Issuu on Google+

Parcs urbains et biodiversité : indice de biotopes ordinaires Janvier 2010

Direction Régionale de l’Equipement d’Ile-de-France www.ile-de-france.equipement.gouv.fr


Parcs urbains et biodiversité : indice de biotopes ordinaires

L

a méthode @d aménagement durable®1 est un outil permettant aux acteurs des territoires de converger sur les enjeux majeurs du développement durable et de bâtir ainsi une stratégie locale. La prise en compte de l’effondrement de la biodiversité a eu pour corollaire la définition d’une ligne d’action relative au développement de la surface de biotopes. En effet, si la circulaire interministérielle du 8 février 1973 fait figure de référence en matière de politique de création d’espaces verts, en fixant un objectif quantitatif de 10 m2 par habitant en zone centrale, et de 25 m2 par habitant en zone périphérique, la question qualitative de la contribution de ces espaces à la préservation de la biodiversité ne se posait alors pas comme aujourd’hui. Avec un rythme de disparition des espèces entre 100 et 1000 fois supérieur au rythme naturel, on assiste maintenant à un effondrement auquel il faut impérativement répondre avec des mesures appropriées.

Pour les aménageurs, répondre à l’enjeu de la biodiversité passe en partie par la question du développement de surfaces ou d’espaces habitats pour les espèces. Il ne s’agit pas ici de s’intéresser au nombre et aux caractéristiques des espèces présentes sur un territoire ou dans un quartier donné, mais de porter la réflexion sur l’aménagement en tant qu’il apporte, ou pas, développe ou interdit, des habitats potentiels pour la biodiversité. Dans cette logique, un outil2 a été développé par la DREIF et le Museum National d’Histoire Naturelle : Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement de la ville : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement, juillet 2009. Fondé sur l’utilisation du MOS, base de donées cartographiques du Mode d’Occupation des Sols d’Ile-de-France, il établit une caractérisation de 25 des 83 postes de cette base de données, naturels ou semi-naturels. Cette caractérisation est axée sur l’intérêt théorique potentiel pour l’accueil de la biodiversité. Elle découle de la prise en compte de la richesse potentielle des espaces, de la rareté des espèces qui peuvent être présentes, du caractère autochtone ou indigène des espèces présentes. Cette caractérisation permet de calculer, pour un territoire donné, un « niveau de biotopes » qui reflète la potentialité des espaces, ou habitats, présents sur ce territoire, en terme d’accueil de biodiversité. C’est à partir de cette classification des espaces que les fiches de cas de la présente étude ont été réalisées. Elles se focalisent sur des parcs ou jardins

publics situés dans la ville, en tant qu’ils constituent des aménagements classiques de quartier auxquels sont rompus les aménageurs. La biodiversité qui y est potentiellement présente varie cependant d’un parc à l’autre, en fonction des milieux qui y ont été créés et des modes de gestion appliqués. Ces fiches apportent ainsi un éclairage sur les questions de « nature en ville », sous l’angle spécifique des parcs et jardins publics, espaces traditionnellement dédiés à l’introduction de la nature en milieu urbain. Au moyen d’une description du parc, de l’utilisation qui en est faite et des techniques de gestion différenciées mises en place, dont l’objectif est d’ajuster au mieux les techniques utilisées aux contraintes imposées par les usages, un indice de biotopes circonstancié est défini. Il permet d’illustrer la marge de manœuvre existante dans l’aménagement et la gestion des espaces verts et de porter l’attention des concepteurs et des gestionnaires sur les possibilités de préservation et de développement des milieux naturels. Des éléments de coût de gestion de ces espaces sont en outre précisés. Les fiches ainsi réalisées constituent une contribution à la réflexion sur ce sujet. Elles ont été élaborées par l’Agrisa, Junior Entreprise de l’Institut Supérieur d’Agriculture de Lille. Les jardins étudiés sont situés en Ile-de-France ou à Lille.

1

Élaborée par la DREIF et les 8 Etablissements Publics D’Aménagement présents en Ile-deFrance. Disponible sur le site internet de la DREIF : www.ile-de-france.equipement.gouv.fr

2

Disponible sur le site internet de la DREIF : www.ile-de-france.equipement.gouv.fr

Parcs urbains et indices de biotopes


Douze parcs analysés : No de fiche

Nom du parc

1

Plaine Winston Churchill

Lille

79 000 m2

0,8

1 €/m2

2

Jardin Vauban

Lille

35 000 m2

0,8

3,36 €/m2

3

Jardin d'agronomie tropicale

Paris

40 000 m2

0,8

4

Mail des droits de l'homme

Le Perreux-sur-Marne

5 200 m2

0,65

0,84 €/m2

5

Square Foch Dutilleul

Lille

10 000 m2

0,65

1,65 €/m2

6

Parc du Saut du Loup

Le Perreux-sur-Marne

10 000 m2

0,6

0,8 €/m2

7

Square des Mères

Lille

5 500 m2

0,6

2,1 €/m2

8

Square Angellier

Lille

750 m2

0,55

2,3 €/m2

9

Parc Jean-Baptiste Lebas

Lille

25 000 m2

0,5

0,85 €/m2

10

Jardin de la Treille

Lille

5 800 m2

0,5

2,4 €/m2

11

Square du Réduit

Lille

2 750 m2

0,35

6,28 €/m2

12

Parc de Bercy : - la grande prairie - les parterres - le jardin romantique

Paris Paris Paris

36 000 m2 42 000 m2 32 000 m2

0,4 0,7 0,8

4,8 €/m2

Localité

*L’indice théorique est de 0,6 selon la méthode détaillée page 1.

Parcs urbains et indices de biotopes

Superficie

Indice de biotopes ordinaires*

Frais de gestion


Indice de biotopes ordinaires : 0,8

Plaine Winston Churchill (7,9 ha) Boulevard Robert Schumann - 59800 LILLE

L

300 m

a plaine est un espace de belle superficie dont l’aménagement est varié. Malgré une situation en bordure d’infrastructure routière importante, c’est un parc qui reste encore assez agréable à fréquenter. Outre les grandes pelouses, lieux des pique-niques ou d’autres installations propices aux divertissements de plein air (deux terrains de foot, un terrain de pétanque, des jeux pour enfants), cette plaine dispose d’une mare, où vit une riche flore et faune. Des activités y sont d’ailleurs organisées par des associations lilloises de découverte de l’environnement. Les buttes sont une frontière entre la partie traitée de façon horticole à proximité des habitations et la partie d’aspect plus naturel obtenu par la gestion écologique, avec sous-bois et herbes hautes. Malgré de larges espaces de pelouses non plantées, la plaine reste une mosaïque de milieux divers où s’exprime une biodiversité végétale et animale. On y trouve en particulier le jonc fleuri (Butomus umbellatus), rare et protégé au niveau régional.

Fonctionnement annuel : 79 000 €, soit 1 €/m² Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - élagage annuel des arbres ; - réduction des désherbages chimiques ; Organisation du parc : - le parc est traité en 2 zones distinctes : l’une correspond à une façon de traiter assez traditionnelle, l’autre répond à une gestion écologique ; - création de sous-bois et herbes hautes laissées sur place ; - présence d’une mare : les berges des milieux aquatiques sont tout a fait cruciales pour le développement d’une riche biodiversité.

Parcs urbains et indices de biotopes - Plaine Winston Churchill

F I C H E 1


L

a ville de Lille est engagée depuis 2005 dans une gestion différenciée de ses espaces verts, mais l’entretien de ce parc spécifique a été sous-traité à une entreprise privée spécialisée dans l’entretien de zones protégées. Cela permet de veiller au mieux à la protection et à l’enrichissement de la biodiversité.

Calcul de l’indice de biotopes - Ce parc présente des espaces qui correspondent à plusieurs catégories* : «parc ou grand jardin» d’une part (indice théorique de biotopes de 0.6), « surface en herbe non agricole » d’autre part (indice théorique de biotopes de 0.6), « étendue d’eau fermée » enfin (indice théorique de biotopes de 0,8). - Grâce à sa superficie importante et malgré les grandes surfaces conservées à l’état de pelouse, grâce aux différents milieux biologiques qui se côtoient, et à son intégration dans une continuité écologique plus vaste, ce parc accueille, sur une partie de sa surface, une biodiversité assez large. Un écosystème fragile mais très riche peut en particulier s’y développer en raison de l’aménagement d’une zone humide de taille importante (mare et sous-bois, hautes herbes…). Les techniques classiques de gestion différenciée qui y sont appliquées (délimitation de zones de fauche, pas de traitement chimique et absence de sélection des plantes présentes) consolident ces atouts. - L’indice du parc est donc de 0,80. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Plaine Winston Churchill


Indice de biotopes ordinaires : 0,8

Jardin Vauban (3,5ha) Boulevard Vauban - 59800 LILLE

2

c

e jardin romantique du second empire offre charme et sérénité. Il est composé d’allées permettant de se promener entre de grandes pelouses agrémentées de bacs de fleurs et des massifs arborés. Le parc dispose également d’une grotte artificielle alimentant les bassins qui accueillent canards, poules d’eau et cygnes.

100 m

F I C H E

Ce site est l’un des jardins les plus fréquentés de Lille. Il est utilisé pour les promenades en famille, par les joggeurs mais aussi pour les photos souvenirs des jeunes mariés. À la belle saison, jongleurs et musiciens viennent s'y entraîner. Fonctionnement annuel : 118 500 €, soit 3,36 €/m².

Information sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - réduction des désherbages chimiques ; - fauche tardive, évitant ainsi les périodes de reproduction de la faune et de la flore ; - élagage annuel des arbres, pour des raisons de sécurité principalement : un arbre n’a pas besoin d’être taillé, c’est l’homme qui en provoque la nécessité. Choix des espèces : - diversité d’espèces plantées ; - alliance d’aires de gazon pour les activités récréatives et de massifs floraux pour la préservation de la biodiversité ; - création d’un environnement laissé le plus naturel possible pour favoriser la biodiversité ; - accueil d’une faune aquatique grâce aux plans d’eau ; - accueil possible d’animaux caviticoles dans les anfractuosités de la grotte ou des arbres.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin Vauban


Dépenses annuelles de fonctionnement : 118 500 euros Main d’œuvre : 4 employés à plein temps : 82 500 € Tonte : 157 h Désherbage : 989 h Fleurissement : 575 h Propreté : 900 h Matériel :16 500 € Fournitures espaces verts : 19 000 €

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* «parc ou grand jardin», soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Néanmoins, ce parc présente des spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel plus élevé : - Il dispose en effet d’une importante zone boisée et d’un plan d’eau avec une partie de berges laissées naturelles. Ces deux éléments sont vecteurs d’une forte biodiversité en termes de richesse des espèces présentes d’une part, en termes de rareté de ces espèce d’autre part ; - Par ailleurs, les quelques mesures de gestion différenciée dont il fait l’objet (fauche tardive, absence de traitement chimique et de sélection des plantes présentes) permettent d’accroître la richesse de la biodiversité. ; - Enfin, sa proximité avec d’autres espaces verts de taille importante, notamment le fort et le parc qui l’entoure, ainsi que le cours d’eau adjacent, accroîssent la possibilité de rayonnement des espèces. L’indice du parc est donc de 0,8. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin Vauban


Indice de biotopes ordinaires : 0.8

Jardin d’agronomie tropicale (4 ha) 45 bis, avenue de la Belle-Gabrielle, Paris 12e

E

300 m

n bordure Est du parc de Vincennes et facilement accessible par le RER A, se trouve le jardin d’agronomie tropicale. Des vestiges de l’époque coloniale française y demeurent, éparpillés dans une forêt en partie sauvage : serres qui servaient à cultiver des plantations tropicales et pavillons de l’Exposition coloniale de 1907. On y trouve également des monuments aux morts de la première Guerre Mondiale érigés en hommage aux soldats originaires des anciennes colonies. Ces réalisations sont cependant dans un état de délabrement avancé, les bâtiments fermés sont en partie recouverts par la végétation. Ce jardin, qui jouxte le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), a été racheté par la mairie de Paris en mai 2003 et réouvert au public depuis avril 2006.

Coût de la réouverture au public du parc (étude + investissements + entretien) : 400 €/m² Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - Une grande partie du parc est gérée comme un site forestier, après avoir été longtemps à l’abandon ; - le strict minimum est actuellement réalisé en termes d’entretien, de façon à sécuriser les axes et sentiers principaux. Ainsi les arbres creux considérés souvent comme dangereux et abattus en série sont-ils maintenus en dehors des abords des sentiers, permettant aux espèces caviticoles d’y trouver refuge. Choix des espèces : - diversité d’espèces, nombreuses essences rares qui font la spécificité de ce jardin tropical ; - curiosités : arbres issus d’anciennes colonies françaises ; - une grande partie du parc laissé à l’état quasi sauvage.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin d’agronomie tropicale

F I C H E 3


N

aguère propriété de l'Etat, ce parc a été entretenu comme un site forestier mais restait fermé au public pour raisons de sécurité, les bâtiments et monuments étant dans l'ensemble très délabrés. Un programme d'aménagement du jardin est en cours, tandis que le Maire de Paris en a d'ores et déjà autorisé la réouverture au public après d'importants travaux de sécurisation des bâtiments et la maîtrise de la végétation le long des sentiers. Le parc est géré par les équipes de jardiniers du parc de Vincennes. Très peu de données sont donc disponibles quand au coût de gestion propre à ce parc. Le projet de la Mairie de Paris consiste à réhabiliter le parc et à restaurer les anciens vestiges de l’exposition coloniale de 1907, qui avait alors accueilli plus de 2 millions de visiteurs. Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Néanmoins, ce parc présente des spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel plus élevé : - le parc est situé au sein du bois de Vincennes, lui-même composé majoritairement d’espaces boisés, très riches en biodiversité quand ils ne sont pas gérés de manière monospécifique, ce qui est le cas ici ; - très peu entretenu pendant des dizaines d’années, il a laissé se développer des espèces qui y ont trouvé refuge. On estime en effet que 30 % à 50 % de la biodiversité forestière dépend des vieux arbres et des arbres morts ; - la sécurisation simple des sentiers permet de laisser se développer des sous-bois composés d’arbustes et de ronciers, qui augmentent le nombre de refuges potentiels pour la faune. L’indice du parc est donc de 0,8 * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin d’agronomie tropicale


Indice de biotopes ordinaires : 0,65

Mail des droits de l’homme

(0,52 ha)

28, rue Jules Ferry - 94170 Le Perreux-sur-Marne

L

e mail, parc linéaire de 5 200 m2, est inséré dans un tissu pavillonnaire de banlieue parisienne, entre deux rangées de jardins individuels. De ce fait, l’usager du parc bénéficie de perspectives arborées plus étendues, puisqu’elles se prolongent par les arbres de ces jardins privatifs. En outre, comme le parc n’est pas adjacent à une voie de circulation, il bénéficie d’une grande quiétude.

70 m

Composé d’une allée qui relie les deux points d’accès, permettant ainsi une bonne perméabilité du tissu urbain, le parc propose des activités de loisirs avec un terrain multisports et une aire de jeux pour enfants. La fréquentation est donc maximale le week-end et de 17 à 19h.

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - pas d’utilisation de produits phytosanitaires ; - utilisation du paillage, qui évite la pousse de plantes non désirées, limite l’évapotranspiration et augmente la fertilité du sol. Et permet ainsi des économies d’eau et évite d’avoir recours à des désherbants chimiques ; - autonomie en eau en utilisant les eaux de pluie filtrées ; - diminution des zones de tonte et de la fréquence de tonte.

Fonctionnement annuel : 4 376 €, soit 0,84 €/m². Investissements de réaménagement du Mail (2009) : 180 000 €, soit 34,6 €/m².

Choix des espèces : - espèces résistantes au soleil et à la sécheresse, ce qui permet de diminuer la consommation d’eau ; - espèces persistantes, pour diminuer la fréquence de ramassage des feuilles ; - espèces à croissance lente, pour diminuer la fréquence d’élagage. La population est sensibilisée et informée des pratiques de gestion différenciée mises en œuvre, afin qu’elle comprenne qu’il ne s’agit pas d’un manque d’entretien mais d’une nouvelle façon d’entretenir les espaces verts, plus respectueuse de l’environnement et du cadre de vie.

Parcs urbains et indices de biotopes - Mail des droits de l’homme

F I C H E 4


Dépenses annuelles de fonctionnement : 4 376 € Main d’œuvre (½ journée/semaine) : 3 120 € Matériel (location camionnette 4 h) : 156 € Entretien (Tondeuse, taille haie etc.) : 100 € Fournitures espaces verts : 1 000 € Dépenses pour réaménagement du Mail (2009) : 180 000 € Travaux de voirie pour rénovation de l’allée : 35 000 € TTC Travaux de rénovation de l’éclairage public : 50 000 € TTC Travaux de clôture : 35 000 € TTC Travaux d’arrosage automatique : 20 000 € TTC Travaux d’espaces verts : 18 000 € TTC Fourniture et pose de mobiliers urbains : 22 000 € TTC

30 m

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* «parc ou grand jardin», soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Ce parc présente cependant quelques spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel un peu plus élevé : - grâce aux mesures de gestion différenciée mises en oeuvre (fauche tardive, pas de traitement chimique, et absence de sélection des plantes présentes permettant une richesse en biodiversité) ; - grâce à la présence de plantations arbustives et arborées présentant un intérêt pour les insectes et oiseaux. L’indice du parc est donc de 0,65. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009. contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Mail des droits de l’homme


Indice de biotopes ordinaires : 0,65

Square Foch-Dutilleul (1 ha)

F I C H E

Rue Nationale - 59000 Lille

5

C

e parc linéaire, coupé en deux par une rue qui le traverse en son milieu et bordé d’immeubles de plusieurs étages, est situé au centre-ville de Lille, non loin du canal qui permet de rejoindre le grand parc Vauban. D’une superficie d’un hectare, il est composé d’une aire centrale de gazon, entourée de chemins en gravillons, le long desquels se trouvent de nombreux bancs. Une aire de jeux complète les activités proposées.

100 m

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - élagage annuel des arbres ; - réduction des désherbages chimiques ; - maintien de zones de « sous-bois » dans des espaces non accessibles, qui sont ainsi des zones refuges pour les espèces.

Les grands arbres alignés de part et d’autre du parc lui confèrent un air de sous-bois. Les haies qui le bordent tendent à dissimuler la circulation automobile alentours, tandis que des massifs floraux contribuent à l’agrément esthétique recherché. Le parc est fréquenté par les habitants du quartier, les personnes qui travaillent à proximité durant la pause du déjeuner et les familles avec enfants en fin d’après-midi ou le week-end.

Choix des espèces : - une diversité d’espèces est recherchée, tant dans les arbres plantés que dans les massifs floraux ; - alliance d’aires de gazon pour les activités récréatives et massifs floraux pour la préservation de la biodiversité.

Fonctionnement annuel : 16 500 €, soit 1,65 €/m². Budget d’aménagement du parc (2004) : 786 000 €, soit 78,6 €/m2. Parcs urbains et indices de biotopes - Square Foch-Dutilleul


Dépenses annuelles de fonctionnement : 16 500 € Main d’œuvre : 15 000 € Matériel : 1 000 € Fournitures espaces verts : 500 € Temps consacré aux diverses tâches : 940 heures Ramassage des feuilles : 32 h Désherbage manuel des massifs : 198 h Tonte de la pelouse : 440 h Taille des buissons : 235 h Élagage : 30 h Trajet : 5 h

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Néanmoins, ce parc présente quelques spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel un peu plus élevé, notamment en raison de la diversité et de l’âge des arbres plantés : on y trouve en particulier l’aulne vert des régions subalpines ou le chêne rouge d’Amérique. On y trouve également des espèces succulentes, c’est à dire qui retiennent l’eau dans leur feuillage. La taille de ces arbres majestueux permet en outre de constituer des habitats intéressants pour les espèces. Cependant, l’absence de plan d’eau et la large part réservée aux espaces engazonnés et régulièrement tondus ne permet pas de fortement majorer l’indice de biotopes. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour * D’après laaux typologie développée dans Intégrer la biodiversité contribuer choix d’aménagement », «p7, DREIF, juillet 2009. dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square Foch-Dutilleul


Indice de biotopes ordinaires : 0,5

Parc du saut du loup (1 ha) Rue Jean-Estienne d’Orves - 94170 Le Perreux- sur-Marne

L

e parc arboré, situé dans un quartier pavillonnaire assez verdoyant, est d’une superficie de 1 ha environ. Il propose des activités récréatives avec un terrain multisports (basketball et football/handball) et une aire de jeu pour enfants (400 m2 de jeux agencés en trois espaces bien définis : petits, maternelles et primaires). Le parc est fréquenté par des adolescents sur le terrain multisports et par des mères avec enfants dans le reste du parc. La fréquentation est donc maximale le week-end et de 17 à 19 h.

100 m

Fonctionnement annuel : 7834 €, soit 0,8 €/m². Investissement de réaménagement du parc (2009) : 123 000 €, soit 12 €/m². Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - arrêt de l’utilisation de phytosanitaires ; - autonomie en eau grâce à une méthode de récupération et de filtration des eaux pluviales ; - utilisation du paillage pour éviter le recours à des désherbants chimiques ; - diminution des zones de tonte et des fréquences de tonte, ce qui a plusieurs avantages : • une pelouse tondue moins souvent demande un apport en eau moins élevé ; • la tonte a un impact négatif sur la flore car elle élimine les plantes annuelles et empêche les autres espèces de se reproduire en coupant les inflorescences ; • la tonte a un impact négatif sur la faune car elle détruit la végétation et aboutit à un milieu homogène peu propice au refuge ; • la tonte engendre des nuisances sonores et des coûts en carburant, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre associées. Choix des espèces : - résistantes au soleil et à la sécheresse, ce qui permet une diminution de la consommation d’eau ; - persistantes, ce qui permet une diminution de la fréquence de ramassage des feuilles ; - à croissance lente, ce qui permet une diminution de la fréquence de l’élagage.

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc du saut du loup

F I C H E 6


Dépenses annuelles de fonctionnement : 7834 € Main d’œuvre (1 journée/semaine) : 5 694 € Matériel : 1 140 € Fournitures espaces verts : 1 000 € Dépenses pour le réaménagement du parc (2009) : 123 000 € Mise en place d’un terrain multisports : 73 000 € TTC Clôture pare-ballons : 10 000 € TTC Travaux pour accessibilité P.M.R. : 25 000 € TTC Fourniture et pose de mobiliers urbains : 15 000 € TTC

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Ce parc présente des spécificités qui lui permettraient d’avoir un indice réel de biotopes plus élevé : - mesures de gestion : fauche tardive, pas de traitement chimique et absence de sélection des plantes présentes. En outre, la présence de friches, ou ilôts non entretenus, permettent de servir de refuge aux espèces ; - présence de nombreuses plantations arbustives et arborées qui présentent un intérêt pour les insectes et les oiseaux ; - situé dans un environnement verdoyant, cette proximité avec d’autres espaces verts augmente les possibilités de circulation des espèces. Cependant sa faible superficie, ses pelouses importantes et son absence de mare en limitent malgré tout la richesse. L’indice du parc est donc de 0,6. 50 m

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc du saut du loup

* D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.


Indice de biotopes ordinaires : 0,6

Square des Mères (5 500 m²) Rue Cabanis - 59000 Lille

7

S

itué un peu à l’extérieur du cœur de la ville de Lille, dans un quartier mixte composé de bâtiments résidentiels, de bâtiments tertiaires et d’entrepôts, le square des Mères propose un espace de verdure accessible au public dans un environnement qui en compte peu. Le parc se compose d’une aire de jeux pour enfants en bas âge, d’un terrain multisports et de grandes allées centrales qui permettent aux promeneurs ou passants de relier plus agréablement les deux rues principales du quartier.

70 m

Le parc, fréquenté aujourd’hui par les habitants du quartier, est accessible à tous après un travail effectué conjointement par la mairie de Lille et l’Institut d’Éducation à la Mobilité. Le square est le point de rencontre de toutes populations et de toutes générations. La fréquentation est maximale le week-end et en fin d’après-midi en semaine. Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - usages multiples grâce à des espaces ouverts pour conserver leur intimité ; - un système de récupération des eaux de pluie des toits alentours a été mis en place pour arroser le parc. Cela a un double avantage : d’une part l’eau potable est économisée puisqu’elle n’est pas utilisée pour l’arrosage des plantes, d’autre part les eaux de toiture des bâtiments en question ne vont pas dans les réseaux d’évacuation traditionnels, ce qui évite in fine des frais de traitement en stations ; - réduction des désherbages chimiques : en effet, l’utilisation d’herbicides entraîne une résistance accrue des plantes spontanées à ces produits. De plus, le système racinaire et la matière organique restent en place, ce qui favorise le retour des végétaux. En conséquence, plus on traite, plus on doit traiter.

Fonctionnement annuel : 11 500 €, soit 2,1 € /m². Budget de rénovation du parc (2008) : 930 000 €, soit 170 €/m²

F I C H E

Choix des espèces : - quelques curiosités sont visibles dans ce square: « Arbre au caramel »/ Cercidiphyllum japonicum, ainsi que le Davidia involucrata, encore appelé « Arbre aux fantômes ».

Parcs urbains et indices de biotopes - Square des Mères


Dépenses annuelles de fonctionnement : 11 500 € Main d’œuvre 10 100 € Matériel : 800 € Fournitures espaces verts : 600 € Temps consacré aux diverses tâches : 633 heures Propreté : 360 h Fleurissement et désherbage des massifs : 55 h Tonte de la pelouse : 160 h Taille des buissons et élagage : 53 h Trajet : 5 h

Davidia involucrata

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « Parcs ou (grands) jardins », soit à un indice théorique de biotopes de 0.6. Ce parc présente quelques spécificités, notamment la conservation d’arbres centenaires qui côtoient de nouvelles espèces, mais qui ne lui permettent pas spécifiquement d’avoir un indice de biotopes réel plus élevé,. L’indice du parc est donc de 0,6. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square des Mères

Cercidiphyllum japonicum


Indice de biotopes ordinaires : 0,55

Square Angellier (750 m²) Rue Jean Bart - 59000 Lille

8

C

40 m

F I C H E

e petit square de 750 m2, au cœur de Lille, est composé d’une majorité de surfaces recouvertes de massifs d’arbustes et d’une aire centrale en graviers, au milieu de laquelle se trouve une statue d’Auguste Angellier (1848-1911), ancien doyen de la faculté des lettres de Lille. Cette statue est entourée de quatre bancs, eux-mêmes bordés de quatre massifs d’oyats. Demeurant très visible à partir des voies de circulation qui le bordent sur deux de ses côtés, le square est fréquenté par les étudiants de l’école de journalisme voisine et les habitants du quartier. Les bâtiments qui le bordent sur les autres cotés bénéficient d’une vue privilégiée sur cet espace de verdure. La fréquentation de ce square est maximale à l’heure du déjeuner ainsi que l’après-midi. Il reste ouvert la nuit.

Informations sur la biodiversité

Fonctionnement annuel : 1710 €, soit 2,3 €/m².

Techniques de gestion différenciée utilisées : - une diminution des intrants (pesticides) est recherchée. En effet, lors de son application, une partie seulement du pesticide va sur la plante-cible, le reste entrant dans la chaîne alimentaire, atteignant les espèces non-ciblées, ruisselant ou pénétrant dans le sol. Les pesticides sont ainsi devenus une source majeure de pollution des eaux de surface et des eaux souterraines. Des techniques de désherbage alternatives aux pesticides, telles que le désherbage mécanique ou le faux-semis doivent être utilisées ; - utilisation des feuilles mortes pour le compost. Le ramassage des feuilles est effectué de façon préférentielle par des techniques manuelles (râteau sur surface perméable, balai sur surface imperméable).

Budget de rénovation du square (2002) : 52 400 €, soit 70 €/m².

Choix des espèces : - utilisation de plantes vivaces (lavande, bruyère, …) ; - espèces peu demandeuses en eau et en entretien (rosacées, succulentes) ; - arbres pour faire une zone ombragée en période estivale ; - espèces à croissance lente.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square Auguste Angellier


Dépenses annuelles de fonctionnement : 1 710 € Main d’œuvre : 15 000 € Matériel : 110 € Fournitures espaces verts : 100 € Temps consacré aux diverses tâches : 940 heures Propreté : 9 h Ramassage des feuilles : 17 Désherbage manuel des massifs : 48h Tonte de la pelouse : 4 h (en moyenne 15 tontes par an) Taille des buissons: 5h Trajet : 5h

Calcul de l’indice de biotopes Du fait de sa superficie réduite, ce square correspond plutôt à la catégorie* « jardin de l’habitat continu bas », car il pourrait être assimilé à un jardin individuel en milieu urbain, dont l’indice théorique de biotopes de 0,1. Néanmoins, ce square présente des spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel nettement plus élevé : - 50 % de la surface du parc est constitué d’espaces engazonnés qui font l’objet de tontes régulières, mais les 50 % restants ne font pas l’objet de défrichage, tonte ou travail du sol particulier, ni de traitements chimiques ; - les espèces arbustives et arborées sont bien diversifiées, ce qui augmente ainsi la richesse du square en biodiversité ; - dans un milieu très urbanisé, cet îlot de verdure est un refuge pour les espèces. L’indice du square est donc de 0,55.

* D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », «p7, DREIF, juillet 2009. dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour * D’après la typologie développée dans Intégrer la biodiversité contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square Auguste Angellier


Indice de biotopes ordinaires : 0,5

Parc Jean-Baptiste Lebas (2,5 ha) Boulevard Jean-Baptiste Lebas - 59000 Lille

C

200 m

e parc de 2,5 ha au cœur de la ville s’organise autour de la trame originelle des marronniers centenaires, confortée par la plantation de jeunes tilleuls. Le renouvellement des vieux arbres se poursuivra au fil des ans. Les chemins et les placettes pavées offrent aux promeneurs des points de vue et des ambiances variés. La perspective vers la Porte de Paris est mise en valeur. Ce parc accueille tous les publics grâce à des aménagements variés : jeux pour enfants, terrains de boules, placettes, espaces de détente, parterres de fleurs, alignements d’arbres… Le parc Jean-Baptiste Lebas inauguré en 2006 est né dans le cadre d’un projet de réaménagement de l’espace public ou il a remplacé un parking sauvage de près de 1 000 places. Les arbres périssaient alors peu à peu.

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - élagage annuel des arbres : la coupe progressive d’un alignement d’arbres permet à de nombreuses espèces de se maintenir ; - réduction des désherbages chimiques ainsi que des pesticides ; - amélioration de l’état phytosanitaire des vieux arbres conservés, qui possèdent ainsi un feuillage plus dense, donc photosynthétisent plus et absorbent plus de CO2 ; - remplacement progressif des vieux arbres : conserver de vieux arbres, des arbres creux ou du bois su place, permet d’obtenir des refuges, des lieux de reproduction à bon nombre d’espèces.

Fonctionnement annuel : 21 600 €, soit 0,85 €/m². Coût de création (2006) : 2 662 000 €, soit 100 €/m².

Choix des espèces : - une diversité d’espèces plantées est recherchée ; - alliance d’aires de gazon pour les activités récréatives et de massifs floraux pour l’esthétique. Dans la meilleure configuration, qui n’est cependant pas systématique, le mélange de diverses fleurs dans les massifs permet une floraison étalée sans entretien : les plantes vivaces sont préférées aux annuelles, les plantes peu gourmandes en eau et plutôt rustiques permettent un entretien moindre.

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc Jean-Baptiste Lebas

F I C H E 9


Dépenses annuelles de fonctionnement : 21 600 € Main d’œuvre : 15 000 € Tonte : 62 h Désherbage : 840 h Fleurissement : 575 h Propreté : 620 h Matériel : 3 000 € Fournitures espaces verts : 3 600 €

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Les spécificités de ce parc lui confèrent cependant un indice de biotopes réel plus faible, car : alors qu’il est d’une superficie suffisante pour varier les espaces et leurs usages, l’intégralité des espaces du parc sont consacrés aux activités récréatives et ne proposent donc pas d’habitat pour les espèces ; situé en milieu très urbain, il n’est pas situé à proximité immédiate de grands espaces verts qui permettraient de créer des continuités écologiques et pallieraient son usage presque exclusivement récréatif ; la présence de plantations arbustives et arborées n’est pas suffisante pour être considérée comme apportant une réelle amélioration de la biodiversité. L’indice de ce parc est donc de 0,5. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc Jean-Baptiste Lebas


Indice de biotopes ordinaires : 0,5

Jardin de la Treille (5800 m²)

F I C H E

Rue Basse - 59000 Lille

10

C

200 m

e parc d’une superficie modeste, est situé au cœur de la ville de Lille. La grande majorité du terrain est occupée par du gazon parsemé de quelques dizaines d’arbres disposés de façon très espacée. Les espaces de déambulation sont articulés à partir de la promenade principale dessinée autour de la cathédrale Notre Dame de la Treille. Le parc est fréquenté par les habitants du quartier, mais du fait de sa situation dans une zone très fréquentée de la vieille ville, il est également beaucoup utilisé par les touristes qui profitent de ses larges pelouses. C’est un lieu de pique-nique apprécié pour son calme, puisqu’aucun grand axe routier ne se situe à proximité.

Fonctionnement annuel : 14 110 €, soit 2,4 €/m². Budget d’aménagement du parc (2007) : 204 000 €,Soit 35 €/m². Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - compostage des feuilles et de la pelouse tondue , la fréquence des tontes n’a pas encore été beaucoup diminuée. En effet, les impacts négatifs des tontes sur la faune et la flore doivent conduire à tondre moins souvent, et tondre plus haut (10 cm de haut) pour préserver la faune qui vit au pied des plantes ainsi que les rosettes de certaines plantes ; - réduction des intrants chimiques. Choix des espèces : - les plantations d’arbres sont favorisées - mais beaucoup sont de la même espèce (Châtaigner) - choisies pour créer des zones ombragées ; pour conserver cet atout, il est nécessaire de ne pas effectuer d’élagage trop massif ; - massifs floraux et buissons jouxtant la cathédrale ; - haies de buis délimitant certaines parties du parc.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin de la Treille


Dépenses annuelles de fonctionnement : 14 110 € Main d’œuvre : 13 760 € Matériel : 100 € Fournitures espaces verts : 250 € Temps consacré aux diverses tâches : 860 heures/an Propreté : 185 h Ramassage des feuilles : 160 Désherbage manuel des massifs : 160 h Tonte de la pelouse : 200 h

Calcul de l’indice de biotopes Ce parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Les spécificités de ce parc lui confèrent cependant un indice de biotopes réel plus faible, car : - situé autour de la cathédrale, il est quasiment uniquement composé de gazon et de chemins de promenade, tandis que les buissons et plantes vivaces se concentrent sur des massifs jouxtant les murs du monument ; - aucun cours d’eau n’est présent dans le parc, et les eaux de pluie sont mal évacuées (rétention sur les chemins, problème d’écoulement) ; - les espèces d’arbres présentes sur le parc sont peu variées. L’indice du parc est donc de 0,5.

* D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Jardin de la Treille


Indice de biotopes ordinaires : 0,35

Square du Réduit (2 750 m²) Rue des déportés - 59000 Lille

11

C

e petit square situé près de l'Hôtel de Ville est fort apprécié par les "doyens" lillois. Il offre un espace de verdure en milieu bâti dense, tout en bénéficiant de vues privilégiées sur les monuments patrimoniaux qui l'entourent. On y trouve en particulier, cachés derrière la végétation, les vestiges de la porte de Tournai.

100 m

F I C H E

Ce jardin aux formes régulières est l’archétype du jardin à la française, qui cultive l’art de la mise en ordre du jardin, de la symétrie. Des coupes régulières y sont necessaires. Fonctionnement annuel : 17 280 €, soit 6,28 €/m².

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - élagage annuel des arbres : la taille est réalisée en février, car bien que la taille d’hiver retarde la cicatrisation de l’arbre, elle permet de ne pas entamer ses réserves. Les tilleuls sont conduits en forme architecturée et leur couronne symétrique est maintenue grâce à la taille en tête de chat ; - pas de désherbages chimiques ; - tontes moyennement fréquentes : les pelouses étant largement sollicitées par les utilisateurs du square, les tontes sont malgré tout nécessaires. Choix des espèces : - une diversité d’espèces est recherchée : le tilleul argenté planté dans ce square est néanmoins une espèce exotique qui est défavorable aux bourdons (le nectar les « saoule », les laissant tomber inertes à la merci des prédateurs , du gel ou de la pluie) ; - arbres bordant le parc pour donner une impression de sous-bois en pleine ville : le maintien de tas de branches et de feuilles, ainsi que de buissons, permet de créer des zones refuges pour les espèces ; - alliance d’aires de gazon pour les activités récréatives et de massifs arbustifs et floraux pour augmenter le nombre d’espèces présentes.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square du Réduit


Dépenses annuelles de fonctionnement : 20 280 € Main d’œuvre : 15 000 € - dont tonte : 20 h ; - désherbage : 127 h ; - fleurissement : 16 h. Matériel : 2 400 € Fournitures espaces verts : 2 880 €

Calcul de l’indice de biotopes Du fait de sa superficie réduite, ce square est à cheval entre deux catégories* : « jardin de l’habitat continu bas », dont l’indice théorique de biotopes est de 0,1, et « parc ou grand jardin », dont l’indice théorique de biotopes est de 0,6. L’indice de biotopes théorique de ce square pourrait donc être de 0,35. Ce square bénéficie de quelques mesures de gestion différenciées qui lui permettraient de majorer légèrement cet indice théorique, telle que l’absence de traitement chimique pour les désherbages. Néanmoins, l’absence de plan d’eau, la taille fréquente des massifs arbustifs et sa forte fréquentation qui limite la place laissée aux « sous-bois », ne permettent finalement pas de majorer l’indice théorique. L’indice du square est donc de 0,35. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour * D’après laaux typologie développée dans Intégrer la biodiversité contribuer choix d’aménagement », «p7, DREIF, juillet 2009. dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Square du Réduit


Le parc de Bercy (11 ha) 1 rue Joseph Kessel - Paris 12

e

S

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - pas d’utilisation de phytosanitaires chimiques ; - diminution de la fréquence des tontes, par endroit une seule tonte par an est opérée ; - politique raisonnée de gestion des déchets végétaux, fabrication de compost avec une partie de ces déchets verts. Choix des espèces : - certaines zones du parc sont des zones de pelouses arborées où l’entretien est limité ; - les autres surfaces sont différenciées en surfaces affectées à la décoration florale (775 m2), en surfaces stabilisées où l’entretien est minimal (26 000 m2 ) et en linéaires de clôtures végétalisées et de trottoirs (2 258 m2).

itué en bordure de Seine, entre le Palais Omnisports de Paris-Bercy et les chais du cours Saint-Emilion, le parc de Bercy fait partie intégrante d’un programme d’aménagement de grande ampleur réalisé dans les années 1990. Il vise à réintégrer dans la ville des emprises industrielles ou logistiques désaffectées. Séparé du fleuve par une voirie routière de capacité importante, le nouveau parc est protégé des nuisances (routières) par un réservoir de stockage des eaux pluviales de 17 000 m3, qui sert en outre d’esplanade de promenade en surplomb du parc et de la voie. Réalisé par les architectes Bernard Huet, Madeleine Ferrant, Jean-Pierre Feugas et les paysagistes Ian Le Caisne et Philippe Raguin, il a permis de doter l’Est de Paris d’un nouveau jardin de belle superficie. C’est aujourd’hui l’un des plus fréquentés de la capitale. Le parc est en fait composé de trois parcs dont l’indice de biotopes est étudié indépendamment, du fait de leur conception différenciée : - « La grande prairie » ; - « Les parterres » ; - « Le jardin Romantique ».

Investissement pour la création du parc, sans l’acquisition foncière, mais comprenant les pavillons, les chais, la maison des jardiniers, les terrasses et les fontaines ainsi que le coût des différentes études réalisées : 60 980 000 €. Soit 435.8 euros/m².

Fonctionnement annuel : 528 760 €. Soit 4,8 €/m². 1

Parcs urbain- Parcs et indices de biotopes - Parc de Bercy

F I C H E 12


Parc Omnisports Paris Bercy

Dépenses annuelles de fonctionnement : 528 760 € Main d’œuvre (23 jardiniers, 3 cantonniers et 1 chef d’atelier) passant 80 % de leur temps sur le parc de Bercy : 457 200 * 0.8 = 365 760 € Coûts d’exploitation (ne comprenant cependant pas les investissements exceptionnels et achats de « gros matériels ») : 163 000 €

En rose, les bâtiments et en bleu le réseau hydrographique.

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc de Bercy

2


Indice de biotopes ordinaires : 0,4

La grande prairie (3,6 ha)

L

a partie la plus proche du Parc Omnisports Paris Bercy est formée de grands espaces de pelouses ombragées par de grands arbres. Cette partie commence sur une esplanade de terre battue au pied du Palais Omnisports et du Canyonaustrate, sculpture-fontaine de Gérard Singer pour s’achèver au milieu du parc, où se trouvent les parterres. En retrait du parc, on trouve la cinémathèque française dessinée par l'architecte Frank Gehry.

Calcul de l’indice de biotopes

Cette partie du parc en accès libre est fortement utilisée du fait de sa proximité avec le palais Omnisports et la station de métro : les pelouses sont pratiquées pour les jeux de ballon et les pique-nique, tandis qu’un espace dédié à la pratique du skateboard attire les adolescents.

Cette partie de parc correspond à la catégorie* «parc ou grand jardin», soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Néanmoins, cette partie de parc présente des spécificités qui diminuent l’indice réel de biodiversité : composée principalement de grandes pelouses utilisées massivement pour des activités récréatives, et donc fortement piétinées, la diminution de la fréquence de tontes ne permet cependant pas d’aboutir à des hauteurs d’herbe qui soient compatibles avec une riche biodiversité. En outre, les plantations d’arbres, certes diverses, ne lui permettent pas d’être qualifié de milieu spécialement riche en biodiversité. Enfin, cette partie du parc ne dispose pas d’un espace en eau susceptible d’enrichir la biodiversité, le bassin présent au pied du Parc Omnisports étant entièrement minéral et ne répondant qu’à un objectif esthétique et de rafraichissement en été. L’indice de biotopes de cette partie du parc est donc de 0,4. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

3

Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - pas d’utilisation de phytosanitaires chimiques ; - diminution de la fréquence des tontes, par endroit une seule tonte par an est opérée ; - politique raisonnée de gestion des déchets et fabrication de compost avec une partie des déchets végétaux. Choix des espèces : - il s’agit d’espaces de pelouses arborées qui nécessitent peu d’entretien, plantées pour apporter de l’ombre pour les jours d’été. Les espèces présentes - platane, marronnier d’inde, érable sycomore – apportent une certaine diversité visuelle à ces espaces.

Parcs urbain- Parcs et indices de biotopes - Parc de Bercy


Indice de biotopes odinaires : 0,7

Les parterres (4,2 ha)

L

a partie centrale du parc est composée de neuf carrés de culture : les potagers pédagogiques ; le pavillon du vent ; le verger, bordé par l'orangerie ; les treilles avec 400 pieds de vigne qui rappellent la vocation antérieure du site dans le négoce des vins ; la Maison du Jardinage et sa serre ; le jardin des bulbes ; la roseraie ; le labyrinthe et le jardin des senteurs. Informations sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - pas d’utilisation de phytosanitaires chimiques ; - diminution de la fréquence des tontes, par endroit une seule tonte par an ; - politique raisonnée de gestion des déchets et fabrication de compost avec une partie des déchets végétaux. Choix des espèces : - c’est un espace présentant un biotope riche avec beaucoup de zones arbustives qui servent de refuge à la faune et de grands massifs floraux ; - l’entretien y est donc plus important mais la diversité en espèces est plus grande.

Calcul de l’indice de biotopes Cette partie de parc correspond à la catégorie* « parc ou grand jardin », soit à un indice théorique de biotopes de 0.6. Néanmoins, ce parc présente des spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel plus élevé. Il présente en effet des arbres centenaires qui côtoient des parterres et des cultures, ce qui permet le développement de nombreuses espèces animales et végétales. La grande diversité des espèces plantées, alliée à des techniques de gestion différenciées qui excluent l’utilisation de pesticides, permet d’accueillir de nombreuses espèces qui y trouvent leur refuge. L’indice biotope de cette partie de parc est donc de 0,7. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

Parcs urbains et indices de biotopes - Parc de Bercy

4


Indice de biotopes odinaires : 0,8

Le jardin romantique (3,2 ha)

I

l s'étend au-delà de la passerelle, qui surplombe la rue Joseph Kessel jusqu'à Bercy-Village. Il comprend des bassins où vivent des poissons et des canards. Des dunes ont été reconstituées, avec au centre de l'une d’elle, une sculpture, " Demeure X ", entourée de nénuphars. Un petit lac et son île où se dresse la Maison du Lac, dominée par des pins de Corse, des cèdres du Liban et des arbres aux quarante écus (gingko biloba) ont été aménagés.

Calcul de l’indice de biotopes Cette partie de parc correspond à la catégorie* «parc ou grand jardin», soit à un indice théorique de biotopes de 0,6. Néanmoins, ce parc présente des spécificités qui lui permettent d’avoir un indice de biotopes réel plus élevé. Il présente des arbres centenaires qui côtoient de nombreuses haies et arbustes favorisant le développement de la faune et de la flore. De plus, de nombreuses surfaces en eau ont été aménagées. Bien que plusieurs aient reçu un aménagement purement minéral, certains espaces ont été laissés naturels et constituent ainsi des milieux riches. L’indice de biotopes de cette partie de parc est donc de 0,8. * D’après la typologie développée dans « Intégrer la biodiversité dans les projets d’ aménagement : qualifier les espaces pour contribuer aux choix d’aménagement », p7, DREIF, juillet 2009.

5

Information sur la biodiversité Techniques de gestion différenciée utilisées : - pas d’utilisation de phytosanitaires chimiques ; - diminution de la fréquence des tontes, par endroit une seule tonte par an est opérée ; - politique raisonnée de gestion des déchets et fabrication de compost avec une partie des déchets végétaux. Choix des espèces : - c’est un espace présentant un biotope riche avec beaucoup de zones arbustives, de grands massifs floraux et des zones en eau, dont une partie des berges sont laissées naturelles ; - l’entretien y est moins important que dans la partie des parterres et la diversité en espèces, animales ou végétales, y est plus grande.

Parcs urbain- Parcs et indices de biotopes - Parc de Bercy


Méthodologie Phase 1 : à la recherche des parcs urbains à analyser

Phase 2 : recherche d'informations relatives aux parcs identifiés

Les trois étudiants auteurs de l’étude se situaient en Ile-de-France et en métropole lilloise. Les parcs aménagés ont été recherchés en zone urbaine, comme demandé dans le cahier des charges. La prospection s’est d’abord effectuée sur le terrain, avec pour principaux critères la taille et la situation du parc en zone urbaine.

Les responsables des parcs et jardins de chaque ville ou arrondissement ont été sollicités dans la phase de collecte d’information. Il a fallu notamment établir une grille de questions à adapter à chaque mairie ou responsable (cf annexe : premier questionnaire à destination des responsables parcs & jardins). En fonction du type de réponses, il a fallu compléter par des recherches terrain (biodiversité), ou alors en rencontrant les équipes en charge de l’entretien du parc. Ces rencontres ont pu indiquer par exemple le volume horaire de travail hebdomadaire, les méthodes de travail, les intrants chimiques ou encore le type de matériel utilisé selon les tâches. Cette approche permet une vision « terrain » et pratique de la gestion des espaces aménagés.

La taille des espaces aménagés est variable : de 560 m² pour le plus petit (Square Auguste Angellier à Lille) et à 110 000 m² pour le plus grand (Parc de Bercy). L’ensemble des parcs choisis pour l’étude est répertorié dans le tableau ci-dessous, ainsi que leur superficie et leur situation géographique .

Nom de l’espace aménagé Square Auguste Angellier Square du Réduit Mail des Droits de l’homme Parc de la Treille Square des Mères Square Foch-Dutilleul Parc du Saut du Loup Parc Jean Baptiste Lebas Jardin Vauban Le parc de Bercy (3 espaces) Jardin d’Agronomie Tropicale Plaine Winston Churchill

Superficie

Localisation

560 m2 2 750 m2 5 200 m2 5 800 m2 5 500 m2 10 000 m2 10 000 m2 25 000 m2 35 000 m2 110 000 m2 40 000 m2 79 000 m2

Lille Lille Le Perreux-sur-Marne Lille Lille Lille Le Perreux-sur-Marne Lille Lille Paris 12e Paris 12e Lille

Les étudiants ont d’abord pris contact avec les gestionnaires des espaces verts des villes concernées. Ce premier contact a permis de définir les interlocuteurs privilégiés pour l’étude. Au cours de cette phase, chaque étudiant a rassemblé les informations existantes quant à l’implantation, la gestion et à la caractérisation de l’espace.

Phase 3 : analyse des données L’analyse des données reprend la mise en commun des informations obtenues dans les différents parcs. Pour la détermination de l’indicateur de chaque espace, il a fallu rechercher une cohérence et déterminer un consensus sur les modulations possibles. Une corrélation a été établie entre : - les techniques de gestion différenciée du parc ; - la biodiversité observée par l’étudiant ; - l’exactitude de l’indicateur MOS.

Phase 4 : rédaction des fiches Chaque fiche reprend : le nom du parc, sa surface, sa localisation (grâce à une vue aérienne et une adresse), des informations relatives à l’indice de biotopes, les caractéristiques d’entretien et le budget lié au fonctionnement voire à l’aménagement des espaces considérés.

Parcs urbains et indices de biotopes


Difficultés rencontrées La deuxième phase de l’étude, la recherche d’informations sur les espaces aménagés, a nécessité le plus de temps. En effet, il a été très difficile d’obtenir des informations exhaustives sur le financement et les détails techniques de gestion des parcs (entretien, aménagements,…). L’ensemble des données demandées n’a pas été fourni, ceci étant du à une confidentialité de certaines données, pour la plupart économiques. Les responsables des parcs et jardins ne se sentent pas assez directement concernés par l’étude et ses aboutissements pour y consacrer du temps ou se rendre disponibles. Cependant, la majorité des questions ont été renseignées, et un gros effort a été fait de ce côté pour fournir aux étudiants des informations les plus complètes possibles. Sur la totalité de la prospection, 20 % des demandes ont abouti à un contact privilégié avec un responsable, et 6 % ont abouti à l’obtention d’informations. Les principales causes d’échec à la demande d’information sont que les responsables ne se sentent pas directement concernés et ont parfois besoin d’un consensus de tout le service pour fournir les informations qui ont été demandées.

Les étudiants ayant réalisés cette étude pour le compte de l'AGRISA Etude et Service sont : - Charlotte Wallart - Delphine Mathieu - Bastien Gernez Maquette, mise en page : DREIF / POD / UCV / G. Caviglioli Crédit photos : AGRISA Plans : Google Earth

Jardin de la Treille - Lille


Direction Régionale de l’Equipement d’Ile-de-France 21/23 rue Miollis 75015 PARIS Tél. 01 40 61 80 80 Fax 01 40 61 81 61

Direction de la statégie et du développement durable


http://www.ekopolis.fr/sites/default/files/docs-joints/BiotopesIdF2010b