Page 1

hors-sÉrie

ELLE ZeN

santé la vérité sUr les médeciNes alterNatives

le chaNt, la clÉ du boNheur ? cuisiNe

BONUs les 4 fiches ZeN du dr aga

Nos recettes rÉcoNfortaNtes

psycho

l’effet doudou des sÉries

et si l’hiver Était la plus Érotique des saisoNs ?

1OO pages

Massages, soiNs, coNseils, voyages, culture…

spÉcial cocooNiNg M 07859 - 11H - F: 5,50 E - RD

3Õ:HIKRSF=^UZZUZ:?a@k@b@l@f";

Hors-série n°11. noVembre 2018. fRance métROpOlitaine 5,50 €. Bel : 6,00 €. cH : 8,90 cHf. luX : 6,00 €.

elle.fr


INITIEZ VOTRE PEAU À L’ART DE LA JEUNESSE

Soin Corps régénérant à la Grenade bio Votre peau a un talent : elle sait se régénérer et se défendre contre les effets de la pollution. Grâce aux vertus de la grenade bio, aidez-la à stimuler ses défenses. Les grains de ce fruit, couleur rubis, révèlent une huile précieuse, source d’un puissant antioxydant qui protège la peau des radicaux libres. Riches en actifs tels que les huiles bio de jojoba, sésame et germe de blé, l’Huile à la Grenade bio Weleda favorise la régénération cellulaire de votre peau. Son éclat et sa beauté sont ainsi préservés.

DES RÉSULTATS PROUVÉS

Une double action, antioxydante et régénérante. La peau est nourrie, raffermie. Elle gagne en élasticité.

100%

d‘origine NATURELLE


AUTOMNE-hivER 2018

SOMMAiRE

e l l e Zen

5 l’édito Par Anne-Cécile Sarfati. 6 quoi de neuf ? Notre doudou liste.

gérante-directrice de la publication claire léost directrice de la rédaction erin Doherty directrice de la création genÈve Doherty

12 EllE ZEN beauté

rédactrice en chef elle Zen anne-cécile sarfati rédaction en chef elle Katell pouliquen (magazine), brune De margerie (moDe), élisabeth martorell (beauté), DaniÈle gerKens (lifestyle).

shopping Des soins pour se faire du bien.

directrice de l’iMage et du casting sophie lamare secrétaire général de la rédaction Jean-charles ganDia

16 EllE ZEN Mag

direction artistique adJointe véronique bonsignore, caroline ignazi. coordination éditoriale Julia Dion

16 huMeur Halte à la tyrannie de la joie. 18 culture Accro aux séries, et alors ? 22 sexe L’hiver, saison érotique. 26 psycho Toute la vérité sur la fatigue. 30 enquête Le chœur, clé du bonheur ? 36 entretien Christophe André et

rédaction isabelle sansonetti (chef De rubrique beauté), alice augustin, alix giroD De l’ain, sylvia Jorif, Dorothée werner (granDs reporters), Jeanne Deroo, patricK williams. avec la collaboration de claire bauchart, lou bÈs, Julie chanut-bombarD, fanny Dalbera, soline Delos, paola Dicelli, Jeanne Drean, leïla floDrops, ségolÈne forgar, marie halutine, gabrielle lansaumont, alexanDra michot, KhaDiJa moussou, Julie puJols benoît, lauriane seignier. rédaction graphique valérie fraigneau, fréDéric geais, carine gouJon, Julie le fichant.

Mademoiselle Caroline s’allient contre le blues.

éditing alexanDre mouawaD

40 tendance Vive le vintage ! 42 Mode d’eMploi Vaincre le stress.

secrétariat de rédaction savithri nelson, Julie touron. révision matthieu girarD

46 EllE ZEN Mode

responsable du cheMin de fer catherine pagÈs rédaction en chef technique philippe gautranD, louis hini (aDJoint).

chic & chaud Tout doux, les lainages.

photo marie-oDile perulli (chef De service), naDJa Delmouly.

56 EllE ZEN lifestyle

photothÈque thérÈse genevois (chef De service), Êric vieira De souza, claire faure, gwénaëlle moreau, béatrice D’oléon.

56 cosMéto Coups d’éclat à tout âge. 60 forMe Bouger en hiver. 64 sport Des tenues pour tous les temps. 66 santé Comment se soigner autrement ? 70 soins Vous avez un massage ! 74 évasion L’ayurvéda sur l’Himalaya. 78 beauté Ces herbes qui font du bien. 82 spas 8 destinations pour se ressourcer. 88 bien-être Vite, une cure de sommeil ! 90 cuisine Nos recettes affectueuses. 94 détente J’ai testé le bain de kaolin. 96 c’est Mon histoire

revente photos et textes nelly Dhoutaut elle zen est un hors-série du magazine elle. imprimé chez imaye graphic à laval. la reproDuction, mÊme partielle, Des articles et illustrations parus Dans « elle zen » est interDite. « elle zen » Décline toute responsabilité pour les Documents remis. les manuscrits non insérés ne sont pas renDus. les inDications De marques et les aDresses qui figurent Dans les pages réDactionnelles sont Données à titre D’information sans but publicitaire. les prix peuvent Être soumis à De légÈres variations.

hachette filipacchi associés est une filiale De lagarDÈre active. président du directoire Denis olivennes. elle est édité par hachette filipacchi associés, s.n.c. au capital de 78 300 €, locataire-gérant, rcs nanterre b324286319. siège social : 149, rue anatole-france, 92534 levallois-perret cedex. associés : hachette filipacchi presse s.a., publications france monde s.a. Dépôt légal : septembre 2018. © 2018 hfa. commis. parit. 0120 K 79216. issn 2610-4032. elle® est utilisée sous licence du propriétaire de la marque, hachette filipacchi presse.

directrice générale déléguée d’édition anne-marie labiny

« Un mage m’a désenvoûtée »

diffusion pascal mouilley (Directeur), sanDra laï-shin-Kong, nathalie sacher.

98 inspirations

MarKeting direct sanDrine mascle-Dufin (Directrice), claire ronDel, assistées D’arlette Kebreau.

Les plaisirs de Florence Servan-Schreiber

directrice MarKeting éditorial marie-noëlle lebœuf.

99 bonus

coMMunication-relations presse stéphanie viDeau-aphatie (Directrice), fanny bellet (responsable promotion).

Les 4 fiches ZEN du Dr AGA, illustrées par Soledad

fabrication christophe choux, éve malheurty. publicité Lagardère PubLicité 10, rue thierry-le-luron, 92300 levallois-perret. tél. : 01 41 34 90 00. pour leur écrire : prenom.nom@lagarDere-pub.com caroline pois (Directrice générale Déléguée), camille burnier zinK (Directrice commerciale), alice gicquel (responsable proJets Diversification), charlotte camus (Directrice De publicité), marie-gabrielle bararger, aurore goDon (chefs De publicité). PubLicité Littéraire catherine Kolb et virginie guiot. PubLicité eLLe.fr tél. : 01 41 34 91 26.

réagissez ou adressez-nous vos remarques sur community@elle.fr suivez-nous sur les réseaux sociaux facebook.com/elle @eLLefrance @ellefr eLLe france ellefr

papier provenant majoritairement d’allemagne. 10 % de fibres recyclées. papier certifié pefc. eutrophisation : ptot 0,010 kg/tonne. Magazine imprimé sur du papier certifié PEFC (pages foliotées)

TM

E L L E .FR

PHoTo DE CoUVErTUrE : thanassis KriKis. MoDÈLE : christina (ace Models).


PACKAGING NEUTRE EN CO 2


l’édito de ELLE ZEN automne-hiveR 2o18

le sacre

de l’hiVer

jean-paul loyer

paR anne-cécile sarfati RédactRice en cheF

Vous détestez la saison froide ? Le manque de lumière vous rend ronchon ? L’humidité vous colle des rhumes ? STOP !!! Ce nouveau hors-série est fait pour vous ! Vous y apprendrez toutes les bonnes pratiques pour rester zen et faire la « nique » aux journées trop courtes ou aux « coups de mou ». Pardon pour ce ton primesautier, mais la sexualité aussi serait refroidie par les frimas… Il existe pourtant des femmes qui éprouvent autant, voire plus, de désir en hiver qu’en été. Leur secret ? Elles-prennent-soin-d’elles. Vous donner envie de vous occuper de vous est justement LE but de ce numéro spécial. On a donc enquêté – jusque sur les sommets de l’Himalaya – pour vous donner les clés d’un hiver au top. Des spectacles et séries feel-good du moment aux destinations de voyage qui reboostent, en passant par le sport, la sophrologie, les massages, l’homéopathie, l’acupuncture, les tisanes, les recettes de cuisine réconfortantes… Tout est là ! À vous de vous approprier ce qui vous convient. Et, comme il ne faut pas non plus se prendre trop au sérieux, notre spécialiste maison, le célèbre Dr AGA, vous a concocté des fiches drôlement Zen, à détacher, à conserver et à ressortir en cas de blues. Tout pour un hiver en pente douce.

E L L E .FR

5


la doudou RÉconfoRtante comme des chaussons, pRoustienne comme de la confituRe, RÉgRessive comme un conte de fÉes… notRe sÉlection pouR dÉsiReR l’hiveR. paR Soline DeloS

Les vibes de CamiLLe

« Seeds », « Lasso », « Pâle Septembre »… Ses mélodies nous prennent au cœur et au corps. La chanteuse va se produire dans le théâtre magique des Bouffes du Nord. De quoi être doublement envoûté ! Les 19 et 20 décembre, au théâtre des Bouffes du Nord, 37 bis, bd de la Chapelle, Paris-10e. bouffesdunord.com

Le pLaid uLtime

Pour lézarder tout en confort et en élégance, on s’offre un dessus-de-lit en coton velours, à choisir en vieux rose pour encore plus de douceur. « Olorène », Galeries Lafayette. Dans la série des carnets de notes de Gallimard, je demande le dernier, qui reprend la couverture et le titre de Pascal Quignard « Tous les matins du monde ». Pour se faire du bien, chaque matin, on couche sur le papier ses pensées positives et négatives. Le meilleur moyen d’évacuer ces dernières… et de mieux tourner la page. 13,90 € le carnet, en librairie.

6

249,90 €. galerieslafayette.com

legende CREDITS LEGENDE credits

Les beLLes pensées


automne-hiveR 2018

ELLE zen / quoi de neuf ?

Liste

La poésie de prévert

La bougie de fLorenCe

Yolande Moreau et Christian Olivier inversent les rôles : ils nous embarquent pour un tour des poésies de Jacques Prévert. Et quand l’actrice à la présence intensément poétique chante et que le fondateur charismatique des Têtes raides lit et joue, les moments de grâce se ramassent à la pelle.

Dr. Vranjes, la maison de parfums florentine, lance ses premières bougies, et on craque pour le pot en verre soufflé, couleur rouge, blanc, noir ou or, et le parfum Giglio di Firenze, hommage à l’iris des collines toscanes. À partir de 84 € la bougie, chez The Conran Shop, 117, rue du Bac, Paris-7e.

Les Confitures maison Apprendre à en confectionner avec un chef confiturier ? C’est la bonne idée de la Confiture Parisienne, qui organise des ateliers de fabrication d’où on repart avec son délicieux pot perso.

legende CREDITS LEGENDE credits

patrick messina ; stéphane trapier ; helene giansily ; presse

79 € les 2 h. 17, avenue Daumesnil, Paris-12e, tél. : 01 44 68 28 81. confiture-parisienne.com

« Prévert, Yolande Moreau et Christian Olivier », du 15 janvier au 10 février 2019, au Théâtre du Rond-Point. 2 bis, avenue Franklin-D.-Roosevelt, Paris-8e. Tél. : 01 44 95 98 21. theatredurondpoint.fr

Le massage musiCaL

Le nouveau soin ayurvédique des Cinq Mondes se fait au son du clapotis des vagues, du crépitement du feu, du galop des chevaux… Une expérience 100 % sensorielle et 100 % zen. 1 h 30, 159 €. cinqmondes.com

Le sérum sur mesure Envie de jouer à l’apothicaire ? Rien de plus facile avec la marque Apot.Care, qui propose de faire soi-même les mélanges adaptés à sa peau à partir d’une collection de dix sérums purs (vitamines C, A, B3, collagène…). Il suffit de se rendre sur le site et de répondre au questionnaire-diagnostic pour avoir droit à sa prescription sur mesure. 29 € le sérum. apotcare.com

7


Le papier peint voyageur

Se dépayser depuis chez soi ? Il suffit d’habiller un mur de sa maison d’un papier peint panoramique qui nous plongera au cœur de la Thaïlande, au bord des rives du Chao Phraya. Voyage contemplatif assuré. À partir de 585 €. ananbo.com

Les petits pLats sains

En anglais, éd. Assouline, env. 42 €. assouline.com

La main verte

8

La tisane revigorante

Si l’envie vous vient de faire pousser dans votre sweet home vos propres tomates en grappe, feuilles de chêne, verveine ou basilic, ce potager d’intérieur modulaire – le premier en son genre – pourrait bien vous convenir. Simplement posé ou suspendu au mur, avec ses petits pots, il est redoutablement simple d’utilisation. Il ne vous reste plus qu’à arroser !

Curcuma, gingembre, galanga, ortie et notes d’orange composent ce breuvage concocté par Pukka, spécialiste des tisanes ayurvédiques bio, pour nous donner du peps au cœur de l’hiver.

« Modulo », Prêt à Pousser, 149,95 €. pretapousser.fr

Pukka, 4,30 €. naturalforme.fr E L L E .fR

matt beard ; claire curt ; albane delacommune ; carlos ayesta.

Suzie Spring Bohannon, cheffe du centre de bien-être californien The Ashram, dévoile les secrets de sa cuisine végétarienne dans « The Way We Eat ». Un ouvrage 100 % healthy, préfacé par Cindy Crawford, une habituée du centre, où chaque recette, du smoothie à la poire et au gingembre à la soupe miso, est une invitation à la gourmandise.


ELLE zen / quoi de neuf ?

automne-hiveR 2018

Le Cirque de Légende

Voltiges et chassés-croisés dans les airs, danses amérindiennes et costumes éblouissants… Avec « Totem », le Cirque du Soleil retrace le périple fascinant de l’espèce humaine, de ses origines d’amphibien à son désir de voler. Un spectacle qui nous plonge la tête dans les étoiles. « Totem », jusqu’au 2 décembre, à la Plaine des Jeux de Bagatelle. À partir de 50 €. cirquedusoleil.com

La seLf-réfLexoLogie

On adore le coffret « Massage réflexologie des pieds » de Nature & Découvertes, qui réunit un gel fraîcheur et des chaussettes imprimées d’une carte du pied, montrant à quel organe chaque zone correspond. Idéal pour s’offrir des séances maison à volonté. 19,95 €. natureetdecouvertes.com

Le Chaud bouiLLon

On use et abuse des nouveaux bouillons de plantes bio du Mas du Roseau, à boire chauds ou à ajouter au gré de ses envies à ses plats de légumes, de riz, de pâtes… « Digest », au fenouil, au gingembre et au curcuma ; « Tonique » à la carotte, à la pomme et au curcuma ; « Détox » à la betterave, à la carotte, à la tomate et au cumin… À chacun ses saveurs et ses vertus ! 15,50 € le pot. masduroseau.com

L’année CooL

La bonne résolution de 2019 ? Chasser le stress par la méditation de pleine conscience. Pour bien s’initier, on opte pour le programme MBSR proposé par les centres Qee : huit séances hebdomadaires de 2 h 15 et une demi-journée. 450 €. qee.fr

Le t-shirt des yoginis

« Voulez-vous faire du yoga avec moi ce soir ? », le T-shirt collector de la marque Yuj, lancé en édition limitée et rapidement épuisé, revient en deuxième saison, et on dit yes ! 45 €. yuj.fr

E L L E .fR

9


La Lévitation

Dans son nouveau spectacle, « Vertikal », Mourad Merzouki, pape du hip-hop, défie les lois de la gravité. Et quand ses dix danseurs quittent le sol pour créer des tableaux stellaires sur une musique d’Armand Anar, on se retrouve sur un nuage !

La CendriLLon star

Une chorégraphie originale par Rudolf Noureev sur le conte de fées de Perrault et la musique de Prokofiev. Cela fait sept ans que l’on n’avait pas vu ce ballet mythique qui propulse Cendrillon sous les sunlights de Hollywood, et les spectateurs au firmament. Du 27 novembre au 2 janvier 2019, à l’Opéra Bastille, place de la Bastille, Paris-12e. operadeparis.fr

« Vertikal », de Mourad Merzouki/ CNN-Cie Käfig, du 12 au 15 décembre, à la Grande Halle de La Villette, 211, avenue Jean-Jaurès, Paris-19e. lavillette.com

Le Coussin poiLu

Cet hiver, on fait le plein de coussins à poils, réconfortants comme des doudous. Et on les choisit bleus, la couleur qui monte dans la maison. Coussin « Chester », 16 €. alinea.fr

Le temps qu’iL faut

S’offrir un bain parfumé à la lavande, s’accorder des micro-pauses, vivre au rythme de la lumière… Dans son livre « L’Art de suspendre le temps », Pedram Shojai dévoile 100 rituels pour transformer son rapport au temps… et ne plus en manquer. Éd. Larousse, 14,95 €.

Les petons au Chaud

Pour passer la saison au chaud et en version cocooning, on n’a pas trouvé mieux que ces chaussons « Honey Express » en alpaga, fabriqués à la main par des artisans locaux au Pérou. Fun, glam et ultra doux ! 250 €. baboosha.fr

10

E L L E .fR


automne-hiveR 2018

ELLE zen / quoi de neuf ?

Le top LâCher-prise

Avec ce débardeur spécial yoga, c’est sûr, on va les chasser, les pensées négatives, les énergies et les vibrations plombantes. 100 % bio, il est composé d’un mélange de coton et de modal, ce nouveau textile ultra soyeux élaboré à partir de fibres de bois. 60 €. yoga-posture.paris

L’expo arChi zen De ses magnifiques musées sur l’île de Naoshima à sa célèbre église de la Lumière à Ibaraki, chaque bâtiment du grand architecte Tadao Ando célèbre le silence et la simplicité, et nous invite à la méditation. Raison de plus pour voir sa première grande rétrospective au Centre Pompidou.

laurent philippe ; sébastien mathé ; shigeo ogawa ; xavier imbert ; françois colinet ; presse.

« Tadao Ando, le défi », jusqu’au 31 décembre. centrepompidou.fr

La peau d’âne

Après cinq ans de fermeture pour rénovation, le Théâtre Marigny rouvre avec une adaptation du film « Peau d’âne » de Jacques Demy. Dans des décors féeriques et une mise en scène signée Emilio Sagi, sur les mythiques chansons de Michel Legrand, Marie-Agnès Gillot fait son apparition au théâtre tandis que Claire Chazal endosse le rôle de la narratrice. « Amour, amour, je t’aime tant… » Du 14 novembre au 17 février 2019, au Théâtre Marigny. theatremarigny.fr

Le dodo bio

L’insomnie vous guette ? La marque Weleda a enrichi sa gamme de compléments alimentaires bio et naturels d’une solution au pavot jaune de Californie. Une plante phare pour améliorer la qualité du sommeil. Avis aux stressés. 12,50 €. weleda.fr E L L E .fR

11


ELLE zen / BeAUTÉ

des céréales pour ma peau paR Jeanne Deroo Réalisation lauriane seignier

Mon épiderme sous gluten ? Au rayon cosmétiques, les céréales enrichissent de plus en plus de formules. L’huile de son de riz, riche en acides gras, est un antioxydant puissant. La protéine de blé a un effet tenseur sur la peau, mais adoucit également les cheveux et les fait briller. Quant à l’avoine, apaisante, c’est l’alliée des peaux atopiques.

Chez A-Derma, on l’utilise au stade de plantule : « C’est à ce moment précis que nous pouvons extraire un actif sans protéines qui peut être utilisé même par les personnes allergiques aux céréales », explique Claire Terlier, directrice marketing stratégie et développement. Côté parfum, la douceur évocatrice de bien-être nous inspire…

1

5 6 4

8 7

9

12

1. Hydratant : riz de camargue. Douche Crème, Le Petit Marseillais, 250 ml, 2,50 €. 2. antipollution : huile de son de riz. Voile Premier Anti-Particules, Hormeta, 15 ml, 86 €. 3. Protecteur : protéines de riz. Botanic Crème, Crème Démêlante Cheveux Colorés, By Biot, 250 ml, 42 €. 4. apaisant : plantule d’avoine. Crème Protectrice Dermalibour, A-Derma, 50 ml, 7,80 €. 5. Frais : orge et coquelicot. Eau de Toilette Poppy & Barley, Cologne, Jo Malone, 30 ml, 57 €. 6. réconfortant : son de blé et avoine. Eau de Toilette Oat & Cornflower, Cologne, Jo Malone, 30 ml, 57 €. 7. Èclaircissant : blé, avoine et orge. Gommage Flocons de Céréales, Pure Altitude By Fermes de Marie, 50 ml, 49 €. 8. anti-âge : blé noir. Soin Global d’Exception Contour des Yeux bio, Centifolia, 15 ml, 22,90 €. 9. Volumateur : protéine de blé. Poudre de Shampoing, Coloré par Rodolphe, 30 g, 20 €. E L L E .FR

photos Arno CAuChois. (À GAuChE, CuillérEs Monoprix. À droitE, CoupEllEs En bronzE lEpEtitflorilEGE.CoM.)

3

2


automne-hiveR 2018

un soin à l’indienne paR isabelle sansonetti Réalisation lauriane seignier

« en ayurvéda, médecine indienne multimillénaire, la peau est considérée comme le “deuxième tube digestif”, et on doit appliquer sur elle seulement ce qu’on pourrait manger », explique la Dre Nathalie Geetha Babouraj*. Le soin roi ? « L’huile de sésame bio non toasté. En Inde, les femmes utilisent

aussi beaucoup d’épices comme le gingembre et le curcuma. » Sa recette pour bien nettoyer les peaux mortes ? « Un masque régénérant à la farine de pois chiche, à rincer à l’eau dès que ça tiraille. » * Auteure de « Ma détox ayurvédique colorée » (éd. Le Courrier du Livre) et fondatrice de l’Institut de santé intégrative.

2

1

4

3

photo ARNO PHOTO Arno CAUCHOIS. CAuChois. (COUPELLES (CoupEllEs EN En BRONZE bronzE LEPETITFLORILEGE.COM) lEpEtitflorilEGE.CoM)

5 6

8

7

E L L E .FR

1. Orge et tournesol anti-chauffe. Réparation Journalière des Cheveux, Damage Remedy, Aveda, 100 ml, 32,50 €. 2. coco, moringa et rose antipollution. Démaquillant Essentiel à l’Huile, Mélange Ayurvédique, Sahajan sur sahajan.com, 120 ml, 41 €. 3. Thé blanc et jasmin antioxydants. Crème Légère Plume, Loren Kadi sur lorenkadi.com, 50 g, 15,80 €. 4. sésame réparateur. Huile Universelle Ayurvédique, Cinq Mondes, 150 ml, 42 €. 5. Ylang-ylang et huiles végétales hydratantes. Huile Sèche pour le Corps et les Cheveux, The Ritual of Ayurveda, Rituals, 100 ml, 19,50 €. 6. immortelle et néroli régénérantes. Baume Rescue, Sweet Serenity, Max and Me sur moncornerb.com, 15 ml, 70 €. 7. Vanille, ambre, patchouli et noyaux d’abricot exfoliants. Gommage Ayurvédique Oriental, Voyage sur la Route des épices, La Sultane de Saba, 300 ml, 32 €. 8. centella asiatica raffermissante et eau de source de l’Himalaya. Soin Buste Anti-Âge, Abhyanga, Taaj Paris, 100 ml, 32,90 €.

13


automne-hiveR 2018

ELLE zen / BeAUTÉ

un vanity anTi-FrOid douche dÉlassante, masques apaisants, cRèmes conFoRt, baume cocon… du bien, du beau, du bon, pouR un choix de soins tout en douceuR.

2

1

paR Julie chanutbombarD

3

5

4

6

7

10 11

12

14

E L L E .FR

oliviEr Moritz ; studio pACk And priCE ; prEssE.

1. repulpant.

Baume à Lèvres éclat, Nude By Nature, 2 0 € 2. lumineux. Gel Baume Yeux, Crème Prodigieuse Boost, 8 Nuxe, 40 ml, 25 €. 3.  nourrissant. Soin Naturel du Cheveu, Masque Quintessence, Leonor Greyl, 200 ml, 97 €. 4.  Poudré. Vernis à ongles, Lily Rose, Kure Bazaar, 10 ml, 9 16 €. 5.  Protectrice. Crème Confort Absolu, Peaux Sensibles et Sèches, Amande, Weleda, 30 ml, 14,15 €. 6. éclatant. Blush Minimalist Whipped Powder, Shiseido, 40 €. 7. relaxante. Douche Délassante, Rituel d’Ayurveda, Ushuaïa, 250 ml, 3,80 €. 8.    Hydratant. Soin Bonne Mine, éclat d’Abricot, Le Petit Marseillais, 50 ml, 5,70 €. 9. Purifiant. Masque Retexturisant à l’Argile Rose, Original Skin, Origins, 100 ml, 25 €. 10. apaisant. Complément Alimentaire, Elm, Fleurs de Bach Original, 20 ml, 12,25 €. 11. anti-rougeurs. Fluide Dermo- Nettoyant, Roséliane, Uriage, 250 ml, 10,35 €. 12. câline. Crème Régénérante Anti-Rides, Extra- Firming Nuit, Clarins, 100 ml, 85 €.


Le flacon d’or Solgar contient de l’Ester-C®, une forme de vitamine C hautement assimilable et non acide. Disponible en 500 ou 1000 mg. La vitamine C est essentielle pour le système immunitaire et pour réduire la fatigue.

Solgardez-vous bien !

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour. www.mangerbouger.fr


êtes-vous

happycondriaque? L’obsession du bonheuR, Leitmotiv du siècLe, nous Rend-eLLe pLus maLheuReux ? oh que oui ! Répondent eva iLLouz et edgaR cabanas dans LeuR LivRe. enFin Le dRoit au coup de mou ? paR PATRICK WILLIAMS iLLustRation SoLedAd

nous vivons en tyrannie. une tyrannie sourde, douce mais impitoyable. La tyrannie du bonheur. C’est la thèse du livre de la sociologue Eva Illouz et du docteur en psychologie Edgar Cabanas « Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies » (éd. Premier Parallèle). Dans leur collimateur ? Les milliers d’ouvrages de développement personnel qui nous somment d’être zen et épanouis ; la multitude de « feel good books » qui cartonnent en librairie ; la multiplication des coachs, gourous et autres spécialistes de la positive attitude. Bref, le bonheur partout… Bien sûr, il n’y a rien de mal à vouloir être détendu du zygomatique, expliquent-ils. Mais cette injonction permanente d’arborer un sourire béat a créé paradoxalement un nouveau type de malheur, avec l’apparition d’individus « happycondriaques » : des personnes inquiètes, toujours en train de se demander si elles sont assez heureuses, suffisamment épanouies, vraiment sereines… Et vous, êtes-vous « happycondriaque » ? Voici quelques pistes pour le savoir (et pour en sortir !).

16

guettez chacune de Vos émotions 1 Vous

La situation. Vous aviez tout organisé pour fêter les 8 ans de votre fille. Mais rien ne s’est passé comme prévu. Au moment de la photo, votre iPhone était plein, ce qui vous a passablement agacée. Lors de la dégustation du gâteau, vous avez regardé avec inquiétude la jeune Victorine laisser tomber des morceaux de chocolat sur le parquet. La séance de piñata s’est muée en instant de violence pure, provoquant chez les enfants un certain malaise. Et que dire des trois chipies qui ont fait bande à part et critiqué les cadeaux ? Le pire, c’est que vous vous êtes reproché de ne pas assez kiffer ce moment inoubliable. Vous avez passé votre aprèsmidi à vous dire : « Pourquoi je ne prends pas plus de plaisir ? Qu’est-ce qui m’empêche de positiver ? » Le diagnostic. Rien de grave à tout cela, rassurez-vous, plutôt une typique crise d’« happycondrie » comme cela nous arrive à tous. Eva Illouz le rappelle dans son livre : « Aujourd’hui, l’absence de bonheur est devenue synoE L L E .FR


automne-hiveR 2018

ELLE zen /HUMeUR

nyme de dysfonctionnement, tandis que le bonheur, lui, est désormais la norme, le critère psychologique ultime de la vie saine et fonctionnelle. » Conséquence : on veut que tout soit réussi, on ne supporte plus de mal vivre un événement, surtout s’il est associé à l’idée même de félicité comme c’est le cas pour un anniversaire d’enfant. Et si on assumait le fait que certaines choses ne soient pas aussi joyeuses qu’elles en ont l’air ?

passez trop de temps sur le net 2 Vous

La situation. L’autre jour, tout allait bien. Vous scrolliez peinardement sur Instagram, sans vous demander si vous étiez heureuse. Jusqu’à ce que vous tombiez sur un post d’une amie racontant ses vacances fantastiques avec son conjoint, dans une bergerie bio des Pyrénées, entourée de copains et d’enfants rieurs savourant sans broncher les joies simples de la vie… Vous qui avez passé des congés assez plan-plan dans la maison de famille en Bretagne, vous avez soudain vrillé. Votre séjour était-il si satisfaisant, au fond ? Avez-vous pleinement goûté au plaisir des vacances ? Le diagnostic. Vous venez juste d’éprouver une très banale crise de jalousie liée aux réseaux sociaux. Une étude de l’université de Pittsburgh menée en 2016 a d’ailleurs démontré que ceux qui les fréquentent ont 2,7 fois plus de risques de souffrir de dépression que les autres. Pourquoi ? Parce que les gens qui s’affichent sur la Toile mentent. Comme l’a souligné la chercheuse Donna Freitas dans son livre « The Happiness Effect », tout le monde sur Internet « n’a qu’une préoccupation dévorante : paraître heureux »… Normal de se sentir en décalage. Seule solution : se déconnecter ou se présenter sous un jour plaintif sur les réseaux et confesser ses échecs (la « sad girl theory », si répandue ces derniers temps). Cela fait, paraît-il, un bien fou.

Voulez toujours 3 Vous positiVer

La situation. Votre nouveau chef est un incompétent doublé d’un butor imprévisible, qui multiplie les ordres contradictoires, vous parle mal et n’a aucune reconnaissance pour votre travail. Pourtant, vous ne vous révoltez pas et passez votre temps à vouloir « po-si-ti-ver ». Vous essayez de voir le bon côté des choses, vous tentez, comme votre collègue Martine (une femme perchée qui ne fait plus que du yoga), de rester bienveillante (c’est dur) et de témoigner de la gratitude pour chacune de vos journées (c’est très dur). Le diagnostic. Nous sommes au cœur du livre d’Eva Illouz et Edgar Cabanas, selon lesquels les ouvrages de développement personnel nous invitent à nous changer, nous, plutôt que le monde qui nous entoure. Résultat : on ne critique jamais un chef, un management brutal ou une société injuste, mais on « travaille sur soi » sans arrêt pour s’améliorer, s’adapter, prendre les choses avec philosophie. « Le véritable objectif de l’idéologie du bonheur est de faire en sorte que le salarié intériorise la responsabilité des échecs E L L E .FR

de son entreprise », note Eva Illouz. Pourtant, rappelle l’auteure, l’expression de la colère, du ressentiment – toutes ces émotions négatives que veut éradiquer la happy idéologie actuelle – est essentielle pour faire changer les choses et évoluer la société. Râler, ça a du bon !

Vous lisez beaucoup 4 trop de liVres de déVeloppement personnel La situation. Hier, inquiète de votre tendance prononcée à l’autodénigrement, vous avez acheté « J’arrête de… (me) juger ! 21 jours pour changer », d’Olivier Clerc (éd. Eyrolles). Hélas, loin de vous rassurer, cet ouvrage vous a achevée. Quand vous avez noté sur une feuille toutes les fois dans la journée où vous avez jugé les autres et vous-même, le résultat a été terrible. Vous voici à présent accablée, jugeant que vous jugez beaucoup trop… Vous vous répétez que vous n’êtes pas assez zen, épanouie, bienveillante. Le diagnostic. C’est l’un des effets pervers des livres de développement personnel : censés nous aider à déculpabiliser, ils nous culpabilisent parfois encore plus, en mettant le doigt sur des imperfections peu flagrantes au quotidien… Évoquant les principes de la psychologie positive appliqués à l’école, Eva Illouz écrit : « Ces techniques rendent les élèves littéralement obsédés par leur vie émotionnelle et précipitent nombre d’entre eux dans un cercle vicieux d’angoisse et de dépendance thérapeutique. » Aïe. Le meilleur moyen d’être heureux ? Ne pas lire d’essais sur le bonheur !

aVez peur de faire 5 Vous le mauVais choix

La situation. Après avoir rencontré, via Tinder, deux garçons absolument séduisants, vous êtes en pleine crise d’indécision émotionnelle. Avec qui vous engager ? L’un semble certes plus stable, mais l’autre ne possède-t-il pas ce petit grain de folie qui vous offrirait une vie vraiment heureuse ? Vous souffrez d’une bouffée d’« happycondrie » sévère, essayant de deviner lequel des deux pourrait vous apporter le plus d’épanouissement possible. Le diagnostic. Pour Eva Illouz, ce genre d’attitude est typique de notre époque. L’obsession du bonheur instille en chacun de nous un sentiment permanent de frustration, d’incomplétude. Nous avons sans cesse le sentiment que « nous pourrions nous améliorer », en avoir plus. « Il y a toujours une nouvelle méthode d’évaluation de soi à essayer, note Eva Illouz, un vice à abandonner, une habitude plus saine à acquérir, un objectif à atteindre, une expérience à vivre, un besoin à satisfaire, un temps à optimiser. » Dès lors, celui ou celle qui s’engage dans cette quête « s’épuise rapidement, devient la proie d’obsessions et finit par être cruellement déçu ». Arriverons-nous un jour à trouver une solution au malheur que provoque la recherche du bonheur ? n

17


Scène de la vie en prison, dans « Orange Is The New Black », une série à bingewatcher sans hésitation.

dans la peau d’un serial mateur « C’est plus fort que moi. Régulièrement, je regarde des séries dans mon lit et cela se transforme en séance de “binge watching“ : je comptais ne regarder que deux épisodes et je m’en envoie six ou sept à la file… Mais comment voulez-vous résister au pouvoir d’attraction de “Game of Thrones“, “La Casa de Papel“ ou “Maniac“ ? » Géraldine, 42 ans, n’est pas la seule à céder à des crises de boulimie télévisuelle. Notre capacité à absorber, d’un seul coup, une énorme quantité d’épisodes ne cesse d’augmenter. Plus de 50 % des téléspectateurs nord-américains consomment ainsi une saison entière (soit jusqu’à vingt-quatre épisodes) en moins d’une semaine ! Et 40 % des Français regardent au moins trois épisodes d’affilée (selon un sondage de publié dans « Les Échos » en janvier). Une pratique rendue possible par l’apparition de Netflix, Amazon Prime

18

et d’autres plateformes proposant des vidéos à la demande. « Quand j’étais adolescente, on regardait des séries en famille, se souvient Géraldine, un brin nostalgique. Et on devait attendre une semaine pour connaître la suite. Désormais, dans ma famille, chacun regarde sa série dans son coin, sur son téléphone, son ordinateur ou sa télé. » Le binge watching semble ainsi devenu l’addiction la plus partagée… et celle dont on parle le moins. Fautil s’en inquiéter ? Avaler de trop grandes doses de narrations hyper bien ficelées peut-il nuire à notre santé ? « On ne peut pas vraiment parler d’addiction au sens strict du terme, nuance Michaël Stora, psychologue spécialisé dans les addictions au numérique et auteur avec Anne Ulpat de “Hyper Connexion” (éd. Larousse). Il s’agit davantage d’un usage excessif des images pour fuir cerE L L E .FR

jessica miglio

enchaîneR les Épisodes jusqu’à plus soiF, en laissant FileR l’heuRe au dÉtRiment du sommeil… de nombReux Fans de sÉRies ont Fait l’expÉRience de cette bulle. RetouR suR une tendance dRôlement contempoRaine. paR Paola Dicelli et Patrick Williams


automne-hiveR 2018

ELLE zen / culture

taines idées noires, un évitement de sa propre pensée, une des dernières séries à la mode. Si tu ne les as pas vues, tu manière de s’anesthésier, de se protéger, de se mettre à te sens vite largué, à la rame, exclu… », avoue Tristan, l’écart. Mais cela peut témoigner aussi de tendances 35 ans, qui « speedwatche » parfois pour rester dans la dépressives. » Enroulé dans sa couette, le « binge course. Se réfugier dans sa bulle, se vivre comme un téléwatcheur » fuirait la dureté du quotidien. Une hypothèse spectateur tout-puissant, ne surtout rien rater : les raisons corroborée par le philosophe Yves Michaud : « Toutes les pour bingewatcher sont nombreuses. Et les conseils des pratiques hédonistes de notre temps visent à créer une psys sont toujours les mêmes face à notre boulimie bulle. Un lieu où l’on s’immerge, où l’on ne sent plus le d’écrans. « Il faut mettre en place des stratégies pour limiter temps passer. Les fêtes techno qui durent plusieurs jours, notre consommation. Comme limiter à l’avance le nombre les centres commerciaux immenses dans lesquels on se d’épisodes », conseille Elena Pasquinelli avec bon sens. perd sont autant de bulles pour se reposer de notre Mais le binge watching résulte aussi de la façon dont sont société hyper individualiste, très difficile à vivre. » Vous fabriquées les séries, avec leurs cliffhangers irrésistibles (les n’avez plus l’énergie d’affronter l’esprit de compétition qui fameux suspenses de fin d’épisode). Ceux qui ont été règne au boulot ? Logique que vous soyez tentés de vous accros à « 24 heures chrono » – un sommet du genre – ne réfugier dans la saison 5 de « House of Cards » (et d’y pourront qu’acquiescer. Enfin, reste un dernier point qui regarder vivre un personnage performant et compétitif). rend les séries incontournables : elles représentent tout simMais cette façon de se retourner la tête plement le meilleur moyen pour penser le à coup d’images est aussi à rapprocher monde dans lequel nous vivons et réflédes sports extrêmes ou d’autres prachir à nos propres vies. « Nous ne cestiques excessives (rappelons que le pas de nous interroger sur la façon les séRies sont sons terme de « binge watching » est calqué dont les êtres humains fonctionnent, soula pRatique sur celui de « binge drinking », qui ligne Elena Pasquinelli. À bas coût, les consiste à s’alcooliser violemment, le séries nous offrent un aperçu des relacultuRelle la plus vite possible, comme le font certains sociales. Nous apprenons d’elles, plus excitante tions ados). Affalé sur son canapé, brandismais sans nous mettre en danger. » Selon sant sa télécommande comme un un sondage Opinion Way, 71 % des de l’époque. sceptre, le téléspectateur serait animé jeunes de 18 à 30 ans ont ainsi déjà vu noRmal d’un sentiment de toute-puissance, refuleur vie influencée par une série. Sabrina qu’elles cRéent B. Karine, une des scénaristes de l’excelsant les limites, désirant tout, tout de suite. « Aujourd’hui, la fiction, c’est quand je lente série française « Dix pour cent », des accès de veux, où je veux ! », résume une étude explique : « Plus jeune, j’ai adoré “The gouRmandise. L Word”, qui m’a fait prendre conscience Médiamétrie de 2017 pour décrire les nouvelles pratiques télévisuelles. « Nous que l’on pouvait être féminine et homovivons dans une société de la facilité, sexuelle. Cela m’a libérée. Le monde m i c haël s to R a , où l’on peut tout obtenir sans efforts, change, il est normal que la manière de p syc h o lo g u e confirme Elena Pasquinelli, chercheuse raconter des histoires change aussi. » en science cognitives et auteure de Confirmation de Michaël Stora : « Les “Comment utiliser les écrans en famille” (éd. Odile Jacob). séries sont sans doute la pratique culturelle la plus excitante Netflix est devenu l’élixir incontournable car on peut y de l’époque. Elles témoignent d’une liberté de ton et de avoir accès à n’importe quel instant en quantité illimitée. » traitement que le cinéma ne se permet plus. Normal qu’elles Et à la vitesse qu’on veut. provoquent des accès de gourmandise. » Au XIXe siècle, les grandes fresques qui racontaient leur époque se nomNotre gloutonnerie est telle qu’on assiste au déve- maient « Sans famille » ou « Guerre et Paix », romans-fleuves loppement du « speed watching ». Grâce à une appli, tel qui paraissaient en épisodes dans les journaux. le Video Speed Controller, on peut augmenter la vitesse Aujourd’hui, les grandes sagas se nomment « Breaking de diffusion de sa série (un épisode de 59 minutes peut se Bad » ou « Orange Is the New Black » et se regardent au regarder en 32 minutes chrono, sans que cela altère la voix lit… L’individu post-moderne, isolé, stressé, sans repères, se des personnages !). Une manière de rester toujours au mire dans ces petites pastilles de 52 minutes pour savoir qui contact de l’actualité du genre. Utile pour le serial mateur, il est. Comme le dit Pierre Langlais, critique à « Télérama » qui a souvent peur de passer à côté du show du moment, et grand adorateur du genre : « Si j’aime tant les séries, c’est pris de panique face au déluge de séries ultra cool qui pour le réconfort que leurs histoires m’apportent. Elles me surgissent de toute part (en 2016, 455 séries ont été diffu- font du bien. Elles marchent à mes côtés, elles me tiennent sées aux États-Unis, contre 266 en 2014…). « Il n’y a rien de compagnie. Elles sont mes proches et mes confidentes… » plus déprimant que d’entendre au bureau les gens discuter Comment ne pas être accro ? E L L E .FR

19


Rachel Brosnahan

« la FaBuleuse mme maisel »

séries : notre top 6 le binge watching, ce n’est pas si gRave. suRtout si on RegaRde des shows à haut potentiel comique. idéal pouR les zygomatiques. paR khaDija moussou

Bourgeoise, mariée et mère de famille dans le Manhattan de 1958, Midge Maisel se retrouve par hasard sur une scène ouverte aux humoristes. Debout, seule avec son micro, elle se découvre un don pour le stand-up. Mais l’époque n’est pas prête à la laisser s’exprimer… L’actrice Rachel Brosnahan injecte à son personnage féministe de l’audace, de l’esprit et une sacrée personnalité. Aux derniers Emmy Awards, la série a d’ailleurs raflé six prix dont celui de la meilleure actrice. Une bonne raison de dévorer les huit épisodes déjà disponibles ! Sur Amazon Prime Video.

Keir Gilchrist (au centre)

« atYpiCal »

Kristen Bell

« the eNd oF the FuCKiNg World »

Jessica Barden

20

La première saison de cette série drôle et irrévérencieuse suit deux ados anglais, Alyssa (Jessica Barden), rebelle au caractère bien trempé, et James, psychopathe autoproclamé, dans une folle virée à la Tarantino. Amateurs d’humour noir, vous allez adorer ce couple aussi détestable qu’attachant. La suite arrive en 2019. Sur Netflix.

« the good plaCe » Eleanor (Kristen Bell) vient de mourir et se retrouve au paradis. Compte tenu des bonnes et des mauvaises actions qu’elle a accomplies, elle aurait pourtant mérité l’enfer. Tandis que la jeune femme prend ses marques, tout part à vau-l’eau… Elle va devoir changer d’attitude pour sauver le paradis et y rester. Avec son pitch original, cette série américaine nous offre une sacrée dose de bonne humeur, tout en étant une satire d’aujourd’hui : réseaux sociaux, politique, télé-réalité, nouveaux régimes alimentaires… Mordant et loufoque à la fois. Sur Netflix. E L L E .FR

nicole rivelli ; 20th century fox ; hbo ; courtesy of netflix ; ron batzdorff/nbc ; presse.

« Atypical » donne la parole à Sam (Keir Gilchrist), Américain autiste qui vit avec ses parents et sa sœur. À 18 ans, il décide qu’il est temps pour lui de vivre sa vie et de tomber amoureux. Dans les deux saisons déjà diffusées, la série aborde, avec beaucoup de tendresse, une pointe de drame et une sérieuse dose d’humour, la difficulté d’être autiste mais aussi celle de vivre avec une personne atteinte de ce trouble. Un bel exploit. Sur Netflix.


automne-hiveR 2018

ELLE zen / culture

on binge, chéri ? paR lola Del Piaci

Zooey Deschanel

« NeW girl » Créée en 2011, « New Girl » vient de tirer sa révérence après avoir fidélisé nombre de fans grâce à sa bonne humeur contagieuse ! On y rencontre l’adorable Jess (Zooey Deschanel), tout juste célibataire, qui décide d’emménager avec trois colocataires masculins… lesquels vont tout lui apprendre sur les hommes. Humour décalé et dialogues soignés : « New Girl » va vous rendre accro ! La série compte sept saisons. À enchaîner sans modération ! Sur 6play.

Issa Rae

« iNseCure » Issa Dee (Issa Rae) vit à Los Angeles. À l’approche de ses 30 ans, elle remet en question ses projets professionnels et personnels et s’ouvre à tout ce que la vie peut lui offrir. Bande-son impeccable (hip-hop et R’n’B pointus), personnages attachants et images de la ville canon… « Insecure » déclenche des fous rires en cascade. Surtout lorsque son héroïne se met à rapper en solitaire, devant son miroir, sur ses désillusions. Vous ne le savez peut-être pas encore mais Issa est notre (nouvelle) meilleure amie ! Sur OCS. E L L E .FR

Attention danger : le binge watching nuirait à la vie de couple… Scènes de la vie conjugale 2.0. 9 heures. J’ouvre un œil. C’est dimanche, c’est séries ! Après une semaine de boulot, voilà un repos de la guerrière bien mérité. 9 h 30. Antoine se réveille : « Il faut absolument qu’on aille à la Fondation Vuitton voir Basquiat. » Sourire forcé. Et la saison 3 de « This Is Us », alors ? Il faut pas absolument la voir ? Pas touche à mes « Feux de l’amour » pour millenials. J’esquive… 10 heures. Dieu existe : Antoine se rappelle que pour lui, le dimanche, c’est jogging. Je dégaine mon ordi, prépare la boîte de Kleenex : prête à regarder la série la plus lacrymogène de l’histoire. 10 h 30. « Encore une série ? » Antoine est déjà rentré (il n’est pas très sportif). Je négocie : « S’il te plaît… Juste quatre épisodes… – Deux. – Trois, et après on fait la tournée des musées, promis ! » Il cède. Ressort. 16 heures. J’en suis à l’acmé du cinquième épisode. Me voilà en binge-lévitation, déconnectée du réel, totalement immergée dans la série, oubliant mon corps et mon identité. Je suis Jack, je suis Rebecca, je suis Kate. Antoine, lui, est de retour. Et tire la gueule. Pas le choix, je l’accompagne à son expo. 17 h 10. Entre deux toiles, j’essaie de le convaincre que, un de ces soirs, on pourrait regarder tous les deux « La Casa de Papel ». Je viens de lire une étude de l’Université d’Aberdeen sur les bénéfices du visionnage à deux : le binge watching en amoureux rallongerait la durée de vie du couple. 20 h 30. Au restau, la serveuse ressemble étrangement à Lynette Scavo, de « Desperate Housewives ». Ma vie elle-même a des airs de série. 22 h 30. Je n’ose plus parler de série à Antoine. Frustrée, j’ouvre un livre : « The Handmaid’s Tale », de Margaret Atwood… 23 h 30. Extinction des feux. 2 heures. J’entends du bruit. Des tirs, des bombes, de l’espagnol. SOS, on est en train de se faire cambrioler par des latinos ! Je cours dans le salon, façon Jack Bauer : « Antoiiiiine j’arriiiiive ! » 2 h 01. Il est sur le canapé, devant « La Casa de Papel »… sur mon compte Netflix ! C’est mal. Ça porte même un nom : le « Netflix cheating ». Tromper son conjoint en regardant un épisode dans son dos. 2 h 03. « Allez, viens, Lola. On va se la faire, notre soirée binge, le premier épisode vient de commencer. » Puisqu’il me prend par les sentiments… 6 heures. Nous voilà épuisés, cernés, mais heureux et ensemble… Jusqu’au prochain épisode !

21


automne-hiver 2018

ELLE zen / sexo

L’hiver

sera (très)

chauD

davantage envie de se resservir un chocolat chaud que d’enchaîner les siestes crapuleuses ? la Faute à la météo ? et si c’était dans la tête, tout ça ?

evgeniya savina/stocksy

par Anne-CéCile SArfAti

« Dès octobre, j’ai beau enfiler des pulls et des pulls, j’ai tout le temps froid, raconte Nathalie, 42 ans. Du coup, c’est vrai, j’ai plus envie d’un chocolat chaud devant une série que de galipettes sous la couette. » « Quand les journées raccourcissent, je me sens fatiguée et je n’ai plus du tout envie de sexe, c’est un peu comme si j’hibernais, renchérit Cathy, 35 ans. Et pour mon mec, c’est pareil. L’été, il ne pense qu’à ça, mais, en novembre, sa libido marche au ralenti. » Un tue-l’amour, l’hiver ? D’après les spécialistes, le véritable ennemi serait davantage l’absence de lumière que le froid. « La diminution de la luminosité et de l’exposition au soleil entraîne une carence en vitamine D, explique Catherine Blanc, psychanalyste et sexologue*. Et cette carence peut causer de la fatigue, voire une perte d’enthousiasme et ainsi une baisse du désir sexuel. Parallèlement, du fait des journées plus courtes, on a l’impression d’avoir moins de temps. » E L L E .Fr

Heidi Beroud, sexologue**, tempère : « Certes, l’automne et l’hiver ne sont pas des saisons où l’on s’imagine énergique et hyper désirante, contrairement au printemps et à l’été, qui symbolisent la lumière, le renouveau, la vie, l’amour… et donc le sexe. Mais on ne peut pas non plus cacher son désir ou plutôt son manque de désir uniquement derrière les saisons, car ça reviendrait à renvoyer la sexualité humaine à quelque chose de purement physique, ce qu’elle n’est pas. La question est plutôt de savoir de quoi une femme a besoin pour éprouver du désir. Et la réponse est sous-tendue par différents paramètres totalement indépendants du temps qu’il fait ! » Alors quels sont les secrets de celles qui ont envie de sexe en hiver comme en été ? Éléments de réponse. * Auteure de « La Sexualité décomplexée » (éd. Flammarion, 2015). ** Coauteure, avec Laura Beltran, de « Les Femmes et leur Sexe » (éd. Payot, 2017).

23


… désirantes « Je rencontre beaucoup de femmes qui ne se sont jamais intéressées à leur désir à elles, qui ne se sont jamais demandé : qu’est-ce qui m’excite, qu’est-ce qui me donne envie de sexe ? Est-ce que je connais les chemins qui me conduisent à désirer ? Il peut s’agir d’images, de lectures, de situations : la façon dont on aime retrouver l’autre, ce qu’on se raconte, à soi comme à l’autre, pour s’exciter… Être désirante, c’est également être active. Si on pense que le désir arrive tout seul, on peut attendre longtemps ! Seulement, beaucoup de femmes s’interdisent encore, pour des raisons morales inconscientes, d’aller elles-mêmes vers la sexualité. Même des femmes très indépendantes placent leur partenaire dans le rôle moteur de la sexualité du couple et lui laissent prendre l’initiative. Du coup, au bout de quelques années, elles s’installent dans une sexualité un peu subie. Bien sûr, tout ça est lié au plaisir que l’on prend dans les rapports sexuels. Si c’est ennuyeux, voire douloureux, on n’a pas envie. Mais, une fois encore, cela n’a pas grand-chose à voir avec les saisons. » … désirables « Pour se sentir désirable, il faut soigner son bien-être en toute saison. Savoir que le rapport au corps joue un rôle crucial dans le désir. Le sex-appeal n’est pas uniquement tourné vers l’autre, il en faut aussi pour soi. Je conseille aux femmes qui viennent me voir de s’habiller dans des tenues qui leur plaisent d’abord à elles. Et se faire du bien passe aussi par le soin de son propre corps : on peut par exemple aller chez l’esthéticienne, chez la manucure, prendre des bains, se gommer la peau, se faire masser… Ou faire du sport : pour certaines, la gym est un vrai booster de libido, car elle amène à se sentir plus musclée, plus belle, plus attirante. À chacune de trouver la méthode qui renforce son estime d’elle-même. » … désirées « Bien sûr l’envie de sexe repose aussi sur le comportement du partenaire. Est-il désirant ? Indifférent ? Trop insistant ? L’indifférence peut être liée à des soucis, de boulot ou autre. Il y a aussi les hommes qui ont tout le temps envie, quitte à vous lasser. Les couples qui fonctionnent ont souvent trouvé le rythme qui leur convient. S’ils font moins l’amour l’hiver, ce n’est pas très grave non plus ! Mais attention : il est rare que trop de temps laissé entre les rapports sexuels satisfasse les deux partenaires… Et puis, le désir est si fragile qu’il devient paresseux. Si l’on veut le retrouver, il faut chercher l’énergie pour s’y reconnecter. »

24

PAtriCiA, 48 AnS, AvoCAte

« L’hiver, j’ai presque plus envie de faire l’amour que l’été. C’est la saison de l’intimité, des feux de cheminée, des bougies, du bon vin rouge et des pâtes al dente. Plus il fait froid dehors, plus j’ai envie d’avoir chaud dedans. Alors, avec mon mari, quand nos grands enfants ne sont pas là – ce qui arrive de plus en plus souvent –, je planifie des dîners aux chandelles à la maison, qui se terminent systématiquement par des parties de jambes en l’air devant la cheminée, sur le canapé… ou sur la table basse. Cet hiver, je réfléchis carrément au tapis en peau de bête. Je sais, ça fait cliché, mais l’idée me plaît ! [Rires.] »

automne-hiver 2018

D’après la sexologue heidi Beroud, les femmes qui ont une vie sexuelle épanouie toute l’année se sentent à la fois…

Je cache mon Jeu nAthALie, 32 AnS, direCtriCe mArketing

« Le sexe à la saison froide, c’est beaucoup plus rigolo que l’été ! Au lieu de la robette jambes nues – qui finit par être répétitive –, mon imaginaire est décuplé l’hiver avec la lingerie. Je me jette sur les nuisettes en soie, les porte-jarretelles et guêpières, que je cache sous mes pulls, doudounes et autres manteaux. Ça m’excite dès que je les enfile ! Et ça continue de m’exciter pendant la journée ou le dîner avant de passer à l’acte. Je trouve érotique que mon mec n’imagine même pas ce que je porte en dessous. Et pendant qu’on fait l’amour, l’excitation que cette surprise lui procure à lui me donne encore plus de plaisir. »

J’anticipe mon pLaisir FLeur, 41 AnS, ChArgée de ProduCtion

« Je ne comprends même pas cette notion de sexualité en berne l’hiver. La réalité est que j’ai envie de faire l’amour régulièrement, quelle que soit la saison. Je suis peut-être une “chaude”, je ne sais pas, mais j’ai besoin de sexe dans ma vie. J’ai la chance d’avoir un homme qui me fait jouir quasi systématiquement depuis quinze ans. Quand on fait moins l’amour pour des raisons de boulot, d’emploi du temps, etc., ça me manque autant qu’à lui. Le cas échéant, pour stimuler mon envie, je pense au plaisir que je vais avoir, et ça suffit à faire monter le feu. »

E L L E .Fr

soledad

Le DÉsir AU RAyON X

J’aDore L’Érotisme D’hiver


ELLE zen / sexo

une saison D’enfer ! non, la baisse de libido hivernale n’est pas une Fatalité. le d r aga vous donne ses hot tips pour un hiver torride. par Alix girod de l’Ain

contre le manque de luminosité, qui déprime, ne couchez plus qu’avec des lumières, c’est-à-dire des personnes au QI supérieur à 120. Pour celles d‘entre nous qui ont déjà effectué un choix de conjoint au QI moins flamboyant, il n’est pas trop tard. Mettez votre moitié à la gym du cerveau, mais évitez de proposer des activités de type mots fléchés, Sudoku ou visionnage de soirées « Thema » d’Arte juste avant l’heure du coucher – ce qui, en accélérant son endormissement, risquerait d’avoir un effet contraire à celui qui est escompté. Dans le cas d’un conjoint du type marmotte hibernante (qui semble roupiller d’octobre à avril en vivant sur ses réserves de gras et qui manifeste la libido d’un lichen), une seule solution : l’attaque de l’aigle, qui consiste à fondre sans crier gare sur ses attributs virils afin de les réchauffer par surprise. Ne souriez pas, la plupart des enfants nés de septembre à décembre sont les fruits de cette technique très efficace. Un seul bémol : dans la nature, la marmotte a l’habitude de signaler tout danger en sifflant stridemment, ce qui a pour effet de faire fuir ses congénères. Si vous vivez dans un foyer de type polyamoureux, pensez-y, afin de ne pas vider votre nid d’un coup d’un seul. un des freins à la sexualité hivernale des femmes est leur frilosité. Nous sommes trop nombreuses à dresser autour de nos corps des remparts de barboteuses géantes en polaire et de chaussettes en maille bouclette, qui découragent toute tentative d’approche. La seule question à se poser, lorsque l’on veut continuer à être sexuellement active, c’est : « Est-ce que Pamela Anderson porterait ça pour une soirée en tête à tête avec un joueur de la ligue 1 ? » Si vraiment vous vous caillez trop, deux solutions : garder votre nuisette en soie pendant l’acte, quitte à la doubler d’un poncho en cachemire six fils, ou bien vous dénuder mais rester solidement agrippée à la face antérieure de votre partenaire, qui fera office de couverture chauffante écolo-friendly. E L L E .Fr

25


la fatiguE, ça a du bon ! on voudRait êtRe toujouRs en FoRme, on Rêve de se ReposeR… et si, en Fuyant les coups de mou, on passait à côtÉ de soi ? enquête suR un mal du siècle qui est peut-êtRe un bien.

D’un côté, Emmanuel Macron, de l’autre, le commun des mortels ? D’un côté, un dieu de l’Olympe dormant quatre heures par nuit – info diffusée et valorisée par son entourage –, de l’autre, un peuple à genoux ? D’un côté, l’efficacité 2.0 et le triomphe de la volonté, de l’autre, la « lose » passive et la langueur des « fainéants » ? Loin de notre surhumain président, des cohortes de femmes et d’hommes ordinaires vivent comme assommés, se dopent à la caféine et souffrent de ce mal de l’époque qui se répand au point de devenir un enjeu majeur de santé publique : la fatigue. Nous voilà pris dans l’un des pièges de l’hyper-modernité : le temps est devenu de l’argent, l’individu un outil de production – y compris de son propre bonheur –, et le sommeil, notre cher bon vieux sommeil de bébé,

26

du temps perdu. En moins de cinquante ans, nos nuits sont passées en moyenne de huit heures trente à moins de sept heures : une perte colossale selon les scientifiques, qui fait le bonheur des labos pharmaceutiques comme des marchands de poudres de perlimpinpin, mais aussi des vendeurs de conseils (signalons l’apparition de « coachs en sommeil », et de plus de 5 000 applis !). « C’est comment qu’on freine ? » chantait Alain Bashung. Peut-être en commençant par considérer la fatigue d’un autre œil. En comprenant que c’est un sujet – émotionnel s’il en est, puisqu’il touche à notre sécurité intérieure – verrouillé par mille et une idées reçues qui empêchent chacun de trouver ses solutions. Parmi la flopée de livres sur ce mal du siècle publié récemment (lire l’encadré p 28), deux ont attiré notre E L L E .FR

kvini/istock

paR Dorothée Werner et Julia Dion


automne-hiveR 2018

ELLE zen / PSYCHO

attention : plus décalés que les autres, intelligents et fins, très aidants. D’abord « Fatigue. Et si on apprenait vraiment à se reposer ? » (éd. Flammarion/Versilio), dans lequel Léonard Anthony, pro de l’hypnose et de la méditation, explore sans œillères (et avec le Dr Adrian Chaboche) les paradoxes de la fatigue et livre des pistes créatives pour retrouver sa vitalité. Puis « Ode à la fatigue » (Éditions de L’Observatoire), d’Éric Fiat, philosophe érudit, poétique et pince-sans-rire, qui analyse les bénéfices secondaires de l’épuisement avec une élégance toute littéraire. En leur bonne compagnie, décryptage de dix idées reçues sur la fatigue, vrai/faux métaphysique et délassant.

on En parlE, MiEux c’Est 1 Moins

faux. Mettre des mots sur la fatigue permet de l’alléger. Ainsi Éric Fiat décrit-il sa fatigue : « Un décalage provisoire de soi à soi, quelque chose que l’on traîne et qui n’a pas la somptuosité de la traîne de la princesse, mais qui entrave les mouvements, leste la liberté, fatigue le désir d’être ce qu’on voudrait être. » Il est fatigué ? « Je sens une pesanteur, une brume de confusion, un poudroiement d’obscurité, une douleur atopique, un chagrin en sourdine… » Planant, proustien, relaxant.

2 Ça nE sErt à riEn

faux. « La fatigue nous apprend que nous ne sommes ni des dieux ni des machines, écrit Éric Fiat, ni des anges ni des héros, ni des elfes ni des lutins, ni des faunes ni des satyres, tous êtres préservés de la fatigue soit par leur singulière perfection, soit par leur belle complexion, soit par leur admirable puissance métaphorique. Elle nous révèle nos limites. Elle nous révèle nos impuissances. Elle nous révèle notre finitude. Elle nous révèle notre condition incarnée. » Merci qui ?

3

plus on luttE, plus on s’épuisE

et, au final, une action à réaliser comme une autre. On entre dans un cercle vicieux. » Fin de l’obsession culpabilisante ?

5

il n’y a riEn à fairE

Vrai. « Mieux vaut prendre le temps de ne rien faire et de se laisser immerger au sein même de sa fatigue, affirme Léonard Anthony, qui a écrit un livre sur le sujet. Il s’agit d’arrêter de considérer notre corps comme un outil à notre disposition, et de le réintégrer au cœur de notre existence. Dormez, lisez, faites ce qui vous plaît, voire rien du tout, sans culpabiliser. Explorer sa fatigue est un chemin magnifique. » Qui l’eût cru ?

6 c’Est unE EnnEMiE

faux. « Elle est en général une alliée qui nous signale qu’il est temps de ralentir, de faire une pause, de s’arrêter avant que notre tête succombe au poids de nos inquiétudes et que notre corps lâche, explique Léonard Anthony. Aucun mammifère n’y échappe, mais, contrairement à bon nombre d’entre nous, les animaux savent entendre cet avertissement avec plus d’intuition et de simplicité. » Devenir aussi sage qu’un chat ?

lE soMMEil Est Du tEMps 7 pErDu

faux. On voudrait pouvoir faire sans, pourtant il permet ce qu’Éric Fiat nomme « la reconstitution de la nappe phréatique du soi ». « Quand nous dormons, rappelle Léonard Anthony, nous sommes en fait très occupés : nous régénérons nos cellules, nous trions et enregistrons les informations de la journée, nous évacuons nos angoisses, nous réfléchissons, nos idées émergent… » Dormir mieux pour vivre plus ?

8

EllE Est forcéMEnt ploMbantE

Vrai. « En combattant la fatigue, on ne se repose pas vraiment, dit Léonard Anthony. Pourtant, on ne gagne pas contre elle, il n’y a pas de bataille à mener. En cessant de la craindre et de la subir, en allant à sa rencontre plutôt qu’en l’ignorant, apparaît une autre possibilité : celle d’en faire une composante de notre vie et non plus un obstacle sur lequel nous trébuchons sans cesse. Il s’agit de l’observer au plus près, de saisir toutes les opportunités qu’elle nous offre, ce qui nous permet de nous reposer sur elle. » Bas les armes !

faux. « Une fatigue acceptée ouvre un moment de calme, de silence, qui libère la vie des inquiétudes, des soucis, des préoccupations dont on la sature », écrit Éric Fiat. « La grande fatigue, poursuit-il, oblige au silence, à la confiance, au shabbat, au courage, à la rêverie. Elle permet une autre allure de vie, une autre manière d’habiter son propre corps. Elle permet de renouer avec une forme d’intimité, lointaine et oubliée, avec le monde, les autres et soi-même, intimité à côté de laquelle passe l’infatigable, l’éternel frais et dispo, le toujours clair et distinct. » La fatigue, notre Jiminy Cricket ?

antiDotE : 4 sEsEulrEposEr

tout sErait MErVEillEux cEttE fatiguE 9 sans

Vrai et faux. « Bien sûr, mais pas dans une logique de rapport de force, précise Léonard Anthony. Car si on pense qu’il faut le faire absolument pour combattre à tout prix la fatigue et pouvoir se réaliser enfin, alors se reposer va devenir un enjeu crucial, une chose de plus à accomplir E L L E .FR

faux. « La société de consommation ne lâche jamais la pression pour nous convaincre que nous serions mieux si nous étions plus ceci et moins cela, souligne Léonard Anthony. Une question se pose alors : avons-nous besoin d’être “nous, en mieux” pour aller bien ? Sommes-

27


ELLE zen / PSYCHO

1o EllE n’a pas DE sEns

faux. « Elle nous pose une question, pour retrouver sa vitalité perdue, il faudrait peut-être commencer par y répondre, explique Léonard Anthony : qu’est-ce qui compte pour moi ? Quel est le jardin que je voudrais cultiver ? Pas celui de mon entreprise, pas celui de mon supérieur, ni celui de ma femme, mon époux, mes enfants, non : le mien ? L’épuisement naît de ce que nous nous laissons faire, ou de ce que nous sommes installés dans de mauvaises habitudes dans tous les domaines. Il faut tout questionner pour reprendre les rênes de son existence. Prenons par exemple le temps de nous demander si nos habitudes en famille ont encore du sens. Si nous ne sommes pas en train de nous infliger, aux uns et aux autres, des corvées, sources de tension qui ne servent qu’à nous fatiguer, à fatiguer autrui, à nous épuiser ensemble ? » Le chantier est ouvert. n

Grosse fatiGue

Dans l’éDition ! La fatigue est l’obsession du moment dans les librairies. Dans sa version extrême – le burn-out – ou plus soft. Entre un guide pratique (« Apprendre à se reposer », de Fernando Sarrais, éd. Le Laurier), un programme pour retrouver de l’énergie (« Vaincre l’épuisement sans médicaments », de la Dre Sophie Ortega, éd. Leduc.s) et une méthode pour s’endormir (« Devenez l’acteur de votre sommeil », de la Dre Dominique Méan, Genèse Éditions), il y a de quoi passer quelques nuits blanches. Les vrais insomniaques préféreront peut-être des conseils pour sombrer efficacement (« Dormez ! », dirigé par le Dr Patrick Lemoine, éd. Hachette) ou colorier vers 4 heures du matin un petit livret bien fichu (« Journal de mes nuits d’insomnie », de Lee Crutchley, éd. Le Livre de Poche). Trop fatiguée pour bouquiner ? Réécoutez Bashung : « La nuit je mens. Je prends des trains à travers la plaine. »

28

Pourquoi Je ne suis Jamais crevée On me demande souvent les secrets de cette forme physique, qui, outre mon esprit si vif et ma bonne humeur perpétuelle, a forgé ma légende. La générosité faisant également partie de mes caractéristiques, je vous les livre bien volontiers. le sommeil. Comme tant d’urbaines actives, j’éprouve de réelles difficultés d’endormissement. Le soir venu, mon cerveau cogite encore. Quand mon époux, tout céleste qu’il soit, s’endort, lui, en huit secondes. Cette idée qu’il roupille et moi pas m’agace et achève de m’empêcher de sauter dans le « train du sommeil ». Mais j’ai la parade : prétendre être atteinte du syndrome des jambes sans repos pour empêcher Didier de sombrer trop vite, car, par un effet de vases communicants propre aux couples mythiques, dès que l’un veille, l’autre s’endort. Enfin, pour atteindre le quota de neuf heures de sommeil dont j’ai besoin, je complète volontiers ma nuit au bureau, en m’assoupissant entre 14 heures et 17 heures. l’hygiène de vie. Le sport est essentiel à mon équilibre. Deux fois par semaine, une jeune femme sonne dès potron-minet pour me faire faire de la gym. Elle a l’air d’un ange, en fait c’est un alien hostile, pourvu d’yeux derrière la tête qui détectent le burpee trop mou et le punissent de séries d’abdos supplémentaires. En fait, je ne sais pas qui est cette personne ni qui la paie (vraisemblablement, mon mari), mais voilà déjà sept ans que j’ai trop peur d’elle pour ne pas lui ouvrir la porte. J’ai aussi cédé à la mode du petit smoothie healthy. Chaque soir à 19 heures, je me sers une large rasade d’un jus aux raisins blancs. Fermentés, les raisins. Ça me donne un tel tonus qu’il n’est pas rare que la bouteille y passe. l’entourage. Avez-vous remarqué que, lorsque quelqu’un bâille, c’est contagieux ? Les gens fatigués sont fatigants, je les tiens donc à distance. J’ai appris à limiter mes interactions avec les ados, ces éternels mous, au minimum (une belle gueulante hebdomadaire suffit amplement à entretenir le lien familial), avec les personnes âgées (j’ai refilé mes tickets repas à ma mère, ça m’évite d’aller déjeuner chez elle) (bisous, Maman !) et surtout avec toute forme de hiérarchie au bureau. Mes chefs sont crevées, c’est dingue ! À croire qu’elles n’arrivent pas à trouver le sommeil au journal, les pauvres.

E L L E .FR

soledad

nous si malheureux et pitoyables tels que nous sommes ? » D’autant que, privés de fatigue, nous serions aussi orphelins de ses bienfaits ! Or, pour Éric Fiat, « elle rend possible une fraternité des fatigués, la fraternité de ceux qui déposent un temps les armes de la lutte à mort pour la reconnaissance. Ce temps de la déposition est le temps d’une incertitude suspensive, d’une confusion douce, d’un trouble tendre à la présence des autres ». Heureux, les fatigués ?

automne-hiveR 2018

paR alix giroD De l’ain


Photographie auteur : © Anne-Emmanuelle Thion - Photographie de couverture « The Sweet Escape » : © Julie de Waroquier

LAURENT GOUNELLE

Le nouveau roman de

Une histoire exaltante, un vent de liberté


ELLE zen / rubrique

chante,

La vie chanteÉ SÉRÉnitÉ, conFiance en Soi, plaiSiR… pouR le coRpS comme pouR l’âme, leS bienFaitS du chant Sont nombReux, et dÉmultipliÉS loRSqu’on le pRatique en gRoupe. explication choRale. « J’ai besoin de ma dose ! Une répétition avec ma chorale, c’est un vrai shoot d’émotions, d’ondes positives, de pur plaisir et de partage, qui me procurent une énergie inimaginable. Je ne peux pas m’en passer. » Comme Charlotte, 43 ans, 2,6 millions de Français (1) s’adonnent aux joies du chœur. Car si chanter fait du bien, ensemble c’est encore mieux.

tout Le corps en mouvement

Le chant procure les mêmes bienfaits que la pratique d’un sport. D’ailleurs, c’est du sport. On ne mobilise pas seulement la voix. Les pieds ancrés dans le sol, dans une posture à la fois tonique et souple, on se concentre sur sa colonne d’air, qui part du ventre et remonte vers la tête. Si la ceinture abdominale et le diaphragme permettent de

30

contrôler le volume, la constance et la durée du souffle, qui fait vibrer les cordes vocales, « ce sont jusqu’à deux cents muscles qui peuvent être mobilisés, explique la Dre Elizabeth Fresnel, phoniatre et directrice du Laboratoire de la voix. Tout le corps est sollicité. Il s’agit donc d’un véritable exercice physique ». Dont les résultats sont visibles : chanter régulièrement améliore le souffle et la posture, renforce les muscles… Et quand ce sport devient collectif, porté par le groupe, on se laisse aller à bouger en rythme, à danser… sans cesser de contracter ses abdos pour « soutenir » le son. Avec un effet proche de celui d’une séance de gainage ! Mais il est un plaisir corporel du chant qu’aucune séance de sport traditionnelle ne peut apporter : la sensation produite par les vibrations du son. « Si toute musique se ressent E L L E .FR

meyer/tendance floue

paR LeïLa FLodrops


automne-hiveR 2018

ELLE zen / enquête

à La choraLe, Je me sens vivante dans le corps, quand on chante soi-même, cette expérience est vécue à la fois de l’extérieur et de l’intérieur, explique François-Xavier Vrait (2), président et fondateur de la Fédération française de musicothérapie, et directeur de l’Institut de musicothérapie, à la faculté de médecine de Nantes. Le son que nous émettons produit des mouvements internes de vibrations et de résonances qui se propagent dans nos os, notre peau, toutes nos cellules : le plaisir de chanter, c’est le plaisir de se laisser aller à résonner complètement. C’est comme un micro-massage ! » Un cadeau que l’on peut s’offrir à peu de frais. Et, là encore, la pratique collective ne peut qu’augmenter ces effets… « Quand on chante à plusieurs, on émet des ondes acoustiques qui se combinent entre elles et en créent de nouvelles, engendrant une vague de résonances à laquelle on participe activement. On est reliés par ces vibrations que l’on crée ensemble, et cela génère énormément d’émotions », complète Guillaume Coignard, manager vocal à Disneyland Paris et chef de chœur. Nina, 29 ans, membre d’une chorale de 80 personnes, le confirme : « La puissance du nombre procure des sensations physiques très fortes. Je ressens les ondes sonores me parcourir de la tête aux pieds et ça me fait un bien fou ! » Chanter fait – littéralement – vibrer.

Émotions Fortes

Cette dimension dite « motionnelle » est intimement liée à la dimension émotionnelle du chant. Quand on donne de la voix, on se libère. Des carcans sociaux, des injonctions de se taire et de se faire discret. On s’exprime et on s’abandonne. « C’est comme une récréation pour notre corps, s’amuse Célia Asensio, coach vocale et chanteuse. On évacue les tensions, les boules au ventre – notre deuxième cerveau, qui impulse le son ! Et on s’autorise à faire jaillir toutes nos émotions : ce qui permet de les reconnaître, de les canaliser, de les extérioriser… voire de s’en détacher. » Un véritable bienfait pour la santé, sachant que selon les médecines orientales, notamment, l’accumulation d’émotions négatives peut générer des déséquilibres organiques générateurs de maladies. « En médecine chinoise, chaque méridien, qui est en lien avec un ensemble d’organes, est associé à un son ou à une relation au son, souligne Jennifer Zipci, créatrice des ateliers Bien-être en mouvements. L’équilibre psycho-émotionnel est trouvé lorsque ces méridiens sont équilibrés. Chanter fait partie des techniques psycho- corporelles utilisées pour y parvenir sur les plans physique, mental, émotionnel et énergétique. » Il existe ainsi un qi gong du son et un yoga du son – la colonne d’air passe d’ailleurs par quatre des sept chakras de la médecine indienne –, et des traditions du monde entier attribuent au chant des pouvoirs (auto-)guérisseurs. E L L E .FR

Chrystèle, 42 ans, gestionnaire r.h.

« Je ne suis jamais aussi rayonnante que quand je chante ! Et dans une chorale, c’est encore mieux qu’en solo ! Les harmonies des voix, les sourires des autres participants, les émotions ressenties en commun… C’est un partage extraordinaire, qui me fait vibrer, me régénère et me donne une énergie dingue. »

chanter en chœur me nourrit sandrine, 53 ans, CoordinatriCe

« J’ai toujours chanté, notamment dans des chorales d’entreprise. J’ai beaucoup d’énergie, et ça me permet de la canaliser, de maîtriser et de gérer mes émotions. J’oublie tous mes soucis, j’évacue le stress… et j’en ressors euphorique ! Physiquement, ça me fait le même effet qu’une séance de sport, mais je ressens aussi des bienfaits sur le mental, la concentration. »

sociaLement, c’est FabuLeux Florent, 30 ans, réalisateur

« Dans ma chorale, nous sommes d’âges, d’origines, de cultures et de milieux très différents… et cette diversité crée quelque chose d’extrêmement puissant. Nous expérimentons une forme de vivre-ensemble que je ne retrouve nulle part ailleurs. »

Si la science ne mesure (ou n’explique) pas encore tous les bienfaits de la pratique vocale sur la santé, la recherche ne cesse de progresser. Sa capacité à renforcer le système immunitaire serait sur le point d’être démontrée, et ses effets sur la neuroplasticité du cerveau, c’est-à-dire sur la capacité des neurones à se remodeler, sont déjà prouvés. Avec des applications nombreuses dans le soin des troubles du langage. Une équipe de l’Université d’Iowa dirigée par la Dre Elizabeth Stegemöller a ainsi montré que le chant pouvait combattre l’hypophonie (altération du timbre de la voix) chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. La chercheuse britannique Laura Fogg Rogers, auteure d’une thèse intitulée « Singing in Unison. The Neuroscience, Art and Therapy of Music », a travaillé avec des aphasiques ne parvenant plus à parler mais capables de chanter. D’autres études attestent des effets

31


automne-hiveR 2018

ELLE zen / enquête

bénéfiques du chant sur les troubles du langage consécutifs à un AVC ou dans le traitement de la dyslexie. « Le chant est un allié précieux pour la réhabilitation du langage dans le cerveau, confirme le Pr Hervé Platel, neuropsychologue. Parce que les réseaux de la musique sont au-delà de ceux du langage : quand on chante, on met en œuvre à la fois notre hémisphère cérébral gauche (mobilisé pour la parole) et notre hémisphère droit (mobilisé pour la mélodie et le rythme). Une pratique régulière du chant (par exemple dans le cadre d’une thérapie mélodique auprès d’orthophonistes) entraîne la modification de certaines zones et le renforcement d’un certain nombre de circuits cérébraux et de connexions synaptiques, que l’on peut mesurer par l’imagerie médicale. » De là à penser que chanter rend plus intelligent… Le Pr Hervé Platel l’affirme : « Chanter stimule les capacités cognitives. » Spécialiste de la mémoire, il dirige à l’Inserm de Caen une équipe de chercheurs dédiée aux maladies associées au vieillissement. Qui constate des effets formidables de la pratique du chant en groupe sur des malades atteints de démences comme Alzheimer. Même avec une mémoire très diminuée, ceux-ci sont capables non seulement de se remémorer d’anciennes chansons, mais aussi d’en apprendre et d’en retenir de nouvelles, et de s’en souvenir après plusieurs mois. « L’effet de répétition permet l’encodage d’une information sensorielle dans de nouvelles régions du cerveau », explique le professeur. Avec en plus des effets immédiats sur le bien-être des malades, qui sortent de leur apathie en prenant du plaisir à chanter ensemble.

Grâce au chant, chacun peut se reconnecter à soi-même. S’incarner tout en calmant l’agitation mentale, notamment par le travail sur la respiration, proche de la sophrologie ou de la méditation. Se (re)centrer, en se mettant à l’écoute de ses sensations et de ses émotions. Mais aussi apprendre à sortir de soi et à lâcher prise. « C’est indispensable, assure la coach vocale Célia Asensio. Si on est dans le contrôle, artistiquement, il ne se passe rien. La magie opère hors de sa zone de confort ! » Ce qui demande de se dépasser… et de surmonter ses appréhensions. Pour Werner, 30 ans, la difficulté vient de ce que « chanter relève d’un acte très intime. Mais lorsque l’on réussit à vaincre sa peur, c’est vraiment gratifiant ». Or la chorale est le lieu idéal pour y parvenir : « On ne prend

32

vous chantez Faux ?

E L L E .FR

tim roberts/digital vision/getty images

trouver sa voix

pas vraiment de risques quand on chante en groupe, rassure David Aknin, qui a créé et dirige les chorales Uniisson à Paris, Lille, Bordeaux et Lyon. Tout le monde est sur un pied d’égalité, tourné vers le chef de chœur et dirigé vers un objectif commun : cela suffit à créer une bulle qui permet de progresser à son rythme, à l’abri du jugement des autres. » Guillaume Coignard, qui dirige le Chœur des 3 forêts, dans l’Oise, et le Chœur moderne parisien, le confirme : « La pudeur de chacun est préservée. Quand je donne une consigne pour rectifier quelque chose qui ne va pas, je ne m’adresse pas à un individu, mais à son pupitre – ou sa voix : soprano, alto, ténor ou basse –, qui est le plus petit dénominateur commun. Chacun est ainsi protégé par son pupitre, et chaque pupitre est protégé par le chœur. » Quoi de mieux pour vaincre sa timidité, se laisser aller et gagner en confiance en soi, au fur et à mesure que l’on se désinhibe, que l’on progresse… et que l’on trouve sa voix ? Mais chanter nous ramène également au plus profond de notre être, et à une expérience archaïque, primitive, qui se trouve à l’origine de notre conscience, comme l’explique « en réalité, c’est le cas François-Xavier Vrait : « Avant même de très peu de gens, affirme d’entendre du sens, les êtres humains le chef de chœur david entendent de la musique. Très tôt, le aknin. et ce n’est pas fœtus en gestation reconnaît la voix insoluble ! Ce n’est pas une de sa mère, qui lui parvient régulièrequestion de capacité, mais ment sous forme de mélopée. Et toute d’écoute. il existe des expérience musicale ultérieure sera exercices pour apprendre d’abord une recherche de cette à être plus attentif aux musique première, “la voix de la notes produites et à mieux mère” (pour citer la psychologue s’écouter soi-même pour Marie-France Castarède), qui nous se mettre à l’unisson. en ramène à l’aube de notre vie quelques cours particuliers, psychique… » Cette idée puissante, on parvient à corriger qui sous-tend la recherche en musicoles discordances. » thérapie à destination de


personnes en grande souffrance psychologique – schizophrènes, dépressifs, patients atteints de troubles autistiques ou de maladies neurodégénératives… –, auxquelles le chant peut être d’un grand secours, permet de comprendre en partie pourquoi chanter met tant de baume au cœur.

La chimie du bonheur

Europe, 4 % de la population participant à une chorale, contre 8 % en Suisse et 11 % en Autriche(1)), ils consommeraient moins d’anxiolytiques et d’antidépresseurs…

Les chants des possibles

tous ensembLe !

Cerise sur le gâteau : la chorale permet de nouer des liens forts. Si on y va d’abord pour le plaisir de chanter sans s’exposer, on y revient aussi pour la joie de retrouver ceux avec qui on partage des émotions intenses… et qui sont seuls à même d’en comprendre la puissance. Le chant collectif, qui est de toutes les liturgies, de toutes les célébrations et de tous les banquets, est un formidable vecteur de lien social. « Le chœur constitue une micro-société dans laquelle il n’y a plus de distinction sociale, d’âge, ni de couleur de peau… mais seulement des chanteurs », assure Guillaume Coignard. On y apprend à être avec les autres, à sortir de soi pour accorder ses énergies à celles de l’ensemble, à développer un esprit collectif qui repose sur l’écoute, la bienveillance et le respect. On trouve sa place dans un groupe. Autant de choses qui font défaut dans une époque hyperconnectée, où l’individu semble primer sur la société et où tout va toujours trop vite. Ce renforcement de la cohésion sociale fait d’ailleurs partie des objectifs du « Plan choral » annoncé par les ministres de la Culture et de l’Éducation en 2017 (3). « La dimension sociale a longtemps été ignorée des neurosciences, conclut le Pr Hervé Platel. Mais chanter ensemble, en se concentrant à la fois sur soi et sur les autres, leurs ressentis et leurs émotions, augmente les capacités de cognition sociale et d’empathie : ce qui nous pousse à mieux vivre les uns avec les autres. » Eh bien ? Chantez, maintenant !

Quant à la sensation de « shoot », Avec plus de 65 000 chorales elle trouve une explication avec la en France, le bonheur est facile neurochimie. Dopamine (neuroà trouver. Les suggestions médiateur du plaisir et du désir), de nos choristes. sérotonine (régulateur de l’humeur, aux vertus antidépressives), ocyto• Uniisson, à Paris, Lille, cine (hormone de l’amour et de Bordeaux et Lyon l’attachement)… les substances Au menu, gospel, pop, soul et sécrétées quand on écoute – et a bonne humeur. Avec plusieurs fortiori quand on fait – de la rassemblements des quatre musique sont nombreuses et procuchœurs proposés dans l’année, rent des sensations fabuleuses. « La sous la direction de David Aknin. musique stimule les circuits de la lumiiq.com/uniisson récompense, ajoute le Pr Platel. À la • Anne.K Formations, clé, la sécrétion d’endorphines, qui à Paris et Vannes calment les douleurs et renforcent Anne-Laure Jaïn propose le sentiment de bien-être. Ces régulièrement des week-ends opioïdes endogènes jouent un rôle gospel, chants du monde et jazz, essentiel dans le plaisir musical : en Bretagne et à Paris, ainsi que d’ailleurs, lorsque l’on inhibe leurs des stages bien-être et chorale. échanges, l’écoute du son ne proanne-kformations.com cure plus de frissons. » Et comme • Cœur d’Auteuil, à Paris leur nom le laisse entendre, ces Misant sur la convivialité et la opioïdes ont un effet littéralement complémentarité des chanteurs, dopant, raison pour laquelle la cette chorale associative explore Fédération française d’athlétisme un répertoire jazz, classique et interdit les baladeurs dans les comchants du monde. sur Facebook. pétitions de course à pied. Or tout laisse à penser que, lorsque l’on • Chœur moderne parisien crée soi-même la musique en unisLa toute nouvelle chorale sant sa voix à celle d’un collectif, cet créée par Guillaume Coignard effet est amplifié… « Le plaisir est propose des arrangements instantané, affirme Corinne, pop et variété, dans l’esprit 54 ans, qui a découvert la chorale des Enfoirés. choeurmoderneparisien.com l’an dernier. Je suis prof de théâtre, mais le chant… c’est cent fois plus d’autres idées : chorales.info/annuaire euphorisant ! » « Impossible de dormir en sortant de répétition ! » renchérit Florence, 47 ans. On constate par ailleurs que le chant induit une diminution de source singing europe. la production de cortisol, hormone du stress, dans le cer- (1) (2) et auteur d’un « Que sais-je ? » sur la musicothérapie. veau. Il y a donc fort à parier que si les Français chantaient (3) education.gouv.fr/cid127085/le-plan-chorale-une-prioritedavantage (ils sont loin d’être champions en la matière en donnee-a-la-musique.html

34

E L L E .FR

automne-hiveR 2018

ELLE zen / enquête


MadeMoiselle Caroline et Christophe andré

Les anti-bLues

brothers

lE psychiATRE sTAR chRisTOphE ANdRé ET lA dEssiNATRicE dE bd MAdEMOisEllE cAROliNE pUbliENT ENsEMblE UN cAhiER d’AcTiviTés cOMME UN dOUx REMèdE à lA MélANcOliE. iNTERviEw. pAR Patrick Williams

36

E L L E .FR


AUTOMNE-hivER 2018

ELLE zen / entretien croisé

le revoilà ! l’infatigable Christophe andré sort un nouveau livre. Cette fois, le célèbre psychiatre et psychothérapeute, abonné aux best-sellers sur le bonheur et la sagesse, s’essaie à un genre inédit avec « Mon programme anti-dépression »*, coécrit avec la dessinatrice de BD Mademoiselle Caroline. Le principe ? Un ouvrage qui propose toute une série d’exercices très simples, à suivre pendant vingt-huit jours, pour combattre les humeurs déprimées : respiration, méditation et mise en application de méthodes issues des thérapies cognitivocomportementales (TCC) et de la psychologie positive. L’originalité du projet, qui le rend attachant et convaincant, c’est qu’il s’appuie sur l’expérience de Mademoiselle Caroline, qui a elle-même connu plusieurs fois les affres de la dépression. Elle expose au début de chaque chapitre, avec sincérité et humour, les gouffres qu’elle a traversés, puis, fort de ses trente ans d’expérience, Christophe André lui apporte des réponses et des conseils. Un livre qui parlera à tous ! Pas besoin d’avoir arpenté le continent noir de la mélancolie pour profiter de ses précieuses recommandations : on veut tous lutter contre les coups de blues de l’hiver. Rencontre éclairante.

stéphane rémael

ELLE. Comment vous êtes-vous connus ? MadEMoisELLE CaroLinE. J’étais en pleine dépression quand je suis tombée sur un des livres de Christophe dans une librairie. Deux jours plus tard, par une série de coïncidences, j’ai découvert que nous avions des amis communs. Quand on s’est rencontrés, je lui ai parlé de mes problèmes et il m’a conseillé d’aller voir un de ses collègues, le docteur Charly Cungi, qui exerce non loin de chez moi, en Haute-Savoie, et qui utilise les mêmes méthodes que lui. Celles-ci ont si bien marché que nous avons décidé, avec Christophe, de faire un livre. ELLE. Le titre de votre ouvrage est très ambitieux. Peuton vraiment proposer un programme anti-dépression efficace en vingt-huit jours ? M.C. Je ne souhaitais pas spécialement l’appeler comme ça, j’aurais préféré un titre plus sobre, du genre « Guide de prévention contre les rechutes dépressives ». Mais c’est notre éditeur qui l’a choisi. C’est vrai que c’est peut-être un peu trop vendeur… Je suis bien placée pour savoir qu’on ne guérit pas miraculeusement, d’un seul coup. ChristoPhE andré. J’ai été interpellé sur Facebook par des lecteurs qui trouvaient que le titre était exagéré. C’est sans doute vrai. Mais ouvrez le livre et vous verrez que ça ne ressemble en rien à un remède miracle. Notre approche est modeste et bienveillante. C’est toujours le même problème : soit vous choisissez un titre vendeur qui E L L E .FR

interpelle le plus de gens possible, lesquels pourront y trouver une aide non négligeable. Soit vous publiez un livre plus confidentiel, qui sera donc moins utile. ELLE. Vous disiez, Caroline, que ces exercices vous ont fait beaucoup de bien. Comment cela s’est-il passé ? M.C. J’allais mal. J’avais des angoisses immenses, des peurs incontrôlables. Il me fallait littéralement trois heures pour me lever le matin. Je cogitais sans arrêt, ruminais des idées noires. Comme je ne pouvais pas aller voir quotidiennement mon docteur, il m’appelait tous les jours à la même heure, et il me donnait des activités très simples à faire, des choses presque idiotes… Des exercices de respiration, de méditation. Mais je me focalisais sur ce qu’il disait et cela me permettait de créer en moi un peu de calme. À première vue, toutes ces pratiques qui viennent des TCC ou de la psychologie positive peuvent paraître cucul, mais elles ont une vraie efficacité ! ELLE. Et vous, Christophe, constatez-vous que ces méthodes marchent bien avec vos patients ? C.a. C’est plus qu’un constat. De nombreuses études scientifiques ont prouvé leur efficacité. Mais certains ont encore du mal à y croire, notamment dans un pays comme la France, qui a beaucoup mis en avant les vertus de la psychanalyse. Pourtant, aujourd’hui, on s’aperçoit de plus en plus qu’il y a trois manières d’aider un patient dépressif : la psychothérapie, qui implique de se pencher sur son passé ; les médicaments, si on en fait bon usage ; et enfin toutes les pratiques que nous recommandons dans notre livre et qui permettent d’affronter les déferlantes émotionnelles : respirer, méditer, se bouger, diriger ses pensées vers autre chose que la rumination. Un ensemble de réflexes qui font partie de ce qu’on appelle la thérapie d’activation comportementale. ELLE. Vous mettez l’accent sur les exercices respiratoires. En quoi peuvent-ils nous aider ? C.a. Il existe un lien fort entre notre respiration et notre esprit. Les gens anxieux ont tendance à hyperventiler, à respirer de façon saccadée. Normal. Dans notre cerveau, le centre de contrôle de la régularité respiratoire se trouve juste à côté de l’amygdale qui traite les émotions douloureuses. Quand vous affolez l’une, vous affolez l’autre. C’est une histoire de mécanique cérébrale. Si vous lisez les textes fondateurs du yoga, vous constatez que, déjà à l’époque, l’être humain avait compris qu’on pouvait domestiquer ses émotions en maîtrisant son souffle. Ce principe est au centre de la méditation de pleine conscience, que nous utilisons beaucoup avec

37


nos patients dans notre unité de l’hôpital SainteAnne. Des études montrent ainsi que la pratique de la méditation a autant d’effet pour éviter les rechutes de dépression que l’utilisation des antidépresseurs. ELLE. Vous insistez aussi sur l’aspect incroyablement bienfaisant du sport… C.a. Si vous arrivez à faire pratiquer quarante-cinq minutes d’aérobic à des personnes très déprimées, vous constaterez la même amélioration que si vous les aviez mises sous Prozac ! Tout le problème consiste à persuader une personne déprimée de faire de l’aérobic… M.C. Je confirme. Je ne me sentais jamais aussi bien et en accord avec moi-même que lorsque je revenais de faire une activité physique. Le sport est devenu une chose essentielle dans ma vie. Je ne peux plus penser l’existence sans lui. ELLE. Pouvez-vous citer un autre exercice du livre qui vous a aidée, Caroline ? M.C. J’ai beaucoup aimé ce que Christophe appelle les « crises de calme ». C’est très simple. Dès que vous commencez à partir en vrille, à vous énerver contre quelqu’un – un enfant, un collègue –, il faut marquer un temps d’arrêt, prendre conscience de son souffle, respirer profondément, selon la manière que nous indiquons dans le livre. Vous vous rendez compte que vous étiez en hyperventilation, que vous ne respiriez pas de façon calme. L’effet est garanti. Maintenant, mes enfants sont habitués. Quand ils me voient m’arrêter en plein mouvement d’énervement et me concentrer sur ma respiration, ils disent : « Ah, Maman fait une crise de calme ! » ELLE. Et vous, Christophe, quels sont les exercices que vous pratiquez en particulier ? C.a. Je les fais presque tous. Je n’ai pas connu d’épisode dépressif, mais j’ai un tempérament anxieux et mélancolique. Si je ne fais pas attention, je peux vite avoir tendance à m’angoisser, à m’attrister. J’ai besoin de marcher au moins une demi-heure par jour, de méditer, de tenir un journal pour clarifier ce que je ressens. Sans oublier les exercices d’auto-bienveillance, de lutte contre les ruminations ou de focalisation sur l’instant présent, dont nous parlons dans notre ouvrage. ELLE. En quoi les ruminations sont-elles mauvaises et doivent-elles être évitées ? C.a. Le problème avec ces pensées, c’est qu’au début on a juste l’impression de réfléchir. On croit que c’est utile. Alors qu’en réalité on ne fait que se focaliser de façon stérile sur nos problèmes, aggravant notre état d’anxiété. Pour voir si on est en train de ruminer, il faut se poser trois questions : Est-ce que je me sens mieux ? Estce que j’ai avancé vers une solution ? Est-ce que j’y vois plus clair ? Si vous répondez non à ces trois questions, alors c’est que vous tournez en rond, et il vaut mieux aller marcher ou faire quelque chose de simple et concret !

38

4 tuyaux feel good 1. évitez la « fatigue décisionnelle » Être en permanence confronté à des choix – des petits, des grands – peut causer un vrai épuisement psychologique. Aussi est-il vital d’établir des priorités et de mettre en place des habitudes qui, par leur côté automatique, nous évitent de devoir prendre des décisions. 2. Cultivez l’« auto-bienveillance » Beaucoup de nos soucis naissent d’un désir de trop bien faire. D’où notre entêtement, notre perfectionnisme… et les reproches incessants que l’on se fait. À la place, soyez doux avec vous-même, et répétez : « Je ne fais pas ce que je veux, je fais ce que je peux. » 3. regardez vos pensées défiler Laissez passer les pensées négatives dans votre cerveau, comme des nuages dans le ciel. Observez-les, avec recul, détachement. C’est la recette pour arrêter de croire en elles et de les suivre aveuglément. Vous n’êtes pas vos idées noires ! 4. pratiquez le « non-attachement » Nous souffrons de notre désir de tout régler, de ne pas rester dans l’incertitude. D’où la nécessité d’apprendre à lâcher prise, à vivre avec des problèmes non résolus. C’est le « non-attachement » des bouddhistes.

M.C. J’ai appris à repérer les moments où je rumine. Maintenant je le sens tout de suite. Et du coup, je me dis : « Oh là, là, ça suffit ! Il est temps de passer à autre chose. » ELLE. Enfin, dernier point, vous expliquez qu’il ne faut pas avoir peur de prendre des médicaments… M.C. C’est clair. Sans eux, je n’aurais pas retrouvé le niveau de lucidité nécessaire pour faire ces exercices et apaiser un peu mon esprit. Dans notre société, lorsqu’on prend des antidépresseurs, on est vu comme quelqu’un de faible, qui refuse de s’en sortir tout seul. Je ne comprends pas ce raisonnement. J’ai fait quatre dépressions, je me suis battue, mais je n’aurais pas pu sortir la tête hors de l’eau par moi-même. Quand vous avez la grippe ou une fracture, vous vous soignez. Pourquoi serait-ce différent pour la dépression ? C.a. Je ne peux qu’acquiescer. Comme tous les médecins, j’ai vu des gens qu’on a sauvés de la noyade grâce aux médicaments. Ils étaient dans un tel état qu’ils étaient incapables d’entamer la moindre thérapie. L’important, c’est de ne pas faire de prescription orpheline : on doit toujours accompagner le patient. Les médicaments, c’est la bouée de sauvetage. Mais il faut apprendre au patient à nager. n * « Mon programme anti-dépression », de Christophe andré et Mademoiselle Caroline (éd. L’iconoclaste). E L L E .FR

AUTOMNE-hivER 2018

ELLE zen / entretien croisé


LA MARQUE DU

YOGA

+ DE 1000 ARTICLES EN LIGNE

Le plus grand choix de produits techniques & écologiques pour le yoga

YOGA MÉDITATION VÊTEMENTS BIEN-ÊTRE TAPIS DE MASSAGE LIVRES & MUSIQUES

www.chin-mudra.yoga


automne-hiveR 2018

ELLE zen / tendance

le vintage fait du bien Dans « RétRo-Cool. Comment le vintage peut sauveR le monDe », nos ConsœuRs nathalie Dolivo et Katell pouliquen montRent Comment le goût pouR le passé RévÈle un DésiR D’aveniR. paR Marie Halutine

Ça ne vous aura pas échappé : le comble du cool, aujourd’hui, consiste à s’entourer d’objets et meubles vintage, à chiner en friperie, à ressortir ses vinyles, et à dîner, dans des bistrots restés dans leur jus, de quelques légumes fraîchement ressuscités, servis dans de la vaisselle ancienne, s’il vous plaît… Jamais le passé n’a été aussi branché ! Derrière l’obsession esthétique, les adeptes de cette tendance rétro-cool cherchent autre chose. Ils aspirent à ralentir le rythme en sortant de la fast-conso ou à alléger leur empreinte carbone en consommant du « second hand ». C’est ce que décryptent nos consœurs Katell Pouliquen, rédactrice en chef de ELLE, et Nathalie Dolivo, grand reporter à ELLE, dans leur livre « Rétro-cool. Comment le vintage peut sauver le monde », une enquête fouillée sur les ressorts de cette « rétromania » si moderne. Voici cinq bonnes raisons d’embrasser cette philosophie de vie, beaucoup moins anecdotique qu’il n’y paraît.

S’extraire de la courSe aux tendanceS qui nouS épuiSe À force d’acheter sans arrêt des objets jetables, on finit par émousser le désir. Qui n’a jamais vécu l’expérience peu glorieuse d’un achat compulsif et rapporté un vêtement ayant aussitôt terminé sa vie dans un coin du dressing ? « Acheter du vintage, c’est un moyen de reprendre la main et de sortir de la frénésie, explique Nathalie Dolivo. On se

40

fait confiance, on laisse parler son “moi” profond, on ne se contente plus de suivre les diktats. » En outre, « les pièces ont souvent une histoire, qu’on prend plaisir à imaginer ». Et puis, ces derniers temps, les podiums regorgent de modèles d’inspiration vintage, alors pourquoi ne pas se procurer les originaux pour beaucoup moins cher ? Par ailleurs, le réservoir de possibles est infini. Et cela est valable également pour les meubles et la déco. A-t-on tous réellement envie d’avoir le même salon issu d’une grande enseigne suédoise ? « Shopper des objets d’hier permet de se singulariser », souligne Katell Pouliquen. Rien de tel dans une époque qui invite constamment les individus à sortir du lot.


céder à une noStalgie qui fait du bien Pourquoi faudrait-il faire table rase du passé ? On peut à la fois être un habile utilisateur des nouvelles technologies et ne pas vouloir faire comme si hier n’existait pas. Les « rétro-cool » revendiquent une nostalgie heureuse, en rien passéiste. « Il y a des séries télé cultes qui jouent là-dessus avec succès, comme “Mad Men” ou “Stranger Things“, explique Katell Pouliquen. C’est le cas aussi de tous ces restaurants branchés qui abattent la carte “à l’ancienne“, manière d’inspirer confiance au consommateur. » Peutêtre y a-t-il une nécessité de se réinscrire dans une filiation, « alors qu’on voudrait parfois nous faire croire que la fracture générationnelle, notamment technologique, est indépassable », note encore Nathalie Dolivo. Les millennials aussi veulent avoir droit à un passé. Quitte à le recréer de toutes pièces, comme une « disneylandisation du passé », pour reprendre l’expression du philosophe Yves Michaud.

getty images ; grégoire kalt, nicole mason/stocksy.

plébiSciter deS produitS de qualité L’obsolescence programmée n’est, pour certains, plus au programme. Car cette fâcheuse tendance des industriels à inscrire la mort des objets dans leur conception même est de plus en plus contestée. « Les objets vintage sont, par définition, des objets durables, explique Katell Pouliquen. Ils en ont fait la preuve en arrivant jusqu’à nous ! » Surtout, ils sont généralement réparables, en tout cas plus qu’un Smartphone fabriqué en Chine. « On voit fleurir partout des ateliers de réparation, des fablabs, des corners pour apprendre à utiliser le bois, à repriser, à tricoter, à faire de la plomberie…, souligne-t-elle encore. On peut retirer beaucoup de joie d’un objet dont on prolonge la durée de vie. » C’est d’ailleurs ce que racontait le philosophe américain Matthew Crawford dans son livre devenu culte « Éloge du carburateur » (éd. La Découverte) : en quittant son emploi intellectuel dans un think tank pour s’installer comme réparateur de motos, il a redonné du sens à sa vie. Comme lui, les adeptes du rétro-cool cherchent à réenchanter leur monde matériel.

alléger Son empreinte carbone « En 2015, les émissions de gaz à effet de serre dues à la production textile ont totalisé 1,2 milliard de tonnes de CO2, plus que les vols internationaux et le fret maritime réunis ! », relève Katell Pouliquen, citant le rapport crucial de la Fondation Ellen MacArthur de novembre 2017, « A New Textiles Economy : Redesigning Fashion’s Future », qui défend les principes de l’économie circulaire. La culture du coton, fibre naturelle la plus produite au monde, est un désastre écologique tant elle consomme E L L E .FR

d’eau et de pesticides. Dès lors qu’on sait cela, on est tenté de ralentir le rythme de sa consommation de T-shirts ou de robes fleuries ! La réponse tout indiquée, c’est le vintage. Une pièce déjà produite et portée ne pollue pas une seconde fois. « Sans compter que de nombreux jeunes créateurs se sont mis sur le créneau de l’“upcycling” [recyclage design, ndlr], devenu un gage de cool, souligne encore la journaliste. De façon générale, ceux qu’on appelle les millennials sont à la pointe sur la question de l’écologie, et nombre de ceux que nous avons interviewés se revendiquent de la “génération fripes”, comme une alternative à la surconsommation. » « Être designer, c’est créer pour le futur. Il faut absolument trouver de nouvelles manières de produire pour que la mode cesse d’être la deuxième industrie la plus polluante au monde, affirme d’ailleurs la créatrice Marine Serre, adepte d’upcycling, dans “Rétro-cool”. C’est hyper important d’en être conscient, sinon c’est de l’aveuglement ! »

prendre du plaiSir en chinant Sur Internet, les sessions shopping en friperie font l’objet de milliers de petits films. Le scénario est toujours le même : une fashionista débarque dans une boutique vintage et se met à fouiller. Petit à petit, dans les tas de vêtements, elle déniche des trésors pour presque rien. Satisfaction intense, self-estime au top. La jeune branchée pousse des petits cris de joie en montrant ses trouvailles à la caméra. « Cette adrénaline, on ne la trouve presque plus dans des virées shopping classiques, souligne Nathalie Dolivo. En friperie, on valorise son œil, ses propres goûts, sa culture mode ou design… Il y a une part d’inconnu qui rend la chose très excitante. Et puis, on sort de la posture passive du consommateur conditionné par les récits et discours des marques. » Aujourd’hui, un T-shirt de fast-fashion à 5 euros, qui finira à la poubelle, ne fait plus vraiment rêver. « RétRo-Cool. Comment le vintage peut sauveR le monde », de nathalie dolivo et Katell pouliquen (éd. Flammarion). en librairie le 21 novembre.

41


keep

calm ! Les raisons de se sentir stressées sont Légion chez Les femmes. aLors comment retrouver La sérénité ? on se détend grâce aux conseiLs de deux sophroLogues.

kayla snell/stocksy

par Lou Bès et ségoLène Forgar


automne-hiver 2018

ELLE zen / mode d’emploi

Le stress a-t-il un genre ? La sophrologue Laurence Roux-Fouillet (1) en est convaincue : « Les hommes me consultent pour des problèmes de sommeil ou leur manque de confiance en eux. Les femmes, elles, viennent surtout pour des soucis de gestion du temps et pour le stress que cela induit. » Il faut dire qu’elles sont surchargées, débordées… Les chiffres le confirment : en France, 73 % des tâches domestiques sont encore réalisées par les femmes (2). Sans parler des efforts qu’elles doivent déployer pour s’imposer dans un monde du travail trop souvent inégalitaire et parfois malveillant – une femme sur deux est confrontée à des remarques sexistes au boulot (3). « C’est ce que j’appelle les surstresseurs ou stresseurs subjectifs, explique Laurence Roux-Fouillet. Ils sont fréquemment liés au perfectionnisme de beaucoup de femmes, qui veulent assurer dans tous les domaines. » Et qui, souvent, culpabilisent de ne pas y parvenir. Mais le stress, ce n’est pas seulement dans la tête. « C’est une manifestation physique avant tout », affirme Clémence Peix Lavallée (4), experte scientifique de la qualité de vie au travail et sophrologue. Face à un danger potentiel, le corps libère, en effet, des hormones (l’adrénaline et le cortisol, un stéroïde) pour lui permettre de réagir. La montée d’énergie qui en résulte rend performant et, à petites doses, le stress est un mécanisme moteur, donc positif. Mais, en excès, quand le corps et le mental sont trop tendus, il devient toxique et peut causer de vrais problèmes de santé (troubles digestifs ou dermatologiques, maladies cardio-vasculaires, dépression, burn-out…).

PRendRe du temPs PouR soi La bonne nouvelle, c’est qu’on peut très bien s’en sortir, grâce à des techniques simples. « Commencez par identifier vos surstresseurs afin de prendre conscience de ce qui perturbe votre sérénité, conseille Laurence RouxFouillet. Et surtout apprenez à accepter de ne pas être parfaite. » Il vous faut vous poser les questions pertinentes pour comprendre les raisons, parfois inconscientes, du sentiment de culpabilité qui vous taraude et qui vous empêche de lâcher prise : est-ce grave si je n’accepte pas cette invitation parce que je suis trop fatiguée ? Est-ce ma faute si mes enfants ont de mauvaises notes à l’école ? Pourquoi dois-je me sentir coupable du mal-être d’un parent souffrant ? Pour lutter contre les impondérables – un délai à respecter au boulot, une accumulation de contraintes familiales –, la sophrologue conseille de prendre du temps pour soi et de pratiquer des exercices à son rythme. « Je déconseille aux femmes de planifier des E L L E .fr

PouR me caLmeR, J’écoute une chanson ! Émilie, 24 ans, Étudiante en journalisme

« Je finis bientôt mes études et, dans quelques mois, j’obtiendrai mon diplôme. Mais je suis déjà angoissée à l’idée de devoir passer des entretiens d’embauche. Quand j’y pense, j’ai même des réactions physiques : des frissons, le nez qui coule, des plaques rouges sur le visage… Pour me préparer, je pratique des exercices de respiration. J’ai aussi pris l’habitude d’écouter une musique qui me détend en cas de montée de stress, comme la chanson “Je vais bien tout va bien”, tirée d’un sketch de Dany Boon ! »

Je gaRde du temPs Rien que PouR moi Fabienne, 60 ans, coach en entreprise

« Avec les années, je pense que l’on parvient davantage à établir des priorités dans ses activités. On acquiert aussi une plus grande confiance en soi. Ainsi, j’arrive à me dire aujourd’hui que, au travail comme dans la vie familiale, je fais au mieux. Et si ça ne fonctionne pas, j’essaie de prendre du recul sur la situation. J’arrive davantage à garder du temps rien que pour moi, pour la lecture, une séance hebdomadaire à la piscine et mon cours de piano. Mais bon, j’avoue, voir ses enfants grandir et faire des erreurs, sans rien y pouvoir, ça, ça reste stressant malgré tout… »

séances de sophrologie trop longues ou trop fréquentes. Il ne faut pas s’ajouter encore une pression ! Deux exercices de respiration de quelques minutes par jour suffisent. Vous pouvez, par exemple, programmer une alarme à 11 heures et une autre à 17 heures pour pratiquer une technique de respiration ou de relaxation. L’exercice de la valise, qui consiste à hausser les épaules en serrant les poings à l’inspire, puis à relâcher les bras en soufflant par la bouche à l’expire (à répéter cinq fois), ne dure qu’une ou deux minutes, et c’est une excellente manière de se détendre et d’évacuer les tensions. »

43


ELLE zen / mode d’emploi

J’évite Les excès détendRe Le coRPs et L’esPRit En proposant des techniques qui agissent à la fois sur le corps et l’esprit, la sophrologie est efficace pour lutter contre le stress et retrouver l’équilibre. « S’exercer à faire retomber la pression dans des moments de calme vous permettra de gérer le stress plus facilement lors d’une crise », affirme Clémence Peix Lavallée. Trois étapes sont essentielles selon la sophrologue : dans un premier temps, prenez conscience des différentes sensations que le stress déclenche dans votre corps, ressentez-les vraiment sans les refuser, notez-les. Est-ce plutôt votre mâchoire qui se serre, vos cervicales qui se raidissent, votre cœur qui s’emballe ou votre cage thoracique qui est oppressée ? Ensuite, observez votre respiration et apprenez à retrouver un souffle plus ample, plus calme. « La respiration est un véhicule qui permet de donner des informations au cerveau, souligne la spécialiste. Une seule séance chez un ou une sophrologue peut vous aider à maîtriser différentes techniques de respiration. » Enfin, une fois le corps revenu à son état normal, occupezvous de votre mental : changez l’orientation de vos pensées pour aller vers du positif. Afin de réussir ces trois étapes, la sophrologue utilise avec ses patients la technique IRTER : « “I” pour “inspiration par le nez”, “R” pour “rétention de l’air inspiré”, “T” pour ressentir les “tensions dans tout le corps”, “E” pour “expulser ces tensions en soufflant par la bouche”. Enfin, “R” pour la “récupération qui va permettre de développer les pensées positives”. » Répéter cet exercice trois fois devrait vous permettre de retrouver votre calme. n (1) auteure de « j’apprends à gérer le stress pour retrouver mon équilibre » (éd. le passeur). (2) Étude de l’ocde, réalisée en mai 2016. (3) Étude de la dares sur les violences morales au travail, réalisée d’octobre 2015 à juin 2016, publiée le 20 décembre 2017. (4) auteure de « trouver ses forces intérieures. surmonter le stress et le burn-out » (éd. odile jacob).

aLLô sophro ! la sophrologie est une méthode à visée thérapeutique ou de bien-être. elle utilise des techniques agissant à la fois sur le corps et le mental, comme des exercices de respiration, de visualisation et de détente musculaire. trouvez un spécialiste près de chez vous ou un programme en ligne sur bienrelax.com et explorez l’application bien-être de laurence roux-Fouillet pour vous initier en douceur à la sophrologie, espaceducalme.coach

44

anouk, 28 ans, architecte

« J’ai beaucoup de mal à dire non à toutes les sollicitations (travail, amis, loisirs, etc.). Mon cerveau est tout le temps en train de bouillonner et je cherche en permanence la meilleure façon de m’organiser. Le sport, la méditation, les exercices de respiration… Toutes ces pratiques m’ont beaucoup aidée depuis quelques années. Elles m’ont réellement appris à apaiser mon corps et donc mon esprit. Ce que j’en retiens, c’est l’importance de se situer dans l’instant présent. Mais il ne faut pas tomber dans l’excès, ni que cela devienne une contrainte. »

Je suis PaRtie en voyage janet, 30 ans, en recherche d’emploi

« Je suis très hypocondriaque. Pour prendre du recul sur mes angoisses, je suis partie en Asie. Lorsque j’ai voyagé dix-huit heures dans un train, assise par terre, ou que j’ai dû passer une frontière à pied, je n’ai pas pensé à mes phobies, j’ai agi ! Ces expériences m’ont redonné confiance en moi et m’ont permis de relativiser tous les facteurs de stress que je subissais dans mon quotidien à Paris. »

Je me tiens à ma demi-heuRe de sPoRt lydie, 48 ans, journaliste

« Je me suis calé chaque matin trente minutes de vélo d’appartement et d’étirements en tout genre devant BFMTV. C’est ma soupape avant d’attaquer la journée, ma bulle d’air avant de me lancer dans le rythme effréné du boulot et de mes rendez-vous professionnels. Le principe est que je ne prends jamais d’engagements à cette heure-là. Car je sais que, sans ce moment de détente et de décontraction, je ne pourrais pas suffisamment évacuer mon trop-plein de stress ! C’est donc un rendez-vous incontournable. Il faut vraiment que j’aie une réunion très importante ou un comité de direction pour que je le fasse passer à la trappe. Une fois que l’on a identifié ce qui est vraiment indispensable à son équilibre, c’est bien de le sanctuariser et de ne jamais s’en écarter. Sinon la machine à stress reprend le dessus ! »

E L L E .fr


automne-hiveR 2018

ELLE zen / mode d’emploi

S’ÉPANOUIR AVEC ELLE ZEN

FoRums, applis, podcasts… elle Zen vous pRopose toute l’annÉe des solutions pouR vous RessouRceR. menu plaisiR… paR ségolène forgar

DEs forums pour DécoNNEctEr

Entre métro, boulot et dodo, vous avez du mal à lâcher prise ? Venez donc faire une pause le temps du forum ELLE ZEN ! Deux fois par an, le magazine ELLE organise deux journées événements, en partenariat avec Weleda, pour vous aider à prendre du recul. Vous pourrez assister aux conférences des meilleurs experts français du bien-être mental et physique. Suivre de nombreux workshops pour apprendre à vous détendre, bénéficier de rendez-vous en one to one où l’on vous prodiguera des conseils sur mesure. Mais aussi booster votre forme, grâce aux multiples cours de gym douce ou de yoga, ainsi que votre créativité dans des ateliers do it yourself… Prochain rendez-vous les 16 et 17 novembre aux Salons France-Amérique, Paris-8e. Inscriptions sur zen.elle.fr

getty images

uNE appLi pour prENDrE soiN DE soi

La méditation, pour qui et comment ? Quel yoga choisir ? Comment manger en pleine conscience pour garder la ligne ? L’appli ELLE ZEN distille chaque jour

E L L E .FR

de bons tuyaux. Activez le menu « Bulle Zen » pour mieux respirer et tester la cohérence cardiaque. Et suivez chaque dimanche votre séance de méditation guidée, en partenariat avec Petit BamBou. *Disponible gratuitement sur l’AppStore et Google Play.

DEs poDcasts pour souffLEr

La réunion commence dans dix minutes et cela vous angoisse ? Besoin de souffler en fin de journée ? Envie d’une cigarette alors que vous arrêtez de fumer ? Pas de panique ! Recentrez-vous partout où vous le souhaitez, grâce à une série de podcasts de méditation disponibles sur notre chaîne ELLE. Gratuit sur Apple Podcasts.

DEs iNspiratioNs EN LigNE

ELLE ZEN, c’est aussi une rubrique sur elle.fr, où vous pourrez faire le plein d’infos, de reportages et de décryptages des nouvelles tendances bien-être. En prime, des astuces food/beauté/sport faciles à adopter au quotidien. L’objectif ? Vous chouchouter. zen.elle.fr

45


chic &

chaud

C’est le moment pour se lover dans du mohair, du CaChemire ou de la maille douCe. QuelQues jolis looks dans le vent… photographe Mikael schulz rÉalisation kathrin seidel


Page de gauche. Gilet, patrizia pepe. T-shirt manches longues et top, american vintage.

Pull noué à la hanche, philosophy di lorenzo serafini. Jupe, hermès. Sandales, birkenstock. Chaussettes, hessnatur. Ci-contre. Pull, fabiana filippi. Col roulé, iris von arnim.


Page de gauche. Gilet, dorothee schumacher. Top, american vintage. Jupe, fabiana filippi. Sandales, birkenstock. Chaussettes, falke. Ci-dessus. Pull, luisa cerano. Pantalon, max mara.


Ci-dessus. Gilet, hessnatur. Pull, iris von arnim. Jupe et mitaines, diesel black gold. Sandales, max mara weekend. Chaussettes, falke. Page de droite. Pull, h&m studio.


Page de gauche. Gilet, woolrich. Pull, saint laurent. Ci-dessus. Ensemble, salvatore ferragamo.


Ci-dessus. Robe, michael kors collection. Écharpe, h&m studio. Page de droite. Ensemble, jil sander. ModèlE Tess Hellfeuer/Place Models. MaquillaGE ET CoiffuRE anna Neugebauer/Bigoudi.


automne-hiver 2018


ELLE ZEN / BEAUTƒ

avoir l’air moins

fatiguÉe à … cernes, manque de FermetÉ, Fatigue… notre peau aussi connaît des baisses de rÉgime. on passe à l’action en adoptant des routines adaptÉes à tous les stades de la vie. par Élisabeth Martorell et isabelle sansonetti

2o ans

l’obJectiF : compenser

christine kreisel maier

C’est le temps des nuits blanches à répétition, des fêtes et des révisions qui se prolongent jusqu’à pas d’heure. Or, quand on n’a pas une hygiène de vie impeccable, c’est immanquablement la peau qui trinque. Mais rien n’est perdu pourvu que l’on mette en place quelques réflexes cosméto pas nécessairement contraignants mais efficaces. Car la bonne nouvelle, c’est que, quand on a 20 ans, la peau est dotée d’un métabolisme hyper performant qui lui permet de récupérer très vite de tout excès. Les signes visibLes Teint terne, pores dilatés, cernes. Que se passe-t-iL ? Tous les cosmétologues le disent : en cas de grosse fatigue, le corps protège en priorité les organes vitaux (cœur, cerveau…). Les nutriments (vitamines, minéraux, E L L E .Fr

oligoéléments…), distribués via la circulation sanguine, leur sont donc destinés en premier, et la peau se retrouve la dernière servie, d’où une pâleur caractéristique. Ce phénomène de teint terne concerne bien évidemment tous les âges, mais chez les plus jeunes s’y ajoutent les autres signes d’un teint brouillé. « Les pores peuvent être plus dilatés, ce qui accentue encore la mauvaise mine », constate Daniel Bacqueville, chercheur en pharmacologie cutanée Pierre Fabre Dermo-Cosmétique. Il est donc impératif d’adopter une stratégie compensatrice.

Les prioritÉs cosmÉtiques

• Le démaquillage. « Il est primordial. Sinon, la peau ne respire pas correctement. Avec, à la clé, un impact sur les mécanismes de réparation qui se mettent en place lors du sommeil », assure Daniel Bacqueville. • L’hydratation. « La peau paraîtra plus fraîche, ce qui est essentiel pour préserver son capital “antifatigue” », ajoute le chercheur. Choisissez une crème avec une bonne dose d’acide hyaluronique, qui va aider la peau à se repulper et à gagner en confort. • Le soin contour des yeux. C’est le premier produit SOS que les jeunes femmes achètent lorsqu’elles voient des signes de fatigue sur leur visage. Un bon réflexe anti-âge par anticipation.

57


3o

automne-hiver 2018

ELLE ZEN / BEAUTƒ

ans

l’obJectiF : protéger

Les signes visibLes Cernes plus marqués, rougeurs diffuses et premières rides d’expression. Que se passe-t-iL ? On ne le sait pas toujours, mais la fatigue permanente met à mal une bonne distribution des nutriments dans l’organisme, ce qui a une incidence quasi directe sur les capacités naturelles de la peau à se défendre. Notamment contre l’inflammation chronique, également connue sous le terme d’« inflammaging », dont les effets sont visibles dès la trentaine. À terme, ce phénomène accélère le vieillissement. Mais aux facteurs internes s’ajoutent des facteurs externes comme la pollution, dont on étudie aujourd’hui plus précisément les conséquences sur l’état de notre peau, qui peuvent être graves. Fonction barrière altérée, déshydratation accrue… le risque de rougeurs dues à une sensibilité exacerbée augmente.

Les priorités cosmétiques

• Les probiotiques. Leur objectif : protéger l’équilibre de la flore cutanée. Tout soin contenant des probiotiques est donc le bienvenu. • Le bouclier anti-uV. « Si on s’expose sans protection, les traits paraîtront plus marqués dès 40 ans, note Daniel Bacqueville. Préservé, le capital jeunesse restera actif plus longtemps. A contrario, tout ralentissement ou dysfonctionnement des mécanismes cellulaires cutanés contribue à accentuer l’aspect fatigué. » • L’exfoliant. Plus qu’un simple coup de balai des cellules mortes, un peeling réalisé régulièrement agit comme une « claque » sur la peau, et l’oblige à se réveiller. C’est un peu comme si on la mettait sur « reset ».

58

4o ans

l’obJectiF : DYnamiser

La vie familiale, professionnelle et sociale bat son plein… Tandis qu’on s’active plus que jamais au quotidien, le vieillissement physiologique prend ses aises. C’est donc le bon moment pour soutenir les capacités d’auto- récupération de la peau, qui, même si elles commencent à diminuer, sont encore très actives. On ne baisse pas la garde. Les signes visibLes Perte d’élasticité au niveau des joues, pli de la paupière supérieure plus marqué. Que se passe-t-iL ? L’effet de gravité provoque une certaine fatigue musculaire, un manque de tonus cutané. La micro-circulation, qui s’est ralentie à chaque gros coup de pompe depuis nos 20 ans, a eu des effets sur le derme (la couche de la peau qui en garantit la fermeté), et cela se voit à 40 ans. Les agressions extérieures sont moins bien amorties : « Les capacités de régénération de la peau et les défenses de l’organisme diminuent. On se défend donc moins bien contre la pollution, les UV, la climatisation, un environnement sec, les écrans, souligne Daniel Bacqueville. Et comme la peau se régénère la nuit, si celle-ci est courte, on synthétise moins bien les enzymes nécessaires, ce qui se répercute sur son aspect. » Conclusion : il devient urgent de revoir son style de vie et la composition de son vanity. E L L E .Fr

christine kreisel maier

Job prenant, soirées entre amis, enfants en bas âge… L’organisme est sursollicité, et la récupération se fait moins bien qu’à 20 ans, ce qui a parfois pour effet de griser la mine. Voici une routine « belle peau » simple à mettre en place.


Les priorités cosmétiques

• Les sérums et les masques. Concentrés en nutriments, ces soins fonctionnent comme des shoots salutaires. • Les actifs puissants ou innovants. « Les dérivés de vitamine A (rétinol, rétinaldéhyde), les extraits d’algues ou le resvératrol accélèrent le renouvellement cellulaire et relancent l’activité des fibroblastes, responsables de la synthèse de collagène et d’élastine », explique Daniel Bacqueville. Autre ingrédient à pister : les peptides, qui ont la capacité de recharpenter le derme et de lutter contre le relâchement. • Le soin contour des yeux. Ce soin ciblé est indispensable pour préserver cette zone où la peau est très fine et accuse plus facilement le manque de sommeil et les autres facteurs qui la malmènent (UV, mimiques, chauffage…).

5o ans

l’obJectiF : tonifier

Comme le dit Florence Foresti : « Avoir 50 ans, c’est un peu comme être une ado avec une Carte Bleue » ! Le hic, c’est ce petit air fatigué qui marque les traits, même après une nuit de huit heures. La faute à des fonctions cellulaires et à une capacité de récupération ralenties. Il est grand temps de mettre en place une stratégie vitaminée. Les signes visibLes Traces de l’oreiller sur la joue, poches sous les yeux, rides d’expression plus creusées, cou, décolleté et mains fripés. Que se passe-t-iL ? La position allongée et le désordre hormonal de la périménopause peuvent entraîner l’apparition d’un œdème au niveau du derme qui rend plus visibles les traces. « Cette micro-circulation ralentie aggrave les cernes, et des poches peuvent s’installer, souligne Daniel Bacqueville. Avec l’âge, la peau se modifie en profondeur, redistribuant les tissus et les volumes du visage. On produit moins d’acide hyaluronique, de collagène et d’élastine, et le relâchement gagne le cou et le décolleté. La peau paraît moins pulpeuse, et des taches peuvent apparaître. » Autant de signes qui alourdissent les traits sans qu’on ressente forcément de fatigue.

Les priorités cosmétiques

• Les huiles. Très concentrées en nutriments, réconfortantes et vite absorbées, les huiles sont les sérums des quinquas qui veulent agir efficacement. • La crème de nuit. Il ne faut pas hésiter à en changer régulièrement. À cet âge, la peau reçoit très positivement chaque changement d’apport régénérant, comme un petit choc cutané avec un effet visible gratifiant. • Le soin anti-âge global. « Comblant, lissant, protecteur, nourrissant, antioxydant, anti- taches… Ce soin doit contenir un cocktail d’actifs qui corrige tous les signes du vieillissement (rides, perte de fermeté, etc.) », conseille Daniel Bacqueville. • La crème pour les mains. Elles sont les premières à trahir l’âge. « Souvent moins protégées des agressions, elles reflètent l’état général de l’organisme », affirme Daniel Bacqueville. n

59


Les secrets du winter body

rien de tel qu’une activité physique pour traverser l’hiver joyeusement et en pleine forme. quelques pistes pour garder le rythme quand les températures chutent.

photo lee broomfield. stylisme marie lichtenberg.

par JULIE PUJOLS BENOIT


automne-hiver 2018

ELLE zen / FORMe

UNE PêchE d’éTOILE ! Lorsque les jours raccourcissent et que le froid s’intensifie, on a parfois du mal à s’entraîner de façon régulière. On a souvent la flemme de sortir, alors on réduit ou on stoppe ses activités sportives, en se disant qu’on reprendra un meilleur rythme au printemps. Mauvaise idée. Car, comme l’explique le préparateur physique Stéphane Salon, « le sport joue un rôle essentiel pour le corps et l’esprit, et ses bienfaits sont particulièrement utiles pendant la période hivernale, qui est propice à la fatigue et à la déprime. Si on ne bouge pas, on a tendance à broyer du noir et à laisser les kilos s’installer ». Les astuces pour ne pas lâcher ? Modifier ses habitudes, choisir des disciplines adaptées et se chouchouter.

POURQUOI bOUgeR C’eST (TRÈS) bON POUR L’ORgANISMe eT Le MORAL

L’hiver, le corps est plus vulnérable à cause du froid, du manque de lumière mais aussi du stress. Résultat, on tombe plus souvent malade. Or, d’après une récente étude anglaise publiée dans la revue scientifique « Aging Cell », le sport booste les défenses immunitaires et ralentit leur vieillissement. D’où l’importance de continuer à pratiquer une activité physique, d’autant que c’est aussi un bon moyen de lutter contre la fatigue hivernale. « Le froid peut diminuer les réflexes et la concentration. La pratique sportive permet de rester plus alerte, d’améliorer son sommeil, mais aussi de sécréter des endorphines qui aident à lutter contre la déprime », affirme Stéphane Salon. La solution ? Essayer de bouger au moins deux heures par semaine, zapper l’ascenseur si on marche moins que le reste de l’année. Mais ne pas culpabiliser si on loupe un entraînement.

little shao

COMMeNT CHANgeR SeS RITUeLS

Côté food, en cette période hivernale, pas besoin d’augmenter les quantités mais, si l’on ne veut pas manquer d’énergie, certaines règles doivent être respectées. Selon Ingrid Schatteman, ostéopathe spécialiste du sport, il est nécessaire d’adapter son alimentation en fonction du microbiote. Quèsaco ? « La flore intestinale, qui s’altère selon les saisons. Ainsi, pour affronter le froid, on doit consommer suffisamment de vitamine C (kiwi, agrumes…), de vitamine D (harengs, sardines…) et de fibres E L L E .fr

Les astuces pour rester active en hiver de Valentine Colasante, danseuse étoile du ballet de l’Opéra de Paris et ambassadrice Weleda. eLLe. Comment faites-vous pour rester en forme tout l’hiver ? VALeNTINe COLASANTe. Chaque matin, je bois un citron pressé que je mélange à du jus d’argousier de Weleda, qui est bourré de bêtacarotène. Grâce à l’effet ultra détox de ce mix, j’ai les jambes moins fatiguées, et presque pas de courbatures. eLLe. Y a-t-il des solutions miracles pour éviter de tomber malade quand on danse six heures par jour comme vous ? V.C. Je fais régulièrement des inhalations aux huiles essentielles, une ou deux fois par semaine, en prévention. Sinon, on peut opter pour une diffusion coup de fouet avant une séance. La recette ? On dépose 1 ml d’huile essentielle d’eucalyptus et 1 goutte de menthe poivrée sur un galet en céramique que l’on pose à côté de soi pendant une trentaine de minutes. eLLe. Et la fatigue, comment la gérez-vous ? V.C. J’allonge mes temps de sommeil et d’échauffement. Dès le mois de novembre, quand je n’ai pas de spectacle le soir, j’essaie de me coucher avant minuit pour être en forme le lendemain. Quant à mon réveil musculaire du matin, il dure trente minutes de plus durant toute la saison hivernale. C’est long, mais nécessaire pour éviter de me blesser. eLLe. Un conseil pour bien récupérer après le sport ? V.C. Le soir, pour détendre mes muscles et m’offrir un moment de cocooning, je plonge dans un bain chaud dans lequel je dilue quelques gouttes du Bain Récupération Sportive à l’Arnica de Weleda. Ce produit est juste génial !

61


automne-hiver 2018

62

ments en soirée si on n’arrive pas à se motiver le matin, et, le midi, on reste au chaud au bureau. L’idée, c’est de suivre ses envies, son rythme en réorganisant son planning, d’autant que c’est une bonne manière d’éviter l’ennui.

OÙ S’eNTRAÎNeR

Ensuite, pour bien choisir la discipline qui nous convient, on tient compte de ses désirs du moment. Si on sent qu’on n’arrive plus à faire son footing ou sa séance de vélo à l’extérieur, on file en salle s’entraîner sur un tapis de course ou suivre un cours de cycling. Même chose pour le roller ou l’escalade, qui se pratiquent aussi indoor. Les aficionados de sports nautiques pourront désormais tester des cours de E L L E .fr

lumina/stocksy

(riz, pâtes complètes, fruits, légumes…), mais aussi des soupes et des bouillons pour s’hydrater. Et si on a un petit creux, on pense à prendre un en-cas (dattes, fruits secs…) avant ou après son training. » Le coach Stéphane Salon préconise, lui, en plus d’adopter une alimentation équilibrée, de faire une petite cure de zinc ou de magnésium pour un effet coup de fouet. Côté sport, dès le mois de novembre, on s’observe, on s’écoute et on est attentive à sa motivation. Si on a raté trois cours de Pilates ces dernières semaines, c’est le signe qu’il faut changer sa routine. Par exemple, on opte pour des séances matinales qui vont avoir un effet dynamisant pour la journée, ou bien on choisit des entraîne-


ELLE zen / FORMe

LES NOUVEAUX cOURS À TESTER surf, de paddle et de Bodyboard proposés en intérieur, sur des vagues artificielles (à Bordeaux et à Perpignan, wavesurf-cafe.fr). Et pourquoi ne pas varier les activités ? C’est ce que préconise Stéphane Salon : « Par exemple, en hiver, une adepte du running peut switcher une de ses courses pour une heure de musculation. Ça permet de découvrir d’autres pratiques, d’exercer des muscles différents et donc de progresser. » L’autre bonne idée, c’est de shopper les nouveaux « fit toys » pour s’entraîner au chaud chez soi. Grâce au robot connecté Move It (399,90 € sur e-zicom. com), par exemple, on peut enchaîner des exercices de renforcement musculaire et des sessions de corde à sauter, sans avoir besoin de planifier sa séance ni de compter les mouvements, puisque l’appareil se charge de tout, comme un vrai coach. Encore plus ludiques, les mini-trampolines (à partir de 384 € sur bellicon.com) permettent de faire du cardio-training, d’éliminer des calories et de lutter contre les maux de dos, au milieu de son salon. Tentant, non ?

QUeLLe TeNUe ADOPTeR

Quant aux irréductibles, qui même par les plus basses températures souhaitent continuer à s’entraîner dehors, ils doivent veiller à bien se vêtir. Car le froid provoque une vasoconstriction, c’est-à-dire une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins, ce qui nous rend plus vulnérables aux blessures ou et aux accidents cardio-vasculaires. Stéphane Salon conseille de ne pas pratiquer de sport outdoor s’il fait moins de trois degrés et d’adopter la bonne tenue durant toute la saison : « Il est impératif de couvrir les extrémités avec bonnet, gants, chaussettes hautes et lunettes pour ne pas souffrir du vent. Et même si on transpire, on les garde sur soi jusqu’à la fin du training. » La bonne idée ? S’offrir une séance de palper-rouler tout en en se tenant au chaud grâce à des leggings anti-cellulite à enfiler sous son survêtement (CelluTex Minceur Sport, 66,50 €, cellutex.com, ou Keepfit, 64,90 €, bvsport.com). Ensuite, on pense à bien s’hydrater pour éviter les problèmes tendineux et les crampes (par exemple avec le thé Before/After Sport reminéralisant Oh My Tea). Le petit plus ? Profiter des moments où le soleil pointe son nez pour sortir, afin de faire le plein de vitamine D, qui nous fait souvent défaut l’hiver. À la clé, un moral reboosté et un teint lumineux. Enfin, on soigne la pré-séance et la post-séance : « On double son temps d’échauffement, qui doit durer entre quinze et vingt minutes, et on privilégie les étirements en intérieur », explique le coach. Les jours de coup de mou, on file sur la nouvelle appli ultra ludique Urban’r (disponible gratuitement pours iPhone et Android). Le principe ? À l’instar d’un jeu de Pokémon, elle propose aux runners et aux cyclistes des chasses au trésor virtuelles. Plus on parcourt de kilomètres, plus on récolte de récompenses. E L L E .fr

Vintage, martiales ou carrément futuristes, ces disciplines font (très) envie. D’autant qu’on les pratique en restant au chaud.

Le LINDY HOP POUR RePLONgeR DANS LeS ANNÉeS FOLLeS Le concept. Une danse venue des années 1920, où l’on virevolte à deux au son du swing, et que l’on pratique de préférence en tenue rétro et glamour. À Bordeaux, chez Bordeaux Swing, 6, rue Ramonet, 30 € le cours. bordeauxswing.com À Lyon et à Villeurbanne, chez Shall We Swing ?, à partir de 275 € l’année pour un cours par semaine. Dans plusieurs salles, adresses sur shallweswinglyon.com

Le bUNgee POUR S’eNVOYeR eN L’AIR Le concept. Tenue par un harnais et des sangles accrochées au plafond, on enchaîne les exercices de fitness (pompes, burpees, squats) et les mini-chorégraphies cardio. L’entraînement le plus fun du moment. À Marseille, au centre Iò, 77, cours Pierre-Puget (6e). 15 € le cours d’essai. jesuisio.com

NOKeFA POUR Se DÉFOULeR Le concept. Un mix ingénieux de boxe et de fitness, créé par le triple champion du monde Enoch Effah. Le petit plus ? Aucun risque de prendre des coups, puisqu’on apprend les techniques de base et on tonifie son corps sans combattre. À Rennes, à l’Orange bleue, à partir de 49 € par mois, 24, rue de Brizeux. À Chatou (78), 3-5 rue de la Paroisse. nokefa.fr

SUMMIT CYCLe POUR ÉLIMINeR DeS CALORIeS Le concept. Des séances de 45 minutes de cycling indoor en petit groupe pour tonifier son cœur, améliorer son endurance et mincir. À Paris, 24, rue Feydeau (2e), 27 € le cours. summit-cycle.fr

TeNSION OFF POUR Se ReLAXeR eT eNRAYeR LeS MAUX De DOS Le concept. C’est un cours dédié à la détente, qui mélange le Pilates, le yoga et le stretching. L’objectif ? Travailler la souplesse, la mobilité et la posture pour dire (enfin) bye bye aux douleurs dorsales. À Paris, à l’Usine, 8, rue de la Michodière (2e), abonnement à 149 € par mois. usinesportsclub.com

63


automne-hiveR 2018

ELLE zen / shopping sport

au grand air

PouR se déPasseR, décomPResseR ou toniFieR sa silhouette, le Running a tout bon. PaR Lauriane Seignier

1

2

3

4

5

7

8

9

1. Body à manches longues « Chase Bodysuit », Puma, 49,95 €. zalando.fr 2. Short et legging 2 en 1, façon cuir et Lycra, DiaDora, 55 €. 3. Ceinture « Flask TR’Belt », avec poches en mesh, Scott, 29 €. scott-sports.com 4. Barre Granola chocolat et graines, catherine Kluger, 5,20 € les 3. lagrandeepicerie.com 5. Veste coupe-vent en polyamide, oySho, 39,99 €. 6. Apple Watch Nike+, boîtier en aluminium et boucle sport Nike, aPPle, à partir de 429 €. 7. Sneakers « LCS R800 », le coq SPortif x etam, 75 €. 8. Brassière zippée en microfibre, Shock Absorber, 32,90 €. 9. Lot de 3 shots Ringanachi, gingembre-ananas, ringana, 12,50 €. ringana.com/fr

64

E L L E .FR

eric hood/getty images ; bonnin studio/stocksy ; presse.

6


au chaud Fitness, caRdio, zumba… avec une ou deux sÉances PaR semaine, on Fait le Plein d’ÉneRgie. PaR Lauriane Seignier

1

2

3

4 5

6

7

8

1. Top training double épaisseur, h&m, 19,99 €. 2. Legging de sport « Fields of Gold », roxy, 39,99 €. 3. Baskets « Ultraboost X », aDiDaS Par Stella mccartney, 229,95 €. 4. Boisson Super Aliments, Pastèque & Grenade, WoW, 250 ml, 2,99 € en supermarché. 5. Pain Craquant Herbes et Sel de Mer, SigDal, 220 g, 3,84 € chez Monoprix. 6. Sweat-shirt col rond tennis, en molleton et taffetas technique, lacoSte, 110 €. 7. Brassière en élasthanne, ivy ParK, 28 €. topshop.com 8. Sac de sport avec empiècement en tulle, aSoS, 29,99 €. asos.com E L L E .FR

65


ELLE zen / santĂŠ


automne-hiver 2018

PEuT-oN SE fIEr Aux

médecines

alternatives ?

en mars dernier, une tribune de plus de 120 médecins mettait le Feu aux poudres en qualiFiant l’homéopathie ou l’acupuncture de « croyances ». mais que peut-on attendre de ces thérapies ? par Claire BauChart

« Les thérapies dites “alternatives” sont inefficaces au-delà de l’effet placebo et n’en sont pas moins dangereuses. Dangereuses, car elles soignent l’inutile en surmédicalisant la population ». Les 124 médecins signataires de la tribune publiée le 19 mars dernier dans « Le Figaro » n’ont pas mâché leurs mots. Dans leur viseur : l’homéopathie, mais également l’acupuncture ou encore la mésothérapie (injections dans le derme, au niveau ou à proximité de la zone à traiter de doses minimes de substances médicamenteuses). De quoi mettre le monde de la médecine en ébullition : les praticiens concernés s’offusquent, se plaignant de non-confraternité. Et le public, adepte de ces médecines alternatives, est perdu.

garo/phanie

HALTE À L’« ANTI-SCIENCE » ? Ces détracteurs vont jusqu’à demander de ne plus reconnaître les diplômes d’homéopathie, de mésothérapie d’acupuncture et de ne plus rembourser les traitements qui en sont issus. « Il s’agit de fake médecines, des disciplines faussement scientifiques », lance carrément Jérémy Descoux, cardiologue signataire de la tribune et président du collectif FakeMed, qui rassemble une centaine de professionnels de santé dénonçant les médecines alternatives. « Dans notre pays, un mouvement anti-science prend de l’ampleur : on le constate notamment via la défiance envers les vaccins, » signale-t-il. Si les scandales de l’antidiabétique Mediator, de l’anti-épileptique Dépakine ou encore du Levothyrox, utilisé dans le traitement de l’hypothyroïdie, expliquent en partie ce scepticisme, Jérémy Descoux déplore « certains cas de retard à la prise en charge de pathologies graves par des patients », lesquels ont recours dans un premier temps à ce qu’il qualifie de « pseudo-médecines ». L’exemple le plus connu est celui de Steve Jobs. Le cofondateur d’Apple, s’étant vu diagnostiquer un cancer du pancréas en 2003, se serait appuyé dans un premier temps E L L E .Fr

sur l’acupuncture et d’autres traitements alternatifs. « Après la première biopsie, les médecins étaient confiants, car son cancer du pancréas faisait partie des 5 % du genre à pouvoir être soignés, détaillait son biographe Walter Isaacson sur CBS en octobre 2011. Mais Steve Jobs ne s’est pas fait opérer. […] Il a essayé d’autres solutions. » Au final, l’iconique patron aura eu recours à la chirurgie neuf mois après le diagnostic… mais le cancer s’était alors étendu aux tissus entourant le pancréas.

DES THÉrAPIES PrÉvENTIvES… ou CoMPLÉMENTAIrES Les cas comme celui de Steve Jobs restent néanmoins très rares et ne doivent pas porter à confusion sur ce que l’on peut attendre ou pas de ces techniques thérapeutiques, qui ont des vertus préventives et sont complémentaires de la médecine allopathique lors d’une pathologie. « Il est crucial de parler de thérapies complémentaires et non de médecines alternatives. Pour des maladies graves, elles ne peuvent en aucun cas se substituer aux traitements allopathiques », explique Carole Bouleuc, oncologue spécialiste des soins de support, « centrés sur la personne plus que sur la maladie », à l’Institut Curie. Ce centre hospitalier spécialisé en cancérologie a développé une série d’approches psycho-corporelles pour épauler les patients dans la gestion de leurs douleurs (sophrologie, relaxation…). « Elles peuvent aider certains à vivre leur traitement de manière plus positive, en complément des chimiothérapies ou radiothérapies. L’important est d’améliorer la qualité de vie, soit en diminuant les effets secondaires, soit en intégrant le psychisme là où la médecine allopathique ne prend en compte que l’organe », complète Claude Boiron, également oncologue. Elle-même s’est battue contre un cancer il y a quelques années. « J’ai suivi des séances d’acupuncture pendant mon traitement et j’ai pu m’apercevoir que

67


automne-hiver 2018

ELLE zen / santé les répercussions étaient salutaires. » Ayant aussi travaillé, entre 2010 et 2018, à l’Institut Curie, elle y a pratiqué l’auriculothérapie, qui consiste à stimuler différentes zones du pavillon de l’oreille par piqûre, massage ou laser. « Les trois quarts des patientes étaient contentes, car elles avaient moins de bouffées de chaleur. Un effet qui n’est pas à sous- estimer sur une femme épuisée par les troubles du sommeil ou l’impact social de ces bouffées. » Mais si cette complémentarité dans le cadre de soins est reconnue jusque dans les hôpitaux, ces médecines dites « alternatives » revendiquent surtout d’être préventives. Elles appréhendent le corps dans sa globalité, de façon holistique. Et peuvent ainsi aider, explique Claude Boiron, à lutter contre la compulsion alimentaire, les troubles du sommeil, le tabagisme, les problèmes ORL… « En tant que médecins, nous devons vraiment être à l’écoute de ce que nous disent les patients quant à ces thérapies », ajoutet-elle. Des thérapies – parmi lesquelles on compte également l’ostéopathie, la naturopathie ou encore la microkiné – qui représentent, à l’échelle du globe, un marché estimé à quelque 199 milliards de dollars, selon le Global Wellness Institute. Rien que dans l’Hexagone, 50 % des Français ont déjà eu recours à l’homéopathie, clame Boiron, géant mondial du secteur.

EffET PLACEBo ? La Dre Céline Berthié, médecin généraliste, pourtant signataire de la tribune du « Figaro », ne nie pas les bénéfices des thérapies complémentaires. Même si celles-ci relèvent, à son avis, de l’effet placebo : « Ce dernier peut être assez important sur des douleurs abdominales chroniques, des troubles du sommeil, des bouffées de chaleur… Mais l’effet

jE ToMBE MoINS MALADE Anne, 48 Ans, Adepte de l’Acupuncture

« Longtemps j’ai eu de petits maux (rhinites, otites, mal de dos…) qui me pourrissaient l’hiver. J’enchaînais anti-inflammatoires, antibiotiques, cortisone, je sentais bien que ce n’était pas bon pour mon corps… Et puis j’ai rencontré une médecin généraliste acupunctrice, qui m’a mis des aiguilles partout : du crâne aux doigts de pied en passant par le dos ! Au début, je me demandais ce que je faisais là. Mais très vite, sans que je comprenne trop pourquoi, ces séances m‘ont fait un bien fou. Ça me détend, c’est comme si l’énergie circulait dans tout mon corps, comme s’il était moins bloqué par le stress. Et le fait est que je tombe beaucoup moins malade. Désormais j’y vais une fois par mois entre octobre et février. »

68

L’HIvEr NE PASSErA PAS PAr MoI ! il existe des moyens relativement simples pour Faire barrage aux maladies de l’hiver. conseils vitaux de trois experts. l’avis du nutritionniste « L’apparition d’infections est favorisée par des carences », affirme Lionel Coudron, nutritionniste et auteur de « Le vrai nom du bonheur est la sérénité » (éd. Kero). Pour lui, deux facteurs sont à l’origine de ces petites infections qui ruinent nos hivers : « Le manque de fer et de zinc, auquel sont exposées les femmes en âge de procréer, et le déficit en oméga-3, qui vient perturber les réactions du système immunitaire. » Comment lutter ? En consommant du poisson, de l’huile de noix ou de colza, ou en ayant recours à certains compléments alimentaires. Plus largement, il faut avoir une bonne hygiène de vie. « Pour que l’alimenta-

E L L E .Fr


LA réfLExoLogIE A CHANgé MA vIE tion soit efficace sur le plan du système immunitaire, il faut à tout prix dormir suffisamment. Or, de la même manière qu’une carence en fer renforce l’émotivité, une alimentation déséquilibrée peut générer des troubles du sommeil… »

bonnin studio/stocksy

l’avis de l’homéopathe Si l’homéopathie doit s’adapter aux spécificités de chaque patient, certaines plantes vendues en pharmacie permettraient à tous de lutter contre les agents infectieux de l’hiver. C’est le cas de l’échinacée, plante originaire d’Amérique du Nord. « Je préconise de la prendre en teinture mère [préparation codifiée par les laboratoires homéopathiques, ndlr]. L’idéal est de consommer 40 à 50 gouttes par jour, une semaine sur deux, dès le mois de novembre, afin de lutter au mieux contre les virus de la saison, » explique Daniel Scimeca, homéopathe et auteur du « Grand Livre de la santé au naturel pour les nuls » (First, 2015). « Pour les adultes qui supportent mal la noirceur de l’hiver, je conseille les bourgeons de cassis. Le mieux est de consommer 50 gouttes une semaine sur deux. » Efficace contre la fatigue. Mais attention : « Prendre ces traitements homéopathiques ne doit pas dispenser de suivre les recommandations de son médecin traitant. » l’avis de l’aCupunCtriCe Rhume, sinusite, rhinite : pour Martine DepondtGadet, médecin généraliste et acupunctrice, l’acupuncture « est efficace pour renforcer l’immunité, d’où son intérêt dans le soin contre les rhinorrhées (écoulements nasaux). Si vous vivez dans une grande ville, vous y êtes particulièrement exposée l’hiver, par les effets conjugués du froid et de la pollution ». Pourquoi une telle efficience ? « L’acupuncture se réfère à des méridiens, des lignes virtuelles suivant notre topographie vasculaire et nerveuse. » Stimuler les points d’acupuncture augmente, entre autres, la sécrétion d’endorphines, ce qui aide à soulager le stress. Avec notamment un effet antalgique et apaisant. « C’est ainsi que, naturellement, quand on sort un enfant du bain, on a tendance à lui frotter le dos : on appuie sur des points, diffuseurs de chaleur intérieure. » En hiver, l’acupuncture est particulièrement efficace pour les plus frileuses d’entre nous. « Elle permet de stimuler le rein et de redonner de la chaleur à l’ensemble du corps. »

E L L E .Fr

Véronique, 45 Ans, fAn de réflexologie

« J’ai découvert la réflexologie il y a une quinzaine d’années lors d’un séjour à Bali. Le diagnostic du praticien était tellement juste et bluffant que, à peine arrivée à Paris, j’ai voulu recommencer. La séance dure à peu près trois quarts d’heure, et, même si quelques points sur lesquels le réflexologue agit peuvent être parfois plus douloureux, c’est un moment de détente inouï, duquel on ressort les pieds et le corps légers ! Il est conseillé de faire une séance par mois, ou au moins à chaque changement de saison. »

placebo fonctionne quand on y croit : si vous avez des nausées pendant votre grossesse ou lors d’une chimiothérapie, et que vous êtes convaincue de les combattre en faisant de l’acupuncture ou en prenant de l’homéopathie en parallèle de votre traitement, ces symptômes ont tendance à disparaître. » Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes, généraliste depuis 1980, a lui toujours prescrit de l’homéopathie. « Bien sûr, elle ne peut en aucun cas guérir un diabète ou un cancer, mais en revanche, elle est très utile pour les rhino-pharyngites, angines, bronchites, insomnies, troubles de l’anxiété et du sommeil, douleurs rhumatismales, maladies chroniques diverses, etc. La semaine dernière, ma petite fille a eu une otite. Je lui ai prescrit un médicament homéopathique et elle a guéri en moins de vingt-quatre heures. Mais si les douleurs persistent au-delà de deux jours, alors il faut passer à un médicament allopathique. » Pour ce médecin, « l’usage trop systématique des antibiotiques entraîne des résistances et est appelé à devenir un grave problème de santé publique si l’on ne fait rien. L’homéopathie est souvent une alternative ». Elle est aussi utile, selon ce praticien, à la ménopause, pour prévenir rhumatismes ou d’autres désagréments. « Cela évite de prendre des hormones, » ce qui est bien utile dans les cas où ces dernières sont déconseillées… ou pour les femmes qui ne veulent pas en prendre. Et le déremboursement de l’homéopathie réclamé par les signataires de la tribune du « Figaro », qu’en pense-t-il ? « Le coût des médicaments homéopathiques pour la Sécurité sociale est faible. En cas d’absence de remboursement, les personnes qui ont des difficultés financières risqueraient de se reporter sur des médicaments pris en charge, mais aux coûts plus élevés. » Sur ce point, le débat est loin d’être enterré. Saisie par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, la Haute Autorité de santé doit rendre son verdict d’ici à février 2019 quant au bien-fondé du remboursement de l’homéopathie par l’Assurance-maladie. En attendant, rien ne vous empêche de prévenir l’apparition de tous ces maux qui polluent souvent nos hivers en vous appuyant sur les médecines douces !

69


ELLE zen / détente

Merci pour

Le massage Des mains expeRtes peuvent apaiseR bien Des maux Du quotiDien. La pReuve paR sept. paR Jeanne Dréan

Ces moments où le corps et la peau sont touchés, étirés, caressés par des massages, qu’ils soient réalisés en cabinet de kinésithérapie ou prodigués en institut ou en spa, génèrent un réconfort immédiat. Tout d’abord parce qu’ils boostent la sécrétion de dopamine, de sérotonine et d’ocytocine, les hormones du bonheur. Mais parce que, comme l’explique Liping Wang, fondatrice de La Maison du Tui Na, « après le massage, le corps se libère et se régénère pour devenir plus fort et mieux résister au stress, qui peut être facteur de nombreuses pathologies ». Appuyer là où ça fait mal peut avoir du bon. Nos idées pour vous soigner.

J’ai des maux de tête

legende credits

Les migraines et céphalées sont dues à des dérèglements d’ordre physique (tensions musculaires diverses) ou psychique (le stress essentiellement) et peuvent altérer considérablement le quotidien. À tester : le Yang Ju La Maison du Tui Na, qui s’inspire des techniques de la médecine chinoise, a élaboré ce massage crânien inédit à destination de tous les migraineux. Pour rétablir l’équilibre énergétique, les manœuvres sont axées sur des points d’acupuncture précis, situés au niveau de la tête et de la nuque, mais aussi des mains et des avant-bras. L’avis de Nathalie Nguyen, formatrice en médecine traditionnelle chinoise : « Les mains possèdent chacune une dizaine de points aux actions puissantes : le point “hegu”, situé entre le pouce et l’index, soulage les maux de tête, mais aussi les sinusites ou les rages de dents. ”Hou xi”, qui se trouve sur le muscle abducteur du petit doigt, a une action sur les cervicales et permet de traiter les torticolis ou certains types de céphalée. » Les effets. L’énergie (le fameux Qi) circule de nouveau harmonieusement. Et les tensions s’apaisent. Si bien que, au bout de quelques séances, on gagne en prime une meilleure qualité de sommeil. Massage Yang Ju, 50 minutes, 75 € dans les centres La Maison du Tui Na de Paris, Bordeaux et Lyon. lamaisondutuina.fr

70

E L L E .FR


automne-hiveR 2018

J’ai maL au veNtre 90 % de la sérotonine, hormone du bonheur et du bien-être, est produite et stockée dans la paroi intestinale. Réceptacle de nos émotions les plus fortes, telles que la peur ou l’anxiété, le ventre est bien notre « deuxième cerveau ». À tester : le massage détox udarabhyanga Après un massage du dos pour détendre l’ensemble du corps, on vous invite à pratiquer une respiration ventrale complète pour commencer le travail abdominal. En alternance, manœuvres lissantes, chauffantes, drainantes et vibratoires se succèdent pour rééquilibrer le système nerveux. À l’issue du massage, un cataplasme détox de farine de pois chiche, kaolin, extrait de gingembre et Emblica officinalis est appliqué quelques minutes sur le ventre. L’avis de Nathalie Poiroux, cofondatrice du Spa Cinq Mondes : « On peut ressentir une réticence à se faire masser le ventre, qui est mou et vulnérable… quand il n’est pas source de gêne esthétique. Pourtant, un tel massage procure une grande relaxation. En détendant les viscères et le diaphragme, il réoxygène des organes majeurs. » Les effets. En décrispant les muscles, ce massage favorise une bonne circulation sanguine, atténue les ballonnements et participe à une bonne élimination. Massage Détox Udarabhyanga, 50 minutes, 106 € au Spa Cinq Mondes de Paris. Également à Lyon, Marseille, Nantes, Lausanne, Monaco et Bruxelles. cinqmondes.com

J’ai des Courbatures

johansen krause/the licensing project legende credits

Les courbatures sont fréquentes quand on fait du sport, même si on s’est échauffé avant la séance et étiré après. Les causes ? Un effort trop intense, qui lèse les fibres, ou un manque d’hydratation, qui fragilise les muscles. À tester : le massage sportif Il se compose de manœuvres appuyées au niveau des jambes et des pieds, du dos, de la nuque et des bras. Les techniques varient selon le moment : en préparation, des frictions rapides prodiguées la veille d’une activité sportive diminueront les sensations de lourdeur pendant l’effort ; dans les 48 heures qui suivent, des gestes plus amples et lents raccourcissent le temps de récupération et assouplissent les tissus. L’avis de geneviève barraqué, experte en massages et soins chez Weleda : « Le protocole (au départ conçu pour les sportifs) sait s’adapter aux besoins et aux attentes de chacun. Les tensions individuelles sont pressenties et travaillées de façon ciblée par la technicienne. » Les effets. Cela ne peut que vous aider à booster vos performances sportives. Bien sûr, ce modelage est réalisé avec un soin bien connu des athlètes : l’Huile de Massage à l’Arnica de Weleda, apaisante et calmante. N’oubliez pas d’en appliquer, à votre tour, juste avant et après l’effort pour en multiplier les bénéfices. Massage Sportif, 60 mn, 83 € à l’Espace Weleda, Paris-8e. weleda.fr/espace-weleda E L L E .FR

71


J’ai des douLeurs au Cou

non raffinée chez les personnes ayant particulièrement Tiraillements dans la nuque, trapèzes et épaules contractés, tendance à la suractivité cérébrale. » bras engourdis… Si vous avez tendance à passer du temps Les effets. Déconnexion totale : vous êtes détendue, devant les écrans, vous subissez sans doute les consé- dans un état quasi méditatif. Le mieux est de pratiquer ce quences d’une mauvaise posture. soin entre 15 et 17 heures et de se contenter d’une tasse de À tester : le massage tech-Neck tisane au gingembre frais avant d’aller se coucher. Réalisé par un kiné ou un ostéopathe, ce massage théra- Musique, télé, douche… La moindre stimulation sensorielle peutique vise à redonner de la mobilité aux vertèbres par pourrait en gâcher les effets. des manœuvres passives. En résumé, on s’en remet au pro, Massage Shirodhara, 50 mn, 98 € muscles relâchés, et on le laisse faire des mouvements de au spa de la thalasso d’Alliance Pornic. thalassopornic.com bras et autres manipulations plus spécifiques pour détendre la zone. Je broie du Noir L’avis de Julien antoine, kinésiNous sommes tous plus ou moins automassage thérapeute à la thalasso Le Royal La sujets à la déprime hivernale. Sans du visage, Baule : « Nous allons aussi solliciter les soleil, le corps manque de vitamine D mode d’emPLoi et produit plus de cortisol, l’hormone rhomboïdes – des petits muscles posturaux situés entre les omoplates –, qui du stress et de l’agressivité. « Se masser en appliquant sont devenus trop laxes, de manière à À tester : le massage Le temps son soin de nuit atténue la soulager les trapèzes et à redonner d’un songe fatigue de la journée, au corps sa verticalité. » Ce soin du corps prodigué avec les favorise la circulation, Les effets. Le haut du dos retrouve produits naturels haut de gamme stimule le réseau déjà une bonne mobilité, mais l’idéal Maison Caulières vous ramène en lymphatique et raffermit les est de compléter le massage par des plein été. On commence par un gomtissus », explique Geneviève étirements dans l’eau, des enveloppemage au sucre et au miel, agrémenté Barraqué, experte en ments et des mouvements spécifiques, de fleurs de genêt pour booster la massages et soins chez comme dans le cadre de la cure comcirculation. Vous ressentez un petit Weleda. Mode d’emploi. plète Tech-Neck. Puis de continuer à frisson ? Tant mieux : cela incite votre travailler régulièrement la mobilité des corps à produire de la chaleur. S’en1. stimuLer La côtes avec une respiration thoracique. suit un modelage énergisant à l’huile CirCuLatioN Massage Tech-Neck, 25 minutes, 88 €, ou sèche chaude, effectué à rythme inclus dans la cure Tech-Neck à la thalasso Placez délicatement les soutenu sur les jambes, le dos et les Royal-La Baule (44) (930 € les 6 jours hors deux mains à plat sur le bras. Le but : réchauffer et stimuler hébergement). thalassoleroyal-labaule.com visage et tapotez tout le corps, comme un bain de doucement vers les oreilles. soleil. Je dors maL L’avis de sylvie dieng, responImpossibilité de s’endormir, réveil 2. se déteNdre sable spa au Sense de l’Hôtel de intempestif en pleine nuit : on a tous Effectuez des cercles lents Crillon : « Proche du massage suédois, connu ces pensées parasites qui du bout des doigts sur les ce soin dynamise la circulation sanempêchent de se laisser aller sereinetempes, sans pression. guine et lymphatique. Cette technique ment dans les bras de Morphée. 3. Lisser Le froNt drainante favorise la sécrétion d’horÀ tester : lle massage Placez une main au centre mones du bien-être. » shirodhara du front et faites-la glisser Les effets. Le corps et le cœur Pendant ce soin ayurvédique, le thédoucement vers l’extérieur. réchauffés, on retrouve sa bonne rapeute fait couler lentement un filet Répétez avec l’autre main humeur. Dans les heures qui suivent, d’huile chaude sur le « troisième œil », dans la direction opposée. mieux vaut rentrer chez soi rapidesitué sur le front. À la clé, une proment et éviter de se frotter aux agresfonde détente, physique et mentale. 4. déCrisPer Les sions urbaines. Gardez l’huile sur L’avis de Létizia Lorenzi, pratimusCLes oCuLaires votre peau le plus longtemps possible cienne en ayurvéda à la thalasso de Sans pression, passez vos et veillez à conserver la respiration Pornic : « En plus du mouvement doigts autour des yeux, du lente et structurée adoptée pendant presque hypnotisant de ce flux creux interne à l’arcade le massage. constant, l’huile utilisée a de nomsourcilière. Puis du coin breux bienfaits car elle est adaptée à votre “dosha” (votre constitution ayurvédique). On aura par exemple recours à de l’huile de sésame bio

72

externe au coin interne. Pour favoriser le drainage, vous pouvez appuyer sur l’os situé au-dessus de l’iris.

Massage Le Temps d’un Songe, 90 mn, 295 € au spa Sense de l’Hôtel de Crillon, Paris-8e. rosewoodhotels.com/fr/hotel-de-crillon/ wellness E L L E .FR

automne-hiveR 2018

ELLE zen / détente


automne- hiver 2018

Vue sur la jungle, depuis la chambre.

Les sommets

de L’ayurvéda

Quand on travaille à ELLE, eLLe, on donne de soi. « Tout tout pour le bonheur des lecteurs » pourrait être notre devise. Du coup, quand on m’a dit : « tu dois tester une cure détox en inde », je me suis exécutée. me soumettre aux doigts des masseuses, goûter avec professionnalisme des currys et suivre des cours privés de yoga, tout cela m’est apparu comme une excellente façon, non de m’enfuir loin du bureau, mais de comprendre l’hystérie « ayurvéda mon amour », frappant la quasi-totalité des urbaines de plus de 30 ans. en plus, cela allait me permettre de manger un dosa (sorte de crêpe aux patates et à l’oignon, servie avec une sauce pimentée, ma passion secrète) à l’aéroport de new Delhi.

L’aLLer Tampons d’herbes chauds pour le massage « choomaswedana ».

74

Septembre. Laissant à d’autres le soin d’inscrire l’enfant à l’option cirque moldave, je saute dans l’avion. Quel délice, chers lecteurs, qu’un vol air india ! il y a des saris dès l’embarquement, des images de maharajas sur le dossier des sièges, du curry à chaque repas… On on se sent déjà là-bas E L L E .FR

danièle gerkens ; matthew wakem ; presse.

La nouveLLe tendance des hypeRactiFs ? aLLeR au bout du monde se puRiFieR Le coRps et L’espRit. pouR tout savoiR, nous avons testé une cuRe détox suR Les pentes de L’himaLaya. paR Danièle Gerkens


ELLE zen / évasion Le palais d’Ananda.

les betteraves aux graines de tournesol.

alors qu’on est encore sur le tarmac à roissy. Pleine de bonnes intentions, je refuse les cacahuètes (trop salées), l’agneau (trop animal) et le thé (trop noir). une nuit plus tard, nous voilà en transit à Delhi. rishikesh se mérite ! après un second décollage trempé sous une fin de mousson, nous atterrissons de nuit à Dehradun. au pied de l’himalaya, dans l’État de l’uttarakhand, à 250 kilomètres au nord de Delhi, rishikesh est qualifié de « capitale mondiale du yoga ». S’y bousculent maîtres yogis, saddhus et touristes. Pour ma part, je file à ananda in the himalayas (ce nom, tout un programme !), à narendra nagar, sur les hauteurs de la ville, grâce à un chauffeur à la coiffe soyeuse. après avoir traversé forêts et montagnes, nous atteignons une heure plus tard un palais de maharaja. Collier d’œillets, tapis persans, tisane de bienvenue, nous y sommes ! un peu plus bas dans le parc, de jolis bâtiments accueillent restaurant, spa et chambres ultra chics.

Jour 1

J’ouvre les yeux sur un paysage de jungle brumeuse, enfile l’« uniforme » local (kurta et pantalon en fin coton blanc) et bois une infusion citron-miel- gingembre avant mon premier rendez-vous avec le médecin ayurvédique d’ananda. S’ensuit un long interrogatoire destiné à définir mon « dosha », ma nature profonde. Sommeil, maladies, appétit, énergie, type de peau, digestion… tout y passe. Conclusion, je suis très « pitta », soit « feu ». « You need to calm down », me dit le docteur. Je crois entendre ma mère, qui m’a répété en boucle « calme-toi ! » vingt ans durant. Pour cette cure détox, je vais avoir droit à des menus spécifiques (adieu piment, gingembre et autres épices) et des soins « pitta-compatibles ». immédiatement, de jeunes femmes s’attellent à ma détoxification : gommage au sel, massage à quatre mains, bain bouillonnant parfumé aux huiles essentielles… au milieu de tout cela, il y a le déjeuE L L E .FR

Rishikesh et ses saddhus. Pieds de mousson.

ner, environ 500 calories, soit quatre tranches de betterave cuite avec onze graines de tournesol, un porridge salé aux courgettes et une mousse de coco. Dois-je vous dire ma félicité ? Le soir, après un rendez-vous en compagnie de Sandeep, maître yogi avec lequel j’évoque les trous noirs, la salutation au soleil et la gestion du stress, je ferme le ban. Grillons chantant à tue-tête, une tisane et au lit !

Jour 2

re-soleil, re-bonheur, re-bien-être. on m’avait recommandé le cours de yoga à l’aube (« meditation at sunrise is great »), mais j’ai préféré dormir. Je débute la journée par une séance de sport avec un très gentil coach. Sa technique : allier flatterie (« you are very fit ») et fouet (squats de dingue, planche interminable, fessiers en miettes). Sitôt fini, cap sur le vestiaire pour un chic combo slip jetable- peignoir. au programme : douche au jet, leçon de respiration (pranayama), cours de cuisine (merveilleuse soupe épinardsgraines de moutarde) et deux massages fous.

75


automne-hiveR 2018

ELLE zen / évasion après une entrée en matière merveilleuse (bain de pieds chaud avec des cailloux, chants & co.), je suis ointe de la tête aux pieds d’huile de sésame. alors que je suis couchée sur la table, des images de houmous se bousculent – appelez-moi tahini ! reste que les massages sont toniques, surtout ceux qui sont opérés avec des pierres polies. À 18 heures, un parfum d’empire britannique flotte dans le parc au son d’une cornemuse tenue par un vieux monsieur en uniforme écossais devant un paon indifférent. Le dîner ? Bouillon de lentillesananas, pois chiches aux légumes, tisane de graines de cumin-fenouil-coriandre. Bilan de la journée, une peau lisse comme jamais, un teint glowy à souhait, un appétit calmé par les infusions et des passages répétés aux toilettes (j’évacue deux fois plus que ce que je bois). D’après le docteur, j’élimine. Joie !

ci-dessus, ma chambre à ananda. ci-contre, le joueur de cornemuse. ci-dessous, la salutation au soleil couchant.

Jour 3

Jour 4

Le docteur me félicite de mon courage de la veille. Pour la peine, je gagne le droit de refaire un « choomaswedana ». La détox se poursuit, ne me valant ni maux de tête ni mal-

76

être, juste un sommeil un peu perturbé. Parmi les réjouissances du jour, le « nasyam », lavage des sinus à l’huile additionnée d’herbes (bizarre), suivi d’inhalations de fumée d’une racine apparentée au wasabi. Ça BrÛLe !!! mes thérapeutes, enchantées, m’encouragent à recommencer. Les sinus en feu, je rejoins le chauffeur pour descendre à rishikesh assister à Ganga aarti, cérémonie du feu qui se déroule chaque soir au coucher du soleil sur les berges du Gange. Chants, offrandes, sono à fond, échanges de lampes à huile, petits bonzes mignons comme tout… C’est bruyant, coloré et mystique, indien donc, tout comme les ashrams qui clament « Serve, Love, meditate, realize ». Programme chargé.

Jour 5

Dernier jour. après un tour dans ma salle de bains XXL en marbre vert, j’enchaîne sur un massage aux huiles essentielles sentant le pamplemousse, prodigué par tsering, merveilleuse thérapeute tibétaine, suivi d’un enveloppement en cocon chauffant. transformée en nem, je médite sur ma chance, envisage de bonnes résolutions (travailler moins, faire plus de yoga, boire des infusions d’épices tous les jours, aller au lit plus tôt, me mettre à la guitare…). E L L E .FR

danièle gerkens ; sachin soni ; presse.

the D Day… Pourquoi D ? Parce que D comme détox. mais avant cela, promenade matinale autour du palais. mon guide et moi croisons des singes, des oiseaux, des vaches errant sur la route. La vue sur la vallée est superbe, la pente forte, le soleil chaud. au retour, je visite le palais (salle de bal XXL, bibliothèque du raja, salon où le thé est servi chaque jour à 16 heures, grand hall), admirant un monsieur qui compose, pétale par pétale, de jolis motifs sur les bassins. Luxe, calme et volupté. avant le déjeuner, j’ai droit à un « choomaswedana », massage aux tampons d’herbes chauds. au déjeuner, je discute avec d’autres clients, de 30 ans à plus de 90 ans : une chef d’entreprise sud-africaine, un patron texan, un couple de Colombiens, de vieux indiens… en pyjama blanc et colliers de graines, nous ressemblons à une bande de curistes-hippies. Des hippistes ? Des curpies ? en début d’après-midi, je fonce au spa. C’est aujourd’hui l’acmé du programme détox : le « sneha vasti », ou oléothérapie du côlon. en vF, lavage du côlon à l’huile. D’emblée, les deux jeunes thérapeutes tentent d’instaurer un climat de confiance… « it will be very gentle », assurentelles. J’espère. Durant trente minutes, on me met en condition avec force massages du ventre, du dos, des reins, des fesses et des cuisses, serviettes chaudes et autres délicatesses. arrive l’instant fatidique. J’épargnerai ici votre imaginaire et ma dignité. Sachez juste que c’est moins affreux que ce que j’appréhendais… et ensuite ? retour en chambre et après-midi calme, près des toilettes.


au réveil, le débrief final avec le docteur me confirme cette voie, tout Méditation comme le dernier rendezdevant vous avec Sandeep, apaile parc. sante parenthèse au son de la pluie. après un ultime soin du visage, je savoure le dîner. excellent curry d’agneaulégumes variés, c’est trop, mon estomac n’a plus l’habitude. après avoir remercié le talentueux chef et son équipe aux petits soins, je file à une conférence sur « l’art de la détox mentale selon les veda », puis je vais faire une dernière fois l’étoile de mer dans mon immense lit.

Le retour

legende credits

il est 5 heures, ananda in the himalayas dort encore. Comme une dernière délicate attention, un léopard traverse la route devant nous alors que nous quittons la propriété ! À l’aéroport, le chauffeur me glisse un petit déjeuner pantagruélique. Le voyage retour me prendra quasi vingt-quatre heures, au cours desquelles je ne sens ni fatigue ni jet lag. De retour à Paris, je constate que j’ai perdu près de 2 kilos (un mois plus tard, j’ai repris 500 grammes), mon visage s’est affiné, ma peau est plus souple que jamais. retournerai-je à ananda ? J’en rêverais, tant sa réputation de « meilleur spa du monde » n’est pas usurpée. Les soins y sont exceptionnels, on en revient régénéré, recentré, plus attentif au monde et à soi. Certes, j’ai (un peu) donné de moi. mais j’en reviens infiniment plus riche et pas seulement plus mince… merci, ananda !

Le jardin.

ParTir L’hôteL : ananda in the himalayas Séjour en programme bien-être tout inclus (hors vols) à partir de 650 € par nuit en chambre Deluxe Garden View pour une personne avec un minimum de 3 nuits. Ananda in the Himalayas. The Palace Estate, Garhwal, Uttarakhand, 249175, Rishikesh, Inde. Tél. : +91 12 44 51 66 50. anandaspa.com

Le voyagiste : voyageurs du Monde À partir de 6 150 € par personne pour une échappée de 5 jours à l’Ananda in The Himalayas, incluant les vols, les transferts, 1 nuit à Delhi à l’hôtel The Oberoi Gurgaon, le séjour de 3 nuits chez Ananda in The Himalayas, comprenant le programme bien-être d’Ananda. Ce programme de 3 nuits en pension complète avec repas végétariens inclut une consultation avec un médecin ayurvédique, un accès aux installations d’hydrothérapie (sauna, hammam, bain hydrothérapique), des séances quotidiennes en groupe de yoga, méditation et pranayama, 2 soins ayurvédiques, 1 soin aromathérapie, les transferts de la gare de Haridwar ou de l’aéroport de Dehradun, sans oublier l’ensemble des services premium du voyagiste : conciergerie francophone et assistance 24 h/24. Voyageurs du Monde, tél. : 01 84 17 21 64. voyageursdumonde.fr

La cérémonie de Ganga Aarti, à Rishikesh. E L L E .FR

77


ELLE ZEN / BEAUTƒ

Quand la science infuse les Recettes aux plantes connaissent un Regain d’intéRêt. découvRez huit « potions » eFFicaces d’expeRts en heRboRisteRie.

legende CREDITS LEGENDE credits

paR Fanny Dalbera Réalisation Julie Chanut-bombarD photogRaphe FabriCe bouquet

78

E L L E .FR


automne-hiveR 2018

C’est quoi, la DiFFérenCe ?

On y croisait nos grands-mères. Nos mères les ont plutôt ignorées. Ce sont désormais des trentenaires qui poussent les portes de la petite quinzaine d’herboristeries que compte la France. Succès oblige, certaines d’entre elles adoptent une identité toute neuve, zen et épurée, à l’instar de la Compagnie Royale des Indes Orientales qui a ouvert en 2017 une boutique en plein Marais trendy, à Paris. Ce qui aiguise notre envie de (re)découvrir le formidable pouvoir des plantes. Dans ces lieux à part, on parie sur le temps et l’intelligence de la nature. Loin des formulations standardisées, les réponses apportées sur place à nos petits soucis sont pertinentes, uniques et nées de l’expérience de passionnés. Leurs conseils pour embellir notre rentrée.

objectiF allumer sON teiNt Une mine à éblouir ses copines se travaille avec des stratégies adaptées. Le jour, pour faire face aux agressions extérieures et au dessèchement cutané, l’infusion d’ortie est reine. « Elle contient des sels minéraux, des protéines, des vitamines et des carotènes favorables à la luminosité du teint, ainsi que des anthocyanes, des flavonoïdes et des acides-phénols comme l’acide caféique, aux vertus antioxydantes et adaptogènes », souligne Jean-René Mestre, pharmacien et conseiller scientifique de la Compagnie Royale des Indes Orientales. Le soir, les besoins sont différents. « Il faut soutenir la régénération des tissus, car le renouvellement cellulaire s’effectue la nuit. On préfère alors des plantes comme le myrte ou le romarin, aux propriétés cicatrisantes et antiseptiques, et qui stimulent légèrement la réparation cellulaire », explique-t-il.

les BONNes recettes la tisane bonne mine : laisser infuser, pas plus de 5 minutes, des feuilles de vigne rouge et des fleurs de reine-des-prés en quantités équivalentes, en comptant 1 cuillerée à café du mélange par tasse. À boire le matin, avec un petit déjeuner pauvre en sucre, qui est l’ennemi du teint frais. Drainante et purifiante, cette tisane facilite également la circulation sanguine, ce qui aide à prévenir rougeurs et couperose. E L L E .FR

« Infusion, décoction, gouttes, poudre, extrait sec ou teinture mère, la préparation dépend du temps qu’on veut bien consacrer à la consommation des plantes, explique Victoria Renaud, qui préside à la bonne marche de Millymenthe, une herboristerie créée en 1934 à Milly-la-Forêt (Essonne), capitale des plantes aromatiques et médicinales. Le choix dépend aussi de l’efficacité attendue. Une teinture mère, plus chargée en principes actifs, ciblera davantage et aura des effets plus rapides, tandis qu’une infusion sera plus adaptée pour prévenir ou traiter un problème au long cours. » uNe iNfusiON consiste à plonger des plantes séchées dans de l’eau chaude. On l’utilise le plus souvent pour les parties les plus fragiles, sommités fleuries ou feuilles. uNe décOctiON consiste à porter eau et plantes ensemble à ébullition. Un procédé recommandé pour les espèces à coque, les racines, les écorces, ou l’aubier. Si on oublie trop longtemps ses plantes dans l’eau, pas de souci, la décoction (comme l’infusion) sera toujours chargée de ses bienfaits, mais elle aura un goût nettement plus amer… la macératiON est utilisée pour créer des baumes ou des « alcoolatures » (qui sont un peu les ancêtres des teintures mères homéopathiques), d’où l’on extrait ensuite des gouttes ultra concentrées, à diluer dans de l’eau.

la lotion régénérante : porter à ébullition 1 litre d’eau minérale. Ajouter 2 cuillerées à soupe de feuilles de myrte. Retirer du feu et laisser infuser 10 minutes. Filtrer, puis conserver cette eau dans un flacon pulvérisateur. À tamponner le soir sur le visage et à laisser agir quelques instants avant d’appliquer sa crème de nuit. À la fois purifiante, éclaircissante et adoucissante, cette eau de myrte, que l’on peut utiliser pour nettoyer, la peau était autrefois appelée « eau d’ange ».

79


automne-hiveR 2018

ELLE ZEN / BEAUTƒ

objectiF défatiguer sON regard On apprécie l’action décongestionnante, tonifiante et apaisante du thé noir, de l’écorce de chêne ou de la feuille de noyer, riches en tanins. « Cette dernière stimule la circulation sanguine, ce qui aide à éliminer les poches sous les yeux », explique Michel Pierre, de l’Herboristerie du Palais-Royal.

les BONNes recettes la tisane vide-poches : 1 cuillerée à soupe de racines de fenouil + 1 cuillerée à soupe de fleurs de bruyère + 1 cuillerée à soupe de racines de chicorée + 1 cuillerée à soupe de feuilles de reine-des-prés pour 1 litre d’eau. Porter à ébullition pendant 3 minutes et laisser infuser 10 minutes. Diurétiques et désinfiltrantes, ces plantes activent le travail des reins, ce qui facilite l’élimination de l’eau. À consommer en cure de trois semaines, en évitant de le faire le soir.

objectiF retrOuVer de l’éNergie Protéger les organes internes permet d’éviter les petites pathologies hivernales. On cible les plantes permettant au corps de s’adapter aux différents stress et d’y répondre positivement, comme le ginseng rouge, qui aide à stimuler le fonctionnement métabolique. À maturation au bout de huit ans au minimum, cette plante asiatique est rare, donc chère. « Les éleuthérocoques, appelés ginseng de Sibérie, sont une excellente alternative, indique Cyril Coulard, pharmacien et dirigeant de l’Herboristerie Père Blaize, à Marseille. Elles aussi activent le fonctionnement métabolique, endocrinien et circulatoire. »

les BONNes recettes la tisane détox : mettre 20 g d’aubier de tilleul rouge sauvage du Roussillon dans 1 litre d’eau, faire bouillir 15 minutes, puis laisser infuser 20 à 30 minutes. À boire tout au long de la journée. Un drainant doux des voies hépatiques et rénales à consommer en cure de vingt jours à chaque changement de saison. le lait d’or revigorant à boire : 1 cuillerée à café de curcuma en poudre + 1 cuillerée à café de cannelle en poudre + 1 pincée de poivre noir ou de gingembre en poudre + 1 tasse de lait végétal + 1 cuillerée à café de miel. Un cocktail d’épices stimulantes, anti-inflammatoires et qui protègent le foie.

80

bien Choisir ses plantes Les conseils du Dr Patrick Aubé, médecin généraliste, auteur de « 20 plantes médicinales pour se soigner tous les jours » (Leduc.s Éditions) et collaborateur du chatbot MyPhytoPartner, dédié à la phytothérapie. Veiller à la qualité « Menthe, tilleul, verveine… En tout, 148 plantes peuvent être vendues hors monopole pharmaceutique. Comme pour l’alimentation, il faut veiller à la provenance des produits, les préférer bio, et privilégier les circuits courts ! » demaNder cONseil « Que ce soit votre médecin qui vous ait prescrit un traitement par les plantes ou que vous les choisissiez par vous-même au marché, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien. Si certaines plantes bien-être sont sans danger, ce n’est pas le cas de toutes, et certains usages sont très encadrés. » atteNtiON aux cONtre-iNdicatiONs « Les personnes suivant un traitement médical ou les femmes enceintes doivent le signaler au pharmacien, pour éviter toute compétition pharmacologique. La reine-des-prés, par exemple, aux vertus anti-inflammatoires et analgésiques, n’est pas compatible avec l’aspirine. » pRopos Recueillis paR Julia Dion

E L L E .FR

fabrice bouquet

la décoction décongestionnante : mélanger 20 g de feuilles de thé noir + 20 g de feuilles de noyer + 20 g d’écorce de chêne et compter 1 cuillerée à soupe de ce mélange pour 1 tasse d’eau. Faire bouillir 3 minutes, puis infuser 10 minutes. Laisser refroidir, filtrer, puis en imbiber deux compresses et laisser poser 10 minutes sur les yeux.


automne-hiveR 2018

Herboristes Vs Herboristeries Si les herboristeries refleurissent, les herboristes se font rares. Exception typiquement française, la faute à une loi de 1941 qui a supprimé le diplôme. Depuis, seuls les pharmaciens formés peuvent prétendre au titre d’herboriste. Or, les pharmaciens sont de moins en moins nombreux à remplir leurs armoires de plantes. En revanche, le personnel des herboristeries, qui ne sont pas des officines, ne peut se revendiquer « herboriste », sous peine de poursuites judiciaires. Conséquence ? « Notre savoir-faire, notre culture des plantes disparaissent tout doucement », constate Michel Pierre, qui a déjà été poursuivi, bien que pratiquant l’herboristerie depuis des décennies à Paris. Sous l’impulsion du regain d’intérêt général pour les plantes, il milite pour une formation encadrée du métier à destination de ceux qui ne sont pas pharmaciens. À suivre donc…

objectiF reNfOrcer ses cheVeux Les plantes riches en minéraux et oligoéléments, calcium, magnésium, manganèse, cuivre, soufre, fer ou silice, comme l’ortie, agissent sur l’état général en apportant du tonus… jusqu’à la racine des cheveux. « On peut aussi bien l’utiliser par voie interne en décoction que directement sur le cuir chevelu, en friction tous les deux jours, afin de faciliter l’irrigation sanguine », nous indique Michel Pierre.

NOs BONNes adresses compagnie Royale des indes orientales, compagniedesindes.com millymenthe, millymenthe.fr herboristerie du palais-Royal, herboristerie.com père blaize, pereblaize.fr naturathera, naturathera.fr

les BONNes recettes la tisane équilibrante : feuilles d’ortie piquante + sommités de prêle + feuilles de bouleau + racines de bardane + feuilles de thym. Mélanger 20 g de chacune de ces plantes et compter 1 cuillerée à soupe de ce mélange pour une tasse. Porter à ébullition pendant 3 minutes et laisser reposer 10 minutes. Boire 2 tasses par jour pendant cinq à sept jours. À la fois dépurative et aseptisante, elle aide aussi à lutter contre les pellicules. le vinaigre de rinçage : mélanger 5 cuillerées à soupe du cocktail de plantes précédent et ajouter 1 litre de vinaigre de cidre. Faire bouillir 5 minutes, puis laisser reposer 30 minutes avant de filtrer. Utiliser en dernière eau de rinçage, après le shampooing, pour apporter de la brillance, du soyeux et du gonflant aux cheveux. n E L L E .FR

81


8belles échappées

par Alice Augustin, JuliA Dion, sylviA Jorif et Anne-cécile sArfAti

82

La Lumière baisse et La fatigue monte ? Voici notre séLection d’escapades cocooning, pour que Vous réenchantiez Votre hiVer.

r. cellier ; benoit teillet ; m. cellard.

ELLE zen / spas


La pLus reLaxante 1 L’escapade

Spa Caudalie, aux Étangs de Corot. Un des cinq Kled de La Ferme du Vent.

LeS ÉtanGS de Corot, à VILLe-d’aVray Le lieu ? un hôtel 4 étoiles bucolique à trente minutes de Paris, avec un spa Caudalie et un restaurant étoilé, entouré de chemins forestiers que l’on peut explorer à vélo, et à deux pas des jolis étangs de Ville-d’avray. On y va pour… les cours de yoga dispensés par des pros – Hélène duval, fondatrice de yuJ, Hélène Fournier et Frédéric Choukroun, adeptes de bikram. au programme : trois à cinq heures de yoga par jour, des randonnées dans la forêt de Fausses-reposes, un soin Signature Caudalie de 50 mn (effleurages, étirements et application de serviettes chaudes), des ateliers méditation et une initiation à l’ayurvéda. Offre eLLe. Week-end yuJ yoga experience, 850 € en chambre double et 975 € en chambre simple en demi-pension, du vendredi 23 au dimanche 25 novembre. Grâce au code eLLe LoVeS yuJ, les lectrices inscrites à la retraite bénéficieront de 20 % de réduction sur toute la collection de vêtements et d’accessoires

Les Étangs de Corot.

yuJ pour s’équiper. réservation au 01 78 09 96 70 et à isabelle@yuj.fr. et chaque week-end du 16 novembre au 16 décembre, offre comprenant, pour 650 € pour 2 personnes, tea time au bar des Étangs de Corot, dîner au Café des artistes, chambre Prestige (surclassement en Junior Suite selon disponibilité), petit déjeuner, un cours de yoga et un soin de 50 mn au spa Caudalie par personne. réservations : 01 41 15 37 00 ou reser vations@etangs-corot.com (offres non cumulables). Les Étangs de Corot, 55, rue de Versailles, Ville-d’Avray (92). etangs-corot.com

La fugue La pLus 2 « ceLtique chic » La Ferme du Vent, à CanCaLe Le lieu ? un éco-lodge face à la mer, avec une vue imprenable sur le mont-Saint-michel. à deux pas de sa table étoilée du Château richeux, la famille roellinger a construit cinq Kled, cocons de pierres, granit et bois. Le plus vaste abrite un spa celtique où officie une magicienne, la réflexologue Gwenn Libouban. On y va pour… reprendre pied, déconnecter et vivre au rythme des marées. Ici pas d’écran ni de WiFi : à travers les immenses baies vitrées, les camaïeus mouvants bleu, vert, gris de la mer, les ciels changeants et les lumières du couchant offrent un spectacle suffisamment captivant. entre deux balades sur l’estran, une dégustation d’huîtres sur le port de

E L L E .fr

83


La Ferme du Vent, Langavant, Saint-Méloir-des-Ondes (35). maisons-de-bricourt.com

La Grotte de la Ferme du Vent.

84

automne-hiVer 2018

L’Hôtel Torralbenc.

retraite cOOL 3 LaLa pLus

L’HÔteL torraLBenC, à mInorque Le lieu ? une ancienne ferme du XIX e siècle réhabilitée en écrin luxueux et verdoyant, propice à la déconnexion avec ses murs blanchis à la chaux et les champs d’oliviers environnants. et en plus : une piscine surplombant la mer, des cours de yoga à la carte et une salle de gym dernier cri. On y va pour… se laisser guider par des professionnels soucieux de transmettre leur philosophie de vie. Les retraites des deux institutions healthy parisiennes le maisie Café et le Studio Kshanti allient pratique du yoga et menus détox dans des lieux d’exception. Pour la première édition, direction minorque, île sauvage et préservée des Baléares, où les cours de yoga vinyasa ou iyengar, dispensés par des professeurs certifiés, s’enchaînent pendant quatre jours. rythmées par ces pratiques complémentaires qui permettent de travailler l’énergie et l’alignement du corps, les journées commencent et se terminent par des séances de méditation en pleine conscience. marche silencieuse,

massage avec un kinésithérapeute et cours de cuisine healthy viennent compléter ce programme, qui est pensé comme un véritable retour aux sources. « nous avons voulu mettre l‘alimentation au cœur de ces retraites en adaptant les recettes et les principes du Café maisie, avec des menus végétariens à base de produits locaux non transformés et de super-aliments comme la spiruline, la poudre de baobab ou encore le curcuma », explique Isabella Capece, cofondatrice du Café maisie. Sans oublier, pour le petit déjeuner, leur granola home made, produit star de leur adresse parisienne. La prochaine retraite d’hiver est prévue au mois de janvier, la destination (encore secrète au moment où nous bouclons ce eLLe Zen) est à découvrir sur les sites respectifs du Café maisie et du Studio Kshanti. Suivront deux autres sessions, en juin et en octobre 2019, également à minorque. Offre eLLe. 3 nuits en demi-pension pour 2 personnes à partir de 693 €, petits déjeuners et cours de yoga quotidiens inclus, avec le code eLLe2019 et pour un séjour effectué entre le 15 mars et le 15 mai 2019. réservations au (+34) 971 377 211 ou à info@torralbenc.com. Informations : maisiecafe.com et kshanti-yoga.com Torralbenc Menorca, Ctra. Maó, Cala en Porter, Alaior, Minorque (Espagne). torralbenc.com/fr E L L E .fr

benoit teillet ; matthew shaw ; camille moirenc ; presse.

Cancale, une sortie en mer et un repas gastronomique à la table d’Hugo roellinger (tant pis pour le régime, on ne rate le chariot de dessert et son Paris-Cancale sous aucun prétexte), on s’offre un moment rien qu’à soi dans les Bains Celtiques, creusés dans la pierre et ouverts sur le Champ du Vent, face à la mer. tandis que les eaux à remous dissolvent les nuages de l’âme, la chaleur intense de l’abri à Bois (version celtique du sauna scandinave) et celle plus humide de la Grotte font s’évaporer les toxines et les tensions urbaines. un subtil massage plantaire effectué dans la lumineuse maison de Gwenn achève de nous remettre sur pied, de nous recentrer et de nous rendre légère et vaporeuse comme la brume marine. Offre eLLe. Séjour de 2 jours pour 2 personnes entre le dimanche et le jeudi, comprenant un dîner à la table Le Coquillage autour du menu Grand Choix de la Baie (vins non compris), le petit déjeuner breton, une immersion dans les Bains Celtiques, un soin de réflexologie plantaire avec Gwenn Libouban et un dîner à la carte au Goût du Vent servi dans votre Kled par un chef de la maison (vins non compris), 1 350 € (soit une réduction de 10 %). en cadeau, un coffret Les essentielles. offre valable jusqu’au 31 décembre. réservations : 02 99 89 64 76 et contact@maisons-de-bricourt.com


automne-hiVer 2018

ELLE zen / spas

4

L’ÉchappÉe La pLus sÉLecte

Le domaIne de murtoLI, en CorSe Le lieu ? Sublime, paradisiaque, très vert. au-delà de sa réputation d’hôtel de luxe pour happy few situé en plein maquis corse, entre Sartène et Bonifacio, avec ses 19 demeures de maître et bergeries restaurées, sa piscine, son golf, ce coin de verdure gagne à être redécouvert. et la ferme du domaine compte 500 brebis, 100 vaches, 20 ruches, 13 hectares d’immortelles et 5000 oliviers… On y va pour… le paysage majestueux, entre campagne et mer, les bains de mer ou en piscine chauffée, le spa d’été. mais aussi pour découvrir la Corse hors saison avec des séjours gastronomiques, culturels ou introspectifs, telle la fameuse cure

détox menée par maëlys et thomas, fondateurs de La Pensée Sauvage. au menu : jus de légumes et fruits, éveil musculaire, randonnée et soins dans un cadre idyllique. Prochaine session : du jeudi 21 au mercredi 27 mars 2019, à partir de 3 000 € par personne le séjour-cure. Offre eLLe. un cocktail Création de Saison offert par personne le premier soir au Bar de la Ferme, pour toute réservation de séjour effectuée entre le 16 novembre et le 31 mars 2019 (hors fermeture du 17 février au 20 mars 2019) et hors cure détox. réservations au 04 95 71 69 24 ou à contact@murtoli.com Vallée de l’Ortolo, Sartène (Corse). murtoli.com.

Cabine de soins, au Domaine de Murtoli.

La piscine d’eau de mer chauffée de The Residence Tunis.

Le 5 LepLushavre dÉpaysant

tHe reSIdenCe tunIS, en tunISIe Le lieu ? un hôtel de luxe vraiment confortable, à vingt-cinq minutes de l’aéroport, posé sur une plage de sable blanc magnifique et doté d’un E L L E .fr

centre de thalasso/spa dément avec hammam, sauna et grande piscine intérieure d’eau de mer chaude. On y va pour… la lumière, le calme, les petits déjeuners copieux, mais aussi les gommages, massages, bains bouillonnants et enveloppements, dispensés par une équipe très professionnelle et d’une gentillesse rare. Sans oublier la plage, où faire de grandes balades, la salle de sport, les restos… et les activités ne manquent pas : virée à Sidi Bou Saïd, escapade à Carthage, promenade dans la médina de tunis, découverte du musée du Bardo. et pas d’inquiétude : la sécurité à tunis a été hyper renforcée, et l’hôtel est si safe que les ambassades y logent leurs invités !

Offre eLLe. 3 nuits en demi-pension avec cure détente, chambre vue jardin ou mer à 853 € ou 904 € (1 pers. en chambre simple) et 1 151 € ou 1 202 € (2 pers. en chambre double). Soins : 1 gommage du corps, 1 bain bouillonnant (multijets, anticellulite et rhumato), 1 enveloppement aux huiles essentielles, 1 enveloppement eSPa marine, 1 massage complet (45 mn), 1 massage relaxant (25 mn), et 1 séance de coaching sportif. Valable jusqu’au 28 décembre avec le code trt-eLLe. réservations au +216 71 910 101 et à reservation-tunis@theresidence.com ou rmehdi@theresidence.com. The Residence, rue de la côte d’Ivoire, Marsa (Tunisie). cenizaro.com/fr/ theresidence/tunis

85


automne-hiVer 2018

L’ÉvasiOn La 6 pLus idyLLique

86

Heritage Le Telfair. La Ferme Saint Siméon.

Offre eLLe. 5 nuits en pension complète (hors alcools) en chambre double Garden View à 1 250 € par personne (et 250 € par personne la nuit supplémentaire) avec le code WB L I S S2019. Com pren an t : 1 séance avec l’ostéopathe pour orienter la cure, 1 soin ostéopathique, 5 massages relaxants, 3 gommages du corps, 5 sessions privées de yoga, tai-chi, qi gong et Pilates, et 1 cours de fitness avec un coach privé. Pour un séjour effectué entre janvier et septembre 2019. réservations sur le site de l’hôtel.

bernard adoue ; david legende grimbert credits ; christophe bielsa ; imagera ; presse.

HerItaGe Le teLFaIr GoLF & WeLLneSS reSort, à L’îLe maurICe Le lieu ? un complexe hôtelier où règnent le luxe et la tranquillité. de vastes chambres claires, avec les pieds dans l’océan Indien ou au milieu de grands arbres au feuillage extraordinaire. Caché dans la végétation, le pavillon Wellness est un havre de paix où l’on dispense tous les soins. On y va pour… le programme holistique Wellness. tout d’abord, mathieu Gossart, ostéopathe, établit une feuille de route sur mesure, comprenant les soins, pratiques sportives et repas. un programme basé sur les sept chakras, symbolisés par les couleurs de l’arc-en-ciel. avec des massages personnalisés, des séances de yoga ou de Pilates dispensés par les meilleurs professeurs, des déjeuners en bord de mer, et des moments lounge délicieux sous les tonnelles blanches… un vrai moment pour soi, à l’écoute de son corps et de sa tête. on peut aussi visiter le parc national des Gorges de la rivière noire, qui ceint l’hôtel, sublime réserve protégée. Point d’orgue du séjour : aller dîner un soir au Château de Bel ombre, sublime propriété toute en boiseries, où officie le grand chef david toutain. un moment de pur bonheur gastronomique dans la douceur du soir.

Heritage Le Telfair Golf & Wellness Resort, Bel Ombre, île Maurice. heritageresorts.mu/fr/hotels-ile-maurice/ le-telfair E L L E .fr


automne-hiVer 2018

ELLE zen / spas

Pierre & Vacances Premium.

virÉe La pLus 7 LaÉpicurienne

legende credits

La Ferme SaInt SImÉon, à HonFLeur Le lieu ? à propos de cette auberge du XVII e siècle – toit de chaume, colombages et escaliers de bois donnant sur les jardins – lovée sur les rives de l’estuaire de la Seine, l’un de ses illustres résidents, Claude monet, aurait écrit : « tous les jours, je découvre des choses encore plus belles. C’est à en devenir fou… » On y va pour… une plongée vivifiante dans le mythique Honfleur des impressionnistes, la table enchanteresse et roborative des chefs Jacques maximin et Sébastien Faramond, le confort chaleureux des chambres où

séjournaient parfois les peintres monet ou Corot, mais aussi les soins impeccables à la pomme de normandie (!) prodigués au spa Clé des Champs. envie d’une halte culturelle ? direction le musée eugène-Boudin. à une heure de route, la petite sœur de la Ferme Saint Siméon, l’auberge de la Source, constitue une étape gastronomique charmante, parfaite pour une soirée romantique. Offre eLLe. Le forfait Flânerie Saisonnière avec un surclassement en chambre double selon les disponibilités, à partir de 1 198 € pour 2 nuits en mentionnant eLLe au moment de la réser vation. offre valable du 16 novembre au 18 avril 2019. réservations au 02 31 81 78 00. La Ferme Saint Siméon, 20, route AdolpheMarais, Honfleur (14). fermesaintsimeon.fr

Le famiLiaL 8 LepLussÉjOur

PIerre & VaCanCeS PremIum, PreSqu’îLe de La touqueS, en normandIe Le lieu ? à deux pas de la gare, idéalement située entre trouville et deauville, la première résidence 5 étoiles côté mer du groupe Pierre et Vacances, inaugurée en juin 2018, est une réussite. Les 133 appartements pour 4 à 8 personnes sont spacieux, avec vue sur le petit port de plaisance de La touques. au cœur de cet ensemble coloré, une piscine et un joli jardin planté de rosiers et de palmiers. On y va pour… une cure d’iode et de bonne humeur ! La journée idéale ? Petit déj avec produits locaux, balade vivifiante sur la plage de deauville, plongeon dans la piscine… avant de se faire dorloter au spa deep nature (avec hammam, sauna et grotte de sel), où des pros aux petits soins vous allègent le corps et l’esprit. mention spéciale au soin marin Fangothérapie de 55 mn avec un gommage et une application de boue marine du montSaint-michel. dynamisant ! Offre eLLe. à partir de 726 € pour un séjour de 4 jours/3 nuits en appartement Supérieur pour 2 personnes + Soin deep nature Pause Bien-être (1 gommage du corps de 25 min, 1 massage Signature de 50 mn au choix, 1 soin visage Éclat de 25 min). réservations au 08 92 70 21 80 ou sur pierreetvacances.com Pierre & Vacances, rue Thiers, Deauville (14), pierreetvacances.com

E L L E .fr

87


J’veux du

sommeil ! Les centres de thaLasso sont de pLus en pLus nombreux à proposer des séjours pour améLiorer Le sommeiL. comment choisir Le bon et que peut-on en attendre ? Le neuroLogue marc rey nous répond. par Soline DeloS

ELLE. Les cures en thalasso pour retrouver un meilleur sommeil ont-elles un effet vraiment bénéfique ? Dr Marc rEy. Oui, dans la mesure où elles permettent de retrouver un cycle régulier veille/sommeil, souvent malmené dans la vie de tous les jours et pourtant essentiel pour bien dormir. Le matin, on s’emploie à faire remonter la température du corps et à stopper la sécrétion de mélatonine (une hormone produite pendant la nuit qui favorise le sommeil), et ce notamment en pratiquant de l’exercice physique en extérieur. Le soir, tout est fait pour détendre le corps et l’esprit avec des séances de relaxation, de yoga… et une incitation à limiter l’usage des écrans, dont la lumière bleue empêche la sécrétion de mélatonine. À cela s’ajoute une chambre un peu fraîche, qui favorise la baisse de la température du corps. Autant de facteurs qui réduisent la somnolence pendant la journée et permettent d’entrer plus facilement dans le sommeil le soir. Et qui sont encore plus efficaces du fait que le curiste se trouve comme dans une bulle, loin des soucis du quotidien.

88

ELLE. Pour quels types d’insomnie les cures sont-elles le plus efficaces ? Dr M.r. Les insomnies dites « psychophysiologiques », qui s’accompagnent de pensées dysfonctionnelles. Elles sont le plus souvent liées au stress, aux soucis et à une surcharge de travail ou à un train de vie trop intense, qui entraînent une première insomnie, puis une deuxième, ce qui génère ensuite une crainte de ne pas réussir à trouver le sommeil. Ainsi, au lieu de se coucher en se disant que l’on va bien dormir, on se met sous la couette en guettant le sommeil, et, quand il ne vient pas, en se projetant la journée d’enfer qui nous attend si on n’a pas fermé l’œil. Quand l’insomnie devient une obsession, on a toutes les chances de ne pas réussir à dormir. C’est une spirale infernale. ELLE. Une cure peut-elle être un point de départ pour l’arrêt des somnifères ? Dr M.r. Oui, à condition, bien entendu, de ne pas être dans une relation de dépendance et d’addiction à ces E L L E .Fr


automne-hiver 2018

ELLE zen / BIen-ÊTRe

FaiteS voS choix ! la cure « mer & capital sommeil » aux Thermes marins de saint-malo Outre les soins thalasso – modelages sous affusions, enveloppements d’algues, séances d’aqua-relaxation, soins d’hydrothérapie comme bain jets, douche sous-marine, drainage marin –, cette cure offre deux modelages spa bien-être et sommeil, une séance de réflexologie crânienne émotionnelle et un coaching sommeil, avec mise à disposition, le temps du séjour, d’un bandeau connecté Dreem qu’on garde la nuit sur la tête et qui analyse la qualité du sommeil et améliore progressivement le repos de l’utilisateur. 6 jours/6 nuits, 24 soins, à partir de 1 926 € en demi-pension. Tél. : 02 99 40 75 00. thalassotherapie.com

la cure « No stress et sommeil » à Thalazur Port Camargue Séances de sophrologie audio pendant certains soins de thalassothérapie pour aider le curiste à se concentrer sur ses sensations, séances de technique de libération émotionnelle et de shiatsu, qui toutes les deux rééquilibrent les flux énergétiques, marche oxygénante sur la plage ou encore cours d’aquagym… Le tout complété par des enveloppements d’algues et bains hydromassants enrichis en magnésium, des séances d’hydrojets détente ou encore des modelages no stress.

thiemo sander

6 jours/6 nuits, 24 soins, à partir de 1 368 € en demi-pension. Tél. : 04 66 73 60 60. thalazur.fr/thalasso-port-camargue

le forfait « Troubles du sommeil » à l’Alliance Pornic En plus d’une cure, cette thalasso propose un forfait d’un jour pour identifier son type d’insomnie et apprendre à améliorer son sommeil. Au programme : une consultation diététique, une séance individuelle d’hypnose et un cours en groupe de sophrologie, de yoga ou de méditation, au choix. Une bonne manière de faire un essai. 195 €. Tél. : 02 57 23 00 50. thalassopornic.com

E L L E .Fr

médicaments, c’est-à-dire de ne pas en prendre tous les soirs en dose importante. Mais, même dans le cas d’une prise irrégulière ou modérée, la participation active du curiste est une condition essentielle pour qu’il parvienne à s’en passer. Je n’aime d’ailleurs pas trop le terme de « cure », car il invite à la passivité. La personne doit avoir envie d’arrêter d’en consommer, et cela ne peut se faire que progressivement. ELLE. Sur quelles pathologies cela ne fonctionne-t-il pas ? Dr M.r. Ce genre de cure n’aura aucune efficacité sur des personnes qui souffrent d’apnée du sommeil ou du syndrome des jambes sans repos, un trouble neurologique causant des sensations désagréables, comme des fourmis sous la peau, qui se manifestent souvent la nuit et obligent à se lever pour faire passer la gêne. ELLE. Les cures ont-elles des effets dans la durée ? Dr M.r. Souvent, car passer une bonne nuit permet de retrouver confiance en son sommeil, et c’est essentiel pour briser le cercle vicieux qui s’est installé. De plus, ce résultat positif nous incite normalement, une fois rentré chez soi, à continuer de suivre les conseils donnés pendant la cure. ELLE. Les centres de thalasso proposent différents programmes, comment bien choisir celui qui nous convient ? Dr M.r. Avant toute chose, il faut impérativement trouver une cure qui offre un rendez-vous préalable avec un médecin. Ensuite, il faut regarder le contenu et voir, suivant les disciplines proposées – méditation, yoga, sophrologie… –, le séjour qui vous correspond le mieux. Si on ne connaît pas ces pratiques, il faut se renseigner et en parler avec son médecin généraliste, qui peut être de bon conseil. Parfois, plusieurs options sont proposées pour une même cure et, là, c’est le médecin présent sur place qui pourra vous guider dans vos choix. En tout état de cause, pour qu’une cure soit bénéfique, il faut passer au moins six nuits sur place. n À lire : « Quand le sommeil nous éveille », du Dr Marc rey (éd. Solar).

Allô mAmAn dodo Du 24 au 27 janvier 2019, tous les professionnels du thermalisme, de la thalasso et du spa se donnent rendez-vous au Carrousel du Louvre pour l’incontournable salon de l’eau et du bien-être, Les Thermalies qui existent depuis trente-six ans. L’occasion pour nous de découvrir les dernières nouveautés et tendances dans ce secteur. thermalies.com

89


automne-hiver 2018

ELLE zen / CUISIne

in thE food

for love Fondue, tarte, chocolat chaud… manger gras et sucrÉ en hiver, c’est permis, voire recommandÉ. explications de nos experts en nutrition et recettes aFFectueuses. par Ségolène Forgar photographe catherine madani

Entre injonctions santé, impératifs économiques et envie d’une bonne tartiflette, on a parfois du mal à composer nos assiettes d’hiver. Voici quatre recettes « au coin du feu », mitonnées par la journaliste culinaire Sophie Brissaud (lire l’encadré en fin d’article), et les conseils feel good des spécialistes pour garder la ligne et surtout la forme.

1 AdoptEr lA chrono-nutrition

Manger gras le matin, dense à midi, sucré l’après-midi et léger le soir : c’est ce que préconise le nutritionniste Alain Delabos avec la Chrono-nutrition. Quèsaco ?« Ce n’est pas un régime. Il s’agit simplement de manger en fonction de son horloge biologique, car le corps n’utilise pas les calories de la même façon tout le temps. Il va soit les employer immédiatement, soit les stocker », explique le médecin. La règle d’or de la Chrono-nutrition ? « Consommer le bon aliment

90

en bonne quantité au bon moment », résume-t-il. Ainsi, on peut presque tout manger mais en fonction des besoins de notre corps. Au petit déjeuner, on mise sur du fromage et du pain arrosé d’huile d’olive. Pour le déjeuner, on cuisine 250 g de viande avec des féculents (pâtes, riz, polenta… et même frites pour les irréductibles). Suggestion du nutritionniste pour l’hiver : « Les plats de grand-mère comme le bœuf bourguignon ou le pot-au-feu, ou encore les saucisses de Strasbourg sont parfaits. » Dans l’après-midi, si l’appétit revient, on s’accorde une pause goûter : du chocolat noir, une poignée d’amandes, une banane ou un avocat. Pour le dîner, on opte pour un poisson maigre ou des fruits de mer (à volonté) et un petit bol de légumes. Attention toutefois à quelques interdits : on bannit les produits industriels et, à l’âge adulte, on se méfie du lactose. Pour le Dr Delabos, la recette de la Chrono-nutrition est finalement simple : « Faire passer le besoin avant l’envie, le nécessaire avant l’agréable, mais conserver la notion de plaisir. » E L L E .Fr


automne-hiver 2018

chocolat chaud aux épiceS Pour 6 tasses • Préparation : 10 mn 200 g de chocolat noir 20 g de poudre de cacao 1 cuil. à café de paprika fumé 1/2 cuil. à café de paprika fort 50 cl de lait Mini-guimauves (facultatif) Sel

1. Casser le chocolat en morceaux et le faire fondre dans une casserole sur feu très doux, avec la poudre de cacao, une pincée de sel, les deux paprikas et un peu d’eau, en remuant de temps en temps. 2. Lorsqu’il est bien lisse, ajouter progressivement le lait et 25 cl d’eau en fouettant. Porter à ébullition et servir chaud. Pour le rendre plus onctueux, laisser frémir le chocolat pendant quelques minutes. Vous pouvez l’accompagner de miniguimauves, comme ont le fait aux États-Unis. le conseil de Sophie Brissaud. à la fin d’une soirée raclette au coin du feu, faites comme les rois aztèques : terminez par un chocolat chaud bien pimenté.

lE « fAt » 2 rEmplAcEr pAr lE « light »

Raclette, gratin dauphinois, lasagnes… On le sait bien, quand les températures chutent, on a tendance à se diriger vers des repas copieux et gourmands. « En hiver, on ne fait pas toujours les bons choix. On va davantage manger de fromage, de charcuterie et de féculents, confirme la micronutritionniste Valérie Espinasse. Il ne s’agit pas de les supprimer, loin de là, mais on peut de temps en temps chercher des alternatives. » Dans le potage, par exemple, les navets remplaceront avantageusement les pommes de terre. Et durant les fêtes de fin d’année, on peut accompagner la dinde de légumes de saison (champignons, poireaux…). En cas de fringale l’après-midi, les infusions ou les thés aromatisés à la vanille ou au caramel sont à privilégier : « C’est très efficace pour ne pas dévorer tout un paquet de biscuits quand on ne sait pas s’arrêter », affirme la Dre Espinasse. Qui recommande aussi le chocolat noir à 85-90 % : « Il a l’avantage de ravir les papilles et de redonner de l’énergie grâce à sa richesse en magnésium. »

3 SE fixEr dES défiS

La diététicienne nutritionniste Sarah Martin a eu l’idée d’élaborer PowerDiet, un programme en ligne qui a su séduire Margot, l’influenceuse du blog YouMakeFashion. Son credo ? « Place au rééquilibrage alimentaire, fini les régimes ! » Sur son site (powerdiet.site), elle passe E L L E .Fr

tartichouFlette Pour 4 personnes • Préparation : 15 mn Cuisson : 25 mn 1 kg de bouquets de chou-fleur de couleurs différentes (blanc, jaune, violet, chou romanesco) et de brocoli 1 reblochon fermier. Sel, poivre du moulin

1. Préchauffer le four à 200 °C/th.6-7. 2. Faire cuire les bouquets dans une grande casserole d’eau salée bouillante. 3 mn après la reprise de l’ébullition, piquer les tiges avec la pointe d’un couteau : quand elle entre dans la tige mais que le chou est encore ferme, égoutter les légumes délicatement. Les passer sous de l’eau froide dans une passoire, puis les laisser égoutter complètement. 3. Placer les bouquets de chou-fleur et de brocoli dans un plat allant au four, en répartissant joliment les couleurs. Retirer la croûte du reblochon et le couper en lamelles. Les disposer sur les bouquets, poivrer et faire gratiner environ 20 mn au four, jusqu’à ce que le fromage soit fondu et doré. Servir immédiatement.

en revue les bases d’une alimentation « intelligente ». Pas de surprise : au menu, des assiettes équilibrées, composées de protéines, de légumes, de féculents complets, d’une portion de matières grasses végétales, de fruits et de produits laitiers. « Il faut manger de tout, dit-elle, dans des quantités modérées, certes, mais surtout sans se priver, au risque de développer des troubles alimentaires et de subir l’effet yoyo. » Pour nous motiver et nous aider à tenir sur la durée, la diététicienne donne des tips et propose des challenges, à relever seul ou à plusieurs, avec des programmes ciblés « qui permettent de rester boosté toute l’année ». Il y en a pour tous les profils : « zéro alcool », « sans sucre raffiné », « sans sodas » ou « remise au sport ». Vous n’avez qu’à choisir le vôtre ! n

91


interview « chAquE BouchéE doit êtrE un plAiSir » Jean-philippe Zermati, médecin nutritionniste et psychothérapeute, nous dit pourquoi manger gras et sucré en hiver fait du bien à tout point de vue. Explications. ELLE. Fondue, tartiflette, riz au lait… sont particulièrement tentants en hiver, faut-il essayer de s’en passer ? JEan-PhiLiPPE ZErMarti. Absolument pas, ce serait une erreur ! Des études qui ont relevé les variations de poids dans l’année ont conclu qu’il n’y avait presque pas de différence entre l’hiver et l’été. Bien sûr que les envies de plats ne sont pas les mêmes selon les saisons. La température joue un rôle essentiel dans nos envies, et ce n’est pas par hasard que l’on mange des salades froides et des glaces l’été, et des soupes l’hiver. Après, il ne faut surtout pas se frustrer en s’interdisant de manger tel ou tel plat parce qu’on le dit « gras ». En réalité, tout est une question d’apport calorique. Bien sûr, il ne s’agit pas de compter les calories, ce serait absurde. Mais tant qu’on ne tombe pas dans l’excès, il n’y aucune raison de prendre du poids. On pourrait par exemple manger tous les jours 1800 calories de pizza, on ne grossirait pas. Mais je vous le déconseille, car il faut manger vraiment de tout pour rester en bonne santé. ELLE. L’hiver, a-t-on besoin de manger plus de gras ? J.-P.Z. Aucune étude ne le prouve. Certes, la différence de température suppose une plus grande dépense énergétique, mais celle-ci est aujourd’hui très atténuée par le chauffage. Quoi qu’il en soit, l’hiver, on a tendance à manger chaud pour favoriser la thermorégulation et aider le corps à se maintenir à 37 degrés. ELLE. Pourquoi a-t-on plus envie de sucre ? J.-P.Z. En hiver, les journées sont plus courtes, l’exposition à la lumière se fait plus rare… Cela agit sur l’humeur et les émotions et peut parfois conduire à une dépression saisonnière. Les variations de l’humeur déclenchent des envies de manger dites « émotionnelles », qui ne peuvent être calmées que par des aliments riches, gras ou sucrés. ELLE. Est-ce important de se faire plaisir ? J.-P.Z. On entend souvent dire : « Faites attention sans oublier de vous faire plaisir. » C’est absurde. Chaque bouchée doit être du plaisir ! Vous savez, le corps est un système bien rodé, capable de jauger lui-même ses besoins. Il se régule tout seul et envoie des sensations (appétit, satiété) qui permettent de maintenir un poids stable, sauf en cas de dysfonctionnement. Mon conseil est donc d’être à l’écoute de son corps et de ses émotions. Malheureusement, on l’est de moins en moins. On s’inscrit trop souvent dans un comportement alimentaire qu’on veut contrôler mentalement et qui s’oppose aux mécanismes naturels. n

92

apple Brown Betty Pour 6 personnes • Préparation : 15 mn Cuisson : 1 h 8 pommes reinettes 2 cuil. à café rases de cannelle en poudre 160 g de farine 150 g de cassonade 125 g de beurre demi-sel + un peu pour le plat Pour le sirop : 135 g de sucre muscovado Le jus de 1/2 citron

1. Préchauffer le four à 180 °C/th. 6. Beurrer un plat à gratin ou un moule à tarte en porcelaine à bord haut. Peler et épépiner les pommes, les couper en tranches fines et les disposer dans le plat. Saupoudrer de cannelle. 2. Mélanger la farine et la cassonade, puis incorporer le beurre en petits morceaux, du bout des doigts, jusqu’à l’obtention d’une pâte sableuse. Réserver. 3. Préparer le sirop : mélanger le sucre muscovado et le jus de citron. Délayer avec 5 cl d’eau chaude, pas plus, car le sirop doit être épais. Verser la moitié de ce sirop sur les pommes. 4. Recouvrir les pommes du mélange farine-beurrecassonade en une couche régulière. Verser dessus le reste de sirop en filet. Faire cuire 1 h au four. Déguster tiède ou froid. E L L E .Fr


ELLE zen / CUISIne

Fondue au Bleu et aux poireS pour 4 personnes Préparation : 30 mn 600 g de mélange de fromages pour fondue tout prêt ou de fromages doux (emmental, abondance, édam…) 300 g de fromage à pâte persillée émietté 1 cuil. à café de fécule de maïs 1 kg de poires mûres mais fermes (de préférence comice ou conférence) 1 cuil. à soupe d’eau-de-vie de poire mélangée au jus de 1/2 citron 1 gousse d’ail 40 cl de vin blanc plutôt doux, voire moelleux, mais non liquoreux (gaillac, vouvray, alsace…) 10 cl d’eau-de-vie de poire Poivre noir du moulin ou concassé

1. Râper les fromages pour fondue. Dans un saladier, mélanger tous les fromages avec la fécule de maïs. Couper les poires en quartiers ou en cubes. Retirer les pépins. Frotter les poires avec le mélange d’alcool de poire et de jus de citron pour préserver leur couleur. Les égoutter. 2. Éplucher la gousse d’ail, la couper en deux, la frotter à l’intérieur du caquelon à fondue et la laisser dedans. Ajouter 40 cl de vin blanc et porter à ébullition. Baisser le feu et ajouter, petit à petit, les fromages tout en mélangeant doucement avec une spatule en bois. Décrire des 8 avec l’ustensile pour un mélange rapide et homogène. 3. Lorsque le fromage est entièrement fondu, verser l’alcool de poire et poivrer généreusement. Remuer encore un peu, puis porter le caquelon à table sur son réchaud réglé au minimum. Servir avec les poires, que l’on trempe dans la fondue avec les fourchettes. On peut ajouter des morceaux de pain si on le souhaite.

le conseil de Sophie Brissaud. Le roquefort risque d’être un peu trop puissant pour cette recette. Je vous conseille un fromage à pâte persillée à base de lait de vache : bleu de Gex, bleu d’Auvergne, fourme d’Ambert, bleu des Causses, bleu danois ou même stilton.

leS reCeTTeS de SophiE BriSSAud La journaliste culinaire Sophie Brissaud nous a concocté 60 recettes cocooning à préparer et à déguster entre amis ou en famille. Raclette à la patate douce ou aux figues, truffade, fondue au potiron, salade de betteraves aux cerises, mais aussi infusion digestive succulente… Pour entrer dans l’hiver d’une manière festive et réconfortante. catherine madani

« au coin du feu » (Éditions de La Martinière).

E L L E .Fr

93


automne-hiveR 2018

ELLE zen / détente

J’ai testÉ… Le paradis bLanC plongeR, comme le Faisait cléopâtRe avec le lait d’ânesse, dans un gRand bain de Kaolin ? c’est possible, à la FeRme theRmale des pRès d’eugénie. immeRsion. « C’est incroyable », « Le summum de la relaxation », « On flotte, c’est sidérant »… Pour tous ceux et celles qui l’ont testé, le bain de kaolin semble avoir des vertus quasi surnaturelles. De quoi avoir envie de plonger illico. Le spécialiste de cette immersion se trouve à Eugénie-les-Bains, une ravissante station thermale à une heure de Pau, qui respire la quiétude et la douceur de vivre. Les eaux de ses sources, utilisées pour les soins, sont riches en soufre, sulfates et magnésium, qui permettent de combattre les tensions, les douleurs et les rhumatismes. Entrer aux Prés d’Eugénie, joyau vert des Relais & Châteaux, c’est comprendre la portée de l’expression « luxe, calme et volupté ». Car les lieux abritent aussi la table trois étoiles du chef Michel Guérard, l’inventeur de la Grande Cuisine Minceur. Mais avant d’y goûter, direction la Ferme Thermale, sorte de chaumière où des magiciennes vêtues de blanc vous confient un peignoir molletonné. On vous invite ensuite à entrer dans une grande pièce baignée de lumière naturelle. Au milieu, un clapotis monte d’un vaste bassin rempli d’un liquide blanc opalescent. « Il s’agit d’un mélange de

94

poudre de kaolin – de l’argile blanche riche en silice – et d’eaux thermales issues de deux sources d’Eugénie-lesBains, confie l’une des magiciennes. Je vous invite à vous déshabiller. Ensuite, descendez doucement les marches pour entrer dans le bassin. Puis laissez-vous flotter. Je vous laisse, je reviendrai à la fin du soin. » Vous voici seule dans cette grande pièce. Les orteils sont les premiers à

fugue ? Le Forfait « Petite Fugue » offre un séjour de 2 nuits aux Prés d’Eugénie, en pension complète, avec 5 soins : le fameux bain de kaolin, un bain thermal aux plantes, une douche hydromassante, une douche thermale au jet et un bain de vapeur thermale. À partir de 816 €.

toucher la surface tiède et liquide. Ils se nappent instantanément de blanc. Vous osez le mollet droit. Marche après marche, vous vous laissez couler dans ce blanc laiteux, ni trop chaud ni trop frais, cocon mouvant qui vous enveloppe sans vous contraindre. Vous laissez les poudres de kaolin en suspension agir et faire remonter chaque partie du corps pour flotter tout entière, comme en apesanteur. Envolées les tensions de la nuque, disparu le stress professionnel. Vous êtes dans une dimension parallèle. Cléopâtre d’un jour, vous vous enduisez de liquide d’albâtre, jouant à la statue vivante, offrant à votre épiderme un supplément de douceur, d’hydratation, de minéraux. Quelques coups à la porte. Une fée blanche vient sonner la fin du voyage. La douche est prête à débarrasser la peau du moindre résidu. Vous le regardez à regret se dissoudre sous le jet puissant. Il est temps de regagner le cocon molletonné du peignoir.

michelguerard.com E L L E .FR

xavier boymond

paR AlexAndrA Michot


MON CAHIER

La collection n° en bien-être !

LA COLLECTION CHOUCHOU DES FILLES STYLÉES !

Les nouvelles tendances sport et feel good, avec du yoga, des conseils lifestyle, de la healthy food, des idées look et beauté… Tout pour tenir ses objectifs body, se booster et se sentir bien. C’EST BEAUTIFUL LA VIE !

Des rituels feel good, des petits gestes à l’effet maximum pour être plus healthy, positiver et se cocooner ! Les rituels sont des habitudes positives réalisées avec une intention spécifique. Ils aident à vivre en conscience, et surtout à booster son bien-être. Facile, ça demande peu de temps. Inratable, car cela ne demande plus aucun effort une fois l’habitude prise. Mieux : la répétition du rituel l’ancre dans le cerveau pour un effet exponentiel !

96 pages 7.90 € 75 titres disponibles Disponible en librairie


ELLE ZEN /c’Est moN histoirE

un mage m’a désenvoûtée

ingÉnieure, tiphaine, 34 ans, n’a jamais envisagÉ de recourir à la magie blanche. mais, Face à de nombreux ennuis, elle se laisse tenter… propos recueillis par Gabrielle lansaumont illustration stéphane manel

Les yeux fermés, dans une chapelle, je me concentrais sur des souvenirs heureux. Autour de moi, je sentais le « mage » tourner, toussoter, murmurer… Je devinais aussi le regard des visiteurs de la cathédrale, surpris par le spectacle étrange que nous offrions. J’entendais leurs commentaires. Contrairement aux apparences, je bouillais intérieurement, avec la furieuse impression de vivre une scène de film. Quelques semaines auparavant, j’aurais hurlé de rire au nez de quiconque m’aurait affirmé qu’un jour je me ferais désenvoûter. Et pourtant, ce jour-là, je me prêtais à cette expérience surréaliste. Un an plus tôt, notre vie avait basculé. Docteure en physique, je travaillais dans un centre de recherche, et Mathieu, mon mari, était régisseur dans le cinéma. On avait un joli appartement en banlieue avec un loyer très raisonnable, on sortait avec nos copains, on voyageait dès qu’on pouvait, on se plaignait du quotidien… Bref, une banale vie de bobos ! Tout a viré au cauchemar une nuit de l’hiver 2014. Il était 3 heures du matin et Mathieu rentrait d’un tournage. Il avait pris sa moto, il pleuvait, la route était glissante. Un conducteur lui a grillé la priorité et l’a fauché avant de s’enfuir. Pas de témoin. Nuit noire. Il avait la jambe droite pulvérisée sur quinze centimètres au niveau du fémur, le bassin, les côtes et le bras droit fracturés. Il a été opéré, puis placé dans un coma artificiel. Cette nuit-là, j’ai pensé que nous avions atteint le sommet de l’horreur. Faux, le destin est créatif. Un mois plus tard, début 2015, alors que Mathieu allait un peu mieux et que sa jambe semblait sauvée, j’ai appris que mon chef était remplacé par une collègue à la réputation effroyable et que j’avais affrontée plus d’une fois. Je lui étais même passée devant pour un poste de chef de service. Son surnom ? Cruella… Lorsque j’allais voir Mathieu dans son centre de rééducation, je faisais bonne figure, mais mon quotidien était usant. Rien n’allait jamais. Cruella avait entrepris de redéfinir les postes, modifier les équipes, réorganiser le travail… Résultat : la moitié du bureau tournait en rond, tandis que l’autre était pétrifiée. Mes seuls

96

atouts ? Me savoir irréprochable d’un point de vue professionnel et être soutenue par une psychologue formidable. Nos rendez-vous bimensuels étaient autant de sas de décompression.

un pendule à l’action À la fin du printemps, nouveau coup du sort. Un avis de résiliation de bail par courrier recommandé. Nous allions devoir déménager ! Je me souviens avoir fondu en larmes. Depuis son accident, Mathieu ne touchait pas grandchose, et je me sentais incapable de faire face seule. Mon grand-père disait que avec mon bac + 9 les emmerdements en physique, volaient en escadrille, j’aurais dû mais, là, c’était la Éclater de rire. bataille d’Angleterre ! Qu’allait-il encore se sauF que, passer ? J’avais raison dix jours plus tard, de m’inquiéter. Un jour j’Étais dans plus tard, on a appris le le cabinet de décès brutal du père de Mathieu. Ce venl’ÉnergÉticienne. dredi-là, j’ai dit à ma psy que je n’en pouvais plus. Après un blanc, elle m’a répondu : « Parfois, on a besoin d’aide. Je ne sais pas si vous y êtes sensible, mais rencontrer quelqu’un qui travaillerait sur vos énergies pourrait vous faire du bien. » Avec mon bac + 9 en physique, j’aurais dû éclater de rire. Sauf que j’ai pris l’adresse de l’énergéticienne. Et, dix jours plus tard, j’étais dans son cabinet. Dès l’entrée, j’ai été rassurée. Pas de Mme Irma ni de boule de cristal, mais une dame à la cinquantaine un peu ronde qui, pendant trente minutes, a promené son pendule au-dessus de moi en marmonnant. En sortant de là, délestée d’une centaine d’euros, je ne me sentais pas fondamentalement différente, mais au E L L E .Fr


automne-hiver 2018

moins un peu apaisée. Sur le chemin, j’ai repensé à mon enfance, quand je prenais systématiquement le parti de mon père, ingénieur intransigeant, contre ma mère qui raffolait des livres d’un obscur moine bouddhiste tibétain sur la réincarnation… Lors de notre troisième rendez-vous, l’énergéticienne a parlé de magie noire. « Votre aura est très sombre », a-t-elle dit. Êtes-vous sûre que vous n’avez pas d’ennemis ? Je vois une femme mauvaise qui a un lien avec les Caraïbes. Elle est mariée avec un homme qui connaît le vaudou. Et je pense qu’elle vous a jeté un mauvais sort. » Je suis restée interloquée. Je savais que Cruella était mariée à un Haïtien, mais ça me paraissait dingo. « Il faut vous protéger. Vous et vos proches. Sinon, cela va continuer. C’est possible en utilisant la magie blanche », a-t-elle conclu.

contre mauvaise fortune, bon sort Ce jour-là, je suis partie sans rien dire. « Magie blanche », « vaudou », « sort » tournaient en boucle dans mon esprit et se télescopaient avec « n’importe quoi », « débile », « folle », mais aussi « et si c’était vrai ? ». Dix jours plus tard, Mathieu rentrait à la maison, boitillant toujours. Notre série noire se poursuivait, avec un quatrième refus pour un appartement. Devant un verre de vin, nous avons parlé de l’hypothèse magique. Curieusement, il était beaucoup plus calme que je ne l’aurais cru. « Et si elle avait raison ? – Tu te vois sérieusement tenter un désenvoûtement ?, lui ai-je demandé. – Je m’en voudrais surtout si on ne tentait pas tout… C’est dingue la série qu’on a vécue depuis six mois. » E L L E .Fr

Quinze jours plus tard, dans la ville du Val-de-Loire où officiait notre mage, nous procédions à la « cérémonie de protection ». À tour de rôle, chacun a passé près de trente minutes avec elle dans une chapelle de la cathédrale. Nous nous sommes laissé porter par sa voix, hermétiques au regard d’autrui. Je me disais que j’avais capitulé et que je faisais confiance à une inconnue. Quand on s’est retrouvés sur le parvis de la cathédrale, la pierre blonde irradiait de lumière et de chaleur. Après avoir donné à l’énergéticienne une photo de nous, grâce à laquelle elle voulait poursuivre son « travail de protection », nous l’avons remerciée, et payée, puis sommes rentrés à Paris. Tout ne s’est pas arrangé comme d’un coup de baguette magique. Mais les choses se sont calmées. Juste avant l’été, j’ai appris que Cruella quittait le service et, quinze jours plus tard, nous avons obtenu un deux-pièces bien situé. À l’automne, Mathieu a décroché un CDI dans une boîte de production. Petit à petit, notre vie a retrouvé un semblant de normalité. La magie blanche avait-elle eu raison du vaudou ? Était-ce seulement le destin ? Pipeau total, acte désespéré, placebo psychologique ou réelle mise à distance de forces inconnues, je ne sais si ce désenvoûtement avait du sens. Reste que cette expérience m’a profondément changée. Depuis, la rationnelle en moi est moins affirmative et accepte l’idée que la science ne sait pas tout. Je suis moins catégorique, plus optimiste et plus ouverte, je fais confiance à la vie. Ma sœur m’a dit récemment : « Tu es sortie plus mûre et plus forte de ce merdier… Et ça, c’est carrément magique. » Elle ne croyait pas si bien dire !

97


automne-hiveR 2018

ELLE zen / inspirations

Méditer, Méditer, Méditer

« Le matin, allongée sur le lit, en compagnie de mon mari, j’adore tester des applis de méditation de toutes sortes, comme Insight Timer, qui fourmille de techniques pour se relaxer telles l’hypnose ou la musique à vibrations… Ainsi je me lève (presque) toujours du bon pied. »

« Depuis qu’Édouard Baer a arrêté son émission sur Radio Nova, je n’écoute plus la radio, et je signe – dans mes rêves ! – une pétition pour le faire revenir sur les ondes le matin. Je suis en deuil de son phrasé, de son ton, de sa voix ! Pour me réconforter, je me prépare un muesli à base de céréales, de yaourt, de soja, d’huile de lin et de myrtilles avec de la poudre d’amande. Succulent ! »

Faire le lundi buissonnier

les PETITS LES petits ET et GRANDS grands PLAISIRS plaisirs DE de

Florence ServanSchreiber le bonheuR, c’est son dada ! l’auteuRe de « la FabRique à kiFs » (Éd. maRabout) nous dit comment cultiveR sa bonne humeuR.

« Ce jour-là, je ne fais ni conférence ni atelier de créativité, je ne vais pas à mon bureau, personne ne sait où je suis… Perchée sur une trottinette, un vélo ou un scooter électrique, je suis in-joi-gnable ! La belle vie, non ? J’adore m’évader et faire tout autre chose que ce que je suis censée faire. Je flâne ou je me réfugie dans ma cabane à Paris – un lieu secret ! En ce moment, je m’essaie à la fiction et je souffre beaucoup. Je suis aussi en train d’imaginer un atelier d’écriture en ligne : écrire et être lu est tellement réconfortant. Je sais, j’ai un côté optimiste, très pragmatique… à l’américaine ! »

préparer un dîner de kiFs

« J’adore cuisiner, c’est un vrai plaisir et non une corvée pour moi. J’ai publié un livre de cuisine, “Dîner de kifs” (éd. Marabout). J’adore le “dirty rice”, du riz auquel on

98

Son livre feel good « “La Boîte de Pandore”, de Bernard Werber (éd. Albin Michel). Dans ce roman, le personnage principal revisite ses anciennes vies grâce à l’hypnose. Fascinant. »

pRopos Recueillis paR julia dion

ajoute courgettes, courge butternut, kale, noix de macadamia, herbes, épices… Mon plat préféré reste le chou-fleur rôti au sumac et aux herbes. On le masse avec de l’huile d’olive et on l’assaisonne, puis on l’enfourne emballé dans du papier sulfurisé. Après une heure, il ressort tout beau et tout bon. »

Son hobby « La broderie. Ringard ? Moi, cela me détend énormément. Sur des coussins, je brode les visages de mes copines, des pictos rigolos, etc. Je m’amuse follement ! »

dîner entre aMis

« En semaine, je retrouve souvent mes copines chez Pratz (59, rue Jean-BaptistePigalle, Paris-9e), prisé pour son vin naturel et sa délicieuse charcuterie ibérique et italienne. Chaque lundi, la même amie vient à la maison. On se dit tout, on rit beaucoup. Je me fais parfois livrer des sortes de nuggets de poulet de chez Out-Fry Korean Kitchen, ou bien on dîne d’un bol végétarien chez So Nat (5, rue Bourdaloue, Paris9e). Et le dimanche soir, on s’invite entre voisins : une fois chez eux, une fois chez nous. Idéal pour éviter le blues ! » n

Son actu Cette « professeure en bonheur » animera avec ses complices « La Fabrique à kifs », les 19 et 20 novembre et les 17 et 18 décembre au Théâtre de L’Œuvre, à Paris. theatredeloeuvre.com florenceservanschreiber.com E L L E .FR

fabrice mabillot ; presse.

Me concocter un Muesli

Son film « “Le monde est à toi”, de Romain Gavras. Je suis épatée par son génie créatif, il y a des tonnes d’idées dans ce film très folklo et très culotté. J’ai adoré ! »


Fiches bien-être de l’hiver

Fiches bien-être de l’hiver

Les trucs du dr aga

Les trucs du dr aga

FOrme

charge mentaLe

• anticipez bien en amont votre détox de fin de l’hiver : maximisez vos chances d’en faire une réussite spectaculaire en toxant votre organisme dès aujourd’hui (viande rouge, tabac, tartiflette).

• L’entretien du linge d’une famille est un exercice psychiquement épuisant. Ne triez plus que vos affaires à vous et mettez celles des autres directement au lave-linge + sèche-linge + dans le placard. S’ils ne sont pas contents du résultat, conseillez-leur une appli de pressing à domicile (même à 8 ans).

• adepte des petits jus verts livrés à l’heure des repas ? C’est bien, mais pas suffisant pour réchauffer votre métabolisme par temps froid. Téléchargez plutôt une appli qui livre des tonnelets verts avec du grog dedans, ça doit sûrement exister.

Fiches bien-être de l’hiver

• À votre famille, qui vous demande où vous irez en vacances cet hiver, répondez : « C’est une surprise ! » d’un air mystérieux. Et pensez-y huit jours avant le départ. Plus une place à la montagne ? C’est l’assurance de partir au chaud, maligne.

Fiches bien-être de l’hiver

Les trucs du d aga

Les trucs du dr aga

r

au bureau

avec Les enFants

•mettez votre métabolisme en harmonie avec le raccourcissement des journées. Jusqu’au 23 décembre, arrivez au travail chaque matin deux minutes plus tard que la veille et partez deux minutes plus tôt.

• Les jeunes enfants sont toujours malades en hiver : pour minimiser le risque de contagion, racontez l’histoire du soir en mode « sans contact », en la déclamant via le babyphone. • Les petits perdent toujours leurs écharpes et leurs bonnets. Ne les remplacez surtout pas : pour ce qui est de la charge mentale parentale, mieux vaut qu’ils attrapent un rhume que des poux.

•adoptez un esprit start-up rigolote et sportive, en rebaptisant votre badge d’accès « Forfait 3 Vallées » et les bureaux des boss façon plan des pistes : « Le Petit Bouc », « la Marmotte Argentée » ou « Le Grand Morne ».

• À cause du déficit de lumière, les ados sont encore plus mous. Palliez ce manque en les réveillant chaque matin à l’aide d’une lampe torche braquée dans leurs pupilles, après avoir délicatement relevé leurs paupières.

•À la cantine, demandez qu’on remplace la JVP (journée végétarienne pour la planète) par une JFSH (journée fondue pour la survie humaine), afin d’enjailler les forces vives de l’entreprise.

• en hiver, les fruits et légumes sont rabatjoie. Inutile de gâcher son argent à tenter de faire ingurgiter du chou et des navets aux enfants. Les cinq végétaux sur lesquels vous concentrerez vos efforts sont : les frites, la purée, les chips, les pommes de terre sautées et le gratin dauphinois.

illustrations soledad

•Passez vos compagnons de travail en mood hiver : remplacez les machines à café par une fontaine à vin chaud.

illustrations soledad

• contre la baisse de moral, il convient d’activer les circuits de la récompense. Exemple : une nuit de huit heures de sommeil = une nuit de huit heures de bringue ; une semaine d’assiduité au bureau = une semaine d’arrêt de travail.

illustrations soledad

• en hiver, la pratique du yoga bikram est dangereuse (refroidissement dû au retour de la salle en justaucorps Lycra humide). Remplacez-la par le bed-yoga, qui consiste à pratiquer, allongée, des étirements vers la télécommande.

illustrations soledad

• Proposez à votre conjoint une nouvelle répartition alphabétique des tâches. À lui toutes les corvées qui commencent par les lettres allant de « A » à « M » (ce qui inclut accompagnements à l’école, bain des enfants, devoirs, courses, cuisine, centrale vapeur, ménage, entretien des toilettes…), à vous toutes celles des lettres « N » à « Z » (y a que organisation des vacances, j’ai vérifié).


PENDANT VOTRE SÉANCE

ÉCOUTEZ CHÉRIE SUR VOTRE SMARTPHONE !


Elle_HS_Zen_...ver_2018  
Elle_HS_Zen_...ver_2018  
Advertisement