Page 1

NUMÉRO 4 ANNÉE 2012 2 E SEMESTRE

La

Lettre D’INFORMATION DE LA FÉDÉRATION DES ÉGLISES ADVENTISTES DU SUD DE LA FRANCE

DANS CE NUMÉRO La communication au travers de l’Internet est devenue incontournable. Un nouveau site pour notre Fédération.

page 2

2012. Une année riche en baptêmes dans notre Fédération. Bilan et témoignages.

page 4

Interview exclusive de Rolf Pöhler, professeur de théologie en Allemagne, sur l’identité adventiste.

page 8

C’est possible

L

e monde de l’entreprise influence notre manière de penser et d’agir puisque nous y passons la plupart de notre temps. Or, ce monde envoie quelques signaux inquiétants. Ça va mal et cela rejaillit sur la société, générant une partie de la crise que nous connaissons. Au-delà du financier, de l’économique, certains analystes attirent notre attention sur d’autres facteurs tout aussi importants voire plus. Le premier concerne le présentisme 1 qui prend la forme d’un désengagement, sans grogne, sans revendications mais une stratégie d’évitement. Tout faire pour ne pas être remarqué et ainsi n’attirer aucun reproche tout en agissant a minima. Le deuxième touche le refus, conscient ou inconscient, du management, du statut de cadre. C’est une manière de préserver sa vie hors travail, de « signifier que LA LET TRE FFS | PAGE 1

!

la sphère professionnelle doit rester circonscrite aux heures travaillées, au mieux ». Mais c’est aussi « la réticence à lâcher son cœur de métier pour manager ». La troisième implique la confiance, bien faible, dans le projet interne. Cela doit interpeller l’Église car celle-ci devrait fonctionner selon d’autres principes. Tout procède de la relation que chacun entretient avec son Dieu. La motivation des disciples s’enracine dans l’accomplissement de la mission, faire des disciples en étant témoins. Le projet reste clair, simple et mobilisateur. Il vient de notre Dieu. Pour notre Fédération, il se décline dans une vision : Une Église dans ton quartier, un mouvement de disciples. L’interpellation de Paul à Timothée s’adresse alors à chacun : « Tâche de te présenter à Dieu comme un homme solide, un ouvrier qui peut être

ÉDITORIAL Philippe AUROUZE Trésorier FFS Ministère des disciples FFS

content de son travail et qui annonce correctement la vraie Parole de Dieu. […] Travaille à annoncer la Bonne Nouvelle, sois un parfait serviteur de Dieu. » 2 Ensemble, c’est possible ! Cela se voit en de nombreux endroits où les groupes de maison fleurissent, où les dîmes augmentent, où les baptêmes se vivent. Gardons espoir, le réveil est là. 

Les citations proviennent de l’article de Marc Jézégabel, Tous démotivés ?, Enjeux Les Echos, oct.    Timothée . ; . (PdV)

>>


Un L

nouveau site Internet

e site Internet actuel de notre Fédération date de quelque huit ans. Bon nombre de ses fonctions ne marchent plus parce que le système est devenu obsolète. C’est pourquoi son renouvellement s’impose !

La communication au travers de l’Internet est devenue incontournable. De nos jours, lorsqu’on cherche une information de n’importe quel ordre, on consulte l’Internet et on y trouve des réponses instantanément. C’est

formidable ! C’est un privilège dont on ne veut plus se passer. Cela est devenu naturel dans notre culture. Mais on n’imagine pas toujours tout l’investissement (et financier et en temps) nécessaire à la réalisation et au maintien au jour le jour d’un site Internet de qualité et pertinent. On ne peut y arriver qu’avec les contributions conjuguées de plusieurs acteurs : celle d’un webmaster, Frédéric Leduc (réalisation technique), celle aussi notamment de tous les responsables de la communication de nos églises… Si l’on veut que « Les dernières infos » soient réellement la vitrine de ce qui se vit dans notre Fédération, il est impératif que l’on (re)trouve le réflexe de communiquer : chaque événement, de chacune de nos églises, peut être l’objet d’une News — baptême, concert, exposition, conférence, journée portes ouvertes, action d’entraide, activités de jeunesse, culte spécial, etc. Nous attendons votre contribution ! Tous ceux qui s’intéressent à la vie de l’Église Adventiste dans le Sud de la France, et les membres de nos églises en particulier, pourront donc trouver

très prochainement sur le nouveau site Internet : tMFTEFSOJÒSFTJOGPT tMBQSÏTFOUBUJPOEFDIBRVFEÏQBStement de la Fédération, avec les services qui leur sont associés, tEFTEPDVNFOUTËUÏMÏDIBSHFSFU ou à visualiser dont La Lettre FFS et la revue Adventist World, tMBHFOEBEFTQSJODJQBMFTBDUJWJUÏT tVOFDBSUFEZOBNJRVFEFTÏHMJTFT tMFNFTTBHFWJEÏPEVQSÏTJEFOUy Et bien d’autres choses encore ! Emanuel LOPES Service Communications FFS LA LET TRE FFS | PAGE 2


La sexualitĂŠ

dans tous ses ĂŠtats P

endant le week-end du 21 au 23 septembre, une centaine de jeunes de 16 à 25 ans se sont retrouvÊs au camping de la Pommeraie, dans les CÊvennes, pour un temps de partage et d’information sur le thème de la sexualitÊ. Plusieurs intervenants ont tenu des ateliers afin de rÊpondre au mieux, avec des mots de tous les jours et sans tabous, à toutes les questions que se posaient les jeunes. Les professionnels de la santÊ ont pu Êvoquer des thÊmatiques rarement abordÊes dans l’Êglise, mais qui font partie de leur quotidien. Quant aux pasteurs et conseillers, ils ont apportÊ des rÊflexions Êthiques, existentielles et spirituelles sur les projets que Dieu a pour chacun d’entre nous. La dernière rencontre Compagnons sur ce thème remontait à plus de dix

ans. Nous avons constatÊ une Êvolution dans le questionnement ; et même si l’Êglise a toujours un dÊcalage avec les habitudes sociÊtales, elle n’est pas hermÊtique‌ Les problèmes de sociÊtÊ finissent toujours par toucher les membres et les jeunes en particulier. L’hÊbergement en mode camping a favorisÊ la convivialitÊ et un bon Êtat d’esprit tout au long du sÊjour. Nous avons distribuÊ à chaque jeune un petit livret rÊsumant l’essentiel des diffÊrentes interventions. 7PJDJMFTUIÒNFTRVJPOU�U�BCPSdÊs et les intervenants : tLa Bible et la sexualitÊ : Pierre Franco, pasteur tLa pornographie (piège à l’Êpanouissement sexuel) : Jean-Pierre et Denise Lachize, pasteur et conseillère conjugale

z Pour NoĂŤl, offrejeunes ! un camp Ă  vos

LA LET TRE FFS | PAGE 3

NQBHOPOT t $BNQ&YQMPT$P èí

t Ž'SFJTTJOJÒSFT QSJT QS�WPJSêíɝ t êïùɝUPVUDPN FTLJT

E QPVSMBMPDBUJPO BOUMFÊerG�WSJFS t *OTDSJQUJPOTBW ïÎÎèïí t $POUBDUèÎÏÊ BEWFOUJTUFPSH nPSJBOSJUMFXTLJ!

tPrÊparation au mariage et projet  de vie à deux : Philippe Penner, pasteur tLa sexualitÊ avant ou après le mariage : Philippe Aurouze, pasteur tLa contraception et l’IVG : Emilie Diancoff, sage-femme tSIDA, IST et grossesse à risque : NoÊmie CouronnÊ, gynÊcologue tL’homosexualitÊ : Luca Marulli, professeur de thÊologie (absent pour raison de santÊ, son rÊsumÊ figure dans le livret) tLa maltraitance : Gabriel SampÊrio, maÎtre d’internat Nous restons convaincus du bienfondÊ de ce type de rencontre et nous n’attendrons pas une dÊcennie pour renouveler l’expÊrience. Philippe ANQUETIL Dpt Jeunesse FFS


Une belle progression des baptêmes FUQSPGFTTJPOTEFGPJ en 2012

A

u moment où j’écris ces du e de ofe de fo (BPF) quelques mots, l’année 2012 n’est pas encore finie 100 95 85 mais tout indique qu’elle ver90 ? ra une belle progression des 80 baptêmes et professions de foi 70 64 (BPF) dans notre Fédération ! 60 63 55 Quelque 85 BPF sont attendus 50 45 cette année. Par rapport aux 40 43 55 BPF de l’année dernière, 30 cela fait une augmentation 20 d’environ 55 % ! Il y a certes 10 encore du chemin à faire 0 pour atteindre les niveaux de 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 BPF que nous avons connus il y a trois ou quatre décennies dans notre territoire, mais nous voulons croire que nous sommes sur une courbe ascendante. Les petits groupes de maison se multiplient un peu partout. Et les témoignages sont là qui montrent l’intérêt de nos contemporains pour ce qui donne un sens et une perspective à la vie. Pour inciter tous ceux qui fréquentent nos églises et qui n’ont pas encore signifié leur foi au travers du baptême à le faire, je ne saurais trop encourager à multiplier les cérémonies de baptêmes tout au long de l’année dans les églises. Dès qu’il y a ne serait-ce qu’une seule personne prête à être baptisée, il faut aussitôt organiser une cérémonie de baptême plutôt qu’attendre qu’il y en ait plusieurs à baptiser à la fin de l’année… Voir des baptêmes régulièrement est une excellente chose ! Cela entraînera d’autres baptêmes, et cela fera comme une boule de neige… à la gloire de Dieu. — Emanuel LOPES | Secrétaire FFS

Bordeaux

« Un grand cru » !

L

a meilleure manière de parler de ce 9 juin 2012 consiste à citer ce qu’un des membres de l’église a écrit à ce sujet, en écho à plusieurs autres : « J’ai trouvé magnifique la dernière cérémonie de baptêmes ; il y a longtemps que je n’en avais vu d’aussi réussie, tant sur un plan spirituel qu’esthétique. » Plusieurs démarches nouvelles ont été mises en œuvre ce jour-là : prédication à l’intérieur de la chapelle, baptêmes en extérieur sur le terrain de l’église, puis retour à l’église pour les témoignages forts et touchants de Corinne, Cindy, Tania, Anaïs, les baptisées du jour. Ils ont été enrichis par ceux de membres d’église qui voulaient aussi exprimer où ils en étaient dans leur vie avec le Seigneur Jésus. Grand cru encore par l’appel adressé à l’auditoire par Florian : quatorze personnes y ont répondu, dont plus de la moitié ne sont pas de famille adventiste, et ont affirmé leur volonté de se préparer à cet engagement. Une belle perspective d’avenir pour l’église de Bordeaux. Merci Seigneur de nous aider à la concrétiser.

Quatorze personnes ont répondu à l’appel et ont affirmé leur volonté de se préparer au baptême.

Michel GUENIN | Pasteur LA LET TRE FFS | PAGE 4


Toulouse Gospel Celebration

&OöONFTZFVYTFTPOUPVWFSUT

M

es grands-parents étaient adventistes mais ma famille n’avait pas souhaité suivre ce chemin. Je suis née sourde et muette. Je ne parlais pas et je n’entendais rien ! Un jour, j’ai regardé un film sur Jésus. Je ne savais pas qui il était mais je l’ai aimé tout de suite, car il avait sauvé les malades. Cela m’a beaucoup touchée. J’ai écrit une lettre à Jésus et lui ai demandé de m’aider à parler comme les autres, comme mon frère et mes sœurs. À l’âge de 12 ans, j’ai commencé à parler par miracle ! Il avait répondu à la prière que je lui avais faite avec le langage des signes. Je ne l’oublierai jamais ! J’ai continué à vivre ma vie et, après quelques années, ma sœur Betty a accepté Jésus dans sa vie. Elle me parlait souvent de Dieu, de Jésus, de la fin du monde mais je n’étais pas prête pour entendre. Ensuite, quelques années plus tard encore, c’est ma sœur Rébecca qui était Bouddhiste qui, à son tour, accepte Jésus dans sa vie. Mais moi, le diable m’avait empêché de voir la vérité, il m’a éloigné de Jésus, jour après jour. Je me noyais dans les cassettes de Bollywood. J’en avais acheté environ

deux cents. La durée de visionnage d’une cassette est de deux à trois heures. J’avais un très gros Bouddha qui était dans mon salon ! Mais malgré tout cela, j’avais des angoisses la nuit, j’avais peur de rentrer chez moi, je me sentais très mal… Et puis un jour, je suis allée chez ma sœur Betty. Nous avons encore parlé de Dieu et ce qu’il avait fait dans sa vie et dans la vie de ma sœur Rébecca. Et là j’ai compris beaucoup de choses, mes yeux se sont ouverts et j’ai remis ma vie en question. À mon retour chez moi, j’ai fait exactement ce que ma sœur m’a demandée : j’ai prié pendant une semaine avant de me débarrasser de ces cassettes et de ce Bouddha. Après cela, je me sentais revivre, je me sentais mieux. Alors j’ai continué à prier et je suis allée à l’église Gospel Celebration (à Toulouse) où je me suis sentie très bien. Je remercie Dieu d’avoir ma sœur Betty et d’avoir toujours été avec moi, même quand je me suis éloignée. Je demande aujourd’hui à Dieu d’être aussi très patiente avec mes parents et mon frère qui ne l’ont pas encore

"OOFDZ

+BJÏUÏUSÒTUPVDIÏ

J

’ai été très touché par la cérémonie de baptême que nous avons vécue à Annecy. J’ai partagé la joie immense de Nathan et Eddy qui sont devenus mes nouveaux frères en Christ. J'ai apprécié le sourire et la joie de vivre d’Eddy mais aussi la douceur et le charisme de Nathan. Ces deux amis savent se faire aimer par leur entourage. Après la cérémonie, nous avons passé une excellente journée ensemble ; à midi un repas en commun dehors, puis une après-midi au bord du lac d’Annecy. Nous avons terminé cette journée par des grillades préparées par la famille. Merci à Nathan et Eddy pour cet agréable moment de partage. Merci à Dieu pour la grâce qu’il nous donne de vivre une forte expérience avec chacun d’entre nous. Témoignage d'un ami de Nathan et Eddy KEMPF, baptisés à Annecy LA LET TRE FFS | PAGE 5

accepté dans leur vie. Je souhaite qu’ils acceptent Jésus avant qu’il ne soit trop tard. Je le remercie par avance parce que je sais qu’il a déjà entendu ma prière. Amen. Guylaine BOLDER, baptisée à Toulouse Gospel Celebration le 18 août 2012


Limoges

-ZPO.POUTE0S

Des rencontres salutaires

-FDIPJYEFNBWJF

L

e 23 juin, l’Église de Limoges a eu la joie d’accueillir en son sein, par le baptême, deux nouveaux membres : EspÊrance Mahakian et Franck Van Overveld. Le premier contact d’EspÊrance a eu lieu à un arrêt d’autobus. Fany Bonnemaison lui fait un compliment sur son joli chapeau. Au cours de la journÊe, elles se rencontrent à plusieurs reprises, en ville, rentrent ensemble dans le même autobus et finissent par dÊcouvrir qu’elles habitent dans le même immeuble et la même montÊe d’escalier. De là naÎtra une belle amitiÊ et la dÊcouverte, pour EspÊrance, d’un Dieu qui sauve, qui donne la paix. Franck a eu un parcours plus meurtri et la dÊcouverte de la Bible, ainsi que la rencontre d’un Dieu d’amour, fut pour lui source d’une grande joie. Dans les combats de sa vie, il reste fidèle à Dieu et à son engagement. Bienvenue à tous les deux.

J

’ai grandi dans une famille adventiste qui m’a donnÊ beaucoup d’amour mais j’ai vite compris qu’elle ne pourrait pas pour autant me donner une place aux côtÊs du Seigneur. J’ai dÊsirÊ me faire baptiser pour montrer au Seigneur toute la confiance que je place en lui. En effet, grâce à quelques expÊriences personnelles que j’ai eues dans le passÊ, je sais qu’il m'a toujours accompagnÊ dans la vie. Je voulais aussi le remercier et lui dire que maintenant je suis prêt à me donner à fond pour participer à son œuvre. Le baptême est un moment joyeux aussi ô combien. Je voulais offrir cette joie à toutes les personnes qui m’entourent et qui m’ont aidÊ dans la vie. ImmÊdiatement après mon baptême, j’ai vu tous ces sourires et toute cette joie‌ à ce moment-là, je me suis bien rendu compte que j’ai fait le choix le plus important de ma vie, et j’en suis très heureux ! Avec le peu de recul que j’ai pour le moment, j’ai compris que le baptême est le premier pas d’un long chemin qui mène à la vie Êternelle. Mais dÊsormais JÊsus est avec moi.

François DU MESGNIL | Pasteur

ANDRY, baptisÊ à Lyon Monts-d’Or, le 9 juin 2012

-ZPO7FOEÙNF

-FDIFNJO MBWĂ?SJUĂ?FUMBWJF

Le 2 juin, à l’Êglise de Lyon-Vendôme, ils Êtaient six à sceller leur alliance avec le Christ. Parmi eux, CÊline Rivoire, qui partage avec nous son cheminement‌

A

u cours de l’ÊtÊ, en 2010, j’ai pris conscience qu’il y avait un vide dans ma vie ; que moi aussi j’avais besoin d’une aide, d’un amour pour avancer dans ce monde. Cela faisait 24 ans que je vivais sans savoir exactement d’oÚ je venais ni oÚ j’allais. Jamais indiffÊrente à l’existence de Dieu mais toujours remplie de doutes. Il y avait un manque en moi. Croyant que par moi-même je le comblerais, je me perdais, comme beaucoup, dans les choses de la vie ; et par l’autodestruction je courais à ma perte. Mais Dieu appelle toujours ses enfants. Il a utilisÊ des personnes devenues chères à mon cœur, et j’ai pu ainsi dÊcouvrir, fin 2010, l’Église Adventiste de Lyon-Vendôme. J’ai ÊtÊ accueillie telle que j’Êtais et très chaleureusement. L’Éternel avait un message pour moi :  Oui, moi aussi, malgrÊ mes pÊchÊs et mes mauvaises actions ou mes pensÊes mal orientÊes, je pouvais être pardonnÊe, lavÊe et sauvÊe !  Cette rÊvÊlation m’est apparue en quatre jours, au mois de fÊvrier 2012. Le dÊclic s’est fait à travers un groupe de jeunes anglais du ministère Preaching Place Messengers venus nous rendre visite. Les sermons et les tÊmoignages de ces

jeunes tels que moi m’ont confirmÊe LA voie à prendre pour être transformÊe par le Christ. Je me suis identifiÊe à eux et j’ai pris confiance. Je me suis sentie comprise car ils sont passÊs par les mêmes difficultÊs, ou pire, et Êtaient dÊsormais avec JÊsus. J’ai pu ainsi intÊgrer que JÊsus avait surmontÊ toutes les tentations et comprenait nos obstacles. MalgrÊ tous nos dÊfauts ou les penchants de ce monde, nous avons un sauveur qui nous aime, nous guÊrit, nous dÊlivre, et nous Êpargne. Ce verset, souvent utilisÊ, m’a ÊclairÊ :  Car Dieu a tant aimÊ le monde qu'il a donnÊ son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne pÊrisse point, mais qu'il ait la vie Êternelle.  (Jn 3.16) L’Esprit m’a permis de mÊditer sur la Parole et de cheminer avec lui. Quand j’ai compris que par moi-même je ne pourrais rien, mais que Lui me donnerait la force et l’espÊrance de ce qu’il y a de meilleur, l’appel a ÊtÊ fulgurant ! J’ai concrÊtisÊ mon alliance avec le Christ le 2 juin 2012 : lavÊe, purifiÊe par le sang de l’Agneau. Il devenait ainsi le maÎtre et le guide de ma nouvelle vie. Ce jour-là, la paix et des sensations de lÊgèretÊ et d’amour m’ont envahie.

Je me sentais libre et en sÊcuritÊ. Au fur et à mesure, tout a pris un sens : la crÊation, les temps à venir, l’amour de Dieu, notre rôle sur cette terre, etc. Et j’ai enfin trouvÊ ma place. Bien sÝr, cela ne veut pas dire que je ne me bats plus contre le moi et le monde mais j’ai l’assurance de mon salut et de la victoire. Un texte de Philipiens (4.13) m’accompagne chaque jour :  Je puis tout par celui qui me fortifie.  ; ainsi que celui d’HÊbreux (4.14-16) :  Ainsi, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur [‌], JÊsus [‌], demeurons fermes dans la foi. [‌] Il a ÊtÊ tentÊ comme nous en toutes choses sans commettre de pÊchÊ. Approchons-nous [‌] pour être secourus dans nos besoins.  Je suis fière d’être enfant de Dieu et d’être en mission pour le Christ en vue de la vie Êternelle. Je remercie chaque jour le Seigneur de m’avoir montrÊe qui j’Êtais et oÚ j’allais. Il m’Êquipe de l’armure du chrÊtien pour aborder la vie sans avoir à m’inquiÊter. Aujourd’hui j’espère être un tÊmoin et encourager les jeunes à suivre JÊsus, la voie de la vÊritÊ :  Je suis le chemin, la vÊritÊ, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.  (Jn 14.6)


té m g n i t e e Camp-m

r la tod ’approche mut n te et rm pe m emins qui ent à la co l est des ch des sabbats qui invit rnité avec des est Une frate lérance. Il rance en fraternité. la à , é notre espé it n : u n l’ e à li , l n u nio otre se rolle. connus. N ulin de l’Ay o M presque in ais nous le : u e ce-Nord m n st. Un li ra ri F h C n o sti su éra Jé Francens de la Féd ing de la Fédération Nous veno eet illement i le Camp-m des périodes d ’ensole is o ch s n o av ont e n s du Su d Su d . L e s g ateliers, ent ! ss re iciper à des et cela se rt s a g p n e d lo s n o lu p asi iser, de se e a été l’occ de sympath sieurs. r, e g n a La semain ch d ’é ul ou à plu ens J-U-M-P., de prier se t, entre autre n e e « l’id m le el spiritu i traitait d u r q e i rc u lu o ce ss s, re nté s idées reèmes prése ousculé no b th t s n in o a t, rt n e e C m t réconciste  » notam n , nou s on tité adventi i nos champs de visio nvie d ’être arg t donné l’e n o s u o n , çues, ont él ieu n disciple ple mais u Église de D ci is d el u q liés avec l’ rte ccepte de le Pas n’impo ître ; qui a a m le r a p disciples  ! i le ; un disd ’être chois ne spirituel li p ci is d e qui accepte n su en retour. ’entrer dan et qui aime u ie D r a p suivre, et d é d ’être aim ciple certain passe R iffard n en — G. Can

I

Camp-meeting

2013

ente ais je fréqu m e st ti n e v ble on a d de Greno e chrétien n st n ti u n e is v d su e é au se a J’ai particip n ent l’ égli m r… re u è e li n u ig g u ré er le Se e semaine, j’aime lou : ce fut un ue q 12 s 0 2 ri parce que p é p a ét le. J’ai g de l’ ti in u et é e ét t -m n p e ait de C am raim m’apparten t, qui m’a v l n ’i e u q m e et n i ig ense ur mo un plan po r le servir ! ns, la Dieu avait ais fait pou ét j’ i o u q : les boucho r le u o ci p iffi ce d r é e v ét trou asins… on a rands mag la civilisati g à s r e u d to re re iè e paix L rmil ent et de la ruit, la fou b m e le n , n n o o ir ti v u n je vois poll e l’e contraire d n de l’Ayrolle. Quand le t u to f, n e ur bre uli ercie le Seig fité au Mo m ro re p a je n i, o o t m priorid on de anger mes lte autour u ch m à e tu id ce ’a t m e, tou nne du e transform e vie qui do eux d m e l ’i m u th q e ry rc pa Je v e r un e à retrouv à la prière… t  cela E tés ; il m’aid illement, au silence, . u a e v cue m e nou atelier temps au re eau, devenir un hom l’ à t mmen uv o ta n o n e d ce re râ ît na cer g e commen de départ. ne fait qu int e m’avoir o p Philippe d ui est un q et -P el h -M ic U attenJvivement M ple du Christ… en ci is Je remercie d enir oût de dev donné le g trick a P tour. — re n so t n a d

J

3ÏTFSWF[EÒTNBJOUFOBOUMFTEBUFT̓

U

ne rumeur a circulé qu’il n’y aurait pas de prochain Camp-meeting ! Eh bien non, il y en aura bien un. Les évaluations récupérées lors du Camp-meeting 2012 nous encouragent à poursuivre l’expérience. Certes, l’été dernier nous ne savions pas comment nous l’organiserions. Mais les choses se précisent au fur et à mesure que le temps passe. Vous pouvez déjà retenir les dates du lundi 19 LA LET TRE FFS | PAGE 7

au dimanche 25 août 2013 ! À ce jour nous ne pouvons pas donner de détails précis concernant son contenu. Il sera différent des précédents. Nous devrons probablement limiter le nombre de participants. Mais ceux qui le vivront ne le regretteront pas. Ce sera une aventure spirituelle qui touchera tous les domaines de notre existence. Nous repartirons enrichis à tout point de vue : spirituellement, psychologiquement,

socialement, intellectuellement, physiquement. Nous viserons nos cœurs profonds. La personne de Jésus que nous sommes appelés à refléter nous rappellera que nous avons été créés à son image. Et là c’est déjà tout un programme. Nous n’aurons pas à craindre les changements, les nouvelles habitudes. L’aventure spirituelle est un chemin de libération et de guérison. De quoi donner envie ! Nous souhaitons que cette

expérience puisse également être vécue par les non membres d’église (amis, connaissances, membres des familles, sans église, etc.). Encouragez-les à réserver cette semaine-là dans leurs agendas. Une des dernières promesses divines affirme : « De tout, je fais du nouveau. » (Ap 21) Le meilleur est donc encore à venir ! Guy ROULLET Pôle évangélisation FFS


Rolf PÜhler a ÊtÊ l’invitÊ spirituel du dernier Camp-meeting de notre FÊdÊration qui a eu lieu au Moulin de l’Ayrolle du 20 au 26 aoÝt dernier. Il y a animÊ des ateliers sur l’histoire de notre Église à la lumière de la prophÊtie. Il est intervenu Êgalement lors de quatre rencontres plÊnières au cours desquelles il a abordÊ le sujet de l’identitÊ adventiste. Nous l’avons rencontrÊ pour qu’il nous en dise encore un peu‌

Interview exclusive EF3PMG1ĂšIMFS sur

l’identitÊ adventiste

Beaucoup s’interrogent auKPVSEIVJTVSMBSBJTPOE�USFFU l’identitÊ de notre Église. Est-ce VOFRVFTUJPOQSPQSFBVYQBZT occidentaux ou la trouve-t-on au niveau mondial ? La question de l’identitÊ est une question pertinente pour toute l’Église, à toute Êpoque et à tout endroit. Elle est particulièrement importante quand on est jeune, en tant que personne ou en tant qu’Église, et quand on traverse des moments de crise. Tout comme chaque individu, la vie d’une Église connaÎt diffÊrents cycles : il y a le temps de l’enfance, le temps de l’adolescence, et le temps de la maturitÊ. Mais il se peut qu’il y ait aussi des moments de crise parfois qui nous forcent à reconsidÊrer des questions essentielles telles que : qui sommes-nous, à quelle famille appartenons-nous, pourquoi sommes-nous là, oÚ allons-nous, et, aussi, que faut-il retenir de notre histoire, de notre passÊ ? Que pensez-vous de la situation EFM²HMJTF"EWFOUJTUFBVKPVSEIVJ  4POJEFOUJU�BUFMMFDIBOH�QBS rapport à ses dÊbuts ? La question de l’identitÊ de notre Église se pose d’une manière aiguÍ dans les pays occidentaux, et en Europe particulièrement, pour deux raisons. La première c’est que notre Église a pris de l’âge, elle n’est plus toute jeune comme peuvent l’être certaines Églises qui fleurissent ici et là. Nous avons une certaine tradition. Et puis, deuxièmement, la sociÊtÊ a radicalement changÊ depuis les annÊes 1960. Nous sommes passÊs de la modernitÊ à la postmodernitÊ et ses particularitÊs toutes nouvelles. Ces dÊfis nous obligent par consÊquent à repenser notre identitÊ. Quelle est donc l’identitÊ de M²HMJTF"EWFOUJTUFBVKPVSEIVJ

Moi, je trouve d’abord mon identitÊ dans ma relation personnelle avec JÊsus ; une relation qui s’enracine et s’Êpanouit grâce à la lecture de la Bible‌ dans le contexte de la tradition adventiste. Je veux dire que j’ai grandi dans l’adventisme ; j’ai appris à comprendre la Bible dans une perspective

L’essentiel de notre identitĂŠ OBQBTDIBOHĂ? NBJT MIBCJMMBHF MF̓MBOHBHF  les arguments POU̓DIBOHĂ? adventiste ; j’ai dĂť y trouver ma propre place, m’y situer, cependant. Chaque gĂŠnĂŠration d’adventistes doit en effet repenser sa relation avec le passĂŠ, et repenser donc son identitĂŠ. En tant qu’adventiste, mon identitĂŠ repose sur l’attente du retour du Christ, sur le cadeau qu’est le sabbat, et sur la communautĂŠ des croyants qui partout dans le monde partagent la mĂŞme foi et la mĂŞme espĂŠrance en JĂŠsus. VoilĂ  ce qui me semble ĂŞtre vraiment la base de notre identitĂŠ — que l’on trouve dans notre nom : Église Adventiste du Septième Jour. Chaque gĂŠnĂŠration doit cependant reconsidĂŠrer cette base pour la rĂŠaffirmer ou l’ajuster. L’essentiel de notre identitĂŠ n’a pas changĂŠ, mais l’habillage, les couleurs, le langage, les arguments ont changÊ ; thĂŠologiquement mĂŞme certaines de nos doctrines ont quelque peu changĂŠ. Cela ne devrait pas nous effrayer. Car tout comme il est parfaitement normal que l’on change tout au long d’une vie sans perdre son identitĂŠ pour autant, il est normal que l’Église

change tout en gardant son identitÊ. Nous ne sommes pas les seuls à cÊlÊbrer le sabbat et à espÊrer le SFUPVSEV$ISJTUy Beaucoup de chrÊtiens croient au retour de JÊsus ; certains observent le sabbat ; et toutes les Êglises constituent des communautÊs. Il est vrai que si l’on considère les ingrÊdients de la  soupe , notre  soupe  ressemble beaucoup à la  soupe  d’autres chrÊtiens‌ Ce qui fait la diffÊrence c’est la façon dont les ingrÊdients sont mÊlangÊs. Une recette de cuisine peut être rÊalisÊe avec les mêmes ingrÊdients et avoir pourtant des goÝts diffÊrents ; car c’est l’assemblage des choses qui fait la diffÊrence. Le goÝt particulier de l’adventisme, notre identitÊ donc, est le rÊsultat de notre propre histoire — la grande dÊception post-1844 et la nÊcessaire reconstruction du mouvement ont fait que l’on s’est focalisÊ sur le sanctuaire, puis sur le sabbat (que l’on a redÊcouvert)‌ Le goÝt particulier de l’adventisme aujourd’hui vient aussi de la fraternitÊ internationale propre à notre Église. Il n’y a pas beaucoup d’Églises qui ont une vision globale, mondiale, comme nous l’avons. Le goÝt particulier de notre Église est Êgalement le rÊsultat de la façon dont nous louons Dieu, de notre musique, ou de certaines de nos autres habitudes ou traditions. C’est tout cela qui fait notre identitÊ. Une identitÊ qui nous est propre, mais qui a beaucoup de points communs avec celle des autres chrÊtiens. Car nous ne prÊtendons pas avoir rÊinventÊ la religion. Notre Église s’est hissÊe sur les Êpaules de presque deux mille ans de christianisme et lui a apportÊ sa vision, sa spÊcificitÊ, un goÝt quelque peu diffÊrent, unique, que j’aime particulièrement — voilà pourquoi je suis adventiste. LA LET TRE FFS | PAGE 8


Quelles sont vos craintes ; quelle est votre peur principale pour l’avenir de l’Église Adventiste ? Je ne suis pas quelqu’un qui vit dans la peur. Je vis constamment dans l’espoir, avec une perspective positive. Cela dit, je me fais du souci‌ D’abord parce que notre Église peut se dÊsagrÊger, d’une manière ou d’une autre, du fait des diffÊrents groupes qui la constituent ; d’autant plus que ces diffÊrents groupes ne communiquent plus. Ils ne parlent plus la même  langue , ils ne peuvent donc plus communiquer ; ils deviennent Êtrangers les uns vis-à-vis des autres. 7PVTQFOTF[RVJMZBEFTCSÒDIFT dans l’Église ? Je pense qu’il y a une divergence entre ceux qui sont tournÊs vers le passÊ, qui veulent conserver les bonnes choses du passÊ, et ceux dont le souci principal c’est de toucher la sociÊtÊ d’aujourd’hui. Or comme notre sociÊtÊ a ÊnormÊment changÊ, ces derniers sont persuadÊs qu’il faut donc une nouvelle approche et un nouveau langage‌ qui font peur aux premiers. C’est ce qui crÊe un fossÊ entre ceux dits  traditionalistes  et ceux dits  libÊraux . Je me fais donc du souci

car si les uns et les autres ne se regardent plus, ne se considèrent plus, les deux tendances risquent fort de ne pas rester ensemble. Le risque existe que l’Église ne soit plus unie. Pour Êviter cela, il faut se considÊrer rÊciproquement et communiquer. Que diriez-vous à ces deux groupes ? Je leur dirais que Dieu a besoin des uns et des autres dans l’Église. Nous pouvons en effet nous enrichir mutuellement. Nous avons besoin des conserLA LET TRE FFS | PAGE 9

vateurs et des progressistes. Si l’une ou l’autre tendance pense pouvoir mieux vivre sans l’autre, elle fait une grave erreur. .BJTDPNNFOUWJWSFFOTFNCMF avec des sensibilitÊs diffÊrentes ? Nous pouvons vivre ensemble si nous sommes conscients de ce qui

nous est commun. Notre foi commune en JÊsus et en son retour. Notre conviction commune que le sabbat est une merveilleuse bÊnÊdiction pour nos vies. Et la conviction commune que Dieu veut que l’Église soit unie‌ Voilà dÊjà de bonnes raisons de faire tout ce que nous pouvons pour vivre ensemble. Vous pensez donc que là est le QMVTHSBOEE�ÜBVRVFMEPJUGBJSF GBDFOPUSF²HMJTFBVKPVSEIVJ Oui, assurÊment mais pas uniquement. L’unitÊ est un grand dÊfi pour notre Église ; l’autre grand dÊfi c’est celui de la mission, l’ÊvangÊlisation — le souci de l’unitÊ peut tourner à l’Êgocentrisme, c’est pourquoi je dis que l’unitÊ n’est pas le seul dÊfi de l’Église. Le but de l’unitÊ c’est de faire de nous des tÊmoins de JÊsus crÊdibles. L’unitÊ est nÊcessaire à la grande cause du Christ, le salut du monde. Nous avons besoin d’unitÊ afin d’avoir un message commun même si nous parlons des dialectes diffÊrents — ou chantons diffÊrentes voix comme c’est le cas dans une chorale qui chante ensemble. -BNJTTJPOFTUQBSUJDVMJÒSFNFOU difficile ici, en France. Il est difficile EFQBSMFSEFOPUSFGPJËOPTWPJTJOTPVËOPTDPMMÒHVFT$PNNFOU GBJSF $PNNFOUDPNNVOJRVFS avec cette sociÊtÊ postmoderne ? Voilà le vrai dÊfi auquel nous sommes confrontÊs, spÊcialement dans les pays occidentaux. L’Église Adventiste rencontre un certain succès ailleurs dans le monde. C’est formidable.

Mais cela ne nous aide pas à remplir notre mission ici, chez nous. Comment faire ? Il faut faire du vrai. Comment toucher notre sociÊtÊ occidentale ? En Êtant authentiques. Si, à l’Êglise, nous jouons la comÊdie ; si, à l’Êglise, nous ne faisons que perpÊtuer des traditions ; on nous considÊrera de la même manière qu’on considère les catholiques ou n’importe quelle Êglise protestante traditionnelle. Une Église authentique n’a aucun intÊrêt à  jouer à l’Église  comme n’importe quelle autre Église. Une Église authentique a l’opportunitÊ extraordinaire de pouvoir crÊer des communautÊs fraternelles, des groupes actifs, des Êglises de maison, des groupes de toutes sortes au sein desquels notre foi se vit et s’exprime tout simplement. C’est exigeant, mais très fÊcond. C’est, tous comptes faits, ce qu’a fait JÊsus lui-même. Il n’a pas bâti d’Êglise (un bâtiment). Il a tout simplement parlÊ aux gens ; il a mangÊ avec les gens ; il a tissÊ des liens avec les gens ; il s’est prÊoccupÊ de leur santÊ, et de leurs questionnements spirituels. Il s’est donc approchÊ des gens d’une manière holistique, c’est-à-dire globale. Il faut s’en souvenir ! Nous devons faire comme JÊsus a fait. Notre foi doit s’exprimer à chaque instant et dans toutes les circonstances de notre vie : lorsque nous mettons la table pour le dÎner, lorsque nous attendons patiemment dans une salle d’attente, lorsque nous venons en aide à notre voisin, etc. Je crois que la seule ÊvangÊlisation qui fonctionne vraiment aujourd’hui c’est celle qui est personnelle, authentique ; c’est celle qui rÊsulte d’une vie de foi crÊdible et non pas d’une institution quelconque. Si nous vivons, en tant que chrÊtiens, quelque chose de vraiment authentique et Êpanouissant, les gens, les postmodernes, nous Êcouteront ! Propos recueillis par Emanuel LOPES et Guy ROULLET

30-'1½)-&3

Professeur de thÊologie à l’UniversitÊ adventiste de Friedensau (Allemagne). Rolf PÜhler est mariÊ et a deux enfants adultes. Il enseigne la thÊologie systÊmatique depuis 1992. C’est en 1995 qu’il obtient son doctorat à l’UniversitÊ d’Andrew pour un vaste travail sur les changements dans la thÊologie adventiste. Pasteur, il a aussi ÊtÊ prÊsident de l’Union de l’Allemagne du Nord. Ses rÊflexions s’enracinent autant dans la recherche que dans la pratique de terrain.


L’ÉGLISE ADVENTISTE DU PAYS DE GEX MET EN PLACE AVEC SUCCÈS UN MEILLEUR ACCUEIL DE LA JEUNESSE ET ORGANISE DES PROGRAMMES CIBLÉS POUR LES ENFANTS DE LA COMMUNE.

Jounen ti moun

Journée des enfants « Le Seigneur dit à Samuel : Je ferai quelque chose en Israël. Quiconque en entendra parler en restera abasourdi. » (1 Sa 3.11)

L

’église adventiste du Pays de Gex, dont l’objectif est de « doubler son effectif en 5 ans avec une pyramide des âges assortie », décida de s’approprier cette promesse divine, le 21 mai 2011. Pleine de foi et d’esprit saint, elle s’engagea de prime abord à rendre des visites pastorales aux familles avec enfants, afin de les sensibiliser au projet. Elle opta ensuite pour un meilleur accueil de la jeunesse au sein de la communauté, par l’organisation d’un samedi spécial enfants/jeunes. C’est dans ce cadre-là que vit le jour le projet « Jounen ti moun », du créole antillais/ réunionnais, « Journée des enfants ». Ces sabbats mensuels, préparés par

une équipe d’animateurs JA, s’organiseraient autour du thème : « Les cinq sens ». D’octobre 2011 à juin 2012, des enfants de 4 à 14 ans seraient ainsi invités à vivre une journée riche en gaîté, spiritualité, diversité, créativité. Un vrai feu d’artifice à immortaliser par les caméras de quelques parents non moins excités. Depuis, une trentaine d’enfants différents, originaires du Bassin lémanique et de la Suisse, tous horizons culturels et religieux confondus, eurent l’occasion de s’épanouir dans notre magnifique église à la voûte bleutée, située à Mury. Suivant le climat, la table ronde et autres espaces accueillants des alentours donnèrent aux tout-petits, petits et grands la chance de laisser

s’envoler silhouettes, éclats de rire et chants mélodieux. Aujourd’hui, une dizaine d’entre eux, entourés de leurs parents, viennent régulièrement adorer Dieu le sabbat. Des plans sont faits pour qu’ils participent davantage à la vie de la communauté. Gloire à Dieu dans les lieux très hauts ! Paix, bonheur aux parents et membres d’église pour leur indéfectible soutien ! Un grand merci à la municipalité d’Echenevex pour la promotion de l’activité ! Félicitations à Carine, Liliane, Jean-Manuel et Marie-Agnès pour leur engagement ! Plus qu’une croissance numérique, la communauté adventiste de Gex vise à l’édification spirituelle de ses membres et sympathisants. Que notre prière devienne des milliers de prières… Pour l’équipe Jounen ti moun Marie-Agnès SÉRALINE

LA LETTRE FFS | PAGE 10


#SFGSFUPVS

sur l’AssemblÊe spirituelle de mai 2012 en Arles TÉMOIGNAGE

J

’ai eu l’opportunitÊ d’être prÊsent à la dernière AssemblÊe Spirituelle de notre fÊdÊration en Arles. MalgrÊ les kilomètres depuis Limoges, c’est toujours un plaisir de voir la vie de l’Êglise à l’Êchelle de la fÊdÊration. Les retrouvailles sont toujours un moment fort et je remercie tous ceux qui ont partagÊ un temps avec moi. Au-delà de la simple rencontre humaine, j’ai particulièrement apprÊciÊ l’orientation spirituelle donnÊe par nos dirigeants à ce week-end oÚ l’objectif n’Êtait pas une course contre la montre pour faire entrer un maximum d’activitÊs dans un minimum de temps. Le choix Êtait plutôt celui de prendre le temps de vivre ce Sabbat. Thierry Lenoir, l’invitÊ spirituel, a partagÊ avec nous l’espÊrance malgrÊ les circonstances (crises Êconomique, Êcologique, Êthique‌). Les tÊmoignages de membres (groupes de maison, Êglises de maison, ministères laïques‌) et  de pasteurs dans le cadre de leur consÊcration, ont donnÊ une touche personnelle et vivante vraiment apprÊciable. La louange a ÊtÊ Êgalement un moment fort, avec peut-être, pour moi, un goÝt de  pas assez  ! Au final, le vent souffle dans le sens du vÊcu et de l’authentique devant notre Dieu. N’oublions pas de hisser nos voiles ! — Franck Païta LES MESSAGES SPIRITUELS

Il ose se mettre debout dans la tourmente. Conscient de sa vraie valeur et de son origine, Daniel peut par consĂŠquent continuer sa route, NBMHSĂ? MB DSJTF QSPGPOEF RVJ MF TFDPVF *M TBJU RVF MB MVNJĂ’SF OF WJFOU pas des ĂŠvĂŠnements de la vie, mais du regard que l’on porte sur ces ĂŠvĂŠOFNFOUTy+Ă?TVTOBUJMQBTEJU̓j̓$FTUUPO”JMRVJFTUMBMBNQFEFUPO DPSQT̓x̓ *M̓TBJURVFMBNFJMMFVSFNBOJĂ’SFEFDPNCBUUSFMFTUĂ?OĂ’CSFTDFTU EBMMVNFSMBMVNJĂ’SF̓— Thierry Lenoir

>>

LES ENREGISTREMENTS AUDIO DES MESSAGES DE THIERRY LENOIR SONT DISPONIBLES :

tQBSUĂ?MĂ?DIBSHFNFOUEFQVJTMFTJUF*OUFSOFUEFMB'Ă?EĂ?SBUJPO tTVSEFNBOEFBESFTTĂ?FĂ‹MB'Ă?EĂ?SBUJPO

LES PASTEURS QUI ONT ÉTÉ CONSACRÉS TÉMOIGNENT

Une assemblÊe spirituelle, un rendez-vous avec des frères et pour moi, aussi un rendez-vous spÊcial avec le Père. Un Père qui m’aime, me pardonne patiemment et qui m’accorde sa bÊnÊdiction en me mettant à part pour un avenir de service entre ses mains. Un Père qui rÊpand aussi son amour dans les cœurs, le mien et aussi celui de mes frères. Amour qui s’est exprimÊ par des paroles se soutien et d’encouragement. Que mon Père soit bÊni ! — Th. Mathieu LA LET TRE FFS | PAGE 11

 Louanges à notre Dieu pour la rÊalisation de son engagement à nos côtÊs, dans son Service. Oui, Il poursuit et Il poursuivra ce qu’Il a commencÊ en chacun jusqu’au jour de son avènement !  (Philip. 1.6) — J. Rossetti  Paul considÊra sa consÊcration au ministère comme devant inaugurer une nouvelle Êpoque de sa vie. C’est de ce moment-là qu’il fera dater son apostolat dans l’Église chrÊtienne.  E. G. White, Conq. pacif., p. 144 — L. Berthou

Le Saint-Esprit qui Êtait là le jour de ma conversion a prouvÊ aujourd’hui qu’il ne m’abandonnera jamais. Il a confirmÊ devant cette assemblÊe son amour infini. J’ai beaucoup senti la gloire du Seigneur JÊsus. Elle m’a habitÊ et s’est rÊpandue sur toute ma famille et l’Êglise qu’Il m’a confiÊe. C’est un grand mystère.  L’Esprit du Seigneur, l’Éternel est sur moi, car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux‌  (Es 61.1-3). — J-L. Ranaivoson


AssemblÊes spirituelles rÊgionales Une grande majoritÊ du millier de personnes rÊunies à Arles au mois de mai 2012 a vÊcu l’appel  Ose ! donne à ta vie sa vraie valeur  comme un encouragement, un rafraÎchissement spirituel. La FÊdÊration France-Sud, souhaite poursuivre cet Êlan, cette dynamique, en mettant en place des assemblÊes spirituelles rÊgionales en 2013.

L

es 16 ou 23 mars 2013, les disciples de JÊsus-Christ habitant nos six rÊgions sont appelÊs à se retrouver autour du thème fortement d’actualitÊ :  Un espoir, un rÊveil, un engagement.  Vous connaissez la vision partagÊe dans

notre FÊdÊration :  Une Eglise dans ton quartier, un mouvement de disciples.  Cette vision, qui est devenue notre devise, nous rappelle que Dieu s’adresse à chacun, à des personnes. Il est le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

ASSEMBLÉES SPIRITUELLES RÉGIONALES

Il attend ma rÊponse ; votre rÊponse. Cette vision n’est pas celle de la FÊdÊration France-Sud. Elle est l’interpellation que Dieu adresse à chaque membre d’Église dans tous les pays oÚ la sÊcularisation et l’oubli de Dieu rendent Sa Parole inaudible. Elle est appel individuel à l’engagement, la cohÊrence, la persÊvÊrance dans la fidÊlitÊ et le tÊmoignage. Elle est la rÊponse à cette question : s’il n’y en avait qu’un (disciple), serais-je, seriez-vous celui-là ? Elle est la confiance que Dieu, aujourd’hui, chez nous, est toujours en mesure de nous surprendre — comme il l’a fait pour Élie lorsqu’il s’aperçut qu’il n’Êtait pas seul mais que sept mille tÊmoignaient du Dieu vivant. Sœur White, dans la dernière communication pour la semaine de prière, Êcrit :  Quand les disciples vivent un rÊveil c’est parce l’un des membres a recherchÊ avec ferveur la bÊnÊdiction divine.  Venez ! Mettons-nous, chacun, et ensemble, à chercher la bÊnÊdiction divine ! Renforçons notre espoir ! Aspirons au rÊveil. Engageons-nous dans cette quête.

un Espoir un RĂŠveil un Engagement Samedi 16 mars 2013

Pour les rÊgions t4BWPJFT Ë$PMMPOHFTTPVT4BMÒWF avec l’intervention de Jacques Trujillo

t3IÙOF"MQFT Ë(SFOPCMF avec l’intervention de Philippe Aurouze

Jacques TRUJILLO PrĂŠsident FFS

t1SPWFODF"MQFT$ÙUFE"[VS Ë.BSTFJMMF avec l’intervention de Emanuel Lopes

‘LA LETTRE’ semestrielle d’information de la FĂŠdĂŠration des Églises Adventistes du Sud de la France

Samedi 23 mars 2013

Pour les rĂŠgions t-BOHVFEPD3PVTTJMMPO Ă‹.POUQFMMJFS

N°4 | AnnÊe 2012 | 2e Semestre

avec l’intervention de Philippe Aurouze

t.JEJ1ZS�O�FT Ë5PVMPVTF avec l’intervention de Emanuel Lopes

t$FOUSF"UMBOUJRVF Ë#PSEFBVY avec l’intervention de Jacques Trujillo

EGLISE

ADVENTISTE

DU

SEPTIEME JOUR

F ÉDÉRATION F RANCE -S UD

RÉALISATION Emanuel Lopes | Dpt Com FFS CONTACT communications.ffs @adventiste.org DistribuÊe gracieusement IMPRESSION Atelier Six | St-ClÊment-de-Rivière


La Lettre FFS N°4 (2012 Semestre 2)  

Lettre d'information de la Fédération des Eglises Adventistes du Sud de la France

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you