Issuu on Google+

Un  symbole  à  l’épreuve  de  son  coût     Aux  Etats-­‐Unis,  le  billet  d'un  dollar  pèse  bien  plus  lourd  que  sa  valeur.  Omniprésent  et  éphémère  à  la  fois,  il   est  partout,  mais  reste  rarement  plus  d’une  journée  entre  les  mêmes  mains.  Et  du  haut  de  ses  deux  siècles   de   domination   incontestée   dans   les   porte-­‐monnaie,   il   est   pour   beaucoup   indissociable   du   rêve   Américain.   Pourtant,  outre-­‐Atlantique,  le  département  du  Trésor  mène  une  croisade  pour  en  finir  avec  l’hégémonie  du   billet  vert  frappé  du  premier  chiffre.  Caprice  de  fonctionnaire  ?  Pénurie  de  papier  ?  Non,  rationalité  étatique.   Car  en  ces  temps  de  crise,  le  poids  du  symbole  n’arrive  plus  à  écraser  la  réalité  économique.  Il  faut  dire  que   le   billet   d’un   dollar   coûte   cher,   très   cher.   D’abord,   sa   faible   durée   de   vie   d’environ   neuf   mois   implique   d'énormes  coûts  de  renouvellement.  Mais  son  utilisation  dans  tous  les  échanges  courants  impose  aussi  que   l’ensemble  des  automates  soient  équipés  en  conséquence.  Et  à  quatre  cent  dollars  le  récepteur  de  billets,   l’addition  est  salée.  Or,  il  existe  une  alternative  souvent  méconnue  ;  les  pièces  d’un  dollar.  «Celles-­‐ci  durent   en   moyenne   trente   ans.   Et   si   elles   étaient   utilisées   à   la   place   du   billet   dans   toutes   les   transactions   en   espèces,   notre   pays   économiserait   522   millions   de   dollars   par   an»,   résume   Michael   White,   chargé   de   communication   auprès   du   Trésor   Américain.   Pour   les   autorités   monétaires,   l’avenir   du   un   dollar   est   donc   dans  les  pièces.  Ainsi,  depuis  la  fin  de  l’été  2008,  celles-­‐ci  mènent  d'intenses  campagnes  de  communication   pour  inciter  les  Américains  à  les  utiliser.  Certaines  entreprises  vont  même  plus  loin,  en  s’engageant  à  ne  plus   rendre   la   monnaie   en   billets   d’un   dollar.   C’est   le   cas   par   exemple,   de   la   société   du   métro   de   Washington,   dont  les  billetteries  automatiques  ont  été  programmées  pour  introduire  un  maximum  de  pièces  d’un  dollar   dans   les   poches   des   voyageurs.   Une   initiative,   qui   à   l’image   de   la   campagne   du   Trésor,   doit   faire   face   aux   réticences   des   Américains.   «Je   ne   trouve   pas   normal   qu’on   ne   me   laisse   pas   choisir  quel   type   de   monnaie   utiliser  !»,  peste  Cathy  Boone,  une  cadre  de  46  ans.  «Et  puis,  je  ne  sais  pas  pourquoi,  mais  je  préfère  avoir   des  billets»  ajoute-­‐t-­‐elle.     «Le  billet  d’un  dollar  a  un  côté  sacré»   Phil  Kuhl,  un  retraité  de  la  CIA,  a  lui  sa  petite  idée  pour  expliquer  ce  scepticisme  à  abandonner  le  billet  d’un   dollar.  «Aux  Etats-­‐Unis,  celui-­‐ci  a  un  côté  un  peu  sacré.  Il  symbolise  la  valeur  de  l’argent,  acquise  au  prix  d’un   dur  labeur.  Le  remplacer  par  une  pièce,  qui  n’a  pas  la  même  force  symbolique,  ça  gêne  les  gens»,  explique-­‐t-­‐ il.  Mais  rien  n’y  fait.  Le  Trésor,  en  fossoyeur  insensible  du  «one  dollar  bill»,  aligne  les  arguments  pour  réduire   son  usage.  «Utiliser  les  pièces  d’un  dollar,  c’est  aussi  agir  pour  la  planète,  car  elles  sont  100%  recyclables.  Les   billets,   eux,   ne   le   sont   pas,   du   fait   de   la   difficulté   de   séparer   l’encre   du   papier»,   souligne   Michael   White.   Argument   de   poids,   dans   un   pays   où   la   prise   de   conscience   écologique   est   dans   l'air   du   temps.   Mais   le   chemin  à  parcourir  pour  changer  les  habitudes  monétaires  des  Américains  semble  encore  long.  «Personne   ne  paye  avec  les  pièces  d'un  dollar,  et  il  n'y  aucune  place  prévue  pour  elles  dans  les  tiroirs  caisses»,  explique   Aziz   Benassou,   un   restaurateur   de   Washington.   Qu’à   cela   ne   tienne,   le   Trésor   prépare   en   ce   moment   un   nouveau  plan  de  communication  aux  allures  de  cause  nationale.  Les  affiches  déjà  en  place  appellent  en  effet   à  utiliser  les  pièces  pour  «aider  l’économie  et  rendre  le  monde  un  peu  plus  vert».  Rien  que  ça.  Quant  à  la   classe  politique  Américaine,  elle  reste  silencieuse  sur  la  question.  Bien  qu'elle  ne  conteste  pas  l'initiative  du   Trésor,  elle  ressent  l’attachement  des  électeurs  à  une  spécificité  monétaire  lourde  de  symbole  et  d’histoire.   Laisser  les  fonctionnaires  s’occuper  de  ce  sujet  sensible  semble  donc  être  l'option  la   moins  risquée.  Il  faut   dire  qu’ils  n’ont  pas  à  subir  l’épreuve  des  urnes,  eux.     Hugo  Clément  


Le reportage primé d'Hugo Clément