Issuu on Google+

1

L’avenir appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. — Eleanor Roosevelt numéro 7 année 2014 1er Semestre

La

Lettre d’information de la Fédération des églises Adventistes du Sud de la France

dans ce numéro Les défis auxquels nous sommes confrontés : les ressources humaines, la gestion de l’Église.

page 2

Un nouveau ministère parmi les musulmans démarre et se met à votre disposition.

page 9

Je veux être en bonne santé. Une expo, un DVD et un site Internet pour les enfants.

page 11

L’avenir appartient

à ceux qui y croient N

ous sommes parfois freinés dans la vie par des difficultés diverses ; ou faisons du sur place parce que fatigués ou, pire, parce que nous avons oublié ou perdu de vue nos objectifs, nos projets. On n’y croit plus. Pour l’Église, il en va de même. Les années qui passent et les difficultés de toutes sortes entament la foi de certains. Des défis nouveaux se présentent à nous, et voilà que les uns et les autres semblent baisser les bras. Eleanor Roosevelt disait : « L’avenir appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. » Frères et sœurs, la raison d’être de l’Église est ô combien magnifique. L’avonsnous oubliée ? Ensemble nous adorons Dieu ; ensemble nous nous édifions et vivons de la compassion de Dieu, et de celle que nous avons les uns pour les autres ; ensemble nous disons l’avenir qu’Il veut pour chacun. La Let tre FFS | Page 1

Croyons-nous (croyez-vous) encore à la destinée voulue par Dieu pour Son Église ? Nous devons garder à l’esprit, et donc continuer de rêver, je veux dire, d’aspirer à, de chercher à vivre ce que Dieu voudrait nous voir vivre. Or Il voudrait que nous soyons des chrétiens enthousiastes, remplis d’espoir et porteurs d’espérance ! Ne l’oublions pas. Sans quoi y a-t-il un avenir pour nos communautés ? Dans les pages de cette septième « Lettre » fédérale quelques-uns des défis auxquels nous sommes confrontés nous sont présentés. Ils ne doivent pas nous effrayer. Rien ne devrait ébrécher notre foi ; ni les années qui passent ni les challenges nouveaux. Restons confiants. Puissions-nous trouver dans l’amour de Dieu la motivation et la force pour que le

éDITOrial Emanuel lopes Secrétaire général FFS

rêve que nous avons encore, je l’espère, pour l’Église — celui que Dieu a pour Son Église — devienne une réalité ! Mais rêver de quelque chose ce n’est pas rester les bras croisés en pensant que cela tombera bien un jour ou l’autre du ciel ; c’est s’engager activement avec les moyens que Dieu nous donne — Georges Bernanos disait très justement : « On ne subit pas l’avenir, on le fait. » Ouvrons les yeux et demandons à Dieu de nous donner une claire vision de l’avenir qu’il veut pour Son Église, et du rôle que chacun d’entre nous doit y jouer.  

>>


d oss i e r

« le s

d é fi s

à

v e n i r »

États généraux des bâtiments

Phase 3

L

«

es paroisses locales, comme les diverses Églises dans leurs instances nationales, sont bien souvent confrontées à des questions de bâtiments qui exigent d’elles, au quotidien, beaucoup de temps, beaucoup d’argent et beaucoup d’énergie. C’est une situation paradoxale pour des communautés qui se réclament d’un prédicateur itinérant ‘qui n’avait pas de lieu où poser la tête’ (Lc 9.58). » 1 Les communautés de la Fédération du Sud de la France s’inscrivent dans cette logique. L’acquisition, la possession d’un bâtiment (lieu de rencontre mais surtout lieu de culte) reste une volonté ancrée en tout groupe se constituant 2. Preuve en est que depuis les États généraux de novembre 2013 et la demande de réflexion sur l’avenir des Églises, la quasi-totalité des communautés ont opté pour la conservation de leur bien voire se projette dans l’achat d’un local. Peu d’entre elles ont préalablement posé une vision d’avenir pour leur territoire. Néanmoins, toutes celles ayant répondu (37/46 soit 80 %) développent leur argumentaire autour d’une vision. Puisse notre Dieu aider chacune à la vivre pleinement et à continuer d’être témoin du Christ vivant, annonciatrice de son prochain retour. Au moment où nous écrivons ces lignes, les dispositions légales évoluent.

ERP AUX NORMES APH

OUI

NON

L’application des règles d’accessibilité aux personnes handicapées se fera bien au 1er janvier 2015. 3 En revanche, l’État propose aux ERP qui ne seront pas en conformité, un agenda d’accessibilité programmé (AdAP). Ce dernier doit être impérativement déposé avant le 31 décembre 2014 auprès de l’autorité administrative compétente.

Travaux avant le 31.12.14

OUI

NON

Ad’AP avant le 31.12.14*

* **

Sous réserve des dispositions législatives votées avant l’été Jusqu’à 3 ou 6 ans maximum pour les bâtiments de la FFS

NON

RISQUES

OUI

Autorisation Préfet - CCDSA

FELICITATIONS & vécu de la mission

Normalement la Fédération devrait pouvoir bénéficier d’un délai pouvant aller jusqu’à six ans 4 pour la réalisation de tous les travaux dans les différentes églises dont elle est propriétaire. L’AdAP, comprenant tous les travaux nécessaires, doit néanmoins être déposé à temps. D’autant que les sanctions pour non-conformité demeurent, pouvant

Fermeture NON

225 kEUR Si récidive… Prison ?

OUI

Travaux avant les délais**

Schéma — Les options possibles et leurs conséquences

NON

OUI

La Let tre FFS | Page 2


s’élever jusqu’à 225 000 EUR par ERP 5 ! Pour respecter le choix des communautés 6, la Fédération accompagnera donc les églises locales dans la mesure de ses capacités humaines, de temps et de finances. Cela engagera chaque partenaire : les disciples, les églises, la Fédération. Cela nécessitera des arbitrages (peut-être pris lors de l’AG). Cela demandera une vision d’avenir quant à la mission que le Seigneur confie à son Église, ici, dans le Sud de la France. De quoi l’avenir sera-t-il fait ? Nul ne sait. En revanche, la prophétie annonce des moments difficiles. N’est-ce pas ce temps par lequel nous passons ? N’est-ce pas une belle opportunité que nous offre la société que de réfléchir en profondeur à ce que nous pouvons (devons) lui offrir ? Quel est notre témoignage de foi, de vie, de service aux autres, au monde ? « Un réveil et une réforme doivent se produire, sous l’action du Saint-Esprit. Réveil et réforme sont deux choses distinctes. Réveil signifie un renouveau de vie spirituelle qui ait pour effet de vivifier les facultés de l’esprit et du cœur et de mettre fin à la mort spirituelle par une résurrection. Réforme signifie réorganisation, changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. » 7 Personne ne peut écrire d’avance l’histoire. Que nos bâtiments ne deviennent pas, pour quelques raisons que se soient, des freins à notre témoignage. L’investissement humain envers les hommes restera la priorité, notre priorité. Soyons unis, au-delà de toutes contraintes matérielles, pour continuer d’annoncer le prochain retour de notre Seigneur et Sauveur Jésus.   Philippe Aurouze Trésorier FFS

1 Grellier Isabelle, « Les bâtiments d’église, une question théologique », ETR 1993:4, p. 537 2 Voir le chapitre « Le bâtiment d’église : l’héritage du complexe de l’édifice » dans Viola Frank et Barna George, Le christianisme paganisé, 2013, p. 41-65 3 Voir l’article ci-contre (en haut) publié dans la Revue JurisAssociation du 15 avril 2014 4 L’obtention d’un délai, contrairement aux informations diffusées dans les médias, est subordonnée au dépôt d’un AdAP. Il ne s’agit pas d’un report de la loi APH. 5 Voir schéma ci-contre. 6 Voir le dossier « États généraux – Phase 2 » publié à l’occasion de l’AG 7 White Ellen, Review & Herald, 25.02.1902, in Messages choisis, vol. 1, p. 115 La Let tre FFS | Page 3

LES DÉFIS confrontés auxquels

nous sommes

La conduite de l’Église en ce 21 e siècle ne peut pas se faire comme il y a 100 ou 150 ans. La forte croissance numérique mondiale de notre Église d’une part et l’évolution des mentalités et des législations de l’autre font que les défis axquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne sont pas exactement les mêmes que ceux du passé. Jacques Trujillo, président sortant de notre Fédération, nous livre ici quelques réfle­ xions sur deux ou trois challenges actuels. Les ressources humaines

L

e défi ne va pas tant consister dans le petit nombre de pasteurs dans notre Fédération. Mais plutôt dans deux domaines en lien avec le « métier » de pasteur.

1. Le profil pastoral Dans un contexte postmoderne, avec tout ce que cela représente d’individualisme, de remise en cause de l’autorité, de méfiance quant à ce qui est « institutionnel », l’enjeu à venir dans le recrutement pastoral sera en effet celui de l’ajustement des besoins contemporains au profil pastoral. Les futurs pasteurs doivent bien sûr être des hommes et des femmes de foi et de prière. Ils doivent démontrer une spiritualité forte. Mais ils doivent eux-mêmes êtres psychiquement forts. Car il s’agit, certes dans la confiance en Dieu, de pouvoir faire face aux conflits, aux contrariétés et oppositions, à la remise en cause régulière, et aux petits résultats. Sans pour autant, se résigner. Ils doivent être des leaders positifs capables d’écoute mais aussi capables de « tenir tête » ; être en quelque sorte des « capitaines » qui donnent une direction. Ils doivent savoir travailler en équipe, laisser de la place à chacun, coordonner les efforts de l’ensemble et assurer la formation des membres. 2. Les compétences particulières des dirigeants Le constat est clair : augmentation et complication des règlements et des lois étatiques ; augmentation des contrôles internes et externes ; complexification des situations. Face à cela, il devient de plus en plus évident que les dirigeants doivent acquérir et posséder des compétences au-delà de celles traditionnelles des pasteurs. Telles que des compétences comptables et juridiques. La question est : comment et où acquérir ces compétences ? À Collonges ? Par des formations spécifiques ? Quoiqu’il en soit l’Église devra réfléchir à cela et mettre en place ces acquisitions professionnelles. L’organisation et la gestion de l’Église

L’autre défi est le corollaire inverse du précédent. L’Église ne doit pas oublier ce qu’elle est et quelle est sa mission. Face aux exigences étatiques il ne faut pas céder à l’idée « Église = entreprise » ni à la juridiciation outrancière. Sinon, en effet, ce seront les technocrates et les spécialistes du droit qui géreront l’Église. Or, si nous nous engageons à respecter la séparation de l’Église et de l’État, nous affirmons aussi que cette séparation, si elle entraine des devoirs, fonde aussi des droits. Et le principal est celui justement de ne pas être une association comme une autre, encore moins une entreprise, mais une Église, c’est-à-dire une religion qui attend qu’on la respecte dans ses valeurs et son organisation. Par ailleurs, même s’il est normal qu’une Église qui grandit et qui regroupe aujourd’hui plus de 20 millions de personnes, se dote de règles, les mêmes remarques doivent être faites. Trop de réglementations, trop de conceptions mondialistes de ces règles peuvent être a contrario un danger pour l’unité qui s’accorde sur l’essentiel mais s’accommode très bien des particularités. Quoiqu’il en soit, l’Église a su à travers les siècles se réveiller et se réformer. Par la Grâce de Dieu, avant le retour du Christ, cela se produira encore. Jacques Trujillo


d oss i e r

« le s

d é fi s

à

v e n i r »

Les dernières statistiques fédérales indiquent environ 120 groupes et églises de maison. Face à ce développement, il est intéressant de revenir sur quelques explications.

Groupes de maison (GdM), Églises de maison (EdM) :

la raison d’être L

’insistance fédérale est fondée sur un double constat. Le constat interne du ralentissement, pour ne pas dire de la stagnation, de l’évangélisation et de la croissance de nos églises. Le constat général du changement des mentalités dans notre société et des liens entre ces deux constats. Nous vivons en effet le processus que certains appellent « la sécularisation de la sécularisation » dans lequel toute référence au christianisme, même au niveau des fruits, est oublié, voire contesté. Nous vivons dans la postmodernité ou ultra-modernité qui se traduit par « l’impératif d’accomplissement de soi, qui s’impose, dans l’ensemble des sphères de l’activité sociale, à des acteurs engagés dans des expériences éclatées » (Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Bayard, 2003, p. 274). En d’autres mots : individualismes, volonté d’être acteurs y compris dans la détermination du sens donné à sa vie, sens qui se construit sur l’expérience, dans un climat de très forte mobilité (certains parlent même de « liquidité »). Cela conduit, de manière induite la plupart du temps, à la remise en cause de l’institution, à laquelle on n’attribue plus d’autorité pour la fixation du sens. On parle alors de crise de l’autorité, des idéologies, des institutions. L’Église non seulement vit dans ce monde-là mais y participe. Nous constatons le ralentissement des résultats de l’évangélisation, le vieillissement progressif de certaines de nos communautés, leur disparition annoncée ; le petit nombre de nos jeunes s’engageant. Mais aussi le développement des « ministères indépendants ». Volonté des « laïcs de prendre une part plus grande dans la gestion des églises et surtout dans la proclamation de l’Évangile. Et ceci dans une prise de distance vis-à-vis de l’institution perçue souvent comme trop lourde, trop administrative, parfois même comme un obstacle.

Le travail avec les GdM et les EdM est cette prise en compte de ces « signes des temps », de cette « vérité présente ». Elle est l’effort de simplification mais aussi de proximité avec les besoins des gens d’aujourd’hui en recherche d’expériences authentiques, de relations vraies et proches, de groupes humains dans lesquels l’individu est pris en compte, écouté, valorisé et dans lesquels il est acteur. Les GdM et les EdM prennent en compte ces nouvelles données que sont la dissémination, la discrétion et la mobilité. Il s’agit en effet « de faire Église là où l’on est, avec ceux que l’on rencontre et avec qui l’on vit une expérience de relation forte » (idem, p. 296). Quels sont donc les avantages et les inconvénients de cette forme d’Église ? Avantages • Correspond aux églises des temps apostoliques. • La taille du groupe permet une ambiance familiale. On se réunit chez l’un ou l’autre et non dans un bâtiment d’église très marqué historiquement et culturellement. • Les temps se construisent sur le relationnel, la création d’un climat de confiance et l’expérimentation. • L’engagement y est « mobile » dans le temps comme dans l’espace. Plus que dans une église où l’engagement paraît beaucoup plus formalisé. • L’authenticité y est testée et recherchée. On veut savoir comment la foi change ou influe sur la vie quotidienne des personnes. • Les temps d’enseignement sont vécus non comme l’exercice d’une autorité compétente mais comme la recherche dans le dialogue et l’échange de la Parole de Dieu dans la Bible. Inconvénients • Risque de ne pas bénéficier de l’étude et de la richesse des décou-

vertes de tous ceux qui ont précédé. • Risque de la prise en main par une ou des personnalités « charismatiques ». • Risque de la perte de vue de l’insertion dans un mouvement adventiste fédéral et mondial. Pour la Fédération, il ne s’agit pas de s’opposer à ce mouvement EdM et GdM au risque de l’enfermement dans lequel l’Église devient un musée sans aucune parole à dire au monde. Il s’agit d’encourager, d’accompagner et de rester vigilants. Remarquons que les églises traditionnelles ne sont pas, loin s’en faut, à l’abri des mêmes risques. L’histoire nous apprend par exemple que les personnalités « charismatiques » ingérables ont existé et existent toujours. Les risques peuvent être limités par : 1. La mise en place dans ces groupes de l’Ecole du sabbat (partage spirituel et vision mondiale). 2. Des rencontres trimestrielles des groupes de la même région. 3. Un lien fraternel étroit avec les églises de la région. 4. La mise en place d’un réseau des EDM/GdM. 5. L’existence d’églises plus classiques, fortes et enthousiastes dans les régions. 6. Un texte fédéral de conseils quant à la création de ces groupes et à leur gestion financière est à disposition. Une chose est certaine : l’esprit du temps peut être perçu comme un obstacle majeur à l’accomplissement de la mission. Mais on peut y voir aussi, à travers telle ou telle caractéristique, l’Esprit du Seigneur au travail. Demandons le discernement pour ne pas passer à côté des opportunités. Que le Seigneur qui conduit toute chose en soit loué.   Jacques Trujillo Président FFS La Let tre FFS | Page 4


foi

enthousiaste

AssemblÉe gÉnÉrale de l a FÉdÉr ation des Églises adventistes du Sud de la France

Arles 7-10 mai 2014

Pal ais des congrÈs

À l’Écoute du Texte | Romains 7.7-12 (nbs)

Partage biblique 7 Que dirons-nous donc  ? La loi est-elle péché  ? Jamais

de la vie ! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Ainsi, je n’aurais pas su ce qu’était la convoitise si la loi n’avait pas dit : Tu ne convoiteras pas. 8 Alors le péché, profitant de l’occasion, a produit en moi, par le commandement, toutes sortes de convoitises ; en effet, en dehors de la loi, le péché est mort. 9 Moi, autrefois, en dehors de la loi, je vivais ; mais quand le commandement est venu, le péché a pris vie, 10 et moi, je suis mort. Ainsi, le commandement qui mène à la vie s’est trouvé, pour moi, mener à la mort. 11 Car le péché, profitant de l’occasion, m’a trompé par le commandement et, par lui, il m’a tué. 12 Certes, donc, la loi est sainte ; le commandement est saint, juste et bon.

La Let tre FFS | Page 5

Spécial AG / Sabbat 10 mai 2014

Une


Spécial AG / Sabbat 10 mai 2014

Sauve avec puissance / JEM 936 Texte de Reuben Morgan et Ben Fielding © 2006 Ben Fielding et Reuben Morgan Hillsong Publishing

CHANT-THEME Tous ont besoin d’être aimés D’un amour sans limite. Que ta grâce coule en moi. Tous ont besoin de pardon, De la bonté d’un Sauveur, L’espoir des nations. Refrain

Sauveur, Il déplace les montagnes. Mon Dieu sauve avec puissance, Il sauve avec puissance. Pour toujours Créateur du salut, Jésus a vaincu la mort, Il a vaincu la mort.

Prends-moi tel que je suis, Mes peurs et mes échecs, Viens remplir ma vie. Je donne ma vie pour te suivre. Prends tout ce que je crois Et je me soumets.

Une

steur n d e s pa

s

modification. cours constant de en t es i, hu d’ ur jo ur, au tout faire, en Le travail du paste service d’homme à n so e rm fo ns tra gne en quaur qu’il ateur ; l’église y ga On at tend du paste gn pa m co ac et ur motive tiers où nous celui de formateur, unauté et aux quar m m co la à t er off embres qui, service par le nombre de m lité et quantité de lié tip ul m t es e ag témoign rs contemporains. vivons. En effet, le tivité, impactent leu éa cr r leu et préparation, la ts len avec leurs ta consiste plus à la ur ste pa du n io miss près-midi et Généralement, la rce en ex térieur l’a xe s’e et , in at m le et du retour isation rappor ts mensuels méditation, l’organ rs leu de se ba la r sse le quota r que, su mes collègues dépa le soir. Il est à note de é rit ajo m de an gr la très les ou gouverdes communautés, escriptions syndica pr les es ut to r pa é propos d’heures de travail pays. Comité, d’anitre no de s nementale de modérateur de e, ist ch té ca de t, gnan urd’hui des miAu rôle d’accompa sse s’ajoutent aujo ne jeu de ou es ièr de pr s écoles privées, mateur de réunions ns, les hôpitaux, le iso pr les ns da ice : serv unautés… nistères nouveaux ques de nos comm ifi éc sp ns io lat pu des po charge ou coltémoignage envers i, en plus, sont en qu es gu llè co es m de er du temps de Pour les nombreux ration, il faut ajout dé Fé la de t en m parte casionnent des laborent avec un dé s animations qui oc de et il va tra de ns unio préparation, des ré lémentaires. cette bienfaipp su ts en déplacem e pastoral implique èr ist in m le z, te ta ns e et le juste. Comme vous le co ie entre le bon, l’util on m ar FFS l’h de e ch er pastorale sante rech ssociation

ie L e q u o t id

Daniel Mo

fothiousiaste

en

ar le s 7-10 m2a0 1i4

ongrÈs Pal ais des c

n ac h in i

|A

Temps de consécration pour tous

[ Refrain ]

Resplendis pour que le monde voie. Nous chantons pour la gloire du Roi ressuscité, Jésus. [ bis ] [ Refrain ]

po ur le se ig n eu r se ram e un e so n pe up le co m te. alor s rosée bienfais an e un ly s ; il fleurira commco m m e le s il s’en ra ci n er a ses rameaux cèdres du liban ; in et il aura s’étendront au loliv ier. la majes té de l’o — Osée 14 .5,6

assemblÉe gÉnÉrale de n o l a FÉdÉr ati des Églises s adventiste du sud de la France

La Let tre FFS | Page 6


Ministère pastoral

Consécration de trois jeunes pasteurs L

’apôtre Paul écrit à Timothée deux lettres dans lesquelles il lui remémore l’imposition des mains que ce jeune évangéliste a reçu, geste qui doit lui rappeler de ne pas négliger et de ranimer le don qui est en lui. Quand Paul et Barnabas reçoivent l’imposition des mains (Actes 13), ils sont déjà au service de l’Église et ont déjà reçu un appel du Seigneur, c’est donc la reconnaissance d’un ministère déjà en action. Le commentaire biblique adventiste (vol. 6, p. 191) recense ce geste tout au long des Écritures dans le cadre de l’élection, la bénédiction et la guérison. C’est le symbole d’une intime relation spirituelle avec le Seigneur. À l’occasion de cette Assemblée, l’Église réunie reconnaît par ce geste les ministères présents dans la vie et le couple de Lionel, Philippe et Michaël.   Daniel Monachini

Né le 18/02/1980 à Crest (Drôme). Marianne et moi avons deux enfants : Jemma et Joshua.

Mon parcours

J’ai passé un bac pro MAEMC. Quoi ? Résumons en disant que c’est un bac « Machine à laver ». J’ai ensuite fait un BTS Force de vente pour devenir technico-commercial dans la Caféterie (distribution automatique). J’ai travaillé pendant 3 ans dans ce domaine, avant de partir à Collonges. Je suis « né » dans l’Église et m’y suis engagé tôt surtout auprès de la JA. J’ai été baptisé à Valence en 1998. J’ai servi 8 ans comme sapeur-pompier. Ce fut pour moi une extraordinaire école de la vie en parallèle de Collonges. Après mes études en théologie, j’ai été nommé à Toulouse-St-Exupéry puis à Toulouse-Gospel. Je sers depuis septembre 2013 à Annecy-Chambéry-Albertville.

Ma vision du pastorat

J’ai choisi ou, pour être plus juste, répondu à la conviction que Dieu a mis dans mon cœur de servir dans le pastorat parce que j’aime les gens et j’ai envie de leur donner l’amour que Dieu m’a aussi donné. J’aime voir la vie des gens transformées par l’action du Saint-Esprit. Je résume mon ministère en trois mots : confiance, créativité, formation.

ombres

is marié à aute-Savoie). Je su (H s oi ev en -G en nSt-Julie arie et Timothé. Né le 05/06/1980 à garçons : Élie, Zach is tro li eil cu ac s on Joana. Nous av rvard ? Mon parcours ion d’entreprise. Mais je rêvais de mieux. Ha . Après ve st alè J’étais dans la ge x : Collonges-sous-S ? Non encore mieu tion « bon ge en id m br m la Ca ec av ou e rd Ox fo r en Théologi te as M un nu te ob Essai sur le rire et 5 ans d’études, j’ai tudes s’intitule « d’é fin de re oi ém et l’homme. » Tout débarras  ». Mon m relations entre Dieu s de ns sio es pr ex l’humour. Signes et 2007 à 2012, puis à s’explique… gion lyonnaise de ré la ns da ur ste pa istère en équipe. J’ai ensuite été -Alpes pour un min ce en ov Pr on gi ré la jeunesse. partir de 2013 sur le évangélisation et pô au t in jo ad i ss au Depuis 2008, je suis astorat qui doit Ma vision du p est un surhomme au pouvoir mystique e sur la ur ncentrer son énergi Pour moi, le paste r sa personne et co su e lis Ég d’ maintien des vie la centraliser établis, ainsi que le es m stè sy s de , ns ditio d’avis ! sauvegarde des tra avant… J’ai changé it ta c’é Je souhaite ça , fin En . bâtiments Jésus et des autres. de e ut co l’é à et ice rv er un mouJe préfère être au se ateur pour encourag rm fo e qu nt ta en vérer ples, mesurés, continuer et persé ec des objec tifs sim av ire fa le e im j’a s. Et bles : SMART ! vement de disciple e « Vision » et traça un à és ch tta ra , les accessib

Michaël Dh

PHILIPPE PENNER

La Let tre FFS | Page 7

LIONEL HINA

RD

Né le 27/01/1975 à Mar seille (Bouch es-du-Rhône). Je Alexandra. Nous av suis marié à ons deux enfants : Timéo et Cïntalia. Mon

parcours

Après un bac SMS, j’entre en école d’in firmiers (1996), j’en et travaille durant sors en 1999 dix ans dans cette branche professionn premières années elle, les trois sur la région gren obloise... puis en 20 m’inscrire à la FAT 02, je décide de de Collonges tout en continuant à tra qu’infirmier, cette vailler en tant fois sur le territoire suisse. Après les deux prem ières années d’étude dant un an pour faire s en théologie, j’ai arrêté penle point... et décide finalement de cont mes études à la FAT inuer. J’achève en 2009 et commen ce mon stage pasto près des communau ral d’un an autés de Grenoble et Vo ironnais. Aujourd’hui je suis donc dans ma 5 e an née de pastorat, to vice des régions gr ujours au serenobloise et du voiro nnais.

Ma vision du p a

sto

rat Mon ministère pasto ral repose sur la ce rtitude que Dieu no à vivre des libérat ions dans tous les us appelle aspects de nos vie un ministère axé su s. J’envisage donc r l’enseignement, la prédication, et la autant pour les pe relation d’aide, rsonnes fréquenta nt notre église que qui ne connaissent pour toutes celles pas encore le Dieu de la Bible.


Spécial AG / Sabbat 10 mai 2014

Samedi 10 mai, 14h30 Palais des Congrès, Arles

Programme pour les jeunes Jeux de coopération Tu veux vivre de l’aventure, faire du sport, trouver des stratégies, tester tes connaissances ? Découvrir de nouvelles personnes ou retrouver des amis ? Que tu sois tison, explo ou compagnon, prends tes baskets et rejoins-nous pour ce samedi après midi ! Pour les tisons nous essayerons de résoudre une énigme. Pour les explo nous partirons à la recherche du vasi­varigo. Et pour les compagnons, c’est par des jeux originaux, de confrontations ou de coopérations que nous testerons ta capacité d’adaptation. Nous t’attendons de pied ferme !  

Objectifs de

L

l’offrande de l’AG 2014

’offrande, c’est tout d’abord dire merci à Dieu pour la confiance qu’il nous accorde en nous confiant la gestion de ses biens. L’offrande, c’est aussi manifester sa solidarité pour soutenir l’Église dans sa mission. L’offrande, c’est encore un partage avec l’autre, le plus faible, le « moins chanceux », le prochain. Cette année, la Fédération souhaite proposer comme objectif de l’offrande de notre assemblée, deux projets : le premier, une solidarité avec le Nord Cameroun en soutenant l’association Nicodème ; le second, dans le développement de l’évangélisation relation et la formation des disciples (jeunes et moins jeunes). Puisse le Seigneur bénir votre générosité (chèque à l’ordre de la FACSA). — Philippe Aurouze, trésorier FFS. « L’association Nicodème a déjà un an… Grâce à son partenariat avec l’AMALF, grâce à l’enthousiasme et à l’engagement de la FFJA-Sud à ses côtés, et grâce à votre confiance et générosité, elle a pu l’année dernière financer la construction des classes de seconde et parrainer les premiers lycéens adventistes de Koza — petite ville de l’extrême nord du Cameroun où beaucoup de nos missionnaires francophones se sont investis en créant un hôpital, une église et une école et collège. Ouvrir un lycée adventiste à Koza, c’était permettre à ces jeunes adventistes de poursuivre leurs études jusqu’au bac et leur donner l’espoir d’un meilleur avenir… Le défi de cette année est de construire les classes de première. Ils ont commencé les fondations mais notre aide financière est indispensable pour terminer et être prêt en septembre ! Continuer à les soutenir, c’est aussi leur envoyer ce message : « Vous n’êtes plus isolés, les adventistes de France pensent à vous et s’engagent à vos côtés pour l’éducation de vos jeunes… » — Dr Marc Kanor La Let tre FFS | Page 8


é van g é li sati o n

Un nouveau ministère parmi les musulmans démarre et se met à votre disposition

D

epuis 12 ans, je me suis profondément investi dans l’évangélisation des personnes sécularisées postmodernes à travers la Fédération. Soudain, je reçois un coup de téléphone du président de la Division Intereuropéenne me demandant de m’orienter vers une action en faveur des musulmans sur le territoire de l’Union Franco-Belge, tout en animant un centre à côté du fameux quartier des Minguettes à Vénissieux dans la banlieue lyonnaise. Cela représente une démarche d’évangélisation radicalement différente, mais c’est un défi intéressant, bien que cela nous demande un gros effort d’adaptation à ma femme et moi, et, même si j’avais déjà beaucoup réfléchi à ce travail particulier il y a plus de 20 ans. Cela fait plusieurs années que plus rien ou presque n’est fait ici en faveur des musulmans. Pourtant, beaucoup plus de musulmans qu’on ne le pense se posent des questions au sujet de Jésus et de l’Évangile, mais ils trouvent rarement les réponses dont ils ont besoin pour comprendre réellement les choses. En fait, ce n’est pas compliqué, les réponses dont ils ont besoin ne sont pas doctrinales, mais relationnelles, même dans la manière de présenter l’Évangile. Malheureusement, nous n’avons pas l’habitude de présenter les choses ainsi, mais ça peut s’apprendre facilement et cela sera d’ailleurs l’un des axes de mon action : animer des formations dans les églises afin de montrer comment faire pour répondre de manière adaptée aux besoins spirituels des musulmans. J’en profite d’ailleurs pour informer tous ceux et toutes celles qui souhaitent améliorer leurs contacts avec leurs connaissances musulmanes : je suis disponible pour organiser des réunions dans votre église ou votre groupe. En France, il y a officiellement 4,7 millions de musulmans, mais, vu l’interdiction de tenir des statistiques ethniques ou religieuses dans notre pays, ce chiffre ne donne que celui des étrangers. Si l’on compte ceux qui La Let tre FFS | Page 9

ont la nationalité française, on en est réduit à des conjectures. La plus probable est que l’on a environ 7 millions de musulmans au total en France, soit un peu plus de 10 % de la population. 95 % d’entre eux sont pacifiques, mais l’image négative que l’on se fait de cette population ne repose que sur un petit pourcentage focalisant l’attention des médias, formatant ainsi notre pensée. En Allemagne, il y a 3,5 millions de musulmans (= 4,2 % de la population), en Italie, il y en a 2 millions (= 3,2 %) et au Royaume‑Uni 3 millions (= 4,8 %). Dans ces pays, notre Église a mis en place des ministères en leur faveur bien plus développés que chez nous, particulièrement en Angleterre, et ils ont des résultats intéressants. Qu’est-ce qui nous empêche de faire de même ? Il est assez facile de discuter de Dieu avec les musulmans. Par contre, il y a des règles à respecter pour que l’échange ne tourne pas à un dialogue fermé. Cela vaut la peine de les apprendre car, parmi les musulmans, la proportion de personnes chez qui nous pouvons susciter de l’intérêt est plus élevée que dans le monde sécularisé. J’accepte de me lancer dans le défi que représente ce ministère particulier, mais je ne pourrais pas grand-chose si,

de votre côté, vous ne cherchez pas à représenter Jésus auprès des personnes musulmanes de votre entourage, et, si vous ne m’invitez pas pour animer une formation ou me mettre en contact avec vos amis musulmans afin que je puisse rajouter le petit plus qui permettra à vos efforts d’être encouragés et soutenus.  

Pierre Kempf Ministère auprès des Musulmans UFB

Une Bible à côté d’un Coran


d oss i e r

« le s

d é fi s

à

v e n i r »

La législation

concernant l’encadrement de jeunes mineurs

D

epuis le 21 octobre 2004, une loi concernant l’encadrement d’activités pour un public mineur est entrée en vigueur sous le nom de ACM (Accueil Collectif de Mineurs) — article R227-1 (décret n°2004-1136) Mon prédécesseur ainsi que le res­ ponsable de l’UFBJA de l’époque, ont pris contact avec la direction de la Jeunesse et des Sports pour connaitre les enjeux et les modalités. Notre situa­ tion entre cultuelle et culturelle ne fut pas suffisamment claire pour lancer une mise en conformité de toutes nos antennes locales. De plus, nous étions dans l’attente de pouvoir bénéficier de la même dérogation faite aux jeunes catholiques participants à des activités de jeunesse. Cette dérogation était donnée dans un cadre de catéchèse, ce qui n’était pas le cas pour nous. Nous ne pouvions donc pas y prétendre… C’est en participant à des rencontres de la plateforme des scouts protestants que nous prenons conscience de notre retard et de l’impératif de mettre nos activités dans la légalité. Quelques précisions • Est considérée comme ACM (Accueil Collectif de Mineurs) toute structure recevant au moins 7 mineurs pour

une durée d’animation de 14 jours dans l’année. Si l’accueil se fait pour moins de 7 mineurs ou que les activités JA se déroulent sur moins de 14 jours, l’antenne ne rentre pas dans ce cadre légal. • Chaque antenne JA doit être représentée par un BAFD 1 régio­ nal (directeur d’ACM), pour les antennes de moins de 30 jeunes, si plus de 30 jeunes, obligation d’un BAFD local. • Il est obligatoire d’avoir 1 BAFA 2 ti­tulaire par tranche de 12 jeunes. Untitulaire BAFA ne peut pas être en fonction sur plusieurs tranches d’âge si les animations sont séparées. • Toute sortie ou séjour contenant au moins une nuit avec un minimum de 7 mineurs doit être déclaré à la FFJA-Sud trois mois à l’avance. Passé ce délai, il nous est impossible d’avoir accès à la télédéclaration sur le site de Jeunesse et Sport… Il est évident que ce changement de fonctionnement va entrainer quelques bouleversements dans nos habitudes d’encadrement. Nous allons devoir former des animateurs et des directeurs diplômés, puis produire un projet pédagogique pour chaque

antenne locale et donc, travailler avec un planning. Nous avons déjà cette culture de la législation dans tous nos camps et, nous sommes reconnus pour notre pédagogie et pour la qualité de nos animations. Il va falloir prolonger ces habitudes de fonctionnement des camps vers les antennes locales. Nous pourrons compter sur les directeurs de camps, le club chef-guide et les animateurs ayant fait des camps d’été pour nous aider dans cette démarche. Nous sommes convaincus du bien-fondé de cette démarche qui va nous pousser davantage vers l’excellence et la transparence de nos actions. La dernière étape sera de bénéficier d’un numéro d’agrément qui est la validation d’une reconnaissance de l’État. Nous ne sommes pas dans une démarche optionnelle. Cette législation doit être appliquée dans les meilleurs délais. Ceci pour le bien des jeunes, pour la tranquillité des animateurs et des encadrants, pour la qualité de notre accueil et tout simplement, parce que c’est la loi !   Philippe Anquetil | Jeunesse FFS

1 Brevet d’aptitude aux fonctions de directeur 2 Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur

La Let tre FFS | Page 10


m i n i stè r e

au pr è s

d e s

Un DVD Santé pour les enfants Points de départ du projet

1. Expo santé adaptée aux enfants. Voilà quelques années que la Division nous proposait clé en main une expo santé adaptée aux enfants. Certaines églises nous ont demandé le matériel pour la mettre en place. 2. Valérie Lefèbvre, alors responsable du Ministère auprès des sourds, a souhaité un DVD qui expose de façon simple les points présentés par cette expo santé. C’est ainsi que nous avons collaboré ensemble sur ce DVD. Que dire sur cet outil (DVD Santé) ?

Ses objectifs Permettre d’introduire de façon ludique et visuelle divers aspects sur le sujet de la santé. Sa forme Huit chapitres proposant un sketch d’introduction, plaçant l’enfant dans une situation concrète (goûter après l’école, exposition au soleil, etc.), suivi de l’intervention d’un médecin qui apporte son avis sur la question. Les thèmes sont les mêmes que pour l’Expo santé, mais une introduction générale a été ajoutée. Les textes en vert ci-après sont tirés du site et expli­ quent le contenu de chaque chapitre. • Introduction Dans ce chapitre, tu vas découvrir que ton corps est une machine incroyable ! Nous t’invitons à l’observer et à partir dans un voyage à l’intérieur du corps humain pour voir comment il fonctionne. • Alimentation Dans ce chapitre, tu vas entendre quelques idées pour prendre bien soin de toi, de ton corps, afin de l’aider à La Let tre FFS | Page 11

bien fonctionner. Et ça commence par ce que tu fais entrer à l’intérieur, par ta bouche ! Découvrons quel carburant est bon pour ton corps ! • Respiration (Air) Pour pouvoir utiliser ton corps chaque jour, à chaque instant, il te faut absolument une chose. Sais-tu laquelle ? Bravo : c’est L’AIR ! Ce chapitre t’en dira plus pour bien remplir tes poumons ! • Soleil « Hum, c’est bon d’être au chaud sous les rayons du soleil », pense le lézard. Le soleil est bon pour le corps. Il est même indispensable. Mais voilà, nous ne sommes pas des lézards. Alors il faut comprendre comment profiter des bienfaits qu’il nous procure, sans en abuser ! Tu trouveras dans ce chapitre comment t’y prendre pour en faire ton ami. • Exercice Pour aider ton corps à rester en forme, tu dois bouger. Pourquoi ? En faisant quoi ? Voilà plein de questions qui trouveront des réponses dans ce chapitre. Alors fonce ! • Repos Quand on est petit, on n’aime pas faire la sieste ou aller tôt au lit… Quand on devient plus grand, on n’aime pas sortir du lit tôt, on voudrait dormir plus longtemps… Le repos est important pour le corps. Sais-tu pourquoi ? Pose-toi quelques minutes pour découvrir dans ce chapitre, comment prendre soin de ta machine extraordinaire. • Tempérance Voilà un mot compliqué, plein de mystère. Pour découvrir cette énigme, plonge dans ce chapitre et tu apprendras une valeur très importante pour ta vie. Un petit indice pour t’aider : équilibre…

e n fant s

Ana Aurouze MAE FFS

• Hydratation (Eau) Avant les aliments et autant que l’air, l’eau est l’aliment in-dis-pen-sable pour ton corps. Sinon ? Il sèche ! T’imagines l’effet ? Breuuuu… Ce chapitre va te dire pourquoi ton corps a besoin d’eau. • Confiance Prendre soin de toi, ce n’est pas seulement respirer, boire, manger, dormir… Pour que ton corps fonctionne bien, il est important qu’il soit aimé, respecté ; qu’il se sente important pour toi, pour les autres. Ce chapitre va te montrer comment en prendre soin parce que tu es unique ! Ses usages possibles • En lien avec une Expo santé. • Dans un cadre privé (familial, animation, etc.) où une discussion pourrait suivre le visionnage d’une des séquences. Etc. Un site Internet existe en lien avec le DVD et l’Expo Santé enfant

www.jeveuxetreenbonnesante.org Ses objectifs Offrir une plate-forme… • d’idées (expériences vécues, témoignages, littératures, matériels, etc.), • d’activités, • de dossiers, pour aller plus loin. Se veut • Interactif. Il sera alimenté par les apports des uns et des autres. • Évolutif. Selon les remarques et les besoins, des pistes de réponse pourraient être apportées. Il est en cours de construction, si vous avez des propositions, nous sommes preneurs !  


Du 18 au 24 août au Moulin de l’Ayrolle Des rencontres plénières sur le thème de l’importance du sens à donner à nos vies. Des méditations matinales. Un programme pour les jeunes : des activités adaptées aux différentes classes d’âge, mais également des activités intergénérationnelles. Neuf ateliers (au choix) Comment (re)donner du sens… • à ma lecture de la Bible (Ana Aurouze), • à ma vie de disciple (Michel Guenin, Pasteur), • à mes engagements et mes responsabilités (Pierre Kempf, Pasteur), • à mon temps présent (Jimmy Trujillo, Pasteur), • à ma vie en ouvrant les portes de la résilience (Geneviève Aurouze), • à mon existence en accueillant la vie en moi (Pascale & Daniel Monachini, Eugenio Romano, Frédéric Fourgassié, Pasteurs), • à mes croyances et à mon témoignage (Philippe Aurouze, Pasteur), • à mon existence en (re)découvrant les lois de Dieu contenues de manière explicite ou implicite dans la Bible (Dr Roland Fayard), • à mon vécu dans l’Esprit (Guy Roullet, Pasteur). Attention : 160 places maximum. Date limite de réception des inscriptions : le 6 août.

Fédération adventiste France Sud Pôle évangélisation

CAMP FAMILLE 2014 DU 12 AU 17 AOÛT AU MOULIN DE L’AYROLLE Avis des participants 2013 : « Je me suis sentie en vacances ! Ambiance cool, simple et gaie. Fraternité, échange et convivialité. Sujets pertinents, interventions de qualité. Les enfants se sont éclatés d’être ensemble ! »

ambiance cool convivialité enrichissant

Vous pouvez télécharger sur le site Internet de notre Fédération : • le prospectus détaillé, • la fiche d’inscription.

Bulletin d’inscription téléchargeable sur le site Internet de notre Fédération. Attention : nombre de places limité !

‘La Lettre’ semestrielle d’information de la Fédération des Églises Adventistes du Sud de la France N°7 | Année 2014 | 1er Semestre Réalisation Emanuel Lopes | Dpt Com FFS Contact communications.ffs @adventiste.org Distribuée gracieusement Impression Atelier Six | St-Clément-de-Rivière


La Lettre FFS N°7 (2014 Semestre 1)