présence s’il en fait la demande. Art. 121. Les premiers essais d’autorisation ainsi que les essais périodiques déterminés au contrat de raccordement et/ou ses avenants sont réalisés soit aux frais de l’utilisateur du réseau de transport local soit du gestionnaire du réseau de transport local selon les dispositions applicables. Section 3. — Registre interne de conformité des raccordements Art. 122. Le gestionnaire du réseau de transport local tient un registre interne de conformité des raccordements. Art. 123. Le gestionnaire du réseau de transport local identifie, pour chaque raccordement conforme, le raccordement concerné et l’utilisateur du réseau de transport local qui est connecté au réseau de transport local par ce raccordement. CHAPITRE VI. — Essais et contrôle des raccordements et des installations des utilisateurs du réseau de transport local Section 1re. — Essais réalisés par un utilisateur du réseau de transport local Art. 124. Un accord écrit préalable doit être obtenu du gestionnaire du réseau de transport local par tout utilisateur qui demande de mettre en œuvre des essais, soit sur ses installations, soit sur les installations de raccordement auquel il est raccordé, qui sont susceptibles d’influencer le réseau de transport local, les installations de raccordement ou les installations d’un autre utilisateur. Art. 125. § 1er. La demande d’autorisation visée à l’article 124 doit être notifiée au gestionnaire du réseau de transport local. La demande doit : 1° être motivée par l’utilisateur du réseau de transport local; 2° contenir au moins les informations techniques relatives aux essais demandés, leur nature, la procédure, le responsable des essais, leur calendrier et l’installation ou les installations à laquelle ou auxquelles les essais ont trait. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local examine l’objet de la demande par rapport à la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local et des installations des utilisateurs du réseau de transport local et se concerte, le cas échéant, avec le demandeur. § 3. A défaut de pouvoir autoriser les essais, le gestionnaire du réseau de transport local les refuse par décision motivée ou demande à l’utilisateur du réseau de transport local des informations complémentaires. La décision motivée du gestionnaire du réseau de transport local est transmise sans délais à la CWaPE. § 4. Le cas échéant, le gestionnaire du réseau de transport local autorise les essais demandés, leur procédure et leur programmation. Il en informe l’utilisateur du réseau de transport local qui souhaite mettre en œuvre ces essais et, autant que possible, les autres utilisateurs du réseau de transport local susceptibles d’être concernés. § 5. L’utilisateur du réseau de transport local informe le gestionnaire du réseau de transport local de l’état d’avancement des essais ainsi que de tout changement par rapport au programme des travaux.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD § 6. L’utilisateur du réseau de transport local qui souhaite mettre en œuvre des essais, y compris par le gestionnaire du réseau de transport local, est tenu au paiement des services prestés, y compris les équipements ou autres matériels utilisés dans le cadre de ces essais. Chaque partie assume la pleine et entière responsabilité des essais menés sous son autorité. Dans le cas des essais mis en œuvre soit par le gestionnaire du réseau de transport local, soit par un organisme indépendant, désigné par le gestionnaire du réseau de transport local, ce dernier s’assure de la réalisation de ces essais au moindre coût. Art. 126. Sans préjudice de l’accord donné par le gestionnaire du réseau de transport local conformément à l’article 125, l’utilisateur du réseau de transport local reste tenu de ses obligations prévues par et/ou en vertu du présent règlement et des contrats conclus en vertu de celui-ci. Section 2. — Essais réalisés par le gestionnaire du réseau de transport local à la demande d’un utilisateur du réseau de transport local en cas de perturbation électrique Art. 127. Sans préjudice du contrôle de conformité visé à la section 2 du chapitre V du présent titre, l’utilisateur du réseau de transport local qui présume ou constate des perturbations sur ses installations raccordées au réseau de transport local, est tenu d’informer le gestionnaire du réseau de transport local dans les plus brefs délais. Art. 128. § 1er. Dans le cas visé à l’article 127, le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local conviennent des essais à réaliser sur les installations raccordées au réseau de transport local de cet utilisateur de réseau de transport local et/ou sur toute autre installation sur laquelle ils estiment nécessaire d’effectuer des essais. § 2. A défaut d’accord, la décision appartient au gestionnaire du réseau de transport local qui est tenu d’agir de manière raisonnable et non discriminatoire. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local transmet à l’utilisateur du réseau de transport local concerné un rapport sur la réalisation des essais. Art. 129. § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local visé à l’article 127 est tenu au paiement des services prestés, y compris les équipements ou autres matériels utilisés dans le cadre des essais si le rapport visé à l’article 128, § 3, démontre qu’aucun manquement n’est à charge du gestionnaire du réseau de transport local, d’un autre utilisateur du réseau de transport local ou de toute autre personne. § 2. Lorsque le rapport démontre un manquement à charge d’une personne autre que l’utilisateur du réseau visé à l’article 127, cette personne est tenue au paiement des services prestés, y compris les équipements ou autres matériels utilisés dans le cadre de ces essais. Art. 130. La personne visée à l’article 129, § 2, apporte sans délai les modifications nécessaires aux installations si le rapport visé à l’article 128, § 3 démontre que l’installation de cette personne ne répond pas aux exigences du présent règlement ou des contrats conclus en vertu de celui-ci. Section 3. — Essais de conformité réalisés par le gestionnaire du réseau de transport local Art. 131. Pour des raisons liées à la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local peut à tout moment vérifier la conformité du raccordement et des installations d’un utilisateur du réseau de transport local aux dispositions du présent règlement et/ou du contrat de raccordement. A cette fin, le gestionnaire du réseau de transport local peut notamment : 1° obtenir sans délai de l’utilisateur du réseau de transport local les informations nécessaires à cet effet; 2° contrôler, sur place, le raccordement jusqu’au point d’interface et au moyen de mesures et/ou de comptages les installations de l’utilisateur du réseau de transport local; 3° demander à l’utilisateur du réseau de transport local de faire la preuve de la compétence technique du personnel affecté à l’entretien, au fonctionnement et à l’opération de ses installations relatives au(x) raccordement(s) concerné(s); 4° en cas de présomption de non respect de la conformité des installations de l’utilisateur du réseau de transport local, effectuer ou faire effectuer des essais sur ces installations. Art. 132. § 1er. Après concertation, le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local concerné conviennent d’une procédure, d’une programmation et des moyens à utiliser pour la réalisation des essais visés à l’article 131. § 2. A défaut d’accord, la décision appartient au gestionnaire du réseau de transport local qui est tenu d’agir de manière raisonnable et non discriminatoire. Il notifie et motive sa décision à l’utilisateur concerné. La décision motivée du gestionnaire du réseau de transport local est transmise sans délais à la CWaPE. Art. 133. § 1er. Les essais visés à l’article 131 sont réalisés aux frais de l’utilisateur du réseau de transport local. § 2. Le résultat de ces essais est transmis dans les meilleurs délais à l’utilisateur concerné. Si le résultat de ces essais fait état d’un fonctionnement conforme, les frais encourus par l’utilisateur du réseau de transport local sont remboursés par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 134. § 1er. En cas de non-conformité des installations de raccordement et/ou des installations d’un utilisateur du réseau de transport local, par rapport au présent règlement et/ou au contrat de raccordement, le gestionnaire du réseau de transport local peut, après consultation de l’utilisateur, retirer pour une période déterminée, moyennant motivation, la conformité de raccordement de cet utilisateur. Les dispositions de l’article 118 sont alors d’application. § 2. La conformité de raccordement ne pourra être délivrée à nouveau qu’après la mise en conformité et la réalisation d’essais concluants, visés à l’article 116. Art. 135. § 1er. Au cas où, lors de la mesure des performances en exploitation courante, il apparaît que le fonctionnement d’une unité de production n’est pas conforme aux dispositions du présent règlement ou du contrat de service auxiliaire, l’utilisateur du réseau de transport local n’est plus habilité à fournir le ou les services auxiliaires concernés. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local notifie à l’utilisateur du réseau de transport local par décision motivée qu’il n’est plus habilité, conformément au § 1er, à fournir le ou les services auxiliaires concernés. § 3. L’utilisateur du réseau de transport local ne pourra être réhabilité pour fournir des services auxiliaires qu’après la réalisation et la réussite de nouveaux essais.

39603


39604

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 136. Les frais encourus par le gestionnaire du réseau de transport local à l’occasion des contrôles prévus notamment à l’article 131 et ceux nécessaires pour l’application de l’article 134, § 2, sont fixés dans les tarifs applicables approuvés par la CREG. Art. 137. Les conditions générales du contrat de raccordement précisent notamment : 1° les dispositions générales qui peuvent être prises par le gestionnaire du réseau de transport local lorsqu’une installation de raccordement ou une installation raccordée est susceptible de porter préjudice à la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local et/ou d’une installation d’un autre utilisateur du réseau de transport local; 2° les modalités de prise en charge des frais encourus par le gestionnaire du réseau de transport local et/ou l’utilisateur du réseau de transport local en matière de contrôle et essais des raccordements et des installations de l’utilisateur du réseau de transport local, conformément aux Chapitres V et VI du présent Titre. CHAPITRE VII. — Informations relatives aux raccordements existants Art. 138. Le gestionnaire du réseau de transport local peut demander aux utilisateurs du réseau de transport local déjà raccordés avant l’entrée en vigueur du présent règlement de lui fournir toute information nécessaire lui permettant d’assurer la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local et des installations d’autres utilisateurs du réseau de transport local, et plus particulièrement toute information relative notamment : 1° à la propriété du raccordement; 2° à l’entretien de celui-ci; 3° au régime des responsabilités; 4° au régime d’exploitation; 5° aux caractéristiques techniques visées par le règlement technique. L’utilisateur du réseau de transport local répond dans les 2 semaines qui suivent la réception de la demande. CHAPITRE VIII. — Dispositions transitoires Art. 139. Une installation de raccordement et/ou une installation d’un utilisateur de réseau de transport local, existant avant l’entrée en vigueur du présent règlement, et qui n’est pas conforme aux prescriptions du présent règlement, peut être utilisée dans l’état dans lequel elle se trouve : — pendant 5 ans si la non-conformité ne risque pas, dans des conditions normales de fonctionnement du réseau, de porter préjudice au réseau de transport local, au gestionnaire du réseau de transport local, à un autre utilisateur du réseau de transport local ou à toute autre personne; — pendant 15 ans si la non-conformité ne peut en aucun cas porter préjudice au réseau de transport local, au gestionnaire du réseau de transport local, à un autre utilisateur du réseau de transport local ou à toute autre personne. Art. 140. Une installation de raccordement et/ou une installation d’un utilisateur du réseau de transport local existant avant l’entrée en vigueur du présent règlement qui porte ou qui pourrait porter préjudice au réseau de transport local, au gestionnaire du réseau de transport local, à un autre utilisateur du réseau de transport local ou à toute autre personne, doit être mise en conformité dès que possible, par celui qui en répond, le cas échéant, après mise en demeure du gestionnaire du réseau de transport local. Art. 141. § 1er. Il appartient à chaque utilisateur du réseau de transport local qui n’a pas, au moment de l’entrée en vigueur du présent règlement, conclu un contrat de raccordement conclu conformément au présent règlement, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour : 1° s’assurer que ses installations sont conformes au présent règlement; 2° s’assurer que ses installations ne portent pas ou ne pourraient pas porter préjudice au réseau de transport local, au gestionnaire du réseau de transport local ou à un autre utilisateur du réseau de transport local ou à toute autre personne; 3° contacter le gestionnaire du réseau de transport local en vue d’obtenir toute information utile et d’entamer une concertation en vue d’élaborer des contrats de raccordement conformément au présent Titre; 4° établir l’état des lieux de ses installations visées aux points 1° et 2°, des mesures envisagées en vue de remédier éventuellement à leur non conformité et délais indicatifs. § 2. S’il n’a pas rec¸ u l’état des lieux et les mesures visées au § 1er dans un délai raisonnable, le gestionnaire du réseau de transport local contacte d’initiative l’utilisateur du réseau de transport local concerné et l’invite à transmettre ces éléments à bref délai. § 3. Avant l’établissement d’un contrat de raccordement pour les raccordements existants, les conventions arrêtées précédemment entre les parties concernées par ce raccordement restent d’application, dans la mesure où celles-ci ne sont pas contraires au présent règlement. § 4. Si nécessaire, la CWaPE proposera au Gouvernement wallon un planning pour la mise en ordre des contrats de raccordements. CHAPITRE IX. — Enlèvement d’un raccordement Art. 142. § 1er. Tout raccordement peut être enlevé sur demande écrite par recommandé du propriétaire du bien immeuble et après vérification par le gestionnaire du réseau de transport local que plus aucun utilisateur du réseau de transport local n’en fasse encore usage. § 2. Les frais d’enlèvement d’un raccordement, ainsi que les frais de remise des locaux, des voies d’accès et des terrains dans leur état d’origine, sont à charge du propriétaire des installations concernées. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local peut, moyennant notification préalable au propriétaire du bien immeuble concerné, enlever ou déconnecter tout raccordement qui n’a plus été utilisé depuis plus d’un an, sauf si l’utilisateur du réseau de transport local déclare que ce raccordement lui sert d’alimentation de secours ou s’il veut garder ce raccordement en réserve pour la réalisation de projet à l’étude. Dans ce dernier cas, il participe aux frais d’entretien selon des modalités à convenir avec le gestionnaire du réseau de transport local.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD TITRE IV. — Accès au réseau de transport local CHAPITRE Ier. — Contrat d’accès Section 1re. — Choix d’un fournisseur et du responsable d’équilibre Art. 143. § 1er. Avant qu’une demande d’accès ne puisse être introduite auprès du gestionnaire du réseau de transport local selon les modalités définies à la section 2 du présent chapitre, un contrat d’une durée minimale de trois mois doit être établi entre l’utilisateur du réseau de transport local, un fournisseur titulaire d’une licence de fourniture valable et un responsable d’équilibre, par point d’accès dans le cas d’une fourniture. Si le fournisseur est/a son propre responsable d’équilibre, l’utilisateur du réseau de transport local ne signe le contrat qu’avec le fournisseur qu’il a choisi et en informe le gestionnaire du réseau de transport local lors de l’introduction de la demande d’accès. § 2. Par dérogation au § 1er, l’utilisateur du réseau de transport local peut désigner par point d’accès plusieurs fournisseurs titulaires d’une licence de fourniture valable, chacun d’eux ayant un responsable d’équilibre. Dans ce cas, il introduit lui-même la demande d’accès en application de l’article 146. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local tient à jour un registre d’accès qui reprend, pour chaque point d’accès caractérisé par un seul code EAN-GSRN, les éléments suivants : — le/les fournisseur(s) et, pour chaque fournisseur, le responsable d’équilibre associé; — le cas échéant, le code NACE; — la puissance de raccordement et le niveau de tension; — le cas échéant, la puissance souscrite. § 4. Chaque mois, le gestionnaire du réseau de transport local effectue un instantané (snapshot) du registre d’accès, fixant les données contenues dans ce registre le premier quart d’heure du premier jour du mois. Ce faisant, il fixe les données suivantes par point d’accès : — l’EAN-GSRN du point d’accès; — le nom indicatif de l’utilisateur du réseau lié au point d’accès; — l’EAN-GLN du gestionnaire du réseau avec, à titre optionnel, le nom du gestionnaire du réseau; — l’EAN-GLN du fournisseur avec, à titre optionnel, le nom du fournisseur; — l’EAN-GLN du responsable d’équilibre avec, à titre optionnel, le nom du responsable d’équilibre; — la date du début de la fourniture au point d’accès; — la date de la fin de la fourniture au point d’accès (si elle est connue); — le groupe tarifaire. Le fournisseur peut avoir accès gratuitement aux données de tous les points d’accès qui lui sont attribués le premier quart d’heure du premier jour du mois et ce, sous forme d’une liste informatisée. Art. 144. § 1er. Lorsqu’une charge est alimentée en tout ou partie par de la production locale, deux responsables d’équilibre, l’un chargé du prélèvement et l’autre chargé de l’injection, peuvent être désignés. § 2. Si l’utilisateur du réseau de transport local désigne deux responsables d’équilibre, il précise dans les contrats d’accès que : soit des comptages distincts sont installés en vue de compter séparément l’énergie produite de l’énergie prélevée. Chaque responsable d’équilibre n’est responsable que des comptages qui le concernent; soit un seul comptage est prévu qui effectue la somme algébrique de ces deux énergies et indique par période si, globalement, l’énergie résultante est injectée dans le réseau ou est prélevée. Dans ce cas, les responsables d’équilibre ne sont chacun responsables que si le flux d’énergie s’effectue dans le sens pour lequel ils ont été désignés. § 3. Dans la mesure où l’utilisateur du réseau et le responsable d’équilibre chargé de l’injection ne respectent pas les dispositions du présent article, le gestionnaire du réseau de transport local prend les mesures nécessaires en vue de garantir la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau de transport local, sans préjudice des recours du gestionnaire du réseau de transport local à l’égard de l’utilisateur du réseau et du responsable d’équilibre concernés. § 4. L’absence de désignation d’un responsable d’accès chargé de l’injection et/ou de contrat y afférent dans un délai raisonnable suivant l’entrée en vigueur du présent règlement entraîne, en cas de risque pour la sécurité, la fiabilité et l’efficacité du réseau et après mise en demeure fixant un délai raisonnable, la suspension de l’accès au réseau de l’unité de production locale concernée. Art. 145. § 1er. Tout changement de fournisseur et/ou de responsable d’équilibre sortira ses effets au plus tôt cinq jours ouvrables après la notification de ce changement par le nouveau fournisseur ou le détenteur d’accès au gestionnaire du réseau de transport local suivant une procédure spécifiée dans le contrat d’accès. Le gestionnaire du réseau de transport local ou le détenteur d’accès avertit alors les autres parties en cause, dont l’ancien fournisseur et/ou l’ancien responsable d’équilibre. Si un fournisseur et/ou un responsable d’équilibre, dont le contrat arrive à échéance, n’a pas été averti d’un changement de fournisseur et/ou de responsable d’équilibre par le détenteur d’accès et ne compte pas prolonger sa fourniture et/ou son service de responsable d’équilibre, il avertit le détenteur d’accès et le gestionnaire du réseau de transport local au moins un mois avant l’échéance, faute de quoi il pourra être considéré par le gestionnaire du réseau de transport local comme restant fournisseur et/ou responsable d’équilibre. Si le détenteur d’accès n’a pas désigné de nouveau fournisseur et/ou de responsable d’équilibre suite à l’avertissement précité, le gestionnaire du réseau de transport local met l’utilisateur du réseau en demeure de retrouver un fournisseur et/ou un responsable d’équilibre au plus tard cinq jours avant la date d’échéance, faute de quoi son accès sera suspendu (art. 157, § 1er). § 2. Tout intervenant qui commettrait une erreur dans le cadre des changements définis dans cet article veille à la faire réparer au plus vite sans que l’utilisateur du réseau de transport local ne soit lésé.

39605


39606

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 2. — Modalités d’établissement des contrats d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local Sous-section 1re. — Généralités Art. 146. L’accès au réseau de transport local suppose la conclusion préalable et l’exécution conforme d’un contrat d’accès entre le gestionnaire du réseau de transport local et un utilisateur du réseau de transport local ou son fournisseur ou son responsable d’équilibre, la partie signataire étant dénommée le détenteur d’accès. Tout contrat d’accès doit être précédé d’une demande d’accès à approuver par le gestionnaire du réseau de transport local. Sauf si l’utilisateur du réseau de transport local a décidé de le faire lui-même ou de le demander au responsable d’équilibre, le fournisseur introduit la demande d’accès. Sous-section 2. — Demande d’accès auprès du gestionnaire du réseau de transport local Art. 147. § 1er. Toute demande d’accès est introduite selon la procédure établie par le gestionnaire du réseau de transport local et communiquée à la CWaPE selon les modalités de l’article 6. Cette procédure spécifie les conditions que doivent remplir les demandes d’accès pour être déclarées recevables par le gestionnaire du réseau de transport local. § 2. Une demande d’accès contient, entre autres, les éléments suivants : — l’identité du demandeur (nom, adresse, numéros d’identification,...) le nom de la personne de contact; — la date à partir de laquelle l’accès au réseau de transport local est demandé; — la liste des points d’accès (code EAN) avec mention du responsable d’équilibre ainsi que la puissance souscrite; — la preuve de l’existence d’un lien contractuel entre l’utilisateur et son (ses) fournisseur(s) ainsi qu’avec le responsable d’équilibre associé à chaque fournisseur. Art. 148. Dans les cinq jours ouvrables suivant l’introduction d’une demande d’accès, le gestionnaire du réseau de transport local vérifie si la demande est complète. Si elle est incomplète, le gestionnaire du réseau de transport local signale au demandeur d’accès les informations ou documents qui font défaut et lui accorde un délai pour compléter sa demande. Sous-section 3. — Contrat d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local Art. 149. Tout fournisseur peut conclure un contrat d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local à condition que sa demande d’accès soit jugée recevable. A cette fin, le gestionnaire du réseau de transport local vérifie si les conditions suivantes ont été remplies : — le fournisseur dispose d’une licence de fourniture valable; — la demande d’accès est complète; — les puissances souscrites ne dépassent pas la puissance de raccordement du raccordement concerné; — le(s) responsable(s) d’équilibre est/sont repris dans le registre des Responsables d’accès. Art. 150. Un utilisateur du réseau de transport local peut conclure un contrat d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local (et donc être repris au registre d’accès qui mentionne également le(s) fournisseur(s) et le(s) responsable(s) d’équilibre respectif(s) s’il répond aux conditions suivantes : — un contrat de raccordement a été passé avec le gestionnaire du réseau de transport local pour le raccordement concerné et les puissances souscrites ne dépassent pas la puissance de raccordement; — le(s) fournisseur(s) choisi(s) par l’utilisateur de réseau de transport local est (sont) titulaire(s) d’une licence de fourniture valable; — le(s) responsable(s) d’équilibre est/sont repris dans le registre des Responsables d’accès. Art. 151. Un responsable d’équilibre peut conclure un contrat d’accès avec le gestionnaire du réseau de transport local à condition que sa demande d’accès soit jugée recevable. A cette fin, le gestionnaire du réseau de transport local vérifie si les conditions suivantes ont été remplies : — le(s) responsable(s) d’équilibre est/sont repris dans le registre des Responsables d’accès; — le fournisseur dispose d’une licence de fourniture valable; — la demande d’accès est complète; — les puissances souscrites ne dépassent pas la puissance de raccordement du raccordement concerné. Art. 152. Le contrat d’accès comprend, au moins, les éléments suivants : 1° l’identité des parties concernées (nom, adresse, numéro de T.V.A., numéro au registre de commerce,...) en ce compris le(s) fournisseur(s) et le(s) responsable(s) d’équilibre; 2° l’indication des personnes de contact; 3° les dispositions relatives à la confidentialité, les responsabilités mutuelles; 4° la date d’entrée en vigueur du contrat d’accès et la durée de ce contrat; 5° la liste des points d’accès (code EAN), le cas échéant, la puissance souscrite par point d’accès ou par ensemble cohérent de points d’accès et la durée du droit d’accès pour la puissance souscrite; 6° les unités de production par point d’accès (avec indication de la puissance nette développable maximale et la durée d’utilisation attendue) dans le cas où, suite aux unités de production raccordées, tant une injection qu’un prélèvement de puissance peut se produire à un point d’accès précis, il convient, pour la période considérée, de définir une puissance souscrite tant pour l’injection que pour le prélèvement de puissance; 7° le cas échéant, les dispositions particulières liées au prélèvement ou à l’injection de puissance réactive; 8° le cas échéant, les dispositions en cas d’urgence; 9° les modalités de paiement, éventuellement les garanties financières et les indemnisations en cas de dysfonctionnement.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Sous-section 4. — Garanties à donner par le détenteur d’accès er

Art. 153. § 1 . Le détenteur d’accès garantit au gestionnaire du réseau de transport local que pendant la durée du contrat d’accès les prélèvements et injections seront couverts par un contrat de fourniture, selon l’article 143. § 2. Le détenteur d’accès s’engage à informer immédiatement le gestionnaire du réseau de transport local en cas de modification d’un des éléments repris aux articles 147 à 152. CHAPITRE II. — Accès au réseau de transport local Section 1re. — Généralités Art. 154. § 1er. Dès la signature du contrat d’accès, l’utilisateur du réseau de transport local raccordé au réseau de transport local a droit à l’accès à ce réseau à concurrence de la puissance souscrite sur le raccordement. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local prévoit dans ses conditions générales les modalités de réparation des dommages consécutifs à l’absence d’information de l’utilisateur conformément au § 2 de l’article 155; ainsi que les modalités de réparation des dégâts visés à l’article 18 de l’Arrêté du Gouvernement wallon du 30 mars 2006 relatif aux obligations de service public dans le marché de l’électricité. Section 2. — Interruptions d’accès planifiées er

Art. 155. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local a le droit, après concertation avec l’utilisateur concerné, d’interrompre l’accès au réseau haute tension si la sécurité, la fiabilité et/ou l’efficacité du réseau de transport local ou du raccordement exigent la réalisation de travaux sur le réseau de transport local ou le raccordement. § 2. Sans préjudice du § 1er, sauf s’il justifie une situation d’urgence ou une situation d’incidents multiples visée à l’article 181, le gestionnaire du réseau de transport local informe l’utilisateur du réseau de transport local, ainsi que son responsable d’équilibre, au minimum dix jours ouvrables à l’avance, du début de l’interruption et de la durée probable de l’interruption. Ce délai est ramené à cinq jours ouvrables s’il s’agit de la régularisation d’une réparation provisoire. Le responsable d’équilibre informe le fournisseur le cas échéant. § 3. En plus des informations prévues au § 2, le gestionnaire du réseau de transport local publie sur son site internet la liste, la durée et les causes des interruptions planifiées qui ont eu lieu et ce, avec moins de cinq jours de délai. Section 3. — Interruptions d’accès non planifiées Art. 156. § 1er. En cas d’interruption non planifiée de l’accès au réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local informe immédiatement l’utilisateur du réseau de transport local et le détenteur d’accès sur la nature de l’interruption et sa durée estimée. Sur demande, il informe par écrit dans les 10 jours l’utilisateur du réseau de transport local, le détenteur d’accès et le responsable d’équilibre sur la nature et sur le déroulement de l’interruption. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local publie sur son site internet la liste, la durée approximative et les causes succinctes relatives au réseau des interruptions non planifiées. Ces informations dûment tenues à jour avec un délai inférieur à dix jours sont maintenues sur le site pendant au moins un an. Le gestionnaire du réseau de transport local informe trimestriellement la CWaPE des causes non relatives au réseau qui ne seraient pas publiées sur son site. Section 4. — Suspension d’accès er

Art. 157. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local se réserve le droit de suspendre complètement ou partiellement l’accès à son réseau de transport local durant le temps strictement nécessaire à la régularisation des situations suivantes : 1° en cas de situation d’urgence; 2° s’il justifie qu’il existe un risque sérieux que le bon fonctionnement du réseau de transport local et/ou la sécurité des personnes ou des équipements soit menacés; 3° dans le cas où la puissance de raccordement est dépassée d’une fac¸ on notable; 4° après mise en demeure fixant un délai raisonnable de mise en conformité, si un utilisateur du réseau de transport local ou son (ses) fournisseur(s) ne respecte(nt) pas ses (leurs) obligations financières ou si, à un moment donné, il n’y a plus de fournisseur ou de responsable d’équilibre désigné. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local justifie dans les plus brefs délais sa décision à l’utilisateur du réseau concerné et à la CWaPE. Art. 158. La puissance réellement prélevée ou injectée par l’utilisateur du réseau de transport local à un point de raccordement ne peut, en aucun cas, dépasser la puissance de raccordement, telle que spécifiée dans le contrat de raccordement. Dans le cas où la puissance apparente n’est pas mesurée, il est tenu compte d’un facteur de puissance (cos phi) de 0.95 sur la puissance injectée ou prélevée. Section 5. — Accès aux autres réseaux Art. 159. Le gestionnaire du réseau de transport local est responsable, vis-à-vis du détenteur d’accès ayant conclu un contrat d’accès avec lui, de l’accès aux réseaux interconnectés à son réseau de transport local. Les interconnexions entre réseaux ne peuvent être interrompues, sauf en application de dispositions légales ou réglementaires. CHAPITRE III. — Prescriptions spécifiques pour l’accès au réseau de transport local Section 1re. — Programme d’accès Art. 160. Si le gestionnaire du réseau de transport local l’estime nécessaire (en fonction du niveau de puissance prélevée et/ou injectée et/ou sur base d’autres critères objectifs et non discriminatoires), il peut, en certains points d’accès, exiger journellement un programme d’accès du/des responsables(s) d’équilibre, avant d’octroyer l’accès au réseau de transport local. Dans ce cas, les dispositions du chapitre XI du titre IV du règlement technique de transport sont applicables. Le programme journalier d’accès relatif au jour « D » est déposé au plus tard le jour « D-1 » à une heure déterminée selon une procédure et des conditions de recevabilité, transparentes et non discriminatoires. Il peut aussi exiger annuellement des prévisions de la part de cette partie.

39607


39608

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 161. Le détenteur d’accès avertit sans délai le gestionnaire du réseau de transport local dès qu’elle prévoit que le profil de prélèvement ou d’injection réel s’écartera notablement du programme ou des prévisions précitées. Section 2. — Prélèvement d’énergie réactive Art. 162. Le gestionnaire du réseau de transport local accorde, par intervalle de temps, au détenteur d’accès un droit de prélèvement d’une quantité d’énergie réactive par point de prélèvement sur lequel porte le contrat. Art. 163. Les quantités relatives au fonctionnement en régime inductif et capacitif sont mesurées et sont compensées au sein d’un intervalle de temps. Art. 164. § 1er. Le détenteur d’accès bénéficie par intervalle de temps d’un droit de prélèvement d’une quantité forfaitaire d’énergie réactive, en régime inductif et capacitif. § 2. Sous réserve des dispositions du § 3, cette quantité forfaitaire d’énergie réactive par intervalle de temps correspond à 32,9 % de la quantité d’énergie active prélevée au point de prélèvement pendant cet intervalle de temps. § 3. Ce droit de prélèvement d’énergie réactive par intervalle de temps ne peut être inférieur à 3,29 % de la quantité d’énergie active conforme à la durée de l’intervalle de temps multipliée par la puissance souscrite par la partie visée à l’article 162 sur le point de prélèvement concerné. § 4. La différence positive entre la quantité en régime inductif et la quantité forfaitaire, attribuée conformément à cette section, est imputée à la partie visée à l’article 162 selon le tarif correspondant approuvé par la CREG. § 5. La différence positive entre la quantité en régime capacitif et la quantité forfaitaire, attribuée conformément à cette section, est imputée à la partie visée à l’article 162 selon le tarif correspondant approuvé par la CREG. § 6. Pour l’application de cette section, l’intervalle de temps concerné correspond à un quart d’heure, sauf convention contraire conclue d’un commun accord entre toutes les parties concernées, avec information à la CWaPE. CHAPITRE IV. — Gestion du réseau re

Section 1 . — Coordination de la mise en service des unités de production er

Art. 165. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport se mettent d’accord au sujet des unités de production raccordées au réseau de transport local à prendre en considération pour la coordination de leurs mises en service par le gestionnaire du réseau de transport. Pour ces unités, un contrat de coordination de mise en service des unités de production est conclu entre le gestionnaire du réseau de transport et le responsable d’équilibre en question. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local informe la CWaPE des unités de production pour lesquelles le § 1er est d’application. Art. 166. § 1er. La coordination de la mise en service des unités de production répond aux prescriptions relatives du règlement technique de transport. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport se prêtent mutuellement assistance lors de l’exécution de la coordination de la mise en service des unités de production. Section 2. — Compensation des pertes du réseau de transport local Art. 167. Le gestionnaire du réseau de transport local compense les pertes d’énergie dans son réseau de transport local par des achats appropriés d’énergie. Section 3. — Services auxiliaires A. Réglage de la tension et de la puissance réactive Art. 168. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local spécifie les spécifications concernant la disponibilité et la fourniture de réglage de tension et de la puissance réactive et les communique à la CWaPE. § 2. La disponibilité et la fourniture de réglage de tension et de la puissance réactive, visées dans cet article font l’objet d’un achat par une procédure de mise en concurrence (appel d’offres ou adjudication). § 3. Les modalités relatives à la disponibilité et à la fourniture de réglage de la tension et de la puissance réactive visées au présent article sont précisées, de manière transparente et non discriminatoire, par le gestionnaire du réseau de transport local et le fournisseur de services auxiliaires concerné dans un ou plusieurs contrats de services auxiliaires. § 4. Dans le cas où le réglage de la tension et de la puissance réactive mise à la disposition du gestionnaire du réseau de transport local ne suffit pas pour maintenir la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local, les producteurs raccordés à son réseau de transport local sont tenus, à la demande du gestionnaire du réseau de transport local, de mettre à sa disposition et de lui fournir le réglage de la tension et de la puissance réactive à un prix équitable basé sur des critères fixés par la CREG et en tenant compte des critères techniques visés au présent règlement. § 5. Le gestionnaire du réseau de transport local précise, sur une base individuelle et sur la base de critères techniques et transparents, la quantité d’énergie réactive que chaque producteur met à disposition, et, le cas échéant, fournit au gestionnaire du réseau de transport local. Art. 169. Le producteur qui fournit le réglage de la tension et de la puissance réactive doit, pour chacune des unités réglantes qui injectent de la puissance active dans le réseau de transport local : 1° disposer d’une puissance réactive dans les limites prévues par le contrat précité; 2° ne pas entraver le fonctionnement du régulateur primaire de tension dans les limites prévues; 3° se conformer aux consignes de production de puissance réactive communiquées par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 170. Le producteur qui fournit le réglage de la tension et de la puissance réactive, doit pour chacune des unités non réglantes qui injectent de la puissance active dans le réseau de transport local, se conformer, sans délai, aux consignes de production de puissance réactive communiquées par le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 171. Les consignes en question à l’article 170 correspondent aux niveaux convenus entre le gestionnaire du réseau de transport local et le fournisseur de ce service auxiliaire.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD B. Services auxiliaires fournis par l’utilisateur du réseau de transport local Art. 172. § 1er. Les services auxiliaires fournis par l’utilisateur du réseau de transport local au gestionnaire du réseau de transport répondent aux prescriptions reprises à ce sujet dans le règlement technique de transport. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local prête assistance au gestionnaire du réseau de transport pour le contrôle de la disponibilité et la fourniture des services auxiliaires visés au § 1er. Section 4. — Gestion des congestions Art. 173. § 1er. En veillant sur le droit de priorité accordé aux installations de production qui utilisent des sources d’énergie renouvelables, aux unités de cogénération de qualité et/ou à haut rendement et à celles qui produisent de l’électricité à partir des déchets et des récupérations sur processus industriels, le gestionnaire du réseau de transport local met en œuvre les moyens dont il dispose afin de gérer de manière sûre, fiable et efficace les flux d’électricité sur le réseau de transport local, en concertation avec le gestionnaire du réseau de transport. § 2. Lors de la préparation de l’exploitation, les moyens visés au § 1 permettent notamment : — de coordonner la mise en service des unités de production conformément à la section 1er de ce chapitre en concertation avec et via le gestionnaire du réseau de transport; — de prévoir l’interruption ou la réduction du prélèvement réalisé par un utilisateur du réseau de transport local au cas où celui-ci participe à la gestion des congestions; — d’invoquer une situation d’urgence conformément à la section 4 du chapitre II du titre Ier. § 3. Lors de l’exploitation du réseau de transport local par le gestionnaire du réseau de transport local, les moyens visés au § 1er permettent notamment : — de coordonner la mise en service des unités de production conformément à la section 1re du chapitre IV du Code d’accès en concertation avec et via le gestionnaire du réseau de transport; — de réduire ou d’interrompre, si nécessaire, le prélèvement d’un utilisateur du réseau de transport local au cas où celui-ci participe à la gestion des congestions; — d’invoquer une situation d’urgence conformément à la section 4 du chapitre II du titre Ier. Art. 174. § 1er. Les modalités d’interruption ou de réduction du prélèvement prévues à l’article 173 sont fixées dans un contrat entre le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local ou le responsable d’équilibre. § 2. Dans le cas où les modalités ont été fixées avec le responsable d’équilibre, celui-ci fournit au gestionnaire du réseau de transport local la preuve qu’il peut mobiliser cette coupure de puissance au point d’injection et/ou de prélèvement. Le gestionnaire du réseau de transport local décide de la validité de cette mobilisation, sur une base transparente et non discriminatoire. Cette décision est transmise sans délais à la CWaPE. Section 5. — Valeurs de réglage en exploitation A. Puissance active Art. 175. § 1er. Le responsable d’équilibre pour un point d’injection notifie aux unités de production situées sur ses points d’injection les valeurs des paramètres de production. Il donne en même temps une copie de ces données aux gestionnaires du réseau de transport local et de transport. § 2. Le responsable d’équilibre procure immédiatement toute information qui peut influencer les procédures de la coordination de la mise en service des unités de production aux gestionnaires du réseau de transport local et de transport. Art. 176. § 1er. Si le gestionnaire du réseau de transport local et/ou le gestionnaire du réseau de transport, en collaboration, estiment que l’entièreté ou une partie des valeurs des paramètres de production visées à l’article 175 peuvent porter atteinte à la sécurité, à la fiabilité ou à l’efficacité du réseau de transport local ou du réseau de transport, le gestionnaire du réseau de transport local et/ou le gestionnaire du réseau de transport transmet au responsable d’équilibre du point d’injection les modifications des valeurs des paramètres de production. Le responsable d’équilibre est tenu de faire appliquer immédiatement ces valeurs par les unités de production concernées, en conformité avec le contrat de coordination de la mise en service des unités de production. § 2. Le responsable d’équilibre pour un point d’injection est tenu de supporter les coûts encourus par les gestionnaires de réseau de transport local concernés, dans le cas où ces valeurs des paramètres de production s’écartent du programme journalier d’accès de ce responsable d’équilibre, sauf consignes données par le gestionnaire du réseau de transport local ou de transport dans le cadre du § 1er. Art. 177. § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local informe sans délai le gestionnaire du réseau de transport local d’une anomalie de fonctionnement d’une de ses installations qui peut influencer immédiatement ou à terme la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau. Il fournit sans délai les informations complémentaires demandées par le gestionnaire du réseau de transport local. § 2. Sauf pour les unités de production décentralisées, le responsable d’équilibre pour un point d’injection communique au gestionnaire du réseau de transport local et de transport, dans les trois minutes après l’arrêt de l’unité de production sur un de ses point d’injection, tout arrêt non programmé, individuel, complet ou partiel de cette unité de production en précisant la raison ainsi que la meilleure prévision pour la durée de l’arrêt. Art. 178. Le gestionnaire du réseau de transport local et le gestionnaire du réseau de transport se prêtent assistance mutuellement pour la mise en œuvre des conditions de cette section. B. Tension et puissance réactive Art. 179. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local communique aux unités de production concernées les consignes destinées au réglage de la tension et de la puissance réactive à injecter ou à prélever pour les unités réglantes et non-réglantes. § 2. Les moyens techniques mis en œuvre pour la communication visée au § 1er sont déterminés par le gestionnaire du réseau de transport local dans le contrat pour les services auxiliaires.

39609


39610

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 180. Les consignes mentionnées à l’article 179 ne peuvent être modifiées sans l’accord préalable du gestionnaire du réseau de transport local. CHAPITRE V. — Mesures d’intervention en cas de situation d’urgence Art. 181. En cas de situation d’urgence telle que définie à l’article 16 du présent règlement et dans le cadre des modalités d’intervention définies à l’article 17, ou en situation d’incidents multiples ne pouvant pas raisonnablement être prise en compte dans la préparation de l’exploitation et qui ne peut être rétablie malgré l’application des règles de l’art adaptées aux circonstances et avec les moyens du gestionnaire du réseau de transport local, ce dernier évalue cette situation et peut entreprendre en concertation avec le gestionnaire du réseau de transport toute action nécessaire, et en particulier : 1° faire modifier la fourniture de puissance active des unités de production; 2° faire modifier la fourniture de puissance réactive des unités de production; 3° faire modifier ou interrompre un prélèvement à un point de prélèvement conformément au contrat liant le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local ou le détenteur d’accès ou le responsable d’équilibre; 4° interrompre les interconnexions avec les autres réseaux dans la zone de réglage; 5° s’il l’estime nécessaire, faire enclencher le code de sauvegarde et, en particulier, en concertation avec le gestionnaire du réseau de transport, modifier ou interrompre les prélèvements selon le plan de délestage. Art. 182. Les mesures prises en vertu de l’article 181 : 1° sont temporaires; 2° sont prioritaires, et peuvent être modifiées à tout moment et sans préavis par le gestionnaire du réseau de transport local tant que la situation d’urgence persiste; 3° sont notifiées à la CWaPE dans les meilleurs délais et font l’objet de la part du gestionnaire du réseau d’un rapport spécifique transmis à la CWaPE. TITRE V. — Comptages et mesures CHAPITRE Ier. — Equipements et données de mesure Section 1re. — Principes généraux Art. 183. § 1er. Les équipements de mesures au sens du présent titre sont les équipements sur lesquels le gestionnaire du réseau de transport local doit exercer un contrôle en vue d’assurer l’exploitation du réseau de transport local et la facturation dans le cadre de ses missions. § 2. Les équipements de mesures doivent être conformes aux critères techniques, aux règles relatives à leur mise en œuvre et utilisation, à la transmission des données de mesures et à l’accès aux installations, visés au présent Titre. § 3. Sans préjudice des dispositions du présent règlement, les équipements utilisés dans l’installation de mesure doivent répondre aux exigences des règlements et normes belges et des normes internationales applicables aux installations de mesure ou à leurs composants, et notamment à l’arrêté royal du 6 juillet 1981 relatif aux instruments destinés à la mesure de l’énergie électrique. § 4. Le contrat de raccordement règle la manière dont le comptage est effectué. Art. 184. L’utilisateur du réseau de transport local est tenu de payer les services prestés, y compris fournitures et frais généraux, conformément aux dispositions du présent Titre et aux contrats conclus en vertu du présent règlement et selon le tarif applicable. Art. 185. Les contrats conclus conformément au présent règlement contiennent des dispositions relatives aux critères techniques de conformité des instruments de mesure ainsi qu’à la mise en œuvre et l’utilisation des équipements de mesure, la transmission et la mise à disposition des données de mesure, l’accès aux installations et les modalités de paiement. Section 2. — Localisation Art. 186. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau concerné conviennent dans le contrat de raccordement de la localisation des équipements de mesure, qui sont notamment installés : 1° sur chaque raccordement, connexion ou unité de production lorsqu’un équipement de mesure est nécessaire pour déterminer, par rapport au réseau de transport local ou à tout autre raccordement ou connexion, la quantité d’énergie active et/ou d’énergie réactive injectée et/ou prélevée sur l’installation concernée; 2° sur le raccordement ou l’installation d’un utilisateur du réseau de transport local lorsque cette installation fournit un service auxiliaire au réseau de transport local; 3° sur chaque raccordement ou installation d’un utilisateur du réseau de transport local lorsque le gestionnaire du réseau de transport local est d’avis que cette installation ou la fac¸ on dont elle est exploitée peut perturber la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local. Art. 187. § 1er. Si l’utilisateur du réseau de transport local souhaite intégrer des équipements supplémentaires dans l’installation de mesure relative à son raccordement, afin de réaliser une mesure de contrôle, il s’adresse au gestionnaire du réseau de transport local qui évalue, sur base de critères objectifs et non discriminatoires si cette installation peut être réalisée sans compromettre la sécurité, la fiabilité ou l’efficacité du réseau de transport local et la qualité des mesures de base. En cas d’évaluation positive, le placement des équipements supplémentaires est effectué selon les modalités de l’article 193. Ces équipements doivent répondre aux prescriptions du présent règlement et ne peuvent influencer la mesure principale. En cas d’évaluation négative, une copie du rapport sera communiquée à la CWaPE. § 2. Tous les frais afférents à ces équipements supplémentaires sont à charge de l’utilisateur du réseau de transport local qui les a demandés.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 3. — Point de mesure Art. 188. § 1er. Les équipements de mesure sont connectés à l’installation de raccordement ou à l’installation d’un utilisateur du réseau de transport local en un point intitulé « point de mesure » dans le présent Titre. § 2. Les comptages et mesures relatifs à un raccordement sont effectués au point de mesure déterminé par la présente section. Art. 189. § 1er. Pour les comptages visés à l’article 186, 1°, le point de mesure coïncide avec le point de raccordement, sauf disposition contraire dans le contrat de raccordement. § 2. Lorsque le point de raccordement déterminé dans le contrat de raccordement ne permet pas d’effectuer les comptages visés à l’article 186, 1° conformément au présent règlement, le gestionnaire du réseau de transport local convient avec l’utilisateur un autre point de mesure. Art. 190. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local conviennent du point de mesure pour les mesures mentionnées aux articles 186, 2° et 186, 3°. § 2. A défaut d’accord, le gestionnaire du réseau de transport local détermine le point de mesure et en informe la CWaPE. Section 4. — Propriété Art. 191. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure, l’utilisateur du réseau de transport local est tenu de respecter ou de faire respecter toutes les dispositions du présent règlement et des contrats conclus en vertu de celui-ci relatives aux équipements de mesure. L’utilisateur du réseau de transport local garantit au gestionnaire du réseau de transport local l’accès à tout moment aux équipements de mesure et aux données de mesure. Section 5. — Installation Art. 192. L’installation des équipements de mesure est réalisée conformément au présent règlement et aux contrats conclus en vertu de celui-ci. Art. 193. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau de transport local désignent le responsable de l’installation des équipements de mesure. Section 6. — Scellés er

Art. 194. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local détermine, après concertation avec l’utilisateur du réseau, les équipements de mesure qui doivent être scellés et procède ou fait procéder à la mise en place des scellés. § 2. Les scellés visés au § 1er ne peuvent pas être rompus sans le consentement écrit préalable du gestionnaire du réseau de transport local. En cas de bris des scellés ou d’intervention non autorisée, le gestionnaire du réseau de transport local prévient notamment le fournisseur et le responsable d’équilibre. Section 7. — Enregistrement des équipements de mesure dans le registre des comptages Art. 195. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local inscrit les équipements de mesure et leurs spécificités techniques dans le « registre des comptages » lorsque les équipements de mesure utilisés pour les mesures visées au présent Chapitre sont conformes au présent règlement. § 2. Cette inscription atteste, jusqu’à preuve du contraire, de la conformité des équipements de mesure au présent règlement au moment de l’inscription. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local retire du registre des comptages les équipements de mesure qui ne sont plus conformes au présent règlement. CHAPITRE II. — Critères techniques et conditions générales relatifs auxéquipements de mesure Section 1re. — Critères techniques Art. 196. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur du réseau déterminent les critères techniques auxquels les équipements de mesure doivent être conformes notamment : 1° les normes applicables; 2° les grandeurs à mesurer et les unités employées; 3° la périodicité des mesures; 4° la précision des mesures; 5° le cas échéant, le dédoublement des équipements de mesure. Art. 197. Les critères sont précisés dans le contrat de raccordement ou, le cas échéant, dans le contrat de services auxiliaires et communiqués à la CWaPE. Section 2. — Procédures spécifiques Art. 198. Le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur concerné conviennent des procédures spécifiques objectives, transparentes et non discriminatoires relatives aux équipements de mesure que le gestionnaire du réseau de transport local et l’utilisateur de réseau de transport local mettent en œuvre. Le gestionnaire du réseau de transport local notifie celles-ci, sans délai, à la CWaPE. CHAPITRE III. — Accès aux équipements de mesure et données de mesure Section 1re. — Accès aux équipements de mesure et aux données de mesure Art. 199. § 1er. Toute personne, y compris l’utilisateur du réseau de transport local, qui accède aux installations où se trouvent des équipements de mesure est responsable notamment du respect de la confidentialité des données de mesure auxquelles cet utilisateur du réseau de transport local ou ces autres personnes peuvent avoir accès. § 2. L’accès aux instruments de mesure ne peut pas avoir pour conséquence de perturber la sécurité du réseau de transport local, ni ne peut engendrer des dommages aux personnes ou aux biens.

39611


39612

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 2. — Accès aux équipements de mesure et données de mesure par le gestionnaire du réseau de transport local Art. 200. § 1er. L’utilisateur du réseau de transport local garantit au gestionnaire du réseau de transport local l’accès, à tout moment, aux équipements de mesure situés dans les installations d’un utilisateur du réseau de transport local. § 2. Conformément à l’article 15 du présent règlement, le gestionnaire du réseau de transport local qui accède aux équipements de mesures situés dans les installations d’un utilisateur du réseau de transport local respecte les prescrits relatifs à la sécurité des personnes et des biens qui sont appliqués par l’utilisateur concerné. Section 3. — Accès aux données de mesures par l’utilisateur du réseau de transport local Art. 201. § 1er. En vue d’une utilisation interne, l’utilisateur du réseau de transport local a le droit de disposer en continu des données de mesure localement disponibles dans l’installation de mesure relative à son raccordement. Dans les cas exceptionnels où l’installation de mesure se trouve dans un endroit qui n’est pas accessible à l’utilisateur du réseau de transport local, ce dernier s’adressera au gestionnaire du réseau de transport local qui lui donnera accès dans un délai raisonnable, conformément aux dispositions mentionnées à l’article 14. § 2. Les données de mesure mentionnées au § 1 comprennent au moins les mesures servant à la facturation. A la demande de l’utilisateur du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local donnera les renseignements nécessaires pour l’interprétation des données de mesure. CHAPITRE IV. — Contrôle des equipements de mesure par le gestionnaire du réseau de transport local Section 1re. — Vérification de la conformité des équipements de mesure Art. 202. Le gestionnaire du réseau de transport local est autorisé à contrôler ou faire contrôler la conformité des équipements de mesure visée par le présent règlement et par les contrats conclus en vertu du présent règlement. Art. 203. Lorsque les contrôles visés à l’article 202 démontrent que des équipements de mesure, dont le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire, ne sont pas conformes aux dispositions du présent règlement ou aux contrats conclus en vertu du présent règlement, l’utilisateur du réseau de transport local met ou fait mettre ces équipements en conformité dans les trente jours suivant la notification à cet effet par le gestionnaire du réseau de transport local. Section 2. — Contrôle des équipements de mesure Art. 204. § 1er. Toute personne concernée estimant de manière motivée qu’une erreur significative a affecté une donnée de mesure communiquée par le gestionnaire du réseau de transport local conformément à l’article 226, le notifie sans délai au gestionnaire du réseau de transport local. § 2. La personne visée au § 1er demande, le cas échéant, par écrit au gestionnaire du réseau de transport local que des contrôles soient effectués sur les équipements de mesure concernés et s’engage à assumer l’ensemble des frais y afférents sans préjudice de l’article 209. Art. 205. § 1er. La personne visée à l’article 204, § 2 et le gestionnaire du réseau de transport local conviennent des types de contrôle à effectuer et des équipements de mesure à contrôler. § 2. A défaut d’accord, le gestionnaire du réseau de transport local détermine, le cas échéant, les contrôles requis et les modalités en la matière et en informe la CWaPE. § 3. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesures concernés, il notifie la demande de contrôle à l’utilisateur du réseau concerné. § 4. En tout cas, les contrôles dont il est question dans la présente section doivent satisfaire aux dispositions légales et réglementaires. Art. 206. § 1er. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure concernés, l’utilisateur du réseau de transport local veille à ce que les contrôles visés à l’article 205 soient effectués. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local est autorisé à assister et/ou à participer aux contrôles effectués par l’utilisateur du réseau de transport local visés au § 1er. § 3. L’utilisateur du réseau de transport local visé au, § 1er notifie au gestionnaire du réseau de transport local le résultat des contrôles visés à la présente Section au plus tard dix jours ouvrables après leur réalisation. Art. 207. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local est propriétaire des équipements de mesure concernés, le gestionnaire du réseau de transport local veille à ce que les contrôles visés à l’article 205 soient réalisés. Art. 208. Le gestionnaire du réseau de transport local notifie dans les dix jours ouvrables suivant la réception du résultat des contrôles, à la personne qui les a demandés, le résultat de ces contrôles. Art. 209. Lorsque les contrôles visés à l’article 205 démontrent l’existence d’une erreur significative : 1° les équipements de mesure concernés sont réputés non conformes au présent règlement; 2° le gestionnaire du réseau de transport local, lorsqu’il est propriétaire des équipements de mesure concernés, met ces équipements en conformité au plus tard dans les trente jours suivant la notification visée à l’article 208, prend en charge le coût des contrôles et procède, le cas échéant, aux rectifications de facturation résultant de la non conformité des équipements de mesure; 3° lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure concernés, l’utilisateur du réseau de transport local concerné fait en sorte de mettre ces équipements en conformité au plus tard dans les trente jours suivant la notification visée à l’article 208. L’utilisateur du réseau de transport local est tenu de payer les services prestés (y compris fournitures et frais généraux) dans le cadre des contrôles effectués et de la mise en conformité y compris les services prestés dans le cadre de la correction des données de mesure et de la rectification des facturations par le gestionnaire du réseau de transport local résultant de la non conformité des équipements de mesure.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 210. En l’absence d’une erreur significative, la personne qui demande les contrôles est tenue de payer les services prestés dans le cadre des contrôles. CHAPITRE V. — Etalonnage des équipements de mesure Section 1re. — Généralités Art. 211. § 1er. L’étalonnage des équipements de mesure est effectué par un organisme ayant la qualification « Belac/Beltest » ou une qualification équivalente sur base d’un cahier des charges établi par le gestionnaire du réseau de transport local. § 2. Toute personne intéressée peut, moyennant une demande écrite notifiée au gestionnaire du réseau de transport local obtenir un exemplaire de ce cahier des charges. Art. 212. L’étalonnage des équipements de mesure est réalisé avant la mise en service des équipements de mesure et par la suite périodiquement, selon des modalités déterminées par le gestionnaire du réseau de transport local, dans les contrats conclus en vertu du présent règlement et conformément aux dispositions applicables. Section 2. — Etalonnage par l’utilisateur du réseau de transport local er

Art. 213. § 1 . L’utilisateur du réseau de transport local réalise ou fait réaliser, à ses frais, l’étalonnage des équipements de mesure lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure concernés. § 2. L’utilisateur du réseau de transport local visé au § 1er notifie au gestionnaire du réseau de transport local un rapport des étalonnages effectués dans les deux semaines suivant chaque étalonnage. Section 3. — Etalonnage par le gestionnaire du réseau de transport local er

Art. 214. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local réalise, ou fait réaliser, l’étalonnage des équipements de mesure relatifs au raccordement de l’utilisateur du réseau de transport local dont le gestionnaire du réseau de transport local est propriétaire. § 2. A la demande de l’utilisateur du réseau de transport local, le gestionnaire du réseau de transport local fournit un rapport des étalonnages effectués dans les quinze jours suivant cette demande. CHAPITRE VI. — Données de mesure Section 1re. — Périodicité des mesures Art. 215. § 1er. Les comptages d’énergie active visés à l’article 186, 1° sont effectués par intervalle de temps. § 2. Le cas échéant, une distinction est faite entre l’énergie active prélevée et l’énergie active injectée par l’utilisateur du réseau de transport local. Art. 216. § 1er. Les comptages de l’énergie réactive visés à l’article 186, 1° sont effectués par intervalle de temps. § 2. Le cas échéant, une distinction est faite entre l’énergie réactive prélevée et l’énergie réactive injectée par l’utilisateur du réseau de transport local. § 3. L’intervalle de temps est normalement le quart d’heure, sauf convention contraire conclue d’un commun accord entre toutes les parties concernées, avec information à la CWaPE. Art. 217. Les comptages visés à l’article 186, 1° sont effectués de manière à satisfaire, au minimum, aux intervalles de temps déterminés par le gestionnaire du réseau de transport local dans le contrat de raccordement. Section 2. — Collecte des données de mesure er

Art. 218. § 1 . Le gestionnaire du réseau de transport local collecte les données de mesure mentionnées à l’article 186 de manière électronique dans ses systèmes centraux de collecte de données de mesure. Il prend les dispositions nécessaires pour en assurer la confidentialité. § 2. L’utilisateur du réseau de transport local dispose de tous les droits d’un propriétaire pour ses données de comptage. Art. 219. § 1er. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure, l’utilisateur du réseau de transport local est responsable de la transmission des données de mesures vers les systèmes centraux de collecte de données visés à l’article 218, du réseau de transport local jusqu’au point de collecte défini par le gestionnaire du réseau de transport local dans les contrats conclus en vertu du présent règlement. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local ne peut, pour la collecte des données de mesure et d’accès, faire appel qu’à des personnes qui ne sont ni producteurs, ni responsables d’équilibre, ni détenteurs de licence de fourniture, ni intermédiaires, ni entreprises qui leur sont liées. Art. 220. Le gestionnaire du réseau de transport local établit les protocoles, les formats, l’encodage et les fréquences de la transmission des données de mesure visées aux articles 218 et 219 dans les contrats conclus en vertu du présent règlement et les transmet sans délais à la CWaPE. Art. 221. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’est pas propriétaire des équipements de mesure et qu’en raison d’une perturbation ou d’un défaut de l’équipement de mesure, l’obtention des données conformément aux articles 218, 219 et 220 ou la transmission vers le point de collection n’est pas possible, ou pour toute autre raison, le gestionnaire du réseau de transport local est autorisé, à tout moment, à collecter aux frais de l’utilisateur du réseau de transport local les données de mesure ou toute autre donnée, sur place, en consultant les équipements de mesure concernés dans le respect des prescriptions relatives à l’accès à ces équipements. Section 3. — Validation des données de mesure Art. 222. Les données de mesure sont réputées validées par le gestionnaire du réseau de transport local après la mise en œuvre des méthodes visées à la présente section. Art. 223. Lorsque le gestionnaire du réseau de transport local n’a pas rec¸ u certaines données de mesure ou s’il estime que les données de mesure qui sont en sa possession sont erronées, illisibles, incomplètes ou non plausibles, en fonction des méthodes de validation établies dans les contrats conclus en vertu du présent règlement, il détermine la valeur de manière raisonnable sur base des données auxquelles il a raisonnablement accès.

39613


39614

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 224. § 1er. Lorsque le point de mesure ne coïncide pas avec le point de raccordement, le gestionnaire du réseau de transport local corrige les données de mesure mentionnées à l’article 186, 1° afin de tenir compte des pertes et de toute autre erreur induite par la non coïncidence des deux points. L’ensemble des pertes et erreurs en question est appelé dans ce Titre « déviation systématique ». § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local établit la méthode de calcul de la déviation systématique qu’il transmet sans délais à la CWaPE et qui se base notamment et le cas échéant soit : 1° sur un calcul tenant compte des caractéristiques des installations entre le point de mesure et le point d’injection et/ou de prélèvement; 2° sur les résultats de contrôles réalisés sur les installations concernées. § 3. La méthode de calcul visée au § 2 est précisée dans le contrat. Section 4. — Mise à disposition des données de mesure relatives à un point d’injection et/ou de prélèvement Art. 225. Le gestionnaire du réseau de transport local détermine, après en avoir informé la CWaPE, les données de mesure relatives aux injections ou aux prélèvements pour chaque point d’injection et/ou de prélèvement sur base des données validées conformément à la Section 3 du présent Titre. Art. 226. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local met chaque jour ouvrable, selon des procédures établies dans le cadre de l’article 143, les données de mesure suivantes à la disposition du (des) fournisseur(s) concerné(s) et du détenteur d’accès sur une base quart horaire pour les points d’accès sur lesquels il fournit ou injecte de l’énergie et qui sont pourvus d’une lecture automatique : 1° pour le jour ouvrable D-1 et pour les jours intermédiaires éventuels : les données de mesure non validées par point d’accès, sauf instruction contraire des destinataires; 2° les données de comptage validées pour le jour D-1 et les éventuels jours intermédiaires. Il communique au plus vite les divergences éventuelles par rapport aux données de comptage non validées. Le dixième jour ouvrable après la consommation, toutes les données de comptage sont fournies et validées. Pour au moins 95 % des points d’accès, les données de comptage du mois sont validées et sont disponibles au plus tard le quatrième jour du mois suivant. Les données de mesure fournies incluent les éventuels coefficients correctifs, les données corrigées ou estimées étant identifiées. 3° En ce qui concerne l’énergie réactive, les données validées peuvent être fournies dans des délais différents, selon des modalités à définir de commun accord entre toutes les parties concernées, dans le respect des articles 162 à 164. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local peut convenir avec le/les fournisseur(s) concerné(s) et le détenteur d’accès de délais différents dans les cas suivants : contrats interruptibles, fourniture de bandes et livraison de services auxiliaires. La CWaPE en est informée avant l’entrée en vigueur de la convention. § 3. Les données visées au § 1er sont également transmises à l’utilisateur du réseau sur demande écrite de sa part et moyennant paiement des frais selon tarif approuvé par la CREG. § 4. Le gestionnaire du réseau de transport local met à la disposition de chaque responsable d’équilibre les mêmes informations sous forme globalisée, c’est-à-dire agrégées pour chaque fournisseur pour lesquels il assume la responsabilité de l’équilibre. § 5. Le gestionnaire du réseau de transport local peut mettre à la disposition du(des) fournisseur(s) concerné(s) ou du détenteur d’accès ou du/des responsable(s) d’équilibre, à sa(leur) demande, les données, validées ou non, mentionnées ci-dessus à une fréquence plus élevée que celle visée au § 1er. La personne concernée s’adresse à cette fin au gestionnaire du réseau de transport local qui évalue la demande sur la base de critères objectifs et non discriminatoires et réalise les tâches qui en résultent. Les frais y afférents sont supportés par le demandeur, selon tarif approuvé par la CREG. § 6. En cas de panne de l’installation de mesure, le gestionnaire du réseau de transport local remplace les données manquantes par sa meilleure estimation de celles-ci. Art. 227. § 1er. Le gestionnaire du réseau de transport local précise, dans les contrats conclus en vertu du présent règlement, les modalités applicables pour cette mise à disposition. § 2. Les données visées au présent Chapitre et communiquées par le gestionnaire du réseau de transport local, sont considérées comme confidentielles conformément aux articles 11 et 12 du présent règlement. Section 5. — Données de consommation historiques er

Art. 228. § 1 . 1° Chaque utilisateur du réseau de transport local peut obtenir au maximum une fois par an ses données de consommation relatives aux trois dernières années, gratuitement, sur simple demande, auprès du gestionnaire du réseau de transport local, moyennant communication de son code EAN. Il peut également confier cette tâche à un fournisseur auquel il donne la procuration nécessaire. 2° Les données de consommation réclamées doivent être mises à la disposition du demandeur par le gestionnaire du réseau de transport local, au plus tard vingt jours ouvrables après la demande, à condition que l’utilisateur du réseau de transport local concerné était actif au même point d’accès pendant la période de référence, et à condition que les données soient existantes. 3° Les informations doivent être classées de manière claire et uniforme, par code EAN, par période et par type de consommation (actif, capacitif, inductif) selon un format pré existant et documenté : — la consommation active par quart d’heure; — la consommation inductive et capacitive par quart d’heure. § 2 . Si un utilisateur du réseau de transport local change de fournisseur, les données de consommation historiques disponibles, sur une base mensuelle ou annuelle, sont mises gratuitement à la disposition du nouveau fournisseur. La demande de changement de fournisseur fait en même temps office de demande de mise à disposition des données de consommation historiques, à moins que l’utilisateur du réseau de transport local concerné refuse ceci au moyen d’une communication écrite adressée au gestionnaire du réseau de transport local.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Section 6. — Archives Art. 229. § 1er. Toute donnée de mesure donnant lieu à une facturation est conservée par le gestionnaire du réseau de transport local pendant une période de cinq ans. § 2. Pour les données visées au § 1er, le gestionnaire du réseau de transport local conserve les données de mesure validées. Section 7. — Plaintes et rectifications Art. 230. § 1er. Toute contestation doit être communiquée par une partie directement concernée au gestionnaire du réseau de transport local par écrit, au plus tard un mois après la mise en évidence d’une erreur, sauf si un autre délai a été défini de commun accord entre le gestionnaire du réseau de transport local et le détenteur d’accès. § 2. Une éventuelle rectification des données de mesure et de la facturation qui en résulte portera au maximum, et sauf en cas de mauvaise foi, sur la période de deux ans précédant la dernière facturation. CHAPITRE VII. — Dispositions diverses Art. 231. § 1er. Les équipements de mesure en service au moment de l’entrée en vigueur du présent règlement, et qui ne sont pas conformes au présent règlement et aux contrats conclus en vertu du présent règlement, peuvent rester en service pour autant qu’ils ne soient pas susceptibles de porter préjudice à un détenteur d’accès, à un utilisateur du réseau de transport local, au gestionnaire du réseau de transport local ou à toute autre personne. § 2. Les équipements de mesure en service au moment de l’entrée en vigueur du présent règlement et qui ne sont pas conformes au présent règlement et aux dispositions contractuelles applicables, sont mis en conformité avec le présent règlement et les dispositions contractuelles applicables au plus tard dans les trois mois suivant la notification du gestionnaire du réseau de transport local à cet effet lorsque ces équipements peuvent porter préjudice à tout autre utilisateur du réseau de transport local, à un détenteur d’accès, au gestionnaire du réseau de transport local ou à toute autre personne. TITRE VI. — Modalités spécifiques entre le gestionnaire du réseau de transport local et les gestionnaires de réseau de distribution ou de transport de la zone de réglage CHAPITRE Ier. — Règles de base Art. 232. La même société étant gestionnaire du réseau de transport et du réseau de transport local, elle règle elle-même les interfaces entre ses deux réseaux. Art. 233. Les relations entre le gestionnaire du réseau de transport local et les gestionnaires des réseaux de distribution sont couvertes par le titre VI du règlement technique de distribution. TITRE VII. — Enregistrement des données CHAPITRE Ier. — Généralités Art. 234. § 1er. Le tableau en annexe 3 du présent règlement contient une liste des données qui doivent être fournies par l’utilisateur du réseau de transport local, à ses frais, au gestionnaire du réseau de transport local conformément au présent règlement. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local peut à tout moment demander à l’utilisateur du réseau de transport local des données complémentaires qu’il juge nécessaires pour mener à bien ses tâches. § 3. Si l’utilisateur du réseau de transport local est d’avis que certaines données ne lui sont pas applicables, il peut omettre ces données sans préjudice de la décision du gestionnaire du réseau de transport local. L’omission doit être motivée et notifiée au gestionnaire du réseau de transport local. § 4. En cas de modification, l’utilisateur du réseau de transport local informe sans délai le gestionnaire du réseau de transport local. Art. 235. § 1er. La première colonne du tableau repris à l’annexe 3 distingue deux types de raccordements : les raccordements d’unités de production (« Pr ») et les raccordements de charges (« Ch »). ″Tous″ concernent tous les types de raccordement, production et charges. § 2. Le gestionnaire du réseau de transport local peut demander, à tout moment, tout ou une partie des données ou informations techniques de type « Pr » (raccordements d’unités de production) pour le raccordement d’une charge alimentée en tout ou partie par une production locale. § 3. Le gestionnaire du réseau de transport local peut demander, à tout moment, tout ou une partie des données ou informations techniques de type « Ch » (raccordements de charges) pour le raccordement d’une unité de production qui alimente tout ou partie d’une charge locale. Art. 236. La deuxième colonne du tableau repris à l’annexe 3 est intitulée « Phase » et désigne le Titre concerné du présent règlement et, le cas échéant, la phase d’une procédure. Les sigles « I » et « R » correspondent respectivement aux phases « Demande d’étude d’orientation » et « Demande de raccordement » visées au Titre III; le sigle « P » est relatif à la planification visée au titre II. Art. 237. La troisième colonne du tableau repris à l’annexe 3 est intitulée « Définition » et décrit les données ou les informations techniques pour le type de raccordement et la phase correspondants. Lorsqu’un signe (*) figure dans cette colonne, il indique que la donnée correspondante peut être omise à condition de spécifier la marque et le type des équipements auxquels elle s’applique. Art. 238. La quatrième colonne du tableau repris à l’annexe 3 est intitulée « Sigle » et donne la représentation symbolique de la donnée ou de l’information. Art. 239. La cinquième colonne du tableau repris à l’annexe 3 est intitulée « Unité » et donne l’unité de la mesure.

39615


39616

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 240. La sixième colonne du tableau repris à l’annexe 3 est intitulée « Période » et établit le nombre d’années de validité pour lesquelles la donnée ou l’information est transmise au gestionnaire du réseau de transport local. Art. 241. En cas de divergence entre la description d’une donnée ou d’une information communiquée dans le tableau repris à l’annexe 3 et une autre description dans un autre Titre du présent règlement, la description donnée dans l’autre Titre prévaut. Art. 242. Les données de planification au Titre II sont celles identifiées à l’annexe 3 par le signe « P » dans la colonne « Phase » et à propos desquelles, dans la colonne « Type de raccordement », le signe « Ch » ou « Pr » selon que le raccordement concerne respectivement une charge ou une unité de production. Art. 243. Les données de planification en cas de mise en service ou de déclassement d’unité de production dont il est question à l’article 38 sont celles identifiées à l’annexe 3 par le signe « R » dans la colonne « Phase » et, à propos desquelles, dans la colonne « Type de raccordement », le signe « Ch » ou « Pr » est utilisé selon que le raccordement concerne respectivement une charge ou une unité de production. Art. 244. Les données ou informations techniques générales dont il est question dans la demande d’étude d’orientation pour un raccordement au réseau de transport local sont celles identifiées à l’annexe 3 par le signe « I » dans la colonne « Phase » et, à propos desquelles, dans la colonne « Type de raccordement », le signe « Ch » ou « Pr » est utilisé selon que le raccordement concerne respectivement une charge ou une unité de production. Art. 245. Les données ou informations techniques détaillées dont il est question dans la demande de raccordement sont celles identifiées à l’annexe 3 par le signe « R » dans la colonne « Phase » et, à propos desquelles, dans la colonne « Type de raccordement », le signe « Ch » ou « Pr » est utilisé selon que le raccordement concerne respectivement une charge ou une unité de production. CHAPITRE II. — Forme de communication des données ou des informations Art. 246. § 1er. Les données ou les informations visées par le présent règlement sont communiquées par voie de courrier électronique permettant de fournir la preuve de la transmission et de la réception ou, exceptionnellement, par lettre recommandée avec accusé de réception selon un protocole défini par le gestionnaire du réseau de transport local. § 2. Comme précisé à l’article 21 du présent règlement, les informations commerciales qui sont échangées entre les différentes parties concernées sont communiquées par courrier électronique (permettant la validation d’un envoi par l’émission d’un accusé de réception), selon un protocole conforme à la norme de communication EDIEL. CHAPITRE III. — Principes d’établissement des schémas électriques er

Art. 247. § 1 . Les schémas électriques sont de type unifilaire suivant un format A4 ou A3. § 2. Tous les équipements et installations à haute tension sont indiqués sur les schémas électriques en adoptant la symbolique IEC série 617 ou par toute autre symbolique que notifie le gestionnaire du réseau de transport local. § 3. Un schéma reprend la situation normale d’exploitation du site. Le schéma d’exploitation normale indique la position des engins de coupure. Art. 248. § 1er. Les équipements suivants doivent être repris sur le schéma d’exploitation normale : 1 ° les jeux de barres; 2° les disjoncteurs; 3° les sectionneurs barres, lignes, câbles, de mise à la terre; 4° les organes de coupure en charge; 5° les générateurs; 6° les transformateurs de puissance, y compris leur mode de raccordement éventuel à la terre, et le raccordement des enroulements auxiliaires; 7° les batteries de condensateurs; 8° les bobines d’induction; 9° les compensateurs statiques (SVC); 10° les transformateurs de courant (TI); 11° les transformateurs de potentiel (TP); et 12° les limiteurs de surtension. § 2. Dans la mesure du possible, il est tenu compte de la situation géographique des engins dans l’établissement des schémas unifilaires. Cependant leur disposition réelle dans les travées doit être respectée. § 3. Le cartouche du schéma comprend notamment une place réservée au numéro du schéma, à l’indice de révision et à la date. TITRE VIII. — Prescriptions particulières CHAPITRE Ier. — Lignes directes Art. 249. Toutes les lignes directes sont soumises aux prescriptions applicables du présent règlement et tout particulièrement au RGIE. Art. 250. Pour permettre à la CWaPE de donner au Ministre son avis sur l’autorisation de construction d’une nouvelle ligne directe, l’utilisateur de réseau de transport local qui est demandeur introduit un dossier justificatif détaillé auprès de la CWaPE, en deux exemplaires et par lettre recommandée ou remise contre accusé de réception.


MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Art. 251. § 1er La CWaPE vérifie si tous les documents nécessaires pour l’examen de la demande sont en sa possession. Si elle estime que la demande doit être complétée, elle en avise le demandeur par lettre recommandée dans un délai de quinze jours à dater de la réception de la demande. Elle précise les informations complémentaires souhaitées et fixe un délai qui ne peut excéder trois semaines, prescrit à peine de déchéance de la demande, dans lequel le demandeur est invité à compléter sa demande. § 2. La CWaPE vérifie à l’aide de tout document en sa possession si la demande est justifiée et qu’il n’y a aucune autre alternative techniquement et économiquement valable. Lorsque la CWaPE estime la demande non justifiée, elle en avise le demandeur par lettre recommandée dans un délai d’un mois à dater de la réception de la demande ou, le cas échéant, de la réception des compléments obtenus en application de l’article 29. Elle précise les raisons pour lesquelles elle considère la demande non justifiée et fixe un délai d’un mois maximum, prescrit à peine de déchéance de la demande, dans lequel le demandeur peut fournir par lettre recommandée ses observations, justifications ou tout autre complément d’information. La CWaPE est tenue d’entendre le demandeur qui en fait la requête. Art. 252. Dans un délai de deux mois à dater de la réception de la demande ou, le cas échéant, des compléments, observations et justifications visées aux articles 29 et 30, la CWaPE transmet au Ministre le texte de la demande, ses annexes ainsi que son avis motivé. CHAPITRE II. — Enfouissement des lignes électriques Art. 253. § 1er. Lorsque l’amélioration, le renouvellement ou l’extension du réseau de transport local conduit à établir de nouvelles liaisons, à renouveler ou à modifier fortement des liaisons existantes les nouvelles liaisons seront réalisées par des câbles souterrains et il sera procédé à l’enfouissement des liaisons à renouveler ou à modifier fortement. § 2. Ces projets d’enfouissement seront communiqués à la CWaPE soit à l’occasion de l’établissement du plan d’adaptation du réseau de transport local soit lors de toute demande spécifique de modification du réseau de transport local. § 3. Si le gestionnaire du réseau de transport local estime ne pas pouvoir respecter cette priorité à l’enfouissement, il établira pour chaque cas une justification qu’il enverra à la CWaPE par envoi dont elle a approuvé la forme, préalablement à toute réalisation et ne pourra effectuer les travaux avant réception de la décision de la CWaPE prévue au § 5 ci-après. Cette justification portera au minimum sur les aspects suivants : 1° les aspects techniques tels que notamment les modifications des transferts d’énergie dans le réseau, la modification de la puissance de court-circuit et son incidence sur les équipements avoisinants, la fiabilité et la disponibilité de la liaison, le temps moyen de réparation, les courants respectifs et la variation du facteur de puissance, les risques de surtension et les pertes, la sensibilité aux courants vagabonds et les risques éventuels liés à la proximité d’autres équipements externes; 2° les aspects économiques tels que notamment les coûts comparatifs d’installation de contrôle, d’entretien, de renforcement des lignes aériennes et des câbles souterrains et les coûts des pertes en réseau, les incidences éventuelles sur la structure du réseau ou sur les équipements électriques avoisinants, les possibilités et durées d’amortissement de ces frais compte tenu notamment des durée de vie estimées; 3° les aspects légaux et réglementaires tels que, notamment l’occupation du sous-sol de la voirie et l’ouverture de celle-ci lors de la pose ou d’intervention éventuelle, les modifications prévisibles de cette voirie et de sa destination; 4° les aspects environnementaux et patrimoniaux tels que l’incidence sur le paysage, les biens protégés, le sous-sol archéologique, et sur la structure du sol, le voisinage avec des habitations et l’importance des champs électriques et magnétiques induits, l’influence sur la faune et sur la flore; 5°les réalisations alternatives proposées par le gestionnaire du réseau de transport local afin de mieux satisfaire l’objectif poursuivi dans l’enfouissement des lignes. § 4. La CWaPE peut demander des informations complémentaires dans les 15 jours de la réception des dossiers justificatifs. § 5. Dans un délai de 2 mois après la réception du dossier complet, la CWaPE prend une décision qu’elle transmet au gestionnaire du réseau de transport local et, le cas échéant, au ministre. Ce délai peut être raccourci en cas d’urgence exceptionnelle. Cette décision de la CWaPE ne concerne que l’application du décret. Si elle est positive, elle ne dispense pas le gestionnaire du réseau de transport local d’obtenir les autorisations normalement requises pour les travaux concernés. TITRE IX. — Dispositions finales Art. 254. Le Ministre qui a l’Energie dans ses attributions est chargé de l’exécution du présent arrêté. Art. 255. L’arrêté du Gouvernement wallon du 16 octobre 2003 relatif au règlement technique pour la gestion du réseau de transport local d’électricité en Région wallonne et l’accès à celui-ci est abrogé. Art. 256. Le présent arrêté entre en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge. Namur, le 24 mai 2007. Le Ministre-Président, E. DI RUPO Le Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial, A. ANTOINE

39617


39618

MONITEUR BELGE — 24.07.2007 — BELGISCH STAATSBLAD Annexe 1re. — Caractéristiques techniques d’une installation Un utilisateur du réseau de transport local peut dévier des données mentionnées ci-dessous uniquement pour des raisons motivées et sous condition de l’approbation notifiée du gestionnaire du réseau de transport local. Chaque déviation devra être signalée dans le contrat de raccordement applicable.

Niveau de tension (kV)

Um Equipement (kV)

70

82.5

36

40.5